Sunteți pe pagina 1din 32

Réussissez toutes

vos évaluations en IFSI


SEMESTRES
5 et 6
UE 2.6 UE 3.3 UE 4.4

450
UE 2.9 UE 3.4 UE 4.7
UE 2.11 UE 4.2 UE 6.2

QCM
QROC
´
SCHEMAS
MINI-CAS Tous les
corrigés
détaillés
Réussissez toutes
vos évaluations en IFSI
SEMESTRES
5 et 6

Collection dirigée par Marie-Claude Moncet


Ouvrage coordonné par
Bruno Delon, infirmier cadre de santé,
formateur à l’IFSI du CHU de Nîmes
Laurent Soyer, infirmier cadre de santé
(hôpitaux du Bassin de Thau)
Nicole Tanda, infirmière puéricultrice cadre de santé
(hôpitaux du Bassin de Thau)
Introduction
« Savoir évaluer l’état de santé d’une personne et analyser les situations de soins ; conce-
voir et définir des projets de soins personnalisés ; planifier des soins, les prodiguer et les
évaluer ; mettre en œuvre des traitement|s » (cf. Définition du métier IDE) suppose l’ac-
quisition de solides savoirs pluridisciplinaires théoriques, pratiques, procéduraux, expé-
rientiels nécessaires au développement des compétences référenciées.
Pour les étudiants, il s’agit aussi de relever le défi des examens, contrôles et travaux
d’analyse en cours de formation.
Répondre aux exigences essentielles a été l’objectif des auteurs de l’ouvrage, afin que
« les fondamentaux » soient acquis par les étudiants, capables ainsi de prodiguer des
soins de qualité en réponse aux besoins de santé des individus et des groupes, quel que
soit le secteur d’activité.
Les auteurs ont opté pour une approche visuelle des éléments essentiels fondant
chaque unité d’enseignement du référentiel de formation, sous forme de modélisation,
afin de donner « envie » d’apprendre, dans une logique d’auto-évaluation en cohérence
avec les contenus massivement développés dans les ouvrages de la collection Référence
IFSI.
Nous espérons que ces séries d’exercices corrigés contribueront à votre réussite dans vos
études.
M.-C. Moncet

ISBN : 978-2-311-20381-3
Couverture : Hokus Pokus Créations
Mise en pages : SCM, Toulouse
La loi du 11 mars 1957 n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou
reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et,
d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation
ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause,
est illicite » (alinéa 1er de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, consti-
tuerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. Le « photocopillage », c’est
l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs. Largement répandu dans les établissements
d’enseignement, le « photocopillage » menace l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs
d’une juste rémunération. En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est interdite.
Des photocopies payantes peuvent être réalisées avec l’accord de l’éditeur. S’adresser au Centre français d’exploitation du droit de
copie : 20, rue des Grands-Augustins, F-75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Vuibert – septembre 2016 – 5, allée de la 2e DB – 75015 Paris


Site Internet : http://www.vuibert.fr
Sommaire
UE 2.6  Processus psychopathologiques
Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 8
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 9
Entraînements.............................................................................................................................................. 11
Corrigés............................................................................................................................................................. 26

UE 2.9  Processus tumoraux


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 40
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 41
Entraînements.............................................................................................................................................. 43
Corrigés............................................................................................................................................................. 55

UE 2.11  Pharmacologie et thérapeutiques


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 66
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 67
Entraînements.............................................................................................................................................. 69
Corrigés............................................................................................................................................................. 81

UE 3.3  Rôles infirmiers, organisation du travail


et interprofessionnalité
Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 90
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 91
Entraînements.............................................................................................................................................. 94
Corrigés............................................................................................................................................................. 97

UE 3.4  Initiation à la démarche de recherche


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 102
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 103
Entraînements.............................................................................................................................................. 107
Corrigés............................................................................................................................................................. 119

UE 4.2  Soins relationnels


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 136

5
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 137
Entraînements.............................................................................................................................................. 142
Corrigés............................................................................................................................................................. 145

UE 4.4  Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 148
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 149
Entraînements.............................................................................................................................................. 151
Corrigés............................................................................................................................................................. 161

UE 4.7  Soins palliatifs et de fin de vie


Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 172
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 173
Entraînements.............................................................................................................................................. 176
Corrigés............................................................................................................................................................. 179

UE 6.2  Anglais
Rappels des objectifs et contenus............................................................................................... 182
Auto-évaluation.......................................................................................................................................... 183
Entraînements.............................................................................................................................................. 187
Corrigés............................................................................................................................................................. 191

