Sunteți pe pagina 1din 4
73 Juin 2013 - 2 e trimestre
73
Juin 2013 - 2 e trimestre

Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques

28, rue Polignais - 42000 Saint-Étienne - Tél. 04 77 33 98 08 - Fax 04 77 32 64 95 - mail : cdafal42@free.fr - site : www.cdafal42.org

32 64 95 - mail : cdafal42@free.fr - site : www.cdafal42.org En moins d’un siècle, la

En moins d’un siècle, la produc- tion mondiale de produits chimiques de synthèse est passée de 1 à 400 millions de tonnes par an. Leurs applications sont indissociables de notre confort moderne (matières plastiques, engrais et pesticides agricoles, médicaments, cosméti- ques…). C’est pourquoi nous sommes quo- tidiennement exposés à divers pro- duits chimiques de synthèse présents dans nos articles de consommation courante, dans l’air, dans l’eau et bien sûr dans nos aliments. Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances qui imitent nos hormones naturelles et donc troublent les équilibres. Elles ont des influences par là-même sur nos comportements et sur notre repro- duction et cela dès les premières étapes de la vie. Les PE sont présents dans l’eau, dans l’air de nos logements, dans ce que nous mangeons. Ce sont essen- tiellement des pesticides organo- phosphorés et des pyrethrinoïdes. Le pipéronyl butoxide (PBO), très utili- sé, facilite l’action des autres subs- tances. Sont également en cause les résidus de médicaments et des pilu- les contraceptives, qui se retrouvent dans les urines et dans les eaux. Le Bisphénol A, des phtalates (assou- plissants pour matières plastiques), des parabènes (présents dans les cosmétiques) et encore des compo- sés perfluorés (revêtements anti- adhésifs des poêles à frire, des cas- seroles, etc.) complètent le tableau 43 pesticides ont un effet PE plus ou moins marqué. Ces PE sont soit avé-

rés (les recherches de labos ont été faites sur divers organismes vi- vants), soit suspectés (les recher- ches n’ont été faites que sur des cultures de cellules). Nos connais- sances reposent principalement sur 49 études scientifiques qui ont été publiées dans des revues internatio- nales ; une importante étude a été demandée par “ Générations Futu- res ” à un laboratoire agréé en Fran- ce par la Direction générale de l’ali- mentation et en Europe par des mi- nistères d’autres pays. Les sources de PE sont importan- tes, la France étant le premier utili- sateur de pesticides en Europe. 62 700 tonnes ont été utilisées en 2011, essentiellement en grande culture, mais aussi dans nos jardins. Chaque année les jardiniers ama- teurs utilisent 8 000 tonnes de pesti- cides grâce à 30 autorisations de mise sur le marché (AMM) pour des insecticides d’emploi autorisés en jardins (EAJ) contenant un ou plu- sieurs organophosphorés ou pyre- thrinoïdes, surtout cypermethrine et PBO. En grande culture, le blé tendre et le colza utilisent près des trois quarts du total des pesticides répan- dus et, parmi eux, on a non seule- ment des PE mais aussi des cancéro- gènes possibles comme le manèbe.

mais aussi des cancéro- gènes possibles comme le manèbe. Tout cela se retrouve dans la nourriture,

Tout cela se retrouve dans la nourriture, en particulier dans les trois quarts des produits alimentaires non bio à base de céréales, par exemple dans les biscuits BN four- rés à la fraise, dans les pâtes spa- ghetti Panzani, ainsi que dans le lait… conséquence de l’alimentation animale. Les enfants sont particulièrement touchés car gros consommateurs de produits laitiers, de pain, de céréa- les, de biscuits, de pâtes alimentai- res. En 24 heures, un enfant est sus- ceptible d’ingérer des dizaines de molécules supposées être PE. Les fruits, légumes, salades, tomates non bios sont aussi très touchés. Les effets sur nos organismes sont nombreux. Les salariés de la trans- formation des céréales peuvent être atteints par insecticides et PBO pul- vérisés à haute dose sur les stocks de céréales. Dans nos appartements et nos maisons nous respirons un air avec des vapeurs de molécules PE ou biocides venant des produits de protection des meubles, des cuirs, des literies et produits antiparasitai- res. Les enfants, les fœtus, les fem- mes enceintes sont particulièrement touchés, car tous très sensibles aux PE. Existent aussi des effets sur la qualité du sperme, sur l’avancement de la puberté des jeunes filles. Les PE se retrouvent également dans l’urine, le sang, le cordon ombilical, le lait maternel. L’Europe et les États devraient développer fortement l’agriculture biologique sans oublier, en amont, la formation à tous les niveaux (établissements et agriculteurs).

LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France
LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France
LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France
LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France
LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France
LA RUSSIE ENCORE !   La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France

LA RUSSIE ENCORE !

 

La Russie veut réviser les accords d’adoption avec la France à cause de la loi sur le mariage pour tous. Ils sont 30 % à penser que l’homosexua- lité est une maladie à soigner !

PLUS LES FEMMES SONT INSTRUITES, MOINS LEURS ENFANTS ONT FAIM

C’est un rapport de l’ONU, publié le 4 mars, qui dit que les chances de survie d’un enfant augmente de 20 % lorsque la mère contrôle le budget de la famille. Améliorer le niveau d’ins- truction des femmes dans le monde et leurs perspectives économiques cons- titue un des éléments déterminants de la sécurité alimentaire. Solidarité Paysanne avril 2013

PETITE HISTOIRE…

 

Un soir ma mère et moi étions assis dans le salon et nous parlions des choses de la vie… et entre autres cho- ses du thème de la vie et de la mort. Je lui dis : « Maman ne me laisse jamais vivre dans un état végétatif où l’on dépend de machines. Si tu me vois dans cet état, débranche les ma- chines qui me maintiendront en vie. Je préfère mourir. Alors ma mère se leva (et je voyais qu’elle m’admirait). Elle débrancha la télévision, le lecteur de DVD, le câble d’Internet, l’ordina- teur, le MP3/4, la Play 2, la PSP, la WII, le téléphone fixe. Elle me prit mon mobile, mon IPOD, mon black- berry… J’ai failli mourir !

MONT-GERBIER DE JONC BIENTÔT GRATUIT

Il voit naître à ses pieds le dernier fleuve sauvage d’Europe. Le Conseil général d’Ardèche a fait triompher l’intérêt général en prévoyant à nou- veau un accès gratuit (après plusieurs années d’entrées payantes). En plus des toilettes sèches déjà installées, une maison d’accueil est prévue avec panneaux solaires, chaufferie bois, récupérateur d’eau de pluie ainsi qu’une intégration paysagère des rou- tes et des parkings.

Liaisons SOS Loire Vivante avril 2013

PILULE GRATUITE POUR LES MINEURES

 

C’est effectif depuis le 31 mars 2013.

  C’est effectif depuis le 31 mars 2013. À la suite de notre visite aux établisse-
  C’est effectif depuis le 31 mars 2013. À la suite de notre visite aux établisse-

À la suite de notre visite aux établisse- ments Guérin d’Andrézieux-Bouthéon, voi- ci quelques informations sur le retraitement du verre. N’hésitez pas à consulter le site de cette entreprise. En janvier 1976 les industriels verriers s’engagent contractuellement avec les pou- voirs publics sur des objectifs de recyclage de leur matériau. Cette activité économique, jusqu’alors très marginale, nécessite la mise en place de structures industrielles. C’est ainsi qu’en octobre 1976 sont créés les éta- blissements Guérin. Cette société, retraitant le verre pour Saint-Gobain et BSN, récupère le verre es- sentiellement dans la Loire, la Savoie et la région parisienne. Son cahier des charges précise qu’elle doit livrer un produit fini de cassins 1 dont la pollution ne doit pas dépas-

ser 40 g/t. Actuellement, après des contrôles très poussés tout au long de la production (une personne étant en charge de ces contrôles toute la journée), le cahier des charges est respecté puisque la pollution des cassins ne dépasse pas les 35 à 37 g/t. Actuellement, le problème majeur pro- vient du tri mal fait par les consommateurs (voir tableau ci-dessous). Mais les bouteil- les de bières (essentiellement) posent un problème particulier car leurs étiquettes en plastique ne se décollent pas même après une maturation d’un mois à l’air libre des cassins. Cette dernière est indispensable avant la livraison de ces derniers, pour per- mettre l’élimination des substances organi- ques (par lessivage naturel, par l’action des pies !…).

1. Verres broyés.

Pour que le recyclage reste synonyme de propreté, faisons le bon geste !… entre autres pas de bouteilles de Malibu !

