Sunteți pe pagina 1din 4

IV

9 MARS 2018

6/03/2018

20/02/2017

COURS & MARCHES

Productions végétales

 

CÉRÉALES

   

6 mars

 

ALIMENTATION ANIMALE

N : nominal ; C : camion ; TC : train complet ; P : péniche ; A : acheteur ; V : vendeur ; T : traité

   

27 février

Blé tendre

   

Récolte 2017

 

SONS ET ISSUES

 

/ t

 

Échéance

     

Sons fins - départ région parisienne

 

115-117

Rendu

Spécifications

 

Euro/tonne

 

Observations

TOURTEAUX

   

Rouen

76/220/11

 

mars-avril

156,00

N

Soja Lorient

 

370

Fob

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

   

Tournesol Saint Nazaire

 

168

Colza - Rouen

 

237

Moselle

meunier

 

mars-juin

153,00

N

PULPES BETTERAVES

   

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

   

Aisne

 

-

 

Somme - Oise

   
         

-

Eure/Eure-et-Loir

BPMF 76 kg/hl

 

mars-juin

147,50

NC

Marne

 

155

Marne

BPMF

 

mars-mai

148,00

NC

LUZERNE DESHYDRATEE

   
     

Récolte 2017

 

Départ Marne

 

170

Maïs

PSC

 

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

   

Manioc Lorient

 

-

Bordeaux

   

mars-juin

 

150,00

 

N

 

Corn gluten feed - Lestrem

 

153

 

Fob

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

     

PAILLES ET FOURRAGES

Rhin

 

mars-juin

162,00

N

 

2

mars

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

PAILLES DE BLE

   

Centre Bassin Parisien : Atitre indicatif

   

Eure/Eure-et-Loir

 

mars-juin

147,00

NC

Balle rectangulaire sous abri 300-400 kg

 

75,00 à

Orge fourragère

       

Récolte 2017

 

80,00 /t

Balles pickup (départ champ) 25 kg

 

n.p.

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

   

Nord-Est :

   

Rouen

62-63 kg/hl

 

mars

161,00

N

Balles de 20-25kg sous abri

 

inc.

 

Échéance

     

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg

 

inc.

 

Fob

Spécifications

 

Euro/tonne

 

N

sans abri

 

Moselle

sans limit. d’orgettes 61/62 kg/hl

 

-

-

-

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg

 

75,00à

 

Échéance

     

sous abri

 

90,00 /t

Départ

Spécifications

 

Euro/tonne

   

Aisne

62/63 kg/hl

 

mars-juin

145,50

NC

 

SUCRE

 

Eure/Eure-et-Loir

63 kg/hl mini

 

mars

145,50

NC

(Londres)

   

6

mars

Marne

62/63 kg/hl

 

mars-juin

144,50

NC

TERME MAI 2018 : 451,81 /T

 

OLÉO-PROTÉAGINEUX

   

CHEZ NOS VOISINS

 

Colza

     

Récolte 2017

 

2

mars

Rendu

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

 

Observations

 

PAYS-BAS CAF Hollande (en /tonne) :

Rouen

   

mars-juin

 

340,00

 

N

 

Blé tendre

 

Mars

   

175,00

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

 

Avril-juin

   

175,50

Moselle

 

mars

351,50

N

Septembre-décembre

   

174,00

Pois

     

Récolte 2017

     

Départ

Spécifications

 

Échéance

Euro/tonne

     

Orge UE

 

Marne

fourrager

 

mars-avril

168,00

NC

Mars

   

174,00

Aisne

fourrager

 

mars-avril

175,50

VC

Avril-juin

   

174,00

PRIX DU LIN TEILLÉ EN FRANCE

 

Juillet-août

   

161,00

   
   

Récolte 2017

   

Récolte 2016

 

Mois de :

   

238,1

           

2

mars

 

Mini : 130 Maxi : 300

   

206,2

   

Décembre 2017

 

(-6,1)

BELGIQUE En euro/tonne CAF Belgique

 
   

235,8

     

Récolte complète

   

Mini : 110 Maxi : 300

   

212,9

 

Blé meunier (76/220/12) :

   

175,00

(+1,6)

Prix en Euros/100 kg de Fibres longues - base Comptabilités Matières Mini/maxi fibres longues - base Factures de vente Comptabilités Matières

 

Blé fourrager (72/73kg/hl) :

   

170,00

 

(source Cipalin)

Orge (62/63kg/hl kg) :

   

170,00

MATIF BLÉ MEUNIER

 

MATIF COLZA - PARIS

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

Echéance

23/02/18

26/02/18

 

27/02/18

28/02/18

01/03/18

 

Echéance

23/02/18

26/02/18

27/02/18

28/02/18

01/03/18

Mars 2018

163,25

164

 

164,25

   

166,75

167,25

Mai 2018

356,25

358,75

359,5

360,5

 

357,5

Mai 2018

164,5

 

165,5

 

165,5

   

168,25

168,75

Août 2018

352,75

354,75

354,75

355,75

 

353,25

Sept. 2018

168,5

 

169,75

 

169,5

   

172,25

173,25

Nov. 2018

356

357,75

357,75

358,5

 

356

Déc. 2018

 

172

 

173,25

 

173

   

176,25

177,75

Févr. 2019

359,5

361,5

361

362,5

 

359,75

Mars 2019

174,75

176

 

175,75

   

178,5

180

Mai 2019

361,25

363,5

363

363,5

 

361,75

Mai 2019

176,75

178

 

177,75

   

179,25

181,5

Août 2019

351

353

354,5

355,5

 

352

Sept. 2019

176,25

177

 

176,75

   

177,5

177,5

Nov. 2019

354,5

356,5

358

359

 

355,5

Déc. 2019

 

179

 

179,5

 

179,5

   

180,25

179,25

Févr. 2020

345

347

348,5

349,5

 

346

Mars 2020

180,25

181,25

 

179,5

   

182

182,25

Mai 2020

349,75

351,75

353,25

354,25

 

350,75

Mai 2020

180,25

181,25

 

