Sunteți pe pagina 1din 234

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Mouloud Mammeri-Tizi-Ouzou
Faculté des Lettres et des Langues
Département de Langue et Culture Amazighes

Mémoire de Magister
Spécialité : Langue et Culture Amazighes
Option : Littérature amazighe
Présenté par : Mlle MOUZARINE Ghania

Sujet

Etude du personnage dans deux textes de


Mohia « Tacbaylit et Si Leḥlu »

Membres du jury:
Mme. KHERDOUCI HASSINA, MCA, UMMTO.............................................................Président
M. SALHI MOHAND AKLI, MCA, UMMTO .......................................................................... Rapporteur

M. DJELLAOUI MOHAMED, MCA, Université Akli Mohand Oulhadj de Bouira ......... Examinateur

Date de soutenance : 18/11/2013


Remerciements

Au terme de la rédaction de ce modeste travail, nous voulons adresser nos


vifs remerciements à notre directeur de recherche M. SALHI Mohand Akli.
Nous le remercions, aussi, pour son assistance précieuse et ses orientations
constructives et enrichissantes qui nous ont été d’une très grande aide pour la
réalisation de ce travail. Nous remercions, également, les membres du Jury, pour
avoir accepté de lire et d’évaluer notre travail.
Nos remerciements vont, aussi, à M. CHEMAKH Said, à tous le personnel
de la bibliothèque du département de Langue et Culture Amazighes. Nous
adressons, aussi, notre reconnaissance et nos remerciements à tous ceux qui
nous ont aidés dans la réalisation de ce travail.
Dédicaces

Je dédie ce travail :

A mes parents
A mon oncle et sa femme
A mes frères Rezzak et Moh, ainsi que mes cousins
A ma sœur et son mari
A mes cousines et mes nièces
A toute ma famille
A tous mes amis et camarades du département de
Langue et Culture Amazighes
sommaire
sommaire

Table des matières .................................................................................................................... 01

Introduction .............................................................................................................................. 06

Chapitre I : Méthode de travail et approche

I. Définition de mots clés ......................................................................................................... 13

1. Adaptation ............................................................................................................................ 13

2. La création ............................................................................................................................ 14

3. Le théâtre, pièce théâtrale..................................................................................................... 14

4. Le personnage ...................................................................................................................... 16

5. Acteur, actrice ...................................................................................................................... 19

6. Le rôle .................................................................................................................................. 19

7. Le caractère .......................................................................................................................... 20

II. La sémio-anthropologie ....................................................................................................... 21

III. Méthode de travail .............................................................................................................. 21

Chapitre II : Etre et faire des personnages

I. Les modalités d’analyses du personnage ............................................................................. 31

I.1. Le modèle sémiotique ........................................................................................................ 31

I.2. Le modèle pragmatique...................................................................................................... 32

I.3. Le modèle sémio-anthropologique .................................................................................... 32

II. L’être ................................................................................................................................... 33

II.1. Etre des personnages du texte Tacbaylit........................................................................... 33

II.1.1. Les portraits physiques .................................................................................................. 33

II.1.2. Les portraits moraux et psychologiques ........................................................................ 35


sommaire

II.2. Etre des personnages du texte Si Leḥlu ............................................................................ 47

II.2.1. Les portraits physiques .................................................................................................. 47

II.2.2. Les portraits moraux et psychologiques ........................................................................ 49

III. Le faire ............................................................................................................................... 64

III.1. Le faire des personnages du texte Tacbaylit ................................................................... 64

III.2. Le faire des personnages du texte Si Leḥlu ..................................................................... 68

IV. Types des personnages des textes Kabyles ........................................................................ 71

IV.1. Typologie des personnages du texte Tacbaylit ............................................................... 71

IV.1.1. Les personnages principaux ......................................................................................... 72

IV.1.2. Les personnages secondaires ....................................................................................... 73

IV.1.3. Les personnages sociaux .............................................................................................. 74

IV.1.4. Les personnages comiques ........................................................................................... 74

IV.2. Typologie des personnages du texte Si Leḥlu ................................................................. 74

IV.2.1. Les personnages principaux ......................................................................................... 75

IV.2.2. Les personnages secondaires ....................................................................................... 76

IV.2.3. Les personnages sociaux .............................................................................................. 76

IV.2.4. Les personnages traditionnels et comiques .................................................................. 76

Chapitre III : Rapports et communication entre les personnages des textes Kabyles

I. Types de rapports ou relation entre les personnages du texte Tacbaylit et Si Leḥlu ........... 78

I.I. Relations entre les personnages du texte Tacbaylit ............................................................ 78

I.I.1. Relation maître/ serviteurs ............................................................................................... 79

I.I.2. Relation serviteur/ serviteur............................................................................................. 87

I.II. Rapports et relations entre les personnages du texte Si Leḥlu .......................................... 88


sommaire

I.II.1. Relation mari / femme .................................................................................................... 89

I.II.2. Relation maître / serviteurs ............................................................................................ 90

I.II.3. Relation rusé / naïf ......................................................................................................... 92

I.II.4. Relation père / fille ......................................................................................................... 97

II. Communication entre les personnages du texte Tacbaylit et Si Leḥlu .............................. 101

II.I. Communication entre les personnages du texte Tacbaylit .............................................. 101

II.II. Communication entre les personnages du texte Si Leḥlu .............................................. 105

III. Les personnages et les valeurs socioculturelles ............................................................... 110

Conclusion .......................................................................................................................... 117

Bibliographie ...................................................................................................................... 120

Résumé en Kabyle .............................................................................................................. 124

Annexes .............................................................................................................................. 131


Introduction
Introduction

Depuis le siècle dernier (19éme), la littérature kabyle, et particulièrement la prose, a


connu une dynamique et un renouvellement. Ce dernier selon Salhi Mohand Akli : « a
engendré l’élargissement de son champ littéraire qui a connu en conséquence des
bouleversements tant au niveau de sa structuration qu’au niveau de son fonctionnement 1». Ce
renouvellement a engendré l’émergence de nouveaux genres tels le roman, la nouvelle et le
théâtre. A propos de cette littérature contemporaine, Galand-Pernet Paulette a écrit : « La
tradition de fonction éducative subsiste dans la littérature contemporaine. En véhiculant
d’autres thèmes, elle peut susciter un « un éveil critique ». Ainsi le théâtre moderne de
Muḥend U Yeḥia, puis les romans ou chansons contemporaines cherchent-ils à faire prendre à
leur public des réalités sociales et politiques dans un monde entraîné par une évolution
conflictuelle 2».Ce dernier est devenu terrain d’expérimentation artistique ainsi qu’un puissant
moyen de critique sociale et de construction identitaire3. Cette nouvelle littérature se distingue
par les supports de son existence qui sont l’écriture et l’oralité médiatisée (les textes écrits, ou
enregistrés sur bonde magnétique, cassettes audio ou vidéo), ajoutant à cela, les critères
textuels tels que la langue, la structure, la thématique et les critères extratextuels comme la
fonction, l’idéologie de l’auteur et les conditions de production propres aux textes, sa langue
est caractérisée par des néologismes, calques syntaxiques4. Cette nouvelle littérature est née
dans des conditions socio-historiques et socio-linguistiques particuliers caractérisées
essentiellement par la revendication identitaire, la contestation socio-politique et l’émergence
de l’individu au détriment de la communauté, elle est volontairement une littérature engagée,
par moment une littérature d’urgence5.

Les prémices de cette nouvelle littérature remontent aux années quarante. Mais il faut
attendre les années soixante-dix pour confirmer sa naissance avec l’apparition de nouvelles
publiées dans le Bulletin d’Etudes Berbères, puis dans la revue Tisuraf, qu’animait un groupe

1
Salhi Mohand Akli, « Les voix de modernisation de la prose littéraire Kabyle », Acte du colloque international-
Tamazight face aux défis de la modernité, Juillet 2000. p
2
Galand-Pernet Paulette, Littératures berbères des voix des lettres, Paris, PUF, 1998, P. 173.
3
Morella Daniela, Amazigh : « la production culturelle entre oralité, écriture, audio-visuel et internet » in La
littérature amazighe, oralité et écriture, spécificites et perspectives. IRCAM, 2004, p. 291.
4
Salhi Mohand Akli, « La nouvelle littérature kabyle et ses rapports à l’oralité traditionnelle », Actes du
colloque international: la littérature amazighe : oralité et écriture, spécificités et perspectives, Aziz KICH (dir.),
2004, pp.103-121.
5
Ibid, p. 106.

6
Introduction

de militants culturalistes berbéristes dont M’barek Redjala, Mohand U Yahia, Ramdane


Achab, …6.

Le théâtre est l’un des genres littéraires nouveaux, il est apparue dans les années
quarante sous forme radiophonique, diffusé par la chaîne 2 (chaîne kabyle), depuis les années
cinquante le nombre de pièces s’élève à prés de mille textes7. Parmi les auteurs les plus connu
de ce théâtre radiophonique nous citons : Mohamed Brahimi (connu sous le nom Mohamed
Hilmi, Ali Abdoun, Saîd Zanoun, Achrouf Idir…. Par la suite, la création théâtrale a connu
une diffusion écrite, qui s’élargie de plus en plus. Parmi les pièces théâtrale écrites, les plus
anciennes, celles publiées dans le Fichier de Documentation Berbère qu’animaient les pères
Blancs, à savoir :

- Bu-Saber8 qui est une pièce à fonction didactique, en trois actes, composée pour les enfants
par A. Ait-Yahia et B. Ait Mammer et J. M. Dallet), publiée à Fort-National, 1965, 47 p.
Cette dernière est inspirée, selon J. Lanfry, d’un conte tunisien9.

-Aɛli d Remḍan, aḥwanti n Beɣdad10 (Ali et Ramdane ou le marchand de Baghdad), 1955, 56


p. Une adaptation d’un conte des milles et une nuit faite par A. Ait Yehya. Jeu scénique en
cinq tableaux.

Morella Daniela affirme : « Si l’on considère le théâtre dans la forme d’une pièce écrite et
jouée dans l’espace clos d’une salle, je crois que les première expériences de théâtre en
tamazight sont les pièces jouées en taqbaylit dans les années 1970, il s’agit avec plus de
précision, de la pièce « Mohamed, prends ta valise »!11 De Kateb Yacine. »

Une bonne part de la création théâtrale, est une traduction ou adaptation. Mohia, un
des adaptateurs kabyles le plus connu pour son travail inaugural, il a adapté en kabyle
beaucoup de pièces théâtrales écrites par de dramaturges connus mondialement (Brecht,
Beckett, Molière…). Galand-Pernet Paulette, le considère aussi comme fondateur d’un théâtre
moderne kabyle en émigration, elle a écrit : « L’impulsion a été donnée par l’écrivain kabyle
Muḥend U Yeḥia, qui d’adaptations en créations, a fait de ce théâtre très populaire parmi les
6
Ibid.
7
Ibid, p. 112.
8
Chemakh Said, « L’œuvre de Mohia, de la traduction à l’adaptation/création »in Tifin Notre découverte,
MOHIA, Esquisses d’un portrait, Revue des littératures berbères N°2 , IBIS Press, année 2006, P 56.
9
Salhi Mohand Akli, « La nouvelle littérature kabyle et ses rapports à l’oralité traditionnelle », op. Cit, p 111.
10
Chemakh Said, op.Cit, p 56.
11
Traduite en kabyle : Ddem abaliz-ik a Muḥ.

7
Introduction

émigrés (on y vient en famille), un véritable laboratoire littéraire. Une langue et une
rhétorique modernes s’y constituent dans la pratique et dans la réflexion, avec une fonction
voulue d’éveil critique et le souci d’une langue évoluée, avec aussi un passage à l’écrit.12 ».
Concernant ce même auteur, Morella. D, constate que : « le ton typique de ses pièces
théâtrales est celui de l’ironie, de la dérision qui vise toute forme de totalitarisme étatique
ainsi que, et peut-être encore plus, les stéréotypes, les idées enracinées, les faiblesses et les
illusions du public kabyle 13».

Problématique:

Le personnage est l’élément central dans la structure dramatique, grâce à lui on


extériorise des sentiments refoulés et des pensées. C’est un moyen de dire et d’exprimer ce
qui est en nous (en tant qu’individus), et ce qui est dans notre société. Pour cela, le
personnage porte en lui des caractéristiques et des spécificités, qui traduisent ce qu’en veut
exprimer. Le thème de notre recherche est : L’étude du personnage dans deux texte de Mohia
« Tacbaylit et Si Leḥlu », nous allons essayés de réponde et d’aborder les questions
suivantes : Quelles sont les caractéristiques les plus récurrentes des personnages dans ces
deux textes déjà cités ? Quelles sont les types de personnages les plus utilisés par Mohia dans
ces deux textes, et les rapports qu’entretiennent entre eux ?

Etat de la recherche sur l’œuvre de Mohia et justification du choix du sujet :

Mohia disait souvent: « Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on est, mais ce que l’on
fait. Voilà ce qui reste d’un homme, tout ce que tu es disparaîtra un jour, mais ayen ara txedmeḍ
s ufus-ik ad d-iqqim i wiyaḍ, ce que tu feras de tes propres mains restera pour les autres14».
Malgré que ce premier ait disparu, il a laissé derrière lui une œuvre (poésie, théâtre,
contes…) extraordinaire, et exceptionnelle, qui le rend vivant, parce que, comme il a été
signalé plus haut, il est considérer fondateur de la nouvelle littérature kabyle. De son vivant
Mohia n’aimait pas parler de soit, ou de son travail, qu’il qualifie de bricolage. D’ailleurs, il

12
Galand-Pernet Paulette, op. Cit, p. 226.
13
Morella Daniela, op. Cit. p 293.
14
Lounaci Mohand, Mohia, voix, mots et révolutions…, in Tifin Notre découverte, Mohia, esquisses d’un
portrait, revue des littératures berbères N° 2, ed Ibis Press, Paris, année 2006, p. 72.

8
Introduction

n’était pas très populaire, parce qu’il n’apparait pas dans les médias. Il n’a que deux
interviews, le premier accordé à la revue Tafsut N°5 EN 198515, le second à l’ACB16.

Dès sa mort, beaucoup de chercheurs s’intéressent à cette œuvre exceptionnelle, parce qu’à
travers elle, Mohia à montré que la langue amazighe et kabyle en particulier est une langue
vivante, cette vivacité est constatable dans ses nombreux textes traduit ou adapté de grands
auteurs tels: Brecht, Beckett, Molière, Sartre… en kabyle.

Bon nombre de chanteurs, de poètes, d’amies, d’écrivains et de chercheurs… (Kateb


Yacine,Lounis Ait Menguellet, Ben Mohammed, Ahmad Zaid…)17, ont écrit des témoignages
dans des journaux, des revues d’associations, sur la personne de ce dernier, et de son amour
pour sa langue maternelle, ainsi que sur l’importance, l’apport et la contribution de son travail
d’adaptation pour l’enrichissement de la littérature berbère en général, et kabyle en
particulier. Il y a aussi ceux qui ont abordés la méthode de travail de ce premier, l’atmosphère
dans laquelle ils travail, son sérieux et sa persévérance, son parcours de créateur depuis
l’Algérie jusqu’en France (les membres du groupe de traduction, des comédiens et d’autres)18.

Lounaci Mohand, de sa part a contribué à ces études, on portant des explications sur la vision
et la pensée de Mohia, les raisons du choix des auteurs qu’il a adapté, il a expliqué aussi les
raisons de son projet d’écriture (création), « Adapter des œuvres étrangères avec des mots et
des expressions kabyles (le kabyle fellahi, le kabyle populaire) afin de faire avancer le peuple
et la société kabyle19». Selon ce dernier, ce que peuvent (veulent ?) faire les textes de Mohia,
« c’est de toucher les gens directement, les faire agir20».

L’ouvrage (La fête des kabytchous)21 de Nadia Mohia (la sœur de Muhend U Yehya), porte
beaucoup d’explication et d’éclaircissement sur l’œuvre de ce dernier, parce qu’il retrace la
vie de ce créateur, le contexte de ses créations. Elle a expliqué l’influence de leur enfance et
de leur histoire familiale sur l’œuvre de son frère. Sans oublier les nombreux mémoires de

15
Réédité dans la revue timmuzgha N°10 en octobre 2004.
16
Lounaci Mohand, op. cit, p. 72.
17
Voir, Akli Tinhinan, Ḥuwali Karima, Muzarin Ɣanya, Amezgun n Muḥend U Yeḥya: tira n seta tmezgunin d
tulmisin nnsent. Akatay n tagara n turagt. Anemhal Salhi. M-A, Tizi Wezzu, 2007.
18
Voir. Etudes et Documents Berbères, ed, La boite à document, Paris, 2006. Vor aussi, Tifin Notre découverte,
op. cit.
19
Lounaci Mohand, op. cit, pp. 72-95.
20
Ibid, p. 86.
21
Voir. MOHIA Nadia, La fête des kabytchous, editions Achab,Tizi-Ouzou, 2009.

9
Introduction

magister et de licence, qui traitent de divers thèmes : l’intertextualité, la thématique de ses


textes, les techniques utiliser par l’auteur dans son travail d’adaptation….

Said Chemakh a écrit une biographie ainsi qu’une bibliographie détaillée des travaux de
Muhand u Yeḥya22. En ce qui concerne Galand-Pernet Paulette, elle qui a travaillé avec
Mohia pendants des années, elle a évoqué son expérience avec lui, sur la méthode de travail
de ce dernier, la manière et les étapes suivies dans la traduction des textes en affirmant: «il
fait trois ou quatre phrases en kabyle pour traduire une seule du français23». Concernant la
méthode de traduction, elle a écrit: « …Mohia a pris pleinement conscience du fait que la
traduction telle qu’il la conçoit n’est pas une correspondance de mot à mot, ni de phrase à
phrase, mais qu’elle est en même temps et surtout un exercice de recréation du contexte de
situation entre les personnages, qui aboutit à une formulation vivante dans la langue cible24».

Le choix de ce thème a été fait, car il y a un manque de travaux, et d’étude sur les
textes de Mohia, parce que vu l’ampleur et la densité de ces derniers, chaque analyse ou étude
nous conduira sur une autre piste ou axe d’analyse. Ce choix a été fait aussi, après
constatation de la récurrence de quelques personnages (Jeddi Yebrahim, Ɛli n Dulu, Wejjir)
qui ont les mêmes critères, les mêmes rôles dans les deux textes kabyles « Tacbaylit » et « Si
Leḥlu ». En lisant ses deux textes, on constate qu’il y a un rapprochement entre les
descriptions, les actions et le parcours des personnages ; il est observable aussi qu’il y a un
rapprochement des contextes des personnages et des textes, ils évoluent dans le même endroit
(société kabyle, villages ruraux, personnages ruraux…). Sachons que ces textes kabyles sont
adaptés de deux textes de deux auteurs différents appartenant à des périodes, des sociétés et
des cultures différentes. Notre objectif est d’essayer de comprendre un des critères
d’adaptation et de création littéraire chez Mohia, à savoir les caractéristiques physiques et
psychologiques de son personnage, les types et les rapports qu’entretiennent entre eux.

Présentation du corpus :

Le corpus sur lequel nous allons travailler, est composé de deux pièces de théâtre,
adaptés en kabyle par le dramaturge Mohia, ces textes sont : Tacbaylit et Si Leḥlu.

22
Voir. Chemahk Said, op. cit, pp. 50-61.
23
Cf. Galand-Pernet Paulette, Mohia 1970. Quelques notes, in E.D.B, 24, boite à documents, Paris, 2006.
24
Ibid, p.29.

10
Introduction

Tacbaylit25: est l’adaptation de la « Jarre26 »de l’Italien Luigi Pirandello (1867- 1936). Elle a
été traduite en français par Jean Michel Gardair, publiée pour la première fois en 1909. A
l’origine c’est une nouvelle. Mohia l’a traduit en 1982. Elle a été mise en scène par plusieurs
troupes théâtrales.

Si Leḥlu27: est l’adaptation du « Médecin malgré lui », comédie farce de l’écrivain français
Molière28. Elle a été mise en scène pour la première fois le 6 Aout 1666 au théâtre du Palais-
royal. Mohia l’a adaptée en kabyle en 1986, sous l’intitulé (si leḥlu), paru en deux parties,
dans la revue Awal, la première partie paru dans le N° 2 en 1986 (p.p 145-156), la deuxième
partie, dans le N° 3 en 1987 (p.p 147-190).

25
VOIR LE TEXTE DANS LA PARTIE ANNEXES.
26
En Italien : la jiarra.
27
VOIR LE TEXTE DANS LA PARTIE ANNEXES.
28
Son vrai nom, Jean Baptiste Poquelin.

11
Chapitre I
Méthode de travail et approche
Chapitre I Méthode de travail et approche

I)Définition de mots clés :

Dans ce chapitre, nous essayerons de définir et d’éclaircir quelques mots clés (notions)
qui sont en rapport avec notre thème de recherche qui est : l’étude du personnage dans deux
textes adaptés en kabyle par Mohia (Tacbaylit et Si Leḥlu).

Nous commençons notre travail par un cadrage méthodologique, où nous allons


définir et présenter les mots clés de notre analyse, ainsi que l’approche suivie pour la
réalisation de notre travail à savoir l’approche « sémio-anthropologique ».
Nous allons ainsi définir les concepts de « l’adaptation » et de la « création », parce
que le travail de Mohia est fondé sur ces deux notions.
Nous allons passer, ensuite, à la présentation de la notion du « théâtre », « pièce
théâtrale » et celle du « personnage théâtral » où nous allons étaler un peu, car nous estimons
que notre travail touche, en grande partie, sur ces deux mots fondamentaux.
Nous passerons ensuite au développement du concept « rôle » et celui de « l’acteur »,
pour expliquer l’évolution de la notion de personnage, ainsi que le rôle qu’il joue dans la
structuration d’un récit l’intrigue.
Nous terminons, enfin, par la définition de la notion du « caractère », car chaque
personnage dans un récit à ces propres marques, ces spécificités (divergentes et/ou
convergentes) des autres personnages.

1-Adaptation:

L’adaptation désigne un processus et, par extension, un produit : « la réécriture d’une


œuvre de sa forme originelle en une nouvelle forme, sans que la structure du récit, les
personnages et parfois les noms et les lieux soient, du moins en théorie, modifies au cours de
l’opération1 » L’adaptation pour la scène de textes dramatique ou de récits pose un problème
dramaturgique, puisque les coupures, les réductions de personnages la concentration
dramatique modifient nécessairement la forme et le sens de l’œuvre de départ. Il existe
plusieurs forme d’adaptation tel : la traduction d’un texte étranger, en l’adaptant an contexte
culturel et linguistique de sa langue d’arrivée. Il est remarquable que nombre de traductions
s’intitulent aujourd’hui adaptation ce qui tend à accréditer le fait que «toute intervention,

1
Dictionnaire des littératures française et étrangères. Sous la direction de Jacques Demougin. Larousse, 1994.
p. 15.

13
Chapitre I Méthode de travail et approche

depuis la traduction jusqu’au travail de réécriture dramatique est une recréation 2 » .Que le
transfert des formes d’un genre à l’autre n’est jamais innocent, mais qu’il engage la
production du sens3.
Selon Marc-Emmanuel Melon «… L’adaptation est une pratique de transposition
d’une œuvre (texte ou image) d’un mode d’expression vers un autre. Ainsi comprise, et bien
que ce soit son terrain privilégié, l’adaptation ne concurrence pas seulement la littérature,
mais l’ensemble des arts dont elle décloisonne le territoire. L’usage courant emploie
cependant « adaptation » pour désigner plus spécifiquement la transposition d’un texte
littéraire en un spectacle (cinéma, télévision, et théâtre ou opéra lorsqu’il s’agit de textes qui
ne relèvent pas de ces genres)… »4 Il ajoute : « Bien que plus proche de son principe,
l’adaptation se distingue des autres formes d’intertextualité que sont la traduction, l’imitation,
la reprise, la continuation, la citation, le plagiat, la parodie, le pastiche….l’adaptation n’est
pas seulement une appropriation d’un texte source. Elle est une transposition, un transfert
d’une forme artistique vers une autre (…) d’un langage à un autre, ce qui implique une
traduction(…)»5

2- La création:

D’après Alain Viala, « la littérature est création au sens où elle produit des textes
neufs6 ». Dans une acception stricte, " création " serait à entendre comme « écriture d'un texte
à tous égards original7 », mais dans la pratique, la création littéraire contient toujours une part
de reprise de modèles antérieurs. En un sens plus large encore, « la littérature est création en
ce qu'elle invente des idées, des images, des personnages voire des mondes nouveaux8 ».

3- Le théâtre, la pièce théâtrale:


La notion de théâtre désigne un genre littéraire particulier qui réunit à la fois
littérature et spectacle.

2
Dictionnaire des littératures française et étrangères. 1994, Op.cit.p 15.
3
Ibid.
4
Marc-Emmanuel Melon, Adaptation, in Le Dictionnaire du littéraire " (ouvrage collectif sous la direction de
Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala), Presses Universitaires de France, Paris, 2002. P.4
5
Ibid.
6
Viala Alain, Aron Paul, Saint-Jacques Denis, Dictionnaire du littéraire " (ouvrage collectif), édition Presses
Universitaires de France, Paris, 2002, p. 123.
7
Ibid.
8
Ibid.

14
Chapitre I Méthode de travail et approche

On entend par le terme « spectacle de théâtre », dans un sens restrictif : une pièce de
théâtre, mais le terme peut aussi couvrir la comédie musicale, l’opéra, la danse, le cirque et le
carnaval, le mime, le spectacle de musique ou celui de marionnettes et des fresques
historiques.
Ces spectacles visent à provoquer émotion ou réflexion chez les spectateurs. Ils visent le plus
souvent à divertir et à transmettre des valeurs morales ou politiques même si certaines œuvres
présentent un caractère abstrait.

Le théâtre : du (latin,theatrum),veut dire : édifice, lieu ou l’on représente des


« ouvrages dramatiques »9, ou l’on donne des « spectacles »10. Etablissement pour les
représentations dramatiques. Mettre une pièce au théâtre, la « faire représenter »11. Mettre un
sujet au théâtre, en faire une comédie, ou une tragédie. Théâtre, par rapport à ce qu’on joue,
c’est-à-dire au « répertoire »12.

Par pièce théâtrale, on entend tout ouvrage dramatique fait pour être représenté sur le
théâtre. « Recueil de toutes les œuvres dramatiques d’un acteur »13. Le théâtre de Corneille.
On dit de même : le théâtre français, le théâtre anglais…, les tragédies et comédies composées
par les acteurs français, anglais,… Ensemble de « pièces composées pour un but spécial »14.
Un théâtre d’éducation.

Le théâtre est l’espace d’un simulacre. Il donne à voir et rend présent ce qui n’existe
pas, comme si cela existait. Cette représentation, que Platon distingue de celle intervenant
dans la narration, est l’imitation-la mimesis- d’une succession d’actions fictives accomplies
par des êtres vivants, dont les comportements montrent comment ils réagissent face aux
événements15. Aristote note à propos de la tragédie qu’il s’agit de « l’imitation d’une action
de caractère élevé et complète, imitation qui est faite par des personnages en action et non au
moyen d’un récit »16. Que la dramaturgie cherche à donner l’illusion qu’une action se déroule

9
Le Littré. Dictionnaire de la langue française en un seul volume. Hachette, 2000. P 1668.
10
Ibid.
11
Ibid.
12
Ibidem.
13
Dictionnaire des littératures française et étrangères, Op.cit, p. 1196.
14
Ibid.
15
Michel Pruner, L’analyse du texte de théâtre. Armand Colin, 2009, P. 24.
16
Ibid.

15
Chapitre I Méthode de travail et approche

effectivement devant nous, ou qu’elle s’avoue comme chez Brecht système artificiel
produisant une fiction, le théâtre ne raconte pas, il montre. Il est une fiction active.17
Selon Sartre : « la représentation théâtrale montre des personnages se livrant à l’action
de parler. Difficile de déterminer à quel moment de l’action et, « comme dans la vie, il est fait
pour donner des ordres, défendre des choses, exposer sous la forme de plaidoiries les
sentiments, […] pour convaincre, pour défendre ou pour accuser, pour manifester des
décisions, bref, toujours en acte »18.
Le théâtre se distingue des autres genres littéraires comme le roman ou la poésie par le
fait que l’œuvre ne se réduit pas au texte: il est certes possible de la lire, mais elle ne prend sa
véritable dimension que lorsqu'elle est présentée sur une scène. D'où un certain nombre de
caractéristiques qui font la spécificité du théâtre: la présence d'individus en chair et en os (les
acteurs) évoluant dans un espace à part (la scène avec son décor), se faisant les porte-parole
d'un texte tout en se soumettant à la lecture qu'en propose le metteur en scène; tout cela se
déroulant sous les yeux d'un public.
Le théâtre est occupation d’un espace, d’un « espace réel »19.

4- Le personnage:

Au théâtre, le personnage a beau jeu de prendre les traits et la voix de l’acteur, de sorte
qu’il ne semble pas, tout d’abord, être problématique. Pourtant, malgré l’ « évidence » de
cette identité entre un homme vivant et un personnage, le personnage a commencé par n’être
qu’un masque (persona) qui correspondait au rôle dramatique pour le théâtre grec20. C’est à
travers l’usage de la personne en grammaire que le personnage acquiert peu à peu la
signification d’être animé et de personne, que le personnage théâtral passe pour une illusion
de personne humaine.
Avant de désigner la personne fictive, le terme de « personnage » a connu une
importante évolution sémantique. Etymologiquement, ce terme « dérive de « personne », lui-
même issu du latin personna […] qui désignait, à Rome, le masque porte-voix des acteurs de
théâtre21 - lequel signalait le registre tragique ou comique de la représentation - puis, par

17
Ibidem.
18
Michel Pruner, Op. Cit, p. 24.
19
Georges Jean, Le théâtre, Editions du Seuil, 1977, p13.
20
Le Littré, op. cit, p.1196.
21
Mechel Erman, Poétique du personnage de roman, ed, Ellipses, paris, 2006. P 24.

16
Chapitre I Méthode de travail et approche

métonymie, l’acteur lui-même et, enfin, le rôle joué22 ». Dans le droit romain, « Personna »,
indiquait aussi, ce qui est égale aujourd’hui à « personne juridique23 ». C’est à partir du XV
siècle, que le personnage renvoya à la « personne fictive » puis par la suite, à une personne
ayant une certaine réputation sociale24. Mais pendans deux siècles, c’est le terme
d’ « acteur », au sens d’agent de l’action, qui sera le plus utilisé25. A partir du XVIII siècle, le
personnage, prendra son plein sens, en tant que protagoniste du récit. Cela correspond à la
naissance de la psychologie, et à la reconnaissance de l’individu comme jouissant d’une
pensée, d’une subjectivité et de droits, en bref, du libre arbitre hérité de l’esprit cartésien26.
Le personnage de théâtre n’est rien qu’une illusion proposée au spectateur ou au
lecteur. Etre de papier, fait de mots et de gestes écrits, il se construit dans l’imaginaire du
lecteur à partir des éléments constitutifs que le texte fournit27. Il n’a pas véritablement de
sentiments, sinon ceux qu’on lui prête, suggérés par l’implicite de sa situation et de ses actes,
qui prend forme grâce au jeu de l’acteur et à l’interprétation de ses paroles par le metteur en
scène. A la différence du personnage du roman, il acquiert une présence physique effective,
par la chaire et la voix d’un acteur qui lui prête un aspect et une consistance l’apparentant à un
individu. La mimesis rend inévitable cette assimilation d’une entité virtuelle, sans autre
existence que celle que la fiction lui donne, à une créature vivante, à laquelle il n’est pas rare
que l’on attribue une psychologie, parfois même un inconscient28.

L’histoire du théâtre reflète la même incertitude concernant la notion de personnage.


Même s’il n’est qu’un « carrefour de sens »29 (J-P-Ryngaert), « le personnage s’inscrit dans
l’imaginaire collectif comme une individualité concrète : on en souligne le caractère stylisé,
obéissant à une typologie déjà existante (celle de la commedia dell’arte par exemple), ou
inversement on l’assimile à une personne réelle, individualisée et conditionnée par un
environnement social qui la dépasse (comme dans le théâtre naturaliste). Tantôt le comédien
n’est que l’exécutant du personnage, dont il décline la partition selon les codes théâtraux de
son temps, sans s’identifier à lui ; tantôt il coïncide tellement avec lui que l’illusion est

22
Ibid.
23
Ibid.
24
Ibid.
25
Ibid.
26
Ibid
27
Pruner Michel, op.cit, p. 69.
28
Ibid.
29
Ibid.

17
Chapitre I Méthode de travail et approche

entière : le comédien jouant le traître du mélodrame essuie les quolibets du public au sortir de
la scène30».

Le personnage a une fonction essentielle dans l’organisation dramatique. Important ou


secondaire, chaque personnage joue un rôle dans l’action de la pièce. Loin de toute causalité
morale ou psychologique justifiant l’action par un caractère donné d’emblée, le personnage
s’identifie à travers ce qu’il fait, non comme une entité abstraite et préalable, mais comme une
production31.

Comme il été signalé plus haut, le théâtre est une activité d’extériorisation des
frustrations qui répond à un besoin profond de l’être. Par le biais de cette activité, le
personnage essaye de faire sortir se qu’est refouler ou cacher, ce qui n’est pas transparent, ce
qu’on ne voit pas, voir-même, qu’on n’ose pas dire au exprimer directement, on l’exprime par
des gestes, des mimes, des voix (différentes), des costumes (qui nous informent sur
l’appartenance d’un personnage à une société, à un groupe social…), ainsi que l’utilisation de
l’ironie, moyen d’extériorisation des idéologies ainsi que socialisation.

Ce que confirme la comédienne Laure Carole : « A travers un personnage on dit


quelque chose qu’on n’os pas dire autrement32 ».

Le comédien Grotowski ajoute : « Nous luttons donc pour découvrir, pour


expérimenter la vérité sur nous-mêmes pour arracher les voiles derrière lesquels nous nous
cachons chaque jour […] après avoir renoncé à toutes nous fuites et à nous faux-semblants,
dans un état de nudité sans défense, nous dominer, nous découvrir. Besoin de dire, de
« créer », à travers son corps prêté à des personnages qui permettent des « explorations 33».

Sur un plan historique, « le personnage est un individu sorti d’un personnage collectif,
le chœur, unique personnage à l’origine du théâtre, donc, au point de départ, il partage avec le
chœur ses caractéristiques (identité, statut social, etc.)34 ». Sa seule raison d’être est alors de
créer la « capacité discursive du dialogue »35, le dialogue suppose le débat, l’expression d’un
avis contraire et d’indépendance du personnage par rapport au chœur comme le moyen de

30
Ibid.
31
Ibid. p. 77.
32
Girard.G, Ouellet.R, Rigault.C, L’univers du théâtre. Ed, puf, 1995, P. 97.
33
Ibid.
34
Humbert-Mougin Sylvie, Fix Florence, Ouiller Didier, Zaragoza Georges, Etudes théâtrales, puf, 2005, p. 448.
35
Ibid.

18
Chapitre I Méthode de travail et approche

faire naître l’affrontement verbal qui oppose deux conceptions d’une réalité36. Ce serait pour
justifier cette opposition que des différences de statut, d’identité ont permis de singulariser le
personnage37.

5- Acteur, actrice:

Le personnage de théâtre prête la voix et la chaire d’un acteur ou une actrice, ce


dernier(e) vient du (lat. actor) : celui qui joue un rôle, prend une part dans une affaire, dans
un évènement. Celui qui représente un personnage dans une pièce de théâtre. « Celui, celle
qui exerce la profession de comédien, de comédienne38 ».

L’acteur est une « unité lexicalisée » du récit littéraire ou mythique. « Les actants, dit
Greimas, [relèvent] d’une syntaxe narrative et les acteurs [étant] reconnaissables dans les
discours particuliers ou ils se trouvent manifestées ». Autrement dit, les acteurs en général
doués d’un nom, sont les unités particulières que le discours dramatique spécifie avec
simplicité : un acteur (du récit) = un acteur (un comédien)39. Non bien entendu que la notion
d’acteur soit réservée au domaine théâtral. Dans cette perspective, l’acteur serait la
particularisation d’un actant ; il serait l’unité (anthropomorphe) qui manifesterait dans le récit
la notion (ou la force) que recouvre le terme d’actant.

Mais Greimas, qui a d’abord cru, comme nous venons de le voir, que l’acteur était une
particularisation de l’actant a dû reconnaitre que « si un actant (A1) pouvait être manifesté
dans le discours par plusieurs acteurs (a1, a2, a3), l’inverse était également possible, un seul
acteur (a1) pouvant être le syncrétisme de plusieurs actants (A1, A2, A3) »40.

L’actant est un élément d’une structure syntaxique qui peut être commune à plusieurs
textes ; l’acteur est en principe l’acteur d’un récit ou d’un texte déterminé. Le même acteur
peut passer d’une case actantielle à l’autre ou en occuper plusieurs : ainsi dans tout récit
amoureux, le sujet et le destinataire sont le même acteur. Réciproquement, il est impossible de
construire un schéma actantiel (surtout celui d’un texte de théâtre) sans indiquer plusieurs
acteurs dans la même case actantielle41.

36
Ibid. p. 449.
37
Ibid.
38
Le Littré, op.cit, p. 1228.
39
Anne Ubersfeld, Lire le théâtre I, Belin, 1996. P. 79.
40
Ibid, p. 80.
41
Ibid.

19
Chapitre I Méthode de travail et approche

6- Le rôle:

Etymologiquement Le rôle renvoie au rouleau de bois sur lequel était fixé le texte du
comédien), désigne par métaphore, l’ensemble du texte et du jeu d’un même acteur42. La
distinction des rôles est faite généralement par le metteur en scène en fonction des
caractéristiques des acteurs et de leur utilisation possible dans la pièce. Le rôle devient ensuite
le personnage43 lui-même (le rôle du méchant, du traitre, …) construit par l’acteur : lorsque ce
rôle ne correspond pas du tout à son emploi, on parle d’un rôle de composition. Toute pièce
comporte ce qu’on est convenu d’appeler des « rôles principaux et secondaires44 ».

«Le rapport au rôle est tantôt d’imitation et d’identification (« incarnation »du


personnage par l’acteur), tantôt au contraire de différence et de distanciation (Brecht) : enrôler
sans enjôler, telle pourrait être la devise de l’acteur brechtien vis-à-vis de son public, refusant
le mythe de l’acteur possédé, Brecht attribue au spectateur le rôle d’un connaisseur critique
qui surveille étroitement la construction de l’action et des caractères45 ».

A. J. Greimas et F. Rastier emploient fréquemment ce terme au sens de fonction (le


rôle actantiel, ou le rôle actoriel, le rôle d’agresseur par exemple) 46. A. Ubersfeld, l’utilise au
sens ou l’emploie aussi Greimas (Du sens), c’est-à-dire au sens d’acteur codé limité par une
fonction déterminée47. Comme l’acteur, le rôle est l’une des médiations qui permettent de
passer du « code » actantiel abstrait aux déterminations concrètes du texte (personnages,
objets)48.

Tout personnage dans un récit a ses propres caractéristiques qui le distinguent des autres
personnages.

7- Le caractère :

« Le terme de caractère passa en médecine (du pittoresque humain à l’anomalie), mais


demeura au théâtre et dans le roman pour désigner un type de personnage, il désigne un
personnage qui représente des traits spécifiques connus, traditionnels, précis, fréquemment

42
Dictionnaire des littératures française et étrangères, op.cit.p.1354.
43
Ibid.
44
Ibid.
45
Dictionnaire des littératures française et étrangères, op. cit, p. 1354.
46
Anne Ubersfeld, op.cit, p.83.
47
Ibid.
48
Ibid, p.84.

20
Chapitre I Méthode de travail et approche

complexes et contradictoires49 ». Ces caractéristiques doivent dépasser la forme fruste des


stéréotypes, mais n’atteignent pas la complexité de l’individu problématique ou de la création
psychologique vivante que la scène donne l’illusion de voir vivre. Les caractères qui guident
le comportement du personnage, sont des traits moraux (avarice, jalousie), psychologique
(coléreux, glorieux), sociaux (le petit maître, le fâcheux, le financier)50.
Comme nous l’avons mentionné plus haut, le thème de notre travail porte sur l’étude
du personnage et de ces caractéristiques ou spécificités, nous avons opté pour l’approche
sémio-anthropologique (la sémiotique et l’anthropologie).
II) La sémio-anthropologie :
La sémiotique, s’intéresse au sens de différents phénomènes qui constituent son objet
d’étude. En s’inspirant de la sémiotique narrative, voir celle de Greimas, qui s’intéresse aux
structures de l’histoire qui compose le récit (soit au contenu), aux actions et rôles des
personnages. L’anthropologie, étudie les différentes caractéristiques des hommes et de leurs
sociétés.
Par sémio-anthropologie, en entend l’ensemble des trais directs ou indirects qui
constituent le portrait associé aux diverses modalisations et à des évaluations énonciatives
contribue peu à peu à construire un individu, c’est-à-dire « un être dans le monde mais aussi
un moi, c’est-à-dire un être intérieur qui peut se dissocier du monde51». Dans Esthétique et
théorie du roman, Bakhtine remarque bien que «l’un des principaux thèmes romanesques
intérieurs et justement l’inadéquation d’un personnage à son destin, à sa situation ». Partant, il
est nécessaire d’essayer de dégager des constantes, des régularités psychologiques et
physiques qui se manifestent implicitement dans les descriptions des personnages. Si la
personnalité se juge également au trébuchet du faire- et on retrouve là Aristote qui, dans la
poétique, dégageait l’ethos, c’est-à-dire «le caractère et la pensée des personnages de l’action-
, le portrait, les descriptions et les discours ont une large part dans une configuration qui traite
en osmose personnage et événements52».
III) Méthode de travail :

Comme l’indique l’intitulé du sujet, notre travail est centré sur l’étude du personnage
dans deux textes de Mohia « Si Leḥlu » et «Tacbaylit » adaptés respectivement du «médecin

49
Dictionnaire des littératures française et étrangères, op. cit, p. 274.
50
Ibid. p.275.
51
Michel Erman, poétique du personnage de roman, Ellipses, paris, 2006.P.94.
52
Ibid. p.94-95.

21
Chapitre I Méthode de travail et approche

malgré lui » de Molière et de «la jarre» de Pirandello. Pour ce faire, afin de mener notre
recherche, nous allons comparer entre les hypertextes (Si Leḥlu et Tacbaylit) aux hypotextes
(le médecin malgré lui et la jarre) afin de dégager les points de convergence et de divergence
entre les textes sources et les textes cibles, pour cela nous allons segmenter les textes en
séquences, rappelons le que les textes sources sont segmentés en actes et en scènes, et nous,
nous avons garder cette segmentation pour les textes cibles, cette dernière va nous aider dans
la comparaison entre les textes français et les textes adaptés en kabyle, afin de localiser les
écarts et les équivalences entre eux, aussi pour localiser la part de la création ou les rajouts,
voir les amplifications qu’a introduit Mohia, en s’appuyant sur l’analyse séquentielle et
actantiel des hypotextes et des hypertextes. Sachons que nous, nous n’allons pas s’attarder
sur les autres éléments ou nous constatons ces convergences et ces rajouts, parce que comme
nous l’avons expliqué plus haut, notre travail se focalise sur l’étude du personnage, crée par
Mohia dans les textes kabyles, et des rapports, des caractéristiques qui les distinguent les uns
des autres, ainsi que ce qui les rassemblent, les unissent.

L’analyse séquentielle et actantielle des textes :

1- L’analyse séquentielle :
La séquence est un terme de narratologie désignant une unité du récit. L’enchainement
des séquences forme l’intrigue. Selon Todorov : La séquence est une suite orientée de
fonction, un segment formé de plusieurs propositions qui « donne au lecteur l’impression d’un
tout achevé, d’une histoire, d’une anecdote »
La dramaturgie classique procède par grands pans d’action découpés selon les cinq
actes. A l’intérieur de l’acte, «la scène est définie par l’action effectuée par un même nombre
de personnages53». Parler de séquence n’est donc possible qu’a ce niveau de scène. A
l’intérieur d’une langue scène on distinguera plusieurs moments ou «séquences définies selon
un centre d’intérêt ou une action déterminée54». Pour Anne Ubersfeld : « On peut isoler à
l’intérieur d’une séquence une série de micro-séquences, « fraction de temps théâtrale (textuel
ou représenté), au cours de laquelle se passe quelque chose qui peut être isolé »55

53
Patris Pavis, Dictionnaire du théâtre, Armond Colin, p 324-325.
54
Ibid.
55
Ibid.

22
Chapitre I Méthode de travail et approche

2- L’analyse actantielle :

Depuis la Sémiotique structurale de Greimas et déjà depuis les deux cent mille
situations dramatiques de Souriau, on sait construire un modèle de base à l’aide d’unités que
Greimas nomme «les actants et qui ne peuvent pas s’identifier au personnage56» puisque :

a)Un actant peut être une abstraction (la Cité, Eros, Dieu, la Liberté) ou un personnage
collectif (le chœur antique, les soldats d’une armée), ou bien une réunion de plusieurs
personnages.

b) Un personnage peut assumer simultanément ou successivement des fonctions actantielles


différentes.

c)Un actant peut être scéniquement absent, et sa présence textuelle peut n’être inscrite que
dans le discours d’autres sujets de l’énonciation.

« Le modèle actantiel, dit Greimas, est, en premier lieu, l’extrapolation de la structure


syntaxique ». Un actant s’identifie donc à un élément (lexicalisé ou non) qui assume dans la
phrase de base du récit une fonction syntaxique : il y a le sujet et l’objet, le destinataire,
l’opposant et l’adjuvant, dont les fonctions syntaxiques sont évidentes ; le destinateur, dont le
rôle grammatical est moins visible, appartient si l’on peut dire à une autre phrase antérieure,
ou selon le vocabulaire de la grammaire traditionnelle, à un « complément de cause »57.
Voici comment se présente le modèle actantiel à six cases tel que l’à détermine Greimas :
Destinateur D1 Objet O Destinataire D2

Sujet S

Adjuvant A Opposant Op

Si nous développons la phrase implicite dans le schéma, nous trouvons une force (ou
un être D1) ; conduit par son action, le sujet S recherche un objet O dans l’intérêt ou à

56
Anne Ubersfeld, op. cit, P. 49.
57
Ibid, P. 50.

23
Chapitre I Méthode de travail et approche

l’intention d’un être D2 (concret ou abstrait) ; dans cette recherche, le sujet a des alliés A et
des opposants Op. Tout récit peut se réduire à ce schéma de base58.

Les deux tableaux suivants résumeront ces deux analyses :

Personnages de
Séquence N° Type de séquence médecin malgré lui Personnages de si
et leurs rôles lehlu et leurs rôles
1-La querelle entre méfait Sganarelle Si Lehlu

les personnages Martine Lla Taseɛdit

2-Intervention du // Sganarelle Si Lehlu

voisin Martine Lla Taseɛdit


M. Robert Zi Belqasem
3-La réconciliation Réparation du Sganarelle Si Lehlu
méfait Martine Lla Taseɛdit
4-La recherche du départ Valère (S) Ɛli n Dulu (S)

médecin/du Lucas (S) Wejjir (S)

marabout et la Martine (Ad) Lla Taseɛdit (Ad)

vengeance de
martin/Lla Taswdit
5-Le Retour, mission Valère Ɛli n Dulu (S)

médecin/marabout accomplie Lucas Wejjir (S)

est trouvé Sganarelle (O, Op) Si Leḥlu (O, Op)

6-La ruse du faux Retour et duperie Gérante (D1) Jeddi Yebrahim

médecin/faux (D1)

marabout Valère (Ad) Ɛli n Dulu (Ad)


Lucas (Ad) Wejjir (Ad)
Sganarelle (O) Si Leḥlu (O)
Jacqueline (Op) Tawejjirt (Op)

58
Ibid, p. 51.

24
Chapitre I Méthode de travail et approche

Lucinde (D2) Lwizat (D2)

7-Rencontre du accord Sganarelle (Ad) Si Leḥlu (Ad)

médecin/marabout Léandre Mehmud Izubac

avec l’amant de la
fille du maitre et
l’établissement
d’un plan pour la
fuite des amants
8-Le faux duperie Sganarelle Si Leḥlu

médecin/taleb a Thibout Muhend Ukennas

réussi dans la Perrin Buɛlam Ukennas

duperie des gens / Aqehwaoi (Op)

naïfs
9- Application du Méfait et fuite Sganarelle (Ad) Si Leḥlu (Ad)

plan de la fuite et Léandre (D1,S, D2) Mehmud Izubac

sa réussite Gérante (Op) (D1, S, D2)


Jacqueline (Ad) Jeddi Yebrahim
Lucas (Op) (Op)
Lucinde (O, D2) Tawejjirt (Ad)
Wejjir (Op)
Lwizat (O, D2)
10-Le faux Martine Lla Taseɛdit

médecin est dévoilé Sganarelle Si Leḥlu

il subira les Lucas Wejjir

conséquences Gérante Jeddi Yebrahim


/ Ɛli n Dulu

25
Chapitre I Méthode de travail et approche

11- Retour des Réparation du Gérante Jeddi Yebrahim

deux amants méfait Léandre (D2) Mehmud


Sganarelle Izubac(D2)
Martine Si Leḥlu
Lucas Tawejjirt
Wejjir

D’après le tableau, on constate :

Une égalité séquentielle entre les deux textes le médecin malgré lui et Si Leḥlu. A
l’exception de quelques amplifications, des rajouts propres à la culture kabyle, au
niveau du texte kabyle.

Les personnages des deux textes ont les mêmes rôles actantiels, à l’exception du
personnage Aqehwaoi rajouté dans le texte de Si Leḥlu, ce qui a engendré une
amplification, des prises de parole dans ce dernier texte par rapport au texte du
médecin malgré lui.

Séquence N° Type de Personnages de Personnages de


séquence la jarre et leurs tacbaylit et
rôles leurs rôles
1- M’paripé Ɛli nDulu
Triduza Smina n Tazart
La mère Tana Ḥlima n Tala
La petite Tajilbant
Carmene
2-La dispute du maître avec le Don Lolo Jeddi
muletier M’paripé Yebrahim
Le Muletier Ɛli nDulu
Scime Bu leɣbar
Mitr Budima
3-L’avocat se plaint du maître Scime Miṭr Budima

26
Chapitre I Méthode de travail et approche

M’paripé Ɛli n Dulu


4-La jarre est cassée, les paysans méfait M’paripé Ɛli n Dulu
ont peur de la réaction de leur Fillico Bubrun
maître Tarara Wejjir
La mère Tana Ḥlima n Tala
Triduzza Smina n Tazart
La petite Tajilbant
Carmene Wejṭuṭi
Nociarello
5-Le maître est en colère, il fait Don Lolo Jeddi
l’interrogatoire aux paysans pour M’paripé Yebrahim
savoir qui a casse sa jarre Triduzza Ɛli n Dulu
La mère Tana Smina n tazart
Tarara Ḥlima n Tala
Fillico Wejjir
Bubrun
6-Le maître s’est calmé, il cède Fillico Bubrun
enfin pour l’idée de la confier au Tarara Wejjir
raccommodeur La mère Tana Ḥlima n Tala
Don Llo Jeddi
Le père Dima Yebrahim
Triduzza Si Qasi
Smina n Tazart
7-La jarre est réparée Tarara Wejjir
Le père Dima Si Qasi
8-Le raccommodeur est coincé dans méfait Tarara Wejjir
la jarre, mais le maître n’accepte Le père dima Si Qasi
pas de la cassée pour le faire sortir, M’paripé Ɛli n Dulu
il fait appelle à son avocat qui leur a Les paysans Ifellahen akk
trouver une solution Fillico Bubrun
Don Lolo Jeddi
La mère Tana Yebrahim

27
Chapitre I Méthode de travail et approche

Ɛlima n Tala
9-La solution est rejetée par le // Don Lolo Jeddi
raccommodeur, il préfère rester Le père Dima Yebrahim
dans la jarre que de la payer Scime Si Qasi
Tarara Miṭr Budima
Fillico Wejjir
La mère Tana Bubrun
Triduzza Ḥlima n Tala
La petite Smina n Tazart
Carmene Tajilbant
10-Le raccommodeur est libéré Réparation Don Lolo Jeddi
du méfait La mère Tana Yebrahim
Fillico lima n Tala
Le père Dima Bubrun
Si Qasi

En observant le tableau, on constate :

Une égalité des séquences entre les deux textes la Jarre et Tacbaylit.

Il y’a le même nombre de personnages dans les deux textes. Même s’il y a quelques
rajouts et amplifications, au niveau du texte kabyle, ils sont propre à la société kabyle.

En comparant entre les tableaux, on constate que les deux personnages Ɛli n Dulu et
Wejjir sont toujours adjuvants du personnage Jeddi Yebrahim puisque ils obéissent aux ordres
de leur maître (ces trois personnages sont les mêmes dans les deux textes). Ajoutant à cela, il
y a des didascalies dans le texte Si Lḥlu qui prouvent, et qui indiquent que ses personnages
sont les mêmes dans les deux textes, donc ce dernier est la suite du premier (Tacbaylit), ce qui
le prouve c’est le personnage Jeddi Yebrahim en disant au faux marabout Si Leḥlu, ad d-
nekreḍ taxabit-nni taqdimt wannag tajdiṭ yerẓa-tt Si Qasi (le raccommodeur de faïence dans le
texte Tacbaylit). En constate qu’on adaptant ces deux textes français de deux auteurs
différents, appartenant à deux cultures, deux époques et deux sociétés différentes, Mohia a fait
le lien entre eux, Si Leḥlu est la suite de Tacbaylit.

28
Chapitre I Méthode de travail et approche

En second lieu, dans le deuxième chapitre, nous allons faire un inventaire de l’être
(portrais physiques, moraux,…) et du faire (les actions) des personnages, en exploitant le
tableau dressé des caractéristiques des personnages, rappelons que nous allons exploiter le
modèle sémio-anthropologique tel que l’a proposé Michel Erman dans son ouvrage : poétique
du personnage de roman, en s’articulant sur l’approche sémiotique comme moyen qui nous
permettra de mieux situer l’interprétation anthropologique de ces mêmes personnages, afin de
dégager les types des personnages des deux textes, ceux là s’articulent-ils sur l’être ou sur le
faire, ou bien les deux ? Cela aussi pour comprendre le procédé de création chez Mohia.
Dans le troisième chapitre, nous allons faire un inventaire des rapports, des relations
qui existent entre les personnages de chacun des deux textes kabyles, en s’appuyant toujours
sur les modalités de l’être et du faire de ces personnages. Ensuite, en passera à leurs
communications, à leurs dialogues, pour comprendre les traits récurant de leur prise de parole
dans les textes.
En dernier lieu, nous allons exposer les conflits, ou la lutte et les oppositions qui
existent entre les personnages, et les valeurs socioculturelles, entre ce que doit faire et être le
personnage en respectant les valeurs de sa société, et ce qu’il voulait vraiment être ou faire en
transgressant ces mêmes valeurs.

29
Chapitre II
Etre et faire des personnages
Chapitre II Etre et faire des personnages

Le personnage est un élément centrale dans toute histoire, il porte en lui des marques
et des caractéristiques qui le distingue des autres personnages du texte, l’objet de ce chapitre
est létude de ces caractéristiques à travers leur être à savoir les discriptions physiques,
moraux…, ensuite en passera au domaine du faire, pour etudier leur actions au nivaux
actantiel. Pour élaborer une typologie des personnages de ses deux textes kabyles.

I) Les modalités d’analyse du personnage :

Il existe plusieurs méthodes d’analyse suite à la diversité des personnages, elles le


réduisent à un nombre limité de « rôles ».

I-1- Le modèle sémiotique :

En 1928, dans Morphologie du conte V.Propp remplace la notion de personnage, par


celle de sphère d’action ou rôle dont il dresse la typologie suivante : « le héros, le faux héros,
l’auxiliaire, la princesse, le mandateur, le donateur, et l’agresseur1». Cette typologie repose
sur un nombre limité de fonctions, il réduit les personnages à ses 31 fonctions qui sont
constantes et récurrentes dans tout conte. En 1974, P.Larivaille élabore son schéma quinaire,
il essaye d’évoqué les séquences narratives selon la classification suivante : «état initial,
complication, actions, résolution et état final2».

En 1966, A.J.Greimas a essayé dans sa Sémantique structurale d’élaborer une


grammaire du récit en s’inspirant des travaux de V.Propp. Il remplace la notion de «sphères
d’actions par celle d’actants3 » (qui sont les forces agissantes dans tout récit), dévisés en trois
couples déterminés par les rapports et les relations du vouloir ou la quête pour (le sujet et
l’objet), du savoir ou l’origine et le résultat de la quêtte pour (le destinateur et le destinataire)
et du pouvoir ou le conflit au cours de l’action pour (l’adjuvant et l’opposant)4.

Les acteurs qui assument les rôles et incarnent l’action, sont à rapprocher, par là, de la
notion de « personnage 5».

1
Erman Michel, op. cit, p. 88.
2
Ibid.
3
Ibid.
4
Ibid, p. 89.
5
Ibid.

31
Chapitre II Etre et faire des personnages

I-2- Le modèle pragmatique :

Partant du principe qu’un personnage est actualisé par la lecture et qu’il sollicite
l’experience du lecteur, dans Lector in Fabula, U.Eco a cherché à établir une « stratégie
textuelle » conception du personnage et de sa vraisemlance, qui associe le personnage
empirique du texte (narratif) au personnage qui existe dans la lecture6. De son côté, P.Ricœur,
envisage la fiction comme une « imitation créatrice du monde » et une « médiation entre le
réel et l’intériorité7 » de l’être, avance que le lecteur refigure l’action en s’impliquant dans le
texte et par ricochet, inscrit les personnages dans sa propre réalité8. Une fois l’illusion
référentielle admise grace aux effets de tout ce qui resortit à l’être, deux manières de réception
et d’appréhension du personnage peuvent être dégagé : la première agence les rôles actanciels
aux rôles par lesquels le lecteur parvient à refigurer toutes les actions, à la fois en
sympathisant et en se distanciant des personnages : il lui faut partager leurs savoir sur le
monde afin de comprendre les posture du snobisme et le tragique des ralations sociales.

La seconde ressortit à ce qu’appelait le philosophe Bergson, la « faculté de fabulation»9.


Bergson qualifie cette dernière d’ « hallucination volontaire10 » qui permet de voir les
personnages comme une « médiation imaginaire » qui véhicule des passions et des fantasmes
qui peuvent être interdits culturellement ou socialement, dans le monde réel11.

I-3- Le modèle sémio-anthropologique :

Selon R.Barthes, le schéma greimasien ne traduit pas toute la multiplicité et la


diversité auxquelles sont soumis les personnages. Il propose, à cet effet, un modèle
d’organisation de l’être et du faire des personnages construit autour de deux grandes
catégories d’unités narratives qu’il nomme « fonctions ». Les premières dites
« distributionnelles » ; elles appartiennent au faire et comprennent les « noyaux » et les
« catalyses ». Les secondes sont appelées « intégratives » ; elles appartiennent à la catégorie
de l’être et englobent les « indices » et les « informants 12».

6
Erman Mechel, op. cit, p.92.
7
Ibid.
8
Ibid.
9
Ibid, p.93.
10
Ibid.
11
Ibidem.
12
Ibid, p 94.

32
Chapitre II Etre et faire des personnages

Cest l’articuler des fonctions distributionnelles (qui renvoient le plus souvent au


domaine de l’action) et les fonctions intégratives (qui correspondent aux rôles thématiques de
la sémiotique narrative et réfèrent, généralement, à l’être des personnages), qui importe pour
R.Barthe. Cette articulation relève d’une approche qui intègre l’être au faire. M.Erman,
propose de « considérer les actions comme solidaires de la personnalité, laquelle donne au
faire sa configuration particulière13 ». Il met en place son modèle sémio-anthropologique, où
Il distingue trois catégories anthropologiques qui résultent de cette articulation de l’être et du
faire. Il s’agit, de l’individu, de la personne et du Moi14.

II- L’être :

Dans sa réalisation du modèle sémio-anthropologique, M.Erman, range les rôles


thématique dans la catégorie de l’être puisqu’il les considère comme égale aux fonctions
intégratives. Bien que les rôles thématiques puissent avoir une réelle influence sur l’action,
construits à partir d’un certain nombre de traits qui relèvent du domaine de l’être. Les rôles
thématiques donnent la possibilité de comparer les différents personnages sur la base de
critères généraux (sexe, origine géographique, idéologie, argent, catégorie psychologique ou
sociale etc). Pour établir la catégorie de l’être, notre étude, passera par l’analyse du portrait
physique, morale ou psychologique, et des dialogues des personnages.

II-1- Etre des personnages du texte Tacbaylit :

Selon Marie-Claude Hubert : « le portrait est toutes les notations qui renseignent le
spectateur sur le personnage : sur son aspect physique, sa position sociale, son caractère…
elle ajoute (Que savons-nous du corps du personnage dramatique, des vêtements et des
masques qui le dévoilent ou l’occulte ? Qu’est-ce qui nous est révélé de ses relations
familiales, de sa biographie, de son passé 15?

II-1-1-Les portraits physiques :


Le portrait est un instrument d’évaluation et de caractérisation physiqe du personnage.
Mais il peut être aussi, renvoyé à une caractéristique psychologique, sociale et culturelle.

13
Michel ERMAN, op.cit, p.96.
14
Ibid, p96-97.
15 em
Marie-Claude Hubert, Le théâtre, 2 éd Armand Colin, p 16.

33
Chapitre II Etre et faire des personnages

Mais les portraits sont très rares dans les œuvres dramatiques16 . Cela est
constatable dans le texte tacbaylit (les portraits physiques), à l’exception de quelques
personnages, en plus se sont les dédiscalies qui nous renseignent sur cet aspect physique.
Michel Pruner considère le personnage comme sujet d’un discours 17, il a ecrit : « A la
différence du héros de roman, qu’un auteur omniscient peut décrire et expliquer dans le
détail, le personnage de théâtre échappe au commentaire explicatif. Si le comédien lui
donne une apparence, un visage et une voix, lui conférant ainsi une réalité physique-
interprétation figurative et réinventée à chaque représentation-, le personnage n’est au
départ qu’un être de langage. Il existe seulement par et dans les mots18 ». Il rajoute :
« Tantôt prolixe, tantôt disert, il est le sujet et le lieu d’une parole qui s’élabore sous son
nom. Il se trouve à la tête de répliques ou de monologues qui constituent son texte : on sait
que les comédiens ont longtemps été rémunérés en fonction du nombre de lignes de leur
rôle. L’importance de son discours confirme son statut 19».
Le personnage Jeddi Yebrahim, qui est principal dans le texte. Il est le seul
personnage décrit physiquement, il est gros et robuste, il a 70 ans, habillé d’une chemise,
avec les manches pliées jusqu’aux coudes, et d’un pantalon des arabes. Comme le montre la
didascalie suivante :
Jeddi Yebrahim: (yeffeɣ-d yezɛef, yiwen ugayar deg-s, waḥed n 70 n sna deg leɛmer-is,
mi d ilef, d uccen, yeffeɣ-d s uɛmam-is, taqemjett, tajilit, taserwalt n waɛraben, ixemmel
lekmam-is un aban !)
Ces traits physiques, nous renseignent sur l’appartenance de ce personnage à une
catégorie ou à un groupe social bien déterminé, ainsi qu’a une culture, dans ce texte il s’agit
de la société et de la culture kabyle, ou les hommes âgés ont une manière de s’habiller un
peu spécial.
Pour ce qui concerne le personnage Miṭr Budima (l’avocat), il n y a que le chapeau qui
le caractérise comme trait descriptif.
(Miṭr Budima Mɛaya, yerra-d tamḍelliwt ɣef uqerru-yis, Le Monde gar ifasse-is, ata
yeffeɣ-d).
Le mot tamḍelliwt, nous renseigne sur la période ou la saison de l’été, alors qu’en
Kabylie, il faisait très chaud en été, il faut se protéger du soleil brulant, surtout pour les
hommes âgés, qui n’enlèvent jamais leurs chapeaux qui sont indispensables. Ajoutant à
16
Marie-Claude Hubert, op.cit., p 16.
17
. Pruner Michel, op.cit. p81.
18
. Ibid.
19
.Ibidem.

