Sunteți pe pagina 1din 131

',.' .

REPUBLIQUE DU SENEGAL
UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

. ~.

Gf\'\ '(j ~+(t(j

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE


Centre de THIES

DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE

PROJET DE fIN D'ETUDES


EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLOME D'INGENIEUR DE CONCEPTION

Maîtrise des processus maintenance et plan


d'actions: cas des IeS Site Acides'

Auteur: M. Ibrahima SECK


Directeur interne: M. Ngor SARR
Co-Directeur interne: M. Paul DEMBA
Directeur externe : Mm. BA Awa NIANG
1 •
. Annee: 2003

,.
JltwjtWUNtW'lfWHUY;J01d le-.Yjdu<Yc/UY«YCttf/J/lQI'ld&.
v:t
vI{w dé/flJ/~1e-[f"'cuu!-m&uy 'lnv â-' -&.t é/ûn/(Y t& JJuveav -/0jttVJV 2003 &t dont !cf/
/eHi(((Y J/ofu:et!(Y JJv-&.t jUVH:ellft(yjft<J-/(y a.n. JJU)JJUNtt 0,(/j-<Y Jn/'c(ltji/w/Ctt~" â/
jUMli~'CU(;lY I CS da4«Y t& cac/re- d-<Y C(Yji/I</J-et. i!JOftt C(Y 'lurYj(Y 1e[F~M~te'o- cot le-/ait&
tt,U~'o((rY JI(Y,j(H(vjta;j~ ((~'tfUNU/:JrY U3ceINCt(~~ JJloJl/ai/tI/JJne; ett&'tnv m/a' /off/OfMO~
:>0u/eJU(/;ju/[' /ouy fe:yjtlcul;};
"J{aJJuy !fbYJud,ow JV~@8iyt~g lep O({/ oorc» tÜeo; 'tft(Y !c(/ JJûdùicO'IdrY
,!;yt.:JJ2JyfJtcorr»:Y/ hOltf)(Yct;jachc:F'tu(YJrYj&.avjttUyc!'o//O'IWjwu/I/ ÛYtJJU:JI~"
MV (eau/&. «B'rY 'tav l'O«»: Cdt d~i&;j(Ydoit et-:ih(Y 6eCtw COJJN/W/ /JO(W, /:OUy t'adHY,J"
é/&:>'M' /OU;j~ le;j~fla'JI,yet'ÙM(Ntt /ou/(Y 1:0/18- l'irY; .u ,

(}lu/~,ot!JJ$,o1:J1"/;OU;j~ accueit'ÙNtâ-';jOJVjta~adf4-JWJJun& "/iufaU:;j:>v" aJJûJ/{Y.


> REMERCIMENTS

J' aimerais exprimé toute ma reconnaissance et mes remerciements à

tous ce qui m'ont aidé à réaliser ce modeste travail, qui est la

consécration de cinq bonne année d'étude.

Cependant je ne saurais entamer ce rapport sans pour autant réserver une

mention spéciale à :

M. Ngor SARR directeur interne du projet.

M. Poul DEMBA co-directeur interne du projet.

Mm. BA Awa NIANG responsable Qualité du Site Acide,

directeur externe du projet.

Et à tous je souhaite plein succès dans leur carrière respective.

De même, je ne saurai terminer cette page sans remercier tous mes frères

et sœurs, mes amies qui n'ont jamais cessé de m'encourager et de me

pousser toujours vers l'avant.

Il
·1
SOMMAIRE

Ce présent rapport retrace tout le chemin parcouru dans le cadre du projet de fin d'études initié par
l'Ecole Supérieure Polytechnique en partenariat avec les Industries Chimiques du Sénégal, Site Acides.
Le stage a pour but de poser les premiers jalons vers la mise en place d'une démarche de management
Qualité ISO 9001 version 2000.
Ce projet a été mené en étroite collaboration avec les acteurs cie la maintenance ct sc déroule clans le
cadre de la maîtrise des Processus maintenance et d'une proposition d'un plan d'action.
Ce rapport est composé de trois (3) chapitres. Il s'agira tout d'abord cie faire un peu la théorie du
système de management de la qualité et de la maintenance, en donnant à chaque fois des définitions
calquées dans les normes ISO pour la qualité et des Normes AfNOR en ce qui concerne la
maintenance,
Le second chapitre traitera du cas concret des ICS, site acides dans la mise en place du système de
management de la qualité. Il sera abordé dans ce chapitre, l'étude de J'existant concernant les faits et
les activités de la maintenance en vue d'identifier les processus de maintenance qui sont:
• Le processus de maintenance corrective ;
• Le processus de maintenance préventive;
• Le processus de la Gestion des Stocks;
• Le processus d'approvisionnement;
• Le processus de l' arrêt annuel.
La cartographie des processus est alors établie avec Ics inter-relations entre les processus et avec en
arrière plan les supports sans lesquels les processus ne marcheraient point.
Le troisième chapitre fera l'objet de critiques de l'existant; ce qui permet de déterminer les points
forts et ceux faibles par rapport aux exigences de la Nonne ISO 9001 version 2000. En fin de ce
chapitre un plan d'action couvrant toute la durée de la mise en place jusqu'à la certification est proposé.
Le lecteur constatera facilement que ce rapport est structuré selon la démarche préconisée par la norme
ISO 900 l, pour la maîtrise des processus à savoir:
• Etude de l'existant;
• Critique de j'existant;
• Mesure et amélioration de ce dernier.
Des recommandations en vue de remédier les points faibles détectés au cours du diagnostic font aussi
l'objet de ce dernier chapitre.

III
Listes des figures et tableaux:

Figure 2.1; chaîne de relations ellen ts/Iournisseurs in ternes 16


Figure 2.2 : Les systèmes d'activités des processus 16
Figure 2.3 ; L'organisation département maintenance du Site Acide 23
Figure 2.4 : cartographie des processus 27
Figu re 2.5 ; division de la maintenance curative 28
Figure 2.6; division de l'intempcstif 29
Figure 2.7; carte du processus de maintenance curative 31
Figure 2.8; loglgramme Processus de maintenance curative gérant le Quotidien 32
Figure 2.9.1 : logigrammc Processus de maintenauce gérant l'intempestif (y,) 37

Figure 2.9.2: logigramme Processus de maintenance gérant l'intempestif (212) 40


Figure 2.10: division de la maintenance préventive .44
Figure 2.11: carte de la maintcuauce préventive 46
Figure 2.12: logigramme Processus dc main tcnancc préventive systématique .48
Figure 2.13: planning des visites 50
Figure 2.14: logigramme Processus de maiut en ance préventive conditiouuelle 52
Figure 2.15: logigramme Processus de maintenance prèvcntlve conditionnclle 55
Figure 2.16: logigrammc Processus de maiutcuunce préventive conditionnelle 58
Figurc 2.17: forme de la sous-trnitance 62
Figure 2.18: situations de la sous-traitance 62
Figure 2.19: carte du Processus dc la gestion de stocks 66
Figure 2.20; logigramme Processus de la gestion des stocks 67
Figure 2.21 : carte du Processus de l'approvisionnement 73
Figure 2.22: logigramme Processus d'approvisionncmcnt 74
Figure 2.23: carte du Processus de l'arrêt annuel 80
Figure 2.24: logigramme Processus de l'arrêt annuel 81

Liste des tableaux:


Tableaul : diagramme de Ganlt 94
Tableau 2 : actions à réaliser : 95

IV
Liste des abréviations:

A.A Arrêt Annuel.


B.C Bon de Commande.
BL. Bon de livraison.
B.R.! Bon de Réception inventaire
B.R.M Bon de Réception Magasin
B.S.M Bon de Sortie Magasin
B.T.E Bureau Technique et d'Entretien
C.A Chef d'Atelier
C.D.M Chef de Département Maintenance
C.E Chef d'Equipe
CM , Contremaître
D.A.M Demande d'achat Magasin.
D.A.C Demande d'achat au Comptant
D.R Demande de Réapprovisionnement
D.S.A Direction Site Acides
EP!.. Équipement de Protection d'Incendie
FAQ Fiche d'Amélioration Qualité
PAMQ Plan d'Amélioration Qualité
P.P.M.S Proposition de première Mise en stock
SMQ Système de Management Qualité
T.Q Travaux Quotidien
GERTPER = programme de gestion de stock qui lance automatiquement une demande
de réapprovisionnement pour tout article qui atteint son point de commande.
SIRLOG = logiciel de gestion de la maintenance assistée par ordinateur.

v
Maîtrise des processus mairnenance et plan cI'actions

Table des matières


Dédicaces: 1
Remerciements :....... ...11
Sommaire: ...;/1
Listes des figures et tableaux :.... .. IV
Liste des abrévintions :.......... . .. . v
Table des matières : Vj

INTRODUC"'frON : 1
Chapitre 1: Le système de management de la qualité et le système
de gestion de la maintenance.
1. Définitions de la qualité: [IJ 3
I.l Autres définitions (plus restrictives) de la qualité: 3
1 . 2 Définition internationale de la qualité: 3
1.3 Première approche: la relation client-fournisseur [1] 4
1 .4 Deuxième approche: la généralisation 4
! . 5 Troisième approche: le premier postulat cie la qualité 5
II. Système de management de la Qualité: [2J 5
II. ] Etapes de la mise en œuvre d'un système de management de la qualité :[2] G
11.2 Principes d'un système cie management de la qualité: [2] 8
II.3 Les trois dimensions classiques: [2] 8
III. Système de gestion de la maintenance: 9
111.1 Définitions: [3] 9
111.].] Maintenance corrective : 9
111.1.2 Maintenance préventive : 10
111.1.3 La maintenance systématique : [4] 10
111.1.4 Le matériel sous surveillance: 10
111.1.5 Maintenance conditionnelle: 10
111.1.6 Maintenance prévisionnelle : II
Chapitre 2: Etude de cas du Site Acides aux ICS
1 1
1. Etude de cas du Site Acides aux l.C.S: 12
1.1 Contexte : 12
1.2 Objectifs: 12
1.3 Problématique : 12
1.4 Enjeux: 13
II. Démarche: diagnostic et expertise qualité: 13
11.2 Approche processus : 14
11.5 Cartographie des processus : 17
11.6 Dichotomie des processus : t8
II.7 Activités d'un processus : 18
11.8 Poids économique du processus (valeur ajoutée) : 18
11.9 Indicateurs du processus : 18
III. Mise en place de l'approche dans la fonction maintenance du Site Acides: 19
111.1 Présentation du département de maintenance : ]9
1l1.2 Rôle et mission de la maintenance : 20
llI.3 Politique de maintenance : 20
IlIA Organisation de la maintenance: : 22

Vj
Maîtrise des processus maintenance et plan d'aerions

IV. Etude de l'existant ( diagnostic) : 24


IV,I Les attentes de la production sur la maintenance: """"""".""""""""""""" ,,.,,""""" 24
IV.2 Missions/objectifs et indicateurs pour chaque service ou atelier: 24
IV.3 La cartographie des processus maintenance : 27
V. Identification des processus de maintenance: 28
V.I.I ,'\'laimellance corrective :[5] """""''''''''''''''''''''" ..""""""""""" .."..""".""""""."."" 28
V.l.2 Dichotomie des processus:. ".."." ". ". ". ". """ ...... "......"..".". ". "" ...." "",, """""". 29
V.I.3 Processus de maintenance curative gérant le Quotidien : "" ..".."" "" ..."..".."... 32
V.I.4 Description des activés du processus: ........."." ".""" ..".." "."""" """" .."" ..". 33
V.1.3.1 Processus de maintenance corrective gérant l'intempestif :(1/2) ""..."".. 37
V.1.3.2 Description des acti vités du processus :"" """"." ".." ".." """."" ,,",,.,,. 38
V.1.3.3 Processus de maintenance corrective gérant l'intempestif: (2/2) " "...". 40
V.1.3.4 Description des activités du processus :"" "" " ""." """ ..""" " "..,,",,. 41
V.2 Processus de maintenance préventive :( systématique & conditionnelle ) " 44
V.2.1 Dichotomie du processus : ..".."." ....." ..."" ..."".""" .." "."." """ .."" .."".,, 44
V.2.2 Processus de maintenance préventive systématique: "." .." "" " ". 47
V.2.2.1 maintenance préventive systématique i.o.; " ". "." " ". "" .".". " .. ". " " .. ". "".47
V.2.2.2 Processus de maintenance préventive systématique: .".""" """"."".""" ..".."".,, ,,.. 48
V.2.3. Processus de maintenance prévcntive conditionnelle : "." """" ,,:,,. 51
V.2.3.i mai ntenance préventive systématiq ue :"""" ....."."""." .....".,,.."'"''''''''''''''''''''''''."" ..''''' 51
V.2.3.2Processus de mainienance préventive conditionnellc : (1/3)"""." .."." ...."""."" ..""".,,.,, 52
. , , Dèscnpllon
~
\ '._.J.J . . des acuvues
. . , du processus :."""" " " " ""." " "..".,, .. 53
V.2.3.4 Processus de maintenance préventive conditionnelle: (2/3) """ .."" "" "" """"" .. 55
V.2.3.5. Description des activités du processus :......."....""" ...""" ..".".""" ""." ""."""" ..,,,,. 56
V.2.3.6. Processus de maintenance préventive conditionnelle: (3/3) ...." ...".".""" "" .."" ..".... 58
~ '7 D
\ / ._.J.. . . des acuvites
escnpuon . . . du processus :..""." ..""""""" .." "." ..""" .."...."" " ,,,,.)'9
V.3. La sous-traitance : ."".". ".." ""."" .."..".."." '"'''' " ". " ". "..". ". " " "". 61
V.4 Processus de la gestion des stocks : .."..".."."." "."""" ".""."",, ,, 63
V.4.1 La gestion de stocks :.""." ..".."....."."""." " .."""" "." "" ....,,",,.,, .." ,," 63
V.4.2 Dichotomie du processus : ......""." " "."."." .." """"." ""."."" ....."",, 64
VA.3. Processus de la gestion des stocks: """ ".." "" .."""""" "",, ..",, ,, 67
V.4.4. Description des activités du processus :." .."" " """"""" ".".",,..,,""" 68
V.5. Processus d'approvisionnement: ..".." "..". " ". " "..'" " ""." "."". ""." " ". 71
V.5.1 L'approvisionnement: ".." ".." ".." " " " .."". """. "" "",, "..". " "". 71
V.5.2. Dichotomie du processus : "" .."""" " .."" "....."""" " .."."".,, ,,..,,"""" 71
V.5.3. Processus d' approvisionneruent :".""""""."."",,.,,""",, " "" ..."".""" ,,",,.,,"" 74
iotion d es acuvites
- 4 Descnpuon
\' .).. ivités d u processus :" ..".."." " ".."""""" ..".""""",, ,,..... 7-)
V.6. Processus de l'arrêt annuel :"" .."" .."."""."".""""" "."""""" "".." "".,,",,. 78
V.6.1. L'arrêt annuel :" " ..""."."""""" .."."."""".""."."."".:"." ..".." .." ".,,.,,"",, 78
V.6.2. Dichotomie du processus: """"."""."" .."""""."""."".""""""""""""..".."." ...""". 79
V.6.3. Processus de l'arrêt annuel :""" .."." ..."." ......"."."""" """.."""""" ...""" ,,..,,,,,,.81
V.6A. Description des activités du processus :"""." ..""" .."" ""." .......""."" "..."...,, 82

VII
Maitrise des processus maintenance el plan d'actions

Chapitre 3: Critique de l'existant et plan d'actions


1. Critique de l'existant: 84
LI. Les exigences de la Nonne par rapport à la maîtrise des processus : 84
1.1. Les points forts et les points faibles de la maintenance : 85
1.2.1. Service BTE : 86
1.2.2. Service intervention : 87
1.2.3.Atelier électrique : 88
1.2.4. Arrêt annuel : 89
1.1.5. Ateliers centraux - Atelier mécanique : 89
1.2.6. Atelier entretien matériel roulant (Garage) : 90
? 7.•Servlce
1._. . e'] ectncne
'" et regu
. 1ation
. : . 90
1.2.8. Service gestion des stocks : 91
1.2.9. Service Approvisionnements : 91
II. Recommandations : 92
IIIl Pla n d'action : ~ 93
Ill.l. Plan d'action: diagramme cie Gantt. 94
lIl.2. Actions : 95
Conclusion : _ 96
Annexe 1: Terminologie de la Qualité ISO 9000 : [4] .1
Annexes 2: Questions posées lors des entretiens: 1
Annexes 3: Quelques outils de la qualité [1] 1
Références bibliographiques : 0

VIII
NTRODUCTION
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/JCS 2002/200]

INTRODUCTION:
L'entreprise, depuis plusieurs générations est organisée de manière fonctionnelle, c'est il dire
qu'il existe des services relativement cloisonnés comme les bureaux d'étude, les méthodes,
l'ordonnancement, [es achats, la production, les commerciaux, l'administratif, etc. Même si ces
fonctions prises individuellement existeront toujours, elles ne se suffisent plus il elles-mêmes.
L'entreprise cherche plus d'innovation, d'efficience et de réactivité. Pour ce faire, il est
nécessaire de décloisonner cette organisarion en déterminant les interactions ( processus) entre
ces services pour des objectifs propres il chaque entreprise en fonction de sa nature, dcs services
el pour apporter plus de valeur ajoutée il ses clients. En étant assez simpliste, nous pouvons dire
que de ce constat est né l'organisation par processus de l'entreprise. Ainsi la performance
industrielle dépend de la performance des processus, et surtout de la capacité de l'entreprise il les
exécuter ct il les piloter dans un environnement toujours plus complexe.
C, besoin de performance transversale à conduit les LC.S. Site Acides dans une démarche visant

à identifier el il maîtriser tous ses processus.

Ainsi il sagira pour ce projet de traiter la maîtrise des processus maintenance du Site Acides.

Ce rapport n'a pas pour objectif de vous conter les recommandations de la norme, mais de

meme en évidence l'importance de l'intégration et du pilotage des processus dc l'entreprisè. Ce

projet pennettra aux acteurs de la maintenance d'avoir ~ travers ce rapport, une base de travail

dans le pilotage de ces processus.

La certification en ISO 9001 version 2000 n'est pas une fin en soi pour les entreprises, mais [a

recherche de valeur ajoutée en prouvant aux certificateurs ct il vos clients qlle piloter et maîtriser

dans la durée vos processus deviendra l'enjeux majeur des prochaines années,

Nous aborderons ce rapport sous trois chapitres, qui clans un premier temps parlera d'une

manière très ramassée du système de management de la qualité et de la gestion de la

maintenance. Pour le système de management de la qualité nous limiterons cette partie sur des

définitions èt quelques généralités, juste pour voir comment le mettre en œuvre.

Pour la deuxième partie, on s'arrêtera sur des définitions inspirées des normes ISO et AFNOR.

Projet de Fin d'Etudes Ibrahim" SECK


Maitrisc des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 200212003

Le secondchapitre constitue le corps dc ce rapport ct traite du cas concret des leS Sile

Acides, En effet c'est cette partie qui traite de la cartographie, de l'identification, de J'analyse et

de la description des processus,

Le dernier chapitre est constitué des critiques, des recommandations et un plan d'action qui

couvre toute laduréecle la 'démarche de mise en place jusqu'a la certification.

En somme c'est un rapport de diagnostic basé sur une méthodologie préconisé par la norme

ISO 9001 en matière d'audit.

i 1

Projet de Fln J'Etudes 2 Ibrahirnn SECK


Chapitre 1.
'M'&' !tMM&itti~'f{Mlmp4AMMiJM&-î5'i*"#·· '1IWiimJlUiiïAiiltmtwiW-WWSfBVM#!m1!@!ff\fl

système de management de la qualité et système de gestion


de la maintenance
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

1. Définitions de la qualité: [1]


Aujourd'hui, le développement de la notion de qualité a pris une ampleur universelle, au point de
safficher partout, dans les journaux, sur les murs et lès écrans, dans les usines et dans les propos
de tous les industriels. Avant d'aller plus loin il est important de signaler que J'objet de ce
rapport n'es! ni de faire un traité cie la qualité encore moins cie l'étudier. Cependant il est toujours
intéressant d'en définir le terme.
Un ensemble de définitions est établi pour expliciter le terme « qualité » aux yeux des profanes
qui pensent que qualité signifie « beauté artistique » et « travail bien fait», de type artisanal.
La nonne ISO 9000 la définit comme « l'cnscmblc des ca ructéristiques intrinsèques il
satisfaire des exigences »,

I.1 Autres définitions (plus restrictives) de la qualité


« La qualité est la mesure de la satisfaction du client» ou encore « La qualité est la conformité
d'un produit aux exigences du client ». Ces deux définitions, plus restrictives que la définition
générale. sont opératoires et commodes. Elles sont d'emploi constant dans la vie industrielle ou,
plus généralement, dans toutes les relations socio-économiques où le contrat et l'entente
formalisée sont de règle.

1.2 Définition internationale de la qualité:


« l.a qualité est l'ensemble des caractéristiques d'une entité qui lui confèrent l'aptitude il
satisfaire des besoins exprimés ou impiicites ».
Comme dans toutes les définitions internationales qui sont des compromis, chaque mot compte:
.:. ensemble des caractéristiques: dans la mesure où le client attend beaucoup, cet ensemble
peut être très large. On parlera des « dimensions de la qualité» ;
.:. aptitude il satisfaire: la qualité est une potentialité attachée certes à une entité (produit,
organisme ... ) mais elle concerne une personne physique ou morale, le client. Elle est
d'essence subjective;
.:. besoins exprimés : ce sont les besoins clairement définis
.:. besoins implicites: ce sont les besoins latents (respect des règles de l'art, besoins
conscients non exprimés, besoins inconscients ).
Il convient que le terme." qualité" ne soit pas utilisé isolément ni pour exprimer Lll1 degré
d'excellence dans un sens comparatif, ni pour des évaluations techniques dans un sens quantitatif.
Pour exprimer ces deux sens, il est bon qu'un qualificatif soit utilisé. Ainsi nous l'aborderons
selon différentes approches.

Projet de Fin d'Etudes 3 Ibrahim" Sr;;CK


Mairrise des processus maintenance et plan d'actions LSP/fCS 20021200]

1.3 Premièreapproche ; la relation client-fournisseur [1]


Il est désormais traditionnel de dire que la qualité fait intervenir 3 acteurs :
.;. l'objet qui est en cause et que l'on nomme produit. Cc peut être un matériel, un logiciel,
une matière première, un service ou n'importe quelle combinaison des quatre;
.:. le destinataire, celui qui reçoit Je produit; on l'appelle client, Bien sûr, il peut y avoir
une chainc'de clients, avant le client utilisateur final;
.:. le fournisseur qui delivre le produit, le prestataire de service.

--
Cela conduit au trinôme de la qualité suivant:
'-'---'-'---"-'-'-'-'--"-l
!..............F~~r.~~s~e.~r..~. ==~Iient...1/
produ.it

Cene approche est plus complexe qu'il n'y paraît. Dans un processus composé d'une succession
de tâches, chacun ou chaque équipe est, tour à tour, client de celui qui précède et fournisseur de
celui qui suit. La qualité établit des relations entre ces actcu~s.

1 . 4 Deuxième approche: la généralisation


Dans cette approche, l'objet n'est plus limité au produit mais étendu:
- aux activités;
- aux processus (suites d'activités) ;
- aux orgamsmes ;

- aux personnes.
On l'appelle désormais « entité ». On parlera ainsi de la qualité d'un produit, d'une tâche, d'un
atelier de mécanique. dun ingénieur. On dira que la maille élémentaire de tout rapport socio-
économique:' peut être schématisée ainsi:

Cette maille est plus ou moins bien régulée ( bouclée). Ainsi, dans une société. les hommes se
livrent aux activités les plus diverses (intellectuelles, physiques). Ces activités ou leurs résultats
sont destinés à autrui, quelquefois à eux-mêmes, Dans le langage de la qualité, on parlera de
fournisseur, d'entité et de client.

Projet de Fin d'Etudes 4 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESI'IICS 2002/2003

1.5 Troisième approche: le premier postulat de la qualité


Il s'énonce ainsi:
-la maille socio-éconornique élémentaire précédemment décrite doit être régulée
(bouclée) ;
- la régulation doit avoir lieu sur la sortie.
En d'autres termes, le premier postulat de la qualité fondc le client comme référence unique dans
route activité socio-éconornique. Celle référence est relative au produit et s'exprime sous forme
de besoins:
- besoins explicites lorsqu'ils sont, par exemple, formulés contractuellement;
- besoins implicites dans tous les autres cas.
La satisfaction du client est mesurée par le rapprochement entre ses besoins et les caractéristiques
correspondantes du produit. C'est la qualité.

