Sunteți pe pagina 1din 63

CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

MINISTERE DE L'HABITAT

DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE


D.T.R.B.E. 1.32

TRAVAUX DE FONDATIONS
PROFONDES

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

"Composition du Groupe de Travail


Spécialisé G.T.S.
TRAVAUX DE FONDATIONS PROFONDES
D.T.R.B.E. 1.32

Président du groupe : M r AMEUR B.


Chef de département de la Règlementation
technique et de la réduction du risque sismique

CO-Rapporteurs :
Mlle Ait Meziane Y. Attaché de la recherche au C.G.S.
Mme BOUCHEFA O. Chef de Service de la réglementation technique au
C.G.S.

Membres :
M m e DEBICHE F. Ingénieur LTPC
Mrs :
ABBAS M. Ingénieur CTC Centre
ABDESSEMED M. Ingénieur SAPTA
AMEUR B. Ingénieur SAETI
BEN MOUSSA N. Ingénieur ERCA
FACI R. Ingénieur LTPC
FERKOUS A. Ingénieur CTC EST
KEDAID L. Ingénieur LTP Sud
KOUIDER A. Med Ingénieur CTC
OUBLIL M. Chef Ingénieur SAETI
OULD Cheikh A. Ingénieur LTPC
SELFI B. Ingénieur BEREP
TIAR A. Ingénieur ECA

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

ARRETE PORTANT APPROBATION


DU DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE
RELATIF AUX TRAVAUX DE FONDATIONS
PROFONDES

LE MINISTRE DE L'HABITAT

− Vu le décret présidentiel n° 93-201 du 04 Septembre 1993 portant


désignation des membres du Gouvernement,

− Vu le décret n° 85-71 du 13 Avril 1985 portant création du Centre


National de Recherche Appliquée en Génie Parasismique (C.G.S.)
modifié et complété par le décret n° 86-212 du 19 Août 1986,

- Vu le décret n° 86-213 du 19 Août 1986 portant création d'une


Commission Technique Permanente pour le contrôle technique de la
construction,

- Vu le décret exécutif n° 92-176 du 04 Mai 1992 fixant les attributions


du Ministère de l'Habitat.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

ARRETE

ARTICLE 1 : Est approuvé le document technique règlementaire D.T.R.B.E.


L32 intitulé TRAVAUX DE FONDATIONS PROFONDES, annexé à l'original
du présent arrêté.

ARTICLE 2 : Les maîtres d'ouvrages, les maîtres d'oeuvres, les organismes


de réalisation, d'expertises et de contrôle, sont tenus de respecter les
dispositions du dit document.

ARTICLE 3 : Les dispositions du document technique règlementaire sont


applicables après la publication du présent arrêté au Journal Officiel de la
République Algérienne Démocratique et Populaire pour toutes nouvelles
études et réalisations.

Toutefois, les études en cours, ainsi que les projets types déjà élaborés
demeurent régis par les textes antérieurs et ce, à titre transitoire durant deux
ans à compter de la date de la publication du présent arrêté.

ARTICLE 4 : Des décisions, instructions et circulaires ministériel-les ou des


notes techniques d'interprétation, émanant du Centre National de Recherche
Appliquée en Génie Parasismique (C.G.S.) compléteront, en tant que de
besoin, le document technique réglementaire.

ARTICLE 5 : Le Centre National de Recherche A p p l i q u é e en . Génie


Parasismique (C.G.S.) est chargé de l'édition et de la diffusion du présent
document technique règlementaire.

ARTICLE 6 : Le présent arrêté sera publié au Journal Officiel de la


République Algérienne Démocratique et Populaire.

Fait à Alger, le 29 Décembre i 993


P/Le Ministre de l'Habitat
Le Directeur de cabinet
Abdelhamid GAS

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Sommaire

PREAMBULE ............................................................................................8

CHAPITRE I
1 - Généralités .........................................................................................12
2 - Documents techniques â établir ………………………………………….12
3 - Consistance des travaux ....................................................................14
4 - Mise à exécution des travaux .............................................................14
5 - Documents à fournir par l'entrepreneur en cours
et en fin de travaux ..................................................................................15
6 - Tolérances d'implantation au niveau du recépage .............................16
7 - Relations entrepreneur et maître d'ouvrage .......................................16
8 Essais ...................................................................................................16

CHAPITRE II
PIEU FORE SIMPLE
1 Caractéristique .....................................................................................18
2 - Dispositions constructives ..................................................................19
2.1 - Armatures ..................................................................................19
2.2 - Cage d'armature ........................................................................19
3 - Béton .......................................................................................:...: .....21
4 Mise en oeuvre ....................................................................................22

CHAPITRE III
PIEU FORE TUBE
1 - Caractéristique ...................................................................................24
2 - Dispositions constructives .......................................... :.......................25
2.1 - Armatures ..................................................................................25
2.2 - Cages d'armatures .....................................................................25
3 - Béton .................................................................................................:27
4 - Mise en oeuvre ...................................................................................28

CHAPITRE IV
PIEU FORE BOUE
1 - Caractéristiques .................................................................................30
2 - Dispositions constructives ..................................................................30

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

2.1 - Armatures .................................................................................. 30


2.2 - Cage d'armatures ....................................................................... 30
3 Béton .................................................................................................... 33
4 Mise en oeuvre ..................................................................................... 34

CHAPITRE V
PIEU METAL BATTU
1 - Caractéristiques ................................................................................. 38
2 - Dispositions constructives .................................................................. 38
3 - Mise en oeuvre ................................................................................... 39
4 - Contraintes admissibles ...................................................................... 39

CHAPITRE VI
ESSAIS DE PIEUX
1 - Classification des différents essais de pieux ...................................... 41
2 - Essais de reconnaissance ................................................................. 41
2.1 - Essai de chargement statique des pieux .......................................
2.2 Essais d'information ..................................................................... 42
1 Cas des pieux forés ................................................................. 42
2 - Cas des pieux battus ............................................................. 42
3 Essais de contrôle ................................................................................ 43
3.1 Essais de contrôle du fût en béton ............................................... 43
1.1 - Essais soniques par transparence ..................................... 43
1.2 - Essais par microsismique transparence ............................. 44
1.3 Essais d'impédance mécanique .......................................... 44.
1.4 - Essais de carottage mécanique ......................................... 45
1.5 - Recommandations concernant les tubes de réservation .... 45
3.2 - Organisation du contrôle............................................................. 46
2.1 Position du problème ............................................................ 46
2.2 - Organisation du contrôle .................................................... 48
4 - Essais de contrôle de portance .......................................................... 50
ANNEXE
ESSAI STATIQUE DE CHARGEMENT DE PIEU
1 - Généralités ......................................................................................... 51
2 - Appareillage ....................................................................................... 52
3 Préparation de l'essai ........................................................................... 54
1. - Eléments à fournir par le maître d'oeuvre .................................... 54
2 - Contrôle de la mise en place du pieu d'essai ................................ 54
3, - Préparation de l'essai ................................................................... 55
4. Exécution de l'essai ......................................................................... 57
5. - Calculs et résultats ........................................................................ 61

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

TRAVAUX DE FONDATIONS PROFONDES

PREAMBULE
Définitions
Les termes suivants sont utilisés dans Ies textes du
présent DTR relatif aux fondations profondes.
Ancrage : longueur de pénétration dans la couche résistante.
Arase : niveau de la partie supérieure du pieu après sa mise
en oeuvre et avant recépage.

Armature : l'armature d'un pieu comprend :

− La cage, qui est I'ensemble des aciers pris en compte


dans l'évaluation de la résistance du pieu suivant . les
règles en vigueur,
− Les suspentes, qui sont des aciers destinés à éviter la
chute de la
cage en fond de forage,
− Le panier, qui est un dispositif destiné à éviter la remontée
de la cage pendant la mise en oeuvre du béton et
l'extraction du tube, tubage ou virole,
− Les centreurs, qui sont des pièces généralement en béton
destinées à maintenir la cage latéralement.

− Axe : lieu des centres de gravité des sections droites.

Barres d'attente : barre d'acier en tête de pieux qui assurent


la liaison des pieux aux éléments d'infrastructure.

− Charge :

- Limite : charge de rupture du sol, appelée parfois à


tort, charge de rupture.
- Nominale : charge limite frappée d'un coefficient de
sécurité;

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

− Ultime : charge de rupture des matériaux constitutifs


des pieux
- Intrinsèque : charge ultime frappée d'un coefficient
de sécurité;

− De rupture : la plus petiter des charges limite


(modifiée par l'effet de g oupe) et ultime;

− Admissible : la plus petite des charges nominale


(modifiée par l'effet de groupe) et intrinsèque. La
charge"admissible est parfois appelée charge utile;

− De service charge déduite des descentes de charge


de la superstructure

− De fluage : paramètre caractéristique tiré de l'essai


de chargement statique.

− Chemise (ou gaine) : tube en général d'acier mince


faisant partie du fût du pieu;

- Coefficient, de réduction : rapport de la charge


limite, évaluée par une formule de battage, à la
charge nominale.

− Colonne : tube d'acier destiné à la mise en place du


béton dans un pieu, également nommé "colonne de
bétonnage". On l'appelle également "tube plongeur",
si elle plonge effectivement dans le béton en place.

− Descente de charges : ensemble des sollicitations


qui s'exercent aux points d'appui de la structure.

− Diamètre : 4 A/p - voir section (A) et périmètre (p).

− Elancement : rapport de la longueur utile au diamètre.


Essai :
− De reconnaissance : essais préliminaire ou
d'information destinés à compléter les résultats des
reconnaissances des sols :
− Préliminaire : essais de chargement statique de
pieux instrumentés ne faisant pas partie de
l'ouvrage, exécutés préalablement au début des
travaux,

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- D'information : essais sur des pieux de l'ouvrage consis-


tant à noter certains paramètres d'exécution.
− De contrôle : essais de fût ou de portance :
* De fût : essais destinés à s'assurer des qualités de conti-
nuité du fût des pieux de l'ouvrage ainsi que du bon
contact sol - pieu.
* De portance : essais de chargement statique de pieux de
l'ouvrage.
− Essais soniques par transparence (ou carottage sonique)
: mesure des temps de transit d'un train d'ondes soniques
à travers le béton, entre un émetteur et un récepteur.
− Excentrement : distance entre l'axe théorique et l'axe réel
du pieu.
− Excentricité : distance entre le point d'application de la
charge et l'axe du pieu.
− Faux-refus : il y a faux-refus lorsque les moyens de mise
en oeuvre d'un pieu ne permettent pas d'atteindre la cote
convenue.
− Fiche : longueur utilisée pour les calculs de portance,
généralement comptée à partir de la pointe.
− Frottement négatif : effort descendant exercé sur le fût du
pieu par le sol en cours de tassement.
− Fût : corps du pieu, de la tête à la pointe.
− Implantation : situation des pieux dans l'espace. Système
de repères fixes, solides et bien protégés, qui permet de
situer facilement sur le chantier la position exacte des
pieux par visée optique et mesure des longueurs.
- Largeur : diamètre B du cercle inscrit dans la section du
fût.
- Longueur utile : distance du recépage à la pointe. -
N G A : nivellement général de l'Algérie.
− Niveau réel de recépage : niveau de la partie supérieure
du pieu recépé.

