Sunteți pe pagina 1din 117
DU TCCE Faculté de Médecine de Tunis 06 janvier 2017
DU TCCE
Faculté de Médecine de Tunis
06 janvier 2017
Samir AYADI 2017

Samir AYADI

2017

Samir AYADI 2017
Samir AYADI 2017
Samir AYADI 2017
Avant Propos Une « bonne » psychothérapie a sa meilleure démarche dans :   

Avant Propos

Une « bonne » psychothérapie a sa meilleure démarche dans :

la Qualité de la relation thérapeutique c-à-d

 l’ Alliance thérapeutique,

 l’ Entretien psychiatrique et

le Diagnostic.

la Cohérence avec l’histoire du sujet:

les Analyses fonctionnelles.

la Structuration du modèle thérapeutique:

les Plan & chronologie d’une TCC.

du modèle thérapeutique :  les   Plan & chronologie d’une TCC . Dr FERAL UMEO

Dr FERAL UMEO Avril 2015 , Cottraux 2005.

GENERALITES  …… l’ Entretien PSY est un :  Entretien de diagnostic (analyse fonctionnelle)

GENERALITES

…… l’ Entretien PSY est un :

Entretien de diagnostic (analyse

fonctionnelle)

Entretien d’évaluation (instruments de mesure)

Entretien de motivation (techniques spécifiques)

Entretiens thérapeutiques (application des

techniques TCCE)

……

INTRODUCTION 1

INTRODUCTION 1

L’entretien en TCCE a pour objectif

général

de

déterminer

problème

le

comportement

d’évaluer son ampleur et de préciser les facteurs qui y sont associés

de motiver le patient à le changer

de le faire disparaître ou au moins d’en

l’intensité

les

diminuer

conséquences

et

INTRODUCTION 2 L’entretien en TCCE comporte des méthodes  comportementales et cognitives générales ○

INTRODUCTION 2

L’entretien en TCCE comporte des méthodes comportementales et cognitives générales

Applicables dans toutes les séances

spécifiques

Applicables spécifiquement pour chaque étape du déroulement de la thérapie (diagnostic, évaluation, motivation et traitement)

et spéciales

Applicables spécialement pour certaines techniques

INTRODUCTION 3 L’entretien en TCCE a des caractéristiques:  Echange ou conversation entre le thérapeute

INTRODUCTION 3

L’entretien en TCCE a des caractéristiques:

Echange ou conversation entre le thérapeute et le patient

A médiation verbale et en face à face

Répond aux règles générales d’entretien en psychologie clinique

Respecte

l'éthique

la

soignant-soigné

de

thérapeutique

déontologique Médecin-Malade)

relation

(

et

Comprend des méthodes issues des théories

de l’apprentissage

Nous allons suivre le plan suivant:  Méthodes comportementales et cognitives: - comportementale :

Nous allons suivre le plan suivant:

Méthodes comportementales et cognitives:

- comportementale : Contreconditionnement et R+

- cognitives: Reformulation, Dédramatisation, Résumer, Questionnements Inductif ou Socratique

Le ou les 1ers Entretiens: objectifs, cadre et types

Le Comportement-Problème (CP) et sa

Concrétisation

Anamnèse et antécédents personnels et familiaux

Génogramme

Attitude en Entretien. Poser des questions

Jeux de rôles et Mises en Situation

METHODES GENERALES DE L’ENTRETIEN Méthodes comportementales: Les techniques comportementales d’entretien sont

METHODES GENERALES DE

L’ENTRETIEN

Méthodes comportementales:

Les techniques comportementales d’entretien sont issues des principes du conditionnement:

Le CONTRECONDITIONNEMENT

Le RENFORCEMENT POSITIF (R+)

Méthodes cognitives: L’entretien cognitif

Techniques cognitives utilisées aux différents temps de l’entretien Surtout lors de l’Analyse d’une situation précise

Les techniques comportementales d’entretien Le CONTRECONDITIONNEMENT correspond au principe d’exposition. Expliquer

Les techniques comportementales d’entretien

Le CONTRECONDITIONNEMENT correspond au principe d’exposition. Expliquer et appliquer avec le patient l’auto-observation (exposition)

- Intérêt diagnostic (relever les signes)

- Intérêt d’évaluation (intensité et fréq)

- Intérêt motivationnel (capacité de…) - Intérêt thérapeutique (compréhension)

Les techniques comportementales d’entretien LE RENFORCEMENT POSITIF (R+) correspond aux conséquences appétitifs dont

Les techniques comportementales d’entretien

LE RENFORCEMENT POSITIF (R+)

correspond aux conséquences appétitifs

dont la présence augmente la probabilité

de reproduction du comportement

Faciliter l’expression verbale (hmm, oui…Dtic)

Détecter du bon dans ce qui est spontanément fait par le patient en expliquant son support cognitivo-comportemental (volet motivationnel)

Renforcer les réussites dans l’exécution des techniques thérapeutiques (volet thérapeutique)

Méthodes cognitives L’entretien cognitif  LA REFORMULATION permet  au thérapeute de préciser le sens

Méthodes cognitives

L’entretien cognitif

LA REFORMULATION permet

au thérapeute de préciser le sens de l’information fournie par le patient (volet diagnostique et d’évaluation du CP)

au

patient

de

mieux

comprendre

ses

difficultés

et

de

vouloir

accéder

au

changement (Motivationnel)

au patient de mieux assimiler les nouvelles pensées alternatives ainsi que les techniques de désactivation des schémas

(volet thérapeutique)

La REFORMULATION  LA REFORMULATION : « différentes manières »  La reformulation simple: si

La REFORMULATION

LA REFORMULATION :« différentes manières »

La reformulation simple: si j’ai bien compris vous vouliez me dire que…

La reformulation double: d’après ce que vous venez de

dire, vous êtes ….…

pas…… (exprime l’ambivalence)

mais en même temps vous n’êtes

La reformulation du sens de l’émotion: si j’ai bien compris vous vous sentez….quand …….

