Sunteți pe pagina 1din 20

LA VÉRITÉ Épreuve de culture générale ECS/ECE

LA VÉRITÉ France Farago

L’essentiel pour réussir l’épreuve


de culture générale aux concours
des prépas commerciales
LA VERITE
Culture générale prépas commerciales ECS/ECE
Concours 2015

Illustration de couverture : gravure de Bonaventure-Louis Prévost – Frontispice de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert représentant la Raison et la Philosophie arrachant
DANS CET OUVRAGE :

➔ Une présentation du thème « la vérité », qui le situe, présente


les notions clés et approfondit les questions principales.

➔ Une méthodologie détaillée de la dissertation.

➔ 10 sujets et leurs propositions de correction.


Tout-en-un
son voile à la Vérité rayonnante de lumière, gravé en 1772 d’après le dessin de Cochin datant de 1764.
➔ De très nombreux sujets de dissertation pour vous entraîner. ➔ Analyse approfondie du thème
L’auteur : ➔ Les citations à retenir
France Farago est professeur agrégée de philosophie. Elle a enseigné de
➔ Les textes à connaître
nombreuses années en prépas commerciales et en prépas littéraires au lycée
Henri IV et au lycée Chaptal. Elle est correctrice du concours Ecricome. ➔ Méthodologie des épreuves

+ 10 dissertations corrigées
ISBN : 978-2-311-40197-4

9782311401974-LA VERITE.indd Toutes les pages 04/06/14 10:02

Sicogif Certified PDF LES PAOISTES


LA VÉRITÉ
Culture générale prépas commerciales ECS/ECE
Concours 2015

France Farago
ISBN 978-2-311-40197-4

La loi du 11 mars 1957 n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou
reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et,
d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représen-
tation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou
ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque p­ rocédé
que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
Le « photocopillage », c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des
­éditeurs. Largement répandu dans les établissements d’enseignement, le « photocopillage » menace l’avenir du
livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs d’une juste rémunération. En dehors
de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est interdite.
Des photocopies payantes peuvent être réalisées avec l’accord de l’éditeur.
S’adresser au Centre français d’exploitation du droit de copie : 20 rue des Grands Augustins, F-75006 Paris.
Tél. : 01 44 07 47 70

© Magnard-Vuibert – juin 2014 – 5 allée de la 2e DB, 75015 Paris


Site internet : http://www.vuibert.fr
Sommaire

LA VÉRITÉ. INTRODUCTION AU THÈME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Partie I. Analyse du thème

L’ÊTRE ET LE LOGOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

VÉRITÉ, RAISON ET RÉALITÉ : ENTRE RAISON ET DOGMATISME . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

LA VÉRITÉ ET L’ERREUR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

SCIENCE ET VÉRITÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

LA VÉRITÉ COMME VALEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

LA VÉRITÉ DANS L’ART : DE LA SPLENDEUR DU VRAI AU MENTIR-VRAI. . . . . . . . . . . 137

Partie II. Méthodologie

LA DISSERTATION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Partie III. Sujets et corrigés

DISSERTATIONS 1 À 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

SUJETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

CITATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219

BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
La vérité
Introduction au thème
« Nous souhaitons la vérité, disait Pascal, et ne trouvons en nous qu’in-
certitude… Nous sommes incapables de ne pas souhaiter la vérité et le bon-
heur, et sommes incapables ni de certitude, ni de bonheur… » (fr. 437 1).
D’emblée, Pascal lie le bonheur à la recherche de la vérité comme l’avaient
fait avant lui Platon, Aristote et toux ceux qui les ont suivis. Bien loin de
devoir les imaginer « avec de grandes robes de pédants », il faut, dit-il,
comprendre que leur démarche avait pour but de venir en aide à la folie
des hommes. Ils ont eu le génie de comprendre que la recherche de l’un (la
vérité) conditionnait l’avènement de l’autre (le bonheur). Mais comment
trouver ce qu’on ne connaît pas ? Où le trouver et comment le recon-
naître ? C’est en voyant les hommes errer, en proie aux fureurs de ce que
la tragédie appelait le Destin que la philosophie est partie à la recherche
de ce qui pourrait rendre l’homme heureux « en tant qu’il a une âme » pré-
cisait Platon. Si les hommes sont la proie du Destin, n’est-ce pas parce
qu’ils sont aveugles à la Vérité ? S’ils s’égarent, n’est-ce pas parce qu’ils en
ignorent la Voie ? Partant de l’ignorance originelle, les philosophes sont
donc partis à la recherche de ce qui viendrait y remédier en traçant de
multiples sentiers, en esquissant des pistes diverses, à partir de points de
vue parfois totalement opposés. On s’est ainsi demandé, écrit Roger-Pol
Droit, si la vérité « réside au ciel ou sur terre. Est-elle révélée par un message
divin transmis aux hommes ? Ou bien n’est-elle au contraire qu’une réalité
humaine, construite pas à pas par notre esprit ? Est-elle objective, indépen-
dante de nous ou relative à nos outils intellectuels et à nos capacités men-
tales ?

