Sunteți pe pagina 1din 23

FOOTBALL

C U LT U R E

DK NEWS MÉTÉO 29° : ALGER QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION 39° : TAMANRASSET p. 2 www.dknews-dz.com
DK NEWS
MÉTÉO
29°
: ALGER
QUOTIDIEN
NATIONAL D’INFORMATION
39° : TAMANRASSET
p. 2
www.dknews-dz.com
Mardi 5 Août 2014 -
9 chaoual -
N° 682
- Troisième année
- Prix : Algérie
: 10
DA. France
: 1€
Préoccupée,
LA SECONDE PHASE DU DIALOGUE
INTER MALIEN DÉBUTERA
LA SEMAINE PROCHAINE
INDENTIFICATION
DES VICTIMES DU VOL
AH5017 D'AIR ALGÉRIE
la communauté
internationale converge
avec l'initiative
algérienne
Les questions
de fond à l’ordre
du jour
4 spécialistes
de la police
scientifique et
technique depuis
hier à Paris
Pages 6-7
Page 5
Page 3
GAZA
ALGÉRIE-MALI

LE SOMMET ETATS-UNIS - AFRIQUE S’EST OUVERT HIER À WASHINGTON

«Investir dans la prochaine génération»
«Investir dans la prochaine génération»

Les questions sécuritaires seront au centre du Sommet Etats-Unis - Afrique qui s'est ouvert hier à Washington à l'invitation du président Barak Obama dans une volonté de resserrer les liens et de renforcer la coopération notamment en matière de sécurité et de lutte contre le

terrorisme avec le continent africain. Ce Sommet, qui se tient sous le thème «investir dans la prochaine généra- tion», réunira durant trois jours près d'une cinquantaine de chef d'Etats accompagnés par leurs délégations diplo- matiques pour aborder plusieurs questions notamment

économique et sécuritaire. Cette rencontre, la première

du genre, sera l'occasion «de parler à l'Afrique des ques- tions de sécurité» qui relèvent d'une importance capitale pour le continent, dont plusieurs régions sont en proie à

l'instabilité, a déclaré le président Obama.

Page 24

TRANSPORT MARITIME DE VOYAGEURS

TRANSPORT MARITIME DE VOYAGEURS EMPLOI Lancement de la 1 r e caravane médiatique du ministère du

EMPLOI

Lancement de la 1 re caravane médiatique du ministère du Travail à Alger

 

MALADIES CHRONIQUES

Inauguration d'une ligne pilote dans la baie d'Alger

Page 3

Le système

Page 3

de conventionnement avec les médecins privés en vigueur avant fin 2014

Page 4

S ANTÉ
S ANTÉ
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14

Comment entretenir sa prothèse dentaire ?

Pages 12-13-14

Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14
Comment entretenir sa prothèse dentaire ? Pages 12-13-14

EN HOMMAGE À MANDELA ET AU PEUPLE PALESTINIEN

9 e édition du Festival arabo-africain de danse folklorique à Tizi-Ouzou

IL A SIGNÉ HIER UN CONTRAT D'OBJECTIFS Gourcuff animera une conférence de presse demain Page
IL A SIGNÉ
HIER UN
CONTRAT D'OBJECTIFS
Gourcuff
animera une
conférence de
presse demain
Page 22

Page 2

TABAGISME

Augmentation de la taxe sur le

tabac

en 2015

Page 10

Augmentation de la taxe sur le tabac en 2015 Page 10

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mardi 5 Août 2014 D’ EIL Météo Régions Nord : 29°

2 DK NEWS

Mardi 5 Août 2014

D’

EIL

Météo
Météo

Régions Nord : 29° à Alger

Horaires des prières

Mardi 9 Chaoual 1435

Fajr 04:05 Dohr 13:20 Asr 16:44 Maghreb 20:03 Isha 21:36
Fajr
04:05
Dohr
13:20
Asr
16:44
Maghreb
20:03
Isha
21:36

Temps relativement chaud et ensoleillé avec localement for- mations orageuses verrs les régions de l'intérieur en cours d'aprés midi/soirée. Les vents seront en général faibles à modérés. La mer généralement belle à peu agitée.

Régions Sud : 39° à Tamanrasset

Temps généralement chaud et ensoleillé avec localement cellules orageuses en cours d'après-midi/soirée vers les massifs du Hoggar/Tassili. Les vents seront en général faibles à modérés (20/40 km/h) avec localement de la chasse sable.

 

Max

M i n

Alger

29°

21°

Oran

29°

22°

Annaba

30°

21°

Béjaïa

32°

22°

Tamanrasset

39°

23°

CE MATIN À 10H30 AU SIÈGE DE L’UGCAA

Conférence sur le marché national et l’OMC

CRASH DU VOL AH 5017 AFFRETÉ PAR AIR ALGERIE Conférence de presse demain de Amar
CRASH DU VOL AH 5017
AFFRETÉ PAR AIR ALGERIE
Conférence
de presse demain
de Amar Ghoul
Le ministre des
Transports, D r Amar
Ghoul, animera un point
de presse demain mer-
credi 6 août à 10h au ni-
veau de la Résidence
d’Etat Djenane El-Mi-
thak, au cours duquel
seront exposées les der-
nières informations re-
latives au crash de l’aéro-
nef espagnole Swiftair-
MD 83, affrété par la
compagnie Air Algérie,
survenu en territoire
malien, ainsi que sur sa
mission aux Etats-Unis
d’Amérique dans le ca-
dre du Sommet des lea-
ders africains en charge
du transport.
TRANSPORT MARITIME
DE VOYAGEURS
Inauguration d'une
ligne pilote dans
la baie d'Alger
Une ligne pi-
lote de transport
urbain mari-
time de voya-
geurs reliant le
port d'Alger à
celui d'El Dja-
mila (Aïn Bé-
nian), à l'ouest
de la capitale,
pour laquelle un bateau de 344 places est affrété,
a été officiellement inaugurée hier, une première
en Algérie.
Cette ligne était accessible au grand public
dans la journée de lundi, avec un départ à 15h30 à
partir de la Pêcherie (port d'Alger), a indiqué le mi-
nistre des Transports Amar Ghoul lors de son
inauguration. Le coût de la place à bord de ce ba-
teau, le «Capitaine Morgan», affrété auprès d'un ar-
mateur italien par l'Entreprise nationale du trans-
port maritime des voyageurs (ENTMV), est de 50
DA par personne. «Ce tarif, subventionné par
l'Etat, est très acceptable quand on le compare aux
dépenses et aux investissements engagés pour la
réalisation de cette ligne pilote», a estimé M.
Ghoul.
réalisation de cette ligne pilote», a estimé M. Ghoul. EN PARTENARIAT AVEC MOBILIS Le COA institue
réalisation de cette ligne pilote», a estimé M. Ghoul. EN PARTENARIAT AVEC MOBILIS Le COA institue
réalisation de cette ligne pilote», a estimé M. Ghoul. EN PARTENARIAT AVEC MOBILIS Le COA institue

EN PARTENARIAT AVEC MOBILIS

Le COA institue un nouvel Ordre du mérite

Le Comité olympique et spor- tif algérien (COA), en partenariat avec Mobilis, l'opérateur histo- rique de téléphonie mobile, a institué un nouvel Ordre du mé- rite qui, à partir de cette année, sera décerné à trois acteurs du sport national. «Le 1 er sera le prix du fair- play, tandis que les deux autres seront décernés à d'anciens athlètes, techniciens ou journa- listes pour l'ensemble de leur carrière», a détaillé le président du COA, Mustapha Berraf, hier lors d'un point de presse, à la salle de conférences de l'hôtel du stade 5-Juillet. M. Berraf n'a, cependant, dévoilé aucune information concernant l'identité des lauréats-2014.

information concernant l'identité des lauréats-2014. COMPLEXE CULTUREL DE L’ARTISTE (CHENOUA) Soirée

COMPLEXE CULTUREL DE L’ARTISTE (CHENOUA)

Soirée artistique

Le Complexe cul- turel de l'artiste Ab- delwahab Salim de Chenoua (Tipasa), organise ce soir à partir de 22h, une soirée artistique qui sera animée par cheb Kader Wahrani, Malika Rahmoune (Kabyle), Djazouli (Alhan Wa Chabab) et Ma- lik Chaoui (Chaoui).

Djazouli (Alhan Wa Chabab) et Ma- lik Chaoui (Chaoui). SÉCURITÉ SOCIALE 34 millions d'assurés sociaux en

SÉCURITÉ SOCIALE

34 millions d'assurés sociaux en Algérie !

SOCIALE 34 millions d'assurés sociaux en Algérie ! Le système de Sécurité so- ciale en Algérie

Le système de Sécurité so- ciale en Algérie compte plus de 34 millions d'assurés so- ciaux et ayants droit, soit un taux de 80% du nombre glo- bal de la population, a-t-on appris hier auprès du minis- tère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. "Le système de la sécurité sociale en Algérie compte plus de 34 millions d'assurés sociaux en plus des ayants droit, ce qui représente un taux de 80% de la population qui bé- néficie de la couverture sociale", a indiqué le directeur cen- tral chargé de la sécurité sociale au ministère, Chawki Acheuk-Youcef dans une déclaration à la presse en marge du lancement de la caravane d'information sur les activi- tés du secteur. S'agissant du système de la contractualisation, le même responsable a souligné que près de 10 000 officines sont conventionnées avec les caisses de la sécurité sociale. Dans le même contexte, il a ajouté que les conventions entre les laboratoire privées et les caisses de la sécurité so- ciale dans le cadre du système de la contractualisation est en cours, précisant que l'opération concernera en premier lieu les actes les plus importants, notamment, les analyses du sang courante pour passer dans une deuxième phase à la radiologie.

L’Union générale des commerçants et artisans algériens (Ug- caa), organise ce matin à 10h30 en son siège à Belouizdad (18, rue Mohamed Bouldoum), une conférence qui portera sur «Le marché national et l’OMC».

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MUSIQUE DIWANE

Conférence jeudi des organisateurs

A l’occasion de la 7 e édition du Festival culturel internatio- nal de la musique diwane qui aura lieu du 8 au 14 août 2014 au théâtre de verdure Saïd-Mekbel, Bois des Arcades (OREF), le commissaire du festival, M. Mourad Chouihi, animera une conférence de presse jeudi 7 août à 10h à l’hôtel Oasis, 32, rue Mouloud Belhouchet, Hussein Dey, Alger.

JEUDI 14 AOÛT À LA SALLE IBN KHALDOUN

Représentation de l’orchestre Coetus

L’orchestre espagnol «Coe- tus», donnera une représen- tation excep- tionnelle jeudi 14 août à partir de 21h30 à la salle Ibn Khal- doun.

14 août à partir de 21h30 à la salle Ibn Khal- doun. EN HOMMAGE À MANDELA

EN HOMMAGE À MANDELA ET AU PEUPLE PALESTINIEN

9 e édition du Festival arabo- africain de danse folklorique à Tizi-Ouzou

La 9 e édition du festival culturel arabo-africain de danse folklorique, qui se tiendra du 6 au 10 août dans la wilaya de Tizi-Ouzou, sera dédiée au peuple palestinien et à Nelson Mandela, a annoncé, hier à Tizi-Ou- zou, le commissaire du festival. M. Ould Ali El Hadi, qui a animé une conférence de presse à la maison de la culture Mouloud Mammeri, a indiqué que «cette nouvelle édition sera l’occasion de rappe- ler la solidarité de l’Algérie avec le peuple palestinien qui su- bit les affres d’une guerre injuste», et il est tout fait naturel de rendre, par la même occasion, un hommage à Mandela, icône de la liberté et prix Nobel de la paix, qui a dit que «no- tre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens». Le conférencier a souligné, à ce propos, la portée humaine et uni- verselle du festival qui vise à mettre en relation les peuples africains et arabes, et leur donner un espace d’échange et de dialogue interculturel afin d’amener à la compréhension des autres et à la solidarité entre les peuples. «A travers ce festi- val, nous souhaitons rappeler que la tolérance passe par la culture, pour disposer les esprits à la compréhension réci- proque», a-t-il ajouté.

que la tolérance passe par la culture, pour disposer les esprits à la compréhension réci- proque»,

Mardi 5 Août 2014

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

INDENTIFICATION DES VICTIMES DU VOL AH5017 D'AIR ALGÉRIE

4 spécialistes de la police scientifique et technique depuis hier à Paris

R. Rachedi

En prolongement de l’enquête entamée par les services de la Dgsn suite au crash le 24 juillet dernier du vol AH5017 d'Air Algérie, qui reliait Ouagadougou à Alger, une équipe de qua- tre spécialistes de la po- lice scientifique et tech- nique relevant de la police judiciaire s’est déplacée hier à Paris afin d’entre- prendre les opérations techniques de laboratoire et ce après l’achèvement sa- medi dernier (2 août) des opérations de recherches, de collecte et de codifica- tion de l’ensemble des in- dices y compris les restes humains des victimes de cette catastrophe, a indiqué hier le Directeur de la po- lice judiciaire le contrô- leur de police Abdelkader Kara Bouhadba. Interve- nant lors d’un point de

Kara Bouhadba. Interve- nant lors d’un point de presse organisé au labo- sortissants algériens. Par

presse organisé au labo-

sortissants algériens. Par

rencontrées (l’absence de

ratoire de la police scienti- fique à Ben Aknoun, le DPJ

ailleurs, neuf des treize spécialistes dépêchés sur le

corps entiers et les mau- vaises conditions clima-

a

affirmé que cette dé-

site du crash par la Dgsn

tiques qui accélèrent la dé-

marche s’inscrit dans le cadre de l’accord tripar- tite convenu entre l’Algérie,

pour entamer l’opération de collecte des prélève- ments sont restés au Mali et

composition des fragments de corps), la Dgsn fait tout son possible pour identifier

le

Mali et la France, qui

ce dans le cadre de la colla-

le plus tôt possible les vic-

vise à identifier le plus ra-

boration avec les autorités

times de cette catastrophe

pidement possible les vic- times de cette catastrophe

maliennes. Au final, le di- recteur de la police judi-

et ce dans le souci constant de préserver leur dignité et

aérienne qui a coûté la vie

ciaire a tenu à souligner

de celle de leur famille.

à

116 personnes dont 6 res-

qu’en dépit des difficultés

TRANSPORT MARITIME DE VOYAGEURS

Inauguration d'une ligne pilote dans la baie d'Alger

Une ligne pilote de transport urbain maritime de voyageurs reliant le port d'Algeràceluid'ElDjamila(AïnBénian),

à l'ouest de la capitale, pour laquelle un

bateau de 344 places est affrété, a été of- ficiellement inaugurée hier, une pre- mière en Algérie. Cette ligne sera accessible au grand public dans la journée de lundi, avec un départ à 15h30 à partir de la Pêcherie (port d'Alger), a indiqué le ministre des Transports Amar Ghoul lors de son inauguration. Le coût de la place à bord de ce ba- teau, le «Capitaine Morgan», affrété auprès d'un armateur italien par l'En- treprise nationale du transport mari- time des voyageurs (ENTMV), est de 50 DA par personne. «Cetarif,subventionnéparl'Etat,est très acceptable quand on le compare aux dépenses et aux investissements en- gagés pour la réalisation de cette ligne pilote», a estimé M. Ghoul. Le «Capitaine Morgane» effectuera cinq navettes quotidiennes à raison de trente minute par voyage, du 5 août au 7 septembre, correspondant à la durée de l'opération pilote, selon un programme affiché dans les gares ma- ritimes d'El Djamila et la Pêcherie d'Al- ger.

EMPLOI :

Le premier départ de la Pêcherie d'Alger est programmé mardi à 8h00 et le dernier à 18h30, tandis qu'au port

de pêche et de plaisance d'El Djamila, le «Capitaine Morgan» réalisera son pre- mier départ à 9h00 et le dernier à 19h30, selon ce programme de na- vettes. Pour autant, «ce programme est appelé à être modifié et la pro- grammation dépendra des conditions météorologiques», indique t-on. «Les enfants de moins de 16 ans non accom- pagnés ne peuvent voyager seuls. Ils devront être constamment sous la garde de parents ou de toute autre personne qui en a la responsabilité», se- lon les «règles générales de transport maritime de voyageurs» dont le docu- ment est placardé dans les deux gares. Pour son premier voyage dans la par- tie ouest de la baie d'Alger, le «Capitaine Morgan» a quitté hier le port d'El Dja- mila à 10h50 avec à son bord une délé- gation ministérielle conduite par M. Amar Ghoul, du wali d'Alger Abdel- kader Zoukh, des autorités locales et de plusieurs invités. Sous une bonne es- corte de la Protection civile, le bateau a longé seul en mer les communes cô- tières de Aïn Bénian, Hammamet, Raïs Hamidou, Bologhine et Bab El- Oued avant de faire un large tour du port d'Al-

ger, et accoster à la Pêcherie à 12 heures précises, une heure et dix minutes après son départ du port d'El Djamila. Les 344 sièges qui constituent la capa- cité de transport du navire, sont répar- tis en deux niveaux dont une partie, une trentaine de sièges, se trouve est sur le pont du navire. Les compartiments intérieurs, do- tés d'une buvette offrent cependant peu de visibilité aux voyageurs à travers des hublots enfumés. Cette ligne pilote de transport urbain maritime de voyageurs sera par la suite élargie à toute la baie d'Alger, du port de Tamentfoust à celui d'El Djamila, avant son extension vers les wilayas limi- trophes de Boumerdès et Tipasa et sa généralisation progressive à tout le lit- toral du pays, a rappelé M. Ghoul. L'ENTMV, chargée de son exploita- tion, va acquérir entre «4 et 5 bateaux» pour les besoins du transport urbain dans la baie d'Alger, a encore indiqué le ministre, soulignant l'intérêt de cette ligne dans la lutte contre la congestion de la circulation automobile à Alger et la promotion du tourisme dans la baie algéroise notamment à travers son fu- tur pole d'attraction, la promenade des Sablettes à Hussein Dey.

APS

Lancement à Alger de la première caravane médiatique du ministère du Travail

La première caravane d'information sur les activités du secteur du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale a été lancée hier, à partir de la Grande Poste (Alger), dans le but d'informer le grand public des missions et programmes du secteur et de faire connaître les différents dispositifs desti- nés à promouvoir l'emploi. Le coup d'envoi officiel a été donné par le secrétaire général du ministère du Travail, Mohamed Khiat, et le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, en présence du ministre des Transports Amar Ghoul. Cette caravane initiée par le ministère du Travail, sillon-

nera les wilayas côtières du pays jusqu'au 27 août, sous le slo- gan «l'emploi et la protection sociale: garants d'un travail dé- cent». «Informer le grand public des missions et programmes du secteur, faire connaître les différents dispositifs destinés

à promouvoir l'emploi, créer de petites entreprises et sen-

sibiliser les citoyens quant au système national de sécurité sociale», figurent parmi les objectifs de cette caravane. La caravane vise également à «rapprocher les services ad- ministratifs des citoyens en profitant des vacances d'été et

de l'affluence des estivants des différentes régions du pays vers les villes côtières pour assurer une plus grande effica- cité des activités menées par le secteur». L'opération verra la participation de cadres et d'anima- teurs d'organismes relevant du secteur du travail, notamment l'Agence nationale de l'emploi (Anem), l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (Ansej) et la Caisse nationale d'as- surance chômage (Cnac). Prendront part à cette caravane également, la Caisse na- tionale des assurances sociales (CNAS) et la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (Casnos), la Caisse na- tionale des retraites (CNR), l'Organisme de prévention des risques professionnels dans le bâtiment et travaux publics (OPREBATP) et l'Inspection générale du travail. Elle se déroulera sous la supervision et la coordination des

directions de wilayas pour l'emploi». Une deuxième caravane prendra le départ pour couvrir les wilayas de l'intérieur au niveau des Hauts-Plateaux en sep- tembre, et sera suivie d'une troisième en direction des wi- layas du Sud du pays en octobre.

