Sunteți pe pagina 1din 7

Hommes et Migrations

Franco. Monstre sacré de la musique congolaise. 1938-1965


(première partie)
François Bensignor

Citer ce document / Cite this document :

Bensignor François. Franco. Monstre sacré de la musique congolaise. 1938-1965 (première partie). In: Hommes et Migrations,
n°1266, Mars-avril 2007. Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée. pp. 176-181;

doi : https://doi.org/10.3406/homig.2007.4601

https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2007_num_1266_1_4601

Fichier pdf généré le 27/02/2019


Chroniques | Musiques |

Musiques

Franco

Monstre sacré de la musique congolaise

1938-1965 (première partie)

Guitariste,
le
Franco
distillée
d'une
l'Afrique
6 juillet
temps musique
laissait
régulièrement
subsaharienne
de
2007.
chanteur,
bâtir
en
qui
Artiste
un
héritage
a auteur,
petit
marqué
sur
précoce,
et empire
une
dans
plus
compositeur,
de
période
de
ses
issu
son
avant
1 50
diasporas.
modèle
d'un
de
detrente-trois
albums
homme
milieu
s'éteindre
plusieurs
etmodeste
d'affaires,
des lecentaines
ans,
générations
12 témoigne
et
octobre
Franco
populaire,
de de
1989,
chansons.
aurait
demusiciens
l'évolution
il avait
terrassé
fêté eu
ses
Cette
dans
par
69oeuvr
ans
letou
s

Habile homme de pouvoir, Franco a Premier enfant d'Hélène Mbonga Makiess


toujours su s'entourer des meilleurs éléments et d'Ivan Emongo Lomanda, le petit Luam
de la scène musicale congolaise, quitte à Makiadi, baptisé François, grandit à Sona-
les acheter au prix fort. Son orchestre a servi Bata, dans le Bas-Zaïre. Il a dix ans lorsque
d'école à deux générations de musiciens. meurt son père, un cheminot. Chassés
Ses chansons éclairent les mœurs sociales et par la famille de ce dernier, qui ne peut pas
politiques des époques qu'elles ont les prendre en charge, la mère et ses quatre
accompagnées et l'ensemble de son œuvre enfants parcourent en train la petite centai
apparaît aujourd'hui comme un symbole : de kilomètres qui les séparent de Léopoldv
celui d'un peuple africain nouvellement capitale de ce qui est alors le Congo belge.
souverain se réappropriant la part légitime En pleine expansion, la ville voit affluer de
de son patrimoine éparpillé, transformé populations rurales et des émigrés de toute
par force de traite, et le portant à des sommets les lointaines provinces. Plus question d'éc
de créativité contemporaine. Mal connue, primaire pour le fils aîné. "La rue avec ses
souvent mésestimée par l'Occident violences, ses passions, ses contradictions et ses
autocentré, la musique congolaise léguée brisés. L'harmonica collé aux lèvres, pieds nus
par ce géant est cependant l'indispensable les deux bouts de pagne noué autour du cou,
commentaire d'une des périodes les plus le jeune Luambo aide quotidiennement sa mèr
fécondes et les plus violentes de l'histoire à vendre des beignets au marché de Ngiri-Ngir
du continent africain. Nous la revisitons à seule ressource pour lafamille.
travers la carrière de Franco, homme du S'il montre des prédispositions pour
peuple et roi des musiciens, qui ne se départit l'harmonica, le garçon va commencer à s'in
jamais de sa première source d'inspiration, à la musique aux côtés du guitariste Paul
les histoires de la rue. Ebengo Dewayon. Ce jeune homme habite
I hommes & migrations n° 1266 }]]_