II. Système de management de la Qualité: [2]


Le but premier d'une entreprise industrielle ou de service est de générer de la marge (prix de
vente - coûts de revient des produits), aussi pour réussir, une entreprise doit-elle proposer à ses
clients des produits ou des services qui:
- répondent à des besoins implicites et explicites bien définis;
- satisfont aux attentes dès clients pour leur utilisation;
- sont conformes aux spécifications ;
- sont disponibles à un prix compétitif;
- sont produits à un coût permettant de générer de la valeur ajoutée.
Pour ce faire, l'entreprise peut choisir de mettre en place une structure organisationnelle et
décisionnelle au travers de l'ensemble de ses processus et procédures organisationnels dans
lesquels sont imbriqués les autres systèmes cie :
_. prise de décision (direction...) ;
- conception (recherche et développement - R & 0 --, bureau d'études - BE -, ...);
- production (fabrication, maintenance ...) ;
- gestion financière et comptable (direction administrative et financière) ;
- gestion du personnel (direction des ressources humaines - ORB) ;
- autres...
L'ensemble de celle structure est appelé système de managcmcnt dc la qualité (SMQ) : c'est un
mode de management centré sur la qualité, basé sur la participation de tous el visant au succès à
long terme, par la satisfaction du client. et à des avantages pour tous les membres de l'entreprise.

Projet de Fin d'Etudes 5 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/200:;

II. 1 Etapes de la mise en œuvre d'un système de management de la qualité :[21


La mise en œuvre d'un système de management dc la qualité est avant tout un outil de
management pour améliorer l'organisation et Je fonctionnement de l'entreprise. L'amélioration
de l'organisation de l'entreprise, de ses circuits d'information et la mobilisation du personnel
autour de ce projet fédérateur sont les principaux atouts de celle mise en œuvre. Celle dernière
sarticule sur les étapes suivantes:

Etupe 1 : diagnostic de l'existant.


• Connaissance des activités de l'entreprise;
• Identification des processus de l'entreprise;
• Mesure de la formalisation (procédurcs écrites) des activités par rapport aux exigences
de la norme ISO 9001.
• Elaboration du plan d'action SUI' la mise en œuvre du système.
Ce diagnostic est réalisé sous forme d'un audit qui prend en compte les différents points de la
nonne et les fonctions de l'entreprise qui ont une incidence sur la qualité du produit ou du
service. Ce diagnostic donne lieu à un rapport qui présente l'état des lieux par rapport aux
exigences de la nonne et propose un plan d'action.
Celle étaoe qui représente l'essentiel de mon sujet, doit permettre de diagnostiquer les points
critiques de I'eutrcprisc ou d'une partie de l'entreprise (la maintenance par exernple ) par rapport
à ses clients ct à son organisation.

Etape 2: lancement de la mise Cil œuvre,


• Rapport sur le diagnostic: améliorations à mettre en place.
• Elaboration préliminaire de calendrier du projet
• Nomination du représentant de la direction et / ou du comité projet qualité
• Préparation du plan de communication
Il est important de mettre en œuvre un système de management de la qualité adapté à l'entreprise.
Et non pas à l'entreprise d'adapter un systeme de management modèle,
Etape 3: formation à la gcstion d'un système de managcment de la qualité.
• Formation du personnel impliqué.
Celte formation a pour but de pcrmcure la compréhension du système et le rôle de chaque acteur
dans le système. L'enjeu de la formation est aussi de faire comprendre à J'ensemble du personnel,
les enjeux de la mise en œuvre d'un système de management orienté" client" ct de les rassurer
:..- face à l'obligation d'une certaine formalisation.

L
Projet de Fin d'Etudes 6 Ibrahima SECK

1l
,.
Maîtrise des processus maintenance et plan d'aeriens ESPileS 2002/2003

Ces étapes de la mise en œuvre du système de management qualité doivent être accompagnées
par une volonté réelle de toutes les composantes de l'entreprise. Cela se traduit par les principes
du management de la qualité exposés ci-dessous.

B.2 Principes d'un système de management de 1:1 qualité [2]


Ces principes sont:
1. L'entreprise doit être à l'écoute de ses clients pour comprendre leurs besoins présents,
futurs, satisfaire leurs exigences et dépasser leurs attentes.
2. La direction doit définir clairement les finalités, les orientations et les pratiques de
l'entreprise et créer un contexte mobilisateur pour J'ensemble du personnel.
3. L'ensemble des acteurs de J'entreprise doit sc sentir impliqué dans la réalisation des
objectifs définis par la Direction.
4. L'entreprise doit être définie comme llll ensemble de processus corrélés entre eux,
5. L'ensemble des processus de l'entreprise doit être identifié, définis et optimisé dans un
objectif d'efficacité et d'efficience.
6. L'entreprisedoit s'engager dans une démarche d'amélioration continue.
7. Toues les décisions doivent reposer sur des données et des informations objectives.
8. L'entreprise doit établir des relations mutuellement bénéfiques avec ses fournisseurs.

II.3 Les trois dimensions classiques: 12]


Les trois caractéristiques coût-délai-performances traduisent les trois aspects: économique,
temporel et technique qui intéressent le produit. Une difficulté apparaît: ces trois dimensions nc
sont pas indépendantes,
Des performances élevées sont généralement coûteuses, comme des délais très courts.
Paradoxalement, de longs délais deviennent également coûteux à cause des frais de stockage ou
d'immobilisation. L'art du qualiticien ou, tout simplement, du manager, consiste à optimiser ces
trois dimensions classiques, selon le souhait du client.
Ainsi, pour un délai donné, on cherchera il minimaliscr lc rapport Cout/Performance. C'est le
fameux rapport coût-efficacité:
- à coût donné ( coût objectif J, on cherche la performance la plus élevée;
-- il performance donnée, on minimise le coût.
Les techniques qui permettent d'optimiser le rapport Coût/Performance et qui mesurent l'rntérèt
d'une performance il l'aune de son coût relèvent de l'analyse de la valeur. On notera que le coùt
en cause, c'est celui que supporte le client, c'est-à-dire, presque toujours, le montant de la

Projet de Fin d'Etudes 8 Ibruhima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

transaction ou prix d'achat. Il va de soi que le téléspectateur comme l'automobiliste ne


s'intéressent pas au prix de revient qui est un cotît pOUl" le constructeur.
On notera aussi que,jusque vers 1980, cotît et délai étaient tenus pour des facteurs extérieurs il la
qualité qui s'identifiait alors aux performances, c'est-il-dire au niveau de la technique. Ces deux
facteurs SOIl!. il l'évidence, des attentes très importantes du client, d'où leur intégration dans le
concept de qualité.

III. Système de gestion de la maintenance


La fonction maintenance a fortement évolué depuis une décennie sous l'effet des contraintes de
productivité, et d'optimisation des coûts. Si le terme fonction est employé il la place de service,
c'est parce que la maintenance n'est plus réservée à l'activité d'un groupe d'hommes sur Icsquels
on se déchargerait de tout ce qui n'est pas production, finance ou commercial. À l'inverse,
maintenir n'est plus de la seule responsabilité d'un service de maintenance.
Les responsables du Site Acide comprennent bien cette situation à telle enseigne qu'ils ont initiés
une nouvelle démarche qualité dans la maintenance.

HU Définitions: [3]
Avant toute chose, il convient de définir le terme" maintenance" comme on l'a fait pour la
qualité, La Norme NFX 60-010 définit la maintenance comme « Ensemble des activités
destinées il maintenir ou il rétablir un bien dans un état ou dans des conditions données de
sûreté de fonctionnement, pour accomplir une fonction requise.)}
Ces activités sont une combinaison d'activités techniques, administratives ct de management.
Les définitions suivantes des types de maintenance sont inspiré de la norme NFX 60-010.

111.1.1 Maintenance corrective

CEN 319-003 « maintenance exécutée après détection d'une panne et destinée à remettre un bien
dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise». « ... Elle n'est pas exécutée
immédiatement après la détection d'une panne, mais est retardée en accord avec des règles de
maintenance données. » ou « ... Elle est exécutée sans délai après détection d'une panne afin
d'éviter des conséquences inacceptables».

Projet de Fin d'Eludes 9 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

III. 1. 2 Maintenance m:éventive :

AFNOR X60-010 « maintenance ayant pour objet de réduire la probabilité de défaillance ou de


dégradation d'un bien ou d'un service rendu. Les activités correspondantes sont déclenchées
selon un échéancier établi à partir d'un nombre prédéterminé d'unités d'usage (maintenance
systématique) et/ou de critères prédéterminés significatifs de l'état de dégradation du bien ou du
service (maintenance conditionnelle). »

L'objectif de la maintenance préventive demeure de réduire la probabilité de défaillance. E!lc est


légèrement détaillée dans la norme CEN 319-003 « maintenance exécutée à des intervalles
prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinés à réduire la probabilité de défaillance ou
la dégradation d'un bien ».
...
III.1.3 La maintenance svstématigue: [4]

CEN Wl 3 i 9-003 « maintenance préventive exécutée S,IJ1S contrôle préalable de l'état du bien ct à
des inrerva.lcs définis. »

AFNOR X60-010 « .. , activité déclenchée suivant un échéancier établi à partir d'un nombre
prédéterminé d'unités d'usage», « ... les remplacements des pièces et des fluides ont lieu quel
que soit leur état de dégradation, et ce de façon périodique

III.1.4 Le matériel sous surveillance:

Par observation visuelle, contact mécanique (vibration, qualité de l'huile, analyse non
destructive ... ) ou par retour d'information électronique (alarmes, électronique, retour défauts sur
régime de neutre... ) vous pouvez anticiper une intervention de maintenance. Vous intervenez
afin d'éviter une intervention. La première démarche majeure consiste ci exploiter l'historiquc
des panncs afin de mettre en place la surveillance.

III.1.5 Maintenance conditionnelle:

AFNOR X60-0\0:« Les activités de maintenance conditionnelle sont déclenchées ... suivant des
critères prédéterminés significatifs de l'état de dégradation du bien ou du service. Les
remplacements ou les remises en état des pièces oules appoints des fluides ont lieu après une

Projet de Fin d'Etudes JO Ibrahim. SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIlCS 2002/2003

analyse de leur état de dégradation. Une décision volontaire est alors prise d'effectuer lès
remplacements al! les remises en état necessaire.
CEN « maintenance préventive consistant en une surveillance du fonctionnement du bien et des
paramètres significatifs de ce fonctionnement intégrant les actions qui en découlent. La
surveillance ... peut être exécutée selon un calendrier ou à la demande ou de façon continue. »

III.I.6 Maintenance prévisionnelle:

AFNOR X60-010 « maintenance préventive subordonnée à l'analyse de J'évolution surveillée de


paramètres significatifs de la dégradation du bien permettant de retarder et de planifier les
imervcruions.'Elle est parfois improprement appelée maintenance prédictive. »
CEN « maintenance préventive exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l'analyse et de
l'évaluation de paramètres significatifs de la dégradation du bien. »

Comment la justifier?

Cd> Cip (Coût défaillance> Coût intervention préventive

Projet de Fin d'Etudes Il lbrahirna SECK


Chapitre 2
ElHj'@ttnMîi#tW#@ih 'iMA mHe&fiOOWWiIh\W&#I@'è§i1ift@îPWf"@ftm'fî3,e *WWAMW@'kl!W&futî'ŒN'#imW*$1ti!'Mtl@JI

Etude de cas du site Acides des leS.


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 2002!2003

1. Etude de cas du Site Acides aux I.C.S:


Cette étude est fait au niveau du département de maintenance des ICS Site Acides, dans le cadre
de la mise en place du système de management qualité. Il s'agit d'une étude sur la maîtrise des
processus maintenance du dit département.

I.l Contexte:
Le Site Acides des ICS a pour principale activité la production d'acide phosphorique, à partir clu
phosphate en provenance du site minier avec l'acide sulfurique produit sur place. L'ensemble de
la production est acheminée vers le site de Mbao, soit pour l'exportation directe, soit pour
approvisionner le site engrais.
L'usine de Darou - Khoudoss comprend 2 unités de production:
• Une unité de production de J 983 (Darou J)
• Une nouvelle unité 2000 ( Darou 2)
Les capacités de production sont:
• d'environ 360 000 tonnes pour 2001;
• de 6~0 000 tonnes d'acide phosphorique pour 2002;
• Pour une cible (2003) de 580950 tonnes d'acide phosphorique;
• Le site dispose d'un effectif de 559 collaborateurs dont 523 effectifs, 36 à pouvoirs;
• Production: (43% de l'effectif) 202 personnes ;
• Maintenance : (48% de l'effectif) 227 personnes.

1.2 Objectifs:
Les leS ont décidé de mener une démarche Qualité pour leur Site Acides.
Le diagnostic approfondi sous la demande de la direction du site doit permettre d'identifier les
axes de travail pour engager le département maintenance dans un processus d'amélioration
continue et efficace.
Le diagnostic a permis d'identifier les points forts ct les points faibles et d'établir une approche de
plan d'action pour tendre vers une organisation efficace et performante.

I.3 Problématique:
Suite au doublement des capacités de production du site Acides, la Direction du Site Acides
souhaite mettre en phase le doublement et une organisation optimale de production,
Le site Acides doit relever les défis:
• d'Une organisation stable accompagnée d'un management des ressources humaines en
cohérence avec les capacités de production du sile ;

Projet de Fin d'Etudes 12 Ibrahim" SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions rsrvrcs 2002i2003

• de la mise en œuvre d'un système de management intégré alliant les enjeux Démarche
Qualité, les exigences Sécurité et les engagements Environnement ;
• d'une meilleure efficacité du reporting ct du suivi des indicateurs s'appuyant sur un
système d'informations performant;
• d'intégration dans une dynamique d'amélioration continue en accord avec le nouvel outil
de production et les perspectives économiques.
• d'une certification en'lSO 9001 version 2000 avant avril 2004.

1.4 Enjeux:
La problématique se traduit par différents enjeux pour le Site Acides des ICS, parmi lesquels la
Qualité et maîtrise des processus maintenance qui fait partie du groupe d'enjeux Système de
Management Intégré:
• Qualité et maîtrise des processus;
• Environnement;
• Sécurité.

II. Démarche: diagnostic et expertise qualité


Dans le cadre de la recherche de nos données nous avons utilisé une démarche méthodique. Cette
démarche est une forme d'audit avec des questionnements orientés plus vers la connaissance des
activités de la maintenance du Site d'abord. Et ensuite sur l'implication de chaque service du
département. Les questionnaires utilisés sont il l'annexe 2 de ce présent rapport. Nous présentons
l'exposé de la démarche.
« Le diagnostic qualité est un examen méthodique de tout ou partie d'une entreprise pour
déterminer les points forts et les insuffisances dans le domaine de la qualité ct de proposer des
actions d'amélioration en tenant compte de son contexte économique, technique et humain ».
C'est l'ér,apc primordiale il la démarche. C'est il partir de ses résultats que seront définis les
actions et les investissements il mettre en œuvre ainsi que Je planning associé. Le diagnostic
foumit:
• les différents logigrammes des processus maintenance de l'entreprise;
• le QQOQCP (qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi) ;
• les plans d'actions hiérarchisés il mettre en œuvre pour être en conformité avec les
différentes exigences de la nonne.
Le diaguostic qualité s'est déroulé suivant une méthodologie décrite ci-dessous:

Projet de Fin dErudes 13 Ibmhima SECK


M3itris~ des processus maintenance el plan d'actions esrvics 2002/2003

- recueil des informations sur l'existant:


• recueil des faits;
• relevé des préoccupations de chacun;
• relevé des objectifs,
- analyse des données:
• classer les données recuei Ilies par ordre d'importance;
,-'

• évaluer l'état de la situation;


• élaborer des propositions d'actions d'amélioration,
- rédaction d'un rapport de diagnostic comprenant:
• la présentation de l'entreprise;
• la définition de la situation existante et les observations;
• les coûts relatifs à la qualité ;,
• les propositions d'amélioration de la situation existante,
- discussion avec la Direction:
Le contenu du rapport de diagnostic est discuté et éventuellement amendé. C'est au cours de cette
discussion que sera élaboré le PAMQ,

Nous avons exposé certes la méthode de la démarche, mais il va de soit que nous ne sommes pas
allés jusqu'au bout parce que l'étude des coûts relatifs à la qualité, et la discussion avec la
Direction ne sont pas prises en compte dans cette étude,

lU Approche:
{( La présente Nonne internationale encourage l'adaptation d'une approche processus lors du
développement, de la mise en œuvre et de l'amélioration de l' efficaci té d'un système de
management qualité, afin d'accroître la satisfaction des clients par le respect de leurs exigences, »
D'après la Norme ISO 900] version 2000,

B.Z Approche processus:


De plus en plus dentrcprises adoptent des approches dites par processus qui les incitent à
raisonner de façon transversale ct en se focalisant sur les résultats et la création de valeur ajoutée
pour faire face à un marché évolutif et répondre il des clients de plus en plus exigeants, Pour
intégrer cette réalité, le système de management de la qualité doit être conçu pour mettre en
évidence ces processus clés. Le concept du modèle de processus part clu principe très simple que

Projet de Fin d'Etudes 14 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPilCS 2002/2003

"1 •
. l'entreprise est un processus en soi ou plutôt une série de processus cohérents et liés, permettant
de réaliser un produit ou un service visant des clients et des parties intéressées. En s'appuyant sur
la définition d'un processus. la raison d'être de la maintenance est donc de transformer au travers
des activités coordonnées des éléments entrants en éléments sortants en apportant une valeur
ajoutée. En ce qui concerne la maintenance, pour mener à bien cette transformntio» el permettre
la réalisation du service, les processus maintenance doivent être maîtrisés.
L'approche processus consiste en une démarche capitalc qui présuppose Lin cadre rigoureusement
établi caractérisé par la politique et les objectifs qualite. Cc cadre incarne un préposé au succès de
cette démarche. Ce sont en effet la politique énoncée et les objectifs qualité qui fixent Je cap
d'optimisation des processus qu'il importe avant tout dc mettre à jour. Toute activité utilisant des
ressources et gérée de maniere à permettre la transformation d'éléments d'entréc en éléments de
sortie, peut être considérer comme un processus.
L'approche désigne l'application d'un système de processus au sein d'un organisme, ainsi que
l'identification, les interactions et le management de ces processus.
Il.3 Qu'est-ce qU'UB processus ?:
Ces activités sont reliées entre clics par des flux d'informations ou de matières qui se combinent
pour fournir un produit ou un service correspondant aux besoins du client. Chaque processus (X)
a un fournisseur aval (X - 1) et un client amont (X + 1 J, il reçoit des données d'entrée du
processus en amont ( X - 1 ) ct fournit des données de sortie au processus en aval (X + 1 J
(figure 2.1 J.
Pour bien fonctionner un processus doit disposer de moyens; ces moyens sont des ressources de
diverses natures qui peuvent être résumées dans les « 51'vl » du diagramme d'Ishikawa (main-
d'œuvre, matières premières, méthodes, mesures, machines)" [voir annexe 3 ]
Différence entre processus ct procédure:
Une procédure décrit les activités c1'un processus et ses relations avec ses interfaces aval
(X + 1) et amont (X - 1J. C'est un document de support et de communication qui décrit et
formalise les tâches à accomplir pour mettre cn œuvre le processus et qui porte à la connaissance
de tous les processus-clés de J'organisation.

Projet de Fin d'Etudes 15 lbrnhima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Indicateurs
Mesure de
la qualité

Interface Interface
Fournisseur Fournisseur
Client Client

ÜbJCClifs
Moyens
r'tcn qualité

v
Fi~ure 2.1: chaîne de relations clients/fournisseurs internes 121

Ainsi que le montre la figure 2.1, un processus est une chaîne de relations clients/fournisseurs
internes.
Un processus est donc un ensemble d'activités corrélées ou interactives qui transforme des
« données d'entrée» en « données de sortie » avec création d'une valeur ajoutée. Cette valeur
ajoutée est appréciée par un ou plusieurs indicateurs. (figure 2.2 )
Cette dernière définition implique que l'ensemble des processus soit maîtrisé et que le produit
résultant présente une valeur ajoutée (prix de vente - coût de revient).

Eiémcnts
Éléments sortants
entrants

Figure 2.2: Les systèmes d'activités des processus

Projet de Fin d'Etudes 16 Ibrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 200212003

Le résultat final escompté d'un processus est un produit ou un service. Il existe une dualité dans
la notion de produit:
- pour le client c'est la réponse à ses besoins:
- pour l'entreprise, c'est le résultat d'un processus.
Le succès de la mise en œuvre d'un système de management de la qualité repose sur plusieurs
facteurs:
mettre en charge les opérationnels;
donner la priorité à l'essentiel;
impliquer le personnel;
se formaliser le juste nécessaire;
mettre en œuvre progressi vement ;
gérer la dimension du temps.

11.5 Cartographie des processus


Elle penn et de visualiser j'ensemble des processus de l'organisme ou une partie de l'organisation
considérée, en faisant apparaître les données d'entrée et de sortie de chaque processus, ainsi que
les contraintes et les moyens afférents.
C'est une méthode qui s'adapte il la problématique de l'entreprise et qui peut se décliner
différemment en fonction des souhaits du management.
La formalisation permet de déceler des lacunes dans l'organisation, comme:
- des données que personne n'utilise,
- des interfaces à créer ou il supprimer,
- des tâches ou des processus sans valeur ajoutée.
- l'interdépendance non justifiée de processus, etc.
La première démarche dans la préparation du Si\lQ consiste à dessiner la « cartographie des
processus" c'est-à-dire la représentation des séquences et interactions des processus du système
de management de la qualité. De cette manière on rend le processus visible à j'ensemble des
acteurs qUI vont:
déployer la politique qualité il l'intérieur de chaque processus;
mesurer les performances grâce aux indicateurs;
réaliser des actions correctives et préventives pour les améliorer.
On obtient ainsi une cartographie des processus clairement définie et circonscrite qui permet une
lecture synthétique de ce qui est fait dans l'entreprise, avec les finalités, ressources ct objectifs
bien mis en évidence.

Projet de Fin d'Etudes 17 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

II.6 Dichotomie des processus:


.-'-yant identifié et classé l'ensemble des processus dans la cartographie, il convient mainteuant de
rentrer dans le détail de chacun (c'est-à-dire d'en faire une dichotomie). de considérer les
activités et les interfaces de chacun, d'en déterminer les ressources, d'cn mesurer les
performances (valeur ajoutée, efficacité, efficience...) grâce aux indicateurs. On utilise pour cc
faire, le « logigrumme » comme outil.

II.7 Activités d'ull processus


L'activité est « tout ce que l'on peut d'écrire par des verbes dans la vie de l'entreprise ... C'est un
ensemble de tâches élémentaires réalisées par un individu ou un groupe, faisant un appel il un
savoir faire spécifique, homogène du point de vue comportement de.performance ... , permettant
de fournir un output bien précis, qu'il soit matériel ou immatériel. .. à un ou plusieurs clients
identifiables, internes ou externes, à partir des ressources ... ».
L'identification des activités nécessaires à la réalisation des processus peut se faire de plusieurs
manières et plusieurs outils sont disponibles il cet effet notamment les manuels de procédures et
les gammes opératoires et/ou de fabrication. C'est donc il partir ,Fétudes documentaires (manuels
de procédures) ou d'observations de terrain (enquêtes) qu'on parvient il identifier les activités
composant les processus.

IL8 Poids économique du processus (valeur ajoutée)


L'analyse du poids économique du processus consiste-en:
- l'analyse des ressources consommées (effectifs, investissement, fonctionnement. frais
géncraux.;.) ;
- lanalyse de la valeur ajoutée (chiffre d'affaires par produit, volume traité, marge
induite...).

