Sunteți pe pagina 1din 80

J.F. GALERON

B. ASSET

J.F. GALERON B. ASSET SOMMAIRE N°2120 / 28 JUIN 2017 CHAQUE LUNDI, DÈS 22 HEURES AUTO
J.F. GALERON B. ASSET SOMMAIRE N°2120 / 28 JUIN 2017 CHAQUE LUNDI, DÈS 22 HEURES AUTO
J.F. GALERON B. ASSET SOMMAIRE N°2120 / 28 JUIN 2017 CHAQUE LUNDI, DÈS 22 HEURES AUTO

SOMMAIRE

N°2120 / 28 JUIN 2017

J.F. GALERON B. ASSET SOMMAIRE N°2120 / 28 JUIN 2017 CHAQUE LUNDI, DÈS 22 HEURES AUTO

CHAQUE LUNDI, DÈS 22 HEURES AUTO hebdo sur iPad, tablettes Android, smartphones, Mac et PC. Plus de renseignements p 49.

50 ÉDITO 4 BRIEFING 6 FORMULE 1 16 GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN Feu d’artifices WEC -
50
ÉDITO
4
BRIEFING
6
FORMULE 1
16
GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN
Feu d’artifices
WEC - 24 HEURES DU MANS
30
36
40
À SON PIED
ENTRETIEN Thomas Laurent
DÉCRYPTAGE Hugues de Chaunac
PORTFOLIO « Mans Public »
CHIFFRES
44
CINQUIÈME VICTOIRE
POUR RICCIARDO
POURTANT MAL PLACÉ
SUR LA GRILLE
DE BAKOU
WRC
CHRONIQUE Thierry Neuville
PREVIEW Rallye de Pologne
46
48
WORLD RACING &
COURSES FRANCE
16
PIKES PEAK Sans l’étincelle
BLANCPAIN Paul-Ricard
WTCC Vila Real
INDYCAR Road America
FORMULE 2 Bakou
RALLYE Ypres
FORMULA V8 3.5 Motorland
VdeV Dijon
NASCAR, MONTAGNE
RALLYCROSS Chateauroux
50
58
62
64
68
70
72
73
74
75
ÉCHAPPATOIRE
76
DÉBRIEFING
78
L’ACTU
EN DIRECT
SUR LE NET
@autohebdo
AUTOhebdo.fr
40
COMMANDEZ
VOS ANCIENS NUMÉROS
hommell-magazines.com
RD LIMITED

Pour nous conformer à la Loi Évin du 10 janvier 1991, nous pouvons avoir modifié graphiquement certaines photographies diffusées dans ce numéro. Photos de couverture : Panoramic ; DPPI / F. Gooden

EDITO

TECTONIQUE DES PLAQUES

Organiser un Grand Prix dans un pays, l’Azerbaïdjan, situé sur la ligne de division entre l’Europe et l’Asie et dans une région, le Caucase, en proie à des conflits régio- naux en tous genres depuis des siècles, est finalement une idée de génie. Le petit monde de la F1 n’avait pas ressenti de se- cousses d’une telle intensité depuis bien longtemps. Et pour cause, la faille vient subitement de s’ouvrir entre les deux prin- cipaux prétendants au trône 2017. Non seulement Lewis Hamilton et Sebastian Vettel sont revenus bredouilles ou presque de Bakou, mais cette course va forcément laisser des traces. Quand on vous disait

que l’été serait chaud dans la discipline reine, nous y voilà. Les fans de l’Allemand comme ceux du Britannique auront beau

crier au scandale, le mal est fait. Il indique que, sur l’échelle de Richter des relations entre rivaux – sept couronnes à eux deux, tout de même –, la cordialité qui prévalait jusqu’ici n’était que de surface. L’énergie libérée par l’un comme par l’autre au dé- tour d’un re-start, avec une amplitude de mouvements désordonnés plutôt rare à ce niveau de compétition, et qui déclencha une réaction en chaîne d’une très forte in- tensité, n’est que le résultat de la dérive

des sentiments.

PhS

Signé Fiszman
Signé Fiszman

Signé Fiszman

Signé Fiszman
Signé Fiszman
résultat de la dérive des sentiments. PhS Signé Fiszman 4 4 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017
résultat de la dérive des sentiments. PhS Signé Fiszman 4 4 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

4

4

autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

28 JUIN 2017

autohebdo.fr

=

AUTO hebdo

48-50 BOULEVARD SÉNARD, 92210 SAINT-CLOUD Contacts Tél. 01 47 11 20 43 de 9h à 12h. Fax : 01 46 02 09 10. courrier@autoh.hommell.com Abonnements / 01 47 11 22 86

ADMINISTRATION AUTOhebdo est édité par la Société Française d’Édition et de Presse (Société du Groupe de Presse Michel Hommell). SAS au capital de 4 017 024 euros Siège social, 48-50 bld Sénard, 92210 St-Cloud - RCS Nanterre B333454148. (20 00) Principaux actionnaires Michel Hommell, SMA Président Michel Hommell Directeur général et Directeur de la Publication Jean-Claude Lebon RÉDACTION Rédacteur en chef Philippe Séclier Rédacteur en chef adjoint Romain Bernard Grands reporters Éric Bellegarde, Éric Briquet, Patrick Camus, Jean-Michel Desnoues, Thibaut Villemant Chef de rubrique (World Racing & Courses France) Jean-Claude Romec Reporters Jean-Luc Taillade,

Jacques-Armand Dupuis, Pierre Tassel (web) Secrétaire général de la rédaction Philippe Beauquesne Secrétaires de rédaction Karol Alhaire, Sophie Pierre Assistante Sarah Slimani VISUEL Directeur artistique Ivan Lecamus Rédacteurs graphistes Jimy Rullier, José Vilela Dessins Jean-Louis Fiszman COLLABORATEURS

B.

Asset, Ph. Carles, T. Goubin, F. Hurel,

D.

Laurent, J. Lillini, M. Lizin, J.M. Teissedre

CORRESPONDANTS

R.

Alezra, B. Gros, G. Coeffe, F. Fayman,

B.

Galand, F. Guenot, A. Lauret, F. Lombard,

B.

Sailly, J. Teitgen, N. Thérier, T. Tsuzuki.

Les manuscrits et documents non insérés ne sont pas renvoyés. PUBLICITÉ Profil 18/30, 134 bis Rue du Point du Jour 92 517 Boulogne-Billancourt Cedex.

Tél. : 01 46 94 84 24. Fax : 01 46 94 00 90 Directeur commercial T. Remond Directeur du pôle auto X. Paindavoine INFORMATIQUE ÉDITORIALE Directeur adjoint de l’informatique éditoriale C. Denis, assisté de Francine Barrillet Directeur technique adjoint D. Leblay Responsable des développements informatiques

P. Surbled

Responsable pôle digital Hélène Regnaud Chef de projet web Sabine Gros La Faige PETITES ANNONCES Responsable Nadé Pinheiro ABONNEMENT, VPC Service clientèle Tél. : 01 47 11 22 86 Directrice Marketing Clients Sabine Aguera (22 96)

saguera@hommell.com

Responsable relation client Laurence Rolland (2169) lrolland@hommell.com RESPONSABLE PROMOTION ET PARTENARIATS Karine Léade - kleade@hommell.com Tél. : 01 47 11 22 39 SALONS C. Gomes FABRICATION L. Rossigneux DIFFUSION Chloé Moal (01 47 11 20 58) IMPRESSION Maury Imprimeurs S.A.S. Zone industrielle 45 300 Manchecourt. DISTRIBUTION Presstalis AUTOHEBDO BELGIQUE Caïra Edition sprl Avenue A.J. Slegers, 46/14 à 1200 Bruxelles Email : info@auto-hebdo.be Editeur responsable : Arnaud Dellicour – Caïra Edition sprl

responsable : Arnaud Dellicour – Caïra Edition sprl Dépôt légal de parution. N° de commission paritaire

Dépôt légal de parution. N° de commission paritaire :

0622 K 81794. N° ISSN : 0395-4366

IMAGE EUROSPORT

TOYOTA RACING

BRIEFING

24 HEURES DU MANS TOYOTA ACCEPTE LES EXCUSES DE CAPILLAIRE
24 HEURES DU MANS
TOYOTA ACCEPTE
LES EXCUSES
DE CAPILLAIRE

I l est 0h36 le dimanche 18 juin quand un fait surprenant, initialement anodin, vient perturber le cours de la 85 e édition des 24 Heures du Mans. En tête avec

plus d’une minute d’avance sur la concurrence, Kamui Kobayashi attend patiemment au bout de la voie des stands que le feu passe au vert pour pouvoir reprendre la piste, la course ayant été mise sous régime de voiture de sécurité pour nettoyer un tracé jonché de graviers. Venu alors de nulle part, Vincent Capillaire, casqué, vient lui faire un signe de la main équivoque. Le pilote du Algarve Pro Racing (Ligier JS P217 n°45) étant vêtu d’une combinaison orange et noir n’étant pas sans rappeler celle des commissaires, le Japonais comprend qu’il lui est intimé l’ordre de partir, toute recommandation d’un commissaire prévalant sur le feu. Surpris et ayant remarqué que l’une des voitures de sécurité arrive dans

6 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

la ligne droite des stands,

ses ingénieurs lui demandent alors de s’arrêter. Le Japonais, dont la Toyota TS050 Hybrid

n°7 fonctionne à ce moment à l’aide de son moteur thermique, joue alors avec l’embrayage en attendant que le peloton passe afin de perdre le moins de temps possible. Mais comme nous l’expliquera plus tard son directeur technique Pascal Vasselon (voir Ah n°2119. Ndlr) : « L’embrayage n’est pas fait pour un démarrage classique avec un moteur thermique. Nous démarrons toujours en mode électrique. »

Y compris après un tête-à-

queue, par exemple. En voulant remettre le gaz quelques minutes plus tard, à 0h43, quand les voitures de sécurité

s’effaceront, l’embrayage cédera, au pire endroit, juste

à l’amorce de la ligne droite des stands, ce qui ne lui permettra pas de rejoindre son box en mode électrique,

la distance à parcourir étant

trop importante. Le poleman n’aurait assurément pas dû

trop importante. Le poleman n’aurait assurément pas dû Véloces, Kobayashi et Conway ne sont pas en

Véloces, Kobayashi et Conway ne sont pas en réussite cette saison.

jouer avec l’embrayage de la sorte et aurait dû tout couper afin de relancer l’auto de manière classique, en mode électrique. Mais comment lui en vouloir lui qui, alors en tête de l’épreuve, s’est

retrouvé dans une situation totalement inédite, perturbé par le mauvais tour involontaire qui vient de lui être joué ? Bien embêté, Vincent Capillaire s’excusera publiquement sur Facebook de son geste, le

lundi 19 juin. « J’attendais mon relais. J’ai voulu manifester mon encouragement à la voiture de tête, arrêtée au

rouge à quelques mètres devant mon box. Il s’agissait d’une marque d’encouragement

spontanée comme ça arrive entre pilotes. J’ai reçu une amende des Stewards pour ce geste et j’admets que c’était inopportun. Je le regrette. » Ce genre de gestes, alors que nous ne sommes pas encore à

mi-course n’a pas lieu d’être sur une voie des stands, lors d’une course comme Le Mans, même

si la sportivité du Manceau est

louable. Trois jours plus tard,

le constructeur japonais publiera

un communiqué accusant bonne réception du message de l’intéressé. « Le Toyota

Gazoo Racing confirme avoir reçu les excuses de Vincent Capillaire concernant son geste durant les dernières 24 Heures du Mans, peut-on

y lire. Nous les acceptons et

reconnaissons que ce geste, sportif, n’a jamais eu pour but d’avoir des conséquences négatives pour notre voiture arborant le n°7. Nous restons en bons termes avec Vincent et considérons l’incident clos. » Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas

T. Villemant

RED BULL

J’AIMERAIS DEVENIR

PROPRIÉTAIRE ET MANAGER D’ÉQUIPE, SANS AUCUN DOUTE. JE NE VEUX PAS ÊTRE VU COMME UNE PERSONNE QUI PREND LA PLACE D’UN JEUNE. JE VAIS CONTINUER À COURIR TANT QUE J’AIME ÇA ET QUE JE SUIS COMPÉTITIF. JE N’IRAI PAS AU-DELÀ DE LA LIMITE.

Jamie Whincup, sextuple champion Supercars sur le podcast Fox Motorsport de la discipline.

Supercars sur le podcast Fox Motorsport de la discipline. 11,6 UN ŒIL DANS LE RETRO 21

11,6

UN ŒIL DANS LE RETRO 21 MERCREDI JUIN Armin Kremer est officialisé sur une Ford
UN ŒIL
DANS LE RETRO
21
MERCREDI
JUIN
Armin Kremer est officialisé sur une
Ford Fiesta WRC M-Sport au Rallye
d’Allemagne, fin août.
23
VENDREDI
JUIN
Audi Sport annonce que Mattias
Ekström va se concentrer sur le
DTM, lors du week-end du 2 juillet,
où un clash de dates se produira
avec le World RX.
Risi Competizione confirme qu’elle
manquera plusieurs épreuves du
championnat IMSA dans la foulée
des dernières 24 Heures du Mans,
où sa Ferrari 488 a été détruite
dans un accident après un contact
avec la Oreca 07 TDS Racing de
Matthieu Vaxivière.
24
SAMEDI
JUIN
Bentley Team M-Sport remporte
les 1000 km du Paul-Ricard, en
Blancpain GT Series Endurance Cup.
Charles Leclerc s’impose en course
principale en F2, à Bakou.
25
DIMANCHE
JUIN
Daniel Ricciardo (Red Bull)
signe son cinquième succès en
F1 à l’occasion du Grand Prix
d’Azerbaïdjan, qui voit Lance Stroll
(Williams) monter sur la 3 e marche
du podium.
Norman Nato profite de la pénalité
de Charles Leclerc pour signer une
nouvelle victoire en F2 à Bakou.
Romain Dumas appose son nom
pour la troisième fois au palmarès
de la montée de Pikes Peak,
au Colorado.

Le prix minimal, en millions d’euros, attendu lors de la vente aux enchères de la maison Gooding&Company

-

qui aura lieu les 18 et 19 août prochains en

Californie -, pour la Porsche 917K, châssis 917-024 en

version courte, qui fut utilisée lors de sessions de tests avant les 24 Heures du Mans 1970, remportées par

la marque allemande. C’est aussi cet exemplaire qui

a officié dans le film Le Mans avec Steve McQueen.

Sébastien Bourdais @bourdaisontrack Pour clarifier les choses, après le communiqué officiel de Dayle Coyne Racing

Sébastien Bourdais @bourdaisontrack Pour clarifier les choses, après le communiqué officiel de Dayle Coyne Racing (pour confirmer Guttiérez): Lorsque Sébastien et ses médecins annonceront être prêts à revenir, l’équipe aura une voiture pour lui.

prêts à revenir, l’équipe aura une voiture pour lui. Nicolas Prost @nico_prost Tellement super d’avoir mon

Nicolas Prost @nico_prost Tellement super d’avoir mon petit garçon avec moi et la RS01 est une voiture géniale.

TWITTER (NICOLAS PROST)
TWITTER (NICOLAS PROST)

41 , 3

Les revenus, en millions d’euros, entre juin 2016 et juin 2017 de Lewis Hamilton, 46 e au classement Forbes des 100 personnalités qui ont gagné le plus d’argent. Sebastian Vettel apparaît en 63 e position (34,5 millions) et Fernando Alonso en 77 e place (32,3 millions). Ces trois pilotes F1 sont nettement battus par Cristiano Ronaldo (Real Madrid) avec 83,5 millions d’euros.