La reformulation amplifiée: si je reprends ce que vous venez de dire vous êtes toujours….ou vous n’êtes jamais…. La reformulation interrogative: qu’est ce que vous

vouliez dire? Est-ce

ou bien

Exemple de REFORMULATION (intérêt diagnostique)  Ex 1:  P: hier en rentrant chez moi,

Exemple de REFORMULATION

(intérêt diagnostique)

Ex 1:

P: hier en rentrant chez moi, l’électricité était coupée ce qui a

déclenché chez moi une anxiété T: si j’ai bien compris l’obscurité est une situation qui vous fait peur

P: non, mais l’obscurité m’a empêché de mettre la clé dans la

serrure à l’angle précis que je souhaite

Ex

2: P: depuis le début de ces AP, je n’arrive

plus à faire du sport,

l’accélération de mon cœur me

fait toujours paniquer

T: Si j’ai bien compris, à chaque fois que ton rythme cardiaque

AP

s’accélère,

et ce quelle que soit l’activité physique entreprise

tu

présente

une

P:

Non,

il

y

a

quelques

jours j’ai aidé

mon ami

déménagement et je n’ai rien senti

dans son

La DÉDRAMATISATION  permet  d’encourager le patient à exprimer ses difficultés et en préciser

La DÉDRAMATISATION

permet

d’encourager le patient à exprimer ses difficultés et en préciser l’ampleur sans retenue (volet diagnostique et d’évaluation du CP)

au patient de mieux accepter son trouble et de croire en ses capacités à changer (V. motivationnel)

au patient de s’exposer plus facilement aux situations redoutées (volet thérapeutique)

Exemple de dédramatisation (intérêt thérapeutique)

P: j’ai essayé hier de suivre les informations mais je n’étais pas

bien concentré (patient déprimé)

T: qu’est-ce que vous avez relevé comme nouvelles dans le pays

P: il paraît que … c’est ce que j’ai compris, j’ai pas pu retenir plus de détails sur cette nouvelle

T: à ce stade de l’évolution, je n’attendais pas de vous plus de détails (on peut aussi reformuler +++)

RÉSUMER après un certain temps de l’entretien  permet  au thérapeute un meilleur recueil

RÉSUMER

après un certain temps de l’entretien

permet

au thérapeute un meilleur recueil des informations cliniques (volet diagnostique) au patient de mieux comprendre son trouble (volet motivationnel) au patient et au thérapeute de mieux cibler les objectifs thérapeutiques (volet thérapeutique)

Exemple de RÉSUMER  (intérêt thérapeutique)  T: on peut dire que votre problème essentiel

Exemple de RÉSUMER

(intérêt thérapeutique)

T: on peut dire que votre problème essentiel est l’anxiété qui apparaît quand vous êtes devant des personnes inconnues. Cette anxiété s’exprime

surtout par une tachycardie et des sueurs. L’idée

qui domine dans ces circonstances « les autres vont se rendre compte de mon anxiété et vont me mépriser » Pour ceci, vous avez toujours

évité de faire une réunion formelle avec votre

personnel ce qui constitue pour vous un véritable handicap au travail

Intérêt thérapeutique de cet exemple de RÉSUMER  T: on peut ainsi envisager les objectifs

Intérêt thérapeutique de cet exemple de RÉSUMER

T: on peut ainsi envisager les objectifs et les techniques thérapeutiques suivants

Relaxation:

anxieux

pour

réduire

les

signes

Restructuration cognitive avec pensées alternatives pour remplacer les idées

anxiogènes

Exposition en imagination puis en jeux de rôle à la circonstance de la réunion

pour mieux maîtriser cette situation

Les QUESTIONNEMENTS INDUCTIF ou SOCRATIQUE  Exemple diagnostique:  P: je suis une mauvaise personne

Les QUESTIONNEMENTS

INDUCTIF ou SOCRATIQUE

Exemple diagnostique:

P: je suis une mauvaise personne

T: pourquoi vous pensez ça de vous?

P: à chaque fois que je parle avec mon mari, je sens que

je le rends désespéré

T: de façon générale sur quoi vous vous basez pour considérer une personne comme mauvaise?

P: une personne qui cherche à faire du mal

T: pensez vous faire autant avec votre mari

P: non, mais mon pessimisme retentit sur lui

Les QUESTIONNEMENTS INDUCTIF ou SOCRATIQUE  permettent de résoudre les «situations impasses» aux différents

Les QUESTIONNEMENTS

INDUCTIF ou SOCRATIQUE

permettent

de

résoudre

les

«situations

impasses» aux différents volets diagnostique,

motivationnel et thérapeutique

Le questionnement inductif permet de

abstrait au précis et

passer du

global et

concret

Les QUESTIONNEMENTS INDUCTIF ou SOCRATIQUE je suis une mauvaise personne » à « mon pessimisme

Les QUESTIONNEMENTS

INDUCTIF ou SOCRATIQUE

je suis une mauvaise

personne » à « mon pessimisme

retentit sur mon environnement » Le questionnement socratique permet au patient de s’autoévaluer et d’argumenter ses affirmations

Passer de «

Les QUESTIONNEMENTS INDUCTIF ou SOCRATIQUE  Exemple motivationnel:  P: je suis serein avec l’alcool

Les QUESTIONNEMENTS

INDUCTIF ou SOCRATIQUE

Exemple motivationnel:

P: je suis serein avec l’alcool je ne dépasse jamais les limites, je ne suis jamais bourré

T: qu’est ce qui vous a amené à consulter ?

P: c’est ma femme qui me pousse à arrêter de boire

T: rappelez vous quand est ce que votre femme vous a demandé ceci pour la première fois ?

.

P: il y a un an déjà. je l’avais agressée

T: étiez vous serein ce jour là?

P: j’avais bu, mais elle m’a provoqué aussi

T: pensez vous être quelqu’un de violent?

P: non

T: pensez vous que l’alcool ait pu jouer un rôle dans votre conduite avec votre femme?

P: oui

Femme agoraphobe: « discours initial: je dors très mal depuis un mois et je ne veux plus sortir de chez moi » (reformulation interrogative : peur ou pas envie)

Homme déprimé: « je suis un mauvais père, je suis irresponsable,

(qcq une personne

irresponsable?? Qui intentionnellement ne s’occupe pasEst-ce que c’était un choix ou intentionnel pour vous? découverte guidée)

AP récurrentes avec signes somatiques multiples

je

n’arrive

à

pas

travailler

pour

»

et phobie des transports (résumer)

Le(s) premiers entretien(s) : OBJECTIFS  Établir la relation de travail  Accueillir la plainte

Le(s) premiers entretien(s) :

OBJECTIFS

Établir la relation de travail

Accueillir la plainte

Établir un diagnostic symptomatologique

Préciser la demande et les attentes

Le(s) premiers entretien(s) : définir un CADRE  Se nommer, donner sa fonction, son rôle

Le(s) premiers entretien(s) :

définir un CADRE

Se nommer, donner sa fonction,

son rôle dans l’institution

Exposer (Miller & Rollnick, 2006):

la durée de la séance

notre rôle et nos objectifs

le rôle du client

fixer l’agenda

Les TYPES d’entretiens  Entretien libre: permet aux personnes de « raconter leur histoire »

Les TYPES d’entretiens

Entretien libre:

permet aux personnes de « raconter leur

histoire »

Entretien semi-structuré Fournit des lignes de conduites, des

exemples de questions , Ex. Kiddie-SADS

Entretien structuré Standardisé (les questions sont prédéterminées)

Ex. Mini

Les types d’entretiens Les entretiens non-structurés  Inventaire des problèmes et des ressources

