Sunteți pe pagina 1din 3

Changement envisagé

Mohammed Boussaid a rendu sa copie. Le ministre de l’Économie et des Finances a présenté le 18


octobre au Conseil de gouvernement le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2018. Qu’est-ce
que ça change pour vous ?

Telquel.ma a consulté un document du ministère de l’Économie et des Finances qui présente les
principales dispositions proposées dans le cadre de la loi de finances pour l’année 2018. Si le texte
était adopté en l’état, voici ce qui changerait pour vous.

En voiture

+4% à la pompe. La TVA pour le carburant passe de 10 à 14%. Difficile de savoir pour l’heure
comment cette hausse sera répercutée sur le prix à la pompe.

+6% à l’assurance. La TVA sur les services de courtiers d’assurances passe de 14% à 20%.

Roulez électrique. Les véhicules à moteur électrique ou hybride (électrique et thermique) sont
exonérés de droit de timbre lors de la première immatriculation.

Au travail

Changez de retraite complémentaire. Si vous transférez la totalité de vos primes et cotisations d’une
assurance à l’autre, vous pourrez continuer à bénéficier de la déductibilité de ce montant, dans la
limite de 10 % du revenu global imposable ou 50 % du salaire net imposable.

Capital

Terrains non bâtis à taux unique. 20, 25, 30%... Finie la multitude des taux d’imposition applicables
aux cessions de terrains urbains non bâtis en fonction de la durée de détention. Désormais, un taux
unique de 20 % sera appliqué, comme pour les terrains agricoles.

Investissez dans une start-up. Il est proposé d’accorder aux contribuables, personnes physiques ou
morales, qui prennent une participation dans le capital d’une jeune entreprise innovante en
nouvelles technologies une réduction d’impôt égale au montant de l’impôt correspondant à leur
participation.

Dans votre assiette

Vous mangerez plus de blé tendre importé. Sa taxe d’importation va en effet être ramenée à 30% au
lieu des 135% qui prévalaient actuellement. Le gouvernement prévoit en effet une "faible collecte de
la production nationale durant les prochains mois" et constate les "opportunités de prix offertes
actuellement par le marché mondial".
La farine de blé tendre rentre dans la composition du pain et des biscuits. Son amidon est un additif
dans de nombreuses préparations alimentaires, mais il est aussi utilisé dans la fabrication de
nombreux produits de la vie courante (papier, cosmétique, pharmacie…).

Idem pour le beurre. Il est en effet proposé d’appliquer au beurre un droit d’importation minimum
de 2,5% au lieu du taux de 25% actuel.

Avec l’administration

Complètement timbrée. Du vrai changement en matière de droit de timbre qui est purement et
simplement supprimé pour :

Les constats lors d’accidents de véhicules

Les cartes d’accès aux salles de jeux des casinos

Les laissez-passer pour les pèlerins

Les certificats de vaccination

Les cartes de contrôle d’explosifs.

Aussi, pour compenser ce manque à gagner le tarif du timbre pour le passeport passe de 300 à 500
dirhams. Ce dernier va par ailleurs devenir électronique.

Le Maroc n’est pas un paradis fiscal. Pour se mettre en accord avec les conventions internationales
qu’il a signées, le PLF propose une mesure à intégrer au Code général des impôts permettant la
collecte et l’échange automatique d’informations avec l’étranger à des fins fiscales.

Fisc 2.0. La dématérialisation se poursuit pour les demandes, les attestations et autres services
fournis par l’administration fiscale. Mais également en sens inverse, les pièces demandées aux
contribuables seront de plus en plus sous forme numérique.

Pour votre société

L’IS devient progressif. Le PLF 2018 contient bon nombre de dispositions qui ont trait directement à
la fiscalité des entreprises, mais la plus importante concerne l’instauration d’un barème progressif
(au lieu du barème proportionnel actuel) pour le taux d’impôt sur les sociétés. À moins de 300.000
dirhams de bénéfices nets par an, le taux serait de 10 %. De 20 % de 300.001 à 1 million de dirhams
de bénéfices. Et 31 % au-dessus du million de dirhams.
Embauchez des jeunes. Si votre entreprise a démarré ses activités il y a moins de deux ans, vous ne
payez pas l’impôt sur le revenu de 10 de vos salariés durant les 24 premiers mois du contrat, si leur
salaire brut n’excède pas 10.000 dirhams bruts mensuels et qu’il s’agit de leur premier emploi.