Sunteți pe pagina 1din 265
MEMOTECH Sciences de I’ingénieur D. Bauer R. Bourgeois M. Jakubowicz Premiere et Terminale sérieS Collection | A. Capliez | Evitions CASTEILLA, 25, rue Monge ~ 75005 PARIS A. AA. A2. A3. AA, SOMMAIRE ETUDES DES ENSEMBLES TECHNIQUES Ewonce pu Besoin ~ ANALYSE FONCTIONNELLE. A.1.1. Enoncé fonetionnel du besoin. ~ Le Cahier des Charges Fonetionnel {CaCF). A.1.2. Analyse fonctionnelle ~ Diagramme FAST. ~ SAST ou Analyse descendante. ~ Les outils de I'analyse fonctionnelle (histogramme, diagramme cause-effet) ou ISHIKAWA, matrice de décision, brainstorming, diagramme de Paréto, diagramme PERT)... DEMARCHE DE QUALITE. A.2.1, Compétitivité des produits industriels = Cycle de vie d'un produit, = Assurance qualité (ISO 9000 - 2000 (F)) ~ Analyse de la valeur. ~ Gestion de la qualité. A.2.2. Les colts, A.2.3. L'innovation ~ La protection industrielle, ‘SPECIFICATION DU PRODUIT : AVANT-PROJET. A3.1. Définitions préliminaires. ~ La schématisation, dessin d’ensemble, nomenclature. ~ Les schémas des liaisons entre piéces.. A.3.2. Etudes technologiques. = Guidages en transiation, glissiéres, guidages linéaires, douilles a billes Guidages en rotation, paliers lisses, coussinets, bagues, roulements, douilles. ~ Lubrification. ~ Etanchéité. = Transformation de énergie (préactionneurs et actionneurs}) ~ Les vérins = Les engrenages. = Les réducteurs de vitesse & engrenages. = Embrayages, freins & disques, freins, coupleurs. = Transmission par pignons et chaines. = Transmission par poulies at courroies. - Variateurs de vitesse & courroie. ~ Accouplements. ~ Joints de cardan, = Systeme vis-éerou. ~ Systames bielle-manivelle = Cames industrielles, DEFINITION GRAPHIQUE DU PROJET. 4.1, Dessin d’ensemble. ‘A.4.2. Eléments standard de construction ~Vis d’assemblage, -Ecrous, = Rondolles et freins d’écrous ~ Clavettes. ~Cannelures. ~ Anneaux élastiques pour arbres. ~ Goupilles. —Ressorts, rondelles dlastiques. IN DES ANALYSE FONCTIONNELLE vn B.1.1. Schématisation des fonctions mécaniques. 8.1.2. Surfaces fonctionnelles d’une pigce Pa 1 1 a 2 2 2 2 2 3 ia 3 3 3 3 3e 3t 3 4a iH i 8 8 gu 100 108 mM Me ue 1g 12% 126 12 12, 12k 12 12 12 13E 13¢ 1a: 14e 14) 14g 182 157 157 157 157 1.2. PROCEDES D'ELABORATION DES PIECES MECANIQUES. 158 B.2.1. Procédés de mise en forme. Matériaux associé, ~ — coo 158 ~Moulage, regies de trace 158 A Fritta90. nn on 161 ~Estampage et matrigage vo . 161 8.2.2, Procédés d'usinage. : 7 coon 162 = Freisage, tournage, percage, usinage par abrasion commen 162 =Prototypage rapide sos cones 163 = Usinage par électro-érosion - 7 ome 165 = Usinage par rayon laser, par ult@-8008. so... 165 ~Soudage, méthodes, symboles, rotation. a 166 ~ Collage... vn . 170 B23. Les matériaux a - . 172 ~ Traitements des matériaux vol vo : 172 Les FoMteS nn Cnn o 173 ~Les aciers. . Sm a nn 7 —Ualuminium et ses al a 176 —Le cuivre et ses alia oo ce Ww — Les matidres plastiques. : 178 ~Les essais mécaniques 179 3.3. DEFINITION D'UNE PIECE : PROJET DE DESSIN DE DEFINITION D’UN PRODUIT - 180 B.3.1. Ragles et méthodes d’élaboration des dessins de definition 180 ~Formats, cartouche et nomenclature... soe 180 ~ BeFitUt 0 nn son on 182 = Traits vo 7 : 183 ~ Roprésentation : : ~ 184 ~ Projections et vues .. conn com 187 ~Coupes, hachures 7 vn 192 = Sections : 7 . smn 195, ~Perspectives. aa m 196 —Formes géométriques usuelles . 197 Intersections des surfaces, : 201 ~Les filetages : wom 202 8.3.2, Cotation fonetionnelle.nnnomm= 206 ~ Exécution graphique enn. 206 ~Tolérances, écarts et ajustements. 7 210 ~ Etats de surface vo — 216 ~Tolérances géométriques. a co con 225 ~Tolérances de formes... - a com 227 ~Tolérances d'orientation et de position Cs 228 — Cotes, chaine de cotes. co oo oo 231 B.3.3. Utilisation d'un logiciel de D.A.O. ee ~ . 235 INDUSTRIALISATION DES PRODUITS. a . 239 <1. CHAINE ENERGETIOUE...... : 239 — Préliminaire : calculs vectoriels 239 12. COMPORTEMENT DU SOLIDE INDEFORMABLE, " 240 = Comportement statique des mécanismes (étude analytique) 240 = Moment d'une force par rapport & un point fixe dans un repére galinéen 241 ~ Modélisation de action mécanique dune force appliquée a un solide... 2441 = Modélisation d'un systéme de forces appliquées a un solide. 7 241 = Changement du centre de réduction d'un torseur. 241 = Torsour des actions transmissibles par une liaison Sn ones 242 Principe fondamental de la statique. con 2A2 ~Exemple de résolution d'un probleme de statique (cas d'un probleme plan}. 243 = Comportement statique des mécanismes (étude graphique) oo 246 = Comportement statique des mécanismes (adhérence) 248 — Comportement statique des mécanismes (torsours transmissioles par les lisisons) 249 ~ Comportement cinématique des mécanismes (cinématique du point) 251 ~ Comportement cinématique des mécanismos (cinématique du solide). 254 = Comportement dynamique d’Un 801d@en.neresannn 257 C3. b. D1. D.2. D3. mom nn = Principe fondamental de la dynamique. ~ Travail et puissance ComPORTEMENT DU SOLIDE DEFORMABLE. = Propriétés mécaniques des matériaux. -Torseur de cohésion et de contrainte. ~ Les différentes sollicitations. ~Les contraintes. ~Rigidité des éléments défermables (traction). ~ Rigidité des éléments déformables (cisaillement) = Rigidité des éléments déformables (torsion) = Rigidité des éléments déformables (flexion) Moments quadratiques par rapport a l'axe GZ de quelques sections de poutres. INFORMA’ AUX SYSTE! ‘STRUCTURE MATERIELLE DES SYSTEMES DE TRAITEMENT DE L'INFORMATION. D.1.1. Equipements D.1.2. Liaisons informatiques. 0.1.3, Les mémoires D.1.4, Interfacage. ~ Interfacage paralléle, = Interfacage série. D.1.5. Unité centrale (processeur) ~Nombres binaires. = Microprocesseur. D.1.6. Les langages de programmation, REPRESENTATION ET TRAITEMENT DES DONNEES. D.2.1. Notions sur les algorithmes. D.2.2. Les réseaux 1.2.3. Courants alternatifs, D.2.4. Représentation binaire des informations. Codes binaires, codes ASCII ~ Les fonctions logiques ~Algabre de bole: ~ Théoréme de De Morgan, Tableau de Karnaugh. AUTOMATISMES INDUSTRIELS. D.3.1. Outil de spécification des automatismes. ~ Le GRAFCET. = automate programmable industriel (API), D.3.2. Etats de fonctionnement dun systeme. ~ Le GEMMA. ' D.3.3. Mise en ceuvre d'un automate programmable industriel 1.3.4, Synthese des fonctionnalités dun systeme automatisé ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE REPRESENTATION CONVENTIONNELLE DES SYSTEMES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES. E.1.1, Représentation par schémas fonotionnels. E.1.2, Représentation par schémas structurels. E.1.3, Symboles électriques et électroniques. CONVERSION DES GRANDEURS PHYSIQUES EN GRANDEURS ELECTRIQUES. £.2.1. Etude fonctionnelle générale des capteurs. E.2.2. Capteurs. ~Typologie des principaux capteurs —Démarche générale de choix d'un détecteur ~ Détecteurs de proximité (inductifs, capacité, optique, laser, lecteur code-points, reconnaissance de formes, tactiles, de position, jauge de contrainte, codeurs optiques, composants de capteurs, photodiodes, phototransistors, photopiles, photocoupleurs, diodes électroluminescentes, afficheurs. ~Potentiomatres. NDUSTRIELLE, 25 25 25: 25. 25: 26 26 26 26 261 26: 27 27 27 27 27: 27. 21 21 21 281 28. 28! 29 29: 29 301 30: 30: 31: 321 32 32; 32. 32. 32! 33: 33! 33! 331 34: 3K 34: 34: 34! 341 341 334i 3a: 34s 351 35) 36 TRAITEMENT DES SIGNAUX.......... £.3.1. Traitement des signaux numériques. ~Bascules. ~Compteurs. ~Fonetions complexes.» = Les diodes, diodes zéner, stabilisatrices de tension. ~ Le redressement. = Contacteurs électromagnétiques et rela. ~ Transistors bipolaires, a effet de champ. = Thyristors: ~Triacs, ~ Les régulateurs de tension. E.3.2, Notions de familles technologiques....... E.3.3, Traitement des signaux analogiques. ~ ~ Les condensateurs... ~ ~ Les inductances — ~ Les filtres. - Amplificateurs intégrés. £.3.4, Fonction génération de signaux. ConveRSION DE DoNNEES. E.4.1. Conversion numérique-analogique (CNA\. E.4.2. Conversion analogiquo-numérique (CAN). E.4.3. Piles et accumulateurs. ~ Les piles... = Les BCCUMULALEUTS er : ~Piles 4 combustible DISTRIBUTION ET CONVERSION D’ENERGIE ELECTRIQUE E.5.1, Production nationale d’électricité et réseau de distribution ~ Les centrales électriques... E.5.2. Protection des matériels et des personnes. ~ Protection des matériels = Indices de protection... ~Effets du courant électrique sur I'homme. = Risques ENCOUMUS non ~ Protection contre les contacts directs. Protection contre les contacts indirects. —Neutre et masse a la terre ~Disjoncteur différentiel Habilitation E.8.3. Etude fonctionnelle de la chaine de conversion = Transformatour électrique E.5.4, Conversion électromagnétique nnn. lactriques. Moment d'inertie J — ~ Guide de choix d'un moteur électrique. =Moteurs pas a pas. —Moteurs & courant Contin orn ~Moteurs électriques asynehrones. ~ Analyse d’un circuit de commande (moteur asynchrone) —Réglage de la vitesse. = Variateurs.... = Logique cabiée, = Moteur synchrone autopilot. SeILLoscore 7 ‘@ABOLES DES GRANDEUIS ET DES UNITES DE MESURE DNSTRUCTEURS ET ORGANISMES, exique anglais-frangais.... . idex alphabétique. ——— A. ETUDE DES ENSEMBLES TECHNIQUES A1, ENONCE DU BESOIN. ANALYSE FONCTIONNELLE A1.1. ENONCE FONCTIONNEL DU BESOIN NF X 50-151 LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL (cach) @ CONCEPT Le CdCF est le seul document par lequel le demandeur exprime son besoin (ou celui qu'il est chargé de traduire) en termes de fonctions et de contraintes (NF X 50-150). Ce document sert de base de dialogue contractuelle entre demandeur d'une part et concepteur-réalisateur du produit d’autre part. Deux cas se présentent pour la rédaction du CCF: Le besoin est cexprimé pat le client qui souhaite acquérir un produit [) pourunusage | | ‘donne, SOLUTION A | Rédaction Etudes du ‘techniques et > SOLUTION B cacr | Analyse fonetionnelie du besoin | Sconomiques |. soLuTION ¢ Lebesoinest | | | traduit par Fentreprise a partir dune analyse de marché. ion du besoin est formulée en termes d'obligation de résul- Dans le CaCF, I'expre érence aux solutions susceptibles d'y répondre (responsabi- tat, de finalité, sans ré lité du concepteur). Un groupe de travail est constitué : marketing, achat, bureau d'études, secrétariat administratif, utilisateurs potentiels. Ce groupe peut étre celui d’analyse de le valeur. la une existence limitée a la durée de l'étude. @ UTILISATION Le CACF est un des éléments d’étude ot de développement, il est & créer chaque fois que l'on veut expliciter, d’ une maniére technologiquement neutre, les besoins a satis- faire. De par sa nature fonctionnelle, le CdCF ne peut s‘adresser qu’a un bureau d'études. {I faut une structure pensante capable de transformer les fonctions de service et les, fonctions techniques en imaginant puis en validant ces solutions techniques. Le CCF intervient dans les types de situation suivants : ~ consultation, appel d’offres, adjudication ; ~ marchés négociés entre partenaires; ~ relations entre services d’une méme entreprise ; ~ analyse de la valeur. n Enoncé du besoin. Analyse fonctionnelle @ PROCESSUS D’APPLICATION DU CdCF Phases Demandeur Concepteur-réalisateur ® saseovsesom |detmafehe fonciotrele jcceeeerronene Crest lexpression par le| | formation | demandeur du besoin &| | ‘cubosom” | satisfare. 7 i ; 71 édition externe |_AUCECE _ prospection PROSPECTION a — + DELA FAISABILITE Affinamant < Etude de ‘du besoin ~tataisabiins Crest montrer dans quelle 5 = mesure on peut répondre au _— besoin exprimé, en précisant 2 édition | DECISION | externe do pre || lemeeeeeenes Gu CAC développement [Seneca eseneesmse eee " | PREDEVELOPPEMENT lustement Etude de pré- | ® Samar”) [Aree - fas, ! ou savant projet Crest étudier les voies Sa reconnues comme possibles cameiag pecan! en fin de phase « prospec- astinitve “dodeve. tion dela faisabilté » afin de duCacr | loppement retenir celle qui sera déve rene Référence loppée. ace ‘Spécification| bouche de definition la I Procedure Etude de @ ofveroremenr |e “ |_ developement ‘Au cours de ces phases, des ~ améliorations peuvent faire ain DESISION i] objet de propositions de omen tetusbialeation modifications. Référence Les propositions de modifi- cack cations résultant d'une Référence action’ Analyse de la Valour specification sont appelées PMAV. | | Definition |}-—~ _ + Procédute Introduction INDUSTRIALISATION PMA * | ghtoduation Ponbenes Z —_ | Mise on couvre MISE EN SERVICE @ FINALITE DU CdCF Un CdCF vise LE CAHIER ; DES CHARGES | ~ 2UIMenter la compétitivité, FONCTIONNEL | ~ clarifier les relations, (Gach) | —restaurer la concurrence, (suite) ~ favoriser l'innovation, 2 A1.2. ANALYSE FONCTIONNELLE DEFINITION Crest une démarche qui consiste a analyser un produit d'une maniére systématique en I'examinant aussi bien de l'intérieur que de l’extérieur afin de porter une attention GENERALE | particuliére aux interactions entre ses différents éléments et |environnement. L'objectif est de savoir dans quel but et comment un produit fonctionne. Place de 'analyse fonctionnelle du besoin (AFB) et de I’analyse fonctionnelle technique (AFT) dans une démarche de projet eS } | . 2 3 2 £ 2 . = i 5 8 2 in - 8 8 g & |— Fonetions |}, 0 |__| & : PLACE DE i ANALYSE FONCTION- ELLE: - ; — Analyse fonetionnelle technique Dans quel but ? Comment ? L’analyse fonetionnelle du besoin est une démarche pour : = exprimer Ie besoin réel en termes de services a rendre; déclencher la créativité en accédant aux meilleurs concepts de solutions répondant a ce besoin; = justifier les choix des solutions & partir de criteres clairement définis ; = mettre en piace une communication efficace, réalisée en groupe, et permettant d’éviter des contentieux ultérieurs ; DEFINITION | — constituer un préalable indispensable a la mise en ceuvre d’approches telles que DELAFB | \analyse de la valeur, la conception a coi objectif, la sdreté de fonctionnement, les ae plans‘d'expériences, I'assurance qualité. L’analyse fonctionnelle technique est une démarche pour : ~ faire le lien direct entre le service a rendre et la technologie mise en ceuvre pour y répondr ~ répartir les codits, non plus par composant, mais par service offert a utilisateur; ~ détecter, en fiabilité, les défaillances potentielles d'un produit; ~ effectuer des analyses critiques concernant les processus et procédés de produc- tion et les différents procédés de fonctionnement d'une entreprise. 13 Enoneé du besoin. Analyse fon nelle @ COMMENT SE PRATIQUE L’ANALYSE FONCTIONNELLE DU BESOIN (AFB) L'AFB constitue une étape fondamentale permettant de poser un probléme en termes de finalité et sert de base pour I'établissement du Cahier des Charges Fonctionnel. Elle s‘effectue par une observation extérieure du produit en recensant les relations que celui-ci établit avec son environnement : ce sont les fonctions de service. ‘Séquence : Moteur tournant om : ‘Ambiance FS3 de la route ; ! es sel Huile Provenant du carter moteur FS. Carter d’huile ‘EXEMPLE DE FSS DIAGRAMME PIEUVRE a C Sol 8.1: canalisor hulle provenant bearer moteur jusau‘a lo pomp. S.2 : évacuer des calories de I'huile vers lair, \ pomp ee eee £53: proteger hulle (provonant du carer moteur) dos ambiances oxtérieures, ESM: doit respectr lo gorde au 0! reglementation! FS: doit réstator aux chocs das projection U’analyse se produit par la caractérisation des fonctions de service qui consiste a énon- cer les tares de performances attendues, a préciser leurs niveaux et a indiquer la flexi La hiérarchisation permet d’évaluer I'ordre d’importance des fonctions de service. Diaprés ls rétéretiels Dunod, © COMMENT SE PRATIQUE L’ANALYSE FONCTIONNELLE TECHNIQUE (AFT) LAFT doit étre précédé dune AFB. Le FAST (Technique d’analyse fonctionnelle systématique) permet de décomposer le cheminement d’une fonction de service en fonctions techniques répondant aux trois questions ci-dessous. Uélaboration d'un FAST se mene en groupe pluridisciplinaire. Par rapport a une fonction retenue, le groupe de travail plac verticalement la fonction qui répond ‘la question « Quand? » Quand 7 fonctions de méme niveau, simultanées) t & gauche, a droite la fonction Dans la fonction qui répond a quel but ? | FONCTION |am) Comment? qui répond la question: | ala question: Ee « Dans quel but? » «Comment? » 4 Analyse fonctionnelle du besoin EXEMPLE DE RESOLUTION D'UN DIAGRAMME FAST Définir le probléme a traiter : Définir la recherche de la chaine fonctionnelle relative a une fonction de service. Rechercher toutes fes fonctions techniques : Effectuer une analyse interne du produit (comment est rendu le service) en respec- tant les régles du « brainstorming » =ne jamais critiquer, ~viser la quantité, ~ associer les idées, = tout noter... néwarcne | Trier les fonctions techniques: CONSELizE | Par 'élimination des redondances et, plus particuliarement, par une expression rigou- rouse des idées précédemment énoncées, en termes de fonctions techniques. Construire le diagramme FAST En classant les fonctions techniques selon les trois questions : = dans quel but?, -comment?, = quand? Inscrire sous chaque fonction technique la (ou les) solution(s) technologique(s) asso- ciee(s). Le FAST de description permet: = de procéder a I'évaluation économique d'une solution, ~ de procéder & I’évaluation fiable d'une solution, — de rechercher et caractériser des zones fonctionnelles appartenant a une piace. cara Evaluation économique d'une solution ie Il s‘agit de chiffrer le coat de chaque fonetion de service assurée par un produit, Rap- pescmprion | Pelons que cette méthode ost issue de la démarcho « Analyse de la valeur » laquelle s‘appuie sur le concept de bon sens suivant: il faut considérer un produit, non pas comme un assemblage de pices, mais comme un assemblage de fonctions ; celles- i se définissent par la finalisation du produit pour satisfaire les besoins ou désirs de Vutilisateur. | Cott des i ae = main-d’ceuvre composants | d'affectation | fonetlons. CHIFFRAGE DES. FONCTIONS ——— DE SERVICE Coit des ———*| _fonetions techniques Utilisation de l'outit : FAST de description 6 Enoneé du besoin. Analyse fonctionnetle @ DIAGRAMME FAST DIFFERENTS DIAGRAMMES FAST Selon le cas, on distingue : ~ le FAST de description, dans le cadre d’une analyse fonctionnelle technique décri- vant une solution existante ; — le FAST de créativité, dans le cadre d’une recherche de solutions, Exemple de FAST de description (rétroprojecteur) i Fournir | : ie transparent | [Fonction on luminer a [Foneton]: [era | [ace |_| Penge |_| te [ sence |] diagramme | "image | image] | wansparont Miro Lentiles Fina t de | He *) énergie | gets, <= —> comment? = | Refroidir | _ Quand ? les lentils t fet) 7 ; 4 Conduit Ventilation Fonctions techniques du produit Exemple de FAST de créativité (aspirateur) Uiliser Veffet dun f---> | champ Grterane |) sspiration Uilisee an vecteur Fonction a Na Fiterla |. de sonic 7 poussit Rendre nea 1 = i la poussiore 7 ee des objets ° oda uiocal ee : Sépareria [/ ee Aetonir fa Utliser poussire par |... unyeoteur centrifugation Rater la ; poussiére por Uiliser L_}ieeeeeert-- an yecteur | ee. solide LS D’aprés les référentiels Conception en mécanique industrielle de Dunod. 16 Analyse fonctionnel Fonction coat serviog Fst | Fs2 | FS3| FS4| FSS | de chaque becasue composant 1 |[-[2[s[-]s 0 Ee 0 PRINCIPE DU a 4 CHIFFRAGE so fedste 5 DEs covTs 4 sf2]+-[s] a FONCTIONS 7 | DE SERVICE 5 wl s|+| + | 2» Coat totat 9 || a] a fonction we Nota :le remplissage du tableau s’effectue en groupe (pluridisciplinaire). La construc- tion du FAST de description correspondant & chaque fonction de service est recom- mandée, ~ Clé mécanique & réarmement automatique. \ ~ Précision # 4% de la valeur réglée. \ = Déclenchement sonore et tactile & I'atteinte du couple. EXEMPLE: @ -Fonctionne en serrage et desserrage par ce retournement des embouts. DYNAMOME- ~Mécanisme simple et robuste, entretien facile, ‘TRIOUE eS ~ Réglage rapide par curseur. PRESEN- TATION | — Déclenchement mécanique obtenu par choc de 2 piéces mécaniques ressenti par la main de l'utilisateur. ~ Déclenchement a )) indiqué par une 1/1) alarme sonore. | Diapros SAM outillage aa Cvitiastour) ten, Cis a serrer DIAGRAMME PIEUVRE FPL: pormettre &utilisateur de serrer une vie & un couple de serrage déterminé. FP2 : transmottre le couple de serrage a la vis a serrer. FP3 : permettre a l'utilisateur de modifier le couple de serrage recommandé, C1 :étre facilement réglable. €2_:étre ergonomique. C3 resister a la corrosion. C4_:étre esthétique. 7 Enoneé du besoin. Analyse fonctionnelle CLE DYNAMOMETRIQUE (3) Bot (2)Regle (8) Curseur_ (7) Bouton de (6) Poignés graduée de régiage\ déclenchemeni (4) Systame. \ \ de roue & rochet | \ \ ————————— | | (5) Tige del (1) Ragte | déclenchement de guidage (9) Carrés de, positionnement des douilles TECHNIQUES D’ELABORATION D’UN FAST + DANS LE SENS HORIZONTAL (Fonction de service FP1) Comment? —————~» Comment? — Permettre a Iutilisateur 5 A Par un systéme méca- FP1 — de serrer une vis & un |__| sigue déformable ttige de L couple de serrage déter- déslencherent). miné. 3 << Dans quel but? <———— Dans quel but? + DANS LE SENS VERTICAL (Fonction de service FP1) Dans ce cas, la question « Quand ? » est a prendre dans le sens ET. Permettre a l'utilisateur | Quand? | de serrer une vis a un |_ Par un systéme méca- (ETI) couple de serrage déter- Fane cgformable tige de A miné, FP1 t+ ae a = — Permettre de positioner L_]et de maintenir une douille de serrage (roue a rocher & douille).. 'Is’agit d'obtenir une liaison mécanique entre la poignée (6) de la clé et la douille correspondant & la vis a serrer. Pour cela, il faut simultanément : ~ féaliser une liaison encastrement entre la poignée (6) et la tige de déclenchement (5) par collage ; ~téaliser une liaison encastrement entre la tige de déclenchement (5) et le systeme de roue a rochet, (3) et (4), filetage-taraudage ; = réaliser une liaison encastrement démontable entre le carré de positionnement de la douille (9) et la douille correspondant a la vis @ serrer (poussoir a ressort 21). 18 Analyse fonctionnelle du besoin DIAGRAMME FAST RELATIF A LA FONCTION DE SERVICE FP1 | I 1 1 I Pormottre le maintion Créer des | de lacié dynamo. [| _ formes i | | | metiaue par Fuitateur ergonomiques | 2 Vy Formes extérieures | se] | de la poignée (6) | gs | | ! es I] ' se ! ' e2 | Assurer une | p28 liaison encastre- Se ment par collage 3 | entre (6) et (6), 28 t ge] | Montes serves ot collées fa | | oe | eewaiaia|peel| ! {7° ! ‘Assurer une La désolidarisation| | l \ Permettre le serrage liaison encastre- entre (7) et (6) se | | | LL dune vis a un couple ment entre fattpar déforma: | | | déterminé | “ee tion de (SI, 7 | | fiexion plane | | | — Assemblage viseé | Déformation obtenue | i | | par l'effort sur (6) | i | | parfopérateur | \ I \ \ i | \ : Assurer une Assurer une Assurer une | liaison encaetre- faisonencaste- | |_| talson ghseitre | | ment entre (6) et lal ment entre (uidage) entre | | ‘douille de serrage aera) | emer) | | Par goupille élastique ! \ | ) \ A | ‘Rasurer une liaison encastre- | | Dans | e-Comment ? assuren une) ment entre (8) et (1) | quel but? “| liaison pivot et le maintien en 4 entre (7) et (1) position du uand? curseur de regiage Liaison par vis entre (8) et (1), 19 Enoneé du besoin. Analyse fonctionnelle SADT OU ANALYSE DESCENDANTE x jes acti Définition et réle d'un systeme technique Un systéme technique est un ensemble d’éléments organisés en fonction d'un but: exercer une activité sur une des matiéres d’ceuvre pour satisfaire un besoin. On dit que le systéme remplit une fonction d’usage en produisant une valeur. Cette valeur réside dans la production d’un bien ou d’un service. La fonction d'usage d'un systéme est de conférer une valeur ajoutée aux matiéres d'couvre présentes a l'entrée (produits, énergies ou informations). Modélisation d'un systéme technique par des éléments fonctionnels formalisés (notion de fonction et de contrainte) |l est possible de définir le systeme par des fonctions reliées entre elles par des contraintes. Les fonctions réalisent (grace a des moyens techniques) des activités qui opérent sur les entrées. Les contraintes sont des interfaces qui véhiculent les grandeurs physiques prises en compte par les fonctions. Les grandeurs physiques caractérisent les matiéres d’ceuvre qui circulent au sein du systéme (pro- duits, énergies, informations) Définitions de orientation du modéle d’un systéme technique Trois notions importantes caractérisent un modele pour qu'il puisse étre lu ~LE CONTEXTE est défini par la frontiére d’isolement avec le monde extérieur.IIs’agit d’isoler entie- rement le systéme étudié pour permettre d'identifier les relations avec le monde extérieur. ~ LE POINT DE VUE selon lequel est observé le systeme (concepteur, automaticien, maintenance, exploitant...). La prise en compte de toutes les technologies mises en ceuvre dans le systeme néces site de retenir le point de vue de I'automaticien pour mener I'analyse du modéle. ~— VOBJECTIF de communication technique qui est envisagé pour transmettre des connaissances grace au modéle. oly général pour fa représentatio A module Actigramme de la fonction globale ou fonction d'usage Il est possible de définir le systeme ‘CONTRAINTES, CONTRAINTES ar des fonctions religes entre elles ‘colt soPETAGES one par des contraintes. Les contraintes sont des interfaces qui véhiculent les grandeurs physiques prises en compte par les fonctions, activité matiére d’ceuvre t seaman énergie ' Ve joaée configuration : 0.9.2 8) regiage lec E exploitation rau | —{Ccompte rendu bien ou service sexercer a Produit Humans Tecuwaues —— es et régles pratiques cine decoordation ‘SUPPORTS | de lecture d'un m DacTiViTE Principes analyse descendante modulaire et structurée d’un modéle de systéme technique est représen- tée par des actigrammes (ou diagrammes d’activité). Un madéle peut comporter plusieurs actigrammes en niveaux de décompositions {voir p. 21). L’actigramme de niveau le plus élevé ne comporte qu'une fonction ; il s‘agit de la fonction d’usage du systéme ou actigramme « CONTEXTE », Chaque décomposition d’une activité (fonction) peut étre représentée par un actigramme de rang inférieur qui comporte au plus six fonctions. La décomposition se termine si le niveau de détail souhaité Pour atteindre I’objectif est suffisant. Réegles Le support technique qui conduit I’activité a besoin d'énergie pour modifier I’état de la matiére d'cuvre présente en entrée. Sil’énergie nécessaire au support technique est prélevée sur la matiére d’ceuvre a traiter (énergie), on la représente comme une contrainte d’activation. Les contraintes d’activité de la fonction ont les caractéres Snergétiques et/ou informationnels. 20 "Analyse fonetionnelle du besoin | Cas parti Lorsque la configuration C de l’activité ou support technique est réalisée par différents moyens matériels flexibles (outils, fluides...), ces moyens matériels constituent également une contrainte d'activité. Les contraintes d’activité (entités énergétiques, informationnelles ou matérielles) ne sont pas modifiées par l'activité de la fonction mais la déclenchent ou la contrélent. Toutefois lorsque la contrainte d’activité subit une transformation ou dégradation, cela ne consti- tue en aucune fagon le but de l’activité du support technique et ces transformations deviendront explicites aux niveaux inférieurs de l'analyse. Un module d’activité doit avoir au moins une contrainte qui contrdle ou déclenche son activité. Les données de sorties d’un module d’activité peuvent constituer des données d'entrées ou des contraintes d’activité pour un autre module fonctionnel. Hiérarchisation des diagrammes : niveaux La méthode SADT (Structured Analysis and Design Technic) propose une hiérarchisa- tion des ac Par convention, le niveau le plus élevé (acti- AO, gramme « CONTEXTE », porte le numéro A-—0(A moins zéro). Ce niveau se décompose au niveau AO en «n boites »: A1, A2, A3, ... An. Par suite, la boite A1 se décompose en « p boites » ; A11, A12, A13, ... Alp. Ainsi de suite, jusqu'au niveau de detail souhaité. {exemple de décompasition incomplate c-eontre. iveau AQ (exemple du bouchage de boitiers électriques) ling de l'actigramme A-0. Cet actigramme A-0 met en évidence les cing fonctions essentielles d'un systéme automat R E Données 8 exploner . Consignes: * ' icon tion ! i 2) LX raamiage dracon i i | [fein voaranmedasion | Canperenu te ' i! du procédé pilot | at Pupitre de Cae 1 i “veaneos Gellert é i 1 ET cana ce fecremarde Conse | fe Gii ; commands eh nee | if] mectimcte sec oat | if du provéds i ty Mesures oda les ah energies du. ~ H ree if Evers dpoiis ' Préactonneurs | Bates eae [mibeceove | | oS on ae Tal) pm i Inteaces pormctantia circulation da M 0 “=~ Inerteces permettanties transfert ¢énersie EHecteurs du procédé [Bete — Interfaces permettant la circulation des informations Z ie - Grandeur pies "]Aequbr — jlo: Reion 1+ Onsrvaton + Rétexion Sinestrerpostans)—~[s 5 “Taisisaton dala doen eerie» Aton?» F Mesues copteus {1) Communiquer avec le systéme. (3) Gérer I'énergi {2) Traiter les données. (4) Agir sur la matiere d’ceuvre. (5) Acquérir les états. 21 Enoneé du besoin. Analyse fonctionnelle PRINCIPAUX OUTILS D'ANALYSE DES SYSTEMES DANS UNE DEMARCHE DE CONCEPTION Demarche fonctionnelle | Démarche temporelle | Démarche structurelle ~ Enquéte = GRAFCET (point de vue systeme) =Diagramme (Pareto, | - GEMMA Ishikawa, ...) — Analyse des états ~ « Bétes cornes » = Algorithme Examen de 'environne- | - PERT ment ~ Gantt ~ Analyse des séquences | ~ ~ Graphe d'interactions ~ «Pieuvre» - Contréle de validité ~ Outils de caractérisation et de hiérarchisation ~ Analyse des états = SADT (A-0 et 1" niveau) cacr - ~ FAST (de description) | —GRAFCET (point de vue | - Organigramme Tech- | PO-PC) nigue du Produit ~ Analyse « VALEUR » des | - Chronogramme = Schéma structurel Fonctions de service - Ordinogramme = Graphe de montage- ~ Bloc-Diagramme Fone- | —Analyse de déroulement | démontage tionne! = Planning | ~Logigramme ~ Tableau d’Analyse Fone- | — = Plan d'implantation tionnelle ~Table de vérité —AMDEC ~Plans d’ensemble et de Analyse | — Schéma fonetionnel définition oe = Graphe des liaisons - Nomenclature Vexistant | — Schemas cinématique ~Schéma technologique et architectural mo = Cotation fonctionnelle = Diagramme sagittal = Schéma-bloc = Table de vérité ~ Arbre des voies techno- logiques ~ Liste des états ~ FAST (de créativité) ~ Logiciels = Documentation technique ~ Arbre des voies techno- | ~ GRAFCET ~Caleuls logiques | ~Guides de décision | ~ Logiciels de validation Recherche | “(ogiciels de CAO nen Guides de décision (com- et ~ Séquence de flux bou- posants) Svaluation. | ciés = Bloc-diagramme fonc- Ses, ~ Bloc-Diagramme Idéal tionnel solutions | ~ Contrdle de validité - = Tableau de décision Nota : tous les outils décrits dans ce tableau ne sont pas traités dans cet ouvrage. D’aprés les référentiels Dunod. 22 Analyse fonctionnelle du besoin ANALYSE FONCTIONNELLE DES PRODUITS INDUSTRIELS HISTO- GRAMME DIAGRAMME ‘CAUSE-EFFET ou ISHIKAWA DE POISSON Uhistogramme est un dia- Effectifs gramme qui représente la fr quence des données sous la «f forme de colonnes. Il aide a identifier les change. ments ou variations dans les processus en cours de modifi- cation et indique de quelle facon les différentes mesures d’un processus ou d'un produit peuvent étre utiles quand des normes sont établies. 2 0 Exemple: dimensions des pisces produltes 19a 1995 1998 20 ©2002 7008 Dimensions [ort | stew | GP2 |oteuve [iors [seat \, [sez watiore es2t PA | sachine [PS |nathode E - CP ; causes principales. - CS : causes secondaires. = SC: sous-causes. Cette méthode représente la relation entre un probléme et ses causes potentielles. Elle aide & trier et & relier les interactions parmi les facteurs affectant un processus. Elle visualise les causes d’un processus, d’un phénomene ou d'un probleme, les hié- rarchise et les ordonne en décomposant les causes principales, les causes secondaires et éventuellement les sous-causes. Méthode: + Identifier toutes les causes (nécessité d’un travail en groupe : brainstorming). + Respecter les ragles suivantes ~ écrire toutes les idées, ne pas émettre de critiques, ~viser la quantité, = recueillir les idées, Remarques ~ Pour faciliter la gestion, ne pas dépasser six causes principales. ~Pour aider & la construction du diagramme (recherche des causes principales), on peut recourir & la méthode des «cing m»: machines, main-d’cauvre, méthodes, matiére, milieu 23 Enonce du besoin. Analyse fonctionnelle C'est un tableau de comparaison = des criteres pour différentes pro- | cries Pomel A | gle positions, Défauts i le: i - PIE || Gxempte: moyens de production. ores da cycle on minuteed Tow | aT > DE Nfournit un outil simple pour ana- | 2“ DECISION | Iyser et comparer différentes pro- | Codthoraire veo | soe | s50 positions et aider a la décision. Floxibiite l Le brainstorming permet, lors d'une recherche en groupe pour "étude d'un probleme | et la recherche de solutions, de produire un maximum de solutions en ut mioux toutes les idées des participants en combinant celles-ci entre elles. Regles a suivre: ~ Ne pas critiquer les idées émises, ne pas porter un jugement, seulement les consi- BRAIN | gner (ces idées seront triées par la suite). STORMING | ~ Enregistrer les idées qui paraissent les plus farfelues (elles peuvent étre la source (REMUE- | d'une innovation). MENINGES) | — Rechercher la qualité (permet d’en retenir les meilleures). = Combiner les idées entre elles (les idées pouvent étre reprises par d'autres et mo fies). = Tous les participants au brainstorming doivent étre consultés chacun leur tour. ~ Laisser les idées marir (les idées peuvent étre reprises a la réunion suivante). Ce diagramme représente la contribu tion relative des causes (classées par coits % ordre décroissant d’importance) au pro- % cumulé bleme global 100 ll est basé sur Ie principe selon lequel un petit nombre de causes est souvent Vorigine de la plupart des effets et il 75 permet d'identifier les quelques pro- blemes vitaux qui doivent étre traités en priorite. 80 En premiére analyse du diagramme ci- contre, il faudrait agir en priorité sur les défauts (a) et (b). a Il n'y a pas toujours concordance entre DIAGRAMME | importance du cotit et le nombre de 7 parero | °2uSe8 de dysfonctionnement a Tout ensemble naturel d’éléments suit la régle de « 80-20 » ; par exemple, envi- ron 20 % de nos clients concernent 80 - - % des ventes. OPERATIONS | Goat Cette relation est tout a fait générale et | Rep.|._Désignation isle s‘applique a toutes les occasions per- mettant de réduire le cout. ¥ | Tournage 4 100 % iients Vertes a Frage 4 0% d | Porgage 8 a | Alésage 50 © | Rectification 12 20% - ai b | Défaut du brut 2 24 Analyse fonctionnelle du besoin RESEAU OU DIAGRAMME DE PERT (Program Evaluation and Review Technic) Graphe orienté selon une direction symbolisant le déroulement du temps, le di gramme PERT est constitué par un ensemble de flaches représentant chacune une opération élémentaire ou tache. s périnmon. | La position des flaches, les unes par rapport aux autres, traduit leur enchainement dans le temps. Le réseau PERT visualise la succession et la dépendance des différentes opérations ou actions a mener pour aboutir a la réalisation d'un projet. Repéres ‘Usinage sur machine-outil ow : es . 2commande numérique. cher mene | ee taches Enoncé des opérations ou taches ig A Choisir le type de machine néant Rane B Sélectionner le programme d'usinage A D'ANALYSE c Programmer B 10 ne D Choisir les outils B ‘OPERATIONS E Mettre en place les outils dans le magasin D 10 F Metire en place I'ébauche sur la machine A 5 6 Faire un essai du programme & vide BC 4 Hl Usiner EFG 4 1 Contréler | 4 5 He Lowm sean’ PEE wet & got? 3 2 rons 8 BE e& DIAGRAMME Bs Reporter les durées de chaque opération et tracer le chemin critique (le plus long). Le réseau PERT est normalement suivi par le planning d’exécution Gantt. 25 A2. DEMARCHE QUALITE A2.1. COMPETITIVITE DES PRODUITS INDUSTRIELS. CYCLE DE VIE D’'UN PRODUIT + Portée de I’application Le systéme qualité s‘applique 4 toutes les activités relatives a la qualité d'un produit. Il concerne toutes les phases du cycle de vie d'un produit et celles des processus, depuis l'identification initiale des besoins du marché jusqu’a la satisfaction finale des exigences (voir figure ci-dessous). frements | * Structure du systéme DUN ~Responsabilité et autorité : les responsabilités doivent étre clairement définies. ‘s¥STEME | - Organisation : les fonctions relatives au systéme qualité doivent étre clairement défi- ‘QuALITE | nies au sein de l'ensemble de I'organisation. 1$0.9004-1 | |! convient de définir les liaisons hiérarchiques et ies circuits de communication, ~ Procédures opérationnelles : le systeme qualité doit mettre I'accent sur les actions préventives qui évitent I'apparition de problemes. ~ Gestion et configuration : le systéme qualité doit comprendre des procédures écrites relatives a la gestion de configuration. Conception et développement du produit ‘Mise au rabut ou an Planification et ‘ecyelege enfin x S_/aéveloppement de cycle de vie ‘a du processus Aprés-vente ra \ Achats ee ACTIVITES “Y AYANT UNE INCIDENCE SURLA. 