Sunteți pe pagina 1din 50
METROLOGIEMETROLOGIE II MesuresMesures PhysiquesPhysiques AnnecyAnnecy ChristineChristine BarthodBarthod -- 20102010
METROLOGIEMETROLOGIE II
MesuresMesures PhysiquesPhysiques AnnecyAnnecy
ChristineChristine BarthodBarthod -- 20102010

Organisation de l’enseignement Métrologie

MPh1

MPh2

cours

2

x 1h

C.

Barthod

TD

5

x 2h

C.

Barthod, S. Beauquis

 

P.Galez, J.M. Moreau

TP

3

x 4h

C.

Barthod, S. Beauquis

 

F. Tamet, S. Boyer

évaluation

Mini-test en début de chaque séance de TD Test théorique en fin d’enseignement Test pratique en fin des séances de TP

Module Métrologie II & Qualité (4h cours, 4h TD, 12h TP)

Module complémentaire

Système International de mesure Probabilités et régression linéaire Mesure et incertitude Évaluation des incertitudes Interprétation des incertitudes Documents d’étalonnage

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

……4

12 …

…17

24 …

35 …

39 …

3

SYSTEME INTERNATIONAL DE MESURE

Système international de mesure :

Unités de bases

1948

Étude de l'établissement d'un système pratique d'unités de mesures

1954

Adoption comme unités de base de ce système nommé Système International d'unités (S.I.) en 1960. L'ensemble des unités de mesures est alors réglementé ( préfixes, unités dérivées )

depuis.

le S.I. a été modifié et étoffé compte-tenu des progrès de la science et des besoins des utilisateurs.

Grandeur

Symbole de la grandeur

Nom de l'unité (SI)

Symbole

Dimension

longueur

l

mètre

m

L

masse

m

kilogramme

kg

M

temps

t

seconde

s

T

intensité du courant électrique

I

ampère

A

I

température

T

kelvin

K

thermodynamique

quantité de matière

n

mole

mol

N

intensité lumineuse

I

candela

cd

J

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

5

Système international de mesure :

Histoire

Objectifs : assurer la pérennité, l'uniformité, l'accessibilité et la plus grande exactitude possible des références.

Moyen :

disposer des outils les plus exacts, au sommet des chaînes d'étalonnage nationales qui garantissent la traçabilité des mesures.

mètre

D'abord lié à un système supposé invariable, la longueur du méridien terrestre (1795), devient en 1889 associée au prototype international, étalon matériel particulier en platine iridié. Les progrès de la spectroscopie et de la physique quantique conduisent à retenir en 1960 un multiple de la longueur d'onde d'une radiation résonante sur une transition dans l'atome de krypton. En 1983, dernier changement : il est désormais établi à partir d'une loi physique fondamentale sur le phénomène de propagation de la lumière dans le vide (la vitesse de propagation de la lumière c est figée à 299 792 458 ms -1 )

kilogramme

Défini par le biais d'un prototype, dont les copies peuvent être étalonnées à quelques 10 -9 près. Il s’agit d’un cylindre constitué d'un alliage de platine et d'iridium (90%Pt-10%Ir) qui est conservé au Bureau international des poids et mesures, à Sèvres, dans la région parisienne, depuis 1889

seconde

Aujourd'hui réalisée avec une exactitude relative de 10 -14 , à l'aide d'une horloge atomique, matérialisant la période d'une transition dans l'atome de césium ;

ampère

Expression de la loi de Laplace permettant d'établir au dixième de millionième près les principaux étalons du domaine électrique

kelvin

Fait référence à la matérialisation du point triple de l'eau pure, réalisée en pratique au dixième de millilkelvin près

mole

Relie, par l'intermédiaire de la masse de l'isotope 12 de l'atome de carbone, les grandeurs à l'échelle atomique aux grandeurs macroscopiques

candela

Assure, à quelques millièmes près, le raccordement entre les grandeurs radiométriques et le domaine photométrique au sein duquel il est fait usage d'un instrument de mesure particulier, l'œil humain moyen.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

6

Système international de mesure :

Unités dérivées

exemples à partir des unités de base surface : mètre carré (m 2 ) concentration : mole par mètre cube (mol/m 3 )

exemples ayant des noms et symboles spéciaux

fréquence : hertz pression : pascal

(Hz)

(Pa)

exemples en usage avec le SI :

minute, heure, jour, degré, minute, seconde

autres

pour des besoins spécifiques, d'usage déconseillé :

bar, Torr, hectare, calorie….

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

7

Système international de mesure :

Analyse dimensionnelle

Deux grandeurs sont homogènes signifie que leurs dimensions sont égales

L’analyse dimensionnelle permet :

de savoir si une expression est homogène ou non

de retrouver la dimension d’une grandeur

Exemples :

a) Vérifier par une analyse dimensionnelle le résultat littéral suivant :

x = ½ g t² + v t

b) Quelle est la dimension d’une résistance électrique, c’est-à-dire comment se décompose cette unité à partir des unités de base ?

