Sunteți pe pagina 1din 173

JANUA LINGUARUM

STUDIA MEMORIAE
NICOLAI VAN WIJK DEDICATA

edenda curat
C. H. VAN SCHOONEVELD
Indiana University

Series Practica, 228


LES MOTS COMPOSES
DANS
LES LANGUES ROMANES

par

ANCA GIÜRESCU
U N I V E R S I T E DE BUCAREST
FACULTE DES LANGUES ROMANES

1975

MOUTON
THE HAGUE · PARIS
Get ouvrage parait par les soins de
EDITURA ACADEMIEI REPUBLICn SOCIALISTS ROMANIA
et de
MOUTON & Co. B. V. PUBLISHERS

ISBN 90 279 3481 9

Les droits de reproduction du present ouvrage appartiennent


ä
EDITURA ACADEMIEI REPUBLICII SOCIALISTS ROMANIA
Bucuresti, Calea Victoriei 125

PRINTED IN ROMANIA
AVANT-PROPOS

Get ouvrage, nous l'avions envisage" d'abord comme une roponse ä la


question de la nature des mots composes, de leurs rapports avec les mots
simples, les syntagmes accidentels, les expressions. Le cours de nos in-
vestigations nous a pourtant amende a considorer l'opportunito d'une
approche transformationnelle des categories des composes dans les lan-
gues romanes contemporaines. Ce que nous soumettons au jugement du
lecteur ce sont done, d'une part, des criteres de delimitation des com-
poses, d'autre part, des solutions transformationnelles qui permettent
d'expliquer l'apparition de ces formations.
Nous esperons que la comparaison des formations et des procodes
les engendrant feront ressortir clairement l'unito des quatre langues
romanes en question — le roumain, l'italien, le francais et l'espagnol.
Nous tenons ä remercier vivement le Professeur lorgu Jordan pour
sa precieuse aide dans l'orientation de nos recherches et de son appui ä
la publication du present ouvrage.

A.G.
TABLE DES MATIERES

Avant-propos 5
AbreViations 9
Symboles 11
Chapitre I - RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES . . . . 33
Ghapitre II - LE MOT COMPOSE - DEFINITION DU CONCEPT 29
Chapitre III - LES FORMANTS DES SYNTHEMES PRIS λ L'ASPECT
CONTEMPORAIN DU ROUMAIN, DE L'ITALIEN, DU FRAN£AIS
ET DE L'ESPAGNOL 55

Synthemes-substantifs. Structure de surface 57


Synthemes-ad jectif s. Structure de surface 82
Synthemes-verbes. Structure de surface 92
Synthemes-adverbes. Structure de surface 96
Synthemes-pronoms. Structure de surface 102
Synthemes-numeraux. Structure de surface 106
Synthemes-propositions. Structure de surface 109
Synthemes-conjonctions. Structure de surface 111

Chapitre IV - STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS . . . . . 117


— Synthemes-noms 119
— Synthemes-adjectifs 143
— Synthemes-verbes . 152
CONCLUSIONS 159
BIBLIOGRAPHIE 161
I — AbreViations bibliographiques 161
II — Dictionnaires consultes 161
III — CEuvres litte"raires et collections de revues consultees 162
Index des auteurs 163
Index des mots 165
ABREVIATIONS

a.fr. = ancien fran§ais


chap. = chapitre
cf. — conform^ment a
espg. = espagnol
fr. = frangais
it. = Italien
lat. = latin
lat. cl. = latin classique
lat. pop. = latin populaire
lat. vl. = latin vulgaire (bas latin)
myth. = mythologie
n° — numero
op. cit. — opus citatum
p. - page(s)
portg. — portugais
roum. = roumain
roum.pop. = roumain populaire
s. = siecle
v. = voir
S YM BOLES

A adjectif
Adj Symbole de l'adjectivation
Adv adverbe
AdvP adverbe propositionnel
Art article
Aux marques grammaticales (verbe)
Comp conjonction du comparatif
Conj conjonction
D determinant
flex marques flexionnaires (pronoms)
Flex marques flexionnaires (nom)
GA groupe adjectival
GAdv groupe adverbial
verbe au ge"rondif
GN groupe nominal
GPred groupe prodicatif
GProp groupe propositionnel
GV groupe verbal
Inf verbe ä l'infinitif
N nom
Neg negation ou nogatif
nom au genitif
Nmz = Symbole de la norninalisation
Num = numeral
p = proposition
Part = participe passe
part = (adjectif) participial
PartPros = (verbe au) participe present
Pos == possessif (Symbole qui doclenche
la transformation sum pro habeo)
PrDem = pronom d^monstratif
pr^doterminants
12 SYMBOLES

Prep proposition
Prlnd pronom indefini
pron pronominal
PrPers pronom personnel
PrPos pronom possessif
PrKefl pronom roflochi
PrEel pronom relatif
qual (adjectif) qualificatif
rel eloment de relation
Eel Symbole de la phrase relative
Τ transformation
T(adj) „ adjectivale
T(attrib) „ attributive
T(nmz) ,, nominale (ou nominalisation)
T(omis) „ d'omission (effacement)
T(rel) „ relative
T(perm) ,, de permutation (deplacement)
T(vb) ,, verbale (ou verbalisation)
V verbe
Vaux verbe auxiliaire
Vb Symbole de la verbalisation
Vsup verbe au supinum
signe de concatenation
provient de
devient
non attest^
non identique
identique du point de vue reforentiel
Φ pause (frontiere)
0 zoro
se roocrit par
Symbole de la transformation
(••Ο elements facultatifs
elements au choix
dans le contexte
CHAP1TRE l

RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

1.0. Parmi les otudes — assez peu nombreuses, consacroes a la for-


mation des mots dans les langues romanes — probleme que E. Gamillscheg
dofinissait ainsi: «Die romanische Wortbildungslehre ist trotz einzelner
Ansätze zu einer neuen Problemstellung Stiefkind der Wissenschaft
geblieben »T — la composition a fait genoralement l'objet d'une analyse
a part reposant sur des types de composes du latin ce qui, la plupart du
temps, a eu pour effet d'envisager les formations romanes d'un point de
vue strictement historique.
Les ouvrages d'une portee gonerale aussi bien que ceux dedios a la
seule description d'une langue romane, comprennent de nombreux exem-
ples de composes ainsi que diverses approches th^oriques du probleme,
bien que les langues noolatines semblent se situer a la limite inforieure
quant ä l'utilisation de ce procodo 2.
1.1. Tous ceux qui ont abordo ce probleme sont d'accord pour ad-
mettre que dans les langues romanes les composes rosultent de la fusion
de deux mots dans une nouvelle unito 3 et que seulement le sens indique
le passage de deux unitos somantiques ä une seule. On pense ogalement
qu'il y a deux types fondamentaux de composes : syntaxiques (obtenus
par l'application des regies syntaxiques ordinaires d'une langue — tel fr.
chef-d'ceuvre) et asyntaxiqnes (tel fr. chou-fleur). La premiere catogorie
comprend done ces composes dont le sens s'identifie aux sens rounis des
elements composants, ä ces sens qui proexistent ä leur combinaison;
quant ä la seconde catogorie, le nouveau sens n'apparait qu'au moment
de la composition4, lorsque les deux accents d'intensito fondent en un
seul et que leur sens otymologique s'efface.

1
«Zur Frage der Auswahl bei der suffixalen Ableitung», Behrens-Feslschrift, ZFSL.
Suppliment XIII, 1929, 56.
2
V. G. Ivänescu, «Formarea cuvintelor in limba romanä », in LK, 1965, l, 32.
3
Wilhelm Meyer-Lübke, Grammaire des langues romanes, II, Paris, 1895, 625.
4
Meyer-Lübke, Grammaire, 625.
14 RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

Certains composes peuvent etre envisages comme des realisations


spociales de la notion d'« expansion» dans laquelle Andre Martinet5
range «tout element ajoute un έηοηοέ qui ne modifie pas les rapports
reciproques et la fonction des elements proexistants». Nombreux sont les
composes dont 1'apparition semble etre le fait, Evident ou tout au moins
probable, d'une expansion. Ce sont de telles formations que 1'on dosigne
sous le nom de composes endocentriques. Chez d'autres composed, par
centre, cette possibility doit etre exclue : ce sont les formations exocentri-
ques, telles, par exemple, roum. linge-blide, fr. compte-gouttes, etc. oil
le couplage des deux mots fait apparaitre de nouvelles relations vis-a-vis
de ce qui est exterieur au compose. En d'autres termes, cette division en
compose" s syntaxiques et asyntaxiques, d'une part, et endocentriques et
exocentriques, d'autre part, suppose un ocart l'ordre syntaxique naturel
(ou bien son maintien) et, en meme temps, une nouvelle relation somanti-
que avec le contexte du compose" (ou bien le maintien de 1'ancienne
relation).

1.2.1. Comparoe la composition latine, la composition romane


fait apparaitre des differences fondamentales qu'Arsene Darmesteterβ
a le premier mises en evidence, tout en procisant que le latin combinait
au niveau des themes, comme dans signifer, agricola, tandis que les lan-
gues romanes le font au niveau des mots, comme dans : roum. floarea-
soarelui, it. boccascena, fr. timbre-posie, espg. afilalapices. N^anmoins, la
liste meme que Darmesteter dresse des exemples pris aux principales
langues romanes, ne distingue pas entre des mots tels it. ottarda < lat.
avis tarda (311), re"sultat d'une composition latine (moconnaissable) que
Γόη ne retrouvera plus en Italien et qui fonctionne done comme un mot
simple (simplex) 7 et it. brigliadoro, compose" d'eiements que 1'on retrouve
encore dans la langue. II apparait clairement que si 1'on connalt en principe
les differences entre la composition latine et celle romane, l'analyse des
exemples pratiques n'en reste pas moins Ιίέβ au plan diachronique.
1.2.2. Le livre recent de Franchise Bader8 vient confirmer des diffe-
rences que Darmesteter faisait ressortir entre l'essence de la composition

5
Elemente de lingvislic general , Bucuresti, 1970, 168, 172 — 178.
β
Τταίΐέ de la formation des mots composes dans la langue franfaise comparee aux antres
langues romanes el au latin, Paris, 1875, 6. V. aussi De la creation actuelle de mots nouveaux,
Paris, 1877.
7
Voir O. Dittrich, « ber Wortzusammensetzung, auf Grund der neufranz sischcn
Schriftsprache», in ZRPh, 22 (1898); 23 (1899); 24(1900); 29(1905).
8
La formation des composts nominaux du latin, Besanfon, 1962.
RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES 15

en latin et dans les langues romanes. Madame Bader, qui s'inte"resse aux
composes nominaux du latin, precise que le premier type connu en latin
(tel imberbis) est antorieur ä la flexion (Op. cit., 6) et forme1 d'eloments-ra-
dical, non actualisos ä l'epoque en nom on verbe; ce n'est que dans une
seconde phase, ulterieure a la separation du verbe d'avec le nom, qu'appa-
raissent des composes tels omnipotens ä partir de mots existant indopen-
damment sous la meme forme ou dont la difference d'aspect phonique du
mot libre reprosente, en fait, la difference entre le theme et le mot decline" :
manceps et manus, en roalite man et manus (La formation, 22). Nous pour-
suivrons le raisonnement de 1'auteur en ajoutant que l'eiimination de la
flexion dans les langues romanes supprime les differences entre la forme
du mot libre et sa forme au moment ou il participe ä une composition :
fr. rouge-gorge dont le premier element roiige est identique ä rouge d'une
sequence Art A N A A : une couleur rouge, une robe rouge.
En reprenant l'ide"e avancoe par F. Bader, nous ferons remarquer
cette evolution qui, partant d'une langue archai'que, n'actualisant ni
les themes nominaux, ni les themes verbaux, passe par une langue bas^e
sur la flexion, pour aboutir, a l'epoque romane, ä des langues depourvues
de flexion, tout au moins dans la categoric nominale. Voici la reprosen-
tation graphique de cette evolution :

Latin Langues romanes

Archa'ique Classique

pro-flexion [ flexion : non-flexion

Envisago sous cet angle, le precede de la composition tomoigne de


transformations profondes du latin ; c'est preciscment pourquoi il convient
de respecter la distinction entre synchronie et diachronie, distinction
qui n'est pas simplement opposition d'etapes historiques plus ou moins
eioignees, mais aussi de phases differentes au point de vue structure d'une
langue. D'ailleurs, le procedo de la composition ä partir des mots et non
des themes prend dejä un cssor dans la periode du bas-latin et les langues
romanes ne font qu'etayer un proce"de dont elles h^ritent. Ce ph^nomene
a <ito relevo par lorgu lordan et par Maria Manoliu Manea dans leur ou-
·: «Le fait que les langues romanes conservent, en essence, les pro-
latins de formation des mots, prouve que ce domaine de la langue se

8
Introducere in lingvislica romanicu, Buciirosti, 1965, 23, note 1.
IG RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

rattache otroitement ä la structure grammaticale, dont la resistance est


bien connue.» Cette observation concernant la relation entre ce chapitre
et la structure morphologique des langues romanes est une confirmation
de ce que nous venons d'avancer : les procodos de la composition refletent
la structure morphologique.

1.3. On a souvent discuto pour savoir si la prefixation relevait de la


derivation ou, par centre, de la composition, d'autant plus que, bien
souvent, les differences ne sont pas notables 10 et que certains proposi-
tions et adverbes fonctionnent comme profixes aussi, mais, comme le fai-
sait remarquer I. Fischer u a propos du roumain, les verbes construits
avec le prefixe m-, tels imblinzi, tmpietri sont des derivos denominatifs
et le röle du prefixe est le meme que celui du suffixe. Us accumulent done
les moyens de derivation, se darobant par la meme ä la catogorie de la
composition.
La meme chose pour les verbes Italiens parasynthotiques; ä partir
de l'adjectif bianco ont et£ derives trois verbes identiques quant au sens :
bianchire, imbiancare, imbianchire 'blanchir, rendre blanc'. Le profixe qui,
absent ou present, n'agit pas sur le sens biancare — imbiancare ne fait,
de toute ovidence, que renforcer la signification du suffixe verbal sans la
modifier. Nous rangerons done la preiixation parmi les moyens de la deri-
vation. Seuls les composes dont les Constituante reprosentent un gain
semantique et ne sont pas redondants feront l'objet de notre otude.
Nous rejetons la these de F. Ciobanu et de F. Hasan 12 qui prennent
comme argument un critere grammatical pour consid^rer que : acasä
'a la maison', Indatä 'tout de suite', mtocmai 'justement' reprosentent des
composes uniquement parce qu'ils ont ä l'origine un groupe syntaxique
naturel ou le modele d'un tel groupe. Comme pour les Eoumains ces for-
mations ne sont plus analysables aujourd'hui, elles ne ressortissent pas
ä la composition. Sans pouvoir toutefois les attribuer aux doriv^s par
preiixation (tant il est clair qu'ils ne sauraient appartenir ä cette cato-
gorie), ces exemples ne sont plus des composes relevant du niveau synchro-
nique actuel du roumain.
Dans l'etude de Pavao Tekavöic sur la formation des mots en istro-
roumain, la profixation fait l'objet d'un seul chapitre. II y fait entrer les

10
Paul M. Lloyd, «An Analytical Survey of Studies in Romance Word Formation »,
in Romance Philology, XVII (1964), 736.
11
« Uncle probleme ale formärü cuvintelor in limba romänä », SCL, V (1954), 297.
12
Formarea cuvintelor in limba romanä, I, Compunerea, d e . . . , Bucure$ti, 1970, 18 — 19.
RECHERCHES ANTERIEURES SUR DES COMPOSES 17

profixes proprement dits, sous le nom de morphemes dorivatifs au meme


titre que les mots inde"pendants qui servent ä la creation de composos,
mais il ne manque pas de justifier ce point de vue par les traits spocifiques
communs aux deux groupes: «la posizione nell'ordine lineare, la non
capacitä di transcategorizzare, il significato »13.
1.4.1. Nous deiinirons pour le moment les compose1 s comme des unite's
lexico-grammaticales obtenues par fusion de deux ou plusieurs mots,
existant comme tels aussi — et exprimant une ide"e unique14. Soit une
soquence ab, ou a est le premier terme, b le second; pour que ab reprosente
un composo il faut que dans la langue respective et & puissent apparaitre
delimited par des pauses, done, que ce soient des mots indopendants. En
voici des exemples :

roum. bot-gros, gurä-cascä, floarea-soarelui


it. capocuoco, mezzaluna, pomodoro, guardaboscM
fr. arc-en-ciel, chef-d'ceuvre, garde-manger
espg. casatienda, matapolvo, cavatierra

1.4.2. Les langues romanes actuelles connaissent en outre des com-


posts d'un autre type :
1. formations a partir de themes grecs et latins ou de themes classiques
et de mots romans
HIVS U t J -L VJ 111 CV-Ll ·

roum, autostrada, electrocuta, termocentralä


it. telefono, cosmonauta, discoteca
fr. autoroute, metaphysique, hydravion
espg. aerofotografla, acupunctura, telegui
\iar
2. formations ä partir de syllabes ou initiales :
roum. plafar (plante + farmaceutice = plantes pharmaceuti-
ques), romarta (romänü + arta = art roumain), U.T.C.
(Uniunea + Tineretului + Comunist = Union des Jeunes
Communistes), ORL (Oto -f Eino + Laringologie = Oto +
+ Ehino -j- Laryngologie)
fr. copar 'cooperative parisienne', 81MCA
espg. ALALC 'Asociacion Latinoamericana de Libre Comercio',
OEI Oficina de Educacion Iberoamericana'

" « Formazione clcllc parole nell'istroromanzo dignancse », in Lingua e Stile, 111(1968),


2, 128,
14 f
\ oir Anca Giurescu, «Contributi al modo di definire i sostantivi composti della lingua
italiana », in RKL, X(1965), 4, 395-400.

2 - 0 . 65
18 RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

Pour les formations ci-dessus, comme pour les composes propre-


ment dits le sens du nouveau mot n'apparait qu'au moment de la compo-
sition, aucun des formants ne süffisant ä le rendre. Chaque syllabe ou
initiale qui reprosente un nom (dans la plupart des cas) renvoie done a
un message connu. C. Bohrer15 distingue entre ces formations et les com-
posos proprement dits puisque leur modele de composition n'est pas le
meme, bien qu'ils renvoient a un mot simple: « Die Konstruktionen der
Wortbildung unterscheiden sich dadurch von den übrigen morphologischen
Konstruktionen, daß sie durch einmorphemige (mono-morphematische)
Wörter ersetzbar sind.»
Selon nous, les formations issues de syllabes et initiales reprosentent
des pro-compose"s (le niveau somantique l'emporte sur le niveau gramma-
tical) ; il s'agit lä d'un type de substitute1 grammaticalisos, ayant rem-
place", dans la plupart des cas, les termes dont ils sont l'abreViation. Leur
apparition et frequence relativement elevens prouvent que les langues
romanes ne rejettent pas du tout le proc^de" de la composition. Nous ajou-
terons ä ces arguments les rosultats d'une analyse statistique que nous
esperons probants.
En avanc.ant le principe de la possibility de l'analyse des composes
nous avons distingue* deux grands types de composes. C'est d'ailleurs,
aussi le proce'de' de 0. Bohrer17. Ce linguiste allemand de"signe le procodo
de formation des composes proprement dits par Wortbildung et celui qui
aboutit aux composes en partant des initiales et syllabes — Wortschaffung.
On releve, de plus en plus froquemment, dans les langues romanes contem-
poraines, des formations qui combinent les deux proeodos et que C. Bohrer
appelle Wortmischung. Teiles (Wortzusammensetzung, 10):
fr. toUbritos < television + celobritos
fr. Eurotel < Europe + hotel

1.4.3. Les composes contenant des themes latins ou grecs, avec ou


sans mots romans, prennent une importance toute spociale : une fois cre"6,
un tel noologisme servira de modele et permettra la r&itilisation des for-
mants, ce qui signifie la decomposition et la recomposition des formations.
Le roumain, par exemple, utilise les neOlogismes pris au frangais, comme
autobiografie,autodidact,etc. dont on a isolo le premier segment, awio-afin

15
Die Wortzusammensetzung im modernen Französisch, Tübingen, 1967, 9.
18
Voir aussi Maria Manoliu Manea, Sistemalica substitutelor din romdna contemporanä
Standard, Bucure$ti, 1968, 206.
17
Wortzusammensetzung, 10.
RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES 19

d'en faire un module pour la recomposition18 : autoamagire, autolini§tire,


autotncintare19 — mots typiquement roumains. Par ailleurs, ces forma-
tions signalent une interessante otape romane: la composition peut se
produire, ogalement, entre des themes que la grammaire n'actualise pas
comme nom on verbe et qui permettent 1'apparition d'une idoe unique an
moment ou ils se combinent avec des segments similaires ou des mots
entiers. Envisage^ du point de vue structural, le procodo utilise1 n'est plus
celui qu'on emploie pour obtenir des composes du type roumain gurd-casca
'badaud', tirUe-briu 'propre rien'.

1.4.4. Dans les langues romanes contemporaines on enregistre 1'appa-


rition toujours plus froquente de composes adjectivaux du type :
roum. german-occidental, tehnico-material
it. italo-francese, comico-poliziesca
fr. atlantico-europSen, commercialo-militaire
espg. turistico-hotelera, hispano-nortamericano
La situation de ces formations fera l'objet de certaines analyses qui se
rattachent a la notion de mot compost dont nous entreprendrons I'otude
au chapitre suivant.
2.1. Les travaux gonoraux de linguistique romane de W. Meyer-L b-
ke20, P. Bourciez21, L. F. Meunier22, H. von Osthoff 23 , Ch. Bally24,
aussi bien que ceux consacre's au roumain25, l'italien2e, au fran-

18
Relativetnent au ρΓοοέαέ de la recomposition, voir J. Dubsky, « Composition, darivation
et decomposition », in Lingua 16 (1966), 2, voir aussi P. Micl u, «Voies de la perte de la moti-
vation en francais et en roumain », in PLG, V, Bucarest, 1967, 119. Pour l'italien, de notn-
breux exemples (pour la plupart tres neufs), in Franco Fochi, Lingua in rwoluzione, Milano,
1966.
19
Les trois dans Dictionnaire du roumain moderne (DLRM), Bucarest, 1958.
20
Grammaire.
« Elements de linguistique romane, Paris, 1946, 20, 68, 218, 344, 427, 499, 553,634.
84
Les composes qui contiennent un verbe un mode personnel en franfais, en Italien et en
espagnol, Paris, 1875.
*a Das Verbum in der Nominalkomposition im Deutschen, Griechischen, Slawischen und
Romanischen, Jena, 1878.
24
Linguistique gέnerale et linguistique frangaise, Berne, 1950; (surtout page 94).
26
Voir surtout Densusianu, Istoria limbii romane, II, Bucuresti, 1961, 231; I. lordan,
Limba rom na contemporana, Bucuresti, 1956, 319; Gramatica Academiei, 2e od., I, 1963, 90.
*· Voir surtout W. Meyer-L bke, Grammatica slorico-comparata della lingua ilaliana e dei
dialeiti toscani, Torino, 2β id., 1964, 87; G. Rohlfs, Historische Grammatik der italienischen
Sprache und ihrer Mundarten, III, Berne, 1954 ; voir aussi les exemples en sarde; pour cela,
voir surtout M. L. Wagner, Historische Wortbildungslehre des Sardischen, Bern, 1952, 137 — 148.
20 RECHEBCHES AJSTTERIEURES SUIR LES COMPOSES

(jais 27 et äl'espagnol28 comportent des chapitres sur la composition; pour-


tant l'interet des auteurs va ä l'ötymologie des composes, aux formants et ä
leur comportement morphologique. Comme il s'agit surtout de noms et
d'adjectifs, on en indique la regle de la formation du pluriel qu'on fait
suivre par de longues listes d'exceptions.

2.1.1. C'est en vain qu'on chercherait dans la plupart des travaux


mentionnos une separation nette entre les composes latins et les composes
romans. Seul l'ouvrage de F. Tollemache 29 comporte des index de mots
composes par langues qui s'otendent (sans grand profit d'ailleurs pour
l'analyse du procodo en italien) aux formations crepes en latin (acquedotto,
terremoto, etc. — p. 251), francais (giustacore, marciapiede, monsignore,
etc. — p. 263), espagnol (ogliaputrida, compleanno, salsapariglia, etc. —
p. 265), allemand (stambecco, borgomastro, feld-maresciallo, etc. — p. 266),
anglais (folklore, etc. — p. 268), persan (caravan-serraglio — p. 268) et
autres. II n'en reste pas moins que la plupart des ouvrages ne distinguent
pas entre les composes forme's sur terrain latin et les autres; il en rosulte
1'assimilation de formations comme :
it. ottarda Outarde' < lat. avis tarda
fr. aubepine < lat. vl. *alb-ispina < spina alba

ä celles qui remontent ä une phase plus ou moins rovolue des langues
romanes comme:
roum. ochiul-boului, papä-lapte
it. spazzacamino, nettadenti
fr. portefeuille, abat-jour
espg. aguamanos, sobrecama

A notre avis, seuls les exemples du deuxieme groupe repre"sentent des


composes, correspondant a un processus survenu ä 1'opoque romane 30
et tomoignant de l'emploi de ce procodo des les poriodes les plus reculoes

87
W. Meyer-Lübke, J. Fiel, Historische Grammatik der französischen Sprache, II, Heidel-
berg, 1966, 162 — 172; Kr. Nyrop, Grammaire historique de la langue franyaise, III, Copen-
hague, 1908, 258; K. Togeby, Structure immanente de la langue franqaise, Copenhague, 1954,
134 — 137, 264; Grammaire Larousse du franfais conlemporain, 1964, 55.
28
R. Men6ndez Pidal, Manual de gramatica hisiorica espanola, Madrid, 1962.
2e
Le parole composte nella lingua ilaliana, Roma, 1945.
so par exemple, aubapine est apparu dans le bas latin comme rosultat d'une composi-
tion, moconnaissable en franfais; le processus a eu lieu, ovidemment, dans une phase ant6-
rieure ä l'apparition de la langue romane en Gaule.
RECHER'CHES ANTßRIEURES SUR LES COMPOSES 21

des langues noolatines. Nous faisons remarquer cette distinction puisque


dans la plupart des travaux de linguistique romane ci-dessus (dans d'autres
aussi, d'ailleurs) les listes des composed rounissent des exemples des deux
types.

2.1.2. F. Tollemache Signale des le debut ce qui distingue essentielle-


ment le precede de la composition en latin et en italien : «la lingua italiana
ignora la composizione tematica. Essa unisce non temi, ma parole intere »
(Parole composte, 11); c'est aussi l'opinion de A. Darmesteter. L'analyse
qu'il donne, pourtant, des formations italiennes porte sur des mots for-
mes en latin dont la plupart sont des mots simples en italien moderne
(certains meme en italien ancien). II range, par exemple, parmi les noms
composes de N A A rosmarino 'romarin' (p. 22) ä cote" de madonna (com-
pose de toute Evidence en italien ancien), orpello (qui est passe en italien
du proven gal et a comme etymon latin le syntagme aurea pellis 'peau
d'or'), a cote ä'ognisanti (analysable aujourd'hui encore); parmi les noms
composes de deux autres substantifs, dont l'un au nominatif et l'autre
au genitif, il range des formations telles : salamoia, inanalysable aujourd'hui
(< lat. sal -\- lat. muria) et bagnomaria (p. 46) qu'il considere comme
forme en italien. II nous semble done qu'une distinction nette s'impose
entre les mots formes en latin et ceux formes dans les langues romanes, par
composition.

2.2. Apres une premiere division des composes en syntaxiques et


asyntaxiques, les travaux specialises en donnent une typologie suivant les
categories morphologiques dont ils sont formes. II y a les mots qui se
composent 31 de :
1. un nom et un adjectif (1'ordre peut etre inverse aussi):
roum. coada-rosie, fat-frumos
it. ficosecco, mezzamacchia
fr. rouge-gorge, petit Jioux
espgn. mediodia, falsarregla
2. deux noms (dont 1'un au genitif, en roumain):
roum. fumul pämmtului
it. boccadilupo
fr. pomme d'amour
espg. sola de esper a

31
Pour le moment nous ne faisons qu'en enumirer les principaux types; la presentation
complete des formations se fera au chapitre III.
22 RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

3. verbe et nom (ou adverbe):


roum. vinturd-lume, linge-blide
it. girasole, vogavanti
fr. tire-bouchon, lance-flammes
espg. mondadientes, abrelatas
4. deux verbes :
it. saliscendi
fr. iournemrer
5. deux adjectifs :
roum. dulce-acri§or, dulce-amar
it. verdeazzuro, agrodolce
fr. gras-fondu
espg. claroscuro, agridulce

Ces exemples montrent que la catogorie des composes recouvre des


noms, adjectifs, verbes auxquels on peut ajouter des composes de la cato-
gorie de l'adverbe, de la proposition, du numeral. Leur e*tude, pourtant,
ne saurait se borner a la seule formation; eile doit envisager aussi les rap-
ports qui s'otablissent entre les formations et la valeur somantique.

2.2.1. Halina Lewicka 32 qui otudie les types de composes de 1'ancien


et du moyen francais pense qu'une classification dont le critere est la
perte de sens des el&nents composants — selon l'opinion de A. Dauzat —
serait aussi peu probante qu'une classification reposant sur le degrO de
coherence des eloments composants — selon la mothode de L. Tesniere 33.
Par contre, une analyse faite en function du type de connexion syntaxique
se justifie pleinement d'autant plus que la classique division en composed
par coordination et composes par subordination n'offre qu'un cadre tres
general ä la recherche.

2.2.2. A son tour, la modalite" de la composition a fait 1'objet d'une


recherche poussoe, aux conclusions assez convergentes. A. Darmesteter
(Traito), a la recherche du critere le plus pertinent de classification des
composed, pense que 1'on peut prendre comme point de depart le degro

32
«Reflexions thdoriques sur la composition des mots en ancien et en moyen fran?ais »
in Kwartalnik neofilologiczny, X (1963), 2 ; voir aussi « Composition spontanoe et composition
artificielle dans le francais du XVIe siecle (Les adjectifs composes)», in Actes du Xe Congris
International de linguistique et Philologie romane, Paris, 1965, 483 — 489.
33
Ettments de syniaxe structurale, Paris, 1957.
RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES 23

de coherence des formants (visible dans des graphics comme plafond,


rouge-gorge, pomme de terre — p. 2), des categories grammaticales qui
participent a la constitution des composes ou la maniere dont ils se combi-
nent: « L'on pent voir dans la composition non pas une combinaison de
mots (substantifs et substantifs, substantifs et adjectifs, substantifs et
verbes, etc.), mais une combinaison d'idoes rendue visible par celle des
mots. A ce compte, la composition est soumise a des precedes logiques et
eile suppose certaines operations de l'esprit qu'il importe de determiner. »
(P. 4). Apres avoir peso le pour et le contre de chaque mode de classifi-
cation, A. Darmesteter conclut que le seul qui offre assez de rigueur est
celui fonde sur les precedes logiques sur lesquels repose la composition
(p. 4). Si chaque formation est en fait « une proposition en raccourci»
(p. 5), les relations entre les diffbrents termes sont a chercher au niveau des
relations entre les membres d'une proposition. Nous ferons reposer 1'ana-
lyse transformationnelle que nous allons donner de ce precede sur la dis-
tinction nette qu'il opere entre la composition apparente — juxtaposi-
tion — et la composition proprement dite, elliptique.
Darmesteter otablit que ( . . . ) «la composition moderne ... repose
... sur 1'ellipse », qu'elle est done «une expression synthetique oveillant
dans la pensoe plus d'id4es que les parties qui la forment n'en peuvent
fournir, prises chacune en elle-meme » (Traite, 10). II saisit le procodo
par lequel deux termes en arrivent ä se combiner: ( . . . ) «de meme que le
substantif simple, en perdant sa signification etymologique, finit par
correspondre entierement a l'idee de l'objet, de meme, dans les composes,
le determinant et le determine disparaissent pour ne faire place qu'ä
une seule image. Le compose est devenu simple. » (p. 13).
Les composes ä particule peuvent etre reduits, eux aussi, selon Dar-
mesteter, ä l'unite d'image (Traite, 15). II situe d'ailleurs ces formations
entre les juxtaposes et les composes proprement dits, puisqu'elles en posse-
dent certains traits.
Le meme processus est analyse par V. Dittrich qui ajoute que pour les
sujets parlants, le compose cesse, ä un moment donne, d'etre analysable:
« Die Existenz des Compositums datiert also von dem Moment, wo die
Agglutination eingetreten ist; das Wort bleibt solange für das Sprach-
gefühl als Compositum bestehen, als es möglich ist, wenigstens eine der
Teilvorstellungen noch innerhalb der Gesamtvorstellung zu apperzipieren.»34
A juste titre il definit le processus de composition comme un passage de
l'analytique au synthetique, du groupe de mots lies syntaxiquement ä

34
Wortzusammensetzung, 22, 1898, 313.
24 RECHERCHES ANTERIEURES SU(R LES COMPOSES

un simplex, «das heißt die Agglutination ist zur Synthese geworden»


(Wortzusammensetzung, 313).
Albert Sechehaye 35 saisit, lui aussi, l'aspect diachronique du processus
de la composition : ( . . . ) « i l commence dans le domaine de la psychologie
individuelle, se continue dans la langue en devenant psychologie collective,
de lä, il passe dans le domaine de la grammaire et s'acheve quand ce qui
otait a l'origine construction libre est devenu mot simple. La locution
remplit le temps entre ces deux extremes. Elle est le rosultat d'une ovolu-
tion en cours.» En fait, les locutions sont des fusions syntaxiques d'ele-
ments ind&pendants, alors que les composos repre"sentent des unions oü
l'individualito des composants tend a disparaitre et c'est la raison pour
laquelle, au point de vue grammatical, ils se situent entre les deux termes
fondamentaux de la grammaire : le mot et la phrase (Locutions, 674).
C'est precisoment le propre du composo — sur leqnel nous allons revenir
au chapitre suivant — qui reflete la dynamique intime de la langue et
c'est en tant que phase intermodiaire entre une phrase et un mot qu'il
est concerno par notre etude.

