Sunteți pe pagina 1din 100

3’:HIKMQI=\U[^UW:?

a@p@a@h@k";
Édition française de Scientific American

M 02687 - 507 - F: 6,90 E - RD


POUR LA SCIENCE

LINGUISTIQUE ÉCONOMIE ÉGYPTOLOGIE


JANVIER 2020
MOLIÈRE EST LES INÉGALITÉS LES ENTRAILLES N° 507
BIEN L’AUTEUR DE RICHESSE DES MOMIES VUES
DE SES PIÈCES MODÉLISÉES AU SCANNER
BEL : 7,6 € - CAN : 11,6 CAD - DOM/S : 7,7 € - Réunion/A : 9,9 € - ESP : 7,6 € - GR : 7,6 € - ITA : 7,6 € - LUX : 7,6 € - MAR : 64 MAD - TOM : 1 040 XPF - PORT. CONT. : 7,6 € - CH : 12,7 CHF - TUN/S : 9,1 TND

LES CRISTAUX
TEMPORELS
Un nouvel état
de la matière

pls0507-couv.indd 1 04/12/2019 18:22


PLSP0507_001_CR406407.pdf
1P_ademe.indd 59 14/09/15 12:20
1P_ademe_thesard.indd 100 11/10/2019 09:11
www.pourlascience.fr
170 bis boulevard du Montparnasse – 75014 Paris
Tél. 01 55 42 84 00
ÉDITO
Groupe POUr La SCieNCe
Directrice des rédactions : Cécile Lestienne

POUR LA SCIENCE
Rédacteur en chef : Maurice Mashaal
Rédactrice en chef adjointe : Marie-Neige Cordonnier
Rédacteurs : François Savatier, Sean Bailly MAURICE
Stagiaire : Lucas Gierczak MASHAAL
Rédacteur
HORS-SÉRIE POUR LA SCIENCE en chef
Rédacteur en chef adjoint : Loïc Mangin

Développement numérique : Philippe Ribeau-Gésippe


Community manager : Aëla Keryhuel
Conception graphique : William Londiche

DeS CriSTaUX
Directrice artistique : Céline Lapert
Maquette : Pauline Bilbault, Charlotte Calament,
Ingrid Leroy, Véronique Marmont, Raphaël Queruel
Réviseuse : Anne-Rozenn Jouble

DaNS La
Marketing & diffusion : Arthur Peys
Chef de produit : Charline Buché
Direction du personnel : Olivia Le Prévost
Secrétaire général : Nicolas Bréon

QUaTriÈMe
Fabrication : Marianne Sigogne et Zoé Farré-Vilalta
Directeur de la publication et gérant : Frédéric Mériot
Anciens directeurs de la rédaction : Françoise Pétry
et Philippe Boulanger
Conseiller scientifique : Hervé This

DiMeNSiON
Ont également participé à ce numéro :
Lydéric Bocquet, Maud Bruguière, Eric Buffetaut,
Georges Chapouthier, Christophe Chorro,
Pierre-Marc Delaux, Vincent Favier, Lilian Guillemeney,

L
Astrid Lamberts, Xavier Müller, Mathieu de Nauroi,
Thibaut Paumard, Christophe Pichon
e terme d’« espace-temps » est aujourd’hui familier :
PreSSe eT COMMUNiCaTiON
la théorie de la relativité, dont nous a gratifiés Einstein
Susan Mackie
susan.mackie@pourlascience.fr • Tél. 01 55 42 85 05 il y a environ un siècle, a habitué les physiciens au fait
PUBLICITÉ France peu intuitif que l’espace et le temps constituent deux
stephanie.jullien@pourlascience.fr
entités interdépendantes de notre Univers. Avec cette
ABONNEMENTS
Abonnement en ligne : https://boutique.pourlascience.fr interdépendance, les longueurs et les durées sont relatives
Courriel : pourlascience@abopress.fr à l’état de mouvement de l’observateur, et perdent ainsi le caractère
Tél. 03 67 07 98 17
Adresse postale : Service des abonnements – absolu que la physique classique leur attribuait.
Pour la Science, 19 rue de l’Industrie, BP 90053,
67402 Illkirch Cedex Mais les relations entre l’espace et le temps ne s’arrêtent pas là.
Tarifs d’abonnement 1 an (12 numéros) Le formalisme mathématique de la relativité les fait apparaître
France métropolitaine : 59 euros – Europe : 71 euros
Reste du monde : 85,25 euros comme deux grandeurs presque équivalentes, traitées sur un pied
DIFFUSION d’égalité. Ainsi, bien qu’il y ait des différences importantes entre
Contact kiosques : À Juste Titres ; Stéphanie Troyard les deux entités (par exemple, l’écoulement du temps ne se fait que
Tél. 04 88 15 12 48
Information/modification de service/réassort : dans un seul sens), une certaine symétrie prévaut entre elles.
www.direct-editeurs.fr
Or la notion de symétrie, qu’elle se rapporte à l’espace-temps
SCieNTiFiC aMeriCaN ou à d’autres grandeurs physiques, s’est révélée extrêmement
Acting editor in chief : Curtis Brainard
President : Dean Sanderson féconde pour la physique du xxe siècle. Et il semble que ce soit loin
Executive Vice President : Michael Florek
Toutes demandes d’autorisation de reproduire, pour le public français ou d’être fini. En témoignent les « cristaux temporels » que le physicien
francophone, les textes, les photos, les dessins ou les documents contenus
dans la revue « Pour la Science », dans la revue « Scientific American », dans
théoricien Frank Wilczek, lauréat du prix Nobel en 2004, a imaginés
les livres édités par « Pour la Science » doivent être adressées par écrit à
« Pour la Science S.A.R.L. », 162 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris.
en 2012 et qu’il nous décrit dans ce numéro (voir pages 24 à 32). 
© Pour la Science S.A.R.L. Tous droits de reproduction, de traduction,
d’adaptation et de représentation réservés pour tous les pays. La marque L’idée était presque simple. Dans un cristal ordinaire, les atomes
et le nom commercial « Scientific American » sont la propriété de
Scientific American, Inc. Licence accordée à « Pour la Science S.A.R.L. ».
ou molécules sont disposés de façon régulière : les motifs moléculaires
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire
intégralement ou partiellement la présente revue sans autorisation de
se répètent de façon strictement périodique dans l’espace. Peut-on
l’éditeur ou du Centre français de l’exploitation du droit de copie (20 rue alors, par esprit de symétrie, envisager des systèmes physiques dont
des Grands-Augustins, 75006 Paris).
l’agencement se répète à intervalles de temps réguliers ? Telle est,
Origine du papier : Autriche à quelques subtilités près, l’idée des cristaux temporels. Laquelle a fait
Taux de fibres recyclées : 30 %
« Eutrophisation » ou « Impact son chemin : les premières réalisations de tels systèmes, que certains
sur l’eau » : Ptot 0,007 kg/tonne
qualifient de « nouvel état de la matière », datent de 2017. Simples
curiosités scientifiques ou prémices d’une nouvelle branche
de la physique riche en applications, aux horloges ultraprécises
par exemple ? L’avenir nous le dira. n

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 3

pls507-edito.indd 3 04/12/2019 18:45


PLSP0507_003_CR406937.pdf
s OMMAIRE
N° 507 /
Janvier 2020
P. 6
ÉCHOS DES LABOS
• Un trou noir surprenant
dans la Voie lactée
• Le gigantopithèque
enfin mis à sa place
• Sortie des eaux
des végétaux :
un scénario revisité
• Un facteur aggravant
pour l’Antarctique
• Mucoviscidose :
une trithérapie
• Des autruches, des
moutons et des chèvres
• La rougeole provoque une
« amnésie immunitaire »
• Les plaques entraînent
parfois le manteau
• Des sursauts gamma record
ACTUALITÉS GRANDS FORMATS

P. 34
ÉGYPTOLOGIE

DANS LES
ENTRAILLES
DES MOMIES
Marie Zawisza

Les Égyptiens anciens ont


développé des techniques
P. 54
LINGUISTIQUE

MOLIÈRE EST
BIEN L’AUTEUR
DE SES ŒUVRES
Florian Cafiero
et Jean-Baptiste Camps

On a longtemps soupçonné
• Les abeilles, championnes
de la glisse d’embaumement de pointe. Molière de ne pas avoir
Pour percer leurs secrets, écrit ses pièces, dont
les chercheurs s’appuient le véritable auteur serait
P. 16 aujourd’hui sur la Corneille. Mais l’étude
LES LIVRES DU MOIS scanographie. Fascinant. de la langue de Molière
et de ses contemporains
P. 18 rend à l’homme de théâtre
AGENDA ce qui lui est dû.

P. 20
HOMO SAPIENS
INFORMATICUS
Stocker sur
la durée, un défi !
Gilles Dowek

P. 22
QUESTIONS
DE CONFIANCE
Une assiette P. 44 P. 60
sans foie ni loi PALÉONTOLOGIE ÉCONOMIE
Virginie Tournay
LES MAÎTRES DU CIEL AUX SOURCES
MÉSOZOÏQUE MATHÉMATIQUES
LETTRE D’INFORMATION Michael Habib DES INÉGALITÉS
DE RICHESSE
NE MANQUEZ PAS Comment les ptérosaures, Bruce M. Boghosian
LA PARUTION DE créatures géantes à la tête
VOTRE MAGAZINE démesurée, pouvaient-ils Un modèle mathématique
GRÂCE À LA NEWSLETTER voler ? De nouveaux fossiles simple décrit la répartition
3’:HIKMQI=\U[^UW:?a@p@a@h@k";

Édition française de Scientific American


M 02687 - 507 - F: 6,90 E - RD
POUR LA SCIENCE

et la modélisation de la richesse dans les


LINGUISTIQUE ÉCONOMIE ÉGYPTOLOGIE
JANVIER 2020
MOLIÈRE EST LES INÉGALITÉS LES ENTRAILLES N° 507
BIEN L’AUTEUR DE RICHESSE DES MOMIES VUES
DE SES PIÈCES MODÉLISÉES AU SCANNER
BEL : 7,6 € - CAN : 11,6 CAD - DOM/S : 7,7 € - Réunion/A : 9,9 € - ESP : 7,6 € - GR : 7,6 € - ITA : 7,6 € - LUX : 7,6 € - MAR : 64 MAD - TOM : 1 040 XPF - PORT. CONT. : 7,6 € - CH : 12,7 CHF - TUN/S : 9,1 TND

• Notre sélection d’articles LES CRISTAUX


TEMPORELS
Un nouvel état
mathématique donnent économies modernes
• Des offres préférentielles de la matière
des réponses. avec une précision sans
• Nos autres magazines précédent. Et remet en
en kiosque question quelques idées
reçues sur le libre marché.
pls0507-couv.indd 1 04/12/2019 09:17

En couverture :
Inscrivez-vous © Mark Ross Studio
www.pourlascience.fr Les portraits des contributeurs
sont de Seb Jarnot

4 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JANVIER 2020

pls507-sommaire.indd 4 04/12/2019 17:53


PLSP0507_004_CR406081.pdf
RENDEZ-VOUS

P. 80
LOGIQUE & CALCUL

COMBINES
POUR TÉTRADES
Jean-Paul Delahaye

La combinatoire
géométrique exige une
patience et une minutie
dont souvent seul
l’ordinateur est capable.
Le cas des tétrades
est exemplaire.

P. 68
ÉTHOLOGIE P. 86
ART & SCIENCE
FILOU COMME La pierre idéale
UNE SEICHE du facteur Cheval
Barbara King Loïc Mangin

Homo sapiens n’est pas


la seule espèce qui mente.
La tromperie règne P. 24
dans le monde animal. PHYSIQUE

LES CRISTAUX P. 88
TEMPORELS IDÉES DE PHYSIQUE

UN NOUVEL ÉTAT Du granité pour


bien patiner

DE LA MATIÈRE
Frank Wilczek
Jean-Michel Courty
et Édouard Kierlik

P. 92
En imaginant des cristaux présentant CHRONIQUES
DE L’ÉVOLUTION
un motif répété dans le temps plutôt Les gènes perdus
que dans l’espace, les physiciens créent des baleines
P. 74 de nouveaux états de la matière aux Hervé Le Guyader
HISTOIRE DES SCIENCES propriétés surprenantes. Une piste pour
concevoir des horloges ultraprécises. P. 96
LES BULLES SCIENCE & GASTRONOMIE
DE LA PENSÉE Des émulsions
Jean-Gaël Barbara riches en curcuma
Hervé This
Les neurones du cerveau
s’échangent des informations P. 98
en s’envoyant des messagers À PICORER
chimiques dans de
microscopiques bulles. C’est
ce que découvrit il y a soixante
ans le neuroscientifique
allemand Bernard Katz.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JANVIER 2020 / 5

pls507-sommaire.indd 5 04/12/2019 17:53


PLSP0507_005_CR406081.pdf
ÉCHOS DES LABOS

ASTROPHYSIQUE

UN TrOU NOir
SUrPreNaNT DaNS
La vOie LaCTÉe
P. 6 Échos des labos
P. 16 Livres du mois
P. 18 Agenda
P. 20 Homo sapiens informaticus
P. 22 Questions de confiance

Dans le système binaire LB-1


(ici une vue d’artiste), le disque
d’accrétion (en rouge) du trou
noir est trop petit pour émettre
assez de lumière. C’est grâce
au mouvement orbital de
l’étoile de type B (en bleu) que
le trou noir a été découvert.

Découvert récemment, le trou noir LB-1 a une masse compagnon est un trou noir. Grâce à cette
méthode, l’équipe de Jifeng Liu a repéré
estimée à 68 masses solaires. C’est bien plus que le système LB-1, composé d’une étoile
ne le prévoient les modèles… lumineuse de type B, ayant une période

E
orbitale de 78,9 jours, et d’un trou noir de
n dehors du trou noir super- En plus de sa masse hors normes, le 68 masses solaires. Ces mesures restent
massif central, fort d’une trou noir LB-1, distant de 15 000 années- à confirmer, mais si elles sont correctes,
masse de 4  millions de fois lumière, présente une autre originalité : il la masse du trou noir est bien trop élevée
celle du Soleil, la Voie lactée a été identifié d’une façon exceptionnelle. pour que cet astre soit né de l’effondre-
compterait de l’ordre de La plupart des trous noirs stellaires ment d’une étoile en fin de vie.
© Jingchuan Yu, planétarium de Beijing, 2019

100  millions de trous noirs découverts dans la Galaxie l’ont été grâce Récemment, les dispositifs Ligo et
dits « stellaires », chacun d’eux étant né à aux rayons X émis par la matière brûlante Virgo de détection d’ondes gravitation-
la suite de la mort d’une étoile. D’après les de leur disque d’accrétion. Mais la majo- nelles ont mis en évidence des fusions de
modèles d’évolution stellaire, ces trous rité des trous noirs, dénués d’un disque paires de trous noirs, chacun faisant entre
noirs atteindraient jusqu’à environ important, sont invisibles. 20 et 50  masses solaires. Ces coales-
25 masses solaires. Pourtant, Jifeng Liu, de Comment alors les détecter ? En cher- cences ont donné naissance à des trous
l’Académie chinoise des sciences, à Beijing, chant des étoiles lumineuses présentant noirs plus grands, ce qui pourrait être une
et ses collègues viennent d’identifier un un mouvement périodique (on parle de piste pour expliquer LB-1.
trou noir de 68 masses solaires. Comment vitesse radiale), qui indique leur apparte- Il faut cependant prendre en compte
résoudre l’énigme de sa formation ? nance à un système binaire où leur un autre paramètre : la « métallicité » des

6 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-actus.indd 6 04/12/2019 19:12


PLSP0507_006_CR409378.pdf
PALÉONTOLOGIE

étoiles, c’est-à-dire leurs concentrations


en éléments plus lourds que l’hydrogène Le gigantopithèque
et l’hélium. À ses débuts, l’Univers ne
contenait quasiment que de l’hydrogène
et de l’hélium ; les premières étoiles
enfin mis à sa place
avaient donc une faible métallicité. Puis Un énigmatique singe géant a vécu en Asie. Mais ses fossiles étant
l’activité stellaire a synthétisé des élé- très peu nombreux et ses caractères morphologiques très
ments lourds et la métallicité des généra-
particuliers, on ne parvenait pas à le placer dans l’arbre de parenté
tions successives d’étoiles a augmenté.
Or, d’après les modèles, si les étoiles
des grands singes. Une équipe menée par Frido Welker et Enrico
de faible métallicité sont capables de pro- Cappellini, de l’université de Copenhague, vient de régler ce
duire des trous noirs assez massifs problème à l’aide d’une nouvelle technique, la paléoprotéomique.
(comme ceux observés par Ligo et Virgo), Les explications d’Anne-Marie Bacon, qui a participé à ces travaux.
celles de métallicité élevée ne donnent
que des trous noirs de moins de 25 masses Propos recueillis par FRANÇOIS SAVATIER
solaires. En effet, elles perdent beaucoup ENTRETIEN AVEC ANNE-MARIE BACON des protéomes, ces jeux de protéines
de matière sous la forme de vent stellaire paléontologue au CNRS, à l’institut caractéristiques d’un tissu biologique.
avant de mourir. Le trou noir LB-1 pour- médico-légal de Paris Les chercheurs ont extrait le protéome
rait donc être le résultat de la coalescence de l’émail dentaire d’un gigantopithèque
de deux trous noirs issus d’étoiles de Ainsi, il a existé en Asie un King Kong ? et l’ont comparé à ceux de l’émail dentaire
faible métallicité. En quelque sorte, même si faire de des autres grands singes et même de
cet animal un King Kong ou un Yéti est l’homme, ce qui a permis d’établir ses
Il y aurait donc eu initialement un peu scientifique. En fait, il s’agit du relations de parenté avec toutes ces
système de trois étoiles dont deux, très gigantopithèque, un grand singe qui espèces. Plus précisément, pour
massives, auraient donné des trous noirs devait mesurer 2,5 mètres de haut pour construire l’arbre phylogénétique
qui ont ensuite fusionné. Et le troisième 300 kilogrammes. Étant spécialiste le plus probable et estimer les dates
des faunes anciennes d’Asie du Sud-Est, de divergence entre les lignées, ils ont
larron serait l’étoile de type B. appliqué, aux différents protéomes
j’ai fait partie de l’équipe constituée par
Cependant, les caractéristiques de ce Frido Welker et Enrico Cappellini pour le comparés, une méthode statistique
dernier astre ne sont pas compatibles décrire. Nous en savons très peu, puisque élaborée – la méthode bayésienne.
avec ce scénario. En général, un système nous ne disposons que de rares fossiles.
binaire ou triple se forme dans une pou- Et qu’en ressort-il ?
Pourquoi cette rareté ? D’abord, la certitude que le
ponnière d’étoiles (un vaste nuage de Parce que dans les milieux gigantopithèque est un ponginé,
gaz où un grand nombre d’étoiles karstiques, très fréquents dans les c’est-à-dire un animal plus proche
naissent en même temps). Par consé- régions tropicales de Chine du Sud et de l’orang-outan que des autres grands
quent, les membres du système par- d’Indochine, pratiquement rien ne se singes actuels, les gibbons en Asie et
conserve longtemps, à part quelques les chimpanzés et gorilles en Afrique ;
tagent certaines caractéristiques, dont ensuite, que la divergence en Asie entre
dents. Et ces fossiles ne subsistent le plus
la métallicité. Pour avoir un trou noir de souvent que dans les grottes calcaires. la lignée des orangs-outans et celle du
68 masses solaires, il faudrait donc que Pour le gigantopithèque, nous n’avons gigantopithèque s’est produite il y a
l’étoile de type B ait une faible métalli- ainsi que quatre mandibules chinoises entre 10 et 12 millions d’années. Nous
cité, ce qui n’est pas le cas. et des dents isolées, dont certaines apprenons ainsi que l’histoire évolutive
trouvées au Vietnam et en Thaïlande. de ce singe a duré dix millions d’années,
Une autre explication est que l’étoile Ces fossiles sont en outre dispersés alors que nos plus anciens restes datent
de type B aurait été capturée sous l’effet dans le temps entre environ 2 millions d’à peine 2 millions d’années…
de l’attraction gravitationnelle du trou d’années et 450 000 ans.
noir. Dans ce cas, les astres ne seraient Jusqu’où remontera-t-on dans le temps
Est-ce pour cela que l’on n’arrivait pas avec la paléoprotéomique ?
pas nés au même endroit et les progéni- Je ne suis pas spécialiste de cette
à établir la parenté de ce grand singe ?
teurs du trou noir avaient peut-être une On se doutait qu’il était proche des technique, mais il y a beaucoup d’efforts
métallicité faible. Mais dans le cas d’une orangs-outans, mais sans en avoir la réalisés pour améliorer l’extraction des
étoile capturée, la trajectoire est souvent certitude. Ces singes des forêts tropicales protéines anciennes, qui se conservent
très excentrique, c’est-à-dire très allon- de Sumatra et de Bornéo appartiennent au bien mieux que l’ADN. Ainsi, en milieu
genre Pongo, qui compte par ailleurs une tropical, le plus ancien ADN jamais
gée. Or, justement, l’orbite de l’étoile est dizaine d’espèces éteintes pour lesquelles extrait a tout juste quelques milliers
plutôt circulaire. Certains processus
© Jingchuan Yu, planétarium de Beijing, 2019

on a un peu de matériel fossile, mais pas d’années, alors que les protéines les plus
tendent à rendre circulaire une orbite, assez pour que la comparaison permette anciennes que l’on ait extraites – celles
mais ils sont très lents, et bien trop lents de situer le gigantopithèque sur le plan du gigantopithèque – ont 1,9 million
phylogénétique à partir de sa seule d’années. C’est le record en Asie. En
par rapport à l’âge de notre étoile pour Europe, l’équipe d’Enrico Cappellini a pu
morphologie dentaire.
avoir été à l’œuvre ici. Bref, un trou noir extraire les protéines d’un rhinocéros de
de cette masse dans la Voie lactée est un Dès lors, comment avez-vous 1,77 million d’années, découvert à
vrai casse-tête. n établi sa parenté ? Dmanissi, en Géorgie. Mais il n’y a aucun
Comme il n’était pas possible d’utiliser doute : ces records seront battus.
la comparaison morphologique des dents,
SEAN BAILLY Frido Welker et Enrico Cappellini ont eu F. Welker et al., Nature, en ligne
Jifeng Liu et al., Nature, recours à la paléoprotéomique – l’analyse le 13 novembre 2019
vol. 575, pp. 618-621, 2019

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 7

pls507-actus.indd 7 04/12/2019 19:12


PLSP0507_007_CR409378.pdf
ÉCHOS DES LABOS

ÉVOLUTION

SOrTie DeS eaUX DeS vÉGÉTaUX :


UN SCÉNariO reviSiTÉ
Une nouvelle étude montre comment un transfert de gènes de bactéries
vers des plantes a permis à ces dernières de coloniser la terre ferme.

I
l y a entre 480 et 450 millions d’années,
les premiers végétaux sont partis à la
conquête du milieu terrestre. Ce dernier
leur était très hostile car il fallait pouvoir
résister à la dessiccation, aux ultravio-
lets, à la gravité,  etc. Aujourd’hui, les
continents sont le terrain privilégié des
embryophytes (mousses, fougères, conifères et
plantes à fleur), qui présentent tous les carac-
tères nécessaires pour y prospérer. Plusieurs
observations récentes ont cependant mis en
défaut l’hypothèse simple où l’ancêtre commun
des embryophytes aurait lancé la conquête des
continents. Shifeng Cheng, de l’Académie des
sciences agricoles, à Shenzhen, en Chine, et ses
collègues ont réexaminé ce scénario.
Il y a une vingtaine d’années, on pensait que
les embryophytes étaient des cousins proches
du groupe des coléochaetes, des algues
exemptes des adaptations nécessaires pour la
vie hors des océans. Dès lors, on pensait que la
conquête du milieu terrestre n’avait été réalisée
que par le seul groupe des embryophytes. Mais
entre 2012 et 2018, la découverte d’une proxi-
mité plus grande des embryophytes avec les Ces algues vertes du genre Cosmarium appartiennent au groupe des zygnématophycées.
Elles vivent dans l’eau douce, mais leurs ancêtres vivaient peut-être sur la terre ferme.
zygnématophycées, un groupe d’algues peu
étudié, a conduit à reposer la question. La
conquête s’est-elle faite avant ou après la diver- colonisé le milieu terrestre il y a 3,2 milliards
gence entre les embryophytes et les d’années, auraient joué un rôle non négligeable
zygnématophycées ? dans l’arrivée ultérieure des premiers végétaux
Pour y répondre, Shifeng Cheng et ses col- terrestres.
lègues ont séquencé le génome de différentes Dans cette conquête végétale, cependant,
espèces d’embryophytes, de zygnématophy- comment expliquer le succès des embryo-
cées et d’autres végétaux. Ils ont trouvé des phytes et le retour au milieu aquatique de la
gènes communs aux embryophytes et aux plupart des zygnématophycées ? L’étude géné-
zygnématophycées, notamment les gènes PYL tique révèle que les zygnématophycées, à la
et GRAS, qui interviennent dans la résistance à différence des embryophytes, ne possèdent pas
la dessiccation. L’ancêtre commun des embryo- certains gènes qui sont nécessaires à l’établis-
phytes et des zygnématophycées était donc sement de symbioses (associations) avec cer-
probablement adapté à un mode de vie ter- tains champignons du sol. Or ces symbioses
restre et aurait peut-être conquis ce milieu il y confèrent aux végétaux terrestres la capacité
a 580 millions d’années. de capter plus facilement de l’eau et des nutri-
Plus surprenant encore, en étendant leur ments du sol, moins accessibles qu’en milieu
analyse à des espèces non végétales, les biolo- aquatique. Une hypothèse séduisante pour
© Shutterstock.com/F.Neidl

gistes ont constaté que les gènes PYL et GRAS expliquer l’omniprésence actuelle des embryo-
sont très fréquents chez les bactéries du sol. Il phytes sur la terre ferme ! n
est donc très probable qu’il y ait eu des trans-
ferts de gènes de bactéries terrestres vers l’an- CORALINE MADEC
cêtre commun des embryophytes et des S. Cheng et al., Cell, vol. 179(5),
zygnématophycées. Ainsi, les bactéries, qui ont pp. 1057-1067, 2019

8 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-actus.indd 8 04/12/2019 19:12


PLSP0507_008_CR409378.pdf
EN BREF GÉOSCIENCES

LA BONNE ALLURE
DES QUADRUPÈDES UN FaCTeUr
Beaucoup de quadrupèdes
ont une démarche adaptée aGGravaNT POUr
à chaque vitesse. Et
souvent, ils marchent, L’aNTarCTiQUe
trottent ou galopent, à peu

D
près tous de la même façon.
Rares sont les démarches epuis vingt-cinq ans, l’Antarctique
spécifiques à une espèce. aurait perdu près de 2 700 milliards de
Pour l’expliquer, Delyle tonnes de glace du fait du réchauffe-
Polet et John Bertram, ment climatique ; et l’occurrence d’événements
de l’université de Calgary,
au Canada, ont conçu
extrêmement chauds sera d’autant plus préoc-
un modèle physique simple cupante si le réchauffement dépasse les 3 °C à
pour le déplacement la fin du siècle. Jonathan Wille, de l’Institut des
d’un quadrupède et montré géosciences de l’environnement, à Saint-
avec des simulations Martin-d’Hères, et ses collègues ont montré
que les démarches
énergétiquement optimales que la fonte en surface de l’Antarctique occi-
sont celles observées dans dental est en partie aggravée par la formation Des épisodes de chaleur humide, dus à des rivières
la nature. de « rivières atmosphériques ». atmosphériques, accentuent la fonte de l’Antarctique.
PLoS Comput. Biol., vol. 15(11), Ce phénomène, bien étudié par les météo-
e1007444, 2019
rologues, se produit lorsque deux masses d’air et de façon corrélée avec des épisodes de fonte
proches forment entre elles un corridor où l’air affectant des barrières de glace, ces épaisses
LA MUSIQUE,
UN ART PARTAGÉ humide s’accumule. C’est par exemple le cas plateformes de glace qui s’avancent sur la mer.
Universelle, la musique ? Il lorsqu’une dépression et un anticyclone (des Les rivières atmosphériques chargées d’air
était difficile de répondre, zones de basse et de haute pression) entrent chaud du Nord donnent en effet lieu à des pré-
notamment en raison de la en contact. En raison des sens de rotation cipitations très intenses qui diminuent le pou-
diversité entre les cultures. opposés de ces deux systèmes, l’humidité est voir réfléchissant de la glace et à la formation
L’équipe de Samuel Mehr,
de l’université Harvard, alors poussée dans une seule direction, ce qui de nuages émettant vers le bas dans l’infra-
a analysé des textes la concentre et entraîne des précipitations rouge. Des événements qui seront rendus plus
ethnographiques liés intenses sur des zones restreintes. extrêmes par le réchauffement climatique… n
à la musique et des En analysant des données sur l’Antarctique
enregistrements sonores.
collectées entre  1979 à  2017, l’équipe de LUCAS GIERCZAK
Ils ont constaté que toutes
les sociétés développent Jonathan Wille a observé que des rivières J. Wille et al., Nature Geoscience,
une culture musicale et atmosphériques se sont formées régulièrement, vol. 12, pp. 911-916, 2019
associent des sentiments
ou comportements
humains précis (amour, MÉDECINE
danse, etc.) à certains
aspects de la musique
(tempo, rythme,
hauteur, etc.).
MUCOviSCiDOSe :
Science, vol. 366, eaax0868, 2019 UNe TriTHÉraPie

L
’OUMUAMUA, UN a mucoviscidose, maladie génétique héré-
© Wikimedia Commons/Emw (en bas) ; © Shutterstock.com/Steve Allen (en haut)

RECORD DE POROSITÉ
Vu en 2017, ’Oumuamua, le
ditaire causant des problèmes respira-
premier objet intersidéral toires et digestifs, touche environ
connu à visiter le Système 7 000 personnes en France. Malgré des avancées
solaire, est peut-être un médicales depuis les années 1960, l’espérance
mouton de poussière… de vie des malades reste faible – une quaran-
Il s’éloigne en effet
anormalement vite du taine d’années – et leurs conditions de vie dif-
Soleil. Un mouvement dû ficiles. Mais les équipes de Peter Middleton, de La mucoviscidose est causée par les mutations d’un gène,
à la pression de radiation, l’université de Sydney, en Australie, et de Harry entraînant le dysfonctionnement de la protéine CFTR.
d’après Eirik Flekkøy, de Heijerman, de l’université d’Utrecht, aux Pays-
l’université d’Oslo, et ses
collègues. Pour que cette
Bas, viennent d’effectuer deux nouveaux essais molécule, l’elexacaftor. La capacité respiratoire
force, due aux impacts cliniques prometteurs. des malades s’est grandement améliorée. La
cumulés d’une myriade de Un traitement alliant deux molécules – iva- seconde équipe a montré que cette trithérapie
© Shutterstock.com/F.Neidl

photons solaires, suffise à caftor et tezacaftor – améliorait déjà la vie de soigne aussi mieux les patients « classiques ». n
accélérer ’Oumuamua aussi nombreux patients atteints de la forme la plus
efficacement, sa densité L. G.
doit avoisiner les courante de la maladie, mais restait sans effet
10 grammes par mètre chez certains d’entre eux. La première équipe P. G. Middleton et al., New England Journal of Medicine,
vol. 381, pp. 1809-1819, 2019 ;
cube. a administré à de tels patients une trithérapie H. G. M. Heijerman et al., The Lancet, vol. 394,
ApJ. Lett., vol. 885(2), L41, 2019 associant à ces substances une nouvelle pp. 1940-1948, 2019

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 9

pls507-actus.indd 9 04/12/2019 19:12


PLSP0507_009_CR409378.pdf
ÉCHOS DES LABOS

ARCHÉOLOGIE

DeS
aUTrUCHeS,
DeS MOUTONS
eT DeS
CHÈvreS

O
n retrouve souvent des perles en coquille
d’œuf d’autruche, utilisées pour des parures
(comme sur ce collier moderne ci-contre), dans
des sites archéologiques africains. En 1987,
Leon Jacobson, de l’université de l’État-Libre,
en Afrique du Sud, avait montré qu’en
Namibie les perles mises au jour dans des sites occupés par des
chasseurs-cueilleurs étaient plus petites, de quelques milli-
mètres, que celles retrouvées dans des sites d’éleveurs de
chèvres et de moutons – des populations arrivées de l’est il y a
2 000 ans environ. Depuis, les perles ont été utilisées comme
un indicateur, parmi d’autres, pour distinguer les occupants d’un
site archéologique. Toutefois, une étude systématique réalisée
par Jennifer Miller et Elizabeth Sawchuk, de l’institut Max-
Planck pour les sciences de l’histoire humaine, à Iéna, en
Allemagne, montre que la situation est à nuancer.
En étudiant les perles dans l’est de l’Afrique, les chercheuses
ont constaté que depuis plus de 5  000  ans, les populations
locales y fabriquaient des perles de grande taille. Dans le sud,
les perles de petite taille sont restées prédominantes (dans le
médaillon, deux petites perles retrouvées en Afrique du Sud, et deux
grandes mises au jour en Tanzanie). Mais il y a 2 000 ans, en
accord avec les observations de Leon Jacobson, des perles de
plus grande taille sont apparues. En d’autres termes, l’arrivée
des grandes perles a coïncidé avec celle des éleveurs de l’est
dans la région. Si les perles ne sont peut-être pas un indicateur
suffisant sur les occupants, elles constituent un bon marqueur
temporel des mouvements de populations et témoignent d’inte-
ractions culturelles. « Elles indiquent qu’il y a très certainement
eu un transfert de savoir-faire entre les éleveurs venant de l’est
et les populations locales », explique Solange Rigaud, paléoan-
thropologue à l’université de Bordeaux. n

S. B.
J. M. Miller et E. A. Sawchuk, Plos One,
vol. 14 (11), article e0225143, 2019

10 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-actus.indd 10 04/12/2019 19:12


PLSP0507_010_CR409378.pdf
© Hans Sell ; © J. Miller et al, 2019 (médaillon)

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 11

pls507-actus.indd 11 04/12/2019 19:12


PLSP0507_011_CR409378.pdf
ÉCHOS DES LABOS

VIROLOGIE

La rOUGeOLe PrOvOQUe
UNe « aMNÉSie iMMUNiTaire »
Ce virus perturbe le système immunitaire et y induit une amnésie qui expose les individus
infectés à un risque accru face à d’autres pathogènes.

L
e virus de la rougeole, maladie très
contagieuse, tue encore près de
100 000 personnes par an dans le
monde. Les décès sont le plus sou-
vent dus à des complications telles
que des pneumonies. Selon l’OMS
(l’Organisation mondiale de la santé), depuis
janvier 2019, le nombre de cas dans le monde
a triplé par rapport à la même période en 2018.
Une augmentation qui s’explique en Europe
par une défiance vis-à-vis des vaccins. Or un
nouvel argument vient renforcer la nécessité
de cette vaccination. En 2015, lors d’études épi-
démiologiques, Michael Mina, de l’institut
médical Howard-Hugues, à Boston, et ses col-
lègues avaient identifié un lien entre la rou-
geole et une mortalité accrue pendant les
années suivantes chez les personnes ayant
contracté la maladie, mais les raisons en étaient
encore inconnues. Maintenant, le chercheur et
une équipe internationale ont montré que le
virus de la rougeole efface la mémoire immu-
nitaire des personnes infectées.
Cette mémoire immunitaire est présente
notamment sous la forme d’anticorps que l’or- Comme le virus du sida, celui de la rougeole (ici sur une vue d’artiste) s’attaque aux cellules
ganisme conserve après une première ren- immunitaires.
contre avec un pathogène. Michael Mina et ses
collègues ont comparé le stock d’anticorps immunitaire, elle a confirmé ce phénomène
mémoire dans le sang de 77 enfants non vacci- chez des macaques. Elle a aussi observé que
nés, avant et environ deux mois après une cette amnésie, contrairement à celle induite
infection par la rougeole. Ils ont montré que la par le virus du sida, n’est pas permanente : les
rougeole élimine entre 11 et 73 % du répertoire enfants reconstituent progressivement leur
d’anticorps présent avant l’infection. Non seu- mémoire immunitaire au fil de réinfections lors
lement certains ne sont plus représentés, mais de nouvelles épidémies d’autres virus.
la quantité d’anticorps contre de nombreux Par ailleurs, l’équipe a confirmé que cette
pathogènes est aussi considérablement réduite. amnésie ne se produit pas avec la vaccination.
Les individus qui ont la rougeole redeviennent Chez des enfants vaccinés contre la rougeole,
ainsi vulnérables à de nombreux pathogènes, elle n’a détecté aucune diminution d’anticorps,
comme le sont les nouveau-nés. « Il est déjà ni en diversité ni en quantité. « Cela est tout à
bien connu que la rougeole est une maladie qui fait cohérent avec ce qui était attendu. Le virus
induit un déficit immunitaire, avec des compli- utilisé pour la vaccination est atténué : il com-
cations fréquentes, surtout respiratoires, dans porte une cinquantaine de mutations qui lui
les deux mois après l’infection. Ce travail docu- ont fait perdre la capacité à infecter et à
© Shutterstock.com/Kateryna Kon

mente de façon précise l’amnésie immunitaire détruire les cellules du système immunitaire »,
sévère qui résulte d’une infection par ce virus », observe Frédéric Tangy, chercheur à l’institut
© Nicolas Coltice et al.

explique Paul-Henri Consigny, directeur du Pasteur. n


centre médical de l’institut Pasteur, à Paris.
Si l’équipe n’a pas encore déterminé les NOËLLE GUILLON
mécanismes précis qui sous-tendent cette pro- M. Mina et al., Science, vol. 366,
fonde restructuration de la mémoire pp. 599-606, 2019

12 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-actus.indd 12 04/12/2019 19:12


PLSP0507_012_CR409378.pdf
ASTRONOMIE GÉOSCIENCES

UNe ÉTOiLe
eN eXCÈS De viTeSSe LeS PLaQUeS
eNTraÎNeNT
D ParFOiS
ans la Voie lactée, les mouvements des
astres sont très rapides ; par exemple,
le Soleil (accompagné de ses planètes)

Le MaNTeaU
s’y déplace à 230 kilomètres par seconde. Mais
les astronomes ont remarqué des étoiles iso-
lées ayant une vitesse anormalement élevée.
Sergey Koposov, de l’université Carnegie-
Mellon, aux États-Unis, et ses collègues ont
observé une telle étoile, S5-HVS1, située à
29 000  années-lumière de la Terre. Elle
s’éloigne du centre de la Voie lactée à une
vitesse radiale de 1 020  kilomètres par
seconde, ce qui en fait une « étoile hyperra-
pide ». Les chercheurs pensent qu’elle a été
propulsée par le trou noir central avec un effet
de fronde et quittera irrémédiablement la
galaxie pour ne jamais y revenir. n
L. G.
S. E. Koposov et al., MNRAS,
en ligne le 4 novembre 2019

CHIMIE
La simulation montre, à gauche, la topographie d’un continent en train de se disloquer.
DeS MiCrOrOBOTS À droite, les panaches de magma.