4 QUALITE I 180 9004-1 i wm asstnce 7 Production _ technique et \ y ‘ou prastation prestaions de service associées Installation et fication inise en service Mente et distribution // \__toniitonnament et stockage 26 Compétit des produits industriels CHOIX D‘UN MODELE D‘ASSURANCE QUALITE ‘MODELES DIASSU- ANCE, QUALITE 480 9000 2000 F) AubITS OU SYSTEME DE MANAGE- MENT. DELA QuALiTE La famille des normes ISO 9000 énumérées ci-dessous a été élaborée pour aider les organismes, de tous types et de toutes tailles, & mettre en ceuvre et appliquer des sys- temes de management de la qualité efficaces. ~ L'ISO 9000 décrit les principes essentiels des systemes de management de la qua- lité et en spécifie la terminologie. ~L'ISO 9001 spécifie les exigences relatives a un systéme de management de la qua- lité lorsqu’un organisme doit démontrer son aptitude a fournir des produits sat faisant aux exigences des clients et a la réglementation applicable, et qu'il vise & accroitre la satisfaction de ses clients. —U'ISO 9004 fournit des lignes directrices sur Vefficacité et I'efficience du systéme de management de la qualité. L’objet de cette norme est l’amélioration des perfor- manees de l'organisme et la satisfaction des clients et des autres parties intéressées. = U'ISO 19011 fournit des conseils sur I'audit des systemes de management de la qua- lité et des systmes de management environnemental. Ces normes forment un ensemble cohérent relatif aux systémes de management de la qualité et facilitent la compréhension mutuelle dans le cadre des échanges com- merciaux nationaux et internationaux. Démarche « systémes de management de la qualité » Une démarche permettant de développer et de mettre en ceuvre un systéme de mana- gement de la qualité comporte plusieurs étapes, telles qu a) détermination des besoins et attentes des clients et des autres parties intéressées; b) établissement de la politique qualité et des objectifs qualité de l'organisme; ¢} détermination des processus et responsabilités nécessaires pour atteindre les objectifs qualite ; d) détermination et fourniture des ressources nécessaires pour atteindre les objectifs qualité; e) définition des méthodes permettant de mesurer l'efficacité et efficience de chaque processus; f) mise en ceuvre de ces méthodes pour mesurer l'efficacité et I’efficience de chaque processus; 4g) détermination des moyens permettant d'empécher les non-conformités et d’en éli- miner les causes: h) établissement et application d'un processus d’amélioration continue du systeme de management de la qualité. Cette démarche peut également étre appliquée pour entretenir et améliorer un sys- teme de management de la qualité existant, Les audits sont utilisés pour évaluer Ie niveau de satisfaction des exigences relatives au systéme de management de la qualité. Les constatations d’audit sont utilisées pour évaluer l'efficacité du systéme de management de la qualité et identifier les oppor- tunités d’amélioration. Les audits de premiare partie sont effectués par, ou pour le compte de, I'organisme lui-méme pour des besoins internes et peuvent servir de base a une autodéclaration de conformité de organisme. Les audits de seconde partie sont effectués par des clients de l'organisme ou par d'autres personnes pour le compte du client. Les audits de tierce partie sont effectués par des organismes externes et indépendants. Ces organismes, généralement accrédités, fournissent la certification ou l'enregis- trement de la conformité & des exigences telles que celle de I'ISO 9001. L'ISO 19011 fournit des conseils pour les audits. 27 Démarche qu 6 ANALYSE DE LA VALEUR Selon la norme de novembre 1996 (EN 1325-1), l'analyse de la valeur est une démarche créative et organisée utilisant un processus de conception fonctionnel et économique DEFINTION | dont le but est d’augmenter la valeur d'un sujet AV. Le sujet AV peut étre un produit existant ou un produit nouveau en cours de déve- loppement. Lanalyse de la valeur se caractérise par: ~ une démarche fonctionnelle qui impose de formuler le probléme en termes de fina- lités et non en termes de solutions pour rechercher 'essentiel ; ~ une démarche a caractére économique par la référence systématique aux coats; CARACTE. | — une démarche pluridisciplinaire par un travail de groupe faisant appel a un anima- RISTIOUES | teur et un décideur, en présence des personnes de formations et de responsabilités différentes, qui permet de trouver un consensus sur les fonctions, les performances, les principes, les solutions et les coats, tout en favorisant I'exercice de la créativite. Cette démarche créative vise a étendre I'éventail des solutions 4 considérer. Elle permet la prise en compte des évolutions du marché, de l'environnement et des techniques. + Recommandations pour la composition d’un groupe « analyse de la valeur » Ce groupe ne doit pas dépasser 10 personnes. Attribution des réles : ~ Le décideur : c'est la personne mandatée pour prendre les décisions relatives & une action « analyse de la valeur» et les faire connaitre. Il représente la direction de Ventreprise et a regu les pouvoirs nécessaires. ~ U'animateur : c'est la personne chargée de l'organisation et du déroulement d’une action. Elle en est responsable devant le décideur. Son efficacité repose sur les carac- téristiques suivantes = maitrise de la méthodologie de I'analyse de la valeur; ~ expérience en ce domaine; ~ bonne connaissance des principaux secteurs de I'entreprise; ~ esprit de synthase, objectivité de jugement, réalisme et esprit de progres; = sens des relations humaines; ~ optimisme, dynamisme, ténacité et persévérance, modestie et désintéressement. + Composition d’un groupe GROUPE «ANALYSE DELA VALEUR» ong eS) uae: ‘| Aas Sed, sh Fy Pema ui “le \) ('oprés un document ANVAR, 28 Compeétitivité des produits industriels _ LA GESTION DE LA QUALITE | Politique de qualité totale | Les objectifs a atteindre dans une démarche dite de « qualité totale » sont = satisfaction des besoins des utilisateurs (clients), = contribution & la pérennité de l’entreprise (fournisseur), = respect de I'intérét de la collectivité. Regles, Normes. INTERET GENERAL | Environnement yi Développement humain a jualité | totale oS SATISFACTION DE | SATISFACTION DES ENTREPRISE UTILISATEURS Performances Développement de 'entreprise Satisfaction das employes Dias Rentabilité wantités Conits Informations Gestion de la qual __ © Construire O pesurer eve) Ss ale eau Ne squalls ES. Cortiger {Comparer} dans lentreprise Ceci dans tous les secteurs de entreprise : conception, approvisionnement, usinage, montage, essai, stockage, vente, SAV... Les outils de la qualité (d’aprés la roue de Deming) [T Brainstorming (remue-méninges) Poser 2 Feuilles de relevés Prévenir les le 3 Histogramme difficultés probleme 4 Loi de Pareto, courbe ABC (prévention) Choisir 5 Diagramme Causes-Effet (Ishikawa) 6 les priori 6 Méthode AMDEC T Méthode MSP (SPC) 8 Méthode Taguchi lecter 8 \ oe Gollecter og | 9-Analyse de la valeur Cortiger e 10 Méthode OFD (correction) & 11 Méthode SMED Rechercher 12 Poke-Yoke a toutes id lescauses Seule une partie de ces outils est 3 possibles développée dans ce chapitre. ater? %, Interpréter ee \ hy, Déterminer résultats \ 2 & tes moyens 7 Essayer ies solutions D’aprés Mémotech Genie mécanique Controlor 29 A2.2. LES COUTS ‘au marché (concurrence) PRIX DE VENTE | 2 | f a 7 MARGE Fi satitine [>| alee coOTs HORS PRODUCTION & ANALYSE — DES i Publicité coots | eemeeeee ] = Administratit coor DE REVIENT ib | ] Trans ] 5 port eee Garantic cours Coiit valeur ajoutée DE PRODUCTION Approvisionnements CONDITIONS — PRIX DE VENTE ~ COUTDEREVIENT = MARGE Les causes de l'alourdissement des coats peuvent étre les suivantes : ~ cahier des charges insuffisamment élaboré ; ALourpisse- | - conception sans contraintes économiques ; MENTDES | ~ Solutions non remises en cause; colts | ~ Mauvaise connaissance des cous réels; = manque de temps (trop de solutions provisoires deviennent définitives) ; ~ estimation tardive des coats dans le projet. La qualité est l'ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui donne laptitude & satisfaire des besoins exprimés et implicites. Dans de nombreux cas, les besoins peuvent évoluer avec le temps, ceci implique la QUALITE | révision périodique des exigences pour la qualité. Les besoins peuvent inclure, par exemple, des aspects de performances, de facilité d'emploi, de sireté de fonctionnement, de sécurité, des aspects économiques et esthétiques. 30 Compétitivité des produits industriels COUT DE LA NON-QUALITE Selon les sources dacumentaires, les coiits sont appelés : WENTIF- | — codts de non-qualité (NF X 50-126); CATION | — coats de la qualité (quide des coats relatifs a la qualité AFNOR); DESCOUTS | - coat d’obtention de la qualité (COQ). En fait, chaque identification évoque sensible ment la méme chose. a ] fee colts =| | _cobrs coots cots | DES ANOMALIES | of | DES ANOMALIES | > __ DE + _ OE | INTERNES | EXTERNES: DETECTION PREVENTION coors | | 1 | oS RESULTANTS = COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE | Le cottt des anomalies internes correspond aux frais encourus lorsque le produit ne satisfait pas aux exigences de qualité avant d’avoir quitté l'entreprise: a) Rebuts. e) Autres colits internes : ANOMALIES | b) Retouches, reconditionnement, - pollution, INTERNES réparations... ~ accidents du travail, ¢) Déclassements sur produits finis ou —absentéisme, en cours. ~ divers. d) Pertes dues aux achats inemployables. Le cout des anomalies externes représente les frais encourus lorsque le produit ne répond pas aux exigences de qualité aprés avoir quitté Ientreprise ) Réclamations clients. ~ pertes de clientéle; ANOMALIES | 4) Coats de garantie (service aprés-vente).| - remboursements des dommages EXTERNES | h) Remises ou ristournes. causés a autrui; i) Autres colts externes : ~ prime d’assurance pour couverture de ~ pénalités de retard; a responsabilité du fait des produits. ~agios pour non-respect des délais ; Les coats de détection sont les dépenses engagées pour vérifier la conformité des produits aux exigences de la qualité, c’est-a-dire pour financer la recherche des ano- malies : crecrion | ~ S2laires et charges tiés aux vérifica- | — amortissement du matériel de controle DETECTION | tions; et d’essais utilisés pour I'évaluation du ~ frais de contréle sous-traités ; produit; ~fournitures diverses et produits dé- | — frais d’étalonnage; truits lors des essais utilisés pour | ~ divers. evaluation du produit; Les coats de prévention représentent les investissements humains et matériels enga- g6s pour vérifier, prévenir et réduire les anomalies, c’est-a-dire pour financer les actions menées au niveau des causes des anomalies : prevention | ~ établissement des documents relatifs | ~ sensibilisation, motivation et formation & alla gestion et & ‘assurance de la qua la qualité et & la gestion de la qualité; lité (manuel qualité, plans qualité, | — réalisation d’audits qualité; plans de contrdle) ; analyse de la valeur; ~ évaluation des fournisseurs; = divers. 31 Les coats VALEUR ET COUT D’UNE FONCTION @ EXEMPLE DU COUT D'UNE MAISON DANS UN SECTEUR CLIMATIQUE IDENTIFIE + Répartition des coats par fonction de service Pourcentages par for bisPoseR espace GR DISPOSER DUNE AMBIANCE (aio eranbre, COMFORTABLE Ségegenons entrée...) —— oss “\____ PROTEGER LE SITE MATTRISER LES RELATIONS \— eoriviviaite entre les personnos PROTEGER LES BIENS i pea ees identes EVOU oxtérieuces) -. (Gnergio, evacuation, rangements..) + Arborescence de la fonction de service : disposer d'une ambiance confortable i “Gritere i z Fonction de service Sous-fonctions appreciation Niveau Floxibitits a , ** {Genfertiumineu DISPOSER 350 _[ Confart atmosphérique DUNE | qualité de Fair Y SN | AUBRNCE | —| 2 Seertemiags 7] Oo eee ee 19,84 % 5 [Gonfort acoustique || [idelaton phontgue Nal- 2] — | | | Pour une performance" attendue, Comparaison des différentes solutions ce tableau permet d’en calculer pour atténuer le bruit, codtts et fonctions son coi SE 5 La flexibilité tiée au niveau permet is i ‘i ou pas de négocier la perfor. | appréciation oe sete linéaire Mance demandée et son codt NI: conversation normale audible; 32€ correspondant. paroles fortes compréhensibles. Eemples dete anne négo: 'N2: conversation normale & peine + FO: 7 dil , be 48¢ sior, Il faut impérativement res- | Isolation | Sovegpeghanaioens vues mak pecter la performance demandée. | phonique 4 PES: toute négoviation est possibie NB: conversation normale inaudible, we compte tenu du niveau demandé. paroles fortes assourdies. cea 1 'N4: conversation normale inaudible; 4 Clst le niveau dun etre dapprécia paroles foros 8 pele evap me A2.3. INNOVATION Méthodes favorisant la production d’ + Méthodes exploratoires : quoi faire de. * Dans chaque case on examine en quoi le moyen associé 8 un besoin donne des idées de réponses. + Méthode TRIZ Cette théorie d'origine russe peut se traduire par: Théorie de la Résolution des Problemes: Inventits ; elle a pour objectif de démultiplier la créativité en phase de recherche de solutions techniques avec des outils de résolution de contradiction d’évolutions —technologiques, basés sur l'analyse des brevets. + Questions stimulantes ou check-list Liste évocatrice de besoin, ‘anomalies, tendances.. ~Besoins| Liste évocatrice de moyens, points fonts. de Fentreprise 1. acca quoi? quand? ou? comment? combien? qui? pee0pe 2. Adaptation, mo . = Que so passerait-il si I'on modifiait légare- ment cela? ~ Que se passerait-il sil'on changeait la forme? ~ Comment améliorer cet appareil ? ~ Comment améliorer ce procédé? ~ Comment améliorer ce service, ete.? ~Par quoi puis-je substituer cela? = Qui pourrait le faire mieux encore? - Ou pourrait-on le faire ailleurs ? 3. Check-list de Von Fange = Que puis-je faire d’autre? —Que se passe-til si je renverse, si je mets Vintérieur a I'extérieur, le haut en bas? — Que puis-je faire sur la forme, sur la taille? — Que puis-je laisser de coté? — Que se passe-til si je considére les extrémes ? —Que se passe-til si je rends symétrique ou asymeétrique? — Lobjet peutil étre plus stir, moins dangereux? —Peut il étre rendu plus économique? —Peut il glisser au lieu de tourner? Tourner au lieu de glisser? = Peut il se déplacer ? Peut-ilétre stationnaire ? 4. Check-list de Flesch = Que suis-je en train d’accomplir? ~ Ai-je fait cela auparavant et comment? ~Puis-je le faire d'une autre fagon? =Puis-je utiliser plus, moins, toute, aucune, une, deux ou plusieurs parties ? = Que se passe-til si je fais le contraire ? — Que se passe-tiil si je ne fais rien? 5. Check-list de Reiss ~En quoi consiste votre principale difficulté ? = Qu’est-ce qui vous trouble? Vous ennuie? Vous géne? = Qu’est-ce qui vous fait attraper froid? Qu’est- ce qui vous salit? ~ Qu’est-ce que vous aimez toucher? Sentir? Voir ou entendre? Quand souhaiteriez-vous disposer main supplémentaire ? ~ Qu’est-ce que vous oubliez ou vous négligez de faire le plus souvent ? d'une Efficacité du groupe de eréativité 4 Avec animatour Sane animateur ts) eas Nombre de personnes = Tout produit non protégé peut étre reproduit. dessins et modeles. d'application industrielle, La protection industrielle (INP: Institut National de la Propriété Industrielle) ~ La protection de l'innovation peut étre assurée par un brevet, des droits d'auteur, des certificats, des ~ Peuvent étre brevetables les inventions nouvelles, impliquant une activité inventive et susceptible 33 A3. SPECIFICATION DU PRODUIT : AVANT-PROJET A3.1. DEFINITIONS PRELIMINAIRES @ LA SCHEMATISATION La schématisation d'un mécanisme permet, l'aide de symboles, d’analyser son fonctionnement. La schématisation est souvent la phase préliminaire d’une étude d'un mécanisme. EXEMPLE DESCHEMA- TISATION La nomenclature d'un dessin d’ensemble indique la liste de tous les éléments ou com- posants du mécanisme considéré. Elle précise le nombre de piéces identiques, leur matiére, leurs spécifications... NOMENCLA- Ture | Elle permet de classer les éléments par leur importance, par leur ordre de montage des différentes pieces... Les éléments identiques portent le méme repere. Le positionnement de la nomenclature est indiqué page 35. 34 Le dessin d’ensemble donne une description complete et détaillée d’un mécanisme. Iindique la forme des pieces et leur agencement entre elles. pessin | |! précise le fonctionnement du mécanisme considéré et les solutions techniques D'ENSEMBLE | retenues. i Le nom du mécanisme donne un sation sur sa fonction globale. Les cotes et I'échelle des dessins donnent une indication sur la forme des pieces. ‘EXEMPLE DE DESSIN D'ENSEMBLE ET DE NOMEN. | CLATURE 8 2 Vis /90, M6 - 12 NFE 27-113 7 4 Vis C, M6 - 12 NFE 27-115, 6 1 Semelle E355 5 1 Plaquette d'arrét E335 4 1 Vis de commande C35E NF EN 100-88 3 1 Cale pentée C40E = 1 Cylindre d'appui C40E 1 1 Corps £335 Rep. | Nbre | Désignation Matiére Observation Ee} Remarques Dessiné par Echelle : 0,7:1 ae BUTEE REGLABLE =a Ne ref 35 Spécification du produit ant-projet @ SCHEMAS DES LIAISONS ENTRE PIECES NF EN ISO 3952-1 (1995) Hypothése : Les liaisons sont considérées parfaites, c’est-a-dire qu’aucune résistance ne s‘oppose aux mouvements relatifs qu’elles autorisent. Les jeux sont négligés. [Mowemenis| poarg, Désignation | Roprésentation | relais | ,D0at®s peneee ion ee ait Projection orthogonale (plane 20) Perspective (3D) Canon de percage | 9 I | ENCASTRE- i y MENT OU. FAY olo LIAISON FIXE | OU COMPLETE [706] “A @ Ta ~~ Ajustement avec | (1}Symbole admissible lorsquil n'y @ pas serrage p.210 fambiguit, Pivot GUSSIERE =v ra Moaenesioa lndpencots mas ds Ocelot eate ion nie qvun mowemen ou FU 51 Plt teil T + Pivot GLISSANT Rz | Tz ou + 36 Définitions préliminaires Remarques — Les mouvements relatifs sont les degrés de liberté disponibles dans la liaison. = Les degrés de liberté supprimés dans la liaison sont également appelés degrés de liaison. Repisentation [vats | eu, Symbotes ae R | T. | supprimés) Projection orthogonale (plane 20) Perspective (30) G3] a4 % v ROTULE Rx v 3 sevemaue y By} 0 EZ 2 tie Z x C3) Te -APPUI A - Lo PLAN 4 j Ea Ty Rx LINEAIRE & & Lf RECTILIGNE ze G2 Vv SPHERE 1 { CYLINDRE é OU LINEAIRE ANNULAIRE 7 ‘SPHERE- Eq : PLAN OU Te a PONCTUELLE = Tokers 37 Spécification du produit : avant-projet A3.2, ETUDES TECHNOLOGIQUES La recherche de solutions constructives conduit a l'étude de plusieurs avant-projets. tion, = une grande flexibilité, une maintenabilité aisée ot rapide, une démarche rapide pour une éventuelle réutilisation. La mise en couvre d'une construc- tion modulaire se réalise a V'aide des catalogues dimensionnels des ‘composants ou de « bibliotheques » pour les postes DAO. Exemple d’un montage modulaire contre : outl (fraise), porte-outil, nez de broche. ‘tre poe-ase Fron al etdemairemert porteneae Utilisation — de compasants| standard SE Fonetion Fonctions fetes PROJET usage Elémentaires seo tenctote RECHERCHE || Recherche z susie ie DE de > . Dé = ~ SOLUTIONS || solutions Mécanisme seated ConstauC- | /constructives global é Recherche mécanismes TIVES " complexe Goreme un maximum L . L ———_| de solutions Verification des| | performances attend cone) Module fonctionnel: mécanisme qui permet un assemblage avec d'autres méca- nismes, réalisant ainsi une fonction technique spécifique (paliers, guidages lineaires, mouvements croisés...). Interface : zone commune permettant 'assemblage de deux mécanismes ou modules ou piéces (manchons d’accouplement sur un arbre, bride de moteur sur boitier de moteur, vérins sur mécanisme...) Construction modulaire : assem- ss hocbe blage de plusieurs modules réa a 45 sant une fonction globale (mon- > tages d'usinage modulaires, robots ee électroménagers...) Tee SONSTRUC- | La construction modulaire permet : TION PAR | —“Une rapiite sla conception, QD rs ASSEMBLAGE) — a partir d’un module de base, etete Be d'obtenir une variété de solutions MONTAGES | technologiques adaptatives, peat aes —une grande rapidité de réalisa- Pintecunt aa, 38 Etudes technologiques DIFFERENTS ‘TYPES DE LIAISONS GLISSIERES @ GUIDAGES EN TRANSLATION s par gits Les liaisons glissiéres doivent assurer un degré de liberté en translation, elles peu- vent étre réalisées par des formes différentes : formes prismatiques, formes cylin- driques. Formes prismatiques Formes cylindriques Appui plan + liaison linique rectiligne Pivot glissant Liaisons linéiques + contact ponctuel circulaires + contact ponctuel @ & YO Plan + surfaces Plan + vé Clavetage libre ae & ) ‘D) Profil Polygon Zs Arbre cannelé Forme enté Plan + vé Queue-d'aronde Guidage par double tige 39 Spécification du produit : avant-projet _ La précision d’un guidage dépend du jeu dans la liaison. Pour les liaisons par formes prismatiques, on prévoit un dispositif de réglage du jeu dO a l'usure en intercalant des cales de rattrapage de jeu. + Rattrapage de jeu dans des guidages rectangulaires Rattrapage de jeu par mise en place d'une cale en matériau tendre (bronze...) de section rec- tangulaire. Rattrapage de jou par mise en place d'une cale épaulée en matériau tendre (bronze...). « Rattrapage du jeu dans une « ‘ RATTRAPAGE DE JEU \ yy + Rattrapa: pentée de re r cale 40 @ LIAISONS GLISSIERES PAR ELEMENTS ROULANTS: ‘GUIDAGES: LINEAIRES ‘SUR RAILS ET ROULEAUX Doe. SCHNEEBERGER Les guidages linéaires sur patins sont utilisés dans la mécanique de précision (auto- mation, dispositifs de contréle et de mesure lls permettent une absence totale de jeu et frottement (0,000 5 a 0,003). Vitesse de déplacement jusqu’a 50 m/min. Accélération de 50 m/s’. + Raits de guidage type R possédent un trés faible coefficient de Vis de rattrapage anit Les rails de gui dage du type R peuvent étre équi: pés de cages a bi les ou a rouleaux. Capables de satis- faire a des exigen- ces _moyennes, voire élevées. B[eeldfepela]) ot 2 25) 4 |15/39] 3 |26] m2 |Mi7 5 [0] 2]sslee] «| we fcs| ween [as |e] [ea] © [se] ms 29 45] 6 {199} 95 [a0] ms | nas | 100150200-290 | 4a] 22| 8 Ji97}195|156] me | me | AONE? | so sa 2812 |25|ra5ftse| mio | me | 20290240050 | oy 36 | 15 far|165}26, onr2 | ona | SURO S00-000 | gg 15] | fraser we] SDE [oy a Spécification du produit avant-projet GUIDAGES ‘LINEAIRES ‘SUR RAILS ET CAGES AAIGUILLES + Rails de guidage type N/O Vis do rattrapage de jeu Rails équipés de cages a aiguilles capables de sup- porter des char- ges tres élevées. Tres grande rigi- dité du guidage. a t 245] sa] Me ma) 200,30, ‘00,500, 600,700, 00,800, 100031 200 16,3] mo 20, 300, 200,500, 600,700, ms, 10001600 sal re 6. ‘200,400, 510, eo, 700, 300, 0, 1000, 0&1 600 zz) mia M6 ‘0,500, 20, 700, co, s00, 100, +10, 1008 1600, 30 28) te Me sd, eon, 7,800, 1 ¢00, 110,120, 10081600 "0 a2 Etudes technologiques Les rails de guidage L/M sont prévus comme compléments aux pour les guidages en appui libre. Ils sont équipés de cages a aiguilles. is N/O GUIDAGES LINEAIRES SUR PLAQUES ET CAGES, ‘AAIGUILLES n[a[olele < ule 200,30, 40,500, 24 | 7558] ms] wa] 200300 490600 | yop | 5004, 0, 600, 22s) 40| 25] 10 | 123] 20| 75] 52 | ms| ma) 300400 00 60, | 10) sa 00,5, 60,700, ni] s0| 2 | 1165] a5] 05] o8 | me] ma) 200500 00 7, | 0) sa 500 eo, 70, 00, ats] 55] 3] 1¢| 17 | [9s ae |e] ma |mo 7 a Les cages a aiguilles sontlivrées [oe], uw] | a | w en une seule pice dans la lon- = gueur K dé: 2 | se] | 4 | 28 as | 9] 15 | 475| 36 3 [1a] m | 52 | a6 Doc. SHIEEBERGER as |e] 2 | or | 43 ‘Spécification du produit; avant-projet Ces guidages ont été mis au point pour des machines- ls et des robots indus- Is qui nécessitent des guidages compacts de pré- Cision avec des capacités de charge élevées et une grande rigidité, Ces guidages disposent d'un dispositif intégré assu- rant une étanchéité com- Zw plete. Entretien simplifié par la GUIDAGES présence de lubrificateurs. LINEAIRES Fonetionnement souple et ABILIES silencieux. ‘SUR RAILS, Le coefficient de frotte- ment yt du guidage a billes sur rails “est d’environ 0,002 & 0,003. Aja) 8 [er] H | mm | ce | 15 | 405 | 8] 24 | 198 | 3000 4) | 25 | 8 2a | 7800 | 2 | 615 | 6 | 36 | 295 | se00 60] 2] m5 | 16] 42 | 350 | 12200 70| 34) 790 | 16 400 | 16200 86] 45 | toro | 16 500 | 26200 100 | 80 | 1205 {16 | 70 | S70 | a7 a00 Se NE Se *€: capacité do charge 4a Etudes technologiques Les douilles a billes super A auto-ali- gnantes permettent de réaliser un gui- dage en translation a partir d'un arbre lisse. Elles se montent par paire pour les guida- ges a un seul arbre. Elles sont concues pour n’accepter que des mouvements de translation ot des charges radiales. Les billes circulent a l'intérieur de cages métalliques ou en plastique et sont lubrifiées, ce qui permet dobtenir un trés faible coefficient de frottement (0,001 0,004). Compensation de défaut d’alignement jusqu’a 30’, 2 SUIDAGE zk? or LINEAIRE c ‘Série standard Série ouverte | sunarsre | ETDOUILUE | Dimensions “ABILLES : 5 Jia Das | Chis | ciHiz| cz | ot E a? | Gi | CQ AN)* pw] 2 z_| ze | 13 | 05 | 65 | 6 860 | 510 oe 16 8 36 | m6 | 13 249 9 68 | 1060 | 630 2 32 45 | 312_|_ 16 305 9 55 | 1880 | 1070 P| 0 se | 37 | 195 | 385 | us | 7 | 3600 | 2250 aw] e | su | 1s | ws | 57 | 4470 | 2880 | ao | 603 | 215 | 58 | 195 | 56 | 7680 | 4480 so | ms | io | ma | 265 | 1 ms | 54 | 11200 | 6620 * Les copacités de charge indiquées s'apliquent pour une racton principale de la charge ® = 0". Douls farms, + Montage des douities a billes La douille peut étre immobilisée en rote- Fixations axiales tion par une vis & téton, Caractéristiques : | Verbre % tolérance sur le i J i 7 diamatre: h6,h7 os | { { eit 1 ea | l (ciel 6,07 | Sragoste ao Ra:032um Doc. ALME-STAR Par anneaux Par rondelle de Parcapsule —acier au chrome élastiques sécurité fixes par vis __ métallique __trempé 45 Spécification du produit : avant-projet ‘ARBRE POUR DOUILLES ‘ABILLES Doe. INA (0) Longueur standard L = 800 mm, autres longuours sur demande (21 Pour des longueurs diferentes de 600 mm, C dépend de lalongueur du ale est gel aux deux extrénités avec un minimum 020mm =n Atte [Masses Dimensions en mm | @lametee | Désignations | tka’ | al ow | Hy Ai Ala} tld} d [A { Gl) K a 00mm) | | sone 16 | towwars | 160 [2] a0 [s [7 [10] 10] 7 | 55]55| 29 | 00] msxas 25_| tswwars | a5 | eo] a {6 [tos] | 15 |i | 9 [66 | 42 [120] maxas | Lx | rwwaso [sir [rm] se [se [1 [ow] te fissinr [9 | 51 [150 wioxeo Les supports d’arbres GWA sont montés en bout d’arbre, en combinaison avec des douilles a billes fermées ou fendues et les paliers correspondants. Ces supports d'arbres sont réalisés en alliage léger. Dimensions ea mm AA Soy ow [am TaTal OTH [ala 1a, [Sw meet [edie thst LT (a 6] 15 | 25 [22/16] 10] a7]5 [45] 9] 25 3) 15 | a5 [22[16| 10] 275 las] 9] 25 10] 17 [2 [a7| 18] 11] 30]5 as] | 28 12|20|-a | a2]20| 12 35]55]55] 1] 3 uz [a6 [a6 ]za [1a [a8]o [55] 0] 3 16| 25 | wo | 5026 [10 @2[65]55] 11] 3 2030 [as [60] 22/20) 60/8 [55/11] 3 [a5| a5 | oo [a] 825 50/9 [o5| 13] 4 [a0] ao [oe [ee |45 [26 [ce] 013 [i@ls Les rails supports d’arbres sont nécessaires pour le montage d’arbres longs et se mon- tent en combinaison avec les douilles a billes ouvertes correspondantes ou des paliers. Ces rails sont réalisés en alliage léger. 46 Etudes technologiques @ GUIDAGES EN ROTATION : PALIERS LISSES ‘COUSSINETS ‘OUBAGUES USSES AUTOLUBRI- FIANTS: oc. METAFRAM Description Coussinets ou bagues autolubrifiants : composés d'un alliage fritté BP25 (cuivre + étain) ou FP15, (fer + cuivre + plomb). Frittage : procédé d’élaboration consistant a com- pacter et chauffer des poudres métalliques pour obtenir une piéce a structure poreuse pouvant absorber jusqu’a 25 % de son volume en huile. Avantages: = Tres bon coefficient de frottement. ~Bonne résistance a la corrosion. - Vitesses élevées de l'arbre (30 000 tr/min). = Charges élevées (1 500 daN/em’). -Températures de fonctionnement de ~ 40 & 450°C. Principe de fonctionnement ae 1. Position repos: la bague est imprégnée a saturation d'huile a haut pouvoir lubrifiant. 2.Position en rotation: I'effet d'aspiration de arbre en rota- tion et le «coin d’huile » eréent un film hydrodynamique entre Varbre et la bague. 3. Position & Varrét: das l'arrét, Position repos esticey He grace a la capillarité du maté- en rotation altars riau, I'huile est réabsorbée par le coussinet. Tolérances sur les coussinets (a l'état libre} Sur @D1: = coussinets cylindriques : F7 -coussinets a collerette: FB Sur @ D2 = coussinets cylindriques : 57 ~coussinets a collerette: 88 Montage des coussinets Acollerette Cylindrique Le coussinet est monté serré dans Valésage : =tolérance H7 sur I'alésage du logement (en fonte ou en acier) du coussinet; =tolérance {7 sur V'arbre (rectifié de préférence). Des chanfreins seront prévus dans les logements pour faciliter le montage. \— Chanfrains pour montage a7 Spécification du produit : avant-projet COUSSINETS ‘OU BAGUES USSES AUTOLUBRI- FIANTS (suite) Choix d’un coussinet autolubrifiant Les calouls dépendent de la vitess® Charges endaN par cm? ABAQUE des chargesivtesses lingaire de 'arbre et de la charge ge surface projetee pour les nuances BP 25 et FP1S spécifique. PV=18) P: Charge en kg/cm? de surface proje- tée. V:: Vitesse linéaire d'un point de la périphérie de I'ar- bre. 18: Valeur maximale admise pour les nuances BP25 et FP15. Surface projetée: diam. int. x long. du coussinet a Vitesses de rotation de Farbre en tours par minute Exemple de calcul Données : ~ Charge radiale C = 100 daN = Diametre de I'arbre D1 = 20 mm = Vitesse de rotation de I'arbre = 1.000 tr/min Calculs : ~ La lecture de l'abaque, pour 1 000 tr/min et un diamétre de 20 mm donne une charge de 18 daN/cm? de surface projetée. ~ La charge totale sur le coussinet étant de 100 daN, la surface projetée du coussinet sera: = 100 p ~ La longueur de la bague sera: -S_ 560 _ 98 mm = longueur normalisée L = 32 mm. D1 * 20 5,6 cm? = 560 mm? Comins Sadgil oahu % oe oe cabo +3 [esenow - z Tim —feronea [fee fe | e6i8 [losaoe ive fem [wm [580 vsi67-18 | aaea0%5 [iir8 feral] ez [5289 Glen wana lan [eosn [wn [2a f a lusmia wasn [uw [wanna [2a Blan [asna lon [mmu [so [2538 B + fa [8 ma038 | 38 Ere ee sue laswial — 5 sis|| || [wlan —lsvon [ww [ena [ae [ae as S 5 | 51-55 79.3695 a65 [srs | maces [sro | 955) } fap = [#0 [aw lan [ss — 1 co =|» fom Jaa Etudes technologiques Description m Les paliers lisses comportent un support en tole d’acier revétu |= de cuivre sur lequel est frittée une couche poreuse de bronze et d’étain d’épaisseur 0,2 & 0,35 mm Les pores de cette couche sont remplis de polytétrafluoréthy- lene type F (PTFE) ou de polyoxyméthyléne type A (résine acé- tal). Caractéristiques générales des paliers ‘aractoristiques Ter Revetoment PIFEsvos addtitanive- | Résineacétal tion (830 um) (03804 mm) Pression spéctiqua admissible stat 0mm 280 Nh Pression sptciiquo admissible dymami- | que | s0nmme 20 Nit Vtosse maximale de glissoment 2s 25s Température de fonctionnement 2008 280°C aoa 10°C Coctcent de ratement ons 025 002800 Lubrication on Oui Re<0sum Ras0sum ugosité do Farbro [trance drat | Wusav'a 2 75mm 8 ne aurdessus do 2 Pm) COUSSINETS Telérance au ogemert wr 7 ENTOLE ee — ROULEE <7 a] 6] 8] so[ 2] 14] 15 | 16| 18 | 20 | 5] 90] 35 *F Io] s | 10 12 14] 16 17{ 18! 20] 23] 26 | 24 | 0] | 8) 12] 2} 12] 12) 15] 15] 15) 20 | 30 | &| 8/10) 15) 15] 15/15] 20) 20] 20| 25 35 8 | 10| 15) 20} 20| 20) 20] 25] 25) 25 | 30| 40 10 | 12| 20| 25 | 25| 25| 25| | 30| a0 | 40 | 50 pil 12 | 15] 18 | 20| 22 | 23| 24 | 26] 30] 35 | 42 | a7 ee ee es 58] 9 | 9] 12] 9 | a2| w2[ italia) 6] 16 78] 12] 12] 17] 12] 17| 17 | 15 |g} B2 las) 17|15| |a7| | 22|1e5}205) 26| 26 i a L__|213| ¥ [Les coussinetseylindriques existent jusqu‘au ciamétro Les coussinets sont montés serrés dans leur logement. Des chanfreins sont prévus a I'entrée des logements pour faciliter la mise en place des coussinets. Un chanfrein est prévu (1,5 mm a 45°) dans le logement cété collerette du cous- Doe. KF sinet 49 ‘Spécification du produit : avant-projet Description Les rotules permettent de transmettre des mouvements et des charges sans moments parasites. Elles permettent 'alignement des arbres et des paliers et admettent des mouvements oscillants de faibles vitesses. Trou de lubrication Typo GE...00| as I2nim Type GE...00, ou GE.00 28S Les rotules sont en acier au chrome traité. Elles peuvent supporter de fortes charges et des chocs importants, angle de déversemento. varie en fonction des dimensions relatives des bagues (voir tableau ci-dessous: séries E et. Lubrification & la graisse Températures admissibles :~60 & 200°C. Utilisations articulations de vérins hydrau- Tiques, engins de chantier. Rotules ACIER/PTFE Montage des rotules ee La bague intérioure est en Tolérances ; acier chromé et la bague Rotules ACIER/ACIER ‘ARTICULA- SSSS9 ixtericure comporte un reve. = logement M7 TIONS | tement de PTFE (polytétra- arbre m6 spwentaues | |_| fluoréthyléne). Pas dentre Rotules ACIER/PTFE tien ~ logement: Température admissible :—60 si< 300mm K7 150°C, si> 300mm M7 Usiisations:verins, tables élé- ~arbre [6 ypoce_ux Wales, constructions méta lyse UK. lques,fléches de grues. Extraits dimensionnels ie ‘rie Rotules ACIER/ | Rotules ACIER/ ae be ean’ Tiefssre | preesdot apolelelmlelo a? [CenkN[C, enki] Conic, fe] wl] 6] «{ wl 3] 6 Fe 8) 6) 8] 5) 3] 5) 19] 58 | 275] sas] we wo] 19) of 6] wl | 2 [ie |e [915| aos] 965| 216 | | | 9] 2] 8} ao] io) 25 fe] 7 | | 8 | as | [aro [18 25 | 10 [35 iia [| 22] 05) 2a] 6 [yas [16 ai 9} 2] | 16] 355[ 17 a] al ml wlass| 7] al | 18) 407| 7 wl yl wlaor| 6] 55] 32] 2] #7 | 7 w| lal ml ss 7] 68] | 25 0 | 17 so 75| "35 | | 6 | 6 | 90 86] 36 | a0 | 17 aa 120 [55 [a5 | 105 | 5 | va0] 75] 50 [015 | 14 yoo! 150.70) s5 | 1907 | veo] 95 | 55 [140 | 1a 2on| 290 | 130 | 100 | 250 [7 | 320 | ves | t00 [275 | 15 PecINA | Jc: capaci de charge dynamique. €,: capacité de charge statique 50 Etudes technologiques @ GUIDAGES EN ROTATION : ROULEMENTS A BILLES ET A ROULEAUX GENERALITES Dee. SNR Fonction Le roulement est un organe permettant la rota- tion relative entre un arbre et un moyeu, sous charge, avec précision et avec un frottement réduit. En fonction des charges transitant dans le palier {axiales ou/et radiales}, différents types de rou- lements sont utilisés, Eléments constitutifs hhemin de roulement Bague extérioure (lige au moyeu} Bague intérioure Hide & arbre) Eléments roulants Cage (maintient I'écarte- ment entre les éléments roulants) Charges supportées par un roulement Toute charge agissant sur un roule- ment est transmise d’un chemin de roulement a l'autre par I'intermédiaire des éléments roulants. Normalisation des roulements Les roulements sont codifiés par un code de 4 ou 5 caracteres (roul ments a billes ou rouleaux eyli driques) ou 7 caractéres (roulements a rouleaux coniques (voir tableaux dimensionnels). Normes: Uintermational Standard Organisation (ISO) qui regroupe 'AFNOR (France), DIN (RFA), UNI (ltalie), BS (Angle- terre), ANSI (Etats-Unis)... permet la standardisation totale des roulements quel que soit le fabricant. fiametre int. D: diametre ext. :largeur d, D, B ainsi que les tolérances se- ront identiques pour un roule- ment choisi quel que soit le fabri- cant. La charge sur un roulement est sou- vent la résultante de forces axiales Fa et radiales Fr. La force axiale Fa est une force qui agit suivant l'axe de rotation du roulement. La force radiale Fr est une force per- pendiculaire a I’axe de rotation et pas- sant par son centre de pression (point d'intersection de I'axe de rotation et des directions de charge sur les élé- ments roulants), @ :ang B :ang Répartition des charges dans un roulement le de contact. le de la ligne d'action de F avec le plan radial. fant. entre de pression. icharge supportée par un élément rou- 1 | Spécification du produit: avant-projet Matériaux utilisés pour la fabrication des roulements Les nuances d’acier utilisées pour la fabrication des roulements sont normalisées. Les aciers au chrome a haute teneur en carbone sont les plus utilisés : 100 Cr6, 100 CrMo17. Pour des applic suliéres (milieux corrosifs...), les aciers de cémentation (20 NiCrMo2, 16 NiCrMo17) ou des aciers rapides (80 MoCr U-40) sont utilisés. Pour les hautes températures, les oxydes d’aluminium ou des eéramiques sont utilisés. Les matériaux des cages de roulement varient en fonction de I'utilisation du roulement. Types de roulements Roulements & rouleaux cvlindriques Rouloments & rouleaux coniques Cone EL. Roulements & rouleaux spheériques: S| & Roulements a siguillos Doe. SNR 62 Etudes technologiques Ds Aptitudes: B® Aptitude a la charge axiale & Dp Wg | Vitesse limite N. Dm (2) a D Sm | | | Défaut angulaire maximum as | | Types | Prix relatif a! we B oe Crest fe roulement universel, il existe dans de Roulement & nombreuses variantes (étanchéits, cages...) I billes a = | = | 50010" | 10° | 1 | estdun excellent rapport performances/prix. I contact radial exigetoutefois un algnement correct des por tées. Roulement & tiposséde une bonne rgidité qu exige un align billes & contact ment rgoureux des ports. radial & deux + | = | 33010 | 0 | 25 | testiivs graisss rangées de bles _ e Isupporte des charges radiales et axilos assez Roulement 3 impoctantes. Il se monte par deux en opposition billes & Sy} + | 4+ | seo" | 10° | 2 | cuen tandem. Il exige un bon elgnement des contact oblique | portées.l exige un réglage du jeu axial Roulement a ~ - |i s‘oppose bien aux efforts de déversement. Sa billes & contact FREQ rigidite exige un alignement rigoureux des por- oblique ddeux AI) + | + | 32010° | 0 3. | tées. Seul, il peut étre utilisé parfois comme rangées de — palier remplissant ainsi le role de deux roule- ills ments. | | Tipermet do compenser des défauts Gagne | Roulement & ‘ment importants. Avec un manchon de serrage, rotule sur = | = | agate ] 3° | 25 | ilpeutse monter surun arbre brut de laminage billes 5 T } iTsupporta dos charges radiales tes Glovées Roulement a | . imais aucune charge axiale saut pour les types rouleaux ++ | 9 | 400.10 | 3° | 25 | NJetNUP (ails charges). Il exige un bon ai eindraes a) anement des porte. Les bagues sont sépa- Fables, fcitant ainsi ie montage, : TT supporte des chargos radiales et axialos Roulement & importantes. se monte par deux en opposition rouleaux ++ | + | 250.10 | 5° | 15 | Ilexige un bon alignement des portées. Ses 3 baguas sont séparables et faciltent le montage. iexige un églage du jeu exial 1 1 iisuppore dos charges adales is Slevees Le rina | chemin sphérique permet de compenser des Saul ear see | = | asain | 1 | 5 | defaus datgnomartinponans. Avec un man une 3 | chon de serrage, il peut se monter sur un arbre brut de laminage. {0} Sau poures ypes Nu ot NUP qui admettonune fable charge axile (21 RUD pour des roulements owerts ou protogés,lubrifiés& la grasse,avoc N la fréquence de catation en trmin et Om le © rnoyen en mm +d. Ligende: ++ excellente; ++ trés bonne; + bonne; = moyenne; fable; Onulle Dos. SNR 53 Spécification du produit : avant-projet Toléanees oe Iowa Direction cone | oe ae xeon tes onrortins chargertation a | cr | ae iroue ie éstntion ie uisar Potts moteurs <4 is ® is ‘électriques, |-machines- oui, fabio | venistour, pom ° tbe Jaormo | je | 6 | ks | HT ee 8 ES [-mcanique cow § i eral ea eer 2 tne 5 2 | tensporours 2 3 = 5 2 e => ~Evaluer e en calculant Fa/Co. = Calculer le rapport Fa/Fr et comparer avec e. ~Calculer ¥ par interpolation linéaire. Charge statique éq) A des vitesses tres réduites, on ne tient compte que de la charge statique. Sila charge supportée par le roulement compor- te une composante axiale et une composante radiale, il est nécessaire de calculer une charge statique équivalente Po. Po=0,6 Fr +05 Fa siPo < Fr, prendre Po = Fr alente Po Durée de vie nominale d’un roulement L10 La formule de base s‘exprime en nombre de tours : icy L10: durée de vie nominale (10° tr). une (Bf | charge dynamique de base (N) donnée dans les tableaux dimensionnels. P: charge dynamique équivalente (N). 