2.2.3. D'autres linguistes ont considoro les differences qu'il y a entre


un groupe syntaxique independant, un syntagme et un compose".
Ch. Bally 36 pense que les groupes syntaxiques possedent des signes
d'actualisation qui manquent aux composes ; comparer :
fils de roi a fils du roi
en outre, les composes peuvent re"unir deux noms juxtaposes, ce qui
n'est pas le cas pour les syntagmes.
Ce meme aspect a ote envisage" par F. Ciobanu et F. Hasan 37 qui
otablissent trois types de composes, suivant le critere de l'unite" morpholo-
gique, somantique et syntaxique relativement aux groupes syntaxiques
libres et qui font ressortir par ce mode d'analyse le caractere diachronique
de ce processus. Les auteurs qui font credit aux me"thodes et principes
modernes de travail dofinissent, a leur tour, la composition comme un
processus. Ainsi, F. Mikus38 considere qu'un groupe syntaxique devenu
compose" peut aboutir ä un dorive", tandis que les termes du compose conti-

35
«Locutions et composes », in Journal de Psychologie, XVII! (1921), 9, 655 et 660.
36
Linguisüque, 94 — 95.
37
Formarea cuvintelor, 8 — 18. Memes auteurs, «Cuvintele compuse si grupurile sintactice
stabile », in SMFC, IV, Bucuresti, 1967, 235—253.
38
«Jan W. Rozwadowski et le structuralisme syntagmatique », in Lingua,\, 1955 — 56»
1-44 et 145-204.
RECHERCHES ANTERIEURES SU« LES COMPOSES 25

nuent ä exister indopendamment aussi, en conservant leur sens primaire


(Structiiralisme, 200)39.
Christian Bohrer (Wortzusammensetzung), qui utilise les m^thodes de
1'analyse transformationnelle, otablit des criteres servant ä delimiter les
composes par rapport aux groupes syntaxiques libres; ces criteres seront
präsentes et discutos au chapitre que nous consacrons ä la definition de la
notion de compose. II en rosulte que cette categorie des composes doit
etre envisagoe sous ce double aspect: 1. genetique (processus de leur en-
gendrement); 2. fonctionnel — structural (structures morphematiques, et
la maniere dont elles fonctionnent dans la langue). C'est une opinion simi-
laire que MiloS Dokulil avance dans une etude sur la formation des mots
en tcheque.
Apres avoir etabli qu'une approche traditionnelle de ces formations
avait pour b u t : « 1 ) to establish the general ways and procedures employed
by the given languages in forming new words; 2) to catalogue the stock
of word-formative means of that language; 3) to find out the laws govern-
ing, in that language, the use of the procedures, ways and means in the
actual formation of new words », 1'auteur ajoute aussi le fait que le lin-
guiste doit encore «also find out how the word-formative make-up becomes
manifested, how words, on the basis of their morphematic structures,
becomes incorporated into the word-stock of the given language, and by
which connections they are joined to one another and to the rest of the
word-stock of that language »40.
Au second niveau d'analyse, fonctionnel-structural, les composes sont
indivisibles par rapport aux phrases ; c'est ce qui justifie la definition qu'en
donnent B. Bloch et G. Trager : « A word containing one or more bound
forms is called complex, a word made up wholly of smaller words is called
compound » ; et, plus loin, nuancant la definition selon les segments qui
participent ä ce processus : «If at least one of the immediate constituents
of a word is a bound form, the word is complex, if both of the immediate
constituents are free forms, the word is compound. »41

2.2.4. Une analyse somantique des composes parait au premier abord


difficile : chaque formant doit faire l'objet d'une etude a part pour qu'il
livre ce qui releve du general alors que la derivation, par exemple, pour
nous en tenir a la formation des mots, la preiixation et la suffixation done,

39
Nous reviendrons ä ce sujet au chapitre suivant.
40
Tvofeni slov v ceSline, I, Praha, 1962, 220.
41
Outline of Linguistic Analysis, Baltimore, 1942, 68.
26 RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES

reprosentent des precedes dont les traits fondamentaux sont plus aiso-
ment saisissables puisque la repetition de certaines combinaisons de seg-
ments aussi bien que 1'unite des formations qui en rosultent sont evidentes.
Par ailleurs, l'aspect somantique des composes peut offrir un argument
ä l'apparition d'une nouvelle unite morphologique et c'est comme tel que
le sens fait l'objet de notre discussion. Les formations a suffixes et pro-
fixes offrent la possibility, insuffisamment otudioe jusqu'ici, d'etablir le
röle de ces segments et la contribution s&nantique au sens du nouveau
mot. Quant aux composes, comme il s'agit de mots ayant, chacun, des
traits semantiques distinctifs propres — et non plus de suffixes ou pro-
fixes qui ajoutent a toute une Serie de formations un trait somantique
commun — 1'oporation n'est en gonoral pas possible 42.
Le critere s&nantique essentiel pour la definition des composes tel
que A. Darmesteter (TraitS, 11—12) et Ch. Bally (Linguistiqw) le concoi-
vent est Vunito cVimage ou, aux termes de Bally, le compose est: «un
syntagme virtuel caracteriso qui dosigne en la motivant, une idee uni-
que » (Linguistique, 94). Cependant, une teile definition, comme le faisait
observer J. Dubsky", ne saurait se limiter au seul aspect statique; eile
devra inclure egalement la fonctionnalite d'un certain segment: «Le
point de vue g^neratif de tout le syntagme et le point de vue fonctionnel
de chacun de ses composants sont en accord avec l'idee de subordination
mutuelle des elements Constituante dans le processus de composition
qui s'effectue par l'extension et l'enrichissement du concept original au-
quel viennent s'ajouter d'autres concepts qui le modifient, transforment
ou completent. »43 Toutefois, l'hypothese de Bally suivant laquelle le
compost peut etre remplaco par une autre unito lexicale parce que expri-
mant une id^e unique, n'est pas toujours applicable : la substitution
est possible lorsqu'il s'agit de composes verbo-nominaux, en tout
premier lieu; eile est beaucoup moins froquente pour d'autres types de
composes.
H. Marchand44, dans une analyse qui prend le sens comme point de
depart, insiste pour une approche differenciee de ces formations —au
niveau diachronique ou/et au niveau synchronique. Son observation nous
parait judicieuse.

48
V.oir Y. Mslkiel, «Etymology and the Structure of Word Families », in Word, X (1951),
2—3, 265 — 274: «The systematic study of derivational and compositional delineations of
word families ... is bound to remain a mere adjunct to established analyses, not a complete
reversal of earlier practice. »
« J. Dubsky, Composition, 192.
44
« Synchronic Analysis and Word-formation», in Cahiers F. de Saussure, 13 (1955), 18.
RECHERCHES ANTERIEURES SUR LES COMPOSES 27

3.0. II nous semble done Evident qu'une double otude des composes
s'impose : genotique, portant sur le mode de composition propre ä chaque
langue romane, et fonctionnelle, qui assigne ä ces formations leur place
dans le Systeme de chaque langue. Diverses mothodes d'analyse sont
applicables; par le procodo de la segmentation on determine les formants
des composes, le critere analogique et distributionnel permet de ropartir
les formations ä des categories morphologiques d'une langue donnee46.
Toutes ces operations s'appliquent a un corpus de composed constituo
pour chaque langue romane prise en consideration, afin que les conclusions,
comparers, fassent apparaitre des coordonnees romanes communes.

«· Voir A. Frei, «Criteres de delimitation », in Word, X (1954), surtout p. 136, 142;


J. Cantineau, < Le classement logique des oppositions », in Word, XI (1955), 1, 1 — 9 ; M. Mano-
liu, «Raporturi tntre morfeme », in SCL, XVI (1965), 3, 373-383.
C H A P I T R E II

LE MOT COMPOSE - DEFINITION DU CONCEPT

1.0. La definition du concept de 'mot compose' est inconcevable en


dehors de la definition du mot lui-meme. Celle qu'en donne Bloomfield
« a minimum free form » a maintes fois reprise et envisaged de points
de vue aussi divers que possible. Mais, ainsi que F. Hiorth le faisait re-
marquer tres judicieusement, aucun des linguistes qui s'en sont occupos
ne s'est soucio d'expliquer « what kind of definition they intend to give o1.
Certains, en isolant ce segment qu'on appelle mot de toute une sequence
complexe, ont op to pour le critere de l'intonation, d'autres ont proposo
le comportement morphosyntaxique unitaire, d'autres, enfin, la signifi-
cation. E. Sapir, par exemple, considere que, dans bien des langues, le
mot peut etre reconnu ä l'accent qui l'isole du reste des elements qui
composent une phrase, marques, a leur tour, d'accents propres 2. Une
teile definition ne manque pas d'etre tres exacte, pourtant toutes les lan-
gues ne s'y plient pas. Le roumain, 1'italien, 1'espagnol appartiennent
bien ä ce type. Par contre, le francais s'y derobe, puisque son accent releve
d'un type spocial. K. Togeby3 va jusqu'ä professer que le francais n'a pas
d'accent et que, partant, la definition en question doit etre rejetoe ab initio.
Joignant au critere de l'unito de signification un certain comportement
grammatical, A. Meillet donnait du mot la definition suivante : «Un
mot est deiini par 1'association d'un sens donno ä un ensemble donno de
sons, susceptible d'un emploi grammatical donne\ »4 La phrase aussi
d'ailleurs, ajouterions-nous, car, ä son tour, eile peut reprosenter une
idoe. Godel y ajoute que c'est l'indivision du signifio qui Importe et avec
ca la definition de Meillet «serait celle du moneme si eile comprenait
Tindivision du signifiant» 5 .

1
« O n Defining Word » i n Studio linguislica, XII (1958), 1, 9.
- « In many, perhaps in most languages, the single word is marked by a unifying accent,
an emphasis on one of the syllables, to which the rest are subordinated », in Language, 1921, 36.
3
« Qu'est-ce qu'un mot? », in TCLC, V (1949), Copenhague, 104.
4
Reuue de metaphysique et de morale, 1913, 11.
5
Cahiers F. de Saussure, 7(1948), 6 dans 1'annotation.
30 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

D'autres linguistes font accompagner le critere intonationnel, accentuel,


par eelui syntaxique : Z. Harris doveloppe la definition de Bloomfield:
« a segmental form is free if it occurs alone, save for an intonation, as an
utterance» e .
Selon certains autres, le mot est interprete comme unite syntaxique,
resultant de la division d'un texte en Constituante immediate allant jus-
qu'aux elements irr6ductibles 7. Prenant comme point de depart 1'hypo-
these de E. A. Hall jr. selon laquelle «forms may be bound on more than
one level in the structure of a language »8, et qui etablit quatre niveaux
(derivation, flexion, phrase-structure et clause-structure), Togeby (« Qu'est-ce
qu'un mot? », 108) en etablit six — allant jusqu'aux mot et theme et
trouve, en concluant, que les formes lioes otablissent des unitos justifiant
deux definitions du mot: 1) Au point de vue synthotique, le mot est 1'unite"
minimale dont 1'intonation lie*e la recommande en tant que phrase; 2)
Au point de vue analytique, le mot est l'unite" maximale qui renferme
une forme lioe a I'avant-dernier degro (un flexif). « De la sorte, le mot
devient une unite du contenu rigoureusement parallele ä l'unite de l'ex-
pression qu'est la syllabe.» (« Qu'est-ce qu'un mot? », 109).
A remarquer combien cette definition rejoint celle que Hjelmslev
donne du syntagme minimal: « Le syntagme minimal (qui se recouvre
souvent avec le mot) consiste d'une base (exprimoe par un theme) semanti-
que et d'une caractoristique (exprimoe souvent par une desinence) mor-
phematique» 9 .
Pour A. Martinet le mot reprosente « un syntagme autonome forme
de monemes10 inseparables » n . Le eritere de l'inseparabilite s'avere, ä
son avis, plus utile «pour distinguer ce qui est formellement un seul mot
de ce qui est une succession de mots differents »12. A notre sens, une teile
definition est plus propre a assumer des sequences dont le degre d'amal-
gamation peut etre plus ou moins grand. Pourtant, dans un autre ouvrage
Martinet fait observer : «Mais puisqu'il n'y a pas moyen de definir simple-

6
Cit6 par Hockett, Language, 1947, 277.
7
Voir par exemple K. Togeby, « Qu'est-ce qu'un mot?», 107.
8
Journal of English and Germanic Philology, 1946, 450.
* La structure morphologique, 1939, in TCLC, XCII (1959), 81.
10
Le moneme est l'unito minimale portant du sens, d'apres l'opinion de A. Martinet, «Mot
et syntheme», in Lingua 21 (1968), 296. H. Frei a dofini le moneme d'une maniere similaire,
en 1'opposant au syntagme: « J'entends par moneme tout signe dont le signifiant est indivis,
tandis qu'un syntagme est le groupement d'au moins deux monemes en une unito supdrieure »,
« Qu'est-ce qu'un dictionnaire de phrases? », in Cahiers F. de Saussure, l (1941), 51.
11
Elemente de lingvisticä generala, Bucuresti, 1970, 152.
12
Langue et fonction, Paris, 1969, 113.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 31

ment le terme mot de fac.on ä faire concorder cette definition avec l'usage
ordinaire que l'on en fait, les structuralistes fönt de ce terme im usage
aussi restreint que possible, et sont enclins ä refuser de dofinir une unite"
linguistique universellement valable qui se situerait entre le moneme
et la phrase. »13
Quant au but que nous nous sommes propose — donner, du mot, une
definition ope*rationnelle qui nous permette de definir le mot compose —
il peut etre tres bien servi par la formulation de Martinet aux termes de
laquelle le mot est un syntagme autonome, formo de monemes insoparables.

2.0. On designe gon^ralement par composition qui participe a part


entiere ä la formation des mots, le processus qui r6unit deux ou plusieurs
unites independantes 14. Aux termes de A. Martinet le compose" est le
rosultat de l'amalgamation de deux monemes inde*pendants con joints,
identifiables somantiquement. Pour cette notion, le linguiste franc, ais
utilise le terme de syntheme; ce sont «des complexes qui se comportent,
en ce qui concerne leur combinabilite syntaxique, en tous points comme
des monemes uniques, c'est-a-dire qu'ils entrent dans les memes combinai-
sons que les mon6mes d'une classe donnoe et qu'aucun des elements qui
les composent n'est susceptible de recevoir une determination parti-
culiere »1S. La maniere dont Martinet traite ces formations nous semble
particulierement heureuse, bien que la plupart des ouvrages consacre"s
aux composos fassent ressortir les difficultos auxquelles se heurte la deli-
mitation exacte de ces formations. Certains linguistes vont jusqu'ä appre-
cier qu'il n'y a pas de critere fonctionnel qui etablisse la limite entre le
mot est le groupe syntaxiquele. Nous en sommes venue a nous demander
si les difficultes que souleve la question des composes ne serait pas le fait
de leur structure meme — diverse et complexe. Afin de les definir, nous
avons precede ä la constitution d'un corpus ä partir de quelques diction-
naires plus importants du roumain, de l'italien, du frangais et de l'espagnol,
aussi bien que des journaux, revues et textes litteraires recents (des

13
Langue et fonction, Paris, 1969, 110.
14
Voir par exemple P. Tekavoio, Formazione, 127, qui icrit: «La formazione mediante
I'unione di due o piü morfemi contenenti il significato semantico, ciofe morfemi lessicali o lessemi;
6 la composizione. »
15
Mot et synthime, 299. E. Benveniste, «Formes nouvelles de la composition nominale»,
in Bulletin de la Soeiite Linguistique de Paris, 61 (1966), 1, 91, emploie le terme de synapsie
pour les formations qui supposent une conversion nominale d'un .
18
K. Togeby, « Qu'est-ce qu'un mot?», Ill, dit clairement: ( . . . ) «on n'a pas de cri-
tere fonctionnel pour decider si a affaire ä un mot composfe ou ä un groupe de mots ».
32 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

annees 1950—1970)17 auxquels nous avons ajoute" les listes des composes
qui figurent dans les principaux ouvrages consacros a cette question (et que
nous avons doja rite's au premier chapitre : A. Darmesteter, F. Tolle-
mache, C. Bohrer, P. M. Lloyd 18, F. Ciobanu et F. Hasan).

2.1. Un premier aspect que nous en avons releve" c'est la coexistence


de deux tendances : a doceler les formants et ä les faire fusionner dans
une nouvelle unite", au niveau somantique en premier lieu.

2.2. Dans un travail fundamental19, A. Eosetti insiste sur le fait


qu'un compose" doit rounir deux impulsions se"mantiques oppose"es, 1'une
tendant a combiner les deux mots en un seul, 1'autre censoe maintenir la
possibility d'y identifier les deux e"le"ments de la composition. Les conse"-
quences sont ä relever surtout en perspective diachronique.

2.3. Eappelons, ä ce propos, les nombreux composes latins, he"rite"s


par les langues romanes, dont la motivation disparait completement;
c'est ce qui arrive parfois aussi aux formations noes dans une des langues
romanes a une opoque plus tardive, qui rendent impossible 1'identification
des formants. Par exemple :
lat. cl. spina alba > lat. pop. *alb-ispina >fr. aubepine
lat. satis/are > it. soddisfare, espg. satisfacer 'satisfaire'
ne sont plus motive's en fran§ais, italien et espagnol, non plus que dans :
fr. oriflamme < a. fr. orie -f- flambe
compost sur terrain gallo-roman : si 1'on y reconnait le second 41e"ment,
le premier, lui, est me"connaissable, tout comme :
fr. oripeau < a. fr. orie + peau
Le sujet parlant n'y voit plus la composition de deux mots inde"pendants ;
qui plus est, peau, nom feminin, change de genre ä l'instar, peut-etre,
d'autres mots en -eau 20.
Ces formations, dont les constituants ne sont plus compris ou recon-
naissables dans les langues romanes contemporaines n'appartiennent pas
ä la cate"gorie des composes bien que ce soit par ce nom que de nombreux

17
Voir les ouvrages utilisos pour £tablir notre corpus.
18
Verb-Complement Compounds in Spanish, Tübingen, 1968.
19
Le mot, Bucarest — Copenhague, 1947, 20.
20
Albert Dauzat, Jean Dubois, Henri Mitterand, Nouveau Dictionnaire Etymologique et
Hislorique, Paris, 1964, 515.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEJPT 33

ouvrages — plus ou moins rocents — les dosignent 21. En fait, les forma-
tions ci-dessus fonctionnent comme n'importe quel mot simple (moneme,
aux termes de Martinet), appartenant done a la structure profonde d'une
langue donnoe et nous dispensent de les delimiter par rapport aux locu-
tions et groupes syntaxiques libres.
2.4. Ces derniers temps nous avons relevo en roumain, italien, fran-
c.ais et espagnol (comme, d'ailleurs, dans toute une sorie de langues ro-
manes, germaniques et slaves) des series de composes dont l'un des ele"-
ments est commun ä plusieurs formations :
roum. convorbire-fulger questione-chiave
mtrevedere-fulger punto-chiave23
interviu-fulger nome-chiave
intrebare-cheie anno-chiaveM
raspuns-cheie f r> position clef (cle")
situafa-cheie mot def
pozifie-cheie Industrie clef
replicä-cheie 22 probleme clef
it. viaggio-lampo classe pilote
guerra-lampo ferme pilote
procedura-lampo Industrie pilote
telefonata-lampo region pilote 25
matrimonio-lampo espg. buque-escuela
caffo-lampo tatter-escuela
punto-limite barco-escuela
caso-limite concierto-Jiomenaje
posizione-limite esposicion-homenaje
posto-chiave libro-homenaje2e
21
Voir Darmesteter, Traito, Tolletnache, Parole composte, et notre discussion au Ier chapitre,
§ 2.1 et 2.1.2 et K. J. Hollyman, «Observations sur les noms composes en franpaiscalido-
nien ·, in Bulletin de la Sociltl Linguisfique de Paris, 61 (1966), 1, 106, considfere que ces for-
mations inanalysables aujourd'hui « ne peuvent ßtre dites composis qu'au sens diachronique».
21
Citos aussi par Florica Dimitrescu, «Notes sur les suffixoldes dans le roumain littiraire
actuel», in RRL, XIV (1969), 1, 6.
*8 Albert Junker, Wachstum und Wandlungen im neuesten italienischen Wortschatz, Erlan-
gen, 1955, 106.
24
Dans le journal Unita, 24.X.1968.
6
* Jean Dubois, Etude sur la derivation suffixale en franqais moderne et contemporainf
Paris, 1962, 71. De nombreux exemples aussi in L. Guilbert, La formation du vocabulaire de
l'aviation, these (Universit6 de Paris), Paris, 1965, 281—283; A. Sauvageot, Portrait du
vocabulaire franfais, Paris, 1964, 105 — 106 et 109-110.
26
Collection de la revue Carlo de Venezuela, Janvier—avril 1971.

S-C. 55
34 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

Apres examen des formations franchises ci-dessus, Jean Dubois docide


qu'il ne s'agit pas de composes proprement dits; elles en different par
cela que la valeur du second formant disparait progressivement: ( . . . )
«la difference avec le mot compost proprement dit tient dans 1'elargis-
sement du champ associatif et dans la perte progressive de la valeur pri-
mitive du deuxieme element »27. En reprenant le processus d'amalgama-
tion on peut obtenir de nouveaux suffixes « par le doveloppement du champ
associatif. Dans ces mots composes, le deuxieme element joue le meme
role qu'un suffixe » (Etude). Ce rapprochement qui s'otablit entre certains
composes et les mots obtenus par derivation avec suffixes a mis en
Evidence aussi bien par A. Martinet que par Fl. Dimitrescu.

2.5. A. Martinet examine les cas-limite ou certains mots vouos desor-


mais a la composition acquierent par la le Statut de suffixes; tout cela ne
fait qu'imposer la relation etroite entre la derivation et la composition28.
Florica Dimitrescu poursuit le raisonnement de Martinet, tout en s'etayant
de la these de Dubois, pour saisir un aspect de ce processus tenement
complexe qu'est l'apparition de nouvelles unites lexicales. L'auteur, qui
cherche a deüinir les suffixoides, conclut: « En germe, le processus de for-
mation des pseudo-suffixes peut etre surpris, en roumain, dans une sorie
de substantifs, lesquels, souvent employes, perdent peu a peu leur signi-
fication initiale, devenant ainsi de simples morphemes. II s'agit de termes
comme : cheie, Umita, fulger qui apparaissent par exemple dans :
caz-limitä...
situa^ie-limitä...
«Dans ces cas on ne peut parier de composed proprement dits, car
„les mots composes sont en quelque sorte uniques" (voir I. lordan, Limba
romanä actuala, et J. Dubois 29) ... mais non plus d'une suffixation,
parce que les termes citos sont encore trop mvants ». Et plus loin: «Con-
sidered ainsi, diachroniquement, la pseudosuffixation apparait comme un
stade intermediate entre la composition, par la juxtaposition des segments
et leur amalgamation en un seul element.» (Etude). On constate done

27
Etude, p. 71.
28
Elements de linguistique ginlrale, Paris, 1961, 133 — 134. Voir aussi Eugenio de Busto
Tovar, «Algunas consideraciones sobre la palabra compuesta como signo lingüislico », in
Revisia de Filologla Espaftola, XLIX (1966), Cuadernos l°-4°.
29
Elude, 6. En plus, Fl. Dimitrescu, «Traits propres ä la composition en roumain littoraire
actuel», in Studii ?i Cerceläri lingvistice, XXI (1970), 3, 325 — 334 (surtout 327-330), oü eile
considere les formations ci-dessus « un cas particulier de dorivation synonymique » (329).
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 35

l'existence de formations intermodiaires, procodant l'apparition des com-


posos et dont les formants ont perdu leur motivation.
Les composes appartenant ä cette catogorie acquierent Statut de
derives suffixaux lorsque le second terme perd son indopendance et se
trouve obligatoirement place" ä droite du morpheme-racine. Nous pensons,
pourtant, qu'il s'agit la d'une possibility thoorique plutöt que realisable,
qui conduise effectivement ä la transformation de certains mots en suffi-
xes ; l'absence de telles Evolutions du latin aux langues romanes plaide
dans ce sens. Mens, mentis (devenu suffixe adverbial) mis ä part, les exem-
ples manquent qui appuyeraient cette these.

3.0. Les faits que nous venons d'analyser prouvent que la situation
des composes differe ä divers moments de Involution d'une langue. Dans
les langues romanes contemporaines on trouve des mots du type :
roum. floarea-soarelui
it. boccadilupo
fr. chien-loup
espg. limpiabotas
qui appartiennent aux structures de profondeur des langues ci-dessus
et que nous considorons comme des composes proprement dits, quelle
que soit l'e"poque ä laquelle s'est produite la combinaison, ä condition que
leurs elements constituants continuent a exister indopendamment dans la
langue respective 30. C'est dans la mesure ou ils nous rovelent comment
ils se sont conformed ä la structure morphologique d'une langue qu'ils
nous Interessent; tant qu'on peut y doceler les parties composantes,
leur origine complexe agit sur la formation du pluriel ou/et du feminin
(pour les noms et adjectifs), sur la formation des personnes, temps ou/et
modes (pour les verbes).

3.1. Nous nous sommes doja rapportoe aux structures profondes


d'une langue donnoe. Les mothodes de la grammaire generative transfor-
mationnelle nous ont permis d'examiner le cote gonotique (peu explore
jusqu'ici) des formations qui font l'objet de notre travail. Ainsi que nous
1'avons dejä otabli au premier chapitre, les composes peuvent et doivent
etre examines non seulement par rapport a ces elements de la langue
avec lesquels ils se combinent au plan syntagmatique, mais aussi vis-ä-vis

30
Madeleine Grieve-Schumacher, Die Nominalkomposition im Französischen, Winterthur,
1960, 26 sopare, en echange, les composes contemporains comme boulon-pression, robe-man-
teau, de ceux historiques, tels porc-fpic, corne-muse, etc.
36 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

des modalites qui les engendrent. Ce n'est que dans le travail dejä mention-
de C. Bohrer sur la composition en frangais qu'apparait une teile appro-
Che du cöte cräateur; la discussion, pourtant, en est limite'e a quelques
types reprosentatifs de la langue contemporaine. Les mothodes pretrans-
formationnelles n'acce'daient pas a l'examen de la generation des com-
posts, s'arretant plutöt a leur rapport avec le fonds lexico-grammatical
d'une langue donnoe. Nous avons adopte le point de vue gon^ratif que
nous allons utiliser au chapitre IV consacro aux transformations qui
engendrent les compose1 s romans.
Si nous admettons que la grammaire generative d'une langue reprosente
la competence linguistique d'un sujet parlant (de la langue respective),
que c'est done un ensemble de regies grace auxquelles celui qui parle,
ecrit, lit peut correier les signaux avec leur interpretation s&nantique, il
s'ensuit qu'un mot compose appartient ä la structure profonde comme
tout autre nom, verbe, adjectif, etc. et qu'il peut contractor, ä son tour,
des relations avec d'autres elements, qu'il peut dominer ou etre domino.
Dans les langues romanes contemporaines, les composes ne relevent plus
de la performance linguistique, mais bien de la competence 31. Ce n'est
que pour une -iode bien doterminee (pour la plupart de ces langues
cette poriode est tres lointaine) que 1'on peut envisager les transformations
g4n4rant les composed.

4.0. II y a pourtant une autre categoric de composes que 1'on poun-ait


appeler occasionnels dont: 1) nombreux noms de couleurs (noms et/ou
adjeetifs) et 2) adjectif s d'un type special. Ge sont:
1) roum. roz-gälbui fr. gris-vert
albaptrii-instelali32 gris-rose
pestrfy-mtunecatä33 bleu-rose
it. giallo-brillante bleu-molet
verdeazzmro janne-orange
giallo-castagno 3* vert-noir <*
espg. (manchas) blanco-rosadas
pardo negruzco 3e

31
Cf. N. Chomsky, Aspects of. the Theory of Syntax, Cambridge, Massachusetts, 1965,
57-58. · ' " · · ; . · . · .
32
Collection de la revue Romania literard, 1969.
33
Volume de nouvelles de Petru Popescu, Om In somn, Bucuresti, 1971, 18.
34
Collection de la revue italienne Noi Donne, 31—40 (1968).
36
Citos par C. Rohrer, Wortzusammensetzung.
38
Collection procitöe de la revue Carta de Venezuela, I—IV (1971).
LE MOT COMPOSE — DEFINITION UÜ CONCEPT 37

2) roum. (aprovizionarea) tehnico-materiala


(schimburi) tehnico-^tiin^ifice
(relafiile) sovieto-daneze
(prietenia) romdno-polonezä 37
it. (accordo) Ualo-francese
(pellicola) comico-poliziesca
(mentalita) burocratico-perbenista 3S
fr. (cooperation) atlantico-europeenne
(accords) americano-sovietiques
(traite) belgo-hollandais
(combinaison) commercialo-militaire
(nerf) femoro-cutane
(vivacite) orientalo-fragonarde
(saison) pluvio-orageuse 39
espg. (parentesco) provenzal-gascon
(dominio) politico-milUar
(nivelacion) franco-galoromamca
(tipo) militar-fronterizo40
La juxtaposition des deux «monemes» (terme de Martinet) n'est
pas obligatoire, ainsi qu'il arrive d'ailleurs de tout groupe nominal; eile
n'est possible que dans certains contextes et appartient a la performance
linguistique des sujets parlants. C'est sur cette derniere cate"gorie que
1'on doit faire intervenir l'analyse des transformations qui produisent les
divers composes « occasionnels ».

5.0. Nous serions done en mesure d'affirmer que les langues romanes
contemporaries dont nous nous sommes occupoe prosentent tous les
types de composes, a commencer par ceux ou la juxtaposition des mone-
mes est occasionnelle jusqu'aux synthemes proprement dits (toujours
aux termes de Martinet, voir § 2.0). Le developpement des composes
occasionnels aboutit, d'une part, aux composes proprement dits (synthe-
mes) indispensables ä une langue par ce qu'ils de^signent des notions inex-
primables autrement (voir, par exemple, roum. floarea-soarelui 'tourne-
' , it. pigliamosciie '^mpuchet^jEr. pomme de ierre, espg. espantapajaros

»7 Collection du journal Scfnteta, 1969-


38
Noi Donne, loc. cit.
*· C. Rohrer, Wortzusammensetzung.
40
Amado Alonso, Estudios lingülsticos. Temas espanoles, Madrid, 1967.
38 LE MOT COMPOSE - DEFINITION DU CONCEPT

'epouvan tail'); d'autre part, a des series relioes par un element commun
qui tend ä acquerir le Statut lexico-grammatical d'un suffixe.

5.1. Les composes a un element commun ne sont pourtant pas une


innovation rocente des langues romanes contemporaines; ces idiomes en
comptent un grand nombre, qui, ayant perdu leur caractere occasionnel,
appartiennent au lexique stable. II y a des series ou le mot, le moneme
repeto, est un nom, d'autres ou il est adjectif, verbe ou adverbe; par
exemple :
roum. pop. soare-scapätä it. mezzalana
soare-apune mezzaluna
soare-rasare mezzamacchia
soare-sec mezzanotte
trifoi-alb mezzatela
trifoi-amar mezzatinta
trifoi-de-balta attaccabottoni
trifoi-de-lac attaccabrighe
trifoi-mare attaccalite
trifoi-macris. attaccamani
trifoi-märunt attaccapanni
fr. coupe-choux espg. lavacaras
coupe-circuit lavafrutas
coupe-file lavamanos
coupe-gorge lavaojos
coupe-jarret lavaplatos
coupe-papier aguafuerte
coupe-racines aguamanos
coupe-tete aguamiel
O3il-de-boBuf aguanieve
osil-de-chat aguardiente
osil-de-perdrix aguasal
O3il-de-pie
O3il-de-serpent
Belativement au premier groupe de composes francais, formos par
combinaison d'un nom et du verbe couper (le mode auquel il apparait sera
discute au chapitre III) nous ferons remarquer que certains en sont tres
vieux : coupe-gorge apparait au XIII6 siecle41, coupe-choux est attest^

D'aprfes Dauzat et collab., Nouoeau Dictionnaire.


LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 39

en 1344 et coupe-tete en 1360. Plus recent est coupe-jarret, de 1578.


