Sunteți pe pagina 1din 202

ISSN 0251-1460

2009
LA SITUATION
MONDIALE DE
L’ALIMENTATION
ET DE
L’AGRICULTURE

Le point sur l'élevage


Photos de la première de couverture et de la page 3: Toutes les photos proviennent de la Médiabase de la FAO.

Pour se procurer les publications de la FAO, s'adresser au:

GROUPE DES VENTES ET DE LA COMMERCIALISATION Courriel: publications-sales@fao.org


Division de la communication Télécopie: (+39) 06 57053360
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Site Web: http://www.fao.org/catalog/inter-e.htm
Viale delle Terme di Caracalla
00153 Rome, Italie
ISSN 0251-1460

2009
LA SITUATION
MONDIALE DE
L’ALIMENTATION
ET DE
L’AGRICULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE


Rome, 2009
Produit par la
Sous-division des politiques et de l’appui en matière de publications électroniques
Division de la communication
FAO

Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des


données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation
des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) aucune prise
de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays,
territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs
frontières ou limites. La mention de sociétés déterminées ou de produits
de fabricants, qu'ils soient ou non brevetés, n'entraîne, de la part de la FAO,
aucune approbation ou recommandation desdits produits de préférence
à d'autres de nature analogue qui ne sont pas cités.
Les opinions exprimées dans ce produit d’information sont celles
du/des auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement celles de la FAO.

Les appellations employées et la présentation des données sur la carte


n’impliquent de la part de la FAO aucune prise de position quant au statut
juridique ou constitutionnel des pays, territoires ou zones maritimes, ni quant au
tracé de leurs frontières ou limites.

ISBN 978-92-5-206215-8

Tous droits réservés. Les informations ci-après peuvent être reproduites ou


diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable
du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations
soit clairement indiquée. Ces informations ne peuvent toutefois pas être
reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation
écrite du détenteur des droits d’auteur. Les demandes d’autorisation devront être
adressées au:

Chef de la
Sous-division des politiques et de l’appui en matière de publications électroniques,
Division de la communication,
FAO,
Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie
ou, par courrier électronique, à:
copyright@fao.org

© FAO 2009

Note:
Sauf indication contraire, les données pour la Chine se rapportent à la Chine
continentale.
iii

Table des matières

Avant-propos vii
Remerciements ix
Sigles et abréviations xi

PREMIÈRE PARTIE
Le point sur l’élevage 1

1. Le point sur l’élevage 3


Évolutions dans le secteur de l’élevage 6
Structure du rapport et messages clés 7
2. Changements dans le secteur de l’élevage 9
Tendances et facteurs moteurs de la consommation 9
Tendances et facteurs moteurs de la production 13
Tendances et facteurs moteurs du commerce 20
Perspectives de la consommation, de la production et du commerce 24
Diversité du secteur de l’élevage 26
Transformation des systèmes d’élevage 29
Défis liés à la croissance constante du secteur de l’élevage 33
Principaux messages de ce chapitre 33
3. Élevage, sécurité alimentaire et réduction de la pauvreté 34
Élevage et moyens d’existence 35
Élevage et sécurité alimentaire 41
Transformation du secteur de l’élevage et pauvreté 46
Élevage et réduction de la pauvreté 47
Élevage et compétitivité 52
Politiques de l’élevage pour un secteur en transition 55
Principaux messages de ce chapitre 57
4. Élevage et environnement 58
Systèmes de production animale et écosystèmes 58
Élevage et changement climatique 71
Améliorer l’utilisation des ressources naturelles dans la production animale 73
Affronter le changement climatique et l’élevage 78
Principaux messages de ce chapitre 83
5. L’élevage et la santé animale et humaine 84
Risques pour l’économie et la santé humaine liés aux maladies animales 85
Lutte contre les maladies et gestion du risque 97
Principaux messages de ce chapitre 105
6. Conclusions: équilibre entre les objectifs de la société en matière d’élevage 107
Équilibre entre opportunités et risques 107
Équilibre entre les besoins des différentes catégories de petits exploitants 108
Équilibre entre sécurité alimentaire et nutrition 109
Équilibre des choix entre systèmes, espèces, objectifs et impacts 109
Équilibre entre les objectifs de sociétés différentes 110
La voie à suivre: un programme d’action pour le secteur de l’élevage 111
Principaux messages du rapport 111
iv

DEUXIÈME PARTIE
Tour d’horizon de la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 117

Sécurité alimentaire mondiale: les tendances 120


Évolution des prix agricoles – la forte variabilité des prix des denrées de base 121
Les prix des produits alimentaires dans les pays en développement 123
Les prix mondiaux des produits agricoles: perspectives à moyen terme 125
La production agricole 125
Le commerce des produits agricoles 129
Les mesures prises face à la hausse des prix des denrées alimentaires
et leur impact sur les marchés agricoles 132
L’impact des politiques sur les marchés mondiaux 136
Conclusions 137

TROISIÈME PARTIE
Annexe statistique 141

Tableau A1 Production of livestock products, 1995–2007 145


Tableau A2 Production des principales catégories de viande, 1995-2007 150
Tableau A3 Consommation de produits de l’élevage par habitant, 1995-2005 155
Tableau A4 Apports caloriques des produits de l’élevage, par habitant, 1995-2005 160
Tableau A5 Apports protéiniques des produits de l’élevage, par habitant, 1995-2005 165
Tableau A6 Commerce de produits de l’élevage, 1995-2006 170

Références 177
Chapitres spéciaux La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 185

TABLEAUX

1. Consommation par habitant de produits de l’élevage par région, groupes


de pays et pays, en 1980 et 2005 11
2. Urbanisation: niveaux et taux de croissance 13
3. Production des produits de l’élevage par région, en 1980 et 2007 15
4. Production des principales catégories de viande par région, en 1987 et 2007 16
5. Commerce international en matière de produits de l’élevage, 1980 et 2006 22
6. Consommation de viande par région, 2000 et 2050 (prévisions) 25
7. Population et production animales mondiales, par système de production,
moyenne 2001-2003 27
8. Utilisation d’aliments concentrés par région, 1980 et 2005 31
9. Utilisation d’aliments concentrés par groupe de produits, 2005 32
10. Nombre et emplacement des éleveurs pauvres par catégorie
et zone agro-écologique 35
11. Pourcentage des ménages ruraux possédant du bétail, part des revenus
provenant du bétail et nombre de bêtes par ménage par pays 36
12. Utilisation des terres par région et groupe de pays, 1961, 1991 et 2007 60
13. Principaux impacts environnementaux causés par les différents systèmes
de production 68
14. Impacts directs et indirects du changement climatique sur les systèmes
de production animale 72
15. Quelques coûts estimés concernant les foyers de maladies animales
dans les pays développés et en développement 87
16. Quelques coûts estimés concernant les maladies d’origine alimentaire
dans les pays développés 88
v

ENCADRÉS

1. Mesurer la croissance de la productivité dans le secteur de l’élevage 19


2. Les progrès technologiques dans l’industrie avicole 20
3. La coordination dans les chaînes de valeur pour la production animale 30
4. Alimentation humaine et animale: les animaux d’élevage réduisent-ils
les disponibilités alimentaires pour la consommation humaine? 42
5. Le projet de développement des caprins à vocation laitière en Éthiopie 45
6. Un secteur en transition – l’élevage des volailles en Chine 48
7. Un secteur en transition – la production laitière en Inde et au Kenya 50
8. Secteur de l’élevage – l’influence des facteurs liés à l’offre 52
9. Les poulets Kuroiler™ – relier les élevages de basse-cour au secteur privé 55
10. L’essor de la production des biocarburants 59
11. La conservation des ressources zoogénétiques 64
12. Évaluer la contribution de l’élevage aux émissions de gaz à effet de serre 70
13. L’Union européenne – l’intégration des impératifs de protection
environnementale dans la Politique agricole commune 76
14. La réduction de la pollution aux nitrates au Danemark 78
15. Atténuation des effets du changement climatique: exploiter les chances
offertes par la gestion améliorée des sols dans les systèmes d’élevage 81
16. Santé et bien-être des animaux 91
17. Programme mondial d’éradication de la peste bovine – éléments d’une
initiative réussie 100
18. Un monde, une santé 102
19. Les crises alimentaires 122
20. Les prix des produits alimentaires sur le marché intérieur des pays
en développement restent élevés 126
21. Le retour des prix élevés pour les produits agricoles? 132

FIGURES

1. Consommation par habitant des principales denrées alimentaires dans


les pays en développement, 1961-2005 9
2. Apport par habitant d’énergie dérivée des produits de l’élevage par région,
1961-2005 10
3. PIB et consommation de viande par habitant et par pays, 2005 12
4. Production de viande, d’œufs et de lait par région dans les pays
en développement, 1961-2007 14
5. Production mondiale des principales catégories de viande, 1961-2007 16
6. Sources de croissance dans la production animale: croissance moyenne annuelle
en nombre d’animaux et en production par animal, 1980-2007 18
7. Valeur des produits de l’élevage en tant que part de la valeur à l’exportation
agricole mondiale, 1961-2006 22
8. Exportations nettes de viande et de produits laitiers depuis les pays développés
et en développement, 1961-2006 23
9. Consommation de viande et part des importations nettes dans la consommation,
dans les pays les moins avancés, 1961-2005 24
10. Classification des systèmes de production animale 27
11. Pourcentage des ménages ruraux possédant du bétail, par quintiles
de dépenses 37
12. Part des revenus de l’élevage au sein des ménages ruraux, par quintile
de dépenses 38
13. Nombre de bêtes détenues par les ménages ruraux, par quintiles de dépenses 39
14. Pourcentage de la production totale de bétail des ménages ruraux
qui est vendu, par quintile de dépenses 40
vi

15. Conséquences des épizooties sur le bien-être des personnes 85


16. Répartition des objectifs politiques 110
17. Estimations de la FAO du nombre de personnes sous-alimentées en 2009,
par région 121
18. Indices des prix agricoles 123
19. Inflation des prix à la consommation des produits alimentaires, 2007-2009,
pays choisis 124
20. Prix réels des céréales 128
21. Croissance de la production agricole, par région 129
22. Tendances à long terme de la production agricole, par région 130
23. Évolution des exportations réelles mondiales de produits alimentaires 130
24. Évolution du commerce net réel des produits alimentaires par région 131
25. Estimation de l’impact des mesures relatives à la production, à la
consommation, aux stocks et aux frontières sur les marchés du riz et du blé 138
vii

Avant-propos

Le rapport sur La situation mondiale de un rythme sans précédent, dans le cadre


l’alimentation et de l’agriculture de cette de ce qu’on appelé la «révolution de
année est publié à un moment crucial. l’élevage». L’explosion de la demande
Le monde traverse des turbulences d’aliments d’origine animale des pays
financières qui ont provoqué un net recul enregistrant les taux de croissance les plus
économique. Mais cela ne doit pas masquer élevés a entraîné d’importantes hausses
la crise alimentaire mondiale qui a ébranlé de la production animale, soutenues par
l’économie agricole à l’échelle internationale de grandes innovations technologiques
et mis en évidence la fragilité du système et d’importants changements structurels
agricole mondial. dans ce secteur. Cette demande en plein
Malheureusement, l’augmentation essor a été principalement satisfaite par
du nombre de personnes qui ont faim la production animale commerciale et les
aujourd’hui est un phénomène mondial filières alimentaires associées. Parallèlement,
qui n’épargne aucun lieu de la planète. plusieurs millions d’habitants des zones
Nos estimations montrent que le nombre rurales pratiquent toujours l’élevage à l’aide
de personnes souffrant de faim chronique de systèmes de production traditionnels
dans le monde a dépassé un milliard en 2009 pour assurer les moyens de subsistance et la
– un milliard et 20 millions pour être plus sécurité alimentaire des ménages.
précis. Le défi qui se pose est de garantir La mutation rapide du secteur de l’élevage
la sécurité alimentaire de ce milliard de s’opère dans un vide institutionnel. Le
personnes qui ont faim et aussi de multiplier rythme du changement est tel qu’il a
par deux la production alimentaire afin de souvent très largement dépassé la capacité
nourrir une population qui devrait atteindre des États et des sociétés de fixer le cadre
9,2 milliards d’âmes d’ici à 2050, selon les politique et réglementaire nécessaire au
projections. juste équilibre entre l’approvisionnement
À l’échelle internationale, il est de plus en des biens privés et publics.
plus reconnu que le développement agricole Le secteur est aux prises avec un certain
est essentiel si l’on veut inverser cette nombre d’enjeux:
tendance et accomplir d’importants progrès t La pression exercée sur les écosystèmes
durables pour sortir plusieurs millions de et les ressources naturelles, à savoir
personnes de la pauvreté et de l’insécurité la terre, l’eau et la biodiversité, est
alimentaire. Ce constat est relayé de de plus en plus importante. L’élevage
manière croissante aux plus hauts niveaux n’est que l’un des nombreux secteurs et
politiques. l’une des multiples activités humaines
Toutefois, le secteur de l’alimentation et y contribuant. Dans certains cas,
de l’agriculture dans le monde se heurte son impact sur les écosystèmes est
à plusieurs défis, dont les changements disproportionné par rapport à son
démographiques et l’évolution des modes importance économique. Dans le
d’alimentation, le changement climatique, même temps, le secteur est de plus en
le développement des bioénergies et les plus confronté à des contraintes de
contraintes liées aux ressources naturelles. ressources naturelles et à la concurrence
Tous ces facteurs, ainsi que des éléments accrue d’autres secteurs pour plusieurs
qui leur sont liés, sont en outre en train ressources. En outre, la prise de
de déterminer des mutations structurelles conscience est de plus en plus forte en
dans le secteur de l’élevage, dont le ce qui concerne les interactions entre
développement se trouve être l’un des plus l’élevage et le changement climatique,
dynamiques de l’économie agricole. le secteur de l’élevage y contribuant
Le secteur mondial de l’élevage a connu tout en souffrant de ses impacts. À
ces dernières décennies des mutations à l’inverse, il est également reconnu que
viii

ce secteur peut jouer un rôle capital dans pèsent sur le secteur ainsi que les possibilités
l’atténuation du changement climatique qui s’y ouvrent. Il met en exergue les risques
moyennant l’adoption de meilleures et les échecs systémiques résultant d’un
technologies. processus de croissance et de transformation
t La mondialisation des systèmes qui a dépassé la capacité et la volonté des
alimentaires s’est traduite par un États et des sociétés à assurer un contrôle
accroissement des flux de technologies, et une régulation. Il tente d’identifier les
de capitaux, de personnes et de problèmes qui nécessitent des solutions à
marchandises, y compris d’animaux divers niveaux pour permettre au secteur
vivants et de produits d’origine animale, de l’élevage de répondre aux attentes
dans le monde entier. L’intensification futures de la société en ce qui concerne
des échanges commerciaux, de pair avec l’approvisionnement des biens privés et
la concentration croissante d’animaux, publics. La question de la gouvernance est
souvent à proximité de populations centrale. Identifier et définir le rôle que
humaines importantes, ont contribué à doivent avoir les États, au sens large: tel
une hausse des risques de propagation est le socle sur lequel il convient d’appuyer
d’épizooties et des risques d’origine le développement futur du secteur de
animale pour la santé humaine, à l’élevage.
l’échelle mondiale. Parallèlement, l’accès Les défis posés par ce secteur ne peuvent
insuffisant aux services vétérinaires être résolus par une simple série d’actions
compromet les moyens de subsistance et ni par des acteurs isolés. Ils requièrent des
les perspectives de développement de efforts intégrés d’une multitude de parties
nombreux éleveurs pauvres des pays en prenantes. De tels efforts doivent s’attaquer
développement. aux causes profondes de ces problèmes
t Un ultime point essentiel concerne les dans des domaines où les impacts sociaux,
conséquences sociales des évolutions environnementaux et sanitaires du secteur
structurelles du secteur et le rôle de l’élevage et son développement rapide
qu’y joueront les personnes pauvres. sont négatifs. Ils doivent également être
Comment le secteur de l’élevage réalistes et équitables. En concentrant notre
peut-il contribuer plus efficacement attention de manière constructive, nous
à réduire la pauvreté et à assurer la pouvons opérer la transition vers un secteur
sécurité alimentaire pour tous? Le de l’élevage plus responsable, capable de
développement rapide de ce secteur répondre aux objectifs multiples et souvent
dans de nombreux pays a-t-il été contradictoires de la société. J’espère que le
bénéfique aux petits exploitants, ou présent rapport pourra contribuer à jeter les
ces derniers sont-ils de plus en plus premières bases d’une telle orientation.
marginalisés? Dans l’affirmative, cette
situation est-elle inévitable, ou les
pauvres peuvent-ils être réintégrés
au processus de développement de
l’élevage?
Pour chacun de ces trois domaines, le Jacques Diouf
rapport aborde les défis les plus difficiles qui DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA FAO
ix

Remerciements

La situation mondiale de l’alimentation et de la protection des consommateurs


et de l’agriculture 2009 est l’œuvre d’une de la FAO; Nancy Morgan de la Division
équipe dirigée par Terri Raney et composée du Centre d’investissement de la FAO; et
de Stefano Gerosa, Yasmeen Khwaja et Patricia Colbert, Eve Crowley et Ilaria Sisto
Jakob Skoet de la Division de l’économie de la Division de la parité, de l’équité et
et du développement agricole de la FAO; de l’emploi rural de la FAO ont également
de Henning Steinfeld, Anni McLeod et apporté leur contribution.
Carolyn Opio de la Division de la production La Première partie du rapport s’est
et de la santé animale; et de Merritt Cluff inspirée des deux volumes à venir intitulés
de la Division du commerce international Livestock in a Changing Landscape, qui
et des marchés. Liliana Maldonado et paraîtront fin 2009 chez Island Press,
Paola Di Santo ont assuré le secrétariat et les et préparés avec le soutien de plusieurs
tâches administratives. organisations, notamment de la FAO,
Le rapport a été préparé sous la l’Institut international de recherches
direction générale de Hafez Ghanem, sur l’élevage (ILRI), l’Initiative élevage,
Sous-Directeur général du Département environnement et développement de la FAO,
du développement économique et social le Comité scientifique pour les problèmes de
de la FAO; ainsi que de Kostas Stamoulis, l’environnement, la Haute école spécialisée
Directeur, et de Keith Wiebe, Directeur bernoise, la Haute école suisse d’agronomie
adjoint de la Division de l’économie du (HESA), le Centre de coopération
développement agricole. La Première internationale en recherche agronomique
partie du rapport a bénéficié des conseils pour le développement (CIRAD) et le Woods
supplémentaires et du soutien de Institute for the Environment de l’Université
James Butler, Directeur général adjoint; de Stanford.
Modibo Traoré, Sous-Directeur général Elle s’appuie également sur les travaux
du Département de l’agriculture et de de recherche rédigés dans le cadre de
la protection des consommateurs; et l’Initiative pour des politiques d’élevage
Samuel Jutzi, Directeur de la Division de la en faveur des pauvres (IPEFP), financée
production et de la santé animales. par le Gouvernement du Royaume-Uni,
La première partie du rapport, Le et l’Initiative élevage, environnement
point sur l’élevage, a été rédigée et développement, financée par l’Union
conjointement par Terri Raney, Jakob Skoet européenne et les Gouvernements danois,
et Henning Steinfeld. Ont également français et suisse.
participé à la rédaction Stefano Gerosa Les documents de référence pour la
et Yasmeen Khwaja de la Division de Première partie du rapport ont été préparés
l’économie du développement agricole par Klaas Dietze (FAO); Jeroen Dijkman
de la FAO; Jeroen Dijkman, Pierre Gerber, (FAO) et Keith Sones (Keith Sones
Nigel Key, Anni McLeod, Carolyn Opio Associates); Klaus Frohberg (Université de
et Henning Steinfeld de la Division de la Bonn); Jørgen Henriksen (Henriksen Advice,
production et de la santé animales de la Copenhague); Brian Perry (Université
FAO. Daniela Battaglia, Katinka de Balogh, d’Oxford) et Keith Sones (Keith Sones
Joseph Domenech, Irene Hoffmann, Associates); Robert Pym (Université du
Simon Mack et Jan Slingenbergh de la Queensland); Prakash Shetty (Université de
Division de la production et de la santé Southampton); Farzad Taheripour, Thomas
animales de la FAO; Bernadete Neves, W. Hertel et Wallace E. Tyner (Université
Luca Tasciotti et Alberto Zezza de la Division de Purdue ); Philip Thornton (Institut
de l’économie du développement agricole international de recherches sur l’élevage)
de la FAO; Renata Clarke, Sandra Honour et et Pierre Gerber (FAO); et Ray Trewin
Ellen Muehlhoff de la Division de la nutrition (Université nationale australienne).
x

La Première partie du rapport a largement d’agronomie), Jimmy Smith (Banque


bénéficié de deux ateliers externes, menés mondiale), Steve Staal (Institut international
avec le soutien financier de la Banque de recherches sur l’élevage) et Laping Wu
mondiale. Les auteurs des documents (Université d’agriculture de Chine).
de référence ayant participé au premier La Deuxième partie du rapport, Tour
atelier, organisé en novembre 2008, sont d’horizon de la situation mondiale de
les suivants: Jeroen Dijkman, Pierre Gerber, l’alimentation et de l’agriculture, a été
Jørgen Henriksen, Brian Perry, Robert Pym, rédigée par Jakob Skoet et Merritt Cluff,
Keith Sones et Ray Trewin, ainsi que d’après les informations fournies par le
Jimmy Smith (Banque mondiale) et le service des politiques et des projections
personnel de la Division de l’économie du concernant les produits de la Division du
développement agricole, de la Division commerce international et des marchés de la
de la production et de la santé animales FAO, avec les contributions particulières de
et de la Division de la nutrition et de la Merritt Cluff, Cheng Fang, Holger Matthey,
protection des consommateurs. Le second Grégoire Tallard et Koji Yanagishima.
atelier, organisé en avril 2009, a bénéficié La Troisième partie du rapport,
de la participation externe de: Vinod Ahuja Annexe statistique, a été préparée par
(Institut indien de gestion), Peter Bazeley Stefano Gerosa.
(Peter Bazeley Development Consulting), Le rapport doit beaucoup à l’expertise
Harold Mooney (Université de Stanford), des rédacteurs, concepteurs, maquettistes
Clare Narrod (Institut international de et spécialistes de la reproduction de la
recherche sur les politiques alimentaires), Sous-division des politiques et de l’appui
Oene Oenema (Université de Wageningen), en matière de publications électroniques
Fritz Schneider (Haute école suisse de la FAO.
xi

Sigles et abréviations

AIEA Agence internationale de l’énergie atomique

ANASE Association des Nations de l’Asie du Sud-Est

APEC Organisation de coopération économique Asie-Pacifique

ASACR Association sud-asiatique de coopération régionale

BCAE bonnes conditions agricoles et environnementales

CCCC Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

CEI Communauté des États indépendants

CIRAD Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le


développement

EMPRES Système de prévention et de réponse rapide contre les ravageurs


et les maladies transfrontières des animaux et des plantes

FA fièvre aphteuse

FMI Fonds monétaire international

GCRAI Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale

GIEC Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

IFPRI Institut international de recherche sur les politiques alimentaires

IICA Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture

ILRI Institut international de recherches sur l’élevage

IPEFP Initiative pour des politiques d’élevage en faveur des pauvres

MEA Évaluation des écosystèmes en début de millénaire

OCDE Organisation de coopération et de développement économiques

OCE Organisation de coopération économique

OIE Organisation mondiale de la santé animale

OIRSA Organisme international régional contre les maladies des plantes


et des animaux

OMC Organisation mondiale du commerce


xii

OMS Organisation mondiale de la Santé

OUA/BIRA Bureau interafricain des ressources animales de l’Organisation


de l’Union africaine

PAC Politique agricole commune

PAM Programme alimentaire mondial

PMA pays les moins avancés

PBA productivité biomasse-aliments

PPA parité du pouvoir d’achat

PPC peste porcine classique

PPR peste des petits ruminants

SMIAR Système mondial d’information et d’alerte rapide

SRAS syndrome respiratoire aigu sévère

UA/BIRA Bureau interafricain pour les ressources animales de l’Union africaine

UBT unité de bétail tropical

UE Union européenne

UICN Union internationale pour la conservation de la nature

UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’enfance

WCS Société pour la conservation de la faune sauvage

WWF Fonds mondial pour la nature


Première partie
LE POINT SUR L'ÉLEVAGE
p
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

1. Le point sur l’élevage

Le secteur de l’élevage représente 40 pour des déchets qui, autrement, poseraient de


cent de la production agricole mondiale sérieux problèmes de pollution et de santé
et contribue aux moyens d’existence publique.
et à la sécurité alimentaire de près À l’échelle mondiale, l’élevage représente
d’un milliard de personnes. Au sein de 15 pour cent de l’énergie alimentaire totale
l’économie agricole, c’est un des segments consommée et 25 pour cent des apports en
qui connaît la croissance la plus rapide, protéines. Les produits d’origine animale
alimentée par la hausse des revenus et des fournissent des micronutriments essentiels
évolutions technologiques et structurelles. que l’on ne trouve pas facilement dans
La croissance et la transformation du l’alimentation d’origine végétale.
secteur ouvrent des opportunités pour le Près de 80 pour cent des personnes sous-
développement agricole et la diminution alimentées dans le monde vivent dans des
de la pauvreté et permettent des avancées zones rurales (Projet du Millénaire de l’ONU,
en matière de sécurité alimentaire. 2004), et la plupart d’entre elles subsistent
Néanmoins, la rapidité des évolutions risque grâce à l’agriculture et notamment l’élevage.
de marginaliser les petits exploitants et La base de données de la FAO sur les activités
il convient, pour assurer la pérennité de génératrices de revenus ruraux (FAO, 2009a)
son développement, de traiter les risques indique que, sur un échantillon de 14 pays,
systémiques pesant sur l’environnement et 60 pour cent des ménages ruraux sont
la santé humaine. des éleveurs. Une part importante de leur
Dans de nombreux pays en production animale est vendue, contribuant
développement, l’élevage est une activité largement à leurs revenus en espèces. Dans
multifonctionnelle. Au-delà de son rôle certains pays, les ménages ruraux les plus
de source de revenus et d’aliments, le pauvres sont davantage susceptibles de
bétail constitue un bien précieux, servant posséder des animaux que les plus riches.
de réserve de richesse, de garantie pour Même si le nombre moyen d’animaux par
le crédit et, en temps de crise, de filet foyer est plutôt faible, l’élevage constitue
de sécurité essentiel. Les bêtes jouent ainsi un point de départ intéressant pour
également un rôle central dans les systèmes réduire la pauvreté.
d’agriculture mixte. Elles consomment les Les femmes et les hommes ne partagent
déchets des récoltes et de la production généralement pas les mêmes opportunités,
alimentaire, permettent de limiter la en termes de moyens d’existence, ni les
propagation des insectes et des plantes mêmes contraintes pour la conduite de
adventices, produisent du fumier pour la l’élevage. Les petits éleveurs, en particulier
fertilisation et l’amélioration des sols, et les femmes, sont confrontés à de nombreux
peuvent être utilisées pour le labourage problèmes, tels: un accès limité aux marchés,
ou le transport. Dans certaines régions, le aux biens, aux services et aux informations
bétail joue un rôle sanitaire en consommant techniques; des sécheresses et des maladies
4 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

périodiques; des ressources en concurrence; épreuve la base de ressources naturelles, un


des politiques qui favorisent les plus gros mécanisme qui pourrait affecter la sécurité
producteurs ou les marchés extérieurs; et alimentaire.
des institutions aux pouvoirs trop faibles. Les Dans de nombreux pays en développement
connaissances et responsabilités associées à croissance rapide, de fortes impulsions
aux divers aspects de l’élevage et de la économiques transforment actuellement le
production animale diffèrent également secteur de l’élevage. La production animale,
selon le sexe et l’âge. Par exemple, la femme en particulier pour les porcs et la volaille,
pourrait être chargée de la prévention ou devient plus intensive, géographiquement
du traitement des maladies des animaux du concentrée et verticalement intégrée
ménage, l’homme de la traite ou des aspects et dépend davantage des chaînes
commerciaux, les garçons des pâtures ou d’approvisionnement mondiales. De même, si
de l’abreuvement des bêtes tandis que les des normes plus strictes en matière de santé
filles donneraient du fourrage aux animaux animale et de sécurité sanitaire des aliments
d’étable. Les femmes vivant en milieu rural améliorent la santé publique, elles creusent
sont tout autant susceptibles que les hommes également le fossé entre les petits éleveurs et
de pratiquer l’élevage, mais leurs troupeaux les gros producteurs commerciaux. Plusieurs
sont généralement plus petits et elles barreaux manquent à «l’échelle de l’élevage»
possèdent plus souvent de la volaille et des que les petits exploitants utilisent pour gravir
petits ruminants. les échelons de la production et sortir de la
Certaines données indiquent que dans pauvreté (Sones et Dijkman, 2008).
les pays en développement, les personnes Des études de cas montrent que, même
pauvres, en particulier les jeunes enfants dans un secteur en rapide mutation, les
et leurs mères, ne consomment pas assez petits éleveurs du secteur commercial
de produits d’origine animale (IFPRI, 2004), peuvent être compétitifs s’ils bénéficient
tandis que d’autres personnes, en particulier d’un soutien institutionnel approprié et si
dans les pays développés, en consomment le coût d’opportunité de leur travail reste
trop (OPS-OMS, 2006). Néanmoins, chez les faible (Delgado, Narrod et Tiongco, 2008).
ruraux pauvres, les taux de sous-alimentation L’expérience de plusieurs pays membres
et de carences en micronutriments sont de l’Organisation de coopération et de
élevés, indiquant que, malgré leur statut développement économiques (OCDE)
d’éleveur, ils consomment très peu de produits indique que les subventions et les mesures
d’origine animale. Entre 4 à 5 milliards protectionnistes coûtent très cher et
de personnes dans le monde souffrent de ne suffisent pas à empêcher les petits
carences en fer, un élément nutritif essentiel exploitants de mettre fin à leur activité. Des
en particulier pour les femmes enceintes mesures visant à améliorer leur productivité,
et allaitantes et pour le développement à diminuer les coûts de transaction et
physique et cognitif des jeunes enfants (SCN, à franchir les obstacles techniques de
2004). Ces nutriments ainsi que d’autres tout marché peuvent s’avérer très utiles. Au
aussi importants sont plus souvent présents contraire, les subventions directes et les
dans la viande, le lait et les œufs que dans les mesures protectionnistes pourraient être
aliments d’origine végétale (Neumann et al., contreproductives.
2003). Un meilleur accès à une alimentation Lorsque les économies et les opportunités
animale peu coûteuse pourrait améliorer d’emploi sont en expansion, la hausse
sensiblement la santé et la nutrition de parallèle des coûts d’opportunité de l’emploi
nombreuses personnes pauvres. Toutefois, amène souvent les petits exploitants à
une consommation excessive de produits abandonner l’élevage au profit d’autres
de l’élevage est associée au risque accru de secteurs plus productifs et moins coûteux.
l’obésité, des maladies cardiovasculaires et Cela fait partie intégrante du processus de
d’autres maladies non transmissibles (OMS/ développement économique et ne devrait
FAO, 2003). De plus, du fait de l’expansion pas être considéré comme une tendance
rapide du secteur de l’élevage, les terres et négative. Des difficultés apparaissent
les autres ressources productives font l’objet lorsque le rythme des évolutions du
de rivalités croissantes, ce qui pousse les prix secteur de l’élevage dépasse la capacité du
des céréales de base à la hausse et met à rude reste de l’économie à proposer d’autres
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

5
emplois. Dans cette situation, les mesures de serre à l’échelle de la planète (Steinfeld
appropriées consisteraient à faciliter la et al., 2006). Il convient de noter toutefois
transition des éleveurs vers les autres que le PIB sous-estime le rôle économique
secteurs, notamment par des dispositifs et social de l’élevage en ne tenant pas
de protection sociale et des politiques de compte de ses nombreuses contributions
développement rural renforcées prenant multifonctionnelles aux moyens d’existence.
la forme d’investissements dans le secteur Il est donc urgent d’améliorer l’efficacité de
de l’éducation et des infrastructures et l’utilisation des ressources par l’élevage et de
de mesures institutionnelles axées sur la diminuer les externalités environnementales
croissance. Les petits agriculteurs doivent négatives produites par le secteur.
servir de point de départ au développement Les pâturages occupent 26 pour cent de
et non l’inverse. la superficie terrestre non couverte par les
Certains éleveurs sont simplement trop glaces, et la production d’aliments pour le
pauvres, et leurs exploitations trop petites, bétail, 33 pour cent des terres cultivables
pour dépasser les obstacles économiques (Steinfeld et al., 2006). L’augmentation des
et techniques et passer à la production surfaces allouées à l’élevage peut contribuer
commerciale. Les femmes sont généralement à la déforestation dans certains pays, alors
confrontées à de plus grandes difficultés que l’intensification de la production animale
que les hommes. En effet, elles ont moins peut entraîner un surpâturage dans d’autres.
accès au bétail et aux autres ressources En raison de la concentration géographique
nécessaires pour profiter de la croissance, croissante de la production animale,
telles que la terre, le crédit, la main-d’œuvre, la quantité de fumier produite par les
la technologie et les services. Elles contrôlent animaux est souvent supérieure à la capacité
également moins ces paramètres. Pour la d’absorption des sols. Le fumier devient
plupart des individus très pauvres, l’élevage ainsi un déchet au lieu d’être une précieuse
constitue un filet de sécurité et non une ressource comme dans les systèmes moins
activité commerciale. Des services de santé concentrés de production mixte. Il peut
animale plus accessibles et des mesures plus retrouver son rôle crucial si des incitations,
volontaristes de lutte contre les maladies des réglementations et des technologies
animales amélioreraient la situation de ces adéquates telles que la digestion anaérobie
personnes à court terme, mais la création de sont mises en œuvre. D’un point de vue plus
réseaux de protection sociale alternatifs qui général, pour atténuer les effets négatifs
préservent les moyens d’existence des chocs de l’élevage sur l’environnement, il faut
extérieurs leur serait plus bénéfique. Il faut instaurer des politiques appropriées.
garder à l’esprit que les éleveurs les plus La concentration de la production
pauvres font face à des incertitudes et des animale à grande proximité des populations
contraintes, et que l’élevage joue pour eux augmente les risques que font peser les
un rôle crucial de protection sociale. Ainsi, maladies animales sur la santé humaine. Ces
les décisions stratégiques les concernant affections ont toujours eu des répercussions
doivent prendre en compte les nombreuses sur les populations humaines. Il semble ainsi
fonctions de cette activité pour leurs moyens que la plupart des souches de grippe soit
d’existence. d’origine animale. Du fait des maladies qu’ils
Le secteur agricole est le plus grand causent, les agents pathogènes du bétail
utilisateur et gestionnaire mondial de ont toujours nui à la productivité du bétail
ressources naturelles et, comme toute et sont donc en concurrence avec l’être
activité de production, la production animale humain. Les maladies animales imposent de
implique un coût environnemental. L’élevage, lourdes contraintes aux éleveurs pauvres car
est aussi souvent conjugué aux distorsions ils vivent au plus près de leurs animaux et ont
politiques et aux dysfonctionnements un accès plus limité aux services vétérinaires,
du marché, et par conséquent il a sur et aussi parce que les mesures prises pour
l’environnement des conséquences qui sont lutter contre certaines d’entre elles peuvent
souvent sans commune mesure avec son rôle anéantir leurs principaux moyens d’existence
dans l’économie. Par exemple, s’il représente et le filet de sécurité dont ils dépendent en
moins de 2 pour cent du PIB mondial, il est cas d’urgence. Une gestion du bétail visant à
à l’origine de 18 pour cent des gaz à effet lutter plus efficacement contre les maladies
6 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

pourrait être très bénéfique du point de vue La hausse rapide des revenus et
économique, social et de la santé humaine, l’urbanisation observées au cours des
pour les personnes pauvres et pour la trois dernières décennies, conjuguées à la
société en général. Elle pourrait nécessiter croissance démographique, ont alimenté
de déplacer la production animale loin des la demande pour la viande et les autres
grands centres humains afin de limiter les produits animaux dans de nombreux pays
risques de transmission. en développement. Les facteurs liés à
l’offre, tels la mondialisation des chaînes
d’approvisionnement des aliments pour
Évolutions dans le secteur animaux, des stocks génétiques et des autres
de l’élevage technologies, modifient davantage encore
la structure du secteur. Complexe, celle-ci
C’est en 1982 que La situation mondiale varie selon les lieux et les espèces concernées,
de l’alimentation et de l’agriculture a mais un fossé grandissant se creuse: les
fourni pour la dernière fois une étude gros producteurs industriels fournissent les
approfondie du secteur de l’élevage. Depuis marchés dynamiques en pleine expansion
lors, le secteur de l’élevage se développe tandis que les pasteurs et les petits exploitants
et change rapidement en réponse aux traditionnels, même s’ils continuent souvent
bouleversements de l’économie mondiale, de soutenir les moyens d’existence locaux
à la hausse des revenus dans de nombreux et de concourir à la sécurité alimentaire,
pays en développement et aux évolutions des risquent d’être mis à l’écart.
attentes sociétales. On attend de plus en plus Dans de nombreuses régions du globe,
du secteur – qui doit fournir une nourriture la transformation du secteur de l’élevage
saine et abondante pour des populations intervient en l’absence d’une gouvernance
urbaines croissantes tout en mettant à forte, ce qui aboutit à des défaillances de
disposition des biens publics permettant de marché s’agissant de la santé publique et de
diminuer la pauvreté, d’assurer la sécurité l’utilisation des ressources naturelles. Peu
alimentaire et de protéger l’environnement d’actions ont été menées pour rectifier ces
et la santé publique. Ces tendances et les dysfonctionnements et, dans certains cas, les
défis qu’elles sous-tendent avaient été interventions des autorités ont elles-mêmes
mis en évidence il y a 10 ans par Delgado créé des distorsions. Les opportunités nées
et al. (1999), qui utilisent le terme de du développement de l’élevage n’ont pas été
«révolution de l’élevage» pour décrire les saisies en raison d’institutions et de politiques
transformations à l’œuvre: inadaptées, un problème que l’on retrouve
Une révolution est en cours au sein de dans d’autres secteurs. Par conséquent,
l’agriculture mondiale, induisant de profonds l’élevage n’a pas contribué autant qu’il
bouleversements pour la santé humaine, les aurait pu à la réduction de la pauvreté et à la
moyens d’existence et l’environnement. Dans sécurité alimentaire. De même, la croissance
les pays en développement, la croissance n’a pas été maîtrisée de manière à faire face
démographique, urbaine et des revenus aux pressions croissantes qui s’exercent sur les
entraîne une forte hausse de la demande en ressources naturelles ou à lutter efficacement
aliments d’origine animale. Cette évolution contre les maladies animales. Corriger les
des régimes alimentaires, qui concerne des dysfonctionnements du marché devrait donc
milliards de personnes, pourrait améliorer être le moteur des politiques publiques.
sensiblement le bien-être de nombreux
pauvres ruraux. Les gouvernements et Satisfaire les attentes de la société
le secteur doivent se préparer à cette Le secteur de l’élevage, comme une
révolution par des politiques et des grande partie de l’agriculture, joue un rôle
investissements de long terme qui satisferont économique, social et environnemental
la demande du consommateur, amélioreront complexe. La société attend qu’il continue
la nutrition, multiplieront les opportunités de répondre à une demande mondiale de
de revenus directs pour ceux qui en ont le plus en plus forte en produits animaux,
plus besoin, et limiteront les nuisances sur et ce, de manière économique, rapide
l’environnement et la santé publique. et fiable. Il doit satisfaire ces attentes en
(Delgado et al., 1999) respectant l’environnement, en maîtrisant
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

7
les conséquences éventuelles des maladies compte des différents rôles qu’il peut
animales mais également en ouvrant des jouer comme moyen d’existence. Les petits
possibilités de développement rural, de exploitants qui pourraient être en mesure
réduction de la pauvreté et d’amélioration de soutenir la concurrence sur le marché
de la sécurité alimentaire. Étant donné doivent pouvoir compter sur des politiques
que la sécurité alimentaire et les moyens et un appui institutionnel qui puissent
d’existence de nombreuses personnes les aider à accéder à la technologie, à
dépendent du secteur, et au vu de ses coûts l’information et aux marchés pour améliorer
environnementaux et de santé humaine leur productivité. Parallèlement, les pressions
élevés, le défi consiste, en matière de économiques (examinées au Chapitre 2)
politiques, à trouver un équilibre approprié font que certains petits producteurs devront
entre des objectifs contradictoires. quitter le secteur et auront pour cela besoin
L’élevage, comme de nombreuses autres d’une aide. Pour d’autres, notamment les
activités humaines, accentue la pression sur très pauvres, l’élevage est d’abord un filet
les écosystèmes et les ressources naturelles de sécurité. La communauté de la recherche
telles que la terre, l’air, l’eau et la biodiversité. et du développement agricoles doit replacer
Dans le même temps, cette pression même l’élevage au cœur des préoccupations et y
et la concurrence féroce qui existe avec les investir de nouvelles ressources. De solides
autres secteurs pour capter ces ressources, mécanismes institutionnels et de gouvernance
freinent de plus en plus son développement. reflétant la diversité du secteur doivent
De surcroît, il apparaît de plus en plus également être mis en place. L’élevage peut
clairement que le changement climatique améliorer la sécurité alimentaire et contribuer
crée des conditions, et impose des contraintes, à réduire la pauvreté, mais des mesures sont
nouvelles pour le secteur. Le changement nécessaires pour s’assurer que cela se fasse
climatique va modifier les activités des d’une manière écologiquement viable et sûre
hommes et des femmes, faisant peser des pour la santé humaine.
risques inconnus jusqu’alors et ouvrant des Cette édition de La situation mondiale de
opportunités inédites. Par exemple, certains l’alimentation et de l’agriculture souligne que
hommes pourraient émigrer pour trouver du l’élevage pourrait aider la société à atteindre
travail, tandis que les femmes et les enfants ses objectifs, à condition de changements
assumeraient de nouvelles responsabilités. institutionnels et politiques significatifs.
Comme elles ont moins accès aux ressources L’expansion rapide du secteur, dans un
et qu’elles souffrent d’un niveau d’instruction contexte d’institutions et de gouvernance
plus faible, d’une charge de travail plus lourde faibles, a généré des risques systémiques
et d’une moins bonne santé, les femmes sont qui pourraient avoir des conséquences
davantage sensibles aux chocs extérieurs. catastrophiques sur les moyens d’existences,
Le commerce international croissant la santé humaine et animale ainsi que sur
de bétail et de produits de l’élevage a l’environnement. Des investissements sont
provoqué une augmentation des flux de nécessaires pour améliorer la productivité
technologies, de capitaux, de personnes du secteur et l’efficacité de l’utilisation
et de biens, y compris d’animaux vivants des ressources, à la fois pour satisfaire la
et de produits d’origine animale. En plus demande croissante des consommateurs
d’accroître la concentration des animaux, et pour atténuer les problèmes
souvent à proximité d’importants groupes environnementaux et sanitaires. Il convient,
de population, ce phénomène a alimenté tout particulièrement en temps de crise et de
les risques de propagation des maladies mutation, que les politiques, les institutions et
animales et ceux que les animaux font peser les technologies, tiennent compte des besoins
sur la santé humaine. Parallèlement, dans spécifiques des petits exploitants.
les pays en développement, les inégalités
d’accès aux services vétérinaires menacent
les moyens d’existence et les perspectives de Structure du rapport
développement de nombreux éleveurs. et messages clés
L’élevage peut être un moyen de sortir
certains petits exploitants de la pauvreté, Le Chapitre 2 aborde les tendances du secteur
et les responsables politiques doivent tenir de l’élevage, ses ressorts économiques et
8 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

sociaux, ses évolutions technologiques et les les ménages les plus pauvres pour qui
transformations structurelles qui s’en suivent. l’élevage constitue un filet de sécurité
Il revient également sur les conséquences essentiel; et iii) adopter des mesures de
de ces évolutions sur la pauvreté, la sécurité développement rural pour faciliter la
alimentaire, l’environnement et la santé transition de certains ménages ruraux
humaine. Les répercussions sociales des vers d’autres secteurs.
changements dans le secteur de l’élevage, et v Il conviendrait de renforcer la
le rôle de ce dernier dans le développement gouvernance du secteur de l’élevage
économique, la réduction de la pauvreté pour assurer une croissance continue
et l’amélioration de la sécurité alimentaire, respectueuse de l’environnement. La
sont abordés au Chapitre 3. Le Chapitre 4 production animale exerce une pression
s’intéresse quant à lui à l’interdépendance croissante sur la terre, l’air, l’eau et la
entre l’élevage, les ressources naturelles et biodiversité. Une action corrective est
les écosystèmes, et notamment au rôle du nécessaire pour encourager la mise à
secteur dans le changement climatique. Le disposition de biens publics, tels que les
Chapitre 5 porte sur les nombreux problèmes services écosystémiques et la protection
que soulèvent les maladies animales et de l’environnement. Il conviendra à
leur gestion. Le dernier chapitre aborde cette fin de s’intéresser aux précédents
les mesures politiques et institutionnelles échecs politiques et dysfonctionnements
nécessaires pour que l’élevage améliore de marché, et d’élaborer et d’appliquer
la sécurité alimentaire et participe à la des sanctions ou des incitations,
réduction de la pauvreté tout en respectant comme le paiement des services
l’environnement et en protégeant la santé environnementaux. L’élevage contribue
humaine. aux changements climatiques mais en
subit également les conséquences. Il peut
Messages clés du rapport jouer un rôle essentiel pour les atténuer:
v Le secteur de l’élevage est l’un des volets par exemple, l’utilisation de technologies
les plus dynamiques de l’agriculture. plus performantes, encouragées par des
Il s’est fortement développé au incitations économiques appropriées,
cours des dernières décennies et la peut réduire les émissions de gaz à effet
demande en viande devrait continuer de serre.
de croître rapidement jusqu’au milieu v Certains services de santé animale
du siècle, sous l’effet de la croissance constituent des biens publics en cela
démographique, de la hausse des qu’ils protègent la santé humaine et
niveaux de vie et de l’urbanisation. Des animale et profitent donc à la société
mesures fermes doivent être adoptées dans son ensemble. Les maladies
pour que le secteur puisse y répondre animales diminuent la production et la
tout en satisfaisant aux objectifs productivité, bouleversent les économies
sociétaux de réduction de la pauvreté, locales et nationales, menacent la santé
de sécurité alimentaire, de respect de humaine et aggravent la pauvreté.
l’environnement et d’amélioration de Les producteurs doivent affronter
la santé. Il convient de bien évaluer les plusieurs risques mais ils ne bénéficient
opportunités offertes par le secteur pas des mêmes mesures incitatives
comme les défis qu’il soulève. ni ne possèdent les mêmes moyens
v L’élevage apporte une grande pour y répondre. Dans de nombreuses
contribution à la sécurité alimentaire régions du monde, les systèmes de
et à la réduction de la pauvreté; il santé animale ont été négligés, d’où des
pourrait y contribuer encore plus en faiblesses institutionnelles, des déficits
mettant en œuvre des politiques et des d’information et des investissements
mesures judicieuses et en engageant inadaptés dans les biens publics liés à la
d’importants investissements publics et santé animale. Les producteurs à tous les
privés visant à: i) renforcer la capacité niveaux, y compris les éleveurs pauvres,
des petits exploitants à profiter doivent participer à l’élaboration de
des opportunités offertes par le programmes relatifs à la sécurité sanitaire
développement du secteur; ii) protéger des aliments et aux maladies animales.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

9
2. Changements dans le secteur
de l’élevage

La croissance rapide de l’économie et prochaines décennies. Les efforts qui devront


l’innovation technique ont profondément être déployés pour améliorer les moyens
modifié les structures du secteur de d’existence, réduire la pauvreté et l’insécurité
l’élevage selon trois axes principaux: alimentaire, diminuer les pressions sur les
disparition progressive des petites ressources naturelles et lutter contre les
exploitations mixtes au profit de grandes maladies animales et humaines sont mis en
unités de production industrielles évidence.
spécialisées; déplacement géographique
de l’offre et de la demande vers les pays
en développement; et mondialisation Tendances et facteurs moteurs de
des sources d’approvisionnement et des la consommation1
échanges. Ces changements constituent un
véritable défi pour le secteur de l’élevage, Tendances de la consommation
qui doit en effet développer durablement sa La consommation des produits de l’élevage
production de façon à renforcer la sécurité a augmenté rapidement dans les pays
alimentaire, réduire la pauvreté et améliorer en développement au cours des récentes
la santé publique. Le présent chapitre
examine les tendances et les perspectives
1
On trouvera des informations détaillées sur les tendances
de la consommation, de la production et
les plus récentes de la consommation, de la production et
du commerce des produits de l’élevage du commerce dans l’annexe des statistiques figurant à la
ainsi que les changements structurels fin du présent rapport. L’analyse et les données présentées
et technologiques qui transforment ce dans cette section et dans les sections suivantes couvrent la
consommation, la production et le commerce des produits
secteur. Il étudie la structure et la diversité
de l’élevage. Les produits de source animale d’autres
du secteur de l’élevage et les facteurs qui origines – tels que le poisson et la viande de brousse – n’y
modifieront ses contours au cours des sont pas incluses.

FIGURE 1
Consommation par habitant des principales denrées alimentaires dans les pays
en développement, 1961-2005

Indice (1961 = 100)

600

500

400

300

200

100

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05

Œufs Viande Lait

Céréales Racines et tubercules

Source: FAO, 2009b.


10 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 2
Apport par habitant d’énergie dérivée des produits de l’élevage par région,
1961-2005

kcal/personne/jour

800

700

600

500

400

300

200

100

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05

Asie de l’Est Pays à économie Amérique latine


et du Sud-Est anciennement planifiée et Caraïbes
Proche-Orient Autres pays Asie du Sud Afrique
et Afrique du Nord industrialisés subsaharienne
Note: Les produits de l’élevage comprennent la viande, les œufs, le lait et les produits laitiers Source: FAO, 2009b.
(à l’exception du beurre).

décennies, notamment à partir des pays développés et en développement


années 80. La croissance de la consommation depuis 1980. La croissance la plus forte de
par habitant de ces produits a nettement la consommation de produits de l’élevage
dépassé la croissance de la consommation par habitant a été observée en Asie de l’Est
d’autres groupes de produits alimentaires et du Sud-Est. En Chine, notamment, la
importants (figure 1). Depuis le début des consommation de viande par habitant a été
années 60, la consommation de lait par multipliée par quatre, celle de lait par 10 et
habitant dans les pays en développement a celle d’œufs par huit. La consommation de
presque doublé, la consommation de viande produits de l’élevage par habitant dans le
a plus que triplé et la consommation d’œufs reste de l’Asie de l’Est et du Sud-Est a aussi
a quintuplé. beaucoup augmenté, en particulier dans
Cette consommation accrue de produits la République populaire démocratique de
de l’élevage a eu pour effet d’augmenter Corée, la Malaisie et le Viet Nam.
considérablement l’apport énergétique Le Brésil a connu également un
mondial par habitant, mais dans des développement rapide de la consommation
proportions parfois très différentes selon de produits de l’élevage: la consommation
les régions (figure 2). La consommation de viande par habitant a presque doublé,
a augmenté dans toutes les régions, sauf et celle de lait a augmenté de 40 pour cent.
en Afrique subsaharienne. Par ailleurs, les Dans le reste de l’Amérique latine et les
anciennes économies centralisées d’Europe Caraïbes, la consommation a connu des
de l’Est et d’Asie centrale ont connu des hausses plus modestes, à quelques exceptions
reculs importants vers 1990. Les hausses les près. Le Proche-Orient et l’Afrique du Nord
plus marquées ont été observées en Asie de ont enregistré une augmentation de 50 pour
l’Est et du Sud-Est et en Amérique latine et cent de la consommation de viande et de
les Caraïbes. 70 pour cent de la consommation d’œufs,
Le tableau 1 présente une synthèse de la celle de lait ayant légèrement reculé. En Asie
consommation de viande, de lait et d’œufs du Sud, y compris l’Inde, la consommation
par habitant dans les grands groupes de par habitant de produits de l’élevage a
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

11
été marquée par une croissance soutenue si certains pays en développement comblent
bien que la consommation de viande rapidement l’écart existant (tableau 1). Cela
reste faible. Parmi les régions des pays en étant, le potentiel de croissance en la matière
développement, l’Afrique subsaharienne est important dans de nombreux pays en
est la seule dans laquelle un faible recul de développement, mais la manière dont ce
la consommation de viande et de lait a été potentiel se traduira par une hausse de la
observé. demande dépend de la croissance future des
Dans l’ensemble des pays développés, la revenus et de sa distribution dans les pays
croissance par habitant de la consommation et les régions. Un accroissement des revenus
de produits de l’élevage a été beaucoup devrait créer une demande ultérieure de
plus modeste. Les anciennes économies produits de l’élevage plus forte dans les pays
centralisées d’Europe de l’Est et d’Asie à faible revenu que dans les pays à revenu
centrale ont connu une baisse soudaine de moyen et élevé.
la consommation de produits de l’élevage
par habitant au début des années 90 et cette Facteurs moteurs de la croissance
consommation n’a pas repris depuis. En de la consommation
conséquence, la consommation de viande par La demande croissante de produits de
habitant en 2005 était inférieure de 20 pour l’élevage dans un certain nombre de pays
cent à son niveau de 1980. en développement a été stimulée par la
La consommation de produits de croissance économique, l’augmentation des
l’élevage par habitant dans les régions en revenus par habitant et l’urbanisation. Au
développement est encore nettement plus cours des récentes décennies, l’économie
faible que dans le monde développé, même mondiale a connu un développement sans

TABLEAU 1
Consommation par habitant de produits de l’élevage par région, groupes de pays
et pays, en 1980 et 2005
RÉGION/GROUPE DE PAYS/
VIANDE LAIT ŒUFS
PAYS

1980 2005 1980 2005 1980 2005


(kg/habitant/an) (kg/habitant/an) (kg/habitant/an)

PAYS DÉVELOPPÉS 76,3 82,1 197,6 207,7 14,3 13,0

Pays à économie 63,1 51,5 181,2 176,0 13,2 11,4


anciennement planifiée
Autres pays développés 82,4 95,8 205,3 221,8 14,8 13,8

PAYS EN DÉVELOPPEMENT 14,1 30,9 33,9 50,5 2,5 8,0

Asie de l’Est et du Sud-Est 12,8 48,2 4,5 21,0 2,7 15,4

Chine 13,7 59,5 2,3 23,2 2,5 20,2


Reste de l’Asie de l’Est et 10,7 24,1 9,9 16,4 3,3 5,1
du Sud-Est
Amérique latine et Caraïbes 41,1 61,9 101,1 109,7 6,2 8,6

Brésil 41,0 80,8 85,9 120,8 5,6 6,8

Reste de l’Amérique latine 41,1 52,4 109,0 104,1 6,5 9,4

Asie du Sud 4,2 5,8 41,5 69,5 0,8 1,7

Inde 3,7 5,1 38,5 65,2 0,7 1,8

Reste de l’Asie du Sud 5,7 8,0 52,0 83,1 0,9 1,5


Proche-Orient et Afrique 17,9 27,3 86,1 81,6 3,7 6,3
du Nord
Afrique subsaharienne 14,4 13,3 33,6 30,1 1,6 1,6

MONDE 30,0 41,2 75,7 82,1 5,5 9,0

Source: FAO, 2009b.