même parcelle et travaille à l'usine textile du studio/label Loningisa. A seize ans, Luambo
Tissaco. "Quand il travaillait la nuit, je chipais est promu guitariste de l'orchestre maison,
sa guitare. C'est là où j'ai commencé à pincer un peu Bana Na Loningisa, dirigé par Henri Bowane.
quelques sons. Dans le quartier, ily avait aussi un Auteur à succès entretenant une réputation
citoyen qui s'appelait Luampasi, ex-Albert à l'époque de mauvais garçon, le chanteur trouve à
[ . .] Comme il avait des guitares, on allait chez lui, son guitariste le surnom qui va l'accompagner
comme des petits du quartier, pour voir comment durant toute sa vie : "Franco". Quant
ilpuait, et on le supportaitpour qu 'il nous les donne au producteur grec, pour lequel il gravera
de temps en temps pour qu 'on puisse s'entraîner. de nombreuses faces de 78 tours, il l'adoube
A partir de là, Luampasi nous a considérés comme en lui offrant sa toute première guitare.
ses petits. On sortait avec ses guitares, on jouait dans
les matangas, dans le quartier."2'
Luambo fait ses premiers enregistrements On entre OK, on sort KO
au studio Ngoma comme guitariste,
accompagnant Dewayon. Mais lorsque celui-ci A dix-huit ans, Franco vole de ses propres
l'entraîne pour fêter son mariage dans ailes, quand Oscar Kashama, surnommé
le Bas-Zaïre et le Bandundu, le petit connaît à "Cassien", embauche les jeunes musiciens
quatorze ans sa première expérience de prison, de chez Loningisa pour animer les soirées de
pour défaut de pièce d'identité. Peu après, son cabaret, appelé "OK Bar" ou encore
au cours de l'année 1953, Dewayon le présente "Chez Cassien". Identifié au bar, l'orchestre
au producteur grec Papadimitriou, fondateur prend le nom d'"OK Jazz" le 6 juin 1956.

FRANCO

I
Chroniques | Musiques |

A ses débuts, le groupe se compose de années cinquante, contient des boléros. Or Franc
Rossignol Lando et Edo Nganga au chant, très jeune à l'époque, ne pouvait pas avoir ces
Franco et Bosuma Dessoin aux guitares, mélodies en tête. Il recopiait à sa manière
Saturnin Pandy aux percussions, Daniel des mélodies venues d'Amérique latine : mambo
Loubelo dit De la Lune à la contrebasse et cha-cha-cha, et tous ces airs. Mais à ces styles se
Jean Serge Essous à la clarinette. rajoutaient les influences du highlife et du calyp
La majorité d'entre eux (Edo, De la Lune, amené depuis la Caraïbe par les marins dans
Essous et Pandy) vient de Brazzaville, capitale les ports de la côte. Beaucoup de marins à l'époqu
du Congo français, de l'autre côté du fleuve. formaient leur groupe et, dès qu 'ils débarquaient
Ils sont rejoints par Roitelet et Vicky allaient animer les bars pour attraper les filles. "
Longomba. Ce dernier, chanteur raffiné,
auteur-compositeur de chansons d'amour, est Franco impose un jeu de guitare électrique
un jeune homme éduqué qui travaille comme très personnel, assez appuyé et très
commis pour la maison de disques CEFA. rythmique, intelligemment dérivé du jeu du
Il deviendra Y alter ego de Franco, qui, n'ayant likembé (piano à pouce traditionnel), relançan
pu bénéficier d'une éducation, le considérera l'appétit des danseurs par des mélodies
comme son aîné. C'est lui qui, après Essous simples aux syncopes séduisantes. C'est ains
puis De la Lune, assurera pendant près de dix que la réputation de l'OK Jazz se forge avec
ans la gestion de l'orchestre. ce slogan : "On entre OK, on sort KO !"
Le fameux son de guitare électrique marqua
Le répertoire de l'OK Jazz, comme celui la touche Franco doit sans doute quelque
de la plupart des orchestres congolais chose au rock'n'roll, qui déferle à cette mêm
de cette époque, est constitué d'adaptations époque aux États-Unis. Il est probable que
de musiques cubaines. "Avant la formation le jeune guitariste ait été confronté à ce genr
des orchestres, la musique moderne congolaise a de sons par l'intermédiaire de Bill Alexandr
commencé parmi les cercles d'une certaine élite guitariste belge alors très influent à
africaine : des cadres de grandes sociétés, anciens Léopoldville. Le balancement rythmique
élèves des missionnaires, venus du Ghana, reste, en revanche, afro-cubain, et c'est
du Togo, du Nigeria, du Sénégal ou de la Sierra progressivement qu'avec le jeu de Franco la
Leone", explique le chanteur Sam Mangwana. part africaine va prendre le dessus dans
"Ce sont eux qui ont commencé à jouer la musique congolaise. Le style indissociabl
des instruments modernes. Et ils ont rencontré à de son nom est la rumba odemba, un terme
Kinshasa des musiciens locaux qui voulaient qui désigne l'authenticité d'une musique qu
aussi s'inscrire dans le courant moderne, comme ne cessera de peaufiner, d'enrichir et
le guitariste Tino Baroza, réputé pour son phrasé d'améliorer tout au long des années soixante
jazz. Leurs producteurs leurfaisaient écouter
les nouveautés qui marchaient ailleurs, Certaines chansons du répertoire des débuts
et ce phénomène a aussi beaucoup contribué au de l'OK Jazz - comme "Aya la mode",
son de la musique moderne congolaise. " construite autour du riff de "La Bamba",
"Le répertoire du premier OK Jazz, dans les fameux tube international - témoignent du
I hommes & migrations n°

