Sunteți pe pagina 1din 59

ROYAUME DU MAROC

DIRECTION DE L’ENSEIGNEMENT DE LA RECHERRCHEET DU DEVELOPPEMENT


INSTITUT TECHNIQUE AGRICOLE D’OUED A MLIL
DEPARTEMENT DES STAGES

.
Rapport de stage
2015/2016

Nous dédions ce travail à nos parents


premièrement qui nous encouragent pour faire
des efforts.

A nos Frères et sœurs.

A toute la famille qui nous a aidés durant la


période de la formation.

A nos encadrements et enseignants de l’Institut


Technique Agricole d’OUED AMLIL-TAZA

A tous nos amis les plus proches.

A tous ceux qui nous ont aidés soit de prés ou de


loin.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Remerciement ………………………..…………………………………….…… ………….……..…7


Introduction …….....…………………………………………………………………. ………..……8
Fiche signalétique……………………………………………………..………… ……………………9
Partie I : Description……………………………………………………............ .....................10
I- Présentation de la région de CHTOUKA AIT BAHA ………………………………....11
Monographie de la région…………………………….…………… …………………..…11
 Sol :……………………………… ………………………………………… …………………………11
 Eau: …………………………… ………………………….…………… …………………………..11
 Climat ……………………………………………………. …………… ………………………….12
 Vents :…………………………………………………………..……… ………………………….12
 Pluviométrie :………………………………………………………… ………………………..12
 Hygrométrie :………………………………………………..……… ………………………….12
 Températures :…………………………………………….………… …………………………12
 Insolation :………………………………………………….…………… ……………………….12
II- Présentation de l’exploitation……………………….……………… ………..…...…….12
2-1) EQUIPEMENTS ET BÂTIMENT…………………………….… …………………………13
a)- Matériels agricoles :…………………………………………………………… …………………..13
b)- Matériel de traitement :…………………………………………………………… ………………..13
2-2) Système d’irrigation :………………………………...…………………… ………………14
2-3- Bâtiments………………….. …………………………………………………….……………..16
2-4- plan de l’exploitation…………………………………………………………………...……17
2-5- Moyens humains :……………………..………………………………………………………18

Partie II : Etude technique e la tomate serise…………………………………………..….….19


I -Etude Technique de la tomate cerise hors sol……………………….…………………..20
1.1) Définition ………………………………………………………………………..….………………20
I-2) Caractères botaniques et exigences pédoclimatiques :……………………….20
I-2-1 Description botanique et classification :……………………………………..……………20
a) Classification :…………………………………………………………………………..………….20
b) Description :…………………………………………………………………………….…………..21
I-2-2 Exigences pédoclimatiques :…………………………………………………………………….21
I-2-3 Données principales sur la conduite de la culture :……………………………………22
I-3 - Caractéristiques des variétés et du substrat utilisé :……………..…………………..22
2-1 Variétés : ANGELLE……………………………………………………………………………………..22
2-2 Substrat : ……………………………………………………………………………………………22
2-3- Mise en place de la culture :……………………………………………………………………..23
2-4- Préparation du sol pour la culture sur sol et pour l’hors-sol :…………………….24
a-Sur sol :………………………………………..…………………………………………………………24
b-Désinfection du sol :………………………………………………………………………………..24
c-La formation des banquettes et installation des rames d’irrigation pour la
culture hors sol :……………………………………………………………………………………………….24
d- Le paillage :……………………………………………………………………………………………..25
e- La mise en place de la collecte du drainage :…………………………………………….25
3 - Pépinière :…………………………………………………………………………………………………….25
3 -1 Semis ………………………………………………………………………………………………………26
3 -2 Plantation :………………………………………………………………………………………………….26
4- Entretien de la culture …………………………………………………………………………………..26
4-1- Le palissage :………………………………………………………………………………………………..26
4-2 L’ébourgeonnage :………………………………………………………………………………………..27
-4-
Rapport de stage
2015/2016

4 -3 L’effeuillage : ……………………………………………………………………………………………….27
4 -4- Le couchage :……………………………………………………………………………………………….28
4 -5 -L’éclaircissage : ……………………………………………………………………………………………28
4 -6 La pollinisation :……………………………………………………………………………………………28
a- Le vibrage : ………………………………………………………………………………………………28
b- Les bourdons : ………………………………………………..………………………………………….28
4-7 Désherbage :…………………………………………………………………….29
5- L’irrigation fertilisante : ………………………………………………………………………………….30
5.1 L’irrigation :……………………………………………………………………………………………..30
a-L’eau disponible : ………………………………………………………………………………………..31
b- Contrôle des apports et des quantités drainées :………………………………………32
c- Contrôle de l’humidité du substrat :…………………………………………………………33
d- Contrôle du pH et l’EC :…………………………………………………………………………….35
5 -2- Fustigation :……………………………………………………………………………………………….36
Confection de la solution nutritive …………………………………………………………..36
6-Maladies physiologiques et phytopathologiques :…………………………………………….41
6 -1 Maladies physiologiques :……………………………………………………………………..41
6 -2 Maladies virales :…………………………………………………………………………………….43
6 -3 Maladie………………………………………………………………………………………………….43
6-4 Maladies bactériennes :…………………………………………………………………………..44
6-5 Les ravageurs : ……………………………………………………………………………………46
7- Protection phytosanitaire :……………………………………………………..46

PARTIE III :Récolte et Conditionnement …………………………………….50

1-Récolte et conditionnement :………………………………………………………………………….51


1-1-Récolte ……………………………………………………………………………………………………51
1-2- Station de conditionnement ………………………………………………………………………..53
1-2-1 Les étapes de conditionnement:..............................................................53
a) Reception et pesage: ...................................................................................53
b) Versement: .................................................................................................53
c) Lavage:........................................................................................................53
d) Séchage:…………………………………………………………………………………………………….53
e) L’expédition :……………………………………………………………………………………………..53
f) Triage :………………………………………………………………………………………………………53
g) Calibrage :…………………………………………………………………………………………………54
h) Emballage :………………………………………………………………………………………………..54
i) Etiquetage :……….………………………………………………………………………………………54
j) Palettisation :…………………………………………………………………………………………….54
k) Brossage :………………………………………………………………………………………………….54
Commercialisation :…………………………………………………………………………………………..55
Conclusion:.........................................................................................................56

-4-
Rapport de stage
2015/2016

LISTE DES PHOTOS

Photo 1 :Le plan de l’exploitation ……………………………………………...…..- 17


-
Photo 2 : Récipient d’eau de drainage et d’apport …………………….….- 25 -
Photo 3 : Effeuillage. ………………………………………………………………..….- 27 -
Photo 4 : Les bourdons. ……………………………………………………………….- 28 -
Photo 5 : bassin d’accumulation………………..…….……………- 31-
Photo 6 : Mesure du pH et l’EC. ………………………………………..…………- 35 -
Photo 7: Symptômes du Botrytis sur tige. ………………….…………………- 43-
Photo 8: Symptômes de la bactériose sur plante & feuille. ……….…- 44 -
Photo 9 : Pulvérisation de traitement. ………..……..…………..- 45 -
Photo 10 : : Symptômes de la mineuse sur feuille. ……………….……..- 46 -
Photo 11 : Différents niveaux de la maturité de la tomate cerise..- 51-
Photo 12 : La récolte…………………………………………………………………….- 52 -
Photo 13 : Quai (réception des caisses & pré agréage)………………….- 52 -
Photo 14 : Camion frigo de transport………………………………..- 55-

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : carte topographique montrant la situation de la


région CHTOUKA AIT BAHA……………………………………………….11
Figure 2 : Organigramme de l’exploitation……………………...18
Figure 3 : Quantité d’eau consommée à chaque stade
phrénologique d La plante………………………………………………..34
Figure 4 : Les variations de l’EC………………………………………….35
Figure 5 : Les variations du Ph…………………………………………..36
Figure 6 : La quantité des éléments apportés à chaque
stade………………………………………………………………………………..38

-4-
Rapport de stage
2015/2016

LISTE DES TABLEAUX

Tableau N° 1 : Petit Matériel utilisé………………………………………13


Tableau N°2 : Autres matériels de traitement …………………….……...14
Tableau N°3 : Liste des pompes utilisées…………………………………14
Tableau N°4 : Construction et bâtiments……………………………...….16
Tableau N°5 Fonctions et taches du personnel ………………………….16
Tableau N° 6 : La classification d’Angelle . ……………………..20
Tableau Nº7 : Caractéristiques physiques des substrats minéraux……...23
Tableau Nº8 : Détails des opérations de l’activité…….………………….30
Tableau N°9 : Le calcul de la solution nutritive………………………...32
Tableau N°10 : Normes de qualité d’eau…………………………………32
Tableau N°11 : Programme d’arrosage suivant les stades de la tomate...33
Tableau N° 12 : Réajustement des paramètres d’irrigation selon le taux
De drainage :……………………………………………………………...33
Tableau N°13 : Confection de la solution nutritive……………………37
Tableau N° 14 : Nature et quantité des engrais apportées par stade …..38
Tableau N°15 : Programme de fertilisation exprimé en équilibres par
Stades phrénologiques :………………………………….39
Tableau N°16: Les engrais utilisés, leur composition et leur
fournisseur ………………………………………………….……………40
Tableau N°17: tableau de carence………………………..……………...42
Tableau N°18: Des seuils d’intervention pour les maladies observées à
L’exploitation :……………………………………………47
Tableau N°19 : Liste de traitements phytosanitaires utilisés :…………..48
Tableau N°20: Liste de traitements phytosanitaires utilisés en pépinière 49

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Au terme de ce stage, nous tenons à exprimer nos

remerciements à toutes les personnes qui, d’une manière ou

d’une autre ont contribué à son accomplissement.