12 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 3
PIB et consommation de viande par habitant et par pays, 2005

Consommation de viande par habitant (kg/an)

140
États-Unis d’Amérique

120

100

Brésil
80

Chine
60

Japon
40

20

Inde
0
0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 40 000 45 000 50 000

PIB par habitant (USD PPA)

Note: Le PIB par habitant est mesuré en parité du pouvoir d’achat (PPA) en dollars USD internationaux constants de 2005.
Source: Basé sur des données de FAOSTAT (FAO, 2009b) pour la consommation de viande par habitant et de la
Banque mondiale pour le PIB par habitant.

précédent, et les revenus par habitant ont Afrique subsaharienne à 2,6 pour cent en
augmenté rapidement. Le lien entre le Amérique latine, contre une moyenne de
revenu par habitant et la consommation de 0,8 pour cent dans les pays développés
viande en 2005 est illustré à la figure 3. Le (tableau 2).
graphique montre l’effet très positif de la L’urbanisation modifie également les
hausse des revenus sur la consommation des modes de consommation alimentaire, qui
produits de l’élevage dans les pays à faible peuvent influer sur la demande de produits
revenu. Cet effet est moindre, voire négatif, de l’élevage. Les citadins consomment en
dans les pays ayant un PIB par habitant plus général davantage de nourriture en dehors
élevé. de leur domicile et de plus grandes quantités
Des facteurs démographiques d’aliments précuisinés, ou préparés dans
expliquent également la modification la restauration rapide ou encore prêts
des comportements de consommation à consommer, que ne le font les ruraux
à l’égard des produits de l’élevage. (Schmidhuber et Shetty, 2005; King, Tietyen
L’urbanisation est un facteur important. et Vickner, 2000; Rae, 1998). L’urbanisation
La part de la population totale vivant dans détermine la nature des fonctions de
des zones urbaines est plus élevée dans consommation – c’est-à-dire le lien entre les
les pays développés que dans les pays en revenus et la consommation – des produits
développement (73 pour cent contre une alimentaires. En évaluant les fonctions de
moyenne de 42 pour cent). Cependant, consommation de l’ensemble des produits
l’urbanisation se développe plus vite d’origine animale dans un certain nombre
dans le premier groupe de pays cité que d’économies de l’Asie de l’Est, Rae (1998)
dans le second: pendant la période 1980- a observé que l’urbanisation avait une
2003, la croissance annuelle moyenne incidence importante sur ces produits,
de la population urbaine des pays en quels que soient les niveaux de revenus.
développement va de 4,9 pour cent en Une autre incidence de l’urbanisation dans
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

13
TABLEAU 2
Urbanisation: niveaux et taux de croissance
PART URBAINE DE LA CROISSANCE DE LA CROISSANCE DE LA
RÉGION/GROUPE DE PAYS/PAYS
POPULATION TOTALE POPULATION TOTALE POPULATION URBAINE

2003 1980–2003 1980–2003


(Pourcentage) (Croissance annuelle en pourcentage)

PAYS DÉVELOPPÉS 73 0,5 0,8

Pays à économie 63 0,3 0,6


anciennement planifiée
Autres pays développés 77 0,6 0,9

PAYS EN DÉVELOPPEMENT 42 1,9 3,7

Asie de l’Est et du Sud-Est 41 1,3 4,0

Chine 39 1,1 4,1

Amérique latine et Caraïbes 77 1,8 2,6

Brésil 83 1,7 2,7


Proche-Orient et Afrique 60 2,4 3,4
du Nord
Asie du Sud 28 2,0 3,1

Inde 28 1,9 2,8

Afrique subsaharienne 35 2,7 4,9

MONDE 48 1,5 3,0

Source: FAO, 2009b.

de nombreuses parties du monde est la l’élevage. Par ailleurs, des raisons culturelles
concentration croissante d’animaux dans influent sur les modes de consommation. En
les villes, à proximité des citadins, car les Asie du Sud, par exemple, la consommation
activités d’élevage ont tendance à se fixer de viande par habitant est inférieure à ce
dans les zones urbaines. que le niveau de revenu à lui seul pourrait
Des facteurs sociaux et culturels ainsi que laisser supposer.
la base des ressources naturelles peuvent
aussi influer de manière importante sur la
demande locale et déterminer les évolutions Tendances et facteurs moteurs de
futures de la demande. Par exemple le Brésil la production
et la Thaïlande ont des niveaux de revenu
par habitant et d’urbanisation analogues, Tendances de la production
mais la consommation de produits d’élevage Les pays en développement ont répondu à la
est approximativement deux fois plus demande croissante de produits de l’élevage
élevée au Brésil qu’en Thaïlande. L’influence en augmentant rapidement la production
de la base des ressources naturelles peut (figure 4). Entre 1961 et 2007, la croissance
être observée dans le cas du Japon, qui la plus rapide de la production de viande
consomme beaucoup moins de produits a eu lieu en Asie de l’Est et du Sud-Est, et
de l’élevage que d’autres pays ayant un ensuite en Amérique latine et les Caraïbes.
niveau de revenu comparable, mais qui Le développement le plus soutenu de la
compense en consommant davantage de production d’œufs a été observé en Asie de
poisson. La base des ressources naturelles l’Est et du Sud-Est tandis que la production
joue sur les coûts relatifs des différents de lait a été la plus forte en Asie du Sud.
produits alimentaires. L’accès aux ressources En 2007, les pays en développement
marines favorise la consommation de poisson avaient dépassé les pays développés en ce qui
tandis que l’accès aux ressources naturelles concerne la production de viande et d’œufs
permettant le développement de l’élevage et comblaient leur retard pour ce qui est de
encourage la consommation de produits de la production de lait (tableau 3). La croissance
14 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 4
Production de viande, d’œufs et de lait par région dans les pays
en développement, 1961-2007

VIANDE
Millions de tonnes
120

100

80

60

40

20

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07

ŒUFS
Millions de tonnes
35

30

25

20

15

10

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07

LAIT
Millions de tonnes
140

120

100

80

60

40

20

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07

Asie de l’Est et du Sud-Est Amérique latine et Caraïbes


Proche-Orient et Afrique du Nord Asie du Sud

Afrique subsaharienne
Source: FAO, 2009b.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

15
TABLEAU 3
Production des produits de l’élevage par région, en 1980 et 2007
RÉGION/GROUPE DE PAYS/
VIANDE LAIT ŒUFS
PAYS

1980 2007 1980 2007 1980 2007


(Millions de tonnes) (Millions de tonnes) (Millions de tonnes)

PAYS DÉVELOPPÉS 88,6 110,2 350,6 357,8 17,9 18,9

Pays à économie 24,6 19,0 127,3 101,5 5,6 5,1


anciennement planifiée
Autres pays développés 64,0 91,3 223,3 256,3 12,4 13,8

PAYS EN DEVELOPPEMENT 48,1 175,5 114,9 313,5 9,5 48,9

Asie de l’Est et du Sud-Est 19,4 106,2 4,4 42,9 4,5 34,6

Chine 13,6 88,7 2,9 36,8 2,8 30,1


Reste de l’Asie de l’Est 5,6 17,5 1,5 6,1 1,7 4,5
et du Sud-Est
Amérique latine et 15,7 40,3 35,0 68,7 2,6 6,3
Caraïbes
Brésil 5,3 20,1 12,1 25,5 0,8 1,8

Reste de l’Amérique latine 10,4 20,2 22,9 43,3 1,8 4,6

Asie du Sud 3,7 9,4 42,7 140,6 0,8 3,4

Inde 2,6 6,3 31,6 102,9 0,6 2,7

Reste de l’Asie du Sud 1,1 3,0 11,2 37,7 0,2 0,7


Proche-Orient et Afrique 3,4 9,7 19,3 36,4 0,9 3,0
du Nord
Afrique subsaharienne 5,5 9,3 12,9 24,3 0,7 1,5

MONDE 136,7 285,7 465,5 671,3 27,4 67,8

Note: Les totaux pour les pays en développement et le monde comprennent quelques pays non inclus dans les agrégats
régionaux.
Source: FAO, 2009b.

de la production reflète en grande partie et 2007, la production de viande en Inde


celle de la consommation. La Chine et le Brésil reste peu élevée dans un contexte mondial.
affichent la croissance la plus importante, Cependant, après avoir triplé sa production
notamment pour la viande. Entre 1980 de lait entre 1980 et 2007, l’Inde compte
et 2007, la Chine a multiplié sa production désormais pour près de 15 pour cent de la
de viande par six. Elle représente aujourd’hui production mondiale de lait. La production
près de 50 pour cent de la production de de viande, lait et œufs a également
viande des pays en développement et 31 pour progressé en Afrique subsaharienne mais
cent de la production mondiale. Le Brésil a plus lentement que dans d’autres régions.
multiplié sa production de viande quasiment La hausse de la production de viande
par quatre et compte désormais pour 11 pour concerne notamment les animaux
cent de la production de viande des pays en monogastriques; la production de viande
développement et pour 7 pour cent de la de volaille a été le sous-secteur qui s’est
production mondiale. développé le plus rapidement, suivi par la
Dans les autres parties du monde production de viande de porc. La production
en développement, la croissance de la de viande de petits et grands ruminants a
production de viande – ainsi que les niveaux été beaucoup plus modeste (figure 5). La
de production – a été plus faible, les taux composition de la production mondiale
de croissance les plus élevés étant observés de viande a donc subi des modifications
dans le reste de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, profondes, et les différences entre les
au Proche-Orient et en Afrique du Nord. régions et les pays présentent des différences
Bien qu’elle ait plus que doublé entre 1980 importantes (tableau 4).
16 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 5
Production mondiale des principales catégories de viande, 1961-2007

Indice (1961 = 100)

1 000

800

600

400

200

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 07

Volaille Porc

Bovins Moutons et chèvres

Source: FAO, 2009b.

TABLEAU 4
Production des principales catégories de viande par région, en 1987 et 2007
RÉGION/GROUPE DE PAYS/
PORC VOLAILLE BOVINS MOUTONS ET CHÈVRES
PAYS

1987 2007 1987 2007 1987 2007 1987 2007


(Million tonnes) (Million tonnes) (Million tonnes) (Million tonnes)

PAYS DÉVELOPPÉS 37,1 39,5 22,9 37,0 34,1 29,4 3,7 3,2

Pays à économie 12,0 7,7 5,1 5,1 10,2 5,1 1,2 0,8
anciennement planifiée
Autres pays développés 25,0 31,7 17,8 31,8 23,8 24,3 2,5 2,5

PAYS EN DEVELOPPEMENT 26,6 76,0 13,0 49,8 16,9 32,5 5,0 10,8

Asie de l’Est et du Sud-Est 22,4 68,4 4,8 22,2 1,7 8,8 1,0 5,2

Chine 18,3 60,0 2,2 15,3 0,6 7,3 0,7 4,9


Reste de l’Asie de l’Est 4,0 8,3 2,5 6,8 1,0 1,5 0,2 0,4
et du Sud-Est
Amérique latine et 3,2 6,1 4,5 17,2 9,8 15,8 0,4 0,5
Caraïbes
Brésil 1,2 3,1 1,9 8,9 3,7 7,9 0,1 0,1

Reste de l’Amérique latine 2,0 3,0 2,7 8,3 6,1 7,9 0,3 0,3

Asie du Sud 0,4 0,5 0,5 3,0 1,5 2,1 1,1 1,5

Inde 0,4 0,5 0,2 2,3 1,0 1,3 0,6 0,8

Reste de l’Asie du Sud 0,0 0,0 0,2 0,7 0,5 0,8 0,5 0,8
Proche-Orient et Afrique 0,0 0,1 2,1 5,3 1,1 1,8 1,5 2,0
du Nord
Afrique subsaharienne 0,5 0,8 1,0 2,0 2,7 4,0 1,0 1,6

MONDE 63,6 115,5 35,9 86,8 50,9 61,9 8,6 14,0

Note: Les totaux pour les pays en développement et le monde comprennent quelques pays non inclus dans les agrégats régionaux.
Source: FAO, 2009b.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

17
La viande de porc représente plus de v une augmentation du nombre
40 pour cent des disponibilités mondiales d’animaux abattus (dans le cas de la
de viande, en partie à cause des niveaux viande) ou d’animaux producteurs (dans
de production élevés et de la croissance le cas du lait et des œufs);
rapide observés en Chine, qui prend en v une augmentation de la production par
charge plus de la moitié de la production animal (ou du rendement).
mondiale. La production de viande de Entre 1980 et 2007, le cheptel a
volaille qui, en 2007, comptait pour plus de généralement augmenté plus rapidement
26 pour cent des disponibilités mondiales que les rendements (figure 6), mais on doit
de viande, a été plus largement répartie noter cependant des différences entre les
entre les pays développés et les pays en régions et les espèces.
développement, sachant que c’est la Chine La variation du rendement par animal
qui a enregistré les taux de croissance est un indicateur de productivité
les plus élevés. Au niveau mondial, la important qui ne donne cependant
production de viande bovine a beaucoup qu’une idée partielle de l’augmentation
moins augmenté et uniquement dans les de la productivité. Il ne tient pas compte
pays en développement. La Chine et le par exemple des gains dus au taux de
Brésil, en particulier, ont considérablement croissance de l’animal, à la vitesse à laquelle
développé leur production au point qu’ils il prend du poids ou à d’autres facteurs
comptent désormais pour 12-13 pour cent de production. D’autres indicateurs de
de la production de viande bovine mondiale. productivité, encore imparfaits, peuvent
La viande de petits ruminants reste d’une fournir un tableau plus complet des
importance mineure au niveau mondial, tendances de la productivité des animaux
mais elle représente une proportion d’élevage. (voir encadré 1).
importante de la viande produite au Proche-
Orient et en Afrique du Nord, en Afrique Changement technologique dans la production
subsaharienne et en Asie du Sud. animale
Le changement technologique est le facteur
Facteurs moteurs de la croissance de la le plus important du développement de
production l’offre de produits de l’élevage bon marché.
Des facteurs liés à l’offre ont contribué au Ce facteur a profondément modifié la
développement de la production animale. Le structure du secteur dans de nombreuses
moindre coût des intrants, les changements régions du monde.
technologiques et les gains d’efficience Par changement technologique, on
ont progressivement fait baisser le prix des entend la mise en œuvre des évolutions et
produits de l’élevage. Les produits d’origine des innovations concernant tous les aspects
animale ont donc été plus accessibles, même de la production animale, de la sélection,
pour les consommateurs dont les revenus de l’alimentation et de la stabulation à la
n’avaient pas augmenté. Certains facteurs lutte contre les maladies, la transformation,
favorables, notamment les prix des intrants le transport et la commercialisation. Le
(par exemple les céréales pour l’alimentation changement technologique dans le secteur
animale et les carburants) ont joué un rôle de l’élevage est en grande partie dû aux
important. Le recul des prix des céréales activités de développement et de recherche
a encouragé les exploitants à les utiliser du secteur privé, alors que ce sont les
de manière croissante dans l’alimentation activités financées par le secteur public qui
animale. Les tendances à la baisse du coût ont conduit par exemple à la «révolution
des transports ont facilité la circulation des verte» dans les domaines du blé et du riz. Les
produits de l’élevage et des aliments pour petits exploitants n’ont donc pas pu profiter
animaux. Les récentes augmentations des pleinement des innovations technologiques
prix des céréales et de l’énergie sont peut- dans le secteur de l’élevage et les appliquer.
être le présage de la fin d’une ère de bas Par ailleurs, les recherches concernant les
coûts des intrants. aspects bénéfiques pour la société des
L’accroissement de la production animale développements technologiques en matière
se produit de deux façons distinctes ou d’élevage, comme l’impact sur les pauvres ou
combinées: les externalités liées à l’environnement ou la
18 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 6
Sources de croissance dans la production animale: croissance moyenne annuelle
en nombre d’animaux et en production par animal, 1980-2007

Nombre
PORC

Production

Nombre
VOLAILLE

Production

Nombre
BÉTAIL

Production

Nombre
LAIT

Production

Nombre
ŒUFS

Production

–2 0 2 4 6 8 10

Croissance moyenne annuelle (pourcentage)

Asie de l’Est et Amérique latine Proche-Orient et


du Sud-Est et Caraïbes Afrique du Nord
Asie du Sud Afrique subsaharienne

Source: Calculs basés sur les données de la FAO (2009b).

santé publique, ont fait l’objet d’un certain petits ruminants. Le recours à l’hybridation
manque d’intérêt. et à l’insémination artificielle a accéléré
L’application de technologies innovantes le processus d’amélioration génétique.
de sélection et d’alimentation a permis La vitesse et la précision avec lesquelles
d’augmenter la productivité de manière les objectifs en matière de sélection
importante, notamment dans la production peuvent être atteints ont augmenté
d’œufs et de volailles de chair, de lait et de considérablement au cours des récentes
viande de porc. Leurs effets ont été moins décennies. Les progrès génétiques sont
prononcés pour la viande de bœuf et de beaucoup plus rapides pour les animaux
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

19
ENCADRÉ 1
Mesurer la croissance de la productivité dans le secteur de l’élevage

Les mesures de productivité par animal secteur de l’élevage en deux composantes


sont utiles mais ne fournissent qu’une principales: la croissance de la biomasse et
indication partielle de la productivité la croissance de la productivité telle que
dans le secteur de l’élevage. Pour palier mesurée par la PBA.
cet inconvénient, Steinfeld et Opio (2009) Au Brésil, près des deux tiers de
ont mis au point une nouvelle mesure de la croissance totale sont dus à une
productivité partielle, fondée sur un ratio augmentation de la production (biomasse)
de productivité biomasse-aliments (PBA). et environ un tiers à des gains de
La PBA considère la totalité du troupeau productivité. De même, en Chine, plus de
ou du cheptel comme un intrant du la moitié de la croissance de la production
processus de production et prend en peut être attribuée à des accroissements
compte de multiples productions, de la biomasse. En revanche en Inde,

Sources de croissance du secteur de l’élevage au Brésil, en Chine et en Inde


de 1965 à 2005
BRÉSIL CHINE INDE

Croissance annuelle moyenne (pourcentage)

Croissance de la PBA 1,6 2,8 3,7

Croissance de la biomasse 3,2 3,8 0,8

Croissance de la production 4,8 6,5 4,5

telles que la viande, le lait et les œufs. l’amélioration de la PBA explique plus
La PBA d’un troupeau ou cheptel est de 80 pour cent de la croissance de la
donnée par la production annuelle de production.
protéines divisée par la biomasse totale Même si elle présente quelques
du troupeau ou du cheptel, exprimée en avantages par rapport aux indicateurs
kilogrammes. La PBA pour l’ensemble du de productivité classiques fondés sur la
secteur de l’élevage d’un pays s’obtient production par animal, la PBA comporte
en additionnant la production protéique des limites. En particulier, elle ne considère
des sous-secteurs considérés (bovins, que la production vivrière issue d’un
porcins, volailles ou autres) divisée par leur troupeau et ne tient pas compte des
biomasse cumulée. produits non alimentaires, tels que la
Les estimations font apparaître des force de trait et le fumier. Elle peut donc
modifications de la PBA dans trois des entraîner une sous-estimation de la
principaux pays en développement production dans certaines zones où ces
producteurs, à savoir la Chine, l’Inde et produits revêtent de l’importance dans
le Brésil, pour la période allant de 1965 un contexte de production demeuré
à 2005. Le tableau ci-dessous fournit la traditionnel.
ventilation des taux de croissance annuelle
moyenne de la production totale du Source: Steinfeld et Opio, 2009.

à cycle court que pour les espèces ayant des travaux de sélection tandis que les
un intervalle générationnel plus long, caractéristiques qui correspondent aux
comme les bovins. Pour toutes les espèces, demandes du consommateur, comme la
l’efficacité alimentaire et des paramètres teneur en matières grasses, sont de plus
associés comme le taux de croissance, la en plus importantes. Bien que des progrès
production de lait et la performance de impressionnants aient été accomplis
reproduction, ont été les principales cibles concernant les races développées pour les
20 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

régions tempérées, les résultats ont été industrielle proches des grands pôles de
moins convaincants pour les races de vaches consommation.
laitières, de porcs et de volailles adaptées Les innovations technologiques dans
aux environnements à coefficient d’intrants les domaines de la transformation, de la
faibles. distribution et de la commercialisation des
La technologie de l’alimentation animale produits de l’élevage ont aussi profondément
a beaucoup progressé, notamment dans les modifié la manière dont les aliments sont
domaines suivants: alimentation équilibrée, transformés, transportés et livrés aux
alimentation de précision, ajout optimal consommateurs, par exemple les chaînes du
d’acides aminés et de micronutriments froid, la durée de conservation, etc.
minéraux, et développement d’espèces L’encadré 2 montre la manière dont ces
d’herbages améliorées et de systèmes différents progrès technologiques ont
d’élevage tels que le labour zéro. contribué à améliorer la production dans
Les améliorations de la santé animale, l’industrie de la volaille commerciale.
y compris une plus grande utilisation des
vaccins et des antibiotiques, ont aussi
contribué à augmenter la productivité. Ces Tendances et facteurs moteurs
technologies se sont largement répandues du commerce
au cours de ces dernières années dans un
certain nombre de pays en développement, La croissance du commerce des produits de
notamment dans les systèmes de production l’élevage a été facilitée par l’augmentation

ENCADRÉ 2
Les progrès technologiques dans l’industrie avicole

Parmi les industries de l’élevage, œufs dans les troupeaux commerciaux


aucune n’a appliqué les améliorations sont dus dans une large mesure à
technologiques aussi rapidement l’amélioration génétique des troupeaux de
et efficacement que l’aviculture reproducteurs fondateurs et au transfert
commerciale. Les volailles réagissent rapide de ces gains sur les descendants
bien aux transformations technologiques croisés pour la reproduction commerciale
en raison de leurs taux reproductifs (McKay, 2008; Hunton, 1990). Jusqu’à
élevés et d’intervalles de génération présent, les progrès de la sélection ont
courts. L’intégration verticale du secteur largement été fondés sur l’application de
de l’aviculture a permis en outre de la sélection génétique quantitative, sans
généraliser l’application de ces nouvelles recourir aux technologies moléculaires.
technologies à de nombreuses espèces Les gains de productivité impressionnants
avicoles, souvent dans des milliers enregistrés année après année dans
d’exploitations agricoles. les élevages de poulets commerciaux
Depuis le début des années 60, les sont le reflet d’une approche globale
taux de croissance des poulets de chair et coordonnée des éleveurs dans le but
ont doublé et les taux de conversion d’optimiser les performances (McKay,
alimentaire ont diminué de moitié. 2008; Pym, 1993).
Aujourd’hui, les pondeuses commerciales La santé des volatiles, leur résistance, la
produisent normalement 330 œufs par an qualité et la sécurité sanitaire des produits
avec un taux de conversion alimentaire de se sont améliorées proportionnellement
2 kg de fourrages par kilogramme d’œufs aux gains de productivité grâce aux
produit. Les poulets arrivent à peser 2,5 kg technologies appliquées dans les domaines
à 39 jours avec un taux de conversion de la sélection, de l’alimentation, de la
alimentaire de 1,6 kg de fourrages pour maîtrise des maladies, de la construction
un kilogramme de gain de poids. des installations et de la transformation.
Les gains de production par animal Les défis posés par les maladies peuvent
obtenus pour la viande de volaille et les avoir un impact crucial sur la productivité,
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

21
de la consommation de ces produits et la dont les plantes fourragères, est de loin
libéralisation de l’économie. L’évolution supérieur à celui des produits de l’élevage.
du transport, comme le transport réfrigéré Entre 1980 et 2006, le volume total des
(chaînes du froid) et les moyens de livraison exportations de viande a plus que triplé,
plus rapides et à plus grande distance, ont celui des produits laitiers a plus que doublé
permis de commercialiser et de transporter et celui des œufs a quasiment été multiplié
des animaux, des produits et des aliments par deux (tableau 5). La part de la production
pour animaux sur de longues distances. Cela entrant dans le commerce international a
a permis à la production de s’écarter des augmenté, à l’exception de la viande de
pôles de production et de consommation mouton et des œufs, ce qui montre que le
des ressources d’aliments pour animaux. commerce est de plus en plus ouvert, en
L’accroissement des flux commerciaux particulier pour les animaux monogastriques.
a aussi des incidences sur la gestion des Bien que les produits de l’élevage soient
maladies animales et sur un certain nombre en grande partie consommés dans le pays
de questions liées à la sécurité sanitaire des de production et n’entrent pas dans le
aliments. commerce international, les exportations
Les produits de l’élevage représentent une de ces produits sont importantes pour
proportion grandissante des exportations quelques pays. Depuis le milieu de 2002,
agricoles. En valeur, leur part est passée de 11 les pays en développement ont tous été
à 17 pour cent entre 1961 et 2006 (figure 7). des exportateurs nets de viande (Figure 8),
Cependant le commerce des plantes cultivées, mais dans des proportions très diverses.

mais les améliorations apportées dans mixtes à petite échelle. Les agriculteurs
les secteurs des vaccins, de la nutrition et les plus pauvres sont généralement
de la prévention des risques biologiques ceux qui sont les moins avancés au
ont permis d’atténuer leurs effets. La plan technologique. Ils élèvent des
sélection en vue de renforcer la résistance oiseaux domestiques autochtones qui
aux maladies, en particulier par l’adoption se nourrissent de déchets, subissent un
de technologies moléculaires, sera un contrôle sanitaire minimal et sont gardés
élément important des programmes dans des abris rudimentaires. L’application
génétiques à venir. Les percées futures de quelques technologies relativement
dans l’industrie passent par le recours simples (comme le confinement des
aux nouveaux outils moléculaires poussins pendant les premières semaines
qui permettront la mise au point de et l’utilisation des aliments de haute
techniques améliorées de diagnostic dans qualité dispensés à ces derniers dans des
le cadre de programmes de surveillance nourrisseurs spéciaux, la vaccination contre
des maladies aviaires et de surveillance la maladie de Newcastle et l’hébergement
des agents pathogènes transmis par les nocturne des volatiles dans des abris sûrs)
aliments. L’expérience passée prouve que peut toutefois entraîner des améliorations
pour la viande de volailles et les œufs, il profondes de la rentabilité des petits
faut s’atteler rapidement à la résolution élevages, de la sécurité alimentaire des
des problèmes causés par les agents ménages et de l’emploi pour les femmes
pathogènes transmis par les aliments, en tant que gardiennes de troupeaux.
afin de ne pas entamer la confiance des
consommateurs.
Malheureusement, les technologies
adaptées aux systèmes de production
industrielle, qui comportent des contrôles
rigoureux de la biosécurité, sont difficiles
à appliquer aux systèmes de production Source: Pym et al., 2008.
22 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

Les exportations de viande des pays en nettes s’élevant à près de la moitié d’un
développement sont en effet dominées million de tonnes en 2006. Toutes les régions
par la contribution du Brésil, qui est le plus en développement sont de plus en plus
grand exportateur de viande du monde. Si dépendantes des importations de produits
les exportations du Brésil, de la Chine, de laitiers (figure 8).
l’Inde et de la Thaïlande sont exclues, toutes La place du Brésil dans les exportations des
les régions en développement sont des produits de l’élevage mérite d’être notée.
importateurs nets de viande. La Thaïlande Au cours de la dernière décennie, ce pays
est devenue un acteur majeur sur le marché a multiplié les exportations de viande de
mondial de la volaille, ses exportations poulet par cinq et celles de viande de bœuf

FIGURE 7
Valeur des produits de l’élevage en tant que part de la valeur à l’exportation
agricole mondiale, 1961-2006

Pourcentage

20

15

10

0
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 06

Produits de l’élevage Viande Produits laitiers et œufs

Source: FAO, 2009b.

TABLEAU 5
Commerce international en matière de produits de l’élevage, 1980 et 2006

PRODUIT EXPORTATIONS MONDIALES PART DE LA PRODUCTION TOTALE

1980 2006 1980 2006


(Millions de tonnes) (Pourcentage)

Viande totale1 9,6 32,1 7,0 11,7

Porc 2,6 10,4 4,9 9,8

Volaille 1,5 11,1 5,9 13,0

Bovine 4,3 9,2 9,1 14,2

Ovine 0,8 1,1 10,6 7,7

2
Laitier 42,8 90,2 8,7 12,7

Œufs 0,8 1,5 3,1 2,2

1
Comprend d’autres types de viande que ceux listés ci-dessous.
2
Équivalent du lait.
Source: FAO, 2009b.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

23
FIGURE 8
Exportations nettes de viande et de produits laitiers depuis les pays développés
et en développement, 1961-2006

Viande
Millions de tonnes

–1

–2

–3
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 06

Produits laitiers
Millions de tonnes

40

30

20

10

– 10

– 20

– 30
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05 06

Pays Pays en Pays les moins


développés développement avancés

Source: FAO, 2009b.

et de porc par huit et 10 respectivement. régions auparavant éloignées comme le


En valeur nominale, les exportations nettes Mato Grosso et la région Cerrado du centre
de produits de l’élevage du Brésil sont du Brésil en zones de production d’aliments
passées de 435 millions d’USD en 1995 à pour animaux. Ces deux régions ont les
7 280 millions d’USD en 2006. En 2006, les coûts de production du maïs et du soja les
exportations nettes du Brésil ont représenté plus faibles du monde. Depuis le début des
6 pour cent des exportations mondiales de années 90, les producteurs brésiliens ont
viande de porc, 20 pour cent de viande de tiré un parti stratégique de leur situation et
bœuf et 28 pour cent de viande de volaille. ils ont commencé à convertir leurs aliments
Le Brésil a progressivement exploité les pour animaux en excédents exportables de
coûts de production peu élevés des aliments produits de l’élevage (FAO, 2006).
pour animaux au profit de son élevage La position commerciale nette des produits
industriel et il devrait continuer à être un de l’élevage dans les pays les moins avancés
producteur important d’aliments pour (PMA) est particulièrement préoccupante.
animaux. Des terres abondantes et des Ces pays comptent en effet de plus en plus
infrastructures récentes ont transformé des sur les importations de ces produits – en
24 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 9
Consommation de viande et part des importations nettes dans la consommation,
dans les pays les moins avancés, 1961-2005

Millions de tonnes Pourcentage

9 8
8 7
7 6
6 5
5 4
4 3

3 2

2 1
1 0
0 -1
61 63 65 67 69 71 73 75 77 79 81 83 85 87 89 91 93 95 97 99 01 03 05

Consommation totale Part des importations nettes dans la


consommation totale

Source: FAO, 2009b.

fait des produits alimentaires en général Les tendances à l’accélération de


– pour satisfaire la demande croissante l’urbanisation semblent inéluctables. À
(figure 9). La proportion de la consommation la fin de 2008, pour la première fois dans
satisfaite par les importations a augmenté l’histoire de l’humanité, plus de la moitié
rapidement depuis 1996. Dans le cadre des de la population mondiale vivait dans des
efforts déployés par ailleurs pour stimuler villes. En 2050, selon les estimations, près de
la croissance agricole, le développement de sept personnes sur 10 seront des citadins et
l’offre intérieure pourrait potentiellement les zones rurales compteront 600 millions de
favoriser la croissance économique et le ruraux en moins (ONU, 2007).
développement rural tout en améliorant la La hausse des revenus est généralement
situation commerciale externe. considérée comme le facteur qui favorise
le plus la consommation accrue de produits
de l’élevage. Bien que les perspectives à
Perspectives de la consommation, court terme soient médiocres du fait de la
de la production et du commerce récession mondiale, les perspectives à moyen
terme semblent indiquer une reprise, certes
Les facteurs qui ont encouragé la modeste. En avril 2009, le Fonds monétaire
croissance de la demande dans les pays international (FMI) a prévu un recul du PIB
en développement – hausse des revenus, mondial de 1,3 pour cent en 2009, suivi d’une
croissance de la population et urbanisation croissance de 1,9 pour cent en 2010, et de
– continueront d’être importants au cours 4,8 pour cent en 2014 (FMI, 2009). Toujours
des décennies à venir, même si l’impact selon le FMI, l’incertitude exceptionnelle
de certains d’entre eux sera moindre. La qui caractérise les perspectives de croissance
croissance démographique se poursuivra indique que la période de transition sera
à un rythme moins élevé. Les projections marquée par une croissance plus lente que
concernant la croissance de la population celle qui avait été atteinte dans un passé
mondiale varient: une estimation récente récent.
indique que la population mondiale L’impact de la croissance économique
dépassera le seuil des neuf milliards sur la demande de produits de l’élevage
d’habitants en 2050 (ONU, 2008). ne dépend pas uniquement du taux de
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

25
croissance mais aussi de sa distribution immense dans de vastes régions du monde
géographique. La demande de produits de en développement, d’autant que la hausse
l’élevage est plus sensible à la croissance des des revenus entraîne un accroissement
revenus dans les pays à faible revenu que du pouvoir d’achat. Tous les indicateurs
dans les pays à revenu élevé. La saturation montrent que la demande mondiale de
croissante par habitant dans les pays qui ont produits de l’élevage devrait croître de
atteint des niveaux relativement élevés de manière soutenue. En 2007, le modèle
consommation, notamment le Brésil et la «IMPACT» de l’Institut international de
Chine, pourrait conduire à un ralentissement recherche sur les politiques alimentaires
de la demande. La question de savoir si (IFPRI) a projeté une augmentation de la
d’autres pays en développement, dont les demande mondiale de viande par habitant
niveaux de consommation de viande sont s’échelonnant de 6 à 23 kg, selon la région
actuellement peu élevés, deviendront de et un scénario de «routine» (Rosegrant et
nouveaux pôles de croissance et soutiendront Thornton, 2008) (tableau 6). L’essentiel de la
la croissance mondiale est cruciale. L’Inde, croissance projetée concernerait les pays en
compte tenu de son énorme population développement. Les augmentations les plus
et des faibles niveaux de consommation fortes seraient observées en Amérique latine
de produits de l’élevage par habitant, a le et aux Caraïbes, en Asie de l’Est et du Sud et
potentiel pour être une nouvelle source de dans la région du Pacifique. La demande par
demande importante. Cependant, les avis habitant serait multipliée par deux – certes
divergent quant à la contribution future de en partant d’un niveau très bas – en Afrique
l’Inde à la demande mondiale de ces produits subsaharienne.
(voir Bruinsma, 2003). Le modèle prévoit qu’une demande
Autre question, celle de l’impact de la croissante conduira à une augmentation des
persistance des prix élevés sur la demande, cheptels, le nombre de bovins dans le monde
dans la mesure où les consommateurs passant de 1,5 à 2,6 milliards d’unités et
mondiaux modifient leurs habitudes de celui des ovins de 1,7 à 2,7 milliards d’unités
consommation. Bien qu’il soit difficile de entre 2000 et 2050. La demande de céréales
prévoir avec précision l’évolution des prix des secondaires pour l’alimentation animale
produits destinés à l’alimentation humaine devrait aussi augmenter de 553 millions
et animale, la plupart des analystes et des de tonnes pour la même période, ce
observateurs conviennent qu’à court et qui correspond à près de la moitié de
moyen termes, les prix resteront plus élevés l’augmentation totale de la demande.
que ceux observés dans un passé récent, mais La publication intitulée Perspectives
que la volatilité accrue des prix deviendra la agricoles de l’OCDE et de la FAO 2009-2018
norme (IFPRI, 2008; OCDE-FAO, 2008; Banque (OCDE-FAO, 2009) présente des projections
mondiale, 2008a). pour la décennie prochaine. Bien que les
Dans l’ensemble, le potentiel de différences méthodologiques et métriques
développement de la consommation par entre les deux organisations ne permettent
habitant de produits de l’élevage reste pas de comparer directement les chiffres, les

TABLEAU 6
Consommation de viande par région, 2000 et 2050 (prévisions)

CONSOMMATION DE VIANDE PAR HABITANT

2000 2050
(kg/personne/an)

Asie centrale et occidentale et Afrique du Nord 20 33

Asie de l’Est et du Sud et Pacifique 28 51

Amérique latine et Caraïbes 58 77

Amérique du Nord et Europe 83 89

Afrique subsaharienne 11 22

Source: Rosegrant et Thornton, 2008.


26 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

projections de l’OCDE et de la FAO confirment L’utilisation de céréales secondaires devrait


néanmoins les tendances indiquées par les augmenter de 1,2 pour cent par an. Au total,
projections à plus long terme de l’IFPRI. 716 millions de tonnes devraient être utilisées,
Malgré la faible croissance économique soit 79 millions de tonnes supplémentaires,
dans la première partie de la période de pour l’essentiel absorbées par les pays en
projection, l’OCDE et la FAO estiment que développement. Les projections excluent les
la demande devrait continuer de croître, drêches de distilleries séchées, un coproduit
notamment dans les pays en développement, de la fabrication de l’éthanol (voir encadré
tirée par la hausse du pouvoir d’achat, la 10, page 59). Les prix plus élevés des produits
croissance démographique et l’urbanisation. pour l’alimentation animale devraient
Cependant, la consommation mondiale de entraîner une baisse de la demande dans
viande devrait augmenter de 19 pour cent par les pays en développement. L’utilisation
rapport à la période de référence, un rythme du blé pour l’alimentation animale devrait
légèrement inférieur à celui de la décennie connaître une hausse modeste. La demande
précédente (22 pour cent). Une grande partie de tourteaux oléagineux devrait croître
de la hausse projetée devrait se produire annuellement de 3,8 pour cent dans les
dans les pays en développement, l’apport pays qui ne sont pas membres de l’OCDE et
en viande connaissant un accroissement de 0,7 pour cent dans les pays membres de
de 28 pour cent contre 10 pour cent au l’OCDE, ce qui ne représente que la moitié du
maximum dans les pays développés et les pays taux de croissance atteint lors de la décennie
membres de l’OCDE. Cette augmentation, précédente.
qui s’explique en partie par la croissance
démographique, traduit surtout une hausse
de la consommation par habitant de 14 pour Diversité du secteur de l’élevage
cent dans les pays en développement, soit une
consommation passant de 24 kg par personne La croissance rapide du secteur de l’élevage
à plus de 27 kg par personne par an. La et les projections indiquant que cette
consommation par habitant dans les pays en tendance va se poursuivre bouleversent la
développement devrait augmenter seulement structure de ce secteur, par ailleurs caractérisé
de 7 pour cent, passant de 65 kg à 69 kg. par des variations importantes de l’échelle
L’augmentation la plus faible, de près de et de l’intensité de la production, et de la
3,5 pour cent, concernerait les pays membres nature et de l’intensité des liens qui l’unissent
de l’OCDE. À l’échelle mondiale, la demande à l’économie rurale et agricole, par essence
de viande de volaille devrait afficher la plus plus large. D’autres variations existent, selon
forte croissance. les espèces, les zones géographiques, les
Selon les projections de l’OCDE et de la conditions agroécologiques, la technologie
FAO pour la période 2009-2018, la croissance et le niveau de développement économique.
mondiale de la production de viande aura Aucun système de classification ne peut
lieu principalement en dehors de la zone à lui seul saisir cette diversité. Le présent
de l’OCDE, à hauteur de 87 pour cent. rapport utilise une classification simplifiée
S’agissant des pays en développement, une qui établit une distinction entre le pâturage,
augmentation globale de 32 pour cent de les systèmes agricoles mixtes et les systèmes
la production de viande est prévue sur la de production industriels (figure 10). Des
période de projection. estimations chiffrées sur l’importance du
Toujours selon les projections de l’OCDE cheptel et la production liées à différents
et de la FAO, la demande de produits systèmes de production figurent au tableau 7.
laitiers, globale et par habitant, continuera Des termes plus vagues comme
de croître. La croissance la plus rapide aura «modernes» et «traditionnels» sont aussi
lieu dans les pays en développement, où la utilisés dans le présent rapport pour
demande par habitant devrait augmenter distinguer les domaines du secteur de
à un rythme annuel de 1,2 pour cent. La l’élevage qui ont subi une transformation
croissance globale de la production serait de technologique et économique plus ou moins
1,7 pour cent de 2009 à 2018, assurée pour grande au cours des décennies récentes.
l’essentiel par les pays en développement. Les systèmes industriels sont généralement
La demande de produits pour l’alimentation décrits comme modernes, même si certains
animale devrait aussi continuer de croître. systèmes de pâturage et d’agriculture mixte
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

27
FIGURE 10
Classification des systèmes de production animale

SYSTÈMES DE PRODUCTION ANIMALE

PÂTURAGE EXPLOITATION MIXTE SYSTÈMES INDUSTRIELS

Extensif Intensif Irrigué Pluvial

Source: FAO.

s’appuient également sur des techniques de la santé humaine, et non pour suggérer
modernes comme la sélection des races et qu’un système est préférable à un autre.
la gestion des troupeaux. Ces termes sont
utilisés pour faciliter un examen comparatif Systèmes de pâturage
des coûts, des avantages et des arbitrages Les systèmes de pâturage occupent la plus
liés aux différents systèmes sur les plans de la large superficie terrestre, soit environ 26 pour
sécurité alimentaire, des moyens d’existence, cent de la surface du globe non recouverte
de la gestion durable de l’environnement et par les glaces (Steinfeld et al., 2006).

TABLEAU 7
Population et production animales mondiales, par système de production, moyenne
2001-2003

SYSTÈME DE PRODUCTION ANIMALE

Hors sol/
Pâturage Mixte pluvial Mixte irrigué Total
industriel
(Millions de têtes)

POPULATION

Bovins et buffles 406 641 450 29 1 526

Moutons et chèvres 590 632 546 9 1 777

(millions de tonnes)

PRODUCTION

Bœuf 14,6 29,3 12,9 3,9 60,7

Mouton 3,8 4,0 4,0 0,1 11,9

Porc 0,8 12,5 29,1 52,8 95,2

Viande de volaille 1,2 8,0 11,7 52,8 73,7

Lait 71,5 319,2 203,7 – 594,4

Œufs 0,5 5,6 17,1 35,7 58,9

Source: Steinfeld et al., 2006, p. 53.


28 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

v Les systèmes de pâturage extensifs v Les systèmes agricoles mixtes pluviaux


occupent la plupart des zones sèches se trouvent dans les régions tempérées
du globe, qui sont marginales pour la européennes et américaines et dans
production agricole. Ces zones sont les régions subhumides de l’Afrique
généralement faiblement peuplées tropicale et de l’Amérique latine. Ils
et comprennent, par exemple, les s’appuient sur l’exploitation individuelle,
zones tropicales sèches et les climats dans laquelle sont souvent élevées
continentaux de l’Afrique australe, de plusieurs espèces animales. À l’échelle
l’Asie centrale, orientale et occidentale, mondiale, ils sont à l’origine de près
de l’Australie et de l’Amérique du de 48 pour cent de la production de
Nord occidentale. Ces systèmes viande de bœuf, de 53 pour cent de la
sont caractérisés par la présence de production laitière et de 33 pour cent de
ruminants (bœufs, moutons, chèvres la production de viande de mouton.
et chameaux par exemple) broutant v Les systèmes agricoles mixtes irrigués
principalement des plantes herbacées, se rencontrent en Asie de l’Est et du
souvent sur des zones ouvertes ou Sud, notamment dans les régions à
communales et d’une manière mobile. forte densité de population. Ils sont
Ces systèmes représentent près de un contributeur important pour la
7 pour cent de la production mondiale plupart des produits d’origine animale,
de viande bovine, environ 12 pour cent fournissant un tiers de la viande de porc
de la production de viande d’ovins et et de mouton, un tiers du lait et un
5 pour cent de l’offre mondiale cinquième de la viande de bœuf produits
de lait. dans le monde.
v Les systèmes de pâturage intensifs se
situent dans les zones tempérées où des Systèmes de production industriels
herbages et une production fourragère Les systèmes industriels sont des systèmes
d’excellente qualité peuvent alimenter qui achètent au moins 90 pour cent de
un nombre beaucoup plus important leurs aliments pour animaux à d’autres
d’animaux. Ces zones, qui ont une entreprises. Ces systèmes sont intensifs pour
densité de population de moyenne à la plupart et souvent proches des grands
élevée, comprennent la plus grande centres urbains. Ils sont courants en Europe,
partie de l’Europe, l’Amérique du en Amérique du Nord, dans certaines
Nord, l’Amérique du Sud, des parties régions de l’Asie de l’Est et du Sud-Est,
de l’Océanie et de la zone tropicale en Amérique latine et au Proche-Orient.
humide. Ces systèmes sont axés sur les Les systèmes industriels sont souvent axés
bovins (vaches laitières et bœufs) élevés sur une seule espèce (bœuf, porc, volaille)
principalement dans une exploitation alimentée par des céréales ou des coproduits
individuelle. Ils représentent près de industriels acquis auprès de fournisseurs
17 pour cent de la production mondiale extérieurs. Ils représentent un peu plus des
de viande de bœuf et de veau, une part deux tiers de la production mondiale de
équivalente de la production mondiale viande de volaille, un peu moins des deux
de viande d’ovins et 7 pour cent de la tiers de la production d’œufs et plus de la
production mondiale de lait. moitié de la production mondiale de porc.
Leur importance est moindre en ce qui
Systèmes agricoles mixtes concerne la production de ruminants. Ces
Dans les systèmes agricoles mixtes, la culture systèmes sont parfois décrits «hors sol» parce
et l’élevage sont des activités liées. Il s’agit de que les animaux sont physiquement séparés
systèmes dans lesquels plus de 10 pour cent des terres fourragères sur lesquelles ils
de la matière sèche qui alimente les animaux s’alimentent habituellement. On notera que
proviennent de sous-produits végétaux ou de près de 33 pour cent des terres cultivables
chaumes, ou dans lesquels plus de 10 pour mondiales sont utilisées pour produire des
cent de la valeur totale de la production est aliments pour animaux (Steinfeld et al.,
issue d’activités agricoles qui ne sont pas liées 2006); le terme «hors sol» est donc quelque
à l’élevage. peu trompeur.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

29
exemple dans des installations comme les
Transformation des systèmes abattoirs et les unités de transformation des
d’élevage produits laitiers. La production de viande
de volaille est l’exploitation qui peut être la
La demande croissante de produits de plus facilement mécanisée, et des formes de
l’élevage et l’évolution technologique ont production industrielle de viande de volaille
profondément bouleversé les systèmes sont apparues même dans les pays les moins
d’élevage, en particulier la structure des avancés. En revanche, la production laitière
domaines les plus modernes du secteur ne permet pas d’économies d’échelle aussi
de la production animale dans les pays importantes à cause de ses besoins élevés
développés et certaines régions du monde en de main-d’œuvre. En ce qui concerne la
développement. La dimension moyenne des production laitière et de viande de petits
unités de production primaire a rapidement ruminants, les coûts de production d’une
augmenté et, dans de nombreuses régions petite exploitation sont souvent comparables
du monde, leur concentration a entraîné à ceux des entreprises à grande échelle, en
l’apparition d’exploitations plus grandes et général parce que la main-d’œuvre, issue de
moins nombreuses, souvent mieux placées la famille, est souvent payée en dessous du
pour profiter des progrès techniques et salaire minimum.
des économies d’échelle que permettent L’organisation de la production animale
notamment la génétique moderne, a des conséquences sur la manière dont le
les aliments composés ou une gestion secteur interagit avec la base de ressources
industrielle, en particulier dans la production naturelles et sur la gestion des maladies
de viande de porc ou de volaille. animales et des risques pour la santé
La demande mondiale de viande animale humaine. La transformation structurelle
a été en grande partie satisfaite par la du secteur peut avoir une incidence sur les
production industrialisée. Les grandes unités moyens d’existence, notamment dans les
de production ont un avantage comparatif zones rurales. La question de savoir si les
décisif sur les unités plus petites dans un petits exploitants peuvent tirer parti de la
marché de plus en plus mondialisé. Il existe demande croissante de produits de l’élevage
plusieurs raisons à cela. Premièrement, la et dans quelle mesure ils en ont profité
concentration du secteur des intrants et de effectivement est un facteur important qui
la transformation ainsi que l’intégration doit être pris en compte dans les efforts
verticale conduisent à une augmentation déployés pour développer l’élevage.
de la dimension des exploitations. Les
grands intégrateurs préfèrent traiter avec Des petits systèmes mixtes aux systèmes
les grandes unités de production. À court spécialisés à grande échelle
terme, l’agriculture contractuelle peut Le secteur de l’élevage moderne est
profiter aux petits exploitants mais à long caractérisé par des exploitations de grandes
terme les intégrateurs préfèrent s’entendre dimensions s’appuyant sur une utilisation
avec quelques grands producteurs au intensive d’intrants, de techniques et de
lieu de contractualiser un grand nombre capital, une spécialisation accrue d’unités
de petits producteurs. Il s’agit là d’un de production axées sur un produit et un
phénomène courant dans la production remplacement progressif des intrants non
de viande de volaille et de porc, parce que commercialisés par des intrants achetés
les transformateurs exigent de grandes auprès de fournisseurs externes, locaux ou
quantités de produits d’une qualité internationaux. La mécanisation remplace
constante. L’encadré 3 examine l’incidence de le travail humain, qui est utilisé comme
la coordination des chaînes de valeur sur les une source de connaissances techniques
systèmes de production animale. et un moyen de gestion. Le passage à
Les économies d’échelle peuvent des systèmes de production modernes a
concerner différents produits, à divers fait reculer les systèmes de culture mixtes
stades du processus de production. Elles sont intégrés, progressivement remplacés
potentiellement élevées dans des secteurs par des entreprises spécialisées. Dans ce
en aval du processus de production, par processus, le secteur de l’élevage n’est
30 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 3
La coordination dans les chaînes de valeur pour la production animale

Les filières commerciales des produits entre l’industrie fourragère et les élevages
de l’élevage – en particulier pour la commerciaux.
viande – sont très complexes. Cette L’intégration verticale suppose un
complexité débute au moment de la degré de coordination plus étroit et
production, elle-même tributaire d’une se produit lorsque deux ou plusieurs
chaîne d’approvisionnement en aliments segments successifs de la chaîne
fourragers qui doit garantir l’offre d’approvisionnements alimentaires sont
d’intrants sûrs en temps opportun. Elle contrôlés et effectués par une même
continue lors du traitement et de la vente entreprise. Dans les cas extrêmes, toute
au détail; les étapes sont nombreuses la chaîne peut être intégrée. Parmi les
et les produits d’origine animale sont exemples de cette intégration verticale
souvent plus périssables que les aliments figurent les sociétés qui unissent les
issus des cultures. L’interdépendance qui producteurs et les acheteurs. Les sociétés
s’instaure entre les opérateurs de la filière de conditionnement possèdent souvent
pour les produits animaux exige une des élevages porcins et des parcs
coordination particulièrement rigoureuse, d’engraissement de bovins tandis que les
bien plus que pour les transactions producteurs laitiers peuvent produire leurs
commerciales en espèces. propres fourrages au lieu de les acheter.
Les sociétés d’une filière Lorsque l’intégration est verticale, les
d’approvisionnement alimentaire transferts de produits sont déterminés
peuvent mettre en place des mécanismes davantage par des décisions internes que
de coordination verticale tels que des par le jeu du marché.
contrats, des licences et des alliances La coordination horizontale peut
stratégiques permettant de gérer les aussi s’avérer nécessaire pour de
relations avec leurs fournisseurs et clients. bonnes performances dans la filière
Les opérateurs d’un même segment de d’approvisionnement. Les transformateurs
la filière peuvent établir des relations peuvent réduire les coûts de transaction
horizontales sous forme de groupements en traitant avec une seule organisation
ou de coopératives pour gérer les de producteurs, une coopérative par
transactions en amont et en aval et assurer exemple, au lieu d’avoir affaire à
la qualité des produits. une myriade de petites exploitations.
Les contrats sont la modalité la plus L’organisation en coopératives présente
courante de coordination verticale. Chez trois avantages potentiels pour les
les producteurs primaires, les contrats agriculteurs: la conclusion d’arrangements
permettent d’établir des relations pour la vente de la production fermière
d’affaires plus sûres avec les partenaires, à des entreprises en aval; l’échange
non seulement pour garantir le prix de d’informations avec les partenaires de la
la transaction d’achat ou de vente, ce qui filière alimentaire et leur diffusion parmi
réduit les risques liés aux marchés, mais les agriculteurs; et la fourniture d’avis aux
aussi pour spécifier les quantités et la producteurs sur les critères à suivre pour
qualité. Du point de vue du contractant/ assurer la qualité de la matière première.
acheteur, les contrats permettent des Dans bon nombre de pays parmi les
liens beaucoup plus étroits avec les moins avancés, les coopératives sont un
agriculteurs et peuvent offrir un contrôle dispositif essentiel qui permet aux petits
accru sur les décisions de production producteurs de rester en activité, voire de
de ces derniers. Les contrats de vente ne pas tomber dans la pauvreté.
peuvent être stipulés avec des entreprises
de traitement en aval, telles que des
sociétés de conditionnement, tandis que
les accords en amont peuvent intervenir Source: Adapté de Frohberg, 2009.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

31
TABLEAU 8
Utilisation d’aliments concentrés par région, 1980 et 2005

RÉGION/GROUPE DE PAYS/PAYS TOTAL DES ALIMENTS CONCENTRÉS

1980 2005
(Millions de tonnes)

PAYS DÉVELOPPÉS 668,7 647,4

Pays à économie anciennement planifiée 296,5 171,9

Autres pays développés 372,2 475,4

PAYS EN DÉVELOPPEMENT 239,6 602,7

Asie de l’Est et du Sud-Est 113,7 321,0

Chine 86,0 241,4

Reste de l’Asie de l’Est et du Sud-Est 27,7 79,6

Amérique latine et Caraïbes 64,3 114,1

Brésil 33,4 54,9

Reste de l’Amérique latine et des Caraïbes 30,9 59,3

Asie du Sud 20,9 49,7

Inde 15,5 37,1

Reste de l’Asie du Sud 5,4 12,6

Proche-Orient et Afrique du Nord 25,8 70,1

Afrique subsaharienne 15,0 47,6

MONDE 908,4 1 250,1

Source: FAO, 2009b.

plus multifonctionnel mais centré sur L’usage d’aliments concentrés pour animaux
un produit. L’importance des fonctions dans les pays en développement a plus que
traditionnellement importantes de l’élevage doublé entre 1980 et 2005 (tableau 8). En
décroît, comme la fourniture de traction 2005, au total, 742 millions de tonnes de
animale et de fumier, qui sont des actifs céréales ont été absorbées par l’élevage,
et une assurance tout en assumant des soit près d’un tiers de la récolte mondiale de
fonctions socioculturelles. La production céréales et une part encore plus grande de
animale ne fait plus partie des systèmes céréales secondaires (tableau 9).
de production intégrés, fondés sur des La prédominance d’aliments concentrés
ressources locales et des produits non signifie que la production animale ne dépend
alimentaires servant d’intrants pour d’autres plus de la disponibilité locale d’aliments pour
activités productives du système. animaux et des ressources naturelles qui en
sont à l’origine. L’impact de la production
Des pâturages aux aliments concentrés sur les ressources naturelles n’est donc plus
pour animaux en partie associé au lieu de production et il
La production animale, à mesure qu’elle croît est transféré là où les aliments pour animaux
et s’intensifie, dépend de moins en moins des sont produits.
aliments pour animaux disponibles localement L’utilisation accrue d’aliments concentrés
et de plus en plus des aliments concentrés explique la croissance rapide de la
pour animaux qui sont commercialisés aux production de monogastriques, notamment
plans local et international. On passe donc la volaille. Lorsque l’élevage ne dépend plus
d’une utilisation de pâturages de qualité des ressources locales ou des déchets d’autres
médiocre (résidus de culture et pâturages activités pour l’alimentation animale, le
naturels) à une utilisation de coproduits et de rythme auquel les aliments pour animaux
concentrés agro-industriels de qualité élevée. sont transformés en produits d’origine
32 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU 9
Utilisation d’aliments concentrés par groupe de produits, 2005

GROUPE DE PRODUITS UTILISATION D’ALIMENTS CONCENTRÉS EN 2005

Pays en développement Pays développés Monde

(Millions de tonnes)

Céréales 284,2 457,7 741,9

Sons 71,2 34,5 105,7

Légumes secs 6,8 7,3 14,2

Oléagineux 13,4 14,3 27,6

Tourteaux 113,2 101,7 214,9

Racines et tubercules 111,2 30,8 142,0

Farine de poisson 2,7 1,1 3,8

Total 602,7 647,4 1 250,1

Source: FAO, 2009b.

animale devient un facteur critique de traduisent par une forte demande d’aliments
l’efficience économique de la production. À d’origine animale. Ils sont initialement
cet égard, les monogastriques, qui ont un proches des villes et des agglomérations
meilleur taux de conversion des aliments urbaines. Les produits de l’élevage sont en
pour animaux, ont un avantage distinct sur effet parmi les denrées les plus périssables,
les ruminants. et leur conservation sans congélation et
transformation pose des risques graves pour
D’une production dispersée à une la santé humaine et la qualité. Les animaux
production concentrée d’élevage doivent donc être proches du
La consolidation des activités liées à la lieu de la demande. Par la suite, grâce
production animale, notamment celles qui au développement des infrastructures et
sont associées aux monogastriques, a eu un des techniques de transport des intrants
impact sur la géographie des populations et de transformation et de conservation
animales et de la production. des produits, la production animale peut
Lorsque la production animale était s’éloigner des pôles de la demande, sous
fondée sur les ressources alimentaires l’effet de certains facteurs comme la
disponibles localement, comme les réduction des prix de la terre et de la main-
pâturages naturels et les sous-produits d’œuvre, l’accès aux aliments pour animaux,
des cultures, la distribution des ruminants des normes environnementales moins
était déterminée en grande partie par rigoureuses, des incitations fiscales ou des
la disponibilité de ces ressources. La lieux moins sensibles aux pathogénies.
distribution des porcs et de la volaille D’un point de vue géographique, la
était très proche de celles des populations production animale est donc désormais
humaines parce que ces animaux jouaient composée de centres de production, de
leur rôle de convertisseurs de déchets. centres de transformation et d’infrastructures
L’utilisation croissante d’aliments achetés à de soutien logistique reliés entre eux, situés à
l’extérieur de l’exploitation, en particulier proximité les uns des autres et fonctionnant
les concentrés, a réduit l’importance de manière coordonnée. Ces changements
des conditions agroécologiques en tant de la structure de la production ont été
que facteur déterminant. Elles ont été accompagnés par une augmentation de la
remplacées par des facteurs comme le coût dimension des abattoirs et des usines de
d’opportunité de la terre et l’accès aux transformation, qui sont de plus en plus
marchés des intrants et des produits. situés dans la zone de production.
Les grands opérateurs apparaissent Dans les systèmes de production
lorsque l’urbanisation, la croissance traditionnels, mixtes ou pastoraux, des
économique et la hausse des revenus se produits non alimentaires comme le fumier
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

33
sont des intrants importants dans d’autres et de l’urbanisation. Le potentiel de
activités de production. La concentration développement de la demande de
signifie que ces produits sont souvent produits de l’élevage est très grand, ce
considérés comme des déchets qui doivent qui présente des défis dans l’utilisation
être éliminés. En outre, la concentration efficace des ressources naturelles,
croissante d’animaux, souvent proches des la gestion des risques pour la santé
grands centres urbains, peut aggraver les animale et humaine, l’atténuation de la
problèmes liés aux maladies animales et aux pauvreté et la réalisation de la sécurité
risques pour la santé humaine. alimentaire.
v La demande croissante de produits
de l’élevage et la mise en œuvre des
Défis liés à la croissance constante changements technologiques dans
du secteur de l’élevage l’ensemble de la chaîne alimentaire ont
profondément modifié certains systèmes
La demande croissante de produits de de production animale. Les systèmes de
l’élevage et l’augmentation constante production mixtes de petites dimensions
de leur production ont des conséquences sont aux prises avec la concurrence
à long terme importantes dans trois accrue de vastes unités de production
domaines, qui exigent d’être examinées. Elles spécialisées qui s’appuient sur des
supposent un accroissement de la pression intrants achetés auprès de fournisseurs
sur les ressources naturelles mondiales, extérieurs. Ces tendances sont autant de
car la demande d’aliments pour animaux défis à relever pour les petits exploitants
augmente, et la production animale est de et ont des conséquences sur la capacité
plus en plus découplée de la base locale des du secteur à réduire la pauvreté.
ressources naturelles. Elles ont une incidence v Le passage des systèmes de production
sur la santé animale et humaine à mesure mixtes de petites dimensions, fondés
que les populations et la concentration sur des ressources disponibles
humaines et animales augmentent, parce localement, à des systèmes industriels
que certains agents migrent facilement entre de grandes dimensions, a déplacé les
espèces. Enfin, les répercussions sociales sur lieux d’implantation des unités de
les petits exploitants, dont les possibilités production animale. À mesure que les
d’approvisionner de nouveaux marchés sont contraintes liées à la disponibilité locale
limitées et posent de graves défis en matière des ressources naturelles sont levées,
de politiques. la distribution spatiale des unités de
Le développement rapide et continu du production animale ressemble de plus en
secteur de l’élevage illustre les problèmes plus à des pôles fonctionnant de manière
critiques qui se posent pour l’avenir du interconnectée tout au long de la chaîne
secteur. Les gouvernements nationaux et d’approvisionnement, ce qui a augmenté
la communauté internationale doivent l’efficacité de la production tout en
impérativement les prendre en compte créant des problèmes liés à l’usage des
et s’efforcer notamment de maîtriser le ressources naturelles.
potentiel de croissance de la demande v La concentration croissante de la
de produits de l’élevage pour atténuer la production et du commerce pose de
pauvreté et améliorer la sécurité alimentaire, nouveaux défis à relever en matière de
d’accroître la gestion durable des ressources gestion des maladies animales.
naturelles et de renforcer les activités liées à
la gestion des maladies animales.

