Sunteți pe pagina 1din 58
REVUE D'ASSYRIOLOGIE ET D’ARCHEOLOGIE ORIENTALE puBLIBE, SOUS LA DIRECTION DK V. SCHEIL 2 F. THUREAU-DANGIN _ XxIr Votume. Ne 1-2. 1924, LA CORRESPONDANCE DE WAMMURAPI AVEC SAMAS fASIR Pan F. THURKAU-DANGIN Les soixante-dix-sopt lettres que j'ai publiées dans Je tome VII des Textes ennéiformes du Louvre proviennent de Senkerch et sont toutes adressées au méme personnage, un fonctionnaire de Hammurapi, Samas-basir, qui résidait & Larsa et le territoire annexé au royaume de Babylone a la administrait le domaine royal dat “faite de Rim-Sin'. Elles sont done postérieures A la vingt-nouvieme mmurapi (voir Chronologie des dynasties de Sumer et d'Accad, p. 41). ot probablement aussi 43 (dont la suseription a disparu) sont du roi lui~ idait alors & Sippar (voir n° 11, 1. 8; n° 22, 1. 27; n° 41, 1. 7). Vingt- six lettres (n’ 44 a 69) sont d’un ministre du roi, appelé Awél-Nin-urta. Parmi les huit derniéres, les n® 70 & 73 semblent, comme les précédentes, émaner do l'admi- histration centrale (Jettres de Taribatum, Idiniatum, Knlil-kurgalani), le n° 74 est de i ondant bien connu de Hammurapi, le n® 75 d'un personnage , dont la situation est mal définie, enfin les n° 76 et 77 sont im, qui correspond a asir pour afaire personnelle. Une partie des lettres de Elammurapi sont adressées, en méme temps -qu’a Si dun cy 1. Parmi tes lettres de ‘qn poareit feo le nde 2. Le mene Sin’ Fs publies par Lut. (arly Bayt. Lettors|, yuelywes-unes sont dan rsonniage que-le correspondant de Mammurapi- est mentionné dans la loxtre Await Nin-urta. n* 68. NX Reerue WAweyei 2 F. THUREAU-DANGIN hasir, a ses collaborateurs, dont quelques-uns sont nominativement désignés : Marduk- sir, Sin-musallim, Idin-Sakkan, Ti-ublam, Une partie du domaine royal était lonée & des colons. La terre lonée s‘appelait eyil bilti (cf. ne 18, 11. 5 et 8; n° 22, 1. 6; n° 39, Il. 8 et 13; n° 42, 1, 2), et le colon était désigné par le terme de nasi bilti « porteur de loyer » (n® 35, 1. 10; comparer Code, XII, 7, 13, etc.), ou par celui d’issakku, mot A mot : « remplagant, tenant liew (du propriétaire)? » (cf. n° 8, Il. 4 et 14; n° 23, I. 4, 18 et 26; n° 39, Il. 4 et 23; n° 65, Il. 12 et 17). Parfois ces colons cultivaient a deux (ef. n° 39) ou & plusieurs (ef n° 23) la méme terre. Le n° 23 a trait au partage d'une grande terre entre deux éqnipes de colons qui jusque-Ia la cultivaient en commun. Chaque équipe a son chef. Crest organisation hiérarchisée qu'on retrouve dans toutes Jes professions. Comme Je montre l'expression mar issakki (n° 8, Il. 4 et 14), on était ASaklew de pore on fils. Une lettre de Hammurapi & Sin-idinnam' a trait au cas d'un issakkw et de ses enfants que Sin-idinnam a inscrits parmi les gendarmes. Comme Tintéressé a pu faire la preuve qu'il appartient a la classe des issakiu, le roi le replace sous Jes ordres de son chef d’équipe et onjoint a Sin-idinnam de fournir ax gendarmes des remplacants en échange des enfants qui doivent étre rendus a Métat de leur pére. Le loyer était payé en grain (se Billi « grain de loyer », ef. n® 18, 1.19: n® 28, 1.5) Les palmeraies formaient une autre sour entretenues par des « jardiniers » (nukaribbu, n° 26, 1. 12) qui versa produit des dattiers (cf. n° 34); au mois d'Ab, ou pl la quantité des dattes vertes (whinu) Mait évaluée sur les arbre tard, on Tisri, au momont de la récolte, le aukaribbu devail ve moitié ou les deux tiers de cette quantité en dattes untires (suluppu)*. Le domaine com prenait encore des bois (géstu) qui étaient exploités par des agents forestiors (cf, n® 20) an mois d’Etul, 1n ou deux inois plus is ginéralemed selon te cas, Ja 1. N+ 43-de la publication de King | — Unga, a" 394. 2 Ceci résulte ane serie de is de Samaiasir avec des nulartbi (NO, 888%, B83, 8381, 828, $885, 8590, 4898, 8394, 6995, 8307 4 H1L2, indtits. Voied, par ex pn de A, 83K ple, Ja trans BEES Y PE ger uc Tyner Vi, 3 mit do dation verte, suduppam 2b hi-taca-an anit en dates mAves, complser aux 2/2, tt FE] que 4 gur 4fo, 2 mat, Helga er: gorge it pea ee nukavibbum “Adad-éris Jatlinier : Adwd-tris. warebearrttun tim sham ba-val-la Au de Tisri, le 9 jour, suluppamn imaddait il versera les daties mires. mabar “Nin-w'ta-ellat-2 Dewant Nin-vrla-ellassn, malar Metiilim itarim 1, entivatenr, LA CORRESPONDANCE DE. JANMURAP! AVEC SAMAS-IASIR 3 Une importante partic du domaine royal servait A assurer la subsistance d'un nombreux personnel, composé de milit; do tout métier : seribes, devins, « et de fonetionnaires, ainsi que d’hommes suitcurs, orfovres, lapicides, magons, ouvriers en bois ou en métal, tisserands, vanniers, boulangers, pécheurs, oiscleurs, pa- tres, etc., attachés au service du roi, Parmi ces serviteurs du roi, les uns étaient directement entretenus par le roi qui leur fournissait viyres et vétements; on les appelait malar ipri, c'est-a-dire «entretenus » (ef. n° 48, 1. 13, et n° 67, 1. 9). Les autres, et eétait le plus grand nombre, recevaient. en rémunération du service (iku) quils devaient au roi, Ii jouissance d’'un petit fief constitué par un champ pris sur le ine royal et désigné par Vexpression eqhe kurummatu', cest-i-dire « champ ali- » (cf. n° 2, 1. 95 n" 3, LSet passim)’. Co champ mesurait av minimum 1 bur {plus de six hicetares*), souvent 2 bur ou plus. I était quelquefois attribus, non pas & un in un groupe d’hommes de iméme profession; on trouve, par exemple, mention d'un champ de 24 bur « livré aux oiseleurs » (cf. n° 66 et comparer n* 6, 13 et 30). Si les obligations de son service ne laissaient pas au possessenr dur fief le loisir de le cultiver, il le louait (ef. n°* 14, 65, 69, 73, 77). Le reprenait Ja disposition du fief, lorsqu'il était ahandonné par son possesseur (cf. n° 17 et comparer Code, §§ 30 et 31) on at In mort de celui-ci (ef. n° 67). Kn prineipe, Je possesseur qui s’acquittait du service lié au fief ne devait pas étre troublé dans sa joui Si, exceptionnellement, il était privé de la totalite (ef. n°*58, 59, 60,76, 77) ou une partic (ef. n% 55 et 68) de son fief, il avait droit & recevoir d’autres terres équi- valentes en échange. Kin régle générale, les fils, & condition toutefois d’étre majeurs (ef. n° 53 et Code, §§ 28 et 29), obtenaient le lief de leur pére, cc qu'on appelait « le champ de la maison paternelle » (eit 6f abi, cf. n™ 12, 16, 33, 40, 43), ou tout au moins une partic de ce champ (cf. n% 24 et 28), et de du, mais A une collectiv sient au roi le méme service que lour pére magyar Ab-tun devant Ablom, malar “Sin-bnini-i devant Sin-¥ant. ina hunulskéit 8thi barimn Avec les sceanx dos moins, (Ia tabletto; est prinee. rooeralratatiann dan 2h) Mois d"Eial, 21° jour, tate Yercam-mie-rapi lasyat année 06 Le roi [umunrapi, deity) “Une lit-l-tc fla voix dB) ied Ma-vil® les murs de Mati @ Ma-nbyi-a et Malia muc-unerulol otrnisit Hour la proportion des 2/8, comparer VS. VH, nt 34; ans, Code, § 64, at I 18.15, 444, 1, Pour cette toot ef ebdlessous, pe ym. Te 2. Parmi les personnes auxqaelles Je roi accorde un fief, on trouve une fois mentionnés des serviteurs sun tomple (le tenyple ie Samad a Larsa, ef. 27). 3. C4. Ken, U’Asegr., XVM, po 18. 4 &. THUREAU-DANGI (cf. n° 64). Lorsque le roi accorde un fief & l'un de ses serviteurs, c'est de préférence sur emplacement méme de l'ancien champ paternel, ou,,si ce champ n’est pas libre, dans son voisinage (voir n°* 4, 51, 54). Le droit de vente était limité. Voiei quelle parait étre sur ce point In législation de Hammurapi, manifestement dominée par la préoccupation de maintenir le lien entre le service (ilu) et 1a terre, de ne pas laisser aller la terre & qui ne s‘acquitterait pas du service ou sen acquitterait imparfai- tement : 1° d'un fragment détaché du Code (fr I, col. THI’) il semble ressortir que nul possesseur de fief* ne peut acquérir le fief voisin : ce serait 'interdiction du cumul ; 2 un militaire (réd@ ou béiru*) ne peut vendre son fief (§ 36), il ne peut non plus en rien distraire en faveur de sa femme ou de st fille, ni pour Vacquittément de ses dettes {§ 38). Il ne peut disposer que d'un bien qu'il aurait acquis de ses deniers (§ 39); 3° tout autre possesseur de fief peut vendre son fief et 'acquérenr doit le service (§ 40) Nous trouvons dans les lettres Vapplication de ces régles. Le n° 57 mention champ vendu par son possosseur et inscrit au nom de l'acquéreur comme son. « chi alimentaire », Bien que les qualités du vendeur et de Vacquéreur ne soient pas indi- quées, il est évident que ce cas-entre dans coux prévus par le § 40. D'aprés le n° 56, un certain Samai-kima-ilia aurait acheté un champ & Gimillum lorfevre : « selon ta loi royale », ce champ doit faire retour au vendeur. Il est probable qu était déja possesseur d’un fief : ce cas serait celui que vise le passage précité du frag- ment I. Enfin, d’aprés lo n° 38, un bairu aurait acheté 1 bur de terre tun rédi qui ensuite revendique le bien yendu. Ce qui justifie en apparence Ix revendication du vendeur, cest que le § 36 interdit & un rédit de vendre son champ et qu’en vertu du § 37, le conitrat, en cas de vente, est annulé, l'aequéreur perd Ja somme qu'il a versie et Je champ fait retour au vendeur. Mais, en I'espece, Paciucrour fait observer q sila bien acheté 1 bur, il a laissé 2 bur au vendeur. Le ri décide que, si le fait est exact, V'acquéreur ne doit pas étre inquiété. Crest Je cas privu par le § 39: les 2 bur représentent le fief inaléniable; quant au bur qui est Vobjet de la vente, il ne fait pas partie du tief et la vente en est libre. Qui s‘agit d'un fief ou d'une terre a loyer, le proneur devait dabord obtenir du baillour, c'est-A-dire du roi, un titre, un « bail » (esihtw, ef. n® 7, 1.7; n° 8, 1. 125 n? 11, 1.245 n° 26, 1. 4; n° 80, 1. 6; n° 39, 1, 25). Ce titre était aust plus général de kaniku, kanihtw, © acte scel ne 63, 1.6; n° 71, 1. 10). Apres avoir ot Samas-kima-ilia igné par le terme 9 (of. n° 11, 1.19; n" 87, 1.17; ne 51, 1.93 bail, le fief devait otve ved » (nadtann), 1. Schell, Temes slar.-sem., 1V, p. 8. Linterdiction formutée par ce parazraphe ne pout dire gonérate et, Selon Unite vraisoni lance, me vist les possesseurs de fiefs. 3. Le Code ajoute le nai bilté qui, nous Vavons vu, est le locatains, te estou. LA CORKESPONDANCE YAMMURAPL AVEG SAMAS WAstR 5 A cet effet, le prenenr, muni de son titre, se rendait auprés de l'autorits chargée de lui faire prendre possession (susbutu « faire saisir », n° 11,11. 4, 25, 27, Sufam/t « fournir », n° 25, Il. 6 et 9; n°55, |. 16) en lespdce auprés de Samas-hisir. Celui-ci, on I'un de ses employés, lui « délimitait » (paldu, n° 15, 1. 8; ° 31, 1.7; n° 32, 1.6; n° D4, 1. 25 et 28) un champ conforme aut bail, et la prise de possession du fief était symbolisi par la plantation d’un piquet (sikkata mahdsu, cf. n? 31, 1. 8; nt 41, I. 10 et 19; ne 77, 1. 27). Hest bien a noter qu’en tout ceci, il n'y a pas transmission de propriété. Le terme nadénu qu'on traduit si communément par « donner » n'a jamais ee sens et ne signifie pas autre chose que « livrer »'. Le ehamp livré devient In « possession » (sibtu, n° 28, 1. 4; n° 36,1. 5; n° 43, 1. 5’) du pteneur, il est «days sa main » (ina gatis basa, n° 12, Il. 12sq.), il n'est pas sa propriété. La langue aceadienne est, a cet égard, dune précision que nos langues modernes n’alteignent pas toujours. Samat-Lyisir parait avoir cu un nombreux personnel administratif sous ses ordres Nous avons vu que les noms de quelques-ims de ses principaux collaborateurs sont connus par les suseriptions des lettres. Le territoire ott il exergait son antorité semble avoir été divisé en secteurs; ainsi, nous trouvons mention du « secteur d’Ubar- Samas » (n° 50, I. 6 et 11) ct du « secteur 'Abil-ilim » (n* 57, 1. 