Sunteți pe pagina 1din 258

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

De Julien Kaibeck, aux éditions Quotidien Malin

Julien Kaibeck enseigne l’aromathérapie et la cosmétique natu- relle. Chroniqueur dans divers médias, il rassemble ses conseils dans ses livres ainsi que sur son blog www.lessentieldejulien.com. Annie Casamayou est naturopathe. Elle collabore à plusieurs revues de santé naturelle et a déjà écrit des livres dont L’argile, un soin naturel et Soins naturels pour les cheveux (Anagramme). Son blog : mon-naturopathe.com.

Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.

Design de couverture : Bernard Amiard

© 2014 Quotidien Malin Éditions (ISBN : 978-2-84899-744-5) édition numérique de l’édition imprimée © 2014 Quotidien Malin Éditions (ISBN : 978-2-84899-681-3). Quotidien Malin est une marque des éditions Leduc.s.

pour en savoir plus sur les éditions Quotidien Malin

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU

SOS PEAU

AU NATUREL

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU SOS PEAU AU NATUREL n° de commande : IZ1400360355.7392.5525
JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU SOS PEAU AU NATUREL n° de commande : IZ1400360355.7392.5525
JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU SOS PEAU AU NATUREL n° de commande : IZ1400360355.7392.5525
JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU SOS PEAU AU NATUREL n° de commande : IZ1400360355.7392.5525
JULIEN KAIBECK ANNIE CASAMAYOU SOS PEAU AU NATUREL n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

Sommaire

Introduction

7

Notre peau à la loupe

10

PARTIE 1. ABÉCÉDAIRE DES BOBOS DE LA PEAU

19

Acné

21

Brûlure superficielle

40

Callosités, cors, durillons, œils-de-perdrix, ampoules

47

Cellulite

54

Cicatrices

65

Coup de soleil

71

Couperose

77

Eczéma atopique

85

Herpès

97

Impétigo

105

Mycoses

109

Piqûres d’insectes

122

Plaies et hématomes

129

Psoriasis

135

Rosacée

148

Taches pigmentaires

158

Transpiration excessive

165

Urticaire

173

Varicelle

179

Vergetures

186

Verrue

193

5

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

Vitiligo

199

Zona

206

PARTIE 2. FICHES PRATIQUES THÉMATIQUES

215

Les rituels de soins maison

217

L’argile, grande prêtresse des soins de la peau

222

Les huiles essentielles : précautions d’emploi

226

Les cures de détoxication

228

Renforcez naturellement votre immunité

237

La respiration abdominale pour réduire l’anxiété et gérer le stress

242

L’alimentation hypotoxique ou ancestrale, ou l’art de bien manger pour soigner sa peau

245

Choisir les bons sucres pour une belle peau

247

Index des recettes cosmétiques

250

Table des matières

251

6

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

Introduction

Pour soigner la peau, la dermatologie conventionnelle dispose d’un arsenal impressionnant. Médicaments, techniques médicales et préparations phar- maceutiques sont aujourd’hui capables de soigner rapidement la plupart des pathologies cutanées. Dans bien des cas cependant, la guérison n’est pas au rendez-vous. Un eczéma localisé peut en efet parfois être soulagé en quelques jours à peine, mais on sait bien que d’autres crises suivront. Il en va de même pour le psoriasis, certaines dermatites, l’herpès… Pourquoi ?

La peau est un organe très complexe. Elle est non seulement composée d’une multitude de cellules aux fonctions subtiles, mais on sait aujourd’hui qu’elle est aussi intimement liée au système nerveux et immunitaire. Pas étonnant qu’il soit si dif cile de la soigner quand elle est en souf rance.

Et si une clé thérapeutique consistait à combiner l’approche dermatologique avec la naturopathie ? La naturopathie est une médecine préventive dite « de terrain ». En veillant à une alimentation saine, à un mode de vie équilibré, et à l’utilisation de compléments alimentaires ou de plantes, la naturopathie préserve la santé du patient. Son foie, et plus généralement tous ses émonctoires dont la peau, restent au top de leur forme.

Une autre clé thérapeutique pourrait être celle qui combine l’approche derma- tologique avec l’aromathérapie et la dermocosmétique au naturel. Les huiles végétales, les extraits de plantes et les huiles essentielles ne sont-ils pas les remèdes les plus doux et les plus forts à la fois ? Ils incarnent en tout cas toute

7

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

la subtilité des bienfaits de la nature sur notre organisme. S’ils sont bien utilisés, ils sont pour la plupart dépourvus d’e fets secondaires et mènent souvent à une guérison salvatrice.

Ce livre s’adresse à tous ceux qui souhaitent aborder les soins théra- peutiques de la peau d’une façon naturelle, raisonnable et e f cace. En combinant l’expertise naturopathique avec les remèdes éprouvés de la phytothérapie appliquée à la dermocosmétique, les auteurs ont voulu vous guider au mieux dans le soin de votre peau et de ce qu’elle a à vous dire.

Comprendre le langage de la peau

La peau s’exprime à sa façon, plus explicite certainement que vous ne le pensez. Qu’est-ce que vous communique votre peau ? Certaines expressions populaires touchent souvent juste : être à fleur de peau, avoir la peau dure, être une peau de vache ou une vieille peau, se réduire comme peau de chagrin, faire peau neuve, risquer sa peau, tenir à sa peau, etc. Ces expressions sont le reflet de la voie que l’organisme a choisie pour révéler un état de saturation, de stress ou de… malheur ! Il est bon que la peau s’exprime, qu’elle extériorise un état interne. Et ce sera encore mieux de l’entendre et de la comprendre.

Il est intéressant de considérer la peau comme une alliée précieuse, un miroir visible des manques ou des besoins internes de l’organisme. Un organe ne fonctionne pas correctement ? La peau l’exprime très rapidement par l’intermé- diaire de signaux désagréables ou douloureux. Il ne faut pas regarder ces signaux par le petit bout de la lorgnette : les bobos que la peau donne à voir sont autant d’appels au secours de l’organisme. Non, la peau ne prend pas un malin plaisir à nous causer du souci. Elle relaie des informations venant des reins, du foie, des poumons, de tout cet ensemble composé de milliards de cellules qui travaillent sans relâche pour permettre le bon fonctionnement du corps 24 heures sur 24. Son apparence dépend tout simplement de notre état de santé interne.

Pour comprendre la peau, la patience est de mise. On a parfois tendance à considérer les accidents de parcours de notre peau comme des ennuis qu’il faut

8

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

éradiquer au plus vite : boutons disgracieux, cicatrice en souvenir d’un accident, mycose témoignant d’une infection, eczéma irritant, taches et autres signes de maturité… Il faut pourtant se donner le temps de décoder ce qui se passe pour ensuite adopter la meilleure attitude possible, celle qui sera la plus e f cace et surtout la plus durable. Trop souvent, ce qui s’obtient rapidement se défait tout aussi vite. Il est aussi parfois nécessaire de repenser son alimentation ou de revoir certaines habitudes de vie sur le long terme. Tout est lié. Si on modifie une facette de notre mode de vie, les autres évolueront aussi au fil du temps.

Ce livre est une invitation à explorer les ressources du bon sens et de la nature pour apaiser la peau durablement, vous y trouverez :

Un abécédaire synthétique et pratique des bobos de la peau pour comprendre clairement ce que recouvrent ces indices de déséquilibre et la bonne attitude à adopter pour y remédier. Des astuces et des zooms pour découvrir l’univers de la nature au service des soins de la peau. Des fiches récapitulatives et informatives qui vous permettront de vous familiariser avec des aspects essentiels d’un mode de vie sain. Vous n’avez jamais pratiqué un cataplasme à l’argile ou aux huiles essentielles ? Vous ne connaissez pas la respiration consciente ? Pas de panique, ces fiches vous permettront de mettre en pratique de façon aisée les conseils de l’abécédaire qui vous y renvoient.

Le contenu de cet ouvrage n’a en aucun cas la prétention de se substituer à une consultation ou une prescription médicale. Avant de vous précipiter sur un « remède », pensez à obtenir un diagnostic auprès d’un médecin, seul apte à le poser. En complémentarité des échanges que vous devez entretenir avec les professionnels de santé, ce livre est là pour vous apporter un éclairage global sur les problèmes de peau, vous aider à cerner ses réels besoins. Nous espérons vous proposer des soins utiles et des gestes simples mais essentiels qui pourront accompagner au mieux les traitements recommandés.

Avertissement : nous ne saurions être tenus responsables d’une mauvaise inter- prétation ou d’une mauvaise application des conseils décrits. En cas de doute, demandez toujours conseil à votre médecin.

9

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

Notre peau à la loupe

Avant d’appréhender les mécanismes des bobos de la peau, quelques données, même sommaires, sont nécessaires afin de comprendre le fonctionnement de la peau et éclairer ses relations avec le reste de l’organisme.

La peau en chiffres

La peau est l’organe vivant le plus lourd du corps : il pèse 4,5 à 5 kg chez un adulte, soit 2 fois plus que le cerveau, il représente environ 7 % du poids total du corps. La peau est l’organe le plus étendu du corps : environ 2 m 2 de surface, autant qu’un très grand tapis. Son épaisseur moyenne est de 1 à 2 mm, mais elle varie selon sa localisation de 0,5 mm sur les paupières à 4 mm sur les talons. La température de la peau oscille entre 31 et 33 °C dans des conditions normales, à l’exception des aisselles où elle culmine autour de 37 °C. Le pH de la peau saine est acide : il oscille autour de 5,5 sur une échelle de 0 à 14, ce qui la rend hostile aux micro-organismes. La peau est composée de 2 000 milliards de cellules ; parmi elles, 300 millions se renouvellent tous les jours. Les tissus de la peau comprennent 6 à 8 l d’eau, dont chaque jour en moyenne 600 ml s’évaporent. La peau est composée à 70 % d’eau, 27,5 % de protéines et 2 % de lipides. La peau mobilise 10 % de la circulation sanguine et elle est un organe extrê- mement sensible grâce à ses 650 000 récepteurs sensoriels.

10

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

En résumé, chaque cm 2 de peau comprend en moyenne 1 follicule pileux, 100 glandes sudoripares, 15 glandes sébacées, 230 cellules sensorielles, 70 vais- seaux sanguins, 30 cm de capillaires sanguins et lymphatiques, 55 cm de neurofibres. Et pas loin de 100 milliards de bactéries !

Milieu vivant, la peau est un véritable écosystème et présente une biodiversité remarquable : chaque couche a ses particularités propres, au sein desquelles tous les acteurs exercent des rôles bien définis. Partons de la surface et avançons peu à peu dans les profondeurs.

L’épiderme, une barrière subtile et fragile La couche superficielle de la peau est celle qui subit les agressions de l’extérieur mais aussi celle qui est au cœur de toutes nos préoccupations esthétiques puisque c’est celle qui se voit.

L’épiderme comporte lui-même plusieurs couches, dont trois couches majeures superposées : la couche basale, la couche germinative et la couche cornée. La naissance des cellules de l’épiderme, les kératinocytes, a lieu dans la couche basale, la plus profonde qui se trouve à la jonction avec le derme. Les cellules migrent ensuite vers la surface pour former la couche germinative. Enfin, de moins en moins riches en eau à l’approche de la surface, les cellules se déposent progressivement sur la partie supérieure en « couche cornée » qui fait ofce de barrière protectrice. Très fine (1/100 e de millimètre), celle-ci assure l’étanchéité de la peau. La couche cornée est constituée de cellules compactes, contenant environ 13 % d’eau pour assurer un bon taux d’hydratation, et reliées entre elles par un ciment intercellulaire de nature lipidique. Chaque jour, les cellules les plus superficielles s’éliminent naturellement par desquamation, mais le renouvelle- ment est assuré en permanence car les cellules se régénèrent naturellement. C’est cette partie superficielle, la couche cornée, qui reçoit les soins et les crèmes que l’on applique sur la peau. Ce qui est surprenant, c’est qu’elle n’est formée que de cellules presque mortes !

11

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

Dans l’épiderme se trouvent aussi les cellules immunitaires de la peau chargées de sa défense, les cellules de Langerhans, et les mélanocytes, dont la fonction est de synthétiser la mélanine, le pigment brun dont la production est stimulée par l’exposition au soleil.

Enfin, la couche cornée est recouverte d’un film hydrolipidique dont l’intégrité est essentielle pour maintenir l’eau dans le tissu cutané et pour assurer les fonc- tions « barrière » de la peau.

Un film protecteur pour la peau

Au contact direct avec l’extérieur, en première ligne, un film dit « hydrolipi- dique » recouvre l’épiderme. Il est formé d’un mélange de sueur, de sébum et d’autres lipides et confère à l’épiderme douceur et souplesse. Il agit à la façon d’un « vernis protecteur » pour maintenir l’hydratation de la peau et assurer une protection naturelle en évitant la pénétration d’agents infectieux ou mycosiques. Son pH acide (entre 5,4 et 5,9 pour une peau saine) préserve de la prolifération de micro-organismes : bactéries ou champignons. Quand le pH devient plus alcalin, ce qui peut arriver quand on utilise trop souvent un savon classique ou qu’on sou f re de séborrhée, les mécanismes de défense sont malmenés et c’est la porte ouverte aux infections. La couche cornée de la peau est loin d’être un milieu stérile puisque le film hydrolipidique est colonisé par des bactéries amies. La peau est habitée en permanence par des microbes avec lesquels nous vivons en bonne intelli- gence. Ils se nourrissent de débris de cornéocytes, les cellules de la couche cornée ou de cellules de sébum et ils sont indispensables à la protection de la peau. Leur rôle est fondamental pour empêcher d’autres bactéries patho- gènes de se développer. Mieux vaut ne pas abîmer ce bel équilibre biologique en respectant les deux règles de base :

1. ne pas décaper la peau avec des détergents ou savons trop alcalins,

2. ne pas asticoter un bouton, le laisser simplement mûrir pour ne pas réveil-

ler d’hôte indésirable.

12

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

L’épiderme peut être le lieu de dysfonctionnements qui sont susceptibles d’af- fecter chacun de ses processus complexes :

en cas de psoriasis par exemple, les cellules de kératine se renouvellent trop vite et la peau desquame trop intensément, en cas de prurit ou d’eczéma, la couche cornée s’épaissit et rougit, en cas de production de sébum trop intense, on parle d’hyperséborrhée souvent préalable à l’acné.

Le derme, charpente vivante de la peau Le derme est la couche intermédiaire qui cache toutes les structures vivantes et dont l’agencement confère la plupart des propriétés mécaniques de la peau :

élasticité, tonicité et résistance.

Comme une charpente, le derme est un tissu riche en fibres de soutien : collagène et élastine. Il abrite également des vaisseaux sanguins et lymphatiques, ainsi que les terminaisons nerveuses responsables des sensations de douleur, des envies de démangeaisons ou des ressentis de tension. Ce n’est pas tout : on y trouve aussi les glandes sudoripares qui ont pour mission de sécréter la sueur et dont le canal excréteur traverse l’épiderme jusqu’à la surface de la peau. En e fet, le derme a une fonction déterminante dans la régulation de la température du corps. Quand les glandes sudoripares sont en hyperactivité, cela aboutit à une hypersudation, ce qui « refroidit » le corps.

Dans le derme se nichent également les follicules pilo-sébacés, ce sont les racines des poils et du duvet auxquelles sont associées des glandes sébacées chargées de sécréter le sébum. Comme celui des glandes sudoripares, leur canal traverse l’épiderme jusqu’à la peau. Quand celui-ci se bouche, cela peut donner un comédon puis de l’acné. En réalité, chacun des points d’ouverture des canaux des diférentes glandes à la surface de la peau est une zone de fragilisation, en particulier pour les infections.

L’hypoderme, un matelas isolant et protecteur L’hypoderme est la couche profonde de la peau, le tissu de soutien qui fait la transition au contact des organes nobles (tendons, muscles, etc.). Il contient des adipocytes, les cellules graisseuses servant à protéger la peau des variations

13

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

thermiques et à absorber les pressions ou les chocs auxquels le corps est soumis. Si ces cellules graisseuses se multiplient et gonflent puis génèrent une inflam- mation, cela donne la cellulite.

Respectez le tempo de la peau Votre peau est malade ? Impossible de vous faire

Respectez le tempo de la peau

Votre peau est malade ? Impossible de vous faire la promesse d’un miracle rapide car la peau a besoin de temps, quasiment tout un mois, pour se renou- veler. Aucune action en profondeur ne pourra donner de résultat plus accéléré, tout simplement car il faut environ 28 jours pour qu’une cellule de kératine monte des profondeurs de l’épiderme jusqu’à la surface. Inutile donc de faire du zapping cosmétique ou de tester tous les nouveaux produits de manière expéditive, cela ne fait qu’abîmer la peau et risque d’accentuer les déséqui- libres. Mieux vaut cultiver la patience. Si la peau a été beaucoup malmenée auparavant par di f érents traitements, il sera bon de commencer par lui accorder une cure de repos afin qu’elle se régénère et retrouve ses pleines capacités. Oubliez les produits cosmétiques traitants aux actifs puissants, contentez-vous de la nettoyer délicatement et de l’hydrater simplement, le temps que la peau s’apaise et retrouve ses capacités de ressourcement. Exactement comme une terre que l’on laisse en jachère…

peau s’apaise et retrouve ses capacités de ressourcement. Exactement comme une terre que l’on laisse en
peau s’apaise et retrouve ses capacités de ressourcement. Exactement comme une terre que l’on laisse en

La peau remplit des fonctions fondamentales

La peau est un organe d’une redoutable efcacité, en intime relation avec presque tous les systèmes de l’organisme. Pourtant, même si les fonctions complexes de la peau sont fondamentales, elles passent souvent inaperçues.

1. La peau, organe de protection La peau nous protège de l’environnement : les chocs, les agressions microbiennes ou chimiques et même le rayonnement solaire.

Le sébum sécrété par les glandes sébacées a notamment pour rôle de renfor- cer l’imperméabilité de la peau, la pluie peut détremper vos vêtements, mais elle ne peut pas s’infiltrer à l’intérieur du corps. Mais le sébum évite aussi que

14

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

l’eau contenue dans les couches profondes de la peau s’évapore. En cas d’insuf- fisance de sébum, la peau se dessèche ; a contrario, son excès est à l’origine des boutons et de l’acné.

La peau réagit en cas d’exposition solaire par la synthèse des pigments de méla- nine au niveau de l’épiderme, amorçant le bronzage qui n’est ni plus ni moins qu’une sorte de filtre naturel contre l’irradiation. Un dysfonctionnement de la synthèse de mélanine donne lieu aux plaques blanches du vitiligo ou aux taches brunes pigmentaires.

La peau possède aussi un système de défense très performant composé de cellules du système immunitaire. Elles sont capables d’identifier les éventuels envahisseurs tout en analysant leur composition moléculaire, puis elles alertent le système immunitaire en lui présentant la fiche signalétique complète de l’in- trus, sa nature, son type et sa structure chimique. Mais quand ce système est défaillant, cela entraîne des infections cutanées comme l’impétigo. Si il réagit en excès, l’urticaire, les allergies ou l’inflammation apparaissent.

2. La peau, lieu d’échanges La peau se trouve être le lieu d’échanges multiples avec des éléments extérieurs.

En complément des poumons, une petite partie du processus respiratoire se fait

à travers la peau : ses cellules apportent au sang l’oxygène de l’air et éliminent le gaz carbonique.

La peau agit comme un climatiseur, elle s’active pour réguler la température corporelle et la maintenir autour de 37 °C, quelle que soit la température exté-

rieure. Cela se fait d’une part grâce à la circulation sanguine et d’autre part grâce

à la sudation. Quand la température s’élève, les capillaires se dilatent et la sécré- tion de la sueur provoque un rafraîchissement du corps par son évaporation. En cas de froid, le phénomène inverse se produit.

