Sunteți pe pagina 1din 79

Territoires en Projets :

Communauté de Communes
du Pays de Lamastre
Enseignants :
Olivier Malclès, Bertand Rétif,
Philippe Ayad, Magdeleine Lounis

Étudiants : Julien Aubessard, Amandine Beau, Shereen Benchaib-Kolli, Claire Bouguin,


Amélie Brez, Elisa Cartie, Roy Cerrate Banda, Audrey Dauchel, Juliette Demoulin,
Nicolas Dezes, Emmie Dupé, Pierre-Alexandre Ferry, Lucie Gallet, Lucas Jolliet, Annelise
Jorgensen, Romane Joyeux, Lisa Labadie, Marina1 Largeron, Anaïs Latour, Emilie
Leduc, Marie Roux-Blondelet, Yolan Terseche, Joris Top, Chloé Verdier, Laura Wery
Après une première expérience en 2016, nous avons accueilli 24 étudiants architectes
de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand (ENSACF) du 20 au
24 mars 2017, dans le cadre du partenariat engagé entre la Communauté de Communes
du Pays de Lamastre, l’ ENSACF et le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche.
Si cette opération a été reconduite en 2017 c’est grâce aux très bonnes relations que la
Communauté de Communes du Pays de Lamastre entretient avec le PNR des Monts
d’Ardèche et aux très bons résultats obtenus en 2016. Cela a aussi permis aux étudiants
et à leurs encadrants de couvrir l’ensemble des 11 communes de la Communauté de
Communes.
Pour 2017, divers projets leur ont été proposés sur sept communes : Désaignes, Gilhoc,
Le Crestet, Nozières, Saint Barthélemy Grozon, Saint Prix et Lamastre. Tout d’abord, ils
ont mené une réflexion sur l’ensemble du territoire (relief, topographie, hydrographie,
habitat, agriculture, etc.) pour ensuite se rapprocher au plus près des édifices particuliers
et du patrimoine bâti et paysager.
Tout au long de la semaine, ils ont pu effectuer des constats, trouver des pistes à explorer,
exercer leurs talents et leur créativité, échanger avec les élus, les habitants, les acteurs
économiques et associatifs.
Une belle manière d’appréhender la richesse du patrimoine local qu’il soit culturel, cultuel,
paysager, industriel, commercial ou agricole sur lequel ils ont apporté un regard neuf,
cherché des solutions en assimilant les thématiques et les enjeux du territoire.
De nombreuses personnes (en majorité des élus) ont assisté au rendu de chaque
groupe le 23 juin à l’espace culturel de Désaignes. Elles ont toutes été surprises par
le magnifique travail fourni, plans et maquettes à l’appui. Nul doute que les communes
pourront s’inspirer de tous ces éléments pour faire avancer leurs projets.
Un grand merci à Bertrand RETIF, responsable du projet au sein de l’ENSACF, à Jérôme
DAMOUR du PNR des Monts d’Ardèche, à Jacky CHOSSON l’élu référent ainsi qu’au
personnel et au Directeur du lycée Charles de Foucauld où l’hébergement et les repas
des stagiaires se sont réalisés dans les meilleures conditions.

Jean-Paul VALLON,
Maire de Lamastre,
Président de la Communauté de Communes
du Pays de Lamastre,
Conseiller Départemental de l’Ardèche.

2
Depuis prés de 10 ans, le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche accueille des
étudiants d’école d’architecture et de paysage dans le cadre d’ateliers pédagogiques
« hors les murs ».
Immergés pendant une semaine sur des espaces ruraux qu’ils découvrent souvent pour
la première fois à leur arrivée, les étudiants rencontrent les élus locaux, les habitants, les
acteurs économiques et associatifs. Ils s’interrogent avec eux sur les questions d’habitat,
de travail et de déplacements, d’énergie, d’alimentation et de santé, d’écologie, de culture
et de patrimoine, de paysage et de cadre de vie, etc. De retour « dans les murs » de leur
école, les étudiants élaborent leurs projets en tenant compte des spécificités de chaque
territoire d’étude. Ces ateliers sont ainsi l’occasion de réfléchir à de nouvelles manières
d’habiter dans l’espace rural en favorisant l’innovation et l’expérimentation qui sont des
objectifs forts du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche.
En 2016, des étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-
Ferrand (ENSACF) sont intervenus sur la Communauté de Communes du Pays de
Lamastre. Cette rencontre a conduit à des propositions d’aménagement qui ont suscité
un vif intérêt. La démarche participative « Déplace des places » organisée en 2017 pour
l’aménagement de la place centrale de Lamastre a d’ailleurs découlé de cet atelier.
Devant la réussite de l’opération, la Communauté de Communes du Pays de Lamastre
et le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche ont souhaité relancer la démarche en
2017 avec l’appui financier du programme européen LEADER Ardèche³.
La restitution des travaux de l’atelier « territoires en projets » le 23 juin 2017à Désaignes
a été à nouveau l’occasion de découvrir une grande variété de projets de création
architecturale, de reconversion du patrimoine bâti existant, d’aménagement d’espaces
publics. Lors de cette rencontre, la qualité des échanges a témoigné de l’intérêt de
l’atelier « hors les murs », tant pour les communes du Pays de Lamastre que pour les
étudiants, futurs professionnels qui auront à intervenir sur des territoires ruraux comme
les Monts d’Ardèche.
Le présent journal de l’atelier donne un aperçu sur la richesse des travaux étudiants dont
certains pourront trouver des développements dans les années futures. Je remercie
l’ensemble des élus et acteurs locaux dont la participation active a contribué à la réussite
de cet atelier.
Je vous laisse découvrir ce journal de l’atelier 2017 et espère que vous pourrez y trouver
matière à idées pour favoriser de nouveaux mode d’habitat durable !

Lorraine CHENOT
Présidente du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche
Présidente du GAL LEADER Ardèche

3
La collaboration entre l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand
(ENSACF) et les Parcs naturels est une longue histoire promise aussi à un grand avenir.
L’ENSACF s’intéresse aux territoires en « marge » en mettant en valeur l’innovation
sociale, paysagère, architecturale qu’ils génèrent grâce à l’engagement de leurs
habitants.
Les étudiants approchent ainsi la question de l’aménagement du territoire en milieu rural.
Ils imaginent, expérimentent des solutions parfois utopiques mais toujours stimulantes
pour eux-mêmes, pour leurs enseignants, pour les habitants et les élus du territoire.
Cette arpentage et intervention dans le Parc naturel des Monts d’Ardèche n’échappe
pas à la règle.
Ce journal d’atelier permet de conserver une trace de ce passage dans la Communauté
de communes de Lamastre. Je suis assurée que l’analyse et les projets des étudiants
contribueront à ouvrir de nouvelles perspectives.
Un grand merci aux élus et aux habitants d’avoir accueilli les étudiants et les enseignants
qui les guident dans cette démarche !

Agnès BARBIER
Directrice de l’Ecole nationale supérieure d’architecture.

4
Cadre général l’architecture produite soit participer à leur transformation.
profondément ancrée dans À l’issue de ce premier temps
L’enseignement Territoires ruraux l’espace où elle s’établit. d’immersion, dont l’objet principal
en projets, conduit en troisième était la constitution d’un atlas
année de licence à l’École Nationale Méthodologie collectif du territoire, de multiples
Supérieure d’Architecture de stratégies de développement ont
Clemont-Ferrand, interroge le L’atelier « territoires en projets » émergé. Qu’elles s’appuient sur le
projet urbain et architectural en donne à des étudiants de troisième tourisme, l’artisanat ou l’agriculture,
territoire rural. Centré sur le Massif année de l’école d’architecture toutes visaient à trouver dans les
central, il a donné lieu, depuis 2008, de Clermont-Ferrand l’occasion spécificités du territoire les ressorts
à une quinzaine d’expériences de travailler sur les territoires de sa régénération.
pédagogiques successives qui ruraux en croisant les questions C’est sur ce socle que les étudiants
contribuent à ancrer l’école dans territoriales et architecturales. ont ensuite, par groupes de quatre,
son territoire. développé leurs projets.
Qu’il s’agisse d’investiguer des 1. L’immersion
espaces profondément ruraux L’atelier a débuté, comme chaque 4. Le projet
ou des régions situées en limite année par un temps d’immersion. Par la suite, en s’appuyant sur
de l’urbain, ces travaux se sont L’équipe a donc établi ses quartiers un projet collectif de définition
appuyés sur des politiques mi-mars 2017 à Lamastre. Les des formes bâties et des
territoriales diverses : projets de étudiants ont, une semaine durant, espaces publics, ils ont conçu,
Parc, révision de charte, création rencontré les acteurs locaux en prolongement de la stratégie
d’ateliers ruraux d’urbanisme, : commerçants, agriculteurs, territoriale choisie, un ou plusieurs
expérimentations locales ou touristes, élus, techniciens, et édifices dont le programme, la
réflexion préalable à un Scot rural. résidents afin de recueillir le point mise en œuvre et la morphologie
de vue de chacun sur les questions répondaient aux enjeux énoncés
Objectifs et modalités auxquelles le territoire fait face précédemment.
pédagogiques et d’identifier les difficultés et
potentiels. 5. La restitution auprès des
Dans un contexte de réforme partenaires
territoriale, de diminution des 2. La cartographie À l’issue de l’atelier, durant lequel
ressources de l’action publique, de Cette immersion a constitué ils ont élaboré des projets variés,
mutation de l’ingénierie territoriale, l’occasion de confronter à l’atlas parfois iconoclastes, les étudiants
il convient de préparer les futurs collectif réalisé à l’école les ont été amenés à confronter, lors
architectes à investir plus largement semaines précédant l’atelier in situ, d’une exposition-débat organisée
les échelles intercommunales et les les informations collectées lors de au mois de juin 2017 à Désaignes,
espaces ruraux pour y développer l’arpentage du territoire. leurs travaux à l’avis d’un public
une pratique renouvelée du « profane ». Cette rencontre
projet territorial. L’enseignement 3. La stratégie a été l’occasion d’évaluer la
vise à maîtriser conjointement la Cette double approche a permis pertinence de leurs propositions
dimension stratégique du projet de façonner une vision du dans une situation extérieure au
à grande échelle et la dimension territoire fondée à la fois sur les cadre scolaire habituel, de tester
constructive. À cette fin, les préoccupations locales et les les modalités d’expression et de
étudiants sont confrontés aux enjeux d’une aire plus vaste. Elle communication de leur projet. En
processus de transformation d’un est en outre l’occasion d’un large retour, les acteurs locaux ont pu
grand territoire intercommunal. débat entre les étudiants et leurs s’interroger sur leur propre rapport
Ils l’arpentent, en font l’analyse, hôtes sur les enjeux contemporains à l’architecture, à la commande,
identifient les leviers, définissent des territoires ruraux et la manière ainsi qu’à la dimension souvent
une stratégie afin, in fine, que dont les architectes pourraient négligée du projet de territoire.