JE TIENS TOUT D’ABORD

À RENOUVELER

TOUTES MES EXCUSES À PIERRE KAFFER ET AU TEAM

RISI COMPETIZIONE,

À QUI JE ME

SUIS ADRESSÉ PERSONNELLEMENT DIMANCHE. JE SUIS CONSCIENT DE MA FAUTE, JE PENSAIS SINCÈREMENT AVOIR LARGEMENT DÉPASSÉ PIERRE QUAND JE ME SUIS RABATTU SUR LA FERRARI. C’EST UNE ERREUR QUE JE RECONNAIS HUMBLEMENT ET QUE JE REGRETTE PROFONDÉMENT, MAIS SOYEZ TOUS ASSURÉS QUE JE

NE L’AI PAS FAIT

DPPI / J.M. LE MEUR
DPPI / J.M. LE MEUR

EXPRÈS.

Matthieu Vaxivière (sur sa page Facebook)

J.F. GALERON

BRIEFING

J.F. GALERON BRIEFING F1 - SAUBER CHANGE DE TÊTE KALTENBORN ÉCARTÉE VASSEUR COURTISÉ Avec le départ

F1 - SAUBER CHANGE DE TÊTE

KALTENBORN ÉCARTÉE VASSEUR COURTISÉ

Avec le départ de la Team principal, c’est tout l’héritage du père fondateur Peter Sauber qui disparaît. Une histoire s’achève à Hinwil et une autre s’ouvre avec, probablement,

le manager français comme figure du renouveau.

D oit-on vraiment être surpris ? Le maintien de Monisha Kaltenborn

à la tête de l’écurie Sauber ne

pouvait-il être que temporaire ? Après la soudaineté de

l’annonce de son départ de Hinwil, mercredi dernier, après l’onde de choc ressentie dans le paddock de Bakou, c’est

sans doute la première question

à laquelle il convient de

répondre. Pour y parvenir, il faut remonter le temps. Et revenir à

ce mardi 19 juillet 2016, date de l’acquisition de Sauber Holding AG par Longbow Finance SA.

8 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

Un rachat qui s’accompagnait du retrait définitif de Peter Sauber, père fondateur de l’écurie et du

Groupe. Si l’homme abandonnait son rôle de président du conseil d’administration, Monisha Kaltenborn était, en revanche, confirmée dans ses fonctions de directrice exécutive du Groupe et de Team principal de l’écurie pour, disait-on alors,

les trois prochaines saisons au moins. Si elle gardait son fauteuil au conseil d’administration, elle dut se séparer des 33% d’actions offerts par Peter Sauber en 2012. Quant à la présidence de la Sauber Holding AG, elle

Jean-Michel Desnoues, à Bakou

revenait logiquement à Pascal Picci, déjà CEO de Longbow Finance. De cette société suisse active depuis plus de vingt ans dans les investissements financiers, on sait peu de choses hormis que ses opérations impliquent des sociétés privées d’investissements qui œuvrent pour des clients internationaux. En fait, Longbow Finance n’est, dans le cas qui nous intéresse, que le bras armé d’un groupe autrement plus puissant, Tetra Laval. Né du rachat en 1991 d’Alfa Laval, spécialisé dans les méthodes d’aseptisation, par Tetra Pak,

leader dans l’emballage, le groupe regroupe 20 000 employés et son chiffre d’affaires se compte en milliards d’euros (entre 40 et 60. Ndlr). Pourquoi cette digression qui semble loin de l’affaire qui nous concerne ? Parce que derrière ce groupe se cachent une famille et un homme : Finn Rausing, dont le grand-père, Ruben, n’est autre que le fondateur de la société suédoise de packaging Tetra Pak. Avant le rachat de l’écurie, c’est grâce à ses largesses que les salaires des employés ont été honorés, Finn Rausing n’étant pas qu’un simple commanditaire de Marcus Ericsson, mais aussi un proche. N’est-il pas troublant, dès lors, que la première raison invoquée pour expliquer la rupture entre Kaltenborn et Pascal Picci soit la différence de traitement entre les pilotes ? Outre le manque de performance général de l’écurie, n’a-t-on pas reproché à l’Autrichienne d’origine indienne de trop miser sur Pascal Wehrlein et pas assez sur Marcus Ericsson ? Ce qui est certain, c’est que la rumeur voulant qu’elle ait préféré partir plutôt que d’avoir à favoriser le pilote suédois au détriment du protégé de Mercedes a fait l’objet d’une communication spéciale du haut management de l’écurie. Comme pour mieux se dédouaner ? Faute d’élément en ce sens, on s’en tiendra donc à la version officielle :

« Longbow Finance SA a le regret d’annoncer que, par consentement mutuel et en raison d’opinions divergentes sur l’avenir de la compagnie, Monisha Kaltenborn quitte ses responsabilités au sein de Sauber Group avec effet immédiat. »

FRENCH TOUCH Évidemment, qui dit départ dit remplacement. Par qui ? Dans un premier temps, c’est vers Colin Kolles que semble s’être portée l’attention. Spécialiste des cas difficiles - l’homme a porté à bout de bras l’ex-écurie Jordan devenue Midland, puis Spyker pendant plusieurs saisons, avant de voler au secours de HRT et, plus récemment, de Caterham - et de nationalité

J.F. GALERON

J.F. GALERON

Frédéric Vasseur, ex-Team principal de Renault Sport F1 en 2016, a le profil recherché par
Frédéric Vasseur,
ex-Team principal
de Renault Sport F1
en 2016, a le profil
recherché par Sauber.

germano-roumaine, il semblait être le candidat idéal. A-t-il été contacté ? A-t-il préféré se concentrer sur son écurie ByKolles Racing qui fait rouler sa LM P1 en WEC (le bruit court qu’il ne soit pas en mesure de continuer après les 6 Heures du Nürburgring, mi-juillet. Ndlr) ? Toujours est-il que c’est vers Frédéric Vasseur que les regards se sont vite tournés. Fondateur

Vasseur que les regards se sont vite tournés. Fondateur Pascal Wehrlein est au cœur des débats

Pascal Wehrlein est au cœur des débats chez Sauber.

d’ASM, puis de ART GP avec Nicolas Todt, nommé directeur de la compétition de la nouvelle écurie Renault Sport Formula 1 Team début 2016 avant de rendre son tablier début 2017 (voir Ah n°2097. Ndlr), il a tout de l’homme providentiel. Débarrassé des lourdeurs inhérentes aux grandes maisons, le Français peut effectivement faire des miracles à Hinwil si Longbow Finance lui laisse les coudées franches tout en lui offrant les moyens de ses ambitions. Car Vasseur qui ne s’est jamais investi pour faire de la figuration, ne va certainement pas commencer en F1. Si Pascal Picci n’admet que des « discussions » avec ce dernier, on en est plutôt selon notre source, appelons- la « Mr Z », à la finalisation des détails. À moins qu’un de ces ultimes points ne viennent tout compromettre au dernier moment, c’est le natif de Draveil (Essonne) qui va remettre les pendules à l’heure en Suisse.l

Vingt ans de vie commune

Née le 10 mai 1971 à Dehradun (Inde), Monisha Kaltenborn, diplô- mée de Droit à l’Université de Vienne, détentrice d’un Master de Droit ac- quis à la London School of Econo- mics, a fait son entrée chez Sauber en qualité d’avocate. 1998/99 :

responsable juridique de Red Bull Sauber F1 Team pour Fritz Kaiser Group. 2000 : responsable du dépar-

tement juridique de Sauber Group.

2001 : membre du Conseil de Mana-

gement de Sauber F1 Team. 2010 :

CEO Sauber Motorsport AG. 2012 :

Team principal Sauber F1 Team.

2016 : confirmée dans ses fonctions

de directrice exécutive du Groupe et

de Team principal par le nouveau propriétaire Longbow. 2017 : divorce par consentement mutuel.

Marcus Ericsson Pilote Sauber
Marcus Ericsson
Pilote Sauber

“Il faut s’en remettre au jugement des propriétaires”

“Il faut s’en remettre au jugement des propriétaires” S’il nie être la raison du départ de

S’il nie être la raison du départ de Monisha Kaltenborn, le Suédois croit au jugement du propriétaire Longbow Finance.

Quand avez-vous

jour et nuit sur la

Quelles sont vos

manquait à l’écurie.

piste et à l’usine pour

Il

y a eu beaucoup

appris le départ de Monisha Kaltenborn ?

Soudainement, ce mercredi 21 juin, comme tout le monde. D’abord, je crois qu’il faut remercier Monisha pour tout ce qu’elle a fait pour cette écurie et, à titre personnel, je voudrais lui dire merci pour la chance

que cette équipe retrouve sa vraie place. Je crois que les propriétaires ont diffusé un communiqué assez clair (voir ci-contre. Ndlr) pour faire taire cette rumeur.

relations avec Pascal Wehrlein ?

d’améliorations, beaucoup de nouvelles personnes sont arrivées. La voiture est désormais améliorée de course en course. Ça va dans la bonne direction, mais ça va prendre du temps. Rien ne se fait dans un claquement de

Qu’attendez-vous

qu’elle m’a offerte après Caterham. Maintenant, je crois qu’il faut s’en

Bonnes depuis le début. Nous ne partirons jamais ensemble

doigts en F1.

du prochain Team principal de Sauber ?

remettre au jugement

en vacances, mais

II

faudrait déjà

des propriétaires. Ils savent ce qu’ils font.

nous travaillons bien ensemble. Il n’y

pouvoir connaître son nom… Il faut

Comment l’écurie

a

jamais eu de pilote

un solide leader qui

réagit-elle ?

prioritaire dans

connaisse tous les

Il

faut qu’il soit

Tout le monde est surpris, mais tout le

cette écurie, et il n’y en aura jamais.

aspects d’une écurie.

monde fait confiance

À

titre personnel,

capable de donner

aux propriétaires. Ils ont un plan pour renforcer l’écurie. Pour le futur. Les médias font étalage d’un profond désaccord entre Monisha et Longbow Finance concernant

j’essaie de tirer avantage de mon expérience et mon antériorité à Hinwil pour tirer l’écurie vers l’avant. J’utilise mon expérience pour être le pilote leader naturel de l’écurie.

une direction. Je ne sais pas qui il va être, mais j’espère qu’il sera capable de faire remonter l’écurie dans la hiérarchie. Il faut qu’il parvienne à motiver les gens dans chaque

l’obligation d’avantager un pilote… C’est totalement faux, et c’est même

Le rachat de l’écurie par Longbow l’an passé a-t-il été suivi d’effet ?

département et à faire que tout le monde travaille ensemble dans la

outrageant pour tous

Déjà, Longbow

même direction.

les membres de

a

apporté la stabilité

Propos recueillis

Sauber qui bossent

financière qui

par J.-M. Desnoues

BRIEFING

BRIEFING 1970 330 Zurich employés Hinwil Création de PP Sauber AG par Peter Sauber Siège Hinwill,
1970 330 Zurich employés Hinwil Création de PP Sauber AG par Peter Sauber Siège Hinwill,
1970
330
Zurich
employés
Hinwil
Création de PP
Sauber AG par
Peter Sauber
Siège
Hinwill, Suisse
SUISSE
2016
Rachat de Sauber
Holding SA par
Longbow Finance SA

ENDURANCE / VOITURES DE SPORT

1970

Construction de la Sauber C1, victorieuse avec Peter Sauber du championnat suisse des voitures de sport

Peter Sauber du championnat suisse des voitures de sport 1981 1985 1988 Victoire aux 1000 km
1981 1985 1988 Victoire aux 1000 km du Nürburgring avec H.-J. Stuck et N. Piquet
1981
1985
1988
Victoire aux 1000
km du Nürburgring
avec H.-J. Stuck et
N. Piquet sur une
BMW M1 Groupe 5
La Sauber C8-Mercedes
remporte les 1000 km
du Nürburgring avec
Sauber devient
équipe officielle
Mercedes
H.
Pescarolo et
M.
Thackwell
2
11
1
participations
aux 24 Heures
du Mans
(1977 – 1991)
victoire au Mans en 1989 (doublé
de Jochen Mass - Manuel Reuters
- Stanley Dickens et Mauro Baldi –
Kenny Acheson – Gianfranco
Brancatelli)
1993
F1
Débuts en
Afrique du Sud

titres en Champion- nat du Monde des voitures de sport (1989 et 1990)

2005 340 GP 78 GP 19 GP Rachat par BMW pour former l’écurie BMW-Sauber disputés
2005 340 GP
78 GP
19 GP
Rachat par BMW
pour former l’écurie
BMW-Sauber
disputés sous l'appellation
Sauber (1993-2005 et
depuis 2011)
sous l'appellation
BMW-Sauber
sous BMW-Sauber
en 2010
motori-
(2006-2009)
sée par Ferrari
1
2 e
2
3
1
816
1victoire
(R. Kubica
points
27
au Canada
marqués
2007
en 2008)
podiums
pole position
(R. Kubica à
Bahreïn 2008)
Meilleur classement
Constructeurs en
STUDIO

10 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

DPPI / A. VINCENT

RÉUNION MOTEUR POST 2020 AU RED BULL RING

PORSCHE ACCEPTE L’INVITATION EN F1

F ritz Enzinger et Andreas Seidl, respectivement vice-

président du département LMP de Porsche et Team principal de Porsche LMP Team, seront dans le paddock du Grand Prix d’Autriche, la semaine prochaine, afin d’assister à une réunion avec les autres teams pour la réglementation moteurs

en F1 pour l’après 2020. La firme de Weissach, qui vient de remporter les 24 Heures du Mans pour la 3 e fois de suite et la 19 e fois de son histoire, s’interroge sur son devenir sportif et ne repousse pour l’heure aucune piste. « Nous connaissons désormais la réglementation 2020 pour Le Mans (voir Ah n° 2119. Ndlr) et il nous appartient

de réfléchir à ce que nous voulons faire dans le futur », avoue le premier cité dans les colonnes de l’hebdomadaire allemand Auto Bild. Si la Formule e est l’option la plus probable en cas d’arrêt du programme WEC, la F1 pourrait en être une autre puisque tout reste à faire et que rien n’est encore décidé.

J.-M. D.

PRÉSENT POUR DONNER LE DÉPART

Le Mans a impressionné Chase Carey

C’est dans le cadre de la conférence de presse de la FIA, qui s’est tenue à Genève jeudi dernier, que Chase Carey, nouvel homme fort de la F1, est revenu sur son expérience

mancelle sans cacher qu’il a été impressionné par l’engouement des fans pour l’épreuve sarthoise. « Le Mans démontre qu’il existe une véritable pas- sion pour le sport auto-

mobile en général, a-t-il confié. Le sport était bien entendu présent, mais cette épreuve m’a paru comme une grande fête pendant tout le week- end, et les spectateurs

Le patron de F1 pouvait compter sur Jean Todt et Pierre Fillon pour découvrir l’épreuve.
Le patron de F1 pouvait
compter sur Jean Todt
et Pierre Fillon pour
découvrir l’épreuve.

étaient heureux d’en faire partie. Comme c’est une course de 24 heures, ils ne restent pas inertes pendant toute l’épreuve à regarder les voitures passer. Ils participent à d’autres activités, et cela fait partie de l’expérience unique qu’offre Le Mans. Je ne veux pas diminuer l’importance de l’épreuve, mais les fans font beau- coup plus que simplement rester assis dans les tri- bunes. Les à-côtés du Mans décuplent la saveur de l’événement. » Visi- blement, l’Américain de Liberty Media a trouvé au Mans cet esprit festif qu’il entend faire souffler sur les Grands Prix. J.-M D.