6
UE 2.6

PROCESSUS
PSYCHOPATHOLOGIQUES
UE 2.6   Processus psychopathologiques

Rappels des objectifs et contenus


UE 2.6 S5 : Processus
psychopathologiques

Objectif 1 Objectif 2
Intégrer les connaissances
Développer un questionnement
nécessaires à la construction d’une
personnel sur les compétences
relation thérapeutique et aux soins
et attitudes relatives à l’exercice
à donner aux personnes atteintes
professionnel en psychiatrie
de problèmes de santé mentale ou
et santé mentale
de pathologies psychiatriques

Le prérequis à cette UE est l’UE 2.6 S2


Processus psychopathologiques

Éléments de contenu :
Chez les adultes :
• Psychoses : schizophrénies, bouffée délirante aiguë, paranoïa, psychose puerpérale, troubles délirants
persistants.
• Conduites addictives.
• Troubles de l’humeur : épisode maniaque, trouble affectif bipolaire, épisode dépressif, trouble dépressif
récurrent.
• Troubles névrotiques : troubles anxieux, obsessionnels compulsifs, troubles phobiques, troubles
somatoformes et dissociatifs, réactions à un facteur de stress.
• Troubles de la personnalité et du comportement : états limites, conduites asociales, psychopathies,
perversions.
• Risque suicidaire.
• Troubles des conduites alimentaires.
• Processus démentiel, troubles mnésiques, désorientation temporo-spatiale, trouble du caractère et
des conduites, dépression, confusion, hallucination, délire confuso-onirique. Impact familial.
Chez les enfants :
• Troubles relationnels précoces, autisme.
• Trouble du développement affectif, intellectuel, troubles du comportement.
• Troubles dysharmoniques.
• Troubles dépressifs du nourrisson, de l’enfant, de l‘adolescent.
• Troubles de l’adolescent avec passages par l’acte.
• Troubles phobiques.
Les thérapeutiques :
• Le dispositif de sectorisation, les différentes thérapies relationnelles et psychothérapies, la thérapie dans
la quotidienneté, la thérapie institutionnelle.
• La maladie psychique et le handicap psychique dans la vie personnelle, professionnelle, sociale, la prise
en charge sociale, soins de réhabilitation.
• L’analyse de la pratique (personnellement et en équipe), l’attitude réflexive sur sa pratique avec
l’acceptation et la mise en travail de ses attitudes, des mouvements affectifs et des contre-attitudes.

Évaluation écrite de connaissances

Développement de la compétence 4
« Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique »

8
Auto-évaluation
Vrai ou faux
1. Pinel et Esquirol sont des psychiatres ayant exercé au xixe siècle.
2. Pussin est le « père » des infirmiers psychiatriques.
3. Névrotiques et psychotiques sont constitués par la même structure.
4. La paranoïa, la phobie et la schizophrénie sont considérées comme des psy-
choses.
5. L’obsession est une idée irrépressible qui s’impose au sujet.
6. L’acte de compulsion augmente l’angoisse.
7. La névrose obsessionnelle est celle qui a le plus nourri les travaux psychana-
lytiques.
8. Le discours d’un patient névrosé vous paraît hermétique, vous ne vous
sentez pas concerné par ce qu’il vous dit.
9. L’hystérie est une psychose.
10. L’immense majorité des êtres humains est névrosée.

9
La psychiatrie de l’enfant

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Le développement de l’enfant est conditionné par :
NN a. l’environnement familial.
NN b. l’environnement social.
NN c. l’environnement culturel.
NN d. les données génétiques uniquement.
NN e. des éléments génétiques éventuellement.
2. Le jeu en pédopsychiatrie sert à :
NN a. observer le comportement de l’enfant.
NN b. aider l’enfant à se socialiser.
NN c. communiquer.
NN d. se faire plaisir en tant que soignant.
NN e. aider l’enfant à acquérir de l’autonomie.
3. Ont une influence sur le vécu de la grossesse :
NN a. le mode de vie.
NN b. les traditions.
NN c. la profession.
NN d. la présence de la famille.
NN e. l’isolement.
4. Sont des facteurs de risque de la dépression post-partum chez une
femme :
NN a. la primiparité.
NN b. ne pas avoir de famille.
NN c. l’isolement.
NN d. la grossesse multiple.
NN e. avoir moins de 20 ans.
5. Les troubles des interactions précoces concernent :
NN a. la maman.
NN b. le papa.
NN c. les oncles et tantes.
NN d. les grands-parents.
NN e. le bébé.
6. Sont des signes cliniques de l’autisme :
NN a. le retrait autistique.
NN b. le besoin d’immuabilité.
11
UE 2.6   Processus psychopathologiques

