Sunteți pe pagina 1din 49

E

Le petit livre du

Bélier

Votre Signe X Vos planètes


Richard Pellard ARIANA
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

ans les douze petits livres du zodiaque, chaque Signe est

D présenté sous ses trois faces : celle de la constellation qui porte


le même nom que lui, celle de l’astrologie traditionnelle, et celle
de l’astrologie naturelle ou conditionaliste.
Au fil de ces pages, vous découvrirez que le zodiaque des
constellations, que l’on oppose presque systématiquement au zodiaque des
Signes pour démontrer l’inanité de ce dernier, n’est qu’un décor d’étoiles
arbitrairement regroupées par l’œil de l’observateur.
Vous découvrirez également les significations symboliquement
attribuées à chaque Signe par la tradition hellénistique des Quatre Éléments
(Feu-Terre-Air-Eau), des trois États (Cardinal-Fixe-Mutable) et des deux
sexes (Masculin-Féminin), ainsi que celle des Maîtrises planétaires.Vous
apprendrez que cette conception traditionnelle du zodiaque est
complètement dépassée étant donné qu’elle date de plus de 2000 ans.
Quel autre savoir n’a-t-il pas évolué au cours d’une aussi longue période ?
Vous découvrirez enfin que derrière ces symboles archaïques constitués
d’animaux divers, d’un centaure, d’un animal mi-chèvre mi-poissons, d’un
instrument de pesée, d’une semeuse et d’un homme déversant de l’eau se
cachent des réalités astronomiques qui fondent un zodiaque naturel, concret,
réel, dont ces symboles ne sont que des illustrations pittoresques et
néanmoins très signifiantes.
Vous aurez alors découvert les pouvoirs des jours et des nuits, du
diurne et du nocturne : ce sont leurs rythmes croissants et décroissants,
leur alternance et les dosages différents de leurs durées respectives qui, en
agissant sur le système nerveux des humains, fondent la réalité des
significations zodiacales J

Page 2
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le zodiaque des constellations


Les zodiaques suméro-chaldéens
C’est vers -1000 avant J.C. qu’on trouve en Mésopotamie
les premiers documents mentionnant les douze constellations
zodiacales d’étendues inégales, et vers - 500 qu’apparaissent
au même endroit les premières mentions du zodiaque des
Signes divisé en douze parties égales. Le zodiaque des Signes
fait référence à la rotation apparente du Soleil, de la Lune et
des Planètes autour de la Terre, tandis que les constellations zodiacales sont
des groupements d’étoiles qui constituent la toile de fond céleste sur laquelle
Soleil, Lune et Planètes parcourent leurs orbites géocentriques.
Il a donc fallu environ 500 ans pour que soit opérée par les Sumériens
et les Chaldéens, habitants de la Babylonie antique, une nette différenciation
entre le zodiaque sidéral, fondé sur le décor stellaire en arrière-plan et le
zodiaque tropique, fondé sur les orbites solaire, lunaire et planétaires entre
les tropiques Nord et Sud. Cette différenciation démontre que les
Sumériens, découvreurs de l’astronomie et de l’astrologie, ont mis environ
un demi-millénaire à cesser de confondre les deux zodiaques. Les Égyptiens
reprendront plus tard à leur compte le zodiaque chaldéen pour en faire une
“religion zodiacale” où ils introduiront leurs propres dieux, mais sans s’inté-
resser aux fondements astronomiques de ce zodiaque.

Page 3
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Les origines du zodiaque : célestes ou terrestres ?


Ce n’était pas évident. Il a en effet fallu quelques siècles pour découvrir
progressivement, à force d’observations et de calculs, qu’en raison du phéno-
mène appelé précession des équinoxes, la toile de fond des constellations, qui
servaient de point de repères pour calculer les positions planétaires, n’était
pas immobile comme les Sumériens le croyaient au départ, mais qu’elle aussi
tournait, et ce en sens inverse de
celui des orbites du Soleil, de la
Lune et des Planètes. Ce mouve-
ment est très lent : 1° en 72 ans,
30° en 2147 ans, 360° en 25760
ans. 30°, c’est précisément l’éten-
due d’un Signe du zodiaque. Cela
signifie que tous les 2147 ans,
c’est une autre constellation,
c’est-à-dire une autre toile de
fond, un autre décor, qui se
trouve à l’arrière-plan des Signes
tropiques qui, eux, n’ont pas
changé : ils sont toujours déter-
minés par leurs positions par
rapport à l’équateur et aux deux
tropiques (déclinaisons) qui
induisent des variations de durée
des arcs diurnes (jours pour le
Soleil) et des arcs nocturnes
(nuits pour le Soleil).
Le problème qui se pose, pour ceux qui connaissent ces phénomènes
astronomiques mais ont la compréhension laborieuse, est donc celui-ci :
comment ce fait-il que les constellations zodiacales et les Signes portent le
même nom, alors qu’il s’agit de deux réalités différentes ? Astronomes,
astrologues et historiens débattent depuis des siècles pour savoir si ce sont
les constellations qui ont donné leurs noms aux Signes, ou si c’est l’inverse.
Dans le premier cas, les segments de droite, imaginés par les humains,
reliant arbitrairement les étoiles d’une même constellation devraient
constituer des figures géométriques dans lesquelles il serait possible de
reconnaître les figures symboliques, animales ou non, du zodiaque (l’étymo-
logie grecque de “zodiaque” signifie “cercle de petits animaux”). Dans le

Page 4
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

second cas, la signification des mêmes figures zodiacales ne serait pas à


rechercher dans les lointaines étoiles, mais sur la Terre, où elle seraient
associées au cycle des activités humaines, lesquelles à l’époque de la décou-
verte du zodiaque étaient essentiellement agricoles, ce qui expliquerait que
la plupart des Signes soient représentés par des animaux présents au
Moyen-Orient, berceau de l’astronomie et de l’astrologie occidentales.
Avant d’aller plus loin, rappelons encore une fois que les constellations
sont des regroupements arbitraires d’étoiles sur un même plan, qui n’exis-
tent que pour l’œil humain : en réalité, si l’on tient compte de la profondeur
du cosmos, ces étoiles n’ont strictement aucun rapport entre elles et ne
forment pas des systèmes unitaires au sens physique. Ce n’est que notre
vision qui les réunit, et ce n’est que notre imagination formée à la géomé-
trie plane qui trace arbitrairement des segments de droite entre les étoiles,
lointaines et étrangères les unes aux autres, qui constituent ces constella-
tions.
Les images de la page suivante montrent très bien qu’il est absolument
impossible d’établir une corrélation entre ces étoiles reliées par des traits
et les figures zodiacales. Par contre, il est absolument évident que les figures
symboliques, animales ou autres, choisies pour illustrer la rotation appa-
rente du Soleil, de la Lune et des Planètes sur l’écliptique entre les tro-
piques (qui constitue la bande zodiacale), sont en correspondance étroite
avec les phénomènes naturels et activités agricoles terrestres rythmés par
l’alternance des saisons, lesquelles se caractérisent astronomiquement par
les durées croissantes et décroissantes des jours et des nuits.
Notons que dans les anciens zodiaques sumériens (-1000 à -500 avant
J.C. donc), les noms des Signes sont sensiblement différents. Si le Taureau, le
Cancer (“Crabe”), le Lion, la Balance, le Scorpion et le Capricorne (“Poisson-
chèvre”) conservent sensiblement les mêmes noms, le Bélier babylonien
s'appelait “Travailleur en louage” (en référence aux travaux des champs qui
reprenaient au début du Printemps), la Vierge, “Le Sillon” (en référence aux
semailles de fin d’Été), le Sagittaire, “L’Archer” (devenu archer-Centaure
après passage dans la mythologie grecque), le Verseau “Le Géant” (figuré par
un homme nu avec des flots jaillissant au-dessus de ses épaules, et les
Poissons “Les queues” (de Poissons, pour finir périlleusement le zodiaque et
essayer en vain de doubler le Bélier ?). Notons également qu’à la suite des
Sumériens, les Égyptiens ont apporté des modifications à ce bestiaire pour
mieux faire correspondre leur religion zodiacale à leurs dieux. La rareté des
documents connus ne permet pas toujours de déterminer avec certitude ce
qui relève des Babyloniens et ce qui provient des Égyptiens.

Page 5
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Les constellations et les Signes


Il faut en général une imagination délirante pour parvenir à reconstituer les
symboles des Signes du zodiaque à partir des segments de droite qui relient
arbitrairement les étoiles de nombre variable composant les constellations.

Page 6
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Puisque ce sont les figures du zodiaque des Signes revues et corrigées


par les anciens grecs qui font désormais autorité, c’est à elles que nous
allons nous référer pour montrer les correspondances entre elles et les
activités humaines terrestres et saisonnières, sous l’autorité du grand géo-
graphe, astronome et astrologue Ptolémée qui, vers 150 après J.C., a for-
mellement affirmé et démontré que les Signes du zodiaque ne tiraient pas
leurs significations des lointaines constellations, mais de l’alternance et des
croissances et décroissances des durées diurnes et nocturnes. Ptolémée a
en effet clairement exprimé, dans son livre le Tetrabible, que les Signes du
zodiaque étaient pour le Soleil fondés sur les phases saisonnières : “II existe
en effet deux Signes tropiques, d’une part le premier intervalle de trente degrés
depuis le solstice d’été, soit le Signe du Cancer, de I’autre, le premier depuis le
solstice d’hiver, soit le Capricorne. Ces Signes ont reçu leur nom de ce qui se
passe en eux. En effet le Soleil, lorsqu’il est entré dans ces Signes, recule en
arrière, tournant son cours en une latitude contraire, causant l’été dans le Cancer,
et dans le Capricorne, l’hiver… II y a encore deux Signes équinoxiaux, le Bélier
printanier et l’automnale Balance, qui eux aussi ont pris leur nom de ce qui se
passe en eux, car quand le Soleil est au début de ces Signes, les espaces du jour
et de la nuit sont égaux pour toute la Terre”.

