Sunteți pe pagina 1din 150

PATW Chlef : Phase II

I- PLACE ET ROLE DES SCHEMAS

PROSPECTIFS DANS LE PROCESSUS D’ELABORATION DU PATW :

PATW Chlef : Phase II

1-OBJET :

rapport constitue la phase II de l’étude du plan d’aménagement du territoire de la wilaya de Chlef intitulé «

perspectives de développement et scénarios d’aménagement ». La phase I approuvée par le comité de pilotage de la wilaya concernait l’établissement d’un état des lieux du territoire de la wilaya.

Le présent

2- TERMES DE REFERENCE (TDR) :

Le contenu de la phase II est décliné comme suit par les termes de référence de l’étude en question :

A partir des réalités de la wilaya et à travers ses atouts et ses contraintes, l'étude doit identifier les enjeux territoriaux et socio- économiques à moyen et long termes, et définir un ensemble d'orientations en cohérence avec le S.E.P.T auquel appartient la wilaya, les Schémas Directeurs Sectoriels, le cas échéant le S.D.A.A.M concerné et des propositions d'actions pertinentes issues de la concertation au niveau de la wilaya.

Dans cette phase il sera question des scénarios d'aménagement, qui doivent prendre en charge l'ensemble des entités spatiales de la wilaya et, qui doivent être soumis à un large débat. a savoir :

Le cadre de référence régionale : la wilaya dans l’espace national et régional concerné ;

Les futurs possibles de la wilaya sur la base du diagnostic prospectif ;

Le scénario souhaitable : les lignes de force

PATW Chlef : Phase II

Déclinaisons spatiales sur la base de la typologie des territoires : la vocation des espaces infra-wilayal (zones d’aménagement), l’armature urbaine, espaces ruraux, la politique urbaine, les espaces portuaires,

Déclinaisons sectorielles : les politiques sectorielles (développement agricole, l’industrie, le tourisme, l’artisanat, la pêche… l’habitat, les télécommunications, l’enseignement, l’hydraulique, l’enseignement supérieur, la formation.

Réorganisation de l’armature urbaine

Les recommandations de l’Instruction interministérielle pour l’élaboration des Plans d’Aménagement du territoire de la Wilaya donnent des recommandations détaillées pour ce qui concerne leurs objectifs et la manière d’aborder cette élaboration en précisant les objectifs fondamentaux de son établissement et sa nature.

Le P.A.T.W est conçu comme un outil de prospective territoriale qui combine à la fois les orientations nationales et régionales en matière d’aménagement et de développement durable du territoire, et les préoccupations des acteurs locaux qui tiennent compte des spécificités de la Wilaya.

C’est de là que résulte le choix pour la démarche prospective

qui doit permettre, d’identifier d’une manière

consensuelle avec les acteurs les plus concernés, les trajectoires des futurs possibles pour retenir après concertation le scénario le

mieux approprié à l’évolution du territoire de la Wilaya.

PATW Chlef : Phase II

3- LES OBJECTIFS DES PATW (CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE) :

Les objectifs généraux du PAW sont énoncés comme suit :

C’est un outil d’orientation et de planification stratégique des actions d’aménagement du territoire de la Wilaya

engager une réflexion sur le devenir du territoire de la Wilaya en associant tous les acteurs impliqués dans le développement local

objectif fondamental d’assurer une organisation rationnelle et harmonieuse de l’ensemble du territoire de la Wilaya.

C’est un outil d’évaluation territoriale par l’appréciation des atouts et des contraintes, et de prospective territoriale qui combine les orientations nationales et régionales, et les préoccupations des acteurs locaux qui tiennent compte des spécificités de la Wilaya.

L’objectif est d’aboutir à une vision globale cohérente des actions engagées et projetées

4- LES SCENARIOS : MODE DEMPLOI :

Les

scénarios

à

développer

doivent

viser

à

développer

et

exploiter

les

points

forts,

pour

couvrir

les

domaines

incontournables, et aussi agir pour atténuer les lacunes les défaillances et la faiblesse des ressources.

L’élaboration des scénarios, qui doivent répondre chacun aux exigences de faisabilité, doit obéir et prendre comme cadres de référence :

Les orientations du SNAT pour la région et pour son armature urbaine

Les déclinaisons des Schémas Directeurs Sectoriels pour la région et la wilaya de Chlef

PATW Chlef : Phase II

Les orientations et précisions apportées par le SAEPT (Schéma d’application et de Programmation Territoriale)

Le scénario prospectif est ce scénario qui représente le chemin que l’on compte emprunter pour atteindre les objectifs attendus des autorités locales dans le cadre du respect de la loi relative à l’aménagement et au développement durable du territoire.

La conception de scénarios alternatifs crédibles et faisables, passe par une bonne appréciation qualitative, appuyée sur les données quantitatives, des potentialités effectives de la willaya, des secteurs et des territoires qui la composent, de la situation générale de la wilaya.

Les scénarios reviennent en définitive à une combinatoire dans laquelle on agence les solutions répondant aux exigences de : Réponse aux besoins fondamentaux ajustés selon le long terme (taille, structure et répartition de la population, etc. ;)

Utilisation des points forts relevés soit au plan territorial soit au plan sectoriel, sinon au plan territorial et sectoriel (combinaison de solutions)

Respect des orientations des Schémas nationaux et régionaux dans leur principe et souplesse dans l’adaptation aux situations locales concrètes Il va de soi qu’une place importante doit être accordée à l’innovation soit par la recherche et l’ouverture de nouveaux créneaux de développement, soit par la valorisation nouvelle de ressources existantes et insuffisamment ou pas du tout exploitées.

Les deux ou trois scénarios rédigés en première étape sont alors comparés enrichissement au Comité de pilotage chargé de l’organisation de la concertation.

et corrigés avant d’être soumis pour débat et

PATW Chlef : Phase II

Chaque scenario, dont les points forts et points faibles et conditions de mise en œuvre auront été mis en évidence, est validé en tenant compte de ses effets positifs ou négatifs attendus. Le Comité de pilotage retient le scénario qui lui semble le plus réaliste et le plus faisable.

PATW Chlef : Phase II

II- CADRE DE REFERENCE : ORIENTATIONS STRATEGIQUES :

PATW Chlef : Phase II

1- ORIENTATIONS STRATEGIQUES DE LA LOI RELATIVE A LAMENAGEMENT ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE DU TERRITOIRE DU 12 DECEMBRE 2002 :

Le point de départ des objectifs des plans de tous niveaux est inscrit dans la lettre de la loi sur l’aménagement du territoire tels que l’énoncent les articles 4, 5,et 6 de la loi dont nous donnons des extraits ci-dessous :

Art. 4. - La politique nationale d'aménagement et de développement durable du territoire vise un développement harmonieux de l'ensemble du territoire national, selon les spécificités et les atouts de chaque espace régional.

Elle retient comme finalités:

la création de conditions favorables au développement de la richesse nationale et de l'emploi;

l'égalité des chances de promotion et d'épanouissement entre tous les citoyens;

l'incitation à la répartition appropriée, entre les régions et les territoires, des bases et moyens de développement en visant l'allègement des pressions sur le littoral, les métropoles et grandes villes et la promotion des zones de montagne, des régions des Hauts Plateaux et du Sud;

le soutien et la dynamisation des milieux ruraux, des territoires, des régions et zones en difficulté, pour la stabilisation de leurs populations;

le rééquilibrage de l'armature urbaine et la promotion des fonctions régionales, nationales et internationales, des métropoles et des grandes villes;

la protection et la valorisation des espaces et des ensembles écologiquement et économiquement sensibles;

PATW Chlef : Phase II

la protection des territoires et des populations contre les risques liés aux aléas naturels;

la protection, la mise en valeur et l'utilisation rationnelle des ressources patrimoniales, naturelles et culturelles et leur préservation pour les générations futures.

Art. 5. - La politique nationale d'aménagement et de développement durable du territoire concourt à l'unité nationale et intègre, outre les objectifs de développement économique, social et culturel, les impératifs de souveraineté nationale et de défense du territoire.

Art. 6. - Dans le cadre de la politique nationale d'aménagement et de développement durable du territoire, l'Etat assure:

la compensation des handicaps naturels et géographiques des régions et des territoires, pour garantir la mise en valeur, le développement et le peuplement équilibrés du territoire national;

la correction des inégalités des conditions de vie, à travers la diffusion des services publics et la lutte contre toutes les causes de la marginalisation et de l'exclusion sociales tant dans les campagnes que dans les villes;

le soutien aux activités économiques, selon leur localisation en garantissant leur répartition, leur diffusion ainsi que leur renforcement, sur l'ensemble du territoire national;

la maîtrise et l'organisation de la croissance des villes.

PATW Chlef : Phase II

2- LES POLITIQUES ET LES SCHEMAS DIRECTEURS SECTORIELS :

L’aménagement du territoire devient une discipline transversale, recherchant sectorielles sur le territoire de la wilaya.

la cohérence entre les différentes politiques

Son objectif mise sur la recherche d’une vision globale projetée à long terme, tant pour les délais et les moyens de la mise en œuvre des actions, que dans la manifestation de leurs effets.

Dés lors, les démarches novatrices, de prospectives territoriales, sont à appliquer dans les études, pour traiter les problèmes dans leur complexité. Cette démarche va permettre, non pas de prévenir l’avenir, mais plutôt d’identifier avec les acteurs les plus concernés les trajectoires des futurs possibles pour retenir le scénario le plus souhaitable pour leur territoire.

Un des objectifs du PAWT est de mettre en cohérence dans les territoires des Wilayas concernées les Politiques Sectorielles telles que définies par leur Schémas Directeurs Sectoriels (article 22 de la loi n° 01-20 du 12 Décembre 2001), ainsi que l’intégration des projets structurants.

A ce titre, le P.A.W constitue un outil de planification stratégique ayant pour objectif d’assurer la cohérence et la coordination entre les instruments situés en amont (les instruments d’aménagement du territoire : SNAT, SEPT, Schémas

et ceux en aval (les instruments d’urbanisme) à travers les déclinaisons territoriales et sectorielles à

l’échelle du territoire de la Wilaya concernée.

Directeurs Sectoriels, SDAL

)

PATW Chlef : Phase II

Les secteurs déclinés sont ceux qui font l’objet de schémas directeurs tels qu’ils sont définis dans la loi du 12 décembre 2001 relative à l’Aménagement et au Développement Durable du Territoire.

Dans le cadre de la mise en œuvre du SNAT sont ainsi institués des schémas qui doivent organiser la planification territoriale de l’Etat à l’horizon 2030 : les schémas directeurs des grandes infrastructures et des services collectifs d’intérêt national.

PATW Chlef : Phase II

2.1.LE SCHEMA DIRECTEUR DE L’EAU :

Dans le cadre d’une répartition judicieuse de la ressource en eau en fonction des options de développement et d’occupation du territoire national, le schéma directeur de l’eau vise la réalisation des objectifs suivants :

La satisfaction des besoins en eau potable et industrielle ainsi que le développement de l’irrigation pour la sécurité alimentaire ;

Le développement et l’utilisation des ressources non conventionnelles produites à partir du recyclage des eaux usées et du dessalement de l’eau de mer ;

La protection de la ressource en eau contre toutes les formes de pollution ;

L’économie et l’utilisation rationnelle de l’eau par la sensibilisation et l’amélioration des différents systèmes de gestion des eaux.

2.2 LE SCHEMA ROUTIER ET AUTOROUTIER :

Ce schéma projette les grands axes du réseau national d’autoroutes et de routes selon les objectifs de desserte et de désenclavement de tout le territoire. Il a pour objectif de remodeler l’occupation du territoire en fonction des objectifs du SNAT et notamment la prise en charge des demandes de transport routier, le désenclavement et la modernisation du réseau de transport routier et autoroutier.

PATW Chlef : Phase II

En conséquence, le secteur des travaux publics constitue une composante primordiale dans l’activité économique et sociale, et c’est à ce titre qu’il doit remplir des fonctions stratégiques dans la relance de l’économie et la promotion de l’investissement créateur de richesses et d’emplois. La projection des grands axes du réseau devra se faire de telle sorte à favoriser des approches multimodales permettant d’améliorer les complémentarités, les performances et la rentabilité des systèmes de transport.

2.3LE SCHEMA DIRECTEUR FERROVIAIRE :

Les objectifs du Schéma Directeur Sectoriel Ferroviaire ont pour finalité, d’une part, de remédier aux insuffisances et

faiblesses que connait le réseau actuel, d’autre part, de réunir les conditions jugées nécessaires pour faire face à l’évolution future des besoins en transport, le tout en symbiose avec les options fondamentales du SNAT. Les actions à entreprendre pour atteindre ces objectifs sont :

L’extension du réseau aux régions des hauts plateaux et du Sud du pays (lignes nouvelles) ;

Densification de son maillage par des pénétrantes Nord/Sud.

Ce programme permettra en particulier :

D’accroître sensiblement les capacités disponibles, tout en offrant des itinéraires alternatifs aux liaisons saturées du Nord (transfert de trafic de la route vers le rail) et aux liaisons actuelles peu performantes vers les nouvelles infrastructures plus productives ;

De faciliter le redéploiement des activités et des populations vers les régions de l’hinterland pour les rendre plus

compétitives et plus attractives.

PATW Chlef : Phase II

La mise en œuvre de ce Schéma Directeur Sectoriel Ferroviaire passerait par plusieurs étapes :

Etape de rattrapage horizon 2007-2010 : destinée à réhabiliter le chemin de fer pour lui permettre de prendre en charge la demande exprimée par ces principaux clients et usagers ;

Etape de consolidation horizon 2011-2015 :coïnciderait avec la mise en place des programmes découlant des schémas

directeurs portuaires et de plateformes logistiques d’aménagements ferroviaires régionaux en relation avec le développement de villes nouvelles et d’activités au niveau des pôles d’excellence et de compétitivité ;

Etape d’extension horizon 2016-2025 : compléterait les deux étapes précédentes par :

La réalisation de projets nouveaux ;

La mise en œuvre d’actions d’adaptation et de mesures d’accompagnements de nature à permettre au chemin de fer d’accroître son rôle dans le processus de développement de l’économie et d’aménagement du territoire.

2.4.LE SCHEMA DIRECTEUR PORTUAIRE :

Au sens de la loi sur l’aménagement et au développement durable du territoire, ce schéma précise les moyens de renforcer les vocations des divers types de ports et leur adaptation à l’évolution du trafic et des activités portuaires, compte tenu des territoires desservis. Le présent schéma s’articule autour des principaux volets liés au développement des ports de commerce, des ports et abris de pêche et des ports de plaisance. Le schéma de développement sectoriel portuaire s’inscrit également et pleinement dans les lignes directrices définies par le SNAT / 2025 :

PATW Chlef : Phase II

Dans ce cadre et en matière d’orientation de développement sectoriel de transport, il s’agit de :

Promouvoir les modes de transport adaptés pour les zones sensibles,

Favoriser les approches multimodales permettant d’améliorer les complémentarités, les performances et les rentabilités des systèmes de transport,

Définir de nouvelles formes de développement permettant de préserver la qualité du cadre de vie, la richesse des territoires et la diversité de leurs ressources culturelles naturelles,

Susciter des dynamiques régionales en redéployant certaines activités du Nord vers l’intérieur du pays et en créant d’autres qui permettent de promouvoir de nouveaux territoires en valorisant les potentialités locales.

