Sunteți pe pagina 1din 13

Myrtus communis : (myrte commun)

Botanique :

- Petit arbuste méditerranéen

- Feuilles opposées, entières, de couleur verte brillante, criblées de ponctuations


glanduleuses (présence de cannaux sécréteurs schizogènes)

- Fleurs blanches et solitaires

Usage :

- Remède populaire : antiseptique des branches

- Contre la leucorrhée et les hémorroïdes

- Utilisé en parfumerie

Autres myrtacées : giroflier : Eugenia caryopyllata

- Drogue : boutton floral

- Action physiologique et emplois

Asteridées :
- Fleur cyclique, hétérochlamydes, gamopétales

Astéridées archaïques : Fleur hypogyne, polystémone ou obhaplostémone,


parfois dialypétales

Astéridées supérieurs I : Fleur hypogyne, parfois zygomorphe, haplostémone ou


oligostémone, ovaire biloculaire, avec présence d’iridoïdes et d’alcaloïdes :
gantianales, solanales, lamiales

Astéridées supérieurs II : Fleur hépigyne, haplostémone avec présence de


polyacétylènes et de sesquiterpènes : apiales, asterlaes
Astéridées supérieurs I :
- Une corolle générallement actinomorphe, en entonnoir, préfloraison tordue, fleurs
isostémones : Apocynacées

Deux feuilles opposées …………………………………………………… Gentianales

Deux feuilles alternes …………………………………………………...... Solanales

- Une corolle généralement zygomorphe, fleurs iso ou oligostémones, androcée


parfois didyname : Lamiacées

Apocynacées :

Répartition géographique :

- Régions tropicales, avec des représentants dans les régions tempérées

Appareil végétatif :

- Arbres, arbustes ou herbes, souvent des lianes

- Latex abondant à l’entaille

- Feuilles :entières, simples, opposées, parfois verticillées par 3 (Nerium)

- Pas de stipules, mais parfois appendices stipulaires glandulaires

- Inflorescence : Variables, axillaires ou terminales, cymeuse

Etude botanique : fleur

- Périanthe : Tube du calice souvent glanduleux, 5 pétales soudées en tube

- Corolle à préfloraison tordue, souvent présence d’appendice à l’intérieur du tube,


corolle de type rotacée

- Androcée : étamines alternipétales soudées à la corolle, filets courts

- Anthères libres ou conniventes autour du style souvent sagittées à déhiscence


longitudinale, exemple : Apocynum

- Gynécée : ovaire supère bicarpellé, carpelles souvent libres reliés uniquement


par les style et les stigmates, parfois soudées totalement
Etude botanique : fruit

- Deux follicule plus ou moins allongées ou une baie

- Graine coiffée d’une touffe de poils ou baie aillée

- La fleur est : Cyclique, hétérochlamyde, gamopétale, pentamère, actinomorphe,


hypogyne. Exemple : Nerium

Histologie :

- Liber interne : Formation surnumérraire

- Poils tecteurs uni ou pluricellulaires, poils glanduleux rares

- Laticifères vrais (Parenchyme, liber)

Composition chimique :

- Hétérosides cardiotoniques : graine de strophantus, feuilles de Nerium oleander

- Alcaloïdes : appartenants à des groupes divers : alcaloïdes stéroïdiques,


alcaloïdes indoliques : Vinca et Catharanthus

- Triterpènes et polyprènes (caoutchouc) dans le latex de beaucoup d’apocynacées

Intêret :

- Presque toutes les espèces sont toxiques

Utilisations médicinales :

- Alcaloïdes anticancereux : Vinblastine, Vincristine, Sarpentine

- Catharanthus roseus (pervenche de Madagascar), ochracia

- Alcaloïdes hypotenseurs : Rauwolfia (Inde), hespéride (1er antidepresseur)

- Hétérosides cardiotoniques : Oubaïne, oléandrine (Nerium oleander,


Strophanthus)

- Poison de flèches : Acokanthera

- Autres usages : Utilisations ornementales : Catharanthus roseus, Pervenches


(Vinca sp), Plumeria
Exemple d’étude : Nerium oleander L : Laurier rose (Defla)
- Arbuste spontané dans la région méditerranéenne, à effet ornementale

- Retrouvée dans toute l’Algérie, adaptée à la sécheresse

Etude botanique :

