Sunteți pe pagina 1din 5

Questionnaire

Intra

MEC1210
Sigle du cours
Identification de l’étudiant(e)
Nom : Prénom :
Signature : Matricule : Groupe :

Sigle et titre du cours Groupe Trimestre


MEC1210- Thermodynamique Tous Hiver 2019
Professeur Local Téléphone
Ramdane Younsi
4579
Étienne Robert 4154
C-318.1
Smail Guenoun 4289

Jour Date Durée Heures


Mardi 26 février 2019 2h 18h45 à 20h45
Documentation Calculatrice
Aucune Aucune
Les cellulaires, agendas
Toute Toutes électroniques ou
téléavertisseurs sont interdits.
Voir directives particulières Non programmable
Directives particulières

Cet examen contient 3 questions sur un total de 4 pages


Important

(excluant cette page)

La pondération de cet examen est de 30 % (Voir plan de cours)

Vous devez répondre sur : le questionnaire le cahier les deux

Vous devez remettre le questionnaire : oui non

L’étudiant doit honorer l’engagement pris lors de la signature du code de conduite.

Page 1 sur 5
Contrôle périodique – Hiver 2019
MEC1210 – Thermodynamique

DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE


MEC1210 THERMODYNAMIQUE

Note : L’examen est sur 100 points.


Il faut définir le système pour appliquer la 1ère loi de la thermodynamique.

Question No. 1 (30 points)


Soit le système piston-cylindre vertical renfermant initialement 0.1 m3 d’air. Le piston a une masse mp = 250 kg
et un diamètre de 24.9905 cm. À l’état initial (état 1) l’air est en équilibre thermique avec l’environnement à
30°C. On chauffe progressivement l’air qui prend de l’expansion et soulève le piston. Au-dessus du piston est
suspendu par une corde un bloc ayant une masse M = 500 kg. Le piston se déplace sans friction dans le cylindre
jusqu’à ce qu’il effleure le bloc suspendu au bout de la corde. À cet instant (état 2), la température de l’air est de
104.31 °C. À l’état final, le bloc de M a été soulevé d’une hauteur Z2 = 25 cm.

La pression atmosphérique (Patm) au-dessus du piston est de 100 kPa et les évolutions sont quasi-statiques. L’air
peut être considéré comme un gaz parfait à chaleurs massiques constantes, avec cp = 1.005 kJ/kgK et
R = 0.287 kJ/kgK. On peut considérer que la masse de la corde tenant le bloc de masse M est négligeable et
que celle-ci est détendue à partir du moment où le bloc commence à bouger.

Figure 1

On demande de:

a) Calculer la pression initiale dans le cylindre et la masse de l’air (en kg). (6 pts)
b) Déterminer à quelle hauteur est initialement situé le bloc au-dessus du piston (Z1). (5 pts)
c) Tracer les états et évolutions pour l’air sur un diagramme P-V. (5 pts)
d) Calculer le travail (en kJ) effectué par l’air. (7 pts)
e) Trouver la température finale et la quantité de chaleur totale Q transférée à l’air. (7 pts)

Page 2 sur 5
Contrôle périodique – Hiver 2019
MEC1210 – Thermodynamique

Question No. 2 (40 points)


Un cylindre vertical fixe, rigide et isolé thermiquement est séparé en trois compartiments étanches délimités par
une paroi fixe, rigide et perméable à la chaleur et un piston isolé thermiquement ayant une masse de 54.112 kg
et une aire A = 0.109 m2 tel qu’illustré sur la figure 2. Le piston peut glisser sans friction et est connecté à la
surface supérieure du cylindre par un ressort linéaire initialement au repos avec une constante k = 92 kN/m.
À L’état initial (1), le compartiment supérieur contient de l’argon occupant un volume de 0.05 m3 à 100 kPa
celui du milieu contient 0.2 kg d’air occupant un volume de 0.14 m3 à 120.13 kPa et le compartiment inferieur
contient 1 kg d’eau. À l’état initial (1), l’eau, l’air et l’argon sont en équilibre thermique.
On chauffe l’eau, en faisant circuler dans la résistance électrique un courant de 2 A sous une différence de
potentiel de 220V jusqu’à ce que la pression de l’air atteigne 400 kPa. La chaleur échangée fait monter le piston
de façon quasi-statique de (ΔZ) 0.7051 m. À cet état final (2), l’argon et l’air sont à nouveau en équilibre
thermique.
On peut supposer que le processus est quasi statique et que l’isolant thermique est parfait. On peut aussi
négliger la friction entre le piston et le cylindre, ainsi que tout stockage d’énergie thermique dans l’isolant
thermique, le piston le ressort et la paroi rigide fixe et que l’effet gravitationnel sur l’eau est négligeable.
L’air peut être considéré comme un gaz parfait à chaleurs massiques constantes, avec R=0.287 kJ/kg·K et
cp = 1.005 kJ/kg·K, et l’argon comme un gaz parfait à chaleurs massiques constantes, avec Rar=0.208 kJ/kg·K
et cpar = 0.5203 kJ/kg·K.
On demande de :
a) Calculer volume initial de l’eau et la masse de l’argon. (10 pts)
b) Calculer la température finale de l’argon et de l’eau. (10 pts)
c) Calculer travail fait sur l’air (en kJ). (10 pts)
d) Calculer la durée du chauffage, en supposant une puissance électrique constante (10 pts).