NN c. les stérétotypies.
NN d. des troubles du langage.
NN e. la logorrhée.
7. En pédopsychiatrie, la famille :
NN a. est un véritable partenaire des soins.
NN b. ne doit pas être jugée par l’équipe.
NN c. doit se tenir éloignée des soins pour ne pas perturber l’enfant.
NN d. perçoit l’intérêt porté à son enfant, ce qui permet de créer un lien
d’investissement pour le soignant.
NN e. a besoin d’informations et d’écoute.
8. Les troubles psychiatriques de la grossesse et du post-partum :
NN a. concernent les femmes à partir de 35 ans.
NN b. correspondent à tous les états psychopathologiques liés à la période de
la gravido-puerpéralité.
NN c. concernent l’avortement volontaire.
NN d. peuvent être des psychoses.
NN e. sont rarement rencontrés dans la pratique infirmière.
9. Dans les états névrotiques de la grossesse, il peut y avoir :
NN a. de l’anxiété.
NN b. des phobies.
NN c. des crises de panique.
NN d. des obsessions.
NN e. des idées délirantes.
10. Sont des signes de risques de troubles sévères du développement
chez le bébé :
NN a. des troubles du tonus.
NN b. des insomnies précoces.
NN c. des pleurs.
NN d. une anorexie primaire.
NN e. un regard adhésif.
11. Le bébé peut présenter une dépression qui se traduit par :
NN a. un ralentissement psychomoteur.
NN b. une pseudo-surdité.
NN c. des troubles psychosomatiques.
NN d. une absence d’ouverture envers le monde.
NN e. un évitement du regard.
12. Le syndrome d’Asperger est un syndrome autistique se manifestant :
NN a. par un retard de langage.
NN b. plus fréquemment chez les garçons que chez les filles.
NN c. souvent par une intelligence supérieure à la moyenne.

12
La psychiatrie de l’adolescent

NN d. dès la première année de l’enfant.


NN e. par un retard du développement cognitif.
13. Sont des signes de la schizophrénie chez l’enfant :
NN a. la dissociation.
NN b. une angoisse psychotique.
NN c. des cauchemars.
NN d. la perte des capacités adaptatives.
NN e. une écholalie.

QROC
1. Quels sont les signes qui vous font penser à un état de stress chez un
bébé ?
2. Citez les troubles névrotiques chez l’enfant.

La psychiatrie de l’adolescent

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. L’identité chez l’adolescent correspond à :
NN a. l’identité sexuelle.
NN b. la quête d’une identité propre.
NN c. le besoin de se différencier de la société, des parents.
NN d. la maîtrise de la frustration.
NN e. l’entrée dans l’adolescence.
2. Les trois enjeux fondamentaux chez les adolescents sont :
NN a. l’identité.
NN b. la crise d’adolescence.
NN c. l’appartenance au groupe.
NN d. l’affirmation de soi.
NN e. l’ordalie.
3. Face à une fugue, vous recherchez :
NN a. d’autres troubles des conduites.
NN b. la culpabilité de l’adolescent.
NN c. la culpabilité des parents.
NN d. les motifs invoqués.
NN e. un état délirant.

13
UE 2.6   Processus psychopathologiques

4. Chez l’adolescent, une tentative de suicide est :


NN a. une impasse existentielle.
NN b. un ennui de la vie.
NN c. l’évolution d’une pathologie psychiatrique.
NN d. un acte très grave.
NN e. une façon d’exprimer son mal-être.
5. Le processus suicidaire correspond à :
NN a. la recherche de solutions.
NN b. l’idéation suicidaire.
NN c. la rumination.
NN d. la cristallisation.
NN e. l’élément déclencheur.
6. Sont des troubles des conduites alimentaires :
NN a. l’anorexie mentale.
NN b. l’exclusion d’un aliment dans l’alimentation.
NN c. le végétarisme.
NN d. la boulimie.
NN e. la sélection de certains aliments.
7. L’anorexie mentale :
NN a. peut alterner avec la boulimie.
NN b. est un refus volontaire de s’alimenter.
NN c. touche plus particulièrement les filles.
NN d. peut entraîner la mort.
NN e. n’est pas considérée comme une pathologie psychiatrique.
8. La triade de l’anorexie mentale est :
NN a. amaigrissement, boulimie, céphalées.
NN b. anorexie, boulimie, céphalées.
NN c. amaigrissement, anorexie, aménorrhée.
NN d. amaigrissement, anorexie, céphalées.
NN e. anorexie, aménorrhée, céphalées.
9. Généralement, les patientes souffrant d’anorexie mentale présentent
des attitudes psychologiques identiques qui sont :
NN a. une absence d’inquiétude face à la maladie.
NN b. une hyperactivité.
NN c. une sexualité peu investie.
NN d. une emprise sur la famille.
NN e. un désintérêt scolaire.
10. Les états psychotiques chez les adolescents sont :
NN a. facilement repérables.
NN b. mouvants, avec peu de signes spécifiques.

