Sunteți pe pagina 1din 4

IV

9 FEVRIER 2018

COURS & MARCHES

Productions végétales

 

CÉRÉALES

   

6 février

   

ALIMENTATION ANIMALE

N : nominal ; C : camion ; TC : train complet ; P : péniche ; A : acheteur ; V : vendeur ; T : traité

     

30 janvier

Blé tendre

   

Récolte 2017

   

SONS ET ISSUES

   

/ t

   

Échéance

         

Sons fins - départ région parisienne

   

112-114

Rendu

Spécifications

Euro/tonne

Observations

TOURTEAUX

     

Rouen

76/220/11

 

févr.-mars

152,00

N

 

Soja Lorient

   

330

Fob

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Tournesol Saint Nazaire

   

153

Colza - Rouen

   

213

Moselle

meunier

 

févr.-juin

147,50

N

 

PULPES BETTERAVES

     

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

     

Aisne

 

-

 
 

Somme - Oise

     
           

-

Eure/Eure-et-Loir

BPMF 76 kg/hl

 

févr.-juin

143,00

NC

Marne

   

155

Marne

BPMF

 

févr.-mai

144,00

NC

 

LUZERNE DESHYDRATEE

     

Maïs

       

Récolte 2017

   

Départ Marne

   

170

PSC

   

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

     

Manioc Lorient

 

-

 

Bordeaux

   

févr.-mars

 

142,00

 

N

   

Corn gluten feed - Lestrem

   

150

 

Fob

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

       

PAILLES ET FOURRAGES

Rhin

 

févr-juin

155,00

N

 

1 er février

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

       

PAILLES DE BLE

   

Centre Bassin Parisien : Atitre indicatif

   

Eure/Eure-et-Loir

 

févr.-juin

137,50 à 138,50

NC

 

Balle rectangulaire sous abri 300-400 kg

 

70,00 à

Orge fourragère

       

Récolte 2017

   

75,00 /t

Balles pickup (départ champ) 25 kg

 

n.p.

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

     

Nord-Est :

   

Rouen

62-63 kg/hl

 

févr.-mars

151,00

N

 

Balles de 20-25kg sous abri

 

inc.

 

Échéance

       

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg

 

inc.

Fob

Spécifications

 

Euro/tonne

 

N

sans abri

 

Moselle

sans limit. d’orgettes 61/62 kg/hl

 

févr.-juin

143,00

N

 

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg sous abri

 

70,00à

 

Échéance

         

85,00 /t

Départ

Spécifications

 

Euro/tonne

   

Aisne

62/63 kg/hl

 

févr.-juin

141,00

NC

   

SUCRE

 

Eure/Eure-et-Loir

63 kg/hl mini

 

févr.-mars

139,00

NC

 

(Londres)

   

6

février

Marne

62/63 kg/hl

 

févr.-juin

140,00

NC

 

Terme mars 2018 : 445,52 F/T

OLÉO-PROTÉAGINEUX

     

CHEZ NOS VOISINS

 

Colza

     

Récolte 2017

   

2

février

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

 

Observations

   

PAYS-BAS CAF Hollande (en E/tonne) :

Rouen

     

331,50

 

N

   

Blé tendre

 

mars-avr.

Février-mars

   

168,00

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

   

Avril-juin

   

169,00

Moselle

         

mai-juin

344,50

N

Août-décembre

   

168,00

Pois

     

Récolte 2017

     

Départ

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

       

Orge UE

 

Marne

fourrager

 

févr.

170,00

NC

 

Février-mars

   

164,00

Aisne

fourrager

 

févr.

170,00

NC

 

Avril-juin

   

165,00

PRIX DU LIN TEILLÉ EN FRANCE

   

Août-décembre

   

163,00

   
   

Récolte 2017

   

Récolte 2016

   

Mois de :

   

232,0

           

31 janvier

 

Mini : 120 Maxi : 290

   

204,8

   

Novembre 2017

 

(-6,7)

BELGIQUE En euro/tonne CAF Belgique

 
   

234,2

       

Récolte complète

   

Mini : 110 Maxi : 300

   

206,8

 

Blé meunier (76/220/12) :

   

169,00

(-4,5)

Prix en Euros/100 kg de Fibres longues - base Comptabilités Matières Mini/maxi fibres longues - base Factures de vente Comptabilités Matières

 

Blé fourrager (72/73kg/hl) :

   

164,00

 

(source Cipalin)

Orge (62/63kg/hl kg) :

 

164ww,00

MATIF BLÉ MEUNIER

 

MATIF COLZA - PARIS

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

Echéance

26/01/18

29/01/18

 

30/01/18

31/01/18

01/02/18

 

Echéance

26/01/18

29/01/18

30/01/18

31/01/18

01/02/18

Mars 2018

157,25

158,75

 

160,75

   

158,25

156,25

Mai 2018

345

349

352,25

349,75

 

346,25

Mai 2018

160,25

161,5

 

163,25

   

160,5

158,75

Août 2018

344,5

347

348,75

346,75

 

344,5

Sept. 2018

165,25

166,5

 

168

   

165,5

164,5

Nov. 2018

348,75

351

352,75

351

   

348,25

Déc. 2018

168,75

170

 

171,25

   

169

168,25

Févr. 2019

352

354,25

355,75

354

 

352

Mars 2019

 

172

 

173,25

 

174

   

172

171,25

Mai 2019

354,75

356,25

357,5

355,75

 

354

Mai 2019

174,25

175,5

 

176

   

174,5

173,75

Août 2019

341,25

345,75

347,25

345,25

 

342,5

Sept. 2019

 

175

 

175,5

 

176

   

174,5

174,25

Nov. 2019

345,25

349,75

351,25

349,5

 

346,75

Déc. 2019

 

177

 

178

 

177,25

   

177

176,75

Févr. 2020

332,75

337,25

338,75

337

 

334,25

Mars 2020

179,5

 

181

 

181,75

   

179,25

177,25

Mai 2020

332,75

337,25

338,75

337

 

336

Mai 2020

179,5

 

181

 

182,25

   

179,75

177,75

Août 2020

inc.

inc.

inc.

inc.