Page 7
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le bestiaire zodiacal naturaliste de l’abbé Pluche


Parmi les diverses tentatives visant à élucider les correspondances
logiques entre zodiaque des Signes et activités humaines saisonnières, nous
donnerons arbitrairement notre préférence à l'abbé Pluche, auteur en 1732
de deux best-sellers, Spectacle de la nature et Histoires du ciel.
Selon cet abbé professeur de rhétorique, naturaliste et opposé à une
bulle anti-janséniste du pape d’alors, ce qui lui valut de sérieux ennuis vati-
canesques, les correspondances naturalistes des Signes sont les suivantes :

E Le Bélier est le premier Signe de printemps car les brebis accou-


chent de leurs agneaux à cette période de l’année.
R Le Taureau, le mois suivant, indiquait la fécondité des vaches à
cette période.
T Les Gémeaux correspondent, à la fin du printemps, à la fécondité
des chèvres. Pourquoi transformer des jumeaux en caprins ? D’abord
parce qu’il fallait bien une explicative naturaliste à l’abbé, et que les
Gémeaux, humains trop humains, n’avaient pas le bon profil. Par contre,
le géographe et historien grec Hérodote (-484, -420 avant J.C.) men-
tionnait qu’à la place des Gémeaux, les anciens Égyptiens peignaient
deux chèvres, et l’abbé s’en est souvenu…
Y Le Cancer (crabe). Là aussi, l’abbé a un peu de mal avec la symbo-
lique naturaliste. Il n’a pas pensé que cet animal se déplaçait de manière
latérale, “à reculons”… tout comme la durée des jours se met à reculer
à partir du solstice d’été. La symbolique naturaliste n’est pas toujours à
rechercher dans l’agriculture ou les habitudes saisonnières des faune
locales, nous le reverrons avec la Balance.
U Le Lion répond, lui, aux chaleurs de l’été. Notons qu’il y avait bien
des lions en Grèce et au Moyen-Orient lors de la définition du
zodiaque (leur race dans cette région ne s’est éteinte qu’au Ier siècle
après J.C.). Les lions craignent beaucoup la chaleur, ce que l’abbé Pluche
ne mentionne pas, alors que le mois d’août correspond à des pics de
chaleur. Le Lion a dû rendre l’abbé “chèvre” comme un Gémeaux
lorsqu’il s’est agi de trouver une explication naturaliste pour cet animal
zodiacal.
I La Vierge, figurée par une femme tenant un épi, symbolise claire-
ment le temps des moissons à la fin de l’été.

Page 8
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

O La Balance pose un gros problème à l’abbé Pluche : il constate


bien que ce Signe correspond à la période de l’année où la durée du
jour est égale à celle de la nuit, ce qui s’impose puisque la Balance n’est
pas un animal et que le processus équinoxial est bien réel au début de
l’automne.
P Le Scorpion, selon l’abbé, indiquerait les maladies qui ont ten-
dance à naître au milieu de l’automne (rhumes, otites, pharyngites, etc.).
On ne voit pas le rapport avec l’animal, sinon qu’il a une sale réputation
de tueur, et les maladies aussi, surtout en des époques où les médica-
ments étaient rares et souvent inefficaces, et où l’on mourrait d’un rien.
Les explications naturalistes ont leurs limites…
M Le Sagittaire, figuré par un archer-Centaure, symbolisait la meil-
leure période pour les chasses, probablement parce qu’à la fin de l’au-
tomne les cultures sont depuis longtemps récoltées et que les animaux
n’hésitent plus à sortir à découvert.
} Le Capricorne a visiblement désarçonné l’abbé : que faire de cet
animal fabuleux, mi-chèvre mi-poisson ? Son naturalisme forcené ne lui
a pas permis de comprendre que la queue de Poissons du Capricorne
symbolisait l’obscurité des profondeurs aquatiques (durée des nuits
maximale lors du solstice d’hiver) et son haut du corps de chèvre le
bondissement de la durée des jours croissante au début de l’hiver (pré-
figuration du Bélier souvent représenté bondissant au-dessus de l’équa-
teur céleste lors de l’équinoxe de printemps) et inaugurant le retour
des durées de jour maximales.
Q Le Verseau, symbolisé par un homme géant aspergé d’eaux dilu-
viennes, correspondait selon l’abbé à l’importante pluviométrie du
milieu de l’hiver… ce qui n’explique pas le symbole du géant.
W Les Poissons enfin, quant à eux, symbolisaient, l’intensification de
la pêche à la fin de l’hiver, quand il n’y avait plus rien d’autre à chasser
et manger que les ressources halieutiques. Pourquoi pas…
On le voit, dans son approche naïvement naturaliste, l’abbé Pluche n’est
parvenu que partiellement à expliquer le choix des animaux qui ont été
choisis pour nommer les Signes zodiacaux. La raison de cet échec partiel
réside probablement dans le fait que la démarche explicative qu’il a choisie
se veut rationnelle, alors que l’esprit des astronomes-astrologues-prêtres
suméro-chaldéens du passé fonctionnait selon un mystérieux dosage de
rationnel et d’irrationnel, de raison et d’intuition, de naturalisme et de

Page 9
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

magie, qui par sa nature échappe à toute tentative de rationalisation systé-


matique. L’origine exacte des raisons du choix des symboles zodiacaux
(bestiaire, créatures fabuleuses, humaines ou semi-humaines et… instru-
ment de pesée !) demeurera donc pour toujours un mystère qui ne sera
jamais qu’à demi-dévoilé.

La précession des équinoxes


La précession des équinoxes est donc le phénomène astronomique qui
explique le décalage, tous les 2160 ans, entre les Signes et les constellations
qui portent le même nom. Il n’y a pas lieu ici d’expliquer ce mécanisme
dans le détail. La figure ci-contre l’explique d’une manière imagée. Pour une
démonstration complète, rendez-vous sur le site AstroAriana.
Je vous propose de regarder la figure de la page suivante pour com-
prendre de quoi il s’agit. Le cercle central représente le zodiaque des Signes
basé sur les déclinaisons (hauteur Nord ou Sud des planètes par rapport à
l’équateur) et les durées diurnes en blanc (jour pour le Soleil) et nocturnes
en noir (nuit pour le Soleil), chaque Signe tirant son existence concrète et
sa spécificité de son intervale de déclinaison et de son rapport diurne noc-
turne sensiblement égal (Poissons W, Bélier E, Vierge I, Balance O), inégal
(Taureau R, Lion U, Scorpion P, Verseau Q) ou très inégal (Gémeaux T,
Cancer Y, Sagittaire M, Capricorne }).
Dans le cercle qui l’entoure figurent les constellations, groupements
d’étoiles (arbitrairement reliés par des segments de droite) proches du plan
de l’écliptique : elles constituent l’arrière-plan, le décor sur le fond duquel
se déroule la pièce de théâtre zodiaco-planétaire. Pour faire plaisir aux anti-
astrologues ignares amateurs de treizième Signe, entre Scorpion P et
Sagittaire M j’ai placé Ophichus, une constellation ne correspondant à
aucun Signe du zodiaque mais se trouvant néanmoins à proximité de l’éclip-
tique. Enfin, à l’extérieur de ce cercle figurent des images-symboles zodia-
cales figuratives correspondant aux constellations. Vous constaterez qu’il
faut beaucoup d’imagination pour faire correspondre les dessins des pre-
mières avec ceux des seconds.
Cette figure représente l’état du ciel il y a environ 4300 ans, à une
époque où les astronomes-astrologues ne pouvaient pas savoir que le point
vernal ou 0° Bélier effectuait un tour complet en environ 25 776 ans, soit
30° d’écliptique par tranche de 2160 ans. Pour se repérer dans le ciel, ils
ont donc donné le même nom aux phénomènes zodiacaux propres à la
Terre et aux constellations qui se trouvaient à l’arrière plan.

Page 10
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Zodiaque des Signes


et des constellations
il y a 4300 ans

Les deux figures de la page suivante vous montrent, en haut l’état du


ciel il y a environ 2160 ans : c’est alors la constellation des Poissons qui se
trouvait à l’arrière-plan du Signe du Bélier E ; et en bas l’état des rapports
zodiaque-constellations pour les 2160 ans suivants (nous sommes dedans),
avec la constellation du Verseau à l’arrière-plan du Signe du Bélier E.
Ce décalage entre Signes et constellations a donné naissance à un
grand mythe : celui des “ères astrologiques” (ère du Bélier, des Poissons, du
Verseau, etc.) d’une durée arbitrairement fixée à 2160 ans : en effet, les
constellations du zodiaque ont des étendues très variables et défilent donc
en des durées différentes à l’arrière-plan des Signes. Comme vous pouvez
vous en rendre compte, il ne s’agit bien que d’un changement de décor stel-
laire : le zodiaque terrestre au centre des deux schémas, lui, n’a pas changé.
Il faut vraiment être d’une ignorance, d’une mauvaise foi et/ou d’une bêtise
insondable pour ne pas arriver à comprendre cette simple réalité.