Le texte du communiqué

de Son Excellence Monsieur le Président de la République et avec la supervision du président de la Cellule de crise, le ministre des Transports, instituée dès l’annonce de la disparition de l’aéronef affrété par Air Algérie, et sous le contrôle direct du général major, directeur général de la Sûreté nationale, la Direction de la police judiciaire informe du déplacement à Paris- France, de quatre (04) spécia- listes de la police scientifique et technique de ses services dans le but d’entreprendre les opéra- tions techniques de laboratoire après l’achèvement, le 02 août courant, des opérations de recherches, de collecte et de codification des restes humains récupérés et de l’ensemble des indices et éléments d’identifica- tion des victimes de cette catas- trophe. Cette action s’inscrit dans le pro- longement des activités réali- sées sur site conjointement avec les experts internationaux et ce, dans le but de coordonner le tra- vail scientifique de corrélation des données techniques recueil- lies. Il est important de préciser que les lieux du site du crash ont été ratissés pour ne laisser aucun élément appartenant aux vic- times. Les neuf autres spécialistes de la Sûreté nationale sont restés au Mali dans le cadre du processus de collaboration et de coordina- tion avec les autorités maliennes. Il est utile de rappeler dans ce cadre, que le travail réalisé sur site est poursuivi en laboratoire s’inscrit dans le cadre de l’accord tripartite convenu entre l’Algérie, le Mali et la France. De même, l’ensemble des pays dont les ressortissants sont aussi victimes de cette catastrophe aérienne sont engagés dans ce processus. Les démarches et efforts entre- pris sans relâche en dépit des difficultés rencontrées, visent toutes à l’identification le plus tôt possible des victimes de cette catastrophe en vertu des normes et standard internationaux régis- sant la gestion de ce type de catastrophe, et ce, dans le souci constant de préservation de la dignité des victimes et de leurs proches.

En exécution des instructions

4

DK NEWS

ACTUALITÉ

Mardi 5 Août 2014

MALADIES CHRONIQUES

Le système de conventionnement avec les médecins privés en vigueur avant fin 2014

Le système de conventionnement avec les médecins du secteur privé au pro- fit des malades chroniques entrera en vi- gueur avant la fin de l'année afin d'amé- liorer les prestations en matière de soins, a-t-on appris lundi auprès du minis- tère du Travail, de l'Emploi et de la Sécu- rité sociale. Le système de conventionnement avec les médecins du secteur privé qui a touché en première étape les retraités sera élargi avant la fin de l'année aux ma- lades chroniques, a indiqué Acheuk- Youcef Chaouki, directeur central chargé de la sécurité sociale au ministère dans une déclaration à l'APS en marge du lancement de la caravane d'information organisée par le secteur. Le même responsable a souligné que le système de conventionnement qui englobe actuellement quelque 3 000 médecins sera élargi à toutes les catégo- ries d'assurés sociaux avant la fin 2015. Le ministère a procédé au cours des dernières années au lancement pro- gressif du système de conventionne- ment entre les caisses de la Sécurité so- ciale et les professionnels de la santé (pharmacie et médecin traitant) au pro- fit des différentes catégories d'assurés so- ciaux dans le cadre du système du tiers payant. Cette mesure a pour objectif notam- ment de développer le système du tiers payant et de l'élargir aux autres presta- tions assurées par les médecins du sec- teur privé. A cet effet, le ministère s'attèle à l'ac- tualisation de «la liste des prestations sa- nitaires» pour promouvoir la culture du médecin de la famille qui assure un meilleur suivi aux assurés. Le système de conventionnement permet aux assurés sociaux concernés de bénéficier d'une couverture préalable des frais de soins médicaux et des prestations médicales en général. Il vise également à jeter les bases d'un véritable partenariat entre les médecins et les assurés sociaux et les caisses d'as- surances sociales pour une meilleure ex- ploitation des moyens matériels et l'amé- lioration de l'assurance sur les soins.

et l'amé- lioration de l'assurance sur les soins. SÉISME - HABITAT 72 familles de La Casbah

SÉISME - HABITAT

72 familles de La Casbah d'Alger relogées

Une opération de relogement de 72 familles de La Casbah d'Alger dont les habitations ont été endommagées par le séisme de vendredi a été entamée dimanche en fin de journée.

L'opération qui devrait se poursuivre dans la nuit de dimanche à lundi concerne une dizaine de sites de la vieille cité mena- çant ruine et classés dangereux avant le séisme. Les 72 familles seront relogées à la nouvelle cité des 3 216 logements de

Chaïbia dans la commune de Ouled Che- bel. Abdelwahab Zekagh, directeur de l'Office de gestion et d'exploitation des biens culturels (Ogebc), en charge de la gestion du secteur sauvegardé de La Cas- bah d'Alger, a indiqué à l'APS que des équipes d'architectes menaient «une opé- ration d'expertise qui devrait prendre fin dans quelques jours», afin de déterminer les dégâts du séisme. Il a indiqué que d'au- tres opérations de relogement des habi- tants de La Casbah «devraient suivre très prochainement», et que l'office a décidé de

poster des gardiens pour «éviter le squat des bâtisses évacuées». Des effondrements partiels ont été enregistrés à La Casbah d'Alger suite au séisme qui a secoué ven- dredi tôt le matin la capitale et sa périphé- rie sans faire de victimes dans la vieille mé- dina. Un séisme, de magnitude 5,6 sur l'échelle ouverte de Richter, a eu lieu ven- dredi à 05h11 à Alger. Son épicentre a été localisé à 19 km au nord-est de Bologhine, une localité à l'ouest d'Alger.

CONSTRUCTION

L'activité sismique récente démontre le respect des normes parasismiques adoptées depuis 2003

L'activité sismique enregis- trée récemment a permis de confirmerl'efficacitédesnormes parasismiques adoptées dans les nouvelles constructions, a affirmé dimanche le président du conseil national de l'ordre des experts architectes, Djamel Chorfi. Dans une déclaration à l'APS, le même responsable a indiqué que la cellule de crise installée au sein de cette struc- ture inspecte les nouvelles constructions pour contrôler le respect des normes parasis-

miques adoptées depuis le séisme de 2003, ajoutant que les nouvelles constructions bâ- tiesconformémentàcesnormes ont démontré une résistance à l'activité sismique. Parmi les constructions inspectées, M. Chorfi a cité celles de l'Agence d'amélioration et de dévelop- pement du logement (Aadl) de H'raoua ainsi que les sites de l'Of- fice de promotion et de gestion immobilière (Opgi) d'Alger. Quelque 265 bâtisses dont 6 me- naçant ruine ont été contrôlées

par 300 experts notamment à la Casbah et à Hussein-Dey. Il a ajouté que des opérations simi- laires se poursuivaient dans les quartiers de la Casbah, Bolo- ghine, Bordj El-Kiffan, Alger- centre et Hussein-Dey notam- mentlesvieillesbâtissesproches de la mer. M. Chorfi a par ailleurs indi- qué que l'ordre national des ex- perts architectes comptait élar- girsonactivitéauxautreswilayas en s'appuyant sur la banque de données mise en place par le

Centre de recherche en astrono- mie, astrophysique et géophy- sique (Craag). Des informations sont re- cueillies par les experts dans des rapports à soumettre au mi- nistère de l'Habitat et au Premier ministère. La cellule de crise procède également, selon le même res- ponsable, à l'élaboration de fiches techniques définissant l'état de chaque édifice. Six bâtisses de la Casbah d'Alger menaçant ruine ont été évacuées.

COMMERCE : 54 677 infractions durant le mois de Ramadhan

Les services de contrôle économique et de la répression des fraudes ont enregistré un total de 54 677 infractions aux règles et normes com- merciales durant le Ramadhan et proposé la fermeture administra- tive 3 450 locaux commerciaux pour diverses infractions, indique di- manche un bilan du ministère du Commerce. Sur les 223 457 inter- ventions effectuées et 1 769 prélèvements d'échantillons pratiqués à des fins d'analyses, les agents de contrôle ont établi 51 824 procès- verbaux sur les 54 677 infractions constatées, détaille la même source. Les mêmes services, qui ont enregistré 107504 interventions orien- tées vers les sphères de production (biens et services) et de distribu- tion (au détail notamment), ont constaté 20 934 infractions aux rè- gles de la qualité, ont élaboré 20.157 procès-verbaux d'infractions et ont proposé la fermeture de 477 locaux commerciaux. Ils ont éga- lement procédé à la saisie de 276 tonnes de produits non conformes ou impropres à la consommation pour une valeur de 38,12 millions

de DA, selon le bilan du ministère. Les principales infractions constatées concernent le défaut d’hygiène avec 8.254 cas (41%), dé- tention et mise en vente de produits impropres à la consommation à 2.669 cas (13%), non-respect des températures de conservation avec 1 150 infractions (6%), absence d'autocontrôle avec 1 401 cas (7%), dé- faut d'étiquetage avec 1 143 cas (6%) et la détention et la mise en vente de produits non conformes avec 722 infractions (4%). En matière de contrôle des pratiques commerciales, les agents de contrôle ont réa- lisé 125 935 interventions qui ont permis la constatation de 33 743 in- fractions sanctionnées par 31 667 procès-verbaux et la proposition de fermeture administrative de 2 497 locaux commerciaux pour di- verses infractions. Ces interventions ont permis aussi la mise au jour de transactions commerciales sans factures pour un montant de 10,7 milliards de DA et la saisie de marchandises pour une valeur de 90,4 millions de DA.

BEJAIA :

Arslan-B

La plus précieuse des denrées, en même temps que l’oxygène -l’eau !- mérite une prise en charge excep- tionnelle. Ceci au plan de la gestion par les structures étatiques concer- nées (Directions de wilaya des res- sources en eau) mais également au plan d’une discipline de consomma- tion.

Celle-ci, hélas, est quasi-inexis- tante, le gaspillage irresponsable, l’in- conscience et un inquiétant déficit en civisme régnant en maître en matière d’utilisation de H2O. La direction de wilaya des res- sources en eau a fait savoir, quant aux

« activités et actions » (année 2013 et

au-delà…) que la production en eau

a atteint en 2013 le niveau de 73 hm 3 .

Celle-ci aurait diminué comparati- vement à l’année 2012 (95 hm 3 ). Vo- let barrages, il en existe deux (02) (ca-

pacités de 102 hm 3 et 75 hm 3 ), sachant par ailleurs qu’un projet de bar- rage d’une capacité de 12 hm 3 estins- crit au plan quinquennal de 2015-

2019.

Volet forages : 106 forages réali- sés ont produit 28 hm 3 d’eau potable

SECTEUR DES RESSOURCES EN EAU :

Potentiel exploité, exploré-exploitable, gestion et perspectives

destinée à l’alimentation en eau po-

table,uneproductioncependant,en-

core une fois, en nette diminution en comparaison avec l’année 2012 du- rant laquelle 1 666 avaient été effec- tués, produisant 46 hm 3 . Il faut savoir

que 7,08 hm 3 de la source hydrique est destinée à l’industrie, 23 forages publics auront produit 01,6 hm 3 des- tinés à l’irrigation. En termes d’eau de surface, l’on informe que le bar- rage de Tichi Haf a vu sa production atteindre 32,5 hm 3 ,affichantainsiune nette amélioration par rapport à l’année précédente (21,8 hm 3 ), le vieux barrage de Kherrata produi- sant 03 hm 3 . Eau non conventionnelle : Avant d’être remplacée en juillet 2013 après

le raccordement de la commune de

Ferraoun au transfert de Tichi Haf,

0,15 hm 3 d’eausaumâtre(production annuelle) était destinée à l’alimen- tation en eau potable de cette com- mune. Les résultats obtenus dans le domaine d’alimentation en eau po- table (2012-2013-2014), notamment, « ont été rendus possibles grâce aux capacités de production et des infra- structures existantes dont dispose le secteur à travers le territoire de la wi- laya », en l’occurrence : 1593 km de

réseau d’adduction, 3117 km de ré- seau de distribution, 988 réservoirs d’une capacité totale de 206 505 m 3 et 04 châteaux d’eau d’une conte- nance de 650 m 3 , ceci pour le stockage. La dotation, de ce fait, est de 100-140L/J par habitant. Il existe également 100 chaînes de refoule- ment, tandis que 04 stations de trai- tement sont en activité. Il s’agit de Tichi Haf (120 000 m 3 /J), Tamokra

(4300 m 3 /J),Feraoun (2500 m 3 /J) et Draâ El Gaïd (8600 m 3 /j). 92% : C’est, selon la Direction des ressources en eau de la wilaya, le taux de bran- chement AEP, le taux de satisfaction étant de 85%. Ce sont aussi 20 communes qui sont gérées par l’ADE (sur les 52 que compte la wilaya, soit un total de 99.794 abonnés. (notre commen- taire, permettez-nous : Si seule- ment 20 communes sont gérées par l’ADE, au niveau de la wilaya, il pa- raît alors difficile de comprendre qu’il soit annoncé «92% de taux de branchement AEP» et encore moins « 85% de taux de satisfaction» ?!). Il est également affirmé qu’en

matièred’assainissement,«l’amélio-

ration enregistrée dans ce cadre est due au renforcement des capacités

existantes (lancement de nouveaux projets, notamment) », ce qui a per- mis d’atteindre les indicateurs sui-

vants : 2 705 km de réseau d’assainis- sement, 86% de taux de raccorde- ment, stations d’épuration exis- tantes : Bejaia (80 000 éq/hab, Aokas (10 000 éq/hab), station d’épura- tion réceptionnée : 01 à Souk El Te- nine-Melbou (47 500 éq /hab), Sidi Ali Lebhar (Béjaïa-route de l’aéroport)

(25.000éq/hab),stationsd’épuration

« confiées » : (02) : Akbou (110 000

éq/hab),SidiAïch(58200éq/hab),sta-

tion d’épuration proposée : (01) Taz- malt (72 000 éq/hab). En hydraulique agricole la SAU (Surface agricole utile) est de 131 313 ha et la superficie irriguée est de 9 084 ha. Sur les 43 re- tenues collinaires seulement 08 d’entre elles sont en bon état, avoue-

t-on. (0,379 hm 3 ), 3320 puits, 404 sources. Programme d’équipement/Li- vraisons de 2013 : 10 forages d’exploi- tation (626 ML), redéveloppement de 02 forages, fourniture de 28 groupes électropompes de secours au profit des communes, réalisation de 32 km de collecteur d’assainissement, réalisation et équipement de 02 sta- tions d’épuration à Sidi Ali Lebhar et

à Souk El Tenine, F/P de 168 km de

conduites d’AEP dont 126 en réhabi- litation, réalisation de 03 réservoirs

(300 m 3 ), raccordement et mise en service du quartier Smina (Béjaïa), Amizour, Feraoun, Semaoun à par- tir du transfert de Tichi Haf, et enfin réhabilitation d’adductions de 16 ag- glomérations au titre du programme intempéries. Tandis qu’étaient lancés en 2013 la réalisation de 1000 ML de forage d’exploitation, une étude APD du rac- cordement de 06 communes (Taz- malt, Boudjellil, Beni Melikeche, Ighram, Ighil Ali et Aït R’zine), acqi- sition de 25 groupes électropompes de secours. L’on fait savoir en outre que « dans le cadre de l’assainisse- ment de la nomenclature des opé- rations d’équipement public du sec- teur… La Direction des ressources en eau a, durant l’exercice 2013, procédé

à la clôture de 09 opérations avec une AP (Autorisation de programme) globale de 961 000 000,00 DA(tra- vaux de protection, de sécurisation, de réhabilitation et d’extensions…). En attendant la fin de l’exercice 2014… Pour qu’il n’y ait jamais… «Eau… secours ! »

Mardi 5 Août 2014

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

LA SECONDE PHASE DU DIALOGUE INTER MALIEN DÉBUTERA LA SEMAINE PROCHAINE

Les questions de fond à l’ordre du jour

Walid B.

Grâce aux efforts inlas- sablement menés par la di- plomatie algérienne confor- mément aux orientations données en ce sens par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, la crise qui secoue le Mali depuis plusieurs années est en passe de trouver un dénouement heureux, un règlement défi- nitif qui devrait permettre aux billégérants de fumer le calumet de paix et à ce pays, déchiré par une guerre fratricide, de renouer avec la paix, la stabilité et le dévelop- pement. En effet, la seconde phase du dialogue inclusif inter malien, prévue à partir de la semaine prochaine, s’an- nonce décisive dans la me- sure où elle traitera des questions de fond liées à cette crise, comme l’avait si bien située le chef de la di- plomatie algérienne, Ram- tane Lamamra, qui avait in- diqué que la deuxième phase du dialogue inter malien in- clusif, sous l’égide de l’Algé- rie, débutera le 17 août et abordera des «questions de fond». La première phase des négociations qui a duré du 17 au 24 juillet, sera suivie d’une étape de négociations des questions de fond. Elle débutera le 17 août à Alger et durera jusqu’au 11 septembre 2014, avait déclaré M. Lamamra à la clôture de la première phase des dis- cussions inter maliennes. Il avait précisé qu’une étape de sensibilisation, de promotion par les parties des composantes essentielles de l’accord qui doit être réa- lisé, fera l’objet de rencon- tres et de forums avec la po- pulation de la région concer- née, des organisations poli- tiques et civils, des leader communautaires ainsi que d’acteurs nationaux pour renforcer le caractère inclu- sif des négociations. Selon le ministre, la fina- lisation de l’accord consis- tera principalement à mettre en forme le plan de règle- ment dans le cadre d’un ac- cord global et ce processus sera couronné par une céré- monie solennelle de signa- ture de l’accord de paix. La phase initiale du dia- logue a été sanctionnée par la signature par le gouverne- ment du Mali et six mouve- ments politico-militaires du nord de ce pays de deux do- cuments comportant la feuille de route pour les né- gociations dans le cadre du processus d’Alger et une dé- claration de cessation des hostilités. La feuille de route sti- pule clairement qu’il s’agit de parvenir à une solution globale négociée des pro- blèmes des régions du nord du Mali, et que le cadre de

ces négociations agrées par

les deux parties doit favori- ser un climat de confiance nécessaire à un règlement définitif du conflit. Cette feuille de route dé- termine les dispositifs de règlement du conflit et les références de base qui sont

la constitution du Mali, les

résolutions pertinentes du

Conseil de sécurité de l’ONU

et les décisions de l’Union

africaine, de la Communauté de l’Afrique de l’Ouest (Cé- déao) et l’Organisation de la conférence islamique (OCI) ainsi que l’accord pré- liminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013. Elle précise que les par- ties maliennes, en l'occur- rence le gouvernement du Mali, les mouvements du nord ayant signé la déclara- tion d'Alger, le 9 juin, et les

mouvements qui ont adopté,

le 14 juin, la plateforme pré-

liminaire d'Alger, sont en- couragés à concentrer leur négociations sur l'identifica- tion des éléments d'une so- lution globale et définitive "dans le plein respect de l'in-

tégrité territoriale, de l'unité nationale et du caractère ré- publicain de l'Etat malien". Pour ce qui est de la mé- diation et de l'accompagne- ment, les parties bénéficie- ront de la médiation menée par l'Algérie, en tant que chef de file, avec une équipe composée de la médiation de la Cédéao, de l'ONU/Mi- nusma, l'OCI, l'UE, ainsi que du Burkina Faso, de la Mau- ritanie, du Niger et du Tchad. Il y est également men- tionné l'engagement de par- tenaires bilatéraux et multi- latéraux à demeurer mobi- lisés autour de l'objectif consistant à accompagner utilement les parties ma- liennes durant la négociation d'une manière qui favorise l'émergence rapide d'une solution définitive et durable

à la crise actuelle et qui vise

la réalisation d'une réconci-

liation. Les négociations de paix qui se déroulent à Alger, comportent trois étapes, à sa-

voir l'étape initiale (16 - 24 juillet 2014), l'étape de négo- ciation des questions de fond qui débutera le 17 août et devra déboucher sur un plan de règlement qui servira de base à l'élaboration d'un ac- cord de paix. Concernant l'étape de la finalisation de l'accord, elle consistera principalement

à mettre en forme le plan de

règlement et élaborer, dans les formes juridiques conve- nues, un accord de paix glo-

bal et définitif. Cet accord, une fois conclu, constituera, en fait, une nouvelle victoire pour la diplomatie algérienne qui

a toujours été fidèle à ses

principes de paix et de ré- conciliation lorsqu’il s’agit du règlement des conflits en Afrique et ailleurs.