phénomène muziki , équivalent à celui des 1959 est une année noire pour l'OK Jazz.
"fan clubs", qui se développe aussi autour A un an de l'indépendance, Léopoldville est
des orchestres de jeunes à Kinshasa. en pleine ébullition. A la suite des émeutes
Chacun a ses ensembles de supporters attitrés. qui éclatent le 1er avril, les musiciens
L'OK Jazz est entouré de deux fans-clubs de Brazzaville se replient chez eux. Quant à
particulièrement influents : l'un masculin, Vicky Longomba, après une altercation qui
AGES ("Association des gentlemen l'oppose à l'éditeur de l'orchestre, cousin
sélectionnés"), l'autre féminin, La Mode. de Papadimitriou, il claque la porte,
Les chanteurs dédient volontiers leurs ne supportant pas d'être maltraité. Joseph
harmonies aux jeunes gens qui les soutiennent : Kabasele, qui tient depuis plusieurs années
Marie, Thérèse, Sabine, Hélène, Pauline, mais le haut du pavé avec 1' African Jazz, en profite
aussi Kaister, Doumar, Scoty, Gaston. . . pour proposer à Vicky de le suivre à
Franco immortalise ces deux clubs dans sa Bruxelles. Il est invité afin d'y orchestrer le
chanson "Bana Ages" : "Ne soyez pas surpris que volet culturel des travaux de la Table Ronde,
je consacre aujourd'hui ma chanson aux amis où se négocie l'indépendance du Congo belge
du club AGES /Avec le club La Mode, Il s'agit avant tout d'écrire à chaud
ils constituent /Une union harmonieuse /Si j'étais des chansons commentant le déroulement de
femme /J'aurais épousé un des membres du club événements à l'intention du peuple congolais
AGES/Et j'en serais fière. Membre de Ainsi naîtront les hymnes célèbres que sont
"La Mode", Pauline Masouba va devenir "Indépendance Cha Cha" et "Table Ronde".
la première femme du guitariste à la touche
imparable. À cette époque d'insouciance, Mais pour Franco, l'annonce du départ
le joli cœur arbore un doux surnom sur sa de Vicky est une catastrophe. Il n'a que vingt
guitare : "Franco de Mi Amor". et-un ans et porte à son aîné de cinq ans une
grande considération, en tant qu'intellectuel,
esthète et, surtout, administrateur de l'OK
Les remous de l'indépendance Jazz. Prêt à tout quitter pour le suivre, Franco
est arrêté dans son élan par son amie Pauline,
L'histoire de l'OK Jazz est un incessant ballet qui l'apostrophe fermement : dans l'adversité,
de musiciens. En 1957, les Brazzavillois il doit persévérer et garder son orchestre coûte
Essous, Rossignol et Pandy s'en vont former que coûte. Franco se rend à ses arguments
un autre orchestre, Rock A Mambo, et recrute alors Simaro à la guitare
dont les succès commencent à éclipser ceux accompagnement, ainsi que Mujos et Kwamy
de l'OK Jazz. Un coup dur pour le au chant. Mais le destin s'acharne. Arrêté une
producteur, Papadimitriou, qui enjoint par nouvelle fois pour avoir circulé en Vespa sans
télégramme ses musiciens de réagir avec de permis, le guitariste passe deux mois en prison
nouveaux tubes, alors qu'ils sont en tournée
au Congo Brazzaville. Dès leur retour, En 1960-1961, pendant les premières années
ils enregistrent quelques chansons qui font d'indépendance de la république du Congo,
Chroniques | Musiques |