34
Chapitre II Etre et faire des personnages

cela, le journal (le monde) montre que ce personnage est instruit, il est lettré, ce qui est rare
dans la société kabyle en cette période.
Le personnage Si Qasi a deux traits physiques qui le caractérisent, il boitait, en plus il
a une bosse. Ajouté à cela, il est très long, il portait des lunettes (il ne voit pas très bien,
peut-être qu’il est naît ainsi, ou bien, c’est à cause de son âge).

Wejṭuṭi akked Si Qasi atan wwḍen-d, Si Qasi yesrejdil, degmi i as-qqaren ad yeḥlu Si
Qasi taqejjirt-is.
Si Qasi yesser-s tagrabt-is ɣer lqaɛa isxluṭṭuc daxel, apri ijbed-d kra akken n tmacwart
terka tekres akk, yenna-yas.
Iqummec ɣer lqaɛa yebda ifetti-d tamacwart-nni-yines mi s leɛqel kan, ccet ad as-tiniḍ d
lwiz i yeffer daxel-is, wiyaḍ qquren ttraǧun d acu ara d-yessufeɣ akka…
Ah Si Qasi ifetti ṭujur tamacwart-nni-yines, wiyaḍ-nni :
Ah ah ah ziɣ d nwaḍer,
D tifecicin icudd-itent akka s ileẓwi, dɣa wiyaḍ bɛezqen s teḍsa.

Jeddi Yebrahim: I teɛrurt-nni-yinek, d netta i ak-tt-id-yeffabrikin, iwakken ad iyi-temmirdiḍ


dagi! Mi lukan ad ṭṭakiɣ ar ccreɛ win i yi-tt-id-yezzenzen a Miṭr, ad yaweḍ wagi s teɛrurt-is ad
rwun fell-i taḍsa, ipi d nekki iwumi ara tekkin!

En ce qui concerne le personnage Wejṭuṭi, il est décrit qu’il est un petit garçon, la
didascalie suivante le confirme : (… Wejṭuṭi, d agrud d amecṭuḥ itteddu yid-sent).

II-1-2- Les portraits moraux et psychologiques:

Contrairement aux portraits physiques, qui sont très rare, les portrais moraux et
psychologiques, sont très fréquent dans le texte Tacbaylit. Ces critères, peuvent être présenté
directement, ou déduit à travers les actions, les dialogues et le parcours de ces personnages.

Le tableau suivant résume les traits moraux et psychologiques des personnages du texte
Tacbaylit :

35
Chapitre II Etre et faire des personnages

Tableau comparatif des personnages de Tacbaylit et la Jarre :

Les personnages de Les personnages de la


Les caractéristiques Les caractéristiques
tacbaylit jarre

Nerveux et agressif Nerveux et agressif


Ɛli n dulu M’paripé
Curieux Curieux
Obéissant et peureux Obéissant
Obéissante Obéissante
Smina n tazart Triduzza
Naïve et curieuse Naïve et curieuse
Obéissante Obéissante
Ḥlima n tala La mère Tana
Naïve et curieuse Naïve et curieuse
Obéissante Obéissante
Tajilbant Carmen
Naïve et curieuse Naïve et curieuse

Obéissant et rapide Obéissant et rapide


Wejṭuṭi Nociarello
Curieux curieux

Nerveux, agressif et Nerveux, agressif et


autoritaire autoritaire
Méchant et sévère Méchant et sévère
Jeddi yebrahim Têtu, intelligent Don lolo zirafa Têtu, intelligent
Exagérant, gentil Exagérant, gentil
Avare et furieux Avare et furieux
Curieux et impatient Curieux et impatient

Buleɣbar Nerveux et têtu Le muletier Nerveux et têtu

Patient Patient
Miṭr Budima L’avocat Scime
Sage et convaincant Sage et convaincant

Patient et calme Patient et calme


Si Qasi Le père dima licasi
Têtu et malin Têtu et malin

Obéissant Obéissant
Peureux Peureux
Wejjir Tarara
Curieux Curieux
Naïf Naïf

Obéissant et peureux Obéissant


Bubrun curieux fillico peureux
Calme et sage Calme et sage

36
Chapitre II Etre et faire des personnages

D’après le tableau, on constate que les caractéristiques des personnages dans les deux
textes sont les mêmes (la jarre et tacbaylit), ce qui les diférencie c’est contexte dans lequel ils
évoluent, l’un est la société italienne, l’autre est celui de la société kabyle.

Le portrait moral du personnage Jeddi Yebrahim dans le texte Tacbaylit est instable, il
se métamorphose tout au long du texte, cela d’après le tableau dressé des caractères, cette
métamorphose et ce changement est du à l’entourage de ce premier, il réagit selon les
situations et les personnages auxquels il s’adresse.

Jeddi Yebrahim est dépeint comme autoritaire et exagérant envers les autres
personnages qui travaillent chez lui, ce qui est exprimer dans ces dialogues, dans ces disputes
avec tout le monde.

Jeddi Yebrahim :

Keččini « h », melmi akka yuli legrad-ik ɛni.

Nniɣ-ak eh,ehh!!! ǧǧiɣ-tt dihin anef-as dihin.

Jeddi Yebrahim i Bu leɣbar:

Ih, kwa, acu nekkini? Nniɣ-ak ilaq ad d-teddisarǧiḍ deg umkan anda ara k-iniɣ d tiɛemmurin,
kifkif-itent…

Jeddi Yebrahim i Si Qasi :

…., nniɣ-ak xdem-as liẓagraf ipi situ, lsaq plus liẓagraf, deg uxxam-iw ad yi-tekmandiḍ.

Jeddi Yebrahim est toujours énervé, il ne métrise pas cet énère, quand il est ainsi, il
s’emprend à tous son entourage, surtout aux paysans qui travaillent chez lui, il devient même
agressif, il les menaces, les insultent, il utilise les mots vulgaires (iẓẓan, ṭeẓ) qui sont interdit
dans la société kabyle, ils sont innacceptés surtout par quelqu’un de son âge, alors que ce
premier, quand il s’énerve il ne se contrôle pas. Mais il se calme quand il est devant son
avocat, Miṭr Budima à qui il accorde beaucoup d’importance, et du respect, il devient gentil
avec lui a cause de son savoir et de ces connaissances.

Jeddi Yebrahim:

Acu ad teččeḍ aqerruy-ik

37
Chapitre II Etre et faire des personnages

Yeffeɣ-d yezɛef.

Yečča-t s wallen.

A ruḥ ad texraḍ

Iba, nekkini leɛmer ur yi-d-yekmis walbeɛḍ iẓẓan deg uqelmun….

Deg ddin n yemma-k i tesɛa iɣisi…

Jeddi Yebrahim:

(Ata yessaweḍ-d, yuɣal d awraɣ deg wurfan-nni, Ɛli n Dulu akked Wejṭuṭi ttabaɛent-id, Jeddi
Yebrahim yeɛna dabur Wejjir, apri yuɣal ɣer Bubrun yettaṭṭaf-iten yiwen yiwen deg tmexneqt)

(Yetthuzzu aqerruy-is) ruḥ a Bra ruḥ…Ipi Buleɣbar-nni cipa acu i ixeddem, (i Ɛli n Dulu)
wwaɛ…Ečč-iyi ečč-iyi, d nekkini i tettɛassaḍ, ruḥ sefqed umwa (Ɛli n Dulu yuffeg…). Uhh ay
yemma ay aqerruy-iw, uhh ay yemma ay aqerruy-iw, tura rnan-iyi-d Si Qasi, ula d nekkini
drewḍeɣ labuka deg uxxam-iw nekkini smeḥsiseɣ i widak-a, ma terreẓ weḥd-s sik tesɛa
ddifu….

Ajoutant à toutes ces caractéristiques cités plus haut, Jeddi Yebrahim est intelligent,
parce que les paysans n’ont pas pu le convaincre que la jarre c’est cassée toute seul, personne
ne la pas toucher, ou peut-être elle avait un défaut, au contraire c’est lui qui les a convaincu
du contraire.

Bubrun :

Anegzum-is iqɛed, tu derwa. Ahat maḍi tesɛa iɣisi seg zik.

Jeddi Yebrahim:

Deg ddin yemma-k i tesɛa iɣisi, teṭṭenṭun amzun akken d nnaqus, ad ak-yeqqar da tesɛa iɣisi.

Ɛli n Dulu:

Si bri, welleh ar teṭṭenṭun am nnaqus….Twalaḍ mi k-nniɣ

Jeddi Yebrahim: (dayen yerraji)

Tenniḍ-iyi-d ambisil, acu iyi-d-tenniḍ, yak ma terreẓ weḥd-s melba ma yella win tt-yennulen,
mim lukan ad tt-teǧǧeḍ deg tjaɛbuḍt n ddin n yammak yak ad terreẓ ma yella weḥd-s i terreẓ.

38
Chapitre II Etre et faire des personnages

Jeddi Yebrahim est très curieux, en demandant a Si Qasi c’est quoi ce mastic, qui l’a
fabriqué et comment, il était impatient de savoir de quoi à l’aire.

Jeddi Yebrahim :

Acu-t lsaq-agi-yinek, d kečč i t-yeffabrikin neɣ d tiɣin i t-id-tuɣeḍ.

Si Qasi yečča-t kan s wallen, ur t-yeɛǧib ara lḥal.

Jeddi Yebrahim :

Nṭeq ah, ipi sken-aɣ-t-id ad t-nẓer!

Ḥlima n Tala: (i Jeddi Yebrahim)

Imken d lsaq-nni…

Jeddi Yebrahim: (yeṭṭef taɛebbuḍt-is)

La yi-d-yettali lɣeṭ.

En plus de toutes ces caractéristiques, Jeddi Yebrahim est avare, quand il a su que la
jarre est cassée, il pleurait comme s’il a perdu un de ces enfants, en plus, il voulait avoir une
plus grande que celle qu’en lui a fourni, parce qu’il a payé 1800 DA. Même quand Si Qasi est
coincé à l’interieur d’elle, il ne voulait pas la cassée pour le libérer avant que ce premier la
paye.

Jeddi Yebrahim: (yettru amzun yemmut-as mmi-s)

Saḥa ya Ṛebbi saḥa ya Ṛebbi, d tajdiḍt, 180 alef anda ara greɣ zzit-inu tura?! Tacbaylit am ta
rẓan-iyi-tt, acu i d sseɛqa-ya tura d tismin neɣ d isiḍ, saḥa ya Ṛebbi saḥa ya Ṛebbi, 180 alef
yerna yurew uzemmur aseggas-a, ahya Ṛebbi ahya Ṛebbi amek tura?

Si Qasi:

Awi-d tafḍist, hatt-an dihin deg tegrabt-nni-inu, ipwi erẓ Ṛebbi-s.

Jeddi Yebrahim:

Ah!!!! Amek, tura imi terripari…

39
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Qasi :

Ad iyi-teǧǧeḍ daxel-agi ihi!

Jeddi Yebrahim:

Tura ad d-yaweḍ labuka ad d-yini, unatunda, bwala: ax ayen iyi-tettalaseḍ…

Miṭr Budima mɛahum:

Amek, ɛni tebɣiḍ ad t-teǧǧeḍ daxel! (steḍsa…)….Ayhuuuuh! Ad t-teǧǧeḍ daxel wala ad tt-
terẓeḍ!

Jeddi Yebrahim:

Amek! Safik keččini… Ad xesreɣ tacbaylit yerna ad ttaḍsan fell-I madden!

Le personnage Ɛli n Dulu se prend pour chef quand le maître Jeddi Yebrahim est
absent, c’est lui qui guide les autres paysans, parce qu’il est le bras droit du maître, mais il y a
des moments ou il exagère, alors, ces paysans le désobiéssent, surtout les femmes.Ɛli n Dulu
est aussi agressif et nerveux. Les passages suivants l’en témoignent.

Ɛli n Dulu : (iɛeyyeḍ)

Ih! Uh! A yessi-s n Ɛdidi, a Wejṭuṭi ah, ahh a ddin yemma-k tesneɣleḍ kullec!

Ḥlima n Tala:

Ay axessar-iw amek I yettjeddir, ula d netta ziɣen?

Ɛli n Dulu:

Ih, tusamt-d ɣer lqeḍ n uzemmur neɣ ɣer nnger nwent….Ɣer tmeɣra, alalala…Alala deg
ssbeḥ, kiskusik ṣa?

Tajilbant:

I tura ad neqqim kan akka d iɣimi neɣ…

Ɛli n Dulu :

D acu i tebɣiḍ ad am d-iniɣ nekkini bedd ɣef uqerru neɣ ma ulac, tian ɛeddimt ad tfernemt
azemmur ! Hat.

40
Chapitre II Etre et faire des personnages

Ḥlima n Tala :

Ahh, nekkini alamma yenna-yi-d Jeddi Yebrahim, ad ay iwwet Ṛebbi ma nnuleɣ-t.

Ce même personnage Ɛli n Dulu, partage le caractère d’obéissance, de peur, de naïveté


et de curiosité avec les autres personnages paysans : Wejjir, Bubrun, Ḥlima n Tala, Smina n
Tazart, Tajilbant. Tous le monde obéit aux instructions du maître sans contester. Ils ont tous
peur de la réaction de ce premier, quand ils ont su que la jarre c’est cassée, parce qu’ils savent
qu’il ne va pas être compréhensif, il va les accuser un après l’autre, et c’est ce qui c’est passer.
Tous le monde était curieux de savoir ce qu’il y avait dans le mouchoir du personnage Si
Qasi, qui les a trempés en ce qui concerne son mastique.

Ɛli n Dulu :

Amek dija, amek dija tfukkem?

Bubrun:

DJeddi Yebrahi I d-yennan, yufa-yaɣ-in nleggi, yenna-d dayen.

Ɛli n Dulu:

Yenna-yawen-d dayen? Yenna-yawen-d ad truḥem?!

Wejjir:

Nu, yenna-d ad aɣ-id-yaf dagi, parsk wissen acu n ccɣel ɛni yellan.

Smina n Tazart:

Inekkenti d acu ara nexdem?

Ɛli n Dulu:

Rǧumt ad d-yas Jeddi Yebrahim ad kent-id-yini netta.

Wejṭuṭi yeṭṭuki, Ɛli n Dulu, Wejjir akked Bubrun atna zzin-d, ay axessar-iw yeffeɣ-iten leɛqel.

Bubrun: (yendeh)

A sellaḥ n yigawawen ma d-tilim yid-neɣ.

Wejjir :

A buh ffɣen-iyi yidammen.

41
Chapitre II Etre et faire des personnages

Ɛli n Dulu:

Way way way tacbaylit-nni tajḍiḍt-nni ih….

Wejjir:

A terreẓ.

Timɣarin-nni:

Tacbaylit-nni d tidet terreẓ, la illah ha illah Muḥemmed rasul llah!

Tajilbant:

Ulac win I tt-yennulen, ay axessar-iw mi ara iẓer Jeddi Yebrahim.

Smina n Tazart:

Abrid-a ad yehbel dayen.

Bubrun:

Nekkini ur ttɣimaɣ ara da, d abrid ad ruḥeɣ.

Wejjir:

Amek ad truḥeḍ?! Sabapa nu ay aɣyul, apri ad as-yini dɣa d nekni I tt-yerẓan, yiwen mačči ad
yebbuji, (yenna-yas I Ɛli n Dulu): Keččini tura, bu ruḥ ini-yas, neɣ nu siwel-as kan sya,
ɛeyyeḍ-as ad ak-d-isel.

Wejjir:

Mi aggad Ṛebbi ḥader ad yeǧɛel d nekni.

Ɛli n Dulu:

Ali ẓriɣ mačči d kenwi.

Wejjir:

Kenwi ah, yiwen n wawal terreẓ weḥd-s ipi situ.

Tous ce qui a précidé montrent la peur qu’ont les paysans. Lorsqu’ils ont su que la
cruche est cassée, parce qu’ils savent que Jeddi Yebrahim ne va pas croire qu’elle c’est
cassée toute seul, et qu’ils ne l’ont pas touché, il va accuser tout le monde, et c’est ce qu’il
arrivera.

42
Chapitre II Etre et faire des personnages

Le personnage Ɛli n Dulu se permet avec sa curiosité de dire à son maître Jeddi
Yebrahim ce qu’il doit faire, même si ce de premier parle dans l’intérêt du second qui ne
l’écoute pas. Au contraire, il le remet à sa place, en lui disant qu’il n’est qu’un paysan, alors
que lui est le maître, il n’a pas besoin de ses conseils, il s’est bien ce qu’il doit faire.

Ɛli n Dulu :

Ah, labuka-nni, tenniḍ-as ɣef tecbaylit-nni?!

Jeddi Yebrahim: (yeččat s wallen),

Keččini “h”, melmi akka yuli legrad-ik ɛni.

En plus de Jeddi Yebrahim, la curiosité des personnages cité plus haut, apparaitra
quand ils ont voulu savoir ce que Si Qasi (le raccommodeur) va faire sortir de son sac, et de
savoir de quoi à l’air le mastic magique de ce dernier.

Jeddi Yebrahim :

Acu-t lsaq-a-inek, d keččni i t-yeffabrikin neɣ d ttiɣin i t-id-tettaɣeḍ.

Si Qasi yeččat kan s wallen, ur t-yeɛǧib ara lḥal.

Jeddi Yebrahim:

Nṭeq ah, ipi sken-aɣ-t-id ad t-nẓer?!

Si Qasi iqummec ɣer lqaɛa yebda ifetti-d tamacwart-nni-yines mi s leɛqel s leɛqel kan, ccet ad
as-tiniḍ d lwiz I yeffer daxel-is, wiyaḍ qquren ttrajun d acu ara d-yessufeɣ

akka…

Ḥlima n Tala: (I Jeddi Yebrahim)

Imken d lsaq-nni….

Le personnage Bu Leɣbar est qualifié de très nerveux, parce qu’il se dispute souvent
avec Jeddi Yebrahim, ils se sont jamais entendu dans leurs affaires, l’un est plus têtu que
l’autre.

43
Chapitre II Etre et faire des personnages

Bu Leɣbar :

Nniɣ-ak fiḥel ṭa ṭa ṭa, nekkini ad ɛeddiɣ ad ak-disarjiɣ kullec da deg walbeɛḍ n tɣemmar, ipi
ad ruḥeɣ, alih….

Jeddi Yebrahim :

Aha tra, aha tra…

Buleɣbar :

Ma yeḥma uqerru-yis d nekk akter, jami nemsewwaq nefra, ṭṭujur d ččaqlala…..

Contrairement au personnage Bu Leɣbar, Si Qasi est très calme et patient. Parce


qu’il na pas répondu ou réagit aux intimidations des paysans et de leurs maître. Il fait son
travail en silence. Mais, il commence à perdre sa patience quand Jeddi Yebrahim exagère, le
premier prend ces affaires pour partir, sans lui faire aucun commentaire. Après l’intervention
des paysans, Si Qasi accepte de rajouter les agrafes qu’a demandér le maître en plus du
mastic. Quand il s’est coincé à l’intérieur de la jarre, il commence à s’énerver, surtout
lorsqu’ils lui ont exigé de payer le tiers de la somme de la jarre afin que Jeddi Yebrahim la
casse pour le libérer. Il devient têtu aussi, il refuse catégoriquement de payer, il préfère rester
ainsi que de payer.

D tifecicin icudd-itent akka s ileẓwi, dɣa wiyaḍ bɛezqen d taḍsa

Si Qasi yettxezzir-iten kan, yessusem, yeqqar-as deg wul-is:

Yaxi ṭṭnuhat yaxi. Yesfeḍ nwaḍer-is s tmacwart-nni apri yeqqen nwaḍer-is a sidi, iɛedda ad
iẓer tacbaylit-nni, yesmuqel akka yesmuqel akka, iɛawwed akka….yenna-yas: wi ad telhu.

Jeddi Yebrahim:

Bu, iṭeq-d nnbi, mi ad ak-ɛeyyneɣ ad ig Ṛebbi tewwiḍt-id deg bir zemzem nekkini ur tumineɣ
ara, ilfuk ad as-txedmeḍ liẓagraf.

Si Qasi yeččat s wallen, yessusem kan, yeṭṭef nwaḍer-nni-yines d tmacwart-nni-yins, ɛɛɛa…


Yewwet-iten ɣer tegrabt izɛef, yeddem tagrabt ɣef tayet-is yekker ad iruḥ.

Bubrun: (yetbeɛ Si Qasi ad t-id-yeṭṭef)

Ad yexzu Ṛebbi cciṭan aSi Qasi u zzeɛf ara, uh uh uh…

44
Chapitre II Etre et faire des personnages

Wejjir :

Tewqeɛ-ik-id xdem-as akken I ak-yenna ipi situ.

Si Qasi, tudswit yekmasa, mi sennig wul, ijbed-d tabernint deg ubaẓar-nni-yines yebda ifellu
tiṭuṭac.

Miṭr Budima Mɛana:

Ih! Bac akken ad tt-yeaẓ iwakken ad k-id-yessuffeɣ, d keččini i d-yennan teswa 60 alef.

Si Qasi:

Hhhh taḍsa, nekkini ad s-fkeɣ 60 alef, eeeeehhh, yewwi-ken ɛni wenhar ma ttteklem fell-i,
wellah a lukan ad kribiɣ dagi! A… Wejjir a mmi, awi-yi-d kan lmuhub-nni-yinu, atan daxel n
tegrabt-nni! …..Wellah ar xir n uxxam-iw, yiwet n tasmuḍi daxel-agi d lkarama (yuɣal ar
daxel, siwa dexxan i d-yettefɣen!)

Le personnage Miṭr Budima, est qualifié de patient parce qu’il arrive à supporter, à
s’entendre avec Jeddi Yebrahim, qui a un caractère très ardu qui se métamorphose tout le
temps. Ce premier est le seule qui sait calmer, il parvient toujours à convaincre le second,
avec sa sagesse et son savoir, pour mettre fin à ses disputes avec son entourage et trouver un
terrain d’entente entre eux.

Mais quand Jeddi Yebrahim exagère, l’avocat (Miṭr Budima), se plaint à son tour du
comportement du premier, malgré sa grande patience. Les didascalies et les dialogues qui
suivent le confirment.

(Labuka-nni ihedder s yifassen-is deg yigenni) iqqar-as: ah wah, ad ruḥeɣ, ad ruḥeɣ, ad ruḥeɣ…
Azekka ssbeḥ ad ruḥeɣ, dayen ɛyiɣ, ah wa yerwi-yi.

Miṭr Budima:

I wi, akken ad n-yehmel ɣur-i ɣer Tizi Wezzu, ad ay ireẓ aqerruy-iw… Mi justema, yak ɣef
waya i as-fkiɣ attafttar-ihin, melmi t-yeḥwaǧ ata ɣur-s, fiḥel mačči kul ass ad yi-ttumirdi, mi
acu i yi-wwin nekkini ad d-ruḥeɣ ad sɛeddiɣ da ssmana, ḥekkuɣ-as-d, nniɣ-as kumkwa:
yenna-yi-d ṭṭbib ilaq ad tesɛeddiḍ ssmana deg lakumpan, netta idewwer-iyi imiren, d axessar,
bac ad d-ruḥeɣ ad qqimeɣ da ɣur-s, a lafan nniɣ-as bun, nniɣ-as ad cerḍeɣ fell-ak il nufu pak

45
Chapitre II Etre et faire des personnages

ad yi-d-temmeslayeḍ ɣef kaci ḥaǧa, tura xemseyyam-a a sidi yerwi-yi aqerruy-iw s li diskur,
tacbaylit, ta, ta, ta…Acu-tt Ṛebbi n tecbaylit-a?

Ɛli n Dulu:

Ah wi, d tacbaylit n zzit, ceyyɛen-aɣ-tt-id deg At Freḥ, ikmadi-yasen-tt Jeddi Yebrahim, din I
tent-xeddmen, lukan ad teẓreḍ ay acki-tt, tettaweḍ-iyi-d ɣer yidmaren, tcuf, anect n Ɛli Buzid
llah ibarek, amek d acu I k-d-yeqqar ɛni fell-as?

Miṭr Budima:

Yebɣa ad yeṭṭaki ɣer ccreɛ wid I as-tt-id-izenzen, ad k-yeqqar xelseɣ 180 alef, nekkini nwiɣ
ad yi-d-ceyyɛen tin meqqren akter n tagi.

Ɛli n Dulu:

Akter n tagi?! Amek s ni pa pusibl !?

Miṭr Budima :

Ad ak-qqareɣ yerwi-yi…. Aqerruy-iw, degmi d-wwḍeɣ… Mi welleh lɛaḍim, azekka d abrid,


dayen, dayen, dayen.

Comme il a été déjà signalé plus haut, il n’ya que l’avocat qui peut calmer le maître.
Il lui est indispensable, pour le moindre souci, il fait appelle à lui, afin que ce premier lui
trouve les solutions à ses malentendus avec son entourages.

Jeddi Yebrahim :

A Wejṭuṭi, iyya-d ad k-ceyyɛeɣ a mmi… nu nu a Bubrun ruḥ keččini ar labuka-nni Miṭr


Budima mɛana ! Dnetta kan ara tt-isellken, ad t-tafeḍ yeqqar Le Monde sdaw tulmut, ini-yas
ad d-yas bit !

Jeddi Yebrahim :

Hḍer, hḍer !

Jeddi Yebrahim iɛǧeb-it lḥal: “Ccccut! Ikcef-it! A yemma mi ara yekmasi akkagi!”

46
Chapitre II Etre et faire des personnages

Miṭr Budima:

Bun, keččini tefkiḍ-d ssuma, tefkiḍ-d ssuma dayen! Tura eddem-d 60 alef efk-as-tent i Jeddi
Yebrahim.

Jeddi Yebrahim:

D sswab neɣ ɛeddi ad teqqimeḍ!

Jeddi Yebrahim:

Eeeeeh! Amek tura a Miṭr? I ma yugi ad d-yeffeɣ?!

Miṭr Budima:

Arju lameɛna, s ttawil kan ḥader, yeṭṭef-it deg yiɣil-is, yezzuɣer-it akk-yid-s, yenna-yas:
“anef-as dayi, alamma d azekka ssbeḥ, ad iẓer imiren, keččini kum ṣa: 60 alef neɣ riyan ditu!
Iyya, lḥu ad nruḥ, anef-as i netta dagi” (Ruḥen akken, ad nnejmaɛen s axxam).

II-2- Etre des personnages du texte Si Leḥlu :

II-2-1 Les portraits physique :

Le personnage Si Leḥlu est décrit par sa femme Lla Taseɛdit qu’il a des moustaches, il
porte un pantalon spécial, qui est un peu bizarre pour les paysans de Jeddi Yebrahim, ces
traits le distingue, ce qu’a dit Lla Taseɛdit.

Ɛli n Dulu:

Amek i as-qqaren ?

Lla Taseɛdit:

Si Leḥlu ad tɛeqlem, ishel. Isɛa icelɣumen, ittlus akiluḍ.

Wejjir:

Ittlus akiluḍ?! Safik am sarǧen bessif.

Le personnage Si Leḥlu a changé de vêtements quand il est devenu marabout, il a met


une tenu spécial, ce que indique la didascalie suivante :

Si Leḥlu : (…Aɛmam akked uqendur a sidi… Irna-d ttesbiḥ i tu ibazar…ixdem-as akka)

47
Chapitre II Etre et faire des personnages

Dans le texte il y a ce qui indique la profession, ou ce que fait Si Leḥlu dans la vie, il
est un simple paysan, il est vendeur de bétail, ce qu’a affirmé lui-même aux domestiques de
Jeddi Yebrahim, qui ne le croient pas parce qu’ils ont intérêt de trouver un marabout pour leur
maitre. Alors, ils ont cru tous ce que leurs a raconter Lla Taseɛdit à propos de son mari Si
Leḥlu.

Si Leḥlu itthuccu-d, yuɣal issers amger-nn-yines, ijbed-d taqerɛett n Si Lbacir, inna-


yas : « Uff…teccef-iyi-d tidi. Ih…yebda yettɣenni. »

Si Leḥlu:

Tura nekkini tjareɣ deg lmal ɣef yiman-iw…acu teḥwaǧem ? D ikerri n lɛid ? Neɣ d taɣaṭ ?
Neɣ d tixsi ? …Ma yella d ayen umi zemreɣ…Ii…ayɣer ?

…Ɛli n Dulu :

Amek dɣa…a ɛaǧaba-k a sidi Ṛebbi!...anɛam a Ccix!...s claɣem-ik dɣa!...nekni nusa-d ɣur-k s
nniya…keččini…d amrabeḍ, yerna tessneḍ…lmumnin ttnadin anda ara k-afen…kecččini
treggleḍ fell-asen. D igerrujen i yellan gar ifassen-ik !...ayɣer i tḥesdeḍ madden…s wayen
illan gar ifassen-ik?...

Si Leḥlu ixeddem-as akagi, waḥd-s waḥd-s: “Iderweḍ wagi”.

Wejjir:

Ula d keččini dɣa…ii…yerna yehwa-yak kan tixerbicin…neẓra kulleci.

Si Leḥlu:

Amek, amek? Acu teẓram kullec? Acu iyi-thesbem ɛni?

Ɛli n Dulu:

Argaz yeɣleb Si Muḥend Saɛid at Umqran n Ccerfa, ad ak-iqqar dagi. Acu iyi-tḥesbem ɛni?
…Iba neḥseb-ik d amrabeḍ, ad aɣ-d-infeɛ s lbaraka-ines… d Ccix…tettaruḍ itu…

…Si Leḥlu:

A Ṛebbi, a tafat!...sani ɣer i awen-ihwa tawḍem. Nniɣ-awen ur lliɣ d Ccix, ur illi…ur ẓriɣ ara
nekkini ac…ac…acu akka d-tesxerwiḍem.

48
Chapitre II Etre et faire des personnages

Le personnage Meḥmud Izubac s’est déguisé en taleb du marabout Si Leḥlu, pour


entrer à la maison de Jeddi Yebrahim afin de voir sa bien aimé Lwizat, en s’habillant d’une
tenue de taleb pour que personne ne le reconnaisse.

Meḥmud Izubac ula d netta yuɣal s uqendur d weɛmam.

Meḥmud Izubac :

Amek ? Acu tenniḍ, a Si Leḥlu ?...S uqendur d weɛmam-agi-inu ? …D ṭaleb swaswa.

Si Leḥlu :

Aha kan tura…aa.

Meḥmud Izubac :

Awa, baba-s ur iyi-ssin ara mliḥ. Nemẓer du ṭerwa fwa… Ur cukkeɣ ara ad iyi-d-iɛqel.

Si Leḥlu:

Ur k-ittaɛqal, ur qrib, ur ɛla ḥal.

II-2-2- Les portraits moraux et psychologiques :

Comme il a été déjà signalé plus haut, les portraits psychologiques sont les plus
fréquents dans le texte, par rapport aux portraits physiques qui sont très rare. Ces
caractéristiques nous renseignent sur l’état d’âmes, les pensées, les sentiments… des
personnages.

Le tableau suivant résume les caractéristiques des personnages du texte Si Leḥlu :

49
Chapitre II Etre et faire des personnages

Tableau comparatif des personnages de Si Leḥlu et du Médecin malgré lui :

Les personnages de Les caractéristiques Les personnages du Les caractéristiques


si leêlu médecin malgré lui
Si lelḥu Buveur Sganarelle Buveur
Nerveux Nerveux
Impatient Impatient
Astucieux Astucieux
Intelligent, rusé Intelligent, rusé
Ɛli n dulu Obéissant Valère Obéissant
Trop naïf et ignorant Trop naïf et ignorant
Wejjir Obéissant Lucas Obéissant
Trop naïf et ignorant Trop naïf et ignorant
Jaloux jaloux
Lla taseɛdit Nerveuse Martine Nerveuse
Têtu Têtu
intelligente intelligente
Zi belqasem Sage et patient M. Robert Sage et patient
naïf Naïf
Jeddi yebrahim Impatient Gérante Impatient
Matérialiste Matérialiste
Nerveux et sévère Nerveux et sévère
Naïf et ignorant Naïf et ignorant
Gentil et sérieux Gentil et sérieux
Intelligent et curieux Intelligent et curieux
Tawejjirt Naïve Jacqueline Naïve
Lwizat Astucieuse, rusée Lucinde Astucieuse,
Intelligente et Intelligente et
courageuse courageuse
Meḥmud izubac Intelligent Léandre Intelligent
Patient et sage Patient et sage
Aqehwaǧi Nerveux /
Mḥend ukennas Trop naïf Thibaut Trop naïf
Buɛlam ukennas Trop naïf Perrin Trop naïf

En observant ce tableau on constate que les personnages des deux textes ont les
mêmes caractéristiques, l’auteur les a gardés, malgré la divergence entre le contexte culturel

50
Chapitre II Etre et faire des personnages

de son texte et celui du texte adapté en kabyle, de même que la réccurence de quelques traits
caractéristiques chez quelques personnages. Ce qui sera expliquer ci-dessous.
Le personnage Si Leḥlu est décrit par sa femme Lla Taseɛdit, qu’il est un buveur
d’alchole, il est irresponsable envers sa famille, il ne travail pas pour la nourrir, il a vendu
tous les biens de sa maison. Ce qu’on constate dans la dispute qui s’est déroulé entre eux.

Lla Taseɛdit:

Swacu ḥemdeɣ Ṛebbi imi k-ufiɣ ? Terriḍ-iyi axxam d asemmaḍ, a deɛwessu! Ay axeddaɛ iy-
iččan taḥawact.

Si Leḥlu (igzem-as awal):

Aaa… Arju. Ur am-ččiɣ ara nekkini. D tissit kan i am-swiɣ citiṭuḥ.

Lla Taseɛdit:

Tegliḍ-iyi ula s wussu.

Si Leḥlu:

I… Akkagi, iba ad tettnekkareḍ zik.

Lla Taseɛdit:

I usenduq-nni n wasmi d-ddiɣ d tislit? …E E E…Tezzenzeḍ-t!...

Si Leḥlu:

Ii…Asmi ara ɣ-fken tamezduɣt deg Lezzayer, ad aɣ-tifsus teɛkemt… mi ara ndiminaji.

Lla Tseɛdit :

Seg ssbeḥ ar tameddit, ccrab, diminu. D ayagi kan i tessneḍ.

Si Leḥlu:

Ttekkseɣ lxiq. Neɣ tura diɣen!....

Ajoutant à ces caractéristiques déjà cité, le personnage Si Leḥlu perd sa patience


devant sa femme qui l’énerve. Il perd de contrôle, il la frappera. Ensuite, parce qu’elle est
aussi nerveuse, elle ne se contrôle pas.

51
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Leḥlu:

Ayya wiyyam. Tessenḍ-iyi ur sɛiɣ ara ṭbiɛa. U yerna afus-iw yettaɣ-iyi awal.

Lla Taseɛdit:

Timqbert-nni teččureḍ akken, ɣas kemmel-as.

Si Leḥlu:

Ayya wiyyam, a tamcumt! …Atan waqila diɣen ičča-kem-id uɛrur-im.

Lla Taseɛdit:

A ɛecra deg wallen-ik. Ad ntun, ad rẓen!

Si Leḥlu:

A yemma!... Ad d-ddeɣ aɛekkaz!.

Lla Taseɛdit (iḥeml-d wasif-is, tekkes amendil; imeṭṭawen axlul… tenna-yas): “Axaṭer d
tarkast ay deg-k; d yir terras, ih! D axeddaɛ, d akeddab, d ameɛwaju. Alɛar… Wellah ma
teswiḍ akka…tik!...” (sitadir iccer-nni sterḍiqen s tuɣmas).

Si Leḥlu:

Aa bu… safik ihi d aɛekkaz i tebɣiḍ ? (iddem-d aɛekkaz, intab-itt).

En devenant marabout malgré lui, Si Leḥlu change de caractère et de comportement,


il prononce des paroles qui l’aident à duper les autres, les faire croire qu’il est vraiment
marabout. Il exploite son intelligence, il devient rusé. En arrivant à la maison de Jeddi
Yebrahim, il commence a récité quelques vers du coran, ou quelques mots en arabe qu’il
inverse, mêlé de quelques proverbes qui étonne tout le monde. Il a pu convaincre et
satisfaire la curiosité de ce dernier. Si Leḥlu devient malin et astucieux, lorsqu’il a aidé
Meḥmud Izubac à entrer à la maison de Jeddi Yebrahim, et s’enfuir avec Lwizat, sans que se
premier se rende compte de ce qui se passe, alors que lui rien ne l’échappe.

Si Leḥlu ikres tawenza. Inna-yas: « Amek ?! Ur tessineḍ ara taɛrabt?!

Jeddi Yebrahim:

A wlidi , la k-qqareɣ taɛrabt, d lxir kan.

52
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Leḥlu (ibda ittzellig imi-s), inna-yas : « Wa kaana fi mazaan iqamiidi Si saḥilu yamaanu fi
lqimsi, wa aaǧa ihayli lmuɛammilu, wa aqba yabtuhu laɛa basabu namwihi ».

« Anɛam, ih. Ayɣer, purkwa ? Yamaanu fi lqimsi…ih »

Jeddi Yebrahim:

Ad ak-ixdeɛ Ṛebbi a baba, ur iyi-nefki ara ad ɣreɣ taɛrabt!

Si Leḥlu:

Ihi mala, mi tenniḍ… Leǧnun-agi ik-d-qqareɣ akkagi, waɛren. Waɛren… waɛren…mačči d


kra. Turaka ihi mala, amek i xeddmen? …Mi ara waɛen wɛun i lɛabd… ad as-suden akka ar
dagi, ar yidis-agi azelmaḍ, axaṭer dagi i tella tasa. U seg-s akin, nnefs-nni nsen, ad ittenfufud
alamma yewweḍ-d ar yidis-agi ayeffus, axaṭer dagi i yella wul. Mi alur skiya, sik turin…
Amek i sent-qqaren i turin s taɛrabt? Turinatun… pisk turin… sɛant aẓar i yettruḥun seg
turin alamma d lmux… Sitadir s trumit: La matiyir gras du baz… U aẓar-nni… s taɛrabt
qqaren-as igzaktema elkarembiṭu… Ih… Syinna is-yettak ilizeq… Ad truḥ tyita tamezwarut,
ad ak-id-tewwet ar tefkert n wul. Seg syinna, ad ak-id-tecɛel ar yidd n waɛrur… parsk nnefs-
nni nnsen, amek is-qqaren… Fhem-iyi-d mliḥ, mliḥ acu k-d-qqareɣ…

Jeddi Yebrahim: Fehmeɣ, ih

Si Leḥlu:

Iba iẓmi-nni… atan ittak-it-id uḍiḥan i t-ittarran d aqerḥan. Aḍiḥan yella dagi, jist dagi
seddaw timiṭ… wa saana lahu abandu wa laqwaysi bihi naquru budɛrihu qibsa frimus… Ar
tewwurt uqerru nneɣ ar lqaɛ umeẓẓuɣ. Wala tura igzaktema acu i tt-yerran, yelli-k-agi… acu
tt-yerran d tagugamt.

Jeddi Yebrahim:

Anɛam a ccix, ad ak-yeɛfu Ṛebbi, yeɛfu lwaldin-ik. Ii!… Ata iqed ata uqabub. Tella yiwet
lḥaǧa kan… I ur fhimeɣ ara mliḥ… imi d-tenniḍ tasa attan ar yidis azelmaḍ, ipi ul, terriḍt-id
ar yidis ayeffus. Icebba-yi Ṛebbi si lekuntrir i tebɣiḍ ad d-tiniḍ?

Si Leḥlu:

Aawwah, tigad-agi zik-nni!... tura nbeddel kullec… Mudirn…Ii…Yak akken… Ii yak akken
ilḥa lweqt ad as-telḥuḍ!.

53
Chapitre II Etre et faire des personnages

Jeddi Yebrahim:

Aaa…Akka!... Iii… nniɣ-ak kan… Tɣileḍ ak illa wacu ssneɣ nekkini.

Si Leḥlu a établi un plan qui permettra a Meḥmud Izubac de s’enfuir avec Lwizat.

Si Leḥlu:

Rbeḥ tafeḍt. Ihi tura nekkini ɣef wakken walaɣ. Ddwawi-agi… Yiwen kan i yellan mačči
sbaɛṭac. D citiṭuḥ n trewla tarebbanit. Tfehmeḍ akka?... Ad as-tesxelḍeḍ mliḥ mliḥ snat
tmeqwa n lmir wesbar akked lamiri ad tent-tessefsiḍ deg waman n ccix… Ma tugi ad tsew
neɣ yella wacu ik-d-tenna, keččini ḥrec… Ur as-tixxie ara alamma teswa kullec.

Meḥmud Izubac:

Yerbeḥ… yerbeḥ a ccix…

Si Leḥlu:

Rbeḥ tafeḍt. Ruḥ tura suffeɣ-itt ar dagi s ajardan, awi-tt ad d-tewwet atur. Bac akken ad as-
ikkes leḥmeq-agi teḥmeq akka. Nekkini ad qqimeɣ dagi ar baba-s, ad as-iniɣ sin wawalen.
Ruḥet. Laɛnaya n nnbi fell-awen. Mi sirtu am waken ik-nniɣ. Wwet azrem. Bit! Wwet azrem
s aqerru.

Ah… Meḥmud Izubac izuɣer yelli-s-nni n Jeddi Yebrahim… Ruḥen.

Les domestiques de Jeddi Yebrahim (Ɛli n Dulu, Wejjir et sa femme Tawejjirt),


partagent le critère de la naïveté. Ils ont cru toutes les conneries racontés par Si Leḥlu.
Comme les deux premiers ont cru se que leurs a dit Lla Taseɛdit a propos de son mari, qu’il
est un bon marabout, il a réalisé des miracles, en ressuscitant des morts. Ils le frappent
jusqu'à ce qu’il accepte d’être marabout. Alors, en arrivant devant leurs maître, ils lui ont
reproduit tous ce que leurs a dit Lla Taseɛdit. Ce qui a poussé Ɛli n Dulu et Wejjir d’insister
sur Si Leḥlu, de croire Lla Taseɛdit. C’est qu’ils étaient dans l’obligation de trouver un
marabout, c’est leurs maître Jeddi Yebrahim qui les a envoiyés dans ce village, ils doivent
exécuter et obéir aux ordres.

Alur dagi tura, dinna deg tezniqt-nni kan anda akken-nni yezdeɣ Si Leḥlu. Ɛli n Dulu akked
Wejjir. Ifellaḥen-nni n Jeddi Yebrahim, atan ma tecfam fell-asen, ih… Ifkaten-id ubrid.
Ttnadin, wissen acu akka la ttnadin…

54
Chapitre II Etre et faire des personnages

Wejjir:

A Ɛli n Dulu, awwa d lmuḥal! I… tura keččini, illa wi tesneḍ dagi deg At Baɛli-agi neɣ ulac,
imi k-id-ceyyɛen, d keččini? Ur ẓriɣ ara nekkini, anda ara t-naf umrabeḍ-agi-inek…

Ɛli n Dulu:

Jeddi Yebrahim inna-yak, ad truḥem ɣer At Baɛli ad iyi-d-tawim amrabeḍ. Aqlaɣ nruḥ-d ɣer
At Baɛli. I… tuḍen yelli-s. Ilaq ad as-nawi amrabeḍ ad as-yaru…..

Ɛli n Dulu:

Ih… ur aɣ-ssawaḍ ara ɣer wayen er nebɣi ara

Si Leḥlu:

A Ṛebbi, a tafat !... sani ɣer i awen-ihwa ad tawḍem. Nnniɣ-awen ur lliɣ d ccix, ur illi… ur
ẓriɣ ara nekkini ac…ac… acu akka d tesxerwiḍem.

Ɛli n Dulu:

Awwa!... waqila ḥaca ddwa-nni-yines kan ara tt-iselken. Inna-yas: “Aweldi ad ak-neqqar.
Ma yehda-k Ṛebbi… d ccix i telliḍ…”

…Wejjir:

I…acu n tmara ik-yerran ? Tettezziḍ tettenḍeḍ…acu ara d-tessaliḍ yaɛni ?

Immeɣ iddem-d aɛekkaz. Wejjir netta ɣur-s dija tahrawat-nni-yines. Ḥbek. Ḥbek…ɣlin fell-as
deg sin yid-sen s yiɛekzan.

Ɛli n Dulu:

Aaa…wi… Aqli nniɣ-ak waqila iḥemmel-ik sidi Ṛebbi. Newwi-yak-id yiwen umrabeḍ
akken-nni…izad.

Wejjir:

Argaz isakay-d lmiytin,ee!...

Tawejjirt:

I melḥen… I lehdur-is umrabeḍ-agi…

55
Chapitre II Etre et faire des personnages

Wejjir:

Ahya a Ṛebbi amer ssineɣ ad hedreɣ akkagi am netta!...

Ajoutant aux caractéristiques déjà mentionnées, Wejjir est jaloux, il n’a pas laissé Si
Leḥlu (le marabout), s’approcher de sa femme Tawejjirt.

Si Leḥlu (ixdem-as akka weḥd-s weḥd-s): « A…paa….paa…paaa… Ay akka d amersun!”


(inneqlab ar Twejjirt, yebda): “Na na na na naa na niiii, na na na na naaa na niii, ni ni ni ni ni
ni ni… » Inna-yas: « Am wakken is-yeqqar Muḥemmed Ceqqar, ad am-aruɣ aruɣ-am I
yecben iḥelwiḍen”

Wejjir ineggez-d: “Ma yehda-k Ṛebbi, ay amrabeḍ, eǧǧ tameṭṭut-iw trankil.”

Si Leḥlu:

Ay amessas!... Nekkini ferḥeɣ yis-wen,ee… Aɛni ur tebɣiḍ ara imi ferḥeɣ yis-wen?..

Wejjir:

Freḥ akk yid-i ma tebɣiḍ, jmafu. Mi akked tameṭṭut-iw, nniɣ-ak…ee…ee… ayennat-agi!

Lla Taseɛdit est un personnage têtue et nerveu. Elle se querellait souvent avec son
mari Si Leḥlu, qu’il a labitude de la frapper, parce qu’elle ne retienne pas sa langue, elle ne
mesure pas ses paroles. Mais, un jour, elle a décidé de se vanger de lui, elle planifié dans sa
tête comment faire pour qu’il serait battu comme il été elle. Elle se croise avec les
domestiques de Jeddi Yebrahim qui cherchent un marabout, comme elle est intelligente,
elle a sésait l’occation pour se vanger. Elle les oriente vers son mari, elle a inventé des
histoires, pour les convaincre qu’il est marabout. Elle leurs précise qu’il ne va pas avouer ce
qu’il est jusqu'à ce qu’ils le frappent. Le plan de cette première a réussi.

Si Leḥlu akked temɣart-is, Lla Taseɛdit, ahand sekren-tt diɣen….

Si Leḥlu:

Ad kem—sbezgeɣ!

Lla Taseɛdit (iḥeml-d wasif-is, tekkes amendil; imeṭṭawen axlul…tenna-yas): “Axaṭer d


tarkast ay deg-k; d yir terras, ih! D axeddaɛ, d akeddab, d ameɛwaju. Alɛar… wellah ma
teswiḍ akka…tik!...” (sitadir iccer-nni sterḍiqen s tuɣmas).

56
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Leḥlu:

Aa bu… safik ihi d aɛekkaz i tebɣiḍ? (idem-d aɛekkaz, intab-itt).

Lla Taseɛdit (nettat teqqar-as kan): “…Aha tura, ah… imi akkagi i as-yehwa, briɣ i nnana-s
ar d as-smecḥeɣ taɣebbart… imi yebɣa tin uɛekkaz. Ipi” (Lla Taseɛdit tewwet aqeruy-is ɣer
lqaɛa. Tcax akken-nni weḥd-s weḥd-s. Ii…Dɣa temtapuni-ten): “A nnbi! Aaa…semmeḥiyi,
wellah ma walaɣ-ken-id. Iruḥ uqerruy-iw. Ttnadiɣ yiwet n lḥaǧa akken-nni deg uqerry-
iw…”

Ɛli n Dulu:

A yexti yal yiwen d aɣbel i t-yerḥan. Ula d nekkni tufiḍ-aɣ-d nettnadi, tifin ulac.

Lla Taseɛdit:

Kenwi mačči n dagi. Tura ma d ayen iwumi zemreɣ ad ken-ɛiwneɣ. Acu tettnadim akka?

Ɛli n Dulu:

Ihi ma tɛawneḍ-aɣ, wellah ar ɣas. Axaṭer aqlaɣ netthummu kan. Ayexti tura nekni, nettnadi
amrabeḍ win yessnen akka ciṭuḥ i tira-agi, ma yella win tessneḍ. Axaṭer d yelli-s n Jeddi
Yebrahim i yuḍnen… Teggugem, ur kem-ɛniɣ.

Lla Taseɛdit (texdem-as akka weḥd-s weḥd-s): “Ad as-andiɣ taxeffet i umaɛwaju-nni-inu, ad
t-tewwet…menṭeq” (Tenna-yasen): “Atan ihi waqila tesɛam zzher kenwi. Ssneɣ yiwen
akken-nni, d amrabeḍ yerna mačči d tikellax. Mmi-s n Si Muḥend Saɛid At Umeẓyan At
Baɛli… Atarwa, ssnen-t akk madden. D baba-s i as-tt-id-yeǧǧan. Ulac win i as-izemren”.

Ɛli Dulu:

Mmi-s n Si Muḥend Saɛid At Umeẓyan, ih… Atan ihi, ma yehda-kem Ṛebbi, mlaɣ anda ara
t-naf.

Le personnage Zi Belqasem est sage et patient, parce que quand il a intervenu pour
mêtre fin à la dispute entre Si Leḥlu et Lla Taseɛdit, les deux l’ont mal traité. Ils l’ont même
insulté et frappé, mais lui il a gardé son sang froid. Il s’est éxcusé auprés d’eux et a regretté
d’être intervenu.

Zi Belqasem ata isderbez-d. Zi Belqasem d lǧar nnsen. Isla-d i leɛyaḍ, yuzzel-d.

57
Chapitre II Etre et faire des personnages

Zi Belqasem:

Ah! Ah ! Ah… Ilha leɛqel. Ad ixzu Ṛebbi cciṭan! Aḥeq jeddi-k ma tɛawdeḍ-as!.

Lla Taseɛdit:

I tura keččini…. i ma d nekkini i-as-yennan wwet-iyi !...

Zi Belqasem:

Yyaah!... Ad ken-iɛin Ṛebbi ihi.

Lla Taseɛdit: (Tečča-t akken, winna ittwexxir timendeffirt, nettat tettabaɛ deg-s.) Tenna-yas:
« D acu…. N tɣeṭṭen tnehreḍ?! »

…Zi Belqasem :

Ḍelmeɣ… Ad kem-ihdu Ṛebbi, qil-iyi!

Lla Taseɛdit:

A yyaw ad teẓrem! Zi Belqasem ḥaca-k a lleft, yebbilizi!... Ad asen-ikkes i yirgazen s


cclaɣem nnsen, ur kkaten ara tilawin nnsen!

Zi Belqasem:

Uɣal-d ay awal s imi.

Lla Taseɛdit: ( Ssak, tecɛel-as s ubeqqa) “Hak ihi! …D aya i ɣef tettnadiḍ?...”

Zi Belqasem (Iṭṭef amayeg-is, tik, rik, tik, tik, yuɣal ar Si Leḥlu): “Smmeḥ-iyi, a Si Leḥlu.
Deg leɛnaya-k smmeḥ-iyi” (Ijmeɛ-d aɛekkaz-nni, axaṭer Si Leḥlu nniqal ibra-yas. Zi
Belqasem ijmeɛ-as-t-id): “Ax aɛekkaz, rnu-yas….Rnu-yas… Ad k-id-ɛawneɣ ma tebɣiḍ…”

… Si Leḥlu:

Yiwen nu… nu… nu… teggareḍ iman-ik dagi deg wayen I k-yexḍan. Tecfiḍ amek i as-
yenna Ccix Muḥend? …Ur ggar ara iman-ik gar useksut d terbut. Ffeɣ!... Ffeɣ!... Ad k-
isuffeɣ Ṛebbi i lqum n usɣar. (Iɣli fell-as s uɛekkaz-nni. Zi Belqasem iffeɣ yir tuffɣa).

Le caractère du personnage Jeddi Yebrahim est instable. Il change selon les situations,
les personnages auxquels il s’adresse. Il est toujours précis. Il est impatient de voir le

58
Chapitre II Etre et faire des personnages

marabout, qu’ont cherché Ɛli n Dulu et Wejjir pour qu’il puisse guérir sa fille unique
Lwizat. Et ce, pour qu’il puisse la marier avec un homme âgé qui a de l’argent. Ce qui
montre que, c’est l’argent qui l’intéresse, et non pas la santé de cette dernière.

Jeddi Yebrahim :

Ḥareɣ bɣiɣ ad t-ẓreɣ. Ii….sekcemt-tt-id tura.

Ɛli n Dulu:

Ii… Atan Si Muḥand Umaṭac-nni yeɛǧeb-as i Jeddi-k Yebra… Ulamma d amɣar, mi… ii…
yesɛa apansyu, a winnat.

Jeddi Yebrahim:

D lɛali Mḥend ɣas aɣ-it! … Argaz ittɣemmiz i frank, ee… Nekkini, ad as-fkeɣ yelli…
Tebb… Iba nekkini, bɣiɣ win isɛan yemmat-sen!

Jeddi Yebrahim:

Ihi mazal-as ad ixdem aṭas, aṭas iseggasen akka ar zdat. Bac akken ad d-ilḥeq ɣur-I nekkini.
Iiii!... Dɣa s tidet-im!... Wagi melmi kan i yebda ixeddem, wayeḍ iwwi-d apansyu. Anwa ay
axir? Axir win i d-iwwin apansyu. Lukan i sɛiɣ apansyu nekkini tilaq ur iyi-d-tettafeḍ ara
dagi !...

Bien que Jeddi Yebrahim soit intelligent et curieux, il cherche à les comprendre tous.
Il est aussi ignorant et trop naif, parce qu’il a cru toutes les conneries que disait Si Leḥlu.
Comme il est ignorant, il ne savait rien en ce qui concerne la religion et le Coran.

Si Leḥlu : (…Aɛmam akked uqendur a sidi… Irna-d ttesbiḥ i tu ibazar… ixdem-as akka) :
« Ihi mala… am wakken i d-inna Ṛebbi sebḥanu deg wawal-is… Ee… Inna-d ccraɛ s iɣimi,
mačči s ibeddi ».

Jeddi Yebrahim:

Anɛam a ccix… Nekkini ɣileɣ d inisi I s-yennan akka.

Si Leḥlu:

Ehe… Mačči d inisi. Wagi iwessa-d fell-as nnbi.

59
Chapitre II Etre et faire des personnages

Jeddi Yebrahim:

Iwessa-d fell-as nnbi…?... Yyaah?

Si Leḥlu:

Anɛam, ih… Yella… Yella…

Jeddi Yebrahim:

Anta tasuret?

Si Leḥlu:

Anta tasuret…? Eee … Tasuret-nni n tɣimit.

Jeddi Yebrahim:

Aa… Ma yella iwessa-d fell-as nnbi… Eee… Ilaq ad neqqim. Ah… Ata ukersi. Aa… Qqim
a sidi welbaba….

Jeddi Yebrahim:

Anɛam a ccix, ad ak-yeɛfu Ṛebbi , yeɛfu i lwaldin-ik. Ii!...Ata lqeḍ ata uqabub. Tella yiwet
lḥaǧa kan… I ur fhimeɣ ara mliḥ… Imi d-tenniḍ tasa attan ar yidis azelmaḍ, ipi ul, terriḍt-id
ar yidi-s ayeffus. Icebba-yi Ṛebbi silkuntrir i tebɣiḍ ad d-tiniḍ?

Si Leḥlu:

Aawwah, tigad-agi zik-nni!... Tura nbeddel kullec… Mudern… Ii… Yak akken… Ii yak
akken ilḥa lweqt ad as-telḥuḍ!

Jeddi Yebrahim:

Aaa… Akka!...Iii… Nniɣ-as kan… Tɣileḍ akk illa wacu ssneɣ nekkini…

Même si Jeddi Yebrahim est gentil, poli et calme avec Si Leḥlu, en lui souhaitant la
bienvenue, en utilisant les forme de politesse « Anɛam a ccix, ad ak-ibarek Ṛebbi a Ccix ».
Mais quand il s’énerve, il devient méchant et agressif, il ne sait pas ce qu’il fait, ce qu’il dit.
Il ne se contrôle pas, il insulte beaucoup, il fait recoure aux menaces quand il a su que Si
Leḥlu a aidé Meḥmud Izubac, pour s’enfuir avec Lwizat.

60
Chapitre II Etre et faire des personnages

Jeddi Yebrahim:

Inna-yas i Si Leḥlu: “A mreḥba yiss-k a Ccix. Mreḥba yiss-k a sidi ar uxxam-agi.”

Jeddi Yebrahim:

Inɛa ddin n llaɛb am wagi! Ma yeffuhri, ad iffuhri kana f yiman-is!

Jeddi Yebrahim iṭṭef aqerru-yis, inna-yas: “Kullfeɣ-am kra i ɛettbeɣ fell-am!... Aaah… Aa…
Amek, a ccix?! Bla ddin ɛemmar-ik… Ulac din…. Ad ak-fiziyiɣ. »(Inna-yas i Wejjir):
« Ṭṭef-it keččini ɣur-k ad irwel. Ad d-awiɣ tamegḥelt-nni-inu, ad t-fiziyiɣ!”

Lwizat est très intelligente et rusée. Elle a dupé son père, en faisant semblance d’être
malade, pour échapper au mariage d’intérêt qu’a décidé Jeddi Yebrahim. De plus, elle a
beaucoup de courage, parce qu’elle a fait la tête à son père, quand elle lui a dit qu’elle
préfère maitre fin à ses jours que de se marier avec celui qu’elle n’aimait pas. Elle a rajouté
que si elle ne se mari pas avec Meḥmud Izubac, elle ne se mariera jamais.

Meḥmud Izubac:

A wlidi, anɛam a ccix, ihi i yellan… Taqcict-agi, aṭan-is d lekdeb, ur tuḍin ara. Dnettat kan i
yerran iman-as tuḍen. Alur tura wwin-tt ar sbiṭar, wwin-tt ar ṭbib… Kulwa acu isen-d-
yenna… Wa d aqerru-yis…

Si Leḥlu:

Ini ɛuhdeɣ Ṛebbi ar akkagi i yella lḥal ?

Meḥmud Izubac:

Aḥeq baba-k u Jeddi-k ihi, anɛam a ccix… Ar ḥaca kan… Iii… Parsk illa win i tebɣa… Ipi
terra iman-is teggugem bac akken imawlan-is ur tt-ttaken ara i wayeḍ.

Lwizat:

Ih neṭqeɣ-d. Lameɛna, a baba, neṭqeɣ-d bac akken ad ak-d-iniɣ bellik ma yexḍa Meḥmud
Izubac, nekkini wellah ma jewǧeɣ-tt! Wala! Ipi ihwa-yak kan tettruẓuḍ aqerruy-ik… Bu
punsyu-nni-yinek… Fkiɣ-t i sidi Ɛebdennaser At Sidi!

61
Chapitre II Etre et faire des personnages

Lwizat:

Ɣas d baba i telliḍ… Iba er tesɛiḍ ara lderwa ad iyi-tefkeḍ i win ur iyi-nehwi ara.

Lwizat:

Ad greɣ iman-iw ar lbir ay axir wala ad aɣeɣ win ur iyi-nehwi ara.

Jeddi Yebrahim:

Jmaɛliman ar ḥaca d bu pansyu-nni ara taɣeḍ!

Lwizat:

S yemma, a lukan ad mmezleɣ!

Le personnage Meḥmud Izubac est patient et sage, parce qu’il n’a pas perdu espoir ou
désister, en ce qui concerne son mariage avec Lwizat, malgré que Jeddi Yebrahi, le père de
cette dernière l’a refusé, mais lui il a fait tout son possible pour l’avoir, il a profité la venu
du marabout Si Leḥlu a qui il tout expliquer, ce dernier l’a aidé a entré dans la maison de
Lwizat, en se déguisan en taleb, c’est ainsi qu’il réussi à duper le père et s’enfuir avec elle.

Meḥmud Izubac:

Anɛam a ccix, a wlidi tura… Ad nhedder, ad nettemsefham. Wala, tura… Nekkini qqaren-iyi
Meḥmud Izubac. Usiɣ-d ar Lwizat-agi i d-teẓriḍ akka tura, dumandiɣ-tt. Ipi baba-s yugi-yi.

Meḥmud Izubac:

Ih… Tura ma bɣiɣ ad tt-ẓreɣ, ur iyi-ttanef ara baba-s.

Meḥmud Izubac:

Tura nniɣ-as… Ma yehda-k Ṛebbi… Amar ahat ad iyi-tɛawneḍ… Deg laɛnaya-k, a ccix…
Ḥala keččini i izemren ad iyi-tesɛeddiḍ ar ɣur-s. Ilfuf ad iyi-tesɛeddiḍ ad tt-ẓreɣ… Neɣ
mulac… U…U… Ur ẓriɣ ara anda ara d-griɣ.

Si Leḥlu:

Ih… Yya-n ay argaz n lɛali, sefhem-iyi-d. Awwa, nniɣ-ak sasebwa keččini d argaz n lɛali.
A… Atan dɣa, awer iyi-yeg Ṛebbi d amrabeḍ !... Ar taqcict-agi… Swa ad ak-id-tsaḥ i keččini,
swa ad tekribi!

62
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Leḥlu:

Ad fell-ak isteqsi lxir. Ruḥeɣ kan wwiɣ-d aqcic-agi. (Sitadir Meḥmud Izubac-nni, ah…),
itmerbuḥt-nni cwi-tt kra?