1: exposant fonction du type de roulement : =n =3 pout les roulements & billes. = n= 10/3 pour les roulements a rouleaux. La durée de vie peut aussi s’exprimer en heures de fonctionnement. Fo yey qoe] Ltn: durée de vie nominale toss (Bl eon | y N_ : fréquence de rotation de ’élément tournant (tr/min) La norme ISO 281 indique que ces formules ne s’appliquent que si les conditions de fonctionne- ment sont normales : ~ charge convenable, ~ bonne précision d’exéoution des portées, = jeu de fonctionnement proche du jeu nul, -Vitesse suffisante mais inférieure a la vitesse limite, ~ température de fonctionnement entre - 20°C et 120°C, = lubrification efficace, - ambiance non polluée. 230 | 019 193 | 022 un | 026 088 vs | 028 ow | oss | 145 | 030 017 vat | oe 028 vis | 038 42 Toa | oae 056 voo_| oe D’aprés SNR DIAGRAMME DE CALCUL DE LA DUREE DE VIE Poramaties Durée do vio Le |vtesse timin|- charge. | 10%tows] heures cl icy nite 10004 SNR sof tnd wwf 63 Spécification du produit : avant-projet CHOIX DUN ROULEMENT (suite) Exemples de durées de vie requises A titre d’exem- z Type de Durée de eae fonctionnement vie en heures Exons: ordres de gran- | Fonctionnement intermittent deur des durées usage peu fréquent <3 000 Appareils ménagers de vie de machi- —usage frequent 5000 Outils 4 main nes usuelles. =8h par jour 20000 Réducteurs. _ | Fonetionnement continu ‘Machines-outils | 8h par jour 30.000 Compresseurs (£24 par jour 50.000 | Centrales électriques Exemples de calculs (cas des roulements rigides a billes) Roulement SNR 6208 soumis 4 une charge radiale unique Fr = 280 daN Fréquence de rotation de 800 tr/min. Caractéristiques du roulement : d= 40 mm, D = 80 mm, B = 18 mm, C = 29 000 N, Co = 17 900 N. N maxi = 8 300 tr/min (roulement lubrifié a la graisse) Charge dynamique équivalente P { Cc _ 29000 Fa= =Fr=2800N = © = 29 000 _19 36 a=0=>P Nias 00 Durée de vie nominale L10: tv=(S) avecn=3 Li0=1 111 millions de tours P ou Ltoh = Lio, = =23 146 heures de fonctionnement Roulement SNR 6208 soumis a char: charge radiale Fr = 280 daN Fréquence de rotation de 800 tr/min. Caractéristiques du roulement (voir ci-dessus) : Afin de définir sila charge axiale intervient dans le calcul de la charge dynamique équivalente, calculer le rapport Fa/Fr = 1 700/2 800 = 0,607. Dapras le tableau page 45, 0,19 , I'effort axial intervient done dans la détermination de P. Calcul effectif de e (facultatif dans ce cas) : Fa/Co = 1 700/17 900 = 0,095, d'apras le tableau page 45, 0,084 < Fa/Co < 0,11 = 0,28 e d’o P= 0,56 Fr+¥ Fa Détermination du coefficient ¥ d'aprés le tableau page 45, 0,084 < Fa/Co <0,11 = 1,45 <¥< 1,55 par interpolation linéaire: _155-Y_ _ 0095-0,084_y_ 1, 155-145 011-0084 : Charge dynamique équivalente P : P = 0,56 Fr +1,51 Fa = 0,56 x 2.800 + 1,51 x 1700 = P = 4135 N axiale Fa = 170 daN et une Durée de vie nominate du roulement: 3 3 to=() (22200) = Lio = 345 mil P 4135, ns de tours ou Lioh = Los 7 187 heures de fonctionnement 64 Etudes technologiques NF E 22-315 jements 4 une rangée Iso 15 Coefficients de calcul Charge équval. dynamique 7 Fase: oF FR FS olf 0: = O56 Fra Fa cmOn®@ aetets Ks Rsk cai 7 008 139 58 in ss 135 Zl ce ne on [ose] as a7 131 oz 115 +] a oa tot +] JE] [oe || to Symbole = : Charge 6quivalonc statque Types protégés ou étanches Z ouE | Laplus grande des deux vleurs Avrainure pour segment d'arratN | Po=TretPo=0Fr+05 Fe Bene no Oye Tolérance sur B r du rovlement (classe de PQ) = précision courante 0) Ky Tolerance Koy | 7 DIMENSIONS | gs 8 a | 90865 | oso CARACTERIS- TIQUES DES | [“pmewsiow | CHARGE |___ Vitesse whnini | EPADLEMENTS ET CONGES] Cotes do montage comlémenaires ROULEMENTS | | tn) | pepase | (om) our outers type Nin) te N) arsisse | seat | o | om in} 5 |g | ols a] D | 8 | dmc | aon) Zotz rin ast nan ran wea | mi ra ‘460 | 197 | 31000 120] 128] 256] 240] 020) 140) 148] 258 | 260| 0,60) 206] 190) ,18| 292] 250] 06 140| 166] 292] 310] 06) 206) 130) 3.18] 292) s10] a6 { T | soo | 265 | 2500 | aio] 345 | 22000 | B 510 | 2ar | 2700 40| 148 258 260| 030 gz] 10} 690) 310 | 200 160| 185] 279| 230| a0) 206] 1.90) 3,8] 292} 330] 08 ar} 2| 370 | 420 | 2000 173 1a] 343] 315 1,00) 206) 190) 3.18] 232) 425] a6 18) 22 50 | 235 | 23000 179] 183] 281| 300| 030 550 | 285 | 23000 179} 183} 28| 200] 030) 206] 190) 3.18] 292} ago] 03 a || 370] 395 | 2000 130| 196 80] 206) 120] 3.18] 282] a1] 06 @| 1a] nao] se | 800 aig| 22 10} 205} 130] 3.18] 232] 475) 08 a] | 8) eo] 325 | 2100 190] 202| 317| 230) 030 35 | 10 | 600) 325 | 21000 190| 207] 317] 330] 030) 206) 120] 3,0] 292) s10] 03 | | se | 475 | 1800 24.0| 224) 360) 260] o80} 208) 130) 318] 292] 450] 08 a7 | 14 1350 | 600 | 16000 zp] 245| 403] 41,0) 100] 248| 231| 358] 3.5] 510] 08 2 | 17 | 2270 | 1080 | 12000 250) 303] 487| s40| 1,10] 328] 307| 4g8] 457] 690] 06 | 940 | 500 | 15000 12 | 940 | 500 | 18000 zal 351} 37,1 400) 00 80) 206] 180] 318] 282] 475] 98 a 10] | 8 al 9 35] a1 | 8 0 2 8 8 | J o7| w | 1250 | 650 | 15000 +00] 246] 221| 358] 25] sto] 06 s2] 15 | 1580 | 790 | 14000 110} 248] 21) 388] 322] sao] op 72 | 19| 250 | 1550 | 10000 110} 328] 307) 436] 487] 00] 08 za| | 12) 1470 | 650 | 17000 isa} 206] 190] 3s] 292] 495] 08 so] 14} zoe | eso | 4000 400} 246] 2a 388] 90] 570] 08 5% | 16) 2390 | s040 | 13000 4.10} 246] 231) 388] 333] 630] 98 zs] | 2 | s010| 520 | 5000 dio] a7 | 2] rw10 | 590 | 15000 1450) 206] 190] 3.8] 292] sto] 08 52] 15] 100 | 790 | 13000 190] 248] 231| 350) 33] 630] 06 | 17 | 2570 | v220 | 11000 10} 328] 307) 438] 457] 690] 06 oo | 21 | aec0 | 1930 | som 10) 322] 307| 438] 407] exo] 96 Spécification du produit : avant-projet DIMENSIONS a ‘CARACTERIS- TIQUES DES ROULEMENTS (suite) (suite) Tolérance sur B a 1 Bens du roulement (classe de . précision courante 0) j d_| Tolérance ; 0 as | -o10 ‘a ; 0 a 50.865 Ae DIMENSION | CHARGE [___Viessewnio | EPAUIEMENTS ET COWGES | Gos de momage complemented min) | DERASE = (ram) | parolees tye NR im). (1M) | graiese aie 2 soa) ron olin] og |g | sl 6 éjoje stotCa | Z0t22| Cette int may mat na nian i mee @ 3a | 13000) Sao | 18000 60} 980] 206] 140] 218] 232] 590] 08 Hs ria | 2000] 3000 | 13000 20] 100] Z46| 221] | 423| 680] 08 % too | toon | S100 | 19am 810] 110] 325] 30r| ae 467] Yea] 08 3 a0 | 13009 {5000 5301030 3 20 | 1300 | a700 | 130m 50] 100| 298) 120] 320) 280| soa] og & an | Nom) 7300 | 0 5B 00| 320] dar] de| aa7| a0] 8 ® ‘san | 'se00| 6500 | 12000 0} 110] 328| aor] sa|¢er| so0| os a Bio | Ton oa 00] 120) 328|30r| Bra sa3| $75] 08 a 1120 | 12000) 000 | 14000 530] 100] 203] 183] 320/280] 690] 08 n 10 | tooo | S700 | t3000 30] 100] 32 a0r| 99 |4a7| 920] 08 a 1o40 | ‘S30 | Gamo | theo 80] 110] 329] 207] os | 487] ban] 08 i sat | stom 130 s0a| 30 " svat | 11000 | 7900 | isto 57100] 208) 188] 372) a¢8| ena] os Vv tan | ‘3510 | Gam | 126m 0) 190] 428| sor] a38| ter] fo0| os x isin | 700| Samo | tos00 13t| 328] Sor] 850|¢er| eo] os 5 Sao | 70 2300 at) 32 Sor] 874|Sa2|0073| 0 4 ii | oom nom 39 6 130 | goo | e700 | 2000 120] 249 220| 19] 289| 780] 08 | @ 1130 | a0 | $4 | to 110] 328] Str] | ¢67| S93] 08 | 23 2330 | F700] S400 | ‘saw 150) 328] amr] 874| Se] 73] 08 no| 2 feo | bam 10 Zoo) 228] 3br| 874] 8) 100] 08 Jas) ‘75 | jo wan | 320 1000 dm Bie ean | Sam) ei | Hom 400] 00] 249| 220| 29] 390] sao] 06 &| aaa | 7700| Sion | ‘ss00 | eo) 0] 328] Sar] Ae] ger] san] os | isi | 69m] seo | e500 n0| 130] ae] aor| a7¢| Sex| 1073] os ta] ism | S50 700 12] 200| ste} 30) eae] ssa] taro] os sol '30| 10 | io10) 310 | San0 oan "|| ! | 16 169 | 9500] 5700 | tooo #0] 873] | 990] 190| 249] 220] a0) 399] sao] 08 |] | 2 za | Fi0a/ ap | ‘aoa0 | 590] 88/1 | dao] 10] 438| sor] s94| Sas] a7] Os 0] 2 38m0 | 200) 400 | Ysa0| 610] see] est | 290] z00| 828|Sor| a8 | imo | Son aoc 640] 22 oralatea| 210) soe] San] ase ss ‘s0| 11 tea | Tom Samo | 500] a2 ta | 260] oan | | te 2130 | reo) sin | S000) r0| e2| a | s¢0|via|ze7| 267| ss voi] 21 2500 | $500| 8300 | a0 | S40) s53| soe) sto] tao) 920] Jon| eae t20) 2 so | 5300] 3000 | Ga0| 620) 21 [rose 189] 200) ene 0) eae 10] & fam | am 5300 | 690] 169 [ie tano|a70| eo | tes] 72 a ‘38 1 visa | 7100 ann 590] o83 | e13| ar0| oe S| 220 | 1100) 4700 | $400] 590) 43] e78| fa) 90] 287/267] 530 | z 300 | S010] 3900 | r4a0| 690] 03] 807 oro| 120] S28| gor] enn Ha] ar sano | Sa10| 300 | G500| 730] ra [ite) 1170] 210| ge] Seo] ea8 | 5 | 0 Samo 780 e¢0|texsltana| 210/40) 485) 178 es} 100 {360 | om 700 | 680] 793] 28 | 360] 020 | yoo] 18 080) 2500 | g7m0| asm | Fatm/ 719) 723/28 Sto] 410| 2a7| 26r| 539| soa] asl op va| | sr0| ‘ome | $400 Sem | camo) ral 7e9|ie|s119| 120] soa aen| a | eae are| Os vat) 53 | soo co | 4300) 350 | saio| real esa taalizyol210|asa| ses] 92/937|ta12| OF | [ise | | atetn | toon | 2200 | nn | 790] 60 [tal isoo| 210] ees] 70|427| 1710] OB Désignation Code dela série du diametre | Z Code de 'alésage extérieur (4) D=90mm__| | (06) @d= 30mm Codedutype | acl Roulement +64 « oun de roulement (6) eed aa protégé (22) 66 . Etudes technologiques DIMENSIONS Tt ‘CARACTERIS- TIQUES DES ‘ROULEMENTS | {euite) » Rouleme: 6 une rangée de billes 4 contact oblique Types 8G pour montages par paires Coefficients de calculs FPS) [Bias saittentednainigue PoXINSA | ras fal Fro SSF +057 a x o ‘Charge éqivalone sigue Symbole Is possédent un angle «de 40° (sut- | 1a pus grande ds doucvalous fixe B) Les series BG peuvent tre appariées féremment :en X, en O ou en tan Po=Fr Po=05Fr4028Fe" dem. Calcul de Fa, voir constructeur. A Tolérance sur B Wave ‘du roulement (classe de précision courante 0} | s @ | Tolérance UF Angle de 7 | ia contact 40° 0850 | Oi wel ; 0 se 30865 | Oso ‘DIMENSIONS CHARGES Vitesse _ EPAULEMENTS ET CONGES (mm) (am) | DEBASE{10°N) | fimite (tr/min) : ; ala |o | » [ale So [oof e | a | tye | starco | graisse | nite | intext) in| | info] maxi in| max aio | 435 | recon | zo | 90] 220) 190] 190) ans} ano) azol sagl a8 | 03 re | a7} is fans] reso | a0 | reso | rreca | 290] 250| 220} 230} ano] aio] anal ase} 10 | 08 zoe | 52| 15 | 25] 170 | a0 | 10m | 150 | 260) 30s] a5] 235] 220] a60] eval as| 10] 0 2006 | s2| 15 | 228} 210°] rasor| som | 15000 | 260] sos] 255] 255] azo} aso) eral ans] 10 | 0 250 | 62] 17 | ams] 2440 | 470 | 32m | r2e | 10) 375] 210] s20} sa0] s60| seal ss} 19 | 0 sac | 2} 17 | 265] 2970") aa] 520 | 12000 |s10] 375] 10] s20| sa0] s60| seal sas) 10 | os 12] 19] s19] sto ) 950 | 7700 | r00m | 260/455] 360] s30) sas} oxo) aes] eas] 10 | 06 38 | 72] 19 | s10] soso) 9g0¢) 7200 | room | 50] 455/360] sa0| sas} exo] oss] eas) 10 | 08 ao] 21/48] asso | zur | 70m | 9800 | 20) sos] cap) azo] e60| rao) res] 758] 15 | 10 38 | ao] a1 | 45] snnor] sscor) 7000 | gson | «20) sos | e20] a30| aso} m0] 725] 255] 15 | 10 so] 23} 250! 4500 | oo | sam | sean | s70| sn0) era) 035] 740] azo| azo} ess] 15 | 10 16 | s0| 2 | 290) racor| nto) cao | ssun | 4r0| 570 470] a85| 740} sso] szol sss] 15 | 10 sex | too} 25 | 50] saan | noo | seon | 7810 |s20| 635/20) 535] ezs| s30| saa] sss| 15] ua sae | to0| 2 | 0] ssan+| anoo-| eon | rato | 520) sa5| s20| 5] ez5| sao] s20| s55| 15] 10 sos | rio] 27 | 20] sean | soo | sao0 ) S700 | soo) 630/590] 6x0] 220} 1e00| 10201085] 20] 10 soa6 | v0] 27 | 20] rar] 900°} 5000 | 5700 | s00] e30] 590] enn] e20| rn 201 5B 06 8 sao} 29} 510] 7300 | 5600 | 4300 | 5000 | e50| 750) e40| 650] 101.0) t199] 1115] 185} 120} 29 | 510] raagoe| 1130° | ¢s00 | 6000 | 650] 750] eto} 65.0] 10.0 1100] 1115] 1165 sao] at | 55] anon | 650 | 200 | sean | 710] 81.0) 700} 71.0) 1030) 1190] 1210] 1240 BEES 8 ” esa | 120] 23] sos) o1o0 | sg | 4soa | sea0 | 720] e20| 720) 735] 1060] 130] 110} 158] 1 | 10 eeac | 140] 23 | 556] rs500"| rsiar | sao | 5200 | 150| o05| 750| 775 185] 1990] 1300] 1950] 21 | 12 + Les roulements du type BG sont vendus & unité, Leur montage se fait généralement par paire et les, 16 | 130] 31 | 555] reson} razor | 4200 | 5000 | 710} 10] 790) 71,0} 1080) 1180) 1210} 1249 charges de base indiquées sont celles de la paire de roulements. 67 DIMENSIONS ET ‘caRACTERIS- TIOUES DES ROULEMENTS (suite) 68 fact radial Coefficients de calcul Charge équival dyanique Faiirse: Falioe fata |X] YT @ Doe 73] 018 0028 is | oz 0056 ant | 036 nae 158 | 028 on [ose] 145 | a0 on ust | o3e Jon oz us | 038 Dimensions nal aaa 086 90 | oe ls sontlivrés graissés. = Utilisation: Voir les aptitudes page 53. ls supportent des charges radialos | Charge équivalentestatique importantes. lspossédent une bonne rigdité qu exige un alignement igoureux | L@ plus grande des deux valeurs des portées. Po=Fr Po=08r+05Fa Coefficients de calcul Charge oquivateme mami coofcons X ety jee Falhr “ tos [stil 3 | i | ee! | te tose | ie fs] | ib 2, fof] LE mye | Graisseurs LUB et METROLUB Droit ils conviennent pour le graissage & Ihuile ou la 4 basse pression, ‘ASE am TOU) 5 ret Wee | wR h— vo deal of elim) alo top WES Wee Efse 7 Hew | TET welisal >| sas 7 ie fale |e] H/E/ A) Beracony | a] [3 TL! | eneea | ats | gat eines toon jose Voyants de contréle de niveau d’huile Corps en DIMENSIONS (mm) a] aural D a [sel wile amin maxis [wo | | 7 ts | ‘ransparent mioxt | | «| 8 |e Join maxis | 15 | a | @ | 95 Joint on Wings Th Etudes technologiques Bouchons de vidange Bouchon ordinaire Bouchon ordinaire avec collerette auf “4 T ‘ 7] Zea w Matiére : selon le fluide en contact et la Dimensions ina) pression de service. Col ‘Lengueur | Hautewr a ee eee ope] ey nlele] & bla]? | a woos | i | Bl & | oa | s moe | a |e] ae] bl 8 tee | 3 | bl a) a | mu; a) eye] als mes | oh | & | & | om | fe mea] ek] el a Be teu | 2 |a |e) |B we eT eT ey ae ene too | 2 |e |e) hls wee Le | Stata 8 TION DES: ROULEMENTS: (suite) ei Eléments de graissage li aN ee, 7 TECALEMIT Graisseurs: — Décapamertsugrisnor__auevoars Pompe esse manele 75 Spécification du produit : avant-projet GUIDE DECHOX — T Aptitudes [>| Type d'utilisation | Limites d'utilisation | Types ~ ie Dynamique || Pression | =| ene a Trans. | Rota. ique} Mpa Temp. °C ae Joint circulaire x len fonction de la | mative Joint métalloplastique | 2—— x 3008500 Joimu.séal | st x mean Se j — 408+ 100 Joint V. ring. $ x a ~ 2044180 Joint torque x [ime | pass | woes | os Joint doi quatre lobes x |emal X | 100d | ~soa+260 | 1 Joint | i i | alevre, radial x o0sa04 | -308+200 | 12 Joint . bague + torique x 80 -608+200 | 02 Joint | ; aléweu x 6 30a+10 | 0s Joint : + s00timitée par] p35 4 lamelles ee blovée x | 76 Etudes technologiques Portee Raum Remarques Utilisation Cuivre plus ee | Acior lus 1 | Etanchéite des ttes de boulons et ajustement de bride | Nani (NRL Ge jit assure une dtanchété dynamiquo aalomont (ur uno suace,porondiculsiement 3 | gorbone | 03815 | Ferbre); trés utilisé dans les montages des roulements,idéal pour les roulements & rotule. | Bague : PTFE Etanchéité de pistons et tiges en mouvement linéaire alternatif. Vérins supportant de fortes pras- Torique. 0,05 80,6 | sions. Non recommandé pour les applications a mouvement hélicoidal ou de rotation. Aucune usure 77 Spécification du produit avant-projet Joints circulaires ptt [ea 4 bole 8 wf a oe D6 | 9 |v) 2) i] 1a] 6/16] 18 <= oN. el 1 15, at Pe 15 z 4 a | 6 i i 2 a D |e] 20) 19 | 20] 22 | 22] 24] 24 | 26 | 28] et Joints métalloplastiques lamage | - 15 a o a <2 26 | 90 | a2 | 36 | me] 0 | me JOINTS | A 3) 36 | 38 | 38 [a2 [as | a7 | 55 CIRCULAIRES re 2 JOINTS t= 25 _| METALLO- ptastiaues | Exemples de montages Bouchon: Bouchon de vidange Voyantd niveau Fo sin pit Joint Joint lt métallique on kingert eae an ae ee — Bel 72 |e Fan | on [igs l mz [133 “le etayitititit1yt BE a [107 | 4 | 8 [927 | 14 | a7 | 7 SS 2225 , Eb ie fies a1 [20 [187 | 26 [30 (ees [is [1s [1s [15 [15 [2 dn: diamatre nominal A = plus grand que 75% do B B : largeur de la partie élastique du joint dowts avant serrage. Dans le cas d'un jeu J important, le cen- trage du joint est rendu possible par un lamage dont le diametre sera fonction du diametre extérieur D du joint. La portée C de la bague métallique du joint doit avoir une valeur minimale de 1mm 8 Etudes technologiques JOINTS V-RING Doe. SKF Joints V-ring S Joint V-ring A Conseils de montage Le joint V-ring se monte sur arbre avec lequel i ‘toume. Il supporte un gros défaut de perpendicu- larité axe/surface frottante, c'est le joint idéal our la protection des roulements a rotule. ladmet un faux-rond de rotation, II peut subir un allongement important, jusqu’a 200 %, ce qui permet de le passer au-dessus des flasques ou des épaulements pour sa mise en place. Il fait facilement office de soupape de graisse. = Surface 'appui:0,3 < Ra <3 um —Arbre tres large tolérance, voir dt - Excentration :0,4 8 3,6 mm avec 1,1 mm pour un © 60mm. ite: 0 8 4° avec 2° pour un @ 60 mm, il est nécessaire de maintenir le joint ; nitrile (NBR): sans blocage axial siV < 8m.s"; - fluorocarbone (FPM): sans blocage axial si V<65ms"; - si le joint est fixe, la vitesse peut atteindre 20m! [Barre Bi | Sarre Trauteur] 2 Bt 3 i ei AS- 55. | 19-21 4 55-65. j 2-24 4 dl42 13 | essa ae aie | av | ase 2 : [arse mB ais |s0.08 atts | wat n sas cv [oan ora 7] as ‘isies 38 ‘ Tiss ana a t V-100 S. iN IS Ly Joints V-ring 79 Spécification du produit : avant-projet JOINTS TORIGUES Doe. Le JOINT FRANGAIS Caractéristiques Utilisation statique Gorges wapézrésles Gorges ectangusires Utilisation dynamique Etats de surface : Paros de la gorge: ‘Rjustements moyeu/arbre ~radial tige, ylindre) | 02 E ~lubrification a la graisse :dans le cas de renou- —Fréquences de rotation limites : pour des dia- vellement de la graisse par graisseur, aumoinsun matres d-<60mm et pour des différences de pres- des joints a sa léure d’étanchéité dirigée vers sion faibles Vextérieur du mécanisme afinde permettre 'éva- - nitrile (NBR) V<3000 tr. min"; cuation des graisses usagées. = fluorocarbone (FPA): V< 10.0004. min‘ Dimensions (extrait) Dimensions T Matiére | [Dimensions Ty Matiore | a] bE |e | et [nent rem) | ¢ |p | © | te | 16 | NBR| PPM [zl al. a ela wisls!-| |. go fw | el ois wiz] s[-|-|f-. we fetol-T-[-]- Jaws | 9] 8]. a Avevres || 18 [35 | 8 : | ele ome RADIALES | [39 | 36 | 8 7 i Salar aio] sf-[-|- sl [mt -[s tet. weila[ al. oe | sa eof = az] [ sl. of] fea eo [eT | : ws [ols |---|: |lmPolet-t-l. a : [ae fa[ [= [fel - : | fos fests Te Te aim [ele Le) ass 2 [= Exemples de montages pour automobiles Doe PAULSTRA Joint IEL sur axe Joint IE en sortie Joint IE de moyeu de rouleaux porteurs dembrayage de roues arriére 82 Etudes technologiques Etancheité extérieure double effet Etanchéité intérieure double effet = BAGUE PTFE plussoint | 3 & TORIQUE Doo. BUSAK- SHAMEON Cotes de montage Cotes de montage Type symétrique Type simple levre _ BAGUE | ‘ALEVRES U | POUR ARBRES COULISSANTS Doc.PAULSTRA | Largour de gorge Et mm Lamelles d’étanchéité simples LAMELLES 3 oxpansives Scontractives 3expans.+2contract. 3 contrast. + Zexpans. D'ETANCHENTE | Lamolles d’étanchéité doubles Doc. FEY Zoxpansives 2contractives Zexpans.+ 1 contract. 2.contract.+ 1 expans. 83 Spécification du produit : avant-projet Caractéristiques Spécialement concus pour les roulements lubrifiés a la graisse, les anneaux Nilos. assurent I'étanchéité par frottement de Ia lévre sur la face latérale de l'une des deux bagues du roulement. Par une légere pression, la lavre de I’anneau crée un étroit laby- rinthe empéchant aussi bien la sortie de la graisse que la pénétration d'impuretés. Son coefficient d’étanchéité augmente & I'usage, contrairement a d'autres anneaux. ‘Anneaux pour roulements & PROTECTIONS METALLIOUES SPECIALES POUR ROULEMENTS Uanneau LSTO est Fanneau haute performance de la gamme. Hadmet des vitesses de 20m. Représentation générale x a Tracer le logement exact du joint et repré- < - senter une croix située au centre, Préciser par une fleche I'étanchéité principale L a assurer. Roprésentation particuliére REPRESEN- sues 7 _ Joint d’étanchéité a lavre pes nas 3 frottement radial ALEVRES ~ K ou Joint ’étanchéite a lavre <— a frottement radial avec lévre antipoussire. \ ou Joint d’étanchéité annulaire oe en V a frottement radial tentor V-Ring $ ou A, 84 Etudes technologiques @ TRANSFORMATION DE L’ENERGIE (PREACTIONNEURS ET ACTIONNEURS) a Chain acon FRERCTONNETRS] | [ACTIONNETAS Saga? eres | Chain 2 rv eee dee eh earned, | 2 tonpetsurs Lampe fogerty, | -V/|—renenseurs | PREACTION- r | NEURS ET Loe ' | -ACTIONNEURS| inoue d | DANS LA t psn ! | SiAINE | Promos i FONCTION- | . ! | NELLE l i | Chain seqiston ds ate : La figure ci-dessus montre que la partie commande [PC] transmet des ordres vers la partie opérative [PO], + soit directemen' ictionneur si sa puissance est faible (voyant, moteur faible puis- sance); + soit, et beaucoup plus généralement, par I'intermédiaire d’un préactionneur qui ke remplit ainsi son rdle d’interface dans ce dialogue. Enea conver ] OR a Mécanique | Electique | Calotique | Chinigue | Rayonnante |Paounatique Hydrauique| ei, ee) eae |e) ee rele Cate | onducur | pg sa. [tempus Sic cman | Tt eur | eandes —o Turine |Echangeur | Résctou Gate) | aps [omer [chee Pies | Résctour Crinique | MOOS. accumut. | tour | ehiiau de CONVERSIONS ter | ste ENERGETI- 1 — QUES AVEC Cellules Photo- acionneuns| | "ve" ) soles |e | symheisou| 488" ASSOCIES: = z= . teanique: énérateur | POMPE wean enter | verouse | Accum on Vin pou | sour hyo: Fooonaiue (| Vno | peeumee_ | muvee feve — aw | Tecan | Ames Macc virin tear Mraaiqws tau poouman- |e 7 ae Mécanisme | T compro: Beaver | |seurprau- |POm% | mission | | mative 85 ee Spécification du produit : avant-projet + Les vérins Vérins normalisés ISO 6431, NF E 49-003 Tube en acir, aluminium anodisé ou epoxy Baques ‘amonissement en polyacétal mmoulé ‘Amorissement pneumatique avec vis de réglage Boguo de gudage de tige Tgldure principaux | °" ‘composants| Filotage normalise Piston magnétique pour détection de postions sans contacts etjants polyuréthane étroits plus segment porteur Tige de piston on acierchromé dur ou acer inoxydable Joint racteur de tga Emboutdetige Emboutdetige Artculationen Emboutdetige Equerres avant Plaque avant aricule femelle Boutdatige —drotulo etariére —ouarriere FXATIONS ET EMBOUTS » Aniculation Articulation Articulation Mle arritre_—Arculaton Articulation arriéro—femaliearrisre male arnb ratule arrére——erriére arotule 6 &@SSs S —) Doc. nomanen: | Tourn Pals, Conte-char-Conte-char-—Conte-char- Extension réglable ——pourtourilon niérelarge igre étoite —nitreavotule de trants 86 Etudes technologiques DIAMETRE D'UN VERIN Détermination du diamétre d'un vérin + Effort dynamique développé par un vei Exemple : Définition d'un vérin pour soulever une F Pression x Surface du piston> échappement) On remarquera que la désignation d'un distributeur prend en compte ces deux pre- miéres fonctions ; exemple : distributeur 3/2 (3 orifices, 2 positions). 2/2 3/2 101 OY) ey a 3S V 2 positions orifices Borifices ® orifices © Sorifices 2 postions 2 postions postions postions I © 3~ Les organes de commande qui précisent la maniére dont le distributeur est piloté Exemples de symbolisations complétes (NF normalement fermé) (1) a [Distributeur 4/2 Distibuteur 2/2 Gommancs or oaee | [XPS] {Z| sosrrmantsou } >: Rappel par ressort Rappel éloctromagnétique i Distibuteur 372 ee Commande 7 ae Rappel par ressort ® lectropneumatique I 1 7 i Distribuour 82 ; Distrioutour a2 oF ee FE TZH |eommante pertever | \ UL SE | commas SEG |_| Reet par vir o* opp par resion 0 Distibuteuraa |) Dstributour 2 TT yyy [commana Commande gar 1 Id of pneumatique > pression oo appl par ossor 92 Etudes technologiques REPRESENTA- TIONS: /CONVENTION- NELLES Accessoires NF E 04-056 4 & Clapets de non-retour | cl Jc- | Clapets de non-retour = ib sans essor }piloté pour oun + {2} avee resort + (2) piloté pour fermer Clapat de non-retour avec étranglemant LOLS E —_| secteur crt 4 Réducteur de pres- tt | a uy one we Reductour de débit = (1) non réglabie (ay | relabie Divisaur de debit 7) Sources depression @- (1) symbole gral Or @-- (2) hydraulique Ja} igh | @ipnoumatique Purge d'air D Silencleux 0 | Bavec ctapet 4 CH Repantseveoe U fineaete pa Jy py | Bt trtonnematue Pager Tate LI silo) Pied (crew) 94 Etudes technologiques ‘CARACTERIS- TIQUES GENERALES (suite) Engrénement 1p1, rp2: rayons primitifs (cercles tangents en I) rb1, rb2: rayons de base (cercles dont la développante donne le profil). (7, T,) : droite d'action (tangente aux cercles de base et support de 'action d'une dent sur l'autre). o angle de poussée (20° cas général) Condition d’engrénement Pour assurer la continuité de I'en- grénement, il faut qu'un couple de dents entre en contact avant que le précédent ne perde le contact. Dans un cas général il faut: ABS ty hh op e>13 AB. : longueur de conduite. 1112: are de conduite sur le cercle de base Cb,. P__ : pascirconférentiel sure cer- ole primiti paxil] © : rapport de conduite Prendre :[2 17), En dessous de 13 dents il y a risque d'interférence (usure et affai- blissement de la base de la dent) ENGRENAGES CYLINDRI- QUES A DENTURE OROITE Caractéristiques générales Les engrenages oylindriques a den- ture droite supportent les déplace- ments axiaux. lls ne supportent pas les efforts axiaux. Rapports d’engrenage —de 18: transmission de puis- sance. ~de 1. 40: applications cinéma- tiques. Applications : ~ réducteurs, ~ boites de vitesses a pignons bala- deurs, ete. Doc. ACCARY-LECHIVER 95 Spécification du produit ; avant-projet Caractéristiques dimensionnelles (| Module en am Nombre de dents max_| Pasprimitfouercontéren- tol | mz_ | iamatre primi itp) | m | Hauteur de tio do ie dont 125m | Havteur de creucdels dont 225m | Haueurdele dent 442m | Diamar dotite 4-25 Diamate do pied 4c0s<| amir do base mia 20 | Anode pression die] _m(2H2) 2 2 anje2 | eater Largour de denture = Enraxe pportde rans (1):mest calculé on RDM = m = 2,34 | 1 (kRp (2):k coefficient de largour de donturo:5 87°, I'irréversibilité du sys- teme est en général assurée (utilisa~ tion d'une vis un seul filet). Si l'on veut obtenir la réversibilité, il | Systeme roue et vis sans fin faut diminuer le coefficient de frotte- | La roue est en bronze spécial, Ment au contact vis-roue (roue en | La vis en acier 16 Ni Cr 6 cémentée, trempée bronze et vis en acier), lubrifier abon- | & filets rectifiés. damment et diminuer I'angle B vis. Doc. ACCARY-LECHNER 101 > Spécification du produit: avant-projet REPRESEN- TATION DES ENGRENAGES E si denture hélicoidale Schéma cinématique Schéma cinématique ‘Schéma cinématique oyyah Engrenage conique | ‘Schéma cinématique 102 Etudes technologiques REPRESEN. TATION DES ENGRENAGES (suite) sans GARACTERISTIOUES DELA DENTURE | Classe de précision (de 14 12), Nombre de dents z Module m (normalisé) | Angle de pression oe (20°) | Rugosité des flanes Remarque : Dans le cas d’une denture hélicoidale, on précise m,, B et le sens de I’hélice. La norme NF E 23-006 définit 12 classes de précision qui caractérisent les tolé- rances sur les différentes cotes des roues. dentées (voir extrait ci-dessous). a x LE Ra (de 0,4 86,3) GLASSES DE PRECISION TR Seon Tolerance surle diamétred'alésage dt | Ite | 17 | 17 | te | ie | te | ie Tatirance ure imide Farire mm | m7 | ae | ato [Totérance sur le diamétre de téte da 113 | 1s | Tolérance sur rentraxe W2iT9 Rugosité des flancs Ra en jn aaa2 Tolérance sur la largeur b<40 32 | 80 de la denture en um w 2 | “nt d2° 22 Engrenage extérieur Engrenage intérieur Engrenage conique Le signe — indique une inversion du sens de rotation entre l’entrée et la sortie. Réducteur bi-étagé & engrenages cylindriques SEW-USOCOME REDUCTEURS: ETAGES k: nombre de contacts extérieurs entre les roues (voir ci-dessus). a Zmenantes : nombre de dents des roues qui 7m a créent le mouvement dans les engrenages. a 4 at Z menées: nombre de dents des roues qui Jy = subissent le mouvement dans les engre- = nages. réquence de rotation de sorti a réquence de rotation d’entrée. 7” “pen at 8 nl” 22-74. 104 ___ Etudes technologiques Réducteur tri-étagé a engrenages coniques et cylindriques culaires, En muttipfiant le nombre d'engrenages, on obtient de plus grands rapports dé transmission. Pour un engrenage, le rendementn, ~ 0,99. Pour n engrenages mr =n}. ‘Doc. BROOK HANSEN Réducteur bi-étagé & engrenages cylindriques et roue et vis sans fin oc. SEW-USOCOME Avec 23 : nombre de filets de la vis. Rendement faible mais trés grand rapport pour un encombrement réduit, q 4 Filet droite ~ 105 Spécification du produit ; avant-projet REDUCTEURS. -ATRAINS Epicveiol- DAUX Avantages de transmission dans un encombrement réduit. Le mouvement entre par le pignon arbré (1) et sort par le porte-satel- lite 4) (poutie). Le train épicycloidal est du type 3 (voir page 89). Train épicycloidat de type 1 1: planétaire d’entrée (arbre mo- teur). 3 2: satellites (2, 3 ou 4). al 3: planétaire (fixe ou mobile} 4: porte-satellites (ps). 4 Principe de calcul du rapport de transmission a) Repérer les éléments sur le dessin d’ensemble. b) Réaliser le schéma cinéma- tique du train épicyctoidal ¢) Bloquer le porte-satellites et caiculer le rapport de trans- mission du train simple asso- bloqué n3/0=0 bloqué n1/0=0 Les réducteurs & trains épicycloidaux permettent d'obtenir de tres grands rapports Exemple d'utilisation d'un réducteur a trains épicycloidaux (poulie REDEX) ll | LN Nt Doc, REDEX, Différents modes de fonctionnement > zr Cas n° 2 Cas n° 3 Planétaire1 __Porte-satellites ci. - ras at n= nao | > t ne” 2B nio—nao |, | A :repare lié au carter fixe. ape rE ; d) Analyser les conditions de fonetionnement. Exemple: Cas n° 1: n1/0=n, Lo ng/O =n, 3/0 el Calculer le rapport de trans- Cas" 1 ee Planétaire 3 ; ndio zh #) Condition géométrique : anaes 28 = 214222 {n3/0 106 Etudes technologiques REDUCTEURS _ATRAINS Epicycol- DAUX (suite) Autres dispositions usuelles (n3/0 = 0} 2 Train épicycloidal Train épicycloidal Train épicycloidal de type 2 de type 3 de type 4 n4/o” "zt 22 na/o ni/0 _, , 22-23 nO _ Réducteur plane ire pour broyeur de sortie importants. transmission du réducteur MAAG, Trains d'engrenages épicycloidaux en série Les réducteurs a trains épicycloidaux en série permettent de réduire considéra- blement la fréquence de rotation @ la sor- tie et permettent d'obtenir des couples Exemple de détermination du rapport de ines) aes og oe ‘Schéma cinématique du réducteur MAAG 107 Spécification du produit: avant-projet EMBRAYAGES ‘AFRICTION ‘ADISQUES Doe. BROOK-HANSEN °Ei Embrayage a friction a dis: ques & commande pneu- matique. I transmet fe couple par friction séche et permet une acoélération continue des machines et une tres bonne transmission des couples. Lair comprimé est intro- duit dans le cylindre an- nulaire par l'arbre creux. Lélément d’embrayage composé du cylindre et du piston est étanchéifié par des joints toriques et des joints rainurés. 1: couronne dentée 2: moyeu d’embrayage 3: disque intérieur 4: disque de pression 5: moyeu a flasque 6: piston 7: eylindre 8: vis hexagonale joint torique vis de fermeture vis sans téte idoigt de positionnement is hexagonale joint torique Fjoint torique Prondelle canal de lubrification disques extérieurs Hressorts de pression ape 2 4 emu ai 9 : soupape d’étranglement Commande pnoumatique d'un em- brayage & actionnement manuel (fig. de gauche} et actionnement électromagnétique (fig. de droite). 4: réservoir d’air comprimé unité d’entretien vanne & 3 voies flexible raccord de rotor vane électromagnétique & 3 voies de retenue 108 Etudes technolo: ues _FREINS ADISQUES IVGSPANN, —Pince & commande pneumatique. = Serrage pneumatique, —Rappel par ressort. = Cylindre & piston, = Garniture sans amiante. ~Garnitures articulées pour assurer | un contact parfait avec toute la sur- | Systeme de frein & disque installé sur face du disque. Couples de freinage Diomete cu disque (me) fe de toinage (Nem) | Pe ® | | machine & imprimer. Dimensions et deseri Pression d'alimentation (oor) Le couple de freinage ob: tenu par le syst@me vérin- disque est fonction du dia- metre du disque et de la pression d’alimentation du vérin. (.) valeurs des garnitures usées au maximum: = Plan de fixation perpendiculaire au disque. = Raccord d’alimentation G 1/4”. = Pression d’alimentation maximum : 6 bar. = Poids: 4,6 kg. paisseur du disque : 12,5 mm. 109 C=R-F, C=1-S-pK Key) K © : couple de freinage (Nm) R rayon de roulement (m), F,:force de freinage (N). re :rayon efficace du trein (rayon intérieur pour un {rein tambour (m). S : surface de la commande soumise @ action du disque. Jp eration fluide (piston dans. un froin & disque (m. ression du fluide (pascal). + ooefficient de friction de la garniture contre le véhicule (m/s’). masse supportée parla roue (kg) K efficacité du trein, Frein a disque Etrier Presson Plaguat a SI Disque —/ Le fluide sous pression vient pousser les pistons. Les deux plaquettes sont poussées simul- tanément. Force de frottement 8h Plaquettes isque ventilé Piston Frottement plaquettes sur dis- que Cylindre de frein Ende du fui Piston / \_Coupetios gorges Cylindre 8 deux pistons, qui comprime ettend les gamitures. Efforts lors du freinage die a “Tomor Actionneur du frein Freins trés répandus sur les poids lourds. La came comprime et tend les gamnitures. Peu efficace en mar- che arriere, Pour éviter des vibrations lors du freinage, la came doit tour- ner dans le méme sens que le tambour. _ | Documents réalisés par Jean-Paul Pompon, département Recherche et Développement FERODO ABEX.- TN Frietion Product Group AfterMarket. Etudes technologiques Coupleur de liaison entre un moteur élec- trique et un réducteur a t PRINCIPE DE = eg FONCTION: | Coupleur a billes de démarrage et de sécurité avec paliers lisses. NEMENT | Le rotor a palettes 1, monté sur l'arbre moteur, partage le volume interne de la cage 2 du coupleur en compartiments égaux, lesquels recoivent uniformément la charge de remplissage en billes 3 définie selon la puissance a transmettre. Lors de la mise en rotation de I'arbre moteur, les billes sont appliquées contre la paroi 2 de la cage qui se trouve progressivement entrainée par friction 4,5, 6: vis d'obturation d’huile. rotor couvercle de cage fond de cage jante de cage : bague en bronze rjoint d’étanchéité vis hexagonale Hrondelle frein :goupille de positionnement : vis de lubrification Erondelle joint charge (billes) thuile plateau : roche, d'entrainement :rondelle-frein rondelle plate bague caoutchouc + goupille élastique Doe. METALLUK 111 Spécification du produit: avant-projet PRINGIPES GENERAUX nission par pignons-chain NF E 26-100/101/102. ISO 606 Le systéme pignon-chaine permet de trangmetteun mouvement de rola, S-e| B-B partie = aa tion sans glissement une distance pouvant aller jusqu’a plusieurs metres. Contrairement aux courroies, une tension initiale n'est pas nécessaire pour obtenir I'adhérence, ce qui di minue leffort. L L Contraintes d’utilisati Le rapport de transmission: poms ol 2 7 doit étre, de préférence, inférieur 8 1/8. tl Uangle d’enroulement de la chaine A gurle pignon doit étre supérieura 120°. —>1 Eviter d’employer un pignon de moins de 13 dents. Uentraxe de Ia transmission doit étre régiable. llestindispensable d’assurer une bonne lubrification des parties frottantes, ce qui per- met une utilisation a des vitesses jusqu’a 28 m/s et des puissances pouvant atteindre plusieurs centaines de kilowatts. + Chaines a rouleaux (série européenne) Pag een maillon extérieur. Un maillon de jonetion assure a fer- moture de la chaine. Les maillons intérieurs sont constitués de deux pices en acier traité réunies entre elles par deux douilles emman- chées a force. Des rouleaux montés sur les douilles facilitent I'engréne- ment de la chaine sur les pignons. Les maillons extérieurs sont constitués de deux plaques réunies entre elles par deux axes emmanchés & force et rivés. Doc. SEDIS + Dimensions des chaines a rouleaux (extrait) Chaine simple 8.1 Chaine double B.2 Neiso*| Pasp | bt BOL meee] 6B 9,525 5 f y 13,4 15,1 225 246 10,24 | 8B 127 775, 11,30 Ng 17,0 19,3 31,0 327 | 13,92 108 15,875 965 | 13,28 | 14,7 19,1 a5 35,9 37,3 | 16,59 2B 19,05 11,68 15,62 16,1 22,3 25,1 419 43,5 | 19,46 | 16B | 254 17,02 24,40 21,0 35,8 40,1 677 72) | 31,88 28 31,75 19,56 29,01 264 406 | 46,1 7M 83,1 | 36,45, 208 | 381 | 2540 | 37,90 | 334 | $34 | 60,1 | 1018 | 1091 | 48,36 | * 1.2. suivant le type de chaine. 