Page 11
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Zodiaque des Signes


et des constellations
il y a 2160 ans

Zodiaque des Signes


et des constellations
actuellement

Page 12
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Pour clore cette section, citons François Arago, astronome du XVIlle


siècle absolument étranger à l’astrologie, dans son livre Astronomie
populaire : “II faut donc avoir soin, pour éviter toute confusion, de bien distinguer
le mot constellation du mot Signe. Les constellations sont des figures d’hommes
ou d’animaux, dessinées dans le zodiaque, et n’ayant aucun rapport avec la dispo-
sition des étoiles qu’elles renferment. Les Signes sont des divisions de 30 degrés
chacune, sans aucune liaison nécessaire avec les constellations dont ils portent les
noms. En vertu de la précession des équinoxes les Signes ne coïncident déjà plus
avec les constellations” J

Page 13
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le zodiaque traditionnel
Les significations du zodiaque que l’on dit “traditionnel” se fondent sur la
doctrine des Quatre Éléments Feu,Terre, Air et Eau qui a été inventée en Grèce
vers -450 avant J.C., probablement par Empédocle, philosophe, poète, ingé-
nieur et médecin. Dans l’esprit de ce savant, toutes les choses matérielles
étaient composées de ces quatre Éléments fondamentaux. Dans son prolon-
gement, le médecin Hippocrate appliqua 50 ans plus tard cette doctrine au
corps humain en développant sa théorie des Quatre Humeurs (Sang, Pituite,
Bile et Atrabile), qu’il relia à quatre Tempéraments humains fondamentaux (le
Bilieux, le Nerveux, le Sanguin et le Lymphatique). Un siècle plus tard encore, le
philosophe Aristote théorisa la nature des Éléments en combinant les
concepts de Chaud, Froid, Sec et Humide (le Feu est Chaud et Sec, l’Air
Chaud et Humide, la Terre Froide et Sèche, l’Eau Froide et Humide).

Page 14
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

A partir du milieu du IIe siècle avant J.C., astronomes, médecins, physi-


ciens et philosophes grecs pensent pour la plupart le monde à travers ces
catégories Élémentales qui leur permettaient de rationaliser et comprendre
les forces et phénomènes de la Nature, dont les phénomènes astrologiques.
C’est donc probablement à cette époque que s’opère la fusion entre, d’une
part, le zodiaque babylonien primitif et la doctrine Élémentale, et d’autre part,
l’identification des dieux-planètes chaldéens aux dieux du panthéon grec.
En se fondant sur leurs observations associées au principe des correspon-
dances analogiques, ils attribuèrent ainsi à chaque Signe un Élément Feu, Terre,
Air ou Eau. La pensée grecque de l’époque étant gouvernée par un esprit de
logique systématique, les astrologues de l’époque firent alterner Éléments dits
“Masculins” ou “actifs” (Feu et Air) et “Féminins” ou “passifs” (Terre et Eau”),
car en ces temps-là le sexisme régnait en Maître. C’est ainsi que l’Élément Feu
fut attribué au Bélier E, en raison de son tempérament ardent, et que
l’Élément Terre revint au Taureau R, Signe suivant, dont on avait observé que
les natifs étaient plus statiques, et ainsi de suite pour les autres Signes.

Le zodiaque
traditionnel

Au centre :
les saisons
Au milieu :
les planètes
Maîtresses
Àl’extérieur :
les Signes

En rouge :
Signes, saisons &
planètes de Feu

En marron :
Signes, saisons &
planètes de Terre

En bleu :
Signes, saisons &
planètes d’Air

En vert :
Signes, saisons &
planètes d’Eau

Page 15
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Ce rythme logique binaire accoucha de la suite Bélier E-Feu, Taureau


R-Terre, Gémeaux T-Air, Cancer Y-Eau, Lion U-Feu, Vierge I-Terre,
Balance O-Air, Scorpion P-Eau, Sagittaire M-Feu, Capricorne }-Terre,
Verseau Q-Air et Poissons W-Eau. Le même processus de classification
binaire donna aussi naissance aux quatre grands triangles ou Trigones reliant
les Signes de même Élément : Feu pour Bélier-Lion-Sagittaire EUM, Terre
pour Taureau-Vierge-Capricorne RI}, Air pour Gémeaux-Balance-
Verseau TOQ et Eau pour Cancer-Scorpion-Poissons YPW.
Les astrologues jugèrent ensuite qu’il était pertinent de différencier les
Signes selon qu’ils se trouvaient au début, au milieu et à la fin de leur saison
solaire. C’est ainsi que naquirent trois nouvelles catégories ou États : les
Signes Cardinaux en début de saison (énergie du commencement pour
Bélier E, Cancer Y, Balance O & Capricorne }), les Signes Fixes en
milieu de saison (énergie de stabilisation pour Taureau R, Lion U, Scorpion
P & Verseau Q) et enfin les Signes Mutables en fin de saison (énergie de
dissipation pour Gémeaux T,Vierge I, Sagittaire M & Poissons W).

Page 16
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Par ailleurs, les Chaldéens avaient développé une doctrine selon laquelle
chaque Signe du zodiaque était associé à une planète selon un principe de
similitude. Les astrologues grecs ont systématisé cette doctrine en faisant de
chaque Planète la “Maîtresse”, le “Gouverneur” d’un Signe. En effet, comme le
note Auguste Bouché-Leclercq, historien de l’antiquité gréco-romaine, pour
eux “c’était une question philosophique à débattre que de savoir si, dans la colla-
boration des Signes et des planètes, l’harmonie venait de ce que les planètes
répartissent l’influence des étoiles, ou au contraire, de ce que les étoiles participent
de la nature des planètes et s’accommodent à leur tempérament. Les astrologues
avaient tranché la question de pratique en faveur des planètes”.

Le zodiaque
traditionnel et ses
Maîtrises modernes
après la découverte
d’Uranus, Neptune
& Pluton

Uranus - : remplace
Saturne 0 comme Maître
du Verseau Q

Neptune = : remplace
Jupiter 8 comme Maître
des Poissons W

Pluton ; : remplace
Mars 7 comme Maître
du Scorpion P

Dès lors, pour rester dans la même logique, il fallait aussi attribuer à
chaque planète une qualité Élémentaire : le Feu pour le Soleil 3, ce qui
tombe sous le sens, et pour Mars 7 en raison de sa couleur rougeâtre et
l’Eau pour la Lune 4 puisque le Feu et l’Eau forment un couple d’opposés
comme le duo Soleil-Lune 34, etc. (voir tableau ci-contre). Dès lors, les
fondements du zodiaque dit “traditionnel” étaient posés : chaque Signe se
définissait à la fois par le caractère Cardinal, Fixe ou Mutable de l’Élément
auquel il appartenait, et par la Planète qui était était sa “Maîtresse”.

Page 17
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

La doctrine des Quatre


Éléments et celle des “Maîtrises pla-
nétaires” sont aujourd’hui caduques
et en très grande partie erronées
(celle des Maîtrises, en particulier,
est complètement fausse). Elles ont
été critiquées et dépassées par les
théories de l’astrologie moderne. À
l’exception de quelques poètes,
mystiques farfelus et malheureuse-
ment de la majorité des astrologues,
plus personne ne pense aujourd’hui
que la Nature n’est composée que
de quatre Éléments fondamentaux,
dont on sait maintenant qu’ils sont
au moins 118 d’après le tableau du chimiste russe Mendeleïev (1834-1907)
et qu’aucun d’entre eux n’est le Feu, la Terre, l’Air ni l’Eau J

Page 18
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le Bélier
traditionnel
Le Signe sans son Maître : Masculin, de Feu, Cardinal
Signe Masculin donc extraverti et actif, les points forts du
Bélier E sont les mêmes que ceux des autres Signes de Feu
(Lion U, Sagittaire M) : volonté, énergie, activité, domination,
combativité, ardeur, initiative, assurance, audace, ambition, généro-
sité, indépendance, justice, franchise, spontanéité. Il partage avec eux les
mêmes points faibles : exagération, témérité, suractivité, arrivisme, agressi-
vité, impulsivité, imprévoyance, arrogance, partialité, absolutisme, précipita-
tion, colère, impatience. Signe Cardinal, il a le sens du mouvement offensif,
le goût de l’initiative risquée, l’esprit d’entreprise audacieux mais pèche
aussi par impulsivité impétueuse et précipitation jusqu'au-boutiste.

Le Maître du Signe : la planète Mars


Les caractéristiques traditionnellement attribuées à Mars, planète
appartenant à l’Élément Feu, sont positivement la force active, le
courage, la combativité, le dynamisme, et négativement l’agressi-
vité destructrice, l’impulsivité rageuse, la témérité vindicative.
Elles s’accordent plutôt bien avec celles du Bélier, appartenant lui aussi à
l’Élément Feu. La planète renforce et souligne donc, pour le meilleur
comme pour le pire, les qualités et défauts du premier Signe de Printemps.
C’est l’un des rares exemples où il n’y a aucune contradiction flagrante
entre le Signe sans son Maître et le Maître du Signe, ce qui est un très mau-
vais signe pour la théorie des Maîtrises planétaires.
G Qualités : courage, franchise, enthousiasme, dynamisme, hyper-
rapidité, extraversion, directivité, démonstrativité, chaleur, intrépidité, com-
bativité, esprit de compétition.
G Défauts : naïveté, aventurisme, impulsivité, arrogance, égocen-
trisme, impatience, imprudence, inconscience, témérité, infantilisme, témé-
rité, agressivité primaire J

Page 19
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Du zodiaque traditionnel
au zodiaque naturel
La conception naturelle et moderne du zodiaque, basée exclusivement
ses fondements astronomiques (déclinaisons et rythmes diurnes-nocturnes),
n’est pas en contradiction totale avec son ordonnancement traditionnel,
fondé sur la doctrine symbolique des Quatre Éléments (Feu, Terre, Air, Eau)
et les trois États (Cardinal, Fixe, Mutable). D’ailleurs, la conception moderne,
naturelle du zodiaque a des racines très anciennes : depuis la naissance de
l’astrologie, les astrologues avertis ont toujours pris en compte les réalités
astronomiques sur lesquelles se fonde le zodiaque naturel, indépendamment
ou parallèlement à leur adhésion aux Quatre Éléments et à leurs États.
La conception naturelle et moderne du zodiaque n’éclipse ni ne révolu-
tionne de fond en comble le zodiaque traditionnel. Elle l’éclaire de l’inté-
rieur, elle en montre et démontre la logique interne et les riches intuitions.
Ce faisant, elle le soumet à un examen critique. Elle reconnait ses éléments
de justesse et ses réussites, mais en souligne aussi les échecs, les insuffi-
sances et les erreurs. Et ce faisant, elle propose une nouvelle approche
théorique et nouveau langage pour rendre compte du réel zodiacal.
Entre ces deux conceptions du zodiaque, la traditionnelle, symboliste,
et la moderne, naturelle, il y a donc des points de ressemblance (là où cer-
tains éléments du zodiaque traditionnel sont confirmée par le réel astrono-
mique), mais aussi de fortes dissemblances (là où d’autres éléments sont
infirmés par le même réel astronomique).

