Sunteți pe pagina 1din 8

N° 107 octobre 2009

L’APCA veut décloisonner : un


signal pour la FNAB !
Tribune 2 Dans un « point de vue » publié dans Ouest-France le 13 septembre, Luc Guyau, président
libre de l’APCA, déclarait (extraits) :
L’abeille se meurt… et on « Alors que certains s’évertuent à polémiquer sur les bénéfices nutritionnels de la bio, les
dit oui au cruiser ? consommateurs et les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à plébisciter ses produits et
ses pratiques agricoles alternatives (…) Le défi à relever suppose une mobilisation sans précé-
dent et un décloisonnement des modèles et structures d’accompagnement (…) L’agriculture de
Le saviez - demain ne peut ignorer la demande et les attentes croissantes des consommateurs pour une
2
agriculture préservant les ressources naturelles. Le développement de l’agriculture biologique,
vous ? fer de lance d’une agriculture durable, constitue une réponse incontournable. »
Le succès croissant
des AMAP en France
Dominique Marion, président de la FNAB, réseau qui fédère plus de 70% des paysans bios
français, lui répond dans un communiqué de presse du 7 octobre (extraits) :
« Nous qui avons connu le mépris, puis l’ignorance, les faux prétextes pour ne pas s’investir
Portrait 3
dans le bio, ne pouvons que nous féliciter de ce changement de cap. Le réseau FNAB, qui se
Edward Sinclair :
bat depuis trente ans pour que soient mis en place les aides à la conversion, le crédit d’im-
éleveur bio en Haute- pôt, la rémunération de reconnaissance pour tous les paysans, a su impulser toutes les organi-
Vienne sations économiques structurantes de la filière.
N’oublions pas que plus de 80% des agriculteurs bio actuels sont d’anciens conventionnels...
4 Ces agriculteurs, que les GAB et GRAB ont aidé à passer en bio, ont compris que cette pro-
Actu Limousin duction était la seule viable pour une sécurité et une autonomie alimentaires tant en Europe
5 que sur les autres continents. Ils constituent aujourd’hui le réseau et contribuent à accom-
pagner les candidats au changement.
6
Filières En s’éloignant du vivant, au travers d’une économie et des pratiques de distribution diri-
gées vers le seul profit financier, le monde agricole a perdu ses repères. C’est en oubliant
Viande bio : comment les fondamentaux de l’agronomie que les exploitations agricoles sont devenues dépen-
mieux répondre aux deman- dantes des intrants. Il est temps de réorienter les politiques agricoles au niveau euro-
des locales et notamment péen et français, à travers une meilleure prise en compte des efforts faits par les pro-
celle de la RC ducteurs pour sortir de la dépendance à la pétrochimie. Il est temps aussi de réorien-
ter de manière rapide et significative les moyens humains et financiers de nos Cham-
Calendrier de première mise en bres d’Agriculture afin de ne plus laisser croire aux producteurs qu’il y aura une sor-
marché des variétés de pommes et tie de crise pour cette agriculture chimique.
poires biologiques
Il est temps de faire jouer la synergie des réseaux. Pour ce faire, il faut que les
actions des différents acteurs du développement de la bio soient reconnues,
6
Règlementation coordonnées et structurantes. Alors cher Luc Guyau, sur ces bases, construisons
ensemble les partenariats qui permettront au monde agricole de prendre ce
Nouveau règlement, nouvelles règles de virage nécessaire à sa survie. »
l’étiquette
(source : réseau d’information FNAB)
7
Échos du réseau
Le site d’Alternative Bio 2009 en ligne 7
8
Kit pédagogique : « Dis, c’est quoi
l’agriculture bio ? »
OGM Calendrier
Les agriculteurs aussi disent non

Annonces
L’abeille se meurt…et on dit oui au cruiser ?
Le congrès Apimondia, qui s’est clos le 20 septembre à Montpel- d’aliments végétaux (fruits, légumes, café…). Cette diminution, plus
lier, a rassemblé 10 000 apiculteurs venus du monde entier. Par- que préoccupante, ne sera pas la seule conséquence dramatique de
tout l’inquiétude est grande, les abeilles sont en danger de dispari- la disparition des pollinisateurs.»
tion. A la question « pourquoi ? », qui revient dans tous les dé-
Face à cette situation dramatique, FNE demande de passer à l’ac-
bats, la réponse est toujours la même : « c’est multifactoriel ».
tion :
Pour FNE, l’heure n’est plus à la discussion mais à l’action !
Tribune Libre