Principaux messages de ce chapitre

v Le secteur de l’élevage est important et


croît rapidement dans un certain nombre
de pays en développement, grâce à la
croissance des revenus, de la population
34 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

3. Élevage, sécurité alimentaire


et réduction de la pauvreté

De tous les secteurs de l’économie agricole, à rester compétitifs. Ces changements


l’élevage est celui qui enregistre la plus doivent par ailleurs être gérés avec prudence
forte croissance. La hausse constante de pour garantir aux femmes et aux hommes
la demande en produits laitiers et carnés les mêmes opportunités dans un secteur
dans le monde en développement pose la en mutation rapide. Les réformes des
question de savoir comment et par qui cette politiques, le soutien institutionnel ainsi
demande pourra être satisfaite. Certains que les investissements publics et privés
sous-secteurs, en particulier la production sont absolument nécessaires et urgents
avicole et porcine, ont connu une évolution pour i) aider ces petits exploitants à être
similaire à celle observée dans les pays compétitifs sur les nouveaux marchés,
développés, où la production est dominée ii) accompagner ceux qui se désengageront
par des unités opérant à grande échelle. du secteur et, iii) préserver la fonction cruciale
Cette tendance, si elle devait s’étendre à que remplit l’élevage pour les ménages les
l’ensemble du secteur de la production plus vulnérables, en tant que filet de sécurité.
animale, aurait d’importantes répercussions L’augmentation de la productivité agricole
sur la réduction de la pauvreté et la sécurité est cruciale pour la croissance économique,
alimentaire. Jusqu’ici, la transformation du la réduction de la pauvreté et la sécurité
secteur s’est opérée largement en l’absence alimentaire. Des décennies de recherche
de politiques sectorielles spécifiques; il économique ont confirmé les effets positifs
importe de combler cette lacune pour de la hausse de la productivité agricole
s’assurer que l’élevage contribue au sur les ménages pauvres à trois niveaux:
développement équitable et durable. baisse des prix alimentaires pour les
Malgré les changements structurels rapides consommateurs, hausse des revenus pour
intervenus dans certains sous-secteurs, la les producteurs et effet d’entraînement de
production animale reste dominée par les la croissance sur l’ensemble de l’économie à
petites exploitations dans de nombreux mesure que la demande en biens et services
pays en développement. L’élevage peut augmente (Alston et al., 2000). De tous
être une source de revenus, de produits les secteurs de l’économie, la croissance
alimentaires de qualité, de combustible, de agricole est celle qui contribue le plus
force de travail (traction), de matériaux de fortement à faire reculer la pauvreté (Thirtle
construction et d’engrais, contribuant ainsi et al., 2001; Datt et Ravallion, 1998; Gallup,
aux moyens d’existence des ménages, à la Radelet et Warner, 1997; Timmer, 1988).
sécurité alimentaire et à la nutrition. La forte Selon des travaux récents, il semblerait
demande en produits alimentaires d’origine que la croissance du secteur de l’élevage
animale et les systèmes de transformation peut également stimuler la croissance de
et de commercialisation de plus en plus l’ensemble de l’économie (Pica, Pica-Ciamarra
complexes offrent de réelles possibilités de et Otte, 2008) et que les petits exploitants
croissance et de réduction de la pauvreté ont leur part dans ce phénomène (Delgado,
à tous les stades de la filière. Face à ces Narrod et Tiongco, 2008). Toutefois, il
nouvelles perspectives de commercialisation importe au préalable d’aborder un certain
et de revenus alternatifs, les conditions nombre de questions et défis majeurs pour
de la concurrence, les préférences des pouvoir exploiter pleinement et inscrire
consommateurs et les normes commerciales dans la durée le potentiel de l’élevage
évoluent rapidement, ce qui pourrait à promouvoir la croissance et réduire la
entamer la capacité des petits agriculteurs pauvreté.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

35
Le présent chapitre analyse le rôle s’étendent très au-delà de la production
de l’élevage sous l’angle de la sécurité animale destinée à la vente ou à la
alimentaire et des moyens d’existence des consommation directe.
hommes et des femmes qui vivent dans la L’élevage remplit d’autres fonctions tout
pauvreté. Il traite également du potentiel aussi importantes: il est source d’emplois
de ce secteur à devenir un moteur de la pour l’agriculteur et les membres de sa
croissance, à faire reculer la pauvreté et famille (Sansoucy, 1995); un moyen de
à promouvoir la sécurité alimentaire à thésaurisation (CAST, 2001); et une forme
long terme pour les personnes les plus d’assurance (Fafchamps et Gavian, 1997); il
vulnérables. Il détaille les conditions favorise l’égalité entre les sexes en créant
nécessaires pour que les petits exploitants des opportunités pour les femmes; il permet
puissent s’appuyer sur l’élevage pour le recyclage des déchets et résidus de récolte
s’extraire de la pauvreté. ou de l’agro-industrie (Ke, 1998; Steinfeld,
Les politiques visant ce secteur doivent 1998); il contribue à l’amélioration de la
prendre en compte les disparités entre les structure et de la fertilité des sols (de Wit,
producteurs en termes de capacité à van de Meer et Nell, 1997); et il participe à
intégrer des filières industrialisées la lutte contre les ravageurs (Pelant et al.,
modernes, capacité qui est souvent 1999).
déterminée par les questions de parité entre Les déchets de l’élevage peuvent
les sexes et autres facteurs socioculturels; aussi servir de source d’énergie pour la
elles doivent aussi reconnaître la fonction préparation des aliments et à ce titre
cruciale que remplit l’élevage pour de contribuer à la sécurité alimentaire. Les
nombreux petits agriculteurs en tant que résidus de l’élevage peuvent aussi servir
filet de sécurité. comme source d’énergie pour cuisiner,
contribuant ainsi à la sécurité alimentaire.
L’élevage a aussi une dimension culturelle:
Élevage et moyens d’existence la possession de bétail peut être à la base
de rites religieux (Horowitz, 2001; Ashdown,
L’élevage est un moyen d’existence 1992; Harris, 1978) ou refléter le statut
essentiel pour les plus pauvres. Il fait partie social de l’agriculteur (Birner, 1999). Les
intégrante des systèmes de production fonctions non marchandes de l’élevage
mixtes, en contribuant à l’augmentation de peuvent varier d’une région à l’autre dans
la productivité sur la ferme et en assurant un même pays, et bien entendu d’un pays à
une source stable d’aliments et de revenus l’autre. Elles sont aussi susceptibles d’évoluer
pour les ménages. Toutefois, son rôle et sa avec le temps, en fonction de la situation
contribution dans les pays en développement économique des éleveurs.

TABLEAU 10
Nombre et emplacement des éleveurs pauvres par catégorie et zone agro-écologique

ZONE AGRO-ÉCOLOGIQUE CATÉGORIE D’ÉLEVEURS

Pasteurs pratiquant un Fermiers pauvres Éleveurs sans-terre1


système extensif pratiquant un système
mixte pluvial
(Millions)

Aride ou semi-aride 87 336 ns

Tempérée (y compris les


régions montagneuses 107 158 107
tropicales)
Humide, subhumide et ns 192 ns
subtropicale
1
Personnes dans les ménages sans terre qui gardent le bétail: système de production non industriel sans terre.
Note: ns = non signifiant
Source: Livestock in Development, 1999.
36 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU 11
Pourcentage des ménages ruraux possédant du bétail, part des revenus provenant du
bétail et nombre de bêtes par ménage par pays
PART DES PART DES PART DE LA NOMBRE
MÉNAGES REVENUS ISSUE PRODUCTION DE BÊTES
PAYS ET ANNÉE RURAUX DU BÉTAIL1 ANIMALE DÉTENUES PAR
POSSÉDANT DU VENDUE LES MÉNAGES
BÉTAIL RURAUX1

(Pourcentage) (UBT2)

Afrique

Ghana (1998) 50 4,4 23 0,7

Madagascar (1993) 77 13,2 47 1,6

Malawi (2004) 63 9,4 9 0,3

Nigéria (2004) 46 4,3 27 0,7

Asie

Bangladesh (2000) 62 6,8 28 0,5

Népal (1996) 88 17,7 41 1,7

Pakistan (2001) 47 11,4 nd nd

Viet Nam (1998) 82 14,8 62 1,1

Europe orientale

Albanie (2005) 84 23,3 59 1,5

Bulgarie (2001) 72 12,0 4 0,5

Amérique latine

Équateur (1995) 84 3,4 27 2,8

Guatemala (2000) 70 2,6 18 0,9

Nicaragua (2001) 55 14,3 14 2,1

Panama (2003) 61 2,0 17 2,0


Moyenne des pays 60 9,8 35 0,8
ci-dessus3
1
Comprend tous les ménages ruraux dans les échantillons, qu’ils possèdent des bêtes ou non.
2
Le nombre de bêtes est comptabilisé à l’aide de l’unité de bétail tropical (UBT), qui est l’équivalent d’un animal de
250 kg. Cette échelle varie seolon les régions. Par exemple, en Amérique du Sud, l’échelle est comme suit: 1 bovin =
0,7 UBT, 1 cochon = 0,2, 1 mouton = 0,1, et 1 poulet = 0,01.
3
Moyenne pondérée totale par population rurale.
Note: nd = non disponible.
Source: FAO, 2009a.

Le nombre de pauvres dont les moyens base de données de la FAO sur les activités
d’existence reposent sur l’élevage n’est rurales génératrices de revenus (RIGA) (FAO,
pas connu avec certitude, mais l’estimation 2009a), qui recueille les données issues
la plus fréquemment avancée fait état de d’enquêtes sur les ménages représentatives à
987 millions (Livestock in Development, l’échelle nationale et provenant de 14 pays,
1999), soit environ 70 pour cent des indique que 60 pour cent des ménages
êtres humains vivant dans une «pauvreté ruraux possèdent du bétail (tableau 11).
extrême»2 dont le nombre est estimé à Les données correspondant aux 14 pays
1,4 milliard. Le tableau 10 détaille cette RIGA sont présentées par quintile de dépenses
estimation, ventilée par zone agroécologique figures 11-14. La possession de bétail concerne
et par type de système de production. La toutes les tranches de revenus chez les
ménages ruraux (figure 11). Dans un tiers
environ des pays de l’échantillon, les ménages
2
Définies comme celles dont la consommation est
plus pauvres pratiquent l’élevage davantage
inférieure à 1,25 USD par personne et par jour, mesurée
en parité de pouvoir d’achat par rapport à 2005, année de que les ménages plus aisés. Malgré l’absence
référence. de relation établie entre niveau de revenu et
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

37
FIGURE 11
Pourcentage des ménages ruraux possédant du bétail, par quintiles de dépenses

Albanie
2005

Bangladesh
2000

Bulgarie
2001

Équateur
1995

Ghana
1998

Guatemala
2000

Madagascar
1993

Malawi
2004

Népal
1996

Nicaragua
2001

Nigéria
2004

Pakistan
2001

Panama
2003

Viet Nam
1998

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Pourcentage

QUINTILE DE DÉPENSES DES MÉNAGES

Les plus pauvres 20% 2 3 4 Les plus riches 20%

Source: FAO, 2009a.

élevage, il apparaît clairement que dans tous Malawi. Même s’il n’existe pas de tendance
les pays, même les ménages les plus pauvres systématique, dans plusieurs pays les
possèdent du bétail. personnes pauvres tirent de l’élevage une
La part de l’élevage dans les revenus des part plus importante de leur revenu que les
ménages varie selon les pays et les niveaux ménages plus aisés.
de revenus (figure 12). Inférieure à 5 pour Bien que la plupart des ménages ruraux
cent pour un grand nombre de ménages, de l’échantillon RIGA élèvent du bétail, la
elle atteint plus de 45 pour cent pour taille moyenne de leur cheptel reste faible,
les ménages ayant un revenu moyen au entre 0,3 unité de bétail tropical (UBT) au
38 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

Malawi jusqu’à 2,8 en Équateur. La taille La part de la production animale destinée


des troupeaux tend à être plus faible dans à la vente, en termes de valeur, varie
les pays d’Afrique et d’Asie, et à augmenter fortement selon les pays de l’échantillon,
dans les pays d’Amérique latine (figure 13). mais pas entre les quintiles de dépenses
En outre, bien que la proportion de (figure 14). Il ne semble pas exister de
ménages possédant du bétail ne semble pas corrélation entre le niveau de revenu et la
clairement liée au niveau de revenus, la taille part de la production animale destinée à la
moyenne des cheptels semble augmenter en vente. Dans plusieurs cas, cette dernière est
proportion de la richesse dans 8 des 14 pays. plus faible pour les quintiles de dépenses

FIGURE 12
Part des revenus de l’élevage au sein des ménages ruraux, par quintile de dépenses

Albanie
2005

Bangladesh
2000

Bulgarie
2001

Équateur
1995

Ghana
1998

Guatemala
2000

Madagascar
1993

Malawi
2004

Népal
1996

Nicaragua
2001

Nigéria
2004

Pakistan
2001

Panama
2003

0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Pourcentage

QUINTILE DE DÉPENSES DES MÉNAGES

Les plus pauvres 20% 2 3 4 Les plus riches 20%

Source: FAO, 2009a.


L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

39
inférieurs par rapport aux quintiles de Dans tous les pays considérés, les hommes
dépenses supérieurs, ce qui tendrait à sont plus nombreux que les femmes à
indiquer que le bétail est destiné à une posséder du bétail, et les ménages ayant
consommation personnelle dans le cas à leur tête un homme ont plus de bétail
des ménages moins favorisés, alors qu’il que ceux dirigés par une femme. Cela est
représente une source de revenu monétaire particulièrement vrai dans le cas des grands
pour les ménages plus aisés. Cependant, animaux (bovins, buffles). Les disparités
cette tendance n’est pas homogène, plusieurs au niveau de la taille des troupeaux sont
pays présentant des situations différentes. particulièrement accusées au Bangladesh,

FIGURE 13
Nombre de bêtes détenues par les ménages ruraux, par quintiles de dépenses

Albanie
2005

Bangladesh
2000

Bulgarie
2001

Équateur
1995

Ghana
1998

Guatemala
2000

Madagascar
1993

Malawi
2004

Népal
1996

Nicaragua
2001

Nigéria
2004

Panama
2003

Viet Nam
1998

0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0
Nombre de bêtes

QUINTILE DE DÉPENSES DES MÉNAGES

Les plus pauvres 20% 2 3 4 Les plus riches 20%

Note: Le nombre de bêtes est calculé à l’aide de l’unité de bétail tropical (UBT) qui est l’équivalent d’un animal de 250 kg
Cette échelle varie seolon les régions. Par exemple, en Amérique du Sud, l’échelle est comme suit: 1 bovin = 0,7 UBT,
1 cochon = 0,2, 1 mouton = 0,1, et 1 poulet = 0,01.
40 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 14
Pourcentage de la production totale de bétail des ménages ruraux qui est vendu,
par quintile de dépenses

Albanie
2005

Bangladesh
2000

Bulgarie
2001

Équateur
1995

Ghana
1998

Guatemala
2000

Madagascar
1993

Malawi
2004

Népal
1996

Nicaragua
2001

Nigéria
2004

Panama
2003

Viet Nam
1998

0 10 20 30 40 50 60 70
Pourcentage

QUINTILE DE DÉPENSES DES MÉNAGES

Les plus pauvres 20% 2 3 4 Les plus riches 20%

Source: FAO, 2009a.

au Ghana, à Madagascar et au Nigéria, de la production avicole en Asie relève de


pays dans lesquels les ménages ayant un l’élevage domestique, et ce sont surtout
homme à leur tête possèdent trois fois plus les femmes qui possèdent et élèvent des
de bétail que les ménages dirigés par une volailles. En Indonésie, la production
femme (Anríquez, à paraître). Toutefois, industrielle représente 3,5 pour cent de
dans le cas des petits animaux, volailles la production avicole, contre 64,3 pour
en particulier, les femmes jouent un rôle cent en basse-cour. L’élevage domestique
beaucoup plus important. Une grande part contrôlé par les femmes est aussi important
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

41
au Cambodge, en République démocratique ses quatre dimensions: disponibilité, accès,
populaire lao et au Viet Nam (FAO, 2004b). stabilité et utilisation.
Dans de nombreux autres pays et régions, La disponibilité renvoie à la disponibilité
les femmes possèdent des volailles, en physique de denrées alimentaires en quantité
nombre parfois supérieur à celles détenues suffisante en un lieu donné. Les denrées
par les hommes, et contrairement à d’autres sont disponibles grâce à la production
productions, sont libres de disposer des domestique, aux marchés locaux et aux
volailles qu’elles élèvent sans consulter importations. L’accès recouvre la capacité
un homme. Le fait que les femmes soient des individus à acquérir des aliments. En
responsables de la production avicole dans effet, même si l’approvisionnement physique
ces régions a des implications également en produits alimentaires est assuré dans
pour les programmes de lutte contre la une région donnée, ces produits ne sont
grippe aviaire. pas nécessairement accessibles si leur prix
Les données provenant de la base est trop élevé ou si le pouvoir d’achat
RIGA confirment de manière générale les des populations locales est insuffisant.
observations antérieures. Delgado et al. L’élevage domestique et l’élevage extensif
(1999) ont analysé 16 pays différents pour à l’herbe, qui reposent sur l’utilisation
comparer la dépendance au revenu tiré des déchets et des terres impropres à la
de l’élevage des ménages «très pauvres» culture, contribuent indiscutablement à
et «moins pauvres». Ils ont observé que la la disponibilité alimentaire. Les systèmes
majorité des ménages ruraux pauvres d’élevage intensifs décrits au Chapitre 2
dépend dans une certaine mesure de sont une source importante de produits
l’élevage, mais que les «moins pauvres» carnés abordables pour les consommateurs
dépendent plus fortement des revenus urbains. Grâce à une utilisation rationnelle
tirés de l’élevage que les «très pauvres». des ressources, ils assurent une offre de
À l’inverse, Quisumbing et al. (1995) ont produits alimentaires abondants et à faible
constaté que, dans de nombreux cas, les coût, contribuant ainsi à la disponibilité des
pauvres tirent de l’élevage une part plus denrées et à leur accès. Ils sont appelés à
importante de leur revenu que les riches jouer un rôle de plus en plus important à
parce qu’ils peuvent utiliser pour la pâture l’avenir, sachant que la demande en produits
des terres communales, et bénéficier ainsi de de l’élevage continuera de croître dans les
coûts de production faibles. années qui viennent. Dans le même temps,
la hausse rapide de la demande en produits
carnés signifie qu’un tiers de l’ensemble des
Élevage et sécurité alimentaire terres cultivées est aujourd’hui consacré à la
production fourragère. Toutes choses étant
La dénutrition demeure un problème majeur égales par ailleurs, ce conflit d’usage sur des
dans de nombreux pays en développement. terres traditionnellement affectées à d’autres
Les dernières statistiques de la FAO (FAO, cultures est responsable de la hausse des prix
2009c) indiquent que près d’un milliard des produits alimentaires de base et pourrait
d’êtres humains dans le monde souffrent de avoir des effets négatifs sur l’accès aux
sous-alimentation. La sécurité alimentaire denrées. Ce sujet fait l’objet de l’encadré 4.
se définit comme l’accès de tous les êtres La plupart des ménages ruraux, y
humains, à tout moment, à une alimentation compris les très pauvres, élèvent du
sûre, nutritive et suffisante leur permettant bétail. L’élevage contribue directement
de mener une vie saine et active. Le secteur à la disponibilité alimentaire et à l’accès
de l’élevage est crucial pour la sécurité des petits exploitants à l’alimentation,
alimentaire, non seulement pour les petits souvent par des mécanismes complexes.
agriculteurs en milieu rural qui dépendent Les petits agriculteurs consomment parfois
directement de l’élevage pour leur directement leur production mais choisissent
alimentation et leurs revenus, mais aussi pour le plus souvent de vendre leurs œufs ou
les consommateurs urbains, qui bénéficient leur lait à haute valeur ajoutée, pour
de denrées d’origine animale de qualité à pouvoir acheter des produits de base d’un
un prix abordable. L’élevage joue un rôle moindre coût. La contribution indirecte de
important dans la sécurité alimentaire sous l’élevage à la sécurité alimentaire à travers
42 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 4
Alimentation humaine et animale: les animaux d’élevage réduisent-ils
les disponibilités alimentaires pour la consommation humaine?

Il n’est pas rare d’entendre qu’il suffirait, pas concurrence aux êtres humains pour
pour remédier à la pénurie d’aliments qui l’alimentation, les excédents de céréales
frappe les pauvres et les sous-alimentés, ne seraient pas pour autant disponibles
de réduire la demande d’aliments pour l’alimentation humaine; au contraire,
fourragers. En réalité la relation entre par effet de la demande réduite, une
demande en aliments pour animaux grande partie de ces quantités ne seraient
et sécurité alimentaire est complexe et pas produites. Toutefois, si à l’heure
comporte des aspects à la fois matériels et actuelle les besoins alimentaires des
économiques. animaux d’élevage ne concurrencent pas
Chaque année, le bétail consomme directement ceux des sous-alimentés,
77 millions de tonnes de protéines ils contribuent à faire monter la
contenues dans des aliments fourragers demande globale, et par conséquent
qui sont potentiellement aptes à la les prix, des cultures et des intrants
consommation humaine, alors que les agricoles. Ce phénomène, qui favorise
produits destinés à la consommation plutôt les producteurs nets, pénalise les
humaine et issus de l’élevage n’en consommateurs nets (des villes comme des
fournissent que 58 millions. (Steinfeld et zones rurales).
al., 2006). En termes d’apport énergétique Un aspect important souvent ignoré
alimentaire la perte relative est beaucoup est que les produits fourragers destinés
plus importante. Elle résulte, certes, à l’élevage jouent en faveur des
de la tendance récente à utiliser des objectifs de la sécurité alimentaire, en
aliments contenant davantage de produits tant que mécanisme régulateur des
concentrés pour nourrir les animaux, marchés nationaux et internationaux,
mais il ne faut pas tomber dans des utile en cas de pénurie alimentaire.
simplifications excessives ni oublier que Lors des précédentes crises mondiales
les protéines d’origine animale sont des prix en 1974/75 et 1981/82, les
d’une qualité plus élevée que celle des approvisionnements céréaliers ont
protéines fourragères dont se nourrissent chuté de manière considérable. Le
les animaux. secteur de l’élevage, moyennant la
Du point de vue économique, il contraction de l’offre en produits
faut savoir que la faim et l’insécurité fourragers ou le passage à d’autres
alimentaire ne découlent pas en général sources d’approvisionnement, a exercé
d’une limitation de l’offre mais plutôt une fonction régulatrice efficace, faisant
d’une défaillance de la demande en raison baisser la demande de céréales. Un effet
d’un pouvoir d’achat insuffisant. Si par tampon similaire a été observé lors de la
hypothèse le secteur de l’élevage ne faisait récente crise alimentaire en 2007 et 2008.

l’élévation des revenus et la réduction de pas nécessairement par une meilleure


la pauvreté est centrale pour les efforts nutrition, selon que ce sont les hommes
de développement global. Il est par ou les femmes qui ont la maîtrise du
ailleurs essentiel de prendre en compte les revenu ainsi généré. La nutrition se trouve
différences entre les hommes et les femmes améliorée uniquement lorsque la hausse
en termes d’opportunités d’emploi et de du revenu entraîne une alimentation plus
contraintes associées à l’élevage dans le diversifiée. À long terme, il existe une
calcul de la contribution économique de corrélation vérifiée entre hausse du revenu
l’élevage pour les ménages individuels. et amélioration de la nutrition, mais à court
La vente des produits de l’élevage permet terme une intervention des pouvoirs publics
aux familles disposant de faibles ressources peut s’avérer nécessaire pour promouvoir
d’augmenter leur revenu, mais ne se traduit une augmentation de la part des produits
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

43
d’origine animale dans l’alimentation des mais elle s’accompagne également d’un
pauvres. prix économique élevé: chez l’adulte, elle
La stabilité est la troisième dimension de réduit la productivité et la performance
la sécurité alimentaire. L’élevage contribue au travail, elle limite le développement
à la stabilité de la sécurité alimentaire des du capital humain et entrave le potentiel
ménages ruraux en ce qu’il constitue un de croissance économique des pays (FAO,
actif, un moyen de thésaurisation et un 2004a). La dénutrition peut aussi accroître la
filet de sécurité. Le bétail peut servir de vulnérabilité des femmes, des hommes et des
garantie pour l’obtention d’un crédit, il peut enfants à des infections comme le paludisme,
être vendu pour augmenter un revenu ou la tuberculose et le VIH/SIDA.
directement consommé en période de crise, Les produits d’origine animale apportent
amortissant ainsi les chocs externes liés par des protéines de haute qualité et divers
exemple à la blessure ou à la maladie d’un micronutriments qu’il est difficile de trouver
membre productif de la famille. Le bétail en quantité suffisante dans des aliments
représente aussi une force de travail, une d’origine exclusivement végétale. Même si
source d’engrais et un instrument de lutte des minéraux essentiels comme le zinc et
contre les ravageurs dans le cas des systèmes le fer sont aussi présents dans les céréales,
mixtes d’exploitation, contribuant ainsi à la ils ont une faible biodisponibilité dans les
productivité globale de l’exploitation et donc aliments d’origine végétale en raison de
à la sécurité alimentaire. la présence d’inhibiteurs de l’absorption
La quatrième dimension de la comme les phytates; ils ont une meilleure
sécurité alimentaire – l’utilisation – est biodisponibilité dans les produits d’origine
particulièrement importante dans le cas animale.
des produits de l’élevage et des aliments La vitamine A, la vitamine B12, la
d’origine animale. La recherche confirme riboflavine, le calcium, le fer et le zinc sont
que ces produits sont une excellente six éléments nutritifs peu présents dans une
source de protéines de haute qualité et alimentation essentiellement végétarienne et
de micronutriments essentiels tels que la fournis par les produits d’origine animale. Les
vitamine B et des oligo-éléments hautement problèmes de santé associés à des carences
biodisponibles3 tels que le fer et le zinc. Cette de ces nutriments incluent l’anémie, les
«biodisponibilité» revêt une importance retards de croissance, l’altération de la vision
particulière pour les mères et les jeunes et la cécité, le rachitisme, les altérations des
enfants, qui ont du mal à trouver dans performances cognitives et le risque accru de
une alimentation d’origine végétale les morbidité et de mortalité liées aux maladies
micronutriments qui leur sont nécessaires. infectieuses, en particulier chez le nourrisson
La consommation en petites quantités de et l’enfant. Les produits d’origine animale
produits d’origine animale apporte les sont une source particulièrement riche de
éléments nutritifs essentiels nécessaires à la ces six nutriments, et leur consommation
santé maternelle et au bon développement en quantité relativement faible, conjuguée
physique et mental des jeunes enfants. à une alimentation végétarienne, peut
améliorer notablement l’état nutritionnel.
Élevage et nutrition La haute teneur en nutriments des
L’incidence négative d’une mauvaise produits d’origine animale offre par ailleurs
nutrition sur la croissance et le un avantage particulier dans le cadre des
développement mental des enfants est interventions alimentaires ciblant des
bien documentée et inclut notamment les groupes vulnérables comme les nourrissons,
retards de croissance et le risque accru de les enfants et les personnes atteintes du VIH/
maladies infectieuses, de morbidité et de SIDA, qui peuvent avoir des difficultés à
mortalité. À terme, la dénutrition entrave ingérer les grandes quantités de nourriture
le développement cognitif et les résultats nécessaires pour répondre à leurs besoins
scolaires. La dénutrition est non seulement nutritionnels.
inacceptable d’un point de vue moral, Les données disponibles indiquent
que, dans les pays les plus pauvres, où les
3
La biodisponibilité se dit de l’absorption et de l’utilisation carences en micronutriments sont les plus
d’un nutriment par l’organisme. répandues, une augmentation modérée
44 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

de la consommation de produits d’origine incidence négative sur la santé, du type


animale permettrait d’améliorer la qualité obésité et maladies chroniques associées,
nutritionnelle de l’alimentation et l’état notamment maladies cardiaques et diabète
de santé des populations. Le Programme (OMS/FAO, 2003). Dans une étude récente
de soutien à la recherche collaborative en sur les liens entre l’alimentation, la nutrition,
nutrition fait état d’étroites relations entre l’activité physique et le cancer, réalisée
la consommation de produits d’origine sous la direction du World Cancer Research
animale d’une part et l’amélioration du Fund et de l’American Institute for Cancer
développement, des fonctions cognitives Research, un groupe d’experts international
et de l’activité physique chez les enfants, a jugé «convaincants» les faits tendant à
l’augmentation du nombre des naissances prouver que les viandes rouges (transformées
menées à terme et la diminution de la ou non) étaient à l’origine de cancers
morbidité liée à la maladie d’autre part, colorectaux (les viandes rouges désignant les
à l’issue de trois études d’observation viandes de bovins, porcins, ovins et caprins
longitudinales parallèles menées dans d’élevage). Des données, limitées, tendaient
des régions du monde écologiquement et à indiquer qu’il y aurait une corrélation entre
culturellement différentes, à savoir l’Égypte, la consommation de poisson et d’aliments
le Kenya et le Mexique (Neumann et al., contenant de la vitamine D (présente
2003). Ces relations restaient positives même surtout dans les aliments enrichis et dans les
après correction de facteurs tels que le statut aliments d’origine animale) et la diminution
socioéconomique, la morbidité, le niveau du risque de cancer colorectal. Toutefois le
d’alphabétisation des parents et la situation groupe d’experts a estimé que le lait est une
nutritionnelle. protection contre le cancer colorectal. Le
Un meilleur accès aux aliments d’origine groupe d’experts a également noté qu’il y
animale à travers la promotion de l’élevage, avait quelques indications selon lesquelles les
conjuguée à une éducation à la nutrition, viandes rouges et les viandes transformées
apparaît donc comme un moyen d’action seraient à l’origine d’autres cancers (WCRF/
stratégique pour échapper à l’engrenage de AICR, 2007, p. 116, 129).
la pauvreté, des carences en micronutriments Une «transition nutritionnelle» est en
et de la malnutrition (Demment, Young et cours dans les pays à forte croissance
Sensenig, 2003). Bien que peu nombreuses, du monde en développement (Popkin,
les analyses portant sur les interventions 1994). Du fait du changement rapide
publiques en matière d’élevage et leur d’alimentation et de la diminution de
contribution à l’amélioration de la nutrition l’activité physique, une nouvelle forme de
et au recul de la pauvreté montrent que malnutrition (l’obésité) se substitue à une
l’élevage peut jouer un rôle important autre (la dénutrition). Une consommation
au service de la nutrition et de la santé croissante de produits d’origine animale
humaine et de la réduction de la pauvreté à teneur élevée en matières grasses est
dans les pays en développement (Randolph l’un des principaux facteurs déterminants.
et al., 2007). Ces actions doivent être Sur la base d’une étude effectuée en
sexospécifiques pour s’assurer de cibler Chine sur des adultes, Popkin et Du (2003)
efficacement les groupes vulnérables ont montré qu’il existait un lien entre
et menacés par l’insécurité alimentaire. la consommation croissante de matières
L’encadré 5 présente l’exemple d’un projet grasses issue d’aliments d’origine animale
de développement d’un élevage de chèvres et la structure de morbidité. Parfois ces
laitières en Éthiopie, qui a permis d’améliorer changements diététiques surviennent avec
significativement l’accès des ménages une rapidité telle que les deux formes de
pauvres à des produits alimentaires d’origine malnutrition coexistent au sein d’une même
animale. population. Ce phénomène a été désigné
Des arguments forts plaident donc en par l’expression «double fardeau de la
faveur de la promotion de l’élevage dans malnutrition» (Kennedy, Nantel et Shetty,
les pays en développement pour améliorer 2004).
la nutrition et la santé, mais il importe aussi En 2000, le nombre de personnes
de reconnaître que la consommation très en surcharge pondérale était
élevée de produits carnés peut avoir une approximativement égal à celui des
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

45
ENCADRÉ 5
Le projet de développement des caprins à vocation laitière en Éthiopie

Food and Agricultural Research effectuait deux traites par jour, obtenant
Management (FARM)-Africa est une en moyenne 75 litres de lait de chèvre
organisation non gouvernementale par an. La consommation individuelle
internationale, spécialisée dans la gestion moyenne était passée à 15 litres/par
de la recherche alimentaire et agricole, personne et par an. En outre, les ménages
qui s’efforce de réduire la pauvreté en se réservaient chacun entre 50 et 100 kg
favorisant l’amélioration durable des de céréales de plus qu’avant, au lieu de les
conditions de vie des agriculteurs et vendre pour acheter du lait.
des éleveurs en Afrique, grâce à une Une intervention similaire de FARM-
gestion plus efficace de leurs ressources Africa dans une autre région d’Éthiopie
naturelles renouvelables. Le projet de a augmenté la disponibilité de lait par
développement des caprins à vocation personne de 109 pour cent, l’apport
laitière a été lancé en Éthiopie afin énergétique d’origine animale de 39 pour
d’améliorer le bien-être des ménages cent, l’apport en protéines de 39 pour
en encourageant à la fois la création de cent et en lipides de 63 pour cent. La
revenus et la consommation de lait. Le proportion de protéines animales a atteint
projet visait en particulier l’accroissement 20 pour cent. Pendant l’étude d’une durée
de la productivité des chèvres locales, de trois ans, 67 ménages (soit 63 pour
dont les troupeaux sont gérés par les cent) ont tué 77 chèvres. La quantité de
femmes, grâce à des techniques d’élevage viande obtenue s’est élevée en moyenne
améliorées alliées à l’amélioration à 575 g par personne et par an. L’étude
génétique. a conclu que la possibilité offerte aux
Avant la mise en œuvre du projet de ménages de ruraux pauvres de posséder et
développement caprin, 21 pour cent de gérer un cheptel de petits ruminants,
des ménages bénéficiaires n’avaient pas tels que des chèvres laitières, influait
accès au lait; 67 pour cent d’entre eux directement sur leurs chances de sortir
achetaient du lait occasionnellement du cercle vicieux de la pauvreté et de la
pendant environ un trimestre par an. dénutrition tout en améliorant fortement
Quarante-deux pour cent des ménages l’accès aux aliments d’origine animale
interrogés consommaient de la viande, ainsi que les taux de consommation de ces
pour une quantité moyenne de 1,3 kg par produits.
an et par personne. Les 58 pour cent de
ménages restants ne consommaient jamais
de viande. Après le projet, chaque ménage Source: Ayele et Peacock, 2003.

personnes sous-alimentées (Gardner et environ du PIB (OMS, 2006). En Chine, le


Halwell, 2000). L’OMS estime aujourd’hui coût économique des maladies chroniques
à 1,6 milliard le nombre de personnes liées à l’alimentation a dépassé celui de la
en surcharge pondérale et d’après les dénutrition – soit une perte de plus de 2 pour
prévisions, ce chiffre devrait atteindre cent du PIB (IFPRI, 2004; Banque mondiale,
2,3 milliards d’ici 2015 (OMS, 2006). 2006a). En Amérique latine et aux Caraïbes,
Pour les pays en développement ce coût est estimé à 1 pour cent du PIB de la
confrontés à ce double fardeau de la région (OPS, 2006).
malnutrition, le coût est très élevé. Le coût Ces problèmes de santé liés à
humain et financier de la prévention et du l’alimentation sont souvent considérés
traitement de l’obésité et des maladies non comme le résultat de choix individuels de
contagieuses est élevé et pèse lourdement vie sur lesquels les gouvernements ont peu
sur les systèmes de santé en place. Dans de contrôle. Toutefois, les pouvoirs publics
l’Union européenne (UE), le coût de l’obésité ont la possibilité d’influer sur les modes
pour la société a été estimé à 1 pour cent de consommation et s’y efforcent à travers
46 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

l’éducation, des mesures d’incitation et d’une classe moyenne urbaine favorise


leurs politiques agricoles et alimentaires le développement d’un marché formel
au sens large (Schmidhuber, 2007). Les pays embryonnaire qui fournit des produits
insulaires du Pacifique, qui enregistrent les certifiés, transformés et conditionnés.
taux d’obésité les plus élevés du monde Dans tous les pays où la pauvreté rurale
(International Obesity Taskforce, 2009), ont persiste et où les perspectives d’emploi hors
pris des mesures draconiennes pour traiter agriculture sont limitées, les systèmes mixtes
les problèmes de santé liés à l’alimentation. associant culture et élevage à petite échelle
Le Gouvernement de Fidji, préoccupé par la restent prédominants. Selon les estimations,
teneur élevée en graisses de la poitrine de 90 pour cent de la production de lait et
mouton et des croupions de dinde et par 70 pour cent de la production de viande de
les répercussions sanitaires de l’importation ruminants sont le fait de ces systèmes mixtes
de ces produits, a décidé d’interdire d’exploitation; c’est le cas également pour
l’importation de poitrine de mouton et la plus d’un tiers de la production de viande
vente de ces produits (qu’ils soient importés de porc et de volaille et d’œufs. Dans ces
ou produits localement) (Nugent et Knaul, systèmes, l’élevage représente de manière
2006; Clarke et McKenzie, 2007). S’inspirant générale jusqu’à un tiers du revenu agricole.
de l’exemple de Fidji, le Gouvernement des Les systèmes mixtes d’exploitation apportent
Tonga a interdit l’importation de poitrine donc une contribution majeure aux moyens
de mouton. En 2007, le Gouvernement du d’existence, aux revenus et à la sécurité
Samoa a également imposé une interdiction alimentaire et nutritionnelle des populations
totale des importations de croupions de rurales pauvres (Costales, Pica-Ciamarra et
dinde pour appuyer des mesures visant à Otte, 2007).
freiner le problème du développement Dans les pays pauvres comptant des
rapide de l’obésité et des maladies non communautés pastorales, les éleveurs
contagieuses liées à l’alimentation. traditionnels tirent de leur activité leurs
moyens d’existence et vendent leurs animaux
vivants sur les marchés locaux. Dans certains
Transformation du secteur pays de la Corne de l’Afrique et du Sahel,
de l’élevage et pauvreté les éleveurs nomades vendent aussi leurs
animaux vivants (bovins, ovins, chèvres et
La transformation en cours du secteur de chameaux) à des exportateurs qui fournissent
l’élevage décrite au Chapitre 2 s’opère des partenaires commerciaux traditionnels,
surtout dans les pays développés et dans essentiellement au Proche-Orient et dans les
les pays en développement qui connaissent centres urbains en développement des côtes
une forte croissance économique. La d’Afrique occidentale. Toutefois, ce commerce
production animale demeure pratiquement est menacé par des normes sanitaires de plus
inchangée dans les pays les plus pauvres, où en plus strictes. L’économie pastorale est
la production et la consommation de viande menacée partout dans le monde: la mobilité
et de lait ont très peu progressé, voire pas et l’accès aux pâturages traditionnels sont de
du tout, au cours des dernières décennies. plus en plus restreints du fait des contrôles
L’élevage reste une activité pratiquée de frontaliers et de l’expansion des terres
manière traditionnelle par de petits paysans cultivées ou, dans certaines parties d’Afrique
pauvres, pour lesquels il représente un filet en particulier, du fait des activités axées sur
de sécurité important en fournissant à la fois la conservation. En outre, le changement
des aliments de haute qualité nutritionnelle climatique a pour effet de rendre plus arides
et une source de revenus additionnels en encore des terres arides et semi-arides, et
période de besoin. Dans ces systèmes de d’augmenter la fréquence de phénomènes
production traditionnels, les produits et climatiques extrêmes tels que sécheresses et
les fonctions non marchandes de l’élevage inondations. Les mécanismes d’adaptation
conservent toute leur importance. Les traditionnels sont impuissants face à ces
produits de l’élevage sont transformés et situations, et les éleveurs nomades sont de
commercialisés principalement à travers plus en plus nombreux à abandonner la
des circuits informels. Toutefois, même production animale, de façon volontaire ou
dans les pays les plus pauvres, l’émergence involontaire (Thornton et al., 2002).
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

47
Dans les pays en développement où la les réglementations locales le permettent, et
hausse des revenus et l’émergence d’une elle a des implications pour la santé animale
classe moyenne urbaine ont stimulé et humaine qui font l’objet du Chapitre 5.
la demande en produits de l’élevage, Dans les pays où la consommation de volaille
les petits éleveurs traditionnels restent a peu ou pas augmenté, ce qui est le cas
présents en milieu rural, mais les zones de la plupart des pays africains, l’essentiel
périurbaines voient se développer des de la production avicole provient toujours
opérateurs commerciaux, avec un élevage à d’élevages domestiques et villageois,
grande échelle plus intensif et des moyens fréquemment gérés par des femmes.
technologiques sophistiqués, en particulier
dans le secteur avicole. Des entreprises
intégrées font aussi leur apparition, de Élevage et réduction de la
grandes entreprises ou coopératives pauvreté
fournissant les intrants et assurant des
débouchés commerciaux à des exploitations L’expansion des marchés des produits de
de petite ou moyenne taille sous contrat. l’élevage devrait normalement offrir des
Sous l’effet de la croissance économique, possibilités nouvelles d’amélioration de leurs
les perspectives d’emploi hors agriculture revenus pour les nombreux ruraux pauvres
se développent, les salaires agricoles dont les moyens d’existence reposent sur
progressent, les supermarchés étendent l’élevage. Toutefois, si la croissance et la
leur influence au-delà des centres urbains transformation du secteur ont créé des
et la demande en produits de l’élevage opportunités, il n’est pas certain qu’elles
s’intensifie encore. Les petits éleveurs puissent être pleinement exploitées par
commencent à se désengager de cette les personnes vivant dans la pauvreté et
activité dans la mesure où ils ont moins dans des zones marginalisées. Du fait de
besoin d’avoir quelques têtes de bétail, et l’évolution rapide de la demande en produits
où l’intérêt et la viabilité de l’entreprise alimentaires dans certaines parties du monde
diminuent. La taille moyenne des élevages en développement, le secteur de l’élevage
de volailles et de porcs tend à s’accroître, a été appelé à produire le plus possible, le
alors que celle des cheptels laitiers reste plus vite possible, au moindre coût et dans le
souvent limitée. Même sur des marchés respect de la sécurité sanitaire des aliments.
en forte croissance, la production et la L’accent placé sur la vitesse, la quantité, le
commercialisation du lait restent parfois prix et la sécurité sanitaire a créé un biais en
dominés par le secteur informel. Les faveur de la production intensive à grande
opérateurs intégrés verticalement voient échelle, en particulier dans certains sous-
leur taille augmenter et acquièrent secteurs comme la production avicole et
progressivement une position dominante, porcine. En revanche, la situation semble
alors que les petits éleveurs de volailles ont être différente dans le sous-secteur laitier,
de plus en plus de difficultés à subsister – ce où l’on a vu des petits agriculteurs jouer un
qui ne semble pas le cas des petits éleveurs rôle prédominant pour satisfaire la demande
de porc. croissante (voir encadré 7).
Dans les économies en plus forte La nature du secteur de l’élevage a
croissance, les petits éleveurs, en particulier radicalement changé dans certaines régions
les producteurs de volailles et de porcs, du monde, même si les effets de cette
soit se tournent vers une agriculture de mutation varient selon les pays, les espèces
subsistance soit abandonnent l’élevage. Un et en fonction du sexe. Les pays dans lesquels
petit nombre d’entre eux peut évoluer vers la consommation de produits de l’élevage
des opérations à grande échelle. Toutefois, par habitant a connu une forte hausse au
dans de nombreux autres pays, le secteur cours des dernières décennies, en particulier
avicole connaît un développement «à deux les économies à forte croissance comme le
vitesses» qui voit coexister un élevage Brésil, la Chine et l’Inde, présentent une
domestique/villageois et une production situation très différente de celle des pays où
industrielle (voir encadré 6 avec l’exemple de cette consommation reste statique ou recule,
la Chine). Cette situation est appelée à durer comme c’est le cas pour une grande partie
tant que la pauvreté rurale subsiste et que de l’Afrique subsaharienne. Parallèlement,
48 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 6
Un secteur en transition – l’élevage des volailles en Chine

Au cours des dernières décennies, la élevages moins nombreux, à plus grande


Chine a été le théâtre d’un accroissement échelle et privés. Entre 1996 et 2005,
spectaculaire de la production de volailles quelque 70 millions de petits éleveurs de
et d’œufs, sous l’effet combiné de volailles ont abandonné ce secteur, surtout
l’augmentation du nombre de volatiles et dans l’est du pays, économiquement
de la productivité croissante par animal. plus développé, et à la périphérie des
Les taux de conversion alimentaire grandes villes. Pendant la même période,
des poulets dans les gros élevages ont la part des gros élevages (produisant plus
sensiblement progressé entre 1985 et 2005 de 10 000 volatiles par an) est passée
et sont actuellement comparables à ceux d’environ un quart à la moitié de la
obtenus dans des exploitations de même production nationale.
taille en Europe et en Amérique du Nord. Aujourd’hui, le marché du poulet de
Les améliorations radicales apportées chair est dominé par de grosses entreprises
aux infrastructures de transport depuis intégrées qui contrôlent toute la filière
la moitié des années 80 ont accéléré de production et de commercialisation:
l’intensification du secteur avicole. Les aliments destinés aux élevages, sélection,
chemins de fer jouent un rôle important élevage en batterie et transformation.
dans la distribution des aliments À titre d’exemple, l’une de ces grandes
destinés aux élevages et les routes dans exploitations intégrées dans la Province
l’acheminement de la production. de Fujian produit 50 millions de poulets
En 1985, le gros de la production par an et emploie 4 000 salariés – soit un
provenait de plus de 150 millions de petits emploi pour 12 500 volailles produites
éleveurs, possédant chacun quelques chaque année. Extrapolés à l’échelle
volatiles en complément d’autres activités nationale, ces chiffres indiqueraient
agricoles. Les élevages à grande échelle que la filière intégrée de la production
n’existaient pratiquement pas à cette volaillère fournit approximativement
époque. Depuis lors, l’intensification a été 800 000 emplois (Bingsheng et Yijun,
rapide et le secteur est caractérisé par des 2008). L’élevage sous contrat est la

dans les pays où la transformation du secteur dans certains cas, leur sécurité alimentaire.
est amorcée, un fossé se creuse entre la L’expérience des pays de l’OCDE depuis
production traditionnelle à petite échelle, les années 50 montre qu’un changement
dans laquelle les femmes jouent un rôle des structures de production requiert
actif, à une extrémité du spectre, et une un ajustement de la part du marché du
production à grande échelle, intensive, travail. Cependant, lorsque la transition
largement dominée par les hommes, à l’autre est extrêmement rapide, comme c’est le
extrémité. cas de l’élevage dans de nombreux pays
La croissance économique continuant aujourd’hui, les implications pour la pauvreté
d’avoir un effet d’entraînement sur le et la sécurité alimentaire peuvent se révéler
développement de l’élevage, la tendance dramatiques et justifier l’intervention
à l’industrialisation de certains pans publique.
du secteur s’intensifie. Globalement, si Ces 10 dernières années, les chercheurs
la forte croissance du secteur doit être et les décideurs politiques sont partis de
considérée comme un signe positif pour l’hypothèse que la croissance du secteur de
le développement économique, la vitesse l’élevage était principalement déterminée
du changement risque d’entraîner une par la demande (Delgado et al., 1999) et que
forte pression sur les petits agriculteurs. les politiques devaient avoir pour objectif
Certains éleveurs auront vraisemblablement de soutenir l’augmentation de la demande
des difficultés à s’adapter suffisamment et d’améliorer les opportunités de marché
rapidement pour préserver leur revenu et, (Banque mondiale, 2007). Cependant, des
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

49

formule la plus répandue: l’entreprise revenus est en effet tombée de 14 pour


fournit les aliments et les poussins, ainsi cent en 1990 à 9 pour cent en 2005 et
que divers services et conseils, et rachète sa part est encore plus faible dans les
les volailles à maturité. provinces plus développées de l’est
Entre 1985 et 2005, la proportion des du pays. À mesure que s’ouvrent de
ménages d’agriculteurs qui possédaient nouvelles possibilités d’emploi dans le
des volailles est tombée de 44 pour cent secteur non agricole et qu’augmentent
à moins de 14 pour cent. Toutefois, plus les revenus ruraux, le petit élevage,
de 34 millions de ménages ruraux ont qui nécessite une forte intensité de
encore des oiseaux de basse-cour et les main-d’œuvre, devient moins attrayant.
volailles restent une importante source De surcroît, les populations rurales
de revenus et de nourriture pour les deviennent moins tolérantes à des
familles pauvres, surtout dans les régions nuisances telles que les mouches et les
occidentales du pays, moins développées. odeurs, occasionnées par les animaux de
Les petits éleveurs de basse-cour jouent basse-cour. Les ruraux travaillent de plus
toutefois un rôle marginal, voire nul, en plus dans des entreprises villageoises
face à une demande en plein essor. Alors ou citadines. En outre, d’après les
que les chaînes de commercialisation de estimations, près de 140 millions
denrées alimentaires pénètrent de plus d’anciens habitants des zones rurales sont
en plus loin dans les zones rurales et que désormais des travailleurs migrants dans
les possibilités d’emploi non agricole les villes. La tendance qui prédomine
augmentent, la possession de volailles parmi les jeunes des provinces orientales
n’est plus aussi vitale pour les ménages est de quitter l’agriculture et de chercher
ruraux (Bingsheng et Yijun, 2008). du travail dans le secteur non agricole
En Chine, le secteur de l’élevage (Bingsheng et Yijun, 2008), bien que
devient dans l’ensemble moins important la récente crise économique ait ralenti
pour les petits agriculteurs en tant que ou renversé cette tendance, du moins
source de revenus. Sa contribution aux pendant un certain laps de temps.

travaux récents montrent que les facteurs puissent tirer parti de ces opportunités
liés à l’offre jouent aussi un rôle important. constitue un enjeu politique majeur et
Dans de nombreux pays en développement, implique de prendre soigneusement en
la croissance du secteur de l’élevage a de compte les questions de parité entre les
fait un effet d’entraînement sur la croissance sexes. Il importe d’aider les petits exploitants
du PIB (voir encadré 8). Il s’ensuit que les à surmonter les contraintes liées à l’offre et
politiques visant directement à promouvoir à améliorer leur productivité à la fois pour
la hausse de la productivité dans le secteur leur permettre de bénéficier des gains induits
de l’élevage peuvent stimuler une croissance par la demande et pour permettre au secteur
économique plus large. La chaîne de valeur dans son ensemble de continuer à remplir
complexe qui caractérise les produits son rôle de moteur de la croissance.
d’origine animale – depuis les aliments pour La hausse de la demande continuera
animaux et la production animale jusqu’à d’exercer une influence déterminante sur
sa transformation et sa commercialisation l’évolution future du secteur de l’élevage.
– signifie que la croissance du secteur Toutefois, les facteurs liés à l’offre, y compris
peut générer d’importantes associations la compétitivité relative des différents
économiques et opportunités d’emploi en systèmes de production et les contraintes
amont comme en aval, avec des répercussions rencontrées par les différents producteurs,
substantielles sur la croissance bénéfiques contribueront aussi à façonner le secteur et à
pour les pauvres. Créer les conditions déterminer sa contribution à la réduction de
nécessaires pour que les petits agriculteurs la pauvreté.
50 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 7
Un secteur en transition – la production laitière en Inde et au Kenya

L’Inde, qui est aujourd’hui le plus gros des exploitations sont de petite taille,
producteur laitier du monde, a vu et 80 pour cent du cheptel national se
sa production de lait de vache et de trouve dans des exploitations possédant
bufflonne quadrupler entre 1963 et au maximum huit animaux laitiers (Staal,
2003. Pendant la même période, la taille Pratt et Jabbar, 2008a).
moyenne des troupeaux a baissé. Les Au Kenya aussi, la production laitière
augmentations de production sont le a augmenté de quatre fois au cours
résultat d’un accroissement de 40 pour des quatre dernières décennies. Tout
cent du nombre d’exploitations qui se comme en Inde, les petits exploitants
consacrent à la production laitière et dominent la production et représentent
d’une proportion accrue, au sein du 85 pour cent de la production nationale
cheptel national, de vaches laitières de lait. Deux millions de ménages
croisées. En 1982 moins de 5 pour cent élèvent du cheptel laitier au Kenya
des animaux du troupeau laitier indien pour un troupeau national atteignant
étaient sélectionnés. Dès 2003, cette quelque 5 millions de bovins à vocation
proportion avait presque triplé. Il a été laitière, de races croisées ou exotiques.
estimé que 56 pour cent de la croissance Les exploitations sont généralement
de la production est due à l’augmentation petites – de 1 à 2,5 hectares selon qu’elles
du cheptel à vocation laitière et 37 pour sont situées dans une zone à potentiel
cent à l’amélioration de la productivité élevé ou moyen – et l’élevage laitier
des races obtenues par croisement. La est souvent intégré à d’autres activités
production laitière des petits exploitants agricoles, notamment des cultures, au
a été stimulée grâce au soutien reçu sein de systèmes mixtes de faire-valoir.
dans le cadre de programmes parrainés Les systèmes de semi-pâturage ou de
par le Gouvernement, comme Operation non-pâturage sont courants et la culture
Flood, et à un effort important pour de plantes fourragères est pratiquée
commercialiser le lait dans les zones habituellement pour nourrir les animaux.
urbaines (Staal, Pratt et Jabbar, 2008a). Le lait est vendu le plus souvent sous
En 1999/2000, selon les estimations, forme de lait cru par le biais de petits
la filière laitière en Inde – comprenant négociants opérant dans des systèmes de
la production, le traitement et la commercialisation informels. La plupart
commercialisation – faisait travailler des consommateurs kényans préfèrent
environ 18 millions de personnes, soit le lait cru, vendu moins cher, au lait
5,5 pour cent de la force de travail pasteurisé nettement plus coûteux.
nationale. Sur ces emplois, 92 pour Puisque la grande majorité des personnes
cent intéressaient les zones rurales, fait bouillir le lait avant de le boire, les
58 pour cent étaient occupés par des risques sanitaires liés à la consommation
femmes et 69 pour cent par des groupes de lait cru sont largement évités. À
socialement et économiquement côté des systèmes de commercialisation
défavorisés. Les revenus annuels de informels, le marché officiel, bien
la main-d’œuvre employée dans les organisé mais beaucoup plus restreint,
exploitations laitières sont 2,5 fois fournit du lait traité et conditionné aux
supérieurs à ceux de l’ensemble des consommateurs urbains plus nantis (Staal,
emplois agricoles. Pour 1 000 litres de Pratt et Jabbar, 2008b). La production
lait produits chaque jour, 230 emplois et la commercialisation du lait au Kenya
ont été créés par les exploitations les constitue une source importante de
plus petites contre moins de 18 emplois revenus grâce aux possibilités offertes en
créés par les grandes exploitations matière d’emplois salariés et de création
commerciales. Toutefois, la plupart de micro-entreprises familiales.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

51

Sur la base de données d’enquêtes prédominent comme source de protéines


effectuées entre 1997 et 2000, ce secteur animales. Bien que la consommation
fournirait 841 000 emplois à plein temps de viande augmente, surtout parmi les
au niveau des exploitations agricoles, jeunes Indiens, plus cosmopolites, des
y compris les emplois autonomes, centaines de millions d’Indiens restent
les salariés permanents et la main- végétariens (The Times of India, 2005).
d’œuvre occasionnelle. En moyenne, Le secteur a bénéficié pendant plus de
77 emplois sont créés pour 1000 litres 50 ans d’un soutien financier et politique:
de lait produit quotidiennement (contre la modernisation du secteur laitier a été
1 emploi seulement pour 2 500 litres de l’une des priorités gouvernementales du
lait par jour produits aux Pays-Bas). Les tout premier Plan quinquennal, tandis
exploitations les plus petites, possédant que dans les années 70 le programme
au maximum deux vaches, créent deux Operation Flood visait le développement
fois plus d’emplois pour 1 000 litres de des coopératives villageoises et
lait que les exploitations qui possèdent des infrastructures matérielles et
six vaches ou davantage (Staal, Pratt et institutionnelles pour le ramassage, le
Jabbar, 2008b). Les revenus des salariés à traitement et la commercialisation du
l’exploitation, quatre fois supérieurs au lait au niveau des districts (Staal, Pratt et
PIB par habitant, indiquent que le secteur Jabbar, 2008a).
laitier est beaucoup plus rémunérateur Au Kenya, le secteur laitier a conservé
que ne le sont les travaux agricoles en une forte empreinte coloniale et bénéficié
général. À cela s’ajoutent les 54 000 de conditions climatiques propices dans
emplois bien rémunérés du secteur de les hautes terres du pays, particulièrement
la commercialisation laitière; les salaires adaptées à l’élevage des races laitières
moyens sont trois fois supérieurs au exotiques.
salaire minimum garanti (Staal, Pratt À l’échelle mondiale, la production et
et Jabbar, 2008b). L’exemple du Kenya le commerce du lait sont dominés par les
montre que l’essor et la réussite du sous- régions tempérées du monde développé.
secteur de l’élevage peuvent être dominés Le stress thermique dans les tropiques
par les producteurs à petite échelle et humides déprime la productivité des races
représentent une source importante bovines à haut rendement, telles que
d’emplois et de possibilités pour les les Hoslstein, ce qui confère l’avantage
petites entreprises. aux régions tempérées. La plupart des
Cependant, en Inde comme au Kenya, pays de la zone humide ne sont donc pas
le développement du sous-secteur de la traditionnellement des pays producteurs
production laitière peut avoir été favorisé et consommateurs de lait.
par des circonstances nationales.
En Inde, la croissance du secteur laitier
a dépendu en grande partie de l’élevage
de bufflonnes qui, contrairement aux
vaches laitières à haut rendement, sont
bien adaptées aux conditions tropicales.
Aujourd’hui, dans toute l’Inde, le lait
de bufflonne compte pour plus de la
moitié de la production laitière. Le
nombre des bovins croisés augmente mais
représente encore moins de 14 pour cent
de la population bovine. Du point de
vue culturel, le lait et les produits laitiers
52 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 8
Secteur de l’élevage – l’influence des facteurs liés à l’offre

Une récente étude menée par Pica, Pica- de la croissance économique dans les
Ciamarra et Otte (2008) a constaté une pays en développement s’applique aussi
relation de cause à effet statistiquement à l’élevage. Il s’ensuit que la vision de
significative entre la croissance ce secteur comme étant principalement
économique nationale et la croissance mû par des facteurs exogènes peut
de la productivité du secteur laitier donner lieu à des politiques erronées.
dans 36 des 66 pays en développement Sans nier l’importance des politiques qui
examinés. Les 36 pays ont pour la plupart permettent aux petits exploitants de
une économie fondée sur l’agriculture ou réaliser des bénéfices en vendant sur les
en cours de transformation. Dans 33 des marchés à forte valeur, celles qui tendent
36 pays, la productivité du secteur de à surmonter les principaux obstacles
l’élevage semble avoir été le moteur de auxquels se heurte le développement de
la croissance du PIB par habitant. Dans la production animale sont probablement
neuf de ces pays, la relation de cause à tout aussi indispensables. Ainsi, les
effet était bidirectionnelle: la croissance politiques visant l’amélioration de la
du secteur de l’élevage stimulait l’essor productivité des petites exploitations
économique et ce dernier avait une devraient se concentrer non seulement
influence positive sur la productivité de ce sur les cultures de base mais aussi sur les
secteur. Dans trois seulement des 36 pays, produits de l’élevage qui sont parfois des
le lien était à sens unique, se traduisant aliments de base et une source importante
par des augmentations de la productivité de revenus pour de nombreuses
du secteur de l’élevage en fonction de communautés rurales dans les pays en
l’accroissement du PIB par habitant. développement.
Globalement, l’étude montre que
le paradigme classique du rôle de la
productivité agricole en tant que moteur Source: Pica, Pica-Ciamarra et Otte, 2008.