   

334,25

Volume

25

721

40 996

 

43

887

 

48 223

37

219

Volume

6

716

8

352

9

261

6

999

 

8

821

PO

324

757

328 172

 

329

981

 

326 577

321

783

PO

86

627

87

082

87

327

87

636

 

86

879

> Evolution du cours du blé

636   86 879 > Evolution du cours du blé > Evolution du cours du soja
> Evolution du cours du soja et du colza
> Evolution du cours du soja et du colza
cours du blé > Evolution du cours du soja et du colza > Evolution du cours
> Evolution du cours du maïs
>
Evolution du cours du maïs
> Evolution du cours du sucre
>
Evolution du cours du sucre

Blé tendre : caprices météo Toute la semaine passée, les questions «pleuvaient» sur le niveau de la récolte en blé d’hiver aux Etats-Unis : temps sec, froid, absence de gel pour protéger les cultures, indicateur de sécheresse indiquant des volumes de récoltes «bonnes à excellentes» plutôt faible, par exemple en Oklahoma et au Kansas, autant de raisons pour s’inquiéter. Changement de météo, ce lundi 5 février, avec enfin de la neige qui tombe sur certaines grandes plaines (Mid- west et Arkansas), amenant une couche de protection. Des précipitations plus importantes pourraient aussi arriver, notamment dans la région des Plaines, dans les deux semaines à venir. Donc, après avoir clôturé la semaine le ven-

dredi 2 février à 4, 4675 $/boisseau à Chicago contre 4,41 $/boisseau une se-

maine plus tôt, le blé américain continuait de reculer lundi sur la base des

4,4025 $/boisseau. En Europe, le rendu Rouen est resté inchangé à 152 /t entre le vendredi 26 janvier et le vendredi 2 février et a démarré la semaine à 152 /t également, le lundi 5 février. Sur Euronext, le contrat mars 2018 est resté aussi inchangé sur la même période à 157,25 /t mais, lundi 5 février, les trois premières échéances de mars, mai et septembre 2018 reculaient à respec-

tivement 156,75 /t, 159,25 /t, et 165 /t, pour quelque 4 500 lots échangés.

Orge de mouture : cours à la baisse La bonne tenue des primes portuaires en orge de mouture a fait ressortir quelques vendeurs sur la façade Atlantique, mais la baisse des prix observée sur Euronext en fin de cette même semaine les a ensuite refroidis. On signale un petit courant d’affaires sur les fabricants d’aliments pour ani- maux français et on rapporte un intérêt espagnol sur la prochaine récolte. Le rendu Rouen a coté 151 /t le lundi 5 février, contre 154 /t le lundi 29 janvier.

Orges de brasserie : marché toujours peu actif En qualité brassicole, les cours ont stagné (194 /t le lundi 5 février, contre 195 le lundi 29 janvier pour le contrat Sébastian échéance janvier-mars en Fob Creil), avec quelques couvertures rapportées sur la récolte 2018.

Maïs : Petite progression La semaine passée, les ventes à l’étranger ont plutôt soutenu les cours. L’échéance de mars 2018 à Chicago a terminé vendredi 2 février à 3,6150 $/ boisseau contre 3,5650 $/boisseau le vendredi 26 janvier. Il était cependant en léger recul lundi 5 février à 3,5875 $/boisseau. A l’échelle mondiale, la météo

chaude et sèche qui règne en Argentine ne favorise pas de bonnes conditions

de culture. La bourse aux céréales de Buenos Aires ne cesse de dégrader ses estimations sur ce sujet (baisse des «bonnes et excellentes» conditions pour une bonne partie des surfaces et augmentation des conditions «mauvaises à très mauvaises»). Le maïs états-unien continue cependant de bénéficier de

la faveur des acheteurs étrangers grâce à une parité dollar/euro toujours fa-

vorable au billet vert. La remontée des cours outre-Atlantique ne se réper- cute pas sur les marchés européens, précisément en raison de cette parité euro/dollar. En France, on note quelques affaires en portuaire et une activité concentrée sur le rapproché. Les prix ukrainiens poursuivent leur remontée. Cette hausse, conjuguée aux droits de douane à l’import toujours en vigueur sur l’UE, pourrait peut-être redonner de la compétitivité aux maïs français. Certains opérateurs se posent la question. Le rendu Bordeaux a très légère- ment progressé, passant de 141 /t à 142 /t entre les vendredis 26 janvier et 2 février, avant de terminer inchangé à 142 /t le lundi 5 février.

Colza : légère reprise Après avoir coté 341,25 /t pour le contrat échéance mai 2018 le vendredi 26 janvier sur Euronext, le colza avait passé une bonne semaine avec une pro- gression qui lui permettait d’atteindre 345,75 /t le vendredi 2 février. Mais ce lundi, les cours du soja à Chicago et de l’huile de palme à Kuala Lumpur pesaient sur le contrat colza européen (345,50 /t toujours pour l’échéance de mai). Pour certains observateurs, la graine de colza «demeure pénalisée par de faibles marges de trituration et un marché des huiles qui reste lourd». Sur le marché physique, le tourteau de colza était à la hausse.

Tournesol : cours inchangé En tournesol, les prix en qualité standard sont stables (à 310 /t), alors que ceux en qualité oléique ont progressé, du fait de la bonne tenue de l’huile eu- ropéenne. Mais les transactions ne sont pas légion.

Soja : la météo modifie la tendance Une nouvelle fois, la météo argentine a joué un rôle important cette semaine pour le soja. L’annonce, toute récente, de possibles pluies sur cer- taines régions de production de ce pays pousse les cours vers la baisse, après les inquiétudes liées à la sécheresse, et qui avaient l’effet contraire. Le bois- seau de soja pour mars a fini à 9,6975 dollars lundi 5 février contre 9,7875 dollars vendredi 2 février.

