Sunteți pe pagina 1din 2

atelier MÉTIER

© LG

L’éducation à l’empathie,
une arme contre les violences
L’empathie, c’est « la capacité de
reconnaître en l’autre une autre Au Mans, une amélioration
version possible de soi-même »
selon les termes du sociologue du climat scolaire
Omar Zanna. La compréhension
d’autrui permet de percevoir ceux

V
qui nous entourent comme des ingt classes de CM1 puis de CM2 enseignants, des parents. Après une forma-
sujets et non comme des objets de l’agglomération du Mans, tion des professeurs des écoles engagés
dans le Sarthe, ont suivi des pro- dans le projet, des séances ont été conduites
16 e UNIVERSITÉ D’AUTOMNE DU SNUIPP - 19-20-21 OCTOBRE 2016

que l’on peut maltraiter. Afin de grammes d’éducation à l’empa- pendant deux ans dans les classes par les
lutter contre les violences scolaires thie, entre juin 2012 et décembre enseignants, des étudiants, des universi-
et le harcèlement, des programmes 2014, sous la houlette d’Omaz Zanna. Une taires. Les parents ont également été asso-
expérience évaluée par des chercheurs pour ciés dans des rencontres « goûters ».
d’éducation à l’empathie sont le Fonds d’expérimentation pour la jeu- L’évaluation s’est faite par entretiens indi-
conduits depuis plusieurs années nesse (FEJ) et qui a montré les retombées viduels, questionnaires, observations de
dans les écoles. positives sur le bien-être des élèves, des groupes et données chiffrées.

BAISSE DES SITUATIONS DE VIOLENCE ENTRE 2013 ET 2014 UN PLUS GRAND SENTIMENT DE BIEN-ÊTRE

2013
2014
2013 2014 2014 Je me sens bien
2013
53,3 % SUR LE CHEMIN DE L’ÉCOLE 61,8 %
24 % 2014 32,1 % 47,8 %
31,5 % 29,9  % 52 % À LA GRILLE 66 %
38 12,3 %
2013
56 % DANS LES COULOIRS 67 %
exclusion 59 % DANS LA CLASSE 67 %
harcèlement bagarre

Quelques-uns des résultats de l’évaluation sur 433 élèves interrogés. Données LERFAS
(Laboratoire d’études, recherche, formation en action sociale), mars 2015.

FSC_429_ER_BAT.indd 38 27/10/2016 13:38


16 e

UNIVERSITÉ
d’automne
« Apprendre à se poser la du SNUipp

question de qui est autrui »


OMAR ZANNA
Omar Zanna, docteur en sociologie et en psychologie, maître de conférences de
l’université du Maine (72), est actuellement responsable du laboratoire Violences,
Identités, Politiques au Mans. Il intervient régulièrement sur les questions de
prévention dans les réseaux de l’Éducation nationale, de la Protection judiciaire de la
jeunesse (PJJ) et de l’animation des politiques de la ville, ainsi que sur les
programmes d’éducation à l’empathie notamment en milieu scolaire. En 2015 il a
© MIRA / NAJA

publié « Apprendre à vivre ensemble en classe » (Dunod), « Le corps dans la relations


aux autres », (PUR) et coordonné « Corps et climats scolaire » (Revue EPS)