Jeddi Yebrahim:

Anwa-t uqcic-agi i d-tewwiḍ yid-k ?

Sitadir Meḥmud Izubac-nni. Netta Meḥmud Izubac ilsa aqendur, aɛmam… Ur t-ttaɛqaleḍ ara d
netta.

…Ah… Meḥmud Izubac izuɣer yell-is-nni n Jeddi Yebrahim… Ruḥen.

Wejjir ata isderdef-d tazla, isfiglit… : « A Jeddi Yebrahim !... A Jeddi Yebrahim !... Ahya a
sebɛa saɛqat, a terwel!! Empt… Aa… Akked Meḥmud Izubac, ṭṭaleb-nni… A d netta ziɣen.
Ah… Atah, atah ccix-nni… D wagi is-d-imlan abrid, atah…”

En ce qui concerne les deux personnages, Mḥend Ukennas et son fils Buɛlam
Ukennas, ils sont trop naïfs, parce qu’ils ont cru en capacités de ce faux marabout Si Leḥlu,
qui les a dupé a son tour.

Mḥend Ukennas:

Anɛam a ccix, wellah ar m ssbeḥ nḥewwes aɛlik.

Mḥend Ukennas:

Ii… Nniɣ-as ammar ahaat ad as-d-taruḍ sin iseṭṭiren n bermisal-nni, ammar ahat ad teḥlu.

… Si Leḥlu:

Ad awen-aruɣ taḥerzett… Apri mi ara tawḍem s axxam gret-tt deg ufenǧal n waman. Apri
aman-nni ilaq-as ad tt-sess seg-sen ciṭuḥ tasebḥit, ciṭuḥ tameddit.

Buɛlam Ukennas:

Anɛam a ccix… A… ad k-iǧazi Ṛebbi s lxir… Ciṭuḥ tasebḥit, ciṭuḥ tameddit, ih.

Mi alur… Bab n Lqahwa-nni ziɣ ur as-yeɛǧib ara lḥal. Ata ineggez-d. Inna-yas i Si Leḥlu:
« Amek akka tura keččini ?! Dagi ara iyi-tesṭaliḍ lbiru-yinek neɣ !...

63
Chapitre II Etre et faire des personnages

Si Leḥlu:

Iẓra Ṛebbi acu d-ifka deg uɣyul, ikkes-as acciwen.

Yuɣal ar Mḥend Ukennas akked mmi-s, inna-yasen: “Isk ttkellixeɣ fekk-awen?”

Mḥend Ukennas akked mmi-s nnan-as: “Aa… Ḥaca, a ccix… Wwaah!... Lḥu-n tura, ur as-
sɣad ara i wihin”.

III. Le faire :

Après avoir inventorié les rôles thématiques (domaine de l’être) des personnages, nous
passerons au domaine de l’action (le faire) des personnages, sachons que selon Michel Erman:
«Agir dans le roman veut dire, c’est modifier des états de faits plus ou moins subordonnés les
uns aux autres, qui, donc, se répondent et se transforment, et cela relativement à un individu-
sujet 20». Mais l’action ne signifie pas toujours quelqu’un qui agit.Si le personnage peut être
«l’agent » d’une action et peut marquer la réalité de manières différentes, il peut aussi occuper
le rôle de « patient », c'est-à-dire subir les évènements qui peuvent, par exemple, modifier ses
états de consciences21. Il peut aussi être un « bénéficiaire » et profiter des actions et des
changements qui s’opèrent.

Après l’exploration de la catégorie de l’être, et le repérage de quelques rôles


thématiques, l’analyse du faire passera nécessairement par la localisation des rôles actantiels
des personnages. L’étude des rôles actantiels sera appréhendée à travers l’étude des
programmes narratifs dans lesquels sont marqués les personnages. Dans tout programme
narratif est présenté un Sujet à la quête d’un objet, poussé par un destinateur en vue de
bénéficier un destinataire. Tout Sujet est aidé dans sa quête par des adjuvants et repousser ou
empêché par des opposants.

III.1. Le faire des personnages du texte Tacbaylit :

Dans le texte Tacbaylite, nous pouvons dénombrer quatres programmes narratifs. Le


premier concerne l’acquisition de la jarre, c’est le programme principale, autour du quel
s’agencant les autres programmes qu’on peut consédérer comme secondaires, ou comme
séquences. Le second, concerne l’acquisition du raccommodeur. Le troisième, est

20. Michel ERMAN, op.cit, p.86


21. Ibid.

64
Chapitre II Etre et faire des personnages

l’acquisition de la liberté du raccommodeur. Le dernier, concerne le payement de la jarre par


le raccommodeur, pour avoir sa liberté qu’il demande au maître.

III.1.1. Le sujet: (les fournisseurs, les domestiques, Jeddi Yebrahim, Si Qasi):

Les fournisseurs sont le sujet du premier programme narratif de ce texte, ils ont
fournis une jarre au personnage Jeddi Yebrahim, dans laquelle il va maittre son l’huile
d’olive.

Les domestiques de Jeddi Yebrahim, sont les destinateurs du second programme


narratif, c’est eux qui ont amené le raccommodeur (Si Qasi) pour réparer la jarre fessuré de
leur maître.

Le troisième programme narratif est mené par le sujet Jeddi Yebrahim, dans l’intérêt
du personnage Si Qasi qui est le destinataire de ce programme centré sur l’objet de la
libération de ce dernier personnage.

Dans le quatrième programme narratif, Si Qasi est le sujet de quête du payement de la


jarre, pour que le maître Jeddi Yebrahim accepte de la casser, afin que ce premier puisse
sortir, et être libérer.

III.1.2. L’objet: (Tacbaylit, Si Qasi, libération, payement):

Tacbaylit est l’objet valeur de la quête du premier programme narratif, c’est Jeddi
Yebrahim qui la commender chez des fournisseurs des At Frah.

Le personnage Si Qasi est l’objet valeur de la quête du second programme narratif,


c’est les domestiques de Jeddi Yebrahim qui ont pri l’initiative de l’emner pour qu’il répare la
cruche de leur maître.

Le troisième programme narratif est centré sur la demande de libération du personnage


Si Qasi qui est coincé à l’intérieur de la jarre, mais le maitre ne l’a pas accepté.

Le dernier programme narratif est centré sur l’objet de quête qui est le payement du
tière du prix de la jarre par Si Qasi, afin que le maître accepte de la casser pour le libérer.

III.1.3. Le destinateur: (Jeddi Yebrahim, les domestiques, Si Qasi):

Le personnage Jeddi Yebrahim est le destinateur du premier programme narratif, c’est


lui qui a comendé la jarre aux fournisseurs.

65
Chapitre II Etre et faire des personnages

Les domestiques de Jeddi Yebrahim sont les destinnateurs du second programme


narratif, parce que c’est eux qui ont proposés à leur maître de confier la jerre au
raccommodeur Si Qas, pour qu’il la répare.

Si Qasi est le destinateur du troisième programme narratif, c’est lui qui a demandé à
Jeddi Yebrahim de le libérer, en cassant la jarre.

Le maître Jeddi Yebrahim est le destinateur du dernier programme narratif, parce que
c’est lui qui a demendé au raccommodeur Si Qasi de payer la jarre pour le libérer.

III.1.4. Le destinataire: (Jeddi Yebrahim, Si Qasi):

Le personnage Jeddi Yebrahim est le destinataire du premier programme narratif, c’est


lui qui a comendé cette grosse jarre au fournisseur, pour qu’il puisse consservé son huile
dans cette dernière.

Jeddi Yebrahim est le destinataire du second progarmme narratif, parce que ces
domestiques ont cherchés le raccommodeur Si Qasi dans son intérêt.

Le distinataire du troisième programme narratif est Si Qasi, parce qu’il a demandé au


maître de casser la cruche dans son intérêt, c’est lui qui est coincé à l’intérieur de cette
dernière.

Le destinataire du dernier programme narratif est Jeddi Yebrahim, c’est lui qui
bénificiera de la somme que doit payer le raccommodeur, pour que ce premier casse la cruche
et le libére.

III.1.5. Les adjuvants: (les domestiques, Miṭr Budima):

Dans le premier programme il n’y a pas d’adjuvants.

Les domestiques sont les adjuvants dans la quête de l’objet valeur Si Qasi du second
programme narratif.

Miṭr Budima est l’adjuvant de Si Qasi, dans le troisième programme narratif, parce
qu’il a setenu se dernier, en disant au maître qu’il doit libérer le raccommodeur, parce qu’il
n’a pas le droit de lisser dans la jarre.

66
Chapitre II Etre et faire des personnages

Dans le dernier (pn) c’est le personnage Miṭr Budima qui est aussi l’adjuvant du
maître Jeddi Yebrahim, qui a demandé au raccommodeur de payer le tière du prix d’achat de
la jarre au maître, afin que ce dernier le libère.

III.1.6. Les opposants: (Jeddi Yebrahim, Si Qasi):

Dans le premier programme narratif, il n’y a pas d’opposants pour l’acquisition de


l’objet valeur de la jarre.

Le personnage Jeddi Yebrahim est l’opposant de l’acquisition de l’bjet valeur du


second (pn) qui est le raccommodeur, parce qu’il n’admet pas que la cruche peut être réparé.

Dans le troisième (pn) c’est le maître Jeddi Yebrahim qui est l’opposant de la quête de
l’objet valeur, qui la libération du raccommodeur Si Qasi, parce qu’il ne veut pas casser la
jarre une autre fois apés l’avoir réparé.

Dans le dernier (pn), Si Qasi est l’opposant de Jeddi Yebrahim, qui exige à se premier
de payer le tière du prix d’achat de la jarre, pour qu’il accepte de la casser pour le libérer.

Les programmes narratifs dénombrés, peuvent être shématisés comme suit :

PN1: acquisition de la jarre :

Destinateur Objet Destinataire

Jeddi Yebrahim Tacbaylit Jeddi Yebrahim

Adjuvants Sujet Opposants

Fournisseurs

PN2 : acquisition d’un réparateur:

Destinateur Objet Destinateur

Les domestiques Si Qasi Jeddi Yebrahim

Adjuvants Sujet Opposants

Les domestiques Les domestiques Jeddi Yebrahim

67
Chapitre II Etre et faire des personnages

PN3: demende de libération:

Destinateur Objet Destinataire

Si Qasi La libération Si Qasi

Adjuvants Sujet Opposants

Miṭr Budima, les domestiques Jeddi Yebrahim Jeddi Yebrahim

PN4: demande du payement de la jarre:

Destinateur Objet Destinataire

Jeddi Yebrahim le payement Jeddi Yebrahim

Adjuvants Sujet Oppasants

Miṭr Budima Si Qasi Si Qasi

III.2. Le faire des personnages du texte Si Leḥlu:

Nous avons deux programmes narratifs, dans le texte Si Leḥlu. Le premier concerne
l’acquisition du marabout (Si Leḥlu), le second concerne l’acquisition de la bienne aimé de
Meḥmud Izubac Lwizat.

III.2.1. Le sujet (Wejjir/ Ɛli n Dulu, Meḥmud Izubac):

Ɛli n Dulu et Wejjir sont le sujet de la quête du premier programme narratif, ils sont
partis à la recherche d’un marabout qui puisse guérir la fille du maître Jeddi Yebrahim. En
partant (Ɛli n Dulu et Wejjir) n’ont aucune aidé quels marabout qu’il faut chercher, ils se
sont rendu chez les At Baɛli comme leurs a dit leurs chef, mais ils ne savent pas comment
faire, jusqu’à ce qu’ils se croisent avec Lla Taseɛdit qui les a orienté vers Si Leḥlu, son mari,
qui n’est pas un marabout, ils ont cru tous ce que leurs a dit cette dernière, sans réflichir, ils
l’ont amené chez leurs maître en tant que marabout.

Le personnage Meḥmud Izubac est le sujet du deuxième programme narratif, c’est lui
qui méne la quête de l’objet valeur qui est sa bienne aimé Lwizat, la fille de Jeddi Yebrahim.

68
Chapitre II Etre et faire des personnages

Il fait tout son possible pour épouser cette dernière, sachons que le père de la fille ne l’a pas
accepté comme jondre, parce qu’il préfère un autre qui a de l’argent.

III.1.2. L’objet (Le marabout (Si Leḥlu) et Lwizat):

Le marabout est l’objet de la quête du sujet Ɛli nDulu et Wejjir, on partant à la


recherche de se marabout, Lla Taseɛdit les a dupés, alors c’est son mari SI Leḥlu qui est
devenu l’objet de leurs quête, il le devient malgré lui, parce qu’il ne l’est pas en réalité.

Lwizat est l’objet valeur du deuxième programme narratif, c’est a cause d’elle que
Meḥmud Izubac (le sujet) s’est déguisé en taleb pour pénétrer dans leur maison, c’est son
amour pour elle qu’il a poussé à réagir ainsi.

III.1.3. Le distinateur (Jeddi Yebrahim, Meḥmud Izubac):

Jeddi Yebrahim est le distinateur de cette première quête, parce que c’est lui qui a
envoyer ces domestiques Ɛli n Dulu et Wejjir, à la recherche d’un marabout, c’est ainsi
qu’ils se sont rendu chez les At Baɛli, et parce que leurs chef été éxagérant et
incompréhensif, ils ont intérêt de le trouver, alors dés que Lla Taseɛdit leurs a parlés de Si
Leḥlu, ils ont cru tous ce que leurs a dit, ils le ramènet chez leurs maître en tant que
marabout.

Meḥmud Izubac est le distinateur du deuxième programme narratif, c’est lui qui a pri
l’initiative de demander l’aide de Si Leḥlu, pour entrer à la maison de Jeddi Yebrahim, qui
l’empèche de voir celle qui aime Lwizat.

III.1.4. Le distinataire (Lwizat, Meḥmud Izubac):

Lwizat est la bénificière ou le distinataire du premier programme narratif, parce qu’en


fesant semblance d’être malade, son père Jeddi Yebrahim a envoyé Ɛli Dulu et Wejjir à la
recherche d’un marabout, dans le but de la guérir.

Meḥmud Izubac est bénificié de sa quête, du (pn 2) qui est son amour Lwizat, il a
profité de la fausse maladie de cette dernière, ainsi que de la venu du marabout pour se
déguiser en taleb, et s’enfuir en fin de compt avec Lwizat.

69
Chapitre II Etre et faire des personnages

III.1.5. Les adjuvants (Lla Taseɛdit, Si Leḥlu):

Lla Taseɛdit est l’adjuvante dans le (pn1), c’est elle qui a orienté Wejjir et Ɛli nDulu
vers son mari Si Leḥlu, ces deux dernièrs étaient perdus, ils ne savent pas comment faire pour
trouver un marabout, pour satisfair leurs maître, alors quand ils se croisent avec Lla Tseɛdit,
les aide dans leurs quête, malgrés que son mari n’est pas marabout, il le devient malgrés lui,
parce que ces deus premiers ont utilisés la force avec lui, comme leurs a dit Lla Taseɛdit.

Si Leḥlu est devenu l’adjuvant dans le (pn2), parce que en entendant l’histoire de
Meḥmud Izubac et de Lwizat, il décide de les aider à s’enfuir ensemble, en faisant entrer
Meḥmud Izubac dans la maison de Jeddi Yebrahim, en tant que taleb, sans que ce dernier se
rend compte.

III.1.6. Les opposants (Si Leḥlu, Jeddi Yebrahim et les domestiques):

Si Leḥlu est l’opposant de la quête du (pn1), parce qu’il n’a pas voulu admettre et
accepté d’être le marabout que cherché Wejjir et Ɛli n Dulu, parce qu’il ne l’est pas en réalité,
alors il subira des coups de batons, pour admettre cette fausse profession de marabout que lui
a assigné sa femme pour se vanger de lui.

Dans le deuxième programme narratif, c’est Jeddi Yebrahim et ses domestiques (Ɛli n
Dulu et Wejjir) qui sont les opposants de Meḥmud Izubac dans la quête de l’objet Lwizat, ces
premiers empèchent les seconds de ce rencontrer et de ce voir, parce que Jeddi Yebrahim veut
marier sa fille à un homme qui a une pension, mais pas a un homme qui vient de commencer à
travailler.

Nous pouvons chématiser ces deux programmaes narratifs comme suit :

Programme narratif 1: acquisition de l’objet (marabout) :

Distinateur Objet Distinataire

Jeddi Yebrahim marabout (Si Leḥlu) Lwizat

Adjuvant Sujet Opposant

Lla Taseɛdit Ɛli n Dulu et Wejjir Si Leḥlu

70
Chapitre II Etre et faire des personnages

Programme narratif 2: aquisition de l’bjet Lwizat :

Distinateur Objet Objet Distinataire

Meḥmud Izubac Lwizat Meḥmud Izubac

Adjuvant Sujet Opposant

Si Leḥlu Meḥmud Izubac Jeddi Yebrahim et les domestiques

IV. Les types des personnages des textes kabyles :

Après avoir relevé l’être et l’analyse du faire, ces deux catégories doivent être reliées
pour construire tout le signe du personnage. L’articulation et l’assemblage de l’être et du faire
aide à construire des « types » de personnages. Le type « est un personnage conventionnel
possédant des caractéristiques physiques, physiologiques ou morales connues d’avence par le
public et constantes pendant toute la pièce »22 .

Beaucoups d’auteurs se sont attachés à décrire des « types » de personnages qui seraient
applicables à tout récit. La typologie la plus récurrente, que reprend M.Erman, est celle des
personnages principaux et des personnages secondaires23.

22
. Patrice Pavis, op. Cit, p. 394.
23
Michel Erman, op.cit, p.109.

71
Chapitre II Etre et faire des personnages

IV.1. Typologie des personnages du texte « Tacbaylit » :

Le personnage Type du personnage


Pricipal Secondaire Social Comique
Jeddi Yebrahim + + +
Wejjir + +
Ɛli n Dulu + +
Ḥlima n Tala + +
Smina n Tala + +
Tajilbant + +
Wejṭuṭi + +
Si Qasi + +
Bu Leɣbar + +
Miṭr Budima +
Bubrun + +

IV.1.1. Les personnages principaux :

Les personnages principaux sont déterminés par leur faire (impliqués dans le plus
grand nombre d’actions) et leur être (transformations de leurs états du début vers la fin de
l’histoire)24.

Le personnage Jeddi Yebrahim, est un personnage principal, parce que


quantitativement, il est presque présent dans toutes les scènes du texte et les dialogues,
même quand il est absent, il ne participe pas dans les dialogues, les autres personnages
parlent de lui, ils pronnancent souvent son nom, parce que c’est lui le maître, ils travailent
pour lui, ils font toujours référence à ce premier. Ajtoutant à cela, il est le sujet de toutes les
discussions entre les autres personnages, parce qu’il assume le rôle du distinateur et du
distinataire.

Ɛlin Dulu:

Ad kent-id-iẓer Jeddi Yebrahim ad teẓremt, rjumt kan ad d-iḍil deg ubalku.

24
Ibid, p 109-110.

72
Chapitre II Etre et faire des personnages

Bubrun:

D Jeddi Yebrahim i d-yennan, yufa-yaɣ-in nleggi, yenna-d dayen.

Ɛli n Dulu:

Yenna-yawen dayen ?! Yenna-yawen ad truḥem?!

Jeddi Yebrahim, est principal, parce que qualitativement, il excerce une très grande
influence sur tous les autres personnages du texte, il a toujours le dernier mot, ces paroles
sont pertinentente, il ne change pas d’avis facilement, parce qu’il a un caractère très difficile
qui se métamorphose ; il arrive toujours à convaincre et à soumettre son entourage à sa
volonté. Par exemple, il a convaincu le personnage Buleɣbar de faire le travail comme il a
recommandé, ainsi que pour le personnage Si Qasi, qui a cidé lui aussi à la volenté du
premier, en acceptant de faire les agrafes en plus du mastic.

Jeddi Yebrahim :

Muḥemmed rasul llah, ah wah yeqqur uqerruy-is, ad yeg Ṛebbi tiṭuṭac ad yeg ṛebbi…

Si Qasi :

Tudswit yekmasa, mi sennig wul, ijbed-d tabernint deg ubazar-nni-yines yebda ifellu tiṭuṭac.

Un autre personnage qui est aussi principal est Ɛli n Dulu, parce qu’il est le bras droit
de Jeddi Yebrahim (le maître), il est au courant de tous ce qui se passe dans la ferme, en plus,
il est comme l’ombre du maître, c’est lui qui assume la résponsabilité du déroulement du
travail dans la ferme, quand le maître est absent. Quantitativement Ɛli n Dulu est presque
présent dans toutes les scènes.

Quantitativement, le personnage Miṭr Budima ne fégure pas dans beaucoups de


scènes, mais il est aussi principal, parce qu’il est indisponsaple pour le maître, ce dernier fait
toujours appelle à lui pour qu’il lui règle ses problèmes, lui trouver des solutions, pour mettre
fin à ses disputes qui ne cesse pas avec son entourage.

Jeddi Yebrahim :

…. Ula d nekkini drewḍeɣ labuka deg uxxam-iw nekkini smeḥsiseɣ i widak-a, ma terreẓ
weḥd-s sik tesɛa ddifu. Ddin n Ṛebbi spurṭa teṭṭenṭun-iyi mi akken i yi-tt-id-wwin teṭenṭun
amzun akken d nnaqus, nekkini ṭṭfeɣ-tt… 180 alef mil ruḥent kan akka.

Jeddi Yebrahim i Si Qasi :

Ceyyɛeɣ ar labuka tura ad d-yaweḍ, d netta ara aɣ-tt-id-yefrun, un atundun, tacbaylit-agi inu !
Ipwi acḥal i yi-tettalaseḍ tura, i wi tjebreḍ-tt zeɛma!

73
Chapitre II Etre et faire des personnages

IV.1.2. Les personnages secondaires:

Les personnages féminins (Smina n Tazart, Ḥlima n Tala et Tajilbant) sont


secondaires, parce qu’elles n’xercent pas une unfluence sur les autres personnages, parce que
leurs paroles ne sont pas pertinentes, elles ne font pas changer le déroulement des
évenements. Ajoutant à ces personnages déjà cité, Wejṭuṭi et Bubrun, sont aussi des
personnages secondaires

IV.1.3. Les personnages sociaux:

Tous les personnages sont du type social, parce qu’ils représentent les caractéristiques
de la vie quotidienne kabyle, à l’exeption du personnage Miṭ Budima qui a d’autres
caractéristique, parce que les avocats sont très rares au sain de la société kabyle en cette
période. Les gens sont illitrés, ils réglent leurs conflits par le biai de l’assemblé du village.

IV.1.4. Les personnages comiques:

Jeddi Yebrahim et Si Qasi sont des personnages comiques, parce qu’ils font recours à
l’ironie et à la dérision dans leurs discours, ce qui fit rire les autres personnages et cri une
embiance dans le texte.

IV.2. Typologie des personages du texte Si Leḥlu :

Les personnages Type du personnage


Pricipal Secondaire Social Comique/ Tradionnel
Si Leḥlu + + +
Lla Taseɛdit + +
Jeddi Yebrahim + + +
Ɛli n Dulu + +
Wejjir + +
Tawejjirt + +
Lwizat + +
Meḥmud Izubac + +
Buɛla Ukennas + +
Mḥend Ukennas + +
Aqehwaǧi + +

74
Chapitre II Etre et faire des personnages

IV.2.1. Les personnages principaux :

Jeddi Yebrahim est un personnage principal, parce qu’il est le distinateur du premier
programme narratif, c’est lui qui a envoyé Ɛli n Dulu et Wejjir, à la recherche d’un marabout.
Ces deux derniers sont à leurs tour des personnages principaux, grace à leurs naiveté (ils ont
cru se que leurs a raconté Lla Taseɛdit à propos de son mari Si Leḥlu, qu’ils doivent le frapper
jusqu'à ce qu’il accepte d’être marabout malgré lui), Si Leḥlu, assume une autre fonction à
son tour, il devient le sujet du premier programme narratif. Dans le deuxième programme, il
devient l’adjuvant de Meḥmud Izubac dans sa quête de l’objet (la fille qu’il aime, qu’il veut
épouser) Lwizat.

Lwizat est un personnage principal dans le texte Si Leḥlu, même si elle ne parle pas
beaucoup, ou elle ne participe pas directement dans les dialogues. Quantitativement elle ne
procure pas beaucoup de paroles, mais qualitativement, ses prises de paroles sont mélés de
menaces, elle est tétû, donc elle ne changera jamais d’avis à propos du mariage que son père
lui a imposé, ses paroles sont pertinentes. Elle est l’objet valeur du deuxième programme
narratif.

Meme si Lwizat ne parle pas beaucoup, c’est elle la cause de tous ce qui va se passer
dans les autres scènes, toute l’hisoire est bati sur sa fausse maladie, a cause d’elle les
domestiques Ɛli n Dulu et Wejjir sont envoyés par le maître Jeddi Yebrahim (le père de
Lwizat), pour lui chercher un marabout. Elle est le distanataire du premier programme
narratif. C’est ainsi que la femme de Si Leḥlu (Lla Taseɛdit) trouve l’occation pour se vanger
de lui, et Si Leḥlu devient marabout contre sa volonté. En devenant ainsi, ce dernier doit
assumer cette nouvelle tache ou rôle jusqu’à la fin.

Lla Taseɛdit, est un personnage principal, même si quantativement elle n’est pas
présente dans toute la pièce (dans la 1er et la dernière scène), mais qualitativement ses paroles
sont pertinentes, grace à son mensonge sur Ɛli n Dulu et Wejjir que son mari devient
marabout, et assume cette nouvelle tache jusqu’à la fin de la pièce, elle est l’adjuvant du
premier programme narratif.

Meḥmud Izubac n’apprait que dans les deux dernières scènes du texte, mais en peut le
considérer principal, parce qu’à cause de lui, Lwizat a fait la tête à son père, elle fait
semblence d’être malade pour échapper au mariage avec le vieillard que lui a choisi son père.
A cause de cette fausse maladie, Jeddi Yebrahim envoit Ɛli n Dulu et Wejjir à la recherche

75
Chapitre II Etre et faire des personnages

d’un marabout…C’est l’histoire d’amour entre Lwizat et Meḥmud Izubac qui pousse Si Leḥlu
à trahir la confiance de Jeddi Yebrahim, et d’aider ses deux premiers à s’enfuir (il y a une
influence sur Si Leḥlu par Lwizat et Meḥmud Izubac).

IV.2.2. Les personnages secondaires:

Mḥend Ukennas, Buɛlam Ukennas et Aqehwaǧi sont des personnages secondaires,


parce qu’ils ne participent que dans la dernière scène de la pièce, ils ne font changer aucun
êtat des autres personnages, ou changer le déroulement des évennement ou des actions.

IV.2.3. Les personnages sociaux:

Tous les personnages du texte Si Lḥlu sont du type social, parce qu’ils portent ont eux
les caractéristiques et les marques de la société kabyle, ils reflètent les pensés, les valeurs et
la culture de cette société.

IV.2.4. Les personnages traditionnels et comiques:

Si Lḥlu et Jeddi Yebrahim sont des personnages traditionnels et commiques, parce


qu’ils ont les caractéristiques et les qualités qui les qualifient ainsi. Le marabout dans la
société kabyle à une grande importance), ses deux personnages sont qualifies de comiques
parce qu’ils font recours à l’ironie et à la dérision.

76
Chapitre III
Rapports et communication entre les personnages des
textes kabyles
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

I. Les types de rapports ou relations entre les personnages du texte Tacbaylit et si


lehlu 1:
Le personnage théâtral est rarement seul, il intervient par rapport à d’autres personnages
avec qui se confronte et lui donnent sa signification. L’amoureux n’est tel que par l’existence
de l’être aimé, le maître par celle du serviteur, le rusé par celle du naïf destiné à être berné.
Selon Michel Pruner : « les personnages procèdent souvent par couples ». Qu’il s’agisse d’un
rapport amoureux, d’un rapport parental, d’une relation maître / serviteur ou de la hiérarchie
politique qui unit ou oppose le roi et son sujet, tout personnage exige la complémentarité d’un
partenaire2.

I.I. Relation entre les personnages du texte tacbaylit :


La relation récurrente dans le texte tacbylit est celle du maître / serviteurs, malgré que
le maître est le même (jeddi yebrahim), cette relation se diffère, elle n’est pas stable, elle
change d’après les serviteurs (les paysans, l’avocat et le raccommodeur) auxquels se maître
s’adresse, le tableau suivant récapitule les rapports et les relations qui existent entre les
personnages de se texte :
Les Type de rapport
personnages
(seviteurs)/
Jeddi Yebrahim Force Soumission Domination Révalité
(le maitre)
Ɛli n Dulu + + +
Wejjir + + +
Wejṭuṭi + + +
Bu Leɣbar + + +
Miṭr Budima +
Bubrun + + +
Ḥlima n Tala + +
Smina n Tazart + +
Tajilbant + +
Si Qasi + +

1
Concernant ces relations, voir aussi, Zaragoza Anne, Le personnage de théâtre, Armond colin, Paris 2006.
2
Pruner Michel ,op.cit, p7.

78
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

I.I.1. Relation maître/ serviteurs:


I.I.1.1. La relation entre Jeddi Yebrahim / les paysans :
Le personnage Jeddi Yebrahim (le patron et propriétaire de la ferme) entretient des
rapports d’autorité, de soumission, de force, de violence ainsi que de domination avec les
personnages masculins qui travaillent chez lui (Ɛli n Dulu, Wejjir, Bubrun, Wejtuti).

Jeddi Yebrahim entretient un rapport de domination, de soumission et d’autorité, mais cette


relation n’est pas stable tout au long du texte, elle change d’après le déroulement des actions
et le tempérament de ce premier.

Jeddi Yebrahim: (yeççat s wallen)

Keççini eh, melmi akka yuli ccan-ik ɛni.

Ɛli n Dulu: eh, nniɣ-as kan!

Jeddi Yebrahim : ulac nniɣ-as kan, xdem ayen ik-d-qqareɣ, ipi situ ! I tura anda teériv keççini
d wi heddreɣ, neɣ acu iɣef i nhedder.

Nniɣ-ak eh, eh!!! Ooiɣ-tt dihin anef-as dihin, ipi win ara tt-yennalen.

Malgré que Ɛli n Dulu parle et intervient dans l’intérêt de son maître Jeddi Yebrahim,
mais ce dernier ne l’écoute pas, il ne le laisse même pas finir ce qu’il veut dire, c’est lui qui
décide il sait bien ce qu’il faut faire et ne pas faire, il le rappelle toujours de son statut qu’il
n’est qu’un employer chez lui, alors que lui est le chef.

Le personnage Bu leɣbar entretien des rapports de rivalité avec Jeddi Yebrahim, ils ne
sont jamais étaient d’accord dans leur affaires, ils utilisent même la force (les insultes
verbales), Jeddi Yebrahim ne cesse de parler et de disputer avec Bu le$bar jusqu’à ce que ce

dernier obéi à ses ordres et cède à sa volonté, ça relève toujours du rapport du dominé et du
dominant.

Bu Leɣbar : nniɣ-ak fiêel ëaëa baëaëa, fiêel ah, nekkini ad ak-disaroiɣ kullec da deg walbeɛv n

t$emmar, ipi ad ruêeɣ, alih !

Jeddi Yebrahim: aha tra, aha tra!

79
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Bu le$bar: iba ad nwali (iruê yezɛf)

Les deux personages Jeddi Yebrahim et Bu leɣbar n’ont jamais étaient en accord.

Bu le$bar i Ɛli n Dulu: ma yeêma uqerru-yis d nekk akter-is, jami nemsewwaq nefra, ëëujur d

ççaqlala akk-yid-s.

Jeddi Yebrahim montre à Bu le$bar le code civile que lui à offert son avocat, pour le

rappeler qu’il a une méthode de travail, qu’il est juste, il sait lire, il n’est pas ignorant comme

lui.

Jeddi Yebrahim: nni$-ak a mmi-s n tmurt, win yeb$an ad yemsewwaq akk-yid-i tura xẓer,

xẓer! ijbed-d si loib-is kra akken n ttafttar... Yenna-as:

Xẓer tura yalla wa, teẓriv d acu-t ne$? Wa maççi d spiru! D lekkud sibil! Wala lqanun ! D

Miër Budima mɛaya ! Yusa-d ad isɛeddi libakuns-ines deg uxxam-iw, iyi-t-id-ixedmen d

akadu ! Anɛam ih! Ipi sne$ ad $re$, êader ad toeɛlev. ɛmmar-nwen tura, yiwen maççi yezmer

ad iyi-kellex. Kullec yella dagi (sitadir daxel n uttafttar-nni). Ad t-ttxellise$ s ccher, nekkini

Miër Budima mɛaya ma wer teẓriv ara!?

Enfin, après cette longue dispute entre eux, ils sont arrivés à un accord.

I.I.1.2. Relation entre Jeddi Yebrahim / l’avocat :

Le personnage Jddi Yebrahim avec le personnage Mitr Budima entretiennent un


rapport d’intérêts et d’affaires, le premier a besoin du deuxième pour réglé ses problèmes, le
deuxième fait son métier et gagne un salaire, malgré que Jeddi Yebrahim a un caractère
difficile, il est têtu, mais en fin de compte il cède aux consignes et aux instructions de
l’avocat, à qui il casse trop la tète avec ses disputes et ses malentendus avec son entourage.

D’ailleurs, dans ce texte, il l’a invité chez lui pour passer des vacances, alors qu’il ne cesse de
lui parler d’une jarre, il veut attaquer en justice ses fournisseurs, parce qu’ils lui en fourni une
jarre trop petite par rapport à la somme qu’il a payé.

80
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

(labuka-nni ihedder s yifassen deg yigenni) iqqar-as : ah wah, ad ruêe$, ad ruêe$, ad ruêe$...

Azekka ssbeê ad ruêe$, dayen ɛyi$, ah wah yerwi-yi.

D’après le dialogue du maître (l’avocat) et le personnage Ɛli n Dulu, Jeddi Yebrahim ne


s’embarque pas souvent chez l’avocat comme il faisait avant que ce dernier lui offre le code
civil, les premiers temps, au moindre souci, il rend visite à son avocat pour lui casser la tête.

Ɛli n Dulu : (yettabaɛ-it)

Awin ik-yeêkan, awah tura cwi deg wasmi as-tefkiv akka attafttar-ihin, tura saba cwiyya,

parsk aya iɛeddan, ciëuê kan akka ad ak-yini anda-tt tserdunt-iw?).

Miër Budima Mɛahu: I wi, akken ad n-yehmel $ur-I $er Tizi Wezzu, ad ay-ireẓ aqerru-iw. Mi

justuma, yak $ef waya I as-fki$ attafttar-ihin, melmi t-yeêwao ata $ur-s, fiêel maççi kul ass ad

iyi-ttumirdi, mi acu iyi-wwin nekkini ad d-ruêe$ ad sɛeddi$ da ssmana, êekku$-as-d, nni$-as

kumkwa: yenna-yi-d ëëbib ilaq ad tesɛeddiv ssmana deg lakumpan, netta idewwer-iyi imir-n, d

axessar, bac ad d-ruêe$ ad qqime$ da $ur-s, a lafan nni$-as bun, nni$-as ad cerve$ fell-ak

ilfupak ad iyi-d-temmeslayev $ef kaci êaoa, tura xemseyyam-a a sidi yerwi-yi aqerru-iw s

lidiskur, tacbaylit-a, ṭa, ṭa, ṭa,! Acu-tt rebbi n tecbaylit-a?

Le passage suivant confirme le rapport de rivalité et d’imposition du personnage Jeddi


Yebrahim avec les autres personnages de son entourage à qui il a affaire.

Miër Budima Mɛahu :

Yeb$a ad yeëëaki $er ccreɛ wid i as-id-izenzen, ad ak-yeqqar xelse$ meyya utmanyin alef,

nekkini nwi$ ad iyi-d ceyyɛen tin meqqren akter n tagi.

Les rapports entre le personnage Jeddi Yebrahim et les personnages Wejjir, Bubrun,
Wejîuîi sont des rapports de soumission et de domination surtout, parce que le premier est le
maître (l’employeur), les derniers ne sont que des paysans travaillent chez lui, ils appliquent
les ordres et les instructions de Jeddi Yebrahim, leur maître à la lettre, ils ne peuvent même

81
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

pas bouger ou faire quoique se soit sans qu’il sache à l’avance, il faut qu’il y est au courant de
tous, alors les domestique ou les paysans se sont habituer à se rythme, même si un parmi eux
veut faire quelque chose sans la permission du maître, les autres le rappelle qu’il faut que ce
dernier le sache et qu’il soit d’accord.

Ɛli n Dulu : Amek dija, amek dija tfukkem.

Bbrun: D Jeddi Yebrahim i d-yennan, yufa-ya$-in nleggi, yenna-d dayen.

Ɛli n Dulu: Yenna-yawen-d dayen? Yenna-yawen ad truêem?!

Wjjir: Nu, yenna-d ad a$-id-yaf dagi, parsk wis acu n cc$el ɛni yellan.

Ce rapport de domination et de soumission du personnage Jeddi Yebrahim est exercé


même avec les personnages féminins : Smina n tazart, Ëlima n tala et Tajilbant, qui ne

peuvent pas faire quoi que se soit sans que le maître (Jeddi Yebrahim) soit au courant.

Ëlima n Tala mi twala Wejjir akked Bubrun, tenna-as:

Amek? Dayen ɛni!?

Ɛli n Dulu: Dayen, dayen ass-agi.

Smina n Tazart: I Nekkenti d acu ara nexdem?

Ɛli n Dulu: Roumt ad d-yas Jeddi Yebrahim ad kent-id-yini netta.

Tajilbant: I tura ad neqqim kan akka d i$imi ne$...

Ɛli n Dulu: Dacu teb$iv ad am-d-ini$ nekkini bedd $ef uqerru ne$ ma ulac, tian ad tefernemt

azemmur! Hat.

Ëlima n Tala: Ahh, nekkini alamma yenna-yi-d Jeddi Yebrahim, ad ay-iwet Öebbi ma nnule$-t.

Ɛli n Dulu: Ihi, ceyyɛemt $ur-s.

82
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Tajilbant: A wejëuëi kker keççini.

Ëlima nTala: Ih, ini-yas ad ak-qqarent tlawin, d acu ara nexdem tura.

Smina n Tazart: Ini-yas ma yeb$a ad nefru azemmur ad ak-id-yini, aha êrec.

Le personnage Jeddi Yebrahim entretient des rapports de force et de violence avec les
autres personnages, surtout avec les personnages masculins mis-à part son avocat, ce rapport
apparait quand ce premier a su que la jarre neuve est cassée.

Jeddi Yebrahim : Nni$-ak b$i$ ad ẓre$ aniwa itt-yerẓan, ahya ddin n yemma-s, ahya ddin n

yamm-as.

Jeddi Yebrahim (ata yessawev-d, yu$al d awra$ seg wurfan-nni, Ɛli n Dulu akked Wejëuëi

ttabaɛent-id, Jeddi Yebrahim yeɛna dabur Wejëuëi, apri yu$al $er Bubrun yettaëaf-iten yiwen

yiwen deg tmexneqt).

Dkeççini, anwa i tt-yerẓan, d keççini ne$ d keççini yiwen deg-wen, ahya ddin n Öebbi-nwen,

jmaɛliman ad iyi-tt-txellsem.

Jeddi Yebrahim : (yettara-yasen yiwen yiwen) :

Safik drewce$ nekkini, si sa maççi d kenwi, i yemma-twen, ih weêd-s I terreẓ, tebra n tlata fi

tlata ar da tt-txellûem akken ma tellam, bun ipi tura anda i tella tura, ruêt awit-tt-id $er da ad

tt-wali$... Ɛli n Dulu, Wejjir akkrd Bubrun uzzlen ad tt-id-awin... (yettkemmil) yak da tella

tafat, teêrem ahat ad d-tinim, lukan ad afe$ ccama ad ken-ççe$ d izegzawen, ad tt-txellsem

arkel mim tilawin.

Le personage Jeddi Yebrahim est très autoritaire, sévère avec les autres personnages,
ces derniers ne se fâchent pas contre lui, au contraire, ils cherchent toujours son intérêt.

83
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Bubrun : Welleh ar d-tu$al amzun akken d tajvit, lukan ad tt-nefk I walbeɛv yessnen, ttusipak

llan aggad I yettranoin aqellal.

Wejjir: Tura i d-iɛedda Si Qasi yettberriê, nesla-yas, ad tafem da kan ihi.

Ëlima n Tala: Si Qasi ih, yerna a d aɛewwaj, yesɛa akken kra n lsaq mi yeqqur ma yehwa-ak

wwet s tefvist ur d-ittekkes ara, azzel a Wejëuëi ad tafev da kan $er lêara n At Tbugdagt, ruê

awi-t-id. (Wejëuëi yeddimari)

Bubrun: Ur zeɛf ara a Jeddi Yebrahim yerna ad twaliv, Si Qasi ad as-tefkev rrbeɛ asurdi ad

ak-tt-id-yerr d tajvit, yerna amek akken i as-qqaren! Aqellal d win akken yerẓen! Iba i

yettaëëaf axir n ujdid.

I.I.1.3. Relation entre Jeddi Yebrahim / le raccommodeur :

L’autre personnage à qui Jeddi Yebrahim fait la tête est le raccommodeur de faïence Si
Qasi, ce premier entretient un rapport de rivalité avec le second, il lui imposera son avis, il le
rappelle aussi qu’il est le maître, c’est lui qui décide, après une langue discussion entre eux, Si
Qasi va céder et se soumettra à la volonté du premier, il accepte de réparer la jarre avec le
mastic puis il rajoutera des agrafes qu’a demander Jeddi Yebrahim.

Jeddi Yebrahim : Bun, inëeq-d nnbi, mi ad ak-ɛeyyne$, lsaq-inek ad ig Öebbi tewwivt-id deg

bir zemzem nekkini ur tumine$ ara, ilfuk ad as-txedmev lizagraf.

Si Qasi yeçça-t s wallen, yessusem kan, yeëëef nwaver-nni yines d tmacwart-nni yines

yewwet-iten $er tegrabt izɛef, yeddem tagrabt $ef tayett-is yekker ad iruê.

Jeddi Yebrahim: D d d... Akka I xeddmen yirgazen.

Bubrun : (yetbeɛ Si Qasi ad t-id-yeëëef)

Ad yexzu rebbi cciëan a Si Qasi ur zeɛɛef ara, uh uh uh.

84
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Wejjir: Tewqeɛ-ak-id lmeɛna xdem-as akken I ak-yenna ipi situ.

Jeddi Yebrahim: Yeêseb iman-is ihh, alurk yerwa lmiziriya, (I Si Qasi) ay a$yul I zzit nekkini

iwumi tt-id-u$e$ tecbaylit-a, iêder n ukermus am wa ad iyi-tt-tlesqev s lsaq weêd-s apri ad

tesludduy, nni$-ak xdem-as lizagraf ipi situ, lsaq plus lizagraf, deg uxxam-iw ad iyi-

tekmandiv.

Si Qasi: Arkel yiwet n yemma-tsen d axessar, akken ma llan, welleh ma tesnem bunt, win

yesɛan kra n tjeqdurt lizagraf, yemma-tsen lizagraf, jedd n yemma-tsen lizagraf,ih wi parsk si

kumsa d imeɛwuja alur ula d tijeqdurin nsen d timeɛwuja am nutni. Xedme$-asen lsaq dayen

kan melba lizagraf melba, ruê ini-yasen keççini, ulac ugin-t, ipi ur iyi-ttaooan ara ad xedme$

cc$el-iw akken ilaq lêal, iqerreb $er Jeddi Yebrahim yenna-yas: wala ma yella ur ak-tt-id-rri$

ara d tajdivt ad teëëenëun amzun d nnaqus, ad as-xedme$ lsaq weêd-s.

Jeddi Yebrahim: Nni$-ak nu, bismi llah rreêman rraêim, yenna-yas I Wejjir: llah llah yerna

tenniv-d ur yesëuqqut ara ameslay zdak zdak, wali tura ihi (yu$al $er Si Qasi) tura ma yehda-k

ìebbi fiêel ëaëa baëaëa, pisk akk medden qqaren-ak lizagraf, iba sik laqent lizagraf!!!

Si Qasi: Mi laqent tëuëac, ahya ddin n ìebbi iyi-d-yessemlalen yid-wen a Librubru, mkul

tazagraft snat tëuëac, ɛecrin tzagrafin rebɛin n tëuëac, alurk lsaq weêd-s.

Jeddi Yebrahim: Muêemmed ìasul llah, ah wah yeqqur uqerruy-is, ad ig ìebbi tiëuëac, ad ig

ìebbi! La d ak-qqare$ lizagraf! Kamim Daylaw nu!?

Si Qasi: Tudswit yekmasa, mi nnig wul, ijbed-d tibernint deg ubaẓar-nni-ines, yebda ifellu

tiëuëac.

Après une langue discussion entre Jeddi Yebrahim et Si Qasi, ils se sont met d’accord
sur la façon de réparer la jarre, avec l’intervention des domestiques pour convaincre Si Qasi
de faire ce que le maître demande, mais après avoir réparé la jarre, le raccommodeur c’est

85
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

rendu compte qu’il ne pouvait pas sortir sans la casser, mais Jeddi Yebrahim n’accepte pas, il
demande l’avis de son avocat pour leur trouver une solution, encore une fois le désaccord et la
rivalité entre ces premiers apparait à nouveau.

Si Qasi : (yettɛeggiv) A ìebbi nwen, a ìebbi nwen !

Jeddi Yebrahim : I ìebbi-inek keççini aluì ? Inɛel slalt-k ! Amek ur tektalev ara taɛrurt-ik

uqbel ad tkecmev ar daxel!

Si Qasi yessuffe$-d afus-is, yenna-yas: way! Waaay, arju s leɛqel tqelɛev-iyi-d afus-iw!)

Jeddi Yebrahim: Iba amek ihi!

Si Qasi: Awi-d tafvist, hatt-an dihin deg tegrabt-nni inu, ipwi erẓ ìebbi-s.

Jeddi Yebrahim: Ah!!! Amek, tura imi terripari ?

Si Qasi: Ad iyi-teooev daxel-agi ihi !

Jeddi Yebrahim: Arju tura ad nwali, mird!!

Si Qasi: Acu ad twalid? Nni$-ak suffe$-iyi sya a ddin n ìebbi!

Jeddi Yebrahim: Uhhh! Ay aqerruy-iw, a yemma aqerruy-iw! Susmet ad ig ìebbi teççam

iqerray nwen! Jami yella wanda tevra tagi! Ihaninin. AWejëuëi, iyya-d ad ak-ceyyɛe$ a mmi.

Nu nu a Bubrun ruê keççini ar labuka-nni Miër Budima Mɛana! Dnetta kan ara tt-isellken, ad

tafev-t yeqqar Lumund sdaw tulmut, ini-yas: ad d-yas bit!

Après une langue discussion, l’avocat a proposé une solution qu’a accepté le
personnage Jeddi Yebrahim, mais Si Qasi ne l’a pas accepté, il refuse catégoriquement de
payer le tière du prix de la jarre au premier pour qu’il la casse afin de le libérer, ce qui rend
Jeddi Yebrahim très furieux.

86
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Labuka-nni : A Si Qasi, a Si Qasi, bun tura yiwet deg-sent : lsaq-agi-inek tura keççini d sseê

ne$ d ttkeɛrir ?

Jeddi Yebrahim iɛoeb-it lêal: Ccccut! Ikcef-it! Ayemma mi ara yekmasi akkagi »

Miër Budim Mɛahu: Tura lsaq-agi-inek ma da yella d ttkeɛrir safik d abulur i telliv ! Ma da

yella lsaq-agi-inek d$a d sseê, ûafik tacbaylit-agi akken tella mim akkagi tura, iba tesɛa azal-is

kumam ! Aluì, acêal teswa dapri twa keççini, aha ?!

Si Qasi: Tura ad ak-d-ini$, lukan Jeddi Briru ur t-yewwit ara ìebbi, ad iyi-yeoo ad xedme$

akken iyi-yehwa, nekkini nni$-as ad as-xedme$ lsaq weêd-s, ilaq dabur ur d-ttafe$ ara iman-

iw sdaxel-agi, parsk ilaq snipalapin ad kecme$ ar sdaxel, ipwi ad as-d-rre$ tacbaylit-is amzun

d tajdivt, welleh lɛavim, ara s-tt-id-rre$ ay akken teswa d tajdivt ! Mi tandi akkagi, atta-n tefla

am t$erbalt! Acêal teswa putitr tis tlata n wayen i s-tt-id-yu$! I unkur wissen.

Jeddi Yebrahim: Acêal, tis tlata i?

Miër Budima Mɛahu: Bun, tis tlata, keççini, susem, tis tlata, sitadir acêal?

Jeddi Yebrahim: U$e$-tt-id 180 alef sitadir seta w60 alef situ bwala!

Si Qasi: I unkur wissen!

Miër Budima: Bun, keççini tefkiv-d ssuma, tefkiv-d ssuma dayen ! Tura eddem-d settin alef

efk-as-ten i Jeddi Yebrahim.

Si Qasi: (s zɛaf)

Anwa nekkini, ad as-efke$ 60 alef!

Labuka: Ih! Bac akken ad tt-yerẓ iwakken ad k-id-yessufe$, d keççini i d-yennan teswa 60

alef.

87
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Si Qasi: (h h h h d tavsa) Nekkini ad as-fke$ 60 alef, eeeehh, yewwi-ken ɛni wenhar ma

ttteklem fell-I, welleh a lukan ad kribi$ dagi! A Wejjir a mmi, awi-yi-d kan lmuhub-nni inu,

atan daxel tegrabt-nni!

Jeddi Yebrahim: (yeçça times)

Susmet! Ad ig ìebbi teççam iqerray nwen! Aqli-ken têedrem, d netta I yugin ad d-yeffe$!

Tuûa bac akken ur iyi-d-yettxellis ara ayen i as-ttalase$! Aluìk nekkini qeble$ ad tt-rze$!

Yenna-yas I labuka-nni: a miër zemre$ ad t-ëëaki$ ar ccreɛ?.

Labuka-nni (yettavsa)

Hhhh Tzemrev, ceyyeɛ-as-d lwisiyi ad t-yikspulsi!!

Ce qui indique dans le texte que le personnage Jeddi Yebrahim entretient des rapports
de force et de rivalité avec les autres personnages, c’est le passage ou il sortait de chez lui vers
la ferme quand les domestiques chantaient et dansaient autour de la jarre dans laquelle Si Qasi
était coincé, il était furieux, il les insulte, il lance un coup de pied à la jarre.

Wigad-nni, afus ccveê, ddawaren i tecbaylit-nni c$el am waken d lizandian, almi ser$en

taqaɛet. Ciëuê akka, tebrarê-d tewwurt-nni uxxam! Zi$ d Jeddi Yebrahim! Yeffe$-d $ur-sen

yettɛeyyiv!

Jeddi Yebrahim: Ay yemmat-nni n yemmat-nni n yemmat-nni n yemmat-wen! Ibedd $er

tecbaylit-nni: Axx, inɛel slalt-k!

Yefka-yas ankudpyi babab baba baba, truê ëac, ëac, $erbali d takessart!

I.I.2. Relation serviteur/ serviteur :

Les personnages (les domestiques ou les paysans) Ɛli n Dulu, Wejjir, Wejîuîi, Bubrun,
Ëlima n Tala, Smina n Tazart et Tajilbant sont solidaires entre eux, surtout lorsqu’il s’agit de
quelque chose qui concerne les affaire ou des biens de Jeddi Yebrahim, leur maître qui a un

88
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

caractère très difficile à convaincre, cette solidarité se manifeste lorsqu’ils ont trouvé la jarre
cassée, ils se sont met d’accord sur une seule réponse, que la jarre s’est cassée toute seule,
personne d’entre eux ne la toucher.

Wejjir : Mi aggad Öebbi êader ad yeoɛel d nekkni.

Ɛli n Dulu : Alih ẓri$ maççi d kenwi.

Wejjir: Kenwi ah, yiwen wawal terreẓ weêd-s, ipi situ.

Ëlima n Tala: Ttruẓunt akka weêd-sent.

Smina n Tazart: Ih a yelli ttruẓunt ih, ttijdidin ttruẓunt weêd-sent.

En fin, nous constatons que le personnage de Jeddi Yebrahim entretient des relations et des
rapports de rivalité, de force ainsi que de soumission et de domination avec les autres
personnages du texte, à l’exception de son avocat avec qui il entretien des rapports de politesse
parce que ce dernier travail pour ses intérêts, en plus, il a besoin de lui pour lui expliquer ce
qu’il ignore de la loi, malgré tous, il le soumet toujours a sa volonté, il le domine avec ses
ordres, parce que c’est lui le maître et eux ne sont que des employés chez lui.

Nous constatons que ces rapports ne sont pas stables ou les mêmes tout au long du texte,
ils changent avec le changement du caractère et le tempérament des personnages (selon les
situations), par exemple : les domestique de Jeddi Yebrahim changent d’avis et de rapports
avec les autres, au début ils étaient d’accord que la jarre c’est cassée toute seule ou peut-être
elle a un défaut, mais lorsque leur maître a dit que si elle avait un défaut elle se cassera sans la
déplacer (Jeddi Yebrahim i Ɛli n Dulu, acu iyi-d-tenniv, yak lukan tesɛa ddifu xas tbeddelv-as

amkan ad terreẓ weêd-s), alors, maintenant ils sont d’accord avec lui. Aussi dans la scène ou Si

Qasi c’est fait coincer dans la jarre, ils étaient du coté de l’avocat et du maître que pour la
casser il faut que Si Qasi paye le tière de son prix d’achat, mais vers la fin, quand Jeddi
Yebrahim a refusé de le libérer jusqu'à ce qu’il paye, ils deviennent solidaire et soutiennent Si
Qasi, ils voient que c’est injuste de le laisser à l’intérieur de la jarre.

89
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

I.II. Rapports et relations entre les personnages de Si Leḥlu :

Comme nous l’avons signalé plus haut, le personnage théâtral est rarement seul, il réagi
en fonction des autres personnages avec qui il se confronte. Le tableau suivant récapitula ses
différentes confrontations, rapports et relations entres les personnages de ce texte.

Rapports et/ ou relations Les personnages


Révalité Si Leḥlu/ Lla Taseɛdit
Si Leḥlu, Lla Taseɛdit/ Zi Belqasem
Jeddi Yebrahim/ Lwizat
Jeddi Yebrahim/ Meḥmud Izubac
Soumission Si Leḥlu/ Jeddi Yebrahim
Si Leḥlu, Meḥmud Izubac/ Jeddi Yebrahim
Domination Jeddi Yebrahim/ Wejjir, Ɛli n Dulu, Tawejjirt
Force Si Leḥlu/ Lla Taseɛdit
Ɛli n Dulu, Wejjir/ Si Leḥlu
Jeddi Yebrahim/ Si Leḥlu
Solidarité Lla Taseɛdit, Si Leḥlu/ Zi Belqasem
Tawejjirt/ Lwizat
Si Leḥlu/ Meḥmud Izubac, Lwizat

Dans le texte Si Lehlu, nous déduirons quatre couples qui sont :

I.II.1. Relation mari/ femme: (Si Leḥlu/ Lla Taseɛdit)

Le presonnage Si Leḥlu entretient un rapport de révalité avec le personnage Lla Taseɛdit


qui est sa femme, ils se querellaient souvent, ils ne se sont jamais entendu, cette dernière
l’énerve avec ses insultes, elle le pouse à utiliser la force, on la frappant.

Si Leḥlu akked temɣart-is, Lla Taseɛdit, ahand sekren-tt diɣen.

Si Leḥlu: Nniɣ-am ihuh ! Bla Ṛebbi ar ryaditu ipi d nekkini i yelsan aserwal dagi mačči d
kemmini !.

Lla Taseɛdit: S tserwalt neɣ melba taserwalt, la k-qqareɣ d nekkini i d tigejdit i ɣef yebna
uxxam ! Ɛyiɣ deg txerbicin-ik.

90
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

…Lla Taseɛdit: Ad ak-id-tas kra n tqriḥt.

Si Leḥlu: Deg uqerru-yim ncallah.

…Lla Taseɛdit: Telzem-iyi tkeffart ar dak-tebɛeɣ… almma tkerzeḍ s lxiḍ.

Si Leḥlu: Ayya wiyyam. Tesneḍ-iyi ur sɛiɣ ara ṭbiɛa. U yerna afus-iw ittaɣ-iyi awal.

… Lla Taseɛdit (immel-d wasif, tekkes amendil, imeṭṭawen axlul… tenna-yas): “Axaṭer d tarkast
ay deg-k, d yir terras, ih! D axeddaɛ, d akeddab, d ameɛwaju. A lɛar…, wellah ma teswiḍ
akka…tik!...” (sitadir iccer-nni sterḍiqen s tuɣmas).

Si Leḥlu: Aa bu … safik ihi d aɛekkaz i tebɣiḍ ?. (iddem-d aɛekkaz, intab-itt).

Ce rapport de révalité apparait entre ces deux personnages déjà cité contre leur voisin Zi
Belqasem qui a volu intervenir entre eux, pour mettre fin à leur querelle, mais ils deviennent
solidaire contre lui.

Zi Belqasem ata isderbez-d. Zi Belqasem d lǧar-nsen. Isla-d I laɛyaḍ, yuzzel-d.

Zi Belqasem: Ah! Ah! Ah!... Ilha leɛqel. Ad ixzu Ṛebbi cciṭan! Aḥeq jeddi-k ma tɛawdeḍ-as!

Lla Taseɛdit: I tura keččini… i ma d nekki i as-yennan wwet-iyi!

Zi Belqasem: Yyaah! … Ad ken-iɛin Ṛebbi ihi.

…Zi Belqasem (ijmeɛ-d aɛekkaz-nni, axaṭer Si Leḥlu nniqal ibra-yas. Zi Belqasem ijmeɛ-as-t-id):
“Ax aɛekkaz, rnu-yas… ad k-id-ɛawneɣ, ma tebɣiḍ…”

Si Leḥlu: I ma nekkini, ur iyi-ihwa ara ad as-rnuɣ ?

Zi Belqasem: Aaa… ma urk-ihwa ara…

Si Leḥlu: A yiwen n…n…n… teggareḍ iman-ik dagi deg wayen i k-yexḍan. Tecfiḍ amek i as-
yenna Ccix Muḥend ? …ur ggar ara iman-ik gar useksut d terbut. Ffeɣ!...Ffeɣ!...Ad ak-isuffeɣ
Ṛebbi i lqum n usɣar.! (Iɣli fell-as s uɛekkaz-nni. Zi Belqasem iffeɣ yir tuffɣa.

91
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

I.II.2. Relation maître/ serviteurs (Jeddi Yebrahim/ les domestiques) :

La relation entre le personnage Jeddi Yebrahim et ses domestiques, est caractérisé par la
domination et l’obéisance, parce que ce premier est le maitre, les seconds ne sont que ses
serviteurs, ils doivent obéir à ses ordres sans contester, meme si ils savent que leur maitre à
tord, Ɛli n Dulu et Wejjir sont parti à la recherche d’un marabout, pour la fille du maitre, meme
s’ils savent que sa ne va pas la guérir, quand même ils aillent le chercher.

Alur dagi tura, dinna deg tezniqt-nni kan anda akken-nni yezdeɣ Si Leḥlu. Ɛli n Dulu akked
Wejjir. Ih …Ifkaten-id ubrid. Ttnadin, wissenacu akka la ttnadin…

Wejjir: A Ɛli n Dulu, awwa d lmuḥal! I…tura keččini, illa wi tesneḍ dagi deg At Baɛli-agi neɣ
ulac, imi k-id-ceyyɛen, d keččini? Ur ẓriɣara nekkini, anda ara t-naf umrabeḍ-agi-inek…

Ɛli n Dulu: Jeddi Yebrahim inna-yak, ad truḥem ɣer At Baɛli ad iyi-d-tawim amrabeḍ. Aql-aɣ
nruḥ-d ɣer At Baɛli. I… Tuḍen yelli-s. Ilaq ad as-nawi amrabeḍ ad as-yaru. Ipi, a ɛemmar-ik,
ma yefka-d Ṛebbi tawwurt…Aa… nekkini d aya i sarameɣ… Sarameɣ ad as-d-yefk Ṛebbi ccfa
i teqcict ad teḥlu… Kumsa apri asmi ara teddu d tislit, ad nerwu seksu…

…Wejjir: I… nekkini wehmeɣ…Amek akkagi tura yelli-s-agi n Jeddi Yebra… Wwin-tt ɣer
ṭbib, ulac; wwin-tt ɣer sbiṭar, ulac. Acu ara s-d-yexdem umrabeḍ tura?

Ɛli n Dulu : I… Tura ad d-yefk Ṛebbi ayen deg illa leslaḥ. Sebɛa tewwura i yellan deg wass, ur
llint ara akken-nni deg useggas.

Le rapport de soumission apparait aussi entre Jeddi Yebrahim et le personnage


Tawejjirt, même si cette dernière se montre solidaire avec Lwizat, en disant à son maitre que se
qu’il fait n’est pas juste, et qu’il devait marier sa fille avec celui qu’elle voulait, non pas avec
celui qu’il lui a choisi, a cause de sa pension, mais il n’y a rien à faire, Jeddi Yebrahim est têtu,
il n’écoute personne, c’est lui qui décide, elle n’a rien à dire.

Tawejjirt: Aha a tiyit !...A Jeddi Yebra!...Nekkini la k-qqareɣ yelli-k ula i yas-d-xedmen ṭṭelba,
ula i yas-d-ixdem umrabeḍ. Lukan d ay tesmeḥsiseḍ kra. Mliɣ-ak acu i d ddwa-yines.

Jeddi Yebrahim: Ihi tura ḍebber fell-I kemmini!...Tawejjirt, ad tḍebber fell-i.

92
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Tawejjirt: Ay ass mi akken ččiɣ yemma!...A wellah a lukan as-d-tawiḍ ɛacra meyya
yemrabḍen!...Ma teḥla-tt, ihi. Ssneɣ yell-ik. Mačči s leḥruz, mačči… Efk-itt ad teddu ɣef
yiman-is!...Taqcict, ṛebbi-itt i tlid.

Jeddi Yebrahim: Amek?…Kemmini…ad tt-fkeɣ akkagi d tagugamt? Ipi, bedreɣ-as-id jwaǧ


asmi akken-nni…Dnettat i yugin.

Tawejjirt: Ii… byansur. Axaṭer keččini tebɣiḍ ad tt-tefkeḍ I win ur tebɣi ara. Ini-as-d tran
Meḥmud Izubac, ad twaliḍ acu ara k-d-tini…Aa…Yerna Meḥmud Izubac meskin netta,
ɛuhdeɣ-k s Ṛebbi, ar d ad tt-iqbel, ad ig Ṛebbi ɣas tili d taderɣalt. D keččini kan I wuɣur d
teqqim.

…. Jeddi Yebrahim: I tura ad tberkaḍ!...Acu tesqaqayeḍ dagi fell-i!...Uuu!...Alih. Ruḥ akin!