Pour de nombreux scientifiques, la disparition des abeilles ∗ réduire les pratiques défavorables à la biodiversité
s’explique par de multiples causes : (monoculture, désherbage, broyage, disparition des haies et des
milieux épargnés du labour...), en milieu agricole et non agricole ;
- la dégradation générale de la biodiversité et donc de la res-
source alimentaire disponible pour les abeilles (carences ali- ∗ mettre en application le plan écophyto 2018 pour restreindre
mentaires) ; considérablement l’usage des pesticides, et en particulier retirer
ceux qui sont reconnus dangereux pour les abeilles tels que le
- l’apparition de nouvelles pathologies et de nouveaux agres-
Cruiser ;
seurs liés aux échanges internationaux ;
- l’utilisation d’abeilles hyper productives mais plus fragiles ;
∗ recréer, sur chaque exploitation agricole, des espaces de biodi-
versité en quantité suffisante pour stopper la dégradation de la
- le rôle des pesticides répandus dans l’environnement ; biodiversité.
- la mauvaise maîtrise technique des apiculteurs confron- Il y a urgence à mettre en route la révolution verte promise lors du
tés à ces nouvelles données. Grenelle de l’environnement. La préservation de la biodiversité est
L’essentiel de la discussion tourne autour de la prépon- un enjeu aussi crucial que le changement climatique. Il serait temps
dérance de l’un ou de l’autre des facteurs. Pour FNE, il de le comprendre et de réagir !
n’est plus temps de discuter. Signez la pétition pour l’interdiction de l’insecticide Cruiser et la
Claudine Joly, responsable du dossier pour FNE, expli- mise en œuvre immédiate du plan Ecophyto 2018 :
que : «La disparition des abeilles et des pollinisateurs http://www.fne.asso.fr/fr/actualites/petitions.html
entraînerait une catastrophe écologique, économique et
alimentaire que nul ne peut évaluer. Les données officiel-
les prévoient une diminution de 35 % du tonnage mondial Communiqué de presse FNE du 21 septembre

Le succès croissant des AMAP en France


Se nourrir de légumes cultivés de façon écologique en le tissu associatif local est très fort et où les bénévoles sont mo-
soutenant un petit producteur local : le concept du pa- tivés, notamment dans des arrondissements parisiens ou des
nier hebdomadaire lancé par les AMAP (Associations banlieues plutôt populaires. Et le potentiel semble énorme.
pour le maintien de l’agriculture paysanne) se propage et Sensibilisés, les élus locaux commencent à s’intéresser à cette
intéresse de plus en plus de monde, de la FNSEA aux élus agriculture de proximité. Certains acquièrent des terres pour y
locaux. installer des jeunes, d’autres mettent en place des couveuses
Le Saviez-vous ?

Les AMAP qui proposent un lien direct entre fermiers et expérimentales où des producteurs d’AMAP transmettent leur
consommateurs se multiplient sans aucune publicité, es- savoir. Les AMAP gagnent de l’influence aussi auprès de la
sentiellement par le bouche-à-oreille. Le panier de la mé- FNSEA, qui a longtemps freiné leur croissance.
nagère devient militant. Rejet des produits calibrés au Reste à convertir cette notoriété naissante en puissance d’ac-
goût aléatoire qui submergent les gondoles ? Volonté de tion politique…Efficaces localement, les AMAP ont souvent
réduire au maximum la distance entre le lieu de pro- du mal à s’organiser à l’échelon national. Leurs adhérents ont
duction des aliments et notre assiette ? Souci de pré- des profils et des degrés d’implication trop divers. Mais à défaut
server les fermes de proximité, en privilégiant une d’exploiter leur potentiel politique, les AMAP contribuent
agriculture écologique ? Il y a bien des raisons de incontestablement à changer les comportements.
devenir un « amapien ».. Source : Martine ROBERT, Extrait de l’article paru dans Les Échos du
Une relation amicale, un sentiment paradoxal de jeudi 10 septembre 2009, P9
liberté à composer son menu en fonction de Pour plus d’informations : « Les AMAP, un nouveau pacte
« l’assortiment surprise » du fermier font le suc- entre producteurs et consommateurs » de Claire LAMINE,
cès des AMAP, aux antipodes du modèle propo- sociologue à l’INRA
sé par le couple grande distribution-agriculture
intensive. Les initiatives de consomm’acteurs en Limousin ?
En un an, le nombre d’AMAP a doublé sur le Plusieurs initiatives de consomm’acteurs ont vu le jour ces
territoire pour atteindre 1200 groupes. Soit dernières années sur le territoire Limousin. Référencés sur
60000 adhérents, plusieurs centaines de le site national des AMAP (http://www.reseau-amap.org/),
paysans impliqués et un volume financier on compte 1 AMAP en Haute vienne et 3 en Corrèze. Mais
d’autres initiatives de consomm’acteurs en dehors des
évalué à 32 millions d’euros par an.
AMAP existent aussi : le Cabas de Perrine en Creuse, Le
On pensait cette démarche réservée à Panier de Germaine en Haute-Vienne, le Panier paysan de
2 une élite, la greffe prend surtout là où Haute Corrèze..etc.

