Sunteți pe pagina 1din 5

 

LIMBA FRANCEZĂ

Unitatea de învăţare 4.
LES SUBSTITUTS DU NOM: LES PRONOMS

Les pronoms représentent ou substituent un nom. Il existe plusieurs séris pronominales: pronoms
personnels, possessifs, démonstratifs, relatifs, interrogatifs, indéfinis, adverbiaux. Dans ce qui suit, nous
allons présenter les formes et emplois de tous ces types de pronoms.
1. Les pronoms personnels désignent la personne qui parle (1re personne), la personne à qui l’on
parle (2e personne) et l’être / l’objet dont on parle (3e personne): Je te / vous parle d’elle / de lui /
d’elles / d’eux.

Quelques caractéristiques des pronoms personnels:


-Ils n’ont de genre explicitement marqué qu’à la troisième personne (elle / il), les deux autres personnes
pouvant exprimer le genre de manière implicite, à l’aide d’adjectifs, participes: Je suis contente de
vous revoir. Tu as été battue par un policier ? Vous êtes très gentille. On peut également parler d’un
troisième genre, le neutre, pour les pronoms le et respectivement il lorsqu’ils remplacent un adjectif
ou toute une proposition: Heureuse ? Ah, oui, je le suis ! Il est préférable qui vous lui disiez la vérité
toute nue.
- Ils ont des formes inaccentuées ou atones (les pronoms qui expriment tout simplement la personne
sans la mettre en évidence de quelque manière que ce soit; ils font corps avec le verbe prédicat):
je, me / tu, te / il, elle, le, la, lui, en, y, se / nous / vous / ils, elles, les, leur, en, y, se. Tu ne me
comprends pas.
- Ils ont aussi des formes accentuées ou toniques (les pronoms à l’aide desquels on met en évidence
la personne): moi / toi / lui, elle, soi / nous / vous / eux, elles. Eux, ils ont riposté à l’attaque. Moi, je
ne suis pas d’accord. Ces formes toniques peuvent être renforcées par même: Elles-mêmes, elles
s’y seraient opposées.
- Le pronom personnel comprend les formes réfléchies à fonction de complément. Celles-ci
s’emploient avec les verbes réfléchis: je me promène / tu te promènes / il, elle se promène / nous
nous promenons / vous vous promenez / ils, elles se promènent. A la différence de la troisième
personne qui dispose de formes propres (se / soi), les deux autres personnes ont des formes
identiques avec les pronoms compléments: Je vous connais / Vous vous promenez chaque soir. La
forme soi est employée en corrélation avec un pronom indéfini, démonstratif, relatif: Chacun est
maître chez soi. Cela va de soi.
- Il existe aussi un pronom personnel en qui est invariable et qui remplace des compléments introduits
par la préposition de (As-tu jamais mangé des figues ? Oui, j’en ai souvent mangé. J’ai visité la ville
de Paris; j’en connais toutes les rues) et un autre pronom, y, toujours invariable, qui équivaut à la
structure à cette chose-là, à cela et rarement à la structure à cette personne-là:
Cette idée ? Je n’y renonce pas !
« Souvent femme varie / Bien fol est qui s’y fie » (François Ier)
Y connaît aussi un emploi adverbial: J’irai à Londres dans une semaine et tu y iras dans deux
mois. La plupart des grammairiens font entrer les pronoms en et y dans une classe pronominale à
part, à savoir les pronoms adverbiaux.
- Certaines grammaires parlent aussi de pronoms personnels explétifs. Il s’agit de certains pronoms
qui ont perdu (de) leur sémantisme et qui n’ont pas de valeur grammaticale dans des constructions
marquées stylistiquement (On vous le prit par les cheveux et secoua à maintes reprises) ou bien
dans des locutions figées comme s’en remettre à qqn, en imposer à qqn, s’en falloir de peu, s’en
prendre à qqn, l’emporter, etc.

669
MIHAELA LUPU

2. Les pronoms po ossessifs


Les pronnoms possesssifs ont des formes
f différrentes en fonnction du nom
mbre et du geenre de l’objeet et de la
perssonne (1 , 2 ou 3 ) du poossesseur. Lees formes dees possessifss sont:
re e e

1 poossesseur, 1 objet l mien, la mienne


le m
l tien, la tiennne
le
l sien, la sieenne
le
1 poossesseur, n objets l miens, les miennes
les
l tiens, les tiennes
les
l siens, less siennes
les
n poossesseurs, 1 objet l nôtre, la nôôtre
le
l vôtre, la vôôtre
le
l leur, la leuur
le
n poossesseurs, n objets les l nôtres
l vôtres
les
l leurs
les

Par exemmple: Vos paarents sont arrivés,


a les nôôtres pas enccore. Je prenndrai mon apppareil photoo si le tien
est casséé.