Les types d’entretiens

Les entretiens non-structurés

Inventaire

des

problèmes

et

des

ressources Concrétisation

du

(des)

comportement(s)-problème(s)

Anamnèse

Les types d’entretiens Les entretiens semi-structurés  Quel est l’intérêt?  rigueur de l’évaluation

Les types d’entretiens

Les entretiens semi-structurés

Quel est l’intérêt?

rigueur de l’évaluation diagnostique

exploration des manifestations psychopathologiques

l’étendue

la durée

l’évolution

les pathologies co-morbides

période de recueil de l’information: limitée ou la vie entière

Mais : contenu à adapter en fonction de l’évolution des critères

Les types d’entretiens entretiens structurés (Deplus, 2008) Acceptation par les clients (Suppiger& al., 2009)

Les types d’entretiens

entretiens structurés

(Deplus, 2008)

Acceptation par les clients

(Suppiger& al., 2009)

Mesure la satisfaction de 183 patients et de 10 thérapeutes impliqués dans un

entretien structuré

78.5 % des patients ont trouvé l’entretien utile

96.7% des patients ont évalué positivement la relation

Les différents types d’entretiens ont pour rôle: Les entretiens non-structurés et les entretiens

Les différents types d’entretiens ont pour rôle:

Les entretiens

non-structurés

et

les

entretiens

structurés

aboutissent

à

établir:

Inventaire

des

problèmes

et

 

des

ressources Concrétisation

du

(des)

comportement(s)-problème(s)

Anamnèse

CONCRÉTISATION DU PROBLÈME CONCRETISATION= analyser et structurer la demande du patient  Essayer de comprendre

CONCRÉTISATION DU

PROBLÈME

CONCRETISATION= analyser et

structurer la demande du patient

Essayer de comprendre ce que le client veut dire (≠ interpréter)

Analyser les labels

Analyser les comportements, émotions, cognitions

Analyser les situations d’apparition et de non-apparition

Refléter les concrétisations

Bilan et évaluation générale (Brinkman, 1978)  Cinq questions  Quel est le problème? 

Bilan et évaluation générale

(Brinkman, 1978)

Cinq questions

Quel est le problème?

Depuis quand la situation problématique

est-elle présente dans la vie du client?

Quelles sont les causes du problème selon le client( patient)?

Quelles sont les circonstances qui provoquent l’apparition ou la disparition du problème?

Quelle est la gravité du problème?

Analyser les mécanismes de « coping »

A propos de Coping Deux grands types sont toujours identifiés :  Le coping centré

A propos de Coping

Deux grands types sont toujours identifiés :

Le coping centré sur le problème ; et le coping centré sur l’émotion.

Ils sont toujours de rigueur malgré les controverses quant à leurs qualités. En général, le coping centré sur l’émotion regroupe des stratégies qui visent à réguler l’émotion associée à l’événement stressant. Le

coping centré sur le problème implique, en

revanche, des stratégies orientées vers le « management » de l’événement.

Inventaires des problèmes : quelques règles (Orlemans, Eelens & Hermans, 1995)  Utiliser le terme

Inventaires des problèmes :

quelques règles

(Orlemans, Eelens & Hermans, 1995)

Utiliser le terme « problème » et non

diagnostic

Parler en terme de comportement concret et compréhensible

L’inventaire est provisoire et sera complété

Ne pas (déjà) essayer de faire une

analyse fonctionnelle

Mise en situation par binôme, choisir un label qui nous correspond « je suis… »

Mise en situation

par binôme,

choisir un label qui nous correspond « je

suis… » et l’autre doit le concrétiser

L’anamnèse  Utile mais doit rester brève lors des premiers entretiens  Sera complétée si

L’anamnèse

Utile mais doit rester brève lors des premiers entretiens

Sera complétée si nécessaire au cours

du processus

Ne pas trop mettre l’accent sur les comportements passés mais plutôt sur

le fonctionnement actuel

Anamnèse chez l’adulte  informations socio-démographiques  situation familiale  état de santé / soins

Anamnèse chez l’adulte

informations socio-démographiques

situation familiale

état de santé / soins médicaux

histoire du traitement

antécédents familiaux de troubles

médicaux et

psychiatriques

psychologiques /

adaptation scolaire et relations sociales

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001) Enfance  Relations

Repères pour décrire les antécédents

familiaux et personnels du client

(Marchand, 2001)

Enfance

Relations avec la famille, les parents, la fratrie

Atmosphère à la maison (type de relation entre

les parents; rivalité dans la fratrie)

Sentiment d’être aimé ou non (comment le client obtenait de l’attention ou de l’affection)

Méthodes utilisées par les parents dans l’éducation des enfants

Autres évènements significatifs (agression sexuelle, violence, accident de voiture, maladie

chronique,)

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001) Adolescence:  Puberté

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client

(Marchand, 2001)

Adolescence:

Puberté

Première relations amoureuses et

sexuelles

Socialisation, groupe de pairs

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001)  Vie de

Repères pour décrire les antécédents

familiaux et personnels du client

(Marchand, 2001)

Vie de couple

Attentes, degré de satisfaction

Description du conjoint Enfants

Interactions conjugales

Pouvoir, contrôle,

Prise de décisions, communication

Situation financière

Vie sexuelle (difficultés, de gré de satisfaction)

Partage des activités et des loisirs

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001)  Travail 

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001)

Travail

Responsabilités

Conflits ou qualité des relations de travail

Buts, objectifs professionnels

Histoire professionnelle

Loisirs

Passe-temps

Sources de gratification

Projets futurs

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001)  Antécédents médicaux

Repères pour décrire les antécédents familiaux et personnels du client (Marchand, 2001)

Antécédents médicaux

Problèmes

de

santé,

alimentation,

des

sommeil, faits

antécédents médicaux dans la famille

saillants

Traitements antérieurs

Spécifier les traitement reçus: où, avec qui, hospitalisation, médicaments,

Anamnèse chez l’enfant & l’adolescent  informations socio-démographiques  situation familiale 

Anamnèse

chez l’enfant & l’adolescent

informations socio-démographiques

situation familiale

état de santé / soins médicaux

antécédents développementaux

antécédents de maltraitance

histoire du traitement

antécédents familiaux de troubles médicaux et

psychologiques / psychiatriques

Adaptation scolaire et relations sociales

On pourrait s’inspirer de l’entretien préliminaire de l’entretien diagnostique semi-structuré

Kiddie-SADS-P/L* (Mouren-Simeoni et al.,

2002)

Génogramme  Représentation graphique de la famille, généralement sur 3 générations, pour  Faciliter le

Génogramme

Représentation

graphique

de

la

famille,

généralement sur 3 générations, pour

Faciliter le recueil, l’organisation et l’utilisation des données familiales par les intervenants Prise de contact avec les membres de la famille Mise en évidence des antécédents familiaux Formulation d’hypothèses sur la situation actuelle

