Sunteți pe pagina 1din 158

Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels

THÉMATIQUE 3 : L’AGRICULTURE 
ET LE DEVELOPPEMENT RURAL 
 

URAM Intl. 2013 1


Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 
SOMMAIRE 
LISTE DES TABLEAUX ....................................................................................................................................... 4
LISTE DES CARTES ............................................................................................................................................. 5
LISTE DES GRAPHIQUES ................................................................................................................................... 5

PREAMBULE ........................................................................................................................................................ 6
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................................................. 7

PARTIE 1 : LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE ............................................................................................. 11

1- LES CARACTERISTIQUES DE L’AGRICULTURE REGIONALE.............................................................. 15


1.1- DES DONNEES NATURELLES FAVORABLES A UNE AGRICULTURE DIVERSIFIEE ............... 15
1.2- DES DOMAINES FORESTIERS ET DES PARCOURS IMPORTANTS .............................................. 16

2- LE POTENTIEL HYDRIQUE REGIONAL ..................................................................................................... 19


2.1- LES EAUX DE SURFACE....................................................................................................................... 19
2.2- LES EAUX SOUTERRAINES ................................................................................................................. 21
2.3- MOBILISATION ET UTILISATION DE L’EAU ................................................................................... 23
2.3.1- Mobilisation de l’eau dans la région .................................................................................................. 24
2.3.2- L’utilisation de l’eau .......................................................................................................................... 24
2.3.3- Le Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) ................................ 25

3- L’EXPLOITATION AGRICOLE ET SON EVOLUTION ............................................................................... 28


3.1- LES PRODUCTIONS VEGETALES ....................................................................................................... 28
3.1.1- La céréaliculture................................................................................................................................. 28
3.1.2- L’arboriculture ................................................................................................................................... 31
3.1.3- Les produits locaux ............................................................................................................................ 33
3.1.4- Les activités agricoles liées au secteur industriel ............................................................................... 36
3.2- LES PRODUCTIONS ANIMALES ......................................................................................................... 38

4- LES MOYENS DE PRODUCTION ................................................................................................................. 43


4.1- LE PATRIMOINE FONCIER .................................................................................................................. 43
4.2- STATUTS JURIDIQUES DU FONCIER AGRICOLE AGRICOLE....................................................... 46
4.3- LE MODE DE FAIRE VALOIR .............................................................................................................. 48
4.4- UTILISATION DES INTRANTS ............................................................................................................. 51
4.5- LA MECANISATION .............................................................................................................................. 51
4.6- L’ENCADREMENT DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE .................................................................. 52
4.7- LE CADRE FINANCIER ......................................................................................................................... 53
4.7.1- Les aides de l’Etat .............................................................................................................................. 53
4.7.2- Le financement de l’agriculture ......................................................................................................... 54

5- LES CONTRAINTES AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ................................................ 55

PARTIE 2 : LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL .................................. 57

1- LA STRATEGIE NATIONALE DU DEVELOPPEMENT RURAL (SNDR) ................................................. 60


1.1- LA POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT RURAL DE 1999 ................................................................. 60
1.2- DE NOUVELLES ORIENTATIONS DE DEVELOPPEMENT RURAL ............................................... 62
1.2.1- Finalités et objectifs de la SNDR ....................................................................................................... 63
1.2.2- Les axes stratégiques et étapes de mise en œuvre .............................................................................. 64
1.3- LE FONDS DE DEVELOPPEMENT RURAL (FDR) ............................................................................. 66
1.3.1-Les objectifs du FDR .......................................................................................................................... 66
1.3.2-Les projets du Fonds de développement rural ..................................................................................... 66

2 - LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT RURAL DANS LA REGION ....................................................... 70


2.1- PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL DU MOYEN ATLAS ORIENTAL (PDRMO) .................. 74
2.2- PROJETS DANS LA PROVINCE DE BOULEMANE ........................................................................... 78

URAM Intl. 2013 2


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2.3- PROJET DE GESTION INTEGREE DES FORETS DU MOYEN ATLAS (GIFMA) ........................... 79
2.4- PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL INTEGRE DE MISE EN VALEUR EN BOUR TISSAF .. 81
2.5- LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE DANS LA REGION ....................................................... 81

3- LE DEVELOPPEMENT RURAL DANS LES ZONES DE MONTAGNE .................................................... 82


3.1- LE ROLE DE LA RECHERCHE-DEVELOPPEMENT .......................................................................... 83
3.2- LA STRATEGIE D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU MOYEN ATLAS................ 84
3.3- CONCLUSION ......................................................................................................................................... 94

4- STRATEGIE ADOPTEE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L’ESPACE AGRICOLE ................................ 97


4.1- LE PROJET MOYEN SEBOU INAOUEN AVAL (PMSIA) .................................................................. 97
4.1.1- Présentation du projet......................................................................................................................... 97
4.1.2- Les ressources du projet moyen Sebou Inaouan Aval ...................................................................... 100
4.1.3- Les composantes du projet .............................................................................................................. 101
4.1.4- Les implications du PMSIA ............................................................................................................. 103
4.2- LE PLAN AGRICOLE REGIONAL .......................................................................................................106
4.2.1- Les objections et les ambitions du plan agricole régional ................................................................ 106
4.2.2- Les filières du plan agricole régional ............................................................................................... 107
4.2.3- Les prévisions de production du « pilier 1 » ................................................................................... 109
4.2.4- Les prévisions de production du « pilier 2 » .................................................................................... 110
4.2.5- Impact sur l’emploi .......................................................................................................................... 112
4.2.6- Les projets du Plan Agricole Régional ............................................................................................. 112

A N N E X E S ......................................................................................................................................................115

BIBLIOGRAPHIE.....................................................................................................................................................154

   

URAM Intl. 2013 3


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Répartition spatiale de la forêt............................................................................................................ 16
Tableau 2 : Evolution du cheptel de la région 2002 /2007 à 2010 ........................................................................ 16
Tableau 3 : Les sous-bassins de la région Fès-Boulemane ................................................................................... 20
Tableau 4 : Apports moyens annuels des sous-bassins de Sebou au niveau de la région ..................................... 20
Tableau 5 : Ecoulements annuels moyens dans le bassin de Sebou ...................................................................... 21
Tableau 6 : Exploitation des aquifères .................................................................................................................. 21
Tableau 7 : Volume d’eau mobilisé dans la région ............................................................................................... 23
Tableau 8 : Projets de barrages dans la région ...................................................................................................... 23
Tableau 9 : Projets de petits et moyens barrages par province .............................................................................. 26
Tableau 10 : Superficie et production de la céréaliculture .................................................................................... 29
Tableau 11 : Evolution des superficies et des productions de la céréaliculture (milliers de quintaux) ................. 29
Tableau 12 : Production arboricole dans la région ................................................................................................ 31
Tableau 13 : Répartition spatiale des produits locaux ........................................................................................... 36
Tableau 14 : Répartition des industries dans la région de Fès-Boulemane ........................................................... 36
Tableau 15 : Répartition de l’investissement (en milliers de Dhs) par sous-secteur dans la région ...................... 37
Tableau 16 : Répartition de l’exportation par sous-secteur et par province .......................................................... 38
Tableau 17 : Effectif du cheptel (moyenne des 5 dernières années) ..................................................................... 38
Tableau 18 : Répartition des exploitations et des parcelles par province .............................................................. 43
Tableau 19 : Statut juridique des terres cultivables (en ha)................................................................................... 46
Tableau 20 : Statut juridique des terres cultivables (%) ........................................................................................ 46
Tableau 21 : Mode de faire valoir (ha) .................................................................................................................. 48
Tableau 22 : Utilisation des intrants (engrais, semences sélectionnées, produits phytosanitaires) ....................... 51
Tableau 23 : Mécanisation selon les exploitations ................................................................................................ 52
Tableau 24 : Finalités et objectifs stratégiques de la SNDR ................................................................................. 64
Tableau 25 : Les axes stratégiques ........................................................................................................................ 64
Tableau 26 : Types de projets de la SNDR ........................................................................................................... 65
Tableau 27 : Projets financés par le FDR dans la région : 2009-2010 .................................................................. 67
Tableau 28 : Composantes, coûts et impacts du projet ......................................................................................... 74
Tableau 29 : Activités du PDRMO restant à réaliser au cours des années 2013 et 2014 ...................................... 77
Tableau 30 : Données générales sur le périmètre .................................................................................................. 78
Tableau 31 : Répartition du budget selon la source de financement ..................................................................... 80
Tableau 32 : Investissements dans les projets de développement rural dans la région de Fès-Boulemane........... 81
Tableau 33 : Projets de l’agriculture financés par le FDR .................................................................................... 82
Tableau 34 : Population selon le milieu dans le Moyen Atlas de la Région Fès-Boulemane ............................... 87
Tableau 35 : Etat parcellaire - Situation avant remembrement ........................................................................... 101
Tableau 36 : Structure foncière du PMSIA avant remembrement dans la province de Moulay Yacoub ............ 102
Tableau 37 : Implications spatiales du projet ...................................................................................................... 105
Tableau 38 : Occupation du sol : évolution de 2009 à 2020 ............................................................................... 108
Tableau 39 : objectifs de production végétale (Pilier I) ...................................................................................... 110
Tableau 40 : Objectifs de la production animale (Pilier I) .................................................................................. 110
Tableau 41 : Objectifs de productions végétales (Pilier 2).................................................................................. 111
Tableau 42 : Objectifs de production animale (Pilier II) ..................................................................................... 111
Tableau 43 : Emploi agricole (en nombre de jours de travail par an) ................................................................. 112
Tableau 44 : Projets du Plan Maroc Vert par filière et par UTA........................................................................ 113
Tableau 45 : Statut juridique des terres (superficie en ha) .................................................................................. 116
Tableau 46 : Potentialités en terre ....................................................................................................................... 116
Tableau 47 : Nombre d’agriculteurs : préfecture de Fès et province en 2004 ..................................................... 116
Tableau 48 : Evolution des effectifs ovins et caprins entre 1996 et 2012 ........................................................... 116
Tableau 49 : Périmètres aménagés ou en cours d’aménagement : PMH-PMVB ................................................ 118
Tableau 50 : Superficie des périmètres irrigués : province de Boulemane ......................................................... 119
Tableau 51 : Conditions et potentialités naturelles et contraintes par commune en 2012 ................................... 121
Tableau 52 : Le programme national des routes rurales (PNRR) : Préfecture de Fès-2012 ................................ 131
Tableau 53 : Le programme national des routes rurales (PNRR) : Province Moulay Yacoub-2012 .................. 131
Tableau 54 : Programme National de Routes Rurales II : Province de Sefrou-2012 .......................................... 133
Tableau 55 : Le programme national de routes rurales II : Province : Boulemane-2012 .................................... 135

URAM Intl. 2013 4


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

LISTE DES CARTES


Carte 1 Potentiel forestier et alfatier de la région ................................................................................................. 18
Carte 2 : Ressources en eaux superficielles et souterraines .................................................................................. 22
Carte 3 : Importance de la culture céréalière par commune en 1996 .................................................................... 30
Carte 4 : Importance de l’irrigation par commune 1996 et 2012 .......................................................................... 32
Carte 5 : Occupation du sol ................................................................................................................................... 35
Carte 6 : Evolution de l’élevage bovin : 1996 à 2009 ........................................................................................... 40
Carte 7 : Evolution de l’élevage caprin : 1996 à 2012 .......................................................................................... 41
Carte 8 : Evolution de l’élevage ovin : 1996 à 2012 ............................................................................................. 42
Carte 9 : Taille moyenne des exploitations agricoles ............................................................................................ 44
Carte 10 : Morcellement des exploitations agricoles ............................................................................................ 45
Carte 11 : Répartition de la S.A.U selon le statut juridique .................................................................................. 47
Carte 12 : Mode de faire valoir par commune....................................................................................................... 49
Carte 13 : Intensité de l’emploi agricole ............................................................................................................... 50
Carte 14 : Distribution territoriale des projets de 2009 : Maroc............................................................................ 68
Carte 15 : Répartition géographique des projets financés par le FDR au titre de 2011 : Maroc ........................... 69
Carte 16 : Les territoires du Développement Rural : Maroc ................................................................................. 72
Carte 17 : Projets de développement rural : Province de Boulemane ................................................................... 73
Carte 18 : Périmètre du Moyen Atlas ................................................................................................................... 85
Carte 19 : Distribution de la population dans le moyen Atlas .............................................................................. 86
Carte 20 : Evolution de la densité de la population rurale par commune de 1982 à 2012 ................................... 88
Carte 21 : Evolution de la charge animale 1996-2012 .......................................................................................... 92
Carte 22 : Le pays d’accueil touristique (PAT) Dar Al Hamra Bouiblane corridor Aouglit-Bouiblane ............... 94
Carte 23 : Le plan d’aménagement du Moyen Atlas ............................................................................................. 96
Carte 24: Situation géographique du PMSIA ........................................................................................................ 98
Carte 25 : Communes concernées par le PMSIA – Province Moulay Yaoub ....................................................... 99
Carte 26 : Secteurs du PMSIA – Province de Moulay Yacoub ........................................................................... 103
Carte 27 : Le découpage de la région en unité territoriale agricole ..................................................................... 107
Carte 28 : Périmètre de développement du câprier – Moulay Yacoub ................................................................ 109
Carte 29 : 2ème programme national des routes rurales Préfecture de Fès et province de Moulay Yacoub-2012
............................................................................................................................................................................ 132
Carte 30 : 2ème programme national des routes rurales : province de Sefrou-2012 ........................................... 134
Carte 31 : Le PNRR : Province de Boulemane-2012 .......................................................................................... 136
 

LISTE DES GRAPHIQUES


Graphe 1 : Répartition de l’investissement dans les différents secteurs industriels en 2010 ................................ 37 
Graphe 2 : Répartition du chiffre d’affaires dans les différents secteurs industriels en 2010 ............................... 37 
Graphe 3 : Statut juridique des terres (en milliers d’ha) ....................................................................................... 46 

URAM Intl. 2013 5


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

PREAMBULE
L’étude du Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT) de la Région Fès Boulemane a
fait l’objet du marché n° 15/BR/2011, signé le 26/12/2011, entre le Wali de la Région Fès Boulemane
et le bureau d’études URAM International. La réalisation de l’étude du SRAT fait l’objet d’une
convention de partenariat et de co-financement entre le Conseil Régional, le Ministère de l’Intérieur et
le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville.

Le SRAT prend en charge aussi bien l’intégration et l’articulation des espaces locaux avec leur
stratégie propre, que les politiques et les options nationales, pour constituer un cadre de référence et de
cohérence territoriale concertée entre les différents intervenants de la région.

L’étude est conduite selon une approche participative et interactive, de manière à impulser dès le
départ une prise en charge du projet par les acteurs : le SRAT devient ainsi un document consensuel
entre les opérateurs sectoriels et les acteurs régionaux avec des objectifs, des délais de réalisation et
des moyens de mise en œuvre. Le SRAT constitue, dans le contexte de déconcentration
/décentralisation, un outil stratégique de développement territorial au service de la Région. Il doit donc
être élaboré dans la concertation avec les acteurs locaux et en cohérence avec les orientations
nationales.

L’étude du SRAT comprend les missions suivantes :


- phase préliminaires : rapport d’établissement ;
- phase 1 : diagnostic territorial ;
- phase 2 : stratégie et vision de développement régional et identification des espaces de projets ;
- phase 3 : projet du SRAT et modalités de sa mise en œuvre.

La présente phase 1 de l’étude correspond à celle du diagnostic territorial, elle comporte deux étapes :
- l’actuelle première étape, concerne la production de rapports sectoriels organisés en
thématiques, dont le rendu fera l’objet de concertations en ateliers thématiques ;
- la seconde étape présentera le diagnostic et le rapport de synthèse pour finaliser le dossier de la
phase (1). Ces documents feront l’objet de concertations élargies en temps opportun.
 
Le présent rapport concerne, la thématique du secteur de l’agriculture et du développement rural. Il
présente dans la première partie le bilan sectoriel de l’agriculture et dans la deuxième partie le rappel
des stratégies de développement rural, les nouvelles orientations et les projets de développement de
l’agriculture et du monde rural dans la région. 

URAM Intl. 2013 6


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

INTRODUCTION GENERALE
L’agriculture au Maroc contribue à la sécurité alimentaire de 32 millions d’habitants et participe à la
création de la richesse nationale à hauteur de 15 % du PIB et fait travailler 4 millions d’actifs (45 % de
la population active). L’agriculture contribue à hauteur de 15 à 20 % du PIB du pays. Certes, cette part
est en baisse par rapport à d’autres secteurs, mais la fonction économique de l’agriculture demeure le
principal moteur de l’économie dans le Maroc, avec ses impacts sur le reste des secteurs, sur l’emploi
et sur le développement rural qui sont déterminants pour l’économie nationale et pour l’aménagement
du territoire.

Dans la région de Fès Boulemane, l’agriculture contribue à hauteur de 9,25 % du PIB de la région en
2007 et à 3,8 % dans l’agriculture du Maroc. Les impacts sur les secteurs de l’économie régionale se
traduisent par une contribution importante à l’agro-industrie. En effet, le principal débouché de
l’agriculture demeure l’industrie agroalimentaire, dont le potentiel s’est développé et se développera
encore plus avec le Plan Agricole Régional dans le cadre du Plan Maroc Vert. Les impacts attendus
sont l’augmentation de la production dans les filières d’agrégation (la valeur ajoutée est multipliée par
3,6 à l’horizon 2020) et la consolidation des emplois agricoles, avec une plus grande participation de
l’économie agricole régionale aux exportations du Maroc.

L’agriculture a de plus une fonction sociale des plus importantes, car elle permet l’occupation de
23,5 % de la population active dans la région. Dans le milieu rural, l’agriculture procure 2 emplois
directs sur 5 au Maroc et 3,5 emplois directs sur 5 au niveau de la région. Depuis 2004, les emplois ont
augmenté dans certaines zones, tel que le Saiss et le Pré-rif et le long de la Moulouya avec l’irrigation,
mais ils ont diminué dans les zones du bour défavorable, dans les zones de montagne et dans les zones
marginales steppiques.

L’agriculture a surtout une fonction stratégique, car elle fournit les biens de consommation à la
population, directement à une grande partie des populations rurales (cas de petites exploitations
vivrières) et au reste de la population par le biais de la production marchande.
La région y contribue grandement avec la production des céréales, du lait, des viandes et de la pomme
de terre. Cependant, l’autosuffisance dans les céréales n’est pas assurée. Pour la région de Fès-
Boulemane comme pour le reste des régions du pays, « assurer la sécurité alimentaire convenable est
un défi » face aux mutations qui s’opèrent en particulier dans la diminution des terres utiles et celle de
la ressource en eau.
L’agriculture par son ancrage territorial a également une fonction structurante de l’espace. Dans la
région, l’espace de production agricole est de plus en plus homogénéisé dans chacune des unités
territoriales agricoles, qui elles, demeurent bien différenciées entre elles par les conditions naturelles

URAM Intl. 2013 7


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

(le relief en particulier). Les paysages agricoles sont constitués de l’irrigué, de l’arboriculture en plaine
et en colline, des oasis d’oliviers, des forêts et des parcours avec des terres de cultures dans les
clairières ou sur les lisières de forêts suite aux défrichements.

Le long de la Moulouya, l’irrigation a transformé la campagne et l’occupation du territoire par les


populations : ce sont des chapelets de petits et gros villages à proximité de petites oasis d’oliviers
relativement récentes qui ponctuent le paysage. Dans le piémont du Moyen Atlas, ce sont les vergers
arboricoles de différentes tailles, qui s’intègrent parfaitement avec les espaces boisés, avec des espaces
de maraichage, en particulier de la pomme de terre et de l’oignon, de part et d’autre des routes, avec
sur place, le stockage et le conditionnement de l’oignon à la manière locale.

La région de Fès Boulemane s’est dotée d’un Plan Régional Agricole (PAR) dans le cadre du Plan
Maroc Vert, pour l’horizon 2020. Concernant le développement rural, une approche nouvelle
d’identification et de financement de projets dans une vision de développement durable et de
partenariat entre les différents intervenants dans le monde rural, a été mise en place.

Avec le développement des filières du PAR, il est prévu à terme que l’agriculture génèrera environ 29
millions de journées de travail dont 95 % seront fournies par les filières végétales. Cet effectif sera
supérieur à celui de 2013 (21millions de journées), du fait :
 du développement de l’irrigation qui induit une intensification de l’emploi à l’hectare ;
 de la consolidation des emplois par les programmes de reconversion de la céréaliculture
marginale et de mise en œuvre des petites exploitations agricoles.

L’ensemble contribue de manière sensible à l’amélioration des revenus et donc des conditions de vie
des populations rurales, parallèlement aux autres programmes en amont et en aval, dans la desserte en
eau potable, en électricité et surtout dans le domaine du désenclavement. Avec le PAR, la valeur
ajoutée rapportée à l’actif agricole augmentera sensiblement.
Le développement de l’irrigation dans la région (on passe de 38 448 ha irrigués en 1997 à 53 000 ha à
la fin du PAR) est une constante de la politique agricole établie en liaison avec les grands équilibres de
l’eau par bassin hydraulique à l’échelle du Maroc. Ce développement est perçu comme un vecteur
essentiel de modernisation du monde rural. La politique agricole met ainsi en relief deux constantes
lourdes qui singularisent les choix politiques du pays, à savoir l’attribution à l’agriculture d’un rôle
central dans le processus de développement et la volonté de « modernisation de la société par le biais
de celle de son agriculture » (SNAT).

Qu’en est-il de la région de Fès-Boulemane ? L’évolution jusqu’en 2013 montre qu’effectivement,


c’est sur l’agriculture que se base l’essentiel de l’économie régionale (en dehors du pôle de Fès),

URAM Intl. 2013 8


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

dans le Pré-rif avec l’irrigation le long du Sebou, la mobilisation des eaux de la nappe de Saiss pour
les cultures dans la plaine, l’extension de l’arboriculture fruitière à Sefrou et celle de l’olivier dans la
province de Boulemane avec le pôle de Tendit, de Ksabi Moulouya, de Guigou et de Skoura M’Daz
etc., dont les productions sont dirigées vers les marchés de gros des grandes villes du Maroc :
Casablanca, Rabat, Fès, etc.

Le second aspect lié à la modernisation a des effets un peu lents à déceler sur la société rurale, mais
d’ores et déjà on peut avancer que de nombreuses exploitations passent du stade de « vivrières », à
celui de « marchandes » avec l’introduction des techniques modernes de conduite des spéculations, en
particulier avec l’introduction du goutte à goutte. Selon notre enquête1 auprès des communes rurales,
dans 56 % des cas, l’agriculture a connu des mutations profondes et des actions de modernisation.

Comme levier de la politique agricole, le code des investissements agricoles comporte 49 textes
législatifs et réglementaires adoptés depuis 1969. Il constitue une Charte du Développement Agricole
qui précise les obligations des exploitants et les avantages procurés par l’Etat pour accompagner son
action de modernisation au niveau de l’exploitation : subventions, crédits soutien des prix, fiscalité etc.
Cependant, ce code ne s’appliquait qu’aux périmètres irrigués et a laissé de côté toute l’agriculture
pluviale. Il fut donc corrigé en 1994 par la promulgation de la loi 33/94 qui permet de « créer des
périmètres de mise en valeur en bour », et l’accompagnement en matière de conditions nécessaires à
un développement local, intégré, participatif et contractuel d’une agriculture performante dans ces
périmètres.
Le financement du secteur agricole était le fait de l’Etat puis avec le PASA2, l’Etat s’est désengagé.
Les objectifs du plan visaient à libéraliser les structures de production et de commercialisation pour
favoriser l’ouverture du Maroc sur le marché international. Cependant, avec des côtés certes positifs,
le PASA a laissé une grande partie du monde rural marginalisée comme le montrait le faible niveau de
développement rural en 2004 (cf. RGPH), avec des déficits importants dans les besoins sociaux.

Dans le rapport sectoriel qui suit, les données du secteur de l’agriculture sont mises en relation avec
celles du milieu naturel et des facteurs de production (partie 1 du rapport) pour comprendre les
déterminismes et les limites actuelles de l’agriculture de la région en termes de création de richesses et
d’emploi. Cet aspect est en effet fondamental pour l’aménagement du territoire, car, de l’importance
des flux de richesses et de populations entre le milieu rural et le milieu urbain dépend pour une
large part l’organisation future du territoire de la région.

                                                            
1
Enquête communale réalisée par URAM Intl en décembre 2012
2
PASA : Plan d’Ajustement Structurel Agricole de 1985 à 1997.

URAM Intl. 2013 9


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

En sus des analyses purement sectorielles, la compréhension du milieu rural ne saurait être complète
qu’avec une approche plus globale du développement rural (partie 2 du rapport). La stratégie adoptée
par le pays est en effet basée sur une vision territoriale du développement rural, globale et intégrant
toutes les composantes du développement durable : économique, sociale, culturelle et
environnementale. Les projets de développement rural ciblent différents territoires et espaces dont les
objectifs globaux sont l’amélioration de l’attractivité du milieu et de la qualité de vie des populations,
la promotion de la compétitivité de l’économie et la mise en œuvre de l’ensemble des conditions pour
assurer la durabilité environnementale.
 

URAM Intl. 2013 10


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels

PARTIE 1 :  
LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE 

URAM Intl. 2013 11


Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

INTRODUCTION

L’agriculture, dans la région de Fès-Boulemane, a connu, au cours des dernières décennies,


des mutations profondes. Les productions toutes filières confondues ont augmenté,
notamment pour ce qui concerne les arbres fruitiers. Les périmètres irrigués se sont
multipliés, l’élevage intensif et moderne s’est développé. A la base de ces performances
remarquables, il y a un facteur décisif : l’intervention multiforme de l’Etat, concrétisée
notamment par :
- la mise en place du Fonds de Développement Agricole dès 1987, dans le but de gérer
d’une façon intégrée les aides accordées par l’Etat pour l’équipement des exploitations
agricoles ;
- la création du Fonds de Sauvegarde du Cheptel à chaque fois que le cheptel animal est
menacé ;
- la création d’un Fonds de lutte contre les effets des calamités naturelles pour réduire
les risques pouvant peser sur l’agriculture ;
- le développement de la petite et moyenne hydraulique et le recours au pompage ;
- l’encadrement technique des agriculteurs ;
- la recherche agronomique à travers le développement de nouvelles variétés mieux
adaptées.

Toutefois, certaines difficultés entravent la mise en œuvre de principaux objectifs stratégiques


de la politique agricole, on peut citer :
- la sécheresse au cours des années 1980 et 1990 ainsi que les irrégularités
pluviométriques ;
- les déséquilibres des structures agraires aggravés par un parcellement foncier
excessif ;
- la prédominance des systèmes extensifs dans les régions montagneuses et dans les
plateaux du sud de la région ;
- l’inégalité des chances des agriculteurs d’accéder aux crédits. La petite exploitation,
bien que majoritaire a continué d’être le « laissé pour compte » du secteur, du fait de
sa faible productivité ;
- les fortes disparités géographiques du développement agricole : la plaine du Saiss et
les périmètres d’irrigation sont nettement privilégiés par rapport aux autres

URAM Intl. 2013 12


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

espaces comme les zones montagneuses, les secteurs forestiers, les secteurs enclavés,
les zones arides.
L’agriculture constitue cependant l’un des secteurs principaux de l’activité économique dans
la région. Il est aisé en effet de constater :
- une surface agricole utile (S.A.U) qui s’élève à environ 317 031 ha (dont + de 15 %
surface irriguée), soit plus de 16 % de la superficie totale de la région ;
- des ressources hydriques non négligeables ;
- d’importantes zones de parcours surtout dans la province de Boulemane ;
- des conditions climatiques permettant une agriculture pluviale dans la plaine de Saiss
en plus de l’existence de sols favorables à une diversification des cultures ;
- une polyculture (céréaliculture, cultures maraichères, arboriculture fruitière, cultures
fourragères…) dans le Prérif, en plus de l’élevage, en particulier bovin laitier ;
- un volume appréciable de la production agricole (végétale et animale) ;
- un secteur agricole qui représente 26,1 % du total des emplois dans la région.