2.5.LE SCHEMA DIRECTEUR AEROPORTUAIRE :

Ce schéma prévoit le renforcement, le développement et l’adaptation des infrastructures et superstructures aéroportuaires aux besoins de l’évolution du trafic aérien.

2.6SCHEMA DIRECTEUR DES RESEAUX D’ENERGIE :

Les objectifs du schéma directeur des réseaux d’énergie s’articulent autour de quatre grands axes d’intervention :

Exploitation rationnelle des ressources énergétiques

La programmation des perspectives d’évolution des réseaux de transport d’électricité, du gaz et des produits pétroliers.

Développement des énergies renouvelables

Lutte contre les pollutions environnementales

PATW Chlef : Phase II

A cet égard l’élaboration d’un Schéma Directeur de l’Énergie répond aux prescriptions émises par le décret exécutif no. 05-443 du 14 novembre 2005 relatif au domaine énergétique. Eu égard aux importantes ressources énergétiques dont dispose l’Algérie, et à l’influence qu’elles exercent sur l’aménagement du territoire. Le Schéma Directeur des Réseaux d’Énergie se propose ainsi d’apporter un éclairage à l’horizon 2025 sur la manière dont le secteur de l’Énergie et des Mines contribuera à un aménagement territorial harmonieux. En matière de maîtrise de l’énergie, le schéma directeur envisage d’entreprendre, à court terme, les actions suivantes :

L’introduction de l’éclairage performant;

L’introduction de la haute performance énergétique dans les nouvelles constructions;

L’amélioration de la performance énergétique des bâtiments existants;

L’introduction du solaire thermique pour la production d’eau chaude sanitaire.

Finalement, pour ce qui est des réseaux de transport d’électricité, divers ouvrages permettront de renforcer les dorsales Est/Ouest et Nord/Sud.

2.7.LE SCHEMA DIRECTEUR DES SERVICES ET INFRASTRUCTURES DE COMMUNICATION, TELECOMMUNICATION ET D’INFORMATION :

Le schéma des TIC répond aux objectifs du gouvernement mentionnés dans la loi 03-2000 du 5 août 2000 qui sépare les fonctions régaliennes de l’État avec celles relatives à l’établissement, à l’exploitation des réseaux et à la fourniture des services ; ces dernières étant du ressort d’opérateurs. L’État ayant à présent pour fonctions principales la définition de la politique et la

PATW Chlef : Phase II

stratégie de développement du secteur des TIC, la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire et le rôle de catalyseur des diverses initiatives publiques et privées. La volonté de se doter d’un tel schéma directeur répond à l’intention du pays d’assurer la compétitivité et la diversification de son économie et de ses entreprises, mais aussi de favoriser le développement d’un secteur concurrentiel et dynamique. De manière générale, les principaux objectifs de cette vision, en relation avec l’aménagement du territoire, sont les suivants :

Développer une infrastructure de télécommunications fiable, accessible et connectée aux autoroutes de l’information;

Assurer l’accès aux habitants des zones rurales et aux groupes défavorisés aux services de communication, de télécommunications et aux réseaux d’information, à un coût abordable;

Promouvoir une diffusion massive des technologies de l’information et de la communication;

Promouvoir la constitution de pôles de compétences capables de servir, à la fois, la demande nationale et l’exportation;

Faire émerger des grappes industrielles constituant des plates-formes regroupées autour de pôles de compétences des entreprises principalement petites et moyennes;

Développer un capital humain apte pour l’utilisation des infrastructures et services d’information;

Encourager l’innovation technologique. Tous ces objectifs permettront d’atteindre les finalités suivantes d’ici 2025 :

Généraliser l’accès à haut débit

Développer les services en ligne

Favoriser l’appropriation des TIC

PATW Chlef : Phase II

2.8.LE SCHEMA DIRECTEUR DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL :

Le schéma directeur du développement agricole et rural s’articule autour de trois buts majeurs :

La conservation

L’extension

Et la protection d’utilisation des espaces agricoles ruraux et pastoraux Il précise en outre les conditions de répartition des activités agricoles dans le cadre du respect des données de l’environnement eau et sol. Les orientations du schéma sont principalement déclinées comme suit :

La protection de la SAU

La mise en valeur articulée à la mise en culture

La mise en culture des jachères

L’ajustement de l’irrigation à la contrainte de la ressource en eau

L’intensification des productions

La gouvernance agricole gérant le long terme et assortie de la dimension participative.

PATW Chlef : Phase II

2.9.LE SCHEMA DIRECTEUR DE DEVELOPPEMENT DE LA PECHE ET DE L’AQUACULTURE

Le schéma directeur de développement de la pêche et de l’aquaculture vise la promotion et la valorisation de tous les potentiels situés à l’amont et à l’aval de cette filière (infrastructures et industries liées) dans le cadre d’une politique de protection des systèmes aquatiques et des ressources halieutiques. Ainsi le schéma directeur de développement des activités de pêche et d'aquaculture s’inscrit dans une stratégie à long terme, décliné à travers les objectifs principaux suivants :

La préservation de la ressource biologique dans le cadre d’une pêche durable et responsable.

L’augmentation de la production

La création d'emplois

La promotion des investissements

L’encouragement des exportations Aussi le schéma directeur est-il basé sur des programmes opérationnels, portant sur :

La rentabilisation des infrastructures existantes, à travers leur entretien, leur renforcement et leur adaptation aux besoins nouveaux des activités de pêche et de l’aquaculture.

La rénovation et la modernisation des équipements de pêche, de prospection et détection et de conservation et transformation des produits de la pêche et de l’aquaculture

PATW Chlef : Phase II

La création de nouvelles infrastructures à partir de l'insuffisance constatée de la saturation des ports existants et des potentialités en sites aquacoles marins et continentaux.

Le volet déterminant de la formation, de la spécialisation et de la valorisation des ressources humaines, appelé à être en adéquation avec les exigences et les besoins du secteur en matière de personnel qualifié. L’appareil de formation doit être perçu, conçu et géré, dans sa liaison irréfragable, reliant les établissements de formation au secteur de la pêche et de l’aquaculture.

2.10.LE SCHEMA DIRECTEUR DES ZONES INDUSTRIELLES ET D’ACTIVITES :

Par rapport à la position de la wilaya de Chlef, situation dans le Tell algérien, sont à relever les orientations suivantes par rapport à l’objectif majeur de projection du développement et de localisation des zones industrielles et d’activités :

La nécessité de reconversion et d’adaptation des industries nationales aux technologies et créneaux compétitifs

Le renforcement des potentiels industriels régionaux et locaux à travers la valorisation des ressources locales et le développement de la PME-PMI

La protection de l’environnement, la gestion des déchets industriels et l’économie de l’eau et de l’énergie

PATW Chlef : Phase II

Conformément au décret exécutif n°05-443 du 14/11/2005 qui définit le contenu des schémas directeurs sectoriels et fixant les modalités de coordination, L’objectif stratégique visé par l’identification des zones intégrées de développement industriel est l’émergence d’une capacité industrielle qui s’inscrit dans le cadre d’un aménagement du territoire national assurant un développement équilibré de la nation. Il s’agit ainsi d’identifier des zones qui permettent de répondre, sur un horizon temporel de long terme, aux objectifs de création de haute valeur ajoutée et d’amélioration de la compétitivité du système productif national avec les effets d’entraînement propres à l’industrie et la diversification de l’économie qui l’accompagne.

2.11.LE SCHEMA DIRECTEUR D’AMENAGEMENT TOURISTIQUE :

Le schéma directeur d’aménagement touristique 2025 contribue à une démarche globale et cohérente de développement du territoire Algérien. Il s’appuie sur une forte volonté politique qui se traduit par :

Des actions concrètes phares visibles qui balisent le chemin à l’horizon 2025.

Une gouvernance moderne de management et de régulation.

Une stratégie de développement élaborée à l’horizon 2025 confortée par les acteurs du tourisme.

Cinq dynamiques sont le levier de la mise en tourisme du pays organisée autour d’un nouveau concept du tourisme algérien. Elles tendent :

1. A la valorisation de la destination Algérie pour accroître l’attractivité et la compétitivité de l’Algérie;

2. Au développement des pôles et villages touristiques d’excellence par la rationalisation de l’investissement et le développement ;

PATW Chlef : Phase II

3. Au déploiement d’un plan qualité tourisme(PQT) pour le développement de l’excellence de l’offre touristique nationale intégrant la formation par l’élévation professionnelle, l’éducation, l’ouverture aux Technologies de l’Information et de la Communication(TIC) et le positionnement sur de nouvelles niches touristiques conformes aux nouvelles tendances mondiales;

4. A la promotion de la transversalité et de la cohérence dans l’action par l’articulation de la chaîne touristique et la mise en place d’un partenariat public – privé;

5. A la définition et la mise en œuvre d’un plan de financement opérationnel pour soutenir les activités touristiques et les promoteurs – développeurs et attirer les investisseurs nationaux et internationaux.

La dynamique n° 2 de la mise en tourisme de l’Algérie vise la structuration de puissants Pôles Touristiques d’Excellence. Chaque pôle est constitué de plusieurs composantes mises en synergie entre elles. C’est en fonction de ses

potentialités et de son attractivité territoriale, que des thématiques adaptées y seront développées pour garantir une offre multiple et diversifiée répondant aux attentes des différents segments de clientèles. Pour autant, chacun des pôles est identifié au travers d’une thématique principale et dominante qui forge son identité et lui donne son image de marque phare car par essence le tourisme se déplace et se concentre sur certains lieux, produits et périodes. C’est pourquoi le SDAT 2025 préconise une démarche rationnelle pragmatique qui privilégie :

La sélection et la hiérarchisation regard de leurs atouts.

des sites structurants sur lesquels seront concentrés en priorité les flux touristiques au

PATW Chlef : Phase II

Le pôle touristique d’excellence Nord-Centre est constitué de dix wilayas à savoir : Alger, Tipasa, Blida, Boumerdes, Chlef, Ain Defla, Médéa, Bouira, Tizi Ouzou et Bejaia.

2.12 LE SCHEMA D’AMENAGEMENT DU CORRIDOR DE L’AUTOROUTE EST- OUEST.

Le Schéma National d’Aménagement du Territoire avait anticipé, sur les impacts socioéconomiques du passage de l’autoroute Est-Ouest et notamment l’émergence de districts économiques et résidentiels. En effet, le SNAT prévoyait, au titre des effets attendus de l’autoroute, la création de nouvelles zones industrielles aux côtés des échangeurs, l’apparition aux intersections de nouveaux lieux attirant les activités commerciales et logistiques, l’extension des axes d’influence des villes proches et l’implantation de résidences et d’établissements hôteliers.

Le concept de district économique et résidentiel est défini comme étant un nouvel ensemble urbain basé sur un ou plusieurs éléments forts du développement, tels qu’une université, un centre de recherche, une zone d’activité ou encore, une zone industrielle, et ce, situé à proximité d’un échangeur de l’autoroute. Ce nouvel ensemble urbain pourra regrouper différentes fonctions, soit des fonctions industrielles, commerciales, institutionnelles, récréatives et résidentielles, et ce, permettant ainsi aux populations concernées de bénéficier d’un nouveau cadre de vie. L’objectif du Schéma d’aménagement du corridor de l’autoroute Est-Ouest qui est en cours d’élaboration consiste à :

PATW Chlef : Phase II

Identifier, analyser et documenter, dans le corridor de l’autoroute Est-Ouest, les potentiels naturels, scientifiques et techniques de développement, les aires sensibles à protéger et les secteurs susceptibles d’être marginalisés, en mettant en relation les nœuds (échangeurs et échanges intermodaux) dans leurs aires d’influence;

Identifier les zones offrant les meilleurs potentiels naturels et socio-économiques pour le développement de nouveaux districts industriels et résidentiels, en définissant des vocations dominantes à ces districts;

Proposer un aménagement des districts retenus en prévoyant l’organisation de l’espace et le lotissement ainsi que les infrastructures de transport, d’utilité publique, de fourniture d’énergie, de gestion des déchets, permettant aux activités industrielles, commerciales, touristiques et résidentielles de se mettre en place dans le respect de la politique d’aménagement durable du territoire;

Elaborer le projet d’aménagement de chaque district et son dossier cartographique correspondant, préparer un dossier de mise en œuvre définissant les mesures réglementaires, financières, organisationnelles et promotionnelles nécessaires à sa concrétisation;

PATW Chlef : Phase II

2.13LE SCHEMA DIRECTEUR DES ESPACES NATURELS ET AIRES PROTEGEES :

L’esprit de ce schéma est de passer d’une culture de protection à une culture du développement durable en prenant en compte les fonctions économiques, environnementales et sociales de ces territoires spécifiques.

Il définit les mesures de préservation des ressources naturelles et de la diversité biologique ainsi que la protection des

ressources non renouvelables

Il détermine les conditions de mise en œuvre des actions de prévention des risques de toute nature

Il identifie les territoires selon les mesures spécifiques de protection et de gestion.

Il met en place des indicateurs et systèmes d’observation et de suivi du développement durable.

2.14LE SCHEMA DIRECTEUR DES ZONES ARCHEOLOGIQUES ET HISTORIQUES :

Les objectifs attendus de la mise en œuvre des mesures et actions contenues dans ce schéma sont la protection puis la valorisation de notre patrimoine culturel dans ses dimensions matérielles et immatérielles a cet effet il :

Fixe les orientations permettant le développement de la stratégie nationale de préservation et de valorisation du patrimoine

archéologique, dans le cadre de la loi 98/04 portant protection du patrimoine culturel.

Détermine les conditions de mise en œuvre des actions de préservation et de valorisation du patrimoine archéologique à l’échelle du territoire national

PATW Chlef : Phase II

Prévoit l’identification, le recensement et l’enregistrement de l’ensemble des biens culturels protégés.

Projette de reconstituer la carte de répartition et de distribution des différentes catégories de biens culturels matériels et immatériels à l’échelle du territoire national,

favorise les actions de reconnaissance de l’espace archéologique et historique algérien à travers un renouveau méthodologique et une orientation des sciences de l’archéologie et du patrimoine culturel, vers des préoccupations essentiellement historiques,

Fixe les perspectives de renforcement des systèmes de contrôle et de surveillance des espaces archéologiques,

Prévoit la conciliation des impératifs de la préservation des biens culturels protégés et les exigences du développement économique,

veille au respect de l’adaptation des valeurs culturelles, économiques et sociales au contexte authentique du lieu,

Prévoit la mobilisation des ressources financières pour la prise en charge des opérations d’inventaire ; de restauration et de valorisation des zones archéologiques et historiques.

2.15.LE SCHEMA DIRECTEUR DE LA SANTE :

Le schéma directeur de la santé a pour objectif d’assurer l’accès aux soins en tout point du territoire et d’améliorer l’offre de

soins.