Tigi mačči d tiɣeṭṭen-im!

I.II.3. Relation rusé/ naif:

1. (Lla Taseɛdit/ Ɛli n Dulu, Wejjir):

La relation de duperie existe tout au lang du texte, elle apparaitra en premier lieu entre
Lla Taseɛdit et les domestiques de Jeddi Yebrahim (Ɛli n Dulu, Wejjir), quand ces derniers sont
partie à la recherche du marabout, ils se croisent avec la femme de Si Leḥlu, qui voulait se
venger de lui a tout prix, parce qu’il la frappé, elle les oriente vers se dernier, en leur inventant
toute une série de mensonges sur les miracles qu’il a pu réalise, qu’il est le meilleur, qu’il a
même ressuscité les morts…, alors, les domestiques avec leur naïveté ont cru tous se qu’elle
leur a raconter. Elle les a avertis qu’il va nier qu’il est marabout, alors il faut qu’ils utilisent la
force avec lui jusqu'à ce qu’il reconnaitra et accepte d’être le marabout.

… Lla Taseɛdit: Wagi yettextex mačči d kan amacemma. Wagi iɛedda tilas. Ur teẓrim ara
kenwi…Iiih…Bac akken ad d-yini: “Nekk d amrabeḍ” ilaq ḥcama yella wi s-indhen s uɛekkaz.
Aa…netta akkagi, ma yexḍa uɛekkaz, ur isɣad ara. Itteffer iman-is. Ih… Ruḥet tura cfut kana
cu i awen-nniɣ. Ma yugi ad awen-d-ibedd, aɛekkaz yid-wen. Nekkni akkagi i as-nxeddem mkul
timti ara t-neḥwaǧ.

…. Ɛli nDulu i Lla Taseɛdit: Mi tenniḍ… d tidet dɣa yessen.

93
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Lla Taseɛdit: Ma yessen… ?!... Argaz d…aɛefrit,ee… ! Umayna-agi iɛeddan, melmi kan,
waḥed ayyur-ayagi…tameṭṭut n Ganuc… Ih, am wakka… wissen d acu-t waṭṭan-nni i tt-iwten,
ad aɣ-inǧu Ṛebbi. Tewweḍ ɣer wansi akken ur d-nettuɣal. Ruḥen maḍi ad as-ɣzen. Ah…
Ruḥen wwin-d Si Leḥlu. Skerkrent-id bessif. Wanag ṭebbat ur ǧǧin ṭṭbib…Si Leḥlu, netta, iɣra-
yas-d lḥamdu, iself-as i wudem-is, inna-yas : « Teḥliḍ, kker ! » Tameṭṭut tekker din din.
Amzun, e…ur tt-yuɣ, ur tt-yebli….

Ɛli n Dulu:

Aaa…Ad nruḥ ih. Inna-as i Lla Taseɛdit: “A tamrabeḍt, ihi, ad am-ibarek Ṛebbi aṭas aṭas.”

Lla Taseɛdit:

Ibarek akk i lmumnin. Ncalleh ad d-yefk Ṛebbi tawwurt. Ɣur-wat kan tettum, ma yugi ad iddu,
aɛekkaz yid-wen!.

Wejjir:

Awwah… Ma d ayagi kan, iffeɣ-ikem uɣbel. (netta ittawi tujur ahrawan yid-s. Inna-yas:
“Atah!”

Les deux personnages Ɛli n Dulu et Wejjir ont cru tous ce que leurs a dit Lla Taseɛdit à
propos de mari Si Leḥlu, qu’il est le meilleur des marabouts de la région, mais il n’est pas facile
de lui faire admettre ce qu’il est sans utiliser la violence, alors ils appliquent ses instructions à
la lettre.

Ɛli n Dulu :

Amek dɣa…aɛaǧaba-k a sidi Ṛebbi!...anɛam a ccix!...s claɣem-ik dɣa!...nekni nusa-d ɣur-k s


nniya…keččini ad aɣ-tettxerrifeḍ akagi ! lɛalem ameqran am keččini… d amrabeḍ, yerna
tessneḍ…lmumnin ttnadin anda ara k-afen…keččini tregleḍ fell-asen. D igerrujen i yellan gar
ifassen-ik!...ayɣer i tḥesdeḍ madden…s wayen illan gar ifassen-ik?

Si Leḥlu:

Amek, amek? Acu teẓram kullec? Acu iyi-tḥesbem ɛni?

94
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Ɛli n Dulu:

Argaz iɣleb Si Muḥend Saɛid at Umeqran n Ccerfa, ad ak-iqqar dagi. Acu iyi-tḥesbem ɛni?...
Iba neḥseb-ik d amrabeḍ, ad aɣ-d-infeɛ s lbaraka-inek… d ccix…tettaruḍ itu…

Si Leḥlu:

Nekkini i d Ccix ?...ruḥ ruḥ…ruḥet ad tlaɛbem ɣef yiman-nwen. Ur lliɣ d ccix nekkini, ur qrib,
ur ɛla ḥal.

…Ɛli n Dulu:

Awwa!...waqila ḥaca ddwa-nni-yines kan ara tt-isellken. A weldi ad ak-neqqar. Ma yehda-k


Ṛebbi… d ccix i telliḍ…

Ɛli n Dulu:

Bu. Imi akkagi i ak-yehwa…attan ɣur-k ihi.

Immeɣ idem-d aɛekkaz. Wejjir netta ɣur-s dija tahrawat-nni-yines. Ḥbek. Ḥbek…ɣlin fell-as deg
sin yid-sen s yiɛekzen.

Si Leḥlu:

Nniɣ-awen ad-iyi-ikkes Ṛebbi tura kan tudswit, ma d ccix nekkini…

Ɛli n Dulu akked Wejjir, hattak a mmi, uɣalen ɣur-s s yiɛekzen am ubrid-nni amezwaru. Serbek.
Serbek. Si Leḥlu ittɛeyyiḍ: “Aah!...Uuh!...Ay a baba, ad iyi-nɣen!...Aay! dayen, dayen a weldi.
Akken tebɣam, a weldi…ih…ih…dayen a weldi. Ma tebɣam d afermasyan, ma tebɣam d
Muḥemmed Ceqqar…i…akken i awen-yehwa.” Inna-yas: “Ii…tura, ad asen-iniɣ akkagi wala a
yi…yi… masakrin dagi.”

2. (Si Leḥlu/ Jeddi Yebrahim, les domestiques):

Le personnage Lla Taseɛdit a dupé les domestiques de Jeddi Yebrahim, qui ont cru tous
ce que leurs a dit cette première, Si leḥlu a son tour, en devenant marabout malgré lui, il a bien
assumé cette nouvelle tache, en récitant quelques lignes du courant en les mélangent avec des
proverbes et quelques expressions connu, avec quoi il étonnera tout le monde, surtout Jeddi
Yebrahim.

95
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Wejjir i Jeddi Yebrahim:

Ahya a mmi !...Damrabeḍ yerna d tidet. Wagi mačči am widak-nni yeskeɛriren kan.

Ɛli n Dulu:

Aa… wagi, ma nniɣ-ak yessen, yessen.

Wejjir:

Argaz issakay-d lmiyetin, ee!...

…Ɛli n Dulu:

Ih… ipi isem-is inuda tamurt… ttruḥun-d ɣur-s madden… ih…am waken ttruḥun ar Si Muḥend
Saɛid At Umeqran n Ccerfa, zik-nni.

Comme le marabout a une grande importance dans la société kabyle, tous ce qu’il dit est
considédé vraix pour les gens de cette société. Alors c’était facile pour Si Leḥlu de dupér les
domestiques et Jeddi Yebrahim qui n’était pas facile a duper ou a convaincre.

Si Leḥlu:

Ihi mala a ccix… am waken i d-inna Ṛebbi sebḥanu deg wawal-is…ee… Inna-d ccraɛ s iɣimi,
mačči s ibeddi.

Jeddi Yebrahim:

Anɛam a ccix… Nekkini ɣileɣ d inisi i s-yennan akka.

Si Leḥlu:

Eheeh…Mačči d inisi. Wagi iwessa-d fell-as nnbi.

Jeddi Yebrahim:

Anta tasure?

Si Leḥlu:

Anta tasuret…? Eee.. tasuret-nni n yɣimit.

96
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Jeddi Yebrahim:

Aa… ma yella iwessa-d fell-as nnbi… eee… ilaq ad neqqim. Ah..atan ukersi. Aa… qqim a sidi
walbaba….

Si Leḥlu (Ibda itzellig imi-s), inna-yas: “ Wa kaan fi mazaan iqamiidi Si Leḥlu yamaanu fi
lqimsi, wa aaǧa ihayli lmuɛammilu, wa aqba yabtuhu laɛa basabu namwihi.”

Anɛam, ih. Ayɣer, purkwa? Yamaanu fi lqimsi…ih.

Jeddi Yebrahim:

Ad ak-ixdeɛ Ṛebbi, a baba, ur iyi-nefki ara ad ɣreɣ taɛrabt!

Tawejjirt:

Wellah ar ayen illan, annat-id. S usennan !...

Wejjir:

S usennan!!...Wellah ma fehmeɣ tapyunt….

Jeddi Yebrahim:

Anɛam a ccix, ad ak-yeɛfu Ṛebbi, yeɛfu i lwaldin-ik. Ii!...Ata iqed ata uqabub. Tella yiwet
lḥaǧa kan… I ur fhimeɣ ara mliḥ… Imi d-tenniḍ tasa attan ar yidis azelmaḍ, ipi ul,terriḍt-id ar
yidis ayeffus. Icebba-yi Ṛebbi silkuntrir I tebɣiḍ ad d-tiniḍ?

Si Leḥlu:

Aawwah, tigad-agi zik-nni!...tura nbeddel kullec… modern…ii…yak akken…ii yak akken ilḥa
lweqt ad as-telḥuḍ!

Jeddi Yebrahim:

Aaa…Akka!...iii…nniɣ-ak kan… Tɣileḍ ak illa wacu ssneɣ nekkini….

(Si Leḥlu/ Buɛlam Ukennas, Mḥend Ukennas):

Le personnage Si Leḥlu, commence a attiré du monde vers lui avec sa nouelle tenu, il
apparai comme un vrai marabout, c’est ainsi que Mḥend Ukennas et Buɛlam se sont approcher
de lui.

97
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Si Leḥlu irfed aqerru-yis, iwala sin medden akken-nni… Am wakken d acu bɣan ɣur-s… mii…
kukran.

Mḥend Ukennas:

Anɛam a ccix, wellah ar m ssbeḥ nḥewwes ɛlik…

Buɛlam Ukennas:

Ziɣen deg lqahwa i telliḍ.

Si Leḥlu:

Aah ay amxix-iw, d tberna i d axxam-iw… Ay amxix-iw d tberna i d axxam-iw. Acu tebɣam, a


tarwa?

Mḥend Ukennas:

Awlidi d tamɣart-nni …. Tuḍen-iyi ur k-ɛniɣ…Safi waḥed setta wagguren ayagi tura, ur tekkir
ara seg wussu.

Si Leḥlu iẓẓel afus-is, sitadir fhem ya lfahem…. Inna-yas: “Safik amek akken-nni ara s nexdem
ihi tura?...”

Mḥend Ukennas:

Ii… Nniɣ-as ammar ahaat ad as-d-taruḍ sin iseṭṭiren n bermisal-nni, ammar ahat ad teḥlu.

Les deux personages Mḥend Ukennas et son fils Buɛlam Ukennas, sont tros naifs, ils
ont cru ce que leurs a dit Si Leḥlu, comme remède pour la maladie leur proche (la femme du
premier) sans aucun doute.

….Si Leḥlu:

Safik af akkagi d-tenniḍ keččini, ibzeg uksum-is, tettaɣ-itt tawla ; ttaqraḥen-tt iqejjaren-is. Ipi
ttexcawat.

Buɛlam Ukennas :

Anɛam ih, a ccix ; wellah ar akkagi swaswa.

98
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Si Leḥlu isferfud deg leǧyub-is. Inna-yas: “Leqlam….Tadwatt…” (Ijbed-d leqlam,


tadwatt…selli ɣla nnabi…) “Cṭṭuḥ n lkaɣeḍ amellal…” (Ijbed-d ciṭuḥ n lkaɣeḍ amellal. Inna-
yas): “Ad as-naru a… Akka apti kikcuz…”

Buɛlam Ukennas:

Ad ak-ibarek Ṛebbi, a Si Leḥlu. Wellah ar madabik…

Si Leḥlu:

Ad awen-aruɣ taḥerzett..Apri mi ara tawḍem s axxam gret-tt deg ufenǧal n waman. Apria man-
nni ilaq-as ad tt-sess seg-sen ciṭṭuḥ tasebḥit, ciṭṭuḥ tamaddit.

Buɛlam Ukennas:

Anɛam a ccix…A… Ad k-iǧazi Ṛebbi s lxir…. Cṭṭuḥ tasebḥit, ciṭṭuḥ tameddit, ih.

3. (Si Leḥlu, Meḥmud Izubac/ Jeddi Yebrahim, les domestiques):

Si Leḥlu, après avoir entendu l’histoire de Meḥmud Izubac et Lwizat qui fait semblance
d’être malade, a décidé d’aider ce dernier pour voir sa bien aimé Lwizat, parce que il y aune
certaine révalité entre le père de cette dernière et Meḥmud Izubac en refusant de lui accordé la
main de sa fille au mariage, parce qu’il n’est pas riche, il n’a pas une pension comme l’autre),
pour ce faire, il se déguise (Meḥmud Izubac) en tant que taleb (yelsa aqendur d uɛmam), il
réussi a pénétré dans la maison de Jeddi Yebrahim, et personne ne la reconnu.

Quand Lwizat a parlé pour dire à son pére qu’il préfère mourir que de se marié avec celui
qu’elle n’aime pas, son pére s’est mit en colère, alors Si Leḥlu explique à Meḥmud Izubac ce
qu’il doit faire, afin qu’ils puissent fuire tout les deux.

Si Leḥlu :

Awwa, eǧǧ-iyi kan, nniɣ-ak… Tura ad tettwaliḍ. Illa waṭṭan ur nesɛi ddwa?... Arju tura ad as-
sfehmeɣ i ṭṭaleb-agi i d-iddan yid-i. (Inna-yas i ṭṭaleb-nni): “Ay amessas, yya-d akka tura
keččini”

Ṭṭaleb-nni, (sitadir Meḥmud Izubac). Inna-yas: “Anɛam a ccix….Yerbeḥ…”

99
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Si Leḥlu:

Ih…Yya-d, ad ak-sfehmeɣ. I…Tura aqli-k-id la tettwaliḍ. Tura Meḥmud Izubac-agi…Nettat d


win i tebɣa… Baba-s yugi Meḥmud Izubac-agi n yinyen. Alur tura safik… Nettpirdi kan dagi
leṭṭan bezzaf. Diri leḥmeq. Yelha laɛqel. Ilaq-aɣ ad as-d-naf ddwa-yines i waṭṭan-agi. Ipi bihfih.

Ṭṭaleb-nni: Yirbeḥ… Yirbeḥ a ccix.

Si Leḥlu:

Rrbeḥ tafeḍ. Ihi tura nekkini ɣef wakken walaɣ. Ddwawi-agi…. Yiwen kan i yellan mačči
sbeɛṭac. D citiṭuḥ n trewla tarebbanit. Tfehmeḍ akka? …Ad as-tesxelḍeḍ mliḥ mliḥ snat
tmeqwa n lmir wesbar akked lamiri ad ten-tessefsiḍ deg waman n ccix… Ma tugi ad tsew neɣ
yella wacu i k-d-tenna, keččini ḥrec… Ur as-ttixir ara alamma teswa kullec.

Ṭṭaleb-nni:

Yirbaḥ…yirbaḥ a ccix.

Si Leḥlu:

Rrbeḥ tafeḍ. Ruḥ tura suffeɣ-itt ar dagi s ajardan, awi-tt ad d-tewwet atur. Bac akken ad as-
ikkes leḥmeq-agi teḥmeq akka. Nekkini ad qqimeɣ dagi ar baba-s, ad as-iniɣ sin wawalen.
Ruḥet. Laɛnaya n nnbi fell-awen. Mi sirtu am waken ik-nniɣ. Wwet azrem. Bit! Wwet azrem s
aqerru!.

Ah… Meḥmud Izubac izuɣer yelli-s-nni n Jeddi Yebrahim… Ruḥen.

Jeddi Yebrahim:

Acu-ten ddwawi-agi is-tenniḍ akka? Nekkini laɛmer i sliɣ ye-sen ddwawi-agi.

Si Leḥlu:

Wigi d ddwawi n zik… n zik n zik-nni. Lhan i lika dirjas. Yiwet n tyita.

Malgré que le personnage Jeddi Yebrahim est intelligent, n’est pas facile a duper, Si
Leḥlu et Meḥmud Izubac l’on soumet.

100
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

2-4- Relation père/ fille (Jeddi Yebrahim/ Lwizat):

Lwizat a fait la tête à son père, en lui disant qu’elle ne veut pas se marier qu’avec
Meḥmud Izubac, qu’elle aime, mais pas avec l’homme âgé qu’il lui a choisi, meme si il est
riche. Ils sont en rapport de révalité à propos de se sujet de mariage. Pour échapper à se
mariage d’interêt, elle fait semblance d’être malade, en devenant muette, donc elle a perdu
l’usage de la parole. En faisant ainsi, le père a cru que sa fille est vraiment malade. Mais, après
avoir emmené le marabout avec son taleb, quand elle a parlé, c’est pour dire à son pére qu’elle
n’a pas changé d’avis, ce n’est pas la paine qu’il se casse la tête. Lwizat était dterminé, elle
était agressive, ce qui pousse son pére lui aussi à être agressif.

Lwizat-nni, tinna iggugmen akken-nni, tenṭeq-d ar Meḥmud Izubac. Tenna-yas : « Nniɣ-ak


nekkini….Nekkini jami ad beddleɣ. »

Lwizat :

Ih… ih neṭqeɣ-d. Lameɛna, a baba, neṭqeɣ-d bac akken ad ak-d-iniɣ bellik ma yexḍa Meḥmud
Izubac, nekkini wellah ma jewǧeɣ-tt !, wala ! ipi ihwa-yak kan tettruẓuḍ aqerru-yik…Bu
punsyu-nni-yinek… Fkiɣ-t i sidi Ɛabdennaser at Sidil !.

Jeddi Yebrahim: “Mi!...”

Lwizat:

Ɣas d baba i telliḍ… Iba ur tesɛiḍ ara lderwa ad iyi-tefkeḍ i win ur iyi-nehwi ara

….Lwizat:

Ad greɣ iman-iw ar lbir ay axir wala ad aɣeɣ win ur iyi-nehwi ara.

Jeddi Yebrahim: Mi…

Lwizat tesseḥma-tt kan akken-nni. Tenna-yas: “Nniɣ-ak wellah ur d-tettawiḍ win ik-yehwan.
Ṭixxer, ur iyi-d-rennu ara. Ipi tettpirdiḍ kan leṭṭan-ik dagi. Nekkini awal nniɣ-ak-t-id. Terfa
weḥd-s.

Jeddi Yebrahim:

Aa…aa… Acu tesgurrudeḍ tura dagi fell-i?!... Ṭtef akin iqjan-im!, (Idewwer ar Si Leḥlu, inna-
yas) : “Anɛam a ccix, ma yehda-k Ṛebbi, err-itt akken tella”

101
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Lwizat:

Nekkini, nniɣ-ak-id. Wellah ur d-tettawiḍ akk ayen ik-yehwan!...

Jeddi Yebrahim:

Jmaɛliman ar ḥaca d bu pansyu-nni ara taɣeḍ!.

Lwizat:

S yemma, a lukan ad mmezleɣ!.

Le personnage Tawejjirt montre une certaine solidarité envers Lwizat, en la défandant


vis-à-vis de son pére, elle soutient la volenté de cette dernière en ce qui concerne son mariage
avec Meḥmud Izubac.

Tawejjirt:

Aha a tiyita !... A Jeddi Yebra!... Nekkini la k-qqareɣ yell-ik ula i yas-d-xedmen ṭṭelba, ula i
yas-d-ixdmen umrabeḍ. Lukan d ay-tesmeḥsiseḍ kra. Mliɣ-ak acu i d ddwa-yines.

Jeddi Yebrahim:

Ihi tura ḍebber fell-I kemmini!... Tawejjirt, ad tḍebber fell-i.

Tawejjirt:

Ay ass mi akken ččiɣ yemma!... A wellah a lukan as-d-tawiḍ ɛacremeyya yemrabḍen!... Ma


teḥla-tt, ihi. Ssneɣ yell-ik. Mačči s leḥruz, mačči… Efk-itt ad teddu ɣaf yiman-is! … Taqcict,
rebbi-tt i tlid.

Jeddi Yebrahim:

Amek?... Kemmini… ad tt-fkeɣ akkagi d tagugamt? Ipi, bedreɣ-as-id jwaǧ asmi akken-nni…
Dnettat i yiugin.

Tawejjirt:

Ii… byansur. Axaṭer keččini tebɣiḍ ad tt-tefkeḍ i win ur tebɣi ara. Ini-yas-d tran Meḥmud
Izubac, ad twaliḍ acu ara k-d-tini… Aa… Yerna Meḥmud Izubac meskin netta, ɛuhdeɣ-k s
Ṛebbi, ar d tt-iqbel, ad ig Ṛebbi ɣas tili ttaderɣalt. D keččini kan i wuɣur teqqim.

102
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

II.Communication entre les personnages du texte tacbaylit et si lehlu :

II.I Les personnages de tacbaylit :

Chaque personnage dans le texte de tacbaylit et si lehlu à des traits récurant de sa prise
de parole, son degré d’efficacité, de pertinence ainsi que d’influence, pour entretenir la
communication avec les autres personnage, tantôt il se réfère au langage juridique, à l’ironie, à
la métaphore, à la violence, aux insultes, aux menaces…

Le personnage Jeddi Yebrahim exerce une très grande influence et une autorité sur les
personnages paysans qui travaillent chez lui (Wejjir, Ɛli n Dulu, Bubrun, Wejṭuṭi, Ḥlima n Tala,
Smina n Tazart, Tajilbant), en utilisant son intelligence et son raisonnement, il arrive toujours à
les convaincre par son avis. Il est efficace et pertinent, ce n’est pas facile de le convaincre ou de
lui changer d’avis, quand il prend une décision, à l’exception de son avocat, parce que ce
dernier est instruit, il a du savoir et des connaissances plus que lui, ajoutant à cela, il travail
pour son intérêt, il le paye chaque fin du moi.

Ɛli n Dulu: ehhh, nniɣ-as kan…

Jeddi Yebrahim : ulac nniɣ-as kan, xdem ayen ik-d-qqareɣ, ipi situ ! I tura, anda teẓriḍ keččini
win d wi heddreɣ, neɣ acu i ɣef I nhedder.

Ɛli n Dulu: parsk keččini ur teẓriḍ ara amek… Nekk ugadeɣ, mi aqli-i ttaṭṭafeɣ taɛebbuṭ-iw, ay
aggad Rebbi, tacbaylit –ihin anda akka-ihin I tt-tǧǧiḍ akka-ihin, mačči d amkan-is, d tajdiḍt, ad
ttɛeddayen akk fell-as, ad tt-yewwet walbeɛḍ, ay aggad Rebbi kkes-itt syihin.

Jeddi Yebrahim: nniɣ-ak eh eh!!! Ǧǧiɣ-tt dihin anef-as dihin, ipi win ara tt-yennalen.

Le personnage Jeddi Yebrahim a un caractère très difficile, il est têtu et nerveux, ce qui
ne permet pas d’entretenir une discussion avec lui sans faire recours à la violence, et aux
menaces c’est le cas du personnage Bu Leɣbar, qui se dispute toujours avec lui quand ils ont
affaire, ils se sont jamais étaient d’accord, ils se querellaient et s’insultaient parce que jeddi
yebrahim est très exagérant, et buleɣbar comme il est nerveux lui aussi, le courant ou la
communication entre ces deux personnages est très difficile.

Jeddi Yebrahim : iba nekkini leɛmer ur yi-d-yekmis walbeɛḍ iẓẓan deg uqelmun, ilfuk ad ẓreɣ d
accu-iyi-d-tewwiḍ, ipi ad tferɣeḍ anda ara k-iniɣ d timeqqunin… ipi tura iruḥ lḥal.

103
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Buleɣbar : Nniɣ-ak fiḥel ṭa ṭa ṭa, fiḥel ah, nekkini ad ɛeddiɣ ad ak-disarǧiɣ kullec da deg
walbeɛeḍ n tɣemmar, ipi ad ruḥeɣ, alih…

Jeddi Yebrahim : Aha tra, aha tra…

Buleɣbar: iba, ad nwali (iruḥ yezɛef)

Ɛli n Dulu: (itbeɛ-it ad t-id-yeṭṭef), aha kečč ziɣen sa nbapa nu!

Jeddi Yebrahim: anef-as, anef-as.

Buleɣbar: ma yeḥma uqerru-is d nekk akter-is, jami nemsewwaq nefra, ṭṭujur d čaqlala akk yid-
s.

Jeddi Yebrahim I labuka-is: uliyu ad iyi-d-yeḍleb smaḥ, argaz la yettgalla deg-i.

Buleɣbar: nekk ttgallaɣ deg-k! Nu mi sa nbapa ɣur-s wagi.

Jeddi Yebrahim fait souvent recours aux imprécations dans ces prises des paroles avec
les paysans, ainsi qu’aux menaces et à la violence, ce qui l’aide à maintenir son autorité sur
eux, ils ont toujours peur de lui et de ses réactions même quand il est absent, ils ne font rien
sans qu’il soit au courant, c’est le cas quand il a su que la cruche est cassée.

Jeddi Yebrahim: acu ad teččeḍ aqerru-ik.

Jeddi Yebrahim: nniɣ-ak bɣiɣ ad ẓreɣ aniwa I tt-yerẓan, ahya ddin n yamma-s, ahya ddin n
yemma-s.

Ɛli n Dulu: la k-in-qqareɣulc win I tt-yerẓan, ad ak-ggaleɣ anda I k-yehwa.

Jeddi Yebrahim: ad iyi t-galleḍ! Limin-ik keččini,teẓ.

Smina n Tazart: ataya yewweḍ-d uh a yemma.

Ḥlima n Tala: a ccix Muḥend deg leɛnaya-k.

Jeddi Yebrahim: (ata yessaweḍ-d, yuɣal d awraɣ deg urfan-nni, Ɛli n Dulu akked Wejṭuṭi
ttabaɛent-id, Jeddi Yebrahim yeɛna dabur Wejji, apri yuɣal ɣer Bubrun yettaṭaf-iten yiwen yiwen
deg tmexneqt). Dkeččini, anwa anwa i tt-yerẓan, d keččini neɣ d keččini d yiwen deg-wen, ahya
ddin n Rebbi-nwen, a ddin n Rebbi-nwen, jmaɛliman ad iyi-tt-txelsem….

104
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Jeddi Yebrahim: (yettara-asen yiwen yiwen). Safik drewceɣ nekkini, si sa mačči d kenwi, ih
weḥd-s I terreẓ, tebra n tlata fi tlata ar d ad tt-txelsem akken ma tellam. Bun ipi tura anda I tella
tura, ruḥet awit-tt-id ɣer da ad twaliɣ… Ɛli n Dulu, Wejjir akked Bubrun uzzlen ad tt-id-awin…
(yettkemmil) yak da tella tafat, ad nwali, teḥrem ahat ad d-tinim, lukan ad afeɣ ccama ad ken-
ččeɣ d izegzawen, ad tt-txelsem arkel mim tilawin.

Les personages paysans se communiqué facillement, ils font recours à l’ironie.

Tajilbant: i tura ad neqqim kan akka d iɣimi neɣ…

Ɛli n Dulu: d acu I tebɣiḍ ad am-iniɣ nekkini bedd ɣef uqerru neɣ ma ulac, tian ɛeddimt ad
tfernemt azemmur! Hat.

Les paysans trouvent des difficultés pour convaincre ou faire admettre à leur maître
Jeddi Yebahim qu’ils parlent dans son intérêt, c’est le cas quand ils lui ont proposé de faire
appelle au raccommodeur Si Qasi pour réparer la jarre, ils ont fait toute une série d’arguments
pour qu’il accepte en fin de l’amener.

Bubrun: wellah ar d-tuɣal amzun akken d tajdiḍt lukan ad tt-nefk I walbeɛḍ yessnen, tu si pak
llan aggad i yettranǧin aqellal.

Wejjir: tura i d-iɛedda Si Qasi yettberriḥ, nesla-as, ad tafem da ka ihi.

Ḥlima n Tala: Si Qasi ih, yerna a d aɛewwaj, yesɛa akken kra n lsaq mi yeqqur ma yehwa-yak
wwet s tefḍist ur d-ittekkes ara, azzel Wejṭuṭi ad tafeḍ da kan ɣer lḥara n at Tbugdagt, ruḥ awit-
id.

Jeddi Yebrahim: susmet susmet, tuɣmest terwim-iyi, mazal ad d-tuɣal ɣer ddunit-a yak, ṭeẓ.

Bubrun: ur zeɛɛef ara a Jeddi Yebrahim yerna ad twaliḍ, Si Qasi ad as-tefkeḍ rrbeɛ asurdi ad
ak-tt-id-yerr d tajdiḍt, yerna amek akken i as-qqaren…Aqellal d win akken yerẓen…Ibah I
yettaṭṭafen axir n ujdid.

Le personnage Si Qasi n’est pas pertinent et efficace dans sa communication avec le


personnage Jeddi Yebrahim, il trouve des difficultés à le convaincre que son mastic est
efficace, il tient bien sans les agrafes, ce dernier ne l’a pas écouté, il s’ait montré encore une
fois qu’il est le maître, il est chez lui, alors ce premier doit lui faire ce qu’il demande.

105
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Jeddi Yebrahim: bun, inṭeq-d nnbi, mi ad ak-ɛeyyneɣ, lsaq-a-inek ad ig Rebbi tewwiḍt-id deg
bir zemzem nekkini ur tumineɣ ara, ilfuk ad as-txedmeḍ liẓagraf.

Si Qasi yeččat s wallen, yessusemkan, yeṭṭef nwaḍer-nni-ines d tmacwart-nni-ines, ɛɛɛa…


Yewwet-iten ɣer tegrabt izɛef, yeddem tagrabt ɣef tayett-is yekker ad iruḥ.

Jeddi Yebrahim: yeḥseb iman-is ihhh, alur ku yerwa lmiziriya, (i Si Qasi) ay aɣyul i zzit nekkini
i wumi tt-id-uɣeɣ tecbaylit-a, iḥ der n ukermus am wa ad iyi-tt-tlesqeḍ s lsaq weḥd-s apri ad
tesludduy, nniɣ-ak xdem-as liẓraf ipi siti, lsaq plus liẓagraf, deg uxxam-iw ad iyi-tekmandiḍ.

Si Qasi: mi laqent tṭuṭac, ahyaa a ddin n Rebbi iyi-d-yessemlalen yid-wen a Librubru, mkul
taẓagraft snat n tṭuṭac, ɛecrin n tẓagrafin 40 n tṭuṭac, alur ku s lsaq weḥd-s…

Jeddi Yebrahim: Muḥemmed rasul llah, ah wah yeqqur uqerruu-is, ad yeg Rebbi tiṭuṭac, ad yeg
Rebbi… La k-qqareɣ liẓagraf, kamim d ayla-w, nu…

Si Qasi: ih ih, bun arǧu tura arǧu…

Jeddi Yebrahim: mi tfukkeḍ ccɣel apri ad nwali, tura sɛiɣ ccɣel ula d nekkini.

Le personnage Miṭr Budima est pertinent dans ses paroles, en exploitant sa sagesse et
son expérience en tant qu’avocat, il arrive à convaincre et influencer les autres personnages du
texte, sans la moindre difficulté, mais, ce n’est pas la même chose avec le personnage Jeddi
Yebrahim, qui lui casse toujours la tête avec ses histoires de disputes avec son entourage, pour
le convaincre, il doit faire recoure au langage juridique, alors ce dernier cesse de se plaindre
quand son avocat lui explique et lui donne la version de la loi. C’est le cas quand il l’a
convaincu de libérer Si Qasi qui s’est coincé à l’intérieur de la jarre à condition que ce premier
lui paye le tiers de son prix d’achat, mais le raccommodeur n’a pas accepté cette solution.

Jeddi Yebrahim: ceyyɛeɣ ar labuka tura ad d-yaweḍ, d netta ara tt-yefrun…

Miṭr Budima yenṭeq ar Jeddi Yebrahim yenna-as: dabur keččini a Jeddi Brahim isteḥq-ak ad
tellibiriḍ tudswit Si Qasi.

Jeddi Yebrahim: amek ad t-libiriɣ? Ad rẓeɣ tacbaylit?!

Miṭr Budima yenn-as: arju tura keččini,bun! Tura netta… Eǧǧ-iyi ad kemmleɣ… Ah ulac din
neɣ akkin neɣ akka, ur tesɛiḍ ara lu derwa ad t-tḥebseḍ dagi, i wi ccreɛ si kum ṣa !

106
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Miṭr Budima: ih! Bac akken ad tt-yerẓ iwakken ad k-id-yessuffeɣ, d keččni I d-yennan teswa 60
alef.

Jeddi Yebrahim: d sswab neɣ ɛeddi ad teqqimeḍ!

Si Qasi: (hhhh d taḍsa) nekkini ad s-fkeɣ 60 alef, eeeehhhhh, yewwi-ken ɛni wenhar ma
tetteklem fell-i, wellah a lukan ad kribiɣ dagi!…

Jeddi Yebrahim: eeehhh! Amek tura a Miṭr? I ma yugi ad d-yeffeɣ?!

Miṭr Budima: I wi, tura!!zgelli-na mi yebɣa ad d-yeffeɣ yesɛa tawwurt mi tura!!

II.II. Communication entre les personnages du texte Si Leḥlu :

Comme les personnages du texte tacbaylit, ceux du texte si leḥlu ont aussi des critères et
des spécificités de leur prise de parole dans ce texte.

D’après le cours des événements et des actions du texte si leḥlu, on constate que la
communication n’est pas bonne entre les deux personnages : Si Leḥlu et sa femme Lla
Taseɛdit, vu que tout les deux sont de caractère nerveux, ils se querellaient souvent, ce premier
fait référence au langage agréssif, il a même osé la frapper, au début du texte, quand cette
dernière n’arrite pas de l’insulter, il fait aussi recours à l’ironie.

Lla Taseɛdit : Tegliḍ-iyi ula s wussu.

Si Leḥlu: I… Akkagi, iba ad tsttnekkareḍ zik.

Lla Taseɛdit: Ax tura, ečč-iyi aglim-iw.

Si Leḥlu: Agli-im, mačči d nekk ara m-t-yeččen. D aɛekkaz ara m-t-yeččen.

Lla Taseɛdit: I usenduq-nni n wasmi d-ddiɣ d tislit? … E E E… Tezzenzeḍ-t !.

Si Leḥlu: I i … Asmi ara ɣ-fken tamezduɣt deg Lezzayer, ad aɣ-tifsus tɛekkemt… mi ara
ndiminaji.

Lla Taseɛdit: Rebɛa n warrac-ik I teǧǧiḍ deg rebbi-w! … Am … yigujilen msakit!...

Si Leḥlu: I i … Sers-iten ɣer lqaɛa.

107
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Lla Taseɛdit: Qqimen i laẓ…

Si Leḥlu: Efk-asen aɛekkaz. Eee…ipi alih !... Mi ččiɣ, swiɣ nekkini, acu ara ternum seg-s akin?
Nurmalma, amzun ɣer tɛebbuḍt-nwen I yerra.

Si Leḥlu: Ayya wiyyam. Tessenḍ-iyi ur sɛiɣ ara ṭbiɛa. U yerna afus-iw ittaɣ-iyi awal.

Lla Taseɛdit: Timeqbert-nni teččureḍ akken, ɣas kemmel-as.

Si Leḥlu: ad kem-ddzeɣ, a tamcumt.

Lla Taseɛdit: A ccmata.

Si Leḥlu: Aa bu… Safik ihi d aɛekkaz i tebɣiḍ ? (Iddem-d aɛekkaz, ittab-itt.)

Le personnage Lla Taseɛdit fait référence à la violence, aux insultes et aux imprécations
dans sa communication avec son mari Si Leḥlu.

Lla Taseɛdit: Ad ak-id-tas kra n teqriḥt.

Lla Taseɛdit: Ay asekran!.

Si Leḥlu: Ad kem-sbezgeɣ!.

Lla Taseɛdit (iḥeml-d wasif-is, tekkes amendil; imeṭṭawen axlul… tenna-yas): “Axaṭer d tarkast
ay deg-k; d yir terras, ih!. D axeddaɛ, d akeddab, d ameɛwaju. A lɛar… wellah ma teswiḍ
akka…tik!...” (sitadir iccer-nni sterḍiqen s tuɣmas).

Mais ce meme personnage, Lla Taseɛdit, ne l’est pas ainsi dans sa communication avec
les domestiques de Jeddi Yebrahim (Ɛli n Dulu et Wejjir) q’elle croisi dans son chemain, elle
était gentille, elle fait recours au formes de politèsse, elle est convaicante et retinante, elle a
réussie à faire croire aux domestiques que Si Leḥlu est le meilleur marabout dans le village, il
guérit beaucoup de personnes malades, il même résussité quelques uns.

(Lla Taseɛdit tewwet aqerru-yis ɣer lqaɛa. Tcax akken-nni weḥd-s weḥd-s. I i… Dɣa teṭṭampuni-
ten): “A Nnbi! A a a… semmeḥ-iyi, wellah ma walaɣ-ken-id. Iruḥ uqerruy-iw. Ttnadiɣ yiwet n
lḥaǧa akken-nni deg uqerru-iw….”

Ɛli n Dulu: A yexti yal yiwen d aɣbel i t-yerḥan. Ula d nekkni tufiḍ-aɣ-d nettnadi, tifin ulac.

108
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Lla Taseɛdit: Kenwi mačči n dagi. Tura ma d ayen iwumi zemreɣ ad ken-ɛiwneɣ. Acu
tettnadim akka?

…. Lla Taseɛdit: (texdem-as akka weḥd-s weḥd-s) “Ad as-andiɣ taxeffet I umeɛwaju-nni-inu, ad
tt-tewwet … menṭeq”. (Tenna-yasen:) “Atan ihi waqila tesɛam zzher kenwi. Ssneɣ yiwen
akken-nni, d amrabeḍ yerna mačči d tikellax. Mmi-s n Si Muḥend Saɛid At Umeẓyan At
Baɛli… A tarwa, ssnen-t akk madden. Dbaba-s I as-tt-id-yeǧǧan. Ulac win I as-izemren”.

Ɛli n Dulu: Amek I as-qqaren?

Lla Taseɛdit: Si Leḥlu ad tɛeqlem, ishel. Isɛa icelɣumen, ittlus akiluḍ.

Ɛli n Dulu i Lla Taseɛdit: Mi tenniḍ… d tidet dɣa yessen?

Lla Taseɛdit: Ma yessen…?! …Argaz d …aɛefrit, ee… !, Umayen-agi iɛeddan, melmi kan,
waḥed ayyur-ayagi… tameṭṭut n Ganuc ? …Ih, am wakka… wissen d acu-t waṭṭan-nni i tt-
iwten, ad aɣ-yenǧu Ṛebbi. Tewweḍ ɣer wansi akken ur d-nettuɣal. Sarden-tt, kufnen-tt. Ṛuḥen
maḍi ad as-ɣzen. Ah… Ṛuḥen wwin-d Si Leḥlu. Skerkret-id bessif. Wanag ṭṭebbat ur ǧǧin
ṭṭbib… Si Leḥlu, netta, iɣra-as-d lḥamdu, islef-as I wudem-is, inna-yas: teḥliḍ, kker! Tameṭṭut
tekker din din. Amzun, e… ur tt-yuɣ, ur tt-yebli. ….

Ɛli n Dulu: a ɛaǧaba-k a sidi Ṛebbi!

Wejjir: Aɛli n Dulu. Si Luḥlu-agi, d netta kan i aɣ-ilaqen. Aha, aha… Ad nṛuḥ ad t-id-nawi.

Ces deux derniers personnages, Ɛli n Dulu et Wejjir ont trouvés des difficultés dans leur
communication avec Si Leḥlu, parce que ces premiers ont cru ce que leur a dit Lla Taseɛdit,
qu’il est un bon marabout, et, lui ne l’admet pas, parce qu’il ne l’est pas, alors ils font recours à
la violence, ils le frappe jusqu'à ce qu’il le reconnait, comme elle leur a dit cette dernière.

… Ɛli n Dulu: I …ayɣer tura ad tttefreḍ fell-aneɣ? Pisk neẓra dija.

Wejjir: I… acu n tmara I k-yerran? Tettezziḍ tettenḍeḍ…acu ara d-tessaliḍ yaɛni.?

Si Leḥlu: A weldi, ma tebɣam ad tfehmem… s teqbaylit… s tmaziɣt…. s tberbert… s


tebrubrut… s tkabičut… s tegnawit… s wayen I awen-ihwan… la awen-qqareɣ…. Mačči d ccix
nekkini. Tixxert-iyi….

Wejjir: Yyah? Mačči d ccix keččini?!

109
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Si Leḥlu: Xaṭini a sidi…

Ɛli n Dulu: Bu. Imi akagi i ak-yehwa…. Attan ɣur-k ihi!...

Immeɣ idem-d aɛekkaz. Wejjir netta ɣur-s dija tahrawat-nni-ines. Ḥbek. Ḥbek…ɣlin fell-as deg
sin yid-sen s yiɛekzen.

Si Leḥlu ittɛeyyiḍ: Ayy! Uuy! …A Ṛebbi-nwen! … Aw!... saḥa… akken tebɣam akken. Akken
tebɣam a sidi….

Quand le personnage Si Leḥlu est devenu marabout malgré sa volonté, il est devenu
calme, il fait référence aux locutions proverbiales, au coran, afin de duper Jeddi Yebrahim et
les domestiques. Il fait aussi recours aux formes de politesse, aux bonnes paroles pour attirer
l’attention des autres. Il a réussi à satisfaire la curieusité de Jeddi Yebrahim, parce qu’il est
intelligent, convaincant et pertinant dans ses communications, il mantient son avis, il a une
grabde influence sur les autres.

… Jeddi Yebrahim: Ih… Dakur…Wi mi….Acu I s-iɛekkren iles-is? Hata wacu I bɣiɣ ad
ẓreɣnekkini.

Si Leḥlu: … Am waken is-yenna Cci Muḥend u Lḥusin… Inna-yas: …I …nnan-as: hder ay


amqerqer. Inna-yas: Iččur yimi-w d aman.

Si Leḥlu (Iba ittzellig imi-s), inna-yas: Wa kaana fi mazaan iqamiidi Si saḥilu yamaanu fi
lqimsi, wa aaǧa ihayli lmuɛammilu, wa aqba yabtuhu laɛa basabu namwihi.

Anɛam, ih. Ayɣer, purkwa? Yammanu fi lqimsi…ih.

Jeddi Yebrahim: Ad ak-ixdeɛ Rebbi a baba, ur iyi-nefki ara ad ɣreɣ taɛrabt !

Tawejjirt: Wellah ara yen illan, innat-id. S usennan!

Wejjir: S usennan!! …wellah ma fehmeɣ tapyunt…

… Jeddi Yebrahim: Anɛam a ccix, ad ak-yeɛfu Ṛebbi, yeɛfu I lwaldin-ik. Ii!...Ata lqeḍ ata
uqabub. Tella yiwet lḥaǧa kan… I ur fhimeɣ ara mliḥ… Imi d-tenniḍ tasa attan ar yidis
azelmaḍ, ipi ul, terriḍt-id ar yidis ayeffus. Icebba-yi Ṛebbi silkuntrir I tebɣiḍ ad d-tiniḍ?

Si Leḥlu: Aawwah, tigad-agi zik-nni !... tura nbeddel kullec… Mudern…Ii …Yak akken…Ii
yak akken ilḥa lweqt ad as-telḥuḍ!...

110
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Jeddi Yebrahim: Aaa…Akka!...Nniɣ-ak kan… Tɣileḍ ak illa wacu ssneɣ nekkini…

La communication n’est pas bonne, entre les deux personnages : le père Jeddi Yebrahim
et sa file unique Lwizat. C’est pour cette raison que cette dernière a fait semblance d’être
malade, elle a perdu l’usage de la parole afin d’échapper au mariage avec le vieillard qu’a
choisi son père, parce qu’il a une pension, alors qu’il refuse de la marié avec celui qu’elle aime
Meḥmud Izubac, il est jeune, mais il n’a pas de pension comme le premier. Ce qu’a obliger le
père d’envoyer ses domestiques Ɛli n Dulu et Wejjir pour lui chercher un marabout qui puisse
la guérir de cette maladie auxquelles les médecins n’ont pas trouvé de remède.

Quand Lwizat a parlée, elle a utilisée un langage agressif contre son père pour lui dire
qu’elle préfère mourir que de se marier avec cet homme âgé. Jeddi Yebrahim aussi a fait
recours aux menaces contre elle, il a demandé au marabout de la remettre à son état de muette.

Lwizat-nni, tinna iggugmen akken-nni, tneṭq-d ar Meḥmud Izubac. Tenna-yas: “Nniɣ-ak


nekkini… Nekkini jami ad beddleɣ”

Jeddi Yebrahim: A! … A tenṭeq-d! Sebḥan-k, a win i ɣ-d-ixelqen!...

Lwizat: ih… ih neṭqeɣ-d. Lameɛna, a baba, neṭqeɣ-d bac akken ad ak-d-iniɣ bellik ma yexḍa
Meḥmud Izubac, nekkini wellah ma zewǧeɣ-tt!, ipi ihwa-yak kan tettruẓuḍ aqerru-yik… Bu
punsyu-nni-inek… Fkiɣ-t i sidi ɛabdennaser at Sidil!…

Jeddi Yebrahim: Aa… Aa… Acu tesgurrudeḍ tura dagi fell-i?!... Ṭṭef akin iqjan-im! (Idewwer
ar Si Leḥlu, inna-yas): “Anɛam a ccix, ma yehda-k Ṛebbi, err-itt akken tella”

Lwizat: Nekkini, nniɣ-ak-id. Wellah ur d-tettawiḍ akk ayen i k-yehwan!...

Jeddi Yebrahim: Jmaɛliman ar ḥaca d bu pansyu-nni ara taɣeḍ!.

Lwizat: S yemma, a lukan ad mmezleɣ!

Le personnage Jeddi Yebrahim, est tés calme et sage avec le personnage de Si Leḥlu, il
fait référence aux forme de politesses.

Jeddi Yebrahim: (inna-yas I Si Leḥlu): Amreḥba yiss-k a ccix. Mreḥba yiss-k a sidi ar wexxam-
agi.

Jeddi Yebrahim: Aha dayen tura…dayen tura. Ulac uɣilif.

111
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Jeddi Yebrahim: Ad k-ibarek Ṛebbi a Si Leḥlu.

Ce dernier personnage est éficace et pertinent, il maintient toujours son avis, il fait
recours aux insultes, il est agressif avec Lla Taseɛdit, quand elle lui a dit qu’il ne devrait pas
marier Lwizat avec le vieu acause de l’argent, et, elle a défendu Meḥmud Izubac, qui ne
supporte meme pas entendre son nom.

Tawejjirt : Aha a tiyita ! … A Jeddi Yebra!... Nekkini la k-qqareɣ yell-ik ula I yas-d-xedmen
ṭṭelba, ula i yas-d-ixdem umrabeḍ. Lukan d ay tesmeḥsiseḍ kra. Mliɣ-ak acu i d ddwa-ines.

Jeddi Yebrahim: Ihi tura ḍebber fell-I kemmini! …Tawejjirt, ad tḍebber fell-i.

…Tawejjirt: Ammi asmi ara nemmet, am win yesɛan, am win ur nesɛi …wellah ar siwa lekfen-
nni ara iyi-in-iḍefren. Nekkini, yelli, ɛahdeɣ s Ṛebbi, ɛahdeɣ s Ṛebbi, ar win ur as-neɛǧib ara
ma yewwi-tt…ar ɣas, a lukan ad ikseb tiɣezza n camlal!.

Jeddi Yebrahim: I tura ad tberkaḍ! …Acu tesqaqayeḍ dagi fell-i! …Uuu! …Alih ruḥ akin! Tigi
mačči ttiɣeṭṭen-im!...

III. Les personnages et les valeurs socioculturelles :

Les personnages féminins (Tajilbant, Ḥlima n Tala, Smina n Tazart), dans le texte
« Tacbaylit », respectent les régles et les valeurs de la société kabyle, dans laquelle elles
vivaient, cela aparait au début de la première scène quand elles rentraient des champs, après le
ramassage des olives, elles chantaient, mais elles se taisent en traversant la route principale,
parce que dans cette société, les gens chantent quand ils faisaient leurs travaux dans les
champs, mais pas dans la route, c’est la tradition, c’est interdit, parce qu’ils croiseront des
femmes et des vieux, dans les rues du village.

Dans la société kabyle auparavant, s’il y a quelqu’un qui transgresse ces règles, il sera
puné par l’assemblé du village (tajmaɛit, qui lui impose une amande a payé, ou il sera exclu de
l’assemblé, ad iffeɣ lufaq).

Timɣarin timcumin akken kan i d-flent i ubrid dɣa susment, lweqt n uzemmur, sawaḍent-d
azemmur s axxam, ttɣennint deg ubrid. Wejṭuṭi, d agrud d amecṭuḥ itteddu yid-sent.

112
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Dans le même texte, le personnage Ɛli n Dulu est monté sur une roche, pour appeler
son maître Jeddi Yebrahim en créant. C’est une image, ou une tradition chez les kabyles, ils
s’appellent d’un village à l’autre, d’un champ à l’autre sans se déplacé.

Ɛli n Dulu :

(Yuli ɣef kra akken n ucruf), wi, ad as-nessiwel kan sya, a Jeddi Yebrahim, a Jeddi
Yebrahim…. A wah ur d-yesli ara, yettɛeyyiḍ ɣef Buleɣbar-nni amek i tebɣiḍ ad ak-d-isel
biansur, (iɛawed) a Jeddi Yebrahim, ah wah axir ad subbeɣ.

Si Leḥlu quand il dit à sa femme Lla Taseɛdit « ipi d nekk i yelsan aserwal dagi mačči d
kemmini », ça prouve qu’il est le maîtr à bord, c’est lui qui le chef à la maison, c’est lui qui
décide et qui commande, sa parole passe avant tous. Ça reflète la pensée dans la société kabyle,
ou la parole de l’homme est indiscutable par sa femme, si cette dernière conteste, elle sera
tabassée, elle ne doit jamais lever sa voix en présence de son mari.

Le mot « aɣafer », dans la société kabyle et musulmane, signifie la réconciliation entre


deux personnes fachées, qui ne se parlent pas, alors le jour de l’aid, c’est l’occasion pour se
réconcilier.

Si Leḥlu yenna-as i temɣart-is: “yyan tura ad nemɣafar, ad nemsemmaḥ”.

Quand les gens perdent espoir dans la guérison de quelqu’un qui leur est chère. Donc
la médecine a echouée. Ils font recours aux marabouts, malgrés qu’ils ne croient pas en
capacites de ces derniers.

Wejjir :

I… nekkini wehmeɣ….. Amek akkagi tura yelli-s-agi n Jeddi Yebra…. Wwin-tt ɣer ṭṭbib, ulac,
wwin-tt ɣer sbiṭer, ulac. Acu ara s-d-yexdem umrabeḍ tura?

Mḥend Ukennas:

A wlidi d tamɣart-nni… Tuḍen-iyi ur k-ɛniɣ… Safi waḥed seta wagguren ayagi tura, ur tekkir
ara seg wussu.

Mḥend Ukennas:

Ii… Nniɣ-as ammar ahaat ad as-d-taruḍ sin iseṭṭiren n bermisal-nni, ammar ahat ad teḥlu.

113
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Mḥend Ukennas:

Anɛam a ccix, tehnuneg, tehnuneg, tuɣal annect ukufi. Alur iparik tura ḥaca aman i tt-yeččuren.
Aɛebbuḍ-is, tasa-s, aḍiḥan-is, ipi amek is-qqaren… tusa… Ulyu ad d-tarwen idammen, tura
ttarwen-d kn siwa aman iḥerfiyen. Prisk kull ass tettaɣ-itt tawla. Ipi mi teqqim, akka akka ad
teɣli am uɣeddu. Axaṭer tteqraḥen-tt iqejjaren-is. Tettseffir taɣect-is amzun tuḍen taxuneqt. Ipi
akka akka ikkat-itt ujenniw; wellah ar acḥal d abrid, nniɣ-as tedda. Nesɛa deg taddart-nneɣ
yiwen ccix akken-nni ḥaca-k, nettruḥu ar ɣur-s… Ittak-aɣ-id tibejbujin…. Wellah ar waḥed
xemsin alef i serfeɣ fell-as. Ii… D isurdiyen!... Ncečč-as qrenfel, ncečč-as aẓarif, ncečč-as
gerninuc, ncečč-as bunarɛuf… Ryanafir. Wanag tura lǧawi-yagi, qeḍran akked lḥentit,
namparlpa… Wellah ar am win issiriden i wakli… Ipi abrid-agi aneggaru mi nruḥ ɣur-s…
Smeḥ-iyi, kkiɣ-ak deg umeslay… Ih… Ibɣa aɣ-d-yefk tebetyada. Alur tebetyada-agi, nekkini
ugadeɣ-tt. Ugadeɣ ad itebbet bellik ad tt-isɛeddi dayen. Ii… Amek ahi? Ugadeɣ… Ugadeɣ.

Les marabouts ont du privilège et du pristige dans la société kabyle, ils ne font rien, ils
ont des serviteurs (femmes et hommes kabyles) qui s’occupent de tous les biens de ces
premiers (les travaux des champs, la cueillette….). Ajoutant à cela, les kabyles accordent
beaucoup d’importance au marabout, qui a une grande valeur à leurs yeux.

Wejjir :

Amek, d amrabeḍ yerna ittḥuccu-d leḥcic ?

Si Leḥlu mi asen-d-ihedder akkagi, iruḥ ad d-ikker.

Ɛli n Dulu:

Ad ak ibarek Rebbi, a Si Leḥlu. Uma d keččini dɣa… Aa…aḥeq jeddi-k ar teqqimeḍ. Nekkni
ɣas ad nbedd, ma d keččini, qqim neɣ ma ulac ad teɛyuḍ….

Wejjir:

Qqim ad testeɛfuḍ. Nekkni nuɣ tannumi d ibeddi.

Wejjir traite mal sa femme Tawejjirt, il n’a aucun respect pour elle, il veut même la
frappé parce qu’elle a donnée son avis à Jeddi Yebrahim. C’est une tradition dans la société
kabyle, la femme n’a pas le droit de contester, ou de donner son avis devant les hommes.

114
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

Tawejjirt a évoqué le changement des montalités et des valeurs sociales dans la société kabyle,
les gens sont devenus materialistes.

Tawejjirt:

Asmi i tella nneyya… akked leqniɛa…. Wellah ar tif lehna tawant i yas-neqqar. Lmumen irbeḥ
wul-is… Ma d tura, seg-mi d-innulfa upansyu… akked wayen i t-ittabaɛen…. Deg-mi aqlaɣ
tura necba ilfan n lɣaba. Ayen nesɛa amzun ulac !... A yenna-yas : yir zwaj a tiḥdayin… Tif-it
teḥdert ucerrid.

Tawejjirt:

Ay-iwwet Ṛebbi… Ah!... Ini-d mačči akka. Ii… Tura mi d-ikker uqcic ibɣa ad yerr axxam,
imawlan nteqcict as-qqaren d acu yesɛa? Ẓuhra-nni n tiqcbut... Yak fkan-tt i Bulabac… Axaṭer
yesɛa apunsyu-agi d-teqqareḍ… Muggreɣ-tt-id umayen-a… Tuɣal d tawraɣt, d tawraɣt amzun
d taktunya. Seg wass-mi tezweɣ, ur tewwi iri, keččini tura… D wigad-agi i tettɛanadeḍ?!

Jeddi Yebrahim:

I tura ad tberkaḍ!... Acu tesqaqayeḍ dagi fell-i!... Uuu!...Alih ruḥ akin! Tigi mačči d tiɣeṭṭen-
im !...

Wejjir :

I… Dɣa ih susem kemmini!... Acu tesqaqayeḍ dagi. Ih… illa wi m-yennan, acḥal ssaɛa
kemmini? Yettkemmil: Jeddi Yebrahim, ur iḥwaǧ ara ṭaṭa baṭaṭa-yinem ! Issen acu ixeddem.
Ṛuḥ ad tekseḍ tiɣeṭṭen-im ! Ur aɣ-ttuɣal ara dagi d tayaziḍt, ad tesqaqayeḍ dagi fell-aneɣ! D
netta i d baba-s n teqcict. Ifhem… Yessen… Dnetta i yeẓran acu i as-ilaqen i yell-is!

Wejjir (ittkemmil iqqar-as): Eǧǧ-iyi kan, a Jeddi Yebrahim… Ad tt-wwteɣ hak! Ad as-ɛawdeɣ
hak! … Bac akken ad tissin acu yeswa leqder n yirgazen!

Wejjir:

A yuɣal-d!!... Tura i t-id-ufiɣ dagi i ttebratini taqjunt-agi-yinu.

Dans la société kabyle, la femme et la fille en particulier, n’a pas de parole, elle ne
peut pas donner son avis sur quoi que se soit, même quand il s’âgit de son avenir, de ce qu’il
la concerne, c’est le père qui décide de tous. C’est le cas de Jeddi Yebrahim qui a décidé de

115
Chapitre III Rapports et communications entre les personnages des textes kabyles

marié sa fille unique avec un homme âgé, même si elle n’est pas d’accord, même si elle parle,
ou elle conteste, personne ne l’écoute, parce que, le père a donné sa parole, il ne peut pas la
changer, pace que dans la société kabyle, un homme qui ne tient pas sa parole ce n’est plus un
homme, il sera mal vu par les membres de sa société. Jeddi Yebrahim a refusé Meḥmud
Izubac au début, parce qu’il n’est pas riche comme l’autre, mais quand il a su qu’il a hérité ce
qua laissé son oncle, ce premier change d’avis, il l’a accepté sans y réflichir. C’est ce qui
prouve que ce personnage Jeddi Yebrahim est materaliste.

Le personnage Meḥmud Izubac, même si il a transgressé les régles et les principes de


la société kabyle, quand il s’est enfuit avec Lwizat, la fille de Jeddi Yebrahim, mais il s’est
rattrapé, il s’est rendu compt de son éreur, en revenent à la maison et demander la main de
cette dernière à son père, comme l’est la tradition.

Jeddi Yebrahim idewwer aqerru-yis akin, iwala… Meḥmud Izubac akked Lwizat-nni, ahnad
uɣale-d.

Meḥmud Izubac:

Tura a Jeddi Yebrahim, atta yell-ik rriɣ-ak-tt-id, axaṭer ur bɣiɣ ara ad as-tiniḍ rẓiɣ-ak lḥerma.
D tidet, nniqalint nebɣa ad nerwel, ih… ipi anda ara tt-isuffeɣ Ṛebbi, ad teffeɣ. Almi, uɣaleɣ
ufiɣ mačči akkagi i xeddmen yirgazen. Ur zmireɣ ara nekkini ad ak-akreɣ yell-ik. Tura
nekkini nusbeɣ-k-id. Ma tqebleḍ-iyi, saḥḥa; ma ur iyi-teqbileɣ ara dayen. Acu kan i bɣiɣ ad
ak-d-iniɣ tura, sik tewweḍ-iyi-d tebratt, tura iyi-tt-id-ifka ufaktur. Alur iparik ɛemmi-nni isɛan
lutil deg Paris yewweḍ leɛfu n Ṛebbi. Ipi kum ur isɛi ara dderya, d nekkini ara t-iwerten.

(Jeddi Yebrahim nniqal yebluhmet kan, iɛweq d acu ara d-yini. Ii… Akken d imi yesla lutil deg
Pari, inna-yas): “Iba… Iba… Iba… Ula d nekkini akkagi I ttḥibbiɣ irgazen. Ad ak-fkeɣ yelli,
ih… Ipi s lferḥ d ameqran.

116
Conclusion
Conclusion

Au terme de notre travail qui porte sur l’étude du personnage dans deux textes de
Mohia « Tacbaylit et Si Leḥlu », et, après l’analyse et l’élaboration de l’être et du faire de ses

personnages, nous avons constaté ce qui suit :

L’être et le faire des personnages sont en corrélation, parce que l’être des personnages
(les caractéristiques morales, voir psychologiques et physiques (malgré qu’ils sont très rare
dans les deux textes) reflète leurs faires, l’exemple du personnage Jeddi Yebrahim, il souvent
destinateur, destinataire ou opposant dans les deux textes, il porte des traits et des caractères
qui le qualifient d’être maître, d’imposer son autorité, son totalitarisme dans sa ferme, de se
distinguer des autres personnages paysans qui travaillent chez lui, qui sont toujours ses
adjuvant, ils obéissent à ses ordres.

L’analyse de l’être et du faire, nous donne la même typologie des personnages dans
les deux textes principaux et secondaire.

Après l’analyse de l’être et du faire des personnages des textes «Tacbaylit» et « Si


Leḥlu», en constate que Mohia a réussi dans son travail, en adaptant ces deux textes en
kabyle, il a crée des situations nouvelles propre à la société et à la culture kabyle. Les traits et
les caractères des personnages, le langage, ainsi que leurs contexte reflète vraiment la société
kabyle (les pensées, les sentiments, les traits physiques…) de ces membres.

Les personnages ont une relation très particulière entre eux qui est celle du maître, et
de ses serviteurs (dans le texte Tacbaylit). Cette relation est caractérisée par des traits qui sont
récurrents tout au long des textes chez les personnages, à savoir le critère d’autorité, de
supériorité, de totalitarisme… du maître, et des critères d’obéissance, de peur, et de naïveté
des serviteurs.

Cette relation du maître vis-à-vis de ses serviteurs existe aussi dans le texte Si Leḥlu,
mais la communication entre eux est un peu souple par rapport au premier texte. Parce que le
maître dans ce texte est moins agressif avec ses serviteurs.

En ce qui concerne le deuxième texte, il y a plusieurs relations qui sont :

La relation du rusé et du dupé, le dupé est très naïf et le rusé est très intelligent.

La relation du père avec sa fille, cette relation est acharnée d’agressivité.

118
Conclusion

La relation du mari et de sa femme, elle est caractérisée par les conflits qui ne s’estompent
pas, d’agressivité et de violence.

Ce qui caractérise aussi les personnages de ses deux textes déjà cités, est l’utilisation
du langage agressif, des insultes, des formes brèves, des déprécations et des imprécations dans
leurs communications.