Avec une prédominance de la culture des céréales, de l’oléiculture et des légumineuses,


l’agriculture a pris durant la dernière décennie un essor considérable. En effet, la surface
cultivée s’est accrue d’environ 6,8 % de 2007 à 2010, les cultures maraichères et fruitières se
sont étendues en plus des opportunités offertes pour développer l’élevage moderne.
Ainsi, l’agriculture demeure un secteur prioritaire de développement et se voit assigner un
certain nombre d’objectifs dont notamment :
- l’élévation de la production dans le but d’assurer la couverture des besoins
alimentaires ;
- la création de nouveaux emplois et des rémunérations se rapprochant le plus possible
de celles des autres secteurs d’activité ;
- la fixation de la population, la réduction de l’exode rural et le développement de la
région ;
- l’utilisation à bon escient des ressources naturelles.

D’où la complexité de l’évolution du secteur agricole : l’évolution du niveau de l’emploi doit


en effet être compatible avec une amélioration de la rémunération et des coûts de production
acceptables sur le marché, sans compter les contraintes naturelles, l’évolution des systèmes de
commercialisation et les possibilités de transformation industrielle.

URAM Intl. 2013 13


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

A partir de ces observations préliminaires, quelques aspects principaux concernent


directement l’aménagement du territoire :
 la croissance et la répartition future de la population rurale : ceci dépend de l’évolution
des systèmes de production tenant compte des potentialités offertes. Cette capacité
d’évolution en termes d’emploi et de niveau de vie déterminera le report plus au moins
important de l’accroissement démographique et de la demande d’emploi sur le système
urbain. Le maintien d’une population rurale importante n’est possible que sous
certaines conditions : l’adoption d’un système de multiactivité par les populations
rurales (agriculture à temps partiel et activités de services, d’artisanat et de petits métiers
en parallèle) avec des aides publiques et un encadrement multiforme, une offre
conséquente en matière de logements ruraux, la modernisation des systèmes de
production, la mise en place des équipements subvenant aux besoins sociaux de la
population rurale ainsi que les services pour le développement de la production (agences
de crédit, distribution des intrants, vulgarisation, collecte des produits, leur stockage et
leur conditionnement…) ;
 l’utilisation judicieuse des ressources qui concerne entres autres la mobilisation de l’eau,
les mesures de préservation et de restauration des équilibres entre les différents bassins
versants (lutte contre l’érosion et l’envasement des barrages, recharge des nappes,
amélioration du couvert végétal…) et aussi la protection des zones agricoles de meilleure
qualité.

Cela confirme que le développement du secteur agricole, comme les autres secteurs
importants, affecte les grands équilibres de la région en termes de répartition démographique,
mobilisation de l’eau, structuration de l’espace… D’où l’intérêt d’axer la démarche sur
l’identification des principaux systèmes actuels de production et sur une appréciation de leurs
possibilités d’évolution, ce qui permettra d’élaborer les perspectives d’emploi et les actions
d’aménagement nécessaires.

URAM Intl. 2013 14


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1- LES CARACTERISTIQUES DE L’AGRICULTURE REGIONALE


 
1.1- DES DONNEES NATURELLES FAVORABLES A UNE AGRICULTURE
DIVERSIFIEE

Plusieurs composantes naturelles de la Région de Fès-Boulemane la prédisposent à être un


territoire agricole par excellence : le climat, l’eau et le relief expliquent pour une large part le
développement spatial et économique des activités agricoles de la région.
La région se caractérise en effet par l’existence de potentialités d’irrigation appréciables :
- des oueds d’importance nationale : Sebou (débit entre 5 et 20 m3/s), Inaouen (débit
entre 3 et 12 m3/s), Mikkès (débit entre 0.2 et 1.5 m3/s) ;
- une vingtaine de sources dont les débits moyens varient entre 150 l/s et 2000 l/s ;
- des eaux souterraines (3 aquifères) qui jouent un rôle primordial pour subvenir aux
besoins de la région (irrigation, eau potable).

Les divers climats et micro climats permettent le développement de différentes cultures :


- les zones sub-humides de hautes altitudes de la chaine moyen atlasique, avec des
températures moyennes de 5 à 22° et une pluviométrie dépassant 530 mm/an ;
- les zones semi-arides couvrant une bonne partie du territoire de la région à savoir la
plaine du Saiss, la zone montagnarde « El Menzel », les plateaux du Prérif, les
plateaux de l’oriental de Boulemane-Skoura avec des températures moyennes de 9° à
25 °C et une pluviométrie moyenne de 300 à 530 mm/an ;
- les zones arides du sud de la région à savoir des plateaux de Missour et Outat El Haj,
avec une pluviométrie moyenne de 100 à 150 mm/an ;
- la zone humide au nord de la région, avec des précipitations annuelles moyennes de
400 à 530 mm, favorable aux cultures en Bour.
Les différentes formes de relief donnent lieu à une occupation différentielle. En effet, la
région présente du nord au sud, des conditions naturelles différentes permettant des systèmes
des productions variées :
- des plaines fertiles : c’est le cas de la plaine de Saiss ;
- des zones de montagne avec une prédominance des forêts et parcours et la présence
d’une agriculture spécifique et de l’élevage ;
- des plateaux de la zone aride du sud avec de l’élevage extensif et des cultures
diversifiées.

URAM Intl. 2013 15


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Ces conditions naturelles ont permis d’estimer à environ 317 000 ha comme surface agricole
utile représentant 16 % de la superficie totale de la région. La S.A.U la plus étendue se trouve
dans la province de Moulay Yacoub avec 125 700 ha. Les cultures irriguées occupent environ
15 % de la S.A.U, soit 49 000 ha.
 
1.2- DOMAINES FORESTIERS ET PARCOURS IMPORTANTS
La superficie couverte par le domaine forestier est de 883 500 ha soit 10.3 % de la superficie
forestière du Maroc, alors que la superficie totale de la région ne représente que 2.8 % de la
superficie totale du pays. Cette importance s’explique par l’étendue de l’alfa qui couvre près
de 720 000 ha. La forêt qui occupe 164 000 ha renferme une végétation naturelle abondante
favorable pour l’apiculture et l’exploitation des plantes aromatiques et médicinales. Le
tableau suivant résume la répartition spatiale de la forêt.

Tableau 1 : Répartition spatiale de la forêt


Forêt (ha) Alfa (ha) Total (ha)
Boulemane 84 901 719 500 804 401
Moulay Yacoub + Sefrou 79 099 - 79 099
Région Fès-Boulemane 164 000 719 500 883 500
% par rapport au pays 2.76 21.68 -
Source : Annuaire statistique du Maroc-HCP- 2009

Les parcours et terres incultes occupent 1 445 300 ha soit plus de la moitié de la superficie
totale de la région qui est de 2 022 300 ha. Les terres de parcours et les forêts qui représentent
82 % de la superficie totale de la région favorisent le développement d’un élevage extensif
notamment ovin et caprin, qui constitue l’une des activités prépondérantes du monde rural
dans la région. L’élevage bovin est pratiqué, notamment dans la province de Moulay Yacoub
et en périphérie des grands centres urbains. L’élevage ovin et caprin est pratiqué en montagne
et dans les plateaux de Boulemane.
Le développement de l’élevage dans la région Fès-Boulemane a été notable entre 2007 et
2010 en particulier l’élevage bovin et l’élevage ovin, comme le montre le tableau suivant :

Tableau 2 : Evolution du cheptel de la région 2002 /2007 à 2010


2002 – 2007 2010
Région Moulay Moulay
Fès Sefrou Boulemane Région Sefrou Boulemane
Yacoub Yacoub
Bovin 64 632 3000 28 000 216 000 12 032 75 035 22 000 40 225 12 810
Ovin 1 082 000 22 000 170 000 344 000 546 000 1 175 900 330 000 190 900 65 500
Caprin 276 800 1200 7000 120 000 148 600 237 000 13 000 3785 240 785
Total 142 432 26 200 183 000 385 600 706 634 1 487 935 365 000 234 910 908 595
Source : Monographie de la région Fès-Boulemane
 
   

URAM Intl. 2013 16


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

L’importance de l’élevage ovin et caprin est toutefois tempérée par son caractère extraverti
pour une large part. En dehors des emplois prodigués, des souks à bétail et de la
consommation locale, le secteur participe peu à l’économie locale et régionale. Il n’y a pas
pratiquement pas d’infrastructures d’abattage et de transformation des viandes et autres sous-
produits de l’élevage. L’artisanat utilise pour sa part les cuirs et la laine, mais cela ne
représente en définitive qu’une faible valorisation du potentiel. Les vraies plus-values sont
dégagées dans les grands centres de commercialisation et de consommation vers lesquels les
bêtes sont exportées vivantes.

URAM Intl. 2013 17


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2- LE POTENTIEL HYDRIQUE REGIONAL3


La région Fès-Boulemane située au Centre Nord du Maroc, à proximité des zones bien
arrosées du Rif et du Moyen Atlas, bénéficie globalement d’un apport appréciable en eau. La
diversité du relief avec le Moyen Atlas, les hautes collines au pied du Rif et le long de la
Moulouya, les hautes plaines du Saiss, est à l’origine de la diversité des étages
bioclimatiques :
- au Nord, un climat continental, sec en été et tempéré en hiver. La moyenne des
précipitations est de 450 mm/an. Les vents sont secs et froids en hiver et chauds en
été ;
- en zones montagneuses, le climat est humide, froid en hiver et tempéré en été. La
moyenne des précipitations est supérieure à 600 mm/an ;
- dans les hautes collines de Boulemane, le climat est semi-aride. La moyenne des
précipitations ne dépasse pas 250mm/an (entre 1973 et 2002 : 110 mm à Tendit,
146 mm à Outat El Haj, 162 mm à Missour).

2.1- LES EAUX DE SURFACE


Des oueds d’importance souvent nationale drainent la région :
- Sebou (débit : 5 à 20 m3/s) ;
- Inaouen (débit : 3 à 12 m3/s) ;
- Mikkès (débit : 0.2 à 1.5 m3/s) ;
- Guigou (débit : 0 à 54 m3/s) ;
- Moulouya (50 m3/s).
La région s’étend sur deux bassins hydrographiques importants :
- le bassin du Sebou qui couvre 40 % de la surface de la région, le Haut Sebou et la
plaine Fès-Saiss ;
- le bassin de la Moulouya qui couvre 60 % de la superficie de la région.

                                                            
3
 En complément des éléments contenus dans le rapport sur le milieu naturel

URAM Intl. 2013 19


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 3 : Les sous-bassins de la région Fès-Boulemane


Sous Bassin Bassin versant (km2)
Guigou 1264
Maaser 963
Mdez 3426
Haut Sebou Zloul 681
Ain Timidine 4661
Azzaba 4666
Allal Al Fassi 5400
Lyhoudi 332
Sebou (Dar Al Arsa) 7318
Moyen Sebou Mikkes (El Hajra) 864
Mikkes (Sidi Chahed) 1010
Sebou (Azib Soltane) 1614
Moyenne Moulouya (Outat El
Moyenne Moulouya
Haj)
Source : Etude du Schéma Directeur d’Assainissement rural de la région de Fès-Boulemane 2011

Sur le plan hydrologique, on distingue trois zones importantes :


- le pied du Moyen Atlas constitue une zone hydraulique alimentée totalement par les
eaux de pluie ;
- la plaine de Saiss, dont la réserve en eau provient de l’infiltration des eaux météorites
à travers les failles géologiques et les éléments en provenance du pied de l’Atlas,
- la plaine de Moulouya drainée par l’oued Moulouya, où le débit est variable selon
l’importance des précipitations.
Les écoulements moyens interannuels des principaux affluents ou sous-bassins de l’oued
Sebou au niveau de la région Fès-Boulemane, pour la période 1939-2002 se sont élevés à un
volume de 2754 millions de m3/s (débit moyen de 87,2 m3/s).

Tableau 4 : Apports moyens annuels des sous-bassins de Sebou au niveau de la région


1939 – 2002
Stations Sous – bassin
Débits m3/s Volume (Mm3)
Barrage Allal Al Fassi 19.4 613
Allal Fassi
Haut Sebou 22.7 717
Idriss 1er Barrage Idriss 1er 17.3 547
Lben 2.8 88
Sidi Abbou
Inaouen et Lben 20.2 638
Aziz Soltane Moyen Sebou 4.8 151
Total 87.2 2754
Source : Agence du Bassin Hydraulique de Sebou (HBS)

Au cours des trois dernières décennies, il a été constaté une régression des apports en eau au
niveau du bassin de Sebou avec des taux variant de -36 % à la station Sidi Chahed à -21 % à
la station Allal Al Fassi. Quant aux apports moyens de l’oued Moulouya et de ses affluents,
ils ont enregistré une progression pour atteindre un volume de 1047 millions de m3/an au
cours de la période 1931-2008.

URAM Intl. 2013 20


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 5 : Ecoulements annuels moyens dans le bassin de Sebou


Sous – Débits (Mm3) Volume (Mm3) Diminution
Station
bassin 1973-2009 1939-2009 1973-2009 1939-2009 relative %
Barrage
Allal El Fassi 15,22 19,21 480 606 -21 %
Allal El Fassi
Barrage
Idriss 1er 12,63 17,52 398 553 -28 %
Idriss 1er
Sidi Abbou Lben 2,05 2,74 65 86 -25 %
Sidi Chahed Mikkès 0,92 1,44 29 45 -36 %
Moyen
Azib Soltane Sebou 1,87 2,69 59 85 -30 %
Intermédiaire
Total 32,69 43,6 1031 1375
Source : Agence du Bassin Hydraulique de Sebou (HBS)

2.2- LES EAUX SOUTERRAINES


Le cadre géographique, la structure géologique et les caractéristiques climatologiques de la
région ont constitué des facteurs favorables à la formation de plusieurs aquifères. Ces
aquifères sont d’importance diverse du fait de leurs caractéristiques hydrogéologiques et leurs
superficies. Ces dernières sont de caractéristiques et de superficies diverses et par conséquent
d’importance variée. La plupart d’entre elles s’étendent aux régions limitrophes et hors du
périmètre d’étude du SRAT de Fès- Boulemane. Les eaux souterraines sont exploitées soit
pour l’irrigation, soit pour l’alimentation en eau potable, ou les deux à la fois, comme le
montre le tableau suivant :
Tableau 6 : Exploitation des aquifères
Exploitation pour les Exploitation pour l’alimentation
Les Aquifères
activités agricoles En eau potable
Le système aquifère du Saiss : Surtout pour l’irrigation
La nappe phréatique des cultures -
La nappe profonde Surtout pour l’irrigation Alimentation de la ville de Fès en
des cultures eau potable
La nappe des Causses du
Irrigation Alimentation en eau potable
Moyen Atlas
Alimentation des centres de la
La nappe du Moyen Atlas
Irrigation province de Boulemane.
plissé
en eau potable
La nappe du Couloir Fès-Taza - -
Le système multicouche de la Moyenne Alimentation de Missour et Outat
-
Moulouya El Haj en eau potable
Source : Evaluation intégrée de l’environnement de la région Fès-Boulemane/Secrétariat d’Etat chargée de l’eau et de
l’environnement
 

   

URAM Intl. 2013 21


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2.3- MOBILISATION ET UTILISATION DE L’EAU

Plusieurs ouvrages hydrauliques (barrages, lacs collinaires) ont été construits dans la région
de Fès-Boulemane pour répondre à la fois à la demande en eau du secteur agricole ainsi que
des autres secteurs économiques, approvisionner la population en eau potable, produire
l’énergie électrique et lutter contre les inondations. Les plus importants de ces ouvrages sont :
- le barrage Allal El Fassi sur l’oued Sebou avec un volume de stockage de 63,7 Mm3 ;
- le barrage de Sidi Chahed sur l’oued Mikkès, avec un volume de stockage de
170 Mm3.

Les différentes retenues en service dans le bassin de Sebou permettent ainsi de cumuler un
volume d’eau de 230 Mm3 dont 98 % sont dessinés à l’irrigation, l’alimentation en eau
potable et la production de l’énergie électrique.
Il est attendu, avec la réalisation des différents ouvrages en projet, une mobilisation de
942 Mm3 d’eau.
Tableau 7 : Volume d’eau mobilisé dans la région
Année de
Préfecture Capacité
Barrage Oued mise en Fonction
/Province (Mm3)
service
Protection contre les inondations de
El Gaada Boufekrane 1992 2,9
la ville de Fès
Moulouya Protection contre les inondations de
Fès
Arafa Mehraz 1993 0,62 la ville de Fès
(Mehraz)
Atchen El Atchen 1990 0,27 Abreuvement
Moulay Sidi Irrigation + eau potable + industrie
Mikkès 1996 161
Yacoub Chahed
Allal El Irrigation + eau potable + énergie
Sebou 1990 63,7
Fassi électrique
Protection de Sefrou contre les
Agay Agay 1994 1,25
inondations
Sefrou
Protection de Sefrou contre les
Kouchat Kouchat 1990 0,046
inondations
Protection de Sefrou contre les
Ben Sassi Ben Sassi 1990 0,061
inondations
Total 229,847
Source : Evaluation intégrée de l’environnement de la région Fès-Boulemane/Secrétariat d’Etat chargée de l’eau et de
l’environnement)
Tableau 8 : Projets de barrages dans la région
Préfecture/Province Barrage Volume de retenue Fonction
M’Dez Irrigation dans le Gharb + énergie
Sefrou 700 électrique
Ain Timedrine Compensateur du barrage M’Dez
Sehb El Merga Irrigation + régulation des crues (centre
Boulemane 8,7
de Guigou)
Ouled Tayeb Irrigation + régulation des crues de
1,75
Fès l’oued Himmer à Fès
Bsabis 1,7 Irrigation + abreuvement du cheptel
Total 712,15
Source : Evaluation intégrée de l’environnement de la région Fès-Boulemane/Secrétariat d’Etat chargée de l’eau et de
l’environnement)

URAM Intl. 2013 23


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

L’eau mobilisée atteindra un volume de 941,927 Mm3 après réalisation des barrages en projet.
Dans le bassin de la Moulouya, le barrage d’Enjil permet de mobiliser au maximum
12.7 Mm3 (irrigation + eau potable).
Le taux de mobilisation des eaux de surface parait faible comparativement aux apports dont
bénéficie la région. Au niveau du bassin du Sebou, 8,3 % des apports d’eau sont retenus dans
les barrages. Au niveau de la moyenne Moulouya, le taux de mobilisation s’élève à 6,4 % au
profit de la province de Boulemane.

2.3.1- Mobilisation de l’eau dans la région


 
Par sa proximité des zones bien arrosées du Rif et du Moyen Atlas, la région bénéficie
globalement d’un bon apport en eau. Le volume moyen interannuel des apports en eau dans le
sous-bassin de l’oued Sebou au niveau de la région pour la période 1939-2002 a atteint
2754 Mm3 avec un débit moyen de 87,2 m3/s. Les apports moyens de l’oued Moulouya et ses
affluents se sont élevés à 1047 Mm3/an pour la période de 1931 à 2008. Le volume des eaux
de surface pour la région et le sous-bassin de la Moyenne Moulouya s’est élevé en moyenne à
196,6 Mm3/an entre 1931 et 2008.
La consommation annuelle en eau a atteint en 2008 environ 325 Mm3 dont 235 Mm3 orientés
vers le secteur agricole soit 72 % du volume total de l’eau consommée. Cette proportion
rapproche la région de Fès-Boulemane de la moyenne mondiale d’utilisation d’eau agricole
qui est de 75 %. Cet équilibre relatif sera cependant difficile à maintenir, car les ressources
ont tendance à baisser alors que la consommation autre qu’agricole a tendance au contraire à
augmenter.

2.3.2- L’utilisation de l’eau

La démarche actuelle pour la gestion des ressources en eau privilégie une valorisation des
ressources en eau souterraine par rapport aux eaux de surface. Ce mode de gestion a eu pour
conséquence la surexploitation des nappes en l’occurrence celle de Fès-Meknès. Cette nappe
qui permet l’irrigation dans la plaine du Saiss, la zone la plus productive en agriculture de la
région, sert aussi à l’alimentation de la préfecture de Fès (population, activité industrielle et
touristique).
La tendance à la baisse des précipitations ces dernières décennies (la nappe de Fès-Meknès est
alimentée à partir des eaux de pluie et de la fonte des neiges du Moyen Atlas) compromet

URAM Intl. 2013 24


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

sérieusement le retour de la nappe à l’équilibre. En outre, la région se heurte au problème de


l’envasement des barrages. Cette situation peut conduire à un coût additionnel de
remplacement des barrages ou à la construction de nouvelles capacités de stockage. Pour faire
face à cette situation, une planification a été mise en place, afin de mieux gérer la ressource en
eau.

2.3.3- Le Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau


(PDAIRE)

Le PDAIRE est un instrument de planification qui se présente à la fois comme un document


technique et juridique destiné à asseoir, dans le cadre d’une gestion décentralisée, une
politique de gestion concertée et durable des ressources en eau. Il fixe pour chaque bassin les
orientations fondamentales d’une gestion équilibrée des ressources en eau. Il prend en compte
les principaux programmes arrêtés par les collectivités publiques et définit de manière
harmonisée les objectifs de quantité et de qualité des milieux aquatiques ainsi que les
aménagements à réaliser pour les atteindre.
Le PDAIRE a permis l’évaluation de l’état actuel des ressources en eau et la réalisation des
prévisions de la demande en eau à moyen ou à long terme en recherchant de nouvelles
perspectives de mobilisation de la ressource. Le plan d’action adopté découle des analyses des
schémas d’aménagement retenus, nécessaires pour la satisfaction des besoins ainsi qu’à la
préservation des ressources en eau.
Il respecte également la stratégie nouvelle du secteur de l’eau qui s’articule autour des axes
suivants :
 la gestion de la demande en eau ;
 le développement de l’offre en eau ;
 la préservation et production des ressources en eau ;
 la lutte contre les inondations.
Au niveau de la région, plusieurs actions stratégiques sont visées dans le cadre du PDAIRE.
Deux axes majeurs sont à retenir : la gestion de la demande en eau et le développement de
l’offre en eau.

URAM Intl. 2013 25


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 La gestion de la demande en eau  
Il est prévu l’aménagement et l’équipement des parcelles agricoles en techniques d’irrigation
localisée (PMH et LI) plus efficientes à la place de l’irrigation de surface et gravitaire qui se
révèle être une source de perte d’eau. Déjà sur le terrain grâce aux efforts déployés par l’Etat,
les superficies d’irrigation localisée ont augmenté entre 2007 et 2010 de 50 % représentant
ainsi 32,7 % des terres irriguées. D’après le plan régional de développement agricole, il a été
projeté pour l’horizon 2020 l’augmentation de la superficie agricole équipée en goutte-à-
goutte à 37 350 ha afin d’améliorer les niveaux de valorisation de l’eau d’irrigation.
Il a été aussi recommandé d’inciter à la dépollution industrielle pour encourager le recyclage
et d’amélioration des rendements des réseaux de distribution dont l’objectif est d’atteindre un
taux moyen de 80 % à l’horizon 2020 et par conséquent la réduction de la consommation en
eau. Ce qui permettra d’économiser 52 millions m3 au niveau du bassin à l’horizon 2030.

 Le développement de l’offre en eau  
Six actions ont été retenues pour répondre aux problèmes et déficits en termes
d’approvisionnement, de rationalisation et de satisfaction des besoins en eau.
a) Réalisation des grands barrages:
C’est une action qui s’inscrit dans le cadre global de la politique des barrages. Un programme
de réalisation de huit nouveaux barrages répartis sur l’ensemble du territoire du bassin du
Sebou. Aussi, il a été prévu que la région soit dotée d’un barrage complexe « Mdez-Ait
Emderine » dans la Province de Sefrou. Cette retenue servira à l’irrigation de la plaine de
Saiss, l’alimentation en eau potable de la ville de Fès, la production de l’énergie hydro-
électrique et la protection contre les inondations.
b) Réalisation des petits et moyens barrages (PMB)
14 petits et moyens barrages dans la région à l’horizon 2030 sont également prévus pour
diverses fonctions : desserte locale en eau potable, abreuvement du bétail, écrêtement des
crues, lutte contre l’érosion, lutte contre les feux de forêt.

Tableau 9 : Projets de petits et moyens barrages par province


Préfecture/Province Nombre de PMB
Fès 3
Moulay Yacoub 01
Boulemane 06
Sefrou 04
Total Région 14
Source : Agence du Bassin Hydraulique de Sebou (HBS)

URAM Intl. 2013 26


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tous ces petits barrages participent à l’augmentation des volumes d’eau pour les différents
usages et à l’amélioration des revenus de la population des zones montagneuses dans le cadre
d’une solidarité amont-aval.

c) Programme d’entretien des infrastructures hydrauliques et interconnexion des systèmes


Le plan d’action relatif à ce programme comprend des actions d’entretien des ouvrages de
génie civil des corps des barrages et des équipements hydromécaniques et électromécaniques,
pour garantir une durabilité des performances de l’infrastructure hydraulique de la région.

d) Système de transfert
Afin d’atteindre un équilibre spatial entre les disponibilités de la ressource en eau et les
demandes, il a été retenu des systèmes de transfert d’eau entre les sous-bassins du Sebou, et
du bassin de Sebou vers d’autres bassins sud déficitaires en eau.

e) Exploration des eaux souterraines


Le plan d’action vise à mieux connaître le potentiel des nappes profondes afin d’envisager
leur exploitation, au niveau essentiellement des nappes du Saiss et du couloir Fès-Taza.

f) Collecte des eaux de pluie


Cette opération consiste à récupérer les eaux de pluie par l’aménagement de bassins de
stockage ou de petites retenues peu profondes en milieu rural, pour fournir une eau pour
l’irrigation en zones déficitaires.

URAM Intl. 2013 27


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

3- L’EXPLOITATION AGRICOLE ET SON EVOLUTION


 

L’exploitation agricole dans la région se caractérise par la prédominance de la céréaliculture


et de l’arboriculture spécialement l’oléiculture. Outre ces cultures, l’élevage occupe une place
de choix dans les activités agricoles de la région. Les autres cultures sont constituées
principalement des rosacées, des légumineuses, des cultures maraîchères, des cultures
fourragères, des cultures industrielles, des cultures du câprier (une spécificité de la région) et
des produits de terroir (miel, plantes aromatiques et médicinales).

3.1- LES PRODUCTIONS VEGETALES

3.1.1- LA CEREALICULTURE

La céréaliculture occupe 173 600 ha, soit plus de la moitié de la S.A.U de la région et 3,5 %
de la superficie emblavée au niveau national, ce qui témoigne de l’importance de cette
culture. La région Fès-Boulemane produit annuellement en moyenne 231 800 tonnes de blé et
assure ainsi 5 % de la production nationale. La province de Moulay Yacoub constitue la
principale zone céréalière régionale avec une superficie de 87 000 ha.
Une répartition d’après les rendements obtenus et le poids de chaque province par rapport à la
moyenne de la superficie et de la production à l’échelle nationale permet d’identifier des
zones à potentiel céréalier élevé, des zones céréalières à dominante extensive, des zones à
système céréalier marginal. L’extension des cultures irriguées, maraichères et arboricoles, et
l’expansion urbaine y ont réduit considérablement les surfaces céréalières. En dépit des
progrès techniques et l’extension de l’irrigation d’appoint, la répartition géographique de la
production céréalière reste essentiellement dépendante des conditions climatiques de l’année.

