Sunteți pe pagina 1din 93

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Intérieur, des Collectivités Locales


et de l’Aménagement du Territoire

Direction Générale de la Protection Civile

Projet
Règlement du Service Opérationnel (R.S.O.)
de la Protection Civile

Mars 2019
SOMMAIRE
CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES _____________________________________9
CHAPITRE II : DISCIPLINE GENERALE________________________________________10
Titre 1 : Règles de la hiérarchie et du commandement ______________________10
1.1 L’autorité ________________________________________________________________________ 10
1.2 Le grade _________________________________________________________________________ 10
1.3 L’ancienneté _____________________________________________________________________ 10

Titre 2 : Hiérarchie des grades __________________________________________10


1.4 Hiérarchie générale des grades des officiers___________________________________________ 10
1.4.1 Officiers supérieurs _____________________________________________________________________ 10
1.4.2 Officiers subalternes ____________________________________________________________________ 11
1.5 Hiérarchie générale des grades des sous officiers ______________________________________ 11
1.6 Hiérarchie générale des grades des hommes de troupe _________________________________ 11
1.6.1 Stagiaires _____________________________________________________________________________ 11

Titre 3 : Appellations __________________________________________________11


1.7 Pour les officiers _________________________________________________________________ 11
1.8 Pour les sous officiers et caporaux __________________________________________________ 11
CHAPITRE III : REGLES DU COMMANDEMENT ET DE LA
SUBORDINATION ____________________________________________________13
Titre 1 : Commandement et subordination ________________________________13
Titre 2 : Continuité du commandement __________________________________13
Titre 3 : Commandement opérationnel ___________________________________13
Titre 4 : Permanence du commandement _________________________________14
Titre 5 : Commandement au niveau de la Wilaya __________________________14
Titre 6 : Commandement des unités______________________________________14
1. Commandant de l’unité principale ______________________________________________________ 14
1.1. Désignation _____________________________________________________________________________ 15
1.2. Attributions et missions ___________________________________________________________________ 15
1.3. Commandement de la garde opérationnelle __________________________________________ 16
1.3.1. Généralités ____________________________________________________________________________ 16
1.3.2. Attributions et missions _________________________________________________________________ 16
1.3.2.1. L’Officier de garde ___________________________________________________________________ 16
1.3.2.2. Le Sous Officier de garde ______________________________________________________________ 17
1.3.2.3. Le gradé chef d’agrès _________________________________________________________________ 18
1.4. Le commandant des opérations des secours __________________________________________ 19
1.4.1. Au niveau central _______________________________________________________________________ 19
1.4.2. Au niveau de la Wilaya __________________________________________________________________ 20

Titre 7 : Composition de l’Etat major national et de l’Etat-major de Wilaya ___20


1. L’Etat major national _______________________________________________________________ 20

2
2. L’Etat major de la Wilaya ___________________________________________________________ 20

Titre 8 : L’équipe ______________________________________________________21


Titre 9 : Devoirs et mission du conducteur ________________________________21
1. Au niveau de la structure de rattachement _____________________________________________ 22
 Les parties hydrauliques _____________________________________________________________________ 22
 Les parties mécaniques ______________________________________________________________________ 22
2. En cours d’intervention _____________________________________________________________ 22
3. Au retour à l’Unité _________________________________________________________________ 23

Titre 10 : L’équipage normalisé des ambulances et des engins d’incendie ______23


1. L’équipage normalisé des ambulances _________________________________________________ 24
1.1. L’ambulance médicalisée __________________________________________________________________ 24
1.2. L’ambulance sanitaire _____________________________________________________________________ 24
2. L’équipage normalisé des engins d’incendie ____________________________________________ 24

Titre 11 : L’utilisation des véhicules opérationnels _________________________24


Titre 12 : Le préposé aux liaisons opérationnelles _________________________24
Titre 13 : Normalisation et codification des départs ________________________25
Titre 14 : Collecte de l’information opérationnelle _________________________25
CHAPITRE IV : DROITS ETDEVOIRS GENERAUX DES AGENTS DE LA PROTECTION CIVILE _27

Titre 1 : Devoirs généraux ______________________________________________27


1.1. En sa qualité de citoyen ___________________________________________________________ 27
1.2. En sa qualité de fonctionnaire de la Protection Civile __________________________________ 27
1.3. En sa qualité de chargé d’une fonction dans son unité __________________________________ 27
2. Supérieurs et subalternes ____________________________________________________________ 27
3. Chef et subordonné _________________________________________________________________ 28

Titre 2 : Devoirs et responsabilités des chefs ______________________________28


Titre 3 : Devoirs et responsabilités des subordonnés _______________________29
3.1. Règles de bonne conduite _________________________________________________________ 29
3.2. Attitude à l’extérieur _____________________________________________________________ 30

CHAPITRE V : LES UNITES DE PROTECTION CIVILE ___________________31


Titre 1 : Les unités fixes ________________________________________________31
1.1. Principes d’Organisation __________________________________________________________ 31
1.2. Classification ____________________________________________________________________ 31
1.3. Missions ________________________________________________________________________ 32

Titre 2 : Dispositions communes aux unités de la Protection Civile ___________33


Titre 3 : Les équipes spécialisées__________________________________________________________ 33
3.1. Le Groupement Aérien ____________________________________________________________________ 33
3.2. Les Brigades Cynophiles ___________________________________________________________________ 33

3
3.3. Les Groupes d’Intervention en Milieux Périlleux (GRIMP) ____________________________________ 34
3.4. Les sauveteurs aquatiques et subaquatiques (plongeurs et sauveteurs en surface) __________________ 34
3.5. Le groupe d’intervention en cas d’accident Nucléaire, Radiologique, Bactériologique ou Chimique
(NRBC) ________________________________________________________________________________________ 35

Titre 4 : Les unités mobiles de la Protection Civile. ________________________35


4.1. Les Colonnes Mobiles de lutte contre les incendies de forêts, de récoltes et de palmeraies ___ 35
4.2. Les Détachement de Renfort, de Première Intervention ________________________________ 35

Titre 5 : Les postes de secours pour la surveillance de plages et des baignades _36
Titre 6 : Mode de fonctionnement des Unités d’intervention et régime de travail
de son personnel. ______________________________________________________37
Titre 7 : Le pavoisement des unités de la Protection Civile __________________38
Titre 8 : Célébration des fêtes et des cérémonies ___________________________38
CHAPITRE VI : DOCUMENTS OPERATIONNELS, REGISTRES ET
SUPPORTS CARTOGRAPHIQUES DE L’UNITE _________________________39
Titre 1 : Les documents et registres de l’unité _____________________________39
1. Les documents opérationnels quotidiens _______________________________________________ 39
1.1. La feuille d’appel journalière________________________________________________________________ 39
1.2. La feuille de service opérationnel ___________________________________________________________ 39
1.3. Le tableau de garde des Officiers et Sous-officiers ____________________________________________ 40
1.4. La fiche d’essai quotidienne du chef d’agrès __________________________________________________ 40
1.5. La fiche d’appel de secours _________________________________________________________________ 40
1.6. Le Bulletin de renseignement quotidien (B.R.Q.) ______________________________________________ 41
2. Les rapports d’intervention __________________________________________________________ 41
2.1. Le rapport technique ______________________________________________________________________ 41
2.2. Le rapport général d’incendie ; ou le rapport d’opération _______________________________________ 42
2.3. Le rapport de sortie d’ambulance ___________________________________________________________ 42
2.4. Le rapport de sortie sans intervention _______________________________________________________ 42
2.5. Le rapport d’assistance aux asphyxiés _______________________________________________________ 42
3. Les registres de l’unité ______________________________________________________________ 42

Titre 2 : Les supports cartographiques et numériques ______________________43


CHAPITRE VII : LES CENTRES DE COORDINATION DES OPERATIONS _44
Titre 1 : Le Centre National de Coordination (CENAC) _____________________44
1. Localisation, composition et mode de fonctionnement ___________________________________ 44
1.1. Localisation _____________________________________________________________________________ 44
1.2. Composition _____________________________________________________________________________ 44
1.3. Mode de fonctionnement __________________________________________________________________ 44
1.4. Missions du CENAC ______________________________________________________________ 45

Titre 2 : Le Centre de Coordination Opérationnel de la Wilaya (CCO) ________45


2.1. Généralités ______________________________________________________________________ 45
2.2. Dispositions communes à tous les CCO des Wilayas ___________________________________ 45
2.2.1. Localisation ___________________________________________________________________________ 45
2.2.2. Organisation et fonctionnement __________________________________________________________ 45
2.2.3. Missions du CCO _______________________________________________________________________ 45
2.2.4. Composition de l’effectif du C.C.O ________________________________________________________ 46
4
2.3. Définitions des taches du personnel exerçant au niveau du CCO _________________________ 46
2.4. Rôle du chef du CCO _____________________________________________________________ 46
2.5. Rôle de l’officier de permanence de la Wilaya _________________________________________ 47
2.6. Rôle de l’officier chef de Brigade ____________________________________________________ 47
2.7. Rôle de l’exploitant de la messagerie (fax, messagerie électronique et autres) _____________ 48
2.8. Rôle des réceptionnistes des appels d’urgence ________________________________________ 48
2.9. Rôle des opérateurs radio __________________________________________________________ 48
2.10. Rôle de l’agent assurant le secrétariat au CCO ______________________________________ 49

Titre 3 : Exploitation et Gestion des documents du CCO ___________________49


L’ensemble de ces documents sont également disponibles au format numérique,
sous forme d’une application informatique afin de faciliter leurs exploitations en
cas de besoin__________________________________________________________49
CHAPITRE VIII : FORMATION, INSTRUCTION, MANŒUVRES ET EDUCATION PHYSIQUE ___50
Titre 1 : Formation et instruction________________________________________50
Titre 2 : Les manœuvres ________________________________________________51
Titre 3 : L’éducation physique ___________________________________________52
Titre 4 : L’emploi du temps quotidien ____________________________________52
Titre 5 : La bibliothèque _______________________________________________53
CHAPITRE IX : TENUES, UNIFORMES ET EQUIPEMENTS DE
PROTECTION ________________________________________________________54
Titre 1 : Tenues et uniformes ___________________________________________54
1.1. Les différentes catégories de tenues des agents de la Protection Civile ___________________ 55
A. Catégorie 1 : Tenues de travail et tenues de cérémonie _________________________________ 55
B. Catégorie 2 : Tenues des éléments appartenant aux unités spécialisées pour interventions
particulières ___________________________________________________________________________ 55
A. Tenues de travail et tenues de cérémonie ______________________________________________________ 56
B. Tenues appartenant aux éléments des unités spécialisées pour interventions particulières ____________ 58
1.2. Tenue d’hiver et tenue d’Eté _______________________________________________________ 60
1.3. Le port de la tenue à l’étranger _____________________________________________________ 60

Titre 2 : Les équipements de protection __________________________________60


CHAPITRE X : LES MARQUES EXTERIEURS DE RESPECT, LA VIE EN
CASERNEMENT ET LES REGLES INDIVIDUELLES DE CONDUITE ______61
Titre 1 : Le salut ______________________________________________________61
Titre 2 : Les rassemblements ____________________________________________62
1.4. Définition et objectifs _____________________________________________________________ 62
1.5. Les différents types de rassemblements ______________________________________________ 62
1.5.1. Les rassemblements de prise de service ____________________________________________________ 62

5
1.5.2. Les rassemblements au cours des interventions _____________________________________________ 63
1.5.3. Les rassemblements inopinés ____________________________________________________________ 63
1.5.4. Les rassemblements partiels _____________________________________________________________ 63
1.5.5. Les rassemblements pour la levée et la récupération des couleurs _____________________________ 64
1.6. Levée des couleurs ________________________________________________________________________ 64
1.7. La récupération des couleurs _______________________________________________________________ 64

Titre 3 : L’ordre serré __________________________________________________65


Titre 4 : L’unité en ordre de marche ______________________________________65
Titre 5 : Le cantonnement ______________________________________________65
Titre 6 : L’hygiène _____________________________________________________66
6.1. L’hygiène en casernement _________________________________________________________ 67
6.1.1. Hygiène collective ______________________________________________________________________ 67
6.1.2. Hygiène individuelle ____________________________________________________________________ 68
6.1.3. Hygiène vestimentaire __________________________________________________________________ 68
6.2. L’hygiène en cantonnement ________________________________________________________ 69
6.2.1. Hygiène collective ______________________________________________________________________ 69
6.2.2. Hygiène individuelle ____________________________________________________________________ 70
6.2.3. Hygiène vestimentaire __________________________________________________________________ 70

Titre 7 : Revue de paquetage ____________________________________________70


7.1. Les revues systématiques __________________________________________________________ 71
7.2. Les revues inopinées ______________________________________________________________ 71

Titre 8 : Information des agents _________________________________________72


Titre 9 : Extinction des lumières_________________________________________72
CHAPITRE XI : SANCTIONS ET RECOMPENSES _______________________73
Titre 1 : Principes généraux ____________________________________________73
Titre 2 : Classement des fautes professionnelles ___________________________74
2.1. Fautes de 1er degré _______________________________________________________________ 74
2.2. Fautes de 2ème degré ______________________________________________________________ 74
2.3. Fautes de 3ème degré ______________________________________________________________ 75
2.4. Fautes de 4ème degré ______________________________________________________________ 76

Titre 3 : Les récompenses ______________________________________________77


CHAPITRE XII : LE CASERNEMENT ___________________________________78
Généralités __________________________________________________________78
Titre 1 : les services du casernement _____________________________________78
1.1. Les Services de la garde____________________________________________________________ 78
1.2. Les services techniques ___________________________________________________________ 78
1.3. Les Services Communs ____________________________________________________________ 78

Titre 2 : Attributions du chef de service du casernement ____________________78

6
Titre 3 : Suivi médical des agents, rôle du médecin-chef ____________________79
Titre 4 : Les salles de sports et terrain de manœuvres_______________________79
Titre 5 : Organisation interne du casernement _____________________________80
5.1. Les remises des véhicules d’intervention _____________________________________________ 80
5.2. La réserve d’eau __________________________________________________________________ 81
5.3. L’énergie ________________________________________________________________________ 81
5.3.1. La chaufferie __________________________________________________________________________ 81
5.3.2. Le groupe électrogène ___________________________________________________________________ 81
5.3.3. Station de carburants ___________________________________________________________________ 82
5.4. Magasins et ateliers ______________________________________________________________ 82
5.5. L’ordinaire ______________________________________________________________________ 82
5.6. Chef de chambre _________________________________________________________________ 82
5.7. Coiffeur _________________________________________________________________________ 82
5.8. Le Mess Officiers ________________________________________________________________ 83
5.9. Le Mess Sous-officiers ____________________________________________________________ 83
5.10. Les foyers _____________________________________________________________________ 83

Titre 6 : Accès aux unités et rôle du préposé au poste de police ______________83


CHAPITRE XIII : MESURES EXCEPTIONNELLES _______________________85
Définitions ___________________________________________________________85
Titre 1 : Les réquisitions _______________________________________________85
1.1. Réquisition Générale _____________________________________________________________ 85
1.2. Réquisition Partielle ______________________________________________________________ 85
1.3. Réquisition à Régime Particulier ___________________________________________________ 85

Titre 2 : Dispositions concernant la consigne ______________________________86


Titre 3 : Les récupérations ______________________________________________87
Titre 4 : Participation des volontaires dans les opérations de secours _________87
Titre 5 : Les revendications _____________________________________________87
5.1. Liberté d’expression et liberté d’association __________________________________________ 87
5.2. L’exercice du droit syndical ________________________________________________________ 87

CHAPITRE XIV : DISPOSITIONS PARTICULIERES ______________________89


Titre 1 : Décès en service commandé _____________________________________89
1.1. Honneurs funèbres _______________________________________________________________ 89
1.2. Funérailles ______________________________________________________________________ 89
1.3. Stèle ou plaque commémorative ____________________________________________________ 89

Titre 2 : Transports et transferts particuliers ______________________________89


2.1. Transport des malades mentaux ____________________________________________________ 89

7
2.1.1. Malade mental non agressif ______________________________________________________________ 89
2.1.2. Malade mental agressif __________________________________________________________________ 89
2.2. Le transport des détenus __________________________________________________________ 90

Titre 3 : Ouverture de porte ____________________________________________90


Titre 4 : La sécurité en opération ________________________________________90
Titre 5 : Renforts, ravitaillement et relève des personnels en opération _______91
5.1. Renforts ________________________________________________________________________ 91
5.2. Ravitaillement et relève des personnels en opération __________________________________ 92

Titre 6 : Le retour d’expérience__________________________________________92


CHAPITRE XV : DISPOSITIONS FINALES ______________________________93

8
CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Article 01 : La Protection Civile est un service public, chargé de la sécurité des personnes, des
biens et de l’environnement. Son organisation obéit à des règles de fonctionnement de type
paramilitaire.
Elle repose sur une hiérarchie de grades composée d’officiers, de sous-officiers et hommes de
troupe en activité dans des casernements et autres structures de la Protection Civile. La
mobilisation de l’ensemble du personnel est permanente.

Art. 02 : Compte tenu de la nature particulière de ses servitudes, des risques permanents et des
contraintes exceptionnelles liées à l’exercice de ses missions opérationnelles, la Protection Civile
est un service actif.
Art. 03 : Le règlement du service opérationnel définit l’organisation, le fonctionnement ainsi que
les règles de discipline au niveau de la Protection Civile.
Il s’applique à l’ensemble des agents de la Protection Civile dans l’exercice de leurs fonctions.
Art. 04 : Les agents de la Protection Civile sont astreints à l’obligation de réserve conformément à
la loi (Art. 19 du statut particulier).
Art. 05 : Quelque soit son grade, l’agent de la Protection Civile a le droit, conformément à la loi, à
une protection contre les menaces, outrages, injures ou diffamations dont il peut faire l’objet dans
ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions (art. 38 du statut particulier).
Art. 06 : Les moyens humains et matériels de la Protection Civile ne peuvent en aucun cas être
utilisés en dehors du cadre réglementaire.

9
CHAPITRE II : DISCIPLINE GENERALE

Titre 1 : Règles de la hiérarchie et du commandement :


1.1 L’autorité
Art. 07 : La Protection Civile relève du Ministère chargé de l’intérieur.

1.2 Le grade
Art. 08 : Le grade consacre l’aptitude à exercer des fonctions déterminées. Il confère une
appellation, des prérogatives et comporte des obligations.

Art. 09 : A égalité de grade, l’ordre hiérarchique résulte, sauf dispositions particulières, de


l’ancienneté dans le grade.

Art. 10 : A égalité d’ancienneté dans le grade, l’ordre hiérarchique résulte de l’ancienneté dans le
grade inférieur.

1.3 L’ancienneté :

Art. 11 : L’ancienneté dans le grade est le temps passé en activité de service dans ce grade.

Art. 12 : Le titulaire d’un grade a le droit et le devoir de respecter et de faire respecter, en tout
temps et tous lieux, les règles générales de la discipline par tous les agents qui lui sont inférieurs
dans l’ordre hiérarchique.

Titre 2 : Hiérarchie des grades


Art. 13 : La Protection Civile a une structure hiérarchique. La hiérarchie est l’ordre des grades ; elle
est définie par le statut particulier des fonctionnaires de la Protection civile.

Art. 14 : Les agents de la Protection Civile appartiennent, d’après leurs grades, à l’une des trois
catégories de personnels :
 Officiers,
 Sous officiers,
 Hommes de troupe.

Selon leurs places respectives dans l’ordre hiérarchique, les fonctionnaires de la Protection Civile
ont, les uns par rapport aux autres, la qualité de supérieur ou de subalterne.

1.4 Hiérarchie générale des grades des officiers

Art. 15 : La hiérarchie générale des grades des officiers dans la Protection Civile est rappelée
comme suit :
1.4.1 Officiers supérieurs :
- Colonel ;
10
- Lieutenant Colonel ;
- Commandant.
1.4.2 Officiers subalternes :
- Capitaine ;
- Lieutenant ;
- Sous Lieutenant.

1.5 Hiérarchie générale des grades des sous officiers :

Art. 16 : La hiérarchie générale des grades des sous-officiers dans la Protection Civile est établie
comme suit :
- Adjudant ;
- Sergent.

1.6 Hiérarchie générale des grades des hommes de troupe :

Art. 17 : La hiérarchie générale des grades des hommes de troupe dans la Protection Civile est
définie comme suit :
- Caporal ;
- Sapeur.

1.6.1 Stagiaires :

Art. 18 : Les agents de la Protection Civile des écoles de formation portent, selon le cas, le titre
d’officiers stagiaires, sous officiers stagiaires et sapeurs stagiaires.
Ces appellations ne correspondent pas à des grades.
Les gradés de la Protection Civile en stage auprès d’un établissement de formation de la Protection
Civile (ou autre), quelque soient leurs grades, perdent le droit aux signes extérieurs de respect qui
leurs sont dûs par des subordonnés hiérarchiques d’un grade inférieur, à l’intérieur de cet
établissement.
Titre 3 : Appellations :
Art. 19 : Le subalterne s’adressant verbalement ou par écrit à un supérieur utilise les appellations
réglementaires suivantes :
1.7 Pour les officiers :
- Colonel :……………………….………mon colonel
- Lieutenant colonel :……….…………..mon colonel
- Commandant :………………...……….mon commandant
- Capitaine :……………………..………mon capitaine
- Lieutenant :……………………….…...mon lieutenant
- Sous lieutenant :……………..….….….mon lieutenant
1.8 Pour les sous officiers et caporaux :
- Adjudant :……………….……….mon Adjudant

11
- Sergent :……………………….....sergent
- Caporal :…………………….……caporal
Art. 20 : Le supérieur s’adressant à un subalterne, l’appelle par son grade en ajoutant son nom s’il
le juge à propos. Si le subalterne est isolé, le supérieur peut l’appeler par son nom ou par son grade
conformément aux appellations indiquées au tableau « a » et « b » ci-dessus.

12
CHAPITRE III : REGLES DU COMMANDEMENT ET DE LA SUBORDINATION

Titre 1 : Commandement et subordination.

Art. 21 : Le commandement est l’exercice de l’autorité.

Art. 22 : La subordination est l’état dans lequel se trouve le personnel soumis à l’autorité d’un chef.

Art. 23 : Le commandement et la subordination résultent du grade et des fonctions remplies. Ils


présentent un caractère permanent ou occasionnel.

Art. 24 : Dans l’exercice de leurs fonctions, les agents de la Protection Civile sont subordonnés les
uns aux autres selon l’ordre hiérarchique.

Cette règle peut comporter des exceptions lorsque les agents de la Protection Civile reçoivent
délégation d’autorité pour exercer des fonctions particulières.

Art. 25 : Tout agent de la Protection Civile qui exerce, même provisoirement, une fonction, est
investi de l’autorité et de la responsabilité afférente à cette fonction.

Art. 26 : L’exercice du commandement est notifié par l’autorité supérieure soit par un écrit notifie
à l’agent concerné, soit verbalement pour des actions de courtes durée et ce, dans des situations
particulières laissées à l’appréciation de l’autorité supérieure.

Titre 2 : Continuité du commandement :

Art. 27 :L’exercice du commandement doit être continu.


En cas d’absence du titulaire, le commandement est exercé par le premier des subordonnés selon
l’ordre hiérarchique, si aucun ordre de dévolution particulier n’est prévu. Un tel commandement
est dit « par intérim » ; il s’exerce jusqu’au retour du titulaire ou jusqu’à la prise de fonction d’un
nouveau titulaire.

Art. 28 : Aucun gradé ne peut refuser le commandement par intérim.

Art. 29 : La désignation des intérimaires relève de la compétence du directeur commandant la


Protection Civile de la Wilaya.

Titre 3 : Commandement opérationnel :


Art. 30 : Pour la préparation et l’exécution des missions particulières, des « commandements
opérationnels » peuvent être constitués pour mettre en œuvre des groupements composés de
plusieurs unités ou même de fraction d’unités.

13
Art. 31 : En cas de regroupement en opération d’unités relevant de différents commandements et
coupés de leur chef, l’élément le plus ancien dans le grade le plus élevé prend automatiquement le
commandement de l’ensemble.
Il confirme aux unités leurs missions respectives ou redistribue de nouvelles missions s’il le juge
nécessaire. Il rend compte à sa hiérarchie dès que possible.

Art. 32 : Les informations liées aux événements importants de l’activité opérationnelle doivent
être obligatoirement et immédiatement transmises au centre de coordination opérationnel.

Art. 33 : A la fin de chaque opération importante, un débriefing regroupant l’ensemble des officiers
devra être organisé, sous l’autorité de l’officier commandant les opérations de secours.

Titre 4 : Permanence du commandement


Art. 34 : L’action du commandement doit être permanente.
Art. 35 : Lorsque le titulaire d’un commandement ne peut, directement et personnellement,
prendre tous les actes nécessaires à l’exercice de ce commandement, il désigne l’un de ses
subordonnés pour le suppléer, provisoirement, dans l’accomplissement de tout ou partie de sa
mission.