II.9 Indicateurs du processus


Un indicateur est un événement, un fait observable, mesurable et déterminé par un calcul qui
identifie de façon qualitative ou quantitative une amélioration ou une dégradation du
comportement du procédé soumis à examen. À ce titre, l'indicateur qualité réside en une
information choisie, associée il un phénomène, destinée il en observer les évolutions au regard
d'objectifs qualité.
Il existe trois niveaux d'indicateurs:

Projet de Fin J'Etudes 18 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

- niveau l : indicateurs de performance, données d'entrée. lis mesurent la conformité


aux exigences par rapport aux données dcntrée du processus. Ils permettent de repérer au
plutôt les sources de non-qualité;
- niveau 2 : indicateurs de résultats, données de sortie, Ils mesurent la conformité aux
exigences par rapport aux données de sortie du l'roccss~s. Il s'agit d'un constat parlais
tard: f;

- niveau 3 : indicateurs de processus, Ils renseignent sur le fonctionnement du processus


et 50n activité aux différents stades et permettent de réagir rapidement aux
dysfonctionnements constarés. Ils sont mis en place sur les points faibles en rapport avec
l'obtention du résultat final.
Un indicateur n'a de valeur gue s'il est associé à d'autres indicateurs. C'est l'analyse de
l'ensemble des indicateurs, regroupés dans un « tableau de bord », gui importe pour obtenir une
bonne exhaustivité des points à améliorer.
III. Mise en place de l'approche dans la fonction maintenance du Site Acides:

111.1 Présentation du département de maintenance:


Le Département de maintenance est l'un des plus importants du Site Acides en ce sens qu'il
compte le plus grand effectif, soit 48 % de l' effecti f rota 1.
Le Département présente une structure centralisée au tour du chef de département où partent
toutes les décisions. Il est composé de services ct d'ateliers dont:
• • Le service Bureau Technique et d'Entretien (BTE) : c'est le cerveau et le cœur même de
'!'J
la maintenance. Il comporte en son sein des sections comme :
la préparation;
l'ordonnancement;
l'entretien courent et la cellule Arrêt Annuel.
• Le service intervention qui comporte deux ateliers d'intervention Darou l , Darou 2 ct un
atelier d'entretien général.
• I.e service Electricité et Régulation comporte:
l'atelier Electricité qui se divise en trois ateliers: deux ateliers d'intervention et un
atelier central;
l'atelier Régulation qui se divise en trois ateliers : deux ateliers d'intervention et
un atelier central.
• Le service Gestion des stocks et Approvisionnement comportant la section gestion des
stocks, te Magasin / Réception et la section inventaire.

Projet de Fin d'Eludes 19 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPiICS 2002/2003

• Les ateliers centraux comportant trois ateliers qui sont:


J'atelier mécanique;
l'atelier chaudronnerie;
. l'atelier entretien matériel roulant (garage J.

JIL2 Rôle et mission de la maintenance:


Produire ou assurer un service exige des équipements, installations ou machines de plus en plus
sophistiqués et coûteux. La mission de la maintenance vis-à-vis de ces investissements est en
priorité:
-- de les conserver en état de marche le plus longtemps possible au moindre coût ;
- de permettre une production ou une exploitation maximales dans les temps requis ; la seule
notion de disponibilité n'est plus suffisante, elle est remplacée par celle de rendement plus
exigeante et plus complète;
- de contrôler régulièrement que le coùt de maintenance, qui croît avec la vétusté du matériel,
\
n'excède Pd; celu: de remplacement. Cela inclut de connaître l'évolution des coLits d'achat des
matcric!s equivalents et de maîtriser tous les l'acteurs de coûts en contrôlant leur affectation
(main-d'œuvre, pièces de rechange). Un suivi des coûts cumulés doit exister pour chaque
matériel et il doit être examiné régulièrement;
- de veiller aux aspects de maintenabilité des équipements dès la conception des installations,
- de minimiser les coûts de maintenance, ce qui contribue à celui du produit final par le biais du
coût unitaire de production:
- d'assurer une bonne maintenance contribuant ainsi à repousser le moment économique cie
changement. donc prolonge la vie cie l'équipement.

IIU Politique de maintenance

La politique de maintenance des [CS Site Aciclcs s'inscrit clans une logique de satisfaction, voir
même de dépassement des attentes de la production en terme d'augmentation du facteur
d'utilisation du temps et en terme de quantité et cie qualité du produit.
C'est ainsi que les objectifs de la production constituent notre point de départ, en ce sens que la
fonction maintenance se fixe comme objectif principal la disponibilité des équipements et des
installations dans un état de sûreté et de capacité de fonctionnement.

Projet de Fin d'Etudes 20 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/les 2002/2003

Dans le but d'assurer une pérennité dans la bonne marche de son fonctionnement, la fonction
maintenance dégage une snntcgic en ciblant des axes de: pl'og'rès. Les axes stratégiques sont
definis comme suit:
>- Le taux de mise à disposition des équipements et des installations et de leur sûreté,
>- L' entretien systématique et conditionnel.
>- La diminution du curatif.
',> L'économie des dépenses.
>- La maîtrise des actions et de la diminution des efforts,
',> L'adaptation face à l'évolution de la technologie.
;.. La sécurité, j'hygiène et lenvironnemenr.
A travers ces axes stratégiques le, Département de maintenance a le dessein de suivre autant que
faire se peut j'évolution de l'entreprise, des objectifs de la production ct l'évolution de la
technologie. Pour cela:
Des stratégies de maintenance sont planifiées et doivent être suivies selon le type
d'équipements et la situation: un suivi rigoureux doit être observé sur les équipements
stratégiques qui ont une incidence directe sur la marche de l'usine. Sur ce ils feront l'objet d'une
maintenance préventive systématique et/ou préventive conditionnelle, Des entretiens préventifs
sont programmés et planifiés en accord avec la production, lors des arrêts production (arrêt long,
arrêt lavage CP... ) pour minimiser les arrêts afin d'obtenir un taux de disponibilité des
équipements et des installations acceptables. )
Tout agent peut et doit signaler toutes anomalies aussi minimes soient elles afin que l'on
puisse anticiper sur le dysfonctionnement. Ce qui permettra de diminuer au plus le curatif.
La diminution des coûts de maintenance est un objectif non moins important, et requière une
vérité sur les performances réelles des hommes ct des services. Pour cc faire un plan de formation
sera toujours demandé à chaque fois que le besoin se fera sentir. Ainsi les compétences ct la
polyvalence des hommes se verront améliorer ce qui permettra la performance du service rendu,
la diminution du gaspillage, la réduction des pertes de temps, la baisse des rebuts et des non-
conformités, la maîtrise des actions et la diminution des efforts dans l'exécution des taches. Tout
ccci joue donc sur la réduction des coûts de la maintenance.
La [onction maintenance a fortement évolué sous l'effet des contraintes de la productivité.
Cela non sans avec l'évolution de la technologie qui l'accompagne. Le Département s'inscrit
alors dans cette dynamique de vouloir suivre l'évolution de la technologie, et d'essayer de
toujours être en phase avec les méthodes et procédés les plus récents,
... notamment sur

Proje; de Fin J'Etudes 21 lbrahima SECK


M."jtrise des processus maintenance et plan d'actions ESJ'IICS 2002/2003

l'anticorrosion, les revêtements, le lignage laser, le contrôle vibratoire, la radiographie des


soudures et la magnétoscopie.
Le Département maintenance a la responsabilité de la sécJrité en terme de la protection des
hommes et des équipements. Des règles de sécurité pour les hommes et pour les équipements sont
établies par corps de métier. Et chacun d'aux en cc qui le concerne doit veiller sur le respect de
ces règles lors de J'exécution des taches.
Le Département a des relations avec d'autres entreprises nationales et/ou étrangères à travers
la sous-traitance. Cette dernière est motivée par le besoin de réaliser un programme d'entretien
dans un délai donné et par rapport il une situation donnée.
La sous-traitance avec les entreprises nationales sc porte sur des travaux dont les spécialités
requises n' existent pas il l'usine.
La sous-traitance avec les entreprises étrangères fait l'objet de travaux sur des équipements
coûteux ct nécessitent des garanties.
Des arrêts annuels sont programmés et planifiés chaque année dans le cadre de la
maintenance préventive ct curative des équipements sur lesquels on ne peut agir qu'à l'arrêt.
Des indicateurs de performance sont choisis pour suivre et pour contrôler globalement
l'évolution des axes stratégiques et les progrès réalisés par la maintenance. Ces indicateurs sont:
,. Le taux de disponibilité des équipements et des installations par atelier.
,. Le taux du curatif.
,. Le coût de la maintenance.
,. Le délai d'exécution des interventions.
,. Le taux de fréquence ct de gravité des accidents,
, La valeur et le taux de rotation du stock.
Ces indicateurs retenus sont mensuellement consignés clans des tableaux de bord pour permettre
de comprendre, d'expliquer et cie remédier aux écarts constatés par rapport aux objectifs fixés.

IIIA Organisation de la maintenance:


La maintenance est structurée comme le montre l'organigramme suivant.

Projet de Fin d'Etudes 22 Ibrahima SECK


~.,
MLu__ des" sus n_nn:na,' .'Ian"" ons I_~.,.CS ,20~ " ,

Figure 2.3 :L'organisation département maintenance du Site Acide.

Projet de Fin d'Etudes 23 Ibrahima SECK


Mairrisc des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 200212003

IV. Etude de l'existant ( diagnostic) :


Celte partie constitue la base de cette étude en cc sens que toute les données sont recueillies et
obtenues à ce niveau, lors des entretiens avec des acteurs de la maintenance.

IV.l Les attentes de la production sur la maintenance:


Dés le début de cette étude, nous avions choisi de commencer par laproduction, principal client
de la maintenance en vue de recueillir les attentes, relever des préoccupations de chacun, ct de
noter les différents degrés de satisfaction.
Nous avons fait les ateliers phosphoriques et les ateliers utilités-sulfuriques, et nous constatons
que les attentes et préoccupations sont les mêmes partout et pour tous.

Les attentes:
disponibilité des équipements et des installations;
une bonne maintenance préventive;
qualité des interventions;
fiabilité des interventions;
rapidité des interventions;
amélioration des temps de réponse;
préparation sérieuse des arrêts annuels.

Les nréoccupations des exploitants:


Taux de réalisation des travaux du quotidien faibles (moins de 40 % des travaux
sur les listes de TQ sont effectuées)
Erreurs de diagnostic;
Fréquence du même type de panne ;
Problématique dans la préparation des travaux;
Problématique dans la disponibilité des pièces de rechange;
Temps de réponse lent.

IV.2 Missions/objectifs et indicateurs pour chaque service ou atelier:


Service Bureau Technique ct d'Entretien (BTE) :
Missions/objectif:
assurer la préparation des travaux;
assurer l'entretien courant ou les travaux du quotidien;
assurer le préventif'( systématique, conditionnelle) ;
assurer l'ordonnancement des travaux;
0érerJ.e.s..cha.rups de tnvOil des ateliers .
Projet de Fln d'Etudes 24 Ihrahima SECK
\laitrise des processus maintenance l:[ plnll d'actions •, ESP/ICS 20()2/20[)~

établir les plannings dans le temps et dans l'espace des travaux de maintenancc :
dispatching du personnel en cas d'arrêt ;
suivi du budget d'entretien et du budget d'investissement;
respect des règles de sécurité et respect de l'environnement.
Indicatenrs:
taux de disponibilité des équipements;
taux de réalisation des demandes,
Service intervention:
"'issions/objectifs:
gérer les demandes d'interventions sur site;
planification, préparation'; suivi ct contrôle,
respect des règles de sécurité ct respect de l'environnement.
Indicateurs:
nombre de demande de travail traité,
nombre d'équipement déposé.

Ateliers centraux:
"'issions/objectifs:
assurer les entretiens planifiés;
gérer les demandes de réparations;
assurer les rechanges stratégiques;
assurer l'entretien du matériel roulant (de production, de maintenance et de
transport du personnel) ;
sortir les équipements en parfait état de sûreté de fonctionnement;
réduire les coûts de réparation;
réduire les délais de réparation;
respecter les règles de sécurité et respect de l'environnement.
Indicateurs:
nombre de demandes de travail traité,

Projet de Fi" J'Etudes 25 lbrahima SEC\-.:


Maltrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Service Electricité/Régulation :
Missions/objectifs:
Assurer leutretien des installations électriques, réparer et intervenir sur les
pannes;
Assurer la surveillance et l'entretien du parc d'équipements de régulation;
respect des règles de sécurité et respect de l'environnement.
Indicateurs:
nombre de demandes de travail traité,

Service Gestion des stocks et Approvisionnement :'


;'\ 1issions/ob jecties :
gérer l'entrée et la sortie de pièces détachées;
assurer le suivi de l'état des stock;
prévoir la demande;
minimiser les coûts des stocks ;,
optimiser la valeur des stocks;
respect des règles de sécurité et respect de j'environnement;
administration de la base de données, conception et suivi des coûts de la
maintenance t assurer par le responsable du service ).
Indicateurs:
valeur du stock;
taux de rotation du stock;
taux de rupture ;

Projet de Fin d'Etudes 26 Ibrahim" SECK


~~ .
..... M(...... ~_ des ~-_~sus .__-__~~.cnan
r __ . r'ian .nns _~. ,.CS ~ ...' !OO~

IV.3 La cartographie des processus maintenance

Equipements Demande en
en panne, demandes, Politique, Equipement visité. pièces ( besoins ),
politique planning, contrôlé, planning, politique
Moyens politique

~
;:;''1'''1
:l·if-·" 'l,"'':''~, ~_.- ~

~r ~··Ress'ô-urce
• ,~~, .' ".;t.:,. e,
~;i,,~ ·:\;i·'I========"·o,~
~l!!{~~,!:~~~~ k
lf,~'ti'i
;'1 =;}it- F-====""===~-
~\-::::;r J$J;~b~·t~;B ).d~!I \ .•. ,(;, ~,"",Y .~_"~

I~~: ,:,., :;;~


_, __"

~.' - y-
':!'.-

l ;;: ~:!:j>~,
<

~".QJ~ 'f' 1====,...1


, :_. ~t: L,::ti... \~~"
:;~~::;'~~~'
.,,;y_ ".;,,11': .
<..
j:,sQJ'·~:
.~:'
iii''>' " A\~'
,br;",:'

=
""

~,A: Q.I':i'
":, C',J;:~..~; "Q.I ri
""",1\,,,
1'~fS:i;"~:I"'" =' ;;;421~'!':'II!':i'ti;\:
id,"' ,.11
~'~::r;'1
,',J'
i.~;w'4\.:r 'j.'.i ~
l dt::....:
h ct
=. 1 ~11L=~~fJ~=·
toP=; ~'1 ;'~~I
'1Cl,J/' .j~
I~ "~ " .•Cl,J, ;>!. Q,''I>'
.~ ;,~l~ ~~fil~=~
,~,y",~ ,
il'-""""";•• '~ ./,"'I_~~~~
..s,.. ",-lm
j -;" -
c
~'~IIîlai~itéil!!S,;
."i!:"r"71l-'*"
~::Xj§1"'\."""2l' "R;
-<~
·i·......
w,':'''' ",. -'~."-,
;;..
,,' .,.•'Q"'''~'
:1b.,-
Of'" 'I.;",,,
;, ~a."')'It~~.:
,,- T J':;""":iifÇ].' ,1
?,-"vii ',,:il' ~w; ,.~~
,~~~,
~~;:}~l:~:
• • ---7. . . . .

.~ ....~~ J-c. t~:4'-; ~ _Ù;'5~:!f.l' ~.~':-~1i i'>'·".' _~\',1a. _'-'. ~ ~~ -;


~; Ji{~QIl::l~F""""'=~
'::/> ;';;1
(Q.I.'
~~ 0' v
~·~t,~· ~.
~'
. ::~> '~:,v " ~~~~~jjl
i ,!!!~:{'iJ.:~1> ; :
< _,!I_q" ;,
,'~'.;~~~r'l
... ' ...
~
';·'O.:/l!
.,. 73

Spécification des demandes


Equipements remis en bon Disponibilité en pièces de Disponibilité des équipements à Taux de disponibilité des conforme aux besoins
état de foncttonncmcnr rechange, Sécurlsatlon des long terme, respect du planning el équipements élevé
requis équipements. optimisation de la des délais.
valeur du stocks
Figure 2.4 : cartographie des processus
Projet de Fin d'Etudes 27 Ibrahlma SECK
Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V. Identification des I2rocessus de maintenance


VJJ Maintenance corrective :[51
Celle maintenance est effectuée après l'apparition de la défaillance d'un équipement: défaillance
partielle ou totale, soudaine ou progressive.
Le correctif englobe l'ensemble des activités perme liant l'accomplissement de la fonction requise
au moins provisoirement. Au niveau du Site Acides cette pratique se fait sous deux l'onnes:
Maintenance palliative ( dépannage) : elle est plus connue sous le nom du
Quotidien ou l'entretien courant.
Maintenance curative (réparation) : constitue l'intempestive
Nous avons eu à observer, au niveau du palliatif (c'est à dire le quotidien), que bien souvent
celui ci est un acte provisoire.
. L' assurance de la qualité doit permettre il tout un chacun de ne pas laisser les pannes dans
l'ombre.
• L'entretien courant ou le quotidien:
Ce sont les anomalies ou dysfonctionnements que l'on appelle souvent le quotidien. Ces types
d'anomalies ou de dysfonctionnements sont souvent inhérents il la marche des équipements et ne
sont pas souvent critiques. C'est il dire que l'usine n'est pas arrêtée pour autant et la production
nesi en rien affectée si le problème est vite résolu.

• L'intempestif:
C'est l'autre problème auquel fait face la maintenance curative. Comme son nom l'indique, ce
sont des pannes fortuites, aléatoires. L'intempestif peut aller jusqu'à arrêter l'usine, tout dépend
de l'équipement concerné et fou de la gravité de la panne.
Le schéma suivant nous montre bien cette division.

Oétection de la
panne ou du
dysfonctionnemen

~ f ,.,
Quotidien 1ntempestif

Figure 2.5 : division de la maintenance curative

Projet de Fin d'Etudes 28 lbrahima SECK


Mairrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIrCS 2002/2003

Si nous nous arrêtons sur l'intempestif, nous verrons qu'il se présente sur deux situations que
sont:
• La situation où la panne n'est pas trop critique, cm l'usine n'est pas arrêtée.
• Et le cas où la situation est plus critique, consistant il un arrêt usine..
Le logigramme qui suit divise l'intempestif en deux catégories de pannes qui sont:
la situation critique
el la situation non critique.

Détection de la
panne ou du
disfonctionnement

Non
Situation critique
l Oui

, Ir , 7

Arrêt de l'usine
Marche de l'usine

Figure 2.6 : division de l'intempestif.

Après celle vision globale du processus de maintenance curative, nous allons entrer un peu plus
dans les détails en étudiant un en un le Quotidien et l'Intempestif.
Les logigrammes qui suivent nous montrem comment la maintenance curative est gérée au niveau
du Site Acides.
\'.1.2 Dichotomie des processus:
• Données d'entrées: (exigences, besoins ...)
Expression du besoin ( listes de TQ, Demandes de trnvail.)
Disponibilité des équipes dinterventions ;
Disponibilité des pièces de rechange;
Règlements sécuritaires et environnementaux;
• Éléments de sorties:
Taux de disponibilité élevé des équipements;
Equipements réparables en bon état de fonctionnement il la sortie des ateliers ;

PrOj<1 de Fin d'Etudes 29 lbrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 2002/2003

Qualite des interventions;


Fiabilite des reparations ;
Rapidite des interventions et des réparations.
• Début ( fait déclencheur' J
Apparition d'une anomalie;
Apparition d'un dysfonctionnement;

• Acteurs:
Ateliers centraux;
Ateliers électricité / régulation;
Ateliers d'interventions;
Bureau Technique et d'Entretien ( BTE J ;
Service Gestion des Stocks et Approvisionnement;
• Ressources:
Ressources humaines:
Préparateurs. agents administratifs, agents d' ordonnancements, mécaniciens (
monteur, transporteur. ajusteur ... J, tourneurs-fraiseurs, chaudronniers, soudeurs,
électricien auto. electricien, frigoriste. électronicien, régleurs, gestionnaire des stocks
magasiniers inventoristes, conducteurs d'engins de manutention, maçons menuisiers,
tuyauteurs, caouchouteurs, plastiqueurs, sablcur-rnétaliseur.
Ressources financières :
Le budget annuel est composé du budget de fonctionuement.et du budget
dinvestissernem. li est calculé sur la base de prévision sur les besoins de chaque
service.
Ressources matérielles:
Ressources informationnelles:
• Indicateurs:
Coût; coùt de la maintenance corrective/coût de la maintenance;
Délais; temps de maintenance corrective /temps de maintenance;
Qualité du service: moyenne des temps entre deux défaillances d'un système
réparable, somme des temps de bon fonctionnement/nombre de pannes.

Projet de Fin d'Eludes 30 lbrahima SECK


~ : d,,'~ '}:Sll:~ . lena P::\1 ~iom les ",' '200-

Processus de maintenance curative


Indicateurs:
En terme de
• Coûts
• Délais
• Qualité du service

. 117' - -".- ..
Données d'entrées: <
Eléments de sorties:
Processus
....
• Expression du besoin • Résultats
• Exigences du client
• Règlements sécuritaires
..... Maintenance curative • Services rendus
• Besoin du elient
et environnementaux
.-----. --------------:,
~~ ~

Ressources: Acteurs:
• Humaines • Fonctions
• financières • Métiers
• Matérielles
• Informationnelles
Figure 2.7 : carte du processus de maintenance cur-ative

Projet de Fin d'Etudes 31 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ssrvrcs 2002/2003

V.1.3 Processus de maintenance cunltive gérant le Quotidien

Delecter 1<1 panne ou le


liysfonet ion ncmc nt

,zr
Eruhlir les listes de Travaux
Quotidien


Rédiger les demandes de Travail

V
Envoyer tes D. r ;\
l' ordonnancement.

\V
Traitement des O.T
( saisie, émission)

~
.Non

Retourner les DT vers


ViS3 des D.T

-
Oui
.....
Retourner les DT à

.
demandeurs J'ordonnancement

.....
Dispatching des DT Faire appel ù la sous-
truitancc

V V
Envoyer les DT vers les Envoyer les DT vers la ..
ateliers pilotes preparation

~!' ~

Non Oui
Problème résolu
if' ~
"
1 Consulter la documentation
des équipements
positif
.., 'il
Reception du travail
-
Essai, Lest, contrôle
Néuatif
,
.,
Reprendre ou faire un autre
diagnostic

.....
RL'IOUrnL'f les DT Ù
l'urdonnanccmcm

...
Clôturer les DT realisees
Figure 2,8 : Processus de ntalntenuncc
curative gérant le Quotidien

Projet de Fin d'Etudes '7 Ibrahim" SECK


-'-
Maîtrise des processus maintenance el plan d'actions l'SPires 2002/2003

".1.4 Description des activés du processus:


Plus encore dans les détails nous allons essayer de décortiquer chaque action du processus, Nous
en pro li tons pour faire un sommaire description du processus à travers chaque action,
Détecter la panne ou le dysfonctionnement :
Au cours des visites quotidiennes effectuées par les exploitants, des pannes ou des
dysfonctionnements au niveau des équipements sont signalés. L'exploitant liste tous les
problèmes constatés dans une liche: c'est la liste cles travaux quotidiens.
Etablir les listes de travaux quotidiens:
Les listes de TQ sont établies au cours de chaque visite. Elles comportent les travaux devant être
réalisés le lendemain de chaque visite, Les listes sont ensuite proposées à la maintenance pour
réalisation effective lors des réunions de 14 h 30 tenues tous les jours ouvrables emre la
production el la maintenance. Les réunions font lobjct d'âpres discussions sur les travaux en
terme dopportunité, de faisabilité et de délai selon ou en fonction des moyens de la maintenance.
Sont convies à ces réunions les chefs de poste de la production, les chefs d'atelier de la
maintenance et les préparateurs et l'ordonnancement.
Rédiger les demandes de travail :
Après consensus sur les travaux à réaliser, les demandes de travail sont alors rédigées par
l'exploitant. à l'occurrence le chef de poste et envoyées à l'ordonnancement le lendemain de
chaque reunion avant 8 h du matin. La redaction consiste à donner le libelle du problème sur des
fiches appelées Demande de travail. ( DT J.
Le carnet des DT contient pour chaque numero, trois (3 ) volets de couleurs différentes.

• Le volet rose suit le circuit jusqu'à l'atelier pilote avant de retourner à l'ordonnancement.
...
C'est sur lui qu'on sort les pièces de rechange au magasin.

• Le volet blanc s'arrête à l'ordonnancement et constitue de support de traçabilité de


l'intervention pour la maintenance.