- Feuilles : simples, entières, verticillées par 3 (ternées), lancéolées, coriaces,


persistantes

- Inflorescence : corymbe

- Felurs : calice à 5 sépales, corolle rotacée à limbe étalé munie de ligules

- Etamine à anthères sagittées avec une arête pulmeuse

- Gynécée : deux carpelles antéro-postérieurs, dans la région ovarienne

- Fruit : double follicule

- Graine à aigrette

Histologie : feuille

- Présence d’hypoderme à 02 à 03 assises sous l’épiderme de la face supérieure

- Arc libéro ligneux avec liber interne

- Epiderme inférieur très caractéristique : présence de cryptes stomatiques


pillifères (stomates et poils uncellulaires)

- Présence de laticifères vrais

Composition chimique :

- Latex blanc amère et toxique

- Hétérosides cardiotoniques (feuilles) : Oléandrine est le constituant majoritaire

Usage :

- Feuilles et tige comme sternutatoire et parasiticide

- Drogue utilisée pour l’extraction des hétérosides mais abandonnée

Toxicité : toutes les parties sont actives

- Source d’intoxications (tentatives de suicide et confusions), feuilles et graines

- Symptomes : nausées, vomissements, confusions mentales, bradycardie et


hyperkaliémie parfois mortelle
Les pervenches : deux plantes sont importantes en metière médicale :
- Petite pervenche : (Vinca minor)

- Pervenche de madagascar : (Catharanthus roseus)

Petite pervenche : (Vinca minor)


- Petite plante indigène rampante à tiges florifères dressées (10-15 cm),
envahissante

- Feuilles opposées, persistantes, brillantes et coriaces

- Fleurs bleu violacé à corolle rotacée

- Feuilles source d’alcaloïdes à activité hypotensive (dont la vincamine) :

Vincamine : indiquée en geriatrie

Pervenche de madagascar : (Catharanthus roseus)


- Sous arbrisseau vivace en régions tropicales, ornémentale et annuelle

- Feuilles opposées, limbe ovale et entier

- Fleurs blanches, roses ou rouges

- Parties aériennes fournissent des alcaloïdes à propriétés antimitotiques


(anticancer) :

Vinblastine, Vincristine (à partir desquelles on fait des dérivés hémisynthétiques),


Vinorelbine : Cancer su sein métastasique, cancer bronchique

- Indications : Leucémies aigues, maladie de hodgkin, lymphomes non hodgkiniens

- Problème de neurotoxicité
O/Solanales F/Solanacées :
- 102 genres, 2500 espèces

- en France, une quinzaine d'espèces indigènes, les autres importées

- Herbes ou arbustes à feuilles alternes ou geminées

- Cymes bipares plus ou moins modifiées (parfois fleurs isolées)

- Fleur de type 5,pentamère, hétérochlamyde, actinomorphe, légèrement


asymétrique (gynécée oblique), hypogyne, hermaphrodite, 2C (parfois 5 à 10, ex
tomate)

- Calice persistant ou accrescent

- Corolle variable : rotacée, en entonnoir +ou- étroit ou campanulé

- Etamines souvent conniventes corollifolres

- Les 2C formant un ovaire biloculaire bicarpellé sont disposés obliquement par


rapport au plan de symétrie antéropostérieur de la fleur

- Fruit : baie ou capsule avec calice persistant ou acrescent

- Richesse particulière en alcaloïdes (nombreuses espèces toxiques)

Solanacées médicinales mydriatiques :

(présence d'alcaloïdes dilatant la pupille : atropine, hyoscyamine, scopolamine)

- Belladone, daturas, jusquiame

Solanacées médicinales non mydriatiques :

- Douce-amère, alkékenge

Solanacées alimentaires :

- Pomme de terre (fruit : baie toxique, on consomme la tige souterraine gorgée


d'amidon)

- Tomate, aubergine, poivron, piments

Solanacées ornementales :

- Pétunias, lyciets, alkékenge

Solanacée industrielle :

- tabac
Anatomie :

- Liber interne

- Poils tecteurs coniques

- Poils sécréteurs « feuilles »

- Cristaux d’oxalates de calcium

Composition chimique :