La peau permet également de faire le plein de vitamine D dont on mesure de mieux en mieux l’importance vitale. Bien que certains aliments comme les poissons gras contiennent de la vitamine D, la source majeure de la synthèse

15

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

se fait par l’exposition au soleil de la peau. Avec un peu de gras (le cholestérol) et un peu de soleil, par toute une série de réactions en chaîne, la peau fabrique la vitamine D.

3. La peau, organe des sens

Quand il fait froid, la peau le perçoit : les poils se dressent et elle montre la chair de poule. Lorsqu’il fait chaud, la sensation est retranscrite aussi par la peau, et les glandes sudoripares s’activent pour la faire transpirer. La peau est en e fet très richement innervée. Des millions de minuscules terminaisons nerveuses permettent de capter nombre d’informations venant du monde extérieur :

outre la chaleur et le froid, elle perçoit également le contact ou les pressions, la douleur, la rugosité ou les caresses. Sans cesse sur le qui-vive, les récepteurs sensoriels de la peau transmettent ces informations jusqu’au cerveau. Les influx nerveux forment des messages retranscrits en sensations : plaisir, douceur, tendresse, etc. Toutes les sensations du monde extérieur passent par la peau, elle est l’organe privilégié du sens du tact et joue un rôle prédominant dans la communication non verbale.

4. La peau, organe d’évacuation

Sans que vous vous en rendiez compte, l’ensemble de la superficie de la peau est dédié au nettoyage et à l’élimination des déchets métaboliques et des toxines. Hippocrate, le père de la médecine, le disait il y a longtemps : « Toutes les mala- dies se guérissent au moyen de quelque évacuation, ou par la bouche, ou par l’anus, ou par la vessie, ou par quelque autre émonctoire. L’organe de la sueur en est un, qui est commun pour tous les maux. » En efet, la peau a un poten- tiel d’élimination au moins aussi étendu que sa surface.

Comme le foie, les reins, les poumons et les intestins, la peau est un émonc- toire et elle est en charge d’une bonne partie des processus de purification de l’organisme. Du bon état de la peau (comme de chacun des autres émonctoires) dépend l’efcacité du nettoyage. À cause d’une alimentation trop riche ou d’un manque d’exercice physique, si les émonctoires fonctionnent mal ou s’ils sont débordés par trop de travail, les déchets s’accumulent et engorgent l’organisme, le corps réagit, devient plus vulnérable aux agressions extérieures et montre des

16

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

signes de trop-plein. Sur la peau, les dégâts ne sont pas vraiment discrets : acné, eczéma, urticaire…

La structure de la peau qui comprend 2 à 3 millions de glandes sudoripares en fait un filtre du sang de premier ordre qui élimine plus d’un demi-litre de sueur chaque jour. Chacune des glandes sudoripares e f ectue un travail considé- rable et fonctionne comme un petit rein miniature, qui complète le travail des grands reins et éjecte les cristaux, c’est-à-dire les déchets et toxines acides qui encombrent le sang. Transpirer est donc une très bonne chose ! Si cette fonc- tion est déficiente, il est bénéfique d’adopter des habitudes de vie qui activent la libération des toxines acides par la transpiration : sauna, hammam, frictions, etc.

Un autre type de déchets va être éliminé via le sébum sécrété par les glandes sébacées, soutenant ainsi l’activité du foie, l’émonctoire principal. Il est vrai que la santé du foie joue un rôle non négligeable dans une majorité de problèmes de peau, et il peut se trouver en difculté face à de mauvaises habitudes alimen- taires ou au surmenage ; alors apparaissent boutons, acné, cellulite, rosacée, etc. C’est plus exactement le trio foie, vésicule biliaire, intestins qui est en cause, car la peau est associée en médecine chinoise aux fonctions d’élimination du côlon, elle reflète ainsi le bon fonctionnement de cet organe. Drainer ces organes majeurs devient une nécessité incontournable en cas de maladie ou préventivement :

voir notre fiche pratique « Les cures de détoxication » (page 228).

Les pores de la peau fonctionnent aussi comme de petits poumons miniatures et relaient le travail des grands poumons. Un sixième de la respiration se fait par la peau, ce qui explique qu’un grand brûlé meurt parfois d’asphyxie tant ces poumons de la peau font un travail vital, mais invisible. Sachez que porter des vêtements en matière synthétique (nylon, polyester…) entrave la respiration de la peau, tandis que le contact des matières naturelles, le coton, la soie et la laine, est bien plus agréable et permet une oxygénation convenable de la peau.

5. La peau, frontière des émotions La peau entretient des liens étonnants avec le système nerveux. Leur connexion remonte à loin car tous deux proviennent du même tissu embryonnaire, ils se forment ensemble très tôt, bien avant la naissance au 21 e jour de vie embryonnaire.

17

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

Tout au long de la vie, ils vont continuer à dialoguer intimement, en faisant inter- venir les hormones libérées par le système endocrinien et les acteurs du système immunitaire. Face à une émotion dif cile ou à un stress continu, une cascade biologique se met en branle et la peau sert très souvent d’exutoire, ses fonctions se trouvent alors perturbées. La peau retranscrit des éléments émotionnels dans son langage propre que les spécialistes appellent neuro-endocrino-immuno- cutanés. On retrouve la participation de cet ensemble très sophistiqué dans nombre de troubles cutanés : zona, eczéma, psoriasis, herpès, urticaire, etc. Qui ont eux-mêmes un retentissement psychique, belle réciprocité !

Du point de vue psychique, les problèmes de peau reflètent la relation que l’on entretient avec le monde extérieur, ils peuvent rendre visible un conflit entre ce que nous sommes et ce que nous montrons, entre le besoin de plaire et d’être aimé et celui de se protéger, de trouver sa place. La peau laisse voir des états d’âme importants et ambivalents, qui oscillent entre le désir d’attirer et celui de repousser.

Savoir gérer les émotions et le stress au sens large devient une nécessité fondamen- tale pour sortir des maladies de peau qui persistent ou celles qui réapparaissent sans cesse. Retrouver une peau saine passe aussi par les méthodes de relaxation, le sport, la méditation ou le yoga, ou des techniques de développement person- nel, la psychothérapie, toutes les pratiques qui aident à mieux s’apprécier et à af ronter le stress. La respiration consciente est sans doute le meilleur remède à portée de tous pour réduire le stress : voir la fiche pratique « La respiration abdominale » (page 242).

18

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

PARTIE

1

ABÉCÉDAIRE DES BOBOS DE LA PEAU

19

Les bobos de la peau sont détaillés par ordre alphabétique. Pour chacun d’entre eux, vous trouverez :

Les informations indispensables pour vous permettre de bien comprendre le problème en cause. Les facteurs aggravants ou les complications éventuelles utiles à connaître pour diminuer leurs conséquences. Le point de vue de la naturopathie, qui met l’accent sur les aliments protecteurs et les bonnes habitudes de vie à adopter. Les soins dermocosmétiques concrets, précis et adaptés. Tous les conseils décrits sont a priori combinables avec un traitement médicamenteux. Expliquez cependant bien à votre médecin vos habi- tudes cosmétiques. N.B. : lorsque vous réalisez une recette de soin, soyez attentif aux termes utilisés. S’il est simplement écrit « huile de… », nous parlons d’une huile végétale, alors que lorsqu’il est question d’huile essentielle, nous le mention- nons toujours de façon spécifique en précisant également le nom latin de l’huile essentielle en question pour éviter toute confusion.

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Acné

Fiche d’identité

Qui est concerné : à des degrés divers, 4 adolescents sur 5 et 1 adulte sur 4.

Les symptômes : une production de sébum trop importante qui entraîne

l’apparition de comédons enflammés. Les mécanismes : une inflammation du follicule sébacé due à une conjonc-

tion de facteurs hormonaux, biochimiques et/ou infectieux, en lien avec l’alimentation et le mode de vie. Les aides possibles : un mix de soins de la peau e f caces et des habi- tudes de vie antiacné qui permettent des améliorations progressives sur le long terme.

L’acné est probablement la plus fréquente des maladies de la peau. Tout le monde la connaît : acné = boutons ! Les adolescents sont les plus touchés à cause des bouleversements hormonaux de la puberté, mais les adultes sont aussi concer- nés, les femmes en premier lieu, les hommes également.

Ce qui se passe

Les boutons d’acné prennent naissance dans le derme, ils surviennent quand plusieurs mécanismes se mettent en place :

Les glandes sébacées, hypersensibles aux hormones sexuelles mâles, se mettent à produire du sébum en trop grande quantité (on parle d’« hyperséborrhée »).

21

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Le sébum s’écoule par le canal du follicule sébacé vers l’extérieur et se répand à la surface de la peau, celle-ci devient plus grasse et s’épaissit. Le pH du film hydrolipidique se déséquilibre. Moins acide, il devient moins résis- tant aux germes. Une bactérie présente dans la flore cutanée, Propionibacterium acnes, ravie de trouver beaucoup de sébum et des déchets cellulaires à se mettre sous la dent, se multiplie. Les orifices qui permettent l’écoulement du sébum se bouchent à cause de l’accumulation de cellules mortes. Résultat : le sébum s’accumule à l’intérieur, les follicules se dilatent et forment un microcomédon, puis un bouton. Le système immunitaire réagit et une inflammation se développe. Les boutons les plus rouges et les plus douloureux apparaissent sur la peau.

Les zones de prédilection de l’acné sont celles où les glandes sébacées sont parti- culièrement actives : sur le visage, en particulier le front, le nez et le menton, la fameuse zone en T, et sur le haut du dos et sur le décolleté.

Tout le monde n’est pas égal devant l’acné. Certains ont seulement quelques boutons : les classiques points noirs, des comédons dans lesquels le canal est fermé par un bouchon corné, et des points blancs ou microkystes. Une préci- sion utile : un point noir n’est pas « sale », sa coloration est uniquement due à l’oxydation de la kératine contenue dans le sébum. D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, l’acné n’est absolument pas une question d’hygiène.

D’autres sont plus gravement touchés quand les comédons s’enflamment. Ils peuvent prendre plusieurs formes : des papules qui sont des boutons rouges de petite taille, des pustules, de petits boutons blancs avec du pus, ou des nodules, de gros boutons douloureux, qui signalent que l’inflammation se propage en profondeur. Certains boutons cicatrisent dif cilement et laissent des marques indélébiles sur la peau. C’est le principal risque de l’acné. Tripoter les boutons amplifie le risque d’inflammation, d’infection et de cicatrice.

L’acné est une maladie complexe, l’hérédité semble jouer dans les cas d’acné sévère, mais ce sont pour l’essentiel les hormones qui sont les grandes respon- sables de la production excessive de sébum, elles se manifestent à l’adolescence, au cours de la grossesse ou dans les périodes prémenstruelles pour les femmes.

22

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

D’autres facteurs viennent compléter le tableau : le mode de vie, l’alimentation et le stress. L’acné est la partie visible de l’iceberg, une inflammation latente couve souvent en souterrain, liée à certains dysfonctionnements de santé.

L’acné de la puberté L’acné de la puberté est liée à la croissance des glandes sexuelles qui produisent de façon plus importante des hormones mâles, les androgènes, dont la fameuse testostérone. Les androgènes présents chez les garçons et chez les filles titillent les glandes sébacées et entraînent une surproduction de sébum. Dans la plupart des cas, l’acné disparaît spontanément vers 19 ou 20 ans. Mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas la traiter ! Acné et complexes, l’équation reste toujours vraie. L’adolescence est une période de fragilité où la personnalité se construit, il est encore plus dif cile d’avoir confiance en soi et de se sentir bien avec ces marques disgracieuses.

Les traitements naturels, à base de minéraux (argiles) et végétaux (huiles végétales et essentielles), sont e f caces et pour la plupart sans danger. L’acné s’améliore vraiment si l’on associe aux soins de la peau une alimentation saine. C’est un parcours qui nécessite de la constance, même s’il est vrai qu’adolescence ne rime pas beaucoup avec patience, soyez persévérant, les résultats seront bientôt visibles.

Dans certains cas complexes, le recours à la pilule est proposé aux jeunes filles, un combiné d’œstrogène et d’antiandrogène aux efets secondaires importants, c’est aussi le cas de l’isotrétinoïde (la molécule du Roaccutane®) dont la toxicité est reconnue. Raison de plus pour tenter les soins au naturel.

L’acné de l’adulte Même s’il est tout à fait possible qu’une acné débute à l’âge adulte, elle peut aussi être une prolongation ou une rechute de l’acné adolescente. L’acné de la femme peut être associée à un trouble hormonal d’hyper-androgénisme (un excès d’hormones mâles) mais cela reste rare, le plus souvent on n’en connaît pas précisément la cause. Pourtant, de plus en plus de femmes entre 25 et 40 ans sont concernées et c’est un phénomène en nette progression. Peut-être le fait que les pilules contraceptives soient prescrites très tôt aux jeunes filles est l’une des explications de cette inquiétante évolution, certains composés progestatifs

23

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

de la pilule ont des propriétés androgénétiques pouvant déclencher de l’acné. En dehors de ce type de pilule, les fluctuations hormonales sont toujours en cause chez les jeunes femmes quand les poussées surgissent avant la survenue des règles. Une pilule contraceptive est souvent prescrite, atténuant les symp- tômes, mais masquant malheureusement le vrai problème et entraînant des e f ets secondaires néfastes. Outre les hormones, d’autres coupables ont été identifiés : le tabac, le stress, le soleil, l’utilisation abusive de cosmétiques ou des cosmétiques trop gras et trop décapants, ainsi que la pollution.

Chez les femmes, les lésions sont moins étendues que chez les adolescents, elles apparaissent par poussées plutôt sur la partie basse du visage, autour de la bouche et sur le menton, parfois sur le décolleté. Les éruptions sont à prédomi- nance inflammatoire, elles peuvent être profondes et douloureuses, sous forme de nodules ou microkystes, et le risque de cicatrice est important. Les hommes ne sont pas épargnés, mais dans leur cas, c’est le dos et le cou qui en pâtissent.

Chez les hommes comme chez les femmes, l’acné à l’âge adulte continue à être mal vécue, mais elle n’est pas une fatalité ! Pour prévenir ou limiter les crises, un sérieux coup de pouce vous sera donné en accordant de l’importance à votre hygiène de vie, alimentation et exercices physiques. En y ajoutant régulièrement des soins naturels très ef caces, vous aurez la solution pour retrouver une peau plus uniforme.

L’acné de grossesse Le mythe de la femme enceinte au teint frais et à la mine épanouie en prend parfois un coup ! Pendant la grossesse, de nombreuses femmes se plaignent de voir surgir des boutons comme durant leur adolescence alors que parfois, plus injuste encore, elles avaient été épargnées jusque-là. D’ores et déjà, il y a une bonne nouvelle : l’acné de la grossesse est provisoire, elle disparaît progressive- ment après l’accouchement.

Encore une fois, les hormones en sont la cause car la grossesse correspond à une période de chamboulement hormonal. Mais l’impact des hormones est variable selon la sensibilité de chacune. Certaines voient leur acné déjà présente s’atté- nuer, d’autres y répondent par l’apparition de comédons ou leur aggravation.

24

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Évidemment, la prise de médicaments comme les rétinoïdes (Roaccutane®) est proscrite durant la grossesse. Tournez-vous vers les soins naturels, revoyez votre alimentation (d’autant qu’il faut aussi penser à votre bébé), relaxez-vous et vous arriverez à résoudre le problème.

Facteurs aggravants

Le stress

Le stress fait partie des principaux facteurs aggravants : plus l’on est stressé, plus les réactions inflammatoires sont exacerbées et plus l’acné s’emballe. Si vous en doutez, observez comment l’acné fleurit en période d’examens. Comptez 2 jours environ après l’événement stressant pour voir l’apparition des comédons.

Non seulement le stress favorise les poussées d’acné mais dans certains cas il pourrait même être à l’origine du problème. Le stress est une réaction physiolo- gique où des neurotransmetteurs se chargent de véhiculer les informations du cerveau jusqu’aux diférentes parties du corps. Parmi eux se trouve une certaine substance P. En cas de stress, celle-ci est produite en très grande quantité et se fixe sur les récepteurs des glandes sébacées provoquant une augmentation de la sécrétion de sébum.

La meilleure prévention est donc d’éviter et d’évacuer le stress. Il existe de multiples moyens pour se détendre : la relaxation, la sophrologie, le sport par exemple. Mais s’il n’y avait qu’un seul outil à connaître, ce serait de savoir respirer. Bien respirer est la solution la plus accessible à tous et à tout moment. Voir à ce sujet notre fiche pratique « La respiration abdominale » (page 242).

Le tabac

Le tabac épaissit la peau et facilite l’apparition des points noirs et des kystes, il rend aussi la cicatrisation plus délicate. Le tabac perturbe également la produc- tion d’insuline, ce qui aggrave l’acné. En clair, chez un fumeur, l’acné est souvent

25

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

plus importante et laisse davantage de marques. Des études ont même démon- tré l’existence d’une acné des fumeurs, qui apparaît deux ans après le début du tabagisme puis disparaît à l’arrêt du tabac.

La manipuLation des boutons

La guerre sauvage des boutons ne doit pas avoir lieu ! Manipuler un bouton avec les doigts ou un outil génère une microblessure dans le follicule infecté, les bactéries en profitent pour se di f user et le derme qui entoure le bouton est détruit. La conséquence : des cicatrices en creux qui auront bien du mal à disparaître. En triturant un bouton, vous entretenez aussi l’état inflammatoire de la peau, la zone irritée se remet à fabriquer des boutons. À l’arrivée, vous risquez d’obtenir des lésions supplémentaires et des cicatrices di f ciles à traiter. Sachez résister à la tentation.

Pour accélérer le processus de guérison des boutons, apaiser l’inflammation et faciliter la cicatrisation, essayez l’un de ces remèdes, ils conviennent même pour les boutons non acnéiques. L’argent colloïdal s’achète en boutique diététique ou par correspondance. Cette solution de particules d’argent et d’eau, est d’une e f cacité excep- tionnelle pour traiter les boutons grâce à son action antibiotique. Pour la peau, une concentration à 6 mg/l convient parfaitement. Appliquez directement la solution sur le bouton à l’aide d’un Coton-Tige. Renouvelez plusieurs fois par jour. L’huile essentielle de lavande vraie en guise de traitement de choc :

avec un Coton-Tige, appliquez une petite touche sur les boutons pour les apaiser. Renouvelez 4 à 6 fois dans la journée. Dans les heures qui suivent l’application, l’inflammation et les rougeurs disparaissent, le bouton lui- même s’e f ace dans les 48 heures, et même souvent plus rapidement. Le cataplasme d’argile pour agir en profondeur : appliquez une noisette de pâte d’argile verte ou jaune (montmorillonite) sur le bouton en couche épaisse. Recouvrez d’une compresse et maintenez en place. Attendez que

26

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

l’argile se décolle d’elle-même pour retirer le cataplasme. L’idéal est de faire ça le soir et de le garder la nuit, vous n’aurez plus qu’à nettoyer au réveil. Voir fiche pratique « L’argile » (page 222). Le masque au miel de manuka pour ses propriétés cicatrisantes, anti- bactériennes et antiseptiques puissantes : appliquez une couche de miel, laissez agir 30 minutes. Renouvelez jusqu’à amélioration nette. Voir aussi le « Zoom sur le miel de manuka » (page 44).

Les cosmétiques inadaptés

L’utilisation de produits cosmétiques comédogènes ou alcoolisés peut favoriser l’aggravation de l’acné. Les alcools contenus dans certaines crèmes fluides ou lotions sont irritants et, après avoir asséché momentanément la peau, ils cause- ront un regraissage rapide. Les huiles minérales, la vaseline ou la lanoline font souvent partie de la composition des lotions, onguents ou crèmes du commerce alors que ces produits dérivés du pétrole sont clairement comédogènes.