10

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Périmètre : longueur p du périmètre de la section du fût.


− Piquetage : système de piquets qui permet de situer la
position des pieux sans le secours d'aucun appareil
topographique.
− Pointe : partie inférieure du pieu (pour un puits ou cer-
tains pieux, on parle de base).
− Recéper : enlever la partie supérieure de la tête du
pieu.
− Refus : enfoncement permanent moyen d'un pieu sous
un coup de mouton mesuré sous une volée de dix
coups.
- Refus absolu : impossibilité de faire descendre le pieu
par de nouvelles volées de coups de mouton.
− Refus élastique : enfoncement élastique temporaire
sous l'effet du coup de mouton.
− Section : aire A de la section droite du fût.
− Section nominale : section prise en compte dans les
calculs.
− Tête : partie supérieure du pieu.
− Tubage : tube d'acier très épais utilisé pour la mise en
oeuvre des pieux forés-tubés.
− Tube : tube d'acier très épais utilisé pour la mise en
oeuvre de pieux à tube battu.
− Virole : tube d'acier d'épaisseur moyenne utilisé pour
la mise en oeuvre des pieux forés simples ou à la boue
destiné à éviter l'éboulement du forage en tête.

11

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE I

DISPOSITIONS COMMUNES AUX DIVERS


TYPES DE PIEUX

1 - Généralités
1.1 - Domaine d'application

Le présent DTR s'applique aux ouvrages de fondations profon-


des comportant la mise en oeuvre de l'un des procédés suivants
:

i - Pieux forés : foré simple, foré tubé et foré boue


ii - Pieux façonnés à l'avance : métal battu

Il existe d'autres procédés de pieux non cités plus haut, tels


que les pieux préfabriqués, les micro-pieux, colonnes
ballastées..., dont la technique d'exécution n'est pas encore
introduite en Algérie.

Ces techniques feront l'objet de nouveaux chapitres chaque


fois que l'une d'elle devient réalisable.

2 - Documents techniques à établir


2.1 Plan du terrain avant terrassement

(courbes de niveau cotées en NGA, implantation de tous les


sondages de reconnaissance, indication des niveaux d'eau cotés
en NGA). Lorsque le niveau de la nappe est voisin de la
plateforme de travail, il est conseillé de procéder à une enquête
sur les fluctuations de ce niveau.

2.2 - Rapport de reconnaissance préalable des sols

- Description des sols et de leurs caractéristiques jusqu'à une


profondeur située à une distance sous la cote proposée pour la
pointe des pieux au moins égale à 7 4) > 5 m pour s'assurer de
l'absence de couche de moindre résistance ou d'anomalie dans

12

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

la zone d'influence des pieux.


- Résultats d'analyse des eaux.

2.3 - Descente de charges de l'ouvrage à construire


2.4 - Note technique de justification de la
conception et de l'exécution des pieux.

2.5 - Rapport d'essais préliminaires

2.6 - Descriptif des pieux.


Types de pieux, cotes NGA de la pointe des pieux, ordre
de priorité pour l'exécution des pieux, nombre de pieux
d'essai de reconnaissance et de pieux d'essai de contrôle
éventuel, délai d'exécution (l'ordre de priorité pour l'exécution
peut découler de conditions administratives (libération de
terrain) économiques (délais partiels de livraison) ou
techniques telles que :

a - Lorsque de nombreux pieux sont groupés, ceux du


centre sont réalisés en premier pour terminer par les
pieux périphériques. .

b - Lorsque les pieux ont des longueurs différentes, il est


préférable de commencer par les plus longs. Enfin, le
temps imparti à l'exécution des pieux ne doit pas être
réduit, en effet, l'augmentation de la cadence
d'exécution est incompatible avec la réalisation d'un
travail soigné.

2.7 - Plan d'implantation des pieux, indiquant au


niveau de la plateforme de travail pour chaque
pieu :

− Coordonnées de son axe par rapport à deux axes


orthogonaux
− Cote NGA du niveau théorique de recépage
− Cote NGA de la pointe prévue par les études
- Sollicitations
− Diamètre du pieu - Numéro
d'identification du type d'armatures.

13

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

2 .8 - Rapport sur tes contraintes particulières liées


au site et à son environnement :

− présence d'obstacles et d'ouvrages souterrains (câbles,


canalisations d'égouts, anciennes fondations, tirants...)

− suggestions spéciales pour les travaux exécutés à


proximité de lieux habités, fréquentés ou protégés
(difficultés d'accès, limitation de charges, de hauteur et
gabarit, de vitesse, itinéraires obligatoires, niveaux de
bruits, vibrations, fumées, poussières...).
- dépôts des déblais en excédent
- signalisation du chantier à l'égard de la circulation.
3 - Consistance des travaux

Quelque soit le type de pieu, les travaux comprennent :

− La réalisation des pieux - l'exécution des pieux d'essai et


la mise en oeuvre du matériel de chargement nécessité
par les essais.

Les travaux ne comprennent pas, sauf dispositions


contraires, les travaux de recépage et l'exécution des
semelles et longrines. Exceptionnellement, le recépage peut
faire partie du marché de fondations profondes. II vise alors à
éliminer tout béton pollué en tête de pieu et se poursuit sur I
O cm dans le béton sain.

4 - Mise à exécution des travaux

Le maître d'ouvrage doit faire parvenir à l'entrepreneur un


ordre de service pour commencer l'exécution des travaux

L'entrepreneur doit s'assurer que l'état du chantier lui


permet de commencer ses travaux; il doit vérifier que :

− Tous les terrassements ont été exécutés, mettant le


chantier aux cotes prescrites par les plans.
- Les plateformes sont planes, stables compte tenu des
engins nécessaires à l'exécution et aux approvisionnements.

14

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

− Les dimensions des plateformes sont suffisantes pour


permettre l'exécution de tous les pieux, notamment dans
les angles, en pied et en tête de talus (la mise en place
d'une couche de 0,50 cm de tout-venant est parfois
nécessaire).
− Les repères d'implantation fournis par le maître
d'ouvrage sont solides et bien protégés. Ces repères
sont placés sous la responsabilité de l'entrepreneur.
− Les rampes d'accès aux plate formes de travail doivent
avoir une pente normale inférieure ou égale à 10%.

L'entrepreneur a le libre choix des installations et du


matériel qui doivent être adaptés à l'exécution du type de
pieu retenu en fonction des conditions de sol et de
voisinage.

5 - Documents à fournir par l'entrepreneur en


cours et en fin de travaux

5.1 - Les attachements remis au maître d'ouvrage


doivent indiquer pour chaque pieu :

- Le numéro d'identification du pieu, son diamètre


- La date et l'heure de début et de fin d'exécution
- La longueur de pénétration dans le sol de la pointe du pieu.
− La profondeur de l'arase à partir de la plateforme de travail. -
La quantité de béton utilisée et sa composition pour les pieux
coulés en place.
− Les refus correspondant aux trois dernières volées de 10
coups de mouton pour les pieux battus.
− La nature et la couleur de la couche d'arrêt pour les pieux
forés.
- Les incidents éventuels.

5.2 - Un exemplaire du plan d'implantation des pieux doit


être :

- Actualisé par report des informations prévues ci-dessus


- Signé et remis au maître d'ouvrage à la fin des travaux de
pieux

15

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

5.3 - L'établissement d'un plan d'implantation réel


des pieux

L'établissement d'un plan d'implantation réelle des pieux


après exécution et recepage, nécessaire à la poursuite
des travaux est à l'initiative et à la charge du maître
d'ouvrage. Ce plan est indispensable et permet de vérifier
si les tolérances d'implantation ont été
respectées.
6 - Tolérances d'implantation au niveau du recépage

Sauf indications différentes, la tolérance maximale sur


l'axe des pieux est de 15 cm dans les deux directions et
moins de 0,5% en inclinaison (5mm!mètre de longueur) sur
toute la longueur du pieu. (Le contrôle de la verticalité ou
de l'inclinaison des pieux se fait à l'aide d'un fil à plomb
descendu à différents niveaux dans le cas des pieux forés
- tubés ou forés simples et par référence à la verticalité du
kelly ou de la sonnette de battage respectivement dans le
cas des pieux forés - boue et métal battu).

7 - Relations entrepreneur et maître d'ouvrage

Au fur et à mesure de l'exécution des travaux,


l'entrepreneur est tenu de communiquer au maître
d'ouvrage par l'intermédiaire du maître d'oeuvre toute
constatation de nature à modifier les prévisions initiales et
notamment en cas de différences entre les résultats de la
reconnaissance préalable et ses propres constatations.
8 - Essais
Les essais de pieux se classent en 2 catégories :
− Les essais de reconnaissance qui sont réalisés au
moment de la conception du système de fondation de
l'ouvrage, sont destinés à vérifier et préciser les
conclusions de l'étude géotechnique relatives au
dimenssionnement et au comportement des pieux.
− Les essais de contrôle qui sont effectués sur des pieux
finis, sont destinés à vérifier la qualité de leur exécution
(essais de contrôle du fût) ou de leur portance (essais de
contrôle de portance).

16

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

8.2 - Essais de reconnaissance

Les essais de reconnaissance sont des essais de


chargement statique préalables sur des pieux représentatifs
et indépendants de l'ouvrage à envisager dans les cas où :

− Il subsiste une incertitude sur les caractéristiques


mécaniques des sols.
- L'application des différentes méthodes de calcul de
portance conduit à des valeurs par trop divergentes.
− Les conditions d'exécution du pieu influent sur sa
capacité portante sans que cette influence puisse être
chiffrée dans les calculs.
− L'ouvrage est important et compte un grand nombre de pieux

8.2 - Les essais de contrôle de fût

ils ont pour objet de vérifier la continuité du fût du pieu, la


résistance mécanique du béton et la, qualité du contact
sol-pieu. Ils peuvent comporter des essais soniques par
transparence, des essais par microsismique
transparence, des essais d'impédance mécanique et des
carottages mécaniques.

8.3 - Les essais de contrôle de portance

ils sont réalisées sur des pieux finis de l'ouvrage et ont pour objet
de vérifier que la charge nominale des pieux est conforme à celle
fixée à partir de l'étude géotechnique.

