Sunteți pe pagina 1din 40
AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI AXE 2 – DEVELOPPEMENT PERSONNEL MODULE CONNAISSANCE DE

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI AXE 2 – DEVELOPPEMENT PERSONNEL MODULE CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 – DEVELOPPEMENT PERSONNEL

MODULE CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI AXE 2 – DEVELOPPEMENT PERSONNEL MODULE CONNAISSANCE DE SOI

104

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI SOMMAIRE LES POSITIONS DE VIE 106 1. Qu’est-ce

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

SOMMAIRE

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI SOMMAIRE LES POSITIONS DE VIE 106 1. Qu’est-ce qu’une

LES POSITIONS DE VIE

106

1. Qu’est-ce qu’une position de vie ?

106

2. La grille des positions de vie

108

3. Les 4 positions de vie

110

4. Rencontres des positions de vie

112

L’ANALYSE TRANSACTIONNELLE

113

1. Qu’est-ce que l’analyse transactionnelle ?

113

2. Les états du MOI

114

3. Le fonctionnement des Etats du MOI

119

4. Comment utiliser les Etats du Moi ?

121

5. Les transactions

122

6. Les signes de reconnaissance

123

L’AFFIRMATION DE SOI

126

1. La Fuite

126

2. L’Attaque

127

3. La Manipulation

129

4. Etre Assertif

131

LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE

132

1. La personnalité

2. Les systèmes de représentation sensorielle

3. Les consequences dans la communication

4. Le rapport - le mimetisme comportemental

5. Les indications fournies par les mouvements des yeux.

comportemental 5. Les indications fournies par les mouvements des yeux. 133 134 136 136 137 105

133

134

136

136

137

105

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI LES POSITIONS DE VIE Q U ’ EST

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

LES POSITIONS DE VIE

QUEST-CE QUUNE POSITION DE VIE ?

DE VIE Q U ’ EST - CE QU ’ UNE POSITION DE VIE ? Chapitre

Chapitre

1

Chacun d’entre nous se fait une opinion des autres, élabore un jugement sur l’autre.

Chacun imagine comment l’autre va être avec lui et donc se fait une idée, une représentation de la façon dont la relation va fonctionner.

Le comportement que je vais adopter est directement déterminé par mes opinions, jugements et représentations.

Mes opinions Mes jugements Mes représentations

Déterminent

opinions Mes jugements Mes représentations Déterminent Renforcent Mes comportements Mon comportement par le biais

Renforcent

Mes jugements Mes représentations Déterminent Renforcent Mes comportements Mon comportement par le biais des réacti

Mes comportements

Mon comportement par le biais des réactions provoquées chez l’autre va renforcer mes opinions, jugements et représentations.

L’analyse transactionnelle propose quatre grands types de représentations, qu’elle appelle les positions de vie.

Une position de vie se forme à partir de deux réflexions :

qu’elle appelle les positions de vie. Une position de vie se forme à partir de deux

106

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Quel degré d’estime ai-je pour l’autre ? Nous

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Quel degré d’estime ai-je pour l’autre ?

Nous pouvons le représenter sur un axe horizontal

? Nous pouvons le représenter sur un axe horizontal - L’AUTRE EST OK • + Degré

-

L’AUTRE EST OK

• + Degré d’estime
+
Degré d’estime

Quel degré d’estime ai-je pour moi-même ? Nous pouvons le représenter sur un axe vertical

Je suis OK

+

-

Etre OK c’est

- être d’accord avec soi-même

- s’estimer

- se sentir assertif (être capable de s’affirmer)

- se sentir à la hauteur

- se sentir autonome, indépendant

En résumé, nous pouvons dire :

- être OK, c’est être gagnant

- être non OK, c’est être perdant

indépendant En résumé, nous pouvons dire : - être OK, c’est être gagnant - être non

107

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Il est important de préciser ces deux notions.

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Il est important de préciser ces deux notions. Gagner

Il est important de préciser ces deux notions. Gagner n’est pas écraser l’autre et perdre n’est pas se retrouver sous le pied de l’autre. Le gagnant en analyse transactionnelle ne se détermine pas par comparaison avec l’autre : plus grand, plus fort que, supérieur à.

Le gagnant est celui qui sait ce qu’il fera s’il perd et il n’en parle pas. Le perdant ne sait qu’une chose : ce qu’il fera s’il gagne et il en parle beaucoup.

Qu’est-ce qu’un manager OK ?

- je m’accorde de l’estime, même s’il peut m’arriver à certains moments de commettre une erreur.

- je prends en compte mes besoins, il est normal que je cherche à les satisfaire. Je n’ai pas à les justifier.

- je suis attentif à ce que l’autre dit de moi, mais je ne me laisse pas atteindre, ni définir par l’autre.

1. LA GRILLE DES POSITIONS DE VIE

Croisons les deux axes et nous obtenons la grille des positions de vie de l’analyse transactionnelle.

Je suis OK

- JE + / TU Attitude de supériorité
-
JE + / TU
Attitude de supériorité
JE + / TU + Attitude de coopération
JE +
/
TU +
Attitude de coopération

L’autre

est non OK

L’autre

est OK

- JE - / TU Attitude de passivité
-
JE
- / TU
Attitude de passivité
JE - / TU + Attitude d’infériorité
JE
- / TU +
Attitude d’infériorité

Je suis non OK

OK L’autre est OK - JE - / TU Attitude de passivité JE - / TU

108

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Plusieurs terminologies sont utilisables : - je suis

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Plusieurs terminologies sont utilisables : - je suis OK,

Plusieurs terminologies sont utilisables :

- je suis OK, l’autre n’est pas OK

- je suis +, l’autre est –

- une position + / -

La grille détermine quatre cadrans auxquels correspondent des représentations différentes qui induisent des comportements différents. Ce sont les quatre positions de vie.

Pour l’analyse transactionnelle, il n’y a qu’une position efficace dans le relationnel :

c’est celle de JE + / TU+, que nous appellerons ++.

Les trois autres positions sont inefficaces : dans chacune, je me fais une représentation inexacte de ce que je peux faire avec les autres et j’agis donc de façon inadéquate.

Avant d’étudier en détail les quatre positions, il est nécessaire de préciser deux points :

Chacun est libre de choisir sa position de vie.

Il y a donc une notion de responsabilité. Je suis entièrement responsable de la position que j’adopte ; l’analyse transactionnelle s’oppose là à deux croyances :

- c’est l’autre qui me force à adopter une position de vie

- c’est une force interne à moi-même, mais plus forte que ma volonté qui détermine ma position.

La position de vie que j’adopte peut varier

Compte tenu de la circonstance dans laquelle je me trouve : en fonction de la personne que j’ai en face, en fonction de la situation et au fil du temps. Finalement, au cours d’un entretien, je peux m’apercevoir que l’opinion que je me faisais de l’autre au début était fausse et je suis amené à la rectifier.

Mais au-delà de ces variations, l’analyse transactionnelle considère que nous avons à une période donnée de notre vie, une position de vie prédominante. Il sera nécessaire de savoir laquelle (se connaître), de comprendre quelle est celle de notre interlocuteur (connaître l’autre) et de saisir les évolutions de ces deux positions.

quelle est celle de notre interlocuteur (connaître l’autre) et de saisir le s évolutions de ces

109

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 2. L ES 4 POSITIONS DE VIE La

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

2. LES 4 POSITIONS DE VIE

La position de vie +/+

DE SOI 2. L ES 4 POSITIONS DE VIE La position de vie +/+ « Voir

« Voir le réel côté positif de soi et le réel côté positif de l’autre pour construire ensemble »

Je connais mes responsabilités, j’ai confiance en mes capacités. Je sais voir le côté positif de l’autre, ce que je peux en tirer et comment il peut s’arranger avec le mien.

Je me représente ce qu’il est possible de construire ensemble ; je ne me focalise pas sur le négatif, sur ce qui est un frein à la coopération.

Je sais rassembler les moyens d’agir, en partant des informations possédées par chacun, pour trouver des solutions complémentaires, en vue de créer une situation nouvelle, au service d’un but ».

Le manager ++ développe des sentiments positifs en fonction de la situation dans laquelle il se trouve : joie / désir, attachement, tristesse, peur, colère.