Faut-il donc éviter toutes les huiles ou les crèmes riches ? Non. Étonnamment, l’indice de comédogénicité de bien des huiles végétales est inférieur à celui des huiles minérales et des silicones des cosmétiques conventionnels. D’une façon générale, même si elle n’est pas toujours un gage de qualité ni de naturalité, la mention « non comédogène » devrait être portée sur les cosmétiques que vous choisissez.

De même, le nettoyage au savon (même naturel) perturbe le film hydrolipidique et est beaucoup trop décapant pour les peaux acnéiques. Tout geste d’hygiène trop agressif va tout simplement avoir l’efet contraire à celui escompté puisque la peau en réaction produit encore plus de sébum.

Faites attention également aux produits parfumés (gels moussants, soins correc- teurs…) qui contiennent souvent de l’alcool. Soyez doux, soyez respectueux avec votre peau, vous obtiendrez de bien meilleurs résultats.

27

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Le soLeiL

L’e f et anti-inflammatoire du soleil permet d’assécher les boutons, donnant l’impression d’une amélioration, mais elle est de courte durée… Les boutons reviennent ensuite de plus belle car le soleil provoque un épaississement de la peau et accentue le bouchon formé sur le canal d’où sort le sébum.

Une protection solaire fait partie des prescriptions médicales de l’acné, elle est indispensable pour éviter l’e f et rebond au retour des vacances et limiter les cicatrices.

Les frictions, La transpiration, Lhumidité

Port d’un casque, d’un bandeau, d’un sac à dos et même parfois frottement des cheveux longs ou de la frange… ces frictions, si anodines soient-elles, peuvent faciliter l’inflammation et l’infection de la peau. La frange paraît être le camou- flage parfait pour les boutons sur le front, mais c’est une mauvaise idée, acné et frange ne font pas bon ménage. La frange maintient la chaleur et fait transpirer, or cet environnement chaud et humide est exactement celui dont rafolent les boutons ! Si vraiment vous n’osez pas découvrir votre front, portez au moins une barrette la nuit pour laisser respirer la peau.

certains médicaments

Certains médicaments favorisent l’apparition de l’acné. Les hormones de synthèse en premier lieu : androgènes, œstro-progestatifs, corticoïdes, hormones thyroï- diennes. Idem avec la vitamine B12, le lithium, certains antidépresseurs et certains antiépileptiques.

28

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

certaines habitudes aLimentaires

Que ce soit clair, ni le chocolat, ni aucun autre aliment spécifique n’est respon- sable des points noirs et des boutons. En revanche, les observations scientifiques montrent le rôle global de comportements alimentaires néfastes qui modifient le terrain, activent la sécrétion d’insuline et de testostérone, ce qui influence l’appa- rition de l’acné et ses poussées. Petit tour d’horizon des ennemis de votre peau.

Les aliments à index glycémique (IG) élevé Les aliments à IG élevé chahutent fortement la production d’insuline, ce qui favo- rise et amplifie l’inflammation cutanée et la production de sébum, perturbe la testostérone et facilite l’infection des boutons. Les aliments rafnés, les pommes de terre et le sucre sont les ennemis de la peau. Fuyez-les autant que possible, il suft d’une semaine pour rétablir un état hormonal plus stable, persistez encore quelques semaines supplémentaires pour une amélioration nette. Voir fiche pratique « Choisir les bons sucres pour une belle peau » (page 247).

Le lait et les produits laitiers Plusieurs études scientifiques ont montré que l’acné est corrélée à la consomma- tion de lait (même écrémé) ainsi qu’à celle des produits laitiers : yaourt, fromage, crème fraîche… Et l’intensité des poussées se mesure souvent à la hauteur de leur consommation, plus vous en mangez, plus l’acné s’emballe.

En réalité, le lait animal est un véritable réservoir d’hormones et de facteurs de croissance, en particulier d’insuline et de testostérone, celles-là même qui provoquent les comédons. D’autre part, les acides gras oméga 6 contenus dans le lait entretiennent les réactions inflammatoires et dopent la production de sébum. Enfin, le lactose – le sucre du lait – est une source très fréquente de troubles digestifs et d’intolérance alimentaire plus ou moins silencieuse, la capacité à bien digérer le lait disparaît naturellement en grandissant. L’état du système digestif retentit sur l’aspect de la peau, et une intolérance alimentaire peut être source d’acné.

Si vous êtes un consommateur régulier de lait et de laitages, supprimez-les durant 3 semaines, observez l’état de votre peau et celui de votre système digestif. La

29

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

sensibilité aux laitages est diférente pour chacun. Certains devront peut-être les fuir complètement, d’autres pourront de temps à autre se faire plaisir avec un bon fromage de chèvre frais artisanal. Pour d’autres, certaines catégories de produits laitiers bio seront acceptables, et d’autres non. Testez pour trouver votre tolérance personnelle.

Il existe de nombreuses alternatives aux produits laitiers animaux : les laits végé- taux, par exemple le lait de riz, d’amande, de soja, d’avoine, de châtaigne, de quinoa. Les crèmes-desserts au lait de riz ou au soja se consomment comme les yaourts, la crème liquide de soja est un parfait substitut à la crème fraîche.

Pour le calcium, n’ayez aucune inquiétude, beaucoup d’autres aliments en sont fort bien pourvus : sardines, amandes, persil… Vous ne risquez aucune carence si votre alimentation reste variée.

Voir aussi notre fiche pratique « L’alimentation hypotoxique ou ancestrale » (page 245).

Les aliments industriels et les mauvaises graisses Les aliments préparés industriellement n’ont plus grand-chose en commun avec les aliments naturels. C’est le cas de tous les plats préparés, des céréales du petit déjeuner, de la charcuterie sous vide et des menus de la restauration rapide. Il est primordial de regarder les étiquettes des produits que vous achetez, plus la liste des ingrédients s’allonge, plus le produit a été transformé et contient des additifs, moins votre organisme le reconnaîtra et pourra l’assimiler. Tout additif chimique devient dans le corps un déchet de plus à évacuer. Nul besoin d’en rajouter en cas d’acné.

En prime, l’aliment transformé industriellement contient aussi probablement des mauvaises graisses, des graisses trans appelées aussi graisses hydrogénées, des graisses cuites ou des graisses saturées, à l’origine d’une cascade inflammatoire dans le corps que les glandes sébacées, via le foie, auront à rejeter.

30

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Éliminez de votre alimentation quotidienne les produits rafnés, dénaturés et additionnés de substances, ils n’apportent que trop peu de nutriments béné- fiques et sont bien trop complexes à métaboliser.

Plusieurs facteurs sont incriminés dans l’acné : état hormonal, stress, émotions, etc. Même s’il n’est pas possible de donner de solution précise pour chacune de ces causes, le raisonnement naturopathique reste identique : l’acné est la manifestation d’un phénomène de dépuration de l’organisme dans lequel les toxines sont libérées par la peau, la peau devient le miroir de la saturation des organes chargés d’éliminer les déchets, en particulier le foie dont les fonctions sont en correspondance avec celles des glandes sébacées. Le foie à travers la bile efectue un travail primordial de nettoyage du sang. Quand il ne peut plus assumer pleinement son travail, les déchets s’évacuent par les glandes sébacées. Celles-ci relaient l’insufsance du foie par la sécrétion de sébum. Une bonne façon de soulager l’acné est alors de renforcer les fonctions hépatiques et de stimuler la production de la bile.

Dans cette démarche, mieux manger est la première étape, assainir l’alimen- tation permet de réduire les sources de déchets, évite d’encombrer le sang de toxines, et apporte davantage de nutriments protecteurs. L’alimentation ancestrale donne de très bons résultats. Voir fiche pratique « L’alimentation hypotoxique » (page 245). Le second point est de stimuler le drainage du foie et de la vési- cule biliaire en utilisant des substances dépuratives.

En fonction de vos besoins, di f érentes cures de détoxication peuvent être envisagées. La cure d’argile à boire : un grand classique pour e fectuer non seulement un drainage doux du foie, mais aussi de l’ensemble de l’organisme. Voir fiche pratique « L’argile » (page 222). La cure « phyto » de drainage du foie : avec des plantes spécifiques comme le radis noir, l’artichaut, le romarin ou le curcuma. Voir fiche pratique « Les cures de détoxication » (page 228).

31

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

La cure de bardane, la plus connue des plantes antiacné. Elle comprend des molécules antibiotiques pour combattre les foyers infectieux de l’acné, mais plus globalement elle agit sur tous les symptômes associés : sur les fonc- tions de stimulation de la sécrétion de bile et le nettoyage du foie.

Il peut arriver que le drainage du foie donne le résultat inverse à celui recherché et accentue au contraire une poussée d’acné. Pas de panique ! C’est le signe que les toxines sont libérées, mais le foie stimulé trop fortement n’a sans doute pas la capacité à réagir comme il le faudrait. Alors, on reprend calmement et sage- ment, d’abord un drainage doux à l’argile pendant quelques semaines, puis les plantes détoxifiantes à dose progressive.

Les nutriments antiacné

Certains éléments nutritifs sont particulièrement importants pour contrôler l’activité des glandes sébacées, protéger votre peau de l’inflammation et l’aider à cicatriser.

Le zinc Le zinc améliore nettement la qualité de la peau : il fait chuter la sécrétion de sébum, évite l’inflammation et stimule la guérison des petites plaies. Sources alimentaires : huître, viande (en particulier le foie), coquillages, œuf.

Les acides gras oméga 3 Les oméga 3 sont indispensables à chaque cellule de l’organisme. Ils exercent aussi une action anti-inflammatoire et favorisent la cicatrisation, deux qualités essentielles dans la lutte antiacné. Sources alimentaires : huiles de colza, de cameline, de noix ; poissons gras :

hareng, maquereau, sardine, anchois.

Les antioxydants Les antioxydants agissent pour protéger très efcacement les cellules de la peau de l’inflammation. Vitamine E, vitamine C, bêta-carotène (le précurseur de la vitamine A bénéfique à la peau), lycopène et sélénium aident à contrôler les

32

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

radicaux libres qui sont à la source des irritations de l’acné, ils aident à régénérer la peau et stimulent la cicatrisation. Sources alimentaires de vitamine E : huile de germe de blé, germe de blé. Sources alimentaires de vitamine C : acérola, goyave, kiwi, cassis, cerise, papaye, citron, orange, chou vert, persil, brocoli. Sources alimentaires de bêta-carotène : carotte, épinard, brocoli, abricot, clémentine, patate douce. Sources alimentaires de lycopène : tomate, goyave, pastèque, pamplemousse rose, abricot. Sources alimentaires de sélénium : noix du Brésil, fruits de mer, foie, poisson.

Votre mode de Vie antiacné

Produits naturels ciblés, consignes de soin adaptées, mais aussi amélioration de l’hygiène de vie, adoptez tout un mode de vie antiacné afin de rééquilibrer le fonctionnement des glandes sébacées et d’atténuer l’inflammation.

Chaussez vos baskets Allez courir, sauter, nager, pédaler, roller… Le sport retentit directement sur l’acné de multiples façons, d’abord c’est une très bonne façon d’évacuer le stress et de limiter ses conséquences sur les fringales et les envies de sucre. Et puis, il stimule les mouvements intestinaux du péristaltisme, il lutte contre la constipation et amplifie l’élimination globale des toxines en stimulant tous les émonctoires. Le sport permet d’éliminer des toxines en grand nombre. Enfin il permet d’améliorer nettement l’estime et la confiance en soi, un aspect non négligeable dans l’acné.

Prenez votre panier pour aller au marché Pour trouver une nourriture apaisante, choisissez beaucoup de fruits et de légumes frais, des œufs, des aromates, un peu de viande de temps à autre : vous avez de quoi vous préparer des plats variés, simples et sains. Avec un peu d’orga- nisation et de motivation, vous limiterez facilement les repas pris à la va-vite, les sandwichs, les plats préparés ou les pizzas.

33

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

Choisissez les bons lipides et les bons glucides Pour fournir à votre peau des substances protectrices, introduisez chaque jour une bonne source d’acides gras oméga 3, en remplacement d’une autre source de graisses : une bonne cuillère à café d’huile de lin, de cameline ou de colza au petit déjeuner sur le pain, de l’huile de colza pour assaisonner les crudités, des noix au goûter, des poissons gras trois fois par semaine, de la salade de mâche.

Privilégiez aussi les céréales semi-complètes bio dont l’IG est bas : riz, millet, petit épeautre, pâtes.

La dermocosmétique de l’acné

L’hygiène de la peau est incontournable. Mais oubliez le savon, même le savon d’Alep ou le savon naturel. Le savon perturbe trop le pH de la peau acnéique, parfois dégraisse la peau et l’irrite ce qui engendre un regraissage encore plus important ensuite. Évitez les exfoliants en grains, trop agressifs pour votre peau et qui ont l’inconvénient de propager les microbes d’un bouton à un autre. Soyez méticuleux quand vous appliquez les soins du bout des doigts ou avec une petite éponge, il ne faudrait pas que vos mains ou vos éponges se transfor- ment en réservoir à germes. Une hygiène rigoureuse est indispensable.

1. Nettoyez votre peau matin et soir C’est indispensable à condition de le faire tout en douceur. Plusieurs possibilités :

Un pain dermatologique, autrement dit un savon sans savon, est doux pour la peau car son pH est acide. On trouve du gel moussant sans savon bio et naturel en magasins bio (parfois au rayon bébés). C’est ce qui est le plus recommandable. De l’huile de jojoba : l’huile de jojoba rend la peau moins grasse et permet de se démaquiller. Étonnant ? Sa composition lipidique est très proche de celle du sébum, elle régule donc la production des glandes sébacées, et présente en plus un petit efet anti-inflammatoire et antibactérien. Utilisée

34

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

en démaquillant douceur, elle élimine les traces de mascara, fond de teint, poudre… et laisse la peau souple et propre. Pour vous démaquiller à l’huile, utilisez une éponge humide essorée imbibée d’huile et ôtez soigneusement les produits du visage avant de passer à l’étape suivante (tonifier) pour enle- ver le résidu gras. De l’eau argileuse : l’argile blanche est nettoyante, en la mélangeant avec une petite quantité d’eau, on obtient une pâte très fluide, comme un lait, facile à utiliser. Pour le visage, il suft de déposer dans la main 1 cuillère à café d’argile blanche et d’ajouter 1 cuillère à café d’eau. Appliquez le mélange sur le visage en massant délicatement puis rincez à l’eau tiède.

2. Tonifiez et désinfectez

Prenez de l’hydrolat de camomille noble, de lavande vraie, de tea tree (arbre

à thé) ou de romarin à verbénone : tamponnez ou frottez délicatement une compresse ou un coton imbibé d’hydrolat pur sur le visage.

Si vous souf rez d’acné mais que quelques boutons sont particulièrement enflam- més et douloureux, appliquez après la toilette une goutte d’huile essentielle de lavande vraie (lavandula vera ou angustifolia) ou de tea tree (melaleuca alterni- folia) sur chacun d’entre eux à l’aide d’un Coton-Tige. Appliquez ensuite le soin hydratant et traitant (ci-dessous).

3. Hydratez et traitez

Oubliez les crèmes coûteuses et hydratez la peau avec ce qui la nourrit vrai- ment : une huile végétale à laquelle on ajoute des huiles essentielles traitantes,

ce qui donne un sérum aromatique.

Sérum aromatique antiacné

 

Pour un peu plus de 20 ml

Dans un flacon en verre (ou en plastique) ambré, bleuté, ou en alu de plus de 20 ml, versez successivement :

10 ml d’huile de jojoba 10 ml d’huile de nigelle

 

35

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

6 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie (lavandula angustifolia) 4 gouttes d’huile essentielle de tea tree (melaleuca alternifolia) 4 gouttes d’huile essentielle de romarin à verbénone (rosmarinus o f ci- nalis CT verbenone) Remuez le flacon avant chaque utilisation. Versez très peu de sérum, 4 à 5 gouttes seulement, dans la paume de la main, chau f ez la préparation en frottant les mains et appliquez en mouvements amples sur le visage nettoyé matin et soir. Ce sérum se conserve 12 mois à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur. Il ne convient pas aux femmes enceintes qui peuvent cependant utiliser la formule si elles suppriment le romarin à verbénone.

Si après 14 jours environ vous notez un phénomène de « purge » avec l’appari- tion de quelques boutons, ne vous inquiétez pas, ça ne dure pas plus de 10 jours environ. Révisez quand même bien votre nettoyage comme indiqué (sans savon + hydrolat) et poursuivez. Au final, la production sébacée et l’inflammation diminuent en un peu plus de 1 mois environ.

Si vraiment vous ne supportez pas l’idée d’appliquer cette huile aromatique sur le visage, ajoutez 1 ou 2 grosses gouttes de gel d’aloe vera à la dose de sérum aromatique dans le creux de votre main, émulsionnez et massez. La sensation de gras est moindre (mais le dosage en huiles essentielles traitantes aussi).

Appliquer une crème par-dessus le sérum n’est pas nécessaire, mais si vous le faites, optez pour une crème fluide et pénétrante certifiée bio ou formulée naturellement. En été, appliquez systématiquement un soin de jour non gras doté d’un filtre solaire SPF30 (existe en bio également).

Zoom sur l’huile de nigelle

La nigelle est aussi appelée cumin noir et l’huile extraite de ses graines est connue depuis l’Égypte antique. Elle est très riche en actifs qui lui confèrent de nombreuses vertus en application locale dans les problèmes cutanés. Elle

36

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

contient notamment à l’état naturel une petite part d’huiles essentielles, ce qui la rend particulièrement active. En usage externe, elle est réputée anti- septique, anti-inflammatoire, anti-infectieuse, cicatrisante et antiallergique. Idéale pour les soins des peaux sensibles et irritées, ainsi que pour les peaux matures, elle est excellente pour réparer les imperfections. Elle peut s’utiliser seule en massage léger du visage, mais son odeur est forte et corsée, il est plus agréable d’en faire la base d’un soin aromatique.

La fumigation ou le sauna facial : pour dilater les pores et les assainir. Voir fiche pratique « Les rituels de soins maison » (page 217).

Le masque à l’argile : l’argile blanche, très douce, ou l’argile verte, plus puissante, ont pour propriétés de purifier et d’assainir la peau. Ajoutez-y un petit peu d’huile végétale pour ne pas dessécher la peau. Réalisez ce masque 2 fois par semaine.

Masque désincrustant

Pour un masque Dans un récipient en bois ou en céramique, versez :

2 cuillères à soupe d’argile blanche 1 cuillère à café d’huile de jojoba, de nigelle ou du sérum antiacné décrit page 35 Mélangez à l’aide d’une cuillère ou une spatule en bois ou en plastique jusqu’à obtenir un aspect homogène puis ajoutez environ 1 cuillère à café d’hydrolat de lavande vraie (ou d’eau) de façon à former une pâte. Appliquez sur le visage en couche épaisse, laissez poser 10 minutes avant de rincer à l’eau tiède. Pour parfaire le nettoyage, appliquez un coton imbibé d’hydrolat de camo- mille sur votre visage.

37

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

j Les astuces en plus de Julien Kaibeck

Dans tous les cas, sauf si vous êtes enceinte, complétez votre routine beauté avec la prise quotidienne de 2 capsules d’huile essentielle d’origan (origanum compactum). Prenez ces compléments alimentaires avec de l’eau très froide, avant le repas de votre choix. Cette huile essentielle complétera l’action de votre antibiotique si l’on vous en a prescrit un et assainira durablement la peau soumise aux bactéries.