Il est important de signalé que la récurrence de ses traits et de ses faits caractéristiques
des personnages, est constatable dans nombre important de l’œuvre de Mohia, ça serait
important si on élargi cette piste de recherche sur l’ensemble de ses textes.

Il serait important aussi, d étudie l’attribution du monème « si » aux personnages


dans les textes ou il figure. Ou encore, essayé de comprendre, comment Mohia gère la
religion dans son œuvre, sachons qu’il fait souvent allusion à elle dans ses textes. Pourquoi ne
pas étudier la langue ancestrale de Mohia ? Ou encore, l’ironie et la dérision chez Mohia ?

119
Bibliographie
Bibliographie

Les ouvrages :
BERTRAND Denis, Précis de sémiotique littéraire, éds, Nathan HER. Paris, 2000.

COUPRIE Alain, Molière. Armand colin. Paris, 1992.

COURTES Josef, Introduction à la sémiotique narrative et discursive, ed. Hachette, Paris,


1976.

DUMUR Guy, Le théâtre de Pirandello, Edition L’Arche, Paris, 1967.

DUVIGNAUD Jean, Sociologie du théâtre, éditions P U F, Paris, 1965.

ERMAN Michel, Poétique du personnage de roman, Edition Ellipses, Paris, 2006.

EVERAERT-DESMEDT Nicole, Sémiotique du récit, 2em éd. De Boeck-Wesmael, s.a.


1992.

GALAND-PERNET Paulette, Littératures berbères Des voix Des lettres, éditions, Presses
Universitaires de France, Paris, 1998.

GIRARD gilles, OUELLET Réal, RIGAULT Claude, L’univers du théâtre, P. U. F, 1995.


GREIMAS Algirdas Julien, Du sens, Seuil, Paris, 1970.
HAMON Philippe, Du descriptif, Hachette, Paris, 1993.

HUBERT Marie-Claude, Le théâtre, 2em éd. Armand Colin, 2008.

HUMBERT-MOUGIN Sylvie, FIX Florence, SOUILLER Didier, ZARAGOZA Georges,


Etudes théâtrales, P.U. F, 2005.

JEAN Georges, Le théâtre, Editions du Seuil, Paris, 1997.

KOWZAN Tadensz, Sémiologie du théâtre, Editions NATHAN, 1992.

MOHIA Nadia, La fête des kabytchous, Editions Achab, Tizi-Ouzou, 2009.

PRUNER Michel, L’analyse du texte de théâtre, édition Armand Colin, Paris, 2009.

RYNGEART Jean-Pierre, Introduction à l’analyse du théâtre, édition, DUNOD.

UBERSFELD Anne, Lire le théâtre I, Editions Belin, Paris, 1996.

121
Bibliographie

ZARAGOZA Georges, Le personnage de théâtre, Armand Colin, Paris, 2006.

Dictionnaires :

CORVIN Michel, Dictionnaire encyclopédique du théâtre, édition Bordas, Paris, 1991


Dictionnaire des littératures française et étrangères 1994. Larousse, sous la direction de
DEMOUG Jacques.
DUBOIS J., Dictionnaire de la linguistique et des sciences du langage, éd Larousse, Paris,
1994
PAVIS Patrice, Dictionnaire du théâtre, édition Dunod, Paris, 1997.
MAMMERI Mouloud, Amawal n Tmaziɣt Tatrart, Lexique de berbère moderne, édition
Asalu, Bgayet, 1991, réédition CNRPAH, Alger, 2008
SALHI Muḥend Akli, Asegzawal ameẓẓyan n tsekla, petit dictionnaire de littérature, Editions
l’Odyssée, 2012.

VIALA Alain, ARON Paul, DENIS Saint-Jacques, Dictionnaire du littéraire (ouvrage


collectif), édition Presses Universitaires de France, Paris, 2002

Articles et revues :

BOUAMARA Kamel, Les formes littéraires brèves : prières, déprecations et imprécations en


kabyle.
Etudes et Documents Berbères N°24, Ed, La boite à documents, paris, 2006.
HAMON Philippe, « Pour un statut sémiologique du personnage », Poétique du récit,
GENETTE Gérard et TODOROV Tzevetan (dir.), du Seuil, 1977, pp.116-180.
MOHYA Abdellah (dit Muhend U Yehya), Entretien, in Revue Tafsut, n°5 (série
normale)/avril 1985, Tizi-Ouzou, Réédité par la revue Timmuzɣa, n° 10, HCA, Alger, octobre
2004, pp.3-13
MORELLA Daniela, Amazigh : « la production culturelle entre oralité, écriture, audio-visuel
et internet », La littérature amazighe, oralité et écriture, spécificités et perspectives. IRCAM,
2004. PP. 292-305.
Tifin Notre découverte, Mohia, esquisses d’un portrait, revue des littératures berbères,
noméro 2, ed Ibis Press, Paris, année 2006.

122
Bibliographie

SALHI Mohand Akli, « La nouvelle littérature kabyle et ses rapports à l’oralité


traditionnelle », Actes du colloque international: la littérature amazighe : oralité et écriture,
spécificités et perspectives, Aziz KICH (dir.), 2004, pp.103-121.
SALHI Mohand Akli, « Les voix de modernisation de la prose littéraire Kabyle », Actes du
colloque international « Tamazight face aux défis de la modernité », 15-17 juillet 2002,
Boumerdes, pp. 244-251.

Mémoire et thèses:

AMEZIANE Amar, les formes traditionnelles dans le roman Kabyle. Du genre au procédé,
mémoire de D.E .A, I.N.L.C.O, Paris, 2002.

LAOUFI Amar, Récriture, traduction et adaptation en littérature kabyle: cas de Si Lehlu de

Mohia, mémoire de magister, sous la direction de Mr Salhi Mohand Akli, DLCA, Tizi-

Ouzou, 2012.

123
Résumé en kabyle
Résumé en Kabyle

Agzul :

Tasekla taqbaylit si tsekliwin n umaḍal i d-yeddan s timawit acḥal n leqrun, ɣas akka,
tesɛa azal d ameqran ɣer yimawlan-is i tt-id-yettawin, axaṭer teččur d lemɛani, tesɛa tawuri
tameqrant di tmetti am: timucuha, inzan d lemɛun,ccnawi n yimahilen, mebla ma nettu
tamedyazt, i yeṭṭfen amḍiq amenzu gar tewsatin-agi n tsekla, imi mačči d menwala i tt-id-
yettawin, tewzen, teččur d lemɛani lqayen.

Syin akin ibeddel wudem n tsekla-agi akken ibeddel wudem n tmetti, imi nnulfan-d
ttawilat imaynuten i ureṣi n tsekla d useḥbiber fell-as akken ur tnegger ara. Yiwen si ttawilat-
agi d tira, ɣas akken agdud amaziɣ si zik i yesɛa tira, maca ur tt-yessexdem ara akken ad yaru
tasekla-yis, ɣef waya i negren waṭas n lesnaf almi nuɣal nettcukku di kra seg-sen mačči d
ayla-nneɣ, kkan-d si tɣermiwin-nniḍen i yesɛan tira. Deg yiseggasen-agi ineggura,tira telḥa
aṭas di tmetti taqbaylit, imi faqen yemdanen s wazal i tesɛa, yerna tegla-d s tewsatin
timaynutin di tsekla taqbaylit ad d-nebder tullist akked umezgun.

Amezgun d tawsit i d-ibanen deg yiseggasen 40 s wayen yura Belɛid At Ɛli: afenǧal n
lqahwa. Syin akin, ad d-iban umezgun n rradyu i yettwaskelsen di tesfifin deg yiseggasen n
60-70 imi aṭas i yettwaxedmen di tallit-nni di ssenf-agi sɣur: Ccix Nureddin, Ɛli Ɛebdun,
Acruf Yidir… maca timezgunin n rradyu ur d-ffiɣent ara.

Seg yiseggasen n 70 d asawen iban-d yiwen seg yimenza i yuran amezgun s teqbaylit,
ixdem tisuqilin i tmezgunin n yimyura igraɣlanen, i yettwasnen deg umaḍal am: Bertolt
Brecht, Samuel Beckett, Molière…d wiyaḍ, yerra-d ugar n 25 yiḍrisen ɣer teqbaylit, wagi d
Muḥend U Yeḥya.

Nefren Muḥya, imi ulac win ixedmen ayen yexdem, axaṭer d ayen yesɛan azal d
ameqran di tsekla taqbaylit, yesnerna deg-s. Rnu ɣer-s, ulac aṭas n yinadiyen ɣef wayen
yexdem umaru-yagi di tewsit-a, ala kra n yikatayen, ttawin-d ɣef tudert-is, ayen yura, uɣur d-
yessuqel1, llan diɣen kra n yimagraden I d-yeffɣen deg yiɣmisen neɣ ɣer kra n tesɣunin n
tdukliwin am wayen yura Ḥmed Zayed, Ait Menguellet, Ben Muḥemmed, d wiyaḍ nniḍen
ama d icennayen I yecnan isefra-yis neɣ wid I t-ixulḍen, I iḥemmlen ayen ixeddem. Llan
diɣen imagraden-nniḍen n wid i t-yessnen n yimnadiyen d, wid ixedmen yid-s am yayen
umagrad n Saɛid Cemax ɣef tudert n Muḥya d wayen akk d-yessuqel , anwa imyura uɣur d-

1
Muqlet ikatayen n tagara n truragt (mémoires de licence).

125
Résumé en Kabyle

yessuqel, melmi d-yessuqel iḍrisen-a2… maca ulac aṭas n yinadiyen deg wayen icudden ɣer
yiḍrisen, llan kra yikatayen n magistir, anda xedmen taqrint gar yiḍrisen imenza n tefrensist d
wid I d-yesnulfa Muḥya s teqbayliteddal, ɣef tewsit n yiḍrisen –a, taɣulin n usuqel
yettwasxedmen, amcabah d umgarad yellan gar-asen3. Akken llan diɣen kra n yimagraden
ffɣen-d di tesɣunin, uran-ten wid I ixedmen yid-s, xulḍent, sɛan tirmit n uxeddim I ten-
yezdin, wwin-d ɣef tutlayt yessemras, amek I d-yessuqul, Galand-Pernet Paulette tenna-
d:”Akken ad d-yessuqel yiwet tefyirt n tefrensist ar teqbabylit ad d-yexdem kraḍ neɣ ukuẓ s
teqbaylit”4, imagraden wiyaḍ wwind ɣef liḥala d wayen d-yezzin neɣ ayen I yeǧǧan Muḥya
ad d-yessuqel iḍrisen n yemyura yecban wigi, d si limarat neɣ tulmisin n tira d usnulfu n
umyaru-agi, am ultma-s Muḥya Nadya, Lunasi Muḥend, Saɛdi Ḥusin, d waṭas-nniḍen. Ɣas
akka maca mazal yella lexṣaṣ aṭas deg unnar –agi, imi akken I d-nezwwer awal, ayen yexdem
umyaru-agi hraw, ɣezzif, yeččur d lemɛani, d tulmisin tuffirin, tlaq-asen tesleḍt lqayen. Ayagi
d timerna ɣef wayen yellan yakan, maca tikkelt-a s wudem-nniḍen, icudd-aṭas ɣer ugbur
mačči ɣer talɣa.

Azwel n ukatay-nneɣ: tasleḍt n uwadem di sin yiḍrisen n Muḥya “Tacbaylit akked Si


Leḥlu”, i d-yessuqel si “la jarre” n uṭalyani Perandello, akked “le médecin malgré lui” n
ufransis Molière. Nefren asentel-agi axaṭer di sin yiḍrisen-a n teqbaylit, llan yiwudam i d-
yettuɣelen: “Wejjir, Ɛli n Dulu, Jeddi Yebrahim”, sɛan tulmisin neɣ limarat iten-yezdin di sin
yiḍrisen-agi, yerna nebɣa ad nefhem yiwet si tulmisin n tira, n usnulfu n yiḍrisen n umezgun n
Muḥya, imi akken neẓra, awadem d tigejdit n yal aḍris n umezgun, d netta i d lsas, fell-as i
bnan ineḍruyen i ɣef i d-tettawi teqsiḍt, d netta iten-isedduyen.Tamukrist-nneɣ ihi d ta: d acu-
tent tulmisin n yiwudam i yessemres Muḥya di sin yiḍrisen-a? D acu-tent twuriwin-nsen?
Ayagi akken i t-id-nenna yakan, deg yiswi nneɣ ad nessiweḍ, ad nefhem yiwet si gar tulmisin
n tira d usnulfu ɣer Muḥya.

Akken ad nexdem akatay-agi, nebḍa-t ɣef kraḍ yixfawen:

Ixef amezwaru: neɛreḍ ad d-nessefhem deg-s kra n wawalen neɣ n tmiḍranin icudden
ɣer usentel-agi, am: awadem n umezgun, aḍris n umezgun, amsag, tawuri n uwadem, asnulfu,
asuqel…, neɛreḍ ad d-nefk deg-sent kra n tbadutin n kra yimusnawen, i yettnadin deg unnar-

2
Chemakh Said, «L’œuvre de Mohia, de la traduction à l’adaptation/création »in Tifin Notre découverte,
MOHIA, Esquisses d’un portrait, Revue des littératures berbères N°2, IBIS Press, année 2006.
3
Laoufi Amar, Récriture, traduction et adaptation en littérature kabyle: cas de Si Lehlu de Mohia, mémoire de
r
magister, sous la direction de M Salhi Mohand Akli, DLCA, Tizi-Ouzou, 2012.
4
D tasuqqilt nneɣ.

126
Résumé en Kabyle

agi n tsekla, syin akin, nsefehm-d tarrayt i neḍfer deg unadi-agi, ayen iwumi qqaren:
taḍrizmult d tesnamdant5, d tarrayt tamaynut, nesxdem-itt di tesleḍt akken i tt-id-yessefhem
Michel Erman6.

Taḍrizmult, d tasleḍt n talɣiwin n unamek, ma d tasnamdant, ad neɛreḍ ad negzu yi-s


tamiḍrant uwadem deg yiḍrisen-agi. Syin akin, negga taqrint neɣ nesserwes gar yiḍrisen n
tefrensist d wid n teqbaylit (mačči s telqayt) akken ad nẓer anda yella amcabah, d umgarad gar
yiḍrisen-a, deg yiswi akken ad d-iban anda tella tmerna d ubeddel, deg yiḍrisen I d-yesnulfa
Muḥya. Akken ad neg aya nebḍa iḍrisen n teqbaylit akken ttwabḍan wid n tefrensit, negga
taqrint diɣen gar izenziɣen n tigawin nnsen.

Ayen iwumi nger tamawt si teqrint-agi, yella umwafeq gar yiḍrisen-a n teqbaylit d wid n
tefrensist, maca tella tmerna di kra n tegnatin anda d-tettban tmetti taqbaylit, ansayen d
leɛwayed-is, s wanect-a I d-ttbanen diɣen wassaɣen-nni yellan gar yiwudam, I ten-yezdin, d
ayen I d-yesbanayen diɣen taywalt gar yiwudam-a.

Deg yixef wis sin ad d-nemmeslay ɣef “yiman d yigan7” n yiwudam. Deg yiman,
newwi-d awal ɣef tulmisin n yiwudam, ama d ayen icudden ɣer tulmisin n tfekka, n llebsa, d
wamek ggan, ama d tulmisin icudden ɣer wamek ttxemmimen, d wayen ttḥulfun. Ma deg
yigan newwi-d awal ɣef twuriwin n yiwudam di yal aḍris, neɛreḍ ad d-nessuffeɣ azenziɣ n
tigawin akken i t-id yefka Greimas, (Amsifaḍ, anermas, amgay, taɣawsa, amalal, amnamar)8
Deg yiḍrisen-agi n teqbaylit ulac aṭas n tulmisin icudden ɣer tfekkiwin d llebsa n yiwudam.
Am akken i t-id-tenna Marie-Claude Hubert: ulac aṭas n uglam neɣ n tulmisin i icudden ɣer
tfekka n yiwudam deg yiḍrisen n umezgun9. Ayagi d ayen d-ibanen deg uḍris “Tacbaylit” imi
ala awadem Jeddi Yebrahim iwumi d-ttwabdrent tulmisin icudden ɣer tfekka-s, akked Si Qasi
diɣen ttwabderent-d snat tulmisin-yines, yesɛa taɛrurt, yesqejdiḥ, yerna yettrusu nnwaḍer. Ma
d tulmisin icudden ɣer ttexmam d yiḥulfan n yiwudam ad naf aṭas i yellan di sin yiḍrisen n
teqbaylit ama di Tecbaylit ama di Si Leḥlu. Tulmist i yeṭṭuqten neɣ i yezdin iwudam n
Tecbaylit, d nniya sɛan ( Wejjir, Ɛli n Dulu, Ḥlima n Tala, Smina n Tazart, Tajilbant, Jeddi
Yebrahim, aḥtac n waṭas (bqqun ad ẓren kullec), imi bɣan ad ẓren d acu ara d-yeddem Si Qasi

5
La sémio-anthropologie.
6
Michel Erman, Poétique du personnage de roman, ed, Ellipses, 2006.
7
Etre et faire .
8
Amsifaḍ d le destinateur, anermas d le destinataire, amgay d le sujet, Taɣawsa d l’objet, amalal d l’adjuvant,
ma d amnamar d l’opposant.
9 em
Marie-Claude Hubert, Le théâtre, 2 éd Armand Colin, p 16.

127
Résumé en Kabyle

si tegrabt-is, umnen belli lsaq-nni-yines di tnafa i t-yufa ladɣa Wejjir, yumen-it aṭas. Nniya d
tulmist yezdin diɣen ula d iwudam n uḍris Si Leḥlu, ama d Jeddi Yebrahim(xas akken yeḥrec,
deg uḍris-nni n Tecbaylit) imi ur yumin ara belli tacbaylit-nni terreẓ weḥd-s, axaṭer tesɛa iɣisi,
ulac win itt-yennulen, maca ikellex-as Si Leḥlu s sin wawalen-nni n leqran yessexlaḍ d
lemɛun akken ad d-iban d amrabeḍ n sseḥ. Aneggaru-yagi, yeččur d tiḥrci imi ur s-faqen ara
belli mačči d amrabeḍ, yerna ikellex-as i Jeddi Yebrahim, netta akked Meḥmud Izubac i
yuɣalen s uqendur d uɛmam akken ad t-yessekcem ɣer uxxam n Jeddi Yebrahim ad iẓer
Lwizat, yell-is n uneggaru-yagi i yugin ad as yefk yell-is, axaṭer ur yesɛi ara idrimen am
umɣar-nni iwumi yebɣa netta ad as-tt-yefk. Maca Lwizat ula d nettat tehṛec, tkellex-asen
akken ma llan. Terra iman-is tuḍen, tɛuggen akken ur tettaɣ ara win ur tebɣi ara imi nettat d
Meḥmud Izubac i tebɣa. Tiḥeci-agi tesɛa-tt ula d La Taseɛdit, tameṭṭut n Si Leḥlu, imi d nettat
i asen-ikellxen i Ɛli n Dulu akked Wejjir, mi ten-id-tmuger ttnadin ɣef umrabeḍ, nettat yuɣ
lḥal teggul ad d-terr ttar deg-s imi tt-yewwet, dɣa temla-yasen argaz-is, terna tenna-yasen belli
alamma yttewwet ara d d-yeqqir belli d amrabeḍ, dɣa nutni uɣen-as awal, mi wwḍen ɣer-s
xedmen akken i asen-tenna almi yuɣal yeqbel ad yili d amrabeḍ melba lebɣi-s, akka I ibeddel
amahil, seg ttajer n lmal ar umrabeḍ.

Iwudam Jeddi Yebrahim, Si Leḥlu, Buleɣbar tezditen tulmist n zzɛef, ur sɛin ara ṭṭbiɛa.
Ladɣa amezwaru-yagi, i yessexdamen ddraɛ akked yiwudam-nniḍen, ala awadem Miṭr Budim
i ɣef ur izeɛɛef ara, yettqadar-it, axaṭer yeḥwaǧ-it akken ad as-yefru timsal-is akked wid
ukkud yezga d amennuɣ, rnu ɣer-s awadem-agi yeɣra, yif-it di tmusniwin icudden ɣer iṣuḍaf.

Ma d ayen icudden ɣer yigan n yiwudam, ad naf deg uḍris Tacbaylit, Jeddi Yebrahim
d amsifaḍ n tecbaylit (d taɣawsa), anermas-is d netta s timmad-is (Jeddi Yebrahim), amgay d
wid is-tt-id-ixedmen akked Si Qasi mi akken t-id-wwin akken ad tt-ireqqeɛ, imalalen d
iwudam i ixeddmen ar ɣur-s, ma d amnamar d netta s timmad-is, axaṭer mi akken d-wwin Si
Qasi akken ad tt-ireqqeɛ, yecreḍ fell-as ad as-yexdem lizagraf akked llsaq, mi yekcem
uneggaru-yagi ar daxel-is yegga-yas llsaq, yufa-d iman-is yewqeɣ daxel, ur yezmir ara ad d-
yeffeɣ, almi tt-rẓan.

Seg wayen akk d-nenna yakan, nezmer ad d-nessuffeɣ kra n yinawen neɣ lesnaf n
yiwudam yeṭṭuqten di sin yiḍrisen-agi n teqbaylit:

Llan yiwudam igejdanen, iwudam inaddayen.

Iwudamn n tmetti, imi mmalen-d tulmisin d limirat n tmetti taqbaylit.

128
Résumé en Kabyle

Iwudam d-yekkan seg wansayen, seḍsayen, imi semrasen taseqlebt d uskeɛrer deg
yinawen nnsen d yidewenniyen nnsen akked yiwudam-nniḍen.

Ixef wis kraḍ, newwi-d deg-s awal ɣef wassaɣen yezdin gar yiwudam n yiḍrisen-agi.
Deg uḍris Tacbaylit, ad naf assaɣ agejdan d win n ccaf neɣ n umɛellem (bab n cci) Jeddi
Yebrahim akked yixeddamen-is (ifellaḥen, d tilawin neɣ d irgazen), assaɣ-agi yesɛa tulmist n
usemres n ddraɛ, rregmat, isuɣan… sɣur ccaf af yifellaḥen-is. Taywalt gar iwudam-agi ur
telhi ara imi am waken i d-nnenna Jeddi Yebrahim, yessemras aṭas ddraɛ, d rregmat, ur
yettbeddil ara rray-is, yessemras ddeɛwat mi ara yettmeslay d yifellaḥen-is. Ma yella akked
labuka, yella wassaɣ n lmanfaɛa, yettqadar-it. Maca yettmeslay akken ilaq, s leɛqel d leqder
yid-s.

Deg uḍris n Si Leḥlu ad naf aṭas n wassaɣen: yella wassaɣ:

Gar urgaz d tmeṭṭut, zgan d imerẓi, ur ttemsefhamen ara, imi Si Leḥlu yečča-yas i Lla
Taseɛdit ayen akk tejmeɛ d leqrar, netta ur as-d-teɛrig ara lmeɛna ma ččan warraw-is neɣ
qqimen i laẓ, dɣa tergem-it, tneɛl-it, ur as-teǧǧi ara, dɣa yekker ɣur-s yewwet-itt. Taywalt
gar-asen ur tgerrez ara imi zgan d imerẓi.

Gar win iḥercen d wunguf yeččuren d nniyya, yeshel i tkellax, assaɣ-agi yella gar, Lla
Taseɛdit d yifellaḥen n Jeddi Yebrahim (Wejjir, Ɛli n Dulu), tkellex-asen belli Si Leḥlu d
amrabeḍ yerna yeḥrec, nutni umnen-tt.

Gar Si Leḥlu d Jeddi Yebrahim akked ifellaḥen-is, amezwaru-yagi mi yuɣal d amrabeḍ,


ikellex-asen akken ma llan axaṭer ulac d acu ssnen deg wayen icudden ɣer ddin, yessewhem-
iten mi akken ad d-yeqqar kra s n tsurtin d kra n wawalen n taɛrabt i yesseɛwj nutni imi d
ungufen umnen-t.

Gar Jeddi Yebrahim d Si Leḥlu akked Meḥmud Izubac, i as-ikellxen mi yelsa aqendur d
uɛmam yerra-t d ṭṭaleb akken ad yekcem s axxam n umezwaru-yagi, ur t-tteɛqalen ara, dɣa
ssawḍen kellxen-as imi Meḥmud Izubac ifures tagnit, yerwel netta d Lwizat.

Assaɣ-nniḍen, d win yezdin gar baba-s d yell-is (Jeddi Yebrahim d Lwizat), assaɣ-agi yebna
ɣef lxilaf, imi amezwaru-yagi yebɣa ad yefk yell-is i umɣar axaṭer yesɛa idrimen, ma d nettat
tugi, axaṭer tḥemmel wayeḍ, maca wagi yugi-t baba-s imi melmi kan i yebda axeddim, dɣa
tesseɣli-d ɣef yiman-is aṭṭan n tiggugemt (testeɛmel tuḍen akken ur tettaɣ ara winn-a ur tebɣi

129
Résumé en Kabyle

ara), dɣa mi d-tenṭeq, terra-yas aqemmuc i baba-s, tesɣer aqerru-yis, netta daɣen yettgalla
deg-s belli ala bu yedrimen-nni ara taɣ, taywalt gar-asen ur tgerrez ara.

Ɣer tagara n umahil-agi nneɣ id-yewwin ɣef tulmisin d leṣnaf n yiwudam i yessemres
Muḥya deg sin yiḍrisen Tacbaylit akked Si Leḥlu, nezmer ad d-nini belli neessiweḍ ɣer waya:
iwudam sɛan yiwet tulmisin i ten-yezdin am, lewɛara, d usbeggen n yiman neɣ n zzux n Jeddi
Yebrahim, tungift, nniyya i iṭṭuqten ɣer ifellaḥen n Jeddi Yebrahim.

Assaɣen i ten-yezdin d wid yellan di tmetti taqbaylit, cudden ɣer tiḥeci d tkellax, assaɣen n
lfayda.

Ma d anaw n yiwudem, yella wannaw n tmetti, agejdan, anadday d win yesseḍsayen.

130
Annexes
LA JARRE
(Un acte)
de
Luigi Pirandello

PERSONNAGES
DON LOLO ZIRAFA.
Le PERE DIMA LICASI, raccommodeur de faïences et de porcelaines.
L'AVOCAT SCIME.
La MERE TANA.
M PARI PE, garçon de ferme.
TARARA, FILLICO, paysans.
TRIDUZZA, CARMEN, paysannes, cueilleuses d'olives.
Un muletier : NOCIARELLO, jeune garçon de 11 ans, paysan.
La campagne sicilienne de nos jours.
Une placette herbeuse devant la ferme de Don Lolo Zirafa au sommet de la colline. A gauche,
la façade de la maison rustique, à un seul étage. La porte d'un rouge délavé se trouve au
milieu. Au dessus de la porte, un petit balcon. Des fenêtres au-dessus et au-dessous; celles
d'en bas avec des barreaux. A droite, un olivier centenaire au tronc tordu et noueux et un banc
de pierre cimenté tout autour.
Au-delà de l'olivier, la place se continue par un sentier qui descend. Au fond, d'autres oliviers.
Octobre.
Au lever du rideau, M Pari Pé entendant le chant des femmes qui montent par le sentier à
droite avec des corbeilles remplies d'olives sur leurs têtes, ou dans leurs bras, debout sur le
banc qui entoure l'olivier, leur crie :
M PARI PE —O ohé! Serrures sans clés... Et toi, morveux! Doucement par ici... Attention à
la charge, nom de Dieu!
Les femmes et Nodarello montent par le sentier et ne chantent plus.
TRIDUZZA—Qu'est-ce qui vous prend M Pari Pé ?
LA MERE TANA—A la bonne heure. Vous avez appris à jurer vous aussi?
LA PETITE CARMEN —Même les arbres vont se mettre à jurer bientôt dans cette
campagne.
M PARI PE —Vous ne voudriez tout de même pas que je vous laisse semer les olives?
TRIDUZZA —Semer les olives ? Moi, je n'en ai pas laissé tomber une seule, en tout cas.

132
M PARI PE—Si Don Lolo, Dieu nous en préserve, se mettait à son balcon!
LA MERE TANA — II peut bien s'y planter du matin au soir à son balcon... Quand on fait
son devoir on n'a rien à craindre.
M PARI PE—Surtout en chantant le nez au vent.
LA PETITE CARMEN—On ne peut plus chanter maintenant ?
LA MERE TANA —Mais non. Des jurons seulement... On croirait qu'ils ont fait un pari
entre le maître et le valet à celui qui sortira le plus gros.
TRIDUZZA —Je ne comprends pas comment le bon Dieu n'a pas déjà foudroyé sa maison et
ses arbres.
M PARI PE—Allons, assez, langues de vipère... Allez décharger vos olives et ne lambinez
plus.
LA PETITE CARMEN —On continue à ramasser?
M PARI PE —Est-ce veille de fête pour cesser déjà le travail ? Vous avez encore du jour
pour deux voyages au moins. Allez, allez vite.
// Pousse vers le côté gauche de la ferme les femmes et Nociarello.
L'une d'elles, en s'en allant, reprend son chant pour le faire bisquer.
M PARI PE, tourné vers le balcon, appelle. —Don. Lolo.
DON LOLO, de l'intérieur. —Qu'y a-t-il ?
M PARI PE —Je vous avertis que les mulets sont là avec le fumier.
DON LOLO, sort furieux. (C'est un gros homme d'une quarantaine d'années, des yeux de
loup méfiant; il est irascible. Sur la tête, un vieux chapeau. blanc à larges bords. Anneaux
d'or aux oreilles. Pas de veston, une chemise de pilou grossier à carreaux, de couleur marron
ouverte sur une poitrine velue, les manches retroussées.) Les mulets, à cette heure-ci ? Où
sont-ils ? Où les as-tu conduits ?
M PARI PE— Ils sont par là, tranquillisez-vous. Le muletier doit-il les décharger? et où?
DON LOLO —Tu dis, décharger? sans que j'aie vu seulement ce qu'il m'apporte... En ce
moment, je ne peux pas, je suis en train de parler avec l'avocat.
M PARI PE —Ah, oui, de la jarre?
DON LOLO, le toisant. —Oh là, dis-moi, qui t'a nommé caporal?
M PARI PE —Non, je voulais dire...
DON LOLO —Tu n'as rien à dire : obéir et filer... Je voudrais bien savoir pour quelle raison
il a pu germer dans ta cervelle que je suis en train de parler de la jarre avec l'avocat?

133
M PARI PE —Parce que vous ne pouvez imaginer dans quelle appréhension —- que dis-je
appréhension ? —dans quelle terreur je vis pour cette jarre toute neuve à la voir exposée là sur
l'aire. (Il fait un geste à gauche vers la ferme.) Enlevez-la, au nom du Seigneur!
DON LOLO, hurlant. —Non et non. Je te l'ai dit cent fois. Elle doit rester là où elle est. Et
que personne n'y touche.
M PARI PE —Avec ce va-et-vient de femmes et d'enfants... Et si près de la porte.
DON LOLO —Par le sang du Christ, tu as juré de me faire perdre la tête?
M PARI PE —Enfin... pourvu qu'il n'arrive rien de fâcheux...
DON LOLO—Je ne veux pas qu'on vienne me faire d'autres conversations pendant que j'en
ai entamé une avec l'avocat. Où diable veux-tu que je la place cette jarre? Dans la réserve? Il
n'y a pas de place si on n'enlève pas d'abord le vieux tonneau, je n'ai pas le temps de m'en
occuper.
De la droite, survient le muletier.
LE MULETIER —Mais enfin, où dois-je décharger le fumier? Il fait bientôt nuit.
DON LOLO—Te voilà, toi. Puisses-tu avec l'aide de saint Aloès te rompre le cou, toi et tes
mules.
Tu t'amènes à cette heure-ci?
LE MULETIER —Je n'ai pas pu venir plus tôt.
DON LOLO —Et moi, je n'ai jamais acheté de chats dans un sac. Et je veux que, sur la
jachère, les tas de fumier, tu me les disposes comme je te dirai de le faire. Et, à cette heure-ci,
c'est trop tard.
LE MULETIER. —Eh bien, je vais vous dire, Don Lolo, je m'en vais renverser mon fumier
n'importe où et m'en aller.
DON LOLO—Essaie un peu. Je voudrais voir ça.
LE MULETIER—Je m'en vais vous le montrer tout de suite.
Il va furieux vers les bêtes.
M PARI PE, le retenant. —Allons du calme.
DON LOLO—Laisse-le faire.
LE MULETIER —Si vous avez la tête chaude, je l'ai encore plus chaude que vous. Il n'y a
rien à faire! Avec vous, c'est chaque fois une dispute.
DON LOLO —Mon cher ami, avec moi, regarde, (II tire de sa poche un petit carnet relié de
toile rouge.) Il y a ça. Tu sais ce que c'est? Tu crois peut-être que c'est un missel ? Non, c'est
le code civil. C'est un cadeau de mon avocat qui se trouve en villégiature chez moi. Et j'ai
appris à y lire, tu sais, dans ce petit livre. Et maintenant, personne ne peut plus me rouler,

134
personne, même pas Dieu le Père! Tout est prévu là-dedans! un cas après l'autre et l'avocat,
moi, je le paie à l'année.
M PARI PE —Le voici.
Par la porte de la maison sort l'avocat Scimé, avec un vieux chapeau de paille sur la tête et à
la main un journal déplié.
SCIME—Que se passe-t-il, Don Lolo ?
DON LOLO—Maître, cette buse s'en vient à la nuit avec ses mulets m'apporter du fumier
pour ma jachère et au lieu de s'excuser...
LE MULETIER, essayant d'interrompre, tourné vers l'avocat. —Je lui ai bien dit que je n'ai
pu venir plus tôt.
DON LOLO, continuant. — II m'a menacé...
LE MULETIER —Moi? Mais ce. n'est pas vrai...
DON LOLO—Toi, oui, de le jeter n'importe où, derrière le mur...
LE MULETIER —Mais c'est parce que vous...
DON LOLO—Moi, quoi donc ? Je veux qu'il soit déchargé sur place... comme il faut, en
tas...bien égaux.
LE MULETIER—Eh bien, pourquoi ne venez-vous pas? Le soleil est là pour deux heures
encore, monsieur l'Avocat, c'est que lui il voudrait le prendre et-le soupeser, crotte après
crotte. Si vous le connaissiez...
DON LOLO—Laisse donc l'avocat tranquille. Il est là pour moi, non pour toi. Ne faites pas
attention, cher Maître. Allez-vous-en par ce sentier, comme d'habitude. Asseyez-vous sous le
mûrier et lisez tranquillement votre journal. Je viendrai un peu plus tard pour que nous
continuions à parler de la jarre.
DON LOLO, au muletier. —Allons, combien de mulets as-tu?
// se dirige vers le muletier. A droite.
LE MULETIER, le suivant. —Nous avions bien convenu pour douze? Il y en a douze.
Il disparaît avec Don Lolo derrière la ferme.
SCIME, levant les mains et les agitant. — Ah ! là, là, là. Demain matin, à l'aube, je rentre
chez moi. Il est en train de me faire tourner en bourrique.
M PARI PE— II ne laisse personne en repos. Et Votre Seigneurie lui a fait un drôle de
cadeau avec ce petit livre rouge. Avant, à la moindre contrariété, il criait : « Sellez-moi ma
mule ! »
SCIME—Oui, pour galoper en ville à mon bureau et me faire tourner en rond comme un
tamis.

135
C'est pour ça mon ami, que je lui ai fait cadeau du code. Il le tire de sa poche, il s'en va le
consulter de lui-même, et, pendant ce temps, j'ai la paix. Mais c'est certainement le diable qui
m'a soufflé de venir passer ici une semaine! quand il a su que le docteur m'avait ordonné
quelques jours de repos à la campagne, il m'a tourmenté jusqu'à ce que j'accepte son
hospitalité. Je lui ai posé comme condition qu'il ne me parlerait d'aucune affaire. Or, depuis
cinq jours, il me casse la tète avec une histoire de jarre, de je ne sais quelle jarre...
M PARI PE—Oui, monsieur, la grande jarre pour l'huile livrée depuis Noël de San Stefano
de Camastra, de la fabrique même. Belle, grosse comme ça et haute jusqu'à poitrine d'homme
: on dirait une abbesse. Est-ce qu'il voudrait chercher noise aussi au potier de là-bas?
SCIME—Mais bien entendu. Parce qu'il la lui a fait payer quatre louis et il dit qu'il l'attendait
plus grande.
M PARI PE, avec stupeur. —Plus grande ?
SCIME—II ne peut me parler d'autre chose depuis cinq jours. (Il se dirige vers le sentier à
droite). Oh! mais demain, adieu, adieu...
On entend au loin dans la campagne le cri du père Dima Licasi : « On raccommode les
faïence et les porcelaines. »...
Du petit sentier à droite arrivent avec une échelle et des roseaux dans les bras Tarara et
Fillico.
M PARI PE, les voyant. —Tiens, déjà, vous ne ramassez plus?
FILLICO— Ordre du patron comme il passait avec les mules.
M PARI PE—Et il vous a dit aussi de vous en aller?
TARARA—Du tout. Il nous a dit d'attendre ici pour faire je ne sais quoi à la réserve.
M PARI PE—Pour enlever le vieux tonneau peut-être.
FILLICO— Oui, pour faire de la place pour une jarre neuve.
M PARI PE—Ah! bon. Je suis content qu'il m'ait écouté pour une fois. Venez, venez avec
moi.
// se dirige avec eux vers la gauche mais, sortant de derrière la ferme, arrivent Triduzza, la
mère
Tana et la petite Carmen avec leurs corbeilles vides.
La mère Tana apercevant les deux gauleurs.
LA MERE TANA—Vous avez déjà fini de gauler ?
M PARI PE—Fini... pour aujourd'hui.
TRIDUZZA—Et nous, qu'est-ce que nous faisons ?
M PARI PE—Attendez que le maître revienne, il vous le dira.

136
LA PETITE CARMEN—A nous tourner les pouces.
M PARI PE—Que voulez-vous que je vous dise ? Allez-vous-en déblayer un peu dans le
grenier.
LA MERE TANA—Sans ordre ? je ne m'y risque pas...
M PARI PE—Envoyez aux ordres.
LA PETITE CARMEN—Vas-y, toi, Nociarello.
LA MERE TANA—Tu lui diras comme ça : les hommes ont quitté le battage, les femmes
voudraient savoir ce qu'elles peuvent faire?
NOCIARELLO—Bien, j'y vais.
Nociarello prend la course par le sentier à droite. Reviennent sur la scène par la gauche l'un
après l'autre, épouvantés, bras au ciel, Fillico, Tarara et M Pari Pé.
FILLICO— Sainte Vierge, aidez-nous...
TARARA—Mon sang s'est glacé dans mes veines...
M PARI PE—Quel malheur... Quelle fatalité!
LES FEMMES, toutes ensemble. —Qu'est-il arrivé?
M PARI PE—La jarre... La jarre neuve...
TARARA—Cassée.
LES FEMMES, toutes ensemble. —La jarre? Vraiment! Oh, Sainte Madone!
FILLICO— Fendue en deux! Comme si on lui avait donné un coup de hache...
LA MERE TANA—Est-ce Dieu possible?
TRIDUZZA—Personne n'y a touché ?
LA PETITE CARMEN—Personne... Tu vas l'entendre, Don Lolo.
TRIDUZZA— II fera quelque folie.
FILLICO— Moi, je laisse tout tomber. Je file.
TARARA—Quoi ? Tu files ? Idiot. C'est pour le coup qu'il croira que c'est toi qui l'as cassée.
Tous ici. Que personne ne bouge. Et vous (A M Pari Pé), vous irez l'appeler. Non, plutôt,
vous le hélerez d'ici.
M PARI PE, monté sur le banc de pierre qui entoure l'olivier. —Voilà, oui, d'ici. (Criant,
une main près de la bouche à plusieurs reprises.) Don Lolo... Ah! Don Lolo O O O O. Il
n'entend pas : il crie comme un fou après les mules. Don Lolo o o o... C'est inutile, il vaut
mieux aller le trouver.
TARARA—Mais, au nom du ciel, ne lui faites pas venir quelque soupçon.
M PARI PE—N'ayez crainte. Comment pourrais-je, en conscience, vous accuser?
Il prend la course par le petit sentier.

137
TARARA—Attention... Tous d'accord! Pour lui tenir tête : la jarre s'est cassée d'elle-même.
LA MERE TANA—C'est arrivé plus d'une fois.
TRIDUZZA—Bien sûr que les jarres neuves se cassent toutes seules.
FILLICO— Parce que souvent vous savez ce qui arrive : dans la cuisson si quelque étincelle
se trouve prise dans la terre, elle éclate brusquement à froid, pan!
LA PETITE CARMEN—Oui, comme un coup de fusil. (Elle fait le signe de la croix.) Dieu
nous en préserve!
On entend de l'intérieur des voix, celles de Don Lolo et de M Pari Pé.
Voix DE DON LOLO—Je veux tout savoir par la Madone.
Voix DEM PARI PÉ — Personne, je peux vous le jurer, n'y a touché.
TRIDUZZA—Ah! mon Dieu, le voilà...
LA MERE TANA—Seigneur, au secours!
Dans le petit sentier apparaît, pâle, furieux Don Lolo suivi de M Pari Pé et' Nociarello.
DON LOLO, s'élançant d'abord contre Tarara, puis contre Fillico, les prenant au collet et
les secouant. —C'est toi? Qui est-ce? ou toi? C'est sûrement l'un de vous deux... Par Dieu,
vous me le paierez.
TARARA, FILLICO, ensemble et se dégageant. —Moi? vous êtes fou? Laissez-moi... à bas
les mains, ou...
Toutes les femmes ensemble et M Pari Pé.
LES FEMMES ET PARI PE—Elle s'est cassée toute seule. Ce n'est la faute de personne.
Elle s'est trouvée cassée. Je vous l'ai dit et répété.
DON LOLO, se rebiffant tantôt contre l'un, tantôt contre l'autre. — Ah! je suis fou. Et, eux,
tous des petits agneaux! Elle s'est cassée toute seule... Vous me la paierez tous ensemble.
Allez, en attendant, me l'apporter ici.
M Pari Pé, Tarara et Fillico courent chercher la jarre.
DON LOLO—A la lumière, nous verrons bien s'il y a un indice de choc ou de coup. Et s'il y
est, je vous saute à la gorge et vous mange les yeux. Vous me la paierez tous tant que vous
êtes, hommes et femmes.
LES FEMMES, toutes ensemble. —Qui ? nous ? Vous divaguez. Vous voulez que nous
soyons responsables nous aussi; nous ne l'avons seulement pas regardée.
DON LOLO—Vous êtes entrées et sorties par l'aire, vous aussi.
TRIDUZZA—Bien sûr, nous avons cassé votre cruche en l'effleurant avec nos jupes.
Elle prend sa jupe dans sa main et elle fait le geste de lui en fouetter les jambes.
Pendant ce temps M Pari Pé, Tarara et Fillico reviennent par la gauche apportant la jarre

138
cassée.
LA MERE TANA—Quel dommage ! Regardez-la.
DON LOLO, se lamentant comme sur un parent mort. —La jarre neuve, quatre louis de jarre.
Et où mettrai-je l'huile de l'année? Oh, ma belle jarre! Quel misérable envieux t'a frappée?
Quatre louis jetés à l'eau... Et c'était justement une année d'olives... Ah! mon Dieu, que vais-je
devenir?
TARARA—Mais non, non, regardez.
FILLICO— On peut la raccommoder.
M PARI PÉ — II s'en est détaché un morceau.
TARARA—Seulement un morceau.
FILLICO— Une cassure nette.
TARARA—Elle était peut-être fêlée?
DON LOLO—Fêlée ? Je vous dis qu'elle sonnait comme une cloche...
M PARI PÉ— C'est vrai, j'en avais fait l'épreuve.
FILLICO— Elle redeviendra comme neuve, si vous voulez m'écouter. En la confiant à un
bon raccommodeur, on ne verra même pas l'endroit de la soudure.
TARARA—Appelez le père Dima, Dima Licasi. Il doit être par là. J'ai entendu son cri.
LA MERE TANA—Un brave artisan et fin. Il a un mastic miraculeux qui défie même le
marteau, quand il a bien pris. Cours, Nociarello : il est là tout près à l'enclos de Mosea. Va
l'appeler.
Nociarello prend la course à gauche.
DON LOLO, criant. — Assez, assez. Je suis abasourdi. Je n'y crois pas à ses miracles. Pour
moi, la jarre est perdue.
M PARI PE—Je vous l'avais bien dit.
DON LOLO, en colère de plus en plus. —Qu'est-ce que tu me disais, crétin? Si vraiment la
jarre s'est cassée d'elle-même, même si je l'avais préservée dans un tabernacle, elle se serait
cassée.
TARARA—C'est juste. Ne dites pas de paroles inutiles.
DON LOLO— II me damnera, cet imbécile.
FILLICO— Vous verrez que tout va s'arranger avec quelques lires! Et tout le monde sait
qu'une cruche cassée dure plus longtemps qu'une cruche neuve.
DON LOLO—Par tous les diables, j'ai les mulets sur la côte avec le fumier. (A M Pari Pé.)
Et toi, tu es là à me regarder dans le blanc des yeux. File, va jeter un coup d'oeil au moins. (M
Pari Pé prend la course par le petit sentier.) Ah! ma tête va éclater, le père Dima, le père

139
Dima... C'est avec l'avocat que je devrais m'expliquer. Car si elle s'est cassée d'elle-même, elle
devait bien avoir quelque défaut. Pourtant, elle sonnait, sonnait quand on l'a livrée, et, je l'ai
bien crue parfaite. Je vous le dis, quatre louis jetés à l'eau. Je peux y faire une croix.
Par la gauche, arrive le père Dima Licasi, suivi de Nociarello.
FILLICO— Ah, le voilà... le père Dima.
TARARA, bas à Don Lolo. —Vous savez, il ne parle guère.
LA MERE TANA, mystérieuse. — II parle peu.
DON LOLO—Ah, vraiment! (Au père Dima.) Et vous n'avez pas non plus l'habitude de
saluer quand vous vous présentez?
LE PERE DIMA—Vous avez besoin de mon travail ou de mon salut? De mon travail, je
crois.
Dites-moi ce que j'ai à faire et je le ferai.
DON LOLO—Puisque « parler » vous coûte un tel effort, pourquoi demandez-vous cet effort
à autrui ? Vous le voyez bien ce que vous avez à faire.
// montre la jarre.
FELLICO—Raccommoder cette belle jarre, père Dima, avec votre mastic.
DON LOLO—On dit qu'il est miraculeux. C'est vous qui l'avez fabriqué? (Le père Dima le
regarde farouchement.) Répondez et montrez-le.
TARARA, de nouveau bas à Don Lolo. —Si vous le prenez sur ce ton, vous n'en obtiendrez
rien.
LA MERE TANA— II ne le montre à personne, il en est jaloux.
DON LOLO—Et qu'est-ce que c'est? De l'hostie consacrée? (Au père Dima.) Dites-moi au
moins si vous croyez que la jarre, une fois raccommodée, sera comme avant.
LE PERE DIMA, qui a posé par terre son panier et en a tiré un vieux mouchoir de coton
bleu tout enroulé. —Comme ça, tout de suite ? Je ne crois que ce que je vois. Un peu de
patience.
Il s'assied par terre et commence à défaire les noeuds de son mouchoir. Tout le monde
regarde avec curiosité.
LA MERE TANA, bas à Don Lolo. — Ça doit être le mastic.
DON LOLO—Je sens monter quelque chose de là.
// touche son estomac.
Tous, à peine le mouchoir défait, voyant apparaître une vieille paire de lunettes aux branches
rattachées avec une ficelle, éclatent de rire. —Oh, oh, les lunettes, les lunettes. Nous croyions
que c'était le mastic ! !

140
LE PERE DIMA, tout en polissant ses lunettes avec un coin de son mouchoir, examine la
jarre et dit.
—Elle redeviendra très bien.
DON LOLO.—Bon... Le tribunal a prononcé son verdict. Mais je vous avertis que, si solide
que soit votre mastic, il ne me suffira pas, il me faudra aussi des agrafes. (Le père Dima le
regarde encore, puis sans rien dire prend son mouchoir, ses lunettes et les jette avec rage
dans son panier.) Eh bien, que faites-vous?
LE PERE DIMA—Je m'en vais.
DON LOLO—Monsieur le porc, où vous croyez-vous?
FELLICO, le retenant. — Allons, père Dima, patience.
TARARA—Faites ce que vous demande le patron.
DON LOLO—Voyez-moi un peu cet air de Charlemagne! Bougre d'âne, misérable avorton,
j'y mets de l'huile, moi, là-dedans; avec cette belle cassure, du mastic seulement... je te dis que
je veux des agrafes.
LE PERE DIMA—Tous les mêmes. Quels ignorants! Que ce soit une cruche, ou une cuvette,
ou une coupe ou une petite tasse : tous, des agrafes... J'offre le meilleur dont personne ne veut
profiter. Et il me faudra renoncer à faire du travail propre et dans les règles de l'art. (Il
s'approche de Don Lolo.) Écoutez-moi bien. Si cette jarre ne sonne pas de nouveau comme
une cloche, avec le mastic seulement...
DON LOLO—Je vous ai dit que non. Moi, je ne peux pas m'entendre avec cet oiseau-là. (A
Tarara.) Eh bien, mon ami, tu m'as dit qu'il parlait peu... (Au père Dima.) Inutile de prêcher...
Si tout le monde veut des agrafes, il y a une raison...
LE PERE DIMA—Aucune raison, simplement l'ignorance.
LA MERE TANA—Moi aussi —c'est peut-être par ignorance —mais je crois qu'il faut des
agrafes.
TRIDUZZA—Sûrement, cela doit mieux tenir.
LE PERE DIMA—Mais elles font des trous, les agrafes. Ce n'est pas difficile à comprendre.
Chaque agrafe, deux trous. Vingt agrafes : quarante trous. Tandis que le mastic seul...
DON LOLO—Quelle tête, bon Dieu. Plus têtu qu'un mulet. Elles font peut-être des trous les
agrafes, mais je veux des agrafes. C'est moi le maître, n'est-ce pas? (Se tournant vers les
femmes.)
Eh bien, allons, vous autres, au grenier vos olives. (Aux hommes.) Et vous, à la remise,
enlevez le vieux tonneau.
// les pousse vers la ferme.

141
LE PERE DIMA—Oh! là. Attention.
DON LOLO—Nous parlerons le travail terminé. Je n'ai pas de temps à perdre avec vous.
LE PERE DIMA—Vous voulez me laisser seul ici. J'ai besoin que quelqu'un m'aide à tenir
le morceau éclaté. La jarre est énorme.
DON LOLO—Ah, alors! (A Tarara.) Reste, toi. (A Fillico.) Et toi, viens avec moi.
// s'en va avec Fillico. Les femmes et Nociarello sont déjà partis. Le père Dima se met tout de
suite au travail de mauvaise grâce. Il tire de son panier son vilebrequin et commence à faire
des trous à la jarre à l'endroit fendu.
TARARA lui parle—C'est encore heureux qu'il l'ait pris ainsi. Je ne peux y croire. J'ai eu
peur de la fin du monde ce soir, mais ne vous faites pas de mauvais sang, père Dima. Il veut
des agrafes, mettez-lui vingt agrafes, trente. (Le père Dima le regarde.) Même plus? Trente-
cinq?
Le père Dima le regarde encore.
LE PERE DIMA—Tu la vois ma fléchette... Comme je la mène. Et frou, frou et frou; on
croirait qu'elle me troue le coeur.
TARARA—Dites-moi ? Est-ce vrai que vous l'avez trouvée en rêvant la recette de votre
mastic?
LE PERE DIMA, continuant son travail. —Oui, en rêvant.
TARARA—Et qui est-ce qui vous est apparu en rêve?
LE PERE DIMA—Mon père.
TARARA—Ah! votre père. Il vous est apparu et vous a enseigné comment il fallait le
fabriquer?
LE PERE DIMA—Mameluk !
TARARA—Moi ? Pourquoi ?
LE PERE DIMA—Sais-tu qui est mon père?
TARARA—Qui est-ce ?
LE PERE DIMA—Le diable qui te mangera.
TARARA—Vous êtes donc le fils du diable ?
LE PERE DIMA—Et ce que j'ai là dans mon panier : c'est la poix qui vous collera tous les
uns aux autres.
TARARA—Ah ! elle est noire ?
LE PERE DIMA—Non, elle est blanche. C'est mon père qui m'a appris à la faire blanche.
Vous reconnaîtrez son pouvoir quand vous y bouillirez dedans. Mais, là-bas, au fond elle est

142
noire; si tu rapproches deux doigts, tu ne peux pas les décoller, et si j'attache ton nez à ta
lèvre, tu restes Abyssin pour la vie.
TARARA—Et comment se fait-il que vous la touchiez et qu'elle ne vous fasse rien?
LE PERE DIMA—Sotte créature! As-tu déjà vu les chiens mordre leurs maîtres? (Il jette son
vilebrequin et se lève.) Viens ici, maintenant. (Il lui fait tenir le morceau déjà troué.) Tiens-
moi ça. (Il tire une boîte de fer-blanc, l'ouvre, en tire un doigt de mastic et le lui montre.)
Regardemoi ça. Est-ce que ça ressemble à un autre mastic ? (Il étend son mastic d'abord sur
le bord de la cassure de la jarre puis tout le long du morceau.) Avec trois ou quatre doigtées,
comme ça, tu vois. Tiens fort, moi j'entre dans la jarre.
TARARA—Ah, du dedans ?
LE PERE DIMA—Bien sûr, asinus. Si je dois faire des points, il faut que je les fasse de
l'intérieur.
Attends. (Il cherche dans le panier du fil de fer et des tenailles. Il prend l'un et l'autre et
s'enfonce dans la jarre.) Toi, maintenant, attends que je me place bien, lève le bord et
applique-le, qu'il joigne bien... doucement... bravo, c'est bien. (Tarara obéit et l'enferme dans
la jarre. Peu après sortant la tête de la jarre.) Maintenant tire tant que tu peux. Et il n'y a pas
encore d'agrafes.
Tu vois bien que ça ne se détache plus. Il faudrait dix paires de boeufs pour la décoller. Va
t'en le dire à ton maître.
TARARA—Mais, père Dima, vous êtes sûr que vous pourrez en sortir maintenant de la jarre?
LE PERE DIMA—Et comment donc ? Je suis toujours sorti de toutes les jarres.
TARARA—Mais celle-ci, il me semble qu'elle a une ouverture bien petite.
Par le sentier de droite revient M Pari Pé.
LE PERE DIMA—Je ne peux plus en sortir.
TARARA, au père Dima dans la jarre. —Doucement. Attendez... De biais.
M PARI PE—Un bras. Sortez un bras d'abord.
TARARA—Non pas le bras. Que dites-vous ?
LE PERE DIMA—Sacré diable ! Qu'est-ce qui m' arrive ? Je ne peux pas en sortir.
M PARI PE—Un si gros ventre et une si petite bouche cette jarre!
TARARA—Ce serait bien drôle qu'après l'avoir raccommodée, vous n'en puissiez plus sortir.
// rit.
LE PERE DIMA—Ça te fait rire, toi. Bon Dieu. Aidez-moi donc à sortir de là.
M PARI PE—Attendez. Voyons, si en la renversant...
LE PERE DIMA—Non, surtout pas. C'est le dos qui fait obstacle.

143
TARARA—En effet. Parce que vous avez une épaule un peu plus forte que l'autre.
LE PERE DIMA—Moi ? Mais tu viens de dire que c'est la jarre qui a une ouverture trop
étroite.
M PARI PE—Et, maintenant, qu'est-ce que nous faisons ?
TARARA—Ah ! elle est bonne, celle-là. (Il rit et court vers la ferme appelant :) Fillico... La
mère Tana... Triduzza... Carminette... Venez, venez tous. Le père Dima ne peut plus sortir de
la jarre...
Arrivent par la droite Fillico, la mère Tana, Carminella, Nociarello.
LES FEMMES ET NOCIARELLO, tous en choeur, rient, sautent, battent des mains. —
Dans la jarre?
Oh! par exemple. Et il ne peut plus en sortir.
LE PERE DIMA, en même temps, comme un chat enragé. —Faites-moi sortir de là. Prenez
le marteau qui est dans ce panier.
M PARI PE—Le marteau ? Vous êtes fou. Il faut que le patron le permette.
FELLICO—Le voilà... le voilà... (Don Lolo arrive par la droite. Les femmes allant à sa
rencontre.) Il s'est muré dans la jarre de lui-même. Il ne peut plus en sortir.
DON LOLO—De la jarre ?
LE PERE DIMA—Au secours... Au secours...
DON LOLO—Et quel secours puis-je vous apporter, vieil imbécile puisque vous n'avez pas
pris les mesures de votre bosse, avant d'entrer.
Tous rient.
LA MERE TANA—Quelle histoire, pauvre père Dima!
FILLICO— C'est une vraie comédie.
DON LOLO—Attendez, doucement. Essayez de sortir un bras d'abord.
M PARI PE—C'est inutile, nous avons essayé de toutes les façons.
LE PERE DIMA, qui a sorti un bras à grand-peine.—Ah! doucement, vous me démettez le
bras.
DON LOLO—Patience! Essayez de...
LE PERE DIMA—Laissez-moi...
DON LOLO—Que voulez-vous qu'on vous fasse?
LE PERE DIMA—Qu'on prenne un marteau et qu'on casse la jarre.
DON LOLO—Qu'est-ce que vous dites? Maintenant qu'elle est raccommodée.
LE PERE DIMA—Alors, je dois rester là-dedans?
DON LOLO— II faut voir d'abord ce qu'on peut faire.

144
LE PERE DIMA—Que voulez-vous voir ? Moi, je veux sortir de là, par Dieu.
LES FEMMES, en choeur. — II a raison. Il ne peut pas rester là-dedans. S'il n'y a pas d'autre
moyen d'en sortir...
DON LOLO—Ma tête va éclater. Du calme, du calme. C'est une aventure incroyable qui
n'est jamais arrivée à personne. (A Nociarello :) Viens ici, garçon, non, plutôt toi, Fillico,
cours là-bas sous le mûrier, tu trouveras l'avocat, dis-lui de venir tout de suite. (Il monte le
petit sentier à droite. Et comme Fillico s'en va, se tournant vers le père Dima qui s'agite dans
la jarre :)
Tranquillisez-vous. (Aux autres :) Faites-le rester tranquille. Ce n'est pas une jarre, c'est le
diable.
(De nouveau au père Dima qui s'agite dans la jarre :) Tenez-vous tranquille, je vous dis.
LE PERE DIMA—Si vous ne voulez pas la casser, je la casserai moi-même au risque de me
casser la tête en même temps. Je la ferai rouler jusqu'à ce qu'elle se brise contre un arbre. Je
veux en sortir.
DON LOLO—Attendez l'avocat. C'est lui qui résoudra ce nouveau problème. En attendant je
conserve tous mes droits sur la jarre et je commence par faire mon devoir. (Il tire de sa poche
un gros vieux portefeuille en cuir et en sort un billet de dix francs.) Tous témoins, vous autres,
voici dix francs en récompense de votre travail.
LE PERE DIMA—Je ne veux rien, je veux sortir.
DON LOLO—Vous sortirez quand l'avocat vous le dira. Moi, en attendant, je vous paie.
// lève les mains avec son billet de dix francs et le pose dans la jarre.
Du petit sentier de droite sort l'avocat Scimé en riant, suivi de Fillico.
DON LOLO, l'apercevant. —Vous trouvez qu'il y a de quoi rire? Vous n'en souffrez pas,
bien sûr.
La jarre est à moi.
SCIME, ne pouvant s'arrêter de rire, au milieu du rire général. —Mais vous ne pré...tendez
pas le garder là-dedans. Ah! Ah! ah... là-dedans pour ne pas perdre votre jarre?
DON LOLO—Je devrais alors subir le dommage et l'affront en même temps?
SCIME—Mais savez-vous que cela a un nom ce que vous voulez faire ? Vous voulez le
séquestrer ?
DON LOLO—Moi, je le séquestre ? Il s'est de lui-même séquestré. Est-ce ma faute? (Au
père Dima :) Qui vous force à rester là-dedans? Sortez-en!
LE PERE DIMA—Essayez de m'en faire sortir, si vous en êtes capable!

145
DON LOLO—Mais ce n'est pas moi qui vous ai logé là-dedans. Vous vous y êtes logé vous-
même.
Sortez-en !
SCIME—Messieurs, voulez-vous me permettre de parler ? Le cas est double.
Ecoutez-moi bien. Vous devez vous mettre d'accord. (S'adressant d'abord à Don Lolo.) D'une
part, vous, Don Lolo, vous allez tout de suite libérer le père Dima.
DON LOLO—Et comment ? En cassant la jarre ?
SCIME, se tournant vers le père Dima. —D'autre part, vous, père Dima, vous devez répondre
du dommage causé à Don Lolo en entrant dans cette jarre sans prendre garde que vous n'en
pourriez plus sortir.
LE PERE DIMA—Mais, monsieur l'Avocat, moi je n'y ai pas pris garde parce que, depuis
tant d'années que je fais ce métier, des jarres j'en ai raccommodé par centaines et toujours du
dedans pour fixer les agrafes comme le veut le métier. Il ne m'était jamais arrivé de n'en pas
pouvoir sortir. C'est donc à lui de s'en prendre au potier qui a fourni la jarre avec une si petite
ouverture.
Je n'y suis pour rien.
DON LOLO—Mais cette bosse que vous avez, c'est peut-être mon potier qui l'a fabriquée
pour vous empêcher de sortir de ma jarre. Si nous faisons un litige pour la jarre à petite
bouche, dès que le juge verra sa bosse, il se mettra à rire et le condamnera aux frais.
LE PERE DIMA—Ce n'est nullement moi, puisqu'avec cette bosse, j'ai pratiqué bien des
jarres et je suis entré et sorti comme par la porte de ma propre maison.
SCIME—Ce n'est pas une raison, père Dima. Avant d'entrer, votre devoir était de prendre les
mesures pour savoir si vous en pourriez sortir.
DON LOLO— II faudra donc qu'il me paie ma jarre.
LE PERE DIMA—Que dites-vous là ?
SCIME—Du calme... du calme... Vous la payer comme neuve?
DON LOLO—Naturellement.
SCIME—Mais elle était cassée.
LE PERE DIMA—C'est moi qui l'ai arrangée.
DON LOLO—Vous l'avez arrangée ? Bien, elle est comme neuve. Mais si je la casse pour
que vous en sortiez, je ne pourrai plus la faire arranger et j'aurai perdu ma jarre pour toujours,
monsieur l'Avocat.
SCIME—Mais j'ai bien dit que le père Dima avait répondu pour sa part... Laissez-moi parler.
DON LOLO—Parlez... parlez...