1. Les références aux Pensées de Pascal renvoient à l’édition Brunschwicg


(Hachette).

5
La vérité

Où se tient la vérité ? Hors de nous ? En nous ? En Dieu ? Dans les choses


du monde ? Dans les évidences les plus simples ou dans les théories les plus
compliquées ? Dans la raison ou dans le cœur ? Dans l’éternité ou dans l’his-
toire ? Dans l’individu ou dans la collectivité ? Autour de ces questions et de
quelques autres encore se sont construites et ramifiées des réflexions multi-
ples. Sans oublier celles qui mettent en cause l’idée même de vérité.
N’est-elle qu’une illusion ? Une histoire que les humains se racontent, une
sorte de fantasmagorie ? Une toile que nous avons tendue sur le monde pour
nous convaincre que nous le maîtrisons ? La vérité ne devrait-elle pas être
suspectée, mise en cause, soupçonnée de cacher des volontés de domination,
sous couvert de vouloir seulement et objectivement connaître. » (Une brève
histoire de la philosophie, Flammarion, 2008)

Ce qui est sûr, c’est que la philosophie a voulu être un discours de vérité
capable de dissoudre les préjugés de l’opinion, les superstitions, les illu-
sions. Avant même que Platon n’affirme contre les sophistes le caractère
essentiel du lien qui unit le discours philosophique à la recherche de la
vérité, Parménide le proclame dans son poème didactique sous une forme
qui emprunte encore beaucoup à la représentation religieuse. Les scep-
tiques grecs eux-mêmes déclarent la chercher, mais en vain. De là le nom
de « zététique » qui fut donné à leur école : l’école « chercheuse ». Seul
Protagoras, le grand sophiste auquel Platon donne généreusement la
parole dans le Théétète, prétend abolir tout rapport du discours au vrai,
affirmant la relativité absolue des points de vue sur le monde. Platon
le récuse et, avec lui, tous les sophistes, traçant ainsi avec une netteté
particulière la ligne de partage entre la philosophie et ce qu’il juge être
sa contrefaçon. Toute l’histoire de la philosophie, des présocratiques à
Heidegger, peut se résumer à cette recherche de la vérité, titre que Male-
branche au XVIIe siècle donna à son œuvre majeure. Les Modernes ont
certes eu tendance à ne voir dans le vrai et le faux que des attributs du
discours ou du langage et non pas des choses, insistant sur la nécessité
absolue de déjouer les pièges du langage qui peut travestir la pensée. Ainsi,

