Sunteți pe pagina 1din 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Le Sunday Times a par ailleurs révélé que la Financial


Conduct Authority, le régulateur du secteur financier,
Plusieurs enquêtes s’intéressent à l’argent
avait contacté M. Banks vendredi dernier au sujet de
du «bad boy» du Brexit ses activités dans le secteur des assurances.
PAR AMANDINE ALEXANDRE
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018
Depuis plus d’un an, le montant de la fortune de cet
ex-employé de la Lloyd’s of London, la plus grande
bourse aux assurances au monde, aujourd’hui à la tête
d’un nébuleux réseau d’entreprises, enregistrées
pour beaucoup dans des paradis fiscaux, a été
disséqué à plusieurs reprises par la presse. Le
Financial Times par exemple a pointé du doigt un
décalage significatif entre les 145 millions de livres
Arron Banks, le 12 juin 2018, à Londres. © Simon Dawson/Reuters
L’entrepreneur britannique Arron Banks assure avoir qu’Arron Banks s’est vanté d’avoir retirés de la vente
versé de sa poche plus de 8 millions de livres à de Brightside, une compagnie d’assurances cotée en
Leave.EU, la plateforme qui joua un rôle crucial dans Bourse, et les 6,16 millions qu’il a effectivement
la victoire du Brexit en 2016. Mais la Commission empochés en février 2013 pour la cession de ses parts
électorale le soupçonne désormais de ne pas être « dans l’entreprise.
la vraie source » de cette manne financière. Plusieurs
enquêtes sont en cours. Lui dément des liens avec la
Russie.
Londres (Royaume-Uni), correspondance.– Parti de
rien, Arron Banks est parvenu à amasser une fortune
colossale, suffisamment importante en tout cas pour
effectuer le don le plus élevé de l’histoire politique du Arron Banks, le 12 juin 2018, à Londres. © Simon Dawson/Reuters

Royaume-Uni – environ 8 millions de livres (plus de Le site d’investigation openDemocracy a également


9,1 millions d’euros). C’est ce que prétend cet homme décelé plusieurs discordances très troublantes entre la
d’affaires britannique qui a œuvré à la victoire du version des faits donnée par le chef d’entreprise et la
Brexit dans les urnes lors du référendum du 23 juin réalité concernant la solidité de ses affaires, mais
2016. Mais la légende du chef d’entreprise autodidacte aussi sa trajectoire professionnelle. Alors qu’Arron
devenu multimillionnaire grâce à un sens des affaires Banks prétend avoir dirigé une équipe de Norwich
hors norme est en train de se fissurer. Union après son passage chez Lloyd’s of London,
Au terme d’une enquête d’un an, la Commission l’assureur n’en a retrouvé aucune trace dans ses
archives. La société du magnat américain Warren
électorale a estimé, le 1er novembre, que des «
Buffett ne dispose, elle non plus, d’aucun élément
questions persistaient concernant l’étendue de la
concernant le recrutement du même Banks.
fortune de M. Banks ». Sur la base de cette conclusion,
la National Crime Agency, l’agence nationale chargée Si le quinquagénaire n’a pas de scrupules à gonfler
de la lutte contre le crime organisé, a lancé à son sa fortune et à enjoliver son CV, à l’inverse,
tour une investigation sur l’origine des fonds versés l’autoproclamé « bad boy of Brexit » (mauvais garçon
par Arron Banks à Leave.EU, la plateforme de la du Brexit) s’est fait très discret sur ses nombreux
campagne non officielle en faveur du Brexit emmenée contacts avec des diplomates russes dans les mois
par l’eurodéputé et ex-leader du UKIP Nigel Farage. qui ont précédé le référendum sur le Brexit. Interrogé
à ce sujet en juin dernier par une commission
parlementaire, le chef d’entreprise, qui a épousé

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

en 2001 une Russe suspectée d’espionnage par les Banks, 52 ans, s’était montré très offensif, voire
services de renseignement intérieur britanniques, a menaçant. « Êtes-vous le député qui s’est soûlé à la
admis avoir rencontré à « deux ou trois reprises » des Chambre des communes et qui a harcelé une femme
représentants de Moscou. et qui s’est aussi enivré lors d’une soirée karaoké ?
Mais le journal dominical The Observer a C’est l’un d’entre vous mais je ne sais pas lequel »,
comptabilisé pour sa part onze rencontres, dont une avait lancé l’argentier du Brexit aux parlementaires.
le 17 novembre 2015, le jour exact du lancement de « Je me vois comme un mauvais génie revêtu d’une
la campagne de Leave.EU en faveur de la sortie du cape blanche, qui détient le contrôle du monde
Royaume-Uni de l’Union européenne. Toujours selon démocratique occidental », avait déclaré le même jour
The Observer, en février 2016, Arron Banks se serait Arron Banks aux députés. Avant d’ajouter : « Mais
même rendu en Russie pour y discuter de l’achat d’une c’est absurde. » Les ambitions de cet entrepreneur,
mine d’or en Afrique avec des financiers russes. ancien soutien du parti conservateur, devenu partisan
Banks affirme avoir décliné les multiples propositions du UKIP en 2014, dépassent l’horizon du Brexit.
d’investissement qui lui ont été faites par des Les États-Unis de Donald Trump, avec lequel il a posé
diplomates et hommes d’affaires russes. Il nie aussi dans la Trump Tower en novembre 2016, trois jours
vigoureusement avoir reçu de l’argent de Moscou pour après la victoire de l’homme d’affaires et présentateur
financer la campagne en faveur du Brexit. « Il n’y a pas télé dans la course à la Maison Blanche, sont une
eu d’argent russe, ni aucune interférence de ce type », source d’inspiration pour Arron Banks, qui se glorifie
s’est défendu l’homme d’affaires lors d’une interview de mépriser les institutions politiques britanniques.
donnée sotto voce à la BBC. « Nous avons été plus intelligents que les régulateurs
Sur Twitter, l’entrepreneur controversé fait usage d’un et les responsables politiques », s’enorgueillissait le
ton beaucoup moins feutré. Celui qui « déteste le Brexiter en avril 2017 dans une interview donnée
politiquement correct et les politiciens de carrière », au Guardian. Le grand orchestrateur de la campagne
dixit son ami Nigel Farage, conspue les journalistes pour le Brexit, qui promettait aux Britanniques de «
qui s’intéressent de trop près à l’origine de sa supposée reprendre le contrôle » de leur pays, a peut-être crié
fortune. Lundi, Arron Banks s’en est pris une fois de victoire trop tôt.
plus au Financial Times, l’une de ses bêtes noires.« L’enquête lancée à l’encontre d’Arron Banks par
Tu as l’air légèrement obsédé, Lionel », a t-il écrit l’agence nationale contre le crime organisé se déroule
à l’adresse du rédacteur en chef du journal, Lionel sur fond d’impasse des négociations du Brexit entre
Barber, qui avait publié un message renvoyant à un Londres et Bruxelles, et d’une recrudescence des
long portrait de l’argentier du Brexit, publié en début appels concernant un second référendum sur la place
de semaine. « Le syndrome d’aliénation du Brexit du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne.
risque de prendre racine », a encore prévenu Arron
Lundi 5 novembre, lors d’une émission spéciale
Banks.
consacrée au Brexit, la chaîne Channel 4 News a
Renvoyé de deux établissements scolaires dans sa assuré que 54 % des 20 000 personnes interrogées par
jeunesse et dépourvu de tout diplôme universitaire, le l’entreprise de sondages Survation étaient désormais
soi-disant multimillionnaire propriétaire d’un manoir hostiles au Brexit. L’information, révélée en direct sur
du XIXe siècle près de Bristol se moque éperdument le plateau de la chaîne, aussi fragile soit-elle, a fait
des conventions en vigueur à Westminster. blêmir l’eurodéputé UKIP Nigel Farage. Arron Banks,
En juin dernier, face aux membres de la commission lui, ne s’est même pas embarrassé pour commenter le
parlementaire chargée des médias, de la culture et du résultat du sondage. Sur Twitter, il a traité Channel 4
sport qui l’interrogeaient sur les fausses informations de « chaîne des fake news ». Une réaction digne de
répandues par Leave.EU pendant la campagne, Arron Donald Trump.

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

3/3