9). Le petit per- sonnel dont il disposait se composait Parpenteurs (abu asli, n° 22, 1. 24) et d’agents appelés satamme (ef. n° 15, 1. 7; n° 21, passim; n° 22, 1, 24). Une lettre dénombre en quatorve équipes et deux groupes, dont l'un est sous les nililda-hoti et Vantre sous les ordres d’un certain Ba-rabi ordres d'un certain (ef. n° 21). Parmi les lett Jes unes ont simplement pour objet d’annoncer le bail d'un fief ou d'une terre a loyer, les autres ont trait & des questions variées intéressant Vadminis- abus de pouvoir, usurpation, aliénation ou abandon de fief, in- rigation, rupture de digue, déprédations dans les bois doma- sir, telle autre réclame des tration da domaine : suffisance dean pour | niaux, etc. Telle lettre répond A une demunde de Samat renseignements ou des éelairsissements. Le roi transmet les plaintes dont il a été saisi et indique la suite & leur donner; Je plus souvent il laisse & Samas cher la question de fait apres enquéte sur place, Telle lettre convoque pour une revision istration Samai-hisir et ses collaborateurs qui doivent étre des arpenteurs et agents ayant servi Vexéeution ir le soin de tran- générale de leur adini porteurs de toutes leurs pieces et tre accompagn sous leurs ordres (n® 22). Le roi se plaint souvent du retard apporté sos ordres : dans tel cas, ses serviteurs ont attend huit mois entiers sans obtenir | terres auxquelles ils avaient droit (cf. n? 14, 1. 6). Méme écho dans les lettres dA) 1. Ch Incentaire wee Tall. dle Tello, 1, pe, note 1. . THUREAU-DANGIN Nin-urta, mais ici le ton est un peu diffrent. Pour stimuler le zéle de son corres- pondant, le ininistre fait volontiers valoir la situation occupée par lintéressé, les ser- vices qu'il rend, la convenance de ne pas faire attendre un homme occupé, un fone- tionnaire. Nos lettres appellent, au point de vue lexicographique et graminatical, quelques observations de détail qui trouveront place dans les notes, Nous nous limiterons ici a une observation intéressant ensemble de ces documents. Au temps de la premi¢re dynastie, Jes lettres conservent la forme d'un message oral. Filles débutent par la for- mule invariable suivante : & un tel dis ceci, en ces termes (parle) un tel’. Ce petit di cours liminairo siadresse au messager et ce qui suit, c'est-a-dire le corps méme de la lettre est consé étre le discours que, au nom de celui qui l'envoie, le messager tiendra A celui auquel il est envoyé, Tl en résulte cette conséquence qu'on éerivait, par exem- ple, non pas : je te fais porter la présente lettre, mais je te l'ai fait porter (ustdbilak- kum, ef. n° 60, Il. 9 et 15); non pas : je t'éeris (ceci), mais je te (I"jai écrit (aspural- kum®, ef. n° 54, 1. 11). Le présent est aon pas le moment oi la lettre est écrite, celui of elle parvient a destination, plus exactement celui oii le messager est censé en réciter le texte devant le destinataire. 1] importe, en pareil cas, d’éviter une traduc~ n trop littérale qui pourrait préter & confusion. Le prétérit ext souver le présent. a rendre par Dans la transeription, nous nous sommes conformé an systéme d’accentuation communément usité, sauf en ce qui concerne les signes as (-- =), Su (= EY) et sa (= "ETD que nous avons cru pouvoir libérer de leurs accents. Nous avons, au contraire, distingué par un accent 3 YP), trés peu usité au temps de la premidre dynastia’. Les éléments tels que din et é-bi, wu début des noms propres, ont été main sous cette forme, sans restituor la consonne double que voudrait l’étymologie'. Le présent travail était déja entre les mains de l'imprimeur, lorsque j i regu de G. R. Driver Vobligeante communication des épreaves de son ouvrage Letters of the First Babylonian Dynasty. Les lettres publiées par Driver sont, comme celles qui gite. sont étudiées i i, adressées 4 Samac-lisir et proviennent vertainement du ind Ces deux séries offrent matiére a d'intéressants rapprochements, ments de la formule sunérie ef. Ungnad, OLZ., 1918, p. 115. (Voir ei-deseons, n* 60, b 15.1 Mot a mot « je Cai envoyé jun messager) ». Lemploi de aprirw avre te sens dhe w Geri » st a ‘veau tmoin de Fancien earactire oral du message, 3. Si peu usite qu’on en a meine contesté Yemplai. Pour dex oxemples de 36 dans les textes ‘midre dynastio, woie Ker. d'dse., VIM, p. 146, note 2 4. Cos forines dtant des présérits et nom des impanatits ki-bi-ma um-ma [fa-an-mu-re-pi-ma i-na egl-im 5. da riveé ehallaim tcka-al-lu 2 bur egl-am* ina ba-ab Larsahi* i-na hiciub-ba-tim * 10. egl-am dani-qi-am fa a-na me-e [3 o-na “Sin-im|-gur-an}-ni prrgultim sifij-in Azna “Samas-ha-si-ir ki-bi-ma um-ma Yaram-mu-ra-plona fup-pl an-ni-a-am i-na.a-ma- 5. 1 bur eglam a-na “Sin-mu-us-ta-al 1 bur a-na J-tini-din-nam J bur a-na }- B akile! tamgaripld) lif-mena-ni fa Dri ki 3. Mot # mot ‘qui soutionne la téte du palais », comparer nt 3,1. 5; n° 18, dis ceei : ex ces termes (parle) Lammurapi : Dans une terre qui au palais Appartienne', 3 bur de terre, a la porte de Larsa, parmi les terres laissées en friche, un bon champ. qui soit bien plaeé pour les eaux, & Sin-im[guranjni le lapicide livre. A Samas-Disir dis eeei : en ces termes (parle) Hammurapi : Lorsque tu prendras connaissance de cette mienne tabletje, 1 bur de terre & Sin-mustal, . 1 bur & Mi-idinnam, 1 bur & Hi-i&meanni, les trois chefs d’équipe d’agents daf- faires aur, 2 Ainsi que Ia irés justement fait observer Walther (ZDMG., LXIX, p. 425), aprés les noms de mesure, Je nom de ta chose mesurée n'est pas an génitif, Ce serait, selon lui, une apposition; ef. 5 bislactim ti-rive . Enaaditiin (VS. VIL, n° 34, 1. 17): icf, si-ri-e est en apposition & 5 bi-ta-tim. Il est vrai que des formes elles que sa-a-at (ef, Ree, eAns., XVI, p. 133}, simid (ef, Ree. d’Ass., XVII, p. 136, note 6), ou ebel (C. 523, cité par Meissner, Assyr, Forsch, Il, 1, p. 54}, conservées par les vocabulaires, semblent indiquer que le nom de mesure tat asser généralement & Istat constrait. Le nom de mesure et le nom de la chose mesorée for- maient, dans oe eas, une sore de nim composé qui se déelinait sur le modéle suivant nominatil, 2 sit Seum; @ sit Sei, accasatit, w sdt Seam. 8, Noter la graphio phonétique La-ar-ra¥, VS., XVI, nt 15, 14. 4. Ki-fub-ba est equivalent. sumérien de Vaceadien nidttw «terre abandonnée, laisse en friche » (cf. wh 5. Le méme personnage est mentiouné n* 3, 1. 6 x ga-du-wn eylim kurummatintu-nu ta- bicir-tim 10. idi-id-su-runsivim A-na @Samai-ha- Ki-bi-m|a) wum-ma Ha-am-nin-ra-pi-ma ad-fum 'Se-ep-4Sin abit tamgariot Larsaki 8. eglam kurummalt}-2u! kira Sin-mu-ui-ta-al akil tamgaripl Urimki e-dfil-ii-[éjun A-na 'Samas-ha-si-i[r) ki-bi-ma um-ma (Eja-am-m ra-pi-ma ana |Mlu-na-wi-rucum rakbim 5. i-na egil bit a-bi-s{u] a Dinnli-i-ti ara... 2 bur egtean anna eqlim kurummati-ay Edinit-tum [A-na] 'Samas-ha-s\i-i}r [ki]-bi-ma {um-ma] Ya-am-mu-ra-pi-mo tal p-p\l an-niva-am ina a-ma-ri-im 5. éenlal ni-di-tim sa} rive’ ek{allim] t-ka- ablu eomni-in-ta-|sjut 1. Geue forwe (qui reparais n* 07, 1.7 2 Comparer 1" 5, Jovi, deint on dispose comme administrate F. THUREAU-DANGIN 1,1. 75 a 72, 1 10) ne Fexplique pas si herummatn ont nitif. 1 andrait, en eft, /uerummatis. West doue probate que /urunmatu est en apposition » ny 1, 10, et, dans tes leures publiees par Driver, amerta (nit 34,1, 3 11H), fuerte (ne 86, 1 11}, Ce terme parais a avee leur(s) ancien(s) champ(s) alimentaire(s), livre-leur. A Samas-basir dis cect : ‘en ces termes (parle) Hammurapi : Au sujet de Sép-Sin, chef d’équipe d’agents Waffaires de Larsa, son champ alimentaire, comme & Sin-mustil, chef d’équipe d’agents affaires a'Ur, livre-lui, A Samai-hasir dis ceei : en ces termes (parle) Hammurapi A Manawwiram le rakbu, dans le champ de sa maison paternelle qui est a Dimti-ili...... 3 bur de terre. pour son champ alimentaire, livre-tui. A Samas-hasir dis cect : {en ces termes) (parle) ammurapi Lorsque tu prendras connaissance de cette mienne tabletto, dans une terre en friche yui appartienne an palais, comme son fief, i), i ft lésigner soit te fief, sooractom eine eagents forestiers ches». apres Driver, Letters, a 88, 15. faire est pressante, urgente » 15. 25. 10. LA CORRESPONDANCE DE HAMMURAPT AVEC SaaS cul i-na-as-sa-ar-fi-na-ti iS-pu}r-ra-am [tup-pi an-ni-a-am é-na) a-ma-ri-im «= [ygisa}tim b-0 i-um a] ¢Sin-ma-gir] eioeldnentedisim-ma [qisdtim bi-0 ta ip}-pa-ag-hi-du-tn-me- aiim Mi-ijs-sii-ru ft igidt-a ga in-na-ak-ste massar gikdtimhi-a iheki-sueti ina gé-tim a-hi-tin incna-ah-sucti woa-ar-ka-tam pu-ructis-ma te-ma-am ga-am-ra-am fucup-ra-am 24 A-na ¢Samas-ha- hicbi-ma um-ma [a-am-mu-ra-pi-ma fup-pi an-ni-a-am i-na a-ma-ri-im Ena satanmiPl sa giti-ka 12 satammiP aktum (Samak-daidn mar Sin-i-kt-da-am 12 aklum 4 Samas-ma-gir mdr Ib-ni-A Sin bbi saramunivl #4 gat CEnetite da-fe-ti i-ki-kavan mar Puzur-¢Samas 10 aktum @Sin-ma-gir mar Ma-éum u adslum i a. ne les garde pas. » [Voila co qu'il m’éferit {Lorsque] tu prendras connaissance [de cette mienne tablette] + [les blois iAbliaum et] S[in-magir] ov . A eux, [puis tes bois qui] leur ont ét8 confiés quills gardent | Quant aux arbres qui ont été coupés, sont-ee les gardes des bois qui les ont coupés, ou est-ce par une main étrangére qu'ils ont 66 coupés ? Elueide ce cas, puis un rapport complet envoie-moi ences termes (parle) Hammurapi: Lorsque tu prendras conngissance de cette mienne tablette. parmi les agents adininistratifs qui sont sous tos ordres 12 agents ; chef d’équipe : Samas-daian, fils des 12» — ; chef d'équipe : Samas-magir, fils a'Ibni-Sin denteo les agents qui sont sous tes ordres d'Enlilda-beti chef d’équipe = Ii-igi Pozur- in-inagir, fils de Masuin ul 10» 5 chef d'equipe = 20 F. THURBAU-DANGIN Uibbi Satammipt 84 git E-a-ra-bi entre les agents qui sont sous les 45 Satammi pl 45 agents administratifs 4a 4 a3-la-a-tim' en 4 équip. ma-ah-ri-ka e-si-im-ma devant toi laisse-les, puis 15. 11 datammip! aklum 4Sin-ma-gir mar 11 agents; chef d’quipe : Sin-magir, fils U-bar-4Sin d'Ubar-Sin 10 aklum 4Sin-ip-pa-al-za-am 10»; chef d’équipe : Sin-ippalsam cea aklam Sil-li-Istar mar Ti- 11»; chef d’équipe : Silli-Istar, fils de iz-gd-rum Tizgarum 10 aklum 4Sin-ma-gir mér 10»; chef d’équipe -magir, fils de 4Sin-na-wi-ir in-nawir 10 aklum A-wi-il-¢]-sum 10»; chef d’équipe : Awél-Isum 20. 10 aklum ¢Samas-ga-mil 10» ; chef d’équipe : Samas-gamil Ubbi Satammipl 86 ydt 4En-lil- entre les agents qui sont sous les da*-ti ordres d'Enlild: 8 aklum 4Sin-i-din-nam mar 8»; chef dé quipe : 4Sin-ma-gir cea aklum A-bil-i-li-su mar F-U- 11»; chef d’équipe = Abi tap-pl-e 'Tli-tappée 10 aklum A-bil-¢Amurrim mér 10 » ; chef d’équipe = Abil-Anvurrim, Ap-pa-an-ilim 25. 