Faire reculer la pauvreté rurale à services environnementaux (FAO, 2007a). La


travers le seul développement agricole dimension sexospécifique ne doit pas non plus
n’est pas chose aisée. L’enjeu pour le être négligée pour s’assurer que les besoins,
développement de l’élevage est de stimuler les priorités et les contraintes que rencontrent
un développement des zones rurales qui les hommes, les femmes, les jeunes comme
bénéficie à l’ensemble des communautés les plus âgés, sont bien pris en compte dans la
rurales et non pas seulement à celles qui conception et la mise en œuvre des politiques
pratiquent l’élevage. Les politiques de de développement du secteur de l’élevage.
développement rural peuvent par ailleurs
faciliter la transformation du secteur en
créant de nouvelles opportunités en matière Élevage et compétitivité
de revenus et d’emplois.
Les politiques visant le secteur de l’élevage Une série d’études de cas, centrées sur
doivent avoir pour objectif de renforcer la des pays dont l’économie enregistre une
compétitivité des petits producteurs autant forte croissance (Brésil, Inde, Philippines et
que possible, tout en accompagnant la Thaïlande), s’est intéressée à la question
transition du secteur et en protégeant les de la compétitivité des petits producteurs
ménages les plus pauvres, pour lesquels (Delgado, Narrod et Tiongco, 2008). Ces
l’élevage constitue un filet de sécurité. Les études ont montré que les gains d’efficience
pauvres doivent être appréhendés dans leur relative varient en fonction de l’échelle
globalité, en tant que consommateurs, agents d’exploitation, bien que de façon non linéaire:
économiques et travailleurs, mais aussi petits le passage d’un très petit élevage domestique
producteurs et fournisseurs potentiels de à une petite exploitation commerciale (par
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

53
exemple, de 15-20 porcelets par an à 150-200, constitue un avantage compétitif par
ou de 1-2 vaches laitières à un troupeau de rapport aux grandes exploitations qui elles
15-30 têtes) entraîne des gains d’efficience dépendent d’une main-d’œuvre embauchée
significatifs; il faut ensuite, pour réaliser aux prix du marché, mais il a des implications
des gains additionnels importants, une sociales importantes en ce qui concerne la
augmentation beaucoup plus substantielle de scolarisation des filles et des garçons.
l’échelle d’exploitation. L’intégration verticale, De manière générale, les petits agriculteurs
à travers les coopératives et différents ont des coûts de transaction supérieurs à
systèmes d’agriculture contractuelle, est ceux des grandes exploitations. L’accès à
également associée à une efficience accrue du des intrants de haute qualité (alimentation
fait de la réduction des coûts de transaction. pour le bétail en particulier), au crédit et à
De manière générale, la capacité des la technologie leur est plus difficile et plus
petites exploitations à réaliser un bénéfice coûteux. Côté production, l’information sur
(mesure de l’efficacité de l’utilisation des les marchés est particulièrement importante
ressources), autrement dit leur efficience, est sur les marchés haut de gamme, pour
inférieure à celle des grandes exploitations, lesquels la qualité est importante. L’impact
même lorsque les coûts de main-d’oeuvre des coûts de transaction varie selon les
familiale ne sont pas comptabilisés pays et les secteurs couverts dans l’étude
comme tels. Les études ont examiné (Delgado, Narrod et Tiongco, 2008). Dans le
différents déterminants de l’efficience, secteur laitier, les coûts de transaction ont
y compris le traitement des externalités peu d’incidence sur la rentabilité dans la
environnementales. De manière générale, les mesure où l’alimentation du bétail repose
petits agriculteurs consacrent plus d’efforts largement sur le fourrage et ne nécessite
à l’atténuation des effets de leur élevage sur donc pas d’avoir recours au crédit. Toutefois,
l’environnement, et donc enregistrent des dans la distribution et la transformation
coûts supérieurs. laitière, ces coûts peuvent être plus
Dans le cas des exploitations plus grandes, importants et sont généralement plus élevés
les données disponibles montrent que dans le cas des petites exploitations. Dans
celles qui consacrent le plus d’efforts à certains pays, ce phénomène amène les
l’atténuation de l’impact environnemental petits producteurs à abandonner l’élevage
sont aussi relativement plus rentables car les laiteries considèrent que travailler
par unité de ressource utilisée. La raison avec eux leur revient trop cher. Les coûts de
en est peut-être que les exploitations transaction ont une plus forte incidence sur
qui considèrent l’atténuation de l’impact la compétitivité dans les secteurs avicole et
environnemental comme prioritaire ont aussi porcin que dans le secteur laitier, en raison
adopté d’autres meilleures pratiques, qui ont des besoins critiques de crédit pour l’achat
eu pour effet de stimuler leur productivité. des aliments pour le bétail et l’accès à
Deux facteurs semblent particulièrement l’information sur les marchés.
importants pour la compétitivité relative des
petits agriculteurs: les coûts de transaction Réduire les coûts de transaction
et les coûts de main-d’œuvre. D’un côté, les des petits producteurs
économies d’échelle associées aux marchés Il est possible de réduire les coûts de
des intrants et des produits tendent à transaction élevés des petits producteurs à
favoriser les grandes unités de production travers des actions collectives telles que la
qui bénéficient de coûts de transaction création de coopératives et diverses formes
inférieurs à ceux des petits producteurs. d’agriculture contractuelle. Les arrangements
L’écart est particulièrement marqué dans de ce type permettent aussi d’intégrer les
le cas des productions avicole et porcine. petits producteurs à des filières à haute
D’un autre côté, les petits producteurs valeur ajoutée dont ils se trouveraient sinon
font souvent appel à une main-d’œuvre exclus. Ils peuvent également favoriser
familiale, dont le coût d’opportunité est l’égalité entre les sexes en garantissant un
vraisemblablement plus faible, au moins accès égal aux ressources, y compris aux
lorsque cette main-d’œuvre est fournie par actions de développement des capacités qui
les femmes et les enfants et lorsque les autres s’adressent indistinctement aux femmes et
options d’emploi sont limitées. Cet élément aux hommes. Les modalités contractuelles
54 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

sont variables mais, en règle générale, donnée est un objectif déclaré de l’entreprise
l’entreprise contractante fournit des espèces d’intégration.
génétiquement supérieures – en particulier En règle générale, les petits producteurs
pour la production avicole et porcine, ne sont pas sous contrat mais indépendants:
des aliments pour le bétail, des conseils ils produisent et vendent leur production sur
et un soutien, ainsi qu’une garantie de les marchés au comptant. Dans une étude
commercialisation du produit final. portant sur différents types de contrat,
Les contrats formels passés avec les Costales et Catelo (2008) ont observé que
entreprises d’intégration concernent souvent l’analyse de «la capacité de l’agriculture
les grands producteurs implantés en zone contractuelle à intégrer efficacement et
périurbaine plutôt que les petits producteurs de manière rentable les petits producteurs
ruraux. Ces contrats s’accompagnent ruraux dans des marchés à haute valeur
fréquemment d’un nantissement destiné ajoutée débouchait sur des résultats mitigés,
à garantir l’entreprise d’intégration avec quelques réussites prometteuses et de
contre le risque initial qu’elle supporte en nombreux échecs». Un exemple de réussite
décidant de travailler avec un nouveau est celui des coopératives laitières en Inde. Le
producteur. Ces contrats formels tendent succès du mouvement coopératif laitier dans
à favoriser les grandes exploitations du le Gujarat est à rapprocher de la Révolution
fait des économies d’échelle que réalisent verte mise en œuvre en Inde et du soutien à
les entreprises d’intégration en traitant l’agriculture en général, à travers notamment
avec un petit nombre de producteurs les transferts de technologie (Staal,
capables de fournir de grandes quantités, Pratt et Jabbar, 2008a). L’exemple indien
et des coûts de transaction élevés qu’elles illustre l’importance de l’intégration et de
évitent ainsi et qui sont associés au fait de l’articulation du développement sectoriel
traiter et de suivre un nombre important avec le développement agricole et rural plus
d’éleveurs ayant des capacités de production large, au bénéfice des petits producteurs
différentes (Costales et Catelo, 2008). De plus, (voir encadré 9).
l’agriculture contractuelle n’a pas toujours L’analyse des avantages de l’agriculture
été bien accueillie par les petits producteurs, contractuelle pour les petits producteurs
parce qu’elle réduit leur marge et leur conclut donc à des résultats mitigés. Dans
indépendance (Harkin, 2004). En Chine, certains cas, l’agriculture contractuelle
certaines entreprises d’intégration honoraient s’avère plus rentable que l’exploitation
leurs contrats uniquement lorsque les prix du indépendante, mais dans d’autres – dans
marché excédaient les prix du contrat, ce qui le cas par exemple des petits producteurs
a eu pour effet de détourner les agriculteurs de porc aux Philippines – les exploitations
de ce type d’arrangements contractuels indépendantes sont plus rentables. Surtout,
(Zhang et al., 2004). l’agriculture contractuelle tend à favoriser la
Les petits producteurs sont plus compétitivité des grandes exploitations, et
généralement engagés dans des relations pour les entreprises d’intégration, il est plus
contractuelles informelles. L’établissement rentable en termes de coût et de contrôle
d’un contrat informel requiert au préalable de la qualité de traiter avec un petit nombre
un capital social tel que l’appartenance de grands producteurs plutôt qu’avec une
à une organisation paysanne ou une myriade de petits producteurs.
réputation établie, plutôt qu’une garantie Il semble que les petits producteurs
matérielle (Costales et Catelo, 2008). Les peuvent rester en activité aussi longtemps
petits agriculteurs sont visés par des contrats que le coût d’opportunité de la main-
formels uniquement lorsqu’ils représentent d’œuvre familiale reste faible et qu’ils
le système de production dominant et peuvent s’appuyer sur une quelconque forme
qu’ils sont les fournisseurs majoritaires d’organisation collective ou réseau de soutien
dans la région dans laquelle l’entreprise leur permettant de réduire leurs coûts de
d’intégration opère, lorsqu’ils possèdent un transaction. Lorsque d’autres types d’emplois
capital humain suffisant et lorsqu’ils sont offrent une meilleure rémunération, comme
réceptifs à des actions de formation au sein c’est le cas dans de nombreuses régions
du système, ou encore lorsque l’intégration développées en Chine, l’avantage compétitif
des petits producteurs dans une région des petits producteurs tend à disparaître et
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

55
ENCADRÉ 9
Les poulets Kuroiler™ – relier les élevages de basse-cour au secteur privé

Les partenaires du développement sont de régulière de près de 22 pour cent


plus en plus convaincus de l’importance pendant plus de 10 ans. Une étude de
des élevages de volailles de basse-cour terrain sur la production de Kuroiler™
pour la sauvegarde et le renforcement (Ahuja et al., 2008) a montré que, dans
des moyens d’existence des pauvres dans l’échantillon choisi, une vaste proportion
les pays en développement. Les volailles de ceux qui élèvent des oiseaux
élevées en basse-cour pour être vendues domestiques sont des ménages sans terre
sur les marchés sont considérées comme ou des paysans marginaux possédant
un tremplin socioéconomique permettant moins d’une acre de terre. En moyenne,
aux ménages les plus pauvres d’ouvrir les ménages élevant des Kuroiler™ en
une brèche dans le cercle vicieux de la ont tiré des revenus plus de cinq fois
pauvreté et de la misère. De plus en plus, supérieurs à ceux des possesseurs d’autres
les faits démontrent que la possession types de volailles.
de volailles peut améliorer la sécurité Plusieurs aspects de cette opération
alimentaire et nutritionnelle des ménages ont cependant nécessité une attention
les plus pauvres, en tant que facteur de particulière. Aucun suivi n’a été assuré en
renforcement des moyens d’existence et matière de vaccinations, de mortalité et
de promotion de l’équité en matière de d’utilisation de produits pharmaceutiques
parité hommes/femmes (Ahuja et Sen, aux diverses étapes de la filière. Cette
2008; Ahuja, 2004; Dolberg, 2004). question a des retombées importantes sur
Le secteur privé est conscient lui aussi du la réduction des risques et la diminution
potentiel commercial de ce type d’activité. des pertes dans la filière. Les capacités
Un reflet de l’intérêt du secteur privé pour des ménages participants à faire face aux
les petits élevages de volailles est constitué risques sont très faibles et tout signe de
par la race Kuroiler™, mise au point en risque inhérent – sous forme de foyer de
Inde par Kegg Farms Private Ltd en 1993. maladie, par exemple – pourrait avoir un
Cette race, sélectionnée pour les marchés effet déstabilisant. L’étude a suggéré que
ruraux indiens, est fournie aux agriculteurs pour répondre à ces questions, il faut des
à travers un réseau de fournisseurs locaux. investissements publics ou privés pour le
La première année, la société a vendu renforcement des compétences pour la
plus de 1 million de poussins Kuroiler™ gestion des élevages, l’analyse des moyens
d’un jour. En 2005-06, elle en a vendu d’existence et la certification des intrants
14 millions – soit une croissance annuelle utilisés à toutes les étapes de la filière.

la probabilité d’un désengagement massif du difficiles de la part des décideurs politiques.


secteur est forte lorsque les agriculteurs sont Les maigres ressources publiques et l’aide
attirés par des emplois mieux rémunérés. Cela des bailleurs de fonds ne doivent pas
étant, le fait que ces paysans abandonnent être employées à résister aux forces du
l’élevage pour occuper des emplois mieux changement; elles devraient plutôt viser à
payés peut être considéré comme une accompagner le changement pour en tirer le
évolution positive. meilleur parti possible pour tous les membres
de la société.
La croissance du secteur de l’élevage
Politiques de l’élevage pour offre des opportunités importantes pour
un secteur en transition améliorer la sécurité alimentaire et réduire la
pauvreté, mais une aide concertée, prenant
La croissance rapide et la mutation du en compte la question de la parité entre les
secteur de l’élevage présentent à la fois des sexes, est nécessaire pour aider les petits
défis et des opportunités pour les petits producteurs qui peuvent être compétitifs
producteurs et nécessitent des arbitrages à tirer parti de ces opportunités nouvelles.
56 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

Sans soutien adéquat en termes d’innovation bien-être (Hall et Dijkman, 2008). L’innovation
institutionnelle et technologique, de dans le domaine de la production animale,
nombreux petits agriculteurs seront de la transformation, de l’utilisation et de
incapables d’exploiter ces opportunités la distribution des produits de l’élevage
pour approvisionner de nouveaux marchés, survient habituellement lorsque les différents
et l’écart risque de se creuser entre ceux acteurs de la filière sont organisés en réseau
qui réussissent à négocier avec succès le efficace, ce qui leur permet d’exploiter de
changement et ceux qui n’y parviennent pas. manière créative les idées, technologies et
Certains petits producteurs seront contraints informations émanant de différentes sources,
d’abandonner le secteur à mesure que y compris de la recherche.
les forces de la concurrence érodent leur La viabilité des petits agriculteurs en
compétitivité et que le coût d’opportunité de général – et non pas seulement dans le
leur main-d’œuvre augmente. Pour nombre secteur de l’élevage – reste un sujet de débat
d’autres, l’élevage continuera de représenter important. S’agissant de gérer la transition
une part importante de leur subsistance ou du secteur, une difficulté substantielle
de leur stratégie de survie. La fonction de tient à l’identification des politiques
filet de sécurité que remplit l’élevage pour qui donnent de bons résultats dans des
ceux-là doit être prise en compte, sans pour contextes différents. Trois catégories de
autant être confondue avec une stratégie de petits éleveurs doivent être pris en compte:
développement. i) les petits opérateurs commerciaux qui sont
Une stratégie mêlant changement de compétitifs et qui peuvent le rester avec
politique, innovation institutionnelle des politiques, un soutien institutionnel et
et technologique et investissements est des investissements appropriés; ii) les petits
nécessaire. Le développement de capacités producteurs qui pratiquent un élevage
locales spécifiques capables de répondre domestique uniquement à cause de l’absence
au changement revêt une importance d’opportunités alternatives; et iii) les
particulière. En tout état de cause, il est ménages très pauvres qui élèvent du bétail
impératif d’envisager la gestion du secteur principalement comme une sorte d’assurance
de l’élevage dans le contexte plus large ou de filet de sécurité. Les gouvernements
du développement rural, autrement dit de devraient aider les petits producteurs qui
créer un secteur rural aussi dynamique que sont capables de développer leur activité
l’industrie manufacturière et le secteur des tout en ayant conscience que certains d’entre
services, et à même d’offrir un large éventail eux seront obligés de se désengager du
d’activités rémunératrices dans et en dehors secteur et auront besoin d’aide dans cette
du secteur de la production animale en soi transition. Des politiques plus étendues de
(PPLPI, 2008). développement rural visant à la création
Une innovation forte et soutenue dans les d’emplois hors agriculture, pour les femmes
systèmes agricoles et alimentaires nationaux, comme pour les hommes, le long de la
régionaux et mondiaux sera nécessaire chaîne de valeur de la filière ou en dehors
pour appuyer le développement rural. Dans du secteur, peuvent offrir des revenus plus
le cas de l’élevage, la notion de capacité stables à terme aux ménages qui élèvent
d’innovation doit être étendue pour englober aujourd’hui du bétail à des fins de survie
l’ensemble complexe d’activités, d’acteurs plutôt que de production.
et de politiques qui interviennent dans Certains petits producteurs commerciaux
l’élaboration, l’accès et l’utilisation du savoir sont compétitifs et à même de tirer parti
et de la technologie en faveur de l’innovation des opportunités liées à la croissance.
dans le domaine agricole et alimentaire Dans une économie en forte croissance
(Banque mondiale, 2006b). La recherche doit dans laquelle le secteur de l’élevage ne
prêter plus d’attention à la demande des fait qu’amorcer sa transition, les petits
utilisateurs en matière de technologie, en producteurs ont besoin d’aide pour pouvoir
particulier celle des femmes et des hommes participer à cette transition. Des mesures
pauvres, mais aussi celle d’autres acteurs d’intervention appropriées incluent: le
économiques clés, comme les entrepreneurs soutien à l’innovation technologique pour
et les industriels, qui peuvent créer de améliorer la productivité et satisfaire à des
nouvelles opportunités de croissance et de normes de plus en plus strictes en matière de
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

57
santé et de sécurité sanitaire des aliments;
l’accès aux capitaux et au crédit pour Principaux messages de ce chapitre
financer l’investissement; l’accès aux services
et aux marchés d’intrants et de produits; v L’élevage représente un moyen
et l’amélioration des infrastructures de d’existence important pour un grand
transport et de communication. La capacité nombre de femmes, d’hommes et
d’adaptation aux changements de contexte d’enfants en milieu rural qui vivent
et de conditions est cruciale pour l’avenir des dans la pauvreté. Il remplit un certain
petits producteurs. Cette capacité ne se limite nombre de fonctions différentes, depuis
pas aux moyens financiers, techniques et aux la création de revenus et la fourniture
infrastructures; elle implique également la d’intrants dans les systèmes de production
mise en place de procédures et de réseaux mixtes jusqu’à l’amortissement des chocs
qui, conjugués aux politiques, permettront environnementaux et économiques. Les
d’utiliser à des fins productives la technologie décideurs politiques doivent prendre
et d’autres formes de savoir et d’information en compte les multiples fonctions que
(Banque mondiale, 2007). remplit l’élevage dans les moyens
Certains petits producteurs ne parviendront d’existence et la sécurité alimentaire des
sans doute pas à rester compétitifs du fait pauvres.
de la concentration croissante de la filière et v Les petits producteurs ont besoin de
de son rapprochement des circuits modernes soutien pour tirer parti des opportunités
de transformation et de commercialisation. offertes par la croissance du secteur
Ces producteurs auront besoin d’aide pour et maîtriser les risques associés à une
changer d’activité. De nombreux producteurs concurrence accrue et à un rapprochement
abandonnent l’élevage lorsque le coût avec les chaînes de valeur modernes. Il
d’opportunité de la main-d’œuvre familiale faut pour cela des innovations fortes et
augmente. Le développement d’opportunités soutenues dans les systèmes agricoles
d’emploi rural hors agriculture, en et alimentaires nationaux, régionaux
améliorant la qualité et l’accès à l’éducation et mondiaux et une stratégie mêlant
pour les filles et les garçons, peut aider ces changement politique et institutionnel,
ménages à trouver de nouveaux moyens développement des capacités, innovation
d’existence plus viables. Dans ce scénario, technologique et investissements qui
les politiques de développement en faveur prennent en compte la parité hommes-
des pauvres qui visent le secteur de l’élevage femmes et qui soit réactive.
doivent avoir pour objectif d’accompagner v Les décideurs politiques doivent tenir
la transition, en appréhendant de manière compte des différences entre les petits
large le rôle des femmes, des hommes et producteurs en termes de capacités
des jeunes pauvres, notamment dans leur d’adaptation au changement. Certains
fonction de consommateurs, d’agents petits éleveurs ne pourront sans doute
économiques et de travailleurs comme de pas rester compétitifs dans un secteur
petits producteurs. qui se modernise rapidement et devront
Les ménages très pauvres, pour qui renoncer à leur élevage, du fait de
l’élevage sert avant tout de filet de sécurité, l’augmentation du coût d’opportunité de
ont besoin de politiques et de dispositions la main-d’œuvre familiale. Des stratégies
institutionnelles qui diminuent leur plus larges de développement rural visant
vulnérabilité. La production animale risque à créer des emplois hors agriculture pour
de rester un moyen d’existence et un filet de les femmes, les hommes et les jeunes
sécurité essentiels pour les ménages pauvres peuvent faciliter leur désengagement du
pendant de nombreuses années encore. secteur.
Comme le rappellent les Chapitres 4 et 5, v Les décideurs politiques doivent
il est nécessaire de réduire le plus possible apprécier et préserver la fonction de filet
les risques de zoonoses et de maladies de sécurité que remplit l’élevage pour les
d’origine alimentaire ainsi que les risques très pauvres. Dans le secteur de l’élevage,
environnementaux dans l’intérêt même de les pauvres sont particulièrement
ces éleveurs et de la communauté dans son vulnérables aux zoonoses et aux risques
ensemble (Sones et Dijkman, 2008). environnementaux.
58 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

4. Élevage et environnement

L’intervention publique est nécessaire de manière significative à l’atténuation


pour atténuer l’impact de l’élevage sur des effets du changement climatique. La
l’environnement et s’assurer que ce secteur réalisation de ces objectifs suppose une
fournit une contribution durable à la sécurité action concertée au niveau politique,
alimentaire et à la réduction de la pauvreté. institutionnel et technique.
La production animale, comme toute autre
activité économique, peut être associée
à des dommages environnementaux. Le Systèmes de production animale
manque de clarté des droits de propriété et écosystèmes
et d’accès aux ressources et l’absence de
bonne gouvernance du secteur contribuent Les interactions entre l’élevage et les
à l’épuisement et à la dégradation des écosystèmes sont complexes et dépendent
terres, de l’eau et de la biodiversité. Dans du lieu et des pratiques de gestion. La
le même temps, l’élevage est affecté par la plupart des systèmes de production animale
dégradation des écosystèmes et se heurte à traditionnels sont déterminés par les
la concurrence croissante d’autres secteurs ressources, en ce sens qu’ils utilisent des
en ce qui concerne l’accès à ces mêmes ressources localement disponibles dont les
ressources. Le changement climatique usages alternatifs sont limités ou, en termes
représente une «boucle de rétroaction» économiques, dont les coûts d’opportunité
spéciale, puisque la production animale sont faibles. C’est le cas par exemple des
contribue au problème en même temps résidus de récolte et des pâturages extensifs
qu’elle en subit les effets. Si des mesures impropres à la culture ou à d’autres usages.
adéquates ne sont pas prises pour améliorer Dans le même temps, dans les systèmes
la viabilité de l’élevage, les moyens d’exploitation mixtes, l’élevage géré de
d’existence de millions de personnes seront manière traditionnelle fournit souvent des
menacés. intrants précieux à la culture, avec une forte
Le secteur de l’élevage souffre des intégration entre les deux activités.
dysfonctionnements des marchés et La demande croissante en produits de
des politiques à de multiples niveaux, l’élevage transforme la relation entre
notamment en raison des problèmes l’élevage et les ressources naturelles.
associés aux ressources en accès libre, aux Les systèmes modernes de production
externalités et à des mesures incitatives industrielle ont très largement perdu leur
aux effets pervers. Certains pays ont fait lien direct avec les ressources locales et
des progrès pour réduire la pollution et reposent sur une alimentation animale
le déboisement associés à la production achetée à l’extérieur. Parallèlement, certaines
animale, mais beaucoup d’autres ont besoin ressources autrefois disponibles à bas coût
de politiques appropriées et des moyens deviennent de plus en plus coûteuses, soit
de les mettre en œuvre. Sachant que la en raison de conflits d’usage accrus avec
demande mondiale de produits de l’élevage d’autres secteurs et activités économiques
est appelée à poursuivre sa croissance et que (comme la production de biocarburants; voir
de nombreuses personnes dépendent de encadré 10) soit parce que la société attache
l’élevage comme moyen d’existence, il est une plus grande valeur aux services non
absolument crucial d’améliorer l’efficacité marchands fournis par ces ressources (comme
d’utilisation des ressources naturelles la qualité de l’air et de l’eau).
dans le secteur et de réduire l’empreinte La dissociation entre la production animale
environnementale de la production animale. industrialisée et la terre utilisée pour nourrir
Avec de meilleures pratiques de gestion, le le bétail entraîne également une importante
secteur de l’élevage peut aussi contribuer concentration d’effluents animaux qui peut
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

59
ENCADRÉ 10
L’essor de la production des biocarburants

L’utilisation croissante de céréales et de produits fourragers, ces sous-produits sont


graines oléagineuses pour la fabrication de plus en plus utilisés comme aliments
de produits de remplacement des pour animaux dans certains pays ou
combustibles fossiles – l’éthanol et le systèmes de production.
biodiésel – constitue un défi important Ainsi, les sous-produits des
pour le secteur de la production animale, biocarburants ont probablement
forcé à rivaliser pour l’accès aux mêmes contribué à compenser certaines des
matières premières. L’industrie mondiale incidences négatives de la percée des
des biocarburants a connu une période biocarburants sur les coûts de l’industrie
de croissance exceptionnelle, motivée par de l’élevage. En même temps, ces sous-
l’effet conjugué de la hausse des prix du produits représentent un élément
pétrole, d’objectifs ambitieux en matière important des revenus de l’industrie des
d’énergies renouvelables fixés par les biocarburants. Si l’industrie de l’élevage
gouvernements dans le monde et des ne les absorbait pas en totalité, leur prix
subventions accordées par de nombreux chuterait et la viabilité économique des
pays de l’OCDE. biocarburants diminuerait.
Cette croissance accélérée a eu des L’impact de la production de
conséquences importantes sur les prix et les biocarburants à grande échelle sur
approvisionnements de denrées telles que l’industrie zootechnique varie selon
le maïs et les graines de colza, qui entrent les régions et les types de cheptel. Les
dans la fabrication des biocarburants. La effets sont plus marqués dans les pays
plupart des études se sont concentrées qui mènent une politique volontariste
jusqu’à présent sur les effets subis par le d’utilisation accrue des biocarburants
secteur des cultures. Toutefois, l’élevage (comme les États-Unis d’Amérique et
a été, lui aussi, touché. La répercussion la certains pays de l’Union européenne)
plus évidente de la production massive de ainsi que dans les pays qui dépendent
biocarburants liquides sur l’industrie de plus directement de l’économie agricole
l’élevage est la hausse des prix des cultures mondiale. Dans le domaine de l’élevage,
qui fait grimper les prix des aliments pour les répercussions sont également
animaux. La production de biocarburants très différentes selon le sous-secteur
augmente aussi la rentabilité des terres concerné. Les éleveurs industriels de
agricoles, ce qui encourage la conversion bovins, qu’ils produisent du lait ou de la
des pâturages en terres arables. viande, nourrissent traditionnellement
Par ailleurs, la production de les animaux avec des rations contenant
biocarburants engendre des sous-produits des DDGS qui sont à la fois digestes et
précieux, tels que la drêche de distillerie bien acceptés. Ils sont donc bien placés
avec solubles (DDGS) et les farines pour tirer parti d’une augmentation
d’oléagineux qui peuvent être utilisées des disponibilités de DDGS alors que
comme aliments fourragers et remplacent les producteurs d’autres sous-secteurs
éventuellement les céréales dans les peuvent éprouver des difficultés à ajuster
rations pour animaux. Le volume des sous- leurs rations en présence de disponibilités
produits obtenus a augmenté brutalement accrues de DDGS.
ces dernières années avec l’accélération de
la production de biocarburants. Leur prix Sources: Taheripour, Hertel et Tyner, 2008a
ayant baissé par rapport à ceux des autres et 2008b.

mettre à l’épreuve la capacité d’absorption plutôt fermés, dans lesquels les déchets
des nutriments de l’environnement. d’une activité productive (fumier, résidus de
À l’inverse, la pâture et les systèmes récolte) sont utilisés comme ressources ou
d’exploitation mixtes sont des systèmes intrants par l’autre activité.
60 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

L’élevage est aussi source d’émissions 0,5 milliard d’hectares plantés en cultures
gazeuses qui polluent l’atmosphère et fourragères (Steinfeld et al., 2006), ce
contribuent à l’effet de serre. La croissance dernier chiffre correspondant à un tiers de la
continue de la production animale va superficie cultivée totale.
exacerber les pressions sur l’environnement La superficie totale affectée aux pâturages
et les ressources naturelles, d’où la nécessité équivaut à 26 pour cent des terres émergées
d’une approche conciliant augmentation du globe libres de glace, dont une grande
de la production et réduction de la charge partie trop sèche ou trop froide pour être
environnementale. cultivée et très faiblement peuplée. Les
pratiques de gestion et d’utilisation des
Élevage et terres pâturages varient largement, de même que
L’élevage est le premier utilisateur des la productivité de l’élevage à l’hectare. Sur
ressources terrestres de la planète, les les terres de parcours arides et semi-arides,
pâturages et les terres cultivées affectées à la qui représentent la majeure partie des
production de fourrage représentant près de pâturages de la planète, l’intensification
80 pour cent de la superficie agricole totale. de la pâture est souvent techniquement
Le secteur utilise 3,4 milliards d’hectares impossible ou non rentable. De surcroît, dans
sous forme de pâturages (tableau 12) et une grande partie de l’Afrique et de l’Asie,

TABLEAU 12
Utilisation des terres par région et groupe de pays, 1961, 1991 et 2007
RÉGION/GROUPEMENT
TERRES ARABLES PÂTURAGE FORÊT1
DE PAYS

Zone Part du Zone Part du Zone Part du


total des total des total des
terres terres terres

1961 1991 2007 2007 1961 1991 2007 2007 1991 2007 2007
(Millions ha) (Pourcentage) (Millions ha) (Pourcentage) (Millions ha) (Pourcentage)

États Baltes et CEI2 235,4 224,4 198,5 9,2 302,0 326,5 362,1 16,9 848,8 849,9 39,6

Europe orientale 48,7 45,0 39,7 34,9 20,0 20,4 16,6 14,6 34,7 35,9 31,6

Europe occidentale 89,0 78,6 72,8 20,4 69,7 60,7 58,9 16,5 122,5 132,9 37,2

Asie en développement 404,4 452,5 466,4 17,6 623,4 805,1 832,8 31,5 532,8 532,6 20,1

Afrique du Nord 20,4 23,0 23,1 3,8 73,4 74,4 77,3 12,9 8,1 9,1 1,5

Afrique subsaharienne 133,8 161,3 196,1 8,3 811,8 823,8 833,7 35,3 686,8 618,2 26,2

Amérique latine 88,7 133,6 148,8 7,3 458,4 538,5 550,1 27,1 988,3 914,6 45,1
et Caraïbes

Amérique du Nord 221,5 231,3 215,5 11,5 282,3 255,4 253,7 13,6 609,2 613,5 32,9

Océanie 33,4 48,5 45,6 5,4 444,5 431,4 393,0 46,3 211,9 205,5 24,2

PAYS DÉVELOPPÉS 633,8 632,4 576,2 10,9 1 119,0 1 094,1 1 083,4 20,5 1 815,7 1 829,0 34,7

PAYS EN 647,6 770,9 834,9 10,8 1 967,8 2 242,6 2 294,8 29,7 2 252,6 2 108,4 27,3
DÉVELOPPEMENT

MONDE 1 281,3 1 403,2 1 411,1 10,8 3 086,7 3 336,8 3 378,2 26,0 4 068,3 3 937,3 30,3

1
Données forestières disponibles depuis 1991 seulement.
2
CEI = Communauté des États indépendants.
Source: FAO, 2009b.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

61
les pâturages relèvent traditionnellement climats secs. Mais du fait de l’affaiblissement
d’une propriété collective. Du fait des institutions traditionnelles, de
de l’affaiblissement des institutions l’augmentation de la pression sur les
traditionnelles et de la pression accrue sur les ressources et des obstacles croissants aux
terres, une grande partie de ces pâturages mouvements du bétail, souvent de tels
sont devenus des ressources en accès libre. ajustements ne sont pas possibles. Cela vaut
Là comme ailleurs, il faudrait qu’il y ait en particulier dans les aires communales de
des mesures d’incitation pour améliorer la pâturage arides et semi-arides du Sahel et
gestion des terres et il faudrait disposer des d’Asie centrale. Dans ces régions, la pression
techniques voulues; en leur absence, il y a démographique et l’empiètement des
une perte de gains de productivité potentiels cultures sur les pâturages ont sévèrement
et de services écosystémiques. restreint la mobilité des troupeaux et limité
Trois grandes tendances se dégagent en les options de gestion. La dégradation
ce qui concerne les pâturages: la conversion des pâturages a des conséquences sur
d’importants écosystèmes en pâturages (par l’environnement, parmi lesquelles l’érosion
exemple, défrichement des forêts pour mise des sols, la dégradation de la végétation,
en pâture); la conversion des pâturages l’émission de carbone par les dépôts de
à d’autres usages (terres cultivées, zones matière organique, la perte de biodiversité
urbaines et forêts); et la dégradation des et l’altération des cycles de l’eau.
pâturages. Il est possible d’enrayer la détérioration
Le déboisement lié au pâturage extensif des pâturages dans une certaine mesure,
est un phénomène courant en Amérique mais il reste à établir quels seraient les
centrale et du Sud (Wassenaar et al., 2006). délais nécessaires et les méthodes les mieux
Dans le même temps, les pâturages sont de adaptées pour y parvenir. En tout état
plus en plus fragmentés et les terres cultivées de cause, il ne fait guère de doute que la
comme les zones urbaines ne cessent productivité actuelle est contrainte par
d’empiéter sur les parcours. White, Murray une charge animale élevée dans certaines
et Rohweder (2000) estiment que plus de régions d’Afrique et d’Asie, où les terres de
90 pour cent des prairies d’herbes hautes pacage sont surexploitées. Dans un système
d’Amérique du Nord et près de 80 pour où ils sont un bien commun, les pâturages
cent du cerrado d’Amérique du Sud ont été peuvent être gérés de manière à pouvoir être
convertis en terres cultivées et urbanisées. durablement exploités, et lorsque ce système
Par contraste, la steppe daurienne d’Asie s’est disloqué, la surexploitation est souvent
et les terres boisées du Mopane et du observée. La logique économique qui pousse
Miombo dans l’est et le sud de l’Afrique les éleveurs individuellement à tenter de
subsaharienne sont relativement intactes, la maximiser leur profit personnel lorsque les
part des terres converties à d’autres usages systèmes de propriété commune se divisent
représentant moins de 30 pour cent. est simple: maximiser les nombre d’animaux
Environ 20 pour cent des pâturages par hectare permet d’exploiter davantage
et des terres de parcours de la planète de ressources pour le profit individuel. Ce
se sont dégradées, et ce pourcentage système encourage la surexploitation de la
pourrait atteindre jusqu’à 73 pour cent ressource au détriment de la productivité
dans les zones sèches (PNUE, 2004). globale.
L’Évaluation des écosystèmes à l’aube du
millénaire a estimé que 10 à 20 pour cent Terres affectées à la production fourragère
des prairies étaient dégradés, en raison La plupart des terres affectées à la
principalement du surpâturage. De façon production fourragère se trouvent dans
générale, la dégradation des pâturages les pays de l’OCDE, mais certains pays en
est la conséquence d’un décalage entre développement intensifient rapidement
la densité d’élevage et la capacité des leur production de cultures fourragères,
pâturages dégradés par la pâture et le principalement de maïs et soja en Amérique
piétinement des animaux de se régénérer. du Sud.
Idéalement, le ratio animaux-terre devrait La production intensive de cultures
être ajusté en permanence en fonction de fourragères se traduit souvent par une
l’état des pâturages, en particulier sous les dégradation importante des terres, la
62 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

pollution de l’eau et la perte de biodiversité, à l’irrigation des cultures fourragères. La


tandis que l’empiètement des surfaces croissance des systèmes de production
cultivées sur les écosystèmes naturels a aussi industriels augmente les besoins en eau
des conséquences écologiques dramatiques, d’irrigation pour la production fourragère.
notamment la perte de biodiversité et de L’eau directement utilisée pour la production
services écosystémiques tels que la régulation animale et la transformation des produits
du cycle de l’eau et le contrôle de l’érosion de l’élevage représente moins de 1 pour
des sols. cent de la consommation mondiale, mais
S’il est vrai que l’augmentation de la cette proportion est souvent beaucoup plus
production céréalière est due principalement élevée dans les zones sèches. C’est ainsi que
à l’intensification de la culture sur la consommation directe d’eau par l’élevage
les superficies existantes, celle de la représente 23 pour cent de la consommation
production de soja s’explique largement par totale au Botswana (Steinfeld et al., 2006).
l’empiètement des cultures sur les habitats Le secteur de l’élevage peut altérer la
naturels. La pression sur les ressources en qualité de l’eau à travers les rejets dans les
terre pour la production fourragère a pu être cours d’eau et les eaux souterraines d’azote,
atténuée au cours des dernières décennies de phosphore et autres nutriments ainsi que
par l’évolution de l’élevage qui a délaissé d’agents pathogènes et autres substances
les ruminants au profit des porcs et de la provenant principalement des effluents
volaille, qui ont une meilleure «conversion d’élevage dans les exploitations intensives.
alimentaire», de races à plus haut rendement La mauvaise gestion des effluents contribue
et de meilleures pratiques de gestion. à la pollution et à l’eutrophisation des
Toutefois, répondre à la demande future en eaux de surface, des eaux souterraines et
produits de l’élevage exigera de nouvelles des écosystèmes marins côtiers ainsi qu’à
améliorations de la productivité des terres l’accumulation de métaux lourds dans le sol.
et de l’élevage ainsi que l’expansion des Ces processus peuvent présenter des risques
surfaces plantées en cultures fourragères, pour la santé humaine et la biodiversité
au détriment des pâturages et des habitats et contribuer au changement climatique,
naturels. à l’acidification des sols et de l’eau et à la
dégradation des écosystèmes.
Élevage et eau La dissociation physique entre l’élevage
Les systèmes de production animale industriel et la ressource dont il dépend
diffèrent par la quantité d’eau consommée entraîne une rupture des transferts de
par animal et la manière dont ces besoins nutriments entre la terre et le bétail. Il en
sont satisfaits. Dans les systèmes d’élevage résulte des problèmes d’épuisement des
extensifs, l’énergie dépensée par les animaux nutriments à la source (terre, végétation
en quête de fourrage et d’eau augmente et sols) et des problèmes de pollution à
considérablement leurs besoins en eau l’arrivée (effluents d’élevage, de plus en
par comparaison avec l’élevage intensif plus rejetés dans les cours d’eau au lieu
et industrialisé. Toutefois, la production d’être rendus à la terre). L’ampleur du
intensive a des besoins supplémentaires en problème est illustrée par le fait que les
eau pour les équipements de refroidissement quantités totales de nutriments présents
et de nettoyage, ce qui entraîne une dans les déjections animales sont égales ou
consommation globale d’eau très largement supérieures à celles contenues dans tous
supérieure à celle des systèmes extensifs. Les les engrais chimiques utilisés chaque année
uns et les autres contribuent à la pollution (Menzi et al., 2009).
du fait du ruissellement des effluents Il existe un certain nombre d’options
animaux, même si la concentration du bétail pour réduire l’impact de l’élevage sur les
associé aux systèmes intensifs a pour effet ressources en eau, notamment en diminuant
d’exacerber le problème. La transformation la consommation d’eau (à travers des
des produits de l’élevage est elle aussi grande méthodes d’irrigation et des systèmes de
consommatrice d’eau. refroidissement plus efficaces par exemple),
Le secteur de l’élevage représente en limitant l’épuisement ou la pollution de
environ 8 pour cent de la consommation l’eau (à travers une meilleure efficacité de
mondiale d’eau, destinée principalement l’utilisation d’eau, une meilleure gestion des
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

63
effluents et des techniques de fertilisation les structures sociales et n’est pas également
des cultures fourragères) et en favorisant la partagée ou nécessairement accessible à
reconstitution des réserves en eau grâce à des groupes extérieurs, notamment groupes
une meilleure gestion des terres. ethniques, clans, groupes d’hommes/femmes
À propos du traitement des effluents ou groupes économiques (FAO, 2004b).
d’élevage en particulier, il existe tout Les femmes qui transforment la laine, par
un éventail de techniques éprouvées, exemple, peuvent avoir du fait de leur
notamment les techniques de séparation, activité spécifique des connaissances sur les
le compost et la digestion anaérobie ou caractéristiques d’une race très différentes
méthanisation. Ces pratiques offrent de celles des hommes qui conduisent les
un certain nombre d’avantages, parmi troupeaux et s’attachent davantage à leur
lesquels l’application sans danger des alimentation et à leur consommation d’eau
effluents pour la fertilisation des cultures ou à leur résistance aux maladies.
vivrières et fourragères; l’amélioration de Les systèmes de production animale ont
l’assainissement; le contrôle des odeurs; un impact variable sur la biodiversité. Les
la production de biogaz; et la valorisation systèmes intensifs reposent sur un nombre
des effluents comme fertilisants. Surtout, le limité de cultures et de races animales,
fait de remplacer les engrais minéraux par même si chacune peut être très riche en
des effluents d’élevage aurait pour effet termes de patrimoine génétique. Ces
d’abaisser l’impact environnemental de la systèmes dépendent de cultures fourragères
production alimentaire (Menzi et al., 2009). gérées de manière intensive et souvent
L’accroissement des effectifs nécessaire rendues responsables de la dégradation
pour satisfaire la croissance projetée de des écosystèmes. Cependant, l’utilisation
la demande en produits de l’élevage aura intensive des terres peut de fait protéger
d’importantes répercussions sur la ressource la biodiversité non agricole en réduisant
hydrique et ne manquera pas d’entraîner la pression visant à étendre les terres
des conflits d’usage. Cependant, la recherche cultivées et les pâturages. Les systèmes
et la planification visant à la fois l’eau extensifs pour leur part abritent un plus
et l’élevage ont très largement ignoré grand nombre d’espèces et utilisent un plus
jusqu’ici les interactions entre l’élevage et large éventail de ressources végétales pour
l’eau (Peden, Tadesse et Misra, 2007). Cette l’alimentation du bétail, mais leur plus faible
lacune devra être comblée pour que le productivité peut accroître la pression sur
secteur de l’élevage puisse continuer à se les habitats naturels. De manière générale,
développer sans causer de dommage grave à l’impact de l’élevage sur la biodiversité
l’environnement. dépend de l’ampleur de ses effets ou du
degré d’exposition de la biodiversité à ces
Élevage et biodiversité impacts, de la sensibilité de la biodiversité
La biodiversité désigne l’ensemble des en question à l’élevage et des modalités de
espèces animales, végétales et microbiennes réponse à ces impacts (Reid, et al., 2009).
(biodiversité interspécifique) de la planète De nombreuses races d’élevage – qui sont
ainsi que la diversité génétique au sein d’une une composante de la biodiversité agricole
même espèce (biodiversité intraspécifique). – sont menacées de disparition, en raison
Elle englobe la variabilité génétique entre principalement de l’utilisation croissante
individus d’une même population et d’un nombre réduit d’espèces dans les
entre populations différentes. La diversité systèmes intensifs. L’encadré 11 traite de la
écosystémique est une autre dimension de la nécessité de préserver la diversité animale
biodiversité. domestique.
La biodiversité agricole est un cas D’après l’Évaluation des écosystèmes
particulier de diversité intraspécifique qui en début de millénaire (MEA, 2005),
résulte de l’activité humaine. Elle inclut les les principaux facteurs directement
espèces animales et végétales domestiquées responsables de la perte de biodiversité
ainsi que les espèces non cultivées qui et des changements dans les services
sont une source d’alimentation dans les écosystémiques sont: la transformation des
agroécosystèmes agricoles. La connaissance habitats (changements d’utilisation des
de la biodiversité est souvent enracinée dans terres, modification physique des cours d’eau
64 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ou des prélèvements d’eau, disparition des dégradation environnementale. Il est donc


récifs coralliens et dégradation des fonds difficile d’isoler la part de l’élevage dans ce
marins due au chalutage); le changement phénomène. L’analyse se complique encore
climatique; les espèces exotiques du fait des nombreuses étapes de la chaîne
envahissantes; la surexploitation; et la de production animale qui ont des effets sur
pollution. L’élevage contribue directement l’environnement.
ou indirectement à tous ces facteurs L’occupation des sols et les changements
responsables de la perte de biodiversité, d’utilisation liés à l’élevage modifient ou
à l’échelle locale comme mondiale. De détruisent des écosystèmes qui abritent
fait, la perte de biodiversité résulte de des espèces données. L’élevage contribue
la combinaison de divers processus de au changement climatique (voir ci-après

ENCADRÉ 11
La conservation des ressources zoogénétiques

Les espèces d’élevage qui contribuent à l’alimentation et l’agriculture (http://


l’agriculture et à la production alimentaire dad.fao.org) est la source mondiale la
de l’époque moderne sont la résultante plus complète sur la diversité génétique
d’une longue histoire de domestication et des races d’élevage. Au total, 7 616 races
de sélection. L’évolution de la fin du XXe y sont répertoriées, dont 6 536 races
siècle – notamment la généralisation des locales et 1 080 races transfrontières. Sur
élevages commerciaux, l’accroissement cet ensemble, 1 491 races sont classées
de la demande en produits animaux dans comme étant «à risque»1 et le chiffre est
le monde en développement, les écarts sans doute plus élevé car on ne dispose de
de production entre pays développés données de population que pour 36 pour
et en développement, la percée des cent des races. Les régions présentant la
biotechnologies reproductives qui plus forte proportion de races classées à
facilitent les mouvements de matériel risque sont l’Europe et le Caucase (28 pour
génétique et donnent les moyens de cent de mammifères et 49 pour cent
contrôler l’environnement de production d’oiseaux) et l’Amérique du Nord (20 pour
indépendamment de l’emplacement cent et 79 pour cent respectivement). Dans
géographique – a conduit à une ces deux régions, l’industrie zootechnique
nouvelle phase dans l’histoire des flux est hautement spécialisée et dominée par
internationaux de gènes. Le transfert un petit nombre de races. Pour la région
international de matériel génétique Amérique latine et Caraïbes, 68 pour cent
s’effectue à une très vaste échelle, aussi des races de mammifères et 81 pour cent
bien dans le monde développé que des espèces aviaires sont classées comme
des pays développés vers les pays en ayant un niveau de risque indéterminé.
développement. Ces flux sont limités à Ces mêmes chiffres pour l’Afrique sont
un petit nombre de races. Des ressources de 59 pour cent pour les mammifères et
génétiques circulent aussi en sens inverse, 60 pour cent pour les oiseaux. Le manque
des pays en développement vers les pays de données compromet gravement
développés, mais en petites quantités et l’efficacité des efforts de sélection des
principalement aux fins de la recherche. priorités et de planification déployés en
Actuellement, la race bovine la plus faveur de la conservation des races. Il
répandue dans le monde, la Holstein- est nécessaire d’améliorer les systèmes
Frisonne, est présente dans au moins d’investigation et de notification sur la
128 pays. Parmi les autres espèces d’élevage taille et la structure des populations et
figurent les porcs Large White dans autres informations spécifiques à
117 pays, les chèvres Saanen dans 81 pays la race.
et les moutons Suffolk dans 40 pays. La diffusion rapide des modes d’élevage
La banque de données de la FAO intensif qui utilise une gamme réduite
sur les ressources zoogénétiques pour de races a contribué à la marginalisation
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

65
«Élevage et changement climatique») pollution due aux élevages industriels, ainsi
lequel à son tour affecte les écosystèmes et que la surpêche liée à la production de farine
les espèces. Il affecte aussi la biodiversité de poisson pour l’alimentation animale,
directement à travers l’introduction d’espèces réduit la biodiversité des écosystèmes marins
exotiques envahissantes et la surexploitation, (Reid et al., 2009).
à travers par exemple le surpâturage de la L’élevage affecte la biodiversité depuis
ressource végétale. La pollution de l’eau et la domestication des animaux il y a de cela
les émissions d’ammoniac, essentiellement plusieurs millénaires et il a fourni à l’être
dues à l’élevage industriel, réduisent la humain un moyen d’exploiter de nouvelles
biodiversité, souvent de façon dramatique ressources et des territoires jusque-là
dans le cas des écosystèmes aquatiques. La inaccessibles. Les processus de dégradation

des systèmes traditionnels de production locales des hommes et des femmes


animale et des ressources génétiques continuent d’être un atout important
animales qui y sont associées. La pour les personnes pauvres en ressources,
production mondiale de viande, de lait et surtout en termes d’amélioration de la
d’œufs repose de plus en plus sur un petit sécurité alimentaire et de la santé.
nombre de races hautement productives – En septembre 2007, pour la première
celles qui dans les conditions actuelles de fois, la communauté internationale
gestion et de commercialisation sont les a adopté un Plan d’action mondial
plus rentables dans le cadre de systèmes pour les ressources zoogénétiques
de production industrialisés. Des politiques (FAO, 2007b), composé de 23 priorités
sont nécessaires pour minimiser la perte stratégiques axées sur la lutte contre
de biens publics mondiaux entraînée par l’érosion de la diversité génétique animale
l’érosion de la diversité zoogénétique. et l’utilisation durable des ressources
Des menaces graves, telles que les génétiques. Elle a également adopté la
grandes épidémies et les catastrophes de Déclaration d’Interlaken sur les ressources
natures diverses (sécheresse, inondations, zoogénétiques. Cette déclaration prend
conflits armés, etc.) sont également une acte des nombreuses lacunes et faiblesses
source d’inquiétude – surtout dans le cas des capacités nationales et internationales
de populations exiguës et concentrées en matière de recensement, de suivi, de
géographiquement. La portée globale de caractérisation, d’utilisation durable,
ces menaces est difficile à chiffrer. de développement et de conservation
Si les menaces de ce type sont des ressources zoogénétiques et affirme
impossibles à éliminer, les effets peuvent qu’il est urgent d’y remédier. Elle insiste
en être atténués. La préparation est aussi sur la mobilisation de ressources
essentielle dans ce contexte et toute financières et d’un soutien à long terme
mesure improvisée dans l’urgence en faveur des programmes nationaux
est généralement beaucoup moins et internationaux dans le domaine des
efficace qu’une intervention planifiée. ressources zoogénétiques.
Des connaissances sur les races et les
caractéristiques qui les rendent prioritaires
aux fins de la protection, sur leur aire de
1
répartition, géographique et par système Une race est reconnue à risque si le nombre total
de femelles reproductrices est inférieur ou égal à
de production, sont fondamentales pour 1 000 ou si le nombre total de mâles reproducteurs
le bon fonctionnement de ces plans est inférieur ou égal à 20, ou lorsque, pour un
d’intervention, et plus généralement effectif total supérieur à 1 000 mais inférieur ou
égal à 1 200 ou en baisse ou si le pourcentage des
pour une gestion durable de la diversité femelles accouplées en race pure est inférieur à
des races d’élevage. Du point de vue des 80 pour cent.
moyens d’existence, les connaissances Sources: FAO, 2007b et 2007c.
66 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

actuels se superposent à ces changements Le cheptel laitier a besoin d’importantes


historiques, qui continuent d’affecter la quantités de fibres dans son alimentation.
biodiversité. De ce fait, les troupeaux doivent rester à
proximité de leur source de nourriture,
Différences d’impact entre les espèces et beaucoup plus encore que dans les autres
les systèmes de production formes de production animale à vocation
Il existe des différences importantes d’impact commerciale. Le cycle des nutriments s’en
sur l’environnement selon les espèces, et trouve grandement amélioré, ce qui est
selon les différents types de production bénéfique pour l’environnement. Toutefois,
animale. Les systèmes de production l’utilisation excessive d’engrais azotés dans
intensifs comme les systèmes extensifs les exploitations laitières est l’une des
peuvent avoir des effets dommageables sur principales causes de la pollution des eaux
l’environnement mais de manière différente. de surface par les nitrates dans les pays de
La tendance à la hausse de la production à l’OCDE (Tamminga, 2003). Le ruissellement
travers son intensification (augmentation et les infiltrations d’effluents provenant des
de la production par unité de terre grâce grandes exploitations laitières peuvent aussi
à l’utilisation accrue d’autres intrants) ou contaminer les sols et l’eau.
l’extension des surfaces (extension des La production de bœuf repose sur un large
terres en production sans changement dans éventail de systèmes d’exploitation, dont
l’utilisation des autres intrants) peut avoir des l’échelle et l’intensité de production varient.
conséquences négatives sur l’environnement À chacune des extrémités du spectre, les
si la valeur des ressources communales et le dommages pour l’environnement peuvent
coût des externalités négatives ne sont pas être considérables. Dans le cas de l’élevage
pleinement pris en compte. extensif, les troupeaux sont responsables
de la dégradation de vastes prairies et
Les espèces contribuent au défrichement des forêts pour
Les bovins fournissent de nombreux mise en pâture (tableau 13). Les émissions
produits et services, notamment viande de carbone qui en résultent, la perte de
de bœuf, lait et force de traction. Dans de biodiversité et les effets négatifs sur la qualité
nombreux systèmes d’exploitation mixtes, et les débits des cours d’eau constituent des
ils sont habituellement bien intégrés dans impacts environnementaux majeurs. En ce qui
les transferts de nutriments et peuvent concerne l’élevage intensif, la concentration
avoir un effet positif sur l’environnement des animaux dans les parcs d’engraissement
(Steinfeld, de Haan et Blackburn, 1998) se traduit souvent par la pollution des sols
(voir tableau 13). Dans nombre de pays en et de l’eau, dans la mesure où les quantités
développement, les bovins et les buffles sont d’effluents et d’urine produites excèdent
utilisés comme animaux de trait dans les très largement la capacité d’absorption des
champs; dans certaines régions, en particulier nutriments des terres environnantes. De
en Afrique subsaharienne, le recours à la plus, les bovins à l’embouche ont besoin de
traction animale progresse et se substitue plus d’aliments concentrés par kilogramme
à la consommation de carburants fossiles. de production que les volailles ou les porcs;
Le fumier est un bon engrais car il présente leurs besoins en ressources sont donc
un faible risque de fertilisation excessive. substantiellement supérieurs et expliquent
Toutefois, dans les pays en développement, leur impact environnemental plus élevé. Les
l’élevage extensif de bovins n’a souvent émissions de gaz à effet de serre des systèmes
qu’une productivité limitée. De ce fait, une de production animale en général sont aussi
grande partie de l’alimentation animale très élevées. Dans les systèmes extensifs,
sert à maintenir les animaux plutôt qu’à la plus grande partie de ces gaz à effet de
fournir des produits et services utiles à serre est le résultat de la dégradation des
la communauté. Il en résulte un manque terres et de la fermentation entérique,
d’efficacité dans l’utilisation des ressources et tandis que dans les systèmes de production
des dommages environnementaux souvent intensifs les effluents d’élevage sont la
importants par unité de produit animal, en principale source de gaz à effet de serre. La
particulier dans le cas des terres de parcours productivité relative plus élevée des animaux
surexploitées. et la moindre teneur en fibres de leur
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

67
alimentation dans les exploitations intensives production industrielle est donc le mode
limitent les émissions de méthane dues à la de production le plus efficace, malgré sa
fermentation entérique par unité de produit dépendance des céréales fourragères et
animal. autres aliments à haute valeur nutritionnelle.
La production ovine et caprine est Le fumier de volaille a une teneur élevée
généralement extensive, exception faite de en nutriments, il est relativement aisé à
quelques poches de parcs d’engraissement gérer et largement utilisé comme engrais; il
au Proche-Orient, en Asie de l’Ouest et est aussi parfois utilisé dans l’alimentation
en Amérique du Nord. Du fait de leur des ruminants. En dehors de son incidence
capacité à grandir et à se reproduire dans sur la production fourragère, le secteur
des conditions impropres à toute autre avicole cause beaucoup moins de dommages
forme de production agricole, les petits à l’environnement que d’autres espèces,
ruminants, les chèvres en particulier, sont une même si ses effets sont parfois importants à
ressource utile voire très souvent essentielle l’échelle locale.
pour les agriculteurs pauvres contraints de
subsister dans ce type d’environnement, Les systèmes de production
du fait de l’absence de moyens d’existence Comme on a pu le voir au Chapitre 2,
alternatifs. Cependant, les moutons et les pour répondre à la demande croissante
chèvres peuvent causer une réduction grave de produits d’élevage, le secteur connaît
du couvert végétal et de la capacité de actuellement une transformation structurelle
régénération des terres boisées. En cas de qui privilégie des systèmes de production
densité excessive, ces animaux causent des à forte intensité de capitaux, des unités de
dommages particulièrement importants à production à grande échelle et spécialisées
l’environnement en dégradant le couvert qui reposent sur l’achat d’intrants,
végétal et les sols. l’augmentation de la productivité animale
Dans les systèmes mixtes traditionnels, et une concentration géographique accrue.
les porcs nourris de déchets domestiques Cette mutation a changé les impacts
et de sous-produits de l’agro-industrie, environnementaux du secteur. Elle lui fournit
transforment en protéines animales à haute aussi de nouvelles options pour l’atténuation
valeur nutritionnelle une biomasse qui serait de ces effets, avec des implications
sinon perdue. Par ailleurs, leurs besoins diverses en termes de coûts, d’aspects
alimentaires par unité de produit animal sont socioéconomiques et sexospécifiques.
inférieurs à ceux des ruminants. De ce fait, L’évolution structurelle constatée dans
l’élevage porcin représente une demande l’élevage est souvent source de dommages
moindre en terres affectées à la production environnementaux mais, sur d’autres plans,
fourragère. Toutefois, selon les estimations offre aussi des possibilités. Le tableau 13 rend
les plus récentes, les porcs élevés dans compte d’observations préliminaires sur la
des systèmes mixtes représentent à peine relation entre les impacts environnementaux
35 pour cent de la production mondiale. Le et les différents niveaux d’intensité de
lisier de porc est un engrais précieux mais production (voir ci-dessous). La spécialisation
les cultivateurs préfèrent généralement les et son corollaire et la concentration de
fumiers de bovins et de volailles parce que le déjections animales dans certaines régions,
lisier a une odeur forte et qu’il se présente ont pour effets de rompre les cycles nutritifs
souvent sous forme liquide. Il est en revanche qui se produisent traditionnellement dans
bien adapté aux biodigesteurs. les systèmes associant culture et élevage. Les
La production avicole est le sous-secteur coûts de transport des nutriments jusqu’aux
qui a subi les changements structurels les terres cultivées sont souvent prohibitifs (en
plus importants. Dans les pays de l’OCDE, particulier dans le cas des effluents à forte
elle est quasiment entièrement industrielle, teneur en eau), et les effluents sont rejetés
tandis que dans de nombreux pays en dans l’environnement local, dont ils excèdent
développement, l’élevage industriel est bien souvent la capacité d’absorption. Cela
déjà prédominant. De toutes les espèces se traduit par une grave pollution des sols et
traditionnellement exploitées (à l’exception de l’eau, en particulier dans les zones à forte
des poissons), ce sont les volailles qui ont densité de population. Toutefois, sous l’angle
la plus grande efficacité alimentaire, et la positif, la concentration géographique et
68 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU 13
Principaux impacts environnementaux causés par les différents systèmes de production1