6
Introduction au thème

Hobbes peut-il dire que « Vrai et faux sont des attributs de la parole, et non
des choses. Là où il n’est point de parole, il n’y a ni vérité ni fausseté […] La
vérité consiste à ordonner correctement les dénominations employées dans
nos affirmations » mais jamais il ne conteste la légitimité de la raison.
Nietzsche à la fin du XIXe siècle franchira ce pas et jettera le doute sur
la légitimité de l’idée même de vérité. Il n’empêche que le problème de
la vérité demeure authentiquement philosophique, ne serait-ce que par
la question de savoir si la « vérité » est à chercher dans la position de
problèmes scientifiques et la réflexion épistémologique ou plutôt dans le
choix d’engagements sociaux et politiques, éthiques et religieux, esthé-
tiques et existentiels, etc. Peut-être faut-il la chercher dans la conversion
ontologique, qu’elle prenne l’allure des religions, ces grandes fresques
symboliques qui s’offrent à notre interprétation grâce à l’herméneutique
savante, ou leur version démythologisée par laquelle Heidegger tente de
nous faire retrouver les voies d’un accès prétendument perdu au mystère
même de l’existence dans la manifestation omniprésente de la « vérité
de l’Être » ? Peut-être faut-il, plus que jamais, la chercher au milieu des
décombres d’une civilisation qui, ayant séparé la science et la sagesse,
souffre de l’hypertrophie de l’une en s’étant rendue orpheline de l’autre ?
Ce qu’on peut dire d’emblée, c’est que les termes dans lesquels s’est
posée la question de la vérité en Occident sont tout à fait particuliers.
La problématique originelle de la vérité dans la métaphysique occidentale
ne se fonde pas, en effet, sur une évidence naturelle qui serait commune
à toutes les cultures : la distinction de l’« Être » et du « paraître ». C’est
dans cette distinction que prend son origine le projet de la philosophie
et de la science. Dès lors que la métaphysique a conçu l’« Être » comme
« Physis » ou « Nature », la vérité ne pouvait plus être pensée que dans le
champ de la Physique ou de la « Méta-physique ». Qu’entendaient exacte-
ment les Anciens quand ils parlaient de la Physis ? Non pas quelque chose
qui tombait immédiatement sous les sens, mais quelque chose d’intelli-
gible qui permettait de rendre raison du sensible car « La Physis, disait déjà
Héraclite, aime à se dérober à nos yeux ». Elle aime à se cacher, d’où l’idée
que l’on retrouve encore chez Galilée des « secrets de la nature ». La Physis

7
La vérité

est ce qui « est » au-delà du visible qui « paraît ». La vérité a donc, dès l’ori-
gine, été liée au refus de s’en tenir au visible et au sensible pour accéder
à l’intelligible accessible au seul discours rationnel, le « logos ». La vérité,
dès lors, est discours sur l’« Être » au-delà des apparences : elle est d’abord
ontologique avant même d’être logique. Double, relevant du discours et de
l’Être, elle est à la fois soumise à des critères intérieurs à l’élément même
du discours (évidence, clarté, correction logique, non contradiction) et à
des critères extérieurs à cet élément (exactitude, conformité à l’Être, adé-
quation à la « réalité véritable »).
Condition nécessaire (mais non suffisante) de la vérité ainsi comprise,
la cohérence logique suppose que corrélativement l’Être ne se contredise
pas lui-même. Ce qui détermine en dernière instance la vérité du discours
cohérent, c’est sa conformité à la cohérence ordonnée de l’Être conçu
comme « Nature » et « Cosmos », c’est-à-dire comme « ordre ».
Cette conception se retrouve au XVIIe siècle chez Descartes et Spinoza
notamment. Toute la philosophie classique se réfère à cette double
conception de la vérité comme adaequatio rei et intellectus, adéquation
de la chose et de l’esprit, et comme évidence dans laquelle le « vrai » se
donne comme « indice de lui-même » : verum index sui dit Spinoza, le
philosophe qui, pourtant, s’exprime à la façon des géomètres et de leurs
démonstrations. Ainsi, Spinoza appelle-t-il vraie « l’idée adéquate », évi-
dente de par sa non-contradiction intrinsèque et correspondant à l’ob-
jet extérieur dont elle est l’idée. La représentation est dite vraie parce
qu’elle est garantie par une réalité conçue elle-même comme vraie. De
même pour Descartes qui fonde la légitimité de l’adhésion à nos représen-
tations claires et distinctes sur la garantie de l’existence divine. La vérité
n’est pas seulement être, elle est évidence. Et il n’y a de vérité que pour
un esprit.
C’est cette façon de poser le problème qui change avec Kant. Alors que
la pensée classique posait que le sujet trouvait la vérité immanente aux
choses mêmes, Kant affirme que la « chose en soi » est par définition incon-
naissable car connaître c’est, pour un sujet, être en relation avec un objet.