La loi de refondation de 2013 laire favorisant le développement comme les « Les Mousquetaires » ver le tableau que vous avez en face
prône une école bienveillante. de ce que l’on pourrait appeler ou « À la lisière de la frontière », de vous et essayer de le reproduire
Comment cela se concrétise l’« intelligence émotionnelle », et chaque élève prend la place de avec vos corps ». Généralement et
dans les programmes ? l’autre à un moment sans attendre, un élève prend la
OZ. Il y a une vraie avancée dans dans le jeu. Chacun main et place ses camarades à
les programmes, on considère « L’autre devient alors une  vit ce que l’autre vit. partir de sa lecture du tableau.
désormais que l’école n’est pas
simplement un lieu de connais-
version possible de soi à  Ce faisant, les émo-
tions générées par la
Quand les élèves considèrent
avoir terminé, il leur est demandé
sances mais également un lieu de
savoir-être. Longtemps l’école a
respecter comme soi. » mise en jeu des
corps notamment,
de se rappeler les positions incar-
nées. Mettre ainsi son corps à
fait fi des émotions et du corps permettent d’édu- disposition d’autrui, c’est dépo-
donc, sinon pour le redresser, le donc de l’empathie, représente un quer au sens de l’autre. L’autre ser chez lui une confiance néces-
contrôler. Si les pédagogies alter- support efficient. Efficient parce devient alors une version possible saire pour laisser libre cours à ses
natives comme Freinet ont voulu qu’il ferait en sorte que les enfants de soi, à respecter comme soi. émotions en présence d’autrui.
donner une place à l’expression d’aujourd’hui deviennent des Le sculpteur, de son côté, prend
des élèves, notamment corporelle, citoyens de demain aussi respon- conscience qu’il manipule une
ce n’est pas un hasard. Les nou- sables que solidaires. Aussi, au Quels outils sont à disposition pâte humaine avec laquelle il
veaux programmes - l’EMC sein d’une école de plus en plus pour les enseignants ? compose et, par empathie, vibre
notamment - appréhendent multiethnique, cette disposition, OZ. Il n’y a pas besoin de matériel à l’unisson. Ce type d’enseigne-
davantage les élèves de manière comme occasion d’une écoute spécifique, il faut partir de ce ment où se cultive l’empathie
globale considérant que l’enfant active, peut devenir une précieuse qu’on a déjà. Par exemple des fait écho aux objectifs du socle
vient tout entier à l’école. Avant compagne pour des enseignants grandes reproductions de commun de connaissances, de
ces textes on pouvait entendre confrontés au quotidien à des tableaux de maîtres que l’on compétences et de culture signi-
« Oui c’est bien l’éducation à l’em- classes dont les élèves composent trouve dans les classes. On fiant l’intérêt d’enseigner aux
pathie mais où est-ce que je place ça au regard de leurs origines, annonce : « Aujourd’hui, on va au élèves la possibilité de com-
dans les programmes ? » Avec les sociales et culturelles, une musée, vous allez faire la visite prendre, de se comprendre et de
nouveaux programmes, il y a mosaïque de perceptions et d’ac- dans le sens que vous voulez ! s’exprimer en utilisant les lan-
comme une autorisation à le faire. tions. En adoptant la perspective Quand vous aurez fait le tour, vous gages des arts et du corps. Tout
d’autrui, l’empathie permet éga- vous mettrez devant le tableau qui cela suppose de développer des
lement de réduire les risques de vous parle le plus ». Au bout d’une aptitudes à pouvoir se lier et à se
Pourquoi enseigner positions extrêmes qui ne posent quinzaine de minutes, des petits re-connaître qui s’acquièrent
l’empathie à l’école ? jamais la question de qui est dans l’expérience
OZ. Dans la mesure où elle autrui. concrète des rela-
concerne tous les enfants, l’école « Un apprentissage  tions avec autrui.
représente un espace privilégié Précisons également
d’éducation à l’empathie. L’intro- Et lutter contre le réalisé sur fond d’émotion  qu’un apprentissage
duction d’une éducation à l’em- harcèlement ? réalisé sur fond
pathie, dès l’école, vient OZ. Oui. Le harcèlement selon la donne de la saillance aux  d’émotion donne de
MÉTIER

judicieusement renforcer les définition qu’en donne Eric la saillance aux


apprentissages disciplinaires et Debarbieux, ce sont des micro- situations éducatives » situations éduca-
les compétences à maîtriser défi- violences répétées. Quand tives. Ce faisant, la
nis dans les programmes. Si l’on
accepte l’idée que l’apprentissage
quelqu’un est malmené, on peut
penser qu’il n’est pas appréhendé
groupes de trois à cinq se forment
devant certains tableaux. Ensuite
mémoire trouve plus facilement
à s’y accrocher et rend ainsi plus
39
est basé sur les émotions empa- comme un autre soi-même pos- une nouvelle consigne est propo- pérennes les apprentissages.
thiques, alors un programme sco- sible. Si on met en place des jeux sée: « Vous allez maintenant obser- PROPOS RECUEILLIS PAR LAURENCE GAIFFE

FSC_429_ER_BAT.indd 39 27/10/2016 13:38