Il ne s’agit pas de penser que tout est positif dans l’autre et avec l’autre, mais bien de pouvoir m’appuyer sur le point fort de l’autre.

La position de vie +/-

« Se voir supérieur à l’autre de façon irréaliste en retenant surtout les côtés négatifs de l’autre ».

Le manager dans cette position ne s’intéresse qu’au négatif de l’autre et ne retient que le côté positif de lui-même.

« Mon analyse, ma vision de la situation, mes objectifs sont corrects ; ceux de l’autre sont irréalistes, absurdes ou injustes ».

Une telle position nous amène souvent à nous tromper sur le rapport d’influence et de pouvoir sur l’autre. Elle nous amène aussi à nous tromper sur notre capacité à convaincre l’autre ! et à l’amener à une solution. Les conséquences sur le comportement du manager sont donc catastrophiques.

La position + / - est souvent une position de façade qui trouve son origine dans la peur de la personne qui l’adopte à être jugée négative (peur d’être jugée incapable, peur de ne pas séduire, peur de ne pas être à la hauteur …). C’est une position de surenchère pour dissimuler une faiblesse.

Attitudes associées :

Prétentieux, arrogant, injuste, critique systématiquement, autosatisfait, condescendant, supérieur, méfiant, agressif, de mauvaise foi, sauveur, paternaliste, persécuteur, manipulateur, dévalorisateur, orgueilleux, susceptible.

de mauvaise foi, sauveur, paternaliste, persécuteur, manipulateur, dévalori sateur, orgueilleux, susceptible. 110

110

La position de vie -/+ AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI « Se voir

La position de vie -/+

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

La position de vie -/+ AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI « Se voir inférieur

« Se voir inférieur à l’autre de façon irréaliste en retenant surtout les côtés négatifs de soi- même »

A ne pas confondre avec une vision lucide de ses propres points faibles. Ici, l’autre apparaît toujours plus fort, car il n’est (à l’inverse) aperçu que par le biais de ses aspects positifs.

Dans une négociation, cette position va entraîner le manager à dévaloriser ses buts, ses objectifs, pour ensuite les mettre de côté et accepter ceux de la partie d’en face. « De toute façon, il va m’imposer ce qu’il veut ; ce n’est même pas la peine que j’essaye … »

Attitudes associées :

Coupable, impuissant, hésitant, peur des responsabilités, timidité, maladresse, provocation, inquiétude, trop grande modestie, admiratif trop facilement, manque d’assurance, naïveté, générosité excessive, gentillesse à son détriment, soumission, désir excessif de plaire, de se faire remarquer, tristesse fréquente, peur de punir, influençable, se dévaloriser.

La position de vie -/-

« Se voir dans un environnement hostile, négatif et incapable d’y faire face, ne retenant que les côtés négatifs de soi-même et des autres »

Je me dévalorise et je dévalorise les autres. « Il n’y a rien à faire, nous n’arriverons jamais à nous mettre d’accord. Je ne suis pas capable de lui faire comprendre ma position. Il n’est pas capable de comprendre qu’avec sa position, il n’intéressera jamais personne ».

Cette position génère une attitude de passivité très préjudiciable à un travail de négociation. Elle est plus près du sabotage que de la production.

Attitudes associées :

Défaitiste, fuite, résigné, démissionnaire, sceptique, peureux, désespéré, passif, laisse faire, ironique, désabusé, apathique, rageur, destructeur.

sc eptique, peureux, dése spéré, passif, laisse faire, ironique, désabusé, apat hique, rageur, destructeur. 111

111

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 3. R ENCONTRES DES POSITIONS DE VIE La

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

3. RENCONTRES DES POSITIONS DE VIE

2 - C ONNAISSANCE DE SOI 3. R ENCONTRES DES POSITIONS DE VIE La grille des

La grille des positions de vie est un outil. Elle sert à comprendre ce qui se passe chez moi, ce qui se passe chez l’autre. Elle nous sert aussi à imaginer ce que sera la relation entre deux personnes en fonction de leurs positions de vie respectives.

En couplant les quatre positions de, nous construisons une grille comprenant 16 situations possibles qui peuvent se rencontrer.

S : la relation est stable

I : la relation est instable et un des deux partenaires doit changer de position de vie pour que la relation redevienne stable.

Le « + + » « + - » « - + » « -
Le
« + + »
« + - »
« - + »
« - - »
Face à un
Négocie
ardemment
et
constamment.
Cherche à le dominer
ou le provoque pour
engager la guerre
Admire,
reste
sur
sa
Se met en retrait, ne dit
réserve,
accepte sans
ni
oui
ni
non
ou
discuter,
est
tenté
de
rétorque
manipuler.
« + + »
« Oui mais ».
S
I
I
I
S’affirme, se protège,
demande clairement ce
Veut que
l’autre soit
Se soumet, accepte, se
met sur la défensive,
donne raison.
Se
laisse
écraser
ou
écrasé,
entre en
contre le
qu’il veut, donne des
compétition négative,
« + - »
informations négocie la
"façon de négocier »,
résiste aux provocations.
en conflit d’opinions, en
jeux de pouvoir ou de
guerre.
« + -» par l’obstruction
ou le mutisme.
I
I
S
I
Soutient, rassure, fait
émerger les capacités,
invite à négocier.
Domine, ridiculise,
dévalorise, écrase,
exige, méprise, attaque,
donne tort.
Entraîne vers le « -
par l’ironie
ou
le
défaitisme.
« - + »
Entre en conflit de rôle,
en dialogue de sourds,
négocie au minimum,
est tenté de passer en « -
-» ou en « + -»
I
S
I
I
Ecrase
ou
ignore,
S’enfonce dans
persécute,
dévalorise, méprise.
Laisse faire ou passe en
« + -» en voulant aider
plus faible que lui.
le
ridiculise,
mutisme, le silence, la
gêne.
« - - »
Garde confiance en lui,
exige du « - -» qu’il
participe, montre une
fermeté structurante,
refuse le défaitisme.
I
I
I
S
112
AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L’analyse transactionnelle Chapitre 2 1. Q U ’

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

L’analyse transactionnelle

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L’analyse transactionnelle Chapitre 2 1. Q U ’ EST

Chapitre

2

1. QUEST-CE QUE LANALYSE TRANSACTIONNELLE ?

L'analyse transactionnelle a été inventée dans les années 50 par le psychologue américain Eric BERNE

L'ensemble des outils présenté permet de développer de meilleures approches afin de résoudre les difficultés relationnelles. C’est essentiellement un outil de développement personnel.

Les relations humaines sont des transactions avec ou sans objectif. La compréhension et l'analyse de ces relations humaines s'intitulera donc ANALYSE TRANSACTIONNELLE

Les différents outils de l'A.T. (Analyse Transactionnelle) nous permettront de comprendre et de mieux aborder nos comportements et ceux des autres dans le seul but d'améliorer les relations interindividuelles.

FREUD en son temps avait déjà développé la psychanalyse sur le modèle des parties avec ces deux topiques Ca - Moi - Surmoi et Conscient - Inconscient - Subconscient.

Eric BERNE nous propose dans un langage de tous les jours d’accéder à ces concepts psychologiques. Pour lui le MOI peut être divisé en trois parties.

Nous savons bien de manière intuitive que cette identité personnelle est plurielle, qu’elle ne parle pas d’une seule voix. L’analyse transactionnelle nous propose un outil pour comprendre avec quelle longueur d’onde les acteurs d’une relation communiquent.

Cet outil s’appelle : les Etats du MOI.

avec quelle longueur d’onde les acteurs d’une relation communiquent. Cet outil s’appelle : les Etats du

113

2. L ES ETATS DU MOI AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Un individu

2. LES ETATS DU MOI

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

2. L ES ETATS DU MOI AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Un individu utilise

Un individu utilise son énergie psychique de trois façons appelées Etats du MOI. Il en existe 3 auxquels ont été donnés les noms :

- Le système Parent

- Le système Adulte

- Le système Enfant

Bien sûr, la personne que nous avons en face de nous constitue une unité indissociable. Les états du MOI sont des outils intellectuels pour nous aider à décoder ce qui se passe en nous et chez les autres.