8
Introduction au thème

La connaissance se limitant aux phénomènes, ne peut être que relative au


sujet ; ce n’est donc que dans la sphère de la représentation que se déploie
la recherche de la vérité. À la fin du XIXe siècle, dans un tout autre contexte,
Nietzsche fera peser le soupçon sur la validité même du concept de vérité, y
compris dans les sciences.
Ce qui prédomine dans cette conception double, c’est en fait l’aspect de
l’adéquation que nous retrouverons lorsque nous examinerons le statut de
la vérité scientifique. Ce qui est sûr, c’est que les conceptions de la vérité
ont varié au cours de l’histoire et c’est cette trajectoire de la notion de vrai
que nous allons explorer. Nous verrons que la vérité revêt un aspect nor-
matif extrêmement puissant : chez Platon la vérité est conçue comme
norme, référent ontologique du langage, sous forme de modèles, de types
idéaux, « Idées » qui s’offrent à la contemplation de l’esprit attentif. Pour-
tant, si la science de l’Être doit être le pilier de la sagesse sans laquelle
il n’est pas de bonheur, le langage auquel la pensée a spontanément
affaire n’est pas nécessairement de lui-même révélateur de la raison des
choses ; car l’homme utilise quotidiennement un langage soumis au règne
de l’opinion et de l’apparence. Le langage du vulgaire se borne à refléter
l’expérience immédiate, subjective et désordonnée des phénomènes ou
des opinions les plus courantes. L’expression de la vérité ayant partie liée
au langage, Aristote, dans sa Logique, a donc prolongé la réflexion de son
maître et mis en évidence les règles permettant de construire un discours
vrai2.
La vérité a été conçue également comme une valeur, voire une exi-
gence éthique, ainsi que le montre l’analyse du langage quotidien : il faut
« dire toute la vérité », comme s’il existait un devoir de vérité. L’exigence
de vérité concerne alors la morale. Il nous faudra donc aussi explorer la
question du mensonge, distincte de celle de l’erreur.

2. « Faux est plus large que vrai, en ce qu’il s’emploie dans un certain nombre d’ex-
pressions toutes faites, telles que fausse-note, faux-jour, faux-pas, porte-à-faux,
etc. L’idée dominante y est toujours celle d’une déviation par rapport à la norme »
(Dictionnaire philosophique Lalande, PUF).

9
La vérité

LES PRINCIPALES DISTINCTIONS À FAIRE


Dans le sens commun, l’idée de vérité est mal dégagée de celle de réalité ;
« c’est un vrai arbre » : il est bien présent à ma perception et il n’est pas en carton
peint. A l’opposé des illusions, des fantasmes et du mensonge, la vérité se donne
comme une saisie de l’être qui est . La notion de vérité n’a de sens que dans la
mesure où l’homme met sa représentation d’un objet en rapport avec l’objet lui-
même. Quelque chose est affirmé ou nié de l’objet : le jugement est le lieu de la
vérité ou de l’erreur, celles-ci n’existent que portées par un langage. Dès lors se
pose la question du critère de la vérité : par quoi la conformité à l’objet de ce qui est
affirmé de l’objet dans le jugement est-elle garantie ? La réponse est simple en ce
qui concerne la vie courante : c’est la constatation ou l’expérience ; elle est moins
aisée en ce qui concerne la vérité métaphysique et même la vérité scientifique.
La vérité ontologique : dévoilement. Les scolastiques définissaient la vérité
comme l’adéquation de l’esprit (connaissant) et de la chose (connue). Mais cette
formulation, qui reste très près du réalisme vulgaire, soulève des difficultés : une
chose ne peut vraiment être adéquate qu’à elle-même. Si la vérité doit porter sur
l’Être, il faut donc qu’il y ait non pas conformité, mais identité de nature entre
la pensée et l’Être. Cette identité était postulée par l’ontologie de Parménide,
de Platon, de Spinoza , affirmée exemplairement par la philosophie de Hegel. La
vérité n’est pas autre chose que l’Être se dévoilant à travers un discours, un logos.
Cette position est encore celle de Heidegger, qui se présente comme un retour aux
sources de la philosophie grecque.
La vérité logique : non-contradiction. Mais quand le discours est-il sûr de par-
ler de l’Être ? Ne devrait-il pas chercher dans sa propre texture les garanties de la
validité ? C’est le but que se propose la logique, qui montre qu’une proposition est
vraie formellement, c’est-à-dire indépendamment de son contenu, si on peut la
construire par voie déductive à partir d’autres propositions posées comme prin-
cipes ou axiomes.
La vérité objective : construction de l’objet par conceptualisation. La certitude
logicienne est vide ; il faut que le langage retourne au réel. Et à ce contact la vérité
se fragmente : il n’y a plus que des vérités propres à un domaine déterminé du réel,
à une région limitée de l’être. Il appartient à chaque science d’explorer ces régions
et de formuler ses propres critères pratiques de « sa » vérité, que l’épistémologie
vient mettre en question. Celle-ci découvre alors que ce ne sont pas seulement les
« faits » qui servent de pierre de touche à la théorie scientifique, mais la théorie
qui leur donne sens.
L’épreuve des faits vient vérifier ou modifier la théorie. La vérité scientifique
apparaît ainsi comme une conceptualisation progressive du réel.