RUMINANTS ANIMAUX MONOGASTRIQUES


(BOVINS, MOUTONS, ETC.) (PORCS, VOLAILLE)

Pâturage Systèmes Systèmes Systèmes


extensif2 intensifs3 traditionnels4 industriels

ÉMISSIONS DE GAZ
À EFFET DE SERRE
Émissions de CO2 générées par l’utilisation
des terres et du passage au pâturage et à la --- - ns --
production de plantes fourragères
Émissions de CO2 générées par l’utilisation
d’énergie et d’intrants
ns -- ns --
Séquestration du carbone dans les terrains
de pâturage ++ ns ns ns

Émissions de méthane issues de la digestion --- -- ns ns

Oxyde nitreux issu du fumier - --- ns --

DÉGRADATION DES TERRES

Développement au détriment de l’habitat


naturel --- ns ns --
Surpâturage (évolution de la végétation,
tassement des sols) --- ns ns ns

Fabrication intensive d’aliments (érosion des


sols)
ns -- ns --
Fertilisation des sols + + + ++

TARISSEMENT ET POLLUTION DE L’EAU

Altération du cycle de l’eau -- - ns ns

Pollution par les nutriments, les pathogènes


et les résidus de médicaments
ns -- ns ---

BIODIVERSITÉ

Destruction de l’habitat causée par la


production de plantes fourragères et les --- - ns ---
déchets d’origine animale
Pollution de l’habitat causée par la
production de plantes fourragères et les ns -- ns ---
déchets d’origine animale
Perte de la diversité génétique des animaux
d’élevage
ns -- ns ---
Maintenance de l’écosystème ++ ns ns

1
Relations observées dans le cadre des pratiques de gestion courantes.
2
Les systèmes de pâturage extensif pour les ruminants reposent principalement sur les prairies naturelles et les environnements marginaux.
3
Les systèmes intensifs pour les ruminants reposent généralement sur les prairies améliorées (ayant recours à l’irrigation, aux fertilisants, aux
variétés améliorées et aux pesticides), avec une alimentation complémentaire ou à l’étable composée de graines et d’ensilage.
4
Les systèmes traditionnels pour les animaux monogastriques comprennent des systèmes d’exploitation mixtes ou des systèmes d’élevage en
divagation.
Note: ns = non signifiant.
Source: FAO.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

69
l’augmentation de l’échelle de production des races à haut rendement, la concentration
facilitent la mise en œuvre des politiques des effectifs animaux au sein de grandes
environnementales en entraînant une baisse unités de production et la nécessité d’éviter
de leurs coûts d’application. La meilleure les épisodes infectieux ont conduit les
rentabilité des unités de production permet producteurs à utiliser des médicaments en
d’abaisser les coûts de conformité, tandis que grande quantité, souvent comme mesures
la concentration de la production au sein de prévention de routine. Les résidus
d’un plus petit nombre d’unités d’accès aisé de ces médicaments se retrouvent dans
réduit les coûts de contrôle et de surveillance. l’environnement, avec des conséquences
Sous l’angle négatif, le pouvoir de lobbying préjudiciables pour les écosystèmes et la
des grands producteurs est souvent perçu santé humaine. En particulier, l’utilisation
comme un frein au développement des parfois aveugle des antibiotiques a entraîné
politiques environnementales. l’apparition de souches bactériennes
Étant donné l’allongement des chaînes résistantes aux antibiotiques, qui constituent
alimentaires, qui résulte de la concentration aujourd’hui une menace pour la santé
des consommateurs dans les centres urbains, humaine en Europe et en Amérique du
les systèmes de production doivent couvrir Nord (Johnson et al., 2009). Les races à
d’importantes distances géographiques haut rendement demandent par ailleurs
entre les sites de production fourragère et un environnement plus strictement
le consommateur. La baisse des coûts de contrôlé (température, lumière) que les
transport a favorisé la délocalisation des races traditionnelles, d’où une hausse de la
activités de production et de transformation consommation d’eau et d’énergie.
dans le but de réduire au minimum les La déforestation et la dégradation des
coûts de production. À l’échelle mondiale, terres sont les principaux processus par
cette évolution a permis de surmonter lesquels les systèmes de pâturage extensifs
les contraintes rencontrées localement émettent des gaz à effet de serre. On
au niveau des ressources disponibles et pourrait améliorer la gestion des parcours de
de nourrir les populations vivant dans manière à empêcher les pertes de carbone
des régions souffrant de déficit vivrier. et à fixer celui-ci, en transformant des
Toutefois, elle implique également des systèmes extensifs en systèmes permettant
prélèvements et des transferts à grande une réduction nette des gaz à effet de serre.
échelle des nutriments et de l’eau contenus Un usage plus intensif des pâtures, la remise
dans les aliments pour animaux et les en valeur des pâturages et la production
produits de l’élevage, avec des conséquences fourragère, stimulées par la hausse des
dommageables à terme pour les écosystèmes prix du foncier, ont souvent un effet positif
et la fertilité des sols. sur l’environnement car ils permettent de
L’amélioration de la productivité animale limiter l’expansion des terres agricoles et
et de l’efficacité alimentaire a été obtenue d’améliorer la qualité des aliments pour
grâce à l’application de technologies animaux. Cette dernière à son tour contribue
variées, notamment dans les domaines de à la réduction des émissions de méthane dues
l’alimentation, de la génétique, de la santé à la fermentation entérique. La surcharge
animale et des bâtiments d’élevage. La en nutriments des zones de production
transition vers des espèces monogastriques, laitière est généralement attribuée aux
avicoles en particulier, a par ailleurs apports extérieurs de nutriments à travers les
contribué à améliorer encore l’efficacité compléments alimentaires et à l’utilisation
alimentaire du secteur, ce qui s’est traduit d’engrais pour la production d’ensilage
par une réduction substantielle des besoins plutôt qu’à une mauvaise gestion des
en terre et en eau pour produire les aliments pâturages.
nécessaires pour atteindre des niveaux Globalement, le passage de systèmes
de production permettant de satisfaire la traditionnels mixtes et extensifs à des
demande actuelle. systèmes de production plus intensifs a sans
Cependant ces gains de productivité doute eu un effet positif sur l’amélioration
sont aussi associés à un certain nombre de l’efficacité d’utilisation des terres et de
de préoccupations environnementales. La l’eau mais des effets négatifs sur la pollution
résistance aux maladies relativement faible de l’eau, la consommation d’énergie et la
70 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

diversité génétique. De surcroît, les systèmes Les systèmes de production intensifs ont
mixtes et traditionnels n’ont pas réussi à par ailleurs un potentiel d’amélioration
satisfaire la demande naissante en produits de leur impact environnemental supérieur
d’élevage dans de nombreux pays en à celui des systèmes traditionnels et
développement, non seulement en termes extensifs. L’expérience montre qu’en
de volume mais aussi de normes sanitaires et présence d’incitations économiques
de qualité. L’intensification de la production adéquates, les gains de productivité
apparaît donc comme indispensable, associés à l’intensification de capitaux et
mais il faut en même temps éviter une de main-d’œuvre permettent d’améliorer
concentration géographique excessive des notablement l’utilisation rationnelle des
animaux. ressources naturelles; lorsque les ressources

ENCADRÉ 12
Évaluer la contribution de l’élevage aux émissions de gaz à effet de serre

Le Quatrième rapport du Groupe d’experts de 9 pour cent des émissions anthropiques


intergouvernemental sur l’évolution de dioxyde de carbone, 37 pour cent de
du climat (GIEC) présente des niveaux méthane et 65 pour cent des émissions
convenus d’émissions anthropiques de d’oxyde nitreux (FAO, 2006). Exprimées en
gaz à effet de serre pour des catégories équivalents de CO2, les émissions produites
définies représentant des secteurs par l’élevage s’élèvent au total à environ
économiques (par exemple l’industrie, 18 pour cent des émissions anthropiques
19,4 pour cent; l’agriculture, 13,5 pour de gaz à effet de serre.
cent; la foresterie, 17,4 pour cent; le Le long de la chaîne alimentaire
transport, 13,1 pour cent) (Barker et al., animale, les principales sources d’émission
2007). Le GIEC suggère que ces chiffres et les quantités émises sont:
ne soient pris en considération qu’à v Occupation des sols et changements:
titre indicatif, vu que les émissions de 2,5 gigatonnes d’équivalent CO2,
CH4, N2O et CO2 ne sont encore pas très incluant les émissions de CO2 des
bien connues. En outre, pour ce qui forêts et autres formes de végétation
est de l’agriculture et de la foresterie, naturelle remplacées par les pâturages
les chiffres ci-dessus sont exprimés en et les cultures fourragères dans les
tant qu’émissions brutes et ne tiennent néotropiques ainsi que les émissions
pas compte de la fixation actuelle de carbone en provenance du sol,
du gaz carbonique qui est à la base notamment pâturages et terres
de la photosynthèse. Les émissions arables dédiées à la production
associées aux produits d’origine animale fourragère.
recouvrent plusieurs de ces catégories. La v Production fourragère (hors émissions
production d’aliments pour animaux est de carbone provenant du sol et des
à l’origine d’émissions dans les catégories plantes): 0,4 gigatonne d’équivalent
comprenant l’agriculture, la foresterie CO2 incluant les émissions de CO2 des
(par le biais de la conversion des terres), combustibles fossiles utilisés dans la
le transport et l’énergie. Les activités production des engrais chimiques
d’élevage, notamment la fermentation destinés à la production fourragère
entérique et la gestion des fumiers, et les émissions de N2O et ammoniac
produisent des émissions d’oxyde nitreux (NH3) dues à l’application d’engrais
et de méthane qui sont comptabilisées chimiques aux cultures fourragères et
dans l’agriculture. L’abattage, la aux légumineuses fourragères.
transformation et la distribution sont v Production animale: 1,9 gigatonne
la cause d’émissions classées dans les d’équivalent CO2, incluant les
catégories de l’industrie, de l’énergie et émissions de CH4 dues à la
du transport. Dans l’ensemble de la chaîne fermentation entérique et les
alimentaire, l’élevage produit donc près émissions de CO2 résultant de
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

71
et la pollution sont évaluées à leur juste
prix, l’intensification de la production Élevage et changement climatique
s’accompagne d’une amélioration de
l’efficacité environnementale (baisse de la Les températures de la surface du globe
consommation de ressources naturelles et ont augmenté d’environ 0,7 oC en moyenne
réduction des émissions par unité de produit au cours du siècle dernier (GIEC, 2007). La
animal). Cela est déjà vrai pour ce qui est de température des océans s’est élevée, la
l’occupation des sols à l’échelle mondiale, fonte des neiges et des glaces observée
mais aussi de la consommation d’eau et de dans les régions polaires est significative
nutriments dans un nombre croissant de pays et les experts prévoient une élévation
de l’OCDE. du niveau des mers. Le Groupe d’experts

l’utilisation de combustibles fossiles à celle des porcs et des volailles (voir


sur l’exploitation. tableau). Les émissions associées aux
v Gestion des effluents: 2,2 gigatonnes gros ruminants sont principalement
d’équivalent CO2, incluant les liées aux changements d’affectation des
émissions de CH4, de N2O et de sols (notamment déforestation), à la
NH3 provenant principalement du gestion des pâturages, à la fermentation
stockage, de l’épandage et du dépôt entérique et à la gestion des effluents.
des effluents. Les bovins et les buffles sont responsables
v Transformation et transport d’une fraction particulièrement élevée
international: 0,03 gigatonne des émissions liées à l’élevage en
d’équivalent CO2. Amérique latine et en Asie du Sud, où leur
Lorsque l’on compare les espèces, contribution est estimée à 85 pour cent
la contribution des bovins et des des émissions du secteur, essentiellement
buffles à ces émissions est supérieure sous la forme de méthane.

Émissions de gaz à effet de serre au sein de la chaîne alimentaire animale


et contribution relative estimée des principales espèces
ÉTAPE DANS LA CHAÎNE
ÉMISSIONS ESTIMÉES1 CONTRIBUTION ESTIMÉE PAR ESPÈCE2
ALIMENTAIRE ANIMALE
Bovins et Petits
Porcs Volaille
buffles ruminants
(Gigatonnes) (Pourcentage des
émissions totales dans
le secteur de l’élevage)

Utilisation des terres


et changement de leur 2,50 36 NNN N N ns
affectation

Production d’aliments3 0,40 7 N NN NN ns

Production animale4 1,90 25 NNNN N N NN

Gestion du fumier 2,20 31 NN NNN ns ns

Traitement et transport 0,03 1 N N NNN ns


1
Quantité estimée d’émissions exprimée en équivalent CO2.
2
N = la plus faible à N N N N = la plus élevée.
3
Exclut les stocks de carbone fixés dans les sols et par les plantes.
4
Inclut le méthane entérique, les machines et les bâtiments.
Note: ns = non signifiant.
Source: adapté de Steinfeld et al., 2006.
72 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU 14
Impacts directs et indirects du changement climatique sur les systèmes de production animale

PÂTURAGE AUTRES SYSTÈMES QUE LE PÂTURAGE

v Augmentation de la fréquence des événements v Évolution de la disponibilité de l’eau (peut


météorologiques extrêmes augmenter ou baisser, selon la région)
v Augmentation de la fréquence et de l’ampleur des v Augmentation de la fréquence des événements
IMPACTS DIRECTS sécheresses et des inondations météorologiques extrêmes (impact moins précis que
v Pertes de productivité (stress physiologique) dues à pour les systèmes extensifs)
la hausse de la température
v Évolution de la disponibilité de l’eau (peut
augmenter ou baisser, selon la région)

v Évolutions agro-écologiques et transformation des v Augmentation des prix des ressources, par exemple,
écosystèmes entraînant: les aliments, l’eau et l’énergie
une altération de la qualité et de la quantité du v Épidémies de maladies
fourrage v Augmentation du coût des logements
IMPACTS INDIRECTS
des évolutions au niveau des interactions hôte- pour animaux, par exemple les systèmes de
pathogène entraînant une incidence accrue des refroidissement
maladies naissantes
des épidémies de maladies

Source: FAO.

intergouvernemental sur l’évolution du à l’application d’engrais et de pesticides


climat (GIEC) est parvenu à la conclusion que chimiques, à l’appauvrissement des sols
les gaz à effet de serre produits par l’activité en matière organique et aux transports.
humaine, notamment le dioxyde de carbone Le défrichement des forêts pour mise en
(CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux pâture et production fourragère libère
(N2O) et les halocarbones, sont responsables également dans l’atmosphère d’importantes
de la plus grande partie des hausses de quantités de carbone jusque-là stocké dans
température observées depuis le milieu du la végétation et dans le sol. À l’inverse,
XXe siècle. lorsque de bonnes pratiques de gestion
Parmi les préoccupations croissantes sont appliquées à des terres dégradées, les
liées au changement climatique, la part de pâturages et les terres cultivées peuvent
l’élevage dans ce phénomène a été mise devenir des puits nets de carbone, piégeant
en évidence: il apparaît à la fois comme le carbone présent dans l’atmosphère. Au
un facteur contribuant au processus et niveau des exploitations, les émissions de
comme une victime potentielle. Des actions méthane (CH4) et d’oxyde nitreux (N2O) sont
publiques et des solutions techniques sont le produit de la fermentation entérique
nécessaires pour traiter l’impact de l’élevage et des effluents animaux. Dans la panse
sur le changement climatique et les effets du de l’animal, la fermentation microbienne
changement climatique sur l’élevage. transforme les fibres et la cellulose en
produits qui peuvent être digérés et utilisés
Impact de l’élevage sur le changement par l’animal. Le méthane est un sous-
climatique produit de cette fermentation exhalé par
L’élevage contribue au changement les espèces ruminantes, bovins, buffles,
climatique par les émissions de gaz à effet chèvres et moutons inclus. L’oxyde nitreux
de serre, soit directement (par exemple, est rejeté durant le stockage et l’épandage
émissions liées à la fermentation entérique) des effluents d’élevage, et lorsque ces
soit indirectement (par exemple, production effluents sont stockés dans des conditions
fourragère, défrichement des forêts pour anaérobies et à la chaleur, ils produisent
mise en pâture, etc.). également du méthane. Enfin, l’abattage,
Les émissions de gaz à effet de serre la transformation et le transport des
surviennent à chacune des principales produits animaux entraînent des émissions
étapes du cycle de production animale. Les liées principalement à la consommation de
émissions liées à la production fourragère carburants fossiles et au développement des
et à la pâture sont liées à la production et infrastructures.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

73
Impact du changement climatique sur Le changement climatique jouera un rôle
l’élevage significatif dans la propagation des maladies
Le tableau 14 résume les impacts directs à transmission vectorielle et des parasites
et indirects du changement climatique sur animaux, lesquels auront des répercussions
les systèmes de production traditionnels et infiniment plus graves pour les hommes et
industriels. Selon toute probabilité, certains les femmes les plus vulnérables engagés
de ces impacts seront plus marqués pour dans le secteur de l’élevage. Avec la hausse
les systèmes de pâture en zones arides des températures et la variabilité accrue des
et semi-arides, particulièrement sous des précipitations, de nouvelles maladies risquent
latitudes basses (Hoffman et Vogel, 2008). Le d’apparaître ou des maladies connues
changement climatique aura de très larges toucher des régions jusque-là préservées.
répercussions sur la production animale en De plus, le changement climatique pourrait
raison de son incidence sur l’alimentation favoriser le développement de nouveaux
du bétail et sa productivité. La hausse mécanismes de transmission et de nouvelles
des températures et la diminution des espèces hôtes. Tous les pays seront
précipitations entraînent une diminution vraisemblablement affectés par l’incidence
du rendement des terres de parcours et accrue des maladies animales mais les pays
contribuent à leur dégradation. La hausse pauvres sont particulièrement vulnérables
des températures a également pour effet face à l’émergence de nouvelles maladies
de réduire les quantités ingérées par les du fait des faibles moyens de leurs services
animaux et d’abaisser les taux de conversion vétérinaires.
alimentaire (Rowlinson, 2008). La diminution Le changement climatique peut-il être
des précipitations et la fréquence accrue des bénéfique pour l’élevage? Il se peut que
sécheresses entraîneront une baisse de la le réchauffement des températures ait
productivité primaire des parcours, avec un des effets positifs sur l’élevage, mais cela
risque de surpâturage et de dégradation des dépendra largement du lieu et du moment
sols; elles pourraient aggraver l’insécurité où se produiront ces changements. Le
alimentaire et être à l’origine de conflits relèvement des températures en hiver,
pour l’accès à des ressources raréfiées. Les par exemple, peut réduire le stress lié au
données montrent également que la période froid du bétail élevé en plein air. Il peut
de croissance végétale pourrait se raccourcir par ailleurs entraîner une diminution des
sur de nombreux pâturages, en particulier besoins énergétiques des animaux et réduire
en Afrique subsaharienne. La probabilité les besoins en chauffage dans les bâtiments
d’événements climatiques extrêmes devrait d’élevage.
augmenter.
Dans les systèmes de production hors
pâturages, qui se caractérisent par le Améliorer l’utilisation des
confinement des animaux, souvent dans ressources naturelles dans
des bâtiments climatisés, le changement la production animale
climatique devrait avoir peu d’impacts
directs et des effets principalement indirects Il est nécessaire d’adopter des mesures
(tableau 14). La diminution des rendements appropriées pour traiter l’impact de la
agricoles et la concurrence accrue d’autres production animale sur les écosystèmes, qui
secteurs auront probablement pour effet pourraient sinon subir des dégradations
d’entraîner à la hausse le prix des céréales dramatiques étant donné les prévisions
et des tourteaux oléagineux, qui sont les d’expansion du secteur. Un équilibre doit
principales sources d’alimentation animale être trouvé entre la demande en produits
dans ces systèmes (OCDE-FAO, 2008). La mise d’élevage et la demande croissante de
en œuvre de programmes et politiques de services environnementaux, notamment d’air
réduction de la consommation énergétique et d’eau pure et d’aires de loisir.
favorisant l’énergie propre pourrait aussi Les prix actuels des terres, de l’eau et de
entraîner une hausse des prix de l’énergie. l’alimentation du bétail qui entrent dans
Enfin, le réchauffement climatique risque la production animale souvent ne reflètent
aussi d’augmenter le coût du refroidissement pas la vraie valeur rare de ces ressources,
des animaux. ce qui entraîne leur surconsommation et
74 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

des inefficiences majeures au niveau des La correction des externalités, tant


processus de production. Les politiques positives que négatives, conduira les
visant à protéger l’environnement doivent producteurs à des choix de gestion moins
introduire des mécanismes adéquats faisant coûteux pour l’environnement et pour la
appel aux lois du marché pour les principaux société dans son ensemble.
intrants, par exemple la méthode du coût Les éleveurs qui génèrent des externalités
complet de l’eau et des pâturages. Définir les positives doivent être dédommagés soit par
droits de propriété et d’accès à des ressources le bénéficiaire immédiat (les utilisateurs
collectives rares est un autre facteur en aval dans le cas de l’amélioration de
déterminant pour garantir l’utilisation la quantité et de la qualité de l’eau), soit
rationnelle des ressources et la conservation par le grand public (pour la séquestration
des ressources naturelles. du carbone lorsque la dégradation des
Il existe une myriade d’options techniques pâturages est enrayée).
éprouvées et efficaces permettant d’atténuer Si la réglementation reste un outil
les impacts des activités agricoles sur important de contrôle des externalités
l’environnement (Steinfeld et al., 2006). négatives, la taxation des dommages
Ces mesures peuvent être introduites dans environnementaux et la mise en place
la gestion des ressources, la production d’incitations financières en faveur des
fourragère et animale et la réduction des bénéfices environnementaux se développent
pertes post-récolte. Toutefois, leur adoption actuellement. Cette tendance pourrait se
et leur mise en œuvre sur une grande échelle développer à l’avenir, pour s’attaquer dans
nécessitent des signaux appropriés en termes un premier temps aux externalités locales
de prix qui reflètent plus fidèlement la vraie avant de progressivement prendre en
rareté des facteurs de production, ainsi que compte les impacts transfrontaliers en faisant
la correction des distorsions qui fournissent appel à des traités internationaux, cadres
actuellement des incitations insuffisantes réglementaires et mécanismes de marché.
en faveur d’une utilisation rationnelle. Le À cet effet, des politiques publiques seront
développement récent de marchés de l’eau peut-être requises pour mettre en place des
et une tarification plus adaptée dans certains mesures en faveur de l’innovation.
pays, en particulier dans les pays confrontés à Le coût d’opportunité d’utilisation de
la rareté de la ressource, vont dans ce sens. terres marginales pour l’élevage change.
Dans de nombreuses régions, l’élevage
Corriger les externalités occupe des terres pour lesquelles il n’existe
environnementales pas d’autre option viable. Mais de plus en
L’élimination des distorsions de prix au plus, d’autres utilisations (par exemple,
niveau des intrants et des produits, même la conservation de la biodiversité, la
si elle représente un grand progrès dans séquestration du carbone, la production de
le sens de l’amélioration de l’efficacité matières premières pour les biocarburants)
technique de l’utilisation des ressources, ne entrent en conflit avec la pâture et dans
sera souvent pas suffisante pour maîtriser les certaines régions, la production d’éthanol de
impacts environnementaux de l’élevage. Les prochaine génération à partir de cellulose
externalitésĵ, tant négatives que positives, pourrait aussi créer des conflits d’usage
doivent être explicitement incorporées dans des parcours. Les services liés à l’eau seront
les politiques de l’élevage afin de prendre probablement les premiers à prendre
en compte le coût intégral de la pollution et une importance croissante, avec la mise
autres impacts environnementaux négatifs. en place généralisée de systèmes locaux
Le principe du «pollueur payeur» peut d’approvisionnement en eau. Les services liés
être utile, mais l’enjeu pour la société est à la biodiversité (conservation des espèces
de déterminer qui a le droit de polluer et et des paysages, par exemple) sont plus
jusqu’à quel point. complexes à gérer en raison des problèmes
de méthodologie que pose l’évaluation de
la biodiversité, mais ils rencontrent déjà
4
Une externalité est un effet secondaire non voulu ou non
une forte adhésion lorsqu’ils peuvent être
souhaité d’une activité économique susceptible de porter
préjudice (externalité négative) ou de bénéficier (externalité financés sur les recettes du tourisme. Les
positive) à une autre partie. services liés à la séquestration du carbone,
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

75
à travers des ajustements dans la gestion les niveaux techniquement réalisables, ce qui
de la pâture ou l’abandon des pâturages, tendrait à indiquer que des gains d’efficience
sont aussi appelés à jouer un rôle important. considérables pourraient être réalisés grâce à
Étant donné le potentiel que représentent une meilleure gestion. Cependant, c’est là un
les immenses pâturages de la planète de ce objectif difficile à atteindre dans les régions
point de vue, des mécanismes sont en cours pauvres en ressources, qui sont souvent
d’élaboration en vue d’exploiter cette piste aussi des zones plus marginales sur le plan
prometteuse en termes de coût-efficacité écologique.
face au changement climatique. Il existe des technologies améliorées
La transition des systèmes actuels et efficaces pour tous les systèmes de
de pâture dite «extractive» vers des production animale. Mais l’accès à
pratiques privilégiant la fourniture de l’information pertinente et la capacité de
services environnementaux pose deux choisir et d’appliquer les technologies les
questions fondamentales: Comment mieux adaptées sont autant d’obstacles
répartir les bénéfices dérivés des services qu’il serait possible de réduire grâce à une
environnementaux? Et comment permettre gestion interactive des connaissances, au
aux agriculteurs pauvres dont les moyens développement des capacités et à une
d’existence reposent sur l’élevage extensif prise de décisions informée au niveau
d’en bénéficier? La situation mondiale des politiques, des investissements, du
de l’alimentation et de l’agriculture 2007 développement rural et des producteurs. Les
examine en détail la question du paiement avancées technologiques doivent tendre vers
des services environnementaux (FAO, 2007a). l’optimisation de l’utilisation intégrée des
ressources en terre, en eau, en capital humain,
Accélérer le changement technologique en animaux et en alimentation pour le bétail.
Un certain nombre d’options techniques
pourraient permettre d’atténuer les impacts Réduire les impacts négatifs de l’élevage
de la production animale intensive. De intensif sur l’environnement
bonnes pratiques agricoles peuvent réduire En dehors des inefficiences inhérentes à
la consommation d’engrais et de pesticides l’élevage intensif, les problèmes causés
dans la production fourragère et la gestion à l’environnement par les systèmes
des pâturages intensifs. La combinaison de de production industriels découlent
systèmes et de technologies de production essentiellement de leur localisation
respectueux de l’environnement permet de géographique et de leur concentration. Dans
restaurer des habitats importants et d’enrayer les cas extrêmes, la taille des exploitations
la dégradation des sols. L’amélioration peut constituer un problème: ces unités
des systèmes d’élevage intensif peut sont parfois si importantes (des centaines
aussi contribuer à la conservation de la de milliers de porcs par exemple) que
biodiversité, à travers notamment l’adoption l’élimination des effluents d’élevage restera
de techniques sylvopastorales et de systèmes toujours un problème, quelle que soit
de gestion flexible des pâturages qui ont l’implantation géographique de ces unités de
effectivement pour effet d’accroître la production.
biodiversité, les quantités de fourrage, le Il est donc indispensable de faire
couvert végétal et la teneur des sols en correspondre la quantité d’effluents
matière organique, et partant de réduire les générés avec la capacité d’absorption de
pertes d’eau et l’impact des sécheresses, et de l’environnement local. L’élevage industriel
favoriser la séquestration du CO2. Combiner doit, autant que faire se peut, être implanté
ce type d’améliorations avec la restauration à proximité de terres arables pouvant être
ou la conservation des infrastructures utilisées pour l’élimination des effluents
écologiques au niveau des bassins versants d’élevage, sans créer de problèmes de
peut être un bon moyen de réconcilier surcharge en nutriments, plutôt que
fonction écosystémique et expansion de la géographiquement concentré dans certaines
production agricole. zones pour des raisons d’accès aux marchés et
Dans les systèmes de production mixtes de disponibilité des aliments pour bétail
et industriels, il existe un écart important comme c’est le cas actuellement. Les options
entre les niveaux de productivité actuels et politiques permettant de contrebalancer les
76 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 13
L’Union européenne – l’intégration des impératifs de protection environnementale
dans la Politique agricole commune

Depuis la réforme de l’Agenda 2000 conditionné aux éléments suivants:


(mars 2009), la Politique agricole exigences réglementaires en
commune (PAC) de l’Union européenne matière de gestion (relatives à
(UE) s’appuie sur deux grands axes: une l’environnement, au bien-être des
politique des marchés et des revenus animaux et à la santé des personnes,
(premier pilier) et une politique visant à des animaux et des plantes), y
promouvoir le développement durable compris celles qui sont imposées par
des zones rurales (deuxième pilier). les cinq Directives environnementales;
Plusieurs mesures adoptées avec la normes minimales relatives aux
réforme de la PAC de 2003 (en vigueur à bonnes conditions agricoles et
partir de janvier 2005) et la politique de environnementales (BCAE); et
développement rural 2007-2013 devraient obligation de maintenir les terres en
permettre d’atténuer l’impact de la régime de pâturages permanents.
production animale sur l’environnement Ces éléments constituent pour
grâce aux éléments suivants: les producteurs une incitation
v Découplage. Le Régime de paiement supplémentaire à se conformer à
unique découplé de la production a la législation environnementale,
remplacé la plupart des paiements notamment à la Directive sur les
directs effectués dans le cadre des nitrates (réduction de l’utilisation
différentes organisations du Marché d’engrais et amélioration des
commun. Cela implique de réduire pratiques, par exemple pour la
un grand nombre des dispositions gestion du fumier). Les BCAE doivent
incitatives en faveur de la production comprendre, entre autres, des
intensive associées avec l’accroissement dispositions relatives à la conservation
des risques environnementaux et du taux de matière organique dans le
d’encourager ainsi l’extensification, la sol (par exemple rotation des cultures
diminution des cheptels, la réduction et gestion des chaumes arables), la
de l’utilisation d’engrais, etc. Toutefois, protection des sols contre l’érosion et
les États Membres ont été autorisés à l’entretien des réservoirs de carbone
conserver une partie des paiements (par exemple moyennant l’obligation
couplés, entre autres la prime à la de maintenir des pâturages
vache allaitante (jusqu’à 100 pour permanents).
cent), la prime spéciale à la viande v Aide aux secteurs connaissant des
bovine (jusqu’à 75 pour cent), la prime problèmes particuliers (mesures dites
d’abattage pour les bovins (jusqu’à de l’Article 69). Les États Membres
40 pour cent pour les bêtes adultes peuvent retenir jusqu’à 10 pour cent
et 100 pour cent pour les veaux) et des plafonds du budget national
la prime pour les ovins et les caprins par secteur (par exemple secteur
(jusqu’à 50 pour cent). de l’élevage) pour les paiements
v Conditionnalité. L’octroi intégral directs. Les paiements sont effectués
d’une aide au revenu est à présent au profit des agriculteurs du/

facteurs économiques qui sont à l’origine de contractuels entre éleveurs et cultivateurs


la concentration des unités de production (voir l’encadré 14). En Thaïlande, de lourdes
en milieu périurbain incluent notamment taxes sont imposées sur la volaille et la
le zonage, les plans obligatoires de gestion production porcine dans un rayon de 100 km
des nutriments, les mesures d’incitation autour de Bangkok, les zones les plus
financières et la facilitation des arrangements éloignées jouissant au contraire d’un régime
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

77

des secteur(s) concerné(s) par la En 2008, la PAC a entrepris une


rétention. Les sommes versées réforme dite «bilan de santé». Cette
peuvent être dépensées dans certains réforme, outre qu’elle supprimait ou
types spécifiques d’agriculture réduisait progressivement certaines
importants pour la protection ou mesures (abolition des retraits des terres
l’amélioration de l’environnement ou arables et suppression progressive des
dans l’amélioration de la qualité et quotas laitiers), a renforcé certains des
de la commercialisation des produits instruments mentionnés plus haut. Il est
agricoles. prévu que les paiements pour la viande
v Modulation. La réforme de de bœuf et de veau, hors prime à la vache
l’Agenda 2000 a introduit la allaitante, seront intégralement découplés
possibilité de rediriger le soutien en 2012 au plus tard. La conditionnalité a
aux politiques relatives aux marchés été étoffée avec une nouvelle norme BCAE
au profit des mesures contribuant concernant l’établissement de cultures
aux pratiques ayant une incidence en bandes tampons le long des cours
négligeable sur l’environnement d’eau. Les mesures visant à remédier aux
(on désigne ce concept par le terme inconvénients pour les agriculteurs dans
«modulation»). La réforme de la PAC certaines régions (mesures de l’Article 68
de 2003 a fait de la modulation une [anciennement Article 69]) ont été
mesure obligatoire et les paiements assouplies et concernent les agriculteurs
directs ont dû être réduits (de 3 pour des secteurs laitier et de la viande bovine,
cent en 2005, 4 pour cent en 2006 ovine et caprine (et du secteur rizicole)
et 5 pour cent à partir de 2007). Les dans les zones défavorisées, ainsi que
crédits sont en train d’être réorientés les types d’agriculture économiquement
au profit du développement rural, vulnérables dans ces secteurs. Le taux de
ce qui augmente la possibilité de modulation a été augmenté de 5 pour
stimuler l’adoption de techniques cent, en quatre étapes entre 2009 et
de production respectueuses de 2012, et une réduction supplémentaire
l’environnement. des paiements de 4 pour cent est
La réglementation relative au appliquée sur les paiements dépassant
développement rural pour la période 300 000€ (soit environ 425 000 USD). Les
2007-2013 offre des possibilités crédits ainsi obtenus ont été transférés
supplémentaires de renforcer la au domaine du développement rural
contribution de la PAC à l’amélioration pour financer de nouvelles opérations
de l’environnement. Trois domaines (biodiversité, gestion de l’eau, énergies
prioritaires clés en rapport avec renouvelables, changement climatique,
l’environnement ont été définis dans les mesures d’accompagnement relatives à la
directives stratégiques communautaires production laitière et innovation).
applicables au développement rural: le
changement climatique, la biodiversité et Source: Site Web de la Commission de l’UE
l’eau. (ec.europa.eu/agriculture/index_fr.htm).

d’exemption fiscale. De ce fait, de nombreuses pharmaceutiques au niveau de l’alimentation


exploitations s’ouvrent à présent loin des et des effluents d’élevage, ainsi que d’autres
grands pôles de consommation (Steinfeld questions de santé publique comme les
et al., 2006). Des réglementations sont aussi germes pathogènes d’origine alimentaire.
nécessaires pour traiter les problèmes de Les systèmes de production tant
résidus de métaux lourds et de produits industrialisés que plus extensifs doivent
78 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 14
La réduction de la pollution aux nitrates au Danemark

Au Danemark, l’intensification de améliorée de ces dernières, la couverture


l’agriculture pendant les 50 dernières obligatoire des tas de fumier, le respect
années a perturbé le cycle naturel de l’interdiction d’épandage de lisier par
de l’azote, entraînant des émissions aspersion et de l’obligation d’enfouir le
importantes d’ammoniac dans lisier dans le sol dans les 6 heures suivant
l’atmosphère et une pollution des eaux l’application.
par les nitrates. De fortes concentrations Les principaux instruments de la
de nitrates dans les nappes phréatiques réglementation danoise sur l’azote
et les eaux de surface ont compromis sont les plans obligatoires concernant
la qualité de l’eau potable (AEE, 2003) l’application d’engrais et la rotation
et entraîné l’eutrophisation des lacs et des cultures, qui établissent pour
des zones marines côtières. Au début chaque culture les quantités maximales
des années 80, la sensibilisation du applicables d’azote disponible pour
public au problème de l’eutrophisation la plante ainsi que des normes
des eaux côtières danoises a poussé le contraignantes relatives à l’utilisation
Gouvernement danois à réglementer les de l’azote contenu dans le fumier. Les
émissions d’azote d’origine agricole à normes se fondent sur une estimation de
l’échelle nationale. la quantité d’azote présente dans le
À partir de 1985, le Danemark a fumier réputée disponible pour la plante
adopté une série de plans d’action et de cultivée. De ce fait, elles imposent une
mesures régulatrices qui ont radicalement limite à la quantité d’engrais minéraux
augmenté l’efficacité d’utilisation de utilisables par chaque agriculteur. Chaque
l’azote dans l’agriculture et réduit la année, les agriculteurs sont tenus de
pollution azotée. (Mikkelsen et al., notifier au Ministère de l’alimentation
2009). Entre autres mesures, ces plans les quantités d’engrais minéraux azotés
obligeaient les éleveurs à augmenter la achetées. Pour chaque exploitation,
capacité des installations de stockage l’application totale d’azote provenant
du fumier et du lisier, à interrompre du fumier et d’engrais azotés ne peut
l’épandage du lisier pendant les dépasser les limites prescrites par la norme
mois d’hiver, à respecter des contrats la concernant.
d’application d’engrais afin d’adapter La réglementation a réduit très
la quantité de nutriments aux capacités efficacement le lessivage d’azote.
d’absorption de l’exploitation, à couvrir Toutefois, le lessivage demeure important
les réservoirs à lisier et à réduire la densité dans certains bassins hydrographiques,
des troupeaux dans certaines zones. En et il faudra sans doute obtenir de plus
2001, des subventions ont été versées au fortes réductions à l’échelle régionale
titre du Plan d’action sur l’ammoniac, pour parvenir à une qualité écologique
dans le but d’encourager la bonne gestion satisfaisante de toutes les eaux côtières
du fumier dans les étables, la conception (Dalgaard et al., 2004).

s’efforcer de réduire le plus possible leurs environnementaux doivent recevoir une


émissions, avec une gestion des effluents application très large.
adaptée au contexte local. Parallèlement,
il est nécessaire de traiter les impacts
environnementaux de la production de Affronter le changement
céréales fourragères et d’autres concentrés. climatique et l’élevage
Cette production est généralement le fait
de systèmes d’exploitation intensifs, et L’élevage peut jouer un rôle important à
les principes et instruments qui ont été la fois dans l’adaptation au changement
développés pour maîtriser les problèmes climatique et l’atténuation des effets
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

79
du changement climatique sur la L’élevage représente une ressource
santé humaine. En ce qui concerne cruciale pour les personnes pauvres, en
l’atténuation des effets de l’élevage sur particulier dans les systèmes pastoraux
le changement climatique, les efforts ou sylvopastoraux: il remplit de multiples
portent essentiellement sur la réduction fonctions économiques, sociales et de gestion
des émissions de gaz à effet de serre. des risques. Il représente aussi un mécanisme
L’élevage peut aussi aider les pauvres crucial d’adaptation à un environnement
à s’adapter aux effets du changement changeant, et il est appelé à prendre plus
climatique. La capacité des communautés d’importance encore à mesure que cette
à s’adapter et à atténuer ces effets dépend variabilité augmente. Pour de nombreux
de leurs conditions socioéconomiques et êtres humains vivant dans la pauvreté, la
environnementales ainsi que de leur accès perte de cette ressource est synonyme de
à l’information et à la technologie qui plongée dans une pauvreté chronique, avec
répondent à leurs besoins. des effets à long terme sur leurs moyens
Une question importante mérite réflexion: d’existence.
comment combiner stratégies d’adaptation Il existe un certain nombre de mécanismes
et stratégies d’atténuation? La réponse permettant d’augmenter la capacité
à cette question implique une analyse d’adaptation des producteurs traditionnels
approfondie des équilibres à réaliser entre dans les systèmes extensifs (Sidahmed, 2008),
croissance économique, équité et protection et notamment:
durable de l’environnement. Le changement v Les ajustements de production:
climatique soulève des enjeux importants en i) diversification, intensification et
termes de croissance et de développement, intégration de la gestion des pâturages,
en particulier dans les pays à faible revenu, de l’élevage et des cultures, changement
mais il existe également des synergies d’utilisation des terres et irrigation,
importantes entre stratégies d’adaptation modification des opérations dans le
et d’atténuation, comme le fait qu’une temps, conservation de la nature et
amélioration de la gestion des parcours des écosystèmes; et ii) introduction de
peut contribuer à la fois à la séquestration systèmes mixtes de production animale,
du carbone et à l’augmentation de la c’est-à-dire pâture et engraissement à
productivité des pâturages. l’étable.
v Les stratégies d’élevage: i) accent mis
Stratégies d’adaptation sur les races locales, adaptées au stress
Il est absolument urgent d’adopter des climatique et aux sources d’alimentation
stratégies efficaces d’adaptation au locales; et ii) amélioration des races
changement climatique, sachant que locales par croisement avec des races
ce changement prend de vitesse nos résistantes à la chaleur et aux
capacités d’adaptation. Il peut aggraver maladies.
les vulnérabilités existantes et accroître v Les réponses du marché à travers la
l’impact d’autres stress tels que catastrophes promotion des échanges interrégionaux,
naturelles, pauvreté, inégalité d’accès aux le crédit et l’accès aux marchés.
ressources, insécurité alimentaire et incidence v Les changements politiques et
des maladies. institutionnels, par exemple
Les éleveurs de bétail se sont de l’introduction de dispositifs d’alerte
tous temps adaptés aux changements rapide pour le bétail, ainsi que d’autres
environnementaux et climatiques. Mais la systèmes de prévision et de préparation
pression démographique, l’urbanisation, la aux situations de crise.
croissance économique, la consommation v La recherche scientifique et
croissante de produits d’origine animale technologique, pour mieux comprendre
et leur commercialisation réduisent les causes du changement climatique et
l’efficacité des mécanismes d’adaptation son incidence sur l’élevage, pour faciliter
traditionnels (Sidahmed, 2008). Des stratégies le développement de nouvelles races
d’adaptation et de gestion des risques et types génétiques et pour améliorer
doivent absolument être mises en œuvre sans la santé animale ainsi que la gestion de
attendre. l’eau et des sols.
80 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

v Les systèmes de gestion de l’élevage, «L’impact de l’élevage sur le changement


pour faciliter le développement de climatique», ci-dessus). Il est possible de
pratiques d’adaptation efficaces et réduire ces émissions en aménageant la
abordables pour des communautés gestion de l’alimentation animale, des
rurales pauvres qui n’ont pas les moyens effluents d’élevage et de la production
d’acheter des technologies d’adaptation fourragère:
coûteuses. Ces systèmes devraient: v Améliorer la gestion de l’alimentation.
i) fournir ombre et eau pour réduire le La composition des aliments pour
stress thermique dû à l’élévation des bétail a des effets sur la fermentation
températures, une alternative à bas coût entérique et les émissions de méthane
à la climatisation; ii) réduire la charge provenant du rumen ou de l’intestin
animale, en faisant appel à des animaux postérieur (Dourmad, Rigolot et van der
plus productifs pour accroître l’efficience Werf, 2008). Par ailleurs, la quantité de
de production tout en réduisant les nourriture ingérée est directement liée
émissions de gaz à effet de serre; et à la quantité de déchets produits. Une
iii) ajuster la taille et la composition des augmentation de la part des concentrés
troupeaux pour optimiser l’utilisation dans l’alimentation du bétail entraîne
des ressources alimentaires. une réduction des émissions de méthane
On dispose d’informations relativement (Lovett et al., 2005).
complètes sur les différentes composantes v Réduire la production de méthane au
de l’élevage et les effets possibles du cours de la digestion. La production
changement climatique. En revanche, de méthane dans le système digestif
au niveau des systèmes, on a très peu de l’animal (particulièrement chez les
d’éléments sur les interactions entre ces ruminants) peut être réduite grâce à
changements et leur incidence sur les l’utilisation d’additifs alimentaires,
moyens d’existence. Il est nécessaire de d’antibiotiques ou de vaccins (CCCC,
comprendre ces interactions au niveau micro 2008).
pour élaborer des stratégies d’adaptation. v Améliorer la conversion des aliments.
Dans le même temps, il faut impérativement Réduire la quantité d’aliments requis
identifier les populations vulnérables avec par unité de produit animal (bœuf,
plus de précision pour pouvoir évaluer lait, etc.) peut permettre à la fois de
les besoins en matière d’adaptation. Des réduire les émissions de gaz à effet de
programmes de recherche doivent être serre et d’accroître les bénéfices de
engagés de toute urgence pour appuyer l’exploitation. L’efficacité alimentaire
l’élaboration des politiques nationales et peut être améliorée en développant
régionales. des races à croissance plus rapide,
avec de meilleures caractéristiques en
Stratégies d’atténuation termes de vigueur, de gain de poids
De nombreux effets du changement et de production d’œufs ou de lait.
climatique peuvent être évités, réduits ou Améliorer la santé des troupeaux grâce
retardés. Il faut souligner toutefois que les à de meilleurs services vétérinaires, à des
efforts d’atténuation et d’adaptation ne programmes de santé préventifs ou à
permettront pas de les éliminer tous et que l’amélioration de la qualité de l’eau peut
parfois ils sont en conflit. En ce qui concerne aussi contribuer à la hausse du taux de
les stratégies d’atténuation, il est essentiel de conversion alimentaire.
ne pas perdre de vue la question des coûts v Améliorer la gestion des effluents
de mise en œuvre et les choix économiques d’élevage. La majeure partie des
potentiels avec l’adaptation aux besoins. Le émissions de méthane dues aux effluents
reboisement présente un bon rapport coût- d’élevage concerne les élevages de
efficacité, mais d’autres stratégies pourraient porcs, les parcs d’engraissement de
ne pas être aussi aisées à mettre en œuvre ou bovins et les exploitations laitières,
aussi rentables. où la production est concentrée sur
L’impact de l’élevage sur le changement une grande échelle et où les effluents
climatique prend essentiellement la forme sont stockés dans des conditions
d’émissions de gaz à effet de serre (voir anaérobies. Les options techniques
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

81
ENCADRÉ 15
Atténuation des effets du changement climatique: exploiter les chances offertes
par la gestion améliorée des sols dans les systèmes d’élevage

Les systèmes agricoles qui combinent sols dans les dispositifs compensatoires
la gestion améliorée des pâturages et envisagés par le Protocole de Kyoto.
l’amélioration des sols (réduction des Jusqu’à présent, seule la gestion des
perturbations du sol et amélioration déchets animaux (capture et combustion
de la couverture pédologique) peuvent du méthane) et les activités de plantation
piéger davantage de carbone dans les forestière ou de reboisement ont une
sols et la biomasse, émettre moins de valeur de compensation sur le marché du
méthane (CH4) par unité produite et carbone. De tels efforts ne représentent
libérer moins d’oxyde nitreux (N2O) que qu’environ 1 pour cent de la valeur totale
des systèmes moins aménagés. Nombre de des crédits carbone octroyés au titre du
ces mesures peuvent également accroître Mécanisme du développement propre en
la productivité en augmentant les 2007, soit environ 140 millions d’USD sur
quantités de fourrages disponibles et en un total de quelque 14 milliards d’USD de
augmentant la capacité de rétention d’eau crédits mis à disposition par le Mécanisme.
des sols. En Amérique latine, un projet qui Les mesures d’atténuation axées sur la
introduisait des mesures sylvopastorales gestion des sols sont plus représentées
(pratiques d’alimentation animale sur les marchés volontaires du carbone.
améliorées associées à des périmètres Il existe à l’heure actuelle deux marchés
d’arbres et d’arbustes) pour accroître la volontaires pour la certification des
biodiversité et le piégeage du carbone réductions d’émissions liées à la gestion
a eu pour effet accessoire d’accroître le des pâturages, celui de la Norme
stockage du carbone et de réduire les volontaire sur le carbone (VCS) et celui
émissions de CH4 et de N2O (de 21 pour de la bourse du climat de Chicago (CCX).
cent et de 36 pour cent respectivement) La norme VCS a récemment promulgué
(Banque mondiale, 2008b). Les des directives relatives aux activités
modifications de l’utilisation des sols se génératrices de crédits de carbone dans
sont également traduites par une hausse le cadre de la gestion améliorée des
des revenus de 55,5 pour cent au Costa pâturages. Les pratiques améliorées
Rica et de 66,9 pour cent au Nicaragua visent l’accroissement des stocks de
(Banque mondiale, 2008b). carbone à travers l’augmentation des
Actuellement, la généralisation des quantités d’intrants enfouis dans le sol
techniques de gestion améliorée des ou le ralentissement de la décomposition,
sols pour lutter contre les effets des gaz l’optimisation de l’efficacité d’utilisation
à effet de serre est freinée, en partie, de l’azote pour certaines cultures, la
par les coûts élevés encourus par un gestion des incendies, l’amélioration
producteur qui s’efforce d’accéder au des cultures fourragères, l’amélioration
marché du carbone. Accéder au marché génétique des races d’élevage et la
du carbone demeure un processus gestion améliorée des taux de charge
coûteux et complexe, qui nécessite un (VCS, 2008). Les crédits de carbone
investissement initial important pour générés par la gestion des sols
l’analyse financière et biophysique avant représentent environ la moitié des crédits
de parvenir à la certification de réduction échangés au CCX, et près de 20 pour
d’émissions. Des doutes concernant la cent des crédits échangés sur l’ensemble
permanence et l’additionalité1 de ce type des marchés volontaires du carbone.
d’activité de renforcement des puits de Le marché volontaire est relativement
carbone, les risques d’investissement et les restreint mais enregistre une croissance
incertitudes comptables ont empêché la rapide – de 97 millions d’USD en 2006
prise en compte de la plupart des mesures à 331 millions d’USD en 2007 (Hamilton
d’atténuation axées sur la gestion des et al., 2008).
82 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 15 (fin)
Atténuation des effets du changement climatique: exploiter les chances offertes
par la gestion améliorée des sols dans les systèmes d’élevage

Les coûts élevés supportés par les le changement climatique à l’approche


producteurs individuels pour accéder des négociations de l’Accord sur le climat
aux marchés du carbone ont fait pour l’après 2012 de la Convention cadre
naître un débat sur la question de des Nations Unies sur les changements
savoir si le système actuel de crédits climatiques (CCCC), qui auront lieu à
compensatoires, avec ses régimes stricts de Copenhague à la fin de 2009.
comptabilisation, est adapté aux activités
agricoles. De telles activités pourraient
1
en effet relever de mécanismes moins L’additionalité caractérise les projets de
compensation carbone dont on peut prouver que
exigeants du point de vue du suivi, à sans eux: i) les mesures volontaires proposées
l’échelle du secteur ou de la région. ne seraient pas appliquées, ou ii) les politiques
et réglementations obligatoires seraient
Une prise de conscience plus large du
systématiquement ignorées, avec une non-
rôle de la gestion des sols dans la lutte conformité diffuse dans le pays ou la région
contre les émissions de gaz à effet de concernés, ou iii) les projets dont il est certain
qu’ils entraîneront une application plus large des
serre et des avantages économiques et politiques et réglementations en vigueur. (Adapté
environnementaux associés à certaines du Glossaire du Mécanisme du développement
propre de la CCCC des Nations Unies, disponible à
options d’atténuation rehaussent le l’adresse suivante: http://cdm.unfccc.int/Reference/
profil de l’agriculture dans le débat sur Guidclarif/glos_CDM_v04.pdf.)

incluent la capture du méthane par pâturages et de la production fourragère


des installations de stockage couvertes peut contribuer à réduire les besoins
(collecteurs de biogaz). Le méthane en terre par unité de produit animal et
capté peut être brûlé ou utilisé comme ainsi freiner l’expansion de l’occupation
source d’énergie pour les générateurs des sols. Toutefois, l’intensification
électriques, le chauffage ou l’éclairage seule ne peut suffire, et des mesures
(et compenser ainsi les émissions de CO2 complémentaires sont nécessaires pour
des combustibles fossiles). traiter les autres causes du déboisement,
v Gestion des pâturages. L’augmentation notamment le manque de clarté
de l’utilisation des pâturages pour du régime foncier et l’exploitation
l’alimentation animale et leur bonne commerciale du bois.
gestion en pâturage rotatif sont v Changer la consommation des produits
potentiellement le moyen le plus rentable d’élevage. Réduire la consommation de
de réduire et compenser les émissions de produits d’origine animale auxquels sont
gaz à effet de serre (voir encadré 15). La associés des niveaux élevés d’émission
régénération du couvert végétal et de de gaz à effet de serre (viande de bœuf
la teneur des sols en matière organique et de mouton) au profit de produits
favorise la séquestration du carbone, qui s’accompagnent de plus faibles
tandis que l’incorporation de fourrage de taux d’émission (comme la volaille et
haute qualité dans l’alimentation animale les protéines végétales) permettrait de
contribue à la réduction des émissions réduire le niveau mondial des émissions
de méthane par unité de produit animal. de gaz à effet de serre. Donner aux
La gestion améliorée de la pâture a consommateurs pauvres qui n’ont qu’un
généralement aussi des effets positifs sur accès réduit aux produits d’origine
la rentabilité de l’exploitation. animale, voire qui n’y ont pas accès, la
v Réduire le déboisement. Le défrichement possibilité de consommer davantage de
des forêts pour mise en pâture ou ces produits peut procurer des avantages
production fourragère libère plus de importants pour la santé humaine,
CO2 que toute activité liée à l’élevage. mais diminuer les niveaux élevés de
L’intensification de la gestion des consommation pourrait contribuer
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

83
à réduire les émissions sans effets le déboisement, la surexploitation des
préjudiciables sur la santé (McMichael ressources en eau ou les émissions de
et al., 2007). gaz à effet de serre devraient être
réduites ou éliminées. Des politiques
Les contraintes qui pèsent sur faisant appel aux lois du marché, comme
l’adaptation et l’atténuation les taxes ou droits d’utilisation des
Il subsiste de très nombreuses incertitudes ressources naturelles, devraient amener
encore quant à la manière dont le les producteurs à internaliser les coûts
changement climatique affectera la des dommages environnementaux causés
production animale. Il nous faut en particulier par la production animale.
mieux connaître les effets du climat sur les v Certains effets négatifs de l’élevage sur
pâturages et la composition des terres de l’environnement découlent de problèmes
parcours, ainsi que les conséquences pour associés à des ressources collectives
l’élevage. L’Organisation mondiale de la santé en accès libre. Clarifier les droits de
animale (OIE) estime qu’à ce jour, 70 pour propriété foncière et promouvoir des
cent de toutes les maladies infectieuses mécanismes de coopération sont une
humaines émergentes sont d’origine animale exigence absolue pour une gestion
(OIE, 2008a). Ce que l’on sait moins, c’est durable des biens collectifs.
dans quelle mesure exactement la chaleur v L’application de technologies au service
affecte la biologie des animaux et favorise de l’emploi rationnel des terres et des
l’apparition de nouvelles maladies. Nous aliments pour bétail peut atténuer
avons aujourd’hui une bonne compréhension les effets négatifs de l’élevage sur
des effets du changement climatique sur de la biodiversité, les écosystèmes et
vastes régions, en revanche nous ne savons le réchauffement planétaire. Les
pas grand-chose de ses effets à l’échelle locale, technologies visant à améliorer le
sur les communautés et les ménages pauvres. rendement de l’élevage incluent
L’incidence du changement climatique sur la l’amélioration des races animales, de
relation fragile entre moyens d’existence et la gestion des pâturages, de la santé
production tributaire des ressources naturelles animale et le sylvopastoralisme.
est particulièrement mal connue. v La rémunération des services
environnementaux par des sources
publiques ou privées peut être un moyen
Principaux messages efficace de promouvoir de meilleurs
de ce chapitre résultats, en termes notamment de
conservation des sols, de conservation
v Les gouvernements et les institutions de la flore et de la faune sauvages ainsi
doivent sans délai élaborer et mettre en que des paysages, et de séquestration du
œuvre des politiques appropriées, aux carbone.
niveaux national et international, pour v Le secteur de l’élevage a un potentiel
traiter les interactions entre l’élevage et énorme en matière de contribution à
l’environnement. La hausse constante l’atténuation des effets du changement
de la production animale se traduira climatique. Réaliser ce potentiel implique
sinon par d’énormes pressions sur la des initiatives nouvelles et ambitieuses
santé des écosystèmes, la biodiversité, à l’échelle nationale et internationale,
les ressources en terres et forêts ainsi notamment la promotion de la recherche
que la qualité de l’eau, et contribuera de et du développement dans le domaine
manière substantielle au réchauffement des technologies d’atténuation; des
de la planète. moyens efficaces et renforcés pour
v Les politiques doivent viser avant tout à financer les activités d’élevage; le
corriger les distorsions du marché et les déploiement, la diffusion et le transfert
dysfonctionnements qui encouragent des technologies visant à réduire les
la dégradation de l’environnement. Les émissions des gaz à effet de serre; et
aides ou subventions qui encouragent le développement des capacités pour
directement ou indirectement le contrôler, documenter et vérifier le
surpâturage, la dégradation des terres, niveau des émissions liées à l’élevage.
84 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

5. L’élevage et la santé animale


et humaine

Les risques que les maladies animales à de nouveaux défis. Simultanément, les
présentent pour l’économie et la santé réglementations relatives à la santé animale
humaine appellent des stratégies et des et à la sécurité des aliments ainsi que les
solutions novatrices. Le risque le plus grave normes du secteur privé visant à promouvoir
pour la santé humaine est celui d’une le bien-être du consommateur deviennent
pandémie, comme l’a récemment montré de plus en plus contraignantes, créant des
l’apparition de la nouvelle souche de grippe difficultés pour les producteurs, spécialement
A(H1N1), composée de matériel génétique les petits exploitants qui n’ont pas la capacité
viral d’origine humaine, porcine et aviaire. technique et financière nécessaire pour s’y
Les risques économiques liés aux maladies adapter.
animales, pour être moins graves, n’en sont De nombreux organismes nationaux de
pas moins très coûteux en termes de bien- lutte contre les maladies sont contraints
être humain et peuvent menacer les moyens de réagir à un nombre croissant de crises
de subsistance des petits producteurs. au lieu de se concentrer sur la prévention,
Les humains, les animaux et leurs la maîtrise progressive des maladies ou
pathogènes coexistent depuis des l’élimination des maladies nouvelles
millénaires, mais l’évolution récente dans émergentes avant qu’elles ne se propagent.
les domaines économique, institutionnel et Le résultat est que l’incidence économique
environnemental crée des risques nouveaux des maladies et le coût des mesures de lutte
et aggrave ceux qui existaient déjà. Des sont élevés et iront croissant. Par ailleurs,
risques systémiques font leur apparition par des mesures de lutte qui sont parfois
suite de la conjugaison d’un changement nécessaires, comme l’élimination préventive,
structurel rapide dans le secteur de peuvent avoir un impact important sur
l’élevage, de la concentration géographique l’ensemble du secteur de la production
d’unités de production animale intensive et se révéler désastreuses pour les ménages
à proximité des centres urbains et du les plus pauvres pour lesquels l’élevage
mouvement des animaux, des personnes est à la fois un actif essentiel et un filet de
et des pathogènes entre les systèmes de sécurité.
production traditionnels et intensifs. Du fait On examine dans le présent chapitre
que ces systèmes de production mettent en quelques-uns des principaux problèmes
œuvre des stratégies différentes de lutte et controverses relatifs aux questions de
contre les maladies, l’échange de pathogènes santé animale et de sécurité sanitaire des
de l’un à l’autre peut causer des épidémies aliments ainsi que les solutions de rechange
d’une certaine ampleur. Entre-temps, le disponibles pour lutter contre les maladies
changement climatique modifie la structure animales et en atténuer les effets. On y met
de l’incidence des maladies animales, à en relief le fait que les interventions, les
mesure que les pathogènes, les insectes investissements et les institutions se sont
et les autres vecteurs responsables de leur concentrés principalement sur le commerce
transmission gagnent de nouvelles zones et les systèmes alimentaires mondiaux,
écologiques. négligeant les préoccupations des pauvres
En raison de l’allongement des filières ainsi que les maladies endémiques et les
d’approvisionnement du secteur de l’élevage problèmes de sécurité sanitaire des aliments
et de leur complexité croissante, favorisés non enregistrés, qui affectent leurs moyens
par la mondialisation et la libéralisation du de subsistance. Le défi consiste à gérer les
commerce, les systèmes de santé animale maladies animales et les maladies d’origine
et de sécurité des aliments sont confrontés alimentaire de manière à optimiser les effets
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