REPRESENTATION SCHEMATIQUE

Des Etats du MOI P Parent
Des Etats du MOI
P
Parent
A Adulte
A
Adulte
E Enfant
E
Enfant
ce qui se passe en nous et chez les autres. REPRESENTATION SCHEMATIQUE Des Etats du MOI

114

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L’état du MOI parent P   L’état du

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L’état du MOI parent P   L’état du MOI

L’état du MOI parent P

 

L’état du MOI adulte A

 

L’état du MOI enfant E

 
   
   
 
   
 

C’est l’univers de

la

C’est

l’univers

des

C’est l’univers des passions

logique, des abstractions et

jugements,

des

opinions,

de

la

vie sensuelle, de la

des symboles. Il nous permet d’avoir de multiples représentations et de les traiter. L’état du MOI adulte est le représentant de notre réalisme. Il

de

ce

qui

nous

a

été

sensibilité, de l’irrationnel.

transmis, , de nos valeurs,

C’est

le

lieu

de

nos

de

nos

croyances.

C’est

motivations. C’est le lieu de

notre héritage. Cet état du

la vie ressentie. Cet état du moi est celui qui se développe le plus précocement et se manifeste toute la vie

MOI est

du domaine de

l’appris.

 

Ce

système

apparaît dés l’âge ans.

de

12

commence

a

apparaître

 

dés l’âge de trois ans.

 

Exemples :

 

Exemples :

 

Exemples :

 

Réfléchir avant de prendre une décision

Aider

une

personne

en

Arriver

 

au

travail

en

difficulté

 

chantant

 

Repérer

les

Exprimer son opinion

 

Avoir peur avant de parler en public

prendre

des vacances

Etre

content

de

dysfonctionnement et les analyser pour trouver une

solution

Rappeler les normes en vigueur dans l’entreprise

Ecouter

pour

obtenir

de

Faire part de ses croyances personnelles

Avoir envie de manger une glace alors qu’on est au régime

l’information

 

Envisager

des stratégies

Donner des ordres

 

différentes

 

Faire un reproche

 

Tenir compte de l’avis des autres

Donner des conseils

Etre en colère face à un obstacle

 

Bouder

 

devant

une

Proposer

des

objectifs

contrariété

 

réalistes

 
Bouder   devant une Proposer des ob j ectifs contrariété   réalistes   115

115

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI ∗ L E SYSTEME P. : P ARENT

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

LE SYSTEME P. : PARENT

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI ∗ L E SYSTEME P. : P ARENT Le

Le système P est notre mémoire, notre banque de données, notre acquis.

Notre magnétoscope personnel a enregistré les événements que nous avons vécus à l’école, dans la famille, dans l’entreprise, nos lectures, les expériences qui nous ont façonnés.

Définition :

Quand un individu sait de son expérience passée ce qu’il convient de faire de valable pour faire face à une situation, il utilise le système P, lieu du culturel, des traditions, des normes et des valeurs.

Le système P parle en nous avec une voix grave, un peu souterraine, très sûre d’elle- même et qui se veut rassurante.

Comment repérer le système P en action ?

Certains indices nous renseignent et nous permettent de comprendre que l’autre fait parler son système P. Les indices concernent des ordres, des opinons, des conseils, des encouragements, des compliments.

Commandements :

Fais ceci, ne fais pas cela, toujours, jamais, il faut, on doit, fais attention, viens ici, sois prudent, tais-toi, tiens-toi tranquille, tu dois vraiment, comment osez-vous, je vais vous aider, cessez, comment se fait-il que tu ne puisses jamais, parce que je l’ai dit, prenez bien soin de vous, écoutez-moi, croyez-moi, faites-moi confiance, j’ai raison, etc

Jugements :

C’est ridicule, c’est idiot, c’est bien, continuez, bravo, vous êtes gentil, maladroit, tête en l’air, c’est typiquement masculin/féminin, vous ne faites jamais rien convenablement, c’est tout de même malheureux, tous les patrons sont …

Proverbes et clichés :

Le chef a toujours raison, si tu veux tu peux, si tu ne sais pas le faire convenablement ne le fais pas du tout, tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler, etc…

Ton de voix :

Forte, pointue ou enveloppante …

tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler, etc… Ton de voix :

116

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Gestes : Index pointé, secouer la tête d’un

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Gestes : Index pointé, secouer la tête d’un côté

Gestes :

Index pointé, secouer la tête d’un côté à l’autre, serrer dans ses bras, approuver de la tête, tape sur l’épaule …

Attitudes :

Mains sur les hanches, toiser, croiser les bras sur la poitrine, mettre le menton dans la main, étendre les bras …

Physionomie :

Froncer les sourcils, pincer les lèvres, lever les sourcils, jouer des maxillaires, lever les bras au ciel …

Les yeux :

Souvent intenses, font peur, enveloppent, rassurent, culpabilisent (« faire les gros yeux »), ou regardent de haut.

LE SYSTEME E. ENFANT

C’est notre caisse de résonance, le lieu de nos impulsions, de nos sensations, de notre spontanéité, de la chaleur humaine, des relations, de la simplicité du contact, de la timidité, de la peur de l’autre, de la soumission ou de la révolte, de la débrouillardise.

Définition :

Quand un individu utilise son affectivité pour faire face à une situation, il utilise le système E, lieu de l’émotionnel, des sentiments, des sensations, de la sensibilité et de la créativité.

Le système E parle en nous avec une voix aigüe, qui hurle de joie ou s’étrangle de peur.

Comment repérer le système E en action ?

Le système E se manifeste surtout par des gestes, plutôt que des paroles : mobilité des yeux, agitation des mains et des pieds, modulation de la voix, utilisation d’expressions imagées, sensations physiologiques.

Expressions :

Euh !

super, tu parles …,

formidable ! Je ne sais plus quoi dire, quel con ! J’en perds la voix, OK, ça marche, d’accord, pas question …

euh !

c’est chouette, y en

a marre,

beurk …,

perds la voix, OK, ça marche, d’accord, pas question … euh ! c’est chouette, y en

117

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Ton de voix : Variable, ou contracté et

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Ton de voix : Variable, ou contracté et faib

Ton de voix :

Variable, ou contracté et faible, ou bruyant et excité …

Gestes :

Fumer, mâcher des bonbons, mimer la situation, faire beaucoup de gestes, se tordre les mains, se gratter, tortiller ses cheveux, tapoter la table, tripoter un crayon, dessiner pendant une réunion, bailler …

Sensations :

Enervement, bien-être, démangeaisons, battements de cœur, larmes, rire, rougeur ou pâleur, tremblements …

Attitudes :

Jambes repliées sous la chaise, pieds sur la table, négligé, affalé, épaules contractées, bomber le torse, agité, contracté, bien dans sa peau, heureux, chaleureux, marrant, sympa, déprimé …

Les yeux :

Mouvants, baissés, suppliants, rieurs, complices, à droite ou à gauche

LE SYSTEME A ADULTE

C’est notre ordinateur personnel. Il nous permet de récolter les faits, les données objectives de la réalité, que cette réalité porte sur les choses, les personnes, les événements ; c’est la capacité d’écoute et d’interrogation. Il nous permet de classer les données, de les analyser, de déduire à partir de leur analyse et de décider. C’est le système logique : rassembler toutes les informations nécessaires à la décision, sans réaction émotive. Il représente notre capacité de STRATEGIE et de NEGOCIATION.

Définition :

Quand un individu récolte, analyse et utilise des informations, des faits ; expérimente, vérifie des hypothèses, calcule des probabilités, voit le monde avec réalisme, sans idée préconçue et sans illusion, en étant dans la réalité présente, il utilise le système A.

système A parle en nous avec une voix posée et calme.

dans la réalité présente, il utilise le système A. système A parle en nous av ec

118

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Comment repérer le système A en action ?

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Comment repérer le système A en action ?

DE SOI Comment repérer le système A en action ? Des questions : Qui, quoi, où,

Des questions :

Qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi, lequel ? Qu’est-ce qui vous fait penser cela ? Pouvez-vous me raconter ce qui s’est passé ? Quelle heure est-il ? Avez-vous pris une décision ? Quels sont les faits ? Quelle est votre opinion ? Qu’allez-vous faire ? Qu’attendez-vous de moi ? Quels sont les moyens dont vous disposez ?