L
DÉPOLLUeUrS a théorie de la tectonique des plaques décrit les mouvements de la
D’UraNiUM surface terrestre en considérant que sa couche externe rigide (la
lithosphère) est découpée en plaques qui se meuvent sur la couche

P
our dépolluer des milieux aqueux conta- inférieure ductile, l’asthénosphère. Comme le modèle n’explique pas
minés par des dérivés de l’uranium, ces mouvements, les géophysiciens ont proposé l’idée que les plaques
Yulong Ying, de l’université de Prague, sont entraînées par les phénomènes de convection animant l’asthé-
et ses collègues ont eu l’idée d’utiliser le ZIF-8, nosphère. Une hypothèse aujourd’hui remise en question. Grâce à une nouvelle
un réseau métalloorganique (matériau poreux simulation, l’équipe de Nicolas Coltice, du laboratoire de géologie de l’École
constitué d’ions métalliques reliés par des normale supérieure, à Paris, a mis en lumière des rôles plus symétriques pour
molécules organiques), capable d’adsorber en les plaques et la convection dans l’origine de la dérive des continents.
grande quantité des ions uranyles UO22+. D’après les chercheurs, il faut voir la Terre comme un système unique où
En modifiant des microparticules de ZIF-8, les grandeurs physiques (densité, pression, température, viscosité, etc.)
les chercheurs ont fabriqué des « microrobots » varient continûment, notamment avec la profondeur. Cela permet de prendre
autopropulsés. Dotés d’un revêtement de pla- en compte les interactions complexes entre les plaques tectoniques et l’asthé-
tine sur une face, les microrobots produisent nosphère. Nicolas Coltice et ses collègues ont alors modélisé la dynamique
des bulles de dioxygène en présence d’eau oxy- d’une planète fictive semblable à la Terre. En résolvant un système d’équations
génée (ajoutée au milieu), ce qui les met en différentielles, ils ont reproduit 1,5 milliard d’années d’évolution de la planète.
mouvement. Grâce à cette capacité motrice, les Les chercheurs ont alors noté qu’entre 60 et 80 % du temps (notamment à
microrobots gagnent en efficacité pour cher- proximité d’une zone de subduction), l’asthénosphère se déplace plus lente-
cher l’uranium dans l’eau. Avec l’addition d’une ment que la plaque qui la surplombe ; cela indique que, dans ce cas, ce sont en
couche de magnétite sur l’autre face, les micro- fait les plaques qui entraînent l’asthénosphère. Le reste du temps, les rôles
© Shutterstock.com/Kateryna Kon

robots sont collectés facilement avec un aimant sont inversés et correspondent à ce qui était supposé jusque-là : des mouve-
une fois l’uranium capté. n ments de convection dans l’asthénosphère entraînent lentement les plaques
© Nicolas Coltice et al.

MARTIN TIANO tectoniques. n


Y. Ying et al., ACS Nano, vol. 13(10),
pp. 11477-11487, 2019 L. G.
N. Coltice et al., Science Advances,
vol. 5(10), article eaax4295, 2019

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 13

pls507-actus.indd 13 04/12/2019 19:12


PLSP0507_013_CR409378.pdf
ÉCHOS DES LABOS

ASTROPHYSIQUE EN BREF

DeS SUrSaUTS DES PIGEONS MUTILÉS


PAR NOS DÉCHETS
GaMMa reCOrD En ville, nombreux sont
les pigeons infirmes, aux
pattes amputées ou avec
des doigts manquants.

L
orsqu’une étoile massive arrive en fin de Réfutant une légende
urbaine selon laquelle ces
vie, une formidable explosion se produit, oiseaux seraient malades,
visible même aux confins du cosmos. Frédéric Jiguet, du Centre
L’astre expulse de grandes quantités de gaz de d’écologie et des sciences
ses couches externes et son cœur s’effondre sur de la conservation, à Paris,
et ses collègues ont
lui-même, ce qui donne naissance à un trou montré que cela serait
noir. Le système émet alors deux jets de parti- plutôt dû à la pollution,
cules à des vitesses proches de celle de la notamment à des fils
lumière. Ce phénomène émet de la lumière ou cheveux s’enroulant
pendant environ une minute. Il est suivi de la autour de leurs doigts,
jusqu’à former un garrot
phase dite « rémanente », qui dure des mois, qui entraînerait leur
voire des années. Durant cette seconde phase, Vue d’artiste d’un sursaut gamma avec en premier plan nécrose. La faute, donc,
les jets provoquent des ondes de choc dans le l’un des jets produits lors de l’effondrement de l’étoile. aux humains.
gaz et la poussière environnant l’astre. Ces Biol. Conserv., vol. 240,
108241, 2019
chocs accélèrent notamment des électrons, qui ont capté les photons les plus énergétiques
de ce fait émettent un rayonnement dit « syn- jamais enregistrés et émis par deux sursauts
UN ENFER HOSTILE
chrotron ». Les astrophysiciens suspectaient gamma, notés GRB180720 et GRB190114 et À TOUTE VIE
qu’un autre processus, la diffusion Compton distants de 7 et 5,5 milliards d’années-lumière. La vie est coriace et l’on
inverse, soit aussi à l’œuvre dans les sursauts Ces photons ont des énergies allant de 100 à pensait que, sur Terre,
gamma et produise des photons plus énergé- près de 1 000 gigaélectronvolts. En outre, en la présence d’eau liquide
tiques : des électrons, également accélérés par analysant le spectre du rayonnement de ces suffisait à son
développement, même
les ondes de choc, interagissent et transfèrent sursauts gamma, les astrophysiciens confir- dans les conditions les plus
leur énergie à des photons des émissions syn- ment que la diffusion Compton inverse est bien extrêmes. Une croyance
chrotron. Mais ce mécanisme n’avait pas à l’œuvre lors de ces explosions cosmiques. n remise en cause par Jodie
encore été confirmé par l’observation, après Belilla, de l’université
Paris-Sud, à Orsay, et ses
une traque de plus de dix ans. S. B.
collègues : certaines mares
Le 20 juillet 2018 et le 14 janvier 2019 res- Collaboration MAGIC, Nature, vol. 575, pp. 455-458 et du site volcanique de
pectivement, les télescopes HESS et MAGIC pp. 459-463, 2019 ; Collaboration HESS, ibid., pp. 464-467 Dallol, en Éthiopie, ne
contiennent pas de vie.
D’après les chercheurs, cela
PLANÉTOLOGIE s’expliquerait par leur forte
salinité, leur température
(45 °C à l’ombre) et leur
eUrOPe : acidité (pH négatif).
Nat. Ecol. Evol., vol. 3,
UNe BaNQUiSe pp. 1552-1561, 2019

rÉvÉLaTriCe DES RHUMATISMES


TRAHIS PAR LA
CHALEUR

D
ans la décennie à venir, les sondes spa- Détecter la polyarthrite
tiales Juice et Europa Clipper rendront rhumatoïde par simple
visite à Europe, une lune de Jupiter. Ce imagerie thermique ? C’est
ce que proposent Alfred
satellite cache sous son épaisse surface de Gatt, de l’université de
glace un océan d’eau liquide difficile à
© Nasa/JPL-Caltech/SETI Institute ; © ESO/A. Roquette

Malte, et son équipe. Grâce


atteindre, mais qui abrite peut-être de la vie. Europe dissimulerait, sous son épaisse croûte de glace, à des clichés infrarouges
Les sondes étudieront indirectement la com- un océan liquide susceptible d’héberger la vie. des mains d’individus
position de l’océan en analysant les éléments sains ou atteints de cette
maladie inflammatoire
(provenant en particulier de l’activité hydro- d’eau – qui remonteraient à la surface, en pre- chronique de façon
© Chris Roh et Mory Gharib/Caltech

thermale du fond de l’océan) issus de celui-ci nant en compte différents scénarios liés à asymptomatique, les
mais ayant migré à la surface en traversant la l’activité hydrothermale interne. Ces données chercheurs ont en effet
croûte glacée sur des temps géologiques. permettront d’éliminer les scénarios incom- montré que la peau des
malades était plus chaude
Alexis Bouquet, du laboratoire d’astrophysique patibles avec les mesures des sondes. n de deux ou trois degrés
de Marseille, et ses collègues viennent d’esti- que celle des personnes
mer les quantités de ces molécules, sous la L. G. saines, au niveau de la
forme de clathrates – des molécules « piégées » A. Bouquet et al., The Astrophysical Journal,
paume comme des doigts.
dans des cages formées de molécules vol. 885(1), article 14, 2019 Sci. Rep., vol. 9, 17204, 2019

14 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-actus.indd 14 04/12/2019 19:12


PLSP0507_014_CR409378.pdf
BIOLOGIE ANIMALE BIOPHYSIQUE

La CHaLeUr
raPeTiSSe LeS aBeiLLeS,
LeS OiSeaUX CHaMPiONNeS
D
e nombreux effets du réchauffement
climatique sur des plantes ou des ani-
maux sont déjà connus, comme la
De La GLiSSe
modification de leur répartition géographique
ou une floraison précoce. Mais l’étude
conduite par l’équipe de Benjamin Winger, de
l’université du Michigan, aux États-Unis,
montre que la morphologie de certains
oiseaux migrateurs est également influencée
par la température. En mesurant les os de plus
de 70 000 corps d’oiseaux de 52 espèces diffé-
rentes, collectés durant quarante ans au pied
d’immeubles de Chicago que ces derniers
avaient heurtés, les chercheurs ont établi que
leur taille était corrélée aux fluctuations de la
température estivale moyenne : plus l’été était
chaud, plus les oiseaux étaient petits. n
L. G.
B. Weeks et al., Ecology Letters,
en ligne le 4 décembre 2019

NEUROSCIENCES
En battant des ailes, les abeilles créent à la surface de l’eau un motif de vagues présentant
MarCHer une symétrie latérale, mais avec une amplitude bien plus grande à l’arrière qu’à l’avant.

P
reNFOrCe La viSiON
eut-être avez-vous déjà, à la surface d’un lac, sauvé une abeille de la
PÉriPHÉriQUe noyade en la transportant au sec à l’aide d’une brindille. En fait, elle
s’en serait sûrement sortie toute seule ! Ces insectes savent en effet

V
oit-on mieux quand on est en mouve- « surfer » sur l’eau en battant des ailes, pour rejoindre un rivage
ment ? Pour le savoir, Liyu Cao et proche. Afin de comprendre ce mécanisme unique dans le règne
Barbara Händel, de l’université de animal, Chris Roh et Morteza Gharib, de Caltech (l’institut de tech-
Würzburg, en Allemagne, ont étudié les effets nologie de Californie), aux États-Unis, ont analysé en détail, à l’aide d’une caméra
de la marche sur la vision. Ils ont équipé ultrarapide, les mouvements d’ailes des abeilles et les perturbations engendrées
30  participants d’un casque mesurant les à la surface de l’eau.
ondes cérébrales, d’un capteur enregistrant les Les chercheurs ont constaté que les insectes, sur l’eau, avancent en ligne
mouvements oculaires et de lunettes vidéo droite à quelques centimètres par seconde. Pour atteindre cette vitesse, l’abeille
projetant au centre de leur champ de vision agite ses ailes et donne naissance, à la surface de l’eau, à des motifs de vagues,
une zone striée clignotante plus ou moins dont Chris Roh et Morteza Gharib ont étudié l’amplitude et la forme. Les vagues
contrastée. Les participants devaient repérer sont bien plus grandes derrière l’abeille que devant elle, ce qui suggère que
© Nasa/JPL-Caltech/SETI Institute ; © ESO/A. Roquette

l’apparition aléatoire d’une cible dans cette l’insecte, en transférant de la quantité de mouvement vers l’arrière sous forme
zone soit en restant immobiles soit en mar- de vagues, crée une force de poussée qui lui permet d’avancer, tel un nageur
chant dans une grande salle. Des données ramenant l’eau vers l’arrière pour progresser. Pour s’en assurer, les chercheurs
recueillies, les chercheurs ont déduit que mar- ont calculé d’une part la poussée nécessaire à l’abeille pour avancer et, d’autre
© Chris Roh et Mory Gharib/Caltech

cher augmente le traitement des signaux pro- part, l’intensité de la force appliquée par l’abeille sur le fluide – et donc par le
venant de la périphérie. n fluide sur l’abeille, par principe d’action-réaction. Les deux valeurs étaient du
même ordre de grandeur : quelques dizaines de micronewtons, ce qui confirme
F. S.
que c’est bien en créant des vagues que les abeilles avancent. n
L. Cao et B. Händel, Plos Biol.,
vol. 17(10), article e3000511, 2019
L. G.
C. Roh et M. Gharib, PNAS,
article 1908857116, 2019

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 15

pls507-actus.indd 15 04/12/2019 19:12


PLSP0507_015_CR409378.pdf
LES LIVRES DU MOIS

MATHÉMATIQUES BIOLOGIE

DES MOTS ET DES MATHS LES GOÛTS ET LES COULEURS


Gérald Tenenbaum DU MONDE
Odile Jacob, 2019 Marc-André Selosse
216 pages, 21,90 euros Actes Sud, 2019
352 pages, 24 euros

C e livre est un voyage initiatique


à travers trente mots des
mathématiques, tout comme la Carte D isons-le d’emblée : j’aime ce livre
parce qu’il participe du
du Tendre est un itinéraire langagier naturalisme moderne, qui ne s’arrête
de la progression amoureuse. pas à l’observation de phénomènes
L’auteur, mathématicien, retrace biologiques passionnants, mais évoque
la dynamique du praticien qui découvre, aussi la chimie qui les sous-tend. Les
explore et interprète les richesses composés que discute l’auteur – les
de la pensée sous-tendues par les composés phénoliques – sont
termes mathématiques. Il relie un mot fascinants, et nous sommes conviés
à d’autres objets mathématiques par à explorer, à leur propos, les relations
des analogies ou des dualités (comme complexes entre biologie et chimie.
le zéro et l’infini). L’ouvrage évoque Dans la classe de composés
les mots de la discipline et non considérés, il y a notamment
leur étymologie, à travers une vision les « tanins », ces produits utilisés
personnelle, donc originale et souvent traditionnellement pour tanner
philosophique (merci, entre autres, les peaux. Voulez-vous les connaître
à Bergson et Descartes). Le ressenti mieux ? Faites bouillir de l’eau et
du mathématicien devant un obstacle déposez-y des morceaux d’écorce
symbolisé par la nouvelle définition (de chêne, par exemple). Vous
d’une structure est assimilé au obtiendrez une solution terriblement
sentiment du poète confronté à une astringente, qui formera de l’encre
difficulté, souligné par le romancier si vous y ajoutez un clou rouillé.
suisse Ferdinand Ramuz : « On va, Ou bien infusez trop longtemps du thé.
on va longtemps avec les yeux contre Ou encore, prenez simplement en
cette côte ; elle est si élevée que, bouche une gorgée de vin réputé
pour arriver jusqu’en haut, il faut tanique. Mâchez-la, puis recrachez.
renverser fortement la tête en arrière. » Vous observerez alors les protéines
Le mathématicien est aussi un prince salivaires précipitées par les tanins.
des nuées. Souvent, on parle de tanins
Les choses n’existent dans notre par abus : on devrait plutôt parler
pensée que lorsqu’elles sont nommées, de phénols, c’est-à-dire de composés
mais ici, les mots se détachent de leur comportant au moins un groupe
primalité pour mener une existence aromatique (un cycle de six atomes de
scientifique propre : Gérald Tenenbaum carbone) et un groupe hydroxyle (OH).
dévoile les visions qu’un praticien a des À la mode dans l’alimentation, les
mathématiques et de leur vocabulaire à « polyphénols » en sont une sous-classe,
travers certaines subtilités des théories dont les tanins sont à leur tour une
que les définitions sous-tendent. sous-classe : ceux qui tannent, pour dire
Ce n’est pas une lecture, c’est les choses simplement.
un ravissement. Les composés phénoliques sont
PHILIPPE BOULANGER partout dans les tissus vivants : ils font
fondateur de pour la science
les pigments de fleurs ou des fruits,
ils sont responsables du brunissement
des fruits et légumes que l’on coupe,
mais, comme le montre avec brio
le biologiste et botaniste Marc-André
Selosse, leur observation, voire leur
dégustation, ne doit pas faire oublier
leurs fonctions biologiques et,
notamment, un rôle de protection
des plantes contre les agresseurs…
entre autres !
HERVÉ THIS
inra

16 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-livres.indd 16 04/12/2019 12:47


PLSP0507_016_CR397703.pdf
BIOÉTHIQUE NUTRITION ET AUSSI

MADE IN LABO MUTATIONS ALIMENTAIRES


Dominique Folscheid AU LAOS
Le Cerf, 2019 Florence Strigler
512 pages, 24 euros Karthala-CCL, 2019
230 pages, 25 euros

A lliés aux bébés-éprouvette, les


récents progrès de la génétique
amènent à poser de graves questions S alade de papaye ou pizza ? L’autrice
a enquêté plus de vingt ans sur
LES DEUX SAISONS DE L’ISLANDE
Arnaud Guérin
Glénat, 2019
pour le devenir de l’humanité. L’auteur, le terrain au Laos afin de présenter, 160 pages, 39,50 euros
codirecteur du département d’éthique à travers le cas de ce pays d’Asie
biomédicale du collège des Bernardins,
à Paris, consacre la plus grande partie
du Sud-Est, un aperçu de la transition
alimentaire mondiale actuelle.
U n pays, deux saisons. Un auteur
photographe et géologue.
Chacune de ses somptueuses images
de ce livre à les discuter dans le détail. Petit pays peu peuplé au regard de ses de l’Islande est l’occasion d’un conte
naturaliste, personnel ou géologique,
L’humanité peut-elle s’abstraire des puissants voisins, le Laos se développe
sortant manifestement du vécu. La
contraintes issues de l’évolution pour depuis peu sous l’impulsion de la moitié des histoires contées portent
produire un être nouveau ? Un être mondialisation des échanges et avec sur l’été, saison de la liberté, et l’autre
capable de se fabriquer lui-même l’arrivée de nouveaux modèles culturels, moitié sur l’hiver, saison de la nuit.
et de se doter de potentialités nouvelles qui ont en particulier produit une classe Un livre aussi instructif que beau,
qui est à lui seul un voyage en Islande
de santé et de longévité ? Clairement, moyenne urbanisée, solvable et ou le moyen idéal d’en préparer un.
cette démarche impliquerait des risques connectée. En quelques années,
graves d’erreurs et de bévues, comme l’évolution de la production agricole, SCIENCES.
on l’a vu pour d’autres technologies. l’apparition de nouveaux aliments BÂTIR DE NOUVEAUX MONDES
L’idée biologiquement délirante et la transformation des circuits Denis Guthleben (dir.)
Éditions du CNRS, 2019
d’« homme éternel » mise à part, de distribution favorisés par l’État ont 224 pages, 24 euros
peut-on passer de l’humanité à une changé le comportement alimentaire
« transhumanité », comme le formulent
certains excités du tout-technologique ?
des Laotiens et ébranlé la société rurale
traditionnelle.
L e CNRS a 80 ans, et en voici le livre
anniversaire. Avec aujourd’hui
plus de 11 000 chercheurs, plus de
Bien sûr, dans ces domaines, Familière de ce pays dont elle a pu 13 000 ingénieurs et techniciens et plus
on ne peut que conseiller une extrême suivre l’évolution de l’intérieur, l’autrice de 7 000 contractuels, le CNRS est un
prudence, mais cela ne suffit pas, allie ses compétences d’ingénieuse des fleurons de la recherche française,
car l’essentiel est ailleurs. L’auteur en nutrition, d’anthropologue présent dans tous les domaines de la
science. Mathématiques, transition
démontre, avec justesse, que ces et de narratrice talentueuse pour énergétique, chimie verte, tectonique,
questions sont mal posées. Les nous faire partager la transformation théorie de l’évolution, particules,
problèmes essentiels ne sont pas des représentations sociales qui découle cosmos, matériaux, neurosciences,
fondamentalement techniques : ils sont des mutations touchant tous les informatique, changement climatique,
océan, économie… En plus de
éthiques, comme en témoigne, entre maillons de la chaîne alimentaire. 20 thèmes et 100 splendides images,
autres, la difficulté à supprimer la Elle montre les interactions du ce beau livre, coécrit par plus de
violence, les guerres, les meurtres ou les comportement alimentaire avec les 80 experts, nous décrit l’incroyable
atrocités. Modifier la « machinerie » de rapports familiaux, l’éducation, la santé richesse du CNRS. À ne pas manquer.
l’organisme, améliorer les performances et le développement économique.
QUAND LA MACHINE APPREND
humaines n’auront « qu’un rôle marginal En mettant le doigt sur
Yann Le Cun
et périphérique » et n’amèneront pas un l’ambivalence des Laotiens, partagés Odile Jacob, 2019
homme meilleur. La question essentielle entre aspiration à la modernité dans 400 pages, 22,90 euros
n’est donc pas « comment doivent l’espoir légitime d’un progrès social
être les hommes du futur ? », mais
« que doivent-ils faire ? » Face
et perte d’identité, ce livre est précieux
pour comprendre les mutations
I ngénieur français, directeur
de la recherche fondamentale
de Facebook, professeur à l’université
aux fréquents délires des chantres en cours dans les pays émergents face de New York et lauréat du prix Turing
du transhumanisme, il faut absolument à la mondialisation. (sorte de prix Nobel informatique),
l’auteur est le co-inventeur de
lire Dominique Folscheid et, avec lui, BERNARD SCHMITT l’apprentissage profond, un ensemble
cernh, lorient
retrouver simplement… le bon sens ! de méthodes mises en œuvre
GEORGES CHAPOUTHIER en intelligence artificielle (IA) pour
neurobiologiste émérite au cnrs donner aux ordinateurs la capacité
d’apprendre à partir de données.
De telles méthodes sont de plus en
plus ubiquitaires au sein des machines
qui modulent notre vie quotidienne.
Son texte mêle vie personnelle
et discussions sur, entre autres,
la révolution de l’IA, les machines
apprenantes et les diverses
formes d’apprentissage profond.
Un passionnant livre de convaincu.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 17

pls507-livres.indd 17 04/12/2019 12:47


PLSP0507_017_CR397703.pdf
aGeNDa

NÎMES ET AUSSI

DU 20 DÉCEMBRE 2019 AU 8 MARS 2020 Jeudi 9 janvier, 18 h


Musée de la Romanité Campus Joseph Aiguier,
www.museedelaromanite.fr Marseille
provence-corse.cnrs.fr

Bâtir un empire LE DÉFI


DES « FAKE NEWS »
Dans le cadre des
« Jeudis du CNRS »,
Marc Bassoni, maître
de conférences à
Aix-Marseille Université,
propose un état des lieux
et un diagnostic de ce
que recouvre l’expression
fake news.

Jeudi 16 janvier, 19 h
Cité des sciences
et de l’industrie, Paris
www.cite-sciences.fr
Tél. 01 40 05 70 22
QUE DISENT
© Fonds Iconem – DOA – MAFL

LES OISEAUX ?
Sébastien Derégnaucourt,
éthologue à l’université
Paris-Nanterre, explique
jusqu’à quel point
les sifflements, chants
et gazouillis nous
renseignent sur ce que
les oiseaux pensent
et ressentent.

L ’Empire romain, qui s’est étendu sur tout le


bassin méditerranéen, a régi de nombreuses
populations qui différaient par leurs langues,
archéologiques tels que Palmyre, en Syrie,
Aphrodisias, en Turquie, Leptis Magna, en
Libye, Pompéi, en Italie… Monuments mécon-
Jeudi 23 janvier, 12 h 30
Université Paul-Sabatier,
Toulouse
leurs coutumes, leurs divinités, leurs systèmes nus et célébrités du patrimoine mondial
www.univ-tlse3.fr
juridiques… En dépit de cette diversité, l’archi- s’offrent au public par le biais de projections Tél. 05 61 55 62 63
tecture des cités romaines présente-t-elle un spectaculaires, grâce aux relevés numériques L’INTELLIGENCE
modèle unifié ? Cette exposition veut montrer en 3D réalisés par la société Iconem. Une DES PLANTES
que oui, malgré les adaptations des civilisa- exploration entièrement numérique et immer- Frédérik Garcia, chercheur
tions locales. Pour ce faire, elle fait voyager sive, avec découvertes récentes et témoignages à l’Inra, décrit les
virtuellement le visiteur dans des sites d’auteurs de l’Antiquité. n adaptations des végétaux
qui s’apparentent

En bas à gauche : © Cédric Marendaz/ / Muséum Genève ; en bas à droite : © www.lanuitdesidees.com


à des capacités cognitives,
apanage du monde
GENÈVE (SUISSE) FRANCE ET AILLEURS animal, et interroge
la notion d’intelligence.
JUSQU’AU 21 FÉVRIER 2020 JEUDI 30 JANVIER 2020

En haut : © Musée de l’Air et de l’Espace/Jean-Philippe Lemaire ; en bas : © N. Breton


Musée d’histoire des sciences Lieux divers Lundi 27 janvier, 18 h 30
www.museum-geneve.ch www.lanuitdesidees.com Muséum de Neuchâtel
(Suisse)

Le théâtre La Nuit museum-neuchatel.ch


Tél. +41 (0)32 718 37 00

des expériences des idées HISTOIRE DES REQUINS


Une conférence sur ces
animaux qui constituent

L e Genevois Marc-Auguste
Pictet (1752-1825)
s’évertuait à enseigner
C ette cinquième édition
de la Nuit des idées,
pilotée par l’Institut français,
un groupe frère de celui
des raies et dont les
premiers sont apparus
il y a quelque
la physique par la démons- a pour thème « Être vivant ». 400 millions d’années.
tration et l’expérience. En France et dans plus de
Les instruments qu’il a 80 pays, chercheurs, lanceurs Mercredi 29 janvier, 14 h
acquis à cette fin sont au d’alerte, artistes et autres UFR de droit, Poitiers
https://emf.fr
cœur de l’exposition, qui personnalités débattront
LES MÉTÉORITES
présente aussi des répliques avec le public de la question
Une conférence de Brigitte
et dispositifs interactifs des équilibres écologiques Zanda, spécialiste de ces
inspirés des démonstrations et de la relation de l’homme corps célestes au Muséum
classiques de physique. n au monde. n national d’histoire
naturelle.

18 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-agenda.indd 18 04/12/2019 18:47


PLSP0507_018_CR407041.pdf
GRENOBLE AÉROPORT LE BOURGET SORTIES DE TERRAIN

DU 14 DÉCEMBRE 2019 AU 20 SEPTEMBRE 2020 EXPOSITION PERMANENTE Dimanche 5 janvier, 9 h


Orangerie du Muséum de Grenoble Musée de l’Air et de l’Espace Fontenay-le-Vicomte
www.museum-grenoble.fr www.museeairespace.fr (Essonne)
montauger.essonne.fr

Fascinants félins Tél. 01 60 91 97 34


MARAIS EN HIVER
Trois heures de
promenade pour connaître
le rôle de ces zones
humides et identifier
les oiseaux qui y
séjournent durant
La Grande l’hiver.

Galerie
Mercredi 8 janvier, 14 h
Parc de la tête d’or, Lyon
Tél. 04 72 69 47 78
du Mae JARDIN BOTANIQUE
DE LYON
© Christian Heinrich / Biosphoto

A près cinq années de Une visite guidée


de ce jardin, pendant
travaux de rénovation, une heure et demie,
le musée de l’Air et de pour découvrir des plantes
l’Espace, situé sur un lieu du monde entier, poussant
historique de l’aviation, en forêt tropicale, en forêt
sèche, dans des massifs
rouvre sa Grande Galerie, montagneux…
un bel édifice art déco de
4 000 mètres carrés. Y sont Dimanche 12 janvier, 10 h

L ion, tigre, panthère, jaguar, mais aussi caracal, ocelot, margay, exposées plus de 400 pièces Sainte-Marie-du-Mont
(Manche)
lynx, jaguarondi… : la famille des félidés compte aujourd’hui dans une scénographie Tél. 02 33 71 65 30
38 espèces, dont beaucoup sont menacées. L’exposition présente renouvelée, qui racontent LA RÉSERVE
ces animaux qui émerveillent nombre d’entre nous par leur les débuts de l’aviation ainsi DE BEAUGUILLOT
beauté, leurs capacités et leur comportement. Le visiteur pourra que son rôle dans la Grande Dans le Contentin,
admirer des spécimens de la riche collection du Muséum de Guerre. À cette galerie au cœur de la baie
Grenoble, complétés par des prêts d’autres musées, et appren- s’ajoutent huit autres salles des Veys, cette réserve
accueille chaque hiver
dra par exemple les différences entre les félidés et les autres et des espaces extérieurs, des milliers d’oiseaux
familles de carnivores, ou celles qui distinguent la sous-famille dédiés à la conquête de l’air d’eau. Découverte
des panthères de la sous-famille des chats. n et de l’espace. n en compagnie d’un
agent de la réserve.

Samedi 25 janvier, 14 h
PARIS
En bas à gauche : © Cédric Marendaz/ / Muséum Genève ; en bas à droite : © www.lanuitdesidees.com

Jardin des Plantes,


Montpellier
JUSQU’AU 30 AOÛT 2020 www.euziere.org
Palais de la Découverte Tél. 04 67 59 54 62
www.palais-decouverte.fr
NATURE EN VILLE
En haut : © Musée de l’Air et de l’Espace/Jean-Philippe Lemaire ; en bas : © N. Breton

De l’amour
Au carrefour de l’histoire,
de la botanique et de
l’écologie, une visite
guidée du cœur historique
du Jardin des Plantes

S entiment complexe et multiforme, l’amour de Montpellier, consacré


depuis 400 ans aux
dévoile quelques-unes de ses facettes dans plantes sauvages
une exposition elle aussi multiforme. La « gale- et méditerranéennes.
rie des attachements » propose une vingtaine
Samedi 25 janvier, 14 h
de saynètes qui illustrent les diverses formes
Observatoire de la nature,
d’attachement au travers de séries d’objets, de Colmar
dioramas, d’images, de sons, de poèmes, de www.observatoirenature.fr
citations. Le visiteur y découvrira par exemple Tél. 03 89 20 38 90
une collection de doudous, des contes de pays OISEAUX DU NEULAND
lointains, un diorama présentant le concept de Une après-midi
cristallisation dû à Stendhal… Dans l’autre culturelle de la sexualité et de l’érotisme ainsi d’initiation à l’ornithologie
et de participation
espace, la « galerie des sciences », on est davan- que d’autres thèmes font l’objet de films, de à l’inventaire des oiseaux
tage dans le registre de l’explication. La théorie documents multimédias, de jeux. De quoi de la belle forêt
de l’attachement, les amours en ligne, le rôle mieux cerner ce qu’est l’amour, même si la du Neuland.
de l’ocytocine et d’autres molécules, la part science bute encore sur des mystères. n

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 19

pls507-agenda.indd 19 04/12/2019 18:47


PLSP0507_019_CR407041.pdf
HOMO SaPieNS iNFOrMaTiCUS

LA CHRONIQUE DE
GILLES DOWEK

STOCKer SUr
système d’exploitation fonctionne, de
même que si nous décidons de préserver
des bandes magnétiques, nous devons

La DUrÉe, UN DÉFi ! aussi conserver un magnétophone pour


les écouter. Certains, telle l’Association
pour un conservatoire de l’informatique
et de la télématique, en France, et le
Nous conservons beaucoup d’information. Mais comment
National museum of computing, au
s’assurer qu’elle sera exploitable dans 10, 50 ou 100 ans ? Royaume-Uni, cherchent à conserver des
ordinateurs anciens en état de marche,
parce qu’ils font eux-mêmes partie de
La disparition notre patrimoine et parce qu’ils per-
des lecteurs mettent d’exécuter de vieux programmes.
de disquettes D’autres cherchent plutôt à construire
et des logiciels
de l’époque des simulateurs logiciels de ces ordina-
rend difficile teurs, ce qui permet d’utiliser des pro-
la récupération grammes anciens sans avoir besoin de
des informations réparer des machines, qui tombent sou-
stockées sur ces
supports.
vent en panne et dont les composants ne
sont plus disponibles.
Conserver de l’information sur une
longue durée est donc possible, mais
cela demande beaucoup de travail et
d’argent : il ne suffit pas d’avoir gardé ses
vieilles disquettes dans un grenier pour

L
pouvoir réaccéder à ses fichiers Lotus
es ordinateurs ont été inven- conserver, tel Software heritage (un projet 1-2-3 trente ans plus tard. De même, les
tés pour effectuer des calculs, soutenu par l’Unesco), afin que nous puis- bibliothèques œuvrent passionnément
c’est-à-dire pour transformer sions, dans le futur, y accéder. et dépensent beaucoup d’argent pour
de l’information. Mais nous Si nous voulons, en outre, les utiliser, que nous puissions lire, aujourd’hui, des
les utilisons aussi, et peut- c’est-à-dire les compiler et les exécuter, manuscrits médiévaux et même les jour-
être surtout, pour communi- nous devons conserver non seulement le naux du siècle dernier.
quer et conserver cette information, programme lui-même, mais aussi le com- Comme dans le cas de la conservation
c’est-à-dire pour la faire voyager dans pilateur du langage dans lequel il a été des textes imprimés, nous devons, pour
l’espace et dans le temps. finir, nous demander si nous voulons tout
L’information est fragile : elle peut être garder ou alors uniquement ce que nous
définitivement détruite lors d’un incen- considérons aujourd’hui comme impor-
die, d’une inondation,  etc., qui endom- Conserver de l’information tant. L’histoire nous montre que décider
magent les ordinateurs et les disques sur aujourd’hui ce qui sera important demain
lesquels elle est stockée. C’est pourquoi
sur une longue durée est parfois périlleux : à la fin du Moyen Âge,
nous la dupliquons, parfois sur des ordi- demande une un moine copiste a gratté un parchemin
nateurs situés à plusieurs centaines de attention constante afin de le réutiliser (le parchemin étant à
kilomètres, afin qu’elle ne disparaisse pas,
même si la ville entière est engloutie.
Conserver cette information sur une
longue durée demande, de plus, une atten-
£
écrit et le système d’exploitation permet-
cette époque rare et cher). Le texte partiel-
lement effacé s’est révélé être l’unique
copie d’un texte d’Archimède qui anticipait
de deux millénaires les bases du calcul inté-
tion constante. Par exemple, les pro- tant de faire fonctionner ce compilateur. gral. La restauration de ce texte, commen-
© Shutterstock.com/aaekung

grammes développés par les informaticiens Ces programmes ont souvent existé dans cée en 1999, n’a été achevée qu’en 2008.
constituent une part de notre patrimoine plusieurs versions successives et nous Il vaut parfois mieux s’abstenir de choi-
culturel, mais ils disparaissent souvent dès devons les sauvegarder toutes, car ces sir et conserver tout ce qui peut l’être. n
qu’ils ne sont plus utilisés, car plus per- différentes versions sont rarement com-
GILLES DOWEK est chercheur à l’Inria
sonne ne s’en préoccupe. C’est pour cela patibles. Enfin, nous devons aussi conser- et membre du conseil scientifique
que se créent des structures destinées à les ver le modèle d’ordinateur sur lequel ce de la Société informatique de France.

20 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

p000000-dowek.indd 20 04/12/2019 12:44


PLSP0507_020_CR397543.pdf
espions
exposition
15 octobre 2019
— 9 août 2020

en coproduction avec

Création : Doc Levin / J. Triboul, L. Quetglas. Photo : L. Bonnefous

En coproduction avec En partenariat avec Avec l’appui


scientifique

RÉSERVATION
RECOMMANDÉE
Avec
cite-sciences.fr C100
R0 V158 B224
C100 M80
R0 V68 B148
C100 M80 N75
R0 V18 B61
M100 J100
R226 V0 B26
N100
R26 V23 B27

#ExpoEspions
Web : #009EE0 Web : #004494 Web : #00123D Web : #E2001A Web : #1A171B

M > Porte de la Villette LE MAG QUI T’ÉCLAIR


E

CSI_ESPIONS_PLS_210x287mm.indd 1 17/09/2019 10:56


QUESTIONS DE CONFIANCE

LA CHRONIQUE DE
VIRGINIE TOURNAY

UNe aSSieTTe
Maire, alors ministre de l’Agriculture, qui
menace de boycotter l’inauguration de
cette foire alimentaire internationale. Sur

SaNS FOie Ni LOi un plan diplomatique, la mise à l’écart du


foie gras constitue un désaveu de l’État
français, premier producteur du monde
de cette spécialité.
Le contenu de notre assiette reflète nos croyances,
À la production alimentaire sont
nos opinions, l’économie du pays où nous vivons, etc. associées d’autres lignes de défiance,
Autant de fronts où la défiance sociale guette. comme l’importance de la grande distri-
bution dans la consommation de masse,
régulièrement montrée du doigt, ou la
montée en puissance des enjeux de santé
– alors que, paradoxalement, la qualité
sanitaire des aliments produits n’a jamais
été aussi bonne.
Par ailleurs, comme l’a montré le
sociologue allemand Norbert Elias, les
procédés culinaires et les manières de
table sont loin d’être du seul ressort de
la sphère privée. Ainsi, la présentation
occidentale des plats les uns après les
autres, censée refléter la combinaison
optimale des saveurs et souligner l’origi-

L
nalité de la préparation, contraste avec la
a cuisine est-elle une affaire nature et à la façon dont nous envisa- cuisine orientale, où chacun mélange les
d’État ? La municipalité de geons la cohésion sociale. plats à sa guise. Les mets orientaux,
New York vient d’interdire la Être végétarien devient un acte poli- simultanément offerts au regard, s’ap-
commercialisation et la déten- tique qui invite à relativiser la place de puient sur des recettes connues et
tion du foie gras à compter l’homme au sein des espèces animales. laissent peu de place à l’imprévu.
de  2022, sous la pression de Quand elle est couplée à une vision idyl- De telles différences culturelles dans
militants de la cause animale opposés au lique de la nature sauvage, la consomma- les repas partagés, qu’il s’agisse de céré-
gavage des oies et des canards. Elle rejoint tion de pâtés végétaux, substituts de foie monies familiales ou d’agapes républi-
la décision de la Cour suprême des États- gras, fait de nous des écologistes. Mais la caines, éclairent la structure de
Unis validant l’interdiction du foie gras nourriture ne constitue pas seulement un l’économie d’un État et les manières dont
en Californie. L’intervention du registre il se constitue en communauté politique.
public dans les préoccupations gastrono- Ainsi, les banquets publics sont l’expres-
miques résulte donc d’un rapport de sion la plus nette du rituel de représenta-
force. Elle peine à faire consensus dans la La cuisine et les manières tion politique, où les disparités sociales
population, tant les pratiques alimen- sont symboliquement gommées.
taires échappent au cartésianisme.
de table ne relèvent pas Faut-il en déduire qu’un repas n’est
Enjeu de morale publique, le rapport que de la sphère privée consacré qu’une fois les passions collec-
entre État et nourriture interroge la
place de l’espèce humaine dans le monde
vivant. On le voit avec la montée en puis-
£ tives maîtrisées ? À moins qu’il n’en soit
le déclencheur, comme le rappelle le film
italien Amore, où la femme d’un riche
sance de mouvements s’opposant à la marqueur identitaire, régional ou reli- industriel milanais, enfermée dans son
consommation de produits animaux ou gieux. Elle renvoie aussi, à travers la pro- sens du devoir, sort du sommeil des sens
avec les revendications antispécistes duction des aliments, à la force des après avoir goûté les mets préparés par
radicales, qui vont jusqu’à exiger le res- communautés nationales. un jeune cuisinier surdoué… Joyeuses
pect de la vie des moustiques. La Là encore, le foie gras, symbole phare fêtes de fin d’année ! n
confiance collective est loin d’être de la gastronomie française, l’illustre.
VIRGINIE TOURNAY biologiste de formation,
© Matyo

acquise, puisque la façon dont nous nous Quand le salon Anuga, à Cologne, lui est politologue et directrice de recherche
nourrissons renvoie à notre rapport à la ferme sa porte en  2011, c’est Bruno Le du CNRS au Cevipof, à Sciences Po, à Paris.