Notre profonde reconnaissance va d’abord à nos encadrant,

Mr Rachid et Mr Mohamed pour l’aide précieuse et les

critiques constructives qui ont permis l’élaboration de ce

travail.

Nous exprimons notre gratitude au responsables de la

société DUROC d’avoir accepté de nous accueillir au sein de

l’exploitation, sans oublier de remercier tous les membres de

DUROC 8, notamment Mr BAZGAOU ALAL le chef responsable

de la ferme et mètre de stage. Pour leur encouragement

pendant toute la période de notre stage.

Enfin nous tenons à remercier tous ceux qui ont facilité de


loin ou de prêt le déroulement de notre stage et la mise en
forme de ce rapport.
Amicalement.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Dans le but de compléter les connaissances acquises durant la formation


des techniciens en agriculture, l’institut technique agricole d’OUED
AMLIL organise au profit des étudiants, un stage de trois mois.
Les objectifs de stage sont décrits comme suite :
Permettre aux étudiants de pratiquer eux-mêmes les différentes
techniques de production agricole dans un environnement réelle
s’intégrant au sien d’une exploitation.
Initier l’étudiant à la réalité de fonctionnement d’une exploitation
agricole.
Former l’étudiant sur le plan technique et de gestion de production
agricole au niveau de terrain.
C’est dans ce cadre que notre stage s’est déroule dans l’exploitation
DUROC8 située dans la région de Khmiss ait Amira.

 Notre stage porte sur :


* la conduite de la tomate cerise
*variété ANGELLE

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Deux stagiaires
Nom : LAKHAL BOUTALLAA
Prénom : Mohamed SOUFAIN
Niveau de formation : 1éme année Technicien 1éme année Technicien
Option : polyculture-élevage polyculture-élevage
Promotion : 2015/2017 2015/2017
Adresse personnelle : TADDERT Guercif TSOUL TAZA

Dénomination et raison sociale : DUROC 8


Adresse : DOUAR IGHRASAN
Commune : Khmiss Ait Amira
Province : Chtoka Ait Baha
Nom et prénom du propriétaire : BANANI
Adresse : AGADIR

l’entreprise d’accueil

Nom et prénom : RACHID Ajarhongh


Adresse personnelle : BIOUGRA
Poste occupé : Technicien
Niveau de formation : Technicien

le maître de stage

-4-
Rapport de stage
2015/2016

I. PRESENTATION DE LA REGION :

-4-
Rapport de stage
2015/2016

La région de CHTOUKA AIT BAHA est située dans la zone du Massa, qui
s’étend sur une superficie de 35940Ha, à une l’attitude de 30°nord.
Elle est limitée par le haut Atlas au nord ; l’Anti-Atlas au sud-est par
l’océan atlantique à l’ouest qui influence très favorablement son climat.

Les principales productions agricoles sont : le maraîchage de


primeur et de saison, les Agrumes les céréales, l’Olivier, le bananier et
la fleur coupée.

Figure 1 : carte topographique montrant la situation de la région


CHTOUKA AIT BAHA

MONOGRAPHIE DE LA REGION :

 Sol :
*Le sol est d’une texture légère et sablonneuse, avec une densité
apparente de 1,5 g/cm3 et un pH basique .Et d’une façon générale, les
sols de la région sont à vocation agricole polyvalente et sont riche en
calcaire qui peut causer des carences en oligo-éléments, donc ils
nécessitent des amendements humiques et en oligo-éléments
importants.
 Eau:
*La nappe phréatique se trouve à une profondeur de 60 à 200 m,
avec une conductivité électrique inférieure à 2 millimhos /cm .L’eau de
l’exploitation est de 0,8 mhos/cm.
Eau de surface : -barrage Youssef ben Tachafine 300 mm3
-barrage Abed Elmoumen 214 mm3
-barrage Imilkheng 121 mm3
-barrage Aoulouz 110 mm3
Eau souterraines : capacité totale 38 milliard de m3 dont 8 milliard sont exploites de
façon économique.
 Climat :
*Le climat de la zone de KHMISS AIT AMIRA ou s’est déroulé notre
stage,
Est de type semi-aride, caractérisé par des étés chauds et des hivers
doux (influence océanique). Les températures moyennes oscillent entre
11,5 et 25C0. Les précipitations annuelles sont caractérisées par la
faiblesse et l’inégale répartition (170mm en moyenne), humidité relatives
se situe entre 70 à 100%, durée d’ensoleillement est de l’ordre de -4-
Rapport de stage
2015/2016

3100h /an soit donc 8,5 h /j.


*Vents :

Les vents dominants soufflent du secteur nord-ouest en hiver


avec une certaine fraîcheur, et du sud-est en été. On peu également
rencontrer des aléas climatiques « Chergui », qui causent beaucoup
des dégâts avec leur aspect sec et chaud.
* Pluviométrie :
La pluviométrie annuelle varie entre 150 et 200mm, elle est
faible et irrégulière dans l’espace et dans le temps.

* Hygrométrie :
Lhygrométrie varie entre 15 pendant les jours les plus secs
Chergui  et 86 dans les jours les plus humides .En général il y a une
variation importante dhumidité entre le jour et la nuit
* Températures :
Les températures moyennes oscillent entre 11,5 et 25C la
moyenne des températures minimales est de 8 C, le mois le plus froid
est janvier. La moyenne de températures maximales est de 26C, les
mois les plus chauds sont août et septembre.
*Insolation :
Linsolation est très important avec 3100h/an comme moyenne,
ce qui est favorable à la culture de tomate.
« Tous ces conditions climatiques rendent la région une
zone primeuriste par excellence »

II - PRESENTATION DE L’EXPLOITATION :
L’exploitation DUROC 8, ou s’est déroulé notre stage, s’étend sur
une superficie totale de 22 ha. Dont 18,7 ha sont cultive. Cette
exploitation fait partie des domaines crées par Monsieur Bennani et
Monsieur Duran en 1989. C’est une société anonyme à vocation
maraîcher.

Pour avoir une meilleure production, l’exploitation DUROC8 a


consacre la majorité de sa superficie pour la culture de la tomate cerise
hors-sol, vue les avantages importants que présente la technique hors-
sol, et la grande demande de tomate cerise par le marche européen.
L’exploitation dispose 14 serres de deux types :
*serre tomberelle ou multichappelle a charpentes métalliques couvrant
10ha, elles sont orientées nord-sud pour minimiser l’effet du vent et
optimiser le rayonnement et l’insolation.
*serres canariennes a charpentes métalliques couvrant 18,5 ha, elle sont
caractérises par une hauteur de 6m.
2-1) EQUIPEMENTS ET BÂTIMENTS :
a)- Matériels agricoles :
La ferme possède un ensemble de matériel de travaux du sol :
-4-
Rapport de stage
2015/2016

-Trois tracteurs
-2 remorques à 2 roues, consacrés au transport
Les débris végétaux, et un avec 4 bus pour le transport des ouvriers, le
matériel et les engrais du magasin principal.
Elle dispose aussi d’une gamme de petits matériels utilisés dans les
différentes opérations :

Tableau N° 1 : Petit Matériel utilisé

Désignations Nombres
Sapes 21
Râteaux 16
Fourches 10
Pelles 10
Sécateurs 150
Couteaux 54
Balances 2
Echasses 22
Vibreur 7
Ciseaux 30

b)- Matériel de traitement :


La station de tête contient un bac de traitement d’une capacité de 8000l,
pour la préparation de la bouille, un agitateur, et une canalisation qui relie
l’ensemble de l’exploitation, pour une intervention rapide et efficace et
économisassions de temps et produit.

Désignations Nbre Fonctions


Aspire le produit du Bac puis l’injecte dans le réseau
Pompe de traitement 01 de traitement constitué de canalisations galvanisées,
jusqu’aux secteurs de culture, d’un débit de 50m3/h
Agitateur 01 Mélange des produits phytosanitaires
Lance de traitement 06 Traitement
Pulvérisateur à dos 02 Traitement localisé
Poudreuse à dos 07 Traitement poudrage
Baromètre 01 Mesure la pression
Masque 25 Protection contre les dangers des produits
-4-
Rapport de stage
2015/2016

Gants 25 Protection des mains contre les produits


Blouses imperméables 13 Protection de corps
Tableau N°2 : Autres matériels de traitement

2-2) SYSTEME D’IRRIGATION :


Le réseau de distribution est un élément déterminant pour la réussite de la
culture surtout la culture hors-sol, l’exploitation dispose de :
*un puits d’une profondeur de 180m (l’eau existe à 65m), on lui
Fait un sondage chaque fois que la quantité est insuffisante.
*un puits d’une profondeur de 77m, utilisé en cas d’une coupure
D’électricité.
*moteur 6 cylindres, utilisé dans la station de tête pour le
Fonctionnement des agitateurs.
*moteur 4 cylindres pour le pompage d’eau de 1 er puit.
*moteur DEUTZ 40 KVA pour le pompage d’eau de 2ème puit
*grande pompe : 160m³/h
*2 petites pompes : 30m³/h pour chacune.
*2 bassins de drainage : pour l’accumulation de l’eau de drainage
De la culture hors sol, avec un volume de 3000m³

Tableau N°3 : Liste des pompes utilisées

Pompes Observations
Pompe immergée Puits (bassin)
Electro pompe axe H Engrais
Pompe axe H Station tête
Pompe piston membrane Traitement
Pompe axe V Puits 2
Electro pompe axe H Hors sol
Electro pompe axe H Drainage
Electro pompe axe H Drainage
Pompe piston membrane Eau de javel

Station de tête :
Elle dispose d’un bassin d’accumulation d’eau de 16000m³ de volume, avec
des agitateurs pour l’aération de l’eau afin d’éviter le développement des
algues. Il est équipé de :
*1 filtre à tamis
*2bac de mélange des engrais d’un volume de 2t pour chacun
*1bac de traitement de volume de 8t
*1EC-PH mètre

Remarque : chaque serre possède des petits filtres à tamis au niveau des
entrées des portes rampes, placés après les électrovannes.
b)- Conduites :
-4-
Rapport de stage
2015/2016

On a utilisé des conduites en PVC et en polyéthylène (haute et basse


densité) pour les antennes d’amenée transportant l’eau de la station de tête
aux secteurs à irriguer, et en polyéthylène haute et basse densité pour les
antennes de distribution, répartissant la solution nutritive à l’intérieur du
secteur à irriguer.