Si votre acné est à coup sûr d’origine hormonale, que vous ayez opté pour la pilule ou non, remplacez l’huile essentielle de lavande vraie dans la recette du sérum antiacné (page 35) par de l’huile essentielle de sauge sclarée * (salvia sclarea). Optez également pour de l’hydrolat de sauge sclarée au nettoyage.

Si votre acné est modérée, que vous souf rez de microkystes (têtes blanches, boutons peu enflammés), remplacez dans la recette l’huile essentielle de lavande vraie par un supplément d’huile essentielle de romarin à verbénone * . Cette huile essentielle kératolytique atténuera les kystes en 1 mois environ.

Une fois le visage nettoyé et massé longuement mais doucement avec le sérum aromatique, patientez un instant avant d’appliquer un autre produit (votre crème de jour, de nuit ou maquillage). Cela laissera encore plus de temps à l’huile pour pénétrer. Profitez-en si vous le souhaitez pour tampon- ner le visage avec un mouchoir en papier si vous sentez un excédent gras.

Si vous vous maquillez, optez pour un fond de teint minéral. Présenté en poudre ou poudre compacte, il s’applique avec un gros pinceau. La formule ne contient que des minéraux (micas, zinc…) et pas d’huiles minérales, ne confondez pas. Les avantages sont nombreux : le maquillage minéral laisse respirer la peau, n’est pas comédogène, unifie le teint en toute discrétion et n’irrite pas. Idem pour les blushes et les terracottas minérales. Renseignez- vous auprès de marques spécialisées en maquillage minéral (Zao, Eugénie Prahy, Une, Lily Lolo, Bo.ho, etc.).

* Ne convient pas si vous êtes enceinte.

38

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ACNÉ

N’exfoliez jamais votre visage avec un gommage à grains. Optez plutôt pour un masque aux acides de fruits bio ou appliquez pendant 15 minutes sur votre visage une couche épaisse de yaourt additionné d’un peu de jus de citron (comptez 1 cuillère à café de jus de citron pour 4 cuillères à café de yaourt bio). Gommage enzymatique garanti !

Si votre peau est très desséchée par le traitement prescrit par votre méde- cin, le sérum aromatique sera parfait pour la réhydrater. Si elle reste toujours très sèche après une dizaine de jours, n’hésitez pas à faire un masque au miel deux fois par semaine. Appliquez un bon miel de thym ou de lavande sur la peau nettoyée pendant 15 minutes puis rincez à l’eau tiède.

Buvez un maximum d’eau minérale (un peu plus de 1,5 litre par jour).

Ne laissez pas l’acné prendre toute la place dans vos pensées. Soyez heureux(se) de faire vos soins matin et soir et puis n’y pensez plus ! Inutile de vous causer encore plus de stress en ressassant des pensées négatives.

39

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

Fiche d’identité

Qui est concerné : tout le monde !

Les symptômes : la peau est rouge et chaude, très douloureuse, avec

éventuellement la formation de cloques. Les mécanismes : les couches superficielles de l’épiderme sont atteintes

et enflammées. Les aides possibles : des gestes de secours à e f ectuer rapidement et de multiples produits naturels très e f caces pour régénérer la peau et cica- triser rapidement.

Ce qui se passe

La gravité d’une brûlure, du 1 er au 3 e degré, dépend de plusieurs paramètres : la profondeur, la localisation de la zone touchée et sa taille. Les brûlures du 2 e degré profond et du 3 e degré nécessitent une prise en charge médicale urgente, les autres, avec un suivi attentif, peuvent être soignées à la maison.

Les brûlures superficielles sont peu étendues mais douloureuses, seules les couches superficielles de l’épiderme sont touchées et la peau devient rouge vif et chaude. Sous l’épiderme, l’inflammation provoque la dilatation des capillaires sanguins et le passage des liquides des vaisseaux sanguins vers les tissus, ce qui peut provoquer localement la formation d’un œdème. Fréquemment, une brûlure du 1 er degré occasionne de légères démangeaisons qui disparaissent en

40

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

quelques jours. Les brûlures du 2 e degré léger sont caractérisées par la formation de cloques : l’épiderme se détache du derme, se soulève et se remplit d’un liquide transparent. Les cloques peuvent se rompre et laisser apparaître le derme, l’inten- sité de la douleur augmente alors car les terminaisons nerveuses sont mises à nu.

Dans les deux cas, la peau endommagée garde intacte sa capacité de régéné- ration et la guérison se fait en 8 à 12 jours par desquamation accélérée et sans laisser de cicatrice.

L’exemple type de la brûlure superficielle est le coup de soleil. Les rayons émis par le soleil, UVA et UVB surtout, pénètrent profondément et provoquent des lésions de l’épiderme. Mais une brûlure peut aussi être causée par un contact accidentel avec une source de chaleur : flamme, fer à repasser, four, liquide bouil- lant, etc. Toute température au-delà de 50 °C entraîne des lésions de l’épiderme. Mais il faut savoir que la peau d’un enfant est plus fine et plus sensible que celle d’un adulte, elle brûle quatre fois plus vite et plus profondément.

Facteurs aggravants

La glace à même la brûlure Ne pas appliquer directement de glaçon, il pourrait brûler la peau par le froid. En revanche, un glaçon entouré de tissu propre est une bonne idée pour dimi- nuer la sensation de chaleur.

L’alcool Ne pas appliquer d’antiseptique à l’alcool ou au camphre qui pourrait endom- mager les tissus sous-jacents.

Les corps gras Ne pas appliquer d’huile ou de beurre qui ne feraient qu’accentuer la brûlure.

Les tissus Ne pas utiliser de coton ou de mouchoir en papier qui pourrait laisser des fibres dans la brûlure.

41

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

Le soleil Ne pas exposer la lésion au soleil dans les 2 à 3 mois suivants.

Refroidir immédiatement Un premier geste de secours primordial pour la rapidité de la guérison : faites couler de l’eau fraîche du robinet à petit jet pour refroidir la lésion. Plus ce geste est fait tôt, plus il est ef cace : il diminue la température de la peau endom- magée et évite que l’inflammation ne se répande et ne s’aggrave. Et puis, l’eau fraîche soulage immédiatement la douleur. Place à la règle des trois « 15 » : faites couler une eau à 15 °C en positionnant la partie lésée à 15 cm du jet d’eau et ce, durant 15 minutes.

N’essuyez pas, mais séchez bien en tamponnant avec une compresse stérile.

Nettoyer la plaie Nettoyez-vous soigneusement les mains à l’eau et au savon avant d’efectuer tout soin des brûlures.

La plaie aussi peut être nettoyée doucement à l’eau savonneuse ou, mieux encore, avec un hydrolat de lavande vraie apaisant et désinfectant, que vous pouvez associer à un hydrolat de menthe rafraîchissant. Faites un mélange à parts égales et tamponnez doucement avec une compresse.

Si vous choisissez d’appliquer ensuite sur la plaie du miel, de l’aloe vera ou des huiles essentielles, nul besoin d’utiliser un désinfectant, leurs propriétés antisep- tiques contrent tout risque de surinfection.

Respecter la cloque Si une cloque se forme, n’y touchez pas. Elle agit comme un pansement naturel en faisant rempart contre l’infection. Ne cherchez pas à la percer, et si toutefois elle se rompt, désinfectez-la avec les hydrolats de lavande vraie et de menthe

42

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

poivrée. Dans le même esprit, ne cherchez pas à enlever les peaux mortes si elles ne se décollent pas d’elles-mêmes.

Couvrir la zone touchée Avec un pansement, une gaze ou un linge propre et sec, couvrez sans serrer afin de ne pas accrocher ou contaminer la plaie.

La dermocosmétique des brûlures

Grâce à l’application d’un produit hydratant et cicatrisant, l’humidité peut être maintenue à la surface de la peau, ce qui diminuera d’autant la douleur. De nombreux produits naturels viennent à bout des brûlures superficielles ou des coups de soleil. Chacun d’eux a montré une remarquable e fcacité pour atté- nuer l’inconfort et accélérer la guérison de la lésion. Selon les circonstances, vous choisirez celui qui vous convient parmi eux.

Le gel d’aloe vera L’aloe vera est cicatrisant, antalgique, désinfectant et hydratant, il procure un efet rafraîchissant immédiat et c’est dans la guérison des brûlures superficielles qu’il donne les résultats les plus spectaculaires.

Appliquez du gel d’aloe vera pur sur les zones touchées, recouvrez d’un panse- ment et renouvelez 2 à 3 fois par jour. Gardez votre tube au réfrigérateur, quand il est frais il est encore plus agréable à utiliser.

Le miel Aussi paradoxal que cela paraisse, le miel est une aide rapide et d’une réelle e f- cacité contre les brûlures. Il est tout à fait capable d’accélérer la cicatrisation des brûlures et les études médicales confirment qu’il réduirait le temps de cicatri- sation de 4 jours. Plusieurs phénomènes expliquent ses propriétés : le sucre du miel est légèrement irritant, ce qui favorise la prolifération des cellules et donc la cicatrisation, en outre il contient du peroxyde d’hydrogène et son pH est acide, deux éléments qui lui confèrent des propriétés anti-infectieuses puissantes. Le

43

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

miel artisanal de thym est le plus prisé, ceux de lavande ou de châtaignier égale- ment, mais tous les miels artisanaux conviennent.

Appliquez le miel en couche épaisse sur la lésion nettoyée et séchée. Recouvrez d’une gaze et renouvelez chaque jour.

Zoom sur le miel de manuka

Originaire de certaines forêts de Nouvelle-Zélande, le miel de manuka n’est pas tout à fait comme les autres, il présente des propriétés antiseptiques étonnantes et reconnues scientifiquement. Son prix de vente élevé (30 euros environ pour 250 g) se justifie quand on sait que les fleurs de manuka ne fleurissent que 6 semaines par an. Tous les miels de manuka ne se valent pas, l’UMF (Unique Manuka Factor) est le garant d’un niveau élevé de prin- cipes actifs. Plus son indice est élevé, plus l’activité antibactérienne est forte. Le miel de manuka est étonnant : il a la particularité de prévenir les infec- tions secondaires en venant à bout de bactéries résistantes aux antibiotiques, dont le redoutable staphylocoque doré, de plus en plus fréquent en milieu hospitalier. Le miel de manuka peut être appliqué sur toutes les brûlures et les plaies afin d’accélérer leur guérison grâce aux enzymes actives qu’il contient. La peau se régénère plus vite et les cicatrices sont moins visibles. Il optimise aussi l’hydratation et l’inflammation, ce qui lui permet d’améliorer certaines formes d’eczéma. Il peut aider à soigner l’acné, appliqué sous forme de masque ou mélangé à une crème hydratante pour nourrir la peau. Il contribue à tuer les bactéries qui se développent autour des follicules et les pores élargis qui provoquent l’acné.

L’argile Si vous n’êtes pas à proximité d’un point d’eau pour refroidir rapidement la brûlure, il vous faut utiliser de l’argile verte surfine en poudre et en saupoudrer abondamment la zone brûlée. L’argile absorbe la chaleur, calme vite la douleur, nettoie des éventuelles impuretés et évite l’infection.

44

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

Préparez ensuite des cataplasmes épais (argile + eau) à poser sur la brûlure. L’argile rafraîchit et apaise. Dès que vous sentez que ça chaufe de nouveau sous le cataplasme, c’est le signe qu’il faut changer l’argile et renouveler le cataplasme. En fonction de la gravité de la lésion, renouvelez aussi souvent que nécessaire jusqu’à cicatrisation complète.

Ne cherchez pas à nettoyer parfaitement la plaie quand vous changez les cata- plasmes, laissez en place les résidus d’argile et appliquez par-dessus un nouveau cataplasme, il se chargera lui-même du nettoyage. Voir fiche pratique « L’argile » (page 222).

L’huile de millepertuis L’huile de millepertuis est obtenue par macération des fleurs de millepertuis dans une huile végétale d’olive ou de tournesol. Une fois le mélange filtré, on obtient une huile de couleur rouge remarquable pour les soins des brûlures. Son principe actif principal, l’hypericine, lui confère une action anti-inflammatoire majeure. Après application, la douleur disparaît immédiatement et la cicatrisa- tion est accélérée.

Après avoir refroidi la plaie à l’eau froide, appliquez un peu d’huile de millepertuis en léger massage sur la zone touchée. Renouvelez 2 à 4 fois par jour.

Ne vous exposez pas au soleil après l’application, l’huile de millepertuis est photosensibilisante.

Si vous n’avez pas trouvé d’huile de millepertuis, ou si vous êtes obligé de vous exposer au soleil, optez pour l’huile de calendula, une macération de fleurs de souci, qui of re les mêmes vertus.

L’huile essentielle de lavande aspic (lavandula spica) Elle fait merveille sur les brûlures, elle soulage la douleur, améliore la cicatrisa- tion, sans oublier un e fet antibactérien. Elle est bien tolérée pure sur la peau.

Versez 1 à 5 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic sur la plaie nettoyée et séchée, en fonction de la zone à traiter. À renouveler aussi souvent que nécessaire,

45

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

BRÛLURE SUPERFICIELLE

idéalement toutes les heures pendant 6 heures au moins. Les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 6 ans doivent cependant éviter ce geste et diluer l’huile essentielle dans un excipient (huile végétale ou aloe vera).

Il est en efet possible de combiner l’huile essentielle de lavande aspic avec l’aloe vera, le miel ou l’huile de millepertuis ou de calendula. Dans une cuillère à café de votre produit de base, ajoutez 1 à 2 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic, mélangez et appliquez sur la peau. Répétez l’application toutes les heures pendant 3 heures, et c’est fini !

j Les astuces en plus de Julien Kaibeck

Les brûlures sont très souvent causées par des accidents domestiques. À chaque emménagement dans une maison ou arrivée en vacances, faites un rapide point en famille sur les risques présents et rappelez aux enfants les consignes de sécurité. Attirez l’attention sur les appareils ménagers, la cuisi- nière, la friteuse, le four, le poêle, etc. Faites de même à l’arrivée d’un nouvel appareil facteur de risque.

Après avoir suivi les gestes d’urgence (refroidir à l’eau, apaiser et réparer avec de l’huile essentielle de lavande aspic diluée ou non), n’hésitez pas à utiliser en massage localisé un peu de beurre de karité fondu dans la main. Il est très réparateur et protecteur à la fois et permet une cicatrisation durable.

46

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

Callosités, cors, durillons, œils-de-perdrix, ampoules

Fiche d’identité

Qui est concerné : environ 20 % de la population, en particulier les

femmes et les personnes âgées, souf rent de callosités diverses du pied. Les symptômes : des excroissances disgracieuses et parfois douloureuses

de l’épiderme. Les mécanismes : l’épiderme épaissit et s’arme pour résister aux frictions

ou aux pressions. Les aides possibles : des soins réguliers afin d’éliminer la cuirasse formée par la peau.

Ce qui se passe

Un jour ou l’autre, tout le monde est sujet à des épaississements au niveau des pieds ou parfois des mains. Ce sont des hyperkératoses : la couche cornée de l’épiderme s’épaissit car davantage de cellules se superposent suite aux frotte- ments répétés. La « corne » est la façon dont la peau se protège des supplices que les pieds (ou les mains) peuvent endurer : pressions excessives, frottements prolongés ou irritations. À l’origine, il y a toujours un défaut de répartition des charges du pied qui pèse excessivement d’un côté ou de l’autre, il peut être causé par des chaussures mal adaptées ou déformées, une mauvaise position du pied ou par la présence d’un hallux valgus.

47

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

Face à ces mauvais traitements, l’organisme se défend et déclenche une réaction inflammatoire localisée. Si la contrainte est brutale, la zone chaufe violemment, brûle et c’est le signe de survenue d’une ampoule. C’est souvent le cas avec des chaussures neuves ou trop raides. Mais quand la contrainte est plus progres- sive et durable, l’inflammation augmente le processus de renouvellement des cellules productrices de kératine. Ces cellules chargées en kératine s’accumulent et la couche cornée s’épaissit. La peau trouve une bonne façon de se protéger en élaborant une cuirasse. Callosité, cor, durillon ou œil-de-perdrix ne sont que les diférentes expressions des mêmes mécanismes.

Les callosités La peau des pieds a tendance à se dessécher naturellement et elle perd de sa souplesse. Les callosités s’installent sur des peaux déshydratées subissant des frottements et des pressions dif uses, elles couvrent les zones du talon, en parti- culier sur le pourtour externe, mais aussi les bords de la plante du pied, avec une corne plus ou moins épaisse. En principe, les callosités ne sont pas douloureuses, mais quand la corne est trop sèche, elle peut se fendiller, former des crevasses et occasionner des infections ou des douleurs.

Le durillon Un durillon touche une zone assez large, souvent sur la plante des pieds au niveau des coussinets. La partie centrale est plus épaisse tandis que la périphé- rie se perd dans l’épiderme sain. Un durillon reste mobile sous la peau, il n’est généralement pas douloureux mais s’il s’étend, il peut comprimer les tissus sous- jacents et devenir gênant à la marche ou faire mal.

Le cor La peau s’épaissit et s’indure sur la zone étroite d’un orteil, souvent le dessus du petit orteil ou le bord externe du pied à la naissance du petit orteil. Un cor fait souvent très mal car il se développe en formant un cône à l’intérieur de l’épi- derme. Sous la partie bombée visible à la surface de la peau, une pointe cornée s’enfonce vers l’intérieur du pied et peut atteindre les terminaisons nerveuses. La douleur est alors souvent piquante et aiguë.

48

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

L’œil-de-perdrix Parfois le cor est situé entre deux orteils, il prend un aspect jaunâtre et présente en son centre un point noir : c’est l’œil-de-perdrix.

Les ampoules Ces lésions, appelées savamment phlyctènes, sont remplies d’un liquide séreux et elles sont douloureuses. Elles apparaissent sur les zones de frottement d’une chaussure sur le pied. Elles se développent mieux dans un milieu chaud et humide et peuvent aussi être causées par une marche exceptionnellement longue ou par les plis des chaussettes contre la peau. Elles guérissent naturel- lement en peu de temps.

Facteurs aggravants

Une peau sèche Les callosités se développent toujours sur des peaux mal nourries et sèches.

Les chaussures mal adaptées Le choix des chaussures est essentiel. Si vous voulez éviter les ennuis, mieux vaut vous équiper de chaussures adaptées à vos activités. Préférez les formes larges et les matériaux souples (cuir ou toile), évitez les chaussures à bouts pointus non anatomiques.

Pour être vraiment à l’aise, choisissez de préférence la fin de la journée pour acheter des chaussures neuves. Habituez-vous progressivement, n’hésitez pas à poser un petit pansement protecteur sur les zones de friction. Les sportifs prendront la précaution d’acheter parfois 1 pointure au-dessus et, pendant l’entraînement, de ne lacer ni trop serré, ni trop lâche.

Gardez pour les grandes occasions les talons hauts de plus de 4 ou 5 cm, sinon le centre de gravité se déplace et le poids du corps repose sur l’avant-pied, ce qui favorise l’apparition de durillons au niveau des coussinets.

49

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

Les chaussures ouvertes au talon et la chaleur ont des e f ets amplificateurs sur les callosités. En été, pensez à utiliser régulièrement une râpe ou une pierre ponce et renforcez l’hydratation des talons qui ont tout particulièrement soif.

Le diabète La sensibilité des pieds d’une personne diabétique peut être amoindrie et la cicatrisation est également plus dif cile, de bonnes raisons pour que l’hygiène des pieds soit irréprochable en cas d’hyperkératose. Il est recommandé de faire appel aux conseils d’un pédicure médical.