112 Etudes technologiques + Exemples de pignons iH t ZZ) | Dp = isin(t@0°7) s| + —+1 Dp: diamétre primitif = | 77] P pas Ly L Gi A 2 :nombre de dents et i ul ote 2 fu fj = Pignon pour chaine Pignon pour chaine ‘simple a rouleaux B.1 double a rouleaux B.2 Doc. SEDIS Dimensions des pignons standard (extrait) [ chames 12 ale) m| @| 9] 1 Rat | Pastel | | ose1 | gz e995] 760 | 91,12] 1534] 17291] 2049 | maf ao | 9 fu [a fe | sa |e | ao jr fre Joie | 3 | 6 | | | 70 | 70 PIGNONS 52] 52| 52| 52] 52] 52 STANDARD a [a | |x [x | 2 682 154 154 | 154 || a # | we] 127 gz eng | 307,32 % 25 [312 18 ne | 290 fa so | % uM | oa | x 2 | [we2l | 21 a fa | x mo | 5 [oes | 15875 | 11888) 12665] 15187 | 192 24| 26,8 | 384,16 | ae |e fsa [188° | 295) ae | | | soo [aio |135 [176 jaro 367 | , oy 4 mo | 7m | 10 | 7 | 1 | 95 | 95 | , oy] g9| g9| 99| g9| a9] 99] 29] 99] L | ki aialaials |e is |e [toe a2 | 255 | 255] 25 | 25 | m5 | m5 | 255 | m5 | - | 25 | 25 | 25 | L | ele lo lols |e le je ls | - lw lo [6 | | wat] 1905 | D | 760] 9162 | 10367] 11574] 12178] 127,82| 13990] 15199] 180,25] 23060] 3.8 | 460.98 | Da | a8 ior [ts [125 |as1 | 136 [us fer |tgr jag |355 | 470, Dk | 59 jt | 8 | 95 far | s07 tn | 59 fos | 7 | | | a1 | 108 | 108 | 108 | 198 | 198 | 198 8 nig jt [rez fs | | ao | 85 | 90 |100 100 | 100 08 | 198 | tos | 18 | 108 | 108 | viz is Bie | 8 |e |e |e |e 1282 2 | 303 | 203 | 293 | 203 | 203 x3 | ma] - [a | oa | ana wie |e [ojo lo so | 50 | - [oo | oo | 6 Spécification du produit : avant-projet + Trans rission par pouli Le systéme poulies-courroies permet de réaliser une transmission de pi sance entre deux arbres éloignés avec modification de la fréquence de rotation et du couple transmis. Transmission souple et silencieuse. Rapport de transmission m2 _ dt el a Glissement de ordre de 18 3% entre la poulie et la courroie. Rapport des couples transmissibles @ ol Gi" @2 Le rendement dépend des matériaux utilisés, de la longueur de t’arc d’en- roulement de la courroie. Il est défini par des facteurs correctifs (donnés par les constructeurs) qui modifient la puissance transmissible. (au glissement pras) (au rendement pres) Tension de la courroie En fonctionnement normal, la ten- sion de la courroie dans les deux cARACTE- | brins dépend du sens de rotation de RISTIOUES | la poulie motrice. DELATRANS- Ree] ‘MISSION : ension dans le brin mou. ension dans le brin tendu. efficient de frottement. @: angle d’enroulement. Relation entre couple moteur et ten- sion dans la courroie aT). dt/2- Tension de pose (au montage) Tos(T+t)/2 | Longueur de la courroie et entraxe E Lo =2E + 1,57 (d2 4 dt) + Lo: longueur théorique compte tenu de l'entraxe de départ. lconviendra d’adopter une longueur de courroie normalisée L. Le nouvel entraxe devient alors Entraxe E Brin mou “—Poulio motrice 1 T *_ Brin tendu \_ Poulie réceptrice 2 Brin mou Un galet tendeur permet d'augmenter rangle d’enroulement donc le couple transmissible. ' Poulies a axes orthogonaux 114 Etudes technologiques Guide de choix d’une courroie Puissance transmi 444: Excollonte, ++: Trés bonne, +: Bonne. * Souls ces types de courroias sont dévelannés dans cet ouvrage. le Aptitudes B® ‘Rapport de transmission Vitesse de courrole | ‘Allongement id Rendement | | | ‘Tenue en temp | Type | | | | [hei de fonctionnement ; | | & [ae eh mis | Me Observations - Utilisation CCourroie erantée ~ Machines de bureau. nehone : ~Rotativeslimprimeries) = fuscia a ~ Outils ports sw) a i. — Réductours de vitesse. pour |< 110) <60] svallonge | < 98] 8 | ++ | ~ Romans co ee ue largeur pas +100) | —Entrainement arbres & cames. eran ~Mécanismes de positionnement. = Compteurs | Courroie trapézoidale = Concasseurs & machoires. série classique ‘i ~ Industries mingres. iusqu’a | oss “Variatours da vitanoo 30 KW [7 ~~ Groupes entraineurs. pour |< 15] <0) faible [<95) a | + | "Machines agricles tune largeur | +70) | “convoyeurs Transporteus bezmm | | | Accepts contantes brusques | Force circonférentilleélevée, ‘trapézoidale® IE Machines de génie cv selene | | Industria minares imines de fond) | Jusqula | | -55 Groupe entraineur. | ent | a Machines & bois (sce & cadre. | pour |< to] <40| fabio |<95) a | + | E\atours de cécharge une largeur a ~ Acoepioles nudes conditions de ser | b=22mm | | cs ‘Courroietrapézoidale. | ~ Compacteurs -Déchiqueteuses. | série trite crantée | ; ~Roiatives(imprimeries). rae 0 ~ Groupe électrogéne de soudure. em , tres : ~ Bandes trensporteuses. | | nagar | 1°] $) taibie |S 98] 4, | + | Machines & bois raboteus, dé une largeur | : gauchisseuse) b=22mm | ~ Exirudeuse - Compresseurs piston. | ~Veatlateurs - Pompe centrifuge ure stries [| -Mechines afranchr. | Machines offset. an) ~ Reboteuses portatives. jusqu’a Machines 8 aver. gokw |S V4) < 60) ible) <98) | ++ | —Frssouses- Cireuses : ~Entraineurs de broches. ~ Broyeurs -Effloi, | | —Vehicues automobiles. ‘Courroie plate ia | |__| =Mémoire& disque tinformatiqued insaa | 7 Machines de nettoyage des sols. | - ~Courtoies defen pour | <1n0| <0] RE | ca] “a | soe | Sour de femaura une largeur ° +80 b= 10mm es u 116 Spécification du produit want-projet POULIES ET GOURROIES TRAPEZOI- DALES NE TATA is0.4181 Dimensions des courroies et des gorges Echelle 1/1 brit Op 4° < 0-< 38" on fonction du cia métre primitf et du type de cour- classique Série étroite een | spa | SPB | SPC 22a soe soe 13 | 16 | 22 w [19 | 2 70 | 3 | 8 | 1 | a7 | 2 | n | | 1 I 76 | 23 | | 8 | | 2 | 6 2% | 36 | 4 | 2 | | | 143 | 194 | 234 [35 | | 14 57 | 81| 96| 21| 28 | 38 ty | 3558 | 4558 | 6908 |11208]2075a|3085a| s00a | 7508 |12508|20008 2025 | 4040 | 9160 | 12320 | 19260 | 19270 | 3660 | 4500 | 8000 | 12500 Diamétres primitifs des poulies pleines (extraits) z Be oc SPZ__| SPA| SPB | sPC 50 | 160 | idem | idem | idem | 56 | 180 | aza| anal apa} 63 | 200 | partir | partir| partir 71 | 225 | de63 | de90 | de 100 75 | 250 | plus | plus 80 | 280 | a00 | 710 | 5 | 316 | 1000] 800 90 | 355 900 | 96 | 400 1000 100 | 450 1250 106 | 500 112 | 630 | 118 | 125 | 132 | 140 BB AA Ligne primitive A A En fabrication standard, on trouve des poulies de 1, 2,3 ou 4 gorges. 116 Etudes technologiques POULIES ET COURROIES SYNCHRONES Les courroies synchrones sont dentées. Ce mode de transmission de puissance allie les avantages des engrenages (transmis. sion intégrale du mouvement) et des cour- roies (transmission souple et silencieuse}. Crest une transmission sans glissement, la tension dans la courroie est plus faible, car la transmission s’effectue par obstacle et non plus par adhérence. 2 Opi _ zt ol” Dp2” 22 Dimensions des courroies crantées (extrait) Doc. FOBEX Pas UW = O08 | Pea oS OS2 | “Pas Vo = 127 woe H Long prim.| 2 [Long prim.| 2 [Long. prim. 2 124 | 0] aus | as] 6096 | pas eal eae aid age ens _| rio] 152 | 150 | asta _| sto | Pas 1/8" =22,20 | Pas 1° 1/0 =31,75 xe [ XXXH oa ean Tae ire rine a aj} ob a a aias_| 200 | asre_| a pas MXL 2/25” Mini-Picth (2,032 mm) Largeurs de standard rgeurs des courroies standar e Ae anise HH 500 | 5080_ —ae 7620 | 1620 as L 3/8" (9,52 mm) “160 [10150 [aero al pas H 1/2" (12,70 mm) F e a 143 pas XH 7/8" (22,23 mm) LF a | a Ba | o | me pas XXH 1 1/4" (31,75 mm) bee Echelle 1/1 wo [54318 3 | 48587 « | a5 is Eeal | 7 68 Lf Z 2 | 908 wo | | a -—}4|8 fp OF ti £ Zi lA te | i7aar| tear] ee | 100 [oazsiad — a} os | os | a | 3 inet y F:: fonction de la largeur de la courroie. WW Spécification du produit avant-projet_ PRINCIPE Variateurs de vitesse 4 courroie Principe : modification de la vitesse par modification du diametre de la poulie montée sur l'arbre-moteur. Moteur électrique équipé d'un variateur a courroie. Doc, BROOK HANSEN Principe de la variation de vitesse 1 3 foe VAL IV I; yl = Ke Les poulies sont a diamétre variable. Le rapport de transmission depend du rayon d’enroulement de la courroie tra- pézoidale : @2 ot Moteur électrique équipé d'un variateur a courroie et d'un réducteur a engrenages Doc, SEW-USOCOME Fase foe Fasque mobile ar oir | Fasaemosio ||) rasque oa! réceptour arbre récepteur AK Le réglage de la variation de vitesse s‘opere sur la poulie motrice, soit manuellement, soit par un servomoteur asservi. Domaine d’utilis = Mélangeurs, agitateurs. = Machines-outils. = Bobineuses - séchoirs. = Trains a fils - laminoirs... 118 Etudes technologiques Les accouplements permettent de transmettre une puissance entre Arbre 2 deux arbres colinéaires ou pouvant —_—_Accouplement admettre des défauts d’alignement. \ On distingue deux catégories d’ac- couplements ~les accouplements temporaires (liaison débrayable entre les deux arbres}, les accouplements a glis- sement temporaire (embrayages, limiteurs de couple, page 90) ou a glissement permanent (coupleurs hydrauliques} ; —les accouplements permanents (liaison rompue entre les deux arbres uniquement en cas de démontage de l'accouplement). \_ Récepteur Chassis PRINCIPES | Choix d'un type d’accouplement Ce choix dépend essentiellement : = des défauts d’alignement entre les arbres, ~ des irrégularités des couples transmissibles, ~ des fréquences de rotation des arbres, = des conditions extérieures de fonctionnement (milieu ambiant, température Désalignements autorisés par un accouplement ay ay Alignement parfait Désalignement —Désalignement —_Désalignement —_Désalignement (coaxialité des radial axial angulaire torsionnel deux arbres) Caractéristiques générales Les accouplements rigides ne supportent aucun dé- faut d’alignement des deux arbres. L’accouplement peut étre réalisé par adhérence (man- chons a frettes) ou par obstacles (manchons a pla- teaux, manchons cannelés ou profils polygon). 7 acooumie | TT oS Tq ‘MENTS: 1 RIGIDES yr 4 \Frette \_Cocuile ‘Avant frottage Boulon S ajusté ‘Manchon a frettes (transmission de puissance faible) Manchon a plateaux (les boulons ajustés transmettent la puissance dun plateau a l'autre) 119 Spécification du produit: avant-projet : : Manchons cannelés a io L op j-0 |-0 | z | oe o je jw ts [0g] 008 x wy -o07 | [3 | 6 [as | 4 4 4 16] -020 [13 [35 | 6 | 75] 90 | —o07 | 16 | 4 | 6 | 315] 35 2\ -02 |e [5 | 6 | 355] 40 a a [s | 6 | 395[ 4 28 wa ls [6 [395 | a5 32} -oo7 [26 [6 [6 [as [50 se] -o27 [32 [6 [8 | 4 | 60 a 3 [7 [8 | | 6 48 2i[s [es | | 7 54 ~ [9 | 3 [oo | 9 Matidre : acier stiré, acier inox. Utilisation: tracteurs, machines agricoles, engins de travaux publics. Manchons cannelés a flasque See eee eras cr ta pl ob 4, te o 4] as “an [38 sol _o| vals | a3 1G soo | °° [ag 30} 8) 20/3 | 43) al | a sis] 25]3- [a3 Z| som ven [st [30 be0 a Pass [a5} -°™ lon] ** [eat 3a] a8 [sol to] 35] 35] 64] ACCOUPLE- B ° 64) 36 50 55] 10] 35) 35] 44) MENTS 2 | a2| 56 | ol 10] 40] 35] FaGInes: ron bs 2 | so] os | 70] fas] | a. re: aciernitruré, bronze. = : 7 , a] | ams | 29 Peo] sano] ante] oe] 4 [rl : me guide arbre som | 3 eaters ualee comme a 48] HR | 5 co | 75{ so| 16] co[ + [r05) < a BE" [so [| co [00] 16 [sf 4 [0] Bagues de blocage > a c F a fepe Taye : oe Fi Bereta try,| § [a] e ope etee ; 1 a St o, m. 1 S|} «st Bad eee a3 Sete | ” 3 ee a i See ea s ceo epee He SE [| a $—steters Tek Permet de réaliser un arrét en translation sur un arbre cannelé. Arbres et manchons polygonaux Le profil, polygon permet des trans- missions de_puis- sances supérieures auxarbrescannelés | a des vitesses éle- vées, l'arbre étant plus’ rigide qu'un arbre cannelé. 120 Etudes technologiques ACCOUPLE- MENTS ELASTIOUES Guide de choix d’accouplements élastiques Les accouplements élastiques tolérent, en fonction de leur conception, différents défauts d’alignement, ce qui permet de compenser les défauts de montage entre les deux arbres. Aptitudes 7 5 2) | seaipeeanines © FE ge 1 Sees ot a ip Trapani elo Cie Désalignement worsiomnel en degré Couple transmissible on im [Matériaux de a garsiture onaruos Ualsaon T ‘Accouplement super- | élastique. | Ateobe Ge ora vie 03 os | 7 | so | Hy | fone a 3 a a a *** EPOM | Entrainement de compres- oe 1 | 15 | emo | + Neoprne | Sous Fateou on ome “Tampons Saesqueeogés danse dows 1» Frrmpos centages: os | as | os | s |) | pom 10400 | Fie fama o pe | feaumie srl sone | mons. des, broches 30 | munies de douilles en cos | os | on | 2 | “2 | caouenove | coatcave | 600 000 Pour surcharges impar- fons | 4 Tecoaplenent foxble de ronde ng | Date tones contre 08 2 bomble ‘ales par ur | os | is | % | 0 | | — [panther ne | b 1 sa 0 mere | tom Taccoujlonont eat tonstun do ux plat . tenue rainurés ot Sun a Ln 0 |B | acne [fend eaemison ‘salon la é ion lu couple. — oe ee a 5 | Noni eee de. poston | Shimes pas pes, Nomireuses versions: Cavdan. simple: non homocinatique | on Cerden double: home. wo] oo ff = | singtique wor ~Cardan double arbro | twlescopique | = Equipament de abors L ‘oie sr HUCOPOL, | " Accouploments BROOKHANSEN + Accouploment ACME EPOM: éthy/éne Propylene Diéne Monomére 121 Spécification du produit : avant-projet Accouplement Sure-flex D [imax] Cmax 18 nan tin | Ne s|_se| 13 | 20[ v6] 27 a] 15 | se | 6000] st mi 16 | | 5250] a2 ea ro] st | aso0 | ae cal z| | aso | 208 a | er|aaa) i=] 9 | es] 2600 | 0 so] zo] 7a [ro]za5| 8] «5 [0 | 2000 | van 90] so7|_1a5* fisolst [axel ot [eo | 1500 520 * Cmax pour une garniture de aecouploment en EPON, [ oF ‘Manoxi_ | Cmax A |B | mm} ne min nas centnin | enn iow [tas] 68] 68] 20) sew | 108 vas}is7 | 19] 79) 26] 59 si |e 1u2}sas] e6| 20] 27| oo] 28] 0a) asco | 205 res }i72 | $5] 100) a0] 67] a2] 71) a0 | ao 10135) 108| 172] 26] 5] s7| on] 3400] 715 210 |216 | 172) 125] 37] 80} 2] 90} 3100 | 1200 zea 274 | v2] 0 a ra} ss] 115] 2400 | 2en0 ACCOUPLE- «os |oea | 198 | 21 | m1 | us| eo | 60] von | 2400 MENTS: ELASTIOUES (suite) ~ f Woasi | Cman Lies enti | enti | 5] 38 sm | 20 a | 7 som | sso vos | 9 sim | eco 1345, som_| 200 | ¥ ¥ Accouplement Huco-Oldham i —_ Disque, o | tf | 2 [emen| ve ss[ a7] aa] st fs | ms | 2 nz | ws | 4s | 73] sas] ma] 6 wif | sa] a] e | we} oo wa | ma} es | n2|0 | m | wala jo | 2 me | ss wa | soe | 7 | va fie | ms | oo Matériaux: moyeu laiton ou alliage léger sui- vant les dimensions. Les disques peuvent étre @ alésage traver- sant. Exemple de montage 122 Etudes technologiques JOINTS DE CARDAN Accouplements par joints homocinétiques (cardans} Le joint de cardan est composé de deux Douille d aiguite® fourches 1 et 2, d'un croisillon 3. ——— — la Dimensions (Extraits ACME) ison entre les deux éléments est assu- : rée par quatre douilles & aiguilles 4, & ra Matériaux : I 4 & ‘ = croisillon en laiton, = fourche en acétal. Fourcho® ¥ Be fourche® \ Croisillon Coa suite | 0 | mm | | 2 | 3 | vis fone] | os | ont ra aie] 21a] sa] a6] wo} om | asa] ar] oon 08 S| aie | var | sta | wa | oe | soe | raz] ons | 3 os | 42 | 157 | sae | wo } os | san | isa] 59 8 10” | ers | aa] 2 | me | te | me | mali Angled wav max Angled aval max 90° fréquence de tation maxi Dn fréquence de rtsion max 1 oD rin Conditions d’homocinétisme — Conditions de montage Fae Spent \ oe 4, [ essconnecr hee ase Deere — 7 ~<— Fourches A et B croisées Symboles des accouplements ‘Accouplements permanents. ‘Accouplements temporaires 4 Acenpiement Embrayage Counlewr | ces ginaal icas genera sutomatgue Ce eL | sonpenee coupeur Embrayace ade nydeauique conga | Acca coupeur on | slave —_ | | Accouplement | | froin | Umiteur de tp | “teen” | tcxgine | | “cospe 123 Specification du produit : avant-projet @ TRANSMISSION DE PUISSANCE AVEC TRANSFORMATION DE MOUVEMENT vis ECROU Transiation | Rotation | Translation | Rotation 0 ° 1 1 Tas. EcRoU Translation | Rotation | Translation | Rotation COMPARAI- ‘SON DES : ee . SYSTEMES, vis-ECROUS vis EcROU Translation | Rotation | Translation | Rotation } 4 0 0 1 1 1 0 o | Vis et écrous a billes On définit le systame vis et écrous 8 billes comme un élément méca- nique capable de transformer un mouvement de rotation en mouve- ment de translation et vice-versa. Le guidage s‘effectue sur plusieurs rangées de billes et la circulation continue de ces billes est assurée par un canal de transfert. Fonctionnement particuliérement NS ETECROUS| silencieux. ABILLES | Etanchéité efficace. Grand rendement. Paliers et écrous divers PN Dos. ALME-STAR Roulement fixe 2 roulement fixe 2 roulement libre Boitior d'écrou 124 Etudes technologiques vis Et ECROUS| ABILLES {suite} Avantages par rapport au systéme vis-écrou conventionnel sans billes Rendement mécanique jusqu’a 98 % (90 % maxi pourun systéme conven- tionnel) Usure réduit. Durée de vie élevée. Positionnement précis. Vitesse de déplacement élevée. Faible échauffement. Réduction de puissance d'entraine- ment plus faible. Désignation Vis de précision rectifi do x Pas: 25%5, —longueur totale L_:1 500, —longueur filetée L1: 1 200, ~ Extrémité : pour palier fixe, Degré de tolérance :T3. Ecrou a billes Simple a bride FEM-E-S. Ecart de déplacement toléré Ecart de variation de déplacement sur la course Degré de tolérance T 1 318 7 3 Ey Brame: C= 1000 mm, 3 6 12 B 52 a0) [300° |e, = 1000 17 40m Ecart toléré du déplacement e sur une course | 7 de 300 mm en wm, 5 Tous Gap de charge of] fs fo fo] we |e | os fem | om m3] i fer] ea] » | es{aal iso | - | 39 | zon | stc0 | uw] 2 | i [roe] & | os] a5] 1500 ws | ss00 | 7500 ag |oase] zo") 10 | vor | ase es] 1500 | vo] ms | rza00 | t6100 | aa | 45 [reas] rest] ast | gar fos | rsoo | ro | me | sooo | 12500 ss} 2] 0 | - | 6 [es] ro | rao | me | wan | 21600 so | a jizz] to | se] e+] 6s| rat | 1500 | Me | 15900 | 27200 so | o« |i2z*] ve | 2 | ss] 6s] 2s0 | iso | me | 15800 | 27 on wo | a9 isa] 10 | wa | se] 6s] 250 | sooo | we | 21500 | soon so | 6 | i520] 520+] 22° | esr] 6s| 2s | soo | me | 13500 | 21700 ss | se lisa] to | a | ss] ss] seco | soo | mex1| 29100 | seam ra{ as [ts2| 25 [arse | os | 9 | seco | sow | wexr| sree | s2s00 1B: Longueur maxinae standard devs roulbe . 1: Lonqueurmaxinaa standard do vis rst. © “Capac de charge axsie dynamique C, Capac de charge axial taiqua + Pour rou abies & precharge égabe 125 Spécification du produit : avant-projet PRINCIPE Le systéme bielle-manivelle permet principalement, la transformation d'un mouve- ment circulaire en un mouvement rectiligne alternatif, ou inversement. ‘Systéme bielle-manivelle double effet Exemple : moteur thermique Dee. CITROEN Etude cinématique Schéme cinématique — tine de nile _*> Courbo des espaces ~Courbo des vitesses Equations des courbes Courbe des accélérations Espace ron a+ 1[1-(1~ cos 26 ‘space {| = co »| Vitesse -ro{snas favre) Accélération (cov a+ Leos 20) Etude des efforts et réversil Feps - [> F:: Compression For delatiele 5 ps eton oval Pression 9 ye sation f —PF: Extension de i la maniva PF: ort tango Piston (sactonS} til moteur ‘Expression du couple moteur 126 Etudes technologiques mi Tige a plateau Tige a gal Transformation d'un mouve- Le frottement au contact pous- Suppression de tout risque ment circulaire en mouvement soit-came est remplacé par un d'are-boutement rectiigne. roulement du galet sur la came. La course dépend de la variation de rayon de la came. Came a rainure Exemple de came a rainure AA Le galet roule dans une rainure, Le maintien du contacttige-came est obtenu, en général, a aide d'un ressort Cames & axe paralléle ou concourant a la tige + Came & déplacement rectiligne 127 A4. DEFINITION GRAPHIQUE DU PROJET _ A4.1. DESSIN D'ENSEMBLE = Dessin d’ensemble et nomenclature, voir chapitre B3.1. pages 180 a 186. ~ Représentation des ensembles mécaniques, utilisation d'un logiciel D.A.O. voir chapitre B3.3., page 235, A4.2. ELEMENTS STANDARD DE CONSTRUCTION ‘Symbotes: Aptitudes =) | Dégagement nécessaire autour de fa tate de f'n Capacité de transmission du couple Aptitude au montage automatis } ‘Aptitude au vissage et au dévissage Type | Absence de risque de blessure a l Observations et utilisation ] Visa mean Yetta Hormona w fou] os | + fe] + [cee Utiisations diversos —Vis 8 métaux —Vie& bois x? a fou} -] = | = | = |-eerous Matériel agricole, charpentes bois | <== |-Faible encombrement GH rw] o || - [beter cpaet cute | Vis de bordage (caisses d’emballage) Vis & métaux ot tle Entrainement externe Six pans ~Construction mécanique He | Non) + | = + |7o a eles e }- | ° a DE CHO __ | [= Wis @ métaux Tras bonne capacté de couple Six tobes & x }Pou| ++ | + | s+ | +x |-Trés bonne pour les montages do inornes | * |vissage automatiss IT Tis bmtaun Cree =Vis a bos ne aie 2 |Non] = | ++ | = | + |=Eerous 2 ee ree —Vissage mécanis¢ (apparilsméne- 2 2, garniture automobile) ‘Mémes performances que Tes vs | Cruciforme = | 4 | oruciformes Pozidriv ‘ (dite « Philips») = a “Vis mtaux ettéte ate Vis & bois | |ftournevis) meee § [Non = | | = | -Uiiisason tres varie | Feme | | [FPreduits grand pubic | tGivcede PF) py) | | ‘mannate} Bos | | —Eerous Encoohes 3 pou] = | - | ++ | - |=Permetraretavec ronda eine | |__| emontage des roulements [Légende: ++1r#s bon, +bon, =moyen, — passable, O null Ene NFE25-1 128 Elements standard de construction DIMENSIONS DES VIS vis a M | 10 + 50 ] 88 WNFE 25-114 - i Sybole forme dala te Diamate | | classe, Symboie fietage métrique nominald. | a Samer esevat is a tate hexagonale H 4 of Set —* Vis H M6-16, NF E 25-114 (filetage complet) Vis a téte cylindrique @ 6 pans creux CHC a. Vis CHC M6-28. NF E 25-125 Vis a téte cylindrique large fendue CLS téte hexagonale H Vis H M6-30, NF E 25-112 (filetage réduit) Vis a téte cylindrique basse a 6 lobes internes CZX 3 Vis CZX M6-16. NF E 27-111 Vis a téte poelier fendue RLS wie ole tf 7 rova [a Vis CLs Mao. NF 25-126 Vis RLS M630, NEE 25-125 Te ¥ [= seals ee ele elspa pepo 2 joa) - 5) 38] 4) - | - | 2 | ia] is | 05 is as} ow| — | [2s] as] 8 =| astirfas} =| [os] =| 2 Plesfis| [asl ss] asl] z]e {2 [ul | |as| ss] as a jor | ar 35] 7 | @ | 10 | 28] 4 | ae] 24] 2 enn B jos | 24 ass] a5/ 95] 125] a5] 5 | a5 | 25 awz|e | 4a | 12 eres] fale le le | ele fe fala] file fs [a tlia| an) [ems fe fa [ale ls fafal jess fs fe slelel faslwla |» fale le fe lal fasfw |e | a elisfes| isle ||" fasle fo 2] fo)” ra |x efe]-{-]-{ |ofada wm [25 | 15 -|% - | - | spa} -] -) - - {a |W - airtel} |oja|-[-fe lal) 2]: alo]: aa | as [10s - |e} -] - [i |w ] -] -| - - | [a | - vo Définition graphique du projet Vis a téte fraisée fendue plate FS Vis a téte fraisée 4 6 pans creux FHC Vis FS M6-25, NF E 25-123 is a tate fraisée bombée fendue FBS a [past a | [det | ay Fo fos | - 38| 44] 05 let [aP)or]a | | $5) 83] or | ros) | os | ses] oe] og | 2 Pane a | 07 | 14 aa] 94) 1 | 270 } 1 | 270) 98] 12 | 25 pay 5 |os | 16 | 104] 12 | 270 } 13 | 270] w9] 12 | 3 6 fr |2 113 | 126 | 14 | 330 } 15 | 330| 132] 18 | 4 a | 125 | 250 158 | 173 | 2. | 465 2 | 465) 181) 2 | 5 wo | 150] 3 183 | 20 | 23 | 5 25/5 ja | 25 | 6 w|i] - 2s| - 6 = |6 | 22] - | 3 1% | 2 = 30 | - | Le - |8 | 336] - | - Longueurs des vis et des goujons a 2]ml sl als] 6] @ | w|i] wl] wl a] Longuour Longueur filetée b 45.68.1012 | 16 | 204 vis Longueurs 18 2 4 6 1 2 2 4 16 1B filetées fabriquées B 2 4 18 18 2 20 2 4 16 18 2 26 sur 5 4 1 1 2 2% 30 0 4 16 18 22 2% 30 toutela 5 n 6 1 2 % WH ¥ 50 ormaisees 16 18-22-28 30. 38 Tonguewr 5 18 22 2% 30 38 46 | co 18 2 2% 30 38 46 54 | 65 2 2% 3 3 46 54 | n 2 % W 8 46 54 B 2 % W 38 4 54 66 #0 2% WB 6 HH 66 130 Eléments standard de construction Tétes des vis de pression Extrémités des vis de pression Téte hexagonale HZ Téte carrée OZ Bout plat PL Bout tronconique TR raduite u ‘Tote carrée petite QZ Cylindrique fendue CZ Bout cuvetteCU Bout bombé BB - Mls + i’ ae © vis DE - Passion a23 Sans téte, empreinte Sans tate fondue Téton court TC ——Téton Jong TL 6 pans eroux HC ; ‘ ~ oe od at x + 4 ¥ Le ut @ oa ce = (1a) a8 | 05 | os | oa] os} isp t [1 os|as|1 | 09) 1a) 12) 15 = | 32] 22] as] as] - -| a} szle fe | - s | a | 7 | 25 s{sls fo la nfafeju la | ajo] s [a fs é a 1 jog} is| is] 28] 2 | 28 iz}1 {as} 1s] 35] 25] 35 z|is}3s |a |e] s | ss w|i jw |e 6 | w|i |i | 2 9] 7 | as Longuours L, voiepage 130 131 + Classes de qualité de la visserie Les classes de qualité de la visserie définissent les matériaux uti caractéristiques mécaniques. 38s d'aprés leurs + Vis et goujons : [a classe de qualité d’une vis ou d’un goujon est définie par deux nombres (marqués sur la téte de la vis) = |e premier correspond au centiéme de la résistance minimale a la rupture a la trac- tion en MPa (N/mm?) CLASSES i ja smite 6 bE QUALITE | ~!@ second multiplié par le premier donne le dixiéme de la limite élastique minimale 2 la traction en MPa. Principales classes de qualité : 3.6-4.8-5.6-5.8-6.6-6.8-6.9-8.8-10.9-12.9 + Ecrous: la classe de qualité d'un écrou est définie par un seul nombre, qui corres- pond au centi&me de la contrainte minimale exercée sur la vis lors des essais, en MPa. Généralement, I'écrou est assemblé avec une vis de qualité identique (exemple: 10 pour une vis 10.8) Localisation et serrage de l’arbre (1) par Serrage d'une piece (2) par rapport a la rapport au moyeu (2) parune vissanstéte piéce (1) par une vis sans téte fendue fendue a bout 4 bout plat PL tronconique TR. Arrét en translation avec vis sans tate fendue a bout téton long TL (3) Contre-écrou Nota: Ce montage d’arrét en translation de blocage de la ne supprime pas la rotation de l'arbre (1) EXEMPLES. | vis. par rapport au moyeu (2). DEMONTAGE | Tenon dans une C'est une liaison pivot. gorge circulaire, Vis d’arrét HC a bout tronconique TR de guidage en translation HZ a téton tong TL Appui — 132 Eléments standard de construction Désignation Goujon | | m | [ 10 160 NEE 25-135 Designation dereliment f i t Nore de rtérence Symbole filetage métrique Longueur dimplantation (om) ‘Diamétre nominal (d) Longuour libre) Dimensionnement 7 [mm] [a az] GOUJONS A tws] 75) 2 | 18 | s0ass045s0 a awe} 9 | 25| 18 | s0sssna5s05500 Co me) 12) 32/22] :800 ob > tara] 12 || 20 | asa ran Goujon taillé par usinage ee, | 5 | | ssaten Nota :'implantation bm est définie pour Ree 20 | 63) «| roe00-00 00-10 un matériau dur. Composition: ~une vis ou un goujon —une ou deux rondelles = un écrou Cette solution technologique d’assemblage supprime un taraudage dans une des pieces. Boulon a téte hexagonale Boulon a téte carrée 7 \ i i freinage par épaulement BOULONS Tres utilisé pour les ablocages de pieces sur freinage par plaquette machines disposant de rainures a T. Bouton a ceil Tres utilisé sur les montages d'usi- nage disposant de bride articulée. La rotation autour de axe permet un dégagement rapide du boulon (1) puis de la bride (2). 133 Définition graphique du projet La longueur (j) définit la longueur de filetage en prise pour I'assemblage considéré : Vis: = métaux durs —métaux tendres ~Goujons: = métaux durs — métaux tendres : j= La longueur (p) définit la profondeur de taraudage : p=j+3a4pas La longueur (q) définit la profondeur du trou percé avant taraudage: +889 pas Pour des facilités d’'usinage et dans la mesure du possible, faire déboucher les taraudages. Les diamétres des trous lisses sont définis ci- Implantation d'une vis 4 IMPLANTA- TIONS DES | dessous. wis, icamé poviSiys | Trous de passage des vis a métaux NFE 25-017 S ETGOUJONS Diaméire du trou de passage D séri ye NEE 25.017 fine | moyenne | large Hiz Hg Ht 32 | 34 36 __ | 42 48 Implantation d’un boulon 58 70 . : 80 i 10.0 al FE Hs) M10 105 110 120 St =; CHAMBRAGES| OU LAMAGES Vaaitircyindaqin | VeuiWisherapennie a Gcaibemapenom] Vis tte H T ti | Seurplats | 2 cae « in| mon | nominal | nit | mi] we foe [oa [oa | ow |e 23 baiel| rigs |erarls| EF fined (eacs gt co vail |e eae ail | te eet) ec 6 ree ee [ieee ee ere eee mt a ws | 63 6 2 72 134 Eléments standard de construction fonous Désignation [ereu | [a] [mw . | Désignaton * mo d de \'élément t Diamétre nominal d Symbol d afore Symbol du btge mériaue Ecrous H Ecrouhaut crow bas Ecrou a embase 1M tsar . 2 - ¥ Ls} ami lm leg] fm nr) wvec oleate REST FEZ Ecrau a créneaux HK Ecrou carré a nt pt @ Fe Jame Smt NFEzr53 NEEZI488 —Utlisation avec goupilleVeyin- NPE 25408 drique fendue de 2 dg NEE zr-6 Dimensions (extraits) (a Toas| s [im | mt | m2] m3 | m4 | m5 | mé [m7] 9 [dw] h | b | + | do 2 {04 ) 4 | 12] 16 | | T-T)-Jal-[-|-]- 2sljoas| 5 | 1s) 2]-|-|-]-]-]-]-]4y-]}-]-]- 3 [05 | 55] 18) 24 51 ~ | 48] 24] - | - 4 jo7 | 7 | 22] 32] - | - | 67| - | 56) 32] 12] 59) 32 -|1 8 [os | 8 | 27] 47/ 51) - | 8 | 6] 66) 4 | 14) 69] 47) - | 7) 12 6/1 [10 | 32] 52) 57] 7 |10 | 8| 81) 5 | 2 | 99) 52] a] wl i6 8 | 125/13 | 4 | 68] 75] 9 [13 | 11 | 103) 65) 25/118) 68] 18] 14 | 2 WW 115/16 | 5 | 84) 93] 11 | 165] 13 | 128] 8 | 28) 146) 84] 22 | 22 | 25 a2 |175]18 | 6 |108}12 | 135] 195] 15 |16 | 10 | 35 | 168] 108) 27 | 22 | 32 16 [2 [24 | 8 | 148/164] 17 [25 | 1820 | 13 | 45 | 225] 148) 33 | 30 | 4 20 )25 }30 |10 |18 | 203/21 |a1 | 25 |232/ 18 | a5 | 277] 18 | 42 | 44 | 4 m3 [36 | 12 | 215/239] 25 |37 | 29 |282/ 19 | 55 | 332/215) 48 | a4 | 5 30 {35 |46 [15 | 256/286] 31 | 47 | 35 | 342] 24 | 7 | 42,7] 256) 60 | 66 | 63 135 Definition graphique du projet Ecrous élastiques en téle « PAL » NF E 27-460 Ecrou Ecrou élastique lastique — ferouH_ Rondelle M Rondalle M codalem A_ piece serée Pidce serrée // Za rT S'utilise comme contre- S'utilise comme écrou avec écrou dans le cas de vibra- des efforts de serrage fai- 55] 7 | a 10] 13] 16] 16) 21] 24] tions, bles. 4} 2[2a}25] a [asl sa}as| 5] 5 Utilisation de deux écrous Ecrou H ou HH i EcrouHM Rondelle MI Pidce serrée Le freinage est obtenu a l'aide d'une gou- pille V fendue traversant le créneau de “4 Ecnous | |'écrou et la vis préalablement percée. FREINS Ecrous autofreinés 7 Ecrou a frein incorporé « Nylstop » HFR —_Ecrous & rondelle sertie « Twolok » bs NF E 25-409 sions NF E 25-417 NoMEL Dimensions 4 | pe | h | himaxt [oe | aw | 4 o7 7 22 57 23 455 | 32 | 102 5 08 8 25 63 35 58 a | 122 6 1 10 3 8 38 58 5 | a2 | 8 125 8 35 | 108 51 89 65 | 182 | 10 18 6 42 | 124 64 | 107 3 | a2 | 12 175 18 45 142 B3iee| a3) lO ea| zr a jw | 2 a 5 ws | m3 | - | [epi 25 fas [ae 6,2ee [22,7 | Peete - eral 136 Elements standard de construction Autotaraudeurs 1 at 12 | (2vateurs 6 aliges posses] eee mas} -|-|-| - ms} -|-|-| - males) 6/3] 61 Inserts pour les moulages Inserts pour matiares. | ws | 8 | 7| 10) 75 enalliages Iégers plastiques mel ol siz a |ul 9 me} i) s| ul nz |i] a mr] | to) | a2 | i) 13 Logement de te s ry fT] |] ea] fel: [>| 5 | Epaisseur de paroi minimum : a= 0,582 = Acier doux zingué chromaté jaune. b= 0,05 L Acier cémenté trempé zingué chro- D2~d1+0,25 ‘maté blane. Lt correspond au dépassement de la vis - Laiton. Ecrous a sertir pour téle Version acier roan (4 | Epaisseare = 4 | mini] “sete | A |e ei ontrage 2 ost | 075 “KO fs [ee tal ma} s | 8 10%) ye | sw | a las 1 (2 [sito | opi | 076 om [a ma} 6 | 081 1075], ev] be zi joa] 5% | & [a Doe. BOLLHOFE ms | wel oe [oa Ecrous - a Asertin | Logement de l’écrou we |e 4 448 as" POUR TOLE {zis mo | vo | 252 fe) ee | aos” | | °{ [Version inox monopla + {wats | = wm [ee ToL me] | so | ae |e | 2] 4 Sens de montage dela vis Remarque Matiare Cet écrou permet d’obtenirdes — Acier doux zingué chromaté jaune. taraudages résistants dans des - Acier cémenté trempé zingué chromaté blanc. toles minces. = Laiton. 137 Définition graphique du projet Ecrous a encoches séri légere KM NF E 22-306 8 sry Rondelle froin MB i Ecrou 8 encoches KM i ‘ apalalels|« alelafs|. tom | Pes | ists | sta | i913 | iota | 15 | som | Pos | ists | ist3| isa | sta] nts wios| wl a fus] 2] sf @ fim] | se] of 2 | s Ce ee ee ee a] ailsia 2 4 ao | 150] 58 s| m |] a] 6 a |r |] s jm f2 | a few | i] os | wl ow | 2s] 6 [om fr | 2] se | a] 2 fs fm |i} m) nf] a | as] 6 fat: |ulol}m]2f alse fe jw) nj als | 7] be [wl alaiea fe} s}a@ fe lol ni nfs fo | fom jim} ae] 7} | 2] os | m |e sv | 2| a | 35] 8 Law jfim{ efor fe [2 fs | w]e | w| 2] | as] o ECROUSET | Rondelles freins pour écrous a encoches série légere MB. NF E 22-307 RONDELLES ‘AENCOCHES ee aA 81 olalalalatmir[s|nw[ as wa om crt ys] crt | bua! 3 | 23 ts |] to | vo [iss] | 3 [asf | 1 [9 | as smal 6 sa| fv [a 2 [wos] a] 1 as] @ sal 6 a5 [15 [ar | me | 4 [ras] a | vas] 5 mal @ ata [a a fiss| a [1 | 1 [oss] 5 ‘wal 8 20 | 20 | 26 4 frasl «| a0] 5 ms] 8 PaIEAE) a [mala [a oa] 6 al 6 25 | 3 |x zal 5 [ras] [zo] 6 78 @ al als zal 5 | 125) 13 [260] 6 [eas] @ | oof [| s[as| 5/12) [aol 6 ea] 10 138 Eléments standard de construction Guide de choix Extrait NF E 25-031 Le choix et le domaine d’application concernent essentiellement les rondelles nor- malisées destinées aux assemblages comportant des vis sous tension. Tableau synoptique des fonctions des rondelles pour assemblages précontraints. Wormies de référence Fonctions @ Protection contre tes mourtrissuros Diminution de fa pression moyenne | Répartition de la force de serrage Trous de passage élargis Opposition au dévissage Type de | Opposition au desserrage rondelles | Ls Observations NFE 26-513 Fonction essentielle de Plates eS 4444] 0 + | 0 | 0 | protection contre les mur S NEE 25-514 trissures. NEE 25-515 Souvent utilisées, parhabi- Grower sans bec +/ 0/0] 0| 0| = |tude, dans los assembla- NEE 25-516 [| ges non optimisés. NFE25-515| | | Grower avec bees oj o}olo}+|= NFE25-516| | | | ‘Kiso chovawshanior Elles sont exclusivement extérieures forme Fig, | NFE 21-827] 0 | 0| 0 | 0 |++] + |utlisées avec desvis atéte| concave | fralsée. | RONDELLES Fina ites pib Adents | NF e27-628 Fixation de patites piéces, ET FREINS [= accessoires automobile, re chevauchantes f peenous || plane SED wreans O70) 0) 0 ++) + | cycles, électroménager. oe | | Serrage de matériaux ten- Siete t dee ©O | NFEz7-620|++/++/0| +| 0] + |ares Fixation des tdles minces| NFE27-512| 0 en carrosserie automobile Coniques a dents te /te] + et électroménager. intérieures | | | Usiisées sur les alissidres NFE27-626} 0) 0/0 | + |4+| + |des moteurs électriques, Adouble denture | alternateurs. | Recommandés pourlesas- semblages des vis tres courtes {risque de tasse- ment) ‘Assurent dans de bonnes Coniques lisses NFE27-510|+4/++|++|+4| + [++ | | Permetient de maintenir la | Coniquos striées NFEQ7-SI1|++| 44) + tension dans les assemble: | G98 optimisés. Coniques striées non conditions la liaison élec- A picots {normatisée | °|**) + |**|**) * | tique des masses. Fakes non T | Assemblage des piéces de oe normalise [+*|++| +/+) 0 0 | ts bonne géométie, eee Ligonde: +s troston, +hon, =moyen, —passable, _Onul 139 Définition graphique du projet Désignation Rondelle plate fu] [a2] [wrezest Designation de rétément_f | f | norma de rtéronce duals Symbole de forme Diamatre nominal Usinée U, Brute N Rondelles plates d’appui Rondelles a portée Rondelles cuvettes a sphérique tle so . . ¥ fr EtroiteZ G + |< Moyenne A [=d| = normale M ee beilte| Moyenne , a k [Za<— spatsse M E 90° usinée 3 a Large (ele Trés large LL -$— ACA | La. Emboutie ke D > NE 27-619 D | y ata aje2talstate|rle RONDELLES Zz M L ua j Ba |eae] 2] + [6 [7 05 Seales ede 25) 27 5 ul 10 12 o5 | - - | sj 32| 6] e/a] wjos}-)-)-|- | o]2 | as |e] ola] was] - | 3] mw] a] nm] as] as 6 | 53 | 10 12 16 2 ed - - - 4 3 55 6 sa| | wf is | | iz[2 | a] iw] w| wl as] 7 8 | e4| 6 | 1 | 2 | 3 | 15] 3 5 | mo} mw] 2] 45} 9 ao | is} 0} 2] a] | 2 |3 | 6] mu] 2) «| ss fn w|i | mw} a | 2) | 2s] 35} 7] 7 | 2) 2 | os | we {7 | »}| 2] | | a | a5] 6 | a | a0 ale aja} xs] ao] so] o]s |s | wf alu] -|- | - a Bb 45 50 60 10 4 6 10 58 4 - - - w [3 | 2] | | ols fz | 2] of 6 | - | - | - Rondelles plates, wie cso Ls ® _\ 22 Wi Elles permettent de rattraper un | Elles _permettent une | Elles peuvent constituer défaut de perpendicularité de la | répartition correcte des | un arrét en translation surface d’appui F par rapport a | pressions de serrage ot | peu codteux (matérialisé Vaxe de serrage. évitent le marquage de | par une liaison pivot) [la surface d’appui F. 140 Elements standard de construction Rondelles Grower W, NF E 25-515/516 Rondelles ondulées, NF E 27-620 + ~ oti a OF Lat] a [ J AL Vv : série courante ANZ Mortage rondo WZ: série réduite Montage rondelle W_ ae t[ ae papel al ale 22] 22 | w| ws) t65[ a [as] a [is] 1 2p | 27 | - wz] 13 | 2 | | 38) 35] 2 | 12 3 | 32 | 52 we] | | 0] 48) 4 | 25 | 15 4 [43 | 73 aja ja | | se|s | 3 | 18 5 | 53 | 33 wm) | | «|ea| 6 | 35] 18 6 | 64 | ws m)3s je | -|- |r jas} - 3_| 55 | isa] 17 | 28 J Rondelles a dents chevauchantes (éventail) wesDEC Dents intérieures DIC Double denture DD Concaves DEFC im RONDELLES FREINS NEE 27-625 NFE 27-626 NFE 27-627 ap orl ea [me] 2] ee pe] oe 2 | 205] 45] 03 | os = | 45 25| 255] 55/03] 06/ - | - | - | 55 3 6 | oa] o7 | }os|1 | 6 4} 41} 8 | os] 09 |155| 08| 15| 8 8 | 51] 92| 06] 1 6 | a1 }a | ov] ia fis | o9| 18 | 12 8 0 2 6 GLA Montage rondelle DEC 32/14 | og| 13 |2 | 1 | 19 | 155 w2] te | os} aja Jar} 2 fis 1a} 2 | 1 | 15 |a0 | 12 163] 2] 12] 18/36 | 14 Liincrustation des dents wm |ms|33 | 142 | = || et leur élasticité assurent wm |ms| 3 | 15) 22} - | - | - | - | - | - | tefreinage 0 | 906/48 | 5 | 26] - | -| - | - | Obligation de changer la Boo, NOMEL | | * hi, h2,h3: hauteurs aprés serrage. rondelle éventail 2 cha- —e 1 que démontage. 141 Definition graphique du projet Rondelle convexe Rondelle concave large Montage ao Ret pet 1-24» <—1_,| NFE 27-015 NFE 27-616 AONDELLES PORTE BEAT] £2 rondelle concave peut spuentoue || —@ [ofa f tre utilisée soule avec un S| 105 | 15 | 925) 75) 04 | 2 | 25 | écrou & portée sph 6) |v |m yg | 08 | 23) 4 | (page 135) ou avec une ron- a | 7 | 3 |s] 2 | o7 | 32] 5 | delle convene. w | 2 | m | ws | 1 | 08 | 4 | 5 | Cettetechnique est souvent B a % | 20 vy 48 | 6 | utilisée sur les systemes w | 0 | % | % | 2 | 13) 53) 7 | drablocage de piéces com- mj) se ) my | 7 | 2) | 88) 2 | portant des défauts angu- mw [uw | ola | | 2] 82] wo wm | | | | a | 36 | 12} 1 Lw | | » | | o | 2 |v | Aailerons Rectangulaire a 24 il ce | PLAQUETTES I | ARRETOIR. i / 2B \1 B 1 ¥ al B NFEZTSIG el ; || 2] 2 1 Cres 18 | 36 | 36 1 —@) e| fa} a] a! | a] 1 fz |e | zi | a0 ae | as) 21 | is [zr | 20 ; [a0 oo | 60 | 55 | 38 | 15] 3 | 26 alee Lea Lee lato aw) 6 | 425] 1 | o7s a2 y 6 2) 8 | 625) 6 |) 1 RONDELLES 8 eB | 9 | 825) 20 | 1,25 FENDUES we} 3] wo | 1025] 25 | 150] AMOVIBLES 12 4g | 11 | 1250] 30 | 1,75 | w | a] 12 |r| 2 | 2 NEEZTSIE cy 56 | 13 | 1650) 37 | 2 ss wm} al wa | as | 25 et | | - wm) fa | ss Ee w || wa | o x || o {a | w [2 142, Eléments standard de construction CLAVETTES PARALLELES: Désignation [ctaverreranauieie] [a] [toxa] [a] [Nrezress| & a eae f ee “Symbole dele forme Section Longueur référonce Uassemblage par clave- AJUSTEMENTS tage est une liaison par Moyou - obstacle dun moyeu sur a, clavate —A~A Type A?) un arbre. paraliale \clavetage| ¢ Cette liaison rend soli _ LJ 74, formal 7 S daire en rotation un orga- EES tenes ares tee na de machine at un {2 Libre | Hana prong | arbre. Elle peut étre com- 4 ete ou partielle (transia~ [777 Nf a % x bre Normal] wang | Js@ho Le couple transmissible est supérieur a celui obte- i bo gene nu par goupillage. - Différentes formes Forme [A] Forme [B) Forme [6] lst. ape = = => Moyen 7p Arbre REZ ‘Clavete bel te al te | ha} b 6) ft jai 3 waarz| man § malo aval soa [io] dea 10 inclus Clavettes fixées sur I'a vseoucwe| a |» | nass6 es Wad mst Définition graphique du projet La clavette dis- que a une utlisa- tion limitée de par la difficulté a usiner emprein- te profonde dans arbre (affaiblit la résistance de Farbre). Le couple trans- | mmissible est fai- ble. Utilisée lorsque la portée surfar- bre est faible, - Dimensions Clavette Désignation CLAVETTE DISQUE a 5 NFE 27-653, z Designation de élément Norme de référence “Epaisseur a Hauteur b Moyeu Arbre conique Arbre CLAVETTES: DISQUES i ree Moyen [evens [abe [Moyen ko fajblelelal j ts k #1] ha [hon wrt) wat | ea | nme | eo | to +18] | 10 25 | 23 4-15 +28 a=18| 6 |) aos] 6 [aes | 6 [avze as18 13 | 22 | 30 dws] [ar2e 4323 it] | 55 | [ame 4433 | dag 13 | 32 | 90 @10 +33 | daa] 0 [r5[ asf as | ® [aw | ® [avaa| S [2 || m5] 6 [aos | 6 | d-28 6[ [a 8 4433 Nota: Le chaixde Tépaisseur a eat fonction du Giamdire de Farbre dWwoir page 3) Ajustements Moya Ciaveneabe a joumaxi? serrago maxi” 152-259 4 a1 456 o » a a B 2 a * jeux en um. 144 ents standard de construction CANNELURES: AFLANCS PARALLELES Désignation | ‘ARBRE CANNELE A i NPE22-131 GLISSANT. | FLANCS PARALLELES | | ® Désignation de "élément Nombre de cannelures w Diamar intérieur d Les arbres cannelés sont utili- ‘sés pour transmettre des efforts ou des couples impor- tants. Les arbres peuvent comporter 6, 8, 10 ou 20 cannelures. Le moyeu est obtenu par bro- chage. Les cannelures de |'arbre sont fraisées ou obtenues par défor- mation plastique de I'arbre. Dimen: ‘Meannlures Centrage Intérieur extériour Tolérances Moyeu Arbre {contage intérieur) Diametre extériour D Norme de référence Montage Jadeur 0 v ZN -0975 | - 009 =o =021 f lata 07] 08| 09 WW 13 |1| 2 2 03jo4s} 06 Jos} 09|105] 42 | 15] 15 |.65] 2.1 fede 1.daN = 10.N pt] 08] 07 | 08 1 12 [a] 5 | 10| 15 | 20| 30 [ror] r2a[162| 174] 196] 22202] 256 | 29 [ana|aea| a LPL S| 80] 380] 755] 1500 1 ~~] Effort axial Fa maximum fa] i] 1 [is 7 Pama a 147 Définition graphique du projet + Désignation ANNEAU ELASTIOUE POUR ALESAGE - 1 NFE 22-165 A és ¥ Désignation de élément i Norme Diamétre intérieur de l'alésage Epaisseur de référence + Dimensions ee (4 r @ ANNEAUX } / ELASTIQUES Lf AMONTAGE I "AXIAL angle vit Exemple de montage cincps | 2:2 intérieur au montage a wl iu an | a2] 95 | a0| a6 | 50 55 | o0| 1.4] 125) 146| 262) 29.4) 31,4|33,7| 37 | 426] 475| 53 | 98 | 63 +Or +02 Oa 9 oT on | 16] 185 218 6 jo7s}o9]1o5) 12) 15 | 18 286] 9 | 375 45 | bale | 1 }15| 175 1 37] 47] 6 | 7 [84] 98] 106] 126] 15 [184] 19.4] 202| 232] 274] 31.6 wis] 2 25 effort axial admissible NFL 23-203 sur ce type d’anneau est nettement inférieur & celui que peuvent GS supporter les anneaux & montage axial. Ie KA Lemontage doitsefaire | Yi! surdes arbres tounant <2 _»| pi. a faible vitesse. ANNEAUX Etastiques |/ , | ame | ai] 5 |e min} y| Abe | a) pp Ee) AMONTAGE do} a jam | P| io] © | mini) in} oe | a on] io RADIAL 1] 1 [sf os] 2 [os] oz] [ou] os} al af | 7[w | safos] [oss a5 2] 2| 25] 13[ +[saloa] fowl os} a] | w[ 9 [rms] ola] [an] 2 3] 3 [4 | 23] 6 [194] 06 loom ost] 1 | aa | ca | we | [zo | oss 1a [e009] 135] 25] a[a{s [a2[r far [os) [owls Te] [af] fools] [2 fs 8 | 5 [7 [4 | s]aa[ or] {om} 12f | 0] | [a7 |e i] [35 | 35 ef} ale |s | npan or ov} 12] | 25 | 98 | a4 [ae [ara] 2 ata 148, Elements standard de construction + Goupillage Le goupillage a pour buts: =d'immobiliser une piéce par rapport & une autre; = d'assurer un positionnement relativement précis d’une piéce par rapport a une autre; =de transmettre un mouvement (rota ion, translation...) ; ~d’assurer un rdle de sécurité en cas de surcharge de mécanisme (cisaillage de fa goupille) ; ~ de permettre un montage ou un démon- tage du mécanisme relativement facile- ment (prévoir I'évacuation de la gou- pille par un trou de dégagement) avr me) | ‘GOUPILLES cYLIN DRIOUES | GE GOUPILLE | comune Type A baal [=| NFE27-084 Désignation + 7 Norme de élément 2} Longueur | de référence + Dimensions Type A ae Conguaurst 025 | 035|6-8- 10-12-16. 