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

8

Règles d’écriture :

Unités et symboles

nom commun : accordé, minuscule en première lettre

10 ampères ; 2 newtons

 

pluriel des mots composés

ampères-heures ou ampèreheures

 

symbole en minuscule sauf si l’unité provient du nom d’un

ampère : A weber : Wb

newton : N mètre : m

 

savant -

exception : litre L ou l.

les symboles sont invariables et ne sont pas suivi d’un point.

15 A ;

25 mA

15 A.

les symboles sont écrits après la valeur numérique entière avec un espace entre les deux, sauf pour les unités avec division non décimale

4,67 cm/s ; 5,78 km 12° 25’ 7’’ (12,25’) ; 24,5 °C

5 km 78 24°5 C

nom composé pour un produit de grandeurs : un trait d’union pour l’unité, un point pour le symbole : dans certains cas, le trait d’union est supprimé, le point aussi.

newton-mètre : N.m voltampère : VA

 

nom composé pour un quotient de grandeurs : « par »

mètre par seconde : m/s ou m.s -1 ou

m

s

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

9

Règles d’écriture :

Nombres et préfixes

le séparateur décimal est la virgule

3,14

3.14

utiliser les préfixes ou puissance de 10 pour les petits et grands nombres

4,5 10 6 ou

4 500 000

4,500

 

000 10 6

pour faciliter la lecture, séparer les par tranche de trois à partir de la virgule, pour la partie entière et pour la partie décimale

3 789

3789456,0178

456,017

3.789.456.,0

8

18.6

le préfixe est collé à l’unité

milliseconde ; nanoampère

milli seconde ; milli.seconde ; milli-seconde

son symbole est collé au symbole de l’unité

ms

nA

m s

m.s

m-s

éventuelle élision si l’unité commence par une voyelle

mégohm ;

mégaohm ; hectoare

hectare

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

10

Règles d’écriture :

Chiffres significatifs et arrondissage

Les zéros placés en tête ne sont pas significatifs. Les zéros encadrés ou en queue sont significatifs. La notation en puissance de 10 met en évidence le nombre de chiffres significatifs.

Approximation décimale ou arrondissage :

règle de Gauss

De manière générale, on choisit la valeur la plus proche du nombre considéré. 81,67 s’arrondit au dixième près à 81,7

Si le nombre se termine par un 5 ou par un 5 suivi de zéros, on applique la règle de Gauss :

on choisit le nombre se terminant par un chiffre pair.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

967 000 000

9

chiffres significatifs

9,67 10 8

3

chiffres significatifs

96 700 10 4

5

chiffres significatifs

nombre

nature de l’approximation

nombre

arrondi

23,65

 

au dixième près

23,6

86,975

4 chiffres significatifs

86,98

54,985 0

 

au centième près

54,98

nombre

nature de l’approximation

nombre

arrondi

39,99500

 

au centième près

40,00

10,02 5000

4

chiffres significatifs

10,02

50,025 007

4

chiffres significatifs

50,03

11

PROBABILITES & REGRESSION LINEAIRE

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

12

Probabilités :

Population, échantillon, écart-type

On note X la grandeur étudiée, x i une mesure (ou réalisation) de X.

Population = toutes les observations possibles de la grandeur Echantillon = un sous ensemble d’effectif N de la population

Ecart-type = mesure moyenne des écarts à la moyenne. C’est l’image de la dispersion des mesures.

N est l’écart-type expérimental calculé sur les N mesures :

est l’écart-type de la population. Il est estimé par

N-1 qui est l’écart-type sur l’échantillon corrigé par un facteur multiplicatif légèrement supérieur à 1.

La grandeur "moyenne sur N valeurs" possède un écart- type utilisé en métrologie pour le calcul d'incertitudes :

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

N 1 2     x  x  N i N N
N
1
2
x  x
N
i
N
N
i  1
N
2
(
x
 x
)
i
N
N
i  1
N  1
N
N  1
N
 1
1
1
 x
(
) 
N
N  1
N
N

13

Probabilités :

Lois et fonctions de distribution

Soit une variable X suivant une loi normale de moyenne et d’écart type , on peut calculer la probabilité pour que la variable soit comprise dans un intervalle donné.

Proba ( µ - < X < µ + ) = 0,683 =

 

f ( x ) dx

Proba ( µ - 2< X < µ + 2) =

 

0,954 =

2

 

(x)dx

f

2

 

On dira que pour obtenir une valeur de la grandeur avec un niveau de confiance de 68,3 %, il faut définir un intervalle de confiance de   autour de la moyenne ; pour 95,4 %, l’intervalle vaut 2

Remarque : Un phénomène suit une loi normale lorsque la majorité des individus est située autour de la moyenne et une minorité dans les extrêmes. Beaucoup de phénomènes physiques se répartissent suivant cette loi, c'est le cas de la plupart de nos séries de mesures. Si ce n'est pas le cas, mais qu'on ne peut pas supposer de façon fiable qu'elles suivent une autre loi, l'usage est d'utiliser la loi normale. Dans cette hypothèse, on peut dire qu'il se trouve 68,3% des individus entre m , 95,4% entre m 2, et 99,7% entre m 3.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

Niveau de

Facteur

confiance

d’élargissement

50,0 %

0,67

68,3 %

1,00

90,0 %

1,64

95,0 %

1,96

95,4 %

2,00

99,0 %

2,58

99,7 %

3,00

14

Régression linéaire :

Méthode des moindres carrés

Lors d’une expérimentation, on recueille des couples de mesures (xi, yi). Lorsque la dépendance entre les valeurs yi de la grandeur Y et les valeurs xi de la grandeur X semble linéaire, on cherche à exprimer la relation mathématique les liant.