Génogramme  Réalisation du génogramme  Étapes:  Dresser la carte de la structure familiale

Génogramme

Réalisation du génogramme

Étapes:

Dresser la carte de la structure

familiale Recueillir des informations à propos

de la famille

Indiquer les relations familiales

Poser les questions en allant des plus banales vers les plus délicates

Poser les questions en allant des plus banales vers les plus délicates  Représenter les

Poser les questions

en allant des plus banales vers

les plus délicates

Représenter les personnes

Représenter les liens de couple

Représenter les liens de filiation

Représenter la qualité des liens

Dresser la carte de la structure familiale

Recueillir des informations à propos de la famille

Poser les questions en allant des plus banales vers les plus délicates  Recueillir des

Poser les questions

en allant des plus banales vers les

plus délicates

Recueillir des informations à propos de la famille

de type démographique

Ex. âge, dates de décès, etc.

de type fonctionnel

Ex. fonctionnement médical, émotionnel, comportemental

concernant les événements critiques

Ex. changements importants

Indiquer les relations familiales

Ligne de vie

Mise en situation  Former un groupe de 3 personnes  Réaliser un génogramme 

Mise en situation

Former un groupe de 3 personnes

Réaliser un génogramme

A joue le psychologue, B joue le

client et C observe (5 minutes par

personne)

Chacun joue chaque rôle

Mise en commun du ressenti et des

observations

L’ATTITUDE en entretien voir plus loin Thérapeute dans l’entretien et sa relation thérapeutique « une

L’ATTITUDE en entretien

voir plus loin

Thérapeute dans l’entretien et sa relation thérapeutique

« une relation entre un (des)

psychothérapeute(s) et un (des) patient (s) tel que patient(s) et thérapeute (s)

travaillent ensemble de manière active pour résoudre les problèmes posés dans la psychothérapie » (Cungi, 2006)dans la confiance et l’harmonie

L’attitude en entretien -1  Établir un rapport collaboratif  Condition nécessaire: ses deux facettes

L’attitude en entretien -1

Établir un rapport collaboratif

Condition nécessaire: ses deux facettes

L’attitude en entretien -1  Établir un rapport collaboratif  Condition nécessaire: ses deux facettes
L’attitude en entretien -1  Établir un rapport collaboratif  Condition nécessaire: ses deux facettes
Les deux facettes du rapport collaboratif (Cungi, 2006) -1 La dimension affective (Rogers, 2003) 

Les deux facettes du rapport

collaboratif (Cungi, 2006) -1

La dimension affective (Rogers, 2003) Empathie = capacité du thérapeute à comprendre la réalité que vit le patient

Authenticité = aptitude du thérapeute à se sentir « à l’aise » dans la situation

thérapeutique, y compris avec ses propres émotions

à

développer de la « sympathie » pour son patient

Chaleur

capacité

du

thérapeute

=

Les deux facettes du rapport collaboratif (Cungi, 2006) -2  La dimension professionnelle  Disposer

Les deux facettes du rapport collaboratif (Cungi, 2006) -2

La dimension professionnelle Disposer d’un statut Avoir des compétences

collaboratif (Cungi, 2006) -2  La dimension professionnelle  Disposer d’un statut  Avoir des compétences
collaboratif (Cungi, 2006) -2  La dimension professionnelle  Disposer d’un statut  Avoir des compétences
L’attitude en entretien - 2  Aller du plus spécifique général au plus  Combiner

L’attitude en entretien - 2

Aller

du

plus

spécifique

général

au

plus

Combiner des questions ouvertes et fermées

en entretien - 2  Aller du plus spécifique général au plus  Combiner des questions
en entretien - 2  Aller du plus spécifique général au plus  Combiner des questions
Mise en pratique  Former un groupe de 3 personnes (A,B,C)  Exercice: interroger un

Mise en pratique

Former un groupe de 3 personnes (A,B,C)

Exercice: interroger un ami sur un événement récent

de 3 manières différentes

1ère manière: A ne pose que des questions fermées à B; B répond et C observe (durée 5 minutes)

2ème manière: B ne pose que des questions ouvertes à C; C répond et A observe (durée 5 minutes)

3ème manière: C pose que des questions ouvertes et

des questions fermées à A; A répond et B observe

(durée 5 minutes)

Mise en commun du ressenti du répondant et des observations (5 minutes)

SELON L’ÉTAPE DE LA THÉRAPIE  Entretien de diagnostic (analyse fonctionnelle)  Entretien d’évaluation

SELON L’ÉTAPE DE LA THÉRAPIE

Entretien de diagnostic (analyse fonctionnelle)

Entretien d’évaluation (instruments de mesure)

Entretien

de

spécifiques)

motivation

(techniques

Entretiens

thérapeutiques

techniques TCC)

(application

des

Entretien de diagnostic  Correspond aux deux premières séances de la thérapie  A pour

Entretien de diagnostic

Correspond aux deux premières séances de la thérapie A pour objectif o Etablir un bon contact avec le patient

(empathie)

o Poser l’indication de la thérapie o Recueillir toutes les données cliniques

nécessaires pour une analyse fonctionnelle

complète o Expliquer les principes de la thérapie

Entretien de diagnostic  Trois types d’analyses fonctionnelles o BASIC IDEA o Grille SECCA o

Entretien de diagnostic

Trois types d’analyses fonctionnelles

o

BASIC IDEA

o

Grille SECCA

o

SOC

Données concernant le comportement problème

o

Son origine

o

Facteurs influençants (amélioration, aggravation)

o

Emotions et sensations associées

o

Cognitions associées

Auto-observation : les colonnes de Beck.

Auto-observation :

les colonnes de Beck.

 

Émotions

Cognitions (niveau de croyance)

   

Situation

Sensations

Comportements

Conséquences

(intensité)

 

Tendu

« Je vais me sentir

   

Chaleur Oppression Palpitations Peur 8/10

mal. » « Je ne vais pas men sortir. » Adhésion 10/10

Je prends hypnotique + BZD +OH

Agitation

Prendre

lavion.

paradoxale

Confusion

Voir un

Agité

Embrouillé

« Et sil me trouve

une maladie grave

Jannule le RDV

« Je ne sais pas

médecin

Préoccupé Anxiété 6/10

! » Adhésion 7/10

si je suis en bonne santé. »

1 comportement problème Dans 1 situation réelle vécue Analyse fonctionnelle 1 fonction du comportement Une
1 comportement
problème
Dans 1 situation
réelle vécue
Analyse
fonctionnelle
1 fonction du
comportement
Une ou plusieurs
interventions
thérapeutiques

Dr Féral F. ® 2015

+ L ’ équation comportementale. Analyse fonctionnelle ABC. B • Antécédent • Conséquence • Contexte

+ Léquation comportementale.

