Sunteți pe pagina 1din 11

Mots-clés : sociétaire, propriétaire,

Auteur : C. Bégoux et F. Rosset actionnaire, dirigeant, cadre, salarié,


syndicats, représentants du personnel,
Etablissement : Lycée J. Rostand Chantilly /
Lycée Condorcet Méru.
Académie : Amiens Date de publication sur le site :
Relecteur : Béatrice GENGEMBRE Date de révision :

Discipline : management

INTITULÉ DE LA SEQUENCE : Les différents acteurs de l’organisation

Problématique :
Comment faire travailler ensemble des acteurs aux objectifs parfois antagonistes ?

Public classe de 1ère communication et gestion


Place dans le programme 5.1. les différents acteurs et leurs rôles
Notion(s) principale(s) L’entreprise est le lieu où se côtoient différents types
d’acteurs dont les objectifs doivent être complémentaires.
Dans la réalité, ils peuvent être antagonistes.
L’entreprise va alors réagir en mettant en œuvre des
mécanismes de convergence et de régulation.
Pré-requis 1.1 objectifs et contraintes de l ‘action collective
2.1 L’entreprise : atteindre des objectifs économiques en
produisant des biens ou services marchands
3.3 La mesure des résultats et le déclenchements des actions
correctrices
Objectif pédagogique Expliciter les rôles complémentaires et antagonistes des
acteurs.
Supports exploités Intervenant extérieur (du monde de l’entreprise)
idéalement représentant du personnel
Organisation de la classe En classe entière, travail en binôme pour préparer le
questionnaire . Durée : 4h
SEQUENCE : LES DIFFERENTS ACTEURS ET LEURS ROLES

I. Phase de préparation (durée : 1 h)

Au début de la séquence, un rappel de certains pré-requis est nécessaire :


- Qu’est-ce qu’une entreprise ? Qui la constitue ? (1.1)
- Quels sont ses objectifs ? Comment est réparti le profit d’une entreprise ? (2.1.)
- Y a-t-il des problèmes ? Comment se manifestent-ils ? Comment sont-ils évalués et
corrigés ? Y a-t-il des conflits ? (3.3)

Les élèves sont amenés à réfléchir autour de la situation suivante :


« un salarié de l’organisation X, représentant du personnel dans son entreprise, va intervenir
dans la classe prochainement ».

A l’aide d’indications (voir annexe 1) élaborées par le professeur, les élèves vont devoir
préparer le questionnement de l’intervenant.

Le professeur établit différents groupes et affecte à chacun la préparation d’une partie du


questionnaire qui sera ensuite synthétisé dans une « Fiche intervenant » : par exemple, 5
binômes pour la partie 1, 5 pour la partie 2 et autant pour la 3.

A la suite de la réflexion des élèves, les questions préparées par les différents groupes sont
mises en commun (notées par le professeur au tableau) pour aboutir au questionnaire définitif
et donc à la « fiche intervenant »..

II. Identification des acteurs de l’entreprise et de leurs rôles (durée :1h30)

Le professeur aura pour souci de bien choisir son intervenant qui devra être un représentant
du personnel et si possible assumer plusieurs rôles (salarié et client ou actionnaire).

Une « fiche intervenant » (qui synthétise le questionnaire) est donnée aux élèves afin de les
aider dans leur questionnement. (Une fiche intervenant est proposée en annexe, elle pourra
être complétée de questions nouvelles des élèves)

L’intervenant présente son entreprise et répond aux questions des élèves.

III Synthèse (durée : 30 mn – si travail à la maison 10 mn de correction en classe)

Une fois l’intervention terminée, les élèves doivent compléter la fiche de synthèse distribuée
par le professeur.

IV Application et synthèse (durée 1H)

Texte « Le succès de l’actionnariat salarié bouleverse le capitalisme français. »


+ questions
Une synthèse notionnelle est réalisée en commun entre les élèves et le professeur.
INDICATIONS DU PROFESSEUR

Partie 1 du questionnaire :

I. Questions générales sur l’entreprise :


« Posez toutes les questions qui vont nous permettre de bien connaître en détail cette
entreprise, son environnement, ses partenaires et ses acteurs, leur rôle et les objectifs qu’ils
poursuivent »
Identifiez les rôles et objectifs des autres acteurs.