• Le volet jaune reste dans Je carnet et constitue de support de traçabilité pour la production.
Le demandeur n'est pas censé remplir certains rubriques sur le volet de la DT lors de la rédaction.
Ces rubriques sont par exemple l'atelier pilote, le type de maintenance (curative ou préventive J
et la nature du. travail ( réalisation directe ou préparation J.
Envoyer la DT à l'ordonnancement:
Le demandeur se charge de transmettre la demande ( volet rose et volet blanc J au niveau cie
J'ordonnancement après l'avoir fait viser ou signer par sa hiérarchie supérieure.

Projet de Fin d'Etudes 33 Ibrahima SECK


~vIaitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Le traitement des DT :
L'agent administratif de l'ordonnancement se charge de saisir les DT dés leur arrivée, Le
traitement consiste alors à émettre les DT a travers tout le Site à l'aide du logiciel de Gestion de
la Maintenance Assisté par Ordinateur (GMAO # SIRLOG). Lors de l'émission, les
informations suivantes sont saisies :
Le numéro de la DT : si la DT ne comporte pas de un numéro, SIRLOG propose
un par défaut ;
Le numéro de l'équipement;
Le code de l'imputation;
L'objet;
Le motif: mettre 0 = Travail quotidien, 1 = préparation, 2 = suite Demande
d'Intervention, 3 = réparables, 4 = confection;
Le type de la maintenance: 0 = exploitant, 1 = préventive, 2 = corrective, 3 =
dossier, 4 = réglage;
Le code signataire;
Le code spécialité.
Si toutes ces informations sont bien saisies sur l'ordinateur, l'écran affiche « émission
effectuée»
Visa des Demandes de Travail :
Tous les DT passe par le chef du BTE et puis par le chef du département maintenance.
Retour des DT vers le demandeur:
Les DT non visées pour une raison ou une autre sont retournées au demandeur. Ce phénomène
est assez rare pour les travaux quotidiens. Les motifs du rejet sont souvent pour des raisons de
coûts élevés, de travaux non opportuns c'est à dire qui peuvent attendre soit un arrêt programmé
soit l'arrêt annuel prochain.
Dispatching des DT :
L'ordonnancement se charge de faire l'orientation des DT suivant la réalisation directe oula
préparation. La réalisation directe concerne les petits travaux comme les changements de joint,
une pompe qui vibre ect. .. alors que tous les travaux plus complexes risquant de prendre
beaucoup de temps sont orientés à la préparation.
Il peut arriver que les travaux nécessitent un renfort de main d'œuvre ou ne peut pas être réalisés
par les équipes de maintenance interne pour des contraintes de délais, de charges, ou de coûts,
L'ordonnancement sur la base des contraintes ci-dessus décide de faire appel ou non de la sous-
traitance.

Projet de r,n d'Eludes 34 lbrahima SECK


Maltrise des proCèSSUS maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Faire appel à la sous-trnitauce :


Pour les travaux quotidiens la sous-traitance consiste le plus souvent au renfort de en personnel
(journaliers). Une rubrique spéciale sera consacrée à la sous-traitance dans ce qui suit.
Envoyer les DT vers les ateliers pilotes:
Après visa. et dispatching les DT (volets roses) sont maintenant acheminées vers les ateliers
pilotes qui doivent se charger de la réalisation des travaux demandés.
Envoyer les DT vers la préparation:
Comme énoncé plus haut, les travaux plus complexes risquant de prendre beaucoup de temps
sont orientés vers la préparation. Le préparateur chargé de la section où se trouve l'équipement cn
défaillance, une fois reçu les DT fait un dossier de préparation qui comporte:
la ou les DT;
la fiche matière donnant la liste cie toute la matière d'œuvre nécessaire pour faire
les travaux et le coût de chaque matière;
La fiche d'ordonnancement donnant le nombre de personne requis pour
l'exécution des travaux, le délai (début et fin des travaux) et le coût de la main
d'œuvre;

Les schémas et dessins techniques pour la compréhension des taches.


Problème résolu:
Les problèmes de la maintenance corrective som traités par les équipes cles ateliers centraux et
des ateliers d'intervention. La résolution de ces problèmes doit obéir à des contraintes de temps
(délai) , de coût, de performance (qualité de la prestation), et aussi cloit respecter cles règles de
sécurité et l'environnement. Et sur ce les équipes de maintenance doivent être disponibles à tout
moment pour la résolution des problèmes. De même que les compétences requises doivent être
surplace et mis àjour par rapport à l'évolution cie la technologie për une formation continue. Du
matériel de rechange est SOl1i au magasin sous le numéro cie la DT pour la réparation de
l' équipement.
Consulter la documentation des équipements:
Les historiques, les fiches de réparation, les fiche dépose/pose et les dossier techniques tous se
rapportam il un équipement contiennent des données qui peuvent faciliter la préparation ou
l'Intervention de l'équipement. Seulement il faut veiller à la mise jour des dossiers technique.
à

Projet de Fin d'Etudes 35 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance el plan d'actions rsrvrcs 2002/2003

Essai, test, COli rrôle :


Après chaque travail sur un équipement. un essai, test ou contrôle doit être effectuer pour se
rassurer de l'établissement de l' équi pemcnt dans un état et dans des conditions données de sûreté
de fonctionnement pour accomplir sa ou ses fonctions requises.
Faire un autre diagnostic :
Un équipement révisé, réparé doit fonctionner normalement. Au cas contraire l'on peut penser
une à une erreur de diagnostic. D'où la nécessité d'en refaire un autre dans les cas similaires.
Réception du travail :
La réception du travail constitue un interface entre la production et la maintenance en ce qui
concerne l'entretien curatif des équipements cie production. AI' intérieur du processus il peut
arriver qu'un service de la maintenance soit le client d'un autre et réceptionne un travail
demandé.
Retourner les DT à l'ordonnancement:
Après la réception du travaille void rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais à
l'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT réalisées: .
La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG. Cette clôture permet de ne plus sortir
des pièces de rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers et le calcul des coùts de maintenance.

Projet de Fin d'Eludes 36 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V.J.3.J Processus de maintenance corrective gérant l'intemnestif: (1/2)

Détecter la panne
intempestive

"t
Marche de
l'usine

V ..

Contacter le(s) chcûs) d'atelier concernés

...
Rédiger les DT

Envoya les D.T Ù


l'ordonnancement .

... ,ri"

Traitement des volets Dispatching des DT Fuirc appel ;Î la sous-


blancs suivant le traitaucc

.
circuit normal des DT

Envoyer les DT vers les ... ...


.-
Envoyer les DT vers la
ateliers pilotes ~ préparation

...
• .,..
Non Oui
Problème résolu
"Il ~ 't
positif Négatif
Consulter la documentation
des équipements , r
Essai. test. contrôle

• ,
Réception du travail Reprendre ou faire lin autre

,... diagnostic

Retourner les DT Ù
l'ordonnancement

V
Clôturer les DT réalisées

Figure 2.9.1 : Processus de maintenance corrective gèrant l'Intempcsttr

Projet de Fin d'Eludes 37 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V.1.3.2 Description des activités du processus


Détecter la panne intempestive: (Marche de l'usine)
Quand une panne intempestive survient sur un quelconque lieu du site, le premier agent il l'avoir
constater a l'obligation de la signaler sans délai il son supérieur hiérarchique.
Contacter le (s) chef (s) d'ateliers concernés:
Tous les chefs d'ateliers concernés par la section affectée sont informés par le biais du téléphone.
Une fois informés, ils mobilisent les ressources en hommes cl en matériels nécessaires pour la
réalisation du problème. Le chef du BTE et son équipe (ordonnancement et préparation) sont
aussi informés. C'est à eux de planifier les taches et de préparer toutes les opérations pour facilité
et réduire la durée des interventions.
Rédiger les DT :
Une DT est rapidement rédigée dans les plus brefs délais pour permettre la sortie des pièces de
rechanges. Suivant la cause de l'intempestif, la DT est imputée soit il la production ou soit ù la
maintenance.
Envoyer les DT il l'ordonnancement:
La DT est rapidement envoyée à l'ordonnancement pour ouverture afin de pouvoir sortir les
pièces de rechange au niveau du magasin.
Traitement des volets blancs suivant le circuit normal:
Les volets blancs suit le circuit normal en ayant toutes les signatures requises.
Faire appel à la sous-traitance:
Pour les travaux quotidiens la sous-traitance consiste le plus souvent au renfort de en personnel
(journaliers). Une rubrique spéciale sera consacrée à la sous-traitance.
Dispatching des volets roses des DT :
L' ordonnancement selon le type et la nature du travail, oriente la DT soit à la préparation soit
vers les ateliers pilotes pour une réalisation directe.
Envoyer les volets roses vers les ateliers pilotes:
S'il s'agit d'une panne qui ne nécessite pas une préparation, les volets sont directement envoyés
aux ateliers pilotes. La transmission se fait par l'agent ordonnancement vers le cherd'atelier
concerné.
Envoyer les volets roses il la préparation :
Pour les autres pannes, les volets passent d'abord chez les préparateurs pour une préparation des
opérations et le devis des interventions.

Projet de Fin d'Etudes 38 lbrahi.na SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan d'ucuons ESPIICS 2002/2003

Problème résolu:
Les problèmes de la maintenance curative sont traités par les équipes des ateliers centraux et des
ateliers d'intervention. La résolution de ces problèmes cloit obéir à des contraintes de temps
(délai). de coùr, de performance (qualité de la prestation ), et aussi doit respecter des règles de
sécurité ct l'environnement. Et sur ce les équipes dc maintenance doivent être disponibles à tout
moment pour la résolution des problèmes. De même que les compétences requises doivent être
sur place Cl mis à jour par rapport à J'évolution de Ja technologie par une formation continue.
Consulter la docurncnrution des équipements :
Les historiques, les fiches de réparation, les fiches dépose/pose et les dossiers techniques tous se
rapportant à un équipement contiennent des données qui peuvent faciliter la préparation ou
l'intervention sur l'équipement. Seulement il faut veiller à la mise jour des dossiers techniques.
à

Essai, test, contrôle:


Après chaque travail sur un équipement, un essai, test ou contrôle doit être effectué pour se
rassurer de l'établissement de l'équipement dans un état ct dans des conditions données de sûreté
de fonctionnement pour accomplir sa ou ses fonctions requises.
Faire un autre diagnostic :
Un équipement révisé, réparé doit fonctionner normalement. Au cas contraire l'on peut penser à
une erreur de diagnostic. D'où la nécessité d'en refaire un autre dans le cas similaire.
Réception du travail :
La réception du travail constitue une interface entre la production et la maintenance en ce qui
concerne l'entretien curatif des équipements de production. A l'intérieur du processus il peut
arriver qu'un service de la maintenance soit le client d'un autre et réceptionne un travail
demandé.
Retourner les DT à l'ordonnancement:
Après la réception du travaille volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais à
l'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT réalisées:
La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG. Celle clôture permet de ne plus sortir
des pièces de rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers et le calcul des coûts de maintenance.

Projet de Fin d'Etudes 39 Ibrahim, SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

\',1.3,3 Processus de maintenance corrective gérant l'intempestif: (2/2)

Détecter 1<1 panne


intempestive

V
C f :> Arrêt de
"il<:in.'

COl1t:lCICr [Oille II] hiérarchie concernés


Mobiliser toutes les ressources en homme cl en
matériels nécessaires

V
Déterminer les causes de la panne

't
Rédiger les DT

V
Envoyer les D. r ù
l' ordonnancement.

1
...,'fi'" 1
Traitement des volets Dispatching des DT Faire appel à 1,\ sous-
blancs suivant le uaitancc

-
circuit normal des DT

.-
Envoyer les DT Vers les ~ ~
...
Envoyer les DT vers la
ateliers pilotes
'" ... préparation

... ....
1 , rT

Non Qui
Problème resolu
1 .,Ir t.
positif Néuatif
Consulter la documentation Essai, test, contrôle
~ des équipements ., il' ., .,
Reception du travail Reprendre ou fain: un autre
diagnostic

V
Retourner les DT à
l'ordonnancement

...
Clàtlln:r les DT realisees
Figure 2.9,2 : Processus de maintenance
corrective gérant l'intempestif

Projet de Fin dEtudcs 40 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions "SPires 2002/2003

V.1.3A Description des activités dll processus ':


Détecter la panne intempestive; (Arrêt de l'usine)
Quand la panne intempestive survient l'usine est arrêtée après consensus entre la production et la
maintenance.
Contacter toute la hiérarchie concernée;
Dés l'apparition de la panne, toute la hiérarchie tant au niveau de la production qu'au niveau de la
maintenance est alertée par téléphone. Une fois sur les lieux les discussions sur les causes
probables sont entamées et la décision d'arrêter est prise en commun accord entre les deux
parties.. Le directeur du Site est contacté el est mis au parfum de la situation,
Mobiliser toues les ressources en hommes et en matériels nécessaires;
Parallèlement tous les ateliers et le BTE sont mobilisés sur les lieux et au fur et à mesure que le
matériel nécessaire est amené surplace.
Déterminer les causes de la panne:
Les échanges entre ingénieurs, chefs de département et techniciens pour déterminer les causes
probables de la panne sont entamées, Avant de faire une intervention, des diagnostics à travers
des mesures et contrôles sont effectués par l'inspection
Rédiger les demandes de travail;
Les demandes de travail sont rapidement rédigées pour permettre de sortir les pièces de rechange
au niveau du magasin. Elles n'auront pas le temps de suivre le circuit normal. En effet la situation
de le permettant pas, ces DT vont être envoyer aux ateliers pilotes sans le visa du chef de
département. Suivant la cause de l'intempestif, la DT est imputée soit à la production ou soit à la
maintenance.
Envoyer les DT ù l'ordonnancement:
La DT est rapidement envoyée à l'ordonnancement pour ouverture afin de pouvoir sortir les
pièces de rechange.
Traitement des volets blancs suivant le circuit normal;
Les volets blancs suivent le circuit normal en ayant toutes les signatures requises.
Faire appel à la sous-traitnncc :
Pour les travaux quotidiens la sous-traitance consiste Je plus souvent au renfort de en personnel
(journaliers). Une rubrique spéciale sera consacrée à la sous-traitance.

Projet de Fin d'Etudes 41 ibrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan tl'nctions ssrvrcs 2002/2[)03

Dispatching des volets roses des DT:


L'ordonnancement selon le type et la nature du travail, oriente la DT soit à la préparation soit
vers les ateliers pilotes pour une réalisation directe.
Envoyer les volets roses vers Ics ateliers pilotes:
S'il s'agit d'une panne qui ne nécessite pas une préparation, les volets sont directement envoyés
aux ateliers pilotes. La transmissiou se lait par l'agent ordonnancement vers Je cbefdmelicr
concerné.
Envoyer les volets roses à la préparation:
Pour les autres pannes, les volets passent d'abord chez les préparateurs pour une préparation des
opérations et le devis des interventions.
Problème résolu:
Les problèmes de la maintenance curative sont traités par les équipes des ateliers centraux et des
ateliers d'intervention. La résolution de ces problèmes doit obéir à des contraintes de temps
(délai), de coût, de performance (qualité de la prestation), ct aussi doit respecter des règles de
sécurité et l'environnement. Et sur ce les équipes de maintenance doivent être disponibles à tout
moment pour la résolution des problèmes. De même que les compétences requises doivent être
sur place et mis jour par rapport à l'évolution de la technologie par une formation continue. Du
à

matériel de rechange est sorti au magasin sous Je numéro de la DT pour la réparation de


l'équipement.
Consulter la documentation des équipements:
Les historiques, les fiches de réparation, les fiches dépose/pose et les dossiers techniques tous se
rapportant il un équipement contiennent des données qui peuvent faciliter la préparation ou
l'intervention de l'équipement. Seulement il faut veiller à la mise jour des dossiers techniques.
à

Essai, test, contrôle:


Après chaque travail sur un équipement, un essai, test ou contrôle doit être effectuer pour sc
rassurer de l'établissement de l'équipement dans un état et dans des conditions données de sûreté
de fonctionnement pour accomplir sa ou ses fonctions requises,
Faire un autre diagnostic:
Un équipement révisé, réparé doit fonctionner normalement. Au cas contraire j'on peut penser il
un" erreur de diagnostic, D'où la nécessité d'en refaire un autre dans le cas similaire.
Réception du travail:
La réception du travail constitue une interface entre la production ct la maintenance en ce qui
concerne j'entretien curatif des équipements de production. A l'intérieur du processus il peut
arriver qu'un service de la maintenance soit le client d'un autre et réceptionne un travail
demandé.

Projet de Fin d'Etudes 42 lbrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESl'IICS 2002/2003

Retourner les DT à J'ordonnancement:


Après la réception du travaille volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais à
l'ordonnancement pour sa clôture,

Clôturer les DT réalisées:


La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG, Celte clôture permet de ne plus sortir
des pièces de rechange sous Je numéro de la DT clôturée, De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers el le calcul des coûts de maintenance,

Projet de Fin d'Etudes 43 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/20U3

V.2 Processus de maintenancc prévcntivc :( systématiquc & conditionncllc )


Cene maintenance est effectuée selon des critères prédéterminés afin de réduire:
• La probabilité des pannes des équipements du Site acides;
• La dégradation des services rendus.
On distingue traditionnellement trois types de maintenance préventive: il s'agit de la
maintenance préventive systématique, de la maintenance préventive conditionnelle et de la
maintenance préventive prévisionnelle ou "prédictive". Cependant nous nous intéresserons aux
deux premières parce qu'étant celles pratiquées au niveau du Site Acide.

Processus de maintenance
préventive
V
,,. , fi-
systématique conditionnelle

., ,Ir
"
,Ir
Remplacements
+
Unité d'usage
,
Mesures
+
contrôles
systématiques, 1
graissage

Figure 2.10: division de la mauucnaucc prev cnuvc

V.2.1 Dichotomic du processus:


• Données d'entrées: ( exigences, besoins ... )
Expression du besoin ( listes de TQ, Demandes de travail.)
Disponibilité des équipes d'interventions.
Disponibilité des pièces de rechange.
Règlements sécuritaires et environmentaux.
• Éléments de sorties:
Taux de disponibilité élevé des équipements.
Respect des plannings.
Qualité des interventions, des remplacement.
Fiabilité des mesures et contrôles.
Rapidité des interventions.

Projet de Fin d'Etudes 44 lbrahima SECK


'\faitrise des processus maintenance c: plan d'actions ESP/ICS 2002120U3

• Début (fait déclencheur)


Echéancier ;
Seuils prédéterminés.

• Acteurs:
Bureau Technique et d'Entretien ETE ( ordonnancement. inspection, préparation )
Entretien général
Ateliers d'interventions
Ateliers électricité / régulation
Service Gestion des Stocks et Approvisionnement

• Ressou rces :
Ressources humaines:
agents Ordonnancements, inspecteurs, visiteurs, Préparateurs, agents administratifs,
caouchouteurs, plastiqueurs, sableur-métaliseur, tuyauteurs; mécaniciens ( monteur,
transporteur, ajusteur. .. ), chaudronniers, soudeurs, électricien auto, électricien,
[rigoriste, électronicien, régleurs, gestionnaire des stock, magasiniers inventoristes,
conducteurs d'engins de manutention, maçons menuisiers, ...
Ressources financières:
Le budget annuel est composé du budget de fonctionnement et du budget
d'investissement. Il est calculé sur la base de prévision sur les besoins de chaque
service,
Ressources matérielles:
Ressources informationnelles:
• Indicateurs:
Coût: coût de la maintenance préventive / coût de la maintenance.
Délais: temps de maintenance préventive / temps de maintenance.
Qualité du service : moyenne dcs temps entre deux défaillances d'un système
réparable, somme des temps de bonne fonctionnement/ temps du préventif.

Projet de Fin d'Etudes 45 lbrahima SECK


~ : de . -ssu 1<.'11:1 pla l 1i~ Ill, - Il C~i - -- 120C

Processus de maintenance préventive :

Indicateurs :
En terme de
• Coûts
• Délais
• Qualité du service

fDonnées d'entrées: , ."".. - - . Eléments de sorties:


.
• Expression du besoin
• Exigences du client .

Processus
Maintenance préventive
..
~
• Résultats
• Services rendus
• Règlements sécuritaires • Besoins du client
ct environmentaux
:---- ~
J 1" J i"

Ressources: Acteurs:
• Humaines , • Fonctions
• Financières •.. Métiers
• Matérielles 1

• Informationnelles
Figure 2.11 : carte de la maintenance prcvcnrivc.

Projet de fin d'Etudes 46 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance cl plan d'actions ESl'ilCS 2ÜÜ212Ü03

\1.2.2 Processus de maintenance préventive svstématique :

V.2.2.1 maintenance préventive systématique:


Effectuée selon un échéancier prédéterminé exprimé en temps calendaire (semaine, mois .. ) ou
en unité d'usage.
Rappelons que pour maîtriser le comportement d'un équipement; il est indispensable d'en
qualifier l'usage: équipement en 3"8 heures n'a pas le même comportement 'Ille ce même
équipement utilisé ailleurs en appui et sollicité que quelque fois par an.
L'unité d'usage devient alors un paramètre de base permettant de quantifier l'utilisation d'un
équipement.
Au niveau du site ce paramètre est utilisé surtout sur lès véhicules de transport du personnel et les
engins de la production. Par exemple auniveau du garage on a défini des gammes selon le type
d'engin ou de véhicule: t-

gamme C = 250 heures de travai1;


gamme 0 = 500 heures de travail;
gamme F = 750 heures de travail;
gamme E = 1000 heures de travail.
Concernant les installations c'est l'échéance qui est utilisé comme paramètre cie base à travers des
remplacements systématiques. Seulement pour les équipements dont la maintenance se fait en
état dnrrèt. les jours à retenir sont discutés entre responsable de la production et maintenance.
Hormis les problèmes de communication entre les exploitants ct les mainteneurs générant des
dysfonctionnements dans la planification. cette maintenance est largement dominante au niveau
du site. Les fréquences sont en majorité déterminées conformément aux spécification des
consüucteurs ; ce qui n'est pas optimum du point de vue économique. Par ailleurs nous
constatons après préventif (certaines révisions ct certains remplacements) que l'équipement
n'est plus dans les conditions optimales dè fonctionnement. Et même parfois d'autres problèmes
surviennent après le preventif, les redémarrages sont parfois périlleux.

Projet de Fil> d'Eludes 47 Ibrahirua SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/JCS 2002/2003

V.2.2.2 Processus de maintenance préventive systématique:

Déterminer les durées


de vie ( échéances)

,
Etablir le planning de
l'entretien systématique

1 Iv
Suivre le planning

, ~

Rédiger une DT au Lenne de


chaque échéance

~ lt

Envoyer les DT aux


ateliers d'intervention
~



'"
Réaliser l'entretien
systématique

Ir

Négatif Effectuer les mesures et positif

,Ir contrôles

1"
Refaire le remplacement, le Réception du travail
préventif

, ~

Retourner les DT à
l'ordonnancement

1
,
Clôturer les DT,

Figure 2.12: I'roccssns de maintenance préventive systémutiquc

Projet de Fin d'Etudes 48 Ibrahim" SECK


ESP/ICS 200212003
Maitrise des processus maintenance et plan d'actions
..
Déterminer la durée de vie:
Les durées de vie sont en majorité déterminées conformément aux spécifications cles
constructeurs. Ce qui u'cstpas optimum du point de vue économique.
Etablir le planning de l'entretien systématique:
Le planning est calé d'une pan par rapport aux durées de vie cie certaines composantes des
équipements par exemple les roulements. l'huile, les tresses de pompes etc. Et d'autre part par
rapport au planning des arrêts programmés cie la production dans le but cie minimiser les heures
"J'arrêt.
SUÎHe le planning:
Le BTE en général avec ses sections de l'ordonnancement ct cie l'inspection suivent
particulièrement les planning cie l'entretien préventif, chacun en se qui le concerne.
Rédiger les DT au terme de chaque échéance:
A chaque échéance des DT sont rédigées par le BTE pour la réalisation de l'entretien préventif.
Notons tout simplement que les DT sont visées par le CDM avant d'être envoyées au niveau des
ateliers d'intervention.
Envoyer les DT aux ateliers d'intervention:
Les DT sont envoyées par l'ordonnancement aux ateliers d'intervention pour exécution de
l'entretien préventif.
Entretien du préventif réalisé:
Les équipes d'intervention une fois en possession des DT, se mobilisent pour exécuter l'entretien.
Du matériel de rechange est sorti au magasin sous le numéro cie la DT pour la réalisation de
l'entretien.
Effectuer les mesures, contrôles:
Après l'intervention (remplacements systématiques), l'inspection mesure ou contrôle pour
s'assurer d'une bonne remise en état de l'équipement. Si les mesures sévères négatives, alors il
faut refaire un autre remplacement.
Refaire le remplacement, le préventif:
Si après contrôle, on constate une non conformité alors il faut refaire le remplacement jusqu'à ce
que les mesures ou les contrôles confirment la bonne remise en état.
Réception du travail :
La réception dans ce cas n'est pas formelle. Elle se fait quelques rares fois lors de la remise du PT
au chef de poste.