10 aklum Pa-al-bu-ia mér Iy- Wo» chet d’equipe mil-4Sin dl emi libbi Satammipt 84 gat B-a-ra-bi d'entre les agents qui sont sous les ordres d'Fa-rabi 104 Satammip! sa 10 a8-la-e-tim 101 agents administratifs en 10 équipes a-na ma-ah-ri-ia tu-ur-dam envoie-les-moi. ar-hi-if li Que promptement ils arrivent pris de moi. 22 A-na 48amas-ha-s{i-ir] ki-bi-nin A Samas-Wasir dis coed = um-ma Ha-am-m|u-rja-( pli-ma en ees termes (parle) Hammurapi 1. Nous avons ici le nom de ce qui constitusit comme Is cellule éémentaire de Vor ministeauf que militaire. Ces petits groupes d'une dizsine hommes étaient eomimandes par un alle {en si- niérien ugula}, 2. Suppléer le signe Le, omis par te seribe. anise aussi bi LA CORRESPONDANCE DE YAMMURAPI AVEG SAMAS-UASIR, 21 tup-pi an-ni-w-an i-na a|mla-ri-im fup-pa-a-tim [S]q it - ma-la ta-al-li-ku eqil biltim egil girsegé! ekallim iiJ-im egit rakbivl sdb tartabim eqil 8 kaparri egit mart umméni w eylati achivactim 10. macla ta-ad-di-na w tu-hi-in-na fup mu-da-di-e? it JGI-GAB Sa il-ki-im e&-di-im Sa i8-tu MU ham (anat-ta-al-la-ka egldt ckallim bia 15, wacar-ki-a-tim fa i8-pucruhenwti te-el-hi-a-nim-ma ta-al-li-ka-nim-ma Na-bi-um i 20. teim-hu-nu tu-te-ir-ra-nim-ma i-na Mas-kan-babrim ki fa-ad-ku-na lickiva-nim a-bi ai-li-im te SatammiPl 8a it-ti-ku-nu ina Kar 25. il-ham il-li-ku it-ti-ku-nn ta-ra-a-nim-ma wena Sippar' a-na ma-ah-rivia al-ka-nim A-na 4Samak-ha-si-ir i Marduk-na- si-ir ki-biema 1. Cf. Meissner, OLZ., 1982, p. 248 2. C6, Ungnad, Kabyl. liiefe, p. 3 3. Pour Fempl 23 lorsque tu prendras connaissance de cette ienne tablette, les tablettes de tous les services que tw as « servis », des champs & loyer, des champs des girseqa du palais, des champs des rakbu-sagittaires, des champs des gardeurs de bétail, des champs des artisans, ot de tous les autres champs que vous «ives. livrés ot confirmés, les tablettes des listes et contréles (?) des services nouveaux que depnis 9 ans vous avez « servis », des champs du palais (baillés) postérienrement a votre n vous les aver, prises, ion, pnis vous étes venus, puis dans Kar-Nabiam vous m’en aver rendu compte, puis dans MaSkan-Sabrim* vous (les) avez déposées Prenez-(les}, les arpenteurs' et les agents administratifs qui avec vous ont servi, vee vous amenez-les, puis & Sippar devant moi venez. A Sama8-hasir et Marduk-nasit dis ceei = sment de cette ville, voir Ungnad, OLZ., 1917, p. 208. 4. Mot a mot; «pires de lacorde »; of. J. asiatique, janv.-fev. 1909, p. 86, n. 3 F. THUREAU-DANGIN wm-ma Ya-am-mu-ra-y anu-uncina tup-pa-am sa eylim alap epinnibi-a ws issakkipl 5. da biltim 600X3 gur seim 60X7.30 gur ie aldim' 4 mana kasap tamgaritt Sa a-naidtakhiiction $a e-li bilat La-di!En-lil 10. a-na zivié-tim wa-at-ru-ma a-na Ar-wi-ti-um in-na-ad-nn ud-ta-bi-la-ale-ku-nw-s-im ai-sum t-na me-e issakkutt 4a gé-at Zi-eim-ru-Akéakkt kipl ae gat U(d\-bal-na-nan-he? la du-ur-ru-si-im ana pici tup-pt-im &a ti-ba-bi-laal nu-icim eqt-am alap epinnila isgakki pt i tamgaritt ga issakkie! in-na-ad-nu 20, Su-ta-bi-la a-na Se-na su-sa-ma Ena iskivim a-na Zivim-rucAksak hi @ U(d)-bal-na-nam-he id-na-ma 3600.60 X 4 gur-ta Se-am 2 ma-na-ta Aeaspam Sa lamgaript M-tm-du-du-ma 25. bilalt)-aucnu lu mi-it-ha-ra-at-ma baksed Pl-Su-ne na me-e la tieda-ar-ra-sie en ces termes (parle) Hammurapi : Or ga, Ia tablette (relative) au champ, aux bunufs de labour et aux colons, au loyer, (a savoir) 1.800 gur de gr: aux 450 gur de grain d’aldi et aux 4 mines d'argent des agents d'affaires (attaches) au colonat qui. en dehors du loyer d'Imdi-Kalil, restaient en sus pour le partaze, jivrdes, puis & Arwinm? ont & je vous la fais porter Afin que, dans (I'usage des) eaux, les colons qui sont sous les ordres de Zimra-Aksak, {avee] les colons qui sont sous les ordres d'Ubalna-nambe, ne (se) battent pas‘ selon ja teneur de la tablette que je vous fais porter, le champ, les bieufs de labour, les colons et (Vargent ?) des agents d'affaires qui (aux ?) colons a été livré, faites porter (en compte ?), partagez en deux, puis en parlage a Zimru-A ksak et Ubalna-nambe livrez, puis, que, ehacan, 5.400 gur de grain et 2 mines d'argent des agents d'affaires ils versent, puis, que leurs loyers soient égaux, puis, que leurs colons* entre eux dans (usage des) eaux ne se battent pas". 1. Comparer Yam, Code. tev., XX1, 73 et 88: Lute, Barly Bab Letters, we 14, 1. 18; VS., XVI, a 50, 1. 28 (2 gur Se al-du-um}. 2 Estee Je méme perso 1$6 qui est mentiouné n* 18, Ih, 10 et 182 3. Cl. darfs Lau, Early Babyl, Letters, a 96,1." '9 variante nam-i qui assure ta lecture, 4. Mot A mot : «ne les batlent pas » 9. Gest sie les cofons qui sunt sous leurs ondress 6. Ea résumé, une grande terre etsit indivise entre deux dquipes de ovons. Pour aviter los disputes, te roi ordonne le pariage de la tere entre les deux ey uipes. Ki-bi-ma um-ma Ha-am-mu-rapi-ma ITdAmurrum=ri-ma-an-ni i Gimil- “‘Amurrin nubatimmn el marapt Zi ia-ki 84 gat Tb-ni-dAmurrum 3. kisavamn ti-lam-mi-du-ni-in-ni wn-ma su-nema Ena 6 bur egil bit a-bi-ni sa Mai-mas- eneki 1 dSamai-Qa-si-ir ud-te-li-a-an- 10. ki-a-am ti-lam-mi-du-nfi-in-ni) wea-ar-ka-tam pu-ur-sa-m{a] Sum-ma 6 bur egil bit a-bi-du-nu 3 bur egl-am ena il-i-du-nw 15. id-na-iu-nucbi-im Sum-ma 4 bur-ma egil bit a-bi-duenee 2 bur egl-am id-na-ducne[sji-im 25 A-na ¢Samasbe-si-ir 2 ¢Mardak-n\a~ sei wm-ma La-wn: nu-na-pl-ma 1d\Nanno-ma-an-swn tupsar sabi Ri-a-an i-pur-an uni-ma iucti-mia sab-um sé gal Awél-\Marduk eglatim ira vcul Suctanlueti* 1, Par conséquer deait le distributif ta (8 bur-ter aglam, 2 bur-ta eglam). 2 Cu" 55,1. 16, et VS, XVI, nt 126, 1.20. Dans King, Letters, nt 1,1, 25, it faut de méme lire § Suma, dis ceci : en ces termes (parle) Hammurapi Amurrum-rimanni et Ginil-Amurrim, les doulangers, fils de Ziaki qui était sous les ordres d'Ibni-Amurrum, m'informent de ce qui suit, voiei leurs termes : « Des 6 bur de terre, champ denotre maison paternelle de Masmasene « Samas-b « m’a (nous a} évinees).» Voil& ce dont ils m'informent. Elucidex (ce) cas. Si le champ de leur maison paternelle est de 6 bur, 3 bur de terre, pour leur service, Tivrez-leur'. Si le champ de leur maison paternelle est seulement de 4 bur, 2 bur de terre, livrez-leur' A Samas-isir et Marduk-nlasir] en ces termes (parle) Hammurapi : Nanna-mansum, seribe de la troupe, merit en ces termes : « Les hommes de troupe qui sont ordres d’Awél-Marduk 6 de champs ne sont pas fournis. » us les . 1a moitié da champ paternel, Ce n'est pas la moitié & chacun, ear, daus ce cas, il fau: etam-li- 24 FP. THUREAU-DANGIN Ki-a-am &-pur-am sdb-am 84 gét Awél-Marduk Voila ce qu’il m'éerit. Aux hommes de troupe qui sont sous les ordres d’Awél-Marduk des ch{amps] fournissez-leur, donnez-leur satisfaction, quis nfe revjiennent pas (sur cette aflaire), [qwils ne se présentent pas devant moi). egitim bi-a} gu ap|-la}-su-nu-ti-ma tam-liva-su-nue-ti 10. Ya i-t}u-ur-ru-ma [la i-ma-ha-ru-ni-in-ni] 26 A-na ¢(Marduk-na-si-ir ¢ ¢Samas-ha- stir A Marduk-ndsir et Samaé-bésir ki-bi-ma um-ma Ha-am-mu-ra-pi-ma dis ceei = en ces termes (parle) Hammurapi = Or ga, tes baux des vergers qui aux arboriculteurs ont été partagés, je vous fais porter [Selon la te}neur de ces baux partagez-leur [les vergers}. a-nu-um-ma tup-pl i-si-ih-ti kiratim bi-a ga a-na GAL-NJ* ll (dje-zu-ua-aju} [ulé-ta-bi-la-ak-ku-nu-di-im [hi-i p}i-i tup-pa-a-tim di-na-ti [airdtim bi-|a su-za-du-nu-si-i{m] 2 Sin-i. (Qu’a tel, tel) + aun HOS & 8 (tel et tel), nukaribbit les jardiniers, licpu-lu-du-nu-ti on donne satisfaction ! 27 A Samas-agir, Sin-musallim it lap-pive-du-nu et leurs compagnons ki-bi-ma nema Yaran-mue-raepina a-na b@ir UD-DA' HU-KAKel a dis ceci : en ces termes (parle) Hammurapi + Aux pécheurs de...., oiscleurs et. woot PTL P* 5. da bit (Sumas si Lavi 1. Titre dont ou trouve mention aussi bien & Pépoque d'Uir fof: Reisner, Tempetyrhunden, p. 10) qu'au temps de la premicre drnasiie babylonienne. Le seus ressort ile notre texte, Aimsi que de Sir., Warke, n° 48, 110, 0 est mentiouné un * GAleNI de verger plinté en arbres (de telle sorte) », | Voie aussi Sebronter, XVL, nt 85,118 et 18; 2° 116, 1.8). 2. Cf eiedessus, p16, 0. 8 3. Titre asser fréquemment mentionne p6). les tablewtes de Fepoyue a'Ur (ef. Reisner, Terapelurkuned LA CORRESPONDANCE DE YANMURAPI AVEC SAMAS-HLASIR 1 bur-ta eqlam (iJd-na a-na labuttt p-su-nw 2 bur-ta eglam (iJd-na 10. ap-la-tu-ru-ti A-na ¢Samas-ha-si-ir Fa Sin-m{u}-sa-lim a lap-[pi-tu-n)u kinbi-ma um-ma Ya-am-mu-ra-pl-ma i-na eglim gi-binit An-ma-an-|sum) a ab-hi-éu 5. 2 bur eglam #a Bar-har-ri-i ki w 4 bur eqlam ta Al Ra-ha-bihi a-na An-ina-an-sum i abbiPhiu {id)-na-ma Si-ta-at egl-im a-na aeel sakkim* awél dl Ub-ra-bi-iki id-na 10. [A-na] 4Samas-fla}-si-ir 1 4Sin-mu-sa-lim fi tap-pice-su-nu ki-bl-ma n-ma [a-am-mu-ra-pi-ma i-na Ditir|-e-te-lum ki ita e[gil] Ta-ri-ba-tum 5. 10 bur-ta eql-alm) 28 29 1 bur de terre, & chacun, livres ; A leurs chefs de groupe 2 bur de twrre, 4 chacun, livres, Promptement donnez-leur satisfaction. A Samai-bisir, ‘Sin-maiallim et leurs compagnons dis ceci en ces termes (parle) Hammurapi : Dans le champ, possession d’An-mansum et de ses frares", 2 bur de terre dans Harbarri et 4 bur de terre dans la ville de Rababi & An-mansum et a ses fréres (lijvrez, puis le reste du champ & Sakkum (c.-a-d. au sourd), d’Ubrabi, livres [A] Samas-b: Sin-muSallim et leurs compagnons dis cee! en ces termes (parle) Hammurapi : Dans Dar-etellum'y 4 obté du ch[amp] de Tarfbatum, 10 bur de terre A chacun, 1. 11 sagit probablement d'un champ qu'An-mansum et ses frbres héritaient de lear pére, 2, Une ville dans to voisinage de Larsa, of. n* 74, 1, 14; Letéres et Contrats, n* 3, 1. 9; King, Letters, 2 90, 1. 3. On atiendrait pluto [1 sutz, Barly Babyl, Letters, nt 150, 1.15. |-na-ma « confirmez ». Mais Ia place manque pour cette restitution. 4. Heri Uu-gestu-té (de meme King, Letters, nt 12,1. 4; ci-dessous, nt 40, 11.7, 11, 15, 26, forme abrégée : geStwti). Clst un survom qui a templacé le nom. La lecture sakku est provisoire: on trouve td-yostu-té ex- plique par sukkuku et rummunus, of. Det., HN ‘5. Autre mention de la méme ville 42, 1. 8. pp. $02 et 497. F. THUREAU-DANGIN 10. 10. ana F-din-ial-tum) ti 4Sin, id-{na} 30 A-na (Samai-ha-si-ir 1 dSin-mucta-lim 2 tap-pi-e-du-nu ki-bi-ma um-ma Ha-am-mu-ra-pi-ma a-nu-umn-ma 13 aoélép wa-du-tim' $4 gat Nu-itr-iSamag at-tar-dam a-na pli insinig-tintu-ne egl-am ar-hi-ié ap- la-su-nu-t tu-ur-da-ni-id-Su-nu-ti Sa-at-tum la i-is-ai-ib-du-nu-ti-ma* ne-me-il-tam ta ira-aé-iunt 34 A-na 4Samas-ha-si-i 14Sin-muctaclim 1 tap-pl-su-nu ki-bi-ma um-ma [a-an-mi-ra-pi-ma @-nu-um-ma “Sin~ma-gir akit qur- gurrith | af-tar-dam eglatim bi-a ga ana qurqurritt ta-ap-lu-ga ma-ah-ri-iu sikkatam ma-al-sa-ma gurqurriel sikkelt)-su-ne ku-ul-li-ma-ma tu-(ur-\da-a3-3u 1. Cf. King, Letters, nt 42, 1.5. 2. Comparer Driver, Lettors, n* 76, rov., 1.1 3. CE. WS.. VIM, n° 108 fun gurgurrn rogoit 2/8 de, mine de ciee pour ta fabrication d'vne «6 4 Idinia‘tum] et Sin.... lifvrez). A Samai-pésir, Sin-muiallim et leurs compagnons dis cect : ‘en ces termes (parle) Hammurapi Or ca, 18..... qui sont sous les ordres de Nur-Samas je (vous) envoie. Selon la teneur de leur bail, livrez-leur promptement le champ qui leur est da, puis renvoyer-les. Avant que l'année les laisse, aucun grief (contre vous) quills n’ A Samai-basir, Sin-matallim et leurs compagnons dis cect en ces termes (parle) Hammurapi : Or in-magir, chef d’equipe Wouvriers en métal’, je (vous} envoie. Les champs que pour les ouvriers en métal vous aver délimités, dovant Inj plantez-en le(s) piquet(s), puis aux ouvriers en métal leur(s) piquet{s) montrer, puis renvoie-le. sanatetena| La f-3i-tbest Crest le procédé de Ia cite perdne). Noter cependant que le gurgurru ne travaillait pas senlement le metal jet. Ritucle accadiens, p. 132, 2: Landsberger, ZDMG,, LXIN, p- 508). la ta-ha-at-la-éu an bits ap-la-ni-it-iu A-na 4Samas-ha-st-ir 1 dSin-mu-éa-lim a tap pi-e-siuenu kie-biema un-ma Haan mucra-pima tup-paa-at eqlim 5. mala a-na girsegépt sa BAN* ta-ap-lwha nw eglan macta u-na girsegé|P! sa BAN") ena nada-nim 10. dide-foern é-na tup-pleim sucut-ra-nim ina pa-ni-kunee li-ki-a-nin-m{a) wena girsegér sa BAN’ egh-un ma-ak-ri-ia 6 in-ne-si-ibs* Ana Sanai-ha-si-ir 1dSin-mucéa-tim i (ap-pi-su-nu 1. Lire peut LA CORRESPONDANCE OF YAMMURAPI AVEC SAMas 32 33 2. Mot & mot : prenez-moi {V'affaire} devant vous, BL 17; we 33, 1, 6; af 85, 13; me 3 sens de esdju ressort netiement de ce passage : es 1.88; VS. XVI, u* 6,1. 