14
Les troubles de la personnalité

NN c. forcément liés à l’enfance.


NN d. parfois dus aux toxiques.
NN e. des états passagers.
11. La personnalité de l’adolescent peut se fixer sur le mode
de la schizoïdie qui correspond à :
NN a. une inhibition relationnelle.
NN b. un fléchissement scolaire inhabituel.
NN c. un investissement dans des domaines hermétiques.
NN d. une euphorie.
NN e. une froideur affective.
12. Les pathologies limites se définissent par :
NN a. une organisation particulière de l’angoisse.
NN b. des symptômes dépressifs.
NN c. un délire.
NN d. des conduites antisociales.
NN e. des symptômes somatiques.
13. La crise d’adolescence peut se manifester par :
NN a. de l’impulsivité.
NN b. de l’instabilité affective.
NN c. de l’imprévisibilité.
NN d. des plaintes somatiques.
NN e. une entrée dans l’autisme.

QROC
1. Donnez une définition de la conduite ordalique.
2. Décrivez le rôle infirmier dans l’anorexie mentale.

Les troubles de la personnalité

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. L’angoisse de castration est :
NN a. l’angoisse d’être émasculé.
NN b. une angoisse d’insatisfaction.
NN c. une angoisse d’abandon.

15
UE 2.6   Processus psychopathologiques

NN d. une angoisse de morcellement.


NN e. la peur de perdre un objet investi.

QROC
1. Vrai ou faux
1. La définition du caractère est : un ensemble de comportements, d’émotions
et de cognitions.
2. Dans la dépression du sujet limite, on observe souvent une absence de ralen-
tissement psychomoteur.
3. On trouve une angoisse d’abandon chez le sujet limite.
4. Dans la personnalité évitante, le patient fuit souvent les relations par crainte
de contamination.
5. Il y a cinq types de personnalité dans le registre psychotique : la personnalité
évitante, la personnalité obsessionnelle compulsive, la personnalité dépen-
dante, la personnalité narcissique et la personnalité histrionique.
6. On peut dire que l’hystérique se met volontiers en scène.
7. Je peux dire de façon certaine que : conversion = personnalité histrionique
sous-jacente.
8. Les personnalités du registre psychotique sont : la personnalité schizoïde, la
personnalité schizotypique et la personnalité paranoïaque.
9. La personnalité dépendante fait preuve d’un comportement grandiose et
d’un besoin d’être admirée.
10. La personnalité évitante se caractérise par une inhibition, un sentiment de
ne pas être à la hauteur, une hypersensibilité aux réflexions d’autrui.

Les psychoses schizophréniques

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Dans la schizophrénie :
NN a. les hallucinations touchent tous les sens.
NN b. les hallucinations sont exclusivement visuelles.
NN c. les hallucinations sont exclusivement acoustiques.
NN d. les hallucinations sont exclusivement acoustico-verbales.
NN e. il n’y a pas d’hallucination.

16
Les psychoses schizophréniques

2. La triade de la schizophrénie est :


NN a. dissociation, ambivalence, autisme.
NN b. discordance, délire, dislocation.
NN c. dissociation, délire, autisme.
NN d. troubles somatiques, délire, autisme.
NN e. obsession, délire, morcellement.
3. La première cause de mortalité dans la schizophrénie est :
NN a. le suicide.
NN b. les maladies cardiovasculaires.
NN c. les accidents de la voie publique.
NN d. le cancer.
NN e. la démence.
4. La mise en chambre d’isolement thérapeutique doit répondre
aux principes suivants :
NN a. elle peut relever d’une décision infirmière.
NN b. elle peut, de façon très exceptionnelle, permettre une punition du patient
dans un but éducatif.
NN c. des soins relationnels doivent être impérativement associés à cet
isolement.
NN d. une surveillance régulière et une traçabilité sont indispensables.
NN e. le patient garde l’ensemble de ses effets personnels afin de préserver sa
dignité.
5. On observe régulièrement une inobservance du traitement
neuroleptique car :
NN a. le patient schizophrène dénie souvent sa pathologie.
NN b. les neuroleptiques présentent des effets secondaires gênants pour le
patient.
NN c. le traitement ne produit pas les effets escomptés par le patient.
NN d. la schizophrénie produit des troubles de la mémoire et une désorientation
temporelle.
NN e. les neuroleptiques sont déconseillés pour les patients schizophrènes.
6. Dans le cas d’une agitation incontrôlable, il faut :
NN a. envisager en priorité l’organicité.
NN b. donner un traitement sédatif sur prescription médicale.
NN c. mettre en place des mesures de surveillance liées à la prise du traitement.
NN d. proposer au patient de sortir dans l’enceinte de l’hôpital pour se calmer.
NN e. évaluer en équipe infirmière la pertinence d’une contention et la mettre
en œuvre.