Il définit

l’organisation d’un système de soins performant et précise les conditions de mise en réseau des

établissements de santé. Les objectifs spécifiques sont :

Renforcer l’affectation des médecins spécialistes dans les régions Sud et des Hauts Plateaux ;

PATW Chlef : Phase II

Mettre en place des équipes pluridisciplinaires ;

Mettre à niveau des plateaux techniques ;

Renforcer la formation continue des personnels médical et paramédical ;

Mettre en œuvre le programme de responsabilisation des CHU vis à vis des régions Sud et des Hauts Plateaux et créer une cellule de suivi et d’évaluation de ce programme ; Perspective 2025 pour le secteur de la santé :

Élargissement du réseau des Centres Anti-Cancéreux aux régions non pourvues

Création de services d’oncologie dans tous les hôpitaux

Création de services de médecine nucléaire dans tous les CHU

Renforcement du réseau des autres soins spécialisés (transplantation d’organe, chirurgie cardiaque, réanimation, néonatologie, neurochirurgie, orthopédie traumatologie …)

Hôpitaux de jour et SAMU

Densification des hôpitaux de 60 lits dans les dairate importantes

Remplacement progressif des centres de santé par des polycliniques ou salles de soins adaptées aux tailles de population.

Réhabilitation de l’existant et remplacement des hôpitaux vétustes et préfabriqués

2.16.LE SCHEMA DIRECTEUR DES ETABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES ET DES STRUCTURES DE RECHERCHE :

Le Schéma Directeur d’Aménagement de la carte universitaire est élaboré sur la base de :

La nécessité d’une nouvelle prospective ;

PATW Chlef : Phase II

L’adaptation du système aux orientations de la loi 98-11 du 22-08-98 portant loi d’orientation et de programme à projection quinquennale sur la recherche scientifique et le développement technologique, aux orientations dictées par loi 99-05 du 04- 04-97 sur l’enseignement supérieur, au dispositif juridique promulgué par la loi 01-20 du 12-12-2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire ;

La nécessité de construire une attractivité du territoire qui rééquilibre l’occupation de l’espace national et qui accroît les opportunités de fixation des hommes et des activités.

2.17LE SCHEMA DIRECTEUR DE LA FORMATION ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS :

La réforme du système national de formation et de l’enseignement professionnel engagée par le gouvernement dans le nouveau contexte économique vise à :

Améliorer l’efficience du cadre institutionnel en adaptant les modes opératoires de la FEP à la demande des opérateurs économiques ;

Mettre à niveau les acteurs de la FEP en savoir faire de la formation, pour moderniser l’évolution des modes de formation et pratiques de direction et de gestions ;

Appuyer le monitoring et l’ingénierie de la FEP par la promotion de l’économie fondée sur la connaissance (EFC) en introduisant de nouvelles méthodologies de montage de filières, d’amont en aval, basées sur les TIC, le recours aux entreprises et l’application de nouveaux cursus.

PATW Chlef : Phase II

Le secteur a entrepris un certain nombre d’actions de caractère structurant pour les deux décennies à venir. A ce titre, les objectifs suivants sont pris en considération pour l’esquisse du schéma directeur :

équité sociale et régionale : offrir une formation professionnelle et permettre l’apprentissage à tous les jeunes âgés de plus de 16 ans, issus des déperditions des cycles post obligatoire et poste 3ème AS ainsi qu’aux bacheliers non concernés par des études universitaires ou autres.

assurer une formation professionnelle de qualité aux jeunes qui ne désirent pas s’orienter vers des études secondaires générales.

assurer une formation professionnelle de niveau supérieur aux jeunes ayant terminé leurs études secondaires et qui désirent acquérir un métier. La population à prendre en charge par le secteur est stratifiée en trois catégories : CFPA, IEP et INFSP.

2.18.LE SCHEMA DIRECTEUR DES BIENS ET DES SERVICES ET GRANDS EQUIPEMENTS CULTURELS :

L’objectif du schéma des biens et des services et grands équipements culturels est de favoriser l’accès aux biens, services et pratiques culturels et artistiques et de répondre aux enjeux posés par le développement durable.

Le livre et la lecture publique :

A l’horizon 2025, le livre et la lecture publique connaitront inéluctablement des développements sensibles induits essentiellement par les nouvelles techniques de l’information et de la communication. Toutes les wilayas, communes, ensembles de logements et autres agglomérations devront être pourvus d’espaces de lectures.

PATW Chlef : Phase II

Les bibliothèques publiques : Il s’agit de :

Développer une stratégie nationale de promotion de la lecture, d’accès au livre et à l’information, à travers le renforcement et la densification du réseau des espaces de lecture ;

Favoriser la mise en place d’une politique de formation dans les domaines liés au livre et particulièrement à la bibliothèque ;

Encourager l’accès du public au savoir, à la formation et à la culture.

Le cinéma :

Des indices de reprise sont perceptibles, avec de réelles potentialités

cinématographique. Renforcement institutionnel :

de mise en place d’une véritable industrie

Renforcement des prérogatives de puissance publique du centre national de la cinématographie et de l’audiovisuel ;

Restauration du parc national des salles de cinéma ;

Mise à contribution du dispositif ANSEJ pour l’exploitation des salles de cinéma.

Relance de la formation en art cinématographique

Création d’une cité du cinéma.

Le théâtre :

La politique du Ministère de la culture a pour objectif de développer et de mettre en place un nombre suffisant de théâtres à travers tout le territoire national. Dans une première phase, il s’agit de récupérer les théâtres existants et de les ériger en théâtres régionaux dotés des moyens de réhabilitation et d’équipement. Dans une deuxième phase, il s’agira de combler le déficit en infrastructures théâtrales. Il est préconisé la création d’un théatre au niveau de chaque chef lieu de wilaya.

PATW Chlef : Phase II

Les établissements de diffusion culturelle :

La politique du secteur repose à moyen et long terme sur les principaux axes de développement suivants :

-

La mise en place de pôles de rayonnement culturel au niveau des grandes agglomérations et sites urbains. Ces pôles seront constitués d’abord autour des infrastructures existantes : maisons de la culture, annexes de la BNA, bibliothèques publiques et centres culturels récupérés et réhabilités dans leurs fonctions culturelles.

-

L’élaboration et la mise en œuvre de la carte de diffusion culturelle pour les régions du sud et les zones montagneuses, par la réalisation d’ensembles légers et modulables en fonction des spécificités locales. Ces ensembles, permettront l’éclosion de jeunes talents et la préservation de notre patrimoine culturel national ancestral.

-

Objectifs à moyen et long terme :

Parachèvement du réseau des maisons de culture par la réalisation d’infrastructures au niveau des wilayas qui n’en disposent pas encore.

Réhabilitation des centres culturels existants et leur dotation d’un statut juridique et de missions culturelles permettant une relation synergique avec les maisons de la culture.

Institutionnalisation d’au moins un festival culturel par Wilaya en veillant à leur dotation en moyens.

PATW Chlef : Phase II

2.19.LE SCHEMA DIRECTEUR DES SPORTS ET DES GRANDS EQUIPEMENTS SPORTIFS :

Dans le cadre des options nationales d’aménagement et de développement durable du territoire, le Schéma Directeur des Sports et des grands équipements Sportifs définit les objectifs de l’Etat pour encourager l’accès des citoyens aux services, aux équipements, aux espaces et sites relatifs aux pratiques sportives sur l’ensemble du territoire en prenant en compte les moyens et

les besoins en formation et l’évolution des pratiques sportives. Il projette l’implantation de pôles sportifs, et guide la mise en place des services et équipements structurants y afférents. Les grands objectifs pour l’horizon 2025 sont :

Dans le domaine des sports :

Le développement des établissements, structures, organes et activités en matière d’éducation physique et des sports ;

La promotion et la généralisation de l’éducation physique et sportive en relation avec les secteurs concernés notamment en milieux éducatifs, de formation, de rééducation et de prévention ;

La mise en œuvre de la stratégie de développement et de prise en charge du sport d’élite et de haut niveau et des équipes nationales ainsi que la promotion du professionnalisme sportif ;

La promotion de sport pour tous et la pratique sportive féminine ;

Dans le domaine de la jeunesse :

Le développement de la fonction socio-éducative des structures de jeunes, notamment l’information, la communication, l’écoute et les espaces d’expressions en milieux de jeunes ;

PATW Chlef : Phase II

La promotion des échanges et de la mobilité des jeunes et leur éducation à la citoyenneté ;

Le développement des établissements activités et programmes d’animation socio-éducative et de loisir de jeunes ;

Le programme à conduire à court et moyen terme :

Exploiter en coordination avec le département en charge des ressources en eau les sites de barrages adaptés à la réalisation de complexes nautiques.

Renforcer la coopération avec le département du tourisme pour la réalisation de complexes nautiques marins.

D’ériger un lycée sportif par région.

D’entreprendre avec le Département chargé de l’Agriculture et du développement rural une réflexion partagée concernant le développement des sports équestres, des sports de montagne.

PATW Chlef : Phase II

III- LES DECLINAISONS DU SNAT AU PATW :

PATW Chlef : Phase II

A travers ce point et en l’absence du Schéma de l’Espace de Programmation Territoriale Nord Centre, nous essayerons de mettre en cohérence les orientations nationales avec celles qui pourraient être déployées au niveau de l’espace de la wilaya de Chlef sur la base des lignes directrices du SNAT 2030. Quatre lignes directrices du Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT 2030) structurent la stratégie générale d’aménagement et du développement durable.

1- ALLER VERS UN TERRITOIRE DURABLE :

Dans cette ligne directrice, trois orientations générales sont énoncées. Ces trois concernent à un titre ou un autre l’espace de la wilaya de Chlef. Elles se déclinent en axes stratégiques, que nous rappelons pour leur importance et pour le rôle de premier plan que doivent jouer les secteurs de l’eau, de l’agriculture et des risques majeurs dans cet espace.

- Assurer un développement compatible avec la capacité de charge environnementale des territoires.

- Protéger et valoriser les écosystèmes.

- Protéger et valoriser les patrimoines naturels et culturels. Cette ligne directrice présente un caractère stratégique dans l’Espace de la wilaya de Chlef compte tenu de la fragilité de certains milieux. Elle est particulièrement concernée par les axes stratégiques relatifs à la gestion rationnelle de la ressource en eau, la préservation de la biodiversité et du capital naturel, la préservation et la mise en valeur du littoral, la revitalisation des massifs de montagne, la préservation et la mise en valeur de l’écosystème forestier et la prévention des risques majeurs. Cette ligne directrice est mise en œuvre dans le SNAT à la faveur du Programme d’Action Territoriale « PAT » qui constitue des programmes opérationnels mettant directement en œuvre cette ligne directrice.

PATW Chlef : Phase II

PAT N°1 : LA DURABILITE DE LA RESSOURCE EN EAU :

De par son réseau hydrographique dense, la wilaya de Chlef offre des potentialités en eau de surface appréciables. La wilaya a une hydrographie moyenne. L’Oued Cheliff qui est le plus important cours d'eau d'Algérie (700 km) traverse la Wilaya de l’Est à l’Ouest, sur un trajet de 60 km.

Au vu des ressources en eau appréciable et du potentiel en terres irrigables, la wilaya de Chlef est concernée par un programme ambitieux de mobilisation des eaux superficielles et de mise en valeur des terres par l’irrigation.

Afin d’augmenter les disponibilités en eau de la wilaya et de les préserver de la Pollution, le Ministère des ressources en Eau (MRE), par le biais du Plan National de l’Eau, prévoit pour la wilaya d’importants projets de mobilisation de la ressource en eau à l’horizon 2025.

Parallèlement les nombreuses contraintes et menaces qui agissent sur le potentiel hydraulique et la qualité des eaux de la wilaya, que ce soit pour les eaux douces ou marines doivent être levées, il s’agit notamment :

Du phénomène d’envasement qui affecte la capacité utile des barrages et réduit par conséquent leur durée de vie pour deux raisons essentielles :

Une topographie défavorable et des sols fragiles ;

Une protection insuffisante des bassins versants par une action dynamique de boisement et/ou de reboisement.

Du risque de pollution des eaux de surface et des nappes, du fait des rejets de divers effluents domestiques et industriels

Des fuites et des pertes dans les réseaux

PATW Chlef : Phase II

La condition de la préservation de la ressource locale dépend de la mise en œuvre des moyens retenus dans le PNE (Plan National de l’Eau) en matière d’économie de l’eau, de réduction des pertes sur les réseaux, de traitement des eaux usées et de recours à l’utilisation des eaux non conventionnelles. De ce fait, le plan d’action territorial proposé ci-après est principalement dédié aux actions qui pourraient-être menées au

titre de la préservation et de la durabilité de la ressource : Ce PAT sur la pérennité de la ressource en eau s’articule donc autour de :

L’amélioration de la connaissance des ressources disponibles ;

Préservation des ressources contre les différentes formes de pollution ;

Utilisation rationnelle de la ressource et économie de l’eau ;

PAT N°2 : LES ECOSYSTEMES :

Les écosystèmes de la wilaya sont essentiellement la zone marine, le littoral, la montagne et la forêt. Ces écosystèmes, qui constituent, par leur diversité ainsi que par leur richesse floristique et faunique, des réserves de biodiversité importantes et des paysages d’une grande qualité, sont toutefois menacées dans leur durabilité par les effets résultant d’un développement socioéconomique anarchique lui-même résultant d’une croissance démographique et d’une occupation de l’espace. Pas facile à maitriser comme est particulièrement le cas de la plaine de Chéliff. La wilaya doit être en adéquation avec son potentiel de développement : ressources naturelles et ressources humaines. Dans le domaine de la préservation de ses ressources naturelles, la wilaya doit prendre en compte les contraintes concernant la fragilité de ses milieux naturels, c’est- à –dire l’équilibre fondamental entre le développement des activités humaines et la sauvegarde du capital naturel.

PATW Chlef : Phase II

Le littoral : Avec un linéaire côtier de 129,5 Km, le littoral de la wilaya de Chlef totalise 06 communes côtières sur

les 35 que compte la wilaya (Beni Houa, Oued Goussine, Ténès, Sidi Abderahmane, El Marsa et Dahra). Le domaine littoral de la wilaya de Chlef recèle d’importants massifs forestiers qui s’ouvrent sur la mer méditerranée au nord. La foret couvre une superficie de 26.450 ha dont prés de 50 à 60 % constitués de forets de Pin d’Alep, qu’il faut protéger de toute forme d’urbanisation. La zone côtière de Ténès est considérée comme zone pertinente. C’est un espace écologiquement fragile, toute extension du tissu urbain se fera obligatoirement sur des terres agricoles ou sur la foret de Ténès qui est une zone naturelle.

Les mesures relatives à la protection et à la préservation du patrimoine littoral à travers la stratégie déclinée par le SNAT 2030 sur l’espace de la wilaya de Chlef vise à :

- Faire coexister établissements humains, infrastructures et activités en veillant à la prévention de la dégradation de l’écosystème ;

- Maîtriser l’urbanisation ;

- Assurer l’équilibre de l’écosystème littoral par la protection de la biodiversité marine et terrestre ;

- Réduire voire éliminer à terme les pollutions ;

- Prévenir le recul du trait de côte et l’érosion des bassins versants côtiers.

la loi n°02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du littoral vise : une politique de

reprise en main des enjeux que représente le littoral à travers l’élaboration des instruments d’aménagement et d’urbanisme, Ainsi

l’Etat et les collectivités territoriales de la région devront veiller à :

A ce titre,

- orienter l’extension des centres urbains existants vers les zones éloignées du littoral ;

PATW Chlef : Phase II

- classer et frapper des servitudes non–aedificandi les zones et milieux sensibles ;

- œuvrer pour le transfert vers des sites appropriés des installations classées existantes dont l’activité présente des dommages pour l’environnement. Dans le cadre de cette stratégie, un plan d’aménagement côtier (PAC) va être étalé pour la wilaya de Chlef au même titre que les autres wilayas côtières couvertes par ce type d’études.