Déshydratés : statuquo Les cours n’ont pas évolué cette semaine en luzernes comme en pulpes de

betterave déshydratées. Le marché intracommunautaire continue de concen-

trer l’activité, même si des acheteurs français ont fait leur retour en début de semaine.

Pailles et fourrages : pas d’évolution En pailles et fourrages, toutes les cotations sont nominalement reconduites, sur un marché à l’activité contenue.

Sucre : remontée Dans un marché hebdomadaire très mouvementé, le contrat (50 tonnes) à Londres a finalement trouvé quelques couleurs. Après un 352,40 le 31 jan- vier proche des plus bas de l’année, il a finalement terminé la semaine à 358,10 euros vendredi 2 février (contre 355,60 le vendredi 26 janvier) et a atteint 361,20 le lundi 5 février. Les opérateurs scrutent les volumes de sucre blanc disponibles au Pakistan, la nette amélioration de la production en Inde et une offre en surplus au niveau européen. Sur le plus long terme, certains s’inter- rogent sur la possibilité de l’arrivée de volumes de sucre issu de la production de canne en raison d’une moindre conversion de cette dernière en éthanol.

Coproduits : regain en drêches de maïs et en poudre de lactosérum Les cotations des drêches de maïs ont évolué en légère hausse, du fait de la bonne tenue de celles du tourteau de colza. Néanmoins, la demande n’est pas débordante, limitant les affaires. En corn gluten feed, les cours sont inchan- gés d’une semaine sur l’autre. En pailles et fourrages, toutes les cotations sont nominalement reconduites, sur un marché à l’activité contenue. En pro- duits laitiers, le cours de la poudre de lait en livraison spot est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance de volume.

est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance
est reconduit cette semaine. En revanche, le prix de la poudre de lactosérum progresse, faute d’abondance

9 FEVRIER 2018

Fruits et légumes

Pomme de terre À destination de l’industrie, le commerce de la bintje demeure in- changé et complexe, avec des cours diversement orientés selon la destination mais également la qualité. Les lots de qualité supérieure restent prisés des éplucheurs. Concernant les lots plus probléma- tiques, le dégagement est parfois difficile car certains secteurs comme la féculerie sont couverts en besoin. Toutefois, on observe certaines velléités avec des propositions faites sur certaines varié- tés comme la Fontane ou Innovator ou encore Agria. À l’export, les transactions vers l’Est et l’Italie restent réguliers, même si les volumes s’affaissent un peu. Des problèmes logistiques sont appa- remment dénoncés quelle que soit la destination avec un flux de camions moins dense que ce soit vers l’Est ou le Sud. Les prix sont toujours négociés face à une concurrence active. Vers l’Espagne et le Portugal, le marché est peu nerveux et se concentrent principa- lement sur les variétés fritables. Vers le Moyen-Orient, les pommes de terre conditionnées trouvent un marché un peu plus fermes alors que les prix sont très discutés globalement sur les autres des- tinations. Sur le marché intérieur, la fin du mois de janvier donne le ton d’une ambiance quotidienne sans en-train.

Source : FranceAgriMer - Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille

Carotte : tendance haussière Les difficultés d’arrachages se sont estompées. Et si l’activité a ralenti (2 786 t en semaine 5, dans le Sud-Ouest), les actions chez les gros- sistes et les GMS ont soutenu les ventes. Les prix moyens ont été re- conduits. Cette semaine, la pression mesurée des apports restera un facteur de soutien du marché. L’arrivée du froid aussi : cela devrait redynami- ser la consommation. Un contexte propice à d’éventuelles hausses de prix.

Chou-fleur : de plus faibles apports Particulièrement morose ces derniers jours, le commerce s’est bien rééquilibré avant le week-end, sous l’effet de plus faibles apports (701 750 têtes, vendredi), d’engagements à honorer, et cela, dans un contexte de baisse des températures. Cette semaine, le froid devrait permettre de confirmer la reprise des cours, amorcée en fin de semaine 5, la demande étant attendue plus soutenue et les quantités plus réduites.

Poireau : encore peu actif Malgré un petit sursaut en fin de semaine 5 (avec les gelées), le mar- ché a manqué encore de dynamisme, la demande restant très pru- dente avec la douceur climatique des derniers jours et la fin de mois. Le froid prévu cette semaine et le développement d’actions en GMS (notamment en bottes) sont de nature à activer un peu les ventes. Cela pourrait permettre quelques revalorisations tarifaires.

Salade : déclin de l’offre Les volumes du Sud-Est ont été plus mesurés, ces derniers jours, face à une demande plus présente, surtout en fin de semaine, ce qui s’est traduit par une remontée des niveaux de prix. Les opérateurs s’attendent à de nouveaux raffermissement tarifaires, cette semaine, avec une confirmation de la baisse de l’offre sur l’en- semble de la gamme, sous l’effet notamment du temps plus froid.

J.-L.C

0,4 0,3 0,2 0,1 47 48 49 50 51 52 1 2 3 4 5
0,4
0,3
0,2
0,1
47
48
49
50
51
52
1
2
3
4
5
6
7
0,3 0,2 0,1 47 48 49 50 51 52 1 2 3 4 5 6 7

ENDIVES

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille

NORD / PICARDIE Expédition Hebdo - Valeur moyenne quotidienne. Les prix sont en Euros.