5
Désaignes
Impulsion et mise en réseaux
Claire Bouguin, Amélie Brez, Elisa Cartié, Lucie Gallet, Emilie Leduc

Désaignes peut aujourd’hui se décomposer intra-muros. Il s’agit d’apporter au tissu multiples. L’épaisseur de la place permettant
en deux entités : d’une part, son centre artisanal existant une nouvelle impulsion d’autre part de désenclaver le château-musée
historique intra-muros, présenté comme un en implantant un programme moteur à en lui proposant une entrée remaniée, en
atout touristique, patrimonial et concentrant l’entrée Nord du village : un centre d’art réorganisant ses expositions, et en le reliant
ainsi les efforts de la mairie et d’autre contemporain qui offrira une nouvelle à un accueil touristique plus large.
part un ensemble d’habitat pavillonnaire vitrine au village, diversifiera les publics et
qui a remplacé les anciens faubourgs. Le permettra de remodeler la place de la mairie.
noyau historique apparait cristallisé. Il est Dans un second temps il s’agira de se
peu perceptible de l’extérieur, masqué par conformer à l’interdiction prochaine de
l’habitat individuel qui s’est développé de retenues d’eau et d’interventions sur les
manière non maîtrisée et ignoré par le tracé berges du Doux tout en maintenant les
de la route départementale qui ne met pas en lieux de baignade nécessaires à l’attractivité
valeur le patrimoine : peu de vues et pas de touristique du village. Ainsi, un programme
possibilité de s’arrêter. On peut par ailleurs de piscine naturelle et de services viendra
interroger la réelle attractivité de ce château- requalifier les bords du Doux et proposer des
musée, du moins dans son état actuel. activités en lien avec l’eau tout au long de
Le village possède également un rapport l’année.
privilégié à l’eau : il est entouré par de
nombreuses sources minérales ou gazeuses Dans la continuité de ce travail sur la
et est situé à proximité du Doux. « ceinture » du village, il s’agit de mettre
en réseau ces différents fragments. L’actuel
L’enjeu pour Désaignes est de revitaliser boulodrome apparait comme une rotule :
son centre ancien, par la liaison entre les positionné sur les hauteurs du village, il
différents tissus existants. Aujourd’hui, se positionne comme un connecteur. Il
l’attractivité du village s’incarne dans les s’agit d’en faire la « place du village »,
quelques ateliers d’artistes et d’artisans par l’implantation d’une halle aux usages

Vue sur Désaignes

6
Plan de masse

Entrée de ville Nord, ancien Hôtel-Restaurant Espace de retenue d’eau sur le Doux Boulodrome en belvédère

7
Vitrine de Désaignes - Centre d’Art
Elisa Cartié

Pour répondre aux ambitions artistiques de Dès l’extérieur, les visiteurs sont appelés à Le jardin est divisé en plusieurs lieux,
la commune, un programme architectural le parcourir : sur le parvis, les murs invitent permettant différents usages, dont un espace
contemporain sera implanté à l’entrée ouest le public à entrer, et forment des assises à de détente conservant la végétation existante.
de Désaignes, à l’emplacement de l’hôtel l’ombre de l’arbre existant. Murs et toits
actuellement en vente. Il s’agit ici d’offrir, se confondent : les bâtiments apparaissent
aussi bien à la population locale, qu’aux comme des monolithes pliés. Les toits, en se
touristes, des espaces de sensibilisation à prolongeant, créent des seuils et permettent
l’art contemporain, mais également des de s’abriter.
ateliers d’expérimentations et d’expositions De l’entrée, les visiteurs sont guidés par la
temporaires. Ouvert toute l’année, ce lieu lumière jusqu’à l’accueil, puis à un espace
pourrait également accueillir des évènements de travail ; ils empruntent ensuite un escalier
particuliers, comme des workshops. leur permettant d’accéder au rez-de-jardin où
Le centre d’art contemporain s’insère sur se situent les expositions. Ce programme est
une parcelle en angle, le long de la route traité en double hauteur, avec une inversion :
départementale. Premier bâtiment du village, côté rue, la partie supérieure du mur est Vue sur l’entrée
il devient une véritable vitrine. Le parti est totalement vitrée permettant une vue sur les
donc de positionner l’ensemble du projet expositions depuis l’extérieur ; côté cour, les
en front de rue, pour « s’exposer », mais expositions profitent d’un accès au jardin via
également de manière à dégager un espace de larges baies vitrées.
plus intime à l’arrière. C’est sur ce même niveau que se trouvent
Le projet est perçu comme une confrontation également les ateliers, en lien direct avec la
de deux bâtiments, même si le rez-de-jardin cour qui peut devenir de fait un véritable lieu
ne fait apparaître qu’un seul et unique objet. d’expérimentation. La dalle extérieure, traitée
Depuis la rue, ceux-ci sont traités de manière de la même manière que le sol intérieur,
très distincte : le premier est complètement permet d’accentuer ce prolongement des
aveugle tandis que le second est totalement ateliers.
Vue sur la circulation
vitré.

Coupe transversale 1:200


8
Plan de masse 1:1000

Plan de rez-de-chaussée 1:500 Axonométrie éclatée

9
Halle et Pavillon d’accueil
Claire Bouguin

Le boulodrome et son prolongement, en prennent ainsi place dans la nouvelle salle


contrebas, constituent un espace stratégique d’exposition du pavillon en lien avec une
à Désaignes, car ce belvédère, lâche, mais salle de projection qui peut accueillir les
central, est à la jonction des différents tissus écoliers et des intervenants d’art. Il y aurait
du village. Le principe du projet est de faire aussi un bureau pour l’office de tourisme qui
de ce lieu un liant, un connecteur entre des peut gérer la billetterie.
fragments disjoints :
- le centre ancien, cristallisé (où la mairie a Le projet s’étend ensuite sur le boulodrome.
concentré ses efforts depuis quelques années Il est relié à son soubassement par des
avec des aménagements de l’espace public et venelles, les escaliers existants formant
le pavement ) ; ainsi des parcours. Le traitement de l’espace
- les entrées du village, avec au Sud le parc public du boulodrome et la construction
Fornate et au Nord le futur centre d’art ; d’une halle viennent le remodeler pour en
- les équipements existants comme l’école et faire la place du village. Le principe est de
la salle polyvalente. travailler sur un parcours autour de celle-ci,
une sorte de couronne arborée qui réaffirme
Le programme du projet est un pavillon sa centralité, en réutilisant les arbres
d’accueil au Château-musée qui permettra existants et comprenant la halle comme point
de requalifier son entrée. La proposer de ce de belvédère. Travailler sur le tour permet
côté incite à sortir de l’enceinte ancienne au centre de conserver un sol utilisable pour
et engage l’utilisation de l’espace haut différents usages. Formellement la halle
du village. Il n’y a pas d’intervention s’ouvre sur la vue et s’oriente sur les deux
architecturale sur le Château-Musée, mais cadrages les plus importants : celui entre
une volonté de créer une tension de proximité le château et le temple et celui vers le parc
avec le Pavillon d’accueil et de réorienter son Fornate.
contenu. Les anciennes expositions d’histoire

Boulodrome existant Soutènement existant

Coupe transversale Axonométrie éclatée

10
Plan de masse

Coupe paysagère

11
Continuité Paysagère
Emilie Leduc

Désaignes possède un accès privilégié à l’eau été extrudé pour les ménager.
qu’il était nécessaire de revoir à la fois pour Enfin, il vient se terminer dans les bassins,
conserver un attrait touristique, mais surtout formant tour à tour une structure immergée
pour être accessible aux désaignois tout au ou une rigole qui laisse circuler l’eau entre
long de l’année en multipliant les espaces les différents bassins de baignade et de
proposés. régénération.
La baignade naturelle s’insère entre le
camping et le Doux en réponse au paysage Ces différentes étapes du parcours forment Le Doux hors période estivale
situé sur le versant opposé. une succession de terrasses, chacune d’elle
Elle propose de repenser les éléments s’insérant selon un angle déterminé par la
structurants du paysage local : les terrasses topographie du site.
et leurs murets.
Ces derniers structurent le projet en La continuité paysagère se traduit aussi
s’inscrivant dans un nouveau parcours par l’utilisation d’une seule matière sur la
permettant de franchir le Doux. La baignade totalité du projet ainsi que par la volonté
n’est plus seulement une arrivée comme elle d’ouvertures aussi fluides que possible sans Vue depuis le camping
peut l’être aujourd’hui, mais une véritable seuils marqués.
étape d’un parcours menant notamment aux
Accueil

sources et aux vignes, situées sur l’autre rive.


Restaurant
Le muret, sous différentes formes, caractérise
les espaces proposés.
Dans le bâtiment d’accueil, il oriente Vestiaires

l’espace, le regard et le parcours en continuité


avec le site.
Pour le restaurant, adossé à la pente, il
s’ouvre par une large ouverture sur le
paysage environnant.
Les vestiaires quant à eux, s’inscrivent dans
un renflement, ils habitent réellement ce mur
inclus dans le site et qui vient englober la
totalité du bâtiment. Les pleins et les vides se
répondent comme si le muret originel avait
principe d’insertion

Coupe sur les vestiaires, rapport avec les bassins et le Doux

12
Plan masse - Les terrasses revisitées, le muret structurant

Accueil Restaurant Vestiaires

Elévation, succession de terrasses

13
Saint-Prix
Halte et nouveaux usages
Claire Bouguin, Amélie Brez, Elisa Cartié, Lucie Gallet, Emilie Leduc

Saint-Prix occupe une position stratégique constituent cet ensemble : belvédère, salle Enfin, pour la dernière temporalité, il
sur la Dolce Via. Celle-ci constitue un enjeu hors sac avec vente de paniers-repas du s’agirait de requalifier l’entrée Est du village,
important pour cette commune qu’il s’agit terroir et sanitaires, locations de vélos et un en particulier la place de la Chapelle et
de conforter afin de profiter du tourisme arrêt pour d’éventuels cavaliers. ses abords. Pour cela, notre réflexion s’est
vert et de transformer Saint-Prix en lieu Dans un second temps, le couvent, dans centrée sur l’ambiance du lieu, afin de recréer
d’arrêt, et pas uniquement de passage. De le centre du bourg serait transformé afin une vraie place de bourg. Cela débuterait
plus, le village profite d’un cadre paysager d’accueillir différents programmes : un gîte par une restructuration par la végétation,
préservé. Il apparaît donc fondamental de d’étape, permettant l’accueil de groupes l’implantation de quelques stationnements de
conserver et de mettre en valeur ces habitats et de familles ; un bistrot de pays, offrant manière à redessiner les limites de l’espace
ruraux, les entrées de bourg et les abords de aux touristes ainsi qu’aux habitants un lieu et se poursuivrait par l’implantation de
la Sumène. L’intervention se décompose en de restauration ; et enfin, une « résidence logements créant un front bâti. Cet ensemble
trois éléments aux temporalités différentes : autonomie » pour les personnes âgées de logements pourrait être pensé comme
un arrêt court, un accueil pour la nuit et une souhaitant vivre en espace rural, tout en un prototype afin d’anticiper et de limiter
pause plus longue. ayant les services nécessaires. La mixité des le mitage. Il s’agirait de mêler collectif et
La première intervention concerne usages permettrait aux lieux de continuer à privatif pour y perpétuer l’ambiance du
l’entrée Ouest du village, carrefour entre fonctionner en dehors de la saison estivale. village: l’imbrication de jardins et de maisons
la départementale, la Dolce Via et la rue Les usagers partagent des espaces communs : constituant un réseau de rues, de venelles et
d’accès au bourg. Il s’agit de la requalifier une cuisine, une salle à manger, un espace de « places ».
comme une épaisseur pour permettre un de détente et les jardins. Cette qualification
véritable temps d’arrêt et mettre en valeur du couvent et de ses jardins permettrait
les cadrages et les points de vue sur Saint également de revaloriser les abords de la
Prix et son paysage. Plusieurs équipements Sumène directement accessible.

Vue sur Saint-Prix

14
Plan de masse

Couvent Gare Place de la chapelle

15
Saint-Prix
La gare
Amélie Brez

Le maire et les élus de Saint-Prix ont émis, accueillir des fonctions comme un belvédère,
lors de notre rencontre, des demandes un espace de tri des déchets, un local
spécifiques pour l’ancienne gare du village poubelle, etc. Les nouveaux programmes
et ses environs : réaménager l’ancienne gare destinés aux randonneurs seraient une salle
en bistrot pour les randonneurs et réaliser un hors sac divisée en deux espaces : un premier
espace de stockage pour le matériel municipal avec la vente des paniers-repas confectionnés
à l’arrière de la gare. Ils auraient également au bistrot de pays dans le bourg. Ce lieu
souhaité trouver une zone de stationnement pourrait également servir d’espace de
pour d’éventuels camping-cars. renseignement pour les touristes. Le second
Saint-Prix occupe en effet une position espace permettrait de se mettre à l’abri le
stratégique sur le parcours de dolce via, temps d’une pause, de déplier ses cartes,
un atout touristique important qui n’est etc. Il y aurait également des sanitaires, des
aujourd’hui pas exploité par le village. Il points d’eau, une location de vélos avec un
s’agirait alors de profiter de cette position et atelier de réparations et un paddock pour
d’apporter de nouveaux programmes pour les d’éventuels cavaliers. Ce bâtiment unitaire
randonneurs. en bande permettra de dessiner deux espaces
Le principe du projet est de travailler sur le différents : un parvis à l’avant du bâtiment
parcours menant du viaduc à l’ancienne gare et un espace de pique-nique entre l’imposant
afin de donner une « épaisseur » à la Dolce talus et le bâtiment. L’ancienne gare serait
Via. Ce parcours serait structuré par des murs, réhabilitée en logements de vacances gérés
permettant de donner une unité à cet espace par la commune (un appartement sur chacun
complexe fait de virages et de différences de des deux niveaux) et son extension en un
niveaux marquées. Ces murs permettraient appartement en duplex. Les nouveaux
de guider et d’accompagner les randonneurs bâtiments seraient construits en parpaings de
jusqu’aux espaces qui leur sont proposés. bois et couverts d’une toiture en zinc.
Ils pourraient également servir d’assises et

