Sunteți pe pagina 1din 10

Université des Sciences et de la Technologie Houari

Boumediene

Faculté : Génie des Procédé

Département d’environnement

Option : Génie Pharmaceutique

Méthode d’analyse granulométrique


« Classification de GelDart »

Fait par :

Dahmani Imad
Debbaa Abdelhadi

Année :2018/2019 2018 /2019


 Introduction ………………………….4
- Définition de lit fluidisé
- C’est quoi la granulation en lit fluidisé
 Classification de Geldart ……………6
- Comment prévoir l’aptitude à la fluidisation d’une poudre ?
- Explication De diagramme

 Quantification de fluidisation………8
- Comment quantifier la fluidisation?
- Explication du graphe

 Conclusion ………………………….10

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 2


Tables des Figures
Figure 1 : lit fluidisé au cours de granulation………………………………………5

Figure 2 : Diagramme de Gel Dart…………………………………………………6

Figure 3 : lit fluidisé avec perte de charge …………………………………………8

Figure 4 : Évolution de la perte de charge totale d’un lit de particules ……………8

en fonction de la vitesse de fluidisation

Listes des Paramètres


∆𝑃 : Gradient de pression

dp : Diamètres moyen de particules (en surface , en volume...)

Umf : Vitesse minimale de fluidisation

𝜀 : Porosité tassé

𝜇𝑓 : Viscosité de fluide

𝜌𝑠 : Masse volumique de solide

𝜌𝑓 : Masse volumique de fluide

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 3


Introduction

Un lit fluidisé est constitué d’une phase solide composée de petites particules,
et d’une phase fluide en écoulement ascendant à travers le lit de particules. Il y a
alors compétition entre le poids qui tend à faire sédimenter au fond les particules,
leur densité étant plus grande que la densité du fluide, et la traînée qu’exerce le
fluide sur les particules. Lorsque cette traînée devient supérieure au poids
apparent des particules, ces dernières sont entraînées : le lit fluidise

La technique de fluidisation consiste à mettre en circulation un fluide à travers


une couche de particules solides, avec une vitesse suffisante pour mettre en
suspension chaque grain. L’expérience montre que la fluidisation par gaz (air)
conduit à la formation des gouttelettes de diamètres de 20 à 50 µm par des buses
à double injection.

Un lit fluidisé offre une grande surface d’échange entre le gaz et le solide, une
grande intensité des transferts thermique entre le gaz et les particules, et entre le
lit fluidisé et la paroi du réacteur, ce qui conduit à excellente homogénéité des
températures dans la couche et facilite le contrôle de cette température par
rapport ou retrait de chaleur [1], [2].

Pour la granulation en lit fluidisé, le séchage est couplé à une croissance discrète
et paramétrable, des particules. Les granulés sans fines ainsi générés quittent la
chambre de réaction en continu, en passant par un crible – de dimension réglable
entre 200 µm et 5 000 µm – sans interruption du processus de séchage. Les
illustrations montrent le principe schématisé du lit fluidisé ainsi que le
déroulement chronologique de la granulation dans la figure 1

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 4


[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 5
Classification de Gel Dart

Comment prévoir l’aptitude à la fluidisation d’une poudre?

La fluidisation dans les systèmes gaz-solides dépend en grande partie des types
de poudres employées. Geldart 1973 a été le premier à classifier le
comportement des solides fluidisés caractérisés par :

 la différence de densité entre les particules et le gaz, (ρs-ρf)


 le diamètre moyen des particules, dp

Les propriétés physico-chimiques des particules solides ont une influence


importante sur leur aptitude à la fluidisation. Geldart est classé les poudres en
quatre catégories : A, B, C, et D représentée sur la figure-2-

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 6


Explication De diagramme :

Catégorie C : Ce sont des poudres adhésives (fortes interactions entre les grains)
difficiles à fluidiser (farine, talc et ciment), ayant tendance à s’agglomérer. Les
particules sont le siège de pistonnage dans les lits de petite section et de
renardage dans les lits de grande section. Ces particules sont de très faibles
dimensions dp < 30 μm.