Des déclarations brèves, franches, directes :

Je suis d’accord, je ne suis pas d’accord, voici mon opinion … mais ce n’est que mon opinion … ce n’est pas un ordre ni la vérité. La marge d’erreur est de … je présente le pour et le contre, voici les avantages et les inconvénients … attendez, réfléchissons …

Attitudes corporelles :

Relaxe mais attentive, calme et force, tête droite, regard discret mais droit, voix calme, pieds posés au sol, bras ouverts …

3. LE FONCTIONNEMENT DES ETATS DU MOI

Les trois niveaux

Le système PAE est présent dans toute personne. Comment le repérer chez soi et chez l’autre ?

Il est présent dans une personne à 3 niveaux distincts.

1/ Le niveau des comportements : très facilement observable. C’est la face émergée de l’iceberg.

2/ Le niveau des intentions, des attitudes (dispositions intérieures à l’égard d’autrui, l’état d’esprit dans lequel on aborde une situation).

3/ Le niveau de la personnalité profonde, de la structure de la personnalité.

Le niveau facilement observable n’est pas le principal. Le manager s’attachera à comprendre le niveau 2 de son partenaire. Car c’est sur ce niveau que nous pourrons le plus travailler à la réussite de la relation.

Le niveau 3 est un niveau très important pour la personnalité, mais il n’est pas question d’y intervenir. Une intervention à ce niveau ressort d’un acte thérapeutique.

Repérer son propre PAE structurel et celui de l’autre apportera au manager plus de lucidité sur lui-même et sur le partenaire.

PAE structurel et celui de l’autre apportera au manager plus de lucidité sur lui-même et sur

119

Principes de fonctionnement AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI • Un seul système fonctionne,

Principes de fonctionnement

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Principes de fonctionnement AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI • Un seul système fonctionne, émet

Un seul système fonctionne, émet à un moment donné.

Nous pouvons changer d’émetteur très souvent et très rapidement.

L’énergie psychique est toute consacrée à l’activation d’un système.

Si mon partenaire est un enfant rebelle négatif, il n’a pas d’énergie disponible pour analyser les situations de façon objective avec son système A.

Un système est activé par toute la personne.

C’est toute la personne qui s’exprime à travers un état du Moi.

Les systèmes dialoguent entre eux.

C’est ce dialogue intérieur que le manager devra écouter en premier. Il lui permettra d’éviter une réponse précipitée et d’engager la communication de façon équilibrée. La première communication se passe à l’intérieur du manager entre ses 3 états pour déterminer réellement ce qu’il veut.

Le dialogue peut souvent tourner à l’impasse entre le système P et le système E, entre des exigences contradictoires de différents systèmes.

« L’adulte aux commandes »

Nous avons vu que l’Adulte prend en compte la réalité, les faits extérieurs ; mais il est aussi nécessaire d’intégrer les données internes, les envies, les craintes de l’Enfant, les principes du Parent. Il s’agit de faire fonctionner tous les états du Moi et de ne laisser prendre le pouvoir par aucun des trois systèmes. Ce serait le cas d’un manager qui faisant sur-fonctionner son Adulte aurait passé des nuits à travailler son dossier mais n’écouterait ni son Enfant « j’ai envie de dormir », ni son parent « l’organisme humain a besoin de repos ». Son état de fatigue ne lui permettrait plus alors de présenter son dossier.

Nous pouvons appeler « l’Adulte aux commandes » cette partie de l’Adulte qui prend en compte les autres Etats, qui leur donne la parole à tour de rôle ou qui les laisse piloter : c’est lui qui va trouver une solution à une impasse entre le système P et le système E.

C’est lui qui va surveiller qu’il n’y ait pas de contamination (de prise de pouvoir) d’un état sur l’autre.

C’est lui qui va prendre les décisions conscientes. Il occupe donc un rôle central en négociation.

Conseils pratiques :

Aux moments charnières d’un échange, interroger son Parent, son Adulte et son Enfant, et mettre l’Adulte aux commandes.

charnières d’ un échange, interroger son Parent, son Adulte et son Enfant, et mettre l’Ad ulte

120

La symbiose AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI La symbiose est une relation entre

La symbiose

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

La symbiose AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI La symbiose est une relation entre deux

La symbiose est une relation entre deux personnes où l’une surévalue son Parent et l’autre son Enfant. Leur relation passe quasi exclusivement (l’Adulte est pratiquement inexistant) par ces deux Etats.

Il n’est jamais clair à qui appartiennent les responsabilités d’un acte ou d’une décision. Le mot le plus couramment employé est « on ». Tout échange donne lieu à de nombreuses tentatives de créer des symbioses, c’est-à-dire la recherche consciente ou non, de relations dans lesquelles on voudrait se faire prendre en charge par l’autre, ou dominer l’autre pour exiger ce que l’on veut sans risque de refus.

Exemple : « allez, soyez sympathique, ne comptez pas ce coût dans le prix ».

Le principe majeur en communication, c’est d’éviter les symbioses en maintenant son « Adulte aux commandes » et en faisant tout pour que l’autre utilise le sien.

4. COMMENT UTILISER LES ETATS DU MOI ?

Dans le cadre d'un problème

Les 3 questions :

- Suis-je responsable de la résolution du problème ? P

- En ai-je les moyens ?

A

- En ai-je envie ?

E

Dans le cadre d'une décision

- Quel est l'avis de mon parent ?

- Quel est l'avis de mon adulte ?

- Quel est l'avis de mon enfant ?

La décision doit être en accord avec ces trois états du MOI.

La recherche de l’efficacité dans l’utilisation des états du moi

» Dans toute réflexion, il ne faut jamais éviter ou occulter un des 3 états du MOI.

» Chacun des états doit fonctionner tour à tour, de manière à écouter clairement les notions développées par chacun.

» L'adulte reste l'état interface entre le parent et l'enfant. Son rôle dans un éventuel conflit intérieur, est d'organiser la médiation des sensations du parent et de l'enfant.

dans un éventuel conflit intérieur, est d'organiser la médiation des sensations du parent et de l'enfant.

121

5. L ES TRANSACTIONS AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Pour communiquer, il faut

5. LES TRANSACTIONS

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Pour communiquer, il faut échanger.

- C ONNAISSANCE DE SOI Pour communiquer, il faut échanger. En analyse transactionnelle, l'échange par la

En analyse transactionnelle, l'échange par la communication s'appelle TRANSACTION.

Pour que cette transaction bilatérale entre deux états du MOI fonctionne bien, il est important de vérifier :

» que le cadre de référence du récepteur est bien celui que vous cherchiez à atteindre,

» que le récepteur est concerné par la transaction,

» que l'état psychologique du récepteur est en cohérence avec la nature de la Communication - Transaction. de l'émetteur.

La circulation de l’énergie entre les états du MOI

Pour schématiser, il existe 3 types d’énergie :

» Je n’en mets pas assez

» J’en mets de trop

» J’équilibre mon énergie

Cette gestion de l’énergie est personnelle à chacun. Lorsque nous ne mettons pas assez ou trop d’énergie sur état du MOI, il apparaît des dysfonctionnements. Quand l’énergie est bien équilibrée entre les états du MOI, les relations avec les autres sont fructueuses.

Quand l’énergie est bien équilibrée entre les états du MOI, les relations avec les autres sont

122

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les transactions De façon à comprendre l'articulation des

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les transactions De façon à comprendre l'articulation des tr

Les transactions

De façon à comprendre l'articulation des transactions entre les différents états du MOI de l'émetteur vers le récepteur, il faut admettre dans un 1er, temps qu’une transaction peut être initié du Parent, de l’Adulte ou de l’Enfant de l’un et s’adresser au Parent, à l’Adulte ou à l’Enfant de l’autre.

P

A

E

MOI

LUI

à l’Adulte ou à l’Enfant de l’autre. P A E MOI LUI Lorsque l’échange se réalise

Lorsque l’échange se réalise entre les mêmes états du MOI des deux personnes

Parent Parent

Adulte Adulte

Enfant Enfant

un équilibre s’instaure.

D'autres combinaisons sont possibles au travers de diverses relations symbiotiques.

6. LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Définition

Un signe de reconnaissance désigne le contact réussi ou raté avec les autres, c’est un mot, un geste de la main, un sourire, un compliment, une critique, voir même une

injure

Personne ne peut vivre sans reconnaissance. Chacun veut avoir des signes de reconnaissance quitte à ce qu’ils soient négatifs.