Dans le cas de pieux battus des essais de chargement peuvent


être envisagés sur des pieux faisant partie de l'ouvrage, permettant
de recueillir des données relatives au battage de ces pieux
(établissement de courbes de battage).

17

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE Il

PIEU FORE SIMPLE :

- Caractéristiques :

Ce procédé n'utilise pas de soutènement de parois, à l'exception de


la virole en tête de forage. Il s'applique dans les sols suffisamment
cohérents et situés au dessus de la nappe phréatique, limitant ainsi la
longueur de ces pieux à 20 mètres en moyenne. Le forage est exécuté
dans le sol par des moyens mécaniques (tarière, benne,...) et un essai
préalable de bonne tenue des parois est obligatoire sur chaque
chantier.

Commentaire

L'essai consiste à exécuter avant le début des travaux, 01 à 03 forages


selon le nombre de pieux à réaliser et l'hétérogénéité du terrain.

Ces forages d'essai doivent être implantés si possible en dehors de la


zone des pieux et doivent avoir un diamètre et une longueur égaux à ceux
des pieux les plus importants. Ils doivent être laissés ouverts pendant 24
heures au moins pour l'observation de la tenue des parois. Pour des
raisons de sécurité, ces forages doivent être remblayés le plutôt possible à
la fin de l'essai avec du gros béton.

Lorsque ces essais (bonne tenue des parois) ne sont pas concluants,
il y a lieu de changer de technique de pieux (forés tubés, ou , forés
boue).

Le bétonnage des pieux du projet doit être terminé au plus dans les
8 heures à compter de la fin du forage.

18

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

La section du pieu est de forme circulaire avec un diamètre égal à


celui de l'outil de forage.

2 - Dispositions constructives

2.1 - Armatures

Les pieux couramment adoptés dans les projets sont :

− Verticaux
− Calculés en flexion composée
− Ferraillés sur toute leur longueur

Commentaire :

− Les pieux inclinés ne sont pas admis en zone sismique


− En zone non sismique, si les pieux sont de petits diamètres (B < 80 cm) et
soumis uniquement à des compressions centrées, ces derniers peuvent
ne pas être armés; sauf; en tête de pieu, où il faut prévoir un minimum de
barres d'attente. (4 Φ 12, L = 2 m dont 75 cm au moins ancrés dans la
semelle de liaison).

2.2 - Cage d'armature :

Les cages d'armature des pieux sont constituées par :

− Des armatures longitudinales


− Des armatures transversales formées de cerces ou de spires

Les armatures longitudinales sont des barres en acier à haute


adhérence, leur nombre minimal sera :

− 6 pour les pieux de diamètre B < 80 cm -


10 pour les pieux de diamètre B > 80 cm

La section totale d'armature doit être égale :

− Au moins à 0,5%
− Au plus à 3%

de la section nominale du pieu sur toute sa longueur.

19

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Le diamètre minimal des barres à utiliser est de 12 mm, les


diamètres les plus couramment utilisés varient de 16 à 32 mm.

La distance de nu à nu des barres varie entre un minimum de 10 cm


et un maximum de l'ordre de 30 cm.

Commentaire :

a) Utiliser de préférence les petits diamètre (16, 20, 25)


b) Eviter d'utiliser plus de deux diamètres de barres pour une même
section de pieux et de préférence des diamètres consécutifs (14,
16) (16, 20) (20. 25).
c) Répartir de façon uniforme les barres.
d) Dans le cas des pieux sollicités en flexion, le nombre de
barres ou leur diamètre peuvent varier le long du pieu en
fonction des sollicitations calculées et en respectant les
dispositions minimales décrites ci-dessus.

Les armatures transversales constituées de cerces et/ou de spires


sont en général en acier doux et leur diamètre minimal est de 6 mm.

Le choix du diamètre Φ de l'armature transversale est fonction de Φ l


celui de l'armature longitudinale.

Commentaire

- Pour des armatures longitudinales dont le diamètre Φ 1 varie entre


12 et 20 mm, il faudra choisir le diamètre Φ t de l'armature
transversale entre 6 et 10 mm.

- Pour des armatures longitudinales dont Φ . l est supérieur ou égal â


20 mm, il faudra choisir Φ t compris entre 10 et 12 mm.

L'écartement maximal de nu à nu des spires ou des cerces est de 8 Φ


1 en partie courante et de 10 cm en tête de pieu, sur une
longueur de 2,5 diamètre du pieu.

Lorsque la cage d'armature d'un pieu est constituée de plusieurs


tronçons, leur assemblage peut être effectué avant ou pendant la
descente de la cage dans le forage.

20

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

La longueur de recouvrement des barres longitudinales doit


être égale au maximum (40 Φ, 80 cm).

L'assemblage des barres longitudinales est assuré par


points de soudure à l'arc électrique ou par ligature.

L'épaisseur du béton qui enrobe les armatures doit être au


moins de 7 cm.

Commentaire :

Pour assurer l'enrobage réglementaire de 7 cm, il y a lieu de placer


des centreurs (galets ou patins) de plus de 8 cm de large.
Généralement faits en béton, les centreurs sont disposés sur la cage
d'armature, tous les 3 mètres à raison de 3 au moins par niveau.

Pour empêcher la remontée de la cage avec la colonne de


bétonnage, le diamètre hors tout de la cage d'armature doit
être supérieur à 1,25 4) extérieur de la colonne de bétonnage.

3 - Béton :

− Le dosage minimal en ciment est de 350 kg/m3.


− Le diamètre maximal des granulats est de 25 mm.
− L'ouvrabilité du béton mesurée au cône d'Abrams est
donnée par un affaissement de 18 cm avec un minimum de
14 cm.
− Le rapport E/C est inférieur à 0,6.
− Le rajout d'eau en cours de transport doit être évité.
− Les commandes de béton aux centrales doivent spécifier
l'ouvrabilité du béton à son arrivée au chantier.

Commentaire :

− La composition et le dosage du béton sont déterminés en fonction


de la charge intrinsèque à obtenir et des conditions parti-
culières de mise en oeuvre.

21

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

− Le dosage couramment utilisé pour le béton des pieux est de 400


kg/m3.
- Le choix du ciment doit tenir compte de l'agressivité du ter-
rain. Si le ciment approprié n'est pas disponible, le béton
du pieu peut être protégé par une chemise métallique.
-- Pour satisfaire aux conditions d'ouvrabilité, il est
préférable d'utiliser un retardateur, plutôt qu'un rajout
d'eau.

La courbe de bétonnage doit être établie pour chaque


pieu, dans un délai ne dépassant pas 3 jours après le
coulage du pieu.

Commentaire :

La courbe de bétonnage est établie par le responsable


du chantier et mise à la disposition des contrôleurs.

Cette courbe représente le volume de béton en fonction


du niveau de béton frais atteint, elle est établie avec un
minimum de 5 points.

L'examen comparé de la courbe expérimentale ainsi obtenue avec


la courbe théorique permet de déceler d'éventuels surconsommation
de béton dû :

- Au forage de la vase.
- Remplissage des cavités souterraines (karst)

4 - Misa en oeuvre :

L'utilisation de ce procédé de pieux est strictement inter-


dite, a la traversée ou à proximité de zones de circulation
d'eau qui peuvent être propices à des éboulements ou des
décompressions à la base du pieu.

Le forage d'un pieu dont l'axe est situé à moins de 3


diamètres du nu d'un pieu voisin ne peut commencer avant
la prise du béton de ce dernier (délai supérieur à 4 heures).

22

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

L'utilisation d'une virole en tête est nécessaire afin


d'éviter l'éboulement du forage en tête.

La mise en oeuvre du béton se fait au moyen d'une co-


lonne de bétonnage pour contrôler la hauteur de chute libre
du béton. La base de la colonne doit être située â moins de
1 mètre au dessus du niveau supérieur du béton en place.

La hauteur minimale de recépage est fixée de façon que le


béton sain soit atteint au niveau théorique de recépage fixé
par le projet.

23

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE III

PIEU FORE TUBE


1- Caractéristique

Un forage est exécuté dans le sol par des moyens


mécaniques
sous protection d'un tube. Le tube est mis en place
- Par vibration,
- Par fonçage avec louvoiement au fur et à mesure de l'avan-
cement du forage.

La base du tube est autant que possible située au dessous du fond de forage, tel
que prévu sur les plans.

Le tube est récupéré en phase de bétonnage.

Commentaire :

Le tubage doit toujours précéder le forage pour limiter la


formation de poches latérales, la remontée du fond, ainsi
que pour réduire la décompression des terrains.

Lors d'un forage, en présence d'une nappe phréatique, il faut


maintenir le niveau d'eau dans le forage nettement au dessus du niveau
piézométrique.

Commentaire :
Le maintien d'un niveau d'eau au dessus du niveau
piézométrique réduit le risque d'un soulèvement du fond en pré-
sence de sables fins ou de vases. Ce niveau d'eau est assure
par une alimentation en eau permanente de débit suffisant.

Le diamètre du pieu est le diamètre extérieur du tube. Le


forage est rempli partiellement ou totalement d'un béton de
grande ouvrabilité. Le tube est extrait sans que le pied du tube
ne puisse se trouver à moins de 1 m sous le niveau du béton.

24

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

2 - Dispositions constructives

2.1 - Armatures :

Les pieux couramment adoptés dans les projets sont :

− Verticaux
− Calculés en flexion composée
− - Ferraillés sur toute leur longueur

Commentaire :

Les pieux inclinés ne sont pas admis en zone sismique.


− En zone non sismique, si les pieux sont de petits diamètres
(B < 80 cm) et soumis uniquement à des compressions
centrées, ces derniers peuvent rie pas' être armés; Sauf en
tête de pieu, où il. faut prévoir un minimum de barres
d'attente. (4 Φ 1 2 , L , = 2 m d o n t 75 cm au moins ancrés
dans la semé/le de l i a i s o n ) .

2.2 - cage d'armatures :

Les cages d'armature des pieux sont constituées par

− Des armatures longitudinales - Des armatures


transversales formées de cerces ou de spires.

Les armatures longitudinales sont des barres en acier à


haute adhérence, leur nombre minimal sera :

- 6 pour les pieux de diamètre B < 80 cm


- 10 pour les pieux de diamètre B > 80 cm
La section totale d'armature doit être égale :

− Au moins à 0,5%
− Auplusà3%
de la section totale d'armature du pieu sur toute sa longueur.

Le diamètre minimal des barres à utiliser est de 12 mm, les


diamètres les plus couramment utilisés varient de 16 à 32 mm.
25

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

La distance de nu à nu des barres varie entre tin minimum


de 10 cm et un maximum de l'ordre de 30 cm.

