Sunteți pe pagina 1din 13

Le champ unifié et l’illusion du temps

Par : Brandon West Traduit de l’Anglais. Texte original : The Unified Field and the Illusion of Time : Understanding the Source of Creation.

Première partie : 1/4

« Le temps est seulement une construction de l’univers afin d’éviter que tout n’arrive d’un coup. » - John Archibald Wheeler

John Archibald Wheeler était un des géants de la physique du 20 e siècle et collègue d'Einstein. Et si tout arrivait d'un coup ? Plus encore, et s’il n'y avait aucun temps du tout ?

J'ai récemment vu une description de l'univers tel qu’il est perçu en physique. Pour citer John Hagelin :

« Ce que la science a découvert en explorant des niveaux plus profonds de la réalité, c’est que notre univers est structuré en couches de création. Des couches de création, du monde macroscopique superficiel classique et varié des perceptions quotidiennes, jusqu’aux niveaux plus profonds, les molécules, les atomes et leurs noyaux et les particules subatomiques élémentaires, des mondes à l’intérieur de mondes à l’intérieur de mondes. »

Il explique succinctement ces niveaux comme suit :

« Ainsi, le niveau superficiel de la réalité sensorielle est habituellement appelé le monde classique. À la base du monde classique se trouve le monde des molécules, des atomes, ce qui constitue le royaume de la mécanique quantique. Puis il y a le noyau atomique et les particules subatomiques; c'est le monde de la théorie quantique des champs, la mécanique quantique relativiste. Et finalement l'émergence de la théorie des champs unifiée… » (Source : William Brown, le corps lumineux)

Ce qui nous ramène à notre question principale …

Qu’est-ce que le Temps ?

« Un collègue d'Einstein, le physicien John Archibald Wheeler, a développé l’une des

premières équations de gravité quantique aux tous débuts de l'unification entre la Relativité et la Théorie Quantique. Bien que cela fonctionne, elle n'incorpore pas le temps en tant que paramètre physique et les physiciens trouvent cela troublant

1

Le champ unifié et l’illusion du temps

La première fois que la Relativité Générale fut quantifiée dans les années 60 par John Wheeler (devenant une théorie de gravité quantique), le résultat prédisait un état statique de l'Univers, c’est à dire sans aucun changement, i.e. intemporel. Cette modélisation particulière de la quantification de la Relativité Générale est connue comme l'équation de Wheeler-DeWitt. Le résultat a semblé paradoxal car comment l'Univers peut-il être statique et invariable alors que nous ne faisons qu’expérimenter le changement. » - William Brown, Un changement de paradigme (traduit en français).

C’est précisément la question que nous explorerons et à laquelle nous répondrons peut-être dans cet article. Il est intéressant de noter que les prédictions des équations qui sont généralement admises dans le milieu scientifique suggèrent à la fois que le temps est une illusion et que l'univers est en fait statique. Évidemment ces idées ont été considérées comme déficientes puisqu'elles ne tiennent pas face aux faits, c'est-à-dire ce qui est clairement observable dans l'univers. Nous voyons le changement chaque jour et nous pouvons mesurer le temps, donc ils doivent être réels.

Et si nous pouvions changer notre perception de l'univers et résoudre ce conflit ? Et s'il n'existait rien dans l'univers qui ressemble au temps et que c'était en réalité juste en quelque sorte le résultat d'un changement de perspective dans un univers statique, qui d'une certaine façon n’aboutit à aucun mouvement ni non plus à un univers changeant ? Pour explorer cette idée nous devons d'abord chercher à découvrir ce qu’est vraiment le mouvement.

Est-ce que quoi que ce soit se déplace vraiment ?

Dans l’incroyable livre de Deepak Chopra : Comment connaître Dieu, celui-ci partage une explication du niveau quantique de l'univers. De plus, c’est une observation de l'univers définie par l'étude scientifique du niveau quantique de la réalité. Il affirme :

« Au niveau quantique, le cosmos tout entier ressemble à une lumière scintillante. Il n'y a aucune étoile ni galaxie, seulement des champs d'énergie vibrants. »

C’est Nassim Haramein qui m’a le mieux expliqué cela. Il m’a dit que ce que nous percevons comme un mouvement est en réalité dû au fait que la réalité clignote très rapidement entre existence et inexistence et qu’en fait, la création disparaît et réapparaît, oscillant au niveau quantique entre forme et absence de forme un nombre incalculable de fois chaque seconde, donnant ainsi l’apparence du mouvement. Du coup, techniquement, les choses dans cet univers ne se déplacent pas du tout, mais apparaissent et disparaissent selon des motifs légèrement différents pour donner une apparence de mouvement. Ce n'est pas le champ unifié lui-même qui

2

Le champ unifié et l’illusion du temps

clignote, mais seulement ce que nous percevons comme la matière solide - c'est-à- dire les particules, les noyaux, les particules subatomiques et le monde matériel.