Plan de RDC 1:500


16
Traversée du viaduc Arrivée au carrefour Traversée

Axonométrie éclatée

Coupe logements gare Coupe salle hors sac

17
Gîte d’étape, bistrot de pays et résidence
autonomie
Lucie Gallet

En complément des équipements et proposés comme une buanderie, un espace


aménagements réalisés le long de la Dolce pour des consultations médicales, ainsi qu’un
Via, une offre en hébergement de groupe studio partagé, pour permettre aux résidents
sera proposée en centre-bourg. Elle répondra de recevoir leurs familles.
à un manque de logements dans la région L’objectif du projet est de favoriser les
et permettrait que Saint-Prix ne soit plus échanges entre touristes et résidents, par le
uniquement un village de passage. Le choix biais d’espaces communs partagés au rez-
d’implantation de ce gîte d’étape et de de-chaussée des deux corps de bâtiment
séjour s’est porté sur l’ancien couvent, pour conservés: cuisine, salle à manger, salon, etc.
mettre en valeur le bâti ancien et préserver Les seuils entre ces différents publics seraient
la compacité du village. De cet ensemble gérés par un jeu de cours et d’espaces
bâti seront conservés les deux bâtiments extérieurs à des niveaux différents: d’une L’ancien couvent et l’ancienne école
principaux et la chapelle. L’ancien couvent part, la cour d’entrée au Sud serait définie
pourrait loger une cinquantaine de personnes comme publique, celle, existante, entre les
aux étages, dans des chambres de 2 à 6 deux bâtiments deviendrait commune, et en
personnes. Au rez-de-chaussée, un bistrot de contrebas, une cour plus technique viendrait
pays s’adresserait aussi bien aux touristes de interagir avec le chemin qui longe la Sumène,
passage qu’à ceux qui restent quelques jours, avec une écurie de 10 boxes.
ainsi qu’aux habitants de Saint-Prix et de la À l’ouest un espace de jardin aménagé sous
région. forme de promenade pour les résidents serait
En faveur d’une mixité fonctionnelle et également ouvert au public.
générationnelle, l’ancienne école serait Les nouveaux bâtiments seraient conçus
reconvertie en résidence autonomie : une offre entièrement en bois, avec des tavaillons
d’hébergement à destination de seniors non de châtaignier en façade et toiture, pour un
dépendants, visant à faciliter leur maintien volume unitaire.
dans la région le plus longtemps possible. Ce projet tente de réinterpréter la compacité Cour commune
Complétée par deux nouvelles constructions, et la figure de l’enclos associée à l’ancien
elle pourrait accueillir une quinzaine de couvent.
résidents. Des services mutualisés seraient

Coupe longitudinale - Echelle 1:500

18
Plan de masse - Echelle 1:500

Axonométrie éclatée du projet Extrait de coupe - Echelle 1:200

19
Lamastre
Prenez place !
Shereen Benchaib-Kolli, Juliette Demoulin, Emmie Dupé, Anaïs Latour, Joris Top

Une semaine sur le site nous a permis de cette ceinture et densifieront de manière avons réorganisé la circulation des voitures,
d’établir le constat suivant : cette commune raisonnée le tissu existant. déplacé certaines places de parking et
est affectée par la vacance et la vétusté de - La troisième ceinture pose la question de travaillé un traitement du sol. Ce traitement
ses bâtiments du centre-bourg, la population dépollution des sols, mais aussi de l’entrée de de sol vient s’étendre dans les venelles
migrant sur la rive Nord du Doux, engendrant ville. À la croisée de la Dolce Via, de la route jusqu’à la dolce via et jusqu’au château de
un mitage qui détruit le paysage et brouille la départementale et de la Sumène, on y trouve Peychelard à travers des parcours piétons.
délimitation de la commune. des anciens entrepôts et usines. On vient y La place centrale s’insère donc dans la
installer des ateliers artisanaux ainsi que commune par un maillage qui intègre nos
Nous avons schématiquement identifié du logement afin de réinvestir des espaces projets et s’étend jusqu’à la Dolce Via. Dans
3 ceintures urbaines concentriques qui potentiellement mutables. cette configuration, chaque projet établit un
délimitent des zones caractéristiques : Les interventions sur ces 3 ceintures partent rapport étroit à l’espace public.
- La première englobe le centre-bourg de l’épicentre qu’est la place centrale, Nous avons redessiné la place centrale afin
historique très dense qui inclut la place place actuellement envahie par la voiture qu’elle puisse accueillir des installations
centrale Montgolfier. Cette ceinture est et le stationnement abusif des commerçants temporaires et ainsi participer pleinement
particulièrement touchée par les questions locaux et habitants. Pourtant, les trois à l’activité de la ville. Nous avons pensé
de friches et de dents creuses. Beaucoup places connaissent une forte affluence à plusieurs scénarios d’aménagement de
de rez-de-chaussée sont d’anciens locaux dans la ville au moment des deux marchés cette place. Elle pourrait accueillir un
commerciaux laissés vacants. L’enjeu est hebdomadaires. Nous avons donc repensé aménagement paysagé et végétalisé sous la
donc de requalifier l’existant en y injectant la place Montgolfier comme point de départ forme de jardins éphémères. Mais aussi des
du logement et en redéfinissant la manière de notre projet. La place se renferme sur événements qui permettent le rassemblement
d’habiter sans dénaturer l’identité du bourg. elle-même et ce sentiment est renforcé par de foules tels que des concerts en plein
- La seconde ceinture, plus récente et moins l’ancien office du tourisme qui constitue un air, etc. Enfin le marché pourra totalement
dense, possède des équipements importants élément désuet et crée un obstacle physique investir cette place repensée afin de créer un
pour Lamastre et des architectures et et visuel entre la place et les commerces. espace fédérateur pour la ville.
programmes hétéroclites. On y trouve à Nous choisissons donc de le détruire pour
nouveau de grands parkings et des espaces retrouver un espace dégagé.
vides au sein des îlots. Cette ceinture Nous avons aussi choisi de redonner une
accueillera des espaces de coworking et un forme à cet espace en réunissant les 3 places
pôle santé de médecines douces couplés à en une seule dont le un sol unitaire s’étendra
des logements intermédiaires. Ces nouveaux jusqu’aux pieds des commerces.
programmes contribueront au renouvellement Afin de redonner une place aux piétons, nous

Zones d’interventions échelle 1:5000

20
N Plan masse échelle 1:2000

Coupe sur l’espace public, état existant échelle 1:1000

Coupe sur l’espace public, aménagement paysagé échelle 1:1000

Coupe sur l’espace public, programmation événementielle : gradins, belvédère échelle 1:1000

Coupe sur l’espace public, marché bi-hebdomadaire échelle 1:1000

21
Logements à Lamastre - Vivre le coeur d’îlot
Shereen Benchaib-Kolli

Durant notre travail d’analyse de la mitoyens.


commune de Lamastre, nous avons repéré La forme du bâtiment s’adapte au bâti
des commerces vides ainsi que des terrains existant et reprend la forme de l’îlot. Une
et locaux en friche notamment rue Chalamet. galerie filante le long de la façade vient
J’ai choisi d’implanter du logement dans cette mettre à distance les logements de l’extérieur.
rue dans un îlot particulièrement concerné Un local communal au sud-est traversant de
par cette question des friches. Cet îlot forme l’extérieur vers les jardins intérieurs.
un front bâti haut et uni sur la rue. La forme Les espaces de jour (salon, salle à manger,
du bâtiment permet d’apporter un coeur cuisine) ont toujours une position privilégiée
d’îlot vert dans un bâti dense et en friche. dans le logement. Ils sont soit traversants,
Cette forme se veut fermée sur la route, se soit ouverts sur la cour intérieure ou dans un
protégeant des nuisances liées à la circulation angle avec une vue sur la place et le paysage
des voitures et ouverte vers l’intérieur plus plus lointain.
paisible et privé. Les chambres sont toutes équipées de
Cet emplacement se situe entre la place rangements intégrés.
publique réaménagée et le départ des chemins Chaque logement profite de la galerie qui
de randonnée. peut se fermer sur l’extérieur par un système
C’est le dénivelé de 3 mètres entre ces deux de volets modulables métalliques. On y a
rues qui permet de glisser un socle technique accès depuis des baies coulissantes toute
en rez-de-chaussée. Au-dessus se trouvent hauteur.
les logements distribués depuis un hall fin La galerie suit une trame structurelle
qui suit les escaliers traversant le bâtiment régulière en bois et se referme avec des volets
jusqu’à se prolonger en coeur d’îlot. métalliques sur rails. Grâce ce système, elle
Ce cœur d’îlot vert offre un espace commun s’adapte aux usages et envies des habitants.
aux habitants, car il est accessible depuis La façade sur rue est donc vivante et
leurs jardins. Cette proposition bouscule rythmée, elle peut totalement se fermer ou
l’ordre actuel où les jardins sont privatifs, s’ouvrir, en laissant apparaitre la vie au sein
séparés les uns des autres par des murs des logements. Détails de la galerie

Plan RDC - redessiner l’îlot et le traverser

22
Façade modulable sur la rue Chalamet

Relier la place des Frères Montgolfier aux chemins de randonnées

Axonométie des logements

23
Reconquête du coeur d’îlot
Favoriser le tourisme local et le partage des savoirs au sein d’un habitat temporaire
Juliette Demoulin

Le centre-bourg de Lamastre est caractérisé pouvant accueillir de 2 à 8 personnes, double mur en briques. Il s’agit d’une brique
par une forte densité d’habitations et du studio au T4. On trouve également gris-anthracite qui présente différentes
d’espaces enclavés. On y trouve une plusieurs espaces communs comme une nuances dues à sa méthode de fabrication. La
succession d’îlots qui créent une barrière salle de restauration et un SPA pouvant toiture, est en zinc gris-anthracite pré patiné
entre la ville basse et la partie haute de la être utilisés par les futurs locataires, mais et s’affirme comme la continuité des murs.
ville avec ses chemins pédestres menant aussi une salle commune pouvant servir à Enfin, le sol est composé de briques disposées
aux ruines du château de Peychelard. J’ai l’organisation d’événements dans Lamastre, de manière différente selon les ambiances
choisi de créer un parcours qui relie ces deux pour des associations ou autres activités souhaitées.
espaces forts, et traversant un îlot situé entre intergénérationnelles.
la rue Ferdinand Herold et la rue Chalamet. Les logements en simplex et duplex S’insérer ici permet de contribuer à la non-
Au sein de ce cœur d’îlot, j’ai choisi s’échelonnent sur différents niveaux dévitalisation du centre-bourg en empêchant
d’interroger la manière d’habiter en accessibles par un jeu d’escaliers. Chaque des bâtiments et maisons vétustes de
proposant de nouveaux usages aux futurs logement possède une entrée privative et est dégrader l’environnement. Ce projet permet
occupants tout en faisant profiter entièrement accessible par un ascenseur. de recréer une mixité générationnelle entre
les habitants de Lamastre. Afin de répondre aux contraintes de ces les populations vieillissantes autour de l’îlot
Au centre du projet se trouve une cour qui espaces enclavés, chaque logement possède et les touristes. Le projet d’habitat temporaire
permet différents usages en lien avec les un espace extérieur ainsi que des baies et d’espaces communs permet de contribuer
bâtiments avoisinants. Le cœur de l’îlot est orientées selon la course du soleil, en limitant au développement de Lamastre ainsi qu’à
occupé par un habitat temporaire géré par un les vis-à-vis. l’activité touristique.
propriétaire résidant sur le lieu : 5 logements Les bâtiments sont construits grâce à un

Plan masse du projet et du parcours Dessin du projet

24
Coupe du coeur d’îlot au chemin pedestre menant à Peychelard

Axonométrie détaillée Axonométrie éclatée des deux maisons en RDC

25
Reconversion
Requalifier une zone hétéroclite en refabriquant à l’échelle de l’habitant
Emmie Dupé

Le projet se situe dans la seconde «ceinture» qui retrouve une façade au sud et ouvre vers Ces espaces donnent sur une exposition sud-
de Lamastre. Situé proche du bourg et de sa des espaces végétalisés. ouest et proposent des vues sur les jardins et
place, le tissu est ici relativement dense et Les jardins des maisons ouvrières sont l’espace public végétalisé.
hétérogène. La place est entourée de volumes agrandis afin d’apporter davantage de qualité À l’intérieur, l’agencement des logements
d’échelles variées. aux logements, des cabanons sont installés en propose également un parcours intime
Le projet vient redessiner la place afin limite afin de garantir l’intimité. commun : les espaces intimes sont préservés
d’obtenir un ensemble plus cohérent. Le En face s’implante un collectif de huit des vues au nord et les espaces communs
stationnement est repensé aux abords et en logements intermédiaires. L’idée est de créer disposent de larges ouvertures au sud donnant
continuité de l’espace public. La place est trois unités de voisinages regroupant chacun sur les espaces extérieurs végétalisés.
travaillée sur le principe d’une unité de sol deux à trois logements. Sur la façade nord, Le projet est réalisé en pierre massive
se connectant au centre bourg au travers des cours communes viennent desservir les granitique, un matériau local. Ce système
des venelles et passages. Cet aménagement logements en rez-de-chaussée ou via un constructif permet un montage à sec, rapide,
redonne de la place aux piétons et invite à escalier. Ces espaces permettent la rencontre économique avec peu de nuisances de
déambuler. Les parcours proposent une et l’appropriation. chantier.
progression de l’intime au commun. L’espace Chaque logement possède des prolongements
co-working vient s’accoler au centre culturel extérieurs sous forme de terrasses et jardins.