Commentaire :

a) Utiliser de préférence les petits diamètres: (16, 20 25)

b) Eviter d'utiliser plus de deux diamètres de barres pour une même


section de pieux et de préférence des diamètres consécutifs «14,
16) (16. 20) (20, 25).

c) Répartir de façon uniforme les barres.

d) Dans le cas des pieux sollicités en flexion, le nombre de barres


ou leur diamètre peuvent varier le long du pieu en fonction des
sollicitations calculées et en respectant les d i s positions
décrites ci-dessus.
Les armatures transversales constituées: de cerces
et/ou de spires sont en général en acier doux et leur
diamètre minimal est de 6 mm.

Le choix du diamètre Φ t de l'armature transversale


est fonction de Φ 1, celui de l'armature longitudinale.

Commentaire :

− Pour des armatures longitudinales dont le diamètre Φ varie


entre 12 et 20 mm, il faudra choisir le diamètre Φ1 de l'armature
transversale entre 6 et 10 min.

− P o u r des armatures longitudinales dont Φ l est supérieur ou


égal à 2 0 mm, il faudra choisir Φ t compris entre 10 et 12 mm.

L'écartement maximal de nu à nu des pires ou des cerces


est de 8 Φ l en partie courante et de 10 cm en tête de pieu,
sur une longueu r de 2,5 diamètre du pieu.

Lorsque la cage d'armature d'un pieu est constituée de


plusieurs tronçons, leur assemblage peut être effectué avant
ou pendant la descente de la cage dans le forage.

26

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

La longueur de recouvrement des barres longitudinales doit


être égale au maximum (40 Φ, &0 cm).
L'assemblage des barres longitudinales est assuré par
points de soudure à l'arc électrique ou par ligature.

L'épaisseur du béton qui enrobe les armatures doit être au


moins de 7 cm.

Commentaire ;

Pour assurer l'enrobage réglementaire de 7 cm, il y a


lieu de placer des centreurs (galets ou patins) de plus de 8
cm de large. Généralement faits en béton, les centreurs
sont disposés sur la cage d'armature, tous les 3 mètres à
raison de 3 au moins par niveau.

Pour empêcher la remontée de la cage avec la colonne de


bétonnage, le diamètre hors tout de la cage d'armature doit être
supérieur à 1,25 Φ extérieur de la colonne de bétonnage.

L'écart entre le diamètre extérieur de la cage et le diamètre


intérieur du tube couramment adopté est de 10 à 12 cm. La
limite inférieure extérieure est fixée à 6 cm.

Commentaire :
Dans le cas où l'écart entre le diamètre extérieur de la cage
et le diamètre intérieur du tube est égal à 6 cm, alors le
béton à utiliser doit être spécialement étudié.

3 - Béton

− Le dosage minimal en ciment est de 35014 m3.


- Le diamètre maximal des granulats est de 25 mm.
- L'ouvrabilité du béton mesurée au cône d'Abrams est donnée
par un affaissement de 18 cm avec un minimum de 14 cm.
- Le rapport E/C est inférieur à 0,6.
- Le rajout d'eau en cours de transport doit être évité.
− Les commandes de béton aux centrales doivent spécifier
l'ouvrabilité du béton à son arrivée au chantier.

27

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire :

− La Composition et le dosage et le dosage du béton sont déter-


minés en jonction de la charge intrinsèque à obtenir et des
conditions particulières de mise en oeuvre.
− Le dosage couramment utilisé pour le béton des pieux est de 400
kglin3.
− Le choix du ciment doit tenir compte de l'agressivité du terrain, si
le ciment approprié n’est pas disponible, le béton du pieu peut être
protégé par une chemise métallique.
− Pour satisfaire aux conditions d'ouvrabilité, il est préférable
d'utiliser un retardateur; plutôt qu'un rajout d'eau.
La courbe de bétonnage doit être établie pour chaque pieu, dans
un délai ne dépassant pas 03 jours après le coulage du pieu.
Commentaire :

La courbe de bétonnage est établie par le responsable du chantier


et mise à la disposition des contrôleurs.

Cette courbe représente le volume de béton en fonction du niveau


de béton frais atteint, elle est établie avec un minimum de 5 points,

L'examen comparé de la combe expérimentale ainsi obtenue


avec la courbe théorique permet de déceler d'éventuels surcon-
sommation de béton dû :
− Au forage de la vase.
− Remplissage des cavités souterraines (karst)

4 - Mise en oeuvre :

− La base du tubage est toujours située au dessous du fond du


forage.

− Le forage d'un pieu dont l'axe est situé à moins de trois diamètre
du nu d'un pieu voisin ne peut commencer avant la prise du béton
de ce dernier (délai supérieur à 4 heures).

28

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Le forage est curé moins de 2 heures avant le début du


bétonnage; temps correspondant à la durée de descente de
la cage d'armatures.

- Le niveau d'eau dans le forage pendant le bétonnage doit


être en permanence supérieur au niveau statique de la
nappe.

− Le bétonnage du pieu se fera au moyen d'une colonne de


bétonnage, constituée de plusieurs tubes métalliques
assemblés et surmontés. d'un entonnoir ou goulotte.

− La colonne a un diamètre intérieur d'au moins 15 cm et une


longueur égale à celle du pieu.

- Après l'amorçage, le pied de la colonne de bétonnage ne


doit jamais se trouver à moins de 2 m sous le niveau atteint
par le béton frais dans le pieu.

29

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE IV

PIEU FORE BOUE :

I - Caractéristiques
Un forage est exécuté dans le sol par des moyens
mécaniques sous protection d'une boue de forage. La
section du forage est circulaire et le diamètre du pieu est
égal à celui de l'outil de forage. Après la mise en place de la
cage d'armatures, le forage est rempli de béton de grande
ouvrabilité au moyen d'une colonne de bétonnage selon la
technique du tube plongeur.

2 – Dispositions constructives :

2.1 - Armatures :

Les pieux couramment adoptés dans les projets sont :

− Verticaux
− Calculés en flexion composée
− - Ferraillés sur toute la longueur

Commentaire :

- Les pieux inclinés ne sont pas admis en zone sismique,


− En :one non sismique, si les pieux sont de petit diamètre (B <
80 cm) et soumis uniquement à des compressions centrées,
ces derniers peuvent ne pas être armés; sauf en tête de pieux où
il faut prévoir un minium de barres d'attentes (4 Φ 12, L -. 2 m
dont 75 cm au moins ancrés dans la semelle de liaison).

2.2 - Cage d'armatures :

Les cages d'armature des pieux sont constituées par :

30

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

− Des armatures longitudinales - Des armatures


transversales formées de cerces ou de spires.
Les armatures longitudinales sont des barres en acier à
haute adhérence, leur nombre minimal sera :
− 6 pour les - pieux de diamètre B < 80 cm
− 1.0 pour les - pieux de diamètre B > 80 cm
La section totale d'armature doit être égale :

− au moins à 0,5%
− au plus . à 3%
de la section nominale du pieu sur toute sa
longueur.

Le diamètre minimal des barres à utiliser est de 12 mm, les


diamètres les plus couramment utilisés varient de 16 à 32
mm.
La distance de nu à nu des barres varie entre un
minimum de 10 cm et un maximum de l'ordre de 30 cm.
Commentaire

a) Utiliser de préférence les petits diamètres (16, 20 25)

b) Eviter d'utiliser plus de deux diamètres de barres pour


une même section de pieux et de préférence des
diamètres consécutifs (14, 16) (16, 20) (20, 25).

c) Répartir de, façon uniforme les barres.

d) Dans le cas. des pieux sollicités en flexion, le nombre de


barres ou leur diamètre peuvent varier le long du pieu en
fonction des sollicitations calculées et en respectant les
dispositions minimales décrites ci-dessus.

Les armatures transversales constituées de cerces et/ou


de spires sont en général en acier doux et leur diamètre
minimal est de 6 mm.

Le choix du diamètre Φ t de l'armature transversale est


fonction de 1, celui de l'armature longitudinale.
31

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire

− Pour les armatures longitudinales dont le diamètre Φ l


varie entre 12 et 20 mm, il faudra choisir le diamètre Φ l de
l'armature transversale entre 6 et 10 mm.

− Pour des armatures longitudinales dont Φ l est supérieur ou


égal à 20 mm, il faudra choisir Φ t compris entre 10 et 12
mm.

L'écartement maximal de nu à nu des spires ou des cerces est


de 8 Φ l en partie courante et de 10 cm en tête de pieu, sur_ une
longueur de 2,5 diamètre du pieu.

Lorsque la cage d'armature d'un pieu est constituée de


plusieurs tronçons, leur assemblage peut être effectué avant ou
pendant la descente de la cage dans le forage.

La longueur de recouvrement des barres longitudinales doit


être égale au maximum (40 Φ l, 80 cm).

L'assemblage des barres longitudinales est assuré par points


de soudure à l'arc électrique ou par ligature.

L'épaisseur du béton qui enrobe les armatures doit être au


moins de 7 cm.

Commentaire ;

Pour assurer l'enrobage réglementaire de 7 cm, il y a lieu


de placer des centreurs (galets ou patins) de plus de 8 cm
de large. Généralement faits en béton, les centreurs sont
disposés sur la cage d'armature, tous les 3 mètres à raison
de 3 au moins par niveau.

Pour empêcher la remontée de la cage avec la colonne


de bétonnage, je diamètre hors tout de la cage d'armature doit
être supérieur à 1,25 Φ extérieur de la colonne de bétonnage.

L'écart entre le diamètre extérieur de la cage et le diamètre


intérieur du tube couramment adopté est de 10 à 12 cm. La
limite inférieure ait fixée à 6 cm.

32

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Commentaire :
Dans le cas où l'écart entre le diamètre extérieur de la cage
et le diamètre intérieur du tube est égal à 6 cm, alors le béton à
utiliser doit être spécialement étudié.

3 - Béton :

− Le dosage minimal en ciment est de 350 kg/m3.


- Le diamètre maximal des granulats est de 25 mm.
− L'ouvrabilité du béton mesurée au cône d'Abrams est donnée
par un affaissement de 18 cm avec un minimum de 14 cm.
− Le rapport E/C est inférieur à 0,6.
- Le rajout d'eau en cours de transport doit être évité.
- Les commandes de béton aux centrales doivent spécifier
l'ouvrabilité du béton à son arrivée au chantier.

Commentaire :

− La composition et le dosage du béton sont déterminés en


fonction de la charge intrinsèque à obtenir et des conditions
particulières de mise en oeuvre.
- Le dosage couramment utilisé pour le béton des pieux est de
400 kg/m.3.
− Le choix du ciment doit tenir compte de l'agressivité du ter-
rain, si le ciment approprié n'est pas disponible, le béton du
pieu peut être protégé par une chemise métallique.
- Pour satisfaire aux conditions d'ouvrabilité, il est préférable
d'utiliser un retardateur; plutôt qu'un rajout d'eau.