181,75

   

184,25

184,75

Août 2020

349,75

351,75

353,25

354,25

 

350,75

Volume

45

532

42

714

 

33

012

 

84 999

74 305

Volume

4 881

8

814

7

202

10

194

 

8

283

PO

300

519

302

394

 

301

956

 

296 989

300 179

PO

100 153

99

575

99

284

97

026

 

97

714

> Evolution du cours du blé

199e 170€ 4,41$
199e 170€
4,41$
> Evolution du cours du maïs Chicago en dollars/boisseau (25,4 kilos) 3,68 $ 3,80 $
>
Evolution du cours du maïs
Chicago
en dollars/boisseau
(25,4 kilos)
3,68 $
3,80 $
163 €
151 €
Bordeaux
en euros/tonne
Evolution hebdomadaire
20/02/2017
6/03/2018

Chicago

en dollars/boisseau (27,2 kilos) Rouen en euros/tonne
en dollars/boisseau
(27,2 kilos)
Rouen
en euros/tonne

évolution hebdomadaire

5,02$ 156€ > Evolution du cours du sucre 554,3 $ Londres (sucre blanc) 20,3 c
5,02$
156€
>
Evolution du cours du sucre
554,3 $
Londres
(sucre blanc)
20,3 c
en dollars/tonne
13,45 c
366,3 $
New-York (sucre brut)
en cents/livre (453 gr)
évolution hebdomadaire
20/02/2017
6/03/2018

> Evolution du cours du soja et du colza

Bordeaux en euros/tonne 428 € 10,65 $ 10,33 $ 350 € Chicago en dollars/boisseau (25,4
Bordeaux
en euros/tonne
428 €
10,65 $
10,33 $
350 €
Chicago
en dollars/boisseau
(25,4 kilos)
20/02/2017
6/03/2018

Evolution hebdomadaire

Blé tendre : recul des cotations sur le marché français Les prix du blé tendre sur le marché physique français se sont repliés d’une mercuriale sur l’autre, suite au léger repli de l’euro face au dollar. Et ce,

alors que les cours de la céréale sur Euronext et Chicago se raffermissaient de plus belle. Cette nouvelle progression s’inscrit toujours dans un contexte d’inquiétudes pour les cultures d’hiver aux Etats-Unis où la sécheresse continue de dégrader les cultures. Pour rappel, l’USDA a estimé en début de semaine 9, que 12 % des surfaces de blé d’hiver étaient dans un état bon à excellent (- 2 % par rapport au mois dernier, contre 43 % l’an passé) dans le Kansas, 31 % (- 6%, contre 43 % l’an passé) dans le Colorado, 4% dans le Texas (contre 36 % l’an dernier) ou encore 4 % dans l’Oklahoma (contre 43 % l’an dernier). En France, au 26 février, les conditions

de culture «bonne à très bonnes» du blé tendre perdaient deux points, passant de

85 % à 83 % (93 % en 2017), selon Céré’Obs. On a enregistré des affaires de la part

des meuniers comme des fabricants d’aliments pour animaux, suite à la sortie de vendeurs en début de période où les cours renchérissaient.

Orge de mouture : repli des cours Les prix de l’orge de mouture sur le marché physique français ont fait

volte-face cette semaine pour repartir à la baisse, à l’image du blé tendre. La de-

mande est pourtant toujours présente à l’international. Selon Céré’Obs, les condi- tions de culture «bonnes à très bonnes» des orges d’hiver régressent encore de deux points, passant de 82 % à 80 % au 26 février (90 % en 2017). Le stade «début de tallage» évolue de 97 % à 98 % (99 % en 2017), tandis que le stade «épi 1 cm»

est stable à 1 % (0 % en 2017).

Orges de brasserie : fermeté en récolte 2018 Les cours des orges de brasserie d’hiver sur le marché physique français pour- suivent leur tendance haussière en récolte 2018, en raison d’un intérêt acheteur, en lien avec la dégradation des conditions météo au Royaume-Uni notamment. Sur

la récolte 2017, seules les variétés d’hiver s’apprécient, celles de printemps étant plutôt baissières. Selon Céré’Obs, les semis des orges de printemps progressent au

26 février, de 6 % à 17 % (28 % en 2017).

Maïs : raffermissement des cotations Les prix du maïs sur le marché physique français continuent sur leur mouvement ascensionnel, dans le sillage des marchés à terme européen et états-unien. La sé- cheresse en Argentine et en Afrique du Sud et l’affaiblissement de l’euro face au dollar justifient le contexte haussier. Néanmoins, la FAO a relevé les stocks plané- taires de fin de campagne 2017-2018 de 4,7 Mt entre février et mars, à 252,9 Mt. Selon l’Association générale des producteurs de maïs, les écarts de prix Fob se

resserrent sur le marché mondial, ce qui permet à la France de gagner en compéti- tivité, notamment face à l’Ukraine. Et ce, alors même que les droits à l’importation de maïs dans l’Union européenne sont passés à zéro. En France, la hausse des prix a fait ressortir quelques vendeurs, déclenchant des affaires.

Colza : baisse des cours de la graine Les cotations du colza sur le marché physique français ont régressé d’une semaine sur l’autre, tirées vers le bas par le repli de l’huile de palme sur Kuala Lumpur. Néanmoins, la fermeté des cours mondiaux du soja a atténué le contexte baissier. Les taxes indiennes sur les importations d’huile de palme conti- nuent de peser sur les prix sur le marché à termes malaisien. Cependant, selon des experts, il est projeté une baisse de la production d’huile de palme en Malaisie et en Indonésie durant le premier trimestre 2018, ce qui pourrait entraîner une reprise des cours sur le court terme, car la production d’huile devrait rebondir et peut-être atteindre un record lors du troisième trimestre de cette année. Les cours du tourteau de colza se sont appréciés d’une semaine sur l’autre, à l’image du complexe soja sur le marché à terme états-unien, limitant les velléités acheteuses de la nutrition animale.