OUI

recyclables

Bouteilles en verre de champagne, crémant, sirop, vin, bière, huile… Pots en verre de confiture, cornichons, yaourts…

NON

recyclables

Vaisselle en porcelaine (assiettes, tasses, soucoupes…) - Plats en terre cuite, pots de yaourt en grès… - Verres allant au four (plats, casserole Vision, plats Pyrex…) - Bouchons, capsules plastique, opercules… - Verre armé ou feuille- té, miroir, verre à vitre… - Gravats, carrelage, pots de fleurs…

Dans les containeurs, ne jamais mettre de vitrocéramique, verres de tables, porcelaine, grès…

de vitrocéramique, verres de tables, porcelaine, grès… En bord de Loire, entre le pont d’André- zieux

En bord de Loire, entre le pont d’André- zieux et le pont de l’autoroute, nous l’avons visitée en avril. Les eaux usées, provenant pour les 2/3 des particuliers et pour 1/3 des industries, passent à travers un dégrilleur. Deux grilles successives de tailles différen- tes retiennent les déchets. Les salariés dé- plorent le nombre de lingettes et autres tis- sus qui compliquent le processus et nécessi- tent un transport vers le centre d’enfouisse- ment. Ensuite un second traitement retient les sables et les graisses. Les sables au fond des bassins seront transportés vers les dé- chets inertes. Les graisses flottant à la surfa- ce seront transformées biologiquement par des bactéries secrétant des enzymes. Il y a hydrolyse des triglycérides ! Ensuite le phosphore 1 et les nitrates 2 sont absorbés ou détruits biologiquement par des bactéries. Même chose pour les matières carbonées 3 .

Même chose pour les matières carbonées 3 . Les bactéries biologiques sont les grandes actrices de

Les bactéries biologiques sont les grandes actrices de ces processus. Elles doivent être nombreuses, en forme et doivent avoir de l’appétit. Les techniciens veillent sur cet équilibre. Les eaux traitées sont restituées au fleuve. Il reste des boues qui, dans cette station, sont compostées avec du broyat de palettes non traitées. Les 800 tonnes par an obtenues sont données pour être épandues sur des terres agricoles (métaux lourds ana- lysés, sols analysés tous les 10 ans). À noter que l’usine agro-alimentaire dans la zone industrielle située près de l’aéroport (Nestlé) a sa propre station biologique et renvoie des eaux usées plus propres que celles des particuliers. Enfin pendant la phase de prétraitement et de déshydratation des boues, l’air ambiant est envoyé dans 2 tours de lavage de 7 mètres de haut par 2 mètres de diamètre :

l’une traite les odeurs ammoniaquées (basiques), l’autre traite les odeurs soufrées (acides). Ces traitements sont chimiques :

acide sulfurique, soude…

1. Il vient des lave-vaisselle, des lave-linge des collectivités et industries, et des toilettes. 2. Les nitrates viennent des toilettes et de l’indus- trie agro-alimentaire. 3. La matière organique carbonée vient des restes du lait, jus de fruits, jus de viande, eaux de cuisson, de vaisselle, eaux des toilettes.

Conseils aux locataires 1 (Suite du numéro 72) LE BAIL (suite) La fin de bail

Conseils aux locataires 1

(Suite du numéro 72)

LE BAIL (suite)

La fin de bail

• Départ du fait du locataire Ce dernier est libre de dé- noncer son contrat de loca- tion à tout moment. Il peut donner son congé dès le 1 er du mois sans avoir à moti- ver sa décision, soit en adres- sant son congé par LRAR 2 , soit en le signifiant par huis- sier. Le délai de préavis qui est de trois mois, court à compter de sa réception par le propriétaire. Ce délai peut être réduit à un mois dans des circonstances limitatives énumérées par la loi de 1989. Tant que court le préavis, le locataire continue le paiement du loyer et des charges et doit laisser visiter le logement dans la limite de plages de 2 heures par jour ouvra- ble. Il doit quitter les lieux à l’issue du pré- avis. ATTENTION ! Lorsqu’il y a plusieurs occupants, le congé ne vaut que pour celui qui a donné le préavis et donc le bail peut continuer au profit de l’autre occupant. Lorsqu’il existe une clause de solidarité, celui qui a quitté le logement est encore tenu de s’acquitter du loyer si ses anciens colocataires ne le paient plus.

condition. Le concubin notoire, les descen- dants, ascendants et personnes à charge peuvent prétendre au transfert du bail à condition qu’ils aient vécu avec le défunt au moins un an à la date du décès.

• Départ du fait du bailleur Le congé doit être délivré 6 mois avant la fin du bail, par LRAR ou par huissier. Congé pour vendre. Le locataire est prio- ritaire sur tout autre acheteur en exerçant son droit de préemption. Il dispose des 2 premiers mois du préavis pour accepter l’offre. Congé pour habiter les lieux ou installer un proche : ascendant, descendant ou ceux du concubin ou partenaire de pacs. Congé pour motif légitime et sérieux : si le bail contient une clause résolutoire, le bailleur n’a pas à attendre la fin du bail pour reprendre le logement. À noter. Le bailleur ne peut délivrer un congé à un locataire de plus de 70 ans et dont les ressources annuelles sont inférieu- res à une fois et demi le Smic brut annuel, sauf à lui proposer un logement qui corres- pond à ses besoins et possibilités dans un périmètre géographique proche. Néanmoins, si le bailleur a 60 ans et si ses ressources sont inférieures à une fois et demi le Smic brut, il peut donner congé à un locataire protégé, sans avoir à envisager de reloge- ment.