Les ressemblances
Du Masculin-Féminin à l’excitation-inhibition
La doctrine des Quatre Éléments fondent donc l’explicative tradition-
nelle du zodiaque. Ces quatre Éléments sont constitués de deux couples : le
duo “Feu-Air”, considéré comme étant de nature “Masculine” (actif, dyna-
mique, ouvert) et le duo “Terre-Eau”, considéré comme “Féminin” (passif,
statique, fermé).
Ces conceptions dénotent d’un sexisme évident, qui était culturelle-
ment hégémonique à l’époque où est née la doctrine Élémentaire. Elles sont
contredites par le fait qu’il existe autant d’hommes passifs, statiques et fer-
més que de femmes actives, dynamiques et ouvertes… pour peu que des

Page 20
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

conceptions sociétales et/ou religieuses arriérées et machistes n’obligent


pas les femmes à se cantoner dans un rôle de soumission au mâle dominant
qui les empêche de développer ces qualités. Ces conceptions sexistes des
Signes du zodiaque sont également contredites par le fait que les femmes
nées sous une forte influence des Signes dits “Masculins” (Bélier E,
Gémeaux T, Lion U, Balance O, Sagittaire M, Verseau Q) ne sont pas plus
masculines que les hommes nés sous une forte influence des Signes dits
“Féminins” (Taureau R, Cancer Y, Vierge I, Scorpion P, Capricorne },
Poissons W) ne sont féminins.
En tout cas, depuis la naissance de ce zodiaque sexiste, les mentalités
collectives ont nettement changé, du moins dans les régions où prédomine
la culture occidentale évoluée. Il n’en reste pas moins qu’en examinant de
plus près ce couple “Masculin-Féminin”, on peut en isoler les principes abs-
traits en le désexualisant. On constate alors que le “Masculin” et le
“Féminin” correspondent en réalité à deux types de Forces : une Force d’exci-
tation (moteur, ouverture, acceptation) pour le “Masculin” et une Force d’inhi-
bition (frein, fermeture, refus) pour le “Féminin”. Ces notions de Force d’ex-
citation ou d’inhibition sont totalement asexuées. On a donc avantage à les
substituer aux notions de Masculin ou de Féminin : elles décrivent mieux les
phénomènes. Et c’est ainsi que les Signes “Masculins” du zodiaque tradition-
nel deviennent des Signes en “Force d’excitation”, et les Signes “Féminins”
des Signes en “Force d’inhibition”.
En opérant cette substitution anti-sexiste, l’astrologie naturelle,
moderne, en a profité pour se débarrasser des quatre Éléments, devenus du
coup obsolètes pour expliquer les mécanismes zodiacaux.

Les dissemblances
Du Cardinal-Fixe-Mutable aux phases saisonnières
Dans la conception traditionnelle du zodiaque, à chaque Signe est donc
attribué un État (Cardinal, Fixe, Mutable) en fonction de sa position (au
début, au milieu, à la fin) à l’intérieur de la Saison à laquelle il appartient.
Débutant les saisons, les Signes Cardinaux (Bélier E, Cancer Y,
Balance O, Capricorne }) sont ainsi théoriquement affublés du sens de
l’intiative et du dynamisme des commencements… ce qui à moitié confirmé
(Bélier E : initiative dans le mouvement ; Balance O : initiative dans les
échanges) et à moitié infirmé (en raison de leur nature “Féminine”, le
Cancer Y et le Capricorne } sont considérés comme inertes, statiques).
Au milieu des saisons, les Signes fixes (Taureau R, Lion U, Scorpion P,

Page 21
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Verseau Q) sont théoriquement considérés comme bien installés, résistants


aux changements… ce qui est à nouveau à moitié vrai (pour le Taureau R
et le Scorpion P, Signes favorisant l’inertie en raison de leur nature
“Féminine” de Terre et d’Eau), et à moitié faux (le Lion U et le Verseau Q,
en raison de leur nature “Masculine”, sont beaucoup plus dynamiques). Enfin,
à la fin des saisons, les Signes Mutables ont la réputation d’être convertibles,
ouverts aux changements. Une nouvelle fois, c’est à moitié vrai (pour les
Gémeaux T et le Sagittaire M à la nature “Masculine” d’Air et de Feu) et à
moitié faux (Vierge I et Poissons W, en raison de leur nature “Féminine”,
sont voués à une fermeture peu propice aux changements, la Vierge I par
statisme foncier et les Poissons W par indifférence défensive).
La doctrine des trois États Cardinal, Fixe & Mutable n’est donc perti-
nente que dans 50 % des cas, ce qui veut dire qu’elle ne l’est pas. Par ailleurs,
elle ne fait pas apparaître d’autres points communs entre les Signes groupés
par trois qui sont, eux, beaucoup plus significatifs puisqu’ils concernent leurs
rapports de durées diurnes-nocturnes similaires.
À cheval sur l’axe des équinoxes Poissons W, Bélier E, Vierge I et
Balance O ont ainsi en commun leurs durées diurnes-nocturnes sensible-
ment égales qui donnent à l’individu le Sens des Contraires (problématique
des choix et dilemmes) ; à cheval sur l’axe des solstices, Gémeaux T, Cancer
Y, Sagittaire M et Capricorne } partagent des durées diurnes-nocturnes
extrêmement inégales qui donnent à l’individu le Sens des Ensembles (problé-
matique des syntèses et mélanges) ; enfin, entre ces deux groupes, en milieu
de saisons, Taureau R, Lion U, Scorpion P et Verseau Q ont en commun
des durées diurnes-nocturnes sensiblement inégales qui donnent à l’individu
le Sens des Dosages (problématique des combinaisons et proportions).
Au traditionnel trio d’États Cardinal-Fixe-Mutable se substitue donc,
dans le zodiaque naturel, le trio de sens Contraires-Dosages-Ensembles qui
opère de nouveaux regroupements entre Signes fondés sur leurs caracté-
ristiques astronomiques communes.
Les trios “saisonniers”
Dans la conception traditionnelle du zodiaque, les trois Signes apparte-
nant à une même saison n’ont aucun point commun en dépit du fait qu’ils
partagent une même dynamique saisonnière (croissance puis décroissance
des arcs diurnes ou des jours dominants en durée au printemps et en été,
croissance puis décroissance des arcs nocturnes ou nuits dominantes en
durée en automne et en hiver).

Page 22
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Cette aberration théorique est corrigée par le zodiaque naturel de l’as-


trologie moderne. Le jour ou arc diurne y est considéré comme un facteur
d’excitation (dire oui, ajouter), et la nuit ou arc nocturne comme un facteur
d’inhibition (dire non, retrancher). La croissance des jours ou arcs diurnes
dominants en durée des Signes de printemps (Bélier, Taureau, Gémeaux
ERT) leur confère ainsi une commune “Vitesse d’excitation” (rapidité, pré-
cipitation dans l’ouverture). La décroissance des jours ou arcs diurnes
dominants en durée des Signes d’été (code “V+” : Cancer, Lion, Vierge
YUI) leur attribue une commune “Lenteur d’excitation” (code “L+” : opi-
niâtreté, persévérance dans l’ouverture). La croissance des nuits ou arcs
nocturnes dominants en durée des Signes d’automne (Balance, Scorpion,
Sagittaire OPM) leur confère ainsi une commune “Vitesse d’inhibition”
(code “V-” : rapidité, précipitation dans la fermeture). Enfin, la décroissance
des nuits ou arcs nocturnes dominants en durée des Signes d’hiver (code
“L-” : Capricorne, Verseau, Poissons }QW) leur attribue une commune
“Lenteur d’inhibition” (opiniâtreté, persévérance dans la fermeture).

La doctrine des “Maîtrises planétaires”


Dans la conception traditionnelle du zodiaque, chaque Signe est sous la
gouvernance d’une ou plusieurs planètes. Cette doctrine des “Maîtrises pla-
nétaires” a été critiquée et abandonnée par l’astrologie moderne. Dans
l’optique de l’astrologie naturelle, fondée sur les réalités astronomiques, il
est en effet absurde de considérer qu’une planète pourrait être la proprié-
taire d’un Signe à l’intérieur duquel elle ne fait que passer J

Page 23
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le zodiaque naturel
Les explicatives du zodiaque traditionnel sont basées sur les Quatre
Éléments fictifs et la fausse doctrine des Maîtrises planétaires. Derrière ce
paravent symbolique qui l’occulte il existe une réalité : celle du zodiaque natu-
rel, basé sur les déclinaisons du Soleil 3, de la Lune 4 et des planètes
56780-=;, c’est-à-dire leur hauteur par rapport à l’équateur, ces diffé-
rentes déclinaisons étant pour ce qui concerne le Soleil à l’origine des saisons.

