Sunteți pe pagina 1din 7

Les bases à l’époque du progrès

Madina

Cheïkh Abdel-Bari Ath-Thoubéïti

Vendredi 22/1/1423 (5/4/2002)

Allah a placé dans l’Islam avec lequel il a complété les législations et les messages
divins, le principe de la fermeté et de l’éternité, ainsi que le principe de la souplesse ;
ceci est le miracle de cette religion, un signe qui montre qu'elle est pour tout le monde,
un signe de sa perpétuité et qu’elle est bonne dans tous les endroits et à toutes les
époques.

Parmi les bases qui ne peuvent pas être modifiées, pour lesquelles nous ne pouvons
pas donner notre opinion, et auxquelles nous ne pouvons rien ajouter : tout ce qui
concerne la foi et les croyances. Nous ne pouvons rien ajouter à la croyance aux
qualités d’Allah - qu'il soit glorifié -, aux anges, au paradis et l’enfer, au jour du jugement,
au châtiment de la tombe, et à tout ce qui concerne le domaine de l’invisible. De même
qu'il n’est pas permis d’ajouter des choses aux prières obligatoires et surérogatoires, au
jeûne, à la zakat et au pèlerinage.

Parmi les bases, se trouvent aussi les interdictions : la sorcellerie, le meurtre, l’adultère,
l’intérêt, manger l’argent de l’orphelin, accuser injustement d’adultère les femmes
croyantes mariées, le vol, la médisance, la calomnie, etc.…
Et la sincérité, la loyauté, la chasteté, la patience, tenir sa promesse et la pudeur sont
les principales qualités qui font partie des bases. Il est évident que l’Islam a voulu que la
société soit chaste et propre et qu’il a éliminé les perversions de l’époque préislamique ;
il a donc interdit le mélange entre les hommes et les femmes, il a rendu illicite le fait de
rester seul avec une femme étrangère, de serrer les mains de la femme étrangère, il a
exhorté à abaisser le regard, et il a donné l’ordre que la femme musulmane porte des
habits qui couvrent son corps.

Et parmi les bases, les jugements dogmatiques : dans les affaires de la famille et de la
société, comme la permission du divorce, la polygamie (le fait de se marier avec
plusieurs femmes, quatre au maximum dans l’Islam), le fait que le mari soit responsable
des dépenses et qu’il soit le chef de la famille. Donc, personne ne peut empêcher le
divorce, ni la polygamie ; et personne ne peut appeler et inciter les gens au mélange
entre les hommes et les femmes et à abandonner le voile avec comme argument
l’émancipation de la femme, la civilisation, la sédentarisation et l’illumination.

Parmi les bases, le fait que les principes, les programmes et les méthodes de
l’éducation proviennent de la loi divine, et son rôle est de former toute génération qui
l’adopte parmi les générations de l’humanité, une formation divine qui lui garantie le
bonheur ; ainsi, elle n’est pas secouée par les malheurs et les tempêtes.

Parmi les bases, le fait que l’homme et la femme dans l’Islam soient deux ailes sans
lesquelles la vie ne peut pas se réaliser, ni évoluer ; Allah a créé la femme pour le
même but qu’il a créé l’homme, Allah a dit :

{Je n’ai créé les génies et les hommes que pour qu’ils M’adorent}.

La femme dans l’Islam est comme l’homme, Allah lui a prescrit les obligations
religieuses, et elle doit apprendre ce qui lui est utile concernant les sciences de ce
monde et de l’autre monde.

Parmi les bases, le fait que le Créateur - qu'il soit exalté - a donné à l’homme et à la
femme des particularités qui conviennent au rôle de chacun d’eux, de même qu’il a mis
des différences entre eux ; la femme est différente de l’homme dans la construction et la
structure de son corps ; et parmi les particularités de la féminité : elle agrée très vite, la
sensibilité des sentiments, la grande pudeur, la timidité, et une faible endurance aux
situations imprévues ; l’Omniscient et le Connaisseur Parfait a voulu par sa sagesse que
cela soit ainsi, pour que la femme puisse accomplir son rôle dans la vie selon ses
dispositions naturelles ; et la mettre dans les domaines qui sont spécifiques aux
hommes, est le contraire de la nature humaine et une contradiction de la réalité en ce
qui concerne la création, la sagesse et la religion.
Le principe de la constance apparaît dans le fait que la société musulmane refuse les
croyances, les principes, les pensées, les habitudes et les slogans des autres sociétés
qui ne sont pas musulmanes, car elles n’ont pas la même origine, ni le même but, et
elles ne suivent pas le même chemin ; c’est la raison pour laquelle le Messager d’Allah
(qu'Allah prie sur lui et le salue) a insisté pour que la différence soit faite entre les
musulmans et leurs opposants dans toutes leurs affaires.