- Feuilles riches en alcaloïdes

- Espèces mydriatiques : belladone, datura, jusquiame

- Alcaloïdes dérivés du noyau tropane : atropine, hyoscyamine, scopolamine

0,5% belladone, 0,3% datura, 0,1% jusquiame

Belladone : atropine + hyoscyamine

Jusquiame : hyoscyamine + scopolamine

Stramoine : hyoscyamine + scopolamine

Activité pharmacologique :

Effet parasympatholytique, inhibition réversible des récepteurs muscariniques de


l’acétylcholine, mydriase, sensation de bouche saiche, dilatation des muscles
lisses

Exemple d’étude : Atropa belladona L : Belladone


- Herbacée vivace par un rhizome

- Feuilles entières, alternes à la base, gemnées par 2 au sommet

- Fleurs solitaires

- Corolle campanulée, couleur brun-violacé

- Fruit : baie noire luisante avec calice persistant

- Drogue : feuille

- Anatomie : cuticule striée, cellules à sable d’oxalates de calcium

- Usage : spasmolytique, anti-asthmatique, collyre mydriatique

- Plante toxique
Exemple d’étude : Hyoscyamus niger : Jusquiame noire
- Herbacée annuelle ou bisannuelle

- Feuilles molles, velues à lobes triangulaires

- Inflorescence : cyme unipare hélicoïde

- Fleurs : la corolle est tubulée, jaune pâle, avec une gorge et des nervures
pourpres ou violettes

- Fruit : pyxide à calice persistant

- Drogue : feuilles

- Anatomie : cuticule lisse, prismes d’oxalates de calcium

Usage :

- « scopolamine » : Parkinson, antispasmodique, contre le mal de transport

- Toxique

- Rare intoxication en raison de sa faible teneur en alcaloïdes et son odeur


repoussante

Exemple d’étude : Datura stramonium : Stramoine


- Herbacée annuelle

- Feuilles irregulièrement dentées, malodorantes

- Fleur solitaire, en entonnoir, dressée, de couleur blanche

- Fruit : capsule épineuse à déhiscence septifrage avec calice persistant

- Droge : feuilles

- Anatomie : macles d’oxalates de calcium, cuticule lisse, poil tecteur à paroi


épaisse et onctuée

Usage :

- Mêmes propriétés que la belladone (parasympatholytique), action plus prononcée


de la scopolamine : sédative, hypnotique, incapacitante

- Toxicité plus prononcée que la belladone


Lamiales :

O/ Lamiales F/ Plantaginacées :
- Plantes herbacées

- Feuilles simples, alternes

- Inflorescence : grappe ou épi

- Corolle bilabiée

- 4 étamine parfois 2

- Fruit variable

- 2 espèces ineressentes : digitale pourpre et digitale laineuse

Exemple d’étude : Digitale pourpre : Digitalis purpurea


- Grande herbe (1-1,5m) bisannuelle

- Montagnes siliceuses

- Feuilles en rosette, pétiolées à la base, subsessiles au sommet alternes

- Limbe mou, aspect gauffré, très poilu face inférieure

- Fleurs en épi ou en grappe unilatérale

- Corolle pourpre, tubuleuse, légèrement bilabiée

- Androcée didyname

- Capsule biloculaire à très nombreuses graines avec calice persistant

- Très toxique : saponosides et surtout hétérosides cardiotoniques

- A dose thérapeutique : cardiotonique majeur

- Feuilles de la 2ème année


Exemple d’étude : Digitale laineuse : Digitalis lanata
- Europe orientale

- Plante herbacée (1m) calcicole, à feuilles glabres

- Inflorescence cotonneuse car bractées florales, calice et corolle poilus

- Fleurs à lèvre inférieure très marquée, blanc crème veinées de brun

- Plus toxique que D. pourpre (plus riche en hétérosides cardiotoniques)

- Cultivée pour usage médical

O/ Lamiales F/ Oléacées :
- 25-30 genres

- 500-600 espèces dont 200 jasminum

- Distribution géographique : régions tempérées

Appareil végétatif :

- Plantes ligneuses : Arbres, arbustes

- Feuilles opposées, simples ou composées, pennées, entières ou dentées

Exemples : Olivier : feuilles simples

Jasminum : feuilles composées imparipénnées, foliole à limbe entier

Frêne : feuilles composées découpées

- Souvent présence de poils peltés donnant une apparence argentée

Appareil reproducteur :