L’écliptique et la bande zodiacale


L’orbite apparente du Soleil 3, de la Lune 4 et des planètes
56780-=; autour de la Terre l s’appelle l’écliptique. Elle se nomme
ainsi car c’est là que se produisent les éclipses quand le Soleil 3 et la
Lune 4 se trouvent approximativement sur le même point. L’écliptique est
inclinée de 23°27’ sur l’équateur céleste, qui est le prolongement à l’infini

Page 24
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

du plan de l’équateur terrestre qui sépare la Terre en deus hémisphères


Nord et Sud. Elle coupe le plan de l’équateur en deux points qui détermi-
nent l’équinoxe de printemps (0° Bélier E) et l’équinoxe d’automne (0°
Balance O) quand le Soleil s’y trouve. Les deux points extrêmes de l’éclip-
tique se trouvent à la hauteur des tropiques du Cancer Y au Nord et du
Capricorne } au Sud, qui déterminent le solstice d’été (0° Cancer Y au
Nord) et le solstice d’hiver (0° Capricorne } au Sud).

Les Signes du zodiaque ne sont rien d’autre que la division en 12 par-


ties égales de l’écliptique. Les orbites de la plupart des planètes étant plus
ou moins inclinées sur l’écliptique (surtout Pluton ;), on a conçu une zone
de 18° située de part et d’autre de l’écliptique, que l’on a appelée la bande
zodiacale.
Chaque Signe du zodiaque, d’une étendue de 30° se caractérise donc
par la position plus ou moins élevée (déclinaison) qu’il occupe dans la
bande zodiacale par rapport à l’équateur. A chaque déclinaison correspond
une durée d’arc diurne (temps de présence d’une planète au-dessus de
l’horizon local) et une durée d’arc nocturne (temps de de présence en-des-
sous de l’horizon local). Pour le Soleil 3 et pour lui seul, l’arc diurne est
équivalent au jour, et l’arc nocturne à la nuit.
Chaque degré du zodiaque a ainsi son propre rythme diurne-nocturne
ou jour nuit. Il s’ensuit que ce que l’on appelle un Signe, c’est-à-dire une
étendue de 30°, est en réalité un regroupement de rythmes voisins. Ce
n’est que de ce point de vue que la division de chaque Signe en 3 décans
d’une étendue de 10° chacun a une réelle pertinence : les décans regrou-
pent des portions de Signes ayant des rythmes très proches.

Page 25
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le zodiaque des déclinaisons


Observons ce qui se passe au cours d’une année pour le Soleil dans
l’hémisphère Nord. Du 0° Bélier E (passage à l’équateur lors de l’équinoxe
de printemps) au 0° Cancer Y (passage à hauteur du tropique du Cancer
lors du solstice d’été), les déclinaisons du Soleil sur l’écliptique sont crois-
santes : il monte dans l’hémisphère Nord, et les jours sont désormais plus
longs que les nuits. On constate une augmentation de la durée des jours et
une diminution de celle des nuits : c’est le printemps. Du 0° Cancer Y au
0° Balance O (2e passage à l’équateur lors de l’équinoxe d’automne), les
déclinaisons du Soleil 3 sont décroissantes : il descend dans l’hémisphère
Nord. Les jours sont toujours plus longs que les nuits, mais leurs durées
diminuent tandis que celles des nuits augmentent : c’est l’été. Du Du 0°
Balance O au 0° Capricorne } (passage à hauteur du tropique du
Capricorne lors du solstice d’hiver, les déclinaisons du Soleil à nouveau
croissantes : il descend dans l’hémisphère Sud, les nuits sont désormais de
plus en plus longues que les jours et c’est l’automne. Enfin, du 0°
Capricorne } au 0° Bélier E, le Soleil 3, parti du tropique du Capricorne,
remonte vers l’équateur ; les nuits sont toujours plus longues que les jours,
mais leurs durées diminuent tandis que celles des jours augmentent : c’est
l’hiver. Et quand le Soleil croise à nouveau l’équateur au 0° Bélier E lors
d’un nouvel équinoxe de printemps, la ronde des saisons recommence. Des
saisons qui sont bien entendu inversées dans l’hémisphère Sud.

Page 26
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le zodiaque photopériodique
Comme les plantes et les autres animaux, l’espèce humaine a déve-
loppé une sensibilité spécifique aux variations diurnes-nocturnes qui sont
caractéristiques du zodiaque photopériodique (de “photo”, lumière), qui agis-
sent sur son humeur et fondent les divers tempéraments individuels.
Chaque Signe et chaque saison se caractérise donc par un rapport diurne-
nocturne, jour-nuit, croissance-décroissance qui lui est propre et qui le défi-
nit naturellement et auxquels sont associés des comportements-réflexes :
ouverture (diurne, jour) ou fermeture (nocturne, nuit), rapidité (croissance)
ou lenteur (décroissance). Il n’entre pas dans le cadre de ce court ouvrage
de vous exposer en détail la théorie de ce zodiaque naturel. Reportez-vous
aux illustrations et tableaux pour en comprendre les mécanismes de base.
Sachez seulement que les portrait de votre Signe solaire qui vous sont pro-
posés dans les pages suivantes sont basés, non sur les Quatre Éléments Feu,
Terre, Air & Eau, mais sur ces phénomènes naturels.

Page 27
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le diurne et le noc turne dans le zodiaque naturel

Page 28
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Les formules des Signes du zodiaque naturel

Page 29
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le Bélier
et ses réflexes
Bélier adapté
Dans ses moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adéquate
aux situations, le Bélier se caractérise par les comportements suivants :
Force d’excitation naturelle : l’entraîneur
Balayage des inhibitions et indifférences. Potentiel énergétique intact qui
s’élance à l’assaut de l’environnement. Agressivité animale, activités de pion-
nier, sensations brûlantes et concrètes, spontanéité absolue, aucun a priori ;
force instinctive et percutante, dynamique et audacieuse, qui se libère géné-
reusement, besoin d’agir qui ne souffre aucune attente et aucune restric-
tion.
Vitesse d’excitation : l’improvisateur
Mobilisation foudroyante des réserves d’excitation : démarrage au
quart de tour, réactions sont immédiates, décisions brusques. Mouvement
sur le champ, réflexes instantanés, rythmes trépidants, auto-accélération
infinie. Humeur cyclothymique, adaptation rapide aux variations de l’envi-
ronnement. Goût pour les gros effets : tambours et trompettes, couleurs
violentes, pittoresque percutant.
Sens des contraires : le décideur
Choix de son camp sans hésitation et sans nuances, on est pour ou
contre, jusqu’au manichéisme. Franchise brutale, refus des compromis, “celui
qui n’est pas avec moi est contre moi”. Choix sont rapides, instinctifs, irréflé-
chis, susceptibles de virages à 180° : on combat avec la même violence ce
que l’on avait adoré.
L’entraîneur-décideur est un meneur actif et engagé, dynamique
et intransigeant, se sacrifiant sans contrepartie pour la cause qu’il a choisie.
L’improvisateur-décideur est plus souple et mobile : il a davantage le
sens de la tactique, mais ses choix sont plus aléatoires, plus sujets à de
spectaculaires revirements.

Page 30
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier inadapté
Dans ses moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-
déquate aux situations, le Bélier se caractérise par les comportements suivants :
Manque d’inhibition extinctive : l’impulsif
Difficulté à cultiver l’indifférence, rester de marbre, demeurer flegma-
tique, à oublier, boycotter, faire table rase. On fonce dans le tas quoi qu’il
arrive, tout à la griserie du moment présent. Comportement téméraire,
impulsif, impatient, casse-cou, imprévoyant. Premières impressions sont
indélébiles. Le manque de distance, donc de réflexion rend naïf, crédule,
prêt à croire n’importe quoi.
Lenteur d’inhibition inadaptée : l’intraitable
Frein difficile à manœuvrer. Si impossibilité de freiner, l’impulsivité n’a
plus de limites, c’est l’accident permanent, le vertige de la confrontation
incessante avec le milieu externe, l’emballement sans fin. Si impossibilité de
redémarrer, difficulté à desserrer le frein : systèmes de défense monoli-
thiques et unilatéraux, refus sont rigides quelles que soient les situations,
rancœurs et rancunes tenaces, morbides.
Phase égalitaire : le tout pour rien
Agressivité linéaire incitant à tout combattre en bloc : tout est rejeté,
mis dans le même sac. Hostilité viscérale à l’égard des “bonnets blancs et
blancs bonnets” : tout le monde a tort. Le bien ne vaut pas mieux que le
mal. Refus bornés, surdité mentale. La perception des antagonismes, dépla-
cée dans l’abstrait, revient à un “moi contre le monde entier”.
L’impulsif-tout pour rien est un jusqu’au-boutiste agressif et
fanatique qui refuse tout compromis avec le monde réel. Il en veut à l’uni-
vers entier. L’intraitable-tout-ou-rien, moins agressif, plus borné,
enfermé dans une vindicte inerte, a toujours raison contre tout et tous J

Page 31
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier & dominantes planétaires