GRAND PRIX DES ÉTATS-UNIS

Austin change ses horaires pour un concert

Lors du prochain Grand Prix des États-Unis (21-22 octobre. Ndlr), et pour la toute première fois, l’emploi du temps de la F1 réglé comme du papier à musique, sera quelque peu modifié pour que davantage de spectateurs de la F1 restent pour le concert de Justin Timberlake et que davantage de fans de la pop star, qui ne comptaient venir que pour le show, aient envie de découvrir la F1. C’est donc la journée de samedi

qui sera impactée avec un recul de deux heures, la séance libre 3 passant de 11h00 à 13h00 et la qualif’ de 14h00 à 16h00. Demandé à la FIA par les nou- veaux dirigeants de la F1 (Liberty Media. Ndlr), cet ajustement a été débattu à Bakou lors de la réunion des team managers qui n’ont pas cherché à masquer

leurs réticences, craignant que cette modification ne

crée un précédent.

J.-M. D.

J.-L. TAILLADE

DISPARITION

Hervé Leclerc

J.-L. TAILLADE DISPARITION Hervé Leclerc Ce Monégasque d’origine française, qui luttait contre la maladie, est

Ce Monégasque d’origine française, qui luttait contre la maladie, est décédé la semaine dernière à l’âge de 54 ans. Hervé Leclerc n’était pas inconnu de nos plus fidèles lecteurs. En fin d’année 1982, il fut un brillant finaliste du Volant Avia La Châtre F3. Le plus rapide sur un tour et sans doute le plus prometteur de cette promotion, un tête-à-queue, avant qu’un autre concurrent détruise la monoplace de la finale, et une nouvelle série de tours sur une voiture plus ancienne de l’école de pilotage permettant au Suisse Koch de l’emporter, l’avaient éloigné de ce baquet de lauréat. Ce qui aurait assurément mieux lancé sa carrière de pilote. Il disputa en 1983 sa première course de F3 en Italie, au volant d’une Anson de l’écurie Avia-La Châtre. Il dut attendre 1986 pour disputer une saison complète avec une Martini de l’équipe de Jacky Carmignon. Puis une seconde l’année suivante avec une Reynard de l’équipe DRS de Patrick Jamin. 13 e au Grand Prix de Monaco F3, il s’y classa 8 e avec une Ralt de l’équipe AA Sport derrière Damon Hil et Martin Donnelly, pour sa seule course en 1988. Sa connaissance des difficultés du sport « monoplace » a été très influente dans l’approche, le caractère et le talent aujourd’hui affichés par Charles, l’espoir de la F2, magnifique vainqueur à Bakou (voir pages 68-69. Ndlr). AUTOhebdo s’associe à la peine de sa famille et de ses proches, particulièrement à son épouse Pascale et à ses trois fils Lorenzo, Charles et Arthur.

D.R.

BRIEFING

FORMULE e

GASLY REMPLACERA BUEMI À NEW YORK

L es calendriers du WEC et

de la Formule e n’ont pas

réussi à éviter le clash, avec

les 6 Heures du Nürburgring et les deux ePrix de New York, le week-end du 16 juillet. Les pilotes engagés dans les deux championnats devront choisir ou exécuter les termes de leurs contrats. C’est, a priori, tout le problème du leader de la Formule e Sébastien Buemi (Renault-e.dams), engagé en WEC par Toyota. « Il est sous contrat avec nous et la

question ne se pose même pas, indiquait Pascal Vasselon, directeur technique du team japonais, lors de la Journée Test du Mans. À Berlin, début juin, Sébastien Buemi semblait moins catégorique et disait attendre pour négocier, car le calendrier fait qu’il pourrait éventuellement courir le premier des deux ePrix, puis prendre un vol pour l’Allemagne et le départ au Nürburgring. Dans tous les cas, que ce soit pour une course ou deux, Renault-e.dams doit

trouver un remplaçant à Buemi. Selon nos informations, Pierre Gasly occupera le baquet de la seconde Renault Z.E. 16, au côté de Nicolas Prost. On peut imaginer que l’équipe de Jean-Paul Driot et Alain Prost lui organisera une journée de tests avant New York, l’objectif étant de marquer des points au championnat Constructeurs où Renault-e.dams possède aujourd’hui 58 points d’avance sur Abt Schaeffler Audi Sport.

Didier Laurent

Sébastien Loeb Pilote Peugeot Sport “La 208 n’a rien à voir avec n’importe quelle autre
Sébastien Loeb
Pilote Peugeot Sport
“La 208 n’a rien à voir avec n’importe
quelle autre voiture de course”
à voir avec n’importe quelle autre voiture de course” Quatre ans après avoir signé l’actuel record

Quatre ans après avoir signé l’actuel record de Pikes Peak en 8’13’’878, Sébastien Loeb a retrouvé le volant de la Peugeot 208 T16 Pikes Peak la semaine passée, le temps d’un roulage de trois heures sur l’Anneau du Rhin. Quel était le but de ces essais ?

C’était plus un déverminage, pour vérifier qu’elle fonctionnait correctement et aussi pour reprendre un peu mes marques, en vue de la course de côte de Turckheim (8-10 septembre.

12 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

Ndlr) où je serai présent en démonstration. Comme elle me convenait parfaitement lors de ma dernière ascension à Pikes Peak, il n’y a pas vraiment d’utilité à mener de véritables essais, d’autant plus pour une ouverture d’épreuve.

Avez-vous rapidement retrouvé vos sensations d’alors ?

J’étais forcément un peu surpris au début. Mais au bout de cinq sessions de trois ou quatre tours, je me suis senti plutôt à l’aise à son volant. Il faut juste le temps

de réintégrer que la 208 n’a rien

à voir avec n’importe quelle autre

voiture de course. Le niveau de grip est tellement incroyable, du fait notamment de ses énormes pneus Michelin et de l’important

appui aérodynamique qu’elle génère. Au départ, dans le rapide, je devais être 50 km/h trop lent, mais on finit par se réhabituer

à ses vitesses de passages en courbes phénoménales.

Propos recueillis par Eric Bellegarde

phénoménales. Propos recueillis par Eric Bellegarde VITE Intérim Si José-Maria Lopez ne sera pas libéré par

VITE

Intérim

Si José-Maria Lopez ne sera pas libéré par Toyota et sera donc remplacé par Alex Lynn chez DS, Sam Bird a, à l’inverse, confirmé sa présence dans le baquet de sa monoplace électrique pour les deux manches new-yorkaises de Formule e .

WRC POLOGNE

Des évos pour la Citroën C3

L’arrivée d’Andreas Mikkelsen chez Citroën Racing depuis le rallye de Sardaigne (voir Ah n°2118. Ndlr), a permis de mettre en exergue des pistes d’amélioration quant au com- portement de la C3 WRC. Le Norvé- gien se plaignait notamment d’une monture se comportant comme une propulsion avec un train arrière dif- ficile à caler. Un mal déjà pointé du doigt par d’autres avant lui, mais avec lequel Kris Meeke, pilote leader de l’équipe tricolore, semblait com- poser jusqu’alors. À l’issue de quatre jours d’essais pré-rallye de Pologne, Citroën Racing a ainsi confirmé avoir procédé à l’homologation d’une nou- velle rampe de différentiel arrière, mais également avoir eu recours à un joker pour modifier la répartition de couple entre les deux essieux. Depuis cette année, et le retour d’un différentiel central piloté électroni- quement, les WRC disposent à nou- veau d’un répartiteur de couple entre l’avant et l’arrière. Or, il semblerait que la C3 WRC, avec plus de 60% de couple transmis aux roues arrière pour la terre, pâtissait notamment jusqu’à présent d’une répartition de couple trop déséquilibrée pour cette surface. D’où l’impression des pilotes qu’elle était trop survireuse. Sur la terre, en effet, du fait d’un

transfert de charges moindre entre l’avant et l’arrière, conséquence di- recte du faible niveau d’adhérence, la répartition de couple entre les essieux doit tendre vers la réparti- tion statique des masses à l’arrêt. En revanche, compte tenu du délai d’approvisionnement des pièces, Andreas Mikkelsen sera le seul des

trois pilotes (Breen et Lefebvre étant les deux autres engagés. Ndlr) de Satory à bénéficier de ce joker.

E. Bel.

INAIN

PEUGEOT SPORT

ROMAIN DUMAS

FACE AFACE

Dimanche dernier, sur les pentes de Pikes Peak, dans le Colorado, Romain Dumas a tenté de s’approcher du record de 8’13’’878 signé en 2013 par Sébastien Loeb et la Peugeot 208 T16 Pikes Peak. Comparaison entre la Lionne conçue par Peugeot Sport à l’époque et le prototype élaboré conjointement par l’équipe privée de l’Alésien et le constructeur Norma.

Éric Bellegarde

MOTEUR

V6 BI TURBO 3,2 LITRES 24 SOUPAPES

HONDA 4 CYLINDRES 2 LITRES TURBO

PUISSANCE (ch)

PEUGEOT 208 T16 PIKES PEAK

2 LITRES TURBO PUISSANCE (ch) PEUGEOT 208 T16 PIKES PEAK TEMPS RÉALISÉ EN 2013 8’13’’878 875

TEMPS RÉALISÉ EN 2013

8’13’’878

875

600 environ

NORMA MXX RD LIMITED

2013 8’13’’878 875 600 environ NORMA MXX RD LIMITED TEMPS RÉALISÉ EN 2017 9’05’’672 COUPLE (mkg)

TEMPS RÉALISÉ EN 2017

9’05’’672

COUPLE (mkg)

90

46,9

RÉGIME MAXI (tr/mn)

7 800

9 000

VITESSE MAXI (km/h)

240

250

TRANSMISSION

4 roues motrices

BOÎTE DE

VITESSES

Longitudinale, 6 vitesses à commande

séquentielle via des palettes au volant

SUSPENSION

Double triangles et poussoirs / basculeurs aux 4 coins

Double triangles, à poussoirs

FREINAGE

Disques carbone ventilés, de 380 mm de diamètre à l’avant, et 355 mm à l’arrière

Disques carbone ventilés ou acier (au choix), de 355 mm de diamètre à l’avant et à l’arrière

ROUES

13 x 18 en magnésium

12,5 x 18 en magnésium

CHÂSSIS

Tubulaire en acier

LARGEUR

2 m

Monocoque carbone

CARROSSERIE

Carbone

Composite époxy/carbone

LARGEUR

1,98 m

LONGUEUR

4,50 m

LONGUEUR

5,13 m

PNEUMATIQUES

Michelin

EMPATTEMENT

2,45 m

2,695 m

POIDS

875 kg

AILERON

2 m

AILERON

2,10 m

POIDS

770 kg

CIRCUIT DE MAGNY-COURSCIRCUIT

DE MAGNY-COURS

BRIEFING

CIRCUIT DE MAGNY-COURSCIRCUIT DE MAGNY-COURS BRIEFING MAGNY-COURS RETROUVE LA F1 En attendant la renaissance du Grand

MAGNY-COURS RETROUVE LA F1

En attendant la renaissance du Grand Prix de France « moderne », attendue le 24 juin 2018 au Paul-Ricard, le circuit nivernais accueille ce week-end la première édition du Grand Prix de France Historique. Avec Jean Alesi dans le rôle du parrain.

François Hurel

L a naissance de ce Grand Prix s’annonce comme un évé- nement comparable à celle

de Le Mans Classic en 2002. Les deux épreuves seront d’ailleurs complémentaires puisqu’elles au- ront lieu en alternance, une année sur deux. Au Mans, le monde de l’Endurance des Prototypes et des GT, à Magny-Cours celui du sprint et des monoplaces, même si le programme nivernais s’an- nonce varié. Le circuit de Nevers Magny-Cours, la FFSA et HVM Racing (promoteur de l’Historic Tour) ont uni leurs efforts pour at- tirer de nombreux plateaux venus d’outre-Manche, gage de qualité. En toute logique, les Formule 1 seront les vedettes du meeting, une cinquantaine d’exemplaires étant attendus, couvrant cinq décennies d’histoire. Elles seront accompagnées par les F2 du championnat international, par le Trophée F3 Classic (incluant la Formule Renault) et par la Formule Ford Historique, cette discipline

fêtant en ce premier week-end de juillet ses 50 ans d’existence. Les spectateurs auront ainsi droit à un panel complet de la pyramide monoplaces des années 50 à 80, chaque plateau faisant l’objet de deux courses, une le samedi et une le dimanche.

DES COURSES ET DE LA FÊTE Le plateau le plus en vue sera assurément celui du FIA Masters Historic F1, réservé aux voitures des années 1966 à 1985. Ce championnat aussi disputé que spectaculaire vivra dans la Nièvre sa 3 e manche, après Barcelone et Brands Hatch. Ce sera sa seule apparition de l’année en France. La plupart de ces F1 sont pro- pulsées par le V8 Cosworth DFV apparu il y a 50 ans. C’est le cas des Lotus, Williams, Ligier, March, Tyrrell, Ensign, Hesketh, Shadow ou Arrows. Plus anciennes et re- groupées en un seul plateau, les F1 pré-61 (2500 cm 3 ) et pré-66 (1500 cm 3 ) du HGPCA (Historic

Grand Prix Cars Association) ne sont pas moins spectaculaires. C’est l’occasion de voir en piste des voitures légendaires comme la Maserati 250 F et les premières Cooper à moteur arrière, mais aussi quelques raretés comme l’Aston Martin DBR4 ou la Sca- rab-Offenhauser. Outre les cinq plateaux de mono- places, le FIA Masters Historic Sports Cars mettra aux prises les Prototypes des années 1962 à 74, Lola et Chevron formant l’essentiel d’un plateau ou deux McLaren M1B sont annoncées. Seule concession à l’Endurance :

une course « Masters 3 Heures » sera réservée samedi soir aux voitures Tourisme, GT et GTP d’avant 1966, des Porsche 911 aux Ford GT40, Mustang ou Falcon en passant par les Cobra, Ginetta, Lotus Elan ou Sunbeam Tiger. Le vendredi 30 juin étant réservé aux essais, les courses seront réparties du samedi 10h20 au dimanche 17h20. S’y ajoutera

réparties du samedi 10h20 au dimanche 17h20. S’y ajoutera Jean Alesi, 4 e en 1991 avec

Jean Alesi, 4 e en 1991 avec Ferrari, fera une démonstration en piste.

une démonstration de F1 des dé- cennies 90 et 2000. Le spectacle se voulant fami- lial (l’entrée est gratuite pour les moins de 16 ans), les animations ne seront pas en reste. Musée de la monoplace française, bap- tême de piste en F1 triplace, es- pace simulateurs, exposants di- vers, karting, Critérium du Jeune Conducteur, village enfants et concert gratuit de Tal le samedi soir à 20h30, suivi d’un feu d’ar- tifice : il y en aura pour tous les âges et tous les goûts. Plus d’infos sur le site grandprixde- francehistorique.fr

Les articles les plus lus du 19 au 25 juin

TOP 5

Les articles les plus lus du 19 au 25 juin TOP 5 1. Le Mans -
1. Le Mans - La Rebellion n°13 déclassée 2. Le Mans - Vincent Capillaire explique
1. Le Mans - La
Rebellion n°13
déclassée
2. Le Mans - Vincent
Capillaire explique
son geste
3. Le Mans -
Le scénario de
l’abandon de la
Toyota n°7
4. F1 - Kubica :
« C’est un nouveau
départ »
5. Loeb retrouve le
volant de la Peugeot
208 T16 Pikes Peak

14 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

7 Le nombre de plateaux qui seront vus en course, dont 5 dédiés aux monoplaces, pour un total de 12 courses.

dont 5 dédiés aux monoplaces, pour un total de 12 courses. VITE Tarifs L’Enceinte Générale 3

VITE

Tarifs

L’Enceinte Générale 3 jours, incluant l’accès au paddock, au concert de Tal et au Pit Walk (13h à 13h20) est au prix de 55 euros. Un billet pour le dimanche

incluant l’accès au paddock est disponible

à 45 euros.