Traiter callosités, cors et durillons

Callosités, cors et durillons doivent être éliminés régulièrement, ne laissez pas le problème s’aggraver et réagissez immédiatement. Vos pieds retrouveront douceur et souplesse en pratiquant plusieurs fois par semaine bains de pieds et gommages ciblés. N’omettez pas d’appliquer également quotidiennement un produit hydratant. Voyons le protocole à suivre.

Le bain de pieds Un bain de pieds avec de l’eau bien chaude attendrit les tissus et prépare la peau aux soins. Pour garder vos pieds en bon état, prenez une grande bassine, versez de l’eau chaude, ajoutez l’un ou l’autre de ces produits qui luttent contre les callosités, ou même combinez-les entre eux :

3 cuillères à soupe de gros sel de mer pour défatiguer et désinfecter. 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude pour assainir et détendre la peau. 1 grand verre de vinaigre blanc ou du vinaigre de cidre pour désinfecter et apaiser les irritations. ½ verre d’argile verte surfine pour défatiguer et assainir.

Laissez les pieds tremper au minimum 10 minutes, plus encore si vous pouvez. Pour éviter que le bain refroidisse, ajoutez régulièrement un peu d’eau chaude. Séchez soigneusement avec une petite serviette, plus particulièrement entre les orteils pour réduire les risques d’irritation et la prolifération des bactéries. À répéter 2 ou 3 fois par semaine.

50

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

Bain de pieds relaxant et hydratant

Pour un bain de pieds Dans un bol, versez successivement :

40 g de gros sel de mer 10 g de bicarbonate de soude 2 cuillères à soupe d’huile d’amande douce En option : 15 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie (lavandula angustifolia) Mélangez ces ingrédients puis versez-les dans une bassine avant d’y ajouter de l’eau bien chaude. Restez 20 minutes les pieds dans l’eau, puis essuyez soigneusement. Ce bain de pieds est particulièrement recommandé pour calmer les irritations.

Le gommage, la pierre ponce ou la râpe Après le bain de pieds, la peau est plus tendre et prête à être exfoliée. Utilisez alors une pierre ponce ou une râpe pour éliminer les peaux mortes sur les zones dures. Même si l’essentiel du durillon ou du cor se trouve sous la couche cornée et n’est pas directement accessible, cela permet d’ôter quelques milli- mètres afin de mieux laisser pénétrer les actifs du baume hydratant que vous appliquerez ensuite.

Ne répétez pas le même mouvement plus de 3 fois au même endroit, n’insis- tez pas trop car cela causerait une irritation à laquelle le corps répondrait en formant encore plus de corne. Ce n’est pas tant la puissance du ponçage qui compte que la régularité.

Un œil-de-perdrix situé entre les orteils peut être di f cile d’accès avec une pierre ponce, utilisez alors une lime plus fine. N’utilisez jamais, au grand jamais, de ciseau ou de lame de rasoir.

Le baume hydratant Le maître mot contre les épaississements est l’hydratation ! Chaque soir, bichon- nez vos pieds avec un baume hydratant, appliquez une quantité généreuse en

51

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

couche épaisse, massez par petits mouvements circulaires le pied, insistez sur les talons et les zones durcies. Enfermez vos pieds pour la nuit dans des chaus- settes de coton. Grâce à la chaleur, le baume pénétrera mieux et sera encore plus nourrissant. Au réveil, vos pieds sont tout doux.

Au matin, après la douche, posez quelques gouttes de crème, de baume ou d’huile végétale directement sur les callosités. Au bout de quelques jours, cors et durillons ramolliront et finiront par disparaître.

Vous pouvez choisir l’un ou l’autre de ces produits naturels qui feront la diférence :

Le beurre de karité hydrate et nourrit la peau en profondeur, appliqué jour après jour, il redonne de la souplesse aux zones épaissies. Prélevez une noisette de beurre, frottez les mains pour la faire chaufer et appliquez sur les pieds. Vous pouvez aussi travailler localement une pointe de beurre de karité sur les cors pour le faire pénétrer. E fet rapide très encourageant ! L’huile de ricin est réputée très efcace contre cors et durillons, mais l’huile d’amande douce ou l’huile d’olive également. Il suft de masser soigneusement les épaississements avec une petite quantité d’huile. L’huile de ricin tache, utilisez un disque en coton, imbibez d’huile et posez-le, entourez d’un pansement pour le maintenir en place, ce qui aura pour avantage de maintenir l’hydratation.

Séparateurs en mousse, coussinets ou rondelles de protection Le temps de la guérison, ces dispositifs sont très utiles dans la journée pour proté- ger les zones fragilisées de la pression ou soulager les douleurs. Ils se trouvent en pharmacie ou parapharmacie.

Rechercher la cause Il faut impérativement trouver ce qui occasionne les épaississements, car sans y remédier, l’hyperkératose est inéluctable. Il peut s’agir de chaussures détériorées, mais ce peut être aussi une mauvaise position du pied : pied plat, pied creux, etc. Un bilan podologique vous aide à cerner le problème et à repérer une anomalie de la posture ou de la morphologie du pied.

52

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CALLOSITÉS, CORS, DURILLONS, ŒILS - DE - PERDRIX, AMPOULES

j L’astuce en plus de Julien Kaibeck

En cas de cors ou de durillons, n’hésitez pas à revoir votre façon de vous chausser et protégez l’endroit douloureux avec un pansement adapté en silicone comme on en trouve en pharmacie.

Massez impérativement chaque cor ou durillon matin et soir avec un peu de beurre de karité pur. À défaut, optez pour une crème ou un baume surgras. L’idée : le beurre de karité répare et cicatrise, mais il protège aussi la zone des frottements car il est légèrement filmogène.

Traiter les ampoules

Nettoyez le pied à l’eau et au savon pour éviter la prolifération des germes. Évitez de percer l’ampoule et préférez appliquer une synergie d’huiles essen- tielles cicatrisantes et désinfectantes : 1 goutte de lavande vraie (lavandula angustifolia) + 1 goutte de tea tree (melaleuca alternifolia). Répétez 3 à 4 fois par jour pendant 3 jours.

Si vous n’arrivez pas à marcher, laissez autant que possible le pied à l’air pour faire sécher et durcir l’ampoule. Sinon, avant d’enfiler vos chaussures, posez un pansement deuxième peau.

Si l’ampoule est déjà percée, surtout ne découpez pas la peau, elle constitue un pansement naturel.

j L’astuce en plus de Julien Kaibeck

Une ampoule percée cicatrisera plus rapidement si l’on y applique 1 goutte d’huile de calophylle et 1 goutte d’huile essentielle de lavande vraie toutes les 3 heures pendant les 2 jours qui suivent la blessure.

53

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

Cellulite

Fiche d’identité

Qui est concerné ? 90 % des femmes et 2 % des hommes.

Les symptômes : phénomène physiologique normal, mais inesthétique,

qui prend des formes dif érentes : cellulite adipeuse, aqueuse ou fibreuse. Les mécanismes :

– La cellulite adipeuse : amas graisseux.

– La cellulite aqueuse : mauvaise circulation, rétention d’eau, œdèmes.

– La cellulite fibreuse : déformation et durcissement des tissus.

Les aides possibles : un plan d’action e f cace repose sur le trio alimen- tation, exercice physique, massage.

Ce qui se passe

La cellulite se définit par une augmentation du volume des adipocytes, les cellules graisseuses situées en profondeur dans l’hypoderme, la peau prend alors un aspect bosselé et présente des capitons disgracieux, la fameuse peau d’orange. Le phénomène est surtout localisé sur les cuisses, les fesses et les hanches.

Il n’existe pas un seul type de cellulite, mais plusieurs :

Si les adipocytes s’enflamment et se dilatent, ils repoussent les fibres de colla- gène qui les entourent et tirent sur l’épiderme, c’est la cellulite adipeuse, elle reste souple et indolore. Elle est la plus fréquente et coexiste souvent avec l’une ou l’autre des autres formes.

54

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

La cellulite aqueuse est liée à une rétention d’eau, résultat d’une mauvaise circu- lation sanguine et lymphatique. Les chevilles et les pieds peuvent prendre du volume en fin de journée ou le poids varier de plus de 1 kg d’un jour à l’autre. La cellulite fibreuse est compacte sous les doigts et souvent douloureuse. Elle est le résultat d’une fibrose, c’est-à-dire une déformation et un durcissement des fibres de collagène qui emprisonnent les adipocytes.

Il est réconfortant de savoir que 80 à 95 % des femmes sont concernées par la cellulite. En efet, les hormones féminines – les œstrogènes – prédisposent au stockage des graisses et le corps est prévoyant au cas où Bébé pointerait le bout de son nez en période de disette. Ouf ! Ainsi, tout le monde se trouve à égalité, les minces et les autres. Enfin presque, car la cellulite est aussi fonction de l’hérédité, le nombre d’adipocytes et leur répartition sont programmés géné- tiquement et peuvent varier du simple au triple.

Facteurs aggravants

L’apparition de la cellulite est généralement déclenchée au moment d’intenses bouleversements hormonaux : puberté, grossesse, allaitement, ménopause. Mais on ne peut l’expliquer par une seule cause, d’autres facteurs interviennent.

L’insu sance veineuse et lymphatique La conséquence d’une mauvaise circulation, c’est que les tissus sont moins bien irrigués, les échanges cellulaires sont freinés et les toxines moins bien drainées. Les déchets s’accumulent et s’attaquent aux fibres de soutien de la peau, ce qui met tout en place pour que la cellulite s’installe. Une fois celle-ci présente, les amas graisseux augmentent, les vaisseaux sont comprimés et ils ont encore plus de mal à efectuer leur mission, et la cellulite persiste. Vous comprenez le cercle vicieux ?

Le manque d’exercice physique La cellulite adore l’inactivité et pratiquer une activité physique permet de lutter contre toutes les formes de cellulite. Grâce au sport, vous gagnez en tonicité musculaire tout en diminuant la masse grasse, vous boostez la circulation sanguine

55

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

et lymphatique, vous stimulez l’ensemble du métabolisme et brûlez des calories, vous retrouvez une silhouette mieux dessinée et plus tonique.

Le sucre Le sucre, et plus encore le sucre rafné, n’est pas bon du tout pour l’organisme, ça, on le sait déjà depuis longtemps. Plusieurs mécanismes liés à son métabolisme sont directement impliqués dans la formation des capitons. Non seulement, les adipocytes sont très sensibles à l’insuline, l’hormone sécrétée par le pancréas en présence de glucides, ce qui fait grossir et amplifie la cellulite. Mais il est aussi responsable de la glycation du collagène, un des phénomènes à l’origine de la fibrose. Les molécules de glucose se combinent au collagène et rigidifient leurs fibres pour emprisonner les adipocytes. Or plus les tissus sont fibrosés, plus la cellulite devient difcile à déloger. Ça se sent sous les doigts, c’est compact, c’est dur et parfois c’est douloureux.

L’idée n’est pas de supprimer tous les sucres, mais d’éviter tout excès et surtout de savoir les choisir. Inutile de vous préciser de ne pas céder au péché mignon de manger sucré le soir, sinon, c’est certain, stockage garanti. Voir à ce sujet notre fiche pratique « Choisir les bons sucres pour une belle peau » (page 247).

Les aliments éponges Le sel est le plus important des aliments éponges, il retient l’eau dans les tissus et favorise les œdèmes. Outre le sel que l’on ajoute dans les plats, méfiez-vous des aliments où se cachent de vraies mines de sel : le pain blanc ou les biscottes, les fromages, la charcuterie, les gâteaux apéritifs, les plats cuisinés industriels, les poissons fumés, les pizzas industrielles, les conserves. Réduisez aussi les sodas light. Comme le sel, les édulcorants de synthèse et les exhausteurs de goût sont de vraies éponges à ranger au rayon des interdits.

Les mauvaises graisses Les acides gras saturés et les graisses hydrogénées se métabolisent mal, ils se stockent facilement dans les adipocytes et font rapidement monter le taux de radicaux libres, augmentant l’inflammation. Les graisses saturées sont présentes dans la charcuterie et les viandes grasses, le beurre, le fromage, la crème fraîche et tous les produits laitiers entiers, les graisses hydrogénées font partie de la

56

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

composition des viennoiseries et de la plupart des aliments industriels, repérez- les dans les margarines sous la mention huiles végétales hydrogénées. Bannissez également les fritures.

Le tabac Le tabac diminue l’oxygénation des tissus, intoxique fortement l’organisme, augmente le niveau des radicaux libres et a un impact négatif direct sur la circulation sanguine. Évitez de fumer et refusez également de respirer la fumée des autres.

Le stress L’anxiété, les émotions négatives et le surmenage chronique génèrent des décharges d’hormones accélérant la formation de tissus graisseux et favorisant la rétention d’eau. À bon entendeur… Dans les périodes de fragilité émotion- nelle, pratiquez quotidiennement la respiration abdominale. Voir à ce sujet notre fiche pratique « La respiration abdominale » (page 242).

Les médicaments Certains médicaments aggravent la cellulite : les contraceptifs oraux, les traite- ments hormonaux, les antihistaminiques et les corticostéroïdes.

Les vêtements trop serrés Oui, tout comme les talons hauts, les vêtements serrés perturbent la circulation sanguine et ont une action néfaste sur la cellulite.

Le réglage alimentaire est indispensable, beaucoup de facteurs impliqués dans la cellulite sont liés à des erreurs alimentaires favorisant le stockage des graisses et l’entretien d’un état inflammatoire latent. La suppression des laitages animaux, des sucres rafnés et des graisses cuites est le premier pas vers une alimenta- tion santé.

57

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

Les causes de la cellulite étant multiples, il faut jouer sur plusieurs tableaux selon les besoins individuels : équilibre hormonal, stimulation de la circulation veineuse, décongestion lymphatique, etc. Cependant, le bon fonctionnement du foie demeure déterminant pour relancer le métabolisme et l’aider à mieux fonctionner. Tonifier le foie par des cures de drainage ponctuelles mais régulières, par exemple au printemps et à l’automne, permettra d’éviter les surcharges. La constipation est aussi souvent associée aux phénomènes de cellulite, un drainage doux des intestins est également recommandé. En cas de cellulite avec rétention d’eau, les reins pourront être stimulés à l’aide de cures de plantes spécifiques. Voir à ce sujet notre fiche pratique « Les cures de détoxication » (page 228).

Localement, le meilleur des atouts anticellulite consiste à frictionner le corps à sec à l’aide d’une brosse à poils souples. C’est un rituel tout simple à adopter le matin avant de prendre sa douche et qui fait des miracles ! Il participe à la détoxication générale de l’organisme en agissant sur l’élimination des toxines par la peau, il stimule la circulation lymphatique et peu à peu les marques disgra- cieuses s’atténuent, avec en prime, une peau toute douce et soyeuse. Voir à ce sujet notre fiche pratique « Les rituels de soins maison » (page 217).

Les nutriments anti-rétention deau et/ou anticapitons

Pour lutter e fcacement contre la cellulite, il faut manger varié et équilibré, en intégrant aussi souvent que possible les aliments brûle-graisses, draineurs ou antioxydants suivants.

Les protéines maigres Les protéines maigres sont une aide précieuse pour éliminer l’eau en excès dans les tissus, ce sont également des aliments rassasiants qui entretiennent la masse musculaire et diminuent le tissu graisseux. Sources de protéines maigres : volaille, poisson, œuf ou légumineuses (lentilles, pois ou haricots secs) et tofu.

58

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

Les oméga 3 Les oméga 3 sont des champions toute catégorie : ils jouent un rôle essentiel sur le maintien de l’intégrité des tissus conjonctifs, sur la protection vasculaire, sur le contrôle de l’inflammation et participent au déstockage des adipocytes. Sources d’oméga 3 : maquereau, sardine, hareng ou saumon. Sources d’oméga 3 végétaux : huiles de colza, de noix ou de cameline.

Les flavonoïdes Les flavonoïdes sont d’importants protecteurs des vaisseaux, ils renforcent l’élasticité des parois veineuses et sont également des antioxydants puissants. Les flavonoïdes sont une grande famille de substances, naturellement présentes dans de nombreux végétaux. Sources de flavonoïdes : fruits rouge foncé (myrtille, cassis, raisin…), carotte, tomate, brocoli, pomme, olive, citron, mais aussi thé vert, vin rouge.

La vitamine C La vitamine C agit en synergie avec les flavonoïdes et soutient le système veineux. Sources de vitamine C : acérola, goyave, kiwi, cassis, fraise, cerise, papaye, mangue, citron, orange, chou vert, persil, brocoli, épinard.

Le magnésium Le magnésium est un élément indispensable dans la lutte contre la rétention d’eau, plus on en manque, plus l’eau est retenue à l’intérieur des cellules. Sources de magnésium : bigorneau, foie de morue, noix de cajou, amande, sarrasin, riz complet…

Le silicium Le silicium participe au renforcement des tissus conjonctifs et coopère avec les fibres de collagène. Sources de silicium : certaines eaux minérales (Volvic, Évian), céréales complètes, et… ortie !

Les boissons L’eau est indispensable au drainage mais aussi responsable de la cellulite aqueuse. Fuyez l’eau gazeuse qui pourrait être trop riche en sel, et buvez de l’eau plate

59

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

pour vous hydrater à bon escient, mais en cas de cellulite aqueuse, un litre par jour est sufsant.

Le thé vert : un des meilleurs alliés anticellulite et anti-rétention d’eau. Il agit sur le déstockage des graisses, protège le système circulatoire et soutient les tissus conjonctifs.

Votre mode de Vie anticeLLuLite

Premier réflexe : empêcher que la cellulite s’installe. Il n’existe pas une unique solution miracle pour l’éliminer, et il est préférable de cumuler un ensemble de stratégies efcaces pour prévenir son apparition et limiter son installation.

Une alimentation sur mesure Il n’est pas question de se lancer dans un régime draconien, la cellulite ne s’éli- mine pas simplement en perdant du poids. En revanche, rectifier de mauvaises habitudes et faire attention aux produits que vous consommez est un facteur crucial dans la lutte contre la cellulite. Peu de crudités : bien sûr, les crudités font partie d’une stratégie minceur, mais leur forte teneur en sels minéraux peut tout à fait favoriser la rétention d’eau et vous faire gonfler. Introduisez tout de même des légumes frais à chaque repas, sous forme de crudités à l’un des deux repas principaux, et pour le reste, régalez-vous sans compter en les faisant cuire à la vapeur douce. De temps à autre, autorisez-vous de les manger grillés avec un filet d’huile d’olive. Pas de menu soupe et yaourt le soir, surtout quand la cellulite se combine à une mauvaise circulation sanguine et à de la rétention d’eau. Selon les prin- cipes de la chrononutrition, la soupe le soir, composée d’eau et de légumes riches en minéraux, favorise la rétention d’eau, comme le yaourt, mélange de lactose (du sucre !) et d’eau. Au dîner, ce type d’aliments peut entraver sérieusement le drainage nocturne. Des aliments anticellulite à favoriser : les fruits et les légumes regorgent de nutriments précieux pour la santé, vitamines, fibres rassasiantes, antioxy- dants protecteurs. Dans l’arsenal anticellulite, certains d’entre eux sont de

60

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

véritables alliés aux fonctions multiples : les uns activent le métabolisme des graisses, d’autres drainent ou stimulent la circulation sanguine.

Aliments anticellulite

Aliments anticellulite

Légumes

Asperge, aubergine, avocat, brocoli, céleri branche, chou, oignon, épinard, persil, poireau, poivron.

Fruits

Ananas, banane, fraise, framboise, raisin.

Choisir un sport… et le pratiquer ! Avec l’alimentation, bouger est l’autre pierre angulaire du traitement contre la cellulite. L’idéal : faire des séances régulières d’une activité physique favorisant le retour veineux et imposant un e fort de moyenne intensité pour travailler l’endurance et activer la combustion des graisses. Plutôt qu’une seule grosse séance en fin de semaine, organisez plutôt 3 séances de 30 minutes, c’est le seuil à partir duquel le corps va puiser dans les réserves graisseuses.