La droite recherchée est définie par une équation du type : Y = a X + b.

La pente a et le point d’interception b sont calculés de sorte que la somme des carrés des écarts y soit minimale : c'est la méthode des moindres carrés ou de la régression linéaire.

y i

Ces cœfficients, donnés par les calculettes et tableurs selon cette méthode, donnent une estimation rapide et approximative des paramètres de la droite.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

y i  y a x i + b droite Y = a X +
y i
 y
a x i + b
droite Y = a X + b
y
x
x i

15

Régression linéaire :

Paramètres de la droite y = a x + b

Hypothèses:

-

les incertitudes sur les xi sont négligeables

-

les incertitudes sur les yi sont toutes égales.

Attention : si l'incertitude sur chaque yi est constante, elle ne l'est plus sur les yi 2 , ln(yi)…L'utilisation de la régression linéaire en tant qu'estimateur n'est pas possible sur ces nouvelles variables.

Pour N mesures (x 1 , y 1 ) ; (x 2 ,y 2 )….(x N , y N ), on calcule les moyennes et les écart-types expérimentaux Nx et Ny .

On définit la covariance de x et y et r le coefficient de détermination

cov( ,

x y

1

N

)

N

i

1

(

x x y

i

)(

i

)

y

r

cov( ,

)

x y

 

N x

N y

N

0²

N

2

(1

r

²)

N y

².

Les valeurs des paramètres a et b et leurs écart-types ci–contre sont obtenus par la méthode des moindres carrés.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

cov( , x y ) a  2  N x  ²  (
cov( ,
x y
)
a 
2
 N x
²
(
a ) 
0
N
²
N x
b  y  a x ( x ) 2  ²  ( b
b  y  a x
(
x
)
2
²
 ( b ) 
0
(1
)
N
²
N x

16

MESURE & INCERTITUDE

Mesure & incertitude :

Utilité, intérêt

Faire une mesure…

Pourquoi ?

Comment ?

L’heure :



IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

18

Mesure & incertitude :

Vocabulaire de base

Mesurage

ensemble d’opérations ayant pour but de déterminer la valeur d’une grandeur.

Mesurande

grandeur particulière soumise à un mesurage.

Résultat

valeur attribuée à un mesurande, obtenue par mesurage.

une expression complète du résultat comprend des informations sur l’incertitude de mesure :

valeur numérique + unité + incertitude

Définir précisément le mesurande permet de choisir correctement un processus de mesure adapté. La définition du mesurande peut donc nécessiter des indications concernant : les conditions de mesurage, la température de référence, le principe physique de la mesure…

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

19

Mesure & incertitude :

Vocabulaire de base

Résolution

plus petite grandeur que l'instrument est capable de détecter.

Répétabilité

étroitesse de l’accord entre les résultats des mesurages successifs du même mesurande, mesurages effectués dans la totalité des mêmes conditions de mesures.

Les conditions de répétabilité sont :

même mode opératoire

même lieu

• répétition sur une courte période de temps

même opérateur

même instrument de mesure utilisé dans les mêmes conditions

Reproductibilité

étroitesse de l’accord entre les résultats des mesurages successifs du même mesurande, mesurages effectués en faisant varier les conditions de mesures.

Il faut spécifier les conditions que l’on fait varier, par exemple :

le principe de la mesure • l’opérateur

l’étalon de référence les conditions d’utilisation

la méthode de mesure l’instrument de mesure

le lieu

le temps

Mesure & incertitude :

Erreur

Justesse

étroitesse de l’accord entre la valeur moyenne d’une large série de résultats d’essais et une valeur vraie ou une valeur de référence acceptée, obtenues dans des conditions stipulées :

(erreur systématique)

répétabilité ou reproductibilité

Fidélité

étroitesse de l’accord entre des résultats d’essais indépendants obtenus dans des conditions stipulées : répétabilité ou reproductibilité.

(erreur aléatoire)

Exactitude

étroitesse de l’accord entre le résultat d’un mesurage et une valeur vraie du mesurande. Concept qualitatif qui combine la justesse et la fidélité

Fidélité

qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur

Cible

qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur
qui combine la justesse et la fidélité Fidélité Cible Justesse L’erreur de fidélité est une erreur

Justesse

L’erreur de fidélité est une erreur aléatoire : en répétant les mesures, on peut obtenir une erreur plus faible sur le résultat

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

sur le résultat IUT Annecy MPh - CB / 2010 Métrologie I FIDELITE JUSTESSE EXACTITUDE L’erreur

FIDELITE

résultat IUT Annecy MPh - CB / 2010 Métrologie I FIDELITE JUSTESSE EXACTITUDE L’erreur de justesse

JUSTESSE

IUT Annecy MPh - CB / 2010 Métrologie I FIDELITE JUSTESSE EXACTITUDE L’erreur de justesse est

EXACTITUDE

L’erreur de justesse est une erreur systématique : on peut apporter des corrections à un résultat obtenu à l’aide d’un appareil de mesure dont on connaît l’erreur de justesse.