Les rendements des terres agricoles ne sont pas réguliers et varient d’une année à l’autre. A
l’exception des années 2002-2006 où la moyenne des rendements a atteint 20 quintaux à
l’hectare, le reste des années, les rendements enregistrés varient de 7,6 à 11,4 quintaux à
l’hectare. Cette irrégularité des rendements s’explique principalement par la sécheresse.
 

URAM Intl. 2013 28


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 10 : Superficie et production de la céréaliculture


Superficie en milliers d’ha Production en milliers de quintaux
Fès + Moulay Yacoub + Sefrou 165.8 2968.7
Boulemane 42.4 661.4
Total région 208.2 3630.0
Total Maroc 5309.2 53 219.2
Part de la région (%) 3.9 % 6.82 %
Source : Annuaire statistique Région Fès-Boulemane-HCP- 2009
 

Tableau 11 : Evolution des superficies et des productions de la céréaliculture (milliers de quintaux)


2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008
Superficie 39 35 42 37 37.1 42.4
Boulemane
Production 473 466 181 449 298.3 661.4
Fès-Moulay Superficie 158 166 158 171 137.1 165.8
Yacoub- Production
3523 3108 1737 3437 434.1 2968.7
Sefrou
Superficie 197 201 200 208 174.2 208.2
Total Région
Production 3996 3574 1918 4822 732.4 3630.1
Source : Annuaire statistique Maroc-HCP- 2009
 
 
   

URAM Intl. 2013 29


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

3.1.2- L’ARBORICULTURE

Avec l’extension de l’arboriculture notamment l’oléiculture, la culture de l’arbre est devenue


une spéculation importante dans la région et une culture d’exportation. L’extension des
périmètres irrigués, l’octroi des crédits d’investissements, la croissance de la demande urbaine
et la mise en place d’infrastructure d’entreposage et de réfrigération ont favorisé le
développement de l’arboriculture fruitière.
La superficie arboricole est passée de 14 % environ en 1996 à 25 % de la superficie
labourable. L’arboriculture fournit 20 % en moyenne de la production agricole (notamment le
cerisier, le pommier, le pêcher, le noyer, le prunier). Par sa contribution à la valeur globale de
la production agricole, l’arboriculture est devenue un secteur structurant de l’économie
agricole et du développement régional.
L’arboriculture est aussi une culture sociale puisqu’elle symbolise la matérialisation du droit
des hommes sur la propriété du sol. Elle est aussi source d’emploi intensif. Labour, taille,
entretien et cueillette emploient une main-d’œuvre nombreuse pendant quelques mois dans
l’année. Non moins important est l’emploi indirect lié au transport de la production et à la
commercialisation (trituration des olives, stockage de l’huile....). L’oléiculture a donné
naissance à l’une des filières agroalimentaires les plus anciennes et les mieux structurées.

Tableau 12 : Production arboricole dans la région


Superficie ha Rendement quintaux/ha
Olivier 56 000 - 56 000 15.5 -
Rosacées 1860 6420 8280 45 190
Figuier 400 - 400 65 -
Vigne 261 161 422 55 130
Agrumes - 409 409 - 235
Grenadiers - 185 185 - 170
Pistachier 26 26 - 70
Pacanier - 16 16 - 120
Caroubier - 50 50 - 50
Noyer - 17 17 - 40
Total 58 521 29 694 65 805 - -
Source : Direction Régionale de l’Agriculture (DRA), Fès-Boulemane-2010

URAM Intl. 2013 31


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

3.1.3- Les produits locaux

La région est caractérisée par la multiplicité des variétés des produits locaux. D’après une
étude initiée par la Direction régionale de l’Agriculture, il existe 22 produits agricoles suivant
des différenciations pédoclimatiques, socioculturelles et géographiques de la région.
Spatialement, les produits se présentent comme suit :
Préfecture de Fès et province de Moulay Yacoub
Câpres : produit qualifié de biologique, occupant une superficie de plus de 16 000 ha dans la
province de Moulay Yacoub. Le Maroc est considéré parmi les premiers pays producteurs et
exportateurs de câpres.
Figue Chaari : variété typique de Fès, par le calibre et le goût, quelques centaines d’arbres
(400) sont dispersés dans l’espace.
Olive l’Mta : produit très réputé par ses qualités gustatives et par son utilisation culinaire.
Menthe de Sebou : produit cultivé, avec beaucoup de savoir-faire, depuis quelques décennies,
sur les bordures de l’oued. Sebou et occupant une superficie d’environ 80 ha.
Province de Sefrou
Olive Azzaba : produit cultivé dans la commune rurale d’Azzaba sur 8 000 ha en système
irrigué.
Endives : culture qui prend de plus en plus d’ampleur, notamment dans la province de Sefrou
sur une superficie de 40 ha. Deux coopératives à Imouzzer Kandar s’occupent du
conditionnement et de la commercialisation du produit.
Cerisier de Sefrou : culture qui constitue l’une des vocations de la province. Le produit beldi,
très apprécié sur le marché, jouit d’une forte notoriété à l’échelle nationale.
Tomate Zgan : produit destiné au marché local (production 2000 T/an), cultivé sur une
superficie de 200 ha.
Miel : l’apiculture est pratiquée dans la région médiane entre la province de Sefrou et la
province de Boulemane, caractérisées par la diversité de la flore des plantes aromatiques et
médicinales. La production annuelle atteint 16 T. Quatre types de miel sont produits :
 miel du buplèvre (Zandaz) ;
 miel du romarin (Azir) :
 miel du jujubier (sedra) ;
 miel du thym et origan (zaatar).
Safran : cette culture et nouvellement introduite dans la région dans le cadre du Plan Agricole
Régional sur une superficie de 10 ha.

URAM Intl. 2013 33


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Province de Boulemane
Huile d’olive Outat El Haj : une aire d’oliviers de 3930 ha dans les environs des sites irrigués
avec peu d’entretien, ce qui donne une huile de qualité appelée à bénéficier d’une promotion
pour la commercialisation.
Huile d’olive Skoura : l’oliveraie se trouvant dans la commune rurale de Skoura, occupant
1300 ha, la qualité dont jouit cette huile est liée aux caractéristiques naturelles du milieu.
Oignon : produit caractéristique de la zone irriguée de la commune rurale de Guigou avec une
production de 17 500 T/an, soit 2,5 % de la production nationale. Cet oignon est réputé pour
son aptitude à la conservation et l’environnement favorable au stockage.
Pastèque de Meslegh : fruit apprécié pour sa qualité gustative et très demandé pour sa forme
petite et arrondie.
Truffes : champignon qui pousse d’une façon spontanée dans les parcours de Boulemane, et
connu pour son goût. La production dépend des précipitations et la densité d’une plante hôte
avec laquelle les truffes vivent une symbiose à savoir : l’hélianthème.
Navet de Missour : cultivé sur une superficie d’environ 25 ha, reconnu par sa forme, mais
surtout par son goût spécial (piquant).
Pomme de Tafajjight : la commune rurale de Tafajjight produit 280 T/an de pommes. Ces
fruits sont reconnus par leur couleur et leur goût.
Pomme de terre de Guigou : culture occupant une superficie de 500 ha dont la particularité est
d’entrer en production tardivement. (mi-août – fin octobre).
Pêcher du Missour : produit typique de la commune rurale de Missour sur 3 ha, avec trois
variétés : malloussi, farougui, haloui. Cet arbre est réputé pour sa qualité de porte-greffe.
Plantes aromatiques et médicinales (PAM) : outre la lavande en tant que PAM cultivée, le
système pastoral et sylvo-pastoral a favorisé l’extension des PAM sauvages à savoir : romarin
(Azir), thym (Zaatar), origan, armoise (chih), sauge, sauge sclarée, sauge officinale et la
menthe pouliot (fliyyou).
Agneau Beni Guil : l’élevage ovin extensif sur les parcours, notamment dans la partie
orientale de la province de Boulemane, a donné cette race réputée par la qualité de sa viande
rouge et ses performances productives.
Agneau Timahdit : race reconnue par la qualité de ses viandes rouges surtout pour les cheptels
des parcours à armoise blanche et à alfa.

URAM Intl. 2013 34


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 13 : Répartition spatiale des produits locaux


Zone Produits locaux
Fès – Moulay Yacoub Câpres, figue chaari, olive l’Mta, menthe de Sebou
Sefrou Olive Azzaba, endive, cerisier, tomate Zgan, miel, safran
Olive Outat El Haj, olive skoura, oignon, pastèque, truffes, navet, pomme, pomme
Boulemane
de terre, pêche, PAM, agneau Beni Guil, agneau Timahdit.
Source : DRA – Fès-Boulemane

3.1.4- Les activités agricoles liées au secteur industriel

La région Fès-Boulemane occupe une place prépondérante en matière d’industrie de


transformation. En effet, le plus grand nombre d’unités de transformation est implanté dans
cette région après le Grand Casablanca. Le secteur du textile et du cuir compte le plus de main
d’œuvre industrielle avec plus de 65 % de l’effectif de la région qui est estimé à plus de
26 000 emplois, suivi de celui de l’agroalimentaire avec 16.5 % (huileries, laiteries).
Le nombre d’unités industrielles liées à l’agriculture entre 2006 et 2008 est passé de 621
unités à 654 unités, soit une augmentation nette de 5 % en deux ans. Cette augmentation est
due à la prolifération des établissements opérant notamment dans l’agroalimentaire.

Ces établissements sont inégalement répartis. En effet, la province de Boulemane en comptait


un seul en 2010. Elle est la moins industrialisée des provinces. À l’opposé, la préfecture de
Fès est le foyer des industries agroalimentaires avec 136 unités soit 91 % de l’ensemble des
unités de la région.

Tableau 14 : Répartition des industries dans la région de Fès-Boulemane


Fès Boulemane Sefrou Moulay Yacoub
2007 2008 2010 2008 2009 2010 2008 2009 2010 2008 2009 2010
Industrie
140 167 136 2 2 1 20 22 4 5 - -
Agro-alimentaire
Industrie textile et
251 241 237 - - - 5 7 8 - -
cuir
Autres industries 221 216 228 - - - 3 4 13 11 - -
Total 612 624 661 2 2 1 28 33 25 16 19 -
Source : Direction Régionale de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies

L’industrie liée à l’activité agricole absorbe 38 % de l’investissement dans les différents


secteurs industriels en 2010.
 
 
 

URAM Intl. 2013 36


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Concernant la production par secteur, l’agroalimentaire est le secteur le plus producteur en


industrie, il fournit plus de la moitié de la production de la région. Ceci résulte de la
concrétisation de nombreux projets agricoles visant le développement des cultures
industrielles dans la région (olivier, câprier).
Concernant l’exportation des produits industriels liés à l’activité agricole, la part la plus importante
s’opère dans le textile et le cuir (à hauteur de 68 %) et les produits alimentaires (27 %).
 
Tableau 16 : Répartition de l’exportation par sous-secteur et par province
Fès Sefrou Moulay Yacoub
2004 2008 2008 2009 2008 2009
Industrie
483 071 555 287 7059 10 023 6633 3259
agroalimentaire
Textile et cuir 1 340 851 11 788 20 094 23 784 3722
Source : Direction régionale de l’Industrie

3.2- LES PRODUCTIONS ANIMALES


L’élevage occupe une place importante dans la vie et l’économie rurales de la région. Ce
secteur représente 45 % de la valeur de la production agricole de la région et compte plus de
22 750 éleveurs. Caractérisé par sa diversité, l’élevage associe le système extensif s’appuyant
essentiellement sur l’exploitation des parcours, au système intensif ou semi-intensif,
valorisant les ressources fourragères.
L’aridité du climat sur une bonne partie du territoire de la région explique l’importance de
l’élevage ovin et caprin dont les effectifs varient d’une année à l’autre. L’effectif total du
troupeau ovin est estimé à plus d’un million de têtes, le troupeau caprin à plus de 360 000
têtes. Plus de 98 % du cheptel se trouve au niveau des provinces de Boulemane et de Sefrou.
Les troupeaux caprins sont concentrés dans les zones montagneuses et steppiques.
Occupant 1 445 300 ha, les terres de parcours représentent environ 72 % de la superficie
totale de la région, ce qui explique le développement de l’élevage extensif.
Tableau 17 : Effectif du cheptel (moyenne des 5 dernières années)
Préf. / Province Bovin Ovin Caprin
Fès 3000 22 000 1200
Moulay Yacoub 28 000 170 000 7000
Sefrou 21 600 344 000 120 000
Boulemane 12 000 546 000 148 600
Total 64 600 1 082 000 276 800
Source : Synthèse du Plan Agricole Régional-Fès-Boulemnae

Le tableau ci-dessus montre la prédominance de l’élevage ovin (3/4 de l’effectif). L’élevage


caprin vient loin derrière en 2ème position, pratiqué essentiellement dans les provinces de
Sefrou et Boulemane. L’élevage bovin représente à peine 5 % et il est développé surtout dans
la province de Moulay Yacoub suivie de la province de Sefrou. Cette localisation est liée

URAM Intl. 2013 38


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

principalement aux conditions naturelles de ces deux provinces, mais également par la
proximité du marché très important que représente la ville de Fès.

CONCLUSION

Engagée depuis quelques décennies dans un large processus de développement, l’agriculture


de la région de Fès-Boulemane reste confrontée à plusieurs défis : l’augmentation de la
production pour participer à l’effort national en vue de satisfaire à la demande intérieure en
produits alimentaires de base et de conquérir des marchés extérieurs. Pour cela, des objectifs
spécifiques sont assignés au secteur, comme : l’accroissement du taux d’emploi dans les
campagnes, l’élévation du niveau d’instruction des habitants du milieu rural, l’amélioration
des revenus des agriculteurs, l’intégration aux secteurs de l’industrie, le désenclavement des
douars, notamment dans les zones montagneuses, la recherche de moyens adéquats pour une
solution plus efficace aux secteurs où prédomine l’agriculture traditionnelle. Les réformes
entreprises au niveau institutionnel, financier et technique ont permis d’obtenir des résultats
appréciables.

URAM Intl. 2013 39


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4- LES MOYENS DE PRODUCTION

4.1- LE PATRIMOINE FONCIER

Le nombre d’exploitations agricoles est d’environ 48.875. En rapportant la superficie agricole


utile de la région (316.989 ha), au nombre d’exploitations, la superficie moyenne par
exploitation est de 6,4 ha. Le nombre de parcelles par exploitation est de 7 en moyenne, soit à
peu près un hectare par parcelle. Ce ratio est un indicateur d’un micro-parcellaire. Le nombre
d’exploitations dans une même province varie d’une commune à l’autre. En moyenne, il est
de 870 dans la province de Boulemane, 368 dans la préfecture de Fès, 665 dans la province de
Sefrou, 1400 dans la province de Moulay Yacoub.

Tableau 18 : Répartition des exploitations et des parcelles par province


Nombre Nombre de Nombre de parcelles
Préfecture/province S.A.U totale SAU/exploitation
d’exploitations parcelles par exploitation
Province
17 400 141 532 76 298 8 7.3
Boulemane
Préfecture de Fès 2210 16 111 21 219 7 9.6
Province Sefrou 15 309 111 689 93 770 7 6.1
Province M.
13 956 96 938 125 702 7 9
Yacoub
Total région 48 875 366 270 316 989 7 6.4
Source : RGA 1996

Les exploitations inférieures à 5 ha sont au nombre de 35 200. Les exploitations dont la


superficie est comprise entre 5 et 10 ha sont au nombre de 8300. Les exploitations comprises
entre 10 et 20 ha sont au nombre de 3700 ; quant aux exploitations, dont la superficie est
supérieure à 20 ha, elles sont au nombre de 1700.
Sur les 48 900 exploitations que compte la région, 72 % ont une superficie inférieure à 5 ha.
Ceci laisse présager d’une saturation prochaine du secteur en termes de création d’emplois et
de revenus, susceptible d’engendrer une accélération de la déprise rurale.
 
   

URAM Intl. 2013 43


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4.3- LE MODE DE FAIRE VALOIR


Selon le RGA, le mode de faire valoir pratiqué dans la région est direct dans plus des 4/5 des
exploitations qui occupent 265 000 ha environ. Le reste de la superficie (51 000 ha) est réparti
entre la location (26 561 ha) et le bail en nature (24 510 ha), dont la majeure partie se trouve
dans la province de Moulay Yacoub.

Tableau 21 : Mode de faire valoir (ha)


Province Direct Location Bail
Boulemane 73 440 243 2615
Fès 17 373 2873 973
Sefrou 86 613 1922 5235
Moulay Yacoub 88 492 21 523 15 687
Total 265 918 26 561 24 510
Source : RGA 1996

Selon les monographies communales et monographies agricoles (2008 à 2011), le mode de


faire valoir direct prédomine dans presque la totalité des communes rurales du Moyen Atlas et
de la vallée de la Moulouya. La pratique de la location et du bail en nature apparait dans
certaines communes rurales de la plaine du Saiss. La proportion de la location et du bail en
nature est relativement plus importante dans les communes rurales du Pré-Rif, comme le
montre la carte suivante :

   

URAM Intl. 2013 48


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4.4- UTILISATION DES INTRANTS


 
L’utilisation des engrais, des semences sélectionnées et des produits phytosanitaires s’est
étendue à l’ensemble des exploitations agricoles de la région avec des niveaux différents dans
l’évolution. En 1996 la proportion des exploitations concernées par l’utilisation des engrais
était déjà relativement importante dans les provinces de Sefrou (à l’exception de la majeure
partie de la zone montagneuse), de Moulay Yacoub et la préfecture de Fès (respectivement
74 %, 69 % et 79 %), tandis que dans la province de Boulemane, l’usage des engrais était
réservé à quelques exploitations dans les communes rurales se trouvant au piémont oriental du
Moyen Atlas.
Quant à l’utilisation des semences sélectionnées, la proportion était plus faible, hormis la
préfecture de Fès où l’on enregistrait 62 % d’exploitations utilisant les semences
sélectionnées. 
Concernant l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’ensemble étaient assez élevée, à
l’exception des exploitations de la province de Boulemane.
Depuis et avec l’avènement de développement agricole et rural et en particulier les projets de
développement intégré et l’extension de petite et moyenne hydraulique, les exploitants
agricoles utilisent dans la conduite des spéculations l’ensemble des intrants nécessaires qui
sont généralement commercialisés localement dans des magasins spécialisés et dans les
pharmacies pour les produits sanitaires.

Tableau 22 : Utilisation des intrants (engrais, semences sélectionnées, produits phytosanitaires)


Usage de semences Usage de produits
Usage des engrais
sélectionnées phytosanitaires
Nombre % des Nombre % des Nombre % des
d’exploitations exploitations d’exploitations exploitations d’exploitations exploitations
Boulemane 7639 44 2195 13 2281 13
Fès 1751 79 1381 16 1807 82
Sefrou 11 295 74 4789 31 10 362 67
Moulay
9663 69 5068 36 10 141 73
Yacoub
Total
30 348 66.5 13 433 24 24 591 58.7
région
Source : RGA 1996

4.5- LA MECANISATION

En 1996 le secteur de l’agriculture dans la région disposait de 1350 tracteurs, de 269


moissonneuses batteuses et de 3907 motopompes, ce qui donne un ration de un tracteur pour
234 hectares (à Boulemane : un pour 533 ha) et une moissonneuse pour 1875 hectares.

URAM Intl. 2013 51


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Ce faible taux peut s’expliquer par la taille réduite des parcelles et également par la nature des
reliefs dans certaines zones. L’usage de la motopompe était assez généralisé, avec des taux
qui se rapprochent, entre et 1 groupe motopompes pour 75 à 78 hectares avec 96 hectares
dans la province de Sefrou.
L’acquisition du matériel agricole, effectué par le Ministère de l’Agriculture avec le Fond de
Développement Agricole dans les cinq dernières années a permis de nombreux exploitants de
s’équiper de tracteur avec une subvention de l’Etat.
Cependant, dans la province de Boulemane, les superficies étant limitées l’accès au tracteur
est parfois utilisé pour le défrichement des terres dans certaines zones de parcours car cette
action étant mal ciblé devient critique avec les dégâts qu’elle peut causer.
Concernant le petit matériel, l’achat des faucheuses de luzerne, des vibreurs d’olivier se fait à
Fès, Meknès et Casa. Généralement, pour le petit outillage l’achat et les repartions se font
localement (Médina de Sefrou,Guigou, Missour, Outal El Haj....).
Le matériel de l’apiculture provient du Gharb, de Sidi Kacem, de Sidi Slimen et de Kenitra
(les ruches vides et la cire gaufrée). Dans ce domaine la dépendance de la région de
l’extérieur est importante car des essaies de fabrication sur place ont été effectués mais sans
résultats conséquent.

Tableau 23 : Mécanisation selon les exploitations

Nombre S.A.U en Nombre de Nombre de Nombre de


d’exploitations Ha tracteurs moissonneuses motopompes
Boulemane 17 400 76 298 143 8 993
Préfecture Fès 2210 21 219 132 18 271
Sefrou 15 309 93 770 605 70 971
Moulay
13 956 125 702 470 73 1672
Yacoub
Total région 48 875 316 989 1350 169 3907
Source : RGA 1996

4.6- ENCADREMENT DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE

L’encadrement du secteur agricole est assuré par plusieurs unités administratives et


techniques :
 la Direction régionale de l’Agriculture et de la pêche à Fès ;
 4 Directions provinciales de l’Agriculture (DPA) ;
 des Centres de Travaux (CT) relevant des DPA assurant l’encadrement direct des
agriculteurs, mais où l’effectif des agents n’a cessé de diminuer depuis deux décennies ;

URAM Intl. 2013 52


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 la Direction régionale des Eaux et forêts et de la lutte contre la désertification ;


 4 Directions Provinciales des Eaux et forêts et de la lutte contre la désertification avec les
10 secteurs locaux ;
 les centres régionaux de perfectionnement des agriculteurs (CREPA) ;
 les établissements de formation (lycée agricole, centre de formation professionnelle) ;
 les autres services du Ministère de l’Agriculture (conservation foncière, recherche
agronomique…).

4.7- LE CADRE FINANCIER

4.7.1- Les aides de l’Etat


 
Le fonds de développement agricole :

Ce fonds, initié par l’Etat, a pour but d’accorder des subventions notamment pour :

 l’aménagement foncier, le creusement de puits, l’équipement en matériel d’irrigation ;

 la construction de dépôts et de bâtiments agricoles ;

 l’équipement des unités de conditionnement et de valorisation des produits agricoles.

Les subventions sont accordées notamment pour l’aménagement hydro agricole et

l’aménagement foncier (épierrage, défoncement, correction des ravins....), généralement en

zone de montagne par contre, les aides sont accordées surtout pour l’acquisition du matériel

agricole dans les zones de plateaux et piémont.

Autres formes de soutien de l’Etat : 

Outre les subventions ci-dessus indiquées, une partie des ressources est transférée aux

producteurs sous forme de : 

Primes à l’investissement : ces primes concernent l’acquisition de matériel agricole et

d’irrigation ainsi que les travaux de plantation d’oliviers.

Mesures d’incitation : il s’agit essentiellement d’exonération d’impôt à des prix incitatifs sur

le carburant.

URAM Intl. 2013 53


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4.7.2- Le financement de l’agriculture

Les activités agricoles les plus développées sont celles qui ont le plus recours au crédit
d’investissement et d’exploitation. D’une façon générale, le financement constitue de nos
jours l’un des plus importants moyens de production agricole. Cependant, l’accès au crédit est
faible dans la plupart des communes de la région. Le système du crédit agricole reste marqué
par de multiples insuffisances :
 le crédit ne bénéficie qu’à une frange très limitée d’agriculteurs (notamment dans les
zones irriguées) ;
 l’insuffisance de garanties réelles offertes aux banques par les exploitants (titre de
propriété). Ce problème demeure pour le moment sans solution ;
 le surendettement des agriculteurs, situation aggravée par les aléas climatiques
(sécheresses, inondations...).

En ce qui concerne la répartition des crédits octroyés selon les zones géographiques :
 mécanisation et production végétale dans les zones de plaine, plateaux et piémont ;
 entretien des plantations fruitières et élevage en zone montagneuse ;
 équipement et matériel d’irrigation en zone irriguée.
L’apurement foncier reste l’une des conditions d’amélioration du système de financement de
l’agriculture alors que le développement de l’agriculture et son intégration dans les activités
agroalimentaires, dans le but d’accroître la valeur ajoutée, ne peuvent se réaliser sans moyens
financiers conséquents.

URAM Intl. 2013 54


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

5- LES CONTRAINTES AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR


Le développement de l’agriculture est exposé à des contraintes techniques, des contraintes liés
à la commercialisation des productions agricoles et ainsi qu’à des contraintes relevant de
l’environnement d’une façon générale.

Concernant les contraintes techniques, il y a lieu de noter les plus importantes qui sont :
 un usage limité des intrants particulièrement des semences sélectionnées pour les céréales
d’automne dans le nord de la région ;
 le faible niveau des activités de désherbage et d’utilisation des fertilisants chimiques dans
la conduite de la céréaliculture ;
 le fonctionnement de l’irrigation avec une prédominance du système gravitaire ;
 la vétusté du parc matériel et le recours le plus souvent aux outils pour des travaux
superficiels ;
 le faible recours à l’insémination artificielle dans la production animale ;
 la faiblesse de la sole fourragère, ce qui ne permet pas une bonne productivité en matière
de production laitière et de production de viande.

Concernant la commercialisation, les contraintes liées au marché relèvent du rôle des


intermédiaires qui ont la mainmise sur les circuits de collecte de la production agricole, ce qui
réduit la marge des producteurs notamment pour les céréales, le maraichage, les plantations,
la viande rouge et le lait. Par ailleurs, les prix à la production des filières non structurées ont
un caractère aléatoire et l’agro-industrie valorise très faiblement les productions agricoles
locales (unité de conditionnement et de séchage des produits de l’arboriculture, trituration des
olives le plus souvent à la méthode traditionnelle etc...).
D’autres contraintes peuvent être citées telle que :
 les caractéristiques climatiques marquées par de longues périodes de sécheresse ;
 la surexploitation des ressources en eaux souterraines dans la plaine de Saiss ;
 la structure agraire des exploitations : petite taille, morcellement en plusieurs parcelles ;
 le faible recours au financement de la campagne agricole particulièrement en zones
pluviales.
 