Tournesol : repli des cotations

Les cours du tournesol sur le marché physique français sont repartis à la baisse, faute de demande significative de la part des triturateurs européens. L’analyste Stratégie Grains s’attend à un retrait de la production de l’UE à 9,10 Mt, contre 9,09 Mt précédemment estimées. Les cours du tourteau de tournesol se sont raffermis sur les places hexagonales, en sympathie avec la fermeté du tourteau de soja, sur un marché peu actif.

Soja : poursuite de l’élan haussier Les cours du soja sur le marché à terme états-unien ont poursuivi leur tendance haussière d’une semaine sur l’autre, toujours en raison de la sécheresse en Argen- tine. Des pluies sont attendues dans les prochains jours, mais elles pourraient être insuffisantes pour soulager les cultures. Les chargements états-uniens à l’export sont confortables, avec près de 1 Mt exportées en semaine 8, selon le département états-unien à l’Agriculture (USDA). Le marché attend son prochain rapport men- suel prévu pour le 8 mars. Les cours du tourteau de soja sur les ports bretons ont également renchéri dans le sillage de son homologue sur Chicago, ce qui quelque peu freiné les transactions, les fabricants d’aliments pour animaux étant par ail-

leurs bien couverts.

Déshydratés : statu quo Les prix des luzernes et des pulpes déshydratées sur le marché physique français n’ont pas bougé d’une mercuriale sur l’autre, faute d’affaires. Le marché est très calme.

Pailles et fourrages : raffermissement dans le nord-est de la France

Les cours des pailles de blé tendre et d’orge sur le marché physique français ont progressé dans le quart Nord-Est, suite à une raréfaction de la mar- chandise, la demande étant toujours bien présente.

Sucre : des achats techniques en soutien des cours mondiaux Les cotations du sucre ont progressé sur les places à terme de New-York et de Londres d’une semaine sur l’autre. Des analystes privés signalent que le marché est survendu actuellement, et que des rachats de positions short ne sont pas à exclure prochainement. Certains ont déjà été effectué ces derniers jours, justifiant la hausse des prix observée sur les marchés à terme anglo-saxons. Néanmoins, les fondamentaux restent lourds au niveau mondial. L’ISO (association internationale du sucre) s’attend à un surplus d’offre sur la scène mondiale de 5,15 Mt au 1 er mars, contre 5,03 Mt précédemment. En Inde, la production du pays est annoncée à 29,2 Mt selon des analystes locaux, un record. Signalons que les exportations bré- siliennes ont reculé de 0,5 Mt entre février 2017 et 2018, pour tomber à 1 Mt selon les autorités locales, les industriels locaux privilégiant la production d’éthanol au détriment du sucre.

Coproduits : recul des cours des produits laitiers Les cours des poudres de lait et de lactosérum affichent un recul sur la semaine. Des réservations de tonnage sur mars et des affaires en spot ont été réalisées ces derniers jours. Les cotations des drêches de maïs ont suivi la hausse des prix des tourteaux entre les semaines 8 et 9. Les acheteurs sont quelque peu désarçonnés par la vitesse à laquelle les prix montent, et hésitent à se positionner. En corn gluten feed, la demande n’est pas débordante, ce qui n’a pas empêché les cours de monter, suivant la hausse des tourteaux. Les cotations de la paille dans le Nord-Est se sont quelque peu raffermies, suite à une raréfaction des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers certains élevages français.

des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers
des disponibilités. La demande de- meure vers le nord et l’est de l’UE ainsi que vers

9 MARS 2018

Fruits et légumes

Pomme de terre Les volumes exportés poursuivent la campagne avec des flux réguliers. Les conditions météos, avec les fortes baisses de températures, impactent toute- fois les envois vers certaines destinations, en raison des conséquences que cela pourrait avoir sur la qualité (noircissement). Les envois vers l’Espagne en variété basique s’accentue. Sur le marché du frais, le commerce s’articule toujours autour des promotions et des mises en avant. Hors promotion, les volumes travaillés sont plus faibles. Le froid est bienvenu mais en période de vacances et de fin de mois, l’impact positif reste négligeable. Quelques lots de Bintje à destination de l’industrie sont parfois réorientés sur le marché du frais. Un courant d’affaire, même si faible, s’articule autour de la Fontane. Sur les autres variétés des annonces de prix plus fermes sont annoncés, avec des cours diversement orientés selon qu’il s’agit de livraisons immédiates ou différées.

Source : FranceAgriMer - Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille

Carotte : légère hausse Les intempéries de la semaine 9 ont rendu les arrachages et les transports particulièrement compliqués. Face au manque de disponibilités, les prix sont restés fermes, voire haussiers. Cette semaine, le retour à la normale des conditions de marché aura un effet atténuant sur la tendance. Les prix devraient néanmoins conserver leur fer- meté, l’offre restant limitée par les importants écarts de tri.

Chou-fleur : pénurie Avec le froid et la neige, les disponibilités bretonnes ont été quasi-inexistantes, en fin de semaine (78 570 têtes, vendredi). Et malgré la plus faible fréquenta- tion des marchés, les prix ont flambé. Le retour à la normale du commerce, avec le redoux, s’accompagnera d’une reprise des apports (même si ces derniers risquent d’être encore modérés) et, automatiquement, d’un réajustement des prix.

Concombre : difficile L’adversité climatique et les congés ont été des facteurs peu propices au déve-

loppement des ventes

tement absorbés, atténuant un peu le recul des prix. La montée en puissance des volumes français restera un facteur de pression sur les prix. Le retour à une météo plus douce pourrait néanmoins contribuer à relancer l’activité commerciale.

Les apports, encore mesurés, ont toutefois été correc-

Poireau : perturbations Les cours ont peu évolué, ces derniers jours, du fait d’une activité fortement perturbée par les intempéries, les ventes se limitant aux lots stockés. Une reprise des ventes est probable, cette semaine, avec la fin des congés dans deux zones sur trois (dont la région parisienne) et le retour de conditions climatiques plus clémentes.