D'apres leur modele, le francais du XIX6 siecle compte de nouveaux
synthemes, toujours a partir du verbe couper: coupe-racine 1832, coupe-pa-
pier 1863, coupe-file 1890, coupe-circuit 1899 ; apres 1900 la sorie, enrichie,
est ouverte a de nouvelles formations. Nous en citons les plus rocentes :
coupe-cigares, coupe-legumes, coupe-ongles, coupe-pate.
Le second groupe de composes francais accuse une situation similaire.
A cote des vieilles formations O2il-de-chat (debut du XVe siecle) et wil-
de-bceuf (du XVIe), on compte ceil-de-serpent 1718, puis des exemples
plus nombreux du dernier siecle dont nous n'avons cito que deux : oßil-de-
perdrix et ceil-de-pie.
5.2. Ainsi que nous l'avons dejä fait remarquer, les formations moder-
nes qui reprennent l'un des monemes ne reprosentent pas une innovation;
elles ne font que rooditer un precede de composition plus ancien. La
comparaison des deux types de series fait, naturellement, ressortir une
difference Evidente : dans les formations anciennes les traits semantiques
du moneme rop^te se conservent inchange's, alors que les nouvelles sont
dominoes par un seul trait pertinent, qui s'est maintenu, plutöt que par
un faisceau de traits distinctifs. A remarquer ogalement que les formations
nouvelles sont constitutes — sur le plan grammatical — exclusivement
de deux noms, et reunissent — au plan lexical — deux impulsions somanti-
ques distinctes : le trait du moneme recurrent et les traits de celui auquel
il s'ajoute.
C'est aussi le point oü ils rejoignent les composes occasionnels qui
supposent, eux aussi, la combinaison de deux sens, independants encore;
ils ne reprosentent que le degro inforieur procodant les composes propre-
ment dits dont la signification est un resultat de la composition, non
identique, pour la plupart, a la simple reunion des deux sens initiaux.
On peut suivre, en fait, une ligne continue evolutive au long de
laquelle, deux monemes joints occasionnellement tendent ä se gramma-
ticaliser pour se rapprocher apres des formations suffixales. Voici la
representation graphique de revolution:
composes occasionnels composes proprement dits
(synthemes) monemes

synthemes tendant aux derives


Envisage diachroniquement, le phenomene a suggere ä d'autres lin-
guistes aussi le caractere de transition de certains composes. J. G. Kooij,
qui commente un passage de Bühler, ecrit: « Compounds represent his-
40 LEMOT .COMPOSE — D6FINITION DU CONCEPT

torically as well as otherwise a gradual development from syntactic


expressions, and that they should be described accordingly, as transitional
structures. »*2 D'ailleurs, releve-t-il, la grammaire traditionnelle a pres-
que toujours plac6 retude des composed entre la morphologie et la syntaxe :
( . . . ) « compounds have traditionally been regarded as borderline cases
between morphology and syntax » (255).
Quant aux langues romance, elles possedent les trois types que nous
venons de presenter.
5.2.1. Composts occasionnels (que 1'on retrouve dans certains contex-
tes): roum. franco-american; it. italo-francese; fr. sovioto-cubain; espg.
Colombo- brasileno.
5.2.2. Composes proprement dits (synfhemes): roum. coada-soricelului ;
it. nettadenti; fr. chou-fleur; espg. quebrantahuesos.
5.2.3. Composts tendant aux derives: roum. pozifie-cheie, situa^ie-
cheie; it. quartiere-giardino, citta-giardino, viali-giardino43; fr. phrase clef)
mot clef; espg. buque-escuela, taller-escuela. '
5.3. C'est d'abord ä l'otude des composes occasionnels qu'il faut uti-
liser la methode transformationnelle car leur generation est un processus
vivant entrainant la competence h'nguistique a la roah'sation de la perfor-
mance linguistique. La meme mothode peut etre appliquoe aux composes
de la troisieme catogorie qui reprosentent des creations contemporaines
ropotables laissant voir l'analyse d'un modele, sä decomposition et, ensuite,
sa recomposition croatrice. Nombre des composes proprement dits gonor^s
longtemps auparavant sont grammaticalisos et possedent des traits so-
mantiques que — pour la plupart du temps — les valeurs somantiques de
monemes Constituante ne justifient pas directement; ceux-ci participent
a la structure profonde de chaque langue ä part; pour le contemporain
il ne s'agit plus d'une generation, mais d'une connaissance proprement
di'te du terme (le processus de la generation appartient ä une autre epoque).
$i>us tacherons (au chapitre JV)-d'etablir le mecanisme des transformations
qui conduisent a l'apparition des synth^mes productifs aujourd'hui.
Nous allons voir, d'ailleurs (au chapitre III surtout, lors de la discussion
des formants des synthemes). que les langues romanes contemporaines
peuvent generer des composes specifiques qui imposent, une fois de plus,
qu'pn examine la maniere dont une structure profonde se convertit en une
structure superficielle.

4i
«Compounds and Idioms», in Lingua, 21(1968), p. 250.
48
Dino Buzzati, Un amore, Milano, 1965. ,
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 41

6.0. Nous avons done arreto les types de composes existant dans les
quatre langues romanes en question; nous y ajouterons une categoric
spociale, celle du type : 1) roum. Romarta, P.C.R.; it. FIAT; fr. COPAR;
espg. OFINES et 2) roum. balneolog, electrocauter; it. telecomandato, fono-
grafo; fr. UUcabine, UUphone; espg. ampelografiat psicoanalisis, puisqu'ils
supposent, eux aussi, la combinaison de deux impulsions semantiques
independantes. A notre sens, les formations constitutes par juxtaposition
de deux themes latins ou grecs, au meme titre que celles qui combinent —a
droite ou a gauche — un moneme roman avec un theme classique se
rangeraient ogalement parmi les composos. Sinon, elles apparaitraient
comme des formations a profixes ou suffixes bien que pour celles qui ne
contiennent pas de radical roman, tel balneolog, il faille constituer une
categoric de monemes formes de prefixe + suffixe, ce que le Statut dont
jouissent ordinairement ces segments rend impossible44.
Ces pseudo-prefixes et pseudo-suffixes fonctionnent done en tant que
formants d'un composo plutot que d'un derive. Ce ne sont pourtant pas
ces formations que nous considerons ici, mais celles enumorees au para-
graphe p^codent.
6.1. II convient de faire procoder la definition des composes par -
tablissement d'un ou de plusieurs traits qui les oppose aux groupes syntaxi-
ques libres, et aux locutions. Les composed sont constitute de mote reunis
qui observent ou non les regies syntaxiques d'une langue. A leur tour,
les groupes syntaxiques rosultent de la juxtaposition libre de monemes,
selon la meme syntaxe de la langue en question, alors que les locutions
reprosentent des groupes figes qui, le plus souvent, rendent impossible la
reconnaissance des relations syntaxiques.
44
C'est aussi l'avis de F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, 21. La position de ces segments
fait l'objet de controverses particulieremcnt vives. Ce sont B. Migliorini, « I I tipo radiodif-
fusione nell'italiano », in AG/, XXVII (1935), fasc. l, 14 et I. lordan, Limba romänä actualä.
O gramatica a greyelüor. Bucuresti, 1948, qui emploient les termes de pseudo-prefixes et, respec-
tivement, pseudo-suffixes. II y a eu des linguistes qui les ont trait£s mfime comme prefixes
et suffixes, dont L. Leroy, L'emprunt linguistique, Paris, 1965, 83 — 84; J. Dubois, Etüde,
62; H. Marchand, The Categories and Types of Present-day English Word-Formalion. A Syn-
chronic-Diachronic Approach, Wiesbaden, 1960, 97, 126, 137, 141 ; Th. Hristea, Probleme de eti-
moloyie, Bucuresti, 1968.
L'hypothfcse de Flora §uteu vaut d'etre retenue : « U n suffixe actualist: -ast», in KRL,
XIV (1969), 1, 21—22; le segment initial tele- de teleasl serait un «radical nominal», une
forme dene abregee du nom televiziune. En Italien et en espagnol, par exemple, le meme pheno-
mine d'abreviation s'applique ä cinematografo, passd a cinema et ensuite ä cine; a son tour,
cine peut participer ä toute une sirie de combinaisons ou il peut elre remplace1 par un nom,
comme cinecitta. Pour le francais, voir J. Marouzeau, Notre langue, Paris, 1955, 80 (phobie,
phonie, graphie).
42 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

6.2.1. E. Ciobanu et F. Hasan45, qui otudient la composition en rou-


main, distinguent les composes des locutions sur la base de 1'existence
d'une unito morphologique, s&nantique et sur celle, aussi, du comporte-
ment syntaxique, puisque « Un compose" repre"sente un seul mot, cependant
que le groupe syntaxique reprosente, de toute Evidence, plusieurs mots»
et qu'on n'a pas donno «jusqu'ici de definition complete, satisfaisante
du mot.»
6.2.2. En roumain, comme d'ailleurs dans les autres idiomes noolatins,
la plupart des composos appartiennent a la catogorie nominale. Etant
donno que la flexion nominale se rattache non seulement au nombre,
eVentuellement au genre, mais au cas aussi, un tel critere se justifie plei-
nement pour le roumain. En Italien, francais et espagnol, oü la flexion
nominale se borne a des changements dictos par le nombre, il y a d'ailleurs
une riche se"rie d'invariables 4 , tres rarement par le genre et jamais par
le cas, l'unite" morpliologique des composos constitue un critere insuffi-
sant. Ainsi, les composos constitute d'un verbe et d'un nom (g^noralement
au pluriel) ne changent pas en fonction du nombre :
it. (il) lavaceci — (i) lavaceci
(il) guardavivande — (i) guardavivande
(il) fasservisi — (i) fasservizi
fr. (le) gratte-ciel — (les) gratie-ciel
(le) hache-legumes — (les) hache-legumes
(le) monte-plats — (les) monte-plats
espg. (el) pesabebos — (los) pesabebes
(el) matacabras — (los) matacabras
(el) cortalapices — (los) cortalapices
En francais il n'y a pas que les composos de ce type qui soient inva-
riables, mais bon nombre d'autres aussi47, formes de deux noms (separos
ou non par une proposition) et d'un nom et un adjectif.
fr. (le) Bernard-V(h)ermite — (les)Bernard-V (h)ermite
(le) coq-a-Vdne — (les) coq-a-Vane
(la, le) grand-chose — (les) grand-chose

45
Compunerea, 9.
46
Voir le volume collectif Quelques remarqu.es sur la flexion nominale romane, Bucarest,
1970 (Edito par la Socioto Roumaine de Linguistique Romane. Sous la direction de Maria
Manoliu Manea, par Mihaela Cärstea, Anca Giurescu, Ecaterina Goga, Sanda Reinheimer-
Rlpeanu et Olga Tudoricä).
47
Pour le moment nous nous rapporterons tant au code parlo qu'ä celui ecrit.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 43

Le degro de soudure des oloments Constituante est faible, ce dont


tomoignent les synthemes au nombre marque" par deux fois; le critere du
comportement morphologique unitaire s'avere done insuffisant. Toute-
fois, de tels synthemes devront etre considers comme des composes et
non comme des locutions otant donno, principalement, leur comportement
syntaxique48. Voilä quelques exemples de synthemes aux morphemes
discontinus de nombre 4 9 :
it. (la) cartavetrata — (le) cartevetrate
(il) capobandito — (i) capibanditi
(il) capocollo — (i) capicolli
espg. (la) casamata — (las) casasmatas50
Dans ces exemples, le morpheme du nombre, place" d'habitude ä droite
du radical, apparait deux fois, en fait a droite des monemes Constituante,
prouvant par la que l'analyse du syntheme est encore pratiquoe couram-
ment. Nous considorons, malgre" tout, les formations ci-dessus comme des
composes puisque, a notre avis, le comportement syntaxique unitaire
preVaut sur 1'aspect morphologique.
6.2.3. F. Ciobanu et F. Hasan51 considerent que les composed se
caractorisent par le comportement syntaxique aussi. Puisque les noms
sont doterminos par un adjectif, comme tout autre mot simple, il s'ensuit
que c'est le compose, pris dans son ensemble, qui est determine" et non
ses termes 52. II y a, par exemple :
interesantul scurt-metraj 'l'inte"ressant court-motrage'
umila nu-ma-uita 'un humble myosotis'
acest bot-gros 'ce gros-bec'
mais non:
*scurt interesant metraj 'court interessant m^trage'
*bot acesta gros

48
Voir plus loin les crileres syntaxiques d'isolemenl du syntheme.
49
Le code parli du fran^ais ignore ces synthemes qui ne sont pertinents que pour le code
icrit. C'est pourquoi nous n'avons pas pu les joindre aux exemples Italiens et espagnols. Ce
sont: (le) coffre-fort — (les) coffres-forts, (le) dilai-congl — (les) de7ai's-eong&.
50
L'cspagnol contemporain connalt aussi le pluriel casamalas qui temoigne de la soudure
des formants.
51
Compunerea, 13 et suiv.
52
R. Godel, « Questions concernant le syntagme », in Cahiers F. de Saussure, 25 (1969),
123 (...) «en effet, les mots composos ( . . . ) n'ont pas de fonctions syntaxiques diffd-
rentes de celles des mots indicomposables, et comme ces derniers, ne sont pas roductibles ».
44 LE (MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

La meme chose pour les composes de l'italien, du frangais et de l'es-


pagnol, qui sont determines globalement eux aussi:
it. dobbiamo far finta sistematieamente
et nqn *dobbiamo fare una buona finta (ou l'un des termes
est determine par un adjectif)
questo telegiornale sport
et non *un telegiornale interessante sport
fr. une autre fausse porte
et non *une fausse autre porte
espg. una blanca margarita doble
et non *una margarita blanca doble
II ne s'agit pas seulement, on le voit, d'une determination globale,
mais aussi du rejet de tout moneme qui separe des elements Constituante
du syntheme.
Un examen pousse des synthemes relev^s dans le corpus que nous avions
rouni a fait apparaitre leur diversity 68 ; une comparaison s'imposait done
qui les aurait determines vis-a-vis des groupes syntaxiques libres, d'une
part, des monemes libres (sous l'aspect du comportement morpliologique
surtout), d'autre part. Selon Martinet54: « Le seul critere de la presence
d'un syntheme est le comportement syntaxique de l'ensemble et 1'absence
de comportement particulier des olements composants»; nous allons indi-
quer les traits qui deiinissent comme unitaire le comportement syntaxique
des synthemes55.
6.3. Traits qui distinguent un syntheme (constituo de monemes con-
joints ** dependants) d'un groupe syntaxique libre (constituo de monemes
libres, comportement syntaxique indopendant).
6.3.1. Traits qui distinguent le determinant (moneme conjoint) appar-
tenant un syntheme du determinant figurant dans un groupe syntaxique
libre.

s
* C'es't-te que souiigne B. Griming aussi, « Contribution ά Ι'έΐυαε des composes et dirivds »,
in Word, 23 (1967), 1 — 3, 243, qut insiste surtout sur les difficultos qu'on a pour itablir les
classes de fonnants participant la constitution des synthemes.
M
«Syntagme et synthfeme», in La Linguislique, 2 (1967), 10.
66
Pour le roumain nous avons utilise les suggestions qu'offrent F. Ciobanu et F. Hasan,
Compunerea, 8 — 18; pour le francais, celles de C. Rohrer, Wortzusammensetzung, 17—24 et
106 —128. Notre recherche porte sur l'italien et l'espagnol aussi.
*· A. Martinet, Syntagme, 6.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 45

6.3.1.1. II pent arriver que dans un syntheme le determinant occupe


une place a laquelle il ne figurera jamais dans un groupe syntaxique
libre:
roum. scurtcircuit, mais un circuit scurt si un altul lung
it. barcamenare, mais menare la barca
fr. blanc-bec, mais un bee blanc
espg. gallocresta, mais la cresta del gallo
6.3.1.2. On ne saurait changer la place du determinant du syntheme
comme on le fait dans la chaine parlee des termes d'une proposition, ou
d'un groupe syntaxique pour des raisons stylistiques, emphatiques, voire
grammaticales :
roum. laba-ursului, mais *ursului laba; a ursului labä
eat une construction correcte au point
de vue grammatical, mais eile ne
possede plus les traits semantiques
du syntheme
it. madreselva, mais *selva madre
fr. cordon-bleu, mais *bleu cordon
espg. Pieles Rojas, mais *Rojas Pieles
6.3.1.3. Dans certains synthemes (assez peu nombreux d'ailleurs) le
determinant ne s'accorde pas avec le determine, ce qui fait ressortir la
soudure des monemes constituants; ceux-ci ne sont plus analyses et le
manque d'accord s'explique, alors que 1'accord est obligatoire pour les
groupes syntaxiques libres :
roum. porumbei pieptalbi 'pigeon au plastron (gorge) blanc',
mais piepfii albi ai camapii 'le plastron blanc de la chemise'
it. (myth.) cMomazzurro 'ä la criniere blanche', mais una chioma
ftiowda'des crinieres blondes'
fr. ce rfesl pas grand-chose, mais c'est une grande surprise
espg. un hombre carirredondo 'unhommeau visage rond', mais
tiene una cara redonda 'il a un visage rond'57
6.3.1.4. Le determinant adjectif qui participe ä la constitution d'un
syntheme, ne peut pas avoir des degree de comparaison :
roum. iarbä-mare 'aunee' (litteralement 'grand-herbe'), mais *iar-
ba foarte mare

" Le manque d'accord entre les formants des synthfemes de l'italien et de l'espagnol est du
ä la structure de profondeur ä partir de laquelle ils sont constituis : redondo de cara 'rond de
visage'.
46 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

it. (una )piaiszaforte 'une forteresse', mais *una piazza piii


forte
fr. (une) chaise-longue, mais *une chaise plus longue68
espg. (una) uva crespa 'groseille', mais *una uva muy crespa
6.3.1.5. Le determinant adjectif figurant dans im syntheme ne pent
ttre coordonne avec un autre ainsi qu'il arrive ä l'interieur des groupes
syntaxiques libres :
roum. *paducel negru si inalt, mais trandafir alb si59 catifelat
it. *(un) capoverde e grande, mais un libro nuovo e inte-
ressante
fr. * (un) eoffre-fort et bleu, mais une maison ensoleillie et gaie
espg. *(una) luna nueva y blanca, mais una nina hermosa y
buena
6.3.1.6. Le formant (determinant) identique d'un groupe de composed
ne peut pas etre remplace par un article comme il 1'est dans une onumo-
ration commune :
roum. iarba fiarelor si iarba cueului sint niste plante, mais *iarba
fiarelor si a cueului vis-ä-vis de caietul meu, al tau, al ei
au fost curate
it. sono vetture fuori serie e fuori classe
mais *sono vetture fuori serie e classe
fr. le train a un wagon-lit et un wagon-bar, mais
*le train a un wagon-lit et bar
espg. el pajaro mosca y el pajaro del sol riven en el mismo
pais, mais *el pajaro mosca y del sol...
6.3.1.7. A la difference des monemes qui participent ä la constitution
d'un groupe syntaxique libre, ceux qui forment les composes rejettent les
determinants particuliers. Les synthemes n'admettent que des determi-
nants globaux (voir les exemples de § 6.2.3) :
roum. mama-mare a mea, mais *mama mea mare
it. dobbiamo certamente far finta, mais *dobbiamo fare una
buona finta
fr. la fausse-porte peinte en blanc de notre chambre, mais *la
fausse blanche porte de notre chambre
espg. un perro-lobo muy bravo, mais *un perro bravo lobo

58
Voir A. Martinet, Syntagme, 8.
6
* A la place de la conjonction il peut y avoir une pause, marqude par une virgule.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 47

Ces exemples tomoignent, en outre, de I'msoparabilite" des termes qui


constituent le syntheme dont il a ote* de"ja question au paragraphe 6.3.1.4
(ä propos des composes auxquels participe un adjectif). Le critere de la
de"termination globale n'en est pas moins valable pour tous synthemes,
quelle que soit leur classe morphologique. Par ailleurs, il est eVident qu'on
ne peut briser l'unito du syntheme en y introduisant un determinant.

6.3.2. Le manque d'elements d'actualisation — obligatoires ä 1'interieur


des groupes syntaxiques libres — entre les formants des synthemes.

6.3.2.1. Les synthemes peuvent etre constituos de deux formants


appartenant a la meme classe grammaticale, sans qu'ils exigent la pre"-
sence, entre eux, d'une conjunction, d'une pause, d'une proposition arti-
cul^e (dans les langues romanes occidentales) ou d'un article dofini (en
roumain):
roum. tace-face, mais tace si ginde§te
me$ter-grinda, mais me$teru\ case'i
it. saliscendi, mais scende e parte
(il) fondovalle, mais (il) fondo della valle
fr. chantepleure, mais il chante et il rit
espg. duermevela, mais duerme y suena
tintacMna, mais he portado la tinta de China
6.3.2.2. Dans les synthemes qui comprennent une proposition ou un
adverbe et un nom, les deux formants n'admettent pas entre eux des
elements d'actualisation. En italien, en frangais et en espagnol les pro-
positions ne precedent que des noms articulos (avec de tres rares exceptions
consacroes comme telles, par exemple, it. casa), alors que dans les compo-
sts 1'article manque eo :
it. (il) dopopranzo '1'apres-midi', mais verra dopo la con-
ferma 'il viendra apres la confirmation'
fr. (le) contre-poison, mais un cachet contre le poison
espg. (la) contraprueba 'nouvelle preuve', mais estoy contra la
prweba de ... 'je suis contre la preuve de...'

6.3.2.3. A l'inte"rieur d'un syntheme, un nom de couleur peut recevoir


un determinant nominal sans proposition, article ou conjunction; les

*° En roumain, seule la prdposition cu peut se combiner avec des noms articulos ; c'est pour-
quoi les exemples roumains manquent dans ce cas-ci.
48 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

groupes syntaxiques libres requierent un de ces trois types d'ele"-


ments :
roum. verde jad, 'vert jade', mais alb ca neana 'blanc comrne la
neige'
it. verdemare 'vert de mer\ mais il verde del mare era stupendo
'le vert de la mer otait magnifique'
fr. vert-pomme, mais blanc eomme la neige
espg, verdemontana 'vert de montagne', mais verde eomo lamon-
tana 'vert comme la montagne' ou el verde de la montafia
6.4. Outre ces traits que nous venons de rappeler, les synthemes
prosentent des particularity relatives a leur flexion.
6.4.1. Similitudes entre la flexion des synthemes et des mots simples
(monemes).
6.4.1.1. II y a toute une serie de synthemes qui presentent une flexion
unique, quelle que soit leur classe morphologique : nom, verbe, adjectif,
etc. Dans les langues romanes occidentales auxquelles nous avons pris nos
exemples (Italien, francais, espagnol), le pluriel de ces synthemes, la fle-
xion de ceux qui appartiennent ä la classe du verbe, etc., identique ä
celle de certains mots simples, temoigne de la soudure grammaticale totale
des formants. A quoi s'ajoute en roumain la döclinaison articnlee des
no ms :
roum. 1) Nominatif: botgrosul
Gonitif-Datif: botgrosului
2) Nominatif singulier : scurt-metraj
Nominatif pluriel: scurt-metraje
it. 1) Ifere personne singulier: io mazzapicchio
IIe personne singulier : tu mazzapiccM
2) Singulier: (la) cassapanca
Pluriel: (le) eassapanche
re
fr. I* personne singulier: pentrevois
e
III personne singulier: il entrevoit
espg. 1) Ifere personne pluriel: (nosotros) nos entreayudamos
(vosotros) vos entreayudais
2) Singulier : (el) pinabete
Pluriel: (los) pinabetes
La plupart des noms et des adjectifs composes forment le pluriel comme
tout mot simple, en ajoutant une dosinence dependante des phonemes
du dernier element constituant; la meme chose pour les verbes composes :
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 49

leur conjugaison ne differe point de celle des verbes simples. Par centre,
tous les membres des groupes syntaxiques libres portent la marque du
nombre, du genre, de la personne, etc.

6.4.1.2. Les synthemes des quatre langues romanes consid^roes sont


article's comme tout mot simple. A relever la presence de l'article indofini
meme si le premier terme du syntheme est un verbe, un adverbe, une
proposition, un numeral, un pronom, un nom au pluriel ou un nom a
article de"fini qui n'apparaissent jamais ainsi couple's dans les groupes
syntaxiques libres.
roum. un zgirie-nori, un imsprezece metri, ο d^ιpά-masά, un coate-
goale, o floarea-soarelui
it. un taglialegna, un semprevivo, un senzatetto, un trequarti
fr. un fixe-camera, une avant-premiere, un apres-guerre,
un trois-mats, un je-ne-sais-quoi
espg. un sacapuntos, una siempreviva, un pormenor, un milhojas
6.4.1.3. En roumain, c'est souvent la presence du segment lui (comme
devant n'importe quel moneme) au ge"nitif-datif qui indique la soudure
des elements constitutifs :
roum. lui zgirie-brinza
6.4.1.4. En fran^ais cette soudure se signale, entre autres, par 1'emploi
de l'article partitif accompagnant des composes formes d'un adjectif et
d'un nom. Or, les groupes syntaxiques libres forme's toujours d'un adjectif
et d'un nom n'acceptent pas de partitif:
fr. je mange des petits-pains, mais
je fais de longs voyages

6.4.2. Les exemples que nous avons re"unis en vue de notre e"tude
ont relevo ogalement la difference qu'il y a entre les synthemes et les
monemes libres pour ce qui est de la flexion qui tomoigne d'une soudure
plus faible des elements constitutifs.

6.4.2.1. II y a toute une se"rie de synthemes dont le morpheme de


pluriel se doplace pour marquer le premier formant :
roum. eal-de-αρά j cai-de-apa
it. (il) capoguardia I (i) capiguardia
4 - c. 55
50 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

fr. (le) bonhomme I (les) bonshommes el


espg. (la) luz de parada / (las) luces de parada
Le radical des synthemes qui präsenten t ce caractere est discontinu,
coupe par le morpheme du nombre ea.
6.4.2.2. Les rares synthemes qui possedent deux morphemes de plu-
riel ne font que prouver la faible soudure des formants :
roum. N ominatif : (o) rea-voin{a / Genitif-Datif : (unei) rele-vo-
inje
it. (il) capotecnico / (i) capitecnici
espg. (la) casamata / (las) casasmatas
6.5. Malgre toutes les differences que nous venons de relever (voir
surtout § 6.4.2.1 et 6.4.2.2), entre les synthemes (monemes conjoints)
et les monemes il y a quelques similitudes aussi (en plus de celles dont il
a ete dejä question aux paragraphes precedents):
6.5.1. Les synthemes possedent un seul accent principal63 ä 1'instar
de tout moneme libre (entre parentheses, les unites accentuelles d'une
phrase):
roum. (am adus) (un lung-metraj), mais
(am cumparat) (un metraj) (lung) (de rochie)

61
En transcription phonotique [bözöm]; le code parle marque done, a son tour, le pltiriel,
II s'agit pourtant d'une exception. La langue populaire connalt d'ailleurs le pluriel [bonom]
qui, ainsi que A. Martinet le faisait remarquer dans Elements, 175 « souligne clairement I'anoma-
lie de cet accord interne et son caractere parfaitement naturel chez xin tres grand nombre
de sujets parlants ». D'habitude, seul le code dcrit marque le pluriel: dent-de-loup [ dents-de-
loup.
62
Voir le volume collectif, Quelques remarques, 94 — 97.
63
Dans un tres intoressant article, M. Rossi, «L'accent, le mot et ses limites », in Actes
du Xe Congres International des Linguistes, IV, Bucarest, 1970 considere que dans les langues
ä accent libre il y a au moins deux oloments distinctifs commutables (p. 176): /'/ = 1'accent
(« sonie dominante ») et /"/ = l'absence de 1'accent («sonie relativement faible »). « Nous
admettrons que /°/et /'/ constituent des dloments de seconde articulation qui se combinent
pour former une uniti de premiere articulation. Cette unit6 de premifere articulation est signifi-
ante; son signifio est le mot. Le mot n'est pas la somme des phonemes qui le composent, il
est int£gr£ par une organisation accentuelle. » (p. 177). Ce qui nous a raffermie dans notre
id£e de comparer les synthemes aux monemes selon leur accent; nous nous sommes igale-
ment dtayde de raffirmation de Paul Garde, «Accentuation et morphologic », in La Linguisti-
que, 1965, 2, 33, qui considere que 1'accent d'un mot n'est que la roalisation des virtualit6s
accentuelles des morphfemes dont il se compose ; il formule une regle propre aux langues
romanes, qui s'avere utile pour l'analyse des composis: si un mot comprend plusieurs mor-
68 accentuables, c'est la derniere accentuation qui est ressentie comme teile (p. 36).
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 51

it. (era una messinscena) (del tutto) (nuova), mais


(ha messo) (in scina) (una commedia)
fr. (c'est un vrai), (cordon-bleu) mais
(le cordon) (bUu) (vous v a) (tres bion)
espg. (he comprado) (una nueva) (luz de parada), mais
(es la luz) (de mis ojos)M
Selon certains auteurs, menie la substitution d'un compost par un
pronom demonstratif temoigne d'une soudure tres otroite des elements
constitutifs β5. A quoi on pourrait objecter que la phrase aussi peut etre
substitute par un domonstratif ββ ; c'est pourquoi nous n'avons pas retenu
ce critere.

6.5.2. Le sens d'un compose^ n'est pas la simple combinaison des traits
s&nantiques des formants l'instar du sens des groupes syntaxiques
libres qui s'ordonne autour d'un noyau (olement principal du groupe)
en rounissant les valeurs de chaque terme pris soparement e7. Dans le
cas des synthemes, la rofe>ence concerne un autre designatum que
celui de chaque terme pris a part ou bien de tous les termes pris ensemble«

84
2arko MuljaCic, Fonologia generate e fonologia delta lingua italiana, Bologna, 1969,
475, affirme Γιιηίΐέ accentuelle des composis : (...) « i n quelle composte (per es. in pomodoro)
il rapporto fra 1'accento primario e uno ο piii accent! secondari ei segnala ehe Vuniverbazione
(fusione completa) delle parti e stata raggiunta ». F. B. Agard, « Stress in Four Romance
Languages », in Glossa, 1967, 1—2, considere que dans des composis il n'y a qu'un seul accent
principal, savoir celui du second formant: portg. guarda-chuva (p. 173), it. scendilitlo
(p. 183), etc.
85
Nicolae Vin toru, « Formation des mots par composition en roumain », in Cahiers de
linguislique theorique el applique, V (1968), 287 — 294, fonde l'isolement des composes sur le
critfere suivant (entre autres): « Qu'ils puissent etre transformos en pronoms dimonstratifs
dans le contexte dont ils font partie. » (p. 288).
*' Maria Manoliu Manea, Sistemalica substilutelor in romana contemporan standard,
Bucuresti, 1968, 31, donne I'exemple suivant: «Ion est un brave type. II 1'a prouvo dans
toutes les circonstanccs — grace II, tout ce qui suit est attribud Ion; 1' fait assumer Tin-
formation de toute la proposition anterieure. »
87
J. J. Katz and J. A. Fodor, «The Structure of a Semantic Theory », in The Structure
of Language, Prentice-Hall, 1964, disignent cette opdration de combinaison des sens dans la
phrase sous le nom d1'amalgamation': «Amalgamation is an operation of joining elements
from different sets of paths under a given grammatical marker just in case these elements satisfy
the appropriate selection restrictions represented by material in angles » (p. 506). Pour 1'ap-
proche transformationnelle de la sdmantique voir aussi Mario Alinei, «Lessico e grammatica
generative », dans le volume La Grammatica, la Letsicologia, odite par la Societ di Linguistica
Italiana, Rome, 1969, 73 — 96 (v. surtout p. 91—92); Emanuel Vasiliu, Elemente de teorte
semantic a limbilor naturale, Bucuresti, 1970 (v. surtout p. 67 — 84).
52 LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

Le designatum du syntheme S n'est pas, non plus, la somme (le couplage)


de designata A, B, C des formants, ou A, B ou C pris s^par^ment.
L'existence de synthemes dont la signification n'a rien a voir (ä pre-
miere vue) avec la signification des formants comme :
roum. poale-n-briw 'sorte de patisserie' ^.poale* (i)n*briu 'robe
retroussoe'
it. gattamorta 'hypocrite' ^ gatta* morta 'chat mort'
fr. cordon-lieu ^ cordon*bleu
espg. media naranja 'opouse' (fam.) =£ media "naranja 'moitie
d'orange'
repose, de toute Evidence, sur une metaphore. Les etudes relatives ä la
motaphore nous ont suggoro une application aux composes. Selon Solo-
mon Marcus la metaphore poetique nait de 1'opposition entre 1'emploi
connotatif et 1'emploi donotatif d'un terme. Tandis que «le terme me"-
taphorique est par excellence connotatif, celui non expressif est dono-
tatif »68. Nous estimons done que le syntheme resulte de 1'emploi conno-
tatif de quelques monemes; ä remarquer pourtant la disparition (dans
la plupart des cas) de la valeur connotative au profit de la valeur deno-
tative, puisque la majorite" des synthemes repre"sente 1'unique moyen
que 1'on a pour designer une certaine roalito extralinguistique.
Ce processus ovolue selon cette ligne :
Valeur denotative A + valeur denotative A' ->
valeur connotative B ~> valeur denotative B'
A — premier formant (somes constitutifs)
A' = second „ ( „ „ )
B = compose ( „ „ ) ä valeur metaphorique
B' = compose (semes constitutifs) comme unique support d'un grou-
pement de semes
Prenons 1'exemple espagnol: les semes du terme qui est remplace
par le syntheme — esposa 'epouse' — seront:
[+ materiel], [+humain], [+generique]69

63
Solomon Marcus, Poetica matematicä, Bucure^ti, 1970, 94. Voir aussi pour la valeur
mdtaphorique de certains composos V. Vlasäk, La classification, 36.
*' Nous y avons utiliso 1'inventaire itabli par Liliana lonescu, « Observations simantlques
sur la motaphore dans Poemele luminii de Lucian Blaga », in Revue Roumaine de Linguistique
XIII (1968), 5, 440.
LE MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT 53

En prosupposant ce terme, la motaphore implique un transfert


s^mantique a l'interieur du groupe nominal (le futur syntheme) qui
remplace le nom esposa. Les semes du naranja seront:
[+ materiel], [— humain], [— animal], [+ vegotal]
Le transfert s'operera comme suit:
+ materiel
— humain + matoriel
— animal + humain + humain
+ vegetal + geneiique (+ possessif)
Les problemes que pose la signification des synthemes ne sont, eVi-
demment, rien moins que resolus. Pour 1'instant, nous nous bornerons
a retenir que la signification permet la reconnaissance d'un syntheme
aussi bien lorsqu'il s'agit d'une motaphore que lorsque les formants renfer-
ment les semes du futur composo (exemple roum. artist-cetacean). II nous
semble naturel que la somantique des synthemes puisse et doive faire
1'objet d'une otude speciale que nous avons I'intention d'aborder ailleurs.
TABLEAU I

N° Numero du Roumain Italien Franfais Espagnol


crt. paragraphe

I 6.3.1.1 + -j- 4- 4-
II 2 + 4- 4- 4-
III 3 -r- 4- + 4-
IV 4 _l_
+ + 4-
V 5 + 4- 4- 4-
VI 6 + J_.
1 4- 4-
VII 7 + 4- 4- 4-
VIII 6.3.2.1 + -1- 4- 4-
IX 2 — 4- +
X 3 ^
4- + 4- 4-
XI 6.4.1.1 4- 4- 4- 4-
XII 2 4- 4- 4- +
XIII 3 4- — — —
XIV 6.4.2.1 4- + + 4-
XV 2 + 4- — 4-
XVI 65.1 4- 4- 4- 4-
XVII 6.5.2 4- 4- 4- 4-

Le tableau I indique le comportement presque identique des synthe-


mes dans les quatre langues romanes. Except^ les traits caracteristiques
IX, XIII, XV, tous les autres ont une valabilito generate romane. Beste
54 ΙΈ MOT COMPOSE — DEFINITION DU CONCEPT

examiner le mode de composition: est-il le meme dans les difforentes


langues neOlatines? Est-ce le meme type (les memes types) qui est pro-
ductif (sont productifs) en roumain, italien, franc.ais et espagnol?
7.0. Nous voila en mesure de dofinir cette catogorie :
Les synthemes sont des complexes constitues de monemes conjoints
(qui continuent fonctionner independamment dans la langue donnoe),
dont le comportement syntaxique est celui d'un moneme unique et qui
entretient avec le reste de 1'έηοηοέ les mSmes rapports que les monemes
simples70.