22 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-tournay.indd 22 04/12/2019 13:17


PLSP0507_022_CR398960.pdf
encarte pour la science.indd 1 20/11/2019 14:41:09
PHYSiQUe

L’ESSENTIEL L’AUTEUR

> Les cristaux sont des états s’ils mettent en jeu une brisure
ordonnés de la matière, où les spontanée de la symétrie
atomes se disposent selon des temporelle, ce sont
motifs qui se répètent dans des cristaux temporels,
l’espace. Dans le langage de la un concept nouveau.
physique, ils se caractérisent
par une brisure spontanée > Imaginés en 2012, des FRANK WILCZEK
de symétrie spatiale. cristaux temporels ont été physicien théoricien
réalisés en laboratoire en 2017. au MIT, aux États-Unis,
> Des états de la matière dont Ces matériaux sont une piste et lauréat du prix Nobel
les motifs se répètent dans le pour concevoir des horloges de physique en 2004 pour
temps, plutôt que dans l’espace, ultraprécises. ses travaux sur la théorie
ne semblent pas être une idée de l’interaction forte
nouvelle. Cependant,

À l’heure
des cristaux
temporels
En imaginant des cristaux présentant un motif répété dans le temps plutôt que
dans l’espace, les physiciens créent de nouveaux états de la matière aux
propriétés surprenantes. Une piste pour concevoir des horloges ultraprécises.

D
epuis longtemps, l’homme est
fasciné par l’aspect esthétique
des cristaux et notamment
des pierres précieuses. À par-
tir du xixe siècle, les scienti-
fiques ont commencé à classer
les différentes formes de cristaux, qui sont les
matériaux les plus ordonnés de la nature : en leur
sein, atomes et molécules sont arrangés selon
des structures qui se répètent dans l’espace de
façon régulière. Il en résulte des solides stables,
rigides, aux propriétés électriques, optiques, etc.,
souvent intéressantes. Ces travaux ont suscité
des progrès importants en mathématiques et en
physique. Par exemple, au xxe siècle, l’étude du
comportement quantique des électrons dans les
© Mark Ross Studio

cristaux a directement conduit à la découverte


des semi-conducteurs et au développement de
l’électronique moderne, omniprésente dans nos
smartphones et nos ordinateurs. >

24 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-cristaux-temporels.indd 24 04/12/2019 16:17


PLSP0507_024_CR403123.pdf
Un cristal temporel est
un système physique
qui reproduit le même
motif de façon
régulière dans le temps.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 25

pls506-cristaux-temporels.indd 25 04/12/2019 16:18


PLSP0507_025_CR403123.pdf
PHYSiQUe
À L’HEURE DES CRISTAUX TEMPORELS

> Depuis quelques années, une nouvelle Le concept de symétrie est généralisable. Il
facette des cristaux se dessine. Elle prend sa est possible d’adapter l’idée de telle sorte qu’elle
source dans les principes de la théorie de la rela- s’applique aux lois de la physique. Nous disons
tivité d’Albert Einstein : l’espace et le temps qu’une loi est symétrique si nous pouvons chan-
sont intimement liés et, au bout du compte, ger le contexte dans lequel elle s’applique sans
sont à considérer sur un pied d’égalité. Il est changer la loi elle-même. Par exemple, l’axiome
donc naturel de se demander si certains objets fondamental de la relativité restreinte est que
présentent des propriétés temporelles qui les mêmes lois physiques s’appliquent dans
seraient analogues à celles des cristaux ordi- deux référentiels différents qui se déplacent à
naires habituellement définis dans l’espace. En vitesse constante (en grandeur et en direction)
explorant cette question, les physiciens ont l’un par rapport à l’autre. Ainsi, la relativité
découvert les « cristaux temporels ». Ce concept exige que les équations qui décrivent les lois de
inédit, qui a donné naissance à toute une classe la physique doivent être inchangées quand on
de matériaux nouveaux, a livré des éclairages applique certaines transformations représen-
passionnants sur la physique. Il offre aussi des tant un tel changement de référentiel.
perspectives d’applications innovantes, en par- Une classe différente de transformations
ticulier des horloges plus précises que toutes est importante pour les cristaux, y compris les
celles qui existent actuellement. cristaux temporels. Ce sont des transforma-
tions très simples et néanmoins d’une impor-
UNE QUESTION DE SYMÉTRIE tance capitale : les « translations ». La symétrie
Avant d’expliquer en détail cette idée de translation garantit que les lois physiques
récente, je dois clarifier ce qu’on entend exac- s’appliquent de la même façon en deux
tement par le terme de cristal. La définition la endroits différents. Si vous déménagez (ou
plus utile à des fins scientifiques fait intervenir « translatez ») votre laboratoire d’une ville à
deux notions fondamentales : la symétrie et la une autre, vous constaterez que les mêmes lois
brisure spontanée de symétrie. sont encore valables au nouvel emplacement.
Dans le langage courant, le terme de « symé- En d’autres termes, la symétrie de translation
trie » est utilisé dans de nombreuses situations spatiale affirme que les lois que nous décou-
et véhicule une idée d’équilibre, d’harmonie ou vrons quelque part s’appliquent partout à
même de justice. En physique et en mathéma- l’identique.
tiques, sa définition est plus précise. On dit La symétrie de translation temporelle
qu’un objet est symétrique ou possède une exprime une idée similaire, l’espace étant rem-
symétrie s’il existe des transformations qui, placé par le temps. Elle dit que les mêmes lois
quand on les applique à cet objet, conduisent à qui nous gouvernent maintenant s’appliquent
un résultat identique à la situation initiale. aussi aux observateurs dans le passé et dans le
Pour illustrer cette définition, prenons futur. En d’autres termes, les lois que nous
l’exemple du cercle. Quand on fait tourner un découvrons à un moment s’appliquent tout le
cercle autour de son centre, d’un angle quel- temps. Étant donné son importance majeure
conque, il reste visuellement identique, même dans ce récit, je noterai  τ (la lettre grecque
si chaque point du cercle s’est déplacé : la figure « tau ») la symétrie de translation temporelle.
géométrique possède une symétrie de rotation. Sans symétrie de translation spatiale et tem-
Un carré présente aussi des symétries de rota- porelle, les expériences réalisées en des lieux
tion, mais pas autant qu’un cercle, car il faut différents ou à des moments différents ne
faire tourner le carré de 90 degrés pour qu’il seraient pas reproductibles. La science telle que
retrouve son apparence de départ. nous la connaissons serait alors impensable.
Jusqu’à présent, toutes les observations indiquent
que les règles de la physique valides ici et main-
SYMÉTRIE DE ROTATION tenant sont les mêmes que celles qui régissent
des galaxies lointaines, situées aux confins de
l’Univers et vues par nous telles qu’elles étaient
dans un passé reculé. Il est donc raisonnable
d’admettre la validité de ces symétries.

BRISURE DE SYMÉTRIE
Paradoxalement, si les symétries sont à
l’origine du caractère esthétique des cristaux,
c’est le manque de symétrie au sens mathéma-
tique de ces objets qui les définissent aux yeux
© Jen Christiansen

© Jen Christiansen

Symétrie vérifiée Symétrie partielle des physiciens.


pour tout angle Pour l’illustrer, considérons d’abord une
droite. Toute translation laisse cet objet
inchangé. Maintenant, imaginons un cristal

26 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-cristaux-temporels.indd 26 04/12/2019 16:18


PLSP0507_026_CR403123.pdf
idéalisé et unidimensionnel : des atomes dispo- cristallines dans l’espace-temps quadridimen-
sés à intervalles réguliers (séparés d’une dis- sionnel en incluant donc le temps.
tance d) sur une droite. Si nous translatons ce Quand j’ai fait part de cette idée à mon col-
cristal un peu vers la droite, nous ne verrons lègue Alfred Shapere, aujourd’hui à l’université
plus la même chose. C’est seulement si nous du Kentucky, il m’a vivement conseillé de
translatons le cristal de la distance d exacte- considérer deux questions : ces cristaux d’es-
ment que nous verrons le même cristal. Ainsi, pace-temps décrivent-ils des systèmes
le cristal idéalisé a un degré réduit de symétrie concrets ? Conduisent-ils à des états particu-
de translation spatiale, de la même façon qu’un liers de la matière ? Ces questions m’ont lancé
carré a un degré réduit de symétrie de rotation dans une aventure scientifique étonnante.
en comparaison avec le cercle. La réponse à la première question vient
assez simplement. Alors que les cristaux ordi-
naires sont des arrangements ordonnés d’ob-
jets dans l’espace, les cristaux spatiotemporels
SYMÉTRIE DE TRANSLATION sont des arrangements ordonnés d’événements
dans l’espace-temps. Reprenons le cas d’un
cristal unidimensionnel, où sa seule dimension
serait celle du temps. Cela revient donc à cher-
cher des systèmes dont l’état global se répète
Atome dans le temps à intervalles réguliers. En fait, de
d telles configurations nous sont très familières.
Par exemple, la Terre retrouve son orientation
dans l’espace toutes les 24  heures environ.
L’homme a aussi construit des systèmes qui
reproduisent un arrangement donné à des
intervalles réguliers pour indiquer le temps qui
passe : des horloges à pendule, à ressort, à cris-
taux piézoélectriques ou atomiques.
Certains systèmes concrets familiers
constituent également des cristaux spatiotem-
porels de plus grande dimension. Par exemple,
Les physiciens disent que dans un cristal, une onde sonore plane (voir la figure page 28)
la symétrie de translation est « brisée ». Les présente un motif périodique, où la hauteur de
symétries résiduelles (la translation de lon- la surface représente la surpression en fonction
gueur d) définissent notre cristal. En effet, si de la position et du temps. Des motifs de cris-
nous savons que la symétrie d’un cristal fait taux spatiotemporels plus complexes sont
intervenir des translations par multiples de la peut-être difficiles à trouver dans la nature,
distance d, alors nous savons où se placent tous mais ces idées seraient intéressantes à explorer
les atomes les uns par rapport aux autres. pour des artistes ou des ingénieurs – imaginez
En deux ou trois dimensions, les motifs un palais de l’Alhambra dynamique et dopé aux
cristallins sont beaucoup plus riches que dans amphétamines ! >
le cas unidimensionnel. Il en existe une grande
variété, et dans certains cas, ces motifs sont
construits en associant des symétries de rota- EXEMPLES DE MOTIFS CRISTALLINS
tion et de translation. Au xive siècle, les artistes COMPLEXES PRÉSENTANT PLUSIEURS SYMÉTRIES
qui ont décoré le palais de l’Alhambra, à
Grenade, en Espagne, ont représenté de nom-
breux motifs possibles de cristaux bidimen-
sionnels. Il existe 17 types de symétries dans
un plan bidimensionnel, et les mathématiciens
du xixe siècle ont établi une classification des
formes possibles pour les cristaux
tridimensionnels.
À l’été 2011, je me préparais à enseigner ce
chapitre des mathématiques dans le cadre d’un
cours sur l’utilisation des symétries en phy-
sique. J’essaie toujours de jeter un regard neuf
sur les sujets que je vais présenter et, si pos-
© Jen Christiansen

© Jen Christiansen

sible, y apporter quelque chose de nouveau. Il


m’est venu à l’esprit que l’on pourrait étendre À deux dimensions (comme on À trois dimensions (structure
la classification des motifs cristallins possibles en voit au palais de l’Alhambra) cristalline du diamant)
dans l’espace tridimensionnel à des formes

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 27

pls506-cristaux-temporels.indd 27 04/12/2019 16:18


PLSP0507_027_CR403123.pdf
PHYSiQUe
À L’HEURE DES CRISTAUX TEMPORELS

organisé des atomes dans un cristal s’étend


ONDE SONORE PLANE sur de longues distances et que les atomes du
cristal résistent aux tentatives de perturba-
tion de ce motif.
L’onde se propage dans
n s fixe Le principe sous-jacent à la cristallisation
l’espace au cours du temps ressio emp
Surp tion
X , t
est celui de la minimisation de l’énergie du sys-
Direc
tème. Pour certaines conditions de température
Dire
ct et de pression, la configuration optimale est
ion Y
atteinte seulement si les atomes s’organisent de
façon régulière (ce qui conduit à une réduction
de la symétrie du système). La transition est
brutale et s’étend au matériau en entier.
Comme la brisure spontanée de symétrie a
un rôle très important dans le concept de cris-
tal, j’ai pensé qu’il était important d’explorer la
possibilité que la symétrie τ puisse être brisée
spontanément. Tandis que je couchais cette
idée sur le papier, je l’expliquais à ma femme,
Betsy Devine, une journaliste scientifique :
> Les cristaux spatiotemporels que nous « C’est comme un cristal, mais dans le temps. »
venons d’évoquer ne font que rassembler sous Son intérêt piqué par mon enthousiasme, elle
une nouvelle étiquette des phénomènes déjà m’a demandé quel nom je donnais au phéno-
connus et n’ont donc rien d’étonnant. Mais si mène. « Brisure spontanée de la symétrie de
nous nous penchons sérieusement sur la translation temporelle », lui ai-je répondu.
seconde question d’Alfred Shapere, nous « C’est trop long et trop compliqué, ça ne va pas
entrons dans un domaine physique vraiment du tout, » a-t-elle répliqué, « tu devrais plutôt
nouveau. Pour ce faire, nous devons introduire les nommer des “cristaux temporels”. » Et bien
la notion de brisure « spontanée » de symétrie. évidemment, c’est ce que j’ai fait. En 2012, j’ai
publié deux articles, dont un coécrit avec
BRISURE « SPONTANÉE » Alfred Shapere, qui introduisent cette idée. Un
DE SYMÉTRIE cristal temporel est ainsi un système dans
Quand un liquide ou un gaz se refroidit en lequel τ est spontanément brisée.
formant un cristal, quelque chose de fondamen-
talement remarquable se produit : la solution, UN PROBLÈME D’ÉNERGIE
obtenue à partir des lois physiques, qui décrit Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour
le cristal affiche moins de symétrie que les lois que les concepts de τ et de brisure spontanée
elles-mêmes. Cette diminution de symétrie de symétrie se rejoignent, étant donné que,
étant le résultat de la seule baisse de tempéra- séparément, ils sont compris depuis de nom-
ture, sans intervention extérieure particulière, breuses années ? C’est parce que τ diffère des
on dit que le matériau brise « spontanément » autres symétries par un aspect crucial qui rend
la symétrie, en l’occurrence la symétrie de beaucoup plus subtile la question de sa pos-
translation spatiale dans le cas du cristal. sible brisure spontanée. Cette différence
Une caractéristique importante de la cris- résulte d’un théorème fondamental que la
tallisation est qu’elle s’accompagne d’un chan- mathématicienne allemande Emmy Noether a
gement brutal du comportement du système. prouvé en 1915. Le théorème de Noether éta-
Au-dessus d’une certaine température critique blit un lien entre les principes de symétrie et
(qui dépend de la composition chimique du les lois de conservation : il montre qu’à chaque
système et de la pression ambiante), on a un type de symétrie correspond une quantité
liquide ; au-dessous, on a un cristal, aux pro- conservée. Dans l’application qui nous
priétés très différentes. C’est ce qui se passe concerne ici, le théorème de Noether affirme
quand l’eau gèle et forme de la glace. La tran- que  τ est essentiellement équivalent à la
sition se produit de façon prévisible, et elle conservation de l’énergie. Inversement, quand
s’accompagne d’une libération d’énergie (sous un système brise τ, l’énergie n’est pas conser-
forme de chaleur). Lors de cette transition de vée et cesse d’être une caractéristique utile à
© Charlotte Calament/Pour la Science

phase, un changement minime de conditions la description de ce système.


suffit pour provoquer une réorganisation pro- Or l’argument habituellement avancé pour
fonde du liquide en un matériau qualitative- expliquer pourquoi un système subit une bri-
ment distinct. sure spontanée de symétrie est que cela est
© Jen Christiansen

La rigidité est une autre de ces propriétés favorable énergétiquement (le nouvel état est
émergentes qui distinguent les cristaux des d’énergie inférieure). Si l’état de plus basse
liquides et des gaz. D’un point de vue micros- énergie brise la symétrie spatiale et que l’éner-
copique, la rigidité apparaît parce que le motif gie du système est conservée, alors l’état de >

28 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-cristaux-temporels.indd 28 04/12/2019 16:18


PLSP0507_028_CR403123.pdf
BriSUre et il s’opère une transition correspondant aux deux les interactions au sein
de phase qui peut engendrer minima de l’énergie : du système induisent une
SPONTaNÉe De une brisure spontanée de |Ψ> = 1/√2 (|Ψ1> + |Ψ2>), de la brisure spontanée de
SYMÉTrie POUr symétrie, comme dans le cas
de la brisure de symétrie par
même façon que le chat de
Schrödinger dans la boîte est
symétrie vers, par exemple,
une période 2T. Dans cette
LeS CriSTaUX translation spatiale. une superposition des états situation, les deux états |Ψ1>
La configuration qui « vivant » et « mort ». Bien et |Ψ2> ont chacun une
SPaTiaUX correspondait au minimum que les états |Ψ1> et |Ψ2> période 2T, mais leurs
eT TeMPOreLS de la phase invariante par
translation devient un point
brisent chacun la symétrie
initiale, l’état |Ψ> préserve
évolutions sont décalées
de telle sorte que
d’équilibre instable. On parle cette symétrie. Cependant, l’état fondamental
de point-selle : deux minima cette situation est très |Ψ> = 1/√2 (|Ψ1> + |Ψ2>)

L
a brisure spontanée globaux brisant la symétrie sensible aux paramètres a bien une période T.
de symétrie est par translation se forment du système et une petite Dans un système idéal, nous
un concept essentiel autour de ce point-selle. perturbation de ceux-ci n’observerions pas la
dans la compréhension des Pour un système favorise |Ψ1> ou |Ψ2>. Lors période 2T, mais comme dans
transitions de phase classique, une infime d’une expérience, seul l’état le cas du système spatial, ce
et donc dans la formation perturbation des paramètres |Ψ1> ou |Ψ2> est observé, système est très sensible aux
des cristaux, spatiaux du système fera choisir l’un mettant ainsi en évidence perturbations et la brisure
et temporels. En général, des deux minima globaux, un la brisure spontanée de spontanée de symétrie peut
un système physique adopte peu comme lorsqu’on pousse symétrie. être mise en évidence par
une configuration stable, légèrement une bille du haut Dans le cas des cristaux un petit changement
nommée état fondamental, d’une colline, qui roulera vers temporels, les interactions des paramètres du modèle,
où l’énergie du système est la vallée à gauche ou celle au sein du système brisent ce qui est le cas dans les
minimale. Mais quand un à droite. La situation est l’invariance temporelle. expériences. C’est ainsi
paramètre du système varie un peu différente dans le cas La façon typique d’obtenir que les cristaux temporels
(par exemple l’interaction d’un système quantique. ce genre de phénomène est peuvent être observés.
entre les particules, du fait En effet, dans ce cas, l’état de construire un système
d’une baisse de température fondamental |Ψ> qui décrit présentant une évolution ALEXANDRE DAUPHIN
ou autre), cette configuration le système est une périodique dans le temps, Institut des sciences photoniques
devient parfois instable superposition des deux états de période T, et tel que (ICFO), Barcelone

BriSUre De SYMÉTrie SPaTiaLe


|ψ⟩
Point-selle x
Énergie du système

La symétrie est conservée


mais la configuration n’est
Évolution du système plus d’énergie minimale :
(variation de température le système est instable.
par exemple)

Configurations
possibles
|ψ1⟩ |ψ2⟩
|ψ⟩ Les atomes du Ces deux états d’énergie
x système présentent x x minimale brisent la symétrie
une configuration de translation initiale :
ayant une symétrie on a alors une brisure
spatiale. spontanée de symétrie.

BriSUre De SYMÉTrie TeMPOreLLe


|ψ⟩
Stabilité du système

t
T 2T 3T 4T

Évolution du système La symétrie est conservée,


(variation de température mais la configuration
par exemple) est instable.
© Charlotte Calament/Pour la Science

Configurations
possibles |ψ1⟩ |ψ2⟩
|ψ⟩ Les deux états de période 2T
sont plus stables que l’état
Le système de période T. On a alors
t oscille avec t t une brisure spontanée
T 2T 3T 4T une période T. T 2T 3T 4T T 2T 3T 4T de symétrie.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 29

pls506-cristaux-temporels.indd 29 04/12/2019 16:18


PLSP0507_029_CR403123.pdf
PHYSiQUe
À L’HEURE DES CRISTAUX TEMPORELS

> symétrie brisée, une fois acquis, persistera. Ici, bien que le dispositif physique ne varie
C’est ainsi que les scientifiques expliquent, par pas dans le temps (en d’autres termes, il res-
exemple, la cristallisation ordinaire. pecte τ), le comportement résultant varie dans
Mais cette explication fondée sur l’énergie le temps. La symétrie de translation tempo-
n’est pas applicable dans le cas de la brisure de relle globale du système a été réduite aux
τ, parce qu’il n’est alors pas possible de définir seules symétries de translation temporelle
une énergie pour le système. Dans ces condi- multiples de la période ℏ/(2eV). Ainsi, l’effet
tions, le concept de cristal temporel semble Josephson alternatif incarne le concept le plus
dépourvu de sens. Il existe cependant une voie basique de cristal temporel. Mais à certains
plus générale conduisant à une brisure spon- égards, il n’est pas idéal. Les jonctions
tanée de symétrie, qui s’applique aussi à la Josephson ne sont pas aussi stables que l’on
brisure de τ. voudrait : les circuits où passe un courant
Plutôt que de se réorganiser spontanément alternatif dissipent de la chaleur et émettent
en un état de plus basse énergie, un matériau des ondes électromagnétiques.
peut se réorganiser en un état qui est plus
stable pour d’autres raisons. Par exemple, des
motifs ordonnés qui s’étendent sur de longues EFFET JOSEPHSON ALTERNATIF
Tension
portions d’espace ou de temps et qui impliquent constante
de nombreuses particules sont plus difficiles à
défaire parce que la plupart des forces de per-
turbation agissent localement, à petite échelle.
Supraconducteur Isolant Supraconducteur
Ainsi, un matériau gagnera une plus grande
stabilité en adoptant un nouveau motif qui se
réalise sur une échelle plus vaste que dans son
état précédent.
Au bout du compte, évidemment, aucun
état ordinaire de la matière ne peut se maintenir
en résistant à toutes les perturbations. Par
exemple, les diamants ne sont pas un état stable
du carbone aux températures et pression
atmosphérique ordinaires : ils ne sont pas « éter-
nels » ! Ils sont créés à des température et pres-
sion très élevées et, une fois formés, se Courant alternatif traversant la jonction
maintiennent longtemps même à pression ordi-
naire. Mais si vous attendez assez, votre dia-
mant finira par se transformer en graphite. En Depuis, les cristaux temporels fondés sur
pratique, ce que nous entendons par « état de la les jonctions Josephson ont été améliorés pour
matière » (comme le diamant) est une organi- réduire leurs défauts et d’autres approches ont
sation d’une substance qui possède un degré été imaginées. Néanmoins, tous ces dispositifs
utile de stabilité le protégeant d’un éventail non partagent une idée physique qui était déjà
négligeable de changements extérieurs. implicite dans les travaux de Josephson, qui
datent de 1962. Il semble donc approprié de
CRISTAUX TEMPORELS parler, dans ce cas, de cristaux temporels « à
ANCIENS ET NOUVEAUX l’ancienne ».
Forts de ces ingrédients théoriques, les Les « nouveaux » cristaux temporels sont
physiciens ont commencé à concevoir de arrivés en 2017. Les premiers ont été conçus
vrais cristaux temporels. Pour y parvenir, ils par deux équipes indépendantes. Dans la pre-
se sont d’abord intéressés à l’effet Josephson mière expérience, le groupe de Christopher
alternatif qui a servi de base pour une grande Monroe, de l’université du Maryland à College
famille de cristaux temporels. Cet effet se Park, a créé un cristal temporel dans un sys-
produit quand on applique une tension élec- tème artificiel constitué d’une chaîne de dix
trique constante  V à une jonction où deux ions ytterbium. Dans l’autre expérience,
matériaux supraconducteurs sont séparés par Mikhail Lukin, de l’université Harvard, et ses
une couche mince d’isolant (on parle de jonc- collègues ont réalisé un cristal temporel dans
tion Josephson, du nom du physicien britan- un système constitué de milliers de défauts
nique Brian Josephson). Dans cette situation, cristallins dans un diamant.
un courant alternatif traverse la jonction par Dans les deux systèmes, la direction du spin
effet tunnel (un phénomène quantique) et sa (le moment cinétique quantique) des
© Jen Christiansen

fréquence vaut 2eV/ℏ, où e est la charge d’un « atomes » (les ions ytterbium ou les défauts du
électron et ℏ la constante de Planck réduite, diamant) change de façon régulière, et les
une grandeur caractéristique des phéno- atomes reviennent périodiquement à leur
mènes quantiques. configuration de départ.

30 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-cristaux-temporels.indd 30 04/12/2019 16:18


PLSP0507_030_CR403123.pdf
Dans l’expérience de Christopher Monroe,

L
les physiciens ont utilisé deux lasers ; le pre- es cristaux ordinaires brisent la
mier servait à inverser le spin des ions et le symétrie de translation spatiale car
second à faire interagir les spins les uns avec leurs atomes occupent des positions
les autres de façon aléatoire et pour produire
FaBriQUer fixes, et semblent différents lorsqu’on
un certain désordre. Avec la bonne configura- UN CriSTaL les translate d’une distance quelconque.
Ils présentent aussi une rigidité et résistent
tion, le spin des ions oscillait à la moitié de la TeMPOreL à toute perturbation de leur structure
cadence des impulsions laser. spatiale. Les cristaux temporels brisent
Dans le projet de Mikhail Lukin, les scien- la symétrie de translation temporelle :
tifiques ont utilisé des impulsions microondes ils changent d’un moment à un autre, tout
en répétant un motif qui est également
pour inverser le spin des défauts du diamant. robuste. En 2017, aux États-Unis, deux
Ils ont observé des cristaux temporels séparés équipes, celle de Christopher Monroe, de
de deux et trois fois l’intervalle entre impul- l’université du Maryland, et celle de Mikhail
sions successives. Dans ces deux expériences, Lukin, de l’université Harvard, ont produit
les premiers cristaux temporels.
les matériaux ont subi une excitation exté-
rieure (des impulsions laser ou microondes),
mais ils ont affiché une période différente de
celle de l’excitation : en d’autres termes, ils L’équipe de Christopher Monroe a
ont spontanément brisé la symétrie tempo- fabriqué des cristaux temporels en
bombardant une chaîne d’ions
relle du système. Laser avec des lasers. L’impulsion d’un
Ces expériences ont servi de déclencheurs d’inversion premier laser inverse l’orientation
pour de nombreux autres travaux. Ainsi, du spin du spin de chaque atome de 180°.
d’autres matériaux utilisant les mêmes prin- Avec une seconde impulsion, on
retrouve l’orientation initiale.
cipes généraux (qui ont acquis le nom de « cris-
taux temporels de Floquet ») sont entrés en
scène depuis.

DES RÉPONSES Laser


SOUS-HARMONIQUES d’inversion
du spin
Certains physiciens ont souligné que des
réponses dont la période est égale à un multiple Mais la moindre variation dans
des périodes d’excitation – des « réponses sous- la fréquence (ou période) du laser
produit une inversion imparfaite,
harmoniques » ne sont pas des phénomènes et l’on ne revient pas exactement
nouveaux. Ainsi, dès 1831, Michael Faraday avait à l’état initial.
remarqué que lorsqu’il secouait verticalement
du mercure liquide avec une période T, l’écou- Laser
lement présentait souvent une période de 2T. d’inversion
du spin
Mais entre les cristaux temporels de
Floquet et les réponses sous-harmoniques, il Dans un cristal temporel, d’autres
existe des différences importantes. D’abord, la impulsions laser introduisent du
brisure de symétrie dans le système de Faraday désordre et des interactions dans le
système, qui rendent celui-ci plus
(et ceux du même genre) ne présente pas les robuste à des perturbations du
caractéristiques d’une brisure spontanée de laser initial. L’inversion est alors
symétrie. Si le système entier constitué du toujours parfaitement réalisée.
matériau et du dispositif d’entraînement a sim-
© Ingrid Leroy/Pour la Science, d’après Nature, vol. 543, pp. 164-166, 2017

plement moins de symétries que le dispositif Le cycle est CRISTAL


d’entraînement pris seul, cela ne suffit pas pour instable et TEMPOREL
parler de cristal temporel. facilement
D’un point de vue thermodynamique, dans perturbé
l’expérience de Faraday, le dispositif d’entraî-
nement (en l’occurrence les secousses appli- Impulsions laser,
source de désordre
quées) injecte en permanence de l’énergie (ou et d’interactions
plutôt de l’entropie) dans le système, qui la
dissipe sous forme de chaleur. Dans les sys-
tèmes de 2017, après une brève période de mise Interactions
en place, le système s’établit dans un état où il
n’échange plus d’énergie ou d’entropie avec le
dispositif d’entraînement (s’il en absorbait, il
© Jen Christiansen

chaufferait et perdrait ses propriétés de cristal


temporel). Cette situation est possible grâce
au désordre créé dans le système par les physi-
ciens : en présence de désordre, les états du >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 31

pls506-cristaux-temporels.indd 31 04/12/2019 16:18


PLSP0507_031_CR403123.pdf
PHYSiQUe
À L’HEURE DES CRISTAUX TEMPORELS

> système sont trop séparés les uns des autres de quasi-cristaux temporels et une sorte de
pour permettre un échange d’énergie avec le liquide temporel ont déjà été identifiés.
dispositif d’entraînement. Le système est alors Jusqu’à présent, nous avons considéré la
piégé dans un état hors équilibre qui oscille. symétrie τ uniquement dans les phases de la
C’est bien cet état nouveau de la matière qu’on matière. Il est possible de pousser cette idée
nomme cristal temporel. dans des domaines plus spéculatifs, en réflé-
Comme pour les cristaux spatiaux, ces nou- chissant au rôle de τ en cosmologie et dans les
veaux cristaux temporels présentent une impor- trous noirs. Actuellement, la théorie qui décrit
tante rigidité et une grande stabilité de leurs le mieux l’histoire de l’Univers d’après les
motifs. Cela signifie qu’une petite variation dans
la période du dispositif d’entraînement ou la
présence d’une autre perturbation n’altère pas
la période des oscillations des cristaux tempo-
rels, qui reste parfaitement régulière.
Cette caractéristique offre un moyen de
diviser le temps très précisément, et la pers-
Les cristaux temporels
pective de fabriquer de futures horloges de
constituent un nouvel
£
grande précision. Les horloges atomiques

état de la matière
modernes sont déjà des merveilles de préci-
sion, mais il leur manque la garantie de stabilité
à long terme des cristaux temporels. Des hor-
loges plus précises et moins encombrantes
fondées sur ces états de la matière rendraient
possibles d’excellentes mesures de distance et
de temps, avec des applications pour des sys- observations est celle du Big Bang : l’Univers
tèmes de géolocalisation améliorés. Ces hor- serait né d’une singularité de densité infinie.
loges seraient aussi très sensibles à des Par conséquent, la symétrie τ ne s’appliquerait
variations du champ gravitationnel (qui influe pas à l’Univers. Mais certains cosmologistes
sur l’écoulement du temps, d’après les lois de ont aussi suggéré que l’Univers serait cyclique,
la relativité générale) : elles pourraient donc ou qu’il a peut-être connu une phase d’oscilla-
détecter des anomalies gravitationnelles tion rapide. Ces hypothèses très spéculatives
locales correspondant à des grottes souter- nous rapprocheraient du cercle d’idées entou-
raines ou à des gisements de minerais. Il est rant les cristaux temporels.
aussi possible d’imaginer des détecteurs Enfin, les équations de la relativité générale
d’ondes gravitationnelles. incarnent notre meilleure compréhension
actuelle de l’espace-temps. Mais on sait que
UN CRISTAL TEMPOREL cette théorie n’est plus valide dans les condi-
BIBLIOGRAPHIE
COSMOLOGIQUE tions extrêmes d’au moins deux situations :
Les cristaux temporels et la brisure spon- quand nous extrapolons la cosmologie du Big N. Y. Yao et C. Nayak, Time
tanée de τ constituent un sujet encore jeune, Bang à l’instant initial et à l’intérieur des trous crystals in periodically
qui soulève de nombreuses questions. Et, à noirs. Dans les autres champs de la physique, driven systems,
Physics Today, vol. 71(9),
l’instar des cristaux ordinaires dont l’étude a les limites de validité des équations qui pp. 40-47, 2018.
permis la découverte des semi-conducteurs et décrivent un état donné de la matière sont sou-
l’avènement de l’électronique moderne, quelles vent le signal annonciateur d’une transition de J. Zhang et al., Observation
surprises nous réservent les cristaux tempo- phase du système. Se pourrait-il que l’espace- of a discrete time crystal,
Nature, vol. 543,
rels ? Ont-ils un effet particulier sur les photons temps lui-même, dans des conditions extrêmes
pp. 217-220, 2017.
ou les électrons qui les traversent ? Il est encore de haute pression, de haute température ou de
trop tôt pour le dire. changement rapide, brise τ ? Soonwon Choi et al.,
Les cristaux ordinaires ont aussi conduit à Si ces dernières idées sont très spécula- Observation of discrete
l’idée de quasi-cristaux (des matériaux très tives, le concept de cristal temporel laisse time-crystalline order
in a disordered dipolar
ordonnés mais dont les motifs ne se répètent entrevoir des possibilités de progrès à la fois many-body system,
pas). Serait-il possible aussi de concevoir des théoriques (en termes de compréhension de la Nature, vol. 543,
quasi-cristaux temporels ? De la même façon, cosmologie et des trous noirs avec une pers- pp. 221-225, 2017.
on peut s’interroger sur la possibilité de conce- pective différente) et pratiques. Les formes
F. Wilczek, Quantum time
voir des liquides temporels (matériaux dans nouvelles de cristaux temporels qui seront sans
crystals, Phys. Rev. Lett.,
lesquels la densité des événements dans le doute développées dans les années à venir vol. 109(16), art. 160401,
temps est constante, mais pas la période), des devraient nous rapprocher d’horloges plus pré- 2012.
verres temporels (qui ont un motif apparem- cises, et présenteront peut-être d’autres pro-
ment parfaitement rigide, mais avec en réalité priétés utiles. Et dans tous les cas, ils sauront A. Shapere et F. Wilczek,
Classical time crystals,
de petites déviations). Les chercheurs nous surprendre en nous offrant l’occasion Phys. Rev. Lett.,
explorent activement ces possibilités et d’élargir nos idées sur les façons dont la matière vol. 109(16),
d’autres encore. Et, effectivement, des formes peut s’organiser. n art. 160402, 2012.

32 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-cristaux-temporels.indd 32 04/12/2019 16:18


PLSP0507_032_CR403123.pdf
DU VENT DANS
LES SYNAPSES
DANIEL FIÉVET
15H / 17H LE SAMEDI

DES SCIENCES
DE LA CURIOSITÉ
DE L’AVENTURE
Crédit photo : © Christophe Abramowitz

ABONNEZ-VOUS AU PODCAST DE L’ÉMISSION

FI_Fievet_210x287.indd 1 05/11/2019 15:20


ÉGYPTOLOGie

Dans les entrailles


des momies
Les Égyptiens anciens ont développé
des techniques d’embaumement de pointe.
Pour percer leurs secrets, les chercheurs s’appuient
aujourd’hui sur la scanographie. Fascinant.
MARIE ZAWISZA, journaliste

E
lles semblaient muettes. Pourtant, deux conserva-
teurs du British Museum, l’anthropologue Daniel
Antoine et l’égyptologue Marie Vandenbeusch, ont
réussi à les faire parler. Leur arme ? Le scanner. Cet
outil médical non invasif leur a permis d’observer
virtuellement l’intérieur de momies, sans les abîmer.
Ces recherches s’inscrivent dans un vaste programme mené par le
British Museum, qui possède des antiquités égyptiennes, depuis sa
fondation en 1753. À cette époque, on débandelettait les corps
embaumés pour les étudier. Mais déjà l’institution londonienne se
refusait à le faire. Au cours du xxe siècle, la maîtrise des rayons X a
révélé, sans les détruire, quelques images – fort imprécises – de
l’intérieur de ces vénérables dépouilles. Depuis quelques années, les
progrès de l’imagerie ont permis aux chercheurs de visualiser même
les couches les plus molles de ces corps et les plus infimes détails
– comme des incisions sur des plaques de métal. Pour l’instant, le
British Museum a ainsi étudié une vingtaine des quatre-vingts
momies égyptiennes de sa collection. Six d’entre elles se dévoilent
aux visiteurs de l’exposition « Momies égyptiennes : passé retrouvé,
mystères dévoilés », au Musée des beaux-arts de Montréal. n

DERRIÈRE LE MASQUE D’IRTHORROU


Inhumé vers 600 avant notre ère dans un cercueil finement
décoré, avec un masque doré placé sur la tête, Irthorrou,
grand prêtre du temple d’Akhmîm, à 200 kilomètres
de Louxor, appartenait à l’élite locale. Les inscriptions sur
ce cercueil devaient assurer la conservation de son nom
et de son identité, afin de rendre possible son voyage vers les
portes du ciel. Le programme de recherche du British Museum
révèle aujourd’hui, dissimulé sous son masque délicat
et ses textiles de lin, le squelette d’un adulte décédé
entre 35 et 49 ans. Derrière son masque souriant apparaissent
d’importantes lésions dentaires : Irthorrou avait perdu
non seulement deux incisives et une canine sur la mâchoire
inférieure, mais aussi une partie de l’os de la mâchoire.
Ces abcès ont-ils entraîné sa mort ? Ce n’est pas exclu. >

34 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls-506-momie.indd 34 04/12/2019 18:59


PLSP0507_034_CR408743.pdf
© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

Visualisation de la momie d’Irthorrou,


Basse Époque, XXVIe dynastie,
vers 600 avant notre ère.
British Museum EA 20745.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 35

pls-506-momie.indd 35 04/12/2019 18:59


PLSP0507_035_CR408743.pdf
ÉGYPTOLOGie
DANS LES ENTRAILLES DES MOMIES

Ci-contre : après avoir retiré le cerveau


par la cavité nasale, le crâne d’Irthorrou
a été rempli de résine (en jaune) pour
aider la conservation.

© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

IMAGERIE 3D
Le scanner passé par Irthorrou dans un hôpital de
Chelsea spécialisé dans le cœur a duré à peine plus
d’une minute. Mais il a fallu ensuite des centaines
d’heures d’analyse pour exploiter les données
numériques obtenues ! Et ainsi observer les textiles
et les tissus mous, de même que le squelette et
des amulettes. « Jusqu’à présent, notre compréhension
de la momification était basée sur un ensemble limité
de connaissances, car peu de momies ont été analysées
scientifiquement. Notre objectif est de mieux
comprendre la pratique de l’embaumement – son
évolution dans le temps, comme ses variantes
géographiques », explique l’anthropologue Daniel
Antoine, commissaire de l’exposition. Ci-dessus,
apparaît le crâne d’Irthorrou. Les os du nez ont été brisés
© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

avec précaution pour retirer le cerveau, à la place duquel


a été insérée une substance qui semble être de la résine.
Ci-contre, on discerne quatre baluchons, contenant
probablement les viscères (poumons, foie, estomac et
intestins) du grand prêtre, qui ont dû être séchés avant
d’être replacés à l’intérieur du corps : il fallait les
conserver pour assurer la vie éternelle au défunt.

Ci-contre : visualisation semi-transparente


de la momie d’Irthorrou, avec les paquets
contenant les viscères colorisés en jaune
et des amulettes placées dans le corps.