Date

29-01

30-01

31-01

01-02

02-02

Moyenne

Cat.I 2 x 500 g :

Cat.I 6/9 fruits sachet 1 kg : le kg

Cat.I colis 5 kg : le kg

Cat.I sachet 1 kg : le kg

Extra colis 5 kg : le kg

Extra plateau 1 rg : le kg

le kg

1,21

1,20

1,12

1,15

1,28

1,41

1,21

1,18

1,10

1,12

1,26

1,38

1,17

1,12

1,04

1,04

1,19

1,29

1,17

1,12

1,02

1,03

1,17

1,29

1,17

1,12

1,02

1,02

1,17

1,21

1,19

1,15

1,06

1,07

1,21

1,33

MIN DE RUNGIS

Prix au kg sauf précision

6 février

 

Moyen

Carottes cat. 1 - sac 10 kg

0,50

Choux verts cat. 1 - colis 6

5,00

Choux-fleur cat. 1 - colis de 6

9,50

Champignons de Paris cat. 1 - plateau

1,90

Epinards

2,10

Laitue - Batavia cat. 1 - colis de 12

7,50

Navets violet rond

1,15

Charlotte cat. 1

0,55

Chérie cat. 1

0,65

Poireaux France cat. 1

1,00

Radis - la botte

0,80

Endives extra Nord-Picardie colis de 5 kg

1,40

Endives Nord-Picardie colis de 5 kg

1,20

Pommes Granny Smith cat. 1 201-270 g

1,50

Pommes Golden cat.1 201-270 g plateau 1 rg

1,50

Pommes Golden cat.1 170-220 g plateau 2 rg

1,10

MIN DE LOMME

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille - 6 février

 

Prix

Prix

Prix

Les prix sont en «Euro/kg» (sauf indications contraires)

mini

maxi

moyen

(Euro)

Salades

LAITUE Feuille de chêne blonde France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,65

0,75

0,70

LAITUE pommée France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,75

0,80

0,75

MÂCHEFrance barq.150g

5,50

7,00

6,40

AILviolet sec France cat.I 60-80mm

2,80

2,90

2,90

OIGNONjaune France cat.I 60-80mm

0,28

0,35

0,30

PERSILfrisé France (la botte)

0,55

0,80

0,70

COURGE Butternut France

NC

NC

0,85

Légumes tubercules, racines

CAROTTEFrance cat.I sac 10kg

0,40

0,40

0,40

CÉLERI-RAVEFrance

0,60

0,80

0,70

POMME DE TERRE CHAIR FERME Charlotte France lavée cat.I

+35mmcarton12,5kg

0,70

0,82

0,75

POMME DE TERRE CHAIR NORMALE Agata France lavée cat.I 50-75mmcarton12,5kg consommation

0,55

0,65

0,60

POMME DE TERRE div.var.cons Bassin Nord lavée cat.I 40-70mm sac 10kg

0,22

0,30

0,30

RADISFrance botte (la botte)

0,85

1,20

1,05

CHOU blanc France cat.I colis de 6 (la pièce)

0,55

0,60

0,60

CHOUrouge France cat.I (la pièce)

0,55

0,60

0,60

CHOUFLEURFrance cat.I gros (la pièce)

1,10

1,70

1,40

ENDIVENord-Picardie extra colis 5kg

1,20

1,30

1,20

POIREAUFrance cat.I colis 10kg

0,75

0,80

0,75

POIREAUNord-Picardie cat.I botte 1kg

0,85

1,00

0,95

V

COURS ET MARCHES

MARCHE A TERME DE LA POMME DE TERRE

 

2

février

/ 100 kg

Francfort industrie (25 t) 40 mm +

avril 2018

6,10

juin 2018

7,90

nov. 2018

-

avril 2019

14,8

POMME DE TERRE DE CONSOMMATION

 

6

février

Source : FranceAgriMer - Réseau RNM

Cours hors taxe en euro

 

Bas

Haut

Moy.

Var.

AGATA

       

France lavée cat. I 50-75 mm carton 12,5 kg

320

400

340

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 2,5 kg

280

400

335

=

BINTJE

       

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

100

110

110

-5

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

90

100

100

-5

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

110

160

120

-10

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

100

150

110

-10

France non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

130

200

155

-5

CHARLOTTE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

550

430

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

310

520

430

=

VARIÉTÉS DE CONSERVATION

       

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

100

120

120

-5

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

90

110

110

-5

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

110

130

130

-5

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

100

120

120

-5

Bassin Nord non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

130

200

155

-5

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

320

450

390

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

320

450

380

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 10 kg

110

240

165

-10

France lavée cat. I 40-75 mm filet 5 kg

120

250

175

-10

France lavée cat. I 50-75 mm filet 10 kg

120

250

175

-10

France lavée cat. I 50-75 mm filet 5 kg

130

260

185

-10

ÉPIDERMEROUGE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

320

450

395

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

320

450

390

=

POMME DE TERRE INDUSTRIE

6 février

Les prix constatés concernent une marchandise livrable au plus tard dans la quinzaine qui suit sa publication initiale. Vrac départ Hors Taxes. Attention : Les prix sont affichés en Euro/Tonne, pour toutes les cotations en pommes de terre.

 

Prix

Prix

Prix

Varia.

Les prix sont en EUROS

mini

maxi

moyen

Moy.

BINTJE

BassinNordnonlavée 360g sous eau +35mmFritable : la tonne

20,00

25,00

20,00

=

CHAIR NORMALE

div.var.cons BassinNordnonlavée 360g sous eauindustrie Tout venant 35mm et + Fritable : la tonne

30,00

45,00

40,00

=

POMME DE TERRE Floconable : la tonne

   