Le SNAT préconise dans ce cadre des mesures relatives à la protection et à la préservation du patrimoine littoral à l’horizon 2030 de :

Classer et aménager 02 réserves marines et terrestres à l'horizon 2030 dans la wilaya de Chlef:Aire marine de Ras Kalah à Ras Lakhal;Aire marine de Ras Kramis à Ras Magroua.

Les zones de montagne : le territoire de la wilaya se trouve partagé entre deux principales chaines de montagnes : le

Dahra-Zaccar au Nord (2446,6km²) et l’Ouarsenis au Sud (702,8km²). Ces deux zones sont séparées par le bassin ou plaine de chéliff (919,9km²). Avec une couverture de plus de 77% de son territoire la wilaya de Chlef est donc incontestablement montagneuse. Economiquement, le massif du Dahra, Zaccar est un vaste ensemble agro-sylvicole-pastoral qui participe à la production nationale à une série de produits vivriers (produits de cueillette et de chasse, produits agricoles) et une rente (liège,

. Ce massif abrite une population qui a su utiliser les ressources du milieu et les caprices de la nature avec un

profond attachement à la terre.

produits ligneux

)

PATW Chlef : Phase II

En ce qui concerne le massif de l’Ouarsenis, l’agriculture demeure la principale activité de la population du massif. Elle joue un rôle important dans le développement rural de la région. Il est à signaler que ce massif présente des potentialités de productions végétales diversifiées. La préservation des écosystèmes de montagne apparaît essentielle, la montagne constituant la source des eaux de surface, et abritant la quasi-totalité de la couverture forestière. Les montagnes constituent, un espace stratégique majeur pour la mise en valeur et une composante fondamentale du rééquilibrage littoral – intérieur. Ainsi donc, la protection des ressources en sol, en eaux et en végétation forestière, leur restauration durable et leur renforcement constituent un impératif vital pour la réhabilitation des ressources naturelles des zones montagneuses et la stabilisation des populations dans leur milieu d’origine.

La revitalisation des communes de montagne passe, comme le témoignent les études en cours d’élaboration initiées par le (MATE) concernant les massifs montagneux, par :

l’instauration d’un réseau de communications adapté, approprié (routes de crête, en corniche), carrossable, entretenu, suffisamment dense et allant jusqu’aux chemins forestiers et chemins agricoles.

Aménagement des terrains pentus, lutte contre l’érosion et le ruissellement (reboisement des versants, correction torrentielles et aménagement des oueds.

Incitation des populations à réoccuper les communes défavorisées par des programmes de soutien notamment l’habitat rural.

Redynamisation du monde agricole et son intégration aux politiques agricole et rurale (PPDRI).

Sensibilisation des agriculteurs à des pratiques agricoles rationnelles.

Préservation des sols à travers une meilleure maîtrise des systèmes d’irrigation.

PATW Chlef : Phase II

Développer une arboriculture rustique et adapter les systèmes de production aux données climatiques.

Intensifier les infrastructures de mobilisation des eaux .

L’écosystème forestier : Le système forestier occupe 65004 ha soit 16,3% de la superficie totale de la wilaya,

répartie en quatre circonscriptions forestières, Chlef (18.709 ha), Dahra Ouest (19.284 ha), Dahra Centre (12.618 ha) et Dahra Est (14.393 ha), les essences dominantes sont le pin d’Alep et le chêne vert. Au vu des caractéristiques physiques et socio économiques des zones montagneuse, la foret joue à la fois :

- Un rôle de protection et de préservation des milieux, ainsi que des ressources en sol et en eau, biodiversité (faune et flore). En effet, la foret participe en amont et en aval dans la protection du milieu et des ressources notamment en réduisant les apports solides, dus à la conjonction de pluies à forte intensité et d’un relief très marqué qui se traduit par l’érosion des terres et l’accélération du processus d’envasement des barrages ;

- Un rôle économique de production et de création d’emplois à travers les activités liées à : l’aménagement et à l’entretien des forets, de la production de liège et bois, l’élevage, l’apiculture.etc… L’enjeu de la préservation et de la valorisation du patrimoine forestier selon le SNAT est d’instaurer un équilibre écologique par la progression du taux de boisement de la wilaya. Dans ce cadre ; il est urgent de préserver la foret en tant

qu’écosystème et capital naturel, pour :

- Un impact positif sur la biodiversité en général.

- Une augmentation d’activité et d’emplois liés directement ou indirectement à l’exploitation de la foret et de ses produits.

- Créer des lieux de loisirs et de détente destinés à la population.

PATW Chlef : Phase II

La démarche prévalant dans ce domaine conjugue l’efficacité technique et l’intéressement des populations riveraines associées à la protection du patrimoine forestier. Les actions suivantes sont à développer :

- plantations forestières ;

- traitement de bassins versants ;

- lutte contre la désertification ;

- ouvertures de pistes ;

- ouverture de tranchées pare- feux ;

- réaliser des points d’eau/ pour la protection du patrimoine forestier.

Ce programme vise également la consolidation et l’amélioration des taux actuels de boisement dans différents massifs montagneux en vue d’obtenir un rythme de reforestation soutenu dans le temps. Selon le SNAT, une attention particulière sera consacrée aux préoccupations liées :

au potentiel en ressources végétales fourragères en forêt et hors forêts, qui sera amélioré et valorisé par une meilleure organisation de l’exploitation des ressources en intégrant fortement la dimension participative ;

aux forêts à potentiel de production de bois et de lièges qui seront valorisées et exploitées rationnellement et durablement par le moyen de plans d’aménagement forestier à élaborer pour chaque massif forestier et en priorité, pour les forêts de chêne-liège qui sont très âgées et qui doivent par conséquent être renouvelées en urgence.

PATW Chlef : Phase II

PAT N°3 : LES RISQUES MAJEURS :

La wilaya de Chlef est soumise à des mouvements tectoniques qui sont à l’origine de secousses telluriques souvent catastrophiques pour les populations et les biens matériels. La vulnérabilité de cet aléa doit être prise en charge dans toute décision de développement et de façon prioritaire afin de prévenir les effets négatifs. Les failles longeant la plaine de cheliff sont de forte intensité ce qui exige davantage le développement maîtrisé de cette zone centrale de la wilaya. L’objectif du Programme d’Action Territoriale à l’horizon 2030 pour prévenir cet aléa consiste à Mettre en œuvre une politique d’aménagement du territoire et d'urbanisme permettant de prévenir les risques majeurs et d’en limiter les effets. L’enjeu est de mettre en place une politique d’aménagement du territoire identifiant et intégrant les risques potentiels pour mieux les prévenir et en réduire les conséquences. Il s’agit ainsi d’intégrer les risques comme un élément de la capacité de charge des territoires et de mettre en œuvre un aménagement des territoires qui soit compatible avec celle-ci. Des actions de prévention des risques intégrées en amont à l’acte d’aménagement permettent de compléter et à terme de réduire des actions correctives et compensatoires coûteuses. Le Programme d’Action Territoriale entend atteindre ses objectifs à travers une stratégie déclinée de la manière suivante :

identifier et prévenir les risques majeurs,

renforcer les capacités techniques et de mise en œuvre de la prévention des risques. Les objectifs et la stratégie du Programme d’Action Territoriale sont mis en œuvre à travers un programme d’action

décliné selon les axes suivants :

PATW Chlef : Phase II

a) Limitation et contrôle de l’urbanisation dans les zones à risques :

Il s’agit ainsi de prémunir les populations et le potentiel économique contre le risque sismique affectant la zone. La délocalisation des établissements industriels à risque des bassins de peuplement et des zones à risque sismique constitue un enjeu particulièrement fort de ce programme. Il s’agit ainsi de limiter les dommages liés à la fois au risque industriel et au risque sismique. Le renforcement de Villes relais et la constitution de zones d'habitat de nouvelles agglomérations des zones moins exposées au risque sismique permettent de mettre en œuvre cette stratégie de long terme. Sur le plan micro - territorial, il s’agit par exemple d’interdire ou de fixer des normes à l’urbanisation dans les zones de risque d’inondation ou de risque industriel et technologique. b) Systématiser les plans de prévention des risques, les intégrer dans les documents d’urbanisme avec des normes antisismiques :

Les documents d’urbanisme reprennent et déclinent ces prescriptions par :

des prescriptions d’urbanisme particulières pour les espaces bâtis ou à urbaniser (zones non – aedificandi, zones

soumises à prescriptions spéciales, application de normes particulières dans la construction etc.),

des zones d’extension urbaine situées autant que possible hors des zones jugées vulnérables,

des études géotechniques et de micro - zonage complémentaires permettant de limiter l’exposition aux risques sismiques, géologiques, industriels, inondations,

PATW Chlef : Phase II

c) Assistance technique, sensibilisation et mobilisation des acteurs :

Cet appui peut se traduire par :

un programme de formation pour développer des compétences au niveau national permettant de prévenir et de gérer les risques majeurs. Ce programme s’adresse aussi bien aux collectivités locales qu’aux autres acteurs concernés ; entrepreneurs, maîtres d’ouvrage privés etc.

PAT N° 4 : LE PATRIMOINE CULTUREL ET TOURISME :

La valorisation des patrimoines naturels et culturels constitue un facteur particulièrement efficace du développement des économies régionales et locales. L’avantage de ce facteur c’est qu’il concerne l’ensemble des territoires. Toutes les régions algériennes peuvent faire valoir économiquement un patrimoine naturel et culturel d’une grande richesse. Les impacts de cette valorisation sur le développement économique sont de plusieurs natures :

Le développement du tourisme et des loisirs- secteur économique porteur,

Le développement d’un secteur d’économie environnementale directement lié à la valorisation des patrimoines naturels.

Le développement d’un secteur d’économie culturel directement lié à la valorisation des patrimoines culturels.

Le renforcement de l’attractivité et de la notoriété du territoire.

La valorisation du patrimoine naturel : de par son cadre géographique la wilaya de Chlef, recèle des écosystèmes diversifiés (marin, littoral, montagnard, forestier….), source d’un potentiel touristique indéniable : plages, iles et ilots, cotes rocheuses, plans d’eau, forêts et de nombreuses autres curiosités touristiques.

PATW Chlef : Phase II

Avec ses 10 zones d’expansion touristique et autres espaces touristiques identifiés et proposés aux aménagements par les différents instruments d’aménagement, un développement touristique durable est à encourager dans le cadre de l’intégration dans le pôle Nord touristique Nord Centre.

La valorisation du patrimoine matériel et immatériel :Les sites et les monuments historiques de cette wilaya doivent être valorisés en tant qu’ensembles entrant dans l’approche de gestion intégrée et durable de ces potentialités et ressources. Pour une autre part , la protection et la restauration du patrimoine historique doivent s’effectuer dans une approche de mise en relation du patrimoine culturel avec le patrimoine naturel. Aussi, préserver ce patrimoine, ne serait-ce que pour la sauvegarde de l’environnement, de l’histoire et de la mémoire de la wilaya, s’avère un impératif. Le développement des activités touristiques autour de ce riche potentiel pourrait s’avérer un moyen pour réaliser cet impératif et contribuer au développement socioéconomique des zones concernées (création d’emplois directs et indirects, réalisation des infrastructures d’accès et d’hébergement, etc.). Mal connu, peu exploité et en déperdition, ce patrimoine doit être identifié, protégé et sauvegardé, car il représente à la fois : un gisement touristique, un intérêt sur le plan environnemental, et surtout un intérêt historique. Au même temps, il est nécessaire d’implémenter la réorganisation des services et institutions responsables pour la réhabilitation, la manutention, la gestion et l’exploitation des sites culturels et historiques, pour que, dans le futur, ces ressources se constituent comme un important élément pour le développement touristique, culturel, éducationnel, économique et social de cette wilaya. L’enjeu, en matière de patrimoine, réside non seulement dans sa préservation, mais aussi et surtout dans sa valorisation. Il s’agit, dans le cadre d’un développement intégré, de favoriser et soutenir des processus de complémentarité à même d’impulser le développement des activités liées au tourisme et promouvoir l’image de cette wilaya.

PATW Chlef : Phase II

Les objectifs tracés et la mise en place du programme d’action Territorial sont atteints à travers les actions suivantes :

Les pôles d’économie du patrimoine ; Les mesures de protection et de valorisation des biens culturels ; Les actions prioritaires ; L’inscription dans les politiques existantes.

PATW Chlef : Phase II

2- CREER LES DYNAMIQUES DU REEQUILIBRAGE TERRITORIAL :

L’objectif de cette ligne directrice est l’instauration de nouveaux équilibres durables entre les territoires littoraux et les territoires de l’intérieur, entre les espaces urbains et les espaces ruraux. Il s’agit de mettre en place les dynamiques de rééquilibrage qui permettront de réduire les disparités territoriales et sociales. C’est une dynamique qu’il faut impulser, des tendances qu’il faut maîtriser et freiner pour aller vers la définition de nouveaux équilibres sociétaux, économiques, écologiques, c’est-à-dire vers un territoire durable. Cette ligne directrice est mise en œuvre dans le SNAT à la faveur de Programme d’Action Territoriale « PAT » qui constitue des programmes opérationnels mettant directement en œuvre cette ligne directrice.

PAT N° 5 : LE FREINAGE DE LA LITTORALISATION ET L’EQUILIBRE DU LITTORAL :

Avec un linéaire côtier de 129,5 Km, Le littoral de la wilaya de Chlef totalise 06 communes côtières sur 35 que compte la wilaya de Chlef (Beni Haoua, Oued Goussine, Ténès, Sidi Abderrahmane, El Marsa et Dahra)

Carte N° 1 : communes côtières de la wilaya de Chlef

Ténès, Sidi Abderrahmane, El Marsa et Dahra) Carte N° 1 : communes côtières de la wilaya

PATW Chlef : Phase II

La bande côtière de la wilaya de Chlef possède un relief accidenté constitué des monts du Dahra, la limite du domaine littoral, est une ligne qui relie les sommets des collines et montagnes visibles de la mer. La côte de la wilaya de Chlef reste marginalisée, ceci s’explique par la difficulté d’accès et l’absence de centres de relais avec les wilayas limitrophes : Mostaganem à l’ouest et Tipaza à l’est. Ténès est la commune la plus peuplée des communes côtières. En effet l’agglomération de Ténès est la plus importante sur la bande littorale, c’est un pôle urbain structurant l’espace wilayal, elle est dotée en équipements structurants qui lui ont permis de jouer ce rôle. Les agglomérations de Beni Haoua , Oued Goussine et Sidi Abderrahmane sont implantées sur des terres agricoles à très hautes potentialités, l’extension du tissu est complément bloquée.

Plan d’action :

Le Plan d’action élaboré par le SNAT 2030 relatif au freinage de la littoralisation et l’équilibre du littoral et qui porte essentiellement sur les questions se rapportant à la protection des plaines et la zone côtière. Les options prises à cet égard sont liées essentiellement à :

- La maîtrise de l’urbanisation.