Salade : reprise attendue Les intempéries ont perturbé le commerce, limitant les transports et la fré- quentation des marchés. Cela s’est soldé par un recul de l’activité dans la filière. Les cours ont néanmoins légèrement renchéri. Cette semaine, un retour à la normale est attendu, au niveau logistique. Pour autant, l’offre restera modérée, ce qui devrait faciliter l’écoulement et la tenue de prix fermes, face à une demande attendue plus présente.

Tomate : début de saison La campagne française s’amorce plus tardivement, suite aux intempéries. Les premiers lots devraient faire leur apparition.

J.-L.C

Les premiers lots devraient faire leur apparition. J.-L.C ENDIVES Cours relevés par le Réseau des Nouvelles

ENDIVES

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille

NORD / PICARDIE Expédition Hebdo - Valeur moyenne quotidienne. Les prix sont en Euros.

Date

26-02

27-02

28-02

29-02

23-02

Moyenne

Cat.I 2 x 500 g :

Cat.I 6/9 fruits sachet 1 kg : le kg

Cat.I colis 5 kg : le kg

Cat.I sachet 1 kg : le kg

Extra colis 5 kg : le kg

Extra plateau 1 rg : le kg

le kg

1,14

1,05

0,95

0,96

1,10

1,19

1,14

1,04

0,90

0,89

1,08

1,18

1,14

1,04

0,90

0,89

1,07

1,18

1,14

1,04

0,90

0,88

1,07

1,19

1,16

1,05

0,90

0,89

1,07

1,21

1,14

1,04

0,91

0,90

1,08

1,19

MIN DE RUNGIS

Prix au kg sauf précision

6 mars

 

Moyen

Carottes cat. 1 - sac 10 kg

0,50

Choux verts cat. 1 - colis 6

6,50

Choux-fleur cat. 1 - colis de 6

12,50

Champignons de Paris cat. 1 - plateau

1,90

Epinards

2,10

Laitue - Batavia cat. 1 - colis de 12

8,00

Navets violet rond

1,25

Charlotte cat. 1

0,55

Chérie cat. 1

0,65

Poireaux France cat. 1

1,00

Radis - la botte

0,85

Endives extra Nord-Picardie colis de 5 kg

1,20

Endives Nord-Picardie colis de 5 kg

1,05

Pommes Granny Smith cat. 1 201-270 g

1,50

Pommes Golden cat.1 201-270 g plateau 1 rg

1,40

Pommes Golden cat.1 170-220 g plateau 2 rg

1,10

MIN DE LOMME

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille - 6 mars

 

Prix

Prix

Prix

Les prix sont en «Euro/kg» (sauf indications contraires)

mini

maxi

moyen

(Euro)

Salades

LAITUE Feuille de chêne blonde France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,70

0,80

0,75

LAITUE pommée France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,65

0,90

0,80

Légumes et herbes aromatiques

ÉCHALOTEFrance cat.I

0,70

0,90

0,80

OIGNONrouge France cat.I 60-80mmsac 5kg

0,70

0,75

0,70

Légumes fruits et graines

COURGEPotimarronFrance

1,20

1,35

1,25

TOMATE anciennes Noire de Crimée France cat.I colis 3kg

3,50

4,10

3,90

Légumes tubercules, racines

CAROTTEFrance cat.I sac 10kg

0,35

0,40

0,40

CÉLERI-RAVEFrance

0,70

0,90

0,80

NAVETrondviolet France

0,85

1,25

1,05

POMME DE TERRE CHAIR FERME Charlotte France lavée cat.I grenaille carton12,5kg

0,90

1,00

0,95

POMME DE TERRE CHAIR NORMALE div.var.cons Bassin Nord lavée cat.I 55-75mmsac 5kg

0,20

0,30

0,25

POMME DE TERRE div.var.cons France cat.I +50mm sac 10kg

0,30

0,40

0,35

Légumes verts, tiges

CÉLERI-BRANCHEvert France cat.I (la pièce)

0,75

1,00

0,90

CHOUFrisé vert France cat.I (la pièce)

0,80

CHOU DE BRUXELLES France cat.I

1,20

1,50

1,35

ENDIVENord-Picardie cat.I colis 5kg

0,85

1,10

1,00

ÉPINARDFrance cat.I

2,20

2,50

2,30

POIREAUFrance cat.I plateau5kg

0,85

0,90

0,90

POIREAUFrance cat.I plateau5kg 0,85 0,90 0,90 V COURS ET MARCHES MARCHE A TERME DE LA POMME

V

COURS ET MARCHES

MARCHE A TERME DE LA POMME DE TERRE

5 mars

/ 100 kg

Francfort industrie (25 t) 40 mm +

avril 2018

4,70

juin 2018

6,50

nov. 2018

-

avril 2019

14,40

POMME DE TERRE DE CONSOMMATION

6 mars

Source : FranceAgriMer - Réseau RNM

Cours hors taxe en euro

 

Bas

Haut

Moy.

Var.

AGATA

       

France lavée cat. I 50-75 mm carton 12,5 kg

320

400

345

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 2,5 kg

290

400

340

=

BINTJE

       

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

100

110

110

=

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

90

100

100

=

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

110

160

120

=

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

100

150

110

=

France non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

130

200

155

=

CHARLOTTE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

550

430

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

310

520

430

=

VARIÉTÉS DE CONSERVATION

       

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

100

120

120

=

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

90

110

110

=

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

110

130

130

=

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

100

120

120

=

Bassin Nord non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

130

200

160

+5

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

450

390

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

300

450

380

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 10 kg

110

240

165

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 5 kg

120

250

175

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 10 kg

120

250

175

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 5 kg

130

260

185

=

ÉPIDERMEROUGE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

450

390

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

300

450

380

=

POMME DE TERRE INDUSTRIE

6 mars

Les prix constatés concernent une marchandise livrable au plus tard dans la quinzaine qui suit sa publication initiale. Vrac départ Hors Taxes. Attention : Les prix sont affichés en Euro/Tonne, pour toutes les cotations en pommes de terre.

 

Prix

Prix

Prix

Varia.

