Sunteți pe pagina 1din 16

PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 288


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 5

Alinéa 14

Compléter cet alinéa par les mots :

ainsi que les véhicules fonctionnant grâce à l’électricité, à l’hydrogène, au GPL, au GNV, au
superéthanol E85, ou étant hybride essence

OBJET

L’article 5 porte sur la planification de la mobilité des personnes et des biens. Il prévoit que chaque
autorité organisatrice de plus de 100 000 habitants élabore un plan de mobilité, qui se substitue aux
actuels plans de déplacement urbains (PDU) à compter du 1er janvier 2021. Cet article vise en
particulier à rendre plus opérationnelles les dispositions du plan en matière de circulation et de
stationnement.

Ce dispositif adopté par une trentaine de villes en France bénéficie du soutien de l’ADEME et de la
FNCCR. Enfin, elles sont pour la plupart signataires de la charte de mise en réseau des villes disque
vert grâce à l’association des voitures écologiques. Nous proposons que soit mis en place au sein des
collectivités territoriales des tarifications préférentielles en matière de stationnement pour tous les
véhicules utilisant des énergies alternatives.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 290


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 15

Alinéa 17, première phrase

Compléter cette phrase par les mots :

, tels que les véhicules fonctionnant grâce à l’électricité, à l’hydrogène, au GPL, au GNV, au
superéthanol E85, ou étant hybride essence

OBJET

L’article 15, outre le développement du covoiturage, permet aux maires de réserver l’usage de
certaines voies de circulation à différentes catégories de véhicules, notamment aux véhicules
propres ou aux véhicules utilisés dans le cadre du covoiturage.

Les voies réservées peuvent également être des atouts dans le cadre de la promotion et de
l’utilisation des voitures écologiques.

Nous proposons que les collectivités territoriales puissent réserver l’usage de certaines voies de
circulation aux véhicules utilisant des énergies alternatives.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 291


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 26

Alinéa 3

Remplacer les mots :

400 € par an, dont 200 € au maximum pour les frais de carburant ou les frais exposés pour
l’alimentation de véhicules électriques

par les mots :

400 € par an, dont 400 € pour les frais de carburants GPL, GNV, E85 et hydrogène, ainsi que pour
les véhicules fonctionnant grâce à la technologie hybride-essence

OBJET

L’article 26 permettra de créer un « forfait mobilités durables » dans les secteurs privé et public. Les
entreprises et administrations pourront rembourser à leurs salariés et agents une partie de leurs frais,
sous forme forfaitaire, de déplacement domicile-travail s’ils utilisent un mode permettant de réduire
la pollution comme le vélo ou le covoiturage. Ce « forfait », d’un montant maximum de 400 €, sera
exonéré de charges sociales et d’impôt sur le revenu.

Les salariés ou agents pourraient également être encouragés à utiliser des véhicules écologiques
(électrique, hybride, hydrogène, GPL, GNV ou superéthanol E85). Les auteurs de cet amendement
proposent d’étendre le forfait mobilité à ces véhicules. Cela serait de nature à élargir le champ des
solutions de mobilité durable dont peuvent disposer les agents et salariés.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 292


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 27

Alinéa 3, seconde phrase

Remplacer les mots :

zéro émission moteur

par les mots :

technologies et carburants alternatifs

OBJET

L’article 27 prévoit dans le cadre du plan d’action visant à réduire les émissions de polluants
atmosphériques la réalisation d’une étude sur « l’analyse du renforcement progressif des restrictions
afin de privilégier la circulation des véhicules à zéro émission moteur à partir de 2025. »

Dans le cadre de l’atteinte des objectifs de ce plan d’action, nous proposons que l’ensemble des
énergies alternatives y concourent : électrique, hybride, hydrogène, GNV, GPL, superéthanol E85.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 295 rect.