- La gestion intégrée et l’économie de l’eau.

- La gestion intégrée des déchets solides.

- La protection des zones naturelles d’intérêt écologique.

- Le capital naturel et le développement rural.

- Le développement intégré de la ressource du patrimoine.

PATW Chlef : Phase II

Actions identifiées

a) Le freinage de la littoralisation et l’encadrement de l’urbanisme. Les typologies d’actions prévues dans le cadre de cette ligne stratégique d’intervention sont les suivantes :

- le bornage du littoral, qui a comme objectif la matérialisation des limites du littoral et de l’extension longitudinale du périmètre urbanisé des agglomérations situées sur le littoral ayant atteint ou dépassé les 3 kms. Il s’agit également, de la maîtrise de l’expansion urbaine et d’éviter un étalement nuisant ;

- le freinage et le contrôle de la conurbation de la zone côtière, qui inclut les actions les plus institutionnelles pour le

maintien des fenêtres littorales naturelles de 5 km assuré en fixant et en matérialisant la distance entre les agglomérations adjacentes du littoral qui ont atteint ou qui dépassent les 5 kms.

- Sauvegarde et aménagement des forêts urbaines existantes et multiplication des espaces verts suivant les normes internationales ;

- Révision des plans directeurs d’aménagement et d’urbanisme.

- Geler la mise en application de tous les instruments d’urbanisme (PDAU et POS) déjà réalisés (non conforme à la loi relative au littoral) ;

- Mise en concordance des instruments d’aménagement et d’urbanisme.

b) La promotion de la vocation touristique et de loisirs La promotion de la vocation touristique et de loisirs du littoral dans une approche de développement durable des ressources

côtières.

d’intervention au niveau des

L’opérationnalisation de cette ligne stratégique est réalisée á travers divers projets plages, des ZET et de tout le territoire de la wilaya .

PATW Chlef : Phase II

- Etablir un schéma directeur de développement du tourisme de la wilaya (En cours) ;

- Accélérer l’élaboration des plans d’aménagement des Zones d’Expansion Touristique en tenant compte des capacités d’accueil et des impacts sur l’environnement en application de la loi relative au littoral (en cours);

- Encadrer tout équipement lié aux activités touristiques sur les sites écologiques sensibles conformément à l’article 11 de la loi n° 02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du littoral.

c) La gestion intégrée des ressources en eau et assainissement :

Actions institutionnelles pour la réforme du système de gestion de la ressource en eau.

- Mettre en place des mécanismes d’arbitrage entre les utilisateurs des ressources en eau ;

d) La gestion des déchets solides :

La stratégie proposée pour cette thématique comprend deux grandes lignes stratégiques d’intervention. Chaque ligne

d’intervention devra être appliquée aux déchets ménagers et déchets spéciaux :

- Modernisation et renforcement des systèmes de pré-collecte et de collecte ;

- Renforcement en modernisation des systèmes de stockage et de traitement des déchets.

e) La protection des sites sensibles naturels

Protection de la biodiversité marine et conservation d’habitats remarquables.

- Etablir un zonage de la zone marine à protéger et définir des règlements particuliers pour chaque type de zone afin de garantir qu’aucune activité ne dépasse la capacité de charge de la région concernée ;

- Faciliter une protection intégrale des régions écologiquement fragiles tout en autorisant l’utilisation rationnelle du reste

des zones marines à protéger ;

- Etablir des sites de conservation mixte terre/mer dans le cadre des politiques de gestion intégrée de la zone côtière ;

PATW Chlef : Phase II

- Promouvoir dans les aires marines à protéger une utilisation rationnelle des ressources marines dans le cadre des besoins socio-économiques des populations locales, d’inclure l’élaboration de plan de gestion, la surveillance continue, la réglementation de certaines activités et le recours à des accords de gestion pour faciliter la protection de ces zones marines ;

- Suivi scientifique des milieux et des paysages par la mise en place de postes d’observation ;

f) La gestion et la valorisation des patrimoines historique, culturel, archéologique Protection et valorisation de sites historiques et culturels de la région dans une approche d’intégration au milieu naturel et

socioéconomique.

PATW Chlef : Phase II

PAT N°6 : UN SYSTEME URBAIN HIERARCHISE ET ARTICULE :

L’armature urbaine proposée par le SNAT 2030 ne se substitue pas à la notion d’armature urbaine classique essentiellement basée sur la taille des villes mais elle est déclinée à partir d’elle dans une logique fonctionnelle. Cette logique est celle d’une armature urbaine apportant des réponses du système urbain algérien à 2030 aux grands enjeux du SNAT : durabilité, équilibre, attractivité, équité sur lesquels ont été bâties les quatre lignes directrices du SNAT. Une armature urbaine articulée et hiérarchisée émerge ainsi que des villes davantage structurées sur le plan interne. Une armature urbaine articulée permet une bonne connexion entre les différentes villes et favorise le développement des échanges et le développement économique. Elle constitue un facteur essentiel permettant la diffusion et l’expansion spatiale de la croissance à partir d’un ou plusieurs pôles. Les objectifs du Programme d’Action Territoriale fixés par le SNAT à l’horizon 2030 sont les suivants :

Mettre en place un système urbain polarisé, hiérarchisé et articulé capable de structurer un territoire équilibré et compétitif,

Favoriser les relations villes – campagnes denses et dynamiques.

Dans ce contexte le Programme d’Action Territoriale entend atteindre ses objectifs à travers une stratégie déclinée de la manière suivante :

Définir les fonctions et les relations des différentes catégories de villes au sein du système urbain,

Constituer des réseaux de villes capables d’établir des synergies entre leurs partenaires. Les objectifs et la stratégie du Programme d’Action Territoriale sont mis en œuvre à travers un programme d’action

s’appuyant sur les axes suivants :

PATW Chlef : Phase II

Les composantes d’un système urbain renouvelé :

En ce qui concerne les orientations d’aménagement, les orientations nationales spécifiques à la wilaya identifient Chlef comme ville relais du Tell. Les pôles régionaux du Tell ont été établis pour structurer le développement de l’arrière-pays et contrebalancer le poids du littoral et constituent une transition entre les villes littorales et celles des Hauts-Plateaux. Du côté des orientations régionales, il est prévu que Chlef devienne une métropole d’équilibre entre Alger et Oran. Cet objectif pourra être rendu possible en complétant les projets d’infrastructures de transports (en cours), l’université et les équipements aux populations ainsi qu’en achevant le programme de reconquête urbaine de la ville de Chlef (habitat). Les schémas directeurs sectoriels comptent de nombreux projets. Dans le secteur de l’eau et l’assainissement, une station de dessalement est en cours de réalisation à Ténès. En matière de transport routier, la modernisation de la pénétrante RN19 entre Chlef et Ténès (2011-2020) est prévue. Parmi les projets à l’échelle locale, la wilaya de Chlef envisage de développer une zone industrielle à vocation agroalimentaire à Chlef, d’augmenter la superficie de la zone d’activité de Oued Sly et créer une zone de dépôt et de transit (plateforme logistique). Les projets locaux se composent également d’une étude pour la réouverture de la ligne ferroviaire Chlef-Ténès, un projet de dédoublement de la voie ferroviaire sur 15 km entre Oued Sly et Relizane, la création de deux zones d’activité situées à l’Est et à l’Ouest de Chlef et un projet d’hôpital avec plateau technique pour la chirurgie.

Des relations : urbain – rural équilibrées :

la wilaya est caractérisée par un fort taux de population agglomérée de 55 % contre 46% de

population en zone éparse, cette concentration dans les agglomérations est due au phénomène de l'exode de la population des

zones rurales vers ces agglomérations pour des raisons économiques (Emploi) et sécuritaires (décennie 1990).

La population

de

PATW Chlef : Phase II

Les actions préconisées en liaison avec celles du Pat 19 : le renouveau rural qui concerne au plus haut point la wilaya de Chlef vise à :

Contribuer à la viabilité des zones rurales en améliorant les conditions d’emploi, en revitalisant le tissu économique et en assurant un niveau de vie équitable pour les communautés rurales.

Stabiliser les populations et maintenir le monde rural de la wilaya actif en améliorant les conditions de vie et de travail des populations rurales pour cela il y a lieu :

D’encourager la valorisation des ressources locales,

De stimuler une économie de proximité par la mise en synergie des activités des secteurs économiques et sociaux,

D’exploiter rationnellement les territoires pour des productions de qualité à forte valeur ajoutée,

De favoriser la diversification des activités, la pluriactivité des ménages et renforcer le réseau de services en milieu rural,

De consolider le rôle de l’agriculture, qui reste une composante essentielle de l’économie rurale de la wilaya pour une diversification des cultures associées à l’élevage :

De contribuer à la protection des importantes ressources naturelles de la wilaya et à la réhabilitation des patrimoines culturels et touristiques.

Cultures agricoles diversifiées (Céréales, Légumes secs, Maraîchages, Arboricultures), l'augmentation des rendements reste tributaires des nouvelles techniques utilisées dans le secteur d’agriculture.

PATW Chlef : Phase II

3- ASSURER LA COMPETITIVITE DES TERRITOIRES :

L’objectif de cette ligne directrice est une organisation des territoires qui permet le jeu des forces du marché afin de les adapter aux exigences de l’économie mondiale.

- Renforcer ou créer l’attractivité et la compétitivité des territoires algériens.

- Ouvrir à l’international les territoires. Dans ce contexte, le SNAT entend créer les conditions de la compétitivité et de l’attractivité des territoires en affirmant leurs capacités à produire et à échanger selon les règles de l’économie libérale et à attirer le savoir-faire, les technologies et les investissements, notamment étrangers (IDE) qui les accompagnent. Plusieurs éléments apparaissent essentiels au développement de l'attractivité et de la compétitivité :

Les infrastructures de la compétitivité constituent un aspect essentiel de celle-ci. Elles assurent l’efficacité de la production et des échanges internes ou internationaux et constituent un élément d’attractivité important. Elles sont constituées notamment de chaînes logistiques s’appuyant sur des aéroports et ports internationaux, des centres logistiques, des infrastructures de grande capacité et des services de transport efficaces (autoroute, rail). Elles sont également constituées des capacités foncières, ou d’équipements et infrastructures assurant l’approvisionnement en eau, en énergie, en information des établissements humains ou de production.

PATW Chlef : Phase II

PAT N°7 : MODERNISATION ET MAILLAGE DES INFRASTRUCTURES DES TRAVAUX PUBLICS, DE TRANSPORT, DE LOGISTIQUE ET DE COMMUNICATION :

Les objectifs du Programme d’Action Territoriale à l’horizon 2030 sont les suivants :

mettre en place un réseau d’infrastructures maillé et hiérarchisé assurant l’accessibilité du territoire,

assurer l’attractivité et la compétitivité du territoire par un réseau d’infrastructures performant,

appuyer le rééquilibrage du territoire et son équité en assurant des liaisons de qualité entre les différents espaces,

contribuer au développement cohérent et durable du territoire par un système de transport articulé.

Le Programme d’Action Territoriale entend atteindre ses objectifs à travers une stratégie déclinée de la manière

suivante :

déterminer des programmes d’infrastructures appuyant la politique d’aménagement du territoire,

optimiser l’usage des infrastructures par l’appui au développement de services de transport ou de communication performants,

renforcer et compléter le maillage d’infrastructures existantes.

Les objectifs et la stratégie du Programme d’Action Territoriale sont mis en œuvre à travers un programme

d’actions s’appuyant sur :

le développement et le renforcement des infrastructures routières,

le développement et la modernisation des infrastructures ferroviaires,

le développement de nouvelles capacités portuaires

PATW Chlef : Phase II

le développement et l'amélioration des infrastructures aéroportuaires,

le développement des plateformes logistiques intermodales,

le renforcement des infrastructures de l’énergie,

la numérisation des territoires.

PAT N° 08 : LE DEVELOPPEMENT LOCAL :

Le développement local dépend essentiellement de son aptitude à susciter des initiatives locales, à permettre la création d’entreprises et à mettre en œuvre une dynamique territoriale fondée sur l’innovation. Le local serait un espace ayant une identité, une dynamique propre, des spécificités qui entretiennent des relations d’interdépendance avec des espaces plus vastes (régional, national, mondial) dans lesquels il s’insère. Le territoire ne serait plus un simple support mais deviendrait un véritable acteur du développement. Les objectifs du Programme d’Action Territoriale à l’horizon 2030 de la wilaya de Chlef sont les suivants :

donner les moyens de se développer à l’ensemble des territoires de la wilaya, notamment les zones de montagnes et les zones littorales.

à partir des futures zones de développement industriel intégré et des futurs districts industriels sur le corridor autoroutier inscrire l’ensemble des territoires de la wilaya dans les chaînes de croissance en s’appuyant sur les vocations locales qui restent très peu valorisées

PATW Chlef : Phase II

Stratégie :

Le Programme d’Action Territoriale entend atteindre ses objectifs à travers une stratégie déclinée de la manière suivante :

le développement de l’économie locale en conjuguant facteurs exogènes et endogènes. Cependant pour atteindre une certaine efficacité du développement local il faut répondre à trois critères :

mettre la priorité sur le développement endogène. Il faut tenter de créer ses propres entreprises plutôt que de multiplier les efforts pour les ramener de l’extérieur. Sans rejeter les investissements étrangers on ne pense plus le développement uniquement sur eux,

faire participer les collectivités locales, les élus et les leaders (organismes professionnels, centres de formation et entreprises) dans le processus de définition des paramètres et du contenu des programmes devant conduire au développement.

la mise en œuvre d’un processus ouvert qui intègre toutes les spécificités de la société considérée à savoir jeunes, femmes (femmes rurales notamment), corporation etc. appuyer le développement local par les interventions de l’Etat et des collectivités locales ou la nécessaire implication des

acteurs publics locaux.

Programme d’action :

a) L’organisation du développement local.

Le développement pourra s’organiser autour de deux axes principaux au niveau de la wilaya, à savoir :

1. l’exploitation des ressources naturelles locales dans le cadre d’un développement endogène,

PATW Chlef : Phase II

2. la promotion d’une industrie locale endogène ou exogène sur la base du savoir-faire local et des avantages comparatifs et absolus de la wilaya.

b) Ressources naturelles et développement local

Le développement local ne pourra être efficace que si les conditions de mise à niveau infrastructurelle des zones en difficulté ou isolées soient réglées. Par ailleurs, le Plan National de Développement Rural Durable, outil de mise en œuvre de la Politique de Renouveau Rural, a confirmé cette condition de mise à niveau intégrée des « mondes ruraux ». Il s’articule autour des quatre axes suivants :

Une démarche participative fondée sur l’établissement d’un partenariat local

Une prise en charge multisectorielle des territoires cibles

La promotion des activités économiques à caractère innovant

La gestion durable des ressources et des patrimoines des territoires

Le plan de développement préconisé devrait favoriser l’évolution d’une agriculture de vocation s’appuyant sur les avantages comparatifs et compétitifs des différents territoires. Cette agriculture considérée comme facteur basique du développement rural devra s’intégrer dans les circuits du marché local, régional et à l’exportation.

c) La valorisation des ressources naturelles :

En matière agricole, le développement local au niveau de la wilaya pourrait valoriser les riches opportunités qui existent dans la wilaya :

Développement de l’élevage ovin dans le Dahra

PMI liée à l’agriculture (amont et aval) ;

L'élevage bovin extensif (viande) sur parcours forestiers ;

PATW Chlef : Phase II

l'agriculture de montagne avec l'arboriculture fruitière et l’élevage de bovin. Dans le cadre de la complémentarité des activités et des facteurs, les possibilités agricoles ci-dessus citées doivent permettre la valorisation d’activités productives créatrices d’emplois durables telles que l’agro-tourisme et l’artisanat rural. Ces actions de développement local doivent s’appuyer sur les dispositifs incitatifs prévus par le PPDRI, le dispositif ANSEJ, le micro crédit. Ces dispositifs encourageraient la création d’un tissu de petites entreprises à caractère familial (ce qui correspond au caractère entrepreneurial des populations locales) permettant la valorisation des ressources locales évoquées plus haut et leur encrage dans les territoires ruraux. Ce tissu de PMI permettrait d’établir des relations de proximité avec la main d’œuvre locale, notamment féminine.