IMPORTAN NT
- Les proonoms posseessifs mien, tien,
t sien, nôôtre, vôtre peuvent s’employer commee attributs (saans le / la
/ les): Am
micalement vôtre.
v Vous voyez ces terrres ? Maintenant elles soont nôtres. Cee bouquin esst mien.
- Les proonoms posseessifs ont dess formes conntractées quaand ils se com mbinent avecc les prépositions à et
de : Il a renoncé
r à soon projet, maais moi, je nee renonce paas au mien. Ill est content de son résuultat, mais
pas du mien.
m Vos argguments sonnt très différennts des nôtrees. Il pense aux
a siens, ilss lui manquennt.

3. Les pronoms déémonstratifss


Les form mes des pronooms démonsstratifs ont troois genres: masculin,
m fémminin et neutree.
Ces pronnoms désignent:
(a)) des êtres ou
o des objetss et les indiquent dans lee cadre de l’éénonciation: C Cet homme (que ( voici
/ que voilà)) est mon am
mi. Cette voituure (que voicci / que voilà)) coûte une foortune.
(b)) ou bien une idée, une abstraction:
a J me suis disputée avecc mes voisinss; cela me pèèse.
Je
Les dém monstratifs ont des formes simples et renforcéées exprimannt, tout com mme les déteerminants
démonsttratifs, la proxximité et l’élooignement.
Les form mes des pronooms démonsstratifs sont lees suivantes:
Masculin Féminin N
Neutre
sg. formee simple: cellui sg. forme simple:
s celle sgg. ce (variante: c’ ou ç’)
formees renf.: celuui-ci formes renf.: celle-cci ceci, cela, çaa (fam.)
celui-là celle-làà
pl. formee simple: ceu ux pl. forme simple: celless - - - - - - - - - - - - - - - - - - ---
formees renf.: ceuxx-ci formes renf.:
r celles--ci
ceuxx-là celles-là

J’ai l’embarras du chhoix; je ne sais


s pas lequuel de ces sacs acheter: celui-ci est chic, mais très
t cher,
celui-là est
e moins cheer mais il n’est pas joli.

670
 
LIMBA FRANCEZĂ

IMPORTAN NT
(a) La foorme neutree ce apparaîît souvent rééduite à c’enn combinaison avec less verbes êtree et avoir
commennçant par unee voyelle et devant
d le pronnom en: c’esst bien, c’étaiit chouette, çç’aurait été diifficile, ç’a
été un hoomme comm me il faut, c’enn est trop, etcc.
(b) La foorme ce peutt apparaître seule dans des d construcctions commee: ce faisant,, ce disant, sur s ce, et
ce, pourr ce faire, etcc.: Le député a retiré des sommes exxorbitantes ett ce, avec l’aaval du directteur de la
banque. Sur ce, il nous quitta.
(c) Danss la construcction démonsstrative c’est, on peut faaire l’accord du verbe être soit avecc le sujet
grammattical (ce), soiit avec le sujeet réel: C’estt mes amis / ce sont mes amis.
(d) C’estt suivi d’un prronom relatiff ou de la connjonction quee forme les présentatifs c’est ...qui, c’eest ... que
dont le rôôle est de meettre en vedeette n’importee quelle partiie de la phrase sauf le prrédicat: C’estt Jean qui
m’a dit cela.
c C’est avvec elle / aveec la femme que q j’appréciie le plus quee je suis sortti. C’est (ce sont)
s mes
collègues qui m’ont proposé
p une telle affaire. C’est avec lees meilleuress intentions ddu monde quue je vous
ai propossé de participper à notre rééunion. C’estt poliment quu’il vous répondra, et non autrement.