Titre 5 : Commandement au niveau de la Wilaya :


Art. 36 : Le commandement au niveau de la Wilaya est prévu tel que défini par les statuts des
agents de la Protection Civile.
Art. 37 : L’officier titulaire du commandement peut être requis à tout moment. Il est informé de
tout événement survenant sur le territoire de la Wilaya.
Art. 38 : Dés qu’une opération nécessite la mise en œuvre des moyens de plusieurs unités de
secours, il incombe au Directeur de la Protection Civile de la Wilaya de se rendre sur les lieux du
sinistre, de prendre le commandement des opérations de secours et d’assurer la coordination
entre les différents participants.
Art. 39 : Le Directeur de la Protection Civile de Wilaya est nommé parmi les officiers supérieurs de
la Protection Civile.
Il exerce une fonction supérieure de l’Etat.
Il représente la Protection Civile au niveau de la Wilaya.
Il est également le conseiller technique du Wali dans toutes les questions de sécurité liées aux
missions de Protection Civile.
Titre 6 : Commandement des unités.
1. Commandant de l’unité principale :

Art. 40 : Le commandement d’une unité implique, à la fois, le droit et l’obligation d’exercer


l’autorité sur les personnels constituant cette unité.

14
1.1. Désignation :
Art. 41 : Le commandement d’une unité principale est attribué nominativement à des officiers
remplissant les conditions fixées par le statut des agents de la Protection Civile.
Un arrêté de nomination en cette qualité est pris par l’autorité supérieure ayant pouvoir de
nomination, sur proposition du directeur de la Protection Civile de la Wilaya concernée.
Il est mis fin aux fonctions d’un commandant d’une unité dans les mêmes formes, sur présentation
d’un rapport motivé.
1.2. Attributions et missions :
Art. 42 : Le commandant d’une unité est responsable de l’activité opérationnelle, de la
préservation, de la gestion et de l’utilisation rationnelle des moyens opérationnels. Il veille
également sur l’infrastructure de son unité, notamment l’hygiène des locaux et le fonctionnement
des différentes dépendances.

Art. 43 : Il exercice un pouvoir hiérarchique sur l’ensemble des effectifs de son unité qu’il
maintiendra en condition permanente d’intervention.

Art. 44 : Il assure la mise en œuvre opérationnelle des moyens relevant de son unité.
Art.45 : Il contrôle et coordonne l’emploi des divers moyens opérationnels, étudie la répartition
des secours et assiste le directeur de la protection civile de la wilaya dans la prise de décision,
notamment dans son secteur d’intervention en sa qualité de responsable technique des opérations.

Art. 46 : Il est chargé d’examiner et de contrôler, dans son secteur d’intervention, l’application des
dispositions techniques de protection et de prévention sur les projets de construction et
d’implantation des installations classées, établissements recevant du public, immeubles à usage
d’habitations, immeubles de grande hauteur et d’assurer l’élaboration des différents plans
d’interventions conformément à la réglementation en vigueur.

Art.47 : Le commandant de l’unité principale est responsable, envers le Directeur de la Protection


Civile de la Wilaya et sous son autorité, de l’activité opérationnelle à travers tout le territoire de la
Wilaya.

Art. 48 : Dans le cadre de l’activité opérationnelle, il exerce un pouvoir hiérarchique sur l’ensemble
des chefs des unités de la Protection Civile de la Wilaya.

Art. 49 : Il précède toujours, sauf cas de force majeure, le déplacement du Directeur de la


Protection Civile sur les lieux d’un sinistre important au niveau de la Wilaya.

Art. 50 : Le commandant de l’unité principale doit communiquer, mensuellement et avant sa mise


en œuvre, au CCO et au Chef de Service de la Protection Générale (SPG) la liste nominative de
l’ensemble des officiers de garde de toutes les unités opérationnelles de la Wilaya.

Art. 51 : En cas de remplacement d’un officier de garde pour une raison valable, le Chef de l’unité
Principale doit aviser préalablement le CCO et le SPG.

15
1.3. Commandement de la garde opérationnelle :

1.3.1. Généralités :
Art. 52 : Chaque unité doit obligatoirement avoir au moins un officier de garde permanent par
équipe.
Art. 53 : La garde est assurée effectivement de jour comme de nuit à l’intérieur de la caserne, elle
prend effet tous les jours à partir de 08 heures et prend fin le lendemain à 08 heures.

Art. 54 : Les heures de prise et de fin de la garde peuvent être modifiées par note de service, selon
les circonstances (mois sacré du ramadhan, spécificité d’une région ou d’une localité).

1.3.2. Attributions et missions :


1.3.2.1. L’Officier de garde :

Art. 55 : Selon le tableau de service arrêté par le chef d’unité, l’officier de garde est responsable de
l’activité opérationnelle sous l’autorité de l’officier commandant l’unité ; il doit être revêtu
obligatoirement de la tenue de travail réglementaire durant toute la durée de sa prise de garde ;

Art. 56 : En sa qualité de premier commandant des opérations de secours, l’officier de garde se


déplace pour toute intervention qu’il juge importante, lorsque son unité est appelée en premier
appel ;

Art. 57 : L’officier de garde est secondé, si nécessaire, par un ou plusieurs officiers adjoints et/ou
par un ou plusieurs sous-officiers ;

Art. 58 : L’officier de garde est chargé en outre :


- De veiller à la discipline générale et à la propreté des différents locaux de l’unité et des
moyens opérationnels ;
- S’assurer, conformément aux directives du chef d’unité, de l’exécution des décisions en
l’absence de celui-ci ;
- De faire exécuter les programmes de manœuvres, instructions et de l’éducation physique ;
- De préparer et de mettre en œuvre l’action opérationnelle à engager ;
- Dépêcher, sur les lieux du sinistre, en nombre et en nature, les moyens de secours
nécessaires ;
- D’organiser la logistique sous toutes ses formes, notamment en intervention (repas au
profit de ses éléments, eau, carburant, remplissage des bouteilles ARI et oxygène, etc.) ;
- Rechercher auprès des autres acteurs (services de sécurité et directions techniques ou
autres), l’information complémentaire nécessaire se rapportant à l’activité opérationnelle et
la transmettre sans délai au centre de coordination opérationnel.
- Rendre compte des actions engagées à l’officier de permanence au fur et à mesure de
l’évolution de la situation.

16
- Transmettre au Centre de Coordination Opérationnel, le message final de fin des opérations.
- Veiller au désengagement progressif des moyens de secours engagés ;
- A leur retour à l’unité, les moyens de secours doivent être vérifiés sous l’œil avisé de
l’officier de garde et remis en condition d’intervention (plein de carburant, d’eau, ARI et
autres consommables concernant les ambulances)

Art. 59 : Le remplacement d’un officier de garde par un autre, au cours d’une opération est décidé
par l’officier commandant l’unité à laquelle il appartient.
Art. 60 : Lorsqu’une opération de secours est menée depuis son début par un officier de garde, ce
dernier doit obligatoirement la mener à son terme, sauf décision contraire de sa hiérarchie.
Art. 61 : L’officier de garde doit noter sur le registre de garde, tous les événements, décisions ou
faits quelconques, survenus pendant la durée de la garde.

Art. 62 : Chaque matin, l’officier de garde sortant doit rendre honneur aux couleurs nationales en
présence de son remplaçant et de l’ensemble du personnel des deux équipes, avant de signer
lisiblement le registre de garde et rappeler les événements majeurs à son chef hiérarchique qui
doit contre signer le registre en sa présence.

Art. 63 : Il doit s’assurer de la de la tenue des différents registres et documents de la garde.

Art. 64 : Avant de quitter son unité, l’officier de garde sortant doit rédiger les rapports relatifs à
tous les évènements survenus et les remettre à son chef d’unité.

Art. 65 : L’officier de garde peut être retenu par son chef d’unité pour une durée déterminée. Dans
ce cas, son chef hiérarchique et le CCO doivent être informés sans délai.

1.3.2.2. Le Sous Officier de garde :


Art. 66 : Le sous-officier de garde assiste l’officier de garde dans ses fonctions.
Art. 67 : Chaque sous-officier de garde doit obligatoirement assurer une garde de 24 heures
consécutives au niveau de l’unité selon un tableau de service arrêté par le chef d’unité.

Art. 68 : Le sous-officier de garde est chargé sous l’autorité de l’officier de garde :

- De veiller à la discipline au sein de l’unité.


- De procéder à l’exécution des départs de secours.
- D’effectuer les rassemblements quotidiens.
- De s’assurer que les repas sont distribués en casernement aux heures précisées et
réserver ceux des équipes engagées dans les opérations.
- De veiller à l’entretien quotidien de tous les locaux du casernement.
- De veiller à l’extinction des feux et à la levée des couleurs.
- De s’assurer, pendant toute la durée de sa garde, de la présence et de la répartition des
effectifs relevant de chaque chef d’agrès.
- Assure l’exécution de toutes les instructions qui lui sont données par l’officier de garde.

17
- De s’assurer de la tenue des différents registres et documents de la garde.
- De pourvoir au manque des agrès.
- S’assure du bon fonctionnement des moyens matériels et veille sur le maintien en état
d’intervention de tous les moyens.
- Tout manquement devra être signalé sans délai à son officier de garde.

Art. 69 : La prise de service, la durée et le changement de la garde s’effectuent dans les mêmes
conditions que celles prévues pour l’officier de garde.

Art. 70 : Lorsque l’officier de garde est indisponible pour toute raison, notamment lorsqu’il est
engagé en intervention, l’officier adjoint ou le sous-officier de garde assure l’intégralité des
responsabilités dévolues à l’officier de garde.

Il doit rendre compte immédiatement à celui-ci ou à défaut à son chef d’unité, des principaux
événements survenus en l’absence de l’officier de garde.
1.3.2.3. Le gradé chef d’agrès :

Art. 71 : Chaque départ de secours est placé sous le commandement d’un gradé chef d’agrès.
Art. 72 : La fonction de chef d’agrès est exercée par un officier ou un sous-officier durant toute la
durée de son service. Elle prend fin avec la relève de la garde.

Art. 73 : La désignation à la qualité de chef d’agrès est prononcée par l’officier de garde selon le
tableau de service quotidien.

Art. 74 : Le chef d’agrès est responsable des opérations de secours, du personnel et du matériel
roulant et non roulant dont il a la charge. Il doit prendre les précautions nécessaires pour
préserver de tout danger potentiel ses éléments et les moyens d’intervention (respect du code de
la route, lieu de stationnement du véhicule de secours en cas d’incendie, d’effondrement ou
d’explosion, etc.).

Art. 75 : A l’arrivée d’un gradé supérieur, ce dernier prend la direction des opérations de secours
et le chef d’agrès présent sur les lieux se met à sa disposition et lui rend compte de la situation.
Le chef d’agrès demeure responsable de la préservation du matériel roulant et non roulant dont il
a la charge.

Art. 76 : En sa qualité de responsable d’un départ de secours, le chef d’agrès doit s’assurer dés la
prise de service, de l’état de fonctionnement du véhicule et du matériel.

Cette vérification est effectuée conformément au tableau des vérifications prévu pour chaque type
d’équipement, avec le concours du conducteur et des autres éléments placés sous son autorité.

Art. 77 : Le chef d’agrès doit s’assurer que toutes les vérifications ont été réellement effectuées.

Il doit rendre compte à la fin de la vérification à l’officier de garde ou au sous-officier de garde de


toute anomalie, panne ou manque de matériel.

18
Art. 78 : Il doit exécuter les manœuvres de garde programmées au tableau de manœuvre.

Art. 79 : Il doit signaler également tout manquement aux règles du port de l’uniforme, définies par
le présent règlement.
Art. 80 : Le chef d’agrès est responsable du départ de son véhicule avec ses effectifs et ses
équipements complets.
Le départ des secours doit intervenir après le déclenchement de la sonnerie de départ dans un
délai maximal :
- d’une (01) minute pendant le jour (période durant laquelle les couleurs sont levées) ;
- deux (02) minutes durant la nuit (de la tombée du soleil jusqu’à la levée du jour).

Art. 81 : Lorsqu’un ou plusieurs sapeurs formant la/ou les équipes est /ou sont en absence ou en
retard au départ, le chef d’agrès doit respecter les délais impartis pour la sortie des secours et
ordonner le départ sans attendre le ou les sapeurs absents.

Dans tous les cas, il doit organiser les équipes en fonction des absences constatées et en informer le
CCO.

Art. 82 : Au retour de l’intervention, le chef d’agrès doit signaler verbalement les absences au sous-
officier de garde, puis les consigner par écrit dans le rapport d’intervention.

Art. 83 : Il doit en outre rédiger et signer le rapport d’intervention qu’il doit remettre à l’officier de
garde. Seul le rapport d’intervention signé, fait foi de l’opération effectuée.

Cette obligation ne dispense pas d’informer l’officier de garde par voie radiophonique ou par
téléphone en cours d’opération.

Art. 84 : Lorsqu’en cours d’opération, le chef d’agrès se met à la disposition d’un gradé supérieur,
la rédaction du rapport d’intervention revient à la charge de ce dernier.

Art. 85 : Lorsqu’en cours de sinistre, des vies humaines sont menacées, la priorité est accordée aux
opérations de sauvetage de personnes, conformément aux règles fixant la conduite des opérations.

1.4. Le commandant des opérations des secours :

Art. 86 : Le commandement des opérations de secours est attribué par le Directeur Général de la
Protection Civile.

1.4.1. Au niveau central :


Art. 87 : Le commandement des opérations des secours revient par ordre hiérarchique aux
responsables suivants :

- Le Directeur Général de la Protection Civile ;


- Le Directeur de l’organisation et la coordination des secours ;
- Le sous Directeur des opérations ;
- Toute autre personne désignée par le Directeur Général de la Protection Civile.

19
1.4.2. Au niveau de la Wilaya :

Art. 88 : Le commandement des opérations des secours revient par ordre hiérarchique aux
responsables suivants :

- Le Directeur commandant la Protection Civile de la Wilaya ;

- Le Chef d’Unité Principale ;


- Le Chef de Service de la Protection Générale ;
- Toute autre personne désignée par le Directeur commandant la Protection Civile de Wilaya.

Titre 7 : Composition de l’Etat major national et de l’Etat-major de Wilaya.

1. L’Etat major national :

Art. 89 : l’Etat-major national de la Protection Civile est composé des personnes suivantes :

1. Le Directeur Général de la Protection Civile, Commandant en-Chef.


2. L’Inspecteur Général ;
3. Le Directeur de l’Organisation et de la Coordination des Secours
4. Le Directeur des Personnels et de la Formation ;
5. Le Directeur de la Prévention ;
6. Le Directeur de la Logistique et des Infrastructures ;
7. Le Sous Directeur des Opérations ;
8. Le sous Directeur des Secours Médicalisés ;
9. Le Sous Directeur de la Planification Opérationnelle ;
10. Le Sous Directeur des Liaisons et Communications Opérationnelles ;
11. Le Commandant de l’Unité Nationale d’Instruction et d’Intervention ;
12. le chef du centre national de coordination (CENAC) ;
13. Toute autre personne désignée par le Directeur Général de la Protection Civile.

2. L’Etat major de la Wilaya :

Art. 90 : L’Etat-major de la Protection Civile au niveau de la Wilaya est composé des personnes
suivants :

- Le Directeur de la Protection Civile, Commandant en-chef ;


- Le Chef de Service de Protection Générale ;
- Le Chef de Service de l’Administration et de la Logistique ;
- Le Chef de Service de la Prévention ;
- Le Chef d’Unité Principale ;
- Le chef du Centre de Coordination Opérationnel (CCO) ;
- Toute autre personne désignée par le Directeur de la Protection Civile.

20
Titre 8 : L’équipe.
Art. 91 : L’équipe est la formation opérationnelle de base de l’unité de la Protection Civile.
Art. 92 : L’équipe comprend :
- Le Chef ;
- Le Sous Chef ;
- Le Servant.

Art.93 : Le chef d’équipe est désigné parmi les sous-officiers de la Protection Civile.

Art. 94 : Les fonctions de sous-chef et servant sont assumées par les caporaux et les sapeurs de la
Protection Civile.
Art. 95 : L’équipe est constituée quotidiennement par l’officier de garde.

Art. 96 : L’affectation des équipes est répartie par la feuille de service, cosignée par l’officier de
garde et le chef d’unité concernée.

Art. 97 : L’équipe exerce sa mission sous l’autorité du chef d’agrès.

Art. 98 : Aucun changement ou transfert d’équipe ne peut être effectué sans l’autorisation du chef
d’unité.

Art. 99 : Aucun agent ne peut changer d’équipe ni de fonction sans autorisation du chef d’unité.
Art. 100 : Chaque agent ou gradé opérationnel de l’unité doit figurer dans une équipe.

Art. 101 : Chaque équipe doit obligatoirement recevoir une mission précise dans l’organisation
des secours.

Art. 102 : Lorsque les membres d’une équipe sont affectés au départ de secours, ils doivent être
constamment revêtus de la tenue d’intervention qui sera complétée, au moment de leur sortie, de
la veste de cuir ou parka et du casque de protection.

Art. 103: Les éléments d’une équipe effectuent, à leur poste d’affectation, chacun en ce qui le
concerne, les manœuvres prévues par le règlement de manœuvre.

Art. 104 : Une garde est constituée par l’ensemble des équipes.

Titre 9 : Devoirs et mission du conducteur.


Art. 105 : Le conducteur est responsable du véhicule ou de l’engin dans lequel il est affecté.

Art. 106 : La conduite de véhicules, engins de secours, véhicules utilitaires, et véhicules de


servitudes est réservée aux agents, aux caporaux, aux sous-officiers.

Art. 107 : La sélection des conducteurs doit être minutieuse, afin de préserver le parc roulant.

Art. 108 : Le conducteur des véhicules d’incendie et des véhicules spéciaux d’intervention doit
avoir une connaissance parfaite des aspects suivants :

- Des règles et précautions particulières de conduite à observer,


21
- Des entretiens périodiques nécessaires ;
- Du fonctionnement de la motopompe et des précautions à prendre pour sa préservation ;

Art. 109 : La conduite des véhicules par les officier est strictement interdite sauf en cas de force
majeurs.

Art. 110 : L’affectation du personnel aux véhicules est décidée par le chef d’unité, en fonction des
qualifications de chacun d’eux.

Art. 111 : Le conducteur est responsable :


1. Au niveau de la structure de rattachement :
- Du bon état de fonctionnement du véhicule ou engin d’incendie, conformément aux règles
techniques d’entretien de manœuvres des véhicules et engins de la Protection Civile.
- Cette vérification concerne :
 Les parties hydrauliques :
- Pompe, Vanne, Robinets de Vanne, Tonne (Jauge), manomètres, niveau d’eau, etc.

 Les parties mécaniques :


- Moteur (Huile – eau – carburant).
- Batteries d’accumulateurs ;
- Installation électrique (feux de signalisation et autres) ;
- Dispositif de freinage ;
- Pneus et roue de secours ;
- Signaux d’alarme lumineux et sonores ;
- Tôlerie ;
- etc.
2. En cours d’intervention :

Art. 112 : Aussitôt le déclenchement de la sonnerie correspondante, le conducteur doit :


- Se rendre immédiatement à son véhicule, mettre en marche le moteur et actionne les
signaux prioritaires lumineux du véhicule.
- Il attend le chef d’agrès qui, seul, décide du départ.
- A l’extérieur des casernements, le chef d’agrès est responsable de la mise en œuvre des
signaux sonores du véhicule.
- L’usage des avertisseurs sonores est proscrit de nuit.
- L’itinéraire entre l’unité et le lieu du sinistre est décidé par le chef d’agrès, en concertation
avec le CCO.
- Les infractions au code de la route engagent la responsabilité du conducteur du véhicule
et celle du chef d’agrès dans le cas où celui-ci donne l’ordre de passer outre au code de la
route, ou lorsqu’il laisse le conducteur passer outre le code de la route sans le rappeler à
l’ordre, notamment en informant le CCO.
22
- Dans le cas où la responsabilité de passer outre le code de la route s’avère partagée, l es
dommages matérielles causés au véhicule ou à l’engin d’incendie seront supportés
conjointement par le conducteur et le chef d’agrès.
Il demeure bien entendu que les mis en cause n’échapperont pas aux sanctions
administratives prévues par la réglementation en vigueur ;
- A l’arrivée sur les lieux du sinistre, le conducteur est tenu de respecter scrupuleusement
les ordres du chef d’agrès.
Selon la manœuvre décidée, il exécute les taches propres du conducteur tel qu’elles sont
prévues dans le règlement de manœuvre.
- Il ne doit en aucun cas abandonner ou s’éloigner de son véhicule ou engin pendant toute la
durée des opérations.
- Le conducteur doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour orienter son véhicule
de sorte à prévoir dans tous les cas son évacuation immédiate en cas de danger.
- Le retour d’intervention doit être effectué par le trajet le plus court en respectant
scrupuleusement le code de la route, sans que soient utilisés les signaux sonores et
lumineux de priorité, sauf cas exceptionnel.
- A la fin des opérations, le remplissage de la tonne doit être effectué immédiatement, si le
cas le permet, sans attendre l’arrivée à l’unité.
- En cours de route, le respect du code de la route est obligatoire, ceci est valable pour les
chefs d’agrès comme pour les conducteurs.

3. Au retour à l’Unité :
Art. 113 : Au retour de l’intervention, le conducteur doit s’acquitter des tâches suivantes :
- Le véhicule et les matériels doivent être immédiatement remis en condition de départ des
secours.
- Le conducteur doit signaler à son chef d’agrès toute panne, anomalie, ou perte de matériels.
- Il veille au remplacement de tous les agrès endommagés ou perdus
- Il note sur le carnet de bord du véhicule, avec le concours de ou des équipes désignées par le
chef d’agrès, tous les renseignements prévus.
- Il procède au nettoyage général du véhicule avec le concours des éléments désignés par le chef
d’agrès

Art. 114 : Les présentes dispositions doivent être impérativement affichées à l’intérieur de chaque
véhicule.
Il appartient à chaque officier de garde de veiller au respect et à l’application de ces directives.

Titre 10 : L’équipage normalisé des ambulances et des engins d’incendie.

23
1. L’équipage normalisé des ambulances :

Art. 115 : Un nombre d’effectif a été fixé et réglementé pour les ambulances médicalisées et les
ambulances sanitaires afin de rentabiliser l’intervention des agents à travers une bonne
répartition des tâches et pour mieux préserver les ambulances des pannes causées par une
surcharge.

1.1. L’ambulance médicalisée :

 Un (01) Médecin-officier, responsable de l’équipe ;


 Deux (02) agents brancardiers ;
 Un (01) conducteur.

1.2. L’ambulance sanitaire :

 Un (01) sous officier, à défaut un caporal ;


 Deux (02) agents brancardiers ;
 Un (01) conducteur.

Dans les interventions courantes, cet effectif ne devra en aucun cas être augmenté. Cependant,
pour des missions particulières, le chef d’unité peut renforcer cet effectif par un (01) ou deux agent
au maximum pour accomplir une mission qui requiert un effectif plus important. L’effectif de
l’ambulance redeviendra normalisé dés la fin de la mission en question.

2. L’équipage normalisé des engins d’incendie :

Art. 116 : L’effectif composant l’équipe d’intervention d’un engin d’incendie est fonction du
nombre de places assises tel que défini par le constructeur.

Titre 11 : L’utilisation des véhicules opérationnels :


Art. 117 : Aucun véhicule caserné ne peut quitter son unité pour un autre motif que :
- Une mission de secours,
- La participation à une action de formation,
- Un service de sécurité réalisé selon les modalités de la section 824,
- Une réquisition.

Art. 118 : Le CCO doit être systématiquement informé de toute sortie de véhicule opérationnel en
dehors de sa caserne d'affectation.

Titre 12 : Le préposé aux liaisons opérationnelles :


Art. 119 : Pour les départs d’ambulances médicalisées, le Médecin-officier assure la fonction de
préposé aux liaisons.
Art. 120 : Pour les départs d’ambulances sanitaires, chef d’agrès assure la fonction de préposé
aux liaisons.

24
Art. 121 : Pour les départs de feu, le chef d’agrès assure la fonction de préposé aux liaisons. Il est
responsable de la transmission des messages opérationnels, en cas d’absence d’un officier
commandant les opérations de secours.

Art. 122 : dans le cas d’une opération conjointe (sortie d’une ambulance médicalisée ou sanitaire
et d’un engin d’incendie), le médecin-officier ou le chef d’agrès (pour l’ambulance sanitaire) et le
chef d’agrès de l’engin se chargeront tous les deux de transmettre les messages opérationnels, au
fur et à mesure de l’évolution de la situation.

Art. 123 : La présence d’un officier commandant les opérations de secours lui confère la priorité et
l’obligation de transmettre les messages opérationnels au CCO.
Ce dernier peut déléguer son adjoint pour s’acquitter de cette tâche.

Titre 13 : Normalisation et codification des départs


Art. 124 : La normalisation et la codification des départs sont fixées par le règlement des
manœuvres ;

Toutefois le Directeur de la Protection Civile de la Wilaya, est tenu d’adapter la normalisation en


fonction des moyens d’intervention disponibles dans chacune des unités de sa Wilaya.

Les départs des secours peuvent être codifiés comme suit :

1. Départ général : un (01) coup long de quinze (15) secondes ;


2. Départ pour accident de circulation : un (01) coup long de dix (10) secondes, suivi de trois
coups ;
3. Départ de l’ambulance médicalisée : trois(03) coups ;
4. Départ pour asphyxie : un coup long de 05 secondes, suivis de quatre (04) coups ;
5. Départ ambulance sanitaire : quatre(04) coups.
Titre 14 : Collecte de l’information opérationnelle.
Art. 125 : Pendant le déroulement de l’opération de secours, le chef d’agrès veille à recueillir les
informations sur le sinistre et notamment :
- Confirmation de la nature du sinistre ;
- La cause présumée du sinistre ;
- Le nombre des victimes, leurs sexes, leurs âges, leurs adresses ;
- Dommages matériels provisoires ;
- Problèmes particuliers et évaluations de la situation ;
- Autorités présentes sur les lieux ;
- Moyens engagés (autres que ceux de la Protection Civile) ;
- Ambiance générale sur les lieux de l’intervention (réactions de la population, des proches des
victimes, etc.) ;
- Difficultés particulières rencontrées.