Par ailleurs, la wilaya de Chlef dispose d’un potentiel en gisements et indices de substances utiles, notamment pour les matériaux de construction et les agrégats. Leur exploitation demeure faible et insuffisante dont :

Les gisements de sable de construction

Les sables pour la fabrication de verrerie.

Calcaire

Argile et Gypse

d) La gouvernance territoriale :

Il est reconnu aujourd’hui que le développement d’un territoire n’est pas une simple affaire d’équipement et d’investissements. Le développement « sectorialisé » est dépassé et inefficace ; l’approche du développement territorial est fondée

sur une démarche globale en terme de projets, de programmes territorialisés, de qualification territoriale.

PATW Chlef : Phase II

e) Les nouvelles technologies de l’information et de la communication comme support du développement local :

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ouvrent de nouvelles perspectives dans tous les domaines : rapprochement des populations (technologie wll) télé-enseignement, télé-formation, télé-travail, télé-commerce. Ainsi, les technologies de l’information et de la communication peuvent constituer un élément structurant du territoire aussi bien les territoires en relation avec l’étranger que les territoires de l’intérieur de la wilaya, enclavés ou isolés, tels que les zones de montagnes et les territoires ruraux sous équipés. En effet, grâce à ces technologies, des services de haut niveau peuvent être rapprochés d’une population éloignée et constituée ainsi un outil supplémentaire au service du développement local et atténuer « l’effet isolement qui accentue la fascination pour la ville ».

En conformité avec le Schéma d’Aménagement Numérique les objectifs suivants en ce qui concerne les TIC sont

préconisés :

Implanter un pôle de compétence sur les TIC dans chaque Wilaya dés 2010 ;

Créer un pôle de compétence industrielle sur les TIC dans chaque wilaya à l’horizon 2025.

PATW Chlef : Phase II

4-METTRE EN ŒUVRE LEQUITE TERRITORIALE :

L’équité territoriale repose sur un niveau élevé de solidarité social et spatiale en mesure d’assurer une satisfaction globale des besoins de base de la population, la modernisation de l’économie et des services publics, la répartition équilibrée du développement sur l’ensemble des territoires, le programme du renouveau rural, la gestion urbaine visant à éliminer les phénomènes d’exclusion et de marginalisation constituant autant de facteurs allant dans le sens de cette équité. Cette équité repose sur trois orientations stratégiques :

- Revitaliser les territoires ruraux.

- Renouvellement urbain.

- Rattrapage et mise à niveau des zones à handicap. Globalement, celle-ci peut être mise en œuvre par une valorisation du patrimoine naturel et humain pour le développement d’activités économiques durables, liées aux atouts territoriaux dans la logique de recomposition territoriale jusque là restée inachevée. L’action publique et ses formes, dans le cadre des projets de proximité de développement rural, deviennent centrales dans l’infléchissement ou l’orientation des stratégies des acteurs locaux.

PATW Chlef : Phase II

PAT N° 9 : LE RATTRAPAGE ET LA MISE A NIVEAU DES ZONES A HANDICAPS :

Le programme en faveur des zones à handicaps vient compléter les dispositifs généraux (politique sociale, politique d’aménagement macro-régionale) et les autres programmes du SNAT par une approche ciblée et spécifique de ces territoires mettant en place des outils adaptés.

Les zones à handicaps concernent aussi bien le milieu urbain que rural. Il s’agit ainsi d’éviter l’accroissement des exclusions et la marginalisation des territoires particulièrement fragiles et souvent en proie à des dynamiques de développement négatives. L’identification des zones à promouvoir et leur classification sont prévues par la loi n°2001-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire. Son article 18 stipule à ce propos que les zones à promouvoir comprennent :

les territoires caractérisés par leur faible niveau de développement économique et par l’insuffisance du tissu industriel et tertiaire ;

les territoires ruraux défavorisés, caractérisés par leur faible niveau de développement économique et confrontés à des difficultés particulières ;

les zones urbaines sensibles, caractérisées par la présence de grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi ;

et tout autre territoire nécessitant des actions de promotions particulières de l’Etat.

PATW Chlef : Phase II

Les critères qui semblent répondre aux préoccupations sus-citées sont de quatre (04) types :

Les critères de « situation »

Les critères de « moyens »

Les critères de « potentialités »

Les critères de « contraintes »

Le SNAT a identifié 805 communes, représentant 52,2% du total des communes du pays, à retenir comme zones à promouvoir et nécessitent, à ce titre, des interventions directes de l’Etat. Cette précarité concerne particulièrement, le milieu rural puisque 87% des communes à promouvoir, relèvent des zones rurales. Ceci ne doit pas pour autant occulter les problèmes multiples auxquels font face les communes urbaines. La précarité du

milieu urbain est d’autant plus préoccupante qu’elle concerne une frange de plus en plus importante de la population algérienne, au regard de la croissance urbaine accélérée et anarchique.

Les zones à promouvoir retenues pour la wilaya de Chlef :

précarité et sont classées comme territoires à handicaps à savoir :

27 communes de cette wilaya sont situées dans des zones de

Benaira – El Karimia (URB) Tadjena (URB) Taoughrit (URB) – Beni Houa – Sobha – Ouled Fares (URB) Sidi Akkacha (URB) Beni Rached (URB) – Talassa – Herenfa – Oued Goussine – Dahra – Sendjas – Zeboudja – Abou El Hassan (URB) – Sidi Abderrahmane – Moussedek – El Hadjadj – Labiod Medjadja – Bouzeghaia – Ain Merane (URB) – Breira – Dahra – El Marsa – Beni Boulaleb – Harchoune.

Ces communes nécessitent toutes, des aides directes ou indirectes de la part des pouvoirs publics et des programmes d’actions spécifiques complémentaires par secteur.

PATW Chlef : Phase II

Ces aides doivent d’abord s’inscrire dans des politiques et programmes de développement économiques qui auront comme objectif prioritaire, la résorption du chômage, et l’amélioration du niveau et cadre de vie des populations rurales. Les programmes de développement devraient s’appuyer sur l’exploitation des potentiels économiques identifiés. L’exploitation des différentes potentialités pour ces zones, permettrait d’asseoir leur développement futur par :

des mises en valeurs agricoles qui passent obligatoirement par une maîtrise des ressources hydrauliques ;

la promotion et le développement d’activités non agricoles,

des politiques de développement des montagnes et du Tell en tenant compte de leur densité démographique, et des risques de fragilisation de leurs éco-systèmes ;

la valorisation des ressources des sols et sous-sols (substances utiles), de sorte à dynamiser l’activité économique ;

les potentialités touristiques que recèle le pays qui devraient générer des ressources financières et permettre d’atténuer le chômage. Les actions futures concernant les communes à promouvoir devront donc s’appuyer sur :

une concertation avec les communes et populations concernées afin de mieux cibler les besoins et de hiérarchiser les priorités ;

une coordination entre les différents opérateurs et partenaires locaux ;

une maturation et un suivi des réalisations qui devraient permettre une évaluation de leurs impacts sur les besoins prioritaires des populations. Toutes ces actions doivent faire l’objet d’une approche globale et viser la cohérence et la complémentarité des actions à engager au double plan sectoriel et territorial.

PATW Chlef : Phase II

IV- ENSEIGNEMENTS DU DIAGNOSTIC :

« FORCES ET FAIBLESSES DU TERRITOIRE »

PATW Chlef : Phase II

Le diagnostic prospectif, qui constitue la première phase du PATW de la Wilaya de Chlef, a fait apparaitre les dynamiques majeures les évolutions et les tendances lourdes observées ces dernières années, notamment ce qui a un impact sensible sur le développement et l’organisation du territoire de la wilaya. Il a fait apparaitre, en plus des forces ou des faiblesses résultant de la conjugaison des caractéristiques physiques et des actions anthropiques, un phénomène très particulier que les théories modernes de l’aménagement appellent la RESILIENCE DES TERRITOIRES.

La résilience

« Se dit d’un organisme, d'une espèce ou d’un écosystème capable de résister et de surmonter des

perturbations importantes (catastrophe naturelle, marée noire, etc.) pour retrouver un fonctionnement normal. La

résilience est en général fonction de la diversité et de la complexité des écosystèmes et du patrimoine génétique des

individus. »

Ainsi ce terme sert à désigner en général un territoire, une collectivité et même un individu qui a pu, en dépit des traumatismes subis (catastrophe naturelle ou industrielle, événements), développer une CAPACITE DE RESISTANCE et de RECONSTRUCTION qui démontre cette aptitude. C’est non seulement le cas de la totalité de la wilaya mais c’est encore plus vrai pour certaines parties qui ont vécu, en plus, les événements dramatiques de la décennie noire. Il est clair que cela concerne les communautés qui y vivent et qui sont donc susceptibles de rebondir dès que l’occasion se présente. Cette capacité des habitants et des acteurs locaux est une donnée qui a acquis une grande importance auprès des spécialistes de la planification stratégique car elle décrit la capacité pour une population de s’en sortir en dépit des handicaps observés.

PATW Chlef : Phase II

Elle explique en effet comment certains territoires fortement handicapés ou dépourvus de ressources, ont pu développer l’économie locale ; En ce qui concerne la wilaya de Chlef, c’est la majeure partie de son territoire qui répond à cette définition dans la mesure où se sont succédés les séismes et leurs conséquences traumatiques pour la plupart des habitants, amis aussi les événements de la décennie noire, ce qui n’empêche ni la croissance de la population dans les zones de montagne, ni le développement des infrastructures et des transports, signe d’échanges intenses. Avant d’arriver aux conclusions de cette partie du rapport, relatives au diagnostic, nous allons parcourir les différents facteurs, notamment, son cadre physique et les conditions naturelles qui y prévalent, et qui ont un effet direct sur ses potentialités de développement et ses contraintes.

PATW Chlef : Phase II

1- LES FACTEURS NATURELS EN ACTION : LES TERRITOIRES CARACTERISES :

Nous avons donc là une conjugaison de deux facteurs qui contribuent à découper la wilaya en plusieurs aires qui ont des

caractéristiques particulières qui les prédisposent à des modes de mise en valeur et de potentialités variables

1.1UN CADRE MORPHOLOGIQUE CONTRASTE :

L’analyse topo-morphologique fait montrer trois ensembles physiques distincts :

1- la chaîne du Dahra avec sa marge littorale au Nord,

2-

le bassin intra montagneux du Chélif au centre,

3-

la chaîne de l’Ouarsenis au Sud.

La chaîne du Dahra et la marge littorale de la wilaya de Chlef (2446,6 Km²) :

Entre la mer Méditerranée au Nord et le bassin du Chélif au Sud est développée une longue chaîne de montagnes appelée

« massif du Dahra dont les limites dépassent celles de la wilaya de Chlef, et avec des vallées fluviales (l’oued Damous, l’oued

Bou Cheral, l’oued Allala, l’oued Amri, suivi de l’oued Tarzout et l’oued Guelta), ainsi que de petites plaines côtière.

Au Sud s’est développé le cœur de la chaîne du Dahra, qui joue un rôle modificateur du climat de cette région par son

altitude et son rôle d’écran entre la façade Nord à tendance humide et la façade sud, déboisée et dénudée, à tendance semi-

aride et où les griffes de l’érosion sont très apparentes sur les reliefs pentus.

Le bassin du Chélif (919,90Km²) :

Au Sud du Dahra s’étale un vaste bassin néogène appelé « Bassin du Chélif » avec un passage brutal vers le domaine

montagneux du Dahra au Nord et de l’Ouarsenis au Sud.

PATW Chlef : Phase II

La faiblesse de l’inclinaison de cette plaine rend difficile la circulation des eaux, une difficulté qui s’ajoute à la présence de quelques obstacles structuraux, crée une situation à l’origine de la présence de marécages, de l’hydromorphie des sols et de la fréquence d’inondations dans cette zone. La fréquence des inondations dans cette zone se traduit aussi par les nombreux débordements de l’oued Chélif sur la terrasse récente de la plaine du Chélif et par le recoupement fréquent de son lit. En outre, il faut souligner que la plaine du Chélif s’élargit davantage par l’intermédiaire des vallées affluentes, ce qui est à l’origine de sa richesse agro-pédologique, grâce aux dépôts et aux sols alluviaux venant des bordures de ce bassin.

Les monts de l’Ouarsenis (707,82Km²) :

Au Sud et parallèlement au grand bassin du Chélif s’étend la chaîne de l’« Ouarsenis », qui se termine vers l’aval, en bordure du bassin du Chélif, par des reliefs piémontais ou collinaires pas ou peu brisés et aux versants ravinés par l’érosion (El Hadjadj, Sendjas, Beni Bouateb…).

PATW Chlef : Phase II

Carte N° 2 :Carte zones homogènes

PATW Chlef : Phase II

1.2. LA TECTONIQUE : UN TERRITOIRE A RISQUES

La plupart des terrains de cette wilaya sont déformés, avec des failles qui encadrent, de part et d’autre, le bassin du Chélif et morcellent les massifs montagneux du pourtour, avec, comme direction dominante celle d’Est-Ouest à Nord/Est – Sud/Ouest, avec des failles transversales ou subméridiennes, comme celles de Ténès. En effet, le territoire de la wilaya de Chlef est remarquablement sectionné par les failles et dont la plupart sont

actives. Cette activité sismique est soulignée dans cette région par :

- La fréquence importante des séismes : l’historique des tremblements de la région de Chlef démontre bien que la wilaya est affectée par un séisme important tous les 20 ans,

- L’intensité des séismes enregistrés : une intensité forte puisque les magnitudes sont généralement supérieures à 6 (Le séisme du 10-10-1980 était de 7,6 sur l’échelle de Richter).

PATW Chlef : Phase II

PATW Chlef : Phase II Carte N° 3 : Carte des intensités sismiques maximales et principaux

Carte N° 3:Carte des intensités sismiques maximales et principaux épicentres enregistrés au cours de la période : 1790 - 1978 (Région de Chlef) Source : CRAAG – Bouzaréah - Alger

PATW Chlef : Phase II

1.3UN REGIME PLUVIOMETRIQUE ALEATOIRE :

A l'instar des autres bassins de l’Algérie, la wilaya est soumise à l'influence conjuguée de la mer, du relief et de l'altitude. Ainsi elle présente un climat de type méditerranéen extra tropical tempéré. Les précipitations accusent une grande variabilité mensuelle et surtout annuelle : longue période de sécheresse estivale variant de 5 à 6 mois sur le littoral, de 6 à 7 mois au niveau de la plaine avec une pluviométrie moyenne annuelle entre 370 mm et 420 mm.