16-20-25 o4 [os [8-10-12-14-16.20-25-20 95 | 088 | 8-10-12-14-16-20- 25-30-35 (963 | 0.90 | 0-12. 14- 16-20-25. 90-25-45 og [12 [2-14-16-207 26-99-25 40-5 60-85-60 1 [1s [16 16-20-25- 90-35-4015 50-85 -60-65 12 [2 [20-25-90-35-40-45-50-55-60-65-708 GOUPILES | Goupille derriere la rondelle Goupille a travers ’écrou —_Goupille derridre cru Vécrou FENDUESV | - Dimensions [ee NFEZ87 4 | rinman| | nn fan] Lngueurs disponibles 4 2 [17] 1a] 46] 5 | 0] 0 58 8210-12-14. 18-20 7 2-%-28-22-28 5 40-45 - 50-56-63 * 11-80-90- 110-112 3 Hit Préparation des trous | | | Doigt de commande | | Assemblage invisible de 2 pieces ‘Axe de rouleau C: cannelures constantes P: cannelures progressives 150 Eléments standard de construction GOUPILLES ELASTIQUES + Généralités Les goupilles élastiques sont obtenues par enroulement d'une bande d’acier de résistance a la rupture tres éle- vée (acier traité et revenu pour Rr = 1400 MPa), Avantages des montages avec goupilles élastiques = facilité de montage, — tres résistants dans la transmission des efforts, —tres résistants dans la transmission des charges vibrantes, ~ tras résistants a l'usure, ~ faible coat. + Désignation GOUPILLE Pa | | fe @ASTIOUE | EPaIssE a | NFE 27-489 s - ation f de element | Type { Diamétre | Longueur f t + Exemples de montages © Montage normal Barre de traction Cisalie Barre de traction (cisaillement) + Dimensions 7} 8/9/10] Idisponibie | 5-6-8-10- 745)9,45| 95/105) $5858: 1 20-22-25 - ta] tay 2 28 - 30 - 35 - b 40-45-50 - og|o75| 1] 1 | $e. 69.90 el ealaalacclesiaiasisele nana Série épeisse:e1 1 [88/68] 8a 10a10altoa rzali2altsa| tio - 120 - Sere mince: 2 40 | 50| 60 | 80] 80 | 100) 120} 120| 140} 430-140 161 Définition graphique du projet RESORTS: + Généralités Un ressort est un élément élastique d’un systeme mécanique qui reprend sa forme a l'état repos Selon sa forme, il peut étre de traction, de compres- sion, de torsion I peut limiter les efforts, rattraper un jeu da & Fusure, compenser une dilatation, amortir les vibrations... + Désignation Verin 2 Z Z Ressort de compression Ressort cylindrique de compression {a} Section cireulaire {(b} Section Fectangulaire RONDELLE | i shalt | B | Nez | Désignation Diamatre * Numéro Norme de Falément nominal} desérie de référence + Symboles Désignation | ®., oO LARAAAL whe Ressort conique de compression en fil de section circulaire COMPRESSION t Rondelle ressort conique simple i. (type « Belleville ») Ressortcylindrique | 7 de traction en fil de section circulaire . ‘TRACTION Ressort cylindrique @ action angulaire ‘TORSION 152 Eléments standard de construction + Formes des boucles © =D A. Boucle compléte normale (csillet anglais) op a0p0 RESSORTS | C. Domi-boucle relevée (aillet allemand) D. Boucle allongée au contre DE TRACTION + Détermination de la tension initiale Co graphique est tracé pour un fil de 100 daN/mm?. Le résul- tat peut étre corrigé par une ragle de trois pour les autres fils. Relations observer BouclesAetB:L=(n+1)d+20 L =Longueur totale extérioure Boucle — :L=(n+1)d+14D_n =Nombre do spires utiles BoucleD — :L=(n+1}d+2b = Diamétre moyen du ressort d= Diamatre du fi +Formes des extrémités _- Relations a observer Simplement | Simplement Forme des extrémités ime | lees Nombre de spies utiles _(ni| n=N—W2 | n=N-1 | : Nenvi@| Nenet ‘Simplement coupé Nombre de spirestotales (N}| yy L-d | y_L-d/2 P P Hauteur comprimée & bloc (H)| W= diN +1) |H=dIN4 12) t-d |, _L-a2 P | pated | pe Simplement meulé [eee (ol) P= |W ee Rapprochées | Rapprochées | RESORTS [Forme dos oxremités | nontmoulées | et meulées DE COMPRES- Nombre de spies utiles in| n=N-2 | n=N-2 a +2 [N=ns2 Rapproché non meulé Nombre de spires totales (N}| yp, L=3d |)», L=2d P Pa Hautour comprimée a bloc (H)| H= (N+ 1) N ARAN O toni (| Lesa-+op L=3d Pas {p)) p= Rapproché et moulé { n Flache: ¢=82.0.0° ~f :fleche du ressort en mm Gat "charge appliquée au ressort en N =D: diametre moyen du ressort en mm Rekiow: 6a =n :nombre de spires utiles Ree an DP = 6: module d'élasticité transversal en Nimm? ~ 4: diametre du fil en mm —K :raideur du ressort en Nimm 153 Définition graphique du projet + Déformation ©. : angle de rotation M : couple appliqué au ressort en Nomm M=axP1=bxP2 :longueur du fil participant a la déformation Tige centrale RESSORTS DETORSION 1: nombre de spires = D:@ moyen en mm Taux de travail 04M | G : module d’élasticité transversal du fil en N/mm? R=—@ | d idiametre du filen mm R contrainte développée dans le fil en N/mm? + Eléments de calcul | F (erage ctcasemen) AL ‘i = S IS Chargo at flache corres- Addition des charges pondantalarondelle Heche unitare dvisée par lo nombre de randelles Rondolle montéo seule Rondelles montées ‘ompilées dans leméme sens os Za wg & 3 de . Charge correspondant Adkition des charges une ondelle Addition des laches pene Addition des laches RESSORTS Rondolles montées empilées Montage mixte CONIUES ‘en sens contraire (BELLEVILLE) + Valeurs des charges en fonction des fleches Tabi vie pata) 7 abr ebro mines) ele la D ieat!® -04 Det - 078 nom. WIZ. m2 Fa (da) T Faldan} © | | bo «| fo | mo | ‘pour fea fo =| 82 [0 | 0s] 05 [om [ 07 aaa [o7o| 2 6} 62 [5 [1s fo fos os [oss [oes | 29 a as _[-0as [105 | at m0 | 102 | 20 | 205] 1.1 | 045 | 1.55 o8_| 056 | 135 mM m[ 2 | 25 [256 15 [08s | 205 a7 [160 | _a7 i [wea | 918 | wea ve 07 | 2s og [zis | wi ts | 133 | 355 | 364] 2 | 08 | 290 518 1 | 225) 169 | maf pai) 25 foo | aie] ost 1-265 | 262 m | ma [as | as 25 [1 350] 7 13 [305 | 385 | | ma_[ ss) 3 Pia Pano] tr 13a] a0] a1 fas) eas | as [ra a0 | 18 175] 425] 719 35 [|_| ms[4 pis [sso] 209 fas fo [aso] an “| 17 | ayo] 3386 25 [530 [1082 | 164 Elements standard de construction + Guidages des rondelles élastiques Guidage de I'empilage alterné ® » 4 | Paquets et empilages de rondelles res- sorts sont guidés. Cela est assuré par des éléments de guidage tels que, par OT exemple ~ une broche de guidage (guidage inté- rieur, voir fig. a), = un manchon de quidage (guidage extérieur, voir fig. b), — 0u par des mesures autocentreuses (guidage par billes, voir fig. c, ou par des segments en fil métallique écroui, sans | | figure). r RONDELLES “ ~ Se see Divers guidages d'empliages alternés epee. Guidage des rondelles élastiques et jeu conseillé Quand les rondelles ressorts sont empi- \ées en colonnes, il faut alors qu'elles a) soient guidées sur le bord intérieur ou extériour. Dans le cas d'un guidage intérieur, 'axe de guidage devrait avoir une surface lisse avec dureté de 52 HRC. Pour le jeu entre élément de guidage et le ressort, on conseille les valeurs indi- quées dans le tableau ci-dessous. Les ressorts devraient travailler, dans la mesure du possible, entre s = 0,1. h, et =0,75.h. b Liintroduction de fa force dans le ressort ou dans lempilage de ressorts devrait, dans la mesure du possible, étre effectuée par ie bord extérieur du ressort. os jusqua 16 pusde 16 a plusde 20° & plusce 26 a Plusde 31,5 a 50 a a a a plus de 50 lus de 80 lus de 140 plus de 250 Guidages des resorts (a) intériour, (b) ex ‘Jou T entre les ressorts et "élément de guidage 155 Définition graphique du projet RONDELLES RESSORTS CONIQUES: (BELLEVILLE) (suite) + Exemples de montages d’aprés MUBEA Montage de roulements a billes sur broche de fraisage a SS 2 (CS 5 TPs Rondelles resorts coniques montées en sens contraire Maintien en compression des joints Montage de roulements a billes de corps de pompe Rondelles resorts montées ‘ Rondolles ressorts montées ‘en sens contraire fen sens contraire Amortisseur de vibrations Rondelles resorts montées en sens contraire _ Rondelles ressorts coniques en montage mixte 156 B. DEFINITION DES ELEMENTS B1. ANALYSE FONCTIONNELLE B1.1. SCHEMATISATION DES FONCTIONS MECANIQUES = Voir schématisation, page 34. = Voir schémas des liaisons entre pidces, page 36. —Voir symboles divers : roulements, engrenages, accouplements, vérins... B1.2. SURFACES FONCTIONNELLES D'UNE PIECE ‘Surfaces fonctionnelles surface de quidage Elles sont déterminées par les Surface de liaison Surface Si fonctions a réaliser enveloppe| ~ Surfaces fonctionnelles ter- | 3 p minales. Elles sont condition- j nées parunjeuouunserrage. 2 urfaces fonctionnelles de in. Elles sont condition- nées par un contact tempo- raire ou par un contact per- manent en situation de fonctionnement, Surfaces enveloppes de ma- tire Surfaces dépendantes de leur mode a’obtention (fonderie, I matrigage, usinage...) et par ticipant @ agencement des Surface de guidage éléments liés par des surfaces fonctionnelles. Exemples de surfaces définissant une ‘SURFACES AA Surface participant ala fonction déplacement dela pidce 2 \ ISurface de liaison A Surface participant a ia _/ = a+| fonction transformation «iu mouvement de rotation entranslation Cale per Caractéristiques d'une surface = Voir tolérances géométriques, page 225. = Voir états de surface, page 216. Surface participant ala fonction guidage ‘en translation 157 B2, PROCEDES D’ELABORATION DES PIECES MECANIQUES B2.1. PROCEDES DE MISE EN FORME. MATERIAUX ASSOCIES « Moulage en sable Procédé permettant d’obtenir des pisces a I’état brut par coulée du métal en fusion dans I'empreinte du moule. Métaux les plus couramment utilisés : fonte et Alpax (alliage d’aluminium). Aprés chaque démoulage, il faut reprendre la préparation du moule (changement du sable, formation d'une nouvelle empreinte dans le sable, mise en place d'un noyau. .) Piace brute a obtenir (bride) Dessin de la piece brute Les surépais- seurs (en cou- leur) permettent [} lusinage pour ~ obtention des drones ok cotes défini- ‘ tives, Supisow Modele de la piéce en deux parties Boite & noyau en deux parties aed comoge S En moulage série, les deux parties [KV _¥ VA du modéle sont f'\\/ | 4 liges 8 des pla- || ques modéles. Ly ww 4 Lo 2 MOULAGE Empine Realisation du moule Bureau étude (BE) Neveu lst dona font évacuaton ds gaz {bate oyeu puts | Bureau eae des méthodes | Psvonnenent (BM) noe aa F : Canal outa Modelerie ce SELENA nts itriour a ! — Fonderie Plan i L plan irersecton — a eatgatc, — Piece exrite uroul aprée Contrdie | Simmesee — dequalte | fuses Tome [_dequaite | Toowere Traitement ~ an thermique 158 Procédés de mise en forme. Matériaux associés Le métal en fusion est coulé dans un moule métallique en fonte ou en acier spécial & haute résistance thermique. Le moule est réutilisable aprés chaque coulée. Utilisé pour les grandes séries. PZ] canen Structro du moule métaligue ste ul ieestne) Trewin enue f tole 7] Noy \ vag Iori : Dessin du brut patel fice Ueesipnsens ‘sont plus faibles Empreinte quien sable tenis aoa — ss de oannmert 7 [Pan ni cartes arate tram 500 pss nA acomoulage a. ¢ lage des ma’ ques par inj + Phase de préparation Chauffer progressivement la matiére pour la rendre plastique (130 a 350 °C), Matériaux de base en poudre ou gra- nulés, Exemple de polyméres TP: ae = PVC (polychlorure de vinyle); y (suite) ~ Polyamide PA (Nylon, Rilsan}. 2 Vis sans fin, en rotation dans cette phase, permettant le transfert vers la partie chauffante du cylindre. Cylindre avec résistance chauffante. + Phase d‘injection 4) Le piston terminal de la vis, piloté par un vérin hydraulique, injecte sous pression la matiére dans 'empreinte. [5) Coquille fixe @) et coquille mobile ®. @ Empreinte aux formes de la piéce avec rin fortes dépouilles. Pas d’angles vits. 1a) bytroiue Epaisseur normale 1a 4mm. et 1 Trou ou «carotte » de coulée. Ejecteur pour extraction de la piéce. + Phase de s ication arena Les coquilles refroidies assurent le durcis- sement du produit moulé puis l'extraction de la piace. 169 Procédés d’élaboration des piéces mécaniques MOULAGE (suite) sai Augmenter I’épaisseur pour di « dureté » due a la trempe que subissent les faibles épaisseurs (faciliter |'usinage). alliques Eviter le changement brutal de l’épaisseur Ponte Mauvais Bon Mauvais Bon Décaler les nervures Décaler les raccordements des parois Mauvais Bon Mauvais Réduire 'épaisseur massive Red masse d'une paroi LA Epaisseur constante sbtention de pi Eviter les angles vits Emini = LL. by Mauvai Prévoir des nervures ju ré- OO ar ‘oo Mauvais Eviter les déformations au corms \/ a Mauvais Bon Nota : Dans tous les cas de figure, prévoir de fortes dépouilles pour le démoulage. 160 Procédés de mise en forme. Matériaux associés Poingon supébut Le procédé consist += préparer une poudre ou un mélange de poudre généralement métallique; 4} * comprimer cette poudre dans un moule (phase de compression [fig. 1). + chauffer dans un four sous vide ou a atmosphere contrdlée a une température inférieure & celle de Poingn ntieur élément principal (phase de frittage). Mélange de poudre comprimé Moule Semin A pews Sigh Epaulement et dépouilles : pour les piéces non y yo épaulées, la dépouille n’est pas nécessaire (les L = forces d’éjection sont supérieures aux forces de 4 Nya] =| _ frottement) (fig. 2). Pour les piéces épaulées ou |. S YN | comportant des embrovements, des dépouilles | 52) minimales de 3° sont ndcessaires (fg. 3). 2 FRITTAGE tg. ee pe Chanfreins : casser I'angle vif par un méplat de 0,1 i {an diminue la fragilité des poingons) (fig. 4). De préférence choisir des chanfreins a 60° (fig. 5). Rayons : comme pour les chantreins, on réalise un méplet de 0,1 (fig. 6). Le dessinateur peut exécuter des rayons tangents ala face et au cylindre au lieu et place des chan: freins (fig. 7) apes Fédération des Chambres Syndicates des Mineais ot ‘des Metaux non fereux oa0g Le matrigage s‘applique au forgeage mécanique _—kogumentde exeédent des métaux non ferreux. Se Lestampage s‘applique au forgeage mécanique o des aciers. Le procédé consiste & chauffer un lopin de métal & une température adaptée et a l'écraser entre doux matrices gravées conformément aux formes définitives & obtenir Dépouile less extérieure ) Pion fa Presse 5 2, Estampact | | a . be) OSo! ee Eas KR t MATRICAGE Presse avec éjectour Entraxe Variation de sections: +Raccorder les différentes sections de la piéce Dépouile par des congés. ~bpouie + Supprimer les variations brusques de sections. Arrondi darétes —: choisirr > 0,02 0 Rayons des noyaux : Toile : Prendre e=2.85mm Surépaisseur d'usinage 1&2 mm sur chaque face usinée en sus de la dépouile. AA 161 B2.2. PROCEDES D‘USINAGE FRAISAGE ‘TOURNAGE PERCAGE ABRASION Fraisage Tournage ‘M,: mouvement circu- laire donné a out ‘My: mouvement recti- ligne donné a la piace. Autres mouvements dis- ‘M,: mouvement circu- laire donné a la pidce. ‘My: mouvement longi- tudinal rectiligne don- né aout, ponibles Autre mouvement dis-| M, : transversal. ponible: My: vertical M,:wransversal Percage sur perceuse sensitive Pereage sur tour ‘M,: mouvement circu- laire donné a 'outi My: mouvement verti- cal rectiligne donné Voutil par opérateur. ‘M: mouvement circu-| laire donné a la piéce ‘M,: mouvement longi tudinal rectiligne don- ne 4 lout, Vitesse de coupe V, La vitesse de coupe V, constitue la grandeur cinématique de base du couple Outit/Piéce (O{P). Elle est exprimée en m/min. De nombreux paramatres liés au sys- teme de fabrication conditionnent la détermination de V,: + Bbauche ou fstion + Usinage extnour | esi tefeteaon Oy “Hate genatn | | sna & éesuace "| @ _ * Neetu toe stoqione | = Paes imposte pares * eo T sihann Rectification ou usinage par abra Plane Plane Procédé d’usinage pour I‘obtention d’une Superfinition, Cette opération est géné- ralement précédée d'un usinage conven- tionnel (tournage, fraisage. Voutil de coupe est une meule qui per- | met I'usinage de matériaux tres durs. Principaux types de meules “yor —— Mele plate Moule lpieire ces digg Gn Moule pate Mout plate Adouxenbrevements ——unmayeu Q [ge Meulo boisseauconique Meuleboisseau droit tot 162 Procédés d‘usinage PROTOTYPAGE RAPIDE Le prototypage rapide désigne de nombreuses techniques permettant I‘obtention rapide, 4 un stade précoce de la conception, de prototypes matériels. Il permet, a partir de la modélisation informatique qu’est la CAO, la réalisation rapide de formes en trois dimensions, par couches. Il permet, tres rapidement, de juger I'impact esthétique, le degré de difficulté de la fabrication, du montage... Il permet de préparer l’outillage, I'emballage, le marketing... Concept de prototypage rapide : quatre conditions de base L’obtention || Une modélisa- | [ La chaine infor- | | Faire appel aux | rapide de formes || tion CAO doit | | matique ne doit | | procédés de fa- | complexes en 3D | | étre utilisée dés | | pas étrerompue. | | brication parcou- | (intérieure et ex- | | le stade initial de ches (PFC), | térieure) doit | | la conception. atre possible. Il existe plusieurs procédés industrialisés que l'on peut classer a partir de l'état ini- tial du matériau de base: = la stéréolithographie, & partir de résines liquides; = le frittage sélectif laser, & partir de poudres de polyméres ou de métaux; —le dépét de fil fondu, a partir de polymeres en fil; ~ Ia Stratoconception, a partir de matériaux en plaque (bois, polyméres, métaux). Une famille dite Imprimantes 3D, permet la réalisation rapide de formes a partir de dépot de matiéres déposées a l'aide de tétes de projection. Technique de prototypage rapide par le procédé de Stratoconception” Le procédé consiste & décomposer la piéce en couches élémentaires 2D ou 3D appelées strates, dans lesquelles sont introduits des inserts. Les couches élémentaires sont automatiquement découpées dans un matériau en plaques 4 partir des procédés d’usinage avancé en 2,5 axes (microfraisage rapide au laser). Les strates sont ensuite assemblées a Vaide des inserts pour constituer la piéce finale. L’assemblage est pris en compte des la décomposition de l'objet, il participe & la tenue mécanique des pices. Le procédé est trés rapide, il est sans limitation de formes, ni de matériaux (bois, plastiques, métaux, ...). Il s'applique indifféremment aux Mmaquettes, aux prototypes technolo- giques, aux outillages, etc., jusqu’a plu- Photo Chariyrobot sieurs matres. 163 Procédés d’élaboration des piéces mécaniques _ . Principe du procédé de Stratoconception® Procédé francais, breveté et développé par le centre de recherche CIRTES a Si Logiciel stratoconcept Mise en panoplie Strat cation Cho's des dimensions de plague. 295 - choix du plan... Fichier ~ Cholx du pas. STLCAO ~ Choix des inserts az Pilotage | machine x - - “\ y, ! Usinage des strates en 3D par microtraisage rapide i — Positionnement des strates 3D par inserts Poste de microfraisage existe deux familles dé + Le prototypage rapide ~ de la maquette d’aspect bois ou plastique de petites et moyennes dimensi technologiques en plastique ou en métal. + Voutillage rapid = pour la fonderie (plaques-modéles, modéles, moules, ...); ~ pour la plasturgie (thermoformage, rotomoulage, injection, ~ pour la mise en forme (omboutissage, découpe, ...). pplications pour ce procédé: NS aux prototypes La Stratoconception : ~ Stratification La piéce est virtuellement stratifiée en couches 3D et les strates sont mises en panoplies puis découpées. L'assemblage, prévu des la conception, est effectué sur poste spécial par inserts et col- lage des feuilles découpées. ~Précision : Elle est de plus ou moins 0,05 mm en X-V. — Divers Ce procédé breveté permet, dans la phase amont de conception, le positionnement d'inserts et de renforts dans objet, afin de garantir des sollicitations mécaniques et de participer a 'assemblage des couches, 164 Procédés d’usinage Enfongage par étincelage apres SOFETEC A Les deux électrodes 1 et 2 sont plongées + dans un liquide didlectrique 3 (fluide & - : haute résistivité). La piece 2 est reliée ee i Vanode et l’outil 1 a la cathode. Un générateur impulsions fournit des i. ]RER FP décharges électriques dont la durée et la tension sont fonction du matériau de la E4 pidce et de la précision demandée. Pompe A chaque impulsion, la décharge élec- Tasirason trique produite (température variant de LE tee? = 30000 50000°) provoque I'érosion de USINAGE stevens lempreinte & réaliser dans la piéce. PAR ‘ELECTRO- é i fnosion | Découpage par fil Uélectro-érosion permet d'usiner des métaux ou alliages durs ou réfractaires (usinage de matrices, outillages en acier trempé ou en carbure de tungsténe).. Uélectro-érosion permet de reproduire automatiquement des formes tres diverses a condition qu’elles soient dé- moulables. Principe D‘eprés INDUSTRIE ET TECHMIOUES Le faisceau est localisé a la surface du et matériau. orgie ‘Au point d’impact se forme un puits capil- \ laire dont les parois sont constituées d'un tile matériau (metal, plastique). ———s Un gaz injecté sous pression par une buse dans la zone de découpage évacue le matériau en fusion. 70% des applications des usinages par laser concernent le découpage des tdles métalliques, des planches en matigres usinace || plastiques, en matériaux composites ou 4 PARRAYON | €n caoutchouc. Pie mired / | LASER C'est une technique souple. Les formes de la piéce & découper résultent d’une pro- grammation et non de la réalisation d’un outillage spécifique. Elie réalise un travail de qualité. Lors du découpage, les piéces ne sont soumises & aucun effort (découpage de piéces fines et complexes sans déformations). La découpe des pices permet une utilisation immeédiate. Le procédé est facilement automatisable. Un calculateur peut facilement commander les mouvements de la machine. Sous réserve d’automatiser le chargement et le déchargement des pidces, il est possible de faire fonctionner, de fagon autonome, un systeme de découpe au laser. Du point de vue conception, la découpe au laser diminue les contraintes de formes done donne aceés a des pieces plus fonctionnelles, a des ensembles mécaniques plus performants, plus esthétiques et moins chers. Du point de vue organisation de la production, des lancements en petites séries deviennent possibles. 165 Procédés d’élaboration des piéces mécaniques Joint bout 4 bout Les matiéres thermoplastiques chauffées localement en dessous de la température de décomposition passent a l'état plas- tique ou & état visqueux et se solidifient & nouveau aprés refroidissement. Ce sont ces propriétés qui sont utilisées pour assurer les assemblages par sou- dage. Nilo overages) Chalumeau oxyacétylénique La fusion est provo- quée par la chaleur dégagée par la com- bustion d'un mélange d'acétylene et d’oxy- gene. Ce mélange est réa- lisé parle chalumeau. liorer ta qualité. Soudage a’arc avec électrodes enrobées Lame en acier de I'électrode conduit le courant électrique et constitue le cordon de soudure. Llenrobage participe a la stabi- ité de I'arc et protage le cor- don de soudure contre l'oxy- dation et apporte des éléments a la soudure (nickel, chrome, manganese...) pour en amé- Le laitier est éliminé apres re- froidissement de la soudure. SOUDAGE PAR Le soudage par ultrasons s'applique uni- ULTRASONS quement aux thermoplastiques. Léétat de la matiére obtenue aprés sou- NF E 04-020 dage est homogene et la résistance de la zone soudée est similaire a celles des pieces assembiées Opération de fusion localisée de deux piéces de méme nature en vue d’assurer leur liaison grace & un métal d'apport de nature presque identique a celle des piéces de base (chaudiéres, char- pentes métalliques...). tease @). METHODES DESOUDAGE Zou cuton sc proproment dt aetson NFEoLen tgosnge ds pets on Procédé TIG (Tungsténe inert Gaz) A Vaide d'un courant appro- prié dont la nature varie avec le métal de base et fourni par un poste de soudage, on fait jaillir dans un gaz inerte (argon), entre une électrode de tungsténe infusible et la pice, un are électrique. La chaleur dégagée par cet arc fait fondre localementla piéce et le métal d’apport, formant ainsi le joint soudé, 166 Procédés d’u: age METHODES DESOUDAGE (suite) ARC PLASMA TRANSFERE Procédé Mit Le plasma, atmosphére gazeuse ionisée (conduc- trice) et chaude, forme une colonne d'un arc. A travers cette colonne circule le cou- rant électrique. Le plasma est done employé pour obtenir une source de chaleur tras intense et tres concentrée. Ce procédé permet d’assem- bier dans d’excellentes condi- tions des téles tres minces (quelques centiémes de mm Ades épaisseurs de quelques mm) grace a l'are trés stable. Utilisé dans l'industrie nu- oléaire, aéronautique et spa- ciale, protheses dentaires.... + Soudo: sbinthtéronbre Tube on cure [sb Acer nora E=-nn maa Basie fice Dispositit de descente Electrode mobile Energie Electrode fixe | Pieces (ties) & assembler Soudage par résistance Par points Piéces assembler main- tenues en pression entre les électrodes. L’énergie électrique four- nit la chaleur par effet Joule. Soudure par points utili- sée pour les petites et grandes séries (assem- blage de carrosserie a Vaide de robots pinces). __Molettes électrades Lo Pieces (tdles} a assembler Soudage par résistance ala molette Pieces a assembler main- tenues en pression entre les molettes. énergie électrique fournit la chaleur par effet Joule. Procédé permettant les assemblages plans, cylin- driques... La soudure peut étre conti- nue ou par points. ional donot se ropa epee sventiache=0 + Surépisour rrunnoqe dla pace A ‘aia se mire pour usinage Opération de liaison de deux piéces de méme nature ou de nature diffé- rente, sans fusion, mais mouillage, a l'aide d'un métal d’apport de soudo-brasage ayant une tempéra- ture de fusion inférieure a celle des deux pidces de base (soudure appe- Iée aussi a basse température). Opération identique au soudo-bra- sage mais avec une température encore inférieure et avec des pro- duits fluides a l'état liquide (brasure d'argent, soudure a I'étain). t Catia Procédés d’élaboration des pieces mécaniques Repré: ation et syr taires NF EN 22-553 ISO 2553 j Representati oc ésentation | Désignation “Bilis Symbole | Désignation aie” | Symbole Soudure sur bords relevés compléte- Soudure ment fondus par points Soudure sur TI, l| bords droits LA Soudure 7 | en ligne continue s Soudure faved env recouvrement | Soudure Soudure enV en demi-V @flancs droits Soudure Soudure endemi-V enY &flancs droits sympotes | Soudure Soudure FLEMEN. | en demi-Y sur chant TAIRES . Soudure - env rechaemene| & Se am (ou en tutipe) ea a - - rh Soudure | ARB p 1 endemi-U Z a os | 2 __| Assemblage J — de surface Reprise afenvers = | iecnnsasecee Soudure A Assemblage Tf | 4 dangle WH K oblique Z a | :ligne de repare. ligne de référence. : ligne d’identification. symbole de soudure. symbole supplémentaire, cotes principales relatives a la section trans. versale du cordon de soudure. Cotes relatives aux dimensions longitudi- nales du cordon de soudure. indications complémentaires, 3 a 5 6 7 8 168 Procédés d’usinage Soudures périphériques Soudures faites sur chantier indication du procédé Zé Lorsque la soudure doit étre exécutée sur le pour- Lorsqu'il est nécessaire de préciser le procédé de sou- Lorsque la soudure doit dage, le nombre qui in- étre exéoutée sur chantier, dique le procédé est inscrit de soudage ft INDICATIONS | tour d'une piéce, lindiquer ajouter un drapeau comme entre deux branches d'une Beards | en tragant un cercle comme indiqué fourche terminant la ligne indique de référence. Exemples d'indications de procédés de soudage (Extrait ISO 4063) / Soudage électrique & ; 1 | Soudege clectrave® | 2. | Soudageparrésistance | 31 | Soudage onygaz . Soudage par points Soudage Soudage atare avec | 2! | (parrésistance} 311) oxyacétylénique 11 | électrode fusible sans " protection gazeuse | 3. | Soudage aux gaz 9 | Brasage signation Tscription Soudure sur bords relevés complétement 2 sll pénétrée Soudures bout & bout mea =| CO! tt | VV | x Soudure dangle continue aN wz soranion || | DES | aI CQ nxbx(o) soupunEs || Soudureentigne | ‘(a Sle a nombre éléments de soudure Soudure d’angle discontinue aX axéx(@, nombre détéments de soudure Soudure d'angle a éléments alternés Soudure par points a nxt Ti a ax2 (6) nombre éléments de soudure AO axe) ‘n: nombre de points 169 Procédés d’élaboration des piéces mécaniques LE COLLAGE + Limites du collage Parametres Ginites Représontation Température 8 (°C) 60 a +250 3 le = | Gonainte nommale | iwimm?) = azn o| = Contrainte tangentiele a en cisaillement TUNiron?) i Contrainte normale a = | ‘en compression 3 (N/mm?) 450 = —r Pel 8 ° lage Rpelage (Nim) 420°C 10 : 7 = es en fonction des solicitations Les différonts types d'assem- blages classiques ne convien nent pas toujours pour assurer une ‘liaison collage, aussi quelques géométries conseil- lees sont proposées ci-contre. Calculs des joints exemples) Bouta bout sf [Mawvaises coneapts Solutions conseillées = S=a-b Val S= surface de collage épaisseur du substrat b= largeur du substrat Biseautage cosa 1, =longueur du recouvrement a= angle de biscautage Simple recouvroment Sek-b ZZ hey Emmanchement Sen-D-L, dt A= CI 170 Procédés d’usinage LE COLLAGE (suite) Doc. HENKEL-LOCTITE + Principales colles et leurs stilisations 7 a 5 Caractéristiques| Types Familles de produits Références principales applications “isbu pour aba our. a Mul-usagas, Temps de prise: 2.86 s. PRISM 401 -matériaux poreux. | Bilame de thermostat. Traction collement: 18320 MPa, Maaurtratésounon. |" Hussore le orp dopgmercsoasiaec: | PRSM AS | ni Spec get | —ameutonent & Thdats ynocrytes PRISMA Odeuratiace | Sass, | !monaeomposentspormeisant ‘ables nnages ‘par lhumidité présente PRIGM 480 Grande résilience. fembrane surassurtaces deat patoue Le cotage rigide uit-usages. | Charire do pono Temps ce prise: 058 3in mai os, remiau0s. | setgur de av-gaco Tracumeisadonent aus, | Muttondsaa |" Talantaus |More mie Tam. deponte:"s08 150°C. | saving guracesarassos, fikisieoncrobescursgson | iubontsso, | Ristantas B66. | paigssous an abeonco dairiiT-ze), | Paxycomel ER cuximportants, | Ge clin. acriquas (329-330), 6pory 1/1 (EPS). | us a Bijouterie. Lwcallagesouple | Siicometasi0 | Mulusages —— Jou0088 10mm Siicomat S18 | Neuve, ron cores | g,,Aguarium. Temps de pise:Smint Sours, | SiicometAS20 | Novo, aueradreren. | ete de phere Traction eiailoment: 135 MPa eames “Temp. depante:~ $504 500"C. | Slicometaxsaa | Prise rape crane Eaatombr slice sparen syste acti. tt VuleonsantperThumigtd | Flaxcomat Pus | Jauximporans, | A /OPRSSer ou grice bun accdlérataur stim PLX ‘ting Le collage UY. Muliuseges. | Fecon de partum Jeu 00803 toot 380 | spec pate gute Terps. pree:1 8003 toctwe 302 | gfontage de compo- | hypodermigue Tygon featonet: 98 MPa | qaaisaesuace. | Compocars "emp de ponte’ 508 180° areuagenclaiis. | slectonques, etn acrun anarobes one | Visco reglge. ymrivart sou tat * overt, “Ges rayonsuvevoiets lociwes72 | “Frotecton’ | ou de cinuro. Le treinage | - Jeu uipted sacha terry Froinfiot 222 | Résistance able. Visser Fete eens vapec: | Frenflat243 | Résistancenommate, | Boulonnei, famp-de pone: $08 180°C. | Freieta7) | "Résistance fre Govjons eabuence do ote présonce dometal L La fixation | Jeu < 025 mm, Telérat aux oe Temps de prise : 5 & 10 min. ‘Scelroulement 603 surfaces grasses. | Rovlements, bag ‘Traction cisilement: 183 aU MPa, Tras one Tenpiepeme:— sod tere: | Bocmesseete | rasan, Planar sxe. ésinos snabrbies dureissant ort résistance. Résnes anafrobies durssant | qucknetal 650 werésitance. | csv, camels, deméta étancheite ‘Jeu: T mm Temps de prise: 15.45 min Traction csalloment: 387.5 MPa “Temp. de pointe 653+ 225°C ‘ésinas Snadrobles duciseant en absence dar et en présence de métal (542-572-571), Cuves alimentaires X30 ¢r30 230030 650 940 | 10 || eosiae XACrNiMot6-4-4|Z70ND164 | - | - | - | X2OrNi1e-10 |Z3CN18-10 | 175 | 540 | 45 | X6CrNi 18-9 - 200 | 590 | 45 | | imentaton XGCrNiTi 18-40 |Z6CNT 18-10 | 210 600 | 40 | | oréwere XGCrNiMo17-11|Z6CNOTi7-11| 190 600 | 45 | il] HS: précise qu'il s'agit d'un acier rapide. Hesse ies quatre nombres, séparés par des traits d’union, ent les valeurs des éléments d’addition dans l'ordre : W, Mo, V et Co. * Dans certains cas, la correspondance entre la nouvelle et 'ancienne n‘est qu'approchée. 175 Procédés d'élaboration des piéces mécaniques Norme A57-702 ALUMINIUM ET SES ALLIAGES Mie A: représente le symbole abrégé de l'aluminium. 7 : indique indice de pureté chimique qui croit avec la pureté, AT: aluminium a 99,7 % de pureté. moulé oe Al: représente le symbole chimique abrégé de I'aluminium. Al Cua Mg Cua Mg : précise les principaux élements d’addition (symboles chimiques) respectivement suivis de leur teneur centésimale. d'aluminium corroyés* =: symbole abrégé de l'aluminium. EN AW 2017 W: definition des produits corroyés. — 2017 : composition chimique. [Al Cu 4 Mg Si]: désignation chimique facultative placée entre [ lindiquant la teneur nominale de I'élément considéré. Etat**|Re (MPaj| R (MPa) | 8% Utilisations yao [75 120__| 40 [Appareils ménagers _| vs0 | 80 95__| 40 | Industrie chimique et alimentaire EN AW i050(AI995] | Hia| 105 | 115 | 11 [Emboutissage EN AW 1100 o | - s0_| 35 +} Shpuaronnai, youre EN AW 1200 Hia| 105 125 | 10 Ustensiles dé cuisine ‘Nuances Etat"* |Re (MPal| R(MPa) | A % Utilisations Al Cu Mi Ti Ya 230 160 05] ) . 7 Ai cus MoTi ve 50 wo fis |S ‘Agronauque, automobile ALSi7 Mg yao | 9%" 170 | 4) Cycle, marine, pidcos AlSi2 Mg Ti y33 | 180 [230 | 10 | J mécaniques _| AUST ys | 95 | 195 | 9 } pone [Al Mg6 Be yao [120 |" 20 [3 |J EN AW 2014 [Al Cu} T4 280 420 1’ |) EN AW 2010 AI Cul Te [ao [ago [12] | Armement p Aéronautique ENAW2017(AlCu4MgSi] | TS | 390 | 440 | 85 Mécanique générale |EN AW 3003 [Al Mn} o oa 115 | 38 | Radiateur automobile EN AW 5086 [Al Mig] 0 135 278 | 25 | Construction navale EN AW 6061 [Al Mg Si] Te | 270 305 | 13 _| Transports. Menuiserie EN AW 7075[Al Zn} [16 [495 [565 [11 [Articles de sport * Désignation numérique: étrés,flés, forgés ou lamines ** Concernant fes significations « état consulter la norme NF A 02 Signification du chiffre dans la colonne « mille » : = la série 1000 concerne des alliages dont le titre en aluminium est supérieur a 99% ; ~ le série 2000 est caractérisée parla présence de cuivre comme élément principal d'addition ; la série 3000 est caractérisée par la présence du manganése comme élément principal d'addition ; ~la serie 6000 est caractérisée par la présence de magnésium comme élément principal d’addition: la série 6000 est caractérisée par la présence de magnésium associé au silicium comme principaux éléments d’addition ; ~ la série 7000 est caractérisée par la présence de zinc comme principal élément dadcition. 176 Les matériaux LE CUIVRE ETSES ALUIAGES Cu: symbole chimique du cuivre. ETP: séparé du Cu par un tiret, définit le type de cuivre. Cu: symbole chimique du cuivre. Sn 8 P: précise les principaux éléments d’addition (symbole chimique) respectivement suivis de leur teneur. lls sont rangés par ordre décroissant. BP Afiné électrolytiquement, non désoxydé, & conductivité garantie. FRHC é thermiquement, non désoxydé, a conductivité garantie. __ FRTP thermiquement, a conduetivité non garantie. DHP | Affiné thermiquement ou électroiytiquement, phosphore résiduel fort DLP ‘fing thermiquement ou électroiytiquement, phosphare résidvel faible, OF Désonydé. OFF Exempt d'oxygéne, de haute pureté Nuances Etat* |Re (MPa)| R (MPa) | A% | Utilisations Cu-ETP 0 200_| 30 | abies, bobinages électriques CuFHRG 0 | 7 | 230 | 20 | Contacts électriques Nuances Etat [Re (MPa)| R(MPa) Cuzn20 280 | 28 | Décolletage Cuzn 40 340 | 8 | Robinet. Pompe |8 CuZn38Pb2 160 | 6 | Décolletage dans barrescreuses | § Cu Zn 23 Ald 500 | 8 | Industries chimiques Cusn8P 450_| 35 | Bagues. Douilles 2 CuSn7Pb62Zn4 220 | 12 | Robinetterie aeen|= CuSn12Zn1P ~ 200 | — | Pignons etroves d’engrenages | CuBe2 1000 | 2 | Ressons GuNi10Fe 1 Mn 280_| 20 | Construction navale Sealy fester | Quincaillerie. Robinetterie CuALSNI3Fo2 [650 | 20 | } Constructions navales Gu Al12 FaSNiS | 950} 7] J. Industrie chimique * Concernant la signification « état », consulter la norme NF A 02. 77 Procédés d’élaboration des piéces mécaniques Les matiéres thermoplastiques se ramollissent sous l'action de la chaleur et durcis- sent en se refroidissant de fagon réversible. Elles sont réutilisables. Tw (MPa), Usinage Nuances et symboles Uiiisatons | TRP (MPa) Montage 5 0 30-60 [3 Date secealslare Jouets. Emballages. 4 2000, 4 i 7 1865 4 >| Carrosserie automobile eee sJouets, Armoires de toilette. 2 2600 3 | Planches & voile. Polyamide (Nylon) | 120 uJ {4 Roues. Engrenages. 1100 ussinets. Clips. PAG A a 4_| oussints. Chasage Polycarbonate | 120 C a Visibres de casques. Vtres Pc “4 ao 2. descr Biberone | Polyéthytone haute | 8 25-39 [4 Films agricole. Ralls de : 600 glssement. Tuyaux souples. eae tee. 23 1100 | 4 | Flacons. Bidons. se 90 [4077 4 Plaques pour vitres. ne Hublots. Optigue. Eta 4 3200 __4| automobite (Plexiglas. Polyoxythyléne | 110 n 4 Elements de machine. POM ana “a | Robints.Engranages 4 Tuyaux, Gaines. Cordes, Films alimentaires. Pelargplene 1200 4 athylane | 250 “90 14 Bagues. Patins de MATIERES | | Polvtétrafluorosthyline 2100 glssement. Joints PLASTIQUES 7500 | = | Tuyautorie. Polychlorure de vinyle. | 35 0-20 - Tubes. Tuyaux. Gaines de PVC souple a 5 fils électriques. PVC rigide - lhe 3 outros. Fontes, 14 2800 3 | Fiscons res thermodurcissables Les matiéres thermodurcissables se ramoll cissent en se refroidissant de maniere irrév ¢nt sous I'action de la chaleur et dur- ont pas réutilisables. 