36 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls-506-momie.indd 36 04/12/2019 19:00


PLSP0507_036_CR408743.pdf
VERS L’AU-DELÀ Instruments d’embaumement
en bois. Probablement Nouvel
Pour les Égyptiens anciens, la vie après la Empire, vers 1550-1069 avant notre
mort dépendait notamment de la bonne ère, peut-être Thèbes,
Égypte (L. 73,5 cm).
conservation du corps, et donc de sa bonne British Museum EA 5505
momification. Les instruments ornés et 5506.
chacun d’une tête de chacal (ci-contre)
auraient servi pour mélanger des
ingrédients pour l’embaumement, comme
en témoigne la substance noire qui les
recouvre, composée de cire d’abeille, d’huile
ou de graisse. Un modèle de barque
funéraire (ci-dessous) accompagnait par
ailleurs le défunt dans son voyage vers
l’au-delà – un usage d’abord réservé au seul
pharaon, qui s’est ensuite étendu à tout le
peuple : rejoignant la barque solaire du dieu
Rê dans sa course céleste et son combat
contre les forces du chaos, l’âme pouvait
espérer partager sa vie éternelle.

© The Trustees of the British Museum


Modèle de barque funéraire, XIIe dynastie,
vers 1985-1795 avant notre ère, provenance
inconnue (bois de figuier sycomore).
British Museum EA 9525.

© The Trustees of the British Museum

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 37

pls-506-momie.indd 37 04/12/2019 19:00


PLSP0507_037_CR408743.pdf
ÉGYPTOLOGie
DANS LES ENTRAILLES DES MOMIES

OÙ SONT LES VISCÈRES DE TAMOUT ?


La délicatesse du cartonnage orné d’inscriptions et de scènes
religieuses indique le rang élevé de Tamout, chanteuse d’Amon, sans
doute dans le temple de Karnak, voué au culte d’Amon-Rê, roi des dieux.
À L’époque où vécut la prêtresse, vers 900 avant notre ère, l’art
de l’embaumement était bien établi, et, sa momie en témoigne,
notamment par l’excellente conservation des tissus mous,
qui indiquent que la défunte était… un peu enrobée. Comme pour
Irthorrou, les viscères de Tamout ne furent pas placés dans des vases
canopes (destinés traditionnellement à recevoir les organes
abdominaux embaumés du défunt, voir ci-dessous), mais furent
enveloppés dans de petits paquets, contenant une figurine de cire (page
ci-contre, en rouge). Chacune représente un des quatre fils du dieu
Horus (comme les couvercles des vases canopes), censés les protéger :
Imsety (foie), Hâpi (poumons), Douamoutef (estomac) et Kébehsénouf
(intestin). Deux plaques de métal recouvrent l’incision abdominale.

Vases canopes de Djedbastetiouefankh, XXXe dynastie,


vers 380-343 avant notre ère, Hawara, Égypte (calcaire).
British Museum EA 22374, EA 22375, EA 22376 et EA 22377.

© The Trustees of the British Museum

DES AMULETTES POUR L’AU-DELÀ


Pour donner à la momie une apparence de vie comme il était
d’usage à son époque, les prêtres embaumeurs ont donné
à Tamout des yeux artificiels de pierre ou de faïence. Avant
d’envelopper son corps de bandelettes, ils ont disposé des
amulettes, que le scanner permet d’observer avec une grande
qualité de détail : sur la gorge, une déesse agenouillée aux ailes
déployées, sans doute Nout, déesse du ciel et mère éternelle
des défunts ; sur la poitrine, un « scarabée de cœur » – censé
dissimuler aux dieux les mauvaises actions des défunts
au moment du jugement –, et, juste au-dessus,
un faucon de métal, représentation du dieu soleil
Rê-Horakhty et symbole de son pouvoir
régénérateur ; sur le pubis, un vautour
– image des déesses Nekhbet
ou Mout – peut-être symbole
de renaissance ou
de maternité.
© The Trustees of the British Museum

Cartonnage : momie
de Tamout, Troisième
Période Intermédiaire,
début de la
XXIIe dynastie,
vers 900 avant notre ère.
British Museum EA 22939.

38 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls-506-momie.indd 38 04/12/2019 19:00


PLSP0507_038_CR408743.pdf
Visualisation du corps de Tamout, Troisième
Période Intermédiaire, début de la XXIIe dynastie,
vers 900 avant notre ère.
British Museum EA 22939.

© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

Visualisation du corps de Tamout, Troisième Période Intermédiaire,


début de la XXIIe dynastie, vers 900 avant notre ère.
British Museum EA 22939.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 39

pls-506-momie.indd 39 04/12/2019 19:00


PLSP0507_039_CR408743.pdf
ÉGYPTOLOGie
DANS LES ENTRAILLES DES MOMIES

>

Les trois cercueils étaient


à l’origine imbriqués les uns
dans les autres. La momie
de Nestawedjat gisait dans
le cercueil le plus profond.
Probablement Thèbes, Égypte
(cercueil extérieur : L. 227 cm,
cercueil intermédiaire : L. 201 cm,
cercueil intérieur : L. 176.5 cm).
British Museum EA 22812
et EA 22813.

© The Trustees of the British Museum

40 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls-506-momie.indd 40 04/12/2019 19:00


PLSP0507_040_CR408743.pdf
L’INTELLIGENCE DU CŒUR
De Nestaoudjat, entrée au British Museum avec ses trois superbes
sarcophages en 1880, on savait peu de choses, sinon qu’elle était
une opulente « femme mariée de Thèbes », morte entre 35 et 49 ans,
vers 700 avant notre ère. On sait aujourd’hui que pour préserver la
structure de son corps après en avoir extrait les organes, les embaumeurs
ont inséré un matériau d’embaumement dans sa cage thoracique et son
abdomen, puis enduit son corps et son visage de liquides aromatiques
pour assurer une conservation optimale. Seul son cœur, dont les
Égyptiens croyaient qu’il était le siège de l’intelligence et de la mémoire,
a été laissé en place. Son cerveau a lui été retiré avec
grand soin. Le scanner révèle en outre que
les joues, la bouche et la gorge ont été
remplies d’un mélange de textile et
de résine, afin de conserver la forme
du visage confirmant ainsi que
les techniques d’embaumement,
éprouvées depuis 3 000 ans,
connaissaient alors leur
apogée. Que signifient
les deux amulettes placées
sur sa gorge ? Mystère.

© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno


© The Trustees of the British Museum

Visualisation de
la momie en mode
translucide révélant
le cœur de
Nestawedjat (en rose).

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 41

pls-506-momie.indd 41 04/12/2019 19:00


PLSP0507_041_CR408743.pdf
ÉGYPTOLOGie
DANS LES ENTRAILLES DES MOMIES

BIBLIOGRAPHIE
D. Antoine et al., Egyptian
mummies : Exploring
ancient lives, Museum of
Applied Arts and Sciences,
Sydney, Australie, 2016 © The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno
© The Trustees of the British Museum

Sarcophage de la momie
d’un enfant, époque romaine,
vers 40-60 avant notre ère,
Hawara, Égypte.
British Museum EA 22108.

42 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls-506-momie.indd 42 04/12/2019 19:00


PLSP0507_042_CR408743.pdf
Visualisation (ci-contre et ci-dessous) montrant le squelette
d’un enfant, époque romaine,
vers 40-60 avant notre ère,
Hawara, Égypte,
British Museum EA 22108.

EXPOSITION
Exposition « Momies
égyptiennes : passé
retrouvé, mystères
dévoilés », Musée des
beaux-arts de Montréal.
© The Trustees of the British Museum/© Benjamin Moreno

Prolongée jusqu’au
DERNIERS SOINS MATERNELS 29 mars 2020.

Des boucles, un masque doré, un bouquet de roses et de myrte à la main, des sandales aux
pieds, des scènes religieuses au dos du cartonnage, parmi lesquelles la pesée du cœur,
témoignant que même les enfants devaient rendre compte aux dieux de leurs actions bonnes
ou mauvaises… Les embaumeurs n’ont pas retiré le cerveau de l’enfant d’Hawara,
probablement en raison du jeune âge de l’individu et de la fragilité de ses os mais ils ont replié
sa tête sur sa poitrine, selon une tradition de la période romaine. Sa dentition indique que cet
enfant avait entre un an et demi et deux ans au moment de son décès. Et les tissus mous, bien
conservés, prouvent qu’il s’agissait d’un petit garçon. Aucun élément ne permet de déterminer
la cause de sa mort prématurée. Le très grand soin apporté à sa momification et l’excellente
conservation de son fragile squelette indiquent qu’il appartenait à l’élite, et témoigne de
l’amour des parents pour ce fils dont ils ont voulu assurer la meilleure conservation possible
du corps pour une vie meilleure dans l’au-delà. La qualité de l’embaumement infirme aussi
l’idée selon laquelle ce savoir-faire déclinait à l’époque romaine.

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 43

pls-506-momie.indd 43 04/12/2019 19:00


PLSP0507_043_CR408743.pdf
PaLÉONTOLOGie

Les maîtres
du ciel
mésozoïque
Comment les ptérosaures, créatures géantes à la tête démesurée,
pouvaient-ils voler ? De nouveaux fossiles et la modélisation
mathématique donnent des réponses.

44 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-pterosaures.indd 44 04/12/2019 17:30


PLSP0507_044_CR405483.pdf
L’ESSENTIEL L’AUTEUR

> Les ptérosaures ont > De nouveaux fossiles


développé le vol actif et une meilleure
100 millions d’années modélisation physique
avant les oiseaux. éclairent de vieilles
questions sur leur vol
> Leurs adaptations au vol et sur leur envol, ainsi
sont les plus extrêmes que sur leur disparition. MICHAEL HABIB
de toutes celles qui existent paléontologue
parmi les animaux volants. et biomécanicien
à l’université de
Californie du Sud

© Chase Stone

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 45

pls507-pterosaures.indd 45 04/12/2019 17:30


PLSP0507_045_CR405483.pdf
PaLÉONTOLOGie
LES MAÎTRES DU CIEL MÉSOZOÏQUE

L
e Mésozoïque, l’ère géologique 300  kilogrammes. À titre de comparaison,
qui s’est terminée il y a 66 mil- Argentavis, un oiseau fossile argentin de
lions d’années après avoir duré quelque 6 millions d’années – le plus gros à
186 millions d’années, est consi- avoir jamais volé sans doute – ne pesait que
déré comme l’âge des dinosaures. 75 kilogrammes environ.
Mais les « terribles lézards » ne L’écart de taille entre les plus grands indi-
dominaient que les milieux terrestres. D’autres vidus des deux groupes est d’ailleurs si impor-
créatures fort différentes régnaient dans les tant, que pour moult chercheurs, les
cieux : les ptérosaures. gigantesques ptérosaures étaient tout simple-
Ces reptiles volants furent les premiers ver- ment incapables de voler (une opinion surpre-
tébrés à développer un vol actif au lieu de seu- nante, si l’on considère le nombre de leurs
lement planer, cela très longtemps avant les traits adaptés au vol). D’autres les voient
oiseaux. Prédominants dans les airs pendant capables de traverser les airs, mais seulement
plus de 160 millions d’années, ils disparurent dans des conditions particulières – avec une
en même temps que la quasi-totalité des dino- atmosphère plus dense que celle d’aujourd’hui,
saures – à la fin du Crétacé il y a 66 millions par exemple. D’ailleurs des oiseaux de 12
d’années. Durant leur règne, ils avaient déployé mètres d’envergure voleraient-ils ?
certaines des adaptations anatomiques les plus Probablement pas. Plusieurs études récentes
spectaculaires de toutes celles qui sont (dont une des miennes) démontrent en effet
connues. Le plus petit de ces animaux avait que de tels colosses ne disposeraient pas d’as-
l’envergure d’un moineau ; le plus grand celle sez d’énergie pour quitter le sol.
d’un chasseur F-16 (soit 10 mètres environ).
Beaucoup possédaient des têtes plus longues
que leur corps, ce qui les transformait en de

Des mâchoires volantes


mortelles paires de mâchoires volantes. Ils
patrouillaient au-dessus de tous les océans et
de toutes les terres émergées du Mésozoïque,
et il était difficile d’échapper à leur regard.
Contrairement aux dinosaures, qui sur-
vivent dans les oiseaux, les ptérosaures n’ont
de la taille d’une girafe
pas de descendants. Ce que les paléontologues
pour 12 mètres
£
savent sur eux provient exclusivement du

d’envergure ! 
registre fossile. Ce registre est malheureuse-
ment si fragmentaire, qu’il ne nous livre qu’une
parcelle de la réalité passée. Nous en sommes
donc réduits à nous poser une foule de ques-
tions sur leur anatomie bizarre et sur leur dis-
parition. Heureusement, après des décennies
de perplexité, l’arrivée de nouveaux vestiges Mais les ptérosaures n’étaient pas des
relance les progrès des paléontologues. Et oiseaux ! Mon équipe accumule depuis dix ans
depuis l’amélioration de modèles bioméca- les calculs sur la puissance nécessaire à l’envol
niques du vol et de la marche des ptérosaures de ces titans, et nous parvenons à la conclusion
qui reconstituent de façon plus plausible leurs ferme qu’ils pouvaient s’envoler de n’importe
poids, les forces et les vitesses mises en jeu où puis se maintenir en vol. Sans imaginer des
pendant ces mouvements. Les chercheurs se conditions particulières qui n’existaient pas :
font désormais une idée plus réaliste de leur l’analyse géochimique des roches sédimen-
locomotion et comprennent qu’ils menaient taires du Crétacé (145 à 66 millions d’années)
une vie bien plus étonnante que ce que l’on et l’étude de l’anatomie des plantes de cette ère
avait imaginé. géologique qui vit l’apogée des grands ptéro-
L’une des énigmes les plus difficiles à saures prouvent que son atmosphère n’était
résoudre est la question de l’envol des ptéro- guère différente de la nôtre. Il est clair que
saures géant. Quetzalcoatlus (nom formé l’originalité de ces énormes reptiles est avant
d’après Quetzalcoatl, le « serpent à plumes » tout leur anatomie.
des Mésoaméricains), retrouvé au Texas, ou Un animal même gigantesque peut voler à
encore Hatzegopteryx, découvert en Roumanie, trois conditions. La première est que son sque-
avaient en effet la taille d’une girafe et de 9 à lette ait un rapport force/poids élevé (grand
12 mètres d’envergure. Les mâchoires de cer- volume, faible densité). Les oiseaux ont de
tains spécimens de ces ptérosaures étaient plus telles ossatures. Les ptérosaures aussi : la plu-
titanesques que celles d’un Tyrannosaurus rex ; part de leurs os sont creux. L’humérus de
leurs bras presque aussi larges que le torse d’un Quetzalcoatlus illustre cette nécessité : de seu-
humain adulte. Il s’agissait de véritables lement 3 millimètres, son épaisseur était com-
monstres, dont le poids pouvait dépasser les parable à celle d’une coquille d’œuf d’autruche,

46 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-pterosaures.indd 46 04/12/2019 17:30


PLSP0507_046_CR405483.pdf
mais son diamètre au coude atteignait prati- à l’aide de ses deux jambes, pour y déployer ses
quement 27 centimètres. 9 mètres d’envergure… Ils sont parvenus à la
La deuxième condition est d’obtenir un conclusion que pour cela, son poids ne devait
coefficient de portance maximum élevé. Ce pas excéder 75 kilogrammes et qu’il devait
nombre quantifie la portance, c’est-à-dire la décoller en dévalant une pente soumise à un
force perpendiculaire au vent relatif produite vent contraire. Un scénario un peu tordu alors
par le passage des ailes dans l’air pour une qu’un envol à l’aide de quatre pattes autorise
vitesse et une surface alaire données. Or plus un poids et des conditions d’envol plus
le coefficient est élevé, plus le corps des ani- réalistes.
maux peut être lourd parce que leurs ailes en
supporteront le poids à faible vitesse. Ce qui DES GROSSES TÊTES
signifie également que ces créatures pourront Il semble donc que l’énigme de la taille des
quitter le sol sans avoir besoin de beaucoup ptérosaures géants puisse être résolue en par-
d’élan, ce qui fait une énorme différence quant tie. En revanche, leurs proportions anato-
à la puissance musculaire nécessaire au miques quasi aberrantes continuent à
« décollage ». Comme celles de nos chauves- contrarier les paléontologues. Pour commen-
souris actuelles, les ailes des ptérosaures cer, celles de leurs membres. Le très étonnant
étaient formées par des membranes tendues et immense quatrième doigt soutenant l’aile,
sur les os des membres antérieurs. Et de telles par exemple, fait sans doute de la main ptéro-
ailes produisent plus de portance par unité de saurienne la plus spécialisée parmi celles de
vitesse et de surface que celles emplumées des tous les vertébrés. Pour autant, même si cette
oiseaux. Cette portance surfacique supplé- caractéristique surprend a priori, son dévelop-
mentaire améliore la manœuvrabilité à faible pement n’est en fait pas inexplicable étant
vitesse, ce qui facilite la maniabilité chez les donné le rôle central qu’elle joue dans le
petits animaux volants et les décollages et déploiement de l’aile de l’animal et dans sa
atterrissages chez les gros. capacité à voler. En revanche, la forme des têtes
La troisième condition nécessaire – la plus ptérosauriennes continue à totalement dérou-
exigeante – est de disposer d’une puissance de ter – et exciter – les chercheurs.
lancement suffisante. Pour prendre son envol, Même les premiers ptérosaures avaient de
une grande créature, même dotée d’une belle très grandes têtes. Celle de Rhamphorhynchus,
envergure, doit pouvoir bondir assez haut. Les une espèce représentative de la fin du
animaux volants, en effet, ne se hissent pas Jurassique, il y a quelque 150 millions d’années,
dans l’air à coups d’aile. Pas plus qu’ils ne se était presque aussi longue que son corps ; et au
jettent dans le vide d’une falaise ou d’un autre Crétacé, elles sont devenues immenses.
perchoir : ils risqueraient de ne pas acquérir Quetzalcoatlus ou encore Anhanguera (« vieux
suffisamment de vitesse avant de s’écraser au diable » en langue tupi), un ptérosaure pisci-
sol. Un saut puissant permet en revanche d’at- vore brésilien de 4,6 mètres d’envergure,
teindre la vitesse et la hauteur nécessaires pour illustrent particulièrement bien le fait que si le
commencer à voler. Les animaux volants géants corps de ces reptiles a grandi au Crétacé, en
doivent donc être de bons sauteurs. proportion, leur tête est devenue gigantesque :
De fait, beaucoup d’oiseaux bondissent de celle d’un ptérosaure crétacé typique peut en
façon impressionnante. Toutefois, leur bipédie, effet être 2 ou 3 fois plus longue que son corps
héritée des dinosaures théropodes, les limite (mesuré de l’épaule à la hanche) ; voire quatre
aussi, puisqu’ils ne peuvent se servir que de fois plus longue chez certaines espèces ! Les
leurs membres postérieurs pour sauter… Par boîtes crâniennes de ces animaux n’en étaient
contre, les ptérosaures étaient quadrupèdes à pas pour autant plus grosses. Ce sont surtout
terre : leurs ailes se repliaient de façon à leur les faces et les mâchoires qui ont grandi à un
permettre de marcher – et donc de sauter – en point démesuré. Des rebords osseux sous la
s’aidant de leurs quatre membres. De nom- mâchoire, des crêtes imposantes au sommet du
breuses pistes d’envol de ces rois du ciel magni- crâne et diverses excroissances amplifient
fiquement préservées confirment ce mode de encore le côté étrange de leur anatomie crâ-
locomotion étrange. Or la quadrupédie aug- nienne et donnent en fait l’impression que
mente radicalement la puissance de lancement, leurs têtes et leurs corps ne proviennent pas du
et donc la taille maximale possible de ces même animal…
monstres aériens (voir l’encadré page  50). Les bizarreries ne s’arrêtent pas là. Alors
Dans le passé certains chercheurs ont que chez la plupart des animaux, y compris les
modélisé comment les ptérosaures auraient pu humains, les os du cou sont parmi les plus
se lancer à l’aide de leurs deux pattes posté- petits de la colonne vertébrale, les vertèbres
rieures seulement. En 2004, Sankar Chatterjee, cervicales ptérosauriennes sont souvent les
de l’université Texas Tech, et un collègue ont plus larges. Il arrive qu’elles soient deux fois
par exemple modélisé la façon avec laquelle plus volumineuses que les autres vertèbres.
Quetzalcoatlus se serait propulsé dans les airs, L’un des ajouts les plus récents à l’arbre >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 47

pls507-pterosaures.indd 47 04/12/2019 17:30


PLSP0507_047_CR405483.pdf
PaLÉONTOLOGie
LES MAÎTRES DU CIEL MÉSOZOÏQUE

> phylogénétique des ptérosaures illustre parfai- série Game of Thrones) possède des vertèbres
tement cette particularité. David Hone de cervicales presque aussi longues et deux fois
l’université Queen-Mary, à Londres, François plus solides que ne l’est son humérus, cet os
Therrien, du Royal Tyrrell Museum, en du « bras-aile » des ptérosaures sur lequel s’ac-
Alberta, au Canada, et moi-même avons crochaient la plupart des muscles qui travail-
dévoilé dans le Journal of Vertebrate laient pendant le vol. Chez certaines espèces,
Palaeontology, les premiers fossiles d’une le cou est trois fois plus long que le torse, et la
espèce découverte en Alberta. Cryodrakon taille de la tête triple, de sorte que l’ensemble
borealis – c’est-à-dire le « dragon gelé du Nord » tête-cou représente plus de 75 % de la longueur
(en hommage à Viserion, un des dragons de la totale du ptérosaure ! Comment un animal

L
es ptérosaures avaient tous des proportions
étranges. Leur quatrième doigt soutenait les
DeS aNiMaUX ailes. Leurs têtes étaient très grandes par
rapport à leur corps. Au cours de l’évolution, certains
GraNDS ont développé des plans d’organisation encore plus
extrêmes, avec des têtes et des cous gigantesques,
eT BiZarreS représentant jusqu’à 75 % de la longueur du corps.
Il est probable que la grande taille des ptérosaures
a contribué à leur disparition à la fin du Crétacé.

MÉSOZOÏQUE
TRIASSIQUE JURASSIQUE CRÉTACÉ
250 millions d’années 190 160 130 100 70

Tropeognathus
Crétacé

Dimorphodon Rhamphorhynchus
Jurassique Jurassique

Pterodactylus
Jurassique
Eudimorphodon
Triassique

1 mètre

Jeholopterus
Jurassique

48 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-pterosaures.indd 48 04/12/2019 17:30


PLSP0507_048_CR405483.pdf
peut-il avoir des proportions aussi extrêmes ? traits n’étaient pas en général prohibitifs. Les
Et comment un tel plan d’organisation peut-il grosses boîtes crâniennes des mammifères, par
être adéquat chez une créature volante ? exemple, impliquent qu’à mesure que les tailles
Une explication probable est ce que je augmentent, les têtes s’alourdissent. Les pté-
nomme l’hypothèse « si c’était facile, tout le rosaures ont peut-être suivi une trajectoire
monde le ferait ». Bref, avoir une grande développementale rendant les proportions de
mâchoire pour se nourrir et une grande face la face moins dépendantes de celles de l’arrière
pour communiquer avec ses partenaires du crâne. Cela aurait permis l’évolution de
sexuels et ses rivaux serait avantageux pour mâchoires géantes sans induire pour autant
nombre d’animaux si les coûts associés à de tels d’énormes boîtes crâniennes. >

Nemicolopterus
Crétacé

Pterodaustro
Crétacé

Pteranodon
Crétacé

Quetzalcoatlus
Crétacé
© Chase Stone

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 49

pls507-pterosaures.indd 49 04/12/2019 17:30


PLSP0507_049_CR405483.pdf
PaLÉONTOLOGie
LES MAÎTRES DU CIEL MÉSOZOÏQUE

M
ême les plus grands ptérosaures d’une position quadrupède, poussant
volaient, Leurs poids dépassaient d’abord sur les membres postérieurs, puis
MarCHer probablement 300 kilogrammes, avec leurs bras-ailes. D’après la modélisation
eT DÉCOLLer soit beaucoup plus que les plus gros des
oiseaux connus ayant jamais volé. Comment
physique, cela leur aurait procuré assez de
puissance au décollage pour s’envoler.
de tels géants pouvaient-ils décoller ? Contrairement aux oiseaux, les ptérosaures
Contrairement aux oiseaux, bipèdes, les pouvaient décoller en profitant des
ptérosaures se lançaient dans les airs à partir puissants muscles de leurs bras-ailes.

1 Appui 2 Accroupissement 3 Mise en tension 4 Catapultage 5 Envol

Tendon
du muscle
long fléchisseur
Les « bras-ailes » des ptérosaures semblent avoir des doigts
été dotés d’un mécanisme de catapulte. Le tendon
du muscle long fléchisseur des doigts (Musculus
flexor digitorum longus) aurait été coincé pendant
la phase d’appui préalable au décollage, puis aurait
brusquement glissé dans une rainure du quatrième Quatrième os
os métacarpien, ce qui aurait libéré de l’énergie métacarpien
© Chase Stone

élastique et propulsé le ptérosaure dans les airs.

50 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-pterosaures.indd 50 04/12/2019 17:30


PLSP0507_050_CR405483.pdf
> Les ptérosaures avaient également des avec des corps aussi curieux. Et ces animaux se
« trous dans la tête » : des ouvertures supplé- déplaçaient de toute façon surtout en volant.
mentaires, dont la plus importante – la fenêtre En fait, on estime que les ptérosaures aux ailes
antéorbitaire – se trouvait devant les yeux. Les particulièrement longues et étroites étaient
dinosaures aussi avaient de telles ouvertures, sans doute comparables à certains oiseaux de
mais les ptérosaures les ont davantage déve- mer modernes : ils auraient volé sans interrup-
loppées, aboutissant dans certains cas à une tion pendant des mois, voire des années, ne se
fenêtre si énorme que le squelette entier du posant que pour s’accoupler et pondre. Ce fut
torse aurait pu y tenir ! Du vivant de ces le cas sans doute de Nyctosaurus (« lézard de
monstres, cette ouverture était sans doute cou- nuit »), reconnaissable à l’étonnante crête qu’il
verte de peau et d’autres tissus de sorte qu’elle portait sur la tête (elle ressemble à des bois de
n’était probablement pas apparente. Elle ren-
dait en tout cas le crâne léger par rapport à sa
taille. Les os crâniens contenaient aussi peut-
être de grands volumes d’air, comme ceux de

Certains ptérosaures
certains oiseaux d’aujourd’hui.
Cependant, même relativement légères,
les têtes des ptérosaures étaient souvent si

auraient volé sans


colossales qu’elles devaient quand même…
peser leur poids ! Mais à cet égard, être des
créatures volantes a peut-être joué en leur
faveur, ce qui est sans doute contre-intuitif. Le
principal problème que pose une tête lourde interruption pendant
£
n’est pas l’augmentation globale du poids cor-
porel, mais plutôt le fait qu’un crâne massif
– surtout s’il se trouve au bout d’un long cou –
déporte le centre de gravité vers l’avant. Chez
des années 
un animal marcheur, cela crée d’importants
problèmes de posture pendant la marche : pour
équilibrer le corps en mouvement, les cerf). Peut-être a-t-il eu les ailes les plus effi-
membres antérieurs doivent être placés très caces ayant jamais existé – et donc le plus long
en avant dans une position gênante. Les pté- vol continu – de tous les vertébrés volants que
rosaures, pour leur part, avaient d’énormes la planète ait connus.
avant-bras spécialement structurés, non pas Une fois en l’air, le problème du centre de
pour la marche, mais pour le vol. gravité devient beaucoup plus facile à résoudre.
Les reconstitutions de la marche ptérosau- Pour qu’un animal soit stable en l’air, son
rienne réalisées par Kevin Padian, de l’univer- centre de poussée (le point où s’applique la
sité de Californie à Berkeley, ont montré que résultante des forces de portance des ailes) et
lorsqu’un ptérosaure se déplaçait à terre, ses son centre de gravité doivent être alignés. Cela
membres antérieurs étaient positionnés à peu peut sembler difficile à réaliser chez une créa-
près comme il fallait pour supporter le poids de ture ayant une tête surdimensionnée et donc
la tête, du cou et du torse. La plus grande partie un centre de gravité proche de cette dernière.
de la propulsion pendant la marche venait des Toutefois, le centre de poussée d’un ptéro-
jambes, de sorte que les ptérosaures pouvaient saure était situé juste devant ses ailes, ce qui
soutenir le poids de leur grosse tête sur leurs signifie, comme Colin Palmer, de l’université
bras-ailes très épais et se déplacer à l’aide de de Bristol, en Angleterre, et ses collègues l’ont
leurs membres postérieurs de taille beaucoup souligné en premier, que, pour aligner le
plus normale. Afin de mieux comprendre, rap- centre de poussée avec le centre de gravité, le
pelez-vous comment on emploie des béquilles : reptile n’avait qu’à pointer modérément ses
afin de se mouvoir tout en minimisant le poids ailes vers l’avant. Ainsi positionnées, les ailes
portant sur les jambes, on procède en plantant (dites « en flèche inversée » en aéronautique)
d’abord les béquilles en avant, puis en faisant peuvent entraîner des instabilités de vol, mais
porter la plus grande partie du poids sur elles, la souplesse de celles des ptérosaures et la
avant de basculer les jambes vers l’avant, de les finesse du contrôle moteur par le cervelet, que
poser puis de recommencer… C’est sans doute possèdent tous les vertébrés, devaient leur
à cela que ressemblait la marche chez les ptéro- permettre de compenser.
saures (voir l’encadré ci-contre). Au décollage, Une fois les problèmes de stabilité maîtri-
les jambes poussaient probablement en pre- sés, ce positionnement des ailes a de sérieux
mier, puis les bras-ailes, afin de réaliser un lan- avantages. L’un d’entre eux est que ce sont les
© Chase Stone

cement parfait en deux étapes. extrémités de l’aile qui décrochent en dernier.


Cette façon de marcher n’était sans doute Pendant un décrochage, phénomène qui sur-
pas la plus efficace, mais elle était praticable vient le plus souvent à faible vitesse, la >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 51

pls507-pterosaures.indd 51 04/12/2019 17:30


PLSP0507_051_CR405483.pdf
PaLÉONTOLOGie
LES MAÎTRES DU CIEL MÉSOZOÏQUE

> portance s’évanouit. Or le fait que les pointes d’assez bonnes conditions météorologiques.
des ailes décrochent est particulièrement Or l’explosion qui a suivi le choc a fracassé et
catastrophique : cela perturbe immédiatement projeté dans l’espace les masses de la météorite
le sillage de l’aile, ce qui, en augmentant beau- et d’une partie de la croûte terrestre. Lorsque
coup la traînée (la résistance de l’air), compro- cette énorme quantité de roches pulvérisées
met gravement la propulsion et le contrôle. La est retombée, elle a mis le ciel en feu tout
capacité de retarder l’effondrement de la por- autour de la planète et rendu tout vol plané
tance rendait sans doute les atterrissages et impossible. Cet état de l’atmosphère aurait
décollages bien plus doux. Nous voyons donc
que, chez un gros animal volant à ailes flexibles,
posséder une énorme tête pouvait avoir des
avantages : cela décalait le centre de gravité vers
l’avant, ce qui amenait l’animal à avancer ses
ailes, ce qui à son tour entravait les décro-
chages. Au final, cela signifiait qu’un ptérosaure
pouvait voler plus lentement et se permettre
d’être plus grand.

LA MORT D’UNE DYNASTIE


Pendant environ 80 millions d’années, les
Faute de pouvoir
ptérosaures furent les seuls vertébrés prati-
quant le vol actif. Puis, il y a environ 150 mil- continuer à planer,
les ptérosaures seraient
lions d’années, au Jurassique, des dinosaures à
plumes capables de voler apparurent. Ce

£
groupe comprenait des espèces à quatre ailes

morts de faim 
tels Microraptor et Anchiornis, ainsi que des ani-
maux volants accomplis : les oiseaux ! Au
Crétacé inférieur, une bonne variété d’entre
eux partageait le ciel avec les ptérosaures.
Malgré ce bouleversement dans la niche
aérienne, les moyennes et grandes « mâchoires
volantes » sont restées les animaux volants duré tout un mois, bien assez longtemps pour
dominants, en particulier dans les habitats affamer tous les ptérosaures, puisqu’ils
ouverts. Les oiseaux restant confinés aux zones devaient voler pour manger.
de végétation, où leur petite taille et leur agilité À l’évidence, le fait d’être un petit animal
étaient avantageuses, les ptérosaures mainte- volant n’assurait pas la survie, et la plupart des
naient leur suprématie dans le ciel. oiseaux ont succombé. Ceux qui ont résisté
Mais quand un astéroïde a percuté la Terre auront mangé des aliments pouvant résister à
il y a 66 millions d’années, tuant pratiquement l’équivalent d’un hiver nucléaire, comme les
tous les dinosaures, le règne des ptérosaures a graines par exemple. Ils savaient peut-être
également pris fin. Jusqu’à présent, les décou- BIBLIOGRAPHIE aussi creuser des terriers, comme le font beau-
vertes paléontologiques suggèrent qu’aucune D. Ksepka et M. Habib, coup d’oiseaux aujourd’hui. Les ptérosaures
espèce de ces étranges reptiles n’a franchi la Pelagornis, les géants n’étaient pas granivores et ne semblent pas non
limite du Crétacé ; toutes ont péri, comme la du ciel, Pour la Science, plus avoir été capables d’excaver. Et pourquoi
majorité de celles des oiseaux. Une seule lignée n° 471, janvier 2017. l’auraient-ils été ? Un monstre volant de plus
de dinosaures aviens – les néornithes, ou « nou- D. Hone et al.,
de 4 mètres d’envergure n’avait pas besoin de
veaux oiseaux » – s’est perpétuée mais elle a The wingtips of the s’enterrer pour se mettre hors de danger : le
suffi, puisqu’elle a produit ensuite des milliers pterosaurs : Anatomy, danger, c’était lui.
et des milliers de nouvelles espèces. De fait, aeronautical function and Même si elle se termine par une extinction
aujourd’hui, avec ses quelque 9 900  espèces ecological implications, rapide, la saga des ptérosaures est celle d’un
Palaeogeography,
connues, les néornithes représentent le deu- Palaeoclimatology, grand succès évolutif. Leurs caractéristiques
xième plus grand groupe de vertébrés, après les Palaeoecology, vol. 440, anatomiques stupéfiantes leur conservent le
poissons osseux et leurs 12 000 espèces. pp. 431-439, 2015. statut de géants du ciel. Leur étude nous a
Pourquoi les ptérosaures ont-ils disparu beaucoup appris sur les limites des formes ani-
M. Witton et M. Habib,
alors que les néornithes ont survécu ? Pour les On the size and flight
males et de leur fonction. Les leçons que nous
plus costauds ce n’est pas étonnant puisqu’au- diversity of giant en tirons nous aident à comprendre l’histoire
cun animal terrestre de masse corporelle supé- pterosaurs, the use de la Terre et la complexité écologique. Elles
rieure à 20  kilogrammes n’a survécu à of birds as pterosaur inspirent aussi des technologies aujourd’hui,
l’apocalypse météoritique. Leur dépendance au analogues and notamment de nouveaux aéronefs. Leur
comments on pterosaur
vol pour se nourrir explique peut-être le reste, flightlessness, registre fossile ouvre une fenêtre sur un monde
car les animaux volants – surtout les grands – Plos One, vol. 5(11), disparu plein de monstres volants, pas seule-
utilisent beaucoup le vol plané, ce qui exige article e13982, 2010. ment phénoménaux mais exceptionnels. n

52 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-pterosaures.indd 52 04/12/2019 17:30


PLSP0507_052_CR405483.pdf
CNRS FORMATION ENTREPRISES
Le CNRS propose un catalogue
de plus de 260 formations technologiques
à destination des entreprises pour l’année 2020
L’organisme de formation continue du CNRS présente un large panel de stages courts
(3 jours en moyenne) dans tous les domaines : des biotechnologies à la synthèse
chimique en passant par l’intelligence artificielle, le big data et les enjeux sociétaux.
Cet outil de transfert des savoirs et savoir-faire du CNRS permet de former plus de
1600 professionnels chaque année issus des secteurs privé (PME et grands groupes)
et public.

QUELQUES NOUVEAUTÉS PROPOSÉES PAR CNRS FORMATION ENTREPRISES EN 2020


DONNÉES, CONNAISSANCES, CARACTÉRISATION DES MATÉRIAUX BIOLOGIE MOLÉCULAIRE
APPRENTISSAGE • Rhéologie ET BIOCHIMIE
• Apprentissage automatique pour la vision du 01 au 03/04/2020 • Préparer des banques NGS à partir
par ordinateur PARIS - 3 jours 1 850 € d’ADN et d’ARN : les étapes pratiques
du 15 au 17/06/2020 et méthodologiques appliquées à la
LYON - 3 jours 1 800 € • Fluorescence X de type EDX
du 28 au 29/05/2020 technologie Illumina
LE MANS - 2 jours 1 200 € du 09 au 11/03/2020
BIOINFORMATIQUE LYON - 3 jours 2 000 €
• Bioinformatique pour la métagénomique CHIMIE, SYNTHÈSE, PROCÉDÉS
du 03 au 05/06/2020 BIOLOGIE ANIMALE ET FORMATIONS
MONTPELLIER - 2,5 jours 1 200 € • Mécanochimie pour une chimie de RÉGLEMENTAIRES
synthèse éco-compatible
du 01 au 02/04/2020 • Les 3 R en pratique, raffinement, points
GÉNIE LOGICIEL ET SYSTÈMES limites
D’INFORMATION MONTPELLIER - 2 jours 1 100 €
le 03/03/2020
• Développement logiciel : cycle et • Transformation de la biomasse en produits GIF-SUR-YVETTE - 0,5 jour 300 €
prévention des risques juridiques chimiques de spécialité
le 06/10/2020 du 11 au 12/06/2020 QUALITÉ ET SÉCURITÉ
PARIS - 1 jour 600 € POITIERS - 2 jours 1 100 €
• Maîtrise des risques potentiels liés aux
CHIMIE ANALYTIQUE nanomatériaux en laboratoire de recherche
TERRITOIRE, PATRIMOINE ET le 06/10/2020
ENVIRONNEMENT • Préparation d’échantillons par fusion NANCY - 1 jour 450 €
• Initiation aux SIG en écologie : de la alcaline pour analyses ICP
collecte au traitement de données du 11 au 12/06/2020 SOCIOLOGIE, SCIENCE POLITIQUE
géographiques VANDŒUVRE-LES-NANCY - 1,5 jour 900 € ET ÉCONOMIE
du 18 au 20/05/2020
POITIERS - 2,5 jours 800 € • Jeunesses en exil : quel accueil des mineurs
MICROSCOPIE ET IMAGERIE non accompagnés ?
SCIENCES DE L’INGÉNIEUR • Cytométrie en image du 23 au 25/11/2020
du 18 au 20/11/2020 PARIS - 3 jours 850 €
• Applications du calcul scientifique dans
LYON - 3 jours 1 300 €
l’industrie COGNITION ET COMPORTEMENT
du 17 au 19/03/2020
BIOLOGIE CELLULAIRE ET • Les mouvements oculaires : techniques
PARIS - 3 jours 1 500 €
MICROBIOLOGIE d’oculométrie, recueil et analyse de
PHYSIQUE ET INSTRUMENTATION • La cytométrie en flux appliquée à la mouvements oculaires, interprétation,
microbiologie applications
• Interactions plasma / surfaces : utilisation du 26 au 27/03/2020
des plasmas froids pour le traitement de du 01 au 03/04/2020
VALBONNE - 2,5 jours 1 000 € PARIS - 2 jours 1 200 €
surfaces
du 24 au 27/03/2020
GRENOBLE - 3,5 jours 1 700 €

Découvrez l’ensemble des stages de formation sur cnrsformation.cnrs.fr


Ou contactez-nous à cfe.contact@cnrs.fr ou 01 69 82 44 55

Pleine page CFE-pls-20-AF-VF.indd 1 02/12/2019 17:18


LiNGUiSTiQUe

L’ESSENTIEL LES AUTEURS

> Il y a cent ans, l’écrivain > De nouvelles analyses


Pierre Louÿs a lancé linguistiques, utilisant
une polémique en affirmant six méthodes différentes,
que Molière n’était pas l’invalident et confirment
l’auteur des pièces qui la paternité de Molière
lui sont attribuées. sur ses œuvres.
FLORIAN CAFIERO JEAN-BAPTISTE CAMPS
> Au début des années 2000, ingénieur de recherche maître de conférences
des travaux de linguistique au CNRS et chargé à l’École nationale
quantitative sont venus de cours à l’École des Chartes – université
appuyer cette thèse, nationale des Chartes Paris-Sciences & Lettres
qui a reçu beaucoup – université Paris-
de publicité. Sciences & Lettres

Molière est
bien l’auteur
de ses œuvres
On a longtemps soupçonné Jean-Baptiste Poquelin de ne pas avoir écrit ses pièces,
dont le véritable auteur serait Corneille. Mais l’étude de la langue de Molière
et de ses contemporains rend à l’homme de théâtre ce qui lui est dû.