21

Mesure & incertitude :

Concept d’incertitude

Le résultat de mesure n’est donc pas une valeur unique, mais une distribution de valeurs.

L’incertitude de mesure est le paramètre qui, associé à la moyenne des résultats obtenus par le processus de mesure, caractérise la dispersion de ces résultats

incertitude

caractérise la dispersion de ces résultats incertitude résultat1 résultat2 résultat3 Valeur vraie inconnue VV
caractérise la dispersion de ces résultats incertitude résultat1 résultat2 résultat3 Valeur vraie inconnue VV
caractérise la dispersion de ces résultats incertitude résultat1 résultat2 résultat3 Valeur vraie inconnue VV
caractérise la dispersion de ces résultats incertitude résultat1 résultat2 résultat3 Valeur vraie inconnue VV

résultat1

résultat2

résultat3

Valeur vraie inconnue VV Résultat brut obtenu par un ensemble de mesures RB Erreur composée
Valeur vraie
inconnue
VV
Résultat brut obtenu par
un ensemble de mesures
RB
Erreur composée d’une multitude
d’erreurs inconnues et présumées
Correction
Résultat corrigé
RC
Incertitude

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Incertitude

doute sur le résultat d’une mesure ; paramètre associé au résultat de la mesure qui caractérise la dispersion des valeurs qui pourraient raisonnablement être attribuées au mesurande.

Incertitude-

le paramètre choisi peut être un écart-type, on parle d’incertitude type

type u

Incertitude

le résultat d’un mesurage est souvent fonction de diverses quantités composée uC appelées grandeurs d’entrée (X1, X2,

type

XN)

, la combinaison des différents "doutes" sur chaque

grandeur d’entrée permet d’évaluer l’incertitude sur le résultat du mesurage.

Incertitude

grandeur définissant un intervalle à l’intérieur duquel se situe la valeur avec une forte probabilité. Définition : U = k u avec k facteur d’élargissement

élargie U

Métrologie I

22

Mesure & incertitude :

Processus de mesure et sources d’incertitude

incertitude : Processus de mesure et sources d’incertitude Analyser le processus de mesure ( ex technique

Analyser le processus de mesure

( ex technique d’analyse : méthode des 5M)

décrire précisément toutes les opérations qui le définissent

identifier les paramètres qui influencent le résultat de la mesure, afin de les maîtriser et de diminuer leurs effets.

Décrire la mise en œuvre de la méthode de mesure

& Ecrire sous forme mathématique la loi physique sur laquelle se fonde la méthode de mesure

Sources possibles d’incertitude :

lecture du résultat :

tension d'alimentation :

étalonnage de l'appareil de mesure :

environnement :

constantes physiques :

méthode de mesure :

qualification de l'opérateur :

variations imprévisibles dans le temps de grandeurs d'influence

IUT Annecy MPh - CB / 2010

instrument de mesure (capteur)

circuit électrique, câblage

étalons de comparaison

température, pression

méconnaissance du coefficient de dilatation

défauts géométriques du système de mesures

déformations de contact (attache des pièces)

…….

Métrologie I

23

EVALUATION DES INCERTITUDES

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

24

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source

L'objectif de la classification en type A et type B est d'indiquer les deux manières différentes d'évaluer les composantes de l'incertitude ; cette classification ne signifie pas qu'il existe une différence de nature entre les composantes résultant des deux types d'évaluation. Les deux types d'évaluation sont fondés sur des lois de probabilité et les composantes résultant de l'un comme de l'autre type sont quantifiées par des écarts-types.

Chaque incertitude peut être caractérisée par un écart-type. Elle est notée u(x) et appelée incertitude-type.

Certaines peuvent être évaluées à partir de la distribution statistique des résultats de séries de mesurages

statistique des résultats de séries de mesurages type A IUT Annecy MPh - CB / 2010

type A

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

Les autres composantes sont évaluées en admettant des distributions de probabilité d’après l’expérience acquise ou d’autres informations

admettant des distributions de probabilité d’après l’ expérience acquise ou d’autres informations type B 2 5

type B

25

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : type A

Cas dutilisation :

Cas 1 : grandeur mesurée dans des conditions de répétabilité

Cas 2 : coefficients dune droite de régression linéaire

Cas 3 : dérive dans le temps dun appareil de mesures (norme ISO 5725)

Évaluation :

Cas 3 : voir norme ISO 5725

Cas 1 : on dispose d'une série de mesures du mesurande, obtenues dans des conditions de répétabilité