70
La definition reprosente la combinaison des traits βρέοίίΐςυβΒ aux synthfemes analysts
dans les paragraphes pr6c6dents, des definitions donnees par A. Martinet in Eltments, 181 et
les articles « Syntagme », 6 et «Mot», 298-299.
CHAP1TRE III

LES FORMANTS DES SYNTHEMES


PRIS A L'ASPECT CONTEMPORAIN DU ROUMAIN,
DE LITAUEN, DU FRAN£AIS ET DE L'ESPAGNOL

1.0. Toutes les classifications que l'on a donnoes jusqu'ici des compo-
sed de certaines langues romanes ont όίέ dress^ee a partir de la catogorie
morphologique des eloments Constituante. L'interet des auteurs d'un
travail recent sur la composition en roumain1 porte sur les categories
morphologiques (nom, verbe, pronom, etc.) qu'elles relient aux com-
binaisons qui les engendrent ponr discuter, finalement, le comportement
morphologique du syntheme (d^signo par le nom de composo).
C. Bohrer 2, qui entreprend la meme segmentation des composes du
francais en Elements Constituante, assigne a ces derniers une classe mor-
phologique et avance quelques solutions transformationnelles (la g4no-
ration, par exemple, des composos constituos de verbe et nom, adjectif
et nom, etc.).
1.1. Au premier chapitre (§ 3.0) nous proposions dej une etude des
formations en question qui porte aussi bien sur leur aspect fonctionnel
que sur 1'aspect gon^tique. Nous commencerons par un examen des Consti-
tuante que nous ferons reposer egalement sur la catogorie morphologique
dont relevent les synthemes. Comme c'est la une question mieux otudioe
nous ne nous y attarderons pas trop, mais releverons ce que le comporte-
ment des synthemes dans les langues romanes contemporaines ont en
commun ainsi que les types de combinaisons qu'ils engendrent. Au IVe
chapitre nous allons exposer leur generation dont, au niveau gonoral
noolatin, personne ne s'est encore occupo. Afin de pouvoir etablir les
Constituante des synthemes nous allons exposer brievement ces principes
d'une grammaire transformationnelle qui justifient l'utilisation de cer-
tains symboles et la division des synthemes par categories.
2.0. La grammaire transformationnelle d'une langue est formte de
regies exprimees en symboles qui constituent le vocabulaire de la gram-

1
F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea.
2
Wortzusammensetzung.
56 J-E3 FORMANTS DES SYNTHEME5

maire *. Les symboles sont catogoriels (servant ä marquer les categories


grammaticales et celles lexicales) et formatifs (servant comme formatifs
grammaticaux et lexicaux). Pour les categories grammaticales on se sert,
par exemple, des symboles tels : P ( = Proposition), GN ( = groupe
nominal), GV ( = groupe verbal) ou bien GProd ( = groupe prodicatif),
GProp ( = groupe propositionnel, c'est-a-dire groupe nominal precede
d'une proposition), GA ( = groupe adjectival), etc., tous Constituante
immediate d'une phrase. Les categories lexicales, elles, sont rendues par :
!N" ( = nom), V ( = verbe), A ( = adjectif), etc.
Les symboles formatifs sont ceux des elements qui peuvent avoir
une fonction syntaxique; ils sont grammaticaux : Part ( = participe),
Inf ( = infinitif), Neg ( = negation ou negatif), !N~mz ( = nominalisation);
ce sont, au fond, les affixes de la grammaire traditionnelle; les symboles
formatifs lexicaux sont les themes.

2.1. Les symboles servent ä formuler des regies de reecriture et des


regies de transformation. Les regies de reecriture concernent les elements
fondamentaux d'une organisation linguistique commune, la plupart du
temps, a plusieurs langues, surtout lorsqu'il s'agit de langues de la meme
famille (les langues romanes, par exemple). Les regies de transformation
qui supposent omission, la permutation ou la substitution de certains
symboles par d'autres (sans faire intervenir des modifications de la valeur
semantique du message et sans faire disparaitre quelque trait semanti-
que) sont plus rigoureusement ordonnees que les regies de reecriture,
ä savoir conformement a des criteres qui agissent au niveau synchroni-
que. II n'en est pas moins vrai que dans certains cas l'analyse des trans-
formations «Düment menee ( . . . ) retrace souvent 1'ordre dans lequel se
sont produits les phenomenes respectifs et font de l'investigation synchro-
nique un moyen indirect de connaissance de la diachronie. »4

2.2. Si nous avons choisi l'analyse transformationnelle, c'etait aussi


pour trouver (si'l y en a) ces elements fondamentaux communs a 1'orga-
nisation des langues romanes en question. La comparaison portera sur
l'inventaire des symboles (ces quatre langues se servent-elles ou non des
memes symboles dans la constitution des synthemes?), sur l'inventaire
de regies (les synthemes sont-ils genets de la meme maniere?) sur 1'or-
3
Relativement ä la constitution d'une grammaire genorative, voir : N. Chomsky, Syntactic
Structures, The Hague, 1957 et Aspects of the Theory of Syntax, Cambridge, Massachusetts, 1965 ;
R. B. Lees, The Grammar of English Nominalizations, The Hague, 1963; N. Ruwet, Introduc-
tion ä la grammaire gi^rative, Paris, 1967; E. Vasiliu et S. Golopentia-Eretescu, Sinlaxa.
4
E. Vasiliu et Sanda Golopen^ia-Eretescu, Sintaxa, 36.
6YNTHEMES-SU1BSTANT1FS 57

donnance, enfin, des meines regies (la nominalisation suppose-t-elle ou


non, dans toutes les langues, une relatiyisation antorieure?)
La constitution d'un corpus — contenant des synthemes du roumain,
de l'italien, du franc.ais et de l'espagnol5 — sera neOessairement suivie
par la distinction thoorique fondamentale entre la structure profonde,
g6n6roe par les regies de la sous-composante syntaxique de base, et la
structure superficielle, obtenue par l'application des transformations. Nous
nous rangeons ä 1'opinion d'E. Vasiliu et de S. Golopenfcia-Eretescu8 qui
veulent que cette opposition ait aussi une ported somantique. Ce qui
revient ä dire que la composante semantique d'une grammaire gonorative
interprete somantiquement la structure profonde et que, d'autre part,
certaines regies (de sous-categorisation et de projection) engendrent une
structure somantique de surface. Une ge^ration correcte des composes
qui ignore cette distinction theorique serait inconcevable.
La composante fondamentale est sans doute la composante syntaxi-
que ; eile reprosente la source generative de toute grammaire d'abord par
son ensemble de regies de structure de la phrase qui engendrent la struc-
ture profonde et, ensuite, par un ensemble de transformations qui engen-
drent la structure de surface. En ce qui nous concerne, nous ferons suivre
la description des formants des synthemes — leur structure de surface —
par l'examen de la maniere dont ils ont acquis cette structure de surface.
Comme seuls les compose* s analysables encore par les sujets parlants
des langues romanes contemporaines feront l'objet de cette discussion,
nos listes n'ont pas retenu toute une serie de synthemes dont font elat
d'autres travaux de spocialito. Parmi les formations examinees par
F. Ciobanu et F. Hasan7 il y en a bon nombre que les sujets parlants n'ana-
lysent plus, parce qu'ils n'en identifient plus les formants ; d'autres, encore,
qui, completement hors d'usage, n'occupent plus la meme position que les
synthemes couramment employes. Les noms propres ne figureront pas,
non plus, parmi les categories analysees.

3.0. Synthemes-substantifs. Structure de surface


Dans les quatre langues romanes en discussion les synthemes-sub-
stantifs sont le resultat d'une gamine tres otendue de combinaisons. Nous
commencerons par la reecriture du syntheme-substantif latin que
nous ferons suivre par la discussion des difförentes combinaisons, en pre*-
6
On trouvera dans la bibliographic les litres des dictionnaires et des textes litteraires
auxquels nous avons pris ces synthemes.
• Sintaxa, 60.
7
Compunerea, 195: cinepi, cinevafi; 197: dtnsul; 201; niscaiva ; 210; ainle-apuca, etc.
58 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

cisant pour chacune, la langue dans laquelle eile se realise. Nous donnerons
la re^criture pour les quatre langues romanes et nous reprendrons le
meme procodo pour chaque cat^gorie morphologique. Les synthemes a
plus de deux formants seront examines soparoment.
Syntheme-substantif 8
peut etre constitue" des formants suivants :
1. N A

Prop A (Art)'
A
PartPres
Pre"p A fInf

2. A'

3. V Art

0
Prop A ( Art)

Adv
(Conj) A V
PrPers' 0
PrDom
V
N
Prop v Prlnd
Art
0
4. Adv' (Adv) A Conj A N
A
PartPres
Prlnd
PrPers A V A 0
Adv
PropA PrPers
PrepAPrPos
Inf
8
Voir la liste des symboles au debut du volume.
SY'NTHEMES-SUBSTANTIFS 59

5. PrPers' Vaux A PrPers A Part


Adv A V A PrEel
PrPers A V
6. Prlnd JPartPros
IV
7. PrDemA Prep A Adv
8. PrEelAViDf
9. Num A j Prep A N 1
| (Conj) A NumJ
10. PrepA (Art) A N
Vsup
Inf
Adv
PrPers
Num
Art A PrepA Adv

3.1. N A N , N A N A N , N A Art A N. Toutes les langues romanes comp-


tent des synthemes-noms formes de deux ou trois substantifs. On en
trouve — au niveau des langues noolatines contemporaines — des for-
mations tres anciennes aussi bien que des nouvelles, appartenant ä des
series ouvertes, susceptibles de s'accroitre continuellement. Les relations
qui s'otablissent entre les termes du syntheme sont des plus diverses.
Nous y reviendrons lors de la discussion, au IVe chapitre, des relations
qui s'organisent dans la structure profonde. Voilä, pour le moment, quel-
ques exemples de synthemes ä constitution exclusivement nominale:
roum. bloc-turn; contabil-$ef; cnne-lup
it. fondovalle; viali-giardino; pescecane
fr. cafe-filtre; Jiomme-grenouille
espg. aguasal; perro lobo; canamiel
Les formations populaires romanes sont beaucoup moins nombreuses
et dosignent des plantes et des fruits. Des synthemes comme: iarba-griu-
lef, mar-gutuit prnn-zarzär9 sont plutot rares et pour la plupart peu usit^s.

8
F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, 44 et suiv. Pour le roumain actuel, voir F. Dumi-
trescu, « Träsäturi specifice ale compunerii in limb a romanä literarä actualä », in Studii pi cerce-
täri lingvislice, XXI (1970), 3, 325—334. Pour le francais voir V. Vlasäk, «La classification
des mots composos par apposition », in Philologica Pragensia, 9 (48), 1/1966, 34 — 38.
60 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

Les langues romanes occidentales en offrent un peu plus d'exemples dont


certains tres anciens. Ce sont:
fr. chow-rave — attesto en 1600
chou-fleur — attesto en 1611
chou-navet — atteste* en 161110.
C'est surtout dans la langue littoraire (celle qu'emploient le style
scientifique et la presse) qu'apparaissent de tels synthemes. A signaler
les quelques sories ouvertes, existantes dans les quatre langues en discus-
sion u : ce sont les composes que nous appelions occasionnels, ceux qui
tendent vers les de'rivos, et meme les composes proprement dits du type :
reufita-excepfie, 'la roussite-exception', atitudini-$oc 'attitudes-choc', lite-
ratura-document 'littorature-document', interviu-maraton 'interview-ma-
rathon'12, pour nous en tenir aux seuls exemples roumains; de nombreux
autres, romans, pourraient etre ajoute"s.
Nous avons de'j signale" les synthemes constitute de trois elements
nominaux : fr. riz-pain-sel13. C'est toujours le fran§ais qui fournit 1'exem-
ple de synthemes dont le second nom est procode" d'un article dofini:
pont-Veveque, ίοπηέ probablement d'un nom propre (toponyme), cat^-
gorie qui comprend de nombreuses formations de ce type.
Ces synthemes-ci appellent la discussion sur la formation du pluriel
qui indique la place qu'ils tiennent (en tant que sous-catogorie) dans la
vaste catogorie du nom roman. La formation du pluriel (voir §§ 6.2.2,
6.3.2.1, 6.3.2.2, 6.3.2.3) n'est pas unitaire quant aux synthemes-noms
en raison du degre" plus ou moins grand de soudure des formants. Suivant
1'endroit ou ils regoivent le morpheme (ou les morphemes) du nombre, les
composos de cette catogorie se re"partissent en quatre types de synthemes :
3.1.1. Synthemes dont le morpheme du pluriel est joint au dernier
form ant 14 :
roum. volt-amper — volt-amperi
it. capomedico — capomedici
espg. casatienda — casatiendas
10
A. Dauzat, J. Dubois, H. Mitterand, Nouveau. diclionnaire, p. 165.
11
Cf. les opinions de F. Dimitrescu, «Tendances dans la formation des mots en roumaiu
litteraire actuel », in Ades du Xe Congris International des Linguisles, Bucarest, 1970, IVe
volume, qui a trouvd 900 οοιηροβέβ sur les 2000 mots formis en roumain dc 1960 1967.
12
Pris dans le volume d'Ecalerina Oproiu, Un idol penlru fiecare, Bucuresti, 1970.
13
Petit Larousse, 1965.
14
Pour la formation du pluriel dans les langues romanes, voir le volume mentionne
Quelques remarques, et C. Maneca, «Cuvinte compuse in terminologia stiin^ifica si tehnic
actual », in SMFC, 1(1959), 191-202.
SYNTHEMES-S BSTANTIFS 61

Nous n'avoos pas άοηηέ d'exemple pour le francais, puisque le


code parlo ne marque le pluriel que dans de tres rares cas : (rival —
rivaux; animal — animaux; os — os : [os] — [o] qui ne nous ont pas
fourni de second formant pour un syntheme). Cequi n'ocarte evidemment
pas la possibility d'apparition d'une teile formation. Meme si nous avions
analyst le code ecrit (bien que nous ayons choisi de nous occuper du code
oral) nous n'aurions pu relever un seul exemple, car les composes de ce
type ne recoivent jamais la marque -s (graphique) au pluriel.
3.1.2. Synthemes dont le premier formant est marque au pluriel (
radical discontinu)15:
roum. bloc-turn — blocuri-turn
it. capoturno — capiturno
espg. caso-Umite — casos-limite
Dans le code parlo, la situation du franQais est la meme que pour la
premiere classe; par centre, le code ocrit offre : bloc-eau, blocs-eau.
3.1.3. Synthemes qui recoivent deux morphemes du pluriel a deux
endroits du radical:
roum. redactor-sef — redactori-sefi
masina-unealt — masini-imelte
it. capocollo — capicolli
capogabbiere — capigabbieri
espg. casamata — casasmatas
Le code 6crit du francais consigne de nombreux exemples similaires
cafe-concert — cafes-concerts, bracelet-montre — bracelets-montres, etc.
3.1.4. Synthemes invariables au pluriel:
it. (il) terramare — ( i ) terramarc16
fr. oiseau-mouche — oiseaux-mouches
espg. (el) aguamanos — (los) aguamanos

15
Pour le pluriel en Ualien, voir encore A. Giurcscu, « Continuitiet discontinuity morphe-
matiques appliquies aux siibstantifs de la langue italienne contemporaine standard », in Actes
du XIIe Congris international de linguistique et philologie romane.
18
Of. Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Zanichelli, 1964, indique igalement le
pluriel terremare.
62 LES PORMANTS DES SYNTHEMES

Si l'italien et l'espagnol ne consignent qu'extremement pen de synthe-


mes invariables, le code parlo du francais ne connait que des composed
ä deux formants qui ne changent pas au pluriel17.
3.1.5. C'est Darmesteter18 qui signalait le type en question, dont le
modele, pensait-il, otait anglais. A. Granville Hatcher19 se range ä cette
opinion toute en soulignant cette difference: en anglais le type est spon-
tano meme lorsque c'est le determinant qui precede le determine, tandis
que seul 1'ordre inverse est conforme ä l'esprit du francais. Nous pensons
que 1'auteur a tort d'affirmer qu'il y a peu de chances que ce type-lä
se developpe dans la langue courante 20, du moment ou 1'analyse statisti-
que affirme la productivity de tels synthemes en francais contemporain.
Le langage commercial marquait d'ailleurs, il y a 40 ans dejä, la tendance
a utiliser des formations similaires21. Nous reprendrons la discussion
sur les relations qu'entretiennent les deux formants au IVe chapitre, lors-
que nous examinerons leur structure profonde. Signalons encore 1'existence
de quelques synthemes (assez peu nombreux) dont les substantifs Consti-
tuante reprosentent la nominalisation de certains adjectifs :
roum. clarobscur; it. chiaroscuro; espg. claroscuro
(meme valeur somantique). La transposition pourtant est antorieure a
l'apparition du syntheme.

3.2. N A Art A Ng&i. Les composed de cette categoric sont exclusi-


vement roumains, seule langue qui possede une flexion synthetique dans
la categoric du substantif. Us sont pourtant identiques, pour ce qui est
de la valeur syntaxique, aux formations romanes occidentales obtenues
par la combinaison suivante : N A Prep Art* N. Les formations roumai-

17
Voir le volume Quelques remarques, 33 ou il est prdcise : «La statistique entreprise
confirme I'affirmation que la «grande majorite des substantifs francais sont invariables ».
Us representent 66 % du total des substantifs f ranc.ais qui sont portos ä 94 % si y ajoute
ceux marquos par le contexte. »
18
Traito, p. 40 et suiv. En r/i#o-roman il s'agit d'une influence allemande : sursilvain,
la porta-casa, la porta-clavau. Voir ä ce sujet Maria Iliescu, <t Une particular! syntaxique
romanche d'origine obscure : le groupe nominal formo par deux substantifs juxtaposes», in Revue
Roumaine de Linguistique, XIII (1968), 5, 433 et 434.
19
«Le type timbre-poste », in Word, 2 (1946), 3, 222.
20
«Le type timbre-poste », loc. cit.
21
Voir Ph. Martinon, Comment on parle le franyais, Paris, 1927; G. Rohlfs, Volkssprach-
liche Einflüsse im modernen Französischen, Braunschweig, 1928 (qui invoque, lui aussi, {'influence
anglo-saxonne); Marcel Cressot, Le style et ses techniques, Paris, 1947; J. Damourette et A.
Pichon, Des mots a la pensle. Essai de grammaire de la langue francaise, Paris, 1911 — 1927;
L. Guilbert, La formation du vocabulaire de l'aviation, Paris, 1965.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 63

nes sont relativement nombreuses dans la langue par!4e et dosignent des


noms de plantes, fruits, animaux, insectes, oiseaux (le modele, pourtant,
n'ect plus productif: notre corpas n'enregistre aucun nouveau syntheme
ainsi consfcituo; Us sont remplacos par les synthemes N A N et N A de A N.
C'est pourquoi il n'en sera pas question au IVe chapitre); en italien, fran-
<jais et espagnol ces formations sont assez rares. Le frangais consigne, a
coto des composes ä la proposition de"Art caract&ristique du gonitif,
ceux a la proposition ä*Art, caractoristique du datif.
roum. aiul-$arpelui} calul-dracului, pliscul-cocorului,
matasea-broa$tei

3.3. N A Prep A Art A N:


it. fiore del latte
fr. bonheur du jour, mais aussi
coq-a-Vdne
espg. lengua del ciervo
Au pluriel, dans les formations roumaines 11 n'y a que le premier
element qui regoive le morpheme du nombre; en italien, les synthemes
de cette cat4gorie dosignent d'habitude des notions qui ignorent le pluriel
(comme dans l'exemple ci-dessus) supprimant l'opposition de nombre en
faveur du singulier. Nous avons dojä observo que la question du nombre
ne se pose pas pour le code parlo frangais; quant a 1'espagnol, c'est le
premier el&nent (le dotermino) qui est marquo par le pluriel. A quelques
exceptions pres 22, c'est le d^termino qui 1'emporte en ce qui concerne le
genre. Le modele de ces formations n'otant plus productif, nous ne -
senterons pas les transformations qui y conduisent et qui appartiennent
ä une autre otape devolution des langues romanes occidentales.

3.4. N A Pre"p A N. C'est une catogorie tres froquente dans les langues
romanes qui atteste l'apparition des composos de groupes nominaux pri-
mitivement libres (ä l'instar de ceux du paragraphe procMent). Dans la
plupart des cas le second foment nominal est introduit par la proposition
de (it. di, fr., espg. de). Quelques autres synthemes cependant comprennent
une autre proposition. Us relevent de la langue commune — et donomment
des plantes, animaux, numoraux — ou de certains styles spociaux — y

22
Pour 1'espagnol, par exemple, aguamanos est masculin, cf. A. Rosenblat, eEl gonero
de los compuestos », in NRFH, VII (1953), 99.
64 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

dosignant des details d'architecture (en francais surtout), notions techni-


ques, medicates.
roum. buhai-de-balta, sor-cu-frate, poale-n-brm
it. barba di capra, dente di cane, baco da seta
fr. pomme de terre, arc-en-ciel, tete-a-qneue
espg. lobo de mar, leche de p ajar o, diente de leon
L'espagnol connait des synthemes formet, ä leur tour, d'un autre
syntheme (N A N — dont le second est un nom propre) suivi par une pre-
position et un substantif :
(N A N A Prep A N) dondiego de dia
dondiego de noche
C'est le premier formant que le roumain, l'italien et l'espagnol mar-
quent du pluriel, sauf pour les substantif s qui restent invariables. Tel
le roum. poale-n-briu qui neutralise l'opposition de nombre. Le fran<jais
consigne parfois, par ocrit, le -s du premier formant ; d'autres fois meme
ce signe graphique est elimine^ : tete-a-tete et tete-a-queue sont invariables.

3.5. N A A. A A N. Toutes les langues romanes que nous avons


otudioes connaissent ce type de synthemes : en roumain, les formations
N A A relevent de la langue populaire oü ils dosignent des notions lioes
ä la flore, ä la faune, ä l'entomologie ; dans les langues romanes occiden-
tales ils ont p^notro dans d'autres spheres (meme les substantif s abstraits).
L'adjectif peut etre roecrit comme adjectif qualificatif, possessif ou par-
ticipe :
Ä -^ Ä
. -^ -^

L'ordre inverse A A N est frequent, lui aussi, dans les synthemes


romans, ä cette difference pres que le roumain fait pr^coder l'adjectif par
le substantif. F. Ciobanu et . Hasan 23 pensent qu'il s'agit genoralement
de caiques. Quoi qu'il en soit, ils sont suffisamment frequents dans la
langue contemporaine.
Dans certains synthemes le fran§ais fait pr6ce"der le substantif d'un
article. En voici des exemples de cette catogorie :
3.5.1. Synthemes formos de N A A qual :
roum. iarbä-mare
it. capoverde, piazzaforte
fr. bas-bleti, blouson noir
espg. aguafuerte, Pieles Rojas
23
Compunerea, 77.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 65

3.5.2. Synthemes formes de :


roum. märia-sa
it. mammamia
L'italien connait une sous-classe ä un seul membre qui neutralise
1'opposition de genre et de nombre M. En roumain la soudure entre les
elements des synthemes maria-ta, mdria-sa est assez floue: ä preuve
1'accord en genre, nombre et cas des deux formants cf. märiei-tale.

3.5.3. Synthemes formes de N A A part :


roum. gura-sparta
it. gattamorta
fr. sang-mele
espg. rabopelado
Les synthemes formes de A A N roocrivent ainsi le symbole A :
A -> Aqual. A nuua , Apog

3.5.4. Synthemes formes de A quft , A N :


roum. scurt-metraj
it. bellavedova
fr. haut-bois, mais aussi Jiaut-le-corps
espg. altavoz

3.5.5. Les synthemes formes de A nuin A N se divisent en deux groupes :


A
num 1 AN ou 1'adjectif provient d'un numeral cardinal et A nami A N ou
1'adjectif provient d'un numeral ordinal.
3.5.5.1. Synthemes constitute de A numi A N :
roum. trei-frafi
it. mille piedi
fr. trois-mats
espg. cientopUs
Les termes de cette classe sont assez peu nombreux dans toutes les
langues romanes otudioes. Us neutralisent 1'opposition de nombre (phono-
mene parfaitement normal) puisque les substantifs qui les composent
sont dojä au pluriel vu le numeral (toujours suporieur ä 1).

11
Cf. Quelques remarques, 42 — 44.

5 - C. 65
66 L.ES FORMÄfiTS DES SYNTHEMES

3.5.5.2. A num!! A N A A qual . Le rouraain connait tin deVeloppement de la


combinaison du paragraphe pre"ce"dent, le substantif otant encore de"ter-
mino par im autre adjectif qualificatif postposo :
roum. trei-fraii-pätaji
Le syntheme neutralise l'opposition de nombre.
3.5.5.3. Les synthemes constitues de Anum A N :
roum. triplu-salt, prim-ministru
it. primo-ministro
fr. double-bee, premier-plan
espg. prima noche

3.5.6. Synthemes formet de APOBA Is :


espg. mialmas
C'est encore une sous-classe a un seul membre qui n'apparait qu'en
espagnol, supprimant l'opposition de genre en faveur du pluriel, surtout
dans des contextes comme como unas... (locution adverbiale).
Les synthemes forme's de N A A Qua , appartiennent parfois a des series
tres riches qui possedent en commun le meme substantif d^termino tour
ä tour par d'autres adjectifs :
roum. iarbä-mare, iarbä-alba, iarbä-creafä,
iarbä-albasträ 25
2
it. capobianco, caporosso, capochino, vapotorto
fr. pied-fort, pied-noir, pied-plat
espg. Merbabuena, hierbamora, Merbasanta
Tous les synthemes N A A, A A N peuvent etre reconnus ä toute une
sorie de criteres ononcos au chapitre procodent. Leurs adjectifs ne posse-
dent pas de degre*s de comparaison, ils ne peuvent pas etre coordonnos
ä un autre adjectif, et ne changent pas de place par rapport au substantif ".
Quant ä la flexion, plusieurs possibility se prosentent — ä preuve
la graphie des synthemes (en un mot, ä trait d'union et meme sans trait
d'union). Pour l'italien, par exemple, le cas le plus froquent c'est l'appari-
tion de deux morphemes au pluriel (surtout lorsqu'il s'agit de l'ordre

2i
Cf. Dicfionarul limbii romane moderne, Bucure^ti, 1958.
26
Apud F. Tollemache, Parole composte, 55. Ils d^notnment tous des espfeces d'oiseaux.
27
Voir §§ 6.3.2.5, 6.3.2.6, 6.3.2.14.
SYNTHEMES-SUBSTA.NTIFS 67

A A N : (la) mezzaluna — (le) mezzelune, alors qu'en espagnol le mor-


pheme est ajouto au second formant dans la plupart des cas : (la) alia·
voz — (las) altavoces.

3.6. N A PartPros. Quoiqu'on ne fasse gonoralement pas de distinction


entre cette classe-ci et la precedente 28, nous 1'avons traitoe
pour deux raisons : d'abord, parce que le second constituant est en
un terme d^rivo, secondaire et non primaire, possodant un suffixe; ensuite,
la structure profonde des synthemes ainsi constitute est completement
autre tout comme les transformations qu'ils traversent. Naturellement,
le roumain ignore les synthemes NAPartPros, le participe present n'y
£tant pas distinct d'autres formes verbales :

it. luogotenente, viandante


fr. arc-rampant, poisson-volant
espg. lugarteniente

C'est le second formant des synthemes orthographios en un mot qui


est marque" au pluriel (en italien et en espagnol), alors que les synthemes
a trait d'union neutralisent l'opposition de nombre dans le code parle\

3.7. N A Pr£p A Inf. Cette classe est actualisoe dans toutes les langues
romanes. En espagnol nous avons trouvo deux synthemes anciens dont
1'importance au plan somantique est disputed par des monemes synonymes,
alors que les langues noolatines contemporaines s'enrichissent toujours
de telles formations :
roum. punct de fierbere
it. macchina da cucire
fr. machine a laver
espg. navaja de afeitar (synonyme du moneme navaja)
piedra de afilar (synonyme des monemes afiladera,
amoladera); maquina de coser

Etant donno la nature des Constituante, seul le premier revolt la mar-


que du pluriel. La classe est aujourd'hui productive, notamment en ita-
lien et en frangais, ce dont tomoignent les composes de ce genre que nous
avons relevos dans la presse et la littorature contemporaines.

28
Cf. Rohrer, Wortzusammensetzung.
68 LES PORMANTS DES SYNTHEMES

3.8. N A Prop A A A !N. C'est une classe de synthemes pen ordinaires


et rarement employes, qui dosignent couramment des plantes et que 1'on
a enregistros en roumain et frangais :
roum. smge-de-noua-frafi
fr. dame-d'onze-heures
Us neutralisent l'opposition de nombre (en roumain, par exemple,
le pluriel est inconcevable, ne serait-ce que theOriquement, puisque le
moneme stnge 'sang' suspend l'opposition de nombre en faveur du singu-
lier). Davantage peut-etre que les synthemes des paragraphes procodents,
ces derniers trahissent leur provenance d'un segment de phrase.

3.9. A A Pr6p A N. Le frangais possede quelques synthemes :


fr. haut-de-chausse
haut-de-forme
L'adjectif est dotermino par un substantif. Dans le code £crit c'est
1'adjectif qui est marquo au pluriel.