NC

FONTANE

+35mmvrac Fritable : la tonne

30,00

30,00

30,00

=

Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme de terre au stade expédition ou
Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme
de terre au stade expédition ou industrie :
- sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un abonnement
directement sur ce site,
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement auprès du
centre de Lille au 03 62 28 40 49.
Vous pouvez également obtenir la cotation quotidienne de
la pomme de terre au stade expédition par un simple coup de
téléphone sur audiotel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Le marché de l’endive est malmené.
Seuls les engagements tirent un peu
le marché. Même si les rendements
par bac sont peu excessifs pour la
période, la demande n’est pas au
rendez-vous. Les cours se sont ef-
frités toute la semaine. Le contexte
économique compliqué peut l’expli-
quer en partie et malheureusement
la campagne de publicité n’a pas
l’air d’inciter le consommateur. Quelques opérations de
retrait ou de la conserverie éliminent le surplus.
• Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne
de l’endive Nord Picardie au stade expédition :
-
sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un
abonnement directement sur ce site,
-
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement
auprés du centre de Lille au 03 62 28 40 49.
• Vous pouvez également obtenir la cotation quo-
tidienne de l’endive Nord Picardie au stade expé-
dition par un simple coup de téléphone sur audio-
tel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Source : FranceAgriMer Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille
S. LEITENBERGER