L’écart type de la population est estimé à partir d’un

échantillon de N mesures par

donc l'écart type sur la moyenne de N observations estimée par :

. L’incertitude type est

N-1

u ( x )

N  1   N
N  1
 
N

Exemple : La pression P a été mesurée 12 fois dans des conditions de répétabilité. Les valeurs sont reportées en mbar : 970,02; 969,48; 970,04; 970,11; 969,84; 970,01; 970,13; 970,05; 969,94; 969,88; 970,01; 970,10. Évaluer l ’incertitude sur P.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

26

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : type A

Cas 2 : le mesurande est le coefficient d'une régression linéaire de type y=a x+b

L'incertitude-type est évalué par l'écart-type, et donné par les formules issues des statistiques :

 ²  ( a )  0 N  ² N x
²
(
a ) 
0
N
²
N x

( b )

( x ) 2  ² 0 (1  ) N  ² N x
(
x
)
2
²
0
(1
)
N
²
N x

Sur un tableur, on peut utiliser la fonction DROITEREG

Il faut sélectionner une matrice 6 cases et faire insertion / fonction / DROITEREG ou taper = DROITEREG(données Y;données X;1;1) : sélectionner les données Y et dans les deux cas, valider avec ctrl maj entrée.

On obtient : pente : a

b

u(a) u(b)  0 R²
u(a)
u(b)
 0
obtient : p e n t e : a b u(a) u(b)  0 R² Exemple

Exemple : lors d'une expérience réalisée à température constante avec un gaz parfait, on a tracé P en fonction de 1/V. Les incertitudes sur R et T sont négligées. Comment exprimer l'incertitude-type sur le nombre de moles u(n) ?

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

27

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : type B

Cas d’utilisation : tous les autres cas

Quelques éléments de travail :

Cette méthode est basée sur des données physiques ·objectives : certificat d’étalonnage, constat de vérification, notice constructeur, bibliographie ·subjectives : expérience et savoir faire de l’opérateur

Évaluation :

entre quelles limites varie la grandeur ?

avec quelle loi de probabilité présumée ?

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

28

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : type B

Quelles limites ?

étendue de variations possible de la grandeur

c'est l'intervalle de valeurs qui comprend, a priori, tous les résultats possibles du mesurage.

on parle de demi-étendue a

-a 0 +a
-a
0
+a

Exemple : On lit sur un voltmètre à affichage numérique la tension U= 5,6 V. Du fait du nombre de chiffres significatifs donnés par l'appareil, dans quel intervalle le résultat de la mesure se trouve-t-il a priori ?

Quelle loi de probabilité présumée ?

forme de la distribution de probabilité présumée

L'incertitude type est évaluée par l'écart-type calculé par les formules de statistiques, pour une distribution continue de la variable aléatoire, supposée ici centrée en 0. Selon les informations connues sur le mesurande, on choisira une des lois de probabilité parmi : loi normale, rectangulaire, triangulaire, dérivée arc sinus.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

29

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : type B

loi Fonction de distribution u(x) utilisation 1  2 normale a Erreur dépendant d’un nombre
loi
Fonction de distribution
u(x)
utilisation
1
 2
normale
a
Erreur dépendant d’un nombre
important de paramètre, de faible
effet individuel.
3
- a
a = 3
1/a
a
triangulaire
6
Erreur comprise entre deux limites
avec faible probabilité d’ atteindre
ces limites
-a
a
1/(2a)
a
Résolution d’un indicateur
numérique - Hystérésis
uniforme
3
Instrument vérifié conforme à une
classe
-a
a
dérivée
a
Grandeur d’influence variant de
façon sensiblement sinusoï-
dale entre deux extremums
1/(a)
arc sinus
2
(ex : température régulée)
2a

Métrologie I

IUT Annecy MPh - CB / 2010

30

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, une source : diagramme de décision  Conditions de répétabilité ? Méthode de
Un mesurande, une source : diagramme de décision
 Conditions de répétabilité ?
Méthode
de type A
oui
 Cœfficients de droite de
régression linéaire ?
non
Méthode
de type B
 Dérive dans le temps ?
1)
Choisir l’intervalle de variation [-a ;+a] :
Répétabilité : u(x)=  n-1 (x) / n
d’où la demi étendue a
Droite de régression linéaire :
2)
u(a)= (a)
Choisir la loi de probabilité et
en déduire la formule de calcul :
u(b)= (b)
u(x) = a / 3 ou a/6 ou a/3 ou a/2

Cependant…. Une méthode de type B se fondant sur une longue expérience peut être préférable à une répétition qui ne respecte pas réellement les conditions de répétabilité. Et inversement, si on possède trop peu d’information, seules les répétitions répétables permettent d’évaluer correctement l’incertitude.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

31

Évaluation des incertitudes :

Un mesurande, plusieurs sources

Plusieurs sources d’incertitudes peuvent agir sur un même mesurande.

