Sunteți pe pagina 1din 32

Protozoaires

Pr. S. AOUFI
Objectifs du cours
Pour chaque protozoaire :

 Etudier les caractéristiques :


*Epidémiologiques (morphologie du parasite, sa biologie, son cycle
évolutif et le mode de contamination)
*Cliniques : le minimum
 Décrire les méthodes pratiques du diagnostic
 Répertorier les protocoles essentiels du traitement
 Développer les approches prophylactiques
• Protozoaires: microorganismes unicellulaires
• 5 groupes de protozoaires parasitent l’homme
– Rhizopodes ou amibes: parasites du colon. Ils se déplacent grâce
à des pseudopodes

– Flagellés: se déplacent grâce aux flagelles


• Plyflagellés parasites cavitaires (Giardia, Trichomonas)
• Monoflagellés parasites tissulaires (Leishmania, Trypanosoma)

– Ciliés: déplacement par des cils vibratiles (Balantidium coli: seul


parasite du tube digestif de l’homme)

– Sporozoaires ou Coccidies: développement obligatoire dans les


cellules de l’hôte

– Microsporidies: parasites de la muqueuse intestinale


Amibiase
Amœbose
Introduction

• Amibiase: infection par un protozoaire


rhizopode (se déplace en émettant des
pseudopodes): Entamœba histolytica avec ou
sans manifestations cliniques.

• maladie fréquente

• prédominance intestinale
• Amibiase←Entamœba histolytica (E. histolytica)

pouvoir pathogène

• Parasite spécifique de l’homme



côlon→ colite subaigue

métastases→ localisations viscérales
(foie, poumon, cerveau…)
• Amibiase: maladie parasitaire liée au péril
fécal

• Elle représente un problème de santé


publique → Maroc

• Selon OMS, elle affecte 10% de la population


mondiale
Répartition géographique
• Cosmopolite

• Fréquente dans les pays à hygiène précaire

• Asie, Amérique latine, Afrique

• Maroc: pays de forte endémicité


Agent pathogène: E. histolytica
• A/ Morphologie:
E. histolytica: 2 formes végétatives
1 forme kystique

1/ Forme végétative:
a/ Type histolytica (E.histolytica histolytica):
*forme hématophage pathogène et présente dans les tissus
*20 à 40 µm
*mobile→pseudopodes unidirectionnels
*Cytoplasme: endoplasme et ectoplasme
*Noyau
• b/ Type minuta (E. histolytica minuta):
15 à 25 µm
Jamais de globules rouges
présente dans la lumière du tube digestif

2/ Forme kystique:
Présente dans le tube digestif et le milieu extérieur
Forme de dissémination et de résistance
Découle de la forme minuta, E.h.h ne s’enkyste jamais+++
12 à 16 µm
Kystes: 1 et 2 noyaux +/-
4 noyaux: mâtures et infestants+++
B/ Cycle évolutif de l’amibe

• Le cycle est double:


- non pathogène → dissémination
- pathogène → forme histolytica

1/ Cycle non pathogène: Amibiase infestation


Présence dans la lumière du côlon des formes
végétatives minuta et des kystes
• 2/ Cycle pathogène: Amibiase maladie

forme minuta
↓↑
forme histolytica (E.h.h) hématophage pathogène
Envahit les tissus→ ulcération de la muqueuse →
sous muqueuse → multiplication → dissémination
par voie sanguine
C/ Biologie:

1/ Nutrition:
-Phagocytose:
bactéries + grains d’amidon → forme
minuta
globules rouges → forme histolytica
hématophage

