Sunteți pe pagina 1din 2

Compréhension écrite (Niveau B2)

A. Lisez le texte suivant et répondez aux questions.


La nouvelle «La Princesse de Montpensier» de Madame de Lafayette est la première oeuvre écrite par une femme
à figurer au programme officiel de terminale littéraire.
À la rentrée prochaine, les élèves de terminale littéraire étudieront, pour la première fois, une plume féminine. La
Princesse de Montpensier, nouvelle publiée anonymement par Madame de La Fayette en 1662, est la première oeuvre
écrite par une femme à figurer au programme de littérature du bac littéraire. C’est ce qu’indique le «Programme de
littérature pour l’année scolaire 2017-2018» paru jeudi dans une note du ministère de l’Éducation nationale. Les Faux-
monnayeurs d’André Gide est l’autre œuvre littéraire qu’étudieront les élèves de terminale L l’année prochaine.
L’adaptation cinématographique de cette œuvre, réalisée par Bertrand Tavernier et sortie au cinéma en 2010, figure
également dans ce programme. Dans Le Parisien, le réalisateur se dit heureux que l’Éducation nationale «atterrisse enfin
au XXIe siècle». «C’est une surprise formidable», se réjouit-il.
L’absence de femmes dans les programmes régulièrement dénoncée
Pour dénoncer «l’excès de testostérone» au bac, Françoise Cahen, professeur de lettres au lycée Maximilien-Perret
d’Alfortville (Val-de-Marne), avait lancé en avril 2016 une pétition intitulée «Pour donner leur place aux femmes dans les
programmes de littérature du bac L». «Cette pétition a réussi à faire bouger les lignes, et ce n’est qu’un début», estime
Françoise Cahen auprès du Figaro Étudiant, qui regrette que «la représentation hommes-femmes dans les programmes
scolaires véhicule un modèle de société qui n’est plus actuel».
Le succès de cette pétition, qui a recueilli près de 20.000 signatures, a visiblement interpellé sa destinataire, la ministre de
l’Éducation nationale. Najat Vallaud-Belkacem a en effet sensibilisé les commissions en charge des programmes à
l’égalité hommes-femmes. «Le cas du bac L n’est pas isolé: à l’agrégation de lettres, seules deux femmes ont figuré au
programme de littérature du Moyen-Âge depuis 1981», explique la ministre dans un communiqué. Et de préciser que cette
année, une auteure, Christine de Pizan, a aussi été retenue au programme de littérature du Moyen-Âge à l’agrégation de
lettres, la précédente auteure étudiée (Marie de France) remontant à 1996.
Madame de Lafayette en chef de file?
Après avoir appris la nouvelle, la professeur a publié sur son blog une lettre fictive à l’adresse de Marie-Madeleine
Pioche, «plus connue sous le nom de Madame de Lafayette». «Était-ce bien normal que les filles qui composent
majoritairement nos classes de terminale littéraire ne voient jamais l’exemple d’une artiste femme et étudient depuis des
décennies exclusivement des œuvres écrites par des hommes?», écrit la professeur. «J’espère bien, Marie-Madeleine, que
tu es seulement la première. La première d’une longue liste où l’on trouvera aussi bien ta copine la Marquise de Sévigné
que Mme de Staël, [mais aussi des] écrivaines contemporaines: Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Simone de
Beauvoir, qui sais-je encore...», ajoute-t-elle. Deux ans plus tôt, une lycéenne, Ariane Baillon, avait elle aussi lancé une
pétition pour réclamer une meilleure place aux femmes dans les manuels scolaires. Destinée à Benoît Hamon, ministre de
l’Éducation d’alors, cette pétition avait recueilli pas loin de 15.000 soutiens. Lors du bac 2016, l’association Osez le
féminisme! avait dénoncé sur Twitter l’absence de femmes dans les sujets littéraires à travers le mot-clé #BacDeMecs.

(etudiant.lefigaro.fr, publié le 20 mars 2017 par Jean-Marc De Jaeger)

1. Quelle œuvre littéraire les élèves de la terminale littéraire étudieront-ils pour la première fois ?
2. Quelles autres œuvres figurent dans le programme de littérature pour l’année 2017-2018 ?
3. Quel était le rôle de la pétition lancée par Françoise Cahen en avril 2016 ?
4. Quel est le regret de l’enseignante ?
5. Comment se présente la relation hommes-femmes dans le programme littéraire à l’agrégation de lettres ?
6. Quelle injustice Françoise Cahen dénonce-t-elle dans la lettre publiée sur son blog ?
7. Quelles autres tentatives pour dénoncer l’absence des femmes écrivains dans la littérature étudiée à l’école a-t-on
enregistrées auparavant ?

B. Trouvez dans le texte les mots qui correspondent aux explications ci-dessous.
a. dater d’une certaine époque
b. agir afin de changer les choses, rompre avec d’anciennes pratiques
c. partie du corps d’un oiseau ; un écrivain ou sa façon d’écrire
d. leader, personnalité phare d’un mouvement ou d’une cause
e. éprouver de la joie, du plaisir, une vive satisfaction

(remonter à, faire bouger les lignes, une plume, chef de file, se réjouir)
Compréhension écrite (Niveau A2)

A. Lisez le texte suivant et répondez aux questions.

Entourée de parents et d’un frère sourds, une adolescente se révèle dotée d’une voix hors du commun. À partir de
cette belle idée, Eric Lartigau a construit un film sympathique, drôle et, surtout, très touchant.
Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au
quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a
découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour
elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.
Un sujet original, des performances d’acteurs et quelques scènes bouleversantes… "La famille Bélier" dispose
d’ingrédients de qualité. De facture classique, respectueux des codes de la comédie "à la française", le deuxième long-
métrage d’Eric Lartigau est sans doute sur les rails d’un grand succès.

Le réalisateur a réussi à composer une famille Bélier particulièrement attachante. Les parents, Karin Viard et François
Damiens sont tour à tour drôles et émouvants, habités d’une énergie propre à tous ceux qui ont dû batailler ferme pour se
faire une place.
Mais la découverte, la grande et belle surprise du film, c’est d’abord Louane Emera, la seule "entendante" du quatuor,
l’adolescente adorée dont le rôle est décisif dans le quotidien des Bélier, notamment en tant qu’interface avec le reste de
leur village.
(culturebox.francetvinfo.fr)
a. De quel événement culturel s’agit-il dans le texte ?
b. Comment Paula aide-t-elle ses parents au quotidien ?
c. Sur quels éléments se fonde le succès de « La Famille Bélier » ?

B. Lisez les affirmations suivantes et après cochez Vrai ou Faux.

a. Il s’agit d’une famille où tout le monde est sourd. □ Vrai □ Faux


b. Le prof de musique encourage Paula à chanter. □ Vrai □ Faux
c. Ce film respecte les règles de la comédie traditionnelle française. □ Vrai □ Faux
d. L’adolescente du film s’appelle Karin Viard. □ Vrai □ Faux
e. La fille de la famille Bélier représente ses parents dans le village. □ Vrai □ Faux

C. Associez les mots du texte à leurs explications.

a. poussée 1. être sur le bon chemin


b. (avoir) un don 2. appuyée, encouragée
c. l’éloignement 3. distance, retrait
d. être sur les rails 4. être doué, avoir du talent
e. émouvants 5. surtout
f. notamment 6. touchant, bouleversant, sensible
(a. 2, b. 4, c. 3, d.1, e. 6, f.5)