3.10. V A N, V A Art A N, V A N g 6 n A N. Cette classe de synthemes est


l'une des plus riches et des plus froquentes dans les langues romanes
otudioes. II s'agit, en meme temps, d'une classe ouverte qui continue ä
s'accroitre ainsi que les statistiques que nous en avons dressoes 1'indiquent
(Chap. IV, § 7.3) :
roum. papä-lapte, tirne-briu, taie-cnnilor-frunzd
it. aceatabrighe, bucaneve
fr. tue-mouches, gratte-papier, trompe-Vceil,
cessez-le-feu
espg. matagallegos, matapolvo, espantapajaros
Le frangais et l'espagnol admettent, parfois, un article devant le
substantif; le roumain un autre substantif au gonitif.
Ce mode de composition remonte au VHP siecle pour ce qui est de la
toponymie et meme plus loin pour ces noms propres qui proviennent de
sobriquets 29. Quant ä son extension aux noms communs, eile est gonorale
dans les langues romanes examinoes ici qui possfedent des sories entieres
de synth£mes forme's d'un verbe combino avec divers noms dosignant des

29
Voir surtout K. Kreutzer, Der Typus Guardavalle (Schauinsland) in den romanischen
Sprachen, Tübingen, 1967, 184 et G. Rohlfs, Grammatik, III, 229.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 69

plantes, des animaux, des insectes, mais aussi un grand nombre d'objets
dont certains appartiennent ä des vocabulaires techniques.
Selon une comparaison effectuee par P. M. Lloyd30, au Xe siecle
1'espagnol possodait 17 pareilles formations, au XIIF siecle on en releve
3 en frangais et 2 autres en espagnol; a partir de cette date on en compte
5 en italien, 6 autres en franc,ais, 8 en espagnol, etc. Ces formations se
repandent done assez rapidement dans les langues romanes occidentales;
pour 1'espagnol actuel, l'ouvrage cito de P. M. Lloyd porte le nombre des
synthemes a 1703. Pour la quatrieme docennie de notre siecle, le livre de
Tollemache 31, paru en 1945, otablit un corpus de 954 synthemes Italiens.
L'apparition de ces synthemes a du succoder a d'importants change-
ments survenus dans la phrase latine — qui passe ä la phrase romane —
puisque le verbe, naturellement placo ä la fin de la phrase, en vient ä
procoder le substantif. De l'avis de K. Kreutzer 32, le verbe devait se trou-
ver beaucoup plus pres du sujet et procoder 1'objet direct.
C'est surtout la question du mode du verbe, de la relation done entre
le verbe et le substantif, qui exige. une mise au point. A commencer par
F. Diez 33, A. Darmesteter (Traite), L. F. Meunier (Les composes),
H. von Osthoff (Das Verbum), W. Meyer-Lübke (Grammaire) le seg-
ment verbal est, de l'avis g6ne"ral, un imporatif. Get avis est partago par
L. Spitzer M, A. Prati35, L. A. Blümel3e B. Migliorini 37, M. L. Wagner38
et S. Heinimann39. Par contre, C. Merlo *° et F. Tollemache (Parole
composte), entre autres, pensent qu'il s'agit d'un indicatif.
Au sujet des composes de ce type, voilä l'opinion de F. Yndurain 41 :
( . . . ) « existe en el sistema de la lengua espanola, desde los textos primiti-

30
Verb-Complement Compounds in Spanish, Tübingen, 1968, 19 et suiv.
31
Parole composte, Index, 190 et suiv.
32
Typus, 15 et 199.
33
Grammatik der romanischen Sprachen, Bonn, 1838, II, 360.
34
« Sur quelques emplois motaphoriques de l'imperatif», in Romania, LXXIII (1952),
42-61.
35
«Nomi compost! con verbi», in RLiR, XXII (1958), 98—119, comme (Tailleurs aussi
dans l'article paru antorieurement, «Composti nominal! quali casati e soprannomi», in RLiR,
VII (1931), 250-264.
38
«Vom abatjour bis Zeilvertrieb (Wortbildung durch Imperativ + direktes Objekt)»,
in Die Neueren Sprachen, 1965, 2.
« Note in LN, VII (1946), 61.
38
Resumo in VR, IX (1946-1947), 287-292.
3
» «Die italienischen Imperativkomposita », in ASNS, CLXXXVI, 136-143.
40
Lff, X (1949), 17.
41
« Sobre un tipo de composicion nominal, verbo + nombre ·, dans le Ile vol. du tra-
vail Presente y Futuro de la lengua espanola, Madrid, 1964, 301.
70- LES FORMANTS DES SYNTHEMES

vos y en todo su ambito geografico actual un esquema para composition


de nombres formado con un verbo en tercera persona del singular, presente
de indicative, mäs un nombre en funcion de complemento directo de
aquei. Este esquema virtual esta en la conciencia lingüistica de cada hab-
lante y es fecundo, especialmente en determinadas areas lexicas». A.
Kosenblat42 est de la meme opinion : « Este tipo de formation tiene exten-
sion ilimitada en la lengua general y en todos los dialectos, y hay
varios centenaries de expresiones vivas. >>
Des etudes plus rocentes (qui concernent le fran^ais surtout) apparte-
nant a J. Marouzeau48, H. Lewicka44 et K. Kreutzer (Typus, 199) sugge-
rent que le segment verbal — bien que, formellement, tr£s proche de la
troisieme personne du singulier du present de 1'indicatif — soit considore"
plutöt comme une forme indopendante des categories de personn es, temps
et mode : « Tout se passe comme si nous etions en presence d'un element
exterieur au paradigme, Stranger aux notions de personne, de temps, de
mode, ayant pour base la forme la plus roduite du verbe, celle de la 3e
personne de 1'indicatif. C'est la definition meme du theme... »45.
B. A. Hall Jr. partage d'ailleurs cet avis (dans une note de Lingua
nostra 4e) lorsqu'il considere que pour des exemples comme facicoro la
forme du verbe peut passer pour un simple theme verbal.
Dans 1'ouvrage qu'il consacre aux formations V -f complement,
P. M. Lloyd (Compounds, 9) donne un apercu critique des opinions expri-
me*es sur le mode du verbe tout en considorant qu'au debut, ces synthe-
mes se son t deVeloppes a partir des constructions dont le verbe se trouve
ä l'impe'ratif, ce dont tomoignent aussi les desinences du verbe dans les
composes Italiens, sardes, roumains et ceux du dialecte roman de Vaud.
Les formations ulterieures qui laissent clairement voir unindicatif sont,
sans doute, analogiques. D'ailleurs K. Kreutzer pense, eile aussi, que le
mode du verbe n'en est pas un consacre comme tel, mais bien qu'il est
ressenti comme «bloßes Verbalthema» (Typus, 199); eile raisonne tout
comme P. M. Lloyd (une annee plus tot!): «Die Verbalkomposition hat
zwar sicher ihren Ursprung in einer affektischen, Imperativischen Kom-
position, aber schon früh, in jedem Falle seit der Bildung der ersten Appel-

42
« El genero de los compuestos », in NRFH, VII (1953), 104.
43
Notre langue, Paris, 1955, 75-93 et 144-157 (surtout 150-157).
44
La langue et le style du theatre comique franyais des XV" et XVle slides, I I , Les composes,
Warszawa, 1968, 123.
46
J. Marouzeau, Nolre langue, 93. Voir aussi Eugenio Coseriu, «La struttura del lessico »,
in La Grammatica. La Lessicologia, Societä di Lingüistica Italiana, Roma, 1969, 70 — 71.
48
IX (1948), 22-23.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 71

lativa, hatte sich der Affekt abgeschwächt, und die Verbalkomposition


war zu einem rein grammatischen Wortbildungsprinzip geworden, frei
von jedem Gefühlswert. » (Typus, 199).
D'autre part, A. Darmesteter (Traue, 10) et, par la suite, la plupart
de ceux qui ont examino ce probleme pensent que les vrais composes,
ceux formos d'un verbe et d'un nom sont le fait d'une ellipse. A notre
avis c'est a la structure profonde qu'il faut demander l'explication des
relations syntaxiques qui s'etablissent entre les constituants — proc^do
que nous allons d'ailleurs appliquer a toutes les classes de syn themes.
Dans 1'ouvrage que nous venons de mentionner, H. Lewicka considere
que les differences existant aujourd'hui entre les composes mettent en
eVidence le fait « qu'ä une structure superficielle identique correspondent
difforentes deep structures » (Le style, 124, note 4) et qu'une structure
apparemment unique recouvre une multitude de relations logico-syntaxi-
ques. Ce sont de pareilles affirmations qui justifient 1'examen que nous
avons entrepris du mocanisme gonoral des synthemes en question
(Chap. IV).
Nous pouvons af firmer que dans toutes les langues romanes 6tudi6es,
les synthemes constituos d'un verbe, et d'un nom sont invariables, qu'ils
neutralisent done 1'opposition singulier-pluriel. II en existe, certes, en
fran$ais, de tres bien soudos, qui, graphiquement, marquent le pluriel
d'un -s : marchepied — marchepieds ; le code parle" n'en demeure pas moins
identique. En italien d'ailleurs, et en espagnol (bien moins en roumain et
en frangais) le nom, au pluriel, rend impossible 1'apparition d'un nouveau
morpheme : espg. cortabolsas.

3.11. V A Prep A N, V A Prop A Art A N. Moins bien fournie que la


procodente, cette classe est pourtant reprosentoe dans toutes les langues
romanes
roum. calca-n strachini, flutera-n biserica
it. cantalluscio
caschimpetto
fr. croquembouche -
vol-au-vent
espg. saltaembanco
Tout comme la classe procodente, celle-ci neutralise aussi 1'opposition
de nombre.

3.12. V A Prep A Inf. La classe de synthemes dans laquelle le verbe


est suivi d'un infinitif introduit par une preposition ne saurait etre roduite
72 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

ä la pr4codente puisque 1'infinitif, bien que fonctionnant comme un nom


dans la structure de surface, suppose une nominalisation d'un segment
verbal marquee ogalement par 1'adjonction d'un suffixe. C'est pourquoi
nous avons distinguo entre les synthemes ci-dessus et une formation du
type :
fr. pince-sans-rire
Le francais est d'ailleurs le seul parmi les langues romanes a en posso-
der. Comme il s'agit d'un nom d'origine infinitive, qui ne peut pas recevoir
de morpheme de pluriel, l'opposition de nombre se neutralise.

3.13. V A Adv. Ces synthemes existent dans toutes les langues exa-
mine" es, pourtant la classe n'est plus productive :
roum. vino-ncoace
it. buttafuori
fr. frappe-devant
espg. bogavante
La nature des formants exclut la flexion et l'opposition de nombre s'en
trouve neutralised.

3.14. V A V, V A Conj A V. Les langues romanes connaissent, a 1'instar


des synthemes constitute de deux noms, des formations composers de deux
verbes que relie, parfois, une conjonction :
roum. tace-face
it. saliscendi
fr. va-et-vient
espg. duermevela
correveras
Ces synthemes illustrent le critere suivant lequel les composes reunis-
sent, sans conjonction ou pause, des segments relevant de la meme classe
morphologique47. Cette classe encore neutralise l'opposition de nombre.

3.15. VAPrPers, VAPrPersAPrD&n, V A PrPers A V. Seuls le fran-


c.ais et l'espagnol possedent de telles formations; tres rares, elles ne re-
prosentent pas de mode de composition productif et neutralisent 1'oppo-

47
Voir chapitre II, § 6.3.2.8.
BYNTHfiMES-SUBSTANTIFS 73

gition de nombre tout comme les synthemes de la plupart des classes


examinees :
fr. rendez-vous, d6crochez-moi-ga
espg. placeme
La re^criture du verbe implique un imperatif. Nous pourrons expli-
quer leur g6ne"ration a partir meme d'une structure soumise a une trans-
formation a 1'imporatif. C'est pourquoi nous avons fait entrer dans cette
classe des synthemes roumains tels:
roum. du-te-vino 'va-et-vient'
dont la structure profonde similaire suppose ogalement un verbe marquo
d'un indice d'iinp&ratif.

3.16. V A PrPers A N. C'est la classe d'un tout petit nonibre de


synthemes roumains, euphomismes dosignant le moneme diable :
roum. ucigä-1-toaca
batä-1-crucea
Cette classe est parfaitement improductive; comme eile exprime une
notion unique (excluant l'idoe de pluralito) l'opposition de nombre est
neutralisoe en faveur du singulier.

3.17. V A PrInd, V A Pr6p A PrInd, V A Art A Prlnd. Les formations qui


relient un verbe au pronom indofini latin totus, avec parfois une pro-
position ou un article intercalos, n'existent que dans les langues romanes
occidentales :
3.17.1. it. rompitutto
fr. mange-tout
3.17.2. fr. touche-a-tout
3.17.3. espg. sanalotodo
Les synthemes de ces trois sous-classes neutralisent l'opposition de
nombre.

3.18. Adv A Conj A N, Adv A Adv A Conj A N. Cette classe possede deux
sous-classes, chacune a un seul syntheme (calquo, en frangais, d'apres
un composo latin, en roumain d'apres le francais):
74 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

3.18.1. fr. plus-qiie-parfait


roum. mai-mult-ca-perfect
Dans les deux langues le dernier formant est un adjectif nominalist
dont la structure profonde difforera de celle d'un vrai nom. Pour cette
classe non plus on ne releve pas de marque de pluriel; les synthemes d'ail-
leurs n'en sont employes qu'au singulier.

3.19. Adv A A. II y a tres peu de synthemes qui possedent ces for-


mants; dans ce cas encore le symbole A (adjectif) peut avoir des reocri-
tures difforentes :
A ~* -A-qua] j Apart

3.19.1. roum. preaplin


it. sempreverde
fr. trop-plein
bienheureux
L'adjectif est qualificatif. Les synthemes sont invariables (bien que,
dans le code eOrit, le premier exemple frangais regoive un -s au pluriel).
3.19.2. roum. sus-amintit
it. semprevivo
fr. bien-aime
espg. siempretieso
siempreviva
Les synthemes de cette sous-classe re^crivent 1'adjectif avec un indice
participial. A l'exception du fran9ais les autres langues marquent 1'oppo-
sition de nombre au second formant, comme pour n'importe quel moneme.

3.20. AdvAPartPres. Nous avons consid^ro la combinaison adverbe-


adjectif comme une classe a part ainsi que nous 1'avons fait pour les
synthemes composes d'un substantif et d'un participe present. Cette classe
de synthemes n'apparait pas dans toutes les langues romanes ; peu fournie,
eile utilise surtout 1'adverbe bine, (bene, bien) :
it. benparlante
altoparlante
fr. bien-pensant
L'italien marque le pluriel, alors que le francais ae le fait que dans
le code 6crit.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 75

3.21. AdvAPrInd. Le pronom indofini qui y participe est, en fait,


la negation latine totus; cette classe ne compte qu'un syntheme, en Italien,
qui neutralise l'opposition de nombre :
it. nonnulla

3.22. Adv A PrPers A V, Adv A PrPers A V A Adv, Adv A PrPers A V A Prop A


A
PrPers. C'est une classe a trois sous-classes avec, chacune, deux
ou trois ternies.

3.22.1. roum. nu-ma-uita


espg. bienteveo
3.22.2. fr. ne-m'oubliez-pas
3.22.3. it. nontiscondardime
La valeur grammaticale des synthemes de la premiere sous-classe est,
en fait, identique ä celle de la deuxieme sous-classe; en francais la nega-
tion — au niveau de la langue litt^raire — est doublement marquee
(ne ... pas)**.
Tous les synthemes en sont invariables au pluriel.

3.23. Adv A Prep A PrPos. C'est la classe de deux synonymes francais:

fr. quant-a-moi
quant-a-soi
Les deux synthemes sont invariables.

3.24. Adv A Inf. Toutes les langues romanes possedent ce type de


synthemes :
roum. bineeuvintare
it. benessere
benestare
fr. pis-aller
espg. bienestar

48
Cf. J. Dubois, Grammaire structural du franfais: le verbe, Paris, 1967, 137.
«Le segment [en] devant consonne et [n] devant voyelle n'apparalt dans la langue parlie
que comme une particule emphatique, c'est-a-dire lorsque le dibit est ralenti (style soutenu,
marquo par des accents emphatiques de phrases, insistence nigative, etc.)·.
76 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

Comme ce second formant est un verbe l'infinitif l'opposition de


nombre est neutralisee, sauf en roumain ou, d'ailleurs, le nombre de ces
formations est beaucoup plus restreint.

3.25. PrPersAVauxAPrPersAPart. C'est la classe du syntheme francais.


fr. m^as-tu-vu

La forme verbale (passo compose^ est segmented par le pronom per-


sonnel; c'est pourquoi nous avons marquo separoment 1'auxiliaire pro-
prement dit et le participe passo du verbe voir. Le syntheme est invariable
tant dans le code parle, que dans le code ecrit.

3.26. PrPersAAdvAVAPrEel. Encore une classe a un seul terme


qui appartient toujours au francais:
fr. je-ne-sais-quoi

Tant dans le code par!6 que dans le code ocrit le syntheme neutralise
l'opposition de nombre.

3.27. PrPersAPrPersAV. Cette fois-ci, le seul terme de cette classe


appartient a 1'italien contemporain :
it. tummistufi

Le dernier formant, un verbe qui n'admet pas de morpheme de nombre


comme les noms, neutralise l'opposition de nombre et, chose beaucoup
plus rare pour des synthemes de ce type, celle de genre aussi. Le syntheme
ci-dessus peut done s'adjoindre un adjectif masculin au singulier ou au
pluriel, ou bien un adjectif feminin, au singulier ou au pluriel49.

3.28. PrIndAPartPr6s. C'est en Italien que Γόη rencontre des syn-


themes appartenant a cette classe:
it. nullatenente

La soudure des Constituante est beaucoup plus forte que dans d'autres
synthemes, ce dont tomoigne le formant de nombre (-i) qui s'ajoute a
la fin, comme pour un moneme (mot simple).

*· Voir le volume tnentionne, Quelques remarques, 26, et le tableau de la p. 40.


SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 77

3.29. PrInd A V. Mal represented, cette classe reunit exclusivement


des synthemes qui neutralisent l'opposition de nombre; ces composes se
retrouvent en Italien et en frangais :
it. nullaosta
fr. on-dit
3.30. PrD6mA PrepA Adv. C'est la classe du syntheme roumain :
roum. Cel-de -sus
Dans ce cas l'opposition de nombre est supprimoe en faveur du singulier.
Le roumain ancien pouvait produire des composed a partir d'un pronom
d&nonstratif combine" avec des adverbes ou des adjectifs ^, Le roumain
contemporain les relegue tous, sauf l'exemple cito, parmi les archaismes.

3.31. PrEelAInf. C'est la classe d'un seul syntheme espagnol, qui


neutralise l'opposition de nombre :
espg. quehacer

3.32. Num A Prop A N. Assess peu nombreux, les membres de cette


classe se retrouvent seulement dans deux langues romanes :
roum. patruzeci-de-sfinft
espg. cientoenrama
L'opposition de nombre est neutralised.

3.33. Num A Num, Num A Conj A Num. L'italien et le frangais posse-


dent quelques noms communs (dosignant des jeux de hasard, des mesures
de musique) formos de ces constituants. L'italien y ajoute la d^nomina-
tion des siecles (a partir du ΧΙΓ jusqu'au XXe). En francais les num^raux
peuvent etre separes par une conjonction :
3.33.1. it. tresette
settecento
fr. trois-deux
3.33.2. fr. trente-et-quarante
Comme il s'agit de constituants-numoraux, l'opposition de nombre
se neutralise dans tous les cas.

40
Voir des cxemples tels : ale-frumoase «iele », al-mai-rau «zmeu », cf. F. Ciobanu et
F. Hasan, Compunerea, 122 — 125.
78 LES POBMANTS DES SYNTHEMES

3.34. Pr£p A N, PropA Art Λ Ν. Les langues romanes otudioes ici comp-
tent certains synthemes constituos de propositions et de noins :
3.34.1. roum. dupa-mas
it. lungofiume
lungomare
fri sans-culottes
espg. entrepiernas
C'est surtout dans le langage commercial et dans celui de la presse
que cette classe est encore productive. Nous citons a 1'appui ces synthe-
mes particulierement frequents en italien51:
it. fuori serie
fuori classe
3.34.2. fr. sans-le-sous
Les composos des deux sous-classes neutralisent l'opposition de nombre.
Le code ecrit du fran$ais consigne dans la plupart des cas, le morpheme
de pluriel -s, cependant que le code parlo neutralise l'opposition52.

3.35. Pre"pAInf. Les synthemes de cette classe se retrouvent dans les


trois langues romanes occidentales :
it. daffare
fr. affaire
espg. porvenir
Ici encore l'opposition de nombre est neutralisee.

3.36. Prep Λ Adv. Parmi les synthemes de ce type deux aspects


sont a distinguer : 1'adverbe reste tel quel ou bien il acquiert valeur nomi-
nale (voir 1'exemple italien et certains exemples espagnols). Puisque ce
sont les constituants qui, pour le moment, retiennent notre attention (et
non les relations qu'ils entretiennent ou les Eventuelles transformations)
nous tenons le second terme des exemples ci-dessous pour un adverbe:
it. permale
fr. en-avant
par-dessus

81
Cf. Franco Fochi, L'ilaliano facile, Milano, 1965, 239.
62
Par exemple sans-culottes, sans-dents, mais sans-fofon, sans-g(ne, etc. Cf. Dictionnaire
Orlhographique Cornier, Paris, 1961.
SYNTHEMES-SUBSTANTIFS 79

espg. parabien
pormenor
entretanto
Cette fois-ci encore les synthemes seront invariables.

3.37. PropAPrPers. Un seul syntheme frangais, 1'invariable :


fr. chez-soi
illustre cette classe.

3.38. Prop A Num. C'est une classe d'un syntheme frangais et d'un
autre, espagnol, invariables :
fr. entre-deux
espg. entredos

3.39. Prop A Art A Prep A Adv. C'est la classe de deux synthemes,


respectivement Italien et frangais :
it. aldüa
fr. au-dela
II est normal qu'en vertu de leur valeur somantique ils suspendent
l'opposition de nombre en faveur du singulier.

4.0. Cette analyse des synthemes de ces langues romanes aboutit a


quelques conclusions de portoe

4.1. Les langues neOlatines contemporaines possedent de larges possi-


bilit^s de composition des noms ; il n'est pas interdit de penser qu'il s'agisse
la d'une catogorie ouverte (meme si nous n'avons pas pu les considorer
dans leur ensemble) qui pourrait accueillir d'autres genres de formation
ogalement — tant au point de vue des Constituante, que des relations qu'ils
entretiennent. Les classes que nous avons arretoes ne reprosentent que les
formations les plus riches en termes ou les plus fre"quentes dans la langue
parloe, sans pr^tendre a un Statut de corpus exhaustif.

4.2. Ces quatre langues romanes possedent quelques categories de


synthemes (11) ayant la meme structure de Constituante (voir tableau II).
Nous ferons remarquer la tres grande frequence de certaines classes, celles
par exemplequi ont pour constituants : N A N , N A Pr6p"N, N A A (et A A N),
V A N dont beaucoup sont ouvertes (susceptibles done de s'enrichir).
80 LES PORMANTS DES SYNTHEMES

4.3. Chaque langue romane possede, son tour, quelques classes spo-
cifiques (voir tableau II), a un nombre re"duit de membres (dont le modele
ne joue plus dans les compositions nouvelles).

4.4. Ci-dessous le tableau rocapitulatif des classes de synthemes-noms


dans les quatre langues romanes qui fait ressortir plus nettement ce qui
est commun et ce qui est propre chaque langue. Nous avons noto par +
la presence d'une classe, par — son absence. Nous n'avons pas fait figurer
les sous-classes (elles sont simplement indiquoes entre parentheses, sans
etre marquees de + ), ayant penso qu'il s'agit pliit t de cas spociaux.
TABLEAU II
Classes des synthemes-noms en roumain, Italien, franyais et espagnol

N° § Constituante du synthfeme Roum. It. Fr. Espg.

3.1.1 NAN, N A N A N , NAConjAN, (NAArtAN)

3.2 NAArtANg6n

3.3 N A Prop A Art A N

3.4.1 ΝΑΡηέρΑΝ (ΝΑΝΑΡΓέρΑΝ)

3.5 NAA, A A N ( A A N A A )
Α
3.6 Ν PartPr^s

3.7 NAPropAInf

3.8 ΝΑΡΓέρΑΑΑΝ

3.9 AAPripAN

3.10 V A N (VAArtAN, VANg£nAN)

3.11 ΥΑΡΓέρΑΝ (VAPripAArtAN) 4-

3.12 VAPr6pAInf

3.13 V A Adv

3.14 V A V (V A Conj A V)

3.15 V A PrPers (V A PrPers A PrD6m, V A PrPers A V)

3.16 VAPrPersAN
81

N° Constituents du syntheme Roum. I It. Fr. Espg.

3.17 V A Prlnd (V A Prep A Prlnd, V A A r t A Prlnd)

3.18 Ad ν A Con j A Ν (Adv A Adv A < Ion j A X)

3.19 AdvAA

3.20 Adv A P.utPros

3.21 Ad V A Prlnd

3.22 Ad v A PrPers A V(Ad v A PrPers A V A Adv, Adv A PrPers


A A
V Pri-p A PrPers)

3.23 Adv A Prep A PrPos

3.24 AdvAInf

3.25 PrPers A Vaux A PrPers A Part

3.26 PrPers A A d v A V A P r R e l

3.27 PrPers A PrPers A V


-l·
A
3.28 Prlnd PaHPrt's

3.20 Prlnd A V

330 Pi-Dem A Prep A Adv

3.31 PrRel A Inf

3.32 Xum A Prop A X 4-

3.33 Xum A Xum (Xum A Conj A Xum)

3.34 ΡΓέρ Α Χ (Prep A Art A X)

3.35 Prep A Inf -v


3.36 Prep A Adv

3.37 Prep A PrPers

3.38 Prep A Xum

3.39 Prep A A r t A Prop A Adv

β - c. 55
82 LES PORMANTS DES SYNTHEMES

4.5. En dehors de ces conclusions, quelques remarques s'imposent:


Le roumain s'oppose ä toutes les autres langues romanes dans cinq
situations (§§ 3.3, 3.6, 3.17, 3.35, 3.36). Pour la classe NAPartPre"s, 1'oppo-
sition est due a 1'absence d'un participe present distinct. II y a 12 classes
communes au roumain et aux autres langues romanes et 2 autres typiques
du roumain (§§ 3.2, 3.16). L'italien n'en possede qu'une (§ 3.27), le
francais 6 (§§ 3.9, 3.12, 3.23, 3.25, 3.26, 3.27), 1'espagnol une seule
(§ 3.31). L'italien, le francais et 1'espagnol ont en commun cinq classes
qui manquent en roumain. Ce qui ne veut pourtant pas dire que le roumain
s'en isole puisque, selon les statistiques, ce sont justement les classes
communes a toutes les langues neolatines qui s'averent les plus producti-
ves, les plus riches et les plus froquentes dans la langue parloe (voir cha-
pitre IV, § 7.1 et suiv.).
5.0. Synthemes-adjeclifs. Structure de surface
Nous aliens proce"der comme nous 1'avons fait pour les noms en &pui-
sant toutes les possibility combinatoires des quatre langues 6tudi4es :

A
I PartPres
2. A'

3. (PrepA Art) A N
Adv
PartPres
Prlnd
4. Adv' N
A
PartPres
PrEefl A V
5. PrEel A Conj
|A
6. Prlnd A J A
I PartPres j
I
7. Num A (A)
8. Prop' (Prop) A N
A
PartPres
Adv
SYNTHEMES-ADJECTIFS 83

5.1. N A N, N A Pr£p A ]Sr. Classe tres faiblement represented dans les


langues romanes en discussion. Le roumain ne possede pas de synthemes
de ce type; le franc.ais (qui fait entrer une proposition entre les deux
noms) est un pen plus riche en exemples :
5.1.1. it. capripede
cuoriforme
espg. palabrimujer
5.1.2. fr. gorge-de-pigeon
tete-de-negre
Les synthemes de l'italien et de l'espagnol continuent un type de
composition latin (qui fait intervenir -i- comme voyelle de liaison) que le
fran^ais rend par la construction analytique a preposition.

5.2. N A A, Α Λ Ν. Toutes les langues neOlatines connaissent (c'otait


doja le cas pour les noms) cette modalito de composition. Ici encore, le
Symbole A (adjectif) pourra etre ocrit de plusieurs manieres :
Λ A —> -ΑC1aua]> -"-numj
Λ Λ
-"-part

5.2.1. N A A ) l l l f t l : roum. snd-dunarean


it. bocchidiiro
nord - american ο
fr. plan-concave
est-allemand
espg. barbirrubio
carialegre
sudafricano
5.2.2. N A A p a i t : it. capovolto
cornomozzo
fr. feuille-morte
espg. corniabierto
5.2.3. Aaua,A]!s : roum. pursmge
it. purosangue
biancolatte
fr. long-courrier
espg. verde-limon
5.2.4. A n u m A N. Le roumain mis part, cette composition se retrouve
dans toutes les langues romanes en discussion. En francais, 1'adjectif
84 LES FORMANTS DES SYNTHEM.ES

provenu du numeral garde la forme qu'on lui trouve dans la chaine par-
; par centre, l'italien et 1'espagnol font intervenir une voyelle de liaison
qui fait suite ä un modele latin de composition :
it. centimano
trifase
fr. trois-points
espg. cincomesino
cuatrimotor
En francais, les synthemes sont invariables alors que l'italien et l'es-
pagnol neutralisent l'opposition de genre tout en conservant celle de
nombre.
Les deux premieres sous-classes sont un peu plus riches cependant
que la derniere ne possede qu'un nombre reduit de membres bien que
pour l'italien et le francais 1'ordre A A N soit tout ä fait courant. Les rela-
tions entre les deux termes ne sont pas toujours les memes (voir IVe cha-
pitre). Ce sont surtout les adjectifs noms de peuples et de regions g&>-
graphiques qui abondent dans les deux premieres sous-classes (dans la
langue de la presse par excellence). A l'encontre des autres langues, 1'es-
pagnol possede un bien plus grand nombre de synthemes designant des
qualitos physiques de personnes et d'animaux qui continuent un mode de
composition froquent en latin. Leur grand nombre — 11353 — 1'emporte
de loin sur les synthemes similaires des trois autres langues romanes 6tu-
dioes, bien qu'ils relevent plutöt (certains, du moins) de l'aspect familier
de 1'espagnol contemporain. A part les formations franyaises, invariables
dans le code parlo, le pluriel des synthemes romans est celui de tout autre
moneme (mot simple). Seuls les composes de la derniere classe sont in-
variables (neutralisant l'opposition de nombre) dans toutes les langues
ou Us apparaissent.

5.3. NAPartPr6s. Ce n'est qu'en espagnol que nous avons relevo


cette classe de synthemes; la combinaison est beaucoup plus courante
pour les noms composes (voir § 3.6):
espg. barbipungente
fehaciente
Le morpheme de pluriel s'ajoute au second constituant — comme pour
tout autre mot simple.

63
Cf. Filirovici et R. Pörcz, Diefionar spaniol-romdn, Bucurejti, 1964.
SYNTH6MES- DJECT1FS 85

5.4. Α Α Λ, Α Α Α Α Α. C'est la classe de syntheines-adjectifs la mieux


fournie, bien represented toutes les e"poques, dans toutes les langues
romanes et qui continue s'enricliir de ces formations que nous appelions
occasionnelles (voir § 4.0, IIe chapitre); comme beaucoup tendent se
fixer, les dictionnaires commencent en faire otat:
5.4.1. roum. alb-galbui
(scop) educativ-$Uinlific
(teatru) german-maghiar
it. umiderboso
verde-chiaro
(pellicola) comico-poliziesca
fr. aigre-doux
anglo-arabe
(combinaison) commercialo-militaire
espg. agridulce
verdinegro
Mspanoamericano
(dominio) politico-miUtar
La plupart du temps le morpheme de nombre s'attache au second
constituant. En fran^ais 1'opposition est, comme de juste, neutralised.
A signaler la possibility de combiner trois adjectifs :
5.4.2. fr. (musique) negro-judeo-saxonne54

5.5. V A N, V A Prep A Art A N. Peu nombreux, les synthemes de cette


classe n'apparaissent que dans les langues romanes occidentales, par
extension de l'emploi de certains modeles pris la catogorie du nom. Si,
comme nous 1'avons doja fait remarquer, les synthemes-noms ainsi com-
pose"s sont extremement nombreux et frequents (Chap. II, § 3.10), les
adjectifs le sont bien. moins :
5.5.1. it. (nave) guardacoste
sfondastomaco
fr. porte-amarre
espg. portaminas
5.5.2. fr. tape-a-Vffiil

54
Cf. C. Rohrer, Wortzusammensetzung, i Index (sous « A + A ·).
86 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

Ces synthemes neutralisent ordinairement l'opposition de nombre.


La seule exception que nous ayons relevoe est le syntheme sfondastomachi
marquo au pluriel apres le second constituant.

5.6. V A Adv. C'est la classe du syntheme francais :


fr. trotte-menu
II s'agit en roalite" d'un adjectif transpose dans un contexte ou il prend
valeur adverbiale. Le syntheme neutralise l'opposition de nombre meme
dans le code ocrit, ce qui confirme le caractere adverbial du second consti-
tuant.

5.7. VAPartPre"s. C'est la classe du syntheme espagnol:


espg. pasavolante
Cette fois encore nous avons constitue une classe part, parce que les
relations syntaxiques de la structure profonde different selon qu'il s'agit
d'un participe present ou d'un simple adjectif, nom, etc. Le syntheme
espagnol (le seul que nous ayons trouve) fonctionne au pluriel comme un
adjectif simple.

5.8. V A PrInd. Le francais en possede un :


fr. mange-tout
Le syntheme, qui existe aussi sous forme nominalisee, est invariable au
pluriel.

5.9. Adv A N. Seul le francais possede un tcl syntheme; ajoutons que


N represente en fait un terme soumis a une transformation de nominali-
sation (dont il possede une marque, a savoir un suffixe) :
fr. avant-cowreur
Invariable dans le code parle", il recoit un -s final dans le code ecrit.

5.10. Adv A A. Comme nous 1'avons deja fait, nous pouvons reecrire
le symbole A (adjectif) de plusieurs fa$ons :
Α -*- -^-Qual
Α Λ
? -^part

5.10.1. Adv A A q u a l : it. sempreverde


fr. bienheureux
SYNTHElViES-ADJECTIFS 87

5.10.2. Adv A A p a r t : roum. a§a-numit


binecunoscut
it. cosiddetto
malaccolto
espg. bienamado
Toutes les langues romanes otudioes possedent de nombreux synthemes
constituos par amalgamation a partir d'un adverbe et d'un adjectif pro-
venant d'un participe. A ne considorer que ceux enregistres par les dic-
tionnaires — le matoriel serait encore assez abondant. Bon nombre de
ces synthemes contiennent les ad\rerbes bien et mal (dans leurs variantes
romanes) qui constituent une serie ouverte. En voici quelques exemples :
roum. binecrescut fr. bienvenu
binevenit malappris
it. benaugurato espg. bienhablado
benavveduto bienmirado
malcreato malcriado
malfidato malcomido
A l'exception des synthemes fran§ais, invariables dans le code parlo,
tous les autres marquent le pluriel comme tout autre adjectif de la langue
respective.