Analyse fonctionnelle ABC.

L ’ équation comportementale. Analyse fonctionnelle ABC. B • Antécédent • Conséquence • Contexte •
B • Antécédent • Conséquence • Contexte • Fonction. • Behaviour • Stimulus. • Comportement
B
• Antécédent
Conséquence
• Contexte
Fonction.
Behaviour
• Stimulus.
Comportement
Réaction.
A
C
+ L ’ équation comportementale. Analyse fonctionnelle SORC. Stimulus • Contexte • Stimuli externes et

+ Léquation comportementale.

Analyse fonctionnelle SORC.

L ’ équation comportementale. Analyse fonctionnelle SORC. Stimulus • Contexte • Stimuli externes et internes.
Stimulus • Contexte • Stimuli externes et internes.
Stimulus
• Contexte
• Stimuli externes
et internes.
Organisme • Pensées • Émotions • Sentiments • Sensations.
Organisme
• Pensées
• Émotions
• Sentiments
• Sensations.
Réaction • Comportement • Ouvert ou caché.
Réaction
Comportement
Ouvert ou
caché.
Conséquence • Fonction • Renforcement ou punition.
Conséquence
• Fonction
Renforcement
ou punition.

Dr FERAL UMEO Avril 2015

selon DSM 5

Dr FERAL UMEO Avril 2015 selon DSM 5 Diagnostic Comportements Anticipations: Situation(s) Emotions et réactions physiques

Diagnostic

Comportements

Anticipations:

2015 selon DSM 5 Diagnostic Comportements Anticipations: Situation(s) Emotions et réactions physiques Cognitions L
2015 selon DSM 5 Diagnostic Comportements Anticipations: Situation(s) Emotions et réactions physiques Cognitions L

Situation(s)

DSM 5 Diagnostic Comportements Anticipations: Situation(s) Emotions et réactions physiques Cognitions L ’ entourage
DSM 5 Diagnostic Comportements Anticipations: Situation(s) Emotions et réactions physiques Cognitions L ’ entourage

Emotions et réactions physiques

Cognitions

Lentourage

Emotions et réactions physiques Cognitions L ’ entourage SECCA Anachro nique P.A imagerie signification personnelle
SECCA Anachro nique
SECCA
Anachro
nique

P.A

imagerie

signification personnelle

63

Données

structurelles

possibles

Facteurs

déclenchants initiaux invoqués

Facteurs de maintien historiques possibles

Facteurs

précipitants

Facteurs de maintien historiques possibles Facteurs précipitants SECCA Diachronique Dr FERAL UMEO Avril 2015 64

SECCA

Diachronique

Facteurs de maintien historiques possibles Facteurs précipitants SECCA Diachronique Dr FERAL UMEO Avril 2015 64

Contexte

Contexte + Le contextualisme fonctionnelle. Analyse fonctionnelle : matrice ACT. • Fonction de protection. •

+ Le contextualisme fonctionnelle.

Analyse fonctionnelle : matrice ACT.

• Fonction de protection. • Fonction d’engagement. • Renforcement négatif. • Renforcement positif.
• Fonction de
protection.
• Fonction
d’engagement.
• Renforcement
négatif.
• Renforcement
positif.
Comportement
de
lutte contre
la douleur.
Comportement
engagé vers la
valeur.
Douleur
Valeur
• Contexte
• Ce qui est
interne.
important
dans la vie.
Contexte
• Contexte • Ce qui est interne. important dans la vie. Contexte Dr FERAL UMEO Avril

Dr FERAL UMEO Avril 2015

Dr Féral F. ® 2015

65

Analyse fonctionnelle.

Analyse fonctionnelle.

Le cercle vicieux de Charly Cungi.

Émotions Sensations Conséquences - à CT dans la situation. - à LT : anticipation &
Émotions
Sensations
Conséquences
- à CT dans la
situation.
- à LT : anticipation &
renforcement.
Cognitions
Comportement
étudié

Dr FERAL UMEO Avril 2015

Stimulus interne ou externe en situation
Stimulus
interne ou
externe en
situation
Cognitions Comportement étudié Dr FERAL UMEO Avril 2015 Stimulus interne ou externe en situation + 66
Cognitions Comportement étudié Dr FERAL UMEO Avril 2015 Stimulus interne ou externe en situation + 66

+

66

Dr Féral F. ® 2015 Décentration Évaluations expérimentations Renforcement positif Jeux de rôle
Dr Féral F. ® 2015
Décentration
Évaluations
expérimentations
Renforcement positif
Jeux de rôle
Auto-observations
Approches basées sur la pleine
conscience :
Traitement cognitif :
-
Mindfulness
- Défusion cognitive
-
Acceptation
- Restructuration cognitive
- Avantages / inconvénients
- Résolution de problème
- Valeurs de vie
- Image de Soi
Situation
Comportement
problème
Traitement émotionnel :
Traitement comportemental :
- Expositions répétées avec
prévention de la réponse
- Affirmation de soi
(- médicaments)
- respiration, relaxation,
sophrologie
- lâcher-prise et expositions
émotionnelles : mindfulness,
EMDR, hypnose
Psycho-éducation
Désengagement attentionnel
Empathie
67
Dr FERAL UMEO Avril 2015
Questionnement socratiqueRecontextualiser

Dr Féral F. ® 2015

Gérer les émotions difficiles.

Dr Féral F. ® 2015 Gérer les émotions difficiles. D ’ après Edel Maex Se distraire

Daprès Edel Maex

Se distraire Éviter

difficiles. D ’ après Edel Maex Se distraire Éviter Solutionner Seul Avec autrui relativiser Créer de

Solutionner

Seul

Avec autrui

relativiser

Créer de lespace Mindfulness

Entretien de motivation  Mesure estimative de l’intensité et de la fréquence du comportement problème

Entretien de motivation

Mesure

estimative

de

l’intensité

et

de

la

fréquence du comportement problème

Deux types de mesure

o Directe (Biofeed-back) o Indirecte (échelles d’évaluation)

Permettre de déterminer le niveau de base au début de la thérapie ainsi que le niveau d’amélioration au cours et à la fin de la thérapie

Entretien de motivation  Quoi? Méthode d’intervention spécifique utilisable à divers moments de la

Entretien de motivation

Quoi? Méthode

d’intervention

spécifique

utilisable

à

divers moments de la psychothérapie

Pourquoi?

Pour aider le patient à adhérer au processus thérapeutique et à progresser dans les étapes du

changement volontaire

Miller & Rollnick (1991)

Entretien de motivation  Quand? Blocage de la thérapie Résistances du patient dans le processus

Entretien de motivation

Quand? Blocage de la thérapie Résistances du patient dans le processus de changement Comment?