Alesi

Parrain du Grand Prix, Jean Alesi sera disponible pour des séances d’autographes. Il reprendra le volant de sa Tyrrell 018 de 1990 (samedi à 13h), 27 ans après son mythique duel avec Ayrton Senna dans les rues de Phoenix.

Schumacher

La Benetton-Ford B192 de Michael Schumacher (châssis 01) prendra la piste samedi matin avant d’être mise aux enchères par le commissaire-priseur Marc-Arthur Kohn, parmi d’autres voitures de collection (samedi 16-18h et dimanche

11-12h).

Rares F2

Deux raretés de 1968 sont engagées en Historic F2 : la Dino Ferrari 166 de l’Américain Graham Adelman et l’Elfin 600B de l’Australien Stephen Weller. Mais la palme de l’ancienneté revient à la Brabham BT18 de 1966 engagée par un autre Australien, Tim Kuchel.

Gommendy

Il y a quinze ans, il fut le dernier champion de France de F3, avant de remporter le GP de Macao. Tristan Gommendy sera la vedette du Trophée F3 Classic, pilotant

à cette occasion une Ralt-VW RT3 de 1984.

Classiques

Ouvert aux F3 d’avant 1985, le Trophée F3 Classic accueillera un plateau de 42 voitures, dont la Ralt RT3 avec laquelle Ayrton Senna avait débuté fin 1982, ainsi qu’une Ralt ex-Berger, des Chevron ex-Patrese et De Angelis et des Martini ex- Alliot, Grouillard ou Michel Ferté.

Visiteurs

Jean-Pierre Jarier et Yannick Dalmas sont annoncés parmi les visiteurs. Mais il n’est pas prévu de les voir en piste.

visiteurs. Mais il n’est pas prévu de les voir en piste. il faut rester raisonnable. Nous
visiteurs. Mais il n’est pas prévu de les voir en piste. il faut rester raisonnable. Nous

il faut rester raisonnable.

Nous avons certes accueilli 30 000 spectateurs aux Classic Days, mais au bout de

dix

ans. Toutes les épreuves

ont

besoin de se construire

et de s’installer. Il s’agit d’un

concept nouveau en France.

Le Grand Prix de France Historique est-il appelé à devenir l’événement-phare de Magny-Cours ?

Je l’ignore, mais, dans l’avenir,

tout est possible. En tout cas, il aura sa place parmi

les événements historiques

majeurs, au même titre que

Le

Mans Classic.

Propos recueillis par François Hurel

Serge Saulnier

Président du Directoire du circuit de Nevers Magny-Cours

“Un concept nouveau en France”

Qui a donné l’impulsion à ce premier Grand Prix de France Historique ?

Il s’agit d’un projet concomitant qui est né peu après Le Mans Classic 2016.

La FFSA, Laurent Vallery- Masson (HVM Racing. Ndlr) et moi-même en avons eu l’idée. L’esprit général est d’en faire un événement convivial, familial, ouvert et accessible à tous. Nous ne voulons surtout pas d’un événement cloisonné comme c’est parfois le cas. Le billet Enceinte Générale permettra d’aller partout, recréant ainsi l’ambiance des circuits des années 60 et 70.

Quels seront les temps forts de la manifestation ?

Il y en aura plusieurs. Nous aurons en exposition un panel exceptionnel de F1 couvrant

plusieurs décennies. Et nous allons réunir quasiment toutes les F1 pilotées par Jean Alesi, qui sera présent le samedi et le dimanche matin. Outre la Tyrrell de ses débuts, qu’il pilotera, deux Ferrari, une Jordan et une Prost seront exposées, seule la Sauber étant manquante. Par ailleurs, une grande parade regroupant une cinquantaine de F1 aura lieu et bien sûr, il y aura toutes les compétitions des championnats FIA.

Combien attendez-vous de spectateurs ?

Notre modèle économique est fixé à 10 000 billets vendus. Les pré-ventes se sont bien déroulées et les loges et réceptifs VIP sont tous vendus depuis longtemps. C’est très bon signe, mais

ACF OU FRANCE

Deux noms pour un Grand Prix

Fondé en 1895, l’Auto- mobile Club de France (ACF) fut à l’origine des premières courses auto- mobiles dans notre pays. C’est sous son égide que fut organisé en 1906 le

tout premier Grand Prix, au Mans. Le Grand Prix de l’ACF fut ainsi l’un des événements les plus prestigieux du calendrier international jusqu’en 1967, où il se déroula également au Mans, sur le Circuit Bugatti (l’ACO commémore d’ailleurs, actuellement, cet événe- ment à travers une expo- sition dans son musée.

fut également marquée par une terrible lutte de pouvoir entre les vieux messieurs de l’ACF et les jeunes dirigeants de la Fédération Française du Sport Automobile, fondée en 1952. La FFSA prit le dessus et c’est ainsi qu’en 1968, le Grand Prix de l’ACF fit place au Grand Prix de France. Notons toutefois que cette appellation avait déjà été utilisée à six reprises, entre 1911 et 1949, pour une épreuve de moindre importance. Et pour ajouter à la confusion, l’ACF fit du

« révisionnisme » entre

les deux guerres lorsque le RAC proclama (à juste titre) que le Tourist Tro- phy était la doyenne des épreuves automobiles existantes. En comptabi- lisant les « ville à ville », la Coupe Gordon Bennett et même le premier Tour de France, le Grand Prix de 1906 devint rétros- pectivement le 9 e du nom, permettant ainsi à l’ACF d’affirmer que son épreuve était la plus ancienne. Le Grand Prix de l’ACF compta pour le championnat du monde de 1950 à 67, à l’excep- tion de l’édition 1955, annulée suite à la catas-

trophe des 24 Heures du Mans. Comme son pré- décesseur, le Grand Prix de France a visité plu- sieurs circuits (Rouen, Charade, Paul-Ricard et Dijon), puis Magny-Cours de 1991 à 2008, avant sa disparition du calen- drier. Par un heureux hasard, la première édi- tion du Grand Prix de France Historique dans la Nièvre va précéder d’un an la renaissance du véritable Grand Prix de F1 au Paul-Ricard, en 2018. Une élégante façon de relier le passé au présent.

F.H.

Ndlr). Cette année 1967

SONDAGE DE LA SEMAINE

F.H. Ndlr). Cette année 1967 SONDAGE DE LA SEMAINE OUI La date du GP de France

OUI

La date du GP de France 2018, une semaine après Le Mans, est-elle judicieuse ?

NON

46%

à Bakou est-elle justifiée ?

à Bakou est-elle justifiée ?
à Bakou est-elle justifiée ?

54%

 
54%  

DPPI / F. GOODEN

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

Jean-Michel Desnoues Envoyé spécial

16 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

D’AR

FEU

TIFICES

F1 8 /20

FEU TIFICES F1 8 /20 POLE Lewis Hamilton 1’40’’593 COURSE 1 Daniel Ricciardo 2 Valtteri Bottas

POLE

Lewis Hamilton

1’40’’593

FEU TIFICES F1 8 /20 POLE Lewis Hamilton 1’40’’593 COURSE 1 Daniel Ricciardo 2 Valtteri Bottas
COURSE 1 Daniel Ricciardo 2 Valtteri Bottas + 3’’904 3 Lance Stroll + 4’’009
COURSE
1
Daniel
Ricciardo
2
Valtteri Bottas
+
3’’904
3
Lance Stroll
+
4’’009

MEILLEUR TOUR

Sebastian Vettel

1’43’’441

+ 4’’009 MEILLEUR TOUR Sebastian Vettel 1’43’’441 En Azerbaïdjan, depuis des siècles, des flammes surgissent

En Azerbaïdjan, depuis des siècles, des flammes surgissent naturellement de la terre. Dimanche, c’est tout le circuit de Bakou qui s’est embrasé. Trois neutralisations derrière Safety-car, une interruption de course au drapeau rouge, des débris jonchant la piste, des équipiers qui s’accrochent, Vettel qui braque volontairement sur la voiture de Hamilton pour se venger d’un freinage intempestif, Stroll qui foule son premier podium après huit courses seulement et, enfin, Ricciardo qui émerge du chaos pour signer l’une des plus rocambolesques victoires en F1.

pour signer l’une des plus rocambolesques victoires en F1. CHAMPIONNAT P O I N T S

CHAMPIONNAT

POINTS

1 Sebastian Vettel

153

2 Lewis Hamilton

139

3 Valtteri Bottas

111

4 Daniel Ricciardo

92

5 Kimi Räikkönen

73

DPPI / F. GOODEN

PANORAMIC

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

VAINQUEUR

/ F. GOODEN PANORAMIC GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN VAINQUEUR 4 Le nombre de podiums consécutifs signés par

4 Le nombre de podiums consécutifs signés par Daniel Ricciardo, sa meilleure série depuis qu’il a débuté en F1.

RETOUR DE FLAMME

Daniel Ricciardo croyait avoir brûlé toutes ses cartouches après une erreur en Q3 et un arrêt prématuré en course, mais c’était sans compter sur les coups de grisou successifs d’une course complètement folle et dont il sortait indemne. Jean-Michel Desnoues

I l n’y eut pas un mais plusieurs artificiers au cours de ce Grand Prix de tous les dangers. Valtteri Bottas et Kimi Räik- könen étaient les premiers à s’accrocher au virage 2 du premier tour, faisant une

victime innocente. Daniel Ricciardo ne pou- vait pas alors imaginer qu’il allait finalement s’imposer au terme d’une progression des plus hasardeuses voyant soudainement la température de ses freins monter et devant opérer un premier arrêt dès le 5 e tour. Lui qui avait déjà compromis ses chances la veille en fracassant l’arrière de sa Red Bull à la sortie du virage 6 lors de la Q3, voyait s’envoler ses derniers espoirs de bien figurer. D’une écope de freins, les mécaniciens sortaient un gros morceau de carbone issu du contact entre les deux Finlandais. L’Australien revenait en piste, mais à une 17 e place ne lui laissant plus d’ambitions. Puis venait la première Safety-car au 11 e tour pour dégager la Toro Rosso de Daniil Kvyat. Elle restait en piste cinq tours, ce qui permettait aux voitures de tête de troquer leurs gommes Super-Tendres pour des Tendres. Au 16 e tour,

18 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

Tendres. Au 16 e tour, 18 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017 Si, d’un point de vue

Si, d’un point de vue hygiénique, le traditionnel “Shoey” laisse à désirer, il a le mérite de faire rire le paddock.

la voiture de sécurité s’éclipsait pour réappa- raître aussitôt à cause de trop nombreux dé- bris jonchant alors la piste. Lors du restart, le leader Lewis Hamilton en charge du rythme, ralentissait avant de donner le tempo de la relance. Vettel, surpris, tapait l’arrière de la Mercedes avant de se porter à la hauteur

du Britannique et de lui donner un méchant coup de volant. Les dégâts étaient légers sur les deux monoplaces, mais le terrible geste du quadruple champion du monde interpel- lait. À la sortie du virage 2, c’était cette fois les pilotes Force India, Esteban Ocon et Ser- gio Pérez, qui s’accrochaient. Le drapeau

J.F. GALERON

J.F. GALERON 51 e 1 e r 33 e 1 e r 31 e 2 e

51 e 1 er

33 e 1 er

31 e 2 e

25 e 3 e

24

23 e 9 e

21 e 5 e

20

19 e 9 e

18

17

16

12 e 11 e 11 e 17 e

6 e 17 e 5 e 9 e

1 er

F1

e 1 7 e 6 e 17 e 5 e 9 e 1 er F1 Christian

Christian Horner

Team principal Red Bull Racing

e 1 er F1 Christian Horner Team principal Red Bull Racing 19 tours menés “Nous pouvons

19 tours

menés

“Nous pouvons jouer un rôle dans ce championnat”

sa pénalité. Une fois devant, il a parfaitement géré les 15 derniers tours. Son rythme était excellent. L’abandon de Max nous prive certainement d’un doublé.

Où situez-vous la RB13 par

rapport à ses rivales ?

En termes de châssis, nous

sommes dans une position

assez bonne. Il n’y a qu’à mesurer le niveau d’appui qui

est le nôtre par rapport à nos principaux rivaux. Maintenant, nous avons besoin de plus de performance et de fiabilité, mais Renault fait tout ce qu’il peut. J’espère que la seconde demi-saison sera bien plus solide que la première. Nous avons eu des problèmes de corrélation entre virtuel et réel, mais ils sont réglés. Nos appareils de mesure, qui

s’étaient montrés jusqu’alors très fiables, ont commencé

à nous montrer des résultats

étranges. La voiture opère maintenant comme nous espérions. Nous avons un bon programme de développement, donc les choses progressent bien.

Un mot sur l’incident entre Vettel et Hamilton qui modifie la physionomie du championnat. Pourriez-vous en profiter ?

Ils se battent pour le championnat et ce qui s’est passé va augmenter l’intensité de la bataille. Nous verrons

bien si cette rivalité exacerbée va aider mais, même sans cela, je pense que nous pouvons jouer un rôle dans ce championnat. Spécialement

à partir de Spa, fin août.

Propos recueillis par J.-M. D.

à partir de Spa, fin août. Propos recueillis par J.-M. D. La neutralisation de la course

La neutralisation de la course a permis l’entrée en piste de nouvelles équipes… de nettoyage.

rouge était brandi au 23 e tour, la piste étant jugée impraticable, car recouverte de débris tranchants. Ricciardo, qui avait su tirer profit de chaque re-départ, était alors remonté à la 5 e place. Après le énième nouveau départ qui voyait l’Australien passer Massa, Hülken- berg et Stroll d’un coup au virage 1, la course connaissait enfin une accalmie quand Hamil- ton devait opérer un retour au stand pour fixer son appuie-tête baladeur, tandis que Vettel écopait de 10’’ de Stop&Go pour conduite dangereuse. Le pilote Red Bull héritait du lea- dership et n’allait plus le quitter.

