Sunteți pe pagina 1din 23

Physiopathologie de

l’inflammation
Cascade de l'acide
arachidonique
 L'acide arachidonique est libéré des
membranes cellulaires sous l'action
de la phospholipase A2.
 Il existe plusieurs voies métaboliques
différentes à partir de l'acide
arachidonique.
Cascade de l'acide
arachidonique
Cascade de l'acide
arachidonique
La voie de la cyclooxygénase
 Il existe deux cyclooxygenases : COX-1
et COX-2.
 La cyclooxygénase est une enzyme
capable dans un premier temps de
convertir l'acide arachidonique en
endoperoxyde cyclique PGG2, puis,
ce premier produit est transformé en
PGH2.
 La PGH2 est hautement instable, et son
isomérisation ou réduction permet la
production de divers métabolites.
Cascade de l'acide
arachidonique
 Sous l'action de la PGI2 synthétase, il se forme
la PGI2 ou prostacycline,
 La TxA2 synthétase conduit à la formation du
thromboxane A2 (TxA2) qui est rapidement
modifié en thromboxane B2 (TxB2).
 La PGH2 est également à l'origine de la
formation
 de la PGD2 sous l'action de la PGD synthétase,
 de la PGF2α par la PGF synthétase et
 de la PGE2 par la PGE isomérase. Ce sont ces
différents métabolites finaux qui auront un rôle à
jouer dans diverses fonctions de l'organisme.
Cascade de l'acide
arachidonique
La cyclooxygénase-1 (COX-1)
 La COX-1 est une enzyme constitutive
hautement exprimée
 dans les plaquettes (impliquée dans
l’homeostasie plaquetaire),
 dans les cellules endothéliales vasculaires
(maintien de l'homéostasie vasculaire),
 dans l'estomac (le rôle cytoprotecteur)
 dans les reins (maintien du flux sanguin au
niveau rénal).
Cascade de l'acide
arachidonique
 La cyclooxygénase-2 (COX-2)
 COX-2 est une forme inductible,
induite par l’inflammation ou par des
stimuli mitogènes.
 Est aussi une enzyme constitutive avec
certains rôles physiologiques.
Cascade de l'acide
arachidonique
La voie de la lipoxygénase (LO)
 Sous l'action de la 5-lipoxygénase, l’acide
arachidonique sera transformé en leucotriènes A4,
B4, C4, D4 E4, en lipoxines A4 et B4 sous l’action de
15-lipoxygénase et en hepoxylines sous l’action de
12- lipoxygénase.
 La LTB4 est un médiateur chimiotactique et les LTC4,
LTD4 et LTE4 forment les cystéinyl – leucotriènes.
Ils ont un rôle dans la broncho-constriction en
réponse entre autres à des allergènes: ils provoquent
la contraction du muscle lisse essentiellement au
niveau bronchique.
L’inflammation chronique

 Est la réponse tissulaire a un agent


pathogène qui persiste dans les tissus
pour une longue période.
 Dure plus longtemps que l’inflammation
aigue (plus de deux semaines), le
processus d’inflammation se déroule
dans le même temps avec le s
processus de réparation.
L’inflammation chronique

Les stimuli
 Irritation chimique prolongée
 Irritation physique prolongée
(particule de charbon, bois, métal)
 Persistance d’un microorganisme
(Tuberculose, syphilis, lèpre)
 Maladies auto-immunes (polyarthrite
rhumatoïde)
L’inflammation chronique

Les caractéristiques
 Manquent les signes de l’inflammation
aigue, manque la réponse vasculaire
et l’exsudat inflammatoire.
 Les cellules qui prédominent sont les
monocytes, les macrophages et les
lymphocytes.
Manifestations systémiques
de l’inflammation
 La fièvre
 La leucocytose
 Diminution de l’appétit
 Diminution du poids corporel
 Faiblesse
Physiopathologie de la
douleur
Physiopathologie de la douleur

 Définition
 Expérience sensorielle et émotionnelle
désagréable liée a une lésion existante
ou potentielle ou décrite en terme d’une
telle lésion.
Transmission des stimuli
douloureux
 Les stimuli nociceptifs peuvent être :
 Thermiques : brûlure
 Mécaniques : piqûre, pincement, compression
 Chimiques : bradykinine, prostaglandines,
substance P
 Les stimuli nociceptifs agissent sur des
récepteurs appelles nocicepteurs. Les
nocicepteurs transforment les stimuli en
potentiel d’action.
Transmission des stimuli
douloureux
 La transmission de la douleur vers la
moelle épinière se faite par les fibres
Aδ et C.
 Les fibres Aδ:
 Sont des fibres myélinisées
 Le diamètre est réduit
 La transmission est rapide
 Pour la douleur localisée aigue
Transmission des stimuli
douloureux
 Les fibres C
 Sont des fibres non-myélinisées
 Sont grosses
 La transmission est lente
 Pour la douleur diffuse inconfortable

 La transmission se faite vers les cornes


dorsales de la moelle épinière. Les
stimuli montent d’ici vers les structures
nerveuses supérieures.
Transmission des stimuli
douloureux
 Les messages nociceptifs vont emprunter
les voies ascendantes de la douleur en
arrivant vers le thalamus.
 Le troisième neurone va monter du
thalamus vers le cortex.
Transmission des stimuli
douloureux
 Il y a plusieurs formations centrales impliquées dans
la douleur.
 Le thalamus : la douleur devient partiellement
consciente
 Le cortex : la douleur devient consciente
 Le système limbique : le lieu des réactions
émotionnelles qui sont associées a la douleur. Rôle
pour la mémorisation de la douleur
 L’hypothalamus: les réactions de stress et
végétatives associées a la douleur
 Formation réticulaire importante pour les
modifications de vigilance associées à la douleur.
Modulation de la douleur
 Au niveau des cornes dorsales de la
moelle épinière par des internerons
inhibiteurs qui libèrent des
médiateurs comme les opioïdes
endogènes, NA, GABA
 Les opioïdes endogènes sont:
 Endorphines
 Enképhalines
 Dynorphine
Modulation de la douleur
 Par les voies descendantes de la
douleur qui partent du tronc cérébral
vers la moelle. Les médiateurs sont la
noradrénaline et la sérotonine