5.11. AdvAPartPres. Nous avons releve des exemples de cette classe


en italien, en franc,ais et en espagnol:
it. benestante
fr. bienfaisant
espg. bienandante
L'adverbe, le meme dans toutes les langues examinees, est repris par
tous les synthemes qui constituent une classe qui, pour ne pas etre riche,
n'en est pas moins ouverte : ä partir de l'adverbe en question, des adjectif s
sont forgos occasionnellement qui, par ropotition, ont des chances de se
fixer. La meine chose pour les adjectifs qui reprennent l'adverbe mal
(it. mal(e), espg. mal):
it. maldicente
fr. malendurant
espg. malandante
Le pluriel des synthemes Italiens et espagnols est marquo apres
le second formant comme pour tout autre mot non compost. Par centre,
le fran9ais ne marque pas le nombre, mais le genre, dans le code par!6:
88 LES FOBMANTS DES SYNTHEMES

[ändürä] au masculin, [ändüränt] au feminin. Les deux genres, en ochange,


neutralisent l'opposition de nombre.

5.12. Adv A PrBeil A V. C'est la classe du syntheme roumain :


roum. cumsecade
Si nous avons fini, malgro quelque hesitation, par 1'introduire dans
notre classification c'est pour avoir rencontre", dans le code parlo, une
sequence comme : ( . . . ) «om cumsecade » 'un type comme il faut' qui
s'oppose, ironiquement, ä «un om cum nu se cade » 'un type comme il
ne faut pas' — ce qui prouve que 1'on a analyse et dissocio le syntheme
et que 1'on en a arrango difforemment les Constituante. Les oppositions de
genre et de nombre se neutralisent toujours.

5.13. PrBel A Conj. La encore, il s'agit de deux synthemes, italien


et, respectivement, francais pour lesquels il est difficile de distinguer entre
une formation analysable et une autre difficilement analysable. Nous
avons fini pourtant par les ranger parmi les synthemes, puisque les per-
sonnes moins cultivoes les orthographient soparoment bien que dans la
langue littoraire ils ne forment qu'une seule unite" graphique :
it. qualche
fr. quelque
En italien, le syntheme suspend l'opposition de nombre en favour du
singulier et neutralise l'opposition de genre. Sa valeur somantique pour-
tant indique une plurality indofinie.
Le syntheme francais peut accompagner un nom soit au singulier,
soit au pluriel, neutralisant toutefois l'opposition de nombre dans le
code parle.

5.14. Prlnd^A. Nous en avons relevo quelques-uns en espagnol


(ils y fonctionnent d'ailleurs comme des noms):
espg. todopoderoso
Le genre et le nombre sont marques comme pour tout autre mot
simple.

5.15. PrIndAPartPres. Le francais a la possibilite de coupler un


pronom indofini a un participe prosent (qui fonctionne comme un nom):
fr. tout-puissant
SYNTHEMES-ADJECTIFS 89

L'opposition de genre y est marquee; celle de nombre est neutralisee


tant au masculin qu'au feminin.

5.16. Num A A. C'est l'italien qui possede des synthemes constitute


par combinaison de ces deux Constituante :
it. quartultimo
Us marquent rogulierement l'opposition de nombre et celle de genre.

5.17. Prop A N. Les synthemes de cette classe appartiennent au rou-


main et au frangais :
roum. cuminte
fr. sans-souci
Le roumain neutralise l'opposition de genre pour marquer uniquement
celle de nombre; le francais neutralise les deux, meme dans le code e*crit.

5.18. Prep A. Pour cette classe encore, le Symbole A (adjectif)


peut etre r6e"crit de plusieurs manieres :
A —> A qual , Apart
5.18.1. PrepAA,c(ual roum. subcutanat
it. oltreumano
fr. sous-cutane
espg. sobrefino
5.18.2. Prop A A. roum . sub-dezvoltat
it. fuoruscito
fr. sous-eqiiipe
espg. sobreabierto
Les langues romanes occidentales connaissent egalement des synthe-
mes-adjectifs constituos de PrepAPartPros. Ce sont la, pourtant, des
participes presents de verbes composes et non de composes proprement
dits, indopendants. C'est pourquoi nous n'en avons pas constituo une cate-
gorie ä part, un syntheme comme :
it. sottostante
appartient au paradigme du verbe sottostare.
Les synthemes de la derniere sous-classe peuvent etre attribues, eux
aussi, ä des paradigmes verbaux; c'est parce que dans les dictionnaires
ils figurent comme des articles ä part que nous les avons envisages comme
des formations indopendantes.
90 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

5.19. PropAAdv. II n'y a que 1'italien qui possede cette classe (1'ad-
verbe y possede une valeur nominale):
it. dabbene
perbene
Ces synthemes suspendent tant l'opposition de nombre que celle de
genre.

6.0. La varioto des combinaisons qui engendrent les adjectifs composed


n'ogale pas celle donnant naissance a des noms. Nous pensons pourtant
que dans ce domaine encore de nouveaux types peuvent apparaitre qui
suivent, en ge"n6ral, le modele offert par les synthemes-noms. Les ressem-
blances pourtant sont tres grandes entre les deux categories et les trans-
ferts tres frequents dans les deux sens. Puisque, toutefois, de l'avis de
J. Dubois55 on peut distinguer entre les deux categories : «Tout adjectif
peut fonctionner comme nom; mais tous les substantifs ne peuvent fonc-
tionner comme adjectifs, c'est-a-dire comme elements facultatifs d'un
syntagme nominal, avant oü apres le substantif», nous avons analyst
separoment les synthemes-noms et les synthemes-adjectifs.

6.1. Les langues romanes otudioes possedent quelques classes communes


d'adjectifs compose" s, dont certaines tres riches et ouvertes a de nouvelles
formations. Ce sont celles constitutes de N A A (§ 5.2), A A A (§ 5.4),
Adv A A (§ 5.10). Chaque langue possede, en outre, des classes spocifi-
ques, ce qui ressortira du tableau III.

TABLEAU III
Classes des synthemes-adjectifs du roumain, de l'Halien, du franfais
et de l'espagnol

N° § Constituante du syntheme Ron in. It. Fr. Espg.

5.1 N A N (N A Prep A N) — + + +

5.2 N A A (AAN) + + + +

5.3 N A PartPres — — — +

5.4 AAA (AAAAA) + + + +

5.5 V A N (V A Prop A Art A N) — + + +

66
Grammaire structural du franfais, I, Nom et pronom, Paris, 1965, 13.
SYNTHEMES-ADJECTIFS 91

i
!
N° § Constituants du syntheme Roum. It. Fr. Espg

!
5.6 VAAdv - ! - : + : -
5.7 V A PartPres - ! - : - +
5.8 VAPrInd ! _J_ ._
1
1
5.9 AdvAN

5.10 AdvAA + + + +
1
5.11 Adv A PartPres - i +
ι -f
ιι +
5.12 AdvAPrReflAV + ! _ ; _ . _ .

5.13 PrRel A Conj + i + -i-


i : 1

5.14 PrInd A A ί - i A,
ι
Ι π-
5.15 PrInd A PartPres - ; +

5.16 NumAA — , -ρ .

5.17 Prep A N -r ! - . +

5.18 Prep A A J. + + f

Α :
5.19 Ρι·έρ Λ(1ν — i -f- _

6.2. On notera que les quatre langues romanes ont en commun la


composition de quatre classes de synthemes, riches et productives toutes
les quatre. Trois autres classes sont communes l'italien, au francais
et a l'espagnol et n'apparaissent pas en roumain. Chaque langue possede
en outre des classes spocifiques (roumain : § 5.12, Italien : § 5.16 et 5.19,
frangais : § 5.6, 5.8 et 5.15, espagnol: § 5.3, 5.7 et 5.14) tres faiblement
reprosentoes tant en ce qui concerne le nombre de synthemes que leur
frequence56.
Des 19 classes que nous avons trouvees (comme nous le faisions re-
marquer dans les paragraphes consacrcs l'analyse des synthemes nomi-
naux l'apparition de certaines autres n'est pas exclue) le roumain n'en
possede que 6, l'italien et l'espagnol — 10 chacun, le fran^ais 13.

Voir, par exemple, § 5.17 — classe trois termes, 5.14 - nil seul termc, etc.
92 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

7.0. Synthemes-verbes. Structure de surface

Nous commencerons par le mode de composition des verbes dans les


quatre langues romanes :
Le syntheme-verbe peut etre constitue" des formants suivants :
1.
v
Adv
ÜSTum
Prop
2.
Les verbes composes, beaucoup moins nombreux que les noms et
les adjectifs composed, apparaissent surtout dans le registre familier.
II semble bien qu'ä une epoque plus lointaine, les types de verbes composes
aient plus nombreux. Halina Lewicka faisait remarquer, aux XVe et
e
XVI siecles doja, une reduction du nombre de ces formations qui sont
remplace'es de plus en plus souvent par des verbes ä profixes : « En somme,
la composition des verbes se roduit d'ores et dojä ä peu de chose. Le seul
mode de formation qui continue ä etre vivant, surtout dans la langue
familiere, est le type TOUENEBOULEE. Tous les autres sont devenus ou
sont en train de devenir des types de derivation par profixe. »57
Cependant, les langues romanes contemporaines offrent toute une
s&rie de verbes composes rocents, constitute principalement d'un verbe
suivi d'un nom.

7.1. N A V. Cette classe continue un modele qui existait dejä en latin


— manumttture, par exemple ; certaines langues romanes introduisent
entre les deux termes la voyelle -i-, Le roumain est le seul ä ne pas posse" der
de tels verbes :
it. barcamenare
fr. champlever
arc-bouter
espg. perniquebrar
Pour ce qui est de la flexion verbale, tous les synthemes de cette classe
fonctionnent comme des monemes et excluent la possibilito de dissocier
les deux constituants.

57
La langue et le style, 163.
SYNTHfiMES-VDHBES 93

7.2. Y A V. Ces verbes apparaissent dans toutes les langues romanes,


constitute, principalement, de deux verbes synonymes. Pierre Guiraud
faisait remarquer l'appartenance de la plupart d'entre eux ä la langue
populaire, aux dialectes, ce qui indique l'origine expressive du procode".
II les appelle composes tautologiques et les de"finit comme «des mots
forme's de deux verbes synonymes juxtapose"s, du type itournevirer, boule-
verser, etc. ft58. La liste dresse*e par Guiraud est assez longue — 73 synthe-
mes j nous n'avons pu les admettre tous puisque bon nombre d'entre eux
appartiennent exclusivement ä des e"tapes historiques reVolues, alors que
d'autres sont strictement dialectaux. Comme notre e*tude porte sur les
synthemes des langues romanes contemporaines littoraires standard
nous avons du. laisser de cöte" certaines formations. Ce sont: billebauder
'chasser irre'gulierement (des chiens)' (p. 446) et hurtepiller 's'assaillir
l'un l'autre' (p. 448) hors d'usage et hourballe 'maltraito' (p. 447) du dia-
lecte wallon ou bien cuboler 'culbuter' (p. 447) du dialecte lorrain. STous
donnerons quelques exemples de composes romans relevant de l'aspect
littoraire contemporain tout en mentionnant que le roumaiu n'offre que
des exemples appartenant ä l'aspect familier, argotique :
roum. furgäsi
it. passavogare
saltabeccare
fr. claquemurer
virevoler
espg. salvaguardar
Les synthemes sont bien soudos et possedent un paradigme regulier.
7.3. Adv A V. Nous faisions de"jä mention sous § 5.10 d'un grand
nombre de synthemes constituos par amalgamation de ces deux Consti-
tuante, dont le premier est, la plupart du temps, l'adverbe bien (dans ses
variantes romanes) et l'adverbe mal (dans ses variantes romanes). L'ita-
lien, pour ne prendre que ce seul exemple, possede 12 verbes frequents
(ä cöto de certains autres employe's occasionnellement) qui contiennent
l'adverbe male.
roum. binecuvinta
binevoi
preamäri
it. maledire
malmenare
58
«Le champ morpho-simantique des composos tautologiques», in ZRPh, 77 (1961),
5-6, 446.
94 LES FORMANTS DES SYNTHE-MES

it. benvolere (dans des expressions teile :


farsi benvolere)
fr. malmener
espg. malmeter
malquerer
Menquistar
A noter que les synthemes francais sont toujours moins utilises. Les
rares formations subsistant encore dans la langue contemporaine perdent
certains membres du paradigme; seuls malmener et malträtier prosentent
un paradigme complet. Les dictionnaires, il est vrai, en enregistrent d'au-
tres ; pourtant malfaire, par exemple, n'est plus employe1 qu'au prosent de
l'indicatif (rarement) et a 1'infinitif (la plupart du temps).
En ^change, en italien et en espagnul, les verbes sont plus nombreux
et leur paradigme intogralement employo.

7.4. Num A V. Un seul syntheme — espagnol — illustre cette classe :


espg. tresdoblar
La soudure est parfaite et le syntheme fonctionne comme tout verbe
non-compose".

7.5. PropAV. Nous mentionnions dejä au premier chapitre (§ 1.3)


la difficulte qu'il y a a. distinguer entre un processus de preiixation et
une composition, lorsque Tun des formants est une proposition. Nous
avons opte pour la composition lorsque la proposition apparait comme un
constituant inde"pendant d'une sequence dans la structure profonde (voir
aussi au IVe chapitre).
roum. intrejese
it. oltrepassare
sopramettere
fr. outrepasser
espg. contradecir
contraponer
En ce qui concerne la flexion tous les synthemes de cette classe fonc-
tionnent comme des verbes simples, non compose1 s.

7.6. V A N. Ces verbes sont tres proches des locutions verbales pro-
prement dites. Si nous y appliquons notamment le critere de la determi-
nation globale (Chap. II, § 6.3, 2.16), si nous considerons done que le
nom ne peut recevoir que des determinations isol^es, nous pourrions
SYNTHEMES-VERBES 95

conclure que les langues romanes actuelles possedent des verbes composes
par juxtaposition des Constituante ci-dessous :
roum. a avea loc
it. far finta
fr. donner lieu
avoir lieu
espg. tener lugar
Bien que pour le frangais, C. Eohrer59 en donne 102 exemples formes
de deux constituants et 20 forme's de trois Constituante comme :
avoir bon dos
A notre avis, pourtant, les synthemes constitute de V A N A N ne remplis-
sent pas, le plus souvent, l'une des conditions essentielles pour la defini-
tion des composes, a savoir l'unite" accentuelle. C'est pourquoi nous pen-
sons que seules les formations constitutes d'un verbe suivi d'un nom
reprosentent de vrais synthemes. Ce sont d'ailleurs ceux qui admettent le
critere de I'msoparabilite" des constituants (qui rejettent 1'intercalation
d'un autre constituant de phrase); ce n'est pas le cas pour des formations
teile : faire le malin 6° pouvant etre segment^ : tu fais toujours le malin,
tu fais de nouveau le malin, etc.
7.7. A l'exception des verbes composes d'un numoral et d'un verbe
(§ 7.4), toutes les autres classes sont mieux reprosentoes dans les langues
romanes 4tudie"es. Ci-dessus un tableau r^capitulatif des classes exa-
minoes.
TABLEAU IV
Classes des synlhemes-verbes en roumain, Italien, franyais et espagnol

N°§ Constituants du synthfeme Roum. It. Fr. Espg.

7.1 NAV — |_
+ +
7.2 VAV + + + +
7.3 AdvAV + + τ +
7.4 NumAY i1 -
ί
+
7.5 ΡΓέρ Α Υ + + + +
7.6 VAN + t

+ +
'· Wortzusammensetzung, Γ Index, sous « V + S ».
•° Cf. C. Rohter, Wortzusammensetzung.
96 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

Les synthemes-verbes repr^sentent, en somme, une categoric assez


mince par rapport aux synthemes-noms ou adjectifs. Les seuls qui consti-
tuent des series ouvertes, susceptibles d'enrichissement, sont ceux consti-
tues de Prep A V et V A N ; ces derniers sont de plus en plus frequents
dans les langues romanes contemporaines 61.

8.0. Synthemes-adverbes. Structure de surface

Puisque dans le cas des adverbes composes le sentiment de l'etymologie


s'est emousse" — plus que pour d'autres synthemes — leur delimitation
n'est pas alloe sans quelques difficultos. II arrive qu'un linguiste relove
un mot compose* la oü personne d'autre ne le remarque plus. Apres avoir
recouru, pour certains cas, ä des sujets roumains, francais (a Grenoble en
avril 1970) et Italiens (a Padoue et a Eome, en avril et, respectivement
septembre 1970) force nous a et4 d'^carter beaucoup de formations qui ne
sont plus aujourd'hui que des mots simples. C'est pourquoi toute une
serie d'adverbes que F. Ciobanu et F. Hasan 62 prennent pour des compo-
ses, tels ceux constitute d'un adverbe et d'un verbe : oriunde 'n'importe
oü', cindva 'autrefois' ne feront pas l'objet de notre etude. Aucun sujet
contemporain ne reconnaitra plus dans les segments -va et ori- les ter-
mes d'un paradigme verbal.
A remarquer que les synthemes-adverbes ne constituent pas une cato-
gorie ouverte comme c'otait le cas pour certains noms, adjectifs et verbes,
mais bien un fonds ancien et assez stable le plus souvent.
Le syntheme-adverbe peut etre constituo des formants suivants:

2. A'
JAdv

3. Adv' N
A
(Prep) A Adv
Num
Conj

61
Par exemple, dans M. H. Simionoscu, Ingeniosul bine temperat, II, Biblioleca generalä,
Bucurejli, 1970, nous avons relevo 30 nouvelles formations dc synthemes dc V A N . Dans la
revue italienne Noi Donne, num6ros 30 — 40/1968 nous avons trouvo des synthemes comme :
mielere successo, far cilecca, dar prova, etc., qui firnoignent de la produclivito du procodi.
62
Compunerea, 215—222.
SYNTHfiMBS-ADVEEBES 97

4. Prop (Art) A N A (A)


(Art) A Adv

PrDom
Prop
Conj

8.1. N A N. Extremement rares, ces synthemes fonctionnent en Ita-


lien :
it. nottetempo
Quant au roumain on invoque gonoralement 1'exemple dis-de-dimineafä
'de grand matin'63 oil, outre les deux norns, apparait une proposition.
Pourtant, le segment dis- est introuvable, du moins en roumain con-
ternporain, dans la chaine parloe, en tant qu'oloment inde"pendant.

8.2. A A N. Le symbole A (adjectif) peut etre re^crit difforemment:


8.2.1. l
Qual 'N: fr. longtemps
8.2.2. 'N : espg. pasado mattana
8.2.3. A pron N : roum. astä-searä
altädaiä
altfei
it. stanotte
ognora
tuttavia
fr. quelquefois
espg. talvez
La sous-classe qui contient un adjectif pronominal est tres riche dans
toutes les langues; les adverbes qu'on en obtient indiquent, pour la plu-
part, le temps ou le mode. Ces synthemes sont extremement frequents
(dans la langue parloe). Sur 100 pages de texte littoraire nous avons relevo
98 adverbes constitute d'un adjectif pronominal et d'un nom.

8.3. A A Adv, Adv A A. Dans cette classe encore, les synthemes sont
obtenus ä partir d'adjectifs difforents :

63
Cf. F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, 222.
61
Gf. M. H. Simionescu, Ingeniosul, les 100 premieres pages.

7 - e. 55
98 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

A
8.3.1. A••pron
nrnn Adv : roum. allundeva
espg. otrora
8.3.2. Adv A A part : roum. binemfeles
it. beninteso

8.4. Adv A N. Assez pen nombreux, les synthemes de cette classe


fonctionnent en roumain et en Italien.
roum. ieri-noapte
it. oggigiorno

8.5. Adv A V. L'espagnol seul possede des synthemes relevant de


cette classe :
espg. dondequiera
adondequiera

8.6. Adv A Adv, Adv A Prep A Adv. C'est l'une des plus riches classes
de synthemes-adverbes, bien represented dans toutes les langues otudioes.
II arrive sou vent que l'un des Constituante soit lui-meme un syntheme.
8.6.1. Adv A Adv. roum. numaideclt
nicicmd
it. malvolentieri
oggimai
plan piano
nientemeno
fr. aussitot
bientot
espg. tambien
pian pian(o)
A noter que ce n'est que rarement qu'un adverbe — le meme — se
repete. Le roumain possede encore des synthomes comme tm$-grapi$
'tant bien que mal', constituos eux aussi de deux adverbes ; ils font pour-
tant intervenir une suffixation qui rejoint l'apparition du nouvel adverbe.
8.6.2. Adv A Prop A Adv : roum. nicidecum
it. nientedimeno

8.7. Adv A Num. Le syntheme reprosentatif de cette combinaison


est:
roum. totuna
SYNTHilMBS-iAlDVEiBBBS 99

C'est d'ailleurs le seul que nous ayons trouve, les autres langues ro-
manes n'en posse" dant pas.

8.8. Adv A Conj. C'est encore le roumain qui nous fournit un adverbe
constituo par amalgamation d'un adverbe et d'une conjonction:
roum. a$adar
Les deux dernieres classes, bien qu'ä un seul membre, jouissent d'une
position consolidöe grace ä leur extreme frequence dans le discours.
8.9. Prep A N, Prep A N A A, Prep A Art A N. Toutes les langues ro-
manes examinees possedent des synthemes constituos d'une preposition
et d'un nom. Dans certains cas, la composition proprement dite est pro-
codee par la nominalisation d'un adjectif, comme en it. davvero 'en effet'.
8.9.1. Prep A N: roum. devale
pesemne
it. controstomaco
oltremare
fuori misura
fr. entre-temps
parfois
espg. anoche
encima
enfrente
Bien que pas tres nombreux, ces synthemes sont extremement fre-
quents dans la langue parloe et ecrite. Nous en avons enregistro6 40
esemples (dont 8 synthemes r^currents) sur un total de 405, ce qui re-
presente 9,87%. Pour une seuleclasse d'une categorie (celle des adverbes)
le chiffre est tres elevo.
8.9.2. P r ^ p A N A A : espg. enhoramala.
La sous-classe ne possede que cet unique syntheme espagnol.
8.9.3. Pr^p A Art A i l 5": roum. deoparte.
8.10. Prop A Adv, PrepA Art A Adv. Cette combinaison encore est
tres bien represented dans les quatre langues romanes en question :
8.10.1. roum. dectt
incolo
demuli
65
Dans le roman d'Albert Camus, L'Elranger, Gallimard, 1957.
100 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

it. dopodomani
finora
fr. apres-demain
avant-Mer
espg. adonde
8.10.2. it. almeno
fr. au-devant
Les synthemes des deux sous-classes sont, eux aussi, tres frequents.

8.11. Prep A Num. C'est la classe d'un seul syntheme roumain :


roum. intr-una

8.12. Pr^pAPrDem. Encore une classe ä un seul membre apparte-


nant a 1'italien :
it. per do
Nous avons relevo 6e 16 fois ce syntheme (sur un total de 553 synthe-
mes) — c'est-a-dire 3% — ce qui, pour une classe a un membre, repre"sente
une frequence assez elevoe.

8.13. Pr£p A Prep. C'est 1'italien qui en possede quelques-uns :


it. persino
perfino

8.14. Pr6p A Conj. Nous avons relev^, toujours en italien, un syntheme


formo des constituants ci-dessous :
it. comeccho

8.15. Nous venons de presenter les quelques modalit&s de composition


des adverbes qui sont communes aux quatre langues examinees, a sa 7oir
A A N, Adv A Adv, Pr6p A N, Pr4pAAdv. Nous avons relevo, en outre,
les classes sp4cifiques a une seule langue, teile, en roumain, celle dont
les synthemes sont constitue"s d'une proposition et d'un numeral ou bien,
en italien, Pr^p A PrD^m, etc. et en espagnol, Adv A V. Le fran^ais est
le seul ä ne pas posse"der des classes spe"cifiques.

66
Dans le reman de Leonardo Scinstia, A ciascuno il suo, Einaudi, 1966.
S YNTH MES-A DVE-RBES 101

TABLEAU V
Classes des synthemes-adverbes en roumain, Halten, /ranfais el espagnol

N° § Constituents du syntheme Roum. II. I-'r. Espg.

I
8.1 NAN

8.2 AAN

8.3 AAAdv (Adv A A)

8.4 AdvAN

8.5 AdvAV

8.6 Adv A Adv (Adv A Pre.p A Adv)

8.7 Adv A Num

8.8 Adv A Conj

8.9 ΡΓέρΑΝ (PrcpANAA, PrepAArtAN)

8.10 Prep A Ad v (Prep A A r t A Ad v)

8.11 Pr£pANum

8.12 Prop A PrDdm

8.13 Pr6p A Prop

8.14 Prep A Conj

8.16. Le fran§ais ne possede que 4 des 14 classes possibles de synthe-


mes-adverbes, l'espagnol en possede 6, le roumain 9 et l'italien 10 (dont
3 en exclusivito). Pour n'etre pas trop nombreux, ils n'en sont pas moins
extremement froquents — ce que nous avons t che" de prouver par les
deux exemples pris a Camus et a Sciascia. Nous y ajouterons, pour le
roumain et l'espagnol, les r^sultats d'une analyse statistique. Un ouvrage
sur l'histoire de l'art 67 nous a fourni 22 synthemes-adverbes sur 205
synthemes appartenant a toutes les categories grammaticales, le pourcen-
tage de 10,73% e"tant assez elevo si Γόη pense que la terminologie de
1'ouvrage contraint — en fait de composes — plutot a l'emploi des synthe-
mes formes de deux noms ou de deux adjectifs. Par ailleurs, dans un roman

•7 Vasile Dragu^, Vechi rnonumente hunedorene, Bucurejti, 1968.


102 L-ES FORMANTS DES SYNTHEMES

espagnol68, sur 620 synthemes il y a 131 adverbes, ce qui repr sente un


pourcentage plus έΐβνέ (21,12%). Malgro les variations enregistrees d'une
langue a 1'autre la catogorie des synthemes-adverbes a une portoe suffi-
samment grande dans le discours.

9.0. Synthemes-pronoms. Structure de surface

Les langues neOlatines actuelles ne comptent que tres peu de pronoms


composes analysables, bien que Involution du latin vers les langues
romanes ait enregistro la composition comme l'un des proce"dos les plus
utilises completer les systemes pronominaux e9. II n'en reste que peu
de pronoms interprotables qui puissent se former a partir des Constituante
su i van ts.
Le syntheme-pronom peut avoir les formants suivants :
1. Personnel: PrPersAPrInd
2. De rovorencc : ΝΛΑ
3. Domonstratif : PrDem A Adv
4. Eelatif: a. Art A A
b. PrDem A PrEel
5. Indefini: a. A A N
b. Adv A PrInd
c. Prlnd ί PrInd A (V)
I Conj A V
d. PrEel A V
9.1. Pronoms Personnels: PrPersAPrlnd. Ce sont l'italien et l'espa-
gnol qui fournissent de tels exemples. Comme dans les deux langues les
Constituante se sont contracted, la soudure est tres solide, cependant en
italien les formations ont une valeur emphatique (et 'opposent aux pro-
noms personnels noi, voi non emphatiques), alors qu'en espagnol elles
reprosentent aujourd'hui les seuls segments utilisables pour la quatrieme
et cinquieme personne — formes toniques :
it. noialtri
voialtri
espg. nosotros
vosotros

63
Antonio Ferres, Los vencidos, Paris, 1965.
69
I. lordan et M. Manoliu, Introducere, 161 — 181 et surtout 179 et M. Manoliu Manea,
Gramaaca, 230-234 (surtout 233-234).
3Υ.ΝΤΗΘΜΕ5-ΡΗΟΝΟΜ3 103

En tant que pronoms uniques du pluriel (quatrieme et cinquieme


personne) les synthemes espagnols sont extremement frequents. Dans
le roman mentionne" 70, par exemple, us enregistrent 44 occurrences (noso-
tros — 25 fois, vosotros — 19 fois) sur 620 synthemes dans tout le volume;
comme il ne s'agit que de deux formations, le pourcentage (7,10%) nous
semble assez oleve".

9.2. Pronom de reverence: N A A. Ces synthemes sont relevos dans


le registre litte"raire du roumain; 1'adjectif est r6e"crit AP08 (un possessif
done) :
roum. domnia-ta
domnia-sa
La soudure y est plus faible, ce dont tomoigne la flexion casuelle,
marquoe par deux fois (aux deux Constituante).

9.3. Pronom demonstratif: PrDe"mAAdv. C'est la classe des de"-


monstratifs frangais qui marquent le rapprochement et l'e"loignement par
les de'ictiques : ci et l :
fr. celui-ci
celui-la
celle-ci
celle-la
ceci
cela
Le nombre n'est marqu^ qu'apres le premier coustituant et l'opposi-
tion de nombre est roalisoe tant dans le code ocrit que dans le code parlo :
celui-ci / ceuac-ci [soluj-si] / [so-si].

9.4. Pronoms relatifs :


9.4.1. Art A A. C'est la classe des relatifs fran9ais :
fr. lequel
laquelle
Le symbole A (adjectif) est reecrit comme A pron . Le singulier marque
tant l'opposition de genre, que celle de nombre; le pluriel, en ^change,
neutralise l'opposition de genre. Ce n'est que le premier constituant qui,
dans le code parle", prend les marques grammaticales : le [lo] — la [la],

70
A. Ferres, Los vencidos.
104 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

tandis que, dans le code e"crit elles sont prises par le second constituant
aussi.
9.4.2. PrDom'PrKel. C'est la classe du syntheme roumain :
roum. ceea ce
C'est encore le roumain qui livre des formations comme eel ce (celor
ce), etc. que nous ne pouvons cependant pas ranger parmi les synthe-
mes 71 — aux termes du IIe chapitre du present ouvrage.

9.5. Pronoms indefinis


9.5.1. Α Α ίΓ. Le seul syntheme que nous en ayons trouvo appartient
l'italien. Le Symbole A est re^erit comme Apron :
it. qualcosa
C'est un syntheme a valeur neutre 72 qui neutralise les oppositions de
genre et de nombre.
9.5.2. Adv A PrInd. Les synthemes ainsi constitute appartiennent
au roumain :
roum. niciunul
niciuna 73
La flexion, reguliere, se produit par la modification du morpheme de
genre, cas et nombre du second constituant.

9.5.3. PrIndAPrInd. Toutes les langues rornanes examinees possedent


des synthemes appartenant cette classe :
roum. altcineva, fr. quelqu*un
altceva guelqu'une
it. ognuno espg. cada uno
taluno cada cual
En roumain, ces synthemes sont invariables; l'italien et l'espagnol
marquent les oppositions de genre et de nombre par des morphemes
ajoutos au second constituant.

71
Cf. F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, 199. Pourtant, la Grammaire du roumain,
I, 160, le considere comme «un pronom relatif composo ».
72
Cf. M. Regula, J. Jernej, Grammatica italiana descriltiva, Bern-M nchen, 1965, 146.
73
La Grammaire du roumain les considere comme des pronoms nogatifs. Cf. 178 — 179.
SYNTHEMES-PRONOMS 105

Le code parle du franc,ais marque 1'opposition de genre au singulier :


quelqu'un [kelko] — quelqu^une [kelkun], au second constituant; la
meme chose pour le pluriel 74 ; par centre, 1'opposition de nombre est
marquee au premier constituant aussi : quelqu'un [kslko] — quelqiies-uns

9.5.4. PrInd A PrInd A V. C'est 1'italien qui connait quelques synthe-


mes ainsi constitues, synonymes, qui relevent surtout du registre litto-
raire de la langue :
it. qualsisia, qualsifosse, qualsivoglia

Le constituant -si est, en fait, un pronom indofini ayant la valeur du


fr. on, et non celle d'un pronominal comme on pourrait le penser ä pre-
miere vne 75.

9.5.5. PrInd A Conj A V. C'est la classe d'un syntheme Italien, de


moins en moins utiliso dans la langue courante (il apparait exclusivement
presque dans le registre litteraire ocrit) :
it. qualchessia

A noter qua les verbes des deux dernieres classes sont tous reocrits
comme V avec indice de subjonctif.

9.5.6. PrEelAV. II n'y a que l'espagnol qui possede de tels pronoms.


II s'agit, par exemple, de :
espg . quienquiera
L'opposition de genre est neutralised ; par centre, celle de nombre se
realise par adjonction d'un morpheme au premier constituant :
espg. quienesquiera

9.6. Get apercu des classes des synthemes-pronoms romans fait appa-
raitre que seule la combinaison PfIndAPrInd est roalisoe par toutes les
langues romanes ; quant aux autres, elles sont signalees dans une ou deux
langues.

74
Cf. quelques-uns; quelques-unes.
75
Cf. M. Regula, J. Jernej, Grammatica, p. 142. Voir par exemple la soquence : quando
si vecchi — fr. quand on est vieux.
106 LES PORMANTS DES SYNTHEMES

TABLEAU VI
Classes des synthemes-pronoms en roumain, Italien, franfais
et espagnol

N° § Gonstituants du syntheme Roum. It. Fr. Espg.

9.1 PrPers A PrInd — + — +


9.2 NAA + — — —

9.3 PrD6m A Adv — — + —

9.4.1 Art A A — — + —

2 PrD6m A PrRel + — — —

9.5.1 AAN - + — —

2 Adv A PrInd + — — —

3 PrInd A PrInd + + H- +
4 PrInd A PrInd A V — + — —

5 PrIndAConjAV — + — —

6 PrRcl A V —
— — +

9.7. L'espagnol et le frangais ne possedent plus que 3 classes de syn-


themes, alors que le roumain en a 4 et l'italienÖ.Procisons toutefois que
malgro leur nombre reduit, ces synthemes-pronoms, de par leur fonction,
sont extrememeDt frequents. Dans un roman francais, par exemple 7e,
sur 194 synthemes il y a 26 pronoms, c'est-a-dire 13,42%. Dans un
roman Italien, par centre ", nous n'en avons relevo que 27 sur 312, ce
qui reprosente 8,65%.