1 ‘Nuances et symboles Utilisations : TAP E (MPa) 2s 120 8 3 Avions. Beteaux. Matériels| Polyopaxydes Glectoeenniquos Colles fas Zl neon 3 | puissantes. Phénoplaste ta a 3 Bakdlte. Garitures de PF 1 oa 4, | Hans. Enrobago.sltours, Palysetsr 150 30 3 Bateau. Cerosserie. Cuves. uP a0 ‘ | us 2 ‘ Pare-chocs. Volants, . 7 Bandages de roues. 20 7 2 Isolants.Etanchété. Agents do démoulage. 1 -Lx 1 mauvais 2: possible 3: moyen 4:bon empérature limite d'utilisation Htransparence 178 Les matériaux Essals MECANIQUES de traction Les résultats obtenus par les essais de traction permettent d’appliquer une loi de simi- litude pour les transposer aux calculs des éléments d'un mécanisme. La force mesurée est reportée sur un diagramme en fonction de I’allongement. fe Nien | " Ten [atongement AY {uralongement anes is : ea va Cou desticion 2% Su:saton apis R Ze | Module d’élasticite Een MPa,e = (L-Lo}/Lo} j longtdinle E:module de Young A\h, By pone { Limi ppaers ag Re en MPa ou Ninn? * isitanee 3 e ‘Ailongement en mm 7 Rr Rr en MPa ou Nimm* ‘A: déformation élastique rupture la traction B: dsformation permanenta a w = _ Les éprouvettes ont des dimensions proportionnelles telles que Lr [to 25650801 soit [Lo snet 10] soit [to stem de du Résistance qu'un matériau oppose a la pénétration d'un corps dur. C'est un moyen de contréle non destructif trés utilisé en contréle final inn F oo Il consiste & appliquer une force F a aide d'une bille d'acier. i ‘On mesure l'empreinte obtenue. TE. 4B 1022 {w (0~ vF= a] d hada } oiled y LEE Lom Walia ssai Rockwell Essai rapide dont le résultat est donné directement sur un cadran. Cependant il est moins précis que les essais Brinnell et Vickers. Principe : = Appliquer une force initiale Fo. Cette force Fo fixe la référence de mesure. S -Remettre le cadran a zéro {eo est l'origine des me- sures). -La surcharge F1 (la force Fo + F1) induit une pénétra- Fort |Fo Wa YL 7 tion et. HIRE = (100 ¢) avec e = €3/0,002) ~Supprimer F1 en mainte- nbrodedivisions] correspondance nant Fo, la pénétration est pour une division alors e2, c'est la pénétration + Es: ai Vickers Cet essai est basé sur le méme principe que I'essai Brinnell ; c'est le pénétrateur qui change de forme (forme pyramide au lieu de la bille).. 179 B3. DEFINITION D'UNE PIECE : PROJET DE DESSIN DE DEFINITION D’UN PRODUIT B3.1. REGLES ET METHODES D’'ELABORATION DES DESSINS DE DEFINITION = le plus grand cété par deux. Le rapport de la longueur sur la largeur est de Les formats peuvent étre utilisés horizontalement ou verticalement. Les formats se déduisent les uns des autres a partir du format A0 (1 m*) en divisant AL 84 x 598 FORMATS : “ileststue 10mm du bord 4 fa file sur les formats (A AG ot A, 820mm Sur les Systdme de coordonnées: per ea i permet de locaser rapidement un deta etre pour fa argour: chifre pour la hauteur A hepsi ena ihieaetios a Suton | orientation: iTindique fe sens @orientation | du dessin (un seull. jeartzuche:__ donne lesinformations Graduation centimétrique surle dessin, {e longueur minimato 8 200mm et de hauteur 5mm, elle est uti as Per lisée en cas de réduction ou} leur «agrandissement du dessin. | | a — \ 180 Régles et méthodes d’élaboration des dessins de definition CARTOUCHE ETNOMEN- CLATURE Le cartouche doit comporter = "échelle du dessin (1:1, 1:2, 5:1), - le symbole de la disposition des vues. - le nom de I’auteur, —la raison sociale du donneur d’ordre, f=} — le titre du dessin, - 8 ~ les dates des mises a jour, arn \ oe La nomenclature est a liste de tous les éléments constitutifs de l'ensemble représenté sur le dessin. Elle est liée au dessin par des repéres. Elle est en général constituée de plusieurs colonnes définissant les informations concernant chaque piéce de ensemble: |, ‘BE | J] teperes, nombre de pieces identiques, désignation des pieces, oy matériaux... | Bed Elle peut étre représentée sur le dessin lui-méme, au-dessus du cartouche comme ci-dessous, ou sur une feuille séparée. De nombreux logiciels de CAO-DAO ou tableurs permettent H d'établir les nomenclatures. | H 1708 190 maxioum 1 [4 [1 [sont a tevre [Nae 13 [2 [Resort de r ce | [| [fT segnent_dorret C55 | [1 [Joint torique 2347 x 262 | NBR | | f) fo Fond de cylindre Cu mas Pee | 9 [1 | Manchette de protection 2 H[@ [4 | ameou elostiue 6 x 07 | I} [7 [i | Axe de piston 3 [2 1 [a _le His _12 ; 2 fi I] {2 [1 [Corps de pince : {| [Bee Titre [oesgnation Matibre Observation P@® [Freres _ [Besse por | ele coe Te 200198 Rens & jour Te PINCE SIMPLE EFFET eer Y 4 Définition d'une piéce : projet de dessin de definition d’un produit E EcriTuRE ABCDEFGHIJKLM NOPQRSTUVWXYZ abcdefghijklm nopqrstuvwxyz 0123456789(!?:;V%&)a Dimensions (mm) Dimension nominale * | Hauteur des majuscules (ouchitres) | * | 25| 35] 8 | 7 | | 14 | 20] Désignation Hauteur des minuscules o7hl ig/25 13515 | 7110 | © | (sans hampe ni queue} | a | Espace entre les caractéres 02h) 05/07 |07 | 14 2) 28) 4 v |[Spowvlearcimenmy [snl as|s |s fw | «|m | a e | Espace minimal entre les mots oon} 15/21 jar | a2) 6] sal 12 | d Largour de trait 01h] 0,2 | 0,35 035 | 07 1 14 2 Remarques - ~Le choix des dimensions des écritures dépend du format utilisé pour le dessin. ~ Pour la juxtaposition de certains caractares, l'espace a peut étre réduit afin d’amé- iorer \'effet visuel comme par exemple LA, TV, VA, 182 TRAITS - NF E 04-520 | Désignation Applications général Continu fort Contours vus Arétes vues Arétes fictives vues Lignes de cote | Continu fin Lignes d'attache Lignes de repére Hachures Contours de sections rabattues sur une vue (aux instruments} Se Continu fin (1) 4 main levee Continu fin {1} droit avec —A—-1—"— zigzags (2) Limites de vue ou coupes partielles ou interrompues | Contours cachés Arétes cachées Contours cachés Arétes cachées Interrompu (1) fort Interrompu (1) fin Axes de révolution —<-— Mixte fin (3) ‘Traces de plans de symétrie x | Trajectoires Mixte fin, avec éléments ct longs forts aux extrémités et | aux changements de plans | T#ees de plans de coupe | i de coupe Contours de piéce voisine Parties situées en avant du plan de coupe Demi-rabattement _—— Mixte fin a deux tirets (3) (1) Sur un mame dessin, il est recommandé de n’utiliser qu'une seule des deux possibilités offertes. (2) Ce type de trait est utilisé en particulier pour les dessins exécutés d'une fagan automatisée. Il est souhaitable de le faire légarement dépasser de la piece. (3) Un trait mixte commence et se termine de préférence par un élément long. Deux largeurs de traits sont utilisées (fort et fin). Le rapport entre ces largeurs E/e est supérieur ou égal a 2. Gamme de traits : 0,18 - 0,25 - 0,50 - 0,70 - 1- 1,4- 2mm. Lintersection des traits anne interrompus doit se faire sur un élément : trace. | Pour un changement de forme non représentable Par une aréte réelle (cas des piéces moulées, for- gées ou pliées...) représenter les arrondis ou j congés par des traits continus fins s’arrétant a quelques millimatres des contours forts. Une aréte fictive cachée ne se représente pas. - 183 Définition d'une piéce : projet de dessin de definition d'un produit ématiqi Le schéma cinématique met en évidence Ia fonction glo- bale de l’ensemble en faisant ia apparaitre les différentes liai- sons entre les éléments, 4 + Photo La photo est surtout utilisée & des fins publicitaires, Elle donne une vision globale et esthétique du produit. LES REPRE- SENTATIONS \ écorch + Vue en écorche La vue en écorché permet de Visualiser de fagon volumique un systéme en montrant I'en- semble monté en coupe par- tielle. Elle permet d’en comprendre le fonctionnement global et situe l'emplacement et le réle des principaux composants nain levée Le dessin a main levée, malgré son manque de précision, per- met de représenter rapide- ment, sur le site, une piece afin d’en assurer une modification, un remplacement., 184 Régles et méthodes d’élaboration des dessins de définition LES REPRE ‘SENTATIONS {suite) + Vue écl La wue éclatée permet de visualiser les composants d'un systéme afin d’en appré- hender 'agencement Utilisée pour les catalogues et les notices de maintenance. Le dessin de définition définit complétement une piéce en vue de sa fabrication. {I comportera toutes les vues utiles a sa compréhension ainsi que la cotation complete. oS HT ae | == = zea! { : Cotation partielle Tolérance générale sauf contre-indieation : +/- 0,1 Matiare : C40 185 Définition d'une piéce ; rojet de dessin de définition d’un produit LES REPRE. SENTATIONS {suite) Le dessin d’ensemble indique de facon deétaillée la représentation normalisée de tout ou partie du systeme ou de l'objet technique en avant-projet. I sera accompagné, dans le cas du projet final, des notices de calouls définissant les différents éléments. FoF EL | iS 2 as | i 24 Echel [MANIPULATEUR SCHRADER-BELLOW Pince simple effat AA et de droite pour une meilleure La manchette caoutchoue 9 ra pas été représentée sur les vues de face lecture du dessin. ‘Nota: En fonetion de la place disponible sur le format, la nomenclature peut &tre incluse dans ce for mat ou séparée, 186 Reégles et méthodes d’élaboration des dessins de définition PROJECTIONS: ET WES L’opérateur se place perpendi- culairement a une face de I'ob- jet 4 représenter et la projette sur un plan paralléle a cette Plan de projection dela we deface face situé en arriare de l'objet. La méthode européenne de Vue deface projection, ou méthode du premier diédre, est définie par | le symbole ci-dessous. nae 8 “Technique dela vue de dessus Vue de dessus La vue de face sera définie par Vobservateur comme étant la plus représentative de l'objet. Les autres directions d’obser- ) vation forment, avec le sens d’observation de la vue de face, des angles de 90° ou mul- ef) tiples de 90°. & F1: vue de face. vue de dessus. vue de gauche. vue de droite, F5: vue de dessous. ce r F6: vue arriére. ad 187 Definition d'une piéce : projet de dessin de définition d'un produit Lobjet représenter est sup- posé étre placé 4 I'intérieur d'un cube dans sa position normale d'utilisation. Les six faces du cube sont les six plans de projection de Vobjet. Le développement du cube autour de la vue de face (plan de projection F1) permet de définir la position des cing autres vues. La vue d'arriére est située indifféremment a droite de la vue de gauche ou a gauche de la vue de droite. PROJECTIONS ET VUES (suite) Remarque La méthode du troisitme diédre, ou méthode de projection américaine, caractérisée par le symbole ci-contre, inverse la position des vues définie par la méthode européenne. ©-< 188 Ragles et méthodes d’élaboration des dessins de definition PROJECTIONS ETVUES suite) ry aa [2 21s = al 6B \} <= = | \ wd _/| lignes de rappel iE 1 | - i al | Fl ist Fé ia * i id aa | | al AL A | | FR i J 1 J 1 . al ian de projection (P) BRIDE DE SERRAGE a = Les vues, construites a partir des plans de projection perpendiculaires entre eux, sont alignées les unes par rapport aux autres. On de it les trois regles de correspondances suivantes : ~ Correspondances horizontales Une dimension verticale sur la vue de face (exemple a) se retrouve verticale sur les vues de droite, de gauche et d’arriére. - Correspondances verticales Une dimension horizontale sur la vue de face (exemple b) se retrouve horizontale sur les vues de dessus et de dessous. - Correspondance en équerre ou 90° Une dimension horizontale sur la vue de gauche ou de droite (exemple ¢) se retrouve verticale sur les vues de dessus ou de dessous. Remarques Les lignes de rappel et les droites a 45° sont des aides efficaces lors de la construc- tion de Vesquisse du dessin. ~ Les cotes A et B indiquent le positionnement des vues dans le format. Elles se déduisent des dimensions « hors tout » de la piéce. 189 Définition d’une piéce : projet de dessin de définit ion d’un produit PROJECTIONS ET VUES (suite) Jes Dans la plupart des cas, trois vues permettent de définir un objet (fig. 1), Pour des objets simples, deux vues peuvent suffire (fig. 2). Pour des objets de révolu- tion, des plaques de faible épaisseur, une seule vue suf- fit (fig. 3). Vue partielle Pour représenter une partie d'un élément, on peut rempla- cer la vue complete par une partie de cette vue limitée par des traits continus fins tracés & main levée ou des traits en zigzag tracés ala régle. | Fig.1 T Fig. 2 Vue auxiliaire (ou vue déplacée) Les plans de projection usuels ne permettent pas toujours de décrire un objet. Pour simplifierla lecture on utilise des vues auxi- liaires entigres ou par- tielles. On repére la direction d'observation par une fléche et 'on désigne la vue correspondante. 190 Regles et methodes d’élaboration des dessins de définition + Vues particuliéres (suite) ‘Vue interrompue C'est une vue partielle utilisée dans le cas de pices longues, La forme étudiée doit étre constante et définie par les formes représentées. Les parties conservées sont rapprochées les unes des autres et limitées comme une vue partielle. Vue locale S'il n'y a pas de confusion possible, on peut repré- senter une forme par une vue locale au lieu d’une vue complete. Cette vue sera reliée a la vue principale par un trait mixte fin, Demi-vue Les pibces symétriques peuvent étre représentées par PROJECTIONS | Une fraction de leur vue complete si il n'y a pas de ETVUES | risque d’ambiguité. suite) | La trace du pian de symétrie est repérée par deux ulaires a 'axe de symétrie, représentés aux extrémités de cet axe. Rabattement Le rabattement est une vue auxiliaire qui permet de montrer la forme d'une face perpendiculaire au plan de projection de la vue représentée. Le rabattement évite une vue supplémentaire ; il sera tracé en traits mixtes fins & deux tirets. Méplat sur surface de révolution Pour représenter un méplat ou un carré sur une forme de révolution, on fait ressortir les faces planes en tra- gant leurs diagonales en traits fins. bn So i 191 Définition d'une piéce : projet de dessin de définition d'un produit COUPES Afin de faciliter la lecture et la compréhension des dessins de piéces creuses ou des dessins d’ensembles montés, on peut utiliser les coupes. fune cou our Vexécuti I Plan de coupe __ffajpy Pattie Ry = conserves Choisir un plan de coupe (A-A) et couper virtuellement la pidce suivant ce plan. Oter la partie choisie et représenter la partie restante suivant la méthode de projec- tion orthogonale. Une coupe est une vue représentant la fraction dune piéce située dans le plan sécant et située en arriére de ce plan. La trace du plan de coupe est indiquée Ach -—_Désignation de sur une vue adjacente par un trait mixte z Ta vue en coupe fin renforcé par un trait fort aux extrémi- Z tés, Le sens d‘observati fl@ches en trait fort. Le plan de coupe est repéré par deux let- tres majuscules en gras situées a cété des fleches ot au-dessus de la vue coupée. nest indiqué par des Sens d'observation _Tracé du plan’ je coupe » Hachures Les hachures matérialisent I'endroit ou! la matidre a été cou- pée. Elles sont tracées en traits fins continus inclinés, en géné- ral, 8 45° par rapport aux lignes générales du contour dans le cas de la définition d’une seule piace. Elles sont espacées d'un intervalle régulier fonction de la grandeur de la surface a hachurer. Pour les pices de faible épaisseur, on utilise un trait de 'épaisseur de la piéce ; on distinguera deux hachurées en laissant un liseré blanc d’environ 0,8 mm de large entre les pieces. & Les hachures ne traversent jamais un trait continu fort (sauf me dans le cas de sections rabattues). Seaman Les hachures ne s‘arrétent jamais sur un trait interrompu court. 192 Regles et méthodes d’élaboration des dessins de définition COUPES (suite) + Hachures (suite) Dans le cas d'un dessin d’ensemble, de nombreux motifs de hachures peuvent étre utilisés pour différencier les pices. Ces motifs ne peuvent en aucun cas préciser la nature des matériaux, mais par convention certains types de hachures pourront définir les familles des matériaux (alliages ferreux, alliages d’aluminium, de cuivre.. Tous matériaux sauf ceux [774 Mati prévus ci-dessous ou isolantes (ZA Moraux ot alioges légors es plastiques Bois en coupe longitudinale Isolant thermique Béton Antifriction et toute matiare [7 coulée sur une piéce eel Verre Cuivre et alliages de cuivre La moitié de la vue est représentée en coupe pour définir les contours et les formes intérieures et autre moitié de la vue en vue extérieure. cor Plan de coupe Partie enlevée Liindication du plan de coupe reste inchangée, Les deux demi-vues sont séparées par un trait mixte fin, La trace du plan de coupe est toujours matérialisée par un trait mixte fin. Le changement d'orientation du plan de coupe est défini par des « équerres » en trait fort. Plan de coupe @ Partie > enlevée 193 SD n d'une piece : projet de dessin de définition d'un produit + Coupes brisées @ plans sécants A\'aide d'une rotation d’angle «, le plan de coupe est ramené dans le prolongement du plan de projection de la vue coupée. Plan de coupe Partie enlevée + Coupes partielles Les coupes partielles peuvent étre uti- lisées pour mettre en évidence un détail. Elles sont déterminges par un trait fin continu & main levé COUPES | II n’est pas utile d’indiquer le plan de (suite) | coupe. + Pies non coupées Onne coupe jamais une nervure par un BB nn plan paralléle & sa plus grande surface. On ne coupe jamais longitudinalement Z des piéces pleines : = arbres pleins, is + écrou dans la plupart des cas, ~billes, i ~clavettes, ~ bras de volants. Nervure 194 Regles et méthodes d’élaboration des dessins de définition SECTIONS Une section est une vue auxiliaire permettant de définir avec précision un contour ou un profil. Seule la partie située dans le plan de coupe est représentée. Section battues Méthode Choix de la position du plan sécant B-B. Rotation du plan sécant pour obtenir une projection frontale, Dessiner la partie contenue dans le plan sécant en trait fin continu et hachurer la ou les surfaces obtenues, Préciser le sens d’observation si il y a ris. que de confusion. Remarques Les hachures de la se« un trait fort. Ne pas représenter une section rabattue ‘uF une piéce coupée. n peuvent couper AnA La démarche, pour I'exécution d'une sec- tion, est la méme que celle pour une coupe. Remarque: il n’y aura jamais de trai interrompus courts dans une section. Méthode Choix de la position du plan sécant A-A, repéré par sa trace, en trait mixte fin ren- forcé aux extrémités. Translation du plan sécant contenant la section de la piéce. Rotation du plan sécant autour d'un axe de la section pour obtenir une projection frontale. Enlever la partie située en arriére du plan de coupe et représenter la partie contenue dans le plan sécant en trait fort et hachu- rer la ou les surfaces obtenues. Désigner les sections par les lettres majus- cules indiquées au plan sécant. Remarque Aucun trait interrompu court n’apparaitra dans une section sortie. Section rabattue Section sortie we 195 Définition d‘une piéce: projet de dessin de définition d’un produit C'est une projection oblique, parallale- ment a une direction donnée, sur un plan de projection paralléle a une face de I'ob- jet. Les faces parallales au plan de projection se projettent en vraie grandeur (b= ¢= 1). Les arétes perpendiculaires au plan de projection se projettent suivant des droi- tes paralléles nommées fuyantes : = angle des fuyantes: a = 45° = rapport de réduction sur les fuyantes k=0,5 Sur les faces non paralléles au plan de pro- jeotion, les cercles deviennent des ellipses. PERSPECTIVES Les axes isométriques sont & 120° les uns des autres (a = B = 7 = 120°). Les dimensions paralléles aux axes iso- métriques sont multipliées par k = 0,82. Les cercles apparaissent en projection sui- vant des ellipses. Les grands axes sont égaux aux diamé- tres D des cercles que les ellipses repré- sentent. Les petits axes sont égaux a 0,58 D. 196 Regles et méthodes d’élaboration des dessins de définition + Formes géo! Désignation et Asfinition succineto Représentation 20 ALESAGE Cylindre droit de révo- lution intérieur précis défini selon normes Iso. (@ H) alésage normal. ‘ARBRE Cylindre droit de révo- lution extérieur précis s'ajustant sur I'alésage {normes ISO). {@ selon ajustement voir p. 210) CONE D'EMMANCHEMENT Céne droit de révo- lution assurant un cen- trage précis. icité Con % CHANFREIN Petit cone permettant de supprimer une aréte vive. ‘ARRONDI (1) CONGE (2) Portion de cylindre droit de révolution : * supprimant une aréte vive (1) ‘accordant deux sur- faces (2) sur pieces moulées, ‘BOSSAGE Volume en saillie per- mettant de limiter une surface usinée sur pié- ces moulées. TAMAGE Logement de forme destiné, en général, a «noyer » une téte de vis CHC (voir p. 134), oylindrique @ fond plat | 197 oo ition d'une piéce : projet de dessin de définition d’un produit Représentation 20 ‘TROU BORGNE Cylindre droit de révo- lution intérieur non débouchant — obtenu généralement par per- sage. BOUTONNIERE {ou trou oblong, ou lumiére} Cavits composée de deuxplans parallalesrac- cordés par deux demi- cylindres de révolution. EPAULEMENT Composé, en général, de deux plans ou d’un plan et d'une surface cylindrique implicitement perpendiculaires. Ces surfaces peuvent servir d’appui ou de butées. DEGAGEMENT Petit évidement a intersection de deux surfaces pour assurer la liaison. MEPLAT Plan coupant un cylindre droit de révolution paral- lélement @ son axe. TETON Saillie de forme cylin. drique de petites dimen- sions. voir page 131 198 Regles et méthodes d’élaboration des dessins de définition eométriq Désignationet | Aéfintion succinct ENCOCHE | Entaille en forme de V. Représentation 2D LANGUETTE Tenon de grande lon- gueur s‘ajustent sur une rainure pour assu- rer une liaison glis- siere. RAINURES Entailles de différentes formes et de différentes dimensions selon le réle fonctionnel. (1) Rainure de clavetage. (2) Rainure recevant un tenon ou une languette, (3) Queue d’aronde rainure en forme de trapeze pour une liaison glissiere. SAIGNEE Entaille profonde et de | faible largeur. NERVURE En général, volume a | base triangulaire rap- porté ou moulé sur une piece en équerre pour augmenter sa rigidlté. 199 Définition d’une piece : projet de dessin de définition d‘un produit iques usue uite) Visualisation 3D Représentation 20 GORGE Dégagement de faibles dimensions. | EVIDEMENT Circulaire (1) ou sur semelle (2) Dégagement de plus ou moins grandes dimensions _ permet- tant de réduire I'éten- due de la surface d'appui CHAMBRAGE Evidement _ intérieur permettant de réduire la longueur de portée d'un alésage. MACARON Centreur cylindrique de faible épaisseur_per- mettant de positionner une piéce selon deux LOCATING Centreur —cylindrique dégagé de faible épais- seur permettant de positionner une pice selon une translation. FRAISURE Petit céne droit de révolution —_intérieur, utilisé en général pour noyer une vis FS (voir p. 130). 200 _Régles et méthodes d’élaboration des dessins de définition | + Intersection cylindre/plan Plan paralléle & axe du cylindre En réalisant les correspondances Point par point entre les différentes ‘ues on obtient le mépat. » Intersection céne/pian Plan parallile a axe du cone hyperbole obtenue passe par los trois points caractéristques 1,2et3. Détermination du point a = choisirun plan P, perpendiculaire axe surla vue de face, qui coupe le cone en at, “tracer un cercle de rayon R surla vue de dessus qui coupe le plat, = projeter ce point sure plan P, un Point de hyperbole est defini, = renowveler opération autant de fois quil le faut et wlisser» los points pour obtenir arc d'hyper- bole. Plan quelconque par rapport axe ellipse define sur a vue do dessus | @ pour grand axe le diametre du cylindre, le petit axe est défini par la vue de face et los points intermé diaires |a) sont dafinis par corres- Pondance entre les trois vues. + Rainure de clavette Bout aro Lorsque la rainure de clavetage est de faibles dimensions, les points 1 et 2 suffisent 8 définir intersection sur ta vue de face, + Intersection eylindre/eylindre ‘Axes perpendiculairesetconcourants Trois vues sont nécessaires pour déterminer intersection. La courbe dintersection passe par lestrois points caracteristiques 1,2 ot3. Un point a chois surla ue de des- sus oula vue de gauche se projet Sur los deux autres wues et défint un point de intersection Lorsque les deux eylndres onto iméme diamétre, leur intersection donne deux droites concaurantes rintorsection des axes 201 Définition d’une piéce : projet de dessin de définition d'un produit LES FILETAGES, Un filetage est une rainure hélicoidale réalisée sur un cylindre (tige filetée) ou a 'in- térieur d'un alésage (trou taraudé). Un ensemble fileté permet d’assurer une liaison complate rigide démontable entre piéces et permet de transformer un mouvement de rotation en mouvement de trans- lation ou inversement (liaison hélicoidale). ir C'est le profil le plus utilisé surtout pour la visserie. Le profil ISO est det ona P norma) = 058 P Oh d= d= ¥AN=dOSHSP Di=dl=€2-21N2- HA —10825P W=2- 2162 WO) na 1zi68P iD 00/2=0527 AI =Wo=aiaP Rayon fond de aroun Désignation d’un filetage ISO f Taraudage NF E 03-051 M 10—-4H5H ‘ | t Classe de tolérance du filetage mos) uae | 1303) w of" | @ Diamétre nominal SG a Filetage ISO 2 loa | 178 | 190) 307) 25 “ ° zsloe} 2s |2a8| 03s, Filetage extérieur 1 ° M16-6g w /| i00, M0 * 2 fs | fou] 2 Lea] | t Classe de tolérance du filetage 2 | 18, ry Diamétre nominal Seana Ge! || of Filetage ISO — | +N, +200, s fos) 127 [er a as Cal 9 9 hi 1 |i | os fas Jan on ol 9 “3 5 5 |, 3 Glasses de oldroncnspourfletageextriout eTial as bra cen a Longueur en prise. Normale | Longe Courte 7 4 Qualité fine 4h | Shan] 3h4n) fates | s23 | amas] ean] fors.1125) re avectcat | 69 | 7060 | S969 oo eS moyenne | aécarnul | 6m | Thom] sn en] flu) 72 [nog ho vais ‘uatitsarossiore aa | 9080 See 7 ~ }i6 Jz | 19e |r470 13895] Ms ——L0, nse liens pawrenpe tine) | [| = fam) 7 nal 27 | ssa | Tongue prise Normale] Longue | Coure a, vm FRanaees ais] 6h [an] [et] | = fxm fe ese | Susis moyenne ox [74 | 5H i rans Tape fy fs] ma 2] al ae 202 Regles et méthodes d’élaboration des dessins de définition LES FILETAGES, (suite) 3. Le filetage trapézoidal est surtout utilisé pour les vis de transformation de mouvement {systéme vis-écrou) avec efforts importants (vis mére de tour, étau...) Diamétre nominal 4 (siameteo autour du triangle HI=05P H2=h2=Hiva=O5P ya Daag AOR Ba0-Ph2=6-P-20 ven inkiow deTicrw | OTed~ 2H =P femme urn) hacen er font Se waa fond de filet |Vide & fond de filet 4: voir tableau c-contre Pioai [18 | 246 | cat [wim] |Reronorsonmet ino =05a ‘8 (rom) os | 0 | 05 1 Rayon au fond des filets RQ maxi=a Les filetages a un seul filet, définis dans le tableau ci-dessus, sont en principe versibles. Pour les vis a plusieurs filets, il n'y a plus irréversibilité dés que le pas hélicoidal > 0,2 d. Profil trapézoidal a 2 filets Définition des pas Ph Ph : pas hélicoidal (avance axiale par tour) i all P_ : pas du profil AAAS ~ vis & un filet: Ph = vis an filets : Ph Définition des pas en fonction Désignation d’un filetage trapézoidal du diamétre nominal NF E 03-616 letage & un filet a a fe fg 92 xc eae Te) aT [as —_ t Classe de tolé. w|i [ose rance du filetage 2 [aw [siz | 16 | twa) [a ‘as du p mo | ea [oo Diametre nominal 2 | [aaor 7 a [ws Filetage trapézoidal (es)_[ 6) (66) [ 1548-00) _| Filetage a plusieurs filets ao) fisi8.12) Tr 25 x 12 P4- Te | 90) | sic 144 + A classe de tolé. [100 aiot_[ 1220) a rance du filetage Les valeurs entre ( ) sont a éviter | [pee Tolérances [Pas h Trance ferow ec | : (See = a Diamétre nominal ual grssioe aH oe Filetage trapézoidal 203 Définition d'une piéce : projet de dessin de définition d'un produit LES FILETAGES| (suite) ete Le filetage GAZ est utilisé pour des raccords d installation utilisant les fluides gazeux ou liquides. Profil GAZ cylindrique Désignation des filetages GAZ non étanches A NFEO3-005 ‘tNorme de référence Classe de tolérance (A ou Dimension du tube en pouces Filetage GAZ (vis ou taraudage) 6 1m Ak Profil GAZ conique Plan de jauge ine Longueur Tolérance do jauge d'assemblage 1 pouce = 254mm Conicité R A | Fletage GAZ conique Taraudage GAZ cylindrique Filetage extériour conique Dans le cas d'un assemblage non étanche, la vis, cet le taraudage ont un profil cylindrique. H = 0,960491

sa 6 o4| o6[1 | 15| 25] «| s[ e| | | so] | 75| 1a0| too] 00] sao] 70 > 6a tol oa| [1 | 15{ 25] «| 6] 9 15 | | so] 56] a0 150| 20] seo] seo] om] > 108 18] 05 s[ef fe] | 43] 2/10] wo] 270 [ 430] 7001 10) > tea 50] 06 fe] fa] aa [ sa] ae | tao] 210] seo | 520] esol sm] > wa 60] 08 Tf ar |e | a5 | a9 [2] 00 | v0 | 220 | a0 [620] 00 oo] > soa 80] 08 8 | 13 | 18 | 50 | 46 | 14] 1201 190 | soo | 460 | 7401 200 1 sn] > waral wo} as | | as} se | er] a0] x0 ac0| ow] e701 a00| 2200 >roaie| 12 n|w| | 1 | 250 | 00 [20 [1000 002500 >re987%0| 2 ve | ao | 2 [as | 72 [115 ves | a0 | aco | 20 [1180/1 ao) > 204315] 25 16 | zs | a2 | a2 | a | 100] 210 | s20| 520 | 10 {1 so) 2100] 200 >aisaano] 3 ve | 25 | 26 | 57 | «9 | wo| zo] a0 s70| eoo | 00] 25003600 >a008500| 4 Ey [oe [a7 [ 155 | 220 | aa | eso | ovo [1580] 2500 «co -_ “Tolerances fondamerals enmicrmives um) Llassemblage de deux piéces peut étre caractérisé par un ajus- tement. Cet ajustement est désigné par la cote nominale commune aux 30 H7 g6 deux piéces (ci- correspondant a I’alésage (H7) et I'arbre (96). ontre 30) suivie, dans l'ordre, des symboles 21 Définition d’une piéce : projet de dessin de def ion d'un produit ‘TOLERANCES, ECARTS ET JAJUSTEMENTS| (suite) C'est un systéme d’ajustement pour le- C'est un systéme d’ajustement pour le- quel la position de Ia tolérance de I'alé- quel la position de la tolérance de l’arbre sage est donnée par la lettre H (écart infé- est donnée par la lettre h (écart supérieur rieur nub). nul). j< Cote nominale |< Cote nominale Conseils pour la réalisation des pieces (alésages et arbres) 'lest plus facile d’usiner un arbre qu’un alésage, aussi est-il recommandé : = de choisir le systeme d’ajustement a alésage normal (H), ~ de choisir une qualité plus précise pour I'arbre que pour l'alésage. Les montages avec jeu ou avec serrage sont équivalents sur des ajustements homo- logues. Exemple : 30 H7 {6 et 30 F7 h6. Les coats d'usinage sont proportionnels & la précision de la qualité. nents couramment utili alsages : res Cas fomploi umes [| we | 0 JH Arbres (qualites) 3 £ | Pieces dontlefonctionnement nécessite un grand jou . s{u |B | dilatation, mauvais alignement, partées tes longuss, ..) 7 a/n FE] cosoninave des pdsesourartscu pasats ‘ eis § | _dansune bague un ou poor bo ralesge aur) a levte | © & [races eee adage pri pourmawements defableampitdel gp | 8 | 8 | al ; n [stelrls © Démontage et remontage | Mise en place «ala main» E posses sans e ele & | dstérioraton dos pices, | - Fit E | emmanchementne peut pos E | Cermanchometne BeutP25| 5 on pace au mats : a 7 ; : Mise enlace vaiapresse» |p | 18) | B= | vémontage etremortago i : i impossies sans | = | stténrationdes pieces. | Miseenplacealasresse | w 7 B | ‘Conmonchement pout ou ; wT 2 transmetire des efforts par dilatation z Z 7 212 Cotation fonctionnelie + Arbres fen: Postions sis | a] e| ale] |b] i[i.]klr|n]o| 1s] ful e|x|y]= HOGUEEOUSSROUGUSEOURGE SERCH io [48 ta | 30 + 120] + 149 6 a 20 20 1 13 o|o Fiele 2 ol 0 vals 3 ol 0 + @ + 52 o| 0 + 10] + 84 ol 0 Fito] + 130 ol o 20 0 +330 0 ‘TOLERANCES, CARTS ET |AJUSTEMENTS| (suite) lotjowlaziaulsee|” lo8|o8|o8 28} 0 wi [+ 8+ 75[+ wig | +100 a +12 ~ 9 = 165 Tt 2 =u + 6 = 15 0 =2 —7 = = 28| ~ 33|~ 39|~ 45| — 52) ~ 60] — —14]— 7] at] 24] 28) 33 5 — 35| ~ a2] — 51] §9|— 68) ~ 79] NFE02-119 8 NFEO2-118 = | = 16] - Normes complémentai Définition dune piace : projet de dessin de définition d’un produit 8 en micrométre: 80 400 ia 50 = 120 = 230 =201 2385 [= 0 = 230 = 260 = 480 = 120 = 20 = 340 = 530 = 2 = 135 8 126. = 232 ee = 7 136 # = 39|— 50 159 = 290 6 8/— 10 = % = 68 Boil ali a 23 =08 Q — 6/- 10 - % ~ 68 i= n =131 eo 1-8]- 0 |= 25[ = 20]— 36 = 8 ks = 20-8 = Bi) = 75|- 30 = 165 2 2-4 —9[= 10] = 12 = | a\= 9 = al= l= a i ge | 21- 4]- §/- 8/- 71-3] 0] a = 8} = 12|- v6] — |= zo] = 95[= 39] > oe 0 of 0) of o] 0} of oj; —o 0 = 3|- 4|- al s/- 6}- 7/- alo =» a of of of oj 0} 0} oJ 0 9 a{—5|- 6|- al- o|-n{- | =2 w |e] a) 0) oj 0} of of 0 0 = 6{- 8) | n[~13|- wl_ |- 2 = 40 oy of of 0} 0) 01 9] 0 0 TOLERANCES, || M7 | — sol ~ 12|— 15/— weL- at] ~ 25|— a0 | 6 - 8 Ecamiset |/ i, | of 0) 0) fo} 0) oo ° |AJUSTEMENTS| 14{— 18] - 22|~ 27] ~ 33] — 39] ~ 46|— 54 - 97 (suite) hg. 0 0 0 0 0 0 0} 0 0 = 25|- 0] ~ 36/— a3] 52] — e/a =185, iG of of of 0] o| oJ a] 0 0 = 40] - «8 | — s8|— 70] — 4{ —100| ~ 120] ~ a0 — 160 250 ae oy of of 0) of of of of 0 ° = 60) - 75| — 90| ~110| — 130] ~ 150] - 190 | 220 | — 250 = 400 wa |] 9] of of oy of of 0) 0 0 140 160| —220| — 270| ~sa0| 290 | 460 | —s40| 630 = e 4+ 8)+ 2+ B+ 9] p+ w]e ta] te + 20] 2° al? 2|* a} al? ist 5] t Slt til 2m a 6/+ 8)+ 10/+ [+ 13] + 15]+ 8] + a] + ze 31 alta 7 2 Ble 2 IS 2/2 25 Te = = 15] =, 735 sb. 3i+ 4 a a + 20 js? Sit 6 + * 31 js 12] + 15 2 + +77 sit [+ 30] a = 2200 jst3_|s 70] 90 215 = 485 wt fe 8] fe ofe tips te ye tele + 32 ole is als ifs ale als ate alt 9 i ie | 8]+ 8]+ tls es 5] + 8] + a1] + we] + oe + Ole ts si als ats ale ls Blt 3 | me |? 8] + 9]+ 12] + t+ 7]- Dols ae] + aa] vas + 80 = 2ls alyels oly ale sli nit alse 23 met 8]+ 12/4 t+ Tels ails 25) + 30] + as] ao @ + 2s ale ols als ‘als ale Ht le a we |t 2)+ mY] a] 29/4 als aa] sat] Bo] + 8 +108 | + 6/4 2/3 w]e tals malt als elt ls aa] [+ [+ zl a0] 06] + aa] i]s + 72] ee +131 + 61+ 12]+ 15L+ ls 2}+ wis 32/4 37] 4 + 68 [Norms compiémentaires NF E 02-105. NEE 2-111 214 Cotation fonctionnel Alésages 20 | H | 7 20 | 1% 7 A Qualité Cote nominale t Position de la tolérance Ecarts mai Cote nominale Arbres ais 20 | og + tQualité Cote nominalef ysition de la tolérance Ecarts maxi et mini Alésages et arbres (ajustements) 20 | H7 | g6 [ 20 | 1% ob + tArbre Cote nominale + TOLERANCES, Alésage Ecarts alésage ECARTS ET Cote nominale Ecarts arbre |AJUSTEMENTS (suite) ensionnelies chiffrées NF E 04-551 ISO 406 Insorire les valeurs des écarts supérieur et inférieur a la suite de ta dimension nomi- Inscription des tolérances Uy nale. ML, Placer ces valeurs en superposition. Z La valeur de la limite supérieure est ins- ete crite au-dessus de la valeur de la limite a inférieure. Tolérances a écarts symétriques En cas d’égalité dans les valeurs des écarts supérieur et inférieur, n‘inscrire qu’une valeur précédée des signes =. Tolérances indiquées par des dimensions limites T7725 Nest admis 'inscrire tes deux dimensions WY \ 5 imites. ¢ 215 E70 lao we Définition d'une piéce : projet de dessin de definition d'un prod Erats DE SURFACE NFEN 180 4287 05-015 L’état de surface d’une piece a une large incidence sur un grand nombre de ses apti- tudes, en particulier: ~ aptitudes au frottement, & l'usure, a recevoir un revétement..., ~ aptitudes a résister & la corrosion, a la fatigue... Surface réetle Surface obtenue lors de la fabrication. — i Surface géométrique 2a 86 Surface parfaite définie géométrique- ment conformément aux cotes nomi rales. Surface spécifiée Surface géométrique affectée des tolé. rances de forme et de position des tolé- rances dimensionnelles et de I’état de sur- face. Ces tolérances fixent les surfaces limites entre lesquelles doit se trouver la surface réelle, Surface de référence : surface a partir de laquelle les écarts géométriques de surface sont déterminés. Surface mesuré surface réelle. : surface déterminée par les instruments de mesurage a partir de la +P surfe Ligne qui résulte de intersection de la surface réelle par un plan de coupe donné. Remarque : en pratique, il est courant de choisir un plan dont une normale est théoriquement paralléle a la surface réelle et de direction appropriée. 216 Cotation fonctionnelle + Paramétre Définitions + Profils Profil primaire Profil total Profil de référence Profil tra Profil d’ondulation + Lignes moyennes Du profit primaire Du profil ¢’ondulat Du profit de rugosité + Longueur de base Ip, Ie, bev de profil Profil issu du profil total aprés application du filtre de longueur d’onde courte, As. Représentation numérique du profil tracé rapportée au profil de référence, avec les coordonnées horizontales ot verticales correspondantes. Remarque le profil total est caractérisé par des pas de numérisation horizontal at vertical Chemin parcouru par le capteur, le long de la référence de guidage dans le plan diintersection, Remarque la forme du profil de référence est la réalisation pratique du profil théorique exact. Ses écars dépendent des défauts de la référence de guidage ainsi que des perturbations internes et extornos. Lieu géométrique du centre d’un palpeur, ayant une forme géométrique idéale (conique avec une extrémité sphérique) et des dimensions et une force d'appui nominales, lorsque ce palpeur parcourt la surface suivant le plan d'intersection. Remarque c'est 8 partir de ce profil que sont définis tous les sutres profilstraités dans la pré- sente Norme internationale. Profil dérivé du profil primaire par suppression des composantos do grande longueur d'onde, en appli quant Ie filtre de profil Ac ; ce pro- fil est intentionnellement modifié. Profil dérivé du profil primaire par application successive des filtres fa a 7 de profil Af et Ac, supprimant ainsi Longtur onde les composantes de grande lon- gueur d’onde & l'aide du filtre de profil Af, et les composantes de faible longueur d’onde a side du filte de profil Xe ; ce profil est intentionnellement modifié. Prot \ (feo gost Taansmieson,% Ligne déterminée en calculant, & partir du profil primaire, une ligne des moindres carrés de forme nominale. Ligne qui correspond a la composante de profil de grande longueur d’onde suppr mée par le filtre de profil Af. Ligne qui correspond a la composante de profil de grande longueur d’onde suppri- mée par le filtre de profil Ae. Longueur, dans la direction de /a ligne moyenne, utilisée pour identifier les irrégu- larités caractérisant le profil 8 évaluer. Remarque : es longueurs de base des profls de rugosite, I, et d'ondulation, iw, sont égales, en valour numérique, aux longueurs d’onde caractéristiques des filtres de profil oot Mf respective: ‘ment. La longueur de base du profil primaire, /p, est égale a la longueur 4’ évaluation + Longueur d’évaluation In + Parametres P-A-W Parametre P Paramétre R Parametre W Elément de profil Longueur, dans la direction de /a ligne moyenne, utilisée pour établir le profil a éva- luer. Remarque : la longueur c'évaluation peut comprendre une ou plusieurs longueurs de base. Paramétre calculé sur le profil primaire, Parametre calculé sur le profil de rugosité. Parametre calculé sur le profil d’ondulation. 