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 31

Après l’article 31

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Le code de la route est ainsi modifié :

1° Le I de l’article L. 212-1 est complété par les mots : « qui a une portée nationale » ;

2° Le premier alinéa de l’article L. 213-1 est complété par les mots : « qui a une portée nationale ».

OBJET

Le présent amendement a pour objet de clarifier dans la loi le périmètre géographique de l’agrément
délivré aux auto-écoles et aux enseignants de la conduite.

Même si la jurisprudence et la réponse du Ministre de l’intérieur à une question écrite publiée dans
le JO Sénat du 26/04/2018 ont effectivement reconnu le caractère national de l’agrément délivré
aux auto-écoles et aux enseignants de la conduite, il apparaît important de réaffirmer ce principe
dans notre législation afin de permettre aux acteurs de ce secteur d’exercer leur activité dans un
cadre réglementaire clairement établit.

Nb : La rectification consiste en un changement de place (d’un article additionnel après l’article 1er vers
un article additionnel après l’article 31).
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 297


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 1ER

Après l’article 1er

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

I− Après l’article 279 bis du code général des impôts, il est inséré un article 279 … ainsi rédigé :

« Art. 279 …. – La taxe sur la valeur ajoutée est perçue au taux réduit de 10 % en ce qui concerne
les formations à la conduite automobile délivrées par les établissements d’enseignement à la
conduite. »

II. – La perte de recettes résultant pour l’État du I est compensée, à due concurrence, par la création
d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

OBJET

Le Président de la République a récemment déclaré vouloir simplifier la mobilité du permis de


conduire et réduire « drastiquement » son coût. Or aucune, mesure concernant la baisse du prix du
permis de conduire n’est prévue dans ce texte de loi.

Les conclusions de la mission parlementaire de notre collègue Françoise Dumas à l’Assemblée


nationale « Vers un permis de conduire plus accessible et une éducation routière renforcée »
devraient faire l’objet de transpositions législatives. Néanmoins, il paraît important d’attirer
l’attention du Gouvernement sur la nécessité de faire baisser le prix du permis de conduire.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 298
DIRECTION (n°s 369, 368) 13 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par
C
G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 23

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

… - Les conditions prévues dans le cahier des charges relatif à l’installation d’infrastructures de
charge pour les véhicules électriques ou véhicules hybrides rechargeables dans les parcs de
stationnement couverts recevant du public ou intégré à un immeuble de grande hauteur doivent faire
l’objet, dans un délai de douze mois après la promulgation de la présente loi, de modifications en
vue d’assouplir les conditions d’installations des infrastructures précitées.

OBJET
L’article 23 prévoit que les bâtiments non résidentiels ou mixtes comportant un parking de plus de
20 places de stationnement devront être équipés d’au moins un point de recharge pour véhicules
électriques ou hybrides rechargeables au plus tard au 1er janvier 2025. Dans les zones urbaines, où
le foncier est rare, les parkings sont très majoritairement installés en souterrain.

Nous attirons l’attention du législateur sur le fait que, en l’état, la réglementation freine
considérablement le déploiement des infrastructures de recharge dans ces parkings souterrains.

En effet, conformément à l’article GN4 de l’Arrêté du 25 juin 1980, la Commission Centrale de


Sécurité (CCS) a validé en février 2012 un cahier des charges « relatif à l’installation
d’infrastructures de charge pour les véhicules électriques ou véhicules hybrides rechargeables dans
les parcs de stationnement couverts recevant du public ou intégrés à un immeuble de grande hauteur
». Le 30 janvier 2018, le Ministère de l’intérieur a mis en ligne le « Guide pratique relatif à la
sécurité incendie dans les parcs de stationnement couverts ouverts au public» qui a fait l’objet
d’atténuations par rapport à la première version validée par le CCS en février 2012. En effet, il est
stipulé dans ce document que les « constructeurs ont procédé à un certain nombre d’aménagement
pour faciliter l’intervention des secours et limiter les possibilités d’emballement en cas d’incendie ».
Pour autant, les conditions d’installation et d’utilisation des infrastructures de recharge pour
véhicules électriques ou hybrides rechargeables restent très contraignantes : limitation à certains
niveaux (trois maximum), limitation à 20 points de charges maximum par compartiment (3 000 m2
maximum), limitation à 150 kVa de puissance délivrable simultanément, cloisons coupe feux...).