URAM Intl. 2013 55


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels

PARTIE  2 : LES PERSPECTIVES DU 
DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL 
 

URAM Intl. 2013 57


Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

INTRODUCTION

La région de Fès-Boulemane présente une grande diversité naturelle et culturelle dans ses
nombreux espaces ruraux et terroirs à spécificités remarquables. Les espaces aux conditions
agro-écologiques diversifiées ont engendré des modes d’occupation et des modes de vie
spécifiques et bien ancrés dans chaque terroir.
Le territoire rural par son importance spatiale, sociale et économique a bénéficié, durant les
dernières décennies, des efforts de l’Etat en vue « d’enclencher une dynamique de
développement durable » dans ces milieux où les ressources sont stratégiques, où le capital
humain est en déprise et où le niveau d’équipement social et territorial présente des déficits.
Le développement territorial rural incarne l’approche de partage et de partenariat entre
l’autorité locale, les secteurs gouvernementaux et les collectivités locales en identifiant les
priorités et les besoins et en élaborant des projets de développement. Les objectifs assignés à
ces programmes et projets concernent l’amélioration de l’attractivité du milieu et de la qualité
de vie des populations, la promotion de la compétitivité de l’économie et la mise en œuvre de
l’ensemble des conditions pour assurer la durabilité environnementale, notamment par la
sauvegarde des ressources naturelles.
A cet effet, et partant de l’ensemble des constats, le Département ministériel chargé du
développement territorial du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de
l’Espace4 a adopté « une approche innovante dans le traitement de la problématique du
développement rural en mobilisant le Fonds de Développement Rural en tant que levier de
financement » depuis 2007. A cette occasion, des éléments synthétiques de la Stratégie
Nationale de Développement Rural (SNDR) ont été élaborés en 2011.
En effet, le MHUPV a eu dans ses compétences le dossier du développement rural dans sa
partie non agricole, pour laquelle de «nombreuses réalisations ont posé les bases d’une vision
stratégique nationale intégrée du développement rural», prenant en compte les différentes
dimensions du développement territorial, social, économique et environnemental.
Cette stratégie s’intègre et tient compte de l’ensemble des autres stratégies et politiques
relatives à ce milieu, telles que le SNAT, la stratégie 2020 du développement rural, l’INDH,
etc. Les projets de développement déjà initiés dans la partie « hors agricole » visent la
réduction des déséquilibres spatiaux avec la réhabilitation des territoires et ce :

                                                            
4
Actuellement : Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville.

URAM Intl. 2013 58


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

- en contribuant à la création d’emplois nouveaux permanents et viables ;


- en améliorant la qualité des équipements et les services de base dans les villages ;
- en favorisant les actions de désenclavement de territoires ruraux ;
- en améliorant les capacités et les compétences du potentiel humain.

En parallèle de ces politiques et stratégies plus ou moins intégrées visant le développement


rural, les autorités ont élaboré un vaste plan national de développement agricole dénommé
Plan Maroc Vert qui a été suivi de déclinaisons régionales appelées Plan Agricole Régional.
D’ampleur nationale, le plan Maroc vert vise la mise en valeur du potentiel agricole territorial.

Dans cette seconde partie du rapport sectoriel consacré à l’agriculture et au milieu rural, nous
exposerons les perspectives du développement de l’agriculture et du milieu rural à partir d’un examen
des plans et projets suivants :
- la stratégie nationale du développement rural et ses implications pour la région ;
- les projets de développement rural dans la région ;
- le Plan Moyen Sebou Inaouan Aval (Moulay Yacoub) ;
- le Plan Agricole Régional.

URAM Intl. 2013 59


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1- LA STRATEGIE NATIONALE DU DEVELOPPEMENT RURAL

1.1- LA POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT RURAL DE 1999

Le monde rural représente la plus grande part du territoire de la région même si, en termes de
population et d’activités, il n’en abrite qu’une portion réduite. Ce milieu est resté pendant
longtemps en marge des changements significatifs que le pays a connus depuis son
indépendance. Depuis les années 2000, des efforts ont été consentis dans le rattrapage des
retards en matière de desserte sociale et de développement humain améliorant ainsi les
conditions de vie des populations rurales, grâce notamment aux différents programmes
sectoriels (route, eau, électricité) et à l’Initiative Nationale pour le Développement Humain
(INDH) qui a ciblé les populations pauvres, mais une partie importante de la population
demeure vulnérable à la pauvreté. Sur la base du constat et des expériences menées dans le
domaine du développement agricole et rural, fut donc élaborée dès 1999, une politique de
développement rural pour l’horizon 2020.

La mise en place de la politique s’est faite à travers les Projets de Développement Intégré
(PDI). L’INDH lancée dès 2005 a permis d’inscrire les politiques de développement agricole
et rural dans un cadre global de développement de la région fondé sur une démarche novatrice
destinée aux zones marquées par un retard économique et social. Le secteur agricole, priorité
dans les choix de développement, a permis la modernisation de l’activité dans les zones aux
aptitudes et ressources favorables, pour une augmentation de la production agricole et la
satisfaction grandissante des besoins de la population en produits alimentaires et pour
l’amélioration des revenus des agriculteurs.

Cette politique s’est traduite par l’aménagement rural dans les campagnes basé sur la mise en
valeur des périmètres irrigués, par la valorisation des ressources en eau de la région. Ces
efforts ont engendré une diversification des productions agricoles, une sécurisation des
productions, une intensification des cultures et le développement d’activités en amont et en
aval. D’autres projets ont ciblé la mise en valeur des terres en bour, en zone de montagne et
en zone steppique, tels que les projets de développement intégré et de mise en valeur en bour,
les projets en zone de montagne, etc.

URAM Intl. 2013 60


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Les différentes interventions du secteur agricole n’ont cependant pas été suffisantes pour
réaliser le développement du milieu rural : c’est ainsi que la stratégie du développement rural
est partie de nouveaux concepts fondateurs parmi lesquels « l’intégration des interventions sur
le monde rural et l’approche globale de développement rural et la territorialisation des
interventions modulées selon les potentialités locales ». Selon la stratégie, « le développement
rural ne doit pas être considéré comme un programme de développement émanant de l’Etat et
exprimé en termes nouveaux. Il doit être un phénomène de société et se fonder sur les
initiatives des acteurs ainsi que sur la mise en cohérence des multiples projets qu’ils
formuleront ».
Parmi les axes d’intervention de la stratégie figurent la consolidation du Fonds de
Développement Rural (FDR), la collaboration avec les ONG, la coopération internationale, la
poursuite de l’effort d’aménagement et d’équipement de l’espace agricole et rural.
Les PDI prennent en compte toutes les activités économiques créatrices d’emploi et de valeur
dans le tourisme (agritourisme, produits des terroirs, tourisme rural, etc.), dans l’artisanat des
femmes rurales et leur savoir-faire. Dans ce cadre, la région a bénéficié d’un projet de
développement intégré dans le Moyen Atlas Oriental.

Dans le domaine de la petite et moyenne hydraulique (PMH), la région a bénéficié de


plusieurs projets dans les provinces de Sefrou et de Boulemane. La province de Moulay
Yacoub bénéficie du PMSIA5 qui peut être considéré comme un projet de grande hydraulique.
Le développement de la PMH s’est traduit par une augmentation des superficies irriguées, un
changement dans les systèmes de production : on passe du bour à l’intensif par un
investissement dans le goutte à goutte pour l’arboriculture sur des terres de faible pente, par la
reconversion du gravitaire en goutte à goutte, et par la création de nouveaux périmètres
irrigués.
Le Fonds de Développement Agricole (FDA), stimulateur du développement, a permis de
financer les investissements dans l’irrigation économisatrice d’eau.
Toutefois, le territoire ne peut fonctionner correctement sans une vision à long terme de son
développement. Il importe pour cela que les trois composantes de durabilité soient prises en
compte à savoir le social, l’économique et l’environnemental. Le Maroc a opté pour une
nouvelle approche du développement rural qui « rompt avec l’approche prévalant jusqu’alors
et qui faisait du développement du secteur agricole la seule composante pour toute forme de
développement rural ».
                                                            
5
PMSIA : Projet Moyen Sebou Inaouan Aval.

URAM Intl. 2013 61


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1.2- DE NOUVELLES ORIENTATIONS DE DEVELOPPEMENT RURAL

Des leçons du passé concernant le monde rural et son développement ont découlé :
- les orientations Royales avec le lancement de l’INDH (mai 2005) ;
- le discours de SM le Roi à l’occasion de la Fête du Trône (30/07/2007).
« Parmi les questions cruciales qui nous interpellent avec force, figure l’indispensable
consolidation des acquis enregistrés en matière de développement rural… Par ailleurs, pour
s’assurer que le développement durable de notre pays ne devienne unijambiste, il doit
s’opérer de manière harmonieuse et équilibrée entre villes et campagnes. A cet effet, il est
nécessaire de favoriser le développement urbain dans le cadre d’une politique cohérente de
la ville ».
- le discours de SM le Roi pour l’ouverture de la huitième législature (12/10/2007)
« .. De même, et comme nous l’avons déjà affirmé, il faudra prévoir, parmi les nouvelles
priorités, l’adoption d’une nouvelle politique agricole, énergétique et hydraulique, ainsi que
l’élaboration d’un plan pour le développement territorial urbain et rural ».
- et la déclaration gouvernementale :
« Le gouvernement est décidé à enclencher un saut qualitatif en matière d’application des
approches et orientations relatives à l’aménagement du territoire national pour permettre à
notre pays de dépasser une étape décisive dans la mise en œuvre de la politique de
régionalisation et de déconcentration ».

« C’est dans ce sens qu’intervient la création d’un ministère rassemblant les prérogatives de
l’aménagement du territoire national, du développement urbain et rural, ainsi que de l’habitat
et de l’urbanisme dans l’objectif de créer des synergies entre ces secteurs, d’une part, et de
veiller à l’intégration des politiques sectorielles au niveau des espaces, de l’autre ». La
déclaration gouvernementale oriente la nouvelle Stratégie Nationale de Développement Rural
(SNDR) qui doit s’adapter au contexte du Maroc et des régions et dont les fondements de la
nouvelle démarche se déclinent comme suit.

URAM Intl. 2013 62


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1.2.1- Finalités et objectifs de la SNDR

La SNDR s’appuie sur la prise en compte des politiques et programmes ciblant le monde rural
et la « refonte des approches autour d’une politique de développement territorial construite
sur des projets de territoires où chaque politique ou programme peut se retrouver, mais
surtout contribuer selon ses attributions et ses moyens au développement des territoires
ruraux ». Il s’agit de partir du principe que le « développement est une construction par les
acteurs pour la dynamisation socio-économique des territoires où l’homme et son
développement sont placés au centre des préoccupations et des actions ».
Cette approche prend en compte les deux composantes du développement territorial et leur
interdépendance : la composante rurale et la composante urbaine et ce, dans une vision de
développement durable visant «la solidarité des générations et des territoires». Cette approche
territoriale «participe de ce fait à la politique d’aménagement du territoire en visant la
compétitivité économique et l’attractivité des territoires, tout en veillant à la cohésion
territoriale et sociale. Elle œuvre pour cela à une répartition harmonieuse de la population et
des activités, en vue d’une utilisation optimale durable de tout le territoire national».

La SNDR vise à répondre à des enjeux nationaux et à des ambitions prioritaires pour les
territoires ruraux. Il s’agit :
- d’améliorer l’attractivité du milieu rural et de la qualité de vie de la population et l’appui
à l’urbanisation intermédiaire ;
- de promouvoir la compétitivité de l’économie rurale, diversification des activités non
agricoles génératrices de richesse et d’emplois ;
- d’assurer les conditions de durabilité environnementale (préservation de l’environnement
des territoires ruraux et gestion et valorisation du patrimoine naturel et culturel).

Les déterminants sont donc les objectifs de développement humain, le rôle et la place du
secteur agricole dans l’économie et dans les territoires ruraux, les besoins en emplois, les
orientations environnementales (biodiversité, qualité des eaux, changement climatique et
énergies renouvelables) et la consolidation des programmes de desserte sociale et territoriale
menés dans les zones rurales (INDH, MCA, PAGER, DRI-MVB, PDRMO, PNRR, etc.).

URAM Intl. 2013 63


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 24 : Finalités et objectifs stratégiques de la SNDR


Finalités Objectifs stratégiques

- Réduire la dispersion de l’habitat rural ;


Finalité territoriale
- Renforcer l’encadrement territorial du monde rural

- Lutter contre la pauvreté et promouvoir le


développement humain
Finalité sociétale
- Réduire des disparités villes-campagnes en matière de
services à la population

- Renforcer l’économie rurale en diversifiant les


Finalité économique : une économie rurale
activités et les compétences locales ;
compétitive et génératrice d’emplois et valorisant
- Améliorer l’attractivité et la compétitivité des zones
les potentialités dans différents secteurs d’activité
rurales et valoriser leurs potentialités territoriales.

Finalité environnementale : une gestion durable des


- Préserver l’environnement des territoires ruraux ;
ressources naturelles, respectueuse des
- Valoriser les ressources territoriales.
particularités territoriales

- Mettre en place un cadre réglementaire et


Finalité institutionnelle institutionnel propre à favoriser durablement le
processus de développement rural.

Source : Stratégie Nationale du Développement Rural - Vision, Bilan et Perspectives (DAT) 2011

1.2.2- Les axes stratégiques et étapes de mise en œuvre

Tableau 25 : Les axes stratégiques


- Promouvoir l’urbanisation intermédiaire
Axe 1 : Améliorer la qualité de vie dans le monde
rural et le rendre attractif
- Améliorer l’accès aux services publics

- Améliorer la compétitivité de l’agriculture (Plan


Axe 2 : Améliorer la compétitivité et la diversité de Maroc Vert)
l’économie rurale
- Création et développement d’activités non agricoles

- Préserver l’environnement des territoires ruraux


Axe 3 : Créer les conditions de la durabilité
environnementale
- Valoriser les ressources territoriales

- Créer un cadre institutionnel et réglementaire propre


Axe 4 : Créer un environnement politique et au développement rural
institutionnel propice à favoriser durablement le
processus de développement rural - Améliorer la gouvernance territoriale et mobiliser le
potentiel endogène

Source : Stratégie Nationale du Développement Rural : Vision, Bilan et Perspectives (DAT) 2011

URAM Intl. 2013 64


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

La territorialisation des axes stratégiques se décline pour Fès-Boulemane, à l’échelle


régionale, provinciale ou intercommunale pour obtenir les « Territoires de Développement
Economique et de Compétitivité » et à l’échelle communale ou locale pour obtenir « les
territoires du développement humain et de lutte contre la pauvreté ».
Les étapes de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement Rural (SNDR)
sont :
- Etape (1) : de 2007 à 2008 : réflexion sur la SNDR dans le cadre de la vision de
l’aménagement du territoire.
- Etape (2) : de 2008 à 2009 : élaboration du projet de la SNDR : identification des projets
et de l’ensemble des procédures pour la concertation avec les acteurs et partenaires
locaux et institutionnels – Octroi de 40 % du Fonds au MHUPV.
- Etape (3) : 2009 à 2001 : préparation des projets de développement rural, des conventions
et transfert des fonds pour les projets retenus. Mise en œuvre des projets.
- Etape (4) : 2011 à 2012 : lancement de « l’Appel à Projets » - Nouvelle procédure de
sélection des projets à financer au titre de l’année 2012.

Les projets de développement sélectionnés et mis en œuvre à l’échelle du Maroc, se


rapportent à 45 provinces et 13 régions. Ils sont répartis en quatre types de projets :

Tableau 26 : Types de projets de la SNDR


Objectifs Projet

- Projets structurants
- Valorisation des ressources - Activités génératrices de revenus
Les projets de territoire territoriales - Amélioration de la qualité des
- Réhabilitation des zones rurales infrastructures et services

- Projets créant des emplois


Les projets issus des plans de
- Mise en œuvre des plans de - amélioration de la qualité des
développement développement infrastructures

- Désenclavement,
Les projets émanant du - Réhabilitation et qualification - Amélioration de la qualité des
programme Agenda 21 des zones concernées infrastructures et services de
base.

- Mise en œuvre des projets de


développement qui s’étendent
Les projets d’appui à
sur des échelles territoriales ou
l’approche territoriale
interrégionales comme les parcs
naturels

URAM Intl. 2013 65


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1.3- LE FONDS DE DEVELOPPEMENT RURAL (FDR)

1.3.1-Les objectifs du FDR

Le Fonds de Développement Rural (FDR) a été créé par la loi de finance n° 32-93 du
28/02/1994. Il intervient comme un « levier de motivation, pour aider à la mise en œuvre
opérationnelle et volontaire du développement des territoires ruraux ». Le Fonds pour le
Développement Rural et des Zones de Montagnes (FDRZM) vise à améliorer l’attractivité et
le développement des territoires ruraux et « a vocation à intervenir comme un levier qui
aiderait à la mise en œuvre opérationnelle et volontariste du développement des territoires
ruraux6 ».

Il répond à un objectif de développement humain et de mise à niveau économique et en tant


que « catalyseur pour dynamiser l’intégration de l’action publique dans le milieu rural ». Il
permet aussi de « concrétiser l’approche territoriale participative ascendante, de soutenir
l’initiative des acteurs locaux et de favoriser la concurrence entre les différents territoires ».
Suite à la délégation de gestion et la responsabilité de l’emploi de 40 % du FDR, au ministère
de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la politique de la ville, de nombreux projets de
développement ont bénéficié de ce fonds. Ces projets ont été identifiés dans le cadre d’études
et de stratégies de l’aménagement du territoire pour certains ou proposés par les différents
acteurs locaux pour d’autres, dans la région de Fès-Boulemane.

1.3.2-Projets du Fonds de développement rural

Les projets présentés dans le tableau qui suit ont été sélectionnés et financés par le fonds du
développement rural dans la cadre de la stratégie. Ils concernent le développement territorial
prioritaire, l’appui et le renforcement des infrastructures de base, le désenclavement ainsi que
la constitution de projet de territoire.

                                                            
6
Suite à la tenue du premier Forum de développement rural au Maroc

URAM Intl. 2013 66


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 27 : Projets financés par le FDR dans la région : 2009-2010


Cadre Projet Montant (Mdh)
PROJETS A CARACTERE TERRITORIAL PRIORITAIRE
25 projets de construction et
d’aménagement d’ouvrages hydro
« Programme prioritaire de lutte contre
agricoles
les effets des inondations » Province de 20,23 dont 20,0 du
14 projets d’aménagement de pistes
Boulemane en 2008 :15 communes FDR (Exercice 2009)
rurales
rurales concernées
Appels d’offres lancés en 2010
Projets en cours de réalisations
APPUI ET RENFORCEMENT DES INFRASTRUCTURES DE BASE ET DESENCLAVEMENT
Mise à niveau et renforcement des Qualification de 5 communes rurales à
infrastructures et équipements publics Moulay Yacoub

10,35 dont 5,0 du FDR


Exercice 2010-2011 (en
cours)
Amélioration des conditions de vie des 5,0
populations rurales : (exercice 2010)
Province de Moulay Yacoub et Province
de Sefrou

Qualification de 4 communes rurales à 6,6 dont 5,0 du FDR –


Sefrou Exercice 2010-2011
(en cours)
PROJETS DE TERRITOIRE
Projet Intégré « Gestion et Valorisation
des produits de terroirs dans la province
Mise en œuvre des orientations de la
de Boulemane »
« Stratégie de Développement et
Intervenant : MHUPV, MAP, MT, MA, 72,8 (FDR)
d’Aménagement du Moyen Atlas »
le Conseil Régional et les communes
rurales concernées par les projets

53,74 dont 40,0 du


Projet du Moyen Atlas Oriental Province de Boulemane : 7 communes
FDR (exercice 2009)
Corridor : Dar Lhama – Adrej –
Mise en place du Pays d’Accueil 2,4
Tafjighet – Ighezrane
Touristique (PAT) de Sefrou (phase 1) (en cours)

URAM Intl. 2013 67


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Carte 14 : Distribution territoriale des projets de 2009 : Maroc

Source : DAT- Stratégie Nationale du Développement Rural : Vision, Bilan et Perspectives 2011

Le programme d’investissement de l’année 2010-2011 de deuxième génération se caractérise


par la décision de déconcentration dans la préparation et la sélection du programme d’action
au profit de l’Inspection Régionale de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville,
en collaboration avec l’ensemble des acteurs locaux. Les projets ont été répartis en trois
catégories :
 Programmes de soutien, de renforcement des équipements et de désenclavement : des
communes de la province de Moulay Yacoub et de la province de Sefrou sont
bénéficiaires ;
 Programme de développement et d’amélioration des indicateurs de développement
humain ;
 Projets de développement intégré : réhabilitation et qualification des zones rurales.

URAM Intl. 2013 68


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Au titre de l’année 2012, il y a eu le lancement de « l’Appel à projets » comme nouvelle


procédure pour sélectionner les projets. Dans la région de Fès Boulemane, 7 projets ont été
retenus suite à cet appel à projets. Ils se rapportent à :
 la mise à niveau des centres ruraux ;
 au réaménagement des pistes ;
 à la réalisation des infrastructures d’assainissement liquide ;
 à la construction d’un centre pluridisciplinaire.

Carte 15 : Répartition géographique des projets financés par le FDR au titre de 2011 : Maroc

URAM Intl. 2013 69


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2 - LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT RURAL DANS LA


REGION
Rappelons que la région de Fès-Boulemane est caractérisée par la part importante des grandes
cultures (céréales en particulier) et l’élevage, activité présente dans toutes les exploitations et
les communes rurales.

Analyse SWOT du monde rural dans la région Fès-Boulemane


Atouts Faiblesses
 Diversités des milieux agroécologiques :  La topographie et les conditions climatiques
(superficie) dans l’UTA7 du Moyen Atlas et dans celle de la
 Le Pré-rif (3,85 %) Moulouya.
 El Saiss (10,16 %)  Faibles indicateurs du développement humain
 Le Moyen Atlas (22,93 %)  Taux élevé d’analphabétisme
 Les plateaux de la Moulouya (63,04 %)
 Ressources naturelles :  Pauvreté en recul, mais taux de vulnérabilité
 Château du Maroc encore élevés.
 Pluviométrie : 600mm/an en zone de  Déficit en équipements et surtout en services de
montagne base (insuffisance dans la prestation de service
 Oued Sebou, Moulaya – Mikes-Guigou, et dans la qualité du service social : éducation et
etc… santé).
 Nappes souterraines Fès-Mekness  Pression démographique dans certaines zones,
 Sources naturelles et Sources thermales de prise rurale dans d’autres
 Nappes alfatières  Faible diversification des activités non agricoles
 Forêts et parcours et SIBEs  Multiplicité des statuts fonciers et contraintes
 Gisements utiles quant aux procédures liées à la conservation
foncière (achat-vente-hypothèque)
 Peuplement : de plus en plus groupé : 1132  Morcellement important des exploitations
douars et 320 villages dont certains sont agricoles 6,45 parcelles en moyenne par
importants exploitation)
 Potentiel humain en milieu rural :  Zones sensibles et surexploitation des
 Population en 2004 : 439 371 habitants ; ressources en eau, en sol et de la forêt
 Population en 2012 : 451 000 habitants ;
 Population en 2015 : 45 300 habitants ;  Le déséquilibre population/ressources/territoire
 Population en 2020 : 477 000 habitants  Plaine du Saiss : 10,16 % du territoire avec
 Population de 15 à 74 ans active dans le 78,51 % de la population8 : ressources
milieu rural : 67,30 surexploitées.
 Forte participation des femmes au travail :  Le Pré-rif : 3,85 % du territoire avec 4 % de la
16 % occupées dans l’agriculture en 2004. population : ressources limitées
 Emploi agricole : la proportion varie de 30,23 %  Le Moyen Atlas : 22,93 % du territoire avec
dans la commune de Chkef à 98,85 % dans la 8,92 % de la population : ressources
commune de Tafagight. stratégiques à préserver
 Globalement il représente 71 % dans la structure  Les plateaux de la Moulouya : 63,04 % du
régionale (avec 8 % dans l’industrie et 2,7 % territoire avec 8,55 % de la population :
dans les services et 19 % dans le reste des ressources très limitées
secteurs).
 Associations et coopératives importantes dont
plusieurs ne concernant que les femmes rurales
   

                                                            
7
UTA : Unité Territoire Agricole
8
Population en 2012 – prévisions du CRRED-HCP

URAM Intl. 2013 70


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Analyse SWOT du monde rural dans la région Fès-Boulemane (suite)


 
Opportunités Menaces

 Institutions stratégies et politiques favorables au


 Irrégularité des pluies, sécheresse, grêle
monde rural
 Développement humain : consolidé avec  Changement climatique
l’INDH, l’Entraide Nationale, etc.  Faible compétitivité du secteur agricole dans le
cadre du libre échange
 Equipements des territoires ruraux : PAGER-
PERG et PNRR (1) et PNRR (2)
 Surexploitation des ressources en eau (Saiss) et
 Stratégies sectorielles : des parcours et forêts (moyen atlas) se
 Plan Maroc Vert traduisant par la dotation de l’eau par habitant
 Plan National de l’Eau qui diminuera avec les besoins croissants de
 Plan Régional de Développement de l’urbanisation
l’Artisanat  Erosion hydrique, inondation et dégâts des crues
 Plan Rawaj des oueds violents

 Apport des Ressortissants nationaux à l’étranger


 Institutions financières et bancaires : appuyant le
développement rural :
 PNUD, JICA, FIDA
 Diminution des terres fertiles périurbaines
 Agence de Développement avec des
représentations dans la région et dans les
provinces : ADS-EN
 Libéralisation des échanges commerciaux des
produits agricoles

Dans le cadre relatif aux territoires du développement rural, la région de Fès-Boulemane


recouvre les grands espaces suivants :
- l’espace urbain : la ville de Fès et sa périphérie ;
- l’espace de modernisation agricole articulé particulièrement aux périmètres irrigués,
avec une urbanisation du corridor Fès-Meknès, où les espaces ruraux périurbains
subissent une pression foncière considérable (habitat, infrastructures, grands
équipements, etc.) ;
- l’espace des territoires « d’agriculture en bour favorable » où le poids de l’agriculture
demeure important malgré les contraintes naturelles et structurelles. Dans le Pré-rif
avec le PMSIA, une partie des contraintes disparaitra et l’intensif remplacera une
partie du bour. Dans les communes de Tissaf et Fritissa, les PDRI-MVB permettront
de stabiliser une partie du potentiel productif humain et de valoriser la ressource en
eau dans la filière olive ;
- l’espace des territoires ruraux enclavés et en déprise : certaines zones du Moyen Atlas
et des plateaux de la Moulouya (dépeuplement surtout).

URAM Intl. 2013 71


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Carte 16 : Les territoires du Développement Rural : Maroc

Source : DAT- Stratégie Nationale du Développement Rural :Vision, Bilan et Perspectives 2011

Par ailleurs, le monde rural dans la région se caractérise par :

- l’existence de 48 875 exploitations agricoles dans la région ;


- l’existence de situation avec un retard en matière de productivité et où il s’agira donc
de valorisation de productions (olive, lait, viandes rouges, céréales et les produits du
terroir) ;
- l’existence d’un savoir-faire en matière d’économie d’eau d’irrigation ;
- l’existence d’un tissu d’associations et d’organisation en coopératives : 145
coopératives, dont124 fonctionnelles et de 99 associations don t62 fonctionnelles.

URAM Intl. 2013 72


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

‐ l’existence d’entités d’encadrement agricole avec des ressources humaines et


l’existence d’une infrastructure de transformation qui commence à se moderniser dans
les communes rurales notamment dans la trituration de l’huile d’olive (1718 maâsras
et 71 huileries modernes, 17 minoteries et 62 minoteries artisanales) ;
‐ l’existence d’un potentiel important en terrain bour pouvant faire l’objet
d’aménagement foncier notamment le remembrement, l’immatriculation, le
défoncement, l’épierrage et le désenclavement.

L’importance de ce potentiel a incité à l’élaboration de programmes de développement dans le


milieu rural, projets de développement intégré et projets de mise en valeur. Dans la province
de Boulemane, 7 projets de développement rural sont mis en œuvre. Le plus important sur le
plan spatial est le projet de développement rural du Moyen Atlas Oriental (PDRMO).

Carte 17 : Projets de développement rural : Province de Boulemane

Source : DPA-Boulemane 2012

URAM Intl. 2013 73


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2.1- LE PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL DU MOYEN ATLAS


ORIENTAL (PDRMO)

C’est un projet qui s’étend sur 10 communes rurales et 2 communes urbaines, formant un
territoire montagneux et de piémont du Moyen Atlas de la province de Boulemane, dans
lequel se répartissent 205 douars. Il a été identifié et formulé par le FIDA entre Janvier et Juin
2005, pour une durée de 8 ans. Le PDRMO, dont les objectifs globaux sont de réduire la
pauvreté rurale, d’améliorer les conditions de vie des populations et de participer à la
préservation des ressources naturelles, se prolonge dans sa mise en œuvre jusqu’en 2014.
Comme objectifs spécifiques au territoire et au peuplement correspondant, le PDRMO
permettra :
- de garantir la durabilité du développement économique par la mise en valeur des
ressources agro-sylvo-pastorales ;
- d’encourager la micro-entreprise dans les secteurs de l’artisanat, de l’écotourisme et de la
transformation des produits agricoles ;
- de réduire la dégradation des ressources naturelles.

