Sunteți pe pagina 1din 8

1ere Année BTS

Conception du Produit Industriel

Notes de cours :

Machine asynchrone

Réalisé par :
Prof : A. EL FARNANE

Physique Appliquée 29/05/2014


Machine asynchrone

I. Introduction:
Les machines asynchrones sont très utilisées (on estime que 80% des moteurs de la planète sont
des moteurs asynchrones) du fait de sa facilité de mise en œuvre, de son faible encombrement, de son
bon rendement et de son excellente fiabilité. De plus ces machines sont robustes et leur coût est
inférieur à celui des autres machines. Son seul point noir est l’énergie réactive toujours consommée
pour magnétiser l’entrefer. Les machines triphasées alimentées directement sur le réseau, représentent
la grande majorité des applications. Comme les autres machines, la machine asynchrone est réversible.

II. Structure et Principe de fonctionnement:


1- Définition:
On appelle machine asynchrone, une machine électrique de vitesse variable, à courant alternatif,
qui a deux enroulements dont un seul (le primaire) est alimenté par un réseau électrique de pulsation ω;
alors que la 2ème (le secondaire) est fermé sur lui-même ou sur des résistances électriques,
généralement ce type de machines est plus utilisée en moteur asynchrone (en triphasé).
2- Structure:
Une machine asynchrone comprend généralement :

 un stator (inducteur) triphasé comportant p paires de pôles par phase, identique à celui d’une
machine synchrone.
 un rotor (induit) constitué de conducteurs mis en circuit fermé. On rencontre deux types de
rotor :
 Rotor à bagues (rotor bobiné) : l’enroulement, semblable à celui du stator, comporte p
paires de pôles par phase ; les trois paires sont reliées à trois bagues qui permettent
d’insérer un rhéostat dans le circuit rotorique. Ce moteur est aussi nommé moteur à
bagues.
 Rotor à cage : le rotor est constitué de barreaux de cuivre ou d’aluminium reliés aux deux
extrémités par deux couronnes conductrices. Ce modèle (en forme de cage d’écureuil)
peu coûteux et très robuste est le plus répandu.
Afin d’éviter l’affaiblissement du champ magnétique statorique dû à une trop grande réluctance, le rotor
est empli de disques de tôles d’acier de faible épaisseur (2 à 3 dixième de millimètre) et isolés
électriquement par traitement chimique de la surface (phosphatation). Pour mémoire, le fer est le
matériau le moins réluctant.

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 1


Machine asynchrone

3- Principe de fonctionnement
L’enroulement statorique (primaire) reçoit de l’énergie électrique du réseau de pulsation ω, ce qui
crée un champ tournant à la vitesse angulaire synchrone ; ce champ, en balayant les
enroulements rotoriques (secondaires) y induit des f.e.m et donc des courants, car les spires sont
fermées sur elles-mêmes. Ces courants induits produiront
à leur tour un champ qui sera de sens opposé au champ
du stator (d’après la loi de Lenz : la f.e.m induite tend à
s’opposer à la cause qui l’a produite). La réaction du
courant secondaire sur le champ primaire provoquera un
couple moteur qui entrainera la mise en mouvement du
rotor dans les sens du champ tournant primaire. A fin et à
mesure que le rotor augmentera sa vitesse de rotation, la
différence entre la vitesse angulaire du champ tournant et
la vitesse angulaire du rotor diminuera. Et la pulsation des
courants secondaires diminuera aussi.

III. Glissement - fréquences rotoriques:


1- Glissement:
Le rotor tourne à une vitesse Ω inférieure à la vitesse de synchronisme ΩS du champ tournant, on
dit que le rotor glisse par rapport au champ tournant. On introduit une grandeur fondamentale, sans
nS  n
dimension, le glissement g définit par :
nS
nS : La fréquence de rotation du champ tournant en tours par seconde [tr.s-1]
n : La fréquence de rotation du rotor en tours par seconde [tr.s-1]
2- fréquences rotoriques:
 Fonctionnement en moteur:
Cas limites:
 au synchronisme n = nS donc g=0
 au démarrage n=0 donc g=1
Ce qui donne : 0<g<1. Pour le fonctionnement moteur n est en retard par rapport à nS (n< nS)
 Fonctionnement en génératrice :
Cas limites:
 au synchronisme nS =n donc g=0
 lorsque la vitesse dépasse la vitesse de synchronisme donc g
n sera en avance par rapport à nS car le rotor est entrainé par un moteur d’entrainement.
n> nS et donc g<0
 Fonctionnement en frein électrique :
La machine fonctionne en frein, lorsque la vitesse n est négative par rapport à nS ; c'est-à-dire que le
rotor tourne dans le sens inverse par rapport au champ tournant statorique.
Cas limites:
 à l’arrêt n=0 donc g=1
 lorsque la vitesse dépasse la vitesse de synchronisme donc
ce qui donne g ≥ 1

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 2


Machine asynchrone

Résumé:
Démarrage
n= nS synchronisme
0<n< nS moteur
n> nS Genératrice

IV. La plaque signalétique – Le couplage:


1- Le couplage:
Sur la plaque signalétique d’un moteur asynchrone, deux tensions sont
indiquées, par exemple 230 V et 400 V. Seule la plus petite des deux
tensions est à prendre en considération pour le couplage, elle doit être
appliquée aux bornes d’un enroulement.
 Le couplage en étoile
Dans un couplage en étoile, chaque enroulement est soumis à la tension simple v (t), tension entre
phase et neutre. Chaque enroulement est traversé par le courant de ligne i (t).