Parmi les bases, le fait que l’Islam ne puisse pas être divisé ; il doit être pris en entier
comme Allah l’a ordonné, dans tous les domaines : les croyances, l’adoration, les
bonnes qualités, le comportement, les lois et les enseignements. L’Islam n’est pas
qu’une croyance sans adoration et sans actions, ni une adoration sans bonnes qualités
ou des bonnes qualités sans adoration, et il n’est pas non plus une croyance, une
adoration et de bonnes qualités sans lois et sans organisations qui dirigent la vie.

Nous parlons des bases dans la vie de la communauté, car nous vivons à une époque
où les sciences et les connaissances sont très nombreuses ; de même que les
compréhensions sont multiples et les pensées différentes ; une époque remplie de
grands événements et de nouvelles thèses qui ont eu un effet énorme. Le monde s’est
rencontré, l’Est avec l’Ouest, le Sud avec le Nord, et un jour ne s’écoule pas, ni une
heure, ni un instant, sans que l’on entende parler de progrès, de changement et
d’évolution du bout de la terre à l’autre ; ainsi, l’évolution est devenue l’affaire la plus
important dans la vie des musulmans. L’évolution est la transformation étape par étape,
et dans le Coran, Allah - qu'il soit exalté – a dit dans le chapitre : « Noé » :

{Alors qu’il vous a créés par phases successives}.

Ainsi que la parole d’Allah :

{C’est Nous qui vous avons créés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis
d’une adhérence puis d’un embryon}.

L’évolution, littéralement, c’est le passage d’une étape à une autre étape ; il peut être du
mal au bien ou le contraire ; ou d’une position à une position équivalente. Et à notre
époque, la compréhension de l’évolution est l’élévation à ce qu'il y a de mieux ; ainsi,
l’évolution veut dire la progression (ou l’amélioration). Mais dans l’Islam, le changement,
l’évolution et la progression, peuvent être vers le meilleur ou vers le pire ; par exemple,
la constitution du corps, à la maturité, continue son évolution vers la vieillesse, ensuite,
vers la mort. La vraie religion ne peut pas s’opposer à l’évolution bénéfique (utile), qui
suit la loi divine ; c’est pour cette raison qu'il n’est pas étonnant que l’Islam exhorte à
l’étude de la science utile, au travail et au mouvement, et qu’il rejette l’indolence et le
chômage ; et que le Livre éternel de l’Islam nous parle dans l’histoire d’Adam (que la paix
soit sur lui) de la science, dans l’histoire de Noé de la construction des bateaux, dans
l’histoire de David de l’amollissement du fer, dans l’histoire de Joseph de la planification
économique, et dans l’histoire de Dhoul-Quarneïne de la construction des barrages ; et
le Messager (qu'Allah prie sur lui et le salue) approuve les résultats de l’observation et de
l’expérience dans les domaines de la vie, comme pour la question de la pollinisation des
dattiers en disant :
(Vous connaissez mieux vos affaires de ce monde).

Ceci est l’Islam, il n’entrave pas la marche de la vie et ne retarde pas son évolution,
mais il exhorte au travail et au mouvement, avec la garantie que la personne ne
s’égarera pas et ne se détournera pas du chemin. La vraie évolution est l’effort fourni
pour faire que la société islamique, à chaque époque, se rapproche de la première
société modèle que le Messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a fondé, en faisant
revivre les compréhensions de cette société et sa conception de la religion, en suivant
son chemin en ce qui concerne la compréhension des textes, leurs significations et
l’écriture des sciences, en prenant tout ce qui est utile de chaque civilisation et en
purifiant la société de ses impuretés.