Projet de Fin d'Etudes 49 Ibrahim. SECI<


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Retourner les DT à J'ordonnanccment :


Après-la réception du travail le volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais ù
l'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT rèalisées :
La clôture d'une DT se l'ail au moyen du logiciel SIRLOG. Cette clôture permet de ne plus sortir
des pièces (li: rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers et le calcul des coûts de maintenance.

Comme nous venons de le dire plus haut la maintenance préventive est essentiellement basé sur
des plannings de visites périodiques et des remplacements. Au niveau du Site Acide les plannings
de l'entretien systématique sont traduit par le schéma suivant.

Plannings des visites


périodiques et des
remplacements

.,r , ~ , Ir , Ir '17
1
Visites Visites Visites Visites Visites
hebdomadaires mensuelles [ri mestrielles semestrielles annuelle
1

1 Vérification de Entretien des Toutes les Toutes les Sablage. peinture


routine visuelle groupes de opérations de \'lSiLC opérations de visite structure métallique
Verification des commande. mensuelle mensuelle Remplacements
bavettes Vérification des Visite cl entretien Echanges standards bande tambours cl
1 V érification des rouleaux
fixations moteur des pal icrs Entretien du
rou lcaux châssis tambours contrepoids ou TI,l\<lUX génie civil
Centrage bandes Vérification état des Entrcucn du système de tension AA
Enrreucn des transrmssron contrepoids ou bande Réfection des
1
pompes stockage el Contrôle lignage système de tension massifs
pompes filtre à Contrôle étal bande
::>CUtS tambours rouleaux
1 Revêtement
Intérieur Bac

1
Figure 2.13: planning des visites

l'lote: la liste n'est pas exhaustive, nous n'avons pas eu le temps de prendre tous les équipements
qui font l'objet d'un entretien préventif systématique.
La plus part des travaux du préventif et des vites périodiques sont calés au maximum avec les
arrêts programmés (arrêt = travaux, arrêt long, arrêt lavage... ).

Projet de Fin d'Etudes 50 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 2002/2003

Entretien annuel (arrêt usine)


Entretien trimestriel (ex. CP)
Entretien mensuel (ex. Toiles)
Entretien hebdomadaire (ex. Filtre)
V.2.3. Processus de maintenance préventive conditionnelle:

V.2.3.] maintenance préventive svstématique :


Cette maintenance est subordonnêe à l'atteinte ou au franchissement d'un seuil admissible qui
caractérise l'état de dégradation d'un équipement. Ce seuil est qualifié via une information issue
de mesures effectuées sur l'équipement lui même ou sur le produit résultant.
Les mesures effectuées peuvent être physiques chimiques.... réalisées en continu ou discontinu.
Les résultats peuvent être en lecture directe ou disponibles après déchargement dans l'ordinateur.
Au niveau du Site Acides nous avons:
o mesure de vibrations sur les panics tournantes (DIVA),
o mesure d'épaisseur,
o mesure de température,
o mesure de vitesse,
o mesure de dureté
o contrôle de ressuage,
o contrôle d'alignement.
Dans son application, c'est au niveau de la mesure que nous avons observé le plus de dérives: les
mesures sont bien dés fois effectuées sans vigilance particulière principalement en utilisant des
matériel de mesurage et d'essai non contrôlés et non étalonnés: Je niveau de confiance et de
fiabilité sont alors bien appauvri.

Projet de Fin d'Eludes 51 ll-rahima Sr::CK


\faÎtrÎse des processus maintenance el plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V.2.3.2Processus de maintenance préventive conditionnelle: (113)

Faire le planning

.
des visites

Faire les visites sur

.
site selon le planning .

Faire un rapport
( analyse, recommandation)

+
Diffuser les au
concernés
Eventuellemeut
émettre des DT
V
Envoyer les DT Ù
l'ordonnancement

+
Traitement des DT
( saisie et ouverture)

't
Non Oui
Visa des DT
., r '!r
DT classées sans suite Envoyer les DT vers

.
les ateliers pilotes

Entretien préventif

.
réalisé

.
Réception du travail

Retourner les DT à

l'ordonnancement
.-
Clôturer les DT

Figure 2.1..\ : Processus de maintenance préventive ccudhtonuclle

Projet de Fin d'Etudes 52 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V.2.3.3 Description des activités du processus


Faire le planning des visites:
Le planning des visites est établit par le chefdu BTE en collaboration avec l'inspection sur la
base de visites journalières.
Faire les visites selon le planning:
Chaque jour les visiteurs de l'inspection font des rondes au niveau du site. Les visites consistent à
toucher et à regarder les équipements en vue de détester des anomalies. Avant de faire les visites
les visiteurs doivent prendre un permis dc travail chez le chef de poste gérant la section
concernée. Il y'a un visiteur pour chaque site parmi les deux.
Faire un rapport :
Après avoir fait les visites, ils retournent à l'inspection. Un rapport de visite est alors établi et
faisant office de l'état de lieux de tous les équipements visités.
Diffusion du rapport:
Lc rapport est ensuite diffusé au niveau des services concernés cie la maintenance et cie la
production. Le rapport est éventuellement accompagné par des Demandes de Travail. afin de
pouvoir intervenir sur les équipements indexés.
Envoyer les DT à l'ordonnancement:
Le chef du BTE après avoir visé les DT les transmet à l'ordonnancement pour saisie et ouverture
sur le logiciel de gestion de la maintenance SIRLOG.
Traitement ct dispatching des DT :
L'agent ordonnancement saisi et ouvre la DT sur SIRLOG, après orientation des DT en mettant le
code de l'atelier pilote sous la rubrique prévue à cet effet pour chaque DT.
Visa des DT :
Les DT passe par le chef de département avant de partir vers les ateliers. Le CDM appose sa
signature el retourne les DT à l'ordonnancement.
Envoyer les DT vers les ateliers pilotes: .
L'agent ordonnancement transmet les DT aux équipes d'intervention chargées de la section où se
trouve j'équipement indexé lors des visites.
Entretien du préventif réalisé:
Les équipes d'intervention une fois en possession des DT, se mobilisent pour exécuter j'entretien.
Du matériel de rechange est sorti au magasin sous le numéro de la DT pour la réalisation de
l'entretien.

Projet de Fin d'Etudes 53 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan d'actions 1:51'/1CS 2002/2003

Réception du travail;
La réception dans ce cas n'est pas formelle. Elle sc lait quelques rares fois lors de la remise du PT
au chef de poste.
Retourner les DT à l'ordonnancement ;
Après la réception du travaille volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais il
J'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT réalisées;
La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG. Cette clôture permet de ne plus sortir
des pièces de rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers et le calcul des coûts de maintenance.

Projet de Fin d'Etudes 54 Ibrahim" SECI,

.'.
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 2002/2003

V.2.3.4 Processus de maintenance préventive conditionnelle: (2/3)

Faire le planning
des mesures

+
Prise de mesures sur
site selon le planning.

+
Faire un rapport

.
( analyse, recommandation)

Di ffuser les au
concernés

Eventuellement
émettre des DT
V
Envoyer les DT à
l'ordonnancement


Traitement des DT
( saisie et ouverture)

t
Non Oui
Visa des DT
,Ir ,J,
DT classées sans suite Envoyer les DT vers
les ateliers pi lotes
...
Entretien préventif
réalisé
.;-
Réception du travail

...
Retourner les DT à
l'ordonnancement
...
Clôturer les DT

Figure 2,15: Processus de maintenance preventive conditionnellc

Projet de fin d'Etudes 55 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance el plan d'aerions ESP/ICS 2002/2003

V.2.3.5. Description des activités du processus


Faire le planning des mesures:
Le planning des mesures est établi par le chef du BTE ave,c la collaboration des inspecteurs. Le
planning de mesures journalières concerne uniquement les mesures vibratoires (mesures DIVA).
Prise de mesures selon le planning:
Les mesures de vibration DIVA sont effectuées journellement sur toutes les machines tournantes.
Les autres mesures sont effectuées sur demande.
Analyse des mesures:
Les mesures une fois déchargées dans J'ordinateur sont exploitées et analysées, Les
commentaires et recommandations sur la base dc ces analyses sont proférés sur les équipements
indexés par les mesures.
Faire un rapport:
Après les mesures, le visiteur retourne à l'inspection pour décharger les mesures dans l'ordinateur
(les mesure DIVA ne sont à lecture directe). Après l'exploitation des mesures l'inspecteur
établi un rapport sur la base de ces mesures. Les analyses, recommandations et mesures font
l'objet du rapport.
Diffusion du rapport:
Le rapport est ensuite diffusé au niveau des services concernés de la maintenance ct dc la
production. Le rapport est éventuellement accompagné par des Demandes de Travail, afin de
pouvoir intervenir sur les équipements indexés.
Envoyer les DT ù l'ordonnancement:
Le chef du BTE après avoir visé les DT les transmet il l'ordonnancement pour saisie et ouverture
sur Je logiciel de gestion de la maintenance SIRLOG.
Traitement et ùispatching des DT :
L'agent ordonnancement saisi et ouvre la DT sur SIRLOG, après orientation des DT en mettant Je
code de l'atelier pilote sous la rubrique prévue il cet eff~t pour chaque DT.
Visa des DT :
Les DT passent par le chef de département avant de partir vers les ateliers. Le CDM appose sa
signature et retourne les DT il j'ordonnancement.
Envoyer les DT vers les ateliers pilotes:
L'agent ordonnancement transmet les DT aux équipes d'intervention chargées de la section où se
trouve J'équipement indexé lors des visites.

Projet de Fin d'Etudes 56 lbrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Entretien du préventif réalisé:


Les équipes d'intervention une fois en possession des DT, se mobilisent pour exécuter I'cntretien.
Du matériel de rechange est sorti au magasin sous le numéro de la DT pour la réalisation de
l'entretien.
Réception du travail:
La réception dans ce cas n'est pas formelle. Elle sc fait quelques rares fois lors de la remise du PT
au chef de poste.
Retourner les DT à l'ordonnancement:
Après la réception du travaille volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais il
l'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT réalisées:
La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG. Cette clôture permet de ne plus sortir
des pièces de rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet d'évaluer
les ateliers et le calcul des coûts de maintenance.

Projet de Fin d'Etudes 57 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan d'actions ESP/JCS 2002/2003

f.2.3 ..-\telier électdque :


Les points forts:
• Effort de planification et de suivi des travaux quotidiens ;
• Coordination interne mise en œuvre quotidienne;
• Suivi d'indicateurs de performance: quantité d'intervention et coûts des interventions
• Effort sécurité pour le port des EPI;
• Suivi et respect des procédures de consignation;
• Bonne condition de travail et propreté des locaux pendant travaux;
l ' les points faibles:
• Manque de formalisation de l'organisation interne;
• Fort taux d'opérations en urgence "pompier" avec pression en terme de délais
(précipitation) ;
• Plan d'action annuel d'entretien partiellement réalisé (environ 50%);
• Manque de définition claire des postes et des missions;
• Manque de coordination au sein du BTE entre travaux mécaniques et électriques
[ Rattachement différent lors de l 'arrêt annuel pour le service électricité (non géré par le
BTE)]
• Absence de définitions de mISSIOns et d'objectifs définis pour J'atelier et de façon
individuelle;
• Données issues de la documentation non à JOur ( d'où un travail de préparation
inefficace;
• Manque de discipline pour mise jour des plans;
à

• Problème majeur de traçabilité de J'historique des interventions;


• Manque d'information ct de concertation dans l'organisation de l'arrêt annuel) ;
• Manque de préparateurs (cumul les fonctions de préparation des travaux courants et
préparation de l'arrêt annuel) ;
• Gestion et suivi en retard des habilitations;
• Formation sécurité partielle, en partie sur le tas (même pour la consignation, agents non
encore habilités) ;
• Non-respect des consignes par les autres intervenants (ex: salle électrique traversée par
des équipes non électriciens) ;

Projet de Fin d'Etudes 88 Ibrnhima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

V.2.3.6. Processns de maintenance préventive conditionnelle: (3/3)

Détecter début
anomalie

"
Faire appel à un visiteur
( inspection )

".
Aller sur les lieux uvee le

1
.
matériel nécessaire

Effectuer les mesures ou contrôle 1


+
analyser et Jaire
recommandalions

t
Non Oui

"..-
Rédiger une DT
Changer / déposer


Rédieer une DT

t
Envoyer la DT il
Donner les DT l'equipe
à l'urdonnanccmcnt , puis
dimervcntion traitement

.-
Faire quelques
.;
Viser les DT
réglages ...
En voyer les DT aux ateliers
d'intervention
.. ..L

Réaliser l'entretien

y
Positi f Nécarif
... Mesures, contrôle
...
.
.'
Faire un autre diagnostic Réception du travail

Retour des DT à
l'ordonnancement

t
Clôturer les DT 1
fi g ure2,16 : Processus de maintcnancc l' réventive conditionnelle

Projet de Fin d'Etudes 58 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 200212003

V.2.3.? Description des activités dll processus


Détecter début anomalie:
Lors des visites et des rondes effectuées par les ateliers d'intèrvention, les visiteurs elles
exploitants détectent les débuts d'anomalies, et déclenchent automatiquement un processus de
maintenance préventive conditionnelle.
Faire appel à un visiteur:
Les visiteurs sont contactés par voie de téléphone. Dés fois le demandeur vient personnellement
jusqu'à l'inspection pour appeler un visiteur.
Aller sur les lieux avec le matériel nécessaire :
Le visiteur va sur les lieux pour effectuer un contrôle et/ou pour prendre des mesures.
Effectuer les mesures, contrôle:
Une fois sur les lieux le visiteur fait ses contrôles et/ou ses mesures pour lesquels il a été appelé.
Les mesures faites sur demandes sont souvent:
les mesures de température;
les mesures d'épaisseur;
les mesures de vitesse ;
les mesures de dureté;
et par fois les mesures de vibration.
Le contrôle de ressuage est aussi effectué sur demande. Des photos sont très souvent prises pour
servir de support et pour la visualisation des anomalies.
Interpréter ct faire des recommandations:
Après les COntrôles ou les mesures, les résultats sont analysés et font suite à des recommandations
concernant [es équipements indexés par ces mesures et contrôles.
Changer / déposer:
Les actions proposées par les recommandations varies d'un simple réglage ( resserrage des
boulons, corriger alignement ... ), au graissage, au remplacements jusqu'au à la dépose
d'équipements.
Faire quelques réglages:
Les réglages consistent souvent à resserrer des boulons, à corriger des alignements, à régler des
jeux, ... l'agent intervenant doit prendre un permis de travail (PT) chez le chefde posté de la
section où se trouve l'équipement.
Rédiger une DT :
Pour pouvoir faire un quelconque travail un faut une DT. Alors le demandeur émet une demande
qu'il rédige et fait signer par sa hiérarchie supérieure.

Projet de Fin d'Etudes 59 lbrahima SECK


~faîtrise des processus maintenance ct plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Envoyer la DT 1'1 J'ordonnancement:


Les DT som t envoyées à l'ordonnancement pour ouverture afin de pouvoir sortir les pièces de
rechange.
Visa des DT :
Les DT passent par le cher de département avant de partir vers [es ateliers. Le CDM appose sa
signature et retourne les DT à l'ordonnancement.
Envoyer les DT aux ateliers d'Intervcutiou :
Les DT son! envoyées par J'agent ordonnancement au niveau des ateliers d'intervention
concernés par la section où se trouve l'équipement indexé par les mesures ou contrôles.
Réaliser l'en treticn préven tif:
Les équipes d'intervention une fois en possession des DT, se mobilisent pour exécuter l'entretien.
Du matériel de rechange est sorti au magasin sous le numéro de la DT pour la réalisation de
l'entretien.
Mesurer, contrôle:
Après l'intervention, l'inspection rcrnesure ou contrôle à nouveau pour s'assurer d'une bonne
remise en état de l'équipement. Si les mesures s'avèrent négatives, alors il faut faire un autre
diagnostique.
Faire un autre diagnostic:
Un autre diagnostic est fait, car d'autres éléments peuvent être endommagés lors de J'entretien
préventif. En effet il est fréquent, nous dit-on que des interventions dans le cadre de la prévention
1• • -

entraînent d'autres problèmes. Ou tout simplement un faut diagnostic peut être à l'origine.
Réception d li travail :
La réception dans ce cas n'est pas formelle. Elle se fait quelques rares fois lors de la remise du PT
au chef de poste.
Retourner les DT 1'1 J'ordonnancement:
Après la réception du travaille volet rose de la DT doit être retourné dans les plus brefs délais à
l'ordonnancement pour sa clôture.
Clôturer les DT réalisées:
La clôture d'une DT se fait au moyen du logiciel SIRLOG. Cette clôture permet de ne plus sortir
des pièces cie rechange sous le numéro de la DT clôturée. De même la clôture permet dévalucr
les ateliers ct le calcul des coûts de maimenunce.

Projet de Fln d'Etudes 60 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions Esr/les 2002/2003

V.3. La sous-traitance:
Tant pour des motifs économiques que pour une maîtrise technique des ses actions, une
maintenance moderne ne peut pas se retrancher sur une équipe interne et se cloit de travailler avec
des entreprises extérieures. Ainsi le département maintenance a des relations avec d'autres
entreprises intérieures et/ou extérieures Ù travers la sous-traitancc. Celte dernière est motivée par
le besoin de' réaliser un programme dentrctien dan-s un délai donné et par rapport cl une suuation
donnée.
Pour s'inscrire dans une démarche qualité, les relations avec les entreprises extérieures
requièrent une double exigence:
disposer d'un système d'évaluation des entreprises avec lesquelles on travail;
assujettir toute prestation à un contrat.
Au niveau ou site Acides, les agréments sont du ressort de la direction générale. En effet c'est à
ce niveau que se fassent les homologations et les payements des entreprises prestataires. Le Sile
se charge uniquement de planifier le déroulement des prestations. La section ordonnancement
détermine l'opportunité ou non de faire appel à la sous-traitance, en se basant sur des calculs de
charges de travail des ateliers, des délais, des coûts et en sc basant aussi sur le type
d "équipement. En vue de faire un choix optimum. On dit souvent dans notre jargon que « quand
faire faire est plus avantageux que faire soit même, alors il faut faire faire. »
L'approbation du principe de la sous-traitance est tributaire de l'une au moins des trois conditions
suivantes:
• Les compétences techniques et les moyens internes du Site ne peuvent pas satisfaire aux
normes de qualité requise.
• La charge de travail des services ne leur permet pas de faire ces travaux en temps utile.
• Il est plus rentable de sous-traiter que de faire soient mêmes.
La sous-traitance concerne généralement les situations suivantes:
• les arrêts annuels ( charge, délai ),
• les petits arrêts (charge, délai ),
• les gros chantiers ( charge, délai, coût ),
la sous-traitance se présente sous cinq aspects au niveau du site:
• la location simple de main- d'œuvre: ce type de besoin est généralement exprimé quand
il s'agit d'un renforcement ponctuel des équipes disponibles pour réaliser des travaux
dans un délai maîtrisé ou en cas d'urgence,
• la régie contrôlée: la seule différence par rapport a la première forme réside dans la
supervision et l'encadrement qui sont assurer par le sous-traitant. Cette f0l111e est

Projet de Fin d'Etudes 61 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/les 2002/2003

généralement sollicitée quand il s'agit de travaux localisés, dont la supervision peut être
assurée par un encadrement extérieur.
• Le forfaitaire: la sous-traitance en forfait est utilisée quand il s'agit des travaux
parfaitement définis et réalisables moyennant un montant forfaitaire ferme et non
révisable et pour lesquels il est possible de fixer un délai de réalisation. Elle est gérée en
amont par la direction générale au niveau du site de Mbao.
• Le" cost and free": il s'agit d'une combinaison de la régie contrôlée et du forfait. Celle
forme est généralement sollicitée quand il s'agit de grands travaux de révision générale
des machines sur Site. Elle est gérée en amont par la direction générale au niveau du site
de Mbao.
• Réparation et confection hors Site: ce sont des travaux de remise en état déquipcrnems
industriels, de confection ou d'usinage de sous-ensembles.
Les schémas suivants montrent d'une manière cartographier la structuration de la sous-traitance
au niveau du Site Acides respectivement selon la forme et la situation.

Sous-traitance
v
Location
v
Régie contrôlée
V
Forfaitaire
1

~ 1
v
Cost and trec
.
Réparation et
simple 1 confection hors Site

, Figure 2.17: forme de la sous-traitancc

Sous-traitance
v
Entretien
if'
Gros
~

Arrêt
.
Arrêt
;,
Travaux sur
courant chantier programmé annuel équipement
coûteux
Il Il Il Il
Personnel Personnel Personnel Personnel Il
Délai Délai Délai Personnel
Cotît Cotît Coût
Délai
Matériels de Matériels de Expertise COLIt
manutention manutention Assurance Matériels de
Matériels de manutention
manutention
"
Figure 2.18. suuanons de la sous-trattancc

Projet de Fin J'Etudes 62 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

VA Processus de la gestion des stocks

V.4.1 La gestion de stocks:


La gestion de stocks est une fonction très importante dans le processus de maintenance en ce sens
qu'elle permet de sécuriser les équipements en assurant la disponibilité des pièces de rechange.
Ces dernières sont des articles destinés à remplacer une pièce défectueuse ou dégradée dans un
équipement ou une installation.
La maintenance au niveau du Site Acides gère les principales catégories d'article qui sont:
• Articles consommables:
pièces d'usures;
, ,
pièces de rechange dans les opérations de maintenance systématique;
petites fournitures techniques: visseries, raccords, composantes mécaniques,
électriques;
consommables: huiles, solvant, carburant, siphon;
consommables périssables,

• Ensembles, articles non neuf:


réparables: pièces ou ensembles déposés, revenus dégradés à l'atelier ct remis en
état. ( banals réparables, spécifique réparables, pièces de sécurité réparables)
Machines ou matériels inutilisés et mis en dépôt au magasin ( immobilisations
roulants, immobilisations non affectées ),
Actuellement le Site Acides compte un stock de 25000 articles qui sont tous désignés avec un
code article. Ce demier représente l'article sans ambiguïté ct est le même pour les trois sites,
Le magasin des pièces de rechange qui regroupe en grande partie les pièces utilisées pour la
maintenance des équipements et installations de production respecte plus ou moins les exigences
en terme de stockage notamment.
les entrées ct sorties des pièces plus ou moins maîtrisées;
l'ordre de rangement des pièces pour la plupart rationalisé: une place pour
chaque chose et chaque chose à sa place. les emplacements sont repérés et les
articles stockés sont identifiés;
les articles périssables sont particulièrement suivis: dates de péremption
surveillées,
l'environnement de stockage est approprié aux composantes stockées: locaux
climatisés pour les pièces de régulation,

Projet de Fin d'Etudes 63 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance cr plan d'actions l'Sr/les 2002/2003

les principes d'organisation du magasin est plus ou moins rationnels: articles ù ,


,;
fréquence de sortie élevée sont prés du guichet. pièces lourdes et volumineuses il.
.'

accès facile, ct moyens de manutention appropriés,


les inventaires sont effectués périodiquement: inventaire tournant.

\'.4.2 Dichotomie du processus:


• Donnécs d'cntrécs : ( exigences, besoins ... )
Expression du besoin ( bon de sortie magasin, demandes de réapprovisionnemcnt.)
Exigences en terme de stockage;
Règlements sécuritaires et environmentaux.

• Éléments de sorties:
Disponibilité des pièces de rechange => (taux cie disponibilité élevé des équipements)
Rapidité et qualité des prestations;
Optimisation de la valeur des stocks;
Suivie de l'état des stocks.