À certains égards il pourrait être techniquement plus précis d'appeler ce que nous faisons chaque jour une micro-téléportation. Alors que nous entrons dans le magasin d'alimentation ou que nous roulons en voiture, en réalité, nous nous téléportons par incréments ridiculement minuscules, mais à une cadence extrêmement élevée qui donne une apparence de mouvement.

Néanmoins, ce n’est qu’une perception de mouvement qui a lieu aux niveaux énergiques les plus bas de la création : le monde matériel, ou le monde classique où nous existons la majeure partie de la journée et potentiellement, au niveau atomique et moléculaire de la réalité. À ce niveau, tout comme au nôtre, des organismes unicellulaires pourraient faire l'expérience d’une continuité de forme comme nous le faisons dans nos organismes physiques. Je ne le sais pas avec certitude, dans la mesure où je ne me souviens pas avoir été une simple cellule, mais faute de certitudes, nous ne pouvons rien exclure.

Ainsi, au niveau quantique théorique de réalité, il n'y a vraiment aucun mouvement, mais une projection dans et hors de l'existence de la création, alors que de notre niveau, cela apparaît comme un mouvement fluide. C’est comme les gens sur notre écran de télévision qui ne se déplacent pas vraiment, parce que ce sont plutôt de petits pixels qui s’allument et s’éteignent de façon mutuellement coordonnée de sorte que cela ressemble à un mouvement.

Ceci pourrait en réalité nous suggérer pourquoi rien de tel que le temps n’existe.

3

Le champ unifié et l’illusion du temps

Par : Brandon West Traduit de l’Anglais. Texte original : The Unified Field and the Illusion of Time : Understanding the Source of Creation.

Deuxième partie : 2/4

Le flux du champ unifié

Si nous percevons l'univers depuis le niveau du champ unifié, imaginons que ce champ unifié contienne tout et que toute la création et tout le passé et le futur soient codés de façon holographique dans le champ unifié et que tout existe, simultanément, codé dans la structure du vide.

Autrement dit, la création a surgi de ce champ unifié sous forme de particules subatomiques, de particules, d’atomes et d’électrons et de noyaux, qui sont tout simplement une forme d'énergie condensée une énergie informe condensée dans la forme à mesure que l’univers apparaît et disparaît de l’existence, mais rien n'est solide. Pour citer à nouveau Einstein :

« Ce que nous avons appelé matière est une énergie, dont la vibration a été suffisamment abaissée pour être perceptible aux sens. Il n’existe aucune matière. »

Et ces manifestations d'énergie collaborent entre elles, guidées par quelque force invisible au sein de la création elle-même, pour former de plus grandes choses qui donnent toute une apparence de réalité et toute l’apparence d'être complètement solides, mais nous savons maintenant que cela n'est pas vrai.

Imaginez que tout existe simultanément. Imaginez que toutes les versions de l'arbre que vous voyez à l’extérieur par votre fenêtre, depuis le moment présent, jusqu’à sa naissance et toute son évolution dans l'apparent futur, jusqu’à la mort de l'arbre, que toutes ces versions donc, existent codées dans l'espace et le temps, présentes de façon holographique dans le champ unifié.

Alors rien n'apparaît en réalité jamais, ne disparaît, ni ne se déplace, ou même change ; c'est simplement notre perception de la réalité à ce niveau qui donne l'apparence du changement. Autrement dit, toute la réalité, tout le temps et tout le mouvement sont simplement le résultat de la conscience en mouvement.

Si la dynamique des fluides de la théorie du « tout noir » de Nassim est correcte et si cette dynamique est en fait l'origine de la conscience, alors ceci est la base de la

4

Le champ unifié et l’illusion du temps

création et nous découvrons que cette base de création consiste en un effondrement du sans forme sur lui-même et la création qui en résulte.

Pourtant, ceci n'est pas un mouvement dans le monde physique. En fait, il n'y a aucun mouvement dans le monde physique. Cela nous a été démontré par les physiciens quantiques quand ils ont découvert que la réalité apparaît et disparaît de l'existence. Seules changent les images holographiques à mesure où la conscience se dilate et se contracte en elle-même.