17
UE 2.6   Processus psychopathologiques

QROC
Quels sont les effets indésirables des neuroleptiques à action prolongée
(NAP) ?

Les psychoses non schizophréniques

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Un patient paranoïaque :
NN a. cherchera à vous convaincre de son délire.
NN b. relativisera son délire si vous avez les bons arguments.
NN c. relativisera son délire au contact de la réalité.
NN d. ne peut pas relativiser son délire car son adhésion est totale.
NN e. ne présente pas toujours de délire.

2. Le patient paranoïaque présentant un délire est souvent :
NN a. consentant aux soins.
NN b. conscient de ses troubles.
NN c. dans le déni de ses troubles.
NN d. accessible à la psychothérapie.
NN e. non consentant aux soins.
3. Dans le cours de la pensée des patients atteints de psychoses non
schizophréniques, on trouve :
NN a. une accélération du cours de la pensée à l’évocation du thème délirant.
NN b. une bradypsychie.
NN c. un fading.
NN d. une pensée maîtrisée quand le thème délirant n’est pas évoqué.
NN e. un automatisme mental.
4. La psychose hallucinatoire chronique (PHC) est caractérisée par :
NN a. un mécanisme hallucinatoire uniquement visuel.
NN b. un vol de la pensée.
NN c. un commentaire de la pensée.
NN d. un délire structuré et sectorisé.
NN e. des thèmes délirants fantastiques.
5. Dans la paraphrénie, on ne trouve pas :
NN a. de théories cosmiques ou sur l’origine du monde.
NN b. un délire systématisé.

18
Les troubles de l’humeur

NN c. une lutte contre un complot extraterrestre.


NN d. une affabulation.
NN e. une prédominance des hallucinations.

QROC
Citez les trois psychoses non schizophréniques et donnez leur mécanisme
délirant prévalent.

Les troubles de l’humeur

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Le deuil :
NN a. est toujours une maladie.
NN b. est qualifié de pathologique quand la souffrance évolue depuis plus de
six mois.
NN c. est synonyme de dépression.
NN d. n’est jamais considéré comme pathologique.
NN e. peut être appelé dépression post-mortem.
2. On parle de rapid cycler lorsque le patient présente :
NN a. au moins un épisode maniaque par mois.
NN b. au moins un épisode maniaque par an.
NN c. plus de quatre épisodes maniaques par an.
NN d. plus de quatre épisodes maniaques par mois.
NN e. des épisodes maniaques et dépressifs sans interruption.

Les troubles anxieux

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Le trouble panique se définit par la survenue d’au moins :
NN a. trois attaques de panique en quatre semaines.
NN b. quatre attaques de panique en quatre semaines.

19
UE 2.6   Processus psychopathologiques

NN c. quatre attaques de panique en un an.


NN d. trois attaques de panique en trois semaines.
NN e. douze attaques de panique en quatre semaines.
2. Le sujet atteint d’agoraphobie peut :
NN a. appréhender de se retrouver dans un lieu dont il ne pourra pas sortir.
NN b. désigner un persécuteur qui serait responsable de son malaise.
NN c. éviter les lieux d’où il ne pourra pas sortir.
NN d. développer un délire de persécution.
NN e. organiser sa vie pour éviter les endroits où il y a de la foule.
3. La séquence des troubles obsessionnels compulsifs est :
NN a. compulsion, angoisse, obsession.
NN b. obsession, angoisse, compulsion.
NN c. obsession, compulsion, angoisse.
NN d. compulsion, obsession, angoisse.
NN e. obsession, compulsion, sans angoisse.
4. L’acte de compulsion peut se manifester par :
NN a. une envie irrésistible de rire.
NN b. une envie irrésistible de pleurer.
NN c. un besoin de ranger.
NN d. un rituel de lavage (personnel ou de ménage).
NN e. un rituel de vérification.
5. Concernant les TOC (troubles obsessionnels compulsifs) :
NN a. ils sont liés à une idée incongrue s’imposant au sujet qui ne peut s’en
défaire.
NN b. l’obsession est nécessairement phobique.
NN c. le psychotique peut présenter une symptomatologie obsessionnelle
compulsive atypique.
NN d. le sujet névrosé ne reconnaît pas le caractère absurde de l’obsession.
NN e. ils sont accompagnés de rituels.