• Début (fait déclencheur)


Maintenance curative, maintenance préventive;
Arrêts annuels et programmés;

• Acteurs:
Service Gestion des Stocks et Approvisionnement;
Bureau Technique et d'Entretien BTE (ordonnancement, inspection, préparation) ;
Entretien général;
Atel iers dimerventions ;;
Ateliers électricité / régulation;
Ateli ers centraux;

Projet de Fin d'Etudes 64 Jbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESI'/ICS 2002/2003

• Ressources:
Ressources humaines:
Responsable du magasin, gestionnaire des stock, magasiniers, inventoristes, agents
Ordonnancements, inspecteurs, visiteurs, Préparateurs. agents administratifs,
conducteurs d'engins de manutention, ...
Ressources financières:
le budget annuel est composé du budget de fonctionnement et du budget
d'investissement. Il est calculé sur la base de prévision sur les besoins de chaque
servie.

Ressources matérielles:
Ressources informationnelles:

• Indicateurs:
Coût : valeur du stock.
Délais: taux de rotation.
Qualité du service: taux de rupture.

Projet de Fîn d' Etudes 65 lbrahima SECK


issu: pl:u ICS 200:
1
~ : de: Il':ll:l Itlm

Processus de la gestion de stocks

Indicateurs:
En terme de
• Coûts
• Délais
• Qualité du service

, lJ'
" - "'"
Données d'entrées: Eléments de sorties:

..~r
• Expression du besoin Processus • Résultats
• Exigences du client Gestion des stocks ..• • Services rendus ,
"
• Règlements sécuritaires • Besoins du client
ct cnvironmentaux
V
A lt. Â~
,

Ressources: Acteurs:
• Humaines • "Fonctions
• Financières • Métiers
• Matérielles
• Informationnelles
.Figure 2.19 : carle du Processus de ta gestion de stocks

Projet de Fin d'Eludes 66 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan d'actions ESPIlCS 2002/2003

\'.4.3. Processus de la gestion des stocks

Expression du besoin

, r

Vérifier sur SIRLOG l'existence


des pièces de rechange

Rupture Existe

,Ir ~
Voir avec les autres Rédiger un bon de sortie
Sites pour un transfert magasin ( BSM )

•Ir •"
Non Oui Faire viser par la
Pièces existantes hiérarchie supérieure

,Ir Ir •"
Lancer une demande de Transférer le matériel ABer au magasin pour
réapprov isionneruent retirer le matériel

,, ,,
" Réceptionner le
Rédiger une demande de matériel Ouvrir le bon de sortie
réapprevis ionnernent magasin

• Ir ,Ir
•"
Ouvrir le bon de
Début d'un processus réception magasin Sortir le matériel
d'approvisionnement v.,

•" •
Distribuer au demandeur
"
Emission et clôture du
ou ranger le matériel bon de sortie magasin

,•
Emission du bon de
reception magasin

Figure 2.20 : Processus de la gestion des stocks

Projet Je Fin d' Etudes 67 Ibrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 20021:1003

V.4.4. Description des activités du processus:


Expression du besoin:
La maintenance préventive et curative nécessite des pièces de rechange pour les remplacements
et les réparations. Le demandeur établit un bon cie sortie magasin après avoir éventuellement
vérifié J'existence du matériel à travers SIRLOG.
Vérifier sur SIRLOG l'existence des pièces de rechange;
Le logiciel SIRLOG permet de suivre l'état du stock à partir de n'importe quel ordinateur
connecté sur le réseau du Site. Le demandeur vérifie d'abord l' existence de la pièce ou clu
matériel au niveau du magasin avant d'aller sur place.
La pièce existe:
Rédiger un bon de sortie magasin ( BSM ) ;
Le demandeur établit un bon de sortie magasin sur formulaires disponibles en carnet, en deux
exemplaires. Il y mentionne, dans les zones indiquées:
son matricule ( zone émetteur) ;
le numéro de la DT ;
J'imputation analytique de sa section;
la référence complémentaire éventuellement code équipement ;
la désignation;
numéro de poste;
le code article;
la quantité demandée;

la date.
Faire viser par la hiérarchie supérieure;
Ille vise et le soumet à J'approbation de son supérieur hiérarchique habilité. Sont habilités à
signer un bon de sortie magasin le cadre et le contremaîtres principal. Pour permettre aux
magasiniers de vérifier ce pouvoir, la liste comportant les spécimens de signature des dits
responsables est donnée aux magasiniers.
Aller au magasin pour retirer le matériel ;
Le demandeur va personnellement au magasin pour retirer le matériel. Il présente Je bon de sortie
magasin signé (les deux cxernplaires ) au magasinier une fois arrivé au guichet.

Projet de Fin d'Etudes 68 Ibrahima SECI'.


Maitrisc des processus maintenance ct plan d'actions ESP/ICS 200212003

Ouvrir le bon de sortie magasin:


Le magasinier saisit en ouverture le bon dans SIRLOG selon les modalités suivantes:
sélection de la grille « STOCKS » ;
option « RECHANGES» ;
option menu 5 « SORTIE MAGASIN» ;
option sous menu 1 « DOCUi"l ENT BSM » ;
option « OUVERTURE».
Le cadre BSlv[ s'affiche à l'écran. Il saisit les rubriques qui sont sur le bon et valide par la touche
fIO.
Sortir le matériel:
Après la validation, le système génère le numéro du BSM, la désignation, le numéro
d'emplacement, la quantité théorique pour chaque article. Le numéro d'emplacement est relevé
sur l'écran et inscrit sur le bon, et puis le magasinier va directement sur l'emplacement retirer
l'article et le remet au demandeur.
Emission et clôture du bon de sortie magasin:
L'émission se fait en fin de journée en prévision d'éventuels rendus sur sortie. Les modalités
sont:
sélection de la grille « STOCKS» ;
option « RECHANGES» ;
option menu 5 « SORTIE MAGASIN» ;
option sous menu 1 « DOCUMENT BSM » ;
option « EMISSION DIRECT» ;
appel numéro BS/v!.
Le BSlv1 s'affiche à l'écran. La zone « quantité livrée» est générée et égale par défaut à la
« quantité demandée».
modifier la quantité livrée si elle est différente de la quantité demandée.
Saisie dans la zone « reversés » la quantité réintégrée sur la sortie. Vérifier que
toute la saisie est correcte et valider par la touche FIO.
Pour la clôture, le gestionnaire de stocks se met en position comme dans le cas de l'émission,
mais choisir l'option « clôture» et appelle numéro du B51\"1. Puis valider toujours par la touche
FIO.

Projet de Fin d'Eludes 69 lbrahirna SECK


Maîtrise des processus maintenance et pian d'actions ESI'IICS 200212003

Rupture:
Voir avec les autres Sites pour un transfert:
Il arrive que des articles, en stock suffisant dans un magasin de Site, fassent l'objet de transfert
vers lll1 autre magasin sur la demande de celui-ci, pour pallier ù une rupture ou à une insuffisance
de stock.
Pièces existantes ; oui ou non '!
A cet effet, Je gestionnaire de stock demandeur s'informe auprès de son collègue.
Oui. pièces existantes:
Il requière son accort oralement, avec confirmation par demande écrite.
.-\ la réception de la demande le gestionnaire fournisseur ouvre, émet ct clôture un 8SM. Il fait
'1:<> livrer le matériel au chauffeur (ou autre) chargé du transfert, lui fait signer le bon dont il lui
remet une copie.
Ouvrir le bon de réception magasin:
Le gestionnaire demandeur procède à la réception, à l'ouverture d'un BRM comme suit:
motif= 0 ;
origine = N° 8Sivlmagasin expéditeur;
approche = T
transit <impuration magasin expéditeur;
fournisseur = TRANSF ;
prix unitaire = PUMP lu sur la copie du BSM du magasin expéditeur.
Distribuer au demandeur ou ranger le matériel:
Le magasinier appelle le demandeur pour prendre le matériel ou range les articles dans leur place.
Emission du bon de réception magasin:
L'émission du bon de réception magasin est fait selon les modalités suivantes:
Sélectionner le menu 4« RECEPTION MAGASIN» ;
Appel en consultation du numéro de BRM ;
Choisir l'option 3 « EMISSION» ;
Saisir la quantité reçue;
Valider avec la touche F 10.

Projet de Fin d'Etudes 70 Ibrahim" SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Non. pièces existantes:

Lancer une demande de réapprovisionnernent ;


Le gestionnaire de stocks dans ce cas particulier lance une demande de réapprovisionnement en
suivant la procédure en vigueur.

V.5. Processus d'approvisionnement:


V.5.1 L'approvisionnement:
Dans l'achat de pièces de rechange, nous avons distingué trois canaux d'approvisionnement:
• Les articles dont la valeur ne dépasse pas la somme de 50.000 francs cr A acquis en vue
d'une utilisation urgente: on parlera d'achat au comptant. Ils ne sont assujettis à aucun
processus d'homologation, ni de commande, et ni de réception.
• Les articles acquis en vue d'une utilisation immédiate: on parlera d'achats directs Ils
sont déclenchés par les Demandes d'Achat Utilisateur (DAU). Ils sont assujettis au
processus d'approvisionnement habituel du Site Acides:
source d'approvisionnement homologuée;
procédure de passation de commande appliquée;
réception quantitative et qualitative organisée.
Ces deux types d'articles ne sont pas codifiés et ne se trouvent pas dans le stock du magasin.
• Pièces ou articles acquis pour une utilisation différée et mise au magasin dans l'aucntc de
leur utilisation.
Nous rencontrons deux cas de ligure:
celui des pièces banalisées: elles constituent généralement les achats stockés et
sont valorisées au prix unitaire moyen pondéré.
celui des pièces immobilisées, considérées comme des immobilisations amorties.
Dans ces deux cas, il s'agit de réapprovisionnement du magasin dans le cadre des procédures de
gestion des stocks qui sont retenues et du processus d'approvisionnement tel que précisé ci-
dessus.

V.5.2. Dichotomie du processus:


• Données d'entrées : (exigences, besoins ... )
Expression du besoin (demandes d'achat, demande cie réapprovisiounernent) ;
Exigences en terme de stockage;
Règlements sécuritaires et environnementaux.
• Elements de sorties:
Disponibilité cles pièces cie rechange => ( taux cie disponibilité élevé des équipements) ;
Rapidité et qualité des prestations;
Projet de Fin d'Etudes 71 Ibrahim" SECK
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIICS 200212003

Optimisation de la valeur des stocks;


Suivi de l'état des stocks.

• Début ( fait déclencheur)


Atteinte des points de commandes ( programme GESTPER ) ;
Maintenance corrective, maintenance préventive;
Arrêts annuel et programmé.

• Acteurs:
Service Gestion des Stocks et Approvisionnement;
Service achat à Mbao ;
Bureau Technique et d'Entretien BTE (ordonnancement, inspection, préparation)

• Ressources:
Ressources humaines:
Responsable du magasin, gestionnaire des stocks, agents Ordonnancements,
inspecteurs, visiteurs, Préparateurs, agents administratifs du magasin
Ressourccs financières :
le budget est totalement géré par le service d'approvisionnement du Site de Mbao.
C'est à ce niveau que sont réglées toutes les factures de l'approvisionnement.
Ressources matérielles :
Ressources informationnelles:

• Indicateurs:
Coût: valeur du stock;
Délais: taux de rotation;
Qualité du service :taux cie rupture.

Projet de Fin d'Etudes 72 Ibrahim, SECK


M de~1 .s~al~ ,XlIil:i plal:, ronx ~ C~'IC; 200!

Processus dc l'approvisionncmcnt

Indicateurs:
En terme de
• Coûts
• Délais
• Qualité du service

, Iv

_.._r
~~

Données d'entrées: ,
Eléments de sorties:
• Expression du besoin Processus
• Exigences du client De l'approvisionnement
..... • Résultats
• Services rendus
• Règlements sécuritaires • Besoins du client
environmentaux
--
et
r--
~ !" •~

Ressources: Acteurs:
• Humaines • Fonctions
• Fi nancières • Métiers
• Matérielles
• Informationnelles
Figure 2.21: carte du Processus de l'approvisionnement

Projet de Fin d'Etudes ,1 73 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ssrvrcs 2002/2003

V.53
... Processus
,
d'aPDrovisionncmcnt ..
Expression du besoin

V Figurc 2.22 : Processus d'a pprnvlstonncmcn t'


Ouvrire d'une DAM

V
Envover la DAM fi Mbao

........
....... ./
Traitement des DAM
Désignation des acheteurs
Choix des fournisseurs
Lancement de ln commande, AcJWl
Renvoi des bons de commandes à Darou

......
<;
Il
Arrivage des bons de commande 1--

,r ,"
Commandes magasin ou
d' investissement
.
Commande directe

,
Informer le demandeur

,
Attente l'arrivage des commandes "
V
Arrivage des commandes •
V
Réception physique des commandes "
, ri

Stocker chaque chose


,"
Diffuser le journal des
.
Non conformités
à sa place arrivages

Notifier les nu gestionnaire


de stock

Faire un avis de resserve sur

,Ir , ., le bon de commande


1 i
"
Retourner les bons commande à Mbao pour payement des
fournisseurs

Projet de Fin d'Etudes 74 Ibrabimu SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESPIlCS 2002/2003

V.5.4. Description des activités du processus:


Expression du besoin:
Le besoin d'approvisionnement peut résulter de l'une des principales situations suivantes:
• Suite à une PPMS, les utilisateurs ( BTE ) demandent en même temps ou ultérieurement
un premier approvisionnement;
• Selon une périodicité variant en fonction des articles et du Site, au choix du gestionnaire
de stock, le système génère, sur lancement du programme GESTPER un état de tous les
articles gérés sur un point de commande ( mode de gestion G J, ayant eu un mouvement
au cours de la période et dont le stock augmenté des étendus est égal ou inférieur au point
de commande;
• Les ruptures de stocks constatées constituent un autre motif de demande de
réapprovisionnernent : elles sont signalées généralement par les magasiniers au
gestionnaire de stocks qui déclenche alors une demande de réapprovisionnement avec
l'accord de son supérieur hiérarchique (CDM) sur les quantités;
• Les utilisateurs demandent par note interne, le réapprovisionnement d'articles suite au
traitement fait sur le programme GESTPR ;
• Pour le carburant géré en stock magasin dans les cuves, le réapprovisionnernent résulte
d'un suivi des niveaux par jaugeage quotidien.
Ouvrir une DAM:
Le gestionnaire de stock sur la base de l'un des quelconques motifs énoncés ci-dessus, ouvre une
demande de réapprovisionncrneni magasin ( DAM )duns SIRLOG selon la procédure suivante:
entrée dans SIRLOG
appeler la grille « ACHAT)}
option « APPROVISIONNEMENT»
option « M1SE A JOUR)}
option « ouverture »
saisie des éléments de la DAM
valider avec la touche FI O.
A la validation, le système génère sur la DAM les informations complémentaires, notamment :
numéro D"\M, libellé des articles, étendu, stock existant, paramètre de gestion: point de
commande, stock de sécurité, quantité à commander, historique des consommations des quatre
dernières années et de l'année en cours, les trois derniers prix, unités de compte.
Envoyer la DAM à Mbao :
Le gestionnaire envoie la DAM à Mbao par l'intermédiaire de la navette.

Projet de Fin d'Etudes 75 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance ct plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Arrivage des bons de commande:


Après traitement et transformation de la DAM en bon de commande magasin ( BCM ) ce dernier
est renvoyé au niveau du Site Acides pour notifier le lancement effectif de la commande: on
parlera d'une commande en cours.
Attente l'arrivage des commandes:
L'attente des commandes au niveau du Site Acides correspond au délai de livraison plus le temps
passé au port ou à l'aéroport (commandes étrangères) et le durée du voyage de Dakar il Darou.
Arrivage des commandes:
Les commandes, qu'elles soient en stock ou en imputation directe, sont livrées au magasin dans
les aires de stockage par:
les fournisseurs, pour les commandes locales;
le service Transit, pour les commandes étrangères, affrétant il cet effet des camions
auprès des transporteurs locaux;
les camions du Site, dans des cas de commandes locales ou étrangères.
Commande directe, Informer le demandeur:
Le gestionnaire cle stock reçoit du service Achat un exemplaire des commandes qu'il classe
« commande en cours )J •

."'. la livraison, il en informe le demandeur qui vient procéder il la réception, après quoi il recueille
en décharge sa signature sur la commande.
Réception physique des commandes:
Les réceptions sont effectuées par le magasinier. Il note les écarts sur son registre d'anomalies et
le remet à la fin des opérations de réception, au gestionnaire de stock qui procède il ses
vérifications et en informe l'inventoriste.
Diffuser le journal des arrivages:
Toutes les livraisons de la journée. qu'elles soient en stock ou en imputation directe, sont saisies
au niveau des magasins clans le journal des arrivages. A cet effet, les BL reçus au cours de la
journée som classés au l'ur et mesure clans une chemise par le gestionnaire de stocks. Sur cette
base la saisie est effectuée en fin cie journée par l'agent administratif du magasin.
Le journal édité indique notamment:
les références: numéro de commande, numéro BL :
Désignation secondaire des articles ;
Destinataire: service ou noms clans les cas cie commandes en imputation directe,
Le document est largement diffusé au niveau de la maintenance et à toutes les parties intéressées.
Il offre ainsi une information rapide el constitue une référence pour d'éventuelles vérifications.

Projet de fin u'Etudcs 76 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions [SP/leS 2002/2003

Stocker chaque chose à sa place:


Les articles sont stockés dans des locaux en magasin ou dans des parcs à ciel ouvert selon leurs
caractéristiques.
Les locaux en magasin sont de qualité différente selon les exigences de conservation et / ou de
protection des articles qui y sont stockés. Une logique de stockage sous-tend la distribution
verticale des articles dans le magasin construit en hauteur.
"ali-conformités:
Les non-conformités constatées lors des réceptions sont:
• les surplus de livraison
les surplus facturés: quantité reçue et quantité BL supérieures à la commande
• quantité reçue = quantité BL
• quantité reçue> quantité BL
les surplus non facturés: divers cas de surplus non facturés sont à envisager
• quantité reçue> quantité commandée> quantité BL
• quantite reçue > quantité BL > quantité commandée
• quantité reçue > quantité BL mais quantité reçue < quantité
commandée
• quantité reçue > quantité BL = quantité commandée
• quantité reçue = quantité commandée> quantité BL
• les défauts techniques: ce sont les écarts entre les caractéristiques techniques demandées
et celles qui sont livrées. Ces non-conformités sont diagnostiquées par les services
compétentes comme le BTE ( la préparation, l'inspection ...)

Projet de Fin ci 'Etudes 77


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/res 2002/2003

\1.6. Processus de l'arrêt annuel:


".6.1. L'arrêt annuel:
L'entretien préventif systématique effectué au quotidien ne suffit pas ù assurer totalement la
pérennité des équipements. II permet néanmoins de
• mieux prévoir les travaux d'arrêt annuel sur les installations fixes ct appareils revêtus
• limité la révision annuelle des ensembles mécaniques comme:
agitateurs et réducteurs de cuves d'attaque, bac à pulpe, cuve de délitage ct bac de
; .
stockage.
Pompes à soufre, pompe de circulation acide. tour A ct S, turbo-machine
• Réduire au minimum les travaux sur les tuyauteries et autres équipements de la fusion-
filtration.
• Réduire l'ampleur des travaux de caoutchoutage (surtout sur les bacs à stockage)
En définitive, en plus des travaux cités ci-dessus, l'arrêt annuel doit comporter:
• La visite ct la réparation des parties non accessibles en marche ( four, caisse de
catalyse ... )
• Les opérations imposées par certaines manœuvres de production.
C'est un événement cyclique qui se déroule tous les 12 l S mois; périodicité déterminée sur la
à

base des pertes de charges constatées au niveau de l'atelier sulfurique. La durée de l'arrêt annuel
dépend pour beaucoup de la nature des opérations d'entretien ct production prévue.
Le processus de préparation de l'arrêt annuel se déroule en dix (10) phases essentielles.
note définissant la date et la durée par la direction générale
nomination du responsable de la préparation de l'arrêt;
élaboration du planning de préparation;
listes des travaux en cas darrêt ;
élaboration du planning de mise il disposition;
préparation pour l'achat cie divers fournitures;
préparation pour les commandes cie prestations;
préfabrication avant arrêt;
préparation pour démarrage de l' arrêt.

Projet de Fin d 'Etudes 78 lbrabirrc SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

".6.2. Dichotomie du processus:


• Données d'entrées: (exigences, besoins ... )
Expression du besoin (listes des travaux en cas d'arrêt annuel. )
Planning de l'arrêt annuel;
Stock des pièces de rechange pour l'arrêt annuel ;
Règlements sécuritaires ct environruentaux ;

• Eléments de sorties:
i Disponibilité des de tous les équipements à long terme ;
Rapidité et qualité des prestations;
• Début (fait déclencheur)
Fin de l'arrêt annuel, ;
Ecbéance atteint;

• Acteurs:
Toute la maintenance ct les entreprises extérieures prestataires de service.

• Ressources:
Ressources humaines:
Tout le personnel de la maintenance ( surtout inspecteurs, préparateurs, gestion
administrative, travaux ealorifugeage, peinture), personnelde la sécurité et un
personnel extérieur.
Ressources financières:
L'arrêt annuel a son propre budget. Il est calculé sur la base de prévision des besoins.
Ressources matérielles:
Ressources informationnelles:

• Indicateurs:

Projet de Fin d'Etudes 79 Ibrahim" SECK


~ : de:, - 'ssu lena. - " pl:l,J lion IIC. 1201 _.

Processus de l'arrêt annuel'

Indicateurs'
En terme de
• Coûts
• Délais
• Qualité du service

Données d'entrées: ~""i Eléments de sorties


• Expression du besoin Processus • Résultats
.
';';;

.... ~
...
.
• Exigences du client De l' arrêt annuel • Services rendus
• Règlements sécuritaires ~ Besoins du client
et environmentaux
-~

Ressources: Acteurs:
• Humaines • . Fonctions
• Financières • Métiers
• Matérielles
• Informationnelles

Figure 2.23: Processus de l'arrêt annuel


=====================~---
Projet de Fm d'Eludes 80 Ibrabima SECK
Maîtrise des processusmaintenancect plan d'actions ESP/ICS 200212003

V.6.3. Processus de l'nrrêt annuel:

Fin de l'arrêt annuel

+
Suivi des installations ct préparation
des DT au fur ct à mesure

'"
Nomination du responsable
de la préparation de j'arrêt
...
Convocation de la cellule cie
l'arrèt annuel

+
Elaboration du planning de
préparation

+
Sortir la lisle des travaux
concernant l'arrêt annuel
V
élaboration du planning de
mise à disposition
1,.
Suivre les ON.,,! préparation pour l'achat de
fe+ divers fournitures

+
préparation pour les
commandes de prestations
..Jr
préfabrication avant arrêt

V
préparation pour démarrage
de l'arrêt.