Le débit de goutteurs est 2 l/h. a distance entre deux goutteurs est 0.20m.
NB : on double le nombre de T-tape pour les brillants cannaient un
problème de pression à cause de la pente, pour but d’améliorer la conduite.
Le système est fermé ou pour bien dire c’est un système recyclé,c.à.d l’eau
de drainage est réutilisée précisément pour le sol normal, pour cela on place,
par serre, un dispositif de récupération de drainage, et un T-tape dans un
récipient afin de suivre le volume apporté, pour calculer le pourcentage de
drainage.

2-3- BATIMENTS :
Tableau N°4 : Construction et bâtiments

Type Utilisation Capacité Autres caractéristiques


Bureau Travaux 04
administratifs
Résidence Logement du 06 4 chambres+cuisine+toilette et
commis stagiaire douche
Résidence Logement des 06
caporal caporaux
Secteur du Hébergement 70-80 20 chambres
-4-
Rapport de stage
2015/2016

personnel
réfectoire Utilisé par les Utilisé aussi pour y mettre en
ouvriers au sécurité l’équipement des
moment du ouvriers au moment du travail
déjeuner
Magasin Stockage des -
du matériel matériaux
Magasin Stockage des - Stockage provisoire des
des pesticides produits
produits
Quai Réception des 45palettes
caisses, pré- Métallique
agréage
Toilettes - 7 situées dans les inter-
serres+2prés de réfectoire

Tableau N°5 Fonctions et taches du personnel


Fonction Qualification Nbre Tache
Gérant Technicien spécialisé 1 Responsable du domaine
Technicien Technicien 1 Responsable d ‘irrigation et
traitement
Comptable et - 3 Comptabilité, suivi main d
pointeur œuvres
Opérateurs Ouvriers 5 Accomplir les taches telles que
permanents la fertigation, traitement,
maintenance du réseau
d’irrigation
Magasinier - 1 Gestion des stocks
Caporaux - 6 Responsables des activités des
ouvriers
Tractoristes 3 Transport des caisses, déchets,
- ouvriers et matériels
Gardiens 5 La garde et la sécurité de la
- ferme

2-4- PLAN DE L’EXPLOITATION :

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Photos 1 : Le plan de l’exploitation

2-5- MOYENS HUMAINS :

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Directeur général

Responsable Technicien Spécialisé Responsable du


domaine traitement et
irrigation

Technicien Pointeur

Opérateurs

Chefs Magasinier
d’Equipes

Ouvriers qualifiés
Gardiens (Caporaux)

Ouvriers

Figure 2 : Organigramme de l’exploitation.


Responsable du domaine (Gérant) :
Le responsable direct de la conduite de la culture. Il se charge du suivi de la culture.
 Responsable d’irrigation et traitement (technicien) :
Il se charge pour le suivi de l’application des programmes de la fertigation, de l’état
phytosanitaire de la culture, et l’application des programmes de traitements.
 Les chefs d’équipe :
Ils sont au nombre de deux. Sont responsables du bon déroulement des opérations
culturales, et de la gestion des ouvriers : Organisation des équipes, recrutement…
 Le comptable pointeur:
Il s’occupe du pointage des ouvriers, enregistrement des entrées et des sorties du
gasoil, des produits phytosanitaires, des engrais et du matériel.
 Opérateurs :
Une équipe qui maintient le réseau d’irrigation, prépare la solution mère et le
mélange des produits phytosanitaires.
 Les caporaux :
Sont au nombre de six. Chacun d’eux est responsable d’une superficie donnée.
 Les sous caporaux :
Sont recrutés pour aider les caporaux. À contrôler les ouvriers et enregistrer les
données de chaque opération et faire suivre le rendement de chaque ouvrier
 Les ouvriers :
Ils sont occasionnels dont le nombre varie selon les techniques culturales et les
mois, ce nombre ne dépasse pas 700 ouvriers au début de la campagne puis il
diminue jusqu’à ce qu’il attend 220 au cours de la récolte (au mois de décembre et
janvier).

-4-
Rapport de stage
2015/2016

-4-
Rapport de stage
2015/2016

I -ETUDE TECHNIQUE DE LA TOMATE CERISE HORS SOL :

1-1) DEFINITION
Comme son nom l’indique, il s’agie d’une technique qui permet de cultiver
les plantes en de hors du sol grâce a une solution nutritive a partir de le
quelle les racines de la plante puissent les éléments essentiels pour sa
croissance et son développement sans que leur système racinaire ait été en
contact avec leur environnement naturel. Comparativement aux cultures sur
sol, les cultures hors sol présentent plusieurs avantages :
-élimination des problèmes lies au sol (pathogènes, salinité, travail du sol
élimine). Cette dernière décennie, les maladies liées au sol, en particulier la
fusariose et les nématodes, posent de sérieux problèmes pour le secteur
maraîcher. Pour l’instant, l’utilisation des désinfectants du sol reste le
premier recours des producteurs pour lutter contre ces maladies. Cependant,
de plus en plus de producteurs se tournent vers de nouvelles alternatives
notamment la culture hors sol.
-économie d’eau et d’engrais minéraux.
-simplification des techniques culturales.
-gain de précocité.
-production de meilleure qualité commerciale.
-augmentation des rendements.

I-2) CARACTERES BOTANIQUES ET EXIGENCES PEDOCLIMATIQUES :


I-2-1 Description botanique et classification :
La tomate est une plante annuelle qui est cultivée pour ses fruits.
A--Classification :
Tableau N° 6 : La classification d’Angelle .

Nom scientifique Lycopersicum esculentum


Embranchement Angiospermes
Classe Dicotylédones
Sous classe Gamopétales
Famille Solanacées
Genre Lycopersicum
Espèce Esculentum

B--Description :

-4-
Rapport de stage
2015/2016

-Racines : elles sont fasciculées, et les racines secondaires. Peuvent


aller jusqu’à 1.5m tandis que les latérales sont de 40cm à 70cm environs.
-Tige : elle est comme des autres solanacées; elle est vigoureuse et
ramifiée. Herbacée au stade jeune, elle se lignifie avec l’âge tout en portant
sur elle des feuilles, des bourgeons…
-Feuilles : elles sont velues, imparipennées, alternées de façon opposée
et chacune est composée.
-Croissance : elle est déterminée ou indéterminée; mais les variétés
utilisées en serre, sont toutes des variétés à croissance indéterminée ce qui
nécessite des soins particuliers comme palissage, écimage…
-Inflorescence : elle est en grappe c’est-à-dire par bouquet.
-Fleurs : elles sont hermaphrodites et régulières de couleur jaunâtre,
regroupées en cyme.
-Fruits : ils sont des baies charnues et contiennent plusieurs loges et
certains critères varient selon les variétés. Ils sont appelés climatiques parce
que leur maturation peut continuer même après cueillette.
-Graines : elles sont de couleurs blanchâtres, aplaties et velues. Le poids
de 100 graines est d’environ 3 à 4g (selon les variétés).

I-2-2 Exigences pédoclimatiques :


La tomate s’adapte à tous types de sols, qu’ils soient lourds ou légères, le
pH et la température recommandés sont respectivement de l’ordre de 5 à7 et
20 à 27ºC
La tomate exige beaucoup de chaleur, elle ne supporte pas les gelées
printanières (détruite à –2ºC), mais elle résiste à la sécheresse, et craint
l’excès d’humidité.