 Le couplage en triangle
Dans un couplage en triangle, chaque enroulement est soumis à la tension composée u (t), tension entre
deux phases. Chaque enroulement est traversé par le courant j(t) de valeur efficace J, ce courant n’a de
raison d’être que pour ce type de couplage. Les valeurs efficaces de i(t) et j(t) sont reliés par : √
i (t)
3
j (t)

u (t)

2
v (t)
1
N
Réseau Ligne Charge

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 3


Machine asynchrone

2- choix de type de couplage:


La plus petite tension inscrite sur la plaque signalétique du moteur doit se retrouver aux bornes d'un
enroulement. Suivant le réseau triphasé utilisé, le couplage sera en étoile ou en triangle.
Exemples :

Réseau Moteur 127 V/230 V Moteur 230 V / 400 V Moteur 400 V/ 660 V

127 V/230V Etoile Triangle Aucun

230 V / 400 V Aucun Etoile Triangle

400 V / 660 V Aucun Aucun Etoile

Règle :
Si la petite tension du moteur est égale à la tension simple du réseau, le stator sera couplé en
étoile, et si elle correspond à la tension composée du réseau, on couple le stator en triangle.
3- Plaque signalétique:
Exemple de plaque signalétique d'un moteur asynchrone triphasé industriel :

Si on travaille sur une installation de 400 V (tension entre phases), il faudra coupler le stator en étoile. Et
Si on travaille sur une installation de 230 V, il faudra coupler le stator en triangle.
Dans le cas d'un couplage triangle (Δ): U = 230 V ; Le courant de ligne est I = 57 A ; cos ϕ= 0,88.
Pa = U.I.√3.cos ϕ = 230x57x√3.0,88 = 20kW.
Dans le cas d'un couplage étoile (Y): U = 400 V ; Le courant de ligne est I = 33 A ; cos ϕ = 0,88 .
Pa = U.I.√3.cos ϕ = 400x33x√3.0,88 = 20kW.
Pa = 20 kW
Ce qui conduit à un rendement au point de fonctionnement nominal : ɳ = Pu/Pa =17 kW / 20 kW
ɳ= 0,85.
Et au même point de fonctionnement, le moment du couple utile Tu = Pu/Ω =Pu/ (2πn/60).
Tu = 17 000/(2.π 1427 /60)= 114 N.m Tu = 114 N.m
La fréquence de synchronisme est 1500 tr/min ==> p =2 ==> g = (ns-n)/ns
g= (1500 - 1427)/1500 = 4.9% g = 4.9%

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 4


Machine asynchrone

V. Fonctionnement du moteur asynchrone:


1- Fréquence des courants induits:
Le rotor tourne à la vitesse et est balayé par un champ à la vitesse , La vitesse du champ relatif qui
balaye les conducteurs rotoriques est donc , on en déduit on en déduit la formule donnant
la fréquence correspondant à un glissement donné g :
: La vitesse angulaire de rotation du stator par rapport au rotor.
Ω : La vitesse angulaire.
: La vitesse angulaire de rotation du rotor par rapport au stator.
2- Schéma équivalent monophasé :
La machine asynchrone est constituée de deux ensembles de bobinages triphasés enroulés sur le même
circuit magnétique. Par analogie, on peut alors considérer qu’elle est équivalente, à l’arrêt, à un
transformateur triphasé. On représente le schéma de principe correspondant ainsi que le schéma
monophasé :

En pratique, on le Schéma équivalent monophasé simplifié :

3- Caractéristique mécanique Tu(n) :

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 5


Machine asynchrone

4- Bilan des puissances:


Description :
Le cheminement de la transformation de l’énergie électrique en énergie mécanique est donné par la
figure suivante.

Bilan détaillé :

Bilan détaillé

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 6


Machine asynchrone

5- Le rendement

6- Expression de différentes grandeurs:


Expression du courant I2
D’après le schéma équivalent monophasé simplifié on
montre que :

Puissance transmise au rotor Ptr :


Cette puissance s’écrit :
On peut également exprimer directement la puissance transmise au rotor sous la forme :

Expression des pertes Joules rotoriques Pjr :


Les pertes Joules au rotor s’écrivent :
On préfère souvent à cette expression, la relation particulière qui les relie à la puissance transmise au
rotor :
Expression du couple électromagnétique :
Le couple électromagnétique est le quotient de la puissance mécanique fournie au rotor par la vitesse
de rotation. On écrit alors :
Il suffit alors de remplacer l’expression de , puis celle de , on obtient ainsi :

si le glissement est faible, on retient :

BTS-CPI /Prof: A. EL FARNANE Page 7