Et si le flux du champ unifié dans l'univers lui-même était le mécanisme qui cause l’apparition et la disparition de la réalité de l'existence et qui de plus détermine le cours du temps ? Cela signifie aussi que toute la conscience est une extension de la conscience universelle - le champ unifié - et que comme le champ unifié se dilate et se contracte, toute conscience accompagne le mouvement. Et du fait que notre perception se situe au niveau matériel de la réalité, nous profitons de places au premier rang du spectacle des hologrammes de la création qui changent à mesure où de nouveaux niveaux du champ unifié nous deviennent visibles, suite à notre changement de perception et aux désirs de notre conscience.

Toute la création et toute activité dans la création sont le résultat d’une conscience interagissant au sein de la conscience, créant la conscience, et c’est seulement parce que nous partageons tous un consensus commun de la réalité (pour la plupart) que précisément, le temps surgit bel et bien sur notre planète.

Les informations codées de façon holographique

La façon la plus simple et la plus claire de décrire ce concept serait que j’utilise l'analogie d'une image holographique. Il se peut que vous ayez déjà vu des images holographiques de galaxie ou toute autre image imprimée sur une feuille de plastique ou une carte. Je suis sûr que beaucoup d'entre vous en ont vu, sinon, cette analogie ne vous aidera guère. De toute façon, disons que vous avez l'image d'une galaxie sur une carte (ou peu importe l'image que vous avez vue) et qu’elle semble être immobile, et pourtant, quand vous changez de perspective (c'est-à-dire quand vous faites tourner ou déplacez la carte) la galaxie semble tourner aussi.

Rien n’a changé dans l'image. Toutes les informations étaient là et ont été codées sur la carte dès le début, mais parce que vous avez changé de perspective, l'image a donné l’apparence du mouvement. Et si c'était ainsi que faisait la réalité ? Si le mouvement et le temps apparent que nous éprouvons étaient simplement le résultat de notre perspective sur la création, conditionnée par notre niveau de conscience ?

Observez le champ unifié depuis le niveau fondamental de création. Le champ unifié est la structure du vide théoriquement mu en dilatation et contraction par la

5

Le champ unifié et l’illusion du temps

dynamique du Tout Noir de Nassim Haramein, alors que techniquement, il ne se déplace pas. Et en réalité, rien d'autre ne se déplace non plus, parce que tout est fixé, cristallisé et codé de façon holographique dans la structure du vide, ce qui signifie que tout est non-localement présent partout et tout arrive en même temps.

Et comme la base de la création se contracte et se dilate suivant cette dynamique du Tout Noir, qui est théoriquement l'origine de la conscience, cela engendre, pour toute conscience présente aux plus hauts niveaux de réalité (du champ quantique jusqu'au classique - nous), un changement de perspective sur l'hologramme de la réalité et ainsi, nous obtenons une apparence de mouvement, de changement cyclique et donc, de temps. Mais comme nous le savons, la réalité alterne entre apparition et disparition de l'existence, théoriquement comme la conséquence d’un changement de perspective de la conscience, ainsi que cela devrait se produire s'il n'y avait aucun mouvement dans l'univers, si l'univers était éternel et statique.

6

Le champ unifié et l’illusion du temps

Par : Brandon West Traduit de l’Anglais. Texte original : The Unified Field and the Illusion of Time : Understanding the Source of Creation.

Troisième partie : 3/4

Le temps est relatif

J’affirme que le temps est, dans son ensemble, le résultat d’une révolution de la conscience au niveau du champ unifié et que ce temps est complètement relatif, déterminé par la localisation de sa perception propre ainsi que sa dimension scalaire (le niveau de conscience), sur lesquels elle se base pour observer la réalité. Le temps serait perçu différemment sur Mars et sur Terre du fait que la durée de ses jours est différente conformément à la rotation de son propre tout noir (la dynamique unifiée des champs qui produit / qui est produite par la conscience) et la durée de son année serait différente selon où elle se trouve dans la dynamique d’expansion et de contraction de la conscience du Soleil.

De plus, les physiciens sont pratiquement certains que le temps lui-même est relatif et c'est pourquoi le temps n'est pas de ces phénomènes qui surgissent tout seul dans l'univers. Il n'y a en principe absolument rien de tel que le temps, comme le suggèrent leurs équations. Ce que nous appelons temps est une division arbitraire des cycles, basé sur le rythme cyclique du changement que nous éprouvons à ce niveau de réalité.