La courbe, de bétonnage doit être établie pour chaque pieu,


dans un délai ne dépassant pas 3 jours après le coulage du
pieu.
Commentaire :

La courbe de bétonnage est établie par le responsable du


chantier et mise à la disposition des contrôleurs.

Cette courbe représente le volume du béton coulé en fonction


du niveau de béton frais atteint, elle est établie avec un
minimum de 5 points.

33

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

L'examen comparé de la courbe expérimentale ainsi obtenue


avec la courbe théorique permet de déceler d'éventuels surcon-
sommation de béton di :

- Au forage de la vase.
- Remplissage des cavités souterraines (karst)

4 - Mise en oeuvre

Le niveau de la boue dans le forage, pendant son


exécution doit être toujours situé au moins à t in au dessus
du niveau statique de la nappe.

Commentaire :

Des fluctuations rapides du niveau de la nappe, peuvent en-


gendrer des difficultés quant à la tenue des parois du forage.

La boue de forage se compose d'eau, de bentonite et


éventuellement d'argile, de ciment et d'additifs.

Le mélange de ces composants doit être adapté aux


caractéristiques physico-chimiques des terrains et de Veau.

La boue bentonite s'obtient par dispersion de 20 à 50 kg


de bentonite par mètre cube d'eau, ce dosage dépend
essentiellement de la qualité de la bentonite utilisée.
Commentaire

La boue bentonite peut aussi contenir certains adjuvants pour


'
l alourdir, améliorer son pouvoir colmatant, accroître ou réduire
sa viscosité, empêcher sa contamination par le ciment ou le
gypse et abaisser ou augmenter son PH.

La boue est préparée sur chantier dans une station qui


comprend :
- Une unité de fabrication assurant la dispersion de la
bentonite en poudre dans l'eau.

34

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Un bassin de stockage
− Une unité de régénération de la boue assurant la séparation
des gros sédiments par tamisage et du sable par centrifugation.

Avec les tarières et les bennes preneuses, comme outil de


forage la boue est déversée dans le forage au fur et à mesure de
l'avancement de l'outil. Elle est ensuite récupérée par pompage
en cours de bétonnage.

Les caractéristiques d'une boue de forage sont les suivantes :

− La densité
- La viscosité au cône de Marsh
− La teneur en sable
− Le filtrat
− L'épaisseur du cake

Ces paramètres différents d'une boue neuve à une boue


régénérée.

Caractéristiques boue neuve boue régénérée

Densité (mesurée avec une


1,01 < d < t,05 d < 1,20
balance de densité)

viscosité Marsh µ > 35 sec 35 <µ < 90 sec

teneur en sable (tamis 80 µm) nulle 5%

filtrat (mesuré à l'élutiomètre) Vf < 30 cm3 Vf < 40 cm3

Cake e<3mm e<5mm

Commentaire

− Viscosité Marsh :
Elle se définit comme le temps nécessaire pour remplir de
boue un récipient de 1 litre à travers un ajutage normalisé de
4, 75 mm.

35

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Cake :
Ce paramètre est mesuré avec le filtre presse BAROID pendant
30 mn sous une pression de 7 bars.

- La boue régénérée :
C'est la boue récupérée en cours d'excavation, après traite-
ments appropries en vue de sa réutilisation.

En effet cette boue est polluée par les éléments fins du terrain
(sable, limons, argiles) qui augmentent sa teneur en eau et sa
viscosité.

L'entrepreneur doit disposer sur le chantier d'un matériel de


prélèvement de la boue dans l'excavation, ainsi que d'un
laboratoire où les paramètres de la boue peuvent être mesurés
a tout instant.

Les caractéristiques de la boue en fond de forage sont


mesurés après curage de chaque pieu et doivent satisfaire
celles d'une boue régénérée.

Le forage d'un pieu dont l'axe est situé à moins de 3


diamètres du nu d'un pieu voisin ne peut commencer avant la
prise du béton de ce dernier (délai supérieur à 4 heures).

L'utilisation d'une virole en tête de pieu est obligatoire afin


d'éviter l'éboulement.

Le forage est curé à moins de 3 heures avant le début du


bétonnage, temps nécessaire à la descente de la cage
d'armature.

Dans le cas où la mise en place de la cage d'armatures


nécessite un temps supérieur à 3 heures, les caractéristiques
de la boue doivent être vérifiées et si celles-ci ne répondent pas
aux normes, la boue de forage doit être recyclée.

Commentaire

Le curage du fond de forage est indispensable et doit être fait


avec soins afin d'établir un bon contact du pieu avec le terrain.

36

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

La mise en oeuvre du béton se fait au moyen d'une


colonne de bétonnage.

La colonne a un diamètre intérieur d'au moins de 15 cm et


une longueur égale à celle du pieu.

Le pied de la colonne de bétonnage ne doit jamais se


trouver à moins de 3 m sous le niveau atteint par le béton
frais dans le pieu.

La courbe de bétonnage doit être établie pour chaque pieu,


dans un délai ne dépassant pas 3 jours après le coulage du
pieu.

Commentaire

La courbe de bétonnage est 'établie par le responsable


du chantier et mise à la disposition des. contrôleurs.,

Cette courbe représente le volume de béton coulé en


fonction du niveau de béton frais atteint, elle est établie
avec un minimum de 5 points.

L'examen comparé de la courbe expérimentale. ainsi


obtenue avec la courbe théorique permet de déceler
d'éventuels surconsommation de béton dû :

Au forage de la vase
- Remplissage des cavités souterraines (karst).

37

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE V

PIEU METAL BATTU :

- Caractéristiques :
Les pieux métalliques sont constitués d'acier E 24-1 ou
similaire avec addition éventuelle de cuivre (0,2 à 0,5%). Leur
section est sous forme :

- de H avec l'épaisseur de l'âme égale à celle des ailés.


- d'anneau (tube) avec une épaisseur minimale de 10 mm.
- quelconque obtenue par soudage de palplanches (pal-pieux).

2 Dispositions constructives :

La longueur minimale d'un élément d'un même pieu ne doit pas


'être inférieure â 5 m, ceci afin de limiter le nombre de soudures.
Ces dernières sont exécutées bout à bout soit en position, soit à
plat. Les soudures notamment le chanfrein, l'épaisseur du métal
d'apport, l'écartement entre les éléments d'apport doivent être
conformes aux normes en vigueur.
Commentaire
Les éléments soudés en position doivent être maintenus pen-
dant le soudage par un gabarit, le soudage est effectué par passes
symétriques et uniformes de façon à préserver l'alignement des
éléments constituant le pieu.

Les éléments soudés à plat doivent reposer sur un nombre


suffisant de points d'appui pour obtenir un alignement correct des
éléments.

Dans le cas où la pointe du pieu est munie d'un sabot, sa


section est au plus égale à 1,2 fois la section définie par le
périmètre extérieur du profilé.

38

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

3 - Mise en oeuvre :
Les pieux sont mis en oeuvre par battage ou vibration. La
distance d'axe en axe de 2 pieux voisins doit être supérieure à
1.75 fois la longueur de la diagonale du rectangle enveloppant les
pieux ou à 0.75 m.

La distance entre l'axe théorique et l'axe réel d’un pieu au


niveau du recépage doit être au plus égale à :

- profilé H : 1/8e hauteur totale de la section du profilé


- profilés fermés : 1/8e de la largeur B du profilé

4 - Contraintes admissibles :

Pour tenir compte des risques de corrosion, la contrainte


admissible de l'acier est limité à 800 bars sous les sollicitations du
1 ° genre et 1200 bars sous les sollicitations du 20 genre:

Commentaire :

Ces limites peuvent être portées respectivement à 1200 et


1600 bars lorsque la durée de vie de l'édifice peut être estimée.

Les contraintes sont appliquées sur une section réduite du


pieu compte tenu des effets de corrosion qui sont fonction de
la teneur en oxygène du milieu.
Cat. Terrains Diminution annuelle
de

1 terrains peu agressifs (terrains sé- 0.01


dimentaires en place consolidés)
terrains ou remblais moyennement
agressifs (terrains en place dont la 0.04
2 consolidation n'est pas terminée,
zone de marnage en eau douce)
terrains ou remblais agressifs (rem-
3 biais récents zone de marnage en 0,10
eau de mer)
terrains ou remblais très agressifs
voir ci-après
(présence de substances chimi-
4 ques agressives pour l'acier)

39

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

L'étude chimique des sols et des eaux doit être


suffisamment détaillée pour déterminer les risques de
corrosion.

Pour la catégorie 4, il faudra recourir à un ou plusieurs des


procédés suivants :

- Enlèvement des matériaux agressifs


− Réduction de la contrainte admissible
− Protection cathodique
− Protection par galvanisation ou peinture au zinc dans les
sols peu abrasifs.

40

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

CHAPITRE VI

ESSAIS DE PIEUX :

1 - Classification des différents essais de pieux :


Ces essais se classent en 2 catégories :

- Les essais de reconnaissance destinés à :

* vérifier et préciser les conclusions de l'étude géotechnique relatives


au dimensionnement et au comportement des pieux (essai de
chargement statique des pieux).
* recueillir des données relatives au forage (essai de forage) et/ou au
battage des pieux (essai de battage).

- Les essais de contrôle du fût et les essais de contrôle de portance


sur les pieux faisant partie du projet.

2 - Essais de reconnaissance :
Ces essais de reconnaissance n'éliminent pas la nécessité de
l'étude géotechnique des sols (essais en place et essais de labora-
toire).

2.1. - Essai de chargement statique des pieux


Les essais préalables destinés à vérifier les conclusions de l'étude
géotechnique sont des essais de chargement statique sur des pieux
forés ou battus indépendants et représentatifs des pieux de l'ouvrage,
situés autant que possible à proximité de sondages de reconnaissance
de sol pour des éventuelles corrélations. Ces essais consistent à
appliquer au pieu d'essai des efforts de même nature que ceux
transmis par le futur ouvrage :

− Essai d'enfoncement pour pieux travaillant à la compression


− Essai d'arrachement pour pieux travaillant à la traction

41

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Essai de chargement horizontal pour pieux appelés à mettre le


terrain en butée latérale.
Dans le cas d'un essai d'enfoncement ou d'arrachement, il est
recommandé d'adopter le mode opératoire décrit en annexe. Ces
essais doivent être entrepris 2 à 3 mois avant l'exécution des pieux
de l'ouvrage pour que les résultats obtenus puissent être
exploités dans la mise au point définitive du projet.