Axonométrie de l’implantation des programmes sur la place

26
Axonométrie éclatée des logements intermédiaires Axonométrie coupée d’un logement

Vues donnant sur la place végétalisée et les jardins privatifs et sur les entrées de logements

Coupe transversale d’un logement

27
Habiter l’épaisseur
Anaïs Latour

La ville de Lamastre est constituée d’un d’autres équipements publics comme le renforcer cet aspect massif. Le béton permet
centre-bourg dense organisé autour de trois centre infoculturel et le complexe sportif. également d’organiser les logements mono-
places, ainsi que d’une deuxième ceinture de Il occupe donc une position stratégique, au orientés avec des murs de refends successifs
bâti moins dense, avec plus d’espaces verts. croisement des différents flux. qui reprennent le dessin des parcelles en
L’enjeu du projet urbain est de requalifier ces Le but était donc de permettre la connexion lanières en cœur d’îlot.
espaces afin de proposer un nouveau mode entre ces différents équipements en pensant Un volume plus léger, posé sur le socle en
d’habiter : un habitat avec plus d’espaces des cheminements divers qui offrent une alignement avec le muret, accueille un pôle
en centre-bourg, des logements proposant pluralité de parcours piétons et cyclistes. santé de médecine douce, un commerce et
une alternative entre l’habitat de centre- Le site est caractérisé par plusieurs éléments des logements collectifs. Celui-ci en rapport
bourg et l’habitat en maison individuelle. qui marquent le paysage : la digue, qui direct avec la rue adopte un langage plus
Dans cette logique, nous avons choisi de constitue une frontière entre le doux et la léger : il est traité avec un bardage en bois
réorganiser les places de centre-bourg afin de ville, les murets de pierre qui dessinent des continu, donnant une impression d’unité.
proposer un espace plus libre et favoriser la parcelles en lanière et organisent le paysage Le principe structurel utilisé est celui de
diversité d’usages. de façon transversale. l’ossature bois.
En lien avec ce réaménagement, il fallait Le projet reprend cette morphologie et utilise Les logements proposent de larges espaces
proposer une alternative au stationnement et les murets, les épaissit, les rend plus massifs extérieurs afin de répondre au maximum aux
trouver d’autres emplacements qui puissent afin de proposer des usages, d’habiter cette attentes des habitants des milieux ruraux tout
accueillir les places de parking enlevées du épaisseur, et de reconnecter cette partie de la en essayant de densifier cette zone afin de
centre. ville avec le Doux. proposer une alternative entre le logement
Le projet s’implante donc dans la deuxième Ce bâtiment multiprogrammatique propose en centre-bourg et le logement pavillonnaire.
ceinture de la ville, offrant des espaces plus donc deux langages architecturaux : un socle
grands pouvant accueillir des programmes épais, qui est creusé, sculpté afin d’accueillir
plus importants. un parking et des logements intermédiaires.
Il se situe à proximité de la Dolce Via et Le matériau utilisé ici est le béton afin de

Plan masse échelle 1:5000 Axonométrie éclatée, principe structurel

28
N

Plan de rez-de-chaussée échelle 1:1000 Détail du bardage échelle 1:50

29
Lamastre
Emprises mutables
Joris Top

Le projet cherche à proposer une alternative (deux petits collectifs et treize maisons espace «en plus», appropriable selon les
au logement pavillonnaire en employant le individuelles) dont un dédié à une assistante désirs de ses occupants. Le dénominateur
foncier potentiellement mutable de la zone maternelle, ainsi que 500 m² d’ateliers commun est donc la maison au gabarit
d’activités commerciales de Lamastre. Il mutualisés. identique et la diversité est apportée par
s’agit d’investir les emprises immédiatement La topographie permet de se protéger de la l’appropriation : constituer un jardin d’hiver,
disponibles en constituant une trame à la Sumène et accompagne la progression du déplacer la cuisine ou créer une nouvelle
fois paysagère, urbaine, bâtie et hydraulique public vers le privé en constituant des talus chambre, atelier, garage, espace enherbé et
établie de façon transversale à la Sumène. seuils. arboré ...
Le préverdissement permet de temporiser La phytoremédiation le long de la Sumène Les logements se veulent donc adaptables
et de donner des qualités aux projets futurs. permet la dépollution des sols et la aux besoins toujours plus changeants des
La proximité du bourg (à quelques minutes sensibilisation des habitants au recyclage des occupants. La proximité mesurée entre les
en vélo), celle de la Sumène, et celle des eaux. habitants favorise les rencontres et la vie
supermarchés font de ce site un lieu qualitatif. Chaque logement bénéficie d’une triple communautaire.
Le projet propose vingt-deux logements orientation et est flanqué au sud-est d’un

Logement intergénérationnel

Jardins potagers

Voie piétonne
accès ramassage scolaire

Assistante maternelle
Espace extérieur privé

Emmarchements permet-
tant l’accès à la Sumène

Ateliers mutualisés

Jardin privé

Jardin mutualisé

Voie carrossable stabilisée

Seuil privé enherbé

Stationnement
Bassin de Phytorémédiation
Plantes hélophytes : roseaux,
joncs

Muret de soutènement
Plan masse Isole des crues

Espace public Jardin mutualisé Petit collectif Jardin mutualisé Jardin privatif Maison individuelle Seuil Voie
privé carrossable
stabilisée

Coupe transversale paysagère

30
TRAME ARCHITECTURALE

Ateliers individuels

Ateliers mutualisés

Maisons individuelles

Petits collectifs

TRAME HYDRAULIQUE

Sumène
Vue sur le site et pont de la Dolce Via Bassins de phytoremédiation

Rigole pour l’écoulement des


eaux

TOPOGRAPHIE

Remblai stabilisée

Remblai du site

Remblai de terre saine

TRAME VÉGÉTALE

Emprise mutable

Terrain vague Végétation

Chambre 1 Chambre 2
11 m² 11 m²

Vue sur jardin d’hiver en


double hauteur

Espace «autre»
12,5 m²

WC
1.6 m²

Salle de bain Chambre 3


6.1 m² 11 m²

Axonométrie éclatée du concept urbano-paysager


Plan de R+1

WC
1.6 m²
Buanderie
5 m² Entrée
2.1 m² Jardin d’hiver
53 m²

Cuisine / Salle à manger


24,1 m²

Jardin d’hiver
53 m²

Plan de RDC Coupe longitudinale Coupe transversale

31
Lamastre
Le Condoie révélé
Amandine Beau, Audrey Dauchel, Romane Joyeux, Yolann Tersèche, Laura Wery

Lors de notre séjour à Lamastre, bourg rural cette rivière. La promenade démarrera à la
situé au cœur de l’Ardèche, un élément a cascade proche de la passerelle du Condoie,
particulièrement retenu notre attention : l’eau et viendra se connecter, sur les berges avec
est omniprésente dans ce village. C’est plus le parcours de pêche déjà existant le long
particulièrement un des affluents du Doux du Doux. Le but de cette promenade est
qui a retenu notre attention : le Condoie, qui d’intervenir le moins possible sur l’existant
formait anciennement la limite territoriale en y révélant les points forts.
entre les villes de Lamastre et Macheville. Cette promenade prendra à certains endroits
Le Condoie et le Doux sont par ailleurs de l’épaisseur afin d’accueillir des usages
considérés comme des rivières torrentielles variés. Ces espaces de détente vont permettre
et engendrent à ce titre des inondations de casser le rythme du parcours, ils abriteront
importantes. des points d’informations afin de faire écho à
Le Condoie est donc présent, mais peu mis «Lamastre en lumière», qui pourra peut-être
en valeur dans la commune. Nous nous un jour ajouter ce parcours du Condoie à la
proposons donc de le révéler et d’en donner course d’orientation.
à découvrir les différentes ambiances. Cette promenade s’adaptera au terrain et sera
Nous avons choisi de créer le long du Condoie, construite avec deux matériaux : le bois qui
une promenade afin de traverser et découvrir permettra de créer un ponton et se détacher
tous ces milieux. Cette promenade sera du sol, et du béton sablé qui autorisera à
ouverte à toute circulation douce, permettant se poser directement sur le sol quand la
aux piétons comme aux vélos de redécouvrir topographie le permet.

Un usage d’hier ... ... Un usage de demain

32
Croquis d’aménagement de la promenade

Croquis d’aménagement de la promenade

Vue du ponton en direction de la passerelle


du Condoie

Vue du parcours en direction de la passerelle


du Condoie Plan de la stratégie

33
Place Pradon
Amandine Beau et Audrey Dauchel

À Lamastre, la place Pradon est un point Nous avons retravaillé cette place en
stratégique, elle se situe à l’intersection de apportant de nouveaux usages et notamment
plusieurs grands axes. La place s’est vue de nouveaux programmes : une auberge de
divisée en deux parties par la construction jeunesse et une halle de marché. La nouvelle
de la Digue : les bords du Doux au nord et le place se dessine à partir des nouveaux
haut Pradon au sud. parcours créés, le premier étant un parcours
Aujourd’hui, le haut Pradon est utilisé comme piéton reliant le centre bourg au Doux, le
parking et comme espace supplémentaire deuxième vient réunir la Dolce Via et le
pour les forains les jours de marché en période Mastrou par le biais d’une passerelle au
estivale. En ce qui concerne les berges du niveau de l’accès voiture aux berges, le
Doux, elles sont utilisées pour désengorger troisième vient lier la place Pradon à la Gare
les rues de Lamastre en période de forte afin de les reconnecter au centre de Lamastre Vue de la partie sud de la digue
affluence. Étant donné que ces dernières sont et enfin par le parcours le long du Condoie
considérées comme zone inondable, il nous a arrivant par un ponton à hauteur de la place.
semblé opportun de nous intéresser au haut Les modifications de la place vont apporter
Pradon. un nouvel espace, des gradins en appui sur
Malheureusement la place recèle plusieurs la digue, de nouveaux accès à la place ainsi
points négatifs qui l’isolent du tissu qu’un parc entre l’auberge et la gare.
Lamastrois : la forte présence de la voiture Ces nouveaux usages permettront à la place
en fait une place peut appropriable par les de se reconnecter au centre bourg et à la gare
usagers, la rareté des commerces ou des afin de devenir un pôle attractif.
activités nuit à son animation, l’absence
de lien avec la Gare et le Centre l’isole du
centre-bourg.
Vue du point de jonction entre la Dolce Via et
le Mastrou

Vue de la partie sud de la place Pradon

La place Pradon en semaine La place Pradon un Jour de Marché La place Pradon un week-end