QROC
Donnez cinq manifestations somatiques que l’on peut retrouver dans une
crise d’angoisse aiguë.

20
UE 2.11

PHARMACOLOGIE
ET THÉRAPEUTIQUES
UE 2.11   Pharmacologie et thérapeutiques

Rappels des objectifs et contenus


Objectif 1 Objectif 2
Décrire les différentes
Identifier les éléments de la
thérapeutiques non
prescription médicale et infirmière
médicamenteuses et leurs modes
et en évaluer les risques
d’action

UE 2.11 S5 :
Pharmacologie
et thérapeutiques

Objectif 3
Expliquer les règles et les Objectif 4
modalités d’administration des Argumenter les résultats de calculs
médicaments et repérer les risques de dosages médicamenteux
majeurs

Les prérequis à cette UE sont l’UE 2.11


S1 Pharmacologie et thérapeutiques et
l’UE 2.11 S3 Pharmacologie et
thérapeutiques.

Éléments de contenu :
• Responsabilité infirmière en pharmacothérapie.
• La prescription médicale.
• La prescription infirmière.
• La réglementation concernant les médicaments, les listes, les stupéfiants…
• Le circuit du médicament, préparation, dispensation, conditionnement,
rangement, conservation collaboration avec l’aide-soignante, l’auxiliaire de
puériculture et l’auxiliaire médico-psychologique…
• Autres moyens thérapeutiques (principes, modalités de traitement, risques...) :
chirurgie, psychothérapie, relation d’aide, radiothérapie, rééducation
fonctionnelle, dispositifs médicaux…
• La mise sur le marché des médicaments et des dispositifs médicaux, essais
thérapeutiques, génériques.

Évaluation écrite de connaissances.

Développement de la compétence 4
« Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique »

66
Auto-évaluation
Exposé du cas
Un laboratoire pharmaceutique souhaite développer un nouveau médicament. Il a
obtenu les autorisations réglementaires de l’ANSM pour être promoteur d’un essai
clinique. L’essai doit se dérouler sur plusieurs sites répartis partout en France.
L’établissement de santé dans lequel vous travaillez est agréé par l’ANSM pour
participer à la phase III de l’étude.
Votre chef de service, qui est l’un des investigateurs, vous sollicite pour participer
au recueil de données des constantes biologiques (numération formule sanguine,
bilan hépatique, clairance rénale) des patients. Vous devrez également commander
les médicaments testés à la pharmacie de l’hôpital grâce à un bon spécial et admi-
nistrer les médicaments selon un protocole préétabli. Tout écart au protocole
entraînera la sortie du patient de l’essai.
Vous devrez, pour mener à bien ces missions, suivre une formation
en recherche clinique.
1. Qui peut être recruté dans un essai clinique pour tester un médicament
en cours de développement ?
2. Les patients recrutés dans un essai clinique sont-ils rémunérés ?
3. Quand un patient recruté dans un essai clinique sort de l’hôpital et
retourne à son domicile, comment peut-il se procurer le médicament testé
si le traitement est poursuivi en ville ?

67
Mise sur le marché et réglementation des médicaments

QCM
Au moins l’une des réponses proposées est exacte.
1. Concernant le médicament et les préparations de médicament :
NN a. le médicament a une définition réglementaire commune à l’ensemble
des pays de l’Union européenne.
NN b. le nom de la spécialité pharmaceutique permet d’identifier le médicament
dans tous les pays du monde.
NN c. la DCI correspond à la dénomination chimique internationale.
NN d. les préparations magistrales sont réalisées à l’avance.
2. Un médicament original et son générique ont :
NN a. la même efficacité.
NN b. la même bioéquivalence.
NN c. le même goût.
NN d. la même couleur.
NN e. les mêmes effets indésirables.
3. Le médicament générique :
NN a. peut être délivré par le pharmacien même si le médecin prescrit le nom
du médicament original.
NN b. est remboursé par l’assurance maladie.
NN c. est moins cher que le médicament original.
NN d. nécessite les mêmes étapes de recherche et de développement que le
médicament original pour être commercialisé.
NN e. a la même DCI que le médicament original.
4. Concernant le développement et la commercialisation
des médicaments :
NN a. le CPP délivre une autorisation pour réaliser des essais cliniques sur des
médicaments.
NN b. le CPP vérifie que les règles d’éthique humaine sont respectées au cours
des essais cliniques.
NN c. les patients peuvent participer aux essais cliniques même s’ils ne sont pas
malades.
NN d. l’ANSM détermine le taux de remboursement d’un médicament.
5. Concernant les essais cliniques :
NN a. le protocole d’un essai clinique est mis en place après avoir identifié la
problématique de la recherche.