10
Introduction au thème

À LA MORT DES TRADITIONS, LA RECHERCHE


PHILOSOPHIQUE DE LA VÉRITÉ OSCILLE
ENTRE DOGMATISME ET SCEPTICISME
Si la philosophie a prétendu d’emblée être une recherche de la vérité, c’est
qu’elle est née à une époque où la tradition de sagesse s’effondrait, déstabilisée par
des hommes qui détournaient la parole de son usage légitime au profit d’une tech-
nique de séduction : la rhétorique mensongère des sophistes visant à capter l’ad-
hésion du public par la « vrai-semblance ». C’est donc à partir du sentiment de la
perte de la vérité que la pensée a tenté d’en organiser la recherche. Les sceptiques
grecs eux-mêmes (Pyrrhon 365-275 av. J.-C.) déclaraient la chercher, d’où le nom
de « zététique » qui fut donné à leur école : l’école « chercheuse ». Toute l’histoire
de la philosophie témoigne de cette inlassable recherche dont l’issue balance entre
les certitudes dogmatiques (le dogmatisme est la croyance que la raison peut tout
connaître) et le doute sceptique (le scepticisme est la croyance que la raison ne
peut rien connaître avec certitude). Pour Pascal, les hommes ne sont ni possesseurs
ni dépossédés du vrai. « Nous avons une impuissance à prouver, invincible à tout le
dogmatisme, nous avons une idée de la vérité invincible à tout le pyrrhonisme. » Cette
pensée de Pascal situe les termes entre lesquels s’opère la recherche (1157). L’er-
rance moderne dans ce domaine vient du divorce de la science et de la sagesse qui
s’est opéré au XVIIe siècle avec l’invention de modèles mécanistes du réel dont la
description fut formalisée par le langage mathématique. La modernité a oublié ce
que distinguaient fort bien les Anciens. Les stoïciens distinguaient en effet le vrai,
qualité d’une proposition et la vérité, état de l’âme du sage qui a assimilé, qui vit
de ce que les propositions vraies énoncent : la vérité est un état ontologique, alors
que le vrai n’est qu’une qualité logique. On peut dire le vrai sans le comprendre,
on peut savoir par cœur des formules de sagesse sans les avoir existentiellement
intériorisées, comprises et par conséquent sans pouvoir en vivre, condamné à errer
en aveugle sur les chemins de la vie.
Le regain contemporain d’intérêt pour la philosophie témoigne comme ce fut le
cas au Ve siècle av. J.-C. en Grèce de la rupture de transmission d’une tradition que
l’on ne comprend plus.

11
Dissertation 1
Qu’est-ce que la vérité ?
C O M M E N TA I R E 

Position du problème : La vérité ne doit pas être confondue avec


la réalité. La réalité est pure existence. Elle est purement factuelle,
tandis que la vérité est une propriété gnoséologique de la pensée,
une propriété de l’acte de connaître de la raison, de l’esprit.