Tableau 28 : Composantes, coûts et impacts du projet


Les composantes Résultats et impacts
Encadrement et alphabétisation des bénéficiaires
Sensibilisation et animation des agriculteurs
Partenariat avec les ONGs et formation de 28 AUEA
La PMH : bilan à fin 2012
 Achèvement des études techniques
 Réalisation de 26 % des travaux
 Constitution de 50 % des AUEA : « plusieurs associations
de développement local jouent le rôle des AUEA »
Aménagement et infrastructures
 Contraintes : retard dans l’élaboration des PDD qui
socio économiques :
retardent à leur tour les réalisations de la PMH
- la PMH ;
- le désenclavement ;
- l’AEP ; Le désenclavement : faible démarrage réel, avec les actions
- les travaux des cultures de CES suivantes :
 Identification du programme sur la base des besoins
exprimés dans les PDD et leur validation par les
communes rurales :
 un programme important de 140 km de pistes a été
identifié et validé par les communes rurales ;
 la réalisation des travaux sur 25 km parmi lesquels 4 km
ont été réalisés.

   

URAM Intl. 2013 74


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 28 : Composantes, coûts et impacts du projet (suite) 


Les composantes Résultats et impacts
Désenclavement grâce à la réalisation future des pistes : Dwira et
Tawarda – CR Enjil
Tichoute Ait Ali, Atiyaa (1) et Atiyaa (2) et pistes Akjoute Ait
Tmime, Ain Tijent, Aghbal (2) et Aghbal (3) : CR Almis
Marmoucha,
Ighazdisse : CR Serghina
Piste Borj : CR Ait Bazza
Piste : Aranyoub : CR Talzemt
L’alimentation en eau potable : faible niveau de réalisation
jusqu’en 2012. Les besoins identifiés par les douars sont de :
 88 douars exprimant le besoin d’avoir un système
d’alimentation en eau potable (SAEP) alors que le projet
prévoit l’AEP pour 14 douars dont les SAEP sont
programmés entre 2012 et 2014.
 Alimentation en eau potable rurale des populations des
douars Ikhnidjin et Belmhidi : CR Guigou
La conservation des eaux et des sols (CES)
 Les études techniques sont achevées ;
 Les travaux de CES sont réalisés à 33 % du programme
prévu avec la :
 stabilisation des berges accélérée du fait des crues de 2009
et les formations assurées.
Les contraintes :
 Le manque de terres de statut Melk (privé) et la complexité
des statuts juridiques du foncier freinent les actions
Aménagement et infrastructures
d’épierrage et les travaux de confection de murettes.
socio économiques :
- la PMH ;  La zone du projet présente des risques élevés d’érosion des
- le désenclavement ; sols et nécessite des actions de CES pour protéger les terres
- l’AEP ; agricoles du projet.
- les travaux des cultures de CES Identification et diversification de la production végétale :
 De faibles réalisations avec 10 % pour les plantations
d’arbres fruitiers et d’autres cultures, 25 % dans le
domaine de la formation des agriculteurs et techniciens.
 Retard dans la mise en place de la convention Recherche et
Développement ;
Les contraintes : insuffisance dans les moyens humains mis à la
disposition du projet dès son initialisation
Amélioration sylvo-pastorale et développement de l’élevage.
 Dans le domaine de l’élevage, les réalisations sont
satisfaisantes, en partenariat avec l’ANOC dans les actions
de développement de l’élevage :
 Aménagement et création de 26 points d’eau, appui à la
construction des abris anti-village etc. ;
 Promotion de micro-activités d’élevage (apiculture,
engraissement ovin).
 Dans la santé animale, avec le soutien de l’encadrement
vétérinaire, de l’ONSSA les retards ont été rattrapés pour un
cheptel de 700 000 têtes environ.
 Retard dans les actions d’amélioration pastorale, faute de
moyens humains : le programme identifié est de 10 000 ha à
mettre en défens et de 700 ha de plantations à lancer en
2013.
 Dans le domaine de la réhabilitation des écosystèmes
forestiers par le lancement des travaux,

   

URAM Intl. 2013 75


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 28 : Composantes, coûts et impacts du projet (suite) 

Les composantes Résultats et impacts


Aménagement et infrastructures
socio économiques : Les contraintes :
 la PMH ; Moyens humains insuffisants, réticence de la population et retard
 le désenclavement ; dans la mise en application de la convention-cadre de partenariat
 l’AEP ; entre la Direction Provinciale et la DP des Eaux et Forêts et de la
 les travaux des cultures de CES Lutte contre la Désertification.
Appui aux services financiers de proximité et promotion de la
micro-entreprise
 Les réalisations ont concerné l’étude des filières ;
 La collaboration des cadres des centres techniques a permis de
réaliser depuis 2009, 29 AGR dans l’apiculture, et dans la
filière ovine, qui nécessite encore des moyens humains pour
l’amélioration de leurs performances.
Agence du micro crédit (AMC) et implantation de 4 points de
service du micro crédit
Dans le cadre du PDRMO, la filière des plantes aromatiques et
médicinales sera développée essentiellement par des femmes rurales
dans un projet de gestion durable de cette ressource, et ce, dans le
but de rendre ces femmes actives et autonomes
Les contraintes :
Promotion de la micro-entreprise
 Les effectifs ovins accordés par bénéficiaire sont limités pour
réellement lancer des AGR et justifier les efforts nécessaires :
 Le matériel agricole insuffisant ;
 De faibles niveaux de formation pratique ;
 La faiblesse de l’organisation de la filière apicole dans la
province.

Renforcement des capacités :


Il s’agit d’augmenter les moyens humains en techniciens et de les
mobiliser pour assurer l’appui nécessaire à la création de nouvelles
associations communautaires et de renforcer celles qui existent, de
renforcer les formations et les voyages d’échanges avec d’autres
provinces, de prioriser la création d’AGR aux personnes ayant suivi
le cycle d’alphabétisation.
 Appui au développement de la production végétale :
 Arboriculture fruitière développée sur 6000 ha.
 Amélioration sylvo-pastorale :
 Réhabilitation des parcours par la mise en défens
Intensification et diversification de la participative de 5000 ha en zone de montagne et de 25 000
production agricole ha en milieu steppique ;
 Plantations fourragères (500 ha), d’arbustes fourragers
(500 ha) en intercalaires avec des céréales ;
 Réhabilitation des écosystèmes forestiers par
l’amélioration sylvo-pastorale sur 500 ha.
Appui aux services financiers de Renforcement des équipements sociaux et des équipements
proximité économiques

Les acquis en matière d’études et de connaissance sont importants parmi lesquels l’étude de la
filière des plantes aromatiques et médicinales dans la province de Boulemane en 2010, qui
s’inscrit dans le cadre du Projet de Recherche Développement : « autonomisation des femmes
rurales dans le Moyen Atlas Oriental à travers la gestion durable des plantes aromatiques et
médicinales en appui du PDRMO ».

URAM Intl. 2013 76


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 29 : Activités du PDRMO restant à réaliser au cours des années 2013 et 2014
Actions et mesures restant à réaliser Responsabilité Date
Consolidation des groupements ANOC existants DP/SVA 2013 et 2014
Création de 4 nouveaux groupements DP/SVA 2013/2014
Renforcer les groupements (coopératives ou associations) qui ont
respecté le ciblage exigé par le FIDA et ayant réussi leurs petits projets DP/SVA 2013/2014 
(AGR9)
Redresser la situation dans les coopératives et les groupements qui
connaissent des problèmes notamment celles financées par le don du DP/SVA 2013/2014 
FIDA
Réserver une vingtaine de classes d’alphabétisation fonctionnelle aux
groupements et coopératives ayant créé ou envisageant de créer des DP/SVA 2013/2014 
AGR
Réaliser les plantations de safran comme prévu au profit de certains
DP/SVA  2013/2014 
groupements
Renforcer la promotion d’AGR à travers la formation, l’octroi de
DP/SVA  2013/2014 
subventions, le conseil et le suivi
Mobiliser l’AT pour l’identification, la formation et l’accompagnement
DP/SVA  Avant fin 2012
des AGR
Renforcer une quarantaine d’AGR à travers l’octroi d’équipements
DP/SVA  2013 et 2014
nécessaires
Subventionner deux associations (à titre pilote) pour créer des revolving
DP/SVA  2013
funds
DP/SVA
Mobiliser d’autres sources de financement telles que le SFDA, l’INDH, A partir de
SMOP/Province/
la DRA, etc. septembre 2012
DRA/MAPM/etc
Activer l’établissement de la convention-cadre avec les services DP/Province/servi
techniques provinciaux et des nouvelles conventions de partenariat avec ces techniques Octobre 2012
la DPEFLCD et l’ANOC provinciaux
Source : PDRMO-Rapport d’examen à mi-parcours 2012 - FIDA

« La réalisation des principales actions de la composante renforcement des capacités,


principalement, les PDD qui sont finalisés et validés, l’alphabétisation des femmes,
l’organisation des populations en associations et coopératives et leur formation, la validation
du programme de pistes par les communes et leur engagement pour leur maintenance, la
création et la mise à jour des AUEA et l’engagement de certains partenaires (PMV, ANOC,
DPEFLCD, ONEP, CR, etc…) dans l’accompagnement des actions du projet, ainsi que la
qualité technique des réalisations physiques du projet, constituent des facteurs importants
pour assurer la durabilité institutionnelle, sociale et technique. Cependant, des efforts
importants restent à faire pour traduire les engagements en conventions de partenariat et
pour renforcer, former et mobiliser les OP qui constituent les acteurs principaux pour assurer
la durabilité du projet » (FIDA).
Le PDRMO a connu une amélioration sensible grâce aux efforts mis dans son organisation de
la gestion et dans le renforcement de ses capacités locales. Cependant, des retards importants
en matière de travaux d’aménagement et d’infrastructures, de mise en valeur agricole, et de
                                                            
9
AGR : Activités Générales de Revenus

URAM Intl. 2013 77


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

micro entreprise apparaissent dans le bilan à mi-parcours réalisé par le FIDA. Des mesures
sont prises, nécessaires pour combler les retards et accélérer la cadence de mise en œuvre du
projet. A cet effet, il s’agira donc :
- de doter le projet de personnel qualifié supplémentaire par affectation de cadres du
Ministère de l’Agriculture et de la Pêche ou par le biais de l’assistance technique avec des
moyens matériels et de fonctionnement ;
- de renforcer le budget pour rattraper, les retards et d’allouer aux CT les crédits
nécessaires, pour la mise en œuvre des activités ;
- d’établir une convention-cadre de partenariat avec les services techniques provinciaux
des autres départements, pour assurer la convergence de leurs interventions respectives
dans la zone du projet, ainsi que de conventions spécifiques de partenariat, notamment
avec la DPEFLCD et l’ANOC ;
- d’élaborer en 2013 une stratégie de sortie du projet pour garantir la durabilité des
réalisations après l’achèvement.

2.2- PROJETS DANS LA PROVINCE DE BOULEMANE

Le projet du périmètre de Guigou


C’est un périmètre d’irrigation de 3000 hectares, bénéficiant à une population de près de
14 000 habitants dans une zone de faible densité. Il permet d’occuper une population familiale
(87 %) et en partie une main-d’œuvre salariée relativement importante (13 %). La ressource
provient des eaux du barrage Sehb El Merga, des sources Ain Titzil et des eaux de l’oued
Guigou. Comme impact, il y a eu le désenclavement de plusieurs douars et du périmètre grâce
à la réalisation de 30 km de pistes rurales.
Ce projet est structurant dans la commune de Guigou et dans l’ensemble de la zone du
PDRMO par les impacts qu’il génère en amont et en aval sur les services
d’approvisionnement. Les productions maraichères sont commercialisées dans les souks
importants de la zone, mais aussi dans les marchés de gros des grandes villes du Maroc.
Tableau 30 : Données générales sur le périmètre
Superficie du périmètre irrigué 3003 ha
Provenance de la ressource en eau Ain Titzil, Oued Guigou et les eaux du barrage Sehb El Merga
Population rurale 13 920 personnes, 2465 ménages
Main d’œuvre familiale 87 % des actifs agricoles
Main d’œuvre salariale 13 % des actifs agricoles

URAM Intl. 2013 78


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Le centre de Guigou est stratégique pour l’économie des provinces de Sefrou et Boulemane
avec les provinces voisines de la région de Meknès-Tafilalet. Les activités agricoles,
d’élevage et d’artisanat induisent un développement de l’activité d’échange dans le souk de
Guigou, qui compte parmi les plus importants de la région avec les produits maraichers du
périmètre, le cheptel de la commune et des communes d’Azrou,Taoujdate, El Hajeb, Sefrou,
Missour, Boulemane, Fès et Ain Kansara (Moulay Yacoub). Grâce à l’irrigation, il y a une
diversification des cultures de bonne qualité et une production importante. L’irrigation est
moderne en goute à goutte (vannes) à partir d’un système de Seguias. Une grande partie de la
production est commercialisée à l’extérieur de la région de Fès-Boulemane.
Les contraintes sont d’ordre foncier, relatives au remembrement qui est nécessaire pour
l’efficacité des investissements, avec comme préalable l’organisation des exploitants en
coopératives. D’autres contraintes relèvent du conditionnement de l’oignon, de la
concurrence, et de la qualité des semences sélectionnées. Les travaux d’aménagement
hydroagricole concernent une superficie de 1200 ha et les aménagements pastoraux se
rapportent à l’ensemble de la commune.

Le périmètre irrigué de Tendit


Le périmètre de Tendit avec son extension couvre une superficie importante. Ce sont des
exploitations agricoles (oliveraies) qui longent les habitations sur 10 km environ. Cette
disposition rend les habitants et les parcelles vulnérables aux ruissellements des bassins
versants qui dominent le centre de Tendit du coté Ouest. Aussi, la problématique des
inondations est traitée depuis l’aménagement du périmètre en 1960, avec 7 exutoires.

2.3 - LE PROJET DE GESTION INTEGREE DES FORETS DU MOYEN ATLAS


(GIFMA)

Le projet de Gestion intégré des forêts du Moyen Atlas a pour objectifs la mise en place d’une
gestion intégrée des écosystèmes forestiers du Moyen Atlas, susceptible de restaurer
l’intégrité de l’écosystème et de contribuer du développement socio-économique durable des
populations rurales et des exploitants en aval et une implication des communautés locales
dans le processus de gestion durable des ressources naturelles et forestières. Les communes
concernées, au nombre de 13, font partie des provinces de Taza (Région Taza-El Hocina-
Taounate), de la province de Khénifra (région de Meknès-Tafilalet) et de la province de

URAM Intl. 2013 79


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Boulemane. La zone d’action du projet se situe dans le corridor allant de Tazaka (Taza)
jusqu’à Karouchen (Khénifra) et s’étend sur une superficie d’un million d’hectares environ.
Skoura M’Daz, avec près de 22 000 têtes de cheptel, 32 500 ha de forêts et 36700 ha de
parcours, constitue la commune rurale pilote du projet dans Boulemane10 dans laquelle
l’activité d’élevage sera maitrisée et développée grâce à la mise en place de systèmes de
gestion sylvo-pastorale et de restauration des forêts. Parmi les impacts attendus, citons la
promotion de micro-projets et activités génératrices de revenus au profit des usagers pour
atténuer la pression sur la forêt et la mise en place de leviers d’incitation pour l’adoption de
bonnes pratiques et modes d’exploitation et de gestion durable.
Avec 6000 ha en irrigué, Skoura M’Daz et Guigou constituent un « pôle de développement de
la production agricole végétale et animale ». Les principales activités pratiquées par les
riverains dans le massif sont l’élevage, l’agriculture, la collecte et le ramassage de bois, la
cueillette des plantes aromatiques et médicinales (PAM) dont les résultats impacteront
positivement le développement rural, autour de l’activité sylvo-pastorale, avec une
participation importante des femmes et le développement d’une filière éco-touristique.
C’est un projet avec une dimension de développement durable grâce à l’intégration du
développement social, du développement économique et du développement environnemental.
Il a été lancé par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la
Désertification avec un budget de 23.5 MDH, l’Agence de Développement Social (1 million
de dollars) et le Fonds Mondial pour l’Environnement.

Tableau 31 : Répartition du budget selon la source de financement


Partenaires Montant
HCEFLCD 500 000 dollars
ADS 1 million de dollars
FME 997 945 dollars
PNUD 360 000 dollars
Fonds Mondial pour la Nature 52 800 dollars
Le Corps de la Paix des USA au Maroc 200 000 dollars
Budget total 3.11 millions de dollars
(23.5 millions de dirhams)
Source : DREFLCD-Fès Boulemane

Skoura M’Daz a été retenue comme commune pilote. Une stratégie de reproduction et
d’adaptation de ce modèle sera préconisée aux autres espaces.

                                                            
10
La 2ème commune pilote étant Tanourdi dans la province de Khénifra.

URAM Intl. 2013 80


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

2.4 - LE PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL INTEGRE DE MISE EN


VALEUR EN BOUR (DRI-MVB) DE TISSAF

Le PDRI-MVB couvre la commune de Tissaf (province de Boulemane), grande commune de


270 000 ha dont près de 99 % sont des espaces de parcours. La surface agricole utile de 2900
ha est valorisée par l’irrigation sur 1500 ha. Les agriculteurs, au nombre de 920 environ, se
répartissent dans 16 douars.
Les impacts du projet sont avant tout l’amélioration des revenus et des conditions de vie des
populations bénéficiaires, le développement des productions agricoles, mais aussi la
conservation des ressources naturelles grâce aux différentes composantes du projet dont le
renforcement des infrastructures sociales de base, l’amélioration de la petite et moyenne
hydraulique. Ce projet a bénéficié des prestations de l’Institut National de la Recherche
Agronomique (INRA) de Meknès et l’ENA de Meknès dans le domaine de l’assistance
technique pour la mise en œuvre d’un programme de recherche-développement et pour la
détermination de la dynamique de la végétation et de la productivité de la steppe de Tissaf.
Les éleveurs de Tissaf ont bénéficié par ailleurs de sessions de formation de la part du
partenaire « Réseau Consulting ». La conduite du projet a sollicité l’intervention des ONGs, et
associations et de l’Agence Nationale de l’Elevage Ovin et Caprin (ANOC) pour la réalisation
d’équipements d’abreuvement du cheptel, pour l’amélioration génétique, la valorisation de
l’huile d’olive (installation d’une unité de trituration moderne) la petite et moyenne
hydraulique et la création d’un groupement de sélection ovine.

2.5 - LE FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE DANS LA REGION

Les divers projets de développement rural dans la région ont mobilisé des ressources
financières considérables. Le tableau qui suit en récapitule les principales.

Tableau 32 : Investissements dans les projets de développement rural dans la région de Fès-Boulemane
Intitulé du projet Montant du coût estimatif (dirhams)
Le PDRMO :
 Système d’irrigation
51 492 000, 00
 Désenclavement des douars
 Renforcement de l’encadrement technique
Le PDRI – MVB
 Développement de la production agricole (70 % du montant)
56 000 000,00
 Mise à niveau et réalisation des infrastructures socio-économiques de
base (30 % du montant)
Le PMVB – cercle de Missour
Le projet MCA de mise en valeur en bour 84 705 000
Le projet Guigou
Le projet Tendit

URAM Intl. 2013 81


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Parmi les sources de financement, les principales concernent :


‐ Le Fonds de Développement Agricole (FDA) à travers les aides et subventions aux
projets agricoles individuels avec 331,6 millions de dirhams d’investissements et
131,3 millions de dirhams de subventions.
 Le Millenium Challenge Account (MCA) qui finance les projets de développement
rural intégrés de mise en valeur en bour à raison de 84,705 millions de dirhams ;
 L’Agence Française de Développement (AFD) finance une partie du projet du PMSIA
(Moulay Yacoub) ;
 Le FIDA à travers le financement du PDRMO (47,1 %), le gouvernement marocain
(20,7 %) les bénéficiaires des projets (3,5) et l’OPEP (28,7 %).
Les projets financés dans le cadre du FDR, par la Direction Provinciale de l’Agriculture de
Boulemane sont évalués à 3 900 000 Dhs et concrétisés au niveau de 7 marchés cités ci-
après :

Tableau 33 : Projets de l’agriculture financés par le FDR


Commune Nom du % réalisations Montant
Sup (ha) Observations
rurale périmètre physiques marché (dh)
Travaux non
El Orjane El Orjane 1000 * 1 248 300,00
entamés
Ksabi Boukhmissaida 55 50 % 872 562,00 Travaux en cours
Travaux
Ouizeght Atchana 270 80 % 129 696,00
réceptionnés
Travaux non
Ouizeght Lakrarma 40 * 275 640,00
entamés
Travaux
Enjil Tabaynout 100 % 575 040,00
réceptionnés
S.Boutayeb Old Boukhalfa 250 5% 269 400,00 Travaux en cours
Ouizeght Ighrem Oufella 20 5% 279 648,00 Travaux en cours
Source : DPA de Boulemane 2012

URAM Intl. 2013 82


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

3 - DEVELOPPEMENT RURAL EN ZONES DE MONTAGNE

3.1- LE ROLE DE LA RECHERCHE-DEVELOPPEMENT

Un des objectifs de l’INRA de Meknès pour le Moyen Atlas est son développement par
l’amélioration de la productivité des systèmes en priorité. Trois projets pilotes ont été réalisés
dans les zones de montagne. Dans la région de Fès Boulemane, l’unité territoriale du Moyen
Alas abrite 9% de la population régionale en 2012, 20,49% des terres de la SAU, 9,84% des
terres de parcours pour 37,92% du cheptel ovin et caprin de la région.
Les orientations de développement dans ces milieux sont ciblées selon 3 axes différents et
complémentaires :
1. L’axe démographique : en relation avec la forte densité et la pression qu’elle induit sur
les ressources naturelles et en relation avec le potentiel humain et son encadrement
socio-économique et technique.
2. L’axe économique : niveau de la mise en valeur des ressources (eau, sol, forêt, etc.) du
territoire, de l’action sur les systèmes et les techniques avec :
- la diversification de la base économique ;
- le rôle des différents acteurs institutionnels.
3. L’axe environnemental avec sa dimension de :
- reproduction des ressources naturelles ;
- leur protection et leur valorisation.

En effet, la diversification, l’intensification et la valorisation des produits agricoles sont autant


de voies pour améliorer les ressources naturelles, qui gérées de manière raisonnée, pourraient
contribuer à améliorer les revenus et le cadre de vie, atténuer l’intensité des catastrophes
naturelles et permettre la durabilité de la dynamique de développement.
Concernant le développement des zones de montagne, le Plan Maroc Vert et le Plan Agricole
Régional (PAR) qui en a découlé (voir chapitre 4 plus loin) ont consacré le pilier (2) au
développement « solidaire de l’agriculture familiale ». Le PAR a défini la politique de mise
en valeur des zones de montagne, en précisant les enjeux qui y prévalent. Ce sont des enjeux
de développement économique, de lutte contre la pauvreté, de sécurité alimentaire et de
stabilité démographique, avec en parallèle la prise en compte de la gestion durable de

URAM Intl. 2013 83


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

l’environnement et des ressources naturelles. L’ensemble de ces enjeux constitue la base du


système productif.
L’INRA, face au constat d’un déficit en matière de technologie et modes de conduite issus des
programmes de recherche spécifiques aux zones de montagne, a recommandé que le
« développement durable de l’agriculture de montagne requière des recherches sur une
base multidisciplinaire avec la participation de tous les acteurs et en tenant compte de
l’ensemble des composantes du système montagne et des relations que celui-ci entretien
avec l’extérieur ».
Dans cet objectif, l’INRA a initié des projets dans le cadre de la Recherche-Développement
ciblant les zones de montagne. Ce sont trois projets :
- le projet de développement rural intégré basé sur la petite et moyenne hydraulique
(DRI-PMH) ;
- le projet de mise en valeur en bour (DRI-MVB) de Tissaf ;
- le projet « d’amélioration des conditions de vie des communautés rurales et gestion
des ressources naturelles dans les pas du Maghreb : cas de la communauté de Ait
Bazza (Boulemane).
Les principaux objectifs de cette intervention résident dans l’identification des principales
filières de production par zone homogènes et le choix des systèmes en vigueur.

3.2- LA STRATEGIE D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU


MOYEN ATLAS
Les espaces montagneux occupent une place stratégique dans le territoire du Maroc. Ce sont
les châteaux d’eau et les milieux aux écosystèmes fondamentaux pour les équilibres naturels.
De ce fait, ils occupent une place centrale dans la définition de la politique publique au niveau
national. Par leurs différents rôles, ces espaces participent au développement socio-
économique des différentes régions auxquelles ils appartiennent. Ils constituent une des
composantes importantes de la problématique territoriale du Schéma National
d’Aménagement du Territoire. La zone montagneuse du Moyen Atlas, dont une partie
importante se situe dans la région de Fès-Boulemane, a fait l’objet d’une stratégie
d’aménagement et de développement. Parallèlement, la recherche-développement a initié dans
ces territoires des programmes de recherche spécifiques.

URAM Intl. 2013 84


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

La stratégie a été initiée par la Direction de l’Aménagement du Territoire en vue de la prise en


charge des régions montagneuses qui « n’ont jamais fait l’objet d’une politique globale » et
que les « interventions des pouvoirs publics sont restées fragmentées du point de vue spatial
et sectoriel ». L’objectif fixé étant « d’engager un processus de transition permettant à la
montagne de passer d’un rôle passif - celui de réservoir - à un rôle actif en matière de
développement » (SNAT).
La situation de départ a montré que les zones de montagnes étaient :
- des « espaces stratégiques, en tant que gisements de ressources hydriques et
énergétiques, patrimoine naturel, creusets culturels et sites biodiversifiés ;
- des marges territoriales, et donc sociales, non arrimées encore à la dynamique
globale ;
- des sources importantes de potentiel économique ;
- des espaces fragilisés face à la mondialisation qui pourrait accélérer la régression des
activités, du peuplement et des modes de vie ».
Les constats :
Le Moyen Atlas, une montagne faiblement peuplée :

Tableau 34 : Population selon le milieu dans le Moyen Atlas de la Région Fès-Boulemane


Urbain Rural Total
1982 84000 153000 307000
1999 137000 260000 397000
2004 174000 269000 443000
2012 196000 273000 469000
2015 212000 272000 474000
2020 202000 270000 482000
Sources : RGPH-Prévisions CERED-HCP

La densité de 26 habitants/km² a évolué lentement, soit 10,0 habitants supplémentaires au km²


de 1982 à 2012, et elle passera à 26,5 habitants/km² en 2020. A l’intérieur de la zone
montagneuse, l’évolution montre des zones de stagnation et d’autre par contre où une baisse
est observée.

   

URAM Intl. 2013 87


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Les systèmes de production restent, dans la majorité des cas, traditionnelles et archaïques :
association céréales - jachère sur 80 % de la surface agricole utile avec de faibles rendements
(3 à 15 quintaux/ha). Les nouvelles cultures telles que le maraichage et l’arboriculture se
développent en particulier dans les communes de Guigou avec de bons rendements et une
bonne qualité du produit et de zones spécialisées apparaissent pour les rosacées et l’olivier
dans le Moyen Atlas avec de grandes potentialités de développement mais exigeant des
moyens financiers et de la ressource en eau.
Les actifs exploitants dans le Moyen Atlas sont généralement des propriétaires de terre Melk,
sur de petites exploitations (5 à 10 ha) en bour avec une main d’œuvre familiale.