Tº optimale :
-moyenne nuit = +14ºC
-moyenne jour = +23ºC/24ºC

Humidité relative :
- 75% pour avoir un bon calibre sans défaut de coloration
Une humidité très élevée provoque un développement des maladies surtout
fongiques comme le mildiou
Lumière :
La tomate est très exigeante en énergie lumineuse et une baisse de
température peut réduire le pourcentage de germination des pollens, pour
améliorer l’efficacité de la couverture dans la deuxième campagne, il est
primordial de faire un lavage de temps en temps surtout au mois froids pour
permet la pénétration de la lumière

PH :
-4-
Rapport de stage
2015/2016

La tomate est indifférente au pH en effet le rendement est peu variable avec


la variation de pH. Mais lorsque le pH est basique certains oligo-éléments
restent peu disponibles tel que le Zn et le Fer et cela apprit dans les stades
les plus avancés.
Au cas du pH élevé, on ajoute un acide pour décomposer les bicarbonates
qui sont toxiques pour la plante.
EC :
La tomate est tolérante vis à vis de la salinité, car l’EC élevé réduit le calibre
de fruit .pour cela il est impératif de contrôler l’EC des goûteurs en
fonctions des stades de culture.
I-2-3 Données principales sur la conduite de la culture :

Les variétés cultivées sont greffées sur le porte greffe WS 450 caractérisé
par :
-sa résistance à certaines maladies (fusariose, nématodes…)
-une bonne assimilation des éléments minéraux pendant les
Périodes froides
*la densité totale de plantation est 24.000 plants/ha, les plantes sont
conduites sur deux bras vue la vigueur de la variété, pour atteindre la densité
de 30.000 bras/ha. Cela permet d’optimiser les rendements tout en
maintenant le calibre souhaité.
*la distance entre plants est 40cm avec une interligne de 1.90m entre les
banquettes.
*le support de culture utilisé est la Canalita qui est sous forme d’un
rouleau de carton moyennement dure, couvert des deux faces par un film de
plastique noir in détachable.

Les plantes greffées sont issues de la société DUROC 8.

1-3 - CARACTERISTIQUES DES VARIETES ET DU SUBSTRAT UTILISE :


2-1 Variétés : ANGELLE
Les variétés cultivées possèdent les caractéristiques suivantes :
-forte vigueur
-des entre-nœuds courts
-une bonne nouaison
-des bouquets uniformes
-qualité maintenue tout au long de la récolte.
-variété très productive

2-2 Substrat :
Il constitue le milieu dans lequel les racines s’installent .il assure le maintien
de la plante et, par l’intermédiaire de la solution nutritive qu’il contient, son
Alimentation hydrique et minérale, et la respiration du système racinaires.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

La Canalita s’est avéré être un support de culture de très bonne qualité


puisqu’elle ne se décompose pas avec le temps elle peut être utilisée durant
plusieurs années (5 à 6 ans)
Le substrat utilisé est composé de trois éléments, chacun sous forme d’une
couche présente ⅓ du substrat. Gravier, sable grossier, sable fine. Ils sont
tirés de l’oued.
Le sable grossier et le gravier ont une capacité tampon pour l’eau et leur
emploi à l’état pur implique un contrôle rigoureux de l’irrigation.
La stabilité des sables et gravier est excellente, et leur réemploi ne pose
aucun Problème car ils sont très faciles à désinfecter et à nettoyer. La
durabilité est de l’ordre de plusieurs années.
Les sables sont constitués de grains compris entre 0,2 et 2 mm, les graviers
entre 2 et 20 mm. La densité apparente séchée est supérieure à 1,5 car les
granules ne sont pas poreux. La porosité totale, inférieure à 50%, est une
porosité inter granulaire de vides d’entassement.

Tableau Nº7 : Caractéristiques physiques des substrats minéraux

Gravier Sable grossier Sable (0,5- Sable (0,2-


(>2mm) (<2mm) 1mm) 0,5mm)
Densité apparente 1,53 1,63 1,57 1,52
sèche
Porosité totale 42,2 38,3 41,8 43,7
% volume
Rétention d’eau
% volume
10 mbar 6,4 31,7 20,7 43,5
31 mbar 4,3 5,6 2,1 6,4
100mbars 3,9 4,6 1,85 5,6
Disponibilité en
eau 2,5 27,1 21,1 38,9
% volume
(100 mbar-10
mbar)
Porosité pour l’air
à 35,8 6,6 18,8 0,2
10mbars
% volume

Mais les performances de productivité d’une culture hors sol restent toujours
liées à la bonne maîtrise du support en irrigation fertilisante.

2-3- Mise en place de la culture :


On appelle système de culture hors sol un ensemble constitué par :
-substrat ;
-les conteneurs (enveloppes, bacs, gouttières)
-les installations de fabrication de la solution nutritive ;

-4-
Rapport de stage
2015/2016

-le réseau de collecte du drainage et, éventuellement le matériel de


désinfection.
Des automatismes, complètent l’installation.
Pour obtenir un ensemble fonctionnel, les éléments doivent s’adapter les uns
aux autres.

2-4- Préparation du sol pour la culture sur sol et pour l’hors-sol :

a-Sur sol :
Les travaux préparatifs du sol consistant à, ameublir et réchauffer, pour
tuer les adventices présents dans notre domaine en procédé à un labour
profond à l’aide de brabant ( charrue à socs) chaque 2 ans, suivi d’un
couver-cropage qui sert au nivellement du sol, on fait deux passages ou ce
qu’on appelle un labour croisé.
Puis on termine avec 3ème passage par un couver-croup, suivi d’une pré-
irrigation

b-Désinfection du sol :
Elle a été faite par le bromure de méthyle à raison de 80g/m² pour
assurer l’efficacité de ce produit, le sol est arrosé d’une façon homogène par
aspersion avant le traitement pour faciliter la pénétration du produits dans le
sol, un plastique de couverture est installée afin de maintenir la température
du sol pendant la durée de l’action du produit.
À laide des gaines en polyéthylène, on fait diffuser le bromure dans le sol

Remarque : le plastique de couverture utilisé pour désinfection est réutilisé comme


paillage plastique.

c-La formation des banquettes et installation des rames d’irrigation pour


la culture hors sol :
La formation des banquettes doit être précédée d’une pré-irrigation afin
d’humidifier le sol pour faciliter la formation des banquettes. Celles-ci
doivent être profondes de 10 à 20cm au dessous du sol avec une légère
inclinaison à la surface pour permettre l’écoulement de l’eau du drainage
car toute stagnation de l’eau au sein de la Canalita forme une zone
d’asphyxie racinaires et une source de maladies généralement fongiques.
Après la formation de la banquette, on pose la Canalita sur elle peut en la
donnant une forme d’un canal (forme V) avec une profondeur et une largeur
de 30cm chacun et enfin on la remplisse successivement par :
-⅓ de gravier
-⅓ de sable grossier
-⅓ de sable
Le volume du sable est 300m³/ha
-4-
Rapport de stage
2015/2016

Sur les billons préparés, on a installé les rampes d’irrigation type (T-tape)
qui ont les caractéristiques suivantes :
-débit d’un goutteur est de 2l/h
-distance entre deux goutteurs est de 0.20m
Pour la désinfection de l’hors-sol, on a utilisé le méthane sodium, de 600 l/
ha

d-Le paillage :
Le paillage est fait par un film opaque de 40 µm ; recouvre la Canalita
et évite les souillures, les contaminations et le développement des mauvaises
herbes. Ce film a une face noire vers le bas et blanche vers le haut pour que
la température du substrat reste élever et constante, la distance entre 2 trous
est de 20 cm, d’une épaisseur de 40 µm qui recouvre la Canalita.
Après ces opérations on applique un poudrage du soufre pour désinfecter la
serre

e-La mise en place de la collecte du drainage :


Il s’agit de l’installation de bac servent à la collecte de l’eau de drainage
relié par un réseau de canalisations à une pompe qui le recycle. On installe
de dispositifs de récupération des drainages à l’aide de gouttières, on place,
par secteur, un goutteur dans un récipient pour le suivi du volume apporté.

Photo 2 : Récipient d’eau de drainage et d’apport

3 - PEPINIERE :
La pépinière a eu lieu à DUROC 8, elle a une superficie totale de 700
2,
m c’est un abri serre couvert d’un double filet de type 20x10, à une seule
porte qui doit être toujours maintenue fermé afin d’éviter l’entrée de la
mouche blanche.
-4-
Rapport de stage
2015/2016

3 -1 Semis :
Pour le porte greffe, on fait le semis à la volés dans des caisses contient
1.5kg de la tourbe où on met 2000 graines/caisse, après 8j on passe au
repiquage dans des alvéoles (198 plants/alvéoles), le porte greffe reste 35j
avant le greffage.
Le semis de la variété consiste à remplir les alvéoles avec la tourbe
mouillée, bien humide pour poser les semences à raison d’une graine par
trou environ 0,5 cm de profondeur .puis couverte par une mince couche
sèche, par la suite on procède à l’arrosage deux fois par jour, le greffage se
fait avec des petites machines en bois sous forme d’une planche pourtant un
petit tube, relié à une petite bouteille, goutte un bactéricide sur le rasoir servi
pour cette opération.

La durée entre le greffage et la livraison est 10j

Durée de la chambre noire pour : porte greffe : 5j

Variété : 48h
Période en pépinière pour : porte greffe : 48j

Variété : 20à28j
3 -2 Plantation :
Après 21 jours en moyen dans la pépinière, au stade deux feuilles les
plantes sont prêtes pour les transplanter.
*Avant la plantation ; un pré irrigation est réalisé afin d’humidifier le sol,
L’hors- sol et favoriser les conditions pour un bon enracinement des
plantes qui sont ensuite peltés dans les liges, dans les trous d’une profondeur
de 6à 8 cm.
*Juste après la plantation, une irrigation est pratiquée pour bien humidifier
la motte pour le sol et le substrat pour l’hors-sol, et favoriser son bon contact
avec le sol.
*Mode de plantation : dans les lignes avec une densité de 24.000 plantes/ha.
Pour atteindre la densité de 30.000, car les plantes sont conduites sur deux
bras vue la vigueur de la variété.

4- ENTRETIEN DE LA CULTURE :

La tomate est une plante rampante, elle exige beaucoup d’entretien pour
sa croissance.