Les pron noms relatiffs


Le pronoom relatif remmplace un nom ou un auutre type de pronom apppelé antécéddent. Celui-ci apparaît
dans la proposition précédente,
p tandis que le
l pronom reelatif introduiit la proposittion suivantee appelée
relative, dont le rôle est de commpléter, de développer, d’éclaircir
d l’anntécédent: EEst-ce que tuu connais
l’hommee qui m’a cherché ce matin ?
Il arrive que
q l’antécéddent ne soit pas
p explicitem ment expriméé dans la phrase (celui, eetc.), cela vaut surtout
pour les proverbes à valeur générique, indéfinnie: Qui sèmee le vent récoolte la tempêête.
- Les forrmes simplees des relatifss sont les suivantes: qui, que, dont, où;
o
- Les forrmes compo osées:
 Maasculin : leqquel, lesquelss, duquel, deesquels, auquuel, auxquelss;
 Fééminin : laquuelle, lesquelles, de laqueelle, desquelles, à laquellee, auxquelless;
- Les reelatifs indéfiinis ont les formes suivaantes: quiconnque, qui quue, qui que cce soit qui, quoiq que.
Quelquees exemples: Quiconque s’oppose à ce c projet serra mal vu par les autres. Qui que vouus soyez,
vous ne pourrez pas entrer chez le directeur. Je n’accepteerai pas cettee proposition, quoi que tuu dises ou
quoi quee tu fasses.

IMPORTAN NT
Sans avooir de genre explicite, les relatifs l’emppruntent à leur antécédennt:
Les filless que tu as vuues sont mess étudiantes. (f)
Les garççons que tu asa aperçus daans la rue soont les fils de ma voisine. (m)
Peux-tu prévoir les coonséquencess de ce à quooi tu t’engagees ? (n)

QUI Qui a la fonction de d sujet. Quii dort dîne.


QUE Que apparaît le plusp souventt en position de complém ment d’objet direct (Le livvre que je
t’ai prêté est très intéressant)) et plus rareement en fonnction d’attribbut du sujet (Le
( traître
qu’il est a tout diit au professseur), ou de complémentt circonstancciel de tempss (Ça fait
trois jours
j qu’il esst parti).
QUOI Quoii s’emploie avec
a des anttécédents coomme rien, ce,c cela: Il nn’est rien à quoi
q il ne
s’opppose. Il figuree égalementt dans des expressions
e t
toutes faites: faute de quoi, sans
quoi, moyennantt quoi, c’est à quoi, surr quoi, comm me quoi, etcc.: Elle doit travailler
d’arraache-pied, saans quoi son chef lui fait d’amers
d reprroches.
   

671
MIHAELA LUPU

DONT Dont a la fonctionn de complém ment (du nom m, de l’adjecctif, d’agent, dd’objet indireect, divers
circonstanciels):
C’estt un honneurr dont vous me m semblez digne
d (compléément de l’addjectif digne)).
Le cancer
c dont il est mortt a suscité l’intérêt des spécialistees du mondde entier
(commplément circonstanciel dee cause: il esst mort d’un cancer).
c
Ce fuut une mésaaventure donnt il se souvvient aujourdd’hui encore (complémennt d’objet
indireect).
OÙ Où a comme anntécédent unn nom de chose indiquaant les circoonstances loocales ou
tempporelles (parfoois aussi l’étaat).
La ville où (= dans laquelle) il est né est unn important centre
c commercial de la réégion.
Il a plu
p sans cessse le jour où (= pendant leequel) tu as quitté
q Genèvve. Tu te rapppelles cet
o il a fait extrêmement chhaud, n’est-cce pas ?
été où
Je nee peux pas m’occuper
m de ces affaires dans l’état où
o je suis.
LEQUEL
L Lequuel connaît dees formes noormales et coontractées (avvec les prépoositions de et à).
Ces pronoms relatifs s’emploient en corrélation aveec un nom de chose ett ils sont
précéédés d’une préposition:
p L moyens par lesquelss il a essayéé de me disssuader ne
Les
sont pas très honnêtes. La sincérité
s aveec laquelle il m’a parlé m m’a émue. Lees efforts
grâcee auxquels il a réussi sonnt louables.
On emploie égaleement lequel (et ses variaantes) à la place du relatiff qui afin de lever une
ambiguïté: J’ai crooisé la sœur de l’avocat, lequel m’a beaucoup
b aidé.

IMPORTAN NT
On emplloie un relatif composé à la place dee dont dans des
d construcctions où il y a un compléément du
nom qui est à son toour complément indirect: Veillez au bonheur
b de ce
c peuple, dee l’avenir duqquel vous
êtes direectement respponsable.