69
UE 2.11   Pharmacologie et thérapeutiques

NN b. le recrutement des participants se fait selon des critères d’inclusion et de


non-inclusion identiques d’un essai à l’autre.
NN c. ils sont menés pour prouver que le médicament évalué est plus efficace
et/ou moins toxique que le médicament de référence dans la pathologie
ou un placebo.
NN d. ils comportent trois phases.
6. Un placebo :
NN a. a un effet pharmacologique.
NN b. peut avoir un effet psychologique.
NN c. peut être bénéfique.
NN d. induit toujours un effet placebo.
NN e. est le générique du médicament testé.
7. L’autorisation de mise sur le marché :
NN a. peut être délivrée par l’ANSM ou l’EMA.
NN b. est délivrée avant de réaliser les essais cliniques.
NN c. peut être retirée ou suspendue à tout moment.
NN d. peut être précédée par une ATU.
NN e. est valable dans tous les pays de l’Union européenne.
8. Les médicaments conseils :
NN a. ne nécessitent pas d’AMM pour être délivrés aux patients.
NN b. ne nécessitent pas d’ordonnance pour être délivrés aux patients.
NN c. sont conseillés aux patients par le pharmacien.
NN d. ne sont pas remboursés par l’assurance maladie.
NN e. peuvent être vendus légalement en France sur internet.
9. Le médecin généraliste doit prescrire les stupéfiants sur :
NN a. une ordonnance bizone.
NN b. une ordonnance classique.
NN c. une ordonnance sécurisée.
NN d. un relevé nominatif d’administration.
NN e. un état récapitulatif d’utilisation.
10. L’ordonnance bizone :
NN a. doit être datée et signée par le médecin.
NN b. est obligatoire pour les stupéfiants.
NN c. est obligatoire pour les médicaments d’exception.
NN d. est obligatoire pour les médicaments remboursés à 100 % dans le cadre
d’une ALD.
11. Un médicament d’exception :
NN a. est un médicament coûteux.
NN b. est prescrit sur une ordonnance bizone.
NN c. peut être délivré en pharmacie de ville.

70
Mise sur le marché et réglementation des médicaments

NN d. est un médicament réservé à l’usage hospitalier.


NN e. est remboursé s’il est prescrit pour des indications thérapeutiques
particulières.
12. Un médicament inscrit dans la liste I :
NN a. peut être délivré en pharmacie sans ordonnance.
NN b. doit être conservé dans un coffre fermé à clé et muni d’une alarme.
NN c. possède une étiquette blanche avec un large filet rouge sur sa boîte.
NN d. suit la réglementation des stupéfiants.
NN e. est renouvelable sauf mention contraire inscrite par le médecin sur
l’ordonnance.
13. Les médicaments à prescription restreinte :
NN a. réservés à l’usage hospitalier, sont administrés exclusivement au cours
d’une hospitalisation.
NN b. à prescription hospitalière, ne peuvent pas être délivrés en pharmacie de
ville.
NN c. à prescription initiale hospitalière, peuvent être prescrits en ville.
NN d. à prescription réservée à des médecins spécialistes, peuvent être prescrits
en ville.
NN e. nécessitant une surveillance particulière, peuvent être prescrits en ville.
14. Un médicament stupéfiant :
NN a. fait l’objet d’une réglementation particulière.
NN b. est une substance psychonégative.
NN c. peut être utilisé dans la prise en charge de la douleur et en anesthésie.
NN d. peut faire l’objet d’une délivrance fractionnée en pharmacie de ville.
NN e. n’est délivré aux unités de soins que si la demande est accompagnée d’un
relevé nominatif d’administration.
15. Un médicament dérivé du sang :
NN a. peut être issu d’un don de sang humain.
NN b. peut être préparé industriellement.
NN c. a un emballage sur lequel figurent trois étiquettes mentionnant le
numéro de lot et la date de péremption.
NN d. a une administration tracée sur l’ordonnance du patient et sur des bor-
dereaux spécifiques.

QROC
1. L’ordonnance ci-après est-elle valide dans le cadre de la dispensation
d’un médicament stupéfiant ? Argumentez.