• Décès du locataire : le droit de reprise Le conjoint survivant est automatique- ment titulaire du bail. Le partenaire lié par un pacs bénéficie du transfert de bail sans

1. Extrait de l’exposé de la journée de forma- tion nationale sur le logement d’octobre 2012. 2. LRAR : lettre recommandée avec accusé de réception.

2. LRAR : lettre recommandée avec accusé de réception. En 1997, Amina est arrivée de Roumanie

En 1997, Amina est arrivée de Roumanie en France à 6 ans après un voyage en ca- mion proche de l’enfer : odeurs d’urine, de sueur et de vomi… C’est alors Lyon avec des services so- ciaux accueillants, puis Valence dans une caserne avec eau, électricité et douches qui apparaissent comme un bonheur. Mais avec la fin du droit à l’hébergement temporaire et le refus de demande d’asile, c’est Bourg-en- Bresse, la vie dans un fourgon et la mendi- cité sur la place. Des personnes de bonne volonté interviennent et font que les choses se débloquent : permis de séjour, place en HLM, emploi espaces verts pour le père. Pour Amina c’est alors le collège, le ly- cée sur un chemin pas toujours pavé de ro- ses, rejets et quolibets étant monnaie cou- rante. Puis c’est le bac avec mention, licen- ce de droit et entrée à la Sorbonne. Après le master, Amina veut devenir magistrate… Dans un livre témoignage elle raconte.

magistrate… Dans un livre témoignage elle raconte. VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr
VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS   Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr

VIE NUMÉRIQUE DE NOS ENFANTS

 

Un guide téléchargeable sur les sites www.cnil.fr et www.unaf.fr, pour les parents, pour un usage responsa- ble d’internet, a été publié. Les pa- rents sont directement responsables des activités de leurs enfants, ils doi- vent être capables de les guider dans l’usage des outils numériques. À lire 10 questions clefs.

LES BARRAGES EN 2015

D’ici fin 2015, 49 barrages français gérés par EDF et GDF Suez doivent faire l’objet d’un renouvellement de leur concession avec mise en concur- rence. La ministre Delphine Batho a demandé l’étude de scénarios alterna- tifs.

 

Loire mail mars 2013

TRIONS MES FRÈRES

 

L’Autriche recycle 63 % du volume de ses déchets, l’Allemagne 62 %, la Belgique 58 %, les Pays-Bas et la Suisse 51 %. La France, avec 37 %, se traîne en-dessous de la moyenne européenne : elle continue d’enfouir et d’incinérer massivement.

PARADICHLORO-

 

BENZÈNE

 

Le niveau moyen de cet antimite, ou désinfectant, est 10 fois plus élevé dans l’urine des Français que dans celle des Allemands. Cette particula- rité devra être explorée. Concernant les pyréthrinoïdes ils sont 3 fois plus élevés dans les taux français qu’en Amérique et supérieurs aux taux alle- mands.

PRIX DU CARBURANT

 

Sur le site du ministère des Finan- ces (prix-carburants.gouv.fr), vous trouverez le carburant le moins cher au plus près de chez vous.

 

Le Monde - 2 mai 2013

MAIN BASSE SUR LA TERRE

Depuis la crise alimentaire de 2008, l’acquisition de millions d’hectares de terres cultivables dans les pays du Sud, par des investisseurs étrangers, prend de l’ampleur en toute discré- tion. Or cela se fait au détriment des petits paysans de ces pays, expropriés de leurs terres qu’ils ont toujours cultivées.

Main basse sur la terre, de Stefano Liberti, édition Rue de l’Échiquier

qu’ils ont toujours cultivées. Main basse sur la terre , de Stefano Liberti, édition Rue de
   
   
   
   
   
   
   
   

Les

débats sur le « mariage pour ont amené certains jeunes et

l’extérieur ses amis étaient agressés par des « ultras ». Deux nez cassés et 5 interpellations… Nous saluons la détermination des politiques qui ont permis le vote de la loi sur le mariage des couples de même sexe. Cependant, n’oublions pas que le combat contre l’homophobie est encore loin d’être gagné !