Les prix sont en EUROS

mini

maxi

moyen

Moy.

BINTJE

BassinNordnonlavée 360g sous eau +35mmFritable : la tonne

20,00

25,00

20,00

=

CHAIR NORMALE

div.var.cons BassinNordnonlavée 360g sous eauindustrie Tout venant 35mm et + Fritable : la tonne

30,00

50,00

45,00

=

POMME DE TERRE Floconable : la tonne

   

NC

FONTANE

+35mmvrac Fritable : la tonne

30,00

40,00

30,00

=

Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme de terre au stade expédition ou
Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme
de terre au stade expédition ou industrie :
- sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un abonnement
directement sur ce site,
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement auprès du
centre de Lille au 03 62 28 40 49.
Vous pouvez également obtenir la cotation quotidienne de
la pomme de terre au stade expédition par un simple coup de
téléphone sur audiotel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Le commerce de l’endive
reste difficile. La demande
est très faible pendant
cette période de vacances
scolaires et la météo a per-
turbé à nouveau les ache-
minements dans le sud
de la France en début de semaine. A partir de jeudi, le
marché a été un petit peu plus dynamique sans lui don-
ner pour autant un élan. Les cours s’effritent encore de
quelques centimes. Les retraits et les banques alimen-
taires équilibrent le marché.
• Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne
de l’endive Nord Picardie au stade expédition :
-
sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un
abonnement directement sur ce site,
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement
auprés du centre de Lille au 03 62 28 40 49.
-
• Vous pouvez également obtenir la cotation quo-
tidienne de l’endive Nord Picardie au stade expé-
dition par un simple coup de téléphone sur audio-
tel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Source : FranceAgriMer Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille
S. LEITENBERGER