Nous demandons tout plutôt que de l’indifférence.

de reconnaissance quitte à ce qu’ils soient négatifs. Nous demandons tout plutôt que de l’indifférence. 123

123

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L'art d’adresser des signes de reconnaissan ce est

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L'art d’adresser des signes de reconnaissan ce est décisif

L'art d’adresser des signes de reconnaissance est décisif pour réussir ou échouer avec les autres.

INCONDITIONNEL

++

J'adore votre veste

POSITIF

J'ai confiance en votre travail

CONDITIONNEL POSITIF

+

L'ensemble de votre dossier est très complet.

Dans l'ensemble, ces prévisions sont justes.

CONDITIONNEL

-

Je pense que vous vous trompez en abordant le problème de cette manière.

NEGATIF

Vous n'avez pas respecté la nomenclature.

INCONDITIONNEL

- -

Vous êtes absolument irrécupérable, de même que votre travail.

NEGATIF

Dans toute équipe il faut bien un canard boiteux. Je crois que c'est votre rôle.

Comment réagir aux signes de reconnaissance ?

 

POSITIF Ton analyse est très juste

NEGATIF Ta vision ma paraît très difficile à admettre

ACCEPTE

Merci, je crois effectivement bonne approche.

Oui, tu as raison, je que c'est une suis un peu trop empirique

REFUSE

Ah bon, pourtant c'est vraiment du vite fait.

Il en faut pour tous les goûts.

DONNE

Les commentaires que tu as ajouté, aussi !

Pourtant, je me suis inspiré de ton dernier rapport.

DEMANDE

Daniel m'a déjà dit cela vis-à-vis de la conclusion, comme vous êtes toujours d'accord

Je me suis si égaré que cela ?

dit cela vis-à-vis de la conclusion, comme vous êtes toujours d'accord Je me suis si égaré

124

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Selon les circonstances, sa personnalité, sa culture ou

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Selon les circonstances, sa personnalité, sa culture ou son

Selon les circonstances, sa personnalité, sa culture ou son milieu, nous donnons ou acceptons plus ou moins les signes de reconnaissances. Nous pouvons aussi nous auto-stimuler en nous donnant à nous-mêmes des signes de reconnaissance.

Donner des signes inconditionnels et conditionnels positifs stimule le récepteur.

Mais il faut que les signes de reconnaissances soient :

» Appropriés,

» Mesurés,

» Personnalisés,

» Développés et argumentés ,

» Sincères.

Donner des signes de reconnaissance conditionnels négatifs peut permettre au récepteur de réévaluer sa position et d'envisager de nouvelles approches.

Donner des signes de reconnaissance inconditionnels négatifs casse toutes possibilités de solutions nouvelles et de négociation.

de reconnaissance in conditionnels négatifs casse toutes possibilités de solutions nouvelles et de négociation. 125

125

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Chapitre 3 L’AFFIRMATION DE SOI Quand on se

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Chapitre 3 L’AFFIRMATION DE SOI Quand on se trouve

Chapitre

3

L’AFFIRMATION DE SOI

Quand on se trouve devant la nécessité de faire face aux réactions des autres, ou quand on doit régler un désaccord avec d'autres personnes, nos diverses réactions possibles peuvent être résumées en quatre attitudes typiques :

Fuir.

Attaquer.

Manipuler.

S'affirmer (être assertif).

1. LA FUITE

La fuite est une attitude d'évitement (actif ou passif) devant les gens ou les événements, où l'on préfère se soumettre ou s'en aller, même à son détriment, alors que l'on aurait la possibilité d'agir autrement.

EXEMPLES D'ATTITUDES DE FUITE DANS LA VIE QUOTIDIENNE :

La personne surmenée : toujours débordée, agitée, elle regarde à peine les gens comme si elle voulait les éviter; elle n'a jamais le temps, elle ne peut faire face à tout ce qu'elle a à faire

La personne bloquée : elle se sent paralysée dès qu'elle doit faire face à un problème. Modeste, timide et silencieuse, elle ne fait rien ou pas grand chose. Elle attend, mais elle voudrait bien agir et vit sa passivité avec douleur.

La personne qui temporise : elle a toujours une bonne raison pour remettre à plus tard ce qu'elle doit faire. Au fond, elle a peur d'agir parce qu'elle a peur d'aller au devant d'une déception.

L'observateur : ne participe pas et refuse de prendre parti. L'observateur moderne aime bien habiller sa passivité de mots savants, de formules et analyses circonstanciées.

La personne coupable : porte le poids du monde et cherche sans cesse quelqu'un qui veuille bien l'excuser. Elle a tellement le souci de ne pas importuner les autres!

L'éternel adjoint : ne se sent à l'aise qu'au second plan. Il aime habiller sa passivité d modestie et d'esprit d'abnégation.

L'idéologue.

La personne pessimiste.

sa passivité d modestie et d'esprit d'abnégation. L'idéologue. La personne pessimiste. 126

126

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI L ES CONSEQUENCES NEFASTES DE L ' ATTITUDE

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

LES CONSEQUENCES NEFASTES DE L'ATTITUDE DE FUITE :

Les principales conséquences habituelles sont :

FUITE : Les principales conséquen ces habituelles sont : Le ressentiment et la rancoeur : au

Le ressentiment et la rancoeur : au bout d'un moment, la personne va en vouloir aux autres et va se sentir de plus en plus flouée.

Des gaspillages d'énergie : les forces, l'intelligence et l'affectivité sont utilisées à se défendre et à fuir.

Une certaine perte de respect de soi-même : cette attitude de fuite amène la personne à accepter de faire des activités qu'elle estime peu, sachant qu'elle pourrait peut être les refuser.

Une souffrance personnelle : angoisse, peur, insomnie

ORIGINES DE L'ATTITUDE DE FUITE :

Trois origines principales :

Une fausse représentation de la réalité de l'environnement, une mauvaise appréciation des rapports réels de pouvoir et d'influence.

Chacun fantasme sur le pouvoir de l'autre, l'imagine beaucoup plus élevé qu'il n'est.

Une dévalorisation excessive de la situation, qui peut se traduire par une quadruple dévalorisation :

dévalorisation de sa capacité à résoudre les problèmes,

dévalorisation des possibilités de solution,

dévalorisation da la gravité des problèmes,

dévalorisation de l'existence du problème lui-même.

Le besoin d'être apprécié, entouré et aimé développe chez la personne des attitudes de passivité. une éducation sévère, un environnement difficile et les aléas de la vie ont pu produire une frustration importante.

Ce besoin provoque la tendance à éviter coûte que coûte les conflits, d'où démission, capitulation en présence d'opposants.

2. L’ATTAQUE

"L'attaquant" préfère soumettre les autres et les faire plier, même à son détriment.

L'agressif parle fort, interrompt, fait du bruit avec ses affaires pendant qu'un autre s'exprime. Il a du mal à maîtriser son temps de parole. Il arbore souvent un sourire ironique ou manifeste, par des mimiques, son mépris ou sa désapprobation. Il aime recourir à des images choquantes ou brutales.

par des mimiques, so n mépris ou sa désapprobation. Il aime recourir à des images ch

127

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI E XEMPLES D ' ATTITUDES D ' ATTAQUE

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI E XEMPLES D ' ATTITUDES D ' ATTAQUE DANS

EXEMPLES D'ATTITUDES D'ATTAQUE DANS LA VIE QUOTIDIENNE :

L'autocrate : obtient le consentement par la terreur ou l'intimidation. IL a besoin de casser ses subordonnés pour asseoir son pouvoir. il recourt volontiers aux pièges et aux disgrâces.

L'insurgé : se sent investi d'une mission de dénonciation. "Toute ouverture de la direction est un piège

La personne mielleuse, trop polie pour être honnête, cache derrière sa politesse une agressivité prête à sortir.

La personne revancharde, toujours amère et prête à la vengeance.

La personne timocrate assoit son pouvoir sur la peur qu'elle distille avec plaisir autour d'elle : "la crainte est le commencement de la sagesse" est sa devise.

La personne susceptible cache mal une profonde frustration qui la rend hypersensible. Elle supporte mal la moindre contrariété et s'emballe tout de suite.