La Feuille bio du Limousin N° 107 octobre 2009


Villechenoux
Edward Sinclair 87270 Bonnac la Côte
Éleveur bovin limousin Tél : 05 55 39 27 80
et pension de chevaux
en bio depuis 1996
Surface : 57 ha Viande bovine
17 Vaches allaitantes
en vente directe, 7
chevaux en propriété
et entre 12 et 15 en
pension

♦ Comment es-
es-tu arrivé à Villechenoux pour but 2010, ce qui permettra d’alléger mon emploi
du temps. Cela permettra également de créer un
t’installer en bio ?

Portrait
plus grand potager pour fournir toutes les person-
Je ne suis pas issu du milieu agricole, mais à 16 ans je m'en- nes vivant sur le lieu. Comme quoi les idées ne man-
nuyais à l'école. Mes parents m'ont envoyé dans une ferme quent pas… Reste à tenter d’en réaliser quel-
laitière en biodynamie avec élevage de jersiaises et trans- ques-unes…
formation du lait. J’ai poursuivi par une formation agricole
en Suisse en polyculture-élevage pour obtenir un diplôme
équivalent au BTA. Plus jeune, j’avais eu diverses expé-
♦ Est-
Est-ce qu’il faut être un peu ar-
riences avec les chevaux, du coup j’ai également passé un tiste pour être en bio ?
diplôme d'accompagnateur de tourisme équestre. J’ai eu un Bien sûr ! C'est une évidence. Dans les 2 cas il y a
premier projet d’installation en Alsace en association sur un effectivement besoin de sensibilité. Le sol, les ani-
élevage caprin et fabrication de fromages, mais par manque maux, ne sont pas que des outils, on travaille
de mobilité de mon couple et aussi parce qu'au fond de moi avec du vivant, il faut le respecter, y être at-
je souhaitais réaliser un projet personnel nous n'avons pas tentif.
concrétisé. A la rentrée 1995, mon ex-épouse a été affec-
tée, pour son premier poste, en Limousin. Après plusieurs
♦ Que retiens-
retiens-tu de ton passage
mois de recherche j'ai trouvé cette ferme, par une agence,
et me suis officiellement installé en JA en juin 1996. comme administrateur de GABLIM ?
Ouhla ! ... J'ai une fibre militante qui me vient de mes
♦ Des vaches et des chevaux, c’est le rêve du parents, j'ai cru pouvoir mettre cette énergie et
m’investir dans le CA, mais je n'étais pas prêt à déga-
cow-
cow-boy ? ger suffisamment de temps. Du coup l’expérience fut
Non, plutôt de l’indien ! Je pense que ce qui m’a motivé en de très courte durée. En tout cas, les administra-
premier lieu, ça a été de retrouver les ambiances fortes qui teurs méritent vraiment notre soutien, car cela de-
m’avaient marquées dans ma tendre et innocente jeu- mande de vraiment s’impliquer, ce qui n’est pas tou-
nesse… la proximité des chevaux à l’aube des matins d’hi- jours évident pour les paysans que nous sommes. C'est
ver, la quiétude des étables, avec le souffle des vaches et une démarche forte.
l’ambiance tamisée due aux ampoules jaunies par le temps
et couvertes de toiles d'araignées poussiéreuses. Malheu-
reusement aujourd'hui je ne prends plus le temps de m'as-
♦ La LGV ?
seoir dans la stabulation pour en profiter. Mes « priorités La ferme est touchée par 2 tracés, je risque de
temporelles » sont ailleurs. perdre entre 10 et 15 ha. Si la ligne se réalise, ce
qui est peu probable vu la totale aberration
de ce projet, je pense que je déménagerai à
♦ Quels sont tes projets ? cause des nuisances induites et de l’impossibi-
Pour moi la ferme n'a de sens que si c'est un lieu de vie, et lité de continuer à exploiter la ferme. Au-
c'est aujourd’hui cette partie que j’aimerais développer, jourd'hui je n'ai pas été informé officielle-
au détriment de la partie purement agricole. Il y a déjà ment, j'ai simplement reçu un courrier de la
deux logements locatifs à l'année sur le site, j'envisage d'en FDSEA ou de la Chambre pour m'indiquer
créer d'autres, de construire un mini village en cabanes en qu'ils suivaient le dossier, sans vraiment
bois pour l’accueil lors de stages que l’on organise (éthologie comprendre dans quel sens et de quel
équine, chant, percussion…), et pourquoi pas créer une manière les intérêts des paysans se-
petite salle de spectacle… Plus personnellement mon but raient défendus. Amen.
est de consacrer plus de temps au chant et au montage de
Propos recueillis par Laurent Bordey
spectacle. Pour ce faire, j'ai un ami qui va venir m'aider dé- 3

N° 107 octobre 2009 La Feuille bio du Limousin


 GABLIM présent sur les 3 foires bio régionales de l’automne
13ème fête bio écologique à Guéret le 21 septem- 23 15ème foire bio et artisanale de Brive le 27 septembre
19
bre organisée par l’association « Colchique » organisée par l’association « Les Doryphores »
Colchique a de nouveau cette année attiré du monde, plus Pour cette belle journée ensoleillée,
de 80 exposants dont 30 producteurs bio et de nombreux plus de 70 exposants dont 28 pro-
visiteurs. ducteurs bio avaient répondu
Le stand GABLIM a été animé par Denis Fric, vétérinaire à présents.
GABLIM, Pierre Chartron et Jean-Louis Couturier, produc- Au fil de la journée, les nom-
Actu Limousin

teurs bio en Creuse.