25
Art. 126 : Ces informations doivent être communiquées immédiatement au centre opérationnel et
complétées au fur et à mesure de l’évolution du sinistre et de l’intervention.

Art. 127 : Les sinistres importants et les opérations particulières sont couverts par un agent
photographe.

Les informations données à la presse relèvent exclusivement de l’autorité du Directeur de la


Protection Civile de la Wilaya.

Ce dernier peut autoriser, sous sa responsabilité, l’officier chargé de la cellule de communication


de transmettre les informations à la presse.

Art. 128 : tout agent ayant transmis des informations, des photos relatives aux interventions
(photos des victimes, des dégâts enregistrés, des intervenants, etc.) sans l’aval de son hiérarchie,
notamment le Directeur de la Protection Civile est passible de sanctions administratives sévères.

26
CHAPITRE IV : DROITS ETDEVOIRS GENERAUX DES AGENTS DE LA
PROTECTION CIVILE

Titre 1 : Devoirs généraux.


Art. 129 : L’agent de la Protection Civile doit en tant que :

1.1. En sa qualité de citoyen :


Art. 130 : En tant que citoyen, l’agent de la Protection Civile doit :
- Se conformer aux lois de la république ;
- Servir avec loyauté et dévouement ;
- Honorer le drapeau, notamment lors de son intervention dans un pays étranger ;
- Respecter les traditions nationales ;
- S’interdire tout acte, propos ou attitude contraire aux intérêts et à l’honneur de la nation.

1.2. En sa qualité de fonctionnaire de la Protection Civile :

Art. 131 : En tant que fonctionnaire de la Protection Civile, l’agent de la Protection Civile doit :
- Observer la discipline et règlements ;
- Se comporter avec droiture et dignité ;
- Assurer la protection du secret professionnel ;
- Prendre soins du matériel et des installations appartenant à la protection civile ou placés sous
sa dépendance.
1.3. En sa qualité de chargé d’une fonction dans son unité :

Art. 132 : Chargé d’une fonction dans son unité, l’agent de la Protection Civile doit :
- Apporter un concours sans défaillance à l’autorité ;
- S’instruire pour tenir son poste avec compétence ;
- S’entraîner en vue d’être efficace dans l’action.

2. Supérieurs et subalternes :
Art. 133 : En tant que supérieur ou subalterne, l’agent de la Protection Civile doit :
- Être un exemple pour le subalterne, celui-ci lui doit obéissance et respect. Lors de ses
activités, le supérieur fait preuve d’un état d’esprit où la complémentarité de l’acte
professionnel et la dimension humaine donnent un sens à sa fonction.
- La probité, l’exemplarité, l’humilité, le courage, le dévouement et le respect de son personnel
se reflètent dans sa personne.
- Le sens du service public conduit le supérieur dans son activité de tous les jours, à faire naître,
vivre et pérenniser l’acte d’engagement dans le service. Il est impartial et équitable sur les
décisions à prendre.
- Dans ses actions, il fait don de soi et agit sans discrimination, avec une constante exemplarité,
en s’appuyant sur les valeurs de l’officier.

27
3. Chef et subordonné :

Art. 134 : Tout agent de la Protection Civile doit exercer une fonction précise au sein de
l’organisation de la Protection Civile.
Il est, de ce fait, toujours subordonné à un chef.

Chef et le subordonné ont, à ce titre, des responsabilités et des devoirs particuliers.

Titre 2 : Devoirs et responsabilités des chefs.


Art. 135 : La sauvegarde des personnes, des biens et de l’environnement s’exprime dans le respect
des hommes, de la loyauté, du sens du devoir, de l’assistance et de la solidarité.

Art. 136 : L’autorité dont le chef est investi lui confère le devoir de prendre des décisions et de les
faire appliquer par ses subordonnés. Il traduit ses décisions prises dans le respect des lois et
règlements.

Les ordres doivent être précis et fermes.

Art. 137 : Le chef est responsable des ordres qu’il donne, de leur exécution et de leurs
conséquences.
Lorsqu’il charge l’un de ses subordonnés d’agir en ses lieu et place, sa responsabilité demeure
entière et couvre les actes de ses subordonnés accomplis régulièrement dans le cadre de leurs
fonctions.

Art. 138 : Le chef a le droit et le devoir d’exiger l’obéissance de ses subordonnés ; toutefois, il ne
peut leur ordonner d’accomplir des actes dont l’exécution engagerait leur responsabilité pénale.

Une obéissance parfaite ne peut être obtenue que si le chef exerce son autorité avec compétence,
justice et fermeté.
A l’égard de ses subordonnés, son attitude doit faciliter l’exercice des responsabilités qui leurs
incombent.
Art. 139 : Le chef s’efforce de convaincre en même temps que d’imposer. Il informe ses
subordonnés de ses intentions et le but à atteindre, il oriente leur initiative et obtient leur
participation active à la mission.

Art. 140 : Le chef transmis ses ordres par voie hiérarchique par écrit ou verbalement.

Art. 141: Le chef instruit ses subordonnés ; il contrôle les progrès de ses agents et la valeur des
unités.
Il note ses subordonnés et formule ses appréciations après avoir pris l’avis de leurs supérieurs
directs.
Art. 142 : Le chef témoigne sa satisfaction par des récompenses et réprime les fautes par des
sanctions.
Il est attentif aux conditions matérielles de vie et aux préoccupations personnelles de ceux qui sont
placés sous son autorité.

28
Art. 143 : Il doit encourager l’esprit d’initiative de ses subordonnés et développer en eux le sens
des responsabilités.

Titre 3 : Devoirs et responsabilités des subordonnés.


Art. 144 : L’obéissance est le premier devoir du subordonné. Celui-ci exécute loyalement les
ordres qu’il reçoit. Il est responsable de leur exécution ou des conséquences de leur inexécution.
Art. 145 : Le subordonné à le devoir de rendre compte de l’exécution des ordres reçus.

Art. 146 : Quant le subordonné constate qu’il lui est impossible d’exécuter un ordre, il en rend
compte immédiatement à l’autorité qui l’a donné.

Art. 147 : Le subordonné qui exécuterait un ordre prescrivant l’accomplissement d’un acte illégal
(réprimé par la loi), engagerait pleinement sa responsabilité pénale et disciplinaire.
Si le subordonné croit se trouver en présence d’un tel ordre, il a le droit de faire part à l’autorité qui
l’a donné, en indiquant expressément la signification illégale qu’il attache à l’ordre litigieux.

Si l’ordre est maintenu et si, malgré les explications ou l’interprétation qui lui ont été données le
subordonné persiste dans la contestation, il en réfère avant toute mesure d’exécution, à l’autorité
des échelons supérieurs qu’il a la possibilité de joindre.

Art. 148 : Les officiers, sous-officiers, caporaux et sapeurs opérationnels doivent répondre à tout
appel émanant de leur chef hiérarchique pour participer aux tâches de gestion administratives.

3.1. Règles de bonne conduite :


Art. 149 : Les agents de la Protection Civile, doivent faire montre d’un comportement exemplaire
pendant la durée de leur service et principalement lorsqu’ils sont revêtus de l’uniforme ou de la
tenue.
Art. 150 : Le respect de l’uniforme est une règle et un devoir.
Art. 151 : L’agent de la Protection Civile doit prêter aide et assistance à toute autorité publique
dans l’exercice de ses fonctions.

Art. 152 : L’agent de la Protection Civile doit en toutes circonstances prêter aide et assistance à
une personne en détresse ou en danger.
Art. 153 : Le secret professionnel et l’obligation de réserve doivent être respectés en toutes
circonstances.
Art. 154 : La levée du secret professionnel est toujours décidée par la Direction Générale de la
Protection Civile ou par une décision de justice.
Art. 155 : L’agent en mission administrative dans une autre unité ou structure de la Protection
Civile, Direction Générale de la Protection Civile doit se présenter en tenue réglementaire.
Art. 156 : Le déplacement à la Direction Générale de la Protection Civile est réglementé.
Nul n’a accès à la Direction Générale de la Protection Civile sans une autorisation préalable écrite
de sa hiérarchie.
29
Art. 157 : Aussitôt arrivé à l’unité, l’agent missionnaire doit se présenter au Chef d’unité, à l’Officier
de garde, ou à son adjoint en lui présentant le document qui fait foi de sa mission.

Art. 158 : Les officiers, sous-officiers et agents de la Protection Civile doivent obligatoirement
prêter leurs concours aux agents chargés d’une mission.
Ils doivent réserver un bon accueil aux agents de la Protection Civile de passage.

Art. 159 : Les agents en mission en dehors de la Wilaya d’origine, doivent être signalés par
message officiel à la Direction de la Protection Civile de la Wilaya d’accueil.
L’itinéraire est arrêté sur l’ordre de mission et doit être scrupuleusement respecté.

Art. 160 : L’accès aux Unités par des personnes étrangères à la Protection Civile est interdit, sauf
autorisation expresse du Directeur de la Protection Civile de la Wilaya.

3.2. Attitude à l’extérieur :


Art. 161 : Lorsqu’ils se trouvent à l’extérieur, les agents de la Protection Civile s’attachent à avoir
une attitude correcte et ne jamais se donner en spectacle.

Art. 162 : En intervention, ils ne peuvent se permettre de mettre les mains dans les poches, de
fumer, de déboutonner leurs vêtements et se décoiffer dans la rue.

Art. 163 : La mission incombant à la Protection Civile impose à tous ceux qui ont l’honneur de
porter l’uniforme, une correction de tenue extérieure, une attitude en toute occasion, ne
permettant de donner prise ni à un soupçon, ni à une critique.
Art. 164 : Tous les actes d’un agent de la Protection Civile doivent s’imposer de la haute
conception qu’il a de sa dignité professionnelle.

30
CHAPITRE V : LES UNITES DE PROTECTION CIVILE
(Décret exécutif n° 18-308 du 10 décembre 2018
portant réorganisation des unités de la Protection Civile)

Titre 1 : Les unités fixes.

1.1. Principes d’Organisation :

Art. 165 : La Protection Civile est organisée en unités opérationnelles appartenant à l’un des trois
types suivants :

 Unités fixes ;
 Unités mobiles ;
 Unités spécialisées.

Art. 166 : L’unité est l’organisation de base de la Protection Civile.

Les unités de Protection Civile sont solidaires et complémentaires dans l’accomplissement de leur
action opérationnelle.
Art. 167 : Toute unité fixe de Protection Civile est chargée de la défense d’un secteur
d’intervention défini par arrêté du Wali territorialement compétent et sur proposition du
Directeur de la Protection Civile.

Les unités mobiles et spécialisées sont engagées dans les missions qui leur sont dévolues par voie
réglementaire.

1.2. Classification :

Art.168 : Les unités fixes sont placées sous l'autorité du Directeur de la Protection Civile de la
Wilaya, elles sont les suivantes :

 L'unité principale de catégorie « A » ;

 L'unité principale de catégorie « B » ;

 L'unité secondaire ;
 L'unité marine ;
 L'unité de secteur ;
 Le poste avancé ;
 Le poste de secours routier.

31
1.3. Missions :

Art. 169 : Les missions des unités principales de catégories « A » et B » et l'unité secondaire sont :

 D’assurer les opérations de secours, de sauvetage et d'extinction ;


 D’assurer l'organisation et la coordination opérationnelle entre l'ensemble des unités
d'intervention implantées dans le territoire de leur compétence ;
 D’intervenir en renfort dans le cadre de l'assistance inter-wilayas ou inter-daïras, selon le cas ;
 D’assurer les dispositifs de protection des manifestations, notamment à caractère politique,
économique, cultuel, culturel et sportif ;
 D’assurer les dispositifs de protection des retenues d'eau superficielles et des lacs aménagés et
autorisés pour les activités de sports et loisirs nautiques ;
 D’assurer les tâches de prévention et de prévision dans leur secteur d'intervention ;
 D’assurer l'exécution du programme des manœuvres et exercices journaliers ;
 D’assurer le soutien logistique lié à l'activité opérationnelle et à l'entretien de ses moyens.

Art. 170 : L'unité marine a pour missions notamment :


 D’assurer les opérations de secours, de sauvetage et d'extinction en zone portuaire ;
 De participer aux opérations de recherche et de sauvetage en milieux marin et subaquatique ;
 D’assurer les dispositifs de protection de la surveillance des plages autorisées à la baignade ;
 De participer aux opérations de lutte contre la pollution marine ;
 D’intervenir en renfort dans le cadre de l'assistance inter-unités ;
 D’assurer l'exécution du programme des manœuvres et exercices journaliers ;
 D’assurer le soutien logistique lié à l'activité opérationnelle et à l'entretien de ses moyens.

Art. 171 : L'unité de secteur a pour missions, notamment :


1. D’assurer les opérations de secours, de sauvetage et d'extinction ;
2. D’intervenir en renfort dans le cadre de l’assistance, inter-communes ;
3. D’assurer les dispositifs de protection des manifestations, notamment à caractère politique,
économique, cultuel, culturel et sportif ;
4. D’assurer les dispositifs de protection des retenues d'eau superficielles et des lacs aménagés et
autorisés pour les activités de sports et loisirs nautiques ;
5. D’assurer l'exécution du programme des manœuvres et exercices journaliers ;
6. D’assurer le soutien logistique lié à l'activité opérationnelle et à l'entretien de ses moyens.

Art. 172 : Le poste avancé et le poste de secours routier ont pour missions, notamment :
a. D’assurer les opérations de secours, de sauvetage et d'extinction dans leur secteur
d'intervention ;
b. D’assurer l'exécution du programme des manœuvres et exercices journaliers ;
c. D’intervenir en renfort dans le cadre de l'assistance inter-unités.

32
Titre 2 : Dispositions communes aux unités de la Protection Civile.
Art. 173 : L’Unité Principale de la Protection Civile constitue le siège de l’Etat-major opérationnel
de la Protection Civile au niveau de la Wilaya.
Le siège de l’état-major peut être installé au niveau de la Direction de la Protection Civile.

Art. 174 : Les unités de Protection Civile, quelque soit leurs importances, toutes dépendent
hiérarchiquement de l’unité principale, à l’exception des unités mobiles ou spécialisées et des
unités d’instruction et d’intervention régies par des dispositions particulières.

Art. 175 : L’unité de Protection Civile dispose, pour assurer ses actions opérationnelles, des
effectifs, des matériels et de casernements qui lui sont propres.

La dotation d’une unité en matériel roulant et autre est fonction de son importance par rapport au
secteur d’intervention qu’elle couvre et la diversité des risques.

Art. 176 : Les moyens d’une unité sollicités en renfort doivent être mis sans délai à la disposition
de l’autorité hiérarchique.
Art. 177 : L’organisation, l’encadrement et l’équipement des unités de Protection Civile sont
définis par voies réglementaires.

Titre 3 : Les équipes spécialisées.


Art. 178 : Les équipes Spécialisées de la Protection Civile sont les suivantes :

3.1. Le Groupement Aérien : (Cf. Décret exécutif n° 12-70 du 12 février 2012 portant création du
groupement aérien de la protection civile.)

Art. 179 : composé d’une flotte d’hélicoptères, le groupement aérien de la Protection Civile assure
une mission de prévention et d’intervention aérienne de secours visant la protection des
personnes, des biens et de l’environnement, dans le cadre des règles et procédures en vigueur.
A ce titre, il est chargé notamment :
- D’assurer un service médical d’urgence dans le cadre des évacuations aériennes primaires
du lieu d’un sinistre vers les unités de soins adaptées ;
- D’assurer le sauvetage en milieu périlleux et difficile d’accès ;
- D’effectuer la reconnaissance de zones sinistrées aux fins d’évaluation des dégâts, en vue
d’engager les moyens d’intervention adéquats ;
- D’assurer le ravitaillement des populations enclavées dans les zones sinistrées ;
- De transporter les équipes de secours et matériel spécifique de la protection civile en
zones sinistrées ;
- De participer à la surveillance des massifs forestiers et à la lutte contre les feux de forêts.

3.2. Les Brigades Cynophiles :


Art. 180 : La brigade cynophile intervient lors des missions de recherche de personnes ensevelies
ou de recherche de personnes égarées.

33
La prise en compte des aptitudes olfactives du chien a permis aux équipes de secours d’augmenter
le taux de chance de retrouver rapidement des personnes incapables de répondre aux appels des
sauveteurs ou de suivre, en l’absence d’indice visible, l’itinéraire emprunté par une victime.
3.3. Les Groupes d’Intervention en Milieux Périlleux (GRIMP) :

Art. 181 : La spécialité GRIMP (Groupes de Reconnaissance et d’Intervention en Milieu Périlleux)


permet d’intervenir en matière de reconnaissance et de sauvetage dans les milieux naturels et
artificiels où les moyens traditionnels des secours sont inadaptés, insuffisants ou dont l’emploi
s’avère dangereux en raison de la hauteur ou de la profondeur et des risques divers liés au
cheminement.
Parmi les missions de sauvetage réalisées par les agents de la Protection Civile, quelques-unes
revêtent un caractère peu commun et nécessitent l’emploi de techniques et de savoir-faire
particuliers.
Ces actions délicates ne peuvent être conduites que par des personnels qualifiés et spécialement
instruits à la mise en œuvre de matériels dont l’utilisation dépasse les limites d’emploi du lot de
sauvetage et de protection contre les chutes.
Succédant aux techniques nouvelles de sauvetage, les techniques employées par les sauveteurs
composant les groupes de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP),
s’inspirent largement de celles utilisées dans les domaines de l’alpinisme et de la spéléologie.

3.4. Les sauveteurs aquatiques et subaquatiques (plongeurs et sauveteurs en surface) :


Art. 182 : La plongée subaquatique est une technique d'intervention très particulière qui ne
souffre aucune improvisation, aucune négligence, aucune fantaisie.
Art. 183 : Le comportement du plongeur doit être adapté aux conditions spéciales de la plongée.
Le plongeur doit avoir une parfaite maîtrise de lui-même, ainsi qu'une totale connaissance et une
absolue conscience des dangers.
Tout dépassement des limites, toutes modifications ou adaptations des protocoles liés à l’exercice
de la plongée sont interdits.

Art. 184 : Les missions en milieu hyperbare sont effectuées par des personnels titulaires d'une
qualification les autorisant à intervenir en milieu subaquatique, appropriée à la nature des
opérations et à des profondeurs maximum (20, 40 ou 60 mètres) validées par une attestation,
obtenue à l’issue d’une formation spécialisée.
Les différentes missions que les plongeurs sont susceptibles d'assurer sont :
– Reconnaissance ;
– Sauvetage et assistance ;
– Traitement des pollutions et protection de l'environnement ;
– Prompts secours en milieu hyperbare ;
– Sécurité des interventions en site aquatique ;
– Recherches diverses.

34
3.5. Le groupe d’intervention en cas d’accident Nucléaire, Radiologique, Biologique ou Chimique
(NRBC) :

Art. 185 : L’arme Nucléaire, Radiologique, Bactériologique et Chimique (NRBC) initialement


développée pour un usage militaire vise à tuer massivement et limiter la mobilité de troupes
ennemies.
La menace NRBC terroriste vise à créer la terreur dans la population et à désorganiser le
fonctionnement d’un pays.
Les brigades d’intervention dans le cas d’une menace ou d’un accident NRBC sont composées
d’agents, de sous officier et d’officier de la Protection Civile ayant suivi des formations spécialisées
sanctionnées par un diplôme reconnu.

Art. 186 : La réponse opérationnelle en cas d’accident NRBC est la suivante :


Détecter la présence d’un agent N, R, B ou C et identifier la nature du danger ;
Réduire le danger à sa source de sorte à limiter voire éviter les risque d’extension et de
contamination ;
Extraire les victimes de la zone d’exclusion ;
Décontaminer les victimes ;
Permettre la prise en charge médicale des victimes dans un dispositif de type plan ORSEC.

Art. 187 : Les modalités pratiques de création des équipes NRBC, leurs formations, leurs
équipements ainsi que leurs domaines d’intervention sont définis par voie réglementaire.

Titre 4 : Les unités mobiles de Protection Civile.

Art. 188 : Les unités mobiles de Protection Civile sont les suivantes :

4.1. Les Colonnes Mobiles de lutte contre les incendies de forêts, de récoltes et de palmeraies :

Art. 189 : Mises en œuvre à partir du 1er juin jusqu’au 31 octobre de chaque années, leur mission
principale est de renforcer l’action des services des forêts dans la lutte contre les incendies de
forêts et d’intervenir en cas d’incendie de récoltes et de palmeraies.

Art. 190 : Les dates relatives à la mise en place et au désengagement des dispositifs des colonnes
mobiles peuvent être modifiées par le Directeur Général de la Protection Civile.

4.2. Les Détachement de Renfort, de Première Intervention :


Art. 191 : Les Détachement de Renfort, de Première Intervention sont des dispositifs autonomes
de secours, rapidement engagés afin d’assurer une montée en puissance des moyens et de
minimiser les effets d’une catastrophe.
Art. 192 : La composition, l’équipement collectif et individuel et les dates relatives à l’engagement
et à la durée d’intervention de ces détachements sont décidés par le Directeur Général de la
Protection Civile.
35
Art. 193 : Les unités mobiles de la Protection Civile sont régies par des textes particuliers dont les
dispositions sont arrêtées par Monsieur le Directeur Général de la Protection Civile.

Titre 5 : Les postes de secours pour la surveillance de plages et des baignades.


Art. 194 : Les agents affectés aux postes de secours des plages autorisées à la baignade sont
chargés de la surveillance des baignades durant toute la saison.

Art. 195 : La compagne de surveillance des plages et des baignades est fixée du 1er jeudi du mois
de Juin au 30 septembre de chaque année.

Art. 196 : La surveillance des plages et des baignades pendant la saison estivale débute à 09h00 et
se termine à 19h00, tous les jours, y compris les week-ends et les jours fériés.

Le Wali territorialement compétent peut ordonner par arrêté, de prolonger les horaires de
surveillance ou de les avancer par rapport à l’horaire défini.

Art. 197 : Le Directeur de la Protection Civile d’une Wilaya côtière est responsable de la mise en
place du dispositif de surveillance sur toutes les plages de la Wilaya autorisées à la baignade.
Une copie de ce dispositif devra être transmise à la DGPC/DOCS avant sa mise en œuvre.

Art. 198 : Dans le souci d’assurer une meilleure efficacité au dispositif de surveillance des plages et
des baignades, il est souhaitable de mettre en place deux équipes de surveillance par plage :
- La première équipe assurera la surveillance de 09H00 à 14H00 ;
- La deuxième équipe assurera la surveillance de 14H00 à 19H00.

Le chef de poste et son adjoint devront assurer leurs fonctions de 09H00 à 19H00 ; ils
bénéficieront, contrairement aux autres éléments des deux groupes, d’un jour de récupération
durant la semaine et ce, en dehors des récupérations dont ils bénéficieront à la fin de la saison
estivale au même titre que leurs collègues.

Art. 199 : La classification des postes de secours des plages, leur équipement et leur encadrement
est prévue par des textes particuliers.

Art. 200 : Le dispositif de surveillance des plages est placé sous l’autorité d’un Officier chargé de
l’inspection des plages.

Art. 201 : Les agents contractuels saisonniers versés dans le dispositif de surveillance des plages et
des baignades doivent être sélectionnés à l’issue d’un concours public dont les épreuves sont
arrêtées par voie réglementaire.

Art. 202 : les candidats retenus doivent suivre obligatoirement une formation en secourisme dont
la durée et les thèmes sont arrêtées par voie réglementaire.

Art. 203 : Les agents contractuels saisonniers versés dans le dispositif de surveillance des plages et
des baignades doivent observer les mêmes règles de discipline que le personnel professionnel.

36
Art. 204 : Des autorisations d’absence peuvent être accordées par l’Officier chargé du suivi du
dispositif, après avis du chef de poste.

Art. 205 : Aucune personne étrangère ne peut être admise dans le poste sans motif valable.
Art. 206 : À la fin de la surveillance, le poste de surveillance des plages est fermé à 19h 00. Lorsque
tout ou partie du personnel est autorisé à y demeurer après les horaires de surveillance, l’accord
formel de l’Officier chargé du dispositif est obligatoire.
Art. 207 : Les tenues de surveillants de baignades sont attribuées à chaque agent au début de la
campagne conformément aux règles régissant le port des tenues et uniformes de la Protection
Civile.
Art. 208 : Les tenues sont restituées à la fin de la campagne quelque soit leurs états.
Art. 209 : Il est formellement interdit en cours de surveillance de porter des tenues, articles ou
accessoires autres que ceux définis par les règles régissant le port des tenues et uniformes de la
Protection Civile.
Art. 210 : Un registre spécial de surveillance est tenu au niveau de chaque poste de secours, sous la
responsabilité du chef de poste.

Art. 211 : Le registre est côté et paraphé par le Directeur de la Protection Civile de la Wilaya.

Art. 212 : Le registre retrace l’activité quotidienne du poste de secours et mentionne tous les
évènements survenus au cours de la surveillance.