Face aux besoins d’accéder à des infrastructures de recharge, nous proposons d’assouplir les règles
d’installation de recharges électriques dans les parkings souterrains.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 512


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 28

Après l’alinéa 18

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

« Afin d’ajuster les dispositifs de zones à faibles émissions et d’en mesurer les impacts sur la qualité
de l’air, un décret précise les modalités de mesure des niveaux de pollution atmosphérique. » ;

OBJET

L’article 28 du projet de LOM révise le dispositif des « zones à circulation restreinte » (ZCR), qui
deviennent des « zones à faibles émissions » (ZFE). Elles seront conditionnées par des niveaux de
pollution sur des territoires ou les normes sont régulièrement dépassées.

En France, les mesures de la pollution de l’air sont effectuées par des organismes de surveillance
agréés par le Ministère de l’Environnement : ce sont les AASQUA (Associations agréées pour la
surveillance de la qualité de l’air). Elles sont une quarantaine sur tout le territoire, avec au minimum
une association par région. Ces mesures effectuées par des capteurs fixes ou mobiles permettent
d’estimer de nombreux polluants : dioxyde de soufre, dioxyde d’azote, ozone, plomb, particules,
monoxyde de carbone…. Des expérimentations visant à mesurer plus finement la pollution de l’air
notamment dû aux particules fines ont été menées en 2018. Ces systèmes, qui permettent de
compléter les mesures déjà effectuées par ces associations, mériteraient d’être pérennisées afin de
compléter notre connaissance du phénomène de pollution locale et mesurer plus finement les zones
qui concentrent le plus ces pollutions. Ainsi, le maillage des capteurs de pollution locale, fixe ou
mobile, devrait être densifié. Ces dispositifs permettraient d’affiner les prévisions de dépassement
des normes de pollution locale et de mettre en œuvre plus finement les restrictions de circulation
dans le cadre de la mise en œuvre des « zones à faibles émissions » (ZFE).
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 514


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 40

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

…. – Le sixième alinéa de l’article L. 122-4 du code de la voirie routière est ainsi rédigé :

« Toute convention de délégation ou modification d’une convention de délégation ou du cahier des


charges annexé doit prévoir une tarification réduite pour les véhicules à carburants alternatifs, au
sens de l’article 1er du décret n° 2017-1673 du 8 décembre 2017 portant diverses mesures
réglementaires de transposition de la directive 2014/94/UE du Parlement européen et du Conseil du
22 octobre 2014 sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs. La mise en place
de cette tarification réduite ne peut donner lieu à une augmentation du produit global du péage perçu
par le délégataire ni à un allongement de la durée de la délégation. Toute convention de délégation
ou modification d’une convention de délégation ou du cahier des charges annexé doit prévoir une
stratégie de renforcement ou de déploiement en stations d’avitaillement pour les carburants
alternatifs au sens de l’article 1er du décret n° 2017-1673 du 8 décembre 2017 précité. »

OBJET

L’article 40 vise à développer les péages à flux libre sur le réseau autoroutier concédé présent et à
venir. Ils doivent permettre, en fluidifiant le trafic, de réduire l’empreinte écologique (et notamment
carbone) des péages. Nous proposons d’instaurer des tarifs préférentiels ou un crédit de télépéage
sur le réseau autoroutier pour les voitures écologiques (électrique, hybride, GNV, GPL, hydrogène,
superéthanol E85 ou utilisés en autopartage). Cet avantage constituerait un levier supplémentaire
pour le développement de la mobilité écologique.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 515


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 1ER A

Après l’alinéa 12

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

…) Accélérer la transition énergétique des véhicules et la lutte contre la pollution locale par une
stratégie ambitieuse de déploiement des infrastructures d’avitaillement pour les véhicules
fonctionnant à l’électricité, l’hydrogène, le GNV, le GPL et le superéthanol E85.