breux visiteurs ont pu décou-
Les personnes qui se sont arrêtées sur le stand se sentent vrir les multiples facettes de
concernées par les problèmes environnementaux et l'Agriculture Biologique et le
s’interrogent en tant que consommateurs. Cependant, Il respect de l'environne-
n’y a pas eu de vrais contacts de producteurs intéres- ment. Outre les produc-
sés par la conversion à l'AB. teurs biologiques (pain,
La présence de GABLIM à cette Fête me semble indis- viande, légumes, confitu-
pensable même si les contacts sont limités. res, miels, fruits, ....) des
Jean-Louis Couturier stands d'artisanat, d'éco-
construction et d' associa-
tions de défense de l' envi-
3ème marché bio écologique de Veyrac le 4 ronnement ont permis au
87
octobre : un bon cru pour l’association or- public de passer un agréa-
ganisatrice ASTER ble moment en famille. Des
ateliers (sculpture en terre
Pour illustrer le thème de la journée : « Les plantes al- ou sur légumes, espace
liées du jardinier », 2 moments forts : contes) ont aussi participé au
∗ Projection du film « L’ortie fée de la résistance » côté ludique de la manifesta-
avec intervention de Jean-François Lyphout, président tion. Le repas bio agrémenté d'
de l’ASPRO PNPP (association pour la promotion des une animation musicale a eu un
produits naturels peu préoccupants).
franc succès.
∗ Conférence sur le thème « Jardiner autrement »
avec Jean-François Lyphout. Nous tenons à adresser nos remercie-
Les visiteurs du matin ont pu aussi s’initier à la fabrica- ments à GABLIM pour son soutien logistique, à la ville de
tion de pain au levain et les enfants ont pu écouter la Brive sans oublier les bénévoles qui ont contribué au suc-
terre avec les contes des cès de la foire.
« Passeurs d’histoire » Rendez-vous l'année prochaine pour la 16éme édition qui
Le repas préparé par les se tiendra le dimanche 26 septembre 2010.
bénévoles de l’association,
fut dégusté par plus de 130 Les Doryphores
personnes.

44 exposants
avaient confirmé
leur engagement Portes ouvertes conversion 2009
pour cette jour-
née, dont 17 pro- Cette année les portes ouvertes à la conversion bio se dérouleront
ducteurs bio.
du 2 au 9 novembre 2009 sur un dizaine de fermes limousines.
L’association
ASTER remercie Au programme, les fondamentaux de l’agriculture limousine
G ABLI M , le (élevage ovin et bovin) et un zoom important sur de nombreuses
Conseil Général
de la Haute- diversifications agricoles qui optent de plus en plus fréquemment
Vienne, ainsi que pour l’agriculture biologique (maraîchage, arboriculture fruitière,
les nombreux
bénévoles qui petits fruits et grandes cultures « spécialisées »).
ont participé à la
réussite de cette journée. Pour plus d’information contactez GABLIM (05.55.31.86.87) ou le
Rendez-vous l’année prochaine, premier technicien bio de votre Chambre Départementale d’Agriculture.
dimanche d’octobre.
L’association ASTER Arnaud Dutheil
4