ALGÉRIE - MALI Bensalah s'entretient avec M me Dialo Aissata Touré sur les relations bilatérales

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah s'est entre- tenu, lundi à Alger, avec la présidente de la com-

mission des Affaires étrangères, des Maliens

de l'Extérieur et de

l'Intégration à l'Assemblée nationale de la République du Mali, Mme Dialo Aissata Touré, sur les relations bilatérales, notamment parlementaires.

Les deux parties ont passé en re- vue les relations séculaires unis- sant l'Algérie et le Mali, lesquelles remontent à la Guerre de libération nationale lorsque «le Mali consti-

tuait une base arrière» pour l'Algé-

rie au niveau de ses frontières au sud, ce qui avait facilité l'ouverture d'un front de lutte dans le sud al- gérien, indique un communiqué du Conseil. «De telles relations confortent, aujourd'hui, le soutien perma- nent de l'Algérie au Mali, gouver-

le soutien perma- nent de l'Algérie au Mali, gouver- nement et peuple, pour que ce pays

nement et peuple, pour que ce pays puisse recouvrer paix et sta- bilité et préserver son intégrité territoriale et son unité nationale», précise le communiqué. Les entretiens ont également porté sur des questions régionales et internationales d'intérêt com- mun, les derniers développements dans la région du Sahel et leur impact sur la stabilité des pays de la région ainsi que la question sahraouie. Dans ce contexte, les deux par-

ties ont souligné l'impératif d'abou- tir à un règlement de la question sahraoui «conformément aux dé- cisions et résolutions internatio- nales». La consolidation des rela- tions parlementaires entre l'Algé- rie et le Mali a aussi été évoquée par les deux parties qui estiment que les parlementaires «doivent jouer un rôle plus efficace pour la pro- motion des relations bilatérales à travers l'intensification de la coor- dination et de la concertation dans les fora internationaux».

Les parlementaires maliens «reconnaissants» pour la «détermination» de l'Algérie dans la résolution de la crise malienne

La présidente de la Commission des affaires étran- gères, des maliens de l'extérieur et de l'intégration afri- caine à l'Assemblée nationale de la République du Mali, Diallo Aissata Touré a exprimé lundi à Alger la «recon- naissance» du peuple malien pour la «détermina- tion» de l'Algérie dans la résolution de la crise au Nord du Mali. «Nous avons exprimé la gratitude et la reconnais- sance du peuple malien à l'égard du peuple algérien pour son implication et sa détermination dans la réso- lution de la crise au Nord du Mali», a déclaré M me Touré

à l'issue de l'audience que lui a accordée le vice-prési- dent de l'Assemblée populaire nationale (APN), chargé des activités extérieures, Mohamed Djemaï. Mme Touré a précisé que les discussions ont porté sur «les relations parlementaires dans un premier

temps et sur les passerelles que ces relations pourraient établir au niveau gouvernemental.

De son côté, M. Djemaï a souligné avoir évoqué avec

la présidente de la délégation malienne en visite en Al-

gérie, «la situation qui prévaut au Mali ainsi que les voies

et moyens permettant de trouver des solutions garan- tissant la stabilité et la paix au peuple frère». Il a indiqué que M me Touré a exprimé sa reconnais- sance aux «efforts» diplomatiques algériens notamment les «initiatives» lancées par le président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika pour trouver des «solutions pacifiques» à la crise malienne sans «s'immiscer dans ses affaires internes». A noter que M me Touré a été reçue durant cette visite par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du ministre de l'Enseignement supérieur et

de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, ainsi que la ministre de la Solidarité nationale, Mounia Meslem. Elle a été également, reçue par le président de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de l'émigration de l'APN, Boualem Bousmaha. A pris part à cette audience, signale-t-on, le prési- dent de la Commission des affaires étrangères, de la coo-

pération internationale et de la communauté algérienne à l'étranger du Conseil de la nation, Brahim Boulahia.

L'Algérie «disposée» à élargir sa coopération avec le Mali dans le domaine de l'enseignement supérieur

 

L'Algérie est «disposée»

  L'Algérie est «disposée» Mali, Mme Diallo Aïssata

Mali, Mme Diallo Aïssata

à

élargir sa coopération

Touré, a salué la «disponi-

avec le Mali dans le do- maine de l'enseignement

bilité de l'Etat algérien d'accompagner le peuple

supérieur et de la re- cherche scientifique, a in- diqué dimanche à Alger

malien» dans le proces- sus du dialogue visant à instaurer la paix et le déve-

le

ministre de l'Enseigne-

loppement du pays.

ment supérieur et de la recherche scientifique, Mohamed Mebarki. «L'Algérie est disposée

Elle a indiqué que l'en- tretien avec M. Mebarki a porté sur le renforcement des relations algéro-ma-

à

élargir sa coopération

une délégation parlemen-

cette rencontre a permis

liennes dans le domaine

avec le Mali dans le do- maine de l'enseignement supérieur et de la re- cherche scientifique pour la hisser au niveau des

taire malienne. Il a précisé que des propositions ont été faites dans ce sens, portant notamment sur des jumelages entre les

de «réaffirmer la volonté de l'Algérie de poursuivre les efforts en faveur de la promotion des relations algéro-maliennes».

de la recherche scienti- fique et l'enseignement supérieur, précisant avoir reçu des «assurances» quant à la disponibilité

bonnes relations liant les deux pays dans les do- maines politique, diplo- matique et économique»,

universités des deux pays et des projets de recherche en commun dans plu- sieurs secteurs.

De son côté, la prési- dente de la commission des affaires étrangères des Maliens de l'extérieur et de

des quotas des bourses au profit des étudiants ma- liens et la coopération en- tre les universités des deux

a

déclaré M. Mebarki à l'is-

M. Mebarki a souligné,

l'intégration africaine à

pays.

sue de son entretien avec

par la même occasion, que

l'Assemblée nationale du

APS

6

DK NEWS

ACTUALITÉ

Mardi 5 Août 2014

Gaza

contre

israélienne

Agression

2288

JJoouurrss

israélienne Agression 2 2 8 8 J J o o u u r r s s

Téhéran dénonce l'inaction

du Conseil de sécurité face au

«génocide» commis par Israël à Gaza

Le C-RA prend part aujourd’hui à Amman à une réunion urgente sur la situation «dramatique» à Gaza

Madrid condamne fermement le bombardement d'une école à Gaza

Agression israélienne sur Gaza:

le MNA appelle l'ONU à protéger les civils palestiniens.

Abbas appelle le monde à faire pression sur Israël pour un cessez-le-feu à Gaza

Moscou insiste sur un cessez- le-feu humanitaire à Gaza

Un millier de personnes marchent à Amsterdam contre la barbarie israélienne à Gaza

Washington «consterné» par le bombardement d'une nouvelle école de l'ONU à Gaza

Collecte de fonds par L'UNFA

en solidarité avec la femme palestinienne

d'une nouvelle école de l'ONU à Gaza Collecte de fonds par L'UNFA en solidarité avec la
par L'UNFA en solidarité avec la femme palestinienne Le Comité des Pays non alignés soutient l'initiative
par L'UNFA en solidarité avec la femme palestinienne Le Comité des Pays non alignés soutient l'initiative
par L'UNFA en solidarité avec la femme palestinienne Le Comité des Pays non alignés soutient l'initiative
par L'UNFA en solidarité avec la femme palestinienne Le Comité des Pays non alignés soutient l'initiative

Le Comité des Pays non alignés soutient l'initiative algérienne d'une session spéciale de l'ONU sur Gaza

Le Comité du Mouvement des pays non alignés sur la Palestine, réuni hier, à Téhéran, a exprimé son soutien à l'initiative algérienne de convoquer une «session urgente» de l'Assemblée générale des Nations unies, en vue d'aboutir à une «cessation immédiate» de l'agression israélienne contre Gaza, a-t-on appris de source diplomatique algérienne.

Dans un communiqué, le Comité a in- diqué que la convocation de cette session permettrait de traiter de l'agression is- raélienne contre Gaza et de mobiliser la communautéinternationaleàcetégard, a-t-on précisé. Le Comité du Mouvement des pays non alignés sur la Palestine a été

du Mouvement des pays non alignés sur la Palestine a été mis en place pour se

mis en place pour se saisir de tous les dé- veloppements relatifs à la question pa- lestinienne en exprimant des positions solidaires au nom de l'ensemble des pays membres. Ce Comité est composé des pays ayant assuré un mandat de président du Mouvement ainsi que l'Etat

de Palestine. Ses travaux sont ouverts à tous les pays membres qui souhaitent y participer. L'Algérie est représentée à la réunion du Comité, par le secrétaire gé- néral du ministère des Affaires étran- gères, Abdelhamid Senouci-Bereski, selon la même source.

L'Algérie entièrement disponible pour accueillir les blessés palestiniens

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a annoncé, hier, son entière disponibilité pour ac- cueillir les blessés palestiniens, victimes de l'agression israé- lienne barbare contre la bande de Gaza, «quel qu'en soit le nom- bre». «L'Algérie n'attend que le transfert par les autorités pa- lestiniennes des blessés, victimes de l'agression israélienne contre la bande de Gaza , auxquels elle assurera les meilleures conditions de prise en charge au niveau de ses structures sa- nitaires spécialisées», a affirmé le chargé de la communica- tion au ministère de la santé, Slim Belkessam. Le secteur de la santé «est entièrement prêt sur le plan logistique» à accueil- lir et à prendre en charge ces blessés, sur instruction du pré- sident de la République, Abdelaziz Bouteflika qui avait décidé, auparavant, l'octroi d'une aide financière urgente de 25 mil- lions de dollars au profit de la Palestine, notamment en direc-

tion de la population de Gaza. C'est dans le même contexte que le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf avait rencontré, jeudi dernier, l'ambassadeur de Palestine à Alger, Louay Mo- hamed Aïssa qui lui avait exprimé le souhait de son pays de bé- néficier de l'aide de l'Algérie, notamment en matière de dota- tion des établissements sanitaires en médicaments et en équipements médicaux et de renouvellement du parc ambu- lances outre la prise en charge des blessés. Concernant les der- niers développements de ce dossier, l'attaché de presse à l'am- bassade de Palestine à Alger, Majed Moukbil a indiqué que «le ministère palestinien de la Santé enverra à son homologue al- gérien, dans la journée de lundi, une liste détaillée des besoins urgents». Il a, également, affirmé que «le transfert des blessés est une opération qui nécessite du temps, au regard de la si- tuation sécuritaire extrêmement complexe».

Préoccupée, la communauté internationale converge avec l'initiative algérienne

Par Aissa RABIA (APS)

La communauté inter- nationale se préoccupant, de plus en plus, suite à

l'agression israélienne contre le peuple palestinien

à Gaza convergeait hier avec

l'initiative de l'Algérie de convoquer une réunion de l'Assemblée générale de

l'ONU consacrée à la situa- tion dans ce territoire pales- tinien. Les Palestiniens de Gaza résistent depuis 28 jours aux bombardements sau- vages de l'armée d'occupa- tion du régime sioniste, dé- noncés également à travers le monde. Ainsi, après le soutien exprimé par le Comité du Mouvement des Pays non alignés (PNA) sur la Pales- tine à l'initiative du prési- dent de la République, Ab- delaziz Bouteflika, de convo- quer dans les prochains jours, une réunion d'ur- gence de l'Assemblée gé- nérale de l'ONU consacrée

à Gaza, le président français,

François Hollande, a souli- gné l'«impérieuse nécessité d'un cessez-le-feu pour sou- lager la détresse des popu- lations civiles de la bande de Gaza». Le Comité du PNA a indi-

qué que la convocation de cette session permettrait de traiter de l'agression israé- lienne contre Gaza et de mobiliser la communauté internationale à cet égard. Le Comité du Mouvement

des

pays non alignés sur la

dont font l'objet les Palesti-

lestiniens sont tombés en

Palestine a été mis en place pour se saisir de tous les développements relatifs à la question palestinienne en exprimant des positions so- lidaires au nom de l'ensem-

niens à Gaza. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait également décidé d'une aide finan- cière urgente de 25 millions de dollars au profit de la

martyrs. En outre, au mo- ment où l'armée du régime sioniste poursuit le massa- cre des innocents à Gaza, plusieurs capitales se sont élevées pour appeler à l'ar-

ble

des pays membres. La

Palestine, notamment en

rêt des hostilités.

réaction du président fran- çais, François Hollande, in- tervenait suite au «bombar- dement inadmissible», par l'armée israélienne, d'une école de Rafah gérée par

direction de la population de Gaza. Près de 1 900 Palesti- niens de Gaza, dont pas moins de 350 enfants, ont été tués au 28 e jour de

Dans ce contexte, le pré- sident iranien, Hassan Ro- hani, a dénoncé l’«inaction» du Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher le «génocide» commis par Is-

les

Nations unies provo-

l'agression sanglante israé-

raël dans la bande de Gaza.

quant la mort d'au moins

lienne, alors que l'Organisa-

Dans un discours devant le

dix

personnes qui y avaient

tion mondiale de la santé

soit le nombre».

comité Palestine du PNA,

une politique délibérée

trouvé refuge. Le président français

(OMS) a estimé à plus de 400 000 le nombre de per-

M. Rohani a affirmé que «l'agression sauvage» de

s'est joint au secrétaire gé- néral des Nations unies pour «demander que les responsables de cette viola- tion du droit international répondent de leurs actes.» Pour accélérer la tenue d'une réunion de l'ONU, l'Algérie a déjà engagé des

en

coordination avec la dé-

sonnes déplacés. Par ail- leurs, le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière a annoncé son entière dispo- nibilité pour accueillir les blessés palestiniens, vic- times de l'agression israé- lienne barbare contre la

l'armée israélienne «tueuse d'enfants se poursuit avec

pour commettre un géno- cide en massacrant des civils et en détruisant les infra- structures, les maisons, les centres médicaux, les écoles et les mosquées».

démarches diplomatiques,

bande de Gaza, «quel qu'en

Il

a dénoncé «l'inaction

des instances internatio-

légation palestinienne et

«L'Algérie n'attend que le

nales et en particulier du

les

autres groupes régio-

transfert par les autorités

Conseil de sécurité pour

naux, pour concrétiser son

palestiniennes des blessés,

empêcher les crimes contre

initiative visant «la cessation

des hostilités, la prise en

victimes de l'agression is- raélienne contre la bande de

l'humanité du régime sio- niste».

charge immédiate de la

Gaza , auxquels elle assurera

A

travers le monde, des

grave crise humanitaire née

les meilleures conditions

marches et des mouve-

de

l'agression militaire is-

de prise en charge au niveau

ments de soutien aux Pales-

raélienne contre la popula- tion civile palestinienne à Gaza, et la reprise des négo- ciations de paix.» La solidarité agissante de l'Algérie avec l'Etat pales- tinien avait été exprimée juste après le début des hos- tilités du régime sioniste, en condamnant le massacre

de ses structures sanitaires spécialisées», a affirmé un responsable du ministère. Le président iranien Hassan Rohani a dénoncé l’«inaction» du Conseil de sécurité de l'ONU pour em- pêcher le «génocide» com- mis par Israël dans la bande de Gaza, où plus de 1 800 Pa-

tiniens sont organisés suite à la persistance du géno- cide à Gaza, appelant à la cessation définitive des crimes de guerre et de l'at- teinte au droit international et dénonçant, par la même, le mutisme des gouverne- ments.

Mardi 5 Août 2014

ACTUALITÉ

DK NEWS 7

Gaza

contre

israélienne

Agression

2288

JJoouurrss

L'élan de solidarité avec les Palestiniens se poursuit à travers le monde

Hollande appelle à l'action pour mettre fin aux «massacres»

Des manifestations de solidarité avec les Palestiniens et en faveur de la paix se poursuivent dans plusieurs pays pour dénoncer les massacres israéliens contre les habitants de Gaza qui ont fait près de 1 900 morts palestiniens en 27 jours d'offensive.

de 1 900 morts palestiniens en 27 jours d'offensive. A Paris, plusieurs centaines de personnes se

A Paris, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dimanche pour prôner la paix et la fraternité à l'appel d'une étudiante sur Face- book, excédée par la «montée de haine». Les manifestants se sont réunis derrière une banderole proclamant «Tous unis dans la frater- nité», tenant des panneaux sur lesquels étaient ins- crits «tolérance», «amour», «dialogue» ou «frater- nité». Ce rassemblement soutenu par plusieurs as- sociations dont SOS Racisme ou la Paix Mainte-

nant, a eu lieu au lendemain d'une manifestation qui a rassemblé des milliers de personnes à tra- vers la France, dont plus de 10 000 à Paris, pour dénoncer l'offensive israélienne à Gaza et la po- sition du gouvernement français. «On est là pour dire notre soutien total à la ré- sistance palestinienne et dénoncer ce gouverne- ment de la honte, aligné sur la position d'Is- raël», a notamment déclaré face à la foule Omar Alsoumi, l'un des responsables du «Palestinian Youth movement».

La fuite en avant d’Israël

Le refus israélien d'envoyer une délégation au Caire pour des discussions en vue d'un ces- sez-le-feu à Gaza n'est qu'une fa- çon d'éviter de répondre de ses «massacres» dans l'enclave pa- lestinienne, a affirmé hier le mouvement Hamas. Une délégation palesti- nienne, composée notamment de responsables du Hamas et de l'Autorité palestinienne que di- rige Mahmoud Abbas, est tom- bée d'accord dimanche sur un ensemble de demandes pour une trêve. Selon des membres de la dé- légation, les demandes ont été remises aux médiateurs égyp- tiens, qui doivent maintenant les transmettre à Israël. Israël a en effet refusé d'envoyer une délé- gation au Caire après avoir fait porter au Hamas la responsabi- lité de l'échec d'un cessez-le-feu vendredi. Israël veut «éviter de venir (au Caire) car ils ne veulent pas de- voir répondre de leurs massa- cres à l'encontre du peuple pa- lestinien qui vont en s'intensi-

fiant», a déclaré à la presse de- puis la capitale égyptienne Ez- zat al-Rishq, haut responsable du Hamas. Mais, «qu'ils (les Israéliens) viennent ou pas, ils ne peuvent pas échapper à leurs responsa- bilités et le peuple palestinien uni les poursuivra devant la Cour pénale internationale», a- t-il ajouté. La délégation pales- tinienne est parvenue dimanche à une position commune concernant ses demandes pour un cessez-le-feu à Gaza où les agressions israéliennes ont déjà fait plus de 1 850 morts palesti- niens depuis le 8 juillet. Parmi celles-ci (demandes) figurent notamment le retrait des troupes israéliennes de Gaza, la fin du blocus imposé à l'enclave palestinienne depuis juin 2006, l'ouverture des points de passage aux frontières, l'élar- gissement de la zone de pêche autorisée à 12 miles nautiques et la libération de prisonniers pa- lestiniens. «Il y a un consensus entre toutes les factions palesti- niennes sur le fait que Gaza ne

peut pas retourner à un blo- cus», a déclaré M. Rishq. «C'est un droit naturel du peuple de Gaza de vivre (libre) comme n'importe quel autre peuple dans le monde», a-t-il souligné. «Les responsables égyptiens vont essayer de faire pression di- rectement auprès de l'autre côté (israélien) pour que ces de- mandes soient exaucées, et Is- raël pourrait rectifier sa position et envoyer une délégation à la dernière minute», a-t-il ajouté. Selon l'agence officielle égyp- tienne Mena, les demandes ont été transmises hier au chef des renseignements égyptiens. Az- zam al-Ahmed, à la tête de la dé- légation palestinienne, a égale- ment exprimé l'espoir qu'Israël envoie finalement des repré- sentants au Caire. Ceci pourrait aider «l'Egypte à jouer son rôle pour mettre fin à l'agression (israélienne à Gaza) et pour exaucer les de- mandes palestiniennes grâce aux négociations que Le Caire mène avec les deux parties» en conflit, a-t-il déclaré à la presse.