La personne dévalorisatrice : c'est plus fort qu'elle, elle est incapable de voir l'aspect positif des gens ou des situations.

CONSEQUENCES NEFASTES DE L'ATTITUDE D'ATTAQUE :

Le retour de flamme ou la revanche des personnes agressées : l'attaque appelle l'attaque.

L'efficacité apparente : quand les rapports de pouvoir sont favorables à la

personne agressive, celle-ci s'imagine avoir gagné parce qu'elle a été agressive; or, si elle gagne, c'est parce qu'elle bénéficie d'un meilleur rapport de force. Son attitude n'a pu que provoquer un fort désir secret et caché de se venger un

 

jour,

et

cette agressivité sortira dès que les rapports de force changeront.

Le mépris ou la désapprobation de la personne agressée.

La souffrance d'être mal aimé.

Le manque d'information utile : les agressifs provoquent l'attitude de fuite devant eux. Ainsi, personne ne leur dit plus rien, de peur de se faire mal voir.

Le gaspillage d'énergie.

ORIGINES DE L'ATTITUDE D'ATTAQUE :

Un taux élevé de frustration dans le passé met la personne en position d'être frustrée facilement à la moindre difficulté, laquelle sera grossie exagérément et vécue comme une attaque.

Une peur latente, présente dans la personne, réapparaît à la première occasion et augmente le sentiment d'agression provoqué par la situation? Cette peur de

à la première occasion et augmente le sentiment d'agression pr ovoqué par la situation? Cette peur

128

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI l'autre peut être d'infériorité. Un désir de revanche.

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI l'autre peut être d'infériorité. Un désir de revanche. La

l'autre peut être d'infériorité.

Un désir de revanche. La personne se met pour un rien en situation de rivalité. Elle continue de régler un vieux contentieux par tiers interposés.

liée à des expériences

anciennes, ou à un sentiment

3. LA MANIPULATION

Manipuler, c'est ne pas être clair sur ses objectifs, jusqu'à ne pas les annoncer du tout.

Le manipulateur se veut habile, machiavélique; il ne craint pas de tenir des propos différents selon ses interlocuteurs. Il raisonne souvent au second degré et cherche toujours "par derrière" les interprétations.

"ne tournons pas autour du

Il commence souvent ses phrases par "franchement"

",

pot

",

pour que l'autre se livre et baisse sa garde.

EXEMPLES D'ATTITUDES MANIPULATRICES DANS LA VIE QUOTIDIENNE :

Flatter et séduire : les efforts que fera le séducteur pour plaire et flatter afin d'atteindre son but peuvent être fantastiques. Mais le but à peine atteint, la personne manipulée se sent vite "flouée" de la vraie relation qu'elle espérait.

Dévaloriser : faire perdre la face à l'autre en mettant les rieurs de son côté est une attitude classique pour manipuler. Le dévalorisé, plein de rancoeur ne cherche que la revanche.

Exagérer et caricaturer : partir de l'information émise par l'autre, n'en retenir qu'un aspect, l'exagérer et le caricaturer, en faisant croire que ce qui est dit est le reflet sincère et objectif de l'information émise par l'autre.

Simuler et fabuler : mentir, simuler, c'est une vieille réminiscence de l'enfance, premier moyen d'exister en dehors de ses parents. Masque et camouflage sont les panoplies de la manipulation.

Conspirer : le manipulateur est dans le secret des dieux, il fabrique des bruits et des rumeurs.

Mettre en scène.

Intercéder : il connaît "qui il faut", "où il faut", "quand il faut".

Manipuler inconsciemment : il existe plus de maladresse dans les relations humaines courantes que de manipulations; mais elles sont vécues par les autres comme des manipulations stratégiques conscientes et provoquent les mêmes résultats néfastes : passivité, méfiance, discrédit moral, perte de temps.

conscientes et provoquent les mêmes résultats néfastes : passivité, méfi ance, discrédit moral, perte de temps.

129

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI C ONSEQUENCES NEFASTES DE LA MANIPULATION : La

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

CONSEQUENCES NEFASTES DE LA MANIPULATION :

DE SOI C ONSEQUENCES NEFASTES DE LA MANIPULATION : La passivité : se sentant plus ou

La passivité : se sentant plus ou moins consciemment enfermée par la manipulation de l'autre, la personne devient soumise et passive. Le supérieur se sent habile psychologue, mais il s'étonne naïvement du peu d'initiative et du faible sens des responsabilités de ses collaborateurs.

La rébellion et la revanche : après s'être fait "avoir" une fois, la personne développe du ressentiment et devient agressive dès que les rapports de pouvoir et la vie sociale le permettent;

La

méfiance :

la

confiance

est

rompue

et

la personne va interpréter

systématiquement

tous

les

comportements

peu

clairs

comme

des

manipulations.

L'ORIGINE DES ATTITUDES DE MANIPULATION :

 

Comme papa, comme maman

: "mentir aux enfants n'est pas mentir"

En

tout cas, les enfants devenus grands s'en souviendront et, inconsciemment, pensent que pour avoir du pouvoir, il faut manipuler; car les premiers pouvoirs

qu'ils ont connu, leurs parents, étaient de fameux manipulateurs.

 

Des vieilles croyances :

"On ne peut faire confiance qu'aux saints!"

 

"Etre franc et direct, c'est une idée de boy-scout!"

 

"Il est plus facile d'agir par personne interposée."

"Les autres sont mus par des mécanismes simples dont il est facile de tirer parti "

pour arriver à ses fins

autres sont mus par des mécanismes simples dont il est facile de tirer parti " pour

130

4. E TRE A SSERTIF AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les attitudes de

4. ETRE ASSERTIF

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

4. E TRE A SSERTIF AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les attitudes de fuite,

Les attitudes de fuite, d'attaque et de manipulation ne donnent pas de résultats très satisfaisants pour régler les problèmes et s'assurer de bonnes relations avec autrui. Etre "assertif", apporte de meilleures chances de résultats positifs.

En anglais, le verbe to assert signifie (selon le dictionnaire Webster) :

Affirmer ses droits, faire admettre leur légitimité, se prononcer de façon saine et constructive, même en l'absence de preuve tangible, donner son opinion sans réserve, même en face d'interlocuteurs hostiles.

ETRE ASSERTIF*, C'EST :

1. Etre à l'aise dans le face à face.

2. Entretenir avec les autres des rapports fondés sur la confiance plutôt que sur la domination et le calcul.

3. Ne pas se laisser marcher sur les pieds.

4. Etre vrai, être soi-même, ne pas dissimuler ses sentiments.

5. Maîtriser son environnement.

6. Jouer cartes sur table, négocier sur la base d'objectifs précis et clairement affichés.

7. Rechercher les compromis réalistes en cas de désaccord, négocier sur la base de l'intérêt mutuel plutôt que sous la menace.

réalistes en cas de désaccord, négocier sur la base de l'intérêt mutuel pl utôt que sous

131

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Chapitre 4 LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE La PNL est

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Chapitre 4 LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE La PNL est un

Chapitre

4

LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE

La PNL est un ensemble de techniques d'observation, de codage et d'intervention destiné à étudier la structure de l'expérience subjective, à mieux comprendre l'interaction ou communication personnelle, et à favoriser le changement.

Programmation fait référence à la comparaison entre le fonctionnement de l'ordinateur et celui du cerveau humain qui applique et crée des programmes comportementaux.

Neuro concerne le traitement par le système nerveux des données issues de la perception sensorielle.

Linguistique concerne le langage et les comportements.

La PNL vient des Etats-Unis. Ses fondateurs, Richard BRANDLER et John GRINDER ont en 1972 formé une équipe s'étant donné pour objectif d'étudier "l'excellence" dans la communication. C'est ainsi qu'ils ont mis en évidences des données constantes ou modèles de comportements efficaces.

Ce n'est qu'en modifiant son comportement quand celui-ci apparaît inefficace qu'on parvient à atteindre ses objectifs. La devise de la PNL pourrait être "si ce que faites ne marche pas, essayez autre chose !".

ses objectifs. La devise de la PNL pourrait être "si ce que faites ne marche pas,

132

1. L A PERSONNALITE AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI La PNL prend en

1. LA PERSONNALITE

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

La PNL prend en compte l'homme dans sa totalité.