Catégorie A : Les matériaux regroupés dans cette catégorie sont ceux composés
de particules pour lesquelles de taille petite, fine et de masse volumique faible
facile à fluidiser (polystyrène). Une expansion de la couche précède à l’apparition
des bulles. Les particules appartenant à cette catégorie ont les caractéristiques
suivantes : ρp < 1500 kg/m.

Catégorie B: Cette catégorie regroupe la majeure partie des solides fluidisables.


Pour les matériaux appartenant à cette catégorie comme le sable, s’agit de
poudres dont les caractéristiques sont les suivantes : 1500 kg/m3 < ρp < 4000
kg/m3 40 μm < dp < 600 μm, sont des particules à fluidisations très faciles.

Catégorie D: Les particules fluidisent dans un état très hétérogène avec une
tendance à former des couches à jet. Leur vitesse minimale de fluidisation est
élevée. Cette catégorie rassemble les particules les plus grosses (gravier,
céréales): dp > 600 μm Signalons que les particules de carbure de silicium de
granulométries moyennes de 130, 280 et 600 µm.

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 7


Quantification de fluidisation
Si on considère que le lit de particules repose sur un distributeur poreux sous
lequel est injecté le gaz que le nome gaz fluidisant, on peut définir le critère de
fluidisation de la façon suivant (Figure3), en se basant sur l’évolution de la perte
de charge ∆𝑃 entre l’entée et la sortie du système de lit fluidisé en fonction de la
vitesse de circulation du gaz à l’intérieur de la cellule. (Figure 4)

Explication du graphe :

Lorsque le lit est fixe la chute de pression ∆𝑃 augmente avec augmentation de


la vitesse de gaz jusqu’à ce que cette vitesse atteigne la vitesse minimale de
fluidisation 𝑈𝑚𝑓 , de là les particules deviennent indépendantes les unes des
autres, elles sont alors en suspension et le lit se comporte comme un fluide : on
dit que la couche est alors fluidisée.

La vitesse minimale de fluidisation est un des paramètres essentiels pour


caractériser le phénomène de fluidisation. Nombreuses corrélations ont été
proposées pour calculer 𝑈𝑚𝑓 parmi ces corrélations on l’équation d’Ergun :

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 8


∆𝑃 180. 𝑈𝑓 . 𝜇𝑓 (1 − 𝜀)2 1.75. 𝜌𝑓 . 𝑈𝑓 2 (1 − 𝜀)
= +
𝐿 𝜀 3 ∗ 𝑑𝑝2 𝑑𝑝. 𝜀 3

Conclusion
la fluidisation des particules solides qui est fonction de leurs propriétés (taille,
masse volumique) et de leur charge, de la géométrie de la cuve et du débit d'air
de fluidisation. Elle permet la mise en contact des particules et du liquide
pulvérisé

La technique de fluidisation est utilisée dans plusieurs domaine ,elle présente des
avantages et des inconvénients tel que avantage de la phase solide du système peut
être aisément renouvelée ,inconvénient par ex les particules solide voient leur
diamètre diminuée au cours du processus de fluidisation, ceci à cause du frottement
qu'elles exercent les unes sur les autres. Les particules les plus fines sont
alors entraînées par le fluide et peuvent alors quitter le lit, ce qui a pour
conséquence de polluer l'aval du système.
.

 La Classification de Gel Dart donne l’amplitude de accessibilité au


granulation en lit fluidisé ou non (l’ingénieur qui va choisir cette l’amplitude
il peut pas choisir directement la granulation en lit fluidisé car il risque de
jeter le lot ,donc il faut passé par le diagramme de Gel Dart)

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 9


Références bibliographiques
[1] Kunii et Levenspiel "Gross behaviour of fluidized beds" in Fluidization engineering,

chap.3. Wiley, New-York, 1969.

[2] Laguérie .C, Technique de mises en contact entre phases solides et gazeuses. Technique

de l’ingénieur, A5850-1 à A5852-7 (1993).

[3] https://bu.univ-ouargla.dz/Lakhdari_Abdelhakim.pdf?idthese=616

[4] www.utc.fr/~shakou/rr02/TI%20Fluidisation%20J3390.pdf

[Analyse granulométrique (Classification de Gel Dart)] Page 10