Rassemblement à Paris pour la paix et la fraternité

Plusieurs centaines de personnes se sont ras- semblées dimanche à Paris pour prôner la paix et la fraternité au moment où les agressions israé- liennes se poursuivent pour le 27 e jour consécu- tif dans l'enclave palestinienne. Ce rassemblement a été organisé à l'appel d'une étudiante sur Facebook, excédée par la «montée de haine». «J'ai voulu montrer à tous les pessimistes qu'on pouvait être unis malgré nos désaccords», a déclaré sur le lieu du rassemble- ment, à deux pas du Louvre, cette étudiante de 18 ans, Celena Azouaoui. Celena avait créé une page Facebook réunis- sant d'abord ses amis. De fil en aiguille, plus de 3 000 personnes avaient annoncé leur participation à ce rassemblement «apartisan». Ni drapeaux palestiniens ni drapeaux israéliens:

les manifestants étaient invités à venir avec des dra- peaux bleu, blanc, rouge et des fleurs blanches. Ils se sont réunis derrière une banderole procla- mant «Tous unis dans la fraternité», tenant des panneaux sur lesquels étaient inscrits «tolé-

rance», «amour», «dialogue» ou «fraternité». Ce «Rassemblement républicain pour la paix» était soutenu par plusieurs associations dont SOS Racisme, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), ou l'Association anti-colonisa- tion la Paix Maintenant. Des messages du grand rabbin de France et de l'imam de Bordeaux ont été lus au micro. «La haine ne peut être un objectif et doit être combattue», a affirmé le président de l'UEJF Sa- cha Reingewirtz. Des milliers de manifestants avaient défilé samedi à travers la France, dont plus de 10 000 à Paris, pour dénoncer l'offensive israé- lienne à Gaza et la position du gouvernement fran- çais. Depuis leur déclenchement le 8 juillet, les agressions israéliennes sur Gaza ont fait plus de 1 850 morts palestiniens en majorité des civils et plus de 8 000 blessés. Pas moins de 300 enfants figurent parmi les victimes, selon l'Unicef, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé à 400 000 le nombre de déplacés.

Intensification des efforts diplomatiques pour arrêter le bain de sang à Gaza

Les efforts diplomatiques se poursuivaient lundi pourmet-

tre fin au bain de sang dans la Bande de Gaza théâtre d'une agres- sion militaire qui a tué plus de 1 800 Palestiniens en 28 jours de

bombardements. Ainsi, l'initiative de l'Algérie de convoquer dans les prochains jours, une réunion d'urgence de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée à Gaza, était discutée lors d'une réunion du Co- mité Palestine du mouvement des Non-alignés ouverte hier à Téhéran, en présence notamment des ministres des Affaires étrangères de l'Etat de Palestine, du Qatar, du Venezuela, du Ban- gladesh, du Soudan et de l'Ouganda. D'autres pays membres du NAM étaient représentés à des niveaux inférieurs. La déléga- tion algérienne conduite par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères Abdelhamid Senouci-Bereksi, devait ex- pliquer aux 13 membres du comité l'initiative du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de convoquer dans les pro- chains jours, une réunion d'urgence de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée à Gaza. Il était aussi question de faire part des démarches diplomatiques déjà engagées au niveau de New York (à l'ONU), en coordination avec la délégation pales-

tinienne et les autres groupes régionaux, pour «concrétiser l'ini- tiative algérienne visant la cessation des hostilités, la prise en charge immédiate de la grave crise humanitaire née de l'agres- sion militaire israélienne contre la population civile palesti- nienne à Gaza, et la reprise des négociations de paix». Cette initiative algérienne est de plus en plus soutenue par plusieurs Etats et groupes régionaux. Mercredi, le chef de l'Etat s'est entretenu avec ses homologues d'Egypte et du Qatar, qui leur ont permis d'examiner les voies et moyens d'une action arabe commune «plus intense» en vue d'amener la communauté in- ternationale à obtenir un arrêt urgent de l'agression israélienne

à Gaza. A rappeler que l'Algérie, le premier pays à avoir

condamné l'agression israélienne, avant même que les pays arabes et les autres pays ne réagissent, a convoqué une session urgente de l'Assemblée générale de l'ONU pour examiner la «grave» situation dans les territoires palestiniens occupés, en particulier à Gaza. Le président Bouteflika avait décidé d'une aide financière ur- gente de 25 millions de dollars au profit de la Palestine, notam- ment en direction de la population de Gaza. L'Egypte, pays ayant déjà proposé une initiative refusée par le mouvement palesti- nien Hamas, a apporté, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri son soutien «total» à l'initiative al- gérienne. Dans un entretien téléphonique avec son homologue algérien, Ramtane Lamamra, a réitéré la «disponibilité» de son pays à poursuivre la coordination avec l'Algérie en vue de «mettre fin à l'agression israélienne contre Gaza». Pour le mi- nistre, «Israël veut vider la Palestine de ses habitants arabes et consacrer le rêve sioniste en assurant sa mainmise totale sur al-Qods». «L'objectif principal d'Israël, à travers cette agression, est de briser la résistance à Gaza en l'isolant et en fermant toutes les issues afin de pouvoir réaliser le rêve sioniste», a-t-il expli-

qué. Réactions internationales Le président iranien Hassan Rohani a dénoncé lundi l’ «inac- tion» du Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher le «géno-

cide» commis par Israël dans la bande de Gaza. Dans un discours à l'ouverture de la réunion d'urgence du comité Palestine du Mouvement des non-alignés (NAM) à Té- héran, M. Rohani a affirmé que «l'agression sauvage» de l'ar- mée israélienne «tueur d'enfants se poursuit avec une politique délibérée pour commettre un génocide en massacrant des ci- vils et en détruisant les infrastructures, les maisons, les centres médicaux, les écoles et les mosquées». Il a dénoncé «l'inaction des instances internationales et en particulier du Conseil de sécurité pour empêcher les crimes contre l'humanité du régime sioniste».

Le président iranien a également fustigé la «complicité

des Etats-Unis et de certains autres pays membres du Conseil de sécurité avec Israël», et a appelé à une mobilisation inter- nationale, notamment des pays non-alignés pour «arrêter les

crimes de guerre et le génocide commis par le régime sioniste».

Les pays représentés à la réunion de Téhéran ont demandé

«l'arrêt immédiat et sans condition de l'agression israélienne,

) la

un cessez-le-feu sur la base de la proposition égyptienne (

fin du blocus de Gaza et l'ouverture de tous les passages à la fron- tière pour l'envoi d'aide humanitaire», selon le texte de la dé- claration finale.

Sur le terrain à Gaza

Dix Palestiniens ont été tués dans des raids israéliens hier

à Gaza, dont cinq à Jabalya (nord), et un enfant à Rafah (sud),

selon le chef des services de secours Achraf al-Qoudra. Dimanche soir, au moins sept personnes ont trouvé la mort et 15 autres ont été blessées dans un raid israélien. Plus tôt, au moins sept Palestiniens ont été tués dans un bombardement sur une école de l'ONU qui accueille des réfugiés à Rafah, dans le sud-ouest de la bande de Gaza, à la frontière avec l'Egypte. Une trentaine de Palestiniens avaient déjà été tués dans des frappes sur des écoles de l'ONU à Beit Hanoun et à Jabalia (nord), sus- citant une vive consternation de la communauté internationale. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a qualifié le bom- bardement qui a touché une école de l'ONU à Rafah et tué au moins dix Palestiniens de «nouvelle violation flagrante du droit humanitaire international» . «C'est un scandale du point de vue moral et un acte crimi- nel», a-t-il affirmé. «Cette folie doit cesser», a encore martelé le secrétaire général dans un communiqué de son porte-parole, en appelant Israël et le Hamas à un cessez-le-feu et à négocier un accord de paix au Caire.

8

DK NEWS

ECONOMIE

Mardi 5 Août 2014

CIMENT

Hausse de 30% des importations algériennes au 1 er semestre 2014

Les importations par l'Algérie du ciment ont atteint, durant le 1 er semestre 2014, près de 283,9 millions de dollars (usd) contre 218,19 millions usd, en hausse de 30,11%, selon les Douanes algériennes. Les quantités impor- tées ont été estimées à 3,086 millions de tonnes durant les six premiers mois de 2014 contre 2,438 millions de tonnes à la même période en 2013, en augmentation de 26,55%, précise le Centre national de l'informatique et des statistiques (Cnis), relevant des Douanes. Selon le ministère du Développement industriel et de la promo- tion de l'investissement, l'Algérie devrait cesser d'importer du ciment d'ici 3 à 4 ans, et ce, grâce au renforcement de ses capacités de production nationale avec le lancement d'une dizaine de projets de réalisation de cimenteries durant cette année. Le développement de la filière ciment figure parmi les priorités du gouvernement pour atteindre une production de 20 millions de tonnes/an à l'horizon 2016 et 29 millions de tonnes en 2018. L'Algérie produit 18 millions de tonnes de ciment par an et importe 2 à 3 millions de tonnes pour répondre à la demande locale estimée à 21 millions de mil- lions de tonnes par an. Une dizaine de pro- jets de réalisation de cimenteries sont pré- vus pour 2014 et qui devront entrer en pro- duction d'ici à fin 2016 début 2017. Ces nou- velles cimenteries permettront d'arrêter l'importation de cette matière. Par ailleurs, les importations du fer et d'acier (rond à béton) se sont chiffrées à 1,06 milliard usd le 1er semestre 2014 contre 1,12 milliard usd à la même période de l'année dernière en baisse de 5,72%, précise encore le Cnis. Les quantités importées ont également connu un léger recul (0,92%) totalisant 1,717 million de tonnes, selon la même source. En 2013, les importations algériennes des matériaux de construction ont reculé de près de 2%, totalisant 2,98 milliards usd, malgré une hausse de plus de 20% des quantités qui ont atteint 8,66 millions de tonnes. Cette aug- mentation des quantités a été tirée essentiel- lement par des hausses des importations du ciment (55%) et de bois (5%), alors que celles de fer et de l'acier ont reculé de 11,4% durant 2013.

ESPAGNE

Le chômage a poursuivi son repli en juillet sur un mois

Le chômage a poursuivi son repli en Es- pagne en juillet avec une baisse 0,67% sur un mois du nombre de demandeurs d'emploi, a annoncé hier le ministère de l'Emploi, mais le pays compte toujours 4,42 millions de de- mandeurs d'emplois. Sur les douze derniers mois, le nombre de chômeurs a diminué de 278.954 personnes. En données corrigées des variations saisonnières, le nombre de chô- meurs a augmenté en revanche de 32.357 personnes, ce qui correspond selon le minis- tère «à la tendance de la série historique où depuis 2000, le chômage en données corri- gées des variations saisonnières a augmenté au mois de juillet, excepté en 2004». L'Es- pagne compte deux méthodes de calcul diffé- rentes pour le chômage. Le ministère de l'Emploi, qui recense les personnes inscrites comme chômeuses sur les listes du service public pour l'emploi, recensait précisément fin juillet 4.419.860 demandeurs d'emploi. L'Institut national de la statistique (INE), qui comptabilise celles recherchant active- ment un emploi, en dénombrait 5,5 millions à fin juin. Le taux de chômage est ainsi re- passé au deuxième trimestre sous la barre symbolique des 25%, à 24,7%.

DJELFA : INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

De grands défis relevés

dans le domaine des pruneaux séchés

Le pruneau, dit localement «Al Aïna», fait partie des produits agricoles ayant un grand intérêt chez les arboriculteurs de la wilaya de Djelfa, dont les efforts, consentis sur le terrain, ont fait de ce fruit l’un des leviers de l’industrie agroalimentaire locale.

l’un des leviers de l’industrie agroalimentaire locale. De grands défis ont été relevés par les investisseurs

De grands défis ont été relevés par les investisseurs locaux en matière de développement de la production du pruneau, insufflant ainsi une grande dynamique à la culture de ce fruit, qui occupe désormais de vastes sur- faces au niveau, notamment, des péri- mètres agricoles de la localité de Ben- har, à quelque 110 km au nord de Djelfa. Pour M. Deriouche, un producteur de pruneaux de la région de Benhar, devenu avec ses frères un modèle de réussite en la matière, la «culture de ce type de fruit n’est pas aisée. Mais nous avons tenté l’aventure, en nous ar- mant d’une grande volonté, conju- guée à des efforts permanents et per- sistants dans la mise en valeur des terres.» «Une fois notre objectif de rende- ment et de productivité concrétisé, nous avons pensé à réactualiser le projet de séchage des pruneaux». Cette idée, soutient M. Deriouche, «n’est pas née d’hier. Elle a été mûrement ré- fléchie». Il s’agit là, soutient ce produc- teur, «du fruit de plus de 20 ans d’ex-

périences» qu’il a acquises, à une cer- taine époque, dans le Nord du pays, en travaillant avec des équipements im- portés de France pour la production de prunes séchées localement, un produit qui faisait, alors, l’objet d’une grande demande en l’absence des pruneaux d’importation. L'opération a été accompagnée par «l’intensification de la culture des prunes dans la commune de Benhar, doublée d’une contribution dans la production nationale de la prune sé- chée», s’est-il félicité, déplorant, néan- moins, «l’existence de problèmes sur le terrain qui pourraient, à l’avenir, compromettre cet essor.» M. Dériouche a particulièrement pointé du doigt le problème de spéculation et de mono- pole pratiqués sur ce produit, dont le prix ne dépasse pas à la vente les 200 voire les 220 DA le kilo. Un «coût bien en deçà de celui des pruneaux d’importation. Bien que le prix de revient de ce type de fruit dé- passe celui pratiqué à l’étranger, ceci sans compter les problèmes liés au manque de main-d’£uvre qualifiée»,

observe-t-il. «Le contrôle du marché et des produits de l’importation sont les conditions sine qua non pour la survie de cette activité de transformation ali- mentaire, en plus de la création d’es- paces commerciaux pour les produits de l’industrie agroalimentaire dans toutes les régions», soutient-il. La technique de séchage de la prune fraîche implique de la débarrasser d’un taux de 70 à 80 % de son eau, pour peser au final 20 à 25 % de son poids ini- tial. Selon les chiffres fournis par la Di- rection des services agricoles de la wi- laya (DSA), la prune est cultivée sur une surface globale de 198 ha, concentrée en grande partie dans la daïra d’El Birine. Durant la campagne agricole écou- lée, la production de pruneaux à Djelfa a été estimée à près de 22.700 qx, dont 2400 qx ont été destinés au séchage, tandis que la récolte de la présente campagne, entamée ces derniers jours pour se poursuivre tout le mois d’août, devrait atteindre plus de 16.400 qx, selon les prévisions de la DSA.

PÉTROLE

Les prix du pétrole stables dans un marché attentif aux tensions géopolitiques

Les cours du pétrole res- taient relativement stables lundi en cours d'échanges européens, dans un mar- ché attentif aux tensions géopolitiques, le niveau de l'offre en Afrique et la de- mande européenne. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livrai- son en septembre valait 104,92 dollars sur l'Inter- continental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 8 cents par rapport à la clôture de vendredi. Le Brent était tombé ven- dredi à 104,39 dollars le ba- ril, son niveau le plus faible en quatre mois. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Ex- change (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance pre- nait 22 cents, à 98,10 dol- lars. Vendredi, le WTI avait chuté jusqu'à 97,09 dollars,

Vendredi, le WTI avait chuté jusqu'à 97,09 dollars, son niveau le plus faible de- puis le

son niveau le plus faible de- puis le 7 février. Le prix du Brent avait enregistré une nette baisse vendredi, «en réponse à une offre ample en Afrique et en Europe sur fond de faible demande», commentaient les experts. «L'abondance de l'offre compense les risques liés aux tensions géopolitiques au Proche-Orient et en Ukraine», expliquait-on.

Pour les experts, le seuil ac- tuel des cours «fait augmen- ter le risque d'un fort re- bond si les nouvelles (sur les différents conflits géopoli- tiques) venaient à faire re- penser (leur position) aux investisseurs». En effet, les investisseurs surveillaient notamment la situation en Irak où des jiha- distes de l'Etat islamique (EI) se sont emparés di-

manche de Sinjar. La prise de cette ville intervient au lendemain de celle de Zou- mar, une autre cité proche de Mossoul d'où l'EI a chassé les forces kurdes, au prix de combats meurtriers. Les insurgés se sont em- parés en même temps de deux champs de pétrole ayant une production totale de 20.000 barils par jour, Ain Zalah et Batma, et d'une petite centrale électrique. Par ailleurs, l'interrup- tion de la raffinerie de Cof- feyville dans le Kansas (cen- tre des Etats-Unis), en raison d'un incendie dans une de ses unités de production, faisait craindre aux acteurs du marché une nette re- montée des stocks du termi- nal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud du pays), où sont entreposées les réserves servant de réfé- rence au WTI.

FINANCES

La Bourse de Tokyo ouvre en petite baisse de 0,3%

La Bourse de Tokyo a débuté la jour- née de lundi en petite baisse, après les pertes de Wall Street la semaine der- nière, dans un contexte de regain du yen. A la première minute des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes cédait 0,31% (-48,46 points) à 15 474,65 points, repassant sous le seuil symbolique des 15 500 points. L'indice élargi Topix de

tous les titres du premier tableau per- dait pour sa part 0,35% (-4,5 points) à 1 276,80 points. A ce même moment, le dollar se situait à 102,54 yens et l'euro à environ 137,70 yens, en repli par rapport à leurs cours de vendredi, ce qui incite les donneurs d'ordres à vendre des actions de groupes exportateurs.

APS

Mardi 5 Août 2014

RÉGIONS

DK NEWS

9

MER-POLLUTION

Campagne d'exploration des microplastiques en 2015 sur le littoral algérien

Une campagne d'exploration des microplastiques est prévu en 2015 dans le littoral algérien, a annoncé le coordinateur algérien avec l’association française «Expédition Med en danger», arrivée dimanche au port d’Oran à bord du voilier Hainez.

dimanche au port d’Oran à bord du voilier Hainez . En marge d’une rencontre de sen-

En marge d’une rencontre de sen- sibilisation sur la campagne d'explo- ration «expédition Med Algérie 2014», lancée dimanche par l’association française «Expédition Med en danger» en collaboration avec des partenaires algériens, le chercheur algérien Emir Berkane a souligné que la prochaine campagne algérienne d’exploration sera organisée sous l'égide du minis- tère de la Pêche et des Ressources ha- lieutiques en collaboration avec des associations et des universités. Elle portera sur des analyses des microplastiques à travers le littoral al- gérien, a-t-il ajouté. La campagne 2014 d'exploration en Algérie consti- tue une occasion pour les partenaires (associations, universitaires et scien- tifiques) pour prendre connaissance des expériences d’analyses à bord

du voilier Hainez, selon le même chercheur qui active au sein du labo- ratoire «Ecostac» de l’université «Badji Mokhtar» de Annaba, initiatrice du projet «Expédition Med 2014 en Algé- rie». Cette campagne qui touchera les wilayas côtières d'Oran, Alger, Bé- jaïa, Skikda et Annaba vise à sensibi- liser les enfants et les jeunes sur l’im- portance de la protection de la mer des micorplastiques. Elle s'achèvera par une rencontre d’étude, le 11 août à An- naba, sur les dangers des microplas- tiques sur la richesse halieutique et la mer. Le président de l’association fran- çaise «Expédition Med en danger», M. Bruno Dumontet, a déclaré à l’APS que l’objectif de cette tournée scien- tifique, qui touche des pays du Sud de

la Méditerranée, est de sensibiliser sur les dangers des déchets de plastique qui sont visibles sur les eaux de cette mer et d'appeler les pays du pourtour méditerranéen à travailler ensem- ble pour trouver une solution à ce pro- blème. Cette campagne «Spécial Algérie» permet aux scientifiques algériens et aux associations de prendre connais- sance des moyens utilisés en ana- lyses des microplastiques à bord du voilier Hainez, a ajouté M. Dumontet. Il a souligné : «Notre idée consiste à créer un réseau avec différentes asso- ciations et universitaires algériens pour travailler ensemble pour des solutions à cette pollution», affir- mant que l’Algérie est en mesure de figurer aux premiers rangs pour la lutte contre ce genre de pollution.