Mélange d’une approche centrée sur la personne et de méthodes d’intervention plus directives

cognitives et comportementales

Entretien de motivation Etapes du changement volontaire  Précontemplation: Non conscience des problèmes 

Entretien de motivation

Entretien de motivation Etapes du changement volontaire  Précontemplation: Non conscience des problèmes 

Etapes du changement volontaire

Précontemplation: Non conscience des problèmes

Contemplation: Conscience des problèmes mais pas de motivation / raison évidente pour changer

Décision: Choix de changer

Action: Agir en direction du changement

Maintien: Maintenir les acquis et les changements, résister et prévenir les rechutes

Rechute: Retomber dans les anciennes habitudes et les anciens problèmes

Entretien de motivation Les deux phases de l’entretien motivationnel  Phase I : le développement

Entretien de motivation

Les deux phases de l’entretien motivationnel

Phase I : le développement de la motivation De la pré-contemplation à la décision Problèmes-clés, degré de motivation interne au changement, ressources et obstacles

Phase II : le soutien au changement De la décision à l’action Planification du plan et des méthodes de changement et soutien à l’action (plan + contrat)

Entretien de motivation  Phase I : le développement de la motivation • Être empathique

Entretien de motivation

Phase I : le développement de la motivation

Être empathique

Développer les contradictions

Gérer les résistances

Stimuler l’automotivation

Entretien de motivation  Comment être empathique • Se donner à soi-même du temps pour

Entretien de motivation

Comment être empathique

Se donner à soi-même du temps pour réfléchir :

Quel est le message central que me transmet le patient? Comment le lui communiquer? Que vais-je sélectionner dans ce qu’il m’a dit? Vais-je affirmer ou questionner?

Employer des réponses brèves Ajuster ses réponses au patient, à son contexte, son langage, tout en restant soi-même

Entretien de motivation • Poser des questions ouvertes o Anticiper les réponses de type «

Entretien de motivation

Poser des questions ouvertes o Anticiper les réponses de type « oui - non » o Employer des mots interrogatifs

Pourquoi ? Comment ? Qu’est-ce qui ? Quel est? quels sont?

o Demander des explications, une opinion

Parlez-moi de… Que pensez-vous de…

Entretien de motivation • Ecoute empathique o Vous ressentez ……………… (l’émotion que j’entrevois dans

Entretien de motivation

Ecoute empathique

o Vous ressentez ………………

(l’émotion

que j’entrevois dans ce qu’il me dit)

(l’émotion que j’entrevois dans ce qu’il me dit) o Parce que ………………………. (ma théorie)

o Parce que ………………………. (ma théorie)

Entretien de motivation  Comment développer les contradictions? 1. Explorer les objectifs et buts de

Entretien de motivation

Comment développer les contradictions? 1. Explorer les objectifs et buts de vie à court, moyen et long terme

en

Aider

à

formuler

des

objectifs

concrets

termes positifs 2. Découvrir les contradictions entre les objectifs

exprimés et les conduites actuelles

Entretien de motivation  Comment développer les contradictions? 3. Analyser les origines des contradictions et

Entretien de motivation

Comment développer les contradictions?

3. Analyser les origines des contradictions et les

mécanismes qui les soutiennent

4. Faire expliciter les raisons de changer et les

opposer aux raisons de ne pas changer

Exp: Sevrage tabagique

1. Je souhaiterais être en forme physique et

n’avoir aucun souci de santé 2. Je fume deux paquets de cigarettes par jour

Entretien de motivation  Comment développer les contradictions? 3. Je ne trouve plus du temps

Entretien de motivation

Comment développer les contradictions?

3. Je ne trouve plus du temps pour faire du sport Les rares tentatives pour en faire étaient des échecs

car

ma

respiration

ne

suivait pas

Mon

travail

est

stressant

et

m’incite

à

fumer

Je ne fais rien pour décompresser le W-E alors je fume

4. Continuer à fumer vous entraînera toujours dans cette même dynamique, alors que si vous arrêtez:

(meilleur forme phy; envisager de nouvelles activités; retrouver des amis dans une salle de sport, jouer au footetc)

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • La résistance au changement correspond à

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances?

La résistance au changement correspond à un état psychologique transitoire (≠ trait définitif)

Envisager

une

manifestation normale inhérente à tout

la

résistance

comme

processus de changement

Trois techniques sont préconisées Ecoute réflexive Temporisation Recadrage

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • Ecoute réflexive Reflet simple: montrer une

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances? Ecoute réflexive

Reflet simple: montrer une compréhension

pour la résistance

Reflet amplifié: montrer une compréhension excessive

Double reflet: montrer une compréhension pour son ambivalence

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • Exemple d’écoute réflexive Je comprends

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances? Exemple d’écoute réflexive

Je comprends parfaitement que vous soyez désespéré et que vous ne croyez plus aux soins et aux thérapeutes. Mais, en même temps, je trouve légitime votre démarche de consulter. Ça témoigne que

quelque part vous gardez espoir. Je pense que

dans ce genre de situation le déclic peut venir à n’importe quel moment de la thérapie

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • Temporisation - CHANGEMENT DE FOCUS: Changer

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances? Temporisation - CHANGEMENT DE FOCUS:

Changer de

sujet, parler d’autre chose

- CHOIX ET CONTRÔLE PERSONNEL:

Lui montrer qu’on l’aide à y réfléchir, mais qu’on

ne l’oblige à rien

- ACCEPTATION:

Accepter que le patient ne change pas

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • Recadrage - ACCORD AVEC ROTATION: Donner

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances? Recadrage - ACCORD AVEC ROTATION:

Donner son accord sur certains éléments du

discours tout en formulant des réserves finales qui ouvrent la réflexion

- RECADRAGE:

Réinterpréter autrement des informations utilisées par le patient pour nier le problème

Entretien de motivation  Comment gérer les résistances? • Exemple d’accord avec rotation Je suis

Entretien de motivation

Comment gérer les résistances? Exemple d’accord avec rotation Je suis d’accord avec vous quand vous dites que malgré un long parcours chez les psychiatres vous ne vous êtes pas sorti de votre dépression mais je pense que d’après votre description votre état d’aujourd’hui est meilleur que celui du début et votre compliance thérapeutique n’a pas été excellente . Si on améliorait ces deux points………

(acceptation, compliance)

Entretien de motivation  Comment travailler l’automotivation? PERSONNE CONDUITE RESULTAT Je suis capable

Entretien de motivation

Comment travailler l’automotivation?

PERSONNE

 Comment travailler l’automotivation? PERSONNE CONDUITE RESULTAT Je suis capable d’adopter le

CONDUITE

Comment travailler l’automotivation? PERSONNE CONDUITE RESULTAT Je suis capable d’adopter le comportement

RESULTAT

Je suis capable d’adopter le comportement

voulu

La conduite envisagée produit le résultat

recherché

Attente

d’efficacité

Attente de résultat

Entretien de motivation  Comment travailler l’ automotivation? Pousser à l’extrême les préoccupations du

Entretien de motivation

Comment travailler l’automotivation? Pousser à l’extrême les préoccupations du patient ou les conséquences de ses problèmes.