I
l y a maintenant cent ans, le poète et Très discutée, cette thèse a pris une nou-
romancier Pierre Louÿs lançait une velle dimension lorsque, au début des
polémique : plusieurs articles de lui, années 2000, des travaux en linguistique quan-
notamment le 16 octobre 1919 dans titative de Dominique Labbé, de l’IEP de
le quotidien français Le Temps, soute- Grenoble, et Cyril Labbé, de l’université
naient que l’auteur d’Amphitryon Grenoble 1, ont soutenu que les vocabulaires
n’était pas Molière, mais son illustre contempo- des pièces de Corneille et Molière sont trop
rain Pierre Corneille. Depuis, le soupçon n’a proches pour que ces œuvres aient été écrites
cessé de peser sur la paternité des pièces signées par deux auteurs différents, et, par conséquent,
de Molière. Comment un comédien présumé que Corneille aurait bien écrit les pièces de
sans grande éducation littéraire, qui plus est fort Molière. La nouvelle a été reprise par la presse
occupé entre ses charges de valet de chambre du mondiale, évoquée ou défendue dans différents
roi et de directeur de troupe de théâtre, aurait-il reportages et documentaires, et a même donné
pu écrire tant de chefs-d’œuvre ? son sujet à un téléfilm.
Au cours des décennies qui ont suivi, plu- Mais la popularité de cette thèse ne doit pas
sieurs ouvrages sont parus sur ce problème, masquer les nombreuses réactions défavo-
défendant l’idée que Molière n’était en fait rables qu’elle a suscitées dans le monde de la
que l’acteur principal des comédies qu’on lui recherche littéraire et linguistique. Pour tenter
attribue. Le vrai génie littéraire, Pierre de trancher la question, nous avons récemment
Corneille, serait resté dans l’ombre, profitant réalisé de nouvelles analyses des textes de
des revenus de la pièce sans ternir sa réputa- Molière, de Corneille et de leurs contempo-
tion d’auteur sérieux, et sans s’exposer aux rains. D’après leurs résultats, qui viennent
controverses que ces comédies souvent polé- d’être publiés, la théorie niant à Molière la
miques ont pu susciter.  paternité de ses pièces est erronée. >

54 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-moliere.indd 54 04/12/2019 12:36


PLSP0507_054_CR396956.pdf
© Wellcome Collection - CC BY

Une scène de la pièce Le Malade


imaginaire, de Molière, peinte
par Abraham Solomon (1861).

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 55

pls506-moliere.indd 55 04/12/2019 12:36


PLSP0507_055_CR396956.pdf
LiNGUiSTiQUe
MOLIÈRE EST BIEN L’AUTEUR DE SES ŒUVRES

> Les arguments laissant à penser que


Molière n’aurait pas écrit ses pièces sont
d’abord historiques. Il ne nous est ainsi par-
venu aucun manuscrit, pas même une lettre,
une note ou un brouillon, qu’on puisse lui attri-
buer. Il s’agit là d’un cas unique pour un auteur
aussi prolifique et célèbre. Le moliériste
Georges Forestier, de l’université Paris-
Sorbonne, note toutefois que les manuscrits
d’auteurs du xviie siècle, alors jugés de peu
d’importance, étaient très rarement archivés,
mais bien plus souvent détruits. Aucun brouil-
lon ou manuscrit de pièces de Corneille n’a
ainsi été conservé. De Racine, il ne nous est
parvenu qu’un acte d’un projet de pièce finale-
ment abandonné. Et si ses descendants l’ont
précieusement gardé, c’est probablement parce
que cette pièce n’a jamais été imprimée, et que
ce brouillon en était la seule trace restante.
Rien de si alarmant, donc, à ne rien retrouver
de la main de Molière.
Autre élément ayant prêté au soupçon :
Molière aurait commencé à jouer les pièces de
Corneille après un voyage à Rouen en 1643, et
se serait mis à écrire ses chefs-d’œuvre après
un séjour en 1658 dans la même ville. Or Rouen
était le fief de Corneille. Ces voyages en terre Molière, de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin (1622-1673), gravure
normande auraient-ils été l’occasion d’ententes de James Posselwhite publiée dans The Gallery of Portraits : with Memoirs,
secrètes entre les deux hommes ? Les spécia- d’Arthur Thomas Malkin (Londres, 1833).
listes de Molière en doutent, et ne sont guère
impressionnés par la coïncidence. Il est pos- pas manqué d’étonner. Selon Hippolyte
sible, mais nulle part attesté, que Molière et Wouters, avocat belge et auteur de théâtre, ce
Corneille se soient rencontrés sur place. Et l’on serait le seul cas « où un auteur médiocre jusqu’à
ne trouve aucune trace d’un quelconque accord 40 ans devient non seulement profond, mais
conclu entre les deux hommes. Dans sa corres- surtout une des plus belles plumes de son
pondance, Corneille semble d’ailleurs indiffé- temps ». Si cette situation est en effet assez rare
rent au passage de la troupe en 1658. Troisième dans l’histoire littéraire, elle n’est cependant
ville du pays, Rouen était régulièrement visitée pas inédite – Marcel Proust, James Conrad ou
par les troupes de théâtre, qui n’y allaient pas Umberto Eco ont débuté des carrières litté-
nécessairement voir Corneille. raires tout aussi tard, et ont été couronnés d’un
Dernier argument majeur : l’éclosion tardive succès certain.
du talent de Molière. Celui-ci écrivit tous ses
chefs-d’œuvre passé l’âge de 37 ans, ce qui n’a RETOUR AUX TEXTES
Faute d’archives pouvant prouver l’impos-
ture supposée, la controverse historique sem-
blait mener à une impasse. Pour apporter de
nouveaux éléments aux débats, des chercheurs
ont décidé de s’intéresser aux textes eux-

L’éclosion tardive mêmes. Si les textes signés de la main de


Molière étaient stylistiquement proches de
ceux de Pierre Corneille, ce pourrait être le

du talent d’un auteur signe que ce dernier en est l’auteur.


Le constat de départ de Dominique et Cyril

est une situation rare,


© Shutterstock.com/Georgios Kollidas

© Shutterstock.com/Georgios Kollidas

Labbé est simple : deux textes écrits par un


même auteur ont plus de vocabulaire en com-

£
mun que deux textes écrits par des auteurs

mais pas inédite


différents. En prenant comme base la fré-
quence d’apparition de chaque mot dans un
texte, ils ont calculé une « distance intertex-
tuelle », qui mesure la différence entre deux
textes dans le choix du vocabulaire. Si la dis-
tance intertextuelle séparant deux pièces est

56 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-moliere.indd 56 04/12/2019 12:36


PLSP0507_056_CR396956.pdf
Depuis quelques années, la démarche la
plus couramment adoptée pour révéler l’auteur
d’un texte repose sur l’intelligence artificielle.
On réunit d’abord une sélection de textes dont
on connaît les auteurs avec certitude. On
entraîne alors l’ordinateur à reconnaître les
auteurs de chacun de ces textes avec la meil-
leure précision possible. Puis on lui fournit des
textes anonymes, pour lesquels la machine pré-
dit l’auteur le plus vraisemblable.
Mais pour construire le profil type des
textes d’un auteur, encore faut-il être d’accord
sur les pièces que cet auteur a réellement rédi-
gées. Or, dans notre débat, tout le monde n’est
pas d’accord sur qui a écrit quoi. La théorie des
« comédiens poètes », défendue notamment
par Dominique Labbé, voudrait que, comme
dans les spectacles d’humour d’aujourd’hui,
dont on connaît l’interprète mais rarement le
ou les auteurs, on aurait au xviie siècle mis en
avant le comédien principal et entièrement
omis de citer le dramaturge. Quelque 90 % des
comédies de l’époque auraient alors été
signées par un prête-nom. Si l’on veut prendre
au sérieux cette possibilité, il faut donc adop-
ter une autre approche.
Pierre Corneille (1606-1684), gravure de Thomas Woolnoth publiée dans The Faute d’accorder une totale confiance à
Gallery of Portraits : with Memoirs, d’Arthur Thomas Malkin (Londres, 1833). l’apprentissage automatique d’une machine,
On a supposé, à tort semble-t-il, qu’il était l’auteur des pièces de Molière. tout en nous assurant au maximum de la solidité
de nos conclusions, nous avons utilisé, parallè-
inférieure à un certain seuil, cela signifie selon lement, six méthodes différentes considérées
eux qu’elles ont été écrites par le même auteur. comme fiables pour distinguer l’auteur d’un
D’après les calculs de Dominique et Cyril texte. Testées sur un corpus de trente grandes
Labbé, les œuvres attribuées à Corneille et de comédies en vers écrites après la mort de
nombreuses pièces de Molière sont trop Corneille et Molière par six auteurs, trois de ces
proches pour avoir été écrites par deux per- méthodes prédisent le bon auteur dans 100 %
sonnes différentes. Cela porterait à croire que des cas, deux dans 93 % et une dans 87 % des cas.
Corneille a écrit la plupart des chefs-d’œuvre
signés de Molière (l’hypothèse selon laquelle FRÉQUENCES DES MOTS
Molière aurait écrit les pièces de Corneille La première méthode consiste simplement
étant invraisemblable et impossible pour des à compter le nombre d’occurrences de chaque
raisons chronologiques). mot qui apparaît dans les textes étudiés. On
Depuis ces travaux fondateurs, les tech- considère le texte comme un « sac de mots ».
niques permettant de découvrir l’auteur d’un Les fréquences d’apparition de chaque mot
texte ont évolué. Leur usage, tant par des phi- dans ce sac varient d’un texte à l’autre. La dis-
lologues cherchant à identifier la plume der- tribution de ces fréquences constitue une
rière un poème jamais signé que par les services signature : à chaque auteur ses préférences
de renseignement pour démasquer l’auteur quant au vocabulaire qu’il utilise.
d’une lettre anonyme, s’est également étendu. On peut parfois considérer que certaines
variations autour d’un même mot ne sont pas
ANALYSER LES HABITUDES significatives. Utiliser « galère » ou « galères »,
D’ÉCRITURE ET LES TICS « vois » ou « voit » peut paraître indifférent, ce
DE LANGAGE qui compterait étant de dire « galère » plutôt
© Shutterstock.com/Georgios Kollidas

© Shutterstock.com/Georgios Kollidas

Ces méthodes reposent sur l’analyse statis- que « navire », d’utiliser le verbe « voir » plutôt
tique des habitudes d’écriture et des tics de que « regarder ». La conjugaison, le pluriel, etc.
langage. En écrivant un texte, nous laissons ne seraient qu’accidentels par rapport au
involontairement des empreintes qui tra- terme choisi. Dans ce cas, on travaille non pas
hissent notre identité : chaque individu utilise sur le mot, mais sur le lemme : un usage de
avec une fréquence particulière des mots, des « vois », « voit » ou « voyons » est alors consi-
expressions ou des structures grammaticales. déré dans le calcul comme un usage de « voir »,
En les relevant systématiquement, on peut se un usage de « galères » comme un usage de
faire une excellente idée de qui a écrit un texte. « galère », et ainsi de suite. Mais cette >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 57

pls506-moliere.indd 57 04/12/2019 12:36


PLSP0507_057_CR396956.pdf
LiNGUiSTiQUe
MOLIÈRE EST BIEN L’AUTEUR DE SES ŒUVRES

> deuxième méthode consistant à étudier les La Galerie du palais


lemmes, intéressante en soi, s’est révélée un La Place royale
Les Suivantes
peu moins fiable (93 %) lors de notre phase de Mélite PIERRE
calibration que l’étude des mots. La Veuve CORNEILLE
L’Illusion comique
Étudier le vocabulaire dans son intégralité Le Menteur
La Suite du menteur
peut toutefois générer certains biais. Notre
La Bague de l’oubli
emploi de certains mots dépend bien sûr de qui La Belle Alphrède JEAN DE
nous sommes, mais aussi de ce dont nous par- Les Captifs ROTROU
Les Sosies
lons. Si l’on étudie des textes d’auteurs au style Don Japhet d’Arménie
proche, les thèmes abordés peuvent engendrer Le Gardien de soi-même
Le Jodelet PAUL
plus de variations dans le vocabulaire que les Le Marquis ridicule SCARRON
différences de style des écrivains. Or la langue L’Héritier ridicule
Le Jodelet duelliste
du théâtre classique est extrêmement codifiée,
L’Amour à la mode
en particulier pour les pièces écrites en vers. Don Bertran de Cigarral
Dans notre cas, la crainte de variations liées Le Feint Astrologue
Le Galant doublé
aux sujets n’est donc pas infondée. Le Charme de la voix THOMAS
Le Geôlier de soi-même CORNEILLE
Deux solutions contraires sont alors envisa- La Comtesse d’Orgueil
geables. On peut choisir de ne s’intéresser Don César d’Avalos
Le Festin de Pierre
qu’aux mots choisis avec le plus grand soin : ceux L’Inconnu
qui sont placés à la rime. Ils demandent une Le Dépit amoureux
réflexion particulière et sont souvent très révé- L’Étourdi
L’École des femmes
lateurs de l’auteur d’un texte. Cette méthode L’École des maris
Les Femmes savantes MOLIÈRE
axée sur les rimes a donné sur notre corpus test Le Misanthrope
des résultats corrects à 87 %. À l’inverse, on peut Le Tartuffe
Amphitryon
se focaliser sur les mots choisis le plus incon- Les Fâcheux
sciemment. Les mots outils (« et », « de », « or »,
« mais »...) sont peu susceptibles de varier en
fonction du sujet traité et ils sont particulière- une structure simple ou, à l’inverse, selon des Cet arbre de parenté correspond
ment fréquents, ce qui permet d’obtenir des tournures particulièrement alambiquées, aux résultats de la classification
des textes en fonction de l’usage
statistiques fiables. Ils ont longtemps été consi- constitue un trait distinctif du style d’une per- de mots outils (en vert les pièces
dérés comme l’indice le plus pertinent pour sonne – l’un des plus fiables avec les mots de Molière, en rouge celles
déterminer l’auteur d’un texte et, pour notre outils. Pour mesurer ces variations, on annote de Pierre Corneille, en rose
corpus test, les résultats étaient corrects à 93 %. la nature grammaticale de chaque mot du texte, Thomas Corneille, en jaune
grâce à une intelligence artificielle spéciale- Paul Scarron, en bleu Jean de Rotrou).
On constate que l’algorithme
ORDRE DES ÉLÉMENTS ment entraînée sur des pièces de l’époque. Puis a parfaitement regroupé
DANS LES PHRASES, SYNTAXE on étudie à quelle fréquence des successions les pièces selon leur auteur putatif.
Une cinquième méthode s’intéresse à l’ordre de trois natures grammaticales (du type « pro-
des éléments d’une phrase. Les phrases « Belle nom personnel / verbe conjugué / nom com-
marquise, vos beaux yeux me font mourir mun ») apparaissent.
d’amour » et « D’amour mourir me font, belle
Marquise, vos beaux yeux » comportent exacte- SI QUATRE ET QUATRE
ment les mêmes mots, les mêmes lemmes, les SONT HUIT, CORNEILLE BIBLIOGRAPHIE
mêmes mots outils. Les méthodes précédentes N’A PAS ÉCRIT MOLIÈRE
les considèrent donc comme parfaitement iden- Nous avons appliqué ces six méthodes à un F. Cafiero et J.-B. Camps,
Why Molière most likely
tiques. Pourtant, il est indéniable que le style ensemble de comédies en vers écrites par did write his plays,
diffère notablement entre ces deux tournures. Molière, Corneille et leurs contemporains. Science Advances, vol. 5,
Pour conserver de l’information sur l’en- L’analyse principale a porté sur 37 pièces de article eaax548, 2019.
chaînement des mots, on peut considérer le Pierre Corneille, son frère Thomas Corneille,
texte non comme un « sac de mots », mais Molière, Jean de Rotrou et Paul Scarron. En sui- C. Labbé et D. Labbé,
Inter-textual distance and
comme un sac de « n-grammes de caractères ». vant chacune d’entre elles, toutes les pièces de authorship attribution.
Cette dernière expression désigne simplement Molière ont été considérées par nos algorithmes Corneille and Molière,
un enchaînement d’un nombre n de caractères. comme celles d’un même auteur, et clairement Journal of Quantitative
Supposons que l’on décompose les phrases distinguées des pièces de Corneille – alors que Linguistics, vol. 8(3),
pp. 213-231, 2010.
précédentes en 5-grammes de caractères. En d’autres auteurs, comme Scarron, semblent
notant _ chaque espace, nous obtiendrions même plus proches stylistiquement de Molière. D. Labbé, Si deux et deux
pour la première : Belle, elle_, lle_m, le_ma, Il paraît donc plus qu’improbable que sont quatre, Molière n’a
© F. Cafiero et J.-B. Camps

e_mar, _marq, etc. Et pour la seconde, nous Molière ait servi de prête-nom à Corneille ou à pas écrit Dom Juan,
aurions : D’amo, ’amou, mour_, etc. On réplique d’autres dramaturges célèbres de son temps. Max Milo, 2009.
alors nos calculs en travaillant non sur des Faute de génie pouvant le détrôner dans les H. Wouters et C. de Ville
mots, mais sur ce type de séquences. cœurs et les esprits, le français devrait donc de Goyet, Molière
Dernière option explorée : la syntaxe des rester encore pour quelque temps « la langue ou l’auteur imaginaire ?,
auteurs. Écrire des phrases uniquement selon de Molière ». n Complexe, 1990.

58 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-moliere.indd 58 04/12/2019 12:36


PLSP0507_058_CR396956.pdf
ABONNEZ-VOUS À
OFFRE D’ABONNEMENT 1 AN
3 FORMULES
AU CHOIX

FORMULE FORMULE FORMULE


PAPIER PAPIER INTÉGRALE
+ HORS-SÉRIE

Le magazine papier 12 numéros par an

Le magazine en version numérique 12 numéros par an

Le hors-série papier 4 numéros par an

Le hors-série en version numérique 4 numéros par an

Accès à pourlascience.fr
actus, dossiers, archives depuis 1996

VOTRE TARIF D'ABONNEMENT 59 € 79 € 99 €


Au lieu de 82,80 € Au lieu de 114,40 € Au lieu de 174,40 €

29 % 31 % 43 %
de réduction * de réduction * de réduction *

BULLETIN D’ABONNEMENT
À renvoyer accompagné de votre règlement à :
Pour la Science – Service abonnements – 19 rue de l’Industrie – BP 90053 – 67402 Illkirch Cedex – email : pourlascience@abopress.fr
PAG20STD

OUI, je m’abonne 2 J’indique mes coordonnées

pour 1 an à ☐ M. ☐ Mme
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : .......................................................................................

1 Je choisis ma formule (merci de cocher) ....................................................................................................

Code postal Ville :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


FORMULE 59€ Téléphone
D1A59E

PAPIER Au lieu de
• 12 n° du magazine papier 82,80€
Email : (indispensable pour la formule intégrale)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
FORMULE PAPIER
79€ J'accepte de recevoir les offres de Pour la Science ☐ OUI ☐ NON
P1A79E

+ HORS SÉRIE Au lieu de


• 12 n° du magazine papier
• 4 Hors-série papier
114,40€
3 Je choisis mon mode de règlement

FORMULE ☐ Par chèque à l’ordre de Pour la Science


INTÉGRALE ☐ Carte bancaire
• 12 n° du magazine 99€
I1A99E

Au lieu de

(papier et numérique)
• 4 Hors-série 174,40€ Date d’expiration Clé (Les 3 chiffres au dos de votre CB)
(papier et numérique)
• Accès illimité aux contenus en ligne Signature obligatoire :
* Réduction par rapport au prix de vente en kiosque et l’accès aux archives
numériques. Durée d’abonnement : 1 an. Délai de livraison : dans le mois suivant
l’enregistrement de votre règlement. Offre valable jusqu’au 31/03/2021 en
France métropolitaine uniquement. Pour un abonnement à l’étranger, merci de
consulter notre site https://boutique.pourlascience.fr. Photos non contractuelles.
Les informations que nous collectons dans ce bulletin d’abonnement nous aident à personnaliser et à améliorer les services que nous vous proposons. Nous les utiliserons pour gérer votre accès à l’intégralité de
nos services, traiter vos commandes et paiements, et vous faire part notamment par newsletters de nos offres commerciales moyennant le respect de vos choix en la matière. Le responsable du traitement est la
société Pour la Science. Vos données personnelles ne seront pas conservées au-delà de la durée nécessaire à la finalité de leur traitement. Pour la Science ne commercialise ni ne loue vos données à caractère
personnel à des tiers. Les données collectées sont exclusivement destinées à Pour la Science. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre charte de protection des données personnelles à l’adresse suivante :
https://rebrand.ly/charte-donnees-pls. Conformément à la réglementation applicable (et notamment au Règlement 2016/679/UE dit « RGPD ») vous disposez des droits d’accès, de rectification, d’opposition, d’effacement,
à la portabilité et à la limitation de vos données personnelles. Pour exercer ces droits (ou nous poser toute question concernant le traitement de vos données personnelles), vous pouvez nous contacter par courriel à
l’adresse protection-donnees@pourlascience.fr.
Groupe Pour la Science - Siège social : 170 bis, boulevard du Montparnasse, CS20012, 75680 Paris CEDEX 14 - Sarl au capital de 32 000€ - RCS Paris B 311 797 393 - Siret : 311 797 393 000 23 - APE 58.14 Z

PLS Standard - 1 an_2018.indd 1 03/12/2019 11:04


ÉCONOMie

© Hanna Barczyk

60 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-inegalites.indd 60 04/12/2019 12:52


PLSP0507_060_CR397849.pdf
L’ESSENTIEL L’AUTEUR

> L’inégalité en matière nombre de pays avec une


de richesse s’accroît précision sans précédent.
à un rythme alarmant
dans de nombreux pays, > Plusieurs modèles
en particulier aux États-Unis. mathématiques du libre
marché présentent des
> Un modèle simple de comportements analogues BRUCE M. BOGHOSIAN
répartition de la richesse à ceux de systèmes physiques est professeur de mathématiques
conçu par des physiciens complexes tels que les à l’université Tufts, aux États-Unis.
et des mathématiciens matériaux ferromagnétiques. Il étudie les systèmes dynamiques
rend compte des inégalités appliqués et les applications
de richesse dans un grand de la théorie des probabilités.

Aux sources
mathématiques
des inégalités
de richesse
Un modèle mathématique simple décrit la répartition de la richesse
dans les économies modernes avec une précision sans précédent.
De quoi remettre en question quelques idées reçues sur le libre marché.

L
’inégalité en matière de richesse qui mesurent la richesse dans leurs enquêtes
s’accroît à un rythme alarmant sur les ménages indiquent qu’elle est de plus
non seulement aux États-Unis en plus concentrée.
et en Europe, mais aussi dans Bien que les origines des inégalités de
des pays aussi divers que la richesse fassent l’objet de vifs débats, une
Russie, l’Inde et le Brésil. Selon approche élaborée par des physiciens et des
la banque d’investissement Crédit Suisse, la mathématiciens, dont mon groupe à l’université
part du patrimoine global des ménages détenue Tufts, aux États-Unis, suggère qu’elles se
par le 1 % le plus riche de la population mon- trouvent depuis longtemps sous nos yeux
diale est passée de 42,5 à 47,2 % entre la crise – dans une bizarrerie arithmétique bien connue.
financière de 2008 et 2018. Pour le dire autre- Cette méthode utilise des modèles de
ment, en 2010, 388 individus détenaient autant répartition de richesse à base d’agents, fondés
de richesses que la moitié la plus pauvre de la sur des transactions deux à deux entre agents
© Hanna Barczyk

population mondiale, soit environ 3,5 milliards ou acteurs économiques, dont chacun cherche
de personnes ; aujourd’hui, l’organisation non à optimiser ses propres résultats financiers.
gouvernementale Oxfam estime ce nombre Dans le monde moderne, rien ne peut sembler
à 26. Et les statistiques de presque tous les pays plus juste ou plus naturel que deux personnes >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 61

pls506-inegalites.indd 61 04/12/2019 12:52


PLSP0507_061_CR397849.pdf
ÉCONOMie
AUX SOURCES MATHÉMATIQUES DES INÉGALITÉS DE RICHESSE

> qui décident d’échanger des biens, de s’en- même s’ils sont fondés sur des échanges équi-
tendre sur un prix et de se serrer la main. En tables entre acteurs égaux.
effet, la stabilité apparente d’un système éco- En 2002, Anirban Chakraborti, à l’institut
nomique résultant de cet équilibre de l’offre et Saha de physique nucléaire de Calcutta, en
de la demande entre les différents acteurs est Inde, a introduit ce qui est devenu le « modèle
considérée comme un sommet de la pensée des du vide-grenier », ainsi nommé parce qu’il pré-
Lumières, à tel point que de nombreuses per- sente certaines caractéristiques de transactions
sonnes en sont venues à associer le libre mar- économiques réelles entre deux individus. Il a
ché à la notion même de liberté. également utilisé des simulations numériques
Nos modèles, qui sont déroutants de sim- pour montrer que dans ce modèle, la richesse
plicité et qui reposent sur des transactions se concentre inexorablement dans les mains de
volontaires, suggèrent cependant qu’il est quelques-uns et fait émerger une oligarchie
temps de réexaminer sérieusement cette idée. (voir l’encadré page ci-contre).
Pour comprendre comment cela se produit,
supposons que vous soyez invité à jouer à un
jeu au casino. Vous devez miser sur la table une

Dans le modèle certaine somme, disons 100 euros, puis on tire


une pièce à pile ou face. Si le résultat est face,
le casino vous paie 20 % de ce que vous avez
du vide-grenier, misé, et vous disposerez alors de 120 euros sur
la table. Si le résultat est pile, le casino prend

la richesse se concentre
17 % de votre mise et il vous restera donc
83 euros. Vous pouvez jouer autant de fois que

£
vous le souhaitez. À chaque fois, vous gagnez

inexorablement 20 % de ce qui est sur la table si le tirage donne


face, et vous en perdez 17 % si le tirage donne
pile. Devriez-vous accepter de jouer à ce jeu ?
Vous pourriez faire deux raisonnements,
tous deux plutôt convaincants, pour vous aider
En particulier, le « modèle affine de à prendre la bonne décision. Vous pouvez pen-
richesse » (nommé ainsi en raison de ses pro- ser : « La probabilité de gagner 20 euros est de ½,
priétés mathématiques) décrit avec une grande et la probabilité de perdre 17 euros est de ½. Mon
précision la répartition de la richesse entre les espérance de gain au premier tirage est donc :
ménages dans divers pays développés, tout en ½ × (+ 20 €) + ½ × (− 17 €) = 1,50 €.
révélant une asymétrie subtile qui tend à Cette espérance est positive. En d’autres
concentrer la richesse. À notre avis, cette termes, mes chances de gagner et de perdre sont
approche purement analytique, qui ressemble égales, mais la somme récoltée si je gagne sera
à une radiographie en ce sens qu’elle n’est pas supérieure à celle perdue dans le cas contraire. »
tant utilisée pour représenter le désordre du De ce point de vue, il semble avantageux de
monde réel que pour le dépouiller et en révéler jouer à ce jeu.
le squelette sous-jacent, permet de mieux com- Ou bien, comme un joueur d’échecs, vous
prendre les facteurs qui accroissent aujourd’hui pourriez anticiper plusieurs coups : « Et si je
la pauvreté et les inégalités. jouais à ce jeu 10 parties successives de pile ou
face ? Un résultat vraisemblable est qu’il y aura
INÉLUCTABLE OLIGARCHIE 5 pile et 5 face. Or chaque fois qu’un face appa-
En 1986, le sociologue et statisticien amé- raît, ma mise est multipliée par 1,2, tandis que
ricain John Angle décrivait pour la première chaque fois que c’est pile, ma mise est multi-
fois les flux de richesses et leur répartition pliée par 0,83. Après 5 victoires et 5 défaites,
comme le résultat de transactions effectuées dans n’importe quel ordre, le montant dont je
par des paires d’agents économiques, qui disposerai sur la table sera donc :
peuvent être des individus, des ménages, des 1,2 × 1,2 × 1,2 × 1,2 × 1,2 × 0,83 × 0,83 × 0,83 ×
entreprises, des fonds ou d’autres entités. 0,83 × 0,83 × 100 € = 98,02 €.
Au tournant du siècle, les physiciens Slava Autrement dit, je perdrai environ 2 € de ma
Ispolatov, Pavel Krapivsky et Sidney Redner, à mise initiale de 100 €. » Avec un peu plus de
l’université de Boston, ainsi qu’Adrian calculs, on pourrait voir qu’il faut environ 93 vic-
Dragulescu, maintenant au Constellation toires pour compenser 91 pertes. De ce point de
Energy Group, et Victor Yakovenko, de l’uni- vue, il semble désavantageux de jouer à ce jeu.
versité du Maryland, ont montré que l’on pou- La contradiction entre les deux arguments
vait analyser les modèles de ce type avec les présentés ici peut paraître surprenante à pre-
outils de la physique statistique. Il s’avère que mière vue, mais elle est bien connue en théorie
dans beaucoup de ces modèles, la richesse se des probabilités et en finance. Son lien avec les
déplace inexorablement d’un agent à l’autre inégalités de richesse l’est toutefois moins.

62 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-inegalites.indd 62 04/12/2019 12:52


PLSP0507_062_CR397849.pdf
Pour étendre la métaphore du casino aux
mouvements des richesses dans une économie
(excessivement simplifiée), imaginons un sys-
GAGNANTS,
tème de 1 000 individus qui s’engagent dans des PERDANTS
11

échanges deux à deux. Supposons que chacun

L
détienne une certaine somme initiale (qui e modèle du vide-grenier, un modèle
simple développé par le physicien
pourrait être exactement la même pour tous). Anirban Chakraborti, suppose que la
Choisissons deux agents au hasard et deman- richesse se déplace d’une personne à l’autre
dons-leur d’effectuer des transactions, puis lorsque la première commet une « erreur » 1o €

faisons de même avec deux autres agents, et dans une transaction. Si le montant payé
11

pour un bien est exactement égal à ce que €

ainsi de suite. En d’autres termes, ce modèle celui-ci vaut, aucune richesse ne change
suppose des transactions séquentielles entre de mains. Mais si une personne paie trop
des paires d’agents choisies au hasard. Notre cher ou si l’autre accepte moins que la
plan est d’effectuer des millions ou des mil- valeur de l’article, une part de richesse
est transférée. Comme personne ne veut
liards de transactions de ce genre dans notre
risquer d’être ruiné, Anirban Chakraborti
11

groupe de 1 000 personnes et de voir comment a supposé que le montant qui peut
la richesse sera finalement distribuée. potentiellement être perdu est une fraction
À quoi ressemble une transaction entre de la richesse de la personne la plus pauvre.
deux agents ? Comme les gens évitent naturel- Il a constaté que même si l’on choisit
au hasard, par un tirage à pile ou face,
lement d’être ruinés, nous supposons que le le résultat de chaque transaction,
montant en jeu, que nous noterons Δw (se la multiplication de ces ventes et achats
prononce « delta w »), ne représente qu’une entraîne inévitablement la concentration

fraction fixe de la richesse de la personne la de toute la richesse dans les mains


d’une seule personne, une situation
plus pauvre, Shauna. De cette façon, même si
d’inégalité extrême.
Shauna perd dans une transaction avec la per- B. B.
sonne la plus riche, appelons-la Éric, la somme
perdue restera toujours inférieure à sa propre
fortune totale. Cette hypothèse n’est pas dérai-
sonnable et, en fait, elle tient compte d’une transactions, l’un des agents finit par devenir un
limite que la plupart des gens s’imposent ins- « oligarque » qui détient pratiquement toute la
tinctivement dans leur vie économique. richesse, et les 999 autres se retrouvent avec qua-
Pour commencer – juste parce que ces siment rien. Peu importe quelle était la richesse
chiffres nous sont familiers –, supposons que initiale de chacun. Peu importe que tous les
Δw représente 20 % de la richesse w de Shauna tirages à pile ou face aient été ou non absolument
si elle gagne, et – 17 % de w si elle perd. En fait, équitables. Il importe peu que l’espérance de gain
notre modèle suppose que les pourcentages de de l’agent le plus pauvre soit positive dans chaque
gain et de perte sont égaux, mais cela ne modi- transaction, alors que celle de l’agent le plus riche
fie pas le résultat général (cela découle du fait est négative. N’importe quel agent de cette éco-
que (1 + a)(1 – a) = 1 – a2, qui est strictement nomie peut devenir l’oligarque – en fait, tous ont
inférieur à 1 pour tout nombre réel a non nul la même chance de le devenir si leur richesse ini-
censé représenter la fraction de gain, par tiale est la même. En ce sens, il y a égalité des
exemple 0,2 pour Δw = 20 %). De plus, une chances. Mais un seul d’entre eux devient l’oli-
valeur de Δw supérieure ou inférieure ne fera garque, et tous les autres voient leur richesse
que déformer l’échelle de temps, de sorte qu’il moyenne décroître vers zéro à mesure que les
faudra plus ou moins de transactions avant transactions se multiplient. Et pour couronner le
d’être en mesure de voir le résultat final, lequel tout, plus le rang de richesse d’une personne est
restera inchangé. bas, plus la diminution est rapide.
Puisque notre objectif est de modéliser une Ce résultat est d’autant plus surprenant
économie de marché équitable et stable, com- qu’il est valable même si tous les agents ont
mençons par supposer que personne n’a d’avan- une richesse initiale identique et sont traités
tage d’aucune sorte. Pour déterminer la de façon symétrique. Les physiciens décrivent
direction dans laquelle Δw est déplacé, tirons les phénomènes de ce type comme des « bri-
donc simplement à pile ou face. Si c’est face, sures de symétrie » (voir l’encadré page 66). Le
Shauna récolte d’Éric 20 % du montant qu’elle tout premier tirage à pile ou face transfère de
détenait ; si c’est pile, elle doit en donner 17 % à l’argent d’un agent à l’autre, ce qui crée un
Éric. Ensuite, on choisit au hasard une autre déséquilibre entre les deux. Et une fois que
paire d’agents parmi les 1 000 et l’on recom- l’on a des disparités de richesse, aussi petites
© Brown Bird Design

mence. Faisons-le 1 million ou 1 milliard de soient-elles, les transactions successives enri-


fois. Que se passe-t-il ? chiront peu à peu les agents les plus riches au
Si l’on simule cette économie, qui est une détriment des plus pauvres, amplifiant ainsi
variante du modèle de vide-grenier, on obtient un les inégalités jusqu’à ce que le système
résultat remarquable : après un grand nombre de devienne oligarchique. >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 63

pls506-inegalites.indd 63 04/12/2019 12:52


PLSP0507_063_CR397849.pdf
ÉCONOMie
AUX SOURCES MATHÉMATIQUES DES INÉGALITÉS DE RICHESSE

> Si des inégalités sont présentes dès le Dans des articles indépendants parus
départ, la richesse de l’agent le plus pauvre en 2015, mes collègues et moi, à l’université
diminuera probablement le plus rapidement. Tufts, et Christophe Chorro, de l’université
Au profit de qui ? Elle doit aller à des agents plus Panthéon-Sorbonne, à Paris, ont prouvé
riches, puisqu’il n’y a pas d’agents plus pauvres. mathématiquement ce que les simulations
La situation n’est pas bien meilleure pour le d’Anirban Chakraborti avaient découvert, à
deuxième agent le plus pauvre. À long terme, savoir que le modèle de vide-grenier déplace la
tous les participants à cette économie, sauf les richesse inexorablement d’un côté à l’autre.
plus riches, verront leur richesse décroître Cela signifie-t-il que les agents les plus
exponentiellement. pauvres ne gagnent jamais ou que les agents les

entre la courbe de Lorenz et la f < 1, la courbe de Lorenz est la le coefficient de Gini pour
diagonale est ce qu’on nomme droite horizontale d’ordonnée la richesse est égal à
le coefficient de Gini, une nulle. Mais quand f = 1, environ 0,70, d’après le
mesure couramment utilisée l’oligarque est inclus, et rapport 2019 du Crédit Suisse.
MeSUrer pour mesurer l’inégalité
(le coefficient de Gini pour
l’ordonnée de la courbe de
Lorenz prend brutalement la
Les quatre petits
graphiques de B montrent
L’iNÉGaLiTÉ la richesse est à distinguer valeur 1. L’aire comprise entre la correspondance entre
du coefficient de Gini pour cette courbe de Lorenz (en le modèle affine de richesse
les revenus, que l’on rencontre orange) et la diagonale est la et les courbes de Lorenz
plus fréquemment dans les moitié de l’aire du carré, réelles pour les États-Unis
données statistiques). c’est-à-dire 1/2 ; le coefficient en 1989 et 2016, ainsi que
Examinons d’abord le cas de Gini est donc égal à 1. pour l’Allemagne et la Grèce
égalitaire. Si chaque individu En somme, le coefficient en 2010. Les données
Au début du xxe siècle, détient exactement la même de Gini pour la richesse peut proviennent de la Réserve
l’économiste américain Max richesse, toute fraction varier de 0 (égalité absolue) fédérale des États-Unis et de la
Lorenz a conçu une méthode donnée de la population à 1 (concentration extrême Banque centrale européenne.
utile pour quantifier l’inégalité détient précisément la même de la richesse). Sans surprise, L’écart entre la courbe
de richesse au sein d’une fraction de la richesse totale. la réalité correspond à une de Lorenz du modèle et celle
population. Il a proposé Par conséquent, la courbe valeur intermédiaire. La ligne correspondant aux données
de tracer la part de richesse de Lorenz est la diagonale (en rouge montre la courbe de réelles est inférieur à 0,2 %
détenue par les individus dont vert dans A), et le coefficient Lorenz de la richesse aux pour les États-Unis et à 0,33 %
la richesse est inférieure à w de Gini est égal à 0. États-Unis en 2016, d’après pour les pays européens. On

© Graphiques de Jen Christiansen, d'après Federal reserve bank’s survey of consumer finances (données empiriques étatsuniennes) ;
en fonction de la proportion En revanche, si un des données de la Réserve voit aussi que le coefficient
des individus dont la richesse oligarque détient toute la fédérale. Le double de l’aire de Gini pour les États-Unis a
est inférieure à w. Comme les richesse et que tout le reste (en jaune) comprise entre cette augmenté entre 1989 et 2016,
deux quantités sont des de la population n’a rien, courbe et la diagonale est égal ce qui reflète l’augmentation
fractions comprises entre 0 la fraction ƒ la plus pauvre à environ 0,86 ; c’est l’un des des inégalités.
et 1, le graphique s’intègre de la population n’a aucune coefficients de Gini les plus B. B.
dans un carré de côté 1. richesse pour tout f inférieur élevés des pays développés
Le double de l’aire comprise à 1 ; il s’ensuit que pour tout pour la richesse. En France,

A Courbes de Lorenz B Données empiriques comparées au modèle affine de richesse


1,00 États-Unis 1989 États-Unis 2016
Richesse cumulée (fraction de la richesse totale)