(d) L pronom
Les ms interrogattifs
Les pronnoms interroggatifs s’emplloient dans des
d interrogaations directees et indirecttes: Qui est venu
v à la
réunion ? De quoi s’aagit-il ? Je mee demande qui
q aurait pu faire cette reemarque désobligeante.
Les form
mes normalees (simples et e composées) du pronoom interrogattif sont les suuivantes:
Formess simples Foormes compoosées
qui ? (m
m., f. sg.) leq
quel, duquel, auquel (m.sg.)
qui ? (ppl., rare) laq
quelle, de laaquelle, à laqquelle (f.sg.)
quoi ? que ? (n., interrogative directe)
d lessquels, desq quels, auxquuels (m.pl.)
ce qui, ce que (n., interrogative indirecte) lessquelles, deesquelles, auuxquelles (f.pl.)

Les form
mes d’insistaance sont less suivantes:
Personnes Chosses
qui estt-ce qui ? qu’esst-ce qui ?
qui estt-ce que ? qu’esst-ce que ?
lequel est-ce qui ? de qu
uoi est-ce que ?, etc.

Quelquees exemples en interrogattion directe / indirecte. Remarquez l’oordre sujet – prédicat et l’absence
l
de point d’interrogatioon dans l’inteerrogation inddirecte:
(a) QUI:
Q est à l’apppareil ? / Jee demande qui
Qui q est à l’apppareil.
Q es-tu ? / Je veux savvoir qui tu es.
Qui
Q entendraa-t-on commee témoin ? / Je
Qui J ne sais quui on entendrra comme tém
moin.

672
 
LIMBA FRANCEZĂ

A qui doit-on s’adresser ? / Je veux savoir à qui on doit s’adresser.


Par qui fut-elle torturée dans la cellule ? / Je demande par qui elle fut torturée dans la cellule.
Avec qui est-elle sortie ? / J’ignore avec qui elle est sortie.
(b) QUE. Remarquez l’apparition de ce que, ce qui dans l’interrogative indirecte, selon la fonction
syntaxique (complément d’objet direct, attribut ou circonstanciel pour ce que, sujet pour ce qui).
Que me voulez-vous ? / Dites-moi ce que vous me voulez.
Qu’est-elle devenue ? / Je me demande ce qu’elle est devenue.
Que coûte cet agenda ? / Je demande ce que coûte cet agenda.
Que se passe-t-il ici ? / Dites-moi ce qui se passe ici.
(c) QUOI remplit la fonction de sujet (dans ce cas, on aura ce que dans l’interrogative indirecte) ou de
divers types de compléments.
Quoi d’intéressant ? / Je demande ce qu’il y a d’intéressant.
Quoi faire ? / Je ne sais quoi faire.
A quoi cela mènera-t-il ? / Je me demande à quoi cela mènera.
(d) LEQUEL et ses variantes contractées restent inchangés dans le passage de l’interrogative directe à
l’interrogative indirecte:
Lequel d’entre vous veut répondre le premier ? / Je demande lequel d’entre vous veut répondre
le premier.
Auquel des deux hommes avez-vous fait cet aveu ? / Je ne sais auquel des deux hommes vous
avez fait cet aveu.
Par lequel des deux policiers avez-vous été frappé ? / Je vous demande par lequel des deux
policiers vous avez été frappé.
Duquel de ces romans préférez-vous le style ? / Je ne sais duquel de ces romans vous préférez
le style.
(e) Les pronoms indéfinis
Ces pronoms ont trois genres: masculin, féminin et neutre. Certains ont un seul nombre, soit le singulier
(quiconque, personne, rien), soit le pluriel (plusieurs), d’autres en ont les deux (tout / tous).
Les formes des pronoms indéfinis sont les suivantes:
- aucun(e), nul(le), personne ;
- certain(e)s, plus d’un(e), plusieurs ;
- l’un(e), l’autre, un(e) autre, autrui ;
- on, quelqu’un(e), quelques-un(e)s, chacun(e) ;
- tel, telle, tels, telles, le même, la même, les mêmes, tout, toute, tous, toutes ;
- quiconque ;
- rien, n’importe qui, je ne sais qui, n’importe quoi, je ne sais quoi, quelque chose.
Les pronoms indéfinis peuvent remplir toutes les fonctions du nom: sujet, complément, etc. Quelques
exemples:
Nul n’est censé ignorer la loi. (sujet)
Il se confessait à n’importe qui. (objet indirect)
N’importe qui pourrait entrer. (sujet)
Donnez à chacun selon son mérite. (complément d’attribution)
Il n’a rien dit. (objet direct)
Ce n’est la faute de personne. (complément du nom)
Tu n’es comparable à personne. (complément de l’adjectif)
Tel est pris qui croyait prendre (sujet); (proverbe)
Telle est ma décision et telle elle restera. (attribut du sujet).
Il n’est aimé de personne. (complément d’agent)

673