Les axes de la stratégie :


Stratégie générale d’aménagement
- Préserver et mettre progressivement en valeur les supports du développement
durable : il faut réorienter les actions de tous les acteurs, préserver puis mettre en
valeur les éléments qui peuvent assurer une économie stable et durable et le progrès
social dans le Moyen Atlas.
- Tenir compte des besoins au niveau national : en particulier les besoins d’équilibre
écologique et économique du Royaume. Le Moyen Atlas étant le principal château
d’eau du pays et un des pôles de production d’hydro-électricité.

Les stratégies liées aux politiques sectorielles de mise en valeur du milieu naturel

- Stratégie de protection du château d’eau : Rappelons que la contribution du Moyen


Atlas à la mobilisation de la ressource hydrique est stratégique pour le Maroc puisqu’il
est à la source de 80 % du potentiel mobilisable du pays. La préservation de ce capital
et la gestion du château d’eau sont accompagnés dans la stratégie de mesures qui
consistent :
 Limiter le ruissellement et déperditions d’eau par le maintien et d’un
couvert végétal dense ;
 Réduire l’érosion afin de préserver la terre végétal, ressource rare et les
investissements réalisés en aval, notamment les barrages de
l’envasement, pour prolonger leur durée utile ;
 Eviter d’installer des unités susceptible de générer une pollution ;

URAM Intl. 2013 89


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 Contrôler la surexploitation des nappes souterraines ;


 Compenser financièrement les mesures prises pour sauvegarder la
ressource.

- Stratégie de protection de l’environnement et de la forêt « la dégradation persistante


des espaces forestiers est un défi qui ne peut être relevé par les seuls acteurs
forestiers » (le Programme Forestier National). En effet, la politique forestière s’inscrit
dans le cadre général de l’aménagement du territoire, dont les mesures sont de réduire
les parcours en forêt pour permettre la régénération des ressources fourragères, de
réduire les prélèvements de bois de feu, de renforcer la lutte contre les défrichements
et les prélèvements illicites de bois d’œuvre.

- Stratégie en matière d’élevage et de parcours :


 Diminution des effectifs dans la partie la plus aride, (vallée de la
Moyenne Moulouya) où la capacité de régénération des milieux est
faible ;
 Conduite rationnelle de l’élevage et utilisation adéquate de la
complémentation et enfin, une amélioration de la commercialisation et
de la valorisation des produits de l’élevage. Il s’agit clairement d’une
diminution des effectifs comme proposé déjà dans la province de
Boulemane.
La densité de population (population éparse ou village) autour des forêts est élevée (entre
206 et 50 habitants au km² et entre 50 et 75 habitants au km² dans les communes de Ain
Temguenai et Oulad Mkoudou en 2012). La forêt et les parcours sont pour l’éleveur un
espace d’alimentation pour son cheptel. Dans les territoires du Sud, la transhumance est
de plus en plus abandonnée et le milieu naturel est fortement sollicité. A titre d’exemple,
dans la commune rurale de Tissaf, située dans les hauts plateaux, l’alfa est dégradé du fait
de la sécheresse et de la conduite d’un cheptel bovin sur les terres à alfa.
Pour limiter la surcharge sur la ressource naturelle, il s’agit de procéder à un délestage de
la ressources naturelle car les effectifs ovins sont trop élevés : les recommandations de la
Communauté Européenne face à la sécheresse sont de 18 000 têtes/an avec des actions
d’amélioration pastorale, de mise en défens, de plantation d’espèces autochtones (Chih et
Azir).

URAM Intl. 2013 90


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Quelques ratios montrent la surcharge animale dans le massif comme suit :


- 54 têtes (ovin + caprin) par hectare de superficie totale ;
- 6 têtes (ovin + caprin) par hectare de SAU ;
- 0,86 têtes (ovin + caprin) par hectare de parcours ;
- 2,41 têtes (ovin + caprin) par hectare de forêt ;
- 0,63 têtes (ovin + caprin) par hectare de forêt + parcours.

L’augmentation du cheptel (ovin +caprin) de 1996 à 2012 est de 196 000 têtes. Dans 5
communes seulement, on observe une diminution qui varie de 557 têtes (Ouled Ali Youssef) à
16 500 têtes à Fritissa. Dans 4 communes, l’effectif du cheptel est stable et, dans le reste des
communes, l’augmentation varie de 600 têtes à 33 000 têtes (Guigou).

La stratégie à long terme est celle de la réduction des effectifs du cheptel, de l’augmentation
de la qualité des petits ruminants et d’une conduite des élevages plus en adéquation avec la
régénération et la reproduction du couvert végétal. Ces actions devront être soutenues par une
valorisation plus grande de produits de l’élevage sur les marchés.

URAM Intl. 2013 91


 
Carte 21 : EVOLUTION DE LA CHARGE ANIMALE 1996-2012

Région
Vers Taounate
Année 1996
Gharb-Chrarda- Sidi Daoud
Oulad Mimoun
Beni Hssen Sebt Loudaya Vers Oujda
Louadaine
Laajajra
Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Vers Guercif
Sebaa Rouadi
Ras Tabouda
FES
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam
Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag Mtarnagha Vers Taza
Vers Meknes Bhalil
Ain Timguenai
SEFROU
Azzaba El Menzel
Ribate El Kheir
S.y. Ben Ahmed
Ighzrane
Kandar Sidi Khiar Ahl Sidi Lahcen Oulad Mkoudou
Ait Sebaa Lajrouf
Imouzzer Kandar Dar El Hamra
Fritissa
Tazouta
Laanoussar
Région Meknès-Tafilalet Adrej
Tafajight
Talzemt
Skoura Mdaz Région de l’Oriental
Ait El Mane
Vers Azrou
Immouzzer Marmoucha El Orjane
El Mers
Oulad Ali Youssef
Guigou Ait Bazza
Boulemane

Tissaf
Tête (ovins + caprins) Serghina Almis Marmoucha
Outat El Haj

ha de parcours et terres incultes Ermila

0, - 2
Sidi Boutayeb
2,1 - 5, Enjil

MISSOUR
5,1 - 10
Vers Midelt
10,1 - 30
Ouizeght Effectif des ovins et des caprins (têtes)
30,1 - 50 Ksabi Moulouya
110 000
100 - 200
Vers Midelt
3 000
200,1 - 400 1 000

Année 2012 Ovins


Région Caprins
Gharb-Chrarda- Sidi Daoud
Vers Taounate
Beni Hssen Sebt Loudaya Oulad Mimoun
Louadaine Vers Oujda
Laajajra
Mikkes Ain Bou Ali Ain Kansara
MOULAY YACOUB
Vers Guercif
Sebaa Rouadi
FES
Ras Tabouda
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam
Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar Mtarnagha
Ain Cheggag Vers Taza
Ain Timguenai
Vers Meknes
Bhalil SEFROU
Azzaba El Menzel
Ribate El Kheir
S.y. Ben Ahmed Ighzrane
Kandar Sidi Khiar Ahl Sidi Lahcen Oulad Mkoudou
Ait Sebaa Lajrouf
Dar El Hamra Fritissa
Imouzzer Kandar
Tazouta
Laanoussar
Adrej
Tafajight
Talzemt
Skoura Mdaz Région de l’Oriental
Ait El Mane

Vers Azrou Immouzzer Marmoucha El Orjane


El Mers
Oulad Ali Youssef
Guigou Boulemane
Ait Bazza

Région Meknès-Tafilalet Tissaf


Outat El Haj
Serghina Almis Marmoucha

Ermila

Sidi Boutayeb
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Enjil
Missour

Vers Midelt
Ksabi Moulouya
Autoroute
Ouizeght
Route nationale
Route régionale
Limite de Région
N
Vers Midelt Limite de commune
Limite UTA
0 20 Km
Sources : RGA 1996, PCD, Monographies Agricoles, Monographies Communales 2008 à 2011
92
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 Stratégie pour le secteur de l’agriculture


Du fait de la rareté des terres fertiles, celles-ci devront être affectées aux cultures qui s’y
adaptent le mieux et le plus. Les terres marginales devront être laissées aux cultures
fourragères. Globalement, c’est l’orientation du Plan Maroc Vert qui se concrétise dans le
PAR avec l’extension de l’arboriculture avantagée par les conditions édaphiques du
Moyen Atlas comme protection des sols et avec l’intensification de la filière ovine avec
pour l’ensemble des conditions avantageuse de commercialisation pour les exportations.
Ces conditions sont renforcées par le réaménagement des filières par les associations de
production qui devraient permettre de conserver une plus grande part de la plus value
dans le Moyen Atlas.

Dans le massif, des espaces se dégagent grâce aux nets progrès réalisés dans la
modernisation de l’agriculture et dans les indicateurs de développement humain. Ce sont
les centres de Guigou, les communes de Ribat El Kheir, El Menzel, Skoura M’daz, pour
lesquels, il s’agit d’orienter les productions vers les marchés urbains locaux et de mieux
gérer la ressource en eau pour l’irrigation.

 Stratégie pour le développement du tourisme


La situation actuelle montre une faible valorisation des potentialités du Moyen Atlas dans
l’éco-tourisme et dans le tourisme rural, deux axes de la stratégie du Moyen Atlas. Dans ce
cadre, un projet du «Pays d’accueil touristique» a été lancé à Sefrou et un autre à Ifrane
(Région de Meknès-Tafilalet). Ces axes nécessitent la collaboration des acteurs locaux et
l’encouragement d’initiatives locales, la mise en place de services de base qui font de la
montagne un espace accessible, d’investir dans les gites et l’accueil chez l’habitat, etc… Par
ailleurs, un projet intégré touristique (PTI) dont la convention a été signée entre trois
partenaires (Ministères du Tourisme, de l’Agriculture et de la Pêche Maritime et la Région
Fès-Boulemane, est initié dans les communes de la province de Boulemane. Il comporte deux
grandes composantes, la composante tourisme avec l’aménagement de circuits touristiques et
la composante agriculture avec « la filière Elevage ».. 

Parallèlement à l’ensemble des stratégies sectorielles, il s’agira d’établir un plan d’ensemble


de distribution de services en favorisant l’équipement de villages en services publics

URAM Intl. 2013 93


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

diversifiés sur le plan quantitatif et qualitatif pour améliorer la desserte et réduire


l’enclavement.
 
Carte 22 : Le pays d’accueil touristique (PAT) Dar Al Hamra Bouiblane corridor Aouglit-Bouiblane

Source : Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT)-2013

3.3 - CONCLUSION

Les dynamiques agricoles rurales ont été généralement associées à l’irrigation, du fait de la
disponibilité de l’eau (sources et oueds) dans la région. Cette mise en valeur des ressources en
eau par l’irrigation a nécessité d’associer différents acteurs dans le processus et dont les
implications ont été significatives en termes de désenclavement des territoires ruraux et
d’amélioration de l’accès des populations aux services de base (eau potable, électricité,
pistes).
Les espaces créés autour des périmètres irrigués constituent de véritables « petits pôles
hydroagricoles de développement », induisant une occupation de populations stables, dans des
villages qui sont parfois très importants, tel est le cas de Tendit avec 20 000 habitants environ.
L’amélioration de la vie en milieu rural et la diversification de l’économie rurale passent par :
- la diversification vers des activités non agricoles, le soutien à la création et au
développement de microentreprises, l’encouragement d’activités touristiques et la

URAM Intl. 2013 94


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

protection, la valorisation et la gestion du patrimoine naturel contribuant à un


développement économique durable ;
- l’amélioration de la qualité de vie en milieu rural par la restructuration des villages, la
préservation et la mise en valeur du patrimoine rural (culturel et naturel) ;
- la formation professionnelle des acteurs économiques, dont les femmes rurales ;
- l’acquisition des compétences en vue de la conduite des projets de développement initiés.

URAM Intl. 2013 95


 
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013 Carte 23 : SCHEMA GENERAL D’AMENAGEMENT DU MASSIF DU MOYEN ATLAS

Source : Etude sur la Stratégie d’Aménagement et de Développement du Moyen Atlas DAT 2007

96
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4- STRATEGIE ADOPTEE POUR LE DEVELOPPEMENT DE


L’ESPACE AGRICOLE

4.1- LE PROJET MOYEN SEBOU INAOUEN AVAL


 

Le Projet Moyen Sebou Inaouen Aval (PMSIA) s’inscrit dans le cadre de la politique et la
stratégie nationale en matière de développement agricole. Il vise :
– l’extension des périmètres irrigués en aval des retenues de barrages déjà aménagés ;
– la promotion et le renforcement des capacités des organismes gestionnaires des
infrastructures d’irrigation dans les domaines de la maintenance et de l’exploitation des
réseaux ;
– l’élaboration d’un système de tarification rationnel qui incite à l’économie de l’eau,
conçu dans un cadre macro-économique cohérent qui puisse garantir la rentabilité des
investissements et la viabilité des exploitations agricoles ;
– l’économie de l'eau et l’amélioration de l'efficience de l'irrigation ;
– l’intégration des zones « bour » limitrophes à l’espace du projet.

4.1.1- Présentation du projet

La géographie du périmètre d’irrigation du Moyen Sebou et Inaouen Aval (PMSIA) est


constituée de la vallée de l’oued Inaouen en aval du barrage Idriss 1er jusqu’à la confluence
avec l’Oued Sebou et de la vallée du Sebou et à partir de ce point de confluence jusqu’à
l’entrée dans la plaine du Gharb. Le projet est situé à cheval sur trois régions, trois provinces,
et les communes situées de part et d’autre de l’Oued Sebou et de l’Oued Inaouen, en amont du
barrage Idriss 1er. Ce projet couvre un territoire de 14 950 ha en irrigué et 12 000 ha en bour.
Il est divisé en 5 secteurs, répartis sur deux tranches. La première porte sur les secteurs II et
III11 qui couvrent une superficie de 6500 ha et la deuxième porte sur les secteurs I, IV et V qui
couvrent une superficie de 8500 ha. Selon les provinces, le projet s’étend sur 5500 ha dans la
province de Moulay Yacoub, sur 5060 ha dans la province de Taounate et sur 4390 ha dans la
province de Sidi Kacem.

                                                            
11
Le secteur I dépend de la réalisation du barrage Méchraa Laljer

URAM Intl. 2013 97


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

La première tranche de la mise en valeur Hydro-agricole a été réalisée sur les terres du secteur
II et du secteur III, auquel correspondent 2 communes de Moulay Yacoub qui sont Sebt
Loudaya et Sidi Daoud. Cette première tranche fut aménagée en gravitaire, en 1990, sur 6500
ha répartis sur les trois provinces. Elle fait l’objet actuellement d’un programme de
modernisation dont l’étude est en cours, en vue de reconvertir le mode d’irrigation, pour
adopter le goutte-à-goutte.
 La deuxième tranche, couvre les secteurs IV et V, dans lesquels la mise en valeur
hydroagricole sera localisée.
 

Carte 24: Situation géographique du PMSIA

 
Source : DPA de Moulay Yacoub 2013
 

   

URAM Intl. 2013 98


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Carte 25 : Communes concernées par le PMSIA – Province Moulay Yaoub

Source : DPA de Moulay Yacoub 2013

Dans ce périmètre et dans le territoire des communes concernées, la province de Moulay


Yacoub bénéficiera de l’aménagement de deux zones, l’une en irrigué et l’autre en bour :
La zone en irrigué, formée de 27 Ouljas, s’étend sur plus de 3000 ha, qui font l’objet d’un
remembrement rural en vue de sécuriser la propriété foncière contre le morcellement et donc
en vue d’encourager l’investissement. Dans cette zone, l’irrigation est certes de type petite et
moyenne hydraulique, mais elle sera gérée sous une dimension proche de celle de la grande
hydraulique par les AUEA qui seront regroupées en fédération pour la gestion des
équipements communs du périmètre.
Dans la zone bour, qui s’étend jusqu’à la crête, des actions de développement de l’agriculture
pluviale seront réalisées, avec :
 un programme de plantation d’oliviers ciblant l’amélioration des revenus des
agriculteurs, mais aussi la protection des périmètres contre l’érosion ;
 un programme de désenclavement des populations avec la réalisation de pistes à
l’intérieur des deux zones concernées par le projet.

URAM Intl. 2013 99


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Dans ce projet, la tarification de l’eau comporte deux volets, l’un fixe en fonction de la
surface irriguée et l’autre variable, en fonction du volume d’eau consommé par chaque
exploitant. Ainsi la dotation moyenne est estimée à 6000 m3/ha/an. Le nombre d’exploitants
ou agriculteurs est estimé à 23 300 pour l’ensemble du projet répartis dans 3000 exploitations
environ. Le PMSIA entrera en exploitation à la fin de l’année 2016. Le coût global s’élèvera à
1505 millions de dirhams avec : 42,52 % pour la réalisation de la mise à niveau du périmètre
irrigué dans la première tranche et 57,48 % pour la réalisation du périmètre de la deuxième
tranche.
 

4.1.2- Les ressources du projet moyen Sebou Inaouan Aval

Les ressources en sols sont constituées des terres sur les terrasses du Moyen Sebou et
Inaouen, Aval, terres des sous-bassins des deux oueds, aux sols fertiles avec 82 Ouljas à sols
fertiles (alluvions) formées par les méandres du Sebou et de l’Inaouen de taille différente,
variant de 1,5 ha à plus de 21 ha et 45 000 ha de superficie totale.
Les ressources en eau sont régularisées à partir du barrage Idriss 1er d’une capacité utile de 1,2
Milliard m3. Les besoins du projet en eau d’irrigation correspondent à un volume annuel de
130 millions m3, sur la base d’une dotation à la parcelle de 6500 m3/an. Cette affectation de la
ressource se fait grâce au pompage dans le lit de l’Oued Sebou et à la prise directe à partir du
barrage.

Les résultats attendus du projet PMSIA sont importants pour la province de Moulay Yacoub,
mais aussi pour l’économie agricole régionale et interrégionale avec :
 l’aménagement hydro-agricole de 15 000 ha ;
 l’aménagement et le développement des zones « Bour » de 12 400 ha ;
 la propriété foncière dans les zones irriguées et « Bour » concernées sécurisée,
 la mise en place des associations d’usagers des eaux agricoles (AUEA) la formation et
l’organisation des fédérations ;
 la mise en place des organisations professionnelles agricoles (OPA) pour
l’approvisionnement, la production et la commercialisation ;
 l’amélioration et l’augmentation des productions agricoles.

URAM Intl. 2013 100


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Les contraintes d’aménagement sur le plan foncier et leurs solutions ont porté sur :
 les terres de la première tranche qui relèvent du statut « collectif » et « Guich » pour
lesquels des solutions ont été trouvées. L’établissement des titres est en cours après le
passage par toutes les étapes de la procédure du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche
Maritime et par celles du Ministère de l’Intérieur sur le remembrement officiel en plus
d’un remembrement effectué à l’amiable en 1999.
 les terres de la deuxième tranche relèvent du statut « Melk » et du statut « Habous ».
Concernant les terres Habous, les titres existent et les terres se louent sans contrainte.
 les contraintes relatives à la ressource en l’eau : dans la première tranche, l’occupation du
sol et les cultures retenues dépendent du marché et avec le mode d’irrigation gravitaire, la
dotation en eau est élevée et le coût aussi. A cet effet, le Plan Maroc Vert, apporte l’aide
nécessaire aux exploitants pour développer des projets de la filière production laitière.
 

Tableau 35 : Etat parcellaire - Situation avant remembrement


Nombre Taille Superficie en ha
moyenne de la Taille
Secteur Province
Ouljas Exploitations Parcelles parcelle Totale moyenne de
/exploitation l’exploitation
V Taounate 8 77 185 2,40 1 662,68 21,59
V Moulay Yacoub 9 167 341 2,04 1 001,66 6,00
IV Taounate 9 1136 2670 2,35 1 642,42 1,45
IV Moulay Yacoub 9 632 1860 2,94 2 047,96 3,24
Taounate 17 1213 2855 2,35 3 305,11 2,72
Totaux
Moulay Yacoub 18 799 2 201 2,75 3 049,62 3,82
Secteur V 17 244 526 2,16 2 664,35 10,92
Totaux
Secteur IV 18 1 768 4 530 2,56 3 690,38 2,09
ème
Total 2 tranche 35 2 012 5 056 2,51 6 354,73 3,16
Source : DPA de Moulay Yacoub unité de gestion

4.1.3- Les composantes du projet

Dans la première tranche d’irrigation la composante infrastructure comprend :


 l’aménagement foncier sur 6500 ha avec les opérations de défrichement de défoncement
et de nivellement ;
 la réalisation de stations de pompage principales (5), des stations de reprise (8) et de
réservoirs de régulation (16) ainsi que la ligne électrique pour l’alimentation des stations
de pompage ;
 l’aménagement des réseaux d’irrigation sur 217 km et d’assainissement sur 186 km ;
 l’aménagement du réseau de pistes agricoles sur 106 km.

URAM Intl. 2013 101


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Dans la deuxième tranche d’irrigation, la composante infrastructures concerne la zone


bour et la zone irriguée
La zone bour s’étend sur 12 400 ha et concerne les communes rurales limitrophes. Cette
composante porte sur :
– l’aménagement antiérosif et la réalisation des plantations fruitières ;
– la promotion de techniques de conservation des sols ;
– l’ouverture de pistes sur 71 km.
La zone irriguée bénéficiera d’un système d’irrigation de type goutte-à-goutte sur 4600 ha
avec les aménagements correspondants au réseau d’irrigation (247 km), d’assainissement
(224 km), de pistes agricoles (264 km) et électrique pour l’alimentation des stations de mise
en pression. La structure foncière du projet piste est formée de 2 secteurs, le IV et le V
couvrant les Ouljas des communes de la province de Moulay Yacoub et de la province de
Taounate de la région de Taza-El Houceima-Taounate. La superficie à irriguer est de plus de
6000 ha répartie entre 2010 exploitations, caractérisées par une structure parcellaire (5056
parcelles) nécessitant un remembrement  pour la viabilité économique du projet, et ce, avec
l’adhésion des exploitants
 
Tableau 36 : Structure foncière du PMSIA avant remembrement dans la province de Moulay Yacoub
Nombre Moyenne Superficie en ha
Secteur
Ouljas Exploitations Parcelles parc/expl Totale Moyenne
V 9 167 341 2,04 1 001,66 6,00
IV 9 632 1860 2,94 2 047,96 3,24
Total 18 799 2 201 2,75 3 049,62 3,82
% de Moulay
Yacoub dans le 51.4 40.0 37.0 - 48.0 -
PMSIA
Source : Direction Provinciale de l’Agriculture de Moulay-Yacoub-Unité de Gestion, du PMSIA

   

URAM Intl. 2013 102


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Carte 26 : Secteurs du PMSIA – Province de Moulay Yacoub

Source : DPA de Moulay Yacoub 2013

4.1.4- Les implications du PMSIA

Sur le plan spatial, le PMSIA peut être considéré comme un « projet de territoire ». En effet,
l’investissement et les réalisations en cours feront de la zone « un pôle de développement
agricole » associant l’intensification en irrigué et en sec des terres des communes concernées
du Prérif de Moulay Yacoub (cercle de Oued Lemta). La zone bénéficiera d’un dynamisme
économique et social aux impacts qui toucheront l’ensemble de la province de Moulay
Yacoub, actuellement dans une situation de précarité sur le plan économique et social.

Les impacts chiffrés sont :


 l’augmentation de la SAU irriguée dans la province de 34 % passant de 600 ha en 2009 à
9050 ha en 2015 dont 3050 ha formant le pôle hydroagricole le long du Sebou.
 l’introduction et le développement de l’irrigation maîtrisée dans 4300 exploitations
agricoles, cette mise en valeur agricole se fera grâce au développement de groupements
des producteurs (OPA) pour l’intensification, la diversification et la valorisation de la
production agricole en irrigué et en bour et la production animale. L’ensemble, intégré
dans les filières du Plan Agricole Régional ;
 la mise en valeur des terres en bour dans les exploitations limitrophes aux Ouljas :

URAM Intl. 2013 103


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 l’augmentation et la valorisation de la production agricole, avec une augmentation de


300 % du produit brut ;
 l’accroissement significatif du revenu des exploitants agricoles de 1300 à 12 000
dirhams par an et par hectare12.
 l’amélioration du niveau et des conditions de vie grâce aux aménagements qui seront
réalisés, favorisant le fonctionnement de l’activité agricole, mais aussi améliorant le
niveau de desserte sociale et physique de la population (électricité, piste, etc.).
 

                                                            
12
Source : DPA de Moulay Yacoub limité de gestion du PMSIA

URAM Intl. 2013 104


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 37 : Implications spatiales du projet

Commune Occupation du sol du périmètre et impacts

1) Production laitière importante avec :


 coopératives des éleveurs laitiers accompagnées par l’Etat ;
 vaches laitières de race pure et de race améliorée ;
 centres de collecte de lait ;
 centrale laitière : Saiss-lait.

2) Maraichage : expérience avec des résultats moyens.

3) Arboriculture fruitière
4) les agrumes : avec El Gharb (aptitudes, production et commercialisation) ;
 unité de valorisation et de conditionnement : mise à niveau en 2014 ;
 les rosacées : en irrigué ;
 l’olivier :
 en irrigué : 5000 m3/an/ha ;
 en bour : dans les collines des communes Sud de Moulay Yacoub pour lutter
contre l’érosion des sols.
1er tranche et 2ème
tranche 5) La vigne : plantation, sur la base du projet réalisé dans la province de Taounate, dont
l’expérience est réussie.
6) les céréales : superficies très limitées, une partie est maintenue en irrigué.
7) Les cultures fourragères : à développer pour la production laitière et les viandes
rouges.

Dans la seconde tranche du PMSIA, la même occupation du sol sera pratiquée avec le
goutte-à-goutte.

8) Les impacts socio-économiques :


 amélioration des conditions de vie des exploitants (habitat et revenus) ;
 désenclavement (routes-pistes) ;
 activité commerciale : les souks seront bien achalandés ;
 exode rural diminuera et des retours se feront, une partie des ouvriers agricoles
provient du village de Ba Mohammed dans la région voisine du Gharb (30 km) ;
 création d’emplois directs et indirects dans l’agriculture et dans les autres
activités économiques.

URAM Intl. 2013 105


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4.2- LE PLAN AGRICOLE REGIONAL

4.2.1- Les objections et les ambitions du plan agricole régional

Désormais, le secteur agricole est appelé à prendre une part prépondérante dans l’action de
développement économique et social du pays par le biais de l’incitation à l’utilisation
adéquate des facteurs de production. C’est pourquoi le Plan Maroc Vert s’article autour de
deux axes principaux :
 le développement accéléré d’une agriculture moderne, compétitivité, à haute valeur
ajoutée et adaptée aux règles du marché ;
 la mise à niveau des acteurs fragiles et la lutte contre la pauvreté rurale à travers
l’amélioration du revenu agricole.

Afin de faciliter le recours aux techniques modernes de production, l’accès au financement et


l’ouverture au marché, le plan Maroc vert choisit le modèle de « l’agrégation » permettant
notamment de faire face à l’émiettement des exploitations agricoles et d’encourager la
mobilisation des investissements dans un cadre de partenariat public-privé.
Dans le but de mettre en œuvre le plan Maroc vert, des plans agricoles régionaux ont été
élaborés aidant à formuler une offre agricole régionalisée suscitant la mobilisation de fonds
régionaux, nationaux, voire internationaux.