Autrement dit, c'est simplement une question de perception. Si nous étions dans un vide il n'y aurait pas de temps parce que non seulement il n’y aurait aucun cycle pour mesurer le temps, mais il n'y aurait aucun objet avec lequel déterminer un mouvement. Nous serions donc dans un calme perpétuel et intemporel. Une preuve que le temps est une construction sensible que nous avons conçue et qui est complètement basée sur notre perception, et ainsi illusoire, peut être vue dans une histoire racontée par Deepak Chopra.

Dans sa série de cours avec Wayne Dyer intitulé la vie au-delà des miracles, il raconte l'histoire d'un groupe de mineurs en Allemagne dont l’une des mines s’était effondrée sur eux et qui se sont retrouvés pris au piège du sous-sol pendant une longue période de temps. Aucune lumière, aucune façon de juger les cycles de l'univers et ainsi aucun système de référence pour leur perception. Il y avait un total de 7 hommes piégés en sous-sol et seul l’un d'eux avait encore une montre.

7

Le champ unifié et l’illusion du temps

L'homme à la montre ne voulait pas que les choses deviennent incontrôlables tandis qu'ils se trouvaient pris au piège sous terre et afin d’atténuer la peur et les inquiétudes de ses amis, l'homme à la montre prit sur lui d’annoncer qu’une heure était passée chaque fois que deux heures passaient ; et du fait que personne d'autre n'avait de montre pour le confirmer, aucun ne pouvait faire la différence.

Il advint qu’au bout de 7 jours, ils furent secourus et tout le monde survécut, excepté l'homme à la montre. Parce qu'il avait pris sur lui d’annoncer qu’une heure était passée quand en réalité, selon sa montre, 2 heures étaient passées, il a fondamentalement ralenti le temps pour tous les autres et a fait changer leur rapport au temps lui-même, de sorte qu'ils ont eu l’impression d’avoir été coincés sous terre moitié moins longtemps qu’ils ne l’ont réellement été.

« Il a modifié leur consensus collectif, dans la mesure où ce qui constitue le temps est un consensus. Et ainsi, ils ont vieilli en conséquence tandis que lui qui avait une montre ne pouvait s’abuser lui-même. »

Un univers statique

Tao n’agit pas C’est pourquoi il est la source de toute action Tao ne bouge pas Cependant, il est la source de toute création

Lao Tseu

Nous avons établi que la création ne se déplace pas, il apparaît que le champ unifié ne se déplace pas non plus. Nous le savons parce que nous avons découvert que l'espace entourant notre Terre est complètement stationnaire, alors que l’on pensait au départ qu’il passait à toute vitesse autour de nous, comme l'air sur un objet dans une soufflerie. Nous n'avançons pas à toute vitesse à travers l'espace comme nous le pensions, l'espace lui-même se dilate et se contracte et ainsi il ne se déplace pas à proprement parler, mais donne une apparence de mouvement.

Du fait que le champ unifié, qui est la conscience, s'étend et se contracte et parce que nous sommes cette conscience incarnée dans un niveau légèrement plus dense de réalité, dans le monde classique, nous occupons des places au premier rang de la réalité des prétendus changement, mouvement et temps. Mais c'est uniquement parce que nous sommes la conscience universelle qui, comme toutes les traditions antiques le disent, s’est condensée à ce niveau de réalité pour éprouver le monde changeant, le monde des choses. De la vie, de la mort, de la naissance et de la renaissance et du temps linéaire.

8

Le champ unifié et l’illusion du temps

Le seul ennui, c’est que nous nous sommes retrouvés liés à ce monde et nous avons été pris dans la tourmente (émotionnelle) énergique comme quoi les choses meurent en apparence, et changent et sont transitoires. Pourtant tout - chaque créature, votre pire ennemi, votre meilleur ami et vous - au niveau le plus profond, tout est le champ unifié et c'est pourquoi nous éprouvons ce changement : parce que le niveau fondamental de qui nous sommes rayonne et s'effondre perpétuellement sur lui- même en retour, en une boucle infinie de rétroaction qui fait vaciller et changer le monde holographique devant nous tel un beau film, infiniment complexe et magnifique, joué juste pour nous.