EXPÉDITION MED ALGÉRIE 2014

Des enfants et des jeunes d’Oran prennent connaissance des microplastiques

La campagne d'exploration «Expédition Med en Algé- rie 2014», lancée dimanche soir au port d’Oran, a permis à plusieurs enfants et jeunes de connaitre davantage les dangers des microplastiques en Méditerranée et les voies et moyens de prévenir cette forme de pollution. La campagne est initiée par l’association française «Ex- pédition Med en danger» qui est arrivée à Oran à bord du voilier Hainez, en collaboration avec des partenaires al- gériens, pour sensibiliser les élèves des clubs bleus des éta- blissements scolaires sur l’importance de la protection du littoral. A cette occasion, une exposition est organisée au siège de l’association «Phenicia» qui active au port d’Oran, comportant des affiches mettant en exergue les dangers que font peser les microplastiques sur la richesse halieu- tique et la santéhumaine. Des élèves du lycée de Gdyel ont déclaré à l'APS que cette rencontre de sensibilisation consti- tuait une occasion pour mieux connaître le phénomène

des microplastiques en Méditerranée et les moyens de pro- téger la mer contre cette pollution. La rencontre a été mise à profit par un représentant de la direction de l’Education de la wilaya d'Oran pour pré- senter les activités entreprises par les clubs bleus et verts dans le cadre de la protection de l’environnement et de leurs projets qui reposent sur des actions de sensibilisa- tion. Des enfants des zones rurales qui visitent pour la pre- mière fois le port d’Oran ont saisi l'opportunité pour pren- dre connaissance des activités de l’association «Phenicia» dans le cadre de la protection du littoral oranais. La campagne d'exploration «Expédition Med en Algé- rie 2014», initiée par l'association française «Expédition Med en danger» en collaboration avec le chercheur Emir Ber- kane du laboratoire «Ecostac» de l’université Badji- Mokhtar de Annaba et des associations locales, se pour- suivra jusqu’au 11 août à travers le littoral des wilayas d'Oran, Alger, Skikda, Béjaia et Annaba.

UNIVERSITÉ DE BOUMERDÈS

Très peu de recours enregistrés suite aux pré inscriptions des nouveaux étudiants

L’université de Boumerdès a enre- gistré «très peu» de recours suite aux pré-inscriptions des nouveaux étu- diants, dont seulement 25 (soit un taux de 0,42%) sur un total de 5 900 nou- veaux inscrits, ont émis une demande pour leur réorientation, a-t-on appris auprès de cet établissement de l'ensei- gnement supérieur. «Ce taux de recours minime est un véritable indice de l’effort fourni par les services de l’université afin de répondre, dans la mesure du possible et selon les capacités de formation dis- ponibles, aux choix exprimés par une majorité des étudiants dans leurs fiches de v£ux», a indiqué à l’APS la chargée de la communication au- près de l’université de Boumerdès. Elle en veut pour preuve de ce «satisfecit» ambiant, le retrait, par

les nouveaux étudiants durant la pé- riode s’étalant du 20 au 26 juillet, de plus de 500 fiches d’affectation pour la confirmation de leurs inscriptions. Les inscriptions définitives au ni- veau de l’université de Boumerdès sont prévues du 2 au 7 août, a-t-elle si- gnalé. Les nouveaux inscrits ont été répartis sur 13 spécialités de formation en LMD, dont 900 étudiants orientés vers la filière des sciences et de la tech- nologie, plus de 700 vers les sciences de la matière, et plus de 850 vers les sciences économiques, de gestion et commerciales. Six cents (600) au- tres ont opté pour les mathématiques et l'informatique, 550 pour les sciences de la nature et de la vie, plus de 360 pour la technologie, l’énergie et la chi- mie, et plus de 400 pour les langues et la littérature arabe. Le nombre de

nouveaux inscrits (soit 5900), au ni- veau des cinq (5) facultés de l’univer- sité de Boumerdès, a enregistré une hausse durant cette année 2014 com- parativement à l’année dernière, du- rant laquelle il n’a pas dépassé les 4 866 étudiants, portant ainsi le nombre des inscrits en graduation au niveau de cet établissement à près de 30 000 étudiants pour la rentrée uni-

versitaire2014-2015.

La nouvelle rentrée universitaire 2014-2015 verra le recrutement de près de 90 nouveaux enseignants au niveau de l’université M’hamed Bou- gara de Boumerdès, dont il est attendu un relèvement de son taux d’encadre- ment actuel estimé à un enseignant pour chaque 21 étudiants, soit un ef- fectif de 1 369 enseignants permanents.

TISSEMSILT

L’éclairage public fait défaut à la cité des 320-Logements

public fait défaut à la cité des 320-Logements ABED MEGHIT Les habitants de la cité 320-Logements

ABED MEGHIT

Les habitants de la cité 320-Logements à Tissem- silt vivent dans des conditions pénibles, avec en sus la peur au ventre et se plaignent de l’absence de l’éclai- rage public. Depuis quelques jours le boulevard principal et ses doubles voies accusent un déficit no- table en éclairage public. Cette situation des plus dé- plorables est une aubaine pour les malfaiteurs pour agresser ceux qui osent s’aventurer en pleine nuit.

EL EULMA (SÉTIF)

La protesta des habitants de la cité du 19-Juin

Azzedine Tiouri

Afin de réclamer de meilleures conditions de vie, des dizaines de résidents mécontents de la cité du 19- Juin d’El Eulma, dans la wilaya de Sétif, ont organisé, hier, un sit-in de protestation devant l’entrée de leur quartier en bouclant toutes les issues. Dans leur plateforme de doléances, les habitants demandent avant toute chose le bitumage des chaus- sées de plus en plus dégradées, pleines de crevasses et de nids-de-poule se transformant en hiver des bour- biers impraticables à la circulation automobile et du- rant l’été, poussiéreuses. Devant cette dégradation préoccupante des voies d’accès, ni les taxieurs, ni d’ailleurs les clandestins, ne veulent s’aventurer pour déposer leurs clients à l’entrée de la cité les obligeant à faire de la marche, parfois longue, avec de gros sachets de provisions, no- tamment pour les vieilles personnes. Les autres problèmes soulevés concernent l’absence d’une configuration urbaine, d’un réseau fiable pour l’ali- mentation en eau potable et d’assainissement, sur- tout depuis l’abandon des travaux, il y a deux ans par un entrepreneur, dont personne ne connaît les rai- sons. Les protestataires réclament la réhabilitation du réseau de l’éclairage public qui n’a pas été entretenu depuis plus d’une année. La nuit tombée, la cité plonge dans une obscurité totale, faisant l’affaire des délin- quants et encourageant les voleurs à plus d’activités. Le dernier point soulevé par les habitants de cette cité est celui du ramassage des ordures ménagères et des sachets poubelles qui traînent à longueur de journée avec la propagation des odeurs nauséabondes pou- vant causer des maladies graves, notamment en cette période de chaleur. Une délégation composée d’élus du conseil communal de l’APC d’El Eulma s’est déplacée sur les lieux pour discuter avec les protestataires, nous in- dique-t-on, afin de les exhorter à ouvrir les voies d’ac- cès à la cité et entamer le dialogue autour d’une ta- ble en leur désignant des représentants du quartier avec la programmation d’une séance de travail avec les responsables communaux. Quant à la question des travaux suspendus par l’en- trepreneur concernant les réseaux d’assainissement et d’eau potable, cette délégation a affirmé que cette affaire est entre les mains de la justice. Les contesta- taires ont suivi la voie de la raison et de la sagesse pour ouvrir les issues et se disperser dans le calme.

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 5 Août 2014

SÉTIF : ACCIDENTS DE LA ROUTE

Un mois de juillet des plus meurtriers

Azzedine Tiouri

Les services de la Protection civile de la wilaya de Sétif ont enregistré au cours du mois de juillet 282 accidents de la route, causant la mort de 24 personnes et blessant 355 de divers degrés de gravité, cela donne une moyenne de plus de 12 sinistres par jour. Ce mois de juillet, coïncidant avec le mois de Ramadhan a été l’un des plus meurtriers. Comparativement au même mois de juillet de l’an dernier, il y a une aug- mentation sensible de victimes avec 24 décès, de dif- férents âges, notamment des hommes, en plus et de 11 morts par rapport au mois de juin dernier. En juil- let 2013, on a compté 257 accidents de la route, fai- sant 9 morts et 329 blessés. En juillet 2014, il a été en- registré, 282 sinistres, soit une augmentation de +9,73%, causant la mort de 24 personnes et blessant 355, soit respectivement 15 décès (+ 166,66%) et 29 blessés (+7,90%) en plus. Le même communiqué réitère l’appel aux conducteurs et aux usagers de la route pour plus de prudence afin d’éviter des drames, plus particuliè- rement en ce mois d’été où on enregistre une aug- mentation significative du trafic routier sur l’ensem- ble du réseau avec les transferts collectifs des familles pour des visites où le déplacement de nombreux es- tivants.

BLIDA

140,185 ha de couvert végétal brûlés

Une surface végétale de 140,185 ha a été la proie des flammes dans la wilaya de Blida depuis le 1 er juin dernier, apprenait-on hier, auprès de la Conserva- tion des forêts de la wilaya. «140 ha de végétation ont été brûlés suite à 71 foyers d’incendies à travers la wilaya», a ajouté la même source. Cette surface vé- gétale se répartit à raison de 14,58 ha de forêts, 36,495 ha de maquis, 86,71 ha de broussailles et 2,40 ha de vergers, est-il précisé. Ce bilan est en hausse com- parativement à la même période de l’année dernière, durant laquelle la wilaya avait accusé une perte de seulement 40,82 ha de couvert végétal, suite à la dé- claration d’une vingtaine d’incendies, a relevé la même source.

BOUIRA Des dizaines de citoyens contestent une liste de bénéficiaires de logements sociaux

Des dizaines de citoyens de la ville de Bouira ont contesté, hier, une liste de bénéficiaires de logements sociaux affichée dans la matinée par les autorités de daïra, a-t-on constaté. En présence d’un important dispositif sécuritaire déployé sur les lieux, les protestataires ont tenu un sit-in devant le siège de la daïra, et ont tenté d’y en- trer pour discuter du sujet avec le premier respon- sable de cette collectivité locale. Les protestataires qui se sont rassemblés, par la suite, à la place des Martyrs de la ville demandent aux autorités locales de la wilaya de mettre en place une commission d’enquête pour faire la lu- mière sur ce dossier épineux. «Nous avions des ga- ranties pour un relogement, mais nos noms ne fi- gurent pas sur la liste des bénéficiaires», s’interro- gent des citoyens qui habitent d’anciens haouchs qui remontent à l’ère coloniale. Un autre citoyen appro- ché par l’APS, n’a pas caché sa colère face à «l’injus- tice» dont sont victimes les contestataires, selon lui. Les habitants du haouch Guechou Mohamed, plus communément connu sous l'appellation du quar- tier Château-d'eau du centre-ville de Bouira ne ces- sent de protester contre la précarité dans laquelle ils vivent depuis de longues années. De leur côté, les services de la daïra de Bouira ont assuré que la liste s’est faite sur la base de plusieurs critères sociaux, dont notamment l’âge, l’état civil des personnes ainsi que leur situation socioprofessionnelle, soulignant que l'attribution des logements s'est faite dans «l’équité et la transparence la plus totale».

CÔTE OUEST DE LA WILAYA D'ALGER

Les plages des communes de Zeralda, Staouéli et Aïn Benian livrées à l'anarchie

La gestion des principales plages de la côte ouest de la wilaya d'Alger, dont «Palm Beach» et «Azur Plage», est vouée à l'anarchie provoquée par des squatters qui ont pris possession du moindre mètre carré des plages des communes de Zeralda, Staouéli, Aïn Benian, a-t-on constaté.

de Zeralda, Staouéli, Aïn Benian, a-t-on constaté. Lors d’une visite d’inspection du lit- toral des

Lors d’une visite d’inspection du lit- toral des communes de Zéralda, Staouéli et Aïn Benian organisée di- manche, la commission tourisme de l’Assemble populaire de wilaya (APW)

a vivement déploré le «squatt», ignoré

par les collectivités locales, des plages par des jeunes qui gèrent «en toute il- légalité» en fait ces lieux publics. Des milliers de parasols et acces- soires (tables et chaînes) étaient en ef-

fet installés le long du rivage de la Plage familiale de Zéralda, à «Azur plage» et «Palm Beach», obligeant les estivants

à les louer entre 800 et 1.500 DA l’unité selon les endroits, a-t-on relevé. Quant aux toilettes publiques et

aux douches, quand elles sont dispo- nibles, les tarifs pratiqués par leurs ex- ploitants d’une plage à une autre sont déroutants: de 30 DA par personne à la plage familiale de Zeralda à 300 DA

à la plage Khelloufi 2 de la même

commune de Zéralda. «En squattant les plages par leur matériel, ces jeunes font du chan- tage sur les estivants qui n’ont le choix que de louer du moment qu’ils ne dis-

posent plus de places s’ils veulent planter leur propre parasol. Cette oc- cupation des lieux est illégale et inac- ceptable», a réagi le chef de la déléga- tion et président de la commission Tourisme de l’APW, Madjid Lamdani. Les «plagistes» se défendent, ar- guant que ce sont les autorités lo-

cales qui leur «refusent» les autorisa- tions d’exercer, un document que ni la commune ni la wilaya ne peuvent pourtant délivrer, puisque l'accès aux plages est gratuit, en application d’un

arrêté toujours en vigueur de l'ancien wali d'Alger Mohamed Kébir Addou. Les «indus occupants» des plages du littoral ouest de la wilaya d'Alger ex- pliquent cette situation que l'APW d'Alger a dénoncé, par «leur contribu- tion à l’aménagement de la plage» (entretien, création d’accès de fortu- neà), à la «sécurité et au bien-être» des

vacanciers notamment en réservant des espaces aux familles loin des tur- pitudes des jeunes. Pour eux, le «squatt» des plages est leur «seul gagne-pain». Même s’ils jugent «exces- sifs» les tarifs des parasols, des vacan- ciers ont tenu à défendre devant la dé- légation le droit de ces jeunes au tra-

vail, renvoyant la responsabilité de cette situation aux autorités locales, qui devaient selon ces estivants «les enca- drer plutôt que de les pousser vers l’il- légalité.» «Je ne plains pas ces jeunes qui ont besoin de travailler. Dans la gestion des plages, il y a une absence totale des pouvoirs publics qui prétendent qu’il n’y a pas de concession, alors qu’elles existent de fait. Cette situation d’anar- chie doit cesser», a répondu M. Lam- dani, appelant à «la nécessite de met- tre en place une politique claire dans

la gestion des plages algéroises». La délégation de l’APW a égale- ment déploré l’absence des aménage- ments extérieurs aux plages où des ter- rains vagues ont été abandonnés aux sachets en plastiques et aux gravats, en plus du manque d’équipements (res- taurants, boutiques, kiosques). L’absence des pouvoirs publics dans la gestion des plages de la côte ouest de la capitale s’est manifestée surtout au niveau de la plage Khelloufi 2 où un camp de toiles devait être installé par un opérateur privé. «Dans un récent rapport sur le tou- risme à Alger, la direction du Tourisme de la wilaya indique qu’un camp de toiles est en cours d’aménagement à Zéralda. Le projet n’est finalement qu’un terrain vague», a dénoncé le chef de la délégation de l’APW sur le site de ce projet fantôme. Ouverte le 1 er juin dernier, la saison estivale 2014 a été placée sous le signe de la «sensibilisation des enfants à la protection de l'environnement du lit- toral». Pour la saison 2014, la wilaya d'Al- ger compte 72 plages autorisées à la baignade sur un total de 85 plages. Avec les plages du littoral Ouest, la wilaya d'Alger compte également ses plus belles plages et criques autorisées à la baignade à Aïn Taya, Surcouf, «Alger Plage», ou Tamentfoust (ex-La Pé- rouse).

FIÈVRE APHTEUSE À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Apparition de 11 foyers et plus de 90 bovins contaminés

Onze (11) foyers de fièvre aphteuse et 94 bovins contami- nés par cette maladie ont été enregistrés par l'inspection vé- térinaire de Bordj Bou-Arréridj, a-t-on appris hier auprès de la Direction de wilaya des services agricoles. Les 11 foyers sont répartis sur les communes de Bordj Bou- Arréridj, Ouled Brahem, Aïn Taghrout, Khelil, Blimour, Med- jana, El Anacer, Bordj Zamoura et Hasnaoua, a précisé la pré- sidente de l'inspection vétérinaire, Amel Seddiki. Sur les 94 bovins contaminés, huit (8) ont fait l'objet d'un abattage sa- nitaire, tandis que le reste du cheptel restera sous surveil-

lance vétérinaire, a indiqué la même source. Une série de me- sures a été prise, à l'instar de la fermeture des marchés «à bestiaux pour empêcher la propagation de la maladie et le contrôle sanitaire des troupeaux par les services agricoles, a souligné M me Seddiki. Parallèlement, une journée de sen- sibilisation destinée aux éleveurs et aux maquignons a été organisée au siège de la CCLS (Coopérative des céréales et légumes secs) pour expliquer aux concernés les risques que représente la fièvre aphteuse sur le bétail et les méthodes et moyens de prévention, a-t-on précisé.

SANTÉ - TABAGISME

Augmentation de la taxe sur le tabac en 2015

Le comité national de prévention et de sensibilisation sur le tabagisme a annoncé, hier à Alger, l'augmentation en 2015 de la taxe sur le tabac, sans pour au- tant en définir le taux. Cette décision a été annoncée par M. Youcef Terfani, membre du comité lors d'une conférence de presse ani- mée par les membres du comité multi- sectoriel mis en place le 14 juillet 2014 par décision signée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. «La taxe est fixée ac- tuellement à 50% du prix d'un paquet de cigarettes (70 de 150 DA) dont 11 DA vont aux urgences médicales pour la prise en charge des maladies causées par le tabac», a indique M. Terfani. De son

côté, le président du comité, le pneumo- phtisiologue Noureddine Zidouni, a estimé que «cette décision qui définit la stratégie nationale multisectorielle de sensibilisation contre le tabagisme constitue un exemple de responsabilité du gouvernement vis-à-vis de sa popu- lation pour mieux la protéger contre ce fléau qui constitue une menace impor- tante pour la santé avec des répercus- sions socioéconomiques». «Cette cam- pagne de sensibilisation pour la lutte an- titabac trouve son ancrage juridique dans les dispositions de l'article 12 de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac, ratifiée par notre pays en 2006, ainsi que dans les différents décrets

promulgués par le ministère», a-t-il ajouté. La stratégie en question tend à sensibiliser aux risques pour la santé liés à la consommation de tabac ainsi qu'aux avantages du sevrage tabagique, et ce en impliquant toutes les parties concernées au sein du comité, à savoir les ministères de l'Intérieur, de la Santé, de la Justice, des Affaires religieuses, du Commerce, des Transports, du Travail, de la Solida- rité nationale, de la Jeunesse et de la Communication. Dans ce contexte, M. Zi- douni a mis en avant le rôle des médias, notamment les médias lourds, et l'im- portance de la participation de la société civile aux côtés des secteurs concernés. APS

Mardi 5 Août 2014

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

CHINE

Le bilan du séisme au Yunnan s'alourdit à 381 morts

Au moins 381 personnes sont mortes dans le séisme de magnitude 6,5 survenu dimanche après-midi dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), selon un nouveau bilan des secouristes.