Le Plan Agricole Régional (PAR) de Fès-Boulemane, qui s’inscrit dans le cadre du Plan
Maroc Vert, a été validé par l’ensemble des partenaires (la chambre d’agriculture, les conseils
provinciaux). Ce plan a été fondé sur deux piliers de développement :
 le 1er pilier vise le développement accéléré d’une agriculture moderne, compétitive à
haute valeur ajoutée et adaptée aux règles du marché ;
 le 2ème pilier vise la mise à niveau des acteurs fragiles et la lutte contre la pauvreté rurale
à travers l’amélioration du revenu agricole.
Le contenu du PAR de Fès-Boulemane a été élaboré en prenant en considération :
 les objectifs globaux du Plan Maroc Vert ;
 le diagnostic des atouts et contraintes de la région ;
 le découpage de l’espace agricole de la région en quatre Unités Territoriales Agricoles
(U.T.A) délimitées suivant des critères pédoclimatiques et agricoles similaires.

URAM Intl. 2013 106


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Les filières à développer ont été identifiées pour chaque unité territoriale agricole selon les
spécificités et les potentialités de chacune d’elles :
- U.T.A du Prérif : céréales, maraichage, caprier, olivier et lait ;
- U.T.A du Saiss : céréales, légumineuses, maraichage, olivier, lait et viande avicoles ;
- U.T.A du Moyen Atlas : viandes rouges et avicoles, rosacées et produits du terroir (miel,
safran et lavande) ;
- U.T.A des plateaux du Moulouya : rosacées, maraichage, olivier et viandes rouges.
 
Carte 27 : Le découpage de la région en unité territoriale agricole

4.2.2- Les filières du plan agricole régional

Pour réaliser les objectifs du plan Maroc Vert, 108 projets potentiels sont identifiés ventilés
en 85 projets « pilier I » et 23 projets « pilier II ».
Les filières retenues sont :
Pour la production végétale :

URAM Intl. 2013 107


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 reconversion de 40 % de la superficie des céréales dans les zones à faible productivité


à travers l’extension de l’arboriculture fruitière notamment l’olivier, les rosacées ainsi
que le câprier, le maraîchage et les cultures fourragères ;
 maintien de la superficie des légumineuses alimentaires tout en améliorant le niveau
de leurs productions d’environ 82 % ;
 intensification et valorisation de la production des produits de terroirs notamment le
Safran et la lavande.
Pour la production animale :
 intensification de la production des viandes ovines et caprines dans les plateaux de la
haute et moyenne Moulouya par l’opération engraissement des agneaux ;
 diversification des productions pour améliorer les revenus de la population rurale au
niveau des plateaux de la haute et moyenne Moulouya et des zones du Moyen Atlas, et
ce à travers le développement de l’agriculture et de l’élevage du poulet beldi au profit
des exploitations à très faibles revenus et de la femme rurale.

La révision des superficies consacrées aux différentes spéculations est précisée dans le tableau
suivant :

Tableau 38 : Occupation du sol : évolution de 2009 à 2020


Filières Superficie actuelle 2009 (ha) Superficie 2020 Variation (%)
Olivier 56 000 120 000 +114
Rosacées 4530 6600 +46
Caprier 16 737 18 737 +12
Céréales 173 600 105 000 -40
Légumineuses 40 000 40 000 0
Maraichage 12 800 20 000 56
Lavande 5 60 -
Safran 0,1 8,6 -
Total 303 672,1 310 405,6 -
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020

Il est prévu l’augmentation de superficies réservées aux différentes spéculations à l’exception


de la céréaliculture avec la réduction de 68 600 ha de céréaliculture dans les zones de faible
productivité, et leur reconversion en olivier (64 000 ha), câprier (2500 ha), cultures
fourragères (2000 ha), cultures, maraîchères (7500 ha) et rosacées (1800 ha). Ainsi les
surfaces cultivées concernées par le Plan Maroc Vert, passent d’environ 303 000 ha
actuellement à 310 000 ha à l’horizon 2020, soit une augmentation de 7000 ha environ.

URAM Intl. 2013 108


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Carte 28 : Périmètre de développement du câprier – Moulay Yacoub

 
Source : Plan Agricole Régional Fès Boulemane 2009-2020 DRA de Fès 2012

4.2.3- Les prévisions de production du « pilier 1 »

Les prévisions relatives à la production agricole du pilier I à l’horizon 2020, se rapportent


aussi bien à la production végétale qu’à la production animale.
Concernant la production végétale, les efforts et les investissements permettront :
 une augmentation de 100 % de la production de l’olivier ;
 la multiplication par 5,5 de la production maraichère en vue de satisfaire la demande
régionale, contribuer à l’autosuffisance nationale et de participer à l’exportation ;
 le développement de la production des rosacées de 115 % (principalement le pommier) ;
 la réduction de la superficie céréalière de 40 % avec une augmentation des rendements
et donc de la production de 129 % grâce à l’utilisation des semences sélectionnées, à
une irrigation d’appoint et grâce à l’application des résultats de la recherche dans le
domaine ;
 l’intensification de la production du câprier destiné à l’exportation.

URAM Intl. 2013 109


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

Tableau 39 : objectifs de production végétale (Pilier I)


Production additionnelle 2013 Production additionnelle 2020
Filières Production (T)
Quantité % Quantité %
Céréales 61 000 55 500 91 78 700 129
Olivier - - - 100 000 100
Maraîchage 243 200 285 000 117 1 356 800 558
Rosacées 87 700 34 600 39 100 600 115
Câprier - 2200 100 2600 100
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020

Concernant la production animale, le Plan Agricole Régionale ambitionne le développement


de plusieurs petits pôles d’élevage et de production laitières en particulier dans la plaine de
Saiss et dans les exploitations mise en valeur par le projet moyen Sebou Inouen Aval dans la
province de Moulay Yacoub.
Les objectifs se traduisant par l’augmentation de la production laitière de 73 %,
l’augmentation de la production des viandes rouges de 167 %, et par la multiplication par
3.5 de la production des viandes blanches (poulets de chair). Ces performances permettront
de satisfaire les besoins des populations, en particulier urbaine dans l’axe métropolitain.

Tableau 40 : Objectifs de la production animale (Pilier I)


Augmentation de la Augmentation de la
Filières Production (T) production 2013 production 2020
Quantité % Quantité %
Lait 36 400 11 700 32 63 000 73
Viandes rouges 2700 3200 119 4500 167
Viande de volaille 25 200 49 200 195 88 000 349
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020
 

4.2.4- Les prévisions de production du « pilier 2 »

Les projets du pilier II ont pour but «d’aider les paysans, particulièrement des régions
montagnardes, à accéder à l’économie marchande dans les meilleures conditions. La mise en
œuvre devra permettre de faire face à plusieurs défis qui sont :
 de valoriser les ressources pastorales et végétales qui représentent une part importante des
revenus des exploitations en montagne ;
 d’exploiter les atouts des territoires et les possibilités de diversification des activités
génératrices de revenus (produits de qualité, filières spécifiques...) et permettre l’accès au
marché ;
 de permettre l’émergence de dynamiques cumulatives et pérennes de développement
agricole des exploitations ;
 d’offrir les moyens aux agriculteurs pour gérer durablement les ressources naturelles ;

URAM Intl. 2013 110


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 d’anticiper l’adaptation au changement climatique et les mutations éventuelles de la


géographie agricole au cours des prochaines décennies ;
 de développer les actions intégrées dans l’espace rural pour réduire le taux de pauvreté et
améliorer le niveau de développement humain.
Le projet du « pilier II » prévoit :
Pour la production végétale :
 la reconversion de 40 % de la superficie des céréales dans les zones à faible productivité
à travers l’extension de l’arboriculture fruitière notamment l’olivier, les rosacées ainsi
que le câprier, le maraîchage et les cultures fourragères ;
 le maintien de la superficie des légumineuses alimentaires tout en améliorant le niveau de
leurs productions d’environ 82 % ;
 l’intensification et valorisation de la production des produits de terroirs notamment le
Safran et la lavande.

Tableau 41 : Objectifs de productions végétales (Pilier 2)


Augmentation de la Augmentation de la
Production
Filières production 2013 production 2020
actuelle (T)
Quantité (T) % Quantité %
Céréales 169 000 53 500 32 -
Olivier 67 200 175 000 262 372 800 555
Câprier 15 000 2500 17 6900 46
Légumineuses 32 900 11 000 33 27 100 82
Plantes
0.28 58 - 463 -
aromatiques
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020

Pour la production animale :


 l’intensification de la production des viandes ovines et caprines dans les plateaux de la
haute et moyenne Moulouya par l’opération engraissement des agneaux ;
 la diversification des productions pour améliorer les revenus de la population rurale au
niveau des plateaux de la haute et moyenne Moulouya et des zones du Moyen Atlas, et ce
à travers le développement de l’agriculture et de l’élevage du poulet beldi au profit des
exploitations à très faibles revenus et de la femme rurale.

Tableau 42 : Objectifs de production animale (Pilier II)


Augmentation de la Augmentation de la
Production
Filières production 2013 production 2020
actuelle (T)
Quantité (T) % Quantité (T) %
Viandes rouges 9000 2400 27 3600 40
Agriculture (miel) 16 39 244 264 1650
Poulet beldi 5 5 100 7 140
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020

URAM Intl. 2013 111


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

4.2.5- Impact sur l’emploi

En affectant la superficie effectivement irriguée estimée à 53 000 ha d’un taux d’emploi


théorique de 170 j/ha/an, le secteur irrigué offre ainsi près de 8 439 480 journées de travail par
an. Ceci correspond à 45 000 unités de travail humain (UTH) sur la base d’une moyenne de
200 jours par (UTH)/an. Outre l’emploi direct induit par les travaux agricoles (préparation du
sol, irrigation, désherbage, récolte....), le secteur irrigué est aussi source d’emploi indirect
généré par les services à l’amont de l’exploitation, la commercialisation et la transformation
de la production.
En fournissant un grand nombre d’emplois relativement permanents et en créant un appel de
travailleurs, l’irrigation, contribue aussi à encourager les migrations des ruraux vers les
espaces irrigués et à atténuer en partie les flux d’exode rural. L’agriculture irriguée explique
partiellement l’amélioration du solde migratoire de plusieurs communes rurales, en particulier
celles de la province de Moulay Yacoub. L’aménagement dans les différentes communes de
la région de centaines d’hectares de périmètres irrigués a constitué au cours des dernières
décennies le principal projet de mise en valeur agricole.
 
Le tableau suivant résume les implications en matière d’emploi :
   
Tableau 43 : Emploi agricole (en nombre de jours de travail par an)
Situation actuelle Situation 2020 Emploi additionnel
Filière
j/t j/t j/t
Production végétale 13.195000 27.905000 14.710000
Production animale 426 000 1.491000 1.065000
Total 13.621000 29.396000 15.775000
Source : PAR-Fès Boulemane 2009-2020
 
Ainsi, une progression du plus de 50 % en nombre de jours de travail créés par an est attendue
à l’horizon 2020. Selon la norme habituellement utilisée pour considérer un emploi agricole
qui est de 210 jours de travail par an, le plan Maroc vert contribuera à la création de 75 000
emplois additionnels.

4.2.6- Les projets du Plan Agricole Régional

Le Plan Maroc Vert aura un impact déterminant sur l’ensemble de la région. La localisation
des différents projets a été définie selon les caractéristiques pédoclimatiques et agricoles des
communes rurales. Le tableau suivant résume les zones concernées par le P.M.V :

URAM Intl. 2013 112


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

 
Tableau 44 : Projets du Plan Maroc Vert par filière et par UTA
Filière Actions à entreprendre UTA et Zones concernées
- Stockage de la production (2 silos) Sefrou
UTA1 et UTA2 : Kansara, laajajra, sidi Rouadi, S.
- Périmètre d’agrégation (40 000 ha
Loudaya, Ain Bida, Tayeb, Ain Chkef, Ras
en 2020)
Tabouda, Ghomra, Bir Tam Tam, Aghbalou
Céréales - Multiplication des semences
UTA1 et UTA2
sélectionnées (1600 ha)
Zone à moyen potentiel : Ain Kansara, Oudaine,
- Amélioration de la productivité
Bir Tam Tam, Sidi Daoued, Sidi Harazam, Oued
(58 400 ha)
Mimoun, Laajajra, Sebt Loudaya.
Loudaine, Oued Mimoun, Ain Kansara, Sebt
Rouadi, Sebt Loudaya, Mikkes, Ain Bou Ali,
Azzaba, Sidi Lahcen, S.Y Ben Ahmed, Aghbalou,
- Extension en intensif (16 000 ha)
K.S Khyar, Ras Tabouda, Bir Tam Tam, Ain
Timghnai, Ighzrane, Tazouta Adrej, O.Mkoudou,
M Tarnagha, Dar El Hamra
- Projet d’agrégation autour des
unités de conditionnement Laanonceur, Ain Timghnai, O.Mhoudou
(1130 ha-2020)
- Projet d’agrégation autour des
unités de conditionnement (2660 Ait Sbaa
ha)
- Projet d’agrégation autour des
Rosacées unités de conditionnement (1300 Boulemane
ha)
- Projet d’agrégation autour des
Sidi Khyar, Ain Mimghnai, O. M’koudou, Ait
unités de stockage des prunes (520
Sbaa, Ain Cheggag
ha)
- Projet d’agrégation d’abricotier
autour des unités de séchage (400 Boulemane
ha)
- Extension des superficies (20.000 Pré-rif, Saiss, Moyen Atlas, Plateaux de la
Maraichage
ha 2020) conditionnement Moulouya
- Extension du câprier (2500 ha) Louadiaine, O.Mimoun
9 communes rurales à Moulay Yacoub,
Câprier
- Développement de la filière Louadiaine, O. Mimoun, Ain Kansara, Laajajra,
Sidi Dauoed, Ain Bida, Mikkes, Loudaya
Plantes
aromatiques et Zone de montagne : Ighzrane, Adrej, Dar Al
- Développement de la filière
médicinales : Hamra, Tafajjight
Lavande
Safran - Développement de la plante Moyen Atlas plissé, Ribat El Kheir
Guigou, Njil, Tissaf, Tendit, Missour,
- Engraissement d’agneaux (10
Marmoucha, Ighzrane, Laanonceur, Aghbalou
ateliers)
Aqorar, Ait Sebaa
5 pôles : Moulay Yacoub, Sefrou, Ras Tabouda,
- Engraissement de 1000 taurillons
El Menzel, Ain Cheggag
Ain Chkef, S.Raouadi, Ain Bou Ali, Ain
- Unités d’engraissement de 1000
Production Timghnai, Ighzrane, Ain Cheggag, Aghbalou
taurillons chacune
animale : Aqorar, s.y. Ben Ahmed
viandes rouges - Quatre ateliers d’engraissement de
4000 taurillons et un abattoir Saiss
intégré à Fès.
- Aménagement de six souks pilotes
Guigou, Missour, Outat El Haj, Laanonceur, El
pour la commercialisation des
Menzel, Ribat El Kheir
animaux
- 2 abattoirs modernes Fès, Missour

URAM Intl. 2013 113


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

El Menzel, Imouzzer Kandar, Outat El Haj,


- 5 abattoirs modernes
Boulemane, Imouzzer Marmoucha
- Pôle Moulay Yacoub pour le
Ain Chkef, Ain Kansara, S.Raouadi, S. Loudaya,
développement de la production
Sidi Daoued
laitière
- Pôle Béni Saden de développement
Bir Tam Tam, Ras Tabouda
de la production laitière
- Pôle d’El Menzel de
Filière lait développement de la production Ain Timghnai, O.M’Koudou
laitière
- Pôle Sefrou de développement de
Azzaba, Aghbalou Aqorar
la production laitière
- Pôle Ain Cheggag de
développement de la production Ain Cheggag
laitière
- Projet d’agrégation autour de
Saiss, Ain Cheggag, Moyen Atlas
l’abattoir1
- Projet d’agrégation autour de
UTA Saiss
l’abattoir 2
- Projet d’agrégation autour de la
UTA Saiss
grande ferme avicole 1
- Projet d’agrégation autour de la
Filière avicole Saiss, Moyen Atlas
grande ferme avicole 2
- Deux centres de conditionnement
UTA Saiss
des œufs
- Projet d’élevage de poulet Beldi Sais, Moyen Atlas
Mikkes, Laajajra, Loudaine, O. Mimoun, Azzaba,
- Projet de création de 97 unités de
Ighzrane, Tazouta, Adrej, Dar El Hamra, Ain
proximité
Timghnai.
Source : Plan Agricole Régional 2009-2020

URAM Intl. 2013 114


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

ANNEXES
 

1‐ Données et cartes sur le secteur de l’agriculture 
2‐ Données sur les périmètres irrigués par commune 
3‐ Etat d’avancement du PNRR2  
4‐ L’impact des changements climatiques 
 

   

URAM Intl. 2013 115


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

1- Données et cartes sur le secteur de l’agriculture


a) Données sur le secteur de l’agriculture
Tableau 45 : Statut juridique des terres (superficie en ha)
Préfecture de Province M. Province Province
Statut Total %
Fès Yacoub Sefrou Boulemane
Melk et assimilé 11 240 89 733 79 433 60 580 240 986 76
Collectif 3860 7430 11 436 14 497 37 223 11.7
Habous 395 12 577 395 458 13 825 4.4
Guich 5555 14 046 18 - 19 619 6.2
Domaine de l’Etat 170 1914 2488 763 5335 1.7
Total 21 220 125 700 93 770 76 298 316 988 100
Source : Recensement Général de l’Agriculture (RGA) 1996
Tableau 46 : Potentialités en terre
Préfecture de Province M. Province Province
Désignation Total %
Fès Yacoub Sefrou Boulemane
Superficie totale en ha 32 745 157 570 352 000 1 480 000 2 022 315
SAU
Bour 19 750 116 000 82 110 54 400 272 260 85.9
Irrigué 1470 9700 11 660 21 898 44 728 14.1
Total SAU 21 220 125 700 93 770 76 298 316 988 15.7
Forêts 360 1800 136 500 121 364 260 024 12.8
Parcours 11 165 30 070 121 730 1 282 338 1 445 303 71.5
Source : Recensement Général de l’Agriculture (RGA) 1996

Tableau 47 : Nombre d’agriculteurs : préfecture de Fès et province en 2004


Population rurale
Préfecture/Province Population totale Nombre d’agriculteurs
Nombre %
Fès 22 758 2.3 977 946 1864
M. Yacoub 147 269 97.9 150 422 13 458
Sefrou 138 044 53.2 259 577 15 192
Boulemane 131 268 70.9 185 042 17 400
Total 439 339 28 1572087 47 914
Source : Direction Régionale de l’Agriculture Fès-Boulemane
Tableau 48 : Evolution des effectifs ovins et caprins entre 1996 et 2012

Commune Rurale de la province de Ecart Ov+Cap Commune Rurale de la Ecart Ov+Cap


Boulemane 2012 -1996 province de Sefrou 2012 -1996
Fritissa -16515 Ain Timguenai -5224
Oulad Ali Youssef -557 Ahl Sidi Lahcen -2726
Tissaf 608 Bir Tam Tam -1890
Ait El Mane 1151 Ighzrane -4
Skoura M'daz 1179 Mtarnagha 0
El Mers 1949 Ait Sebaa Lajrouf 0
El Orjane 2987 Sidi Youssef Ben Ahmed 0
Ermila 4059 Tazouta 0
Enjil 5578 Oulad Mkoudou 72
Ksabi Moulouya 7103 Ras Tabouda 588
Ouizeght 8307 Aghbalou Aqorar 1681
Sidi Boutayeb 8827 Azzaba 2207
Talzemt 10368 Ain Cheggag 2700
Ait Bazza 12231 Adrej 4454
Almis Marmoucha 19192 Dar El Hamra 6745
Serghina 24226 Kandar Sidi Khiar 9437
Guigou 33256 Laanoussar 24130
Tafajight 29291
Sources : RGA96, PCD 2011, Monographies communales 2007, 2008, 2009
et Monographies agricoles de la province de Boulemane 2009 DPA Sefrou et DPA de Boulemane

URAM Intl. 2013 116


 
Etude du SRAT de la région de Fès-Boulemane Phase 1 Diagnostic territorial stratégique - Etape (1) – Rapports sectoriels
 

  

b) Cartes sur le secteur de l’agriculture

Carte1 : SURFACE AGRICOLE UTILE SELON LES CULTURES EN 1996

Carte 2 : SAU IRRIGUEE PAR COMMUNE EN 1996

Carte 3 : SAU IRRIGUEE PAR COMMUNE EN 2009

Carte 4 : IMPORTANCE DE L’ELEVAGE BOVIN - 2010

Carte 5 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : TERRES MILK

Carte 6 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : TERRES COLLECTIVES

Carte 7 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : HABOUS - GUICH - ETAT

Carte 8 : PART DE LA SAU AUTRES (Habous, Etat, Guich) DANS LA SAU TOTALE

Carte 9 : ELEVAGE OVIN ET CAPRIN

Carte 10 : EMPLOI AGRICOLE PERMANENT EN 1996

Carte 11 : NIVEAU D’INSTRUCTION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 1996

Carte 12 : MODE DE FAIRE VALOIR

Carte 13 : NIVEAU DE MECANISATION DES ACTIVITES AGRICOLES EN 1996

Carte 14 : REPARTITION DES EXPLOITANTS AGRICOLES SELON LE MILIEU DE RESIDENCE EN

1996

Carte 15 : UTILISATION DES SEMENCES SELECTIONNEES PAR EXPLOITATION PAR COMMUNE

Carte 16 : USAGE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES PAR EXPLOITATION PAR COMMUNE

Carte 17 : UTILISATION DES ENGRAIS PAR EXPLOITATION PAR COMMUNE

URAM Intl. 2013 117


 
Carte 1 : SURFACE AGRICOLE UTILE SELON LES CULTURES EN 1996

Région
Gharb-Chrarda- bou
Oued S
Beni Hssen Sidi Daoud TAZA GUERCIF
Oulad Mimoun

SIDI KACEM
Sebt Loudaya
PRERIF Louadaine
Forêt
Laajajra

Ain Kansara
Autoroute
Mikkes Ain Bou Ali
Route nationale
Moulay Yacoub
Ou
ed Route régionale
Sbo
u
Sebaa Rouadi Fes
Sidi Harazem
Ras Tabouda
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Limite de Région
Ain Bida
Bir Tam Tam Limite de province
Ain Chkef
Oulad Tayeb SAISS
Aghbalou Aqorar Limite UTA
Mtarnagha
Ain Cheggag
Ain Timguenai
MEKNES Bhalil
El Menzel Ribate El Kheir
Sefrou Azzaba
Kandar
Sidi Khiar S.y. Ben Ahmed
Ighzrane
Ahl Sidi Oulad Mkoudou
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen

Imouzzer Kandar
Fritissa

ya
Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB Tazouta

O. M
Laanoussar
Adrej

Région Meknès-Tafilalet
MOYEN ATLAS Tafajight
Talzemt

Région de l’Oriental
IFRANE Skoura Mdaz
Ait El Mane

u
igo
Gu Immouzzer Marmoucha
El Orjane
O.

El Mers
Oulad Ali Youssef
AZROU Ait Bazza
Guigou
Boulemane
Tissaf

Outat El Haj
Serghina

Almis Marmoucha
PLATEAUX MOULOUYA Ermila
Surface agricole utile (ha)
17000 hectares Enjil
Sidi Boutayeb

Missour
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Céréales
a
uy
ulo Ouizeght
Légumineuses Mo
O.
Ksabi Moulouya
Maraîchages
N
Oléagineuses
MIDELT
Fourrages
0 20 Km
Arboriculture

Jachère
Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
118
Carte 2 : SAU IRRIGUEE PAR COMMUNE EN 1996

bou
Région Oued S
Sidi Daoud TAZA GUERCIF
SIDI KACEM
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen Sebt Loudaya
PRERIF Oulad Mimoun

Louadaine
Laajajra

Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Ou
FES ed
Sbo
u
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate

Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam

Oulad Tayeb SAISS


Aghbalou Aqorar
Mtarnagha
Ain Cheggag Bhalil
Ain Timguenai
MEKNES SEFROUAzzaba Ribate El Kheir
El Menzel

S.y. Ben Ahmed


Oulad Mkoudou
Ahl Sidi Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Kandar Lahcen
Sidi Khiar

ya
Imouzzer Kandar Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB Tazouta
Laanoussar

O. M
Adrej Fritissa
MOYEN ATLAS Tafajight Talzemt

Région Meknès-Tafilalet Région de l’Oriental


IFRANE Skoura Mdaz

Immouzzer Marmoucha

u
igo
Gu
Oulad Ali Youssef
O.

El Mers Ait El Mane

AZROU El Orjane
Boulemane Tissaf
Guigou Ait Bazza

Ermila
Serghina Outat El Haj

Almis Marmoucha
SAU irriguée en ha
0 - 200 Enjil PLATEAUX MOULOUYA
200,1 - 400

400,1 - 600 Sidi Boutayeb

600,1 - 1600
MISSOUR
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

1600,1 - 2517 u ya
ulo
Mo
O.

Ouizeght N
Ksabi Moulouya

Autoroute
Route nationale 0 20 Km
MIDELT
Route régionale
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA
Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
119
Carte 3 : SAU IRRIGUEE PAR COMMUNE EN 2009

bou
Région Oued S
Sidi Daoud
TAZA GUERCIF
SIDI KACEM
Gharb-Chrarda-
Sebt Loudaya
Beni Hssen Oulad Mimoun

Laajajra Louadaine

Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Ou
ed
FES Sbo
u
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam

Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar

Ain Cheggag Mtarnagha


Bhalil
Ain Timguenai
MEKNES SEFROUAzzaba Ribate El Kheir
El Menzel
Kandar S.y. Ben Ahmed
Oulad Mkoudou
Sidi Khiar Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Ahl Sidi Lahcen

ya
Imouzzer Kandar Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB Tazouta
Laanoussar

O. M
Fritissa
Région Meknès-Tafilalet Adrej

Tafajight Talzemt

IFRANE Skoura Mdaz


Région de l’Oriental
Immouzzer Marmoucha

u
igo
Gu
Oulad Ali Youssef
O.

El Mers Ait El Mane


El Orjane Tissaf
AZROU
Guigou Boulemane Ait Bazza

SAU irriguée en ha
Ermila
Serghina Outat El Haj
5 - 250

251 - 700 Almis Marmoucha

Enjil

701 - 1500

1501 - 3200 Sidi Boutayeb

3201 - 5000
MISSOUR
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

ya
lou
M ou
O.
Ouizeght N
Ksabi Moulouya

Autoroute
Route nationale
0 20 Km
Route régionale MIDELT

Limite de Région
Limite de province
Limite UTA
Sources : PCD / Monographie communale 2008 à 2011 / Monographie Agricole 2011
120
Carte 4 : IMPORTANCE DE L’ELEVAGE BOVIN - 2010
Région
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen Oued Sb
ou Vers Taounate
Sidi Daoud
Oulad Mimoun
Sebt Loudaya Vers Oujda
Louadaine

Laajajra

Mikkes Ain Bou Ali


MOULAY YACOUB Ain Kansara

Moulay Yacoub Ou Vers Guercif


ed
Sbo
FES
Fes u
Sebaa Rouadi
Sidi Harazem
Ras Tabouda
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb

Aghbalou Aqorar

Vers Meknes
Ain Cheggag
Bhalil Mtarnagha

u
Ain Timguenai

O. Sebo
Ribate El Kheir Vers Taza
SEFROU
Sefrou Azzaba

Kandar S.y. Ben Ahmed El Menzel


Sidi Khiar Oulad Mkoudou
Ait Sebaa Lajrouf Ahl Sidi Ighzrane
Lahcen
Région Meknès-Tafilalet
Imouzzer
Dar El Hamra

ya
Kandar

u
Tazouta

oulo
Laanoussar

O. M
Adrej Fritissa

Tafajight
Talzemt

Skoura Mdaz
Région de l’Oriental
Ait El Mane
Vers Azrou
u
igo

Immouzzer Marmoucha
Gu

Oulad Ali Youssef


El Mers
O.