Égalité absolue Coefficient de Gini = 0,79 Coefficient de Gini = 0,86


1
Richesse cumulée

(coefficient de Gini = 0)
Données

Banque centrale européenne (données empiriques allemandes et grecques)


empiriques
0,75 États-Unis (2016) Modèle
(coefficient de Gini = 0,86)

0,50
0
Allemagne 2010 Grèce 2010
Coefficient de Gini = 0,76 Coefficient de Gini = 0,55
1
Richesse cumulée

0,25 Inégalité extrême


(coefficient de Gini = 1)

0
0 0,25 0,50 0,75 1,00 0
Population cumulée (fraction de la population totale)
© Hanna Barczyk

0 1 0 1
Population cumulée Population cumulée

64 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-inegalites.indd 64 04/12/2019 12:52


PLSP0507_064_CR397849.pdf
plus riches ne perdent jamais ? Pas du tout. salaire et le manque de temps pour faire des
Encore une fois, la configuration ressemble à achats aux meilleurs prix. Comme l’écrivain
celle d’un casino : tantôt on perd, tantôt on James Baldwin l’a dit un jour : « Quiconque a
gagne, mais plus on reste longtemps dans le déjà lutté contre la pauvreté sait à quel point il
casino, plus on risque de perdre. Le libre mar- est coûteux d’être pauvre. »
ché est, pour l’essentiel, un casino que l’on ne Par conséquent, dans le même article
peut jamais quitter. Lorsque le petit flux de de 2017 mentionné ci-dessus, nous avons aussi
richesse décrit plus haut, qui passe du pauvre tenu compte de ce que nous appelons l’avan-
au riche dans chaque transaction, est multiplié tage lié à la richesse. Nous avons biaisé le tirage
par les 7,7 milliards d’individus de la popula- à pile ou face en faveur de l’individu le plus
tion mondiale et par le très grand nombre de riche d’une quantité proportionnelle à un nou-
transactions qu’ils font, le petit flux devient un veau paramètre ζ (la lettre grecque zêta), mul-
torrent, et l’inégalité de richesse s’accentue tiplié par le rapport entre la différence de
inévitablement. richesse des deux agents et la richesse
moyenne. Ce raffinement assez simple, qui
QUAND LA RICHESSE représente et résume une multitude de biais en
SE CONDENSE faveur des riches, améliore l’accord entre le
On pourrait bien sûr se demander si ce modèle et la partie supérieure des distributions
modèle, même s’il est mathématiquement de richesse constatées.
exact, a quelque chose à voir avec la réalité. L’inclusion du biais lié à la richesse repro-
Après tout, il décrit une économie totalement duit le phénomène d’oligarchie partielle et en
instable qui dégénère inévitablement en une donne aussi une définition mathématique pré-
oligarchie extrême, et une telle oligarchie cise. Chaque fois que l’effet de l’avantage lié à
n’existe pas dans le monde réel. Effectivement, la richesse obtenue dépasse celui de la redistri-
le modèle de vide-grenier ne permet pas à lui bution (plus précisément, chaque fois que ζ est
seul d’expliquer la répartition empirique de la supérieur à χ), une fraction infinitésimale de
richesse. Pour pallier ce défaut, plusieurs col- la population détient une proportion non nulle,
lègues, à l’université Tufts, et moi l’avons affiné égale à 1 – χ/ζ, de la richesse de la société.
de trois façons pour le rendre plus réaliste. L’apparition de l’oligarchie partielle est en
Dans un article publié en 2017, nous avons fait une transition de phase pour un autre
incorporé au modèle une redistribution de la modèle de transactions économiques, comme
richesse. Pour qu’il reste suffisamment simple, l’ont décrit pour la première fois en 2000 les
© Graphiques de Jen Christiansen, d'après Federal reserve bank’s survey of consumer finances (données empiriques étatsuniennes) ;

nous avons imposé que chaque agent fasse, physiciens Jean-Philippe Bouchaud, président
après chaque transaction, un pas vers la de la société Capital Fund Management et pro-
richesse individuelle moyenne. La taille de ce fesseur à l’École polytechnique, à Palaiseau, et
pas était une fraction, notée χ (la lettre grecque Marc Mézard, de l’École normale supérieure, à
chi), de la différence entre la richesse de l’agent Paris. Dans notre modèle, quand ζ est inférieur
et la richesse moyenne. Cela équivaut à un à  χ, le système n’a qu’un seul état stable,
impôt sur la fortune pour les riches (le taux dépourvu d’oligarchie ; lorsque ζ est supérieur
d’imposition par unité de temps est χ) et à une à χ, un nouvel état, oligarchique, apparaît et
subvention complémentaire pour les pauvres. devient l’état stable (voir l’encadré page 66). Le
L’effet est de transférer de la richesse de ceux modèle du vide-grenier à deux paramètres
qui sont au-dessus de la moyenne à ceux qui (χ et ζ) ainsi obtenu est capable de reproduire >
sont au-dessous.
Nous avons constaté que cette simple modi-
Banque centrale européenne (données empiriques allemandes et grecques)

fication stabilise la répartition des richesses et


empêche l’apparition d’une oligarchie.
Étonnamment, cela a permis à notre modèle
d’être en accord à mieux que 2 % près avec les
données empiriques sur la répartition de la
richesse aux États-Unis et en Europe entre 1989
et 2016. Le paramètre unique χ semble résumer
l’effet d’une multitude d’impôts ou taxes et de
subventions qu’il serait beaucoup trop difficile
de prendre en compte séparément dans un
modèle aussi schématique que celui-ci.
En outre, il est bien documenté que les
riches bénéficient d’avantages économiques
© Hanna Barczyk

systémiques, tels que des taux d’intérêt plus bas


sur les prêts et de meilleurs conseils financiers,
alors que les pauvres souffrent de désavantages
économiques systémiques tels que les prêts sur

pls506-inegalites.indd 65 04/12/2019 12:52


PLSP0507_065_CR397849.pdf
ÉCONOMie
AUX SOURCES MATHÉMATIQUES DES INÉGALITÉS DE RICHESSE

> à 1 ou 2 % près les données empiriques sur la diminution de χ) par leurs gouvernements et
répartition de la richesse aux États-Unis et en un bond concomitant de l’avantage lié à la
Europe entre 1989 et 2016. richesse (augmentation de ζ) sous l’effet com-
Une telle transition de phase a peut-être biné des soudaines privatisations et dérégle-
joué un rôle crucial dans la concentration de mentations. La baisse de la « température » χ/ζ
richesse qui a suivi l’éclatement de l’Union qui en a résulté a provoqué, dans les anciens
soviétique en 1991. L’imposition aux anciens pays communistes, une concentration de la
États de l’URSS d’une « thérapie de choc », richesse, et ces pays sont devenus oligarchiques
comme on a surnommé cette stratégie écono- presque du jour au lendemain. À ce jour, on
mique, a entraîné une forte diminution de la peut qualifier d’oligarchies au moins 10 des
redistribution de la richesse (c’est-à-dire une 15 anciennes républiques soviétiques.

direction considérée, ce qui


est le cas d’un matériau
A TRANSITION DE PHASE D’UN MATÉRIAU FERROMAGNÉTIQUE
ferromagnétique aux
températures supérieures Forte
La PHYSiQUe à TC). Autrement dit, une

Aimantation
De L’iNÉGaLiTÉ aimantation non nulle
apparaît soudainement et sa Aimantation non nulle
Aimantation
direction est aléatoire (plus nulle
précisément, cette direction
dépend de fluctuations Faible Point de Curie
microscopiques
incontrôlables, que la 0
modélisation macroscopique Faible Température de Curie Élevée

L
orsque l’eau bout à 100 °C du ferromagnétisme ignore). Température
et se transforme en Les systèmes économiques
vapeur d’eau, elle subit peuvent également présenter
une transition de phase des transitions de phase.
B TRANSITION DE PHASE DANS UN SYSTÈME ÉCONOMIQUE
– un changement soudain et Lorsque le paramètre de
 (paramètre de biais lié à la richesse)

2,0 Grèce
spectaculaire. Par exemple, le richesse ζ du modèle affine Espagne Slovénie
Oligarchie partielle Belgique
volume qu’elle occupe (à une de richesse est inférieur au
1,5 Malte Pays-Bas
pression donnée) augmente de paramètre de redistribution χ Italie
façon discontinue. De façon (voir le texte principal), la Lituanie
similaire, l’aimantation d’un répartition de la richesse n’est 1,0 Finlande
Portugal
matériau ferromagnétique même pas partiellement France
devient nulle (courbe orange oligarchique (région en bleu 0,5 Pas d’oligarchie
Chypre
du graphique A) lorsque sa du graphique B). Cependant, Allemagne
température dépasse un lorsque ζ dépasse χ, une 0 Autriche
seuil TC, la « température de fraction finie de la richesse
0 0,5 1,0 1,5 2,0
Curie ». Autrement dit, au-delà de l’ensemble de la population
de TC, le matériau n’est pas « se condense » dans les mains  (paramètre de redistribution de la richesse)
aimanté. La courbe de d’une fraction infinitésimale
l’aimantation en fonction de des agents les plus riches.
la température est continue au Ainsi, le rapport χ/ζ joue un (c’est-à-dire où T = (TC)2/T). La recalculée pour tenir compte
point de transition, mais elle y rôle analogue à celui de la théorie de la dualité joue un de cette perte).
présente un coude prononcé température : la richesse « se rôle de plus en plus important Fait significatif, la plupart
(sa dérivée est discontinue). condense » lorsqu’il devient en physique théorique, des pays sont très proches de
Inversement, lorsque la inférieur à 1. notamment en théorie l’état critique. Un graphique

© D’après Bruce Broghosian ; Banque centrale européenne (données par pays)


température d’un Une autre symétrie subtile quantique de la gravitation. dans le plan ζ-χ de 14 des pays
ferromagnétique s’approche des systèmes macroscopiques Comme le qui dépendent de la Banque
de TC par les valeurs complexes est la « dualité », ferromagnétisme, le modèle centrale européenne (B)
supérieures, une aimantation qui décrit une correspondance affine de richesse présente montre que la plupart se
apparaît spontanément alors biunivoque entre les états du une dualité, ce qu’un de mes trouvent près de la diagonale.
qu’elle était nulle auparavant. système au-dessus et doctorants, Jie Li, et moi Tous sauf un (les Pays-Bas)
Cette aimantation a une au-dessous de la température avons prouvé en 2018. Un état se situent juste au-dessus
orientation spatiale inhérente critique à laquelle la transition où l’on a ζ < χ n’est pas une de la diagonale, ce qui indique
(du pôle sud de l’aimant au de phase se produit. Dans le oligarchie partielle, alors que qu’ils sont légèrement
pôle nord) et l’on peut se cas du ferromagnétisme, elle l’état correspondant à un oligarchiques. Il est possible
demander dans quelle fait correspondre un système rapport inverse des que l’inégalité augmente
direction elle se développe. aimanté et ordonné, de paramètres (c’est-à-dire dont naturellement jusqu’à
En l’absence de champ température T inférieure à TC, la « température » χ’/ζ’est égale l’apparition d’une oligarchie
magnétique externe qui à son système « dual », à ζ/χ, l’inverse de χ/ζ) l’est. et que, à partir de là, des
pourrait privilégier une désordonné et non aimanté à Il est intéressant de noter pressions politiques
direction, la brisure de la la température dite « inverse », que ces deux états reliés par s’installent et empêchent
symétrie de rotation est (TC)2/T, qui est supérieure à TC. dualité ont exactement la l’inégalité d’empirer.
« spontanée » (la symétrie La température critique est même répartition de richesse B. B.
de rotation signifie que le celle où la température du si l’on supprime l’oligarchie du
système a des propriétés système et sa température système à richesse concentrée
identiques quelle que soit la inverse sont égales (la richesse totale étant

66 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-inegalites.indd 66 04/12/2019 12:52


PLSP0507_066_CR397849.pdf
Une troisième amélioration de notre Les modèles mathématiques attirent éga-
modèle, en  2019, a consisté à y inclure la lement l’attention sur l’influence énorme
richesse négative – l’un des aspects les plus qu’ont la rupture de symétrie, le hasard et les
inquiétants des économies modernes. avantages préalables (dus par exemple aux
En 2016, par exemple, environ 10,5 % de la héritages) sur la distribution de la richesse.
population étatsunienne était endettée en Et la présence d’une rupture de symétrie va à
raison de prêts hypothécaires, de prêts étu- l’encontre des arguments qui justifient les
diants et autres. inégalités de richesse par l’idée que les indi-
Nous avons donc introduit un troisième vidus portent l’entière responsabilité de leurs
paramètre, noté κ (la lettre grecque kappa), résultats économiques simplement parce
qui décale la distribution de richesse vers le qu’ils effectuent des transactions volontaire-
bas et qui prend donc en compte la richesse ment ou par l’idée que l’accumulation de
négative. Nous avons supposé que la richesse richesses résulte de l’intelligence et des
la plus faible que l’agent le plus pauvre pouvait efforts investis.
détenir à tout moment était – S, où S est égal Il est vrai que la position d’un individu sur
à κ  fois la richesse moyenne par individu. le spectre de la richesse est corrélée dans une
Avant chaque transaction, nous avons prêté de certaine mesure à ces attributs, mais la forme
la richesse S aux deux agents afin que chacun globale de ce spectre peut s’expliquer à mieux
ait une richesse positive. Ils ont ensuite effec- que 0,33 % près par un modèle statistique qui BIBLIOGRAPHIE
tué leurs transactions selon le modèle de vide- les ignore complètement. Le hasard joue un
grenier étendu, décrit plus haut, après quoi ils rôle beaucoup plus important que celui qu’on Jie Li et al., The affine
ont tous les deux remboursé leur dette S. lui attribue d’habitude ; aussi, la glorification wealth model :
An agent-based model of
Le modèle à trois paramètres (χ, ζ, κ) ainsi dont bénéficient généralement les riches dans
asset exchange that allows
obtenu, nommé « modèle affine de richesse », les sociétés modernes et, inversement, la stig- for negative-wealth
est en mesure de s’accorder avec les données matisation des pauvres sont totalement agents and its empirical
empiriques sur la répartition de la richesse aux injustifiées. validation, Physica A,
États-Unis à moins de 0,15 % près sur une Qui plus est, seul un mécanisme de redis- vol. 516, pp. 423-442, 2019.
période de trois décennies. Avec les données tribution soigneusement conçu est en mesure A. Devitt-Lee et al.,
européennes pour 2010, l’accord est générale- de compenser, dans une économie de marché, A nonstandard
ment meilleur qu’à 0,35-0,5 % près (voir l’enca- la tendance naturelle des richesses à passer description of wealth
dré page 64). des pauvres aux riches. On confond souvent concentration
in large-scale economies,
Pour effectuer ces comparaisons avec les redistribution et impôts, mais les deux notions
SIAM Journal on Applied
données réelles, nous avons dû résoudre le doivent rester bien distinctes. Les citoyens Mathematics, vol. 78(2),
« problème inverse ». En d’autres termes, la versent des impôts à leur gouvernement pour pp. 996-1008, 2018.
répartition empirique de la richesse étant don- financer les activités de ce dernier. Quant à la
née, il nous a fallu déterminer les valeurs de χ, redistribution, les gouvernements peuvent la J.-P. Bouchaud et
M. Mézard, Wealth
ζ et κ pour lesquelles les résultats du modèle mettre en œuvre, mais il est préférable de la condensation in a simple
sont les plus proches des données. À titre considérer comme un flux de richesses entre model of economy,
d’exemple, pour décrire la distribution de personnes destiné à compenser les injustices Physica A, vol. 282,
richesse des ménages américains en 2016, les inhérentes à l’économie de marché. Dans un pp. 536-545, 2000.
paramètres optimaux sont χ = 0,036, ζ = 0,050 système de redistribution uniforme, tous ceux
et κ = 0,058. Nous avons confronté le modèle dont la richesse est inférieure à la moyenne
affine de richesse à des données empiriques recevraient des fonds nets, tandis que tous
provenant de nombreux pays et époques. À ceux plus riches que la moyenne paieraient. Et
© D’après Bruce Broghosian ; Banque centrale européenne (données par pays)

notre connaissance, il décrit les données sur la c’est précisément parce que les niveaux
répartition de la richesse avec plus de précision actuels d’inégalité sont si extrêmes que les
que tout autre modèle existant. bénéficiaires seraient beaucoup plus nom-
breux que les payeurs.
RUISSELLEMENT VERS LE HAUT Étant donné la complexité des économies
Il est remarquable que le modèle de répar- réelles, nous trouvons gratifiant qu’une
tition de la richesse qui s’ajuste le mieux aux approche analytique simple développée par des
données empiriques soit un modèle qui serait physiciens et des mathématiciens décrive les
complètement instable sans redistribution, distributions réelles de richesse de plusieurs
plutôt qu’un modèle fondé sur un supposé pays avec une aussi grande précision. Il est éga-
équilibre des forces du marché. En fait, ces lement assez curieux de constater que ces dis-
modèles mathématiques démontrent que, loin tributions présentent des caractéristiques
de « ruisseler » vers les pauvres, la tendance subtiles mais essentielles de systèmes phy-
naturelle de la richesse est de s’écouler vers le siques complexes. Et surtout, le fait qu’une
haut, de sorte que la répartition « naturelle » de esquisse aussi simple et plausible du libre mar-
la richesse dans une économie de marché cor- ché fasse apparaître qu’il est tout sauf libre et
respond à une oligarchie totale. Seule la redis- équitable devrait être à la fois un motif d’in-
tribution fixe des limites à l’inégalité. quiétude et un appel à l’action. n

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 67

pls506-inegalites.indd 67 04/12/2019 12:52


PLSP0507_067_CR397849.pdf
ÉTHOLOGie

L’ESSENTIEL L’AUTRICE

> Les humains ne sont pas > Lorsque les faux signaux
les seuls dans le monde animal sont émis intentionnellement,
à savoir tromper. on parle de tromperie tactique
– une stratégie déployée
> De nombreuses espèces entre autres par les seiches
mystifient leurs semblables et les chiens.
ou des membres d’autres BARBARA KING
espèces grâce au camouflage professeuse émérite
ou au mimétisme. d’anthropologie au collège
de William-et-Mary, en
Virginie, aux États-Unis

Filou comme
une seiche
Homo sapiens n’est pas la seule espèce qui mente.
La tromperie règne dans le monde animal.

L
e monde animal regorge de bons l’altruisme dans le règne animal contrebalance
sentiments ces temps-ci. Les cette vision dépassée de la nature. Mais à force
preuves de coopération et de de s’ébahir devant la gentillesse des animaux,
compassion chez les animaux on risque de pousser trop loin ce mouvement
s’affichent dans quantité de et d’éclipser une partie de l’histoire. De nom-
spectaculaires documentaires breux animaux effectuent des campagnes de
télévisés. Dans les océans, mérous, labres et désinformation envers leurs congénères, de la
anguilles s’entraident entre espèces pour chas- même espèce ou d’autres. Ils induisent en
ser leurs proies. Dans le ciel australien, le erreur, trichent et mentent en usant de mul-
mérion de Lambert (une espèce de passereau) tiples stratégies de tromperie.
et le mérion splendide se reconnaissent
mutuellement, forment des partenariats UNE TROMPERIE
stables et défendent ensemble leur habitat TACTIQUE OU NON ?
dans les broussailles du maquis. Sur terre, les La tromperie chez les animaux non humains
poules manifestent une détresse empathique est définie comme l’émission de faux signaux
lorsqu’elles voient leurs poussins souffrir d’un qui modifient le comportement d’autrui en
léger inconfort. Les chimpanzés s’empressent faveur de l’émetteur. Les seiches excellent dans
de consoler le perdant d’un combat, même s’ils cet art. Parentes de la pieuvre, elles ont la capa-
n’ont eux-mêmes joué aucun rôle dans l’alter- cité de changer rapidement de couleur grâce
cation. Et dans un acte sacrificiel ultime, les aux cellules pigmentaires de leur peau appelées
rats sont prêts à renoncer à une récompense « chromatophores ». Des mâles utilisent même
en chocolat pour aller sauver un semblable sur cette faculté de camouflage pour s’accoupler
le point de se noyer dans une petite piscine. avec des femelles récalcitrantes, comme l’a rap-
Pendant des siècles, les spécialistes du porté en 2017 une équipe de biologistes marins
comportement animal ont exagéré le rôle de la dirigée par Justine Allen, de l’université Brown,
© Lisk Feng

rivalité et de la violence chez les animaux. aux États-Unis. Alors que les chercheurs plon-
L’attention que l’on porte aujourd’hui à geaient dans la mer Égée au large de la Turquie, >

68 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls0507-tromperies-animaux.indd 68 04/12/2019 14:39


PLSP0507_068_CR399588.pdf
© Lisk Feng

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 69

pls0507-tromperies-animaux.indd 69 04/12/2019 14:39


PLSP0507_069_CR399588.pdf
ÉTHOLOGie
FILOU COMME UNE SEICHE

> ils ont observé un mâle de l’espèce commune Le biologiste Culum Brown, de l’université
européenne s’approcher d’une femelle. La Macquarie, à Sydney, et son équipe qualifient
femelle, qui semblait indifférente aux charmes ce double signal de « tromperie tactique »,
du mâle, s’est alors éloignée, mais cela n’a pas parce qu’il correspond à un acte délibéré. Ce
dissuadé ce dernier. Il s’est camouflé dans le comportement se déroule dans un contexte
décor pendant six minutes, se faisant apparem- spécifique (lorsqu’un mâle courtise une
ment oublier de la femelle, avant de sauter sur femelle en présence d’un seul rival). Le camou-
elle et de l’attraper. Les deux seiches se sont flage, le mimétisme et la tromperie tactique
ensuite accouplées face à face. sont trois types clés de tromperie animale, les
frontières entre ces catégories étant floues
comme l’illustrent les exemples avec les
seiches. Quand les tentatives d’induire en

Sur son côté gauche, le erreur sont intentionnelles, que ce soit par
camouflage, mimétisme ou un autre compor-
tement, il s’agit de tromperie tactique.
mâle seiche séduit une LE DRONGO BRILLANT

femelle, sur le droit, il se


QUI CRIAIT AU LOUP
Parce que la vision est notre principal sens,

£
nous avons peut-être plus tendance à repérer

camoufle en femelle les cas de tromperie fondés sur des signaux


visuels. Mais d’autres sens peuvent aussi être
mystifiés. Le drongo brillant, un oiseau chan-
teur du désert du Kalahari, en Afrique, émet
des cris d’alarme à la vue de prédateurs. Ces
Chez l’espèce australienne Sepia plangon, sons alertent non seulement les drongos
la tromperie va plus loin que le camouflage. proches, mais aussi d’autres animaux, comme
Lorsqu’un mâle nage entre sa concubine à sa les cratéropes bicolores (des passereaux) et
gauche et un concurrent mâle à droite, il pro- les suricates, qui partent aussitôt se réfugier
duit deux jeux de signaux contenant des lorsqu’ils les entendent. Souvent, ces cris cor-
informations contradictoires. Sur son côté respondent réellement à un danger, mais il
gauche, il affiche des signaux classiques de arrive que les drongos les utilisent à leur avan-
séduction. Mais, sur sa droite, il émet des tage. Si un drongo remarque un suricate en
signaux typiques d’une femelle. Résultat : possession d’un aliment particulièrement
pour son rival, il ressemble à une femelle et appétissant, comme un gecko charnu, il émet
non plus à un prétendant ! parfois son cri d’alarme – en l’absence de tout

© Getty Images / Trevor Platt


© Getty Images /S. Rohrlach

70 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls0507-tromperies-animaux.indd 70 04/12/2019 14:39


PLSP0507_070_CR399588.pdf
prédateur. En percevant le signal, le suricate surprenant vu notre propension au mensonge,
laisse tomber sa proie et court s’abriter. Le nous, leurs plus proches cousins. Le primato-
drongo ramasse ensuite le gecko et le mange. logue Frans de Waal, de l’université Emory, à
En 2014, le zoologiste Tom Flower, mainte- Atlanta, a raconté qu’à une époque, Yeroen,
nant à l’université Capilano, en Colombie- chimpanzé du zoo d’Arnhem, aux Pays-Bas, ne
Britannique, et ses collègues ont découvert boitait qu’en présence de son grand rival
que ce type de vol de nourriture représente, en Nikkie ; il simulait une blessure, apparemment
masse, près du quart de l’alimentation des pour remporter sa sympathie. Des recherches
drongos. En matière d’évolution, toute straté- systématiques menées sur les chimpanzés et
gie augmentant la ration alimentaire est bonne de nombreux types de singes montrent que
pour ces oiseaux. lorsqu’un accouplement ou de la nourriture
Le penchant du drongo pour la simulation sont en jeu, ces primates débordent d’imagina-
ne s’arrête pas là. Les signaux d’alarme en cas de tion pour distraire et induire en erreur leurs
réel danger sont la norme dans le monde animal. partenaires sociaux.
À trop utiliser le même leurre auprès des mêmes
partenaires sociaux, celui-ci risque de perdre LA BOLA PIÉGÉE
son efficacité. L’évolution a façonné le répertoire DE L’ARAIGNÉE MAGNIFIQUE
vocal des drongos en conséquence : les oiseaux Mais ce n’est pas parce qu’une tromperie
possèdent au moins 51 fausses alarmes diffé- est complexe, voire élégante, qu’elle est inten-
rentes qu’ils font tourner, selon Tom Flower et tionnelle. L’araignée magnifique d’Australie
ses collègues. Lorsqu’ils volent plus d’une fois (Ordgarius magnificus), au teint laiteux
les mêmes victimes, dans 75 % des cas, les dron- constellé de taches colorées, chasse les papil-
gos changent leur cri. Il leur arrive même sou- lons de nuit à l’aide d’une boule de soie gluante
vent d’émettre les cris d’alarme spécifiques de nommée « bola » (comme les armes de jet uti-
leurs victimes, signaux qu’ils savent imiter. La lisées par les Gaúchos d’Amérique du Sud pour
combinaison stratégique de mimétisme vocal et capturer le bétail). Au lieu de tisser une toile
de tromperie tactique sème la confusion chez pour attraper ses proies, l’arachnide produit un
elles, au bénéfice des drongos. Comme les seul brin de soie avec une bola à l’extrémité,
seiches, les drongos cherchent délibérément à puis jette sa ligne à proximité des papillons de
tromper. C’est l’hypothèse invoquée, du moins. nuit. Le piège réside dans l’odeur de la bola :
Une hypothèse raisonnable, car dans les deux celle-ci dégage une phéromone qui imite le par- La seiche Sepia plangon
cas (fausses alertes et mimétisme), les faux fum d’un papillon femelle. Leurrés, les papil- (page ci-contre), le drongo
signaux ne sont pas diffusés au hasard, mais fon- lons mâles se rapprochent et sont piégés dans brillant (ci-dessous à gauche)
et la drosophile (à droite) sont
dés sur la dynamique sociale des espèces locales. la soie collante. Les araignées les engloutissent quelques-unes des nombreuses
Les singes figurent parmi les plus grands alors sur le champ ou les conservent pour plus espèces qui se sont révélées
escrocs du monde animal, ce qui n’est pas très tard. Rien ne suggère qu’il s’agit là d’une > tromper leur entourage.
© Getty Images / Alongkot Sumritjearapol

>

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 71

pls0507-tromperies-animaux.indd 71 04/12/2019 14:39


PLSP0507_071_CR399588.pdf
ÉTHOLOGie
FILOU COMME UNE SEICHE

> stratégie intentionnelle. L’évolution a juste indésirables. Toutefois, Erik Petersson et


favorisé ce comportement qui, in fine, améliore Torbjörn Järvi ont découvert que la fréquence
le succès reproductif des araignées. des faux orgasmes augmente à mesure que les
Un mécanisme similaire de tromperie femelles approchent de la période de frai,
olfactive existe chez les drosophiles. Ces durant laquelle les œufs sont fécondés. En
mouches ont une tendance cannibale : les déclenchant la libération du sperme de mul-
jeunes larves consomment facilement des indi- tiples mâles, cette stratégie augmenterait
donc peut-être aussi les chances de produire
une progéniture vigoureuse.

Le « faux orgasme » LE CHIEN COMÉDIEN


Même dans nos propres foyers, il arrive
que les animaux se jouent de nous. Les chiens
des truites communes sont loués pour leur loyauté légendaire, mais
la réalité est plus compliquée. En  2017,

femelles incite les mâles


Marianne Heberlein, une éthologue de l’uni-
versité de Zurich, a mené une expérience où

£
des chiens avaient appris à interagir avec deux

à libérer leur sperme femmes, l’une qui partageait sa nourriture avec


eux (appelons-la Mme Coopératrice) et l’autre
qui gardait tout pour elle (Mme Concurrente).
Ensuite, elle a donné aux chiens le choix de
conduire ces partenaires à trois endroits diffé-
vidus plus âgés ou blessés. Pourtant, curieuse- rents : un premier lieu où elle avait déposé un
ment, elles consomment rarement les œufs de aliment apprécié, un deuxième contenant un
leur espèce. En  2019, l’écologue Sunitha aliment qu’ils n’aimaient pas et un troisième
Narasimha, de l’université de Lausanne, et son où une gamelle vide les attendait. Le premier
équipe ont découvert pourquoi : les œufs sont jour, les chiens ont amené Mme Coopératrice
scellés à l’aide d’une phéromone exsudée par plus souvent vers l’aliment préféré. Le deu-
BIBLIOGRAPHIE la mère, ce qui empêche leur odeur de se xième jour, ils avaient une meilleure connais-
répandre et les larves cannibales de les détec- sance de la situation : ils ont conduit Mme
S. Narasimha et al., ter. Un moyen astucieux de camoufler des œufs Concurrente moins souvent à l’aliment préféré
Drosophila melanogaster
cloak their eggs with chez une espèce qui n’est pas réputée pour le et ont inhibé leur comportement de recherche
pheromones, which soin qu’elle apporte à sa progéniture. de cet aliment en sa présence.
prevents cannibalism, Le sexe et la reproduction offrent en géné- Comme tous ceux qui ont vécu avec un
Plos Biology, vol. 17(1), ral un contexte propice à l’échange de faux chien le savent, ces animaux ont du mal à
article e2006012, 2019.
signaux. Chez les oiseaux, les femelles coucou oublier où se cache leur friandise favorite.
M. T. E. Heberlein et al., sont célèbres pour pondre leurs œufs dans le Apparemment, les chiens de cette expérience
Deceptive-like behaviour nid d’autres espèces avant de s’enfuir. Quand voulaient augmenter leurs chances d’obtenir
in dogs (Canis familiaris), elle rentre, la mère logeant dans le nid est la nourriture convoitée plus tard – et savaient
Animal Cognition, trompée et dépense ensuite beaucoup d’éner- que tromper l’égoïste Mme Concurrente les
vol. 20(3), pp. 511-520, 2017.
gie à élever la progéniture d’autrui. Ce compor- augmenterait. Ou peut-être, comme le dit
K. Karg et al., Chimpanzees tement est répandu bien au-delà des coucous. Marianne Heberlein, n’avaient-ils pas envie
strategically manipulate On connaît une centaine d’espèces d’oiseaux qu’un humain qu’ils n’aimaient pas reçoive une
what others can see, pratiquant un tel « parasitisme de couvée inters- récompense. Quelle que soit leur motivation,
Animal Cognition, vol. 18(5),
pécifique obligatoire » (c’est-à-dire nécessaire, ils ont fait preuve d’une tromperie tactique.
pp. 1069-1076, 2015.
l’espèce n’ayant pas d’autre solution), et plus Quelle leçon retenir ? Soyez gentil avec les
T. P. Flower et al., de 200 parasitant leur propre espèce. chiens, ils le seront avec vous. De façon plus
Deception by flexible Chez certains animaux, la tromperie générale, des animaux sont capables de
alarm mimicry in an débute bien avant la naissance des petits. Les manier la duplicité de façon consciente, voire
African bird, Science,
vol. 344, pp. 513-516, 2014. femelles de la truite commune tremblent par- avec un certain plaisir. Dans ce sens, on peut
fois violemment, comme si elles étaient prêtes voir une part d’humanité dans un chien, une
C. Brown et al., It pays to à pondre, même si ce n’est pas le cas. Dans seiche qui émet des faux signaux pour s’accou-
cheat : Tactical deception une étude réalisée en 2001, Erik Petersson et pler ou des oiseaux qui induisent en erreur
in a cephalopod social
Torbjörn Järvi, tous deux alors au Comité pour voler de la nourriture. Et pourtant, chez
signalling system,
Biology Letters, vol. 8(5), national des pêches de Suède, ont appelé toutes les espèces – y compris les animaux qui
pp. 729-732, 2012. « faux orgasme » ce surprenant comporte- trompent sans intention –, les mêmes indivi-
ment. En réponse, les mâles dupés libèrent dus sont capables de tromper dans certaines
E. Petersson et T. Järvi, leur sperme sans qu’il n’y ait rien à féconder. circonstances, et de ne pas le faire dans
« False orgasm » in female
brown trout : trick or Pourquoi les femelles dépensent-elles cette d’autres. Ce comportement à la Janus, le dieu
treat ?, Animal Behaviour, énergie supplémentaire ? Il se pourrait qu’elles romain aux deux visages, ne nous est-il pas lui
vol. 61(2), pp. 497-501, 2001. cherchent simplement à décourager les mâles aussi familier ? n

72 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls0507-tromperies-animaux.indd 72 04/12/2019 14:39


PLSP0507_072_CR399588.pdf
L’UNIVERS AVANT LE
BIG BANG
7 dossiers rédigés par des chercheurs
et des experts sur le sujet 3,99 €
Une lecture adaptée sur écrans

Les Thema sont une collection de hors-séries numériques.


Chaque numéro contient une sélection des meilleurs articles
publiés dans Pour la Science sur une thématique.

Dans la collection Thema découvrez aussi

LES
TROUS NOIRS
Des objets qui défient l’imagination Commandez et téléchargez
Information
L’HORIZON DES TROUS NOIRS
BRÛLE-T-IL ?
Physique quantique
L’INTRICATION EST-ELLE
UN TROU DE VER ?
Matière noire
LA PISTE DES TROUS NOIRS
PRIMORDIAUX
les numéros en pdf

Pour lire votre numéro, rendez-vous dans votre compte client

boutique.pourlascience.fr/tous-les-numeros/thema.html

1P_collec_thema.indd 25 03/12/2019 11:05


HISTOIRE DES SCIENCES

L’ESSENTIEL

> En 1940, on savait que les > La réponse de Bernard Katz :


neurones communiquaient les neurotransmetteurs sont
avec des molécules appelées libérés dans de minuscules
« neurotransmetteurs ». paquets ressemblant
à des bulles.
> Mais on ignorait comment
ces molécules étaient libérées
par les cellules nerveuses.

L’AUTEUR

JEAN-GAËL BARBARA
historien des sciences au
CNRS dans les laboratoires
Neuroscience Paris-Seine
(Sorbonne Université) et
Sphere (Sorbonne-Paris-Cité)

74 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020

pls0507-histoire-des-sciences.indd 74 04/12/2019 12:41


PLSP0507_074_CR397137.pdf
Les bulles
de la pensée
Comment les neurones de notre cerveau s’échangent-ils des informations ?
En s’envoyant des messagers chimiques dans de microscopiques bulles. C’est
ce que découvrit le neuroscientifique allemand Bernard Katz, voici soixante ans.