1)

On évalue pour chaque source, lincertitude induite u 1 (x), u 2 (x), ,u n (x) sur x

2)

L’incertitude finale sur ce mesurande doit prendre en compte l’ensemble des sources d’incertitude qui agissent sur la mesure. Elle est évaluée par une incertitude composée, qui est calculée à partir des incertitudes types évaluées sur les différentes sources.

u 2 (x) = u i 2 (x)

Exemple : Le volume V A a été mesurée à l’aide d’une pipette de 20 mL pour laquelle le fabricant donne une erreur de verrerie de « 0,03 mL ». D'autre part, l’erreur de lecture sur la pipette est égale à 0,05 mL. Evaluer l’incertitude sur V A .

Remarque : répétabilité et résolution

Lorsque sur une série de mesures, on peut évaluer l’incertitude de répétabilité et l’incertitude due à la résolution de l’appareil, l’incertitude due à la résolution peut souvent être considérée comme incluse dans l’incertitude de répétabilité.

Par conséquent :

si u repet < u résol , alors u = ( u repet ²+ u résol ²) ;

si u repet > u résol , alors u = u repet

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

32

Évaluation des incertitudes :

Plusieurs mesurandes, plusieurs sources

Le processus de mesure ayant été analysé, on connait la méthode de mesure de la

grandeur y, laquelle met en jeu la mesure de plusieurs mesurandes x

L'incertitude finale sur la grandeur y doit donc prendre en compte les incertitudes sur les mesurandes x 1 , x 2

1 , x 2

x

n

.

x

n

1)

2)

On écrit sous forme mathématique la loi physique sur laquelle se fonde la méthode

de mesure :

y = f(x 1 , x 2

x

n ),

On évalue pour chaque mesurande x i et pour chaque source, l’incertitude induite u 1 (x i ), u 2 (x i ), …,u n (x i )

3)

On évalue lincertitude de mesure sur y par une incertitude composée, notée u c (y),

obtenue par une composition appropriée des incertitudes types des estimations des

entrées non corrélées x 1 , x 2

x

n à laide de la loi de propagation des incertitudes.

u

2

c

( y )

f

x

1

2

u

2

(

x

1

)

 

f

x

2

2

u

2

(

x

2

)

  

f

x

N

2

u

2

(

x

N

Exemple : On cherche à évaluer l’incertitude sur la tension U aux bornes d’une résistance R

de 100 W parcourue par un courant I égal à 0,12 A. Le fournisseur donne l’incertitude sur la

valeur de R à 5%. On utilise une source de courant de résolution 0,1 physique qui lie les différents mesurandes et qui permet le calcul de U.

Préciser la loi

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

)

33

Évaluation des incertitudes :

Plusieurs mesurandes, plusieurs sources

Cas particuliers de la loi de propagation des incertitudes :

y = x 1 + x 2

u

2

c

(y) 
(y)

u

2

(x

1

)

u

u

2

2

c

(x

2

(

y

)

2

y

y = K. x 1 . x 2 b

)

2

(x 2 ( y ) 2 y y = K. x 1  . x 2

2

u ( x

1

)

x

2

1

2

2

u ( x

2

)

x

2

2

y = x -1

2 2 u (y)  u (x) c 2 y 2 x
2
2
u
(y) 
u
(x)
c
2
y
2 x

Exemple : A l’aide des données précédentes, écrire la loi de propagation des incertitudes sur la tension U. Calculer les incertitudes types correspondant à chaque mesurande et en déduire l’incertitude composée sur U.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

34

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

35

INTERPRETATION DES INCERTITUDES

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

36

Interprétation des incertitudes :

Incertitudes prépondérantes

Connaître les sources prépondérantes dincertitude sur la mesure dune grandeur permet de savoir sur quelle source et quel mesurande agir pour minimiser lincertitude globale sur le résultat du mesurage.

Les sources prépondérantes correspondent aux termes les plus grands :

de la somme quadratique issue des différentes sources dans le cas dun seul mesurande

de la somme issue de la loi de propagation qui permet le calcul final de lincertitude composée, si plusieurs mesurandes sont impliqués dans le processus de mesure

exemple

2

u c

(

y

)

f

x

1

 

2

u

2

(

x

1

)

f

x

 

2

2

u

1 )  f      x      2

4 10

5

terme prépondérant   x      2 2 u 4 10  5

2

(

x

2

)

f

 

x

N

2

3 10

5

u

2

(

x

N

)

agir sur la mesure de x 1 pour améliorer la qualité de la mesure de y

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

37

Interprétation des incertitudes :

Incertitude élargie

L’incertitude élargie U s’obtient par multiplication de " l’incertitude type " par un facteur d’élargissement k (généralement compris entre 2 et 3).

Si la loi de probabilité de la grandeur Y est approximativement normale, - un facteur d’élargissement k = 2 correspond " probablement " à un niveau de confiance de 95%,

- un facteur d’élargissement k = 3 correspond à un niveau de confiance d’à peu près 99% (pour un grand nombre de degré de liberté).

On prend 2 en laboratoire français. On peut choisir d’autres facteurs d’élargissement pour une distribution présumée normale, en les précisant. Le tableau ci-contre donne le facteur d’élargissement en fonction du niveau de confiance pour une loi normale.