34
Plan masse

Coupe paysagère

35
La halle
Audrey Dauchel

La place Pradon est actuellement peu indépendant de la halle. L’autre espace peut
animée en dehors des jours de marché et aussi bien servir à un marché qu’à d’autres
ne sert que de parking les autres jours de usages (festifs, etc.). Ces deux espaces seront
la semaine. Elle semble déconnectée de également différenciés par leurs matérialités
Lamastre centre. C’est donc naturellement et leur structure. En effet le niveau du point
que j’ai voulu implanter une halle de marché de vente sera légèrement surélevé de 50
à cet emplacement. cm par rapport au reste de la halle. Il sera
Cette halle permettrait de venir renforcer plus massif du fait de sa structure en béton ;
l’attractivité du marché, mais aussi la « halle » sera davantage ouverte sur la
d’apporter un nouvel espace pour accueillir place. En effet, du bardage bois recouvrira
les petits producteurs locaux. le bâtiment ; il permettra de laisser passer
La forme du bâtiment est dictée par son la lumière latérale tout en structurant
emplacement et établit un dialogue avec l’espace. De ce fait, le côté ouest pourra,
l’auberge de jeunesse qui se situe un peu pour différents usages, s’ouvrir en grande
plus loin. partie sur la place donnant une impression
Deux espaces composent la halle : le de continuité avec l’espace extérieur.
premier est un point de vente coopératif des Le fait d’implanter un édifice public ayant
producteurs locaux et le second la halle de un grand impact sur l’espace de la place
marché proprement dite. Ce lieu de vente Pradon, va permettre de reconnecter cette Photo maquette structurelle de la Halle
va permettre aux producteurs d’exposer et dernière au centre-bourg et, ainsi, de
de vendre leurs produits toute l’année et redonner une nouvelle fonction à la place.
ainsi de profiter d’un lieu couvert et fermé

Vue sud de la place Pradon Vue sst de la place Pradon

36
Plan RDC

Coupe longitudinale BB’

37
S’adosser et Surplomber
Amandine Beau

La place Pradon se trouve à proximité du extérieur flou engendré par de grandes baies
centre bourg et de la gare où un accès direct vitrées. Afin d’inscrire l’auberge de jeunesse
est créé par son nouvel aménagement. Ainsi dans le paysage architectural des rives du
le site devient un point stratégique pour un Condoie j’ai décidé de créer une charpente à
hébergement de groupe de grande ampleur : deux pans avec un revêtement en tuiles.
une auberge de jeunesse avec une capacité de L’auberge comporte différents programmes.
100 pensionnaires. On trouve au rez-de-chaussée une salle de
Afin de donner une limite à la place, j’ai groupe pouvant être utilisée par la commune,
décidé de travailler l’auberge de jeunesse en un local vélo à utilisation des pensionnaires,
angle afin de créer un lien entre la digue et un restaurant-bar en lien avec la halle
le Condoie. De ce fait, ces liens apportent à de marché ainsi que la salle commune
l’auberge deux types d’ancrage : surplomber principale. Au 1er niveau se trouvent des Vue depuis la digue
le Condoie et s’adosser à la digue. Le projet chambres logeant de 2 à 6 personnes ainsi
possède ainsi différents points d’accès qu’une salle commune intermédiaire en lien
qui permettent de multiples parcours. avec la digue. Le dernier niveau reprend le
Ces deux ancrages induisent deux types même principe que le 1er niveau et possède
d’aménagement de l’espace. Le premier une cuisine partagée proposant une autre
corps de bâti au nord doit pouvoir travailler solution de restauration ainsi qu’une laverie.
en autonomie alors que le corps de bâti au L’auberge par son animation contribuera à
sud travaille en communauté. apporter un nouveau dynamisme à la place
La structure de l’auberge est réalisée en Pradon.
poteaux/poutres bois. Le choix de cette
structure a été décidé afin d’obtenir de grands
espaces ouverts avec un rapport intérieur/

Vue depuis la passerelle du Mastrou

Coupe - S’adosser à la digue Coupe - Surplomber le Condoie

38
Plan de rez-de-chaussée

Façade est - Vue sur le Condoie

Façade ouest - Vue sur la place Pradon

39
Intersection
Romane Joyeux

Le site du projet de projet se situe au niveau Pour la partie privée, des logements
de l’avenue Désiré Bancel. permanents viendront s’implanter à
Ce site offre de nombreux avantages tels que l’emplacement du bâtiment actuel afin
sa proximité avec le parc, le centre-ville ainsi d’offrir trois logements orientés vers le
que la place Rampon. Condoie. Des loggias situées au centre des
Le site en lui-même, bénéficie actuellement logements permettront d’apporter de la
d’un jardin en contrebas en relation directe lumière et un lien avec l’environnement
avec le Condoie, et d’une belle perspective extérieur.
sur cette rivière. Véritable extension de l’appartement, la
Le projet soumis propose donc de créer loggia pourra s’ouvrir complètement en
une articulation entre espace privé et espace été et permettre à ses habitants de vivre
public. complètement en extérieur. Les circulations
Pour la partie publique, un chemin va se font en arrière du bâtiment et sont éclairées Photographie du bâtiment actuel
permettre de relier le haut du pont avec le par une lumière zénithale.
bas de l’impasse du Condoie par une rampe, Le projet s’insère dans une stratégie à
puis va venir se retourner et descendre l’échelle de la ville puisqu’il permet de
sur une terrasse et un jardin public. Cette donner accès à une promenade visant à
rampe va donc permettre un accès à la redécouvrir le Condoie et également d’y
promenade prévue dans la stratégie élaborée apporter de nouveaux usages. À l’échelle
collectivement. du site, il propose des logements ouverts sur
L’espace public généré sera un espace de l’extérieur qui profitent de toutes les vues sur
détente afin de donner des usages plus le Condoie.
statiques à la promenade.
Véritable jardin public, son enclavement lui
confère tranquillité et fraicheur en été.
Croquis d’ambiance

Coupe paysagère I 1/1000

40
Plan masse 1/1000

Coupe transversale 1/200

41
La maison de la pêche
Yolann Tersèche

L’eau a une place primordiale dans la ville. cadrage sur le patio. Les deux boîtes du rez-
L’érosion a modelé le paysage Lamastrois de-chaussée abritent la Maison de la pêche
et contribue à créer une ambiance et un restaurant. À l’étage, on trouve une
particulièrement agréable. Paradoxalement, troisième boite avec un bardage bois formant
les habitants semblent très peu utiliser les un porte-à-faux. Celle-ci héberge le magasin
différentes rivières de Lamastre et notamment dédié à la vente du matériel de pêche. Ce
le Condoie qui passe en plein cœur du centre- projet ne se limite pas à un seul programme
bourg. Pour révéler les différents cours et doit constituer un ensemble qui permette
d’eau de Lamastre et retrouver une relation de se rapprocher de la nature, grâce au
avec ces derniers, il faut créer des activités restaurant et à l’abri pour randonneurs.
et loisirs directement liés à ceux-ci. Voilà Mon intention était de créer un rapport à
pourquoi j’ai choisi d’élaborer un bâtiment l’eau par le vide dans cet environnement
dédié à la pêche. très vertical fait de pentes et de falaises. Le
La maison de la pêche s’intègre à un site principe étant de proposer un architecture
très escarpé et très minéral. Les deux légère qui contraste avec la pierre très
parallélépipèdes rectangles qui constituent présente et très massive. Seul le socle du
le rez-de-chaussée sont implantés entre un projet est en pierre, il permet de détacher le
chemin existant et le Condoie. Ils sont comme projet du sol et de pouvoir protéger le projet Croquis du Condoie
deux appels qui incitent les promeneurs de la montée des eaux.
du chemin à se diriger vers le Condoie. Le projet fait appel à une structure en bois,
Ils se terminent par un espace largement un matériau durable, économique et cette
ouvert offrant différents points de vue sur typologie de structure est compatible avec
la rivière. Ces espaces sont traversants et la réalisation d’une toiture végétalisée
accompagnent ainsi le Condoie. Les volumes permettant de fondre davantage le projet
sont séparés par un patio qui s’articule autour dans le paysage.
d’un magnifique arbre présent sur le site. Un
espace abrité dédié au randonneur offre un

Site vu depuis le Condoie

Perspective de nuit depuis le Condoie


42
Maquette - Structure & Matériaux

Plan de rez-de-chaussée | 1/500

Façade sur Condoie | 1/400

43
Fenêtre sur Condoie
Laura Wery

Lors de notre séjour à Lamastre, nous avons rez-de-chaussée et le R+1 proposeront des
pu observer que la population traditionnelle espaces communs regroupant les espaces de
lamastroise, majoritairement composée de vie tels que salon, cuisine, salle à manger,
personnes âgées, voyait arriver ces dernières espaces de jeux et de détente. Le R+2
années une population un peu plus jeune. Ce proposera un espace de simplex, tandis que le
projet propose donc une solution de logements R+3 et R+4 proposeront des duplex avec une
intergénérationnels, qui permettrait à ces terrasse panoramique en toiture permettant
différentes générations de cohabiter. Le une vue étendue sur le paysage. Le R-1 et
concept de logements intergénérationnels R-2 abriteront des duplex bénéficiant d’un
regroupe plusieurs générations ne vivant jardin privatif.
pas sous le même toit, mais partageant des
espaces communs. L’enjeu de ce projet réside La faille centrale sera soulignée par une
donc dans la composition du programme et terrasse en belvédère qui se prolongera
l’agencement des espaces. jusqu’au mur de soutènement et proposera
un espace commun extérieur au-dessus du
Ce projet se divisera donc en trois parties Condoie.
distinctes, au nord et au sud, les logements et
espaces communs et au centre, signalées par Pour conclure, c’est un projet en constante
une faille vitrée, les circulations verticales. relation avec les vues sur le paysage, qui,
Chaque famille bénéficiera d’un logement tout en s’accordant et regardant son site,
indépendant et triorienté, avec un accès permet de regrouper des usages propres Vue du site depuis le Condoie
extérieur en balcon et/ou loggia, et une aux logements intergénérationnels tout en
gradation de l’intimité de l’ouest vers l’est, donnant de la qualité aux espaces intérieurs,
plaçant ainsi les espaces privés du côté de la grâce à la grande loggia en façade qui permet
rue. un apport de lumière conséquent et des vues
étendues sur le paysage. Côté rue, la façade
On entrera donc dans le projet par la faille cherche à se fondre dans l’alignement des
centrale au rez-de-chaussée, pour plonger les immeubles avec ses ouvertures plus petites.
habitants directement dans la vue et le paysage
du Condoie grâce à une large baie vitrée. Le

Perspective du projet

44
Photos de maquette

Plan masse | 1/1000

Coupe paysagère | 1/500

45
Nozières / Le Crestet
Itinérances
Julien Aubessard, Roy Cerrate-Banda, Nicolas Dezes, Lucas Jolliet, Marina Largeron

La stratégie territoriale développée tout au dynamique au bourg et au Crestet, la filière


long du semestre a visé à se rattacher à un de l’arboriculture fruitière en fait son identité
maillage global existant, à l’étoffer afin qu’il paysagère et économique.
puisse rayonner sur les communes voisines. Aussi, dans l’optique de donner la capacité à
C’est donc sur les randonnées en itinérance Nozières et Le Crestet de devenir des villages-
que notre attention s’est portée ; la filière étapes, un programme fort vient d’abord
touristique « verte » étant porteuse en pays ajouter une plus-value à chacune d’elle, puis
de Lamastre et en Ardèche. des programmes à l’échelle d’influence plus
Nous avons d’abord répertorié les différents réduite viendront les compléter et le travail
sentiers existants (cyclables, pédestres et des sols viendra appuyer ces transformations.
équestres), puis les équipements qui s’y
rattachent (hébergements, restauration,
offices de tourisme...). Le maillage est dense
et les équipements qualifiés.
Mais les communes de Nozières et Le Crestet
restent en marge de ce réseau : trop peu
d’équipements et d’attractivité font qu’elles
ne sont pas des étapes sur les chemins de
randonnées ardéchoises. On ne trouve que
quelques places d’hébergement dans des
gites, rien n’est aménagé pour, par exemple,
accueillir des chevaux ou réparer des vélos.
Pourtant, le potentiel est présent : à Nozières,
une zone artisanale tente de voir le jour
autour de programmes innovants, ce qui
pourrait permettre d’insuffler une nouvelle