Figure 2.2~: logigr:lInme Processus de l'urrêt annuel

Projet de Fin d' Etudes 81 Ibrahim. SECK


Maîtrise des processus maintenance er plan d'actions liSP/les 2002/2003

\'.6.4. Description des activités du processus:


Fin de l'arrêt annuel:
La fin d'un arrêt annuel constitue le début de la préparation d'un autre arrêt annuel.
Nomination du responsable de la préparation de J'arrêt:
Le chef du BTE est le responsable attitré de la préparation de l'arrêt annuel. Il est tenu de
s'entourer de toutes les compétences nécessaires. L'équipe qu'il constitue comprend:
un préparateur pour le lotI;
un préparateur pour le lot2 ;
un préparateur pour l'ordonnancement;
un préparateur pour les rechanges;
un préparateur pour l'électricité;
un préparateur pour l'instrumentation.
Les chefs des ateliers Electricité et Régulation et Garage gèrent directement la préparation pour
ce qui les concerne.
Elaboration du planning de préparation:
le chef du BTE établit un planning de préparation dans lequel toutes les phases sont planifiées
" dans le temps
Listes des travaux en cas d'arrêt:
la liste des travaux est établie à partir d'une synthèse des éléments suivants:
le dossier de l'arrêt annuel précédent;
le rapport d'inspection;
le programme d'investisscment ;
les listes des travaux établies par tous les secteurs;
les travaux synthétiques;
La liste des travaux ainsi établie est révisée au moins tous les deux mois. Les travaux
synthéuqucs sont ceux prévus dans le programme d'entretien systématique ct dont la périodicité
est annuelle.
Elaboration du planning de mise à disposition:
La mise à disposition consiste à indiquer pour chaque section, sous section et équipements, les
différents manœuvres prévues et leur durée; tout le dispositif devant être bouclé dans le temps de
larrèt. Le planning de mise à disposition est établi par le chef de département production.
Préparation pour l'achat de diverses fournitnres :
Les fournisseurs nécessaires à l'arrêt doivent être prévus suffisamment à J'avance compte tenu
des délais de mise à disposition qui sont parfois long. L'objectif étant la disponibilité intégrale

Projet de Fin d'Etudes 82 lbrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

des moyens humains el matériel il la veille de l'arrêt. La préparation pour les achats de fourniture
constitue donc une phase primordiale.
les différents préparateurs en fonction des travaux prévus établissent des demandes
d'achat de fournitures.
Le magasinier établit les demandes d'achat magasin (DAM) en fonction des
demandes de réapprovisiounemcnt reçues et des historiques de consommation.
L'agent d'ordonnancement effectue un balayage des stocks pour des compléments

L_
, éventuels.
Cette phase de préparation est également régulée par le chef du BTE qui définit clairement le
planning d'crablissernent des demandes d'achat et de passation des commandes,
La priorité est donnée aux fournitures qui nécessite cles délais longs. Le chef de département fait
de même en ce qui le concerne.
Les chefs de chantiers des entreprises extérieures pressenties sont impliqués durant toute cette
phase pendant au moins cieux mois.
Préparation pour les commandes cie prestations:
La préparation pour commande de travaux n'est entamée qu'après définition des besoins en
fournitures. Pour cette phase, le chef du BTE établit un planning détaillé allant de l'élaboration
des cahiers des charges à la passation des commandes.
Les commandes de prestation concernent essentiellement:
le sablage et la peinture;
le calorifugeage ;
échafaudage;
dépose et pose;
location d'engin de manutention et cie matériel clivers.
Quant il la location de personnel, la priorité est donnée aux journaliers. Le complément de main-
d'œuvre est assuré par la « régie»
Préfabrication avant arrêt:
Les préfabrications avant arrêt font l'objet d'un planning détaillé par le BTE, l'objectif étant de
disposer de tous les éléments qui peuvent être préfabriqués avant l'arrêt.
Préparation pour démarrage de l'arrêt. :
A cette étape le chef cie département maintenance (CDM) diffuse la note d'organisation détaillée
du suivi des travaux de l'arrêt.

Projet de Fin J'Etudes 83 Ibrahima SECK


i .'

l. •

l1lI

~tre 3
Critiques de l'existant et plan d'actions .
._,

. !
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actIOns ESP/ICS 2002/2003

1. Critique de l'existant:
1.1. Les exigences de la Norme par rapport à la maîtrise des processus:

• La norme demande des procédures écrites définissant les pratiques de maintenance,


l'organisation de la fonction maintenance ainsi que les missions du personnel affecté à ces
services.

, • Les équipements utilisés par la fonction production et maintenance doivent être définis.
::-'~ : ..
Leur utilisation doit parfaitement correspondre à leur objet.

, • Assurer que les pratiques de maintenance et les équipements utilisés respectent les normes
" en vigueur (sécurité, environnement. .. ).

• La norme demande d'enregistrer des valeurs représentatives du processus de maintenance


, j
'. (temps d'intervention, nombre de DT traitées ... ) dc l'état des biens maintenus, des
résultats obtenus et de les analyser afin de corriger ou de prévoir les dysfonctionnements
1 ou non-conformités potentiels

• Les équipements sur lesquels ou avec lesquels intervienne la fonction maintenance


"' doivent être qualifiés s'ils ont une incidence sur la qualité. L'assurance que les
équipements sont conformes de manière permanente à leur définition de départ doit être
démontrée. l'our les équipements neufs, la maintenance doit participer à la réception d'un
état technique et fonctionnel.

• Les modes opératoires pour réaliser les opérations de maintenance doivent être d'écrits

,
sur des fiches d'instructions simples et claires il J'aide d'illustrations ou (out autre moyen
1
l favorisant la communication.

• Les équipements doivent être vérifiés périodiquement et maintenu dans son étut spécifié.

• Certains processus doivent être pilotés par des opérateurs qualifiés et par conséquent, le
personnel affecté à la maintenance doit avoir une compétence et une formation suffisantes
pour utiliser ces équipements.

Projet de Fin d'Etudes 84 Ibrahima SECK


Sfalrrise des processus maintenance et plan dacuons EsP/rcs 2002/200]

L2. Les points forts et les points faibles de la maintenance:


L'identification des processus de maintenance nous a permis de détecter les points forts et les
points faibles dans les processus maintenance.
Les points forts:
• Effort d'amélioration dans la traçabilité des interventions;
• Fort Savoir-faire, basé sur une expérience de longue date;
1
L
• Planning du préventif identifié;
• Rareté de pannes entraînant un arrêt de la production;
les points faibles:
• Surcharge de travail permanente
• Décalage entre les moyens opérationnels du site et les ressources disponibles,
qualifications non optimisées;
• Absenee de formation continue réelle et besoin en formation complémentaire des agents
non satisfaits ;
• Respect des exigences documentaires non effectif (travaux commencés avant DT et avis
de réception travaux en décalage avec mise en service effective) et perte de traçabilité des
interventions;
• Contrôle de fin de travaux non complet du fait du charge de travail élevée;
• Besoins en équipements informatiques non satisfaits (des efforts sont entrain d'être fait)
• Retours sur intervention fréquents;
• Circuit de validation/approbation (visas) lourd (9 visas pour la fiche d'intervention visite
ou la fiche dépose/pose) ;
• Trop de documents en circulation, ce qui dilue les éléments importants à exploiter;
• Déficience dans la préparation et le partage des informations sur l'Arrêt annuel;
• Absence de mesure réelle de l'efficacité des travaux de maintenance (nombre de reprises,
délais de reprises)
De même chaque service et atelier présente ses propres points forts et points faibles, ainsi nous
aurons pour :

Projet de Fin J'Etudes 85 lbrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

1.2.1. Service BTE :


Les points forts:
• Réflexion entamée pour l'organisation des interventions d'entretiens périodiques;
• Bonne connaissance des équipements du site Acides;
• Disponibilité effective des équipes BTE pour les demandes de la production;
• Formalisation réelle (mémoire technique) ;
• Volonté d'amélioration de l'organisation et de maîtrise des opérations périodiques;
les points faibles:
• Non-respect des plannings de préparation c1es opérations d'entretien périodiques;
• Absence de définitions précises ct claires du périmètre d'action entre les interventions cl
les entretiens courants ( fiche de poste)
• Forte sollicitation de la production entraînant des perturbations sur les plannings
d'en tretien ;
• Insuffisance des fonctionnalités de SIRLOG dans l'appui organisationnel pour la gestion
des opérations BTE ;
• Absence d'outils informatiques de suivi et de programmation des opérations d'entretien
courant et périodique (Ordonnancement de la liste de travaux à la main pour cause de
déficit de PC) ;
• Faiblesse des ressources opérationnelles, manque de cadres intermédiaires pour la prise en
charge effective de toutes les activités par section;
• Manque de préparateurs pour la couverture de toutes les demandes;
• Absence de créneaux de formation planifiee au sein du BTE pour diversifier les
connaissances en mécanique, électricité, chaudronnerie;
• Rôle opérationnel de l'encadrement intermédiaire prenant le pas sur le rôle de
management;
• Besoins en formation en informatique non satisfaits;
• Absence de clôture .systéruatique des DT non clôturés (d'où relances continues sur
système par le responsable des travaux / Ordonnancement)

Projet de Fin d'Etudes 86 Ibrahima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPI!CS 200212003

1.2.2. Service intervention:


Les points forts:
• Large domaine d'intervention;

• Coordination j ournalière des travaux;


• Établissement de planning prévisionnel des interventions;
• Existence d'indicateurs suivis: taux de réalisation (fluctuation entre 30 et 60%), taux cie

, disponibilité des équipements, Facteur Utilisation du Temps, suivi des coûts mensuels des
," , interventions
les points faibles:
• Gestion de l'activité pilotée par l'urgence;
• Forte pression en terme de délais ayant un effet négatif sur l'organisation et un temps de
présence élevé pour répondre aux demandes;
• Insuffisance de la fonction préparateur, fondamentale pour optimiser le temps
diruervention ;
• les activités depréparations réalisées par le service intervention ont une incidence sur la
gestion du temps consacrée aux interventions;
• Insuffisance dans la préparation des arrêts annuels;
• Faiblesse clans la coordination BTE et autres ateliers;
• Suivi partiel des règles cie traçabilité intervention réalisée avant l'émission de la DT et
transmission du formulaire cie réception bien après la remise en service;
• Formation continue insuffisante 1 Besoins non satisfaits;
• Formations (séminaires) effectuées non adaptées et insuffisants;
• Baisse de la prise en charge de la sécurité;
• Conflit charge de travail et respect des consignes sécurité;
• Non-application du briefing sécurité quotidien;
• Besoin de centrer les efforts sur la formation sécunté de l'encadrement (CM et CE : ils
sont les pilotes des équipes et ont l'autorité pour faire appliquer les consignes)
• Revalorisation clcs fonctions insuffisantes (démotivation) ;

Projet de Fm cl 'Etudes 87 Ibrabima SECK


Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESPlICS 2002/2003

I.2,3.Atefiel' électrique:
Les points forts:
• Effort de planification et de suivi des travaux quotidiens;
• Coordination interne mise en œuvre quotidienne;
• Suivi d'indicateurs de performance: quantité d'intervention et coûts des interventions
• Effort sécurité pour le port des EPI;
• Suivi et respect des procédures de consignation;
• Bonne condition de travail et propreté des locaux pendant travaux;
les points faibles:
• Manque de formalisation de l'organisation interne ;
• Fort taux d'opérations en urgence "pompier" avec pression en terme de délais
(précipitation) ;
i
- ..J • Plan d'action annuel d'entretien partiellement réalisé ( environ 50%) ;
• Manque cie définition claire des postes et des missions;
• Manque de coordination au sein du BTE entre travaux mécaniques et électriques
[ Rattachement différent lors de l'arrêt annuel pour le service électricité (non géré par le
BTE)]
• Absence de définitions de missions et d'objectifs définis pour l'atelier et de façon
individuelle;
• Données issues de la documentation non à Jour ( d'où un travail de préparation
inefficace;
• Manque de discipline pour mise àjour des plans;
• Problème majeur de traçabilité de l'historique des interventions;
• Manque d'information ct de concertation clans l'organisation cie l'arrêt annuel) ;
• Manque de préparateurs (cumul les fonctions de préparation des travaux courants et
préparation de l'arrêt annuel) ;
• Gestion et suivi en retard des habilitations;
• Formation sécurité partielle, en partie sur Ic tas (même pour la consignation, agents non
encore habilités) ;
• Non-respect des consignes par les autres intervenants (ex salle électrique traversée par
des équipes non électriciens) ;

Projet de Fin d'Etudes 88 Ibrahima SEeK


Maîtrise des processus ruaintcnance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

-1
1.2.4. Arrêt annuel:
!
Les points forts:
• Effort de préparation et de capitalisation;
• Expérience forte des anciens sur ces périodes;
les points faibles:
• Préparation peu optimisée (nombre de préparateurs et temps consacrés aux AA
insuffisants)
• Information et communication sur la planification tardives;
• Charge de travail supérieure aux capacités des équipes;
• Encadrement des journaliers et des entreprises extérieures insuffisant;
• Capitalisation faible et insuffisante;
• Planification peu claire des arrêts;
• Qualité des prestataires inégale;
• Nombre de prestataires pléthorique, ce qUI engendre un trop grand nombre
d'interlocuteurs ct de responsables;
• Assistants techniques expatriés nécessitant un encadrement rapproché;
1.2.5. Ateliers centraux - Atelier mécanique:
Les points forts:
• Forte compétence liée à l'ancienneté dans la fonction;
• Effort de traçabilité sur des cahiers en plus des fiches de réparations;
les points faibles:
L • Absence d'outils d'aide pour un suivi de la révision du nombre très important d'appareils
( environ 500) ;
• Surcharge d'activité, pression sur les délais et perte de qualité de prestation
• Absence de formation continue malgré l'évolution des équipements (ex: intervention sur
nouvelle turbine)
• Intensité des astreintes périodiques;
• Gestion documentaire non respectée : les demandes de travaux ne sont pas faites par le
demandeur au BTE, 80% des demandes de travaux sont faites par l'atelier
• Absence de suivi des historiques d'interventions (historique quasi nul, les fiches de
réparations ne sont plus renseignées)
• Déficit en équipements informatiques;
• i\-lanque de capitalisation des réparations répétitives;

Projet de Fin J'Etudes 89 Ibrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 20112/2003

• Absence d'actions de prévention spécifiques sur les équipements les plus coûteux ou les
plus importants pour la qualité du produit;
• Suivi de l'arrêt partiel non suffisamment formalisé pas de réunion d'analyse et de
capitalisation;
• Niveau de qualification tiré vers le bas (embauche de débutant)
n 1.2.6. Atelier entretien matériel roulant (Garage) :
"

Les points forts:


• Couverture totale des différents besoins d'entretien (production, maintenance, Personnel) ;
• Effort de planification des interventions sur les matériels roulants ;
les points faibles:
• Forte part de personnel temporaire dans les ressources opérationnelles;
• Risques par rapport il la pérennité dans le suivi des interventions liées aux ressources
temporaires;
• Absence de fonction d'aide (préparateur) ou d'outils d'aide pour la préparation et le suivi
des interventions;
• Insuffisance d'historique d'intervention sur le matériel;
• Impossibilité de maximiser les arrêts annuels pour effectuer les révisions requises du fait
du faible volume du parc manque de communication et cie respect cles plannings
d'immobilisation cles matériels roulants;
• Conditions de travail non idéales (ouverture vers l'extérieur ct face aux vents) d'où risque
par rapport au matériel;
• Faible synergie avec la mine pour les besoins de formation;
J.2.7, Service électricité et régulation:
Les points forts:
• Volonté de s'organiser de façon plus performante;
• Gestion d'une base de donnée du parc d'équipement;
• Équipements recensés identifiés et testés;
• Fichier de suivi cles interventions;
les points faibles:
• Absence cI'outil d'aide au SUIVI du parc important d'équipements (près cie 2500
équipements) ;
• Maîtrise partielle de l' étalonnage (étalonnage initial non renou velé) ;
• SOIIS effectifchrOIli{]Jle'
Projet de Fin dErudes 90 lbrahima SECK
Mairrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 200212003

• Baisse de la qualité des interventions


• Attente sur une meilleure visibilité cie l'organisation et des fonctions (CM, CE ct
préparateur) ;
• Lourdeur du système documentaire il gérer;
• Faiblesse en équipements informatiques (partage d'une seule imprimante avec
collègues) ;
• Formation continue défaillante;
• Manque de confiance dans la démarche séeurité ;
• Exiguïté des locaux; mais des efforts sont entrain d'être fait à ce niveau,
1.2.8. Service gestion des stocks:
Les points forts:
• Bonne maîtrise de SIRLOG par le Responsable des stocks et magasin: administrateur du
SIRLOG (utilise tous les modules de SLRLOG)
• Gestion des imputations budgétaires prise en charge par SIRLOG et correction au besoin
par le responsable des stocks;
• Procédures écrites: réception, contrôle, distribution;
• Peu de ruptures de stocks entraînant un arrêt ou un ralentissement de la production ;

les points faibles:


• Importante charge de travail administratif accompagnée d'une faible disponibilité en
ressources (demande d'assistants)
• Taux de rebuts important dû il la quantité du stock de matériel périssable (consommable)
et il des conditions de stockage non optimales (poussière, etc.) ;
• État de propreté du magasin non satisfaisant lié à la proximité du site de production
(matériel de nettoyage non adapté) ;
• Volume très élevé des stocks;
• Règles de gestion des stocks non mises en application (stock minimum, catégorie A, B, C,
suivi rotation, ... )
1.2.9. Service Approvisionnements:
les points faibles:
• Lenteur clans le traitement des achats liée à la gestion par le service Achats de Mbao
(Seuls les achats au comptant de moindre valeur sont pris en charge par le site)
• Lenteur du traitement des avis de réserve par les fournisseurs en cas de réception non
conforme

Projet de Fin d'Etudes 91 Ibrahima SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

• Retard au niveau de la réception entraînée par le groupage des commandes (Mbao ou


Mine) ou par des erreurs de livraison ou des livraisons partielles;
• Suivi et relance des commandes peu actifs;
• Délais de réapprovisionnements quelques fois trop longs (supérieurs à 2 mois)
• Relance et suivi des commandes pas suffisamment efficaces (rôle de Mbao / site)
• Difficultés d'approvisionnements sur du matériel courant (fusibles ou autres équipements
mineurs pouvant bloquer la production, gestion des tableaux des pièces en attente par
l'atelier) ;
• Élat d'esprit de "sur commandes" pour éviter les ruptures;
• Manque de respect des délais d'approvisionnements avec incidence sur les gros chantiers
(ex. Arrêts périodiques) ;

II. Recommandations
• Définir les missions et décrire les fiches de poste.
• Former les nouveaux aux exigences de traçabilitè.
• Démultiplier la fonction préparation.
• Mobiliser une animation dynamique pour la sécurité.
• Mettre en place des fiches ou un outil de gestion des stocks (pour chaque référence, le
stock initial, le stock minimum, le stock d'alerte et un suivi il chaque sortie).
• Former le personnel aux règles de gestion de stock applicables.
• Définir pour chaque référence le stock minimum et le stock de déclenchement de la
commande.
• Définir un processus de déclenchement des commandes en tenant compte des délais
internes (Site Acides - Siège).
• Valider une nouvelle procédure de commande tenant compte des règles de stocks
(d'alerte) et des délais.
• Établir un tableau des conditions Générales de Service (délai, période de commande, délai
de livraison et d'acheminement, ... ) il partir des historiques.
• Finaliser les recrutements.
• Définir les ressources nécessaires: compétences, équipements informatiques système
d'infonnation.
• Associer un plan de formation en liaison avec les missions définies.
• Définir un module de formation interne aux documents applicables en maintenance.
• Former-de façon systématique tous les nouveaux.

Projet dt' Fin d'Etudes Ibraluma SECK


Maitrise des processus maintenance et plan d'actions rsrvrcs 2002/2003

• Évaluer de façon hebdomadaire tous les manques de traçabilité rencontrés, analyser les
causes et mettre en place un groupe cl 'amélioration.

• Mettre en place des moyens de suivis des temps et traiter les données.
!... ,
• Renforcer la fonction préparation.
• Améliorer la mise à disposition des ressources face à la charge de travail.
• Choisir des indicateurs pertinents pour le suivi des performances.
\

11.1. Plan d'action:


Le plan d'action répond à un besoin de maîtrise des processus maintenance. Il permet à chaque
service ou atelier de la maintenance de :
se mettre en place dans le système cie management qualité pour une maîtrise des
processus clés, pour une synergie et une acceptation de la démarche.
De traduire la maîtrise des processus recherchée par des indicateurs de pilotage
clairs, concis et concrets en s'appuyant sur des outils et système d'information
efficaces.
Mener ce projet en cohérence avec les enjeux et recommandations stratégiques du
Site Acides.
Le plan d'action formalise par écrit comment les objectifs seront atteints, dans quels délais et qui
pilotera chaque action.
Il faut noter que les pilotes des processus ont été déjà nommé et ont subi une formation sur les
nonnes ISO 9001 version 2000. En plus nous venons de faire l'identification des processus, par
conséquent le pbn d'action commencera à partir ciu mesure des processus.

Projet de Fin d'Etudds 93 Ibrahima SECK


Maitrise des processus maintenance el plan d'aeriens ESPlICS 2002/2003

nL!. Plan d'action diagramme de Gantt


Août septembre octobre novembre Décembre janvier février Mars Avril
2003 2003 2003 2003 2003 2004 2004 2004 2004
i
!.
Action 1 .... 1"
...
'-' 1Action 2 1 ~ ... 1

....
Action 3 ... ..
~

Action 4 .... • •• • - - - .-

Action 5
..
..... ...
ho

1
1

........
~
1 . 6
Action
1
1 ...
. ,,

Ft! A

....
~
.
-~

--1- ... ho
1 Action 8
1

t,ion 9
A

... ..
~

~-

Projet de fin d'Etudrs 94 Jbrahnna SECK


'\faiuise des processus maintenance et plan d'ucuons [SPires 2002/2003

HU. Actions

--~+----------------_.I------------l
Nom Actions Acteurs

Aerien 1 Documenter les processus Pi Iole du processus

Action 2 Informer le personnel sur les processus Responsable qualité + pilote du


processus concerné
Action 3 Former le personnel sur les normes ISO 9001 pour Responsable qualité
qu'il comprend l'avantage de la démarche

Action 4 Apporter des actions correctives sur les Chef du département


dysfonctionnements constatés lors du diagnostic. maintenance + pilote du
processus
Action 5 Choisir et formaliser des indicateurs de Chef du département
performance pour chaque service. maintenance + pilote du
._-~

processus
Action 6 Suivre hebdomadairement (pour le début) les Chef de service et / ou chef
indicateurs avec rigueur. d'atelier + pilote du processus

Action 7 Fiabiliser les informations et les données pour la Tous le personnel est concerné
nouvelle GMAO.

Action 8 Mesurer les processus ( établir des tableaux de Chef de service et / ou chef
bord avec des indicateurs mesurant la satisfaction d'atelier + pilote du processus
des clients, des indicateurs de maîtrise des
processus, des indicateurs relatifs au coût.)

1 Action 9 Améliorer les processus ( action correctif") Chef de service et / ou chef


d'atelier + pilote du processus

Action 10 1 Audit de certification Responsable qualité + comité


de pilotage / direction
1 '-- ~

Projet de F\n d'Etudes 95 Ibraliima SECK


\

, '

, 1 1

, j

~ ONCLUSION

1 i

- l,
Maîtrise des processus maintenance et plan d'actions ESP/ICS 2002/2003

Conclusion:
Le diagnostic réalisé avec les quelques acteurs de la maintenance que nous avons rencontré au
,
nivea~ du Site Acides nous a permis de recueillir les avis des uns et des autres par rapport à la
nouvelIe démarche qualité initié par la direction. Ces informations engrangées permettent de
conclure que pour qu'une démarche qualité puisse fonctionner et réussir avec sucée, il faut
impérativement intégrer dés le début le facteur homme ( ou la dimension humaine) dans le
démarche de ce projet. De ce fait la direction doit mettre les moyens nécessaires pour attirer
j'attention du personnel et par la même occasion acquérir son adhésion. Leur faire comprendre
que cette démarche est un moyen de les soulager dans leur travail. Parce qu'en tout état de cause
les hommes sont ceux qui pilotent et exécutent les processus.
Un autre aspect, dans les facteurs que nous pensons être les leviers à actionner pour assurer la
maîtrise des processus est sa mesure par des indicateurs de performance. Les indicateurs ne sont
pas souvent suivis, sont souvent mal choisis et par fois sont inexistants au niveau dc certains
ateliers. Ce manque de rigueur dans Je choix et le pilotage des indicateurs entraîne beaucoup de
non-conformités, donc implique des coûts de non-qualité. Ce qui est cn port à faux avec les
objectifs du Site Acides, qui sont de réduire les coûts de la production. De même notre séjour sur
le Sile nous a permis dc constater la légèreté dont la maintenance est gérée tant au point de vue
du respect des plannings qu'au niveau du suivi. Oc cc fait nos recommandations doivent être
toutes mises en pratique à travers le plan d'action proposé.
L'identification des différents processus est Je point de départ de toute organisation qui veut sc
lancer dans la démarche de management qualité. Elle a permis de détecter des
dysfonctionnements au niveau de chaque service.
Ce rapport se veut donc d'être la base de travail du pilote des processus de maintenance. Pour
obtenir à la fois la certification et une performance plaçant l'entreprise parmi les meilleures de
sa catégorie, il faut développer correctement sa stratégie et prendre le temps de construire une
base sur laquelle ISO 9001 puisse se développer ct être utile.