SCÉNARIO PARFAIT Sur le podium, chaussure remplie de cham- pagne en main, Lance Stroll devait se plier à la facétieuse tradition commencée par Ric- ciardo. Le Canadien but en grimaçant, tandis que l’Australien riait en s’expliquant. « Je n’ai jamais eu de victoire ennuyeuse, et celle-ci ne

l’est certainement pas ! Après le chaos et le drapeau rouge, je sentais qu’un podium était à portée de main. Hier, après mon erreur de

qualification, j’ai dit que cette course allait sou- rire à ceux qui ne feraient pas d’erreur et qui seraient capables de tirer profit de toutes les opportunités, et c’est ce que nous avons fait. Le dernier re-départ a été le plus important. Avec Stroll, Hülkenberg et Massa, nous étions tous très près, mais j’ai réussi à les déborder d’un seul coup. Aujourd’hui, c’était tout sim- plement fou. Nous n’avions pas la voiture la plus rapide, mais nous avons été capables de capitaliser sur les opportunités pour gagner

des places. C’était tellement amusant

L’homme des scénarios improbables, celui qui ne frappe jamais où on l’attend, se per- met une victoire sur un tracé qui fait la part belle au moteur, avec sa longue ligne droite de pleine charge. Un beau succès après trois podiums successifs qui, cruellement, soulignent la réussite qui est actuellement la sienne et qui s’oppose à la terrible mal- chance de son équipier Verstappen, victime d’une panne moteur. Pour le moment, ce- lui à qui la chance sourit, c’est Ricciardo. « Hier, j’étais déçu de mon erreur, mais il faut en faire pour essayer de trouver le der- nier dixième, répète-t-il une dernière fois. Je savais qu’aujourd’hui, ça se passerait différemment et qu’il fallait éviter les soucis. Franchement, je n’ai pas de mots. Dans le tour d’honneur, je riais comme un gosse ! » Un sourire qui fait du bien à la F1. l

»

STATS

5 victoires en GP
5
victoires en GP

1 er

2 e

3 e

4 e

SCHUMACHER

HAMILTON

PROST

VETTEL

91

56

51

45

46 e RICCIARDO e RICCIARDO

5

Que pensez-vous de la course ?

Totalement folle ! Au début, nous avons pris un peu de débris avec Daniel suite à l’incident entre Bottas et Räikkönen. Nous avons dû l’appeler pour nettoyer sa voiture. Il s’est retrouvé 56 51 45 46 e RICCIARDO 5 Que pensez-vous de la course ? en queue de

en queue de peloton et hors des débats. Max était à ce moment en train de mettre la pression sur Pérez.l’appeler pour nettoyer sa voiture. Il s’est retrouvé Il n’était pas loin des leaders. Nous devons l’appeler pour nettoyer sa voiture. Il s’est retrouvé Il n’était pas loin des leaders. Nous devons l’appeler pour nettoyer sa voiture. Il s’est retrouvé Il n’était pas loin des leaders. Nous devons

Il n’était pas loin des leaders. Nous devons comprendre ce qui s’est passé avec le moteur. Soudainement, Daniel s’est retrouvé dans le Top 10, avec les bons pneus, en Super-Tendres, et capable d’aller au bout. Un dernier restart magistral l’a mis en 3 e position. Là, il a bénéficié des arrêts d’Hamilton pour son repose-tête et de Vettel e position. Là, il a bénéficié des arrêts d’Hamilton pour son repose-tête et de Vettel pour

L’INSTANT

DÉCISIF

Il met sa main sur le repose- tête épris de liberté de sa Mercedes et interroge son stand. La réponse ne tarde pas. Il faut rentrer pour le refixer. Au 31 e tour, Lewis Hamilton, alors en tête, s’engouffre dans la voie des stands. Peu de temps s’écoule avant que Sebastian Vettel, nouveau leader, apprenne qu’il est sous le coup d’une pénalité de 10’’ lui aussi. Il s’interroge sur les raisons de cette pénalité comme s’il avait perdu d’un coup la mémoire, mais l’Allemand finit par se plier aux injonctions de son stand, abandonnant le leadership à Daniel Ricciardo. Condamné par un arrêt prématuré au 5 e tour, l’Australien ne devrait pas être là, mais les incidents de course et diverses relances derrière le Safety-car ont redonné vie à sa course. Il reste quinze tours. S’il doit pouvoir contrôler la Williams de Lance Stroll, il sait aussi que Bottas fait le forcing après son accrochage dans le premier tour avec Kimi Räikkönen. Finalement, c’est un peu plus de 3’’ que l’Australien parvient à sauver sous le drapeau à damier.

J.-M. D.

DPPI / F. GOODEN

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

FOCUS

DPPI / F. GOODEN GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN FOCUS 12 À 18 ans, 7 mois et 27

12 À 18 ans, 7 mois et 27 jours, Lance Stroll n’est pas le plus jeune pilote à monter sur un podium F1. Il s’en faut de douze jours puisque Max Verstappen était âgé de 18 ans, 7 mois et 15 jours au moment de sa victoire en Espagne, l’année dernière.

PREMIER PODIUM

STROLL SORT DE L’OMBRE

Sang froid, solidité du jugement, maturité, c’est un tout autre pilote Williams qui a déboulé sur les boulevards de Bakou. Il suffisait de quelques points

Jean-Michel Desnoues

Oh, non, il m’a eu ! » Les mots grésillent dans la radio, mais personne ne les entend. D’ailleurs,

les entend-il lui-même ? Après quinze tours d’un duel à distance contre Valtteri Bot- tas, le jeune Lance Stroll (18 ans) vient de se faire souffler la 2 e place du Grand Prix. Il a repoussé l’échéance mais cent mètres lui ont finalement fait défaut. Contre le DRS grand ouvert de la Flèche d’Argent, contre la puissance du groupe propulseur « usine » et l’aspi- ration savamment construite par le Finlandais, le Québé- cois s’est incliné. « Il m’a

«

20 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

eu ! », répète-t-il une seconde fois, mais, décidément, tout le monde s’en moque. Dans le stand Williams, on chante, on danse, on s’embrasse. Si la 2 e place est perdue, il reste l’essentiel. Le podium, inatten- du, inespéré, voire impossible. Felipe Massa, qui a dû abandon- ner, est le premier à faire l’acco- lade à Lawrence, qui a dépen- sé sans compter pour amener le fiston à ce niveau. L’homme d’affaires a tout payé : la F3, les tours de piste aux quatre coins du monde au volant d’une Wil- liams déclassée, le baquet dans l’écurie de Grove. Tellement cer- tain que Lance possède ce que

de Grove. Tellement cer- tain que Lance possède ce que Porté en triomphe par ses mécaniciens,

Porté en triomphe par ses mécaniciens, le Canadien a aussi fait la fierté de son père.

l’argent n’achète pas, mais qu’il peut aider à révéler : le talent. Cet argent, les facilités qu’il a et que les autres n’ont pas, l’espoir canadien les a souvent pris en pleine figure. Surtout ces derniers mois, car la F1 ne par-

donne rien, surtout aux gosses de riche qui ont grandi trop vite. Elle leur fait payer leur manque de légitimité, de maturité, de tout. Et au centuple. Stroll put d’autant moins y échapper que ces essais hivernaux et son dé-

DPPI / F. GOODENPANORAMIC

1 C’est la première fois cette saison que Lance Stroll devance son équipier Felipe Massa en qualification.

TRAJECTOIRE

Né le 29 octobre 1998 à Montréal (Canada). 2008-2013 : karting

au Canada, USA, Italie et Allemagne.

2014 F4 Italie (champion,

7 victoires). 12 courses en

Florida Winter Series (organisée

par la Ferrari Driver Academy).

2015 FIA F3 (5 e , 1 vict.),

Toyota Racing Series (champion, 4 vict.), pilote de développement Ferrari F1.

2016 FIA F3 (champion,

14 vict.), pilote de

développement Williams F1.

2017 F1 avec Williams (8 GP,

1 podium, 17 points)

F1. 2017 F1 avec Williams (8 GP, 1 podium, 17 points) but de saison furent parfois

but de saison furent parfois em- barrassants. Trop tôt, pas prêt, pas de talent, même son titre de champion d’Europe F3 acquis sur la piste, fut sujet à caution. Pourtant, même souvent in- justes, les critiques ne man-

F1 Lance Stroll “Je n’arrive pas à y croire” Pilote Williams
F1
Lance Stroll
“Je n’arrive pas à y croire”
Pilote Williams

Premiers points à Montréal, premier podium à Bakou, le néophyte québécois est en train de monter en puissance chez Williams. Et de faire taire les sarcasmes.

7 e sur la grille devant votre équipier, premier podium

en course, on ne vous attendait certainement pas à pareille fête…

Je suis juste perdu avec les mots en ce moment. Ce fut une course tellement acharnée, où tant de choses se sont passées. L’équipe a su me garder cool à la radio, le rythme a été bon du début à la fin. Je n’arrive pas à y croire. La course a été vraiment dingue et nous avons évité les problèmes. J’ai conservé mon sang-froid et j’ai juste été dépassé par Valtteri (Bottas) à la fin. C’est, sûrement, l’une des arrivées les plus serrées de l’histoire. Jamais,

je n’aurais pensé finir sur le podium ce week-end. Je suis aux anges ! C’est un sentiment incroyable et, pour moi, un rêve devenu réalité.

Le Grand Prix du Canada a-t-il servi de déclic ? Vous fallait-il un premier bon résultat pour vous libérer ?

mais qui n’a pas été un soulagement. Pour être honnête, à Montréal, plus que les points, c’est l’engouement populaire qui m’a réjoui. J’étais loin de l’imaginer… Au Canada, il y a une attente, et j’espère que j’y ai répondu aujourd’hui.

Les nombreuses critiques que vous avez essuyées furent-elles un poids ?

Je n’ai jamais éprouvé le besoin d’y répondre. C’est du bruit, rien que du bruit. L’an dernier, j’ai vécu une saison parfaite (champion d’Europe de F3. Ndlr). Cette saison, j’ai eu des moments difficiles et j’en aurai certainement, mais je suis là. Je fais le job !

Quel chemin parcouru depuis le temps, pas si ancien, où vous regardiez les Grands Prix à la télévision avec votre père…

Oui. Michael (Schumacher. Ndlr) était mon héros, il l’est toujours, et je ne regardais que lui. Il reste un modèle. Ces moments ont été spéciaux pour moi… Je suis assis, là, sur le podium, dans le cadre d’un Grand Prix de F1, et j’ai dû mal à réaliser que le rêve est devenu réalité. Une partie du rêve car j’ai d’autres objectifs en F1 qu’un premier podium.

Propos recueillis par J.-M. Desnoues

Je ne sais pas trop. À Montréal, pour la première fois de la saison peut-être, rien n’est venu perturber ma préparation et j’ai pu montrer ce que je pouvais faire quand j’étais épargné par la malchance. Une bonne course qui m’a permis de marquer mes premiers points, qui a œuvré pour ma confiance, c’est vrai,

quaient forcément pas de per- tinence. Le garçon semblait

subir plus que contrôler. Trop désordonné sur la piste, trop détaché dans le paddock, il donnait l’impression d’évoluer dans sa bulle. Père et fils unis dans la même indifférence, ne semblaient pas avoir vraiment conscience d’une situation qui,

à ce rythme, allait vite devenir

intenable. À l’inverse, sûr de son fait et du talent du jeune homme, l’écurie faisait front. À l’horizon, se profilait déjà, le déplacement

que tout le monde redoutait, ce- lui de Montréal. Un déplacement

à haute teneur médiatique dans

ce pays vivant encore à l’heure des Villeneuve et désireux de voir enfin émerger un succes- seur digne de ce nom. Adulé par le plus grand nombre, mais raillé par les autres, Lance Stroll allait affronter ce qui était alors vu comme un week-end de tous les dangers. Mais qui, contre toute attente, allait être idyllique. Avec l’insouciance de ces 18 ans, il retournait une opinion qui ne demandait qu’à l’être et transformait cette énergie pou- vant être destructrice en arme de précision sur la piste. Malgré la pression et une qualification

ratée, il effectuait une course disciplinée et solide qui lui per- mettait de marquer ses premiers points. Coup de Chance ? Peut- être. Il fallait une confirmation et elle ne s’est pas fait attendre.

CHAMPAGNE ! Rob Smedley, responsable de la performance, est le premier

à l’accueillir. C’est lui qui, il y a quelques minutes, lui a répon- du : « Tu es sur le podium. Deu- xième ou troisième, ce n’est pas grave, tu es sur le podium. » Au terme de son huitième Grand Prix seulement, c’est même

plus une victoire qu’un podium. Christian Horner, qui vient de fé- liciter son propre pilote (Ricciar- do. Ndlr), ne s’y trompe pas. « Il a essuyé des critiques lors des sept premières courses, lâche le Team principal de RBR à Paddy Lowe, mais aujourd’hui, il a dis- puté un Grand Prix très solide. Ça montre l’importance de la confiance pour un pilote. Main- tenant, il sait qu’il peut le faire ? » Le directeur technique de Wil- liams qui, au soir du Grand Prix du Canada, avait parlé de déclic (voir interview Ah n°2118. Ndlr) ne peut qu’acquiescer les yeux rivés sur ce podium inédit. Plus

tard, nous retrouverons l’ex-tête pensante de Mercedes en train de boire, lui aussi, du cham- pagne. Mais dans un verre. Ja- mais on ne l’a vu aussi heureux, même aux plus belles heures de Brackley. « Qui aurait prévu ce podium aujourd’hui ? s’amuse- t-il. C’est un résultat formidable pour Lance qui devient le se- cond plus jeune pilote à monter sur un podium F1 (à l’âge de 18 ans et 239 jours ; 12 jours de plus que Verstappen. Ndlr). Il a eu un week-end brillant, étant irréprochable à chaque session, et resté à l’écart des échauffou- rées en course. Il a su garder un bon rythme malgré les interrup- tions, a bien géré la voiture, les pneus et les re-départs. Nous sommes très heureux, même si la journée était loin d’être par- faite, puisque nous étions en route vers un double podium quand Felipe a eu son problème de suspension… » Vrai, Pad- dy Lowe peut nourrir quelques regrets car le vétéran brésilien pouvait prétendre à la victoire. Mais il sait désormais que Mas- sa n’est plus seul. Qu’il y a une deuxième voiture chez Williams et qu’elle est même appelée à monter en puissance. l

DPPI / F. GOODEN

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

FOCUS

LEWIS HAMILTON VS SEBASTIAN VETTEL

D’AZERBAÏDJAN FOCUS LEWIS HAMILTON VS SEBASTIAN VETTEL SANS LES GANTS Il a cru à une manœuvre

SANS LES GANTS

Il a cru à une manœuvre déloyale et il a voulu se faire justice lui-même. À Bakou, en braquant sur la monoplace de Lewis Hamilton, Sebastian Vettel a mis un terme à la cordialité. Place, désormais, aux hostilités. Jean-Michel Desnoues

J e a n - M i c h e l D e s n o

T outes proportions gardées, c’est le

coup de boule de Zidane en finale de

Coupe du monde de football 2006

qui nous a été rejoué dimanche. C’est

le coup du type qui pète les plombs

en oubliant que des millions de gens le re- gardent et qu’il est bien plus qu’un sportif de haut niveau. Quand le museau de sa Ferrari s’est retrouvé dans la boîte de la Mercedes de Hamilton au freinage, Vettel a cru à la pro- vocation. Le freinage intempestif d’Hamilton au virage 16 ne pouvait être qu’une grande stupidité, au pire un geste mal intentionné. Dans les deux cas, l’Allemand pensa qu’il devait agir pour manifester son méconten- tement. Alors, il se porta à la hauteur de son adversaire, pour « faire un geste de la main afin qu’il comprenne. » Seulement, il se transforme en coup de volant. A-t-il agi intentionnellement ? A-t-il tenté un petit mou- vement d’intimidation ? Toujours est-il que les monoplaces se touchent. Quelques tours plus tard, l’Allemand est averti qu’il est sous le coup d’une pénalité de 10’’. « Qu’est-ce que j’ai fait ? », demande-t-il. « Pouvez-vous me donner une explication ? », répète-t-il. Le pilote Ferrari serait-il devenu amnésique ? Il obtempère et revient en piste en 6 e position devant Hamilton qui a dû stopper pour faire refixer son repose-tête. Les deux coupent la ligne dans cet ordre, aux 4 e et 5 e places. À leur descente de voiture, ils ne se voient pas. Vettel, un brin arrogant, campe sur sa position. « Lewis a accéléré puis freiné brus- quement et je n’ai pas pu éviter le contact.