évocatrices

Poser

des

questions

ouvertes

d’arguments qui parlent en faveur du changement.

Encourager, renforcer les efforts et les succès.

Inverser les rôles. Demander au patient de jouer

quelqu’un qui veut vous persuader qu’il faut changer.

Place du Thérapeute dans l’entretien Dans une psychothérapie, nous distinguons 3 sujets :   Le

Place du Thérapeute

dans l’entretien

Dans une psychothérapie, nous distinguons 3 sujets :

Dans une psychothérapie, nous distinguons 3 sujets :   Le patient.   Le thérapeute.   La

Le patient.

psychothérapie, nous distinguons 3 sujets :   Le patient.   Le thérapeute.   La relation thérapeutique.

Le thérapeute. La relation thérapeutique.

  Le thérapeute.   La relation thérapeutique. Quels sont les processus actifs ?   Empathie &

Quels sont les processus actifs ?

relation thérapeutique. Quels sont les processus actifs ?   Empathie & bienveillance.   Flexibilité

Empathie & bienveillance. Flexibilité psychologique.

& bienveillance.   Flexibilité psychologique.   Observation et auto-observation des processus & «
& bienveillance.   Flexibilité psychologique.   Observation et auto-observation des processus & «

Observation et auto-observation des processus

& « conscientisation » (niveau métacognitif).

Thérapeute dans l’entretien et sa relation thérapeutique ou L’ATTITUDE en entretien « une relation entre

Thérapeute dans l’entretien et sa relation thérapeutique

ou

L’ATTITUDE en entretien

«

une

relation entre un (des)

psychothérapeute(s) et un (des) patient (s) tel que patient(s) et thérapeute (s)

travaillent ensemble de manière active pour

résoudre les problèmes posés dans la psychothérapie » (Cungi, 2006)dans la confiance et l’harmonie

Cette attitude en entretien vue en partie plus haut dans GENERALITES

Cette attitude en entretien

vue en partie

plus haut

dans

GENERALITES

Cette attitude en entretien  Doit combiner des questions ouvertes et fermées  Doit éviter

Cette attitude en entretien

Doit combiner des questions ouvertes et fermées Doit éviter !

Le style « interrogatoire »

Les questions longues et multiples

Le jargon psychologisant

Le manque d’intérêt et d’attention

Les interruptions

Les ordres

L’absence de contact oculaire

Les critiques, sarcasmes,

Cette attitude en entretien C-à-d Celui du « BON » ENTRETIEN Exige du THÉRAPEUTE d’avoir

Cette attitude en entretien

C-à-d Celui du

« BON » ENTRETIEN

Exige du THÉRAPEUTE d’avoir LE STYLE DE « SUFFISAMMENT BON » de maitriser LE RAPPORT COLLABORATIF

de disposer de

COMPÉTENCES INDISPENSABLES de bien gérer la meilleure RELATION THÉRAPEUTIQUE

(Charly Cungi).

Le style du thérapeute TCC (Charly Cungi) Empathique, centré sur la réalité du patient. Bienveillant,

Le style du thérapeute TCC

(Charly Cungi)

Empathique, centré sur la réalité du patient. Bienveillant, Authentique , à l’aise avec les émotions du patient et les siennes. Chaleureux. Collaboratif. Souple.

Rapport collaboratif (Charly Cungi)  Le rapport collaboratif est au service de la conceptualisation des

Rapport collaboratif

(Charly Cungi)

Le rapport

collaboratif

est au service

de

la

conceptualisation des problèmes du patient.

Ce rapport collaboratif est défini (Charly Cungi) comme la relation Thérapeute-Client ou Psychothérapeute-Patient produisant une Relation Thérapeutique Privilégiée à l’origine

d’un Travail Psychothérapique, grâce à ses

deux dimensions:

Dimensions du Rapport collaboratif

Dimensions du Rapport collaboratif  Dimension affective Empathie Authenticité chaleur  Dimension

Dimension affective Empathie Authenticité chaleur Dimension professionnelle Statut

Compétences

  Les compétences indispensables du thérapeute (Charly Cungi)  Établir l’alliance thérapeutique 

Les compétences indispensables

du thérapeute (Charly Cungi)

Établir l’alliance thérapeutique

Renforcer l’alliance thérapeutique pour diminuer les

réactances et les résistances

pour diminuer les réactances et les résistances   Réactance processus thérapeutique.   Résistance :
pour diminuer les réactances et les résistances   Réactance processus thérapeutique.   Résistance :

Réactance

processus thérapeutique. Résistance : ralentissement implicite du processus thérapeutique dû à des facteurs psychologiques et comportementaux du sujet et/ou du thérapeute. Plus le thérapeute tente de convaincre et d’éliminer les réactances et les résistances, plus elles se renforcent.

opposition

explicite

du

:

sujet

au

et d’éliminer les réactances et les résistances, plus elles se renforcent. opposition explicite du : sujet
Les compétences indispensables du thérapeute (Charly Cungi)  Recueillir les informations utiles et

Les compétences indispensables

du thérapeute (Charly Cungi)

Recueillir les informations utiles et nécessaires

Organiser les informations dans un modèle opératoire (AF)

Appliquer les méthodes thérapeutiques

Évaluer l’impact de la thérapie (CT, MT, LT)

Les compétences indispensables du thérapeute (Charly Cungi)  Le thérapeute favorise les processus et

Les compétences indispensables

du thérapeute (Charly Cungi)

Le thérapeute favorise les processus et l’observation des processus chez le patient. Ainsi il doit savoir user de:

Modeling (« révélation de soi »). Questionnement socratique. L’auto-observation (du thérapeute).

savoir user de : Modeling (« révélation de soi »). Questionnement socratique. L’auto -observation (du thérapeute).
Modeling « révélation de soi »  Le thérapeute est capable d’établir sa propre analyse

Modeling « révélation de soi »

Le thérapeute est capable d’établir sa propre analyse fonctionnelle dans la situation de la

relation thérapeutique.

Le thérapeute est souple,

remettre

en

changement.

question

et

capable de se

le

de

risquer

Modeling « révélation de soi »  Le thérapeute distingue ce qui vient intrinsèquement de

Modeling « révélation de soi »

Le thérapeute distingue ce qui vient intrinsèquement de lui de ce qui provient de la relation avec le sujet.

Le thérapeute est capable de s’appliquer à lui-même les techniques TCC (à la lumière de l’AF) pour améliorer le travail thérapeutique :

Respiration, relaxation et/ou pleine conscience.

Avantages/inconvénients/risques,

décentrations,.