Titre 6 : Mode de fonctionnement des Unités d’intervention et régime de travail


de son personnel.
Art. 213 : Les unités de Protection Civile sont organisées en garde, elles doivent fonctionner 24
heures sur 24 heures et 7 jours sur 7, y compris les week-ends et les jours fériés pendant lesquels
le degré de vigilance doit toujours être relevé.
Art. 214 : Le système de travail des éléments exerçant au sein des Unités d’intervention est de 24
heures de service pour 48 heures de repos.
Art. 215 : Les périodes de service et de repos peuvent être modifiées par le Directeur de la
Protection Civile, notamment ceux des Wilayas du sud, ou pour les Wilayas où les unités sont très
éloignés des lieux de résidence du personnel d’intervention.
Cette disposition est soumise à une dérogation de l’autorité ayant pouvoir de nomination.
Art. 216 : Les éléments mutés par mesure disciplinaire ne doivent en aucun cas bénéficier de cette
mesure ; leur système de travail est de 24 heures de service pour 48 heures de repos.
Art. 217 : Après expiration de leurs congés légaux, absence, permissions ou de mission, les agents
de la Protection Civile doivent reprendre obligatoirement le service à 08 h 00 la journée suivante,
même si l’agent ne fait pas partie de l’effectif de service.
Les 48 heures de repos sont réservées uniquement pour les éléments ayant effectué réellement 24
heures de service.

37
Art. 218 : Le remplacement d’un agent par un autre dans la garde quelque soit la durée est
strictement interdit sauf autorisation du Directeur de la Protection Civile de Wilaya ou de l’officier
adjoint et pour des cas exceptionnels.

Titre 7 : Le pavoisement des unités de la Protection Civile.


Art. 219 : Dans chaque unité, il est prévu un mât du drapeau dans la cour de rassemblement.

Le drapeau national doit être renouvelé et entretenu périodiquement.

Art. 220 : Toutes les structures de la Protection Civile (siège de la Direction, unités, postes) doivent
être pavoisées aux couleurs nationales à l’occasion des cérémonies et des fêtes nationales.

Art. 221 : Le pavoisement doit être mis en place au moins 48 heures avant la date du jour de
l’évènement et retiré le lendemain de la fin de l’évènement.

Art. 222 : Les abords de l’unité doivent être également peints et pavoisés.

Titre 8 : Célébration des fêtes et des cérémonies.


Art. 223 : Les fêtes et les cérémonies sont célébrées par toutes les unités de la Protection Civile
conformément à la réglementation en vigueur ;

Lors de la célébration des fêtes légales et commémoratives, le Directeur de la Protection Civile de


la Wilaya y prend part et en tenue de cérémonie, au même titre que les autres autorités civiles et
miliaires.

Art. 224 : À l’occasion des cérémonies, il est organisé des repas de corps au niveau de l’ensemble
des structures de la Protection Civile, ainsi que lors des missions d’inspection et visites de travail
effectuées par les cadres centraux.

38
CHAPITRE VI : DOCUMENTS OPERATIONNELS, REGISTRES ET SUPPORTS
CARTOGRAPHIQUES DE L’UNITE

Titre 1 : Les documents et registres de l’unité.


Art. 225 : Sauf autres indications, les documents définis par le présent règlement de service sont la
propriété de l’Unité pour une durée de cinq (05) années à compter de leur ouverture.

Art. 226 : La tenue à jour des documents de l’unité est obligatoire.

Art. 227 : Les documents retracent l’activité opérationnelle de l’unité.

Art. 228 : Les documents de l’unité sont de trois types :

1. Les documents opérationnels quotidiens :


- La feuille d’appel journalière ;
- La feuille de service opérationnel ;
- Tableau de garde des Officiers et Sous-officier ;
- La fiche d’essai quotidienne du chef d’agrès ;
- La fiche d’appel des secours ;
- Le Bulletin de renseignement quotidien (B.R.Q.).

1.1. La feuille d’appel journalière :


Art. 229 : Chaque jour, une feuille d’appel journalière est établie par l’officier de garde.
L’appel est effectué chaque matin au rassemblement général, pour l’ensemble du personnel.

Art. 230 : Le nombre des effectifs présents et absents est mentionné dans la colonne qui lui est
réservée.
L’officier de garde communique sans délai ces chiffres au centre de coordination de la Wilaya.

Art. 231 : Celle-ci fait ressortir les présences et absences, elle est remise au plus tard à 8 h 30 mn
au chef d’unité.

1.2. La feuille de service opérationnel :

Art. 232 : Chaque jour, une feuille de service opérationnel est établie par l’Officier de garde.
Elle est établie et signée par le chef d’unité au moins 24 heures avant la date de prise d’effet.

Art. 233 : La feuille de service opérationnel précise, individuellement les fonctions pour
l’ensemble du personnel.
Elle est lue chaque matin au rassemblement de prise de service, puis une copie est affichée sur un
tableau prévu à cet effet.
Le Sous-officier de garde, en accord avec l’officier de garde, procède aux changements et
remplacements des fonctions des agents dans la même équipe.

39
Art. 234 : La feuille de service opérationnel est signée conjointement part l’officier et le sous-
officier de garde, le lendemain, au moment de la relève.

Elle est ensuite transmise par l’officier de garde au chef d’unité.


1.3. Le tableau de garde des Officiers et Sous-officiers :
Art. 235 : Tous les gradés de l’unité effectuent 24 heures de présence effective (garde), selon une
rotation arrêtée par le tableau de la garde.

Art. 236 : Le tableau de la garde est établi mensuellement par le chef d’Unité, dont une copie est
transmise au Chef de Service de la Protection Générale, une semaine avant sa mise en application.
Art. 237 : Le tableau de garde est affiché mensuellement au tableau de service de l’unité.
Art. 238 : En cas d’absence ou d’indisponibilité d’un officier ou sous-officier désigné pour la garde,
le chef d’unité procède à son remplacement par l’officier qui suit immédiatement sur la liste
arrêtée.

1.4. La fiche d’essai quotidienne du chef d’agrès :


Art. 239 : A chaque prise de service, l’officier ou sous-officier de garde remet aux chefs d’agrès
désignés, la fiche d’essai quotidienne.

Art. 240 : La fiche d ‘essai quotidienne mentionne toutes les vérifications que doivent effectuer les
chefs d’agrès au cours des essais quotidiens après le rassemblement en présence des conducteurs
des deux équipes.
Art. 241 : Après les vérifications, les chefs d’agrès remettent à l’officier ou sous-officier de garde
adjoint, la feuille d’essai quotidienne dûment renseignée.
Art. 242 : Lorsque la feuille d ‘essai quotidienne mentionne une perte ou une détérioration,
l’officier ou le Sous-officier de garde ordonne sans délais les réparations ou les remplacements
nécessaires.
Art. 243 : Les réparations ou remplacements sont effectués en présence du chef d’agrès et du
conducteur concerné.
Art. 244 : Lorsque le véhicule ou l’engin signalé sur la fiche d’essai quotidienne nécessite des
réparations de longue durée entrainant sa mobilisation, l’officier ou le sous-officier de garde
procède a son remplacement sans délais.
Le sous-officier de garde signale l’immobilisation à l’officier de garde.
1.5. La fiche d’appel de secours :
Art. 245 : Tout appel de secours entraîne l’établissement d’une fiche d’appel de secours.
Art. 246 : La fiche d’appel de secours, extraite d’un carnet à souches, comporte obligatoirement :
- La nature et le lieu du sinistre ;
- Les moyens à engager en premier secours ;
- L’origine de l’appel ;
- Date et groupe horaire.

40
Art. 247 : Aussitôt le retentissement de la sonnerie correspondante, le chef d’agrès concerné se
rend auprès du centre opérationnel pour retirer la fiche d’appel de secours.
1.6. Le Bulletin de renseignement quotidien (B.R.Q.) :
Art. 248 : Le bulletin de renseignements quotidien est un document contenant l’ensemble des
informations liées aux interventions importantes, dont la situation est arrêtée à 08h00.
Les informations sur les interventions concernent leurs durées, les moyens engagés et les
dégâts enregistrés.
2. Les rapports d’intervention :

- Le rapport technique ;
- Le rapport général d’incendie ; ou le rapport d’opération ;
- Le rapport de sortie d’ambulance ;
- Le rapport de sortie (sans intervention) ;
- Le rapport d’assistance aux asphyxiés.

2.1. Le rapport technique :


Art. 249 : Le rapport technique est établi par le commandant des opérations de secours.
Art. 250 : Seules les grandes opérations de secours font l’objet de la rédaction d’un rapport
technique.
On entend par grandes opérations toutes les interventions pouvant occasionner des pertes en vies
humaines, de blessés graves, de biens matériels d’une grande valeur, nécessitant l’engagement
d’un départ normalisé appuyé éventuellement d’un renfort en moyens locaux ou ceux des autres
Wilayas.
Art. 251 : Le rapport technique est établi en quatre exemplaires par le commandant des
opérations de secours, assisté si nécessaire par des officiers ayant participé à l’intervention. Il doit
être accompagné de tous documents utiles à la connaissance du sinistre (témoignages, photos,
vidéos, éventuellement tout document établi par une Direction technique ou les services de
sécurité).
Les copies du rapport technique seront réparties comme suit :
 Une(01) copie est conservée au niveau de la Direction de la Protection Civile de la Wilaya
concernée ;
 Une(01) copie est adressée à Monsieur le Directeur général de la Protection Civile.
 Une(01) copie est adressée à Monsieur le Directeur de l’Organisation et de la Coordination
des Secours ;
 Une copie est adressée à Monsieur le Wali de la Wilaya concernée.
Art. 252 : Une copie du rapport technique peut être transmise par le Directeur de la Protection
Civile aux services de sécurité à leur demande, sur présentation d’une demande officielle dûment
signée par le responsable de la structure concernée au niveau de la Wilaya.

Dans ce cas, la Direction Générale de la Protection Civile (DOCS et DPF) devra être informée sans
délai.

41
2.2. Le rapport général d’incendie ; ou le rapport d’opération :
Art. 253 : Le rapport général d’incendie ou le rapport d’opération est établi par le chef d’agrès en
quatre exemplaires.

 Deux (02) copies sont conservées au niveau de l’unité ;


 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Protection Générale ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Prévention.

2.3. Le rapport de sortie d’ambulance :


Art. 254 : Le rapport de sortie d’ambulance est établi en quatre (04) exemplaires pour toutes
sorties d’ambulance.
Pour l’intervention d’une ambulance médicalisée, il est rédigé par le Médecin-officier.
Pour l’intervention d’une ambulance sanitaire, il est rédigé par le chef d’agrès.

 Deux (02) copies sont conservées au niveau de l’unité ;


 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Protection Générale ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Prévention.

2.4. Le rapport de sortie sans intervention :


Art. 255 : Le rapport de sortie sans intervention est établi en quatre (04) exemplaires par le
chef d’agrès.

Il est dressé pour toute sortie d’un véhicule ou engin de Protection Civile, à la suite d’une fausse
alerte ou pour toute autre raison qui n’a pas nécessité l’intervention des secours de la Protection
Civile.
 Deux (02) copies sont conservées au niveau de l’unité ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Protection Générale ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Prévention.

2.5. Le rapport d’assistance aux asphyxiés :


Art. 256 : Le rapport d’assistance aux asphyxiés est établi en quatre (04) exemplaires. Il est rédigé,
selon le cas soit par l’officier-médecin, soit par le chef d’agrès.
Il est dressé pour toute assistance aux asphyxiés, quelles qu’en soient les circonstances et les
causes.
 Deux (02) copies sont conservées au niveau de l’unité ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Protection Générale ;
 Une (01) copie adressées au Chef de Service de la Prévention.

3. Les registres de l’unité :


- Le registre de la garde ;
- Le registre des appels téléphoniques ;
- Le registre de présence ;
- Le registre des messages.
42
Art. 257 : Les registres sont les documents de base de l’activité opérationnelle de l’unité ; les
modèles comprenant les rubriques à renseigner, les volumes, les nombres de pages et la couleur
de chaque registre sont définis et arrêtés par la Direction Générale de la Protection Civile.

Ils retracent tous les évènements de la vie en casernement, de l’activité opérationnelle et


comportent les décisions qui ont été arrêtées au niveau de l’unité.

Art. 258 : Les registres visés à l’article ci-dessus sont numérotés, cotés et paraphés selon le cas par
le Directeur de la Protection Civile de la Wilaya. Ils sont tenus sous la responsabilité du chef d’unité.

Art. 259 : Les registres sont signés conjointement et quotidiennement par le chef d’unité et
l’officier de garde sortant.
Art. 260 : Les registres sont mis en service à compter de 1er Janvier de chaque année à 00 heure
jusqu’au 31 Décembre de la même année à minuit.

Art. 261 : Les registres sont conservés pendant cinq (05) années consécutives au niveau de
chaque structure où ils ont été élaborés. Ils sont cités dans le rapport de passation des consignes en
cas de changement du chef d’unité.
Art. 262 : Les registres ne doivent en aucun cas être communiqués à une personne étrangère au
service, sauf décision expresse du Directeur de la Protection Civile de la Wilaya.
Ils ne doivent en aucun cas faire l’objet d’un retrait de l’unité, à quelque titre que ce soit.
Art. 263 : Toute perte ou détérioration d’un registre doit faire l’objet d’un procès–verbal précédé
d’une enquête menée sous la diligence du Directeur de la Protection Civile de Wilaya.
Dans tous les cas, la responsabilité du chef d’unité concerné demeure entièrement engagée jusqu’à
la fin de l’enquête.
Art. 264 : Les registres de l’unité doivent être présentés et visés lors des différentes inspections.

Titre 2 : Les supports cartographiques et numériques.


Art. 265 : L’unité principale doit disposer des documents cartographiques suivants :
- Une couverture cartographique de la Wilaya (sur support papier et numérique) à une
échelle de travail appropriée, qui est définie en fonction de l’étendue du territoire à
défendre ;
- Les plans des villes (sur support papier et numérique) ;
- Les plans d’intervention (plan ORSEC, plan inondation et plan feux de forêts) ;
- Le fichier des établissements répertoriés.
Des applications informatiques des ces documents peuvent être développées afin de faciliter leurs
exploitations.
Art. 266 : Les autres documents liés à la gestion courante de l’unité obéissent aux règles de la
comptabilité matière.
Art. 267 : L’ensemble de ces documents, visés au chapitre VI du présent règlement sont élaborés
et transmis conformément aux modèles et canevas arrêtés par la Direction Générale de la
Protection Civile.
43
CHAPITRE VII : LES CENTRES DE COORDINATION DES OPERATIONS

Titre 1 : Le Centre National de Coordination (CENAC).

1. Localisation, composition et mode de fonctionnement :

1.1. Localisation :
Art. 268 : Le siège de la Direction Générale de la Protection Civile abrite un Centre National de
Coordination appelé par abréviation CE.NA.C.

1.2. Composition :
Art. 269 : Chaque brigade du CENAC est composée de l’effectif suivant :
- 01 officier chef de centre (commande les trois brigades);
- 01 officier de permanence ;
- 01 officier adjoint de l’officier de permanence ;
- 01 officier responsable de la salle radio VHF ;
- 01 sous officier, adjoint du responsable de la salle radio ;
- 04 agents opérateurs radio ;
- 02 agents chargés de la messagerie (messages électroniques, fax) ;
- 02 agents de saisie ;
- 01 conducteur.

1.3. Mode de fonctionnement :


Art. 270 : Le CENAC est commandé par un officier expérimenté assisté d’un adjoint. Sa mission
principale est de veiller sur le bon fonctionnement du centre, qui doit être opérationnel 24 heures
sur 24heures et 7 jours sur 7.
Il est responsable de la discipline, de l’assiduité des personnels placés sous son autorité et de la
discrétion totale dans le traitement de l’information.

Art. 271 : Le chef du CENAC agit directement sous l’autorité de la Direction de l’Organisation et de
la Coordination des Secours. Il est intégré à l’état-major opérationnel chaque fois qu’il se réunit.

Art. 272 : Le personnel opérationnel en activité auprès du CENAC est organisé en brigades ; il est
soumis au même régime de travail que celui du personnel exerçant dans une unité d’intervention.

Art. 273 : chaque brigade est commandée par un officier qui exerce également la fonction
d’officier de permanence, assisté par deux autres officiers adjoints.

Art. 274 : un des officiers-adjoints est préposé à la salle radio pour une mission de coordination ; il
veillera également sur la transmission et la réception des messages écrits.
Le second officier-adjoint assistera l’officier de permanence du CENAC dans sa mission de
coordination.

44
Art. 275 : En dehors des heures ouvrables et des jours fériés, la permanence est assurée par un
Officier supérieur désigné par la Direction Générale de la Protection Civile.
Art. 276 : L’organisation et le fonctionnement de la permanence sont régies par une instruction de
Monsieur le Directeur Général de la Protection Civile.

1.4. Missions du CENAC :

Art. 277 : les missions du CENAC sont les suivantes :


- Prévoir et anticiper la couverture des risques, les demandes de renforts ;
- Renseigner les autorités et les départements ministériels ;
- Assurer l’engagement et le désengagement des moyens de secours sollicités en renfort ;
- Suivre le déroulement des opérations de secours sur tout le territoire ;
- Diffuser toute information ou message d’alerte (bulletin météorologique spécial, alerte canicule,
alerte vigilance à l’occasion de week-end prolongé ou de période de fête, etc.).

Titre 2 : Le Centre de Coordination Opérationnel de la Wilaya (CCO).

2.1. Généralités :

Art. 278 : Chaque Direction de Protection Civile de Wilaya dispose d’un Centre de Coordination
Opérationnel, appelé par abréviation C.C.O.

Art. 279 : Le personnel en activité au niveau du C.C.O. est organisé en brigades ; il est soumis au
même régime de travail que celui du personnel exerçant dans une unité d’intervention.

Art. 280 : Les informations traitées (parvenues ou émises) au niveau du CCO sont frappées du
sceau de la confidentialité.

2.2. Dispositions communes à tous les CCO des Wilayas :

2.2.1. Localisation :
Art. 281 : le CCO est abrité dans des locaux aménagés et sécurisés au niveau de l’Unité Principale
de catégorie « A » ou de l’unité principale de catégorie « B ».

2.2.2. Organisation et fonctionnement :


Art. 282 : Le CCO est placé sous l’autorité directe du Directeur de la Protection Civile de la Wilaya.
L’accès au CCO est strictement interdit à toute personne étrangère au service.
A l’exception des personnels du CCO, l’accès à celui-ci n’est admis au personnel du corps que sur
une autorisation expresse du Directeur de la Protection Civile.

2.2.3. Missions du CCO :

Art. 283 : les missions du CCO sont les suivantes :


- Réceptionner, authentifier, enregistrer les demandes de secours ;
- Déclencher les moyens appropriés ;

45
- Diffuser les bulletins d’alerte à l’ensemble des unités du territoire de la Wilaya ;
- Alerter les autres secours publics concernés par le sinistre ;
- Réorienter éventuellement les appels vers d’autres services publics ou privés ;
- Suivre les opérations de secours ;
- Répondre aux demandes de renforts ;
- Coordonner les moyens de secours ;
- Engager les équipes spécialisées ;
- Suivre le désengagement progressif des secours et leur retour à leurs unités respectives ;
- Informer le CENAC de tout sinistre important ;
- Rédiger le Bulletin de Renseignements Quotidien (BRQ).

2.2.4. Composition de l’effectif du C.C.O :


Art. 284 : l’effectif du CCO est composé comme suit :

 Un officier, chef CCO (capitaine ou lieutenant) ;


 Un médecin régulateur pour les Wilayas disposant de structures médicalisées ;
 Un officier, chef de brigade ;
 Un sous-officier, adjoint du chef de brigade ;
 Deux éléments chargés de la régulation téléphonique ;
 Deux opérateurs radio ;
 Un élément chargé de la réception et de l’envoi des messages écrits ;
 Deux agents de saisie.

2.3. Définitions des taches du personnel exerçant au niveau du CCO :

2.4. Rôle du chef du CCO :

Art. 285 : L’officier chef du CCO doit veiller au bon fonctionnement du centre en exécutant les
taches qui lui sont assignées, notamment :
 Collecte, traitement et analyse de l’information opérationnelle ;
 Assurer la diffusion de l’information opérationnelle à l’autorité hiérarchique (DPC,
DGPC/CENAC et Wali) ;
 Suivre toutes les interventions à partir de la sortie du premier départ des secours jusqu’à
la fin de l’opération et le retour de l’ensemble des moyens d’intervention.
 Diffuser les ordres de mise en état d’alerte des moyens en cas de sinistre ;
 Prépare les renforts ordonnés par sa hiérarchie (DPC) et organiser leur acheminement
vers la zone sinistrée.
 Préparer les conditions matérielles et les documents nécessaires pour la mise en place de
l’Etat Major ;
 Veiller à la bonne tenue des documents et registres du CCO.
 Veiller à signaler toute panne du matériel ou équipement (ordinateur, radio, fax,
enregistreur, etc.) ;

46
 Exploiter les données du bulletin météorologique spécial ;
 Veiller à la discipline de son personnel et à l’hygiène et à la propreté des locaux du CCO.

2.5. Rôle de l’officier de permanence de la Wilaya :

Art. 286 : le rôle de l’officier de permanence de la Wilaya est définit comme suit :

 Au niveau de chaque Centre de Coordination Opérationnel de Wilaya, un officier de


permanence est désigné pour assurer sous l’autorité du Directeur de la Protection Civile une
garde de 24 heures durant les week-ends et les jours fériés.
 Cet officier porte le titre d’officier de permanence de Wilaya.
 Le Directeur de la Protection Civile de Wilaya établie un tableau de permanence bi-
semestriellement et adresse une copie à la DGPC/ DOCS/ SDO/CENAC.

 Assure l’exécution des décisions du Directeur de la Protection Civile de Wilaya ;


 Pendant la période de la permanence, il est le représentant du Direction de la Protection Civile
au niveau de la Wilaya.
 A ce titre, il est tenu d’informer, régulièrement et sans délai, le Directeur de la Protection Civile
de la Wilaya, le Wali et la Direction Générale de la Protection Civile, de tout événement
important survenu sur le territoire de la Wilaya.
 Il fourni aux équipes d’intervention engagées sur le terrain tout élément d’information propre
à la nature du sinistre (type de produit chimique déversé et conduite à tenir, mesures de
protection à prendre, etc.) afin de contribuer à la réussite de l’intervention et à la préservation
des moyens humains et matériels.

 Même en cas de sinistre grave, l’officier de permanence ne peut quitter le Centre de


Coordination Opérationnel sous prétexte de se rendre sur le lieu d’une opération et ce, durant
toute la durée de sa prise de service.
 En cas d’absence de l’officier de permanence, il est remplacé par un autre officier désigné par
le Directeur de la Protection Civile.

Art. 287 : L’absence non justifiée de l’officier chargé d’effectuer une permanence constitue une
faute professionnelle grave.

2.6. Rôle de l’officier chef de Brigade


Art. 288 : le rôle de l’officier chef de brigade est le suivant :
 Il assiste l’officier chef du CCO dans ses fonctions ; il coordonne les actions du personnel de sa
brigade ;
 Chaque officier chef de brigade doit obligatoirement assurer une garde de 24 heures
consécutive au niveau du CCO ;
 Le chef de brigade est notamment chargé de veiller à la discipline au sein du centre ;
 Suivre l’évolution des interventions effectuées par l’ensemble des unités de la Protection Civile
à travers toute la Wilaya ;
47
 Collecter, traiter et analyser l’information opérationnelle et la porter à la connaissance de son
chef hiérarchique.
 Diffuser les ordres opérationnels de la hiérarchie (envoi de renforts, réquisition du personnel,
mise en état d’alerte des moyens, etc.), et suivre leur application ;
 Veiller à ce que toute opération de secours soit signalée par message officiel aux autorités
hiérarchiques (DGPC/CENAC, Wilaya) ;
 Etablir un bulletin de renseignements quotidien (BRQ) dans lequel est recensée brièvement
toute l’activité opérationnelle, le nombre d’interventions à travers le territoire de la Wilaya
ainsi que les opérations en cours d’intervention.
 Le modèle du BRQ doit être conforme au modèle arrêté par la DGPC/DOCS ;
 Lorsqu’une situation Météorologique exceptionnelle est signalé au moyen d’un Bulletin
Météorologique spécial (BMS), un point de situation est établi au plus tard toutes les six (06)
heures et transmis au CENAC et à la Wilaya ;
 Le modèle du point de situation doit être conforme à celui arrêté par la DGPC/DOCS ;
 En cas d’absence de l’officier chef du Centre CCO, le chef de brigade assume l’intégralité des
missions dévolues à celui-ci.
2.7. Rôle de l’exploitant de la messagerie (fax, messagerie électronique et autres) :
Art. 289 : le rôle de l’exploitant de la messagerie est résumé comme suit :
 Il est tenu, en toute circonstance, par le secret professionnel au même titre que tout le
personnel du CCO, il doit s’assurer de l’arrivée à destination de tous les messages transmis.
 Il doit tenir à jour les registres d’arrivée et de départ du courrier du CCO ;
 Il doit remettre sans délai au chef du centre ou au chef de brigade tout message parvenu au
CCO ;

2.8. Rôle des réceptionnistes des appels d’urgence :


Art. 290 : le rôle des réceptionnistes des appels d’urgence est définit comme suit :
 Ils sont tenus de répondre à tous les appels d’urgence parvenus au CCO et d’adopter, au cours
des conversations téléphoniques, un langage clair et mesuré ;
 Ils ne doivent en aucun cas se départir de l’expression consacrée « Protection Civile, à votre
service »
2.9. Rôle des opérateurs radio :

Art. 291 : Outre la réception et l’émission de messages relatifs à l’activité opérationnelle, les
opérateurs radio sont tenus :
 D’effectuer les essais radio quotidiens avec l’ensemble des unités opérationnelles et le CENAC
et signaler sans délai au chef de brigade toute anomalie.
 Ils doivent suivre minutieusement toutes les interventions qui se déroulent dans leur secteur
tout en assurant la fluidité des communications radio en faisant respecter l’ordre de priorité
dans la transmission des messages. ;

48
 Transmettre aux intervenants les consignes de leur hiérarchie ;
 D’assurer une parfaite coordination entre les différents intervenants ou unités ;
 De rester à l’écoute des communications d’une manière contenue, et communiquer à la
DGPC/CENAC tous les messages urgents sous l’autorité de l’officier chef de brigade.