217 Définition d'une piéce ; projet de dessin de definition d'un produit amétres lids aux motifs Définitions Saillie locale - creux local Saillie locale Partie du profil comprise entre deux minima adjacents du profil du prot Sallie locale du prot / Saillie locale du profil Creux local Partie du profil comprise entre deux maxima adjacents du profil. du profil roux local du pro Creux local du profil Motif Portion du profil primaire comprise entre les points les plus hauts de deux saillies locales du profil, consécutives ou non Un motif est caractérisé par: ~sa longueur, AR; ou AW, mesurée parallélement a la direction générale du profil; ~ses deux profondeurs, H; et H,, ou Hw et Hw,,,, mesurées perpendiculai- rement a la direction générale du profil; ~sa caractéristique, T, égale & la plus petite des deux profondeurs. Te MIN FH ich: T= Hy Motif de rugosité Motif derugosité | Motif calculé en utilisant l'opérateur théorique avec la valeur A. Ligne enveloppe Segments de droite joignant les points les plus hauts des saillies du profil supérieure du profil | _ primaire, aprés discrimination conventionnelle de certaines saillies, primaire (profil d’ondulation) Motif d’onduta Motif déterminé sur la ligne envelope supérieure du profil primaire en uti- lisant I'opérateur théorique avec la valeur B. 218 Cotation fonctionnelle Paramétres liés aux motifs (suite) Remarques : Le tableau suivant regroupe les paramétres dont la définition est liée a celle des motifs locaux et des motifs caractéristiques. En ce qui concerne l'ondulation, les motifs locaux et caractéristiques sont déterminés en substituant la ligne envelope supérieure au profil. Les paramétres sont mesurés perpendiculairement ou parallélement a la direction générale du profil. Symbole | Intitulé et definition Mlustration Parametres de rugosi R Profondeur moyenne m rel> wy m 1 Pas moyen 0 are 1X AR, Profondeur maximale Rx Pour m motifs caractéristiques sur la longueur d’évaluation In Pour n motifs caractéristiques sur la longueur d’évaluation In Rx: plus grand des H, Paramatres d’ondulation w Profondeur moyenne welt tw, my Pas moyen | | | aw | Profondeur maximale Wx Profondeur totale Wte supérioure Hi Pour m motifs caractéristiques sur la longueur d’évaluation In Pour n motifs caractéristiques sur la longueur d’évaluation In We: plus grand des Hw, Wte : distance entre le point le plus haut et le point le plus bas de la ligne envelope supérieure. 219 Definition d‘une piece : projet de dessin de définition d'un produit NF EN ISO 1302 : 2002 Indications d'un état de surface ‘Symboles graphiques Proportions etd Entvement doa Toutes les surfaces | mensions des sym ‘ireitordtousuface surle contour do la boles graphique, dui doit roster tlle pice ont le mémo wale a été ottenue at de surface au stade précédent de Wills fericton, : Enlovement de ma- — tire oxgd Tout proc deft cation airs ZZ Zi Indications de I’état de surface (exemples) Provédé de faba ‘Surépaisseur dusk Erlbvernt de mate frais | cation: frase rhage 3mm, Fasevsariaax| Oblate, bende de / =") sansmisson—0008- 3 Vv 08 mm, écart moyen artmétque 3 ym, Inrégulrités de - / surface: direction Ae05 | frlévement de v des sties mt mate ert ha m receerone | teur maximale de Ll [ rugosité 05 ym Position des exigences d'état de surface complémentaires Ancienne symbolisation 7 Position dans le symbole graphique 2 arune soule exigence d'état de surface. /* 2000: plusours exigences d état de sur face, Inscriptions: Drier de cugosié choi QVeleur du crite & respectar Saag exprimée en um. 6 : procédé de fabrication. aa Z 4: sties de sutace et orientation, | © Symbole 6 procédé elaboration. surépeisseur dusinage © Symbote de la fonction. ion sur les dessins et autre documentation technique de produits E [aa La regle générale est que le symbole graphique ainsi . Lv due los informations complémentares, doivent étre orientés de acon & pouvoir étre lus depuis le bas ou a depuis la droite du dessin, onformément bla norme J ISO 128-1 Sens de lecture des exigences d’état de surface fe Exigences d'état de surface sur la ligne qui représente fa surface 220 Cotation fonctionnelie ition sur les dessins et autre documentation technique de produits (suite) f Rais Jee fares [eat ea are wise] | Exigence d’état de surface relative a I'indication tes tolerances pea by de 7 wt Enigence état de surface en || Exigences état de surace Exigences d'état de surface sur les lignes tation avecla dimension” || pour les surfaces oyin- attache des éléments eylindriques une ents cimensionnelle || driqus et prismatiques [ris Z LTV | /\ mr reas | v WV} Vv | Indication simplifige quand une majorité des surfaces a la méme exigence concernant état de surface Fast ~ Indication simplifiée des exigences d'état de | fe . surface quand le procédé de fabrication n'est pas | - spéeifis. / Ra3t ~ Indication simplifiée de l'exigence d'état de sur- : face quand enlevement de matiére est ex <— _=Indication simplifige de exigence d'état de sur- of /™ 81 face quand Venlevement de matiere est interd Indication par symbole graphique seul ‘sur le dessin [Pets son Indication d’exigence d'état de surface avant et aprés traitement (dans ce cas revétement) 221 Definition d‘une piece : projet de dessin de définition d’un produit ndication Symbole graphique Interprétation et exemple Paralléle au plan de projection de la vue sur laquelle le symbole figure. Vv Direction es sires Perpendiculaire au plan de projection de la vue sur laquelle le symbole figure. Direction des stres Croisé dans deux directions obliques par rapport au plan de projection de la vue sur laquelle le symbole figure. Direction os sts Muttidirectionnel Approximativement circulaire par rapport au centre de la surface & laquelle le symbole s’applique. Approximativement radial par rapport au centre de la surface a laquelle le symbole s‘applique. Stries particuliéres, non directionnelles ou protubé- rantes. Siilest nécossaire de specifier des ig tre indiquées sur le dossin par une note approprige. gularités de surface qui ne sont pas defines par 'un de ces symboles, elles doivent 222 Cotation fonctionnelle fin d’assurer ur é des fonctions de indications minimaie surface 10n ambig Elements de contréle dans l'indication des exigences d’état de surface sur les dessins techniques Limite de | | ‘spécification Bande de Longueur } 2 supérieure et transmission 'évaluation fe alo: tonite | inférieure U ou L a A ‘ 4 \ | Paramétre Interprétation | | | détat de surface dela | | de spécitication (16 % ou max.) U «X» 0,08-0,8 / Rz8max 3.3 meulé « 0,08-0,8 / Rz8max 3,3 EG ee | Stries de Procédé de fan | surface fabrication | 2G] lee Fi a ation de la limite de spécification supérieure (U) ou inférieure (L). b Type de filtre «X». Le filtre normalisé est le filtre gaussien (ISO 11862), Le filtre précédemment normalisé était le filtre 2C. A \'avenir, d'autres types de filtres pourront étre normalisés. Dans la période de transition, il peut étre pratique pour certaines sociétés dindiquer le type de filtre sur les dessins, ce qui peut se faire en précisant « gaussien » ou « 2RC ». Ceci n’est pas normali mais c'est une indication du nom du filtre, proposée de fagon & lever toute ambiguité. « — Labande de transmission est indiquée en tant que filtre passe-bas ov filtre passe-haut. 4 Profil (R, Wou P e — Caractéristique/parametre. # — Lalongueur d’évaluation est le nombre de longueurs de base. Il est reconnu que lorsque les para- métres liés au motif sont utilisés, la longueur d’évaluation est indiquée entre deux barres obliques devant les symboles de paramétre d'état de surface. 9 _ Interprétation de la limite de spécification (regle des 16% ou régle de la valeur maximale) h Valeur limite en micrometres. i k ‘Type de procédé de fabrication. Stries de surface. Procédé de fabrication. Pour plus de précisions, se reporter & la norme NF EN ISO 1302. 223 Définition d'une piéce : projet de dessin de définition d'un produit Rugosité R en im [wo] era le Pw lap rrr] wo Augosté Re enum 0 | mj is | 63] 32 | 1 [oe | on | az ; also +[+[+]el at | alesage : __| out carbure _ + + + | G6 | Alectroérosion | I + + feb fraisage en bout + + + + ft | rise enrouent [ete le te BH snsitge |e +[+]e[+7- [47 as shrique +fe te +fole ‘mos | moulage au sable + + a | ‘moc | moulage en coauille AS 8 | pergage | Lele th [rabotage [ +[+]e[e I fee | rectification cylindrique : + + + + ep | rectification plane _ +[+l[e te td | rodage rales sas, a | dsec + + sablage sah | humide caine te | sciage «fe [+ lo rats s t pesunrace | | [tomege : ~l-l Tere] (suite) Avec Contraintes ‘Avoc assemblages re deplacements fixes Sans +" Foncti el z|/s fe slolFle Big me 2) S| 2 12/8/38] 2/8 2|= S s/s) 2/ele els ale s|2 ze/sl2/slele)2/ =] 8 3| 3 2)2fe] 22/2) 2/8| 2/3) ez] = 2/2|2/2/2|2/2/2/8/2]2/2|¢ eperle e/g z)z/2)38)/sle)s Abréviation | FG | FR | RM| FF | eD | ES | AC | AD| RE | DE | ME| EA| oc 224 Cotation fonctionnelle ‘TOLERANCES GEOME- TRIQUES géométrique: ent de on A ‘eatin | ® |o|® A YL: By 07 Elémenttolérancé Elément de référence matérialisé par une fleche (cotation indirecte) 1: Symbole de la caractéristique géométrique tolé- rancee. 2: Valeur de la tolérance dans 'unité utilisée pour la cotation linéaire (dans certains cas précédée du signe.2). 3-4: Eventuellement lettre(s) identifiant la (les) réfé- rence(s}. Indication des références dans le cadre de tolérance Lorsque la référence est établie par un seul élément, elle est indiquée par une seule lettre dans la troisieme case, Lorsque la référence est établie par plusieurs éléments et si ordre dans lequel les lettres de référence sont indiquées doit étre respecté pour la verification, les lettres sont inscrites dans des cases séparées. Dans le cas contraire, elles sont indiquées dans la méme case. Indication de I'élément de référence: |'élément de référence est identifié par une lettre majuscule inscrite dans un cadre relié a un triangle de référence noirci ou non. Indication de I'élément toléraneé : le cadre de tolé- rance est relié a I’élément tolérancé par une ligne de repére terminée par une flache. Nature des éléments de référence ou tolérancés Le triangle de référence ou la flache aboutit : ~sur le contour ou sur le prolongement du contour (clairement séparé de la ligne de cote) si la référence ou la tolérance s’applique ala ligne ou a la surface elle- meme; ~ sur le prolongement de Ia ligne de cote lorsque la référence ou la tolérance s’applique a l'axe ou au plan médian de I'élément ainsi repéré ; =sur I'axe lorsque la référence ou la tolérance s‘applique a I'axe ou au plan médian repéré et si cet axe n'est pas commun a plusieurs volumes. 225 Définition d'une piéce : projet de dessin de definition d'un produit (suite) Indications particuliares Lorsque la tolérance se rapporte a plusieurs éléments répétitifs, indication est inscrite au-dessus du cadre. Des indications caractérisant la forme de I'élément dans la zone de tolérance peuvent étre inscrites a coté du cadre, Spécifications restrictives Si la tolérance est appliquée sur une longueur res- treinte placée n’importe ou,, cette longueur est indi quée a la suite de la tolérance, et séparée par un trait oblique. Si, en plus de la tolérance de I'élément complet, s'ajoute une tolérance de méme nature, plus faible, appliquée sur une longueur restreinte, les deux tolé- rances sont inscrites l'une en dessous de l'autre. La partie restreinte d'un élément tolérancé ou la par- Elle est repérée par un trait mixte fort décalé. Zone de tolérance circulaire ou cylindriqu as, la tolérance sera précédée du signe 2 jans ce Elements séparés : Afin d’obtenir \'alignement de deux portées oylin- TOLERANCES | driques, on peut utiliser une tolérance cylindrique de SEOME- | rectitude en zone commune. TRIQUES | Axe de référence A. (suite) Piéces déformables Le qualificatif déformable doit étre inscrit pres du car- touche. Les variations géométriques admissibles a |'étet libre sont indiquées comme ci-contre. tie restreinte d'un élément de référence doit étre cotee. uae & 902 | a | Dl oos|™ (Cy, 0.05 | Corvexe a] Pe 7, | ——_| 4 4 0,05/100 |” | [©] vos] 4] —1 90,05 | 42% (os [recite lone axe, aréte... | Parallélisme F A ee Circutarité © a Porpendicula- | zip, aialeonque eS Inclinaison ee [tenis Planeité L7 | plan Localisation QD joes cylindric KY || gine TT comiais | © oyna, | aueleonque <> | surface Symétrie plan 226 Cotation fonctionnelle TOLERANCES DE FORMES: F | | une | sunrace SIGNFICATION RECTITUDE | PLANEITE | CRCULARTE | CYLNDRICTE | qy@HGME | SUREACE oo O1mmim | 0,1mmim m8 | 004mmin : . FOLERANCE | qcammim | ootmmn | mS | ogemmin e : Zone de Rectitude La zone de tolérance, dans le deux droites paralléles, dis~ tantes det Lazone de tolérance est limitée ar un cylindre de diametre t plan considéré, est limitée par Fé Circularité fo] La zone de tolérance, dans le plan considéré, est limitée par deux cercles ‘concentriques, distants de t Forme d'une ligne quelconque La zone de tolérance est limitée par deux lignes enveloppes des cercles de diamétre t, dont les centres sont situés sur une ligne ayant la forme géome- trique spécitiee. La génératrice du cylindre © 15 doit étre comprise entre deux droites paralléles distantes de 0,02 et contenues dans un plan passant par axe. Vraxe deTalésage © 10 doit atre compris dans un cylindre de dia- metre 0,05, Le profil de chaque section droite du oylindre extérieur doit tre compris entre deux cercles coplanaires concentriques dont la différence des rayons est 0,1 Le point considéré doit étre com- pris entre deux lignes enve- loppes des cercles de diamétre 0,2, dont les centres sont situés surune ligne ayant a forme géo- métrique spécifié 227 Définition d'une piece : projet de dessin de définition d’un produit Lazone de tolérance est limitée par deux plans paralléles, dis- tants de t. Cette tolérance en- globe la rectitude. Cylindricite Une partie quelconque de la sur- face, sur une longueur de 100, doit tre comprise entre deux plans paralléles distants de 0,1 La surface specifi (imitée par le trait mixte) doit étre comprise entre deux cylindres coaxiaux dontla différence des rayons est ood - TOLERANCES ot ‘DE FORME {suite} Lazone de tolérance est limitée par deux cylindres concen- {riques ot distants det Forme d'une surface quelconque La surface considérée doit tre comprise entre les deux sur- faces enveloppes des sphéres de diamatre 0,1, centrées sur une surface ayant la forme géo- métrique spécifiée. Lazone de tolérance est limitée par les deux surfaces qui enve- loppent des sphéres de dia- metre t, centrées sur une sur- face ayant la forme géomé- trique spécifiée. | SYMBOLE TOLERANCE P | DORIENTA. | | SIGNIFICATION PARALLELISME PERPENDICULARITE INCLINAISON TION ET DE | : POSITION : ‘TOLERANCE LARGE 19 0,4 mmim 04 mmim TOLERANCE REDUITE 75 O41 mmim 0,1 mmm 228 Cotation fonctionnelle Parallélisme Orientation de deux éléments (plans, lignes, axes) un par rap- porta 'autre en faisant entre eux tun angle de 0° (zéro encadré) jamais indiqué sur le dessin Laxe tolérancé doit étre com- pris dans un oylindre de dia- metre 0,1 qui est paralléle al'axe de référence u les (aa eres A Perpendicularité: ligne parrap- port aun plan Orientation de deux éléments, Yun par rapport a autre en fai- ‘A | Santentre eux un angle de 90°, L* | Vaxe du eylindre doit etre com- pris dans un oylindre de dia- metret=0,2 perpendiculaire ala surface A. ‘TOLERANCE learns DYORIENTA- foe TION ET DE POSITION (ouite) | Perpendicularité: surface par rapport une droite La surface tolérancée doit exe comprise entre deux plans paral- es distants de t= 0,2 et per- t-| | [0,2 |) pendiculaires&la droite de rete- | rence (axe du trou de 2 10} | on 2 Boos Perpendicularité: surface par rapport a un plan La surface tolérancée doit étre _ comprise entre deux plans paral- ros} [ales distants de t = 0,3 et per- [9 setts pendiculaires a la surface de référence, 229 Définition d'une piéce : projet de dessin de definition d'un produit TOLERANCE D‘ORIENTA- THON ET DE POSITION {suite} Inclinaison d'une ligne par rap- port a une di ‘olérance de référence Localisation d'un point (ou axe d'un trou) at Se ALT i is | at & Bao Coa — pon mtn de (concentricité) © {90,02/4-c] cyfindre de référence | ove effectit obit J re bene F~ La zone de tolérance projetée sur un plan est limitée par deux droites paralléles, distantes de t et inclinées dans "angle a spé- cifié par rapport au plan de rété- renc Uinclinaison peut étre = d'une ligne par rapport & une droite de référence, = d'une surface par rapport a un plan, = d'une surface par rapport & une droite La zone de tolérance est limitée par un cercle de diametre t dont le centre est dans la position exacte du point considéré. La localisation peut étre = d'un point, = d'une ligne, = d'une surface plane ou d’un plan médian La zone de tolérance est limitée par un cylindre de diamétre t dontl'axe coincide avec axe de référence, sila valeur de la tolé- rance est précédée du signe @. Uaxe du oylindre dont!a cote est reliée au cadre de tolérance d tre compris dans un cyl diametre 0,02 coaxial a axe de référence A, C. Le plan médian dela rainure doit étre compris entre deux plans paralléles distants de 0,05 et dis- posés symétriquement par rap- port au plan médian du cylindre de référence H. 230 Cotation fonctionnelle COTES tion des chaines de Le cahier des charges fonctionnel. Le de: Le dessin de définition des éléments. Données Faire le dessin d’assemblage, Repérer les piéces. Recenser les conditions fonctionnelles. Analyse Condition d’épaisseur de matiére, Condition de fabrication a ne pas traiter (entrée trav Condition d’assemblage _ (vissage @ fond de fen, implantation. n de serrage fonda ‘Tracer des chaines de cotes Reporter les composantes sur les des. Fixer les valeurs des conditions Choix | ~ justifier chaque choix = mémoriser les choix dans le dossier | diétude. Consutter les données des fabriquants de composants ~mémoriser les valeurs des cotes des composants et leurs tolérances. Traiter les caleuls ~répantir les tolérances, connaitre les possibilités de fabrication, Reporter les valeurs des cotes sur les dessins fonctionnels. Calcul POEs Verifier les compatibilités des cotes Inscription Dessins d’étude fonctionnels —— Nest né | existants. ensemble du systéme avec sa nomenclature. Exemple : assemblage d'un oylindre de compresseur sur son carter. sssaire do vérifier la compatibilité entre la cotation fonctionnelle et la Vérifieation | cotation proposée par le fabricant sur son catalogue, ou entre des éléments déja e | | i? pad a af ea i es) 1 || } Etéments standard sur catalogues 231 Définition d’une piéce : projet de dessin de définition d’un produit cores (suite) +» Cote condition ou co’ Définition La cotation fonctionnelle est basée sur l'étude approfondie des con tions d'aptitude & l'emploi du pro- duit. Elle permet de définir, sans ambi- guité, les dimensions des éléments fonctionnels (dimensions fonction- nelles) et leur position relative (cote condition). Elle ne doit étre ni insuffisante, ni surabondante. Cote b condition} Surfaces terminales Dans un ensemble mécanique, ce sont les surfaces qui n'ont aucun contact avec d’autres surfaces. a a reac Elles correspondent aux surfaces | S¥! = d'appui Gforigine et d'extrémité des conai-_|"mmnale) >) —freminle | — og) tions de fonctionnement. et (2) Surfaces d’appui i Ce sont les surfaces en contact avec | d'autres (surfaces d’assemblage). f yi Surfaces fonctionnelles ie Ce sont les surfaces terminales et les surfaces d’appui. Orientation du vecteur condition L Cote fonctionnelle_ Le vecteur condition caractérise ‘appartenant a (2) une condition fonctionnelle. J Par convention, il est orienté de la (__totetenctinne gauche vers la droite ou de bas en ie haut. Il est représenté par une double fiche. de cote Partir de t'origine du vecteur cote condition (surface terminale de (1). Rejoindre la surface de la méme piéce qui soit une surface d’appui participant direc- tement & la condition (b). De la surface d’appui (commune a (1) et (2)), rejoindre une surface de (2) qui soit une surface terminale de (2) ou une surface d’appui entre (2) et une autre piéce partici pant directement a la condition (b). Remarque Une composante ou maillon ne doit appartenir qu’a une seule pidce. {ne doit y avoir qu'une seule cote par piéce (chaine minimale de cotes). La chaine de cotes est terminée lorsque la derniére cote fonctionnelle rejoint la seconde surface terminale (extrémité du vecteur cote condition). 232 ei Cotation fonctionnelle + Valeurs nominales et tolérances des mai Les valeurs nominales et les tolérances des maillons sont 4 définir pour toutes les cotes (cote condition comprise}, sauf une, d’une chaine de cotes a partir: ~ de la normalisation de certaines piéces (roulements, éléments d’assemblage...); ~ de paramétres fonctionnels (cote fonctionnelle, par exemple); ~ d'un calcul précédent effectué pour une autre chaine de cotes. Remarques | ~ La répartition des tolérances doit étre effectuée en fonction des coats de la fabrica- tion. ~ Pour une méme cote nominale, avec les mémes tolérances, il est généralement plus cotiteux de fabriquer le contenant (alésage} que le contenu (arbre). + Dé ation d'une cot Une chaine de cote, représentée par un ensemble de vecteurs, peut étre traduite par une relation vectorielle dans laquelle la cote condition est la résultante des autres vec- teurs. | Bebi+be La cote condition est maximale, si les vecteurs de méme sens qu'elle sont maximaux et les vecteurs de sens contraire sont minimaux. La cote condition est minimale, si les vecteurs de méme sens qu'elle sont minimaux et les vecteurs de sens contraire sont maximaux. f b maxi = b1 maxi ~ b2 1 ‘b mini = b1 mini -b2 mar La résolution des deux équations permet la détermination de la cote manquante. Dans une chaine de cotes, I'intervalle de tolérance de la cote condition est égale a la somme des intervalles de tolérance des maillons. Wh =1Tb 14 1Th2 Exemple de cotation respectant les conditions de montage 19 mini 233 Définition d’une piece : projet de dessin de définition d'un produit tion d’un assemblage cylindrique par clavetage page 143, Cotation dui ‘lon _de jouge condition Je. la liaison. fess JA. Z 1 SO JB. référence), mblage d’éléments prismatiqu ‘outil} la condition JB. Dans cet assemblage, on prend en compte les génératrices fonction- elles et non pas les surfaces fonctionnelles, Généralement, les cotes, pour les assemblages par clavette, sont défi- nies par la norme, voir La position rad deéfinie par la conicité et le diametre de la jauge. La mise en_ position axiale est définie par la La condition JA évite la formation de bourrelets nuisibles & la qualité de Le plan de jauge, placé le plus prés possible de la grande base du céne, EXEMPLES: limite les écarts de posi- DECOTATION tion axiale. FONCTION. NELLE s (queue d’aronde} Le guidage précis est assuré par la condition La limitation des sur- faces en contact (éviter une double portée) est assurée par la condition Les cotes encadrées sont des cotes théo- riques (dimensions de La condition de glisse- ment latéral est assurée TF par la condition JA. =|.,| Lecondition de jeu ver- =) 3) tical (éviter une double portée) est assurée par 234 B3.3. UTILISATION D’UN LOGICIEL DE D.A.0. DAO. térielle ‘. RST, movimante care graphique évolués tabla agane fone ey, = “a Seamer La conception des produits industriels passe dans la plupart des cas par une conception | ® assistée par ordinateur (C.A.0,) en utilisant des logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO). La D.A.. permet de réaliser tous types de dessins (plans ou spatiaux) avec une défini- tion parfaite. Le stockage en mémoire, sur CD-Rom, sur disque dur ou sur disquette per- met un échange de fichiers dans le monde entier et en temps réel. Il est possible de concevoir un produit en un endroit et le réaliser dans un autre avec une interaction per- manente entre le concepteur et le réalisateur via le réseau internet. Le dessin 3D paramétré permet de réaliser une représentation spatiale d’un objet qui pourra, ensuite, étre visualisé d'un point de vue quelconque. Les dessins réalisés sont récupérables dans les logiciels de C.F.A.O. (Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur) pour la réalisation des piéces sur une machine a commande numérique ou dans des logiciels d'imagerie de synthése pour la réalisation de films, de publicité ou d’animations virtuelles. esquisse ——v cotation 2) | \O _contraintes — | been? | \ A L arbre de | i 7 création | ~ \ ] origine de MY ' ee a Cares 4 Sots 50 ) barre d'état is IETSIST i 235 Définition d'une piéce : projet de dessin de définition d’un produit DAO. (suite) Principe de conception d'un dessin volumique paramét: La conception d’un dessin volumique paramétré differe peu selon le modeleur utilisé; seules les terminologies utilisées varient. La base de tout dessin 3D paramétré est la création d'une ‘esquisse (fig. 1) qui est réalisée avec des outils classiques tels que: cercle, aro, ligne, rectangles, spline, etc. Cette esquisse est affinée grace & des fonctions telle que ajuster, symétrie, congé, chanfreins, ete. tr ds esti da | eaaienonen ary Lesquisse doit étre ensuite cotée ‘et contrainte (fig. 2): les cotes permettent de dimensionner lesquisse et les contraintes per- E hte Mettent d'imposer des relations {Forni géométriques entre les éléments de cette esquisse. 1| sera pos- sible ultérieurement de modi- fier les cotes sans changer les contraintes ce qui permettra, par exemple, de concevoir des familles de pieces UE neredone Sent f° Fetter Pour donner du volume, il suffit d’extruder 'esquisse réalisée avec une certaine hauteur (fig. 3). Le volume de base étant réalisé, on choisit une surface (1) sur laquelle la nouvelle esquisse sera dessinée : sur la figure 4 un rectangle coté et positionné au milieu de la surface d’esquisse définira une entaille obtenue par un enlevement de matiere (fig. 5). On a procédé de la méme facon pour réaliser le trou sur la sur- face (2) (fig. 6) De nombreuses fonctions telles oo 2 Arcane que chanfrein, congé, coque. $20 unae permettent de compléter les OS, Face, formes de l'objet (fig. 7). OS, Dessus: Uarborescence, ou arbre de créa- Broke tion, est la base de données du A, Otiane dessin. 21 chow enécon ‘On peut intervenir & tout instant Da Esqucsebace dans cette arborescence pour en Up scare modifier un paramétre, modifier La NEsisessue) fa hauteur dune extrusion, eS conmees modifier une dimension d'une Carton esquisse, etc. Fig. 1 236 Utilisation d’un logiciel de D.A.O. DAO. (suite) La visualisation de l'objet réalisé peut étre en mode filaire ou ombré avec ou sans arétes cachées et dans de nombreuses positions grace a des fonctions d'orientation de la vue comme le montrent les représentations ci-dessous (fig. 8). est aussi possible de visualiser une image de syn- thése de l'objet en placant des éclairages, en chi sissant des matériaux et en effectuant un rendu de objet (fig. 9). Cette image de synthése peut étre travaillée ou récupérée dans de nombreux logiciels de traitements d'images. I est aussi possible de créer une animation de cet objet dans un ensemble en utilisant le logiciel de dessin ou d'autres plus spécialisés. Les modeleurs volumiques para- métrés permettent de réaliser la mise en plan des dessins 3D (fig. 10). lest possible de choisir les vues désirées ainsi que toutes les coupes utiles a la compréhen- sion du dessin. Toute modification du dessin 3D entrainera automatiquement une modification du dessin 2D. ein Fig. 10 237 we Définition d‘une piece : projet de dessin de définition d’un produit + Dessin d’assemblage La réalisation des dessins des piéces étant effectuée, le montage de l'ensemble s'effectue dans un dessin d’assemblage (fig. 11). epee os : a _ SS eee RTE ee pe 3 wees Des contraintes (OU (fig. 12) permet- some ‘2 tent de position- B | ner les piéces les | unes par rapport a aux autres. wacmmen | La modification du dessin d'une des pieces de ensemble modi- fie assemblage. Des éclatés, des assemblages 3D et des dessins d'ensemble 2D sont ainsi réalisables (fig. 13-14- 16). Ils pourront étre utilisés dans des proces- sus de fabrication, des animations ou des docu- ments de présentation. Fig. 13 Fig. 14 Fig. 15 238 C. PRINCIPE ET COMPORTEMENT DE PRODUITS C1. CHAINE ENERGETIQUE + Préliminaire : calculs vectoriels Ce chapitre n’est pas un cours complet de mécanique, mais il permettra de retrouver les éléments de base pour résoudre un probleme de mécanique. + Le vecteur : Un vecteur AB est défini géométriquement dans un repere par les caractéristiques suivantes : = son origine : point A —son support ou direction (AB) a; me x gon acne {de A vers B) Ta —son module ou norme ||AB|| (longueur du bipoint AB) AB = ||AB.7 Le vecteur utilisé en statique est glissant car son origine pourra étre prise indifféremment sur son support. + Coordonnées cat Dans I'espace Dans le plan Soit un repére orthonormé %(O,i jj .k) direct Soit un repére orthonormé direct 210,07) _ A= Xa T + You T+ Zonk nes d'un vecteur Xop = cos 6 || OB Yos = sin 0 ||OB|| Coordonnées polaires dans le plan: OB p = rayon polaire 0 = angle orienté & partir de l’axe Ox dans le sens trigonométrique + Opérations sur les vecteurs Addition vectorielle: on appelle pgmme vectorielle de deux vectours a 1 |X Xi +X Wet, levecteurS tei que: U}¥,, VY, = S]¥,+¥, Zz 1% Zit |X % Produit scalaire de deux vecteurs : on appelle produit scalaire de deux vecteurs U|¥;, V|Y, le sca- leire tel que: la 1% Ul * Vijecos@ avec = (U,V) = angle orienté de U vers V eV = X.Xp + Vu Vo + Zs Ze 7 X |X Produit vectoriel de deux vecteurs : on appelle produit vectoriel de deux vecteurs U|Y,, V|Y, le vecteur W dont un représentant du point | est tel que: ig a Z w pian (10,0), o ~son sens soit tel que le triédre (0,7 W) soit direct, a ~sa norme soit définie par: W =||U|) ¢ ||V|* sin @ avec 0 = (U,V) = angle orienté de U vers V. ~ son support soit perpendiculaii Détermination des coordonnées du vecteur W : YiZs-YoZs =X .Zp— XZ) I xavi XY Remarque : le symbole 4 est équivalent & x d’aprés la norme ISO. = a s = 239 Chaine énergétique C2. COMPORTEMENT DU SOLIDE INDEFORMABLE + Comportement statique des mécanismes (étude a nalytique) La statique est l'étude mécanique des solides ou systémes de solides au repos pris dans un repére considéré comme galiléen. Les actions mécat Définition : une action mécanique est une « cause » capable ~ de modifier ou d’interdire le mouvement d'un corps, = de déformer un corps. ues Notion de force : elle génére ou interdit un mouvement suivant une droite ; on représentera une force par un vevteur glissant defini par : ~ sa direction (A): AF, ~ son sens, = sa norme (intensité ou module) IF || dont I’unité est le newton (N). Différents types de forces Actions a distance: ~ les effets magnétiques, électriques ou électrostatiques; — les effets de la pesanteur m_= masse du corps en kg 9 = accélération de la pesanteur (9,81 ms? & Paris) Actions de contact : contact ponctuel: I'action passe par le point de contact A. La direction de I'action mécanique de S, sur S; notée Ay, est perpendi _¢ ala tangente au contact A si on néglige les frottements au contact. \S_Ae,) Le sens est dirigé vers le solide 2. 7\__8/ Le module Aja est defini par la longueur du vecteur Ay, ; 'unité est le newton. Tings dota CONEDY contact linéique: on supposera l’action répartie uniformément au contact. Dans le cas d'une répartition uniforme, on remplacera cette charge répartie i par une action unique concentrée appliquée au milieu du segment AB telle ats ave ICjall= a \ Que Nei E ~ contact surfacique : exemple des forces de pressiot Dans le cas d‘une répartition uniforme du fluide sur le piston, on remplacera ensemble des micro-actions par une action unique appliquée au centre de gra- 1 vité de ta surface :|Frugen l= P.S. avec p = pression du fluide en pascal (Pa) _ S = surface sur laquelle s’exerce le a oe fluide en m? =e ‘ésultante des forces de pres- Charge rpara gen in 240 Comportement du solide indéformable ce par rapport & un point fixe da + Moment d’une un repere galiléen un repére galiléen %(0,7 7), un point A quelconque, une force F appliquée en un point M. = (AM, F ) = angle orienté de AM vers F. o appelle moment par rapport au point A de la force appliquée en M, le vecteur défini par: M4F = AM AF _ Remarque: — le support du vecteur M,F est perpendicu- laire au plan contenant A et F. ~le sens de M,F est tel que le triadre (AM, F, MF) soit direct; ~le module est tel que : |M,F || =|/F le || AM|/*sin 6 ; l'unité est le N.m. Cas de nullité du moment: M,F =0 siF: ou sila direction de F passe par le point A. Transfert d’un moment d'une force en un autre point _ Soit une force F appliquée en M et deux points A et B quelconques; Mgr = Mae + BA AF lisation de l'action mécani @ a un solide Soit Ay, une force appliquée en A par un solide 1 sur un solide 2. Uraction mécanique de la force A; est modélisable en tout point B de 2 par ~une action que l'on notera Riz appelée résultante générale, ~un moment MeA;2 qui est le moment de la force A, en B. an L’ensemble des deux vecteurs définit le torseur au point B de Vaction mécanique Ayz qui s'exerce sur le solide 1 isolé, On le notera: {Ty sh= {Re= Ave IMF = MF +BA AF ‘une force appliq + Modélisation d'un systéme de forces appliquées a Le torseur du systéme de forces appliquées au solide S est défi Res = DA a {e.st= 0 MASS =D AR AF, al a je §/S : ensemble des éléments extériours agissant sur S isolé. ju centre de 7 le torseur en B aura pour éléments de réduction : {Ty ah = {Ra pices almet2) ~ alMi2+ BR aR) x 241 Chaine énergétique + Torseur des actions transmissibles par une fiaison Une liaison est constituée de deux solides ou systémes de solides (solides encastrés les uns par rapport aux autres). Les liaisons sont considérées comme parfaites : — les surfaces sont géométriquement parfaites ; — le jeu dans les liaisons est nul; - le contact entre les surfaces est sans adhérence. Soit un repére %(A\i,j.k) ou, j et K sont les vecteurs unitaires portés par les axes (Ax), (Ay) et (Az); les éléments de réduction du torseur des actions mécaniques du solide 1 sur le solide 2 (1 et 2 en liaison) sont définis au centre A de la liaison comme suit: aan XR [bane XA Lala Tha} (s2.| avec Aya|YAn et Mat |Mgv2 0 {Tyah=} YA Mata alate), Za N,ti2 ZAy Nala B x A chaque degré de liberté non nul dans la liaison correspond une composante nulle du torseur asso- cié a action mécanique transmissible par celle-ci Exemple: Les solides 1 et 2 sont en liaison linéique circulaire d’axe (Ax). Les degrés de liberté dans cette liaison sont définis par : oA. 1x 1 avec Tx = translation suivant I'axe (Ax) kK 1 Rx = rotation autour de l’axe (Ax) CX 1 1 = possibilité de mouvement “ . 0 = absence de mouvement a» ~ si oO 0 Le torseur des actions transmissibles par la liaison est: (T2) =) YAn 0 Al Zn OSx Dans le cas d’un probléme plan (mécanisme admettant un plan de symétrie pour la géomeétrie et les efforts) et pour un repere local défini dans le plan de symétrie, certaines composantes du tor- seur des actions transmissibles par la liaison s'annulent : ~ la composante de la résultante suivant I'axe perpendiculaire au plan de symétrie est toujours nulle (par convention) ; ~les composantes du moment résultant suivant les axes contenus dans le plan de symétrie sont toujours nulles (par convention). Exemple: 7 L Soit (Ax, Az) plan de symétrie du mécanisme. Le torseur des actions mécaniques transmissibles par la liaison est isa 7 oO oO ~ {Tha} =4 0 0 x AlZa O}x Les tableaux p. 249 et p. 250 donnent les torseurs transmissibles par les liaisons usuelles dans un repere H(A, ). - Principe fondamental de la statique Si un systéme matériel (S) isolé est en équilibre dans un repre galiléen, le torseur des actions méca- niques extérieures appliquées a (S) est égal au torseur nul, RSS {0} ow { —e | A wigs) 2° R Comportement du solide indéformable Remarques: ~isoler un solide ou un systéme de solide, c’est le sortir de son environnement et faire le bilan des actions mécaniques extérieures qui s‘exercent sur lui; ~une action mécanique extérieure a un systéme est une action de l'environnement sur le systéme isolé. De ce principe, on déduit deux équations vectorielles: ASS Mags = 0 Ces deux équations se traduisent par six équa- Dans |e cas d'un probléme plan, ces deux équa- tions scalaires en projection sur les trois axes tions vectorielles se traduisent par trois équa- du repére R= tions scalaires ; si le plan de symétrie du méca- nisme est (Ox, Oy) et (Oz) 'axe perpendiculaire ProyOx) ASS =0 olen RES =0 = } projlOy) RES =0 projlOz) R&S =0 Reis ~ eee RSS =0 __ *|[proylOy) RES =0 projlOx) MiSis =) projlOy) MASS = projOz) M58 MSS =0=9/ proj(Oz) Mak Exemp ati ‘un probléme de statique (cas d'un probléme plan! Le mécanisme étudié est une pince de manipulateur, alimentée en air comprimé 4 une pression de 6 bars, Hypothéses: — les frottements sont négligés dans les liaisons ; ~le poids propre des es est négligé ; ~ étude se fera dans la position défi par le plan ci-dessous en phase de serrage : a= 60° et B= 5"; ~ action du ressort est négligée pendant la phase de serrage; ~le mécanisme admet un plan de symétrie géométrique et pour les efforts: plan (Ox, Oy); ~le diamatre du piston est - les coordonnées des points sont données en mm dans le repere %(O,1 |.) ou, jet k sont les vectours unitaires portés par les axes orientés (Ox), (Oy) et (Oz) Al- 25,8; 0; 0); B(- 17,6; 14,2; 0); B'(- 17,6; - 14,2; 0); C(0;8; 0); C'(0;~8; 0); E(- 48,2; 0; 0); F(35,5; 15,1; 0); F'(35,5; - 15,1; 0). = 25mm; ISN Schema cinmatque del pinco NINNIS 2 SSIS ca eae, " 5 i f {Recta 7 Fince de manipulateur SCHRADER-BELLOWS (PARKER-Proumatic) 243 Chaine énergétique Etude de I’équilibre de la biellette 4 a) Bilan des actions mécaniques extérieures qui s‘exercent sur la biellette 4 isolée La biellette 4 est soumise a I'action de deux forces. Kav 0 {Tru} =} Yan 0} liaison pivot d’axe (Az) alo oj Théoréme : Si un solide, soumis & I'action de deux forces, est en équilibre, ces deux forces sont directe- ment opposées. oe On peut donc conelure que Az, =-By, et que les directions des deux actions mécaniques sont identiques : Aga = AByy = (AB) ‘On ne peut pas résoudre de facon plus avancée \'équilibre de la biellette 4, mais les conclusions nous permettent de lever certaines inconnues dans étude de l’équilibre du piston 2. Etude de I’équilibre du piston 2 a) Bilan des actic Le piston est soumis a l'action de 3 forces. \Ensieall ©) eveciEmanal=pD'4 Trosed=40 0 = clo of Emam Yaz, 0 $ _ liaison pivot d'axe (Az) AG |.c0s «et YA = [AG -sin XAcn 0 (Teat-l Yax 0} liaison pivot d’axe (Az) Alo OJ avec XAyz =~ ||Aral.cos « et YAsa = +|Acal.sin o Le systeine comporte deux inconnues; il est isostatique et donc résolvable. b) Transfert des torseurs en A Pour pouvoir appliquer le principe fondamen- tal de la statique il faut que tous les torseurs soient exprimés au méme point; on choisira de préférence le point ou il y a le plus d’incon- ‘ues, ce qui simplifiera les calculs. En transférant {Truige a} en A, la résultante reste inchangée et le moment résultant devient : ME naw = Mebrciee ea + AEA Ende MiEncce = 0 car AEjaqsq passe par le point A. Le nouveau torseur devient alors : | Esuiaerall O {Thuide-s2} =9 0 0 alo Oe ¢) Application du principe fondamental de la statique ‘Tous les torseurs {Trito-a} + {Tanah + (Teal = {0} sont definis en A ©, sont déduites deux De I'équation Raz équations scalaires WEnuiceall + XAuz + XAvz = 0 Yan 0 De I'équation M,. est déduite une équa- tion scalaire qui ne donne rien dans ce cas puisqu’ll n'y a pas de moment en A 4d) Résolution du systéme d’équations Apras résolution, on trouve : XAg =— 147.5 XAg=-255,5 — YAgg = + 255,5 e} Synthase des résultats Il est toujours bon de récapituler les résultats pour les utiliser plus aisément dans les ques- tions ultérieures. -147,5 0 -147,5 0 {Tyah=]-2555 OF — (Tra)=} +2555 0 alo Jn alo oJ IAs |= 295 N ||AWR ||= 295 N 244 _ Comportement du solide indéformable Etude de I’équilibre du doigt 3 4) Bilan des actions mécaniques extérieures qui s'exercent sur le doigt 3 isolé ‘y ERRATA WWF IM Te 3 RSSEBSSS (eX ~ SLES ja SS D shy b On supposera I'axe 6 encastré dans le doigt 3: 3=(6, 3) X80 Bas (Tesh =7 YBa OF avec Xi Blo Og YB. = 255,5 XG, 0 {Te.s}= Ysa 0 Liaison pivot d’axe (Cz) clo O}x Xf, 0) Laction de contact en Tran ab=J¥Ex of Fest perpendiculaire a eel la tangente au contact FO O}x enF, avec XF,x =—||Fo/||.sin B et YFx, =||Foz||.cos B Le systéme comporte trois inconnues; il est isostatique et donc résolvable. b) Transfert des torseurs en C McBis = MgB + CBA Fag avec MgB, —- |0 76 __ | 1475 McBan =|0 62° et Bafa) 255.5 = 5411 0 0 75 ° {Teg} =} 255,5 0 plo -5411 Jig McFaa =MeFia + CFA Fag avec MrFpu | 35.5 -||Fp|l-sin B | 1, et Fp’ | ||Fpi3l|.cos B 0 oO oO 0 | Fp/3||.