22 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

Je me suis porté à sa hauteur pour lui faire comprendre que je n’étais pas content et nos roues se sont touchées. Ce qu’il a fait est honteux ! » Quand l’écho de ses paroles parvient jusqu’à l’hospitalité Mercedes, Niki Lauda croit mal entendre. « Un jour, à mon avis, Lewis va lui mettre un coup. Pas avec la voiture, mais avec le poing !, s’exclame-t-il. Si j’étais Lewis, je parlerais à Sebastian pour lui demander ce qui ne va pas. Mais Vettel, pour moi, fait comme Michael (Schumacher. Ndlr) qui niait toujours avoir fait quelque chose de mal. C’est sa réaction normale. Si quelque chose ne va pas, il se réfugie dans un univers parallèle où ce n’est pas de sa faute. »

LES DATAS ONT PARLÉ Du côté de Lewis Hamilton et de Mercedes, le jusqu’au-boutisme du quadruple cham- pion du monde passe d’autant plus mal que les datas parlent d’eux-mêmes. « Que les choses soient bien claires, martèle Toto Wolff, patron de Mercedes Motorsport. Lewis n’a rien fait de mal comme le montrent les datas. Seb a cru que Lewis avait délibé- rément touché les freins ; ce qu’il n’a pas fait. C’est un mauvais jugement de sa part. Le leader donne le tempo. Au tour précé- dent, on peut voir que Lewis se rapproche tellement de la Safety Car qu’il manque de la toucher. Dans celui qui nous intéresse, il n’a pas plus accéléré que freiné. Il est entré dans

n’a pas plus accéléré que freiné. Il est entré dans Hamilton a perdu la victoire au

Hamilton

a perdu

la victoire

au moment

de remplacer

sa protection

de tête.

DPPI / F. GOODEN

J.F. GALERON

L’Allemand a été sanctionné pour son coup de roue infligé à Hamilton.

sanctionné pour son coup de roue infligé à Hamilton. le virage et a levé le pied

le virage et a levé le pied de l’accélérateur pour éviter de trop s’approcher de la Safety Car. Puis, il a été heurté. C’est ce que montre la télémétrie. » Des datas épluchées par les commissaires FIA. Que Sebastian Vettel ait voulu se dédouaner de son erreur est une chose, qu’il ait eu ce geste en est une autre. « Personnellement, je ne peux pas imaginer qu’il a braqué dé- libérément sur Lewis, poursuit l’Autrichien, mais une pénalité appropriée doit être mal-

gré tout décidée. Il ne s’agit pas de n’importe quel pilote, mais d’un quadruple champion du monde qui doit être un exemple. » La pé- nalité - un Stop & Go de 10’’ et trois points sur sa licence - pose cependant problème, car elle semble bien douce eu égard à la gravité de l’incident, qu’il y ait eu intention ou pas. Après cela, comment expliquer sur les pistes de kart que les coups de roue sont de mauvais gestes quand le plus titré des pilotes en activité en use ? L’an der- nier, nous avions déjà eu droit aux débor- dements radiophoniques de Vettel et aux noms d’oiseaux distribués à Charlie Whiting et autres pilotes. Peut-être est-il temps que la Scuderia lui installe un nouveau fusible, qui ne fond pas à la moindre contrariété. En attendant, ce n’est certainement pas en Autriche (7-9 juillet. Ndlr), ni même après, que nous allons revivre les grandes séances de congratulations mutuelles que Vettel et Hamilton avaient fini par instituer au terme de chacun de leur duel. À Bakou, le divorce

a été prononcé.

l

de leur duel. À Bakou, le divorce a été prononcé.  l Lewis Hamilton Pilote Mercedes

Lewis Hamilton

Pilote Mercedes

“C’est juste irrespectueux”

Peut-on savoir combien vous êtes malheureux et combien cet incident vous a perturbé?

Il ne sert à rien de vous donner la version de ce que je pense, car elle est identique à la vôtre et

à celle de tout le monde je suppose. La seule

chose que je n’ai pas faite, c’est de tester mes freins. Je n’ai fait que reproduire ce que j’ai fait le tour précédent et le tour d’avant avec la voiture de sécurité. Lorsque la voiture de sécurité allume ses feux, le leader contrôle le rythme. C’est ce que j’ai fait. Quand j’ai tourné, j’avais une pression de 50 bars. Je n’ai rien augmenté pour ne pas modifier l’espace avec la voiture de sécurité. J’ai fait ce que j’ai fait aux tours précédents. Ce soir, si je suis contrarié, c’est d’avoir perdu la course.

Sebastian Vettel maintient que vous avez freiné…

Les commissaires ont examiné mes datas et ils ont dit que je ne l’avais pas fait. Je contrôlais le rythme. Regardez mes données et vous pouvez voir que je n’ai pas freiné. L’écart avec la Safety Car ne s’était pas réduit. Il n’y a aucune raison de freiner.

Vous avez dit par radio à Charlie Whiting que la pénalité aurait dû être plus sévère…

Il n’a aucune raison de revenir à ma hauteur. Le message ne pouvait être plus clair. Nous sommes des champions du monde. Nous sommes les meilleurs pilotes au monde. Dans la rue, avec votre voiture de tous les jours, peut- être pouvez-vous faire ce type d’erreur, de braquer à droite par maladresse. Pas nous ! Ce qu’il a fait, c’est juste irrespectueux. Si j’avais eu de mauvaises intentions, je n’aurais pas mérité ce type de traitement de toute manière. Vous ne faites pas ça à quelqu’un que vous dites respecter. Belles images pour les multi-champions du monde que nous sommes ! Ce qu’il a fait, c’est le genre de choses que l’on peut voir en karting, et c’est ce que l’on vous apprend à ne surtout pas faire en monoplace. Ce n’est pas ainsi que l’on pilote. J’espère simplement que les jeunes de la Formule Renault, de la GP3, de la F2 n’ont pas vu cela, car ce n’est pas ça le sport automobile. Ce n’est pas comme cela que l’on pilote et que l’on se conduit. Jamais.

Vettel dit qu’il va vous appeler. Qu’allez-vous lui dire?

D’abord, je ne pense pas qu’il ait mon numéro. Donc… J’ai entendu ce qu’il a dit après la

course et me semble que c’est un peu facile. Ce que je pense, c’est que j’ai perdu la course

à cause de ça, mais aussi à gagner les douze

courses restantes. Et que ce type de choses ne se reproduise pas. Aujourd’hui, j’ai découvert un Sebastian que je ne connaissais pas.

Propos recueillis par J.-M. Desnoues

je ne connaissais pas. Propos recueillis par J.-M. Desnoues F1 Sebastian Vettel Pilote Ferrari “Lewis n’avait

F1

Sebastian Vettel

Pilote Ferrari

“Lewis n’avait pas besoin de faire ça”

C’était la soupe à la grimace à Bakou.
C’était la soupe à la grimace à Bakou.

Quelle est votre version de l’incident ?

Le leader dicte le rythme, mais nous étions en train de sortir du virage. Il était en pleine accélération et il a freiné tellement fort que je n’ai pas pu éviter le contact. Il n’avait pas à faire ça. Ça a endommagé mon aileron avant et son diffuseur. Accélérer et freiner, ce n’est pas comme cela que l’on fait. Je suis remonté à ses côtés comme ça se fait souvent pour lever ma main. Je voulais lui faire voir que ce n’était pas bien.

Avez-vous braqué sur lui délibérément ?

Je ne crois pas qu’il a freiné exprès. Mais le fait est qu’il a freiné. Je suis venu à sa hauteur pour lui faire voir que je n’étais pas content. Ce que je peux vous dire, c’est que je ne suis pas d’accord avec la pénalité que j’ai reçue. Si je suis pénalisé, il devrait l’être aussi car il n’avait pas à agir comme cela.

Il dit de votre manœuvre qu’elle est irrespectueuse ?

Je vois où vous voulez en venir, mais je le respecte énormément. Maintenant, ce n’est pas le bon moment de parler de ça, et certainement pas avec vous. Je ferai ça en privé, avec lui. Nous parlerons et passerons à autre chose. Je ne l’ai pas vu après la course et j’attendrai d’être seul avec lui pour que l’on s’explique.

Ne craignez-vous pas que votre réputation ne soit entachée ce soir ?

Nous sommes de grands garçons et tout le monde espère nous voir nous affronter. Pour ma part, je le répète, je regrette cette pénalité. Lewis n’avait pas à ralentir autant. Il n’avait pas à accélérer et à freiner ensuite. Je ne voulais pas lui rentrer dedans, je ne suis pas assez stupide pour risquer de détruire ma propre voiture. Il n’avait pas besoin de faire ça pour prendre le meilleur.

Propos recueillis par J.-M. D.

DPPI / F. GOODEN

DPPI / F. GOODEN

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

ECHOS

D E N DPPI / F. GOODEN GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN ECHOS 40 Le nombre de places

40 Le nombre de places de pénalités infligées à Fernando Alonso sur la grille du Grand Prix d’Azerbaïdjan qui se divisent comme suit : 6 e MGU-H (10 places), 6 e TC (5 places), 5 e ICE (10 places), 5 e MGU-K (5 places), 7 e MGU-H (5 places) et 7 e TC (5 places)

McLAREN-HONDA

LA RUPTURE EST CONSOMMÉE

Il n’y a pas de date butoir, mais il y a des décisions à prendre, des procédures à suivre et des contrats à négocier », soulignait Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren, sur les bords de la mer caspienne. Si ce n’est pas le signe que la rupture est consommée avec Honda, ça y ressemble. « Je ne suis pas en train de dire que nous allons nous séparer avec Honda, prenait-il toutefois le soin de poursuivre. Simplement,

et ce quoi qu’il advienne, il doit

y avoir un nouveau contrat et

de nouvelles ambitions. » Si le Français ne dit pas ne plus

croire en la capacité de Honda à redresser la barre, c’est le temps qui l’inquiète. Et il est de plus en plus compté pour son écurie. « Nous croyons Honda parce que la firme

a les ressources humaines,

techniques et financières pour

y arriver, mais c’est le temps

nécessaire pour y parvenir qui soulève des inquiétudes. Et

c’est la clé… » De son côté,

des inquiétudes. Et c’est la clé… » De son côté, lors du traditionnel point presse du

lors du traditionnel point presse du samedi soir après la séance qualificative, Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes Motorsport, soulignait que

McLaren devait préalablement à toutes discussions concernant une fourniture moteur, régler ses affaires avec Honda. Dans l’ordre des choses, et même en

cas de divorce mutuel rapide, on voit difficilement McLaren récupérer un nouveau groupe propulseur - allemand ou autre - avant la fin de saison. J.-M. D.

ou autre - avant la fin de saison. J . - M . D . LA

LA PERLE DU WEEK-END

Notre vitesse est si basse que les autres pilotes pensent qu’on rentre

aux stands mais non, on démarre un tour rapide

Fernando Alonso, plus lent en ligne droite de 30 km/h.

” Fernando Alonso, plus lent en ligne droite de 30 km/h. 2018 McLaren reste la meilleure

2018

McLaren reste la meilleure option d’Alonso

Après trois ans d’un combat pour l’heure aus- si vain qu’épuisant, le double champion du monde espagnol ne croit plus au projet an- glo-japonais et recherche quelque chose de plus abouti. « Je veux du sûr, pas quelque chose de risqué, s’est-il exprimé dans le paddock de Bakou. Je veux me retrouver dans une position où je peux être compétitif dès le premier jour et me battre pour la vic- toire. Après 16 ans de F1 et compte tenu de tout ce que j’ai réussi, je veux être compétitif pour mes dernières années. » Est-ce pour au- tant que ses déclarations entérinent la fin de sa relation avec l’écurie McLaren ? Certaine- ment pas à en croire la longue conversation entre Flavio Briatore (conseiller d’Alonso. Ndlr) et Éric Boullier, dimanche matin à l’hospitalité McLaren, car l’écurie de Woking reste de loin

24 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

sa meilleure option. Mercedes ? Toto Wolff, qui a dîné avec Flavio Briatore - décidément l’Italien fait feu de tout bois… - à Bakou, af- firme que Valtteri Bottas fait du bon boulot et qu’il n’y a aucune raison de s’en séparer. Fer- rari ? Un retour de l’Espagnol à Maranello est impossible et, de toute manière, la Scu- deria n’a d’yeux que pour Verstap- pen quitte à garder Räikkönen un an de plus. Red Bull ? Les contrats de ses deux pilotes sont en béton armé. Renault ? On a vu mieux comme projet abouti… En re- vanche, une McLaren équipée d’un bon moteur peut être dans le coup d’entrée de jeu. Briatore, lui, semble l’avoir déjà compris. J.-M. D.

J.F. GALERON

VITE

VITE

Auer

Le pilote DTM de la Mercedes

la livrée rose est pressenti pour participer aux tests jeunes pilotes organisés après le Grand Prix de Hongrie. C’est son oncle Gerhard Berger - Lucas est le fils de sa sœur - qui l’a révélé à l’agence de presse autrichienne APA. Âgé de 22 ans, le jeune homme est actuellement le plus rapide des pilotes de la firme

à

à

l’étoile en DTM.

Haas

Pour éviter que ses pilotes ne se fassent piéger par le trafic en piste lors de la séance qualificative comme cela avait été le cas pour Kevin Magnussen à Monaco et Montréal, l’écurie américaine, s’inspirant des pratiques de

l’IndyCar, a dédié un ingénieur

à

l’analyse des données GPS

fournies aux équipes pour

gérer le trafic.

Mercedes

George Russel, 19 ans, troisième du championnat d’Europe F3 en 2016, actuellement 5 e du GP3, a été retenu par Mercedes pour

les essais d’après Grand Prix de Hongrie. Rappelons que l’espoir britannique a rejoint le programme jeunes pilotes de la firme en janvier dernier et a déjà passé beaucoup d’heures dans le simulateur

à Brackley pour se préparer

à ce baptême du feu.

LE SAVIEZ-

VOUS ?

À son point le plus bas sur la ligne droite dé- part-arrivée, le circuit de Bakou est 24 mètres en dessous du niveau de la mer, soit l’endroit de la terre le plus bas à avoir jamais accueilli un Grand Prix. C’est aussi 2253 mètres en dessous du point le plus haut de la saison, le virage 6 de l’Autódromo Hermanos Rodríguez à Mexico City.

RÉUNION ABITEBOUL, PROST ET ABAD…

Sainz vise Renault

RÉUNION ABITEBOUL, PROST ET ABAD… Sainz vise Renault La photo a fait le tour de la

La photo a fait le tour de la toile. Assis à la même table, Luis Garcia Abad, manager de Fernando Alonso, Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team et Alain Prost, ambassadeur et conseiller spécial de l’écurie

française, en grandes discussions. Tout le monde pense qu’ils parlent du pilote espagnol. Vrai, mais pas celui que l’on imagine. En fait, Abad donne un coup de main à Car- los Sainz qui sait les portes de Red Bull Racing fermées à double tour. Celui qui ne peut envisager une quatrième saison chez Toro Rosso se verrait bien en jaune. Le projet Renault est encore jeune, mais porteur d’espoirs. Inenvi- sageable pour un Alonso qui n’a plus de temps pour tout reconstruire, il est idéal pour l’espoir ibérique. Alors, on discute… J.-M. D.