2.10. Rôle de l’agent assurant le secrétariat au CCO :


Art. 292 : L’agent désigné pour assurer les fonctions de secrétariat au niveau du CCO est chargé
de :
- La réception, l’enregistrement, l’affichage et la distribution du courrier ;
- La saisie des rapports d’intervention, messages et communiqués ;
- L’élaboration et l’actualisation de l’annuaire téléphonique des différentes unités et
structures de la DPC.
- La mise à jour du répertoire portant coordonnées des responsables et autorités à
contacter en cas de situation d’urgence ;
- L’établissement des différents tableaux relatifs aux indicatifs des stations fixes, mobiles et
postes radio portatifs ;
- Pourvoir les besoins du service en fournitures et autres produits consommables ;
- Tenir à jour les fiches de pointage du personnel exerçant par brigade (absence,
récupérations, permissions, congés, maladies).

Titre 3 : Exploitation et Gestion des documents du CCO :


Art. 293 : Chaque salle d’Etat major devra être aménagée pour qu’elle puisse recueillir les
documents ci- dessous :

 Le plan ORSEC au format numérique ;


 Les plans d’intervention des unités socio-économiques et autres établissements ;
 Les plans d’assistance mutuelle des différentes unités à caractère industriel ou
commercial ;
 La carte d’Etat Major de la Wilaya ;
 Les cartes thématiques (réseaux routier, ferroviaire, gazier, hydraulique, électrique).
 Les cartes des zones inondables et des massifs forestiers ;
 Les fichiers des installations classées, établissements recevant du public, immeubles à
usage d’habitation et IGH.) ;
 Le fichier du personnel opérationnel de la Protection Civile par spécialité ainsi que la
carte des moyens opérationnels ;
 Le fichier portant recensement des produits dangereux.
 Carte des grandes installations (centres enfuteurs, oléoducs, gazoducs, centres de
stockage des produits hydrocarbures et dérivés).

L’ensemble de ces documents sont également disponibles au format numérique, sous forme d’une
application informatique afin de faciliter leurs exploitations en cas de besoin.
49
CHAPITRE VIII : FORMATION, INSTRUCTION, MANŒUVRES
ET EDUCATION PHYSIQUE

Titre 1 : Formation et instruction.


Art. 294 : Au sens du présent règlement, la formation est définie comme étant l’ensemble des
actions de la formation de base, de formation spécialisée, de recyclage et de perfectionnement
dispensée au sein des structures de formation.

Art. 295 : La pratique régulière de l’entrainement physique accroit l’endurance et la maîtrise de


soi, éduque les reflexes et prépare à l’action en équipe.

Elle développe chez l’individu et dans le groupe le dynamisme nécessaire pour toute intervention.

Art. 296 : La formation technique, portant essentiellement sur la connaissance du matériel et de sa


mise en œuvre, donne à chacun la qualification indispensable, le sens des responsabilités et
l’exacte notion de la place dans un groupe.

Art. 297 : Elle tend à développer le sens du service et l’esprit de solidarité, elle prépare les chefs à
l’exercice du commandement, les subordonnés à l’exécution des ordres et les unités à l’action
cohérente.

Art. 298 : Le personnel admis en formation obéi aux règlements intérieurs des centres d’accueil.
Ce personnel a qualité d’élève pendant toute la durée de la formation.

Art. 299 : Au sens du présent règlement, l’instruction de manœuvre est constituée par l’ensemble
des actions quotidiennes visant au maintien et à l’amélioration des capacités opérationnelles.

Art. 300 : Le programme d’instruction, de manœuvre et d’éducation physique est défini par la
Direction Générale de la Protection Civile. Il devra prendre en considération l’exiguïté des lieux
dans certaines unités.

Art. 301 : Le chef de bureau de la formation est chargé, sous la responsabilité du chef de service
de l’administration et de la logistique, de la diffusion, du suivi et du contrôle de l’exécution du
programme.

Art. 302 : L’instruction, les manœuvres et l’éducation physique sont obligatoires dans les unités de
Protection Civile pour tous les agents.

Elles ont pour objet de maintenir le bon niveau technique et physique des gradés et sapeurs.

Elles renforcent la cohésion, développent le sens de l’initiative et la capacité opérationnelle des


unités de Protection Civile.

Art. 303: Le Chef d’Unité est responsable de l’exécution des programmes d’instruction, de
manœuvre et d’éducation physique.

50
Art. 304 : Le gradé profite de toutes les circonstances pour améliorer les connaissances des agents
placés sous son autorité, notamment, en cours d’opération par des rappels fréquents lorsqu’il
constate une faute professionnelle.

Art. 305 : Le gradé a le devoir de rappeler les règles générales de discipline et de conduite des
agents de la Protection Civile, notamment celles définies par le présent règlement ou lorsqu’un
agent commet une faute disciplinaire.

Art. 306 : Chaque unité doit exécuter son programme d’instruction.


Art. 307 : Le programme d’instruction annuel est appliqué quotidiennement par l’officier de garde.

Art. 308 : Les programmes arrêtés mensuellement doivent être affichés chaque mois au tableau de
service de l’Unité.

Art. 309 : Les programmes d’instruction doivent tenir compte des changements d’équipe et
concerner l’ensemble du personnel actif et sédentaire.

Art. 310 : Aucun officier, sous officier et agent ne peut être dispensé de l’instruction.

Lorsqu’il est absent pour une raison quelconque, il doit s’informer sur les cours précédents.

Art. 311 : Lorsque le programme d’instruction est interrompu pour les besoins d’une intervention,
il doit être repris et adapté aussitôt que possible sans perturber la suite des cours programmés.

Titre 2 : Les manœuvres.


Art. 312 : Les manœuvres sont des exercices pratiques au cours desquels sont mis en œuvre des
moyens et des techniques de protection civile.

Art. 313 : Les manœuvres sont dénommées communément manœuvres de la garde lorsqu’elles
sont effectuées quotidiennement dans l’enceinte de l’Unité.

Art. 314 : Les manœuvres de la garde sont exécutées immédiatement après les vérifications du
matériel roulant et non roulant.

Art. 315 : Le programme mensuel des manœuvres de la garde est affiché au tableau de service de
l’unité ainsi que le programme des exercices opérationnels des unités répertoriées

Art. 316 : L’officier de garde est responsable du contrôle de l’exécution des manœuvres.

Art. 317 : Les grandes manœuvres sont préparées dans une Wilaya par le Directeur de la
Protection Civile. Leur exécution est suivie par a Direction de l’Organisation et de la Coordination
des Secours.
Art. 318 : Le programme des grandes manœuvres est validé par la Direction Générale de
Protection Civile/DOCS.
Art. 319 : Les grandes manœuvres sont exécutées par plusieurs unités. Des renforts en moyens
humains et matériels des autres Wilayas peuvent être sollicités pour y prendre part.

51
Art. 320 : L’exécution d’une grande manœuvre ne doit en aucun cas perturber le déroulement
normal de l’activité opérationnelle au niveau de la Wilaya.
Art. 321 : Le programme des manœuvres nationales et régionales ainsi que leurs scénarios
d’exécution sont conçus par la DGPC/DOCS, laquelle assurera également leurs déroulements.

Titre 3 : L’éducation physique.


Art. 322 : L’éducation physique est un droit et un devoir pour tous les agents de la Protection
Civile.
Art. 323 : L’éducation physique et l’entraînement rendent les hommes et les unités aptes à remplir
leurs fonctions et à exécuter leurs missions, quelles que soient les circonstances.

Art. 324 : Les séances d’éducation physique sont obligatoires au niveau de toutes les unités de la
Protection Civile.
Art. 325 : Le chef d’unité est responsable de l’exécution du programme d’éducation physique, par
les agents placés sous son autorité.
Art. 326 : Au même titre que les manœuvres de la garde, les séances d’éducation physique sont
programmées dans toutes les unités de Protection Civile.
Art. 327 : Aucun agent de la Protection Civile ne peut prétendre à une exemption sans avis motivé
du médecin de travail.
Art. 328 : Le programme d’éducation physique doit être adapté aux manœuvres correspondantes
et effectuée le même jour.
Art. 329 : Les activités sportives et la formation d’équipes sportives doivent être encouragées au
sein des unités.
Art. 330 : Outre les autres activités sportives, le parcours sportif et la pratique de la natation
demeurent une obligation pour l’ensemble du personnel.

Titre 4 : L’emploi du temps quotidien.


Art. 331 : L’emploi du temps quotidien à appliquer dans les unités de la Protection Civile quelles
que soient leurs classifications, est défini par la Direction Générale de la Protection Civile, en
tenant compte des régions et des saisons.

Art. 332 : Pour les équipes de garde, les week-ends et jours fériés sont considérés au même titre
que les autres jours de la semaine sur le plan du travail.

Art. 333 : Pendant toute la durée de service, il est formellement interdit aux agents de s’adonner à
des travaux de réparation ou de conception, d’entretien et de lavage des véhicules et engins
personnels.
Art. 334 : Le stationnement des véhicules particuliers dans l’enceinte du casernement est
strictement interdit.

52
Titre 5 : La bibliothèque.
Art. 335 : Dans chaque unité principale une bibliothèque doit être créée par le Directeur de la
Protection Civile de la Wilaya ;
Art. 336 : Les livres, documents et revues de la bibliothèque sont mis à la disposition des officiers,
sous officiers et hommes de troupe dans le respect des règles de fonctionnement.
Cette bibliothèque est enrichie par des affectations de la Direction Générale de la Protection
Civile et par les achats de livres techniques ou littéraires sur le budget de l’état (budget de
fonctionnement) ;

Art. 337 : Les ouvrages constituant la bibliothèque de l’UPPC doivent figurer dans les inventaires
de la Direction de la Protection Civile de Wilaya.
Art. 338 : La bibliothèque est administrée par un sous officier et un agent désignés par le Directeur
de la Protection Civile de la Wilaya. Ils dépendent du chef de service de l’administration et de la
logistique.

53
CHAPITRE IX : TENUES, UNIFORMES
ET EQUIPEMENTS DE PROTECTION

Titre 1 : Tenues et uniformes.


Art. 339 : Les agents de la Protection Civile sont astreints au port de l’uniforme. La stricte
correction de la tenue de la Protection Civile, est exigée ; elle contribue au prestige de la
corporation ; elle justifie la fierté et le respect que l’uniforme doit inspirer.

Le port de la tenue et uniforme est obligatoire pour les agents de la Protection Civile pendant toute
la durée du service.

Art. 340 : Le personnel féminin en état de grossesse peut, sur sa demande, être dispensé du port
de l'uniforme, sur décision du Directeur de la Protection Civile, prise au vu de la déclaration écrite
de l'intéressée, appuyée d’un certificat médical délivré par un médecin spécialiste assermenté.

Art. 341 : La tenue civile n’est pas autorisée pour rejoindre et quitter le lieu du service sauf dans
des cas particuliers laissés à l’appréciation du commandement.

Art. 342 : Les différentes tenues et uniformes de la Protection Civile sont définis par des textes
particuliers.

Art. 343 : Les tenues et uniformes ne peuvent comporter que les effets réglementaires.

Art. 344 : Les effets vestimentaires constituent les tenues ou uniformes et ne peuvent être cédés à
une personne étrangère au service ; ni vendus ou faire l’objet d’un prêt quelconque, sous peine de
sanctions prévues par la réglementation en vigueur.

Art. 345 : Toute personne qui, sans droit, portera publiquement un uniforme complet ou ne serai-
ce qu’un article de la tenue des agents de la Protection Civile, est pénalement répréhensible
d'usurpation de signes réservés à l'autorité publique.

Art. 346 : La tenue doit être uniforme pour tous. La surveillance du port de la tenue réglementaire
avec grades et attributs est une responsabilité permanente des chefs, qui doivent eux-mêmes
donner l’exemple de la correction dans l’attitude et la tenue.

Art. 347 : Toute perte ou détérioration doit être immédiatement déclarée conformément aux
règles de gestion.

Art. 348 : Les tenues et uniformes doivent être propres et correctement boutonnés.
Art. 349 : En dehors des locaux de service, il est absolument interdit de circuler sans la coiffure de
l’Uniforme ou tenue et de garder les mains dans les poches..
Art. 350 : Les agents exerçant des fonctions dans l’administration doivent obligatoirement porter
l’uniforme réglementaire.

54
Art. 351 : Les agents de garde portent l’uniforme de travail complet depuis leur prise de garde
jusqu’à l’extinction des feux ; et du réveil jusqu’à la fin de leur garde.
Art. 352 : Les agents exerçant des fonctions dans les ateliers ou tout autre lieu similaire, portent la
tenue spécifique à cet effet.
Des combinaisons spéciales de travail ou des tabliers peuvent être portés par les agents exerçant
dans des lieux particuliers et ce, pour des raisons d’hygiène et de propreté.

Art. 353 : Le port du pull seul ou tee short n’est pas autorisé en intervention. En cours d’opération,
la tenue de travail est obligatoire avec casque, veste de protection, ceinture, bottes ou rangers.

Art. 354 : Les agents en mission dans une autre Wilaya, appelés en renfort ou à l’effet d’assurer
une fonction dans un dispositif de sécurité doivent être munis de leurs couchages et des tenues
suivantes :
 Tenue de travail Tenue d’intervention

 Effets personnels de toilette.

1.1. Les différentes catégories de tenues des agents de la Protection Civile :

Art. 355 : Les tenues des agents de la Protection Civile sont classées en deux catégories :

A. Catégorie 1 : Tenues de travail et tenues de cérémonie :


1. Tenues de travail portées en service opérationnel (intervention, administration, formation et
casernement) ;
2. Tenues de sortie portée lors des représentations, cérémonies, défilés, en service hors rang et en
salle opérationnelle.
3. Tenue d’intervention risques urbains et industriels (hommes et femmes) ;
4. Tenue d’intervention pour feux de forêts (hommes et femmes) ;
5. Tenue pour le personnel administratif et de formation (hommes et femmes) ;
6. Tenue de sortie hommes (officiers et officiers supérieurs) ;
7. Tenue de sortie femmes ;
8. Tenue de cérémonie hommes ;
9. Tenue de cérémonie femmes.
B. Catégorie 2 : Tenues des éléments appartenant aux unités spécialisées pour interventions
particulières :
1. Tenue pour les interventions aquatiques (sauvetage en surface) :
2. Tenue pour les interventions subaquatiques (plongeurs, sauvetage en profondeur) ;
3. Tenues en fonction des risques NRBC ;
4. Tenue pour intervention des GRIMP ;
5. Tenues pour le personnel de la Brigade cynophile ;
6. Tenues pour les pilotes d’hélicoptère, le copilote et le mécanicien ;
7. Tenue de sport Tenue de sport ;
8. Tenues pour surveillants de baignades professionnels ;
9. Tenues pour surveillants de baignades saisonniers.

55
A. Tenues de travail et tenues de cérémonie :

Composition
Type de tenue Code
Tenue hiver Tenue Eté
1. Casque F1;
1. Casque F1 ;
2. Veste textile de feu manches retroussées jusqu’aux
2. Veste textile de feu ;
coudes ;
3. Pantalon textile de feu ;
3. Pantalon textile de feu ;
4. Ceinture en toile ;
Tenue d’intervention risques 4. Ceinture en toile ;
5. Ceinture de feu ;
urbains et industriels TI1 5. Ceinture de feu ;
6. Pull en laine ou pull col cheminée ;
(hommes et femmes) 6. Polo demi-manches ou teeshirt ;
7. Rangers ou Bottes de feu coquées qui protègent des
7. Rangers ou Bottes de feu coquées qui protègent des
chutes d’objet et de la chaleur ;
chutes d’objet et de la chaleur ;
8. Gants de protection en cuir ;
8. Gants de protection en cuir ;
9. Veste en cuir.
9. Veste en cuir.
1. Casque F2 et lunettes de protection ;
2. Cagoule ;
3. Veste textile de feu manches retroussées jusqu’aux
coudes ;,
Tenue d’intervention 4. Pantalon textile de feu ;
pour feux de forêts TI2 - 5. Ceinture en toile ;
(hommes et femmes) 6. Ceinture de feu ;
7. Polo demi-manches ou teeshirt ;
8. Rangers de feu ;
9. Gants de protection en cuir ;
10. Veste en cuir.
1. Veste textile de feu ; 1. Veste textile de feu manches retroussées jusqu’aux
2. Pantalon textile de feu ; coudes ;
Tenue pour le personnel 3. Ceinture en toile ; 2. Pantalon textile de feu ;
administratif et de formation TI3 4. Ceinture de feu ; 3. Ceinture en toile ;
(hommes et femmes) 5. Pull en laine ou pull col cheminée ; 4. Ceinture de feu ;
6. Rangers ; 5. Polo demi-manches ;
7. Veste en cuir. 6. Rangers de feu.
56
Tenues de travail et tenues de cérémonie : (Suite) :

Composition
Type de tenue Code
Tenue hiver Tenue Eté
1. Vareuse et pantalon de sortie ;
2. Ceinture toile bleue ; 1. Pantalon de sortie,
Tenue de sortie hommes 3. Képi ; 2. Ceinture toile bleue
4. Chemise blanche, 3. Képi ;
(officiers et officiers TS1 5. Cravate noire ; 4. Chemise demi-manches de couleur bleue ciel ;
supérieurs) 6. Gants noirs ; 5. Chaussettes noirs ;
7. Chaussettes noirs ; 6. Chaussures de villes.
8. Chaussures de villes.
1. Vareuse et jupe ou pantalon de sortie
2. Ceinture toile bleue ;
1. Vareuse et jupe ou pantalon de sortie
3. Képi ou tricorne ;
2. Ceinture toile bleue ;
4. Chemisette blanche ;
Tenue de sortie femmes TS2 5. Cravate noire,
3. Képi ou tricorne ;
4. Chemisier de couleur bleue ciel ;
6. Gants noirs ;
5. Escarpins.
7. Collant couleur chair ;
8. Cavalières.
1. Vareuse et pantalon de sortie, 1. Vareuse et pantalon de sortie,
2. Ceinture toile bleue ; 2. Ceinture toile bleue ;
3. Képi ; 3. Képi ;
4. Chemise blanche, 4. Chemise blanche,
Tenue de cérémonie
hommes TC1 5. Cravate noire, 5. Cravate noire,
6. Gants noirs, 6. Gants noirs,
7. Chaussettes noirs ; 7. Chaussettes noirs ;
8. Chaussures de villes ; 8. Chaussures de villes ;
9. Fourragère. 9. Fourragère.
1. Vareuse et jupe ou pantalon de sortie 1. Vareuse et jupe ou pantalon de sortie
2. Ceinture toile bleue ; 2. Ceinture toile bleue ;
3. Képi ou tricorne ; 3. Képi ou tricorne ;
4. Chemisette blanche ; 4. Chemisette blanche ;
Tenue de cérémonie
femmes TC2 5. Cravate noire, 5. Cravate noire,
6. Gants noirs ; 6. Gants noirs ;
7. Collant couleur chair ; 7. Collant couleur chair ;
8. Cavalières ; 8. Cavalières ;
9. Fourragère. 9. Fourragère.

57
B. Tenues appartenant aux éléments des unités spécialisées pour interventions particulières :

Type de tenue Code Composition


1. Une combinaison permettant de supporter les températures peu élevées de l'eau et renforcée aux genoux, zones de contact avec des sols parfois
Tenue pour les interventions coupant.
aquatiques TUS1 2. Un masque et un tuba pour des recherches sous l'eau,
(sauvetage en surface) 3. Des chaussons, pour les déplacements à pied, dans l'eau,
4. Une paire de palmes, pour secourir les personnes rapidement.
1. Veste avec cagoule attenante, un pantalon, des bottillons et des gants ou une combinaison que jouant un rôle de protection thermique et mécanique ;
2. Un masque qui recouvre de façon étanche les yeux et le nez, pour la protection du visage,
3. Un scaphandre autonome composé d'un bloc bouteille et d'un détendeur,
4. Un dispositif de lestage composant la flottabilité positive que provoque le vêtement,
Tenue pour les interventions 5. Une paire de palmes permettant le déplacement,
subaquatiques (plongeurs, TUS2 6. Un tuba,
sauvetage en profondeur) 7. Une montre de plongée afin de contrôler le temps de plongée,
8. Un profondimètre ;
9. Un poignard, à la fois outil et élément de sécurité,
10. Une lampe torche,
11. Un système de sécurité gonflable (gilet ou bouée) permettant au plongeur de remonter et de se maintenir en surface sans efforts.
CHIMIQUE
Combinaison légère de décontamination (CLD) CLD : Combinaison légère de décontamination
- Masque complet + filtre
- Gants Butyle + sous gants en coton
- Surbottes + chaussettes en mousse de carbone
RADIOACTIF
- Combinaison légère de décontamination (CLD) ou TOM T.O.M. : Tenue Outre Mer
Les tenues en fonction des - Masque Filtrant FFP3
risques NRBC TUS3 - Lunettes de sécurité
- Double paire gants latex
- Surbottes (CLD) + chaussettes en mousse de carbone (TOM)
BIOLOGIQUE
- Combinaison légère de décontamination (CLD) ou (TOM)
- Masque Filtrant FFP2
- Lunettes de sécurité
- Double paire gants latex
- Surbottes (CLD) + chaussettes en mousse de carbone (TOM)

58
Tenues des unités spécialisées pour interventions particulières : (suite)

1. Une combinaison de couleur rouge leur permettant de se mouvoir avec aisance,


2. Une veste de cuir ;
Tenue pour intervention des 3. Tricot colle cheminée ou pull en laine ;
GRIMP TUS4 4. Un casque F 2,
5. Chaussures de type « montagne » assurant la cheville et permettant une adhérence maximum sur tous types de terrains.
6. Des gants permettant une précision de doigté lors des manœuvres de corde.
1. Casque F2
2. Combinaison d’intervention et d’exercice ;
Tenues pour le personnel de la 3. Tricot colle cheminée ou pull en laine ;
Brigade cynophile TUS 4. Ceinture de feu ;
5. Gants en cuir ;
6. Rangers.
1. Combinaison de couleur bleue ;
2. Blouson en cuir ;
Tenues pour les 3. Ceinture de feu ;
pilotes d’hélicoptère, le TUS 4. Casquette ;
copilote et le mécanicien 5. Lunettes de soleil (pour le pilote et le copilote) ;
6. Gants ;
7. Rangers.
1. Tee-shirt respirant,
2. Short ample,
Tenue de sport TUS 3. Chaussure de sport adapté à l’activité,
4. Survêtement à revêtir à la fin de la séance.
1. Tee-shirt respirant de couleur jaune ;
Tenues pour surveillants de
baignades professionnels TUS 2. Short ample de couleur rouge ;
3. Sandales en plastique.
1. Tee-shirt respirant de couleur rouge,
Tenues pour surveillants de
baignades saisonniers TU 2. Short ample de couleur rouge,
3. Sandales en plastique.

59
Art. 356 : Pour des raisons d'hygiène et de sécurité, l’agent de la Protection Civile doit mettre son
pantalon par-dessus les bottes ou les rangers. Le port de bijoux apparent (dont les boucles
d'oreilles, chevalière, bagues, piercings, etc.) n'est pas autorisé.
1.2. Tenue d’hiver et tenue d’Eté :
Art. 357 : Les changements de tenue et uniforme sont fixés aux dates suivantes :
- Pour les Wilayas du nord :
 Tenue d’Hiver : le premier Octobre de chaque année.
 Tenue d’Eté : le premier Juin de chaque année.

- Pour les Wilayas du sud :


 Tenue d’Hiver : le premier novembre de chaque année.
 Tenue d’Eté : le premier mai de chaque année.
Ces dates peuvent être modifiées sur instruction de Monsieur le Directeur Général de la
Protection Civile.
1.3. Le port de la tenue à l’étranger :
Art. 358 : Le port de la tenue à l'étranger est autorisé dans le cadre :
- D'activités opérationnelles transfrontalières et conformément aux conventions en
vigueur
- D'opérations internationales pour les personnels engagés par le ministre en charge de la
Protection civile ;
- De certaines actions de formation, de coopération ou de représentation mandatées ou
autorisées par le ministre en charge de la Protection Civile.
Titre 2 : Les équipements de protection.
Art. 359 : Un équipement de protection individuelle est un dispositif ou moyen destiné à être
porté par un agent de la Protection Civile, en vue de se protéger contre un ou plusieurs risques
susceptibles de menacer sa sécurité ou sa santé principalement au cours d’une intervention.
Art. 360 : Lors des interventions de secours d'urgence aux personnes effectuées par le personnel
de l’ambulance, en été comme en hiver, il est nécessaire de porter des gants jetables afin de se
protéger des risques d’accident d’exposition au sang.
Art. 361 : Les équipements de protection protègent les intervenants contre les risques de
projection de divers liquides et solides sur l’ensemble du corps.
C’est pour cette raison que l’agent doit toujours veiller à mettre le bas du pantalon par-dessus les
bottes ou rangers afin d’éviter que des solides ou liquides ne pénètrent à l’intérieur des bottes et
rangers.
Il doit également faire en sorte que l’ensemble veste + pantalon constitue un ensemble uniforme et
propre.
Art. 362 : Les points de vérification de la tenue vestimentaire doit porter sur :
- La présence des bandes rétro- réfléchissantes ;
- La propreté de ces bandes ;
- L’état hygiénique général ;
- L’absence de trous, déchirures, brûlures.
60
CHAPITRE X : LES MARQUES EXTERIEURS DE RESPECT, LA VIE EN
CASERNEMENT ET LES REGLES INDIVIDUELLES DE CONDUITE

Titre 1 : Le salut.
Art. 363 : Le salut est obligatoire en tant que signe extérieur de respect que l’on adresse à un
supérieur hiérarchique. Son entière correction doit être strictement exigée.