146
SCIME—Cher père Dima : de deux choses, l'une, ou votre mastic sert à quelque chose, ou il
ne sert à rien.
DON LOLO, très content, s'adressant à tous. —Vous entendez : le voilà pris au piège.
Quand il commence comme cela...
SCIME—Si votre mastic ne sert à rien, vous êtes un esbroufeur quelconque. S'il sert à
quelque chose, la jarre, même comme elle est, doit garder son prix. Quel prix? Dites-le vous-
même. Faites l'expertise.
LE PERE DIMA—Avec moi dedans ?
Tout le monde rit.
SCIME—Sans plaisanterie... Telle qu'elle est.
LE PERE DIMA—Si Don Lolo me l'avait laissé arranger avec le mastic comme je le
voulais, je ne me serais pas trouvé là-dedans, parce que j'aurais pu la recoller de l'extérieur; et
alors la jarre aurait été comme neuve et elle aurait eu la même valeur qu'avant ni plus ni
moins. Mais arrangée comme elle est maintenant, et trouée comme une passoire, quelle valeur
voulez-vous qu'elle ait?
A peu près le tiers de ce qu'elle a été payée.
DON LOLO—Le tiers ?
SCIME, tout de suite à Don Lolo, faisant le geste de Vinterrompre. —Non, tenez-vous
tranquille !
Un tiers ? Cela fait?
DON LOLO—Elle a été payée quatre cents francs, donc, cent trente-trois francs.
LE PERE DIMA—Moins peut-être, mais pas plus.
SCIME—Bien, on se fie à votre parole. Prenez cent trente-trois francs et donnez-les à Don
Lolo.
LE PERE DMA—Moi, lui donner cent trente-trois francs?
SCIME—Pour qu'il casse la cruche et vous fasse sortir. Vous la lui paierez le prix que vous
l'avez évaluée vous-même.
DON LOLO—C'est clair comme de l'eau de roche.
LE PERE DIMA—Payer... moi... Folie! Moi, je veux bien pourrir là-dedans. Tarara, trouve-
moi ma pipe dans le panier.
TARARA, obéissant. —Celle-ci ?
LE PERE DIMA—Merci. Donne-moi du feu. (Tarara allume une allumette et l'approche de
la pipe.) Merci et je vous baise les mains à tous.
Avec sa pipe fumante, il se cache dans la jarre au milieu des rires.

147
DON LOLO, tout ahuri. —Et maintenant, qu'est-ce que nous faisons, s'il ne veut pas sortir?
SCIME, se grattant la tête en souriant. —En effet, il y avait moyen d'arranger les choses
quand il voulait en sortir... mais maintenant?...
DON LOLO, allant parler au père Dima caché dans^ sa jarre. —Quels sont vos projets?
Vous voulez habiter là-dedans ?
LE PERE DIMA, sortant la tête. —J'y suis mieux que dans ma maison. Il y fait frais comme
au paradis.
// se replonge et recommence à fumer à grandes bouffées.
DON LOLO, furieux, au milieu des rires de tous. — Avez-vous fini de rire, par la Madone?
Vous êtes tous témoins que c'est lui, maintenant, qui ne veut plus sortir pour ne pas payer ce
qu'il me doit, alors que moi je suis prêt à casser la jarre. (A l'avocat.) Ne pourrais-je l'assigner
pour violation de domicile?
SCIME—Comment donc? Vous pouvez lui envoyer l'huissier pour qu'il décampe.
DON LOLO— II m'empêche de me servir de ma jarre...
LE PERE DIMA, sortant de nouveau la tête. —Vous vous trompez, je ne suis pas là pour
mon plaisir. Faites-moi sortir et je m'en irai en dansant. Mais quant à me faire payer, n'y
pensez plus.
Moi... je ne bouge pas d'ici.
DON LOLO, s'accrochant à la jarre et la secouant furieusement.—Ah... tu ne bougeras
plus?
LE PERE DIMA—Vous voyez quel mastic! Et il n'y a pas d'agrafes, vous savez.
DON LOLO—Voleur, galérien, gredin, qui a fait le mal? Toi ou moi? Et tu veux que je te
paie?
SCIME, le prenant par le bras. —Mais non. Laissez-le donc toute la nuit là-dedans et vous
verrez que, demain matin, il vous demandera lui-même de sortir. Vous alors : mes cent trente-
trois francs ou rien. Allons-nous-en là-haut. Laissez-le.
// se dirige avec Don Lolo vers la ferme.
LE PERE DIMA, sortant encore une fois la tête. —Ohé, Don Lolo...
SCIME, à don Lolo. —Ne vous retournez pas.
LE PERE DIMA, avant qu'ils entrent à la ferme. —Bonne nuit, maître. J'ai là dix lires. (Dès
que les deux sont entrés, il s'adresse aux autres.) Nous ferons la fête tous ensemble. Je veux
pendre la crémaillère. Toi, Tarara, va chez Mosca et achète du vin, du pain, du poisson frit,
des poissons salés : nous ferons un grand festin.

148
Tous, applaudissant pendant que Tarara va aux commissions. —Vive le père Dima ! Vive
lajoie !
FILLICO— Avec cette belle lune. Elle vient de se lever. On dirait qu'il fait jour.
LE PERE DIMA—Je veux la voir aussi. Transportez la jarre plus loin. (Tous ensemble font
tourner
doucement la jarre vers le sentier à droite.) Tout doucement... Ah! qu'elle est belle! Je la vois,
je la vois : elle brille comme un soleil. Qui nous chante quelque chose?
LA MERE TANA—Toi, Triduzza.
TRIDUZZA—Non. Carmen.
LE PERE DIMA—Chantons tous ensemble. Toi, Fillico, joue de l'harmonica et vous tous
chantez et dansez autour de la jarre.
Fillico tire de sa poche son harmonica et se met à jouer. Les autres chantant et criant se
prennent par la main et dansent en désordre autour de la jarre.
Mais, peu à peu, la porte de la ferme s'ouvre toute grande et don Lolo en sort furieux.
DON LOLO—Par tous les diables, où vous croyez-vous? A la taverne? Tenez, vieux sorcier,
allez vous casser le cou...
// envoie un formidable coup de pied à la cruche qui s'en va rouler dans le sentier au milieu
des cris de tous.
Puis on entend le fracas de la jarre qui se brise contre un arbre.
LA MERE TANA, continuant à crier. —Ah! il l'a tué...
FILLICO, regardant avec les autres. —Mais non, le voilà, il en sort. Il se lève, sans le
moindre mal.
Les femmes battent des mains joyeusement. Tous. —Vive le père Dima...
On le prend aux épaules et on le porte en triomphe vers la gauche.
LE PERE DIMA, agitant les bras. —J'ai gagné... j'ai gagné...
Rideau.

149
Âmmud Tacbavlit

TACBAYLIT.

Imedwalen:
€li n Dulu: D afellah, ixeddem yer Jeddi Yebrahim.
Smina n Tazart: Txeddem yer Jeddi Yebrahim.
Hlima n Tala: Txeddem yer Jeddi Yebrahim.
Tajilbant: Txeddem yer Jeddi Yebrahim.
Jeddi Yebrahim: Ixeddem tafellaht yef yiman-is.
Bu Leybar: Wagi d Bu Leybar, yettawi-as-id leybar i Jeddi Yebrahim.
Mitr Budima meahum: D labuka n Jeddi Yebrahim.
Bubrun: D afellah, ixeddem yer Jeddi Yebrahim.
Wejjir: D afellah, ixeddem yer Jeddi Yebrahim.
WejtuÛ: D aqcic amectuh.
Si Qasi: Yettrangi aqellal, afexxar tuSa ... ayen i as-tefkid, ad ak-t-id-yejber.

51
Ammud Tacbaylit

€ti n Dulu iseyyed:


- Ihhh, uhhh a yessis n £didi, a Wejtuti ah! Ahhh a ddin yemma-k!
Tesneyled kullec.
Timyarin timcumin, akken kan i d-fleri i ubrid dya susment ... D Iweqt n uzemmur,
ssawadent-d azemmur s axxam ttyennit deg ubrid. Wejtuti d agrud amectuh iteddu yid-
sent.
Smina n Tazart: A mmi s leeqel kan, ahh d acu yellan?
Hlima n Tala: A yaxessar-iw, amek i yettjeddir, ula d netta ziyen?
Ta/lbant: ( qqaren-as Tajilbant axater tegga anect n tjilbant, d tamectituht )
-A tura ula d igersalen qrib ad iyi-d-regmen di tmurt-agi.
Qi n Dulu: A wi, ad iyi-tzereemt nnefs deg ubrid mulac xati!
Smina n Tazart:
D acu i k-nezree? Nekkinî a mmi welleh ma yeyli-iyi ula d yiwen n ueeqqa!
€U n Dulu: Ad kent-id-izer Jeddi Yebrahim ad tezremt, rjumt kan ad d-idaî deg ubalku.
Hlima n Tala:
- A ma yehwa-as ad yettiii deg SSbeh alamma d tameddit deg ubalku. A rrebeh- iw, winna
ixeddmen ccyel-is jammi yettaggad
QinDulu:
- Ih, tusamt-d yer llqed n uzemmur ney yer nnger-nkent, yer tmeyra? Ala lala, ala lala ,.,
Seg ssbeh ... kiskisik sa ?
Tajilbant: A rrbeh a tafat, tura ur ay-id-isah ara mimpa ad nyenni!
Hlima n Tala:
-Susem kan, ma d rregmat xas! Tura win yettjeddiren atas d \vinna i yesea ccan! Degmi
ara ttemeanaden akka ( tenna-as i £li n Delu: )
-A nnegh-nwen! Ahaw kan ...
Smina n Tazart:
-Welleh ar yiwen wass ar d aken-id-yesxed Rebbi, yerna ad teglum yis-ney.
£li n Dulu:
-Susem! Susem! Tasettuta, ipi segremt ahï ... Ad tferyemt iqecwalen-agi-nkent ney amek
akkagi tura?
Tajilbant: Ad nkemmel llqed.
Qi n Dulu:
-Acu? Aneam ih ... £ni d ass n leid tameqrant ass-agi akken ad thebsemt tura kan? Mazal-
akent sîn n waggayen ... alih alih .,. up up ... Feryemt iqecwalen- nkent!
Tidak-nni ruhent ad feryent iqecwalen, Wejtuti kif kif, akken yid-sent kan i iteddu.
Yiwet seg-sent dya tserreh i wayec-is, akken ad tezeef £li n Dulu. Netta 8H n Duîu yesea
cc^el niden ...

52
Yezzi yer ubalku-nni n Jeddi Yebrahim yessawal:
-A Jeddi Yebra ... Wa Jeddi Yebra ...
Jeddi Yebrahim yerra-as-id, netta ziyen macci deg ubalku i yella, yella ukessar di ihara n
wadda. Yerra-as-id:
-Acu? Ad tecced aqerru-ik!
GtinDulu: Ayewwed-d buleybar-nni.
Jeddi Yebrahim Yeffey-d yezeef. Yiwen n uggayar deg-s, wahed sebsin n ssna di leemer-
is, mi d ilef, d uccen! Yeffey-d s ueemmam-is, taqemget, tajilit, taserwalt n waeraben,
ixemmel lekmam-is anabu. Yenna-as:
-Bu leyber-nni? Lweqt-agi iyi-d-yelheq! (Yenna-as i ÊK n Dulu :)
-Anda yella yemma-t yemma-s? Anda yella akka?
Qi n Dulu: A-t-a-n yer tseylit, ad ak-yeqqar anda ara ddisarjiy?
Jeddi yebrahim:
-Uuu! ... Da da da ... Ad yeddisarji mebla ma zriy acu iyi-d-yewwi! Ini-as ur stufay ara,
heddrey akked urgaz.
QinDulu: Aaaaaa! Labuka-nnî ... Tennîd-asyef tecbaylit-nni?
Jeddi yebrahim: (Yeôca-t s wallen) Ahh keccini ah ... Melmi akka i yuli legrad-ik eni?
Qi n Dulu: Uhhh ... Nniy-as kan uhh ...
Jeddi ^ebrahim:
- Ulac nniy-ak ipi situ. I tura, anda tezrid kedcini ukud i heddrey ney acu i yef i hedrey?
QinDulu:
-Parsk keccini ur tezrid ara amek ... Nekkini uggadey, mi aqel-i ttattafey tasebbudt-iw. Ay
aggad Rebbi lacbaylit ihin. anda akka ihin i tt-teggid, macci d anikan-is. D tajdit, a
tteeddayen akk fell-as, ad tt-yewwet walbesd ... Ay aggad Rebbi, ekkes-itt syihin!
Jeddi Yebrahim: ( Iceyyed, yenna-as: )
-Nniy-ak aha aha! Ggiy-tt dihin, anef-as dihin ... Ipi win ara tt-yennalen ... ?
Qi n Dulu: A keôÈmen tteffyen, tilawin arrac, ... A-tt-a-n yef yiri n tewwurt.,.
Jeddi Yebrahim: A ddin n Rebbi! Kedèini ad iyi-tesdrewded.
F \ Tacbavliî
EU n Delu: Bu! Ad yesser Rebbi tameddit daya.

Jeddi Yebrahim:
- Labuka-nney, Mitr Budima meana, yewwed-d almi d axxam-iw, ad nesterheb yis-s,
keccini tegred-iyi-d taluft niden. Anda ara k-rrey Rebbi n tecbaylit-agi-inek tura?
Iwessawen ulac amkan, ifuk dabur ad d-nekkes tabettit-nni taqdimt, ipi tura ur stufay ara.
Bu Leybar: (A-t-a idall-d yer-sen, yenna-as: )
-Amek tura kenwi, ad ay-id-tinim anda ara neddisarji ney ... Ney eni dagi ara nsey
nekkini?

53
Ammud Tacbavlit

Jeddi Yebrahim:
- A-t-a dayen wayed! Bemelleh rrehman rrahim! ( yenna-as: )
-A ruh ... Ad texrad! Almi d tura iyi-d-tessawled?
Bu Leybar : Byansur ih! Ur weay ara.
Jeddi Yebrahim:
-Iba nekkini, leemer iyi-d-yekmis walbe&d izzan deg uqelmun, ifuk ad zrey d acu iyi-d-
tewwid. Ipi ad îferyed anda ara k-iniy, d timeqqunin ... Ipi tura iruh lhal.
Bu Leybar:
Nniy-ak fihel tata tata ... Fihel ah! Ad eeddiy ad ak-ddisarjiy kuilec dagi deg walbeed n
tyemmar, ipi ad ruhey, a liiih!
Jeddi Yebrahim: Aha tran. aha tran!
Bu Leybar: Iba, ad nwali!
Iruh yezeef...
8Ii n Dulu yettabee-it akken ad t-id-yettef, yenna-as;
- Aha ziy keccîni, sabapa nu?
Jeddi Yebrahim: Anef-as, anef-as.
Bu Leybar:
-Ma yehma uqerru-is, nekkini akter-is! Jammi nemsewwaq nefra, tujur d ccaqlaia ukud-s.
Jeddi Yebrahim:
-Nniy-ak a mmi-s n tmurt, win yebyan ad yemsewwaq akk yid-i tura xzer
xzer ... ( Yejbed-d si Igib-is kra akken n uttafttar ... Yenna-as:
-Xzer tura yella wagi. Tezrid d acu-t ney? Wagi maôôi d spîru! D lekkud sibil! Wala
Iqanun! D MiVr Budima meaya ... Yusa-d ad yeseeddi libakuns-ines deg uxxam-inu, i d
iyi-t-ixedmen d akadu ... Aneam ih! Ipi sney ad yrey, hader ad tgeeled. Semmar-nwen
tura, yiwen macci yezmer ad iyi-ikellex. Kuilec yella dagi (sitadir daxel n uttaftlar-nni). Ad
t-ttxellisey s ccher, nekkini Mitr Budimameaya ma wer tezrid ara! ...
€K n Dulu: A-t-aya dya, a-t-aya.
Mitr Budima meahum Yerra-d îamdelliwt yef uqerru-îs, « Le Monde » gar yifassen-is, a-t-
a yerTey-d yenna-as:
-D acu akka, a Jeddi Yebrahim?

Jeddi Yebrahim :
-A sidi, ceddi ad twalid ameewaju-agi ; bac ad iyi-d-yawi leyber, yelheq-îyi-d Imeyreb,
yerna ul>oi ad d-yedleb smeh ...
Bu Leybar yegzem-as awal, yenna-as i labuka-nni:
- Nniy-as, ur wsay ara ih!
Jeddi Yebrahim: ... Ulyu ad d-yedleb smeh, argaz a la yettgalla deg-i!
Bu Leybar: Nekkini ttgallay deg-k? Nu, mi Sabapa yur-s wagi.
Jeddi Yebrahim: Ih, acu i d~teqqared ihi ad t-ssurgey deg wabeed n tyemmar!

54
Ammud Tacbaylit

Bu Leybar: In! D keccîni îh ...


Jeddi Yebrahim:
-I kwa! Acu nekkini? Nniy-ak ilaq ad d-teddisarjid deg umkan anda ara k-id-iniy, d
tisemmurin kifkif-itent
Bu Leybar: Iba, yya-n ihi, alîh yya-n ah!
Jeddî Yebrahim: Si trutar tura.
Bu Leybar:
-Macôi, sipa trutar, mazal snat n swayee akkenni. ad yeyli yitij. (Yena-as i labuka-nni:)
-Twalad tura, parsk netta iiaq-as haca-k, leyber-ines netta ilaq-as ad t-yewzen tabururt
tabururt ney mulac xati. Awwah, ur t-tessined ara kedcini.
Jeddi Yebrahim:
-Ad k-yexzu Rebbi. egg argaz trankil! Wagi d Mitr Budima meaya nekkini, macci d Mitr
Budima msak keccini! (Yenna~as i labuka-nni: ) Hader anda i as-tesmehsised. Ruh ruh
stali-as dihin s ddaw n tulmut ad teyred « Le Muonde » yef yiman-ik, apri ad nkemmel
ameslay yef tecbaylit-nni. (Yenna-as i Bu Leybar: ) Aha, aha, bu bu ... Ekker alih achal n
yecwariyen?
Bu Leybar:
-Yak tennid-d tnac, iba a-ten-a-n tnac n yecwariyen ... Akunbwa ... Tnac n zwayel i ak-d-
wwiy sîpursa i ncettley.
Ruhen akken...
Labuka ihedder s yifassen-is deg yigenni, yeqqar-as: Awwaah, ad ruhey, ad ruhey!
Ad nihey! Azekka ssbeh, ad ruhey! Dayen eyiy. Awwah, yerwi-yi.
Qi n Dulu: (Yettabee-it, yenna-as: )
- Anwa i ak-yehkan! Awah, tura cwi seg wasmi akka i as-tefkid attafttar ihin, tura saba
cwîyya. Parsk ayagi iseddan cituh akkagi, ad ak-yini anda-tt tserdunt-iw?
Labuka:
-I wi, akken ad yehmel yur-i, yer Tizi Wezzu ad iyi-yerreZ aqerru-iw. Mi jîstemma, yak yef
wayagi î as-fkîy attafttar ihin, mehni i t-yehwag a-t-a yur-s fîhel, macci kul ass ad iyi-
ttumirdi. Mi acu i-yewwin nekkini ad d-ruhey ad seeddiy dagi?! Hekkuy-as-id? nniy-as
kumkwa yenna-yi-d ttbib ilaq ad teseeddid smana di lakumpany ... Netta idewwer-iyi
imir-n, d axessar! Bac akken ad d-ruhey ad qqimey dagi yur-s. Alafa, nniy-as bu, mi ad
cerdey fell-ak: ifupa ad iyi-d-temmesliyed yef kac lhagga.Tura xems yyam ayagi a sidi,
yerwi-yi aqerru-iw s lidiskur: tacbaylit-agi tata tata tata ... Acu-tt Rebbi n tecbaylit-agi?

55
Ammud Tacbavlit

£li n Dulit:
-A wi, d SSeh, d tacbaylit n zzit, ceyyeen-ay-tt-ïd seg At Freh, ikmandi-asen-tt Jeddi
Yebrahim, dinna i tent-xedmen, lukan ad tezred, ay acek-itt, tettawed-iyi-d yer yedmaren,
teccuf annect n £li Buzid, lleh ibarek! Amek, acu i ak-id-qqar eni fell-as?
Labuka:
Yebya ad yettaki yer ccras, agad i as-tt-id-yezzenzen! Ad ak-yeqqar xellsey meyya
utmanyin alef, nekkini nwiy ad iyi-d-ceyysen tin meqren akter n tagi!
Eli n Dulu: Akter n tagi? Sipa pusibl!
Labuka:
-Ad ak-qqarey. yerwi-yi aqerru-iw, degmi i d-wwdey ... Mi wellah leadim, azekka d abrid,
dayen, dayen, dayen. Dya iruh ad iyer «Le Monde», ih! A-t-a Si Qasî îeedda-d ... Si Qasi
yettrangi aqellal, afexxar tusa ... Ayen i as-tefkid, ad ak-t-id-yejber. leedda-d mebcid
yessawal:
-Si Qasi, Si Qasi, wa yehwiggen Si Qasi?
Medden Zran; tni as-slan kan zran d acu i ixeddem. Wejjir akked Bubrun uyalen-d deg
lexla, wa s sellum, wa s umextaf. £li n Dulu iwala-ten, yenna-as:
-Amek dija? Amek dija tfukem-d?
Bubrun: D Jeddi Yebrahim i d-yennan, yufa-ay-in nleggi yenna-d dayen.
€K n Dulu: Yenna-awen dayen? Yenna-awen ad truhem?
Wejjir: Nu, yenna-d ad ay-id-yaf dagi parsk wissen acu n ccyel enï yellan.
Sti n Dulu: I wi bac ad tsubbem tabettit-nni taqdimt!
Wejjir: Aaa wi bac ad as-neg amkan i tecbaylit-nni tajdit!
Qi n Dulu: Aaah, waqila yessemhes-iyi-d! Bu, yyaw tura.
£li n Dulu nniqal iruh akk yid-sen, mi a-t-a lehqent-d tlawin-nni, wwint-d iqecwalen d
ilmawen. HHma n Taîa mi twala Wejjir akked Bubrun tenna-as:
-Amek, dayen eni,ah ?
Qi n Dulu: Dayen, dayen ass-agi.
Smina n Tazert: \, d acu ara nexdem ?
Qi n Dulu: Rjumt, ad d-yas Jeddi Yebrahilm, ad akent-id-yini netta.
Tajilbant: \, ad neqqim kan akkagi d iyimi, ney?
€K n Dulu: D acu tebyid ad am-iniy? Bedd yef uqerru ney mulac! Tiyan, eeddimt ad
tefrumt azemmur ha-t-an.
HTuna n Tata:
-Ahhh. nekkini alamma yenna-yi-d Jeddi Yebrahim, ad i-yewwet Rebbi ma nnulay-t.
Qi n Dulu: ïhi, ceyyeemt yur-s.
Dya ikemmel yuli liziskalyi, netta akked Wejjir-nni akked Bubrun.
Tajilbant: A Wejtuti, ekker keccîni...

56
Ammud Tacbavlit

Htima n Tala: Ihi, ini-as ad ak-qqarent tlawin d acu ara nexdem tura?
Smina n Tazert: Ini-as ma yebya ad nefru azemmur ad ak-id-yini, aha hrec!
Wejtufc In, ih.
Tajttbant: Azzel!
Wejtuti yettuki ... Irgazen-nni ; £H n Dulu, Wejjir akked Bubrun, a-ten-a-n zzin-d.
Ay axessar-iw, a-ten-a-n yeffey-iten leeqel!
Bubrun: A ssellah n yigawawen, ma ad tilim yid-ney!
Wejjir: Abbuh, ffyen-iyi-d idammen.
Ma d £li n Dulu yeqqar-as kan; Way way, way, way ...
Timyarin-nni, zzint-asen:
-Acu akka? Ay a Iqecc-iw. Acu iken-yuyen? Acu yedran akka?
Qi n Dulu: Way, way, way, way! Tacbaylit-nni, tajdit-nni ih ...
Wejjir: Terrez!
Timyarin-nni:
-Tacbaylit-nni ... D tidet terrez? Layleh iileleh Muhemmed rasul lleh!
Bubrun: Yewwet-itt iyisi akka ... Bla Rebbi ad as-tinid, wissen wi tî-yewwten s tqabact.
Hlima n Tala: Layleh iileleh, Muhemmed rasul lleh!
Smina n tazert: D Imuhal, ulac win i tt-yennulen.
Tajilbant: Ulac win i tt-yennulen ... Ay axessar-iw, mi ara izer Jeddi Yebrahim.
Smina n Tazert: Abrid-agi, ad yehbel dayen,
Bubrun: Nekkini ur ttyimiy ara dagi, d abrid ad ruhey.
Wejjir:
-Amek, ad truhed? Sabapa? nu? Ay ayyul! Apri ad as-yini dya d nekkini i tt-yerzan! Yiwen
macci ad yebbuji. (Yenna-as i £li n Dulu: ) Keccini tura ... Bu. ruh ini-as ad d-yas. Ney
nu nu, sïwel-as kan syagi, eeyyed ad ak-id-isel.
Sli n Dulu yuli yef kra akken n ucruf yenna-as:
-Wi ad as-nessiwel kan syagi, (yebda :) Wa Jeddi Yebrahiimiiimiim, waa Jeddi
Yebrahiiiiiiiimiim! ... (Yessawal, yenna-as: ) ... Awwah, ur d-isell ara, (yettseyyid yef Bu
Leyber-nni: ) amek tebyid ad d-isell ! Byasur! (leawed yenna-as: ) Wa Jeddi
Yebrahiiiiiiiiiiimm! ... Awah, axir ad subbey.
Wejjir: Mi aggad Rebbi, hader ad yegeel d nekkini.
€K n Dulu : Alih, zriy macci d kenwi.
Wejjir: Kenwi ah, yiwen n wawal, terrez wehd-s ipi situ.
Hlima n Tala: Ttruzunt akkagi wehd-nsent ih.
Smina n Tazert: Ihi, a yelli! Ttruzunt ih! D tîjdidin ttruzunt wehd-nsent.

57
Ammud Tacbatàt

Bubrun:
-\, parsk difwa, ur tezrimt ara kennemti, tablalact tamectituht kan akkagi ma tedda
daxel n talaxt, yas ini-as bqa ela xir i tjeqdurt-nni! Paff! Mi akken ad tt-tgren yer tmes, ad
tetterdeq ... Ipi, salam slikum.
Tajilbant:
-A mmi, d tidet. Talaxt, ilaq ad tili am Ifarina, mulac ad tetterdeq. Amzun d aebar ... Ad
ay-yenju Rebbi, yenju Imumen ... d d d d ...
Eli n Dulu akked Jeddi Yebrahim, la d-lehhun mebeîd, dija yettawed-d ssut-nsen.
Jeddi yebrahint:
-Nniy-ak byiy ad zrey anwa i tt-yerzan. ah ya ddin yemma-s, ah va ddin n yemma-s.
Qi n Dulu; Ad ak-qqarey ulac win i tt-yarzan, ad ak-galley anda i ak-yehwa.
Jeddi Yebrahim: Ad iyi-tegaîled ... liman-ik keccini, tez.
Smina n Tazert: A-t-a yewwed-d, uhh ya yemmaî
Hfima n Tala: A ccix Muhend deg leenaya-k!
Jeddi Yebrahim a-t-a yessawed-d, yuyal d awray deg urfan-nni, Eli n Dulu akked Wejtuti
ttabaeen-t-id. Jeddi Yebrahim yeena dabuf Wejjir, apri yuyal yer Bubrun, yettattaf-iten
yiwen yiwen i tmexnaqt
-D keccini? Anwa i tt-yerzan? D keccini ney d kecéini? Yiwen deg-wen. ah ya ddin Rebbi-
nwen, ah ya ddin Rebbi-nwenï Jmasliman ara tt-id-txellsem,
Bubrun akked Wejjir, kul wa yeqqar-as:
-Nekkni, tedrewded ney? Ekkes afus-ik, Sabapa nu?
Timyarin-nni akked £li n Dulu zzint-asen:
HKma n Tala: A wehd-s i terrez.
Tajilbant: Aha aha, ulac win i tt-yerzan.
Smina n Tazert:
-Nuuuu, nufa-tt-id terrez wehd-s, ad iyi-yekkes Rebbi ar wehd-s i terrez.
Jeddi Yebrahim yettara-asen yïwen yiwen:
-Safïk drewcey nekkini ? ... Sisa ih, maCci d kenwi, i yemma-t-wen? ... Ih wehd-s i
terrez. Tebra tlata fi tlata, ara tt-îxellsem akken ma teilam. Apri yenna-as:
-Bu, ipi tura, anda tella tura. Ruhet awi-t-tt-id yer dagi ad tt-waliy.
Eli n Dulu , Wejjir akked Bubrun, uzzlen ad tt-id-awin. Jeddi Yebrahim yettkemmil kan
akkenni...
Jeddi Yebrahim;
-Yak dagi tella tafat, ad nwali. Tehrem ara d-tinim ... Ar lukan ad afey ccamma ... Ad
aken-ccey d izegzawen. ad txellsem irkel, mim tîlawin,
Timyarin-nni nettqent-d yef tikkelt.
Hlima n Tala: Amek? Rnu-d win.

58
Ammud Tacbcrvlit

Tajilbant: Tura d nekkenti dayen?


Smina n Tazert: A mmi, nekkini leemer i tt-zriy ula d timeZriwt
Jeddi Yebrahim; Tut lajurni tesderdifemt ula d kennemti.
Smina n Tazert; Ah, d nekkenti i tt-yerzan akkagi s tjufar-nney.
Dya tettef tijufarin-is ad tewwet Jeddi Yebrahim yer tqejjirin-is. fîli n Dulu, Wejjir akked
Bubrun uyalen-d; wwin-d tacbayïit-nni,
Hlima n Tala: Tawezwazt n tecbaylit meskint... Ur tetteklal.
Jeddi Yebrahim: (Yettru amzun yemmut-as mmi-s)
-Sahha ya Rebbî, sahha ... D tajdit. meyya u tmanyin alef,.. Anda ara grey zzit-inu tura?
Tacbaylit am tagi, rzan-iyi-tt, acu-tt ssieqa-agi tura? D tismin ney d isid. Sahha ya Rebbi,
Sahha ya Rebbi! Meyya u tmanyin alef, yerna yurew uzemmur aseggas-agi! Ah, ya Rebbi,
ya Rebbi amek tura?
Wejjir: Awwah ... Ziy ... A a Jeddi Yebrahim ...
Bubrun: Ziy si rya, ziy nezmer ad tt-nerripari.
€K n Dulu: D taceqquft-agi kan i d-yekksen, si ... Sirya, tibwa? ...
Bubrun: Anegzum-is yeqdee, tuderwa, ahat madi tessa iyisi seg zik.
Jeddi Yebrahim:
-D ddin n yemma-k i tesea iyisi! Tettentun amzun akken d nnaqus! Ad ak-yeqqar dagi tessa
iyisi.
€K n Dulu: Sibri, welleh ad tettentun am nnaqus!
Bubrun:
-Welleh, ar ad tuyal amzun d tajdit, lukan ad tt-nefk i wabsecf yessnen, tisipak ilan agad
yettrangin aqellal-agi?
Wejjir: Tura i d-ieedda Si Qasi yettberrih, nesla-as, ad î-tafem dagi kan ihi.
Hlima n Tala:
-Si Qasi ih! Yerna d aeewwaj! Yessa kra akken n llsaq, mi yeqqur ma yehwa-ak wwet-it s
tefdist, ur d-yettekkes ara. Azzel a Wejtuti, ad t-tafed dagi kan yer lhara n At n weddegdag,
ruh, azzel awi-t-id! Wejtuti yeddimari ...
Jeddi Yebrahim:
-Susmet, susmet! Tuymest! Terwim-iyi. Mazal ad d-tuyal yer ddunit tagi! Tez! ...
Qî n Dulu: Twalad mi i k-in-nniy ...
Jeddi Yebrahim dayen yerraji:
-Tennid-iyi-d ... Ambisil! Acu iyi-d-tennid? Yak ma yella terrez wehd-s mebla ma yella
win i tt-yennulen, mini lukan i tt-teggid di tjeEbut n ddin yemma-k, yak ad terrez, ad
terrez! Ma yella wehd-s i terrez!
Wejjir: ïba w i . . .
Yenna-as i Eli n Dulu: 1 wi, ayen i theddred kan batel?

59
Ammud Tacbayliî

Jeddi Yebrahim: Ad i-yessuffey i ddin n yinselmen umexluq-agi! Yaxi ttneh yaxi!


Bubrun:
-Ur ttazeaf ara a Jeddi Yebrahim! Yerna ad twalid: Si Qasi ad as-tefked rebea surdi, ad ak-
tt-id-yerr d tajdit, yerna amek akkennî i as-qqaren, aqellal d wîn akken yerzen, iba i
yettatafen axir n ujdid.
Jeddi Yebrahim: Yetthuzzu aqerru-is, yeqqar-as:
-Ruh, a Yebra ruh ... Ipi Bu Leybrer-nni jsipa acu ixeddem ... (Yenna-as i £li n Dulu: )
-Waaaah! ECÊ-iyi, ecc-îyi, d nekkini i tetteasad? Ruh. sefqed umwa! £li n Dulu ufff
yufeg ! Jeddi Yebrahim: yettkemmil :
-Uy a yemma, ay aqerru-iw, uy a yemma, ay aqerru-iwîTura rnan-iyi-d Si Qasi ... Mi ula d
nekkini drewdey, labuka deg uxxam-iw, nekkini smehsisey i wigad-agi! ... Ma terrez
wehd-s sik tesea ddifu ... Ddin Rebbi-s, purta tettentun-iyi. mi akken iyi-tt-id-wwin.
Tettentun amzun akken d nnaqus. Nekkini ttfey-id su katerba mil, ruhent kan akka
(Wejtuti-nni akked Si Qasi, a-ten-a ssawden-d, Si Qasi yesrajdel, dagmi i ak-qqaren: Ad
yeîhu Qasi taqejjirt-is)
Bubrun: Ah, a-t-a yessawed-d Si Qasi.
Wejjir: Mi, mi hader! Ur ihedder ara atas.
Hlima n Tala, teawed-as: Ur yettkettir ara awal.
Jeddi Yebrahi: Ah, bu ... (Yenna-as i Si Qasi: ) Ulac mimpamselxir?
Si Qasi:
-D Ixedma-inu i tebyid ney d mselxir? Ma d Ixedma-iw, ini-d d acu-tt, ad tt-xedmey, ma d

Jeddi Yebrahim:
-Nniy-ak, keccini lehdur-inek, ttara-ten yer lakkas dépara! Nekkni, ad nettsebbir nessenyal!
Iba nu, yer waniyer ik- nehwag? Yesken-as-id tacbaylit-nnù yenna-as: D tagi ha-tt-ah,
Bubrun yenna-as i Si Qasi: I leenaya-k, rrangi-ay-tt a Si Qasi, s llsaq-nni-inek, tisiiiii...
Jeddi Yebrahim:
-Acu-t llsaq-agi-inek? D keccini i t-yeffabrikin ney d tiyin i t-id-tuyed? Si Qasi yecca-t kan
akken s wallen, ur t-yeegib ara lhal.
Jeddi Yebrahim yenna-as: Nteq ah! Ipi sken-ay-t-id ad t-nzer.
Wejjir: Rju. ney mulac ma yexdem-ak tren.
Hlima n Tala kifkif, tenna-as: Jami ad t-id-yesken i walbeed, n yiman-is kan.
Jeddi Yebrahim: Amek, acu-t uyermat-agi tura? D llsaq ney d Ixutut Igawiyya. Yenna-as i
Si Qasi: Ini-d meqqar Rebbi n tecbaylit-agi ma ad telhu apri?
Si Qasi yessers taqrabt-is yer Iqaea, yessextutus daxel, apri yejbed-d kra akken n
tmacwart terka, tekres akk. yenna-as:
-Amek ad ak-iniy kan akka? Egg-iyi ad waliy, apri ad ak-iniy! Muhemrned rasul lleh.

60
Ammud Tacbaylit

Yeqummec yer Iqaea, yebda ifetti-d tamacwart-nni-ines ... Mi s leeqel s îeeqel kan ...
Cuuttt ... Ad as-tinid d Iwiz ï yeffer zdaxel-is, Wiyad-nni, qquren, ttrajun acu ara d-
yessuffey akka.
HKma n Tala: Yemken d llsaq-nni.
)eddi Yebrahim: (Tettef taeebbudt-is yenna-as: ) La yi-d-yettali lyett!
Si Qasi ifettî tujur tamacwart-nni-ines, yiwad-nni , . . A h a h a h . . . A z î y d nnwader! D
Tifercunin, icudd-itent akk s yilezwi. Dya wiyad-nni bbeEezqen d ttadsa.
Wejjir: A ziy d nnwader!
Buhrun: Nekkni, negeel wissen acu.
Wejjir: Nekkini, geeley d Ilsaq-mii
Bubrun: Yexzer-iten akk s ileZwi... Ha ha ha
5i Qasi: yettxezzir-iten kan, yessusem, yeqqar-as:
-Yaxxi ttnuhat, yaxxi! ... Yesfed nnwader-nni s tmacwaret-nni, apri yeqqen nnwader-is a
sidi ... leedda ad izer tacbaylit-nni, yesmuqel akka, yesmuqel akka, ieawed akka ...
Yenna-as:
-Wiadtelhu.
Jeddi Yebrahim:
-Bu, yenteq~d nnbi! Mi nekk ad ak-eeggney, llsaq-agi-inek, ad t-yeg Rebbi tewwïd-t-id deg
bir zemzem, nekkini ur t-uminey ara, ifuk ad as-txedmed lizagraf.
(Si Qasi yecca-t s wallen, yessusem kan. Yettef tamacwart-nni-ines, nnwader-nni-ines ...
£eeeehh ... Yewwet-ïten yer teqrabt, yezeef ! Yeddem taqrabt yef tayet-is, yekker ad iruh.
Jeddi Yebrahim: Eh eh eh! Ace!
Si Qasi: Salam sîikum.
Jeddi Yebrahim: D d d d ... Akkagi i xeddmen yergazen!
Bubrun: Yetbee Si Qasi ad t-id-yettef, yenna-as:
-Ad yexzu Rebbi ccitan a Si Qasi, ur ttazeaf ara! Uh uh uh!
Wejjir: Tewqes-ik-îd îmeena! Xdem-as akken i ak-id-yenna, ipi situ.
Jeddi Yebrahim: Yehseb iman-is iiiih! Alurk yerwa Imiziryya. Yenna-as i Si Qasi:
-Ay ayyul! I zzît nekkini iwumi i tt-id-uyey tecbaylit-agi! Ihder n ukermus am wagi, ad iyi-
t-teslesqed s llsaq, apri ad tesludduy. Nniy-ak, xdem-as lizagraf ipi situ, llsaq plis lizagraf!
Deg uxxam-iw ad iyi-tekmandid?
Si Qasi:
-Yirkel, yiwet n yemma-t-sen, d axessar akken ma llan! Welleh ma tessnem bunt! Win
yessan kra n tjeqdurt, lizagraf! Jedd yemma-t-sen, Hzagraf! I wi, parsk d imeewuja, alur ula
d tijeqdurin-nsen d îimeewuja am nutni. Xedmey-asen llsaq dayen kan, mebla lizagraf
mebla! Ruh, ini-asen keccini ... Ulac, uggin-t Ipi, ur iyi-ttagan ara ad xedmey ccyel-iw
akken ilaq Ihal.

61
Tacbavlit

{Iqeireb yer Jeddi Yebrahim, yenna-as: )


- Wala. ma d ayella, ur ak-tt-id-rriy ara d tajdit, ad tettentun amzun d nnaqus ... Ad as-
xedmey llsaq wehd-s.
Jeddi Yebrahim:
-Nniy-ak nu! Besmelleh rrehma rrahim! ( Yenna-as i Wejjir: )
-lleh, Iteh! Yeraa tennid-d ur yestuqqut ara ameslay! Zdag, zdag! Ya wali, ead a lukan ihi
(yuyal yer Si Qasi, yenna-as: )
-Tura ma yehda-k Rebbi, fihel tata batata! Pisk akk medden qqaren-ak, laqent-ak lizagraf!
Iba. sik laqent lizafraf.
5i Qasi: Acu akk medden? Ur ssinen ara!
Htima n Ta/a:
-Ad ak-iniy a Si Qasi, uia d nekkini, ad twalem ahat ur ssiney ara, mi akka, walay, cuktey
laqent lizagraf.
Sminu n Tazert: Ih, ad tettef xir!
Si Qasi: Mi laqent tuttac! Ah, ya ddin Rebbi iyï-d-yessemlaien yid-wen a librubru! Mkul
tazagraft snat n tuttac, Eecrin n tzagrafin laqent rebein n tuttac ! Alurk s llsaq wehd-s ...
Jeddi Yebrahim:
-Muhemmed rasul lleh! Awwah, yeqqur uqerru-is! Ad yeg Rebbi titutac, ad yeg Rebbi ...
La d ak-qqarey Hzagraf! Kamim d ayla-i w .,. ? Yenteq yer widak-nni i d-yezzin ;
-Kermemti alib, eeddimt akin, yella ccyel dihin akin. Ipi kenwi, ad d-nessuffey tabettit-nni
taqdimt, alih, aîih! ...
Si Qasi: ïh, in bu. rju tura, rju.
Jeddi Yebrahim: Mi tfukked ccyel, apri ad nwali Tura seiy ccyeî uia d nekkini,
Si Qasi:
-Ad iyi-tegged dagi wehd-i ney? Egg-d meqqar abesed ad iyi-d-isiwen, teudded kan akka.
Jeddi Yebrahim: Ah, bu! (Yenna-as i Wejjir: ) Keccini qqim dagi. (Yenna-as i Bubrun: )
Keccini, yya-d akked-ijRuhen
r netta akked Bubrun, timyarin-nni ruhent
. dija,. Wejtuti
. ../Si
^
^isî Tudeswit yekmasa, mi s nnig wul, yejbed-d tibernint deg ubazar-nni-ines, yebda
ifellu titutac.
Wejyir:
-Cwi teffey salamat, d axessar! Nekk nniy-âs ass-agi ad yedru ubaxix, wwet kan a Si Qasi;
yebya tizagrafm, xdem-as tizagrafin, yecqa-k-id keccini! Ma yehwa-as eecrin, eecrin.
Si Qasi yessers dduzan, yecca-t s wallen.
Wejjir: Euuh ... Achal? Tlatin? rebsin? ( Si Qasi yecéa-t kan s wallen)
Wejjir: Euuh ... Kter! Achal?
5ï Qasi:
-Twalad tibernint-agi: ferr, ferr, ferr ... Nekkini amzun akkenni deg wul-iw i teqqaz, a
Rebbi.
Wejjir: Ehhh wi! Qqaren-d medden di targit i tufid llsaq-nni-inek! D SSeh dya?

62
Ammud Tacbavlit

Si Qasi: (Tujur yessextutuc ) Cuf ah, akkagi i d-qqaren medden?


Wejjir: Wi, wi. Welleh ar akkagi i d-qqaren, safîk d Ixelq i d-ibedden yur-k?
Sf Qasi: Si Sa, d baba.
Wejjir: D baba-k eh! Apri yemla-ak amek i ilaq ad t-teffabrïkîd?
Si Qasi: Tezrid anwa î d baba nekkini?
Wejjir: Anwa?
Si Qasi: D £ezrayen-nni ara ken-yeddzen.
Wejjir: D Sezrayen-nni ? Pa pa pahhh! . . .
iSï Qasi: D Sezrayen ih! Tpi, tezrid d acu yellan daxel teqrabt-agi? D Igudru-nni i deg ara
tewwem irkelli, ad tettextuxem daxel-is amzun d iftaten.
Wejjir: Lgudru? Aberkan-nni ba bahhh . . .
Si Qasi:
-Nu, d amellal am uyefki! Xeddmey-t akken iyî-d-yenna baba, ipi yeffey-d d amellal am
uyefki. Asmi ara tettextuxem daxel-îs, ad tezrem kiskisî. Mi winna n dinna d aberkan: ad
t-tennaled akkagi s udad-ik, mebla Rebbi ma teqled ad t-id-teksed! Lukan ad teslesqed yis-
s icenfiren-ik, mebla Rebbi ma teqled ad tinid « Ahhh »!
Wejjir: Ayyer keccini tzemred ad t-tennaied?
Si Qasi:
-A ttneh, a ttneh! Anda tezrid aqjun yettkerricen imawlan-is? (Si Qasi yessers tibernint-
nni yekker, yenna-as i Wejjir: )
-Bu, yya yer dagi tura (yefka-as ihder-nni i d-iqucmen di tecbaylit-nni, yenna-as: ) Ttef
akka! Yewwet yer teqrabt, yeddem-d tacabcaqt, yellî-tt, yekkes-d deg-s citituh n llsaq,
yenna-as:
-Zer, a-t-ah putitr ad tgaeled d llsaq-nni n lasunatik? Tura ad twalid ... Yexdem-as llsaq i
tecbaylit-nni, i uceqquf-nni, yenna-as: Citituh kan akka a-t-ah, a, xzer citituh kan akka,
tibwa? tef mlih.
ifir: Aqel-i ttfey.
Sa Qasi: Bu, tura ad kecmey yer daxel.
Wejjir: Ah, bu! Fer daxel n tecbaylit?
Si Qasi:
-Ubliji a lyida, bac akken ad d-ssiriy lizagraf, iba ilaq ad kecmey yer daxel, nu? Rju!
Yesferfuc daxel n teqrabt-nni . . . Yenna-as: ilezwi , . . Ikellab (yeddem ilezwi, Ikullab ;
yekcem akken yis-sen yer daxel n tecbayliî, yenna-as: )
-Bu, tura kecôini, bu rju! Wala, awi-d tura aceqquf-nni, ssers-it~id akka, jist akken yella, s
leeqel . . . Wala, igerrez.
Wejjir yexdem igzaktemma akken i as-yenna Si Qasi ... Yeplaki fell-as aceqquf-nni i d-
yekksen, dya yeffer-it daxel, yeffer Si Qasi daxel n tecbaylit.

63
Ammud Tacbavlit

Si Qasi:
-Wala, walaaaa. Bu, tura jbedî Jbed ... Tibwa. yak ulac lizagraf, jbed akk ddin Rebbi n
Igehd-ik, tibwa! Ini-as ad n-yekkes, s utraktur ur n-ittekkes ara ... Bu tura, ruh ini-as i
Jeddi Briru, ad d-yas ad izer.
Wejjir: Ahh. smeh-iyi kan a Si Qasî, tisur tzemred ad d-teffyed?
Si Qasi: liih, achal i xedmey akkagi! Achai n îecbayliyîn i xedmey akkagi!
Wejjir: Mi tagi jsipa ... Icebba-yï Rebbi mectuh uqemmuc-is, wali kan.
€K n Dulu: A-t-aya yuyal-d yer-sen, yettxezzir, yenna-as:
-Amek eni, ur yezmir ara ad d-yeffey?
Wejjir: S leeqel, rju , ered kan akkagi.
Qi n Dulu: Ssufey-d dabur afettus-ik.
Wejjir: Amek ad d-yessuffey dabur afettus-is ziy keccini...
Si Qasi: Acu-t ssieqa-agi dayen? Ur zmirey ara ad d-ffyey.
Qi n Dulu: AEebbud-is annect ilat, aqemmuc-is d amectituh!
Wejjir:
-A d tadsa ma yella yerranji-tt, apri ur yezmir ara ad d-yeffey. Ha ha ha ... Dya yekkeekee
d tadsa!
Si Qasi:
-A bu, tettadsad keôÊini? A ddin Rebb! Sufyet-iyi-n syagi. Yettacrad ad d-yeffey ...Ulac
... Yezeef!
€K n Dutu: Awwah, macôi, akken. Nniy-as lukan ad tt-id-nesmil akkagi.
Si Qasi: Awwah, akkenni dya ulac akk. Dayen, dayen, d tuyat-iw iyi-yettjinin.
Wejjir: Si! Si ... Axater teseid yiwet n tayet hrawet akîer n tayed.
Si Qasi: Nekkini! D keccini ... Tura i d-tennid mectuh uqemmuc-is.
Qi n Dulu: I tura amek?
Wejjir: I tagi d lEali-tt (yekkaekeE d tadsa, iruh ad d-yessiwel i warbee-nni imir-n; ) wa 1,
wa libirbir, yyaw ad twalim! A libirbir, a Si Qasi yewqee daxel n tecbaylit, a yewqec daxel
ntecbaylit!
Bubrun, Hlima n Tala ... A sidi ... Smina n Tazert, Tajilbant, Wejtuti ...Uzzlen-d akk
heddren akk, dessen, kkaten deg yifassen-nsen, ttjelliben ... D ssuq!
Yiwen yenna-as: Yewqee daxel n tecbaylit?
Wayed yenna-as: liii ba
Wayed yenna-as: Amek i yexdem?
Wayed yenna-as: Ur yezmir ara ad d-yeffey ihi!
Si Qasi: (yettjellib daxel n tecbaylit, yerraji!)
-Suffeyet-iyi-n, suffeyet-iyi-n syagi! Awi-d tafdist-nni, a-tt-a-n daxel n teqrabt-iw ...
Qi n Dulu: Tafdist? Tipafu, nu? Rju ad d-yas Jeddi Yebrahim îhhh ... Ipi apri ad nwali.

64
Ammud Tacbavlit

Bubrun; A-t-a >oisa-d Jeddi Yebrahim.


Neîta Jeddi Yebrahim yesla-d i leEyad, iruh-d d tazzia! Widak-nni dewren-as:
-Yewqee daxel! ... Nu ... Wehd-s, tura a-t-a-n ur yezmir ara ad d-yeffey.
Jeddi Yebrahim: Amek? Daxel n tecbaylit?
Si Qasi, neîta yetteeyyid tujur: A Rebbi-nwen, a Rebbi-nwen ! ...
Jeddi Yebrahim:
-1 Rebbi-inek keôcmi aîur! Yeneel slalet-k! Amek, ur tektaled ara taerurt-ik, uqbel ad
tkecmed yer daxel?
Wiyad-nni ttadsan, ttjelliben, yeEgeb-iten lhal.
Hlima n Tata: Wali Sidi Rebbi tura, taqsidt i yexdem Si Qasi meskin.
Bubrun: Tiyita am tagï, lukan d la lutri tilaq ad d-nerbeh kan akkenni afernuh d ufernuh.
Jeddi Yebrahim: Rju tura, rju! S lesqel, sufey-d afettuh-ik.
Qi n Dulu: Wah, deg ssbeh nettaerad.
Si Qasi: Way, way! ... Rju, s leeqel, tqelsed-iyi-n afettus-iw.
Jeddi Yebrahim: Amek ihi, Eerdey akka.
Si Qasi: Nuuu, tixxer-iyi!
Jeddi Yebrahim: Iba, amek ihi?
Si Qasi: Awi-d tafdist, a-tt-a-n dinna di teqrabt-nni-inu, ipi rrez Rebbi-s!
Jeddi Yebrahim: A ... A amek? Tura imi terripari ih ...
5i Qasi: Ad iyï-tegged daxel-agi ihi?
Jeddi Yebrahim: Rju tura ad nwali, mmîrd!
5i Qasi: Acu ara twalid? Nniy-ak ssufey-iyi-n syagi a ddin Rebbi!
Tîmyarin-nni, yiwettenna-as:
-Meskin, yessa Iheqq ih ...
Tayed tenna-as:
- Keccini ad t-tegged daxei, ney?
Tayed tenna-as:
- A ... Ulac kan tura.
Jeddi Yebrahim:
-Uh ya yemma, ay aqerru-iw, uh ya yemma, ay aqerru-iw! Ssusmet. ess, ad yeg Rebbi
teccam iqerray-nwen! Jami yella wanda tedra tagi. A na na na naaa ( yenna-as i Wejtuti: )
Yya ad k-ceyysey a mmi ... mm u ... A Bubrun, ruh keccini yer labuka-nni Mitr Budima
msana, d netta ... D netta kan tura ara tt-iselken. Ad t-tafed yeqqar « Le Monde » s ddaw n
tulmut, ini-as ad d-yas bit, (Bubrun yeqlee d tazzia, Si Qasi yettjellib daxel n tecbaylit.)
Yenna-as i Si Qasi:
-Keccini tura ur ttbuji ara.

65
Ammud Tucbavliî

Yenna-asen i wiyad-nni:
-Ttfet-tt kenwi, tagi mafiôi d tacbaylit nurmal, yezdey-itt ccitan. Si Qasi yettjellib tujur
daxel ...
Jeddi Yebrahim: Nniy-ak qim trankil yeneel slalet-k!
Si Qasi:
-Nniy-ak ad îerrzed keccini ney tura ad grirbey yis-s, ad yeg Rebbi a wer d-uyaley!
Ssuffyet-iyi-n syagi a Rebbi-nwen,
Jeddi Yebrahim:
-Ceyyeey yer labuka, tura ad d-yawed, netta ad ay-tt-îd-yefru. Anatandu, tacbaylit-agî-inu.
Bu, ipi achal iyi-tettalasaed tura? Ih, wi tjebred-tt zeema (yejbed-d apurtfi, yeqqars akk, d
azuran yeôcur d lekwayed, yettcuddu-t s tzikkart. Yekkes-d tabeyyit, selli Ennabi, yenna-
as: ) Kenwi thedrem, wala xeilsey-t.
Si Qasi: Ur hwaggey ara, fkiy-ak-ten. Ssuffey-iyî-n syagi ... Ssuffyet-iyi-n syagi..,
Jeddi Yebrahim: Tura ad d-yawed labuka, ad d-yini. Anatandu wala, ax-n ayen iyi-
tettalased. (ïdegger-as tabeyyit-rini yer daxel am wakken ara tdeggred tabrat yer Ibusta.
Labuka-nni, Mitr Budima mcahu, a-t-a yeheq-d yettadsa. Ddukklen-d akken netta d
Bubrun.)
Jeddi Yebrahim mi t-iwala yenna-as :
-I leenaya n Rebbi tura dya, ula d keceini tura tdessed! Ah, nu dakur, tacbaylit macdi d
ayla-k, mi kamim.
Mifr Budima msahum yettaerad ad yettef mi awwah ... Wiyad-nni dessen ula d netta
idess yenna-as:
-Amek ! Tebyid ad t-tegged daxel? Ha ha ha hA ... Ay huuuhhh ! Ad t-tegged daxel, wala
ad tt-tezred?
Jeddi Yebrahim: Amek, safik keceini ad xesrey tacbaylit yerna ad dessen fell-i medden?
Mit" Budima msana:
-Tisipa, amek i as-qqaren i wayagi? Sikkîstrasyu dpirsun! Tapa Iderwa ad t-thebsed!
Jeddi Yebrahim: Mi ... Anwa i t-ihebsen? Yehbes iman-is wehd-s! Sipadmafut nekkini
(yenna-as i Si Qasî: ) D nekkini i k-ihebsen? Effey-d mubyu!
5i Qasi: £eddi, ssuffey-iyi-n ma tzemred.
Jeddi Yebrahim:
-£ni d nekkini i k-yegren yer daxel akken ad k-id-ssuiïyey tura? Tkecmed wehd-k, effey-d
wehd-k.
Lahitka, Miif Budima msahum yenna-as:
- Ikkuti, ikkuti! ... Tura ad awen-d-iniy.
Wejjîr: Ccet ccetï Ssawah!

66
Tachaylit

M* &mduna msahum yen n a-as:


-Ha. semhesset-iyi-d mlih! Liant snat n lehwayeg dagi, alur tura ilaq-awen ad temrangim.
fYoma-as i Jeddi Yebrahîm: ) Dabur keccini a Jeddi Yebrahim, yessetheq-ak ad tellibirid
ladeswit Si Qasi ...
JUUr Yebrahim: Amek ad t-llibiriy? Ad rrzey tacbaylit?
Mit Budinta meahum:
-Rju tura keéCini! Bu, tura netta ,.. Egg-iyi ad d-kemmley ... Ah, ulac din akin ney akka,
ur teseid ara Iderwa ad t-thebsed dagi! I wi, ccrae sikumsa (yenna-as i Si Qasi: )
-Alur tura keccini a Si Qasi, seg tama-inek, iba tettwalased, imi tegred iman-ik yer daxel n
tecbaylit-agi kan akka, mebla ma terrid-d s lexbar apri ma tezemred ad-teffyed ney xati.
5/ Qasi:
-Abbuh ay inselmen! Ur d-rriy ara s lexbar ... Iba wi, achal n yiseggasen ayagi tura
nekkini d tagi i d ihirfa-inu, rranjiy waqila, a Rebbi stafïr Heh, waqila eeddant rebeemya n
tecbayliyin akka am tagi, tujur seg zdaxel, bac ad tziyyred lizagraf kumifu, ilaq seg
zdaxel. Iba jami yella wasmi weqeey daxel n tecbayiit. Alur tura, ad iruh yer wînna i as-tt-
id-yefabrikin maèÉi yur-i nekkini.
Jeddi Yebrahim:
-I teerurt-nni-inek, d netta dayen i ak-tt-id-yeffabrikin akken ad iyi-temmirdid dagi? Mi
lukan ad t-ttakiy yer ccrae, lukan ad ttakiy yer ccrae win iyi-tt-id-yezzenzen a Mitr, ad d-
yawed wagi s teerurt-is, ad rwun fell-i tadsa ipi d nekkini iwumî ara ttekkin!
5i Qasi:
-Nu, sipabri, parsk nekkini s teerurt-agi ma ur tesllmed ara nniy-ak seddant rbes meyya n
tecbayliyin akka am tigi ay yer kecmey, ffyey-d u labas.
Mifr Budînta meahum: A Si Qasi, a Si Qasi, ilfo kamim ad tezred anda teggared iman-ik.
Jeddi Yebrahim: Safik ihi tura ilaq ad iyi-tt-id-yerrambursi.
5î Qasi: Amek, amek, amek?
Mip- Budinta msahum: Rju, rju ,., Ad ak-tt-id-yerrambursi am wakken d tajdit?
Jeddi Yebrahim: Biyasur! Amek ihi?
Mitr Buditna meakum: Mi ehh ... Yak terrez dija?
Sî Qasi: D nekkini i as-tt-id-yerranjin ih!
Jeddi Yebrahim:
-Bu pisk terranjid-tt, Safi tura ur ttyuy wara, terrid-tt-id akken tella ipi tura lukan ad tH!zçpy
bac akken ad k-id-ssuryey> ur zmirey ara ad as-eiwdey ad tt-rranjiy, dayen ad k-id-ssufyey,
ur zmirey ara ad as-eïwdey ad tt-rranjiy, dayen salam elikum a Miiiiiiiîtr.
Mifr Buditna meahum:
-Sipursa i awen-id-iniy seg liina Si Qasi yella wayen i deg yettwalas. Rjaw, anfet-iyi tura
ad d-hedrey.

67
Ammud Tachaylît

Jeddi Yebrahim: Hder! Hder!


Mip- Budima:
-A Si Qasi, a Si Qasi, bu! Tura yiwet deg-sent: Hsaq-inek d SSeh ney d ttkesrir?
Jeddi Yebrahim; yecgeb-ît lhal yenna-as;
-Hi hi hi... Ccet i k-kecebbi-t! A yemma imi ara yekmasi akkagi!
Mite Budima:
-Tura llsaq-agi-inek ma yella d ttkesrir, safik aqel-ak d abulur ay tellid! Ma yella llsaq-agi-
inek dya d SSeh, safik tacbaylit-agi, mim akkagi tura, iba tesea azal-is kamim, alur achal
teswa dapri twa keccini tura ah?
Si Qasi: S yessù ad d-dduy akkagi daxel-is?
Wiyad-nni dessen ...
Mit" Budima msahum: Anu a Si Qasi, ur hedder Swab, akka tella?
Si Qasi:
-Tura ad ak-id-iniy: Lukan Jeddi Yebriru ur t-yewwit ara Rebbi, ad iyi-yegg ad xedmey
akken i-yehwa, nekkini nniy-as ad as-xedmey Hsaq wehd-s, tilaq dabur ur d-ttafey imati-iw
daxel-agi, parsk îilaq sipalapin ad kecmey yer daxel. Ipi ad as-id-rrey tacbaylit-is amzun
akkenni d tajdit. Welleh leadim ar d as-tt-id-rrey tesawa akken teswa d tajdit, mi tandik
akkagi tura, a-tt-a-n tefla akk am tyerbalt, achal teswa? Putitr tis tlata n wayen i tt-id-yuy? I
unkur wissen.
Jeddi Yebrahim: Achal tis tlata? Aaaaaa...
Mifr Budim: Bu, tis tlata, keôcini susem. Tis tlata sitadir achal?
Jeddi Yebrahim: Uyey-tt-id meyya u tmanyin alef, sitadir settin alef, situ wala.
Si Qasi: ïh ankur wissen !
Mitr Budima:
-Bu, tefkid-d ssuma, tefkid-d ssurna dayen. Tura ddem-d settin alef fek-as-tent i Jeddi
Yebrahim,
Si Qasi: Anwa nekkini? Ad as-fkey settin alef?
Mip- Budima msahum:
-Ih, bac akken ad tt-yerrez, ad k-id-yessuffey, d kecÈini i d-yennan teswa settin alef
Jeddi Yebrahim: D sswab ney eeddi ad teqqimed!
Si Qasi;
-Nekkini ad as-fkey settin alef? liih, yewwi-ken £li n unher ma tetteklem feil-i! Welleh ar
lukan ad kribiy daxel-agi! ... Euuh ... A Wejjir a mmi, awi-d kan Imuhub-nni-inu a-t-a-n
daxel-agi n teqrabt-nni.
Wejjir yeddem-d Imuhub-nni, yenna-as; D wagi?