(35,5.cos B + 7,1.sin B) = l\Fpell-sin B 0 {Teast = 4 [|Fpall.cos B 0 8 0 ||Fpall.(35,5.cos B + 7,1.sin B) ¢) Application du principe fondamental de la {Tasha + Tosake + MToivce- ale = {0} Del’équation Ry, = 0 , sont déduites deux équa tions scalaires : 147,5 + XG, -||FPA||.sin B= 0 255,5 + YG +||FP/||.cos B= 0 De I'équation MA;, = 0, est déduite une équa- tion scalaire — 5411 + ||FP/3||.(35,5.cos B + 7,1.sin B) = d) Résolution du systéme d’équations Aprés résolution, on trouve : XG =- 1344 XFn Gg =~ 405,5 Yi -131 49,8 e) Synthese des résultats -13,1 0 Thiscesat =4 149,80 ||FPB||= 150,4 N FO jz 134,40 {T5.sh=4- 405,30 )C5%\|= 427 N clo Ole Détermination de la direction de C533. Soit y I'angle d’inclinaison de I'action C52 par rapport a I’axe (Ox). Yer <2 = y=71,65° ou y= 71° 39°15" XG 245 Chaine énergétique + Comportement statique des m Théoréme :si un solide, soumis a action de trois forces, est en équilibre, ces trois forces sont concourantes en un méme point ou paralldles. Hypotheses : _ = une force connue entiérement (Bya) ~une direction connue (AF); = un point de la direction ‘de la troisiéme force connue (C) Tracé. ~choisir une échelle du dessin et des force ~ prolonger les deux directions connues pour déterminer leur point de concours |; ~ tracer la troisiéme direction passant par C et |; ~ tracer le dynamique des forces en commengant par placer la force connue puis les directions des deux autres, aux extrémités de la premiare; - définir le sens des forces: la somme des trois vecteurs doit étre nulle (dynamique fermé) ; ~ déterminer le module des forces en ramenant & "échelle choisie. Hypothéses : = = une force connue entigrement (By); ~ les directions des forces en A et C sont parallales acelle de Ba), Tracé : = choisir une échelle du dessin et des forces; ~ prolonger les directions des forces; ~tracer la force connue et un péle quelconque P; ~tracer les rayons polaires 0 et 1 (dynamique) ; ~ tracer 0’ et 1’, paralldles a 0 et 1, qui se coupent sur la direction de By, ena (funiculaire); — les droites 0’ et 1’ coupent les directions de Ay, et C,, en deux points b etc qui définissent la ligne de fermeture du funiculaire ; = tracer, sur le dynamique, la parallele a la ligne de fermeture passant par le pole P ; celle-ci coupe la direction de 8, en un point et définit ainsi la longueur des deux vecteurs Ayy et Cyr ; = définir le sens des forces: la somme des trois vecteurs doit étre nulle (dynamique fermé) ; ~ déterminer le module des forces en ramenant & I'échelle choisie, Remarque : deux rayons polaires encadrent une force sur le dynamique ; les paralléles a ces rayons polaires se coupent sur la direction de cette méme force sur le funiculaire. canismes (étude graphique) Exemples de résolution graphique d’un probleme de statique Cas d'un solide soumis a !’action de trois forces de directions concourantes Echelle du dessin : 0,8:1 Cas d’un solide soumis a l'action de trois forces de directions paralléles Echelle du dessin : 1:2 Echelle des forces: 1 mm — 10 N Dynamique |e Funicusie 246 Comportement du solide indéformable Cas d'un solide soumis Hypotheses : —une force connue entigrement Dyn i. ~trois directions connues (AAzx), (ABzq) et (ACe:) Tracés: ~choisir une échelle du dessin et des forces; jBrauper es forces deux 8. deux pour en determiner la résultante : Agy + By, = Ret Dan + Cay = R ~on peut alors écrire: A +A’ = 0 ou A’ =F = prolonger les directions AA}, et AB, qui se coupent enl, point d’application deR’; — prolonger les directions ADg, et ACy; qui se eoupentt en J, point d’application de R ; ~la direction de Rou R’ est done (Id); ~tracer le dynamique des forces en commengant par placer la force connue Dy; puis les directions de R et de Cy , aux extrdmités de la premiere; = définir le sens des forces : la somme des trois vec- teurs doit étre nulle; ~ tracer R’ =-R, puis les directions de Ay, et By, aux cextrémités de la premiere; ~ définir le sens des forces : la somme des trois vec- teurs doit étre nulle ; ~déterminer le module des forces en ramenant & échelle choisi action de quatre forces de directions concourantes Echelle du dessin : 1:2 Echelle des forces: 1mm — 10 N ake \ / Av 3h 3 Dynamique Cas d'un solide soumis a I'action de plus de quatre forces de directions quelconques Hypothéses: = trois forces connues entiérement (Ays, By, et Cy.) —une direction connue ADs, ; = un point connu (E) de la direction de la cinquigme force Eq Tracé ~choisir une échelle du dessin et des forces; = prolonger les directions des forces ; = tracer les forces connues bout a bout et un péle quelconque P (dynamique) ; ~ tracer les rayons polaires 0, 1, 2 et 3 (dynamique) ; = tracer 0’ paralléle a 0, passant par le point E seul point connu de la direction de la force Ey, et qui coupe AAs ena (funiculaire) ; = tracer 1’ paralléle & 1, passant par a et qui coupe AB; en b, puis 2’ paralléle a 2, passant par b et qui coupe AC, enc, puis 3’ paralléle a 3, passant par c et qui coupe AD;, en d; =e point E (point de départ) et le point d définissent la ligne de fermeture du funiculaire ; ~tracer, sur le dynamique, la paralléle a la ligne de fer- meture passant par le péle P puis tracer a l’extrémit de Cy, une paralléle 4 AD,,, qui coupe la paralléle a ligne de fermeture en e ; la force Dz, est ainsi déf ~fermer le dynamique et déterminer la force Egy ; ~ définir le sens des forces : la somme des cing vec- teurs doit étre nulle (dynamique fermé) ; ~ déterminer le module des forces en ramenant & échelle choisie. Echelle du dessin : 1:4 Echelle des forces: 1mm — 100 N v4 fg) ae tora, unicef [ads - ° i DBynarique 247 Chaine énergétique dhérence} mécanisi + Comportement statique ¢ Adhérence et frottement Dans le cas de «non-frottement », les actions mécaniques de contact entre deux solides ont une direction normale au plan tangent au contact. Cette hypothése convient dans de nombreuses appli- cations, mais ne peut étre retenue pour des mécanismes utilisant les propriétés du frottement tels les embrayages ou freins, les systémes poulies-courroies ou & roues de frictions. Le frottement est une des causes de baisse des rendements et des pertes d’énergie. Conditions d’équilibre Soit un golide 1 de poids P en liaison appui plan avec un solide 2. Soit Az,, la résultante des actions de contact de 2 sur 1 exercée en A et une action By, qui a tendance a tirer le solide 1 sur le salicle 2 Uadhérence se caractérise par|'inclinaison d’un angle o. par rapport ala normale au contact en A, de l'action A;y du coté opposé a la tendance au mouvement de 1 par rapport 8 2 (fig. 1 et 2). So Le solide 1 est en équilibre: P + Aj, + By, = 0; il le restera tant que o: restera inférieur & une valeur limite @. Dans le cas de I'« équilibre strict » (limite du glissement fig. 3), 'action Az, est inclinge de l'angle @ qui caractérise la frontiare entre 'adhérence et le frottement (on parle de frottement lorsqu'il y a glissement). L’angle @, appelé angle de frottement, définit un céne de sommet A, d’axe n et de demi-angle au sommet @ appelé céne de frottement. Sil'action By, augmente, l'angle reste inchangé il y a glis- I sement et équilibre est rompu:P + Az, + By; #0 Uaction A,,, ne pourra jamais sortir du céne de frottement. Coefficient de frottement Dans le cas de I'équilibre strict, "angle » permet de définir un coefficient (ou f) appelé coefficient de frottement: = tang. Une relation lie les composantes de I'action Aj, (fig. 4): UTenll =liNal-tan @ = Neale Fig. 4 avec Nz, = composante normale de Ay, Ton = composante tangentielle de A,, Cest cette composante tangentielle qui s'oppose a la tendance au mouvement do 1 par rapport a 2. Lois de Coulomb Le coefficient de frottement dépend de: Il est indépendant de : ~la nature des surfaces en contact, = la pression de contact, ~ la rugosité des surfaces en contact ~la forme et I'étendue des surfaces en contact, et de leur lubrification. = Ia vitesse de glissement. Cos lois de Coulomb restent approchées, car le coefficient de frottement peut varier lagerement avec la pression de contact, la vitesse de glissement et la température. Valeurs du coefficient de frottement Cas d’un guidage en rotation avec frottement (valeurs indicatives) _ Soit un arbre 1 de rayon R en contact avec Ene ee frottement au point A avec alésage 2 (fig. 5). ase aac | une La composante tangentiele Tan oppose 8 la eae tendance au mouvement de rotation de 1 par AcierwenpéiAeierwenpé [O17 | O07 * rapport a 2; elle crée un moment appelé AcierFonte on | 068 | x". «moment de frottementy tel que: ‘AciertrempéiBronze an | 005 Dfnm~s. a Mall = Rita Font/Bronze oz_| 006 RiINqalltan @ [TettowAcior a8 = RNG Garnituro defreinjFonte | 04 a [Prewroute as [osaar 248 Comportement du solide indéformable mécanismes (torseurs transmissibles par les liaisons) ETUDE SPATIALE ‘Schématisation Dogrédelierté |” torsqur transmissible sea an) Xie Lan ENCASTREMENT & gees Yai Maia ae 0 0 Al zai Nave [oe e chem | 3 5 | [Bw oie (SI 0 0 Yak tava axe (Ax) wry 0 0 Al Zaz Naw |x Tk 0 0 Lave eae nr) Yaig Maz 0 0 Al Zak Naw |x S a hk RK Xai Lae GLISSIERE HELICOIDALE (32) isn) an) Yow Mave axe (Ax) ay 0 0 Al Zine Nave [oe we ® Taek Xd Lae Hen) Tk Rx Oe fav iSsAnT aL °° Ya Mave i" 0 0 Al Zam Naw |x x51)" ay “9 0 Xai 0 ROTULE alsa ae Le 0 Ry Yam 0 de centre A 7 UE 7 0 Re Al zm 0 fx : ik 0 ob ‘APPUI PLAN alts Me Ap! Ty oO Oo Mae de normale (A) wy o x | alzmo fz at is2) Tk Re 0 0 LUNEAIRE ANNULAIRE A oO hy Ya 0 de centre A et d'axe (Az) . y 0 oR a| zm 0 fx si By | UNEAIRE RECTILIGNE sy eee a OW ee 0 Mave de normale (Az) et d'axe (Ax) 0 Alzam o fx Mas} a 4 5 PONCTUELLE asi oS aa a y y de normale (Ax) Aa Te Re alo ojz x12) *Lesvecteursunitaires,i fet Rsontliés auxaxes (AX) (Ayleti, 249 Chaine énergétique @ TORSEURS TRANSMISSIBLES PAR LES LIAISONS (suite) NATURE DELA LIAISON ETUDE PLANE ET REPERE ASSOCIE Plan de symétrie du} —Torseur_— | Plan de symétrie du NOAA, I mécanisme (Ax, Az)| transmissible | mécanisme (Ay, Az) + Xam 0 ENCASTREMENT {(s2) 0 Maz oA Al Zak 0 R| car) ¥ j czy zh axe (Aw x A da al zi 0 ‘sy aussie | {s tad axe {Ax} Al 2m [al ziné 0 R ee Xm 0 4 Sarton GLISSIERE HELICOIDALE R ge Maw Aca alyeo . axe (Ax) 2m P| ; x Massena] Ors—y femme te |e i oj) 1 oo PIVOT GLISSANT 0 Mae 42 Yak 0 axe (Ax) alzmo [xl & za 0 fx ey 7 ROTULE Ma i. de centre A A Al Zab 0 foe ° APPUIPLAN 0 de normale (Az) la Al 2mm 0 o LINEAIRE ANNULAIRE Ya 0 eee | A al zma 0 [x 0 0 LINEAIRE RECTILIGNE 190 de normale (Az) et d’axe (Ax) A al zie 0 [x 0 be, ‘ de normale (Ax) — Xs a ala * Los voteusuitaies, i jet sont és aucanes tn Jy) et - 250 Comportement du solide indéformable + Comportement cinématique des mécanismes (cinématique du point) La cinématique est l'étude des mouvements des solides ou systémes de solides indépendamment des causes qui les provoquent. Ce chapitre ne traitera que de cinématique plane. Position d'un point mobile M dans un repere de référence Soit 2(071 7), un repere de référence ou et} sont les vecteurs unitaires portés par les axes orientés (Ox), (Oy) et un point M en mouvement dans ce repére. La position d'un 7 point M appartenant a un solide (S) par rapport a un repere de référence ‘%, a un instant test définie par un vecteur, nommeé vecteur position du point M a l'instant t noté OM: om [a OUOM =xei +¥eF a Yon Les coordonnées du vecteur position OM peuvent étre définies en coordonnées polaires: 5 ~~ Lay OM | 2" OUOM =puiil avec T déduit de i par une rotation de 8 dans le sens trigonométrique. L’ensemble des positions de M dans le repére de référence 7 définit la trajectoire du point M dans ®. Remarques : — la notion de mouvement est une notion relative a la position de |'observateur, d’ou la néces- sité du choix d'un repore cie référence ou céférent — le point M occupe une certaine position a un instant t dans le référentiel ; a un instant t + At ulté- ‘rieur, la position de ce point pourra avoir changé. I est donc nécessaire de définir une « temps » {I'unité est la seconde). Les coordonnées du vecteur position seront donc fonction det. Abscisse curviligne d’un point M Labscisse curviligne s du point M est la mesure algébrique caractérisant arc Mg de trajectoire parcourue par le point M. Elle dépend du temps t: s MoM f(t) if L’équation s = f(t) est appelée équation horaire du mouvement de A par rapport NE au repére de référence %. a Vitesse instantanée V,,,5 d’un point mo! le M dans son mouvement par rapport @ 7 i par OM a instant t et OM a instant t+ at: 1 \ wrt avec Mi'= OM — OM = A(OM) Remarques:__ -Viee= vi avect = vecteur porté par la tangente en M a la trajectoire. = Unité de vitesse : m/s. ° Accélération instantanée a; d'un point mobile M dans son mouvement par rapport 4 7 ave fim 2 Unité de l'accélération m/s’. Ato Composantes du vecteur accélération : | on sait que aim = a (4 ) ds dt) a Tov. (St}-%, avec (at) 2. lates zat °° \ 515 9 ie Tf, vecteur unitaire porté par la tangente a la trajectoire en M. € JON Ni vecteur unitaire porté par la normale a la trajectoire en M. VY P rayon de courbure de la trajectoire en M. a On en dédui a =(¥)f=a7 accélération tangentille LL ve ii accélération normale 251 Chaine énergétique Translation d'un solide $ dans un repere de référence % Un solide S est en translation dans un repére plan 7 si un bipoint quel- conque AB du solide reste équipollent a un bipoint du repére % au cours du temps, Dans un repére spatial, il faudra que deux bipoints du solide restent équi- pollents a deux bipoints du repére au cours du temps pour que le solide S soit en translation par rapport au repere %. On peut noter deux cas particuliers de la translation ~latranslation circulaire : tous les points du solide décrivent des trajectoires | circulaires identiques dans le repere %; a s = la translation reotiligne: tous les points du solide décrivent des droites P\\— > \e paralléles dans le repére R. \o G7 Ke a Translation rectiligne uniforme Définition : un solide est en translation rectiligne uniforme si tous les points décrivent des droites paralleles et si 'équation horaire du mouvement est du premier degré par rapport au temps OW 7 = xy) = + vit) ° Me ™ a et Xqi abscisse du point Ma I'instant t (en m). % xq: abscisse du point Ma l'instant initial ty (en m). vi _ vitesse linéaire du point M (en m/s). i ty = instant initial (en s). Vitesse du point M: La dérivée de la vitesse qui est une constante est nulle. Translation rectiligne uniformément variée Définition : un solide est en translation rectiligne uniformément variée si tous les points décrivent des droites paralléles et si I'équation horaire du mouvement est du second degré par rapport au temps: OM. i) = Ko + Vo (t-te) + H2alt tl? Vo : vitesse linéaire du point M a l'instant ty (en m/s). a: accélération du point M (en m/s"). Vitesse du point M: Vix, [eva = vo alte Aceélération du point M: X"ig = Ae = 8 = Constante | L’accélération est réduite & 'accélération tangentielle et est constante. Graphes du mouvement: “| vis) ss Poe | : oe 0 ‘i ° 8) Graphe Graphe Grapho du mouvement de la vitesse do Kaccélération 252 Comportement du solide indéformable Rotation d'un solide S autour d’un axe fixe Un solide (S) est en rotation dans un repére % si deux de ses points restent fixes dans 7 au cours du temps ; ces deux points fixes déterminent I'axe de rotation. Mouvement circulaire uniforme Définition : un solide est en mouvement circulaire uniforme autour d'un axe fixe si la trajectoire de tout point est un cercle et si I'équation horaire du mouvement est du premier degré par rapport au temps : $y = MoM= Sig + Vit—to) | avec sy: abscisse curviligne du point M a l'instant t (en m). a vi vitesse linéaire du point M (en m/s). to: instant initial (en s). Sio)! abscisse curviligne & l'instant initial (en m). Equation horaire angulaire du mouvement : Yon On a? Sy = 1.8, dou la relation: @= 6) + olf) |avec 8: angle polaire de M a |'instant t (en rd). @,: angle polaire initial a I'instant t, (en rd) ©: vitesse angulaire (en rd/s) Vitesse linéaire du point M: ¥=@R) avec v: vitesse linéaire du point M (en m/s) —— ©: vitesse angulaire (en rd/s) R: rayon de la trajectoire circulaire (en m) Le vecteur vitesse linéaire du point M par rapport au repére 7 est porté par la tangente a la trajec- toite en M. avec T: vecteur unitaire porté par la tangente au cercle de rayon R et de centre O en M Og, : vecteur vitesse angulaire dont le module est o. ayon de la trajectoire circulaire de M dans R. Accélération linéaire du point M. a _ (Wy. d= dve v= dv aan = (HF +v( Si lL T+¥.n avec (S{)=0 carv rite (en m/s’) L’accélération se réduit done a I'accélération normale: | ayn Ge = G80. | Lacclération angulaire (en rds") est null, Accélération angulaire du point M:|_ 0! Mouvement circulaire uniformément varié Définition : un solide est en mouvement circulaire uniformément varié autour d’un axe fixe si la tra- jectoire de tout point est un cercle et si 'équation horaire du mouvement est du second degré par rapport au temps: Sy = Mol = sia) + Vittl+ Walt ty)? | avec a: accélération du point M (en m/s?) Equation horaire angulaire du mouvement : [aE eAOoMabance | it | 9= 05+ Op(t—t) + V2a'lt-t))* | avec (a : vitesse angulaire @' : accélération angulaire (en rd/s”) Vitesse angulaire du point M: [= 0 =) wit) | car 6’ = Vitesse linéaire du point M1: [Vv (qt CIR a Accélération angulaire du point M: | gy = $= constante | (en rd/s”) Accélération linéaire du point M: a-Si owl] Sroga ve 0 Accélération normale: | a= $= W2R = (ay + a°*A| (en mis?) = 0/R=constante | (en m/s’) Accélération tangentielle: | a= 253 Chaine énergétique cinématique plane. Mouvement plan sur plan Définition : un solide S, est en mouvement plan par rapport a un solide Sp, si un plan du solide S, reste constamment en contact avec un plan réel ou fictif du solide $, au cours du mouvement. Exemple : |e schéma cinématique ci-contre donne une représentation schématique spatiale de la pince de manipulateur (fig. 1) dont le dessin est donnée P. 743 (un saul doigt a été représenté). Lee mouve- ments respectifs du piston (1), de la biellette (4) ou du doigt (3) par rapport au corps (1) lié & Sy peuvent. tre considérés comme plan sur plan. L'étude cinématique se fera dans le plan 70, x, y)lié 8 So, plan paralléle a celui du mouvement (fig. 2). Cas particulier de la translation Dans un mouvement de translation, tous les points du solide ont méme vitesse linéaire. Exemple (fig. 3) :\e piston (2) est en translation d’axe Ox par rapport au corps (1); on peut alors écrire : = a tout instant t et quels que soient Night =Ve2i1} “ces points. Le champ des vecteurs vitesses (ensemble des vec- teurs vitesses de tous les points du solide par rapport au repére de référence a instant t) est dit uniforme. Cas particulier de la rotation Dans un mouvement de rotation, tous les points du solide ont une vitesse linéaire proportionnelle a leur distance a l'axe de rotation. Exemple (fig. 4) :\e doigt (3) est en rotation autour de Vaxe (Cz) par rapport au corps (1); tous les points décrivent des cercles de centre C. On peut alors écrire La répartition des vecteurs vitesses est dite triangu- laire. Les directions des vecteurs vitesses des différents points sont perpendiculaires aux rayons des trajec- lwires de ces points. On peut donc déterminer la vitesse linéaire de n‘importe quel point d'un solide en rotation & partir du moment oi l'on connait la vitesse d'un de ses points, \ Pian <7 \ Goxpstth ye fe a/ ty + Comportement cinématique des mécanismes (cinématique du solide) Ce chapitre est destiné a voir les différentes méthodes graphiques de résolution d'un probleme de \ Bitat 6) Fig. 1 Fig. 2 254 Comportement du solide indéformable Equiproje des vecteurs vitesses des points d'un solide Les vitesses des points d'un solide parfait sont dépen- dantes. Il existe une relation liant les vitesses en deux points A et B différents d’un méme solide S : VSR. AB Nosh. AB Exemple (fig. 5): soit A et B les points caractérisant les centres des liaisons pivots entre la biellette (4), le piston (2) et le doigt (3). a La projection orthogonale du vecteur Vai sur ta droite (AB) eet égale & la projection orthogonale du vecteur vitesse Vp4/1 sur cette méme droite : Vaa/1.AB = Vp4/1.AB On pourra déterminer la vitesse de n’importe quel point d'un solide a partir du moment ou I'on connait la direction du vecteur vitesse en ce point et un vecteur vitesse en un autre point. Centre instantané de rotation Définition : on appelle centre instantané de rotation (C.LR.) d'un solide S par rapport & un repere de réfé- rence %, le point ou la vitesse est nulle a l'instant t considéré, A'instant t, le solide S aura un mouvement de rota- tion autour de I'axe passant par le C.LR. Dans le cas d'une translation, le C.L.R. est rejeté a Vinfini. Détermination du C.LR.: le C.L.R. d'un solide S en mouvement plan sur plan se trouve a l'intersection des perpendiculaires aux directions des vectours vitesses définis en deux points distincts du solide. Exemple :le C.1.R. de la biellette (4) dans son mouve- ment par rapport au carter (1), noté In, se trouve & intersection des perpendiculaires en A et B aux vec- teurs vitesses Vadli et Veal. Connaissant le C.LR. d'un solide S par rapport @ un repére de référence, on peut déterminer la vitesse de n‘importe quel point du solide a partir du moment ou 'on connait la vitesse en un point; dans le cas de la figure 6, on a déterminé la vitesse Vjyé/1 en utilisant les propriétés de la rotation. Base et roulante : = la trajectoire du C.L.R. du solide S dans le repere de référence est appelée base du mouvement; ~ la trajectoire du C.L.R. du solide S dans un repare lié aS, mobile par rapport au repére de référence est appelée roulante du mouvement. Fig. 5 dy 255 Chaine énergétique Composition des vecteurs vitesses linéaires Définition des reperes : ~soit %, le repére de référence fixe appelé repére absolu; ~ soit %,, un repere mobile par rapport a 7% lié au solide S appelé repére relatif Définition des vitesses linéaires de M: soit M un point mobile de S. ~ Vitesse absolue (Va) :c’est la vitesse du point M appar- tenant S dans le repere absolu; on la note: Vy,S/Ro, ~ Vitesse relative (Jr) - c'est |a vitesse du point M appar tenant S dans le repere relatif; on la note : VyS/R. ~ Vitesse d’entrainement (Ve): c'est la vitesse du point M lig a S dans le repare fixe ; on la note : VgRy/Ro. {AT'instant t, le point M est considéré comme fixe dans le repére % ; cela revient a définir le mouvement de 7, Par rapport a %.) Loi de composition des vecteurs vitesses : une relation lie ces différentes vitesses. VyaSiRo = VyS/Ry + VinFiyRy | ou Va Vi + Ve Exemple d’application :\e schéma cinématique ci-contre représente un portail automatisé ma par un vérin hydraulique (FAAC). On connait la vitesse de rentrée de la tige de vérin (4) et on désire déterminer la vitesse d’ouverture du portail (2). Les liaisons en A, B et O sont des liaisons pivots. La trajectoire du point B appartenant au portail (2) par rapport au chassis (1) est un cercle de centre O et de rayon OB: Va2/1 est perpendiculaire @ OB en B. La trajectoire du point B appartenant au corps de vérin (3) par rapport au chassis (1) est un cercle de centre A et de rayon AB : V,3/1 est perpendiculaire a AB en B. La trajectoire du point B appartenant a la tige de vérin (4) par rapport au corps de vérin (3) est la droite (AB): Ve4/3 est porté par la droite (AB). Laloi de composition des vecteurs vitesses en B donne: Veal = Vadis 4 Vetta + Vaait | avec Vazis = 0 car Best lo C.I.R du mouvement de (2) Par rapport a (4). Il suffit de tracer la somme des vecteurs en respectant la relation ci-dessus et de déterminer le module de la vitesse Vp2/1. oe 2 256 Comportement du solide indéformable ment dynamique dun soli La dynamique traite des mouvements des solides en relation avec les actions mécaniques qui les produisent. Ce chapitre a pour but de rappeler quelques relations utiles a la résolution de problémes courants de mécanique. + Principe fondamental de ta dynamique Cas d’un solide en translation : théoréme de la résultante dynamique Soit un solide S animé d'un mouvement rectiligne uniformément vari == : | EFea/S = m.ag6hg| avec Fews: forces extérieures appli s a quées au solide en N. . m:_ masse du solideSenkg. 71 oo acSifo : vecteur acoélération du centre de gravité du solide 0 S par rapport a un repere 7 galiléen Rg en m/s”, Cas d’un solide en rotation autour d’un axe fixe : théoréme du moment cinétique Soit S un solide animé d'un mouvement de rotation uniformément varié;; le centre de gravité du solide est sur I'axe de rotation avec Mg,fextS : moment par rapport a I’axe 7 de rotation Gx des forces exté- rieures appliquées au solide S en Nm. J: moment d'inertie du solide S par \ rapport a I'axe Gx en kg.m?. 2 © : accélération angulaire du solide autour de I'axe Gx en rd/s?. Moments Cylindre pleii masse m = xR4.Lp meniR= PL m garp m=ab.Lp (p: masse volumique} ertie de quelques solides usuels Cylindre creux Sphere Parallélépipéde rectangle wy rey D~ Rey (+L) mepe 4 L2 Changement d’axe (théoréme de Huygens) Sg eae s Soit un solide $ de masse m et de moment d'inertie autour de l’axe x, Jx; soit un axe x1 paralléle a x situé a une distance d de Sx mc? 287 Chaine énergétique + Travail et puissance Travail d'une forceF : Le travail W d'une force F est égal au produit scalaire de la force par le vecteur déplacement AB: Autre expression : W =|[F||.||AB|.cos@ avec W: travail en J (joules) IF: module de la force en N ||AB|| : module du déplacement en m Travail d'un cuuple constant C Le travail W d'un couple constant C est égal au produit du couple par I'angle parcouru : W=C@| avec W: travail enJ C: couple ou module d'une force en N.m @: angle parcouru en rd Puissance développée par une force F C= (FIR La puissance est la dérivée du travail par rapport au temps: p.dW p dt = La puissance développée par une force F dont le point 7 d'application A se déplace a une vitesse V_sur sa trajectoire oA \ v Aest égale au produit scalaire de la force F par la vitesse V : Le sa P=F.V Autre expression : P = ||F|. |V||.cos @ avec P: puissance en W (watt) \F || : module de la force en N \|V\| : module de Ia vitesse de déplacement en m/s Puissance développée par un couple constant C La puissance P développée par un couple constant exercé sur un solide qui tourne a une vitesse angulaire @ est égale au produit du couple C par la vitesse angulaire P=Co | avec P: puissance en W (watt) C: couple ou moment en N.m ©: vitesse angulaire en rd/s Notion de rendement Le rendement d'un mécanisme est égal au rapport de la puissance res- tituée sur la puissance fournie: Example de chaine do tranamiasion de puissance Pa \ fr o[ woron Hf ene } iN ° it abe 258 C3. COMPORTEMENT DU SOLIDE DEFORMABLE + Propriétés mécaniques des matériaux La résistance des matériaux a pour but la détermination des efforts intérieurs dans une piéce mécanique lors de déformations dues a des actions extérieures, ainsi que le dimensionnement de celles-ci. Les études menges dans ce chapitre et les résultats obtenus sont applicables a des solides assimilés 4 des poutres = une poutre est un volume engendré par une surface variant peu et de maniére continue dont le centre de gravité se déplace le long d'une ligne continue appelée ligne "les sections planes étudiées sont perpendiculaires & la ligne moyenne et le restent aprés déformation ; = on supposera les forces extérieures appliquées dans un plan de symétrie de la poutre étudiée. Les lois de la résistance des matériaux sont valables dans le cas de matériaux: ~ homogénes : les particules qui composent le matériau sont petites devant la dimension du solide ; ~ isotropes : les caractéristiques des matériaux sont iden- tiques dans toutes les directions ; —travaillant dans le domaine de sa déformation élastique ; les déformations restent faibles par rapport aux dimensions de la poutre. + Torseur de cohésion et contrainte Le torseur de cohésion ou torseur des efforts de cohésion Le torseur de cohésion est défini par les éléments de réduction des efforts intérieurs dans une section droite S fictive de poutre (fig. 1). La section droite $ étant définie et en isolant le tron- gon gauche de la poutre, on obtient la figure 2 contre. Si ce troncon est en équilibre, il est sou- mis & I'action des forces extérieures qui agissent sur lui et @ l’action du troncon de droite que I'on peut définir par deux vecteurs, une résultante des actions du trongon de droite sur le trongon de gauche et un moment résultant des actions du trongon de droite sur le trongon de gauche: Figure 1 R = EfD/G : résultante des forces de cohé- sion de D sur G » outro 1 Mig = Z(GM, a #1076) : moment résultant des s forces de cohésion 4D/G Jrongon 1 (gauche! Figure 2 259 Chaine énergétique Cet ensemble de deux vecteurs est appelé torseur Th de cohésion {Coh} = {E. | Szefon s Me. Giese, Les éléments de réduction du torseur de cohé- sion se décomposent dans le repere %(G,x,y,2) lié en Ga la section S: effort normal effort tangentiel ou tranchant : moment de torsion + moment réfléchissant Zz NoMt Le torseur de cohésion s’écrit done {Coh}= 4 Ty Mfy Tz Mfz R avec: -N: composante de l’effort normal sur (Gx) ~Ty: composante de |'effort tranchant suivant (Gy) -Tz: composante de I’effort tranchant suivant (Gz) -Mt: composante du moment de torsion suivant (GX) ~ Mfy: composante du moment fiéchissant suivant (Gy) ~ Mfz: composante du moment fléchissant suivant (G,z) Torseur des actions mécaniques {T} et torseur de cohésion {Coh} R =RoG (Coh} = {T trongon Droit -trongon Gauche} => | R_= RO/G_ {Coh} = {T troncon Droit - trong } {E: eam {Coh} = ~ {T trongon Gauche — trongon Droit} -{ gn gauche), 260 Comportement du solide déformable + Les différentes solicitations En fonction des composantes du torseur de cohésion, on définit les solicitations dans la poutre. Traction ou compression simple Flexion pure (rare) i Les collicitations définioe ci-dessus sont les oO Mt plus simples a étudier; en alliant ces diffé- {Coh}=70 0 rentes sollicitations, on obtient des sollicita- oo tions composées. R + Les contraintes Une contrainte est définie par un vecteur (vecteur contrainte) normal en M a une facette dS de la sec- tion de poutre S. Ce vecteur est défini parla relation : Gy = $F Unité : c'est 'unité de pression qui est utilisée : Pa ou Nim? La contrainte normale & est la projection sur la nor- male i la facette de la contrainte Cy, La contrainte tangentielle 7 est la projection sur le plan tangent a la facette de la contrainte Cx. 261 Chaine énergétique + Rigidité des éléments déformabt Extension simpl Une poutre est sollicitée en extension simple ou traction si elle est soumise & deux forces directement opposées exercées au centre de deux surfaces extrémes. Essai de traction essai de traction est effectué sur une éprouvette avec une machine d’extension. Les résultats de cet essai sont donnés par des courbes définissant I’allongement AL en fonction de I'effort normal NN de traction ou la contrainte 6 dans une section en fonc- tion de I'allongement unitaire e (voir courbes ci-dessous). analyse de ces courbes montre trois etapes de l'extension : ~ la déformation élastique (partie rectiligne de la courbe) pendant laquelle le matériau subit une extension non per- manente : si on annule effort de traction, I'éprouvette retrouve sa longueur initiale Lg : I’effort maximal admis- sible définit la limite élastique Re ; - la déformation plastique pendant laquelle I'éprouvette s‘allonge de facon irrémédiable avec l'apparition d'une diminution de diamétre (la striction); ~ la rupture qui définit la charge de rupture Rou Rr. ce s (tractio Courbe de effort normal N en fonction de allongement AL Torseur de cohésion No itz (Coh}=30 0 0 0 G R Contrainte dans une section de poutre avec N: Eprouvette de traction = 50mm-2 = 10mm Eerowete ov pee nea Eprouvette sous la limite élastique Eorouvatta ave désfarmatian permanente Eprouvette apres rupture Nie ou Me ‘ec aur Courbe de la contrainte en fonction de allongement unitaire = SLLe La contrainte dans la section est réduite & une contrainte normale unique o. effort normal en N £ So: aire de la section de la poutre en mm? ee 5: contrainte normale en Nimm? ou MPa Allongement ut f AL avec AL: allongement aprés rupture en mm ent Lo: longueur initiale en mm. . £: allongement unitaire en % 262 Comportement du solide déformable Loi de Hooke (relation entre contrainte et allongement) Cette loi n'est valable que dans le domaine élastique. a avec E : module d’élasticité longitudinal ou Si bo module de Young en N/mm? ou MPa N Quelques valeurs du module de Young: Fonte: 60 000 & 180 000 MPa Acier 200 000 4 220 000 MPa Cuivre: 120 000 MPa Alliages d’aluminium : 70.000 4 75.000 MPa Carbures métalliques. 550 000 MPa Etain 40 000 MPa Bois 10 000 4 30 000 MPa Condition de résistance Pour des raisons de sécurité, la contrainte o dans la poutre doit rester inférieure a une valeur limite appelée résistance pratique a I’extension Ape. La valeur de Ape est définie en appliquant un coef- ficient de sécurité a la limite élastique Re du matériau utilisé Rpe= B& avec Rpe: résistance pratique a I'extension en N/mm? ou MPa Re: limite élastique en N/mm? ou MPa s coefficient de sécurité : ~ 2. 4 4 en mécanique générale = 10 ou supérieur s'il y a sécurité des personnes Conltion de réstance Concentration de contraintes Lorsqu’il y a variation brusque de la section dans une poutre, la contrainte au voisinage du chan- gement de section n’est plus uniforme et augmente considérablement; il faut multiplier la contrainte ar un coefficient de concentration de contrainte k. Ging SEG | avec 1 600 N/mm?) - fonte: Reg = 0,8 Re Condition de résistance (cas d’un calcul dans le domaine élastique| Condition de résistance (cas d'un calcul ala rupture):| 7 * alla ligne moyenne. i La flexion plane est definie par le torseur de conesion suivant: vn (T | Poutre sur deux appuis Poutre encastrée Poutre encastrée Charges concentrées 4 une extrémité 4 une extrémité + un appui Charge concentrée Charge répartie + charge concentrée Effort tranchant et moment fiéchissant Tengo “rongon? Soit une poutre sur deux appuis et une charge concentrée appliquée entre les deux appui Ueffort tranchant T et le moment fléchissant Mf sont variables en fonction de la position de la sec- tion S de poutre considérée. Dans une section S: T+ EFap =0 Mf + 2McFao = 0 (voir relation entre {T} et (Coh} p. 260). 268 Comportement du solide déformable Dans le troncon 1 (section S, entre A et E) O Mf=Ax="® x Six=0:Mf=0 Six =a: Mf maxi Les variations de effort tranchant T et du moment fiéchissant dans la poutre sont reportées sur les graphes de I'effort tranchant et du moment fléchis- sant représentés ci-contre. Remarque: V'effort tranchant dans un trongon de poutre est égal & l'opposée de la dérivée par rapport 4x du moment fiéchissant Déformée et flache La poutre fléchit sous l'infiuence du systeme des forces. La ligne moyenne se déforme dans le plan (Ax,y); la courbe ainsi obtenue est appelée déformée. Soit y = f(x), I'équation de la déformée ; la déforma- tion est définie par: moment de flexion en N.mm module de Young en Nimm? Ig: moment quadratique par rapport a l'axe Gz en mm*. L’équation de la déformée dans chaque trongon est déduite de la relation ci-dessus par deux intégra- tions successives:; il y a cependant continuité de la déformeée au point limite des deux trongons en E: Y'ewgaucne = V'eadrone €t Yea gaucne = Yea drone > ces deux équations permettent de définir les constantes d’ itégration. La fléche en un point correspond a la valeur de la déformée pour une abscisse x considérée ; la fleche maximale est définie par I'équation y’ = 0. module d’élasticité longitudinal ou Dans le trongon 2 (section S, entre E et B) acxel Effort tranchant T T+K4F-0 = En projection sur y: Fa -A+F= Moment fléchissant en G, en projection sur z Mf—Ax+F(x—a) =0 => Mf=Ax-Fix—a)=-F 2X4 Fa U Si x= a: Mf maxi Six=L:Mf=0 269 Chaine énergétique dratiqu z | v Contraintes La contrainte normale dans une section de poutre est donnée par la relation: ane moyenne Mf o=7,8 avec co: contrainte normale en N/mm? Mf: moment fléchissant en N.mm lqi moment quadratique suivant Gz en mm! p: distance de la fibre neutre au point considéré La contrainte maximale est donnée par la relation : avec v: distance de la fibre la plus éloignée a la fibre neutre en mm. La contrainte tangentielle moyenne peut étre définie en premiére approximation par la relation : VEC Troy! contrainte tangentielle en Nimm? T effort tranchant en N S: section dela poutre en mm? 270