OBJET

Nous proposons de rajouter cet objectif à ce sujet qui trouverait une déclinaison en matière
d’investissement prioritaire. Cette proposition pourrait être valable pour toutes les énergies
alternatives : GNV, GPL, électrique, hydrogène et Superéthanol E85.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 517


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 5

Alinéa 5

Compléter cet alinéa par une phrase ainsi rédigée :

Il peut également définir la réalisation d’équipements d’avitaillement en carburants alternatifs pour


véhicules.

OBJET

Dans le prolongement du cadre d’action national pour le développement des carburants alternatifs
(CANCA), il est stratégique de trouver des déclinaisons territoriales des ambitions et objectifs
contenus dans cette feuille de route nationale.

Les Plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET), les schémas régionaux d’aménagement et de


développement durable du territoire (SRADDT), les Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT)
ainsi que les Plans locaux d’urbanisme (PLU) pourraient intégrer des schémas directeurs sur le
déploiement des stations d’avitaillement alternatifs.

Ces documents sont d’autant plus stratégiques qu’ils donnent les grandes orientations des territoires,
y compris en matière d’infrastructures.

Nous estimons donc nécessaire que des exigences en matière de déploiement de stations
d’avitaillement en énergies alternatives soient intégrées au sein des documents d’aménagement des
territoires. nous proposons d’intégrer le déploiement des stations d’avitaillement en énergies
alternatives au sein des PCAET, SRADDT, SCOT et PLU.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
N° 536
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019
DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
présenté par C
G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 5

Après l’alinéa 81
Insérer quatre alinéas ainsi rédigés :
…° Au premier alinéa de l’article L. 141-3, après le mot : « transports », sont insérés les mots : « de
personnes et de marchandises » ;
…° À la première phrase du premier alinéa de l’article L. 141-4, les mots : « des transports et des
déplacements » sont remplacés par les mots : « de mobilité des personnes et des biens » ;
…° Au deuxième alinéa de l’article 151-4, après le mot : « transports », sont insérés les mots : « de
personnes et de marchandises » ;
…° Au 2° de l’article L141-5, les mots : « les transports et les déplacements » sont remplacés par les
mots : « la mobilité des personnes et des biens » ;

OBJET

Sous la pression du coût du foncier, la logistique s’est éloignée des centres urbains, augmentant de
fait les kilomètres parcourus par les transporteurs, et donc les émissions de gaz à effet de serre et de
polluants.
Dans le même temps, le développement de solutions de transports alternatifs (électromobilité,
mobilité gaz, mobilités douces etc.) qui ne justifient pas de la même autonomie ou d’un réseau
d’avitaillement équivalent à celui des carburants traditionnels nous amènent à reconsidérer la place
des espaces logistiques en ville.
La réintégration de la fonction transport-logistique dans les cœurs de ville constitue ainsi une
variable stratégique pour la réduction des émissions polluantes et le développement de nouvelles
solutions de transport plus propres.
Si les prérogatives en matière d’implantation d’espaces logistiques reviennent pour l’essentiel aux
autorités communales et intercommunales, l’État peut encourager les collectivités à préserver les
espaces logistiques existants et à favoriser le développement de nouveaux espaces.
L’article 5 de la LOM prévoit en ce sens de mieux prendre en compte la logistique urbaine dans les
différents documents de planification locaux et régionaux. Pour autant, en l’état l’article 5 ne
prévoit des modifications en ce sens uniquement pour les schémas régionaux d’aménagement et de
développement durable des territoires (SRADDT) et pour le schéma directeur de la région d’Ile-de-
France.
Aussi, nous proposons de compléter le texte pour que les schémas de cohérence territoriale (SCoT)
et plans locaux d’urbanisme (PLU) intègrent la notion de transport de marchandises en vue de
faciliter le déploiement des espaces logistiques.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 633


