Sunteți pe pagina 1din 5

Trypanosoma cruzi

Borrelia burgdorferi,

Latah betul



PROGNOSTIC
– récuperation 12-40%;
– réponses aux BZD > 70%
– mauvais prognostic s’il n’y a pas des réponses au tt précoce;

CATATONIE – DEFINITION
– décrite par KAHLBAUM (1974):
– Un syndrome moteur (cataleptiques, épileptoides);
– Un syndrome psychique ( indifférence affective ou attonité,délire, hallucinations);
– Des troubles du comportement;
– Des signes somatiques.

TROUBLES MOTEURS
TROUBLES AFFECTIFS
TROUBLES COMPORTEMENTAUX
5 phases successives – mélancolie, manie, mélancolia attonita, confusion et stupidité terminale;
Évolution vers: guérison; émoussement apathique avec pauvrété mentale; la mort.
Aspects évolutifs
– épisode aigu unique;
– forme récurrente;
– forme chronique;
– forme aigue mortelle.

ICD 10
F06.1 Catatonie organique Trouble caractérisé par une diminution (stupeur) ou une augmentation
(agitation) de l'activité psychomotrice et par des symptômes catatoniques. Les deux pôles de la
perturbation psychomotrice peuvent alterner.

F20-2 Schizophrénie catatonique


La schizophrénie catatonique se caractérise essentiellement par la présence de perturbations
psychomotrices importantes, pouvant alterner d’un extrême à un autre : hyperkinésie ou stupeur,
obéissance automatique ou négativisme- Des attitudes imposées ou des postures catatoniques
peuvent être maintenues pendant une période prolongée- La survenue d’épisodes d’agitation
violente est caractéristique de ce trouble- Les manifestations catatoniques peuvent
s’accompagner d’un état oniroïde (ressemblant à un rêve) comportant des expériences
hallucinatoires intensément vécues-

DSM IV
Schizophrénie type catatonique F 20.2x (295.20)
Un type de schizophrénie dominé par au moins deux des manifestations suivantes:
1) immobilité motrice se manifestant par une catalepsie ( comprenant une
flexibilité cireuse catatonique) ou une stupeur catatonique;
2) activité motrice excessive ( apparemment stérile et non influencée par des
stimulations extérieures);
3) négativisme extreme ( résistence apparemment immotivée à tout ordre ou
maintien d’une position rigide s’opposant aux tentatives destinées à la
modifier ) ou mutisme;
4) particularités des mouvements volontaires se manifestant par des positions
catatoniques ( maintien volontaire d’une position innapropriée ou bizarre),
des mouvements stéréotypés, des maniérismes manifestes ou grimaces
manifestes;
5) écholalie ou échopraxie.

F06.1 (293.89) Trouble catatonique du à une affection médicale générale


A. présence d’une catatonie se manifestant par une immobilité, une activité motrice
excessive (apparemment stérile et non influencée par des stimulations extérieures),
un négativisme extreme ou mutisme, une bizarrerie des mouvements volontaires ou
d’ écholalie ou échopraxie;
B. Mise en évidence d’après l’histoire de la maladie, l’examen physique ou les
examens complémentaires que la perturbation est une consequence physiologique
directe d’une affection médicale générale;
C. La perturbation n’est pas mieux expliquée par un autre trouble mental ( p.ex. un
épisode maniaque);
D. La perturbation ne survient pas exclusivement au cours d’un delirium.s

Spécification d’un épisode de trouble del’humeur


Avec caractéristiques catatoniques ( peut s’appliquer à l’épisode dépressif majeur,
maniaque ou mixte actuel ou le plus récent d’un trouble dépressif majeur, d’un
trouble bipolaire I ou d’un trouble bipolaire II).
Le tableau clinique est dominé par au moins deux des éléments suivants:
1) immobilité motrice se traduisant par une catalepsie( y compris une flexibilité
cireuse ) ou un état de stupeur;
2) activité motrice excessive( apparemment sans but et non influencée par les
stimulus externes);
3) négativisme extreme ( résistance sans motif apparent à toutes les consignes
ou maintien d’une posture rigide résistant à toute tentative de mobilisation)
ou mutisme:
4) mouvements volontaires bizarres se manifestant par l’adoption des
postures(maintien d’une position innapropriée ou bizarre), des mouvements
stéréotypés, d’un maniérisme ou d’une mimique grimaçante prononcée;
5) écholalie ou échopraxie.

PATHOPHYSIOLOGIE
1.anomalies du développement cortical foetal ( dysfonctionnement des voies glutamatergiques )
2.blocage dopaminergique ( agents qui bloquént R dopa post synaptiques –debut de catatonie),
agonists D1 et D2 R –éficacité thérapeutiques;
3.dysfonctionnement glutamatergique ( amantadine _ éficace; ↓ binding R –GABA A dans la
zone corticale sensori-moteur gauche chez lea patients catatoniques; des réponses favorables
avec BZD et zolpidem, agonists GABA);
4. dysfonctionnement en neurotransmission de la NADR et Serotonin ( ↓ NADR, ↑ 5HT en
striatum et diencephal);
5. anomalies frontales – lésions au niveau de la fosse sylvienne + 2em et 3 em gyrus frontal = les
fonctions exécutives et l’inhibition des actes volontaires.

FREQUENCE
– diférents %
– la prévalence 11.4% Colombia (Escobar, 2000),
– 13.5% en Indie (Chalasani, 2005)
– 16.9% en Espagne (Peralta, 1997),
– 9.6% en Wales (Chalasani, 2005).
– Benegal (1993) - catatonie Indie > Europe + North America.
– In Great Britain, the incidence of catatonia dropped from 6% of admissions to a hospital
in the 1850s to 0.5% in the 1950s (Johnson, 1993).
– In Finland, the percentage of patients with schizophrenia displaying catatonia decreased
from 37% in 1933-1935 to 11% in 1953-1955 (Rogers, 1991).
– In Canada, catatonia was present in 10% psychiatric admissions in 1993 (Rosebush and
Gaind, 1993).
MORTALITE/MORBIDITE - le meme risque;
LA RACE -inconnu
SEX F/H: 1,3/1
AGE - Adolescents + adults;