Toutes les personnes nées avec une forte influence du Bélier ne se res-
semblent pas, même s’ils ont des points communs. Nous vous proposons
donc huit portraits différents de ce Signe, qui ont été rédigés en tenant
compte de groupes de trois planètes qui pouvaient être dominantes au
moment de votre naissance. Que ces planètes se trouvent dans ce Signe ou
dans d’autres Signes importe peu étant donné le caractère synthétique et
simplifié de ces textes.
Dans de rares cas, l’un de ces portraits correspond assez fidèlement à
une facette très importante, dominante de votre personnalité. Mais dans la
plupart des cas, les caractéristiques essentielles de celle-ci correspondent à
au moins deux, voire jusqu’à quatre de ces textes : à vous de voir si vous
correspondez à une, deux, trois et/ou quatre de ces catégories, et dans quel
ordre d’importance. Enfin, l’un au moins de ces textes décrit des traits de
personnalités qui sont ceux qui vous ressemblent le moins, dans lesquels
vous ne pouvez nulle part vous reconnaître.
Il est aussi possible que votre Signe solaire ne soit pas dominant dans
votre horoscope natal. On peut par exemple être né sous le Signe du Bélier,
mais que le Signe le plus valorisé soit le Taureau. Dans ce cas, il vous sera
difficile de vous reconnaître dans les portraits qui vous sont ici proposés.
Pour vous sentir concerné, il vous faudra alors vous reporter aux mêmes
portraits correspondant à votre Signe dominant.
Bien entendu, ces textes synthétiques et compacts ne peuvent absolu-
ment pas prétendre remplacer une véritable analyse détaillée de votre
carte du ciel natale. Ils ne peuvent donner qu’un aperçu simplifié, partielle-
ment juste et assez caricatural de votre personnalité. Ne les prenez donc
pas au pied de la lettre, mais essayez d’en comprendre l’esprit et de les
adapter à votre propre mode de fonctionnement. Et pour en savoir plus,
n’hésitez pas à visiter notre site AstroAriana ou à réaliser une mini-interpré-
tation gratuite grâce notre logiciel en ligne gratuit Astrosoft J

Page 32
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier sociable-communicatif

563 365
Planètes dominantes : Soleil-Mercure-Vénus
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Gai, spontané, extraverti, vous vous lancez sans aucune hésitation au
devant des autres et nouez les premiers contacts avec une rapidité stupé-
fiante. vous donnez de vous-même l’image d’un être dynamique, fonctionnant
à coups d’intérêts passionnés, de brusques curiosités et de coups de foudre
immédiats. Dès que vous sentez que quelqu’un ou quelque chose vous fait
signe, vous démarrez au quart de tour et vous vous impliquez à fond dans les
multiples centres d’intérêts qui se succèdent. Vous avez le goût des rencon-
tres animées et variées, des changements brusques et excitants où votre
charme trépidant, votre décontraction provocante mais souriante, votre joie
de vivre et votre art de paraître font merveille.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Vous ne savez pas dire non à ce qui vous émerveille, vous séduit,
excite votre curiosité ou votre passion, vous croyez toujours obligé de réa-
gir avec une excitabilité primesautière même quand on ne vous demande
rien et passez d’enthousiasmes en enthousiasmes sans apprendre à cultiver
les vertus de l’oubli et de l’indifférence. Vous faites des choix trop rapides
sur la seule foi de vos coups de cœur du moment, de vos lubies subites, de
vos fantaisies. Instable, vous brûlez avec désinvolture ce que vous avez
adoré et adorez ce que vous avez brûlé et pouvez en arriver à vous raidir
dans des systèmes de défense butés dès que vous vous sentez incompris.
Votre ardeur d’éternel débutant vous empêche de tirer parti de vos échecs.

Page 33
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier actif-pragmatique

780 087
Planètes dominantes : Mars-Jupiter-Saturne
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Réaliste et dynamique, vous êtes un fonceur, un activiste que les obs-
tacles stimulent. Entreprenant et pragmatique, vous vous lancez à l’assaut de
l’existence avec un bel appétit de construire du solide. Accrocheur et bagar-
reur mais réfléchi et organisé, vous n’aimez rien tant que les situations tré-
pidantes qui vous obligent à prendre les choses à bras-le-corps, à vous
confronter aux faits, à tirer sur le champ parti des opportunités tangibles
qui se présentent à vous. Energique et travailleur, vous avez une mentalité
de pionnier toujours prêt à défricher de nouveaux territoires. Vous êtes au
plus haut point un infatigable homme de terrain, partisan des choix tranchés
frappés au coin du bon sens.
Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-
déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :

Vos défauts :
G Votre activisme intempestif et “rentre-dedans”, vos prises de positions
systématiquement offensives ou agressives et votre tendance à percuter les
obstacles plutôt que de les contourner risquent de vous valoir de nombreux
ennemis et déboires. Vous avez toujours quelque chose d’urgent à faire, au
risque d’avoir du mal à planifier vos activités à long terme, de manquer de
patience. Vos colères sont vindicatives, vos impatiences grondantes. Incapable
d’oubli, d’indifférence, vous réagissez avec impétuosité et emportement aux
provocations, accusant vos ennemis comme vos amis bien intentionnés de
vous empêcher d’agir comme vous l’entendez, sourd aux conseils de pru-
dence, de modération et de pondération.

Page 34
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier imaginatif-inspiré

-=; ;=-
Planètes dominantes : Uranus-Neptune -Pluton
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Indépendant et conquérant, vous vous élancez dans le monde que
vous voulez investir grâce à vos projets imaginatifs, vos intuitions fulgu-
rantes, vos projets originaux et audacieux. Vous avez la foi inébranlable qui
déplace brutalement les montagnes, bouscule les habitudes et les routines
et renverse les obstacles à coup d’imagination et de volonté puissante.
Provocant, visionnaire, intrépide, vous vous savez porteur d’un destin auquel
rien ne saurait résister. Vos vastes et amples aspirations, votre puissante et
remuante détermination intérieure vous incitent à secouer le monde et les
gens autour de vous , à vous en prendre de front à toutes les traditions.
L’inexploré vous galvanise, l’inconnu vous stimule.
Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-
déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :

Vos défauts :
G Vos comportements systématiquement réfractaires, vos outrances
enfiévrées et vos provocations démesurées ne facilitent guère votre vie.
Révolté jusqu’au-boutiste, individualiste cavalier, vous avez trop tendance à
rejeter en bloc le monde extérieur s’il ne correspond pas à vos aspirations
trop vastes pour n’être pas souvent chimériques ou irréalisables.
Donquichottesque, incapable de vous plier à quelque règle ou discipline que
ce soit, vous risquez de perdre votre temps dans des combats perdus
d’avance contre les moulins à vent qui excitent votre imagination enflam-
mée, de vous épuiser à force de multiplier les scandales et de vous lancer
dans de grotesques défis perdus d’avance.

Page 35
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier ambitieux-volontaire

38- -83
Planètes dominantes : Soleil-Jupiter-Uranus
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Doté d’une grande force de caractère et mû par d’inattaquables cer-
titudes que vous imposez avec conviction, vous savez ce que vous voulez et
possédez au plus haut point l’art de faire des choix tranchés, impératifs,
définitifs. Dynamique et exigeant avec vous-même et avec les autres, vous
exercez votre autorité entraînante sans faiblir. D’une manière ou d’une
autre, il vous faut imposer votre griffe sur les êtres et les choses, les mar-
quer du sceau de votre personnalité puissante et entière, de vos ambitions
ouvertes. Votre goût des projets fortement structurés, des organisations
strictement hiérarchisées ne vous empêche pas quand il le faut de prendre
des décisions-éclair dans l’urgence du moment.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Vous risquez d’être la victime de votre autoritarisme agressif, de vos
prises de positions trop souvent extrémistes, sans aucune nuance. Votre
tempérament entier et intransigeant font qu’avec vous ça passe ou ça casse,
“c’est comme ça et pas autrement” : il n’y a pas de demi-mesures, de diploma-
tie ni de concessions possibles. Pétrifié dans vos principes et certitudes que
vous voudriez définitives, vous vous murez dans des systèmes de défense
inertes dès qu’il vous faudrait se remettre en question, accepter souple-
ment de reconnaître que vous faites fausse route, reconnaître qu’il est des
situations contraires auxquelles il est vain d’opposer votre volonté impé-
rieuse et intolérante.

Page 36
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier affectif-sensoriel

67= =76
Planètes dominantes : Vénus-Mars-Neptune
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Vous percevez le monde comme un coup de poing permanent, une
brûlure de sensations intenses et bouleversantes. Votre affectivité est tumul-
tueuse, vive, ultra-réagissante. Vous vivez vos émotions sans filtre, à bout
portant, dans toute leur transpirante authenticité. Chaque émotion, chaque
sentiment, chaque perception sont pour vous un choc primordial, un vertige
du corps et du cœur que vous prenez de plein fouet, une confrontation au
sein de laquelle vous vous sentez puissamment exister. Vos amours et vos
haines sont franches, avouées, immédiatement perceptibles. Vous êtes un
affectif fougueux qui s’engage à fond dans ce qu’il fait et sent, dans un
tumultueux mouvement de vigoureuse tendresse.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Trop réactif, trop viscéral, trop primaire dans votre ressenti des êtres
et des choses, vous souffrez d’une humeur en dents de scie, soupe-au-lait,
alternant en des moments imprévisibles mais violents, douceur et agressi-
vité. Vos réactions agressives d’écorché vif semblent incontrôlables et sou-
mettent le système nerveux de vos proches à de rudes épreuves. Vous pas-
sez d’un sentiment, d’un affect à l’autre dans la griserie de l’instant, sans
vous soucier d’aucune logique. Vous vous abandonnez corps et âme au ver-
tige de ce que vous ressentez abruptement, sans véritable ligne de conduite,
incapable que vous êtes de refuser de céder à la tentation d’un nouveau
vertige affectif lorsqu’il se présente.