68
Ammud Tacbavlit

Si Qasi:
-sahit a mmi. Rju tura ad berney yiwen ... (Yebren taggerrut-nni a sidi ... Wala. Yenna-as
i Wejijir-nni:)
-Awi-d, ceeî-iyi-d a mmi (Akken d imi i s-yeceel winna, yenna-asen: )
-Bu ... Temsaw ela xir.
Jeddi Yebrahim: liiiiii... Amek tura a Mitr? T ma yugi ad d-yeffey?
Mip" Budima meahum: (yekmez aqerru-is, yettecmumuh d tadsa, yenna-as: )
-]h wi tura ... Seg llina mi yebya ad d-yeffey yesea tawwurt... Mi... Tura ...
Jeddi Yebrahim: A eemmar-ik, amek tura keccini, ad iyi-terred ddumisil-inek dagi?
Si Qasi: (yesdall-d taqerruyî-is yenna-as: )
-Welleh ar xir n uxxam-iw! Yiwet n tasmudi daxel-agi d Ikarama ! (Yuqqel yer daxel ...
Siwa ddexxan-nni i d-yestuffiih )
Jeddi Yebrahim: (Wiyad-nni mmuten di tedsa, netta yecca times, yenna-as: )
-Ssusmet ad yeg Rebbi teScam iqerra-nwen! Aqel-aken thedrem, d netta i yugin ad d-
yeffey, tusa bac ur iyi-d-ittxellis ara ayen i as-ttaiasey, alurk nekkinî qebley ad tt-rrZey?
Yenna-as i labuka-nni:
-Zemrey ad t-ttakiy akkagi yer ccrae?
Mitr Budima msahum: (Yettadsa: ) Aaa, tzemred: ceyyee-as-id llusi ad yespilsi.
Jeddi Yebrahim: Amek, amek? Mi a-t-a-n yebluki-yi tacbaylit
Si Qasi: (A-t-a-n yesdall-d taqerruyt-is, yenna-as: )
-Ah. nu mesyu, eni tenwid nekkini, yeegeb-iyi lhal dagi? Ssuffey-iyi-n syagi ad ruhey s
teyratin, mi bac akken ad as-id-fkey setîin alef nekkini... Aqel-i nniy-ak, yas ur ttames ara,
uheqq acebbak, ma bujiy syagi!
Jeddi Yebrahim: (Yettef tacbaylit-nni sya wesya, yetthuccu dag-s, yenna-as: )
-Ur tettbujid ara, ur tettbujid ara?
Si Qasi:
-Twalad acu i ak-nniy, llsaq-nni-inu, twalad acu i ak-nniy? Mazal ur tessi ara lizagraf.
Jeddi Yebrahim:
-Ay abandi, amakru, ccmata, anwa i ixedmen sseya? D keccini ney d nekkini? Ipi tura, ...
Kullec yur-i.
Mip1 Budima msahum:
-Rju turra, lameena s ttawil kan, haderï
(Yettef-it-id deg yiyil-is, ipi yezzuyer-it akk yid-s, yenna-as: )
-Anef-as dagi alamma d azekka ssbeh, ad izer imir-n; kedcini kumSa, settin alef ney
riyandditu. Yya-n Ihu-n ad nruh, anef-as i netta dagi
Ruhen akken,ruhen ad nnejmaEen s axxam.

69
Âmmud Tacbaylit

Si Qasi: (Yesdall-d taqerruyt-is, yenna-as: )


-Wu wu, wa Jeddi Yebrahim ...
Mitr Budima: Ur smehsis ara, Ihu Ihu ...
Si Qasi: Temsaw cla xir, ... Sdy wahed n eecralaf dagi ...
Labuka-nni akked Jeddi Yebrahim kecmen yer uxxam.
Si Qasi, yettkemmil, yenna-asen i werbeE-nni i d-yeqqimen:
-Ad tt-nerwi ass-agi! ïh axxam ajdid sasaruz! A Wejjir, ax isurdiyen, ad truhed ad ay-id-
tawid snat n tcuffidin n uzeggay, tibewwadin n sserdin, ayrum ... Mebla Rebbi ad ntett
aiamma nesteztuz
Wiyad-nni ferhen, ye£geb-iîen lhal ...
Akk: ïh, ih, bib Si Qasi, bib Si Qasi ! Wej[jir yewwi isurdiyen, iruh d tazzla ...
Bubrun: Tiziri am tagi, xzer kan, ad as-tinid, yuli wass.
Si Qasi:
-Awit-iyi yer tziri ula d nekkini, refdey-t s wadda ... S leeqel kan Ruhen-d akk zzin-as-id i
tecbaylît-nni akken ad as-beddlen amkan.
Si Qasi: Wala, akkenni; s leeqel s leeqel kan ... Ah welleh a sidi, ad as-tinid yuli wass! ...
Anwa ara y-id-yawîn lacunsu? Alih, ad nettiki.
Hfima n Tala: Aha, a Sminaï
Smina n Tazert: Xic. ini-as i Tjilbant, am ad tezred i tessen!
Si Qasi: Permit irkel (yettyenni: )
-Aqel-i ttxemmimey arnek ara xedmey, aqeï-i ttxemrnimey amek ara d-ffyey ... Wiyad-nni
ttakin irkel.
Si Qasi: A Bubrun, awi~d abidun, wwet, wwet! ...
Bubrun yewwi-d abidun, zdakk zdakk ... Yessehma-tt ! Wiyad, afus, ccdah ... Ddawaren i
tecbayliy-nni, cyeî ara wakken d lizandyan ... Armi sseryen taqaeet, Cituh akka, tebrareh-d
tewwurt n uxxam ... Ah, ziy d Jeddi yebrahim ! Yeffey-d yer-sen yetteeyyîd:
-A yemma-t-nni n yemma-t-nni n yemma-t-nni n yemma-t-wen ... Yewwed-d yer
tecbaylit-nni; Ax, yeneel slalet-k !
Yefka-as akkudpyiï Pa pa pa ... Truh ttac ttac yerbali ... Tacbayiit-nni dya truh ttac ttac
yerbali d takessart, Arbee-nni xelleen ... Tteeyyiden ... Ipi slan-as mi teddegdeg gar
yicerfan.
Hlima n Tala: Ay axessar-iw, yenya-t!
Bubrun (Yuzzel) Uuuh ... Aha, aha, waqiia nu, ur t-yuy wara. A yekker-d, ur t->-uy wara

Arbee-nni tteeyyiden irkel: Bib Si Qasi, bib Si Qasi! ...


Subben yur-s, ruhen wwin-t-id s ufella n tuyat-nsen: Bib Si Qasi! Bib Si Qasi!

70
Âmmud Tacbavlit

Si Qasi yerfed ifassen-is ccyel n Yaser Sarafat, yeqqar-as:


-Wayyyy Si Qasi! Wayyyy Si Qasi campiyuuuu!
Muhend U Yehya: 25-12-1982.

71
Ammud Si Leftu

Si LeHu
(Tasuqilt : médecin malgré lui de Molière)

Igi 1 : Asayas : I Si Lehlu/Lla Tasaedit

SiLehlu Akked temyart-is. Lia Tasadit, ahnad sekren-tt diyen

SiLehlu Nniy-am uhuh! Bla Rebbi ar ryaditu, ipi d nekkini i yelsan aserwal dagt
macci d kemmini !
Lia Tasaedit S tserwalt ney mebla taserwalt. La k-qqarey d nekkini i d tigejdit yef i

yebna uxxam! 8yiy deg txerbicin-ik!

SiLehlu Axxam ara tkecmemt! ...(ïhuzz aqerru-is, yewwet anyir-is, yenna-


as) akken is-yenna Ccix £li Buzid. ..kecmen-t legnun !
Lia Tasaedit Yyaw ad twalim! . Fer wanda yissawed! Hih! ,..A Ccix Cli Buzid-nni-

inek, hseb-it am kecc!

Si Le Mu Antani, ih! Ssawdey yerna d tidet. Dadda-m ttcawaren-t medden, ih. A

dadda- m tamayen i yewwet yer Ccix 81i Buzid, a tifelfelt! Ih ... A settin

hizeb-nni ad tnan dagiï (Sîtadk deg u qqeru-is) Ad tyiled ass-agi tura imi

iyi- tettewalid xeddmey s tfucal iyallen-iw, dya dayen. A Si Rehru iyi-

qqaren, nekkini.
Lia Tasaedit Ad k-id -tas kra n teqriht!

SiLehtu Deg uqerru-im ncalleh!

Lia Tasaedit Ay ass amcum i deg i k - uyey!

SiLehlu Iwumi theddred? Deg wass -nni ur walay tafat

Lia Tasaedit Ad ternud taqemmuht! Hmed Rebbi imi iyi-teseid. Yettak irden i yir

tuymas!

SiLehlu Aaa ...Id amezwaru, Hemdey Rebbi, cekkrey, tyanni.... Rju, ur iyi-d -

nebbec ara, ney mulac ad d- skefley

97
Ammud SiLehlu

Lia Tasatdit A tawayit-ik! Acu ara d- teskefled.

SiLehlu Aha...aha... dayen tura, beddel awal. Kem tezrid, nekk zriy,..Ass-nni, d

kemmini i ihemden Rebbi ïmi iyi-tufid.

Lia Tasaedit S waccu hemdey Rebbi imi k-ufiy ? Terrid-iyi axxam-agi d asemmad, a

daewessu ! Ay axeddae iyi-CCan tahawact !

SiLehlu (Yegzem-as awal) Aaa...Rju. Ur am-cciy ara nekkini, d tissit kan i am -

swiy citituh.

Lia Tasaedit (Tettkernmil) ayen deg iyi-teweid, tnehled-t. Yiwen wass, ad teglud s

lehyud.

SiLehlu I iii.... Sel-as kan...

Lia Tasaedit Teglid-ïyi ula s wusu.

SiLehlu I... Akkagi, ibaad tettnekkared zik.

Lia Tasaedit Ax tura, ecc-iyi aglim-iw !

Si Lehlu Aglim-im macci d nekkini ara am-t-yeccen. D asekkaz ara am-t-yeccen

Lia Tasaedit I usenduq-nm n wasmi d-ddiy dtislit? ... Eee... Tezzenzed- tl...
Si Lehlu li... Asmi ara y-fken tamezduyt deg ïzzayer, ad ay -tifsus tadcemt...Mi
ara nediminaji.
Lia Tasaedit Seg ssbeh yer tameddit, ccrab, diminu. D ayagi kan i tessned.

SiLehlu Ttekksey Ixiq, ney tura diyen ? ...

Lia Tasaedit Irgazen ttrebbîn dderya- nsen, keccini tmehled-ten

SiLehlu îba. Rebbi-ten-id kemmini ... Aaa, tura d rmuba-nkent

Lia Tasaedit Rebsa n warrac-ik i îeggid deg urebbi-iw ! Am yigujilen msakit! ...

SiLehlu li... Ssers-iten yer Iqaca.

98
Ammud Si Lehlu

Lia Tasaedit Qqimeni laz...

Si Lehlu Efk-asen asekkaz ... Eee ... Ipi alih! ... Mi cciy, swiy nekkini, acu ara

ternum seg-s akin? Nurmaima, amzun yer tœebbudt -nwen i yerra.

Lia Tasaedit Qqar-as ihi dinna, tenwid ad ak -tdum akka? ...

Si Le(Hu A yelli-s n medden, soi leeqel, ad kem-yehdu Rebbt.

Lia Tasaedit Ya wadik, ay aberbac, aberbac yecya.

Si Lehlu (Yecca-tt s wailen, yemmazzed yur-s, ipwanti yur-s adad-is, yenna-as):

A Tasaedit n ucabcaq!...
Lia Tasaedit Telzem-i tkeffart ar d ak-tebsay aïamma tkerrzed s bdd.

Si Lehlu A yaweyya-m, tessned-iyi ur seiy ara ttbica. U yerna afus-iw yettay-iyi

awal.
Lia Tasaedit Timeqbert-nni tec^u/ed akken, yas kemmel -as.

Si Lehlu A yaweyya -m, a tamcumt! ...Ha-t-a-n waqila diyen yecca-kem-id usrur-


im!
Lia Tasaedit Secra deg wallen-ik. Ad ntun, ad rzen!

Si Lehlu Nniy-am aqel-akem-id tteddad tilas.

Lia Tasaedit (Tcuff Ihenk-is ...Tewwetlhenk-is s udad-is)peprzrz! ...

Si Lehlu A yemma-m!... Ad d-ddmey acekkaz.

Lia Tasaedit Keccini ... (dya terthuzzu aqerru-is)

Si Lehlu AdtettewtedîL.

Lia Tasaedit Ay asekran !

Si Lehlu Ad kem -ddzey, a tamcumt...

La Tasaedit A ccmata.

Si Lehlu Ad kem-sbezgey !

Lia Tasaedit (Ihemmel-d wasif-is, tekkes amendil, imettawen, axlul....) Tenna-as:

99
Âmmud SiLettu

Axater d tarkast ay deg-k; d yir terras, ih! D axeddaee, d akeddab, d

amecwajualfer...

Ulleh ma teswid akka...Tik! ... (Sitadir iccer-nni I sterdiqen s tuymas)

Si Le Mu Aa bu... Safik ihi d asekkaz i tebyid ? (Yeddem-d atekkaz, intab -itt.)

Lia Tasatdit (Tetteeggid) Ay ! ...ay ! Ay... ! Abbuh !...

Si Lehtu Ttef! ...Ttef! ....imi d atekkaz i d ddwa-nkent. (Zibelqasen a-t-a


yesderbez-d. Zi Belqasem d Igar-nsen yesla-d i letyad, yuzzel-d.)

Asayas // : Zi Belqasem/ Si Lehtu / Lia Tasazdit

Zi Belqasem : Ah! Ah, ^j Ilha letqel Ad yexzu Rebbi jedd-ik ma

ttawded-as!

Lia Tasaedit I tura keccini. . .. I ma d nekkini I d -as-yennan wwet-iyi?L.


Zi Belqasem Y yaah? .... Ad aken-iàn Rebbi ihi !
Lia Tasasdit (Tecca-t akken, winna yettwexxir d tamendeffirt, nettat tettabae deg-s.

Tenna-as: ) D acu . . . .n tyetten tnehred?

Zi Belqasem Delmey . . . Ad kem-yehdu icin Rebbi. Qil -iyi !

Lia Tasasdit Yyaw ad tezrem !! Zi Belqasem. Haca-k a lleft, yebbilizi ! ...Ad asen-

yekkes i yirgazen s cclayem-nsen ur kkaten ara tilawin-nsen


Zi Belqasem Uyal -d ay-awal s imi.
Lia Tasasdit lii. . . tura, d acu ik -id -yegren keccini?
Zi Belqasem Ulac.
Lia Tasaedit Taxxamt-is ur d as-yezmir, yettef imesîah i Igamec! ...

Zi Belqasem : Ad am-yerfu Rebbi. Ulleh ar d awal. Wagi ad ccfuy fell-as, wawal -agi
Lia Tasaedit : d tekse(j tizit

Zi Belqasem d remdan, ad uzumey ccehrayen.

100
Ammud Si

Lia Tasaeâit Yehwa-iyi ucekkaz -agi-nekkini! ...


Zi Belqasem Tîn n Rebbi, a win yehda Rebbi.
Lia Tasaedit Macci deg umir-ik i tterdiqent!

Zi Belqasem Aaa. Dtidet....Iba...Wi...


Lia TasaM (ssak. Teceel-as s ubeqqa) Hax ihi! Daya yef i tettnadid? ...

Zi Belqasem (Yettef amag-is, tik, tik, tik, tik, yuyal yer Si Lehlu) -Smeh-iyi, a Si

Lehlu. Deg leenaya-k smeh-iyi. (Yejmec-d aeekkaz-nni, axater Si Lehlu

nniqal yebra-as. Zi Belqasem yejmee-as-t-id.) Ax acekkaz. Rnu-as...

Ad k-id-dwney, matebyid...e

Si Le (Au I ma nekkini, ur d iyi-ihwi ara ad as-rnuy?

Zi Belqasem Aaa ... Ma ur d ak-yehwi ara...

Si Lehlu Ma yehwa-yi ad as- rnuy, ad as- rnuy. Ma ur d iyi-ihwi ara ur d as-


rennuy ara.
Zi Belqasem Aaa ...Akka

Si Lehlu I.,. D tamettut-iw. macci d tamettut-ik keccini.

Zi Belqasem Aaa. Swaswa...

Si Lehlu Alur macci d kecé ara iyi-kmandin.

Zi Belqasem A wer awdey .. .ad ak-kmandiy...

Si Lehlu Ipi isk nniy -ak nekkini as-d ad iyi-d-tnwned?

Zi Belqasem A wlidi, a Si Lehlu... Tatatu lleh

Si Lehlu A yiwen ne, ne. ne, e... Teggared iman-ik dagi deg wayen ik-yexdan.

Tecfld amek is-yenna Ccix Muhend ? ... Ur ggar ara iman-ik gar

useksut d terbut. Ffey! ... Ffey ! ... Ad k-yessufey Rebbi i lekem n


usyar! (Yeyli fell-as s ueekkaz-nni.)

Zi Belqasem yeffey yir tuffya. Si Lehlu netta apri yuyal-d yer temyart-

101
Ammud Si Lehlu

is) Aha tura, kemmini, ah !


...Aaa...Dayen tura, ah! Yya-d tura ad nemyafar... Ad iyi-tsemhed. Ad

am- semhey...

Lia Tasaedit Ah... Tettfed-iyi aeekkaz,,. tura ad ak -semhe-y!

Si Lehlu Taqeccut am tagi dya ...Dya kemmini terrid-tt d acekkaz? ... Aha...

A... Aa... Yya -d tura ad nemyafar.


Lia Tasasdit Ee...Tixxer-iyi, nniy-ak ! ...

Si Lehlu Amek?

Lia Tasaedit Tixxer-iyi.

Si Lehlu Kemmini d tafat n ddunit-iw. eee...

Lia Tasaedit (Awwatecceh. E... Ee...) Azakin. tixxer-iyi!

Si Lehlu Tte! ... Mi sirya s... Mazal-ikem deg tigad-agi kemmini ...aha... A...
A... A...
Lia Tasaedit Ttef abrid-ik...Ur k-hwagey ara.

Si Lehlu Yya-d tura ad nemyafar. Ah ! ...

Lia Tasaedit Th... Axater d keccini.. .Terrid-iyï tawenza yer deffîr...

Si Lehlu Iba jami ad uyaley, hah! ...! ... A-t-a-n tura nniy-am smeh-iyi...

Ii...Yettilismah, nu? ...Aha...AHh...Mpte!...

(Myafaren a Sidi...)
Lia Tasaedit Ruh kan, ruh ... (Apri thedder wehd-s wehd-s.)

Mi xella dar yemma-k s laezzat n warraw-iw ara ttxelîsed ...yerna ara

txellsed akken yelha

Si Lehlu I... Ziyen ula d kemmini... I ixuss-ikem ubulun ! Xedmey-am akkagi:

tik s ucekkaz... Dya kemmini ad tesmeyred taluft annect. Xedmey-am

102
Ammud SiLehiu

akkagi: tik s usekkaz... I... A taeeggunt, nekkini... Imi ikem-

hemmley... Alih...Tura ad ruhey ad d-huccey i Imaî, ad d-ccarey

tajemmaet.. ad tt-id-ccarey...
(Dya yeffey)

103
Ammud Si Le/E

Asayas III : Lia Tasaedit


Lia Tasasatt: . (Xeqqim wehd-s ) Aha kan, aha...Ma tyiled -ak ad ttuy !xir i d iyi-

txedmed ...s yixef n warraw-iw ara trxellsed d kullec î Hacamaur d ak-

ufiy ara asulef. Aha kan...(Terma-as.) Ad as-fkey yiwet n tyita... yiwet n


tyita-nni iwumi ara yecfu... i dumat Iqiyyama...

Asayas IV : Qi n Dulu/Wejjir/La Tasasdlt

Alur dagi tura, dinna deg tezniqt-nni kan anda akkenni yezdey Si Lehlu. fîli n Dulu akked

Wejjir, ifeliahen-rmi n Jeddi Yebrahim, a-t-a-n ma tecfam fell-asen. lh.,.. Yefka-ten -id

ubrid. Ttnadin, wissen acu akka la ttnadin...


• A £li n Duiu, awwa d Imehna! I...tura keccini, yella wi tesned dagi deg

At Badî-agi ney ulac, imi ik-id- ceggeen d keccini ? Ur zriy ara nekkini,

anda ara t-naf umrabed-agi-inek...

GK n Dulu Jeddi-k Yebra yerma-ak: « Ad truhem yer Wat Baeïi ad iyi-d-ta\\im

amrabed » Aqel-ay nruh-d yer Wat Baeli. F.,.Tuden yelli-is. Ilaq ad as-

nawi amrabed ad as-yaru. Ipi, a eemmar-ik, ma yefka-d Rebbi

tawwurt...Aa...Nekkini d aya i ssaramey, ad as-îd-yefk Rebbi ccfa i

teqcict ad tehlu... Kutnsa apri asmi ara teddu d tislit, ad nerwu seksu....

Wejjir Amek d tidett dya? ...


€K n Dulu li ... a-t-a-n Si Muh Umatac-nni yetgeb-as i Jeddi-k Yebra. Ulamma d

amyar, mi.... H... yes^a apansyu, a winnat


Wejjir Amender nettat dya ma yetgeb-as?

£11 n Dulu Nettat waqila. Meaia hader iwumi tettiawaded. Waqila ur d as-yeegib

ara ih.,.Nettat yeegeb-as uqcic-nni nlzubac... Mehmud Izubac...

emr : Widak-nni I d-yusan ass-nni n ssebt?

104
Ammud Si Lehiu

£iï n Du/u Widak-nni I d-yusan ass n ssebt, ih. Mi alur Jeddi-k Yebra, iba winna ur

as-yeccur ara tit. Ayyer? Winna axater winna... li ...ur yesei ara

isurdiyen.

Lia Tasaedit (Tefïey -d deg uxxam, terra-d timehremt i uqerru-is.,.Mazal-itt kan

akkenni tesdemdum wehd-s wehd-s)

Aha kan, aha .. .aha kan, aha.. .awwah, ilaq -iyi.. .Ulac din,. .Ilaq-iyi ad d
-rrey ttar.
Eli n Dulu akked wejjir-nni, nutni ttkemmilen dinna n wa gar-asen.

Wejjir I.. .nekkini wehmey amek akkagi, tura yelli-s-agi n Jeddi^Yabra,.. wwin-
tt yer ttbib ulac, wwin-tt yer ssbitar, ulac, acu ara s-id-yexdem umrabed

tura?
/ n Dulu I... tura ad d-yefk Rebbi ayen deg i yella leslah ssebsa n tewwura i

yellan deg wass, ur llint ara akkenni deg useggas.


Lia Tasaedit (Neîtat teqqar-as kan)... Aha tura, ah... imi akkagi i s-yehwa. briy i
nanna-s ara s-semhey tayebbart...lmi yebya tin usekkaz. ïpi... (Lia

Tasaedit tewwet aqerru-is yer Iqasa. Tcax akkenni wehd-s wehd-s.

ïi...Dya tettampuni-ten) A nnbi! Aaa...Semhet-iyi, ulleh ma walay-ken-

id. Iruh uqerru-iw. Ttnadiy yiwet n lhaga akkenni deg uqerru-iw...


\-»Jf .* Jt . _, 3 f 'L É .'^ . i/T * âii . ^ V/~ » j >i •> "• l^ v - i^

€ti n Dulu Ihi ma teawned-ay, ulleh ar yas. Axater aqel-ay netthummu kan. A yexti

tura nekni, nettnadi amrabed win yessnen akka cituh i tira-agi, ma yella

win tessned. Axater d yelli-s n Jeddî Yebra i yudnen...teggugem, ur

kem-eniy
Wejjir Ih, ixneq- itt wuccen.
£ti n Dulu Yerna kan akka deg yiwen n wass. Newwi -tt yer sbitar, ulac. ïi ...tura

tegra-d tagi n umrabed. Nenna-as ad as-nawi amrabed, ad as-yaru,

105
Ammud Si Lehiu

ammar ahat... ii.. .Nenna-as; Ammar ahat ad d-yelk Rebbi talwit.


Lia Tasasdit (Texdem-as akka wehd-s wehd-s:) Ad as-ndiy tiqeffet i umaewaju-nni-

inu, ad t-tewwet menteq. (Tenna-asen i widak-nni): A-t-a-n ihi waqila

teseam zzher kenwi. Ssney yiwen akkenî, d arnrabed yerna macci d

tikellax. Mmi-s n Si Muhend Saeid At Umezyan At Bacli ...A larwa,

ssnen-t akk medden. D baba-s i d as-tt-id-yeggan, ulac win i d as-


izemren.
£ti n Dufit Mmi-s n Sî Muhend Saeîd At Umezyan, il... A-t-a-n ihi, ma yehda-kem

Rebbi, mmel-ay anda ara t-naf !


Lia Tasasdit Anda ara t-tafem? ,..A-t-a-n dagi kan ...Dagi deg tmazirt umalu, Yyaw
ad awen-t-sekney...Nezmer ad î-nwali syagi. Huuy-it. Wihina i d-
yetthuccun lehcic. D winna.

Wejjir Amek, d amrabed, yerna yetthuccu-d lehcic?

€ii « Dulu D lehcawec-nni -nsen, tusa... s wayes ttbexxiren i d-yettyemmid.

Lia Tasasdit Awwah ur t-tessinem ara kenwi! ...Argaz d afinuman, ee...Ad t-twalim

akka ad t-theqrem. Yettawi-tt-îd fellahi ...ah...Yettara iman-is ur yessin

ara. Ad truhed yur-s ad as-tinid: « Aru yi-d » ad ak-yini: « Nekkini

maèôi d amarabed »

€ti n Dulu Leuluma-agi, ad twehhded Sidi Rebbi isalamin. Am win yettextirin deg

At Xir. Win i d-tjebded deg-sen, ad t-tafed yettextex am acemma.

Lia Tasasdit Wagi yettextex macci kan am acemma. Wagi ieedda tilas. Ur tezrim ara

kenwi...liih..,Bac akken ad d-yini: « nekk d amrabed », Ilaq haca ma

yelîa wi s-inedhen s ueekkaz. ur isyad ara. Yetteffer iman-is. ïh...Ruhet

tura kenwi init-as tura, ad twalim amek ara wen-id-yini.

106
Ammud Si Lehlu

Cfut kan d acu iwen -nniy. Ma yugi ad awen-id-yesyed, aeekkaz yid-

wen. Nekni akkagi i as- nxeddem mkul Imti ara t-nehwig

€li n Dulu liihhuuh!...

Lia Tasasdit Nniy-awen yettextex. Mi alur dya lukan ur t-yewwit ara Rebbi; yefka-as

Rebbi ifassen.. .d tiwiztin i yesca gar yifassen-is.

Gin Dulu Amek i as-qqaren?

Lia Tasasdit Si Lehlu.Ad t- tseqlem, yeshel. Yessa icelyumen, yettlusu akihid.

Wejjir « Yettlusu akilud... ? Saiik am Sargan Bessif?

Si n Dulu (1 Lia Tasaedit ) Mi tennid.... D îidet dya yessen ?

Lia Tasaedit « Ma yessen,.. ? ... Argaz d.,. asefrit, ee,,. !

Yumayen-agi i iseddan, melmi kan, wahed aggur ayagi...Tamettut n

Ganuc...Tessnem Ganuc? ...Ih, am wakka... wissen d acu-t wattan-nni i

tt-yewwten. Ad ay-yengu Rebbi. Tewwed yer wansi akken ur d-nettuyal,

ssarden-tt, kefiien-tt. Ruhen raadi ad as-yizen. Ah ! ...Ruhen wwin-d Si

Lehiu. Skerkren-t-id bessif. Wanag ttebbat, ur ggin. ttbib Si Lehlu, netta,

yeyra-as-d Ihemdu, yeslef-as i wudem-is, yenna-as:

« Tehlid, kker! » Tamettut tekker din din. Amzun e...Ur tt-yuy, ur tt~

yebli.
Wejjir Yyaah?

Gin Dulu Egaba-kaSidiRebbi! ...

Lia Tasaedit Wacbik? ... Smana-agi deffir -nney, yiwen uqcic diyen, ad yeseu wahed

tnac n ssna. yeyli-d seg teslent, ifadden-is rrzen, iyallen-is rrzen aqerru-is

yeddeydey. Si Lehlu ... Wwin-as-id ... Si Lehlu ... Din din yeyra-as-id

107
Ammud Si Lehlu

Ihemdu, yellef-it s zzit n uzemmur, yenna-as :« tehlid, kker ! »Aqcic

yekker yef yiman-is,iruh ad yeleeb llabil yef yiman-is.

Wejjir Yyaah? ...

Qi n Dulit £gaba-k a Sidi Rebbi! ...

LlaTasasdit Wacbik ? ...

ASlinDulu, Si Lehlu-agi, dnettakan i d ay-ilaqen, aha, aha..,, Adnruh

ad t-id-nawi.

€ti n Dutu Aaa . . . Ad nruh ih (yenna-as i Lia Tasasdit) : « A tamrabedt, ihi ad am -

ibarek Rebbi atas atas.

Lia Tasasdit Ibarek akk i Imumnin, Ncalleh ad d-yefk Rebbi tawwurt Turwat kan ad
tettum, ma yugi ad yeddu, aeekkaz yid-wen !
Wejjir Awwah... Ma d ayagi kan, yeffey -ikem uybel. (Netta yettawi tujur
ahrawan yid-s) yenna-as: a-t-ah!

€K n Dulu (I WejjirO twalad tura, a Wejjir a mmi, imï nekK akked-k d Imumnin. .'«

(Ruhen)

Asayas V : Si Lefâu/Slî n Dulu/Wejjir

Alur dina deg leezib

Si Lehlu, £li n Dulu : Si Lehlu Yetthuccu-d. Yuyal yessers amgar-nni-ines yejbed-d taqereat

n Sidi Lbacir. Yenna-as: uff. . . Teccef-iyi-d tidi.


Ih. . . Yebda yettyenni:
Berka-iyi tissit n ccrab

Yegga-d ul-iw d amejruh (2)

Yessenva-yi leetab

Seg wasmi Iliy d amectuh (2)

Kerhen-iyi merra lehbab

108
Ammud Si Lehlu

L'ia d leqder-iw iruh(2)

£li n Dulu akked Wejjir ha- ten -a lehqen-d, Xmet, xmet Ddurin-d ayernu.

£li n Dulu yenna-as i Wejjir: «Aa cet, a yemmat yemma-k!

Yessers amgar yettyenni. Si Lehlu netta yeqqar-as kan :

£fu-yi yir cceddat

A-t-a uqerru -iw icab

£yiy tura deg Imehnat.

Berka-yi tissit n ccrab,


Ala ayen ieeddan ifat
La laa la la la, laa,
La la lalaaalalala...

(Aah... yenna-as) Tba berka-yi Ixedma, alih ! yiwen n wass ad iyi-d-afen qqurey am zzdec !

(yeswa akku)

Eemptte...Ccaah ! ... (fsukk talaba yef yimi-s yenna-as :) Imehna ...lehcic- agi...Cerurey d

tidi ... (A...yettkemmil:)


Berka-yi tissit n rrum,

Yehreq akk izerman-iw

Yettcerriq-iyi deg ugerjum


Yetteffey-d seg wanzaren-iw
Seg wasmi it-eebdey d amcum
Yeqqur ula d zzher - iw

(Yenna-as Sliman £azem meskin . . .Aaah . . .Ad as-yeefu Rebbi.)

£li n Dulu (yesbecbuc-as i Wejjir) ulleh ar d netta!

Wejjir : D nf>^ ih Waqna nettef- it

Si n Dulu : Vya-nadneffeyyur-s.

Si Lehlu iwala-ten. Yebda yesikkïd-tten yiwen yiwen. Yuyal yettef

109
Ammud Si Lehlu

taqereat-nni-ines, zunakit yekkat-itt : Eeh f ... Eeh ! ... Eeh ! ...A

tasaluprit, tafuhant ! .„ yeneel waddin n yemma-m, eh ! Ggulley ar d am-

tixxrey , kemmini, ryanafir.-.Ilaq ad d-tnetded yur-i Eeh !...Eeh ! ...Ax,

tura imi akkagi i d am -yehwa ! (yettkemmil)


Berkaa-....Yi.... Yi.yi si Ipiritif
Ku... kulyum...yexla -yi Igib -iw
Kerhen-i ...ni...medden si rrif
Yerna i du ,. .durrey d iman-tw

Ttmentarey ur .. .ur... sciy nnif

D ttberna i d a .,. da d axxam -iw


Yenna-as:
£mmar- nsen tura wigad- agi... Acu î byan yur-i?

£Xi n Dulu ' ^a wi • • • Nniy -ak d netta

/ Wejjir
Wejjir : D netta kkes-it ffer-it.

Si Lehlu yeqqim yer Iqasa ipi yessers taqereat- nni-ines yef yidis ayeffus. Yettkemmii kan

akkenni:
LililUalilala
Lalali la li la la
Qi n Dulu : "Salamu saiikum. ïpi yekna yur-s...

iSï Le/Tfu Calikum salam.

li ...yehweS-d taqereat - nni-ines deg yidis- nni ayeffiis, yerra- tt-id s idis azelmad . Yettyil

yer tqereat- nni i d- yekna Cii n Dulu.

Wejjir, netta yekka-as-d tama-nni tazelmadt :

Salam ealikum
Ipi ula d netta yekna yur-s

110
Ammud Si Lettu

Si Lehlu Salikum salam (li ï ...yehwes-d taqereat-nni-ines, yettef-itt akkagi yef

teebbudt-is, yettel akkenni fell-as iyallen-is) Ttemcawaren fell-i ...s nnig

uqemi-iw... Acubyan turawigi ?


€li n Dufu Ee... Yerhem waddik ... D keccini i d Si Lehlu?

Si Lehlu A a...amek ?

€ti n Dulu Nniy -ak ma d keccini i d Si Lehlu ?

Si Lehlu yenneqlab yer Wejjir, yenneqlab-d yer £ li n Dulu: Aa...

tura... sadipa.,. iwumi s-tesram ?


€li n Dulu Aa....Dlxir drrbeh...

Wejjir A a ., .Nekni haca Ixir d rrbeh i ay -id- yewwin.

Si Lehlu Iba... ma d Ixir d rrbeh ... iba d nekkinî i d Si Lehlu

A-t-a- n a Sidi dya, nezra-k s wudem n tafat A wlidi, tura nekni

nettuweSSa-d yur-k ... Ulleh ar achal ayagi nettnadi fell- ak. Lhemdulleh

kan imi k-id-nufa. Tura deg leenaya n jeddi-k ... nehwag-ik, a Sidi.

Si Lehlu Tura nekkini tjarey deg Imal yef yiman-iw..,. Acu îehwagem ! D ikerri n

leid ? Ney d tayadt ? Ney d tixsi ? ... Ma yella d ayen i wumi zemrey ...

Ii...Ayyer ?
Si Lehlu mi isen -d- ihedder akkagi, iruh ad -ikker.

SlinDelu Ad k-ibarek Rebbi a Si Lehlu. Uma d keccini dya .,.Aa...Aheq jeddi- k

ar d teqqimed . Nekni yas ad nbedd, ma d keccini, qqim. Ney mulac ad

teGyud.

Wejjir Qqim ad testesfiid. Nekni nuy tannumi d ibeddi.

Si Lehlu (Ihedder wehd- s yenna-as :)

111
Ammiid SiLehlu

Ac...Acu- ten imexluqen-agi tura diyen ?

i n Dulu Aneam, a ccix, ifupak ad teteegbed deg-ney imi id-nusa yur-k. Irgazen

yelhan ttnadin-ten medden s teftilin anda ara ten-afen L.Ii... neZra acu

teswid.

Si Le Mu Ii...lhaga uyennat-agi ... n tjara n Imal-agi, tura...Ddeqs-iw yaeni. A

wladi. Ur zmirey ara ad awen-d-iniy: ssney ssney dya akter n wiyad.

Axater haca Sidi Rebbi i yessnen akter n wiyad mi kamim ... li

... Lhemdulleh. Ass-agi....

£li n Du lit Aneam, a ccix .. .aah...

SiLehlu Ttqaraeey iman-iw. Ur iyi-d-ttkellixen mi ara ad d-ayey ...ttruhuy yer

Sidi Sisa..,. Ur ttkellixey i win i wumi ad zzenzey.

€li n Dulu Aneam a ccix ...I îesnaya n Rebbi dya! ... I ... wi k-id-yuddren akk
tjara-agi n Imal, tura mi ay-id-heddred yef tjara n Imal!?...

Si Lehlu Tyid ... ass-agi... ur t-tettafed ara s ddaw rebea meyyat alef.

€li n Dulu A wlidi tixxer -ay i Imal-agi deg leenaya-k.

Si Lehlu Ulleh ma tewwid -tid s ddaw rebea meyyat alef I la k-qqarey.

€li n Dulu Nezra, aah ...

Si Lehlu Ihi, imi tezram. ihi dya dayen. Nniy -awen ma ur yerni yara s nnig 400

alef. Ulleh ar yiwen ur as-yerzi yiyes.

Qi n Dulu Waqila dya, ula d keccini testufad -d.

Si Lehlu Amek? « Stufay-d »? ... S ddaw rebea meyyat alef.. .ur zmirey ara.

Eli n Dulu Tura, Selli yef nnbi, ma yehda-k - Rebbi ...

SiLehlu Nadit anda niden yur-wat kan ad ken-id-kellxen...

112
Ammud Si Lehiu

&i n Dulu A ccix ... aaa! . ..Tixxer-ay, ah! ...

Si Lehiu lyid. ...Ambu ...aheqbab-akujeddi-kmatufïd-t ihi s ddaw ssuma-agi.

€li n Dulu Ay aggad Rebbi, dayen, ah! ...

Si Lehiu Nniy - ak fihel ! ...caada n Rebbi. caada n Rebbi.,.ar ssuma -agi ik-nniy

... d tagi i d ssuma-s.

£7; n Dulu Amek dya...£gaba-k a Sidi Rebbi! ... Ancam a Ccixî ... S cclayem- ik

dya! ... Nekni nusa-d yur-k s nniyya ...keôcini ad ay-tettexerrifed

akkagi? Lealem ameqran am keccini ... D amrabed, yerna tessned ...

Imumnin ttnadin anda ara d k-afen...Keccini treggled fell-asen d

igerrujen i yellan gar yifassen-ik...Ayyer! I thettded medden...S wayen i

yellan gar yifassen-ik? ....

Si Le Mu (Yexdem-as akkagi wehd-s :) Yedderwed-wagi.

£3i n Dulu Tura a Sidi ma yehda-k Rebbi ...ma yehda-k Rebbi ur ttefîer ara fell-
aney

Si Lehiu Amek?

Uladkeccini dya...Ti...yernayehwa-akkandtixerbicin ...nezrakullec.

Si Lehiu Amek ? Amek? Acu tezram kullec? Acu iyi-thesbem sni?

£li n Dulu Argaz yeyleb Si Muhend Saeid At Umeqran n Ccerfa, ad k-yeqqar dagi.

Acu iyi-thesbem eni ?...Iba nehseb-îk d amrabed ad ay-id-yenfec s

Ibaraka -inek ... D Ccix ... tettarud itu ...

Si Lehiu Nekkini i d Ccix? ...Ruh... ruh...ruh...Ruhet ad tlesbem yef yiman-

nwen. Ur lliy d Ccix. ur qrib. ur sla haï

£11 n Dulu A-h-a-n tebda, tebda -t-id diyen. (Yenna-as) Tura aneam, a Ccix ad k-
yehdu Rebbi, ad k-yehdu Rebbi ini ay-id ayen yellan .Ad k-yehdu Rebbi

113
Ammud Si Lefàu

fihel ur ay ssawad ara yer wayen ur nellï.

Wejjir • Ih.. .ur d ay-ssawad ara yer wayen ur nebyi ara.

SiLettu • A rrbeh, a tafat! S aniyer i awen-yehwa tawdem. Nniy-awen ur lîiy d

Ccix, ur yelîi...ur Zriy ara nekkini ac.. .ac.. .acu akka id-tesxerwidem

Qi n Dulu ' Awwa! ...Waqila haca ddwa-nni~ines kan ara tt-yesellken. (Yenn-as) A

wlidi, ad ak-neqqar. Ma yehda-k Rebbi d Ccix i tellid...

Wejjir • li ...tura ... Ddin uqabac dya î .. Berka talas habet! .. uuh ...pisk keccini

d Ccix ini-d d Ccix ipi situ.

Si Lehlu " li ni ni niii ...Aa... Ad tecced akarbir !

Qi n Dulu • 1... ayyer tura ad tettefred fell-aney? Pisk neZra dija,

Wejjir : I ... acu n tmara ik-yerran? Tettezzid, tettended.... Acu ara d-tessalid

yaeni ?
Si Lehlu : A wlidi, ma tebyam ad tfehmem ...s teqbayïit... s tmaziyt ...s tberbirt
....s tebrubrut.-.stkabicut... s tegnawit... s wayen i d awen-yehwan... la
wen-qqarey ...Macci d Ccix nekkini, tixxert-iyi...

Gin Dulu : MaCfii d Ccix keccini ? !

Si Lehlu • Xatini, a Sidi...

Wejjir : Yyah ? Macci d Ccix keccini ? !

Si Lehlu • Xatini, a Sidi...

&i n Dulu : Bu. ïmi akkagi i k-yehwa...ad tt-a-n yur-k ihi ! ... Yemmey yeddem-d

aseekkaz. Wejjir netta yur-s dija tahrawt-nni-ines. Hbek, hbek. Flin fell-

as deg sin yid-sen s yieckkzan.


Si Lehlu • Ayy! ...Uuy! ... A Rebbi-nwen! ...Awî Ah! ... Sahha sahha ...akken

(yetteeggid) tebyam d akken. Akken tebyam, a Sidi...

Gin Dulu • A twalad tura amek...anda iy-tessawded ? ...Deg lesnaya n Rebbi dya

114
Ammud Si Le Mu

.. .acu .. .n tmara i k-yerran?


Wejjir li... ayyer? .. .alamma s ueekkaz kan i tlehhud ?

Qi n Dulu Ulïeh ar nennehcam.

Wejjîr Fracma, ula d nekkim, uîleh ar nnehcamey

Si LetXu Acu-t uxessar-agi tura kenwi ? D tidet-nwen dya ? Ne... Ney d aqeSSer ?

Tettxerritem, ney ? Ur zriy ara nekkini acu i i-yerran akkagi d Ccix

nekkini ?
£ti n Dulu Amek ? ula tura mazal diyen ? Maèeî d Ccix, keccini ?

SiLehlu Ad i-yekkes Rebbi ma d Ccix nekkim.

Wejjir Ggail ar macci d Ccix.

SiLehlu Nniy -awen ad i-yekkes Rebbi tura kan tudeswit? Ma d Ccix nekkini...

£li n Dulu akked Wejjir, hattak a mmi, uyalen yur-s s yieekkzan am ubrid-nni amezuwaru,

serbek, serbek, Si Lehlu yetteeggid :)

Aah! .... Uuh! ...Ay a baba, ad iyi -nyen! .... Aay! Dayen dayen, a wladi. Akken tebyam, a
wladi..

Ih..,Ih... d aven a wladi, ma tebyam d afarmasyan, ma tebyam d Muhemed Ceqqar ...1...

akken i awen-yehwa (yenna-as) Iii...Tura, axtr ad asen-iniy akkagi wala ad iyi-maSakrin

dagî.

StinDulu • Aaa...AIhemduUehaSidi ...imi d-tuyaled yer laeqel-ik.

Wetiir '• Akkagi tesferhd-iyi-d...

€K n Dulu • ïura smeh -ay kan deg lesnaya n jeddî-k... aeekkaz agi...

Wejjir : Aa... Ur ay-tqassay ara...nekni...kistibu...kum keccini s ueckkaz kan i

tlehhud ipi kum nekni nehwag-ik .. Jihhihh hh...

SiLehlu • Yexdem*as akka: lii tura... ima ahaat, d nekkim i iyelten. Amar ahaat

115
Ammud SiLeMu

uyaley d Ccix mebla ma rriy-d s lexbar...


ftinDulu A Sidi, tura ma d lexlaS i tebyid, ad k-nxelles. Ma d Iwaeda ...Ad k-

neflk Iwaeda-nni lameqrant. li... sken -ay-id kan ahernuk-ik.


Si Lehiu Mi dya kenwi..,Init-iyi-d tura...Isk ur teylidem ara? Tessurim akka

bellik d Ccix nekkini?


Wejjir I Welleh.
Si Lehiu Tetheqqem mlih, mlih?

Gin Dulu Aaa... sel-as -kan...

Si Lehiu Ad i-yekkes Rebbi ma zriy nniqal.

£lï n Dulu lieih ...Si Muhend Saeid At Umeqran n Ccerfa.

SI Lehiu Ih...

ai n Dulu Ur d ak-id-yettawed ara yer tfenzet, ee...

Si Lehiu Yyaah ?...

Wejjir Tessehsabed i medden...Tettarud ...tettdawid imudan...

Si Lehiu A nnbi cfae ! ...

£ti n Dulu Tamettuî n Gannuc...ssarden-tt, kefnen-tt...ruhen madî ad as-yizen,

kecôini teyrid-as-id Ihemdu, tselfed-as i wudem-is, tennid-as :« Tehlid,

kker.» Tamettut, din dîn tekker.

Si Lehiu A Ccix Muhend!

Wejjir Ih...ipi aqcic-nni id-yeylin seg teslent... yeskanti-.keccîni teyrid-as-id

Ihemdu, tellfed-t s zzit n uzemmur, tennid -as :« Tehlid, kker.» Aqcic

din din, iruh ad yelseb llabîl yef yiman-is.

Si Le Mu Ayhuh !

116
Ammud SiLehltt

Gi n Dulu Ih ...ipi ur ttaggad ara yakk yid -ney. ïsurdiyen...ayen tebyid. Lhu kan

tura, ad teddud akk yid -ney.

SiLeMu Isurdiyen ...ayen byiy ? ...

€li n Dulu Ayen tebyid.

SiLeiïu ïhi aqel-i yer-wen (yewwet deg yidrimem-is yenna- as :) D Ccix


yerna. ..Ulac ttkaerir (yenna-as :)
îiii...Amek akkenni... Nniqal ttuy, a-t-a-n tura mmektîy-d. Amek
akkenni ihi ? Anda akkenni i ilaq ad nruh?

Gi n Dulu Aha kan tura, ad k-nawi. A wlidi, d yiwet n teqcict, ur d ak -eniy, tenyed

Imenteq.

Wejjir Huq ixneq-itt wuccen.

Gi n Dulu Teggugem. Teyli -d fell-as. Yerna kan akkagi deg yiwen n wass.

Sir Leftu li... Inekkini ? ...a-t-a uyaley d ccix deg yiwen n wass. Hh... Ha, ha, ha

Gi n Dulu Yettqesstr bya, umrabed-agi (yenna-as:) Aneam, a Ccix, kker ihî ad

needdi.
Si Lehtu Ii...i...i...i...i...uqendurd uemam ? ...

Gi n Dulu Ad d- nay deg Buyni.

SiLeftu Ad teswem akku?


Imekken-asen taqarcat-nni-ines
Gi n Dulu Awwa.... Nekk ur tessey ara.

Wejjir Awi-d, ih. Nekkini ad swey.


Si Lehlu yefka-as ad isew akku: Ax mesna tijeyyimt kan.

Wejjir yettef taqareat-nni. Ttess, Ttess. Yegguma ad as-iserreh.

SiLeftu Nniy -ak tijeyyimt kan. Ây amessas! ...

117
Ammud Si Le Mu

Egg- iyi-d îura cituh.

Ihews-as-d taqareat.

Wejjir Ccah! ...Ulleh ar lukan imrabden akk akkagi am keccini...Ar tîlaq

swaswakan.,.

Ruhen.

Igi II
Asayas l: Jedi Yebrahim/€iï n Dulu /Wejjir/ Tawejjirt

(Tamettutn Wejjir)

Alur tura dagi aqel-ay dinna deg uxxam-nni n Jeddi Yebrahim, Mlalen-d a Sidi...

ai n Dulu Aaa...wi...aqel-i nniy -ak waqila ihemmel-ik Sidi Rebbi. Newwi-ak-id

yiwen n umrabed akkenni.. .Izad

Wejjir Ahya a mmi! ... D amrabed yerna d tidet. Wagi macci am widak-nni

yeskaeriren kan.

£ti n Dulu Aa ... wagi, ma nniy -ak yessen, yessen.

Wejjir Argaz yessekkar-d Imeytin, ee! ...

Eli n Dulu Tikwal yesmuhbul akka cituh yasni,, am wakken i d ak-id- nniy seg liina.

Yettruhu lesqel-is... Ad t- tezred akka, ulleh ma tennid-as d netta.

Wejjir Ih.. .awwa yessedsay. Tikwal ur d ak-sniy, ad as- tinid eni yetripani.

Qi n Dulu Mi d aleffu yettban yessen. Yessufuy -d kra akken n lehdur mi ara s-

yehwu...paa,paa,paaa!,.. D axessar!
Wejjir Tikwal mi ara as-id-tenfeh, ihedder cyei amzun akken yeqqar-d lelîibr.

Gin Dulu Ih ...Ipi isem-is inudatamurt...

Ttruhun-d yur-s medden,.. Ih... Am wakken ttruhun yer Si Muhend Sasid

At Umeqran n Ccerfa, zik -nni.

118
Ammud Si Lehiu

Jeddi Harey, byiy ad t -Zrey . Ii...sekcemet-t-id tura ! ...


Yebrahim

€ti n Dulu lih ... ad ruhey ad t-id -awiy.

Dya iruh.

Tawejjirt Aah a tiyta! ...A Jeddi Yebra! ...

Nekkîni la k-qqarey yeili-k ula i as-id-xedmen ttelba. Ula i as-id-yexdem

umrabed. Lukan d iyi-tesmehsised kra. Mliy -ak acu i d ddwa-ines: Efk-

itt ad tay win tebya, Ha-t-a-n d acu i d ddwa-ines.


Jeddi Ihi tura Debber fell-i kemmini! ... Tawejjirt, Ad tdebber yef yelli! ...
Yebrahim
Wejjir (I temyart-is) Sket kemmini! Acu teggared iman-im, kemmini?

Tawejjirt Ay asmi akken cciy yemma! ... A welleh ar lukan ad as-id-tawid eacer

meyya n yimradenî... Ma tehla-tt, ihi. Ssney yelli-k. Macci s lehruz,

macci ...Efk- ittadtedduyefyiman-is! ... Taqcîct. rebbi-tt î tlid.


Jeddï Amek?.... Kemmini ...ad tt-fkey akkagi d taggugamî? Ipi, bedrey-as-id
Yebrahim zwag asmi akkenni .. .D nettat i yuggin.
Tawejjirt Ii... byansir. Axater keccini tebyid ad tt-tefked i win ur tebyi ara. Ini-as

tran Mehmud Tzubac meskin netta, eahdey-k s Rebbi. ara tt-yeqbel. Ad

yeg Rebbi yas tili d taderyaït. D keccini kan i wuyur teqqim.


Jeddi D Isali Mhend yas ay-it! ... Argaz yettyemmiz i frak, ee ...nekkini, ad
Yebrahim
as-fkey yelli...
Tebb.... Iba, nekkini. byiy win yesean yemma-tsen!
Tawejjirt Yebda ixeddem... D anaemar...kullec ...D keccini kan iwumi ur yehwi
ara.
Jeddi « Yebda ixeddem... » Melmi akkagi i yebda ixeddem?
Yebrahim
Tawejjirt Qrib aseggas ayagi deg wasmi yebda ixeddem,
Jeddi Thi mazai-as ad yexdem atas n yiseggasen akka yer zdat. Bac akken ad d-

119
Ammud SïLeHu

Yebrahim ilheqyer-i nekkini. lii!....

Dya s tidet-im! ... Wagi melmi kan i yebda ixeddem wayed yewwi-d

apansyu. Anwa ayaxir? Axir win i d-yewwin apansyu. Lukan seiy apansyu nekkini tilaq ur d
iyi-d-tettafed aradagi! ...

Tawejjirt : Asmi i tella nneyya... akked leqnisa. Ulleh ar tif lehna tawant i as-neqqar.
Lmumen yerbeh wul-is ...Ma d tura. Segmi d-yennulfa upansyu...akked

wayen i ttabaeen.... Degmi aqel-ay tura necba ilfan n lyaba. Ayen nesea,
amzun ulac! ... A yenna-as: Yir zzwaj a îihdayin...tif-it tehdert ucerrid.

Jeddi • Ma ulac yur-m kan...nekkini n teswaet -agi Ihemdulleh. Tiii dimird twa
Yebrahim
mubyu! ...
Tawejjirt Ad i-yewwet Rebbi...ah! .... Ini-d macci akka. IL., tura mi d-yekker uqcic
yebya ad yerr axxam, imawlan n teqcict ad as-qqaren d acu i yesea?
ôuhra-nni n Tqicbut... Yak fkan-tt i Bulabac.... Axater yesea apansyu-agi

ïd-teqqared ... Mugrey-tt-id umayen-a. ... Tuyal d tawrayt, d tawrayt amzun

d taktunya. Seg wasmi tejweg, ur tewwî yiri, keccini tura...D wigad-agi i

tettsanaded? ...

Jeddi Ti, ti, ti, ti, ti, ti, ti, ti ehe ehe..,
Yebrahim
Tawejjirt A mmi, asmi ara nemmet am win yesean, am win ur nesei .. .ulleh ar siwa
îekfen-nni ara y-in-idefren. Nekkini, yellï, eahdey s Rebbi, eahdey s Rebbt,

ar win ur d as-neegib ara ma yewwi-tt ... Ar yas, a lukan ad yekseb tiyezza


n camlal!
Jeddi I tura ad tberkad! ... Acu tesqaqayed dagi fell-i! ...Uuu...Alih! Ruh akin!
Yebrahim
Tigi maÉci d tiyetten-im !...

Wejjir li ...Dya ih. Susem kemmini! ... Acu tesqaqayed dagi. Ih... yella wi m-

yennan. Achal ssasa kemmini?

120
Ammud Si Lehlu

ïruh yer Jeddi Yebrahim yekkat-as deg yidmaren, ipi yettkemmiî akkenni... yeqqar -as i

temyart- nni-ines :
-Jeddi Yebrahim, ur yehwag ara tata batata-inem! Issen acu ixeddem. Ruh ad teksed tiyetten-

im! Ur ay-ttuyal ara dagi d tayazidt, ad tesqaqayed dagi fell-aney ! D netta i d baba-s n

teqcict. Yefhem ... yessen..,D netta i yezzran acu i as-ilaqen i yelli-s!

Jeddi : lii! ...Uuu! ... Uuu! ...Rju tura, ah! Rju, ah! ...
Yebrahim
Wejjir : (Yettkemmiî yeqqar-as:) egg-iyi kan, a Jeddi Yebra...Ad tt-wwtey hak!
Ad as-eiwdey hak. Bac akken ad tissin acu yeswa ieqder n yirgazen!
Jeddi • Seddi yur-s ihi! Acu tettrajud? Ney d nekkini i tesned?
Yebrahim
Scène H: Jeddi Yebrahim/ Wejjir / Tawejjirt
£li n Dulu a-t-a yuyal-d. Yewwi - d Si Lehlu

€K n Dulu : Ajeddi yebra...a-t-a-n, ihi, ah! ...

Jeddi (Yenna-as i Si Lehlu) A mrehba yis-k a Ccîx. Mrehba yis-k a Sidi yer
Yebrahim
uxxam-agi.
Si Lehlu Yerheb-ak Ixir ...lih ...

Jeddi Aneam, a Ccix...Ii.... Tura...Nehwag -ik. Yerna atas maÈdi cwitt


Yebrahim

Si Lehlu (...Aneam akked uqendur a Sïdi... yerna -d ttesbih i tu Ibazar ...

yexdem-as akka:) ihi mala ...

Am wakken id-yenna Rebbi sebhanu deg wawal -is...Ee...yenna -d

ccrae s yiyimi, maCci s yibeddi?


Jeddi Ansam a Ccix nekkini yiley d inisi i s-yenna- n akka.
Yebrahim
Si Lehlu Ehoe... Macci d inisi. Wagi iweSSa-d fell-as nnbi.

Jeddi « îwessa- d fell-as nnbi »...? .. .Yyaah ?


Yebrahim

121
Ammud Si Lehiu

SiLehlu Aneam, ih ...yella...yella...

Jeddi Aiita tasuret ?


Yebrahim

Si Lehiu Anta taSuret... ? Eee.. .Tasuret- nni n tyîmit

Jeddi Aa ... Ma yella iweSSa-d fell-as nnbi...Ehoe.... Ilaq ad neqqim. Ah...a-


Yebrahim
t-a-n ukersi. Aa.. .Qqimen a Sidi Welbaba ...

Si Lehiu Ansam, a Ccix ...ihi mala amek akkenni? ...Aa sliy yis- k ...ur d-qqar
ara.
Jeddi Amek? ...D nekkini iwumi 1 d- teqqared ansam a Ccix.
Yebrahim

Si Lehiu Ancam, a Ccix. D keccini, ih.

Jeddi Mi.. .Macci d Ccix, nekkini.


Yebrahim

SiLehlu Amek? Macci d Ccix keccini ?

Jeddi Macci d Ccix, ih.


Yebrahim Si Lehiu yekker yeddem-d aeekkaz, yeyli fell-as s ueekkaz, yeqqar-as:

Yyah? Macci d Ccîx kecôini? ! Eh? ...Macci d Ccix keccini? LTtef ihi !

Jtef ihi !

Jeddi Yetteeggid : Aay ! Uuy! ... Aa! ...Rju, ah! Macci d Ccix nekkini ...nnîy-
Yebrahim
ak, ah! ...
SiLehlu Iba, akka d asawen, aqel-ak-id d Ccix ula d keccini; nekkini, lii..., Hala

deg temeemmart ueekkaz-agi kan, id- yriy. Situ.


Jeddi (Yenna-as i SU n Dulu)
Yebrahim
Acu-t uxessar-agi iyi-d-tewwid akkagi keccini?

£ti n Dulu H.. .ur d ak-id- nniy ara? ...Nniy-ak-id yesmuhbul tikwal.

122
Ammud Si Le Mit

Jeddi liii...ad iruh ad yesmuhbel yef wîn i s-yehwan! ...Nekkini... ur


Yebrahim
yesmuhbul ara nekkini dagi fell-i.
Wejjir Sirya sa, a Jeddi Yebra.. ,D aqessar kan i yettqessir, a wlidi, yebya kan ad
yeleeb akk yid-k.
Jeddi Yencel ddin n lleeb am wagi! Ma yeffuhri, ad yeffuhri kan yef
Yebrahim yimawlan-isî

SiLehlu Nniy -ak ...îura demeay kan tura deg Sidi Rebbi ur iyi- tettqassad

ara...Ha...Ee! ... Kistibu? ...


Jeddi Tebbeh!
Yebrahim
Si Le ffu Ulleh ar nennehcam.

Jeddi li... dayen tura...liii Dayen tura. Ulac uyilif


Yebrahim
SiLehlu (Yettkemmil) : Muqel kan ...Ttfey-ak asekkaz ? ...

Jeddi I... Sahha ...ahaturabeddel awal.


Yebrahim
Si Lehlu Aa ! ...sabapaakkagi.

Jeddi Aneam a Ccix ...ihi mi tennîd..,rur-i yelli.... Tuden, ur k- eniy...


Yebrahim
Neggumma ad as-naf ixef-is.
Si Lehtu liîi.. .aqel-i nekkini... Si Rehru ad as-yaru.. .Ih.. .keCcini.. .Ma

tehwagged-iyi, adak-aruy ...At uxxam-ik ...tura...aqel-i dagi. Urttagad

ara. A wer lemzeyya-inu! Wala, kenwi ttemrurudet kan tura, nekkini ad


awen - ttaruy.
Jeddi Ad k -ibarrek Rebbi a Si Lehlu.
Yebrahim
SiLehlu Amek i s-qqaren i yelli- k?

Jeddi Neqqar-as Lwizat, Lwizat...


Yebrahim
SiLehlu Lwizat. Lwizat, d tawizet. Terna fell-as therzet.

123
Ammud Si Lehiu

Jeddi Th ... ad ruhey ad waliy d acu i txeddem. (Yekker- d ad iruh... )


Yebrahim
Si Lehiu Wi tt-ilan tmettut-agi n Ibaraka?

Jeddi Aa .. .Tinna? Tinna d tawejjirt a wlidi... tesmeckukul akk dagi yur-ney.


Yebrahim Dya iruh.

Si Lehiu yexdem-as akka wehd-s wehd-s: A. . .Paa.Paa.Paa. . . Ay akka d amersun!

(Yenneqîab yer twejjirt, yebda:)


Na na na na naa na niiii
Na na na na naa na n nii
Ni ni ni ni ni ni ni..
(Yenna-as) Am wakken i s -yeqqar Muhemmed Ceqqar ad am-aruy am win yecban

ihelwiden. (Bis)

: (Inneggez-d): Ma Yehda-kRebbi, ayamrabed; egg tamettut -iw trakil.

Si Lehiu A.? ! . . . D tamettut-ik?

tamettut -iw liihhuh ! ...

Si Lehiu : Ulleh leadim, nekkini ihi, ma zriy. Yefka- ak-id Rebbi Ixir am

wagi . . . Aawwah, i hemmel-ik Rebbi keccini . . . Yya-d ad k- ssudney .

(Yesnaemel iruh ad t-isuden.,.yerfed itassen-is...Mi...Hup...Idal akinyer twejjirt, yeymej-

itt-id :)- Hempteh. . .

Wejjiryessutî fell-as, yejbed- itt-id. Yenna-as: - Ih'ÏL.Ei! .... Eî! ... Ei! .... Dyakeèôini! ....

Si Lehiu • Nekkini ferhey, ferhey, d ayen kan mi ara waliy akkagi Ixir i yellan deg

tmurt-nney, yeqqim kan deg tmurt-nney, ur t-yewwi ara uberrani.


(1 ...yesnasmel dîyen iruh ad isellem yef Wejjir. Yenna -as:) S teyzi n leemer-im, kemmini.

S teyzi n leemer-ik kecôini. Ulleh ar awen - ferhey i sin yid-wen.

124
Ammud Si Lettu

Wejjir (Yejbed it-id yer deffir :) Aa! ..,


Si Le Mu (Ihedder i twejjirt): Argaz-im ...Aa...d argaznlcali, urgaz-im.

Wejjir Berka, nniy-ak...Aah! lïiihhuh !

SiLehiu : Ay amessas! ... Nekkini ferhey yis-wen, ee...£ni ur tebyid ara imi ferhey

yis-wen? ...
: Fref-! akked-i ma tebyid, jmafu, mi akked tmettut-iw, dayen nniy -ak

... ee,.. ee ayennat-agi !


SiLehiu '• Aa... Nekkini ferhey yis-wen i sin yid-wen. Am kecc am nettat, ferhey

akk yis-wen alur tura , msalamey yid-k .. .Tura ilaq ad msalamey yîd-s

ula d nettat.Empte : ... (Yeymej-itî-id akkur, Yenna-as :)-Ad iketter

Rebbilxtr...Haah!...
Wejjir yessuti fell-as yenna- as:

-Aa ... Aa ... Aa ... Aa ...Ei.... Aneam, a Ccix! ... ahaberka ssmata!

Asayas ffl : Si Lehfu/TawejjirT/Jeddi Yebrahim

Jeddi : (A-t-a yuyal-d. Yenna-as :)Anseam a Ccix, a-tt-a-n ihi yelli-nni ik-id-
Yebrahim nniy, Tura kan ad d-tawed. Tudeswit.

SiLehiu : Ih...nettat i nettraju...aqel-ay akk dagi.-.nekkini... lexwan-iw...aqel-ay


akk dagi.
Jeddi : Anda llan lexwan-îk ?
Yebrahim
SiLehiu : Eh?!,..(Yewwet anyîr-is yenna-as :)-Eh?!...A-ten-adagi

Jeddi • Ihi dya tgerezz madi.


Yebrahim
SiLehiu : (Yuyal yer twejjirt-nni.yenna-as :)-Ih...anatada...pisk aqel-ay d iyimi i
neqqim...ih... Ad eeddiy yer tmettut-agi n 1 baraka...Ih...ad as -shesbey

ula d nettat.