2.2. - Essais d'information

Les essais d'information destinés à recueillir les données


relatives au forage et/ou au battage sont effectués sur des pieux
faisant partie de l'ouvrage, situés autant que possible à proximité
de sondage de reconnaissance de sol pour des éventuelles
corrélations.
1, - Cas des pieux forés
Lors d'un essai de forage, il y a lieu d'établir un rapport compor-
tant les renseignements suivants :
- Numéro d'identification et type de pieu
- Date et heure du début et de la fin de forage
− Caractéristiques des différents outils de forage utilisés et des
tubages éventuels.
- Description des échantillons caractéristiques de chaque couche
de sol traversée.
− Incidents éventuels de forage (éboulements, cavités, pertes
accidentelles de fluides de forage, venues d'eau,...).
2. - Cas des pieux battus
Le rapport de l'essai de battage doit comporter les informations
suivantes
- Numéro d'identification et type de pieu
− Date et heure du début et de la fin du battage
− Type de mouton utilisé (à simple effet, double effet, diesel,...) -
Poids de la masse frappante et de la masse frappée ou l'énergie
du mouton diesel utilisé.
- Nombre de coups nécessaires pour enfoncer le pieu sur 50 cm,
relevé à effectuer sur toute la longueur du pieu, en précisant la
hauteur de chute du mouton.

42

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

- Les refus élastiques en fin de battage.


- Les refus sur les dernières volées de 10 coups de mouton.
- Les incidents de battage (arrêt de battage, variation importante
de hauteur de chute de mouton, fissuration du pieu, gonflement
ou tassement du sol autour du pieu, remontée des pieux
voisins, déplacements horizontaux des têtes des pieux
voisins...).

Commentaire :

Pour mesurer les refus, il faut placer une feuille de papier


millimétré sur le fit du pieu et déplacer horizontalement un
crayon sur ce papier pendant l'application du coup de mouton.
Le refus élastique (el) est la remontée instantanée du pieu im-
médiatement après le choc du mouton.

3 - Essais de contrôle :

Il est recommandé de prévoir et de procéder à des essais de


contrôle de pieux faisant partie de l'ouvrage. Le nombre de' ces
essais est fixé par le maître d'ouvrage ou son représentant.

3.1 - Essais de contrôle du fût en béton :

Les essais de contrôle du fût sont destinés à la vérification de la


continuité du pieu, à la détermination de la résistance mécanique
du béton ainsi qu'à la vérification de la qualité du contact pieu-sol
en pointe.

Ces essais comportent des :

- Essais soniques par transparence


- Essais par microsismique transparence
− Essais d'impédance mécanique
− Carrottage mécanique

1.1. - Essais soniques par transparence :

Ces essais consistent à mesurer le temps de propagation et la


variation d'amplitude d'ondes acoustiques à travers le béton entre

43

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

une sonde émettrice et une sonde réceptrice. Ces deux sondes


sont mises en place dans des tubes de réservation métalliques
dont le diamètre intérieur est au moins égal à 50 mm et fixés
préalablement sur la cage d'armature. Ces tubes sont munis de
bouchons de protection aux deux extrémités et sont remplis
d'eau propre avant les essais. Les mesures sont effectuées de
façon continue par remontée des deux sondes sur toute la
hauteur du pieu. La présence d'anomalies est mise en évidence
par l'apparition simultanée d'une augmentation du temps de
propagation et d'une diminution d'amplitude. Ces essais sont
réalisés avant le recépage du pieu et le béton doit avoir un âge
minimal de 7 jours.

1.2 - Essais par microsismique transparence :

Un forage équipé d'un tube en matière plastique rigide de 60


mm est réalisé en parallèle, à proximité du pieu à ausculter sur
une profondeur supérieure à celle du pieu. Un accéléromètre,
descendu dans le tube, mesure à diverses profondeurs le temps
mis par un choc provoqué en tête du pieu pour couvrir la distance
qui sépare l'accéléromètre de la tête du pieu.
L'interprétation de la courbe temps/profondeur de
l'accéléromètre permet de situer la pointe du pieu à quelques
décimètres près et d'obtenir la vitesse moyenne du son dans le
béton du pieu. Le tube d o i t être rempli d'eau jusqu'au niveau de
l'accéléromètre et le contact tube-sol doit être assuré avant la
réalisation des mesures.

1.3. - Essais d'impédance mécanique :

Une force verticale sinusoïdale F est appliquée en tête du pieu


au moyen d'un vibreur. La vitesse V de la tête du pieu est
mesurée pour une fréquence d'excitation f. L'interprétation de la
courbe (V/F, f) permet d'obtenir des renseignements sur la

- Longueur et section du pieu


- Présence de défauts
= Raideur de la couche d'ancrage du pieu
- Qualité moyenne du béton

La tête du pieu doit être aplanie au préalable. Cette méthode est

44

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

déconseillée si l'élancement du pieu est supérieur à 20. L'interprétation


de ces mesures implique une bonne connaissance des conditions
d'exécution du pieu et de la nature du sol.

1.4. - Essais de carottage mécanique :

Les carottages mécaniques continus permettent de vérifier la ré-


sistance et l'homogénéité du béton du pieu, le niveau et la nature des
anomalies, la qualité du contact sol-pieu en pointe. Ces essais sont
onéreux et ne sont exécutés qu'après des essais soniques.

Le béton doit avoir un âge minimal de 8 jours. Le


diamètre de carottier est supérieur à 75 mm.
Pour vérifier le contact sol-pieu au niveau de la pointe, il y a lieu de
procéder à un carottage à l'intérieur d'un tube guide ( > 100 mm)
jusqu'à une profondeur de 1.50 m sous la pointe du pieu. Ce tube fixé
préalablement à la cage d'armature sera arrêté à 50 cm du fond du
forage et fermé à sa base par un bouchon en plâtre facile à détruire. Il
pourra être utilisé par ailleurs comme tube d'auscultation et permettre
d'injecter sous la pointe du pieu lorsqu'un défaut de contact sol-pieu a
été détecté. Les résultats du carottage seront consignés sur une fiche
donnant les paramètres suivants en fonction de la profondeur
(profondeur, poids de l'outil, vitesse de rotation, temps en minutes pour
10 cm d'avancement, description des matériaux carottés, log, %
carottage).
1.5. - Recommandations concernant les tubes de réservation
Les tubes de réservation sont métalliques (Φ > 50 mm pour
l'auscultation du fût et Φ > 100 in pour le carottage en pointe). Ces
tubes doivent être nettoyés avant la pose pour assurer une adhérence
tube-béton adéquate, nécessaire au bon déroulement de l'essai. Le
raccordement des tubes doit être assuré par des manchons vissés, la
soudure est à éviter. Les tubes doivent être fermés à leurs deux
extrémités. Les dispositifs de fixation des tubes au ferraillage doivent
être solides et suffisamment rapprochés (3 m environ) pour limiter les
déformations des tubes lors du bétonnage ou de la descente de la
cage.

Les tubes pour auscultation du fût doivent atteindre la base de la


cage d'armature, ceux prévus pour le carottage de la pointe doivent
s'arrêter à 0.50 m au dessus. En tête de pieu, ces tubes doivent

45

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

dépasser d'au moins 0.50 m. La distance séparant deux tubes ne


doit pas excéder 1.50 m. Le nombre et la répartition des tubes
dépendant du diamètre du pieu.

Φ pieu < 60 cm : 2 tubes disposés à 180°


60 <Φ pieu < 100 cm : 3 tubes disposés à 120°
100 < Φ pieu : 4 tubes disposés à 90°

3.2 - Organisation du contrôle :


2.1-- Position du problème
Le volume et par conséquent, le coût du contrôle à prévoir doit
être en rapport avec celui des fondations de façon à s'assurer
d’un comportement ultérieur satisfaisant de l'ouvrage.

Les malfaçons sur les pieux exécutés en place se traduisent le


plus souvent soit par un mauvais contact en pointe avec le, sol de
fondation, soit par des hétérogénéités dans le fût.

Ces malfaçons représentent un risque sérieux (tassements


différentiels et défaut de capacité portante) pour l'ouvrage, d'autant
plus qu'elles intéressent une fondation lourdement chargée et
constituée par un petit nombre de pieux.
Commentaires
Les malfaçons sont dues généralement .
- A une méconnaissance de la nature des sols et de l'hydrologie du site. -
Au défaut ou à l'insuffisance de contrôle sur le chantier.
- A des cadences d'exécution incompatibles avec la réalisation
d'un travail soigné.
− A l'incompétence de l'entreprise de réalisation.
En phase de forage, les malfaçons sont la conséquence de :

− Technique, matériel de forage ou type de pieu retenu mal adapté


aux terrains traversés.
- Perte accidentelle de boue ou remontée subite de la nappe
phréatique entraînant des éboulements.
− Mauvaise tenue du forage due à l'utilisation d'une boue de
composition mal adaptée ou mal contrôlée.

46

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

− Nettoyage insuffisant du ,forage en fond de trou engendrant un


mauvais contact en pointe et polluant le béton.

En phase de bétonnage, certaines malfaçons sont dûes à :


- Un dispositif de bétonnage inadaptés ou en mauvais état.
− Un processus de bétonnage défaillant (défaut d'amorçage,
rupture de bétonnage due à une remonté trop rapide du tube
plongeur).
− Un approvisionnement en béton irrégulier.
- La .mise en oeuvre d'un béton de mauvaise composition peu
maniable (affaissement au cône trop faible avec risque de défaut
d'enrobage des armatures) ou strie/ à la ségrégation.
− Des circulations d'eau qui délavent le béton. frais.
− Un délai trop long entre le .forage et le bétonnage favorisant des
éboulements ou la sédimentation de la boue en fond de trou.
Ces malfaçons peuvent affecter aussi bien la pointe, le fût que la
partie haute du pieu (section la plus sollicitée).
- Au niveau de la pointe, il peut se produire :

∗ Un béton de mauvaise qualité (délavé, ou pollué par des inclusions de


boue).
∗ Un mauvais contact en pointe (interposition de boue et de sédiments
entre béton et sol de fondation dû à un curage inefficace) ou un
remaniement du sol en place (emploi de techniques de forage
inadaptées à la nature des terrains).
− Au niveau du fût, il peut se produire :
∗ Des excroissances dûes au fluage d'une couche molle sous la
poussée du béton ou à la présence de cavités sur les parois du
forage.
∗ Des étranglements de section provoqués par des poussées
horizontales du sol.
∗ Des inclusions de boue, éventuellement sur toute la section du
pieu à la suite du désamorçage de la colonne de bétonnage.
∗ Des délavages dûs à des circulations d'eau ou à des interruptions
de bétonnage.
∗ Des défauts d'alignement dûs aux déviations de forage.
- Au niveau de la partie haute du pieu, il peut se produire :

47

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

• Des inclusions de boue et de sédiments dûes à une insuffisance


de purge par débordement à la fin de bétonnage.
∗ Un mauvais enrobage des armatures.
* La présence d'un vide entre le fût et la paroi du forage dans le
cas des pieux chemisés en tête, qu'il faut combler pour pouvoir
mobiliser la réaction latérale du sol.