-Osmose
2/ Résistance:
- F. végétatives: très fragiles sont détruites
- Kystes: résistants, restent viables
assurent transmission du parasite
détruits par T°> 68°C et par
congélation à -10°C
D/ Transmission
• Seuls les kystes transmettent la maladie++++
• Par voie orale par ingestion des kystes
• Transmission indirecte par: eau, fruits et légumes
souillés; mouches
• Parfois la transmission est directe dans les
collectivités à hygiène rudimentaire
Clinique
• A/ Amibiase intestinale:
1/ Amibiase intestinale aigue: Dysenterie amibienne:
Début brutal
Douleurs abdominales intenses caractéristiques:
épreintes et ténesme+++
Selles tricolores (sang+glaire)
Diarrhées avec émissions afécales: 10 à 15 selles/jour constituées de
mucus sanglant « crachat rectal »
Etat général conservé, pas de fièvre+++
2/ Les formes atténuées:
Observée dans 80% des cas, Diarrhées modérées: 4 à 8 selles/j

Évolution sous traitement est favorable avec guérison sans séquelles


Sans traitement, l’évolution se fait vers la colite chronique et/ou
l’essaimage viscéral
Clinique
• B/ Amibiase extra-intestinale:
complication de l’amibiase intestinale
1/ Amibiase hépatique (80% des localisations)
Hépatite amibienne diffuse puis abcès amibien
Triade: Douleur + Fièvre (39°C) + Hépatomégalie
Altération de l’état général
2/ Autres:
-Amibiase pleuro-pulmonaire
-rarement: cerveau, peau, cœur…..
Diagnostic biologique
• A/ Amibiase intestinale:
*La maladie est suspectée cliniquement

*Biologie: NFS – VS normales

*Rectoscopie: ulcérations en «coup d’ongle» → prélèvements dirigés

*Diagnostic = examen parasitologique des selles++++

*Pour les formes asymptomatiques, seul l’examen


systématique des selles permet le diagnostic: kystes et/ou
des formes végétatives minuta à l’examen microscopique
• Si selles muco-sanglantes: mucus et sang doivent être
prélevés → examen microscopique: formes végétatives
E.histolytica histolytica mobiles+++ et hématophages

• Examen réalisé sur des selles fraîchement émises; sinon


conserver les selles dans un fixateur (MIF)

• 3 examens parasitologiques des selles à quelques jours


d’intervalle

• Culture: milieux liquides, milieux diphasiques: de Dobell et


Laidlow
• B/ Amibiase hépatique:
NFS: hyperleucocytose ↑↑polynucléaires neutrophiles
VS: > 50 mm à la 1ère heure
Tests hépatiques: peu perturbés
Radiologie: échographie – scanner abdominal

1/Diagnostic parasitologique:
Recherche E.histolytica histolytica dans le liquide de ponction:
pus brun chocolat stérile
Exame parasitologique des selles: peu d’intérêt
• 2/ Sérologie +++:
il existe plusieurs tests sérologiques

immunofluorescence indirecte (IFI) est la plus


utilisée. Elle est spécifique et elle a une grande
valeur diagnostique.

sérologie est positive dans 100% des cas d’amibiase


hépatique
Traitement
A/ Amœbicides tissulaires (E.h.h):
Nitro-imidazolés: métronidazole: Flagyl*
(30 à 50 mg/Kg/j en 3 prises x 7 à 10 j)
secnidazole: Flagentyl*
(2 g/j x 1 à 3 j)
tinidazole: Fasigyne*

B/ Amœbicides de contact (E.h. minuta + kystes):


Oxyquinoléines: Intetrix* (4 gélules/j x 10 j)
• L’efficacité thérapeutique doit être confirmée par
un examen parasitologique des selles après la fin
du traitement

• L’homme peut êtra porteur d’autres amibes


intestinales non pathogènes et ne nécessitant
aucun traitement ( Entamœba hartmani, E. coli,
E. dispar…)
Prophylaxie
• Absence de vaccination
• Prophylaxie générale:
- Éducation sanitaire
- Hygiène fécale
- Construction des latrines
• Prophylaxie individuelle:
- Hygiène des mains
- Traitement de l’eau de boisson
- Lavage des crudités