El Orjane
Ait Bazza Tissaf
Guigou Boulemane
Serghina Outat El Haj

Almis Marmoucha

Ermila

SAU fourragère
par tête de bovin (ha) Enjil

Sidi Boutayeb

0 - 0,05
MISSOUR
0,051 - 0,122 a
louy
Vers Midelt ou
M
0,122 - 0,237 O.
Ksabi Moulouya

0,238 - 0,425 Ouizeght

0,425 - 0,834

Vers Midelt

Région
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen Oued Sb
ou
Vers Taounate
Sidi Daoud
Oulad Mimoun
Sebt Loudaya
Louadaine Vers Oujda
Laajajra

Mikkes Ain Bou Ali


MOULAY YACOUB Ain Kansara

Moulay Yacoub
Ou Vers Guercif
ed
Fes
Sbo
u
Sebaa Rouadi
Sidi Harazem
Ras Tabouda
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb

Aghbalou Aqorar

Vers Meknes
Ain Cheggag
Bhalil Mtarnagha
Ain Timguenai
SEFROU Vers Taza
Sefrou Azzaba
El Menzel Ribate El Kheir
Kandar S.y. Ben Ahmed
Sidi Khiar Oulad Mkoudou
Ahl Sidi Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen

Fritissa
ya

Imouzzer Kandar Dar El Hamra


oulou

Tazouta
O. M

Laanoussar
Adrej

Région Meknès-Tafilalet Tafajight


Talzemt
Région de l’Oriental
Skoura Mdaz
Ait El Mane
u
igo

Immouzzer Marmoucha
Vers Azrou
Gu

El Orjane
O.

El Mers
Oulad Ali Youssef
Guigou Boulemane Ait Bazza

Boulemane

Effectif bovins (têtes) Serghina


Outat El Haj Tissaf

10000 Almis Marmoucha

5000 Ermila

1000
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Sidi Boutayeb
Enjil

MISSOUR
SAU fourragère (ha)
2 - 30 Vers Midelt
uy
a
ulo
Mo
O.
30,1 - 100 Ouizeght

100,1 - 304 Ksabi Moulouya Limite UTA

304,1 - 600
Vers Midelt
600,1 - 1300

Source : PCD 2011, Monographies communales (2007-2008-2009), Monographies de la DPA année....


121
Carte 5 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : TERRES MILK
Région
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen bou
Oued S Sidi Daoud
TAZA GUERCIF

SIDI KACEM
Sebt Loudaya
PRERIF Oulad Mimoun
Laajajra
Louadaine

Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Ou
FES ed
Sebaa Rouadi Sbo
u
Ras Tabouda
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Ain Chkef Ain Bida
SAISS
Oulad Tayeb Aghbalou Aqorar

Mtarnagha
Ain Cheggag Bhalil
Ain Timguenai
MEKNES SEFROU
Azzaba
Ribate El Kheir
Kandar El Menzel
S.y. Ben Ahmed
Sidi Khiar Oulad Mkoudou Ighzrane
Ahl Sidi
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen
Région Meknès-Tafilalet
Imouzzer Kandar

ya
Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB Tazouta

O. M
Laanoussar
Adrej Fritissa

MOYEN ATLAS Tafajight


Talzemt

Région de l’Oriental
IFRANE Skoura Mdaz

Immouzzer Marmoucha

u
igo
Gu
Ait El Mane Oulad Ali Youssef
El Mers
O.

El Orjane
AZROU Ait Bazza
Tissaf
Guigou Boulemane

Part des terres de statut : Serghina


Ermila
Outat El Haj
Milk dans la SAU de la commune (%) Almis Marmoucha

6 - 20 Enjil PLATEAUX MOULOUYA


20 - 50

50 - 75 Sidi Boutayeb

75 - 90 MISSOUR
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

90 - 100
a
uy
ulo
Mo N
O.
Ouizeght
Forêt Ksabi Moulouya

Autoroute
Route nationale 0 20 Km
MIDELT
Route régionale
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA
Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
122
Carte 6 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : TERRES COLLECTIVES
Région
Gharb-Chrarda- bou
Beni Hssen Oued S Sidi Daoud
TAZA GUERCIF

SIDI KACEM
Sebt Loudaya
PRERIF Oulad Mimoun

Laajajra Louadaine
Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Ou
ed
Sbo
u
Sebaa Rouadi FES Ras Tabouda
Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam

Oulad Tayeb
SAISS
Aghbalou Aqorar
Mtarnagha
Ain Cheggag Bhalil
El Menzel Ain Timguenai
MEKNES SEFROU Ribate El Kheir
Azzaba
Kandar
Sidi Khiar S.y. Ben Ahmed
Oulad Mkoudou Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Ahl Sidi
Lahcen

Imouzzer Kandar
Région Meknès-Tafilalet

ya
Laanoussar Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB
Tazouta

O. M
Fritissa
Adrej
MOYEN ATLAS Tafajight
Talzemt

IFRANE Skoura Mdaz


Immouzzer Marmoucha
Région de l’Oriental

u
igo Oulad Ali Youssef
Gu
Ait El Mane
El Mers
O.

El Orjane
AZROU Ait Bazza
Tissaf
Guigou Boulemane

Outat El Haj
Part des terres de statut : Serghina
Almis Marmoucha
collectif dans la SAU de la commune (%)
0-5 Enjil PLATEAUX MOULOUYA Ermila

5 - 20
Sidi Boutayeb
20 - 46

46 - 80 MISSOUR
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

80 - 93 ya
lou
M ou
O.
Ouizeght N
Forêt Ksabi Moulouya

Autoroute
Route nationale 0 20 Km
MIDELT
Route régionale
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA
Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
123
Carte 7 : STATUT JURIDIQUE DU FONCIER : HABOUS - GUICH - ETAT

Région
Gharb-Chrarda- bou
Oued S Sidi Daoud
Beni Hssen TAZA GUERCIF
Sebt Loudaya
SIDI KACEM PRERIF Oulad Mimoun
Louadaine
Laajajra

Mikkes
MOULAY YACOUB Ain Bou Ali Ain Kansara

Ou
FES ed
Sebaa Rouadi Sbo
u
Ras Tabouda
Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam

Oulad Tayeb SAISS


Aghbalou Aqorar
Mtarnagha
Ain Cheggag Bhalil
Ain Timguenai
MEKNES SEFROU
Ribate El Kheir
Azzaba
Kandar El Menzel
S.y. Ben Ahmed
Sidi Khiar Ighzrane
Ahl Sidi Oulad Mkoudou
Ait Sebaa Lajrouf
Lahcen

Imouzzer Kandar

ya
Dar El Hamra

oulou
EL HAJEB Tazouta

O. M
Laanoussar
Adrej Fritissa

Région Meknès-Tafilalet
MOYEN ATLAS Tafajight
Talzemt

IFRANE Skoura Mdaz


Immouzzer Marmoucha

u
igo
Gu
Ait El Mane
El Mers Oulad Ali Youssef
O.

El Orjane Tissaf
AZROU
Guigou Boulemane Ait Bazza

Ermila Outat El Haj


Serghina

Part des terres de statut : Almis Marmoucha

Etat - Habous - Guich (%)


PLATEAUX MOULOUYA
5 - 250

251 - 700 Enjil


Sidi Boutayeb

701 - 1500
MISSOUR
1501 - 3200 Région de l’Oriental
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

3201 - 5000
a
uy
ulo
Mo N
Forêt O. Ouizeght
Ksabi Moulouya

Autoroute
Route nationale 0 20 Km
MIDELT
Route régionale
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA
Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
124
Carte 8 : PART DE LA SAU AUTRES (Habous, Etat, Guich) DANS LA SAU TOTALE
Vers Taounate
Région
Gharb-Chrarda- Oued Sbou
Sidi Daoud
Beni Hssen Oulad Mimoun
Sebt Loudaya Vers Oujda
Louadaine

Oued
Vers Sidi Kacem

Sbou
Laajajra
Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB

Sebaa Rouadi Ras Tabouda Région Taza - Al Hoceima - Taounate


FES Sidi Harazem
Vers Guercif
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam
Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag Mtarnagha
Bhalil
Ain Timguenai
Vers Meknes SEFROU
Azzaba Ribate El Kheir
Kandar El Menzel
Ait Sebaa Lajrouf Sidi Khiar S.y. Ben Ahmed Oulad Mkoudou Ighzrane
Ahl Sidi
Lahcen
Imouzzer
Kandar Dar El Hamra
Tazouta

ya
oulou
Laanoussar
Adrej

O. M
Fritissa
Tafajight
Région Meknès-Tafilalet Talzemt

Skoura Mdaz
Immouzzer Marmoucha
SAU autres (%) Vers Azrou Ait El Mane
0-2 El Mers El Orjane
Ait Bazza Oulad Ali Youssef
Guigou Tissaf
Boulemane
2-5
Ermila Outat El Haj
Serghina
5 - 15 Almis Marmoucha

15 - 30 Enjil

30 - 82
Sidi Boutayeb

MISSOUR
Région de l’Oriental
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Commune urbaine
Vers Midelt
Groupement rural
a
uy
ulo Ouizeght N
Autoroute Ksabi Moulouya O.
Mo

Route nationale
Route régionale 0 20 Km
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA Vers Midelt

Source : RGA 1996, PCD (2011), Monographies communales et Monographies agricoles (2008 à 2011)
125
Carte 9 : ELEVAGE OVIN ET CAPRIN
Vers Taounate
Région
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen Sidi Daoud

Sebt Loudaya
PRERIF Oulad Mimoun
Louadaine
Vers Oujda

Laajajra

Mikkes Ain Kansara


Ain Bou Ali

MOULAY YACOUB
Sebaa Rouadi
FES Sidi Harazem
Ras Tabouda Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Vers Guercif
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam
Oulad Tayeb SAISS
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag
Bhalil
Mtarnagha Vers Taza
Vers Meknes El Menzel Ain Timguenai
SEFROU
Azzaba Ribate El Kheir

S.y. Ben Ahmed Ahl Sidi Lahcen


Ait Sebaa Lajrouf Oulad Mkoudou

Kandar Sidi Khiar Ighzrane

Imouzzer Kandar Dar El Hamra


Laanoussar
Tazouta

Adrej

MOYEN ATLAS Tafajight


Talzemt
Fritissa

Région de l’Oriental
Skoura Mdaz

Région Meknès-Tafilalet
Vers Azrou
Immouzzer Marmoucha
El Mers
Oulad Ali Youssef
Ait El Mane
El Orjane
Tissaf
Ait Bazza
Guigou

Boulemane
Outat El Haj
Ermila
Serghina
Almis Marmoucha

Enjil PLATEAUX MOULOUYA

Sidi Boutayeb

Tête de ovin
Missour

100000
50000 Vers Midelt

10000 Ksabi Moulouya Ouizeght

5000

Vers Midelt

Région
Gharb-Chrarda- Vers Taounate
Beni Hssen
Sidi Daoud

Sebt Loudaya
PRERIF
MOULAY YACOUB
Oulad Mimoun
Louadaine Vers Oujda
Laajajra

Mikkes Ain Kansara


Ain Bou Ali

Vers Guercif

Sebaa Rouadi FES Ras Tabouda


Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam
Oulad Tayeb SAISS
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag Mtarnagha Vers Taza
Bhalil
Vers Meknes El Menzel Ain Timguenai
SEFROU
Azzaba Ribate El Kheir

S.y. Ben Ahmed Ahl Sidi Lahcen


Ait Sebaa Lajrouf Oulad Mkoudou

Kandar Sidi Khiar Ighzrane

Imouzzer Kandar Dar El Hamra


Laanoussar
Région Meknès-Tafilalet Tazouta

Adrej

MOYEN ATLAS Tafajight


Talzemt
Fritissa

Région de l’Oriental
Skoura Mdaz

Vers Azrou Immouzzer Marmoucha


El Mers
Oulad Ali Youssef
Ait El Mane
El Orjane
Tissaf
Ait Bazza
Guigou

Boulemane Outat El Haj


Ermila
Serghina
Almis Marmoucha

Enjil PLATEAUX MOULOUYA

Tête de caprin Sidi Boutayeb


SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

10 000
5 000 Missour

1 000
500 Vers Midelt

Ksabi Moulouya Ouizeght

Vers Midelt
N

0 20 Km

Source : RGA 1996

126
Carte 10 : EMPLOI AGRICOLE PERMANENT EN 1996
Vers Taounate Vers Taounate
Région
ou
Gharb-Chrarda- Oue
d Sb
Région Oued
Sbou

Beni Hssen

Oued

Oued
Vers Oujda
Vers Oujda Gharb-Chrarda-

Sb

Sb
Beni Hssen

ou

ou
Vers Guercif Vers Guercif
MOULAY YACOUB MOULAY YACOUB

Région Taza - Al Hoceima - Taounate Région Taza - Al Hoceima - Taounate

O. Mkes
FES FES

i
houd
O.ya
Bhalil Bhalil

u
Vers Meknes SEFROU

O. Sebo

O. Sebo
Vers Meknes
SEFROU Ribate El Kheir Ribate El Kheir
O.Zloul
El Menzel El Menzel

ggay
O. A

O.O
Imouzzer

ary
Imouzzer

a
Kandar
Kandar

ya

ya
O. Guigou

O. Guigou
oulou

oulou
O. M

O. M
Région Meknès-Tafilalet O.M O.M
aass aass
ar ar
Région de l’Oriental Région de l’Oriental
Vers Azrou Immouzzer Marmoucha

ou

ou
Vers Azrou

ig

ig
ne

ne
Gu

Gu
O.

O.
ha

ha
Ch

Ch
O.

O.
Atc

Atc
eg

eg
A

A
Al

Al
Boulemane

lA

lA
O. Boulemane Région Meknès-Tafilalet

O.
rd

rd
Outat El Haj Outat El Haj
ou ou
Guig Guig
O. O.

SAU par emploi


1-2 O. Ch
ouf Ch
O. Ch
ouf Ch
erg erg

2-3 MISSOUR MISSOUR


Part de l’emploi de la commune
Vers Midelt
3-4
Vers Midelt

u ya u ya
dans l’emploi régionale (%)
ulo ulo
Mo Mo
O. O.

4-6 0,43 - 0,83


6 - 10 Vers Midelt Vers Midelt 0,83 - 1,39
10- 15 1,39 - 2,18
Région ou
Vers Taounate
2,18 - 3,13
d Sb
Gharb-Chrarda- Oue

Oued
Beni Hssen
Vers Oujda 3,13 - 4,71

Sbou
Vers Guercif
MOULAY YACOUB
FES
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
i
houd

Région Meknès-Tafilalet
O.ya

Bhalil u
SEFROU
O. Sebo
Vers Meknes Ribate El Kheir
El Menzel O.Zloul
ggay
O. A

O.O
ary
Imouzzer

a
Kandar

ya
O. Guigou

oulou
O. M
O.M
aass
ar
Vers Azrou Région de l’Oriental
Immouzzer Marmoucha
u
igo

ne
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Gu

O.
ha

C
O.

he
Atc

gA
Al

Boulemane

lA
O.

rd
Outat El Haj
ou
G uig
O.
Part de l’emploi familiale (%)
74 - 82 O. Ch
ouf Ch
erg

82 - 89 MISSOUR

89 - 92 Vers Midelt

a
uy
ulo
Mo
O.
92 - 96
96 - 99 Vers Midelt

Sources : Ressencement Général de l’Agriculture 1996

127
Carte 11 : NIVEAU D’INSTRUCTION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 1996
Région Sidi Daoud TAZA GUERCIF
SIDI KACEM
Gharb-Chrarda- Oulad Mimoun
Sebt Loudaya
Beni Hssen Louadaine

Laajajra
Niveaux d'instruction (%)
Mikkes Ain Bou Ali
2 300 Ain Kansara

Moulay Yacoub

Fes
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb

Primaire Aghbalou Aqorar


Ain Cheggag
Bhalil Mtarnagha
Ain Timguenai

Collège MEKNES
Sefrou Azzaba Ribate El Kheir
S.y. Ben Ahmed
El Menzel
Kandar
Lycée Sidi Khiar
Ahl Sidi Oulad Mkoudou
Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen

Supérieur Imouzzer Kandar Dar El Hamra


Fritissa

EL HAJEB Tazouta

Laanoussar
Adrej
Région Meknès-Tafilalet Tafajight
Talzemt

IFRANE Skoura Mdaz Région de l’Oriental


Ait El Mane

Immouzzer Marmoucha
El Orjane
El Mers
AZROU Ait Bazza Oulad Ali Youssef
Guigou

Boulemane

Serghina
Outat El Haj Tissaf

Almis Marmoucha

Ermila

Région
Gharb-Chrarda- Sidi Boutayeb
Enjil
Beni Hssen GUERCIF
Sidi Daoud TAZA
SIDI KACEM Oulad Mimoun
Sebt Loudaya
Louadaine

Laajajra

Mikkes Ain Bou Ali


Ain Kansara

Moulay Yacoub

Fes
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem

Bir Tam Tam Région Taza - Al Hoceima - Taounate


Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb

Aghbalou Aqorar
Mtarnagha Ouizeght
Ain Cheggag
Bhalil Ain Timguenai
MEKNES Ribate El Kheir
Sefrou Azzaba

Kandar S.y. Ben Ahmed El Menzel Ksabi Moulouya


Sidi Khiar Oulad Mkoudou
Ahl Sidi Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen
Imouzzer
Kandar Dar El Hamra
Fritissa MIDELT
EL HAJEB Tazouta

Laanoussar
Adrej

Tafajight
Talzemt

IFRANE Skoura Mdaz Région de l’Oriental


Ait El Mane

Région Meknès-Tafilalet
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Immouzzer Marmoucha
El Orjane
El Mers
AZROU Ait Bazza Oulad Ali Youssef
Guigou

Boulemane

Serghina Outat El Haj


Exploitants sans niveau
Tissaf

Almis Marmoucha
MIDELT
Ermila dans la commune (%)

Enjil
Sidi Boutayeb
26,51 - 45
45,1 - 60

Ouizeght
60,1 - 75
Ksabi Moulouya
75,1 - 85,
85,1 - 95,02
Source : Recensement Général de l’Agriculture 1996
128
Carte 12 : MODES DE FAIRE VALOIR
Région Vers Taounate
Gharb-Chrarda- ou
Beni Hssen Oued Sb
Sidi Daoud
Oulad Mimoun
Sebt Loudaya Vers Oujda
Louadaine
Vers Sidi Kacem
Laajajra

Mikkes Ain Bou Ali


Ain Kansara
MOULAY YACOUB
FES Ou
ed
Sbo
u
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Vers Guercif
Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag Mtarnagha
Vers Meknes Ain Timguenai
Bhalil SEFROU Azzaba
Vers Taza
Ribate El Kheir
El Menzel
Kandar S.y. Ben Ahmed
Sidi Khiar Ahl Sidi Oulad Mkoudou Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen

Imouzzer Kandar Fritissa

ya
Dar El Hamra

oulou
Tazouta
Laanoussar

O. M
Adrej
Région Meknès-Tafilalet Tafajight
Talzemt

Skoura Mdaz
Ait El Mane Région de l’Oriental
u
igo

Vers Azrou Immouzzer Marmoucha


Gu

El Orjane
O.

El Mers
Ait Bazza Oulad Ali Youssef
Guigou
Boulemane

Serghina Outat El Haj Tissaf

Almis Marmoucha

Ermila
Part de SAU direct dans
la SAU totale de la région (%)
Sidi Boutayeb
Enjil
0 - 0,5
MISSOUR
0,51 - 1,5
1,51 - 2,5
a
uy
2,51 - 3,5 Vers Midelt Mo
ulo
O. Ouizeght

3,51 - 5,34 Ksabi Moulouya

Vers Midelt

Région Vers Taounate


Gharb-Chrarda- ou
Beni Hssen Oued Sb
Sidi Daoud
Oulad Mimoun
Sebt Loudaya Vers Oujda
Louadaine
Vers Sidi Kacem
Laajajra

Mikkes Ain Bou Ali


Ain Kansara
MOULAY YACOUB
FES Ou
ed
Sbo
u
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Région Meknès-Tafilalet Sidi Harazem Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Bir Tam Tam
Vers Guercif
Ain Bida
Ain Chkef
Oulad Tayeb
Aghbalou Aqorar
Ain Cheggag Mtarnagha
Vers Meknes Ain Timguenai
Bhalil SEFROU Vers Taza
El Menzel
Azzaba
Ribate El Kheir
Kandar S.y. Ben Ahmed
Sidi Khiar Ahl Sidi Oulad Mkoudou Ighzrane
Ait Sebaa Lajrouf Lahcen
Imouzzer Kandar
Fritissa
ya

Dar El Hamra
oulou

Tazouta
Laanoussar
O. M

Adrej
Tafajight
Talzemt

Skoura Mdaz
Ait El Mane Région de l’Oriental
u
igo

Vers Azrou Immouzzer Marmoucha


Gu

El Orjane
O.

El Mers
Ait Bazza Oulad Ali Youssef
Guigou
Boulemane
Outat El Haj
Serghina Tissaf

Almis Marmoucha

Ermila
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Sidi Boutayeb
Enjil

0 20 Km
MISSOUR

Part de SAU direct dans


a
uy
la SAU totale de la commune (%) Mo
ulo
Vers Midelt O.
10 - 35 Ouizeght

35,1 - 80 Ksabi Moulouya

80,1 - 90
90,1 - 95 Vers Midelt

95,1 - 100 Source : RGA 1996, PCD (2011), Monographies communales et Monographies agricoles (2008 à 2011)

129
Carte 13 : NIVEAU DE MECANISATION DES ACTIVITES AGRICOLES EN 1996
ou Sbou
d Sb Oued
Oue
Région TAZA GUERCIF Région TAZA GUERCIF

Oued
SIDI KACEM SIDI KACEM

Oued
Gharb-Chrarda- Gharb-Chrarda-
Beni Hssen Beni Hssen

Sb

Sb
ou

ou
MOULAY YACOUB MOULAY YACOUB

Région Taza - Al Hoceima - Taounate FES

O. Mkes
FES

i
houd
Région Taza - Al Hoceima - Taounate

O.ya
Bhalil Bhalil

u
SEFROU SEFROU

O. Sebo

O. Sebo
MEKNES Ribate El Kheir MEKNES Ribate El Kheir
O.Zloul
El Menzel El Menzel

ggay
O. A

O.O
ary
Imouzzer Imouzzer

a
Kandar Kandar
EL HAJEB EL HAJEB

ya

ya
O. Guigou

O. Guigou
oulou

oulou
O. M

O. M
O.M O.M
aass aass
ar ar
IFRANE Région de l’Oriental IFRANE
Région de l’Oriental

ou

ou
Région Meknès-Tafilalet Région Meknès-Tafilalet

ig

ig
ne

ne
Gu

Gu
O.

O.
ha

ha
Ch

Ch
O.

O.
Atc

Atc
eg

eg
A

A
AZROU AZROU
Al

Al
Boulemane

lA

lA
O. Boulemane

O.
rd

rd
Outat El Haj Outat El Haj
ou ou
Guig Guig
O. O.

MIDELT MIDELT

O. Ch O. Ch
ouf Ch ouf Ch
Ha de SAU par tracteur erg erg

MISSOUR MISSOUR
1 - 250 Ha de SAU par moissonneuse
batteuse
250 - 500 O.
Mo
ulou
ya

O.
Mo
ulou
ya

1 - 1000
500 - 1000
1001 - 2000
1000 - 2000
2001 - 3000
2000 - 2911
3001 - 5000
Pas de matériels Oue
d Sb
ou
Région TAZA GUERCIF
5001 - 9510

Oued
SIDI KACEM
Gharb-Chrarda-
Beni Hssen

Sbou
Pas de matériels
MOULAY YACOUB

FES
i
houd
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Région Meknès-Tafilalet
O.ya

Bhalil u
SEFROU
O. Sebo

MEKNES

El Menzel Ribate El Kheir


O.Zloul
ggay
O. A

O.O
ary
a
EL HAJEB
Imouzzer Kandar

ya
O. Guigou

oulou
Ha de SAU irriguée par motopompe

O. M
O.M
aass
ar

0,3 - 4 IFRANE
u
igo

ne
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Gu

O.
ha

C
O.

4,1 - 6,4

he
Atc

gA
AZROU
Al

Boulemane

lA
O.

rd
6,5 - 9,45 O.
Guig
ou
Outat El Haj

MIDELT

9,5 - 13,9
19,9 - 21,68 O. Ch
ouf Ch
erg

MISSOUR
30 - 33,7 Région de l’Oriental

51 - 82,63 O.
Mo
ulou
ya

100 - 584
Pas de matériels
Source : Recensement Général de l’Agriculture - 1996
130
Carte 14 : REPARTITION DES EXPLOITANTS AGRICOLES SELON LE MILIEU DE RESIDENCE EN 1996
Région
Gharb-Chrarda-
bou
Beni Hssen Oued S
Sidi Daoud TAZA GUERCIF
Oulad Mimoun

SIDI KACEM
Sebt Loudaya
PRERIF
Laajajra Louadaine

Mikkes
Ain Bou Ali Ain Kansara
Moulay Yacoub
Ou
ed
Sebaa Rouadi Sbo
Fes Sidi Harazem
u
Ras Tabouda

Ain Bida Bir Tam Tam


Région Taza - Al Hoceima - Taounate

Ain Chkef
SAISS
Aghbalou Aqorar
Oulad Tayeb
Ain Cheggag Mtarnagha
Ain Timguenai
MEKNES Bhalil
Ribate El Kheir
Azzaba
Kandar Sefrou El Menzel
Sidi Khiar Ighzrane
Ahl Sidi Oulad Mkoudou
S.y. Ben Ahmed Lahcen

Dar El Hamra
Imouzzer Kandar Fritissa

ya
Ait Sebaa Lajrouf

oulou
EL HAJEB Laanoussar Tazouta

Adrej

O. M
Région Meknès-Tafilalet
MOYEN ATLAS Tafajight

Talzemt
Skoura Mdaz
Région de l’Oriental
IFRANE
Ait El Mane

u
igo Immouzzer Marmoucha Oulad Ali Youssef
Gu
El Orjane
O.

El Mers
AZROU Guigou Ait Bazza
Effectif des exploitants agricoles Tissaf

Boulemane
7500 Outat El Haj
Serghina

Almis Marmoucha

PLATEAUX MOULOUYA Ermila

Enjil
Lieu de résidence des exploitants agricoles
Sidi Boutayeb
Exploitant rural
Exploitant urbain Missour

Exploitant étranger
SRAT-Fès-Boulemane / URAM Intl. - 2013

Exploitant sur place


a
uy
ulo Ouizeght
Mo N
Forêt O.
Ksabi Moulouya

Autoroute 0 20 Km
Route nationale MIDELT
Route régionale
Limite de Région
Limite de province
Limite UTA Source : Ressencement Général de l’Agriculture 1996
131
Carte 15 : USAGE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES PAR EXPLOITATION PAR COMMUNE

bou
Région Oued S
Sidi Daoud TAZA GUERCIF
SIDI KACEM
Gharb-Chrarda- Oulad Mimoun

Beni Hssen Sebt Loudaya


PRERIF Louadaine

Laajajra
Ain Kansara
Mikkes Ain Bou Ali
MOULAY YACOUB
Ou
FES ed
Sbo
u
Sebaa Rouadi Ras Tabouda
Sidi Harazem
Région Taza - Al Hoceima - Taounate
Ain Chkef Ain Bida Bir Tam Tam

Oulad Tayeb SAISS


Aghbalou Aqorar
Mtarnagha
Ain Cheggag
Bhalil