S
i vous ouvrez un livre de neuros- niveau de la synapse. Le quantum désigne une
ciences, vous trouverez obligatoi- quantité minimale de neurotransmetteurs relâ-
rement le schéma d’une synapse. chée – et en dehors de cela, il n’a donc pas grand
Autrement dit, un point de raccor- chose à voir avec la physique quantique des
dement entre deux neurones. ondes et des particules élémentaires…
C’est là que les neurones commu-
niquent : celui par où arrive le signal nerveux À LA JONCTION DU NERF
(le neurone présynaptique) relâche des messa- ET DU MUSCLE
gers chimiques appelés « neurotransmetteurs », Cette précision établie, la nature quantique
qui traversent l’espace de la synapse et vont se de la transmission nerveuse est une des plus
fixer sur des récepteurs à la surface du neurone élégantes découvertes des neurosciences au
situé en aval de la synapse, le neurone post- xxe  siècle. Mais pour la réaliser, il a fallu la
sypnatique. Ce qui suscite l’apparition d’un conjonction de plusieurs innovations tech-
nouveau signal nerveux. niques et conceptuelles, et l’apport décisif d’un
Si votre manuel de neuroscience est assez homme, Bernard Katz (que vous connaissez
bien fait, il précisera davantage le mécanisme déjà si vous avez lu cette rubrique dans le
de libération des neurotransmetteurs. Un n° 503 de Pour la Science, où il avait démontré
mécanisme qui ressemble à l’éclosion de bulles la nature chimique de la neurotransmission).
de champagnes à la surface d’une coupe. On En 1930, Katz est un jeune médecin juif alle-
trouve, dans le neurone présynaptique, les neu- mand, dont le père a fui l’antisémitisme en
rotransmetteurs empaquetés dans de petites Russie et qui a décidé d’étudier la médecine,
bulles lipidiques appelées « vésicules ». Chaque pressentant qu’il devrait un jour fuir l’Alle-
bulle se dirige vers l’extrémité du neurone et magne à son tour. Il commence par étudier la
« crève », libérant les molécules de neurotrans- biophysique à Londres, auprès du Prix Nobel
metteurs dans l’espace de la synapse. La quan- de médecine Archibald Hill, puis rejoint le
tité de neurotransmetteurs libérée dépend laboratoire du neurobiologiste John Eccles, en
alors uniquement du nombre de bulles crevées. Australie. Dans les années 1940, on découvre
Une bulle, deux bulles, trois bulles… Plus le peu à peu les mécanismes par lesquels les neu-
nombre de bulles qui éclatent est élevé, plus le rones échangent des informations et les pre-
signal nerveux transmis est intense. À propos mières études portent sur une « synapse » un
© Lison Bernet

de ces bulles on parle de « quanta » de neuro- peu particulière, localisée non pas dans le cer-
transmetteurs, un quantum étant la quantité veau, mais au niveau des muscles. C’est ce
minimale de messagers chimiques libérés au qu’on appelle la « jonction neuromusculaire », >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020 / 75

pls0507-histoire-des-sciences.indd 75 04/12/2019 12:41


PLSP0507_075_CR397137.pdf
HISTOIRE DES SCIENCES
LES BULLES DE LA PENSÉE

> point de contact où les extrémités des nerfs Les « quanta » de la pensée sont deux comparses voient apparaître de petites
moteurs, qui commandent nos mouvements, de petites poches de lipides sautes désordonnées.
appelées « vésicules », contenues
rejoignent les fibres musculaires et déclenchent dans l’extrémité des neurones
Un comportement bien étrange… Comme
leur contraction. présynaptiques. Ces vésicules un simple « bruit » électrique que l’on peut
Les neurobiologistes cherchent alors à com- contiennent des neurotransmetteurs observer dans les microcomposants élec-
prendre comment l’information est transmise qui sont relâchés dans la synapse et triques. Rien qui laisse présager un signal. Au
entre le nerf moteur et le muscle. Dès  1939, transmettent l’influx nerveux au premier abord, Katz et Fatt assimilent ces
neurone postsynaptique.
Bernard Katz se lance donc dans l’étude de ces sautes de potentiel à des parasites liés à la
phénomènes. Dans le laboratoire de John Eccles, mesure, qu’on appelle « artefacts ». Elles se pro-
Katz découvre une invention étonnante : de très duisent de façon imprévisible et spontanée, et
fines électrodes en verre que l’on implante à ne semblent pas représenter un quelconque
l’intérieur d’une seule fibre musculaire pour étu- signal biologique. À première vue, rien qui
dier les variations du potentiel électrique dans explique comment un neurone moteur commu-
ces fibres, d’après l’idée que la contraction des nique avec une fibre nerveuse !
fibres musculaires est provoquée par des chan-
gements de potentiel électrique, eux-mêmes DES SIGNAUX NERVEUX
induits par l’arrivée d’un signal nerveux à l’extré- MINIATURES
mité du neurone moteur. Mais Katz et Fatt augmentent encore le gain
Ses tribulations ne sont pas finies et, dès la de l’amplificateur. Et là, leur perplexité franchit
fin de la Seconde Guerre mondiale, il retourne un nouveau cap. Ils raconteront qu’ils ont
à Londres dans le laboratoire de Hill pour uti- d’abord cru que les sautes d’intensité sur l’écran
liser les nouvelles électrodes sur des lambeaux étaient dues à des tremblements du sol provo-
vivants de muscle de grenouilles. On lui a qués par le pas lourd de leur patron Archibald
adjoint un jeune collègue américain, Paul Fatt. Hill, lequel avait pour habitude de s’enfuir dans
Les yeux rivés aux enregistrements du les couloirs lorsqu’il ne souhaitait pas répondre
potentiel électrique mesuré par leurs fines élec- à une personne lancée à sa recherche. Mais
trodes dans les fibres musculaires de grenouille, cette hypothèse est vite démentie.
Katz et Fatt restent perplexes. Fatt vient d’aug- Car une fois agrandis au maximum, les
menter fortement le gain de l’amplificateur. A minuscules pics d’activité apparaissent comme
priori, c’est un geste insensé, comme d’augmen- une forme réduite d’une véritable onde élec-
ter le son de votre chaîne audio lorsque vous trique, telle celle provoquée par la transmission
êtes branché sur une station qui n’émet que des d’un influx nerveux à une synapse. Un profil de
© Lison Bernet

parasites. Mais à ce moment-là, sur la ligne for- variation appelé « potentiel synaptique ».
tement grossie représentant le potentiel élec- Il s’agit donc de potentiels synaptiques
trique inerte de l’écran de l’oscilloscope, les miniatures, survenant spontanément et de

76 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020

pls0507-histoire-des-sciences.indd 76 04/12/2019 12:41


PLSP0507_076_CR397137.pdf
manière aléatoire. Katz et Fatt remarquent que sensible entre le nerf et le muscle, ce dernier
ces potentiels n’apparaissent que lorsque l’élec- frémissant à la moindre petite activité ner-
trode est insérée dans une fibre musculaire veuse, un peu comme lorsque les frissons nous
située juste sous le point de jonction entre le gagnent progressivement au froid.
neurone moteur et la fibre musculaire. Il s’agit À partir de 1950, Katz passera des années à
donc bien d’un « bruit » synaptique, à savoir une démontrer ce point de vue. Il démontrera en
activité spontanée et désordonnée, comparable particulier qu’un potentiel d’action cheminant
au bruit électrique. Mais qu’est-ce qui provoque le long d’une fibre nerveuse jusqu’à la synapse
ce bruit ? Faut-il y voir, comme dans la plupart déclenche la libération simultanée, au niveau
des phénomènes physiques, le résultat d’une de la synapse, de nombreux quanta d’acétylcho-
agitation thermique ? line, suscitant des potentiels synaptiques de
Katz aurait pu ranger cette observation grande taille qualifiés de « potentiels évoqués ».
parmi d’autres curiosités neurophysiologiques, Ce dernier terme précise dès lors que le poten-
mais en bon biophysicien, il interroge la nature tiel électrique n’est pas spontané, mais provo-
de ce mystérieux bruit biologique en 1950 dans qué par l’arrivée de l’influx nerveux dans le
un article paru dans la revue Nature. Et il va neurone présynaptique.
même jusqu’à proposer que ce bruit a des effets
physiologiques importants. LES QUANTA DE LA
Premièrement, il pose la question de l’ori- PENSÉE OBSERVÉS AU
gine de ce bruit. Quelques années plus tôt, MICROSCOPE ÉLECTRONIQUE
c’est lui qui a mis en évidence la nature De fait, le potentiel évoqué peut être induit
chimique de la neurotransmission à la jonc- expérimentalement par une stimulation de la
tion neuromusculaire. Il imagine donc que le fibre nerveuse, et Katz démontrera également
bruit synaptique pourrait être dû à de toutes que la présence d’ions calcium augmente la pro-
petites fuites de neurotransmetteurs (en l’oc- babilité d’émission des potentiels synaptiques
currence, l’acétylcholine) des extrémités ner- miniatures. Ce qui sera interprété bien plus
veuses vers la surface du muscle, ce qui tard comme un effet activateur du calcium sur
causerait de petites dépolarisations que l’on
verrait sous la forme des infimes sautes de
potentiels prises pour le pas lourd de Hill dans
les couloirs. C’est ce que Katz appelle alors les

L’idée de Fatt était aussi


« potentiels synaptiques miniatures ».
À un moment, le chercheur fait même l’hy-
pothèse que chaque fluctuation électrique est
due à la libération d’une seule molécule d’acé-
tylcholine. En cela, il imagine une situation
similaire à celle de la rétine, où les cellules pho-
insensée que de monter
tosensibles de l’œil réagissent à la réception
d’un unique photon. Mais un calcul simple lui le son d’une station
de radio émettant
fait plutôt penser que l’acétylcholine doit être
libérée par « paquets » estimés à environ

£
10 000 molécules d’acétylcholine. Pour lui, ces

des parasites !  
paquets sont les briques élémentaires de la neu-
rotransmission. Impossible d’imaginer une
quantité moindre, car les potentiels synap-
tiques miniatures ont tous à peu près la même
taille, de sorte que le « quantum » (l’unité mini-
male) de neurotransmission se situerait autour les « paquets » de neurotransmetteur… En tout
de ce seuil de 10 000 molécules de neurotrans- état de cause, l’essentiel est que dans cette série
metteurs. Et, les potentiels miniatures surve- d’études, Katz vient de démontrer que les
nant de manière aléatoire, Katz s’attend à ce potentiels du bruit synaptique sont en réalité
que ces quanta soient libérés spontanément, des potentiels unitaires (des décharges
selon une probabilité faible. uniques) obéissant à une loi du « tout ou rien »,
Deuxièmement se pose la question de la et représentant les blocs élémentaires des
fonction de ces potentiels synaptiques minia- potentiels de plus grande taille de la neuro-
tures. On pourrait penser qu’ils représentent transmission musculaire. Une mécanique quan-
une activité synaptique de base, et que la fibre tique de la neurotransmission est née.
musculaire serait équipée de détecteurs d’acé- Mais justement. De premiers doutes fusent.
tylcholine afin de réagir par un événement élec- La vision de Katz n’est-elle pas trop inspirée de
© Lison Bernet

trique à la moindre libération d’un quantum de la physique quantique, très en vogue à l’époque,
neurotransmetteur. Il s’agirait alors d’un méca- et éloignée du monde de la biologie ? Un neu-
nisme assurant un couplage fonctionnel très rone a-t-il quelque chose à voir avec un >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020 / 77

pls0507-histoire-des-sciences.indd 77 04/12/2019 12:41


PLSP0507_077_CR397137.pdf
HISTOIRE DES SCIENCES
LES BULLES DE LA PENSÉE

> mécanisme quantique ? Mais autour de 1955, la


microscopie électronique va répondre à cette QUE SONT CES POTENTIELS
question. Pour la première fois, elle permet MINIATURES ?
d’observer les structures fines des neurones et

Q
l’on voit alors apparaître les synapses pour de uand un influx nerveux est transmis d’un neurone à son
vrai… C’est là que l’on découvre, dans les ter- voisin au niveau d’une synapse, il prend la forme, dans
minaisons nerveuses des neurones présynap- le neurone postsynaptique, d’un potentiel d’action de large
intensité (tracé du haut). Ce que Bernard Katz et Paul Fatt ont
tiques, de petites billes toutes de même taille. découvert, c’est que même dans une synapse inactive, de tout
Il se trouve que de semblables « bulles » ont petits potentiels d’action (miniatures) sont émis de façon aléatoire
déjà été observées dans des cellules de la glande (tracé inférieur). La faute à de microscopiques vésicules contenant
médullosurrénale (qui synthétise de nom- des quantités minimales de neurotransmetteurs, qui traversent
breuses hormones, dont l’adrénaline), où l’on accidentellement la synapse. Quand la synapse est active, un grand
nombre de vésicules sont émises et, cumulant leurs potentiels
a déterminé qu’elles contiennent un neuro- miniatures, créent le large potentiel d’action capable de se
transmetteur. Pendant ce temps, à l’université propager à longue distance.
de Washington, deux autres chercheurs,
Eduardo De Robertis et Stanley Bennett,
émettent l’idée que certains neurotransmet-
– 55
teurs peuvent être associés dans certaines Potentiel principal

Potentiel de la membrane (en millivolts)


conditions à des granules ou des vésicules – 60
intracellulaires. Les indices convergent, mais le
monde scientifique hésite encore : les anato- – 65
mistes et spécialistes de la microscopie électro-
– 70
nique ne veulent pas prendre le risque
d’interpréter leurs clichés à la lumière des spé- – 75
culations savantes de biophysiciens… 5 millisecondes
– 75 Potentiels miniatures
LA PISTE DES VÉSICULES
SYNAPTIQUES – 76
C’est Katz lui-même qui franchira le pas en 50 millisecondes
– 77
formulant son hypothèse : s’il existe des courants
synaptiques miniatures de nature quantique et
des vésicules dans les synapses, alors ces vési-
cules synaptiques pourraient contenir de l’acé-
tylcholine en quantités fixes. Ces vésicules
seraient les quanta de la neurophysiologie.
L’occasion se présente de s’exprimer publi- évidence la neurotransmission chimique dans
quement sur ce sujet en 1955, en région pari- l’organe électrique du poisson-torpille en 1939,
sienne, à Gif-sur-Yvette, lors du colloque souligne l’importance des techniques micro-
international du CNRS « Microphysiologie physiologiques pour l’étude des « propriétés
comparée des éléments excitables ». À l’ouver- élémentaires » du système nerveux. Katz, au
ture du congrès, le chef de file des neuroscien- cœur du sujet, propose alors que les synapses
tifiques français, Alfred Fessard, qui a mis en fonctionnent en bombardant la membrane
postsynaptique de quanta de neurotransmet-
teurs fixes, stockés dans des vésicules et libérés
de façon spontanée et aléatoire, ou bien de
manière synchronisée et provoquée par le

Pour la première fois, mécanisme d’exocytose : il prédit que la libéra-


tion du contenu des vésicules se produit par

on observait
éclatement lors de leur fusion à la membrane
© Pour la Science, d’après Meriney / Wikimedia commons

extracellulaire, un principe de physique des


membranes récemment décrit par le Belge

les structures fines


Christian de Duve. « Naturellement, il est ten-
tant, écrit Katz dans son rapport, de considérer
les “vésicules” terminales comme les conte-

des neurones, nants structuraux des quanta d’acétylcholine,


et aussi qu’au cours d’une collision critique
avec la membrane présynaptique, le contenu

en particulier d’une vésicule pourrait être déchargé suivant le

£
mode du “tout ou rien” et produire les poten-

les synapses
tiels synaptiques miniatures. »
Tout semble ensuite s’organiser autour de
cette vision novatrice. Le neuroanatomiste et

78 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020

pls0507-histoire-des-sciences.indd 78 04/12/2019 12:41


PLSP0507_078_CR397137.pdf
cytologiste René Couteaux (1909-1999), pion- électrique qui permet de contrôler la sortie
nier de la microscopie électronique en France, d’ions d’acétylcholine ! Au cours des BIBLIOGRAPHIE
étudie les zones d’ancrage des vésicules, for- années 1970, grâce à cette technique, il étudie
geant l’expression de « zone active » de la de plus près encore les fluctuations spontanées J. Ashmore, Paul Fatt,
synapse, en étudiant le cycle d’exocytose et du potentiel de repos de la fibre musculaire en 13 January 1924-
28 September 2014, Biogr.
d’endocytose au niveau des synapses : les molé- présence d’acétylcholine. Des analyses statis- Mems Fell. R. Soc., vol. 62,
cules de neurotransmetteur sont libérées par tiques de ce « bruit » conduisent à émettre pp. 167-186, 2016.
les vésicules (exocytose), avant d’être recy- l’hypothèse que les molécules d’acétylcholine
clées et stockées à nouveau dans des vésicules relâchées par micropaquets provoquent l’ou- J.-G. Barbara, La Naissance
à l’intérieur des neurones (endocytose). Les verture de pores moléculaires dans la mem- du neurone, Vrin,
pp. 218-219, 2010.
travaux de Couteaux défendent clairement brane postsynaptique. Il s’agit ni plus ni moins
l’« hypothèse vésiculaire » de Katz, qui devient des canaux ioniques, que l’on découvrira une B. Sakmann, Sir Bernard
son ami, et chez lequel il effectuera un séjour. décennie plus tard grâce aux travaux des Katz, 26 March 1911-
Finalement, un élève de Couteaux, le biochi- Allemands Erwin Neher et Bert Sakmann. 20 April 2003, Biogr.
Mems Fell. R. Soc., vol. 53,
miste Maurice Israël, isole des vésicules synap- Aujourd’hui encore, l’étude du « bruit des pp. 186-202, 2007.
tiques contenant de l’acétylcholine à partir de neurones » révèle bien d’autres mécanismes
l’organe électrique de la torpille… À propos de fondamentaux et surprenants comme des J.-G. Barbara et T. Galli,
ce résultat, Katz adressa une lettre à René mécanismes moléculaires nouveaux et de nou- Fallait-il ignorer
Couteaux en décembre  1968, écrivant qu’il velles propriétés de réseaux de neurones. Bert l’hypothèse non
vésiculaire de la
s’agit là de son plus beau cadeau de Noël. Sakmann a certainement eu raison d’écrire, neurotransmission ?,
dans son mémoire biographique, combien Katz Lettre des Neurosciences,
UNE PRÉDICTION TROUBLANTE fut heureux dans ses intuitions, notamment sur vol. 30, pp. 3-6, 2006.
Et l’aventure continue… Toujours dans les le bruit biologique, qui se sont aujourd’hui
années 1950, Katz met au point un nouveau imposées comme des théories classiques des
type d’électrode qui permet de libérer à volonté, neurosciences. Le milieu du xxe siècle aura bien
comme au compte-gouttes, des quanta d’acé- été l’heure de gloire des quanta, dans tous les
tylcholine : l’électrode est munie d’un circuit sens du terme ! n

9 janvier
Langages, langues, dialectes animaliers :
les dictionnaires des animaux
avec Astrid Guillaume, maître de conférences
en sciences du langage, Sorbonne Université.

16 janvier
Sifflements, chants et gazouillis,
mais que disent les oiseaux ?
avec Sébastien Derégnaucourt, éthologiste,
professeur à l’université Paris-Nanterre.

23 janvier
Le langage n’est pas le propre de l’Homme,
parole de singe !
avec Alban Lemasson, éthologiste, professeur,
université de Rennes 1, université de Caen
Normandie, CNRS.
© Pour la Science, d’après Meriney / Wikimedia commons

30 janvier
Des clics et des clangs : le langage
énigmatique des cachalots
© GettyImages

avec François Sarano, océanographe, plongeur


professionnel, cofondateur de l’association
Longitude 181 Nature.

Cité des sciences et de l’industrie


30, avenue Corentin-Cariou - 75019 Paris
MPorte de la Villette T 3b Cité des sciences et de l’industrie
AVEC LE SOUTIEN DE
Informations sur cite-sciences.fr

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvIER 2020 / 79

pls0507-histoire-des-sciences.indd 79 04/12/2019 12:41


PLSP0507_079_CR397137.pdf
LOGiQUe & CaLCUL

COMBiNeS
POUr
P. 80
P. 86
P. 88
Logique & calcul
Art & science
Idées de physique
TÉTraDeS
P. 92 Chroniques de l’évolution
P. 96 Science & gastronomie
P. 98 À picorer La combinatoire géométrique exige une patience
et une minutie dont souvent seul l’ordinateur est capable.
Le cas des tétrades est exemplaire.

L’AUTEUR

T
JEAN-PAUL DELAHAYE
professeur émérite homas Cabaret, un lecteur de la Deux exemples de tétrade sont donnés
à l’université de Lille
et chercheur au rubrique, m’a signalé un article de dans l’encadré  1. Notons bien que chaque
laboratoire Cristal Juris Čerņenoks et Andrejs exemplaire de la forme touche les trois autres.
(Centre de recherche Cibulis, du département de Que quatre formes planaires d’un seul
en informatique, signal
et automatique de Lille)
mathématiques de l’université de tenant, identiques ou non, puissent se toucher
Lettonie, à Riga. Bien que publié deux à deux sur le plan est un maximum. Il est
dans une revue assez confidentielle, l’article est en effet impossible de trouver cinq formes du
très amusant et associe raisonnements géomé- plan d’un seul tenant se touchant deux à deux.
triques astucieux pour certaines questions et C’est une conséquence du théorème de théo-
calculs informatiques pour d’autres. Quelques rie des graphes qui stipule que le graphe com-
résultats de ce bel article seront présentés ici, plet non orienté K5 (cinq nœuds, chacun relié
accompagnés d’autres sur le thème des groupes aux quatre autres) n’est pas planaire, c’est-à-
de formes géométriques ayant de multiples dire ne peut pas être dessiné sur le plan sans
contacts. que deux arcs se croisent (voir l’encadré 1). En
Le mot « tétrade » existe en français et effet, si cinq formes d’un seul tenant du plan
signifie une suite de quatre notes musicales, se touchaient deux à deux, en les contractant
un groupe de quatre bits d’information, un chacune en un point et en représentant
alignement de quatre objets astronomiques, chaque contact entre deux formes par un arc
etc. Si nous voulons suivre les progrès récents joignant les points correspondants, on obtien-
en géométrie combinatoire, il faut ajouter à drait une représentation planaire de K5 sans
Jean-Paul Delahaye cette liste la définition suivante : une tétrade croisement des arcs... ce qui est impossible.
a notamment publié : est une association de quatre formes planaires
Les mathématiciens identiques et d’un seul tenant, chacune en À TROIS DIMENSIONS
se plient au jeu, contact avec toutes les autres par au moins un À trois dimensions, la situation est très
une sélection de ses
chroniques parues segment de droite ou de courbe. Le mot anglais différente, puisque pour tout entier n, il existe
dans Pour la Science tetrad a été introduit en anglais avec ce sens dans l’espace une forme F d’un seul tenant, et
(Belin, 2017). en 1975 par Michael Buckley. une disposition de n exemplaires de F telle >

80 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-delahaye.indd 80 04/12/2019 13:05


PLSP0507_080_CR398530.pdf
1
TÉTraDeS DaNS Le PLaN eT DaNS L’eSPaCe

U
n exemple de tétrade (a) :
les quatre formes a b
composant la figure sont
identiques (on passe de l’une à
l’autre par translation, rotation
ou symétrie axiale) et chaque
forme touche toutes les autres. Il
est impossible de faire la même
chose dans le plan avec
5 formes, car on en déduirait
une représentation planaire
sans croisement du graphe K5 c d
(chacun des cinq nœuds est lié à
tous les autres), ce qui est
impossible (b).
Dans l’espace, il existe des
configurations de n formes
identiques se touchant toutes.
L’image d, due à Francisco De
Comité, montre la solution pour
n = 5 : la configuration est
constituée de 5 formes, chacune
étant la réunion de deux barres
de la même couleur (c). Cela se
généralise à n formes.

2
LeS PLUS PeTiTeS TÉTraDeS eN POLYOMiNOS

T
outes les tétrades
faites avec des
polyominos les plus
petits possible (8 carrés
par polyomino) sont
montrées ici. On peut noter
que certains polyominos
donnent plusieurs tétrades
distinctes.
© Francesco De Comité (figure d de l’encadré 1)

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 81

pls506-delahaye.indd 81 04/12/2019 13:05


PLSP0507_081_CR398530.pdf
LOGiQUe & CaLCUL

3 L
TÉTraDeS eN POLYOMiNOS SaNS TrOU

e plus petit polyomino donnant un tétrade sans trou est celui utilisé pour le dessin a.
La série de dessins a, b, c se prolonge de manière évidente et montre donc qu’il existe
une infinité de tétrades sans trou faites de polyominos.
La série d, e se prolonge aussi de manière évidente et montre qu’il existe une infinité de
tétrades sans trou faites de polyominos dont aucun n’est retourné pour assembler la tétrade.

a b c

d e

Nombre de Nombre de polyominos Nombre de Nombre de tétrades


n polyominos à n carrés donnant tétrades trouvées sans trou
à n carrés une tétrade pour n trouvées pour n

8 369 8 14 0
9 1 285 42 83 0
10 4 655 187 341 0
11 17 073 739 1 388 1
12 63 600 2 871 5 648 10
13 238 591 11 300 22 688 1
14 901 971 44 440 90 243 11
15 3 426 576 172 984 352 243 36
16 13 079 255 670 107 1 373 595 66
17 50 107 909 2 599 478 5 384 209 70

82 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-delahaye.indd 82 04/12/2019 13:05


PLSP0507_082_CR398530.pdf
4
> que chaque exemplaire de  F touche les POLYOMiNOS De N CarrÉS FOrMaNT
n – 1 autres. Un exemple de telle forme F est
constitué de deux barres en croix (voir l’enca-
UNe TÉTraDe SaNS TrOU
dré 1, c) : on prend deux barres de 2n –1 cubes

C
collés en ligne ; on colle perpendiculairement es dessins (de Juris Čerņenoks et Andrejs Cibulis)
les deux barres par leur cube central. On dis- montrent que pour tout entier n ≥ 17, il existe des
pose alors sans mal n copies de F en s’arran- tétrades sans trou formées de polyominos de
n carrés exactement. Les pointillés dans b représentent
geant pour que chacune touche par un un nombre quelconque de carrés unités.
morceau de surface toutes les autres (voir
l’encadré 1, d).
On remarquera que cet assemblage dans
l’espace montre que si l’on voulait colorier des a b
cellules d’un seul tenant d’une partie de l’es-
pace sans que deux cellules en contact portent
la même couleur, le nombre de couleurs
nécessaires serait infini. Le théorème des
quatre couleurs du plan (on peut colorier
toute carte plane avec quatre couleurs sans
que deux pays voisins portent la même cou-
leur) n’est donc généralisable dans l’espace ni

5
avec 5 couleurs, ni avec n couleurs quel que
soit l’entier n.

TÉTRADES DE POLYOMINOS
Concentrons-nous maintenant sur le plan
et plus particulièrement sur les polyominos,
qui sont les formes d’un seul tenant obtenues
en accolant côté contre côté des carrés de
même taille.
La figure  a de l’encadré  1 montre une
tétrade dont la forme de base est un polyo- TOUTeS LeS FOrMeS
mino de 9 carrés. Peut-on faire mieux, c’est- De TrOUS SONT POSSiBLeS
à-dire trouver une tétrade faite à partir de

I
quatre polyominos utilisant chacun moins de l est évident qu’un trou dans une tétrade faite de polyominos sans trou
9  carrés ? La réponse est positive et une a nécessairement la forme d’un polyomino sans trou. La réciproque (« Tout
recherche par ordinateur donne la liste polyomino sans trou peut être un trou dans une forme constituant une
exhaustive de toutes les tétrades utilisant tétrade ») est vraie, comme Juris Čerņenoks et Andrejs Cibulis l’ont démontré
par un élégant raisonnement (voir la bibliographie) dont voici les détails.
quatre polyominos identiques comportant Considérons un polyomino sans trou quelconque, par exemple celui
8 carrés chacun (voir l’encadré 2). dessiné en a.
L’ordinateur indique aussi qu’il n’existe Repérons son carré le plus à gauche et le plus bas. Il est dessiné en noir.
pas de polyominos plus petits permettant de Prenons maintenant un polyomino ayant la forme dessinée en b, et assez
grand pour que, en plaçant le polyomino a avec le carré noir comme indiqué,
composer une tétrade.
tout le polyomino a soit dans le polyomino b.
Le travail de l’ordinateur pour arriver à ces Creusons le polyomino b en lui enlevant le polyomino a placé comme
dessins et résultats est presque instantané, car on vient de l’indiquer.
il n’y a que 369 polyominos faits de 8 carrés et Le polyomino obtenu permet de construire une tétrade (c) avec un trou
beaucoup moins pour les polyominos plus qui a exactement la forme du polyomino a.
petits. Un humain voulant obtenir la liste
complète de l’encadré  2 devrait sans doute
a
travailler des jours entiers, et la démonstra-
tion complète qu’il n’y a pas d’autre solution c
que celles indiquées serait très longue. On ne
peut cependant pas considérer que la réponse
donnée par l’ordinateur sans justification b
constitue une démonstration, mais si plu-
sieurs programmes indépendants arrivent au
même résultat, personne ne doutera que nous
disposons de la liste complète de tétrades
faites de polyominos de 8 carrés ; l’utilisation
d’ordinateurs en mathématiques conduit à un
consensus sur les résultats, mais ils sont par-
fois d’une nature différente de celui que
donnent les démonstrations. >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 83

pls506-delahaye.indd 83 04/12/2019 13:05


PLSP0507_083_CR398530.pdf
LOGiQUe & CaLCUL

> Précisons que l’on considère que deux – Une première copie du polyomino P étu-
polyominos sont identiques si l’un s’obtient à dié est déposée sur le plan à un endroit quel-
partir de l’autre par translation, rotation ou conque. Une seconde copie P’ de P est ajoutée
symétrie par rapport à une droite (retourne- et placée de toutes les façons possibles où
ment du polyomino). Le décompte des polyo- P’ touche P au moins par un segment corres-
minos est un problème difficile et on ne pondant au côté d’un carré. De même, une
connaît, grâce à des calculs par ordinateur, le troisième copie  P’’, puis une quatrième
nombre de polyominos de n carrés que pour copie  P’’’ sont placées de toutes les façons
n  compris entre 1 et 28. Ces nombres sont possibles touchant P.
donnés par la suite https ://oeis.org/A000105 – On examine si les quatre copies consti-
de l’encyclopédie des suites numériques de tuent une tétrade : pas de chevauchement des
Neil Sloane. Le record de calcul, pour 28, a été copies de P, et chacune touche les trois autres
établi par le chercheur portugais Tomás par au moins un segment.
Oliveira e Silva : il y a 153 511 100 594 603 polyo- – Si la configuration P-P’-P’’-P’’’ est une
minos composés de 28 carrés. Pour créer et tétrade, on contrôle qu’elle n’est pas déjà pré-

6
étudier les tétrades faites de polyominos à sente dans la liste que le programme construit,
n carrés, Juris Čerņenoks et Andrejs Cibulis ni une configuration s’en déduisant par trans-
ont mis au point un algorithme qui fonctionne lation, rotation ou symétrie axiale (retourne-
de la façon suivante. ment de la configuration). Si la configuration
– La liste complète des polyominos  P à est vraiment nouvelle, le programme l’ajoute
n carrés est engendrée et on envisage chacun à la liste qu’il constitue.
séparément. Le tableau résultant du calcul est repro-
duit page 82. Comme on l’a vu pour le cas n = 8,
on observe que le nombre de tétrades obte-
nues est toujours plus grand que le nombre de
polyominos donnant des tétrades. La raison
est simple : certains polyominos se disposent
DeS TrOUS, DeS PeTiTS TrOUS... de plusieurs façons en tétrades.
Le rapport entre le nombre de tétrades et

P
our tous les trous possibles de 1 carré, 2 carrés, 3 carrés (2 cas), et 4 carrés le nombre de polyominos donnant au moins
(5 cas), voici la tétrade utilisant les polyominos les plus petits possible et une tétrade augmente avec n. On pense que
dotés d’un tel trou. C’est un programme de Juris Čerņenoks et Andrejs ce rapport tend vers l’infini, mais c’est une
Cibulis qui a donné ces résultats.
conjecture. Le calcul pour arriver à traiter
complètement le cas n = 17 a demandé
30 heures à la machine utilisée (un processeur
Intel® CoreTM i7-3820 à 3,60 GHz).

TÉTRADES SANS TROU


La dernière colonne du tableau indique le
nombre de tétrades sans trou et montre que
la plus petite est composée de polyominos de
11 carrés. Elle est représentée sur la figure a
de l’encadré 3.
La première série (a, b, c) de dessins de
l’encadré  3 se poursuit à l’infini et montre
donc qu’il existe une infinité de tétrades sans
trou à base de polyominos.
La seconde série (d, e) montre de même
qu’il existe une infinité de tétrades sans trou
à base de polyominos ne nécessitant pas de
retourner un polyomino pour composer les
tétrades.
L’encadré 4 montre que pour tout entier n
à partir de 17, il existe une tétrade sans trou à
base de polyominos faits de n carrés. Pour les
entiers compris entre 11 et 17, on prouve aussi,
en traitant chaque cas, que de telles tétrades
existent.
On remarquera que les trois derniers
énoncés sont des affirmations que l’on a
découvertes grâce à l’ordinateur, mais qu’une
fois connues, on est en mesure, et c’est

84 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls506-delahaye.indd 84 04/12/2019 13:05


PLSP0507_084_CR398530.pdf
7 C
POLYOMiNOS À aXe De SYMÉTrie
i-dessous, les polyominos les plus petits connus ayant
un axe de symétrie et permettant de construire une
tétrade sans trou. La configuration a, due à Juris
Čerņenoks, utilise un polyomino de 48 carrés ; la seconde, b,
trouvée à la fois par Frank Rubin et par Karl Scherer, utilise un
polyomino de 34 carrés. On ignore si l’on peut faire mieux.
8 L
aXe eT CeNTre De SYMÉTrie
e dessin a montre une tétrade ayant un axe de symétrie.
Le dessin b est une tétrade formée avec le plus petit
polyomino possible ayant un axe de symétrie.
Le dessin c est construit à partir du plus petit polyomino
donnant une tétrade et ayant un centre de symétrie.
D’autres tétrades intéressantes formées avec des
polyominos sont proposées sur la page web de George
a b Sicherman : https://userpages.monmouth.com/~colonel/
tetrads/ntetrads.html
a b c

immédiat en considérant les dessins, de les Énigme 1. Quel est le plus petit polyo-
prouver sans son aide, contrairement aux mino ayant un axe de symétrie et permettant BIBLIOGRAPHIE
énoncés sur les décomptes qui restent tou- la construction d’une tétrade sans trou ?
J. Čerņenoks et A. Cibulis,
jours liés à la confiance accordée aux pro- Deux solutions sont connues, sans que l’on Tetrads and their
grammes écrits et à leur fonctionnement. sache si on peut faire mieux. La première est counting, Baltic J. Modern
L’énoncé suivant est très joli et, là encore, due à Juris Čerņenoks et utilise un polyo- Computing, vol. 6(2),
sa démonstration astucieuse se fait sans ordi- mino de 48 carrés. La seconde, trouvée indé- pp. 96-106, 2018
nateur. Il concerne les trous dans les tétrades à pendamment par Frank Rubin et Karl Scherer, (https://doi.org/10.22364/
bjmc.2018.6.2.01).
base de polyominos. On peut souhaiter qu’il n’y utilise un polyomino de 34 carrés. Il faut soit
ait pas de trou comme précédemment, mais on prouver que ce record actuel est indépas- J. Čerņenoks et A. Cibulis,
peut aussi se demander s’il est possible de faire sable, soit l’améliorer (voir l’encadré 7). Application of IT in
un trou d’une forme donnée à l’avance. Bien sûr, Énigme 2. Existe-t-il des polyominos ayant mathematical proofs and
in checking of results
un trou dans une tétrade faite de polyominos a un axe de symétrie et donnant une tétrade sans of pupils’ research, Proc.
nécessairement la forme d’un polyomino lui- trou qui a elle-même un axe de symétrie ? of the 6th Intern. Conf. on
même sans trou. Le très beau résultat de Juris Énigme 3. Existe-t-il des polyominos ayant Applied Inform. and Comm.
Čerņenoks et Andrejs Cibulis est : « Tout polyo- un centre de symétrie et donnant une tétrade Technologies, Jelgava,
mino sans trou est la forme d’un trou pour une sans trou ? Latvia, pp. 172-177, 2013
(http://alephfiles.rtu.lv/
tétrade faite de polyominos » (voir l’encadré 5 Avant d’attaquer les énigmes 2 et 3, notez TUA01/000040029_e.pdf).
pour la démonstration). bien les tétrades déjà connues et présentant
des symétries. Le dessin  a de l’encadré  8 A. Cibulis et J. Čerņenoks,
TROUS SIMPLES montre une tétrade ayant un axe de symétrie, Tetrads – it is not so easy,
MCG Newsletter, n° 3,
Toujours à propos des trous d’une tétrade mais le polyomino qui l’engendre n’en a pas. pp. 23-28, 2012 (www.
formée de polyominos, on peut considérer les Le dessin  b montre le plus petit polyomino brgkepler.at/~geretschlaeg/
trous les plus simples possible et rechercher ayant un axe de symétrie et pouvant engendrer MCG_Newsletter_3.pdf).
pour chacun le polyomino le plus petit pos- une tétrade, mais celle-ci a des trous. Le des-
sible permettant la construction d’une tétrade sin c montre le plus petit polyomino doté d’un M. Gardner, Penrose tiles to
trapdoor ciphers, chap. 9,
ayant ce trou. Pour tous les trous de 1, 2, 3 et centre de symétrie, mais la tétrade a des trous. The Mathematical
4 carrés, l’encadré 6 donne la réponse, trouvée L’objectif d’améliorer les résultats du Association of America, 1997.
par ordinateur. tableau donné plus haut, pour aller au-delà
Comme tout bon sujet de mathématiques, de 17, semble accessible. Si vous y parvenez Pages web de G. Sicherman :
www.recmath.org/PolyCur/
celui des tétrades a ses énigmes non résolues. ou si vous résolvez l’une des trois énigmes, tetrads/tetrads.html,
En voici trois d’une difficulté raisonnable que prévenez-moi, vos résultats seront publiés https://userpages.
nous invitons les lecteurs à attaquer. dans une prochaine rubrique. monmouth.com/~colonel/

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 85

pls506-delahaye.indd 85 04/12/2019 13:05


PLSP0507_085_CR398530.pdf
ART & SCIENCE

L’AUTEUR

LOÏC MANGIN
rédacteur en chef adjoint
à Pour la Science

La Pierre
iDÉaLe DU
FaCTeUr
CHevaL
l’art naïf, le « Palais idéal du facteur
Une pierre particulière fut le déclencheur de la
Cheval », de 12 mètres de hauteur et 26 de
construction du chef-d’œuvre de l’art naïf le Palais longueur, fut admiré par Pablo Picasso,
idéal du facteur Cheval. Qu’a-t-elle de si étonnant ? mais aussi André Breton, Jean Tinguely,
Max Ernst, Robert Doisneau…

A
Attardons-nous sur celle par qui tout
de Tersanne, petite commune de quelques a commencé, la pierre dite « d’achoppe-
centaines d’habitants, l’employé des ment » par Ferdinand Cheval. Elle res-
Postes trébuche et tombe à terre. semble à une série de piles d’assiettes,
Son pied vient de heurter une pierre. dont les couleurs s’étirent du gris à l’ocre.
Il notera plus tard : « Elle représente une De quel minéral s’agit-il et quels proces-
sculpture aussi bizarre qu’il est impos- sus géologiques ont pu présider à une
sible à l’homme de l’imiter. » La pierre telle formation ?
scellera le destin de l’homme, car elle Selon Didier Nectoux, directeur du
fera de lui, Ferdinand Cheval, un archi- musée de l’École des mines, à Paris, ce
tecte et un maçon qui passera 33 ans de serait un grès. Il témoigne de dépôts
sa vie à bâtir à la chaux, au mortier et au sableux successifs dans une dynamique
ciment un monument hors normes, régulière et assez tranquille. Cet empile-
vril 1879, dans la Drôme, à deux pas du mélange détonnant d’inspirations ment a ensuite été enfoui et a subi une
Vercors, un facteur effectue sa longue et biblique, hindoue, égyptienne… nourries diagenèse, c’est-à-dire un ensemble de
harassante tournée à pied sur des che- par les premières cartes postales que le processus physicochimiques par lesquels
mins escarpés autour d’Hauterives. Près préposé distribuait. Chef-d’œuvre de il se transforme en une roche. Plus

86 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-art-science.indd 86 04/12/2019 15:57


PLSP0507_086_CR402122.pdf
précisément, de l’eau circule dans le sédi- Chambaran. Cette région appartient au En fin de compte, c’est à un contexte
ment et apporte de la silice dissoute qui sillon molassique périalpin, c’est-à-dire géologique peu commun que l’on doit une
précipite, souvent à partir de « noyaux de une accumulation de roches sédimentaires construction qui l’est encore moins. André
cristallisation », et cimente l’ensemble. (les molasses), comme des grès, mais aussi Malraux ne s’y était pas trompé. En 1969,
La coloration ocre est due à la migra- des argiles et des conglomérats. La Pierre il fut le seul à défendre l’inscription du
tion d’oxydes de fer dans la roche en for- d’achoppement est une de ces molasses. Palais idéal aux Monuments historiques.
mation. Par des mouvements d’ordre Dans ce sillon, on trouve également des Pour fêter le cinquantenaire de ce classe-
tectonique, le grès a ensuite rejoint la galets de quartzite (une roche siliceuse) ment, une exposition d’art contemporain
surface et a été exposé à l’érosion, essen- d’origine alpine apportés à l’époque du « Le vent et les oiseaux m’encouragent »,
tiellement par l’eau. Peu à peu, les zones Villefranchien, il y a environ 1,8 million ainsi qu’une création de l’artiste Fabrice
les plus dures, en l’occurrence les « piles d’années, à l’occasion d’une glaciation. Hyber et un fac-similé d’un carnet de des-
d’assiettes » de la Pierre d’achoppement, Autre particularité, à Tersanne, sins de Picasso entièrement consacré au
ont été mises en relief. Les parties élimi- entre 1969 et 1984, le sous-sol a été percé facteur Cheval rendent hommage au Palais
nées sont souvent les plus éloignées des à de grandes profondeurs pour récupérer, idéal jusqu’au 5 janvier 2020. n
noyaux de cristallisation, plus récentes et par dissolution, 6 millions de tonnes de
© Frédéric Jouhanin - Le Labo

donc plus fragiles. sel, sans doute daté du Trias, que Rhône- Pour plus d’informations :
www.facteurcheval.com
Plus largement, en quoi consiste le Poulenc a utilisé pour produire du chlore.
contexte géologique local ? Le territoire Cela a laissé place à d’immenses vides
d’Hauterives, où cette pierre a été trouvée, représentant plusieurs millions de mètres
L’auteur a publié :
et bien d’autres similaires recueillies par cubes. Aujourd’hui, la société Engie Pollock, Turner, van Gogh,
la suite par le facteur, se situe à la limite stocke dans ces réservoirs naturels vermeer et la science…
nord de la formation argilocaillouteuse de étanches du gaz naturel sous pression. (Belin, 2018)

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 87

pls507-art-science.indd 87 04/12/2019 15:57


PLSP0507_087_CR402122.pdf
iDÉeS De PHYSiQUe

LES AUTEURS

JEAN-MICHEL COURTY et ÉDOUARD KIERLIK


professeurs de physique à Sorbonne Université, à Paris

DU GraNiTÉ
POUr BieN
PaTiNer
Un bon lubrifiant est un fluide de viscosité élevée.
Ce n’est le cas ni de la glace ni de l’eau liquide. Et pourtant,
on glisse sur la glace comme sur une couche d’huile !
Des expériences récentes ont résolu l’énigme.