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 5

Après l’alinéa 25

Insérer deux alinéas ainsi rédigés :

…° Après l’article L. 1214-4, il est inséré un article L. 1214-4-… ainsi rédigé :

« Art. L. 1214-4-…. – En déclinaison du plan de mobilité défini à l’article L. 1214-1, les autorités
mentionnées à l’article L. 1214-3 établissent un schéma structurant cyclable visant la continuité et la
sécurisation des itinéraires. Ce schéma définit également les principes de localisation des zones de
stationnement des vélos à proximité des gares, des pôles d’échanges multimodaux ou aux entrées
des villes. » ;

OBJET

Le présent amendement vise à rétablir l’obligation d’élaborer un schéma structurant cyclable en tant
que déclinaison du volet cyclable du plan de mobilité. Ce schéma intègre notamment des objectifs
de continuité et de sécurité des itinéraires cyclables et de déploiement des aires de stationnement des
vélos. Cette disposition est en cohérence avec l’objectif ambitieux de triplement de la part modale
vélo d’ici 2024 fixé par le Plan national vélo et mobilités actives lancé le 14 septembre 2018 par le
Premier ministre.
PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 636


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 9

Après l’alinéa 6

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

« …° Sont ouvertes les données relatives à l’accessibilité des principaux itinéraires piétons entre un
point d’arrêt prioritaire et les pôles générateurs de déplacements ;

OBJET

La collecte et l’ouverture des données relatives à l’accessibilité des itinéraires piétons entre

les points du réseau de transport public et les principaux pôles générateurs de déplacements

constituent une des composantes essentielles de l’amélioration de la chaîne de déplacement

et de l’accès tant aux transports publics qu’aux principales ressources du territoire.


PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 731


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 25

Après l’article 25

Insérer un article additionnel ainsi rédigé:

La section 2 du chapitre IV du titre II du livre II du code de l’environnement est complétée par un


article L. 224-7-… ainsi rédigé :

« Art. L. 224-7-…. – Les entreprises nationales pour leurs activités concurrentielles, lorsqu’elles
gèrent directement ou indirectement un parc de plus de vingt véhicules automobiles dont le poids
total autorisé en charge est inférieur à 3,5 tonnes, acquièrent ou utilisent lors du renouvellement du
parc dans la proportion minimale de 100 % de ce renouvellement, des véhicules à faibles émissions
définis comme les véhicules électriques ou les véhicules de toutes motorisations et de toutes sources
d’énergie produisant de faibles niveaux de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques, fixés
en référence à des critères définis par décret.

« Un décret en Conseil d’État fixe les conditions d’applications du présent article. »

OBJET

L’administration, les entreprises et les loueurs de véhicules représentent aujourd’hui 50% des achats
de véhicules légers neufs. La part d’achat des véhicules à faibles émissions par ces acteurs est
encore faible (2,3 de véhicules électriques et hybrides rechargeables confondus) contrairement à
celle des véhicules diesel, encore largement majoritaire (85 contre moins de 20 pour les
particuliers). Ce constat va à l’encontre de l’urgence climatique et de la nécessité de diminuer les
émissions de gaz à effet de serre liées au secteur des transport selon une trajectoire cohérente avec
les engagements climatiques de la France.

Nous proposons un renouvellement à 50% pour 2022 puis de 100% en 2025.


PROJET DE LOI

ORIENTATION DES MOBILITÉS N° 848


(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 369, 368) 14 MARS 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mme LIENEMANN
_________________

ARTICLE 4

Après l’alinéa 17

Insérer un alinéa ainsi rédigé :

« Un conseil citoyen est associé à cette évaluation. Les modalités de désignation et de


fonctionnement seront définies par décret en Conseil d’État. »

OBJET

Nous proposons de permettre une participation citoyenne à l’évaluation des plans de mobilités.