85
sur l’économie et la santé humaine dans
les divers systèmes, partout et pour tout le Risques pour l’économie
monde. et la santé humaine liés
Les décideurs politiques devraient arbitrer aux maladies animales
entre les besoins des producteurs au regard
de ceux des consommateurs, entre les besoins Les maladies animales posent aux humains
des petits exploitants au regard de ceux des les deux principaux types de problèmes
producteurs commerciaux, et enfin entre suivants: des problèmes socioéconomiques et
les problèmes courants de santé animale et des problèmes sanitaires. La figure 15 montre
de sécurité sanitaire des aliments au regard par quelles voies les maladies animales et le
des risques potentiellement catastrophiques. risque de maladie animale ont une incidence
Ils devront peut-être prendre des mesures sur le bien-être humain.
destinées à encourager le départ des unités Les risques économiques et
d’élevage intensif situées à proximité des socioéconomiques présentés par les maladies
centres urbains et à réduire les possibilités animales se divisent en deux grandes
de mouvement des pathogènes entre les catégories: i) les pertes de production,
systèmes. La gestion des risques liés aux de productivité et de rentabilité causées
maladies animales devrait être soucieuse par les agents pathogènes et le coût
d’améliorer les systèmes d’information et de leur traitement; ii) la perturbation
d’alerte rapide et de favoriser la participation des marchés locaux, du commerce
de toutes les parties prenantes, y compris international et des économies rurales
les pauvres, aux processus de décision. Pour imputable aux maladies et aux mesures
cela il faudra aussi renforcer les capacités prises pour en endiguer la propagation,
locales, améliorer la collaboration entre telles que l’abattage sélectif, l’isolement et
les autorités nationales et internationales l’interdiction des déplacements; et iii) les
compétentes en matière de santé animale risques pour les moyens de subsistance
et de sécurité sanitaire des aliments (et des pauvres. Ces derniers découlent des
notamment accroître la transparence relative deux premières catégories de risques. En
à l’occurrence des maladies animales) et raison des multiples fonctions que remplit
investir dans les technologies nécessaires le bétail dans la subsistance des pauvres,
pour atténuer les risques. les maladies animales ne touchent pas les

FIGURE 15
Conséquences des épizooties sur le bien-être des personnes

ÉPIZOOTIES

Risques économiques MIXED FARMING SYSTEMS Risques pour la santé humaine

Pertes de productivité Pandémie


Perturbations du marché Endémie
Risques pour les moyens de subsistance Maladies d’origine alimentaire

Bien-être humain

Source: FAO.
86 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

éleveurs pauvres de la même façon que points d’intersection entre l’être humain,
les producteurs commerciaux. Les pauvres l’animal et l’écosystème.
répondent à différentes incitations et n’ont Il n’y a pas de «remède unique» sur les
pas la même capacité de réaction face mesures qui conviennent face aux maladies
aux maladies. Ce qui pour les uns est un parce que les conséquences de ces dernières
problème économique peut signifier la ruine sur les personnes et les pays diffèrent selon
pour les autres. leur niveau économique. L’impact d’une
Les risques que présente le bétail pour maladie varie avec l’échelle et l’intensité
la santé humaine revêtent principalement de la production, et avec l’importance
les deux formes suivantes: i) les maladies des débouchés commerciaux. De ce fait,
zoonotiques, et ii) les maladies d’origine les coûts et les incitations sont différents
alimentaire. Les premières sont celles suivant les pays, de même que les capacités
qui naissent chez les animaux mais sont de mise en œuvre des mesures de lutte.
transmissibles aux humains. Les virus à Nombre de ces différences s’expliquent par
potentiel pandémique tels que celui de la l’évolution des systèmes de production et
grippe sont les plus connus, mais il en existe de commercialisation, par la coexistence
beaucoup d’autres, par exemple, ceux de persistante des systèmes traditionnels et
la rage, de la brucellose ou du charbon. Les industriels et par les déséquilibres qui en
maladies d’origine alimentaire proviennent découlent pour les systèmes nationaux de
d’agents pathogènes tels que salmonella et santé animale et de sécurité sanitaire des
E. coli ou de contaminants introduits dans aliments. Bien que l’objectif des mesures de
la chaîne alimentaire au cours du processus lutte contre les épizooties soit la protection de
de production ou de transformation des la santé humaine et animale, les responsables
produits d’origine animale. Ces maladies et la politiques devraient prendre en compte
façon de les gérer créent des problèmes pour la diversité des impacts et des stimulants
tous, mais les petits exploitants sont souvent auxquels sont confrontés les différents acteurs
particulièrement vulnérables en raison de du secteur et adapter les interventions et les
leur plus grande exposition au risque et mesures compensatoires en conséquence.
de leur moindre capacité de réaction et de Des mesures rigoureuses de biosécurité et
rétablissement. de sécurité des aliments sont mises en œuvre
Les spécialistes des maladies animales pour limiter l’apparition et la propagation
ont des opinions divergentes quant à la des maladies dans les pays où le secteur
prévalence et l’impact des maladies, en de l’élevage est dominé par de grands
partie à cause du manque d’informations. systèmes de production intensive et par
Dans certaines régions, par exemple, il est des processus complexes de transformation
difficile de savoir s’il y a augmentation et de commercialisation. Ces systèmes de
effective de la prévalence d’une maladie production et les filières qui en dépendent
animale ou si le nombre de cas détectés correspondent grossièrement aux systèmes
s’accroît du fait d’une amélioration des de production «industrielle» décrits dans les
capacités de veille et de diagnostic. Il semble, chapitres précédents. Ils sont généralement
d’après les éléments dont on dispose, qu’il appuyés par des systèmes solides de santé
y ait eu, dans les pays développés, une animale et de sécurité des aliments et par
diminution régulière de la prévalence de de puissants groupes d’intérêt public, de
nombreuses maladies animales, bien qu’ils consommateurs et de détaillants du secteur
soient encore périodiquement sujets à alimentaire, soucieux de disposer de normes
certaines épidémies et que la prévalence élevées en matière de santé publique, de
des maladies liées au stress causé par les sécurité sanitaire des aliments et de qualité.
systèmes de production intensive y soit en La stratégie des systèmes industriels
hausse. En revanche, il semble qu’il n’y ait consiste essentiellement à lutter contre les
guère eu de changement dans la prévalence agents pathogènes en les éliminant de la
des maladies animales endémiques dans les chaîne alimentaire: de l’alimentation des
pays en développement, en particulier dans animaux à la vente au détail des aliments,
beaucoup de pays d’Afrique. Cependant, en passant par la production animale et la
au niveau mondial, il semble établi que de transformation des produits. Des mesures
nouveaux pathogènes apparaissent aux de biosécurité et des procédures de
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

87
TABLEAU 15
Quelques coûts estimés concernant les foyers de maladies animales dans les pays développés et en
développement

PAYS INCIDENCE COÛT ESTIMÉ

De 3 milliards de GBP dans le secteur public + 5 milliards de GBP dans


Royaume-Uni FA en 2001 le secteur privé à 20 milliards de GBP au total (Direction nationale du
contrôle de la gestion publique, 2002; Bio-Era, 2005)
Coût direct à l’agriculture de 231 millions de GBP. Perte de revenus
Écosse, Royaume-Uni FA en 2001 bruts pour le tourisme s’élevant à 250 millions de GBP (Royal Society of
Edinburgh, 2002)

États-Unis d’Amérique AHP en 1983-1984 65 millions d’USD (USDA, 2005)

Pays-Bas PPC en 1997-1998 2,34 milliards d’USD (Meuwissen et al., 1999)

Amérique du Nord Maladie de Lyme (endémique) Environ 20 millions d’USD par an (Maes, Lecomte et Ray, 1998)

Peste équine en 1967, 1987,


Espagne et 1988-90
US$20 million (Mellor and Boorman, 1995)

Union européenne ESB dans les années 90 Coût à long terme de 92 millions d’euros (Cunningham, 2003)

États-Unis d’Amérique ESB en 2003 11 milliards d’USD à cause des restrictions à l’exportation (USITC, 2008)

Afrique PPCB annuellement 44,8 millions d’euros (Tambi, Maina et Ndi, 2006)

Theileria annulata annuellement


Inde au sein du bétail traditionnel
384,3 millions d’USD par an (Minjauw et McLeod, 2003)

Afrique orientale, Theileria annulata annuellement


168 millions d’USD par an (Minjauw et McLeod, 2003)
centrale et australe au sein du bétail traditionnel

Tiques et maladies qu’elles


Monde transmettent au sein du bétail
13,9 à 18,7 milliards d’USD par an (de Castro, 1997)

7 à 9 millions d’USD par an avant la vaccination contre la FA et avant


Uruguay FA
l’éradication en 1997 (Leslie, Barozzi et Otte, 1997)

Notes: ESB = encéphalopathie spongiforme bovine; PPCB = pleuropneumonie contagieuse des bovins;
PPC = peste porcine classique; FA = fièvre aphteuse; IAHP = Influenza aviaire hautement pathogène.

manipulation des aliments sont appliquées De nombreuses maladies animales sont


avec rigueur à tous les stades de la filière. En toujours présentes dans certains systèmes,
général, ces systèmes assurent avec efficacité en particulier lorsque le secteur de l’élevage
des niveaux élevés de santé publique et est dominé par de petits systèmes de
de sécurité sanitaire des aliments mais ils production «traditionnels» extensifs ou
sont vulnérables lorsque des pathogènes associant l’agriculture et l’élevage. Les
réussissent à s’y introduire. Par exemple, maladies endémiques sont généralement
au Royaume-Uni, une épidémie de fièvre tolérées dans les pays où dominent les
aphteuse qui s’est déclarée en 2001 a peut- systèmes traditionnels, même si ces maladies
être coûté depuis, directement (mesures de ont des conséquences économiques et
lutte) et indirectement (pertes de revenus), sanitaires néfastes pour les producteurs et les
près de 30 milliards de GBP (tableau 15). consommateurs. Les pays en cause disposent
De même, aux États-Unis d’Amérique, les de systèmes de santé animale et de sécurité
maladies d’origine alimentaire liées à des des aliments moins solides; ils consacrent
sources animales coûtent chaque année souvent leurs ressources limitées sur les
plus de 8 milliards d’USD en maladies, morts problèmes que connaît le petit segment du
prématurées et pertes de productivité secteur de l’élevage orienté vers le commerce
(tableau 16). international, négligeant les besoins des
88 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU 16
Quelques coûts estimés concernant les maladies d’origine alimentaire dans les pays développés

PAYS CAUSE COÛT ESTIMÉ

Le coût annuel de cette maladie causée par O157 STEC était de 405 millions d’USD
Shiga-toxines productrices
États-Unis d’Escherichia coli O157
(en USD de 2003), à savoir 370 millions d’USD pour les décès prématurés,
d’Amérique (O157 STEC)
30 millions d’USD pour les soins médicaux et 5 millions d’USD pour la productivité
perdue (Frenzen, Drake and Angulo, 2005)

État de l’Ohio, Toutes les maladies


États-Unis d’origine alimentaire
Entre 1,0 et 7,1 milliards d’USD par an (Scharff, McDowell et Medeiros, 2009)
d’Amérique

8,4 milliards d’USD: salmonellose 4 milliards d’USD; intoxication staphylococcique


1,5 milliard d’USD; toxoplasmose 445 millions d’USD; listériose 313 millions d’USD;
États-Unis Espèces multiples
campylobactériose 156 millions d’USD; trichinose 144 millions d’USD; entérites à
d’Amérique annuellement
Clostridium perfringens 123 millions d’USD; E. coli notamment colite hémorragique
223 millions d’USD; le botulisme 87 millions d’USD (Archer et Kvenberg, 1985)

82 686 000 de JPY. Frais de laboratoire, environ 21 204 000 de JPY. Mais également
le coût des denrées alimentaires non achetées pendant la suspension du service de
restauration (environ 19 pour cent), frais de personnel versés aux salariés du service
Japon Foyer d’E. coli O157-H7
de restauration (environ 17 pour cent), coûts engendrés par les maladies humaines
(environ 15 pour cent) et frais de réparation des installations (environ 15 %) (Abe,
Yamamoto et Shinagawa, 2002)

Belgique Campylobactériose 10,9 millions d’euros par an (Gellynck et al., 2008)

éleveurs pauvres. Bien que les systèmes Lorsque les systèmes traditionnels et
à petite échelle soient moins vulnérables les systèmes industriels s’entrecroisent, à
aux graves épidémies que les systèmes l’occasion du commerce ou des mouvements,
industriels, les maladies n’en n’ont pas moins des problèmes peuvent surgir. Les systèmes
des coûts importants, rarement mesurés, industriels sont toujours vulnérables à
pour les producteurs et les consommateurs. l’apparition ou à la réapparition d’agents
En Afrique, par exemple, il existe plusieurs pathogènes, auxquels les pays à faibles
parasitoses animales tropicales qui ne se systèmes de santé animale servent souvent
développent que dans cette région, comme de réservoirs. Simultanément, les normes
la fièvre de la côte orientale (Theileria élevées de santé animale et de sécurité
parva), propagée par une tique, et le sanitaire des aliments nécessaires pour
trypanosome transmis par la mouche tsé-tsé. protéger les animaux et les consommateurs
Ces deux parasitoses ont une distribution des pays dotés de systèmes d’élevage
sous-continentale ainsi qu’une incidence industriel, peuvent représenter un obstacle
particulièrement négative sur l’élevage et insurmontable au commerce des produits en
les moyens d’existence, même s’il n’existe provenance de pays à systèmes plus faibles,
pas d’estimations de coûts les concernant. limitant les possibilités d’exportation des
La pleuropneumonie contagieuse du bœuf pays pauvres.
coûte selon les estimations près de 45 millions
d’euros par an en pertes de productivité. Risques économiques
Le tableau 15 compare les estimations de Du point de vue des producteurs, les
coût des foyers de diverses maladies dans maladies animales sont essentiellement
les pays développés et en développement. un problème économique. Les maladies
La variabilité exprime l’ampleur des réduisent la production et la productivité,
phénomènes observés ainsi que la difficulté perturbent le commerce ainsi que les
de comparer des pays, des maladies et leur économies locales et régionales, et
incidence. Le coût des maladies d’origine exacerbent la pauvreté. Au niveau
alimentaire n’est pas connu avec précision biologique, les pathogènes se disputent le
dans les pays en développement car les cas y potentiel productif des animaux et réduisent
sont rarement déclarés. la part qui peut être exploitée au profit
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

89
des humains. Un animal malade produit animale sont de qualité médiocre ou si le
moins de viande, moins de lait ou moins traitement n’est pas appliqué correctement.
d’œufs. Il a une moindre puissance de trait C’est un grave problème dans beaucoup de
et fournit de la viande et des fibres de moins régions reculées des pays en développement,
bonne qualité. En termes économiques, la où les services vétérinaires sont rares.
production diminue, les coûts augmentent et Dans les pays en développement, le bétail
les profits baissent. est exposé à une multitude de maladies qui
Dans les systèmes traditionnels, le coût nuisent à la productivité. En Afrique, par
des maladies animales est considérable mais exemple, la pleuropneumonie contagieuse
rarement calculé explicitement. Souvent, les du bœuf et la peste des petits ruminants
services vétérinaires ne sont pas disponibles (PPR) affectent les bovins et les ovins,
ou bien ils sont trop chers, si bien que respectivement; ces deux maladies semblent
les dépenses courantes de maîtrise et de actuellement se propager, causant la mort
traitement des maladies sont faibles dans ces du bétail local. Au Viet Nam, la peste
systèmes; cependant, la ponction continue porcine classique (PPC) cause de lourdes
exercée par les maladies infectiueses et pertes aux petits élevages de porcins mais
parasitaires endémiques sur la production et a peu de répercussions sur le commerce
la productivité réduit la capacité des petits d’exportation car le pays n’exporte que
exploitants à sortir de la pauvreté. de faibles quantités de viande porcine. En
Dans les systèmes industriels, les Inde et dans d’autres pays d’Asie, la fièvre
producteurs considèrent que les dépenses aphteuse (FA) est responsable de pertes de
de maîtrise et de traitement des maladies production considérables; le problème est
animales font partie du coût économique particulièrement grave lorsqu’elle infecte
de la production. Le poids des maladies en les animaux de trait pendant la saison des
soi est relativement faible, mais les dépenses labours, limitant leur capacité de travail. Les
nécessaires pour assurer la biosécurité des revenus des paysans qui louent leurs animaux
unités de production, et le coût des services de trait s’en trouvent réduits, tandis que la
vétérinaires et des médicaments peuvent être superficie des terres ensemencées en cultures
importants. Ces coûts pèsent sur la rentabilité vivrières de base se rétrécit.
globale de l’entreprise.
Marchés, commerce et économies rurales
Production, productivité et rentabilité Les maladies animales qui provoquent une
Nombre de maladies influent sur la forte mortalité animale et se répandent
productivité de l’élevage. On en examinera rapidement à l’échelle nationale et
quelques-unes ci-dessous avec les maladies internationale dans des zones indemnes de
transfrontières et émergentes ou avec les maladies peuvent avoir un coût économique
maladies d’origine alimentaire, mais les particulièrement élevé. Ces maladies, dites
mêmes maladies peuvent aussi persister sous transfrontières et émergentes, peuvent
forme endémique, pesant en permanence être transmises par les oiseaux, les rongeurs
sur la productivité. Parmi les causes des et les insectes et transportées par des
pertes de productivité figurent la mort animaux vivants ou des produits animaux
de l’animal ou la maladie conduisant à la ou par les vêtements, les chaussures et
décision d’abattage, la réduction du gain de les pneus des véhicules de personnes qui
poids, du rendement laitier, de la conversion traversent une zone infestée. L’apparition
des aliments, ainsi que de la capacité de de nouvelles maladies qui ne sont pas
reproduction et de travail pour le labour ou comprises ou pour lesquelles on ne dispose
le transport. pas des techniques nécessaires à leur
Le coût du traitement, lorsque des services maîtrise, est particulièrement préoccupante.
vétérinaires sont disponibles, comprend le En raison de leurs effets spectaculaires
coût financier direct et le coût indirect du sur la mortalité animale et de leur coût
temps passé à chercher ou à administrer un économique élevé, ces maladies occupent
traitement. L’alourdissement des coûts de en général une place privilégiée dans les
production est censé être compensé par la programmes publics de santé animale ainsi
réduction des pertes de productivité, mais ce que dans les réglementations nationales et
n’est pas toujours le cas si les services de santé internationales.
90 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 16
Santé et bien-être des animaux

La manière dont les personnes traitent sur ceux des animaux a plus de chances
les animaux dépend de leurs croyances de réussir, notamment dans les régions
et leurs valeurs, mais également de la du monde où de nombreuses personnes
nature des animaux et de l’importance souffrent de la pauvreté et d’inanition.
morale qu’ils leur accordent. Or ces deux Un large éventail de normes et de
concepts varient d’une culture à l’autre. programmes a été créé pour veiller à
La perception de l’animal en tant qu’«être la mise en œuvre des bonnes pratiques
sensible» se répand dans la communauté en matière de bien-être animal, telles
scientifique et vétérinaire, imprimant un que des codes volontaires de bien-être,
nouvel élan en faveur de la protection du souvent créés par les organisations
bien-être des animaux. sectorielles, des programmes d’entreprise,
Une bonne gestion du bien-être des programmes de différenciation
animal passe par la mise en œuvre de des produits qui permettent aux
pratiques qui empêchent et atténuent consommateurs d’acheter de manière
les souffrances et la détresse animales, sélective, des normes réglementaires et
préviennent et prennent en charge les des accords internationaux élaborés dans
maladies et les blessures, et aménagent le cadre de traités ou par des organisations
des conditions de vie qui permettent intergouvernementales. Les différents
aux animaux d’avoir un comportement types de programmes servent divers
naturel. De telles pratiques sont bien objectifs politiques et commerciaux et
souvent bénéfiques pour les personnes présentent chacun leurs avantages et leurs
comme pour les animaux: elles peuvent faiblesses; une approche réglementaire,
contribuer à améliorer la productivité, par exemple, sera efficace uniquement si
le niveau de vie, la sécurité et la sûreté des ressources suffisantes sont allouées à
alimentaires, la santé mais également le sa gestion et à sa mise en œuvre.
bien-être psychologique des personnes. Le bien-être animal est de plus en
Cependant, elles peuvent également plus lié aux échanges commerciaux et
entraîner des frais, sous la forme à l’accès au marché. Certains pays en
d’investissements dans des équipements développement redoutent de voir un jour
d’accueil respectueux du bien-être animal, le bien-être des animaux devenir une
de la formation du personnel, d’un barrière non tarifaire limitant leur accès
allongement des périodes de production aux marchés.
ou d’une diminution de la production par Les producteurs des pays développés,
unité de surface allouée aux animaux. Une par ailleurs, s’inquiètent de voir les coûts
approche du bien-être animal axée sur supplémentaires de mise en conformité à
les bénéfices de la population plutôt que la réglementation et aux normes sur leur

La principale stratégie utilisée pour sur l’application des mesures sanitaires et


réduire l’impact des maladies transfrontières phytosanitaires. Le cadre du commerce
et émergentes consiste à les éliminer international des animaux et des produits
d’une population et à éviter ensuite leur animaux ainsi constitué permet aux
réintroduction, par exemple par des mesures pays qui sont indemnes d’une maladie à
sanitaires et des programmes de vaccination déclaration obligatoire donnée, d’exiger
visant à protéger des espèces susceptibles que leurs partenaires commerciaux aient un
d’être en contact avec des populations statut d’indemnité équivalent. Ce système,
infectées. Les institutions internationales fondé sur des définitions et des preuves
les plus directement intéressées à cet égard rigoureuses, offre une bonne protection au
sont l’Organisation mondiale du commerce commerce mais crée un obstacle important
(OMC) et l’Organisation mondiale de la aux échanges des pays dotés de faibles
santé animale (OIE), au titre de l’Accord systèmes de santé animale. En effet, ces pays
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

91

marché intérieur nuire à la compétitivité 2001 et établi un ensemble de normes en


de leurs produits par rapport aux matière de transport et d’abattage des
importations. Cependant, la viande, les animaux en 2008 (OIE, 2008b). Un projet
œufs et les produits laitiers respectueux est en cours pour étendre ces normes
des normes strictes en matière de bien- au bien-être des animaux en élevage.
être animal peuvent donner lieu à des L’adoption de ces normes par la Deuxième
perspectives de marché nouvelles et Conférence mondiale sur le bien-être
fructueuses. Le renforcement des capacités animal, tenue au Caire en octobre 2008
des pays à faible revenu est nécessaire constitue une étape cruciale vers la prise
pour permettre à leurs producteurs d’être de conscience au niveau mondial de la
mieux placés pour participer à de tels question du bien-être animal. Néanmoins,
échanges. Il est également indispensable des efforts restent nécessaires pour
pour éviter que les producteurs de petite assurer la mise en œuvre, le respect et
et de moyenne taille ne se trouvent l’application de ces normes.
désavantagés sur le plan concurrentiel par La FAO s’engage à améliorer la prise de
rapport aux grands producteurs des pays conscience sur ce thème, à poursuivre les
industrialisés. synergies et promouvoir les partenariats,
À l’heure actuelle, les normes à renforcer les capacités mais également
s’adressent essentiellement aux à produire et diffuser des informations
grandes exploitations intensives, sur le bien-être animal. Pour commencer,
l’élevage des volailles et des porcs étant elle a lancé en mai 2009, en collaboration
particulièrement ciblé pour ce qui est de avec les principaux partenaires
l’amélioration des techniques utilisées. internationaux dans le domaine du bien-
Cependant, les inquiétudes exprimées être animal, notamment la Commission
en matière de bien-être concernent européenne, l’OIE, les organisations non
également les animaux des petites gouvernementales de lutte en faveur du
exploitations. L’évolution croissante bien-être animal, les producteurs et les
vers un élevage à grande échelle dans associations professionnelles, un portail
les économies en développement et participatif pour faciliter l’échange
émergentes s’accompagne de la nécessité d’informations et améliorer l’accès aux
urgente de travailler avec les producteurs outils de renforcement des connaissances
et les gouvernements de ces pays afin et des capacités (www.fao.org/ag/
d’améliorer la santé et le bien-être des animalwelfare.html).
animaux. L’Organisation mondiale de la
santé animale (OIE) a érigé le bien-être
animal au rang de priorité stratégique en Source: FAO, 2008a; OIE, 2008b.

sont rarement, voire jamais, indemnes de santé humaine. De fortes baisses de


toutes les maladies à déclaration obligatoire. la consommation peuvent toucher les
La découverte d’une maladie à déclaration producteurs et les négociants à très grande
obligatoire dans un pays qui exporte des distance du foyer de la maladie (Yalcin, 2006;
animaux ou des produits animaux peut Hartono, 2004). Les mesures de lutte peuvent
gravement perturber les marchés. Les aussi ruiner le tourisme et les activités qui s’y
mesures de lutte comprennent généralement rattachent. Le rétablissement des cycles de
l’embargo commercial, les restrictions de production et des marchés peut prendre des
mouvements du bétail et l’abattage des semaines, voire des mois, et, entre-temps,
troupeaux infectés. Les consommateurs les producteurs peuvent perdre des parts de
peuvent aussi éviter les produits animaux marché.
en cause si la maladie est perçue comme La fièvre aphteuse, maladie des ruminants
pouvant présenter des risques pour la et des porcins bien connue, a gravement
92 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

perturbé le commerce dans plusieurs certifiée. En théorie, au moins, les animaux


pays exportateurs de viande d’Europe et d’un compartiment indemne de maladies
d’Amérique du Sud au cours des 20 dernières peuvent être commercialisés même si le reste
années, mais la plupart des pays en cause ont du pays ne l’est pas. Le «commerce fondé
réussi à recouvrer leur statut d’indemnité. sur les produits» est une idée encore plus
Toutefois, le coût des épidémies de fièvre récente, selon laquelle un produit animal
aphteuse et des mesures de lutte est peut être certifié salubre en raison des
élevé, atteignant peut-être 90 milliards conditions particulières dans lesquelles il a
d’euros pour les pays de l’UE depuis 2001 été produit et transformé, indépendamment
(tableau 15). Dans une grande partie de de l’état général de la maladie dans le pays.
l’Afrique et de l’Asie, la fièvre aphteuse
est endémique et demeure un obstacle Moyens de subsistance
perpétuel à l’exportation de viande et Les maladies animales touchent tous les
d’autres produits animaux. D’autres maladies ménages propriétaires de bétail par la
transfrontières peuvent avoir des effets tout menace qu’elles font peser sur leurs biens
aussi dévastateurs. La Thaïlande a perdu et sur la sécurité de leurs revenus. Pour
ses marchés d’exportation pour la viande de nombreuses familles du quintile le
de volaille non transformée en 2004 lors plus pauvre, les maladies animales sont
de la première flambée de grippe aviaire particulièrement dommageables parce
hautement pathogène. Elle a récupéré qu’elles menacent le bien même qui leur
depuis certains débouchés en exportant de sert à faire face à d’autres crises. Elles
la viande de volaille transformée. Certains touchent aussi les employés du secteur de
pays de la Corne de l’Afrique dépendent l’élevage, les petits marchands de bétail et les
des exportations de viande vers le Proche- consommateurs pauvres. Les mesures prises
Orient, mais les flambées périodiques de par les autorités vétérinaires pour lutter
fièvre de la Vallée du Rift et les embargos contre les maladies peuvent avoir de lourdes
commerciaux qu’elles entraînent peuvent conséquences pour ceux qui vivent dans la
causer un très grave préjudice aux éleveurs. pauvreté, notamment les producteurs pauvres
L’encéphalopathie spongiforme bovine qu’elles privent de leur moyen de subsistance
a infecté un nombre relativement faible en cas d’abattage, et les consommateurs
d’animaux, mais son association avec pauvres par la hausse des coûts des produits
la variante humaine de la maladie de animaux qu’elles entraînent.
Creutzfeldt-Jakob a eu un impact énorme Les éleveurs riches peuvent prévenir ou
sur le commerce international de la viande maîtriser certaines maladies qui restent un
bovine, estimé à 11 milliards d’USD pour problème permanent pour les troupeaux des
les seules exportations des États-Unis ménages pauvres. Par exemple, la brucellose
d’Amérique (voir tableau 15). Les mesures est souvent présente dans les troupeaux
visant le dépistage et l’élimination des d’ovins et de caprins voués à l’élevage extensif
animaux infectés par l’encéphalopathie dans de nombreuses parties du monde, mais
spongiforme bovine ont donné lieu à des la vaccination n’est pas très répandue en
réglementations que les pays pauvres élevage extensif à cause de son prix élevé.
peinent à appliquer. De même, la maladie de Newcastle
L’OIE a récemment adopté la notion de chez les volailles est maîtrisée au moyen
«compartiments» visant à aider les pays à de l’isolement et de la vaccination des
surmonter les obstacles commerciaux liés troupeaux commerciaux, mais aucun système
aux maladies à déclaration obligatoire de maîtrise économiquement viable n’a
(OIE, 2008a). Certains pays ne sont pas en encore été trouvé pour les volailles en
mesure de devenir complètement indemnes, liberté. La peste des petits ruminants (PPR)
mais peuvent néanmoins réussir à éliminer est cause d’une forte mortalité chez les ovins
des maladies à déclaration obligatoire au et les caprins, et bien que la prévention soit
sein de sous-populations d’animaux. Un possible par vaccination ou par isolement
compartiment est une sous-population des troupeaux infectés, elle peut prendre
animale qui relève d’un système commun de les communautés par surprise comme l’ont
gestion reposant sur la biosécurité et pour montré, en 2007-08, les flambées de la
laquelle l’indemnité de maladies peut-être maladie en Afrique du Nord et de l’Est.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

93
D’autres maladies frappent indistinctement matière de santé animale, propres à réduire
les riches et les pauvres, mais leurs effets le risque de maladie. Elles ne répondent
sur les pauvres sont très particuliers. Par toutefois pas aux besoins spécifiques des
exemple, la fièvre aphteuse, maladie qui éleveurs pauvres des pays en développement.
perturbe le commerce international, n’est pas En outre, leur mise à la disposition des petits
habituellement une source de préoccupation producteurs se heurte à des contraintes
importante pour les éleveurs extensifs et les financières et institutionnelles.
éleveurs-agriculteurs, mais elle a un impact Les pays en développement et
considérable quand elle frappe les animaux particulièrement leurs agriculteurs pauvres
de trait en période de travail du sol (Thuy, sont pénalisés par la contraction, depuis
2001). La fièvre porcine classique pose un deux ou trois décennies, des services et des
problème aux éleveurs orientés vers les interventions de l’État. Ainsi, le financement
marchés internationaux, mais à très faible des services vétérinaires publics est très
niveau d’incidence, c’est un risque acceptable insuffisant, la législation régissant le secteur
pour les petits éleveurs. de l’élevage est souvent périmée, tandis que
Les maladies ont un impact sur le montant, les services de santé animale privés y sont
la régularité et la certitude des revenus des très limités. Rares sont les agriculteurs qui
élevages, et privent notamment les petits ont recours au vétérinaire, surtout dans les
producteurs de l’accès au crédit nécessaire à zones rurales reculées. En outre, ils doivent
l’achat des aliments du bétail et des animaux parcourir de grandes distances pour avoir
ou au remplacement de ces derniers. Les accès aux médicaments ou aux vaccins.
pauvres ont plus de probabilités de souffrir Par conséquent, en cas de crise appelant
de problèmes de santé chroniques contractés l’intervention des services vétérinaires
au contact d’animaux malades, comme la de l’État, ceux-ci peinent à mobiliser les
brucellose et les parasites endodermes. personnes, les transports et le matériel
De nombreux travailleurs gagnent leur vie nécessaire pour y remédier. De même, les
dans des entreprises de production animale pays qui disposent de peu de ressources
intensive ou de commercialisation. Les et concentrent leurs efforts sur le soutien
maladies animales peuvent mettre en danger aux exportations de produits alimentaires,
cette source de revenus. peuvent négliger l’infrastructure
Pour toutes ces raisons, la réduction de indispensable aux systèmes nationaux de
l’incidence des maladies animales peut sécurité sanitaire des aliments. Pour être
contribuer à l’atténuation de la pauvreté. en mesure d’entretenir l’infrastructure
Cependant, comme noté précédemment, nécessaire à la sécurité sanitaire globale
les éleveurs ont différents objectifs et sont des aliments, les pays doivent être dotés
confrontés à des incitations et des risques de systèmes de sécurité des aliments
différents. Les responsables politiques adaptés aux marchés à la fois locaux et
doivent tenir compte de ces différences en d’exportation.
formulant des réponses, même si les objectifs Malgré le changement mondial en
sanitaires demeurent prioritaires. Il convient faveur de la production animale intensive,
de reconnaître que des mesures planifiées les nombreux pauvres qui continueront à
et exécutées de manière médiocre peuvent dépendre de petits élevages de volaille ou
porter de graves préjudices aux éleveurs d’autres animaux pour diversifier et sécuriser
pauvres sans parvenir à réaliser les objectifs leurs revenus auront toujours besoin de
de santé visés en matière de santé animale. meilleurs services de santé animale que
Par exemple, l’interdiction, décidée dans la ceux qui existent actuellement. L’une des
hâte, d’élever de la volaille dans une capitale principales difficultés sera de trouver les
de l’Asie du Sud-Est a entraîné une perte de moyens de soutenir ces services dans les pays
revenus dans de nombreuses familles sans où l’investissement qui leur est consacré est
toutefois faire disparaître la volaille de la en baisse depuis de nombreuses années.
ville, la mesure n’ayant pas été totalement Récemment, par exemple, les fonds destinés
respectée (ICASEPS, 2008). à la lutte contre la grippe aviaire hautement
Au cours des dernières années, la pathogène ont contribué, dans un certain
communauté scientifique a mis au point nombre de pays, à renforcer le soutien aux
diverses technologies et interventions en services communautaires de santé animale
94 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

en offrant une formation et des programmes immédiat de grandes populations humaines.


d’appui aux agents de ces services. Cependant, Une telle situation présente des risques
si le soutien financier n’est pas pérennisé, ces à la fois pour la santé humaine et pour
progrès pourraient se révéler éphémères. l’environnement. Une proportion notable
En Afrique, où la pénurie de crédits des habitants de certaines villes des pays
publics destinés aux services agricoles est pauvres élève des animaux, souvent dans
particulièrement aiguë, la mise en place des conditions d’exiguïté et d’insalubrité,
de programmes d’ajustement structurel et à proximité immédiate des humains. Ces
a conduit à la suppression de services de conditions sont propices à l’apparition et à la
santé animale fortement subventionnés tels propagation de maladies affectant à la fois les
que les bains antiparasitaires communaux animaux et les humains (Waters-Bayer, 1995).
ou la fourniture de services cliniques et
de médicaments. Le réseau des services Maladies zoonotiques et risques de pandémies
cliniques vétérinaires s’est rétréci, et ceux-ci Les nouvelles zoonoses (transmises par
ont disparu en particulier des zones reculées des animaux sauvages ou domestiques)
et marginales des terres arides et semi- peuvent quitter leur écosystème naturel
arides, où vivent la plupart des pasteurs. pour de nombreuses raisons, comme les
Les prix des médicaments vétérinaires variations des populations humaines
ont augmenté et les services de soutien et animales, l’empiétement sur les
fournis antérieurement par l’État en écosystèmes, les variations climatiques et
période de sécheresse ont été supprimés. les flux commerciaux. Ces maladies, qui sont
Les organisations à assise communautaire pathogènes et mortelles pour les humains,
et les organisations non gouvernementales sont un problème qui préoccupe de plus en
se sont souvent chargées de remplir le vide plus les autorités médicales et vétérinaires.
institutionnel laissé par le retrait des services Un très grand nombre de nouvelles maladies
publics. L’intégration plus complète de ces animales peuvent infecter ou toucher
organisations dans les systèmes nationaux de autrement les humains. La moitié au moins
santé animale présente un nouveau défi qu’il des 1 700 causes connues de maladies
importe de relever. infectieuses des humains renvoient à un
La compréhension de la relation qui réservoir animal et beaucoup de nouvelles
existe entre la santé/les maladies animales infections sont des maladies zoonotiques.
et les moyens de subsistance des éleveurs Plus de 200 maladies zoonotiques, causées
pauvres doit être une tâche prioritaire du par des bactéries, des parasites, des virus,
développement. De plus, les préoccupations des champignons ou des agents entièrement
relatives à la santé animale doivent être nouveaux (par exemple, les prions) ont été
intégrées dans la politique générale de décrites. Environ 75 pour cent des nouvelles
développement rural, car l’absence de prise maladies qui ont affecté les humains depuis
en compte des maladies peut fortement 10 ans sont causées par des pathogènes
réduire la croissance rurale. provenant d’animaux ou de produits
d’origine animale. Nombre de ces maladies
Risques pour la santé humaine ont le pouvoir de se propager par divers
Les menaces que représentent les animaux moyens sur de grandes distances, posant
pour la santé humaine proviennent ainsi un problème mondial. Le traitement
essentiellement des zoonoses (maladies peut être coûteux ou de longue durée.
animales transmissibles à l’être humain) Certaines, telles que la nouvelle variante de
nouvelles ou existantes, des maladies la maladie de Creutzfeldt-Jakob et la rage,
d’origine alimentaire et des déchets résultant sont incurables. Les maladies zoonotiques
d’un usage impropre des médicaments hautement infectieuses ont fait l’objet
vétérinaires (par exemple les antibiotiques), d’une attention considérable en raison de la
des hormones et des substances toxiques. soudaineté de leur apparition et de l’ampleur
Aux premiers stades de l’intensification de de leur impact potentiel, mais des vaccins et
la production animale, les grands élevages des traitements efficaces peuvent ne pas être
s’installent généralement à proximité des disponibles.
centres urbains en expansion, ce qui place Le monde a connu au cours des dernières
de grandes populations animales au contact années l’apparition du syndrome respiratoire
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

95
aigu sévère (SRAS), de la grippe aviaire souvent dans les populations les plus pauvres
hautement pathogène (causée par le virus et les plus vulnérables. Le manque de
A[H5N1]) et la grippe porcine (causée par le sensibilisation et de volonté des pouvoirs
virus A[H1N1]), maladies qui ont suscité une publics aggrave généralement la situation.
inquiétude considérable dans le public quant
au risque d’une pandémie mondiale majeure. Maladies d’origine alimentaire
Des efforts nationaux et internationaux Si plusieurs des maladies mentionnées
considérables ont permis d’endiguer précédemment peuvent être transmises
efficacement le SRAS. Toutefois, même si par les aliments, les maladies d’origine
la grippe aviaire hautement pathogène alimentaires sont toutefois considérées
H5N1 a disparu de la plupart des pays, elle comme un groupe à part. Des organismes tels
persiste obstinément dans plusieurs pays. La que salmonella (en particulier S. enteritidis
grippe porcine a récemment été déclarée et S. typhimurium), Campylobacter et E. coli
pandémie mondiale par l’Organisation O157:H7 sont d’importantes causes de
mondiale de la santé (OMS). Les infections maladies d’origine alimentaire, qui affectent
et les décès continuent de croître. La chaque année dans le monde des millions de
propagation mondiale de l’encéphalopathie personnes.
spongiforme bovine a été évitée, mais des Il est difficile d’estimer l’incidence
cas continuent d’être dépistés de temps à mondiale des maladies causées par des
autre en dehors des îles Britanniques. La fin aliments d’origine animale. Maxwell et
de 2008 a été marquée par le dépistage du Slater (2003) ont constaté que jusqu’à
virus Ebola Reston, circulant chez les porcins 30 pour cent de la population des pays
et les travailleurs des élevages porcins aux industrialisés souffraient chaque année de
Philippines. En outre, des flambées du virus maladies d’origine alimentaire. L’attitude
Ebola se produisent de temps à autre en des consommateurs à l’égard du risque
République démocratique du Congo, en et le degré de risque lié à la salubrité des
Ouganda et dans d’autres pays d’Afrique, aliments, ainsi que les priorités et les mesures
provoquant la mort d’êtres humains et de en matière de sécurité et de qualité des
nombreux grands singes. aliments varient beaucoup entre les pays
Certaines maladies zoonotiques sont développés et les pays en développement.
maîtrisées dans certains pays alors que dans Les pays réagissent différemment face
d’autres elles sont en expansion. La rage est aux préoccupations croissantes des
en grande partie maîtrisée en Europe depuis consommateurs à l’égard de la sécurité
l’introduction de vaccins oraux permettant sanitaire des aliments. Certains abordent
de lutter contre la maladie chez les renards, le problème sous l’angle du bien-être
principal réservoir du virus. En France, par des consommateurs nationaux, d’autres
exemple, le nombre de cas de rage chez les fortement orientés vers l’exportation y voient
animaux domestiques est tombé de 463 en une menace pour leurs débouchés extérieurs.
1990 à un seul en 2007. Par contre, la rage Le risque principal concernant la sécurité
est en expansion dans nombre de pays en sanitaire des produits animaux est imputable
développement. Une récente épidémie à à des contaminants biologiques ou chimiques.
Bali (Indonésie), semble difficile à contrôler Ces contaminants peuvent provenir de l’air,
à cause d’un manque de sensibilisation du sol, de l’eau, des aliments du bétail, des
générale aux effets de cette poussée engrais (y compris les engrais naturels), des
épidémique et d’une incapacité à s’accorder produits phytosanitaires, des médicaments
sur une stratégie efficace, par exemple le vétérinaires ou de tout autre agent
choix du vaccin qui convient ou la décision de intervenant dans le processus de production
savoir s’il faut, ou non, vacciner, stériliser ou primaire, ou encore d’animaux malades.
éliminer les chiens errants. Les contaminants biologiques des produits
Un autre groupe de maladies zoonotiques, animaux comprennent des protéines
celui des maladies souvent dites anormales, comme celles qui sont associées
«négligées» en raison de leur caractère à l’ESB; des bactéries telles que Salmonella
endémique, comprend les cysticercoses, les et Brucella spp. et certains types de E. coli;
échinococcoses et les brucelloses. On leur et des parasites, comme Echinococcus spp.
prête peu d’attention et elles persistent Les contaminants chimiques et biologiques
96 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

comprennent: les résidus de médicaments Le but ultime des systèmes de gestion


vétérinaires, tels que les produits de la sécurité sanitaire des aliments est
antimicrobiens et phytosanitaires; les d’empêcher les aliments insalubres d’entrer
produits chimiques; les métaux lourds; les dans la chaîne alimentaire. On y parvient en
mycotoxines d’origine naturelle et les toxines appliquant, à tous les stades de la chaîne, de
bactériennes. bonnes pratiques d’hygiène. Les autorités
Dans les pays en développement, la nationales ont pour rôle de définir les
qualité et la sécurité sanitaire des aliments normes de sécurité sanitaire des aliments
sont menacées par la nécessité d’accroître que l’industrie doit respecter et assurer la
l’offre de produits alimentaires peu coûteux, surveillance nécessaire pour que ces normes
découlant de l’augmentation de la population soient appliquées. L’élaboration de stratégies
et de l’urbanisation croissante, jointe au relatives à la sécurité sanitaire des aliments
manque de ressources nécessaires pour et à l’information dépend aussi d’une
traiter les problèmes de sécurité sanitaire connaissance approfondie du marché et des
des aliments ainsi qu’à la faiblesse des forces qui conditionnent le comportement
normes réglementaires ou à leur application et les choix des parties prenantes. La
peu rigoureuse. Les ressources humaines mesure dans laquelle les secteurs public et
et financières que les pouvoirs publics privé peuvent remplir efficacement leur
consacrent au soutien des programmes de rôle dépend de l’existence d’installations
réglementation ou d’autres mesures relatives adéquates de transformation et de
à la sécurité sanitaire des aliments sont manutention des produits alimentaires ainsi
généralement bien inférieures aux besoins. que d’une main-d’œuvre ayant un niveau de
Habituellement une grande partie des formation suffisant.
ressources disponibles est destinée au contrôle La Commission FAO/OMS du Codex
de la qualité des produits alimentaires Alimentarius élabore des normes et des
exportés, plutôt qu’à celui des produits pour directives, adoptées d’un commun accord
la consommation intérieure, laissant le marché au niveau international, qui servent de
intérieur exposé à des niveaux inacceptables référence aux fins de réglementation de
de risques liés à la sécurité sanitaire des la sécurité des aliments dans le commerce
aliments. Il existe dans beaucoup de pays international. Cependant, les États ne
en développement un important marché s’investissent pas tous au même degré
informel qui échappe généralement à tout dans l’élaboration de systèmes de sécurité
contrôle de la sécurité sanitaire des aliments. sanitaire des aliments acceptables au
Les systèmes informels de production, plan international. Nombre de pays en
comme l’abattage non réglementé des développement, motivés par le souci de
animaux dans les pays en développement, maximiser leurs recettes d’exportation et
fournissent des produits alimentaires qui ne leur croissance induite par les échanges
satisfont pas aux normes de sécurité sanitaire commerciaux, axent leurs efforts sur les
des aliments. Nombreux sont les pauvres, en exigences des pays importateurs de produits
milieu rural et urbain, qui s’approvisionnent d’exportation clés. Or la négligence de
sur les marchés informels sans contrôles, la sécurité sanitaire des aliments sur les
courant ainsi un risque accru de contracter marchés intérieurs a son propre coût. Les
des maladies zoonotiques ou des maladies craintes concernant les produits échangés
d’origine alimentaire, qui entraîneront des sur le marché intérieur peuvent conduire les
arrêts de travail, des pertes de revenus et importateurs à douter de la capacité du pays
des dépenses médicales pour soigner les à imposer et à faire respecter des normes
maladies (FAO, 2005). De plus, les maladies acceptables de sécurité sanitaire des aliments
d’origine alimentaire frappent souvent le pour un quelconque produit alimentaire.
plus gravement les personnes âgées, les Les acheteurs imposent de plus en plus
jeunes et les personnes sous-alimentées. des normes privées en matière de sécurité
L’incapacité des gouvernements des pays en sanitaire des aliments. Celles-ci prescrivent
développement à investir suffisamment dans des procédures de gestion de la sécurité
les systèmes de sécurité sanitaire des aliments sanitaire des aliments conformes aux
a une plus forte incidence sur les pauvres que principes énoncés dans les codes et les
sur la population aisée. normes du Codex, mais en général elles vont
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

97
plus loin. Bien que ces normes privées soient secteur, surtout quand on est mal renseigné
«volontaires», la concentration est telle dans sur l’ampleur des problèmes. S’il est
le secteur de la distribution que beaucoup possible de réduire au minimum les risques
de producteurs des pays en développement relatifs à la sécurité sanitaire des aliments,
sont obligés de les appliquer pour pouvoir l’élimination complète du risque n’existe
exporter. pas en matière de sécurité des aliments, de
À mesure que l’économie se développe, sorte que les décideurs politiques, ainsi que
la transformation et la préparation des les scientifiques et l’industrie alimentaire,
aliments a tendance à quitter le foyer devront définir des niveaux acceptables de
domestique, tandis que les supermarchés risque.
dominent de plus en plus la vente au détail
des produits alimentaires en milieu urbain.
Dans de nombreux pays en développement, Lutte contre les maladies
cette évolution a conduit la classe moyenne et gestion du risque
aisée de plus en plus nombreuse à réclamer
des améliorations de la sécurité sanitaire des La gestion des maladies animales et
aliments. l’amélioration du bien-être social exige une
Par exemple, le Gouvernement chinois a action sur plusieurs fronts. La lutte contre
établi un label «aliment vert» pour une vaste les maladies transfrontières passe par une
gamme de produits, notamment la viande coopération régionale ou par des approches
bovine, en réponse aux préoccupations groupées prenant en considération la
exprimées par les consommateurs urbains propagation et l’évolution rapides de ces
aisés. Une enquête a révélé que les maladies. Les moyens propres à réduire les
consommateurs riches sont prêts à payer risques présentés par les maladies animales
de 20 à 30 pour cent plus cher les «aliments comprennent la relocalisation des unités
verts». Au niveau de la production, le label de production animale intensive à grande
interdit les activateurs de croissance, impose distance des centres urbains de population;
un délai de commercialisation visant certains le renforcement des systèmes de santé
produits vétérinaires et fixe des normes animale et de sécurité sanitaire des aliments,
nationales relatives à l’utilisation des additifs y compris en matière d’information et
fourragers et des antibiotiques (Brown et d’alerte rapide; la participation de tous
Waldron, 2003). les acteurs, y compris les pauvres, aux
Les pays en développement n’ont décisions relatives aux programmes de santé
généralement pas la capacité technique et animale; l’élaboration de stratégies de santé
institutionnelle (laboratoires d’analyse des animale adaptées aux conditions locales;
aliments, ressources humaines et financières, l’amélioration de la collaboration entre
législation et réglementation nationales, les autorités nationales et internationales
capacité d’action coercitive, gestion et responsables de la santé animale et de
coordination) nécessaire pour assurer la la sécurité sanitaire des aliments; et
conformité aux normes internationales, l’investissement dans des technologies
au préjudice de la sécurité sanitaire des destinées à réduire les risques.
aliments. Ces faiblesses systémiques non
seulement menacent la santé publique, Localisation de la production
mais elles peuvent aussi avoir pour effet La concentration géographique de la
de réduire l’accès aux marchés alimentaires production à proximité des centres urbains
mondiaux. Umali-Deininger et Sur (2007) accroît les risques d’épidémies au sein
ont aussi noté que des facteurs culturels, de la population animale, en particulier
tels que les croyances religieuses, peuvent lorsqu’il y a mouvement des humains et des
entraver l’adoption de mesures appropriées animaux entre les systèmes traditionnels et
en matière de sécurité sanitaire des les systèmes intensifs, ainsi que l’exposition
aliments. de la population urbaine aux maladies
En raison de la complexité des questions animales. La protection de la santé animale
de sécurité sanitaire des aliments, il est au sein de grandes unités de production
difficile de déterminer les bonnes politiques concentrées est simple à certains égards. Il y
à suivre pour réduire les problèmes du a peu d’unités à surveiller, et les vétérinaires
98 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

peuvent les inspecter ou y travailler de des maladies animales et les problèmes de


façon rentable. En cas d’épidémie, les sécurité sanitaire des aliments ni d’une forme
points critiques où il faut intervenir à quelconque de système d’alerte rapide en cas
temps et exercer une veille appropriée sont d’épidémie. Leur capacité de diagnostiquer
relativement peu nombreux. Les éleveurs et de hiérarchiser les problèmes de santé
ont aussi fortement intérêt à investir dans animale et de prendre les mesures voulues
la prévention des maladies réduisant ainsi s’en trouve limitée.
l’éventail des risques liés aux maladies Un grand nombre des éléments de base
animales. Il conviendrait, cependant, d’un système mondial d’information existent
pour des raisons de santé humaine, déjà. Les organisations régionales d’Asie du
d’encourager la relocalisation de ces unités Sud-Est et d’Amérique du Sud, par exemple,
loin des centres urbains. Il est important de ont joué un rôle important dans la promotion
rappeler que les pathogènes qui circulent de programmes de veille transfrontière et
dans les élevages des petits exploitants, y régionale de la santé animale. Le système
compris dans les élevages de volailles qui se mondial d’alerte précoce et d’action pour
nourrissent de déchets, ne sont pas censés, les maladies animales transfrontières géré
en général, passer à un niveau supérieur par la FAO, l’OIE et l’OMS, fournit des
de virulence. Une mutation en un agent avertissements fondés sur les informations
pathogène plus agressif est infiniment plus scientifiques les plus récentes. Les décideurs
probable lorsque les pathogènes peuvent nationaux et la communauté scientifique
entrer en contact avec de très nombreux internationale sont ainsi en mesure
animaux hôtes sensibles, comme cela peut d’évaluer avec une plus grande précision les
se produire dans les plantes commerciales risques d’épidémie. Les réseaux mondiaux
qui sont cultivées à moyenne et grande et régionaux d’experts de laboratoire et
échelle si des mesures de biosécurité sont d’épidémiologistes, par exemple le Réseau
insuffisamment appliquées. La production de laboratoires de référence et d’expertise
animale la plus extensive est caractérisée par pour la grippe aviaire de l’OIE/FAO, ainsi
des troupeaux et des élevages d’assez petites que les réseaux régionaux de laboratoires
dimensions composés d’animaux qui sont et d’épidémiologie d’Afrique et d’Asie, ont
plus diversifiés génétiquement, plus robustes aussi été créés pour faciliter les échanges
et plus résistants aux maladies. d’informations et d’échantillons.
Entre-temps, l’élevage de basse-cour se Toutefois, ces systèmes ne fonctionnent
poursuit dans de nombreuses zones urbaines que si l’on dispose d’informations locales
et périurbaines. Parfois, les pouvoirs publics fiables. Le rassemblement de ce type
tentent d’interdire ces activités dans un d’informations exige un système de veille
souci de santé humaine. Tel est le cas, par efficace reposant sur une communauté
exemple, des récents efforts qui ont été sensibilisée, alerte et engagée, un personnel
déployés pour maîtriser la grippe aviaire convenablement formé et des laboratoires
hautement pathogène (ICASEPS, 2008). bien équipés. Malheureusement, peu de
Entrepris sans consultation minutieuse pays en développement sont dotés de tels
avec les producteurs, ces efforts ont été systèmes. Quelques pays en développement
préjudiciables aux moyens de subsistance et ont appliqué avec succès une méthode de
se sont heurtés à la résistance des intéressés. surveillance des maladies animales, mettant
Certains gouvernements ont modifié ou levé en jeu la participation des villageois ou des
ces interdictions, essayant plutôt de mettre agents de santé animale des communautés,
en place des mesures d’incitation visant à par exemple en Afrique durant les années 90
encourager des pratiques de production plus afin de détecter les poches résiduelles
sûres. de peste bovine (Mariner et Roeder,
2003), et en Indonésie en 2004-05 afin de
Santé animale, sécurité sanitaire déterminer l’ampleur de l’infection de
des aliments et systèmes d’alerte grippe aviaire hautement pathogène H5N1
rapide (Alders et al., sous presse). Toutefois, un
De nombreux pays en développement ne investissement soutenu et un engagement
disposent pas de mécanismes permettant du gouvernement sont indispensables à la
de recueillir des informations sur l’incidence création de tels systèmes, et en raison de
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

99
la contribution qu’une bonne information et de la sécurité sanitaire des aliments. Les
sur les maladies apporte aux biens publics pays doivent poursuivre l’élaboration de
mondiaux, une part au moins de cet méthodes/techniques d’analyse simples et
investissement devrait provenir de la peu coûteuses pour toutes les substances
communauté internationale. et microorganismes dangereux. Elles
Le renforcement des systèmes de santé devraient être applicables dans un contexte
animale et de sécurité sanitaire des aliments communautaire plus large afin d’être
exige un financement régulier et soutenu, qui bénéfiques sur les plans tant culturel
devra provenir de sources locales et nationales qu’économique.
ainsi que de la communauté internationale. Les efforts visant à réduire l’impact des
Une planification, un plaidoyer et un suivi maladies animales sur les personnes vivant
renforcés de l’impact seront importants, de dans la pauvreté doivent prendre en compte
même qu’une coopération plus étroite entre la vaste gamme de maladies qui affectent
les secteurs public et privé dans les pays la vie des pauvres, y compris celles qui sont
où le secteur privé est suffisamment fort. Il actuellement négligées. Ils doivent aussi
existe quelques exemples de financements avoir pour but de réduire au minimum les
mixtes publics et privés, mais aucun dans dommages causés par les mesures de lutte
les pays en développement. L’exemple mises en œuvre pour endiguer les poussées
le plus connu provient d’Australie, où le de maladies zoonotiques et transfrontières.
gouvernement central, les gouvernements Leur réussite dépendra de l’association
des États et les collectivités territoriales ainsi étroite des pauvres et de leurs représentants
que les principales organisations nationales à la planification et à la mise en œuvre
du secteur de la production animale ont des mesures de prévention et de maîtrise
créé une société publique à but non lucratif des maladies. De la sorte, un plus grand
chargée de gérer au nom de ses membres les nombre des solutions proposées pourront
programmes de santé animale (AHA, 2009). être appropriées et acceptées par les
Un comportement individuel responsable est communautés.
nécessaire afin de réduire les coûts externes Une telle approche est essentielle à la fois
et un fonds mixte public-privé permet pour protéger les moyens de subsistance
d’assurer le partage à la fois des risques et des pauvres et pour renforcer les chances
des responsabilités. Nombre de problèmes de succès des efforts de maîtrise des
de lutte contre les maladies renvoient à un maladies. On a cité ci-dessus plusieurs
mélange d’intérêts publics et privés. Les exemples des problèmes qui peuvent se
actions privées prises par des éleveurs pour poser quand les pauvres ne sont pas associés
protéger leurs propres troupeaux, telles que à la planification et à la mise en œuvre
la vaccination volontaire ou l’application des mesures de lutte contre les maladies,
de mesures de biosécurité, peuvent aussi du non-respect de celles-ci à la création de
présenter un intérêt public en limitant la problèmes de sécurité alimentaire au niveau
propagation de la maladie aux animaux ou des ménages.
aux humains. Force est, toutefois, de reconnaître que
cette approche est particulièrement difficile
Participation des pauvres aux à mettre en œuvre face à une menace de
programmes de santé animale progression rapide de la maladie, en raison
Des processus consultatifs sont nécessaires de la nécessité de traiter d’urgence un
pour faire en sorte que l’État, les problème en voie d’expansion avant qu’il
organisations non gouvernementales, les n’ait pris trop d’ampleur. Par exemple, les
milieux universitaires et les groupes du éleveurs pauvres n’ont pratiquement pas été
secteur privé qui participent à l’élaboration associés aux mesures de planification et de
de programmes à assise communautaire, mise en œuvre des politiques adoptées pour
apportent collectivement leur contribution lutter contre la grippe aviaire hautement
au processus de gestion de la santé animale pathogène, mais à présent un important
et de la sécurité sanitaire des aliments. Il effort est déployé pour trouver des moyens
faut accorder un degré élevé de priorité de se préparer aux situations d’urgence
à la recherche axée sur les aspects tant permettant de prendre en considération
fondamentaux qu’appliqués de la qualité les conditions locales et de repasser de
100 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 17
Programme mondial d’éradication de la peste bovine – éléments
d’une initiative réussie