Essayez de connaître si éventuellement un même individu peut appartenir à plusieurs groupes


et tenir plusieurs rôles.

Partie 2 du questionnaire :

II. Questions sur les rôles des acteurs :

« Posez toutes les questions qui vont nous permettre de comprendre quel est le rôle de
l’intervenant dans cette entreprise en tant que salarié, en tant que représentant du personnel.
Essayez de connaître aussi ses perceptions (avantages, inconvénients), ses points de vue
(positifs ou négatifs), sa motivation, les relations humaines, …

Partie 3 du questionnaire :

III. Questions sur les relations sociales et les conflits :


« Posez toutes les questions qui vont nous permettre d’identifier l’existence de conflits
dans l’entreprise, les modes de résolution et les rôles des représentants du personnel
dans la résolution.
FICHE INTERVENANT

L’ENTREPRISE L’INTERVENANT LES RELATIONS DANS L’ENTREPRISE


A) Généralités :
 Généralités : - climat social dans l’entreprise :
- nom :
- date de création : - nom :
- nom du créateur : - perception du dirigeant par les salariés :
- fonction dans l’entreprise :
- nom de l’actuel dirigeant :
- nombre de salariés :
- ancienneté dans l’entreprise :
- secteur d’activité : - tensions dans l’entreprise :
- mode de recrutement :
- chiffre d’affaires : interne  externe  oui  non 
lequel ? Si oui, qui concernent-elles ?
- statut juridique de l’entreprise :
- principaux actionnaires : - avantages et inconvénients du poste :

Avantages
- siège social :
- enjeu du conflit le plus fréquent ?
- autres établissements ? Inconvénients
Si oui,
en France  à l’étranger 

B) Les acteurs : - enjeu du dernier conflit en date ?


- principaux clients :

- sont-ils fidèles à l’entreprise depuis


longtemps ?
oui  non 
- point de vue sur son supérieur hiérarchique : - conflits sont-ils résolus rapidement ?
- principaux fournisseurs :
commentaires favorables :
- Quels sont les acteurs qui règlent les
- comment sont-ils choisis ? conflits ?
commentaires défavorables :

C)les intérêts et les objectifs poursuivis par les Avons-nous obtenu des réponses judicieuses, - comment les conflits sont-ils résolus ?
différents partenaires de l’entreprise : Préjugés ?
 le dirigeant :

 les actionnaires : - Le salarié participe-t-il aux décisions ? - le management essaye-t-il d’anticiper les
Si oui, lesquelles et comment ? conflits pour éviter qu’ils se produisent ?
 les salariés :
- Comment ?
 les fournisseurs, - Par quoi le salarié est-il motivé ?

 les clients....

Existe-t-il des intérêts communs ? Lesquels ?  la fonction de représentant du personnel(RP):


- le management essaye-t-il de faire en sorte
- depuis quand est-il RP ? que tous les salariés et tous les niveaux
Existe-t-il des intérêts contraires hiérarchiques coopèrent, collaborent
(antagonistes)? - pourquoi avoir voulu devenir RP ? ensemble ?

- le salarié peut-il être client de l’entreprise ?


- Principal rôle d’un RP ?
- le salarié peut-il être actionnaire de
l’entreprise ?
- Quelle problème cela peut-il poser ?
SYNTHESE

Acteurs Interne/externe Rôle Objectifs individuels

Donnez 2 exemples de conflits entre acteurs de l’entreprise :

Acteurs en cause

Points d’accord

Motifs possibles de conflits

Mode de résolution du conflit

Acteurs en cause

Points d’accord

Motifs possibles de conflits

Mode de résolution du conflit


SYNTHESE
Eléments de correction

Acteurs Interne/externe Rôle Objectifs individuels


Salarié interne Fournir une Salaire et/ou carrière ou bien-être
prestation de travail
Actionnaire ou interne ou externe Apporter des Dividendes et valeur de l’action
associé capitaux
Dirigeant interne Gérer, animer, Salaire (+avantages), progression
motiver de carrière, prestige personnel
Représentant du interne Défendre les intérêts Amélioration des conditions de
personnel des salariés travail et de vie dans l’entreprise
Consommateur externe Acheter les produits Maximiser la satisfaction du
besoin (rapport qualité / prix)
Usager externe Utiliser le service Maximiser la satisfaction du
besoin