La Feuille bio du Limousin N° 107 octobre 2009


 Conserver et stocker ses productions  Démonstration désherbage mécani-
de fruits et légumes : une formation sur me- que arbo/clôture
Un outil de fauche du rang utilisable en arboriculture ou
sure pour répondre aux besoins des produc- pour gérer l’enherbement sous clôtures sera en dé-
monstration courant novembre à Vertougît (19) sur la
teurs … et de la RC ! ferme de M. Denis Genier, arboriculteur bio.
Lors de l’étude menée en début d’année par GABLIM auprès
L’outil, de conception italienne, a été perfectionné
des fournisseurs de la restauration collective, parmi les 60 pro- par les enseignes Fouétillou à Coussac-Bonneval (87).
ducteurs de fruits et légumes rencontrés, beaucoup nous on Il s’agit d’un satellite de fauche rotatif (axe vertical,
fait part de leur souhait de pouvoir mieux maîtriser leur conser- trois couteaux) déportable et entraîné par moteur
vation et trouver des solutions de stockage adaptées. Cette hydraulique (déport hydraulique aussi). Il est vendu
question représente un enjeu particulièrement important pour pour une configuration d’attelage à l’avant ou à
le débouché de la RC, puisque des bonnes conditions de l’arrière du tracteur. L’escamotage hydraulique du
stockage permettent de proposer des produits plus longtemps satellite est activé par le contact des troncs d’ar-
dans l’année, et ainsi de répondre à la demande en produits bres ou poteaux sur un palpeur spécifique. Il peut
bio locaux. être aussi manuel depuis la cabine du tracteur.
Face à ces besoins, à la fois individuels et collectifs pour la Des essais d’adaptation pour une gestion hy-
filière de la RC, GABLIM organise une formation de 3 journées draulique de l’inclinaison de la tête sont en
réparties sur les mois de novembre et décembre. cours pour faciliter un usage en rupture de
Le contenu prévu est le suivant : pente. Pour participer à cette démonstration
contacter GABLIM au 05.55.31.86.87
J1 (24/11/09) : Facteurs influant sur la conservation des légu-
mes / Présentation des moyens de stockage en fruits et légu- Arnaud Dutheil
mes
- Intervention de M.JOUANNEAU, conseiller technique du GAB 44
- Visite d’un espace de stockage de fruits / légumes aux alen-  Diva, la pomme bio !
tours de Limoges
Le réseau Diva démarré en 2008 est un in-
J2 (courant décembre 2009) : Visites d’espace de stockage contestable coup de pouce pour la diversifica-
- Visite au Gaec Champs Libres avec intervention de tion agricole. En Creuse, le réseau accompagne
M.PEULIER, associé du Gaec : chambre froide et autres par le biais de GABLIM et de la Chambre d’Agri-
moyens de stockage artisanaux pour légumes culture deux jeunes porteurs de projets, Christa
Philippon et Nicolas Poudret, dans la mise en
- Visite chez un producteur de pommes, avec intervention de place d’une activité de production de pommes
M.DUTHEIL, conseiller technique GABLIM : chambre froide pour de table en agriculture biologique.
pommes
Christa s’est associée au GAEC familial et souhaite
J3 (courant décembre 2009) : Modalités de mise en place et
diversifier l’élevage bovin conventionnel avec les
de fonctionnement d’espaces de stockage collectif / Com- pommes bio. Nicolas, lui, s’est installé dans le cadre
ment construire sa chambre froide ? / Travail individuel d’une reconversion professionnelle en s’associant à

Actu Limousin
- Témoignages et intervention de référents de groupement de un éleveur bovin conventionnel. Tous les deux sont
producteurs ayant mis en place des stockages collectifs sur la commune de Saint Agnant de Versillat.
(CUMA, etc.) Ces deux exemples de développement de la bio
- Intervention de M. ROZET, agriculteur bio et ancien frigoriste sont des modèles à reproduire pour notre région, ils
- Travail individuel portant sur : évaluation de ses modalités sont la preuve du basculement possible (et évi-
actuelles de conservation/ stockage et définition d’un plan demment nécessaire) d’un mode de production
«traditionnel » vers une agriculture plus autonome
d’action pour améliorer ses pratiques.
et faisant priorité aux consommateurs locaux.
Pour toute demande de renseignements complémentaires ou Sur le plan technique de la conduite des ver-
pour vous inscrire, merci de contacter : Alice Valenzisi (05 55 31 gers, les besoins sont immenses car le Limousin
86 82) propose peu de références sur le plan de l’ar-
boriculture biologique. Les deux jeunes agri-
culteurs cumulent près de 3 ha de vergers

Les repas de septembre plantés fin 2008 et dont la vente (une di-
zaine de variétés de pommes) se fera prio-
ritairement en circuit court. Les premières
récoltes « en conversion vers l’agriculture
biologique » sont prévues pour 2010. Les
19 4425 repas partiels jeunes arbres ne pourront pas encore
contenter tous les gourmands, alors ne
soyez pas en retard ! Nicolas Poudret
2610 repas complets 06.26.49.23.88 / Christa Philippon
06.03.20.66.37
87 3555 repas partiels Arnaud Dutheil

N° 107 octobre 2009 La Feuille bio du Limousin


Viande bio : comment mieux répondre aux demandes locales
et notamment celle de la RC
L’étude DIVA menée auprès des producteurs fournisseurs de la disposent pas toujours des agréments bio et certification CEE qui
Restauration Collective a confirmé qu’il n’était pas aisé pour permettent de livrer aisément tous les débouchés, notamment la
beaucoup de producteurs de viande locaux de répondre aux Restauration Collective.
demandes de ce débouché.
A la demande de plusieurs producteurs, une proposition d’étude
Une des principales raisons : beaucoup de producteurs sont a donc été déposée à la région (avec une réponse attendue fin
organisés pour la vente directe et livrent à leurs clients des octobre pour un début du travail dans la foulée).
caissettes de viande dites « équilibrées», c'est-à-dire des cais-
ses où sont répartis tous les morceaux d’un animal de façon L’objectif de cette étude : trouver et mettre en œuvre des com-
équitable : les morceaux à cuisson lente (les avants) et les plémentarités intéressantes de débouchés (en terme financier et
morceaux à cuisson rapide (les arrières, ou morceaux no- organisationnel) permettant de gérer au mieux l’écoulement des
bles). Intéressant pour le client particulier qui a un colis différents morceaux de viande pour les producteurs. Pour cela, il
moins cher au kg, pour le producteur qui écoule ainsi une est notamment prévu d’aller à la rencontre des différents types de
bête entière… mais moins pratique quand il faut fournir la consommateurs pour mieux cerner leurs demandes et d’appro-
RC demandeuse souvent d’un seul type de morceau. Le fondir la question des modalités de découpe des animaux.
problème de l’écoulement des autres morceaux se pose On espère que ce travail permettra de faciliter et d’enrichir le tra-
alors. vail de tous, les éleveurs et également la plate forme de distribu-
tion MBL.
A cela s’ajoute le fait que toutes les découpes ne sont pas
équivalentes, qu’il faut trouver pour l’éleveur un atelier
Filières