4-1- Le palissage :
C’est une opération qui commence une semaine après plantation .Elle
s’effectue pendant tout le cycle végétatif pour maintenir la plante
verticalement et guider sa croissance. Cette technique commence une fois la
plante atteint une longueur de 40 cm, on commence l’entretien par les
ficelles de palissage, après on utilise les clips. La ficelle est de 8 m, tordue
-4-
Rapport de stage
2015/2016

dans un crochet qu’on attache à des fils de fer d’une longueur de 2.5m du
sol. Le palissage consiste à faire déplacer les clips autour de la plante sous
les feuilles en alternance au fur et à mesure que la plante grandissait, mais il
faut à chaque fois prendre en considération les bouquets qui se développent
et l’axe principal pour qu’ils ne s’abîment pas.

4-2 L’ébourgeonnage :
Ce travail commence à partir du stade 3 à 5 feuilles après plantation afin
D’augmenter la surface foliaire et pour avoir un bon calibre.
Le plant de tomate à la caractéristique d’émettre un bourgeon donnera à son
tour une tige et ainsi de suite. En absence d’ébourgeonnage, la plante aura
un aspect touffu par un excès de végétation et ainsi la qualité des fruits sera
largement altérée par la compétitivité dans l’absorption des éléments
minéraux.
Les bourgeons axillaires doivent être éliminés le plutôt possible pour ne pas
Permettre un détournement des éléments nutritifs vers ces bourgeons, au
dépend des autres organes végétatifs, et les remplacer par un seul bourgeon.

4 -3 L’effeuillage :

Photo 3 : Effeuillage.

Le rôle essentiel de cette technique est d’éviter la transmission des maladies


de la partie basale, par l’élimination des feuilles au voisinage de 1 er bouquet
qui sont malades, sénescentes ou touchant le sol. Aussi pour assurer une
aération adéquate de la plante, de hâter la maturation du fruit et d’accroître
sa coloration par conséquent être le premier au marché afin d’éviter la
concurrence des autres producteurs.
-4-
Rapport de stage
2015/2016

On commence cette opération à partir du 5 ème ou 6 ème bouquet en éliminant 2


à 3 feuilles au-dessous du 1er bouquet et puis toutes les feuilles après
maturation et ainsi de suite au fur et à mesure de l’avancement de la récolte.
L’effeuillage dépend généralement de la densité de végétation, mais il faut
toujours garder un nombre suffisant de feuilles pour favoriser la
photosynthèse.

4 -4- Le couchage :
Cette opération consiste à incliner une partie de la tige pour mener la plante
sur grand nombre de bouquets, elle commence lorsque la hauteur des plantes
arrive ou dépasse les supports horizontaux.
On commence par prolonger la ficelle de palissage qui entoure le crochet qui
fixe ce dernier sur le fil de fer ou on couche la plante sans que le dernier
bouquet touche le sol.

4 -5 -L’éclaircissage :
Il consiste à fixer un nombre de fruits par grappe et supprimer le reste
afin d’obtenir un bon calibre et d’augmenter la précocité. Dans notre cas, le
nombre de fruits souhaités est de 10 à 16 fruits par grappe pour “CHARY
CATY ”récolté en grappe et 60 à80 fruits pour “JOSEPHINA”
4 -6 La pollinisation :
C’est la libération des graines de pollen dues à la rupture de l’enveloppe
des étamines. Elle nécessite des conditions de température voisine de 20º C,
une hygrométrie voisine de 70% ainsi qu’une bonne nutrition de la plante.
a- Le vibrage :
Il est effectué 2 à 3 fois par semaine à l’aide d’un souffleur à dos. Les
fleurs sont vibrées afin de favoriser la sortie du pollen.

b- Les bourdons :

Photo 4 : Les bourdons.


-4-
Rapport de stage
2015/2016

L’activité des bourdons est efficace, toute fleur visitée par un bourdon est
directement fécondée.9 à14 ruches de bourdons/ha.

N.B : au-delà de deux mois, les ruches sont changées car ils ne seront plus actifs
après ce délai.

*Avantages de la pollinisation par bourdons :

-Ils ont la possibilité de vibrer et de transporter le pollen par ses pattes


Postérieures
-Ils ne transmettent pas les maladies.
-Ils sont capables de pollinies le maximum de fleurs, donc :
 Economie de la main d’œuvre.
 Obtention des fruits plus fermes et de très bon calibre.
 Les bourdons sont actifs aussi bien à des températures
basses et élevées.
 Une bonne pollinisation.
4-7 Désherbage :

Il s’agit du nettoyage, des allées et des trous de plantation, des mauvaises


herbes, qui vont rentrer en compétition avec les plans vis-à-vis de l’eau, des
éléments minéraux et de la lumière en plus qu’ils peuvent être les foyers des
différents ennemis de la culture.
Il se fait mécaniquement par la sape pour les allées et par la main au niveau
des trous de plantation, et chimiquement par un herbicide "gram axone"
contient 200g/l de parquât, qu’il faut mélanger au moins 40 parties d’eau à
chaque partie du produit

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau Nº8: Détails des opérations de l’activité

Operations
Services généraux
Gardiennage
transport
Irrigation

Semis Tourbe, Semis et Travaux de la pépinière.

Préparation terrain Labour, billons, goutte à goutte, paillage.


Plantation Trous, Plantation et manquants.
Traitement Toute désinfection et traitement avec programme.
Ficelle Crochet,1er clips palissage.
Entretien plante Ebourgeonnage, palissage, écimage bouquet, vibration
(pollinisation)
Effeuillage
Couchage Piquet, tous travaux d échasses

Récolte Récolte, charge, remorque


Plastique Lavage plastique, filet, changement, entretien plastique
Désherbage Désherbage chimique ou manuel
Arrachage Arrachage, remorque, nettoyage.
Divers Nettoyage des allées
Spéciales Toute réparation des serres
Autres

Remarque : Les techniques appliquées restent les mêmes sans aucune


différence entre les trois variétés.

5- L’IRRIGATION FERTILISANTE :
C’est un élément très essentiel pour la maîtrise de la culture, elle sert à
fournir tous les éléments minéraux et l’eau d’une façon à satisfaire au mieux
les besoins en fonction du climat et du stade phrénologique de la plante.

5-1 L’irrigation :
La plante consomme l’eau pour constituer sa matière végétale (la tomate
contient 90à 95% d’eau et 5à10% de matière sèche), et pour sa transpiration
Qui est la part la plus importante car elle peut être 15 à 20 fois plus que le
poids d’eau dans la matière fraîche.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

a- L’eau disponible :
La disponibilité de l’eau doit être permanente d’où vient le rôle du bassin
d’accumulation.

Photo 5 : bassin d’accumulation.

*La Quantité
Les caractéristiques à connaître concernent :
 Volume
Il est inégalement réparti sur l’année, en hors- sol la quantité nécessaire est
d’autant plus importante que la qualité d’eau est moins bonne car le
drainage doit être augmenté.
Besoins en eau: besoins journaliers de pointe de la tomate cerise 5à6mm/j
 Débit :
Il doit correspondre aux besoins instantanés maxima. Pour le substrat utilisé
dans l’exploitation (substrat très drainant), il faut pouvoir irriguer chaque
dix minute.
 La pression :
Elle doit être constante et correspondre aux caractéristiques des équipements
de distribution.

*La Qualité
 L’analyse d’eau :

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Elle servira au calcul de la solution nutritive :


Tableau N°9 : Le calcul de la solution nutritive.

Ph EC CO3¯ ¯ HCO3¯ Cl¯ K+ Na+ Ca++ Mg++


6.8 1.16 0.0 6.0 5.00 0.11 6.79 5.45 5.12
normal Moyen Trace élevé moyen faible Moyen moyen bon
à élevé
IAV (Mars 2008)
Cette eau est de la catégorie 3.

La composition de l’eau peut poser plus de problèmes dans le système hors


sol avec recyclage qu’en système ouvert. Seule l’eau catégorie1 dans le
tableau suivant est utilisable. Si l’eau est d’une qualité moins bonne, il y a
risque pour la culture, le lessivage doit intervenir fréquemment, l’intérêt du
recyclage est diminué

Tableau N°10 : Normes de qualité d’eau.

Catégorie d’eau 1 2 3
EC en MS/cm(25°C) <0,5 0,5à1 >1
En meq/l Na <1,5 1,5à3 >3
Cl <1,5 1,5à3 >3

Element
En mg/l Fe <0,3 0,3à1 >1
Mn <0,5 0,5à0,8 >0,8
B <0,3 0,3à0,7 >0,7
Zn <0,5 0,5à0,7 >0,7

Catégorie1 : cette eau peut être utilisée sans restriction


Catégorie2 : cette eau peut être utilisée dans des systèmes comportant un
lessivage régulier
Catégorie3 : cette eau n’est pas utilisable sans risque

b- Contrôle des apports et des quantités drainées :

Le pilotage précis des arrosages exige de connaître quotidiennement :


-les apports de solution : nombre, volume, répartition.
-le drainage du substrat : volume, cinétique
La dose, la fréquence et la période d’arrosage varient en fonction du stade
de la culture.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N°11 : Programme d’arrosage suivant les stades de la tomate

Stade Dose Fréquence %de drainage


moyenne/jour
Plt-F2 0.7L 2 x 10mn 45%-50%
F2-F6 1.6L 5à16 x 10 mn 45%-50%
F6-R4 1L 7 x 10mn 45%-50%

Plt : plantation
F2 : floraison du 2ér bouquet
F6 : Floraison 6ème bouquet
R4 : récolte du 4ème bouquet

Si le taux de drainage n’est pas conforme à l’objectif, la dose d’arrosage, et


Éventuellement la fréquence doit être modifiée de la façon suivante :

Tableau N° 12 : Réajustement des paramètres d’irrigation selon le taux


De drainage :

Drainage faible Drainage fort


Humidité faible Augmenter la fréquence Augmenter la fréquence
et diminuer la dose
Humidité correcte Augmenter la dose Diminuer la dose
Humidité excessive Diminuer la fréquence Diminuer la fréquence
et augmenter la dose

c- Contrôle de l’humidité du substrat :

Le taux de drainage ne reflète pas toujours l’état d’humidité du substrat.