SOI La PNL prend en compte l' homme dans sa totalité. L'Etat Intérieur est déterminé par

L'Etat Intérieur est déterminé par le traitement spécifique des données de la perception appelé Processus Interne. L'Etat Intérieur produit le comportement extérieur.

Ce sont les terrains d'action de la PNL car ils sont présents dans chaque expérience. A chaque comportement extérieur correspond un état intérieur et des processus internes spécifiques.

Exemple : "Je suis dynamique".

Comment se comportement se manifeste-t-il ? (comportement extérieur)

Qu'éprouvez-vous quand vous êtes dynamique ? (état intérieur)

Que voyez-vous, qu'entendez-vous, que dites-vous quand vous êtes dynamique ? (processus intérieur).

Les croyances, valeurs et critères sont les filtres par lesquels passe notre réalité propre.

intérieur). Les croyances, valeurs et critères sont le s filtres par lesquels passe notre réalité propre.

133

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 2. L ES SYSTEMES DE REPRESENTATION SENSORIELLE L'homme

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 2. L ES SYSTEMES DE REPRESENTATION SENSORIELLE L'homme dispose

2. LES SYSTEMES DE REPRESENTATION SENSORIELLE

L'homme dispose de cinq sens : la vue, l'audition, le toucher, l'odorat, le goût.

C'est à travers ces cinq sens que nous prenons contact avec la réalité externe et c'est aussi en les utilisant que nous organisons notre réalité interne.

Bien que nos cinq sens soient toujours actifs, chacun de nous, par habitude, apprentissage ou sous stress, a tendance à privilégier un sens pour organiser sa représentation des événements ou pour communiquer avec d'autres personnes : c'est le SYSTEME PRIVILEGIE.

Ce système privilégié est celui auquel l'individu est le plus sensible et dans lequel il est le plus habile pour effectuer les distinctions les plus fines.

Nous représentons la réalité selon notre système privilégié et nous construisons aussi notre carte de la réalité.

La plupart des difficultés dans la communication provient d'une méconnaissance de notre propre carte de la réalité et de celle de notre interlocuteur.

Quand nous nous mettons en phase, que nous construisons le rapport avec l'interlocuteur, nous nous rapprochons de sa carte de la réalité.

Pour parfaire cette compréhension, nous nous servons aussi de son système de représentation sensorielle privilégié.

La PNL distingue trois systèmes :

1. visuel - sensible à la position visuelle de son environnement,

2. auditif - sensible à ce qu'il entend,

3. kinesthésique - (englobe sensations tactiles, olfactives et gustatives) tiendra compte de ce qu'il ressent.

3. kinesthésique - (englobe sensations tact iles, olfactives et gustatives) tiendra compte de ce qu'il ressent.

134

AUDITIF : AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Vous vivez dans un univers de

AUDITIF :

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AUDITIF : AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Vous vivez dans un univers de sons,

Vous vivez dans un univers de sons, vous appréciez ceux que vous rencontrez au son de leur voix. Quand vous parlez, vous faites attention aux mots que vous employez en cherchant ceux qui sonnent juste et qui correspondent bien à ce que vous voulez dire. Même si vous n’êtes pas physionomiste vous reconnaissez facilement les gens au son de leur voix, au téléphone en particulier.

Vous aimez bavarder et vous savez écouter. C’est principalement la source de votre intuition et de votre compréhension. Vous devez cependant demeurer vigilant car votre dialogue intérieur ne demande qu’à prendre les commandes et cela peut, parfois, vous entraîner loin du réel.

VISUEL :

Vous avez le sens de l’observation et de l’orientation, vous êtes physionomiste. Lorsque vous apprenez quelque chose, vous avez besoin de regarder pour comprendre et retenir. Vous êtes imaginatif et créatif. Vous avez tendance à vous faire une idée des autres au premier coup d’oeil, ce qui ne joue pas toujours en votre faveur. Vous faites attention à votre image pour vous et pour les autres. Ceci peut aussi jouer contre vous si vous vous laissez prendre trop facilement par les apparences. Vous devez essayer de tempérer votre rapidité de jugement « au 1er coup d’oeil » en la confrontant à votre dialogue ultérieur.

KINESTHESIQUE :

Vous êtes sensible aux ambiances, savez être chaleureux et mettre les autres à l’aise. Vous êtes un bon vivant, ceux que vous rencontrez vous trouvent sympathique car vous savez comprendre les autres d’instinct. Vous êtes plein de bon sens, parfois au « ras des pâquerettes » et pour vous convaincre il faut utiliser des arguments de poids, des preuves tangibles. Vous êtes fidèle en amitié et vos sentiments sont solides et stables, mais incapable de tricher avec eux, si vous êtes déçu, c’est souvent définitif. Vous vous bloquez facilement quand vous ressentez des impressions négatives. Quand cela arrive, pour vous en sortir, il vous faut faire appel à votre perception visuelle et auditive afin de faire le point et adapter votre comportement.

DIALOGUE INTERIEUR :

Vous réfléchissez beaucoup et, souvent la raison l’emporte sur la passion. Souvent, vous vous dites que vous auriez du agir autrement et vous retournez les problèmes dans votre esprit jusqu’à ce que vous trouviez une solution acceptable.

Dans bien des cas, vous avez l’impression de vivre au ralenti car vos perceptions sensorielles sont immédiatement traduites en mots. C’est très utile pour commenter des situations difficiles mais cela freine considérablement votre attitude à ressentir des moments agressifs.

Pour y arriver vous devez chercher à développer votre perception visuelle, auditive et kinesthésique.

agressifs. Pour y arriver vous devez chercher à dévelo pper votre perception visuelle, auditive et kinesthésique.

135

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 3. L ES CONSEQUENCES DANS LA COMMUNICATION Chacun

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI 3. L ES CONSEQUENCES DANS LA COMMUNICATION Chacun a

3. LES CONSEQUENCES DANS LA COMMUNICATION

Chacun a son canal de communication favori. Que l’on communique avec un autre canal et l’on diminuera les chances de se faire comprendre. Si les représentations qu’une personne utilise pour construire son expérience et la réalité sont, par exemple surtout visuelles, elle aura du mal à répondre à une question qui présuppose une représentation kinesthésique. Cela n’indique pas qu’elle est résistante. C’est simplement une indication de ce qui sont les limites sensorielles de son modèle du monde. Si le sien est principalement visuel, son manque de représentations auditives et kinesthésiques pourra être à l’origine de difficulté avec son conjoint ou son équipe de travail. C’est d’ailleurs ce qui se passe généralement.

Le visuel, ,quand il est face à un auditif, peut avoir l’impression que celui-ci n’est pas en contact avec lui parce qu’il ne le regarde pas. L’auditif reprochera au kinesthésique de ne pas l’écouter. Quand à ce dernier, lui même se plaint de l’insensibilité des auditifs et des visuels

Pour celui qui n’est au fait de ces différences sensorielles, il n’est que trop tentant de conclure qu’un interlocuteur est négatif ou résistant. Bien sûr, à moins d’un handicap physique, chacun de nous utilise ces 3 systèmes, mais il en est de leur usage, ce qu’il est du tiercé : il existe un ordre d’arrivée.

4. LE RAPPORT – LA SYNCHRONISATION

En PNL, on appelle RAPPORT le contact entre 2 ou plusieurs personnes.

L’établissement du RAPPORT entraîne un MIMETISME DES COMPORTEMENTS qui permet de créer un climat de confiance dans la relation.

Cette qualité de la relation représente la condition essentielle et totalement incontournable pour atteindre l’objectif que l’on s’est fixé, quel qu’il soit. Lorsque 2 personnes sont impliquées dans une relation de cette qualité, leurs comportements ont tendance à s’harmoniser, en fait on observe une sorte de mimétisme dans lequel chaque partenaire est en phase avec l’autre.

La PNL nous conseille de nous appliquer à créer une telle qualité de relation en harmonisant notre comportement avec celui de notre partenaire.

à créer une telle qualité de relation en harmonisant notre comportement avec celui de notre partenaire.