10; Luv, Early Babyt. Lett WAsIR 27 Ne le retenez pas. Promptement donnez-Ini satisfaction. A Samas- lui Sin-musallim et leurs compagnons dis ceei : en ces termes (parle) Hammurapi : Les tablettes de tous les champs qu'aux girsegil... vous avex délimités et tous les champs qui aux girseqa.. a livrer restent en retard, sur une tablette inseriver-moi Faites-moi diligence’, afin qu'aux girsegd des champs devant moi soient baillés A Samas-basir, Sin-musallim et leurs c4 npagnons re &a gastim, comparer aveét BAN (auoél gaatim?,, we U1, 1.3 ibe signifie « bailler ». Voir encore ws 11, 11.16 et "4, 8,1, 12; King, Let ters, a 77,18 sq. [6a ana Sbipericim e-pesiim i-fu-ni-ik-kum «les (travailleurs) gai, pour faire un travail, te sont baillés »); n* 87,1. 7: G8i-lue livres»; Letires et Contrats, baille pour le erensement dan fossé », liveée (id-di-naly VS. gent... que le quai d Uk... lui a baile Luglé e-sib-iu akal barrani addin ridique dua temps de le premis on (Ua baillé (une barque de charge) « am a-di-ni teu! idedi-nusnim « (les bommes) que mon s J. Dans un texte roligioux, esd est paralléle & naddnw = gém ‘cde la farine de malt je lui ai bailté, Ja nourritare du ebemin je Ini ai livre» (of, Bre, d’Ass., XVI, p. 188, 1, t}. Mais, ainsi que le mv dynastic distingue netiement les deux v ie pas la tradivion, qui est exprimée yar naddnu. Pour le sens dlesiftu, voir ci-dessus, p.' nt 75, 15 ot 6 : Sa heli 1 tn'a baillés, on ne me les a pas encore 125, 1. 1: Se-um da ana palyim geri alum i-2i-bu « grain, que Ia ville a la mention de la quamtivé de grain qt VIL, ne 43 [1 1/2 siyit kaspun,. un tel pour le méme objet a sa kar Urul unicite «4 sicles 1/2 4's ‘rent Jes exemples préeédents, la langue ju- es : dans sou sens juridique, esta 2 28 F, THUREAU-DANGIN ki-bema uem-ma Ha-am-mu-ra-pi-ma a-dar 4 bur eqlam ana [itar-ellalt)-su na-da-nam e-si-harak-hu-nwdi-im 5 bur egit 64 a-Dfi}-u gueum-me-ra-tum-ma (id-na-tum * A-na tSamai-ha-st-ir 1 dSin-mucda-tim i tap-pledu-nu kivbi-ma uin-ma Ya-am-mu-ra-pi-ma ab-sum inna licbicku-ru 5. iite-en ana ma-ab-ri-ia @wla-ki-im-ma te-im Sukw-un-ne-se-im' ba-ba-li-im 4a ta-at-pur-a-nim 10. kema ta-a[é-pur-a}-nim ina U-bi-ku-nw id-te-en fup éu-ku-un-ne-e-im leitkie-am-ma a@-na ma-ab-ri-ia 15. li-it-ti-kam A-na Samas-ha-si-ir 1 dSin-mucta-lim i lap pi-e-duenu ki-bi-ma um-ma He-am-mu-ra-pi-ma 7 bur eglam éa Kju-b}actin bi 1. Cette forme lan tiew de 34 35 dis cei = en ces termes (parle) Hammurapi Aulien que 4 bur de terre a livrer 4 Istar-ellassu je vous avais baillé, 5 bur de terre, champ de sa maison paternelle, ‘complétez-lui, puis livrea-Iai. A Samas-bisir, Sin-mviallim et leurs compagnons: dis ceei : en ces termes (parle) Hammurapi : ‘Au sujet du (projet) que vous m'éerivez (a savoir) que lun dentre vous devant moi vienne, puis le rapport sur le prodnit de la culture des dattiers m’apporte, comme vous me I'éeriver, que V'un d’entre vous Ja tablette du prod: me la prenne, puis devant moi qu'il viene. de laculture des dattiers A Samas-basir, Sin-musallim et leurs compagnons dis eeei : ‘en ces termes (parle) Hammurapi : Les 7 bur de terre de la ville de Kubatum lac-un-ne-e-im, ef. 1, 12) m’est inexplicable. Sur les diversos accoptions du terme Suhunnd, voir Koschaker, Hom, Gevets, VI, p. 118 89. 5 10. 15. 10. LA CORRESPONDANCE DE YAMMURAPI AVEC SAMAS- 8a a-na biltim is-hue TEDIN-ga-mil akil amurré brig de-am Sa eqtim Swati TEDIN ga-mil teit-ki-ma egl-am a-na na-ki bi aban is-du pti eghim su-a-ti [ina eglim) wa-at-ri-im {a kisjad nar Ug-dim-3t* $a ri-eé ekalli-im d-ka-al-lu egham ki-ma elim ana EDIN-ga-mil id-na 36 A-na ¢Samas-ha-si-i lim 1 4Sin-mucs a tap-pitu-nu ki-bi-ma um-ma [a-am-mura-pl-ma 1 dUraktmu-bale-it akil amurré «na muctif-hi eglim si-bi-it Iedin-tNa- ava naggarim Sa bi-ri-it Zi-ib-na-tum ki tt E-gi-ik-ki-ri-im ii a pa-na-nu-wn Ip-ra-garrad Ue-dirstNa-na-a pba tut macas-sacri id-kacnn ena Uras-mucba-liit aé-Sum ma-as-sa-ri i eglim $a Iedin-tNa- [nwa Sa ina mut ikuene 15, dwup-pu-riim qui a loyer sont baillés, EDIN-gamil, chef d'escouade amorrite, Jes a cultivés. Le grain de ce champ que EDIN-gamil le prenne, puis le champ au locataire, 1a oi il est baillé, livrez-le Une compensation pour ce champ, [dans le champ] en exeédent qui est au bford} du canal Ugdimsa* et qui appartient au palais, champ contre champ aA EDIN-gimil livres. A Samas-basir, Sin-muSallim et leurs compagnons dis cect = en ces termes (parle) Jammurapi Urai-muballit chef d’escouade amorrite sur le champ, possession d'Idin-Nan&, lou- vrier en bois, qui est entre Zibnatum et Egikkirum, dont auparavant [ra-qarrad avait spolié Tdin-Nana, 2 placé des gardes. A Uras-muballit les gardes que sur le champ d'Idin-Nana il a placés de les éloigner 1, Pour Ja lecture des deux deraiers signes, voir la glose, IU R., 37, 364, 2. Co canal, dont on trouve mention ci-dessous, * 99, Il. 6 10 et £1, et dans la correspondance de Yam- ‘murapi avec Sin-idinnam (cf. King, Letters, n* 29}, est souveot nommé dans les tableites de Tello. Comparer Ug-tur-dim-id \Ino. des tabl. do Tello, 1, pl. 9, n° 1115, 1 5}. 2. C1, Walther, Althah. Gerichtsweren, p. 242, n. 1 20. 2. 10. 15. 1 3 wana eglim Swati fa te-hi-e-im teda-an-ni-nam-ma! aé-tap-ra-as-furn i at-tu-nu macag-sa-ri 5a na mutibehi eghim ka Fedin-tNe-naca pune AU rai-m|ubaclicit i dul-up-p-rja [a eqlam) sure-te [a-na F-dintNa-na}-a-ma naggarin [Ai-iJn-na Ana ¢Samat-ha-s{t-ir] 1 dSin-mucka-lim ti tap-pirsienee mal sem-ma Hacamemaucrarpima wcetendickuph Ricans ti lam: mi-dueni-in-né um-ma sicnii-ma Ena eghinm sa beel-ni ihenukaanniva- a 6 bur qicqgi-ad eqli-ni J dSamai-ha-si-ir a tap pwku ihémuni-atima prhacam a-sar-sa-ni egh-amn ti harab-ia)-ni-a-sivim ki-a-am tclame-mi-dunivineni cena minim ya yieald eq\li-su-na feel kiana asar-da-ni egl-am ta-ad-di-na-iu-nucsivin kea-ni-kain § abena-ku-nsicin ? ancrama CF cl-dessus, p. 18m. 2 Cesisdire Pour ak-nuhwsinesi-in? ‘bolle par avte soellé ‘THUREAU-D! 37 et de ce champ de ne pas s'approcher fortement Pecris. Quant & vous, Jes gardes que sur le champ d'Idin-Nan& Uras-muballi a placés, Aloi{ner}-tes, fet en outre], ce {champ}, [& Idin-Nané) l'ouvrier en bois et non & tun autre \eon|firmez-te. Sin-musallim et leurs compagnons, dis cect en ces termes (parle) Hammurapt : Rasicac m'informent de ce qui suit, voiei leurs termes : « Duchamp que notre seigneur nous seellé*, «6 hu « Samas. {ewded.) In totalité de notre champ, Dasir et ses compagnons. « nous ont ravi, « puis én échange ailleurs «un (autre) champ ils nous proposent Voi Pourqnoi la totalite de teur champ avez-vous pris, pu tun (autre) champ leur avez-vous live’ ? ee dont ils m'informent. Hours, Tacte que je leur ai seellé, examinerte, signe sw serait omis par te seritve. dona pli ka-ni-ki iu ma kati eglam id-ne su-nwsirin eqham asarda-ni ta ta-nacad-di-nasu-niti* [A-na (Samas-ha-si-ir] [! Si}n-mfres|o-fim) u tap-pi-e-tu-nu ki bi-ma uun-ma Ha-an-mevepl 1D ip-pa-al-za-am ba? irum Ki-a-am te-lam-mi-dja|-an-ni 1 bur eqlam ana 1 mana kaspin itti Kimac inure f bur eylam a-sa-nne hucwse védim |a-s]a-am 10, 2 bur eglam cone Kime wun [e-] seio i-navan-na eqlam ib-ta-ag-ra-an-ni [Fe]i-a-an te-lam-mi-da-an-ni wa-ar-ke-tam plul-wr-sa-a-ma sum-ma i-nwme }li-ip-pa-al-s|a-am| i Ki-ma-a-hu-um jta-mu egkam it 2 bur eqlasn ana Ki-made hum 7 bur eqlan J- istecam eyl-am éa| ]-li-ip-pa-al-2a-am [anja }-li-ip-pa al-sa-am teirra 1 me-bivir tup-pria Su biclanio. A-na /Sana ki-bi-ma tun-mna Hacarh-raw-ra-pi-ma we-shir w lap-pi-e-su 1. Noter le double aceusatit LA CORRESPONDANCE DE JAMMURAPI AVEG SAMAS puis selon la teneur de cat acte, et non un champ livres Un champ ailleurs ne leur livre, pas. [autrement, 39 [Sin-mu}sallim et leurs compa mons dis ceed: en ces termes (parle) Hammurapi Mi-ippalsam le (soldat) b@’ire m'informe de ce qui sui voiei ses termes (1 bur de terre pour 1 mine-d'argent in le gendarme (j'ai aleheté. acheté (ee) bur de terre, « 2 bur de terre & Kima-abum (j'ai lai « de Kima-al « Lorsque j |st. “ Maintenant (ee) champ il revendique de Voila ce dont il m'informe, [moi » Elucidex (ee) cas, Si, lorsque Tli-ippals{am) 2 acheté (ce) champ de Kima-abum, 2 bur de terre & Kima-ahum ila laisse, puis 1 bur de terre Tl a aclieté, le champ de Ii-ippalsam a Liippalsam restitues, en outre une réponse & ma tablette faites-moi porter. ppalslam] et ses compagnons jis ceci en ces termes (parle) Nammurapi F. THUREAU-DANGIN TMe-ni-um te A-wi-ililim issakku pt Manium et Awél-ilim les colons 3. ki-a-am ik pweru-nim wm-ma Su-nu-ma m’écrivent en ces termes : ina nar Ug-dim sit « Dans le eanal Ugdimsa muctk ma-tuti-rma les eaux sont diminuées, eqil bilti-ni ti-ul -Mal-abta-du « elles n’atteignent pas notre champ & loyer. » ki-a-am is pur-am Voili ce qu'il(s) m'éeri(ven}t. 10. a@-na pi-i nar Ug-dim-st ‘Ala bouche du canal Ugdimia al-ka-ma allez, fum-ma mutt ma-tuctioma puis, si les eaux sont diminuées, egil bilti-tucnu mutt la irha-asba-du si les eaux n’atteignent pas leur champaloyer, i-na pli nar Og-dimsit la bouche du canal Ugdimsa' 15, mece te indi-tam* sw-uk-na-bu-nu-ti-im installez-leur un courant d'eau’, Suma mut da i-na-an-na Si les eaux qui maintenant ina ndr Ugedim-sa i-il-lam dans le canal Ugdimsa montent, da i-sict male egil bilti-su-nu ru-ub-bi- ne sont pas en petite quantité, pour inonder(?) em leur champ & loyer marstite sont suffisantes, 20. mirisn-ma éi-ik-nam aueune machine ina pli nar Ug-dim-st 4 Ja bouche du canal Ugdimsa la ta-éavak-ha-na v'installez* & Ma-ni-un & A-wi-iLilim iiakkur En outre, Manium et Awél-ilim les colons eqil bilti-da-nu bi-it-Mu-rju se revendiquent réciproquement leur champ 3. a-na pi-i tuppé -si-ih-t{im] selon Ia teneur du bail [& loyer?;, $a e-si-husuenesé-ifm] eqil biltim kisin-na-su-naesif-im] 40 A-na 4Samas-ha-s{i-ir}] 2 dl Marduk- na-si-ir] ki-bi-ma um-ma La-am-me-ra-pi-ma Tdi Adad ae fa-umasim que je leur ai baillé, (ce) champ a loyer confirmez-leur. slir] et Marduk-n|ay Thi Adad, le... 1. Par « bouche wdu canal, il faut entondre fof Mendroit oi: eau da eanal se déverse dans le fosse destiné 2 Virrigation du champ. & Terditu «courant s. Pour redii « couler», et, Del, HW. 612 J, 618 as K. 318%, rev. M1 Samos Tests, pl. Ml, KAR, n° 196, 1h 89 ki-ma ponacancni Suralict ava i-aitu mi Dien qui fait, que ses caux ne restent pas! =), et King, Letters, ne 4,168. 3 8. Cettadire :installez-leur une machi ° 4. Comparer Driver, Letters, n° 2, Ml 8 et 18 3. CL. Driver, Letters, 0°58, 1.7 et po 19, 0, Ie LA CORRESPONDANCE DE YAMMURAPI AVEC SAMAS 5. ké-a-am telamemicdean-ni enema Suma egil bit abi-ia a i8-tu timi ma-ductim sa-ab-ta-ni 1Se-ip-4Sin sakkum' mar A-bi-ia-tum ib-ku-ra-an-ni-ma TdSamas-ha-si-ir a-lun te si-buctum ia atau 10. wa-ar-ka-at eql-im su-a-ti ip-ru-su-ma kiema A-biviactum a-bi sakkim egeam dwacti la ig-ba-tu eglun suit si-bi-it-ni-rma ti-bi-ir-ru-nim-ma fup-pa-am id-di- a é-na (up-pi-im ga id-di-nu-nim 15. !A-bi-ia-tum a-bi sakkkim [a-na] di-butim da-te-ir Ena-an-na sakkum mir A-bi eq-li ib-ta-ag-ra-an-ni a See i-na-as-sa-ar da-an-ni 4un-maki-ma Lbi-4Adad oelia-umndsim ig-buti wa-ar-ka-at a-wa-a-tim ba eq-lim Su-a-ti 1 dSamas-ha-sinir a-lum a si-bu-tum ip- eql-am a-na I-bi-4Adad-ma ti-bi-ir-ru 20. kica-am ilam-) 25. ena tup-pi-im TA-bi-ia-tum abi sakkim a-na tim] Sa-te-ir egl-am é se-am a-na I-bi-tAdad-ma te- ir-ra. Hum-ma wa-ar-ka-a egtim su-a-ti la ip-pa-ri-is 1, Gl chdessus, p. 23, 0. 