1.4.UNE HYDROGRAPHIE DENSE ET UNE LITHOLOGIE FAVORABLE A L’EROSION :

Tous les oueds de la wilaya rejoignent la mer Méditerranée soit directement, comme c’est le cas pour le reste des Oueds de la façade Nord du Dahra, soit indirectement comme c’est le cas des Oueds venant de la façade Sud du Dahra et de la façade Nord de l’Ouarsenis qui se déversent dans l’oued Chélif qui constitue ici le plus grand bassin versant de l’Algérie tello-atlasique. Ceci sans parler des Oueds secondaires qui se présentent, souvent, sous la forme de ravins ou localement sous la forme de torrents par une descente rapide sur la zone basse. Cette situation reflète bien le caractère accidenté du relief de cette wilaya et la nature des terrains traversés, souvent tendres et fragiles, ainsi que la morphologie des versants et des pentes.

- Une situation à l’origine des phénomènes érosifs, très développés dans cette région, notamment ceux du ravinement et des mouvements de terrain.

- Les sols des zones montagneuses sont généralement, pauvres, dégradés et squelettiques.

PATW Chlef : Phase II

Carte N° 4:Carte lithologique et réseau hydrographique

PATW Chlef : Phase II

1.5 LES TERRITOIRES CARACTERISES :

La combinaison des facteurs du milieu a déterminé une géographie des territoires dont l’occupation humaine s’adapte aux lois de la nature et notamment l’exploitation des milieux les plus favorables. De cette géographie peuvent être relevées les remarques suivantes :

1- Les facteurs naturels se traduisent, sur ce territoire, par des forêts denses (les zones montagneuses les plus hautes), des maquis plus ou moins denses, des terres de parcours et de culture de subsistance, une arboriculture rustique et, finalement les terres de plus haut rendement consacrées aux cultures et à l’arboriculture moderne. 2- En référence à ces facteurs, il apparait clairement que les zones les plus favorables, de ce point de vue, sont la vallée du Chélif ainsi que les dépressions liées aux principaux oueds, qu’ils se jettent en mer directement ou dans le Chélif. Par la même occasion ce sont les zones où la création de routes est la plus facile ; en conclusion, ces zones cumulent les avantages naturels en vue d’une occupation humaine. 3- C’est dans ces zones, en bordure ou en plein centre des dépressions que se trouvent à la fois les établissements humains les plus importants en taille et où la multiplication des villages et villes est la plus dense. On peut constater une structure linéaire tout au long des voies. Ce phénomène est vrai même dans les zones de développement moyen, comme la partie Nord Ouest de la wilaya. 4- Cela signifie que la distribution hétérogène et inégalitaire des ressources et aussi des emplacements favorables (terrains et accessibilité naturelle) entrainent de fait des possibilités de valorisation sélective des territoires, conduisant à accroitre les effets de différenciation et un développement inégal des territoires.

PATW Chlef : Phase II

5- Il faut ajouter comme remarque supplémentaire que, malgré les dangers (risques naturels majeurs), les localisations se trouvent à proximité des zones inondables et /ou à proximité des failles sismiques très actives qui traversent la wilaya. Ce phénomène de localisation dans des zones dangereuses est très répandu dans le monde ; ici il montre que l’intérêt de l’installation semble primer aux yeux des habitants sur les risques encourus et considérés comme aléatoires, relevant de la volonté divine.

PATW Chlef : Phase II

2- LES FACTEURS ANTHROPIQUES DANS LE DIAGNOSTIC :

Dans le raisonnement envisagé par le SNAT en vue de rendre compte des potentialités, des forces et des faiblesses des territoires, le facteur humain joue un rôle majeur en ce que la distribution des infrastructures, des établissement humains et des infrastructures témoigne des efforts qui ont été engagés au cours de l’histoire et, bien entendu de leurs résultats et de leurs effets. Dans cet esprit, il est clair que la vallée du Chélif, qui a fait l’objet d’investissements hydrauliques pendant la période coloniale, pour irriguer et exploiter ses terres fertiles, et qui par sa disposition, a offert une voie de passage remarquable entre l’Est et l’Ouest, est et sera l’axe central de la wilaya. La superposition du cadre physique et des modes de faire valoir agricoles est de nature à révéler les résultats de cette action anthropique, d’une part et la manière dont la conjugaison des deux types de facteurs modèle des zones ou des zones caractérisées. Par contre, et comme nous l’avons souligné en introduisant la notion de résilience, la permanence et même la croissance de la population dans les zones de montagne, en particulier au Nord, témoignent de leur capacité à maintenir une activité et à valoriser des ressources pour peu qu’on en définisse les contenus. Aussi allons passer en revue les différents secteurs productifs sous cet angle de la mise en valeur des ressources naturelles

et de leurs implications en matière de structuration du territoire par : la répartition du peuplement, en particulier les villes et les

agglomérations, les réseaux routiers essentiellement, car les équipements et services suivent cette répartition.

PATW Chlef : Phase II

2.1.UNE POLARISATION ECONOMIQUE AXIALE :

Située dans un espace stratégique, entre deux pôles d’influence que sont la capitale Alger et la métropole Oranaise, le territoire de la wilaya de Chlef se caractérise par un tissu urbain qui s’organise autour des villes de Chlef, Chettia, O.Fedda, Ténès, Boukadir. La concentration de l’urbanisation dans le bassin du Chelif s’explique par les opportunités offertes par la présence des activités économiques, des équipements et des infrastructures routières. Certains espaces sont donc attractifs comme la plaine du Chélif et les pôles urbains. Ils subissent une croissance démographique importante qui contraste avec quelques communes de montagne en proie à un exode de leur population et un solde migratoire déficitaire (Beni Bouateb, El Hadjadj, Labiod, Harenfa, Beni Rached, Dahra, Breira, Sendjas…). D’un point de vue spatial, la tendance est à la concentration du développement dans la plaine où l’agriculture est une source d’emploi et un facteur de développement de l’activité économique.

2.2.UNE POPULATION EN EVOLUTION MOYENNE MAIS INEGALEMENT REPARTIE SUR L’ESPACE :

Estimée à plus d’un million d’habitants lors du dernier recensement réalisé en 2008, la population des ménages ordinaires et collectifs de la wilaya de Chlef se distribue d’une manière assez inégale. En effet, sur les 35 communes que compte la wilaya, la commune de Chlef avec ses 178616 habitants se taille la part du lion avec près de 18% de la population totale. Les 5 autres communes les plus peuplées sont dans l’ordre, Chettia avec 71408 habitants (7,1%), Boukadir avec 51340 habitants (5,1%), Ain Merane avec 51326 habitants (5,1%), Oued Sly avec 47248 habitants (4,7%),

PATW Chlef : Phase II

et Oued Fodda avec 41710 habitants (4,2%). Donc, globalement six communes totalisent 44,2% de la population totale de la wilaya. Selon les zones naturelles d’appartenance, les données révèlent aussi une répartition inéquitable de la population résidente. En effet, 46,6% de la population évolue dans la plaine de Chlef, 25,2% dans les piémonts du DAHRA-ZACCAR, 16,7% dans les monts du Dahra et le reste se répartit équitablement entre le massif du ZACCAR (5,6%) et les piémonts de l’OUARSENIS

(5,9%).

2.3.UNE ARMATURE URBAINE MULTIPOLAIRE MAIS TERRITORIALEMENT PEU

EQUILIBREE

Le réseau urbain de la wilaya de Chlef est dominé par le binôme Chlef-Chettia qui concentre près de la moitié de la population urbaine de la wilaya (215304 habitants, soit 43,2% en 2008) et presque le quart de la population totale de la wilaya

(21,5%).

Le deuxième niveau d’agglomérations dites urbaines ne concentre que deux villes : Ténès et Boukadir. Quant au 3 ème niveau dit semi-urbain, il est représenté par 19 agglomérations dont 13 dans la tranche de 10 à 20000 habitants et 6 dans la tranche de 5 à 10000 habitants. Le territoire de la wilaya compte au total 180 agglomérations dont 135 sont totalement rurales.

Spatialement, l’essentiel des agglomérations se trouve dans la plaine et les vallées comme l’illustre la carte ci-après.

PATW Chlef : Phase II

Tableau N° 1: Répartition des agglomérations selon la taille et la strate en 2008 (RGPH 2008)

TAILLE DES AGGLOMERATIONS

 

STRATES

TOTAL

Urbaine Supérieure

Urbaine

Semi-urbaine

Semi-rurale

Rurale Agglomérée

MOINS DE 1 000 HABITANTS

- -

 

-

-

52

52

DE 1 000 À 2 000 HABITANTS

- -

 

-

-

58

58

DE 2 000 À 5 000 HABITANTS

- -

 

-

15

24

39

DE 5 000 À 10 000 HABITANTS

- -

 

6

7

1

14

DE 10 000 À 20 000 HABITANTS

- -

 

13

-

-

13

DE 20 000 À 50 000 HABITANTS

- 2

 

-

-

-

2

DE 50 000 À 100 000 HABITANTS

- 1

 

-

-

-

1

DE 100 000 A 200 000 HABITANTS

1 -

 

-

-

-

1

TOTAL

1 3

 

19

22

135

180

PATW Chlef : Phase II

Carte N° 5:Carte du réseau urbain sur zones homogènes.

PATW Chlef : Phase II

2.4.UNE INFRASTRUCTURE DE CIRCULATION SATISFAISANT ET EN EVOLUTION.

Améliorer le niveau de services du réseau routier, encourager l’utilisation des transports collectifs et stimuler le

développement de nouveaux pôles urbains pour un meilleur équilibre territorial, nécessite la réalisation d’un maillage infrastructurel qui tient compte des relations modales et des objectifs de développement souhaités. Les principaux atouts sont :

a) La wilaya de Chlef dispose d’importantes infrastructures de transport (Aéroport, Port, Réseau routier et autoroutier, réseau ferroviaire).

b) Une section autoroutière d’un linéaire de 52,7 Km est finalisée et ouvert à la circulation. Cette infrastructure de dimension nationale et magrébine peut stimuler une dynamique économique et spatiale très positive au niveau de la wilaya à moyen et long terme.

c) Une ligne ferroviaire stratégique de transport de voyageurs et de marchandises renforcant le potentiel économique de la wilaya de Chlef, ainsi qu’une diversification des modes de transport.

d) Un réseau de chemins communaux réparti d’une manière relativement homogène sur l’ensemble des communes de la wilaya.

e) Un réseau de chemins de wilaya important dans la distribution du trafic interne.

PATW Chlef : Phase II

Les contraintes actuelles sont :

a) Les routes nationales enregistrent un niveau de service relativement faible, notamment avec l’absence de routes 2X2 voies, à l’exception de quelques sections qui traversent des agglomérations urbaines (ex RN04, RN19).

b) A l’exception de la RN04, presque l’ensemble du réseau routier présente une sinuosité forte à moyenne.

c) 18% du réseau routier est relativement dégradé, notamment au niveau des chemins communaux et de quelques chemins de wilaya.

d) Absence de contournement au niveau des principales agglomérations. Cette situation est regrettable, car elle engendre un congestionnement des agglomérations.

Des perspectives prometteuses :

a) De nombreuses actions sont prévues dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 : études et réalisation de travaux de modernisation, d’évitement, de renforcement, de dédoublement… etc, actions qui atténueront ou lèveront les contraintes citées précédemment.

b) Un projet structurant d’importance : la liaison autoroutière reliant Tissemsilt à Chlef Port est en étude.

c) Dans le domaine du chemin de fer, il est prévu le dédoublement de la avoie O.Sly - Yellel, la réalisation de deux gares à Boukadir et O.Sly. il est également à signaler l’inscription d’une étude d’un projet de chemin de fer entre Ténès et Chlef.

PATW Chlef : Phase II

2.5L’EAU : UN ENJEU MAJEUR :

L’analyse des bilans des ressources en eau superficielles et souterraines, mobilisées pour les différents usages, permet de conclure que les ressources sont presque totalement exploitées. De plus, les capacités de régularisation des deux barrages (Oued Foda et Sidi Yacoub) et des retenues collinaires destinées à l’irrigation, sont sévèrement réduites par de forts taux d’envasement, conséquence de l’érosion de leurs bassins versants.

Au niveau de la Wilaya, si la couverture des besoins en eau potable est à peu près satisfaisante actuellement, c’est parce qu’elle est en grande partie attribuable à une sous-dotation des grands périmètres irrigués. Au court terme, une gestion rationnelle des volumes mobilisés, permet de réduire le déficit, mais l’équilibre entre ressources et besoins reste conditionné, dans une large proportion, par la prise en charge des pertes, la réhabilitation des réseaux et la régénération du comptage tant au niveau de la production que de la distribution et de la consommation. L’évolution de la situation du secteur de l’eau, doit faire face à la pression conjuguée de la croissance démographique et de l’extension prévisible des surfaces irriguées et s’inscrire dans une démarche de développement durable favorisant le développement agricole et les autres secteurs de l’économie.

PATW Chlef : Phase II

Tableau N° 2: La confrontation des besoins et des ressources futures

DISPONIBILITE EN EAU (hm3/an)

 

RESSOURCES ET BESOINS

Horizon

Horizon

Horizon

2015

2020

2030

Ressource superficielle mobilisée (Hm3)

113

113

152

Ressource souterraine mobilisée (Hm3)

11

17

22

Dessalement de l’eau de mer

75

75

75

Eaux usées recyclées

4

5

10

Ressource Totale mobilisée (Hm3)

203

210

259

BESOINS EN EAU (hm3/an)

 

AEP (Hm3)

72

79

90

AEI (Hm3) « estimation »

0,827

0,888

1,027

Irrigation(Hm3)

92

114

125

Total (Hm3)

165

194

216

BILAN

+ 38

+ 16

+43

Source : Calculs du BET

Le recours aux eaux non conventionnelles, par la réalisation de stations de dessalement de l’eau de mer, est un choix justifié et même impératif afin de gagner la bataille de l’eau au niveau de la Wilaya car les ressources conventionnelles a elles seules ne suffiront pas pour satisfaire l’intégralité des besoins de la Wilaya. La réception des projets entrepris au niveau de la Wilaya permettra de rééquilibrer les quotas affectés aux différents besoins et qui se font actuellement au détriment du secteur de l’agriculture, secteur porteur pour la Wilaya.