Le virus de la peste bovine est à l’origine ait été atteint. Cependant, le processus
de la maladie bovine sans doute la plus de reconnaissance internationale doit
terrible d’une série d’épidémies qui ont être encouragé et les processus observés
décimé le bétail et la faune sauvage sur pour garantir que les dossiers des pays
trois continents et qui ont provoqué soient transmis pour être évalués par la
plusieurs famines chez des populations communauté internationale comme établi
d’agriculteurs au cours des XVIIIe, XIXe par l’OIE. Une déclaration internationale
et XXe siècles. En lançant en 1994 le relative à l’éradication de la peste bovine
Programme mondial d’éradication de au plan mondial devrait être formulée
la peste bovine, la FAO a pris la tête en 2010. Ce serait seulement la deuxième
d’une initiative visant à consolider les maladie éradiquée dans le monde (la
avancées obtenues dans la maîtrise de première étant la variole chez l’être
la peste bovine et pour progresser dans humain).
l’éradication de ce fléau. En étroite
association avec l’Organisation mondiale Partenariats et soutien des donateurs.
de la santé animale (OIE), l’Agence Le Programme mondial d’éradication
internationale de l’énergie atomique de la peste bovine a pu compter sur le
(AIEA), le Bureau interafricain pour les partenariat de l’OIE, des blocs économiques
ressources animales de l’Union africaine et des organisations spécialisées régionales
(UA/BIRA) et d’autres partenaires, le (par exemple l’Union africaine et
Programme mondial d’éradication de l’Association sud-asiatique de coopération
la peste bovine, unité clé au sein du régionale [ASACR]) et de nombreuses
Système de prévention et de réponse institutions donatrices, telles que la
rapide contre les ravageurs et les maladies Commission européenne, l’Agence
transfrontières des animaux et des plantes des États-Unis pour le développement
(EMPRES), a été conçu comme mécanisme international, le Département du
de coordination international visant développement international du Royaume-
à promouvoir l’éradication mondiale Uni et les Gouvernements irlandais et
de la peste bovine et la vérification de italien. Toutefois, les partenaires les plus
l’éradication de cette maladie, tout en importants du Programme sont les pays
fournissant des indications techniques eux-mêmes. Dans plusieurs situations,
pour atteindre ces objectifs. Depuis le financement de projets au titre du
le début, le Programme mondial Programme de coopération technique
d’éradication de la peste bovine est un de la FAO a été utilisé pour maîtriser
programme à durée limitée se référant rapidement des flambées de peste bovine
à une déclaration mondiale visant ou pour entreprendre des activités
l’éradication de cette maladie en 2010. visant à promouvoir le renforcement
des laboratoires de diagnostic, la
Objectif atteint. La dernière flambée planification des interventions dans
épidémique de peste bovine avérée a eu l’éventualité d’une situation d’urgence,
lieu au Kenya en 2001 et c’est en 2007 la veille et le renforcement des capacités.
qu’on a fait usage pour la dernière fois Le Programme mondial d’éradication
de la vaccination contre cette maladie. de la peste bovine a par ailleurs joué un
Non seulement il a été démontré que rôle déterminant s’agissant de définir et
l’éradication était un objectif réaliste, mais réviser les Orientations de l’OIE (activité
il est en outre probable que cet objectif normative visant à déterminer la situation
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

101

internationale de la maladie en rapport 1994. La Campagne panafricaine de lutte


avec l’activité virale de la peste bovine), contre la peste bovine a été suivie par le
les stratégies de veille et d’autres éléments Programme panafricain pour le contrôle
d’orientation qui ont conduit à confirmer des épizooties (30 pays), et l’Unité de
l’éradication. coordination sur l’éradication de la
peste bovine dans l’écosystème somalien
Promouvoir la vaccination. La stratégie regroupait l’Éthiopie, le Kenya et la
adoptée auparavant pour éradiquer la Somalie, pays constituant une zone où il
peste bovine au plan mondial consistait est possible qu’une activité virale persiste.
à mettre en œuvre des campagnes de Ces efforts consistaient notamment en
grande envergure de vaccination des un appui épidémiologique et une aide
bovins et des buffles; on a eu recours, à cet technique en collaboration avec le Centre
effet, à des vaccins thermostables et, plus panafricain de vaccins vétérinaires situé
important encore, à la détermination de à Debre Zeit (Éthiopie), ainsi que dans le
l’immunité consécutive à l’administration soutien de la Division mixte FAO/AIEA à
du vaccin, qui a été l’objet d’un suivi visant Vienne (Autriche).
à s’assurer que les campagnes couvraient la
proportion voulue des populations bovines. Réseau d’épidémiologie et laboratoires.
Seule une coordination internationale
Caractérisation du virus. Suite aux permettra d’éliminer des maladies
analyses moléculaires, les souches de virus animales transfrontières telles que la
de la peste bovine ont été regroupées en peste bovine. Ce sont les efforts concertés
trois lignages distincts: lignages I et II en consentis par les pouvoirs publics qui
Afrique et lignage III consistant en souches ont permis d’entrevoir l’éradication de
virales isolées en Asie et au Proche-Orient. cette maladie à l’échelle mondiale. Leurs
efforts ont bénéficié de l’assistance de
Coordination des campagnes laboratoires de référence (pour des
d’éradication de la peste bovine. Il a diagnostics de confirmation, la mise
été convenu, au cours de la réunion de au point de vaccins et le contrôle de
consultation d’experts de la FAO organisée la qualité) et des investissements de
à Rome en 1992, que la coordination la communauté internationale (pour
régionale des campagnes était la seule l’établissement d’approches régionales
approche réaliste pour maîtriser la peste et de réseaux de laboratoires et d’unités
bovine, car des interventions nationales épidémiologiques).
isolées ne donneraient lieu qu’à des
améliorations sporadiques et éphémères Surveillance des maladies et recherche
ou peu durables. Le Programme mondial participative sur les maladies. Des aspects
d’éradication de la peste bovine englobait de l’épidémiologie, de la veille fondée sur
la Campagne panafricaine de lutte contre l’analyse des risques et des techniques de
la peste bovine, qui a couvert 34 pays recherche participative sur les maladies
d’Afrique jusqu’en 1999, et la campagne ont été développés et se sont révélés
d’éradication de la peste bovine en Asie essentiels pour détecter les derniers
occidentale, qui a couvert 11 pays de foyers de peste bovine, pour apporter
la région Proche-Orient. La campagne un éclairage épidémiologique sur la
d’éradication en Asie occidentale a persistance de la maladie et pour s’assurer
coordonné des activités entre 1989 et de sa disparition ou de son éradication.
102 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

façon plus harmonieuse des mesures de Développement d’une protection de la


traitement immédiat de la crise aux efforts santé animale adaptée aux conditions
de développement. locales
Les mesures visant à aider les éleveurs La protection de la santé animale doit
pauvres sont notamment les suivantes: être adaptée aux conditions locales. Les
atténuation du choc des mesures de lutte, solutions générales fonctionnent bien
par exemple en évitant autant que possible dans certains cas mais pas dans d’autres,
les abattages massifs; dédommagement engendrant des tensions et favorisant le
des personnes lésées; et investissement plus non-respect. La vaccination, par exemple,
important dans les institutions locales, ce qui est une mesure relativement simple à
contribuera à l’amélioration des mécanismes appliquer dans de grands élevages intensifs,
permettant de faire face aux crises. Les mais elle est généralement beaucoup
partenariats publics-privés doivent offrir plus onéreuse dans les petits systèmes
un espace aux pauvres pour qu’ils puissent en raison du coût de son application à
s’engager davantage de manière à mettre un trop grand nombre de petites unités
à profit les savoirs locaux concernant les de production. Les petits producteurs
maladies et les répercussions existantes, peuvent être réticents à participer à des
et pour les encourager dans la mesure du programmes de vaccination lorsqu’ils n’en
possible à élaborer leurs propres mesures de voient pas l’avantage immédiat. Une grande
prévention et de maîtrise des poussées de partie de l’information actuellement
maladies animales. disponible sur les mesures de protection

ENCADRÉ 18
Un monde, une santé

Le concept «Un monde, une santé» et les réactions aux situations d’urgence,
illustre une approche interdisciplinaire au travers du renforcement des
et intersectorielle visant à promouvoir systèmes de santé publique et de santé
et à améliorer la compréhension des animale. L’approche appelle à une plus
facteurs et des causes de l’émergence et large coopération interdisciplinaire
de l’expansion des maladies infectieuses et intersectorielle, et s’intéresse en
(www.oneworldhealth.org). Ce concept, priorité aux nouveaux foyers de maladies
une marque déposée de la Wildlife infectieuses.
Conservation Society, a été adopté en Le cadre stratégique est principalement
octobre 2008 comme fondement du cadre consacré aux maladies infectieuses
stratégique pour la réduction des risques associées aux interactions entre les êtres
de maladies infectieuses associés aux humains, les animaux et les écosystèmes,
interactions entre les êtres humains, les lorsqu’une épidémie ou une pandémie
animaux et les écosystèmes par un groupe peut potentiellement avoir un impact
d’organismes internationaux, dont la significatif aux niveaux national, régional
FAO, l’Organisation mondiale de la santé et international. L’objectif de ce cadre
animale (OIE), l’Organisation mondiale stratégique est de trouver les moyens de
de la Santé (OMS), le Fonds des Nations réduire le risque et l’impact à l’échelle
Unies pour l’enfance (UNICEF), la Banque mondiale des épidémies et des pandémies
mondiale et le Coordonnateur du système de nouvelles maladies infectieuses.
des Nations Unies pour la grippe (UNSIC) Pour ce faire, il est indispensable de
(FAO et al., 2008). renforcer la connaissance des maladies,
Le principal objectif de l’approche leur surveillance ainsi que les systèmes de
«Un monde, une santé» est de réduire réaction d’urgence à tous les niveaux, ce
le risque et l’impact mondial des qui appelle à son tour la consolidation des
foyers infectieux en améliorant les services de santé publique et animale mais
connaissances sur les animaux tant également de l’efficacité des stratégies de
d’élevage que sauvages, leur surveillance communication.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

103
financièrement viables ne concernent acteurs des systèmes de santé animale, à
que les grands élevages intensifs, lacune partir de leur expérience.
que la communauté internationale tente Dans tous ces efforts, il est essentiel
de combler, par exemple à la suite de d’établir une communication à double
l’épidémie de grippe aviaire hautement sens. Les stratégies de communication
pathogène H5N1 (FAO, Banque mondiale et visant à promouvoir, aux niveaux des
OIE, 2008). communautés et des ménages, des
Il faut disposer d’un ensemble plus comportements aptes à prévenir et à
nuancé de solutions tenant compte maîtriser les poussées de maladies animales
des besoins et des atouts des grands, sont notamment les suivantes: informer
moyens et petits producteurs dans les les communautés des risques sanitaires
différentes filières de production et nouveaux ou émergents et leur enseigner
de commercialisation. En matière de la façon de les reconnaître; engager les
santé animale, les solutions doivent populations locales à réagir à ces risques et
être élaborées sur place et adaptées aux à élaborer des mesures de prévention des
conditions locales, et elles doivent être maladies nouvelles; lancer des campagnes
envisagées dans le contexte plus large du publiques nationales d’éducation afin de
développement du secteur de l’élevage sensibiliser le public à l’impact des maladies
et au-delà. L’expérience met aussi en animales et de lui apprendre ce qu’il peut
évidence la nécessité d’une évaluation et faire pour aider à prévenir et à maîtriser les
d’un apprentissage constants de la part des infections.

Les autorités nationales jouent un v le soutien à la collaboration


rôle essentiel dans la conception, le intersectorielle et interdisciplinaire à
financement et la mise en œuvre de ces grande échelle;
stratégies. v le développement de programmes
Le cadre stratégique s’articule autour de logiques et ciblés pour le contrôle des
cinq axes: maladies, au moyen de la recherche
v la création de systèmes de santé stratégique.
publique et de santé animale Le cadre stratégique a pour objectif
solides et bien gérés, conformes aux global d’apporter un bénéfice public
Règlement sanitaire international international. S’il ne donne pas la priorité
de l’OMS (OMS, 2005) et aux normes aux maladies à cibler, il vise néanmoins
internationales de l’OIE, favorisant les clairement à favoriser les plus pauvres
réactions à long-terme; en contribuant à réduire les risques de
v la prévention des crises régionales maladies infectieuses très répandues
et internationales, par le contrôle localement, telles que la fièvre de la vallée
des foyers infectieux, au travers de du Rift, la tuberculose, la brucellose, la
meilleures capacités nationales et rage, la fièvre aphteuse, la peste porcine
internationales de réaction africaine et la peste des petits ruminants.
d’urgence; Le paradigme «Un monde, une santé» a
v la volonté de privilégier les économies pour but d’améliorer la santé publique,
en développement par rapport la sûreté et la sécurité alimentaires,
aux économies développées et les ainsi que les moyens de subsistance
problèmes réels par rapport aux des communautés d’éleveurs pauvres
risques potentiels, mais également aux niveaux international, national et
un intérêt accru pour les facteurs local, tout en préservant les écosystèmes
favorisant le développement des fragiles.
maladies ayant une incidence locale
importante; Source: FAO et al., 2008.
104 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

Amélioration de la collaboration Au niveau mondial, de nombreuses


entre les autorités nationales et organisations ou institutions collaborent,
internationales responsables de la par exemple, l’OMS, la FAO, l’UNICEF, l’OIE,
santé animale et de la sécurité sanitaire le WWF, la WCS et l’UICN6) ainsi que des
des aliments. instituts et des laboratoires de recherche
Les efforts déployés pour maîtriser les avancée, dont ceux qui relèvent du système
maladies zoonotiques et remédier aux du Groupe consultatif pour la recherche
problèmes de sécurité sanitaire des aliments agricole internationale (GCRAI). La FAO,
en rapport avec la production animale, l’Agence internationale de l’énergie
doivent mettre en jeu les secteurs à la fois de atomique (AIEA), les laboratoires de
la santé animale et de la santé humaine. Il est référence et les centres collaborateurs de
aussi nécessaire d’établir une collaboration l’OIE soutiennent les services de diagnostic,
avec les experts de l’environnement ou de la la recherche épidémiologique et la
faune sauvage pour connaître les origines et production de vaccins. L’OIE et la FAO ont
les réservoirs des maladies. Pour cette raison, appuyé les Centres régionaux communs de
de nombreux efforts sont actuellement santé animale pour soutenir les stratégies
axés sur l’amélioration des dispositifs de et approches harmonisées de lutte contre
collaboration aux niveaux national et les maladies animales transfrontières et les
international. maladies infectieuses émergentes dans les
L’approche «un monde, une santé» est une pays appartenant à des régions confrontées à
démarche interdisciplinaire et intersectorielle des problèmes et à des défis identiques.
élaborée par la Wildlife Conservation Society Les problèmes de santé humaine d’origine
(voir encadré 18) en vue de s’attaquer aux animale, endémiques ou localisés, n’ont
maladies infectieuses émergentes. Elle a été pas bénéficié jusqu’à présent de la même
mise en œuvre dans le cadre d’un certain attention, bien qu’il y ait une prise de
nombre d’initiatives récentes contre les conscience croissante du fait que la maîtrise
maladies zoonotiques réunissant un large des maladies humaines endémiques d’origine
éventail d’acteurs des secteurs de la santé animale pourrait contribuer de façon peu
animale et humaine, du corps médical et coûteuse à l’atténuation de la pauvreté. La
vétérinaire, des organisations à vocation maîtrise des maladies zoonotiques négligées
environnementale ou des spécialistes de exige une coordination entre les services
la faune sauvage, le secteur privé, et des vétérinaires et les services de santé humaine.
instituts de recherche avancée, aux niveaux Quand il n’est pas possible de recouvrer
national, régional et mondial (encadré 18). les coûts et que les maladies touchent
Dans la plupart des pays, les institutions particulièrement la population pauvre,
sectorielles ont des rôles et des des fonds publics sont nécessaires pour en
responsabilités clairement définis, mais les financer la prévention, la détection et la
mécanismes de collaboration intersectorielle maîtrise.
sont flous ou inexistants. Des progrès Une approche de la gestion des risques en
importants ont toutefois été accomplis en matière de sécurité sanitaire des aliments est
matière de collaboration intersectorielle indispensable à l’allocation efficace des fonds
au niveau régional et mondial. Au niveau limités qui sont disponibles pour les systèmes
régional, la collaboration se fait par de sécurité sanitaire des aliments. La
l’intermédiaire d’institutions telles que participation de tous les acteurs de la chaîne
l’ANASE, l’OCE, l’OIRSA, l’IICA, l’OAPEP, alimentaire à la compréhension du risque
l’ASACR et l’OUA/BIRA5), notamment. et à la définition des domaines prioritaires
en matière de contrôle et d’atténuation
contribuera beaucoup à assurer l’acceptation
5
ANASE: Association des Nations de l’Asie du Sud-Est; et la responsabilité sociales de la sécurité
OCE: Organisation de coopération économique; OIRSA:
Organisme international régional contre les maladies sanitaire des aliments à tous les stades de
des plantes et des animaux; IICA: Institut interaméricain
de coopération pour l’agriculture; APEC Organisation
6
de coopération économique Asie-Pacifique; ASACR: UNICEF: Fonds des Nations Unies pour l’enfance;
Association sud-asiatique de coopération régionale; OUA/ WWF: Fonds mondial pour la nature; WCS: Société
BIRA: Bureau interafricain des ressources animales de pour la conservation de la faune sauvage; UICN: Union
l’Organisation de l’Union africaine. internationale pour la conservation de la nature.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

105
la chaîne alimentaire. Cette participation mobilisant les groupes de pays qui partagent
intersectorielle permet de remédier aux les défis posés par la production animale et
pratiques professionnelles susceptibles de les risques de maladies. Dans ce contexte, il
présenter un risque pour la sécurité sanitaire faut souvent recourir à des vaccins adaptés à
des aliments. plusieurs maladies animales transfrontières.
Ces vaccins peuvent être fabriqués par
Innovation technologique l’industrie sur une base durable, à condition
Les nouvelles technologies peuvent favoriser qu’un accord public soit conclu par les pays
une meilleure gestion des risques en rapport concernés visant à maîtriser et éliminer
avec la santé animale. Les progrès de la progressivement la maladie concernée.
protéomique, de la transcriptomique et de
la génomique mèneront probablement, au
cours des prochaines années, à la création Principaux messages de ce chapitre
de nombreux produits nouveaux. La récente
course à la mise au point d’un vaccin suivant v Parce qu’elles peuvent mettre en
l’apparition et la propagation en Allemagne, danger la santé humaine, perturber
en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au les marchés et le commerce, réduire la
Royaume-Uni, en 2006, du sérotype 8 de la productivité et aggraver la pauvreté,
fièvre catarrhale du mouton, (jamais vu en les maladies animales ainsi que les
Europe auparavant) a montré que l’industrie maladies d’origine alimentaire causées
pharmaceutique pouvait réagir rapidement par le manque d’hygiène alimentaire,
quand des incitations appropriées étaient en posent un problème à tout un chacun.
place. Le Gouvernement du Royaume-Uni a L’amélioration de la gestion de l’élevage,
lancé en novembre 2007 un appel d’offres en vue de prévenir et de maîtriser ces
pour la production et la fourniture de maladies peut être porteuse de bienfaits
22,5 millions de doses de vaccin contre cette économiques, sociaux et sanitaires pour
maladie. La société qui a remporté le marché les pauvres et pour l’ensemble de la
a mis exactement deux ans à fabriquer le société.
vaccin. v L’évolution des pathogènes est
Le marché des produits de santé animale, imprévisible; il est donc impossible
tels que vaccins et produits pharmaceutiques, de se prémunir. De nouveaux agents
est restreint dans les pays en développement. pathogènes continueront d’apparaître
Cela n’a rien de surprenant, vu les faibles et le risque de propagation doit être
revenus de la majorité des éleveurs. En traité au cas par cas. Un cadre mondial
conséquence, les sociétés pharmaceutiques approprié est nécessaire pour lutter
internationales ne sont guère incitées à contre les zoonoses et les maladies
élaborer de nouvelles technologies destinées animales transfrontières apparues
à résoudre les problèmes de santé animale récemment.
de ces pays. v Les systèmes publics de santé animale
Cet état de choses soulève une double et de sécurité sanitaire des aliments
question. Premièrement, comment persuader doivent tenir compte du fait que l’impact
les sociétés pharmaceutiques d’investir dans des maladies animales et des maladies
la fabrication de nouveaux produits adaptés d’origine alimentaire varie d’un pays et
aux éleveurs pauvres dont les ressources sont d’un système de production à l’autre,
limitées? Deuxièmement, que peuvent faire selon le niveau économique. La capacité
les gouvernements pour favoriser la diffusion des différents groupes à relever ces
des technologies de lutte contre les maladies défis et les incitations nécessaires à
prioritaires pour les pauvres? La mise en les encourager à le faire, doivent être
place de solutions efficaces, en réponse à ces prises en compte dans la conception des
questions, est essentielle à l’amélioration des stratégies de gestion des risques et de
services de santé animale pour tous. lutte contre les maladies.
Dans de vastes étendues du monde v Un investissement important, stratégique
en développement, par exemple, il est et soutenu dans l’infrastructure
possible de contenir des maladies animales nationale de santé animale et de sécurité
transfrontières au niveau régional, en sanitaire des aliments est nécessaire
106 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

dans les pays en développement afin de d’amélioration de la sécurité sanitaire


réduire les risques pour la santé humaine des aliments. Les éleveurs pauvres
et de permettre la croissance du doivent participer davantage à la lutte
commerce et des marchés, d’une façon contre les maladies, dans leur propre
qui permette aux petits éleveurs de sortir intérêt et dans celui de tous.
de la pauvreté. v La concentration de systèmes de
v La capacité des pays plus pauvres à production intensive à proximité
participer à la conception des normes immédiate des centres de population
relatives à la santé animale et à la urbaine accroît le risque d’apparition
sécurité sanitaire des aliments devrait et de transmission des maladies au sein
être renforcée de manière à leur des populations animales et humaines.
permettre d’améliorer leurs systèmes de C’est le cas en particulier lorsqu’il y
santé animale et de sécurité sanitaire des a mouvement des personnes et des
aliments et d’élargir l’accès aux marchés animaux entre les systèmes traditionnels
de leurs produits animaux. et les systèmes industriels. Des incitations
v Indépendamment de leur niveau et de et des réglementations peuvent alors
leurs capacités, les producteurs doivent être nécessaires pour encourager
être associés à la conception et à la mise l’implantation des unités de production
en œuvre des programmes de prévention animale dans des zones à plus faible
et de maîtrise des maladies animales et densité de population.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

107
6. Conclusions: équilibre entre
les objectifs de la société en
matière d’élevage

Le secteur de l’élevage fait vivre près de politique et d’innovation technologique et


1 milliard des personnes les plus pauvres du institutionnelle.
monde et il est probable qu’il continuera
d’en être ainsi pendant encore des décennies.
Nombre de ceux dont la subsistance et les Équilibre entre opportunités
moyens d’existence dépendent de l’élevage et risques
subissent la pression extrême des forces
mondiales de croissance économique, de La croissance rapide du secteur de l’élevage
concurrence et d’intégration, qui conduisent offre des opportunités évidentes de
à un changement structurel rapide. Dans réduction de la pauvreté; l’agriculture est
ces conditions, les risques que présente la la clé d’un développement économique
production animale pour la santé humaine favorable aux pauvres et le secteur de
et l’environnement prennent une dimension l’élevage est l’une des activités agricoles
systémique. qui connaît la croissance la plus rapide.
La sensibilisation quant aux défis Cependant, l’élevage présente des risques
auxquels est exposé le secteur de l’élevage pour la santé et l’environnement qui doivent
offre l’occasion d’un changement. Les être mitigés. Le secteur consomme une part
gouvernements et les donateurs prennent importante des ressources mondiales et
de plus en plus conscience de l’importance est responsable d’une portion élevée des
de l’agriculture dans le développement émissions de gaz à effet de serre.
rural et la réduction de la pauvreté, ainsi Il faut de prendre des mesures pour
que du rôle capital de l’élevage dans les améliorer la performance environnementale
moyens de subsistance des femmes et des du secteur de l’élevage. Celui-ci doit utiliser
hommes pauvres. Par ailleurs, les récentes les ressources plus efficacement et récupérer
craintes pour la santé humaine suscitées par les déchets qu’il produit pour les recycler. Du
les poussées potentiellement pandémiques point de vue économique, les externalités
de maladies zoonotiques ont accaparé positives et négatives que le secteur de
l’attention des médias et effrayé les voyageurs l’élevage produit depuis longtemps devraient
dans le monde entier. Parallèlement, des être internalisées afin que les producteurs
programmes d’intervention ont été préparés et les consommateurs paient le prix réel de
dans un grand nombre de pays. Au sein des l’impact de la production animale sur les
gouvernements, de la société civile et de ressources naturelles et l’environnement.
la communauté scientifique, le consensus Les systèmes de santé animale devraient
croissant sur la réalité du changement contribuer à la réduction du risque croissant
climatique motive la recherche de moyens de pandémies humaines ayant pour origine
efficaces en vue d’atténuer les effets du les animaux et à une meilleure maîtrise
changement climatique et de s’y adapter. des maladies endémiques qui mettent
La reconnaissance du caractère urgent de la constamment en danger les moyens de
situation est le premier pas vers une solution subsistance des pauvres. En matière de santé
(Kotter, 2005). animale, les producteurs riches ne sont pas
Pour répondre aux besoins multiples exposés aux mêmes risques et n’obéissent pas
et souvent concurrents de la société, le aux mêmes incitations que les producteurs
secteur de l’élevage nécessite un dosage pauvres. Les mesures prises pour maîtriser
soigneusement équilibré d’intervention les maladies transfrontières peuvent
108 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

être d’intérêt général en endiguant des à la petite échelle de la production. Ces


pandémies potentielles, mais, à moins d’être institutions devraient les aider à accéder aux
élaborées de façon judicieuse, elles peuvent intrants à des conditions plus favorables et
aussi avoir un effet dévastateur sur les servir de trait d’union avec les grossistes et
moyens de subsistance, les biens et les filets les détaillants afin qu’ils puissent surmonter
de sécurité de millions de petits producteurs. les obstacles techniques bloquant l’accès
Cet aspect doit être pris en considération des petits exploitants aux marchés urbains
lors de l’élaboration et l’application de telles et internationaux en expansion. Le soutien
mesures. politique devrait promouvoir la croissance
de la productivité et l’accès aux marchés
des petits exploitants. L’élaboration et la
Équilibre entre les besoins diffusion de nouvelles technologies adaptées
des différentes catégories aux petits producteurs, ainsi que la création
de petits exploitants d’une infrastructure de marchés et de
communications et de systèmes de santé
La croissance du secteur de l’élevage peut animale et de sécurité sanitaire des aliments
favoriser la croissance économique générale, aideraient les petits exploitants à surmonter
atténuer la pauvreté et réduire l’insécurité les difficultés dans le paysage changeant où
alimentaire, mais il manque aujourd’hui ils exercent leur activité.
plusieurs échelons à l’«échelle» que les petits La plupart des petits éleveurs finiront par
exploitants gravissaient autrefois pour se quitter le secteur, comme on l’a vu dans les
soustraire à la pauvreté. La concurrence pays de l’OCDE et dans beaucoup de pays en
croissante, les économies d’échelle et les développement et en transition à croissance
normes plus rigoureuses de santé et de économique rapide. C’est une conséquence
sécurité sanitaire des aliments, font que les naturelle de l’évolution du secteur agricole,
petits exploitants ont d’énormes difficultés qui peut être considérée comme un signe de
à demeurer compétitifs face aux grands progrès. Quand et où les petits éleveurs sont
systèmes de production intensive, si bien que confrontés à des coûts d’opportunité élevés
l’écart se creuse entre ceux qui réussissent dans leur travail, ils quittent naturellement le
à mettre à profit l’accroissement de la secteur pour trouver ailleurs un emploi plus
demande de produits animaux et ceux qui y rémunérateur. Les politiques générales de
échouent. Les décideurs politiques doivent développement rural peuvent promouvoir
reconnaître que tous les petits exploitants une économie dynamique offrant d’autres
ne seront pas capables de profiter des possibilités intéressantes aux éleveurs
opportunités offertes par la croissance, et incapables de résister à la concurrence dans
que les risques et les opportunités peuvent leur secteur.
ne pas être les mêmes pour les hommes Il y a lieu de se préoccuper, en revanche,
et pour les femmes. Ils devraient utiliser lorsque les forces de la concurrence chassent
les ressources publiques limitées non pas les travailleurs du secteur avant que
pour lutter contre les forces inexorables l’économie générale ait pu créer d’autres
du changement mais pour aider les petits possibilités d’emploi. Le rythme très rapide
exploitants à changer, de manière à du changement dans le secteur de l’élevage
produire de meilleurs résultats sociaux. Des de nombreux pays provoque dans certaines
interventions spécifiques, soucieuses de régions un exode si massif que le reste de
l’égalité entre les hommes et les femmes, l’économie ne peut l’absorber.
peuvent efficacement et effectivement Les plus petits éleveurs, pour lesquels
répondre aux besoins des différentes l’élevage est principalement un filet de
catégories de petits exploitants. sécurité, doivent faire l’objet d’une attention
Certains petits exploitants sont compétitifs particulière reconnaissant les multiples
dans l’environnement économique rôles que joue le bétail dans leurs moyens
changeant et ils peuvent le rester s’ils d’existence. Au minimum, la fonction de filet
bénéficient du soutien politique, financier de sécurité que remplit l’élevage ne doit pas
et institutionnel adéquat. Ils ont besoin être détruite sans dédommagement ou sans
d’innovations institutionnelles pour la création de filets protection sociale de
supporter les coûts de transaction associés remplacement.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

109
la politique agricole vise à accroître la
Équilibre entre sécurité alimentaire disponibilité et l’accessibilité des produits
et nutrition alimentaires, mais il peut être nécessaire de
promouvoir un meilleur équilibre dans les
Les produits animaux apportent une choix offerts à la population.
contribution importante à la sécurité
alimentaire des ménages et sont
particulièrement utiles à la satisfaction Équilibre des choix entre systèmes,
des besoins en micronutriments des espèces, objectifs et impacts
femmes et des jeunes enfants. Ajoutée à
un régime alimentaire à base de végétaux, Il faut tenir compte des choix concernant
une petite quantité d’aliments d’origine l’utilisation de divers systèmes de production
animale peut améliorer beaucoup la et espèces animales, les objectifs assignés
santé maternelle et le développement des au secteur et les impacts sociaux et
enfants. La dénutrition, notamment le environnementaux de l’élevage. Les systèmes
manque d’aliments d’origine animale, est de production intensive sont extrêmement
un problème énorme et persistant dans efficaces dans la transformation des
les pays en développement. Des régimes ressources (aliments du bétail, eau, etc.)
alimentaires inappropriés entravent le en produits, tels que viande, lait et œufs,
développement physique et mental de peu chers et de haute qualité. Cela vaut en
l’enfant, et entraîne une morbidité et une particulier pour la volaille et les porcins.
mortalité accrue des maladies infectieuses. Les systèmes de production intensive
Elle a aussi un coût économique important peuvent aussi produire moins de gaz à
qui se manifeste sous la forme d’une effet de serre par unité de produit que les
réduction de la performance professionnelle systèmes extensifs. Ils peuvent satisfaire
et de la productivité du travail des adultes. la demande d’aliments d’origine animale,
L’augmentation du revenu peut contribuer en augmentation rapide dans les pays en
à l’amélioration de la nutrition: à mesure développement, avec le plus d’efficacité et
que croît leur revenu, les pauvres achètent avec le moins d’impacts sur le changement
généralement une nourriture plus abondante climatique. Mais la production intensive à
et de meilleure qualité, notamment des aussi son coût.
produits d’origine animale. Attendre que Les systèmes intensifs produisent de
la croissance économique vienne améliorer grandes quantités de déchets qui excèdent
la nutrition ne saurait toutefois être une la capacité d’absorption nutritionnelle des
solution acceptable. Il faut agir pour assurer lieux où ils sont implantés. Des mesures
dans l’immédiat l’accès à une alimentation rigoureuses sont nécessaires pour imposer
adéquate. On pourra ainsi apporter une la récupération de ces déchets et leur
contribution indispensable pour aider restitution à la terre sous forme d’engrais ou
les pauvres à sortir du piège de la sous- leur utilisation à d’autres fins productives.
alimentation/dénutrition-pauvreté. La quantité de ressources utilisées par
D’un autre côté, de nombreux les systèmes de production intensive et
pays du monde, y compris les pays en extensive dépend des animaux et des
développement, connaissent une épidémie lieux, mais partout la mise en œuvre de
d’obésité et de maladies non transmissibles pratiques améliorées de gestion peut réduire
liées au régime alimentaire, qui coûtent l’impact de la production animale sur
cher à l’économie et à la santé nationales. l’environnement.
La consommation excessive de produits La concentration géographique des
animaux contribue à ce problème bien que systèmes de production animale intensive à
d’autres choix en matière d’alimentation proximité des centres urbains peut offrir un
et de style de vie soient évidemment terreau extrêmement fertile aux maladies
aussi en cause. Les politiques agricoles et nouvelles, en particulier lorsque de petits
commerciales peuvent avoir une influence élevages traditionnels subsistent dans le
sur les choix alimentaires en agissant sur voisinage. Elle accroît aussi l’exposition
la plus ou moins grande disponibilité de de la population urbaine aux maladies
certains produits. De manière générale, animales, ce qui aggrave le risque de
110 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

transmission de maladies zoonotiques à faire surtout à court terme, exigeant une


la population humaine. Des systèmes de hiérarchisation des objectifs. La promotion
santé animale beaucoup plus solides sont de la production animale et des revenus peut
nécessaires afin de permettre l’atténuation avoir pour conséquence une pression accrue
de ces risques sanitaires et leur gestion. Une sur les ressources naturelles. La mise en place
première mesure consisterait à encourager de mesures environnementales plus strictes
la relocalisation les unités de production peut entraîner une hausse des coûts de
animale intensive à distance des zones production des produits animaux, qui les rend
urbaines et à réduire le risque de mouvement moins accessibles à la population pauvre.
des pathogènes entre les systèmes. Différents pays et différentes sociétés
peuvent accorder des priorités différentes
aux objectifs, selon le niveau des revenus,
Équilibre entre les objectifs la place relative des petits exploitants dans
de sociétés différentes le secteur, l’importance des exportations
et leurs perspectives, ainsi que le degré de
On a examiné dans le présent rapport le rôle pression exercé sur les ressources naturelles
de l’élevage dans la réalisation des objectifs et l’état de dégradation de celles-ci. D’une
de la société en matière de fourniture de manière générale, la hiérarchie des objectifs
biens privés et publics. Souvent, les multiples varie avec le niveau de développement
objectifs de la société sont interdépendants. économique du pays (figure 16). Les pays à
La gestion des maladies animales, par faible développement économique mettent
exemple, peut être essentielle à la sécurité l’accent sur le rôle de l’élevage dans le
des moyens de subsistance des personnes développement économique et social,
qui vivent dans la pauvreté. L’amélioration et dans l’atténuation de la pauvreté, et
de la nutrition humaine, notamment par un conçoivent leurs politiques en conséquence.
apport approprié des produits animaux au Le renforcement de la contribution de
régime alimentaire, peut aussi contribuer l’élevage aux revenus, à l’emploi et à la
à la promotion du développement social. protection contre les risques pour les groupes
Fréquemment, il y a toutefois des choix à pauvres de la population qui disposent de

FIGURE 16
Répartition des objectifs politiques

SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT

MOYENS DE SUBSISTANCE

Faible développement, Industrialisation lente


nombreux petits propriétaires
Industrialisation rapide Post-industriel

Source: FAO.
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

111
peu d’autres possibilités, sera probablement Pour relever les défis et surmonter les
un objectif primordial dans ces pays. Les pays contraintes auxquels il est confronté, le
à bas revenus peuvent devoir aussi prendre secteur de l’élevage a besoin d’un regain
en considération d’autres facteurs, tels que la d’attention et d’investissements de la part de
gestion des maladies animales, pour soutenir la recherche agricole et de la communauté
la durabilité des moyens de subsistance. du développement, ainsi que de solides
À des stades ultérieurs de développement, mécanismes institutionnels et de gouvernance
il est probable que les politiques seront reflétant la diversité de ce secteur et les
axées sur des objectifs différents, tels que nombreuses exigences qu’il doit satisfaire.
les suivants: ravitaillement de populations, Une action est nécessaire à tous les
en particulier urbaines, croissantes; niveaux: du niveau local, en passant par les
réduction des risques pour la santé humaine niveaux régional et national jusqu’au niveau
des maladies animales; et protection international. Les institutions multilatérales
de l’environnement et des ressources doivent y participer, de même que la société
naturelles. Dans les économies avancées, civile. Cependant, aucune institution n’est
où la production animale ne représente en mesure d’accomplir sa tâche isolément. Il
qu’une petite part de l’économie globale, les est par conséquent indispensable de réunir
préoccupations de la société se concentreront les multiples parties prenantes, y compris le
probablement avant tout sur la santé secteur privé, au sein d’un effort coordonné.
humaine, la sécurité sanitaire des aliments et Il est évident qu’au niveau international,
l’environnement. le secteur de l’élevage et les enjeux auxquels
Il est important de reconnaître au niveau il est confronté doivent focaliser l’attention.
international la légitimité de ces différences L’élaboration d’un programme d’action
de priorités et de veiller à ce que les politiques visant le secteur de l’élevage, appuyé
et les accords internationaux ne soient pas par les gouvernements, les institutions
conçus exclusivement en fonction des priorités internationales, multilatérales aussi bien
d’un groupe restreint de pays riches. que bilatérales, les bailleurs de fonds et les
acteurs de la société civile, est un premier
pas essentiel vers l’instauration d’un secteur
La voie à suivre: un programme de l’élevage présentant les caractéristiques
d’action pour le secteur de suivantes: une meilleure gouvernance; une
l’élevage plus grande attention aux problèmes et aux
enjeux; un processus de développement plus
Le secteur de l’élevage est censé fournir des intégrateur; des niveaux d’investissements
aliments salubres, peu coûteux et abondants proportionnels à l’importance du secteur
aux populations urbaines croissantes et aux défis qu’il doit relever; et une
ainsi que des moyens de subsistance aux coopération internationale améliorée.
producteurs; préserver les ressources De fait, si l’on considère les effets
naturelles tout en les exploitant avec négatifs et positifs très importants du
efficacité; et réduire au minimum les risques secteur de l’élevage sur les objectifs sociaux,
sanitaires pour la population humaine. environnementaux et de santé publique, et
On soutient, dans la présente édition de l’importance de la gouvernance mondiale
La situation mondiale de l’alimentation et de pour l’agriculture dans son ensemble,
l’agriculture, que le secteur de l’élevage ne un tel cadre pourrait ouvrir la voie à une
contribue pas aussi bien qu’il le pourrait à la action internationale concertée visant à
fourniture des biens privés et publics qu’on accompagner le développement du secteur
attend de lui, principalement faute d’avoir de l’élevage.
réalisé les réformes et les investissements
nécessaires. La croissance rapide de ce
secteur, sur fond de faiblesse des institutions Principaux messages du rapport
et de la gouvernance, a engendré des
risques systémiques qui pourraient avoir v L’élevage: un secteur en pleine
des conséquences catastrophiques pour les évolution. Le secteur de l’élevage est
moyens de subsistance, ainsi que pour la santé un des éléments les plus dynamiques
humaine et animale et pour l’environnement. de l’économie agricole. Son expansion
112 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

a été rapide au cours des dernières interconnectée tout au long de la


décennies et on prévoit que, tirée par chaîne d’approvisionnement, ce qui a
l’augmentation de la population, la augmenté l’efficacité de la production
hausse des revenus et l’urbanisation, tout en créant des problèmes liés à
la demande de produits animaux l’usage des ressources naturelles.
poursuivra sa forte croissance jusqu’au – La concentration croissante de la
milieu du siècle. Une action urgente production et du commerce pose de
s’impose donc pour que le secteur puisse nouveaux défis à relever en matière de
répondre à cette demande d’une façon gestion des maladies animales.
qui contribue à la fois à la réduction de v Le secteur de l’élevage contribue à la
la pauvreté, à la sécurité alimentaire, sécurité alimentaire et à la réduction
à la durabilité de l’environnement et de la pauvreté. Toutefois, il pourrait
à la santé humaine. Les opportunités y contribuer davantage par des
et les contraintes présentées par ce réformes politiques et institutionnelles
secteur devraient être soigneusement judicieuses et par des investissements
équilibrées. publics et privés importants poursuivant
– Le potentiel de développement de les trois objectifs suivants: i) renforcer la
la demande de produits de l’élevage capacité des petits exploitants à mettre
est très grand, ce qui présente des à profit les opportunités offertes par la
défis dans l’utilisation des ressources croissance du secteur; ii) protéger les
naturelles, la gestion des risques ménages les plus pauvres pour lesquels
pour la santé animale et humaine, l’élevage représente un filet de sécurité
l’atténuation de la pauvreté et la essentiel; et iii) appliquer des politiques
réalisation de la sécurité alimentaire. de développement rural général
– La demande croissante de produits permettant de faciliter le retrait
de l’élevage et la mise en œuvre des de nombreux ménages ruraux du
changements technologiques dans secteur.
l’ensemble de la chaîne alimentaire – L’élevage représente un moyen
ont profondément modifié certains d’existence important pour un grand
systèmes de production animale. Les nombre de femmes, d’hommes et
systèmes de production mixtes de d’enfants en milieu rural qui vivent
petites dimensions sont aux prises dans la pauvreté. Il remplit un certain
avec la concurrence accrue de vastes nombre de fonctions différentes,
unités de production spécialisées qui depuis la création de revenus et
s’appuient sur des intrants achetés la fourniture d’intrants dans les
auprès de fournisseurs extérieurs. systèmes de production mixtes
Ces tendances sont autant de défis jusqu’à l’amortissement des chocs
considérables à relever pour les petits environnementaux et économiques. Les
exploitants et ont des conséquences décideurs politiques doivent prendre
sur la capacité du secteur à réduire la en compte les multiples fonctions que
pauvreté. remplit l’élevage dans les moyens
– Le passage des systèmes de production d’existence et la sécurité alimentaire
mixtes de petites dimensions, fondés des pauvres.
sur des ressources disponibles – Les petits producteurs ont besoin
localement, à des systèmes industriels de soutien pour tirer parti des
de grandes dimensions, a aussi opportunités offertes par la croissance
déplacé les lieux d’implantation des du secteur et maîtriser les risques
unités de production animale. À associés à une concurrence accrue
mesure que les contraintes liées à et à un rapprochement avec les
la disponibilité locale des ressources chaînes de valeur modernes. Il faut
naturelles sont levées, la distribution pour cela des innovations fortes et
spatiale des unités de production soutenues dans les systèmes agricoles
animale ressemble de plus en plus à et alimentaires nationaux, régionaux
des pôles fonctionnant de manière et mondiaux et une stratégie
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

113
mêlant changement politique et peut réduire les émissions de gaz à effet
institutionnel, développement des de serre.
capacités, innovation technologique et – Les gouvernements et les institutions
investissements qui prennent en compte doivent sans délai élaborer et mettre
la parité hommes-femmes et qui soit en œuvre des politiques appropriées,
réactive. aux niveaux national et international,
– Les décideurs politiques doivent tenir pour traiter les interactions entre
compte des différences entre les petits l’élevage et l’environnement. La
producteurs en termes de capacités hausse constante de la production
d’adaptation au changement. Certains animale se traduira sinon par
petits éleveurs ne pourront sans d’énormes pressions sur la santé
doute pas rester compétitifs dans un des écosystèmes, la biodiversité, les
secteur qui se modernise rapidement ressources en terres et forêts ainsi
et devront renoncer à leur élevage, que la qualité de l’eau, et contribuera
du fait de l’augmentation du coût de manière substantielle au
d’opportunité de la main-d’œuvre réchauffement de la planète.
familiale. Des stratégies plus larges de – Les politiques doivent viser avant
développement rural visant à créer tout à corriger les distorsions du
des emplois hors agriculture pour les marché et les dysfonctionnements
femmes, les hommes et les jeunes qui encouragent la dégradation
peuvent faciliter leur désengagement de l’environnement. Les aides
du secteur. ou subventions qui encouragent
– Les décideurs politiques doivent directement ou indirectement le
apprécier et préserver la fonction surpâturage, la dégradation des terres,
de filet de sécurité que remplit le déboisement, la surexploitation
l’élevage pour les très pauvres. Dans des ressources en eau ou les émissions
le secteur de l’élevage, les pauvres de gaz à effet de serre devraient
sont particulièrement vulnérables être réduites ou éliminées. Des
aux zoonoses et aux risques politiques faisant appel aux lois du
environnementaux. marché, comme les taxes ou droits
v Le secteur de l’élevage doit améliorer d’utilisation des ressources naturelles,
sa performance environnementale. Il devraient amener les producteurs à
conviendrait de renforcer la internaliser les coûts des dommages
gouvernance du secteur de l’élevage environnementaux causés par la
pour assurer une croissance continue production animale.
respectueuse de l’environnement. La – Certains effets négatifs de l’élevage
production animale exerce une pression sur l’environnement découlent de
croissante sur la terre, l’air, l’eau et la problèmes associés à des ressources
biodiversité. Une action corrective est collectives en accès libre. Clarifier
nécessaire pour encourager la mise à les droits de propriété foncière et
disposition de biens publics, tels que les promouvoir des mécanismes de
services écosystémiques et la protection coopération sont une exigence absolue
de l’environnement. Il conviendra à pour une gestion durable des biens
cette fin de s’intéresser aux précédents collectifs.
échecs politiques et dysfonctionnements – L’application de technologies au
de marché, et d’élaborer et d’appliquer service de l’emploi rationnel des
des incitations ou des sanctions. terres et des aliments pour bétail
L’élevage contribue aux changements peut atténuer les effets négatifs
climatiques mais en subit également de l’élevage sur la biodiversité, les
les conséquences. Il peut jouer un écosystèmes et le réchauffement
rôle essentiel pour les atténuer: par planétaire. Les technologies visant
exemple, l’utilisation de technologies à améliorer le rendement de
plus performantes, encouragées par des l’élevage incluent l’amélioration des
incitations économiques appropriées, races animales, de la gestion des
114 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

pâturages, de la santé animale et le aux maladies animales et à la sécurité


sylvopastoralisme. sanitaire des aliments.
– La rémunération des services – Parce qu’elles peuvent mettre en
environnementaux par des sources danger la santé humaine, perturber les
publiques ou privées peut être un marchés et le commerce, réduire
moyen efficace de promouvoir la productivité et aggraver la pauvreté,
de meilleurs résultats, en termes les maladies animales ainsi que les
notamment de conservation des sols, maladies d’origine alimentaire causées
de conservation de la flore et de la par le manque d’hygiène alimentaire,
faune sauvages ainsi que des paysages, posent un problème à tout un
et de séquestration du carbone. chacun. L’amélioration de la gestion
– Le secteur de l’élevage a un potentiel de l’élevage, en vue de prévenir et
énorme en matière de contribution à de maîtriser ces maladies peut être
l’atténuation des effets du changement porteuse de bienfaits économiques,
climatique. Réaliser ce potentiel sociaux et sanitaires pour les pauvres
implique des initiatives nouvelles et pour l’ensemble de la société.
et ambitieuses à l’échelle nationale – L’évolution des pathogènes est
et internationale, notamment la imprévisible; il est donc impossible
promotion de la recherche et du de se prémunir. De nouveaux agents
développement dans le domaine pathogènes continueront d’apparaître
des technologies d’atténuation; des et le risque de propagation doit être
moyens efficaces et renforcés pour traité au cas par cas. Un cadre mondial
financer les activités d’élevage; le approprié est nécessaire pour lutter
déploiement, la diffusion et le transfert contre les zoonoses et les maladies
des technologies visant à réduire les animales transfrontières apparues
émissions des gaz à effet de serre; et récemment.
le développement des capacités pour – Les systèmes publics de santé animale
contrôler, documenter et vérifier le et de sécurité sanitaire des aliments
niveau des émissions liées à l’élevage. doivent tenir compte du fait que
v Les maladies animales présentent l’impact des maladies animales et
des risques systémiques auxquels il des maladies d’origine alimentaire
importe de remédier. Certains services varie d’un pays et d’un système
de santé animale constituent des biens de production à l’autre, selon le
publics en cela qu’ils protègent la niveau économique. La capacité des
santé humaine et animale et profitent différents groupes à relever ces défis
donc à la société dans son ensemble. et les incitations nécessaires à les
Les maladies animales diminuent encourager à le faire, doivent être
la production et la productivité, prises en compte dans la conception
bouleversent les économies locales des stratégies de gestion des risques et
et nationales, menacent la santé de lutte contre les maladies.
humaine et aggravent la pauvreté, – Un investissement important,
mais les producteurs doivent affronter stratégique et soutenu dans
plusieurs risques et ils ne bénéficient l’infrastructure nationale de santé
pas des mêmes mesures incitatives animale et de sécurité sanitaire des
ni ne possèdent les mêmes moyens aliments est nécessaire dans les pays
pour y répondre. Dans de nombreuses en développement afin de réduire les
régions du monde, les systèmes de santé risques pour la santé humaine et de
animale ont été négligés, d’où des permettre la croissance du commerce
faiblesses institutionnelles, des déficits et des marchés, d’une façon qui
d’information et des investissements permette aux petits éleveurs de sortir
inadaptés dans les biens publics liés de la pauvreté.
à la santé animale. Les producteurs – La capacité des pays plus pauvres à
à tous les niveaux, y compris les participer à la conception des normes
éleveurs pauvres, doivent participer à relatives à la santé animale et à la
l’élaboration de programmes relatifs sécurité sanitaire des aliments devrait
L E P O I N T S U R L' É L E VAG E

115
être renforcée de manière à leur – La concentration de systèmes de
permettre d’améliorer leurs systèmes production intensive à proximité
de santé animale et de sécurité immédiate des centres de population
sanitaire des aliments et d’élargir urbaine accroît le risque d’apparition
l’accès aux marchés de leurs produits et de transmission des maladies au
animaux. sein des populations animales et
– Indépendamment de leur niveau et humaines. C’est le cas en particulier
de leurs capacités, les producteurs lorsqu’il y a mouvement des
doivent être associés à la conception personnes et des animaux entre
et à la mise en œuvre des programmes les systèmes traditionnels et les
de prévention et de maîtrise des systèmes industriels. Des incitations
maladies animales et d’amélioration et des réglementations peuvent alors
de la sécurité sanitaire des aliments. être nécessaires pour encourager
Les éleveurs pauvres doivent participer l’implantation des unités de
davantage à la lutte contre les production animale dans des zones à
maladies, dans leur propre intérêt et plus faible densité de population.
dans celui de tous.
Deuxième partie
TOUR D’HORIZON DE LA
SITUATION MONDIALE
DE L’ALIMENTATION
ET DE L’AGRICULTURE
p
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

119
Tour d’horizon de la situation mondiale
de l’alimentation et de l’agriculture

Le sort des centaines de millions de d’éviter une diminution excessive de la


personnes qui souffrent de la pauvreté et de consommation.
la faim dans le monde suscite de profondes Dès la mi-2009, l’étendue de la crise,
inquiétudes. Pendant la préparation de son acuité et sa gravité compromettaient
l’édition 2008 de la Situation mondiale toute chance de reprise rapide. En avril
de l’alimentation et de l’agriculture (FAO, 2009, le Fonds monétaire international
2008b) la crise alimentaire mondiale (FMI, 2009) a projeté une baisse générale
monopolisait l’attention alors que du produit national brut (PIB) en 2009 et
l’augmentation rapide des prix des denrées le retour à une croissance positive à partir
alimentaires menaçait gravement la sécurité de 2010 seulement, tout en prévenant que
alimentaire mondiale. Au Sommet du G8 celle-ci serait lente par rapport aux reprises
au Japon en juillet 2008, les dirigeants des économiques du passé. Le FMI a également
pays les plus industrialisés du monde se sont souligné la grande incertitude entourant
déclarés vivement préoccupés du fait que les perspectives futures et la crainte que les
«l’escalade des prix alimentaires à l’échelle politiques économiques ne suffisent pas pour
mondiale, couplée à des problèmes d’offre briser le cercle vicieux de la détérioration des
dans plusieurs pays en développement, conditions financières et de l’affaiblissement
menacent la sécurité alimentaire mondiale». des économies.
Les effets dévastateurs de la hausse des prix Qu’il s’agisse de reprise après la crise
des denrées alimentaires ont exacerbé la économique ou d’évolution de la situation
tendance, déjà alarmante, à l’augmentation des marchés agricoles, les perspectives
du nombre des personnes souffrant de sous- revêtent une importance critique non
alimentation partout dans le monde. seulement pour les pauvres et les affamés
À l’épisode de la «flambée des prix» du monde mais aussi pour envisager des
a rapidement succédé la plus grave crise progrès rapides et soutenus en matière de
financière et la récession économique la réduction de la faim. Alors que les pronostics
plus profonde que le monde ait traversées sur l’économie mondiale demeurent flous,
depuis 70 ans. La crise a frappé de vastes la situation des marchés agricoles est
régions simultanément, faisant tomber devenue encore plus incertaine pendant
des millions de personnes dans la faim l’année écoulée de sorte que les perspectives
et la sous-alimentation. Son impact a été agricoles sont particulièrement difficiles à
particulièrement rude car elle se greffait sur cerner. Les causes et les risques associés à la
l’augmentation des cours des denrées de flambée des prix des denrées alimentaires
base liée à la crise alimentaire des années de 2006-08 restent latents en 2009. Les prix
2006-08, qui les avait rendues inaccessibles réels de l’énergie sont encore au-dessus
pour des millions de pauvres. Tandis que de la tendance tandis que la reprise de la
les prix des produits alimentaires sur les croissance des revenus dans les pays en
marchés mondiaux ont nettement reculé sous développement pourrait se traduire par une
l’influence de la crise financière, la baisse nouvelle pression à la hausse sur les prix
des prix des produits alimentaires sur les des produits alimentaires. La demande de
marchés intérieurs est souvent intervenue matières premières pour biocombustibles
plus lentement. L’augmentation inhabituelle est soutenue, si ce n’est pas par des concepts
et persistante des prix des aliments et des économiques fondamentaux, du moins
carburants a éprouvé jusqu’à la limite les par l’abondance de mesures telles que les
mécanismes de survie de nombreux ménages incorporations obligatoires de biocarburants
pauvres qui ont été forcés d’entamer leurs – ou les subventions et crédits d’impôts
actifs (financiers, matériels et humains) dans favorisant leur consommation – appliquées
la tentative, pas toujours garantie de succès, dans de nombreux pays (les relations entre
120 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

les biocarburants et l’agriculture ont été


approfondies dans l’édition 2008 de La SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
situation mondiale de l’alimentation et MONDIALE: LES TENDANCES7
de l’agriculture [FAO, 2008b]). Si les cours Les chiffres de la faim et de la sous-
des produits ont considérablement baissé alimentation dans le monde ont été
par rapport au pic atteint à la mi-2008, la radicalement influencés par les deux crises
plupart s’établissent au niveau de tendance consécutives. D’après les estimations actuelles
ou au-dessus. Il convient surtout de noter de la FAO, le nombre de personnes sous-
que malgré la chute des prix indicatifs sur alimentées dans le monde en 2008 atteignait
le marché mondial, la diminution des prix 915 millions (FAO, 2009c), soit le nombre le
intérieurs des produits dans de nombreux plus élevé estimé au cours des trois ou quatre
pays est restée lente – en particulier pour dernières décennies (bien qu’en pourcentage
les prix des aliments de détail. En dépit de de la population mondiale, la proportion
l’accalmie des augmentations de prix des des personnes qui souffrent de la faim soit
denrées alimentaires, les prix des aliments encore bien inférieure à celle de 1970).
de détail n’ont pas enregistré une baisse Selon les projections de la FAO basées sur le
équivalente à celle d’autres produits. En travail du Service des études économiques du
outre, la plupart des politiques mises en Département de l’agriculture des États-Unis,
œuvre dans de nombreux pays dans le il faut s’attendre à ce que le nombre des
but de protéger les consommateurs, dont personnes sous-alimentées dans le monde
plusieurs ont fait écran à une éventuelle passe à 1,02 milliard en 2009. La figure 17
reprise de l’offre, n’ont été supprimées que présente la ventilation de ce chiffre par
lentement. Les questions concernant les région.
politiques à mettre en œuvre pour prévenir Cette brusque accélération se greffe sur
les crises alimentaires restent entières. une tendance déjà alarmante, observée
L’incertitude est encore considérable ces dernières années, d’augmentation
concernant les marchés agricoles partout du nombre estimé des personnes sous-
dans le monde. alimentées. Le nombre des sous-alimentés
En dehors de la question de savoir à quel avait connu une baisse significative dans
moment s’enclenchera la reprise au sortir de les années 70 et 80 ainsi qu’au début des
la récession économique profonde et à quel années 90, en dépit d’une croissance rapide
rythme elle s’effectuera, un certains nombre de la population, tandis que pour les pays en
de problèmes spécifiques à l’agriculture et développement, la proportion de personnes
aux marchés agricoles apparaissent comme sous-alimentées passait de un tiers en 1970
critiques pour l’avenir de l’agriculture à moins de 20 pour cent dans les années 90.
et de la sécurité alimentaire mondiales Depuis la seconde moitié de cette même
en 2009-2010 et au-delà. Dans quelle décennie, le nombre des sous-alimentés
mesure les prix des denrées alimentaires n’a cessé de croître malgré une baisse
qui prévalent sur le marché mondial et les continue de la proportion des personnes
marchés intérieurs constituent-il un signal sous-alimentées, réduite à 16 pour cent de
pour les producteurs et les consommateurs? la population des pays en développement
La relance de la croissance de l’économie et à 13 pour cent de la population mondiale
mondiale débouchera-t-elle sur une en 2004-06. De plus, pour la première fois
nouvelle phase d’augmentation des prix depuis des décennies, la crise récente a
des produits alimentaires? De quel essor provoqué un accroissement du nombre des
l’agriculture mondiale est-elle capable sous-alimentés aussi bien en termes absolus
face à une augmentation des prix des qu’en termes de proportion.
produits agricoles? Dans quelle mesure les La crise touche de vastes segments de
politiques adoptées dans le but de protéger la population. Ceux qui ont été le plus
les consommateurs nationaux contre durement touchés par la hausse des prix des
l’effet de la hausse des prix des aliments denrées alimentaires – les ruraux sans terre,
ont-elles faussé les marchés internationaux,
exacerbant ainsi le problème et 7
La FAO (2009c) fournit une analyse plus approfondie des
barrant toute réponse efficace du côté tendances de la sous-alimentation à l’échelle mondiale et
de l’offre? de l’impact de la crise sur la sécurité alimentaire mondiale.
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

121
FIGURE 17
Estimations de la FAO du nombre de personnes sous-alimentées en 2009,
par région (en millions de personnes)

Économies de marché développées 15

Proche-Orient et Afrique du Nord 42

Amérique latine et Caraïbes 53

Afrique subsaharienne 265

Asie et Pacifique 642

Source: FAO, 2009c.

les ménages dirigés par des femmes et les consommation n’ont cédé que lentement. Les
pauvres des zones urbaines (FAO, 2008c) – prix ont entamé une lente ascension pendant
sont dans des conditions particulièrement les premières années de la présente décennie,
précaires. Leur capacité de résistance est le qui s’est brusquement accélérée à la fin
plus souvent épuisée ou réduite à l’extrême. 2006. L’indice de la FAO relatif aux prix des
Les zones rurales comme les zones urbaines denrées alimentaires de base faisant l’objet
sont touchées par une baisse importante d’échanges internationaux calculé par la
des sources de revenus, notamment celle FAO (base = 100 en 2002-04) a atteint un pic
des envois de fonds. Les pauvres des zones historique de 214 en juin 2008, soit plus du
urbaines risquent d’être particulièrement double par rapport à la période de référence
touchés car les villes sont plus sensibles aux et 139 pour cent de plus que la moyenne
cours des marchés mondiaux et subissent de l’année 2000. De juin 2008 à la fin du
plus directement le contrecoup d’un premier trimestre de 2009, l’indice a chuté de
fléchissement de la demande d’exportation 35 pour cent, revenant au niveau enregistré
et d’un recul des investissements directs à au premier trimestre de 2007. En mai 2009,
l’étranger. Les zones rurales sont toutefois après une nouvelle poussée internationale
exposées aux effets du ralentissement des prix de certains produits alimentaires de
éventuel des activités agro-industrielles et du base importants (à l’exclusion du riz et de
retour des émigrés. la viande), l’indice affichait une valeur de
152, près de 30 pour cent en deçà du niveau
record de juin 2008. Encore faut-il préciser
que ce chiffre dépassait encore de 152 pour
ÉVOLUTION DES PRIX AGRICOLES cent la valeur de référence et de près de
– LA FORTE VARIABILITÉ DES PRIX 70 pour cent le niveau enregistré en 2000.
DES DENRÉES DE BASE Pour la plupart des produits agricoles,
Après une période de hausse générale des l’augmentation des prix a été encore plus
prix, les cours des denrées alimentaires sur marquée lors de la période de hausse
les marchés internationaux ont amorcé généralisée mais le fait que les denrées
une baisse (figure 18, page 121). Ils restent de base, en particulier les céréales et
néanmoins élevés, au regard des tendances les huiles végétales, aient présenté à
historiques, souvent, les prix intérieurs à la la fois l’augmentation la plus forte et
122 la situation mondiale de l ‘ alimentation et de l ‘ agriculture 2 0 0 9

encadré 19
Les crises alimentaires

Le nombre de pays en crise qui nécessitent une aide extérieure est un indicateur de
vulnérabilité. Depuis avril 2009, 31 pays se trouvent dans cette situation, dont 20 en
Afrique, 9 en Asie et au Proche-Orient, et 2 en Amérique latine et dans les Caraïbes.
Ces pays devraient manquer des ressources nécessaires pour gérer des situations graves
d’insécurité alimentaire. Les crises alimentaires sont toujours le résultat d’un ensemble
de paramètres. Cependant, pour pouvoir leur apporter une réponse planifiée, il
convient de déterminer si la nature des crises alimentaires est liée principalement à la
faible disponibilité des produits alimentaires, à un accès limité à ces produits ou à des
problèmes graves mais localisés (voir la carte).