2.2. - Organisation du contrôle :


La définition du programme de contrôle est fonction d'un certain
nombre de critères :

− Disponibilité et limitations des différentes méthodes d'auscultation


au niveau des laboratoires.
− Mode de reprise des efforts appliqués aux pieux : frottement
latéral seulement (FL), frottement latéral plus pointe (FL +P) et
pointe seulement (P).
− Nombre total de pieux (<_ 50) ou (> 50).
− Nature et importance de l'ouvrage (niveau de risque
acceptable) - Ouvrages rigides ou non (sensible aux tassements
différentiels)
− Conception de la fondation (petit nombre de pieux de petit diamè-
tre).
− Conditions d'exécution (pieux bétonnés à sec, sous l'eau, sous
boue, sous tube).
-- Conditions géotechniques (favorables ou non à une bonne
exécution.
− Contrôle du chantier, expérience de l'entreprise de réalisation.

Les pourcentages de pieux à équiper et à contrôler sur les chan-


tier sont données ci-après à titre indicatif :

Cas 1 : Pieux sous radier rigide (ex : bâtiment-tour, silos).


Réservation FL FL + P P
tubes Φ > 50 mm 15% 15 15
tubes Φ > 100 mm 0 5 10
Contrôlés :
auscultation fût 10% 10 10
carottage pointe 0 5 10

48

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Cas 2 : Pieux sous radier souple (ex : bac de stockage).


Réservation FL FL + P P
tubes Φ > 50 mm 25% 25 25
tubes Φ > 100 mm 0 10 20
Contrôlés :
auscultation fût 20% 20 20
carottage pointe 0 10 20

Cas 3 : Pieux sous semelles (ex : bâtiments industriels, ponts isostatiques).


Réservation FL FL + P P
tubes Φ > 50 mm 30% 30 30
tubes Φ > 100 mm 0 10 25
Contrôlés :
auscultation fût 25% 25 25
carottage pointe 0 10 25

Cas 4 : Pieux sous semelles (ouvrages rigides, sensibles aux tassements ex :


bâtiments important, pont continu).
Nombre de pieux : > 50
Réservation FL FL + P P
tubes Φ > 50 mm 50% 50 50
tubes Φ > 100 mm 0 25 50
Contrôlés :
auscultation fût 50% 50 50
carottage pointe 0 25 50

Cas 4 bis : Pieux sous semelles (ouvrages rigides, sensibles aux tassements ex
: bâtiments important, pont continu équipements industriel, château
d'eau).
Nombre de pieux : < 50
Réservation FL FL + P P
tubes Φ > 50 mm 100% 100 100
tubes Φ > 100 mm 0 50-100 100
Contrôlés :
auscultation fût 100% 100 100
carottage pointe 0 50-100 100

49

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Le volume des contrôles étant défini, il faudra les répartir sur :

− Les premiers pieux à exécuter (pieu d'essai en particulier)


− Les pieux les plus sollicités
− Les pieux à réaliser dans les conditions les plus difficiles.

4. - Essais de contrôle de portance

Ces essais sont des essais de chargement statique de pieux


finis de l'ouvrage. Les pieux à tester sont choisis parmi les plus
chargés ou ceux qui sont situés dans les zones les plus
défavorables. Ces essais permettent de vérifier que la charge
nominale des pieux est conforme à celle fixée, ils ne permettent
pas de revoir le dimensionnement des pieux. La réalisation de
ces essais peut être décidée à la suite de difficultés d'exécution
ou d'anomalies mises en évidence par les essais de contrôle de
fût. Les efforts appliqués aux pieux au cours de ces essais sont
de même nature que ceux transmis par l'ouvrage et atteignent
140% de la charge admissible.

50

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

ANNEXE

ESSAI STATIQUE DE CHARGEMENT DE PIEU :

1 - Généralités :

L'essai statique de chargement consiste à appliquer au pieu une


charge d'enfoncement selon un programme fixé et à mesurer l'en-
foncement correspondant de la tête du pieu.

La courbe charge-enfoncement du pieu, ainsi établie permet de


déduire :

− Eventuellement la charge limite mesurée, Q 1; charge maximale que


peut supporter le pieu vis à vis du sol.
• La charge de fluage, Qc;, correspondant au début des grands
enfoncements.
- La charge nominale mesurée, Qn déduite de Qc.

Ces valeurs mesurées peuvent être différentes des valeurs cor-


respondantes calculées telles que QI ou Qn à partir de l'étude
géotechnique (DTR 2.33.2 Méthodes de calcul des fondations pro-
fondes).

Cet essai est un essai mécanique des sols et demande à être


exploité en relation avec les autres essais de mécanique des sols (en
particulier, le pénétromètre statique, le pessiomètre et le SPT).

Les résultats obtenus ne concernent que la force portante du pieu


isolé à l'endroit où il a été, effectué. L'extension des résultats de l'essai
à tous les pieux de l'ouvrage est possible si l'on dispose :

− D'une étude géotechnique préalable


− D'essais en place, en particulier sur le site de l'essai de pieu.
− Des résultats de mesures extensométriques dans le cas où le pieu

51

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

d'essai a é t é équipé à divers niveaux de dispositifs


extensométriques permettant d'évaluer la répartition des efforts
sur toute la hauteur du fût ainsi que l'effort repris en pointe.

A ce titre, il est conseillé d'instrumenter le pieu d'essai dans la


mesure du possible.
2 - Appareillage :

L'appareillage nécessaire à la réalisation de l'essai comprend :

- Un dispositif de réaction permettant de faire varier la charge sur


le pieu :

* Massif-poids constitués de cuves remplies de sable, de gravillons


ou d'eau (fig. 1) ou de poutres en béton armé entrecroisées,
reposant sur un platelage rigide s'appuyant sur le sol par l'inter-
médiaire de camarteaux et de plaques de répartition. Le poids du
massif doit être supérieur ou égal à 1,25 fois la charge maximale
de l'essai. Le sol au voisinage du pieu ne doit pas tasser de
façon excessive et la chambre de mesure sous le massif doit
avoir les dimensions minimales 3x 4 x 1.5 mètres.

Caissons cylindriques

Fig. 1 - dispositif à deux cuves nécessitant un platelage très important

52

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

* Réaction par ancrages constitués de pieux, (fig. 2) sollicités à


l'arrachement, situés à 3 mètres au moins du pieu d'essai. Ces
pieux seront en nombre suffisant (2, 4) pour que l'ensemble
reste stable sous la charge maximale de l'essai et uniformément
tendus.

(fig• 2)

− Un dispositif de chargement constitué d'un ou de plusieurs


vérins hydrauliques actionnés par une pompe manuelle ou
électrique équipée de manomètres. Ces vérins doivent être
munis d'écrous de blocage et de rotule avec une course
minimale de 15 cm et une section utile connue. La capacité des
vérins doit dépasser d'au moins 10% la charge maximale de
l'essai.
− Un dispositif de mesures :
* Mesure des charges : 3 manomètres étalonnés au préalable et
branchés en dérivation sur le circuit d'alimentation du vérin. La
plage de mesure de ces manomètres doit permettre une
précision de lecture suffisante de la charge (0-100, 0-500, 0-1000
bars). 11 faut disposer sur le chantier de manomètres en réserve
ainsi que divers joints et raccords du système hydraulique.
− Mesure des déplacements :

− Un niveau à lunette (mesure au 1/10e de millimètre)


- Six comparateurs au 1/100e de millimètre avec une course de
100 mm minimum.
- A titre facultatif (instrumentation du pieu), des extensomètres
constitués par des jauges de contraintes (collés sur les pieux en
acier) ou des cordes vibrantes noyées dans le béton (fixées aux
cages d'armatures). L'utilisation d'extensomètres amovibles est
recommandée.

53

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Appareillage divers :

∗ 2 chronomètres
* 5 réglets en matière plastique et 1 réglet métallique de 20 cm.
∗ 10 plaques de verres (5 x 5 cm), colle
• 2 cornières de longueur supérieure de l m au diamètre du pieu *
Une base fixe constituée par deux madriers (21 x 7 x 5 m) et
deux planches de la longueur des cornières et de 15 mm d'épais-
seur.
∗ Réserve d'huile pour les vérins
∗ Joints de rechange pour les raccords du système hydraulique
∗ Plaque d'acier de répartition (5 cm d'épaisseur) de l'effort du
vérin sur la tête du pieu.
∗ Bâches de protection de la chambre de mesure
∗ 2 lampes et un carnet de chantier
∗ Cales rigides en acier de diverses épaisseurs.

3 - Préparation de l'essai :
1. - Eléments à fournir par le maître d'oeuvre :

− Plan de situation de l'ouvrage


- Plan de masse (côté NGA) indiquant la position de l'ouvrage, celle
des sondages et des essais de mécanique des sols et celle du
repère de nivellement
− Rapport détaillé de l'étude de sol, de la conception de l'ouvrage
ainsi que l'évaluation des charges permanentes et des surcharges.
− Plan d'implantation du pieu d'essai (côté NGA de la tête du pieu
au moment de l'essai après recépage éventuel), caractéristiques
géométriques (longueur, section droite), nature du matériau cons-
titutif; béton armé (composition, date de bétonnage, résistance à
l'écrasement, plan de ferraillage); métal (nuance de l'acier, type de
profilé), mode de mise en oeuvre (pieu foré simple, tubé ou avec
boue, pieu battu).

2. - Contrôle de la mise en place du pieu d'essai :


Les conditions de mise en oeuvre du pieu d'essai doivent repré-
senter celles qui existeront durant l'exécution des pieux définitifs de
l'ouvrage. L'exécution du pieu d'essai doit faire l'objet d'un suivi et
d'un rapport précisant selon le type de pieu :

54

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Cas des pieux battus :


− Date de battage
− Type de battage (nature du mouton, masse frappante et
masse frappée, hauteur de chute, fréquence de battage).
− Courbe de battage (nombre de coups nécessaires pour
enfoncer les pieux de 50 cm).
− Mesure des refus en fin de battage sous une ou plusieurs
volées de 10 coups.
− Incidents de battage (arrêt de battage, variation de la hauteur
de chute, fissuration du pieu, gonflement ou tassement du sol
autour du pieu, remontée ou déplacements horizontaux des
pieux voisins).