Donnez 2 exemples de conflits entre acteurs de l’entreprise :

Acteurs en cause Salariés actionnaires


Points d’accord Pérennité de l’entreprise

Motifs possibles de conflits


Répartition du profit (hausses de salaires ou dividendes)

Mode de résolution du conflit Négociation

Acteurs en cause actionnaire consommateur


Points d’accord Qualité du produit

Motifs possibles de conflits Maximisation du profit Maximisation satisfaction du


besoin

Mode de résolution du conflit Prix du produit


« Le succès de l’actionnariat salarié bouleverse le capitalisme français . »

Au cours des années 90, un phénomène est en train de se produire : l’émergence d’un
actionnariat qui, parfois, constitue même le principal actionnaire des entreprises cotées en
Bourse. (…) Pour les gouvernements comme pour les directions d’entreprises, l’intérêt de ce
genre d’opérations est triple : alors que les privatisations inquiètent souvent les salariés qui
craignent que la pression des actionnaires nuise au développement de l’emploi, l’actionnariat
salarié est un excellent moyen de réduire l’opposition entre le capital et le travail et, comme
France-Télécom l’a montré, d’obtenir une certaine paix sociale.
Dans les entreprises privées, l’intérêt est de susciter une cohésion d’entreprise alors que les
forces centrifuges sont souvent prédominantes. Deuxième intérêt de l’opération : en période
de très faible inflation et de hausse des marchés boursiers, ces distributions d’actions à un prix
privilégié permettent aux entreprises d’augmenter le revenu des salariés sans alourdir la masse
salariale ni nuire à la compétitivité. Enfin, alors que les investisseurs institutionnels peuvent
se révéler infidèles (…) l’actionnariat salarié est pour la direction un gage de stabilité.
Toutefois, notent ses détracteurs, ce type d’opération est parfois un moyen pour le
management d’échapper, au prix fort, à la loi contraignante du marché en s’appropriant une
partie des droits de vote. Il peut aussi conduire à une forme « d’embrigadement » du
personnel de l’entreprise. Enfin, comme c’est le cas aux Etats-Unis, il peut déboucher sur des
nouvelles formes d’injustices sociales en privilégiant les salariés des entreprises qui
connaissent les meilleures performances boursières.

Frédéric Lemaître, Le Monde, 2 mars 1999.

1. Expliquez la phrase soulignée. Nuancez ce qu’elle affirme.

2. Quels sont les avantages et les inconvénients de l’actionnariat salarié ?


Eléments de correction :

1. Dans cette phrase, « le travail » fait référence aux salaires perçus par les salariés en
contrepartie de leur participation à la production et donc à la création de richesses
(valeur ajoutée). « Le capital » symbolise quant à lui le profit perçu par les apporteurs
de capitaux.
Les salariés et les apporteurs de capitaux sont en effet en conflit pour le partage de
cette valeur ajoutée car l’augmentation de la part des uns se fait au détriment de celle
des autres.
Aussi, la participation des salariés au capital de leur entreprise évoquée dans ce texte
peut sembler être une solution afin de rapprocher leurs intérêts de ceux des apporteurs
de capitaux en en faisant des « salariés-actionnaires ».

2. Avantages : - des salariés-actionnaires ne feraient pas pression, au nom de la


rentabilité de l’entreprise, en faveur de mesures négatives pour
l’emploi ;
- l’opposition entre capital et travail (expliquée plus haut) serait réduite ;
- le climat social de l’entreprise peut de ce fait se trouver apaisé ;
- c’est un moyen d’assurer la cohésion de l’entreprise par la motivation
des salariés sans que le coût des salaires ne soit supérieur.