46
Inventaire cartographique des randonnées en itinérance autour du pays de Lamastre

47
Nozières
Itinérances
Julien Aubessard, Roy Cerrate-Banda, Nicolas Dezes, Lucas Jolliet, Marina Largeron

À Nozières, deux des programmes de la itinérants qu’aux noziérois : ils sont à double
zone artisanale ont été développés, ainsi échelle.
que des hébergements de courte durée De fait, par l’ajout de ces trois programmes,
permettant de diversifier l’offre proposée reliés entre eux par des chemins pédestres,
sur la commune. Enfin, la maison de la Nozières gagnera en confort de randonnée et
randonnée, réhabilitation de l’ancienne en lisibilité du réseau grâce à la réhabilitation
mairie, sera la vitrine de la zone artisanale de l’ancienne mairie. Elle pourra accueillir
et proposera des services aux randonneurs : davantage de randonneurs ainsi que leurs
location et réparation de vélos, espace de chevaux sur l’ancien stade de football et
convivialité, salle hors sac, brasserie... Ces renforcera son influence et son attractivité
éléments permettront d’installer une relation grâce à la zone artisanale. Cette dernière
d’interdépendance entre la zone agricole et le s’inscrira sur un flanc de colline comportant
coeur du village, induisant des allers-retours déjà trois programmes, menuiserie, scierie,
et surtout des échanges. atelier de transformation de viande. Elle a
Le dessin des sols de la place du village, été pensée de sorte à ne pas créer un quartier
actuellement scindée par la route, va lui autonome et à proposer des interactions
Photo ou
donner un caractère autre et permettra de
souligner les différents points de vue : les
constantes avec le bourg de Nozières.
Chacun renforce l’autre par un échange
croquis
balcons du doux et son panorama à 360°, de services. La forme de la zone artisanale
l’aire de jeux et ses terrasses lointaines et le crée un couderc central appropriable par
relief vallonné. En outre, la ligne de crête, chacun ainsi qu’un espace public circulaire
caractéristique identitaire de Nozières, sera accueillant concerts et dégustations. Nous
soulignée par des petits modules, habillant avons développé deux des sept programmes
l’espace public : une fontaine, un arrêt de qui composent cette zone, un fab lab et une
bus, un belvédère. Ces petits aménagements meunerie.
serviront tout autant aux randonneurs
Ligne de crête

Paysage Place du village

48
Topographie, forme de bourg et vues

Scierie de la zone artisanale

49
Le Crestet, Monteil
Itinérance
Julien Aubessard, Roy Cerrate-Banda, Nicolas Dezes, Lucas Jolliet, Marina Largeron

Au Crestet, un pôle de transformation de de l’ancien lavoir restauré, et permettant


fruit pour les particuliers et les agriculteurs, d’installer une halte équestre.
ainsi qu’un point de vente sera implanté
en contrebas de la rue autour de laquelle Quant à Monteil, sa spécificité est sa
s’articule le bourg. Cette position permettra proximité immédiate avec le Doux, ainsi
de travailler dans l’épaisseur du village, que sa situation topographique sur une butte,
et non dans sa longueur. Cet atelier de enserrée par une boucle pédestre. Le potentiel
transformation va permettre de donner une offert par la rivière, ainsi que le nouveau type
plus grande visibilité aux agriculteurs locaux, de paysage qu’il propose permet de créer
souvent enfermés dans leurs exploitations un aménagement spécifique et contextuel,
et privés de vente directe, par manque de d’autant plus que le Mastrou et le vélorail y
temps ou de personnel. Ceci va également passent : Monteil à l’eau.
permettre à la commune du Crestet d’affirmer
son identité en proposant des produits 100%
locaux. Cet atelier, que l’on pourra visiter,
va également attirer des randonneurs, ainsi
que des saisonniers maraichers. Comme à
Nozières, les transformations seront tout
autant bénéfiques aux résidents qu’aux
touristes.

Pour appuyer cet atelier de transformation,


des hébergements pour les saisonniers et pour
les randonneurs de passage seront installés
à proximité, allant de pair avec un accueil
pour la gestion des gites, situé juste en face

Balade du calvaire Monteil

50
Le Crestet

Le Crestet vu depuis le calvaire Passage du Mastrou

51
Camping toits et toiles
Julien Aubessard

Ce projet d’hébergement de courte durée sols.


s’insère dans un réseau dense de randonnées. Il se compose de deux longères orientées
Le village de Nozières se situant dans l’aire nord-sud le long de la ligne de crête
d’influence d’évènements touristiques comprenant l’accueil et les bains. Ces deux
majeurs tels que l’Ardéchoise, ce projet éléments en ossature bois sont couverts de
s’implante alors à proximité du centre toile, marquant l’identité du projet.
bourg sur une parcelle qui culmine à 1000m Puis profitant des massifs forestiers, les
d’altitude sur un versant exposé sud-ouest, tinny houses et les tentes sont implantées
offrant un panorama exceptionnel. en lisère de ces bois dans un rayon proche
Ce nouveau programme a pour vocation de des deux longères contenant les programmes
renforcer les activités présentes à Nozières. de services. Chaque habitat repose sur une
La fabrication du projet reposera sur les plateforme permettant de retrouver une Partie belvédère de la longère constituant
ressources in situ, en termes de matériaux et planéité sur ce terrain dénivelé qui devient l’accueil de l’aire d’hébergement.
de savoir-faire. un prolongement extérieur de l’espace de vie
En outre, ce projet possède une visée sociale. intérieur.
En utilisant la filière touristique, il a pour Enfin la circulation extérieure est ponctuée
but de créer un dialogue entre les deux d’espacs favorisant la convivialité et la
populations du village. Les activités de la détente, comme le braséro ou le bain
zone artisanale, de ce projet et du centre- norvégien.
bourg sont toutes interdépendantes.
L’aire d’hébergement s’implante à proximité
de l’ancien stade de football du village le long
de la ligne de crête, identitaire de Nozières.
Son aspect filaire souligne la ligne de crête,
et s’insère dans le paysage avec la ferme
Ponton sud du batiment des bains, illustrant
intention d’avoir un impact minimum sur les le bain norvégien et le rapport au paysage.

Maquettes

52
Perspective des tentes 4 personnes

Perspective Tinny houses 2 personnes (x2)

Plan masse de l’aire d’hébergement

Coupes longitudinale et
tranversale de l’accueil

Coupe longitudinale de la longère


des bains

53
Le Fab Lab
Nicolas Dezes

Implanté dans la zone artisanale de Nozières, Dans le bloc nord du bâtiment viennent
ce projet accueille une multiplicité de s’additionner deux «boîtes» comprenant
programmes liés au travail des matières des espaces de lectures. Ces derniers sont
premières, de l’informatique et de la lecture. comme suspendus au-dessus de l’open
Conformément à la stratégie que nous avons space et offrent des relations visuelles et
mise en place sur la zone, le projet «naît» du des différences de hauteurs aux espaces
site. Les matières premières sont récoltées inférieurs. De plus, ils disposent de larges
et transformées directement sur celui-ci baies vitrées donnant à voir un incroyable
grâce aux artisans déjà présents. Le bois est panorama sur les Monts d’Ardèche.
découpé sur place évitant ainsi son transport, En dessous se trouve un grand espace,
les chutes et déchets sont compactés et les salles informatiques, imprimantes 3D,
réutilisés pour concevoir la meunerie. espaces de détente et tables de découpes. Cet
Le projet est séparé en 2 parties; d’un côté espace a été pensé comme un environnement
les open-spaces, salles informatiques, fluide accueillant et convivial, afin de
espaces de lecture, de l’autre, l’atelier favoriser le partage des connaissances et les
Découpe et utilisation du bois - Schéma
de transformation de bois ainsi que les relations entre utilisateurs.
découpeuses lasers. Deux ambiances Enfin l’atelier se trouve lui, à un niveau
donc, pour des programmes radicalement inférieur, marquant encore la différence
différents. Cette séparation entre 2 univers entre les programmes. Il comprend toutes les
différents se ressent, d’abord en plan, par un machines nécessaires à la transformation du
effet d’emboitement, en élévation, avec une bois ainsi qu’une large baie vitrée ouvrable
structure révélée à l’extérieur, ainsi que par sur l’extérieur pour agrandir, si besoin, la
l’utilisation de matériaux et de revêtements surface de travail maximum.
de sols différents. Enfin, la charpente a été calculée sur mesure
en fonction des sections disponibles lui
donnant ainsi un aspect filaire.
Perspective intérieure - Atelier

Maquette du projet

54
Plan de rez-de-chaussée

Coupe transversale Plan masse de la zone artisanale

Coupe longitudinale

55
No pain, no gain
Marina Largeron

« No pain, no gain », que l’on peut traduire sacs de farine.


littéralement par « On n’a rien sans pain » est Sur la gauche, on trouve le fournil, avec
une meunerie et un fournil. Comme tous les le pétrin, la chambre de pose, la table de
autres bâtiments de la zone artisanale, il suit façonnage et enfin le four. Le silo et la
la règle du jeu : partir d’un volume simple, cheminée, jouant le rôle de signal, sont en
avec une toiture à deux pans, et sculpter inox, afin de contraster avec le monolithe, et
dedans. de les lire comme des éléments « pluggés ».
Afin de pouvoir d’abord lire le monolithe en Les poinçons se prolongent jusqu’au sol pour
bois du volume initial sculpté, et pour mettre créer un rythme et un axe central, comme un
en place le principe de « façade froide » pour plan en croix. Les différentes fermes sont
réguler la température, en créant un vide dans identiques, mais ne sont pas espacées de la
la couche du mur, l’ensemble est recouvert même manière parce que leur écart répond
par une peau diaphane en polycarbonate aux usages qui se trouvent en dessous, dans
ondulé. Ensuite, la charpente vient soutenir le but d’avoir un plan le plus fonctionnel
le tout et définir les espaces intérieurs. Elle possible.
Découpage de la grume
est débitée directement dans des grumes, Enfin, la table de façonnage est positionnée
sciées en trois : les poutres moisantes, les en face des baies vitrées, parce que c’est
poteaux et les arbalétriers moisés. D’abord, autour de cette table que pourront se dérouler
elle souligne la séquence d’entrée, créant les ateliers « apprends à fabriquer ton pain»,
un sas, et accueillant le bloc sanitaire en ou que les curieux pourront regarder les
face. Ensuite, sur la droite on trouve la boulangers travailler. C’est aussi de là que
meunerie, qui suit la logique de fabrication l’on pourra sortir sur la terrasse commune, et
traditionnelle. Le blé, stocké dans un silo à se rattacher complètement à l’ensemble de la
l’extérieur, est acheminé par une vis sans zone artisanale.
fin, étape par étape : nettoyage, mouillage,
mouture, et mise en sac, puis stockage des
Paysage

Enveloppe externe Intérieur, charpente et rythme

56
Plan de rez-de-chaussée

Coupe

57
L’auberge espagnole
Roy Cerrate Banda

Le développement de ce projet a pour murs extérieurs qui forment la terrasse. Cela


enjeu l’empreinte de l’architecture dans permettant d’associer l’architecture à son
le paysage naturel du village du Crestest. environnement naturel et, à travers le choix
Relier les espaces naturels par des chemins de ces matériaux, d’en réduire l’impact.
et des itinéraires permettrait de favoriser Les informations sur les activités touristiques
l’attraction touristique de la ville en réalisant à réaliser dans cette zone sont disponibles
des activités telles que la randonnée et dans le bâtiment d’accueil qui se situe au
en offrant des logements pour de courts début de la route principale, il sert de réception
séjours. C’est ainsi qu’est venue l’idée de pour les visiteurs. On y trouve également
créer des logements de différentes sortes, des produits fabriqués dans l’atelier de
qui serviraient autant aux villageois qu’aux transformation de fruits. Ces activités et ces
touristes. nouveaux services permettront de renforcer Photo du site, du projet et du paysage
Chaque type de logement est orienté vers le l’aspect économique et social de la ville en
paysage de façon à capturer et encadrer les renouant avec les zones rurales désertes, par
différents points de vue. Ils sont reliés par le biais de programmes ou d‘itinéraires qui
une route principale qui mène à un atelier de valoriseraient le potentiel du Crestet.
transformation et de vente de fruits.
L’implantation de ces logements sur le
terrain se fait par des terrasses, créées pour
jouer avec la topographie, et permettant
de ménager des espaces extérieurs pour
développer les activités en relation avec la
nature.
Chaque logement est conçu avec des
matériaux locaux. Bois de menuiserie pour la
charpente et la couverture et pierres pour les
Photo des logements