Affirmation/révélation

de

soi,

restructuration

cognitive,

expositions,

comportements

alternatifs, suppression des évitements.

Modeling « révélation de soi »  Le thérapeute montre ainsi l’exemple au patient («

Modeling « révélation de soi »

Le

thérapeute

montre

ainsi

l’exemple

au

patient (« modeling »).

 

Intérêt

+++

des

évaluations

et

des

enregistrements de séances. Intérêt +++ de la supervision TCC.

Questionnement socratique   Focaliser l’attention du patient sur les problèmes à traiter.   Mettre à

Questionnement socratique

Questionnement socratique   Focaliser l’attention du patient sur les problèmes à traiter.   Mettre à jour

Focaliser

l’attention

du

patient

sur

les

problèmes à traiter.   Mettre à jour les hypothèses du patient. Mettre à jour les hypothèses du patient.

à traiter.   Mettre à jour les hypothèses du patient.   Aider à envisager d’autres perspectives.

Aider à envisager d’autres perspectives.

du patient.   Aider à envisager d’autres perspectives.   Faciliter la modification des interprétations.

Faciliter la modification des interprétations.

du patient.   Aider à envisager d’autres perspectives.   Faciliter la modification des interprétations.
du patient.   Aider à envisager d’autres perspectives.   Faciliter la modification des interprétations.
Questionnement socratique   Questions ouvertes.   Faire préciser les termes.   Évaluer le niveau de

Questionnement socratique

Questionnement socratique   Questions ouvertes.   Faire préciser les termes.   Évaluer le niveau de croyance.

Questions ouvertes. Faire préciser les termes.

  Questions ouvertes.   Faire préciser les termes.   Évaluer le niveau de croyance.   Faire
  Questions ouvertes.   Faire préciser les termes.   Évaluer le niveau de croyance.   Faire

Évaluer le niveau de croyance.

préciser les termes.   Évaluer le niveau de croyance.   Faire évaluer les conséquences.   Discuter

Faire évaluer les conséquences. Discuter l’évidence (les preuves).

  Faire évaluer les conséquences.   Discuter l’évidence (les preuves).   Faire rechercher des alternatives.
  Faire évaluer les conséquences.   Discuter l’évidence (les preuves).   Faire rechercher des alternatives.

Faire rechercher des alternatives.

L’auto -observation du thérapeute. Dans la situation de la relation thérapeutique, le thérapeute observe et

L’auto-observation

du thérapeute.

Dans la situation de la relation thérapeutique,

le thérapeute observe et prend conscience de :

Son ressenti :

Sensations physiques.

Émotions.

Sentiments.

Ses cognitions (automatiques).

Ses tendances comportementales, réactances et

résistances propres.

Ses comportements et ses évitements.

Des conséquences sur la relation thérapeutique.

La RELATION THÉRAPEUTIQUE, le THÉRAPEUTE et l’ ENTRETIEN La RELATION THÉRAPEUTIQUE c’est d’abord le

La RELATION THÉRAPEUTIQUE,

le THÉRAPEUTE et

l’ ENTRETIEN

La RELATION THÉRAPEUTIQUE c’est d’abord le THÉRAPEUTE

Le THÉRAPEUTE dans sa RELATION THÉRAPEUTIQUE 4 types de réponses qui permettent une écoute active

Le THÉRAPEUTE dans sa RELATION THÉRAPEUTIQUE

4 types de réponses qui permettent une

écoute active et renforcent le rapport collaboratif:

Refléter

Clarifier/Recontextualiser

Reformuler

Résumer

Ces

4

R:

RenforcerRésumerReformuler

techniques

Recontextualiser,

sont

les

4

d’entretien de (Miller & Rollnick, Cungi).

Refléter

Refléter  Définition:  répéter les propos de la personne  Objectifs:  Monter votre écoute

Définition:

répéter les propos de la personne

Objectifs:

Monter votre écoute Aider la personne à être consciente des pensées et émotions Encourager la personne à continuer à s’exprimer (p.ex. sur ses émotions)

Clarifier

Clarifier  Questions  qui aident le thérapeute à comprendre un message ambigu  qui confirment

Questions

qui aident le thérapeute à comprendre un

message ambigu

qui confirment l’exactitude compréhension du thérapeute

de

la

Exemples:

 

Voulez-vous dire que ?

 

Pouvez-vous

me

décrire

ce

que

vous

entendez par « moquer »?

 

Objectifs:

Encourager l’élaboration

 

Vérifier

l’exactitude

de

ce

que

vous

avez

entendu

Clarifier les messages vagues

Reformuler

Reformuler  Définition:  décrire (avec ses propres mots) le contenu du message de la personne

Définition:

décrire (avec ses propres mots) le contenu du

message de la personne

Objectifs:

Donne l’opportunité à la personne de clarifier

Encourage la personne

Donne la possibilité de recentrer la personne sur le thème central Aide la personne à se centrer sur le contenu de son message

c’est

Met

l’accent

le

contenu

quand

sur

prématuré de se centrer sur les émotions

Résumer

Résumer  Définition:  Résumer en 2 ou 3 reflets ou reformulations ce qui illustre le

Définition:

Résumer

en

2

ou

3

reflets

ou

reformulations ce qui illustre le mieux le message de la personne

au cours de

l’entretien

En début,

à

la

fin

et

Objectifs:

Mettre en lien les différents messages

de la personnes

Identifier un thème commun

Interrompre les logorrhées

Mise en pratique  Formez des groupes de personnes (A,B, C) 3  A interroge

Mise en pratique

Formez

des

groupes

de

personnes (A,B, C)

3

A interroge B sur une situation légèrement émotionnelle en utilisant les 4 R et C observe (et chronomètre 5 min.)

Chacun joue chaque rôle

Mise en commun du ressenti et des observations

Comment terminer l’entretien?  Résumer ce qui a été appris:  S’assurer qu’on a compris

Comment terminer l’entretien?

Résumer ce qui a été appris:

S’assurer qu’on a compris ce que la personne a rapporté

information

Aider

à

déterminer

quelle

supplémentaire est nécessaire

Demander si la personne a des questions

« Est-ce qu’il y a quelque chose d’autre

que je ne vous aurais pas demandé et

qui vous semble important que je sache? »

Les pièges relationnels à éviter   Convaincre le patient.   Discuter, débattre.   Faire un

Les pièges relationnels à éviter

Convaincre le patient. Discuter, débattre. Faire un cours magistral. Effectuer un questionnement administratif. Faire dire au patient ce qu’on attend qu’il dise. Minimiser un problème réaliste.

Travailler à la place du patient.

Aller trop vite. Aller trop lentement.

Dire

Merci

&

Au Revoir

A la prochaine

Dire Merci & Au Revoir A la prochaine
Dire Merci & Au Revoir A la prochaine

Fin

Fin
Fin
Fin
Fin