Pour plus de renseignements : Alice Valenzisi (05 55 31 86 82)


de découpe bien localisé, et que les ateliers existant ne
)

Calendrier de première mise en marché des variétés de


pommes et poires biologiques
Le groupe de travail Fruits à pépin de la
FNAB a mis en place un calendrier indicatif Pommes Poires
de mise en marché selon les variétés afin de Août Delcorf, Early-Gold, Elstar, Gala, Initial, Pirouette, Louise-Bonne
fournir des produits à bonne maturité et Reine des Reinettes William’s
d’éviter de se faire concurrence avec l’arrivée
trop précoce de variétés sur le marché. Septembre Danabel, Falstaff, Golden Jubilé, Pinova Beurré-Hardy

Octobre Canada, Belle de Boskoop, Topaz, Chanteclerc, Comice, Conférence, Har-


Plusieurs organisations économiques avaient Charden, Jonagold, Melrose, Reine des Coteaux, row Sweet, Président Her-
déjà un calendrier afin de communiquer auprès Rouge américaine, Rubinette, Starking, Suntan ron, Général Leclercq
de leurs clients sur les dates d’arrivée sur le
marché des différentes variétés de pommes et Novembre Crimson, Granny-Smith Passe-Crassane
de poires. Norabio, Bio Loire Océan et Biociel Choupette, Dalinette, Pilot, Idared, Kent, Rei- Angelys
Décembre
(GRAB de la région Centre) ont proposé une base, nette Clochard
discutée avec les autres participants pour aboutir
au calendrier ci-contre. L’idée est de donner des Janvier Ariane, Patte de Loup, Reinette du Mans
repères à chacun pour organiser sa saison com- Fuji
Février
merciale tout en maintenant un marché sain et de
qualité. (Source FNAB) Mars Delis d'or - Goldrush, Juliet

Nouveau règlement, nouvelles règles de l’étiquette


Les règles d’étiquetage des produits conformes au nouveau UE » si 98% des matières agricoles sont issues de l’UE, « Agriculture
Règlementation

règlement européen se mettront progressivement en place France » si 98% des ingrédients d’origine agricole sont issus de la région
entre le1er janvier 2009 et le 1er juillet 2010. mentionnée. « Agriculture non UE » ou « Agriculture UE/non UE » quand
Voici les 5 éléments à prendre en compte obligatoirement les matières d’origine agricole sont pour partie issues de l’UE, pour par-
tie issues de pays hors UE.
sur les nouvelles étiquettes à partir du 1er juillet 2010 :
-nouvelle méthode de calcul du pourcentage d’ingrédients agricoles
-indication des ingrédients biologiques dans la liste
biologiques avec notamment certains additifs (lécithine par exemple)
d’ingrédients des produits transformés
considérés comme des ingrédients d’origine agricole.
-nouveau numéro de code de l’organisme certifica-
L’ajout des logos nationaux ou privés reste possible. Le logo AB est utili-
teur
sable sur les produits conformes au règlement européen. Il reste faculta-
-nouveau logo européen. Il ne peut être utilisé que tif.
pour les produits qui contiennent au moins 95% d’in-
Les anciennes étiquettes conçues selon l’ancien règlement 2092/91
grédients biologiques et sera disponible une fois
peuvent être utilisées jusqu’au 1er janvier 2012 à condition que le
paru au journal officiel (sortie prévue entre septem-
produit soit
bre 2009 et juillet 2010).
conforme au Exemple de
-indication de l’origine des matières premiè- règlement actuel mise en
res : elle est liée au logo européen et doit appa- 834/2007. forme des
raître dans le même champ visuel sous le nu- nouvelles
Véronique Baillon r è g l e s Agriculture UE
méro de code de l’organisme de contrôle.
d’étiquetage
Plusieurs formes sont possibles : « Agriculture FR-001-n°identification de l’OC
6