125
Ammud Si Lehlu

Wejjir : (Yessuti fell-as. Yesewlellef- it-id yer deffir. Yenna-as: -Ehoï Hoe! Ur

hwagey ara nekkini.

Si Lehlu • Ay amessas! ...li d Ccix ay lliy,..ilaq ad as-shesbey...

Wejjir : Yapad Ccix kityan! ...Nu, nu, nu, nu! ...

Si Lehlu • Amek? Ad as-tekksed i Ccix ur ixeddem ara Iwageb-is? Aha! ... Digaj

keccini!
Wejjir : Aah, wah.

Si Lehlu : Yemuqel-it akka s tterf n tit yezelem-iî mlih, yenna-as:

Keccinni ad ak-sbibbey daewessu-nnî tazurant! ...Tawejjirt ziy nettat yeegeb-itt IhaL Tettef-d

argaz-is, tebbalansi-t-id yer ddefrir. Tenna-as: -Tixxer-aney ula d kecôini ih! .... Ssehsaben

akk lecyax i tlawin...ih ...ad iyi-ssehseb ma yebya ad iyi-ssehseb.£ni nekkini macci am

tulawin niden ee? ....

Wejjir j^ nniy-am ur hwaggey ara!

Si Lehlu ' Ttel . . . Aeeh ! ... Akka i d amurdus ! ! ... Jeddi Yebrahi m idal akin; yuyal-d.

Yenna-as ;-Ih.... A-it-ayellî...ee..., A-tt-a wanda ï d - telheq...

(Idewwer yer yelli-s-nni yenna-as:)


Aha yiwel kemmini, ah!

AsayaslV: Wejjir/Lwizat/ Si Lehlu/ Qi n Dulu / Jeddi Yebmhim/ Tawejjirt

Lwizat tekcem- d, a sidi . . .


Si LMu ' D taqcict-agi i d-tennam tuden?

Jeddi • Anseam a Ccix, d taqcict-agi ih. Hala nettat i seiy d yelli ...Ur sebbrey
Yebrahim
ara lukan ad iyi-temmet.
Si Lehlu * A wer yekkes Rebbi ayen zrant wallen .Aa ...rju tura ad as-naru, apri

imir-n ad temmet ma tebya ad temmet


Jeddi : Aah! ...Awit-as-id akersi. (Wwin-d ikersiyen), Teqqîm Iwizat-nni.

126
Ammud Si Lefâu

Yebrahim Yeqqim Si Lehlu dinna yer yur-s Jeddi Yebrahim iruh ad d-yernu akersi i

yiman -is.
(Si Lehlu ihedder wehd-s yeqqar-as:)

Tamerbuht-agi ...pffiii...ya la lai! Ad yessebeed Rebbi fell-am allen, a yelli.

Lwizat tecmumeh d tadsa: hfe; hfe; fhe, he.

(Yayal-d): Aneam a Ccix, tessedsed-tt- id.


Yebrahim

Si Lehlu li...dya siftirmidab ma ssedsey - tt-id tamyu, tamyu, yenza-k Ixir, safidir

d ssbuh amelhan.

Yenneqlab-d yer Lwizat, yenna-as:


Amek ihi? Eh? ... Lxir ncalleh? ... Acu i kem-yuyen? ... Acu i kem-
iqerhen?

Lwizat tessyal-as-id aius-is, Teqqar-as:


D aqerru-iw, d imi-w, d tayect-iw, (mi thedder-as kan s yifassen-is, Ipi
teqqar-as:) He. . . Ah;;; .... Eh... Aeeh... .

Si Lehlu Amek? Dacu i d-teqqared?

Lwizat tettkemmil thedder-as s yifassen-is ipi teqqar:


He... Ah...Ech... Eh...
Si Lehlu Amek?

Lwizat Hah...Hah...Heh...

SiLehfu Heh... Hah... Eh... Heh... Ur fhimey ara acu i d-teqqared, a yelli, Acu-

tt lluya-agi-i d-tesnulfad ?

Jeddi Aneam a Ccix, twalad acu i d ak-nniy? ,„


Yebrahim
Ha-t-a-n tura lehlak-is. Tuyal d tagugamt. . . teylïd fell-as kan akka deg
yiwen n wass, ur nezri ara ansi i as-id-tekka. Almi tura, mim bac ad tt-

nefk. . . H ... ur nezmir ara. . . ad tt-nefk akkagi d tagugamt. . .

127
Ammitd SiLehlu

SiLehlu Ec... ee Aaeuh!

Jeddi Axater Argaz-nni iwumi nebya ad tt-nefk, ad ak-yeqqar. aîamma tehla...


Yebmhim
ney mulac dayen.

Si le Mu ïi Anwa-t wagi...? Wagi yewwet-it Rebbi menteq..,A...Amek? Yufa

taqcict am tagi... d tagugamt durijin... ur as-tettruz aqerru-is, ur yelli...

yugi-tt! Yettextex wagi! ... Ahya a Rebbi, a lukan d tamettut-iw i d

tagugamt akkagi. Nekkini, ad tt-|gey kan akkagi, d tagugamt.


Jeddi Aneam a Ccix, tura ma yehda-k Rebbi. ïii... yasni xdem akk Imeghud-
Yebrahim ik, ayya! ...

SiLehlu Ih... ur ttuqim ara aybel.

Jeddi A wer tesEud aybel.


Yebrahim

Si Lehiu Ah... Ini-yi-d yella kra itt- yettaqrahen.

Jeddi Yettaqrah-itt, ih ...tettaqrah-itî tyersi-is


Yebrahim

SiLehlu Y yaah ? ... Tamyu, tamyu, yettaqrah-itt nezzeh ?

Jeddi Tettegririf, ee...


Yebrahim

Si Lehiu Ihi dya sitribiya. Ini-d tura... Isk tettruhu yer wanda akkenni.,. fïhel ma

nniy-ak ?...
Jeddi Amek sitadir ?
Yebrahim

Si lefâu ïii... "Amek sitadir?11.., Ay amessas ! ... sitadir ma tettqaqqah ? ... Iba...

wi...
Jeddi Aa wi... byasir, byasir.. .Nurmalma, a sidi
Yebrahim

Si Lehiu D iquranen ney d aman kan?

128
Ammud Si Lehlu

Jeddi S yur-wen, a lawliyya.


Yebrahim
Si Lehlu (Yuyal yer Lwizat) yenna-as:

-Awi-d afus-im. (Lwizat tefka-as-id afus-is) Si Lehlu yenna-as:

-Lli-d afus-im; akka (Lwizat tefka-as-id tîdikelt n ufus-is). Si lehlu.

Zasmatik yeqqar-as -dinna :)


Ti ti ti ti ti tiii,., tit i tiiiiti ti... (Yenna-as :)
- Ay asekiawi, ay amiawi, awi. Fru deg ddsawi, Mmel-as i ueettar abrid

ara yawi.,, lii wi, yura deg ufus-is kumkwa teggugem.


Jeddi Aneam a Ccix... Swaswa! Ulleh, a Sidî! ... Ad ak-yeefu Rebbi ! ...
Yebrahim Twalad tura... Din din tufid attan i tt-yeblan.

Si Lehlu Ahaah ! ...

Tawejjirt Aa... yufa-t,.. ilatan ... s îeqlam n tedwat.

SiLeiïu Nekni s Imacayex-agi ... Hemm ... yettwarri-aney-d Rebbi ! ... Lukan d
albaed niden, ad yeeweq dagi... ad yebdu ad yesqewqiw,., kda u

menna...ad yesxerwid dagi fell-awen ... Mi nekkini tudeswit ! ... Aa a...

Ha-t-a wacu yellan, Nnican la k-qqarey yelli-k-agi iba teggugem.


Jeddi Wi... mi nekkini byiy ad zrey d acu itt-yesggugmen.
Yebrahim
Si Lehlu Ayagi dayen isehlen, teggugem axater ur tezmir ara ad tehder. Wala

tura... Imi tettnadid ad tfehmed.

Jeddi « Axater ur tezmir ara ad tehder », wi ... mi dapri twa keCCïni, ayyer ur
Yebrahim
tezmir ara ad tehder?

Si Lehlu Amek... "Ayyer ur tezmir ara ad tehder ", Ih... axater, teggugem. !.. ii

... H, liii ... lukan ad tnadid der lektub, ad tafed... Iba ... akkagi ara ad

tafed deg lektub, leakker yiles-is.

129
Ammud Si Lehtu

Jeddi '. Ih ... dakur ... wi mi ... Acu i as-ieakkren iles-is?


Yebrahim Ha-t-a wacu i byiy ad zrey nekkini.

Si Lehtu • Am wakken i s-inna Ccix Muhend U Lhusin...

Yenna -as: ... « Nnan-as: hder ay amqerqer. yenna-as: yedôur yimi-ïw d

aman ».
Jeddi : Akka ... Qqaren-t wawal-agi.
Yebrahim

Si Lehlu " Aaa ... Ccix Muhend U Lhusin wi...

Jeddi : lii ... tura ... Ad ay-id-yenfee Rebbi s Ibarakka-s


Yebrahim

Si Lehlu : Nniy-ak Ccix Muhend U Lhusin, winna wi! ... Aa... yeyleb-iyi... la

illeh, ill, lleh, Muhemmed rasul lleh.

(Yerfed iyil-is d asawen, inna-as :) Yeyleb-iyi akka, s wannect-agi. (Sitadir yeyleb-it s yiyil).

Alur tura ihi imi tennid... dapri mwa nekkini akken walay, eh! ... Aîur tura ad ak-id-iniy

tura, acu i s-îsekkren iles-is...


Jeddi : Ih... Ad yeg Rebbi d Ixir.
Yebrahim

Si Le Mu • D legnun ! ... Ad ten-yexzu Rebbi. D le|nun mi ara tettruh yer tala ney

aniwer tettruh... Wwten-tt-id legnun dinna.

Jeddi • Ur tettruh ara yer tala, pisk nesea rubini daxel n uxxam, Ih... amek
Yebrahim
akkagi i tettruh yer tala? ...

Si Lehlu • l... tetîruh yer ubudu... Ur tessid ara kamim abudu daxel n uxxam, nu?

... I... Mird alur! Bu, rju tura. Egg-iyi ad ak-id-sfehmey... Eee...Isk

tessnd tasrabt ?

Jeddi Nekkini tasrabt ryaditu.


Yebrahim

130
Ammiid Si Leh&u

SiLettu (Yekker, yekkes tawenza, yenna-as :)

- Amek ? ! Ur tessined ara tasrabt ? !

Jeddi A wlidi, la k-qqarey nekkini taerabt, d Ixir, kan.


Yebrahim

Si Leftu (Yebda-yettzellig imi-is. Yenna-as :)

Wa kaana fi mazaan Iqami idi Si saahilu yamanu fi Iqimsi. wa aaga

lhayli hmieammilu, wa aqba yabtuhu laça basaabu namwihi.


Aneam, ich. Ayyer, purkwa? yamaanu fi Iqimsi... ih.

(dya Si îehîu yerrenbïrsi aqerru-is yer deffir, yerfed ifassen-is yer

yigenni...)
Jeddi Ad k-yexdee Rebbi, a baba, ur d iyi-nefki ara ad yrey taerabt!
Yebrahim
Tawejjirt Ulleh ar ayen yellan, yenna-t-id, s usennan! ...
Wejjir S useman ! ! ... Ulleh ma fehmey tapyunt...

Si Lefàu Ihi mala, imi tennid... legnun-agi ik-id-qqarey akkagi, waeren ...

waeren... Maddi d kra, turaka ihi mala, amek i xeddraen? ... mi ara
swasen wsimi Isabd... ad as-suden akka yer dagi. U seg-s akin, nnefs-

nni-nsen, ad yettenfufud alamma yewwed-d yer yidis-agi ayeffus, axater

dagi i yella wul. Mi alur skiya, sik turin,., amek i sent-qqaren s tasrabt?

tuurinaatun... pisk turin.., séant azar i yettruhun seg turin alamma d

aqerru, alamma d Imux... sitadir s trumit : la matière grise de base ... U

azar-nni... s tasrabt qqaren-as igzatema el-karambitu... Ih... s yin-a is-

yettak iîizeq,.,

Ad d-truh tiyta tamezwarut, ad ak-id-tewwet yer tefkert n wul, seg s

yinna, ad k-id teceel yer yidd n usrur... Parsk nnefs-nni-nsen, amek i s-

qqaren... fhem-iyi-d mlih, mlih acu ad ak-id qqarey...

Jeddi Fehmey, ih
Yebrahim

131
Amrnud SiLehiu

SiLehiu : Ih, paresk nnefs-nni-nsen iteqqes... yeîtkerric?


Yettkerric, ih... Amzun d ifelfeï, ad ay-yengu Rebbi... mi,.,ttak-iyi-d

tamezzuyt, i ummwa, mi ara k-in-heddrey! ...

Jeddi • Fkiy-ay-in tamezzuyt., a sidi,., ha-t-ah...


Yebmhim
I>ya yekna yer yur-s, yefka-as tamezzuyt-is mlih.

Si lehlu netta ïcax deg umeslay, yenna-as :

-Ifelfel-nni,., Yewwa tura amek ? ... Alur, acu i t-yettaran d aqerhan... sel-iyi-d mlih...

Jeddi : Ih, aqel-i selley-ak-in.


Yebrahim
SiLehiu '• Yewwa-d yizmi-nni... A-t-a-n ittak-it-id udihan i t-yettarran d aqerhan,

Adihan yella dagi, j ist dagi s ddaw n tmidt...

Wa saana iahu abandu wa îqawaysi bihi naquuru buderihu qibsa frimus... Ter tewwurt n
uqerru-nney yer Iqasa n umezzuy. Waîa tura igzaktema acu i tt-yerran, yelii-k- agi... acu itt-
yerran d tagugamt.
lawejjirt . j meifierL _ _ { melhen lehdur-is umrabed-agi...

Wejjir • Ahya a Rebbi lemmer ssiney ad hedrey akkagi am netta!...

Jeddi : Ansam a Ccîx, ad ak-yeeru Rebbi, yeefu Iwaldin-ik.


Yebrahim li.., a-t-a Iqed a-t-a uqabub, Telia yiwet n lhaga kan.,.

I ur fhimey ara mlih... imi d-tennid tasa a-tt-a-n yer yidis azelmad. ipi ul,

terrid-t-id yer yidis ayefrus.

Icebba-yi Rebbi silkuntrir i tebyid ad d-tinid ?

SiLehiu : Aawwah, tigad-agi zïk-nni! .„ Tura nbeddel kullec... Mudirn... Ti... yak

akken yelha Iweqt ad as-telhud!...

Jeddi • Aaa... akka! ... lii... Nniy-ak kan... tyiîed-ak yella wacu snney nekkini...
Yebrahim

132
Ammud

SiLehiu wicqa. Yerna ulac win i d-yekkren yessen. Akkagi ney ndah?

Jeddi
: Aa... Ad ak-yeefu Rebbi, mi alur ihi tura, ancam a Ccix, amek i ilaq ad
Yebrahim
as-nexdem?
Silehiu : Amek i ilaq ad as-nexdem? ...
Jeddi : Ih.
Yebrahim

SiLehtu
: ... Ee... Amek i ilaq ad as-nexdem... Tezrid!... Dabur ur ilaq ara ad d-

tekker deg wusu. îpi ttaket-as zzit taqdimt, tayenjawt, ssbe, tayenjawt
tameddit,
Jeddi
• Aa? ... Zzit taqdimt,.. yerbeh... neseazzit taqdimt n wasmi iluljeddi.
Yebrahim
D tamerzagut... mi ad tt-tsew mebla yemma-s!

SiLehiu
• Aaywah... tella diyen tayed... iïefdan n txabit. Wuqmet-as cituh n

yilefdan n txabit i temgerdt-Is


Jeddi
Aa? ... « Iïefdan n txabit? » ... Aneam a Ccix, i iïefdan n txabit, iwumi ?
Yebrahim

SiLehtu
Iïefdan n txabit, ih... ulac akk, akk ddwa nnig-s. Mim baba yayu, d

iïefdan n txabit i s-ttwuqamen i temgardt-is, ihedder!


Jeddi
A twalad tura! Aneam a Ccix, ad ak-yeefu Rebbi, yeefu Iwaldin-ik
Yebrahim
"Aa..,11 ... add-nekred taxabit-nni taqdimt... wanag tajdit, yerZa-tt Si

Qasi!... Ad as-yefk Rebbi taruzi ur nettunejbar.

SiLehiu
Tura ad ruhey ad as-id-aruy taherzet. Ad d-qqley tameddit, ad as-tt-id-

awiy. (Mi... yemmekti-d tawejjirt-nni, yenna-as :)Mi...Ii


I...iheqqa,..Yya-d tura kemmini... (Yezzi yer Jeddi Yebrahim, yenna-

as:)A xali Muh... Tamettut-agi n Ibaraka, jistema,.. din i tuden icc-is...

Yenna-as: Aseqqa n l|awi, ay ul-iw awi.

133
Ammud Si Lehlu

Jeddi Aneam a Ccix, ayyer din i tuden icc-ts? ... Pisk la k-teqqar nettat ur tehlik
Yebrahim
ara, anef-as, dayen.

Si Lehlu « Ur tehlik ara...» ... Yyah? ... A... am wakken...llan leibad tessen aman

uqbel ad ffaden, alur nettat ifuk ad teswanyi iman-is uqbel ad tehlek.

Tawejjirt (Teskibi), tenna-as: Xic! Xic! Xic! Xic! ... Kkes-iyi akin fell-iî... Ilefdan

ntxabitakkdzziîtaqdimt... A... akk dlgawi,., waah...

Si Lehlu A yaweyya-m! ... Aha kan! ... A... ad kem-id-yer Ihig yer yur-i (yezzi

yer Jeddi Yebrahim :)- Bu, qqimet deg lehna.


Jeddi Aa !... Aneam a Ccix, rju tura.
Yebrahim

Si Lehlu IL Acu mazal tura ?

Jeddi Ad ak-fkey cituh n Iwaeda. Si Lehlu yessedda-d afus-is deffer n usrur-


Yebrahim
is... yessendaafus-is... Ih... yenna-yas: aawwafihel.

Jeddi (Yessufey-d apurteffi-nni-ines, yenna-as:)


Yebrahim
-Ansam a Ccix!...

Si Lehlu Ala, welîeh!

Jeddi Rju tura.


Yebrahim
Si Lehlu Nniy-ak fïhel, ah.
Jeddi JmaEliman î
Yebrahim
Silehlu Aa... ad iyi-teshented?...

Jeddi (Yefka-as snat n tbeyyidin) : Ha-t-an. Si Lehlu yettef tibeyyidin-nni,


Yebrahim
mazal-it yeqqar-as ;
Nniy-ak welîeh!
Jeddi I... cituh n Iweeda...
Yebrahim

134
Ammud SiLettu

Si Mu • Nekkini maôéi am widak-nni iiehhun yef ueebbud am yizennan.

Jeddi • Haca
Yebrahim
Si Lehlu yettef isurdiyen-nni, yenna- as:

Tsemded- iyi d kra meqqar?

Jeddi Semdey -ak -in.


Yebrahim

Si Lehlu Nekkini ur d -cqiy ara deg isurdiyen nekkini.

Jeddi Ahwuh a Si Lehlu...


Yebrahim

Si Lehlu Nekkini byiy Ibaraka ...ddacwanlxir ...Macci disurdiyen.

Jeddi Ttif sser, tiserfin wala iqeifa d yikufa.


Yebrahim

Si Lehlu Alih, ar tameddit ihi


Dya yeffey.
Jeddi Ad isahel Rebbi, ar tameddit, ihi.
Yebrahim

Asayas V: Si Lehfu/Mehmud n Izubac

Si Lehlu mi d-yeffey, ihetteb isurdiyen-is. Yeqqar-as : - Iiii...a-t-a waqila saba, a Rebbi-k !

...Purbik kan ...(ilehhu, ur yettwali ara anda yeggar idarren-is. Alarmi yettampuni Mehmud

n ïzubac, seg ssbeh yella yettragu-t dina berra.)

Mehmud • Aneam a Ccix, ulleh seg ssbeh i la k -ttrajuy. Tura, aneam a Ccix, ay

Izubac Rebbi

135
Ammud SiLehlu

SiLehlu ssbuh yef Rebbi diyen !... Awi-d afus- ik.

(Ihwes-as-id afus-is, yebda zaematik la s-yessehsab yeqqar-as dinna : )

Tik, tik tik, tik, tik... tik tik, tik, tik, tik tik, tik, tik, tik tik, tik, tik...

Mehmud Aneam a Ccix ... Awwah, nekkini, ur i -yuy wara nekkini.

Izubac

Si Lehlit Imi ur k-yuy wara, ihi, acu d-teqqared ihi? !.„ Ay amessas.

Mehmud Ansam a Ccix, a wiidi tura...Ad nherdder, ad nettemsefham. Wala,

tura.... Nekkini qqaren-iyi Mehmud Izubac. Usiy- d yer Lwizat-agi i d-


Izubac
tezrid akka tura, dumanday -tt. Ipi baba-s yugi -yi.

Silettu Iba?L.

Mehmud Ih ... Tura ma byiy ad tt-Zrey, ur d iyi-ttanef ara baba-s

Izubac

SiLehlu Iba?!...

Mehmud I... tura nniy-as...Ma yehda-k Rebbi...Ammar ahaat ad iyi-

teiwned...Deg lasnaya-k a Ccix.-.Halakeccini i izemren ad iyi-teseeddid


ÏZubac
yur-s. îfuk ad iyi-teseeddid ad tt-id-zrey ...Ney mulac...U.... u...ur zriy

ara anda ara d-griy

SiLehlu selli ela Rebbi-k ï ...Eh?! ...Acuiyi-thesbed ? A...Amek ? !... Thesbed-

iyi d...d... d ayennat ney ? !... Si lehlu...yuyal...d ayennat (yewwet deg

tamart-is, yenna- as : ) Aaaaah ? !....

Mehmud Rju, ur tteeggid ara, ah !

Izubac

Si Lehlu yecca-t akkenni :

136
Ammud SiLehiu

Ad eeggdey, u labas ! ur tetturebbad ara keôcini !

Mehmud ' AnsamaCcix ..,Adk-yehduRebbi ...s.... s..s laeqel....

Izubac

SiLehiu Keccini d yir xsim, Keccini ! ..

Mehmud A... A,,.AggadRebbi, ah! ...

Izubac

SiLehiu Aheq aeessas n umkan-agi! ...Imi akkagi i k-yehwa, Iban ad k -sekney

.. .yyah? D nekkini i terri d d ayennat ! ..

Mehmud (lyawel yekmes-as cituh n Imelh ufus. Yenna-as: A...Ax, aneam a

Izubac Ccix....

SiLehiu (yettkemmîl ) :
Eh ? . ..Safîk d lear, nekkïni, eh ? !... (Ipi, hup ! ...din din ibeddel lehdur:)

A, wîidi macci d kedëini i d-lhiy . Keccini d argaz n leali, keccini.

Sasebwa Ii...wi... keccini d argaz n Isali i tellid . Keccini aven tebyid ,

aqel-i da. lieih a Sidi!... Uuuh! ... Mi yufan leebd zeddigen ...Nutni ad
ttnadin amek ara s- simsen Aa! ...Ad k-id- zzaefen, ur d ak-yehwi!
Mehmud Ulleh, a Sidi, ar nnehcamey...Uuuh...

Izubac

SiLehiu Amek?!... Ulac lehya deg wayagi. Aha tura mmel-iyi-d

igzaktema.. .a.. .acu-tt akka tura taluft -agi-inek...

Mehmud A wlidi, aneam a Ccix, ihi i yellan, i yellan...Taqcict-agi, attan-is d

Izubac lekdeb ur tudin ara. D nettat kan î yerran iman-is tuden. Alur tura wwin -

tt yer sbitar. wwin-tt yer ttbib... kuJwa acu i asen-id-yenna... wa d adar-is,

wa d aqerru-is...

137
Ammud Si Lehlu

Si Lehlu • Ini sahdey Rebbi ar akkagi i yella lhal?

Mehmud 1 Aheq baba-k u jeddî-k îhi, ancam a Ccix ...Ar haca kan...ïii...paresk

Izubac yella win, tebya ...Ipi terra iman-is teggugem bac akken imawlan-is ur tt-

ttakken ara T wayed.

Si Lehlu : Tii ...ti, ti... tii...tiit...aabu? ...

Mehmud * li ...wi! ...Mi rju tura...ifupak ad ay-id-zzren dagi Iwahid. Yya-n ad nerr

Izubac akka d akessar...A...Ad ak-id- sfehmey deg ubrid...A...Amek ...A....


Acu byiy igzaktema yur-k.

Si Lehlu : Ih ... yya-n ay argaz n Isali, sefhem-iyi-d, sefhem-iyi-d. Awwa, nniy-ak


sasebwa keccini d argaz n leali; Â...A-t-a dya, a wer î yeg Rebbi d

amrabed! ...Artaqcict-agi...swa ad ak-id- tsah Î keccini, swa ad tekribi!

: / .• 5i Lehtu/Mehmud Izubac/Aqehwagi

Alur tura dagi. Si Lehlu akked Mehmud Izubac kecmen yer Iqehwa. Bac akken ad d-swen

akku, ipi ad msefhamen.

Qqimen yer tabla a sidi.Wehd-sen. Mehmud Izubac ula d netta yuyal s uqendur d uemam.

Si Lehlu ' Qe^waêi- — Yya-d a mmi, Efk -ay-id acu ara ad nsew. ..ad ak-id yefk
Rebbi Ixir d rrebeh ...

Aqenwagi Maelih. Ibirra ney ayen niden ?

Si Lehlu -Amek Ibirra ? ... Akkagi zdat medden ? wagi d ttaleb, nekkini d Ccix.

(sitadir d Mehmud izubac i d ttaleb, ih ...)

-Awi -ay - id kan snaî n latayt s nnaenae, si bu.

(Yenna-as i Mehmud Izubac :) yak kecô d latay ara teswed?

Mehmud Ih. ...Latay sibu ...

Izubac

138
Ammud SiLehlu

Aqehwagi Yerbeh. Yerbeh.

Dya iruh.

Mehmud Amek? acu tennid a Si Lehlu ? ... s uqendur d uemam-agi-inu ? ... D

Izubac ttaleb swaswa.

SiLehlu Ahakantura.aa...

Mehmud Awa, baba-s ur i-yessin ara mlih nemzer du terwa fwa...ur cukkey ara ad

Izubac iyi-d-yeeqel.

SiLettu Ur k-yettaeqal, ur qrib, ur sla haï.

Mehmud Tura, ixuSS-iyi kan ad lemdeY sin ney tlata imeslayen n tasrabt. Bac

Izubac akken, mi d-netqey ... A... Ad t wehmen,

SiLehlu Aaa...Si mimpa lapin ...zleg imi-k, d taerabt. Aqendur, d usmam-agi-

inek, berka. Tettyiled-ak yella wacu ï ssney nekkini?

Mehmud Waah...

Izubac

SiLehlu Ad i-yekkes Rebbî ma zriy anda liant akk...deg Rebbi n tceyyaxt-agi-

nsen! Keccini, ad ak-id-iniy axater tsegbed-iyi-d ,..ih...

Mehmud Aaa ... ACcix! ...

Izubac

SiLehlu Wi ... wi tikerwak yella wacu zriy nekkini ? ! ...

Mehmud Aaa ... A Ccix ! ur iyi-d-qqar ara akkagi...

Izubac

SiLehlu Nniy -ak tixxer-iyi, a weddi ula d keccini ! li ... Bessif i-yerran-d Ccix!
A welleh ar d aeekkaz i d-refden yur- i!...

139
Ammud Si Le Mu

U terna nekkini xatini, a Sidi, Hkunri-agi-nsen.

Mehmud Aa...Bu?L.safîk

Izubac

Si Le Mu Iba wi ! ... yriy samayen yer Ccix Cli Buzid asmi lliy mezziyey . Acu yriy

nekkini ? !.., Alur arbae-agi ... teqqes—iten tizit ney amek ...Islled-iten-id

Rebbi fell-i .Nniy-ak s yieekkzan i d-ruhen yur-i :

« Aneam a Ccix ...tura ...nniy-asen a wladi tyeldem ; macci d ccix

nekkini , nutni nnan-ak ad tuyaled d Ccix bessif . Alafan nniy-asen:

yallahut, Ih ... Nniy-as anda wwden waman. ad nuqem lisirt.»

Mehmud T lasnaya n Rebbi?!...

Izubac

SiLehlu Nniy-ak susem kan. Yerna ...Awwah rju kan ... Tura a-t-a-n ad d-ttruhun

yuri lyaci . ..tilifun asrab. Wa yeqqar i wa. Awwa, ma tkemmel akkagi, ad


as- kemmley kan akkagi d Ccix alamma d asmi ara mmtey.
Mehmud Ibawi ...icqa-k-îdkeccini?

Izubac

Si LeHu A-t-a-n waqila yettu - ay uqehwagi -nni n teryatata.

Mehmud Awwa...I... Imaziren n Iqahwa-agi...

Izubac

Si Lehiu Ihi imi d Iqahwa n yimaziren , welleh ma neswa-tt latay- nsen.

Mehmud ....Aa... yesmaeqal ma ad iwali aqehwagi -nni n teryatata...ulac, yenna -


as :
Izubac -Aa.empte...e uuuuh....
Si Lehiu Anef-ass qqim a wlidi...ad nesgunfu cituh dagi ...apri ad nruh .. mi

140
Ammud SiLehlu

tennid ...ih...waqila ad as- kemmley kan akkagi d Ccix. Mei-iyi-d Imiti

yifen wagi. D agi, ama sxesrey ama seggmey...lexlaS-iw tujur yedmen . I

lacnaya n Rebbi dya ...eh? Seyres akken i k-yehwa, xid akk ik-yehwa....

Ur ak-yeqqar hedd acimi. Eh? ... li! ...parigzap ad astawîd isebbaden i Si

Hmed akurduni ad ak-ten-id yerripari...I.,.lukan ad ak-ten-id-yessexser

,.,i iii...ilaq hacamma ixelles dumaj antiri.

Tandik Ccix, Ad iney argaz ney tamettut ....a...ad as-inin d laftit n win

akkenni yemmuten akkennî!

Mehmud Ulleh ar akka...ad as-ïnin d winna yemmuten, akkenni ...I...yemmut


axater macci d rruh n Imumen.
Izubac

SiLehlu Amplis ...awwa daxessar, nniy -ak...

Mehmud Win yemmuten ur d -yettuyal ara yur-k kull ass ad k- yettambiti. £li-k

Izubac laman deg Igiha-s.

SiLehlu (yerfed aqerru-is , iwala sin n medden akkenni .. .am wakken d acu i byan

yur-s.,.Mi ...kukran) yenna-as i Mehmud Izubac :

Acu k-id-qqarey seg linna? ...A-ten-a-n, a-ten-a-n wwden-d diyen.

(Yenna-as:) Kker, a mmi tura keccini. Qrib d Iweqt. Ad k- in-afey dinna


kanrrif n uxxam.
Mefonud (Yekker, yenna -as: )
Ih, ad k- rjuy
Izubac

Dya irruh.

Asayas II: Bab n Iqehwa/Si lehlu/MhendUkennas /akked mmi-s: Buslam Ukennas

(Widak -nni î s -yeddawaren i Si lehlu.. .aa... tînalma netqen yur-s)

141
Ammud SïLehlu

Mhend Salmu ealikum,

Ukennas
But:!a m Clikum salam
Ukennas

Mhend Aneam a Ccix, ulleh ar m ssbeh nhewes elik...

Ukennas
Buslam Ziyen deg Iqahwa i tellid.
Ukennas

Si Le Mu Aah ay amxix-iw , d ttberna ay d axxam .. .(2) Acu tebyam, a tarwa ?

Mhend A wlidi d tamyart-nni..Tuden -iyi ur k- eniy...Safi wahed setta n wagguren

Ukennas ayagi tura, ur tekkir ara seg wusu.

SiLehlu Yezzel afus 4s, yesenda afus -is, sitadir fhem va lfahem.,.yenna-as:

safik amek akkenni ara s -nexdem ihi tura ?...

Mhend Ii,..Nniy -as ammar ahaat ad as -id-tarud sin isettîren n bermisal-nni,

Ukennas ammar ahaat ad tehlu.

Silettit Wi ....Mi... ifuk adzrey daburacu itt- yuyen!

Mhend Anasm a Ccix, yeffey as- id-uqelluz.

Ukennas

SiLehlu Amek ? Yeffey -as-id uqelluz?

Mhend Anaem a Ccix, tehnuneg tehnuneg, tuyal annect n ukufî. Alur iparik tura

Ukennas haca aman i tt -yedcuren. Aeebbud -is, tasa-is, adihan-is., ipi amek i s-

qqaren ...tura.-.ulyu ad d-tarwen idammen, tura tîarwen-d kan siwa aman

iherflyen. Pisk kull ass kull ass tettay-itt tawla. Ipi mi teqqim, akka akka ad

teyli am uyeddu. Axater ttaqrahen-tt yiqejjiren-is. TettSeffir tayect-is amzun

142
Ammud Si Lefàu

tuden txennaqt-is. Ipi akka akka yekkat-itt ujenniw, ulleh ar achal d abrid,

nniy-as teedda. Nesea deg taddart-nney yiwen n Ccix akketinî haca-k,

nettruhuyur-s,,.yettak-ay-id tibejbujin....

Ulleh ar wahed xemsin alef i sserfey fell-as, IÏ...D isurdiyen! ... Ncecc-as

qrenfel, ncecc-as azarif; nce£ë-as gerninuc, nceéô-as bunerguf.-.ryanafir.

Wanag tura îgawi-agi, qedran akked Ihentit, namparla pa...ulleh ar am win

yessiriden i wakli ....Tpi abrid-agi amezwaru mi nruh yur-s...smeh-iyi,

kkiy-ak deg umeslay ....Ih...yebya ad ay - id yefk tebetyada. Aïur

tebetyada-agi, nekkini ugadey -t.


Ugadey ad itebbet bellik ad tt-yesseddi dayen li. ...Amek ihi? Ugadey...
Ugadey.

Sitehlu : Winna ihedder, netta yezzei tujur ailis-is. Ipi yeqqar-as s ufus-is: awi-d, ah

...awi-d,ah! ...winna yegguma ad yefhem, alafaSi Lehluyenna-as; -amek

akkenni ihi tura? Selli yef nnbi.

Budam • Selli clîb wa seliama...lh...sitadir tura aneam a Ccix ....Ih...ini -ay-id tura
Ukennas
keèdini amek ara s-nexdem?

SiLeiïu 1 Ulîeh ma fehiney akk d acu i d-teqqared.

Buslam • (Mmi-s-nni n Mhend Ukennas, yenteq-d)


Ukennas
A wlidi, aneam a Ccix...tuden meskint yemma... Tura aqel-ay newwi-ak-id

tlatin alef-agi d Iwaeda... iwakken ad -as-tefked ddwa.

SiLehtu • (Yettef Iwasda-nni-ines yewwet-îtt yer iciwi-is) Aa...keccini fehmey acu i

d-tennid. Aa..,Twalad tura? ...Aqcic-agi yessen ad yehder,..(yenna-as: )

Akkagi i k-qqarey , a mmi.. .kul awal s Imeena -is .

Alurtura sitadir d yemma-k i yudnen. yak?

Î43
Ammud Si Lehlu

Bitdam lih.
Ukennas

Si Le fia • safîk yef akkagi i d-tennid , yebzeg uksum-is tettay-itt tawla, ttaqrahen-tt

yiqejjiren-is Ipi tteteylacca.. .Ipi tettexcawat.

Mhend : Anearn ih, a Ccix, ulleh ar akkagi swaswa.

Ukennas
SiLehlu Iba wi...fehmey mi iyi-tennid keccini, uterma baba-k, amer am netta, ulleh

ma fehmey acu i d-yeqqar, safîk ihi tura, amek i d ddwa-ines?

BuElam : p^^^^ a Ccix, d kecc'ini i yez.ran


Ukennas
Si lehlu : Ilaq- as ddwa n hellu.,,

Buda m : Aneam, a Ccix.. .D ayen i nebya ula d nekni.


Ukennas
Si Lehiu yesferfud deg legyubat-is. Yennas-as:

Leqiam...tadwat (yejbed-d leqiam, tadwat ...(selHslannbi...) cituh n Ikayed amellal.,.

(Yejbed-d cituh n Ikayed amellal, yenna-as:)Ad as-naru a. Akka apti kikcuz...

Buslam : Ad k-ibarrek Rebbi a Si Lehlu. Ulleh ar madabik


Ukennas
Si Lehiu • Ad awen-aruy taherzet.,.. Apri mi ara tawdem s axxam, ggret-tt deg

ufengal n waman. Apri aman-nni ilaq-as ad tettess seg-sen cituh tasebhit,

cituh tameddit.

Buelam Aneam, a Ccix ...A...ad ak -igazel Rebbi s Ixir ...cituh tasebhit, cituh
Ukennas
tameddit. ih.
Mi alur,..

Bab n Iqahwa- nni ziy ur t-yesgib ara lhal. A-t-a yeneggez-d. Yenna-as i Si lehlu

-Amek akka tura keccini ? ï Dagi ara yi-testalad Ibiru-înek ney ? !...

144
Ammud Si Lehlu

Si Lehlu Ii...latay-nni tura? ,...Ii...Qrib nnefs nssaeaayagi i nettraju.

Bab n Ulac latay! ...Ali kkret ad telhum! ...Alih! Alih! ...Hup! Hup! ... Ae ...
Iqahwa
yessufey -iten-id.
Si Lehlu Kenwi s yimaziren-agi.. .lukan ad tettfern Ipubwar...

Bab n D imaziren...Ipi jtamird! ...Ccah!


Iqahwa
Si Lehlu Acu î ken-yeggan, mazaHkenmezziyit...

Bab n Ru! ...Ru! ...Ru! ...Ruh !... Ruh ! ... Ruh ! ...
Iqahwa
Si Lehlu YeZra Rebbi d acu i d-yefka deg uyyul, yekkes-as acciwen.( yuyal yer

Mhend akked mmi-s, yenna-asen :)

Isk ttkelHxey fell-awen nekkini ?


(Mhend Ukennas akked mmi-s nnan-as :)

Aa... Haca, a Ccix ... Waah! Lhu-n tura. Ur d as-syad ara i wihin.

Si Lehlu : (Yeqqim yer Iqaea, yekteb-asen taherzet-nni, ipliyi-tt ankat Yenna-asen :)

Axet taherzet-nni, axater nekkini tura ad ruhey, seiy ccyel. Ad d-yeik Rebbi

ccfa.

Mhend (Akked mmi-s nnan -as :)


Amin, llahum amin
Ukennas
Si Lehlu U ma yella kra i d-iqedder Sidi Rebbi, siwelet-iyi-d. Ad n-ruhey; ad as-yrey

îasuret.

(Mhend Ukennas akked mmi-s nnan-as:)

Ad k-ibarrek Rebbi s tussda. Negga-k deg lehna


Dya ruhen.

Asayas III: Tawejjirt/Si Lehtu/Wejjir

145
Ammud Si Lefitu

Aïur tura dagi ilaq-ay ad nuyai yer dinna yer uxxam- nni n Jeddi Yebra. Si Lehlu yestebteb-d,

Tawejjirt teili-as-d tawwurt.


SiLehlu '• A-tt-a-n tmaezuzt-nm, a-tt-a-n...Tin akken i yewwin lasmer-iw. îhii!
Wamma d kemmini iyî-d-yeïlin tawwurt...Yya-d a tafat n ddunit-iw. Mi
kem-Zriy gar wallen-iw, ttuy i ieeddan fell-i.

lawej/irt ; ^ ^^ a^^i _ _ Aneam a Ccix, keccini tesned ad thedred ...nekkini ur

fhime£ ara d acu id-teqqared.

SiLehlu Êennay-am Rebbi ...Ini-asen aqel-i helkey, xersumint ad yeg Rebbi yas

yiwen n wass. Aqel-i dagi, dadda-m Si Lehlu, ad kem-Swanyiy. A wer

lemziyya-inu.

Tawejjirt Ay asmi akken cciy yemma! ...Ehae...Nekkini ur d ak-nniy ara Swanyi-yi.

SiLehlu Aah .. .ad yili Rebbi yid-m kem yuyen winnal ...Argaz-nni-inem.. .Ha-t-a- n
kan, ha-t-a-nkan! ... Uuuh!!... Yaxxi amessas...yaxxi! ...
Tawejjirt Aneam a Ccix, acu tebyid? ...D aya iyi-d-tefka twenza. Am tayadt turez

temrart? Tkess kan yer wanda akkenni tessawad temrart -nni...

SiLehlu Ih! ..I laenaya n Rebbi dya! ...Amaswaju am winna? ...akk ass ad
yetteassa...i...amek akkagi tura? ! ...ur d akem-yettagga ara mimpa ad d-

tZuredCcix? !..

Tawejtfirt Ansam a Ccix ur tezrid ara ihi keccini ...A wi k-yehkan. Amer d ayagi

kan, ulacuyilif...

Si Leftu I leenaya n Rebbi dya? ! ...wagî macci d leebd, wagi...yekkat-ikem? !...Ihi

ulleh ar diri-t. £eqley-t diri-t, Tamettut tamelhant akkagi am kemmini,

yekkat-ikem? L.Tisipak llan yergazen...Iba, nekkini lukan ad iyi-tefked

amelyun, iba ur zmirey ara akem- wwtey...kemmini, iyimi yid-m am


rrehma. Yyah? ...awer yawed ccmata ben ccmata, waellud aruhan...Lukan

146
Ammud Si Lefitu

maôèi d argaz-im, dayen,.Amek yacni i d-tegrid gar yifassen-is? L.

Tawejjirt jjj Ansam a Ccix, nniy-ak d aya i d -tefka twenza. Ur yessin ara rrbeh. D

aellud, ih.

Si Lehiu Ahaw, a Imumnin, ah! ...Macèi wagi, ilaq-as a.ad s- teseeddid aeewdiw s

ddaw-as?!...Bac akken ad yecsef.


Tawejjirt i d lehya-nni.ssethay yef leared-iw. . .tilaq ad twalid.

Si LMu ' ^ - -amek ihi ? ! Welleh ! Nniy-am d ayagi kan i as-ilaqen i uedaw n Rebbi.

U ma yefka-ikem ssasd-iw ...Ay aleblab ay adu! ...Aa...î ... (Aa...iwala

wejjir-nni, argaz-nni n twejjirt, Ziy kullec yef umezzuy-is. Dya Si Lehlu

akked Twejjirt, yiwen yerra akka, wayed yerra akka. Si Lehiu yeqqar-as

kan: Way! Way! Way! ...


Yennser
Asayas IV: Jeddi Yebrahim/lVejjlr
Jeddi : A Wejjir yuyal-d Ccix-nni ney mazal?
Yebrahim
Wejjir : A yuyal-d! ... Tura i t-id-ufiy dagi yetbaratini taqjunt-rmi-inu.
Jeddi : Anda yella ihi ?
Yebrahim
Wejjir • Anda zriy Rebbi-s nekkîni!!...

Jeddi • Ruh int-as ad d - yas.


Yebrahim
Asayas V: Si Lehlu/Jeddï Yebrahim/Mehmud Izubac

Si Lehlu yekcem-d yenna -as : A salamu ealikum.

Jeddi • Salam u rehmat llah, Aneam a Ccix. tufid iyi-d tura i steqsayey fell-ak.
Yebrahim
Si Lehiu • Ad fell-ak yesteqsi Ixir , Ruhey kan wwiy-d aqcic-agi (Sitadir Mehmud

147
Ammud Si Lehlu

Izubac-nni, ah...) I tmerbuht-nni cwi-tt kra ?

Jeddi Aahbuh, a Ccix.. .ur cwi ara...


Yebrahim

Si Le Mu Tamyu.,.Tamyu...sipursa...Nniy-ak ilaq ad as-id naru taherzet.

Jeddi Ansam a Ccix, ulleh ar ugadey abrid-agi.. .ugadey...


Yebrahim

Si Le Mu Aawwah...ur ttuqim ara aybel. Ssiy kra akken n ddwa...yiwet n tyita,

mim ad yeg Rebbi tewwed yer tegnlt-nni n Muhemmed rasul lleh.

Jeddi Anwa-t uqcic-agi i d-tewwid yid-k? Sitadir Mehmud Izubac-nni. Netta


Yebrahim
Mehmud Izubac, yeisa aqendur; aemam... Ur t-tettasqaled ara d netta,

SiLeftu D yiwen n uqcic kan akkenni,..

Jeddi Yyah? .. .(Yenna-as i winna: Mrehba yis-k, a mmi. (Dya ituci-as laman)
Yebrahim

Mehmud Yerheb-ak-lxir

Izubac

SiLehiu D yiwen seg lexwan-iw.

Jeddi Achal n lexwan gni i teseid ?


Yebrahim

Si Lehiu Aawwa drus. Ad tettwalid Hjun n tura...Efk-asen lbu-ra,|gan akk kullec...

Jeddi Ulleh ar akka, susem kann.


Yebrahim

Si Lehiu li... wwiy-t-id. Axater ad t-tehwig-it yellî-k.

Asayas VI: Lwizat/Si Lehtu/Tawejjirt/Jeddi Yebrahim/Mehmud Izubac

148
Ammud Silehlu

Tawejjirt A-tt-a tdaïl-d. Tettef-as-id afus i Lwizat. Tenna-as: A Jeddi Yebrahim! ...

A-tt-a n yeili-k tekker-d. Nniy-as ur ttnekkar ara, nettat tenna-k ad kkrey.


Siteftu Ih.. .anef-as ad tt-id yewwet cituh n ubehri (Yenteq-d yer Mehmud Izubac

yenna- as:
Ay amessast ...Ruh tura kecôini ...Ax taherzet-agi i temgerdt-is,..Âpri ad

ak-id-sfehmey kiskifufir.

li.., yuyal yer Jeddi Yebrahirn, yej bed-it akin akin mebeid.

Ipi yesemhaleq-as s yiyil-agi ayeffus. Ih...lpi yettef-it-id seg tamart.

Skifik mi iruh ad idewwer aqerru -is akin yer deffir bac akken ad izer d

acu î ixeddem uxuni-nni netta akked yelli-s: Ih! ...Dya Si Lehiu ad as-id

yerr aqerru-is akka. Kan akkenni, yerna yesshma-as aqerru-is s

îatabatata..,yeqqar-as dinna: Ihimala, a Sidi urgaz a...Ur teZrid ara

keccini asmi nnejmasen Igulama, qqimen la

îtemcawaren...Iiih! ...Meqqret ddaswa. Nnan-as anwa attan i iwaeren? D

attan n yirgazen ney d attan n tulawin? ...£ennay-k a Rebbi ma ur d iyi-d-

tefkid ara tamezzuyt. Alur Ilan agad i s-yennan wi, llan agad î s-yennan

nu. Nekkini nniy-asen wi i nu, sirtuk lemsada n tnudin akked lemEanda n

yirgazen ur edilent ara ... Ih ur edilent ara!

Sipursa, tamettut qqaren-as yal Isella tuy îalla. Tandik argaz

parkunt...Argaz d argaz ! ...lii... twalad tura...skifik dya ...a yirgazen, a

tifeywa, seqcer tyeZZed. Aluf ihi mi tinrtid...Si lehlu ur ituk ara...

Lwizat-nni, tina yeggugmen akkenni, tenteq-d yer Mehmud Izubac.

Tenna-as:
Nniy-ak nekkini...Nekkini jami ad beddley.

149
Ammud SiLeiï

Jeddi A... A tenteq-d! sebhan-k, a wîn i ay-id-yexelqen ! (yuyal yer Si Lehlu,


Yebrahim
yenna-as :)

Si Lehlu caylelleh ! ... Si Lehlu caylelleh ! ... (Dya yuy-as aqerru-is i Si

Lehlu :) Aneam a Ccix. Ixir-ik a-t-a- s nnig uqerru-iw! ....

Si Lehlu Netta yuli yettar. ycrra-d nnehta.-.Epfftiu Yejbed-d tamacwart, idukk-îtt


yef unyir-îs . yenna-as ;

Pwaa, pwaa. pwa pwa...ulleh a Sidi..,pweff...Muhemmed a Sidi

...Alammi cerwey tidi !..,


Lwizat Jh...Ih,..netqe7-id lameena, a baba, netqey-id bac akken ad ak-ïd-iniy

bellik ma yexda Mehmud Izubac, nekkini ulleh ma zewgey-tt ! wala : Ipi

yehwa-ak kart tettruzud aqerru-ik ...Bu pusyu-nni-inek... Fkiy-t i Sidi

Cabdennaser ad t-yesdil !

Jeddi Mi! ...


Yebrahim
Lwizat A-t-a llqed , a-t-a uqabub !

Jeddi Amek?...
Yebrahim
Lwizat Ulac akin, uiac akka!
Jeddi Aa...
Yebrahim
Lwizat Hder ney qim !

Jeddi Ti! ...


Yebrahim
Lwizat Aheq kra teettbed fell-i.. .iba ula d nekkini ;akkagi!

Jeddi Mi!...
Yebrahim

150
Ammud Si Lehlu

Lwîzat Tas d baba i lellid...Iba ur teseid ara Iderwa ad iyi-tefked i win ur iyï-

nehwi ara.
Jeddi Eee! ...
Yebrahim
Lwizat : Jelleb akken i ak-yehwa.
Jeddi : H...
Yebrahim
Lwizat • Macci d tayadt nekkini, akken ad iyi-tezzenzed.

Jeddi : Tu...
Yebrahim
Lmzat • Ad deggrey iman-iw yer Ibir ay axir waïa ad ayey win ur îyi-nehwi ara.

Jeddi : Mi...
Yebrahim
Lwizat ' Tssehma-tt kan akkeni. Tenna-as: -Nniy-ak uileh ur d-tettawid win ik-

yehwan. Tixxer ur iyî-d-rennu ara.Ipi tertpirdid kan lettan-ik dagi.

Nekkini awal nniy-ak-t-id. Tefra wehd-s.

Jeddi . Aa...Aa...Acu tesgurrudded tura dagi fell-i? ITtef akin iqjan-imï

Yebrahim (Idewwer yer Si Lehlu. yenna-as:) -Ansam a Ccix, ma yehda-k Rebbi err-

itt akken tella.

. Aaawwah, a xali Mu h ...Tura yefsi Rebbi tiyersi...ur nezmir ara, ad as-


Si Lehlu
nsawed ad tt-ncudd. Tura ma tebyid .. .zemrey ad ak-SEazzgey, ma tebyid.

Jeddi Ad k - ibareJc Rebbi.'... (yujal yer yelli~s:) Amek tura kemmini?...


Yetovkim
Lwizat Nekkini nniy -ak- id ulleh ur d-tettawid akk ayen ik- yehwan !...

Jeddi JmaeLiman ar haca d bu puSyu-nm ara ta^ed \ yemma, a lukan ad mmezley!


Yebrahim
Lwizat

\5
Ammud Si Lehlu

Si Lehlu Ah ! Ah! Ah! ...Rju îura, ah! ... Gget-iyi titra ...ilaq ad-as-id-naf ddwa i

taluft-agi. D attan-nni-ines i d as -yuiin s aquerru (yenna-as i ttaleb- nni):

Ay amessas, yya-d akka tura keccini. Ttaleb-nni (Sitadir Mehmud Izubac,

yenna-as :) AneamaCcix ...yerbeh...

Si Lehlu Ih ... Yya-d kan ad ak-id-sfehmey . I...tura aqel-ay-id ad tettwalid. Tura

Mehmud Izubac-agi,.. Nettat d win i tebya. Baba-s yugi Mehmud Izubac-

agi n yinyen. Alur tura skifïk .. .nettpirdiy kan dagi lettan bezzaf.

Diri lehmeq. Yelha lasqel ilaq -ay ad as-id- naf ddwa-ines i wattan-agi.

Ipi bihfih.

Tfaleb-nni Yerbeh ...yerbeh a Ccix.

Si Lehlu Rrbeh tafed-t. Ihi tura nekkini yef wakken walay Ddwawi-agi...Yiwen

kan i yellan macci sbaetac. D citituh n trewla tarebbanit Tfehmed akka ?

... Ad as-tesxelded mlih mlih snat n tmeqwa n Imir usber akked lamîri,ad

tent-tessfsid deg waman n Ccix ...Ma tugi ad tsew ney yella wacu ik-d-

tenna, keccini hrec... Ur as-ttixxir ara alamma teswa kullec.

Tfaleb-nni • Yerbeh ...yerbeh a Ccix ...

Si Lehlu ' Rrbeh , tafed-t, ruh tura suffey -itt-id yer dagi s ajerdan, Awi-tt ad d-

tewwet atur, Bac akken ad as-yekkes lehmeq-agi i tehmeq akka. Nekkini

ad qqimey dagi yer baba-s. Ad as-iniy sin n wawalen. Rruhet, lasnaya n

Rebbi fell-awen Mi sirtu am wakken i d ak-nniy , wwet azrem...Bit !


wwet azrem s aqerru !

Ah ...Mehmud Izubac yezuyer yelli-s -nni n Jeddi Yebrahim ....Ruhen.

Asayas VII : Jeddî Yebrahim/ Si Leftu(teddi yebra akked Si Lehlu, qqimen-d)

152
Ammud Si Lehlu

Jeddi Acu-ten ddwawi -agi i d as-tennid akka? Nekkini lesmer i sliy yls-sen
Yebrahim
ddwawi-agi,

SiteHu Wîgi d ddwawi n zik..., N zik n zik n zik-nni, lhan i lika dirjas. Yiwet n
tyita.
Jeddi D ayen tessagar teblehleht i yejmee uzrem. A yya tura,..ad îwalid Iqum i
Yebrahim
d-yettnekkaren!

Si Lehlu iii... lij un n tura wasren.... Macci d kra.

Jeddi Ii...kiskisik tura Mehmud-agi nyinyen iyî-d- tesnulfa akkagi tura?!...


Yebrahim

Si Lehlu I i i . . .lijun n tura a xali Muh.. .waeren . . .

Jeddi Purta,a Sidi rebbay-tt-id bya kumifujami tteemmidey-as ad teffey.


Yebrahim

Si Lehlu Ad ay-yawi Rebbi d ubrid!Âbrid-nni kan i ay-id-ggan imezwura...AIa


abrid-rmi i d abrid yelhan.

Si Lehlu Yewear nnif a xali Muh

Jeddi Ttminutiy-tt mim imi ara truh yer lakul.


Yebrahim
Jeddi Ttakey -as secra n dqayeq imi ara ad truh, eecra n dqayeq imi ara ad d-
Yebrahim
tuyal,

Si le Nu Eh! ...Anda i d-ttbanen yirgazen?!...

Jeddi Awwa... tagi ma tkemmel-itt kan akkagi... I lukan ad iy i-terwel?


Yebrahim

Si Lehlu Yelha win yetthezziben i tmeddit.

Jeddi J...nniy-ak -id akkagi, axater amcum-nni...Iiii..,sliy mazai-it yettamae, i


Yebrahim
lukan ad iyi-tt-yaker?

Si Lehiu Ah wah, « Ad tt-yaker »...keddini aqel-ak-id s cclayem-ik dagi...

Jeddi Anef-as kan, mazal ur i-yessin.


Yebrahim

153
Ammud Si Lehlu

Si Lehlu liieiiiiih ! Bac ad ak- ikellex yiwen, kedcini ...ilaq-as ad d-yettnekkar

ssbeh zik zik i yitran...

Jeddi Aheq kra ireffden, yesrus...ma yuyal ad tt- izer ! ...Ad as- mley
Yebrahim
nekkini..,.

Si Lehlu Ur d ak-yettizmir ara winna, axater tyelbed-t deg laemer.... Tpi keccini

tselled i nnda mi aratekkat leiih ...win ihercen akter-ik keccini ...winna

ilipa bit!
Asayas VHI: Wejjir/Jeddi Yebrahim/Si Lehlu

Wejjir a-t-a yesderdef-d d tazzîa, yesfiglit...


A Jeddi Yebrahim! ...A Jeddi Yebrahim! ... Ahya a sebea n saeqa, a terwel! Emfpte ....Aa...

akked Mehmud Izubac. Ttaîeb-nni,..ad netta ziyen, ah ...a-t-ah, a-t-ah Ccix-nni .,.D wagi i d

as-id-yemlan abrid, a-t-ah....


Jeddi • (Yettettef aqerru-is, yerma-as:
Yebrahim
Keilefey-am kra i eettbey fell-am! ...Aaah.... Aa.... Arnek a Ccix? Bla
ddin eemmar-ik...ulac din...ad k-fiziyiy! (Yenna-as i Wejjir :)

Ttef-it keccini, yur-k ad yerwel. Ad ruhey ad d-awiy tameghelt-nni-inu ad

t-fiziyiy!
Wejjir • (yesutti yef Si Lehlu, idemmeq-it yenna-as :)

Eh ? ...Eh ? ... tettarad iman-ik dagi d Ccix n ubazar ! ...Cahhed, ad

temmted. Amhihed ulac.

Asayas IX: €fi n Dulu/La Tasasdit/Si Lehlu/ Wejjir

SU n Dulu a-t-a yessawed-d.Yewwi-d Lia Tasasdit. Tamyart-nni n Si Lehlu. Yanna-as: Aa

...A Wejjir, acu akka? (yenna-as î Lia Tasasdit) : A-t-a-n Ccix-nni-inem tura, a-t-a-n, Nniy-am
dagi ara yili
Wejjir : Susem kan...
Lia Tasasait . \jy a yemma..-Seg ssbeh ttnadiy fell-as. Amek ihi? Yelha kra Ccix-agi i

154
Ammud Si Lehlu

awen-mliy?
Wejjir Terwi felï-as.
Lia Tasasdit Ay asyax-iw! ...A Eaah! Acu i awen-yexdem?
Wejjir I.. .Terwel yelli-s n Jeddi Yebrahim, ipi d netta itt -yesrewlen,

€ti n Dulu Yaah? Terwel? ...

Wejjir Terwel, ih. Nettat d Mehmud Izubac. Win akkenni yugi baba-s. Mecna d

wagi a-t-ah. D netta kullec.

€li n Dulu Way, way, way, way, way, way, way. Bla Rebbi ara tt-iney umyar-nni.

U yerna netta aqerru-is ad iruh wakali

Lia Tasaedit Ay argaz-iw ameezuz.. .d tidet dya?

Silehlu A...Aa.... A tettwalid... a-t-ah.

Lia Tasasdit Amek? ...Ad k-iney akkagi...! lyaci-agi i d-yettmuqulen?

Si Lehlu li ...Ruh ini-as kemmini...

Lia Tasasdit Lukan meqqar i tezzenzed aqeiwac-nni aberkan...Ad iyi-d-tegged cituh

nyisurdiyen...

Si Lehlu Ru. Ru.... Ruh s axxam! Yezha wul-im! ....

Lia Tasasdit Ehoe...ad qqimey dagi akken ad ak-wuqmey Ikurag. Ilaq ad temmted d

argaz. Ulleh ma taxxrey-ak alamma temmuted.

Si Lehlu Yah?L.

Asayas X : Jeddi Yebrahim/Tawejjirt/ Si Lehtu/Lla Tasasdit/ Wejjir

Jeddi Yebrahim yuyal-d s ufîzi deccas

Tawejjtrt : (fetbe£-it-id teqqar-as :) -Ad yexzu Rebbi ccitan. Ad yexzu Rebbi

ce i tan!

Jeddt Yebrahim : _Ruj-, a^n temnùni (yenna-as i Si Lehlu:) -Cahhed ad temmted, tura ad

awiy leEmer-ik

155
Ammud Si Lehîu

Si Lehlu • A wlidi, a xali Muh ...xzu ccitan ad feli-ak iruh.... ï,..Ddem-d aeekkaz

rrez-iyi-t yef usrur -iw.. .Ipi dayen.,.

Jeddi Yebrahim : Nniy-ak cahhed, ad temmted .Mi...i...i...i. Acu-t wagi?

Asayas XI: Mehmud Izubac/Lla Tasasdit/Jeddi Yebrahim/ £li n Dulu/Tawejjirt/Si Lehlu/

Wejjir/Lwizai
Jeddi Yebrahim idewwer aqerru-is akin, iwala ... Mehmud Izubac akked Lwizat-nni ahnad

uyalen-d.
Mehmud ' Tura, a Jeddi Yebrahim, a-tt-a yelli-k rriy-ak tt-id axater ur byiy ara ad

Izubac as-tinid rziy-ak Iherma. D tidet, nniqalint nebya ad nerwel, ih ipi anda

itt-yessuf Rebbi, ad teffey. Alarmi, uyaley ufîy macci akkagi i xeddmen


yirgazen. Ur zmirey ara nekkini ad akkrey yelli-k. Tura nekkini nusbey-
k-id. Ma tqebeld -iyi, sahha, ma ur d iyi- teqbiled ara dayen.

Acu kan i byiy ad ak-id-iniy tura. Sik tewwed-iyi-d tebrat, tura kan iyi-tt-

id-yefka ufaktur. Alur iparik cemmi -nnî yesssan lutil deg Paris yewwed

laetu n Rebbi. Ipi kum ur yessi ara akk dderya, d nekkini ara t-iwerten.
Jeddi Yebrahim : Nniqal yebluhmet kan, yeswweq d acu ara d-yini. Iî...akken d imi yesla

lutil deg Paris, yenna-as:

Iba... Iba... ula d nekkini akkagi i tthibbiy irgazen. Ad ak-fkey yelli, ih

... Ipi s 1 ferh d ameqran

Si Lehlu Tanaerit ay At Baeli! .,,Imi ad ay-id-ggran wussan!

Tawejjirt tserreh i teyraîin i tî ri ri ri ri ri...

156
Ammud Si Le Mu

Lia Tasasdit Tenna-as i Si Lehlu :

-Tura ihi imi aqel-ak-id tsellked ...IH...Meqqar ihi....Ih ...tbas ihi

abrid-agi ïd-tewwid...Ad tceyyxed yef yiman-ik....

SiLehlu ih ...ih...rnu-d. rnu-d kemmim, Tegred-iyi deg umaday n udris...Yerna

mazal ad d-ternud...

Mefenud Amek ? ...Terra-k d Ccix...Acuaraternud ? ...

Izubac

Si Rumark wi...(yenna-as i temyart-is;)


sahha...ruh tmeneed abrid-agi? Pisk maigri tu tessulid-iyi uyaley d

Ccix. Mi cm-ken-id tura. Ifuk ad iyi - tettekabared ney ulac ad

zasfey...Ipi macci d zzsef-nni n wasmi akken znuzuyey iqelwacen !!...


... A bu yedmim, A bu yedmin, a mmi.,, Jeddi Yebrahim:
«Bbweb» yebda yettiriy s igenni.

Tiyratin..,Cli n Dulu iruh yuzzel, yewwi-d abidun yewqac-tt zdag rdag

dinna...ccdeh ieiiih....

U Laribulisyu tettkemmil.

157