PATW Chlef : Phase II

2.6.RESSOURCES HUMAINES : UN TREMPLIN INDISPENSABLE AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL :

L’enseignement et la formation conditionnent tout à la fois : le développement économique d’un territoire, la cohésion sociale et l’égalité des chances de ses habitants. Parmi les atouts que peut faire prévaloir un territoire en ce qui concerne ses chances de développement est sa capacité à accueillir des activités de technologie moyennes ou hautes, est celui du niveau d’instruction de sa population. C’est en effet dans la couche la plus instruite (secondaire et supérieure) qu’une entreprise peut espérer recruter son encadrement local. Il reste cependant que les éléments de niveau moyen ou primaire dès lors qu’ils disposent d’une instruction peuvent fournir la population nécessaire à une formation qualifiante de différents niveaux. Les indices d’appréciation des conditions de scolarisation des élèves (taille moyenne des divisions pédagogiques, taux d’encadrement des élèves, taux d’occupation et taux des classes) sont satisfaisants du fait des efforts consentis pour le développement de l éducation au niveau de la Wilaya. De nombreux projets scolaires et para-scolaires sont retenus dans le programme 2010-2014 pour palier les insuffisances actuelles de la répartition spatiale et améliorer les conditions de la scolarité en général. La formation professionnelle est un préalable au développement de l’économie locale si les formations dispensées sont liées aux spécificités s de cette économie et si les stagiaires s’y inscrivent. La Wilaya dispose d’un réseau d’établissements de formation professionnelle qui touche déjà au moins une vingtaine de communes.

PATW Chlef : Phase II

Globalement une vaste gamme de formation est dispensée mais l’attrait des stagiaires est en faveur des services plutôt que vers les filières de production. A titre d’exemple, en formation résidentielle nous ne relevons pas l’existence de spécialités dans l’agriculture, les élevages hors sol, ni dans le secteur de la pêche. En somme il s’agit d’une formation à des emplois standards qui peut sans doute convenir à la demande locale actuelle avec l’ouverture d’instituts de la formation supérieure, il faudrait espérer le démarrage des disciplines en relation avec les orientations du développement de la Wilaya à moyen et long termes. En ce qui concerne l’université on peut constater d’emblée, que la diversité des profils peut répondre de manière adaptable aux besoins de l’industrie et de certaines activités de services grâce à ses filières scientifiques ou de gestion récentes en Algérie comme le management, le marketing ou le commerce international, et d’autres dans le domaine des finances et de gestion des entreprises. Ajoutons à cela, les filières de la construction de bâtiments ou d’ouvrages du génie urbain ou de l’hydraulique et de l’environnement, très utiles pour l’aménagement. L’université de Chlef, avec ses filières est un atout pour la Wilaya aussi bien pour accompagner d’éventuels efforts de modernisation de ses secteurs économiques que pour améliorer la gestion propre et la qualité des aménagements urbains, à la seule condition que les partenariats appropriés soient entrepris, sous des formes à examiner.

PATW Chlef : Phase II

2.7.UN NIVEAU D’EQUIPEMENT SANITAIRE A ETOFFER EN MOYENS HUMAINS :

La couverture en matière d’infrastructures sanitaires reste satisfaisante en dépit de quelques insuffisances enregistrées dans certaines communes : Tadjena, Talassa, Benairia, Ouled Fares, Oued Sly, Taougrit, Karimia. En matière de lits d’hospitalisation, le ratio de la Wilaya (0,97 lits pour 1 000 habitants) reste très inférieur à la moyenne nationale

(1,9).

En ce qui concerne les structures extra hospitalières, les ratios enregistrés à l’échelle de la wilaya avec 1 polyclinique pour 16 702 habitants et 1 salle de soins pour 6 148 habitants sont relativement favorables comparativement à la norme nationale qui prévoit 1 polyclinique pour 25 000 habitants et 1 salle de soins pour 5000 habitants. Le problème de l’encadrement médical est soulevé par de nombreuses communes. L’offre de soins est en aussi marquée par une densité insuffisante de médecins et une pénurie de médecins spécialistes, situation qui ne permet pas au système de santé de répondre à l’ensemble des besoins. Sur le territoire de la Wilaya, les activités médicales privées se trouvent concentrées sur les communes les plus importantes. Chlef se détache très nettement, puisqu’on y compte plus d’une centaine de professionnels et ce sont les zones de montagnes qui apparaissent les plus démunies. Si le programme retenu pour le quinquennal 2010-2014 atténuera considérablement les insuffisances actuelles y compris pour l’encadrement para-médical, puisqu’il est prévu une école de formation, il n’en demeure pas moins qu’un hôpital avec plateau technique est à envisager et l’attrait de médecins spécialistes étudié.

PATW Chlef : Phase II

2.8.UN TISSU ECONOMIQUE MARQUE PAR LE TERTIAIRE ET L’AGRICULTURE ET UN MARCHE DE L’EMPLOI GEOGRAPHIQUEMENT CONCENTRE :

L'emploi est très dépendant des secteurs administration-commerce, services et agriculture. Pourtant, les potentiels de développement économique existent, notamment dans les secteurs industriel et du tourisme. La zone de plaine fournit près de la moitié de l’emploi de la wilaya avec une concentration dans les communes de Chlef, Chettia et Oued Sly pour 9 communes qui la composent, alors que la zone des monts du Dahra avec 21 communes ne fournit que 40% d’emplois. Le taux de chômage en 2009 était de 11 % pour la wilaya. Six communes concentrent des taux de chômage de 2 à 3 fois plus importants que le taux de la wilaya : Beni Bouatteb (35%), El Hadjadj (26,64%) dans l’Ouarsenis, Oued Abbes (22,96%) à l’extrémité de la plaine de Chéliff, Moussadek (22,89%) dans le Dahra, Oued Goussine (22,45%) et Sidi Abderrahmane (37,38%) sur le littoral.

2.9.UN POTENTIEL AGRICOLE IMPORTANT :

La wilaya de Chlef recèle des potentialités agricoles considérables si elles venaient à être exploités rationnellement, surmonter l’aléa climatique par l’irrigation.

c.-à-d.

- Le système de production céréalière est du type extensif et généralement mal adapté sur les versants montagneux.

- En termes de niveau de performance les cultures maraichères et les agrumes dégagent de hauts rendements.

PATW Chlef : Phase II

L’irrigation, l’intensification des cultures et la réorganisation de l’occupation des terres par rapport à la protection du patrimoine terres sont les futurs enjeux du développement agricole de la wilaya.

2.10UN NIVEAU D’INDUSTRIALISATION LIMITE :

Hormis l’existence de quelques grandes entreprises publiques, le tissu industriel est dominé par des entreprises de très petites tailles dont l’existence est sujette aux aléas financiers et économiques dans une conjoncture favorable à la concurrence interne et externe. L’exploitation des ressources locales et notamment le sable quartzeux pour la fabrication du verre n’est pas mise à profit par rapport au potentiel existant. La wilaya dispose également d’un portefeuille foncier important s’il venait à être réorganisé, d’une main d’œuvre industrielle originaire de la wilaya de Chlef dans sa majorité et de structures de formation pouvant garantir l’encadrement technique.

2.11UN POTENTIEL TOURISTIQUE INDENIABLE MAIS TRES PEU EXPLOITE :

Pour un littoral de l’ordre de 120 km où s’alternent belles plages et falaises rocheuses aux sites très pittoresques, pas moins de dix (10) ZET ont été identifiées et classées. L’arrière pays montagneux recèle également des sites forestiers d’intérêt et des itinéraires propices aux tourismes de circuit. Cependant, le développement touristique est resté jusque là en deçà de cette générosité de la nature malgré une demande croissante de la demande nationale pour le tourisme et les loisirs.

PATW Chlef : Phase II

Si la raison fondamentale relève de la gestion de foncier touristique elle-même conséquence de la politique touristique en la matière, la demande pour les investisseurs touristiques diversifiés est très prometteuse et il ya à espérer que le schéma de développement touristique de la wilaya (SDAT) fixera les orientations et les conditions de mise en œuvre pour un développement touristique durable de la wilaya

2.12.POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE DU TERRITOIRE

A partir des enseignements tirés du diagnostic prospectif du territoire de la wilaya de Chlef et notamment de la fragilité de certains milieux perceptibles à travers la capacité de charge environnementale de l’espace wilayal, un certain nombre d’objectifs en ressortent pour aller vers un développement durable du territoire :

La gestion des déchets au sens large du terme

Le recyclage des eaux usées pour leur réutilisation

La gestion rationnelle de la ressource en eau pour éviter les pertes

La préservation du capital naturel et notamment la ressource sol pour l’agriculture.

La protection du littoral

La revitalisation des massifs montagneux

La préservation et l’extension de l’écosystème forestier

La protection et la mise en valeur du patrimoine culturel

Et la prévention des risques majeurs.

PATW Chlef : Phase II

V- LES SCENARIOS

PATW Chlef : Phase II

Introduction

Trois scénarios sont présentés dans ce rapport

Scénario 1 : Tendantiel :

Ce scénario repose sur l’idée que si aucune tentative d’inflexion, des tendances n’était faite, ou si, bien sur on ne prenait que des mesures inefficaces, on aboutirait à l’aggravation des déséquilibres sinon, au moins, à des polarisations plus tranchées, accompagnées de consommation de ressources naturelles plus fortes et moins utiles.

Scénario 2 : Chlef Agropole :

La philosophie de celui ci se base sur cette idée puisque les potentialités et les vocation principales de la,

wilaya étaient

agricoles, il fallait axer l’essentiel du développement sur la création d’un agropole ;Le mérite de ce second scénario est multiple puisqu’il préconise, entre autres, de limiter l’exploitation des terres les plus fertiles et les mieux irriguées(la plaine du Chélif surtout)par l’urbanisation et/ou l’industrie.

Scénario 3 : A La recherche de l’équilibre et de l’équité

Le scénario de l’équilibre

et de l’équité que

principes directeurs et les orientations du SNAT :

nous présentons ici repose sur quelques idées forces, contenues dans les

Contrôle et limitation de l’occupation des terres agricoles fertiles,

Développement de l’agriculture par intensification,

Renforcement et redéploiement de l’infrastructure industrielle, en tenant compte des atouts et contraintes du territoire,

PATW Chlef : Phase II

Equité sociale et territoriale,

Protection de l’environnement et économie des ressources rares,

de ces grands principes au cas de la wilaya de Chlef, suppose de partir de la

reconnaissance des situations locales caractérisées en termes de potentialités et d e contraintes, de prendre acte des actions déjà engagées ou envisagées.

L’application simultanée et appropriée

PATW Chlef : Phase II

SCENARIO 1 : TENDANCIEL :

Ce scénario dit « tendanciel » serait le prolongement relatif des tendances actuelles avec risque à terme d’une aggravation des déséquilibres du territoire, et cela, malgré la réalisation du plan quinquennal dont les objectifs visent la mise à niveau et la recherche de l’équité sociale par rapport à la situation socio-économique de la wilaya.

Du diagnostic, les enseignements ont été tirés quant aux pressions et contraintes majeures subies par le territoire de la wilaya.

Dans le cadre de l’option zéro ou du « laisser-faire » cette aggravation concernerait principalement :

Une polarisation axiale du développement le long de la RN4 à la fois démographique et économique.

Une réduction de la SAU sur les terres agricoles les plus riches

Une pression de l’urbanisation sur la bande littorale

Un exode rural et notamment de montagnes

Des problèmes environnementaux divers

Un risque d’aggravation des risques naturels

Etc…

Nous tenterons dans cet exposé de mettre en exergue les principaux impacts qui pourraient découler de ce scénario :

PATW Chlef : Phase II

1.1 DEMOGRAPHIE/URBANISATION

La population de la wilaya est située à 1066 097

habitants en 2012 (projection tendancielle à partir du RGPH 2008). La

population vivant dans la plaine du Chéliff représente 47,8% et celle du littoral 9,8%.

Tableau N° 3 : Actualisation et répartition de la population par zone

Zone

Commune

Pop 2008

TAAN%

Pop 2012

Zone

Commune

Pop 2008

TAAN%

Pop 2012

 

Dahra

23

802

1,15

24916

plaine

Chlef

178 616

2,07

193871

El Marsa

10

807

1,08

11281

plaine

Sobha

34

455

1,9

37149

littoral

Sidi Abderrahmane

4

349

1,86

 

4682

plaine

Harchoun

17

873

1,89

19263

Beni Haoua

20

853

1,74

22343

plaine

Ouled Abbes

8

578

1,62

9148

 

Oued Goussine

6

453

1,76

 

6919

4plaine

Oued Sly

47

248

1,39

49930

Tenes

35

459

0,33

35929

4plaine

Chettia

71

408

1,8

76690

Total zone

 

101

723

 

106

071

4plaine

Oued Fodda

41

710

1,46

44200

         

4plaine

Oum Drou

21

326

2,15

23220

 

Moussadek

6

380

1,53

 

6780

4plaine

Boukadir

51

340

2,15

55900

Dahra-Zaccar

Benairia

15

697

1,54

16687

Total zone

 

472 554

 

509 370

Taougrit

27

574

1,31

29048

         
 

Talassa

11

503

1,26

12094

5ouarsenis

El Karimia

28 821

1,44

30517

Breira

13

200

1,14

13812

5ouarsenis

Sendjas

29 043

1,04

30270

Total zone

 

74 354

 

78 420

5ouarsenis

El Hadjadj

8

478

-0,88

8183

         

5ouarsenis

Ouled Ben AEK

19

952

1,41

21101

 

Ain Merane

51

326

3,35

58557

5ouarsenis

Beni Bouateb

2

069

-2,11

1900

Tadjena

24

413

0,99

25394

Total zone

 

88 363

 

91 972

Ouled Fares

34

891

1,53

37076

         

Sidi Akkacha

26

595

1,32

28027

Total

 

1 002 088

1,56

1066097

 

wilaya

piémont Dahra

Beni Rached

23

449

1,1

24498

 

Harenfa

17

799

0,87

18427

Zeboudja

26

539

1,43

28090

Abou El Hassen

22

756

1,24

23906

Labiodh Medjadja

14

733

0,58

15078

Bouzghaia

22

590

1,11

23610

Total zone

 

265

091

 

282

662

Source :RGPH 2008 et calculs du BET

PATW Chlef : Phase II

Au niveau de la plaine l’excédent démographique serait de 205 370 habitants d’ici 2030 c'est-à-dire passant de 509370 habitants en 2012 à 714816 habitants en 2030. Cette situation serait le résultat de l’accroissement naturel de la population de la plaine et des migrations des autres zones et notamment des montagnes. Vu le taux d’agglomération actuel au niveau de la plaine ce sont essentiellement les villes qui vont recevoir ces excédents de population.

Tableau N° 4 : Projection de la population à l’horizon 2030 (hypothèse N°1)

Zone

Commune

pop

pop

pop

pop

pop

Zone

Commune

pop

pop

pop

pop

pop

2012

2015

2020

2025

2030

2012

2015

2020

2025

2030

 

Dahra

24916

25785

27303

28909

30610

 

Chlef

193871

206161

228401

253039

280336

El Marsa

11281

11651

12294

12972

13688

Sobha

37149

39307

43186

47448

52130

Sidi

         

Harchoun

         

littoral

Abderrahmane

4682

4948

5425

5949

6523

19263

20376

22376

24572

26983

Beni Haoua

22343

23529

25649

27959

30478

plaine

Ouled Abbes

9148

9599

10402

11273

12216

Oued Goussine

6919

7291

7956

8681

9472

Oued Sly

49930

52041

55760

59745

64014

Tenes

35929

36286

36889

37502

38125

 

Chettia

76690

80906

88455

96707

105730

Total zone

106

071

109

491

115

516

121

972

128

896

Oued Fodda

44200

46164

49634

53365

57376

Oum Drou

23220

24750