Prejet de Fin d'Etudes 96 Ibruhima SECK


Annexes 1
bwwcgP;IiW2tHM'Hri H NNi**êtW# " 84€@M!!f'4i1Slt.!N?iiti &îî#fijII

Terminologie de la qualité.
~ ~. - ,

Annere 1: TenninoJogie de la qualité ISO 9000 ESP/ICS 2002/2003

Annexe 1: Terminologie de la Qualité ISO 9000: [4]

Les termes définis ci dessous ct utilisés cn management de la QUALITE sont présentés dans

J'ordre de la liste suivante:

1. QU.-\LITE

2. EXIGENCE

3. S'l'STElvIE DE IvlANAGEMENT

.J. }'L-\NAGEMENT DE LA QUALITE

5. SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

6. POLITIQUE QUALITE

7. PLANIFICATION DE LA QUALITE

8. ASSURANCE DE LA QUALITE

9. EFFICACITE

10. PROCESSUS

11. PROCEDURE

12. NON CONFüRt\1ITE

13. DEFAUT

14. ACTION CORRECTIVE

15. ACTION PREVENTIVE

16. CORRECTION

17. DEROGATION

18. SPECIFICATION

19. Iv!ANUEL QUALITE

20. PLAN QUALITE

21. CONTROLE

22. AUDIT QUALITE

23. CRITERES D'AUDIT

Projet de Fin d'Etudes Ibrahirna SECK


Annexe 1: Terminologie de la qualité ISO 9000 ESP/!CS 200212003

I. Qualité (étymologie; latin QUALIS = Tel Quel)

Dictionnaire LAROUSSE

Manière d'être, bonne ou mauvaise, d'une chose.

Dictionnaire ROBERT

Manière d'être, plus ou moins caractéristique (individu, chose).

ISO 9000 ; Qualitê

Aptitude d'un ensemble des caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences.

:-- Notes

1. dans une situation contractuelle ou dans un environnement réglementé tel que le domaine

de la sécurité nucléaire, les besoins sont spécifiés, tandis que dans d'autres, il convient

d'identifier et de définir les besoins implicites.

~ dans de nombreux cas, les besoins peuvent évoluer avec le temps; ceci implique la revue

périodique des exigences pour la qualité.

3. les besoins sont habituellement traduits en caractéristiques avec des eritêres spécifiés (voir

exigences pour la qualité). Les besoins peuvent inclure, par exemple, des aspects de

performance, de facilité c1'emploi, de sûreté de fonctionnement (disponibilité, fiabilité,

maintenabilité), de sécurité, des aspects relatifs à l'environnement, des aspects

économiques et esthétiques.

4. il convient que le terme « qualité» ne soit utilisé isolément ni pour exprimer un degré

d'excellence dans un sens cornparatiJ: ni pour des évaluations techniques dans un sens

Projet de Fin d'Etudes II lbrabima SECK


ESP/ICS 2002/2003

quantitatif Pour exprimer ces deux sens, il est bon qu'un qualificatif soit utilisé. Par

exemple on peut employer les termes suivants:

« Qualité relative» lorsque les entités sont classées en fonction de leur degré

d'excellence ou d'une manière comparative (à ne pas confondre avec classe),

« niveau de qualité» dans un sens quantitatif (tel qu'employé dans le contrôle

par échantillonnage) et « mesure de la qualité »lorsque les évaluations

techniques précises sont effectuées.

5. l'obtention d'une qualité satisfaisante implique l'ensemble des phases de la boucle de la

qualité. Les contributions à la qualité de ces différentes phases sont partais considérées

séparément pour les distinguer; par exemple, qualité clue à la définition des besoins,

qualité due à la conception du produit, qualité due à la conformité, qualité due au

soutien du produit tout au long de son cycle de vie.

6. dans certains textes existants, on identifie la qualité à l'aptitude à l'usage, ou à l'aptitude

à l'emploi, ou à la satisfaction du client ou à la conformité aux exigences. Ces notions ne

représentent que certaines facettes de la qualité, telle que définie ci-dessus.

2. Exigence

besoin ou attente formulés, habituellement implicites ou imposés.

3. Système de management de la qualité

système (ensemble d'éléments corrélés ou interactifs) permettant d'orienter et de contrôler un

organisme en matière de qualité.

-l. Management de la qualité

activités coordonnées permettant d'orienter et contrôler un organisme en matière Je qualité.

Projet de Fin d'Etudes [JI Ibrahima SECK


Annexe 1: Terminologie de la qualité ISO 9000 ESP/ICS 2002/200,

Notes

Le management de la qualité inclut généralement: l'établissement d'une politique qualité ct des

objectifs qualité, la planification de la qualité. la maîtrise de la qualité, l'assurance de la

qualité et l'amélioration de la qualité.

5. Politique qualité

orientations et intentions générales d'un organisme relatives à la qualité, telles qu'elles sont
_____ ~ Note

La politique qualité est généralement cohérente avec la politique générale cie l'organisme et

fournit un cadre pour fixer des objectifs qualité.

6. Planification de la qualité

partie du management cie la qualité axée sur la définition d'objectifs qualité et la spécification des

processus opérationnels et des ressources afférentes, nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Notes

La planification cie la qualité peut recouvrir:

1. La planification pour un produit: identification, classification et pondération des

caractéristiques relatives à la qualité, ainsi qu'établissement des objectifs, des exigences pour la

qualité et des contraintes.

2. La planification de management et opérationnelle; préparation de la mise en œuvre du

système qualité comprenant l'organisation ct le calendrier.

3. L'élaboration de plans qualité et la prise de dispositions pour l'amélioration de la qualité.

Projet de Fin d'Etudes IV lbrahima SECK


Annexe 1: Terminologie de la qualité ISO 9000 ESI'/ICS 2002/2003

7.Assurance qualité

Partie du management de la qualité visant à confiance en ce que les exigences pour la qualité

seront satisfaites.

S. Efflcacité

Niveau de réalisation des activités planifiées et c1'obtention des résultats escomptés.

9.Efficience

Rapport entre le résultat obtenu et les ressources utilisées.

10. Processus

Ensembles d'activités corrélées ou interactives qui transforme des éléments d'entrées en éléments

de sortie.

l l.Procédure

Manière spécifiée d'effectuer une activité ou un processus.

12 "'on conformité

Non satisfaction à une exigence.

13. Défaut

Non satisfaction d'une exigence relative à une utilisation prévue ou spécifiée.

1... Action corrective

Action visant à éliminer la cause d'une non-conformité , ou d'une autre situation indésirable

détectée.

Projet de Fin d'Etudes v Ibrahirua SECK


Annexe 1: Terminologie de 1. qu.lité ISO 9000 ESI'/ICS 2002/2003

Notes

1. Il peut y avoir plusieurs causes a une non-conformité.


2. Une action corrective est entreprise pour empêcher la réapparition alors qu'une action

préventive est entreprise pour empêcher l'occurrence.

15. Action préventive

Action visant à éliminer la cause d'une non-conformité potentielle ou d'une autre situation

potentielle indésirable.

16. Correction Action visant à éliminer une non-conformité décelée.

i'

17. Dérogation

Autorisation d'utiliser ou de libérer lin produit non-conforme aux exigences spécifiées.

1S. Spécification

Document formulant des exigences.

19. Manuel qualité

Document spécifiant le système qualité de management de la qualité d'un organisme.

20. Plan qualité


, ,
Document spécifiant quelles procédures ct ressources associées doivent être appliquées par qui et

quand à un projet, un produit, un processus ou contrat particulier.

21. Contrôle

Evaluation de la conformité par observation ct jugement accompagné si nécessaire de mesures,

d'essais ou de calibrage.

Projet de Fin d'Etudes VI Ibrahim. SECK


Annexe 1: Terminologie de la qualit61S0 9000 ESP/ICS 2002/2003

72. Audit

Processus méthodique, indépendant et documenté permettant d'obtenir des preuves d'audit et de

les évaluer de manière objective pour déterminer dans quelle mesure les critères d'audit sont

satisfaits.

24. Critères d'audit

Ensemble de politiques, procédures ou exigences utilisées comme référence.

Projet dl? Fin d'Etudes VII Ibrahim" SECK


Annexes 2
'fW1fi RiMi f fl®W'@tM'*"flA14 M,MS b'WttPMM*W±, i JffîN?"iW

Questionnaires servant à la collecte des données lors du


diagnostic.
Annexe 2: Questions posées lors des entretiens Esr/ICS 2002/2003

Annexes 2: Questions posées lors des entretiens

Questions posées au chef de département:

.:. Les objectifs de la production occupent quelle place pour la maintenance ?


.:. Que] est Je niveau d'adaptation de la maintenance face à l'évolution de la technologie?
.;. Y'a t-il un plan de formation pour améliorer les compétences du personnel?
.;. Quelles en sont les grandes lignes?
.:. Quel est l'impacte de la maintenance sur la sécurité, la sClreté et I'environnerncnt ?
.:. Quelles sont les orientations générales adaptées par la maintenance pour l'évolution de
l'entreprise?
.;. Quelle est la contribution de la maintenance dans l'amélioration de la productivité ct au
prix de revient 0
.:. Quelles sont les stratégie de la maintenance par rapport au type d'équipements et de la
situation 0

.:. Concernant l'automaintenance, quelle est l'option du département: faut-il faire pratiquer
l'uutcruaintenance par les exploitants ou par les mainteneurs?
.;. Quelles sont les axes de progrès du departement 0

.;. Quels sont les indicateurs du département '?


.;. Quelle est l'organisation interne de la maintenance?
.:. Quelle est l'organisation externe de la maintenance, c'est il dire avec les autres
départements et service de l'entreprise?
.:. Quelle est l'organisation des flux d'information?
.:. Quelle est l'organisation de la communication en interne de la maintenance?
.;. Comment sont réparties les taches?
.:. Comment sont réparties les responsabilités?
.;. Comment sont répartis les moyens?
.;. Quel est le type de structure du département de la maintenance, je veux dire par là est ce
une maintenance centralisée, répartie ou mixte?

Projet de Fin d'Etudes Ibrahima SECK


"

Annexe 2: Questions posées lors des entretiens ESP/ICS 2002/2003

Questions posées aux chefs de service et chefs d'atelier:


.;. Quelle est la part cIe mission de votre service ( ou atelier) dans la maintenance?
.;. Quels sont tes objectifs de votre service?
.:. Quelles sont les activités réalisées par votre service?
.:. Quels sont les indicateurs qui permettent de suivre les performances ?
.:. Quelle est l'implication de votre service dans les processus maintenance?
.:. Avez-vous des tableaux de bord qui permettent de voir l'évolution de ces indicateurs?
.:. Quelles sont vos missions et vos responsabilités?
.:. Quels les moyens dont vos disposés?
.:. Ces moyens sont-ils suffisants? •
•:. Quelles sont les missions de vos collaborateurs?
.:. Quels sont les moyens que vous mettez à leur disposition et quels sont les objectifs
que vous leur fixez, en terme d'efficacité et cie délais?
.:. Les fiches cie poste sont-elles diffusés?
.:. Quels sont les problèmes rencontrés au niveau:
des interfaces
du fonctionnement du service
du personnel
.:. Quels sont vos clients internes? Leur exigence et leur besoin?

Projet de Fin d'Etudes II ibrahlma SECK


Annexe 2: Questions posées lors des enirenens ESPilCS 2002/2003

Questions posées aux emploYés de la maintenance:


.:. Est vous au courant de la nouvelle démarche qualité initiée par la direction?
.:. Par quel moyen ères-vous au courant?
.:. Comment comprenez-vous cette politique qualité?
.:. Depuis lors ce là a t-il un impacte sur votre manière de travailler?
.:. Quelles sont les tache qui vous sont assignés?
.:. Où commencent et où s'arrêtent vos responsabilités?
.:. Y'a t-il une préparation du travail avant toute exécution?
.:. Que pensez-vous de votre volume dc travail ?
.:. Des moyens nécessaires sont-ils mis à votre disposition?
.:. Ces moyens sont-ils suffisant?
.:. Qu'est qui n'existe pas et qui devrait existcr?
.:. Quelle est la fréquences des pannes? et le taux de pannes?
.:. Les historiques sont t-elles analysées pour faciliter les éventuelles réparations?
.:. Comment sont fait les analyses?
.:. Avez-vous des relations avec les autres service de la maintenance dans le cadre votre
travail?
.:. Quels sont les problèmes rencontrés au niveau des interfaces?
.:. Quels sont les dysfonctionnement organisationnels et technique, toujours au niveau
des interfaces?
.:. L'innovation et la créativité sont-elles permises ?

\
.:. Y'a t-il des précautions qui tiennent compte de l'environnement?
.:. Sentez-vous le besoin d'avoir une formation complémentaire en vue d'accroître vos
performances ?
.:. Quels types de formation?
.;. Vous arrive t-il d'avoir des non-conformités dans l'exécution de vos taches?
.:. Quelles en sont les causes? Quel en est le taux ? Quèls genres de non-conformité ?
.:. Quels sont les objectifs de votre service? quel sont les objectifs qui ont été fixé?
.:. Quels sont les cas ou situations où le planning est établi?
.:. Comment sont fait les plannings? Quand sont fait les plannings? Qui les fait?
.:. Quels sont les critères tenus en compte pour la réalisation des plannings?
.;. Le suivi des demandes et de l'exécution des petits travaux neufs est il bien défini?
.:. Comment ce fait ce suivi et qui le fait?
Projet de Fin d'Etudes III Ibrahuna SECK
Annexe 2: Questions posées lors des entretiens ESP/lCS 200212003

.:. A t-on un système d'ordonnancement des interventions selon leur urgence '!
.:. Comment est cet ordonnancement et qui le fait ?
.:. Ces règles d'ordonnancement sont-elles rigoureusement suivis et utilisées de manière
effective ?
.:. Quel suivi fait-on sur les listes de TQ ')
.:. Une évaluation des performances des interventions est-elle faite? Par qui et quand?
.:. Enregistrons systématiquement tout travail demandé et attribue t-on immédiatement
un délai de réalisation fiable ?
.:. Comment se fait le choix de la maintenance approprié? c'est à dire selon quels
critères? Qui le fait?
.:. Comment se fai: la clôture des DT? Qui la fait? Quand la fait-on et ollie fait-on?
Y'a t-il un délai de retour des DT après exécution des travaux?
.:. Trouve t-on facilement un terrain d'entente entre la production et la maintenance pour
fixer jour, date et heure de mise à disposition des installations ?
.:. Quel est le taux de maintenance préventive ct le taux de maintenance curative?
.:. Quels sont les indicateurs sur lesquels sont bâtis les tableaux de bord?
.:. Quelles sont les préoccupations et les problèmes que vous rencontrez dans le cadre de
votre travail ?
.:. Quelles sont vos suggestions et recommandations pour une bonne pratique de la
maintenance?

-. !

Projet de Fm d'Etudes IV Ibrahima SECK


1 1
Annexes 3
Quelques outils de la qualité:
Annexe 3: Quelques outils de la qualité. ESPIICS 200212003

Annexes 3: quelques outils de la qualité [11

Diagramme d'Ishikawa :
Synonymes: le diagramme causes-effets, le diagramme en arêtes de poisson (d'après sa forme),
the Fishbone diagram.

Définition: Le diagramme d'Ishikawa est un outil graphique qui sert à comprendre les causes
d'un défaut de qualité; il sert à analyser le rapport existant entre un problème cl ses causes.

Principe: La construction du diagramme d'Ishikawa est basée sur un travail de groupe

1 - Pratiquer auparavant un brainstorming et trouver toutes les causes possibles au défaut de


qualité. Chacun doit émettre ses opinions librement sur les origines possibles.

2 - Classer les causes en 5 grandes familles, les" SM " : Matières, Milieu, Méthodes, Matériels,
Main d'œuvre et les placer sur le diagramme. Ces 5 critères sont les plus utilisés comme point de
départ à la réflexion, en convenant qu'ils peuvent être remplacés et/ou complétés en fonction du
problème à résoudre.

3 - ApprécierLA ou LES causes principalement responsables.

4 - Vérifier les opinions

5 - AGIR sur LA ou LES causes pour corriger le défaut en donnant des solutions.

Conclusion: Le diagramme d'Ishikawa permet :


- de classer les causes liées au problème posé
- de faire participer chaque membre à l'analyse
- de limiter l'oubli des causes par le travail de groupe
- de fournir des éléments pour l'étude de la solution.

Projet de Fin d'Etudes Ibrahim, SECK


Annexe 3: Quelques outils de la qualité. ESP/ICS 2002/2003

Le diagramme cause-effet:

Le diagramme cause-effet. "diagramme d'lshikawa" ou diagramme en arête de poisson, est un


excellent outil, simple et rapide permettant d'idcnti rier les causes possibles d'un effet constaté el
donc de déterminer les moyens pour y remédier.
Cel outil d'analyse, également appelé "diagramme d'Ishikawa" qui permet cn un seul schéma la
visualisation des relations qui existent entre effets et causes présumées concerne tout projet et ses
effets. Son champ d'application est extrêmement vaste. Il doit rester clair ct lisible et aller il
J'essentiel.
Les diagrammes Causes-Effet se présente SOLIS la forme d'arêtes de poisson dont la tête encadre
l'effet dont on désire connaître les causes:

• Pour sa réalisation. il est nécessaire d'avoir le problème et réalisé ce que l'on appelle un
"remue-méninges" afin de déterminer toutes les causes susceptibles de concerner le
problème considéré.
• Parvenir au consensus sur la définition et les caractéristiques de la question traitée.
• Approfondir el explorer toutes les dimensions d'une situation donnée.
• Classer par feuille et sous-familles toutes les causes d'un problème déterminé.
• Visualiser de façon claire cette relation ordonnée de cause il effet.

Les étapes
Préparation:
Redéfinir clairement l'effel sur lequel on veut directement agir.
1 1
Analyse:
Déterminer 3 à 5 grandes familles de causes.
Classer par familles toutes les causes préalablement identifiées.
Etablir des sous-familles lorsque le nombre de causes par famille le justifie.
Construction du diagramme
Tracer l'arête de poisson
Identifier le problème ou le but recherché (détérioration ou non vente d'un produit, amélioration
d'un service ... )

Projet de Fm d'Etudes 1[ lbrahima SECK


ESI'/ICS 200212003

Inscrire le problème dans un rectangle puis tracer une flèche horizontale dont la pointe rejoint le
côté gauche du rectangle. C'est la flèche principale.
Regrouper les causes potentielles en familles, les "cinq M"

• Matière : Les causes ayant pour origine les supports techniques ct les produits utilisés.
• Main-d'œuvre: S'agit-il d'un problème de compétences, d'organisation. de management,
etc..,
• Matériel : Déterminer les machines, Ics équipements et les moyens concernés.
• Méthode: Concerne les différentes procédures ou modes opératoires utilisés.
• Milieu: L'environnement physique (lumière, bruit, chaleur, poussière, localisation,
signalétique ... ).

Tracer les flèches secondaires correspondant au nombre de familles de causes potentielles


identifiées, et les raccorder à la flèche principale.

• Identifier chaque flèche secondaire par le nom d'une des familles de causes potentielles.
• Inscrire sur des mini-flèches les causes rattachées à chacune des familles. Toutes les
causes doivent être retenues.
• Vérifier que toutes les causes potentielles apparaissent sur le diagramme.

Le diagramme est réalisé. Il est maintenant nécessaire de rechercher les causes réelles du
problème identifié.
Cet outil qui penn et donc d'identifier les diverses causes possibles d'un effet constaté ct donc de
trouver les moyens pour y remédier est avant tout, une méthode de réflexion de groupe. Son
objectif est de mettre en évidence la cause la plus probable qu'il restera à vérifier dans la réalité.

Projet de Fin d'Etudes !Il Ibrahirna SECK


Annexe 3: Quelques outils de la qualité. [SP/ICS 2002/2003

diagramme causes-effet, dit d'lshikawa: (exemple)

Milieu Matières

Main Effet
d'œuvre

Matériel et Méthodes
Machines

Effet: circuit imprimé défectueux.


Causes possibles:
1 : quali fication insuffisante au contrôle visuel.
2: composition d'un bilan altéré.
3 : changement cie fournisseur.
,,: nouveau processus nnse en œuvre.

Diagramme de GANTT
Présentation
Un projet comporte un nombre de tâches plus ou moins grand à réaliser dans les délais impartis ct
selon un agencement bien déterminé. Le diagramme de GANTT est un outil permettant de
planifier le projet et de rendre plus simple le suivi de son avancement. Ce diagramme doit servir à
atteindre les objectifs de l'arbre d'objectifs.
Le diagramme de GANTT permet de visualiser facilement le déroulement du projet, ainsi que de
prévoir suffisamment à l'avance les actions à penser ou à faire comme la commande de matériel
qui prend parfois beaucoup de temps. On pourra aussi gérer plus facilement les conflits de
ressources et les éventuels retards en visualisant l'impact de ceux-ci sur le déroulement du projet.
En outre, le diagramme de GANTT est un bon outil de communication avec les différents acteurs
du projet.

Projet de Fin d'Etudes IV Ibrahima SECK


Annexe 3: Quelques outils de la qllalilt:. esivrcs 2002/2003

Méthodologie
- Le diagramme de GANTT est un planning présentant une liste de tâches en colonne et en
abscisse j'échelle de temps retenue. - La mise en œuvre de technique de planification nécessite
que:
les tâches soient identifiées
les tâches soient quantifiées' en terme de délais, de charges Oll de ressources
la logique de l'ensemble des tâches ait été analysée.
Ces éléments sont issus de l'analyse d'un projet, qui se situe en amont de la planification. Afin de
mener à bien la réalisation de cet outil, il faut donc procéder comme suit:

1 ) Déterminer et structurer la liste des tâches à réaliser pour mener à bien le


projet
Cette identification peut se faire par des techniques Comme le Brainstorming oules groupes
nominaux. La liste obtenue doit être ensuite structurée: on tente de regrouper les tâches, de les
hiérarchiser par lots de travail.

2) Estimer les durées et les ressources


il faut remplir un tableau présentant, pour chaque tâche, la durée de celle-ci et les ressources
affectées. L'unité de temps pour exprimer la durée est fonction du type de projet réalisé. Elle peut
aller de IJ minute (pour le déroulement d'un concert important), à l'année (pour les projets
d'urbanisation). Le tout est d'utiliser la même unité de temps pour toutes les tâches dans un souci
d'harmonis nion du diagramme de GANTT. Quand aux ressources, clics peuvent être humaines
ou matérielles. Il faut cependant faire attention à utiliser les mêmes types de ressources pour
toutes les tâches.

3) Réaliser le réseau logique


Le réseau doit reprendre les hypothèses de priorités des tâches. Il sc présente souvent sous la
forme de tâches reliées entre elles par des liens logiques. Pour chaque tâche, il est primordial de
trouver les rclations d'antécédence cl de succession. Unc fois le réseau tracé, on retrouvera la
chronologie du projet.

4) Tracer le diagramme de GANTT


Avec en abscisse j'échelle de temps et cn ordonnée la liste des tâches, il faut tracer un rectangle
d'une longueur proportionnelle à sa durée, le tout suivant la logique d'ordre d'exécution du réseau.
Il peut apparaître des (àches se réalisant pendant la même période. En effet, c'est un peu le but
Projet de Fin d'Erudes v Ibrahirna SECK
Outils de
te qualité,
212003

f.~"
s

"J~'"
/que
Annew 3
: QUe J1CSr o20"0" ' , , "
ESP"
"" " " ; 'o
I ,, " , PlO
;" " " ' " ' " " " " en
" " " "" , , ' I b i l i " ces "
"'h CO po " ,
r u' " "
I" , , , " " r""
'é" f i " "I"d""" r",
" " " " h, CO, P I "
, ",
" ri '<1 'le d
, b" " " 11 fO
" """"
" "'il'"" P
PlO; l " le ,"
'"bi""
" d
" ',
p ,
m,,,,,, ''''
j 1
d""
rug , , , , , " ,
r a m m e d e GANT
T:
d 't In diag
EXemPle

, .1

..
, .t
'

-~ ·
'---f
I

= = = = < = " -

::=~~~== ===
= -
===-= --==
~=====
d es
Fin d'Etu
?roj>:t de VI
Bibliof!Taphie. ESP/ICS,

Références bibliographiques

(1) Internet. qualité ct qualitique, Techniques de J'Ingénieur, 1990;


(2) Internet, le système de management qualité, Techniques cie l'Ingénieur, 1990;
[3) Yves lavina et Eriek perruche, maintenance ct Assurance de la qualité, les éditions
d'organisation, 1998
[4) Ibrahima SECK, recensement des procédures maintenance, rapport de stage de maîtrise,
2002
[5) Comité Européen de Normalisation, Systèmes cie management de la qualité - Exigences (ISO
9001 : 2000 ), CEN 2000.

~.

Projet de Fin d'Etudes o lbrahima SECK