Sunteți pe pagina 1din 1

Le consentement de la victime

De même, le consentement de la victime demeure sans incidence sur le meurtre. Dans ce cas on retient seulement la volonté de l’homme.
L’euthanasie reste donc interdite, exception faite des cas d’euthanasie prévus par la loi Léonetti de 2005. L’assistance active au suicide demeure
également un meurtre.

4) LES CIRCONSTANCES AGGRAVANTES


La préméditation
Le meurtre commis avec préméditation constitue un assassinat. Il fait encourir à son auteur la peine de réclusion criminelle à perpétuité, comme
l’indique l’article 221-3 du Code pénal.
La préméditation est définie par l’article 132-72 du Code pénal comme le dessein formé avant l’action de commettre un crime ou un délit déterminé.
En d’autres termes, il s’agit d’un meurtre réfléchi, prévu avant le passage à l’acte.

Le guet-apens
Le meurtre commis avec guet-apens constitue lui-aussi un assassinat et encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité comme l’indique  l’article
221-3 du Code pénal.
Le guet-apens consiste en le fait d’attendre un certain temps dans un lieu déterminé une ou plusieurs personnes afin de commettre à leur encontre une
ou plusieurs infractions, comme l’indique l’article 132-71-1 du Code pénal.

La commission du meurtre en relation avec une autre infraction


Tout d’abord l’article 221-2 alinéa 1 du Code pénal dispose que le meurtre qui précède, accompagne ou suit un autre crime encourt la peine de
réclusion criminelle à perpétuité.
Ensuite, l’alinéa 2 du même article dispose que le fait par le meurtre de préparer, de favoriser un délit, de favoriser la fuite de l’auteur d’un délit ou de
favoriser son impunité encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité.

La bande organisée
L’article 221-4 8° du Code pénal dispose qu’est encourue la peine de réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre commis en bande organisée.
La bande organisée se définit par l’article 132-71 du Code pénal comme le fait de former un groupement ou une entente dans le but de préparer une ou
plusieurs infractions, préparation qui se manifeste par un ou plusieurs actes concrets.

L’aggravation tenant à la qualité de la victime


L’ARTICLE 221-4 DU CODE PÉNAL ÉNONCE DIVERSES INFRACTIONS TENANT À LA QUALITÉ DE LA VICTIME FAISANT ALORS ENCOURIR AU

MEURTRIER LA RÉCLUSION CRIMINELLE À PERPÉTUITÉ.

C’EST LE CAS LORSQUE LA VICTIME EST :

 Mineure de 15 ans au moment des faits ;

 Un ascendant du meurtrier ;

 Une personne d’une particulière vulnérabilité.


La vulnérabilité peut être due à l’âge,
Puis, à une maladie,
Aussi, à une infirmité,
Ensuite, à une déficience physique ou psychique,
ou encore à un état de grossesse (si l’état est apparent ou connu de l’auteur du meurtre).

ENSUITE, IL EXISTE :