Sunteți pe pagina 1din 2

Pari d'avenir 2008 : atelier "Pour une clarification des 

objectifs"

Dans cet atelier, nous sommes partis de l'expérience pratique de chacun (acteur de 
la culture scientifique et technique) plutôt que de nous projeter vers un horizon idéal 
ou futur. La réflexion sur les objectifs de la culture scientifique est donc fortement 
liée au vécu des participants et au positionnement qui est le leur.

L'objectif de formation des citoyens est celui qui a réuni le plus clair consensus, 
même si ce terme a été rediscuté en session plénière et que plutôt que "former les 
citoyens", il s'agit de "donner les clés permettant aux citoyens d'agir en tant que tel". 
La science permet en effet d'apprendre à réfléchir avec méthode, de mettre en 
œuvre son esprit critique et de se saisir du monde pour pouvoir le transformer. Ainsi, 
l'apprentissage de notions et de concepts scientifiques n'est qu'un préalable à 
l'inculcation de cette démarche et du goût d'apprendre.

Cet objectif principal a été mis en avant par les participants à l'atelier, représentant 
principalement des associations de culture scientifique et industrielle. Le contraste 
est fort avec ce que recherchent les organismes de recherche (quand ils financent 
des actions de culture scientifique) ou l'Académie des sciences (à travers un 
programme comme "La main à la pâte"), à savoir la fin de la désaffection des cursus 
scientifiques. Cet objectif clairement politique, qui a permis d'injecter des sous pour 
la culture scientifique, peut servir d'affichage mais ressortit d'un pôle qui semble 
séparé du pôle "philanthropique" des associations. On pourrait donc voir se dessiner 
un continuum avec le politique d'un côté et le philanthropique de l'autre, les CCSTI 
se situant quelque part entre les deux, plus d'un côté ou de l'autre selon leur 
proximité au politique et leur objectif.

Les autres objectifs suggérés par les organisateurs du colloque ont fait l'unanimité 
contre eux lors de l'atelier, même s'il a été souligné en séance plénière que c'est la 
diversité des objectifs qui fait la richesse des actions de culture scientifique et 
technique. Loin de seconder l'école, nos actions en milieu scolaire ont plutôt pour 
but de compléter l'action scolaire, en montrant qu'il existe d'autres méthodes de 
travail (où le résultat n'est pas donné a priori mais doit être recherché activement, où 
l'enfant est autonome et responsabilisé). Loin d'enchanter le monde, il est apparu 
que les activités de culture scientifique et technique le désenchantent (exemple de la 
Nuit des étoiles d'où un grand nombre de participants repartent frustrés et 
désenchantés). Enfin, le divertissement est majoritairement vécu comme un moyen 
plutôt qu'une fin, en offrant un point d'entrée et en permettant de casser les barrières 
entre le public et les chercheurs. S'il est une fin, c'est uniquement en agissant sur 
l'image que le grand public a du chercheur et du monde de la recherche, laquelle se 
construit beaucoup à travers les films, les divertissements télévisés…