Cas des pieux forés :


− Date de forage et de coulage du béton
− Mode de forage (outils de forage, boue, tubage, vitesse
d'avancement)
− Reconnaissance des terrains traversés (coupe, prélèvement
d'échantillons pour essais d'identification).
− Venues d'eau, niveau d'équilibre, prélèvement pour analyses
chimiques.
- Incidents de forage (éboulements, cavités, pertes de boue de
forage, soulèvement du fond).
− Mode de bétonnage (à sec, sous l'eau, sous boue) déversement
par goulotte ou benne, tube plongeur
− Contrôle de bétonnage : essais d'écrasement, dosage, volume
théorique et volume réel, niveau du tube et garde de béton.
− Incidents de bétonnage (interruption, pertes brutales de béton,
ouvrabilité, remontée avec le tubage...).
3 - Préparation de l'essai :

- Préparation de la tête du pieu :


La surface de la tête du pieu, de préférence carrée, doit être
rigoureusement perpendiculaire à l'effort (surfaçage correct), suffi-
sante pour supporter les vérins et dotée éventuellement d'une
fenêtre permettant le passage du sablage pour les
extensomètres. L'espace tête - platelage doit être suffisant sans
nécessiter de calages importants compte tenu des tassements qui
peuvent se produire entre la mise en place du massif de réaction
poids et le début de

55

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

l'essai. La hauteur de la chambre de mesure doit être au moins


1,5 mètres. La hauteur de la tête du pieu au dessus du fond de la
chambre de mesure doit permettre de coller la réglette sur la tête et
dans l'axe du pieu. La tête de pieu doit être frettée et la résistance
du béton suffisante au moment de l'essai. Les supports des appa-
reils de mesure sont constitués par deux cornières perpendiculaires
mises en place au cours du coulage de la tête, elles déborderont
des faces de la tête de 50 cm environ.

- Mise en place du dispositif de réaction :

Cette mise en place nécessite des moyens matériels


importants. Pour les ancrages, le durcissement du béton impose
un délai de 1 mois alors que la confection du massif nécessite un
délai de 8 à 15 jours suivant son importance.

Dans le cas d'un massif poids, les contraintes au sol doivent


être compatibles avec les propriétés du sol. Si des tassements
élevés sont à craindre, il faut opter pour la substitution du terrain
de sur-face ou le choix du système de réaction par ancrage par
pieux. Les tassements du massif doivent être suivis par nivellement
dès le début de sa mise en place. Enfin, ce dispositif de réaction
doit être sollicité suivant son axe et demeuré stable durant tout
l'essai.
- Mise en place des bases de référence (voir fig. 3) :

Fig. 3 - Schéma de principe des bases fixes

56

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

∗ Le repère de nivellement est constitué soit par un point fixe


existant (ouvrage voisin), soit par un dé de béton placé dans une
zone stable à moins de 20 m du niveau à lunette. Tous les repères
à viser seront disposés dans un même plan horizontal autant que
possible.

∗ Les bases fixes constituées par deux madriers parallèles reliés


entre eux par des planches sont installées autour du pieu d'essai
reposant sur des dés en béton et doivent permettre la mise en
place des appareils de mesure. Elles doivent demeurer insensibles
à toute déformation propre ou provenant du terrain.

− Protection de la chambre de mesure :

Utiliser des bâches pour mettre la chambre de mesure à l'abri des


intempéries (pluie, vent, soleil). Il faut disposer éventuellement une
clôture autour du dispositif d'essai et limiter les circulations dans la
chambre de mesure.

4 - Exécution de l'essai :

La durée réelle de chargement est de 1 l heures. L'équipe néces-


saire à la réalisation de l'essai est composée de l'ingénieur respon-
sable, de 4 techniciens et d'un manoeuvre. Le délai de repos avant de
procéder à l'essai statique est de 1 mois.

− Mise en place des appareils et réglages : procéder aux opéra-


tions suivantes :

∗ Placer le niveau à lunette à un emplacement fixe conditionné par


la position du repère de nivellement, par la position du pieu et du
dispositif de réaction, et par la nécessité de viser successivement
le repère de nivellement du pieu, les bases fixes et le dispositif de
réaction dans un même plan horizontal.

∗ Placer les réglets repères RI, R2, R3 et R4 respectivement sur le


montant du repère de nivellement, la tête du pieu, les bases fixes
et le dispositif de réaction : les 4 réglets doivent être verticaux,
orientés vers la lunette et leurs graduations dans le même sens.
Le réglet R2 est en position la plus haute dans l'axe du pieu. Visa
au niveau à lunette un trait au bas du réglet R2,

57

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

viser alors le montant du repère de nivellement et coller le réglet


RI. Procéder de la même façon pour les réglets R3 et R4.
Procéder à plusieurs lectures préliminaires avant d'adopter les
valeurs des lectures initiales (voir fig. 4).

* Placer la plaque de répartition sur la tête du pieu.


∗ Placer le ou les vérins sur la plaque de façon à faire
coïncider l'axe de la résultante de la force de chargement
avec celui du pieu. Vérifier le bon fonctionnement des rotules.
∗ Brancher la pompe, les manomètres et les canalisations,
purger les circuits, fermer le robinet de purge.
∗ Bloquer les vérins à l'aide des écrous.

58

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

∗ Placer les cales entre les rotules et le dispositif de réaction.

∗ Développer les vérins avec les écrous pour mettre les cales en
compression.

- Les comparateurs : ils sont fixés à l'aide de supports magnétiques sur


les cornières ou sur les madriers par l'intermédiaire de petites plaques
de tôle. 4 comparateurs servent à mesurer les déplacements
verticaux et les 2 autres à la mesure des déplacements horizontaux
sur deux faces adjacentes. S'assurer du bon fonctionnement du
palpeur qui doit reposer sur une surface lisse (plaque de verre collée).
Veiller à ne pas dépasser la course du palpeur en cours d'essai.

− Le centrage de la charge suivant l'axe du pieu doit être vérifiée


avant l'essai. Il consiste; à monter en charge jusqu'à Qn/5 et à noter les
déplacements indiqués par les comparateurs. Si une lecture n'écarte
de plus de l/l0 mm de celle d'un comparateur voisin le centrage est à
reprendre. Dès que, le centrage est satisfaisant, mettre tous les
appareils à zéro.

− Exécution de l'essai
− Programme de chargement (fig. 5)

59

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

A partir de la valeur de la charge nominale (Qn) calculée par la


méthode pressiomètrique, la charge maximale de l'essai est
évaluée à 2 x Qn au moins. Le programme de chargement est
alors le suivant :

- Chargement en 10 paliers de charge d'incréments égaux à


(Qnl 5), chaque palier étant maintenu 1 heure qu'il y ait ou non
stabilisation. Les augmentations de charge d'un palier à l'autre
doivent être effectuées aussi rapidement que possible. Le temps
zéro de chaque palier, correspondant à la fin de mise en charge
est donné par l'opérateur actionnant la pompe.

Pour chaque palier, faire les lectures des comparateurs aux


temps : 00,5, 1, 2, 3, 4, 5, 10, 15, 20, 25, 30., 45, 60 min. Bloquer
l'écrou du vérin au fur et à mesure de l'enfoncement du pieu.
Court-circuiter les manomètres lorsque la pression d'huile
dépasse leur capacité.

A l'issue du 10e palier, l'essai peut être poursuivi sur avis favora-
ble du responsable de l'essai et à condition que les matériels de
réaction et d'application des charges le permettent pour atteindre
QI, correspondant à un enfoncement d'au moins 10% du diamètre
B du pieu. Dans le cas où la charge limite QI est atteinte avant le
10e palier, on arrête l'essai.

- Déchargement en 5 paliers d'incréments égaux à (2 x Qn/5),


chaque palier étant maintenu 5 minutes. Faire les lectures pour
chaque palier à 0, 1, 5 min et au déchargement complet,
poursuivre les lectures pendant 35 minutes, toutes les 5 minutes.

Lorsque le pieu est instrumenté, les mesures sur les


extensomètres sont effectuées pour chaque palier à 5 et 55 min
pour le chargement et 3 min pour le déchargement.

Pour chaque palier, porter le relevé des mesures sur la feuille


d'essai. (fig. 6) En particulier, pour le premier palier, les lectures
relevées sur les appareils sous charge nulle seront consignées en
première ligne (le nombre de lectures de nivellement peut être
limité car Il ne s'agit que de vérification des comparateurs et de la
stabilité des bases fixes).

60

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

Feuille de relevés des mesures

(Fig. 6)

- Si le centrage s'avère insuffisant en cours d'essai, en


dépit des précautions prisés, arrêter l'essai et procéder aux
rectifications nécessaires. L'essai reprendra le lendemain.
En cas de rupture d'une canalisation d'huile, le vérin reste
bloqué par son écrou, changer rapidement la pièce
défectueuse et remonter à la pression existante avant
l'incident : La durée du palier, incident compris doit durer 1
heure. Si ce délai est dépassé, passer directement au palier
suivant. Si le massif de réaction s'avère instable en cours
d'essai; il faut
arrêter l'essai.
5 - Calculs et résultats :

- Tracé des courbes caractéristiques (f g. 7)

61

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

∗ Courbe charge en tête - enfoncement en tête Q (tonnes) - St


(mm) où St est l'enfoncement cumulé à la fin de chaque palier
(60e min) compté à partir du début du premier palier.
∗ Courbes enfoncement - logarithme du temps : St (mm) : Log t
(min) la partie de ces courbes en général linéaire entre 30 et 60
minutes correspond aux droites de stabilisation sous charge
constante.

∗ Courbe charge - pente des droites de stabilisation. La pente de la


partie droite (30 - 60 minutes) des courbes de stabilisation
correspond à un facteur constant près à la vitesse d'enfoncement
du pieu.

- Evaluation des charges caractéristiques :

62

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES

__
∗ Charge de fluage Qc : correspond à l'intersection des 2
parties linéaires de la courbe charge-pente des droites de
stabilisation ou à la jonction d'une première partie droite et
d'une deuxième partie courbe.
∗ Charge limite Ql : correspondant à l'abscisse de
l'assymptote de la courbe Q : St lorsque cette asymptote est
nettement apparente. Sinon, on adopte pour Q 1, la valeur
de Q correspondant à un enfoncement de la tête St = B/10,
B étant le diamètre du pieu.
∗ Dans les cas où le pieu est équipé d'extensomètres, il y a
lieu de fournir pour chaque palier :
− Les raccourcissements unitaires (δ1/l) du fût.
− La distribution des efforts le long du fût pour chaque
palier.
− Les courbes de mobilisation du frottement latéral pour les
différents niveaux de fût en fonction de leur déplacement y
__
∗ Charge nominale Qn mesurée est :
__
Qn = Qc avec Fs = 1.25 pour les combinaisons permanentes
Fs (voir DTR BC 2.33 2)

La charge admissible Qa du pieu, à retenir pour le projet


sera inférieure ou égale à Qn pour tenir compte
éventuellement des effets des frottements négatifs, des
effets de groupe, des tassements absolus et différentiels à
l'intérieur d'un groupe de pieux ou entre groupes de pieux.

63

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE