Sunteți pe pagina 1din 8

Chapitre1.

Les circuits passifs

I. Les paramètres S : Scattering parameters

1) Onde de puissance
Les grandeurs physiques telles que les tensions et courants, sont des grandeurs qui ne sont pas (ou peu) utilisées
dans le domaine des hyperfréquences. En effet une grandeur n'est réellement utile que si elle peut être mesurée
facilement, or comment mesurer la tension et/ou le courant en en point d'une ligne sans la perturber (même si les
anciens se rappellent la ligne à fente mais ce n'est guère généralisable, ni très exploitable).
Pour cette raison, les concepteurs de circuits hyperfréquences ont remplacé les grandeurs tension et courant, par
les "ondes de puissance" en effectuant un changement de variable (voir paragraphe 2):
V(z, t) et I(z, t) sont ainsi remplacés par a(z, t) et b(z, t) en appliquant les relations suivantes :
𝑉+𝑍𝑐 𝐼 𝑉−𝑍𝑐∗ 𝐼
𝑎= et 𝑏= avec 𝑍𝑐 = 𝑅𝑐 + 𝑗𝑋𝑐
2√𝑅𝑐 2√𝑅𝑐

Approximation des lignes sans perte : 𝑿𝒄 = 𝟎, soit 𝒁𝒄 = 𝒁∗𝒄 = 𝑹𝒄 impédance réelle. Il vient alors

𝑉+𝑅𝑐 𝐼 𝑉−𝑅𝑐 𝐼 (𝑎−𝑏)


𝑎= et 𝑏 = Soient 𝑉 = √𝑅𝑐 (𝑎 + 𝑏) et 𝐼 =
2√𝑅𝑐 2√𝑅𝑐 √𝑅𝑐
En remplaçant V et I par leurs expressions en fonction de z et de t, en laissant le facteur commun 𝑒 𝑖𝜔𝑡 , il vient :

𝑉𝑒 −𝑗𝛽𝑧 𝑉𝑒 𝑗𝛽𝑧
𝑎(𝑧) = et 𝑏(𝑧) =
√𝑅𝑐 √𝑅𝑐

Par ailleurs, si on calcule la puissance active dissipée à droite du plan d'abscisse z, il vient :
1 1 1
𝑃 = 𝑹𝒆 ( 𝑉𝐼 ∗ ) = |𝑎|2 − |𝑏|2
2 2 2

Conclusion : En examinant les relations ci-dessus, il apparaît :


· que a et b sont homogènes à des racines de puissance
· a représente de l'onde incidente(e-jβz, vers la charge), b de l'onde réfléchie (e+jβz, vers le générateur).
1
· 2 |𝑎|2 grandeur indépendante de l'abscisse z, est la puissance transportée par l'onde incidente.
1
· |𝑏|2 grandeur indépendante de l'abscisse z, est la puissance transportée par l'onde réfléchie.
2
1 1
. La différence 2 |𝑎|2 − 2 |𝑏|2 est la puissance dissipée à droite du plan d’abscisse z, c’est à dire dans
la charge si la ligne est sans perte.

2) Définition des ondes incidentes et réfléchies a et b


Pour définir les paramètres a et b on considère une jonction à un seul accès (dipôle).
Soit le dipôle suivant :

𝐸 𝐸𝑍𝐿
𝐼= , et 𝑉 = 𝑍𝐿 𝐼 =
𝑍0 +𝑍𝐿 𝑍0 +𝑍𝐿
A l’adaptation on aura :
𝐸 𝐸
𝑍𝐿 = 𝑍0∗ 𝐼𝑖 = = , ou 𝑅0 = 𝑅(𝑍0 )
𝑍0 +𝑍0∗ 2𝑅0

𝐸𝑍0∗ 𝐸𝑍0∗
𝑉𝑖 = =
𝑍0 + 𝑍0∗ 2𝑅0
𝑉𝑖 = 𝑍0∗ 𝐼𝑖
Aussi on peut montrer que : 𝑉𝑟 = 𝑍0 𝐼𝑟
(𝑉 = 𝑉𝑖 + 𝑉𝑟); (𝐼 = 𝐼𝑖 − 𝐼𝑟)

√𝑍0 +𝑍0∗ √𝑍0 +𝑍0∗ 𝑉𝑖 𝑉𝑟


𝑎= 𝐼𝑖 et 𝑏= 𝐼𝑟  𝑎 = √𝑅0 𝐼𝑖 = ; 𝑒𝑡 𝑏 = √𝑅0 𝐼𝑟 = donc
√2 √2 √𝑅0 √𝑅0

𝑉 𝑉+𝑅0 𝐼 𝑉−𝑅0 𝐼
𝑎+𝑏 = ; 𝑒𝑡 𝑎 − 𝑏 = √𝑅0 𝐼 soit 𝑎= ; 𝑏=
√𝑅0 2√𝑅0 2√𝑅0
𝑉
( Si on introduit les variables réduites 𝑣 et 𝑖) telles que 𝑣= = 𝑎 + 𝑏; 𝑒𝑡 𝑖 = √𝑅0 𝐼 = 𝑎 − 𝑏 .
√𝑅0
1
𝑎 = 2 (𝑣 + 𝑖)
On aura { 1
𝑏 = 2 (𝑣 − 𝑖)

3) Application à un quadripôle (2 accès)


Dans le cas général, les ondes incidentes et réfléchies prennent la forme suivante :

𝑉1 + 𝑍1 𝐼1 𝑉2 + 𝑍2 𝐼2
𝑎1 = 𝑎2 =
2√𝑅𝑒 (𝑍1 ) 2√𝑅𝑒 (𝑍2 )

𝑉1 − 𝑍1∗ 𝐼1 𝑉2 − 𝑍2∗ 𝐼2
𝑏1 = 𝑏2 =
2√𝑅𝑒 (𝑍1 ) 2√𝑅𝑒 (𝑍2 )

Z1 et Z2 sont les impédances de normalisation aux accès 1 et 2.

a1 et b1 sont les ondes incidente et réfléchie à l’accès 1, a2 et b2 sont les ondes incidente et réfléchie à l’accès2
Pour un quadripôle possédant une impédance de normalisation purement résistive et commune aux 2 accès, on
écrira :
𝑉1 + 𝑅0 𝐼1 𝑉2 + 𝑅0 𝐼2
𝑎1 = 𝑎2 =
2√𝑅𝑒 (𝑍1 ) 2√𝑅𝑒 (𝑍2 )

𝑉1 − 𝑅0 𝐼1 𝑉2 − 𝑅0 𝐼2
𝑏1 = 𝑏2 =
2√𝑅0 2√𝑅0
Aux fréquences microondes, R0 est très souvent prise égale à 50 ohms.
Comme on l’a vu précédemment, les paramètres S relient entre elles les ondes incidentes et réfléchies.
Pour un quadripôle :
𝑏1 = 𝑆11 𝑎1 + 𝑆12 𝑎2
𝑏2 = 𝑆21 𝑎1 + 𝑆22 𝑎2
𝑏1
𝑆11 = 𝑙𝑜𝑟𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑎2 = 0
𝑎1
C’est le rapport de l’onde réfléchie sur l’onde incidente à l’entrée du quadripôle lorsque l’onde incidente à
l’accès 2 est nulle. D’un point de vue terminologie le rapport d’une onde réfléchie à une onde incidente
s’appelle un coefficient de réflexion. C’est la fraction d’énergie réfléchie par le quadripôle dont on comprend
bien qu’elle devra être minimisée pour favoriser le transfert du signal à la sortie du quadripôle.

𝑏
𝑆12 = 𝑎1 𝑙𝑜𝑟𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑎1 = 0
2
4) Propriétés de la matrice S

a)La réciprocité
Les quadripôles présentant un transfert énergétique interne identique dans les deux sens sont dit réciproques.
Les conditions suivantes traduisent la réciprocité d’un quadripôle : 𝑺𝟏𝟐 = 𝑺𝟐𝟏
Pratiquement, tous les quadripôles passifs ne contenant pas de matériaux ferrimagnétiques sont réciproques. En
particulier les quadripôles réalisés à partir de résistances, inductances, capacités, tronçons de ligne de
transmission, etc... sont réciproques.
b) La symétrie
Les quadripôles présentant des propriétés électriques identiques lorsque l’on inverse l’entrée et la sortie sont
dits symétriques. La symétrie implique donc la réciprocité alors que l’inverse n’est pas vrai. Ceci se traduit par
les conditions suivantes, une fois que les conditions sur la réciprocité sont satisfaites : 𝑺𝟏𝟏 = 𝑺𝟐𝟐
c) L’unilatéralité
L’unilatéralité d’un quadripôle est un cas particulier de non réciprocité. Non seulement le transfert interne
d’énergie n’est pas identique dans les deux sens, mais en plus il est nul pour l’une des deux directions de
propagation du signal. Les conditions électriques à satisfaire sont les suivantes : 𝑺𝟏𝟐 = 𝟎
Le transistor est un exemple typique de quadripôle unilatéral (pour peu que l’on soit loin de sa fréquence de
coupure) puisqu’il n’amplifie le signal que dans un sens.
II. Circuits micro-ondes
1) L’Atténuateur
L’atténuateur idéal est un quadripôle réciproque, dissipatif parfaitement adapté. En conséquence, sa
matrice S s’écrit :
0 𝑆12
𝑆=[ ] 𝑎𝑣𝑒𝑐 |𝑆12 | < 1
𝑆12 0

Lorsqu’un tel quadripôle est inséré entre deux charges égales à la résistance de normalisation,
l’atténuation introduite vaut : A = 20 log|S21| dB
Les structures les plus courantes sont les structures en 𝛑 et en T.

Les valeurs des résistances sont fonction de l’atténuation souhaitée et des impédances de fermeture.
Voici deux applications possibles d’un atténuateur.
a) Protection d’un appareil de mesure
Un atténuateur peut être utilisé pour protéger un dispositif contre les trop fortes puissances.
Il est courant d’introduire une telle protection dans une chaîne de mesure où les récepteurs sont toujours limités
en puissance d’entrée (analyseur de spectre, analyseur de réseau vectoriel).

b) Masquage d’une désadaptation


En introduisant un atténuateur en amont d’un dispositif désadapté (de manière permanente ou accidentelle), on
affaiblit le signal réfléchi ce qui a pour effet d’améliorer la protection de la source.
L’inconvénient réside dans l’affaiblissement simultané du signal réfléchi mais également du signal incident.

2) Le déphaseur
Le déphaseur idéal est un quadripôle réciproque non dissipatif, parfaitement adapté. Sa matrice S est donc de
la forme :
𝑗𝜑
𝑆 = [ 0𝑗𝜑 𝑒 ]
𝑒 0

Lorsqu’un tel déphaseur est inséré entre deux charges égales à la résistance de normalisation, le déphasage
introduit vaut : Arg (S21)= f.
Les structures en 𝛑, passe haut ou passe bas permettent d’apporter un déphasage positif ou négatif.

Exemple : On souhaite réaliser un déphaseur 90° symétrique, sans pertes, adapté fonctionnant à la
fréquence de 1 GHz à partir d’une topologie en pi. On prendra les conventions de la figure suivante :
La matrice S du déphaseur se met sous la forme suivante :
0
0
𝑆𝐷 = [ 𝑗90 𝑒 𝑗90 ] = [0 𝑗 ]
0
𝑒 0 𝑗 0

3) L’isolateur
L’isolateur idéal est un quadripôle dissipatif parfaitement adapté.
Si on prend la convention d’un transfert d’énergie de l’accès 1 vers l’accès 2, sa matrice S s’écrit :
0 0
𝑆=[ ]
1 0
Par définition, un tel dispositif est non réciproque puisqu’il transmet parfaitement le signal dans un sens, alors
qu’il l’atténue infiniment dans l’autre sens.
La principale application d’un isolateur consiste à protéger une source
d’un circuit de charge éventuellement désadapté.
4) Le circulateur
Un circulateur idéal est un hexapôle non dissipatif parfaitement
adapté. Sa matrice S s’écrit :
0 0 1
𝑆 = [ 1 0 0]
0 1 0
La distribution des signaux est conforme à la figure
suivante :

Très souvent, les isolateurs hybrides sont constitués de


circulateurs dont l’un des accès est chargé par 50 ohms

Application : Deux circulateurs peuvent être utilisés pour partager une antenne entre un émetteur et un récepteur

L’isolation entre émetteur et récepteur peut être relativement importante (30 à 40dB)
Annexe
Relations liant les paramètres de la matrice S aux paramètres Z, Y, ABCD