- Pollen allergisant : olivier, frêne

- Inflorescence : cyme ou grappe

- Fleur : cyclique, hétérochlamyde, tétramère (parfois pentamère : jasmin),


actinomorphe

- Calice petit parfois absent

- Gamopétale, parfois dialypétale ou absente (fraxinus)

- Etamine alternes avec les carpelles, corolliflores, à nombre réduit (2)


- Ovaire supère à 2 carppelles, stigmate bifide, 2 ovules par loge, à placentation
axile

- Fruit : très divers : capsule loculicide (syringa), drupe (olea), baie (ligustrum),
samare (fraxinus)

Anatomie :

- Sclérites dans les feuilles

- Poils tecteurs surtout en écusson

- Oxalates de calcium

Composition chimique :

- Glucides : mannitol

- Dérivés triterpéniques : acide oléanolique

Exemple d’étude : Olea europa L : Olivier


- Originaire d’Asie mineure

- Anciennement cultivé dans la région de la méditerranée orientale ; Oléastre :


arbuste buissonnant, épineux

Description :

- Arbre 8-10m, très rameux, à tronc torteux

- Feuilles opposées, lancéolées, persistantes, vert grisâtre

- Fleurs petites, blanches, tétramère, groupées en grappe à l’aiselle des feuilles

- Fruit : olive : drupe monosperme après avortement

- Drogue : feuilles et fruit

Feuille :

- Les feuilles ont été utilisées comme fébrifuge succédané au quinquina

- Cueullie toute l’année, séchée

- Présence de poils tecteurs en écusson sur l’épiderme de la face inférieure surtout


(aspect argenté)

- Hypotensive (oleuropéoside), hypoglycémiante, diurétique


Fruit :

- Ceuilli entre septembre (vert) et décembre (pourpre noirâtre), ovoïde à sommet


arrondi ou pointu (1-3cm/1-1,5cm), 2-6g

- Epicarpe mince, lisse, luisant, vert puis jaune paille, noirâtre à maturité

- Mésocarpe charnu, huileux, contenant des sclérites ramifiées

- Noyau fusiforme, dur, ridé = endocarpe sclérifié + graine albuminée riche en huile
et aleurone

Composition chimique :

- Olive verte fraîche : amande comprend 35-40% huile

- Huile d’olive (péricarpe) : acide oléique 70-80%, acide linoléique 7-10%, acides
saturés (palmitique et stéarique)

Emplois :

- En nature : dans l’alimentation (après lavage par la soude diluée puis à l’eau, et
conservation dans une somure 5-10% NaCL)

- Huile : alimentation, pharmacie (cholagogue, laxative, solvant : préparations


injectables, adoucissant, émolliant, liniment)

- Savonerie et cosmétologie

- Huile d’olive vierge (couleur blanche) : obtenue à froid à partir du péricarpe :


utilisée comme solvant, ou adjuvant en industrie pharmaceutique

O/ Lamiales F/ Lamiacées :
- 260 genres et 6500 à 7000 espèces

Appareil végétatif :

- Herbacées annuelles ou vivaces

- Plantes dites suffructescentes (ligneuses à la base)

- Tige jeune quadrangulaire, agée lignifiée et circulaire

- Feuilles opposés décussées, nervation pennée, simples, parfois dentées, velues

- Les feuilles dégagent une odeur agréable


Appareil reproducteur :

- Inflorescence : glomérules = réunion de 2 cymes bipares à l’aiselle des feuilles

- Regroupés en épis terminaux

- Fleur : pentamère, tétracyclique, zygomorphe

- Calice généralement persistant

- Corolle gamopétale zygomorphe bilabiée

- Androcée : didyname, parfois seulement 2 (sauge, raumarin), corolliflore

- Exceptions : menthe : fleur actinomorphe, 4 étamines presques égales

- Gynécée : style gynobasique, ovair supère, 2 carpelles séparés par une fausse
cloison forment 4 loges uniovulées à placentation axile

- Fruit : tétrakène

Anatomie :

- Tige : section transversale quadrangulaire, présence du collenchyme sous


l’épiderme de chaque angle (4 angles)

- Epiderme des organes aériens : poils tecteurs, poils sécréteurs variables : pied
court, tête bicellulaire, quadricellulaire, octacellulaire, plateau à cuticule surélevée
emprisonnant les huiles essentielles, enfoncées dans l’épiderme

- Feuilles riches en huiles essentielles