que celle du pays. Patrice Lumumba, L'orchestre renoue rapidement avec le succès
vainqueur des élections, dirige le grâce aux nouvelles chansons comme "Quatr
gouvernement. Mais la présidence revient boutons", au texte humoristique : une femm
à Kasavubu, son principal rival. Lorsqu'en attire beaucoup d'hommes, y compris
juillet 1960 Moïse Tschombé proclame la les amants de ses amies. Quand celles-ci s'en
sécession du Katanga, Lumumba s'y oppose. Il plaignent, elle leur répond que s'ils viennent
fait appel aux forces de l'Onu, mais également elle, c'est qu'ils savent pourquoi. . . Celui qui
aux Soviétiques. Kasavubu le désapprouve lui offre une Mobylette, il sait pourquoi !
et le destitue de son poste de Premier ministre Et celui qui défait ses quatre boutons, lui aus
en septembre 1960, en accord avec l'Onu. sait pourquoi !
Près d'une semaine après, le colonel Mobutu,
que Lumumba avait nommé secrétaire d'État Jeune chanteur brazzavillois, Youlou Mabi
chargé de la présidence, opère un coup d'Etat apporte du sang neuf à la formation.
militaire et le fait arrêter. En janvier 1961, Assumant son rôle de Pygmalion, Franco l'
la décision est prise de livrer Lumumba à son d'abord fait passer pour un de ces gembo
ennemi sécessionniste, Moïse Tschombé. Mais, (littéralement, "chauve-souris"), qui suivent
au cours du voyage, Lumumba est liquidé. partout leur idole. Mais secrètement, il l'a
installé chez lui et a formé Youlou à chante
toutes ses nouvelles compositions. Une
Une nouvelle alliance manière d'éviter de se retrouver désemparé
au cas où son premier chanteur, Vicky,
Pendant ce temps, à Léopoldville - qui ne sera déciderait de partir à nouveau. . . Bien lui en
rebaptisée Kinshasa qu'en 1966 -, Justin a pris, car justement Kwamy quitte
Bomboko, membre éminent de l'association brutalement le groupe. Devenu l'amant de
AGES, fan-club de l'OK Jazz, entend bien sœur de Pauline, ce dernier avait commenc
relancer la carrière de son groupe fétiche. Il en se sentir supérieur aux autres musiciens. Un
a les moyens et le pouvoir. En effet, il a été le attitude que Franco n'admettait pas, comm
ministre des Affaires étrangères de Lumumba en témoigne Sam Mangwana : "Franco écout
et restera inamovible à ce poste sous le règne les autres et respectait leurs idées. C'est lui qui
de Mobutu. Comme Vicky Longomba, prenait la dernière décision, mais ilfallait que
il appartient à l'ethnie des Mongo, et il va le monde soit content. Il n'y avait pas de petite
parvenir à convaincre celui-ci d'abandonner personne pour lui. Toutle monde était importan
Negro Succès, le groupe qu'il a fondé, pour
reprendre sa place auprès de Franco dans l'OK Franco remet donc le chanteur à sa place.
Jazz. En 1962, une fois la nouvelle association Kwamy prend prétexte d'un différent
scellée, Vicky et Franco se partagent financier pour lui fausser compagnie, bien
équitablement le pouvoir et les revenus de décidé à abattre Franco par chanson
l'OK Jazz, qui va prendre une autre dimension. interposée. Pris au jeu du m'bokela , Franco
Edo, parti à Brazzaville, réintègre le groupe, réplique dans "Mino ya Luambo Diamant"
rejoint par son compatriote Michel Boyibanda. ("Les Dents de Luambo sont des diamants"
I hommes & migrations n°