Parmi les choses qui ont accablé les musulmans et qui ont été la cause de la mauvaise
compréhension de l’Islam, la déviation des bases de la religion et des piliers de l’Islam
en ce qui concerne la croyance et les habitudes en prétendant que cela fait partie de
l’évolution ; ceci provoque l’éloignement de la croyance et des qualités de la religion, et
l’imitation des autres cultures. Le pire est que l’on pense que tout ce qui a un rapport
avec la religion et la guidée des envoyés, est rétrograde et ancien, et qu'il faut s’en
éloigner pour suivre la civilisation moderne - selon ce qu’ils prétendent - ; celui qui
retourne avec ses pensées et sa croyance à la première génération, ne peut pas être
rétrograde, mais il est un musulman sincère qui recherche la pureté et la chasteté, et
dire que les musulmans sont rétrogrades et arriérés parce qu’ils se sont accrochés à la
religion du Seigneur des mondes, est une apostasie de l’Islam, Allah a dit :

{Et quiconque renie sa religion et meurt en étant mécréant, ceux-là, leurs actions
seront vaines dans ce monde et dans l’autre}.

Si le progrès, l’évolution et le changement - comme ils le prétendent – est l’abandon des


bonnes qualités, de la vertu et faciliter les chemins de la débauche, alors, quel mauvais
progrès ! Et ce ne sont tous les progrès qui sont dignes d’éloges. Le progrès vers le
pillage, le brigandage, la nudité, l’alcool, la débauche et l’adultère… le progrès pour le
rejet de la vertu et pour commettre les péchés, ne peut pas être considéré comme étant
digne d‘éloges. Le progrès vers la stimulation des envies (des désirs charnels), des
passions et de l’âme qui incite au mal, est un progrès vers la destruction et la perte.

Donc, la question du progrès dépend du but recherché ; si le but est le bonheur et le


bien, le progrès sera alors une vertu et une sagesse ; mais si le progrès est le malheur
et le mal, il sera alors l’immoralité et l’ignorance.

Parmi les choses désapprouvées sous le slogan du progrès et de l’illumination, le fait de


justifier les coutumes et les habitudes des non-musulmans au nom de l’indulgence de
l’Islam ; il n’y aucun doute que la porte de la jurisprudence soit ouverte pour les savants
pieux, mais il y a des règles générales pour lesquelles il n’est pas permis de donner son
opinion ou son interprétation, et des bases solides qui ne changent pas avec le
changement des époques.
Toutes les communautés désirent l’élévation et la réussite ; en ce qui concerne la
communauté islamique, sa réussite et son élévation dans les inventions de l’époque de
la science et du travail, ne réside pas dans le fait qu’elle parvienne à faire ce que les
autres font, mais dans sa capacité de s’ouvrir aux autres en contrôlant ses mouvements
pour qu’ils soient en accord avec le Coran et la Sounnah ; elle donne la priorité à la
religion sur la vie de ce monde, au principe sur les profits mondains, à l’essence sur
l’apparence, au développement de la foi sur le développement de la matière ; car nous
n’avons aucune valeur sans la croyance ; et la base de l’évolution bénéfique et du
progrès correct, est l’affermissement de la croyance, des règles de conduite et des
bonnes qualités.

Ceci signifie que nous devons préparer un musulman pieux, pure, et éduqué, et non
quelqu’un qui est tolérant à propos des choses interdites, qui néglige les obligations
religieuses, celui qui apprend la science sans suivre les lois de la religion ; de même
que nous devons préparer la musulmane pieuse, pure et éduquée, qui est fière de
porter le voile, qui refuse le mélange avec les hommes, garde sa chasteté, et protège
son honneur avec une éducation, un enseignement et un programme qui est en
harmonie avec sa nature et sa féminité ; car elle est une pierre précieuse cachée, une
perle protégée, une mère, une épouse, elle forme des hommes et éduque les
générations. Nos règles de conduite tirées du Coran et de la Sounnah sont la seule
garantie pour la préparation de la génération future, et s’éloigner du droit chemin est
une déviation.