Inconvénients : - les salariés de l’entreprise peuvent se retrouver liés pour « toujours » à


l’entreprise du fait qu’ils en sont actionnaires et donc ne pas pouvoir
s’en détacher ;
- l’actionnariat salarié peut être à l’origine d’inégalités entre les salariés
des entreprises (les actionnaires d’entreprises performantes en Bourse
se retrouvant mieux lotis que d’autres).
FICHE NOTIONNELLE

DEFINITIONS :

Sociétaire : membre propriétaire de parts du capital d’une société : le sociétaire est appelé
actionnaire dans les SA (société anonyme) ou associé dans les SARL (société à responsabilité
limitée)

Actionnaire : personne propriétaire d’une action (part du capital social d’une SA) . Elle
dispose ainsi du droit de participer par le vote en assemblée générale à la gestion de la société
et à la distribution des bénéfices (dividendes).

Associé : propriétaire de parts sociales d’une SARL. Il dispose ainsi du droit de participer par
le vote en assemblée générale à la gestion de la société et à la distribution des bénéfices
(dividendes).

Capital social : somme des apports effectués par les associés lors de la constitution d’une
société.

Cadre : statut d’un salarié de l’entreprise chargé de responsabilités importantes dans une
entreprise (souvent de management d’une équipe) et proche de le direction.

Salarié : travailleur lié à l’entreprise par un contrat de travail et devant se conformer aux
instructions de son employeur.

Syndicat : groupement de personnes se constituant librement dans l’entreprise pour défendre


les intérêts professionnels de ses membres (salarié, cadre ou patron).

Représentants du personnel : ensemble de salariés élus ou nommés par leurs homologues pour
les représenter et les défendre auprès de la direction de l’entreprise.

Dans et autour de l’entreprise se côtoient des groupes sociaux dont les objectifs sont
complémentaires : tous ont intérêt à pérenniser l’entreprise et à fabriquer des produits/services
de qualité.
De ce fait :
- les sociétaires verront la valeur de leur capital et ses dividendes augmenter.
- Les salariés conserveront leur emploi et pourront augmenter leur salaire.
- Les dirigeants augmenteront leur salaire et leur pouvoir ou prestige.
- Les consommateurs disposeront de produits parfaitement satisfaisants.
- Etc…

Mais ces groupes ont aussi des objectifs antagonistes. Ainsi, le partage de la valeur ajoutée
produite par tous les membres de l’entreprise conduit souvent les groupes sociaux à
s’opposer :
- le partage du profit entre associés et dirigeants :
Les uns (associés) réclament des dividendes élevés et les autres (dirigeants)
veulent conserver une part importante des profits dans l’entreprise afin de
pouvoir développer l’entreprise de façon indépendante financièrement en
réinvestissant les bénéfices (autofinancement).

- le partage « salaire-profit » :
Au sein de chaque entreprise, il existe un véritable rapport de force entre
employeurs et salariés. En effet, la hausse des salaires fait baisser la part des
profits. Aussi, les apporteurs de capitaux (associés, actionnaires) font-ils
pression sur le dirigeant de l’entreprise pour limiter les hausses de salaire en le
menaçant de le révoquer (= le licencier).
Au contraire, si les salariés s’estiment lésés, les revendications salariales
peuvent aboutir à des mouvements de grève. En période de chômage fort que
nous connaissons, les salariés sont cependant moins tentés de faire grève car ils
craignent les licenciements ou les délocalisations.

Cependant, le clivage « salaire- profit » apparaît de moins en moins net car :


 l’Etat par la loi a créé de nombreuses formules pour associer les
salariés au profit (participation des salariés au bénéfice de
l’entreprise, intéressement…)
 les sociétés proposent à leurs salariés de devenir actionnaires à
des conditions privilégiées en leur proposant d’acheter des
actions, des stock-options ou d’épargner une partie de leurs
revenus au sein de l’entreprise (le PEE : plan d’épargne
entreprise).

Cette démarche traduit surtout une volonté très forte des dirigeants d’impliquer totalement
tous leurs salariés dans la réussite du combat que mène l’entreprise contre ses concurrents
dans un environnement concurrentiel de plus en plus difficile. Cette implication des salariés
qui a un rôle décisif sur la qualité des produits et/ou services de l’entreprise apparaît de plus
en plus comme un des facteurs-clés de succès des entreprises.

Dans le même esprit, tout ce qui va favoriser la coopération entre groupes sociaux et la
coordination entre salariés (par le travail en équipe notamment), va être mis en avant et
développé au sein des entreprises.