4 « Sép-Sin (surnommé} Sakkum (e. Asin 33 m'informe de ce qui suit, voici ses termes = «Le champ de ma maison paternelle, que depuis de nombreux jours nous possédons, ad. le sourd), fils d'Abiatum, Va revendiqué de moi, © pais Samas-b; ‘ir, Ia ville et les anciens ont tenu station*, « le cas de ce champ ils ont élucidé, « puis, que Abiatum, le pore de Sakkum, ‘avait pas possédé ce champ, « que ce champ est bien notre possession, « ils mont reconnu, puis m’ont déliveé une tablette ; en outre sur la tablette qu’ils m’ont délivrée, Abiatum, le pire de Sakkum, {pour] témoignage est inserit. © Maintenant Sakkum, fils d’Abiatum, © revendique de moi mon champ; « en outre, il garde le grain. » Voila ce dont il m’informe. Si, comme [bi-Adad, le....., le le cas de Vaffaire de ce champ, Samaé-pasir, la ville et les anciens lont €lucidé, puis le champ a Ibi-Adad et non & un autre ont adjugé et si, en outre, sur la tablette, Abiatum, le pire de Sakkum, pour témoi- gnage est inserit, autre restituez. Si le cas de ce champ n'a pas été élucidé, 2. Les juges ou bien Gtaient assis, «siégeaient » (oaddbu, ef. Yam. Code, VI, 30, et VS., VIIL, n* 102, 1. Si, ou bien étaient debout. « stationnaient » (naxizu, of. ci-dessus, nt 11, 1. 10; Ste, Warka, oF 48,1, 18; BE. VI, 1 60,1. 4; Driver, Letters, n° 40,1. 28; KAV., n 2, col, HH, I. 32 et 35). Reowe aAsayriologie, XX1 3 34 F. THURFAU-DANGIN 4 dSamas-ha-si-ir eql-am su-a-ti la ti-bi- inma 30. a-na F-bi-tAdad la id-di-in Rakkum ia ilim a-na eglim li-ri-id-ma at-tu-nua-tum te Si-bu-tum a-wa-a-tim a egl-im Suca-ti me-har ilim bi-ir-ra-ma 35. egham a-na du-ri-tu ild-nja A-na ¢Samas-ha-si-ir _ Udtin-tSakkan* a bli-ub-lam ima wma Ya-am-mu-ra-pima — (4Addd TTaribwun mar gavdub-ba sa Ri-im- 3. & Ki-ei-i-din-nam mar ga-dub-ba sa Fedin-En-lil ri-ku-nu ana pi-i tuppi eglim Sa i-na Sippar i a-na rédittim Ph uk-tivin-n|u} eqlétim bi-a a-na rédiitim pl ga gé-titu- nu kiin-na-ma 10. rédiim si-ih-ka-az-s{u] lemaur i-ib-O Sin akil bairi- tina? pt anwum-ma E- wae ra-anema at-tar-dam 15. ana piri tuppi egl-im 1. Cestacdien 8. Llarme du dieu faisait probableme: ‘ma, voir Walther, Althab, Geréchisieesen, p. 101 bléme (Surin) du di S. Mot A mot : « rendez-Ia juriliqnement errtaine », 4. CL. ci-dessns, p. 18, n. et si Samas-hdsir n'a pas adjugé ce champ, puts & Tbi-Adad ne I'a pas livré, que l'arme du dieu vers le champ descende*, puis vous, la ville et les anciens, Yaffaire de ce champ, devant le dieu jugez-la°, ile. puis, le champ, & son statut perpétuel livres et Hi-ublam dis c2ci : en ces termes (parte) Hammurapi + ‘Taribum secrétaire de Rim-Adad et Kés-idinnam seerétaire d'Idin-Finlil sont devant vous : selon la teneur de la « tablette de champ »* que, & Sippar, aux gendarmes on a établie, des champs aux gendarmes qui sont sous leurs ordres confirmez, puis, que (chaque) gendarme voie son piquet. Dantre part, & Bribes in, chef d'eseouade de (soldats) bé'iru, je donne des instructions at ite Penvoie. Selon la teneur de la « tablette de champ »¢ Je tour dur champ, of. Str. Warkn, n¢ 48, 1. 18 (hiram is-pacur- 5. Pour catve lecture, of, Lettres ot Contrats, y. G0, et Ree. d’Aas,, XI, p. 108. 6 festadire du bil 7. Kerit SU-GIR (au lieu de SU-H.\). De méme, ut 65, 1.8. Ch Ungnal, Bayt. Feiefe, p. 180, n° 216, note b, 20. B 10. 10 LA CORRESPONDANCE DE YAMMURAPI AVEC SaMas fa ana ba irdtim el ubeticin-ne bba*iritio Pl 8é gat E-r(i)-ib-4Sin ap-{ta) réd-am zbik-ka-as-su kuul lemfardje [A-na ¢Samas-ha-si-ir a L-din-4Sakjkan [ké-bi-ma [uJn-ma Hal-am-mu-ro-pi-mja 1 Mar-Urim i [ma Ki-aam ticlam-micdaan-ni um-ma suii- eglam i-na Dir-E-te-ebti-imki 1 dSamas-ha-si-ir & T[-din-4Sakkan} ip-lu-kwnilm-ma] a-ta-ap-pa-am alyr{i-e-ma} [eq]t-am 4a id-di-nu-nim 42 que aux bd'iru on a établie, aux bd’iru qui sont sous les ordres d’Erib-Sin donnez satisfaction. A (chaque) gendarme’ son piquet monirez-tui [A Samai-Wagir et Idin-Sak)kan {dis eoe}i en ces termes (parle) Ha[mmurapi] : Mar-Urim..... m'informe de ce qui suit, voici ses termes : « Un champ dans Dar-etellum? Samas-hdsir et I[din-Sakkan] mont délimité, pais un fossé j'ai creu[sé], « puis le [champ] qu’ils m‘avaient livré... {lacune de quelques lignes) [a-nja {é}-di egil bilei-s[u] puch eqli-tu sa i-NCig-kw- tl) eglam macag-ra-am a-na Mar-Urim Hi) -Widdinw tt kaeni-ik 1Mér-Urim bi fa egham ma-ag-ra-am ma-ah-ra-ku Suesi-baduciioma su-biclacnim Sum-ma eqglam ma-alg-rjaam la id-di- « egileiu pani [aan $a i-na Diir|-2-te-el-li-in ie tacap-tik{a-sum) [anja Mar-Urilméi te "ra po[ur la redelvance de son champ & loyer... En échange de son champ qu'on lui prfend] tun champ arrosé & Mar-Urim qu'on livre. En outre, Vacte scellé de Mar-Urim, reconnaissant qu'il 2 regu* un champ arrosé, faites-vous délivrer par lui, faites-te-moi porter. Sion ne lui livre pas un champ arrosé, son champ précé{dent| que dans Dir-[etetum] iui) aver délimité, Urimn restituez-le. (Manque peut-étre une ligne.) 1. Ou plutdr a chayoe bine, Lo 2. Cette localité est 3. Mot & mot : que jai regu. be a derit réd-am pour iPiram. ve ne 88, 1. 3. 36 F. THUREAU-DANGIN 43 bara. les} devin|s) . 18 3 4a i-na bab ehallim iz-a{a-az-a|u qui & Ia porte du palais se tiennent Ki-caam t-lam-mi-du-nin-ni um-ma su- _ m’informent de ce qui suit, voici leurs termes: nuema BY egldtibi-a-ni sicbi-it-ni la-bi-racam « Nos champs, notre aneienne possession, fa ab-bwri kul « dont ont joui nos péres, rédatum pl ib-ta-ag-ru-niva-ti « Jes gendarmes de nous les revendiquent. » ki-a-am telam-mi-dwnin-ni Voila ce dont ils m’informent. ana mi-nim eqlabi-a-tim Poarquoi les champs, 10’. gé-biiz-zu-nu labi-raam leur ancienne possession, da ab-bursienu é-ku-[ lu] dont leurs péres ont joul, ib-ku-ructucrwti a-t-on revendiqué deux? tea-ar-ka-tam pu-ur-sa-a-ma Fineider (ce) cas. eglam si-bi-is-zu-nu la-bi-racam puis le champ, leur ancienne posses 15%. la bba-ag-gé-ru-su-nw-ti qu'on ne revendique pas d’eux ! si-binis-su-nu lachi-racam Leur ancienne possession, ki-ma sa-ab-twma comme ils la possédent, Iu sa-ab-tu quills la posstdent. 44 A-na 4Samas-harstir A Samas-[)asir ki-bi-ma dis ceei : um-ma AweldNin-urta-ma en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : ASamag li-ba-al-li-it-ka (jue Samai te tienne en vie! 5. ad-dum / Warad-Istar utullim Au sujet de Warad-Istar le chef-phtre, Ena atin dans sa ville 1 bur eg-lam 1 bur de terre idli)-ié-tum livre-tui. 45 A-na 1Samas-ha-si-it kicbi-ma wm-ma Avél Nin-urta-nia Samaé li-ba-al-li-it-ka A Samaé-hasir dis ceci : en ces termes (parle) Awél ‘Que Samas te tienne en vie! 1. Cette letire, dont le debut manque, est 2s probablement de Hamnvurapi LA CORRESPONDANCE DE JAMMURAPI AVEC SAMAS 3. 1 bur eq-tam i-na ALMi-muskénim ana RE tisucda-[mi}-iq ...-bi* idicin A-na “Samas-ha-si-ir ki-bima wa-ma AwéltNin-urta-ma WSamas li-ba-alli-it-ka 5. 2 bur eglam a-na. 2 bur eglam a-na }- ewi-luci pi-ha-asswne irtaga 10. A-na WSamat-basiir kibi-ma um-ma AwélANin-urtama “Samas ti ba-al-le-it-ka ai-ium eg-lim da TB-a-e-m[ug)irtu 4 bur eg-llum) athi Sa-mi-[a}é ey-lam ba... tu-up-pu-sfum] wna egli-su ma-am-m|a;an) laitec-bie ana (B-a-e-mugil-iu) na-di-if-in} 10. A-na WSamas-hars|i-ir] ki-bi-ma um-ma Awél-4Nin-urta-ma @Samas le-baab-i-it-ha 5. ana Li-pi-it-i-li-éu massar ekallim awél Neap-ra-ra-ati 1. Ou ga 12) 47 sik 37 1 bur de terre dans Al-muskénim & Réadu-dal mig le. livre. A Samas- dis cect : en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samas te tiene en vie! 2 bur de terre & (un tel), 2 bur de terre & 1 Je portier d’Abil-Samas: livre. Ces gens, leurs offices vaquent. A Samas-basir dis cect : en ees termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samai te tiene en vie! Au sujet du champ de Ba-emigasu 4 bur de terre dans la ville de Samizi Ini sont inserits*, De son champ que personne ne s'approche. A Ba-emagasu il est lives, A Samaa-basir dis cect : en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samaé te tienne en vie! A Lipit-ilisu de Naprara, garde du palais, 2 Cest-i-dive : lui sont baillés. Le terme accadien est fuppd, qui semble derivé de tuppu « tablette», ef. n° 52, I. B, 6, 12's 17 68, 9, Llaceusatif eq-lem (an début de Ia ligne) m’est inexplicable. 1 bur 2 ebel eglam sa Fbiia rebi-a-nu um ugar dLamurrim Lebel eglam sa Ma-an-sivia ugar. 2 bur eglam an-ni-a-am édé-ia{-dum] wwa-ar-ka-as-cu of porous) eqham tiul ga-birit IU -bar-dSamas o-bwiu [ibnla) ma-i-ir iprim 10. 49 A-na ¢Samas-ha- ki-bi-ma tmema Awél-4Nin-urta-ma Samad li-ba-al-l-it-ka 5. 6 bur A-ha mar-&i i-na al Si-ri-im-tin 12 bur Sin-bris 12 bur E-ra-bi eg-lam hi-in-fucnwesivim la itu-ar-rama la i-ma-ha-ru-ni-in-ni Pigqdéad um-ma A-ha-mar-si- 10 bur eqlam Sa-ak-na-ku' 6 bur eqlam-ma tuka:an-sum 10. 50 Acna 4S8amas-ha-siir kivbi-ma um-ma Auwél-td Sama li-ba-al-le-it-ka . assum egil Samas-ilum rakbim nuba- timmim untae Sa ina ugar nappakiP! sa-ab-tu é-na pi-il-ka-tim® sa U-bar-!Samas P. THUREAU-DANGIN 1 Gur 2 ebel de terre, champ d'Tbia le maire, dans le territoire d'Il-amurrim, 1 ebel de terte, champ de Manzia, dans le territoire de. ees deux bur de terre livee-{lui). ‘Vai (élucidé) son eas. 11 ne posséde pas de Ubar-Samas son pire est parmi les entretenus. amp. A Samas-bis is cei fen e¢s termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samas te tienne en vi 6 bur : Ayam-arki dans la ville de 12 bur : Sin-eris, 12 bur ; Ba-rabi, ce(s} champ(s} confirme-leur. Quils ne reviennent pas (sur cette affaire), qu'ils ne se présentent pas devant moi. Attention ! Voief les termes d’Ayam-ar: « Je cultive 10 bur.» 6 bur de terre seulement tu lui confirmeras. A Samas-hasir dis eect = en ces termes (parle) Awél-Nin-urta que Sama te tienne en vie! ‘Au sajet du champ du rakbu Samas-ilum, boulanger, que dans le territoire des forgerons il posséde, dans le secteur de Ubar-Samas 1. Saltdnu avec le sens de «cultiver» parait étre employe surtoot en parlant d'un verger. Un syaonyme de nukaribha, « eultivateur e verger ». est Sdhinu jel, Ungnad, Ham. Gosets, I. p. 170). Ik semble cependant que Sakanu w cultiver » pouvait s‘employer aussi en parlant dan champ, ef. AO. 6479, Ill, 8 (Rituels arcad., 16): da-hin ig-ti « cultivateur de champ ». 2 CLL iw 5 J.B: Driver, Letters, n* 21, 1.8 ot n° 82, 1. 7. Pluriel (mot a mot = « les I 28» 2 bur eqlum nadi-i-sum 2 bur de terre Lul sont liveés. pi-qé-ad nappabut i-qé-ab-bu-ku-um Attention! Les forgerons te parleront wn-nia Susrwti-ma egit-ni en ees termes : « c’est notre champ », 10. la ta-ma-gacarssu-nucti ne les éeoute pas. tup-pi peil-ka-tin da U-bar(Samas La tablette du secteur d’Ubar- Samas cemwur-ma i-na ugar nappabiP Jai examiné : dans le territoire des forgerons, 2 bur eglum na-di-it-sum 2 bur de terre Jui sont liveés. egham sua-ti ki-ma sa-ab-tu-ma Ce champ, comme il le posséde, 15. sa-beit ile posséde, macam-ma-an la i-ik-hivimku que personne ne le lui ravisse ! 54 A-na 4Samas-ha-si-ir A Samas-hasir ki-bi-ma dis cect um-ma Awél-4Nin-urta-ma en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Samat v4Marduk Que Samas et Marduk 5. liebanal-linticka te tiennenten vie! as-sum 1 A-bu-wa-gar rakbim Au sujet d’Abu-wagar. le rakbu, Ja ina Sita bit de. qui est parmi les agents administratifs de... bold it-ti gir-silg}-ga la-bi-ructim mon seignenr avec les anciens gir-8a(g)-ga* 2 bur eq-lam ina ka-ni~ilt-tim 2 bur de terre par acte scellé 10, ih-nu-nk-tum-ma lui a seellé, edi i-na-an-na i-na la ri-k{u-tlin mais jusqu’a présent, & cause de (ses) occu- patious*, dieul il-li-kam-ma i n'est pas Venu (n'est pas allé te trouver), eg-lam ii-ul ta-a|d-d)i-sun aussi le champ ne lui as-tu pas liveé. Eena-an-nt 80.2 ...e0e0 Maintenant... 