VI

➜

Productions animales

GROS BOVINS ENTREE-ABATTOIR BASSIN NORD-EST

9 MARS 2018

COURS ET MARCHES

GROS BOVINS VIFS COTATION EUROP

du 26 février au 4 mars Au kg net : JEUNES BOVINS 12 A 24
du 26 février au 4 mars
Au kg net :
JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
BŒUF
GENISSES
VACHES
RETHEL 26 février
Bœufs R 3,40 (=) - Génisses U 3,85 (=) ; R 3,40 (=) - Vaches U 3,50 (=) ;
Charolaise
Limousine
En
Viande
R
3,20 (=) ; O 2,77 (=) - Jeunes bovins U - (-)
Viande hors
Bl. Aqu.
€/kg
Mixte
Lait
Viande
Mixte
Lait
BI/Parth.
Parth.
Viande
+ 350 kg
mixte
Viande hors
BI/Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Bl. Aqu.
Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Mixte
Lait
- 10 ans
+ 350 kg
- 10 ans
+ 350 kg
ARRAS 22 février
Bœufs E 4,90 (=) ; U 3,70 (=) ; R 3,40 (=) - Génisses E 5,40 (=) ;
net
lait
U
3,85 (=) ;
R 3,45 (=) ; Vaches E 5,30 (=) ; U 3,75 (=) ; R 3,40 (=) ;
Jeunes bovins U 3,92 (-0,03)
E
4,48 (+0,08)
-
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
-
-
-
SANCOINS 28 février
Génisses U 3,70 (=) ; R 3,60 (=) - Vaches U 3,55 (=) ; 0 - (-)
U+
4,03 (+0,02)
4,28 (=)
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
-
-
-
FORGES-LES-EAUX 22 février
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses U - (-) ; R - (-) ; O - (-) – Vaches U 3,76 (=) ;
U=
4,01 (+0,03)
4,25 (=)
-
-
-
-
-
4,57 (-0,05)
-
- -
-
-
-
-
R
3,39 (=) - Jeunes bovins U - (-) ; R - (-)
U-
3,95 (-0,01)
4,15 (+0,02)
-
-
-
-
-
4,24 (-0,02)
-
3,78 (-0,02)
4,43 (=)
3,64 (-0,02)
-
-
-
LE CATEAU -
Vaches U 3,48 (=) ; R 3,28 (=) - Génisses U 3,68 (=) ; R 3,35 (=) -
R+
3,93 (+0,01)
- -
-
3,66 (-0,07)
-
-
3,86 (-0,05)
-
3,62 (-0,02)
4,00 (-0,06)
3,57 (-0,03)
-
-
-
Bœufs R 3,13 (=)
CHOLET 26 février
R=
3,77 (+0,01)
- -
-
3,45
-
-
3,64 (-0,05)
-
3,48 (-0,02)
- -
3,47 (=)
-
-
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses E 5,55 (=) ; U 4,27 (=) ; R 3,63 (+0,03) ;
Vaches E 4,83 (=) ; U 4,05 (=) ; R 3,57 (+0,03) ; O 3,30 (+0,02)
R-
-
- -
-
-
-
-
3,43
-
3,39 (+0,02)
- -
-
3,34 (+0,02)
-
Jeunes bovins E 4,11 (=) ; U 3,94 (=) ; R 3,81 (=)
Blondes d’Aquitaine :
COURS NON PARVENUS
O+
-
- -
-
-
3,29
-
-
-
3,33
- -
-
3,30 (=)
-
Génisses plus de 350 kg : E 5,15-5,90-5,55 (=) ; U 3,74-5,05-4,27 (=) ;
R
3,46-4,12-3,63 (+0,03)
O=
-
- -
3,39 (=)
-
3,28 (-0,01)
3,10 (+0,06)
-
-
-
- -
-
3,29 (-0,01)
2,92 (+0,06)
Vaches plus de 350 kg moins de 10 ans : E 4,77-5,05-4,83 (=) ;
U
4,05-4,69-4,42 (=) ; R 3,50-4,00-3,67 (+0,02)
O-
-
- -
3,39 (+0,02)
-
-
3,07 (+0,03)
-
-
-
- -
-
- 2,87 (+0,04)
Jeunes bovins : E 4,20-4,55-4,22 (=) ; U 4,02-4,18-4,12 (=)
P+
-
- -
3,34 (+0,01)
-
-
3,07 (+0,05)
-
-
-
- -
-
- 2,87 (+0,04)
BROUTARDS MOULIN-ENGILBERT
27 février
P=
-
- -
- -
-
3,03 (+0,02)
-
-
-
- -
-
- 2,84 (+0,05)
< 200 kg :
E
-
U
-
R
- ;
- 200-250 kg :
E
-
U
3,11-3,16
R
2,92-3,08 ;
P-
-
- -
- -
-
-
-
-
-
- -
-
-
250-300 kg :
E
-
U
2,90-3,00
R
2,94-3,01 ;
Légende : Niveaux d’engraissements retenus pour les jeunes bovins, bœufs, génisses et vaches : conformations E et U : niveaux 2 et 3 ; conformations R, O et P : niveau 3
Vaches limousines : l’insuffisance des effectifs ne permet pas d’effectuer des cotations selon les critères de FranceAgriMer.
L’ensemble des cotations nationales et régionales est disponible sur le site de France Agrimer à www.RNM.franceagrimer.fr
300-350 kg :
E
-
U
2,77-2,95
R
2,69-2,80 ;
350-400 kg :
E
-
U
2,63-2,85
R
2,48-2,71 ;
400-450 kg :
E
-
U
2,54-2,78
R
2,49-2,55 ;
450-500 kg :
E
-
U
2,45-2,49
R
2,39-2,41.
BOVINS MAIGRES
VEAUX DE BOUCHERIE
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Cotation de référence
(e/Kg/vif)
Limousins mâle 6-12 mois (250 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (300 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (350 kg)
Limousins femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (300 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (350 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (400 kg)
Charolais mâle 12-24 mois (450 kg)
du 26 février au 4 mars
Prix moyen pondéré aux 100 kg net : 598,6(+2,9)
du 26 février au 4 mars (€/Kg/carcasse)
E 3
U 3
R 3
O 3
BLANC
ROSE TRÈS CLAIR
ROSE CLAIR
ROSE
ROUGE
3,21
2,99
2,60
E
U P
R O
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E U
R
O
P
3,03
2,83
2,45
Nord
-
- -
- -
-
7,76
6,82
6,04
4,81
-
7,37
6,50
5,93
4,78
-
5,60
5,09
4,58
3,57
- -
4,12
3,50
-
2,88
2,68
2,25
2,76
2,69
2,20
Sud
-
- -
- -
-
8,47
6,74
6,08
5,20
-
7,83
6,52
6,09
5,17
-
6,28
5,64
5,53
4,63
- -
-
5,15
3,99
2,85
2,52
Cotation nationale
-
- -
- -
9,55
8,25
6,79
6,05
4,96
9,10
7,61
6,51
5,98
4,92
-
6,13
5,38
5,09
4,14
- -
4,41
3,98
3,37
2,75
2,63
LE CATEAU EN CAMBRESIS
MARCHÉ AU CADRAN
2,51
Effectif total : 21 - Tendances - observations :
Charolais mâle 12-24 mois (500 kg)
Charolais femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais femelle 12-24 mois (400 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (300 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (350 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (400 kg)
Croisés femelle 6-12 mois (270 kg)
Croisés femelle 12-24 mois (400 kg)
2,39
-
Cotation des veaux
7 mars
cours reconduits.
de plus de 10 jours
2,62
Croisé Mixte Mixte/Mixte Mixte/Viande
Veaux Engraissement
2,45
Mâles Standard
50
à 60 kg 340-380-350 ;
45
à 50 kg 160-220-200 ;
59 - Avesnes-sur-Helpe - Desvres
2,78
2,50
40
à 45 kg NC
2,85
2,67
2,40
Amenés 147 à Haut Lieu.
Femelles Standard
50
à 60 kg 200-250-225 ;
45
à 50 kg 100-150-120 ;
2,60
2,37
A la pièce
40
à 45 kg 50-150-120.
2,47
2,18
Laitier
2,30
2,05
Veaux race Bleue et Croisés
200-360
Mâles Standard
50
à 60 kg 80-95-85 ;
45
à 50 kg 45-65-60 ;
40
à 45 kg 55-60-50 ;
< 40 kg 10-40-30.
VEAUX DE 8 JOURS A 4 SEMAINES
Gros veaux indemnes IBR
100-140
Femelles Standard
50
à 60 kg 20-40-30 ;
45
à 50 kg 10-20-15 ;
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Très bons veaux non indemnes
100-120
< 40 kg inc.
du 26 février au 4 mars
Croisé Laitier Lait/Lait Lait/Viande Lait/Mixte
Bons
80-100
Moyennes nationales constatées sur le Foirail
Mâles Standard
50
à 60 kg NC ;
45
à 50 kg NC ;
• Mâle type viande : 227 (-1) ; Femelle type viande : 148 (-8)
40
à 45 kg NC ;
Moyens
30-60
COURS NON PARVENUS
• Mâle type lait 40-45 kg : 54 (+1) ; 45-50 kg : 98 (=) ; 50-60 kg : 126 (=)
Femelles Standard
> 60 kg NC ;
< 50 kg NC.
50
à 60 kg NC ;
• Femelle type lait 40-45 kg : — ; 45-50 kg : — ; 50-60 kg : —
Petits
inv.
E/Tête
Mâles
Femelles
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
PORCS
Charolais
Limousin
Blondd'Aquitaine
Rouge des Prés
485
457
257
362
446
393
189
313
542
510
240
412
491
439
194
342
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
475
450
285
360
455
400
210
310
€/Kg/Carcasse
Classe E
du 23 février au 1 er mars
Classe S
supérieur
<
60 kg
70-80 kg
60-70 kg
supérieur
<
50 kg
60-70 kg
50-60 kg
Bretagne
1,28
1,36
Croisé race à viande
450
260
420
310
360
160
310
235
Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes
1,34
1,43
Nord, Pas-de-Calais, Picardie, Ile-de-France, Lorraine, Alsace, Champagne, Ardennes
-
-
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
Mixte Montbéliard
265
201
130
40
Cotations régionales du porc charcutier classe E - Entre parenthèses, évolution par rapport à la semaine précédente.
Mixte Normand
168
137
106
55
Classe E (nouvelle définition) : teneur en viande maigre (TMP) de 55% à moins de 60% (antérieurement : TMP de 55% et plus).
Classe S (introduite comme classe obligatoire par le réglement (UE) n°1308/2013) : teneur en viande maigre (TMP) supérieure ou égale à 60%.
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
40-45 kg
40-45 kg
Croisé mixte
467
333
383
237
238
252 155
164
COTATIONS RÉGIONALES PORC-DÉCOUPE NORD-PICARDIE
Lait
148
20
126
98
53
— —
MARCHÉ DU PORC BRETON
22 - Plérin
1 er mars
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
du 19 au 24 février
Présentés : 29 389
Prix net de ristourne, départ salle de découpe, hors taxes aux 100 kg.
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
1,233E (+0,009)
Pièces provenant de carcasses de porc dont le pourcentage de muscle oscille entre
Croisé race laitière
347
271
103
200
249
161
64
107
49 et 60 pour cent. Quantités exprimées en tonnes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne pondérée des prix relevés
1,253 E
PORCELETS
Les prix sont en «euro/kg»,
les quantités sont en «tonne»
Prix
Prix
Variations
Prix
1,206 à 1,255 E
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Apport
mini
maxi
moyennes
moyen €
(sauf indications contraires)
1,333 E
Région : Nord - Picardie Note de conjoncture Tendance
-
Coches 268 vendues.
Les quantités sont exprimées en têtes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne des prix qui nous sont communiqués.
Epaule : Ronde, sans gorge,
brute non élaborée poids compris
entre 5,5 et 6,5 kg
- 1,80
2,06
1,84
+ 0,03
0,869 E (+0,011)
0,859 à 0,875 E
Les prix sont en «€/kg»,
les quantités sont en «la pièce»
(sauf indications contraires)
Prix
Prix
Prix
Var.
Apport
0,863 E (+0,009)
mini €
maxi €
moyen €
moy.€
Jambon : Sans mouille, sans crosse,
0,860 à 0,866 E
- 2,32
2,51
2,34
+0,15
PORCELET 25 KG
Nord-Picardie : le kg
PORCELET POST SEVRAGE
7 kg Nord-Picardie “pièce”
poids 10 kg environ
NC
NC
NC
NC
-
5 mars
Présentés : 7 222
COURS NON COMMUNIQUES
Longe : sans palette, sans travers,
-
NC
NC
NC
-
1,237E (+0,004)
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
avec pointe, poids compris entre
9,5 et 10,5 kg
- 2,54
2,86
2,82
+0,05
1,257 E
La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées
avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions
et communications sont interdites
Poitrine : Brute de coupe avec mouille,
sans plat de côtes d’épaule,
poids compris entre 5,5 et 6,5 kg
1,229 à 1,243 E
- 2,02
3,19
2,05
-0,12
1,333 E