136

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI La SYNCHRONISATION Eléments à observer et à harmoniser

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

La SYNCHRONISATION

Eléments à observer et à harmoniser

La SYNCHRONISATION Eléments à observer et à harmoniser Distance entre les interlocuteurs Posture Qualité de
La SYNCHRONISATION Eléments à observer et à harmoniser Distance entre les interlocuteurs Posture Qualité de

Distance entre les interlocuteurs

Posture

Qualité de la voix:

Systèmes de représentation sensorielle:

rythme et

-Volume -Expression -Rythme du discours

direction des

 

gestes

-Visuel

 

-Auditif

-Kinesthésique

LES INDICATIONS FOURNIES PAR LES MOUVEMENTS DES YEUX.

Les mouvements de nos yeux sont en corrélation avec nos façons de penser. Ils sont des indicateurs, non pas du contenu de nos pensées, mais du COMMENT NOUS PENSONS.

Yeux en haut à gauche

Yeux en haut à droite

Se souvient de quelque chose de déjà vu

MEMOIRE VISUELLE

Yeux au milieu dans le vague

gère

dilatation de la pupille IMAGE MEMORISEE OU CONSTRUITE

Regard

dans

le

vide

avec

Yeux au milieu à droite ou à gauche

Entend des sons extérieurs ou internes mémorisés ou imaginés.

AUDITIF MEMORISE (droite)

AUDITIF CONSTRUIT (gauche)

des sons extérieurs ou internes mémorisés ou imaginés. AUDITIF MEMORISE (droite) AUDITIF CONSTRUIT (gauche) 137

137

Yeux en bas à gauche Sensation, émotions KINESTHESIQUE AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI

Yeux en bas à gauche

Sensation, émotions

KINESTHESIQUE

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Yeux en bas à droite

Dialogue interne AUDITIF

DE SOI Yeux en bas à droite Dialogue interne AUDITIF Ce modèle est valide pour 95%

Ce modèle est valide pour 95% des droitiers. Chez les gauchers les clefs d'accès visuelles sont généralement inversées.

LE PROCESSUS VISUEL

Mouvements des yeux :

En haut à droite ou gauche, au milieu dans le vide.

Position de la tête :

Basculée en avant.

Respiration :

En haut de la poitrine, souffle court ou bloqué.

Voix, temps :

Début saccadé, tempo rapide.

Ton de la voix :

Haut placé, nasal.

Couleur de la peau :

Pâle.

Tension musculaire :

Contractée, les épaules raides et l’abdomen tendu.

placé, nasal. Couleur de la peau : Pâle. Tension musculaire : Contractée, les épaules raides et

138

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les mots : Verbes Noms, adjectifs Expressions Voir

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les mots : Verbes Noms, adjectifs Expressions Voir Eclat

Les mots :

Verbes

Noms, adjectifs

Expressions

Voir

Eclat

A première vue

Distinguer

Clarté

C’est tout vu

Apercevoir

Perspective

Faire toute la lumière

Entrevoir

Surface

Miroir aux alouettes

Considérer

Plan

Dorer la pilule

Remarquer

Espace

La vie en rose

Regarder

Observateur

Une colère noire

Montrer

Infini

Voir rouge

Observer

Agencement

Vert de peur

Concevoir

Distance

Rire jaune

Examiner

Vague

Une peur bleue

Clarifier

Flou

En voir de toutes les

Visualiser

Net

couleurs

Eclair

Ecran

Se faire du cinéma

Cacher

Lumineux

Faire écran

Assombrir

Colère

Illuminer

Brillant

Obscurcir

Image

Contempler

Teintes

Brumeux

En communication avec un visuel. Vous devez lui faire imaginer quelque chose qu’il n’a encore pas vu. Utilisez le canal visuel pour lui communiquer vos arguments. Il mettra du temps à se décider mais fera peu d’erreur.

le canal visuel pour lui communiquer vos arguments. Il mettra du temps à se décide r

139

LE PROCESSUS AUDITIF Mouvements des yeux : AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Horizontaux

LE PROCESSUS AUDITIF

Mouvements des yeux :

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AUDITIF Mouvements des yeux : AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Horizontaux à droite, à

Horizontaux à droite, à gauche, en bas et à gauche.

Position de la tête :

Normale ou penchée à gauche ou tournée de façon à ce qu’une oreille soit orientée vers l’interlocuteur.

Respiration :

Egale, utilisant toute la cage thoracique.

Voix, temps :

Rythmée, tempo modéré.

Ton de la voix :

Mélodique, sonore.

Couleur de la peau :

Normale.

Tension musculaire :

Rythmée, mouvements égaux, tension normale.

Mélodique, sonore. Couleur de la peau : Normale. Tension musculaire : Rythmée, mouvements ég aux, tension

140

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les mots : Verbes Noms, adjectifs Expressions Entendre

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les mots : Verbes Noms, adjectifs Expressions Entendre Sourd

Les mots :

Verbes

Noms, adjectifs

Expressions

Entendre

Sourd

Bien entendu

Résonner

+ ou - fort

Faire la sourde oreille

Emettre

Audible

Prêter, tendre l’oreille

Ecouter

Son

Son de cloche

Chanter

Vibration

Jouer sur toute la gamme

Sonner

Dialogue

Percer les oreilles

Amplifier

Bruit

Hurler avec les loups

Grincer

Rythme

Sonner faux

Parler

Mélodieux

Entendre des voix

Dire

Musical

Le silence est d’or

Questionner

Harmonieux

La voix de la raison

Hurler

Onde

Faire des messes basses

Soliloquer

Tonalité

A contre temps

Répéter

Discordant

Sur la même longueur d’ondes

Crier

Accord

Sonorité

Ne pas être dans le ton

Echo

Donner la note

Criard

Toujours la même

Acoustique

discussion

En communication avec un auditif. Utilisez un vocabulaire riche, il y est habitué et le préfère. En présentant les spécificités et les avantages de vos services, entrez dans les détails.

et le préfère. En présentant les spécificités et le s avantages de vos services, entrez dans

141

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI LE PROCESSUS KINESTHESIQUE Mouvements des yeux : En

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

LE PROCESSUS KINESTHESIQUE

Mouvements des yeux :

En bas à droite

Position de la tête :

En dessous de l’horizontale, penchée à droite

Respiration :

Profonde, en bas de l’abdomen

Voix, temps :

Lente, de longues pauses

Ton de la voix :

Bas, profond, grandes amplitudes respiratoires

Couleur de la peau :

Coloration accentuée, rougissements

Tension musculaire :

peau : Coloration accentuée, rougissements Tension musculaire : Muscles relâchés, mouvements brusques et soudains 142

Muscles relâchés, mouvements brusques et soudains

peau : Coloration accentuée, rougissements Tension musculaire : Muscles relâchés, mouvements brusques et soudains 142

142

AXE 2 - C ONNAISSANCE DE SOI Les mots : Verbes Noms, adjectifs Sentir Contacts

AXE 2 - CONNAISSANCE DE SOI

Les mots :

Verbes

Noms, adjectifs

Sentir

Contacts

Toucher

Calme

Eprouver

Relaxe

Saisir

Concret

Ressentir

Pression

Pressentir

Sensible

Transporter

Solide

Maîtrise

Ferme

Goûter

Froid

Concevoir

Mou

Attendu

Blesse

Heurter

Chaleureux

Tenir

Excité

Digérer

Contraction

Nourrir

Sentiment

Prendre

Consistance

Palper

Stabilité

Blesser

Instinct

Encaisser

Impression

Affectif

Résistance

Durci

Expressions

Affectif Résistance Durci Expressions Plein de bon sens Les pieds sur terre Avoir le coeur sur

Plein de bon sens

Les pieds sur terre

Avoir le coeur sur la main

Prendre à coeur

Garder le contact

Gros sur le coeur

Jolie à croquer

Sentir le roussi, le souffre

Ne

pas

pouvoir

sentir

quelqu’un

 

La tête sur les épaules

Le

poids

des

mots,

le

choc

Ventre

affamé

n’a

pas

d’oreille

 

Marcher

à

côté

de

ses

pompes

 

Manger les pissenlits par la racine

En avoir plein le dos

En communication avec un kinesthésique. Dites lui combien il sera détendu, satisfait, heureux, fier d’avoir utilisé vos services ou permis des améliorations dans la prévention, la sécurité.

heureux, fier d’avoir utilisé vos services ou permis des améliorations dans la prévention, la sécurité. 143

143