Introduction
La vérité, écrivait Descartes, « est une notion si transcendentale-
ment claire qu’il est impossible de l’ignorer » (Lettre au Père Mersenne du
16 octobre 1639). Pourtant, l’idée ne nous en vient qu’après l’expérience
de l’erreur. La conscience naïve, non réflexive, spontanément tournée vers
le monde, ne connaît que l’évidence des choses. Absorbée par le monde,
sous le joug de la perception, de la conscience sensible, elle est pure récep-
tivité à l’égard de la réalité. La pensée, dans son intentionnalité ouverte
à l’extériorité s’oublie, s’efface devant les choses qu’elle constate et qui
s’imposent à elle. Pourtant, il nous arrive de nous tromper, de croire per-
cevoir ou avoir perçu ce qui ne s’avère qu’un mirage, une illusion des sens.
Lorsque celle-ci se dissipe par exploration plus précise du réel, nous pre-
nons acte de notre erreur. La tour que je voyais ronde, au loin, s’avère être
carrée lorsque je m’approche d’elle. S’opère alors un retour critique sur
mon adhésion première : il n’était pas vrai, pas conforme à la réalité que
la tour était ronde. La genèse de l’idée de vérité n’est-elle pas liée à l’ex-
périence première de l’erreur ? Mais peut-on affirmer que la conformité
de mon discours à la réalité soit une définition suffisante de la vérité ?

179
Sujets et corrigés

Ce concept ne subsume-t-il pas des attitudes différentes dans la façon


de comprendre le rapport de l’homme au monde et des compréhensions
diverses de l’acte de le connaître ? Quelle est donc l’essence de la vérité ?

1. Le dogmatisme ou la confiance en la raison


capable de représentation adéquate au réel
A. Pour le sens commun, le vrai, c’est ce qui est conforme au réel.
L’attitude qui consiste à faire confiance à nos facultés pour connaître la
vérité est le dogmatisme, attitude qui s’oppose au scepticisme. Les diffé-
rentes théories dogmatiques n’ont guère fait que systématiser philosophi-
quement cette conception en réduisant la vérité à n’être qu’une copie du
réel : comme le disaient les scolastiques, la vérité n’est rien d’autre alors
que « la conformité de l’entendement connaissant avec la chose connue ».
B. Cette conception, sous cette forme du moins, soulève toutefois
des difficultés :
a) Elle ne tient pas compte du rôle du sujet dans la connaissance (chez
les cartésiens, par exemple, réserve faite du rôle de la volonté dans l’atten-
tion, l’entendement est caractérisé comme purement passif) ; or, indénia-
blement, l’esprit, dans l’acte de la connaissance, est éminemment actif. Il
ne fait pas que contempler ou enregistrer ce qu’il voit.
b) La définition de la vérité comme adéquation de l’esprit au réel
convient difficilement à certains types de vérité, tels que la vérité mathé-
matique où il s’agit moins de conformité au réel que de cohérence logique,
ou, à plus forte raison, la vérité morale où il s’agit, non de ce qui est, mais
de ce qui doit être.
c) Même pour les autres cas, le critère que nous fournit le dogmatisme
est précaire : si la vérité est la conformité à l’objet, il faudrait, pour que
ce critère fût utilisable, savoir ce que l’objet est en soi ; comment l’esprit
pourrait-il sortir de lui-même pour comparer ses propres représentations
avec cet objet transcendant ?

180
Dissertation 1

C. À l’opposé du dogmatisme, le scepticisme porte le doute sur l’idée


même de vérité.
Loin de rejeter la recherche, le scepticisme ne l‘interrompt jamais,
contestant la possibilité de parvenir à une vérité absolue.

2. La vérité comme construction de l’objet


de connaissance
A. Pour Kant, c’est l’esprit qui impose ses lois (ses formes et ses
catégories) aux choses. Nous ne pouvons donc connaître que les « phé-
nomènes » dont l’intelligibilité est le fruit de la construction de l’entende-
ment humain. Mais la science, qui nous les fait connaître, est objective et
vraie en tant qu’elle est conforme aux lois universelles de l’entendement.
Il n’y a de vérité que relative à nos propres facultés de connaissance.
B. Kant n’ explique pas comment le sujet et l’objet dont il conserve
le dualisme absolu peuvent se rejoindre, comment par suite la connais-
sance vraie est possible.
C.  Kant maintient la notion d’une chose en soi qui échappe à la
connaissance, aboutissant à un agnosticisme qui est fort proche du scep-
ticisme, ce que justement il voulait éviter.