La marche nordique, le jogging, le roller, le vélo et le ski de fond imposent des contractions rythmées aux muscles des jambes, ils facilitent ainsi la circulation sanguine et la remontée veineuse.

Les sports d’eau sont particulièrement adaptés pour drainer les membres infé- rieurs : natation, aquagym ou aquabiking. Ils tonifient le système circulatoire tandis que la pression de l’eau constitue une sorte de drainage lymphatique naturel qui facilite l’élimination des œdèmes.

S’oxygéner Tout rétrécissement des vaisseaux freine la circulation sanguine et empêche une bonne distribution de l’oxygène dans l’organisme. Avez-vous réalisé que l’oxygène requis pour la production de l’énergie permet de brûler les graisses ? Ouvrez en grand vos poumons et faites régulièrement des exercices de respira- tion profonde afin de bien vous oxygéner. Voir sur ce point notre fiche pratique « La respiration abdominale » (page 242).

61

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

Les gestes du palper-rouler sont redoutablement e f caces pour déloger les cellules graisseuses et les drainer en stimulant la circulation sanguine et lympha- tique. Les professionnels du massage le proposent quasiment tous, o f rez-vous des séances deux fois par semaine pendant un mois pour obtenir des résultats visibles. Ensuite, bonne nouvelle, vous pourrez le pratiquer en automassage.

Comment faire ? Comme son nom l’indique, l’objectif est de palper et de faire rouler la couche de graisse située entre la peau et les muscles. Attraper un « boudin » de peau entre le pouce d’un côté, les autres doigts de l’autre. Soulever et faire rouler le pli de peau lentement en poussant avec les pouces. On s’aide en déplaçant les autres doigts, ça fait comme un e fet de vague avec la peau. Adapter sa force au geste, ni trop fort pour ne pas se faire mal, ni trop douce- ment pour être ef cace. Augmenter progressivement la pression des doigts et la durée du massage.

Il faut l’avouer, le palper-rouler n’est pas toujours une partie de plaisir, le massage peut même être parfois franchement désagréable. Dans ces cas-là, commencez par mobiliser et masser la zone en mouvements circulaires, histoire de chaufer la peau et de la préparer. Commencez par faire des mini-palper-rouler en saisissant de petits plis de peau et en les faisant bouger sur seulement 1 cm.

Le palper-rouler des cuisses Debout, posez le pied sur une chaise, placez les doigts au-dessus du genou pour saisir un pli de peau. Le repousser vers le haut de la cuisse. Faites plusieurs bandes verticales pour couvrir l’ensemble de la cuisse, intérieur, extérieur en démarrant du genou vers les hanches.

Le palper-rouler du ventre En position debout, pétrissez un côté de la taille quelques instants, puis faites rouler un pli en ligne horizontale jusqu’à l’autre côté. Faire plusieurs lignes

62

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

horizontales sur toute la surface du ventre. On peut également travailler des lignes verticales toujours en allant du bas vers le haut.

Massez-vous tous les jours, c’est aussi la régularité qui compte, plus on pratique le palper-rouler, plus la cellulite s’atténue. Le palper-rouler lui-même se pratique facilement sans huile. Mais avant votre séance, préparez la zone en la massant avec une huile de calophylle (car elle stimule la circulation), d’argan ou d’avocat (elles rendent la peau plus tonique). Vous pouvez aussi vous préparer une huile aromatisée pour encore plus d’ef cacité (voir ci-dessous).

La dermocosmétique de la cellulite

Les huiles essentielles sont des alliées précieuses pour lutter contre tout type de cellulite. Il est facile de formuler une huile de soin maison pour pratiquer le massage quotidien des zones touchées afin de redessiner la silhouette.

Voici un exemple d’huile de soin très concentrée, ef cace et facile à formuler, pour une huile capable d’atténuer visiblement la cellulite en 4 semaines environ, à raison de 1 massage des zones cellulitiques 2 fois par jour de façon tonique.

Huile de soin anticellulite

 

Pour 30 ml environ

Dans un flacon en verre (ou en plastique) ambré, bleuté, ou en alu de plus de 30 ml, versez successivement :

20 ml d’huile de calophylle 10 ml d’huile d’andiroba, d’argan ou d’avocat selon vos préférences

 

20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus citronné (eucalyptus citriodora)

20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus mentholé (eucalyptus dives) 15 gouttes d’essence de pamplemousse (citrus paradisii)

Attention, cette huile dans sa version très concentrée en huiles essentielles

ne convient pas aux femmes enceintes, qui l’utiliseront alors sans l’aromati-

ser (de même si vous êtes allergique à l’une d’elles).

63

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CELLULITE

N’exposez pas les zones traitées au soleil durant la période d’utilisation à cause de la présence d’essence de pamplemousse, photosensibilisante. Massez uniquement les zones cellulitiques avec cette huile (soit la taille d’une assiette à dessert), et non le corps. Évitez soigneusement le visage, et lavez-vous bien les mains après utilisation. Si vous souhaitez masser de plus grandes zones, divisez les doses d’huile essentielle par 2 ! Si vous n’avez pas trouvé les 3 huiles essentielles nécessaires, vous pouvez simplement en éliminer une. Attention, l’odeur de tous ces composés est très forte et monsieur n’appréciera peut-être pas. Dites-lui que c’est pour la bonne cause ou portez immédiatement après le massage un shorty/legging pour empêcher les émanations. Cette huile de soin se conserve 12 mois à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur.

64

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

Cicatrices

Fiche d’identité

Les symptômes : les plaies d’origine accidentelle ou chirurgicale. Les mécanismes : la peau est « blessée » en profondeur. Les fibres du derme doivent se reconstituer par un processus complexe et long. Les aides possibles : des actifs naturels aptes à favoriser une cicatrisation rapide et parfaite ou à atténuer une cicatrice ancienne.

Qui est concerné : tout le monde !

Ce qui se passe

La cicatrisation est un processus naturel complexe de régénération de l’orga- nisme. Lorsque la peau est blessée par accident ou suite à un acte chirurgical,

le corps réagit par un enchaînement précis visant à refermer la plaie. Plusieurs acteurs physiologiques interviennent successivement pour permettre la recons- truction de l’épiderme et aboutir à une cicatrice.

1. La formation d’un caillot de sang arrête l’écoulement et ferme provisoirement la plaie pour éviter que ne s’infiltrent les virus et les bactéries.

2. Des protéines de réparation, les fibres de collagène, comblent la plaie et l’épi- derme se reforme.

3. La dernière phase de la guérison dure beaucoup plus longtemps et la cicatrice continue à évoluer pendant encore 1 an à 1 an ½ : les tissus se remodèlent

peu à peu de façon à ce que la peau retrouve l’ensemble de ses propriétés. Néanmoins, une cicatrice reste globalement plus fragile que la peau normale,

65

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

elle contient moins de fibres élastiques de collagène, elle est aussi moins bien irriguée et moins hydratée. De même, les annexes font défaut, puisque la peau réparée se distingue par l’absence de poils, de glandes sébacées et sudoripares.

Selon l’importance de la plaie et sa localisation, les deux premières phases durent entre 4 à 21 jours. Dans les deux mois suivants, la cicatrice demeure rouge, rigide, elle forme des reliefs et adhère aux tissus sous-jacents, la peau autour se raidit et se rétracte, occasionnant parfois des élancements douloureux. La cicatrice se présente sous son pire aspect entre la 4 e et la 6 e semaine. Armez-vous de patience, l’inflammation diminue progressivement dans les mois suivants, la peau retrouve son élasticité et une coloration plus pâle, la cicatrice finit par s’aplanir et se transformer en une ligne ou une plaque blanche. Mais il faut attendre au minimum 1 an après le traumatisme pour savoir à quoi ressemblera réellement la cicatrice.

Les plaies chirurgicales aux bords lisses et serrés guérissent généralement vite et sans problème. La cicatrice est de petite taille, fine et presque invisible. Des plaies étendues ou aux bords irréguliers nécessitent beaucoup plus de temps pour guérir, la cicatrice demeure large et plus voyante. Certaines plaies peuvent poser problème au cours de la cicatrisation, elles ne se referment pas correctement, se rétractent ou, au contraire, un bourrelet saillant se forme, résultat d’une surpro- duction de fibres conjonctives. Cela arrive plus souvent chez les adolescents ou les jeunes adultes. Bien que leur vitalité permette une cicatrisation plus rapide, leur peau encore fine et fragile donne des cicatrices plus marquées. Les peaux noires ou asiatiques sont aussi davantage sujettes aux problèmes de cicatrisa- tion et aux cicatrices pigmentées, car la peau réagit quand elle est agressée en produisant de la mélanine, ce qui peut laisser des cicatrices peu discrètes.

Facteurs aggravants

Le soleil Tant que la cicatrice est colorée, rouge ou rose, elle demeure très sensible aux rayons UV et pigmente très vite. Évitez de l’exposer au soleil, vous risquez une coloration brune et tachée qui ne disparaîtra pas en débronzant.

66

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

Couvrez la cicatrice largement d’un pansement ou d’un sparadrap. Si la colora- tion est légèrement rosée, un écran solaire avec un indice de protection élevé (SPF30) peut sufre.

Le tabac Les fumeurs cicatrisent plus lentement à cause des e fets vasculaires du tabac. Les cellules de la peau sont moins bien nourries et moins bien oxygénées.

Le stress Le stress a été identifié comme un cofacteur potentiel susceptible d’entraver la cicatrisation. Le cortisol sécrété a des e fets vasoconstricteurs et entraîne un retard dans les phases de cicatrisation.

Les températures extrêmes Outre le soleil, les cicatrices récentes (entre 6 mois et 1 an) ne devraient pas être exposées à des températures extrêmes : sauna, hammam ou froid intense. Elles sont susceptibles d’avoir un impact négatif sur le tissu nouvellement formé très sensible.

Certains médicaments Les corticoïdes et les anti-inflammatoires non stéroïdiens retardent la cicatri- sation par leur action anti-inflammatoire et inhibent la synthèse du collagène. Les chimiothérapies anticancéreuses et les anesthésiques locaux ont aussi des efets délétères.

Certaines pathologies Une maladie afectant les vaisseaux sanguins diminue l’aptitude à cicatriser, la cicatrisation est plus lente en cas d’artérite ou d’insufsance veineuse.

Le diabète a également des conséquences importantes sur la cicatrisation, une prise en charge spécifique est donc recommandée. Les insufsants rénaux, les patients atteints du sida, du cancer ou recevant un traitement immunosup- presseur présentent très souvent des défauts de cicatrisation.

67

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

Les nutriments pour bien cicatriser

Pour favoriser la cicatrisation d’une plaie, privilégiez les aliments riches en composés nutritifs réparateurs. En cas de plaie accidentelle ou avant même toute opération chirurgicale, consommez sans modération ces nutriments d’un précieux secours.

Protéines Elles sont essentielles pour la formation du collagène et favorisent ainsi la cicatrisation. Sources alimentaires de protéines : poisson, viande, œuf, fromage, soja, lentille.

Vitamine C La vitamine C participe à la formation du collagène et est un agent anti-infectieux. Sources alimentaires de vitamine C : acérola, goyave, kiwi, cassis, fraise, cerise, papaye, mangue, citron, orange, chou vert, persil, brocoli, épinard.

Zinc Le zinc est indispensable à la synthèse des protéines et à la prolifération cellulaire. Sources alimentaires de zinc : huître, coquillages, viande rouge, œuf.

La dermocosmétique des cicatrices

Comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir. Une cicatrice évoluant sur un an, vous pouvez tout à fait mettre ce temps à profit pour prendre soin de votre cicatrice afin d’obtenir un résultat aussi parfait que possible. Pour éviter l’apparition de défauts de cicatrisation et gommer toute trace du traumatisme, suivez nos conseils.

68

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

Pour une cicatrice récente, utilisez du sérum physiologique ou de l’eau savon- neuse selon les recommandations de votre médecin. Lorsqu’elle est fermée, nettoyez la cicatrice comme le corps entier, sans jamais l’agresser cependant avec un détergent trop alcalin.

Soin d’une cicatrice récente Une cicatrice pas encore complètement refermée peut être badigeonnée de miel de manuka, de thym ou de lavande, avant d’être recouverte d’un panse- ment adapté.

Soin d’une cicatrice fermée Dès que la plaie est refermée, soit après 2 à 4 semaines selon les cas, appliquez une huile végétale de calophylle cicatrisante et apaisante ou encore du beurre de karité riche en composés cicatrisants pour protéger la plaie, favoriser l’hydra- tation des cellules autour et empêcher la formation de croûtes. Moins il y a de croûtes, plus belle sera la cicatrice.

Une fois que la cicatrice commence à durcir et semble solide en profondeur, elle peut être massée après l’application de l’huile végétale, généralement dès la 3 e semaine, pas avant. Pas d’action brutale, mais prenez la cicatrice dans toute son épaisseur, pétrissez, décollez, étirez doucement dans toutes les directions avec les doigts 2 à 3 fois par jour. La cicatrice devrait devenir aussi souple que la peau normale.

69

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

CICATRICES

j Les astuces en plus de Julien Kaibeck

L’huile essentielle de lavande vraie est réputée favoriser la cicatrisation. Sur une cicatrice récente, aromatisez du miel ou du gel d’aloe vera pur avec

1 % d’huile essentielle pour accélérer le processus et prévenir les infections. Pour 10 ml de produit cicatrisant (miel ou gel ou crème ou huile), comptez

2 gouttes d’huile essentielle à diluer.

Une cicatrice ancienne et épaisse, peu esthétique, peut être massée 2 fois par jour avec un mélange d’huiles adapté, comme décrit ci-dessous.

Huile de massage spéciale cicatrice

Pour 50 ml environ Dans un flacon en verre (ou en plastique) ambré, bleuté, ou en alu de 50 ml, versez successivement :

25 ml d’huile de calophylle 20 ml d’huile de rose musquée 35 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie (lavandula angustifolia) 35 gouttes d’huile essentielle de ciste ladanifère (cistus ladaniferus) 35 gouttes d’huile essentielle d’immortelle (helichrysum italicum) Mélangez le tout. Versez quelques gouttes de ce mélange dans la paume de la main, chau f ez la préparation en frottant vos mains l’une contre l’autre et appliquez localement, uniquement sur la cicatrice. À noter qu’on cherche ici à améliorer l’apparence esthétique de la cicatrice, mais on ne la gommera hélas jamais vraiment. Cette huile de massage se conserve 6 mois à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur. Elle ne convient pas aux femmes enceintes qui peuvent cependant l’utiliser si elles suppriment l’huile essentielle d’immortelle et évitent d’utiliser l’huile sur l’abdomen.

70

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

Coup de soleil

Fiche d’identité

Qui est concerné : tout le monde !

Les symptômes : rougeur et douleur après une exposition solaire.

Les mécanismes : une brûlure superficielle de l’épiderme, aux e f ets

cumulatifs dans le temps et aux conséquences néfastes à long terme. Les aides possibles : de multiples remèdes naturels existent, mais l’idéal demeure la prévention.

Ce qui se passe

Indispensable à la vie et au métabolisme, le soleil assure tonus et éclat tant qu’il n’y a pas abus !

Pour se protéger des rayonnements solaires, la peau dispose d’une alliée impor- tante : la mélanine produite par les mélanocytes, les cellules situées dans la couche basale de l’épiderme qui s’activent sous l’action des rayons ultra-violets (UV). La mélanine est responsable de la pigmentation de la peau, le hâle qui s’installe a pour rôle d’atténuer la pénétration des UV et forme une protection naturelle qui peut absorber jusqu’à 90 % des UVB, ceux qui sont responsables des coups de soleil et s’arrêtent à la couche superficielle de l’épiderme. Les UVA quant à eux pénètrent en profondeur jusqu’au derme où ils peuvent y détériorer le collagène, la substance qui rend la peau élastique, ils ont un e fet marquant sur l’apparition des rides et du vieillissement.

71

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

Outre la production de mélanine, d’autres mécanismes se mettent également en place pour résister au soleil : la couche superficielle de l’épiderme épaissit afin de mieux réfléchir les rayons solaires et la peau fait également intervenir de nombreux antioxydants qui piègent les radicaux libres générés par les exposi- tions. Les systèmes de protection de la peau sont efcaces mais restent pourtant fragiles, d’autant que nous ne sommes pas tous égaux sous le soleil, chaque orga- nisme possède un degré de protection qui lui est propre. Ainsi, les petits enfants sont sans aucun doute les plus vulnérables face au soleil, leur peau est fine et fragile, or c’est durant l’enfance qu’ont lieu les expositions les plus fréquentes. Les personnes à la peau claire, aux cheveux blonds ou roux produisent assez peu de mélanine, elles sont donc par définition davantage exposées aux coups de soleil. Après l’âge de 30 ans, le nombre de mélanocytes diminue inexorablement de 8 à 20 % tous les 10 ans. On considère que dès 50 ans, le taux de mélanine sécrétée a chuté de façon importante et que la production de radicaux libres provoque des lésions irréversibles.

Facteurs aggravants

Le rayonnement UVA est pratiquement toujours le même quelle que soit l’heure ou le lieu. En revanche, l’intensité des UVB dépend de plusieurs facteurs.

La saison et l’heure Le soleil est évidemment plus fort en été et quand il est haut dans le ciel. En France, on recommande de ne pas s’exposer entre 12 heures et 16 heures, car c’est le moment où les UVB sont les plus violents.

L’altitude et les nuages Le rayonnement solaire augmente avec l’altitude. Contrairement à ce que l’on pense, le soleil peut être plus fort en montage qu’en bord de mer. À 1 500 m d’altitude, le rayonnement est plus intense de 20 % qu’au niveau de la mer.

Tous les nuages n’arrêtent pas les UV, seuls les gros nuages sombres et bas sont capables de bloquer tous les UV. Les nuages moyens en arrêtent seulement 30 à

72

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

70 % et les nuages hauts 5 à 10 %. Voilà pourquoi, même par temps couvert, il faut se protéger.

Les nutriments anti-coup de soLeiL

Pour préparer correctement votre peau et augmenter sa résistance aux coups de soleil, commencez quelques semaines avant la période d’exposition à augmen- ter vos apports alimentaires en antioxydants : caroténoïdes, vitamines C et E. Durant les expositions, pensez à boire en quantité sufsante.

Les caroténoïdes Avant, pendant et après la période d’exposition, l’apport en caroténoïdes doit être sufsant pour préparer l’organisme à lutter contre les radicaux libres issus des UV. Ces pigments végétaux comprennent le bêta-carotène, le lycopène, la lutéine et la zéaxanthine. Sources alimentaires de bêta-carotène : carotte, brocoli, épinard, petit pois. Sources alimentaires de lycopène : tomate, goyave, pamplemousse rose. Sources alimentaires de lutéine et zéaxanthine : jaune d’œuf, épinard, citrouille, maïs, crucifères, brocoli.

Les vitamines C et E Ces vitamines renforcent l’action des caroténoïdes et toutes deux fonctionnent en synergie. Sources alimentaires de vitamine C : acérola, goyave, kiwi, cerise, fraise, chou vert, persil. Sources alimentaires de vitamine E : huile de germe de blé, germe de blé.

Les oméga 3 Les acides gras essentiels oméga 3 sont indispensables pour nourrir la peau, maintenir son élasticité et prévenir le dessèchement. Leurs vertus anti-inflam- matoires sont aussi précieuses pour lutter contre les coups de soleil.

73

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

Sources alimentaires d’oméga 3 : poissons gras (sardine, anchois, maquereau, saumon), huiles de colza, de cameline, de noix.