Pourtant même le rythme de ce film n'est pas fixé. Comme Einstein l’a affirmé, c’est relatif, parce que quand notre énergie augmente et que nous avons la joie de vivre un nouvel amour, ou alors une passion sans entrave et l'enthousiasme qui surgit quand nous nous engageons à suivre et à vivre nos rêves, nous profitons d’une énergie plus haute, qui nous rapproche du champ unifié de sorte que selon notre propre perception, le rythme du temps s'accélère remarquablement. Comme le veut le vieil adage : « le temps passe vite quand l’on s’amuse. »

9

Le champ unifié et l’illusion du temps

Par : Brandon West Traduit de l’Anglais. Texte original : The Unified Field and the Illusion of Time : Understanding the Source of Creation.

Dernière partie : 4/4

Qu'est-ce qui détermine la création dans un univers conscient ?

Pour citer à nouveau Albert Einstein, voici ce qu’il a observé :

« Tout est énergie et voilà tout. Accordez-vous à la fréquence de la réalité que vous voulez et vous ne pouvez pas vous empêcher d'obtenir cette réalité. Il ne peut en être autrement. Ce n'est pas de la philosophie, c’est de la physique. »

Cette citation nous aide aussi à expliquer le mécanisme à l’arrière-plan du changement apparent que nous voyons dans la création. Comme les preuves le suggèrent (dans nos vies quotidiennes et en physique) et en vertu de ce sur quoi sont basées les théories de Nassim Haramein, toutes les choses sont des divisions scalaires de la géométrie et de la dynamique du Tout Noir et ainsi, tout a une conscience, car tout est conscience.

Non que tout opère au même niveau de conscience que les êtres humains, c'est-à- dire le libre arbitre ; et même parmi les êtres humains il y a des gradients de conscience. Mais tout a vraiment une conscience parce qu'au niveau du champ unifié dont tout émane, nous sommes tous conscience infinie. Et en tant que conscience, nous avons des désirs et des intentions qui transitent à travers nous depuis cette conscience infinie. Dans ma propre vie jappelle cela inspiration, ou même créativité ou co-création. À chaque fois, je peux le sentir passer à travers moi, mais je sais que ce n'est pas moi seul qui crée.

Toute la conscience a ces inspirations et ces désirs et en substance, ils sont tous les mêmes : éprouver le bonheur et l'extase de la co-création. Nous aimons créer et nous le faisons avec une passion sans entrave et intuition, tout nous menant vers l'illumination et la compréhension de nous-même et ainsi, de la réalité. C'est ce que fait toute conscience : rayonner (créer) et revenir ensuite à elle-même par la création.

La Terre a désiré créer un beau et magnifique jardin qui était d’une vie palpitante et ainsi, sa conscience l’a attiré depuis le champ holographique d'informations par le même mécanisme dont parlait Einstein. Et nous éprouvons le changement sur Terre parce que nous expérimentons les dilatations de la conscience de la Terre et ses contractions sur elle-même en retour, tels des cycles de flux et de reflux de création

10

Le champ unifié et l’illusion du temps

semblables à des marées. Elle crée en harmonie avec les cycles de conscience solaires et chacun d'entre nous éprouve ses propres cycles de manifestation et d'expérience, en accord avec tous les autres, nous procurant une expérience sensorielle riche de mouvement, de temps et de création - tout cela résultant du désir impétueux de conscience à tous les niveaux pour créer et éprouver la création.

Tout est le résultat des intentions de la conscience pour créer et éprouver ses créations, et c'est de ce désir que la création émane en premier lieu. Le champ unifié a voulu se manifester à ce niveau de réalité pour éprouver le bonheur d'un oiseau en vol ; la joie de bondir dans les vagues comme un dauphin ; et de monter en flèche comme un aigle ; l’unité d’une liaison bienheureuse, comme celle des amants ; et le tournoiement en spirale extatique d’une galaxie.

Il n'y a pas de mouvement, ou de temps, juste l'expérience de la perception de passer par les manifestations holographiques du champ unifié, une perception de mouvement créée par l'expansion et la contraction de la conscience à tous les niveaux. L'univers est un hologramme infini et nous ne faisons que le traverser, et l'image semble changer, mais ce n'est pas le cas. Nous ne faisons que voir continuellement ce qui a été codé tandis que nous changeons éternellement de perspective.