Art. 364 : Le salut doit être présenté avec la correction et le sérieux qui lui sont reconnus.
C’est le subalterne qui, le premier, doit effectuer le salut, à la suite de quoi le supérieur a pour
devoir rigoureux de rendre le salut dans la forme réglementaire.
Lorsqu’il est en marche (véhicule) le subalterne est dispensé du salut.
Art. 365 : Lorsque le subalterne est décoiffé ou avec les mains occupées, il marque le garde a vous
et dirige le regard vers le supérieur en guise de salut.

Art. 366 : Pour effectuer le salut, le subalterne se met au garde à vous et dirige le regard vers la
personne qu’il salue avec un léger relèvement de la tête.
D’un mouvement rapide, il porte sa main droite déployée et doigts tendus et joints sur l’arcade
droite, la main maintenue dans le prolongement de l’avant bras. La forme de la main est maintenue
avec une légère inclinaison vers le bas. Le bras reste sensiblement à l’horizontale aligné avec
l’épaule.
Il ramène ensuite rapidement le bras le long du corps.
Art. 367 : Lorsqu’il se présente à un supérieur hiérarchique l’agent de Protection Civile se met au
garde à vous, effectue le salut et tout en déclinant le cas échéant ses grades, il se met à la
disposition de son supérieur.
Art. 368 : Les agents doivent faire preuve d’un comportement irréprochable tant avec leur
subordonné qu’avec leur supérieur hiérarchique.
Art. 369 : A l’extérieur des casernements, lorsqu’ils sont en uniforme, ils ont le devoir de respecter
en toute occasion les règles du savoir vivre.
Art. 370 : A l’intérieur des casernements la correction s’impose :
 Un agent qui rencontre ou croise un supérieur au seuil d’une porte doit lui céder le passage,
dans un escalier, il se porte du coté opposé à la rampe et le laisse passer.
 Lorsqu’il fume, il prend sa cigarette de la main gauche pour effectuer son salut.
 C’est le supérieur qui, le premier prend l’initiative de la poignée de mains.
 L’agent salue son supérieur même si ce dernier est en tenue civile.
 Dans tous les cas et même lorsque l’agent est en tenue civile ; il doit marquer les signes de
respect en se mettant au garde à vous, devant le supérieur qu’il croise.
Art. 371 : Tout agent de la Protection Civile présente les honneurs aux couleurs nationales par le
salut.
De même, il doit rendre les honneurs à l’hymne national pendant toute la durée de son exécution.
61
Art. 372 : Le salut n’est pas nécessaire à l’intérieur des locaux publics (tel que Mess, Salles
communes).
Art. 373 : L’agent de la Protection Civile, quel que soit son grade doit saluer les autorités militaires
nationales et civiles et ou étrangères.

Art. 374 : L’agent de la Protection Civile marque un respect à tout porteur de médailles décernées
à titre civile ou militaire.
Art. 375: Lorsque plusieurs agents reçoivent la visite d’un Officier supérieur dans un local, le
premier d’entre eux qui l’aperçoit ordonne : « ‫» مكانك تهيأ‬.
Lorsqu’il s’agit d’un Officier ou d’un Sous-officier d’un grade supérieur l’ordre est : « ‫» أثبت‬.
Les agents présents dans le local se lèvent immédiatement et gardent le silence et l’immobilité
jusqu’au commandement de l’officier ou Sous-officier qui ordonne : « ‫» راحة‬.

Titre 2 : Les rassemblements.

1.4. Définition et objectifs :


Art. 376 : Les rassemblements réunissent tous les agents d’une Unité de Protection Civile en un
endroit préalablement connu de tous.

Art. 377 : Tous les agents opérationnels, quel que soient leurs grades ou leurs fonctions, sont tenus
obligatoirement d’assister aux rassemblements.

Art. 378 : Les rassemblements ont pour objet notamment :


 De réunir en même temps tout ou partie de l’effectif d’une unité ;
 De renforcer la cohésion des agents ;
 De donner aux chefs l’occasion de s’assurer de la présence des agents et gradés placés sous
leurs commandements;
 D’informer les agents et gradés du contenu des notes de service ;
 De vérifier et de contrôler les matériels et paquetages individuels.
 De préparer le personnel pour une opération;
 D’effectuer la levée des couleurs;
 De préparer les équipes quotidiennement;
 De répartir des tâches et des fonctions.

1.5. Les différents types de rassemblements :


1.5.1. Les rassemblements de prise de service :

Art. 379 : Dans toutes les unités de la Protection Civile, le rassemblement quotidien de prise de
service est effectué à O8h 00 précise. Il réuni les équipes de deux gardes ainsi que le personnel
exerçant des taches administratives et techniques.
L’horaire du rassemblement peut être modifié dans certaines occasions afin qu’il coïncide avec
l’heure de la relève des effectifs (ex. au mois de Ramadhan).

62
Art. 380 : Lorsque la Direction de la Protection Civile de Wilaya est implantée dans l’enceinte du
casernement, son personnel est tenu d’assister au rassemblement matinal quotidien de prise de
service.

Art. 381 : Le rassemblement de prise de service réunit en présence du chef d’unité tous les effectifs
en tenue réglementaire.
Art. 382 : La lecture de la feuille de service est donnée après le retrait de la garde descendante par
le sous-officier de garde en présence de l’officier de garde.
Art. 383 : Les agents sont appelés aux rassemblements par une sonnerie. La fin du rassemblement
est décidée par l’officier de garde:

1.5.2. Les rassemblements au cours des interventions :


Art. 384 : Le chef d’agrès ou le commandant des opérations de secours peuvent en cours
d’intervention réunir les agents placés sous leur commandement.
Art. 385 : Les rassemblements en cours d’intervention doivent, permettre au chef d’agrès et au
commandant des opérations de secours de renforcer la discipline, revoir la stratégie d’intervention
ou de redéfinir les missions des équipes placées sous leur responsabilité.
Art. 386 : Au cours des grandes opérations, les rassemblements de prises de services quotidiens
tels que définis aux Art. 245 et 246 du présent règlement sont obligatoires.

1.5.3. Les rassemblements inopinés :

Art. 387 : Le chef d’unité ou l’officier de garde peut décider à tout moment de rassembler les
agents de l’unité en dehors des rassemblements définis à l’Art. 245 du présent règlement.

Art. 388 : Ces rassemblements sont dits inopinés lorsque les agents ne sont pas informés
préalablement.

Art. 389 : Les rassemblements inopinés permettent de s’assurer:


 de la capacité de mobilisation de l’unité;
 de la présence des agents;
 de décider d’une grande opération.

1.5.4. Les rassemblements partiels :

Art. 390 : L’officier de garde ou son adjoint peut ordonner des rassemblements partiels d’une
certaine catégorie d’agents.

Art. 391 : Les rassemblements partiels sont destinés à faire exécuter une mission précise ne
concernent qu’une catégorie d’agents.

Art. 392 : Sont exclus de ce type de rassemblement, les rassemblements effectués pour un départ
de secours.

63
1.5.5. Les rassemblements pour la levée et la récupération des couleurs :

Art. 393 : L’agent de la Protection Civile doit rendre honneurs aux couleurs nationales.
Art. 394 : Tous les matins, à la prise de la garde, un hommage est rendu aux couleurs nationales
par l’ensemble des l’équipes montantes et descendantes conformément aux Art. 243 et 244 du
présent règlement de service.

Art. 395 : Tous les jours, au lever et au coucher du soleil, une sonnerie annonce le rassemblement
de l’équipe chargée de lever ou de récupérer les couleurs nationales.

Art. 396 : La levée et la récupération des couleurs nationales sont effectuées au minimum par
quatre (04) agents en tenue réglementaire, les effectifs de l’Unité étant rassemblés.
Art. 397 : Les cérémonies de levée et de récupération des couleurs nationales doivent se dérouler
comme suit :

1.6. Levée des couleurs :


- Le Sous-officier de garde et les agents désignés se dirigent au pas cadencé vers le mât et
se placent de part et d’autre de celui-ci en se décoiffant.
- Le Sous-officier porte sur les avant-bras placés horizontalement, coudes pliés, bras joints
au corps, le pavillon national.
- L’agent fixe le pavillon à la drisse et se tient prêt à la manœuvrer.
- Pendant ce temps, +les autres agents de l’unité devront rendre les honneurs en s’alignant
en face du mât.
- Une minute avant l’heure prescrite l’Officier de garde ordonne le garde à vous puis
commande «Attention pour les couleurs en langue nationale ».
- A l’heure précise, il ordonne: envoyez en langue nationale.
- Lorsque le clairon existe, il sonne au drapeau lorsqu’il fait défaut l’agent hisse lentement
le pavillon jusqu’au sommet du mât.
- Au commencement du mouvement, le Sous-officier doit veiller à ce que le pavillon ne
touche pas à terre.
- Lorsqu’une musique est présente, elle joue le refrain de l’hymne national.
- Les agents qui se trouvent à proximité immédiate doivent faire face au pavillon prennent
la position de garde à vous et saluent.
- Les agents qui entendent la sonnerie dans l’enceinte de l’unité ou à l’extérieur s’arrêtent
et saluent dans la direction d’où vient le son.
- Ceux qui entendent la sonnerie dans les locaux où ils se trouvent, gardent le silence et
l’immobilité.
1.7. La récupération des couleurs :
- La cérémonie de récupération des couleurs est la même que celle de la levée.
- Le sous-officier et les agents désignés se placent de part et d’autre du mât, l’agent se tient
près à manœuvrer la drisse.

64
- Au commandement «amener» (en langue nationale) l’agent descend lentement le
pavillon, le gradé le reçoit en veillant à ce qu’il ne touche pas à terre.
- L’agent détache le pavillon de la drisse puis aide le sous-officier à le plier.
- A la fin de la cérémonie, le sous-officier et les agents se recoiffent, quittent le mat au pas
cadencé, le sous-officier portant le pavillon sur les avant-bras coudes pliés, bras joints au
corps.

Art. 398 : Les agents qui se trouvent à proximité reprennent la position « Repos » lorsque les
couleurs ont fini d’être hissée ou fini d être amenées.
Art. 399 : Durant la cérémonie de levée et récupération des couleurs, les agents reprennent la
position «Repos».

Art. 400 : Le drapeau national doit être déposé à un endroit prévu à cet effet. Il doit être entretenu
régulièrement chaque fois qu’il est nécessaire.

Titre 3 : L’ordre serré.


Art. 401 : Toutes les unités de la Protection Civile sont tenues de programmer des exercices
d’ordre serré à l’ensemble des agents qui la composent au moins deux fois (02) fois par semaine.

Art. 402 : Les déplacements d’un point à un autre d’une ou partie d’une unité, sont effectués en
ordre serré, sous la conduite d’un Officier ou Sous-officier.

Art. 403 : Les déplacements des unités, à l’extérieur des casernements se font en ordre serré.

Art. 404 : L’ordre serré permet de maintenir la discipline et la cohésion d’une unité, par le
regroupement harmonieux de tous les agents.
Art. 405 : L’ordre serré s’effectue toujours par groupes constitués.

Titre 4 : L’unité en ordre de marche.


Art. 406 : Les déplacements en véhicules de Protection Civile ou en campagne doivent obéir à un
ordre de marche préalablement établi.

Art. 407 : Le chef d’unité est responsable des déplacements de ses moyens à l’extérieur des
casernements. Si la totalité des moyens de l’unité doit se déplacer, un plan de route doit être établi
et respecté scrupuleusement entre le point de départ et le point d’arrivée.
Art. 408 : Les déplacements en véhicule s’effectuent toujours en groupe sous les ordres d’un gradé
responsable.

Titre 5 : Le cantonnement.
Art. 409 : Lorsque l’unité est en déplacement pour une durée qui n’excède pas 24 heures, des
cantonnements de l’unité doivent être prévus.

65
Art. 410 : Au niveau des cantonnements, les règles de fonctionnement de l’unité doivent être
intégralement respectées.

Art. 411 : Un poste de commandement doit être installé au niveau du cantonnement sous la
responsabilité de l’officier de garde.
Art. 412 : Les règles relatives à la constitution de trois (03) groupes de fonctionnement 24/48
heures peuvent être réexaminées de manière à former plusieurs groupes effectuant un service de
3 fois 8 ou 4 fois 6 soit 08 heures ou 06 heures en opérations et seize ou dix huit heures au
cantonnement.

Art. 413 : Pendant toute la durée du cantonnement aucune permission n’est accordée, sauf pour
un cas d’extrême urgence ; dans ce cas, une autorisation écrite du Directeur de la Protection Civile
de la Wilaya, ou à des niveaux de commandements supérieurs est exigée.

Art. 414 : Le périmètre du cantonnement doit être délimité de manière apparente et un accès
unique doit être prévu.

Art. 415 : Les déplacements des personnels et des matériels doivent être scrupuleusement
contrôlés par la mise en service d’un système de bons de sortie présentés à l’agent désigné au
poste de garde.

Art. 416 : Toutes sorties et entrées de personnels ou matériels sont notées sur un registre ouvert
au poste de garde à cet effet.

Art. 417 : Au niveau des cantonnements, seule la tenue de travail est permise.

Art. 418 : Le cantonnement doit être signalé par un panneau à l’entrée comportant un écriteau,
ainsi qu’un mat où les couleurs nationales seront hissées.

Art. 419 : Les agents blessés ou malades sont soit évacués à l’Hôpital soit soignés au
cantonnement.

Art. 420 : Le cantonnement de l’unité doit fonctionner avec ses propres moyens. Cependant
lorsque le cantonnement est situé à proximité du casernement de l’unité, l’alimentation sera
fournie par cette dernière.

Art. 421 : Lorsque le cantonnement doit durer plus de Soixante douze (72) heures consécutives,
toutes les dispositions seront prises à l’effet de confectionner les repas sur place.

Art. 422 : La levée du cantonnement s’effectuera dans un ordre préalablement défini.

Titre 6 : L’hygiène.
Art. 423 : L’hygiène a pour objet de préserver la santé de l’agent et d’empêcher l’éclosion de
maladies contagieuses.

Art. 424 : Le chef d’unité assisté du médecin de l’unité, est responsable de l’hygiène de l’ensemble
des agents placés sous son autorité,.
66
6.1. L’hygiène en casernement :

Art. 425 : Le chef d’unité doit veiller à la mise en place de locaux sanitaires en nombre suffisant.

Art. 426 : Les locaux sanitaires doivent être maintenus en parfait état de propreté.
6.1.1. Hygiène collective :
Art. 427 : Après le rassemblement de prise de fonction, des équipes sont désignées pour le
nettoyage des casernements. Ce nettoyage doit comprendre outre les matériels, les différents
locaux de l’unité.

Art. 428 : Chaque fin de semaine, il est procédé à de grands nettoyages de casernement.
Toute la literie doit obligatoirement être aérée ou le cas échéant remplacée.
Art. 429 : Les réfectoires, dortoirs, foyers, cuisines, sanitaires doivent être lavés à grande eau
javellisée quotidiennement.

Art. 430 : Une désinfection générale de tous les locaux doit être effectuée annuellement.

Art. 431 : Les cuisines doivent être conservées en parfait état de propreté.
Les sols et les parois doivent être imperméabilisés et une aération constante doit être maintenue
dans les locaux.

Art. 432 : Les chambres froides ou réfrigérateurs doivent faire l’objet d’un nettoyage constant (au
moins une (01) fois par semaine).

Art. 433 : Les denrées alimentaires avariées ne doivent en aucun cas séjourner dans la chambre
froide et seront automatiquement détruites suivant la procédure réglementaire.

Art. 434 : La vaisselle collective et individuelle doit être lavée à l’eau javellisée. Elle ne doit pas être
essuyée mais séchée sur un égouttoir.

Art. 435 : L’accès aux cuisines est strictement interdit aux agents ; un menu mensuel doit être
établi par l’administration avec la participation du chef de service de l’administration et de la
logistique, le médecin-chef, l’économe et le Cuisinier.

Art. 436 : La distribution des repas doit être effectuée par un guichet ; un repas témoin doit être
conservé pendant une durée de 24 heures dans un lieu réfrigéré.

Art. 437 : Les agents préposés aux cuisines doivent veiller à l’hygiène dans la cuisine, notamment:
- Port de tenues de cuisiniers complètes ;
- Avoir les mains propres et les ongles coupés et porter des gants alimentaires jetables ;
- Subir des visites médicales trimestrielles.

Art. 438 : Tous les repas doivent être pris dans les réfectoires de l’unité, sauf cas exceptionnel
prévu par le présent règlement.

Art. 439 : Il est interdit de prendre des repas dans les dortoirs, de locaux de service, dans les
bureaux et en général hors des réfectoires, il en est de même pour la pause-café.

67
Art. 440 : La confection des repas par des agents dans les chambres ou dans les dortoirs est
formellement interdite.
Tout contrevenant sera sanctionné pour faute grave.

Art. 441 : Il est interdit aux agents de se déplacer à l’extérieur des casernements pendant les
heures de service pour s’alimenter.
Art. 442 : Lorsqu’un agent est astreint à suivre un traitement médical (régime) sur présentation
d’une attestation du médecin spécialiste, des dispenses doivent être accordées expressément par
le chef d’unité, pour bénéficier de repas spéciaux.

6.1.2. Hygiène individuelle :

Art. 443 : L’agent de la Protection Civile doit constamment veiller à son hygiène corporelle et
vestimentaire.
Art. 444 : La coupe de cheveux ne doit pas donner lieu à des interprétations diverses ; les agents
de la Protection Civile portent les cheveux très couts (nuque dégagée, pattes courtes, cheveux
courts, un centimètre à l’arrière et deux centimètres à l’avant).

Art. 445 : Le personnel féminin doit garder ses cheveux attachés s’ils sont courts, ou remontés en
chignon sous la casquette si leur longueur dépasse les épaules.

Art. 446 : La moustache, d’un port facultatif, bien taillée, doit recouvrir la lèvre supérieure ; elle ne
doit pas dépasser celle-ci dans les directions plus ou moins fantaisistes imposées par sa longueur
et son épaisseur.
Art. 447 : Le port de la barbe, du bouc, du collier, de la mouche est interdit.
Art. 448 : Pour des raisons d'hygiène et de sécurité :
- Le port de bijoux apparents (dont les boucles d'oreilles et les piercings) n'est pas autorisé ;
- Les cheveux doivent être d'une longueur compatible avec le port d'une coiffe ou être
attachés.

Art. 449 : Le rasage quotidien est obligatoire sauf dérogation exceptionnelle délivrée par un
médecin spécialiste et ce, pour une durée déterminée.
Art. 450 : Les tatouages sont interdits.
Art. 451 : Tous les ongles doivent être nettoyés et coupés.
Art. 452 : Chaque élément doit disposer obligatoirement d’un nécessaire de toilette.

6.1.3. Hygiène vestimentaire :


Art. 453 : Les effets vestimentaires doivent être correctement portés.
Art. 454 : Les effets vestimentaires doivent être maintenus en parfait état de propreté. Les
retouches fantaisistes ou autres modifications aux tenues et uniformes, sont strictement interdites.

Art. 455 : Au cours de la prise de service, les officiers de garde ou leur adjoint de garde effectuent
des contrôles d’hygiène (revues).
68
Art. 456 : Les vestes de protection, les bottes, les rangers, les casques, les gants doivent être
graissés, cirés ou astiqués, avant chaque prise de garde et au retour d’intervention.

6.2. L’hygiène en cantonnement :

6.2.1. Hygiène collective :


Art. 457 : L’hygiène collective au niveau des cantonnements doit être renforcée.
Art. 458 : Les installations de latrines et autres locaux sanitaires doivent être prévues en un
endroit éloigné des cantonnements et seront situés soit en contrebas, soit sous le vent (sens
opposé de la direction des vents dominants).
Elles doivent être prévues en nombre suffisant conformément aux usages.

Art. 459 : Les ordures ménagères et autres déchets doivent être enfouis sous terre ou le cas
échéant brûlés, en un endroit situé sous le vent suffisamment éloigné.

Art. 460 : Les latrines doivent être régulièrement chaulées et désinfectées.

Art. 461 : L’eau stockée dans des citernes destinée à la consommation du personnel doit être
strictement contrôlée et javellisée avant sa distribution.

Dans la mesure du possible, il est préférable de distribuer de l’eau minérale afin d’éviter les
maladies hydriques.

Art. 462 : Le choix du site doit tenir compte de la protection et de la sécurité du personnel.

Art. 463 : L’installation des tentes doit obéir aux règles suivantes :
- Respecter un alignement parfait;
- Respecter les distances entre les tentes (03 mètres);
- Le sol ne doit pas être creusé, mais seulement décapé;
- Des rigoles d’évacuation des eaux doivent être aménagées autour des tentes.
- Lorsque les conditions climatiques le permettent, l’aération des tentes doit être effectuée par
le repliement des bords.
- Désherbage aux alentours des tentes.

Art. 464 : La détention par les agents des denrées alimentaires rapidement périssable est
strictement interdite, des contrôles réguliers doivent être effectués par l’officier de garde, son
adjoint ou le sous-officier de garde.

Art. 465 : Lorsque les conditions de séjour dans le cantonnement sont éprouvantes (froid, chaleur
etc.) le gradé responsable doit prendre toutes mesures pour faire face à la situation (rajouter des
couvertures et prévoir des équipements pour améliorer le confort).

Art. 466 : Les agents doivent se laver et mettre des vêtements propres avant de se coucher.

69
Art. 467 : Toutes les dispositions doivent être prises par le chef d’unité afin d’assurer le
renouvellement sans délai des effets d’habillement détériorés pendant les interventions.

Art. 468 : L’intérieur des tentes doit être maintenu dans un parfait état de propreté.

6.2.2. Hygiène individuelle :

Art. 469 : La propreté corporelle est la base de l’hygiène individuelle. Elle s’impose, plus qu’à tout
autre, à l’homme qui vit en collectivité ; aussi doit-elle faire dans les casernements, l’objet de la
surveillance la plus attentive de la part des officiers et gradés.
Les agents doivent, au réveil, se laver d’une façon aussi complète que possible, sans négliger la
bouche et les dents ; ils renouvellent, dans la journée, les soins de propreté indispensables au
retour d’une intervention, des manœuvres ou exercices sportives et à l’issue des corvées.

Art. 470 : Les conditions d’hygiène individuelle au niveau des cantonnements doivent être
scrupuleusement observées.
Art. 471 : La toilette des agents doit être assurée quotidiennement, notamment :
- Au réveil matinal, les agents doivent se laver d’une façon complète.
- Au retour d’une intervention, ils doivent se laver surtout les mains et le visage au savon
et à grande eau.

6.2.3. Hygiène vestimentaire :


Art. 472 : Les effets d’habillement doivent être larges pour ne pas gêner la circulation du sang,
pour ne pas comprimer certaines parties du corps ou y déterminer des frottements constants,
pour ne pas empêcher la circulation ou le passage de l’air.
Art. 473 : Les linges de corps doivent être lavés au moins une fois par semaine et changés
régulièrement.
Art. 474 : Le linge sale doit être mis dans un sac et remis au lavage à l’unité, lorsque celle-ci
dispose de moyens appropriés.

Titre 7 : Revue de paquetage.


Art. 475 : La revue de paquetage consiste à vérifier que l’agent est en possession de tous les effets
entrant dans la dotation individuelle du paquetage.
Art. 476 : La distribution d’effets vestimentaires et de couchage doit être effectuée sur
présentation du carnet individuel d’habillement et ce conformément aux règles de gestion arrêtées
par la Direction Générale de la Protection Civile.
Art. 477 : Chaque agent doit disposer d’un livret individuel qu’il doit conserver en permanence en
sa possession.
Le double de son carnet d’habillement est conservé au niveau du magasin général.
Art. 478 : Tout agent doit impérativement signer sur son carnet d’habillement ainsi que sur une
liste nominative de distribution et ce, à chaque fois qu’il reçoit une dotation.
70
Cette liste établie en double exemplaire est classée au niveau du magasin général et au niveau du
service de l’administration et de la logistique.
Art. 479 : Les revues de paquetage doivent se dérouler comme suit :
7.1. Les revues systématiques :
- Les trois premiers jours de chaque mois pour les agents opérationnels.
- Les agents affectés aux services techniques et administratifs ne sont pas soumis à la revue du
paquetage.
7.2. Les revues inopinées :
- Elles peuvent avoir lieu à tout moment de la journée ou de la nuit et ce, sur décision du chef
d’unité.