avec ces mots : "Tu as beau dire, l'OK Jazz, des morceaux un mouvement que l'on appell
c'est la guitare de Franco et la voix de Vicky. le sebene , consacré aux danseurs. Après une
En dehors de ces deux-là, on n'en connaît pas première partie chantée, le rythme se
d'autre [ . .] Le jour où je mourrai, vous pouvez transforme comme par un mouvement de
prendre mes dents et les vendre au marché /" bascule, généralement en même temps que la
(sous-entendu : elles ont la valeur du tonalité change. C'est alors que la guitare
diamant). L'orchestre n 'échappe pas non plus soliste entre en piste dans une improvisation
à ses conflits internes, comme celui qui jubilatoire au rythme irrésistible. Les
opposera durablement le raffiné Vicky danseurs peuvent alors présenter de nouvelle
Longomba à Youlou Mabiala, gosse des rues. figures, dont les principales expressions
Dès que ce dernier entre dans l'orchestre, affichent bien souvent un commentaire
Vicky le considérera avec hauteur et mépris, humoristique en rapport avec un événement
allant jusqu'à essuyer le micro que Youlou ou un personnage qui font l'actualité. Franco,
vient d'utiliser, s'il doit prendre la suite. . . qui a montré la voie, est imité par tous les
guitaristes congolais.

La musique congolaise Dans la seconde partie des années soixante,


pleinement émancipée l'OK Jazz fait vivre près d'une vingtaine de
personnes. Sa suprématie n'est alors contestée
La situation politique de l' ex-Congo belge se que par 1' African Fiesta, orchestre issu de
radicalise lorsque, en 1965, Mobutu renverse 1' African Jazz, démantelé en 1963, et bientôt
Kasavubu. Bien décidé à s'octroyer tous les divisé en deux formations respectivement
pouvoirs, il commence par traquer les dirigées par ses co-fondateurs, le chanteur
lumumbistes. Puis, considérant ce qu'il doit à Tabu Ley Rochereau et le guitariste Dr Nico.
Lumumba, il décide de réhabiliter celui qui fit Une ère de grande prospérité s'ouvre pour les
de lui son secrétaire particulier lors de la Table grands orchestres et tout particulièrement
ronde avant de le promouvoir au sein de son pour celui de Franco, (à suivre)
gouvernement. Lumumbiste convaincu,
Franco avait déjà honoré la mort de l'homme Remerciements tout particuliers pour leurs
d'Etat par une chanson. Sa réhabilitation est précieux éclairages à Louis Malambu,
l'occasion de lui en consacrer une nouvelle, Emongo Yves Luambo et Achille N'Goye.
"Lumumba, héros national", dans laquelle il
est aussi contraint de remercier Mobutu de lui Mustapha Harzoune

permettre de le faire. . .
Notes
De 1962 à 1968, la musique de l'OK Jazz
1 . Ndombe Mundele, cité par Manda Tchebwa dans Terre de
connaît une prodigieuse évolution. Avec la Chanson - La musique zaïroise hier et aujourd'hui , Duculot, 1996
l'avènement du 45, puis du 33 tours, le 2. Franco, cité par Graeme Ewens dans le livret de l'album Root
of OK Jazz, Zaïre classics 1955-1956, Cramworld, 1993.
format des chansons s'est allongé. Franco a été