VI

➜

Productions animales

GROS BOVINS ENTREE-ABATTOIR BASSIN NORD-EST

9 FEVRIER 2018

COURS ET MARCHES

GROS BOVINS VIFS COTATION EUROP

du 29 janvier au 4 février Au kg net : JEUNES BOVINS 12 A 24
du 29 janvier au 4 février
Au kg net :
JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
BŒUF
GENISSES
VACHES
RETHEL 29 janvier
Bœufs R 3,40 (=) - Génisses U 3,85 (=) ; R 3,42 (-0,03) - Vaches U 3,50 (=) ;
Charolaise
Limousine
En
Viande
R
3,20 ; O 2,77 (=) - Jeunes bovins U 3,98 (-0,02)
Viande hors
Bl. Aqu.
€/kg
Mixte
Lait
Viande
Mixte
Lait
BI/Parth.
Parth.
Viande
+ 350 kg
mixte
net
lait
Viande hors
BI/Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Bl. Aqu.
Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Mixte
Lait
- 10 ans
+ 350 kg
- 10 ans
+ 350 kg
ARRAS 25 janvier
Bœufs E 4,95 (=) ; U 3,75 (=) ; R 3,45 (-0,05) - Génisses E 5,45 (=) ;
U
3,90 (-0,05) ; R 3,50 (-0,05) ; Vaches E 5,35 (=) ; U 3,80 (=) ; R 3,45 (-0,05) ;
Jeunes bovins U 4,03 (-0,02)
E
4,46
-
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
- -
-
SANCOINS 31 janvier
Génisses U 3,66 (=) ; R 3,58 (=) - Vaches U 3,58 (=) ; 0 - (-)
U+
4,06 (-0,01)
4,31 (-0,03)
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
- -
-
FORGES-LES-EAUX 25 janvier
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses U - (-) ; R - (-) ; O - (-) – Vaches U 3,76 (-0,02) ;
U=
4,03 (-0,02)
4,28 (=)
-
-
-
-
-
4,75 (+0,03)
-
- -
-
- -
-
R
3,42 (-0,02) - Jeunes bovins U - (-) ; R - (-)
U-
3,98 (-0,03)
4,19 (=)
-
-
-
-
-
4,31 (+0,02)
-
3,80 (-0,02)
4,43 (-0,07)
3,72 (=)
- -
-
LE CATEAU 6 février
Vaches U 3,48 (=) ; R 3,28 (=) - Génisses U 3,68 (=) ; R 3,35 (=) -
R+
3,93 (-0,04)
-
-
-
-
-
-
3,89 (-0,07)
-
3,60 (-0,04)
4,06 (-0,05)
3,60 (=)
3,91 (-0,01)
-
-
Bœufs R 3,13 (=)
CHOLET 29 janvier
R=
3,77 (+0,01)
-
-
-
3,58
-
-
3,64 (-0,07)
-
3,52 (-0,04)
-
3,54 (-0,01)
-
-
-
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses E 5,55 (=) ; U 4,27 (=) ; R 3,60 (=) ;
Vaches E 4,83 (=) ; U 4,07 (=) ; R 3,54 (=) ; O 3,26 (=)
R-
- -
3,63
-
-
-
-
-
-
3,40 (-0,04)
-
- -
3,26 (-0,03)
-
Jeunes bovins E 4,11 (=) ; U 4,00 (=) ; R 3,88 (=)
Blondes d’Aquitaine :
O+
- -
-
-
-
3,28 (=)
-
-
-
- -
- -
3,25 (-0,02)
-
Génisses plus de 350 kg : E 5,15-5,90-5,55 (=) ; U 3,73-5,05-4,27 (=) ;
R
3,46-4,10-3,60 (=)
O=
- -
3,50
3,36 (=)
-
3,26 (-0,01)
-
-
-
- -
- -
3,24 (+0,06)
2,82 (=)
Vaches plus de 350 kg moins de 10 ans : E 4,77-5,05-4,83 (=) ;
U
4,05-4,69-4,42 (=) ; R 3,48-4,00-3,65 (=)
O-
- -
-
3,34 (=)
-
- -
2,98 (=)
-
- -
- -
- 2,77 (=)
Jeunes bovins : E 4,17-4,55-4,22 (=) ; U 4,02-4,16-4,10 (=)
P+
- -
-
3,31 (+0,05)
-
- 2,98 (+0,01)
-
-
- -
- -
- 2,76 (=)
BROUTARDS MOULIN-ENGILBERT
30 janvier
P=
- -
-
-
-
- 2,98 (+0,02)
-
-
- -
- -
- 2,75 (=)
< 200 kg :
E
-
U
-
R
- ;
- 200-250 kg :
E
-
U
-
R
2,97-3,14 ;
P-
- -
-
-
-
- -
-
-
- -
- -
-
250-300 kg :
E
-
U
2,89-3,02
R
2,82-3,02 ;
Légende : Niveaux d’engraissements retenus pour les jeunes bovins, bœufs, génisses et vaches : conformations E et U : niveaux 2 et 3 ; conformations R, O et P : niveau 3
Vaches limousines : l’insuffisance des effectifs ne permet pas d’effectuer des cotations selon les critères de FranceAgriMer.
L’ensemble des cotations nationales et régionales est disponible sur le site de France Agrimer à www.RNM.franceagrimer.fr
300-350 kg :
E
-
U
2,73-2,92
R
2,69-2,85 ;
350-400 kg :
E
-
U
2,63-2,88
R
2,47-2,60 ;
400-450 kg :
E
-
U
2,59-2,81
R
2,36-2,63 ;
450-500 kg :
E
-
U
2,46-2,59
R
2,35-2,44.
BOVINS MAIGRES
VEAUX DE BOUCHERIE
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Cotation de référence
(e/Kg/vif)
Limousins mâle 6-12 mois (250 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (300 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (350 kg)
Limousins femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (300 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (350 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (400 kg)
Charolais mâle 12-24 mois (450 kg)
Charolais mâle 12-24 mois (500 kg)
Charolais femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais femelle 12-24 mois (400 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (300 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (350 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (400 kg)
Croisés femelle 6-12 mois (270 kg)
Croisés femelle 12-24 mois (400 kg)
du 29 janvier au 4 février
Prix moyen pondéré aux 100 kg net : 597,5 (+0,1)
du 29 janvier au 4 février (€/Kg/carcasse)
E 3
U 3
R 3
O 3
BLANC
ROSE TRÈS CLAIR
ROSE CLAIR
ROSE
ROUGE
3,18
2,96
2,60
E P
U
R O
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E E
U
R
O
P
U
R
O
P
3,00
2,80
2,41
Nord
- -
-
- -
-
7,90
6,97
6,14
4,96
-
7,11
6,57
5,92
4,94
- 5,25
5,04
4,71
3,77
-
-
3,72
3,79
3,11
2,84
2,64
2,25
2,76
2,64
2,20
Sud
- -
-
- -
-
8,76
6,63
6,12
-
-
7,99
6,51
6,09
5,15
- 6,52
5,43
5,48
4,65
-
-
-
5,18
-
2,84
2,43
Cotation nationale
- -
-
- -
9,91
8,52
6,84
6,13
5,01
9,22
7,69
6,55
5,97
5,02
- 6,18
5,16
5,14
4,27
-
-
3,78
4,17
3,53
2,69
2,64
LE CATEAU EN CAMBRESIS
MARCHÉ AU CADRAN
2,56
Effectif total : 21 - Tendances - observations :
2,43
30 janvier
Cotation des veaux
de plus de 10 jours
7 février
cours reconduits.
2,62
2,47
Croisé Mixte Mixte/Mixte Mixte/Viande
Veaux Engraissement
2,47
Mâles Standard
50
à 60 kg 340-380-350 ;
45
à 50 kg 160-220-200 ;
59 - Avesnes-sur-Helpe - Desvres
2,77
2,49
40
à 45 kg NC
2,85
2,66
2,39
Amenés 162 à Haut Lieu.
Femelles Standard
50
à 60 kg 200-250-225 ;
45
à 50 kg 100-150-120 ;
2,59
2,36
A la pièce
40
à 45 kg 50-150-120.
2,46
2,16
Laitier
2,30
2,05
Veaux race Bleue et Croisés
180-300
Mâles Standard
50
à 60 kg 80-95-85 ;
45
à 50 kg 45-65-60 ;
40
à 45 kg 55-60-50 ;
< 40 kg 10-40-30.
VEAUX DE 8 JOURS A 4 SEMAINES
Gros veaux indemnes IBR
80-100
Femelles Standard
50
à 60 kg 20-40-30 ;
45
à 50 kg 10-20-15 ;
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Très bons veaux non indemnes
80-100
< 40 kg inc.
du 29 janvier au 4 février
Croisé Laitier Lait/Lait Lait/Viande Lait/Mixte
Bons
60-80
Moyennes nationales constatées sur le Foirail
Mâles Standard
50
à 60 kg NC ;
45
à 50 kg NC ;
• Mâle type viande : 220 (+11) ; Femelle type viande : 151 (+3)
40
à 45 kg NC ;
Moyens
30-60
• Mâle type lait 40-45 kg : 32 (+7) ; 45-50 kg : 77 (+10) ; 50-60 kg : 105 (+10)
Femelles Standard
• Femelle type lait 40-45 kg : — ; 45-50 kg : — ; 50-60 kg : —
> 60 kg NC ;
< 50 kg NC.
50
à 60 kg NC ;
Petits
inv.
E/Tête
Mâles
Femelles
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
PORCS
Charolais
Limousin
Blondd'Aquitaine
Rouge des Prés
485
430
230
351
446
393
189
313
542
499
240
412
491
439
194
342
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
du 26 janvier au 1 er février
490
465
300
375
470
415
225
325
€/Kg/Carcasse
Classe E
Classe S
supérieur
<
60 kg
70-80 kg
60-70 kg
supérieur
<
50 kg
60-70 kg
50-60 kg
Bretagne
1,20
1,28
Croisé race à viande
465
275
435
325
375
175
325
250
Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes
1,24
1,34
Nord, Pas-de-Calais, Picardie, Ile-de-France, Lorraine, Alsace, Champagne, Ardennes
1,24
1,33
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
Mixte Montbéliard
263
199
127
38
Cotations régionales du porc charcutier classe E - Entre parenthèses, évolution par rapport à la semaine précédente.
Mixte Normand
158
117
86
35
Classe E (nouvelle définition) : teneur en viande maigre (TMP) de 55% à moins de 60% (antérieurement : TMP de 55% et plus).
Classe S (introduite comme classe obligatoire par le réglement (UE) n°1308/2013) : teneur en viande maigre (TMP) supérieure ou égale à 60%.
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
40-45 kg
40-45 kg
Croisé mixte
460
336
375
230
250
255 175
158
COTATIONS RÉGIONALES PORC-DÉCOUPE NORD-PICARDIE
Lait
128
105
77
32
— —
MARCHÉ DU PORC BRETON
22 - Plérin
1 er février
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
du 22 au 27 janvier
Présentés : 29 134
Prix net de ristourne, départ salle de découpe, hors taxes aux 100 kg.
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
1,125 E (+0,023)
Pièces provenant de carcasses de porc dont le pourcentage de muscle oscille entre
Croisé race laitière
343
265
89
187
250
167
51
100
49 et 60 pour cent. Quantités exprimées en tonnes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne pondérée des prix relevés
1,145 E
PORCELETS
Les prix sont en «euro/kg»,
les quantités sont en «tonne»
Prix
Prix
Variations
Prix
1,090 à 1,163 E
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Apport
mini
maxi
moyennes
moyen €
(sauf indications contraires)
1,349 E
Région : Nord - Picardie Note de conjoncture Tendance
-
Coches 253 vendues.
Les quantités sont exprimées en têtes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne des prix qui nous sont communiqués.
Epaule : Ronde, sans gorge,
brute non élaborée poids compris
entre 5,5 et 6,5 kg
- 1,71
2,25
1,73
-0,08
0,773 E (+0,002)
0,769 à 0,779 E
Les prix sont en «€/kg»,
les quantités sont en «la pièce»
(sauf indications contraires)
Prix
Prix
Prix
Var.
Apport
0,769 E (+0,002)
mini €
maxi €
moyen €
moy.€
Jambon : Sans mouille, sans crosse,
0,763 à 0,773 E
- 2,08
2,61
2,15
+0,11
PORCELET 25 KG
Nord-Picardie : le kg
PORCELET POST SEVRAGE
7 kg Nord-Picardie “pièce”
poids 10 kg environ
NC
NC
NC
NC
-
5 février
Présentés : 7 083
COURS NON COMMUNIQUES
Longe : sans palette, sans travers,
-
NC
NC
NC
-
1,133 E (+0,008)
avec pointe, poids compris entre
9,5 et 10,5 kg
- 2,40
3,11
2,62
-0,09
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
1,153 E
La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées
avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions
et communications sont interdites
Poitrine : Brute de coupe avec mouille,
sans plat de côtes d’épaule,
poids compris entre 5,5 et 6,5 kg
1,100 à 1,174 E
- 2,04
3,12
2,07
-0,02
1,349 E