9 MARS 2018

Productions animales

OVINS

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

Zone Nord

 

du 26 février au 4 mars

BREBIS

 

Ciré

Couvert

Couvert

U

-

-

2,59

-

30 kg

   

+ 30 kg

2,50

 

O

2,32

1,98

-

AGNEAUX

 

Ciré

Couvert

Couvert

 

16

U

7,56

7,43

19 à

7,45

à 19 kg

   

22 kg

6,72

O

5,72

5,66

5,63

Parthenay

 

28 février

BREBIS

 

U

1,00

=

plus de

1,30

=

moins de 60 kg

 

60

kg

1,00

=

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

38

à

3,65

+0,05

-

38 kg

R

3,25

+0,05

44 kg

3,15

+0,05

   

-

-

Gras U.R.O

Sancoins

 

21 février

brebis de réforme

 

U

1,09

+0,19

plus de

1,14

+0,04

-

60 kg

 

60

kg

-

-

 

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

-38 kg

 

38

à

3,48

-0,01

 

R

3,21

+0,16

44 kg

3,36

+0,05

 

-

-

CHEVAUX

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

du 26 février au 4 mars

(E/Kg/Carcasse)

Extra

Bon

Animaux jeunes

Laitons légers clair

Poulains lourds foncé

Chevaux d’âges

Races légères < 360 kg

 

Races lourdes > 360 kg

* Prix rendu à la frontière italienne. Entre parenthèses, variation par rapport à la semaine précé- dente. Moyenne nationale des prix des carcasses. Origine France entrée abattoir (Hors taxe)

ŒUFS

Rungis

7 mars

Sont pris en compte les œufs de la produc- tion communautaire de la catégorie «A» en colis de 360, sauf pour le calibre TG (+73 g). Cours hors taxe en Euro/.

Très gros (+73 g) les 100 pièces

11,51 e

Moyens (53-63 g) les 100 pièces

10,21 e

VOLAILLES

 

Marché de Deinze

 
 

24 février

Prix e/100 kg

Evolution

Poulets (belplume y compris)

88

=

Poules blanches

3-5

-2

Tous les prix sont côtés hors TVA

 

Min de rungis

 

prix HT kg/net

6 mars

 

Mini e

Maxi e

Pintades label France

4,60

5,70

Poulets entier France

2,20

2,50

standard prêts à

cuire

Poules France standard

1,90

2,15

Canards entier de Barbarie

 

3 kg et +

3,50

4,00

> Ces pages de cours et cotations sont une co-pro- duction des journaux de Picardie (l’Agriculteur de l’Aisne, l’Oise Agricole, l’Action Agricole Picarde) ; Champagne-Ardenne (Agri-Ardennes, la Marne Agricole, la Revue Agricole de l’Aube, l’Avenir Agricole et Rural de Haute Marne) ; Centre Ile-de- France (Horizons éditions Eure-et-Loir, Loir-et-Cher,

Seine-et-Marne, Ile-de-France) ; et du Nord-Pas-de-

Calais (Le Syndicat Agricole).

