Sunteți pe pagina 1din 3

Charte Nature et Progrès

La Charte de Nature & Progrès poursuit un triple objectif : écologique, économique et social.

Afin de s’adapter à un outil d’évaluation existant et éprouvé, les engagements relatifs à la poursuite de chacun des trois objectifs sont répartis selon 4 critères :

« Naturel », « Energie » et « Origine » pour l’objectif écologique, et « Social » pour les objectifs économique et social.

Les membres de Nature et Progrès adhèrent aux principes suivants.

Pratiquer un mode de production fidèle à l’agrobiologie (Naturel)

Les productions sont issues de l’agriculture biologique ou en conversion vers l’agriculture biologique

Choisir des races et des variétés adaptées à nos régions

Rechercher la complémentarité des cultures entre elles et avec l’élevage

Préserver les sols, protéger la terre, planter pour les génération futures :

Respect et amélioration de la biodiversité

Conservation et développement de races anciennes, de semences.

Maintien et amélioration de la fertilité du sol

Protection contre l’érosion

Utilisation rationnelle et durable des ressources en eau

Récupération d’eau de pluie, couvert végétal, cultures adaptées au climat

Eviter les écoulements ou les infiltrations d’effluents pouvant polluer les cours d’eau ou les nappes.

Mise en valeur du paysage

Limiter les déchets et la consommation d’énergie (Energie)

Emballages réutilisables, recyclables, biodégradables ou non polluants à l’incinération

Entretenir le matériel agricole de façon à limiter les rejets nocifs

Production et transformation peu énergétivores

Utiliser des énergies renouvelables

Favoriser les matériaux écologiques, tant à la production et à leur acheminement qu’à l’usage, pour la construction ou la rénovation de bâtiments

Promouvoir une répartition équitable des revenus et travailler au maintien d’un tissu rural vivant (Social)

Entreprises à taille humaine

Répartition équitable des revenus, rapport travail-revenu décent

Relations équitables dans le travail

Identification claire des produits avec l’obligation de d’inscrire le nom du producteur et/ou du transformateur sur l’emballage.

Encourager les reconversions et les installations réalistes et ouvrir les filières à de nouveaux acteurs

Privilégier les circuits courts et soutenir le contact entre le producteur et le consommateur

Organiser et participer à des activités de rencontre des consommateurs : journées portes ouvertes, marchés, foires, salons

Favoriser les produits locaux et de saison (Origine)

Privilégier le partenariat avec des producteurs engagés dans la même démarche de production

Privilégier les partenariats locaux puis régionaux, nationaux, et enfin internationaux

Utilisation modérée et origine locale des intrants

Tendre vers l’autonomie en terme de semences et de plants

Privilégier les fruits et légumes de saison et refuser les produits venants de pays très éloignés

Veiller à ne pas mettre en péril les cultures vivrières ou les grands équilibres écologiques par le développement inconsidéré de monocultures d’exportation, même sous le couvert de commerce équitable

Spécificité pour les paniers

Les paniers sont souvent complétés par des produits extérieurs à l’exploitation. Il s’agit souvent de fruits, mais également de légumes à la fin de l’hiver et au début du printemps (lorsque les produits de conservations touchent à leur fin et que la nouvelle production n’est pas encore disponible).

Les producteurs s’engagent particulièrement à veiller à :

Privilégier et développer la production venant de la propre exploitation

Selon l’époque de l’année et l’intensité de la demande, les producteurs complètent parfois leurs paniers avec des fruits et légumes achetés préférentiellement à des producteurs signataires de

la charte, à un autre producteur bio de la région ou, en dernier recours, des plateformes de

distribution bio .

A défaut (notamment pour les produits qu’on ne retrouve pas sous nos latitudes), elle provient

de producteurs en phase avec les différentes orientations de la Charte.

Identifier clairement les produits extérieurs avec l’obligation d’inscrire le nom du producteur et/ou du transformateur sur l’emballage.

Charte wallonne d’engagement

Ces 9 points de convergence doivent permettre d'identifier les producteurs fermiers, à l'intérieur du monde paysan comme vis-à-vis de l'extérieur (réglementation, partenaires…).

Les producteurs fermiers regroupent des agriculteurs traditionnels, des agriculteurs travaillant en agriculture biologique ou selon d'autres labels.

1. Les producteurs fermiers sont des agriculteurs en activité, à temps plein ou partiels, inscrits au régime social des indépendants (INASTI).

2. Ils sont producteurs et/ou transformateurs de leur matière première et vendeurs de leurs produits, en vente directe et/ou avec distributeur.

3. Les matières premières principales et identifiant le produit sont issues exclusivement de leur ferme. En cas d'ateliers en commun, chaque producteur retrouve dans son produit fini sa propre matière première. Le travail à façon est uniquement admis pour les interventions techniques (local, matériel, savoir-faire…) ne modifiant pas les caractéristiques du produit, il reste sous la mainmise et la responsabilité du producteur.

4. Les producteurs fermiers élaborent leurs produits de façon non industrielle dans des ateliers de taille limitée, dans des fermes individuelles ou associatives de type familial. Ils participent ainsi à chaque étape du processus de fabrication du produit.

5. Ils gardent la responsabilité de producteur et/ou transformateur et/ou vendeur jusqu'à la présentation finale du produit au consommateur.

6. En dehors du cadre de la vente directe, leur nom et adresse sont obligatoirement apparents sur le produit, réalisant ainsi la nécessaire transparence (traçabilité) sans sur-marque du distributeur. Le produit est ainsi identifié au producteur et au terroir.

7. Ils appliquent une réglementation spécifique dans le cadre de leurs obligations de résultats. Ils s'engagent à respecter un cahier des charges par produit ou groupe de produits. Ces cahiers des charges précisent les différents aspects de cette Charte.

8. Ils travaillent dans une perspective d'agriculture durable, non intensive et respectueuse des hommes et de leur santé, du bien-être animal, des savoir-faire et de l'environnement.

9. Ils s'efforcent de pratiquer l'entraide et participent à la promotion générale des produits fermiers.