Malgré un fort drainage, le substrat peut être insuffisamment humide et
inversement. Pour apprécier l’humidité du substrat, le toucher est la méthode
la plus employée, mais ceci nécessite une certaine expérience. Pour
apprécier plus objectivement l’humidité dans le substrat utilisé dans
l’exploitation, le substrat est considéré trop humide au delà de 50% et trop
sec au deçà de 40% (Ce pourcentage est pris aussi pour le lessivage du
substrat).

-4-
Rapport de stage
2015/2016

En plus il est nécessaire de maintenir un plus fort taux de drainage dans


le système à drainage recyclé pour éviter la concentration de certains
éléments minéraux dans le substrat.
Dans le système fermé, le drainage est mélangé à l’eau claire et réutilisé sur
la culture.
Donc il est nécessaire de le désinfecter afin d’éviter la transmission et le
Développement de certaines maladies, car l’eau de drainage contient :
-des éléments solides.
-des éléments organiques: matières végétales, algues, micro-
Organismes (éventuellement des pathogènes), exsudats racinaires.
-des éléments chimiques: éléments nutritifs ou d’accumulation.
-des éléments gazeux.
Par conséquent, on a besoin de le collecter, le filtrer, le désinfecter, le
mélanger, et le complémenter.
La désinfection est faite par le permanganate de potassium, injecter à la dose
de 30 g/irrigation.

2000

1500
Quantité
1000
en m3/ha
500

0
stade 1 stade 2 stade 3

Figure 3 : Quantité d’eau consommée à chaque stade phrénologique de


La plante

La consommation en eau étant très dépendante du climat, la conduite des


arrosages suit de très près les modifications climatiques.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

d- Contrôle du pH et l’EC :

Photo 6 : Mesure du pH et l’EC.


EC :

Figure 4 : Les variations de l’EC

On fait un suivi journalier pour contrôler le pH et l’EC de l’eau d’apport et


l’eau de drainage après le dernier arrosage afin de vérifier l’état de la plante
par apport de sa consommation en éléments nutritifs.
Lorsque le drainage est insuffisant, les éléments minéraux ont tendances à
être retenus dans le substrat.
-4-
Rapport de stage
2015/2016

L’accumulation est d’autant plus forte que la solution fertilisante renferme


des éléments minéraux en quantités supérieurs aux besoins des plantes. Dans
ce cas, et notamment lors de l’emploi d’une eau d’arrosage médiocre
qualité (notre cas), la dose d’arrosage devra être systématiquement
augmentée afin de maintenir un taux de drainage supérieure à 40%.
Le lessivage est le plus efficace pour abaisser la salinité de la solution du
substrat.

pH :

Figure 5 : Les variations du pH

5 -2- Fustigation :

L’alimentation minérale de la plante, en culture hors sol, va de pair avec


son alimentation en eau. L’une et l’autre sont assurées de façon
concomitantes (simultanée), par l’apport de solutions nutritives renferment
les 12 éléments indispensables et caractérisées par trois paramètres
principaux : le pH, la conductivité électrique CE, et l’équilibre ionique.
L’apport d’éléments en solution doit être suffisant pour couvrir à chaque
instant les besoins de la plante, la plaçant ainsi à l’abri de toute carence. Il
ne doit pas être excessifs afin d’éviter un excès végétatif susceptible de
retarder l’entrée en production.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Confection de la solution nutritive :


La première étape de la préparation de la solution nutritive consiste à
employer l’eau disponible. Cela permet de déterminer si l’eau est utilisable
et de connaître la quantité d’éléments qu’elle apporte.
Deux bacs sont destinés pour la confection de la solution nutritive, avec
un volume de 2000 litres chacun.

NB : ces deux bacs contiennent des solutions simples concentrées à réaliser la


solution fille, En tenant compte de la compatibilité des engrais, on confectionne les
solutions mères. Les acides sont ajoutés directement au niveau du bassin de la
solution fille.
En préparant la solution mère, on mélange séparément le calcium et le fer,
chacun dans un bac.

Tableau N°13 : Confection de la solution nutritive.

BAC 1 BAC 2
MAP Nitrate de calcium
Ammonitrate
Nitrate de potassium
Kifen mix
Fenit K
Sulfate de manganèse
Sulfate de zinc
Bore B17
Molybdène Mo 54
Sulfate de cuivre

Quand la quantité de nitrate de calcium est faible on mélange tous les


engrais dans un seul bac

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N° 14 : Nature et quantité des engrais apportées par stade

Stades P F2 F6
Engrais F2 F6 R4
Ammonitrate 840 **** 2700
MAP **** **** ****
Nitrate de potassium 3125 23810 26315
Nitrate de chaux 840 11350 20490
Sulfate de manganèse 56 **** 161
Sulfate zinc 28 270 317
Acide sulfurique 612 5366 4670.25
Acide nitrique **** **** *****
Acide phosphorique 513 1736 6490.75
Oliplant B17 3.75 66 72
Oliplant Mo54 1.12 18.7 9.6
Perfiron 45 460 875
Sulfate de cuivre ***** **** *****
SKP soluble - - 5435
Total d’eau par m3/ha 211.31 1596.63 1770.9

250

200
N
150 P
quantité en
K
mmol/ 100m3
100
Ca
50 CO3H
NH4
0
stade 1 stade 2 stade 3
Fe ppm
stades phénologiques

Figure 6 : La quantité des éléments apportés à chaque stade.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N°15 : Programme de fertilisation exprimé en équilibres par


Stades phrénologiques :

stades
Elément P F2 F2 F6 F6 R4
fertilisant

N 1 1 1
P 0.21 0.27 0.19
K 0.54 0.54 0.65
Ca 0.079 0.10 0.22
CO3H 0.32 0.26 0.15
NH4 0.32 0.34 0.25
Fe ppm 0.082 0.32 0.34

Le choix de fournisseurs des engrais est fait selon la meilleure offre de prix
et la qualité de service

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N°16: Les engrais utilisés, leur composition et leurs fournisseur

Oliplant Mo 54 % Mo G S.A.C
Perfect 13.2% Fe G Espagne/tradecorp
Perfiron 6 % Fe G Espagne/tradecorp
Prefhumus 12 % ACIDE HUMIQUE L ESPAGNE
3 % ACIDE FULVICOS
+0.18 % N
+0.23% F + 4.82 % PO
SKP soluble 60°/° K2O L Ezzouhour/C.A.S
A-Miscur ACIDES AMINES LIBRES L Probelt
Delfan -- -- -- L Tradecorp
Foliartal calcium 10.25 % AN+5.25% L Agrifarma
A.AM+9% CaO
soluble
Lactofol Fe 17% N (w/w)+8.3% K2O L E.slaoui
(w/w)
+2.8% MgO (w/w)+1.3% Fe
(w/w)
Lactofol O L C.P.C.M
Sulfate de cuivre 25à25.4 % Cu métal G CADILHAC
Permanganate de G
potassium

-4-
Rapport de stage
2015/2016

6-MALADIES PHYSIOLOGIQUES ET PHYTOPATHOLOGIQUES :


6 -1 Maladies physiologiques :

Blotchy ripening :
Tache verdâtre sur fruit mur, il est du :
* Aux carences en potassium et en bore
* Un déséquilibre entre l’azote et le potasse
* Une baisse brusque de la conductivité électrique de la solution.