Paroi étanche rigide et


perméable à la chaleur Argon cylindre
stationnaire
 (fixe)
g =9.81 m/s2 Air
2
ΔZ

piston 1
220V
Eau isolant
Figure 2
2A thermique

1
Énergie stockée dans un ressort linéaire déformé  k ( x 2  x force0 2 )
2

Page 3 sur 5
Contrôle périodique – Hiver 2019
MEC1210 – Thermodynamique

Question No. 3 (30 points)


Le dispositif représenté à la figure 3 permet de produire de l’électricité en utilisant des eaux souterraines
naturellement chaudes et pressurisées. Pour cela, l’eau est puisée d’un puits géothermique et entre dans une
valve adiabatique avec une pression de 12 MPa, un débit volumique de 0.01994 m3/s et une température de
320°C (état 1), puis en sort avec une pression de 9 MPa. L’eau entre ensuite dans l’échangeur de chaleur 1 (état
2). Un panneau solaire est utilisé pour chauffer cette eau, lui transmettant une énergie spécifique de
1656.8 kJ/kg (quantité de chaleur reçue par l’eau, par kg d’eau circulant dans le circuit 2-3). La vapeur sortant
au point 3 passe ensuite dans l’échangeur de chaleur 2, qui utilise des gaz de combustion, pouvant être assimilés
à de l’air. Cet « air » entre dans l’échangeur de chaleur 2 avec une vitesse de 50 m/s au travers d’une conduite
ayant une surface de passage de 0,2009 m2, avec une pression de 150 kPa et une température de 600°C (état 6),
puis sort avec une température de 450°C (état 7).
La vapeur sortant de l’échangeur de chaleur 2 entre finalement dans une turbine (état 4) où elle est détendue et
sort sous forme d’un mélange saturé avec un titre de x5 = 0.95 et une pression de 15 kPa.
Les dispositifs opèrent en régime permanent. On peut considérer l’air comme un gaz parfait à chaleurs
massiques constantes avec cv= 0,718 kJ/kg.K et R=0,287 kJ/kg.K, qu’il n’y a aucun transfert de chaleur à
l’atmosphère au travers des parois de l’échangeur de chaleur et de la valve. On peut aussi négliger les pertes de
pression au niveau des deux échangeurs de chaleur et tout changement d’énergie potentielle et cinétique pour
l’air et l’eau.

On demande de :

a) Déterminer la température de l’eau à l’entrée de l’échangeur de chaleur 1 (T2) et son titre (x2). (7 pts)
b) La température de l’eau à l’entrée de l’échangeur de chaleur 2 (T3). (8 pts)
c) Calculer la puissance développée par la turbine ( WT ) en kW. (10 pts)
d) Tracer le diagramme T-v de l’eau en faisant apparaitre le dôme de saturation et les points (1, 2, 3, 4 et 5).
(5 pts)
Qsol

Panneau solaire

Échangeur de chaleur
1656.8kJ / kg 4
2
2 Qair /vapeur
Échangeur de chaleur 3
1
7 Turbine
6
WT
Valve d’expansion Air
5
1
Figure 3

Page 4 sur 5
Contrôle périodique – Hiver 2019
MEC1210 – Thermodynamique

Propriétés thermodynamiques de l’eau – tables de saturation

Propriétés thermodynamiques de l’eau – tables de saturation

Propriétés thermodynamiques de l’eau – tables de vapeur surchauffée

Page 5 sur 5