3. La vérité comme expérience efficiente


féconde
A. Peut-on, avec le pragmatisme de William James, définir la vérité
par la réussite, en entendant ce terme au sens le plus large, incluant aussi
bien la réussite morale, spirituelle, que la réussite matérielle, technique ?
Pour William James, n’est vrai que ce qui a des conséquences positives
réelles dans le monde. La vérité, n’existe pas a priori, mais se révèle pro-
gressivement par l’expérience. Elle se fait, se construit peu à peu.
B.  La vérité connue par l’intuition. Au-delà de la vérité rationnelle,
Bergson admet un mode de connaissance qui nous permet de « posséder

181
Sujets et corrigés

une réalité absolument au lieu de connaître relativement » : l’intuition,


cette « sympathie » par laquelle on se transporte à l’intérieur de l’ob-
jet, on « coïncide avec ce qu’il a d’unique et d’inexprimable ». (L’Évolution
créatrice, p. 179 et 192).
C. Mais tout le monde ne fait pas l’expérience de l’intuition méta-
physique, de l’intuition de l’absolu, de l’inconditionné. « Une vérité, écrit
Bergson (Revue de Métaphysique, 1901, p. 327), n’est pleinement comprise
que si elle est vécue. Vivre une vérité consiste à en faire un objet de vie
intérieure auquel on croit, dont on se nourrit, que l’on pratique et que l’on
aime au point d’unifier en lui toute son âme : est vrai définitivement ce qui
résiste à l’épreuve d’une telle vie. »

Conclusion
Si le vrai ne doit pas être confondu avec le réel, il ne saurait cepen-
dant en être totalement dissocié. Le tort de la conception dogmatique
et réaliste a été, non pas d’affirmer leur correspondance, mais surtout de
méconnaître le rôle du sujet dans l’œuvre de la connaissance. L’avantage
du kantisme est de nous rappeler ce rôle. La vérité apparaît ainsi comme
le résultat de cet effort du sujet connaissant pour se libérer des attaches
du moi empirique, d’un effort vers l’objectivité et l’universalité. Une telle
vérité est évidemment une vérité construite, non une vérité intuitivement
saisie. Cette vérité est d‘ordre scientifique, elle est reconstruction intelli-
gible du réel, lequel comportera toujours une marge d’irrationnel résistant
à la pensée. Ne peut-on cependant admettre, au-delà de cette vérité rela-
tive, une vérité métaphysique qui serait de l‘ordre de l‘ expérience intime,
au cœur de notre condition, de l‘ inconditionné, de l’Être absolu ? N’est-ce
pas cela que Descartes expérimente au cœur de l’intuition du cogito où le
sujet pensant se saisit lui-même indivisément comme existant et comme
finitude habitée par l’infini ? Ne suffit-il pas que nous participions à l’être
par la pensée pour que la vérité se situe désormais sur le plan ontologique
et non sur le seul plan phénoménal ?

182
LA VÉRITÉ

L’essentiel pour réussir l’épreuve


de culture générale aux concours
des prépas commerciales

Illustration de couverture : gravure de Bonaventure-Louis Prévost – Frontispice de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert représentant la Raison et la Philosophie arrachant
DANS CET OUVRAGE :

➔ U ne présentation du thème « la vérité », qui le situe, présente


les notions clés et approfondit les questions principales.

➔ U ne méthodologie détaillée de la dissertation.


➔ 9 sujets et leurs propositions de correction.

son voile à la Vérité rayonnante de lumière, gravé en 1772 d’après le dessin de Cochin datant de 1764.
➔ De très nombreux sujets de dissertation pour vous entraîner.

L’auteur :
France Farago est professeur agrégée de philosophie. Elle a enseigné de
nombreuses années en prépas commerciales et en prépas littéraires au lycée
Henri IV et au lycée Chaptal. Elle est correctrice du concours Ecricome.

ISBN : 978-2-311-40197-4