VIOLENCES

 

tous »

Michel Debout, professeur à l’Uni- versité, médecin légiste, est intervenu sur les violences sociétales lors de la réunion de la coordination Rhône- Alpes des Associations Familiales Laïques : violences physiques, psy- chologiques, psychiques, mais aussi symboliques (la victime est atteinte pour ce qu’elle représente : race, sexe, culture, orientation sexuelle…), violences involontaires également avec le non-respect des règles de sé- curité sur la route ou dans les entre- prises… Les présents ont apprécié la clarté de l’intervention, les analyses proposées et l’ouverture d’un champ de réflexion tant sur la société que sur nos comportements humains.

moins jeunes, à des attitudes des plus répréhensibles. Le député Erwan Binet, rapporteur du projet de loi, invité par des étudiants de la faculté de Droit, a été empêché de pénétrer dans la salle,

par une bande de jeunes extrémistes,

par une bande de jeunes extrémistes,

MAIS POURQUOI LA FRANCE A-T-ELLE FAIT TANT D’HISTOIRES ?

AUTORISATIONS DU MARIAGE AUX COUPLES HOMOSEXUELS

2000

: Pays-Bas

2003

: Belgique

2005

: Espagne, Canada

 
 

2006

: Afrique du Sud

   

excités et violents. La semaine suivante, lors d’un débat organisé au Pax à St- Étienne, par le collectif « Autrement gay », Nicolas Gougain, délégué natio- nal, a réussi, malgré des vociférations de certains participants, à faire entendre son message, clair et apaisant alors qu’à

2009

2010

: Norvège, Suède

: Islande, Portugal, Argentine

BIENTRAITANCE À DOMICILE

Un comité national de la bientrai- tance est mis en place à l’initiative des ministres des personnages âgées et des handicapés. Le Conseil géné- ral de la Loire est chargé de l’une des quatre branches : la bien- traitance à domicile.

2012

: Danemark

2013

: Uruguay Entre 2009 et 2013 :

10 états américains

 
    Affaire à suivre.
   

Affaire à suivre.

 

SOMMAIRE

 

Dans le cadre de la campagne Made in Cambodge : le salaire de la faim ”, le collectif local Éthique sur l’étiquette a organisé le 13 avril une action intitulée DIE-IN, simulant un évanouissement symbolique afin d’aler- ter sur les conditions de travail des ou-

vrières de la confection cambodgienne et exiger des marques textiles, se four- nissant massivement dans ce pays, le versement d’un salaire vital permettant de manger à sa faim. Nous n’oublions pas bien sûr les salariées du BANGLADESH mortes dans leur usine qui s’est écroulée sur elles… Nous mettons nos espoirs dans l’accord sur les incendies et la sécurité des bâtiments au Bangladesh. 31 mar- ques leaders de l’habille- ment dans le monde ont signé cet accord en mai.

Brèves pages 2, 3, 4

 

P.

1

Les perturbateurs

 

endocriniens

p.

2

Retraitement du verre

 
 

Station d’épuration des trois ponts

 

P.

3

Conseils aux locataires

 
 

Ils ne sont pas tous des voleurs de poules

P.

4

Mariage pour tous… Violences à Saint-Etienne

 

Un évanouissement devant ZARA et H&M

 

Opération Die-in le 13 avril 2013 à Saint-Étienne, place du Peuple.

p.

5-6 Supplément « Conso » Supplément à propos du barrage des Plats

 

Toute utilisation ou reproduction de l’Expresso, même partielle, est vivement encouragée. N’oubliez pas de citer vos sources !

 

L’EXPRESSO est édité par le CDAFAL Directrice de Publication : Janine SARKISSIAN

 

ACCUEIL DU PUBLIC

 

CONSOMMATION Matins du lundi au jeudi 9 h - 12 h

Vendredi 8 h 30 - 12 h

 
 

Après-midis Lundi 14 h - 16 h

Mardi 14 h - 17 h 30

Jeudi 14 h - 17 h

Comité de rédaction : Solange Ménigot, Pierre Massardier, Jean-Claude Leclerc, Claude Guillot, Dominique Benevent Ont participé aussi à ce numéro : Nicole Damon

 

FAMILLES, accès aux droits, couples mixtes, parents étrangers d’enfants français :

Matins du lundi au jeudi 9 h - 12 h Après-midis Lundi 13 h - 16 h 30 Mardi 13 h - 17 h 30 Jeudi 13 h - 17 h

 

Prix de l’abonnement : 2,50 euros

Commission paritaire n o 0410 G 89395 - Imprimé par nos soins

 
 

Si l’EXPRESSO vous est devenu indispensable, pensez à adhérer à votre AFL !

 
nos soins     Si l’EXPRESSO vous est devenu indispensable, pensez à adhérer à votre AFL