Page 37
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier critique-distant

50; ;05
Planètes dominantes : Mercure -Saturne-Pluton
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Vous avez plus que d’autres tendance à être “contre tout ce qui est
pour, et pour tout ce qui est contre”. Votre esprit sceptique, critique et investi-
gateur se met très vite en mouvement pour chercher l’essentiel caché der-
rière les fausses évidences et vraies apparences. Votre perspicacité véhé-
mente et provocatrice s’attaque de préférence aux faux-semblants, aux
vérités convenues, aux modèles radoteurs. Réfractaire et impétueux, vous
entendez préserver votre liberté de penser contre tout conformisme,
toute “pensée unique”. Vous vous plaisez à énoncer des contre-vérités pour
déstabiliser ceux qui sont trop sûrs d’eux et rejetez avec une insidieuse et
subtile violence les hypocrisies du monde.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Prisonnier de votre lucidité désespérée, vous pouvez en devenir
incapable de vous entendre avec qui que ce soit sur quelque sujet que ce
soit : rien ne trouve grâce à vos yeux, tout est sujet à remise en question, à
interrogation, à dénigrement systématique. Quelles que soient les circons-
tances auxquelles vous êtes confronté, vous n’y répondez unilatéralement
que par des ricanements cyniques et destructeurs ou par des silences
agressifs et pesants. Au pire, vous vous entêtez à jouer violemment le rôle
de l’incompris indécrottable, du paria inintégrable, du marginal dérangeant
qui rejette en bloc tout ce qui lui est proposé, au nom d’un absolu dont
vous doutez vous-même de l’existence.

Page 38
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier décideur-commandeur

37; ;73
Planètes dominantes : Soleil-Mars-Pluton
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Vous vous signalez par un caractère bien trempé et bien tranché.
Impératif, actif et froidement déterminé, vous ne craignez pas d'entrer en
conflit avec ceux qui ne partagent pas votre goût radical de l'ordre, de l'effica-
cité concrète et de la justice. Toujours prêt à occuper un rôle valorisant, vous
ne rechignez pas à vous engager physiquement tout en préservant votre part
d'ombre et de mystère. Dynamique, tumultueux et révolté, vous ne supportez
pas les consensus mous, les situations où chacun et chaque chose n'est pas
exactement à sa place. Ennemi déclaré de la neutralité, des ambiguïtés et des
faux-semblants, vous mettez votre dynamisme impétueux et votre autorité au
service de vérités essentielles que vous défendez avec fougue et passion.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Vous êtes un jusqu'au-boutiste incapable de la moindre diplomatie, de la
moindre concession. Agressivement dominateur et provocateur, vous passez
votre temps à jeter de l'huile sur le feu, à attiser les révoltes et à déclencher
des chienlits, souvent prêt à commettre l'irréparable pour combattre vos
pires ennemis : la routine, la résignation et le désordre avachi. Dans votre
optique, les abcès doivent être crevés sans anesthésie et les crises déclenchées
quelles qu'en soient les conséquences, y compris pour vous-même. De toutes
façons, vous mettez tout ceux qui ne sont pas enflammés et extrémistes
comme vous dans le même sac : ce sont des mous, des pleutres, des rampants.
Ne vous étonnez donc pas si vos ennemis déclarés sont si nombreux…

Page 39
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bélier plastique -réceptif

fff 444
Planète dominante : Lune
Dans vos moments d’adaptation, c’est-à-dire de réponse opportune, adé-
quate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos qualités :
G Vous avez besoin pour votre équilibre général, pour votre bien-être et
votre plénitude, d’évoluer dans une ambiance mouvante, changeante et dyna-
mique. Vous vous adaptez rapidement et facilement aux modifications rapides
de votre milieu de vie. Spontané, disponible à l’imprévu, d’une humeur varia-
ble mais en général agréable, vous ne vous sentez jamais aussi reposé, aussi
intimement vous-même que lorsque vous pouvez vous extraire des routines
quotidiennes pour voir le monde d’un œil neuf. Sensible et réceptif à ce qui
vous permet ou non de vous épanouir à votre propre rythme, vous savez
rejeter avec une fermeté douce mais efficace tout ce qui peut s’opposer à la
quiétude dynamique que vous recherchez sans cesse.

Dans vos moments d’inadaptation, c’est-à-dire de réponse inopportune, ina-


déquate aux situations, vous vous caractérisez par les comportements suivants :
Vos défauts :
G Naïf, crédule, trop perméable et trop réactif, vous cédez trop rapide-
ment à toutes les influences en provenance du monde extérieur, auquel
vous êtes incapable de rester indifférent, jusqu’à en devenir excessivement
impressionnable. Vos premières impressions, bonnes ou mauvaises, ont trop
tendance à laisser chez vous des traces indélébiles. D’une humeur souvent
fantasque, en dents de scie, il vous arrive, après des périodes d’agitation plu-
tôt inefficace, de sombrer dans un repli inerte sur vous-même, pour préser-
ver votre tranquillité, avant de vous abandonner à nouveau passivement,
avec une allégresse bon enfant mais improductive, à tout ce qui vous sti-
mule éphémèrement J

Page 40
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Le Signe solaire
Par définition, le Signe solaire est celui où se trouvait le Soleil 3 lors
de la naissance d’un individu. La référence au seul Signe solaire ne donne
donc qu’une information très partielle sur les caractéristiques comporte-
mentales, psychologiques ou caractérologiques d’une personne.
Si le Soleil 3 est dominant dans son horoscope natal, cette information
est pertinente et l’individu peut reconnaître certains de ses traits de carac-
tère dans ce Signe. Mais si le Soleil 3 n’est pas dominant et qu’aucune autre
planète ne se trouve dans ce Signe, le même individu se sentira à raison
étranger au portrait standard de son Signe solaire. La classification des indivi-
dus en 12 Signes dans lesquels ils sont censés se reconnaître est donc une
hérésie, puisque tandis que le Soleil 3 se trouve dans un Signe, la Lune 3 et
les planètes 5670-=; en occupent d’autres qui peuvent être beaucoup
plus importants pour comprendre le fonctionnement d’un individu.

Change-t-on de caractère en changeant de Signe ?


Imaginez qu’un individu soit né le 23 août 1991 à 15h12 TU. À cette
heure très précise, le Soleil 3 se trouve à 29°59’59’’ du Lion U. Une cer-
taine astrologie simplificatrice dira alors de lui qu’il est audacieux, rayon-
nant, superbe et généreux, avide de gloire et ambitieux, toutes qualités clas-
siquement attribuées au Signe du Lion. Imaginez maintenant qu’il soit né
quatre minutes plus tard, à 15h16 TU. Cette fois, le Soleil se trouve à
00°00’01’’ de la Vierge I. On fera alors de lui le portrait d’un être timide,
pudique, réservé, replié sur lui-même, anxieux et minutieux.
En fait, une seconde suffit pour passer d’un Signe à un autre, pour
transformer un Lion U audacieux en Vierge I prudente. Ce 23 août, le
Soleil 3 entrait dans le Signe de la Vierge I à 15h14 TU. Une seconde
avant, on est Lion U. Une seconde après, on est Vierge. Apparemment, cela
paraît absurde… et ça l’est effectivement, cela d’autant plus que les heures
de naissance sont rarement d’une exactitude absolue, et qu’en tout cas
elles ne mentionnent jamais les secondes. Et pensez au pauvre individu qui
est né exactement à 15h14 TU : le Soleil 3 se trouve alors exactement à la
limite du Lion U et de la Vierge I. Si l’on considère qu’il est à 30° du
Lion U, il est Lion U ; si l’on considère qu’il est à 0° de la Vierge I, il est
Vierge I. Il n’est ni Lion U ni Vierge I. Va-t-il être toute sa vie en proie à
une terrible crise d’identité ?

Page 41
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Bien sûr que non. Le


zodiaque est un cycle que
l’on divise en douze sec-
teurs appelés Signes.
Comme nous l’avons vu ci-
dessus, cette division en
douze est légitime et réa-
liste : les axes des équinoxes
et des solstices le divisent
en quatre quadrants (qui
correspondent pour le
Soleil au quatre saisons), ces
derniers étant eux-mêmes
divisés en trois Signes (l’un
proche de d’un équinoxe,
l’autre d’un solstice, le der-
nier étant intermédiaire).
Entre Poissons W et Bélier E, Gémeaux T et Cancer Y, Vierge I et
Balance O, Sagittaire M et Capricorne }, les frontières sont nettes.
Exemple : lorsque le Soleil 3 est à 0° Cancer Y, il passe de la croissance
(vivacité des réactions propre aux Gémeaux) à la décroissance (lenteur des
réactions) diurne propre au Cancer Y. Juste avant le moment précis du
solstice d’été, les jours croissent ; juste après, ils décroissent : ce n’est plus
la même dynamique. Les frontières entre les autres Signes sont plus floues.
Rien ne permet formellement d’affirmer que chaque Signe fait exactement
30° d’étendue. Pour reprendre notre premier exemple, du Lion U à la
Vierge I, Signes d’été, nous sommes toujours en durées diurnes domi-
nantes et croissantes. Lion et Vierge ont donc un point commun.
Par contre, entre les Signes appartenant à une même saison (Bélier-
Taureau-Gémeaux ERT pour le printemps, Cancer-Lion-Vierge YUI
pour l’été, Balance-Scorpion-Sagittaire OPM pour l’automne et
Capricorne-Verseau-Poissons }QW pour l’hiver), les frontières sont floues.
Ainsi l’influence du 29° Bélier E (donc à la fin du 3e décan de ce Signe) est
plus proche de celle du 1° Taureau R (donc au début du 1er décan de ce
Signe) que de celle du 1° Bélier E. Autant dire que tracer des frontières
nettes entre Signes de 30° chacun appartenant à la même saison est arbi-
traire et irréaliste. Il est très possible, sinon probable, que l’étendue des
Signes en milieu de saisons (Taureau R, Lion U, Scorpion P et Verseau Q)
soit sur-évaluée ou sous-évaluée.