Ceci peut être la raison pour laquelle les petits photons dans l'expérience d'intrication (citée dans l'article de William Brown maintenant traduit en français) éprouvent le temps l'un par rapport à l'autre, mais pas par rapport à l'observateur. Parce que le champ unifié change toujours de perspective, il flue continuellement, provoquant l’apparition et la disparition de la réalité de l'existence, ce qui signifie que les photons de l'expérience apparaissent et disparaissent de la réalité de l'existence et ainsi nous pensons qu'ils changent, et nous appelons cela le temps.

Tandis que ni nous, ni nos dispositifs ne sommes assez subtils pour voir ce qu'ils voient et éprouver ce qu'ils éprouvent à leur niveau, bien plus encore parce que beaucoup d'entre nous ne comprennent pas entièrement que toute chose palpite de vie, et que tout est en nous, et que nous sommes en tout. Les qualités que nous- mêmes possédons doivent alors être disponibles en tout. Notamment, le désir de vie. Il est ironique que nous soyons la seule espèce qui perd son temps à le désirer, tandis qu’en réalité, nous refusons de le vivre.

Car que pourrions-nous expérimenter que les niveaux atomiques de conscience n'auraient pas désiré créer ? Créer un motif d’interférence holographique avec leurs électrons pour avoir certaines qualités perceptibles une fois rassemblés et se mêler à d'autres atomes pour créer ? Et quelle serait notre expérience si la Terre n'avait pas créé avec ces atomes de beaux arbres, et de belles plantes, et les océans et la pluie,

11

Le champ unifié et l’illusion du temps

tout cela dans ses cycles de conscience ? Et que pourrions-nous expérimenter si une galaxie n'avait pas désiré créer des planètes ? Et où quoi que ce soit serait-il si le champ unifié ne s'était pas dilaté et effondré sur lui-même dans un désir primordial de faire l’expérience de lui-même, d’être et de s'engager dans une co-création extatique ?

Les problèmes surgissent dans la vie quand nous commençons à croire que nous sommes le monde matériel. Quand nous commençons à croire que nous sommes ces choses que nous possédons et ces choses que nous réalisons. Car les niveaux de création ont aussi leur équivalent dans la conscience humaine et dans notre esprit.

À la surface, vous avez l'ego qui croit que ce sont vos possessions, vos réalisations et ce que vous faites. Ensuite, vous avez des gradients de pensées qui existent dans l'ego sur toute une gamme allant de la crainte aux pensées amoureuses. Tout cela existe dans votre esprit et dans votre ego. Mais vous êtes plus que vous ne le pensez.

Il y a entre vos pensées un silence qui est le champ unifié et quand vous devenez ce silence, vous devenez le champ unifié et vous devenez universels. Par la pratique du détachement et de la méditation, tous vos ennuis disparaissent parce que vous cessez de vous accrocher à l'illusion changeante de la réalité et vous devenez libres d'éprouver ce que vous serez toujours : une conscience pure, infinie et universelle.

Toute chose existe déjà, encodée de façon holographique dans le champ unifié, la structure de l'espace-temps, et c’est une intention consciente qui décide de ce à quoi l’on accède et ce que l’on choisit de percevoir conformément à ses propres intentions. Rien de nouveau n'est créé, car c'est déjà présent dans le champ. Et c'est le niveau le plus haut de notre conscience qui nous guide dans le processus de manifestation que nous appelons la vie. Nous sommes tous l'expression de l'univers, faisant une rétrospective de lui-même comme dirait Nassim, et expérimentons toutes les possibilités de la création avec nos intentions uniques et individuelles.

Tout ce que vous attendez de la vie est codé dans le champ. Vos intentions et votre perception sont ce qui détermine ce que vous voyez et ce que vous expérimentez. Comme le dit Wayne Dyer, « Il n'y a aucun endroit où Dieu ne soit pas. Si cette Force de Dieu est partout, alors il doit être en vous. Et si c'est partout, alors il doit être aussi dans tout ce que vous percevez comme manquant de votre vie. »

En conclusion, je crois que cette interprétation de la réalité que j'ai décrite est exactement celle que le brillant poète éprouvait quand il a écrit ces mots magnifiques :

12

Le champ unifié et l’illusion du temps

Voir le monde en un grain de sable, Un ciel en une fleur des champs, Retenir l’infini dans la paume des mains Et l’éternité dans une heure.

[…]

Un mensonge tu peux le croire Tant que tu ne vois pas plus loin que ton regard. Qui naquit une nuit, pour périr une nuit Quant aux rayons du Jour l’âme était endormie.

William Blake Auguries of innocence

(traduction du poème de Pierre Boutang)

13