1b. tietoae ir sa je donne des instructions. [ulster =. ak-k{uon] jete.... [a-wi-l|um be-el si-bu-[t}im* Crest un [hom}me dont on a besoin, [aj-um iz-20-an-gd-ak-kum au jour oii il arrivera prés de tei, ta: ta-ka-al-la-{a}-su ne le retiens pas. 20. Sum-ma eq-el binit {a-bi-im| Si de sa maison paternelle la-bi-ir-ta-se Yancien champ 1. Meme terme dans Ja lettre rééditée par Schreder, VS., XVI, 0* 18, 1. 17 | 179, 1. 17), Cest probablement un nom de fonction. ‘Mot A mot : «A canse de non-vacance «, 3. De bél sibdtiny, rapprocher ‘pit sibitim {nt 58, 1. 18), aucét sitttim (VS., XVI, nt et aucél sibatim designent 'homme qui est objet de désir », e-a-d. dont on a besoin. Pngoad, Bab. Briefe, 10), Bel sibs 40 FP. THUREAU-DANGIN na-tli-a-at-a-ma est laissé en friehe, ma-am-macan Ia s\a-b}i-it si personne ne le posséde, icna egil bi-it a-bi-su-ma dans le champ de sa maison paternelle et non ailleurs, 2. 2 bur eglam piu}-tu-wk-sum 2 bur de terre détimite-tui. Sumema eqrel bivit a-bintu Si le champ de sa maison paternelle ta na-di a-sar i-ba-as-8u-ti n'est pas laissé en friche, la oft il se trouve, eq-lam pu-la-sumn' un (autre) champ délimite-lui. ap-la-as-su-ma li-ta-al-kam Donne-lui satisfaction, puis, qu'il revienne. 30. a-wi-lum be-el pi-ha-tim Cet homme est un fonctionnaire, fa ta-ha-atela-a-as- ne le retiens pas. 52 A-na WSamai-haesicir ki-bi-ma wn-ma Awél-2Nin-urta-ma en ces termes (parle) Awél-Nin-urta #Samas li-ba-al-limit-ka (Que Samaé te tienne en vie! 5. adcauni eq-lim) sa U-tug Au sujet du champ de Uiag fa ana ! Ta-ri-bu-wn qui, ainsi que je te Vai éerit, & Taribum aU -lioma agin et Hima son frare tucup-puctiona est inserit*, a8-pu-ra-ah-ku-um-ma 10. la tanad-di-nw mais que tu ne (leur) as pas livré, a-wi-tueti an-ni-ki-a-am' ekal-lasn ces gens prennent ici le palais i-[da}-ab-ba-bu & partie a (e}g-lum a-na rédntim eten outre le champ aux gendarmes fe. . tanru or gare € ew ue 15. Sum-ma (elq-lam a Uj-t}ng i le champ d’Utug {la ta-n\anad-dini-éu-nue tu |ne] leur livres (pas] {hue Sees (Iueune de quelques lignes) L. Pour pu-lusuis-zum. Le seribe a omis le signe wk. 2. Cl. ci-dessus, p. 37, 0. 2. 3. Comparer n° 62, 1.8; 0" 63, 1 8: nu" 6%, 1. 295 Schrnder, VS., XVI, o° 48, 1. 12; 0° 79,1. 24; ne 108, 1.7: ‘ur 118, 1. 16; nt 189, 1. 31: w* 200, 1.6; Lanz, Barly Babyl. Letters, ne 2, 1. 14; n° 19,1. 37; n* 64, 1.13; n° 88, 1. 1S; n° 88, 1, 75 n° 120,114; Ungnad, Babiyl. Briefe, ne 115, 1. 28, et Althabyl. Briefe aus d Museum su Phi- lodelphia, n° 9, IL. 6 e¢ 36; n° 49, 1.7; n° 33, 1 10. On troave aussi la variante an.ne-ki-a.am, VS., XVI, a 22, 1.40. Selon Landsherger. OLZ., 1928, p. 72, cet adverbe signillerait « ici», Cette interpretation s'accorde par- fout avec le contexte. LA CORRESPONDANCE DE HAMMURAPI AVEC SAMAS-HASIR 4 ror li-kam elq-fum ga] i-na tu-up-pi Bette Ki-ma turup-purs a-na ! Ta-ri-b[u-um-m]a a Mhi-ma abisu i-di-in 10. we ai-fum eg-lim s{a} 4Sin-tukul-ti egil-tu 8a i-na tup-pi* A-na dSamaé-ha-sinir ki-bi-ma um-ma Awél-4Nin-urta-ma Samaé li-ba-al-ti- 3. ad-dum FA-pucum i-ul ti-di-e ki-ma a-ti-li-e ab-hi-su 10. ki-ma ! Ta-ri-bu-um 1d Enclit-nivéu 1 A-di-an-niva-am te A-wi-il-ilim eg-lam a-pu-ul-su 15. ki-ma e-pi-it gi-bu-tim ta. $a Su-ta-i-im Suti-ma teul ti-di-e Ua tu-ué-ta-ha-sum be-léig 20. as-pu-ra-kum ki-ma ta-ta-ap-le a-am-ma su) (Le champ qui] sur une tablette leur [est inserit] comme il leur est insorit, & Taribum et Ilima son frére et non 4 autres livre-le. En outre, au sujet du champ de Sin-tukul son champ qui sur une tablette lui est inserit livre-tui. A Samai-ésir dis ceci : en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Sama te tienne en vie! Au sujet d'Abum, qu'il n'est plus mineur, mais majeur, ne le sais-tu pas ? Comme aux sieurs ses fréres, comme & Taribum, Eni Adi-anniam et Awél-ilim Jivre-lui le champ qui lui est da. Quill est un (homme) rendant des services", et n'est pas & traiter légerement! niga, ne le sais-tu pas? Ne le traite pas légerement. Sur ordre dy mon seigneur je téeris. Comme tu lui livrerasle champ qui lui est da, 1. On attendrait : tul-up-pu}-su-nu-si-im, mals ta place semble manquer pour eatte restitution. 2, Pour fup-pt-im. De méme, |. 4', tu-up-pi pour tu-up-pi-im; 1. 12, tw-up-pu-su pour tieuppu-dum; LS, Ede-is-su pour édi-is-sum. 3. Mot & mot : «exécutant le dasir, ce dont on a besoin». 4. Au sujet de suld"d, voir Landsberger, OLZ., 1923, p. 72. Fr a eg-lam a-ta-pa-al-su me-hi-in tup-pi-ia Su-bi-lam A-na “Samas-ha-si-ir ki-bt-ma un-ria AwéllNin-urta-ma @Samag li-ba-al-li-it-ka ILi-pi-it-Titar itinnwmn warad ekallim awél dt Bit-a-tarki B. i8-tu demi ma-du-tim i-na ekallim ipram w lubtigam i-ma-ka-ar Ena-an-na gar-rum ipir-su tw lubus-su it-ba-al un-ma sar-ru-um-ma na a-lind 1 bur eglam iia icra qitbi-e be-li-ia ad-pu-ra-ak-kum. 10. i-nu-dum Sum-ma i-na egil bit abiéu suni-ma ina néde-ir-tim &@ barat sete 1 bur egl-am é-di-ié-8um (a-w}i-tum Sa il-ti-ka-ak-kum ina sabibi-a a-di-im da ti-mi-ka-am 15. ni-me-tam e-ti-ka la i-ra-ai-ai A-na (Samat-ha-si-ir ki-bi-ma summa Awél-4Nin-urta-ma Samas li-bacal-li-it-ka 088m VA-hinia-a avert ad! dupim (2)) ewi-lun hi-ma a-na sucta-isim 1. Passage obseur. Le sens estit que Awél-Nin-urta laisse & Samai-t champ a livter? 2. CL Rituels accadions, y. 58,0. 54 5B THUREAU-DANGIN ainsi je lui livrerai’, Une réponse & ma tablette fais-moi porter, A Samad jisir dieceei': en ces termes (parle! Awél-Nin urta : Que Samas te tienne en vie! Lipit Istar, de la ville de Bitasar, magon, serviteur du patais, depuis de nombreux jours dans le palai recoit l'entretien en vivres et vétoments. Maintenant son entretien en vivres et véte- ments Je roi Iui a enlevé, Voici les termes du roi : « Dans sa ville 1 bur de terre qwon lui livre, » Sur Fordre de mon seigneur je técris. Soit dans le champ de sa maison paternelle, soit dans une terre qui ait éé retranchée {de {a terre d'un autre} 1 bur de terre livre-tu [Cet bom }me qui est venn (qui va) te trouver), fai partie des... ., dont journellement Ie travail est vu (au palais) Promptement donne-lui satisfaction. Qu’il n’ait pas de grief contre toi! A Samas-basir dis ceci = en ces termes (parle) Awél ‘Que Samas te tienne en vie! in-urta : Aw sujet d'AUi4, le vannier, que cet homme & traiter Iézérement Jr Je choix de Vemplavament du LA CORRESPONDANCE DE YAMMUKAPI AVEC SAMAS- 43 id-ducti* ieul tide eyiledte $e (a-ad-fu-ructh 10. aséar ta-at-ta-ad-nu dei nadicin 2 bur ina eglim kurummati-du Sa-ki-in-kum fa i-ri 1 bur eg-lam pa-ni 3 bur 15. ina a-|me|-irte-ka* « suctavalay- eqil-iu ki-ma sa-ab-tu-ma L bur Lebel tut sa-bivit Saati puch eq-l-tu 20. a ta-ad-|a}u-ru-afu 1 hur eg-lam i-dé-is-kum te mechivir tup-peia Su-biclam [A-na dSamas-barsi-ir] [xi-bi-ma] [ujm-ma Afenél(Nin-urta-mja (Samad li-ba-al-l-it-ka B. asium J bur eg-lim Sa UGi-mit-lum ketismin ga baad Ti hocsw Sa ugar Séi-hi irctim. fal dSamas-ki-mari-tivia i-éa-mu im-davat Sar-ri-im 10. ké-ma li-dwicma eq-lum si-ma-tum tu-ur-ra* 1 bur eg-lurn 8 macat 1 dSamas-hicma i t-ia 1, GF, ci-dessus, p11, nm. 2, 2 Ol eidessus, p.8, n'est pas, ne le sais-tu pas ? Son champ que tu as retranché, 18 oft tu Vas lived, @ 2 bur dans son champ alimentaire sont mis a sa disposition. I reste lived, En outre 1 bur de terre, complément (?} de 3 bur, parmi (les terres qui) dépendent de toi, fournis-lui. Son champ, cornme il est posséde, a savoir 1 bur 1 ebel, qu'il reste possédé. Voici la compensation de son champ que tu lui as retranché = 1 bur de terre livre-tui* Kin outre une réponse & ma’ tablette fais-moi porter. en ces termes (parle) A[wél-Nin-urta] : Que Samaé te tienne en vie! Au sujet du bur de terre de Gimilium lorfevre, dans le territoire de Si tum [prés 2] de la porte d’'Iskaza (2), ilia a acheté, ane San {selon} Ia loi royale, comme tu le sais bien, Je champ acheté est rendu (an vendeur). 1 bur de terre est Vachat de Samas-kima-ilia. 23. Ku rdsumé, Abt avait droit a2 hur F ebel. Samai-bisie lui a votive 1 bur T ebel et ne lui a doue laisse que 2 Jur. En echange se ce quilt Inia peis, il doit lui livrer 1 bur, de sorte que Abi possédera J bur. 4. ieur-ra est probablement pour tx-ur-ra-ain; eomparer p. 44, n. 1 44 F. THUREAU-DANGIN 1 bur eg-lim ga Hu-éa-sum 1 Anat Sintaki-il fi-ru-ud-ma 15. eq-lam ana! Mu-ne-wi-rum akil kutim- lekiin TMwna-wi-rum |. [k]i-iema la na-ka-ra® tut ti-dive [i}4e-ri-it a_pw-ul-iu A-na 4Samas-ha-sir ki-bi-ma um-ma Awél-4Nin-urta-ma Saas li-ba-ab-licit-ka 5. a8-8um egil !Sum-ma-ilum fa! Ra-bi-tKA-DI sa-ab-tu egrlam a-na kaspim i-da-am na pivil-ka-at ! A-bil-ilim a-na eglim kurummati- 10. tu) iti ki-ma un-ne-du-uk ki ta-am-ma-ru eglam Sa-a-ti a-na Ra-bi-@KA-DI-ma idi-in 15. a-licik -na-an-na ad-pu-raak-ku sicricim-ma? ta-pu-ul-su* A-na WSamas- ki-bi-ma 1. na-kawra parait étre pour na-ka-ra-am, ef. Sebronder, VS., XVI, nt 08, 1. 12: awoi- 57 58 Quant au bur de terre de Husasum, Ana-Sin-takil envoie-le, puis, ce champ, 4 Munawwirum, chet d'équipe d'orfévres, qu'il le confirme. Munawwirum, qu'il n'est pas mal disposé. ne le sais-tu pas? Droitement donne-lui satisfaction. A Samas-hisir dis ceci = en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samas te tienne en vie! Au sujet du champ de Summa-ilum, que Rabi-KA-DI posséde, ce champ, il I'a acheté, en outre dans le secteur d'Abi jim pour son champ alimentaire, on a inserit (ce champ). Lorsque de cette mienne lettre tu prendras connaissance, ce champ, & Rabi-KA-DI, et non 4 un autre, livre-te. Allons, maintenant je técris. Pense-y ! donne-lui satisfaction. A Samas-bas dis ceci lum Suit del na- ha-ra-am. Cest un adjectit employs prédicativement: pour la désinenee, ef. Landsberger, ZAA., XXXV, 113 sq. 2. De sardmu, syn et si-rinim-ma ki-pini 3. Au lieu de ta-pu-ul-éu, on altendrait a-pu-ubiu. likepid-ma dans les Aeayr, Gebote pabliés par Knudtzon S.. 1, 2. 67, I. 20/21) LA CORRESPONDANCE DE JAMMURAPI AVEC SAMAS~ 45 um-ma Awél-4Ninurta-ma @S8amaé li-ba-al-li-it-ka 5. akium 1A-bil-ir-ra ad{dupim 7] (B-ti-18 du a Si-ni-du ai-tap-ra-ak-kum eq-lam ticul ta-ad-di-it- um 4 bur eg-lam 10. a-na1A-bitirra a [a}pitu idi-in egil-tu a-wivil-tum Ra... 4a i-na ckatlim wa-ad-ba-a-te iLte-ki 15. la i-ta-naas- a-puul-s{u] A-na ‘Samas-ha-sivir ki-bi-ma um-ma Awbl4Nin-urta-ma 4Samaé li-ba-al-li-it-ka 5. aédum 1 Sin-ma-gir weal, mali egli-du Sa iltickwit eq-lam ina A-te-me-e ina Lagaithi i-di-is-um A-na (Samas-ha-si-ir ki-bi-ma um-ma Awél-¢Nin-urta-ma Samaé li-ba-abliit-ka 5. ad-dum eglim $a A-divan-ni-a fa VIn-buta ba-ag-ru-du at-ta eq-lam ta-ad-di-in it ina tibi eg-lim it-bi a-nw{ujm-ma tup-pa us-ta-bi-la-ak-kum 10. ¢9-lam ti Se-a-am te-ir-s{u} 59 Au sujet d’Abil-Ira le van{nier} tune et deux fois je ai écrit, Un champ tu ne lui as pas lived, 4 bur de terre & Abil-Ira et & son frére livre. Son champ, la dame Ra. qui au palais habite Ya pris. Qu'il ne... pas'! Donne-tui satisfaction. A Samaés-basir dis cee en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samai te tienne en vie! Au sujet de Sin-magir le...., un champ égal & son champ qui a été pris dans ASemé 4 LagaS livre-Iui. A Samas-basir dis ceei : en cos termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samaé te tienne en vie! ‘Au sujet du champ de Adi-annia revendiqué par Inbusa. toi, tu as livré ce champ (a Inbusa), en outre du... champ (Adi-annia) s'est levé (est parti). Or ¢a, je te fais porter une tablette champ et grain, restitue-les-lui. 1. On atiend : «qu'il ne Limportune pas» ou quelque chose d’anatogue, 16 15. 