9 FEVRIER 2018

Productions animales

OVINS

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

Zone Nord

 

du 29 janvier au 4 février

BREBIS

 

Ciré

Couvert

Couvert

U

-

-

2,66

-

30 kg

   

+ 30 kg

2,62

 

O

2,45

2,23

-

AGNEAUX

 

Ciré

Couvert

Couvert

 

16

U

7,47

7,20

19 à

7,13

à 19 kg

   

22 kg

6,44

O

5,37

5,57

5,45

Parthenay

 

31 janvier

BREBIS

 

U

1,05

=

plus de

1,35

=

moins de 60 kg

 

60

kg

1,05

=

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

38

à

3,50

=

-

38 kg

R

3,15

=

44 kg

3,05

=

   

-

-

Gras U.R.O

Sancoins

 

31 janvier

brebis de réforme

 

U

1,09

-0,05

plus de

1,13

-0,07

-

60 kg

 

60

kg

-

-

 

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

-38 kg

 

38

à

3,46

+0,15

 

R

3,34

-

44 kg

3,36

-

 

-

-

CHEVAUX

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

du 29 janvier au 4 février

(E/Kg/Carcasse)

Extra

Bon

Animaux jeunes

Laitons légers clair

Poulains lourds foncé

Chevaux d’âges

Races légères < 360 kg

 

Races lourdes > 360 kg

* Prix rendu à la frontière italienne. Entre parenthèses, variation par rapport à la semaine précé- dente. Moyenne nationale des prix des carcasses. Origine France entrée abattoir (Hors taxe)

ŒUFS

Rungis

6 février

Sont pris en compte les œufs de la produc- tion communautaire de la catégorie «A» en colis de 360, sauf pour le calibre TG (+73 g). Cours hors taxe en Euro/.

Très gros (+73 g) les 100 pièces

12,39 e

Moyens (53-63 g) les 100 pièces

10,28 e

VOLAILLES

 

Marché de Deinze

 
 

27 janvier

Prix e/100 kg

Evolution

Poulets (belplume y compris)

82

=

Poules blanches

9-11

-3

Tous les prix sont côtés hors TVA

 

Min de rungis

 

prix HT kg/net

6 février

 

Mini e

Maxi e

Pintades label France

4,70

5,70

Poulets entier France

2,20

2,50

standard prêts à

cuire

Poules France standard

1,90

2,15

Canards entier de Barbarie

 

3 kg et +

3,40

3,90

> Ces pages de cours et cotations sont une co-pro- duction des journaux de Picardie (l’Agriculteur de l’Aisne, l’Oise Agricole, l’Action Agricole Picarde) ; Champagne-Ardenne (Agri-Ardennes, la Marne Agricole, la Revue Agricole de l’Aube, l’Avenir Agricole et Rural de Haute Marne) ; Centre Ile-de- France (Horizons éditions Eure-et-Loir, Loir-et-Cher,

Seine-et-Marne, Ile-de-France) ; et du Nord-Pas-de-

Calais (Le Syndicat Agricole).