71
UE 2.11   Pharmacologie et thérapeutiques

Docteur Paul Laffont


12, rue Victor Hugo
75006 Paris
Tél. : 01 10 20 30 40

Madame Léa Durand, 58 ans

Méthadone
deux gélules de 40 miligrammes par jour
pendant 14 jours
9B12345

2. À quels types de médicaments correspond chaque étiquette ?


a.

b.

72
UE 6.2

ANGLAIS
UE 6.2   Anglais

Rappels des objectifs et contenus

UE 6.2 S5-S6 : Anglais

Objectif 1 Objectif 2
Communiquer en anglais dans le Étudier et utiliser des articles
domaine de la santé et des soins professionnels en anglais

Éléments de contenu :
• Vocabulaire professionnel courant dans le domaine de la santé et des soins.
• Expression anglaise dans le domaine de la santé et des soins.
• Lecture et traduction d’articles professionnels.
• Lecture de documents (fiches, procédures, …).

S5 : présentation en anglais


d’un article professionnel
S6 : rédaction de l’abstract du travail
de fin d’étude

182
Auto-évaluation
Exposé du cas
You are a district nurse and you provide home care to Mrs C. who is 53 years old.
Her 27 year-old son has been suffering from bi-polar disorders since the age of 18.
In 2005, a cancer was diagnosed on Mrs C.’s right breast. Her breast cancer was
treated by surgery, chemotherapy, radiotherapy and hormonotherapy.
Three months ago, Mrs C. saw her GP for back and rib pain. Several radiological
investigations confirmed the presence of bone metastases. The oncologist prescri-
bed 2 capsules of Skenan LP 20 mg given every 24 hours and, according to the
intensity of the pain and the patient’s activities, 1 capsule of Actiskenan 5 mg, with
4 capsules per 24 hours maximum.
The pain has gotten worse since last week. Mrs C. assesses a constant pain on a
scale of 7/10 and 6/10 after a dose of morphine.
Her GP suggests sending her to the hospital in the oncology unit to adjust her
analgesic treatment. She flatly refused because each Wednesday she looks after
her three-year old grandson. Her son Tom is unemployed and suffers from depres-
sion. He is following a psychiatric medical treatment. Mrs C. thinks that her son
needs stability. She wants to support him as well as her daughter-in-law who works
part-time in a hairdressing salon and copes with the daily family tasks.
1. In Mrs C.’s case, what are the most relevant pain assessment tools? Jus-
tify your answer.
2. What are the symptoms of bipolar disorder?
3. Analyse Mrs C. outright refusal of being hospitalised. Which possible
actions could be set in?
4. Translate into French the following sentences extracted from the WHO
article “Sun protection in schools: an educational package to protect child-
ren from ultraviolet radiation”.
1. Sunburns during childhood increase the risk of skin cancer and eye damage
(particularly cataracts) later in life, and suppresses the immune system.
2. The sun has beneficial and harmful effects.
3. The sun has rays that we cannot see or feel called UV radiation.
4. Ten to 15 minutes daily exposure of face, forearms, and hands to sun is suffi-
cient to maintain vitamin D levels.
5. Translate these paragraphs on schizophrenia into English.
1. La recherche n’a identifié aucun facteur. On pense que la cause de cette
maladie pourrait être une interaction entre des gènes et des facteurs environ-
nementaux. Ces derniers incluent l’exposition précoce à certaines infections, la
malnutrition pendant la grossesse et la petite enfance et des problèmes pen-
dant l’accouchement.
2. Des facteurs psychosociaux contribuent également à la schizophrénie, notam-
ment l’urbanisation, l’immigration, les traumatismes psychologiques et le stress.

183
Réussissez toutes
vos évaluations en
SEMESTRES 5 et 6
IFSI
• UE 2.6 Processus psychopathologiques SEMESTRE 3
• UE 2.9 Processus tumoraux
• UE 2.11 Pharmacologie et thérapeutiques
• UE 3.3 Rôles infirmiers, organisation du travail
et interprofessionnalité
• UE 3.4 Initiation à la démarche de recherche
• UE 4.2 Soins relationnels
• UE 4.4 Thérapeutiques et contribution
au diagnostic médical
• UE 4.7 Soins palliatifs et de fin de vie
• UE 6.2 Anglais SEMESTRE 4

Révisez en vous entraînant


Cet ouvrage, complet et pratique, propose
pour chaque UE :
- un rappel des objectifs et contenus
à maîtriser
- une auto-évaluation corrigée
- de nombreux entraînements
organisés par thèmes et par types
d’exercices (QCM, QROC, études
de cas, schémas, tableaux, etc.)
- des corrigés très détaillés

ISBN : 978-2-311-20381-3

Collection dirigée par


Marie-Claude Moncet