10.0. Synthemes-numeraux. Structure de surface

Cette catogorie int^resse tout d'abord par cela que, plus que dans
toute autre la reconnaissance des termes (constituants) est simultanoe
de la reconnaissance de la nouvelle signification (qui re"unit, le plus sou-

76
Marguerite Duras, Moderate cantabile, Paris, 1958.
77
Italo Calvino, La giornala d'uno scrulatore, Einaudi, 1963.
SYNTHEMES-NUMfiRAUX 107

vent, les significations primaires). Ordinairement, les synthemes-mime-


raux sont cre^s par simple juxtaposition de deux ou trois (ou plusieurs)
Constituante ; il arrive, moins froquemment, qu'entre les deux Constituante
s'intercale une proposition ou une conjonction.
Le syntheme-numoral peut etre constituo de :
Num' 0
Prep
Conj

10.1. Num A Num. Precisons, tout d'abord, que les synthemes peu-
vent etre constitute par juxtaposition de deux numoraux (ä leur tour
simples ou composes) ou de plusieurs nume'raux. II n'est pas exclu qu'on
rencontre un syntheme constituo, par exemple, de 20 numoraux, bien
que la probability de son occurrence dans le code ecrit et meme dansle
code parlo (sauf pour quelques langages techniques et scientifiques sp£-
ciaux, tels : les mathomatiques, la comptabilite", etc.) soit extrememeDt
r&luite. C'est pourquoi nous n'avoDS mentionne' que les deux constituants
fondamentaux, obligatoires, en procisant que d'autres peuvent s'y ajou-
ter ä tout moment.
roum. treizeci fr. vingt-deux
douasute trois mille
douä mil deux cent vingt
m
it. ventitre espg. ^ un°
died milioni cienmil
ventunmila veintidos

On voit que ces synthemes ne sont pas Merits en un seul mot dans
toutes les langues otudioes. En Italien la contraction est presque g^norale;
en roumain, apres «1000 » les constituants sont orthographies sopar^-
ment; en fran§ais les deOimales sont s^paroes des unite's par trait d'union,
etc. Quoi qu'il en soit, leur unito est confirmoe non seulement par la signi-
fication, mais aussi par le fait qu'entre les deux termes aucun autre consti-
tuant de la phrase ne peut etre intercale\

10.2. Num A Pr6p A Num, Num A Num A Prop A Num. Ce sont le rou-
main et l'italien qui possedent des synthemes-nume'raux formos des con?ti-
tuants ci-dessous :
10.2.1. it. diciannove
diciassette
108 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

10.2.2. rourn. o sutä de mii


treisute de müioane
En italien, la proposition qui n'apparait qu'aux nume'raux precitos
s'est soudoe aux deux monemes; en roumain eile n'apparait qu'apres les
numeraux indiquant les centaines de milliers (ou de millions, etc.) et les
quatre constituants obligate ires sont orthographies separement.

10.3. Num A Conj A Num, Iiuni A !N"um A Conj A Num. Les synthemes de
cette classe ne fonctionnent qu'en roumain et en espagnol:
10.3.1. espg. dies y seis
veinte y dos
10.3.2. roum. douazeci §i noua
treizeci §i opt

En espagnol la conjunction apparait aux numeraux 16, 17, 18, 19 et


aux combinaisons des dezimales avec les unites (« 31» treinta y uno) mais
il y a aussi des synthemes contracted : dieciseis, diecisiete, dieciocho,
diecinueve, veintiuno, etc.78. En roumain, la conjunction s'intercale aux
numeraux qui combinent les docimales aux united sans se souder aux
autres constituants du syntheme.

TABLEAU VII
Classes des synihemes-nume'raux en roumain, italien, franyais et espagnol

N° § Constituants du syntheme Roum. It. FT. Espg.

10.1 Num A Num (Ninn A Nu in A Num, etc.) + + + +

10.2 N u m A P r c p A Num (Num A Num A Prep A Num) + + — —

10.3 N u m A C o n j A Num (Nuin A Niim A Conj A Num) + — — +

On s'aper$oit que le frangais est le seul a ne posseder qu'une classe de


synthemes-numeraux, une seule modalite done de composition pour cette
categorie morphologique. L'italien et l'espagnol possedent, chacun, deux
classes, le roumain trois. A remarquer le tres grand nombre de synthemes

Cf. lorgu lordan et C. Duhäneanu, Curs de gramaiicä a limbii spaniole, Bucuresti, 1963,
43.
SYNTHEMES-PRfiPOSmONS 109

appartenant cette categorie, ainsi que leur frequence elevee dans le dis-
cours. Si nous n'en avons pas dresse1 des statistiques, comme nous 1'avons
fait pour d'autres classes, c'est parce que, par leur nature m erne, les ηηηιέ-
raux simples sont moins frequemment employes que les composes.

11.0. S ynthemes-prepositions. Structure de surface

A l'exception du franc.ais, ou toute une sorie de segments, n'otant


plus analysables, ne font pas l'objet de notre discussion, toutes les autres
langues romanes comptent suffisamment de prepositions composers 79.
Le syntheme-proposition peut etre constitue" de :

1. Adv

2. Prep

11.1. Adv A N. Cette classe a deux ternies, Tun italien, 1'autre fran-
cais, synonymes et assez souvent employes :
it. malgrado
fr. malgre
A noter que le premier constituant n'est plus adverbe, mais qu'il
fonctionne comme adjectif (il s'agit, aux termes de Tesniere d'une trans-
position). Nous avons dresso une statistique sommaire pour un ouvrage
litt^raire 80 qui a livre 17 occurrences du syntheme malgro sur 520 synthe-
mes, ce qui represent« 3,26%, chiffre assez grand otant donno qu'il porte
sur un seul syntheme.

11.2. AdvAPartPr£s. C'est une classe deux termes dont 1'un en


italien, I'autre en espagnol:
it. nonostante
espg. no obstante

79
Cf. I. Jordan, M. JVIanoliu, Introduces, 209.
i-o pi erre Daninos, Les cornels du major Thompson, Hachette, 1954.
110 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

C'est surtout dans le registre littoraire des deux langues qu'on retrouve
ces synthemes.

11.3. Adv A Conj. L'italien possede un seul syntheme formo de ces


deux constituants pouvant fonctionner comme conjonction aussi:
it. fuorche
11.4. PrepAPrPers. Peu courantes, les prepositions de cette classe
n'apparaissent qu'en italien, elles attestent la possibility d'une opposition :
emphatique — non emphatique81, leur signification etant identique
celle de la proposition simple (qui est le premier constituant du compost),
II existe trois synthemes de ce type :
it. sottesso
sovresso
lunghesso

11.5. Prop Λ Adv. C'est la classe du syntheme roumain :


roum. decit,
utilise" dans la catogorie de la comparaison.

11.6. Pre"pAPr^p. Bien qu'ils ne soient pas excessivement nombreux,


les termes de cette classe se retrouvent dans les quatre langues romanes :
roum. mspre
dinspre
it. insino
fr. envers
espg. debajo

11.7. Les exemples ci-dessus indiquent la pauvreto relative de la


cate"gorie de la proposition dans les langues romanes contemporaines. II
n'en est pas moins vrai que nombre de propositions simples contemporaines
sont le rosultat d'une composition ορέτέβ en latin ou a l'epoque des trans-
formations du Systeme latin en Systeme roman, mais cet aspect—diachro-
nique — de la composition ne fait pas l'objet de notre otude. II reste que
les langues romanes actuelles possedent ces classes de synthemes-pro-
positions :

81
Cf. N. Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologna, 1964, ou, sous le mot sottesso,
on precise qu'il est question d'un intensif (p. 522).
SYNTHEMES-CONJONCTIONS 111

TABLEAU VIII
Classes des synlhemes-propositions en roumain, Italien, francais
et espagnol

N° § Constituants du synthfeme Roum. It. Fr. Espg.

11.1 Adv A N + + —

11.2 Adv A PartPr6s — + — +

11.3 Adv A Conj — + — —

11.4 Prep A PrPers — + — —

11.5 Pr6p A Adv + — — —

11.6 Pr6p A Prep + + + +

11.8. C'est 1'italien qui possede le plus grand nombre de classes — 5;


les autres langues n'en prosentent, chacune, que 2 classes. A noter que
meme en italien ces synthemes, eVincos le plus souvent par les proposi-
tions simples, ne sont pas tres frequents.

12.0. Synth£mes-conjonctions. Structure de surface

Si les conjunctions composoes ne sont pas tres nombreuses,elles sont,


en ^change, le rosultat de combinaisons plus variees — du point de vue,
tout au moins, des Constituante — que les synthemes-propositions.
Le syntheme-conjonction peut etre constituo de :
1. Ger 82λ Conj
2. PrDem A V
3. PrEerConj
4.
5. Adv A | (Pr£p) A Adv
1 Conj
6. PrepA
Adv
PrDem
PrEel
Conj

*2 Le symbole Gir = verbe au mode girondif.


112 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

7. Conj A ( V l
} Adv (Conj)
LJ)J

12.1. Gor A Conj. Cette classe est represented en roumain et en italien :


roum. funded
it. essendoche
Le roumain possede egalement des conjunctions — comme vasäzicä —
que prend parfois pour des composes 83 ; nous pensons pourtant que
l'on ne dissocie plus les Constituante et qu'au niveau de la langue contem-
poraine elles fonctionnent comme des monemes inanalysables.

12.2. PrDem A V. C'est la classe d'un unique syntheme italien :


it. cioe
Nous ferons remarquer sä frequence assez elevee.
Dans le volume cito d'Italo Calvino, on en enregistre 4 occurrences
(sur 312 synthemes), c'est-ä-dire 1,28%.

12.3. PrRel A Conj. Cette classe est represented par un unique synthe-
me äppartenant au francjais :
fr. quoique

12.4. A A N. Dans le cadre des synthemes de cette classe, le Symbole A


(adjectif) est toujours reecrit comme Apron, indeiini dans les synthemes
francais et relatif dans les synthemes Italiens :
it. gualora
tuttavia
fr. toutefois

12.5. Adv A Adv, Adv A Prep A Adv. Les synthemes de cette classe se
retrouvent en italien et en espagnol:
12.5.1. it. nemmeno
allorquando
12.5.2. it. nondimeno
nonpertanto

63
Cf. F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, p. 228.
SYNTHEMES-CONJONCTIONS 113

Les synthemes de cette seconde sous-classe sont plus rares et se re-


trouvent notamment dans le registre litteraire de l'italien.

12.6. Adv A Conj, Conj A Adv, Conj A Adv A Conj. A l'exception du rou-
main toutes les autres langues possedent des synthemes ainsi constitues :
12.6.1. it. dopoche
fuorche
cosicche
giacche
fr. puisque
lorsque
espg. aunque
asique
Les synthemes-conjonctions constituos d'un adverbe et d'une conjonc-
tion sont beaucoup plus nombreux que ceux des classes procedentes :
12.6.2. Conj A Adv: it. senno
neanche
oppure
Ainsi que nous 1'avons do ja constato pour d'autres synthemes, la
seule opposition qui s'etablit entre, d'une part, les synthemes senn et
oppure et, d'autre part, les monemes se et, respectivement, o est celle
d'emphatique non emphatique.
12.6.3. Conj A Adv A Conj : it. sennonche.

12.7. Prep A N. C'est la classe de certains synthemes Italiens, tels :


it. infatti

12.8. PropA Adv. Ces synthemes qui se retrouvent en roumain et


francais enregistrent une frequence tres έΐβνέβ dans le discours :
roum. incit
intrucit
fr. pourtant

12.9. PrepAPrDem. Un syntheme composo de ces Constituante


apparait en italien contemporain :
it. per do
8 - o. 55
114 LES FORMANTS DES SYNTHEMES

Une statist!que effective sur les 475 synthemes relevos dans un roman
Italien contemporain 84 a indiquo 10 occurrences de perci , ce qui repro-
sente 2,10%.

12.10. PrepAPrBel. C'est la classe du syntheme franc.ais :


fr. pourquoi

fonctionnant aussi comme adverbe.

12.11. Prop A Conj. C'est en italien et en espagnol que fonctionnent de


t els synthemes :

it. perche
espg. porque

Ces synthemes sont particulierement frequents. Dans le roman espa-


gnol de A. Ferres (Los vencidos), la frequence de porque repre"sente6,77%
(rapporto au nombre total de synthemes), et dans le roman italien d'ltalo
Calvino (La giornata) perche enregistre, lui seul>, une frequence de
15,06% (rapporto au nombre total des synthemes).

12.12. Conj A V. Une seule conjonction, appartenant l'italien,


constitute a son tour d'une conjonction et d'un verbe, au subjonctif
present :

it. ossia

12.13. II n'y a, parmi les synthemes-conjonctions, aucune classe


commune aux quatre langues e"tudi^es (Tableau IX).
Le roumain et l'espagnol possedent des synthemes appartenant
deux classes, ceux du frangais relevent de 5 classes, ceux de l'italien de
9 classes. Bien que le nombre soit roduit, la frequence en est tres έΐβνέβ,
ce que nous avons essaye1 de prouver au moyen de sondages statistiques
sommaires.

84
Leonardo Sciascia, // Consiglio d'Egitlo, Einaudi, 1963.
SYNTHEMES-CONJONCTIONS 115

TABLEAU IX

Classes des synlhemes-conjonclions en roumain, Italien, franfais


el espagnol

N° § Constituante des synthemes Roum. It. Fr. Espg.

12.1 Ger A Conj + _l_ — —

12.2 PrD6m A V — "Γ — —

12.3 PrRel A Conj — — -f —

12.4 ΑΛΝ — + -f —

12.5 Adv A Adv


(Adv A Prep A Adv) — + —

12.6 Adv A Conj (Con j A Adv,


Conj A A d v A C o n j ) — + + +

12.7 Prep Λ Χ — + — —

12.8 Prep A Adv + - + —

12.9 Prep A PrDirn - + - —

12.10 Prop A PrRel — — + —

12.11 Prep A Conj - + — +


12.12 Conj A V — + — —

A retenir que, l'instar des synthemes de la catogorie de l'adverbe,


du pronom, du numeral et de la proposition, les conjunctions forment,
gonoralement, des classes ferm^es, un nombre fini de termes.

13.0. Toutes les langues romanes possedent un nombre, plus ou


moins grand, de synthemes-interjections. Nous les avons pourtant igno-
ros, puisque l'objet de notre otude n'est pas tant le simple inventaire des
formations constituoes de monemes que, surtout, l'examen du mocanisme
de leur gonoration dont il sera question au chapitre suivant. C'est done
sur les precedes qui rendent compte du passage d'une relation syntaxique,
propre la chaine parMe, une nouvelle unito dans la chaine parloe,
que portera notre 6tude. Or, comme les relations syntaxiques n'entrent
116 LES FORM ANTS DES SYNTHEMES

pas en ligne de compte lorsqu'il s'agit des interjections, celles-ci ne feront


pas l'objet de la presente analyse. Des interjections telles:
roum. haida-de
hei-rup
hodoronc-tronc
it. ohime
ahime
espg. I ay de mil
se derobent ä une analyse syntaxique, puisque l'un des termes memes
est une interjection simple. II existe, il est vrai, d'autres interjections
(des transpositions plutöt, aux termes de Tesniere) provenant de cate-
gories grammaticales tout autres :
it. Gesummio
perbacco
fr. ventrebleu
tetebleu
Pourtant, d'un avis assez largement partago, ces parties-ci du discours
fonctionnent comme interjection a cette seule condition d'avoir perdu
leur valeur lexicale initiale et d'avoir quitte le complexe syntaxique de la
phrase ou elles apparaissent comme elements isolos (qui ne sont pas relios
aux autres elements de la phrase): « Ce n'est que dans certaines situations
qu'elles fonctionnent comme interjections, ä savoir lorsqu'elles perdent
tant le sens lexical de base, a valeur purement affective, que la relation
syntaxique avec le reste de la phrase. »85 Ce sont la les raisons qui excluent
cette catogorie de notre analyse.

14.0. En determinant les classes de synthemes romans nous avons


ordonno notre materiel en vue de la recherche generative. Nous avons
constato l'existence de classes ouvertes, qui s'enrichissent continuelle-
ment — dans la categorie du nom et de l'adjectif, tout d'abord, moins
dans celle du verbe — et de classes ou categories entierement fermoes,
ä nombre fini de termes dont la frequence est pourtant elev^e.

85
Gramatica limbii romane, I, 422.
CHAPITRE IV

STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

1.0. L'examen de la structure de surface des synthemes romans a


souleve des questions auxquelles nous aliens proposer des solutions rele-
vant de la structure profonde qui, par des transformations, est conduite
a ce que nous avons dosigno — en utilisant un terme provenant de Marti-
net — par syniheme. Les Etudes similaires entreprises pour l'anglais1 et
le fran<jais 2 prouvent que cette analyse peut rendre compte des relations
entre les Constituante et peut ranger la composition parmi les process de
gonoration des mots, a cöto de la suffixation et de la profixation dont
1'approche generative a tres bien roussi 3.
Cherchant a justifier, sous 1'aspect thoorique, la possibility d'une
analyse traditionnelle des composes (sur des exemples pris ä l'allemand),
W. Motsch 4 allegue le fait que la grammaire traditionnelle ne suffit pas
ä expliquer nombre des aspects lios ä ce procodo : « Es zeigt sich, daß
zahlreiche Ausnahmen zu berücksichtigen sind, für die innerhalb der
Grammatik keine systematische Erklärung gefunden werden kann.»
(« Zu einigen Problemen », 561). C'est pourquoi les regies qu'il faut otablir
ne concerneront pas settlement les composes existants, mais aussi ceux
qui, tot ou tard, ne manqueront pas d'apparaltre ä l'un des niveaux
de la langue donnoe: «Diese Problematik wird erst deutlich, wenn man
sich nicht mit einem Korpus begnügt, sondern wenn generelle Eegeln
aufgestellt werden, die auch nicht belegte Bildungen erzeugen.» («Zu
einigen Problemen »). Nous nous rangeons ä l'opinion de W. Motsch quand
il pense que les procodos de la grammaire gonorative-transformationnelle

1
R. B. Lees, « Grammar », et « Problems in the Grammatical Analysis of English Nominal
Compounds », in Ades du XeCongres International des Linguisles, IV, Bucarest, 1970, 603 — 615.
2
C. Rohrer, Wortzusammensetzung.
3
Voir Ileana Vincenz, « Generarea derivatelor cu sufixe In limba romänä contemporanä »
(I), SCL, 4 (1969) et (II), SCL, 5 (1969).
4
«Zu einigen Problemen der Wortbildung», in Actes du Xe Congres International des
Linguistes, vol. IV, Bucarest, 1970, 561 — 566.
118 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

peuvent etre utilises ä l'otude des composes : «Ich setze voraus, daß es
mindestens einige Typen von Wortbildungen gibt, die durch generative
syntaktische Eegeln erzeugt werden. Dazu gehören die Komposita. »5

1.1. Les procodos gonoratifs rendent plus rigoureuse l'analyse des


processus de composition et nous allons offrir quelques modeles appli-
cables aux quatre langues romanes otudioes. Nous nous arreterons aux
seules categories du nom, de l'adjectif et du verbe qui sont ouvertes, sus-
ceptibles de s'enrichir continuellement. Nous excluons les autres cate"-
gories, car leur composition, la g^noration proprement dite, remonte ä
d'autres otapes historiques ce qui rendrait leur analyse incompatible avec
l'approche synchronique que nous en envisageons.
Nous laisserons de cöte, egalement, les sous-classes qui renferment
des synthemes dont le modele n'est plus productif pour nous concentrer
sur ces categories de compose"s qui constituent des series ouvertes.
Lorsque nous rencontrerons une structure de surface a laquelle corres-
pondent plusieurs structures profondes possibles (c'est le cas, par exemple,
des synthemes constitues de N A N ) nous commencerons par determiner
ces structures profondes pour etablir par la suite les transformations qui
les conduisent ä la structure de surface donnoe, meme si certaines de ces
regies correspondent ä des modalitos de composition propres ä d'autres
etapes. Nous citons ä l'appui l'opinion de Eobert B. Lees 6 qui envisage
l'application des methodes generatives qui permettent une connaissance
plus approfondie et plus complete des phenomenes linguistiques et non
comme une simple modalite ä redocouvrir des phenomenes dojä connus :
« But contemporary grammatical analysis is not a mere re-discovery of
the obvious or of what our ancestors have already bequeathed to us.
Scientific description is a continuing effort to render ever wider and deeper
bodies of observations perspicuous and natural to our understanding.
Eeplacing an older theory by a slightly improved modern one enables us
to bring within its scope a larger variety of otherwise unconnected and ad
hoc phenomena.»
A notre avis la connaissance des synthemes romans relevant de la
categorie du nom, de l'adjectif et du verbe pent s'etayer de la mothode
transformationnelle pour offrir un modele qui comprend aussi bien les
formations existant aujourd'hui a divers niveaux des langues neOlatines
que les combinaisons possibles, capables de genorer denouveaux synthemes

B
W. Motsch, « Z u einigen Problemen », 562.
• Problems, 609.
SYJSJTHEMEJS-N'OMS 119

2.0. Synthemes-noms

Nous considerons les synthemes des classes etablies au IIP chapitre


(avec indication du paragraphe) tout en ocartant ceux a un seul membre
ou bien ceux dont les Constituante — au niveau de la langue contem-
poraine — ne tendent plus a 1'amalgamation.

2.1. N A N (Voir chapitre III § 3.1). Etant donno que les relations
qui s'etablissent entre les deux noms dans la structure profonde sont tres
differentes nous otablirons plusieurs structures profondes afin d'aboutir
ä ces synthemes qui, dans la structure de surface sont constitute de deux
noms. Comme nous n'avons pas l'intention d'en faire une etude exhaus-
tive — nous ne pensons d'ailleurs pas que ce soit necessaire — nous
discuterons de ces seuls synthemes qui se repetent en tant qu'unites ou,
tout au moins, comme modele de composition.
2.1.1. Nous ferons entrer dans cette premiere sous-classe les synthe-
mes dont la structure profonde comprend un element nominal domino
par le groupe nominal (done un sujet) et d'une relative constituoe d'une
copule (cf. roum. a fi, it. essere, fr. fare, espg. ser) et d'un element
nominal domino par le groupe prodicatif (done un ob jet direct). Le fait
que par certaines transformations on aboutit a un nom, ce qui nous met
devant un processus de nominalisation, exige la roocriture du Symbole
Nmz des la structure profonde.
roum. om-$arpe
Uteratura-document
regizor-star 7
it. sarto-divo
film-documento 8
libri-transistor9
viali-giardino 10
fr. robe-miracle u, fille-mere
senateur-maire, peintre-decoraleur12

7
Exemples pris ä Ecaterina Oproiu, Un idol pentru fiecare, Bucure^ti, 1970.
8
La revue prdcitee, Noi Donne, 1969.
9
Carlo Cassola, La ragazza di Bube, Mondadori, 1966.
10
Dino Buzzati, Un amore, Mondadori, 1963.
11
Daninos, Les cornets.
12
Exemples pris a C. Rohrer, Wortzusammensetzung.
120 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

espg. bar-taberna 13, ciencia-ßccion u


mama-senora 16
La structure profonde d'un tel syntheme sera :
1) it. il film ehe il film e documento
2) espg. la mama que la mama es senora
Voilä maintenant les Constituante de la structure profonde :

1 2 3 4 5 6 7 8
Ci-dessous l'arbre d'une teile structure.
Puisque ce n'est pas la syntaxe de toute une phrase qui nous intoresse,
mais seulement les transformations qui affectent un certain groupe nomi-
nal et qui engendrent le syntheme, les arbres ne refletent, le plus souvent,
que la structure des Constituante du syntheme et non celle d'une phrase
complete. Voilä, la constitution d'un arbre de phrase complete :l6

GAdv

Dans nos arbres nous n'avons pas fait figurer les Constituante qui ne
participent pas, ä proprement parier, a la nominalisation qui nous into-
resse. Nous procisons d'ailleurs que le GN qui subit les transformations
peut etre sujet (domino directement par le symbole Noyau), ob jet direct
13
A. Ferres, Los vencidos.
14
Dans la revue Carta de Venezuela, num6raux parus en 1971.
16
C'est un americanisme pris ä N. Filipovici, Perez, Dicfionar.
16
Pour rtdiger ce chapitre nous nous sommes guidee sur la mothodologie exposie par
N. Chomsky in Syntactic Structures, The Hague, 1957, et, surtout, in Aspects of a Theory of
Syntax, Cambridge, Massachusetts, 1965; cf. encore E. Vasiliu, S. Golopen^ia-Eretescu,
Sinlaxa, Bucuresti, 1969 ; M. Manoliu Manea, Gramalica comparala a limbilor romanice, Bucu-
resti, 1971 (243 — 280). Nous signalons comme interessante les Schemas de Serena Ambroso,
« I nomi compost! in italiano : basi sintattiche », in La Grammatica. La Lessicologia, SLI, Roma,
1969, 97 — 98. Cependant, comme les commentaires et les justifications manquent — les struc-
tures profondes et celles de surface ne sont pas accompagnees de transformations qui se produi-
sent — nous n'avons pu confronter que partiellement ces Schemas ä ceux dresses par nous.
Nous avons utilisi bien moins l'ouvrage de Norma Costabile, Le slrutture delta lingua ilaliana,
Bologna, 1967, puisqu'il est oriento sur le premier ouvrage de N. Chomsky.
SYNfHEMES-NOMS 121

(domine par le groupe verbal) ou objet indirect (sans preposition). Comme ce


groupe nominal est susceptible d'apparaitre ä plusieurs endroits de l'arbre,
nous avons eto obliges d'effectuer la simplification dont nous parlions.
Voilä les arbres des structures de Constituante des synthemes ci-dessus :

GPred
V N3
film e documento film

Nous avons encore opero quelques simplifications dans la relative


dominee par le symbole Dot (la relative est, eile aussi, un complement du
nominal)17. Nous ne ferons figurer les symboles AdvP et Noyau que lorsque
leur presence sera absolument necessaire afin de ne pas compliquer 1'arbre.
C'est le symbole Nmz qui doclenche les transformations. II apparaitra
obligatoirement, dans toutes les structures de Constituante d'un syntheme.
Voilä l'arbre de l'exemple pris ä l'espagnol:

2)
Nmz

la que la mama
J
es seilora mama
17
Cf. M. Manoliu Manea, « L a transformation relative en routnain et en espagnol»
(Article inidit). Pour la prosence d'une relative voir par exemple Jean Dubois, «La dirivation
en linguistique transformationnelle », in Travaux de linguislique et de literature, VI (1968), 1,
37 qui pense que « l a plupart des cas de composition peuvent se ramener ä des relativisations »,
122 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

La presence d'une relative dans la structure profonde exige 1'applica-


tion des regies propres ä cette proposition, c'est-a-dire une premiere trans-
formation, remission du terme 6 (N2) puisque, au point de vue reference,
il est identique au constituant 3 (N^. Done: ^ ^.
1 2 3 4 5 6 7 8
T x (rel)=> 1 2 3 4 0 0 7 8
it. il film ehe e documento
espg. la mama que es senora
Vient ensuite la transformation attributive — omission des Consti-
tuante rel (4) et de la copule (7):
1 2 3 4 7 8
T2(attrib)H>l 2 3 0 0 8
it. il film documento
espg. la mama senora
La derniere transformation est la nominalisation proprement dite;
dans le cas des synth^mes de cette classe le suffixe de la nominalisation est
0 (z6ro). Une regle morphophonomique impose la presence du trait
d'union.
1 2 3 8
T3(hmz) => 0 2 3 8
Par application de cette derniere regle on obtient:
it. il film - documento
espg. la mama - senora
Les synthemes de cette sous-classe, particulierement nombreux, consti-
tuent des series ouvertes ainsi qu'en tomoignent les analyses statistiques.
Dans un seul volume (en roumain)18, sur un total de 591 synthemes, 113
appartiennent ä cette sous-classe, ce qui represente 19,12%. A lui seul,
le constituant funtfie (fonction) — comme second terme du syntheme —
participe ä 7 formations dont certaines tout a fait nouvelles :
roum. elemente-func^ii
cadä-funcfie
lavoar-funcfte
sertare-funcßi
buton-funcfie
firidä-funcfie 19
18
E. Oproiu, Un idol.
19
Ces synthfcmes appartiennent au groupe qui tend vers les thrives (cf. Chap. II, § 2.4).
Le mode de goneration est le meme que celui des synthemes analyses ci-dessus.
SYNTHEMES-NOMS 123

Nous aliens considorer maintenant les sous-classes dont la generation


ressemble ä celle des synthemes ci-dessus; nous n'observerons done pas
l'ordre des classes que nous avons suivi au chapitre procodent, mais nous
ne manquerons pas d'indiquer, chaque fois, le paragraphe relatif aux
synthemes respectifs.
2.1.2. Cette sous-classe comprend les synthemes dont le constituant
nominal de la relative est domino, a travers un groupe nominal, par un
groupe prepositionnel. Les exemples romans sont assez peu nombreux :
roum. marina-sport
it. stile sport
stile autunno 20
fr. parc-autos21
espg. cafetera-expres22
La structure profonde d'un syntheme appartenant ä cette classe est:
fr. le pare qui le pare est pour les autos
Nmz A D 1 A N 1 A rel A D 8 A li 2 A V A Prop A D, A li e
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Voilä maintenaat son arbre:

Nmz

le qui le pare est pour les autos pare

20
Recueillis dans Not Donne.
!1
Cf. C. Rohrer, Wortzusammensetzung.
22
Dans A. Ferres, Los vencidos.
124 STRUCTURE PHOFONDE ET TRANSFORMATIONS

Etant donno que Nx a une reference identique ä N2 ( ^ ^), ce


dernier pent etre omis :
1 2 3 4 5 6 789 10
1 2 3 4 0 0 7 8 9 10
fr. le pare qui est pour les autos

On applique ensuite la transformation attributive, qui omet le re-


latif et le verbe sum (etre) :
1 2 3 4 7 8 9 10
T2(attrib)=>l 2 3 0 0 8 9 10
fr. le pare pour les autos

La nominalisation (toujours ä suffixe 0) se produit par suppression


de la proposition qui exige, a son tour, l'omission du constituant 9 (D3) :
1 2 3 8 9 10
T 3 (nmz)=>0 2 3 0 0 10
fr. le pare autos

Tons les synthemes romans qui relevent de cette sous-classe suivent


le meme ordre des transformations ; daps certains cas ils se passent d'une
regie morphophonique qui indique la graphie a trait d'union, par exemple
espg. cafetera-expres :
it. stile autunno

Plusieurs propositions sont susceptibles d'apparaitre, en francais,


entre les deux Elements nominaux, d'apres M. Grieve- Schumacher 23 :
de, , contre, par. Quant a nous, la oil 1'on suppose l'existence de la
proposition de il s'agirait plutöt d'une structure comprenant en r
Couverture laine ne suppose pas couverture de laine, mais
couverture en laine; cf. refrigorateur en metal

A son tour Anne Granville Hatcher 24 tente une Elucidation de quel-


ques composes par une phrase (naturellement, il n'y est pas question d'une

23
Die Nominalkomposition im Französischen, Winterthur, 1960, 25.
" Le type, 216.
SYNTHEMES-NOMS 125

generation proprement dite) qui ressemble fort ä la structure profonde


que nous avons proposoe. Par exemple :
fr. timbre-poste

qui appartient, selon cet auteur, au type compositionnel A de B (Le


type, 217), proviendrait de timbre de poste. Nous y ajouterions la Variante
timbre pour la poste. De toutes fagons, il s'agit d'une proposition qui
n'apparait pas dans la structure de surface. Anne Granville Hatcher
pense d'ailleurs qu'en raison du grand nombre de constructions dans
lesquelles de se trouve en variation libre avec a, on a du renoncer comple-
tement ä I'elomeDt prepositionnel : « II n'est guere otonnant que, dans les
categories d'A a B, on ait fini par trancher le nreud gordien en omettant
la proposition, plutöt que d'avoir ä choisir entre deux (ou trois) possibili-
tos » (Le type, 219).