Il est indispensable de s’hydrater correctement, buvez 1 à 2 l d’eau pure chaque jour (ou de thé vert riche en antioxydants). Les coups de chaleur sont toujours associés à une déshydratation.

La dermocosmétique des coups de soleil

préVention

Une exposition au soleil modérée et mesurée est bénéfique, les UVB sont indis- pensables à la synthèse de la vitamine D dont le rôle est majeur dans l’organisme. Mais le bronzage intelligent se fait à doses homéopathiques et avec précaution. Car les coups de soleil sont un réel facteur de vieillissement et de cancer de la peau. Même si leur inconfort n’est que temporaire, les dommages, eux, peuvent être permanents. Pour bronzer sans brûler, exposez-vous progressivement en tenant compte de votre type de peau : d’abord 5 à 10 minutes, puis 20 minutes, puis 40 minutes, puis 1 heure.

Le bronzage naturel constitue une petite protection contre les coups de soleil (mais pas contre les efets pernicieux des UVA sur le vieillissement et l’oxydation des cellules), il n’est cependant pas sufsant en cas d’exposition prolongée. Le simple bon sens suppose que vous adoptiez alors l’application d’une crème qui fera écran et limitera les efets des rayons UV.

Choisissez un facteur de protection élevé (SPF30) pour les zones les plus expo- sées (visage, épaules, mains). Optez résolument pour les soins solaires certifiés bio qui ne contiennent pas de substances polémiques pour la santé et polluent moins l’environnement.

74

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

Attention, la tendance est d’utiliser les crèmes solaires pour rester toute la jour- née au soleil. Or, on devrait limiter le temps des séances de bronzage. Certes, les crèmes vous protègent des coups de soleil si vous en appliquez sufsamment et souvent, mais absolument pas des dégâts invisibles que le soleil en excès produit au cœur de vos cellules. Et ce d’autant plus que le corps couvert de crème n’a plus aucun moyen de vous faire savoir qu’il a eu son quota d’UV. Un coup de soleil est aussi tout simplement le signal d’alarme de votre organisme, il vous prévient qu’il faut arrêter l’exposition.

D’une manière générale, vous devriez rester au soleil jusqu’à ce que ça chaufe. Au-delà, mettez-vous à l’ombre ou habillez-vous : chemises et pantalons amples en tissu à mailles serrées, chapeau, lunettes de soleil.

comment apaiser des coups de soLeiL

Une simple compresse d’eau fraîche est souveraine pour apaiser la sensation d’échaufement. Mais certains produits naturels peuvent non seulement soulager rapidement la douleur et la sensation d’échaufement produites par un coup de soleil, mais aussi aider la peau lésée à se régénérer. Mieux vaut agir au plus vite, choisissez d’appliquer l’un ou l’autre, en fonction de ce que vous avez sous la main pour intervenir rapidement. Attention, la prudence recommande de ne pas s’exposer au soleil avant la guérison complète.

Option yaourt, toujours à portée de main Appliquez en couche épaisse du yaourt entier nature sur la zone échau f ée. Laissez poser 10 minutes avant de rincer. E fet frais et apaisant rapide.

Option huile de calendula, pour apaiser en profondeur Cette huile est à utiliser spécifiquement pour apaiser l’inflammation et l’irrita- tion, après avoir refroidi la peau à l’eau fraîche.

Avec une bonne quantité d’huile, massez délicatement la zone touchée. Laissez pénétrer. Répétez plusieurs fois par jour.

75

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUP DE SOLEIL

Pour renforcer l’efet du calendula, versez ensuite 3 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic (lavandula spica) pure. Attention : ne pas utiliser la lavande aspic si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou s’il s’agit d’un enfant de moins de 3 ans. Préférez alors l’huile essentielle de lavande vraie (lavandula angustifolia).

Option hydrolat de menthe poivrée et/ou de lavande Pour calmer le feu du soleil, aspergez généreusement une compresse d’hydrolat et appliquez-la sur la zone meurtrie. Les hydrolats sont des produits délicats, très appréciables pour toutes les peaux fragiles, celles des petits et des grands. La sensation de légèreté et de fraîcheur qu’ils procurent est très confortable.

Complétez ces informations avec les conseils dermocosmétiques des brûlures superficielles (page 43), toutes les recettes et astuces s’appliquent également aux coups de soleil.

76

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

Couperose

Fiche d’identité

Qui est concerné : 15 % de la population, 3 femmes pour 1 homme.

Les symptômes : des rougeurs et des vaisseaux apparents sur le visage.

Les mécanismes : une anomalie de la microcirculation sanguine du visage

associée à une peau fine et sensible. Les aides possibles : des mesures préventives et des soins locaux pour atténuer les rougeurs.

Ce qui se passe

La couperose touche plus particulièrement les personnes au teint clair. Elle se caractérise par une rougeur sur certaines zones du visage : les joues, le nez, la zone médiane et parfois le menton. D’abord, les petits vaisseaux du visage se dilatent en passant brutalement du froid au chaud et donnent le feu aux joues, c’est le flush. Au bout de quelques instants, la rougeur disparaît, mais pas toujours. Car avec le temps et à force d’agressions, les petits vaisseaux perdent de leur élasticité et les rougeurs dif uses deviennent permanentes, c’est l’érythrose. Puis, les vaisseaux finissent par former des lacis rouges visibles par transparence – les télangiectasies – sur les ailes du nez, les joues ou le menton.

Concrètement, la couperose concerne les peaux fines et hypersensibles, celles-ci sont facilement irritables car leur seuil de tolérance est bas et elles présentent des réactions exagérées vis-à-vis des agressions de l’environnement. Sans que l’on

77

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

puisse en déterminer l’origine, il y a chez elles une anomalie de la régulation de la température du visage à cause de la fragilité des capillaires, les vaisseaux les plus fins de l’organisme. Ces capillaires ont à s’adapter sans cesse à l’environnement et agissent comme un véritable thermostat. Ainsi, ils subissent d’importantes variations de diamètre pour réguler le flux sanguin en fonction de la tempéra- ture et peuvent finir par éclater et devenir visibles sous la peau.

La couperose est considérée comme une des manifestations de la rosacée, les mêmes phénomènes vasculaires en sont la cause. Pourtant, cela ne signifie pas que l’évolution de la couperose vers des problèmes plus conséquents soit inéluctable. Absolument pas ! Au stade léger, quand les rougeurs surviennent de façon épisodique, certaines mesures simples les empêcheront de devenir permanentes. Si la couperose est installée avec des rougeurs permanentes, le phénomène est irréversible et des soins ciblés limitent le préjudice esthétique. Au stade des télangiectasies, la régression n’est plus possible, seuls des traitements au laser ou par électrocoagulation peuvent les faire disparaître. La prévention est dès lors essentielle afin d’éviter l’exacerbation des symptômes.

Afin d’éviter les rougeurs, il n’y a pas de secret, il faut apprendre à repérer les facteurs déclencheurs pour mieux les esquiver.

Le soleil et la chaleur Appliquez une crème solaire au facteur de protection moyen ou élevé (15 à 30) quand vous êtes à l’extérieur, en été portez un chapeau à large bord. Plus que les UV, c’est la chaleur qui provoque une dilatation importante des capillaires, un brumisateur d’eau thermale est votre meilleur allié pour vous rafraîchir rapi- dement le visage. Évitez le sauna ou le hammam, ainsi que les bains ou douches trop chauds.

Le vent et le froid Ils mordent la peau et ont tendance à faire éclater les petits vaisseaux. Protégez- vous autant que possible le visage avec une écharpe.

78

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

Les écarts de température Passer du froid au chaud ou vice versa crée une perturbation et demande une élasticité des vaisseaux sanguins qui peut conduire peu à peu à une insufsance vasculaire. Respectez si possible des paliers progressifs pour ne pas faire subir aux capillaires un choc brutal.

Les excitants Café, alcool, tabac peuvent entraîner une dilatation des vaisseaux, responsable de l’exacerbation des rougeurs. Supprimez-les de votre quotidien.

Les plats ou les boissons trop chauds et les mets épicés Ils élèvent la température interne et peuvent être à l’origine des flushes. Mangez et buvez tiède.

Le stress La gestion du stress est un excellent moyen d’apprendre à contrôler autant que possible les émotions intenses qui s’accompagnent de rougeurs intempestives. Relaxation, méditation ou la pratique de la respiration abdominale. Voir à ce sujet notre fiche pratique « La respiration abdominale » (page 242).

Les facteurs hormonaux de la ménopause Ils sont susceptibles d’aggraver la couperose, les boufées de chaleur favorisent nettement le développement des lésions vasculaires.

Certains médicaments Évitez notamment les vasodilatateurs ou la cortisone (en accord avec votre médecin évidemment).

Les cosmétiques à base d’alcool Ils doivent être bannis, car ils sont irritants.

79

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

Les causes de l’apparition de ces petits vaisseaux dilatés sont nombreuses. Parmi elles, il faut évoquer les phénomènes internes de mauvaise digestion qui provo- queraient des poussées congestives au niveau du visage.

Beaucoup de problèmes digestifs sont dus à une mauvaise mastication et à une constipation. Il s’agit alors d’éviter les repas trop copieux, de prendre le temps de bien mâcher et de mettre l’accent sur les aliments riches en fibres et en antioxydants : céréales semi-complètes bio, fruits frais et légumes de saison. Il sera bénéfique de pratiquer une cure de détox des intestins et/ou du foie. Voir à ce sujet notre fiche pratique « Les cures de détoxication » (page 228).

Il est aussi recommandé de renforcer le système capillaire veineux. Souvent, des jambes lourdes ou des varices, signe d’une insufsance veineuse globale, sont associées à la couperose. Certaines plantes ont une action sur la circulation sanguine et contribuent à atténuer la couperose : la vigne rouge, le mélilot, le marron d’Inde et le fragon.

Les nutriments anticouperose

Pour participer de l’intérieur à la lutte contre la couperose, les nutriments qui ont une action sur la circulation sanguine et augmentent la résistance des capil- laires sont à privilégier.

Les polyphénols Cette famille de pigments antioxydants présents principalement dans les fruits et les légumes comprend entre autres des anthocyanines et des flavonoïdes. Ils stimulent la circulation sanguine, augmentent la résistance veineuse et dimi- nuent la perméabilité des capillaires. Sources alimentaires : myrtille, cassis, raisin rouge, agrumes, kaki, pomme, brocoli.

80

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

La vitamine C Elle participe à la synthèse du collagène, le tissu qui garantit la souplesse et l’élasticité des parois des vaisseaux. C’est également un élément antioxydant important pour prévenir le vieillissement prématuré des vaisseaux. Sources alimentaires : acérola, goyave, kiwi, cassis, fraise, cerise, papaye, mangue, citron, orange, chou vert, persil, brocoli, épinard.

La dermocosmétique de la couperose

Si votre couperose est naissante, il est possible d’adopter une dermocosmé- tique sur mesure afin de prévenir l’apparition de télangiectasies disgracieuses ou de rosacée sur le long terme. Une alimentation revue, un nettoyage et surtout une hydratation de la peau seront au programme.

Si en revanche votre couperose est installée (petites veinules bien apparentes), il ne faudra pas espérer l’ef acer avec la dermocosmétique. Votre dermatologue vous proposera peut-être l’électrocoagulation qui reste un procédé des plus e f caces. Rien ne vous empêche cependant d’adopter les gestes préventifs pour la suite…

La peau sujette à la couperose est particulièrement fine et sensible, sa fonction barrière est déficiente ce qui la rend encore plus perméable aux facteurs irritants. Il faut choisir des produits de soins qui restaurent la barrière cutanée, protègent des agressions et renforcent le réseau capillaire.

Arrêtez le savon et les produits moussants trop alcalins et desséchants, ne laissez pas non plus l’eau de la douche ruisseler sur le visage. Le démaquillage ne doit pas être irritant, n’utilisez aucun produit avec alcool ou parfum. Enfin, les exfoliants en grains trop décapants sont à proscrire. Ne frottez jamais trop vigoureusement votre peau quel que soit le soin que vous lui prodiguez.

81

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

Pour vous démaquiller, évitez les disques de coton, non seulement ce n’est pas très écolo, mais cela peut aussi être trop agressif. Du bout des doigts, appliquez directement une huile végétale d’amande douce ou de noyaux d’abricot ou essayez le liniment oléo-calcaire : il désincruste les résidus du maquillage sans abîmer le film hydrolipidique. Passez ensuite un coton imbibé d’hydrolat ou une éponge humide essorée pour essuyer. Voir à ce sujet notre fiche pratique « Les rituels de soins maison » (page 217). Pour nettoyer le visage en profondeur mais doucement, adoptez l’argile blanche ou rose : déposez dans la main 1 cuillère à café d’argile et ajoutez un filet d’eau pour obtenir un lait. Appliquez le mélange sur le visage en massant délicatement. Rincez à l’eau avant de sécher à la serviette. Tonifiez avec de l’hydrolat d’hamamélis astringent, ou un hydrolat au choix parmi ciste, immortelle (hélichryse italienne), camomille allemande. Vaporisez directement sur le visage et sécher en tamponnant délicatement.

Matin et soir, un soin à base d’huiles végétales et essentielles, renforçant le réseau sanguin et prévenant l’inflammation, est indiqué. L’idée est d’appliquer sur les zones sensibles quelques gouttes d’un sérum huileux pénétrant, avant d’appliquer sa crème.

Sérum antirougeurs

Pour 50 ml de sérum Dans un flacon en verre (ou en plastique) ambré, bleuté, ou en alu de 50 ml, versez successivement :

30 gouttes d’huile essentielle d’immortelle (helichrysum italicum) 15 gouttes d’huile essentielle de lentisque pistachier (pistacia lentiscus) 15 gouttes d’huile essentielle de ciste ladanifère (cistus ladaniferum) 10 gouttes d’huile essentielle de matricaire (matricaria recutita) 10 ml (environ 1 cuillère à soupe) d’huile végétale de calophylle ou d’arnica

82

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

Finissez de remplir le flacon avec de l’huile végétale de chanvre. Le sérum est tout vert, c’est normal car l’huile essentielle de matricaire contient beaucoup de chamazulène anti-inflammatoire qui la rend bleue comme de l’encre. Ce sérum ne tache pas la peau. Matin et soir, appliquez quelques gouttes de ce sérum vert émeraude sur la partie couperosée. Massez sans frotter trop fort, jusqu’à bien faire pénétrer. Le sérum sent très fort mais l’odeur s’estompera rapidement sous votre crème de jour. Si vous n’avez pas tous les ingrédients, vous pouvez vous passer de l’un ou l’autre, mais gardez les proportions et sachez que l’huile essentielle d’immortelle est ici garante d’une e f cacité renforcée. Le sérum se conserve 12 mois à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur. Il ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes qui peuvent néan- moins utiliser la formule sans huiles essentielles.

Reste à appliquer votre crème de jour ou de nuit. Une bonne hydratation permet de mieux lutter contre les agressions extérieures. Vous pouvez choisir de remplacer vos produits conventionnels par une huile ou un beurre végétal riche en acides gras essentiels protecteurs ou d’optimiser votre crème préférée avec une huile essentielle. L’huile essentielle d’immortelle (hélichryse italienne) étant un must pour la circulation sanguine, vous pouvez en toute simplicité incorporer dans votre pot de crème favorite (50 g) une dizaine de gouttes. L’huile végétale de chanvre est un incontournable des soins contre la coupe- rose. Cette huile sèche favorise la microcirculation et atténue les rougeurs. Elle peut remplacer votre crème de jour ou de nuit si vous aimez l’idée d’un massage du visage à l’huile. Déposez alors 4 à 5 gouttes d’huile dans la paume des mains, frottez les l’une contre l’autre pour la faire chaufer et appliquez sur tout le visage et le cou. Quand l’hiver est rude, votre crème de jour habituelle n’est peut-être pas suf- sante pour protéger la peau. Le beurre de karité plus riche et plus occlusif sera votre meilleur allié, surtout en cas d’activités extérieures. Prélevez une noisette avec les doigts et frottez vos mains pour la faire fondre. Appliquez en léger massage, laissez bien pénétrer.

83

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

COUPEROSE

j Les conseils en plus de Julien Kaibeck

En cas de couperose, choisissez votre crème de jour ou de nuit avec soin. Tentez de sélectionner une crème certifiée bio dont la formule contient, parmi les cinq premiers ingrédients, au moins deux huiles végétales protectrices de qualité (argan, chanvre, carthame, calophylle, calendula, amande douce…).

N’oubliez pas l’intérêt du maquillage pour atténuer les télangiectasies instal- lées. Inutile cependant d’opter pour des produits très couvrants qui bien souvent empêchent la peau de respirer. Des BB crèmes bio existent. Elles camouflent discrètement les rougeurs autant que les imperfections. Les fonds de teint bio sont également faciles à trouver aujourd’hui. Préférez ceux formulés à base d’huile d’amande douce, de calendula ou de toute huile végétale couvrante et apaisante à la fois.

Complétez ces informations en vous reportant à « Rosacée » (page 148). Les conseils et astuces s’appliquent également à la couperose.

84

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Eczéma atopique

Fiche d’identité

Qui est concerné : 1 enfant sur 4 et 1 adulte sur 10, l’eczéma étant le plus

fréquent des bobos de la peau. Les symptômes : une peau sèche et rugueuse, des lésions rouges, des

vésicules et une forte démangeaison. Les mécanismes : une maladie inflammatoire sur un terrain familial

atopique (allergique) en lien avec un système immunitaire très réactif. Les aides possibles : des solutions locales et un traitement de fond indis- pensable pour apaiser l’inflammation et régénérer la peau.

Ce qui se passe

L’atopie est une prédisposition génétique à faire des allergies. L’eczéma ou derma- tite atopique apparaît à 90 % chez les jeunes enfants avant l’âge de 5 ans, et même le plus souvent avant 18 mois. Le déclenchement n’est pas le même que celui de l’eczéma de contact, qui est une réaction irritative se développant au contact d’un élément allergisant, comme le nickel par exemple, et concernant plutôt les adultes.

L’eczéma atopique est une maladie complexe qui associe une anomalie de la peau et un système immunitaire très réactif. Dans l’eczéma atopique, diférents éléments normalement bien tolérés pénètrent l’organisme par diférentes voies :

digestive, respiratoire, cutanée. Une fois à l’intérieur, le système immunitaire

85

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

prompt à réagir contre les intrus s’emballe et lance une cascade d’événements pour tenter de détruire ce qu’il considère être des agents infectieux. Il émet des sécrétions corrosives pour attaquer ces envahisseurs, qui en réalité ne présentent pas de danger, et libère un agent réactif, l’histamine. Ce faisant, il agresse l’organisme et aboutit à la manifestation de l’eczéma : inflammation de la peau, rougeurs, démangeaisons. Les démangeaisons peuvent être intenses et elles rendent la peau encore plus perméable, facilitant le passage des allergènes de l’environnement.

L’eczéma atopique a une composante génétique puisqu’il se développe géné- ralement dans une famille dont un des membres souf re d’une allergie. Il peut débuter très tôt dans la vie, dès 3 mois, c’est une afection chronique déclenchée par le contact avec un allergène, mais qui évolue avec des poussées aiguës lors de l’exposition à des phénomènes qui relancent l’inflammation ou à de nouveaux allergènes. Chez les nourrissons, le visage est touché, front, joues et menton, mais aussi les parties en relief des bras et des jambes. Même s’il y a des rechutes, l’eczéma s’atténue en général fortement dans l’enfance quand le système immu- nitaire devient mature, les lésions se localisent à ce moment-là dans les plis :

cou, poignets, genoux, coudes. Il disparaît dans 80 % des cas à l’adolescence et même souvent avant l’âge de 6 ans. Quand l’eczéma subsiste chez l’adulte, les lésions se situent fréquemment sur la nuque, les mains, les chevilles et les pieds.