Nécrose apicale :
Nécrose noire à claire parfois vers l’apex du fruit, elle est due à :
* Une carence en calcium
* Un stress hydrique

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Carence :
Tableau N°17: tableau de carence.
Pour les plantes Pour la solution du Action
substrat
Symptômes sur la végétation Symptômes sur les Causes possibles
fruits
Azote Feuilles petites et dressées. Petit calibre Niveau trop bas à Monter l’azote en
l’apport. apportant nitrate
Couleur pâle à jaune
Les feuilles âgées tombent rapidement Irrigation excessive d’ammoniaque
(lessivage)
Phosphore Folioles courbées vers le dessous Défaut de Apport trop faible. Augmenter l’apport
Coloration violacée des tiges et de coloration surtout en jours courts
Temp. trop basse,
dessous des feuilles du bas de la plante
faible lumière.

potassium Augmenter à l’apport,


Décoloration grisâtre et apparition de Défaut de Apport insuffisant éviter chlorure et
tâches internées vairés décolorées coloration, tâches Excès de Ca, Mg, ou N sulfate (selon la qualité
devenant nécrotiques. d’abord sur les immatures et d’eau).
feuilles nouvellement adultes accentuation du
Rechercher un nouvel
collet jaune.
Baisse de la
équilibre entre les
qualité, tendance cations (K,Ca,Mg).
fruits mal, remplis Pulvérisation foliaire
(sulfate ou nitrate)
Le Na peut jouer le
rôle du K

Calcium Feuilles petites qui s’enroulent. Necroses apical Insuffisant à l’apport Augmenter le calcium
(blossom end rot) Irrigation insuffisante Dans la solution.
Nécroses marginales et mortalité des
ou excessive Ajuster les arrosages.
apex
(lessivage) Rééquilibrer la
Sensibilité aux maladies vasculaires
Excès de K et Mg solution nutritive.
Pulvérisation foliaire.
Magnésium Décoloration jaunâtre interné vairés des Baisse de la Insuffisance à l’apport. Ajouter du magnésium.
feuilles âgées. nouaison. Asphyxie ou manque Attention au calcium et
Nécrose des zones atteintes Chute du calibre. d’eau. potassium.
flétrissement. pH trop faible. Réguler les arrosages.
Rééquilibrer la solution.
Mauvais
Supprimer les feuilles
renouvellement âgées.
racinaires. Pulvérisation foliaire.
Oligo- Fe, B, Mn, sont les principaux éléments concernés par les Sol carencé et apport Apport en solution
éléments carences. insuffisant. (choix du chélate en
Fe : chlorose interné vairé blanche et jaune. sol calcaire, pH fonction du pH)
B : feuilles jaunes, peau du fruit craquelé. élevé , action sur le pH,
Mn : marbrures jaunes, nervures foncées. irrigation excessive. lessivage…
Attaques racinaires.
Choix du chélate.
Réguler l’irrigation.
Pulvérisation foliaire,
Traitement racinaires.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

s cryptogamiques :
6 -2 Maladies virales :

TYLC (yellow leaf curl virus) :


On observe sur le plant atteint un ralentissement de la croissance,
jaunissement des folioles, enroulement des feuilles et rabougrissement. il
s’ensuit un avortement des fleurs, réduction du calibre des fruits,
jaunissement des feuilles du haut vers le bas et arrêt de croissance.
Ce virus est transmis par Bemisia tabaci, Cette transmission se fait par le
mode persistant et les premiers symptômes se manifestent sur l’apex.

6 -3 Maladie
Oïdium : Leveillula taurica
Provoque à la face supérieure des folioles des tâches jaunes qui finissent par
se nécroser au centre, avec un feutrage blanc à la face inférieure.

Pourriture grise : Botrytis cinerea


Les tissus infectés se recouvrent d’une moisissure grise caractéristique sur
tige, des chancres marrons se développent souvent à partir d’une blessure
(chicots de taille et d’effeuillage…).

Photo 7 : Symptômes du Botrytis sur tige.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

6-4 Maladies bactériennes :

Bactériose Clavibacter michiganensis


Cette bactérie est capable d’attaquer toutes les parties de la plante hôte. En
plus d’un flétrissement général, la bactérie peut induire des chancres sur la
tige, les pétioles, et les pédoncules et une coloration du système vasculaire.
Le flétrissement s’étendre d’une foliole à une autre, entraînant un
jaunissement, un brunissement et un dessèchement de la feuille, au début
c’est un flétrissement unilatéral. Mais au fur et à mesure il devient général,
aux conditions ambiantes ce flétrissement est plus ou moins brusque et est
toujours irréversible et entraîne un rabougrissement des plants.
Sur fruits des petites tâches blanchâtres dont le centre légèrement surélevé
brunissent et s’entoure d’un halo jaune clair.

Photo 8 : Symptômes de la bactériose sur plante & feuille.

● Mesures préventives
Elles concernent surtout le TYLCV et son vecteur, les méthodes utilisées
à l’exploitation sont :
-Utilisation des filets a maille 20/10.
-Désinfection de la serre avant plantation par insecticide
-Installation des pièges jaunes (6 pièges/ha) sur tous les
Cotés, à l’intérieur des banquettes et à l’entrée.
-Blocage de toutes les entrées à l’exception d’une seule à
-4-
Rapport de stage
2015/2016

L’intérieur de laquelle se trouve des rideaux de


Polyéthylène entrecroisés et recouverts des bandes jaunes
-Arrachage des jeunes plantes pour éviter la transmission du
virus.
-Au stade de formation des fruits, on taille à partir du
3ème bouquet et on effeuille la plante en dessous du
Troisième bouquet pour récolter moins trois bouquets et
Éviter ainsi la contamination des plantes saines.

Ces méthodes ont permis de diminuer considérablement le nombre de


mouches blanches et d’éviter l’évolution de la maladie. Cependant la
mauvaise aération a entraîné l’augmentation de l’humidité à l’intérieur de la
serre, ce qui favorise le déclenchement des maladies fongiques graves telles
que l’oïdium et le botrytis.

● lutte chimique directe


Plusieurs familles chimiques et matières actives ont été appliquées. Les
Traitements sont pulvérisés sur les plants avec des lances ou bien sont
injectés dans le système d’irrigation.

Photo 9 : Pulvérisation de traitement.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

6-5 Les ravageurs :


-Symptômes et dégâts causés par les principaux ravageurs reconnus pendant
notre stage :
 Aleurodes Beimisia tabasi
Transmetteur du virus TYLCV

 Mineuse Liriomyza sativae


Sur feuilles, des galeries blanchâtres ou incolores dans tous les sens sur le
limbe provoquent la diminution de la photosynthèse.

Photo 10 : Symptômes de la mineuse sur feuille.

 Oiseaux et rats
Dégâts sur fruits.

7- PROTECTION PHYTOSANITAIRE :

Lorsque les seuils d’interventions sont atteints, que ce soit l’effectif d’une
population d’un ravageur, le nombre de plantes attaquées ou des conditions
climatiques précises, le responsable technique prend la décision d’effectuer
un traitement.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N°18 : Des seuils d’intervention pour les maladies observées à


L’exploitation :

Ravageurs : Seuils d’intervention


-mouche blanche (Bemisia tabaci) Contrôle chimique si détection de la présence
de l’insecte
Mineuse (Liriomyza strigata) Contrôle chimique lors de l’observation de
piqûres ou marques sur jeunes feuilles
-avant d’agir vérifier le degré de parasitisme
dans les
Acariose bronzée de la tomate Contrôle chimique localisé dans tous les
( Aculops lycopersici) foyers.
L’application se fait sur les plantes présentant
les symptômes et sur les plantes avoisinantes.
Traitement chimique généralisé lors de
l’observation de plus d’un foyer pour chaque
1000m² de superficie cultivée.
Maladies fongiques :
Oïdium (Leveillula taurica) Contrôle chimique de caractère préventif,
selon les critères du technicien responsable en
se basant sur les données climatologiques et
le stade de développement des plantes
Mildiou (Phytophtora infestans) Même chose que l’oïdium
Pourriture grise (Botrytis cinerea) Même chose que l’oïdium
Maladies bactériennes :
Bactériose (clavibacter michiganensis) -contrôle chimique après la présence de
symptômes et/ou de conditions favorables,
spécialement l’élévation de l’humidité
relative, excès hydrique dans le sol et apport
excessif en engrais azoté.

-calcul des doses :


Les quantités de produit utilisées dépendent du stade physiologique des
plantes. Ainsi, le calcul se base sur les quantités de bouille par unité de
surface, la densité de plantation et les concentrations indiquées sur
l’étiquette du produit.

-préparation du mélange :
Lors de la préparation du mélange, le technicien responsable d’irrigation et
traitement doit s’assurer que les opérateurs utilisent correctement les outils
de mesures et les équipements de protections appropriés afin de garantir le
bon déroulement de l’opération.
-4-
Rapport de stage
2015/2016

-les méthodes d’application :


Les méthodes utilisées pour le traitement foliaire sont la pulvérisation par
des lances et le badigeonnage. Dans certains cas, des traitements par le
réseau d’irrigation sont envisagés.

Tableau N°19 : Liste de traitements phytosanitaires utilisés :

Pesticides Matière active Type Quantité / Parasite visé L.M.R D.A.R


10hl (spain)
Vitnam Méthomyl INS 2l Pucerons, 0.50 10j
noctuelles
Prosulfan Endosulfan INS 2,5 l Chenilles, 0.50 3j
pucerons
Champion Hydroxyde de cuivre FNG 3 kg Mildiou,Alternaria 20 3j
Confidor Imidacloprid INS 1l M.blanche 0.10 3j
Clortosip Chlorotalonil FNG 2 kg Alternaria, Mildiou 0.80 3j
Calypso Thiacloprid INS 0,3 l M.blanche 0.50 3j
Promillant Ether nonyl polyglycol Mouil 6l - - -
lant
Oxycuivre Oxychlorure de cuivre FNG 3 kg Bactériose,mildiou 20 3j
Vertimic Abamectin INS- 2l Mineuse 0.02 3j
ACA
Bactospeine Bacillus turingiensis INS 2 kg Noctuelles - bio
Thiovit Soufre ( 80% ) FNG 2-3 l Oïdium 50 3J
Stroby Krésoxim méthyl FNG 0,4 kg Oïdium 0.50 3j
Rédisul Soufre FNG 40 kg/ha Oïdium 50 5j
Ridomil Métalaxyl,méfenoxame FNG 3 kg Mildiou - 7j
Kumulus Soufre mouillable FNG 3 kg Oïdium N.D N.D
Mancothane Mancozèbe FNG 2l Mildiou 1.50 3j
Switch Fluxiliconil+cyprodymil FNG 0.6kg Botrytis 0.5 7j
Rovral Iprodione FNG 1.5kg Botrytis 1.50 5j
Bromure de - - 800 - - -
méthyle kg/ha au
sol
Métham Métham sodium - Hors-sol Désinfection du sol - -
: 600 l/ha

INS : insecticide
FNG : fongicide
ACA : acaricide

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Tableau N°20 : Liste de traitements phytosanitaires utilisés en pépinière .