D
epuis le xixe  siècle, on soit par de l’huile. Chacun aura constaté
avait l’intuition que, qu’il est bien plus facile de remuer de
lorsqu’on glisse sur de la l’eau avec une cuillère que de l’huile. La
glace, la surface de celle- raison en est que la viscosité, la grandeur
ci se couvre d’un film très physique qui exprime combien un fluide
mince d’eau liquide qui résiste à sa mise en mouvement quand on
évite le contact solide-solide et le lubrifie, le « cisaille », est bien plus faible pour
même lorsque la température est infé- l’eau (1 millième de pascal · seconde) que
rieure à 0 °C. Pourtant, pour les physi- pour l’huile (environ 0,08 pascal · seconde
ciens, ce phénomène restait mal compris pour l’huile d’olive à 20 °C, par exemple, Plutôt qu’une semelle de chaussure,
car l’eau, contrairement à l’huile, est en soit 80 fois plus !). trop souple et dont la déformation vien-
pratique un très mauvais lubrifiant. drait compliquer la situation, considé-
Les expériences toutes récentes du LUBRIFICATION À L’HUILE rons un cube de métal posé sur un sol plat
groupe de Lydéric Bocquet, physicien du OU À L’EAU ? et horizontal, métallique lui aussi pour
CNRS à l’École normale supérieure, à Pourtant, un piéton, par exemple, simplifier l’analyse.
Paris, résolvent le paradoxe. Elles risque bien plus de glisser sur une flaque Lorsque les surfaces en contact sont
montrent que le film n’est pas aussi d’huile que sur une flaque d’eau. sèches, le frottement est un « frottement
liquide que l’on croyait, mais a une Autrement dit, l’huile frotte davantage solide ». Cela signifie que si l’on pousse le
© Illustrations de Bruno Vacaro

consistance proche du granité, mélange sur un solide (la cuillère), mais réduit cube avec une force trop faible, il ne glisse
de glace pilée et d’eau. Cela en fait un bien mieux le frottement entre deux pas, mais reste bloqué sur le sol. Ce phé-
meilleur lubrifiant, comme nous allons solides (le sol et la chaussure), ce qui en nomène a pour origine la rugosité des
l’expliquer. fait un meilleur lubrifiant. Pour com- surfaces à l’échelle microscopique. À
Pour bien saisir le paradoxe, exami- prendre pourquoi et être plus quantitatif, l’échelle du millième de millimètre,
nons quelques situations où la surface il est nécessaire de s’intéresser à ce qui se même les surfaces qui nous apparaissent
d’un solide est mouillée soit par de l’eau, passe à l’échelle microscopique. lisses présentent des aspérités. Aussi,

88 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-idees-physique.indd 88 04/12/2019 14:41


PLSP0507_088_CR399668.pdf
GLISSER SUR UNE COUCHE
DE FLUIDE
Lorsqu’un fluide est confiné entre deux solides et que ceux-ci
se déplacent parallèlement l’un par rapport à l’autre, il subit un
cisaillement. Aux points de contact avec un solide, sa vitesse
doit être égale à celle du solide, et donc la vitesse du fluide varie
linéairement dans son épaisseur. Ce cisaillement engendre une
résistance au glissement, qui dépend de la viscosité du fluide.

Plaque
en mouvement

Vitesse de la plaque

Fluide

Vitesses au sein
du fluide

Plaque immobile

Le glissement d’un solide sur


la glace se fait grâce à un film
d’eau liquide, pensait-on.
Mais cette explication
présentait des difficultés.

lorsqu’on pose un solide sur un autre, faible, est plus grande que la hauteur Pour une surface de 250 centimètres car-
sommets et creux des deux surfaces s’im- maximale des rugosités, il n’y a plus rés (celle d’un pied), une vitesse de dépla-
briquent en partie, d’où une résistance au aucun contact entre les solides, donc cement de 1 mètre par seconde, typique
glissement. C’est lorsque la force exercée plus de blocage. Dans ce cas, même la de la marche, et une épaisseur de fluide
devient suffisante pour déformer ces plus infime force mettra le bloc en de 2,5 millimètres, la force de frottement
aspérités que le glissement se produit. mouvement. visqueux vaut 0,01 newton pour de l’eau
Lorsque les surfaces ne sont pas Ce mouvement crée aussi un écoule- et 0,8 newton pour de l’huile d’olive (soit
sèches, tout dépend de la quantité de ment dans le fluide, puisqu’au niveau du le poids de 80 grammes).
fluide présente (voir l’encadré  page sui- sol, sa vitesse est nulle, tandis qu’au Ainsi, pas de doute : l’huile frotte plus
© Illustrations de Bruno Vacaro

vante). S’il y a trop peu de fluide, celui-ci niveau de la face inférieure du bloc, elle que l’eau. Mais attention, c’était sans se >
se loge dans les cavités logées entre les est égale à la vitesse du bloc. La résistance
deux surfaces. La situation n’est finale- au mouvement est alors due uniquement
ment guère changée et l’on reste dans une à la viscosité du fluide. La force engen- Les auteurs ont
récemment publié :
situation de frottement solide. drée est proportionnelle à la surface de en avant la physique !,
En revanche, lorsque l’épaisseur de la contact, à la viscosité et à la variation de une sélection de leurs
couche fluide entre les surfaces, quoique vitesse du fluide (voir l’encadré ci-dessus). chroniques (Belin, 2017).

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 89

pls507-idees-physique.indd 89 04/12/2019 14:41


PLSP0507_089_CR399668.pdf
iDÉeS De PHYSiQUe

> soucier d’un phénomène crucial dans la


lubrification, à savoir la présence d’une
force qui tend à rapprocher les surfaces
FROTTEMENT SANS
–  le poids du bloc de métal dans notre FILM LIQUIDE OU AVEC
exemple.
Cette force crée dans le fluide une sur- Lorsque deux solides glissent l’un sur l’autre, le poids du solide supérieur se répartit
sur les points de contact (cercles en pointillé) entre les deux surfaces (a) ;
pression par rapport à son environne- le frottement est un « frottement solide ». Ce frottement n’est que très peu réduit
ment, surpression qui chasse le liquide de en présence d’un liquide qui ne fait que remplir les interstices créés par les aspérités
la région comprise entre les deux surfaces. microscopiques (b). Un régime mixte de lubrification s’installe lorsque le liquide est
En combien de temps ? La question est plus abondant (c). Quand le liquide présent forme une couche assez épaisse pour que
les aspérités des solides ne soient plus en contact (d), la lubrification est complète.
difficile, car le temps calculé est très sen- Encore faut-il que le liquide lubrifiant ne soit pas chassé trop rapidement sous
sible au choix fait dans la modélisation. la pression exercée par le solide supérieur.

LE FILM LUBRIFIANT EST a Déplacement du solide du haut b


CHASSÉ… PLUS OU MOINS VITE
Cependant, les estimations indiquent
que lorsque le film d’eau est soumis à une
force pressante de 300  newtons sur
250 centimètres carrés, il faut de l’ordre de
0,05 seconde pour qu’une épaisseur ini- Déplacement du solide du bas
tiale de 2,5 millimètres soit divisée par 10
(0,25  millimètre), et de l’ordre de
c d
5 secondes pour qu’elle soit divisée par 100
(0,025 millimètre).
Autrement dit, lorsque nous marchons
dans une flaque d’eau, l’eau est chassée de
sous notre pied. La semelle entre-t-elle
alors en contact avec le sol ? Tout dépend
de la taille des aspérités de ce dernier.
Sur un trottoir ou sur un sol irrégu-
lier, le contact solide-solide se fait très
certainement : le temps pour que l’épais-
seur du film soit de l’ordre de grandeur in situ les propriétés physiques de ce film
des aspérités est court (moins d’une d’eau. Ils ont ainsi estimé non seulement
seconde) ; dans ce cas, on retrouve vite du l’épaisseur de ce film, mais aussi la force
frottement solide, et nous ne glissons pas. de frottement (par l’analyse des vibra-
Au contraire, certains carrelages mouil- tions de la bille parallèlement à la surface
lés sont traîtres, car leur surface est telle- de contact) et la viscosité du fluide pré-
ment lisse que, le temps de l’appui du pied sent (par l’analyse des vibrations perpen-
au sol, le film d’eau s’amincit mais reste diculaires à cette même surface).
suffisamment épais pour qu’il n’y ait pas de Les résultats sont étonnants. D’abord,
contact solide-solide : nous glissons donc. le film est bien plus mince qu’envisagé :
Dans le cas d’une flaque d’huile son épaisseur est inférieure à 1  micro-
(d’olive), liquide près de 100 fois plus vis- mètre environ. Or plus on confine un
queux que l’eau, les temps de chasse sont fluide, plus les effets de la viscosité se
à multiplier par un facteur de l’ordre font sentir et plus les temps caractéris- BIBLIOGRAPHIE
de 100, à épaisseur identique. Il restera tiques pour l’amincir augmentent.
donc toujours un mince film de fluide Par ailleurs, la viscosité du fluide L. Canale et al.,
Nanorheology
entre la chaussure et le sol, et nous glis- présent au-dessus de la glace est, selon of interfacial water
serons presque toujours. les conditions expérimentales, 10 à during ice gliding,
Nous sommes désormais parés pour 100  fois supérieure à celle de l’eau Physical Review X,
revenir au problème soulevé par la glace liquide. Des analyses complémentaires vol. 9, article 041025,
et l’existence d’un mince film d’eau à sa suggèrent que cette viscosité plus élevée 2019.
surface. Compte tenu de ce qui précède, serait due à la présence de nanoparti- É. Guyon et al.,
les physiciens ne comprenaient pas pour- cules de glace dans le film d’eau : le frot- Hydrodynamique
quoi ce film d’eau ne s’échappait pas rapi- tement aurait pour effet non seulement physique, 3e édition,
dement sur les côtés de la zone de contact de faire fondre la glace, mais aussi de CNRS Éditions/
EDP Sciences, 2012.
entre le patin ou le ski et la glace. l’abraser. Le fluide aurait ainsi une
Pour élucider ce mystère, Lydéric consistance plus proche d’un granité ou
Bocquet et ses collègues ont utilisé de la neige fondue. Très mince et plus
comme sonde une bille de verre fixée sur visqueux que l’eau liquide, il serait donc
une branche de diapason afin de mesurer un bien meilleur lubrifiant. n

90 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-idees-physique.indd 90 04/12/2019 14:41


PLSP0507_090_CR399668.pdf
COMPLÉTEZ VOTRE COLLECTION
DÈS MAINTENANT !

N° 506 (déc. 19) N° 505 (nov. 19) N° 504 (oct. 19) N° 503 (sept. 19) N° 502 (août 19) N° 501 (juillet 19)
réf. PL506 réf. PL505 réf. PL504 réf. PL503 réf. PL502 réf. PL501

3’:HIKMQI=\U[^UW:?a@e@t@s@a";
Édition française de Scientific American M 02687 - 498 - F: 6,90 E - RD
POUR LA SCIENCE

PHYSIQUE CLIMATOLOGIE MATHÉMATIQUES


AVRIL 2019
L’ANTIMATIÈRE CAPTER LE CO2 LA FRANCE N° 498
TOMBE-T-ELLE VERS POUR SAUVER EST UN CARRÉ,
LE HAUT ? LE CLIMAT PAS UN HEXAGONE !

Un Lascaux
BEL : 7,6 € - CAN : 11,6 CAD - DOM/S : 7,7 € - Réunion/A : 9,9 € - ESP : 7,6 € - GR : 7,6 € - ITA : 7,6 € - LUX : 7,6 € - MAR : 64 MAD - TOM : 1 040 XPF - PORT. CONT. : 7,6 € - CH : 12,7 CHF - TUN/S : 9,1 TND

en Amazonie
UN TRÉSOR ARCHÉOLOGIQUE
DE 70 000 PEINTURES

pls_0498_p001001_couverture_07_03.indd 2 07/03/2019 11:39

N° 500 (juin 19) N° 499 (mai. 19) N° 498 (avr. 19) N° 497 (mar. 19) N° 496 (févr. 19) N° 495 (jan. 19)
réf. PL500 réf. PL499 réf. PL498 réf. PL497 réf. PL496 réf. PL495

À retourner accompagné de votre règlement à :


Pour la Science – Service VPC – 19 rue de l’Industrie – BP 90053 – 67402 Illkirch Cedex – email : pourlascience@abopress.fr

OUI, je commande des numéros de Pour la Science,


au tarif unitaire de 9,90 €.

1 / JE REPORTE CI-DESSOUS LES RÉFÉRENCES à 5 chiffres


correspondant aux numéros commandés : 2 / J’INDIQUE MES COORDONNÉES
1re réf. 01 x 9,90 € = 9, 9 0 € ☐ M. ☐ Mme
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2e réf. x 9,90 € = € Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3e réf. x 9,90 € = € Adresse : ...................................................................

................................................................................
4e réf. x 9,90 € = €
Code postal Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5e réf. x 9,90 € = €
Téléphone
6e réf. x 9,90 € = € J’accepte de recevoir les offres de Pour la Science ☐ OUI ☐ NON

TOTAL À RÉGLER €
3 / JE CHOISIS MON MODE DE RÈGLEMENT
☐ Par chèque à l’ordre de Pour la Science
Groupe Pour la Science – Siège social : 170 bis, boulevard du Montparnasse, CS20012, 75680 Paris
Cedex 14 – Sarl au capital de 32000 € – RCS Paris B 311 797 393 – Siret : 311 797 393 000 23 – APE 5814 Z ☐ Carte bancaire
Offre valable jusqu’au 31/07/2020 en France Métropolitaine uniquement. Pour l’export, rendez-vous sur notre site internet N°
boutique.pourlascience.fr. Les prix affichés incluent les frais de port et les frais logistiques.
Les informations que nous collectons dans ce bulletin d’abonnement nous aident à personnaliser et à améliorer les services Date d’expiration
que nous vous proposons. Nous les utiliserons pour gérer votre accès à l’intégralité de nos services, traiter vos commandes et
paiements, et vous faire part notamment par newsletters de nos offres commerciales moyennant le respect de vos choix en la
matière. Le responsable du traitement est la société Pour La Science. Vos données personnelles ne seront pas conservées au-
Clé (les 3 chiffres au dos de votre CB)
delà de la durée nécessaire à la finalité de leur traitement. Pour la Science ne commercialise ni ne loue vos données à caractère
personnel à des tiers. Les données collectées sont exclusivement destinées à Pour la Science. Nous vous invitons à prendre Signature obligatoire :
connaissance de notre charte de protection des données personnelles à l’adresse suivante : https://rebrand.ly/charte-donnees-pls.
Conformément à la réglementation applicable (et notamment au Règlement 2016/679/UE dit « RGPD ») vous disposez des droits
d’accès, de rectification, d’opposition, d’effacement, à la portabilité et à la limitation de vos données personnelles. Pour exercer
ces droits (ou nous poser toute question concernant le traitement de vos données personnelles), vous pouvez nous contacter par
courriel à l’adresse protection-donnees@pourlascience.fr.

RETROUVEZ TOUS LES ANCIENS NUMÉROS SUR


BOUTIQUE.POURLASCIENCE.FR

1P_491_archives 2.indd 91 03/12/2019 11:06


CHRONIQUES DE L’ÉVOLUTION

L’AUTEUR

HERVÉ LE GUYADER
professeur émérite de biologie
évolutive à Sorbonne Université,
à Paris

LeS GÈNeS
PerDUS
DeS BaLeiNeS
Comment les cétacés se sont-ils adaptés à une vie
exclusivement marine ? En perdant certaines fonctions
avantageuses pour les mammifères terrestres, grâce
à une extinction très ciblée de certains gènes.

E
n 1943, André Lwoff, microbio- facteurs n’était autre qu’une molécule
logiste à l’institut Pasteur et produite par la plupart des cellules, le
futur Prix Nobel, publia un nicotinamide adénine dinucléotide
ouvrage qui lui attira de nom- (NAD), et intervenant dans le métabo-
breuses critiques parmi les lisme cellulaire.
évolutionnistes français. Sous Lwoff avait alors compris que tous ces
le titre L’Évolution physiologique : étude des facteurs sont des molécules indispen- La baleine à bosse
pertes de fonctions chez les microorganismes, sables à n’importe quelle cellule, mais que est une espèce de cétacé
à fanons.
il y démontrait que, chez les microorga- seules certaines cellules les synthétisent.
nismes, l’évolution s’accompagne sou- Les autres doivent les trouver dans leur
vent d’une perte de capacités. Comment milieu. Dans son livre, il postulait donc
en était-il arrivé là ? Pour étudier les orga- que ces dernières avaient perdu la capa-
nismes unicellulaires – les « protistes » –, cité de synthétiser ces molécules. L’idée
il faut les cultiver. Or, si certaines espèces affronta une grande hostilité, car pour la
© Dolly Holmes/the Noun Project

se multipliaient sans difficulté dans le majorité des biologistes, l’évolution ne


© Getty Images/Michael Nolan

milieu de culture, d’autres ne prospé- devait être que progrès, c’est-à-dire ajout
raient que si l’on ajoutait à ce milieu ou amélioration. Depuis, elle a été large-
diverses molécules, nommées « facteurs ment confirmée chez les protistes.
de croissance ». En s’intéressant à ces Toutefois, son élargissement aux ani- Hervé Le Guyader
a récemment publié :
facteurs, Lwoff avait montré tout d’abord maux et aux végétaux restait anecdo- L’Aventure de
que beaucoup étaient des vitamines. tique… jusqu’à ce qu’une récente étude la biodiversité,
Puis il avait trouvé que l’un de ces sur les cétacés la réanime. (Belin, 2018).

92 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-chroniques-evolution.indd 92 04/12/2019 12:56


PLSP0507_092_CR398115.pdf
EN CHIFFRES
62
Le jet d’air et d’eau qu’elle
émet par ses évents lorsqu’elle
expire atteint parfois
90 %
À leur remontée à la surface, les cétacés vident
Dans leur étude sur les pertes
de fonctions chez les cétacés,
Michael Hiller et ses collègues
ont analysé 62 génomes d’espèces
de mammifères : 4 cétacés, 2 pinnipèdes,
3 mètres de haut. environ 90 % du volume de leurs poumons 1 lamantin et 55 espèces terrestres.
en un souffle – une « expiration explosive ».

2
En plongée, la fréquence cardiaque
de la baleine bleue peut descendre
jusqu’à 2 battements par minute,
selon une récente étude menée par Jeremy
Goldbogen, à l’université de Stanford,
et ses collègues. On estime que le cœur
d’une baleine de 70 tonnes pèse
319 kilogrammes et éjecte environ
80 litres de sang par battement.

germano-américaine autour de Michael


Hiller, de l’institut Max-Planck à Dresde.
Les chercheurs ont comparé les génomes
de 62  espèces de mammifères, dont
4  cétacés, afin de trouver, parmi les
presque 20 000  gènes codants connus,
ceux portant des mutations qui empê-
chaient leur traduction en protéines. Leur
attention s’est portée sur les 110 gènes
inactivés chez les deux grands groupes de
cétacés, les mysticètes, ou baleines à
fanons (représentés dans l’étude par la
baleine de Minke), et les odontocètes, ou
baleines à dents (représentés par le grand
dauphin, l’orque et le grand cachalot).
L’inactivation de ces gènes concernant
l’ensemble des cétacés, l’hypothèse la
plus probable est qu’elle ait eu lieu anté-
rieurement à l’ancêtre hypothétique com-
mun des cétacés.
D’un point de vue anatomique, on sait
depuis longtemps qu’en conquérant les À LA RECHERCHE
Sa nageoire caudale mers, les cétacés (baleines, dauphins, DE GÈNES PERDUS
peut atteindre cachalots…) ont perdu un caractère utile à Pour cibler spécifiquement les gènes
le tiers de la longueur leurs cousins terrestres : les pattes posté- devenus inactifs au moment de la transi-
de son corps.
rieures. Leur nageoire postérieure est en tion terre-eau, l’équipe a utilisé le génome
effet une néoformation musculeuse de l’hippopotame commun, le plus
dépourvue de squelette. Les paléontolo- proche parent des cétacés (voir l’encadré
gues ont d’ailleurs exhumé de nombreux page 94), afin de ne garder que les gènes
fossiles qui ont permis de retracer la tran- restés intacts chez ce dernier : sur les
© Dolly Holmes/the Noun Project

sition entre un quadrupède terrestre et un 110 gènes, seuls 85 répondaient à ce cri-


© Getty Images/Michael Nolan

« bipède » aquatique, laquelle s’est produite tère. En guise de validation, les cher-
au cours de l’Éocène, il y a environ 50 mil- cheurs ont ensuite vérifié que ces 85 gènes
lions d’années. Toutefois, les fossiles n’ont étaient bien inactivés chez deux autres
Baleine à bosse
évidemment rien révélé sur l’évolution odontocètes (le béluga et le dauphin de
(Megaptera novaeangliae)
Longueur : 13-14 m (mâle) physiologique de ces singuliers animaux. Chine) et un mysticète (la baleine
et 15-16 m (femelle) C’est à l’étude de cette évolution que boréale). Les fonctions de ces 85 gènes
Poids : 25 à 30 t en moyenne s’est récemment attelée une équipe étant connues chez l’homme et la souris, >

POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020 / 93

pls507-chroniques-evolution.indd 93 04/12/2019 12:56


PLSP0507_093_CR398115.pdf
CHRONIQUES DE L’ÉVOLUTION

> cela leur a permis de comprendre les


conséquences de leur perte chez les céta-
cés. En voici quelques exemples. LES CÉTACÉS, PLUS PROCHES COUSINS
Les gènes F12 et KLKB1 codent deux DES HIPPOPOTAMES
facteurs qui, lors de la coagulation san-

L
es cétacés (baleines, Chiroptères
guine, favorisent la formation du caillot.
dauphins, cachalots…)
Or, au cours de la plongée, les cétacés pré- sont des mammifères Périssodactyles
sentent une baisse de leur rythme car- qui appartiennent à l’ordre
diaque, une réduction du débit sanguin et des cétartiodactyles, où ils Scrotifères
côtoient les tylopodes Carnivores
une vasoconstriction périphérique. La
(chameaux, dromadaires…),
fréquence de ces phénomènes augmente Ferae
les suines (porcs, Pholidotes
le risque de thrombose, c’est-à-dire de for- pécaris…), les ruminants Fereongulés
mation d’un caillot dans les vaisseaux san- (bovins, caprins,
guins. Chez la souris, inactiver ces deux girafes, cerfs…) et Tylopodes
gènes diminue le risque de thrombose. La les hippopotames, dont
ils sont les plus proches.
perte de fonction de ces deux gènes chez Les cétacés sont ainsi Cétartiodactyles Suines
les cétacés leur est donc bénéfique, d’au- plus proches des chameaux
tant plus qu’elle n’empêche pas la forma- que d’autres mammifères Ruminants
tion de caillot lors d’une blessure. aquatiques, comme
les lamantins (hors
de l’arbre ci-contre), Cétruminants Hippopotamidés
DES POUMONS PLUS ÉLASTIQUES ou semi-aquatiques,
Autre exemple : lors d’une plongée comme les phoques. Whippomorphes
Cétacés
profonde, les poumons des cétacés col-
lapsent. Ainsi, le volume des poumons
d’un grand cachalot de 15  mètres n’est
que de 7,5 litres à 1 000 mètres de profon-
deur, alors qu’il est de 750 litres en sur- que les cétacés ne peuvent dormir comme
face. De plus, ces animaux réalisent, à leur les mammifères terrestres, puisqu’ils
remontée, une « expiration explosive » : ils doivent venir régulièrement respirer à la
vident 90 % du volume de leurs poumons surface. On sait comment le problème a
en un souffle. Or Michael Hiller et ses col- été résolu : un seul hémisphère cérébral
lègues ont remarqué qu’un gène jouant dort, tandis que l’autre assure les fonc-
un rôle spécifique dans le système respi- tions essentielles de survie (voir Pour la
ratoire, le gène  MAP3K19, est devenu Science n° 506). Or les gènes AANAT,
inactif chez les cétacés. ASMT, MTNR1A et MTNR1B, indispen-

© The Noun Project/Tatyana, Matthew S Hall, Abby, Samsul Rizal, Ealancheliyan s, Pariphat Sinma, TRAVIS BIRD, parkjisun
Chez l’humain, ce gène s’exprime sables pour la synthèse et l’action de la
dans diverses cellules des bronches et sa mélatonine, l’hormone du sommeil, ont
surexpression est impliquée dans le carrément été perdus chez les cétacés.
développement de la bronchopneumo- Ces pertes ont rendu possible ce mode de
pathie chronique obstructive, une mala- sommeil et ont entraîné un découplage
die due à la cigarette. Or l’inflammation entre le cycle jour-nuit et le cycle som-
induite entraîne la dégradation de l’élas- meil-veille qui, suivant des études sur les
tine, une protéine qui confère son élasti- dauphins, est plutôt corrélé à celui de
cité aux tissus pulmonaires. Le vidage présence-absence des proies. BIBLIOGRAPHIE
des poumons est alors très incomplet, vu
M. Huelsmann et al., Genes
la perte d’élasticité des tissus. Chez les DES GÈNES PERDUS
lost during the transition
cétacés, en revanche, l’inactivation du INDÉPENDAMMENT from land to water
gène MAP3K19 préserve le réseau colla- D’autres fonctions sont touchées par in cetaceans highlight
gène-élastine et donc le souffle. le même processus évolutif : réparation genomic changes
Ce gène est aussi surexprimé chez les de l’ADN, sécrétion de la salive… associated with aquatic
adaptations, Science
patients atteints de fibrose pulmonaire, Impossible de tout décrire. Mais n’ou- Advances, vol. 5,
un excès de tissu conjonctif dans les pou- blions pas un fait capital remarqué par article eaaw6671, 2019.
mons qui serait dû à une réparation anar- Michael Hiller et son équipe : indépen-
chique. Or, si l’on inhibe le gène chez des damment, d’autres mammifères aqua- R. Albalat et C. Cañestro,
Evolution by gene loss,
souris, elles développent moins de tiques (les lamantins) ou semi-aquatiques
Nat. Rev. Genet., vol. 17,
fibroses. Son inactivation chez les cétacés (les pinnipèdes, tels que les phoques) ont pp. 379-391, 2016.
les protégerait donc, eux dont les pou- perdu certains de ces gènes (on parle de
mons sont particulièrement sujets aux convergence). Assurément, on va main- M. R. McGowen et al.,
microblessures du fait de l’amplitude de tenant rechercher un tel processus évo- Molecular evolution
tracks macroevolutionary
leurs mouvements respiratoires. lutif à chaque fois que le génome complet transitions in Cetacea,
Le sommeil des cétacés est aussi le d’un animal assujetti à un environnement Trends Ecol. Evol.,
fruit de pertes de fonctions. Il est évident particulier sera séquencé. n vol 29(6), pp. 336-346, 2014.

94 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-chroniques-evolution.indd 94 04/12/2019 12:56


PLSP0507_094_CR398115.pdf
OFFRE D’ABONNEMENT DURÉE
ABONNEZ-VOUS À LIBRE
3 FORMULES
AU CHOIX

FORMULE FORMULE FORMULE


PAPIER PAPIER INTÉGRALE
+ HORS-SÉRIE

Le magazine papier 12 numéros par an

Le magazine en version numérique 12 numéros par an

Le hors-série papier 4 numéros par an

Le hors-série en version numérique 4 numéros par an

Accès à pourlascience.fr
actus, dossiers, archives depuis 1996

VOTRE TARIF D'ABONNEMENT 4,90 € 6,50 € 8,20 €


PAR MOIS PAR MOIS PAR MOIS

29 % 31 % 43 %
de réduction * de réduction * de réduction *

BULLETIN D’ABONNEMENT
À renvoyer accompagné de votre règlement à :
Pour la Science – Service abonnements – 19 rue de l’Industrie – BP 90053 – 67402 Illkirch Cedex – email : pourlascience@abopress.fr

OUI, je m’abonne à Pour la Science en prélèvement automatique PAG20STD

1 Je choisis ma formule (merci de cocher) et je complète l’autorisation de prélèvement ci-dessous.

FORMULE FORMULE FORMULE


PAPIER 4,90€ PAPIER + 6,50€ INTÉGRALE 8,20€
PAR MOIS PAR MOIS PAR MOIS
• 12 n° du magazine papier - 29 % HORS SÉRIE - 31 %
• 12 n° du magazine (papier et numérique)
- 43 %
• 12 n° du magazine papier • 4 Hors-série (papier et numérique)
DPV4E90 • 4 Hors-série papier PPV6E50 • Accès illimité aux contenus en ligne IPV8E20

2 Mes coordonnées 3 Mandat de prélèvement SEPA


En signant ce mandat SEPA, j’autorise Pour la Science à transmettre des instructions à ma banque pour
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le prélèvement de mon abonnement dès réception de mon bulletin. Je bénéficie d’un droit de rétractation dans
la limite de 8 semaines suivant le premier prélèvement. Plus d’informations auprès de mon établissement bancaire.
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
TYPE DE PAIEMENT : PAIEMENT RÉCURRENT
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Titulaire du compte
..........................................................................
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tél. : .........................................................................................

E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


(indispensable pour la formule intégrale)
Désignation du compte à débiter
J'accepte de recevoir les offres de Pour la Science ☐ OUI ☐ NON BIC (Identification internationale de la banque)
IBAN
* Réduction par rapport au prix de vente en kiosque et l’accès aux archives numériques. Durée d’abonnement : 
1 an. Délai de livraison : dans le mois suivant l’enregistrement de votre règlement. Offre valable jusqu’au (Numéro d’identification international du compte bancaire)
31/03/2021 en France métropolitaine uniquement. Pour un abonnement à l’étranger, merci de consulter notre site
https://boutique.pourlascience.fr. Photos non contractuelles. Établissement teneur du compte
Les informations que nous collectons dans ce bulletin d’abonnement nous aident à personnaliser et à améliorer les Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
services que nous vous proposons. Nous les utiliserons pour gérer votre accès à l’intégralité de nos services, traiter vos
commandes et paiements, et vous faire part notamment par newsletters de nos offres commerciales moyennant le respect Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
de vos choix en la matière. Le responsable du traitement est la société Pour la Science. Vos données personnelles ne seront Code postal Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
pas conservées au-delà de la durée nécessaire à la finalité de leur traitement. Pour la Science ne commercialise ni ne loue
vos données à caractère personnel à des tiers. Les données collectées sont exclusivement destinées à Pour la Science. Organisme Créancier : Pour la Science
Nous vous invitons à prendre connaissance de notre charte de protection des données personnelles à l’adresse suivante : Date et signature 170 bis, bd. du Montparnasse – 75014 Paris
https://rebrand.ly/charte-donnees-pls. Conformément à la réglementation applicable (et notamment au Règlement N° ICS FR92ZZZ426900
2016/679/UE dit « RGPD ») vous disposez des droits d’accès, de rectification, d’opposition, d’effacement, à la portabilité et à N° de référence unique de mandat (RUM)
la limitation de vos données personnelles. Pour exercer ces droits (ou nous poser toute question concernant le traitement
de vos données personnelles), vous pouvez nous contacter par courriel à l’adresse protection-donnees@pourlascience.fr.

Groupe Pour la Science - Siège social : 170 bis, boulevard du Montparnasse, CS20012, 75680 Paris
cedex 14 – Sarl au capital de 32 000€ – RCS Paris B 311 797 393 – Siret : 311 797 393 000 23 – APE 58.14 Z
4 MERCI DE JOINDRE
IMPÉRATIVEMENT UN RIB Partie réservée au service abonnement. Ne rien inscrire

PLS Standard - SEPA_2018.indd 1 03/12/2019 11:02


SCIENCE & GASTRONOMIE

L’AUTEUR
DeS ÉMULSiONS
riCHeS eN CUrCUMa
Pour incorporer de la curcumine aux gouttelettes d’huile d’une sauce
HERVÉ THIS émulsionnée, une technique efficace est celle du « déplacement
physicochimiste,
directeur du Centre d’acidité », où l’on part d’une solution basique que l’on acidifie ensuite.
international de gastronomie
moléculaire AgroParisTech-
Inra, à Paris

L
a chimie est une science qui
élabore ses théories sur une
Curcuma en poudre,
technique faisant grand usage extrait des rhizomes
du feu… comme la cuisine. Il de Curcuma longa.
n’est donc pas étonnant que Le pigment principal
l’on trouve des mécanismes du curcuma
est la curcumine, dont
communs dans la technique de labora- les deux formes
toire et dans la technique culinaire. moléculaires sont
Par exemple, on emploie le sel à la fois indiquées ici.
pour laver des solutions produites par la
chimie organique et pour donner du goût diminuer celle-ci, une solution serait basique, on pourrait utiliser une de ces
à des potages. Dans le premier cas, le ren- d’utiliser une sauce émulsionnée, où des « lessives de cendres » avec lesquelles on
forcement de la force ionique assuré par gouttelettes d’huile sont dispersées dans cuisait les légumes verts pour conserver
l’ajout des ions chlorure et sodium per- une phase aqueuse. leur couleur : on verse de l’eau sur des
met d’éliminer l’eau restant parfois dans Bingjing Zheng et ses collègues notent cendres de bois, dans un filtre analogue à
la phase organique, tandis que, pour les que la manière la plus simple d’obtenir celui du café, et l’on récupère une solu-
potages, le sel donne du goût en provo- une telle émulsion consiste à dissoudre la tion impure de potasse. Toutefois, le
quant le relarguage de composés odo- curcumine dans l’huile, avant de disper- bicarbonate de sodium offre une solution
rants peu solubles dans l’eau. ser l’huile dans la phase aqueuse. plus simple. Et pour acidifier, le vinaigre
Cette fois, nous allons examiner un Cependant, ils montrent que l’élégante blanc ou le jus de citron feront l’affaire.
mécanisme qui fait intervenir l’acidité : technique du « déplacement d’acidité » On retrouvera ainsi la belle couleur

© Tarapong Srichaiyos / shutterstock.com (photo) ; © Wikimedia Commons (formules moléculaires)


Bingjing Zheng et ses collègues, de l’uni- est beaucoup plus efficace et évite des jaune orangé de la curcumine dans une
versité d’Amherst, aux États-Unis, ont dégradations de la curcumine. En quoi émulsion acidifiée. La technique, déjà uti-
utilisé l’acidification d’un milieu basique consiste cette méthode ? lisée pour la confection d’aliments fonc-
pour faire passer de la curcumine dans En milieu basique, la molécule de cur- tionnels et de compléments alimentaires,
des émulsions (J. Agric. Food Chem., cumine est peu soluble dans l’eau, pro- permettrait-elle de produire des sauces,
vol. 67, pp. 12245-12254, 2019), procédé priété liée à la présence de doubles briques d’un art culinaire grandi par la
que l’on pourra exploiter en cuisine. liaisons et de groupes cétone (un atome chimie ? n
La curcumine est le pigment principal d’oxygène lié par une double liaison à un
du curcuma, ou safran des Indes. Cet atome de carbone) sur la chaîne hydrogé-
additif de code E100(i), d’un jaune mer- nocarbonée liant les deux groupes phé-
veilleux, a la particularité d’être peu noliques de la molécule. Or, en milieu
soluble dans les solutions aqueuses, mais acide, l’un des atomes d’oxygène se LA RECETTE
davantage dans les phases hydrophobes, charge négativement, ce qui change la 1 Cuire une aubergine au four à 180 °C
pendant une heure, puis broyer sa chair
telle l’huile. Le cuisinier Pierre Gagnaire couleur (vers le rouge) et rend la molé- avec un peu d’eau et émulsionner avec
propose ainsi une recette qui consiste à cule soluble dans l’eau. de l’huile d’olive.
faire macérer des tronçons de lotte dans D’où l’idée de dissoudre une grande 2 Ajouter du bicarbonate de sodium
de l’huile d’olive additionnée de curcuma quantité de curcumine dans l’eau d’une pour rendre basique la phase aqueuse
et d’ail, avant de cuire le tout et de le ser- émulsion qui a été rendue basique, puis de de l’émulsion réalisée.
vir avec du riz et une confiture d’orange diminuer le pH : la curcumine migre alors 3 Y dissoudre du curcuma en abondance.
et de citron. vers les gouttes d’huile émulsionnées. 4 Acidifier avec du jus de citron.
Mais une telle recette met en œuvre Comment faire ces changements de 5 Servir avec des tronçons de lotte rôtie
beaucoup de matière grasse. Pour pH en cuisine ? Pour obtenir une solution au four.

96 / POUR LA SCIENCE N° 507 / JaNvier 2020

pls507-this.indd 96 04/12/2019 14:40


PLSP0507_096_CR399633.pdf
pls_0493_citeo.indd 71 03/12/2019 11:05
À
PICORER
Retrouvez tous
nos articles sur
www.pourlascience.fr

E
P. 80
TÉTRADE
n mathématiques, cet objet est
une association de quatre formes
planaires identiques et d’un seul
tenant, chacune en contact avec

7,5 LITRES
toutes les autres par au moins un
P. 92
segment de droite ou de courbe.
La « pentade », en revanche, n’existe
Ldeedeprofondeur,
volume des poumons d’un grand cachalot
15 mètres n’est que de 7,5 litres à 1 000 mètres
alors qu’il est de 750 litres
pas : il est impossible de trouver
cinq formes du plan d’un seul tenant
en surface. se touchant deux à deux.

P. 20 Les programmes développés par les informaticiens constituent une part
de notre patrimoine culturel, mais ils disparaissent souvent dès qu’ils ne
sont plus utilisés, car plus personne ne s’en préoccupe GILLES DOWEK
chercheur à l’Inria

P. 60
26 P. 44
QUETZALCOATLUS
Erichesses
C
n 2010, 388 individus e ptérosaure n’a rien à voir avec le quetzal,
détenaient autant de
que la moitié l’oiseau emblématique du Guatemala.
la plus pauvre de la De la taille d’un chasseur F-16, Quetzalcoatlus vivait
population mondiale, il y a plus de 66 millions d’années dans l’actuel
soit environ 3,5 milliards
de personnes ; Texas. Il pesait plus de 300 kilogrammes et arborait une
aujourd’hui, ils ne sont mâchoire plus titanesque que celle d’un Tyrannosaurus rex.
plus que 26, selon Et il volait…
l’organisation Oxfam.

P. 9
2 700 MILLIARDS P. 13 1 020 KM/S

D Lde ’étoile
epuis vingt-cinq ans, l’Antarctique aurait S5‑HVS1, située
à 29 000 années‑lumière
perdu près de 2 700 milliards de tonnes la Terre, s’éloigne du centre
de glace du fait du réchauffement de la Voie lactée à une vitesse
climatique. Des « rivières atmosphériques » radiale de 1 020 kilomètres
par seconde, ce qui en fait
– des circulations d’air chaud et humide – une « étoile hyperrapide ».
y accentuent la fonte des glaces de surface.

Imprimé en France – Maury Imprimeur S.A. Malesherbes – Dépôt légal 5636 – Janvier 2020 – N° d’édition : M0770507-01 – Commission paritaire n° 0922 K 82079 –
Distribution : Presstalis – ISSN 0 153-4092 – N° d’imprimeur : 24676 – Directeur de la publication et gérant : Frédéric Mériot.

pls507-apicorer.indd 98 04/12/2019 18:18


PLSP0507_098_CR406345.pdf
Inventé au 19ième siècle. Optimisé pour aujourd’hui.

Distribution des contraintes de von Mises dans le carter d’un moteur à


induction avec prise en compte des effets électromécaniques.

Au 19ème siècle, deux scientifiques ont inventé séparément


le moteur à induction AC. Aujourd’hui, c’est un composant
commun en robotique. Comment y sommes nous arrivé, et
comment les ingénieurs d’aujourd’hui peuvent-ils continuer
d’améliorer ces moteurs?
Le logiciel COMSOL Multiphysics® est utilisé pour simuler des
produits, des systèmes et des procédés dans tous les domaines
de l’ingénierie, de la fabrication et de la recherche. Découvrez
comment l’appliquer pour vos designs.
comsol.blog/induction-motor

1P_comsol.indd 99 11/10/2019 09:10


1P_ademe_cofinance.indd 2 11/10/2019 09:10