Le puissant séisme s'est produit dimanche à 16h30 (heure de Pékin). L'épicentre, situé à une profondeur de 12km, a été localisé dans le bourg de Longtoushan, à 23km au sud-ouest du district de Ludian, a rapporté le Cen- tre du réseau sismique de Chine.

a rapporté le Cen- tre du réseau sismique de Chine. Les Etats-Unis prêts à aider la

Les Etats-Unis prêts à aider la Chine dans les secours d'après-séisme

La Maison-Blanche a indiqué dimanche, suite au tremble- ment de terre dans la province du Yunnan, dans le sud- ouest de la Chine, qu'elle était prête à offrir de l'aide. «Les Etats-Unis présentent leurs sincères condoléances à tous ceux qui ont perdu des proches dans le tremblement de terre du 3 août dans le sud-ouest de la Chine», a indiqué la porte- parole du Conseil de sécurité national Bernadette Meehan dans un communiqué. «Nos pensées et nos prières accompagnent les familles de

ceux qui ont perdu la vie, qui ont été blessés ou déplacés, et le peuple de Chine en entier en ces jours difficiles», a-t-elle ajouté. Elle a précisé que des responsables américains char- gés des interventions en cas de catastrophes étaient en contact avec leurs homologues chinois et que les Etats-Unis «sont prêts à offrir de l'aide». Des efforts de secours massifs sont actuellement déployés au Yunnan, où le bilan s'est élevé à 367 décès et 1 881 blessés dans le séisme de magnitude 6,5.

BANGLADESH

Un ferry coule avec près de 200 personnes à bord

Un ferry avec près de 200 passagers à bord a coulé hier dans un fleuve au centre du Bangladesh et seules une cin- quantaine de personnes ont été repê- chées. «Le ferry transportait près de 200 passagers et la rivière était agitée», a in- diqué le chef de la police locale, Tofaz- zal Hossain, ajoutant que 50 survivants avaient été sortis des eaux. Le naufrage s'est produit à environ 30 kilomètres au sud de la capitale Dacca. Les accidents de

30 kilomètres au sud de la capitale Dacca. Les accidents de ferry sont fréquents au Bangladesh.

ferry sont fréquents au Bangladesh. Les bateaux sont souvent mal entretenus

et surchargés.

Le dernier accident remonte au mois de mai lorsque des dizaines de per- sonnes avaient péri dans le naufrage d'un ferry provoqué par une tempête sur

le fleuve Meghna, un des plus larges du

monde. Le Bangladesh est irrigué par plus de 230 rivières et la navigation flu- viale y est le principal mode de transport,

en particulier dans le sud et le nord-est.

BRÉSIL

5 morts dans le crash d'un avion léger

5 personnes ont été tuées dimanche lorsqu'un avion léger s'est écrasé sur une maison dans la municipalité de Balsas, dans l'Etat brésilien de Ma- ranhao (nord-est), a annoncé la bri- gade d'incendie brésilienne. Les cinq victimes étaient des passa- gers de l'appareil Embraer-720, qui s'est écrasé tôt dimanche matin lors d'un vol en partance de Balsas, chef- lieu de Maranhao, à destination de

Teresina, chef-lieu de l'Etat de Piuai. L'avion s'est écrasé peu après le décol- lage. Les victimes sont une femme de 87 ans qui devait être transportée d'un hôpital de Balsas vers un autre situé à Teresina, sa fille et son petit-fils, ainsi que le pilote et sa femme. L'appareil s'est écrasé sur une maison dans la- quelle quatre personnes dormaient, mais aucune d'entre elles n'a été bles- sée.

mais aucune d'entre elles n'a été bles- sée. INONDATIONS AU SOUDAN 3 000 maisons détruites, plus

INONDATIONS AU SOUDAN

3 000 maisons détruites, plus de 6 000 familles affectées

Plus de 3 000 maisons ont été dé- truites par les inondations qui ont affecté quelque 6 100 familles et touché près de la moitié des provinces du Soudan le mois écoulé, ont annoncé des médias of- ficiels samedi. Les pluies, qui ont affecté ces fa- milles dont la moitié dans les Etats du Nil et du Kordofan-Nord, ont fait 184 blessés, a rapporté l'agence de presse Suna. Plus de 3 000 habitants de Jaborona, près de la ville jumelle de Khartoum,

de Jaborona, près de la ville jumelle de Khartoum, Omdurman, ont été également affectés, selon Kabi

Omdurman, ont été également affectés, selon Kabi Jeremiah, attaché humani- taire à l'ambassade du Sud Soudan.

«Vingt-deux districts dans huit Etats ont été affectés par les inondations et les pluies torrentielles», a indiqué Suna, ci- tant le ministère de la Santé soudanais.

A Khartoum, des maisons ont également

été touchées par les pluies et les vents

violents. En août dernier, les inondations au Soudan avaient affecté jusqu'à un demi- million de personnes et fait 50 morts.

NIGERIA

Virus Ebola :

le Nigeria n'envisage pas encore de fermer ses frontières

Le Nigeria n'envisage pas dans l'immé- diat de fermer ses frontières internationales comme une stratégie visant à conjurer la propagation dans le pays du virus d'Ebola qui ravage certains pays de l'Afrique de l'Ouest, a déclaré le ministre nigérian de la Santé, Onyebuchi Chukwu. Cité dimanche par le journal This Day, M. Chukwu a indiqué que les règlements de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne cautionnent pas la fermeture des frontières en cas d'épidémie d'Ebola. L'OMS n'a pas annoncé des mesures de res- trictions sur les voyages ou les échanges commerciaux suite à la pandémie du virus Ebola, qui s'est d'abord déclarée en Guinée avant de se propager par la suite au Libe- ria et à la Sierra Leone. Le ministre nigérian a déclaré que si la situation épidémiologique empire dans le pays, le gouvernement pourrait être amené à revoir sa position. Un Libérien, infecté par le virus Ebola, est tombé malade dès son ar- rivée à Lagos, où il est décédé quelques jours après. Bien que les 70 personnes, qui ont eu des contacts avec le Libérien infecté, soient actuellement sous surveillance, le gouver- nement nigérian a annoncé qu'aucun au- tre cas de la maladie n'a été signalé dans le pays.

ARABIE SAOUDITE

2 morts après la chute d'un aéronef

à Djeddah

Deux personnes ont trouvé la mort dans un petit aéronef qui s'est écrasé di- manche matin à Djeddah, a annoncé le bu-

reau saoudien chargé des enquêtes rela-

tives à l'aviation. Ces deux personnes étaient à bord de l'aéronef, un «gyrocoptère, s'est écrasé et pris feu près de la piste du club d'aviation Sama à Djeddah à 08h52 (heure locale), tuant deux personnes à bord», a précisé cette source dans un communiqué diffusé par l'agence de presse saoudienne SPA.

INDE

Des milliers de personnes fuient Bihar suite à une alerte aux inondations

Des milliers d'Indiens ont fui leur foyer dans l'Etat de Bihar (est) suite à une alerte aux inondations, a-t-on indiqué dimanche des sources officielles. La menace d'inon- dations concerne surtout la région de Kosi, où des milliers de personnes avaient péri lors des inondations de 2008 dues au débordement d'une rivière locale. Le ministre des Ressources en eau de l'Etat de Bihar, Kinister Vijay Kumar Chou- dhary, a affirmé que des centaines de per- sonnes ont trouvé refuge sur les routes éle- vées, ajoutant que le gouvernement avait

évacué près de 20 000 personnes jusqu'à dimanche matin. Huit équipes de la Force nationale d'in- tervention ont été déployées sur les lieux en cas de catastrophes à Bihar.

APS

12 DK NEWS

SAN

Mardi 5 A

Les prothèses dentaires en 10 questions

Chaque année, des millions de prothèses dentaires sont posées. A quoi servent-elles ? Peut-on en avoir à tout âge ? Fait-il les préférer fixes ou amovibles ? On répond à toutes vos questions.

A quoi servent les prothèses

dentaires ?

Les prothèses dentaires servent à rem- placer ou à protéger les dents manquantes ou très abimées. Au-delà des considérations esthétiques, une dentition saine et complète est en effet essentielle pour rester en bonne santé. « La mâchoire est la première des ar- ticulations de notre corps, explique le Dr Guillaume Gros, dentiste à Tours (37). Lorsqu'elle est amputée d'une ou plusieurs dents, ce déséquilibre peut se répercuter sur l'ensemble du corps, à la manière d'un effet domino : le patient risque alors des douleurs articulaires voire musculaires, par exemple au niveau du dos. » Aussi, pour ménager les muscles et les tendons, le dentiste installe une prothèse, c'est à dire une (ou plusieurs) fausses dents qui vont permettre de « caler » la mâchoire et, donc, de préserver l'équilibre du corps entier.

Quand en a-t-on besoin ?

Il n'y a pas que les boxeurs qui perdent des dents ! « Bien sûr, suite à un trauma- tisme de la mâchoire (un coup ou une chute, par exemple) on peut perdre une dent et avoir besoin d'une prothèse, explique le Dr Guillaume Gros. Mais le plus souvent, ce sont les caries et les parodontites qui conduisent à la pose de matériel dentaire. » La carie, c'est une maladie infectieuse qui endommage la structure de la dent : sous l'action de bactéries, les sucres consommés sont transformés en acides et attaquent la

jusqu'à sa dévitalisa-

tion. La parodontite est aussi une maladie cau- sée par des bactéries. Cependant, cette fois, ce sont les tissus qui entourent et qui sou- tiennent les dents (la gencive, le ligament et l'os alvéolaire) qui sont attaqués. Si elle n'est pas traitée, la parodontite peut aussi conduire à la perte de certaines dents. Pas de panique : se brosser les dents, utiliser du fil dentaire ou encore se faire détartrer ré- gulièrement sont autant de petits gestes qui nous préservent de ces pathologies

A qui sont-elles destinées ?

dent en profondeur

Oubliez les clichés : les prothèses den- taires ne sont pas réservées aux personnes âgées ! « En général, on attend tout de même l'âge de 18 ans avant de proposer une pro- thèse à un patient, explique le Dr Guillaume Gros. En effet, avant cet âge, la croissance osseuse n'est pas terminée et les solutions ne peuvent donc qu'être temporaires. »

Quelle est la différence entre une prothèse fixe et une prothèse amovible ?

Il existe deux types de prothèses den- taires : les fixes et les amovibles. Une fois posée, la prothèse fixe ne s'enlève plus : elle est soudée à la mâchoire. La plus connue est la couronne : celle-ci est utilisée pour pro- téger une dent délabrée mais dont la racine est saine. Il s'agit en fait d'un « capuchon » installé sur la dent pour la préserver. Par- fois, si la dent est très abimée, il est néces- saire de renforcer la couronne avec un pivot, c'est-à-dire un rivet implanté au cœur de la dent pour la soutenir. A l'inverse, lorsqu'une

de la dent pour la soutenir. A l'inverse, lorsqu'une ou plusieurs dents sont manquantes (il n'en

ou plusieurs dents sont manquantes (il n'en reste même pas la racine), il faut alors ins- taller un bridge. L'idée, c'est de poser une ou plusieurs fausses dents pour remplacer celles qui manquent en appuyant la pro- thèse sur les dents restantes et la gencive. Les prothèses amovibles, elles, peuvent se retirer. Là encore, il s'agit de remplacer des dents manquantes en appuyant la pro- thèse sur la gencive, les dents restantes et/ou l'os alvéolaire. « Le dentiste opte pour un modèle amovible lorsqu'il manque beau- coup de dents au patient, explique le Dr

Guillaume Gros. Mais, pour des questions de confort, la prothèse fixe reste plus agréa- ble à porter.» Cependant, certaines marques sont parvenues à mettre au point des «colles» spéciales qui permettent de fixer les prothèses amovibles à la mâchoire afin d'éviter qu'elles ne bougent, notamment au moment des repas.

En quoi sont-elles faites ?

Les prothèses dentaires fixes (la cou- ronne et le bridge, donc) peuvent être réali- sées en métal ou en céramique. « Si le métal est évidemment moins cher, il est aussi moins agréable à porter », explique le Dr Guillaume Gros. D’abord, il y a l’aspect es- thétique : tandis que le dentiste peut faire en sorte que la dent en céramique ait la même couleur que le reste de la dentition, une pro- thèse en argent, en titane, en cuivre ou même en or sera forcément plus voyante. « Par ailleurs, avec une prothèse en métal, il y a un risque que le patient subisse de faibles chocs électriques par moments », ajoute le Dr Guillaume Gros. Dans le cas de

prothèses amovibles, plusieurs matériaux interviennent. En général, les dents sont réalisées en résine composite beige, pour le plus de discrétion possible. La plaque qui se pose sur la gencive est, elle, fabriquée en métal hypoallergénique. « On utilise assez peu la céramique dans le cas de modèles amovibles : ce matériau n’est pas assez sou- ple », explique le Dr Guillaume Gros.

Est-il possible de le perdre ?

Normalement, un dentier est prévu pour rester en place et vous ne devez pas craindre de le perdre. Mais pour éviter ce désagré- ment, celui-ci doit être parfaitement adapté à votre bouche et à sa morphologie. En cas de doute, n’hésitez pas à en parler à votre dentiste. Pour renforcer son adhérence, vous pouvez également utiliser une crème adhésive dentaire qui permettra d’éviter que votre dentier ne bouge dans votre bouche. Sachez enfin que désormais, les dentiers peuvent aussi être posés avec des implants, comme un système de boutons pressions. Le dentier reste alors amovible ou peut être fixé définitivement.

Avec quoi le nettoyer ?

Une fois que vous avez retiré vos pro- thèses inférieures et supérieures, il est im- portant de les nettoyer chaque jour afin d’ôter tous les résidus présents. Pour cela, utilisez une brosse à poils souples ou très souples et un dentifrice spécialement conçu pour cet usage. Brossez-les de haut en bas minutieusement. Une fois nettoyé, placez votre dentier dans de l’eau ou une solution de trempage afin d’éviter qu’il se dessèche

et se déforme. S’il sent mauvais ou s’il est particulièrement entartré, vous pouvez ex- ceptionnellement le tremper quelques se- condes dans du vinaigre. Veillez pour cela à ce qu’il ne contienne aucune pièce métal- lique.

Est-ce qu'il peut s'user ?

Une usure légère de votre dentier est nor- male au fil du temps. Pensez donc à vous rendre chez votre dentiste au minimum 1 fois par an, afin qu’il puisse vérifier qu’il ne nécessite pas d’être changé. Si votre pro- thèse se casse, se fend ou devient mobile, demandez également une consultation.

Altère t-il la prononciation ?

Pour parler avec naturel et oublier son dentier, une période d’adaptation est néces- saire. Entrainez-vous donc à parler en lisant à voix haute de manière à vous habituer. Pour éviter qu’il ne claque, essayez de vous exprimer doucement afin d’éviter que les mouvements de la mâchoire soulèvent la prothèse inférieure. Dès que vous serez habitué, vous pourrez vous nourrir comme vous le souhaitez.

Le goût des aliments est-il altéré ?

Au début, la saveur des aliments peut vous sembler altérée : c’est normal. La pré- sence du dentier dans votre bouche encom- bre en effet une partie du palais ce qui peut modifier le goût. Mais pas d’inquiétude, dès que vous serez habitué à votre dentier, votre cerveau va s’adapter et votre sens du goût revenir à la normale.

dès que vous serez habitué à votre dentier, votre cerveau va s’adapter et votre sens du

In topsanté.fr

TÉ

oût 2014

DK NEWS 13

Comment entretenir sa prothèse dentaire ?

Ca y est, c’est décidé, vous allez vous faire poser une prothèse dentaire. Mais un bridge, une couronne ou un dentier nécessitent des soins bien particuliers. On vous donne tous les conseils pour bien entretenir votre prothèse dentaire.

Une carie, une maladie bacté- rienne, une chute, un choc… au- tant de facteurs qui peuvent entraîner la perte d’une dent. Pour éviter de développer des douleurs articulaires voire mus- culaires, il est alors nécessaire de se faire poser une prothèse den- taire. Bridges, couronnes, dentiers… Chaque année, ce sont 11,4 mil- lions de prothèses dentaires qui sont installées dans la bouche des Français (Source : Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), mai 2011). Que l’on ait une prothèse fixe (qui ne se retire plus) ou un modèle amovible (que l’on enlève pendant la nuit), c’est tout un rituel de nettoyage et d’entretien qu’il faut alors adop- ter !

Les prothèses fixes

Comme leur nom l’indique, les prothèses fixes sont soudées à la mâchoire : lorsque tout se passe bien, leur durée de vie est de dix ans en moyenne. Si elles ne rem- placent que quelques dents (une ou plusieurs), on dit qu’elles sont partielles : c’est le cas de la cou- ronne ou encore du bridge. A l’in- verse, les prothèses fixes totales servent à remplacer l’ensemble des dents : c’est le cas du tradi- tionnel dentier. Puisqu’elles ne peuvent pas se retirer, les pro- thèses fixes sont entretenues de la même manière que le reste de la dentition. On répète les conseils de base pour une hygiène bucco- dentaire irréprochable : il est im- portant de se brosser les dents à la verticale (au moins) deux fois par jour, de changer de brosse à dents tous les 3 à 6 mois, d’utiliser du fil dentaire (ou une brossette inter- dentaire) et de se faire détartrer régulièrement.

Les prothèses

amovibles

Les prothèses dentaires amovi- bles nécessitent un entretien un peu plus spécifique. D’abord, hors de question de dormir avec

plus spécifique. D’abord, hors de question de dormir avec sa prothèse quand on peut l’enle- ver.

sa prothèse quand on peut l’enle- ver. « Il n’est pas conseillé de la porter pendant plus de 24h d’affi- lée, explique le Dr Guillaume Gros, dentiste à Tours (37). En effet, il est important de laisser respirer la gencive, pour qu’elle ne se déforme pas. » Vous ne sou- haitez pas enlever votre prothèse pendant la nuit ? Dans ce cas, re- tirez-la au minimum 6 heures par jour. Idéalement, il faut procéder au nettoyage de sa prothèse après chaque repas. On la retire, et on la frotte avec une brosse à dents très douce (pour ne pas abimer la ré- sine) et à petite tête (pour attein- dre aussi bien les fausses dents que les petits crochets métal- liques). Avant de la remettre, on se lave également la bouche et les dents afin d’éliminer les résidus alimentaires. A la fin de la journée, la pro- thèse doit être placée dans un « bain nettoyant » antiseptique pen- dant au moins 15 minutes. Cer- taines marques proposent ainsi des comprimés effervescents qui se dissolvent dans un verre d’eau,

désinfectent la prothèse… et sup- priment les éventuelles mau- vaises odeurs. Vous n'avez plus de comprimés ? Optez alors pour une solution antiseptique 100% naturelle : lais- sez tremper votre prothèse dans le jus de deux citrons pendant au moins 10 heures (elle doit être to- talement immergée). Au matin, pensez à bien la rincer pour une hygiène impeccable !

Les risques

« Une prothèse dentaire n'est jamais lisse, même si elle est en céramique ou en métal, précise le Dr Guillaume Gros. Par consé- quent, le tartre peut s'y dévelop- per. » En effet, nos dents et nos gencives sont en permanence re- couvertes d'une fine pellicule so- lide d'origine salivaire : le tartre. Très vite, celui-ci est envahi par les bactéries, issues de résidus ali- mentaires. S'il n'est pas traité à temps, le tartre peut être à l'ori- gine de maladies bactériennes sé- vères : celles-ci s'attaquent aux

dents restantes ou à la gencive. « Dans le cas de matériel den- taire amovible, si le nettoyage n'est pas fait efficacement, les bactéries peuvent aussi proliférer entre la prothèse et la gencive, ajoute le Dr Guillaume Gros. Cela peut causer des inflammations sévères, voire des maladies paro- dontales, comme la gingivite ou la parodontite. »

A éviter absolument

Le tabac. Avis aux fumeurs : ci- garette et prothèses dentaires ne font pas bon ménage ! En effet, en plus d'entraîner un jaunissement de la résine (même effet sur la cé- ramique), la nicotine a tendance à fragiliser le matériel dentaire. L'hypochlorite. Cette substance chimique (souvent appelée ClO- ou NaClO sur les étiquettes) est utilisée pour purifier l'eau et entre dans la composition de cer- tains antiseptiques. Cependant, elle peut engendrer une corro- sion du châssis métallique et une décoloration de la prothèse. L'air libre. Pas question d'abandonner sa prothèse sur la table de nuit ! L'exposition pro- longée à l'air libre peut en effet provoquer un assèchement des matériaux et une déformation du matériel dentaire. Résultat, lorsqu'on retire sa prothèse, on la conserve dans un verre d'eau. L'eau brûlante. Toujours nettoyer sa prothèse à l'eau froide ! Trop chaude, l'eau peut en effet entraî- ner une dilatation de la résine : la prothèse est alors déformée et ne s'emboîte plus correctement.

Si un bonbon se coince dedans

Si un aliment se coince dans votre dentier et que vous ne par- venez pas à le décoller, vous pou- vez utiliser un cure-dent pour tenter d’y parvenir discrètement. Si cela ne fonctionne pas, ôtez alors entièrement votre dentier pour le décoincer. Vous pouvez ensuite le replacer en toute sécu- rité.

Une période d’adaptation inévitable et naturelle

Avant toute chose, dites-vous bien qu'il faut un peu de temps et de patience ! Votre organisme considère la prothèse dentaire comme un corps étranger au début, ce qui est une réaction naturelle. Avec un peu de patience et une bonne compréhension des enjeux, vous allez vous habituer rapidement et profiter pleinement de votre « nouvelle » bouche !

Ce que l'on ressent généralement au début

Dans les premiers temps, vous ressentirez probablement que :

- la prothèse dentaire est très volumineuse

- il n'y a pas de place pour votre langue

- la quantité de votre salive a nettement

augmenté

- vous avez des difficultés à manger, à boire et à avaler

- votre voix a changé

- le goût de la nourriture est altéré.

Ces sensations de gêne sont absolument normales et passagères. La connaissance de ces symptômes vous permet de mieux les appréhender. Vous vous y habituerez progressivement, soyez patient, et appliquez les conseils qui vont suivre !

mieux les appréhender. Vous vous y habituerez progressivement, soyez patient, et appliquez les conseils qui vont

14

DK NEWS

HISTOIRE -CULTURE

Mardi 5 Août 2014

ARCHÉOLOGIE

Lancement

des 13 es fouilles à la forteresse de Taza (Tissemsilt)

13 e s fouilles à la forteresse de Taza (Tissemsilt) Les 13 e s fouilles ont

Les 13 es fouilles ont été lancées dimanche à la forteresse de Taza, site archéologique et historique dans la commune de Bordj Emir Abdelkader, à 83 kilomètres du chef-lieu de wilaya de Tissemsilt, a-t-on constaté sur place. Parrainée par le ministère de la Culture en collaboration avec les services de la wilaya et l’association «Taza» de protection du patri- moine de la commune «Bordj Emir Abdelka- der», l'opération est supervisée par Azzeddine Bouyahiaoui, professeur d’archéologie à l’université d’Alger 2 en compagnie de 25 étu- diants et étudiantes des universités d’Alger et de Chlef. D r Bouyahiaoui a souligné que cette opé- ration porte sur des travaux de fouilles et de recherche à travers différents espaces de ce site archéologique qui fut l’un des bastions de la résistance de l’Emir Abdelkader contre l’oc- cupation coloniale française. Il a ajouté que l’effort est concentré dans cette opération qui durera trois semaines sur la recherche des es- paces où s'établissait l’armée de l'Emir Abdel- kader et des entrepôts d’armes. D r Bouyahiaoui a encore souligné que toutes les pièces et les objets qui seront décou- verts lors des fouilles seront transférés vers le laboratoire de l’institut d’archéologie de l’université d’Alger 2 pour étude par des étu- diants chercheurs de l’institut. Un rapport fi- nal sera adressé au ministère de la Culture, a-t-il ajouté. Il a rappelé que les opérations de fouilles et de recherche lancées dans ce site depuis 2001 ont permis de déterminer les contours de la forteresse de Taza qui témoi- gnent de différentes époques romaine, mu- sulmane, des XVI et XVII es siècles et celle de l’Emir Abdelkader. Les fouilles concrétisées depuis 2001 ont permis de découvrir des pièces et objets de va- leur dont des chef d’œuvres remontant à l'époque de l’Etat almohade, notamment une pièce de monnaie et deux lampes en por- celaine des XII et XIII es siècles. Une équipe d’étudiants et de chercheurs en archéologie de l’université d’Alger 2 a également découvert en 2013 une partie d’un moulin à eau datant de l’époque de l'Emir Ab- delkader témoignant de l’existence d’un sys- tème hydraulique utilisé à l'ère de l’Etat algé- rien moderne. La forteresse de Taza a été édifiée en 1838 par le calife de Miliana Mohamed Ben Allal sur ordre de l’Emir Abdelkader eu égard à l’im- portance stratégique du site, entouré de plu- sieurs monts et à sa proximité de la région du Titteri (Médéa).

Virée dans les maquis de Sidi Ali Bounab

Sidi Ali Bounab, une montagne qui surplombe la ville de Tadmaït, 18 km à l’ouest de Tizi-Ouzou, et qui a acquis depuis le début de la décennie noire, la triste réputation de fief du terrorisme, réapprend à vivre depuis peu, après le recul de l’insécurité dans cette région.

peu, après le recul de l’insécurité dans cette région. Par Madjda Demri (APS) Ce massif fortement

Par Madjda Demri (APS)

Ce massif fortement boisé, situé à cheval entre les wilayas de Boumerdès et Tizi-Ouzou, culmine à 800 mètres d’altitude sur une série de collines verdoyantes. Le versant, visible à par- tir de la ville de Tadmaït, forme à l’ho- rizon, une barrière imposante, sombre d’une couleur vert foncé tirant vers le bleu, couleur du feuillage des oliviers et châtaigniers qui y poussent. Sidi Ali Bounab qui porte le nom d’un mystique, peu connu du XIX e siècle, originaire de cette montagne qui avait «erré» à travers la Kabylie, porte encore les stigmates du passé, un passé marqué par les horreurs du colonia- lisme, et plus tard par celles du terro- risme. Accompagné d’un guide qui connaît la région, une journaliste de l’APS s’enfonce dans les maquis de Sidi Ali Bounab en prenant le soin de ne pas quitter un étroit sentier. Des impacts d’obus sont visibles par endroits au cœur de la forêt de chêne liège et de châtaigniers, qui coiffe cette mon- tagne de moyenne altitude. La zone, si- tuée entre les lieudits «Akerrouche» et «Tizi Bouadhou», demeure «dange- reuse et inaccessible, en raison des nombreux engins explosifs, enfouis sous terre par les groupes armés, bles- sant ou coûtant la vie aux rares jeunes qui s’y aventurent», confie le guide qui préfère garder l’anonymat.

L’appel de la montagne et de la terre natale

Avant l’installation des terroristes à Sidi Ali Bounab, plusieurs familles de la commune de Tadmaït avaient pris l’habitude de s’y rendre régulière- ment, notamment durant les week- ends, et tout au long de l’année pour pique-niquer et cueillir, selon les sai- sons, des olives, des champignons, des asperges, des glands et des châ- taignes, des figues fraîches et de Bar- barie et autre produits forestiers que leur offrait généreusement cette mon- tagne nourricière ou les figuiers, les oli- viers et les cerisiers prospèrent. A Sidi Ali Bounab, on trouve égale- ment des cerisiers qui poussent allègre- ment, offrant une récolte abondante dans cette partie de la wilaya de Tizi- Ouzou qui a été épargnée par le «cap- node», un insecte ravageur qui s’at- taque aux arbres à noyaux causant leur dépérissement. Le petit gibier, notamment le lièvre et la grive, coha- bitent avec le sanglier, le chacal et le chat sauvage. Ce lien presque affectif qui unissait les habitants de Tadmaït à leur montagne, a été brisé durant la décennie noire, Sidi Ali Bounab étant

devenue une zone très dangereuse où personne n’osait s’aventurer. Contraints, les citoyens ont du renon- cer, à contrecœur, à leur vergers, en at- tendant des jours meilleurs et la paci- fication, par les forces de sécurité, de cette région devenue le fief du terro- risme. Depuis environ trois ans, et avec le recul du terrorisme et la pacification de la région par les forces de sécurité, les chemins menant à Sidi Ali Bounab se réaniment et sont de nouveau fré- quentés par des randonneurs qui s’y rendent pour passer une journée en plein air, mais aussi des familles qui y vont pour travailler leurs vergers. La route carrossable, ouverte par les services de la commune à la fin des an- nées 1980, s’anime par le passage de quelques véhicules et des familles en descendent pour se reposer dans les champs. Un groupe de trois randon- neurs dévale une pente en schiste, et plus loin des enfants jouent, tandis qu’un groupe de jeunes aménage un accès vers leur oliveraie, a-t-on constaté. Plus bas, des oliveraies qui s’étendent à perte de vue semblent résister aux nombreux incendies qui se sont déclarés dans cette région. Au lieudit «Bouissi», on découvre des mai- sons traditionnelles tombant en ruines, abandonnées par leurs propriétaires durant la décennie noire.

Des femmes brisent le mur de la peur

Les femmes âgées ont été les der- nières à fuir la région. Les rencontres avec les groupes terroristes durant la saison de la cueillette des olives sont de- venues fréquentes, se souvient El Djo- her. «Un jour, j’étais occupée à ra- masser les olives tombées au sol lorsque j’ai aperçu trois jeunes ar- més, surgir d’un buisson, j’ai fait sem- blant de ne pas les voir, ils ont poursuivi leur chemin. J’ai eu la peur de ma vie, et depuis je n’ai plus remis les pieds à Sidi Ali Bounab», témoigne-t-elle. Les femmes sont aussi les premières

à reprendre la route de Sidi Ali Bounab depuis trois ou quatre ans. Tassadit pense qu’il faut briser le mur de la peur et reprendre possession des biens lé- gués par les aïeux. «J’achète l’huile d’olive à des prix exorbitants alors que mes oliviers sont abandonnés à Sidi Ali Bounab. J’ai donc pris mon courage

à deux mains et j’ai convaincu trois au-

tres femmes de m’accompagner.» De- puis, soutient-elle, «d’autres femmes et même des hommes ont repris la route de Sidi Ali Bounab.» Certaines familles ont eu la mau- vaise surprise de voir une grande par- tie de leurs oliveraies détruites par des incendies et se sont remises à leur reconstitution en greffant des oléastres.

Des ruchers ont même fait leur appa- rition et même des vergers. Moha- med, qui habite Alger, et qui est origi- naire de Sidi Ali Bounab, est revenu sur la terre de ses parents. «C’est ici que j’ai grandi. Quand j’ai eu mon bac, j’étais obligé de quitter Bouissi pour poursui- vre des études universitaires à Alger. Aujourd’hui, je reviens par nostalgie», confie-t-il. Ce dernier a réhabilité la source appelée tala makhloudh, l’a équipée d’une pompe, installé un sys- tème de goutte-à-goutte pour alimen- ter un potager où il fait pousser des lé- gumes. Près de la source qui revient ainsi à la vie, un rosier pousse à l’om- bre de néfliers et d’abricotiers, et offre ses belles roses rouges pour célébrer le retour de la vie à Sidi Ali Bounab.

Sidi Ali Bounab, le mystique qui a donné son nom à une montagne

Peu d’écrits et de témoignages exis- tent sur Sidi Ali Bounab, un mystique du XIX e siècle qui a donné son nom à cette montagne. Quelques bribes sub- sistent encore. Certains pouvoirs sem- blent véridiques, d’autres relèvent de la légende, le Saint ayant été mythifié, d’autres lui ont été attribués par confu- sion, comme celui où il aurait arrêté un train avec sa canne en se plaçant au mi- lieu du chemin de fer. Selon des habitants de Tadmaït, «ce fait n’est pas l’œuvre de Sidi Ali Bou- nab, mais d’un père blanc qui, voulant impressionner les habitants, s’est placé sur la voie ferrée, et soulevant sa canne au passage du train, celui-ci s’est ar- rêté», raconte Mohamed, un septuagé- naire, qui ajoute, sourire en coin: «le père blanc a eu de la chance que le conducteur du train l’ait vu et eut le temps de freiner.» Selon des témoignages recueillis auprès des vieux de Tadmaït et quelques textes datant de l’ère colo- niale, Sidi Ali Bounab était un Saint connu des montagnes du Djurdjura où il a beaucoup erré. Un jour, il rend vi- site à Sidi Ali Moussa dit «n’founass», qui gérait à l’époque la zaouïa de Maât-

kas, «les deux saints discutèrent lon- guement, puis Sidi Ali Moussa ayant ir- rité Sidi Ali Bounab, celui-ci lui dit : «Tu vas mourir, étranglé par les tiens.» A cette prédiction, Sidi Ali Moussa répond : «Et toi, tu seras emporté par une tempête de neige dans tes mon- tagnes, et ton corps servira de pâture

aux chacals.» On rapporte que ces deux prédictions se sont réalisées. «Un jour, alors qu’il se rendait dans la tribu des Ait Mlikech (wilaya de Bejaia), Sidi Ali Bounab a été pris dans une tempête de neige et emporté. Son corps a été re- trouvé à moitié dévoré par des bêtes sauvages. Quant à Sidi Ali Moussa, il fut assassiné par un groupe de Tolba, ses propres élèves», témoigne-t-on.

Mardi 5 Août 2014

AFRIQUE

DK NEWS 15

LIBYE

L'UA n'a pas réussi sa mission de médiation dans la crise

L'Union africaine (UA) n'a pas réussi sa mis- sion de médiation dans la crise en Libye, a estimé l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la région des Grands Lacs, M. Saïd Djinnit, mettant à l'évidence que le dialogue est privilé- gié en toute circons- tance.

que le dialogue est privilé- gié en toute circons- tance.   «Je ne dirais pas que
 

«Je ne dirais pas que l'UA

stabiliser la Libye, en fai-

transition politique, écono- mique et démographique. Elle sera caractérisée par une instabilité relative qu'il va falloir accompagner et maîtriser pour éviter des dé- bordements», a-t-il expli- qué. Sans compter les ingé- rences étrangères, «souvent motivées par le souci de pomper les richesses de l'Afrique». La seule facon d'éviter ce risque, a-t-il dit, «c'est tout simplement de s'assurer que notre maison est unie et solidaire». Quant au rôle de l'Algérie dans le continent en général et dans la région du Sahel en parti- culier, le fonctionnaire des Nations unies, «mesure l'en- gagement» du pays sur les questions continentales et

planétaires. «La géostratégie place l'Algérie dans le rôle de pont entre l'Europe et

jouer son rôle dans le leader- ship africain et de pont entre l'Europe et l'Afrique», a sou- ligné le diplomate. A propos de leadership et panafricanisme, M. Djin- nit a rappelé la démarche de l'Algérie de par sa dotation depuis plusieurs années d'un ministère délégué chargé des Affaires maghré- bines et africaines, tradui- sant, a-t-il dit, «l'engage- ment et l'ancrage africain de l'Algérie qui mobilisera tous les moyens pour piloter le dialogue intermalien». «L'Algérie, a-t-il pour- suivi, s'est avant tout assurée d'un processus de négocia- tion inclusif puisque toutes les parties maliennes sont venues à Alger ainsi que tous les acteurs régionaux et in- ternationaux».

a

échoué, mais plutôt qu'elle

sant valoir que «plus tôt on rétablira la stabilité de la Li- bye, mieux cela vaudra pour le Maghreb, pour l'Afrique du Nord et pour l'Afrique

n'a pas réussi à faire aboutir la démarche qu'elle avait

initiée» dans la résolution de la crise en Libye, a expliqué

M.

Djinnit dans un entretien

en général». Il a par ailleurs insisté sur le fait que les in- terventions militaires ne pouvaient représenter la so- lution pour régler les conflits, affirmant que la vo- cation première d'un diplo- mate est de «prévenir les conflits pour ne pas en arri- ver aux armes». «Quand les armes parlent, c'est qu'on n’a pas réussi à les en empê-

au quotidien El Watan publié

hier.

En effet, l'Union africaine avait mis en place un co-

mité des chefs d'Etat qui avait proposé une solution politique qui passerait par une transition, a-t-il rap-

pelé.

 

«Aujourd»hui, le pays est

plus divisé que jamais», a-t-

il

relevé, rappelant les pro-

cher avant. Et, une fois qu'elles ont parlé, on essaye

pos du président du Niger,

M.

Issoufou, qui disait que

malgré tout de revenir à la ta- ble des négociations», a-t-il souligné. Il a en outre consi- déré que l'Afrique est un «continent en transition. C'est une transition longue qui prendra des decennies parce qu'il s'agit de faire une

«nous allions assister à la somalisation de la Libye». M. Djinnit s'est toutefois «réjoui» de la récente ini- tiative prise par l'Algérie, l'Egypte et les autres pays voisins pour tenter d'aider à

l'Afrique, (

).

L'Algérie est

donc appelée à continuer à

 

POLLUTION

PÉTROLIÈRE

Le Nigeria et Shell n'ont toujours rien fait, selon Amnesty

Le Nigeria et Shell n'ont pratique- ment rien fait contre la pollution pé- trolière dans l'Ogoniland, au coeur du delta du Niger, trois ans après un re- tentissant report de l'ONU, a accusé hier Amnesty International. Les dégâts dans cette région sym- bolisent pour beaucoup la tragédie que représente le pétrole pour le Nigeria, qui en est pourtant le premier produc- teur africain. Des décennies de production ont rempli les poches d'importants res- ponsables gouvernementaux et gé- néré des profits énormes pour des compagnies comme le géant anglo- néerlandais Shell, mais causé une

pollution si vaste qu'elle empêche des habitants de cette région de cultiver ou

pêcher.

Il y a exactement trois ans, une en- quête scientifique sans précédent de l'ONU avait établi l'étendue et l'impact

de la pollution pétrolière dans l'Ogo- niland. Elle estimait qu'elle pourrait nécessiter l'opération de nettoyage la plus vaste jamais entreprise au monde et durer 25 à 30 ans, et appelait indus- trie pétrolière et gouvernement nigé- rian à y participer à hauteur d'un mil- liard de dollars. Trois ans après, les rares disposi- tions prises par Abuja et Shell «ne sont qu'une façon de cacher que rien n'a changé», a déclaré Godwin Ojo de Friends of the Earth Nigeria, qui s'est associé à Amnesty et trois autres orga- nisations pour un rapport intitulé «Shell: aucun progrès». Shell avait été forcé en 1993 de ces- ser ses activités dans la région où vi- vent les Ogoni, à la suite de manifes- tations et de protestations. La minorité ogonie - dont neuf mi- litants, parmi lesquels l'écrivain Ken Saro-Wiwa, ont été pendus en 1995 -

réclame une juste répartition des ri- chesses héritées du pétrole et des in- demnisations pour l'exploitation à outrance du sous-sol de leur région. «Shell s'est jusqu'à présent dérobé devant la nécessité de nettoyer les dégâts qu'elle a causés», a estimé Au- drey Gaughran, d'Amnesty Internatio- nal. En avril 2013, Shell avait dépêché du personnel dans l'Ogoniland pour la première fois en deux décennies afin de faire un inventaire de ses installa- tions. La compagnie avait alors af- firmé qu'il s'agissait d'une «étape- clé» pour se conformer au rapport de l'ONU de 2011. Le Nigeria produit environ 2 mil- lions de barils par jour, mais une grande partie de la population vit sous le seuil de pauvreté, notamment à cause de la corruption endémique dans le secteur pétrolier.