La Feuille bio du Limousin N° 107 octobre 2009


 Le site d’Alternative Bio 2009 en ligne
C'est en 2007, à la demande des paysans bio du péenne au travers d’un cahier des charges pri-
réseau FNAB et dans un contexte de forte in- vé qui puisse la compléter. Ensemble, Bio-
quiétude face à l’évolution de la règlementa- consom’acteurs, Biocoop, Biomonde, le Syndicat
tion européenne, que l’idée de créer une marque d’Agriculture Bio-dynamique (SABD), la Fédé-
bio nationale privée commençait à germer. En ration Nationale Interprofessionnelle des
mars 2008, après 2 ans de lobbying auprès des Vins de l’Agriculture Biologique (FNIVAB),
instances communautaires, voyant que plusieurs Val Bio Centre, Bio Bourgogne Association,
de ses propositions ne seraient pas retenues Déméter France, Biogalline GIE et la FNAB
dans le nouveau règlement, le réseau décidait ont décidé de poser ensemble les bases d'un
d’avancer sur la mise en place d’un cahier des nouvel "identifiant" pour la bio française
charges privé. afin de répondre aux attentes de leurs ré-
seaux respectifs.

Échos du réseau
Après une année d'étude préliminaire et de
consultation, la FNAB était rejointe en février Le site de l'association est en ligne.
2009 par différents opérateurs du monde bio Nous vous invitons à aller le consulter :
afin de constituer l'association Alternative www.alternativebio2009.fr
Bio. Aujourd’hui ses membres souhaitent appor-
Aurélie Schneider, FNAB
ter un complément à la réglementation euro-

 Kit pédagogique « Dis, c’est quoi l’agriculture bio? »


Avec la rentrée scolaire 2009, l’Agence Bio
propose aux enseignants et aux élèves des
classes de CE2, CM1 et CM2 un nouveau kit
pédagogique de sensibilisation à l’agri-
culture biologique. Il a pour objectif de
faire découvrir aux élèves un mode de
culture, d’élevage et de transformation très
respectueux de l’environnement, du bien-être
animal et de la biodiversité;
Il est composé de huit fiches d’activité et
de trois posters. Ils présentent et expli-
quent les caractéristiques de l’agriculture
biologique par des exemples qui conduiront
les élèves à la réflexion, à la mobilisation
et à l’enrichissement de leurs connaissan-
ces. Poster « La ferme bio »
Les enseignants trouveront dans le guide et fiche activité « La
d’animation des informations complètes sur ferme bio : un écosys-
l’agriculture biologique, et notamment un tème préservé »
lexibio, ainsi qu’une proposition de pro-
gression pédagogique.
Source : Agence Bio

LES AGRICULTEURS AUSSI DISENT NON


Le Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche sera le premier l'environnement, qui permet aux parcs nationaux et
territoire à exclure l'implantation d'OGM à des fins scientifi- aux parcs naturels régionaux d'exclure effectivement
OGM
ques ou commerciales, en application de la Loi du 25 juin 2008. ces cultures sur tout ou partie de leur territoire, sous
FNE applaudit cette initiative et félicite tous les acteurs des réserve de l'accord des agriculteurs concernés.
Monts d'Ardèche, qui entendent ainsi préserver leur patrimoine Frédéric Jacquemart, représentant de France Na-
rural et naturel. ture Environnement au Haut Conseil des Biotech-
La Chambre d'Agriculture de l'Ardèche a en effet adopté à nologies, apprécie cette première : « Les agri-
l'unanimité, lors de sa session plénière du 18 septembre 2009, culteurs et les élus du Parc Naturel Régional des
une délibération contre la culture d'OGM sur le territoire du Monts d'Ardèche ont compris tout l'intérêt pour
Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche et pour l'inscription leur territoire et leurs productions agricoles de
dans la future charte 2011-2023 du Parc de mesures d'exclusion se démarquer de la logique industrielle liée
vis-à-vis des OGM. aux OGM. Nous espérons que leur volonté
Cette délibération permettra donc au Parc Naturel Régional d'asseoir le développement des Monts d'Ar-
d'inscrire dans sa deuxième Charte, les dispositions interdisant dèche sur ses spécificités ainsi préservées,
insufflera le même courage politique dans
les cultures d’OGM sur son territoire qui couvre 180 000 ha.
Ainsi, les Monts d'Ardèche pourront appliquer l'article L. 335-1 d'autres territoires. »
introduit par la loi du 25 juin 2008 sur les OGM dans le code de Communiqué de presse FNE du 22 septembre
7

N° 107 octobre 2009 La Feuille bio du Limousin


 RENCONTRES valorisation de la laine » au CFPPA d’A- d'une plate forme de distribution dé-
hun. diée à ce débouché et témoignages de
 du 17 au 18 octobre : portes ouver- Jour 1 : les aspects théoriques et prati- producteurs déjà fournisseurs.
tes énergies renouvelables Limousin ques sur la production de la laine seront  GABLIM : 05 55 31 86 82
Association Énergies pour demain abordés
05 55 94 77 51 Jour 2 : des pistes seront évoquées pour  Novembre : « Conservation et stoc-
la transformation et la commercialisation kage des fruits et légumes » (voir arti-
 18, 24 et 25 octobre : « Les de la laine cle Actu Limousin)
Calendrier