La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions et communications sont interdites

➜

Analyses des marchés des productions animales

VII

COURS ET MARCHES

Analyses des marchésdes marchés des productions animales VII COURS ET MARCHES Baisse des achats de produits laitiers en

Baisse des achats de produits laitiers en 2017

En 2017, les achats des ménages de produits laitiers ont reculé dans quasiment toutes les catégo- ries, selon FranceAgriMer Kantar Worldpanel. Seuls les fromages ont réussi à garder la tête hors de l’eau avec des ventes stables (+ 0,1 %), tirées par les fromages ingrédients, malgré le recul des fromages plus traditionnels — emmental (- 1,8 %), camembert (- 1,1 %) ou comté (- 1,7 %). Le

beurre a souffert de la baisse des disponibilités avec des achats qui ont reculé de 1,3 % et un prix moyen d’achat en hausse de 8,3 %. Le rayon ultra-frais perd du ter- rain que ce soit en yaourt (- 1,4 %) ou en fromages (- 4,1 %). Les des- serts frais résistent (+ 0,6 %). Au- cun changement de tendance en lait de consommation qui pour- suit son érosion (-3,5 %).

Virginie Pinson (Les Marchés)

suit son érosion (-3,5 %). Virginie Pinson (Les Marchés) Commentaires FNB de la situation et des

Commentaires FNB de la situation et des perspectives de marché

Bovins finis ATTENTION : pas de commentaire FNB de la situation et des perspec- tives de marché gros bovins finis cette semaine.

INFORMATION : Les éleveurs dénoncent toujours les modalités de formation des prix qui ont pour seul objectif de conserver des niveaux de cotations les plus bas possibles. Ces modalités consistent à déterminer un prix de base (communiqué à FranceAgriMer pour les cotations) puis un complément de prix versé plusieurs semaines après l’abattage (non communiqué à FranceAgriMer). Elles s’appliquent tout particulièrement aux bovins valorisés «Eleveur & Engagé». Les cotations pu- bliées par FranceAgriMer ne reflètent donc pas la réalité de la valorisation des bovins à l’entrée abattoir.

Bovins maigres (au 5 février) Ventes sans difficulté, mais plafonnement des prix.

Œufs : des prix toujours élevés malgré la forte baisse en janvier

Le marché français de l’œuf a été peu porteur en janvier. Le recul des prix a été particulièrement marqué à l’industrie, un soudain net regain de concurrence se faisant sentir au sein de l’Union européenne comme à l’interna- tional. Janvier 2018 n’a pas dérogé à la tradition ; le calme s’est intensifié sur le marché de l’œuf, tirant les cours vers le bas. A 10,14 /100 œufs début février, la Tendance nationale officieuse (TNO) de l’œuf calibré, réalisée et publiée par Les Marchés, a perdu 15,1 % en un mois. La chute est encore plus sévère pour l’œuf destiné à l’industrie, qui s’est effondré de 43 % à 0,955 /kg. Si le recul des tarifs est une tendance saisonnière, celui-ci semble avoir été beaucoup plus rapide cette année, compte tenu en premier lieu des niveaux de prix très élevés atteints fin 2017. L’origine France étant privilégiée dans l’Hexagone, le marché de l’œuf pour le conditionnement - tout venant comme calibré - a mieux résisté. Et ce d’autant plus que l’arrivée du mois de février

et les opérations de promotions en grande distribution pour la Chandeleur sont souvent de na- ture à réveiller l’intérêt des mé- nages français. En revanche, le retour de l’offre - bien que plutôt mesuré pour un mois de janvier - et le ralen- tissement de la demande a eu pour conséquence un net regain de pression à la baisse de la part des acheteurs industriels et une course à la baisse de la part de certains vendeurs qui souhai- taient écouler au plus vite leurs surplus. Cette volonté de casser les prix pour reprendre des parts de mar- ché chez les industriels a été exa- cerbée par une regain de concur- rence intracommunautaire. Début janvier, alors que l’Espagne pré- sentait des velléités de baisse, la Pologne a rapidement donné un coup de pied dans la fourmilière, n’hésitant pas à faire des propo- sitions jusqu’à 10 centimes sous le niveau du marché européen du moment. Des stratégies d’en- treprises surtout, mais à rappro- cher aussi d’une offre plus étof- fée, placée en priorité dans les

pays nord et est européens qui ont alors dû tenter de s’aligner. De quoi laisser une ambiance baissière sur les marchés fran- çais et espagnols. Et ce d’autant plus qu’en parallèle l’activité des entreprises d’ovoproduits ne s’est pas révélée très tonique, voire a été décevante selon l’opé- rateur et le débouché considérés.

Un commerce extérieur en berne Malgré cette baisse significa- tive des cours, l’œuf reste cher. Le prix d’achat d’un industriel français dépassait encore dé- but février de près de 24,2 % son niveau moyen de ces cinq dernières années. Pour l’œuf destiné au conditionnement, la hausse atteint 64 %. Des augmentations qui ne sont pas sans conséquence sur la te- nue du commerce en aval de la filière. Du côté des industriels on constate des changements de comportements chez les uti- lisateurs d’ovoproduits. Certains ont trouvé des produits de subs- titution, d’autres ont modifié leur recette ou diminué leur vo-

lume d’activité, quand ils ne se sont pas tournés vers d’autres fournisseurs. Selon Bruxelles, les importa- tions d’œufs et d’ovoproduits ont progressé de 20,6 % en cu- mul de janvier à novembre par rapport à la même période de 2016, surtout en provenance des Etats-Unis (3,8 à 10 913 tonnes équivalent œufs coquille) et d’Ar- gentine (+51,8 %, 2 798 téoc) et

Faute de disponibilités et de compétitivité, l’Europe a éga- lement perdu du terrain à l’export ; 194 381 téoc ont été exportées en onze mois, soit 14,9 % de moins qu’un an plus tôt. Une tendance à rapprocher de la perte de part de marché vers la Suisse, Israël et les Emi- rats arabes unis que ne com- pensent pas les hausses vers l’Asie.

malgré la chute des achats à

Laure-Anne Lefebvre

l’Ukraine (-74,9 %, 1 893 téoc).

(Les Marchés)

malgré la chute des achats à Laure-Anne Lefebvre l’Ukraine (-74,9 %, 1 893 téoc). (Les Marchés)