Un navire de la Marine royale commence à évacuer des Britanniques de Libye

Des Britanniques se trouvant en Li- bye, ont été évacués dans un navire de la Royal Navy dimanche, a déclaré dans un communiqué le ministère britan- nique de la Défense. La Marine royale «est en train d'ai- der les Britanniques à quitter la Libye comme le recommande le ministère britannique des Affaires étrangères», a déclaré dans un communiqué Michael Fallon, le ministre britannique de la Dé- fense (MoD). Environ 100 à 300 Britan- niques ont été évacués dimanche de Li- bye.» Un certain nombre de passagers ont été déposés en bateau sur le HMS Entreprise où ils ont reçu de la nourri- ture pour le voyage», a déclaré le minis- tère britannique de la Défense (MoD). Le bâtiment pourra prendre à son bord des ressortissants d'autres pays souhaitant quitter la Libye, selon une source gouvernementale. L'ambassadeur de Grande-Bretagne à Tripoli, Michael Aron a annoncé ven- dredi qu'il avait décidé «avec regret» de partir rapidement en raison des com- bats en cours dans la capitale et de l'absence de sécurité. L'ambassade a prévu de suspendre ses activités à partir de lundi et organisé le départ des ressortissants britan- niques. En deux semaines, les violences en Libye ont fait au moins 200 morts et un millier de blessés, selon le ministère de la Santé. A Tripoli, des tirs et des explosions ont à nouveau résonné samedi sur la route de l'aéroport. Des affrontements ont eu lieu aussi dans plusieurs quar- tiers du sud de la capitale.

TUNISIE Un soldat blessé dans un nouvel accrochage entre l'armée et un groupe terroriste

Un soldat a été blessé dans de nouveaux affrontements survenus hier entre une unité de l'armée tunisienne et un groupe ter- roriste armé, au Mont Semmama, dans le gouvernorat de Kasserine, a annoncé le ministère de la Défense. «Lors d'une opération au mont Sem- mama vers 10h20 (9h20 GMT), un accro- chage a opposé l'armée tunisienne et un groupe armé. Un soldat a été blessé par balle», a indiqué un communiqué du minis- tère de la défense, cité par l'agence tuni- sienne de presse (TAP). «L'adjudant dont la blessure ne présente aucune gravité a été transporté au bloc opératoire de l'hôpital de Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie. pour y recevoir les soins nécessaires», a ajouté la même source. «Les opérations de ratissage et la traque des terroristes se poursuivent, actuel- lement, au mont Semmama et dans la loca- lité de Chaâmbi», ajoute le communiqué. L'ensemble la région de Kasserine est ré- gulièrement le théâtre d'affrontements ou d'accrochages avec des groupes armés. Mi-juillet, 15 soldats ont été tués dans une attaque au mont Chaâmbi, la plus san- glante de l'histoire de l'armée en Tunisie. Dans la nuit de samedi à dimanche un sol- dat a encore été tué à Sbeïtla, à l'est de Semmama.

16

DK NEWS

MONDE

Mardi 5 Août 2014

 

ARMES

L'Allemagne renonce à un projet militaire avec la Russie

L'Allemagne a décidé de re- noncer à un vaste projet d'équi- pements militaires conclu en- tre le groupe de défense Rhein- metall et la Russie et suspendu depuis mars, en raison de la crise ukrainienne, selon le Süddeutsche Zeitung à paraî- tre lundi. Le ministre de l'Economie et vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, a «retiré son autorisation» à ce projet de camp d'entraînement entiè- rement équipé pour former les troupes russes, affirme le quotidien, s'appuyant sur un «document écrit» qu'il a pu consulter. Sigmar Gabriel avait sus- pendu en mars la mise en oeu- vre de ce contrat d'environ 100

millions d'euros, au motif que le gouvernement allemand te- nait le commerce d'armes avec la Russie pour «indéfendable» en raison, déjà, de la crise ukrainienne. Selon le Süddeut-

sche Zeitung, le centre en pro- jet devait accueillir et former 30 000 soldats par an à Mulino, dans la région de la Volga, et

étaitdestinéauxunitésd'infan-

terie et de blindés en Russie. Il

devait ouvrir cette année. Le projet avait été lancé par la précédente coalition «noire- jaune», rassemblant conser- vateurs et libéraux, avant la «grande coalition» entre conservateurs et sociaux-dé- mocrates formée après la ré- élection d'Angela Merkel à la chancellerie, à l'automne 2013.

UKRAINE

9 civils tués

dans des affrontements

Quelque9personnesparmi

A Lougansk, trois civils ont péri dans des combats en 24

heures, a rapporté la mairie qui

la population civile ont péri lors de nouveaux affronte- ments entre les forces gouver- nementales ukrainiennes aux séparatistes pro-russes, di- manche dans les villes de Do- netsk et Lougansk (est de

l'Ukraine), a-t-on indiqué di- manche auprès des autorités locales.

avaitdéplorésamediunesitua-

tion«aubordd'unecatastrophe humanitaire». Au total, les affrontements dans l'est de l'Ukraine ont fait plus de 1.100 morts depuis le dé- but en avril dernier de l'offen- sive de Kiev qui s'est intensifiée

A

Donetsk, fief séparatiste de

depuis un mois, selon l'ONU. Les forces ukrainiennes progressent et tentent d'iso- ler les séparatistes dans leurs bastions de Donetsk et Lou- gansk.

l'est de l'Ukraine, six civils ont été tués et 13 blessés en 24 heures dans des combats, a précisé le maire adjoint de la ville, Kostantin Savinov.

PAKISTAN

 

3 personnes,

dont un activiste politique, tuées dans un attentat

Au moins trois personnes, dont un activiste politique, ont été tuées hier dans un attentat à la bombe dans le district de Dera Ismail Khan, dans le nord-ouest du Pakistan. Fa- qeer Jameshed, un leader local du parti politique Mouvement du Pakistan pour la Justice, son garde et son chauffeur ont été tués alors qu'ils étaient à bord de leur véhicule après l'explosion d'une bombe, a in- diqué la chaîne de télévision lo- cale en ourdou Dawn. Des en- gins explosifs, placés au bord de la route, ont été détonés à dis-

tance au passage du véhicule près de la ville de Kulachi à Dera Ismail Khan, un district prin- cipal de la province de Khyber Pakhtunkhwa, située dans le nord-ouest du pays, a précisé la police. L'attentat a été condamné par le Premier mi- nistre pakistanais Nawaz Sha- rif et le président Mamnoon Hussain. Mardi dernier, au moinssixpersonnes,dontdeux policiers, ont été tuées dans une fusillade visant le domicile d'un député provincial dans le district de Lower Dir, situé dans le nord-ouest du pays.

SYRIE - LIBAN

Violents affrontements entre l'armée libanaise et des éléments armés syriens près d'Aarsal

De violents affrontements se déroulaient hier entre l'ar- mée libanaise et des éléments armés syriens aux environs de la localité d'Aarsal (nord-est du Liban) à la frontière avec la Syrie.

Des habitants ont profité d'une accalmie tôt le matin pour quitter la ville à bord de pick-up et de voitures vers la plaine libanaise de la Bekaa, limitrophe de la Syrie. Dimanche, dix soldats liba-

Il

s'agit des violences les

nais, dont un lieutenant-co- lonel, ont été tués et 25 bles- sés alors que 13 autres sont portés disparus dans cette ville après l'arrestation sa- medi d'un membre présumé de la branche syrienne d'Al- Qaïda.

APS

plus graves survenues dans cette zone depuis le début en mars 2011 du conflit en Syrie. L'armée libanaise a tiré au ca- non sur les collines surplom- bant la ville d'Aarsal, d'où un épais nuage de fumée s'éle- vait.

TURQUIE/PRÉSIDENTIELLE

Rassemblement massif des partisans d'Erdogan à Istanbul

Des dizaines de mil- liers de partisans du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan se sont rassemblés dimanche à Istanbul, la plus grande ville de Turquie, pour son dernier meeting de campagne une semaine avant l'élection présidentielle.

M. Erdogan, qui est quasiment assuré de remporter ce scrutin pour devenir le douzième président de la Turquie moderne, avait orga- nisé ce rassemblement dans la banlieue stanbouliote de Maltepe. Brandissant des drapeaux affi- chant le slogan de sa campagne

des drapeaux affi- chant le slogan de sa campagne «Volonté nationale, pouvoir natio- nal» et portant

«Volonté nationale, pouvoir natio- nal» et portant des casquettes de ba- seball avec l'inscription Erdogan, des dizaines de milliers de per- sonnes ont afflué dans un immense complexe sportif en plein air. «Ce sera peut-être notre der- nier meeting à Istanbul. Mais je ne dis pas adieu à Istanbul, je ne vous dis pas adieu», s'est exclamé M. Erdogan d'une voix enrouée.

«Si Dieu le veut, mon vœu est d'être enterré dans cette ville. Je suis ici non pas en tant que Premier ministre, pas en tant que candidat à la présidence, mais en tant qu'Erdogan de Ka- simpasa», a-t-il déclaré, faisant allusion au quar- tier déshérité d'Istan- bul où il a passé sa jeu- nesse. «Nous sommes ve- nus ici non pas pour être maîtres de la nation mais pour servir cette nation», a-t-il ajouté. M. Erdogan a attaqué son prin- cipal rival, Ekmeleddin Ihsano- glu, ancien président de l'Organi- sation de la coopération islamique (OCI), et a assuré qu'une «nouvelle Turquie» allait remporter l'élection du 10 août.

IRAK

Les insurgés de l'EI veulent conquérir de nouveaux territoires tenus par les Kurdes

Les insurgés du dit Etat isla- mique (EI) veulent prendre le conrôle d'autres étendues du terri- toire irakien tenus par les Kurdes dans le nord de l'Irak, après s'être emparés de deux nouvelles villes en 48 heures, selon un communiqué des insurgés. Les insurgés de l'EI ambition- nent de conquérir la région en- tière après avoir atteint le triangle entre la Turquie, la Syrie et l'Irak, indique le groupe dans le com- muniqué cité hier par l'AFP. Depuis le début des attaques du groupe, le 9 juin, les insurgés ont pu

conquérir, en quelques jours seu- lement, de larges pans du terri- toire irakien dans le nord, dont la deuxième ville Mossoul, située dans la province de Ninive. Dimanche, l'EI a selon les mé- dias levé son drapeau noir sur Sin- jar ainsi que de deux autres villes dans le même secteur, proche de la frontière syrienne. La veille, il avait pris le contrôle de Zoumar, toujours dans la province de Ninive, et me- nace désormais le barrage de Mos- soul, le plus grand du pays. Le gou- vernement de la région autonome du Kurdistan, qui comprend les

provinces de Dohouk, Souleyma- niyeh et Erbil, n'a pas fourni de bi- lan de victimes ou commenté les in- formations faisant état de la capture des forces kurdes, appelées pesh- mergas. Jusqu'à 200 000 personnes ont fui Sinjar, avait affirmé di- manche l'ONU, son émissaire en Irak, Nickolay Mladenov parlant d'une «tragédie humanitaire». Les zones prises ce week-end par l'EI étaient des régions où les pesh- mergas avaient pris position, après le retrait des forces de l'ordre du gouvernement fédéral devant les ataque de l'EI et d'autres insurgés.

LIBAN

16 militaires tués lors des combats avec des hommes armés à Aarsal

tués lors des combats avec des hommes armés à Aarsal Seize militaires libanais ont été tués

Seize militaires libanais ont été tués dans des combats avec des hommes armés depuis samedi à Aarsal, une lo- calité frontalière avec la Syrie, a affirmé hier une source militaire dans un nouveau bilan. «L'armée a perdu seize militaires, dont deux officiers su- périeurs dans des combats avec des hommes armés» qui ont attaqué les positions militaires à Aarsal dans l'est du pays, a déclaré cette source. Une source au sein des services de sécurité libanais a re- censé 13 disparus parmi les soldats ainsi que 20 policiers, vraisemblablement aux mains des assaillants. La source militaire a indiqué que «plusieurs positions de l'armée avaient été l'objet d'attaques depuis samedi par les djihadistes. Elles ont toutes été repoussées sauf une. Les hommes ont pu pénétrer dans une position mais ont dû en sortir car nous l'avons bombardée. Nous essayons maintenant d'y pénétrer». Selon les autorités, les combats ont éclaté samedi après-midi après l'arrestation d'un Syrien, Imad Ahmad Jomaâ, qui a selon l'armée reconnu appartenir au Front al- Nosra, branche d'El-Qaïda en Syrie. Les combats se poursuivaient dimanche dans cette zone du nord-est du Liban, où la situation était déjà ten- due depuis le début en mars 2011 du conflit en Syrie voi- sine.

SYRIE

44 morts dans des raids de l'aviation syrienne et attaques rebelles près de Damas

Au moins 44 personnes ont été tuées dimanche

dans des raids de l'aviation syrienne sur deux villes près de Damas tenues par les rebelles et des at- taques d'insurgés sur la capitale, selon une ONG et l'agence officielle Sana. Trente-deux personnes, dont des femmes et des enfants, ont péri dans des raids de l'aviation sy- rienne sur Douma et Kfarbatna, deux villes tenues par les rebelles près de Damas, a rapporté l'Obser- vatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). «Dix-sept personnes, dont une femme et un en- fant, ont été tuées dans des raids des avions de com- bat du régime sur Douma (nord-est de Damas) et

15 autres, dont un enfant et une femme, dans un

raid sur Kfarbatna (est de la capitale)», a indiqué

le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, cité par l'AFP.

Douma et Kfarbatna sont situées dans la région de la Ghouta orientale, dans l'est de la province de Damas, fief des rebelles que le régime tente de re- conquérir. Douma est assiégé par l'armée syrienne depuis plus d'une année et a à plusieurs reprises été bom- bardé ces dernières semaines par les troupes du régime. Par ailleurs, des obus tirés par les rebelles sont tombés sur des quartiers de Damas, faisant

12 morts, selon l'agence officielle Sana.

«Douze personnes, dont une fillette, sont tom- bées en martyr et 23 autres ont été blessées dans des attaques terroristes menées à l'aide d'obus de mortiers sur les quartiers de Chaghour, Bostan al- Dour et Daouilaa», dans le sud de la capitale, a in- diqué l'agence. La guerre en Syrie a fait plus de 170 000 morts et forcé près de la moitié des habitants à quitter leurs maisons.

Mardi 5 Août 2014

TÉLÉ

DK NEWS

17

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
5 Août 2014 TÉLÉ DK NEWS 17 PROGRAMME DU JOUR 06:00 Jeunesse : Les mystérieuses cités

06:00 Jeunesse : Les mystérieuses cités d'or 06:30 Jeunesse : TFou 08:35 Culture Infos : Météo 08:40 Culture Infos : Téléshopping 09:15 Culture Infos : Météo 09:20 Série TV : Une histoire, une urgence 09:50 Série TV : Une histoire, une urgence 10:20 Série TV : Au nom de la vérité 10:50 Série TV : Au nom de la vérité 11:20 Série TV : Au nom de la vérité 11:50 : Petits plats en équilibre été 12:00 Divertissement : Les douze coups de midi 12:50 Sport : L'affiche du jour 13:00 Culture Infos : Journal 13:40 : Petits plats en équilibre été 13:45 Culture Infos : Au coeur des Restos du coeur 13:47 Culture Infos : Météo 13:50 Culture Infos : Météo des plages 13:55 Divertissement : Joséphine, ange gardien 14:05 En eaux troubles 15:35 Quatre mariages pour une lune de miel

16:25

Bienvenue chez nous

17:20

Secret Story

18:00 Au pied du mur 18:55 Météo 19:00 Journal 19:30 My Million

19:35

Petits plats en équilibre été

19:40 Météo

19:45 Pep's

19:55 Camping Paradis 21:45 Tirage de l'Euro Millions

21:50

New York Unité Spéciale

22:35

New York Unité Spéciale

York Unité Spéciale 22:35 New York Unité Spéciale 06:15 Série TV : Y'a pas d'âge 06:30

06:15 Série TV : Y'a pas d'âge 06:30 Culture Infos : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin 06:57 Culture Infos : Météo 2 07:00 Culture Infos : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Culture Infos : Journal 08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:35 Culture Infos : Météo des plages 09:36 Divertissement : Dans quelle éta-gère 09:40 Série TV : Des jours et des vies

10:00 Série TV : Amour, gloire et beauté 10:30 Culture Infos : Le jour où tout a basculé 10:50 Culture Infos : Météo outremer 10:55 Divertissement : Motus 11:25 Divertissement : Les Z'amours

12:00

Divertissement : Tout le monde veut

prendre sa place 12:55 Culture Infos : Météo 2 13:00 Culture Infos : Journal 13:40 Culture Infos : Météo 2 13:45 Culture Infos : Météo des plages 13:46 Culture Infos : Consomag

13:50 Culture Infos : Toute une histoire

14:45

Private Practice

15:35

Private Practice

16:20

Private Practice

17:00

Face à la bande

17:50

N'oubliez pas les paroles

18:20

N'oubliez pas les paroles

18:55 Météo 2

19:00

Journal

19:40

Parents mode d'emploi

19:42

Alcaline l'instant

19:44 Météo 2

19:45

Secrets d'histoire

20:50

Otello

2 19:45 Secrets d'histoire 20:50 Otello 06:00 Culture Infos : EuroNews 06:40 Jeunesse : Ludo 06:43

06:00 Culture Infos : EuroNews 06:40 Jeunesse : Ludo 06:43 Jeunesse : Popeye 06:48 Jeunesse : Popeye 06:54 Jeunesse : Popeye 07:01 Série TV : Georges, le petit curieux 07:27 Série TV : Georges, le petit curieux 07:55 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:01 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:08 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:15 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:26 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:32 Jeunesse : Tom et Jerry Tales 08:35 Jeunesse : Ludo vacances 08:41 Jeunesse : Quoi de neuf, Scooby-Doo ? 09:01 Jeunesse : Quoi de neuf, Scooby-Doo ? 09:25 Jeunesse : Garfield & Cie 09:37 Jeunesse : Garfield & Cie

09:48 Jeunesse : Garfield & Cie 10:04 Jeunesse : Les Dalton 10:12 Jeunesse : Les Dalton 10:19 Jeunesse : Les Dalton 10:31 Série TV : Jamie a des tentacules

10:45 Culture Infos : Consomag 10:55 Culture Infos : Un été en France 11:50 Culture Infos : Météo 12:00 Culture Infos : 12/13 : Journal régional

12:25

Culture Infos : 12/13 : Journal national

12:50 Culture Infos : Météo 12:55 Culture Infos : Nous nous sommes tant aimés 13:30 Série TV : Un cas pour deux

13:35 Louis la Brocante

14:35 Divertissement : Louis la Brocante

15:15

Des chiffres et des lettres

15:50

Un livre, un jour

15:55 Harry

16:30 Slam

17:10

Questions pour un champion

18:00

19/20 : Journal régional

18:18

19/20 : Edition locale

18:30

19/20 : Journal national

18:58 Météo

19:00

Tout le sport

19:15

Plus belle la vie

19:40 Météo des plages

19:45

La femme tranquille

21:25 Météo

21:30

Soir 3

21:55

Signé Mireille Dumas

21:30 Soir 3 21:55 Signé Mireille Dumas 06:55 Série TV : Les contes de Tinga Tinga

06:55 Série TV : Les contes de Tinga Tinga 07:10 Série TV : Allô, c'est Ninou 07:12 Jeunesse : Kika & Bob 07:25 Série TV : Scary Larry 07:40 Série TV : Copy Cut 07:50 Série TV : Trolls de Troy 08:00 Série TV : Trolls de Troy 08:05 Série TV : Les Crumpets 08:25 Jeunesse : Oggy et les cafards, le film 09:45 Culture Infos : Planète dinosaures 10:15 Culture Infos : Planète dinosaures 10:45 Divertissement : La caméra planqué