F1

UTILISATION DE L’HUILE

Durcissement de la législation

À l’orée du GP d’Azerbaïdjan, la FIA a durci sa législation concernant l’utilisation de l’huile comme carburant. Dans une directive aux écuries, elle indique que « toute utilisation de composants ou de substances supplémentaires dans l’huile afin d’améliorer la combustion est une infraction au règlement technique. » Rappelons qu’il y a quelques semaines, la Commission F1 a approuvé un plan en trois points pour 2018, visant à empêcher les équipes d’exploiter la combustion de l’huile : obligation pour les équipes de fournir les mesures du niveau d’huile de leur réservoir principal à la FIA à tout moment d’un week-end de Grand Prix, interdiction des valves de contrôle actif entre l’unité de puissance et la prise d’air moteur et cantonnement à une spécification unique d’huile par moteur

pour chaque Grand Prix. J.-M. D.

TECHNIQUE

Red Bull se donne de l’air
Red Bull se donne de l’air

En attendant que les chevaux soient tous au rendez-vous, Red Bull Racing tente de compenser comme elle peut, en mécanique autant qu’en aéro. Si, au Canada, elle a vu ses suspensions postérieures retouchées afin de favoriser un plus grand débattement et une plus grande souplesse favorisant la motricité, la RB13 travaille avant tout son efficacité aérodynamique. D’autant plus délicat qu’elle est née autour d’un concept visant la finesse et la vitesse de pointe plus que les appuis, trop coûteux en traînée quand il vous manque quelques chevaux… Or, bien

exploiter une monoplace peu

chargée n’est pas simple. Mise en température, équilibre avant/ arrière, stabilité des freinages et des remises en vitesse, confort de pilotage ne sont pas aisés à définir et à maintenir au fil d’une course. Il n’empêche que le pari vaut d’être pris. La RB13 grignote régulièrement de son écart sur les Mercedes et, curieusement, n’a pas semblé hors sujet sur ce circuit où, sur le papier, elle n’avait rien pour y briller, contrairement aux Williams et Force India, clientes Mercedes. En Autriche non plus, les RB13 ne devraient pas briller et pour peu que le moteur évolué de Renault y fasse son

apparition — le troisième de la

série 2017 -, elles pourraient suivre de plus près encore le train des Mercedes et Ferrari. En attendant, elles ont affronté la piste de Bakou avec le kit aéro introduit au Canada, dont l’aileron avant caractérisé par un soufflage vertical et une zone surélevée dans la zone du marchepied externe. Par contre, l’aileron postérieur était nouveau, avec un profil principal très haut, un flap à la corde très réduite et seulement deux soufflages horizontaux ouverts à la hauteur du bord d’attaque. Pas de quoi compenser le handicap de puissance, mais de quoi profiter pleinement des bonnes occasions. P.C. / P.F.

DPPI / F. GOODEN

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

CHECK-LIST

DPPI / F. GOODEN GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN CHECK-LIST PALMER # 30 20 VANDOORNE # 2 18
DPPI / F. GOODEN GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN CHECK-LIST PALMER # 30 20 VANDOORNE # 2 18

PALMER # 30

20

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN CHECK-LIST PALMER # 30 20 VANDOORNE # 2 18 GROSJEAN # 8 16

VANDOORNE # 2

18

CHECK-LIST PALMER # 30 20 VANDOORNE # 2 18 GROSJEAN # 8 16 WEHRLEIN # 94

GROSJEAN # 8

16

PALMER # 30 20 VANDOORNE # 2 18 GROSJEAN # 8 16 WEHRLEIN # 94 14

WEHRLEIN # 94

14

# 2 18 GROSJEAN # 8 16 WEHRLEIN # 94 14 MAGNUSSEN # 20 12 ALONSO

MAGNUSSEN # 20

12

# 8 16 WEHRLEIN # 94 14 MAGNUSSEN # 20 12 ALONSO # 14 19 ERICSSON

ALONSO # 14

19

# 94 14 MAGNUSSEN # 20 12 ALONSO # 14 19 ERICSSON # 9 17 SAINZ

ERICSSON

# 9

17

MAGNUSSEN # 20 12 ALONSO # 14 19 ERICSSON # 9 17 SAINZ # 55 15

SAINZ

#

55

15

20 12 ALONSO # 14 19 ERICSSON # 9 17 SAINZ # 55 15 HÜLKENBERG #

HÜLKENBERG

#

27

13

14 19 ERICSSON # 9 17 SAINZ # 55 15 HÜLKENBERG # 27 13 KVYAT #

KVYAT

#

26

11

Jean-Claude Romec

MERCEDES

MERCEDES
HÜLKENBERG # 27 13 KVYAT # 26 11 Jean-Claude Romec MERCEDES Lewis Hamilton GRILLE 1 I

Lewis Hamilton

GRILLE 1 I ARRIVÉE 5

#44 W08/03

-4

Lewis Hamilton GRILLE 1 I ARRIVÉE 5 #44 W08/03 -4 Il s’est caché durant tous les

Il s’est caché durant tous les essais libres avant de claquer un chrono venu d’ailleurs en qualifications. Malgré l’incident avec Vettel lors de la 2 e neutralisation, le Britannique était en passe d’aller chercher la victoire, avant d’être obligé de s’arrêter pour refixer la protection de son cockpit.

de s’arrêter pour refixer la protection de son cockpit. Valtteri Bottas GRILLE 2 I ARRIVÉE 2

Valtteri Bottas

GRILLE 2 I ARRIVÉE 2

 

#77 W08/05

=

Meilleur temps des EL3, le Finlandais était douché par son équipier qui le reléguait à une demi-seconde en qualif. En course, il a cru tout perdre en s’accrochant avec Räikkönen dans le 1 er tour, ce qui l’a contraint de changer d’aileron avant. Les trois neutralisations ont fait son jeu.

RED BULL

RED BULL
RED BULL
avant. Les trois neutralisations ont fait son jeu. RED BULL Daniel Ricciardo GRILLE 10 I ARRIVÉE

Daniel Ricciardo

GRILLE 10 I ARRIVÉE 1

Daniel Ricciardo GRILLE 10 I ARRIVÉE 1

#3 RB13/03

+9

L’Australien ne pouvait effectuer qu’un tour lancé en Q3, victime d’une touchette au moment de son second run. Son arrêt préma- turé en course pour ôter des débris le reléguait hors du Top 10, mais les divers incidents de course l’ont beaucoup servi.

mais les divers incidents de course l’ont beaucoup servi. Max Verstappen GRILLE 5 I ARRIVÉE A

Max Verstappen

GRILLE 5 I ARRIVÉE AB

#33 RB13/04

Il a dominé les deux premières séances d’essais libres, tout en concluant les EL2 dans le mur du virage 1. Retardé en EL3 par un problème hydraulique, il signait néanmoins le 5 e chrono en qualifi- cations. À la lutte avec Pérez pour la 3 e place, il devait renoncer dès le 12 e tour sur problème moteur. Son 4 e retrait de la saison, déjà.

FERRARI

FERRARI
moteur. Son 4 e retrait de la saison, déjà. FERRARI Sebastian Vettel GRILLE 4 I ARRIVÉE

Sebastian Vettel

GRILLE 4 I ARRIVÉE 4

#5 SF70H/315 =
#5 SF70H/315 =

#5 SF70H/315

#5 SF70H/315 =

=

#5 SF70H/315 =

Après 7 tours seulement couverts en EL3 en raison d’un problème hydraulique, l’Allemand devait utiliser un moteur usagé en qualif, qui débouchait sur sa plus mauvaise position de la saison. Son geste de mauvaise humeur envers Hamilton, juste avant le restart du 20 e tour, lui coûte sans doute le podium.

restart du 20 e tour, lui coûte sans doute le podium. Kimi Räikkönen GRILLE 3 I

Kimi Räikkönen

GRILLE 3 I ARRIVÉE 14

#7 SF70H/317

-11

 
 

Deuxième abandon de la saison pour le Finlandais, dont la mo- noplace a été bien malmenée par son compatriote Bottas dès les premiers hectomètres. Son retour miraculeux en piste ne fut pas fructueux en raison du caractère illicite de la réparation.

FORCE INDIA

FORCE INDIA
FORCE INDIA
raison du caractère illicite de la réparation. FORCE INDIA Sergio Pérez GRILLE 6 I ARRIVÉE A

Sergio Pérez

GRILLE 6 I ARRIVÉE AB

#11 VJM10/02

En qualif, il se hissait au 6 e rang, juste devant son équipier. C’est avec ce dernier qu’il s’accrochait peu après le deuxième restart, alors que sa performance de début de course pouvait l’inciter à croire au podium, comme en 2016.

pouvait l’inciter à croire au podium, comme en 2016. Dans quelques secondes, les pilotes Force India

Dans quelques secondes, les pilotes Force India vont s’accrocher et faire monter la tension dans l’équipe

s’accrocher et faire monter la tension dans l’équipe Esteban Ocon GRILLE 7 I ARRIVÉE 6 #31

Esteban Ocon

GRILLE 7 I ARRIVÉE 6

#31 VJM10/01 +1

#31 VJM10/01

+1

Esteban Ocon GRILLE 7 I ARRIVÉE 6 #31 VJM10/01 +1 Très à l’aise durant les essais

Très à l’aise durant les essais libres (5 e des EL3), le Normand signait la meilleure qualif de sa jeune carrière (7 e ). Reparti avec une crevai- son de sa passe d’armes avec son équipier, il tenait un temps son premier podium, avant de céder aux assauts de Bottas.

WILLIAMS

WILLIAMS
WILLIAMS
podium, avant de céder aux assauts de Bottas. WILLIAMS Felipe Massa GRILLE 9 I ARRIVÉE A

Felipe Massa

GRILLE 9 I ARRIVÉE AB

#19 FW40/02

Devancé pour la première fois cette saison en qualif par son jeune équi- pier, le Brésilien accomplissait un début de course parfait, jusqu’à son problème de suspension qui le contraignait à l’abandon au 25 e tour.

qui le contraignait à l’abandon au 25 e tour. Lance Stroll GRILLE 8 I ARRIVÉE 3

Lance Stroll

GRILLE 8 I ARRIVÉE 3

Lance Stroll GRILLE 8 I ARRIVÉE 3

#18 FW40/03

+5

Le Rookie canadien était très à l’aise d’entrée sur la piste de Ba- kou, comme en témoignent ses 6 e chrono en EL1 et 9 e en EL3. Il signait samedi sa meilleure qualification en F1, puis dimanche son premier podium, malgré une stratégie d’arrêt au stand douteuse

lors de la toute première neutralisation.

26 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

ab. = abandon,

n.c. = non classé,

J.F. GALERON

J.F. GALERON

J.F. GALERON J.F. GALERON POLE POSITION Hamilton 1’40’’593 (Moyenne : 214,834 km/h) F1 RICCIARDO # 3

POLE POSITION

Hamilton 1’40’’593

(Moyenne : 214,834 km/h)

F1

Hamilton 1’40’’593 (Moyenne : 214,834 km/h) F1 RICCIARDO # 3 10 MASSA # 19 9 STROLL

RICCIARDO # 3

10

(Moyenne : 214,834 km/h) F1 RICCIARDO # 3 10 MASSA # 19 9 STROLL # 18

MASSA

# 19

9

: 214,834 km/h) F1 RICCIARDO # 3 10 MASSA # 19 9 STROLL # 18 8

STROLL # 18

8

F1 RICCIARDO # 3 10 MASSA # 19 9 STROLL # 18 8 OCON # 31

OCON # 31

7

# 3 10 MASSA # 19 9 STROLL # 18 8 OCON # 31 7 PÉREZ

PÉREZ # 11

6

19 9 STROLL # 18 8 OCON # 31 7 PÉREZ # 11 6 VETTEL #

VETTEL

# 5

4

# 18 8 OCON # 31 7 PÉREZ # 11 6 VETTEL # 5 4 BOTTAS

BOTTAS

#

77

2

# 31 7 PÉREZ # 11 6 VETTEL # 5 4 BOTTAS # 77 2 VERSTAPPEN

VERSTAPPEN

#

33

5

# 11 6 VETTEL # 5 4 BOTTAS # 77 2 VERSTAPPEN # 33 5 RÄIKKÖNEN

RÄIKKÖNEN # 7

3

5 4 BOTTAS # 77 2 VERSTAPPEN # 33 5 RÄIKKÖNEN # 7 3 HAMILTON #

HAMILTON # 44

1

McLAREN

McLAREN
# 33 5 RÄIKKÖNEN # 7 3 HAMILTON # 44 1 McLAREN Fernando Alonso GRILLE 19

Fernando Alonso

GRILLE 19 I ARRIVÉE 9

#14 MCL32/03 +10

#14 MCL32/03

+10

Alonso GRILLE 19 I ARRIVÉE 9 #14 MCL32/03 +10 L’Espagnol obtient ses premiers points de l’année

L’Espagnol obtient ses premiers points de l’année à l’issue d’un Grand Prix où l’on n’attendait pas les McLaren à si belle fête. Passé au travers de toutes les embûches, il pointait même un temps 5 e d’une course qu’il « aurait pu gagner », selon ses propres termes à la radio.

aurait pu gagner » , selon ses propres termes à la radio. Stoffel Vandoorne GRILLE 18

Stoffel Vandoorne

GRILLE 18 I ARRIVÉE 12

à la radio. Stoffel Vandoorne GRILLE 18 I ARRIVÉE 1 2 #2 MCL32/02 +6 Pénalisé -
#2 MCL32/02 +6

#2 MCL32/02

+6

Pénalisé - comme son équipier - avant même de commencer en rai- son de multiples changements sur sa monoplace, le Belge apparaissait compétitif en course. Avec le nombre élevé d’abandons, il pouvait es- pérer lui aussi inscrire ses premiers points, mais a buté sur les Sauber.

TORO ROSSO

TORO ROSSO
TORO ROSSO
ses premiers points, mais a buté sur les Sauber. TORO ROSSO Daniil Kvyat #26 STR12/04 GRILLE

Daniil Kvyat

#26 STR12/04

GRILLE 11 I ARRIVÉE AB

Le Russe fut involontairement l’élément déclencheur d’un Grand Prix « fou » en abandonnant sa Toro Rosso mal placée en piste dès le 10 e tour. Auparavant, il avait failli s’accrocher avec son équipier dès la sortie du 1 er virage.

avec son équipier dès la sortie du 1 e r virage. Carlos Sainz GRILLE 15 I

Carlos Sainz

GRILLE 15 I ARRIVÉE 8

1 e r virage. Carlos Sainz GRILLE 15 I ARRIVÉE 8 #55 STR12/01 +7 De nouveau
#55 STR12/01 +7

#55 STR12/01

+7

De nouveau resté à la porte de la Q3, l’Espagnol rapportait toute de même son lot de points. Pourtant, son Grand Prix aurait pu tourner aussi court qu’à Montréal, après un tête-à-queue dès le

1 er tour au milieu du peloton pour éviter un accrochage fratricide.