On garde un facteur d'élargissement de 2 même si la loi n'est pas normale : c'est une règle. En l'absence de connaissance de la loi, on ne peut pas déduire exactement une probabilité associée à l'intervalle ainsi défini.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

Niveau de

Facteur

confiance

d’élargissement

50,0 %

0,67

68,3 %

1,00

90,0 %

1,64

95,0 %

1,96

95,4 %

2,00

99,0 %

2,58

99,7 %

3,00

38

Interprétation des incertitudes :

Expression d’un résultat

Écriture correcte d’un résultat

x = ( x moy k u(x) ) unité

avec

u(x) incertitude sur x k facteur d’élargissement (k=2)

Règles à adopter

un ou deux chiffres significatifs pour l’incertitude

un nombre de chiffres significatifs cohérent pour la valeur numérique annoncée

les unités pour la valeur et l’incertitude.

– les unités pour la valeur et l’incertitude. e moy = 1,07221 mm u(e) = 0,0025
– les unités pour la valeur et l’incertitude. e moy = 1,07221 mm u(e) = 0,0025
e moy = 1,07221 mm u(e) = 0,0025 mm
e moy = 1,07221 mm
u(e) = 0,0025 mm

exemple : épaisseur d’une lame :

e = (1,07221 0,005) mm

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

39

DOCUMENTS

D’ETALONNAGE

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

40

Documents d’étalonnage :

Documents et organisations de référence

d’étalonnage : Documents et organisations de référence Le document de référence en Métrologie est le GUM

Le document de référence en Métrologie est le GUM (Guide to the Expression of Uncertainty in Measurement) qui a été publié initialement en 1995 au nom des sept organisations internationales qui supportent son développement continu :

BIPM

Bureau International des Poids et Mesures

IEC

International Electrotechnical Commission

IFCC

International Federation of Clinical Chemistry

ISO

International Organization for Standardization

IUPAC

International Union of Pure and Applied Chemistry

IUPAP

International Union of Pure and Applied Physics

OIML

International Organization of Legal Metrology

La maîtrise de la justesse nécessite la mise en place de définitions et références communes : c’est le rôle des étalons. Un étalon doit être universel et gratuit. Si un étalon doit évoluer, cela doit se faire sans provoquer de rupture.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

41

Documents d’étalonnage :

Etalonnages direct ou indirect

Compte tenu des dispersions possibles des caractéristiques de fabrication, tout instrument de mesure doit être étalonné. L’étalonnage est une opération technique qui consiste à comparer la mesure à des étalons connus et à détermer l’écart selon une procédure définie par une norme

Deux méthodes de mise en œuvre :

étalonnage direct ou absolu

nécessite d’employer une méthode physique au moins 100 fois plus précise que le capteur à étalonner.

étalonnage indirect ou par comparaison

utilisation d’un capteur étalon certifié

Exemples :

machine à mesurer unidirectionnelle Interféromètre de Michelson Utilisation de cales étalon tcerid tceridni
machine à mesurer
unidirectionnelle
Interféromètre de
Michelson
Utilisation de cales
étalon
tcerid
tceridni
tceridni
tcerid

thermistance

type CTN

Point triple de l’eau, eau bouillante

Utilisation d’une Pt100 étalon

Un étalonnage multiple n’est nécessaire que lorsque l’appareil de mesure est sensible à d’autres paramètres que le mesurande, c’est à dire lorsqu’il y a multiplicité des mesurandes, des paramètres additionnels ou lorsque les capteurs sont hystérétiques.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

42

Documents d’étalonnage :

Exemple d’étalonnage d’accéléromètre

Laser HeNe Acquisition détecteur Mesure Accéléromètre compteur optique à étalonner Acquisition Mesure
Laser
HeNe
Acquisition
détecteur
Mesure
Accéléromètre
compteur
optique
à étalonner
Acquisition
Mesure
Accéléromètre
Acquisition
de référence
Mesure
Pot Vibrant
Générateur
Commande
Pot Vibrant
et Générateur

Étalonnage absolu (interférométrie)

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

Étalonnage par comparaison

43

Documents d’étalonnage :

Traçabilité aux étalons nationaux

Une entreprise ou un laboratoire utilisant des appareils de mesures doit s’assurer que les résultats délivrés par ceux-ci sont fiables et de bonne qualité. Ces instruments doivent être raccordés à aux étalons nationaux.