2 10. 15. aksum A-bi-ia-tun In-gur"Samas I Pi ip-pa-ai-ra U-bar-tSin 14Sin-ri-me-ni te Nucrivia anu {u}m-ma A-bi-ia-tum un-ne-du uk-ki us-ta-bi-la-ak-kum ib-la-ti-tu-nu 8a i baad-sia tesir-fenwSi-im ti eg-lum ki-m{a) na-ad-nu la i-na-aé-si* la etwtir-ricma . la ema-ha-rwnivinen’ [A-na] 4Samag-ha-si-ir [Aé-bi-ma [ujon-ma AwélNin-urta-ma 4@Samai li-ba-al-li-it-ka EU. !dNergat-hacni (]Za-ri-gun [1 4|Sin-we-du [ae [um-na Sje-ru-i sind|ij-nana-si seme vee elugal-la hi iran] tiela-mie{de-ninin-ni ma weeeeeeces [mlaradicdn [a-nu-wn-ma] tup-pi [us-ta-bi-jla- Ja-pu-ul-}éul=nu-t}i-i-ma {Ju ehal-lam la i-ma-hla-r]u A-na *Samas-lyi-si-ir hi um-ma AwéltNin-urta-ma met 1. J-na-a8-8i pour ‘THUREAU-DANGIS 61 62 Au sujet de‘Abiatum, Imgur-Satmas, Ili-ippasra, Ubar- Sin-riméni et Nari: or ga, par Abiatum ma lettre, je te fais porter : leurs dominages qui peuvent exister répare-leur, mais le champ, est liveé, qu'il ne soit pas (re)pris. Quills ne reviennent pas (sur cette affaire), com ne quills ne se présentent pas devant moi A Sanias-paiie dis exci en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que § ee Nergal-bani, Zariquin, in-wedu, m'informent [de ce qui suit}, {voiei] leurs (terines} = mas te tienne en {Or gil, ma tablette [je] te fais por{ter}. [Donne] leur {satisfaction}, pt 2 puis au palais, quills ne se présentent pas. A Samas-Wisir dis eect : fon ees termes. parte) Awel-Nin-urta SIR a7 10. 10. . aes 1 dF Suns 4Samaé li-ba-al-li-it-ka aa—sum eq-lim sa 'U-ta-mi-ta-ra-am ndrion fa al Gu-na-tum a} a-nat J-i{i)-e-m| «|=hi na-ad-nu a-tei-lum an-ni-i{i}-«-am ana eg-tijn sa-a-ti fueu]p-pu a-nu-um-ma t\u-u)p-pius-ta-hi-la~ah- um Se-a-am i e(q-llam ana muck te-e-ir Ania 2S beat ki-bi-ma um-ma [A )wél-4N|in|-urta-ma A8amas li-bla-a\i-li-it-ha bi rakbimn au ana piri hacni-ki- 8a a-na chal-lim na-arl-nw fe anenickica-an egelam t[u}-hi-in-nn Na}-ap-pa-at an-ni-Ii-a-am ekal-lam Se-durnu tga la il tieninth-hurtk Be-anin teint Ana Samat jo-sir Ricbicnia um-ma Amél-Nin-urta-ma ASamas li-ba-al-linit-ba 1 Picir-buciun mar Mu-tumeil ki-a-am ticlam-mivda-an-ni summa [ilu-ti-ma éna bil-it al-bi-ia 1. GF ci-dessns, p. 87 0.8, 63 Que Samas te tienne en vie! Au sujet du champ d'Uta-misaram, le ehan- teur, de fa ville de Gunatum, quia Ti-emigi était cet homme. ici, pour ce ehamp re, est inserit’, Or ga, ma tablette je te fais porter grain et champ a Ili-emtigi restitue. A Samas-asir dis eee : en ces termes 'parle) Awél~ Que Samas te tienne en vie! in-urta Au sujet d'Isum-abi le rakbu, selon la teneur de leur aete seellé qui au palais est liveé, et (selon lequel) en outre tu leur as, ici, confirmé un champ, qu’a pas un qa de leur grain il ne soit touche. Tei, Je palais, Is Vont apaisé. Son grain restitue-tui. dis ceci = en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samai te tiene en vie! Pirbum, fils de Mutum-il, m'informe de ce qui suit, voici ses termes : « Dans ma maifson pater|nelle 48 F. THUREAU-DANGIN: 1 harrdnam i-[nja ot lasimi « un service dans (Ia classe des) courriers, 10. 7 harrdnam i-na SA(G)-GU(D) «un service dans (Ia classe des) bouviers I-fa}-ak « nous faisons. eqil binit a-bi-ni « Le champ de notre maison paternelle, ana SA(G)-GUD}-ma ug-dfa}-me-ir pour (le service chez) les bouviers soule- ment, a été complété. » i-ba-ad-ai~i..... i#-te-en-ma Sil n'ya...... qu'un seul (service), 15. gu-um-mu-ru ils sont complets (ils ont leur compte). wa-ar-ka-tam pu-ru-u[e|-ma Elucide (ce) cas fum-ma 2 harrdnd-du-nu i-na bli-i}t stils ont deux services dans leur maison pater- a-bi-du-nu nelle, ba-ma-a' zu-ws-zu-n{u-a|i-im-ma partage-leur...... ekal-lam la ti-da-ba-ab ne prenne pas & partie le palais 65 A-na ¢Samas-ha-s{i-ijr A Samai-hasir ki-bi-ma dis ceci : wm-m{a Awél}-Nin-urta-ma en ces termes (parle) Awél-Nin-urta. = ¢Sam|aé li-b|a-al-li-it-ka Que Sam(ai te tijenne en vie! 5. aé-tum eg-lim sa maript Sil-l-dAmur- Au sujet du champ des enfants de Si rum Amurrum fa um-ma ! 4Na-bi-wn-ma-tik dont Nabium-malik (a parlé) en ces termes = eqrlam i-na te-ir-ti-ia « Le champ sans mon ordre, te-ul ta-ga-ba-ta « vous le posséden. de-li-ku-nat « Je vous en évincerai. » 10. hi-i-ma sa-ab-tu-ma comme ils le possédent, sa-ab-tu tiul (led ils fe posstdent, ils n’en seront pas évineés. 1a i&6ak (Na-bi-um-maclik En outre, te colon de Nabium-mal Sa i-na e-bi-ir qui au dela de....... 1B -til-pi-(Marduk sa-a[b-tn) (le champ d’|Htel-pi-Mardak pos/séde}, 15, ki-i-ma ga-ab-tu-ma! [sa-ab-te] comme ils fe possédent, [ils le possédent), i-ul i-lu| i} ils n’en seront pas évineés. Sie colon de Iak[u.. sur le Tigre un loyer. Suni-ma ittak Ta-Ku... ina nér Idiglat biltam.. 1. Ov peut-étee Je ebitte 22 2 Le signe a platdt Ia forine de ju. Mais dans les passages paralloles on trouve ma et non su (ef, méme 48, 117°; 0850, 1. M4; n? 58, 1.17), Co ma, gui avait pour eller de renforcer, en le accent du mot, peat étre rendu par une ‘périplrase, ou mieux par I'aocent que nous mettons sur Je mot en le pronongant : « comme ils le possédent (et non auireinent), ils Je possedent ». LA CORRESPONDANCE DE HAMMURAPI AVEC SAMAS 49 it-tarsi na nér Lagas i-na eglim kurummati-éu iegenlu-du A-na 4Samas-ha-si-ir ke-btE-ma um-ma Awtl-4Nin-urta-ma Samad li-ba-al-li-it-ka 5. ad-dwn 24 bur eq-lim fa i-na egil No- ena YU-KAK ph ta-ad-di-nu 1 dSamas-mu-s{a}-lim ib-ta-qé-ardu-ruti 10. ana! ¢Samas-mu-éa-lim i&-tap-ru-ni-ié-tum a at-ta a-na ! 4Samai-mu-sa-lim) fupe-ur-ma 15. a-na eg-l{ém] 4a i-na egil Na-bi-tum ana HU-KAK? ta-ad-di-nw a i-ti-ibl-bi) A-na (Samas-ha-si-ir i Mér-HI- GARK ki-bi-ma wm-ma {Awél-4Nin-urta-ma @8amaé Ii)-ba-al-li-it-ku-nuti 5. ad-dum 2 bur egit A-bil-i-lesu] mar Alwal-@S}in 1. Nom de Ia torre. 2, La lecture de GI-GAR** os, inconnue. On a propose, en se fondant sur Br. o* 8252, 1. 6, of 1982, p. 6). Adab a voir K. 2006, rev. 9 (Craig, Rel, Texts, 1, pl. 38} fait improbable, Adab (ef. O17, 1921, p. 71 d’Aas,, XIX, p. 175 89.1. Pour HI-GAR™! Gar Reoue a’ Asayriotogie, XX1, 67 (iui) paye, sur le canal de Lagas de son champ ali- mentaire on évineera (lak[u....}). A Samas-)agir dis ceei + ‘en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samaé te tienne en vie! Au sujet des 24 bur de terre que dans la terre de Nabitum' aux oiseleurs tu as livrés, Samas-muSallim (les) revendique d’eux. A Samai-musallim ils Gerivent. En outre, toi a Samai-musallim éoris, afin que du champ, que dans la terre de Nabitum aux oiseleurs tu as lived, il ne s'approche pas. A Samas-bégir et Mar-. dis cect : en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : ‘Que Samaé vous tiene en vie! ‘Au sujet des 2 bur, champ d’Abil-ilisu, fils @A[wal-S]in, lecture, tout In ville de la grande déesse (of. Reo. sin bet?) BI- 7 50 F, THUREAU-DANGIN ectci-lum im-tu-ut elqlam) kurumma(t)-2u a-na ¢Samas-ba- stir [mar] 11 Bn-lil-ra-bi [avcel] ma-gi-in éprim 10. {Jd-na-a A-na ¢Samas-ha-sir ki tum-ma Awél-ANin-urta-ma @Samas li-ba-al-li-it-ka 5. ak-tum eg-lim Sa ugar Panimdlim i fa TA-bil-ir-ra sa-ab-tucticma I dSin-i-din-nam a-na bi? ir UD-DA' id-di-nu 10. «na @Sin-i-din-nam a-na? eglam Sa-a-ti teur-ra-am ag-b ma e@ean-na-am i-pu-taran-ni i-navan-na i-na 4 bur eqlim sa A-bil- ma-a-t-ri im-ha-ste te ip-tal-ku 15. 2 bur itetucurdu-ma ana ISul-pa-é-ra-bi it-tadi-ijn} tm-ma suctiema pu-ubeiu 2 bur §a-a-ti 2 bur ku-up-pi-il-ma* 20. anserka-na sa-ba-at ibla}-aiedtiat &na ma-na-ha-tinke tinde=li-Bu- a-har-sn-na i-na-adedi-i¢-su anna USin-indin-nam ki-bi-ma 1. CL. eislessus, p. 16, cet homme est mort ; son chatup alimentaire 4 Samas- [fits] ¢'Entit-rabi, Fentretenu, livre. dis ceci en ces termes (parle) Awél-Nin-urta (Que Samaé te tienne en vie! Au sujet du champ du territoire de Pani-alim que Abil- Ira possédait, puis, que Sin-idinnam? & un pécheur de. a livre, & Sin-idinnam, ce champ. de le rendre & (Al jai ordonné : il m’a répondu oni. ‘Maintenant sur les 3 bur de terre que Abil-Ira a lahourés et en outre délimités, 2 bur il lui a retranché, puis 4 Sulpat-rabi les a liveés, Voici ses termes : « Contre cos 2 dur, 2 (autres) dur prends en échange, «dans un: autre endroit prends-en pos: sion. » Siily on a, de ses poines et frais, Vovineerait, pnis dans tun autre endroit il Ini livrerait (ane compensation} A Sin-idinnam parle 2 Il Sagit sans dure du correspondant bien eonnn de Hamuwuray, 4. On anlendyait u-pi-it-ma, LA CORRESPONDANCE DE YAMMURAPI AVEC S4Ma\ ind la t-de-li-[d]u ama liniseba-at a-na (Sul-pa-é-ra-bi a-kar-da-ne li-id-di-in ai-s{um] eq-lim 6a Lugal-ke- 30. da [A-b]i jena Jn-ra a-na sa-ba-ti-éu ‘[k-nJu-lu um-ma um-ma' at-ta-a-ma dE n-lil-kur-gal-a-ni i-sa-ba-az-su Mlu-na-sir rakbum. 8a 4Frlit-kup-gal- a-ni a-i{a-al-ma um-ma du-té:ma 35. dul eq-lim’ ka Lugal-ha-gi-na i-sa-ba-az-su a-na!A-bil-ir-ra i-divin eg-lum ducti a-iar-Kacna 40. in-na-ad-di-in-m{a] Lacmucun licib-bi an-niva-alm] e-lfi)-ha a-ra-ad-&i A-na ¢Samas-ha-si-ir kicbi-ma tum-ma Awél-ANin-urta-ma a din-nam ki-a-am iq-bi-a-am Saas 5. U-l semema sit eg-lam mari?! Bi-tu-t-a aiiucur-mat MU 15 kam a-Ku-ul 10. itu Larsa il-lantoueti ma Mot qui semble répeté par erreur. Pour eg-lam. Cest-i-dire 1 2. Est-ce le mime personnage que le correspondant d 3 4 6. 7. Mot A mot: « Louree assidpée ». si on Tui livre un champ ailleurs. Par ales enfants de Hitha y, il faut sans doute enteadre « les descendants de Bitia ». Noter le double accusatif avee naséru (de méme, n 85, 1. 20; 3° 68, 1. 15). 69 vasin 31 que de ses peines et frais il ne 'évince pas, que Abil-Ira, et non un autre, prenne pos- session (du champ), ‘4 Sulpaé-rabi ailleurs qne (Sin-idinnam) livre (un cbamp). Au sujet du champ de Lugal-kagina que, afin d’en faire prendre possession & [Abjit-tra, ona scellé, voici tes termes = Enlil-kurgatani* le posséde. » Mu-nasir le rakbu d’Enlil-kurgalani Jai interrogé ; voici ses termes : « Nous ne le possédons pas. » ‘Le champ de Lugal-kagina, & Abil-Ira livre-te, Si ce champ aitleurs est livre’, ressentiment contre toi j'en aurai. A Samas-basir dis ceci en ces termes (parle) Awél-Nin-urta : Que Samas te tienne en vie! Nis en ces terme: jinnam ma parlé « Un champ aux enfants de Bitia* © fai retranché, « puis pendant 15 ans j‘en ai joui. « Depuis que Larsa a été prise’, umas-Wisie (ef. n° 73)? 52 £. THUREAU-DANGIN MU 2kam a-dli} eqlan kurummatam be- W ib-Su-ma-am mérupl |Bi-[tu-t}-a-ma i-ku-lu w-tu be-lé eglam kurummati* ZI ib-su- mu $a-ald-d}a-ag-d{i] al-li-ik-ma imai-ha-s{t-i}n 1 ATéhur-e-nam-be a1U(dbat- a-wwa-tinia i-mu-ru-ma eqrli tt[e]-ir-ru-nim i-na tup-pi Su-mi i8-td-rw 20. @ mirkivis eg-lim it}-ti Murad mar Betui-a na-nam-he iL-ku-nim-ma id-di-nu-nim ena lTlu-ra-bi mar Bi-te eq-li a-na ir-ri-iuctlim) ad-di-in-ma 1A-bil-4 Sama mar I-ri-ba-am {ujtul 4Samai a 25. ina e-mucki-im -da-az-su-ma* eg-li ite-rivié Se-a-am a egliria a-na maatha-ni-ku itta-beak A Pelici-edin-nam ki-ma an-ni-ki-a-am = la ricku-ma si-bucut ekat-tim inip-purdu tisul tedine eq-lam Sa a-wa-ti-au ta-muricina at-ta xe-a-am a-na 1 }-lt-i-din-nam tucte-irrulm) 35. um-ma 1A-bil-4 Samas-ma eg-lam ma- tema pendant 2 ans, jusqu’ ce que mon seigneur m’est oetroyé (2} un champ alimentaire, « ce sont les enfants de Bitia qui en ont joui. « Depuis que mon seigneur (m'ja octroyé (2) mon champ alimentaire, « fallai 'an dernier, pois Samas- « et Ubalana-nambe « examindrent mon affaire, sir, ISkure nambe, puis ils me restituérent mon champ. « Sur des tablettes il « En outre, Ja redevanee du champ, de Hu-rabi, enfant de Bitia, «ils prirent pour moi, puis me livrdrent. «A Thu-rabi, enfant de Bitia, © mon champ pour la cultire je liveai, « puis Abil-Samas, fils d'Iribam le ehef- pitre de Samas, isa de violence & son égard, « puis eattiva mon champ scrivirent mon nom. « le grain de mon champ & son aire? il versa. » ni il nest pas inocoenpé innam. que ici mais est aux ordres du palais, ne le sais-tn y (En ce qui touche) ce champ dont tu as exa- miné Vaffaire, idinnam, puis dont tof le gr tu as restitué, voici les termes d'Abil-Samas : « Ce champ autrefois 1. Pour eette forme, voir ei-dessns, p. 8, n, 1. Au lien do complement ti qu'on atiendrait, te texie a le ‘complement 2, qui mest inexplicable. Ce complement suppo £ De dadsu eagir injusiement, hostilement A Megard de quelgu’un Surpu, 1 HW., p. 208) : Craig, Rel. Texte, 1, pl. 50,1. 