Art. 480 : Les revues doivent s’effectuer comme suit :


- Tous les agents présents de l’unité sont rassemblés avec tous leurs effets d’habillement dans
la cour de l’unité.
- Les revues de literie et de vestiaire doivent s’effectuer dans le dortoir et les chambres.

Art. 481 : La revue est effectuée par l’officier de garde en présence du magasinier.

Art. 482 : Le magasinier doit être en possession de tous les doubles des carnets d’habillement
pendant la revue.

Art. 483 : Le contrôle concerne chaque effet d’habillement et de couchage affecté à l’agent.

Art. 484 : Aucun gradé ou agent ne peut se soustraire à la revue de paquetage.

Art. 485 : La revue de paquetage peut être effectuée pour un seul agent.

Art. 486 : Lorsqu’un ou plusieurs agents sont chargés d’une mission à l’extérieur de l’unité mais
sur le territoire de la Wilaya, une revue de la tenue qu’il porte et des effets qu’il emporte est
effectuée par l’officier de garde ou son adjoint.
Lorsqu’un ou plusieurs agents sont chargés d’une mission opérationnelle ordonnée dans le cadre
d’un renfort ou d’un dispositif spécial de protection à l’extérieur de la Wilaya, le chef d’Unité fait la
revue des hommes et du matériel et s’assure :
- Du fonctionnement des moyens matériels demandés ou nécessaires à l’opération.
- De l’existence du paquetage prévu à l’art. 377 du présent règlement.
- De la tenue des hommes et de leur niveau de préparation.

Art. 487 : Au niveau des opérations ou des cantonnements des revues totales ou partielles de
paquetage peuvent être organisées dans les conditions définies par le présent règlement de
service.

Art. 488 : Tout agent affecté d’une unité à une autre ou en dehors de la Wilaya d’origine conserve
son paquetage et doit se présenter à son unité d’accueil muni de son CIH.

71
Art. 489 : Dans le cas d’une détérioration accidentelle survenue lors d’une opération de secours, le
renouvellement de l’effet d’habillement usé peut être effectué selon les disponibilités au magasin
général, sur compte-rendu de l’agent concerné et rapport justificatif et certifié de son chef
hiérarchique.

Art. 490 : Le renouvellement entier ou partiel du paquetage individuel de tout gradé ou sapeur
bénéficiaire se fera contre restitution des effets usés.

Art. 491 : Sans préjudice des sanctions administratives, tout sapeur et gradé qui ne présente pas
un ou plusieurs effets portés sur le carnet d’habillement fera l’objet d’un prélèvement sur son
salaire, équivalent à la valeur du ou des articles manquants.

Art. 492 : L’agent affecté doit avant son départ de l’unité affectataire doit faire l’objet d’une revue
de paquetage, à la suite de laquelle son chef d’unité (ou le magasinier général) et viser le carnet
d’habillement en signalant tout manquement.

Art. 493 : Les stagiaires sortant d’un établissement de formation de la Protection Civile doivent
être pourvus d’un paquetage complet fourni par cet établissement.

Art. 494 : L’unité d’accueil d’un nouveau gradé ou sapeur, doit effectuer une revue complète de
paquetage de cet agent et viser le carnet individuel d’habillement.

Titre 8 : Information des agents.


Art. 495 : L’information des agents de la Protection Civile est un droit.
Art. 496 : Au niveau de toutes les unités, les informations doivent être rédigées sous forme de
notes de service, lues et soigneusement expliquées au rassemblement, ensuite placardées au
tableau d’affichage.
Art. 497 : Le tableau d’affichage est obligatoire au niveau de chaque unité ou cantonnement.
Art. 498 : Aucun agent n’est censé ignorer les notes lues et affichées au tableau de service.
Art. 499 : Les instructions de la Direction Générale de la Protection Civile doivent être diffusées à
l’ensemble des unités, lues et soigneusement expliquées au rassemblement et affichées dés leurs
réceptions.
Art. 500 : Les notes sont affichées obligatoirement au niveau de l’unité pendant un mois à compter
de la date de leur enregistrement.
Art. 501 : Le tableau d’affichage doit être protégé contre toute dégradation et situé en un lieu
apparent et accessible en permanence.

Titre 9 : Extinction des lumières.


Art. 502 : l’extinction des lumières dans les dortoirs, réfectoires et foyers est fixée à 22 h 00 sauf
dérogation pour des cas exceptionnels.
Le sous-officier de garde est tenu de veiller à l’application de cette mesure.
Le non respect de la dite mesure entraîne des sanctions prévues par la réglementions en vigueur.

72
CHAPITRE XI : SANCTIONS ET RECOMPENSES

Titre 1 : Principes généraux.


Art. 503 : Tout gradé a le devoir strict de contribuer au maintien de la discipline générale, en
relevant toute faute de ses subordonnés et s’efforçant d’y mettre fin.

Art. 504 : Les punitions redressent la conduite, combattent la négligence et répriment l’oubli du
devoir.
Art. 505 : La première punition ne doit être infligée qu’avec indulgence.
Art. 506 : En aucun cas les fautes individuelles ne peuvent entraîner ne répression collective.
Art. 507 : Les sanctions répriment les fautes professionnelles, les manquements à la discipline et
aux principes énoncés par le présent règlement de service.
Art. 508 : Les sanctions ont une valeur d’exemple.
Art. 509 : La sanction contribue à corriger la conduite et les connaissances des agents.
Art. 510 : La sanction constitue une mise en garde à l’ensemble du personnel de l’unité.
Art. 511 : Les sanctions physiques sont proscrites.
Art. 512 : Aucun agent ne peut être réprimé deux (02) fois pour la même et seule faute.
Art. 513 : Les fautes sanctionnées par les tribunaux n’excluent pas l’application d’une sanction
prévue par le présent règlement ou par le statut particulier.
Art. 514 : Les fautes individuelles ne doivent pas entraîner une sanction collective.
Art. 515 : La sanction est liée à la fonction et non au garde.
Art. 516 : Le droit de punir est lié à la fonction et au grade.
Art. 517 : tout supérieur a le devoir de signaler toute infraction et le droit de demander une
sanction même en dehors de ses compétences territoriales.
Art. 518 : Tous les gradés ont le devoir de relever toutes les infractions au présent règlement de
service et de proposer ou prendre des sanctions.
Art. 519 : Les Stagiaires des établissements de formation de la Protection Civile sont soumis à un
régime disciplinaire particulier.

Art. 520 : Toute sanction prononcée régulièrement doit être notifiée et appliquée immédiatement.
Art. 521 : Tout agent qui s’estime lésé dans ses droits ou injustement sanctionné peut faire
reconnaître l’irrégularité de la décision par écrit après exécution de la sanction qui lui a été infligée.
Art. 522 : Le recours de l’agent sanctionné, doit se faire auprès du gradé hiérarchiquement
supérieur, lequel doit obligatoirement transmettre la demande à son destinataire.
Le délai de recours ne peut en aucun cas dépasser 10 jours, après notification de la décision de
sanction.

73
Art. 523 : Toute réponse à une demande de révision de sanction doit être effectuée dans les délais
réglementaires.
Art. 524 : Tout manquement aux dispositions prévues dans le présent règlement sera sanctionné
conformément à la réglementation en vigueur.
Titre 2 : Classement des fautes professionnelles.
Art. 525 : Les fautes professionnelles sont classées en trois (0) catégories :
- Fautes du premier degré.
- Fautes du deuxième degré.
- Fautes du troisième degré.
- Fautes du quatrième degré.

2.1. Fautes de 1er degré :

Art. 526 : Sont considérées comme fautes de 1er degré :

1. Perte d’un article du petit matériel.


2. Port négligé de la tenue.
3. Responsable de la présence non autorisée de personnes étrangères au service sur les lieux
de travail.
4. Manque d’entretien des véhicules de service (hygiène et vérifications quotidiennes).
5. Manque d’entretien du matériel de travail.
6. Inobservation des règles d’hygiène.
7. Rassemblements répétés dans les bureaux couloirs, et autres dépendances.
8. Défaut de port de la carte professionnelle.
9. Salir ou inonder les sanitaires – douches lors de leur utilisation.
10. Prise de repas en dehors des lieux prévus à cet effet.
11. Préparation de repas ou boissons sur les lieux de travail.
12. Retard répétés de moins de (04) jours non justifies.
13. Refus d’émargement ou de pointage.
14. Non respect de priorité dans le cadre des transmissions.
15. Se présenter à l’administration en dehors des jours de réception.
16. Ne pas manifester les marques de respect à un supérieur.
17. Se présenter à son poste de travail mal rasé.
18. Tenir des propos malveillants ou injurieux à l’encontre des autres agents de même grade.
19. Non réintégration des matériels au magasin après une leur utilisation.

2.2. Fautes de 2ème degré :

Art. 527 : Sont considérées comme fautes de 2ème degré :


1. Récidives d’une faute de 1er degré.
74
2. Retard répété non justifié dont la durée cumulée de plus de 03 jours.
3. Pointage frauduleux.
4. Rondes de contrôle non effectuées.
5. Sommeil durant les heures de travail.
6. Inobservation ou violation de consignes de sécurité.
7. Réunions non autorisées sur les lieux de travail.
8. Effectuer des travaux ou toutes conceptions pendant les horaires de travail.
9. Utilisation du matériel de service à des fins personnels ou au profit des tiers.
10. Effectuer des transactions sur les lieux du travail.
11. Refus du port de la tenue réglementaire.
12. Détention d’armes blanches à l’intérieur des casernements.
13. Affichage ou distribution de documents sans autorisation de l’administration.
14. Adopter une attitude ou avoir un comportement contraire à la morale et à la décence.
15. Retards important dans le traitement du courrier reçu ou des dossiers confiés.
16. Mauvais classement des pièces comptables (factures, mandats, retard dans l’engagement
des factures, etc.) ou administratives (dossiers administratif des agents, situation sociale tel
que l’assurance et autres, etc.).
17. Perte ou dégradation d’outils, de matériels ou de documents.
18. Comportement irrespectueux envers ses supérieurs.
19. Abus de confiance.
20. Refus de restitution de matériels mis a sa disposition.
21. Non respect de la voie hiérarchique.
22. Ne pas signaler à l’administration tout changement du lieu de résidence.
23. Utilisation (abusive) du téléphone à des fins personnelles.
24. Abandon du tour de garde.
25. Hébergement en casernement de personnes étrangères au service.
26. Faire preuve de « laisser-aller » dans l’accomplissement des taches confiés.

2.3. Fautes de 3ème degré :


Art. 528 : Sont considérées comme fautes de 3ème degré :

1. Récidives d’une faute de 2éme degré.


2. Rendement nul malgré plusieurs rappels à l’ordre.
3. Quitter son poste de travail avant l’heure.
4. Cumul d’emploi.
5. Détournement de fonds.
6. Vol commis en casernement ou à l’occasion d’une opération d’intervention.
7. Accaparement d’un bien appartenant au service.
8. Attroupement ou incitation à une cessation concertée de travail.

75
9. Entrave au fonctionnement du service.
10. Etat d’ivresse ou consommation de psychotropes pendant le service.
11. Fournir des certificats médicaux de complaisance.
12. Non respect des couleurs et des symboles nationaux.
13. Faire preuve d’acte d’insubordination à l’égard de son chef hiérarchique.
14. Refus d’exécuter une mission dans le cadre du service.
15. Refus d’exécuter un ordre de réquisition.
16. Refus de libérer le logement de fonction relevant du service.
17. Divulgation d’information revêtant un caractère confidentiel ou de secret professionnel.
18. Scandale ou altercation sur les sites d’intervention.
19. Actes de vandalisme sur les infrastructures, les installations, les équipements et les
véhicules de service.
20. Non respect du code de la route ayant causé ou non un accident.
21. Refus de se soumettre à un contrôle médical ordonné par le service
22. Agression et voie de fait en casernement.
23. Menaces et diffamations proférées à l’encontre de ses supérieurs.
24. Faire don ou vente des effets d’habillement ou de service (neufs ou usés).
25. Non assistance à personne en danger.
26. Usurpation d’identité, de grade ou de fonction.
27. Remise de pièces comptables ou administratives à des personnes étrangères au service.
28. Manquement à un départ de feu.
29. Organiser des quêtes ou collectes d’argent.
30. Abus d’autorité.
31. Calomnies (accusations non fondées).
32. Faux et usage de faux.
33. Parte et non transmission de messages.

2.4. Fautes de 4ème degré :

Art. 529 : Sont considérées comme fautes de 34ème degré :

1. Tentative de meurtre.
2. Homicide volontaire.
3. Mutilation volontaire.
4. Désertion du lieu d’une catastrophe.
5. Viol.
6. Acte contre nature.
7. Refus de rejoindre son poste de travail à l’occasion d’une affectation ou d’une mutation.
8. Cumul d’emploi.
9. Editer ou diffuser des ouvrages, des articles, des tracts ou des photographies qui portent
atteinte à la corporation, à son personnel, ou à la nation et à ses symboles, notamment sur
les réseaux sociaux.
76
Art. 530 : Lorsque la faute est dûment constatée, la sanction est décidée et appliquée
conformément à la réglementation en vigueur.

Art. 531 : En cas d’absence irrégulière ou d’abandon de poste, une mise en demeure est adressée à
l’agent par lettre recommandée avec accusé de réception ou à défaut par les services de sécurité.

Art. 532 : La détermination de la sanction disciplinaire applicable est fonction du degré de la


gravité de la faute, des circonstances attenantes ou aggravantes dans lesquelles elle a été commise,
de la responsabilité de l’agent incriminé, des conséquences de la faute et du préjudice causé au
service et aux tiers.

Titre 3 : Les récompenses.


Art. 533 : Les récompenses reconnaissent le mérite des agents.
Art. 534 : Elles permettent au supérieur de marquer sa satisfaction et de susciter l’émulation.
Art. 535 : Elles doivent être accordées avec mesures et sans retard pour garder sa valeur.
Art. 536 : les récompenses sont attribuées pour les motifs suivants :
- Actes exceptionnels de courage et de dévouement;
- Efficacité exemplaire dans le service ;
- Dévouement à la collectivité.

Art. 537 : Les récompenses sont décernées par l’autorité ayant le pouvoir de nomination. Tout
acte méritoire doit être porté à sa connaissance par le Directeur de la Protection Civile de la
Wilaya.
Toutes fois, certaines récompenses peuvent être accordées par le Directeur de la Protection Civile
de la Wilaya, notamment des permissions ou des félicitations écrites ou verbales.

Art. 538 : Les récompenses sont personnelles et nominatives ; toutefois, elles peuvent être
accordées à un groupe de personnes à titre collectif.

Art. 539 : Toutes les récompenses accordées par la Direction Générale de la Protection Civile sont
communiquées à l’ensemble des unités.

Art. 540 : La Direction Générale de la Protection Civile est informée du déroulement des
cérémonies prévues pour décerner des récompenses.

Art. 541 : La remise de récompenses prévues dans le présent règlement, n’exclue pas le bénéfice
d’autres récompenses qui peuvent être accordées par un organisme public ou privé, national ou
étranger, dans le but d’exprimer une reconnaissance et des remerciements.

Art. 542 : Les récompenses adressées à la Protection Civile par un organisme public national ou
étranger sont communiquées par la DGPC à l’ensemble des unités de la Protection Civile.

77
CHAPITRE XII : LE CASERNEMENT

Généralités :

Art. 543 : Toutes les unités de la Protection Civile disposent d’un casernement.

Art. 544 : La nature du casernement est toujours fonction de l’importance de l’unité.

Titre 1 : les services du casernement.


Art. 545 : Le casernement comprend les services suivants:

1.1. Les Services de la garde


- Bloc gestion des moyens (administration - gestion des statistiques des effectifs et des matériels).
- Bloc de garde (poste de police - poste de garde - salle d’attente bureau de la permanence).
- Centre de Coordination Opérationnel (box fermé pour la radio - box téléphone et messagerie, box
pour la saisie, salle d’état-major - salle de documents opérationnels, salle des équipements et
enregistreur).
- Remises ;
- Salle de sport et plateau sportif ;

1.2. Les services techniques :


- Bloc énergie (chaufferie, bâche d’eau, transformateur électrique, groupe électrique de secours).
- Bloc de soutien logistique (magasins généraux et ateliers).

1.3. Les Services Communs :


- Bloc santé et infirmerie ;
- Ordinaire (cuisine - chambre froide - réfectoire - mess - foyers) ;
- Blocs de services (salon de coiffure) lingerie – cordonnerie ;
- Bloc sanitaire (sanitaires - douches) ;
- Bloc hébergement (dortoirs et chambres) ;
- Salle de prière ;

Titre 2 : Attributions du chef de service du casernement.


Art. 546 : Le chef de service du casernement est responsable de l’entretien des locaux et
infrastructures de l’Unité.

Art. 547 : Le chef de service des casernements doit disposer de toutes les clés des locaux et
remettre après la fin du travail, les doubles à l’officier de garde ou sous-officier de garde.
Ces clés seront accrochées dans un placard vitré et verrouillé.

Art. 548 : Seul, l’officier de garde, ou le sous- officier de garde disposent de la clef du placard dans
lequel sont conservées les clés des infrastructures du casernement.
78
Art. 549 : Le chef de service du casernement est responsable de l’affectation des locaux. Il fait
effectuer toutes les réparations nécessaires au maintien en bon état des infrastructures du
casernement.
Titre 3 : Suivi médical des agents, rôle du médecin-chef.
Art. 550 : Au niveau de chaque Direction de Protection Civile, le médecin-chef est chargé du suivi
médical des personnels, en relation avec le médecin du travail.

Art. 551 : Une copie du dossier médical des agents de toute la Wilaya doit être conservé par le
médecin-chef.

Art. 552 : Le médecin-chef doit pouvoir suivre la situation médicale de tous les agents,
notamment organiser les campagnes de vaccination, procéder au dépistage des maladies, effectuer
des visites d’incorporation ou effectuer des contre-visites.

Art. 553 : Outre ses attributions de suivi médical des personnels, le médecin-chef de Protection
Civile veille au respect des règles d’hygiène du milieu. Il passe fréquemment dans les cuisines de
toutes les unités de la Protection Civile de la Wilaya selon un programme préétabli.

Art. 554 : Il s’assure de la qualité des aliments, des eaux de boisson et de la mise en pratique des
instructions relatives à l’hygiène de l’alimentation.

Art. 555 : Il fait procéder aux analyses nécessaires. En particulier, il vérifie ou fait vérifier la qualité
des conserves avant leur mise en consommation, la vérification de la qualité des viandes et des
autres denrées et vise les menus.

Art. 556 : Le médecin-chef participe à la formation des personnels.

Titre 4 : Les salles de sports et terrain de manœuvres.


Art. 557 : Toutes les unités principales doivent disposer d’une salle de sport ou d’un plateau
sportif et de terrains de manœuvres ; les autres unités peuvent être également dotés
d’infrastructures similaires.

Art. 558 : L’utilisation de la salle de sport doit faire l’objet d’un programme arrêté par le chef
d’unité.

Art. 559 : Les terrains de manœuvres sont utilisés conformément au programme d’instruction
défini par le présent règlement de service.

Art. 560 : Les salles de sports, plateaux sportifs et terrains de manœuvres doivent être tenus en
bon état après chaque utilisation.

Art. 561 : L’accès aux salles de sports, sans tenue de sport réglementaire est strictement interdit.

Art. 562 : L’organisation de compétition dans la salle de sport, plateau sportif ou sur le terrain de
manœuvres, avec la participation des personnes étrangères est soumise à l’autorisation préalable
du Directeur de la Protection Civile de la Wilaya.

79
Art. 563 : La participation des équipes sportives de la Protection Civile, aux tournois organisés par
un organisme quelconque doit faire l’objet d’une autorisation du Directeur de la Protection Civile.

Art. 564 : L’affiliation officielle à une fédération sportive nationale est soumise à une autorisation
préalable de la Direction Générale de la Protection Civile.

Art. 565 : L’affiliation individuelle d’un agent de la Protection Civile à toutes associations sportives,
est soumise à l’autorisation préalable de la Direction Générale de la Protection Civile.
Art. 566 : Les articles de sports et agrès sont entretenus et conservés dans la salle de sport.

Art. 567 : Les salles de sports doivent obligatoirement être équipées de locaux sanitaires et
vestiaires en nombre suffisants.

Titre 5 : organisation interne du casernement.


5.1. Les remises des véhicules d’intervention :

Art. 568 : Tous les véhicules doivent être rangés dans les remises destinées à cet effet.
Art. 569 : Des remises en toitures légères doivent être réalisées en cas de manque de remises.
Art. 570 : Les véhicules en panne doivent être retirés des remises d’intervention et mis en position
de réparation sur des aires couvertes aménagées à cet effet ou dans des ateliers.

Art. 571 : Les véhicules doivent être parqués dans les remises en observant les priorités de départ
pour intervention.
Art. 572 : La sortie du premier secours doit être libérée en permanence.
Art. 573 : Les réparations des véhicules dans les remises d’intervention sont interdites.
Art. 574 : L’éclairage de nuit des remises doit être déclenché à partir de la salle opérationnelle
automatiquement dès le retentissement de la sonnerie d’alerte.
Une double commande doit être également prévue au niveau de la remise.
Art. 575 : Les portes des véhicules doivent être en permanence verrouillées.

Art. 576 : Les conducteurs doivent retirer les clés de contact des contacteurs des véhicules et les
garder sur eux.

Art. 577 : L’ouverture des portes de la remise doit pouvoir être déclenchée au niveau de cette
dernière, lorsqu’elles ne peuvent être actionnées à partir de la salle opérationnelle.

Art. 578 : Les sorties de véhicules en dehors des interventions ne doivent pas s’effectuer à partir
des remises.

Art. 579 : l’utilisation des véhicules d’intervention (ambulances et CCFL) ou des engins
d’intervention pour effectuer des courses est strictement prohibée.
Art. 580 : L’accès, dans l’enceinte de l’unité, aux véhicules particuliers appartenant aux agents
quelque soient leurs grades ou à des personnes étrangères au service est strictement interdit.

80
Une aire de stationnement peut être aménagée, dans la mesure du possible, à l’extérieur de l’unité
pour ces véhicules.

5.2. La réserve d’eau :

Art. 581 : Chaque unité doit disposer:


- De bouche d’incendie ou de poteaux d’incendie alimentés à partir de la ligne principale (avant
compteur) ;
- D’une réserve d’eau égale ou supérieure à 30m3.

Art. 582 : L’eau d’incendie est gratuite (décret …Art….). Les bouches et poteaux d’incendie doivent
permettre le remplissage des citernes des véhicules et peuvent être utilisés pour les manœuvres.

Art. 583 : Les réserves d’eau de l’unité doivent permettre aisément d’assurer le fonctionnement
normal des cuisines et salles d’eau de l’Unité pendant 48 heures.

Art. 584 : La qualité de l’eau de la réserve est périodiquement vérifiée par le médecin de l’unité.

Art. 585 : En plus de la réserve dont il est question, un puisard (puis ou forage) est prévu dans les
unités dans le cas où les conditions le permettent.
Lorsqu’un puis ou un forage suffisamment alimentés existe aux alentours immédiats de l’unité, le
remplissage des véhicules d’intervention s’effectue à partir de ce point d’eau.

Art. 586 : Les véhicules d’incendie doivent être alimentés en eau potable si leurs citernes sont
dites de qualité alimentaire. Lorsque pour une raison quelconque un véhicule a été alimenté par
une eau non potable notamment pour répondre à des besoins opérationnels, il est vite nettoyé à
l’eau potable, javellisée puis alimenté en eau potable

5.3. L’énergie :
5.3.1. La chaufferie :
Art. 587 : Les locaux fréquentés en permanence par le personnel doivent être obligatoirement
chauffés.
Art. 588 : Le personnel de la chaufferie est astreint à une obligation d’intervention.

5.3.2. Le groupe électrogène.


Art. 589 : Toutes les unités doivent être pourvues d’un éclairage de secours alimenté par une
source d’énergie propre et autonome.

Art. 590 : L’éclairage de secours doit remplacer l’éclairage normal dès la rupture de celui-ci et doit
permettre une autonomie de 24 heures.

Art. 591 : Lorsqu’il n’est pas possible d’alimenter en énergie de secours, l’ensemble des locaux de
l’unité, la priorité sera accordé pour l’alimentation du Centre de Coordination opérationnel, des
remises et du réfectoire.

81
5.3.3. Station de carburants :
Art. 592 : chaque Unité Principale d’une Wilaya frontalière doit disposer d’une station de
carburants pour les besoins d’alimentation des véhicules et engins d’intervention. La gestion de ces
stations obéit aux règles de comptabilité matière.

5.4. Magasins et ateliers :


Art. 593 : Seule l’unité principale doit disposer de magasins et d’ateliers. Tous les matériels
doivent être entreposés au niveau des magasins.
Art. 594 : Les clés des magasins et ateliers doivent respectivement être gardés chez le gardien du
magasin et celui des ateliers. L’accès aux magasins et aux ateliers en dehors des horaires de travail
du magasinier et du chef des ateliers doit leur être signalé sans délais. Leur présence est requise.

Art. 595 : Une permanence doit être assurée au niveau des magasins et ateliers par des agents
désignés respectivement par le responsable des magasins et le responsable des ateliers.

Art. 596 : Les clés des stations de service (carburant et huiles) doivent être déposées au bureau de
garde après les heures normales de service et pendant les week-ends et jours fériés.