Etalonnage

comparaison à des étalons connus et détermination de l’écart (opération technique)

Vérification

comparaison des résultats d’étalonnage à des prescription issues d’une norme, d’une réglementation, d’une règle propre à l’entreprise. (opération administrative)

Traçabilité

Propriété du résultat d'un mesurage ou d'un étalon tel qu'il puisse être relié à des références déterminées, généralement des étalons nationaux ou internationaux, par l'intermédiaire d'une chaîne ininterrompue de comparaisons ayant toutes des incertitudes

Principe de raccordement des instruments de mesure : chaîne continue depuis les laboratoires nationaux du BNM jusqu’aux entreprises.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

étalon international, étalon national, étalon primaire

I étalon international, étalon national, étalon primaire Laboratoire accrédité (BNM) étalons de référence (
I étalon international, étalon national, étalon primaire Laboratoire accrédité (BNM) étalons de référence (

Laboratoire accrédité (BNM)

étalons de référence ( raccordements externes )

(BNM) étalons de référence ( raccordements externes ) Laboratoire accrédité Il peut y avoir plusieurs
(BNM) étalons de référence ( raccordements externes ) Laboratoire accrédité Il peut y avoir plusieurs

Laboratoire accrédité

Il peut y avoir plusieurs "étages"

étalons de travail ( raccordements internes )

Il peut y avoir plusieurs "étages" étalons de travail ( ra ccordements internes ) pièces Moyens

pièces

Il peut y avoir plusieurs "étages" étalons de travail ( ra ccordements internes ) pièces Moyens

Moyens de mesure

44

Documents d’étalonnage :

Validité d’un étalonnage

Un étalonnage est dit valide tant que :

le capteur présente une répétabilité inférieure à l’erreur spécifiée par le constructeur

le capteur n’a pas été utilisé en dehors de son domaine utile maximal.

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

45

Documents d’étalonnage :

Certificat étalonnage

Un certificat d’étalonnage peut être délivré lorsque l’étalonnage est effectué par un laboratoire de métrologie dans un domaine de mesure (électricité-magnétisme, temps- fréquence, température, par exemple) et pour une plage bien définie, pour lesquels le laboratoire a été accrédité par le Comité Français d’Accréditation, le COFRAC.

Etabli par un laboratoire de métrologie accrédité COFRAC, le certificat d’étalonnage (CE) COFRAC garantit le raccordement de l’appareil visé aux étalons nationaux et certifie les écarts par rapport à la précision annoncée par le constructeur.

Il précise notamment :

la désignation et le type de l’appareil vérifié le numéro de garantie individuelle de l’appareil la méthode de mesure les moyens de mesure utilisés (avec leur numéro de certificat d’étalonnage) les valeurs relevées sur l’appareil les incertitudes certifiées de mesure sur les points relevés

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

46

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

47

 
 

A

L

C

A L C T E L

T

E

L

Alcatel Vacuum Technology France R. & D. SPM

Manomètre à étalonner :

CONSTAT D'ETALONNAGE

Manomètre de référence :

De 1E-3 mbar à 1 mbar

 

Constructeur:

MKS

 

Certificat étalonnage:

G030120

Baratron 10 Torr

Organisme

L.N.E.

 

Date d'émission

13-mars-06

Capteur:

Capteur:

Constructeur

MKS

Désignation:

MKS Baratron

Désignation:

Type:

390 HA-00001SP05

Plage de pression Type:

1E-2 à 1

mbar

n° de série:

12018 SPF

627

n° Ident. interne:

16528

n° de série:

751183

Alimentation/Afficheur:

n° Ident. interne:

24 707

Type:

270-C4

Alimentation/Afficheur:

 

n° de série:

17336 SPF

Constructeur

MKS

n° Ident. interne:

16541

Type:

PR4000

n° de série:

15743G40

n° Ident. interne:

24 891

Méthode d'étalonnage par comparaison directe à un manomètre de référence Procédure Q 03001

Pr. Limite enceinte:

6,7x10-7

mbar

Temp. ambiante:

20

°C

Gaz utilisé:

azote

Pression lue

Pression référence

Erreur /pression réf.

mbar

mbar

%

1,0000E-2

1,0155E-2

-1,53

1,9000E-2

1,9567E-2

-2,90

4,9000E-2

4,8990E-2

0,02

6,8000E-2

6,8880E-2

-1,28

9,8000E-2

9,8740E-2

-0,75

1,9800E-1

1,9846E-1

-0,23

4,8700E-1

4,9740E-1

-2,09

6,9700E-1

6,9680E-1

0,03

9,8200E-1

9,9570E-1

-1,38

1,2800E+0

1,2955E+0

-1,20

IUT Annecy MPh - CB / 2010

0,50 Ecart en % du ma nomè tre de tra va il/é ta lon 0,00
0,50
Ecart en %
du
ma nomè tre de tra va il/é ta lon
0,00
-0,50
-1,00
-1,50
-2,00
-2,50
-3,00
-3,50
1E-02
1E-01
1E+00
Pression (mbar)
48
Métrologie I

Certificate of calibration of a Platinium Resistance Thermometer

Certificate of calibration of a Platinium Resistance Thermometer IUT Annecy MPh - CB / 2010 Métrologie

IUT Annecy MPh - CB / 2010

Métrologie I

49

Christine Barthod IUT Annecy, Mesures Physiques Laboratoire SYMME (Systèmes et Matériaux pour la Mécatronique)
Christine Barthod IUT Annecy, Mesures Physiques Laboratoire SYMME (Systèmes et Matériaux pour la Mécatronique)

Christine Barthod

IUT Annecy, Mesures Physiques Laboratoire SYMME (Systèmes et Matériaux pour la Mécatronique) Université de Savoie

christine.barthod@univ-savoie.fr