21 ne lecture autre que icrummata. 1 ef, loutre les textes cit’s par Del., |. XXXT, pl. 9, I 15/16 (= Bobssier, Divi nation. pp. 51 et 154); K_ 4813, face, 1, 1. 6 (RA., NVI, p. 89): K. 16%, |, 27 (Meissner. Kost, Hasinschr. Sanb., p. 98 et pt. 13]: Ham. Code, rev., XI 3. Cf. Landsberger, ZDMG., LXIX, p. 525. 4. Mot & mot : «il n'est pas vide, ne vaque pas». 4 Driver, Letters, nt 82,1. 18, itti mariPl |Bictuctiva a-Sa-am des enfants de Bitia je.l'ai acheté, » la wa-tar i-ba-ag-qi-ar Quill ne revendique plus (le champ). He-ma-tum-ma sucla-a Siil ya achat, évincez{-le). & MU 15am I ticidincnam Drilleurs pendant 15.ans Ti-idinnam a joui (de ce champ). mn aniemi-né A ce gabiim™ pourquoi fu-woa-ad-te-ir-te Vas-ta abandonné ? ridi-a-am éu-ku-un-ma Place un gendarme, sea-am mi-kivis eg-lim a-na | }-li-i-din~ puis-le grain, redevance du champ, % I ran idinnam 45. linid-di-nw qu’on le livre ! 10 A-na 'Samaé-ha-st-ir Samas-Wasir kicbicma dis cect : wun-ma Ta-ri-ba-actum-ma en ces termes (parle) Ta @Samat a dMarduk Que Samas et Marduk 5. Weba-allipucicha te tiennent en vie! as-sum !Adad-tu-ra-cam Au sujet d’Adad-tiram, pi-ha-az-2u i-na bit sinnisatin ot son office dans la maison des femmes teul ri-ig-ma n’étant pas vacant, seul ibli-ka-kum il nest pas venu (allé) te (trouver) 30. a-meinta-atu* Comme son fief 2 bur eg-lam idi-it-sum 2 bur de terre livre-Iui m1 A-na #Samaé ki-bi-ma dis cect : summa Ta-ri-ba-a-tum-ma en ces termes (parle) Taribiitum * : dSamas i 'Mardul: li-ba-al-li-td-ka Que Sama et Marduk te tiennent en vie! 1. ta oatar parts signer «ne plus» (afar de teatdira «ie en exes on pls}, I ext probable que crest Ja méme expression adverbiale que nous tronvons dans les vocabulaires sous la forme ld matar, ef. d-dir teeta, VAs Th. 24,118 [ZA IX, ps WM); metndir = la maa-tar SOR. 1p. 21.20); newb-dir te acter, RFit aces 1 10 (4, NIX, ple 8. Le pasage paralee du Voeabulave de Bruxsles, rv. 1, doa la na BEERS, qui es cenainement une erreur du serie) Noter dans le terme somerien Yekiment dir vcativi,doegte on atta mars La variante da, Vocabulaire de Broxlles (a m8?) et insu sante pour justifer cette lecture. 2. Probablement un terme de mépris. 3. Ainsi est éerit le nom. L'etymoalogie demandorait Tarsbatum. 4. CF. eiedessus, p. 8,11 F, THUREAU-DANGIN 5. ad-sum egil !]--an-ta-ha-ar Av sujet du champ d’Ili-amtabar, ki-ma a-wili-e ab-bi-t{u} comme anx sieurs ses fréres, eqlam kurumma(t)-2u a-pu-ul-Su} le champ alimentaire qui lui est dit livre-lui. Summa a-huesu a-licik [é-di-f}u Si ses fréres, ses compagnons ka-ni-kam na-keti sont porteurs d'un acte scellé', 10, a aut ka-nicka-am que lui aussi un acte seellé letb-lavak-kum Capporte. egil-du a-purul-suma Le champ qui lui est dé tivee-lui, [a [i}-ta-ar-ma puis, qu’il ne revienne pas (sur cette affaire), ta i-ta-ka-am qu'il ne vienne pas me (trouver). 72 A-na tS amas-ha-si-ir A Samas-basi ki-bima dis e um-ma I dinia-tum-ma en ces termes (parle) Idiniatum : Samad li-ba-al-le-it-ka Que Samas te tionne en vie! 5. aésum !A-bu-um-wa-yar ‘Au sujet d’Abum-waqar aan aq-bi-kum um-ma a-na-ku-ma parlé en ces termes = hima ali-ik idéviu « Comme & ses compagnons ie epwsitae droitement donne-tui satisfaction. » fice-ha-as 10, dul eglam kurummalt}-au teut eit ut ul fa}-aa-al Tu ne tes pas mis en peine de tui Ni le champ d’entretion, ni le champ... -au qui Ini étaient dus, fa pren{l} tu ne lui as lived, as sum-ia dul ta-la} “ A mon propos tu ne. a8-in fi-e-im-ke la (a-ai-pu-ra-am Quant au fait que ta ne m’as pas envoyé ton rapport, end chal-lim teu ay-bi au palais je n’en ai rien dit. 15. as-top-ra-al-{ura| Je téeris. iaetrisis @pwubinema Droitement donne-lui satisfaction a-wa am (ue son affaire [rotard la iradisia wait pas! 1. Ba bail 2 GE Ungnad, Babyl. Heigl, pp. 286 54. 3. enromsu serait un pluriel, ef. la forme verbale jr@assha cs pers pluriel feminin). Buns nos tet avodtum est toujours emploré au pluriel, of w: ne LAS wr 40, 1 3; Las 68, 1.17; detest Inceusatit). w 64, 1.82, En ce qui coneerne un not pluriel a-zea-s0. comparer le nominatit pluriel pihaazcu my iw 16. 1, 9 & OMe de pllatu-sene (VS, NVI, u 185, 1.8 4), couetin, ear! vvtiia (seeusatil La co 73 Acna dSamas-) hi-bi-ma nema 4Enlitkur-gatani-ma “Adad li-ba-al-li-i{-ka 3B. assum eqrlim sa 1 A-lweum-wa-gar hima tdi tu MU 40ham eq-tam ekenal a inean-na 1 harrénam i-na kisir sar bibla-ak is !A-Ipewwa-gar’ idakkam soccer ecfeg ede 1 dSin... Ehéim-in-m{a] 10, ana sil-ha-rif-éu) itta-di-i{n) wavar-ha-an 1b. preracts la il-ha-ab-ba-al 14 A-na tSamai-ha-si-ir Richi-ma tum-ma (Sin-i-din-nam-ma dSamak i ¢Marduk li-ha-al-lintu-ka - U-nu-ii o -8a-mar kiva-am is-pur-am wme-ma Su-ma bet 1 @Samas-ha-si-ir tt ¢Samas-mu-sa-tim -puer-an um-ma be-ti-ma linil-li-hu-ni-ik-hum-ma niir Ga-bu-ti-um li-ka-al-li-mu-ka 10. 1. Le texte porte ‘par erronr?) am an lieu de gar 2, I semble qu'il fale distinguor dex Abu-wagar :1' ‘qui est le colon da précédent, DE YAMMURAPIT AVEC SaMax A Samai-basir dis ceei : en ces termes (parle) Eni Que Adad te tienne en Au sujet du champ de Abum-wagar, comme tu le sais, depuis 40 ans il jouit de ce champ, mais maintenant une campagne dans l'armée royale ill fait. Or, & Abu-wagar*, le colon, {qui eultive ?) son chfamp}, Si a ravi (ce champ), puis & son boy Va livre. Son cas, élucide-te quill ne soit pas lésé. en ees termes (parle) Sin-idinnam Que Samas et Marduk te tiennent en vie Inupsamar! méerit en ces termes = « Mon seigneur m’éerit en ces termne Que Samas-hisir et Samas-musallim jennent te |trouver), pais, le canal Gabim, « qu'ils te le montrent. » . We soldat, qui est le postesseur du fef, et autre, 3. Ce personnage ciait d2jA eonna par les leutres de Yammurapi & Sin-idinnam (ei, King, Letters, u 26 et 45). [k]i-a-ar i-pur-am Voila ce qu'il m’éerit. is-tu Bit-karkara® j-tu-ra-am-ma De Bit-karkara' il est revenu, Ena al Ra-ha-bu-um ki puis dans la ville de Rababu* 18. degd-ka il Pattend. acla-kam ep-ba-am-ma Viens, nar Ga-bu-tium puis le canal Gabiim 1 Enwithesa-mar a Inubsamar kuculslim monire-le A-na “Samas-ha-si-ir ki-bi-ma um-ma 4Nanna-ma-an-sim-ma en ees termes (parle) Nanna-mansum “dSamas li-ba-al-ti-it-ka ‘Que Samas te tienne en vie! 5. ag-Sium tevim egil Be-di-lum Au sojet de 1a question du champ de Be- dilum, ba ina Al-L-li-ié-ti-hat ki que dans Al-Ilii-tikal * marsarre iona-yacrn des gardes gardent, a-wactim ma-har be-licia Vaffaire devant non seigneur ad-kucum-ma tup-pi beli-ia jai exposé, & la suite de quoi une tablette de non seigneur 10, w rédi be-ti-ia et d'un gendarme de mon seigneur‘ ana (Na-bi-ion-ma-tik it-ta-at-kam est partie a (I'adresse de) Nabium-malik, i tup-pi a-na.. en outre ma tabiette vers. ... (Le reste manque.) 16° A-na ¢Samas-ha-|si-ir] a ¢Marduk- A Samas-balyir| et Marduk-na(sir) nal-si-ir} Ai-bt [ma] dis cect = um-ma Te-ab-e-li-ma-t[inema] [nwt] en ces termes (parle) Tab-eli-matim : ("Samas) a ¢Marduk li-ba-al-li-|tu-ku- Que [Samas) et Marduk vous tiennent en vie! 1. Au sujet-de cette ville, voir Weissbach, ZDMG., LI, pp. 631 5q.; Him. Gade, 111, 61. Le nom sumé- rien erait probablement Ennigi (ef. Weissbach, fr), Voir encore CT., XXV, pl 1.7, un 7M glosé mu-ra. 2 Ch chdessus, p25, 1. 2 3. Pour cette lecture, ef. Lewy, ZA. | XXXY, p, 149. 4.11 faut sans doute entandre par la que le gendarme du roi a écrit au nom de som maitee. Comparer Poo- bel, BE., VT, 2, ne 10.1 pp. 46-sq. Daprés ce comrat, [ammurapi ayant regu une plainte, «le rai et Adad- farrum, gendatme du roi s éerivent A Vascemblee judieiaire de Nippur paur Ia suisit de Vatfaire, Ceite lettre e: la suivante ont trait Ja mime aflaire LA CORR} 5. [as-sulm plujtih egli-ia da i [ina A-{s}a-ab- egl-im a-pa-lli)- tup-pi AwéN(ineur|ta [iJetanaleha-ak-ku-ne-siim ap-la-ma 10. ar [Jib sd-haet cece eared Hi-mucur A-na ‘Samas-ha-si-ir_ @ (Marduk-na- stir hicbiema triema Tavabre-li-ma-tim-ma @Samak te (Marduk li-ba-al-lé-tu-fu- nucti B. abium puctth eglicia $a ina Mas-kan- absrim he iteickucti 12 bur eqlim ina A-#a-ah-ha-pa aeporlivia ig-giebickunucticim-ma Vi8tar-il si-ha-ri 10. af-rudacaleku-nucsinim Fnacan-na unema ab-ti-nuema 1 B-titpi-t Marduk ti-ul im-gur-ra-an-ni- ati Sa ta-ad-pur- [acnu-um|-ma UB-til-piedMarduk dul ka-{H}i 15. [ké-a-am| i-pur-ra-am um-ma sume egi-am i)a i-na A-éa-a{-hlapa..... {(B-til)-pi-Bstar 24h SA(G)}-GU(D).... arra. [a-na aJa-at-tim (an-ni-tim] 20. [egl-am an-nji-a-[am a-na ir-ri-su-tim) [de-pul-us-mla 1. Cl. chdessus, p. 21, Rowe W’Assyriologie, XXI. PONDANCE DE YAMMURAPE AVEC {Au suljet de (ceci, & savoir) en échange de mon champ qui a été prlis}, dans Asalbapa me livrer Je ehainp qui m’est dil, une tablette d’.\wel-Nin-urta est partie & votre adresse. “ Donnez (prompjtement satisfaction & mon boy, puis, qu'il voie son... 1 A SamaS-Lasir et Marduk-nasir dis ceci = en ces termes (parle) | (Que Samas et Marduk vous tiennent en vie! b-eli-mitin : Au sujet de (cei, & savoir) en échange de mon champ qui dans Maskan-Sabrim' a été pris, me livrer le champ qui west ai 12 bur de terre dans des ordres il vous a été donne, aussi IStar-il, mon boy, {a savoir} apa, je vous ai envoyé. Maintenant, vous (m’éerivez) en cos termes : « Btel-pi-Mardak ne nous a pas donné son acquieseement. » C'est 1a ce que vous m’éeriver. [Or}, Etel-pi-Marduk ne ref[use] pas. Il m’écrit en ces termes = « [Le champ] que dans A « [Btel-Jpi-tatar, le bouvier. loose ates Y oust wee | pour cette | année, « cle champ en culture [je met}trai, 58 F. THUREAU-DANGIN Kicma i-mi-it-tim ti Sucme-lim Se-am tu-um-duda-am kica-am | E-tilepitMarduk ipur-ra~ am ica (i)g-bu-ku-nu-ti-im-ma 25. 12 but eql-am ma-la eqlinia a-Sar dam-ku sii-ha-ri ku-ul-li-ma aiik-ka-tam ma-al-ga-ma iS-tu sii-ha-ri si-ik-ka-az-su i-tam-ru 4a 1B-til-pt-¢Marduk i&-tap-ra-am 30. a-na fa-at-tim an-ni-tim egl-am su-a-ti a-na ir-ri-bu-tim li-pwud w ki-ma i-mi-it-tim te du-me-lim Se-am mi-ki-is egli-ia limid-di w ka-nivik-tu 35. 8a egli-i a-na ir-riductim it-ti-ia Bu-siinth li-fa-bi-lam te-im-keu-nu ga-am-ra-am mae-b 1. Mot A mot : «18 08 {la terre} est bonne ». « puis, comme (les voisins) de droite et de gauche, Ie grain je verserai. » Voilé ce que Etel-pi-Marduk m'éerit. Comme on vous I'a ordonné, et non antre- ment, 12 bur de terre, l’équivalent de mon champ, dans un bon terroir’, montrey & mon boy. puis frappex (planter) le piquet, puis, lorsque mon boy aura yu son piquet, (conformément ) ce que m’éerit Rtel-pi Marduk, pour cette année, qu'il mette ce champ en culture, eten outre, comme (ses voisins) le droite et de gauche, le grain, redevanee de mon champ, qu'il me livre; en outre son acte scellé, (constatant que) mon champ pour ia culture: de moi il loue, qu'il me fasse porter. Votre rapport complet en réponse & ma lettre faites-moi porter.