Art. 597 : Les personnels des magasins et ateliers sont astreints à une obligation d’intervention.

5.5. L’ordinaire :
Art. 598 : L’ordinaire est un service destiné à assurer l’alimentation des agents.

Art. 599 : L’ordinaire est ouvert exclusivement aux personnels agents et caporaux de la Protection
Civile.

Art. 600 : Les officiers et sous-officiers de la Protection Civile peuvent être admis à l’ordinaire
lorsqu’il n’existe pas de mess d’officier et sous-officier, ou à titre exceptionnel.

Art. 601 : L’ordinaire est géré conformément aux règles établies en la matière.

Art. 602 : Le service de l’ordinaire doit assurer obligatoirement l’alimentation et des boissons
chaudes aux personnels en intervention, de jour comme de nuit.

Art. 603 : Les personnes affectées à l’ordinaire s’organisent pour préparer les repas sur les lieux
des opérations, lorsqu’il s’agit d’intervention de longue durée.

Art. 604 : Le responsable de l’ordinaire est nommé par décision du Directeur de la Protection
Civile de la Wilaya.

5.6. Chef de chambre :

Art. 605 : Le caporal chef de chambres est chargé de l’entretien de toutes les parties
d’hébergement. Il détient les clés de ces parties et est responsable des horaires d’ouverture et de
fermeture des dortoirs, chalets et compartiments d’hôtes.

5.7. Coiffeur :

82
Art. 606 : le coiffeur est chargé de la coupe réglementaire des cheveux tels que défini dans le
paragraphe « discipline ».
Le coiffeur est responsable de l’ensemble des moyens mis à sa disposition.

5.8. Le Mess Officiers :


Art. 607 : Un mess Officier doit être crée au niveau de l’unité. A défaut d’espace, un coin officiers
doit être aménagé dans le réfectoire, séparé des agents par un paravent.

Art. 608 : Le mess officiers est ouvert exclusivement aux Officiers.

Art. 609 : Le responsable de l’ordinaire assure la gestion du mess officiers.


Art. 610 : L’Ordinaire et les mess fonctionnent sur les crédits du chapitre alimentation du budget
de fonctionnement.

5.9. Le Mess Sous-officiers :

Art. 611 : Lorsque l’infrastructure de l’unité le permet un mess sous-officiers peut être crée.

Art. 612 : Le mess Sous-officiers est ouvert exclusivement au corps des sous-officiers.

5.10. Les foyers :

Art. 613 : Il est crée un foyer au niveau de chaque unité de la Protection Civile de la Wilaya.

Art. 614 : Les modalités d’organisation et de gestion des foyers sont définies par des règles
particulières.

Art. 615 : Les horaires d’ouverture et de fermeture du foyer sont fixées par le Directeur de la
Protection Civile de la Wilaya en fonction de la spécificité de chaque région et de la période de
l’année (hiver, Eté, mois sacré du Ramadhan).

Art. 616 : Le fonctionnement du foyer ne doit en aucune manière perturber l’activité normale de
l’unité.

Art. 617 : Le personnel du foyer est astreint à une obligation d’intervention. Il est remplacé tous
les trois mois.
Un bilan mensuel de fonctionnement du foyer est présenté au Chef de Service de l’Administration
et de la logistique.

Art. 618 : Le foyer fonctionne sous la responsabilité du chef d’unité.

Art. 619 : L’Officier de garde est responsable du maintien de la discipline dans le foyer.
Ils peuvent ordonner la fermeture immédiate lorsque la situation l’exige.

Titre 6 : Accès aux unités et rôle du préposé au poste de police.


Art. 620 : Toutes les unités disposent obligatoirement d’un poste de police à leurs entrées
principales, lesquels sont dotés de moyens de communication et d’alerte.
Art. 621 : Le poste de police est ouvert en permanence. Il fonctionne de jour comme de nuit.
83
Art. 622 : La permanence du poste de police est assurée deux (02) agents au minimum. Ce nombre
doit être revu à la hausse en fonction de l’importance de l’unité.

Art. 623 : Les agents affectés au poste de police ne doivent en aucun cas s’absenter de leur poste
en même moment.
L’un d’eux peut être remplacé momentanément par le sous-officier de garde.

Art. 624 : L’agent affecté au poste de police est revêtu de la tenue de sortie, ceinture, guêtres,
crispins et gants de couleur blanche.

Art. 625 : L’agent affecté au poste de police est chargé :


- D’accueillir et de faire accompagner les visiteurs ;
- De veiller à la sécurité immédiate de l’unité ;
- D’interdire le stationnement aux abords immédiats de l’unité ;
- D’enregistrer toutes les sorties et entrées de véhicules ;
- De veiller à enregistrer toutes les entrées et sorties des visiteurs ;
- De procéder à la régulation de la circulation lors des sorties pour intervention ;
- De veiller à la propreté des abords de l’unité.

Art. 626 : Pendant toute la durée de la garde, le préposé au poste de police est dispensé de
l’intervention.

Art. 627 : En cas d’évènements ou d’anomalies constatés pendant la garde, il en réfère au sous-
officier de garde.

Art. 628 : L’accès du public à l’unité est réglementé.

Art. 629 : Les visites entrant dans le cadre du service peuvent être admises pendant les heures
ouvrables et selon les procédures de contrôle prévues par la réglementation en vigueur.

Art. 630 : Le préposé au poste de police oriente, fait accompagner les visiteurs vers le service
demandé qui se charge par la suite de faire raccompagner le visiteur jusqu’à l’entrée de l’unité.

Art. 631 : Le déplacement de personnes étrangères au service dans l’enceinte de l’unité, quand il
est autorisé, doit s’effectuer en compagnie d’un agent dûment sélectionné.

Art. 632 : Toute visite est consignée sur un registre ouvert à cet effet.

Art. 633 : Tout visiteur admis à l’unité, doit présenter et déposer une pièce officielle d’identité au
poste de police, qui lui sera restituée à la fin de la visite.
Tout visiteur doit porter un badge qui lui sera remis au poste de garde contre une pièce officielle
d’identité.

Art. 634 : Les journalistes de la presse nationale sont admis dans les unités accompagnées de
l’Officier chargé de la cellule de communication de la Direction de la Protection Civile.
Les journalistes étrangers doivent être munis d’une autorisation spéciale ou accréditation et
accompagnés par les autorités dument habilités (affaires étrangères ou ministère de l’intérieur).

84
CHAPITRE XIII : MESURES EXCEPTIONNELLES

Définitions.
Art. 635 : Les mesures exceptionnelles sont des décisions prises à la suite d’un évènement grave,
dont les conséquences sont inhabituelles et inattendues, notamment en cas de catastrophe,
troubles de l’ordre public ou de menace grave sur la population, les biens ou l’environnement.

Art. 636 : Les mesures exceptionnelles sont décidées par le Directeur Général de la Protection
Civile ou par son représentant dûment mandaté.

Art. 637 : Des mesures exceptionnelles locales peuvent être décidées par le Directeur de la
Protection Civile de la Wilaya, lorsque, par sa soudaineté, un évènement appelle ces mesures.
Dans ce cas, le Wali territorialement compétent et le Directeur Général de la Protection Civile en
sont instamment informés.

Titre 1 : Les réquisitions.


Art. 638 : Les mesures exceptionnelles peuvent être accompagnées d’une réquisition du
personnel, selon les règles définies ci-après.

1.1. Réquisition Générale :

Art. 639 : La réquisition générale se traduit par le maintien immédiat du personnel présent et le
rappel du personnel de repos ou en congé.
Cette réquisition générale peut, dans certains cas, s’accompagner d’une modification du régime de
travail (24 heures de service pour 24 heures de repos) afin d’augmenter le nombre du personnel
d’intervention.
La réquisition doit être notifiée aux agents n’ayant pas répondus à l’ordre de réquisition générale.

1.2. Réquisition Partielle :

Art. 640 : La réquisition partielle se traduit par le maintien d’une catégorie de personnel présent et
le rappel de certains personnels de repos ou en congé.
Elle peut également concerner un certain nombre d’unités et non pas toutes les unités d’une
Wilaya, selon les régions du territoire national.
La réquisition partielle ne doit pas s’accompagner d’une modification du régime de travail.

1.3. Réquisition à Régime Particulier :

Art. 641 : La réquisition à régime particulier se traduit par le maintien du personnel présent, le
rappel du personnel de repos ou en congé avec modification systématique du régime de travail (24
heures de service pour 24 heures de repos).
Dans ce cas, l’effectif total est réparti en deux (02) équipes soit une (01) de service et une (01)
équipe de repos.
85
Titre 2 : Dispositions concernant la consigne.
Art. 642 : La consigne est levée dans les mêmes formes de son instauration.

Art. 643 : Pendant la durée de la consigne, tout le personnel est opérationnel.


Aucune dérogation à cette règle ne peut être accordée.

Art. 644 : Le port de la tenue de travail est obligatoire durant la consigne.

Art. 645 : Pendant toute la durée de la consigne, le personnel est entièrement pris en charge
gratuitement en matière de restauration et d’hébergement par l’unité, conformément à la
réglementation en vigueur.

Art. 646 : Les absences ou sorties de personnel ne peuvent être décidées que par le chef d’unité et
pour des raisons graves. Le Directeur de la Protection Civile doit être informé sans délai de la liste
nominative des éléments autorisés à quitter le casernement.

Art. 647 : La Direction Générale de la Protection Civile peut prononcer en cas de consigne,
l’aggravation des mesures disciplinaires prévues par le présent règlement, notamment à l’encontre
des éléments qui se dérobent de la réquisition.
L’agent qui ne répond pas à l’appel d’une réquisition ou qui décide de quitter son unité sans voir
reçu une permission écrite de la part de son responsable hiérarchique, commet un acte grave,
passible d’une sanction lourde de conséquences.

Art. 648 : En cas de consignes, le responsable hiérarchique doit veiller à ce que les familles des
agents consignés soient informés.

Art. 650 : Lorsque la consigne se prolonge, des permissions de courte durée peuvent être
accordées, avec priorité au personnel marié ou chargé de famille.

Art. 651 : Des mesures exceptionnelles peuvent également induire la constitution de modules
d’intervention au niveau de l’unité sur instruction de la Direction Générale de la Protection Civile.

Art. 652 : Les mesures exceptionnelles se traduisent toujours par le renforcement de la sécurité
des transmissions et des moyens matériels et locaux des unités.
Dans ce cadre les informations opérationnelles ne doivent être communiquées qu’aux
responsables habilités à en prendre connaissance.

Art. 653 : Les mesures exceptionnelles se traduisent par l’interdiction de l’accès à l’unité à toute
personne de nationalité étrangère et personne d’origine nationale mais étrangère au service sauf
dérogation spéciale.

Art. 654 : La presse nationale peut être admise accompagnée de l’Officier chargé de la cellule de
communication au niveau de la Direction de la Protection Civile de la Wilaya
Les informations sont communiquées sous la responsabilité du Directeur de la Protection Civile de
la Wilaya.

86
Titre 3 : Les récupérations.
Art. 655 : A l’issue des réquisitions, une programme de récupérations (repos compensateur) doit
être mis en place per cheque chef d’unité dont le personnel a été réquisitionné.
Le nombre des jours de récupération est calculé en fonction des journées effectivement travaillées,
soit la moitié du nombre total de jours de consigne.

Art. 656 : La consigne à régime particulier de 48 heures de service pour 24 heures de repos, ouvre
droit à un repos compensateur égal au nombre total de journées de consigne divisé par 2, moins
les jours de repos dont a bénéficié l’agent, soit 1/6éme de la période de consigne.

Art. 657 : Les agents ayant effectué des missions opérationnelles à l’intérieur de leur Wilaya,
peuvent prétendre au repos compensateur, s’ils ne bénéficient pas de frais de déplacement.

Titre 4 : Participation des volontaires dans les opérations de secours.


Art. 658 : des volontaires peuvent soutenir l’action opérationnelle de la Protection Civile lors d’un
évènement catastrophique de grande envergure.
En l’absence d’un texte régissant la création, l’organisation, le fonctionnement et les missions du
corps des volontaires de la Protection Civile, les citoyens volontaires peuvent participer aux
opérations de secours en intégrant les équipes du croissant rouge Algérien.
L’encadrement de ces volontaires sera assuré par des officiers de la Protection Civile, lesquels sont
désignés par leur chef hiérarchique.

Titre 5 : Les revendications.


Art. 659 : les revendications dans le corps de la Protection Civile, doivent être écrites et
individuelles. Les actions concertées sont interdites quel que soit le motif.

5.1. Liberté d’expression et liberté d’association :

Art. 660 : Les agents de la Protection civile, touts grades confondus qui désirent, soit faire des
conférences publiques, soit publier des écrits sur les sujets pouvant donner lieu, sur le plan se
l’actualité ou des évènements contemporains, à des controverses d’ordre sécuritaire, politique ou
religieux doivent y être préalablement autorisés par l’autorité ayant pouvoir de nomination.

Art. 661 : Les agents de tout grade peuvent adhérer à des partis politiques ou à des associations
après en avoir reçu l’autorisation de l’autorité ayant pouvoir de nomination.

5.2. L’exercice du droit syndical :

Art. 662 : Tout agent de la Protection Civile a le droit d’appartenir à un syndicat, conformément et,
dans le respect de la Loi no 91-30 du 21 décembre 1991 modifiant et complétant la loi no 90-14 du
2 juin 1990, relative aux modalités d'exercice du droit syndical.

Art. 663 : L’exercice de ce droit ne doit en aucune manière perturber le fonctionnement des
structures de la protection civile, dont les missions sont humanitaires et de service public.
87
Art. 664 : Les moyens de la Protection Civile ne peuvent être utilisés à d’autres fins que celles
correspondant aux besoins du service public auquel ils sont directement affectés.

Art. 665 : Sont notamment prohibés, sous peine de sanctions pénales et/ou disciplinaires :
1. L’utilisation des locaux, matériels et équipements de protection individuelle pour exprimer des
revendications, en particulier :
2. L’apposition d’éléments amovibles (affiches, autocollants, banderoles, calicots, gilets …)
3. La réalisation d’inscriptions, qu’elles soient effaçables ou indélébiles.
4. Ces dispositions ne s’appliquent pas aux espaces prévus pour l’information des agents par les
organisations syndicales.
5. L’utilisation des véhicules de service pour d’autres motifs que les opérations de secours et les
missions confiées par le chef d’unité ou son représentant, en particulier :
6. Les manifestations et toute expression de revendications en dehors des enceintes et locaux de
la Protection Civile.
7. Le déplacement sur les lieux d’une manifestation ou d’un rassemblement en lien avec la grève.
8. Le détournement des matériels de transmissions et d’informatique à d’autres fins que celles
prévues dans le cadre de leur usage réglementaire.
9. Le port de l’une des tenues réglementaires à l’occasion de manifestations sur la voie publique.

88
CHAPITRE XIV : DISPOSITIONS PARTICULIERES

Titre 1 : Décès en service commandé.

1.1. Honneurs funèbres :

Art. 666: Les honneurs funèbres de la Protection Civile sont des manifestations officielles, à
travers lesquelles la Protection Civile exprime son sentiment de respect et de reconnaissance à ses
enfants décédés en service commandé.

1.2. Funérailles :

Art. 667 : les funérailles des agents décédés en service commandé sont célébrées par des équipes
d’honneur en tenue de cérémonie sous le commandement de l’officier, chef de l’Unité Principale, en
présence des autorités locales.

1.3. Stèle ou plaque commémorative :

Art. 668 : Chaque unité principale doit disposer d’une stèle ou d’une plaque commémorative des
agents décédés en service commandé.
L’esquisse accompagnée d’une fiche technique descriptive d’une stèle et d’une plaque
commémoratives seront élaborées par la Direction Générale de la Protection Civile.

Titre 2 : transports et transferts particuliers.

2.1. Transport des malades mentaux :

Art. 669 : Le transport des malades mentaux à partir de leur domicile ou du domicile familial doit
être organisé car il est soumis à des conditions :

2.1.1. Malade mental non agressif : le transport se fera au moyen d’une ambulance sanitaire de la
Protection Civile, après remise, par les services concernés (Direction de la santé de la Wilaya)
d’une copie de la réquisition du Wali territorialement compétent.

2.1.2. Malade mental agressif : le transport se fera au moyen d’une ambulance sanitaire de la
Protection Civile, avec la présence d’un agent de police dans l’ambulance, à proximité du malade,
pour assurer la sécurité de notre équipe d’intervention.

Art. 670 : Dans les deux cas de figure, l’ambulance doit être obligatoirement suivie d’un véhicule
de la sureté nationale qui assurera sa protection durant tout le trajet.

Art. 671 : Dans le cas où le malade nécessite un suivi médical durant le trajet, l’ambulance
sanitaire sera remplacée par une ambulance médicalisée avec un médecin.

Art. 672 : Tout transport de malade en dehors des limites administratives d’une Wilaya doit être
préalablement signalé à la DGPC/DOCS.

89
Art. 673 : le transfert de malades, de blessés ou de dépouilles d’une structure hospitalières
hospitalière ou sanitaire à une autre est strictement interdit ; ceci est valable à l’intérieur d’une
Wilaya ou en dehors de ses limites administratives.
Art. 674 : Toutefois, en raison de circonstances exceptionnelles ou particulières, et uniquement
durant ces circonstances (catastrophe ou sinistre ayant causé plusieurs victimes), les ambulances
de la Protection Civile pourraient être mises à contribution pour le transfert des victimes d’une
structure à une autre.

2.2. Le transport des détenus :

Art. 675 : Le transport vers une structure sanitaire d’un ou de plusieurs détenus à bord des
ambulances de la Protection Civile est strictement interdit, sauf sur réquisition écrite du procureur
de la république.
Art. 676 : Si cette condition a été satisfaite, se fera uniquement sous escorte des services de police
ou de la gendarmerie nationale.
Art. 677 : Le transport d’un ou de plusieurs détenus vers un autre lieu autre qu’une structure
sanitaire est strictement prohibé.
Art. 678 : Tout transport de détenus doit être signalé sans délai à la Direction Générale/DOCS.

Titre 3 : Ouverture de porte :


Art. 679 : L’ouverture de porte est un moyen qui nous permet d’effectuer notre mission de
sauvetage ou d’extinction et non pas une fin en soit.
C’est donc au chef d’agrès à apprécier la notion d’urgence, dans ce cas il prend les mesures
nécessaires pour faire cesser le risque (ouverture de la porte).
La présence de la police est nécessaire pour effectuer l’ouverture.
Enfin, il est recommandé d’effectuer les reconnaissances en équipe et en présence de témoins
(propriétaires, membres de leur famille ou voisins) si la situation le permet (absence de danger),
et d’éviter de rester seul dans l’habitation afin d’éviter les risques de suspicion de vols.

Titre 4 : La sécurité en opération.


Art. 680 : Chaque agent de la Protection Civile se doit de se protéger et de protéger ses co-
équipiers pendant toute la durée d’une opération.
Il se doit d’appliquer les procédures et consignes de sécurité édictées dans les règles
professionnelles (référentiels nationaux, notes d’information techniques, consignes, notes de
service, etc.) ;
Il accorde une attention particulière au contrôle, au port et à l’entretien des équipements de
protection individuelle qu’il porte exclusivement dans toutes les interventions ;
Il ne s’engage en opération qu’à condition d’être :
- Apte médicalement ;
- Ne pas être en situation d’arrêt de travail ;
- Pour les conducteurs, d’être apte à la conduite, de ne pas faire l’objet d’une invalidité ou
d’une suspension de permis.

90
Titre 5 : Renforts, ravitaillement et relève des personnels en opération.

5.1. Renforts :
Art. 681 : Au niveau d’une Wilaya, les demandes de renfort sont exprimées au CCO par le premier
chef d’agrès arrivé sur le lieu d’une opération.
Des renforts complémentaires peuvent être décidés par le chef du CCO ou par l’officier de
permanence s’il le juge nécessaire.
Art. 682 : Des renforts extra-Wilaya sont ordonnés par le Directeur Général de la Protection Civile,
DOCS, à la demande du Directeur de la Protection Civile d’une Wilaya ou du Wali territorialement
compétent.
Art. 683 : Les moyens roulants ainsi que les autres moyens d’intervention (motopompes, groupes
électrogènes, petit matériel d’intervention) doivent être en bon état de fonctionnement et ne
doivent souffrir d’aucune anomalie de fonctionnement.
Art. 684 : A leur entrée sur le territoire de la Wilaya, l’officier désigné responsable de la mission en
renfort se fait connaitre par un message radio auprès du CCO de la Wilaya considérée, en donnant
son nom et attributs, sa position, la composition des renforts et il terminera par demander la
destination qu’il devra rejoindre (lieu de l’intervention ou un point de rassemblement des
moyens).
Art. 685 : L’ensemble des moyens humains et matériels dépêchés ainsi en renfort dans une Wilaya
autre que celle de la Wilaya d’appartenance se mettent sous le commandement du Directeur de la
Protection Civile de la Wilaya de destination.
Art. 686 : Ces moyens ne devront en aucun cas quitter le territoire de la Wilaya ou le lieu auquel ils
ont été affectés pour une mission, sans en avoir reçu l’autorisation du Directeur de la Protection
Civile de la Wilaya de destination.
Art. 687 : Le non respect de cette mesure est considéré comme un refus de travail ayant pour
conséquence la non assistance à personne en danger.
Art. 688 : Les renforts dépêchés sur ordre de la DGPC/DOCS par l’Unité Nationale d’Instruction et
d’Intervention dans une des Wilayas du territoire national sont soumis aux mêmes exigences
citées plus haut, c’est-à-dire ils demeurent sous la responsabilité du Directeur de la Protection
Civile de la Wilaya de destination sans limite de temps jusqu’à la fin des opérations de secours.
Art. 689 : La prise en charge des éléments dépêchés en renfort (hébergement et restauration) est
assurée par la Wilaya de destination et ce, jusqu’à la fin de leur mission dans cette Wilaya.
Art. 690 : La Wilaya de destination assurera également l’alimentation des moyens roulants en
carburant et autres consommables ; elle est tenue également de prendre en charge les réparations
des pannes survenues à ces moyens au cours de l’intervention.
Art. 691 : Dans le cas où l’analyse déterminera que les moyens dépêchés en renfort souffraient
d’anomalies de fonctionnement à leur arrivée à la Wilaya de destination et avant même de

91
commencer les interventions, les réparations seront effectuées par la Wilaya de destination et
facturées à la Wilaya d’origine qui se chargera de régler les frais de réparation dans les plus brefs
délais.

Art. 692 : A la fin des Opérations, le rapport technique qui sera transmis à la Direction Générale de
la Protection Civile/DOCS devra mentionner les interventions effectuées par les renforts ainsi que
les éventuelles anomalies constatées sur les moyens dépêchés à partir des autres Wilayas.

5.2. Ravitaillement et relève des personnels en opération :

Art. 693 : Le ravitaillement et la relève des personnels du engagés en opération, relèvent de la


responsabilité du responsable des secours et dépendent notamment des critères suivants :
 Temps de présence sur les lieux ;
 Durée envisageable de l’intervention ;
 Missions réalisées et pénibilité ;
 Conditions climatiques.

Titre 6 : Le retour d’expérience.


Art. 694 : L’évaluation et l’amélioration de la qualité de service opérationnelle passent par la mise en
œuvre de la démarche méthodologique du retour d’expérience. Elle s’appui sur :
- L’identification des actions efficaces à reproduire et les axes de progrès,
- L’amélioration des mesures et l’enseignement des actions adaptées,
- L’apprentissage collectif,
- Le renforcement des liens entre les acteurs du secours,
- Le partage des enseignements tirés,
- La mémorisation et l’exploitation des situations de gestion opérationnelle particulières.

A cet égard, on distingue deux niveaux de REX :


- Le suivi post-opérationnel des problématiques rencontrées par les acteurs du secours ;
- L’examen du déroulement d’une intervention ou d’un exercice qui présente un potentiel
d’apprentissage et un degré de perturbation de l’organisation des moyens, et de la mise
en œuvre opérationnelle.

Cette pratique n’empêche pas la responsabilité du Directeur de la Protection Civile d’organiser un


bilan « à chaud » avec les personnels engagés sur une opération, chaque fois qu’il le jugera
nécessaire.
A ce titre, tous les Directeurs de la Protection Civile sont tenus de formaliser le compte rendu des
interventions présentant un intérêt particulier et de les transmettre à la Direction Générale de la
Protection Civile/DOCS, afin qu’ils soient exploités pour en tirer les enseignements, lesquels seront
traduits en notes de services ou instructions à l’attention de l’ensemble des unités de la Protection
Civile du territoire, ce qui contribuera certainement à l’amélioration de la qualité des interventions.

92
CHAPITRE XV : DISPOSITIONS FINALES

Art. 695 : L’interprétation des règles du présent règlement relève de la seule compétence de la
Direction Générale de la Protection Civile.

Art. 696 : Des dérogations temporaires au présent règlement peuvent être décidées et accordées par
Monsieur le Directeur Général de la Protection Civile.

Art. 697 : Les contrevenants aux dispositions du présent règlement s’exposent aux sanctions
disciplinaires prévues par la réglementation en vigueur.

Art. 698 : L’application du présent règlement prendra effet trois mois à compter de la date de sa
signature, délai pendant lequel des ateliers régionaux seront tenus pour expliquer son contenu.

Art. 699 : Le présent règlement sera publié en langue arabe et traduit en langue française ; il sera diffusé
à l’ensemble des structures de la Protection Civile à travers le territoire national.

93