Page 42
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Pour reprendre notre premier exemple, du Lion U à la Vierge I, Signes


d’été, nous sommes toujours en durées diurnes dominantes et croissantes.
Lion U et Vierge I ont donc un point commun. Ceci dit comment inter-
préter le thème d’un individu né exactement à 15h14 TU le 23 août 1991 ?
En simplifiant et sans tenir compte des autres éléments de son Thème natal,
on peut dire qu’en assurant le passage entre Lion U et Vierge I, c’est un
audacieux qui sait se montrer prudent, un ambitieux qui connaît ses limites,
un être généreux mais pas prodigue… c’est-à-dire un type mixte Lion-
Vierge UI !

Le Signe Ascendant
Moins on connaît l’astrologie, et plus on fait grand cas du point de l’éclip-
tique qui se lève à l’horizon Est, c’est-à-dire le Signe Ascendant. Et pourtant, il
est loin de toujours avoir l’importance majeure qu’on lui accorde…
Le mot “Ascendant” vient
du latin “ascendere”, qui signifie
“qui s’élève”. Le Signe
Ascendant, à l’intersection de
l’écliptique (course apparente
du Soleil 3 autour de la
Terre l) et de l’horizon, est le
Signe qui se lève. Le calcul de
l’Ascendant est l’opération de
base qui permet de procéder à
la domification, c’est-à-dire à la
division de la sphère locale en
douze secteurs appelés
Maisons, numérotés dans le
sens inverse des aiguilles d’une
montre et de la course appa-
rente des Planètes autour de
l’horizon ; le début (ou cus-
pide) de la Maison I se confond avec le point Ascendant. Dans la figure ci-
dessus, l’Ascendant (AS) est en Bélier E.
En une journée, c’est-à-dire 24h00, les 12 Signes se lèvent successive-
ment à l’horizon du lieu d’observation. La combinaison Signe solaire/Signe
Ascendant produit 144 (12 x 12) duos zodiacaux qui peuvent donner lieu à
autant de “profils astro-psychologiques”. Toutes sortes de rumeurs circulent

Page 43
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

La sphère locale et les 12 Ascendants en 24h00

Page 44
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

sur l’Ascendant. Selon certains astrologues, on ressemblerait davantage à


son Signe solaire pendant la première partie de sa vie, et à son Signe
Ascendant pendant la seconde ; un individu aurait la morphologie attribuée
à son Signe Ascendant ; il serait indispensable de savoir quelles Aspects
forme et dans quel Signe et quelle Maison se trouve la ”Planète Maîtresse de
l’Ascendant” pour juger du caractère et du destin d’un individu.
Tout cela est faux, archi-
faux. Nous avons déjà vu que
la soi-disant “Planète Maîtresse”
d’un Signe, Ascendant ou non,
est une fiction En réalité, les
études statistiques montrent
que le point Ascendant (AS) a
autant d’importance que le
point Milieu-du-Ciel (MC).
Autrement dit, votre Signe AS
est théoriquement aussi “puis-
sant” que le Signe qui se
trouve au MC, à tel point
qu’on pourrait aussi bien dire :
“Je suis Lion Milieu-du-Ciel
Poissons” que : “Je suis Lion
Ascendant Cancer”.
Si aucune Planète n’occupe le Signe Ascendant, celui-ci n’a qu’une
importance mineure, étant donné qu’un Signe n’existe que par la Planète
qui l’occupe et dont il n’est qu’un rythme. N’importe quel autre Signe
occupé par plusieurs Planètes, surtout si elles sont dominantes, est plus
important que le Signe Ascendant. Si l’Ascendant se trouve dans les tout
premiers ou tout derniers degrés d’un Signe et qu’une Planète se lève dans
le Signe précédent ou succédant au Signe Ascendant, c’est ce Signe qui est
valorisé, et non le Signe Ascendant.
Pour toutes ces bonnes raisons, les 12 classiques combinaisons entre
votre Signe solaire et votre Signe Ascendant ne vous seront donc pas pro-
posées dans cet ouvrage J

Page 45
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Qu’est-ce que l’astrologie naturelle ?


L’astrologie naturelle se fonde sur les lois de la Nature connues et
inconnues : la réalité du Ciel, avec ses lois physiques et astrométriques gou-
vernant les cycles planétaires, l’alternance diurne-nocturne, et la réalité
biopsychologique de l’Homme sur Terre. Elle étudie l’adaptation active de
l’être humain à son milieu naturel, dont le cosmos en général, et le système
solaire en particulier font partie. Rationnelle, réaliste et imaginative, l’astro-
logie naturelle est un savoir qui se situe au carrefour des sciences exactes
(physique, astronomie) et des sciences humaines (psychologie, sociologie).
L’influence des rythmes planétaires et zodiacaux sur les comportements
humains individuels et collectifs s’exerce à l’intérieur du cadre des détermi-
nismes génétiques, sexuels, socio-culturels, économiques, politiques, histo-
riques, spirituels, etc., qui en modulent les effets. L’influence astrologique est
par conséquent discontinue, relative, et conditionnelle. D’où le nom d’astro-
logie conditionaliste forgé par son fondateur Jean-Pierre Nicola.

Astrologie et personnalité
Le thème natal exprime des tendances et des comportements- réflexes
qui structurent en profondeur les attitudes et conduites du sujet, et qui
constituent le socle essentiel à partir duquel va se constituer la personna-
lité. Le bon sens et l’observation montrent qu’à une même configuration
zodiaco-planétaire, à un même ciel de naissance, des individus peuvent don-
ner des réponses différentes en fonction du contexte où ils se trouvent. La
situation de l’entourage à l’intérieur duquel l’individu développe ses formes
de conduite intervient pour aider ou contrecarrer, ajouter ou soustraire de
l’ampleur et de l’intensité aux tendances astrales innées.
La régularité des cycles planétaires rend possible la prévision.
L’astrologie en elle-même ne peut faire aucune prédiction évenementielle,
mais elle permet de prévoir les divers climats astro-psychologiques qu’un
individu est susceptible de vivre au cours de son existence, échéances au
cours desquelles l’individu est amené à confirmer ou à transformer sa
manière de vivre et d’intégrer les configurations zodiaco-planétaires de son
ciel de naissance.
Il est absurde de vouloir réduire l’infinie diversité des comportements
humains à 12 types astro-psychologiques en fonction du Signe qu’occupait
le Soleil à la naissance d’un individu, ou à 144 si l’on retient le couple Signe

Page 46
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

solaire-Signe Ascendant. Les dix Planètes, lorsqu’on les classe par rang de
puissance, (ce classement varie d’un thème à l’autre), donnent trois millions
six cent vingt-huit mille huit cent combinaisons, qui correspondent à autant
de profils astro-psychologiques. Si l’on tient compte des positions plané-
taires en Signes, ce chiffre s’élève à plus de 43 millions, et si on intègre les
positions en Maisons, à près de cinq cent millions, chiffre que l’on peut dou-
bler en considérant que chaque planète peut être classée comme “conso-
nante” ou “dissonante”.
L’astrologie ne se réduit pas à une psychologie ou à une typologie. Elle
est aussi et surtout un ésotérisme vivant, subtil, traditionnel et contempo-
rain, permettant à celui qui prend la peine de s’y initier de comprendre les
liens mystérieux qui unissent le microcosme et le macrocosme, la Terre et
le Ciel, l’Homme et la Nature universelle.

A qui s’adresse l’étude de l’astrologie conditionaliste ?


L’astrologie conditionaliste s’adresse à des individus adultes, conscients
et responsables, dotés d’un bon sens de l’observation et d’un solide esprit
critique, qui n’exclut pas l’intérêt pour d’authentiques préoccupations spiri-
tuelles.
Elle s’adresse aussi à ceux qui, ayant pratiqué l’astrologie classique, en
ont mesuré le fatalisme, l’irrationalité, le manque de rigueur et de cohé-
rence, et recherchent des méthodes précises et efficaces pour progresser
dans la connaissance et la compréhension des relations entre l’Homme et
le macrocosme, et des règles claires pour interpréter un thème. L’astrologie
conditionaliste peut également satisfaire ceux qui, sceptiques mais ouverts,
critiquent la conception dominante de l’astrologie en lui reprochant son
symbolisme déconnecté du réel ; ceux qui, refusant l’irrationnel frelaté, res-
tent néanmoins ouverts à l’inconnu et pensent que l’existence d’un rapport
réel entre l’Homme et le système solaire n’est pas absurde.
L’astrologie conditionaliste s’adresse enfin à ceux qui désirent prendre
connaissance de leur potentiel d’être et de développement pour mieux
l’utiliser et mieux gérer leur vie et leurs relations humaines, ainsi qu’à ceux
qui, par curiosité personnelle ou par intérêt professionnel, ont besoin d’ou-
tils performants et pertinents pour comprendre les arcanes, mystères et
complexités de la psyché humaine. La vision cosmotellurique de l’Homme
que leur offre l’astrologie conditionaliste, dépassant de toutes parts le
champ des typologies psychologiques, est vaste et profonde, et respecte le
libre arbitre et l’intégrité spirituelle de chacun J

Page 47
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Retrouvez
tous nos articles & publications
sur Astroariana.com

Page 48
Le Petit livre du Bélier - Richard Pellard

Retrouvez les 12 petits livres du zodiaque


dans notre boutique AstroAriana

Page 49