HAAS

HAAS
du peloton pour éviter un accrochage fratricide. HAAS Romain Grosjean GRILLE 16 I ARRIVÉE 1 3

Romain Grosjean

GRILLE 16 I ARRIVÉE 13

#8 VF-17/02 +3

#8 VF-17/02

+3

Grosjean GRILLE 16 I ARRIVÉE 1 3 #8 VF-17/02 +3 Le Français s’est plaint de problème

Le Français s’est plaint de problème de freins dès les essais libres, et n’a cette fois-ci pas trouvé la clé pour s’échapper de la Q1, samedi. On l’a senti désemparé en début de course, toujours pas rassuré quant à la capacité de freinage de sa monture.

rassuré quant à la capacité de freinage de sa monture. Kevin Magnussen GRILLE 12 I ARRIVÉE

Kevin Magnussen

GRILLE 12 I ARRIVÉE 7

#20 VF-17/03 +5

#20 VF-17/03

+5

À l’inverse de son équipier, le Danois a vécu un Grand Prix idyl- lique, passant au travers de problèmes en piste pour se retrouver un temps à batailler pour le podium ! Rentré progressivement dans le rang au regard du pedigree de ses adversaires, il parvient à sauver

GRILLE DE DEPART

une 7 e place, soit le meilleur résultat de l’écurie américaine cette saison, qui lui permet de passer devant Renault au championnat.

qui lui permet de passer devant Renault au championnat. Kevin Magnussen obtient son meilleur résultat avec

Kevin Magnussen obtient son meilleur résultat avec Haas, qu’il a rejoint en début d’année.

RENAULT

RENAULT
avec Haas, qu’il a rejoint en début d’année. RENAULT Nico Hülkenberg GRILLE 13 I ARRIVÉE A

Nico Hülkenberg

GRILLE 13 I ARRIVÉE AB

#27 R.S.17/02

Beaucoup de regrets pour l’Allemand qui pouvait viser de gros

lors-

points sur ce Grand Prix rocambolesque, puisqu’il était 5 e

qu’il percutait le mur au virage 7, peu après la dernière relance.

le mur au virage 7, peu après la dernière relance. Jolyon Palmer GRILLE 20 I ARRIVÉE

Jolyon Palmer

GRILLE 20 I ARRIVÉE AB

#30 R.S.17/03

Grand Prix à oublier pour le Britannique, qui commençait par tou- cher le mur au même endroit que Pérez en EL2, avant de voir sa voiture prendre feu en EL3, ce qui le privait de participation à la qualif. Il inaugurait la liste des abandons, dès le 7 e tour, sur pro- blème mécanique.

SAUBER

SAUBER
SAUBER
dès le 7 e tour, sur pro- blème mécanique. SAUBER Marcus Ericsson GRILLE 17 I ARRIVÉE

Marcus Ericsson

GRILLE 17 I ARRIVÉE 11

#9 C36/03 +6

#9 C36/03

+6

Ericsson GRILLE 17 I ARRIVÉE 1 1 #9 C36/03 +6 Après avoir manqué s’accrocher avec son

Après avoir manqué s’accrocher avec son équipier, le Suédois a obéi à une consigne d’équipe qui a permis à Wehrlein de rapporter un point de Bakou.

qui a permis à Wehrlein de rapporter un point de Bakou. Pascal Wehrlein GRILLE 14 I

Pascal Wehrlein

GRILLE 14 I ARRIVÉE 10

#94 C36/04 +4

#94 C36/04

+4

Wehrlein GRILLE 14 I ARRIVÉE 1 0 #94 C36/04 +4 Deuxième arrivée dans les points cette

Deuxième arrivée dans les points cette saison pour le jeune Alle- mand, qui pouvait déjà s’estimer heureux d’être entré en Q2 same- di. « Nous n’aurions pu finir dans le Top 10 dans des circonstances normales », constatait néanmoins Wehrlein en toute honnêteté.

» , constatait néanmoins Wehrlein en toute honnêteté. Nouveaux points pour Wehrlein (à droite) après la

Nouveaux points pour Wehrlein (à droite) après la 8 e place de l’Allemand

en Catalogne.

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN

CHIFFRES

GRAND PRIX D’AZERBAÏDJAN CHIFFRES 1”1 L’écart entre la meilleure Mercedes et la meilleure Ferrari en

1”1

L’écart entre la meilleure Mercedes et la meilleure Ferrari en qualification. C’est le plus grand enregistré depuis le début de la saison ; jusqu’ici, la plus forte différence n’avait été que de 0’’4, à Bahreïn.

DIGEST 1 re édition (disputé en 2016 sous l’appellation GP d’Europe). 23, 24 et 25
DIGEST
1 re édition (disputé en 2016 sous l’appellation GP
d’Europe). 23, 24 et 25 juin 2017
NOUVEAU
5 e victoire pour Daniel Ricciardo (1 re de la saison).
66 e pole pour Lewis Hamilton (5 e de la saison). 1 er
podium pour Lance Stroll. 140 e podium pour Red Bull.
Premiers points de la saison pour Fernando Alonso et
McLaren-Honda.
CIRCUIT
Nombre de tours : 51
Circuit : 6,003 km
QUALIFICATION 1
1
Hamilton
1’41”983
2
Verstappen
1’42”544
3
Räikkönen
1’42”678
4
Ricciardo
1’42”857
5
Kvyat
1’42”927
6
Vettel
1’42”952
7
Bottas
1’43”026
8
Ocon
1’43”051
9
Pérez
1’43”162
10
Massa
1’43”165
11
Sainz
1’43”489
12
Stroll
1’43”613
13
Hülkenberg
1’43”930
14
Magnussen
1’44”029
15
Wehrlein
1’44”317
16
Alonso
1’44”334
17
Grosjean
1’44”468
18
Ericsson
1’44”795
19
Vandoorne
1’45”030
20
Palmer
pas de chrono
QUALIFICATION 2
1
Hamilton
1’41”275
2
Bottas
1’41”502
3
Vettel
1’41”911
4
Verstappen
1’41”961
5
Räikkönen
1’42”090
6
Ricciardo
1’42”215
7
Stroll
1’42”284
8
Pérez
1’42”467
9
Massa
1’42”735
10
Ocon
1’42”751
11
Kvyat
1’43”186
12
Sainz
1’43”347
13
Magnussen
1’43”796
14
Hülkenberg
1’44”267
15
Wehrlein
1’44”603
QUALIFICATION 3
1 Hamilton
1’40”593
2 Bottas
1’41”027
3 Räikkönen
1’41”693
4 Vettel
1’41”841
5 Verstappen
1’41”879
6 Pérez
1’42”111
7 Ocon
1’42”186
8 Stroll
1’42”753
9 Massa
1’42”798
10 Ricciardo
1’43”414
TOUR PAR TOUR P ACCIDENT M PANNE P PIT STOP À X TOUR(S) SAFETY-CAR B
TOUR PAR TOUR
P ACCIDENT
M PANNE
P PIT STOP
À X TOUR(S)
SAFETY-CAR
B DRAPEAU NOIR
E ÉLIMINÉ

KR : Kimi Räikkönen

SP : Sergio Pérez

EO : Esteban Ocon

FM : Felipe Massa

LS : Lance Stroll

FA : Fernando AlonsoPérez EO : Esteban Ocon FM : Felipe Massa LS : Lance Stroll SD : Stoffel

SD : Stoffel VandoorneFM : Felipe Massa LS : Lance Stroll FA : Fernando Alonso DK : Daniil Kvyat

DK : Daniil Kvyat: Lance Stroll FA : Fernando Alonso SD : Stoffel Vandoorne CS : Carlos Sainz RG

CS : Carlos Sainz: Fernando Alonso SD : Stoffel Vandoorne DK : Daniil Kvyat RG : Romain Grosjean NH

RG : Romain GrosjeanSD : Stoffel Vandoorne DK : Daniil Kvyat CS : Carlos Sainz NH : Nico Hülkenberg

DK : Daniil Kvyat CS : Carlos Sainz RG : Romain Grosjean NH : Nico Hülkenberg

NH : Nico Hülkenberg

KM : Kevin Magnussen

JP : Jolyon Palmer

ME : Marcus Ericsson

PW : Pascal Wehrlein

Toro Rosso est très mal placée. 12 e t. Verstappen perd de la puissance alors qu’il se battait avec Pérez. Il rentre à son stand et abandonne. Räikkönen passe 4 e , Massa 5 e et Ocon 6 e . La course est neutralisée pour permettre de dégager la Toro Rosso. La plupart des pilotes s’engouffrent dans la pit-lane pour pas- ser aux pneus Tendres à la fin de ce tour, sauf Stroll, Hülkenberg et Ricciardo. 13 e t. Derrière le Safety-car, on trouve Ha- milton, Vettel, Stroll, Pérez, Räikkönen, Massa et Ocon. Stroll change ses Su- per-Tendres en Tendres à la fin de ce tour. 17 e t. Restart. Pérez passe Vettel pour la 2 e place. Ocon et Massa passent Räikkönen, dont la Ferrari perd des mor- ceaux, conséquence de son choc du 1 er tour. Le Safety-car refait son apparition

à la fin de ce tour pour évacuer ces

débris. Toutes les voitures passent par la pit-lane sans s’arrêter à leur stand.

20 e t. Restart. Juste avant la relance, Vettel percute Hamilton en sortie de virage n°16 et endommage l’aileron de sa Ferrari. L’Allemand se porte ensuite

à la hauteur de la Mercedes et mani-

feste sa mauvaise humeur d’un coup de volant. Les voitures se touchent à nouveau. Au moment du restart, Massa parvient à s’infiltrer pour passer Räik- könen - qui souffre d’une crevaison à l’arrière-droit - et Pérez. Dans la foulée, Ocon tente sa chance et s’accroche avec Pérez après le virage n°1. À la fin de ce tour, les voitures de Pérez et Räikkönen sont rentrées à l’intérieur de leur garage. Victime d’une simple

crevaison, Ocon s’arrête à son stand et repart. 22 e t. Le drapeau rouge est brandi pour nettoyer la piste de tous ses débris. Hamilton, Vettel, Massa, Stroll, Ricciardo, Hülkenberg, Magnussen et Alonso s’immobilisent dans cet ordre dans la pit-lane. 23 e t. Après 20’ d’arrêt, le peloton repart derrière la voiture de sécurité, avec Pérez et Räikkönen, dont les voitures ont eu le temps d’être répa- rées. Tous les pilotes ont rechaussé des Super-Tendres. 24 e t. Restart. Stroll et Ricciardo débordent Massa dans la ligne droite. Avant la fin du tour, Hülkenberg et Magnussen passent aussi le Brésilien, qui abandonne au tour suivant, amortis- seur cassé. 25 e t. Hülkenberg tape un mur et abandonne. 29 e t. Ocon passe Sainz pour la 7 e place. 31 e t. Hamilton

est contraint à un arrêt imprévu pour changer sa protection autour du cockpit, qui menaçait de se détacher. Il repart 9 e derrière Sainz. 32 e t. Alors qu’il est le nouveau leader, Vettel apprend qu’il écope d’un Stop & Go de 10’’ pour avoir tamponné Hamilton sous régime de

Safety-car. Hamilton passe Sainz pour la 8 e place. 33 e t. Vettel s’engouffre dans la pit-lane pour purger sa pénalité. Il en ressort 7 e , devant Hamilton, avec Pérez intercalé entre les deux, mais à un tour. Ricciardo est leader devant Stroll, Magnussen, Ocon et Alonso. 36 e t. Vettel et Hamilton passent Alonso. 38 e t. Ocon passe Magnussen dans la ligne droite et prend la 3 e place. Bottas passe aussi la Haas pour la 4 e place. 39 e t. Vettel et Hamilton passent Magnussen et de-

: Lewis Hamilton39 e t. Vettel et Hamilton passent Magnussen et de- LH : Valtteri Bottas VB :

LH

: Valtteri Bottaset Hamilton passent Magnussen et de- : Lewis Hamilton LH VB : Daniel Ricciardo DR :

VB

: Daniel RicciardoMagnussen et de- : Lewis Hamilton LH : Valtteri Bottas VB DR : Max Verstappen MV

DR

: Max VerstappenLewis Hamilton LH : Valtteri Bottas VB : Daniel Ricciardo DR MV : Sebastian Vettel SV

MV

: Sebastian VettelValtteri Bottas VB : Daniel Ricciardo DR : Max Verstappen MV SV FAITS DE COURSE PÉNALITÉS

SV

FAITS DE COURSE

PÉNALITÉS -3 places à Sainz, suite accrochage à Montréal. -35 places à Vandoorne pour utilisation de 6 e et 7 e turbo (TC), de 6 e et 7 e éléments de récupération d’énergie MGU-H, et chan- gement de boîte de vitesses. -40 places à Alonso pour utilisation de 6 e et 7 e turbo (TC), de 6 e et 7 e éléments de récupération d’énergie MGU-H, d’un 5 e élément de récupération d’énergie MGU-K et d’une 5 e unité de moteur ICE.

DÉPART Toute la grille est équipée de pneus Super-Tendres, exceptés Grosjean, Ericsson et Vandoorne qui partent en Tendres. À l’extinction des feux, les deux premières lignes s’élancent sans problème et les quatre premiers des qualifications passent le premier virage dans cet ordre, même si Vettel allume légèrement ses pneus au freinage. 1 er t. Sainz part en tête-à-queue dès la sor- tie du virage n°1 en voulant éviter son équipier. Un peu plus loin, il y a contact entre Bottas et Räikkönen au virage n°2. La Mercedes poursuit au ralenti avant de repasser par son stand à la fin du tour pour changer son museau et passer en pneus Tendres. Hamilton emmène Vettel, Pérez, Verstappen, Räikkönen, Massa et Ocon. 5 e t. Hamilton s’est créé un petit écart de 3’’3 sur Vettel. Alors 9 e , Ricciardo procède à un arrêt précoce en raison de débris de carbone dans ses étriers de freins. 10 e t. Kvyat s’immobilise à la sortie du virage 12. La

28 autohebdo.fr = 28 JUIN 2017

DPPI / F. GOODEN

Points : 1 er =25 pts / 2 e =18 pts / 3 e =15 pts / 4 e =12 pts / 5 e =10 pts / 6 e =8 pts / 7 e =6 pts / 8 e =4 pts / 9 e =2 pts / 10 e =1 pt.

DPPI

F1

CLASSEMENT FINAL

 

RELAIS 1

RELAIS 2

RELAIS 3

RELAIS 4

TEMPS EN COURSE

 

1

D.

Ricciardo (Red Bull)

       

1

Vettel

1’43’’441

2h03’55”573 (moy. 148,176 km/h)

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

Super-Tendres neufs

moy. 208,919 km/h au 37 e tour

2

V.

Bottas (Mercedes)

à 3”904

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres rodés

Super-Tendres rodés

2

Hamilton

1’43’’469

3

L.

Stroll (Williams)

à 4”009

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres rodés

 

3

Bottas

1’43’’925

4

S.

Vettel (Ferrari)

à 5”976

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres rodés

 

4

Ricciardo

1’44’’882

5

L.

Hamilton (Mercedes)

à 6”188

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

 

5

Stroll

1’45’’108

6

E.

Ocon (Force India)

à 30”298

Super-Tendres rodés

Tendres neufs

Super-Tendres rodés

Super-Tendres rodés

6

Alonso

1’45’’168

7

K.

Magnussen (Haas)

à 41”753

Super-Tendres neufs

Tendres neufs

Super-Tendres rodés

 

7

Räikkönen

1’45’’542

8

C.

Sainz (Toro Rosso)

à 49”400

Super-Tendres neufs

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

 

8

Pérez

1’45’’588

9

F.

Alonso (McLaren)

à 59’’551

Super-Tendres neufs

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

 

9

Ocon

1’45’’634

10

P.

Wehrlein (Sauber)

à 1’29”093

Super-Tendres neufs

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

Super-Tendres rodés

10

Sainz

1’45’’866

11

M.

Ericsson (Sauber)

à 1’31”794

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

Super-Tendres neufs

 

11

Magnussen

1’46’’312

12

S.

Vandoorne (McLaren)

à 1’32”160

Tendres neufs

Super-Tendres neufs

Super-Tendres neufs

Super-Tendres neufs

12

Verstappen

1’46’’398

13

R.