L’eczéma atopique peut prendre di f érentes formes : la peau démange, elle s’épaissit et devient très sèche avec des squames, elle peut aussi présenter des petites vésicules remplies d’un liquide clair qui suinte, et enfin des croûtes. Il peut arriver que l’eczéma se complique d’une surinfection bactérienne, comme l’impétigo. De multiples manifestations du terrain allergique peuvent accompa- gner simultanément ou en alternance les dermatites : allergies alimentaires ou souvent allergies ORL, rhinite et asthme.

86

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Comme la plupart des af ections de la peau, l’apparition d’un eczéma peut être reliée à un vécu psychologique et émotionnel particulier. On parle pour l’eczéma de la maladie de la séparation a f ective : « ex-aima ». Même pour

les jeunes enfants, il est intéressant de poser la question « quelle séparation

a eu lieu au moment du déclenchement de la maladie ? ». La naissance est la

première des séparations et d’autres suivent au cours de la vie : éloignement, décès, rupture ou coupure d’un lien. La localisation des plaques d’eczéma

sur le corps donne des pistes sur l’endroit avec lequel un contact étroit était établi et a été perdu. L’eczéma de la tête d’un nouveau-né est en rapport, par exemple, avec le contact de la tête in utero, qui disparaît définitivement

à la naissance. En pratique, c’est une piste intéressante à explorer surtout

si l’eczéma est sévère, et pour les tout jeunes enfants, la résolution peut être très rapide, il su ft la plupart du temps d’évoquer devant le nourrisson l’élément déclenchant, même s’il ne semble pas entendre, l’inconscient, lui, comprend et les manifestations de l’eczéma peuvent disparaître une fois la composante émotionnelle retrouvée et exprimée.

Facteurs aggravants

Les allergènes alimentaires Pour limiter le développement de certains cas d’eczéma, il est intéressant de supprimer l’exposition aux allergènes, c’est-à-dire aux substances contre lesquelles une réaction immunitaire risque de se mettre en place.

Pour vous repérer, voici les allergènes majeurs :

Chez l’enfant, ce sont le lait, le blanc d’œuf et le poisson. Il faudrait retarder autant que possible leur introduction, au moins jusqu’à ce que le système digestif soit mature, vers 18 mois ou 2 ans. Si la maman allaite, c’est à elle d’éviter de consommer ces aliments. Chez l’adulte et la femme enceinte sur un terrain familial atopique, les légumineuses sont principalement en cause, mieux vaut les supprimer systé- matiquement de l’alimentation – lentilles, petits pois, haricots secs, soja – ainsi que certains oléagineux – arachide et noisette.

87

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Les irritants aériens Les acariens, les moisissures, les poils d’animaux, la fumée de cigarette et les pollens sont parmi les plus importants des allergènes environnementaux soupçonnés d’être impliqués dans l’eczéma. Une seule solution : leur éviction !

Les autres substances irritatives Par contact, de multiples facteurs peuvent faire réagir la peau d’un atopique :

l’eau de la piscine, la colle, la lessive, les colorants des vêtements, les produits d’entretien, les cosmétiques, etc. À l’apparition d’une poussée, il est nécessaire de faire le bilan complet de ce qui a pu contribuer à sa survenue en traitant les causes possibles une par une. La difculté, c’est qu’elles sont multiples, présentes partout et qu’elles peuvent varier selon les moments… Il reste cependant au quotidien des règles simples de prévention à adopter. Les matières synthétiques et la laine accentuent les démangeaisons, seul le coton est sans risque. C’est valable pour tous les tissus en contact avec la peau, y compris les sous-vêtements, les chaussettes et les collants. Évitez les moquettes et les tapis, les couettes ou oreillers en plume. Utilisez le lave-linge, mais sans ajouter d’adoucissant et refaites systématique- ment un nouveau cycle de rinçage ou rincez à la main. N’étendez pas le linge à l’extérieur en période de pollinisation. Protégez vos mains, évitez de faire la vaisselle, même avec des gants en caoutchouc. N’utilisez pas d’eau trop chaude, elle favorise la congestion et relance les démangeaisons, pas de bain prolongé non plus, évitez sauna et hammam. Apprenez à choisir un savon et un shampooing doux et surgras, n’utilisez pas de parfum. La transpiration a un efet irritant sur la peau : ne surchaufez pas votre inté- rieur, rincez-vous rapidement après une séance de sport.

Le stress Le stress a un efet bien réel sur l’eczéma, non seulement il accentue les facteurs inflammatoires, mais il peut aussi mimer les réactions allergiques. C’est ainsi que l’anxiété, les conflits relationnels, le stress lié aux démangeaisons incessantes ou aux difcultés peuvent être en cause dans le déclenchement d’une crise.

88

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Les enfants, mêmes tout petits, sont également victimes du stress. Le massage quotidien de Bébé par ses parents est un excellent moyen de le rassurer et d’améliorer nettement les symptômes de l’eczéma.

Pour les adultes, certaines méthodes sont rapides et concrètes pour savoir mieux gérer les symptômes de la maladie : l’hypnose et les thérapies comportementales et cognitives. Il peut être nécessaire d’y associer une psychothérapie analytique pour tenter d’approcher en profondeur les facteurs psychologiques souterrains.

Pour le naturopathe, l’eczéma est une maladie fortement liée au terrain. Elle nécessite des traitements de longue haleine et passe par la mise en place d’une stratégie globale : alimentation et repérage des facteurs allergènes, réduction du stress, atténuation de l’inconfort de la peau.

bonne habitude n o

Sans tomber dans des restrictions excessives, il est nécessaire malgré tout de supprimer certains aliments, ceux qui amplifient la problématique et provoquent des crises. Comme il s’agit d’une sensibilité toute personnelle, chacun devrait essayer de les repérer mais il est parfois pertinent de faire des tests de sensibilité pour identifier les aliments responsables. Cependant, de nombreuses personnes trouvent un soulagement notable en évitant les produits laitiers animaux et le gluten. Voir sur ce point « Comment déterminer si vous êtes hypersensible au gluten » (page 140).

Remplacer le lait de vache Le lait est l’aliment allergène le plus répandu chez les enfants. Plusieurs cas de figure :

Si la maman allaite, il n’y a aucun risque pour l’enfant, l’allaitement mater- nel exclusif jusqu’à 6 mois est un facteur protecteur reconnu. Il suft que la maman évite de consommer du lait et des produits laitiers.

89

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Les bébés nourris au biberon pourront s’alimenter avec des laits infantiles préparés avec des substituts au lait de vache.

Pour les plus grands et les adultes, il est aussi très bénéfique d’éviter les laitages d’origine animale souvent difciles à digérer, les boissons végétales comme celles au riz, à l’avoine ou à la châtaigne sont de bonnes alternatives.

bonne habitude n o intestinaLe

L’eczéma est aussi relié à un déséquilibre de la flore intestinale. La voie de péné- tration des facteurs allergènes ne se fait pas toujours par la peau, elle peut aussi avoir lieu par les voies digestives, ce qui est particulièrement vrai chez les tout-petits. À la naissance, les mécanismes d’adaptation de la flore bactérienne intestinale sont immatures, ce qui favorise le passage dans le corps de molé- cules mal digérées, cette perméabilité intestinale rend le nourrisson au terrain atopique particulièrement vulnérable aux allergènes alimentaires. La maturité digestive se mettant en place vers l’âge de 2 ans, il est recommandé d’éviter une diversification alimentaire trop précoce et l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois est reconnu comme un facteur protecteur.

Pour les adultes souf rant d’eczéma, le problème est identique, l’inflammation occasionne un relâchement des jonctions de la barrière intestinale, elle devient défaillante et laisse passer des substances qui normalement ne devraient pas le faire.

Certaines souches de probiotiques protectrices, Lactobacillus rhamnosus, jouent un rôle important sur l’intégrité de la barrière intestinale et permettent une meilleure tolérance aux allergènes. Quel que soit l’âge de la vie, les probiotiques devraient faire partie des traitements de fond. Ils peuvent être conseillés dès la naissance, et dans les familles à risque atopique, la maman les prend dès que la grossesse est connue pour préserver l’enfant à naître.

90

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

bonne habitude n o

L’eczéma peut aussi être en rapport avec un déséquilibre des fonctions hépa- tiques. Des cures de plantes comme le desmodium ou la fumeterre durant 10 jours permettent de soutenir l’activité du foie et de faciliter sa déconges- tion. Choisissez en priorité la fumeterre pour réguler les fonctions dépuratives de la vésicule biliaire et du foie. Mais si votre foie est fragile ou sensibilisé, vous préférerez le desmodium. Voir aussi sur ce point notre fiche pratique « Les cures de détoxication » (page 228).

La bardane et la pensée sauvage présentent des fonctions dépuratives de la peau avec un efet anti-inflammatoire important qui soulagent les symptômes de l’eczéma. Après avoir rééquilibré les fonctions hépatiques, vous poursuivrez par une cure comprenant ces deux plantes en synergie pendant 2 mois.

Une fois les allergènes alimentaires identifiés et écartés, la clé est alors de mettre au menu les nutriments susceptibles de contrer les réactions inflammatoires et d’apporter un soulagement.

Les acides gras essentiels L’acide linoléique (AL) de la série des oméga 6 est un acide gras essentiel, c’est- à-dire un lipide que l’organisme ne sait pas synthétiser, il doit être fourni par l’alimentation. En théorie, il peut ensuite être converti en un acide gras insa- turé plus complexe : l’acide gamma-linolénique (AGL), mais en réalité, ce n’est pas toujours le cas et l’eczéma est justement associé à une déficience de cette conversion. Or, cet AGL est d’une importance cruciale, il participe notamment à la cohésion des cellules de la peau et à son hydratation. Avec les acides gras essen- tiels de la série des oméga 3, il agit sur le maintien de l’intégrité de la muqueuse intestinale et réduit l’inflammation. Pour assurer l’équilibre des acides gras, il faut veiller à avoir des apports alimentaires en oméga 3 et directement en AGL. Sources alimentaires d’oméga 3 : huile de lin, graines de lin, huiles de cameline et de colza, poissons gras (hareng, maquereau, anchois, sardine, saumon).

91

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

Sources alimentaires d’AGL : huiles d’onagre, de bourrache et de chanvre.

Les antioxydants Les réactions allergiques font globalement chuter les défenses antioxydantes de l’organisme : vitamine C, vitamine E, et flavonoïdes. Ces antioxydants sont

également de puissants anti-inflammatoires. Sources alimentaires de vitamine C : acérola, goyave, kiwi, cassis, fraise, cerise, papaye, mangue, citron, orange, chou vert, persil, brocoli, épinard.

Sources alimentaires de vitamine E : huile de germe de blé, germe de blé, avocat.

Sources alimentaires de flavonoïdes : thé vert, raisin, oignon, pomme, cassis,

myrtille.

La vitamine D La vitamine D joue un rôle majeur dans le bon fonctionnement du système immunitaire et quand son niveau sanguin est correct, les symptômes de l’ec- zéma s’améliorent. La vitamine D est pour l’essentiel synthétisée par la peau en été sous l’action des rayons solaires, tandis que les apports alimentaires restent anecdotiques. Sources alimentaires : huile de foie de morue, jaune d’œuf, poissons gras.

Les aliments lactofermentés La lactofermentation est un processus de conservation des aliments qui consiste à laisser développer des bactéries probiotiques bénéfiques. Les aliments lacto- fermentés sont extrêmement utiles pour optimiser et assainir la flore intestinale dont l’impact est important sur le système immunitaire. Les légumes lactofermentés : tous les légumes crus peuvent être soumis à la lactofermentation * . Bien meilleurs que les conserves, l’ensemble de leurs nutriments sont préservés. Vous trouverez les plus connus en bocaux dans les magasins diététiques : chou, carotte, betterave rouge. Le kombucha est une boisson issue de la fermentation d’une souche. Son intérêt : un délice sain et pétillant, riche en enzymes. Le kombucha est réputé soutenir l’immunité, équilibrer la flore intestinale et alcaliniser le corps, bien que son goût soit un peu acide comme le cidre. Vous pouvez préparer

* Pour en savoir plus sur la lactofermentation, lisez Des aliments aux mille vertus, cuisiner les aliments lacto-fermentés, Claude Aubert et Jean-James Garreau, éditions Terre Vivante, 2011.

92

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

vous-même votre boisson au kombucha ou l’acheter toute prête (en maga- sin diététique), veillez alors à ce qu’elle porte la mention « non pasteurisé » pour préserver ses qualités nutritionnelles.

La peau sèche des lésions d’eczéma peut entraîner un besoin impérieux de se gratter, or le grattage aggrave l’eczéma, la peau s’enflamme et les démangeaisons sont plus fortes. On entre dans un cercle vicieux dont les conséquences peuvent être graves et douloureuses : écorchures, épaississement de la peau, surinfection.

Adoptez les bonnes pratiques. Coupez les ongles bien courts pour éviter des gestes trop agressifs. Utilisez (en dehors des crises) des crèmes ou des huiles hydratantes. Sur les lésions, l’eau est le meilleur des rééquilibrants cutanés : vaporisez de l’eau thermale en spray. Le poudrage avec de l’argile blanche ou verte permet de calmer les déman- geaisons et favorise la cicatrisation de façon très e f cace. Utilisez l’argile en poudre surfine à la façon d’un talc sur les rougeurs. L’hydrolat de camomille romaine pour les enfants ou de camomille matri- caire pour les adultes désinfecte et apaise les démangeaisons. Appliquez-les sous forme de compresses ou en les vaporisant directement sur les lésions.

La dermocosmétique de l’eczéma

Pour diminuer l’inconfort et corriger les désordres d’une peau eczémateuse, les produits de soins sont à choisir avec prudence. E fectuez une toilette douce et luttez contre la sécheresse en suivant les consignes suivantes.

93

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

1 er

La sensibilité particulière des peaux atopiques nécessite l’utilisation de détergents doux et si possible sans savon. Utilisez un gel moussant bio sans savon ou un pain dermatologique bio sans savon, évitez à tout prix le parfum synthétique et la lanoline dans les formules. À défaut, optez pour un savon naturel surgras saponifié à froid (logos ADNS ou ASAF).

Lors de la toilette, évitez l’eau trop chaude et les bains prolongés. Prenez plutôt des douches à température modérée.

Dans certaines régions l’eau est douce et bénéfique à la peau atopique, dans d’autres, au contraire elle est très calcaire et devient irritante. Dans ce cas, espa- cez les bains ou ajoutez un petit verre de vinaigre de cidre bio dans l’eau du bain pour l’adoucir.

Le bain à l’avoine calme les démangeaisons et atténue les rougeurs. Voir comment procéder dans notre fiche pratique « Les rituels de soins maison » (page 217).

Séchez-vous très soigneusement après chaque toilette et appliquez toujours un produit hydratant pour renforcer le film hydrolipidique et rétablir la fonction barrière de la peau.

e

L’anomalie des couches supérieures de la peau rend indispensable l’hydratation, et parfois plusieurs fois par jour.

En période de crise, il est recommandé d’éviter l’application de produits cosmé- tiques sur les lésions, même ceux estampillés « peaux atopiques ». Les cosmétiques pourraient aggraver l’eczéma, certains contiennent des composés irritants, et d’autre part ils favorisent l’apparition de germes infectieux dont les toxines sont des allergènes majeurs. En revanche, quelques gouttes d’huile végétale de

94

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

bourrache, d’onagre, de calendula ou d’argan sur les lésions peuvent se révéler remarquablement ef caces et sans efet secondaire.

En dehors des crises, veiller à maintenir l’hydratation de la peau avec l’applica- tion des mêmes huiles riches en acides gras essentiels, ou celles d’avocat, de calendula ou encore du beurre de karité.

L’aloe vera est également un bon émollient, il favorise la cicatrisation des plaques d’eczéma. Si vous n’aimez pas la sensation d’huile dans les plis (derrière les genoux, sous les aisselles, sur l’aine…), mélangez à parts égales du gel d’aloe vera 100 % naturel et bio avec du macérat huileux de calendula. Secouez bien ce mélange avant chaque utilisation pour l’émulsionner. Attention, la présence de gel d’aloe vera rend la préparation plus fragile au niveau de sa conservation. Si vous avez mélangé le gel et l’huile dans un même flacon, veillez à utiliser le produit dans les 3 semaines après ouverture et à le conserver à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur.

Le beurre de karité est une bonne base pour masser la peau des bébés, il atténue les démangeaisons, participe à la réparation de la peau abîmée et dépose une pellicule protectrice tout en laissant respirer la peau. Il est extrait des amandes de la noix de karité du Sahel et est utilisé depuis des siècles en Afrique pour nourrir, soigner, masser les bébés, embellir la peau et les cheveux. Il contient des vitamines A et E, des acides gras essentiels. Il redonne de la souplesse à la peau et agit très e f cacement sur les irritations grâce à ses propriétés cicatrisantes et apaisantes. Pour l’utiliser, une très petite quantité est su fsante : prélevez une noisette de beurre et faites la fondre doucement entre les mains avant de l’appliquer.

j Les astuces en plus de Julien Kaibeck

Pour l’eczéma des nourrissons (peau atopique), un massage matin et soir après la toilette avec une noisette de beurre de karité chaufé dans la main

95

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

ECZÉMA ATOPIQUE

fait des miracles. Dès 3 mois, il est possible d’ajouter à votre beurre de karité 1 % d’huile essentielle de camomille allemande (matricaria recutita), pour un efet encore plus ef cace sur les démangeaisons et les rougeurs. Repère :

pour 10 grammes de beurre de karité, diluez 2 gouttes d’huile essentielle.

Pour un eczéma « en gouttes » ou suintant (souvent situé sur les mains), il est possible de pratiquer plusieurs soins dermocosmétiques adaptés. Chaque jour, on baigne la zone dans une eau tiède additionnée d’argile verte. Comptez 10 minutes au minimum de bain des mains dans une bassine d’eau tiède avec un petit verre d’argile verte dilué. Massage à l’huile de nigelle à volonté ! 1 fois par jour si possible, on applique un cataplasme à l’argile verte enrichi en huile végétale sur les zones touchées.

Cataplasme à l’argile verte

Pour un cataplasme Dans un bol en verre ou en céramique, versez :

1 cuillère à soupe d’argile verte ultraventilée en poudre 1 cuillère à café d’huile de bourrache ou de nigelle 2 à 3 cuillères à café d’eau minérale ou, mieux mais plus cher, d’hydrolat de lavande vraie Mélangez avec une cuillère ou une spatule en bois ou en plastique jusqu’à obtenir une pâte lisse et épaisse. Appliquez cette pâte en couche épaisse sur la zone à traiter. Maintenez l’argile en place grâce à un bandage humide. Laissez poser 30 minutes au moins avant de rincer et de sécher. Ce cataplasme aura pour e f et d’assainir la peau et surtout de favoriser une cicatrisation plus rapide.

96

Dans tous les cas sauf bébés, les capsules d’huile d’onagre à prendre par voie interne sont un must. Des études ont prouvé l’e fet bénéfique de l’huile d’onagre prise par voie orale sur l’eczéma. Les composés lipidiques de l’huile agissent en efet sur l’inflammation qui diminue et sur la régénération de la peau qui retrouve sa souplesse. La dose recommandée varie selon les marques donc respectez-la.

n° de commande : IZ1400360355.7392.5525

SOS peau au naturel

HERPÈS

Herpès

Fiche d’identité

Qui est concerné : en France, 10 millions de personnes développent un

herpès labial, et 2 millions un herpès génital. Les symptômes : des vésicules le plus souvent sur la bouche ou les parties

génitales. Les mécanismes : une maladie virale très contagieuse due à l’Herpes

simplex virus. Les aides possibles : des soin