beaux classiques d’octobre» + Des visites et des ateliers pratiques vien-  GABLIM : 05 55 31 86 82
« dîner brunch » (agneau et cous- dront compléter la formation théorique.
cous bio) à la Maison du Berger à  CFPPA d’Ahun 05 55 81 48 90
La Geneytouse (87) Janvier 2010 : « conception et
conduite d’un verger de pommiers bio-
 05 55 09 73 79  12, 17 et 25 Novembre : « Fournir la logiques basse tige »
restauration collective ». formation sur
 GABLIM : 05 55 31 86 87
 24 octobre : fête de la mesure pour les producteurs bio qui aura
biodiversité cultivée à St Martial lieu en Corrèze sur 3 jours à raison d'une
d’Artenset (24) journée tous les 15 jours.  REUNIONS
Jour 1 : aspects règlementaires
 2 novembre : « Quels liens (interventions DSV, DGCCRF) /présenta-  21 octobre : CA Manger Bio Limou-
entre l’autonomie agricole locale tion des acteurs impliqués dans la restau- sin
et la souveraineté alimentaire ration collective, de leur rôle et des pro-
mondiale ? » conférence de Marc cédures choix des fournisseurs  3 novembre : CA GABLIM
Dufumier dans le cadre du Pro- (intervention CG Corrèze)
gramme Limousin Agriculture climat Jour 2 : visites de cuisines collectives  1 et 2 décembre : Journées d’Au-
à la Fac de droit de Limoges à 18h00 avec rencontre des chefs de cuisine et tomne FNAB
des équipes. Deux visites auront lieu : un
 FORMATIONS restaurant collectif d'une capacité impor-
tante et un plus petit.
 22 et 23 octobre : « production et Jour 3 : présentation du fonctionnement
Pour diffuser une annonce, adressez-la par courrier avant le 25 du mois, accompagnée du règlement correspondant :
8,50 €. Nous rappelons que les annonces sont gratuites pour les adhérents de GABLIM et pour les personnes à la re-
cherche d’un emploi
Légumes GAEC du Puy des Forges (23000) Matériel
 A vendre courges bio : potimarron, : 06 87 37 24 66(Jacky TIXIER)  Cause décès, vends matériels
butternut, musquée de Provence, ( Tracteurs, MB JD 430, semoir, char-
bleu de hongrie, patisson, spaghetti,  Cause décès, vends troupeau limou- rues, …)
lady godiva. sin certifié 11 Limousines ( 2 de 8 ans, Morgane Gaudy
Annonces

Gitta Wulf (87150) 7 de trois ans, 2 de 2 ans), 2 Montbé- : 06 88 37 42 70


: 05 55 78 84 71 liardes, 1 Blonde d’Aquitaine (4 ans), 1
taureau HBL + 20 brebis  Je vais m'installer dans le sud de la
Foin et céréales Morgane Gaudy Creuse en Caprin / porc plein air /
 Recherche paille de blé : 06 88 37 42 70 poules pondeuse en bio.
Carol Johnson et Christophe Je suis à la recherche de matériel de
Legal (19800)  A vendre jeunes reproducteurs bo- clôture (piquets, isolateurs, fils, ru-
: 05 55 27 35 14 / 06 50 77 97 vins HBL, type mixte, très doux, pa- ban, filet pour ovins ou caprins...). Du
82 rents qualifiés, garantie sanitaire + 5 matériel de fromagerie serait aussi
femelles de 20 mois susceptible de m'intéresser.
Animaux Vincent François (87190) Olivier Thouret
: 06 79 90 12 95 : 05 55 83 03 95
 A vendre 2 reproducteurs Bovins
limousin inscrit HBL, issus I.A., Age :
22/24 mois, garanties sanitaires

La Feuille bio du Limousin


Bulletin de liaison des AgroBiologistes du Limousin J’adhère à GABLIM
 je suis agriculteur Bio (ou en conversion). Je cotise en tant que membre actif
GABLIM - Association loi 1901, membre de la FNAB
Centre Technique Régional de l’ITAB – Organisme de formation Montant de la cotisation = 50 € + (0,7 € X ...Ha de SAU)
4 rue Thomas Edison, 87220 Feytiat
Tél. : 05 55 31 86 80 Fax : 05 55 30 32 75  je ne suis pas agriculteur Bio, je soutiens l’Agriculture biologique et GABLIM
E-mail : gablim@orange.fr Je cotise en tant que membre associé
Directrice de publication : Chantale De Plasse
Montant de la cotisation : 30 €
ISSN : -1628-0865 Dépôt légal en octobre 2009
Imprimé sur papier recyclé et réalisé par nos soins
avec le concours financier de l’Union Européenne, le Nom , Prénom : ………………………………………………………………………
MAAPAR et le Conseil Régional du Limousin Adresse : …………………………………………………………………………………..

tél. : ………………………………………….. Fax : …………………………………………...


Mail : ………………………………………………………….
Profession : …………………………………………………………..

Chèque à l’ordre de GABLIM, à envoyer à 4 rue Thomas Edison, 87220 FEYTIAT