Vue intérieure d’un logement

58
Plan masse et coupe du paysage

Axonometrie - croquis

59
GSPublisherVersion 0.0.100.100
Monteil à l’eau
Lucas Jolliet

Dans la logique de la stratégie territoriale pour une durée variable. Un endroit où les le but de minimiser l’impact sur le site
qui consiste à revaloriser les différents types visiteurs auront envie de venir passer une très sauvage. C’est pourquoi j’ai choisi
de circuits de randonnées, un point d’étape journée en famille, en amis pour une seule une écriture légère ce qui m’a orienté vers
à Monteil apparait comme évident afin de finalité, prendre du plaisir. l’utilisation de structure métallique, faisant
faire une pause. Sur la promenade entourant Le projet conserve au maximum l’aspect un petit rappel au Mastrou (moyen de
la butte de Monteil, on rencontre le Doux, naturel et vierge du site. Afin de le rendre transport par lequel nous sommes arrivés).
une des rivières qui compose le paysage praticable, la pente est aménagée et Afin de respecter l’inscription dans le site,
ardéchois. Dans une intention de créer du séquencée en plusieurs parcelles par la les matériaux utilisés sont locaux, tels que
lien, le choix de ce site a été fait en suivant création de murs de terrasses, un élément du granite pour les murs, du douglas pour le
les potentialités d’aménagement et de projets typique du paysage ardéchois. Les berges du bardage.
qu’il offrait. Dans le paysage ardéchois, le Doux sont requalifiées avec la création d’un
Doux a tendance à être effacé, il m’a donc espace de plage ainsi qu’un chemin qui se
paru évident et intéressant de le remettre sur dessine tout le long, et donne naissance à un
le devant de la scène. nouvel itinéraire de randonnée.
Un second atout du site est le passage du Afin de mutualiser et multiplier les parcours,
Mastrou et du vélorail, c’est une donnée qui un départ de circuit de canoë est proposé sur
a défini en grande partie les programmes le site.Toutes les terrasses offrent des espaces
implantés. libres enherbés, permettant une appropriation
Du fait de la mise à l’écart du site, son accès du public afin qu’il devienne acteur du site.
le plus simple ou du moins le plus commode Comment passer une meilleure journée au
reste par la voie ferrée. C’est pourquoi la soleil qu’avec un verre à la main ? Votre
période d’activité et de fréquentation suit voeu est exaucé : face à la rivière se dresse
celle de fonctionnement du Mastrou, à savoir un bar lié à un large parvis, pouvant accueillir
pendant l’été et les beaux jours. occasionnellement des évènements de
L’intention du projet est de créer un lieu de guinguettes.
Au coeur du site et du projet, face au bar et
loisirs destiné à accueillir tout type de publics Les deux bâtiments créés sont pensés dans
au paysage ardéchois

Maquette bâtiment local de canoës Maquette bâtiment bar

60
Plan masse

Perspective d’ambiance

Élévation paysagère, orientation ouest

61
St Barthélémy-Grozon et Gilhoc-sur-Ormèze
Un lien de culture

Marie Roux-Blondelet, Pierre-Alexandre Ferry, Anneliise Jorgensen, Lisa Labadie, Chloé Verdier

Lors de notre arpentage, nous avons d’autre part repéré des points de vue et les Nous souhaitons donc réhabiliter l’école et
remarqué des villages peu habités et à la chemins de randonnée qui mettent en lien l’espace public attenant. Saint-Barthélémy
population vieillissante. nos villages. semble concentrer des éléments concernant
Nous avons rencontré le maire actuel de L’enjeu est de recréer une interdépendance l’éducation, ce que nous voulons accentuer
Saint-Barthélémy-Grozon qui souhaite entre les communes en valorisant le potentiel grâce à des programmes pédagogiques :
renforcer l’attractivité de sa commune grâce culturel de manière à attirer la jeunesse, et verger, potager, atelier bois. À Grozon, le
à la mise en place d’un projet culturel auquel de rendre ces bourgs désertés à nouveau bourg est complètement déserté, mais a un
seraient associés les établissements scolaires. attractifs. fort caractère patrimonial qui appelle la
Nous avons abordé ce thème de la culture Notre arpentage a mis en exergue de culture. Il nous semble important de créer un
avec des habitants : lorsqu’ils souhaitent nombreux espaces peu qualitatifs identifiés point d’intensité fort via les arts, théâtre et
accéder à la culture, ils se rendent dans la spécifiquement sur chaque bourg  : investir danse.
vallée du Rhône, à Tournon ou à Valence. le talus à Gilhoc-sur-Ormèze, requalifier Nous souhaitons hybrider ces programmes
Nous avons également rencontré le précédent les entrées de bourgs sur ce bourg et à Saint de culture à des logements en indiquant
maire de Saint-Barthémély-Grozon. Il a Barthélémy, relier le haut et le bas à Saint- des zones à densifier et une diversité de
évoqué la création d’un festival de musique il Barthélémy. typologies d’habitat.
y a quelques années. Le festival de musique Nous souhaitons revaloriser ces espaces Nous souhaitons concrètement intervenir de
de Grozon a attiré beaucoup de jeunes qui grâce à des programmes culturels avec un trois manières différentes : en démolissant du
repartent maintenant qu’il n’y a plus d’offre pôle de représentation à Gilhoc, un pôle bâti peu qualitatif et sans valeur architecturale,
culturelle. Au vu de ce constat, il semble lié à la sensibilisation et à l’éducation à St en réhabilitant le bâti qualitatif existant et en
que la culture soit effectivement un levier Barthélémy, un pôle danse et théâtre à Grozon. construisant de nouveaux bâtiments.
efficace pour dynamiser les villages et attirer En effet, Gilhoc possède actuellement
la jeunesse. une salle des fêtes qui est à réhabiliter et à
Nous avons répertorié les acteurs culturels agrandir. Nous décidons , après ces constats,
sur nos trois villages : associations, d’apporter de vrais et grands espaces
conservatoire, lieux de spectacle, moulins, de représentation. À Saint-Barthélémy-
fermes fortifiées, châteaux, etc. Nous avons Grozon, il y a la fusion des deux écoles.

62
pôle danse et théâtre pôle de représentation

Bloc diagramme Grozon

Bloc diagramme Grozon

pôle éducation et pédagogie

Bloc digramme Gilhoc-sur-Ormèze

Bloc diagramme St Barthélémy

63
Le Carrerot
Pierre-Alexandre Ferry, Lisa Labadie.

Depuis les années 2000, Gilhoc-sur-Ormèze dans cette continuité : nous intervenons successives formeront le nouvel axe bâti dans
est un village qui a retrouvé une certaine sur deux espaces que nous avons jugés le bourg. Le carrerot se termine enfin par
attractivité auprès d’une population de jeunes stratégiques, car ils correspondent aux un grand espace public, subdivisé en sous-
actifs. Le bourg est en effet proche de la vallée entrées de bourg actuelles. espaces aux différents statuts qui s’organisent
du Rhône où le travail est plus accessible. Ces deux points seront dans un premier autour d’un nouveau programme majeur : une
De plus, le foncier y est beaucoup moins temps reliés par un parcours d’espaces salle de représentation. L’implantation de ce
onéreux que dans la vallée. L’augmentation publics. Celui-ci a pour objectif d’accueillir nouveau programme est définie de manière à
de la population qui en résulte et l’absence à plus long terme de nouveaux logements, répondre à la salle polyvalente existante. La
de logements vacants dans le bourg ont formant ainsi la nouvelle rue du bourg. Cet tension entre ces deux bâtiments permet à la
conduit la municipalité à encourager le axe nouveau prendra le nom de « carretot » nouvelle Place Rampon de retrouver un lien
développement de zones pavillonnaires peu qui signifie voie, chemin en patois local. fort avec le paysage lointain.
denses et sans logique d’articulation avec Le carrerot débute donc par l’ancienne place Un verger vient arrêter l’expansion du bourg
l’ancien bourg. du marché qui correspond à l’arrivée dans et constitue par ailleurs l’étape finale du
Le projet que nous développons a pour le village depuis Lamastre. Le carrerot se carrerot.
objectif d’une part d’endiguer ce processus poursuit ensuite en promenade jusqu’à la
peu qualitatif d’aménagement du territoire Clairière, un espace public au milieu des bois
et d’autre part d’apporter une réponse en contrebas de la rue. Ce lieu, aujourd’hui
plus adaptée aux besoins de ces nouveaux peu mis en valeur, permettra par le biais
habitants. d’installations, une appropriation notamment
D’un point de vue historique, le bourg s’est en retrouvant un rapport à l’eau.
développé par points successifs, reliés entre C’est le long de ce parcours que s’implantent
eux par un front bâti. Notre projet s’inscrit de nouveaux logements dont les apparitions

Panorama entrée de bourg depuis Lamastre Panorama entrée de bourg depuis Tournon

Coupe paysagère entrée de bourg depuis Lamastre

Coupe paysagère entrée de bourg depuis Tournon

64
plan masse Gilhoc-sur-Ormèze - le Carrerot

65
Le Carrerot
entrée de bourg depuis Lamastre
Pierre-Alexandre Ferry, Lisa Labadie.

Le premier espace requalifié est l’arrivée à d’arbres et le stabilisé déjà présents. Une les jardins privés à l’arrière et sur la serre.
Gilhoc-sur-Ormèze depuis Lamastre. Nous bande de logements se déplie ensuite comme Celles-ci permettent de démultiplier l’espace
avons traité cet espace comme un seuil fort un ruban, partant de l’alignement existant de vie en rez-de-chaussée, mais également de
du village notamment par un traitement pour se reculer petit à petit et gérer l’intimité tempérer le logement. Les serres sont fermées
de sol différencié (enrobé grenaillé). La des maisons. Les deux premiers logements à l’est par un mur béton dont l’inertie pourra
route est bordée au nord par le pavillon des qui donnent sur l’allée sont associés à un absorber et restituer la chaleur. Les plaques
Géophiles Gilhocois. De forme courbe, il local commercial pouvant accueillir par de polycarbonate en couverture sont équipées
lance le nouveau parcours jusqu’à la salle exemple une activité libérale. La dernière d’un système d’ouverture automatique pour
de représentation. La matérialité du bâtiment bande est constituée d’une maison d’hôte gérer l’humidité. Enfin, toutes les eaux
(bois) fait écho à son implantation au sein et de maisons-serres dissociées de l’espace pluviales sont récupérées dans une cuve qui
d’une masse végétale. public par une allée enherbée. régulera aussi la température de la serre.
Au sud de la route, l’espace est traité sous Les logements-serres reprennent l’archétype
forme de bandes horizontales. La première de la maison traditionnelle. Elles sont
est une allée publique renommée l’allée des construites en ossature bois. Le bardage
marcheurs puisqu’elle répond au pavillon extérieur est en aluminium. L’épaisseur des
de l’autre côté de la route. Cette bande est percements accueille un bardage bois visant
investie d’installations en bois à usage des à faire ressortir en extérieur l’ossature bois.
vélos et marcheurs. Elle conserve l’allée Les logements sont largement ouverts sur

Plan RDC élargi

66
Croquis perspective depuis la route de Lamastre

Maquette d’un logement-serre

Façade nord des logements

Façade sud du pavillon des Géophiles Gilhocois

67
Le Carrerot
entrée de bourg depuis Tournon
Pierre-Alexandre Ferry, Lisa Labadie

L’enjeu principal de l’entrée du bourg depuis distincts. La salle de représentation est


Tournon consiste à réaménager les différents accessible depuis la place Rampon au niveau
talus laissés à l’abandon à la suite de travaux haut, tandis qu’en contrebas se trouve la
de terrassement successifs. salle des fêtes, utilisée pour les entractes, les
Cette entrée de bourg est subdivisée en après-matchs et autres festivités.
plusieurs espaces publics de différents statuts La présence de ces deux programmes se
qui s’organisent autour de la nouvelle salle traduit en façade et dans le choix de la
de spectacle. structure. Au niveau de la salle des fêtes,
L’implantation de ce programme, en vis-à-vis des voiles béton perpendiculaires à la façade
de la salle des associations existante, permet supportent un bloc plus massif qui renferme
de créer un espace public central, cadré par la salle de représentation. Photo de la salle polyvalente existante
les deux masses bâties. Des feuilles de zinc perforées recouvrent
Cet axe visuel et de parcours débute depuis la l’ensemble des façades de ce bloc et se
place Rampon, déplacée pour composer cet retournent en toiture.
espace. Il se poursuit en gradins et terrasses Pour marquer davantage l’opposition avec la
pouvant accueillir des usages en lien avec structure béton du niveau inférieur, la salle de
la salle de spectacle et des associations. Au spectacle est entièrement constituée de bois
bas de ces emmarchements, l’esplanade de sapin local, qu’il s’agisse du plancher, des
est divisée en trois parties, traduites par poteaux, de l’ossature des murs ou encore de
différentes matérialités au sol. Le dernier la charpente de forme traditionnelle.
talus situé contre le stade abrite des locaux
sportifs pour les équipes du village.
La salle de spectacle offre deux programmes Croquis d’ambiance