La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions et communications sont interdites

➜

Analyses des marchés des productions animales

VII

COURS ET MARCHES

Analyses des marchésdes marchés des productions animales VII COURS ET MARCHES Beurre : retour de la hausse La

Beurre :

retour de la hausse

La tension sur la matière grasse, la crème et en particulier le beurre, a commencé à s’inten- sifier en février sur les marchés à terme américains puis euro- péens. Les volumes échangés ont progressé. Sur le marché spot, même agitation. La demande reste tonique en France mais aus- si à l’étranger. Ainsi, la Chine a-t- elle acheté 16 576 t de beurre en janvier, selon le Clal, soit 50 % de

plus qu’un an plus tôt, malgré la hausse notable des tarifs (+52 %). Néanmoins, certains opérateurs estiment que les cours ne flambe- ront pas autant que l’an dernier, notamment car de nombreux acheteurs ont fait le choix de se couvrir plus largement par des contrats. De plus, la reprise de la collecte française et européenne pourrait limiter la hausse.

Virginie Pinson (Les Marchés)

pourrait limiter la hausse. Virginie Pinson (Les Marchés) Commentaires FNB de la situation et des perspectives

Commentaires FNB de la situation et des perspectives de marché

Bovins finis ATTENTION : pas de commentaire FNB de la situation et des perspec- tives de marché gros bovins finis cette semaine.

INFORMATION : les éleveurs dénoncent toujours les modalités de formation des prix qui ont pour seul objectif de conserver des niveaux de cotations les plus bas possibles. Ces modalités consistent à déterminer un prix de base (communiqué à FranceAgriMer pour les cotations) puis un complément de prix versé plusieurs semaines après l’abat- tage (non communiqué à FranceAgriMer). Elles s’appliquent tout particulièrement aux bovins valorisés «Eleveur & Engagé». Les cotations publiées par FranceAgriMer ne re- flètent donc pas la réalité de la valorisation des bovins à l’entrée abattoir.

Bovins maigres (au 5 mars) : cours reconduits.

La volaille française veut regagner des parts de marché

Baisse des exportations, consom- mation en demi-teinte et reprise des importations ne sont pas de nature à satisfaire les profession- nels avicoles français. L’heure est à la mobilisation. Objectif, la re- conquête du marché français et en particulier de la restauration hors domicile. Sur les onze premiers mois de l’an- née, selon les dernières données Agreste, les abattages français de volailles de chair ont quasiment atteint 1,495 million de tonnes équivalent carcasse (Mtéc). C’est 1 % de moins qu’un an plus tôt. Malgré tout, les disponibi- lités pour le marché français ont rebondi de 0,2 %, à près de 1,569 Mtéc. En cause, une perte de volume à l’exportation mais aussi une hausse des importa- tions. L’Hexagone n’a expédié que 491 700 téc de janvier à no- vembre, soit 1,1 % de moins que sur la même période de 2016. En cause, surtout, la forte baisse des ventes de poulet (-4,4 %) à 357 500 téc que ne compensent pas les hausses des exportations

de dinde (+6,9 % à 81 800 téc) et de canard (+14,2 % à 47 400 téc). Dans le même temps, la France a augmenté ses achats

à l’étranger, de près de 2,5 % à

565 800 téc. Là encore, c’est le

poulet qui mène la danse, avec des importations en hausse de 3,6 %

à 502 100 téc, tandis que l’heure

n’est qu’au sursaut pour la dinde (+0,4 % à 42 800 téc) et à la baisse

en canard (-18,5 % à 17 600 téc). A cette augmentation des dispo- nibilités à la vente sur le marché français fait face une demande intérieure en demi-teinte. Selon les données FranceAgriMer-Kan- tar Worldpanel, les achats de volailles et d’élaborés (hors la- pin) par les ménages français sont restés stables entre 2017 par rapport à 2016. Un statu quo qui cache des évolutions très di- verses selon le produit considéré. En outre, ce maintien de façade laisse entendre que l’appétit des Français ne progresse pas à do- micile, et que par conséquent la hausse des importations sert principalement à fournir la res- tauration hors domicile.

Reconquérir la restauration hors domicile Un tel constat ne peut qu’inciter la filière à reconquérir des parts

de marché sur son propre terri- toire, en poursuivant ses vagues de communication auprès des consommateurs mais aussi en

redoublant d’efforts auprès de la restauration hors domicile (RHD). C’est l’objectif que s’est fixée l’Association pour la pro- motion de la volaille française (APVF) pour ces prochaines an- nées. Selon l’association, seul 70 % de la production française est consommée sur le territoire, dont seulement 16 % en RHD. Les professionnels lancent une opération de séduction des dé- cideurs, privés ou élus, via une campagne de communication dans la presse professionnelle et à la radio. Objectif : rappeler les atouts de l’origine France et rappeler à la RHD que c’est une attente forte de leur client. Pour appuyer ses propos, la filière peut compter sur les résultats d’une enquête OpinionWay pour l’APVF réalisée les 10 et 11 jan-

vier auprès d’un échantillon re- présentatif de la population. Des résultats quasiment sans appel :

ploi (89 %). En outre, 84 % des interrogés jugent que la présence du logo «Volaille française» in-

Laure-Anne Lefebvre

Près de 9 Français sur 10 esti- ment important d’avoir accès à de la volaille française en RHD. La grande majorité reconnaît de nombreux avantages aux vo- lailles françaises, et en particu- lier que c’est un gage de traçabili- té (pour 90 % des interrogés), de qualité gustative (85 %) et sani-

cite à l’achat et qu’il renforce la confiance en ces produits. Ils sont par ailleurs de 49 % à 62 % à se dire prêts à payer plus cher pour de la volaille française, selon le débouché considéré, et en particulier dans les restaurants traditionnels et les traiteurs.

taire (91 %) et de soutien de l’em-

(Les Marchés)

dans les restaurants traditionnels et les traiteurs. taire (91 %) et de soutien de l’em- (Les
dans les restaurants traditionnels et les traiteurs. taire (91 %) et de soutien de l’em- (Les