Déficit de la production/l’approvisionnement alimentaire agrégé

Manque d’accès généralisé

Grave insécurité alimentaire localisée

Source: FAO, 2009d.

les fluctuations les plus prononcées a des cuirs et peaux utilisés dans la fabrication
particulièrement retenu l’attention compte de biens de consommation durables tels que
tenu du rôle essentiel de ces denrées, tant les véhicules automobiles en est un exemple.
dans la production des revenus ruraux que Depuis le début de la crise mondiale, la
dans l’alimentation des populations pauvres demande relative à ces produits a chuté de
des pays en développement. Les autres prix façon spectaculaire.
agricoles ont également fluctué mais, à La baisse des prix a été largement imputée
l’exception des produits laitiers, dans une aux défaillances de la demande, du côté
bien moindre mesure. C’est à peine si les de la consommation et des importations
matières premières, qui sont importantes en raison de la crise mondiale ainsi qu’à
pour l’économie de certains pays en la faible disponibilité de crédit et à une
développement, ont augmenté pendant contraction de la demande de matières
la période critique de 2006-08. En outre, premières pour les biocombustibles résultant
en termes relatifs, ces prix ont été le plus de la diminution des prix de l’énergie. Les
durement touchés pendant la récession, vu indicateurs relatifs à l’offre ont toutefois
leur grande dépendance vis-à-vis de secteurs joué un rôle important dans la baisse des prix
qui sont très sensibles aux revenus. Le secteur compte tenu, en particulier, de l’abondance
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

123
FIGURE 18
Indices des prix agricoles

Indice (2002-04 = 100)


250 Boissons
Aliments de base

200 Fruits
Matières premières

150

100

50

0
00 01 02 03 04 05 06 07 08 09

Indice (2002-04 = 100)


300
Sucre
Céréales
250
Huiles
200 Produits laitiers
Viandes
150

100

50

0
00 01 02 03 04 05 06 07 08 09

Source: Indices FAO des prix des produits alimentaires; indices FMI des matières premières et des boissons (actualisés); indice FAO des fruits.

de la production végétale en 2008 et semble ne s’être répercutée que faiblement


d’intrants à meilleur marché, notamment et tardivement dans bon nombre de pays
pour les transports. La plus grande en développement et pays à faible revenu
incertitude demeure concernant l’évolution à et à déficit vivrier, en particulier en Afrique
court terme de ces facteurs et leur influence subsaharienne. Le plus souvent, les prix
à venir sur les marchés agricoles. intérieurs dépassaient encore, début 2009,
le niveau enregistré un an plus tôt et, dans
le cas contraire, les diminutions avaient été
relativement modestes par rapport à celles
LES PRIX DES PRODUITS des marchés internationaux (voir encadré 19,
ALIMENTAIRES DANS LES PAYS page 124). Le transfert des prix, quand il
EN DÉVELOPPEMENT est aussi faible, trahit une inefficacité des
La baisse des prix des produits agricoles marchés qui tend à accentuer les fluctuations
enregistrée sur les marchés internationaux des marchés internationaux.
124 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 19
Inflation des prix à la consommation des produits alimentaires, 2007-2009, pays choisis

Févr. 07 – févr. 08
Bangladesh
Févr. 08 – févr. 09

Sept. 08 – sept. 09
Brésil

Déc. 08 – déc. 09

Burkina Faso

Chine

Guatemala

Inde

Indonésie

Kenya

Pakistan

Fédération
de Russie

Afrique
du Sud

Sri Lanka

-10 -5 0 5 10 15 20 25 30 35 40

Pourcentage
Source: OCDE-FAO, 2009.

C’est à partir de 2008 que l’augmentation et n’ont baissé que marginalement dans
des prix au détail des denrées alimentaires d’autres (figure 19). La «viscosité» des
a suscité des inquiétudes graves dans prix de détail, qui est une caractéristique
les économies en développement et commune des marchés alimentaires, est
développées. Tout semble indiquer que liée à l’influence accrue sur les prix des
l’inflation des prix des denrées alimentaires produits de divers facteurs qui entrent en
a marqué un sérieux coup d’arrêt après jeu au moment de la transformation et de la
la chute des prix des denrées de base à la distribution.
mi-2008. Toutefois les prix de détail ont Au moment où la crise économique réduit
continué à augmenter dans certains pays les revenus de manière radicale, la hausse
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

125
persistante des prix alimentaires continue de leurs matières premières (FAO, 2008b).
par conséquent à compromettre l’accès à En deuxième lieu, tandis que le niveau
la nourriture de très nombreux groupes de actuel des prix du brut n’est pas de nature à
population à faible revenu, ceux-là mêmes entraîner une nouvelle augmentation de la
qui dépensent habituellement une large part production de biocarburants à court terme,
de leurs revenus pour acheter des aliments. les prix resteront élevés en termes réels,
Les plus gravement touchés sont les pauvres au regard des tendances historiques. Cette
des zones urbaines et les acheteurs nets situation continuera de se traduire par le
d’aliments dans les zones rurales. renchérissement des engrais chimiques et
organiques, et par des coûts de transport
élevés. Enfin, le ralentissement qui semble
frapper la productivité agricole suppose que
LES PRIX MONDIAUX DES toute augmentation de la production aura
PRODUITS AGRICOLES: pour corollaire une majoration des coûts
PERSPECTIVES À MOYEN TERME unitaires réels. L’analyse de l’évolution de la
Bien que nettement inférieurs aux niveaux situation des prix réels des produits cultivés
records de juin 2008, les prix des produits montre que la tendance à long terme à la
alimentaires restent élevés en 2009 par baisse, évidente depuis plusieurs décennies,
rapport aux tendances des 10 dernières pourrait avoir pris fin en 2000 et que les
années. Les projections de l’Organisation projections ne laissent prévoir aucune reprise
de coopération et de développement de la tendance à la baisse à moyen terme.
économiques (OCDE) et de la FAO indiquent (voir la figure 20, page 126).
que les prix des denrées alimentaires
se maintiendront à ces niveaux, voire
augmenteront à moyen terme, continuant
ainsi à dépasser en termes réels les niveaux LA PRODUCTION AGRICOLE
antérieurs aux flambées de 2007-08 (OCDE- Comment l’agriculture s’est-elle comportée
FAO, 2009). face à la crise des prix de 2007-08 et
Les projections de l’OCDE-FAO indiquent comment peut-elle réagir dans le contexte
que ces conditions sont relativement blindées de la récession mondiale et au-delà? D’après
contre la crise généralisée même si certains les estimations reposant sur les chiffres8 de
produits plus sensibles aux revenus, tels que production issus de l’indice de la FAO et de
les huiles végétales et les produits carnés l’estimation OCDE-FAO (2009), la production
et laitiers, pourraient être plus touchés si agricole mondiale a augmenté en 2008 de
la situation économique devait encore se 3,9 pour cent par rapport à 2007, un certain
dégrader. nombre de pays ayant accru la production
Le maintien des prix réels des produits en réponse à l’augmentation des prix de
agricoles à un niveau plus élevé à moyen 2007 et même de meilleures perspectives de
terme dépend essentiellement de trois prix pour 2008 (figure 21, page 127). Cette
facteurs importants. Tout d’abord, les expansion de la production faisait suite à
objectifs de consommation de biocarburants deux années consécutives (2006 et 2007) de
dans plusieurs pays – qui définissent les taux performances inférieures à la tendance de
d’incorporation d’éthanol et de biodiesel la croissance mondiale pour la décennie, soit
dans la consommation totale de carburant, environ 2,2 pour cent.
indépendamment des conditions du marché Les réponses de l’offre agricole en 2008
– ainsi que divers types de subventions ont varié selon les régions. Dans ce domaine,
et d’incitations fiscales semblent devoir ce sont surtout les pays européens et de la
entretenir l’influence de la production Communauté des États indépendants (CEI)
de biocarburants sur les prix agricoles, et et les pays industrialisés en général qui ont
cela, bien que les perspectives relatives réagi. L’accroissement de l’offre dans le
au prix du brut semblent plus modestes premier groupe est estimé à 13 pour cent,
qu’au début de 2008. Les marchés de même si ce taux élevé est essentiellement
l’énergie étant plus vastes que les marchés
agricoles, les prix de l’énergie tendent à 8
Indices FAOSTAT de la production agricole: chiffres de la
déterminer les prix des biocarburants et production agricole nette (FAO, 2009b).
126 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 20
Les prix des produits alimentaires sur le marché intérieur des pays en développement
restent élevés

Dans le cadre de l’Initiative de la FAO révèlent une hausse par rapport à l’année
contre la flambée des prix des denrées précédente. Entre 35 et 65 pour cent
alimentaires qui vise à contribuer des pays, selon le type de céréales, ont
au suivi et à l’analyse des tendances enregistré une augmentation par rapport
des prix des produits alimentaires à trois mois plus tôt, et les derniers prix
sur le marché intérieur des pays en des aliments disponibles dans la base
développement, le Système mondial SMIAR, à savoir du mois de mars 2009,
d’information et d’alerte rapide dans 10 à 30 pour cent des pays ils sont les
(SMIAR) de la FAO a lancé le projet plus élevés jamais enregistrés.
«Prix nationaux des aliments – base de La situation est encore plus grave en
données et outil d’analyse»1. Cette base Afrique subsaharienne. Les prix du riz sur
de données couvre près de 800 séries le marché intérieur sont beaucoup plus
mensuelles des prix du commerce de élevés qu’il y a 12 mois dans l’ensemble
détail et du commerce de gros des des pays recensés dans la base de données,
principaux aliments2 consommés dans tandis que les prix du maïs, du millet et
58 pays en développement, ainsi que les du sorgho ont progressé dans 89 pour
prix à l’exportation des céréales. cent de ces pays. S’agissant du blé et de
Une première analyse (en avril 2009) ses produits dérivés, 71 pour cent des
des données a confirmé que les pays étudiés ont enregistré des prix plus
prix sur le marché intérieur des élevés que 12 mois plus tôt. À l’exception
pays en développement sont restés du millet, les derniers prix pour les autres
globalement très élevés, bien que céréales ont largement dépassé leur
les prix sur le marché international niveau record de 2008 dans près d’un
aient considérablement reculé par tiers des pays, dont la plupart en Afrique
rapport à 2008. Les prix sur le marché orientale et australe. Cependant, les prix
international de l’exportation du des aliments demeurent également élevés
maïs, du sorgho, du blé et du riz ont dans d’autres régions, notamment ceux
diminué respectivement de 31, 38, 39 du riz en Asie et du maïs et du blé en
et 30 pour cent par rapport à 12 mois Amérique centrale et du Sud.
plus tôt et entre 37 et 53 pour cent
par rapport à leur niveau record de
2008. La situation des prix des céréales
1
Disponible à l’adresse suivante: www.fao.org/
giews/pricetool
sur le marché intérieur des pays en 2
Principalement les céréales et les produits à
développement contraste fortement base de céréales, mais également les haricots, le
manioc, les pommes de terre et certains produits
avec ce constat. Dans environ 80 pour de l’élevage.
cent des pays recensés dans la base de 3
L’estimation des prix la plus récente se rapporte, à
quelques exceptions près, à la période entre janvier
données, les dernières estimations des
et avril 2009.
prix nominaux3 sur le marché intérieur Source: FAO, 2009d.

dû à des récoltes excellentes après plusieurs une reprise après la croissance négative de
années de croissance au ralenti. L’apport 2007.
quantitatif le plus significatif est celui des Les estimations relatives au groupe
pays industrialisés, qui dominent aussi les des pays en développement excluent
marchés d’exportation. La production en pratiquement toute production supérieure
provenance de ce groupe a augmenté de à la tendance, avec une croissance en deçà
près de 6 pour cent en 2008. des valeurs de référence en Amérique
Parmi les pays en développement, la latine et une légère diminution de la
croissance été importante en Afrique où le production en Asie. En raison de la faible
taux de 4 pour cent traduit essentiellement transmission des prix dans les pays en
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

127

Pourcentage des pays de la base de données dont les dernières estimations des prix
sont supérieures à la période spécifiée ou au maximum enregistré

dernier prix > 12 mois auparavant

Maïs

Millet et sorgho

Riz
Blé et produits

dernier prix > 3 mois auparavant

Maïs

Millet et sorgho

Riz
Blé et produits

dernier prix est le maximum enregistré

Maïs

Millet et sorgho

Riz
Blé et produits

0 20 40 60 80 100
Pourcentage des pays

Tous les pays Afrique subsaharienne

développement, couplée à des contraintes modeste et presque entièrement limitée à un


du côté des disponibilités, en particulier de petit nombre de pays qui sont exportateurs
la disponibilité et de l’utilisation limitées traditionnels de céréales à destination
d’intrants modernes, aux difficultés d’accès du marché mondial. Les perspectives de
aux marchés et aux infrastructures peu croissance de la production agricole en
solides constatées dans de nombreux pays, 2009 apparaissent elles aussi limitées, en
l’offre ne réagit qu’en présence de dispositifs particulier dans le contexte de la récession
d’incitation renforcés. économique grave, marquée par une
Si l’agriculture mondiale a connu une demande faible et la difficulté éprouvée
expansion en 2008, celle-ci a été relativement par les pays en développement à renouveler
128 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 20
Prix réels des céréales

USD/tonne
1 600 Riz
Maïs
1 400
Blé
1 200

1 000

800

600

400

200

0
70 75 80 85 90 95 00 05 10 15

Note: Blé des États-Unis, HRW no 2; maïs des États-Unis, no 2; riz usiné, grade B, Bangkok. Source: OCDE-FAO, 2009,
Corrigé avec le PIB des États-Unis comme déflateur. pour des projections de 2009 à 2018.

leurs performances de 2008. De plus, les agricole aux États-Unis d’Amérique n’a
dérogations aux obligations de mise hors- augmenté que d’environ 12 pour cent
culture au sein de l’Union européenne (UE) pendant la même période. De plus, pendant
ont joué pour beaucoup dans l’augmentation les 10 prochaines années, la croissance de
de la production. La production dans la CEI la production agricole devrait être plus
et les pays industrialisés n’atteindra pas le lente dans les pays industrialisés, tandis que
niveau de 2008. En revanche, elle sera sans les pays d’Amérique latine, d’Asie et de la
doute plus réactive dans de nombreux pays CEI connaîtront une croissance beaucoup
en développement si les prix restent élevés plus rapide. D’ici 2018, la production
dans ces régions. agricole dans ces régions devrait s’accroître
À moyen terme, les estimations OCDE- respectivement de 75,53 et 58 pour cent par
FAO (2009) indiquent que la croissance rapport à 2000, contre une augmentation de
de la production agricole pendant les 12 pour cent seulement pour les économies
10 prochaines années n’égalera pas celle de industrialisées. Il se peut que la production
la décennie écoulée, la croissance annuelle agricole du Brésil, pour laquelle les
moyenne passant de 2,0 pour cent en estimations font état d’un remarquable bond
1999-2008 à 1,7 pour cent en 2009-2018. de 50 pour cent depuis 2000, bénéficie d’une
En conséquence, les taux de croissance par nouvelle expansion de 50 pour cent au cours
habitant devraient être identiques (soit des 10 années à venir.
0,6 pour cent). Les chances de croissance à plus long
Dans les pays industrialisés, la production terme dans le domaine agricole semblent
agricole a connu la plus faible croissance au résider dans les régions situées en dehors
cours des 10 dernières années, en particulier des pays industriels (figure 22, page 128). À
en raison de la stagnation des taux de cet égard, des investissements sont réalisés
croissance en Europe. De fait, en 2009, la dans ces régions de développement potentiel
production agricole de l’Europe à 27 s’établit de l’offre, par des pays en développement
selon les estimations à un niveau plus bas à revenu plus élevé soucieux de leur
qu’en 2000. Malgré la dépréciation du taux propre sécurité alimentaire à long terme.
de change qui a généralement pour effet Ces investissements peuvent favoriser le
de stimuler la demande à l’exportation, développement du secteur agricole et,
les prévisions indiquent que la production dans la foulée, modifier à long terme
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

129
FIGURE 21
Croissance de la production agricole, par région

Afrique

Asie-Pacifique
1998-2007
CEI
Pays en
développement

Pays
2006 industrialisés
Amérique latine

PMA

Monde
2007

2008

2009

2010

-6 -4 -2 0 2 4 6 8 10 12 14

Pourcentage
Source: Indice FAOSTAT de la production agricole nette jusqu’en 2007 (FAO, 2009b). Extrapolation d’après OCDE-FAO, 2009.

la géographie des activités agricoles.


Toutefois, dans le contexte des marchés LE COMMERCE DES PRODUITS
fonciers non encore développés, pour que AGRICOLES
ces investissements soient durables et se À court terme, les volumes commerciaux sont
traduisent par des résultats équitables, ils très sensibles aux conditions économiques
exigeront une nette amélioration des cadres et aux variations de la production par
garantissant la protection des ressources région, en particulier dans les régions
nationales et des populations locales face exportatrices nettes. Au moment de la
au risque d’exploitation (FAO, IIED et FIDA, rédaction du présent rapport (juin 2009),
2009). peu d’informations étaient disponibles
130 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 22
Tendances à long terme de la production agricole, par région

Indice (1998-2000 = 1,0)


2.0 Afrique
Asie-Pacifique
1.8
CEI
1.6
Pays
1.4 industrialisés
Amérique latine
1.2
PMA
1.0
Monde
0.8

0.6

0.4

0.2

0
95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17 19

Source: Indice FAOSTAT de la production agricole nette jusqu’en 2007 (FAO, 2009b). Extrapolation d’après OCDE-FAO, 2009.

FIGURE 23
Évolution des exportations réelles mondiales de produits alimentaires

Indice (1999-2001 = 100)


170 Exportations réelles
de produits alimentaires
150

130

110

90

70

50
00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18

Note: L’indice des exportations réelles, qui utilise des prix de référence 1999-2001 pour pondérer les exportations Source: OCDE-FAO, 2009.
par produit, mesure les variations des exportations en USD constants.
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

131
FIGURE 24
Évolution du commerce net réel des produits alimentaires par région

Indice (1999-2001 = 100)


500 Afrique
PMA d’Afrique
400
Asie-Pacifique
300
CEI
200
Pays en
100 développement
Pays
0
industrialisés
-100 Amérique latine
-200 PMA

-300

-400
00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18

Note: Indice des exportations nettes réelles par région, à l’aide des prix de référence 2000 Source: OCDE-FAO, 2009.
comme pondération des exportations nettes par produit.

à l’échelle mondiale concernant les production agricole et à la stagnation de


modifications des échanges agricoles la demande alimentaire, les exportations
pendant la crise des prix de 2008. Les effets réelles nettes de produits alimentaires des
éventuels de la récession sur le commerce pays industrialisés ont stagné ces dernières
en 2009 et 2010 sont difficiles à cerner, années et un tel schéma ne devrait pas se
d’autant que la disponibilité de crédit pour modifier à moyen terme. En tant que groupe,
les importateurs, particulièrement dans les les pays industriels resteront fournisseurs
pays en développement, est une contrainte excédentaires et continueront d’exporter
importante. Pour le moyen terme, les vers les pays tiers tandis que les pays en
projections fondées sur l’étude OCDE-FAO développement resteront, collectivement,
(2009) indiquent que pour les produits acheteurs nets de denrées alimentaires.
vivriers, la croissance des échanges réels se Cependant, parmi les pays en
poursuivra lentement (figure 23)9. développement, une expansion à la fois
Les tendances à moyen terme du commerce importante et continue des échanges nets
des denrées alimentaires laissent entrevoir est projetée pour les pays d’Amérique
une modification des schémas relatifs aux latine, notamment l’Argentine et le Brésil,
échanges internationaux. (figure 24). Face tandis qu’un plus grand nombre de pays
à une croissance relativement lente de la de la région Asie Pacifique et d’Afrique
rejoindront les rangs des importateurs
nets. L’excédent alimentaire net du Brésil a
9
La valeur des indices relatifs aux échanges réels
de produits alimentaires (comme les indices nets de
presque quadruplé depuis 2000 et devrait
la production agricole) indiquent le niveau relatif des encore augmenter de 50 pour cent en 10 ans.
échanges globaux de denrées alimentaires de base à prix Les pays de la CEI devraient émerger comme
constants, sur la base de la moyenne pour la période fournisseurs nets d’aliments, passant à
de référence 1999-2001. Les chiffres du commerce
annuel à partir de ces estimations sont approximatifs moyenne échéance du statut d’importateurs
car ils conjuguent les données de la campagne de nets à celui d’exportateurs nets. Le déficit
commercialisation pour les produits récoltés avec les alimentaire important qui persiste dans les
données de l’année civile pour d’autres catégories de
pays les moins avancés (PMA), en particulier
produits. Ces estimations sont utilisées pour dégager les
tendances récentes et non pour établir les performances ceux d’Afrique, suscite l’inquiétude d’autant
commerciales annuelles. qu’il devrait augmenter de 50 pour cent en
132 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

ENCADRÉ 21
Le retour des prix élevés pour les produits agricoles?

Les prix des produits agricoles ont de la croissance et de hausse des prix du
fortement reculé au début de la brut, les prix internationaux des produits
récession mondiale du deuxième alimentaires de base augmenteraient
semestre 2008. Pratiquement tous de 20 à 25 pour cent par rapport à la
les produits de base ont brutalement projection de référence. Néanmoins, ils
chuté en raison d’une faible demande ne retrouveraient pas leurs niveaux de
et des réponses apportées, en termes 2007-08, à l’exception du maïs qui dépend
d’approvisionnement, aux prix souvent davantage du prix du brut (en raison
vertigineux enregistrés par les produits de son importance en tant que matière
agricoles ces deux dernières années. première pour la production d’éthanol).
Quelle est la probabilité d’une résurgence Cependant, l’analyse montre clairement
des prix si la croissance mondiale devait l’extrême sensibilité actuelle du secteur
retrouver un rythme plus dynamique et si agricole aux hausses des prix de l’énergie,
les prix du pétrole renouaient avec leurs qui affectent l’offre mais également de
niveaux de 2008? plus en plus la demande sur le marché
Le modèle Aglink-Cosimo OCDE-FAO mondial des produits alimentaires.
a permis d’élaborer un scénario selon
lequel la croissance économique mondiale
de l’ensemble des pays retrouverait la
vigueur enregistrée entre 2004 et 2007 et
les prix du pétrole renoueraient avec les
100 USD le baril1. Le scénario ainsi obtenu
est comparé à la projection de référence
tirée des Perspectives agricoles de l’OCDE
et de la FAO 2009-2018 (OCDE-FAO, 2009),
qui prévoit une croissance économique
des pays développés et en développement
inférieure respectivement de1 pour cent 1
Plus précisément, selon ce scénario, la croissance
et de 2 pour cent, et des prix du pétrole reprendrait en 2011 et les prix du pétrole
atteindraient 100 USD le baril, d’ici à 2012. Tous
oscillant entre 60 USD en 2012 et 70 USD les autres facteurs déterminants, tels que la
le baril en 2018. productivité, l’inflation et les taux de change,
restent constants comme illustré dans OCDE-FAO
Les simulations du modèle indiquent (2009).
que d’après ce simple scénario de reprise Source: FAO.

termes réels dans les 10 prochaines années, classes de produits importants, relèvent
accentuant la dépendance de ces pays vis-à- de quatre grands domaines: les politiques
vis des livraisons étrangères. relatives au commerce, à la production, à la
consommation et aux stocks. La plupart de
ces politiques ont été appliquées pendant
des périodes limitées. Toutefois, certaines
LES MESURES PRISES FACE À LA d’entre elles, qui avaient été introduites
HAUSSE DES PRIX DES DENRÉES en 2007, sont toujours en vigueur en
ALIMENTAIRES ET LEUR IMPACT 2009 malgré le recul sensible des prix
SUR LES MARCHÉS AGRICOLES internationaux.
Confrontés à la hausse continue des prix Une interrogation importante porte sur
des denrées alimentaires sur les marchés l’impact conjugué de ces politiques sur les
mondiaux en 2007 et 2008, de nombreux marchés internationaux et intérieurs et sur
pays ont adopté des mesures destinées à l’effet de déstabilisation éventuellement
atténuer son impact sur la population (FAO, produit par l’absence de coordination de
2009e). Ces mesures, qui visent diverses telles mesures, qui accentueraient la volatilité
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

133

USD/tonne PRIX DU RIZ


700
600
Scénario
500
400
Référence
300
200
100
0
05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18

USD/tonne PRIX DU BLÉ

400
350
300
Scénario
250
200
Référence
150
100
50
0
05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18

USD/tonne PRIX DU MAÏS

250
Scénario
200

150
Référence
100

50

0
05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18

des prix. Cette question est importante FAO afin de mesurer la nature et l’ampleur
pour deux raisons au moins. Tout d’abord de l’impact de ces mesures sur les marchés
les politiques d’un pays ou d’un groupe de agricoles.
pays peuvent annuler ou réduire l’efficacité
des politiques adoptées par d’autres. Les politiques relatives au commerce
Ensuite, certaines mesures peuvent être Mesures visant les exportations
simplement inefficaces, voire compromettre Les politiques relatives à l’exportation
la résolution du problème le plus important, comprennent les taxes à l’exportation et les
qui est l’impact de la hausse des prix sur les subventions, les interdictions d’exporter et
consommateurs pauvres. autres mesures de restriction quantitatives.
La présente section passe en revue les Elles sont généralement appliquées par les
divers types de mesures mises en place dans pays exportateurs nets pour améliorer la
les pays et en examine les répercussions situation de l’offre sur le marché intérieur.
éventuelles. Elle présente en conclusion Ces mesures de taxation, d’interdiction
quelques analyses de scénarios simples sur et de contingentement sont un puissant
la base du modèle Aglink-Cosimo OCDE- facteur de distorsion, en particulier les
134 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

interdictions (qui coupent net le lien entre consommation et les prix à la production.
marchés domestiques et internationaux). Toutefois, l’échelle de réduction des prix est
Selon la mesure appliquée et son incidence souvent moins étendue que dans le cas des
précise sur la restriction des échanges, ces mesures d’interdiction et de taxation des
politiques réduisent à divers degrés les prix exportations car elle est limitée par le seuil
à la consommation intérieure. Toutefois, du droit tarifaire ou de la taxe en vigueur.
elles réduisent les gains et, par conséquent, Ces mesures occasionnent une diminution
l’encouragement à la production qui s’exerce des recettes pour les gouvernements. Pour les
lorsque les prix sont élevés, limitant ainsi denrées alimentaires, la réduction des taxes
la réponse de l’offre à plus long terme. De est fonction des revenus car les segments
plus, en réduisant les exportations, elles ont les plus pauvres de la population consacrent
tendance à faire monter les cours sur les une part plus large de leurs revenus à
marchés internationaux. En revanche, les l’achat de nourriture. Toutefois, le ciblage
taxes à l’exportation peuvent renforcer la n’est pas aussi efficace que dans le cadre de
position budgétaire d’un gouvernement et programmes de protection sociale créés à cet
lui permettre d’introduire des mesures et effet.
programmes de protection sociale ciblés. Certains pays (et l’UE) ont réduit ou
L’Inde, qui est le troisième exportateur éliminé les droits tarifaires ou les taxes sur
mondial de riz, a interdit les exportations les produits alimentaires. Il s’agit notamment
rizicoles autres que celles du riz basmati du Bangladesh, de l’Égypte, de l’Inde, de
et limité les exportations de ce produit, l’Indonésie, de la République islamique
entraînant une baisse significative des d’Iran, du Mali, du Mexique, du Maroc,
disponibilités exportables. De surcroît, du Pakistan, du Pérou, des Philippines, du
l’Inde a interdit les exportations de maïs. Sénégal et de la Turquie. Dans certains
La Chine a éliminé les remises sur la taxe à cas, les réductions tarifaires ont été très
la valeur ajoutée relatives aux exportations importantes. Le Nigéria a opéré une
de blé, de maïs et de soja et a imposé réduction spectaculaire des droits sur les
une taxe à l’exportation sur une série importations de riz de 100 à 2,7 pour cent et
de produits céréaliers et autres. Avant le la Turquie a réduit les taxes à l’importation
20 décembre 2007, les exportations de ces sur le blé de 130 à 8 pour cent et ceux sur
produits agricoles bénéficiaient d’une remise l’orge de 100 à zéro pour cent, tandis que
de 13 pour cent de leur valeur déclarée l’Inde a révoqué un prélèvement de 36 pour
au port d’exportation. Le Bangladesh, le cent sur les importations de farine de blé.
Cambodge, l’Égypte, l’Indonésie et le Viet Plusieurs pays ont suspendu ou réduit les
Nam ont interdit les exportations de riz taxes intérieures sur les produits alimentaires.
tandis que l’Inde, le Pakistan, la Serbie Le Brésil a allégé le régime de taxation du
et l’Ukraine ont interdit celles de blé. Le blé, de la farine de blé et du pain. De même,
Kazakhstan et la Fédération de Russie ont la taxe à la valeur ajoutée a été diminuée
relevé les taxes sur les exportations de blé et pour une gamme de denrées alimentaires de
la Fédération de Russie a introduit une taxe base importées et autres produits au Congo,
à l’exportation de 30 pour cent sur l’orge. pour le riz à Madagascar, le riz et le pain au
De même, la Malaisie a infligé des taxes à Kenya et les céréales vivrières et la farine en
l’exportation sur l’huile de palme, tandis Éthiopie.
que l’Argentine a renforcé la taxation des
exportations de blé, de maïs, de soja et de Les politiques relatives à la production
ses produits dérivés. Afin d’encourager l’essor de la production,
différentes mesures de soutien aux
Mesures visant les importations producteurs ont été introduites, notamment
L’une des mesures les plus courantes, surtout des subventions pour l’achat d’intrants, le
dans les pays importateurs nets, était soutien des prix à la production accompagné
l’élimination ou la réduction des droits et d’un allégement des critères de mise hors
des taxes à l’importation pour les produits culture des terres arables. Ces politiques
alimentaires. Tout comme les politiques peuvent être onéreuses et leur impact
appliquées aux exportations, ces mesures sur les prix à la consommation est limité
ont pour effet de faire baisser les prix à la si le marché intérieur est ouvert mais
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

135
plus substantiel lorsque les liens avec les hors culture de 5 pour cent pour les terres
marchés internationaux sont fragiles. S’il arables pour la campagne 2008/09, mesure
n’est pas bien géré, le subventionnement qui a largement contribué à l’augmentation
des intrants peut aussi entraîner une sensible de la production céréalière de l’UE
augmentation des prix de ces derniers, en 2008.
sous l’effet d’une demande accrue, ce qui Les préoccupations à l’égard de la
avantage les fournisseurs d’intrants plus que fiabilité des marchés internationaux en
les producteurs agricoles. L’assouplissement tant que source d’approvisionnements
des critères de mise hors culture, sans lequel alimentaires sont à l’origine, dans de
la production risque de rester insensible à nombreux pays, d’un regain d’intérêt pour
la hausse des prix, est très efficace lorsqu’il l’autosuffisance alimentaire, considérée
s’agit de stimuler la production et peut comme un moyen pour réaliser la sécurité
effectivement réduire les prix intérieurs en alimentaire nationale. De nombreux pays
présence d’un marché fermé. Lorsqu’il est importateurs nets d’aliments dans le monde
appliqué par les principaux exportateurs, procèdent à l’ajustement de leur stratégie
comme l’UE, il peut aussi avoir un important de développement agricole et accordent la
effet modérateur sur les prix internationaux. priorité à l’expansion de la production afin
Les pays qui ont renforcé les subventions d’être moins dépendants des importations.
aux intrants sont entre autres le Bangladesh, Les Philippines ont décidé d’encourager
la Chine, la République dominicaine, la production alimentaire dans le but de
l’Indonésie et Madagascar. Dans certains parvenir à l’autosuffisance pour les aliments
cas, cette politique a été accompagnée de de base d’ici 2010. L’Arménie a annoncé
mesures favorisant l’accès aux mécanismes qu’elle s’efforce de devenir autosuffisante en
de financement et de crédit et de mesures blé d’ici 2009/10 par le biais de subventions
douanières telles que la réduction des taxes qui favorisent l’expansion des terres
à l’importation et la majoration des droits arables et de l’irrigation. Le Gouvernement
d’exportation sur les intrants. La Chine a du Kazakhstan a prévu d’injecter
augmenté son prix plancher pour le riz et le 3 millions d’USD dans le secteur agricole pour
blé. Elle a aussi renforcé en 2008 le soutien aider les agriculteurs à résister aux effets
accordé par l’État aux agriculteurs sans de la crise mondiale du crédit. La Malaisie a
intervention sur les prix, notamment sous alloué 1,29 milliard d’USD pour encourager
forme de paiements directs, de subventions la riziculture tout en augmentant le prix de
pour l’achat des semences et de machines soutien minimum du riz.
agricoles, de subventions pour les carburants
agricoles, et pour les engrais (Fang, 2009). Les Les politiques relatives à la
subventions totales en 2008 se sont élevées à consommation
102,9 milliards de RMB (14,8 milliards d’USD), Les politiques de soutien aux consommateurs
soit deux fois le montant de l’année et groupes vulnérables ont comporté entre
précédente. Le Gouvernement a recouru autres les mesures suivantes:
plusieurs fois en 2008 à la taxation des t subventions directes à la consommation;
exportations d’engrais chimiques, afin de t déductions fiscales;
contrôler les exportations et de satisfaire la t distribution des stocks publics;
demande des agriculteurs chinois. En Inde, t soutien des prix;
le prix de soutien minimum du paddy a fait t augmentation des salaires du secteur
un bond de 37 pour cent entre la campagne public;
de 2006/07 et celle de 2008/09 (de 6 200 à t programmes de protection sociale.
8 500 INR la tonne) (Gulati et Dutta, 2009). Les programmes ciblés de transfert de
Afin de stimuler la production, l’Indonésie a revenus peuvent s’avérer beaucoup plus
lancé un programme d’intensification de la efficaces et efficients pour atteindre les
production rizicole auquel participent l’Office pauvres que les abattements fiscaux et
national de la logistique (Bulog), des sociétés les subventions à la consommation. Les
privées, des banques et des groupements transferts d’aliments, les coupons et les bons
d’agriculteurs. Le subventionnement des d’alimentation ainsi que les programmes
engrais a également augmenté de 240 pour d’alimentation scolaire sont des exemples de
cent. L’UE a abrogé l’obligation de mise ce type d’assistance alimentaire.
136 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

Des programmes de vivres-contre-travail Corporation of India de libérer sur le marché


avec ciblage par autosélection ont été mis intérieur les volumes requis pour stabiliser
en place par des pays tels que le Bangladesh, les prix. Les stocks de riz et de blé de l’Inde
le Cambodge, l’Éthiopie, Haïti, l’Inde, le devraient atteindre 40 à 45 millions de
Libéria, Madagascar et le Pérou, tandis que tonnes en juillet 2009 (contre les 26 millions
l’Afghanistan, l’Angola, le Bangladesh et le de tonnes détenues habituellement). Aux
Cambodge ont distribué de l’aide alimentaire Philippines, qui sont le premier importateur
d’urgence. Des programmes d’alimentation mondial de riz, le Gouvernement a porté à
scolaire ont été mis en œuvre au Brésil, 2,4 millions de tonnes les volumes importés
au Burkina Faso, au Cap-Vert, en Chine, en 2008 (contre les 2,1 millions de tonnes de
au Honduras, au Kenya, au Mexique et au l’année précédente) dans le but de garantir
Mozambique. Des pays tels que, l’Arabie une réserve de 30 jours au moins jusqu’à la
saoudite, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Indonésie, la fin de l’année. Le Gouvernement d’Arabie
Jordanie, le Liban, la Mongolie, le Maroc, saoudite, l’un des principaux importateurs
les Philippines et la République dominicaine de riz du Proche-Orient a proposé aux
ont vendu des denrées alimentaires à prix importateurs de riz d’envisager un
subventionnés à des groupes cibles. relèvement des stocks de céréales de 50 pour
cent en 2008 afin de couvrir les besoins de la
Les politiques relatives aux stocks consommation nationale pour une période
La constitution de stocks publics et leur de 6-8 mois.
déblocage dans le but de stabiliser les prix
alimentaires à l’échelon national sont un
mécanisme courant pour enrayer le problème
de la hausse des prix. L’augmentation L’IMPACT DES POLITIQUES SUR
et l’accumulation des stocks pourraient LES MARCHÉS MONDIAUX
renforcer les prix alimentaires, tandis que S’il est ardu d’évaluer l’impact d’un tel
l’écoulement des stocks sur les marchés arsenal de politiques et de mesures dirigé
entraîne l’effet inverse. En présence d’un contre la hausse des prix, il est encore plus
marché intérieur cloisonné, la politique des difficile de distinguer ces effets d’autres
stocks peut, selon qu’elle tend à l’achat ou à facteurs qui sous-tendent la situation
la vente, stabiliser ou déstabiliser les prix. À d’instabilité des marchés rencontrée en 2007-
l’échelle mondiale, une demande accrue au 08, dans le contexte de laquelle ces mesures
titre des stocks, exercée par les programmes ont été appliquées. Toutefois, des leçons
nationaux d’intervention, les sociétés ou les importantes peuvent être tirées d’une telle
producteurs individuels qui spéculent sur analyse. Le modèle Aglink-Cosimo OCDE-
les prix élevés, peut faire encore grimper FAO relatif aux marchés internationaux des
les prix. Toutefois, à long terme, les niveaux produits de base a été utilisé pour étudier les
accrus des stocks sont ordinairement principales mesures adoptées en réponse à
associés à des prix plus faibles à l’échelle la hausse des prix des denrées alimentaires.
internationale. Les plus importantes de ces politiques ont
Le Bangladesh, le Cameroun, la Chine, été insérées dans un scénario de base afin de
l’Éthiopie, l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et le comparer deux évolutions possibles – l’une
Sénégal ont tous recouru aux stocks publics avec l’application de ces politiques et l’autre
de denrées alimentaires pour atténuer la sans10.
hausse des prix et ont offert des subventions Les politiques faisant l’objet de cette
ciblées et non ciblées pour les produits analyse ont été insérées dans le modèle
alimentaires de base. Plusieurs pays ont selon l’ordre chronologique d’entrée en
toutefois contribué à l’augmentation des prix vigueur à partir de la campagne commerciale
internationaux en constituant des stocks par 2007/08, et maintenues dans le modèle
le biais d’achats sur le marché international jusqu’au moment où elles sont devenues
dans le but de stabiliser leur propre marché.
En Chine, le système national d’entrepôts
10
Les simulations sont fondées sur les informations
céréaliers a relevé le plafond de ses stocks
détenues par la FAO (2009f) et se concentrent sur les
temporaires. En Inde, des achats records de politiques se prêtant le mieux à la modélisation et censées
riz et de blé en 2008 ont permis à la Food avoir un impact mesurable sur les marchés.
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

137
caduques. Les mesures encore en vigueur limité sur les prix du marché. Globalement, il
ont été conservées dans le protocole de est estimé que les politiques examinées ont
modélisation pendant toute la période de accru la production mondiale de riz en 2007-
référence jusqu’en 201211. L’analyse s’est 09 mais ont fait baisser la consommation à
concentrée sur les marchés mondiaux du l’échelle mondiale en 2007.
riz et du blé qui sont les marchés les plus Pour les marchés du blé, les effets
touchés par les politiques adoptées. Les estimés sur les prix mondiaux sont plus
estimations de l’impact par pays peuvent atténués que pour le riz. À l’exception
varier considérablement par rapport aux de la période initiale, où les mesures
résultats cumulatifs12. douanières induisent une augmentation
Les impacts sur les marchés du riz et du des prix de 4 à 5 pour cent, l’impact le plus
blé, obtenus sur la base de ces scénarios significatif sur les marchés est imputable
et présentés dans la figure 25 illustrent aux politiques relatives à la production, qui
quelques aspects importants. Les marchés ont effectivement entraîné jusqu’à 6 pour
rizicoles, qui sont relativement «minces» si cent de baisse des prix (en 2009) et donné
on les compare aux niveaux de production une impulsion à la consommation et à la
et de consommation mondiaux, ont très production de blé. Si dans le cas du blé, le
nettement ressenti l’effet déstabilisateur des rôle estimé des mesures douanières est bien
mesures de lutte contre la hausse des prix, moins important que pour le riz, c’est que
avec des prix internationaux beaucoup plus d’une part leur prévalence est plus faible
élevés en 2007 et 2008 que dans le scénario que celles qui touchent le riz et que d’autre
de base. Dans le cas du riz, les distorsions part les marchés internationaux du blé sont
les plus importantes ont été provoquées par beaucoup moins «minces» que ceux du riz.
les mesures douanières mises en œuvre en En conclusion, l’analyse suggère que
2007 et 2008. Elles auraient à elles seules les politiques mises en œuvre ont accru la
fait monter les cours mondiaux du riz de production et la consommation de blé, avec
12 pour cent sur une base annualisée, aussi une baisse des prix de référence à l’échelle
bien en 2007 qu’en 2008. Si les mesures mondiale. Elle indique toutefois qu’elles ont
avaient été maintenues pendant les deux déstabilisé les marchés rizicoles, sans effet
campagnes commerciales, les effets auraient significatif à long terme sur les niveaux de
été encore plus marqués. Les estimations consommation. Il importe d’ajouter que la
indiquent que les politiques en matière de suspension totale de l’obligation de mise
stocks ont entraîné un relèvement des stocks hors culture de terres arables au sein de
de riz d’environ 30 à 35 pour cent pendant l’UE n’a pas été prise en compte. Dans le
ces deux années, majorant de quelque cas contraire, l’impact positif estimé sur la
5 et 3 pour cent respectivement les prix production et la consommation de produits
internationaux du riz pendant les campagnes cultivés aurait été beaucoup plus élevé,
de commercialisation de 2007 et 2008. surtout pour le blé et les autres grandes
Les mesures appliquées à la production, cultures d’Europe.
relativement mineures dans le cas des
marchés rizicoles, sont réputées n’avoir eu
aucune incidence sur les prix internationaux
pendant les premières années de la période CONCLUSIONS
à l’étude. En outre, les mesures prises pour La succession rapide de deux crises majeures
stimuler la consommation ont eu un impact – la crise alimentaire mondiale et la crise
financière couplée à la récession économique
11
Le modèle Aglink-Cosimo OCDE-FAO est annuel. Les – ont représenté le coup le plus dur porté
incidences des politiques en place pendant une partie à la sécurité alimentaire mondiale depuis
seulement d’une période de deux années ou plus ont plusieurs décennies. Ces deux crises ont
été introduites proportionnellement à leur durée sur les
différentes campagnes de commercialisation. Toutefois, entraîné une augmentation brutale du
pour les mesures à brève échéance, cette procédure peut nombre des personnes qui souffrent de la
avoir entraîné une sous-estimation de l’ampleur des effets à faim chronique et de la sous-alimentation
court terme en les répartissant sur plus de deux ans.
dans le monde ainsi qu’un renversement de
12
Un rapport en cours de préparation évaluera les
incidences pour d’autres secteurs de produits et affinera la tendance à la baisse, observée jusqu’alors,
l’analyse. de la proportion de la population mondiale
138 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

FIGURE 25
Estimation de l’impact des mesures relatives à la production, à la consommation, aux stocks
et aux frontières sur les marchés du riz et du blé

Pourcentage d’après la valeur référence


RIZ
Prix international de référence
20

15
Production
10
Consommation
5
Stock
0

Frontière
–5

–10 Toutes les mesures

–15
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Pourcentage d’après la valeur référence


RIZ
Consommation mondiale
1,5

1,0
Production
0,5
Consommation
0

–0,5 Stock
–1,0
Frontière
–1,5
Toutes les mesures
–2,0

–2,5
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Pourcentage d’après la valeur référence


RIZ
Production mondiale
2,0

1,5
Production
1,0
Consommation
0,5

0 Stock
–0,5
Frontière
–1,0
Toutes les mesures
–1,5

–2,0
2007 2008 2009 2010 2011 2012

(Suite)
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

139
FIGURE 25 (fin)
Estimation de l’impact des mesures relatives à la production, à la consommation, aux stocks
et aux frontières sur les marchés du riz et du blé

Pourcentage d’après la valeur référence BLÉ


Prix international de référence
6

4
Production
2
Consommation
0
Stock
–2

Frontière
–4

–6 Toutes les mesures

–8
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Pourcentage d’après la valeur référence BLÉ


Consommation mondiale
1,8
1,6
1,4 Production
1.2
1,0 Consommation
0,8
Stock
0,6
0,4
Frontière
0,2
0 Toutes les mesures
–0,2
–0,4
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Pourcentage d’après la valeur référence BLÉ


Production mondiale
2,0

1,5
Production

Consommation
1,0

Stock
0,5
Frontière

0
Toutes les mesures

– 0,5
2007 2008 2009 2010 2011 2012
140 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

n’ayant pas accès à une alimentation aggravé les problèmes rencontrés au niveau
adéquate pour mener une vie saine et active. international et provoqué la déstabilisation
Les origines de la crise financière – et des marchés.
du ralentissement économique qu’elle a Ce rapport a présenté une analyse
déclenché – sont totalement étrangères des conséquences probables d’une
au secteur agricole ainsi qu’aux pays en amélioration de la croissance des revenus
développement où les segments les plus et de la remontée des cours des produits
pauvres de la population en subissent énergétiques. Elle confirme que l’impact
aujourd’hui les effets les plus dévastateurs. serait considérable et que, de fait, les prix
S’il est vrai qu’indépendamment de sa agricoles pourraient encore monter. Le
rapidité, la reprise de l’économie mondiale rapport a également analysé l’impact sur
dépendra de facteurs qui dépassent le cadre la production et les marchés agricoles des
de l’alimentation et de l’agriculture, l’impact politiques introduites en guise de protection
de la crise exige dans l’immédiat des mesures contre la hausse des prix et constaté que
efficaces afin de protéger les premières nombre d’entre elles ont eu un effet
victimes de la crise, qui sont les pauvres déstabilisateur. La situation mondiale de
et les personnes vivant dans l’insécurité l’alimentation et de l’agriculture 2008
alimentaire. (FAO, 2008b) analysait aussi les effets de
Au-delà du redressement après la crise – la demande croissante de biocarburants
dont on espère qu’il sera prompt – il reste sur les marchés agricoles et les incidences
de nombreux problèmes liés à l’alimentation de différents scénarios de croissance de la
et à l’agriculture mondiale, soulignés productivité agricole.
dans le présent rapport, qui suscitent Dans le contexte actuel, marqué par
des inquiétudes. En dépit d’une baisse de graves difficultés et par des risques
par rapport à la ligne de crête de 2008, et incertitudes concernant l’avenir, des
et hors effets de la crise économique, les efforts doivent être déployés dans quatre
cours mondiaux des denrées alimentaires directions au moins. Il importe de faire
sont encore élevés par rapport aux face aux répercussions immédiates de
macrotendances récentes et rien ne laisse la crise au moyen de filets de sécurité
prévoir une baisse, du moins sur le moyen et de programmes de protection sociale
terme. En même temps, divers facteurs appropriés afin de protéger les pauvres et
latents pourraient provoquer une nouvelle les victimes de l’insécurité alimentaire. Il est
poussée des prix encore plus forte que la nécessaire d’intensifier les investissements
précédente. Le retour de conditions de dans l’agriculture dans le double but
croissance des revenus dans les pays en de stimuler des accroissements durables
développement fera repartir la demande de de la productivité, afin d’améliorer la
produits agricoles. L’augmentation des prix situation de l’offre, et d’exploiter le rôle
réels de l’énergie pourra avoir un effet sur la potentiel de l’agriculture en tant qu’agent
production vivrière en raison d’une part de du développement économique et de
ses répercussions sur les coûts des intrants et lutte contre la pauvreté dans les PMA. À
des transports et d’autre part de la demande cet égard, les prix élevés offrent aussi de
accrue de produits agricoles servant de nouvelles chances aux producteurs et sous-
matières premières aux biocarburants. entendent des rendements accrus pour les
L’incorporation obligatoire de biocarburants investissements privés ou publics réalisés
et d’autres mesures d’incitation en faveur dans le secteur agricole. La progression de la
de la production et de la consommation de faim dans le monde bien avant l’apparition
biocarburants, en vigueur dans plusieurs de la crise économique suggère que les
pays, entraîneront mécaniquement la hausse solutions techniques étaient insuffisantes.
des prix agricoles. À ces facteurs s’ajoutent Pour se sortir de la sous-alimentation, ceux
les inquiétudes suscitées par le recul de la qui souffrent d’insécurité alimentaire doivent
croissance de la productivité agricole, tandis pouvoir exercer le contrôle des ressources,
que l’expérience de la crise alimentaire des profiter de toutes les possibilités et bénéficier
années 2006-08 a montré que plusieurs d’un contexte de gouvernance améliorée aux
mesures adoptées dans le but de protéger niveaux local, national et international sur la
les populations des pays peuvent avoir base des principes du droit à l’alimentation.
TO U R D ’ H O R I ZO N D E L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L’A L I M E N TAT I O N E T D E L’AG R I C U LT U R E

141
Enfin il est nécessaire de renforcer le système l’agriculture, du développement agricole et
commercial international afin que les mesures de la sécurité alimentaire mondiale. Cette
adoptées pour protéger la population du attention trouve de plus en plus d’occasions
pays ne puissent déstabiliser les marchés de s’exprimer et mobilise des enceintes
internationaux et pénaliser d’autres pays. toujours plus prestigieuses. Elle devrait être
Ces grands domaines d’actions sont le germe d’efforts plus déterminés à tous
désormais largement reconnus et appuyés les niveaux pour promouvoir l’agriculture
par la communauté internationale. S’il fallait en tant que source de développement et de
souligner un seul aspect positif de la grave réduction de la pauvreté et d’actions plus
crise actuelle, ce serait certainement le décisives afin d’éliminer la faim et l’insécurité
regain d’intérêt qu’elle suscite en faveur de alimentaire dans le monde.
Troisième partie
ANNEXE STATISTIQUE
p
ANNEXE STATISTIQUE

145
TABLEAU A1
Production de produits de l’élevage, 1995-2007

Viande Lait Œufs


(Milliers de tonnes) (Taux de (Milliers de tonnes) (Taux de (Milliers de tonnes) (Taux de
croissance croissance croissance
annuelle annuelle annuelle
en %) en %) en %)

1995 2007 1995-2007 1995 2007 1995-2007 1995 2007 1995-2007

MONDE 206 853 285 700 2,7 540 207 671 274 1,8 46 853 67 751 3,1

PAYS DÉVELOPPÉS 99 572 110 250 0,9 345 533 357 774 0,3 17 317 18 860 0,7

PAYS À ÉCONOMIE
19 541 18 993 –0,2 107 554 101 505 –0,5 4 375 5 078 1,2
ANCIENNEMENT PLANIFIÉE

Albanie 67 81 1,6 968 1 064 0,8 14 27 5,7


Arménie 49 71 3,1 428 636 3,4 11 30 8,7
Azerbaïdjan 81 171 6,5 827 1 328 4,0 25 52 6,1
Bélarus 657 818 1,8 5 070 5 909 1,3 189 181 –0,4
Bosnie-Herzégovine 39 62 3,9 372 607 4,2 10 16 4,3
Bulgarie 477 226 –6,0 1 448 1 327 –0,7 110 100 –0,8
Croatie 125 139 0,9 598 883 3,3 49 48 –0,1
Estonie 68 62 –0,7 709 606 –1,3 20 11 –5,2
Fédération de Russie 5 796 5 602 –0,3 39 305 32 206 –1,6 1 898 2 110 0,9
Géorgie 115 108 –0,5 475 758 4,0 15 16 0,3
Hongrie 1 046 914 –1,1 1 992 1 807 –0,8 189 168 –1,0
Kazakhstan 985 838 –1,3 4 619 5 073 0,8 103 149 3,1
Kirghizistan 180 184 0,2 864 1 241 3,1 8 21 8,0
Lettonie 123 84 –3,1 948 842 –1,0 24 39 4,3
Lituanie 209 247 1,4 1 828 2 004 0,8 44 55 1,9
Macédoine, L’ex
31 26 –1,6 204 452 6,9 24 18 –2,4
République yougoslave de
Monténégro 2 190 2
Ouzbékistan 509 722 3,0 4 057 5 658 2,8 69 41 –4,3
Pologne 2 758 3 353 1,6 11 644 11 823 0,1 351 538 3,6
République de Moldova 135 109 –1,8 837 604 –2,7 20 39 5,8
République tchèque 862 719 –1,5 3 143 2 707 –1,2 152 87 –4,6
Roumanie 1 252 1 104 –1,0 5 021 5 926 1,4 284 334 1,4
Serbie 758 1 716 73
Serbie-et-Monténégro 1 007 1 997 90
Slovaquie 340 247 –2,6 1 205 1 018 –1,4 91 75 –1,6
Slovénie 180 149 –1,5 610 656 0,6 19 17 –0,7
Tadjikistan 44 60 2,5 382 584 3,6 3 6 6,9
Turkménistan 111 211 5,6 727 1 333 5,2 15 34 7,0
Ukraine 2 294 1 924 –1,5 17 274 12 552 –2,6 547 790 3,1

AUTRES PAYS DÉVELOPPÉS 80 031 91 257 1,1 237 979 256 268 0,6 12 942 13 782 0,5

Allemagne 5 822 7 053 1,6 28 629 27 935 –0,2 836 800 –0,4
Australie 3 297 4 164 2,0 8 460 10 350 1,7 138 166 1,5
Autriche 874 854 –0,2 3 168 3 167 0,0 103 90 –1,1
146 L A S I T UAT I O N M O N D I A L E D E L‘A L I M E N TAT I O N E T D E L‘AG R I C U LT U R E 2 0 0 9

TABLEAU A1 (suite)

Viande Lait Œufs


(Milliers de tonnes) (Taux de (Milliers de tonnes) (Taux de (Milliers de tonnes) (Taux de
croissance croissance croissance
annuelle annuelle annuelle
en %) en %) en %)

1995 2007 1995-2007 1995 2007 1995-2007 1995 2007 1995-2007

Belgique 1 722 3 000 224


Belgique–Luxembourg 1 751 3 644 220
Canada 3 102 4 416 3,0 7 920 8 000 0,1 326 392 1,6
Danemark 1 854 2 061 0,9 4 676 4 600 –0,1 95 78 –1,6
Espagne 3 975 5 362 2,5 6 762 7 565 0,9 615 886 3,1
États-Unis d’Amérique 33 868 41 809 1,8 70 439 84 189 1,5 4 417 5 308 1,5
Finlande 311 401 2,1 2 468 2 300 –0,6 75 57 –2,2
France 6 347 5 064 –1,9 26 093 24 549 –0,5 1 025 765 –2,4
Grèce 530 494 –0,6 1 971 2 030 0,2 116 100 –1,3
Irlande 879 982 0,9 5 347 5 200 –0,2 31 33 0,6
Islande 20 24 1,5 106 115 0,7 2 3 2,0
Israël 311 659 6,5 1 200 1 220 0,1 96 95 –0,1
Italie 3 989 3 977 0,0 12 260 11 865 –0,3 721 670 –0,6
Japon 3 164 2 952 –0,6 8 382 8 140 –0,2 2 549 2 525 –0,1
Luxembourg 27 313 1
Malte 16 16 0,1 26 44 4,4 7 7 –0,3
Norvège 242 300 1,8 1 934 1 572 –1,7 49 51 0,2
Nouvelle-Zélande 1 324 1 448 0,8 9 285 15 842 4,6 44 54 1,8
Pays-Bas 2 860 2 360 –1,6 11 294 10 750 –0,4 602 610 0,1
Portugal 659 718 0,7 1 837 2 049 0,9 103 119 1,2
Royaume-Uni 3 830 3 411 –1,0 14 844 14 450 –0,2 634 608 –0,4
Suisse 448 449 0,0 3 929 4 024 0,2 34 39 1,1
Sweden 558 533 –0,4 3 304 3 000 –0,8 105 102 –0,2

PAYS EN DÉVELOPPEMENT 107 281 175 450 4,2 194 675 313 500 4,1 29 536 48 891