Maquette de site

68
Plan RDC
Détail constructif

Coupe longitudinale

69
Saint-Barthélémy
Parcours pédagogique
Marie Roux-Blondelet et Chloé Verdier

Nous avons constaté en arpentant le site vide qui actuellement divise le village, alors qui oriente le regard vers le paysage boisé
une dissociation entre le village haut et le qu’il est potentiellement un lien. lointain.
village bas. On trouve en partie haute le Nous souhaitons donc relier à partir de ce
cœur historique qui s’est développé autour vide le village haut et bas grâce à un parcours On réinvestit ensuite le talus en proposant
de l’église en noyau puis le développement séquencé qui sécurise la traversée et invite un emmarchement donnant sur un potager
linéaire en partie basse du village le long de aux mobilités entre ces deux entités. pédagogique.
l’axe principal. À partir de la réunion des deux écoles, nous On prolonge le parcours par un cheminement
On remarque une concentration des activités développons un projet à vocation éducative. piéton arboré avec un stabilisé au sol, qui
en bas du village, délaissant ainsi le haut, C’est pourquoi nous proposons un parcours sécurise la traversée jusqu’au verger.
ce qui crée une rupture. Un unique accès pédagogique. On poursuit le parcours le long du potager,
peu valorisant relie les deux parties du Afin d’appuyer notre parcours, nous avons puis dans le cimetière ou à côté.
village. Cette rupture est renforcée par une identifié une première zone d’aire de On termine le parcours sur l’espace public
topographie abrupte. pique-nique avec du mobilier léger et deux qui relie les deux petites places existantes.
Par ailleurs, la constitution du village a été passerelles existantes. L’idée serait de séquencer le parcours par
guidée par des limites naturelles, masses On continue sur un emmarchement qui mène un système de terrasses, propre à l’identité
végétales et limites topographiques. à un espace belvédère. locale.
Le village s’est articulé autour de masses Le parcours se développe sur une place
bâties et végétales. Il subsiste néanmoins un publique cadrée par deux masses bâties

Requalification de la place Talus réinvesti Ouverture sur le paysage Les deux places unifiées

Coupe paysagère

70
Aire de pique-nique Potager pédagogique au-dessus du garage

Escalier reliant le point haut et bas Chemin piéton arboré

Belvédère Entrée du verger pédagogique

Espace public s’ouvre sur la cour d’école Les deux places unifiées
71
Parcours pédagogique, école
Requalification du bas avec le projet
Marie ROUX-BLONDELET

Afin d’appuyer notre parcours, nous avons par un cheminement piéton arboré avec un
identifié une première zone d’aire de stabilisé au sol, qui sécurise la traversée
pique-nique avec du mobilier léger et deux jusqu’au verger. Nous venons séquencer le
passerelles existantes. Nous souhaitons parcours par un système de terrasses, propre
conférer à cet espace davantage de qualités à l’identité locale.
en proposant une architecture d’abri qui Pour l’aménagement du bas du village, nous
cadre sur le paysage proche des bords d’eau. nous sommes appuyés sur la fusion des deux
On continue sur un emmarchement qui écoles pour en proposer la réhabilitation et
mène à un espace belvédère. En contrebas l’extension. Le bâtiment existant comprenait
de celui-ci sont aménagés des vestiaires et un espace pour la mairie et un espace pour
un comptoir pour les joueurs du terrain de l’école. Nous proposons de déplacer la mairie Réhabilitation de l’école
football annexe. Le parcours se développe dans le projet annexe de manière à libérer
sur une place publique cadrée par deux les surfaces nécessaires pour accueillir
masses bâties qui oriente le regard vers davantage d’élèves. Le R-1 est réhabilité
le paysage boisé lointain. Les préaux en en stationnements pour les enseignants
portique de l’école traduisent une porosité et parents d’élèves tandis que le R+1 est
entre la cour d’école et la place. En supposant réhabilité en internat pour les étudiants de
que le weekend, les enfants n’utilisent pas l’atelier bois, et peut recevoir des colonies de
la cour d’école, celle-ci peut permettre le vacances.
déploiement de la place pour inclure d’autres D’autre part, nous proposons la démolition-
usages. On vient ensuite sécuriser la traversée reconstruction du bar/restaurant/épicerie.
par le travail d’une même matérialité au sol. Nous implantons le restaurant au bord de la
Le parvis du restaurant se déploie sur la route de manière à inciter les automobilistes à
voie principale afin d’inciter les véhicules s’arrêter grâce au développement des usages
à ralentir. On réinvestit ensuite le talus en sur le parvis. Au centre est disposé le local
proposant un emmarchement donnant sur AMAP qui propose la vente des produits
un potager pédagogique. En contrebas de du verger pédagogique. A l’extrémité du
celui-ci est aménagé un garage pour les bâtiment, on retrouve l’espace de la mairie.
engins communaux. On prolonge le parcours Démolition-reconstruction du bar-restaurant

Maquette pour le choix d’implantation

72
Plan de Masse

Plan masse

Elévation sud de l’école et coupe du restaurant

Coupe transversale de l’école et potager pédagogique 0 8 16

73
Place et atelier bois
Chloé Verdier

Suite à notre analyse, nous avons remarqué proximité et aux jeunes en formation venant par le verger, le parcours peut se poursuivre
un manque de lien entre le village bas et le sur le site. le long du potager ou dans le cimetière.
village haut associé à une forte rupture liée En effet, le village haut abrite un atelier bois Au-dessus, on retrouve des espaces de
à la topographie et à la voie qui relie le haut à l’abandon que nous réhabilitons. Nous stationnements. On peut ensuite rejoindre
et le bas. faisons aussi son extension. Cet atelier a l’atelier et la place. On accède aussi à
C’est en réalité le vide qui lie les deux plusieurs vocations : il est le lieu de formation l’atelier par la voie qui relie le verger à la
entités et qui fait l’unité du village. Il s’agit de jeunes en menuiserie et ébénisterie, un place.
donc de traiter ce vide afin de permettre une lieu d’atelier pédagogique pour les enfants
traversée, un lien sécurisé entre le bas et le ou des jeunes en colonie de vacances.
haut du village. Le niveau inférieur du rez-de-chaussée donne
Pour cela, nous avons choisi de créer un sur la place qui fait face au parvis de l’église.
verger pédagogique et productif en référence Ce rez de place permet l’accès à des toilettes
aux traditions locales. publiques ainsi qu’à une vitrine d’exposition
Toujours avec l’objectif de relier les deux des objets réalisés dans l’atelier qui peut
parties du village, nous avons choisi de aussi devenir une salle de réception ou pour
provoquer plus de flux entre haut et bas, ceci les associations.
par le biais du restaurant scolaire. Cet espace Nous avons retravaillé la place afin de
est aussi un lieu pédagogique, au coeur simplifier les niveaux. Alors très en pente,
du verger. Il abrite en effet des espaces de nous avons décaissé la place existante,
transformation de fruits ainsi que des espaces recréant une terrasse qui répond au parvis
de restauration qui deviennent des cuisines sur laquelle on peut lire, jouer à la pétanque,
pédagogiques. Il est associé au potager. discuter…
Ce restaurant scolaire est dédié aux écoles à Le village haut et le village bas sont reliés Photo de maquette - l’atelier et son extension

Coupe transversale de l’atelier et de son extension

74
Plan masse
0 1 3 6m

0 5 15 30 m

Facade nord du bâtiment du verger

Coupe transversale du verger

75
Point d’acupuncture
Annelise Jorgensen

À Grozon, hameau de la commune de St mise en place d’une toiture à deux pans.


Barthélemy, ce projet, propose de qualifier la En revanche, afin de se distinguer de
poche de vide au centre du bourg en créant un l’architecture de pierre du hameau, le
véritable espace public végétal et minéral où bâtiment créé dénote avec le recours à des
la population peut se retrouver. Le parcours matériaux tels que du béton pour la bande du
créé autour de cette poche permet également fond et de bardage bois et d’une toiture en
de relier des éléments structurants du bourg, zinc pour les volumes en saillie.
tels que le château, l’église, le temple et le Afin de rester dans la logique de tradition, on
ruisseau du Grozon avec sa fontaine et son constate que presque aucune toiture du bourg
lavoir. n’est régulière. Ainsi, il s’agit dans ce projet
Au fond de cette parcelle, le pôle danse et de réinterpréter ce constat en proposant pour Vue depuis le parvis du temple
théâtre s’implante. Une première bande la toiture des volumes, une couverture qui
technique s’adosse au mur de soutènement s’évase et se prolonge au-delà du bâtiment,
existant en contrebas du château et trois permettant de proposer différents types
volumes en saillie accueillent les lieux d’espaces. En effet, elle peut devenir abri
d’enseignement. Ces lieux se veulent pour la personne empruntant le chemin le
modulables, notamment autour de l’espace long du bâtiment, donner la sensation d’un
de représentation extérieur, tout en jouant sur espace qui s’ouvre sur l’extérieur pour
le rapport intérieur et extérieur. celles qui dansent ou jouent. Enfin, pour
Ce programme étant directement visible les personnes se promenant sur le chemin
depuis l’axe reliant Gilhoc à Lamastre, il menant au château, le faîtage disparaît dans
est nécessaire de montrer la présence d’un le garde-corps et permet de conserver la
tel équipement public dans ce hameau sensation d’ouverture sur le paysage qui fait
actuellement en perte de dynamique. En aujourd’hui la qualité de ce lieu.
volumétrie, les bâtiments conservent un
registre modeste et traditionnel avec la

Perspective depuis le lavoir

76
Plan rez-de-chaussée

Coupe longitudinale

Facade sud

77
L’ENSACF et l’équipe enseignante tiennent à remercier tout particulièrement :

les étudiants pour leur enthousiasme et leur implication : Julien Aubessard, Amandine Beau,
Shereen Benchaib-Kolli, Claire Bouguin, Amélie Brez, Elisa Cartie, Roy Cerrate Banda,
Audrey Dauchel, Juliette Demoulin, Nicolas Dezes, Emmie Dupé, Pierre-Alexandre Ferry,
Lucie Gallet, Lucas Jolliet, Annelise Jorgensen, Romane Joyeux, Lisa Labadie, Marina
Largeron, Anaïs Latour, Emilie Leduc, Marie Roux-Blondelet, Yolan Terseche, Joris Top,
Chloé Verdier, Laura Wery ;

l’ensemble de nos partenaires qui se sont mobilisés pour apporter la matière nécessaire à
la conduite de l’atelier ;

le PNR des Monts d’Ardèche qui a permis la conduite de cet atelier et contribué à la
publication de ce document ;

les élus et habitants de la Communauté de communes pour leur accueil ;

et plus particulièrement Jacky Chausson & Jérome Damour pour leur disponibilité et leur
engagement.

78
Editoriaux p. 2

Désaignes : Impulsion et mise en réseaux p. 6


Centre d’art p. 8
Halle et pavillon d’accueil p. 10
Continuité paysagère p. 12

Saint-Prix : Halte et nouveaux usages p. 14


La gare p. 16
Gîte d’étape, bistrot de pays et résidence autonomie p. 18

Lamastre : Prenez place ! p. 20


Logements à Lamastre - Vivre le coeur d’îlot p. 22
Reconquête du coeur d’îlot p. 24
Reconversion p. 26
Habiter l’épaisseur p. 28
Emprises mutables p. 30

Lamastre : le Condoie révélé p. 32


Place Pradon p. 34
Halle de marché p. 36
S’adosser et surplomber p. 38
Intersection p. 40
Maison de la pêche p. 42
Fenêtre sur Condoie p. 44

Nozières - Le Crestet : Itinérances p. 46


Nozières : itinérances p. 48
Le Crestet, Monteil, itinérances p. 50
Camping toits et toiles p. 52
Fab Lab p. 54
No Pain, no gain p. 56
L’auberge espagnole p. 58
Monteil à l’eau p. 60

St Barthélémy-Grozon et Gilhoc-sur-Ormèze p. 62
Le Carretot p. 64
Le Carretot, entrée de bourg depuis Lamastre p. 66
Le Carretot, entrée de bourg depuis Tournon p. 68
Saint-Barthélémy, parcours pédagogique p. 70
Parcours pédagogique, école p. 72
Place et atelier bois p. 74
Point d’acuponcture p. 76

Remerciements p. 78

79