Opération Application Produits Maladie visée


port greffe Tachigarine(Hymexazol), La fonte de
prévicure, cryptonola semis
→variété Dés 3ème j application de La fonte de
semis ces produits en alternance semis
chaque jour
→ porte greffe Tachigarine, prévicure La fonte de
chaque jour (100cc/hl) semis
Blue shield + clortosip ( 2 Maladies
fois/semaine ) fongiques
prosulfan(Endosulfan),, Pucerons,
Repiquage vitnam(méthomyle)en noctuelles
alternance
Vertimec (abamectin) Mouche
blanche
→variété Même chose + cuivre Bactériose
préventif
Porte greffe + Clortosip(Chlorotalonil)
Tunnel de variété + blue sheild(matin)
greffage Mikale après midi
Anti bactérie (désogène) Désinfection
de matériels
Salle de Lactofol Engrais
livraison foliaire
Rél win Enracineur

-4-
Rapport de stage
2015/2016

1-RÉCOLTE ET CONDITIONNEMENT:
1-1 Récolte.
La réussite de la récolte basée sur la maturité de fruit, sa duré de vie et du
stade de sa récolte.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Photo 11 : Différents niveaux de la maturité de la tomate cerise.

La maturité :
Elle correspond au changement de la couleur du fruit qui va du vert vers le rouge en
passant par le jaune. Les fortes températures accélèrent le processus de maturité.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Durée de vie du fruit :


Elle dépend : -des soins apportés lors de la manipulation.
-des conditions de stockage et conservation.

Stade de récolte :
La tomate du DUROC 1 est destinée au marché extérieur d’où la nécessité de sa
récolte avant sa maturité totale. Lors de la récolte, il est nécessaire de respecter
certaines règles :
- Ne blesser ni les fruits ni la plante.
- Récolter le fruit sans son pédoncule.

La récolte est effectuée manuellement. Pour ce qui concerne la variété de Josefina et


Renée, les ouvrières mettent les tomates cueillies dans un seau, une fois ce
dernier est rempli, les fruits sont versés dans les caisses, de 11 à13 kg de capacité,
et pour la variété Chary Caty la récolte se fait par grappe à l’aide d’un sécateur et
mets dans les caisses de même capacité, mais à partir du mois décembre la variété
Chary Caty a été récolté par fruit. Les fruits subissent un pré-triage au sein des
serres avant de prendre la direction vers la station, éliminant les fruits présentant
des anomalies génétiques, des dégâts d’insectes, petit calibre, des maladies. La
récolte se fait n’importe quel moment de la journée, mais il est conseillé le matin
car les fruits sont froids et résistants.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Photo 12: La récolte.

Photo 13 : Quai (réception des caisses & pré agréage).

1-2- Station de conditionnement :


Le conditionnement concerne toutes les opérations de la sélection de
traitement, d’emballage et de manutention qui permettent de donner aux
produits horticoles la présentation, la fraîcheur, la conservation et la
qualité interne et externe que cherche le consommateur.

1.2.1 Les étapes de conditionnement:


a) Reception et pesage:
Après l’entrée de la marchandise à la station elle doit passer au pesage pour
savoir le poids brut et net de la marchandise puis délivré un bon de pesé ou
il mentionner les informations concernant la variété, le poids, nombre de
caisses, nom du producteur et son code. Ce bon doit être présenté à la
réception accompagné du bon de livraison récolté. La réception consiste à
organiser la production à conditionner et au stockage des écarts de triage.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

b) Versement:
C’est une opération qui consiste à verser la production dans la chaîne
d’emballage, il est réalisé manuellement, le taux de versement est en
fonction de la capacité de la chaîne.

c) Lavage:
Cette opération sert à éliminer les impuretés telles que la poussière et des
résidus chimiques se trouvant à la surface des fruits.

d) Séchage:
Le séchage est effectué sous tunnel chauffés ou sous une batterie de
ventilateur coupé à des résistances électriques.

e) Brossage :
Il permet le nettoyage des fruits par des impuretés pouvant rester après le
lavage.

f) Triage :
C’est une opération qui consiste à enlever tous les fruits écrasés,
déformés pourris ou présentant une anomalie marquée.

g) Calibrage :
Le calibrage permet la séparation des fruits selon le diamètre. Cette
opération se fait à l’aide des machines électriques qui font le calibrage selon
le poids et le diamètre.

-les différents calibres : Calibre1 : 15-20 mm


Calibre2 : 20-25 mm
Calibre3 : 25-30 mm
Calibre4 : 30-35 mm

h) Emballage :
C’est une opération qui consiste à mettre manuellement les fruits en
colis, les principaux matériaux utilisés sont le carton et le plastique et le
choix de l’emballage est lié au client.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

i) Etiquetage :
C’est la mise en place des étiquettes sur chaque emballage qui informe
sur le calibre, la variété, le poids…

j) Palettisation :
Après avoir emballé le colis on les mit dans des palettes, le nombre de
colis par palette dépend de son poids, du moyen de transport et le demande
de client. Si le colis en plastique on le met premièrement dans des paquets
en carton

k) L’expédition :
C’est la dernière étape de la chaîne de conditionnement. Les palettes sont
conduites vers des chambres frigorifiques en vue de les expédiés aux
camions frigos; la température à l’intérieur du frigo varie selon la période de
séjour à l’intérieur, mais elle est maintenue entre 8°C et 12°C.
Chaque expédition a un dossier qui contient la répartition, le domaine, le
calibre, la certification de conformité, facture, le transport, le plan de
chargement, fiche de température de route, bonnes de contrôle pour la
marchandise, la douane et le client.

COMMERCIALISATION :

La production exportée est destinée au marché européen, en particulier


vers l’Espagne.

-4-
Rapport de stage
2015/2016

Photo 14 : Camion frigo de transport.

La technique de l’hors sol est plus avantageuse que les cultures sur
sol : élimination des problèmes liés au sol (pathogènes, salinité, non

-4-
Rapport de stage
2015/2016

arable), économie d’eau et d’engrais minéral, gain de précocité, produit


de meilleure qualité commerciale, augmentation du rendement.
Mais, malgré cela, les cultures hors sol demandent plus de contrôles, de
mesures et d’interventions audacieuses et décisives, surtout en ce qui
concerne l’apport hydrique (quantité, salinité et acidité).

Alors une maîtrise de ces deux facteurs est jugée indispensable pour
réussir la culture et prolonger son cycle de production.

Les contraintes de système hors –sol recyclé :

Ils sont d’ordre technique et économique. Il est nécessaire de disposer


d’une eau de qualité, de matériels spécifique et d’un environnement
technique adaptée. Les coûts supplémentaires des installations et de leur
fonctionnement, et ceux de la conduite pour la surveillance et les analyses
doivent être correctement appréhendés, car malgré les économies d’eau et
d’engrais, ils pourraient s’avérer pénalisant, pour l’entreprise.
Au sein de l’exploitation l’irrigation ne se base ni sur le calcul de l’ETP,
ni sur la méthode de lys mètre, mais sur l’expérience acquise durant les
années précédentes et aussi sur les observations journalières

 Le maintien de la main d’œuvre permanant et spécialisé reste un


problème à résoudre par la société ;
 L’absence d’une gestion proprement dite du climat de la serre :
mesure de la température, de l’humidité relative ;
 L’absence d’une méthode de détermination des besoins réels des
plantes en éléments fertilisants ;
 Les traitements phytosanitaires ne sont pas toujours faits dans les
meilleures conditions d’application.

Ces observations nous amènent à proposer certaines suggestions qui nous


apparus :

 Accorder plus d’importance à la méthode d’application des


produits en donnant la responsabilité de pulvérisation à des
ouvriers qualifiés, et en contrôlant rigoureusement l’application des
fumigeant .

 Contrôler les pressions sur le long des conduites (depuis l’entrée


d’eau à la station jusqu’aux goutteurs).

-4-
Rapport de stage
2015/2016

 Embaucher des personnes qualifiées (et surtout les responsabiliser)


pour le suivi des relevés journaliers de la quantité d’eau apporté,
drainée, le pH et l’EC.

 Contrôler la qualité, la salinité et l’acidité de l’eau apportée et l’eau


drainée après chaque arrosage pour s’assurer du bon déroulement
des irrigations et pour détecter et corriger toute erreur au plus vite
possible.

 Respecter les délais de carence des produits avant de procéder à la


récolte.

 Pendant l’effeuillage les ouvriers laissent des chicots sur plants,


ceci pouvant induire l’apparition de botrytis, donc Il faut couper les
feuilles et les bourgeons au ras de la tige.
En général
Notre stage nous a donné une idée sur ce qui se passe en réalité dans le
terrain, il a complété nos informations sur beaucoup de choses qu’on a
pris théoriquement, et en plus ,on a pris une vue sur la gestion de la main
d’œuvre qui est un facteur très important et critique pour la réussite d’une
culture. Pour la durée de stage, elle assez suffisante pour le suivi d’une
culture, mais on pense que pour une bonne formation de technicien, il
faut faire d’autres stages sur différentes cultures afin d’avoir une culture
riche et variée pour accomplir notre formation et facilite notre carrier.

-4-