Il y a une grande différence entre l’ouverture sur les autres et la dépendance de la


communauté, car la détermination de la communauté n’accepte pas la dépendance,
pour ne pas qu’elle fonde dans les autres sociétés, suive leurs passions et pour ne pas
les imiter et leur ressembler, elle perdrait alors sa fermeté et sa particularité, ce qui
provoquerait la perte de la religion, ainsi que les biens de ce monde. La communauté
n’a-t-elle pas reçu la mission de sauver l’humanité de la folie de la civilisation
matérialiste ? Elle ne pourra pas accomplir sa mission si elle est atteinte comme les
autres par les maladies du matérialisme et du libertinage. Cette communauté ne doit-
elle pas présenter un substitut de la civilisation moderne ? Elle ne pourra jamais faire
cela si elle imite les autres, les prend pour les meilleurs modèles et suit leurs coutumes
empan par empan, et coudée par coudée.

Donc, le développement et le progrès des sociétés musulmanes sont dignes d’éloges


s’ils réalisent les buts principaux de la vie du musulman, qui sont : l’adoration d’Allah -
qu'il soit exalté -, la succession sur terre, le peuplement de la terre, et selon l’effort que
l’homme fournit pour réaliser ces buts, son progrès est considéré véritable.
Allah - qu'il soit exalté - a dit :

{O vous qui avez cru ! Obéissez à Allah et à son messager et ne vous détournez
pas de lui quand vous l’entendez parler.

Et ne soyez pas comme ceux qui disent :

«Nous avons entendu », alors qu’ils n’entendent pas.


Les pires des bêtes auprès d’Allah, sont, (en vérité), les sourds-muets qui ne
résonnent pas.

Et si Allah avait reconnu en eux quelque bien, il aurait fait qu’ils entendent.

Mais, même s’il les faisait entendre, ils tourneraient (sûrement) le dos
en s’éloignant.

O vous qui avez cru ! Répondez à Allah et au Messager lorsqu’il vous appelle à ce
qui vous donne la (vraie) vie, et sachez qu’Allah s’interpose entre l’homme et son
coeur, et que c’est vers lui que vous serez rassemblés.

Et craignez une calamité qui n’affligera pas exclusivement les injustes


d’entre vous.

Et sachez qu’Allah est dur en punition}.

Lorsque nous parlons de la Palestine et d’Al-Aqsa, nous nous trouvons devant un


malheur que les mots ne peuvent pas expliquer ; les larmes se mêlent aux phrases. De
quoi allons-nous parler ? D’un peuple solitaire et sans armes qui fait face à un massacre
collectif (un génocide) hideux… ou d’un Aqsa dont on viole les lieux sacrés… ou d’un
silence mondial… ou des droits que l’on transgresse… ou d’un terrorisme violent sans
précédent.

Le complot contre la mosquée d’Al-Aqsa et la Palestine qui fut la première Quibla


(direction à suivre pour la prière), et où le messager d’Allah (qu'Allah prie sur et le salue) a
accompli le voyage nocturne, est devenu réel, un événement apparent et visible ; ses
pas s’empressent jour après jour, ou plutôt instant après instant ; et chaque musulman
doit participer à l’éveil de la communauté, il doit accomplir n’importe quelle action qui
aide l’affaire de Jérusalem (Al-Quouds) et de la mosquée d’Al-Aqsa, il doit faire des
efforts pour empêcher l’injustice que subit le peuple musulman, et il doit soutenir la
résistance des musulmans en Palestine et à Jérusalem.

Nous devons savoir que l’affaire de la Palestine ne mourra pas, car elle est une
croyance dans le coeur de chaque musulman. Donc, Avez-vous entendu ou lu à propos
de la croyance que cent millions de personnes qui vont peut-être mourir, ont dans leurs
coeurs ? Les gens meurent pour la croyance (la foi), et aucune croyance n’est morte
pour la vie d’un homme. Jérusalem et la Palestine sont la terre où s’est produit le
voyage nocturne et l’ascension au ciel, les musulmans ont donné pour elle leur sang et
leurs sacrifices, et ils ont avancé des millions de martyrs ; nous sommes étonnés
aujourd’hui de ce courage intrépide, de cette résistance obstinée et de ce sacrifice
merveilleux. Un groupe croyant, des jeunes patients qui ont donné leur vie et tout ce
qu’ils possèdent pour leur affaire ; ceci annonce la bonne nouvelle de la victoire que
nous attendons.
http://www.alharamainonline.net/