2.1.3. Cette sous-classe rounit les synthemes dont la structure profonde


comprend un element nominal domino par un GN et une relative ä un
verbe du type roum. a avea 'avoir', it. avere, espg. tener :
roum. radiojurnal
it. fondovalle
fr. programme-radio
espg. casatienda

Ces exemples memes laissent voir que ce procode" appartient tant au


fonds ancien (voir les synthemes Italiens et espagnols) qu'au fonds lexical
tres rocent (voir les exemples du roumain et du franc,ais). Toutefois 1'ita-
lien et 1'espagnol possedent, eux aussi de nouveaux synthemes ainsi gon£-
re"s tout comme, ä leur tour, le roumain et le francais en possedent de moins
regents.
La structure profonde de tels synthemes est (nous allons en analyser
deux exemples qui suffiront ä faire ressortir l'identito des regies de g&i6-
ration) :
1. fr. un programme qui la radio a un programme
2. espg. una tienda que la casa tiene una tienda
Les relatives de ce type comprennent un symbole Pos qui doclenche la
premiere transformation. Les Constituante sont :

2 3 4 5 6 7 8 91 0
126 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

En voici les arbres :

NmT Df
Pre"de"t Pos
Kel possessif
rel *P

un qui la radio a un programme programme

Puisqu'il s'agit d'une possession alienable, le symbole Pos domine


une relative et le possessif proprement dit. Pour une possession inalienable,
le symbole Pos domine tout simplement un nominal accompagno de
son determinant 25. C'est ce symbole qui doclenche la premiere transfor-
mation — Sum pro habeo — qui substitue le verbe esse au verbe habere
(avec ses variantes romanes, variantes au niveau de la signification) ;
cette substitution exige. la permutation des constituants nominaux de la
relative et, par application de certaines regies morphophonomiques spe"-
cifiques ä chaque langue, la re^criture du symbole D2 comme de la :
1 2 3 4 5 6 78 9 10
Tj (Sum pro habeo) => 1 2 3 0 5 9 10 8sum 6 7
fr. un programme qui un programme est de la radio
espg. una tienda que una tienda es de la casa
C'est ainsi qu'on obtient une relative du type de celles cities au para-
graphe procMent. Grace ä l'identito roforentielle de et N3, ce dernier
sera omis :
1 2 3 5 9 10 8 sum 6 7
T2 (rel) => 1 2 3 5 0 0 8 sum 6 7
fr. un programme qui est de la radio
espg. una tienda que es de la casa

26
Cf. M. Manoliu Manea, Transformarea relativa.
SYNTHfiMES-NOMS 127

On applique ensuite la transformation attributive par laquelle sont


onus le constituant relatif et la copule :
1 2 3 5 8 s u m6 7
T3(attrib)=> 1 2 3 0 0 6 7
fr. un programme de la radio
espg. una tienda de la casa
La derniere transformation est la nominalisation proprement dite
(ogalement a suffixe 0); 1'espagnol permute les deux constituants nomi-
naux (3 et 7) ce qui entralne l'omission du constituant 6 (espg. de la):
1 2 3 6 7
T4 (nmz) => 0 2 6 0 3
espg. la casa tienda
Une regie morphophonomique indique la re^criture en une seule unite"
graphique des constituants :
la casatienda
En francais, la nominalisation n'exige plus la permutation des consti-
tuants, mais seulement l'omission du constituant 6 (de la) :
1 2 3 6 7
T^ (nmz) => 0 2 3 0 7
fr. le programme radio
Une regie morphophon^mique indiquera la graphie avec trait d'union
du syntheme :
fr. le programme-radio
Le roumain, qui possede des marques spocifiques pour la flexion ca-
suelle, ajoute d'autres regies morphophonotiques. Ainsi, par exemple,
pour pouvoir convertir la structure profonde du syntheme roum. radio-
jurnal, en ce syntheme qu'on emploie dans une chaine parlee du roumain,
il faut ro6crire le symbole :
E -> relAflex
et le symbole Nominal ->· N A Flex. Le symbole Flex « symbolise la totalito
des categories connectives morphomiques caracteristiques des themes
respectifs »26. La structure profonde sera :
roum. un jurnal care — ul radio are un jurnal

29
M. Manoliu Manea, Gramatica, 263.
128 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

cette fois-ci les Constituante sont:


Nmz A D 1 A N l A Pos A rel A flex A D 2 A N 2 A Flex A V A D 3 A N 3
1 2 3 4 5 678 9 10 11 12
Done :

D2 Nominal2

tin care -ul radio gen numar caz are un jurnal jurnal

Par application de la transformation sum pro habeo on obtiendra :


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
T x (sum pro habeo)=> 1 2 3 0 5 6 11 12 10 sum 7 8 9
Par cette permutation, 7 sera reocrit comme αϊ, et Flex, comme -ului :
roum. un jurnal care un jurnal este al radio-ului
En appliquant la transformation relative, on peut omettre le ternie
12 (N3) en raison de son identito roforentielle avec Nj (Nl ^ N3) :
1 2 3 5 6 11 12 10 sum 7 8 9
Ta (rel) => 1 2 3 5 600 10 sum 7 8 9
roum. un jurnal care este al radio-ului
La transformation attributive omet l'olement relatif et le verbe sum :
1 2 3 5 6 10 sum 7 8 9
T3 (attrib) => 1 2 3 0 0 0 7 8 9
roum. un jurnal al radio-ului
SYNTH£MES-NOMS 129

La nominalisation (suffixe 0) s'effectue par permutation des deux


Constituante nominaux (N1 et N a ) qui demandent l'omission des Consti-
tuante 7 et 9 :
1 2 3 7 8 9
T 4 (nmz) => 0 2 8 0 3 0
roum. un radiojurnal
On indiquera ensuite 1'orthographe en un seul mot des deux consti-
tuants. En roumain il se produit done la meme permutation qu'en espa-
gnol. L'orthographe de certains autres synthemes comporte un trait
d'union; voir program-radio.
Les trois premieres transformations, ä savoir sum pro habeo, la trans-
lormation relative et attributive sont obligatoires pour tous les synthemes
des quatre langues appartenant a cette classe; la derniere est facultative
et les regies morphophonotiques ne different pas seulement d'une langue
ä 1'autre, mais aussi d'un syntheme a 1'autre, dans les limites de la mßme
langue.
2.1.4. Cette sous-classe rounit les synthemes du type :
roum. activitate-popmdau
fr. nceud-papillon27
dont la structure de Constituante sera par exemple :
fr. le no3ud qui le nceud est comme est le papillon
Nmz A D, N 1 A rel A D 2 A N a A V 1 A Comp A V 2 A I) 3 A N 3
1 2 3 4 5 6 " ? 8 9 1 0 1 1

le qui le nceud est comme le papillon est nceud


27
L'exemple roumain est relevo dans M. II. Simionescu, Ingeniosul, et celui fran^ais est
pris ä C. Rohrer, Wortzusammensetzung.

9 - . 55
130 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

Nous avons introduit le Symbole Comp qui indique la comparaison


(d'egalito) de la relative. Entre Pj et P2 s'etablit, en somme, un rapport
de coordination, et

Cela rend possible, dans le cadre d'une premiere transformation,


l'omission de la copule (9) :
1 2 3 4 5 6 7 89 10 11
T^omis) = > 1 2 3 4 5 6 7 8 0 1 0 1 1
fr. le nceud qui le nceud est comme le papillon
Puisqu'entre Nj et N2 il y a identito referentielle (Nt = N a ) le dernier
pent etre omis :
1 2 3 4 5 6 7 8 10 11
T2 (rel) => 1 2 3 4 0 0 7 8 10 11
fr. le nceud qui est comme le papillon
Par une transformation attributive on omet la copule (7) et le symbole
du relatif (4) :
1 2 3 4 7 8 10 11
T3 (attrib)=>l 2 3 0 0 8 10 11
fr. le ncend comme le papillon
La nominalisation ( Suffixe 0) se produit par omission du constituant
8 (Comp) qui entraine la suppression du constituant 10 (D3), remplac^e
par un trait d'union (au niveau morphophonomique) :
1 2 3 8 10 11
T4 (nmz) => 0 2 3 0 0 11
fr. le nceud-papillon
2.1.5. Signalons encore ces synthemes dont le premier constituant
est, a son tour, le rosultat d'une nominalisation. C'est le cas de :
fr. descente-dames
dont la structure profonde est :
fr. les dames descendent
Les Constituante en seront : N mz A D Λ ΝA aux A Verbe
1 2 3 4 5
A I'mtorieur du groupe verbal nous avons soparo le verbe de 1'aux
par lequel nous avons symbolist les categories connectives morphomiques
SYNTHEMES-NOMS 131

caractoristiques des themes verbaux (comme nous l'avons dejä fait pour
les noms roumains, § 2.1.3.). Voici 1'arbre :

verbe
les dames descendent

Par suite de la nominalisation le symbole aux est re^crit comme 0 et,


pour la premiere fois dans le cadre des synthemes examines, apparait
-ente, suffixe de la nominalisation :
1 2 3 4 5
T^nmz) = > -ente 2 3 0 5
La sequence est ordonne"e par une regle de permutation : le consti-
tuant 5 est ramene" en tete de la structure :
-ente 3
T 2 (perm)=> -ente 9,

Une nouvelle regle de permutation fait passer le constituant 2 avant le


constituant 5 :
5 -ente 2 3
T3(perm) => 2 5 -ente 3
fr. les descente-dames
On a indiquo par une regie morphophon&nique la contraction du consti-
tuant 5 avec -ente. Une autre indiquera la possibility de roocrire le
symbole D (2) tant comme la que comme les (le syntheme neutralise
l'opposition de nombre) et la reecriture avec trait d'union du syntheme :
fr. laßes descente-dames
Le nom — dames — possede les traits somantiques [+ Animo], [+Hu-
main], [+ Feminin]; 1'adjunction du determinant — descente — entraine
un transfert semantique (voir chap. II, § 6.5.2.) qui pourvoira le syntheme
des traits semantiques suivantes : [— Animo], [4- Conceptuel].
Le syntheme roumain correspondant: coborire-femei est le r^sultat
des memes transformations, ä cette observation pres que le suffixe de la
nominalisation est caractoristique de l'infinitif auquel il confere une valeur
132 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

nominale. De tels termes sont ä chercher surtout dans le langage sportif:


säriturä-femei (la trambulinä) 'saut-femmes (tremplin)', alergari barbaft
'course-hommes', etc. A notre avis la structure profonde du syntheme
descente-dames (de 1'oquivalent roumain aussi) peut etre encore : la de-
scente qui les dames ont la descente (Chap. IV, § 2.1.3) ce qui suppose
une nominalisation anterieure a la composition (descunte de descendre).
2.1.6. La derniere sous-classe de synthemes constitute de N A N com-
prend le type:
fr. provention-incendie dont la structure profonde sera :
fr. -3 previent Vincendie
ou X est le Symbole d'un groupe nominal. Les Constituante sont:
XANmzAVAauxADAN
1 2 3 4 5 6
et l'arbre de la structure :

D
I I
provient V incendie

Par la transformation de nominalisation on omettra le symbole aux


(4) et on fera apparaitre le suffixe -tion (de la nominalisation):
1 2 3 4 5 6
Tx (nmz) => 1 -tion 3 0 5 6
Par une r£gle de permutation le suffixe -tion sera place" apr£s le verbe
(3) tout en exigeant l'omission du terme 5 (D) :
1 -tion 3 5 6
T2(perm) =) 1 3 -tion 0 6
Une regie morphophonomique indiquera la reocriture en une seule
unite" graphique des termes 3 et 2 (-tion):
fr. provention-incendie
SYNTHEMES-NOMS 133

2.2. N A Prep A N (Chap. Ill, § 3.4). Tres nombreux, les synthemes


de cette classe constituent une catogorie ouverte qui ne cesse de s'enrichir
dans toutes les langues romanes otudiees :
roum. cheie de contact
societate de consum
it. lotta di classe
stato d'animo
camicia da notte
fr. cas de conscience
coup de telephone
espg. mesa de operaciones
coche de linea
La structure profonde est convertie en syntheme par application de
regies tres proches (sauf la derniere) de celles que nous avons doja emplo-
y6es pour les synthemes du type parc-autos :
it. la camicia ehe la camicia e da notte

1 2 3 4 5 6 7 8 9
L'arbre de cette structure est :

la ehe la camicia e da notte camicia

Par ordre d'application les transformations seront:


1) suppression de N2, pour son identito referentielle avec 2^!;
2) attributivation, par omission du Symbole relatif et du verbe;
134 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

3) nominalisation ä suffixe ze>o.


1 2 3 4 5 6 7 8 9
Tjfrel)-) 1 2 3 4 0 0 7 8 9
it. la camicia ehe e da nolle
1 2 3 4 7 8 9
T2(attrib) = > 1 2 3 0 0 8 9
it. la camicia da nolle
1 2 3 8 9
T3(nmz) = > 0 2 3 8 9
Cette classe comprend encore des synthemes dont le constituant,
procodo de la proposition, est lui-meme le resultat d'une nominalisation :
roum. masinä de cusut
marina de scris
it. catena di montaggio
fr. ligne de maquillage
espg. pista de aterrieage
C'est la encore un type de synthemes tres frequent dans les langues
romanes actuelles.

2.3. N A A, . (Chap. Ill, § 3.5). En pr&sentant cette classe


nous faisions remarquer la possibilite de reecrire le Symbole A de plusieurs
manieres : Aqual, Apart.
2.3.1. N A A q u a l :
roum. piafa comuna
it. pezzo grosso
fr. brassard rouge
espg. onda nueva
Dans ce cas encore, l'un des Constituante peut etre, ä son tour, le r£-
sultat d'une nominalisation ou de l'adjectivation :
espg. guarderia infantil
possede un nom obtenu au moyen d'un suffixe ; il arrive aussi que le
syntheme possede un adjectif obtenu au moyen d'un suffixe :
espg. vehiculo estelar
La structure profonde d'un syntheme appartenant ä cette classe est :
fr. le brassard qui le brassard est rouge

2 3 4 5 6 7 8
SYNTHEMES-NOMS 135

L'arbre de cette structure sera :

le qui le brassard brassard

Les regies de conversion de la structure profonde en syntheme seront


respectivement: 1) omission du constituant N\; 2) attributivation par
suppression du Symbole rel et de la copule; 3) nominalisation a suffixe 0
et changement de certaines marques somantiques. Done :
1 2 3 4 5 6 7 8
Τ!(ΓΘΙ)=> 1 2 3 4 0 0 7 8
fr. le brassard qui est rouge
1 2 3 4 7 8
T 2 (attrib) = > 1 2 3 0 0 8
fr. le brassard rouge
Tant que 1'on ne fait pas intervenir la nominalisation I'eloment deter-
minant du groupe syntaxique libre possede les traits semantiques:
( — Animo), (+ Ob jet).
1 2 3 8
T 3 (nmz) ·=> 0 2 3 8
fr. le brassard rouge
Le syntheme acquiert les traits somantiques (+ Αηίιηέ), (+ Humain),
par le transfert somantique qui suppose une metaphore (Chap. Ill,
§ 6.5.2).
2.3.2. A qual A N. (Chap. Ill, § 3.5.4).
roum. scurt-metraj
it. alta moda
fr. nouvelle vague
espg. largometraje
136 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

Les regies de transformation sont les memes que dans le cas proce-
dent. On y ajoute une derniere regle specifique et c'est pourquoi nous
allons invoquer un syntheme Italien :
it. la moda ehe la moda e alia
Nous procisons que l'adjectif de cette structure possede le trait
(+ Abstrait) et non celui de (— Abstrait) que 1'on retrouve dans des
chaines telles : it. mio fratello e alto. Les constituants de la structure
profonde seront:

2 3 4 5 6 7 8
En voici 1'arbre :
GIT

la ehe la moda moda


Les transformations de conversion de cette structure seront:
1 2 3 4 5 6 7 8
T^rel) = > 1 2 3 4 0 0 7 8 puisque Nj = N2
it. la moda ehe e alia
1 2 3 4 7 8
Ta(attrib) = > 1 2 3 0 0 8
it. la moda alta
La nominalisation (a suffixe se produit avec la permutation des
constituants 3 et 8 :
1 2 3 8
T3(nmz) => 0 2 8 3
Une regie morphophonomique indiquera la roocriture de Dj (la)
comme V :
it. Valta moda
SYNTHfcMES-NOMS 137

2.4. N A PartPres (Chap. Ill, § 3.6). Les synthemes ainsi consti-


tute fonctionnent dans la chaine partee de la meme maniere que ceux
formes de N A N :
it. luogotenente
espg. lugarteniente
ou comme les synthemes constitues de N A A :
fr. soucoupe volante
seulement, les transformations ainsi que la structure profonde sontdiffo-
rentes :
2.4.1. Les synthemes du francais (nous y ajouterons, entre autres,
poisson-volant, arc-rampant) partent de la structure profonde suivante :
fr. la soucoupe qui la soucoupe vole
ayant pour Constituante :
Nmz A Dt relA D ' aux A Verbe
1 2 3 4 5 6 7 8
et comme arbre :

r<31 *P Φ
GN„ GPred

li N, aux
1Λ q !ti ία soucoupe vole soucoupe
^ N2 la
Puisque Nx = la pr<
premiere transformation sera la relative :
1 2 3 4 5 6 7 8
1 2 3 4 0 0 7 8
fr. la soucoupe qui vole
La transformation suivante, attributive, exige remission des symboles
rel et aux ainsi qu'un suffixe spocifique :
1 2 3 4 7 8
T2(attrib) = > -ante 2 3 0 0 8
fr. -ante la soucoupe vole
138 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

La nominalisation se produit par permutation du constituant l :


-ante 2 3 8
T3(rep) = > 2 3 8 -ante
fr. la soucoupe vole-ante
Par une regie morphophonomique on indiquera une seule unite graphi-
que pour les Constituante 8 et 1 (-ante) (avec reduction d'un e) :
fr. la soucoupe volante
2.4.2. Les synthemes Italiens et espagnols ont une autre structure
profonde :
it. X tiene il luogo di T28
La structure des constituants est:
Nmz A X A aux A Verbe A D A N A Prep A Y
1 2 3 4 5 6 7 8

Umz

luogo
La nominalisation fait disparaitre le Symbole aux et introduit le
Suffixe -ente :
1 2 3 4 5 6 7 8
T^nmz) = > -ente 2 0 4 5 6 7 8
it. -ente X tien(e) il luogo di Ύ
Vient ensuite la permutation du constituant 1 apres le constituant 4 :
-ente 2 4 5 6 7 8
T2(perm) = > 2 4 -ente 5 6 7 8
Une seconde permutation fait passer le constituant 6 avant le consti-
tuant 4 :
2 4 -ente 5 6 7 8
T3(perm) => 2 5 6 4 -ente 7 8

28
Par X nous avons signifio le groupe nominal domino par P (le sujet done), par V — le
groupe nominal introduit par la proposition.
SYNTHfiMES-NOMS 139

Une regle morphophonemique indiquera la contraction du constituant


4 avec -ente :
it. -3Γ il luogotenente di Ύ
Le syntheme sera caractorise par les traits somantiques (+ Αηίηιέ),
( + Humain) que doit possoder, a son tour, le groupe nominal que nous
avons symboliso par X.
2.5. N A Prep A Inf. Bien que, dans la langue parloe, le symbole Inf
agisse en element nominal, la structure profonde d'un syntheme de ce
type sera diffe"rente (Chap. Ill, § 3.7). Exemples :
roum. punct de fierbere
it. macchina da cucire
fr. fer a repasser
espg. maquina de coser
La structure profonde d'un tel syntheme comportera, en tant que
groupe nominal (domino par le symbole P, done sujet) un constituant
re^crit comme ( + Indofini) :
fr. on repasse avec le fer
Nmz A Ind A aux A V A Prep A D A N
1 2 3 4 5 6 7
L'arbre de cette structure sera :

Nmz

on repasse avec le
La nominalisation doclenchoe par le symbole Nmz (domine par P)
se produit par omission du symbole aux ( > 0), qui reclame implicitement
la re^criture comme 0 du symbole (+ Ind) et par apparition du symbole
Inf (comme terme de la nominalisation) qui reclame la reecriture du
symbole Prop non comme avec, mais comme ά :
1 2 3 4 5 6 7
T^nmz) => Inf 0 0 4 a 6 7
(Inf repasse a le fer}
140 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

On fera suivre trois regies de permutation des termes, par ordre : du


Symbole ä (Prop), du verbe (V) et du Symbole Inf :
Inf 4 ä 6 7
Tz(perm) => Inf 4 6 7 ä
Inf 4 6 7 ä
T3(perm) => Inf 6 7 a 4
Inf 6 7 ä 4
T4(perm) => 6 7 ä 4 Inf
(Fr. le fer a repasse Inf)

Une regle morphophone'mique indiquera une seule unite" graphique


pour les constituants 4 et Inf:
fr. le fer a repasser

2.6. V A N. Nous faisions remarquer sous § 3.10 du chapitre


dent que les synthemes constitute d'un verbe et d'un nom (dans la struc-
ture de surface) ont oto (et le sont toujours) extremement nombreux
dans les langues romanes examinees. Nous en distinguons deux types :
ceux qui possedent dans la structure de constituants un groupe nominal
domino par le groupe prodicatif (done un objet direct); ceux qui pos-
sodent au meme niveau un groupe nominal domino par le noyau (done
un sujet).

2.6.1. Les synthemes dont la structure profonde est constitute d'un


groupe verbal et de son objet nominal peuvent posse"der les traits somanti-
ques (+ Anime"), (+ Humain) :
roum. zgirie-brinzd
papa-lapte
it. tagliaborse
guardaboschi
fr. garde-chasse
garde-malade
espg. matasanos
guardabarrera

8
» Cf. A. Giurescu « I composti italiani del tipo verbo-nome, risultati di una trasforma-
zione di frase », in RRL, XIII (1968), 5, 423.
SYNTHEMES-NOMS 141

La plupart de ces synthemes appartiennent au fonds lexical plus ancien


de la langue; quant aux nouvelles formations, la majorite" possedent le
trait somantique (— Animo), (+ Ob jet);
roum. sparge-val,
sparge-gJiea\a 30
it. reggicalze
sturalavandini
spazzatappeti 31
tagliacarte
trinciapaglia
fr. coupe-papier
chauffe-plats
allume-cigare
grille-pain
presse-agrumes 32
espg. tocadiscos
portalampara
pisapapeles
cuentagotas
Quel que soit leur trait somantique ces synthemes se roclament de la
meme structure profonde. Ainsi, le sy nth erne fr. (le) coupe-papier a la
structure :
fr. X coupe le papier
Nous avons signifio par X le groupe nominal (sujet). Done:
NmzAXAauxAVADAN
1 2 3 6
L'arbre de la structure sera :

30
Les exemples sont pris dans F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, 104.
31
Les exemples sont pris dans Noi Donne.
Si
Les exemples sont pris dans la collection de la revue Jours de France, 1971.
142 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

Par une premiere transformation on omet le constituant 3:


1 2 3 4 5 6
T^omis) = > 1 2 0 4 5 6
La nominalisation ( suffixe ze*ro) se produira par la permutation des
termes 5 et 4 et par la disparition du terme 2 ( X ) :
1 2 4 5 6
T a (nmz) => 0 0 5 4 6
fr. le coupe-papier
Par une regie morpho phone" mique on indiquera le trait d'union : le
coupe-papier 33
2.6.2. Un nombre extremement re"duit de synthemes possedent une
structure profonde constitute d'un verbe procode" du groupe nominal
sujet. Les synthemes de ce type sont caractorise"s par le trait somantique
(+ Abstrait), implicitement (— Animo), (— Humain), (— Ob jet) :
it. tremacuore
dont la structure profonde est :
it. il cuore trema
avec les Constituante :
D Λ Ν Α auxΛ V
1 2 3 4 5
L'arbre de la structure :

verbe
cuore trema
Par omission du Symbole aux on obtient:
1 2 3 4 5
T^omis) = > 1 2 3 0 5
33
Los synthfemes dc ce typo sont differemment generis par C. Rohrer, Wortzusammenset-
zung, p. 36. L'auteur considere qu'une structure teile :
Monsieur Unlel garde le magasin devient
Monsieur Unlel est le gardien du magasin
par adjonction d'un suffixe, qui, son tour devient 0 et permet ['apparition du synthfeme
garde-magasin. Nous ne pensons pas que 1'itape suffix6e soit justifiee; l'apparition du suffixe
ziro pout se produire dfes que les oltMiienls de flexion symbolisms par aux disparaissent.
SYNTHfiMEB-ADJECTIFS 143

La nominalisation (ä suffixe 0) se produira par repositionnement des


termes et 3 :
1 2 3 5
T2(nmz) = > 0 2 5 3
it. il trema cuore
Une regie morphophone'mique indiquera une seule unite" graphique
pour les deux constituants: il tremacuore.
Si pour les synthemes de la sous-classe procodente la derniere transfor-
mation otait la permutation du verbe et du determinant nominal (qui,
en s'eloignant ainsi du determine" finit par determiner le syntheme tout
entier), dans le cas des synthemes comme tremacuore le repositionne-
ment s'opere entre un verbe et l'oloment nominal (le doterminant gar-
dant sa place). Dans les deux cas pourtant, le symbole aux disparait
et le verbe change de place dans la chaine des symboles.
Toutes les autres classes mentionnoes au chapitre procodent (ayant
Statut de noms) ne pre" sen tent pas le meme in tore t du point de vue
ge"ne"ratif, soit qu'il s'agisse de formations anciennes qui ne sont plus
produktives, soit que le modele des formations tres nouvelles n'ait pas
encore e"te" ropandu. Par exemple, le syntheme it. fuori serie (Pre"p A N),
tres utilise", ayant le sens de 'voiture de luxe' (commande spe"ciale) a
servi comme modele pour 12 noms et un adjectif : fuori classe Objet d'une
qualito exceptionnelle' et fuori moda (adj) Objet hors de mode', etc. Nous
pensons pourtant que I'apparition, en Italien, de ces synthemes n'est pas
suffisamment significative pour nous permettre de conclure sur la pro-
ductivito du procode".

3.0. Synthemes-adjeclifs

Cette fois encore nous ne conside'rerons que les synthemes dont le


procode" de composition est toujours productif.

3.1. A A A (Chap. Ill, § 5.4). Les synthemes qui ressortissent ä cette


classe sont extremement nombreux, aussi bien stables qu'occasionnels34,
tant populaires que littoraires.
Exemples :
roum. (scop) educativ-stiinpific
(spa^iu) functional-scenic
34
F. Dimitrescu, «Tendances dans la formation des mots enroumain litteraire actuel«,
in Ades du Xe Congris des Linguistes, p. 593, les appelle « ophomeres » et « durables ».
144 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

(lumind ) auriu-verzuie ,
(coji) verde-g lbui 35
it. (mentalita) burocratico-perbenista
(romanzo ) brillante-satirico
(pellicola ) comico-sentimentale 3β
fr. (formules) hfrolco-galantes 37
(vivacite) orientalo-fragonarde 38
espg. (relaciones ) colombo-venezolanas
(obras) medico - asistenciales
(manchas) blanco-rosadas 39
La structure profonde d'un syntheme adjectival de ce type est :
espg. la mancha que la mancha es blanca y la mancha es
rosada

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Puisqu'il s'agit de la coordination de deux relatives, le Symbole P
domino par Eel sera re^crit :
P->P 1 A Conj A P 2
Voici l'arbre de la structure :

Pred^t

la flue la mancha es blanca Υ la manch a es rosada mancha


35
A l'exception du premier synthfeme relevo dans la presse, les autres ont έΐέ pris dan
le livre de Geta Br tescu, De la Venefia la Venefia, Bucuresti, 1970.
39
Pris dans la revue Noi Donne.
37
P. Daninos, Les cornets.
38
G. Rohrer, Wortzusammensetzung,
39
Pris dans Carta de Venezuela.
*° Par Adj nous avons symboliso l'adjectivation de la relative.
SYNTHfiMES-ADJECTIFS 145

Puisque N3 = N2 le dernier peut etre omis :


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
T^rel) = > 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 0 12 13
espg. la mancha que la mancha es blanca y es rosada
Par omission de la copule (12) on obtient:
1 2 3 4 5 6 7 8 9 12 13
Ta(omis) => 1 2 3 4 5 6 7 8 9 013
espg. la mancha que la mancha es blanca y rosada
En vertu de l'identito referentielle de Nx et de N2 ce dernier peut
£tre omis :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 13
T3(rel)N => 1 2 3 4 0 0 7 8 9 13
espg. la mancha que es blanca y rosada
Par attributivation on omet la copule et le Symbole rel:
1 2 3 4 7 8 9 13
T4(attrib) = > 1 2 3 0 0 8 9 1 3
esp. la mancha blanca y rosada
L'adjectivation (a Suffixe 0) se produit par suppression du Symbole
de la coordination (y) :
l 2 3 8 9 13
T6(adj) => 0 2 3 8 0 13
espg. la mancha blanca rosada
TJne regle morphophone'mique introduira le trait d'union entre les
Constituante du syntheme et la roocriture du Symbole Ax (blanca) comnie
A! (bianco) :
espg. la mancha blanco-rosada

3.2. V A N. Sur le modele des synthemes-noms forme's de ces Consti-


tuante on retrouve quelques synthemes-adjectifs, bien moins nombreux.
Le roumain meme n'en possede pas du tout (Chap. Ill, § 5.5):
it. (nave) guardacoste
fr. (fregate) lance-engins
espg. (buque) portaminas
10 - c. 56
146 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

Voici, par exemple, la structure du syntheme italien


it. la nave guarda le coste
D 1 A N 1 A Adj A aux A V A D a A :N 8
1 2 3 4 5 6 7
L'arbre de eette structure sera :

I
la nave guarda le coste

Par omission du Symbole aux on obtient :


1 2 3 4 5 6 7
^ 1 2 3 0 5 6 7
L'adjectivation se produit par omission du constituant 6 (le) (et h,
suffixe 0) :
1 2 3 5 6 7
T 2 (adj)=> 1 2 0 5 0 7
it. la nave guarda coste
Une regie morphophon^mique indiquera une seule unito graphique
pour les deux constituants (5 et 7) :
it. la nave guardacoste

3.3. AdvAA. (Chap. Ill, §5.10). Les synthemes composes de ces


deux constituants se retrouvent dans toutes les langues romanes (certains
appartiennent a des paradigmes verbaux, d'autres sont simplement adjec-
tifs). Nous ferons remarquer la re^criture du Symbole Ad v :
Adv => roum. bine, räu
it. ben(e), mal(e)
fr. bien, mal
espg. bien, mal
Le symbole A est, lui aussi, re^crit dans la plupart des cas:
A ->· 4Lpart
Xi f ÖL,
SYNTHEMES-ADJECTIFS 147

Exemples :
roum. binecunoscut
it. malaccolto
fr. bienvenu
espg. malcriado
La structure profonde d'un tel syntheme sera :
it. il bambino ehe il bambino e accolto male
D/N/ΓθΓ Adj A D 2 A N 2 A V A A partA Adv
1 2 3 4 5 6 7 8 9
En voici maintenant 1'arbre qui se distingue de tous ceux dressos
jusqu'ici pour divers synthemes, puisqu'il possede un groupe adverbial
doming par le groupe predicatif de la relative:

GPred
GV GAdv
V A part Adv
il ehe il bambino e accolto male bambino

Puisque N2 = Nj, N2 peut etre omis :


1 2 3 4 5 6 7 8 9
T^rel)^ 1 2 3 4 0 0 7 8 9
it. il bambino ehe e accolto male
Par la transformation d'attributivation on omet le Symbole rel et la
copule de la relative :
1 2 3 4 7 8 9
T8(attrib) = > 1 2 0 4 0 8 9
it. il bambino accolto male
148 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

L'adjectivation (ä suffixe 0) se produit par permutation des Consti-


tuante 8 et 9 :
1 2 4 8 9
T 3 (adj)=> 1 2 0 9 8
it. il bambino male accolto

Une regie morphophonomique indiquera la contraction des Consti-


tuante 9 et 8; le 9 etant roeOrit comme mal et non comme male :
it. il bambino malaccolto
Cette reecriture du Symbole 9 intervient souvent dans la chaine par-
tee, dans des unites syntaxiques libres; voir, par exemple : e una cosa
ben nota 'c'est une chose bien connue'. Par centre les autres langues
romanes ne requierent pas une teile regle, car il suffit d'indiquer simplement
la contraction des deux Constituante du syntheme.

4.0. Nous allons analyser maintenant les synthemes constitute d'un


adjectif dont le determinant est un nom. Us peuvent fonctionner aussi
bien comme noms que comme adjectifs; tres nombreux et instables (ils
ont uniquement un caractere occasionnel) dans les langues romanes
contemporaines, ils dosignent des couleurs. C'est leur double capacite d'uti-
lisation morphologique — comme centre d'un syntagme nominal (deter-
mine) et comme satellite de celui-ci (determinant) qui leur a valu cet exa-
men a part. Signalons encore d'autres formations ä caractere complexe.
Ainsi, C. Bohrer41 considere que les composes du type formule-choc, ope-
ration-choc possedent, eux aussi, un constituant (le second) qui peut
etre sujet ä une double interpretation. (Nous en avons discute" sopare"-
ment, Chap. II, § 2.4.) Quant aux noms de couleurs, il n'y a pas qu'un
seul constituant qui mette en cause Interpretation grammaticale — c'est
le syntheme tout entier qui fonctionne comme nom et adjectif en meme
temps (dans des contextes naturellement difforents). Dans les langues
romanes actuelles nous en avons releve" beaucoup d'exemples (dans les
ceuvres surtout, de critique littoraire et artistique). C'est encore C. Bohrer
qui, dans l'indice de son ouvrage, fait figurer 38 synthemes (qu'il range
parmi les adjectifs), constituos d'un adjectif determine par un nom. Pour
1'espagnol, un ouvrage consacre, non pas a la composition, il est vrai,

41
Wortzusammensetzung, Index, sous «S + S o u S - j - A » .
SYNTHEMES-ADJECTIFS 149

mais aux aspects caractoristiques de 1'espagnol contemporain42 fait


mention de 11 composed. Ce type de synthemes apparait chez d'autres
auteurs aussi. J. Marouzeau43 cite 10 composes que les dictionnaires
n'enregistrent pas. Dans la revue citoe (Noi Donne) nous avons relevo
26 synthemes ayant ces Constituante. Ce type de composition est plutöt
rare en roumain : ce qu'on y trouve surtout ce sont des synthemes consti-
tute d'un nom de couleur ayant Statut nominal, suivi d'un adjectif 44
(roocrit comme Aqua, ou A part ): verde-tnchis 'vert-fonce', rosu-crud 'rouge-
cru', verde-deschis 'vert clair'. En voici quelques exemples pour les autres
langues romanes :
it. giatto-sole fr. vert gazon
rosso lacca rouge pivoine
verde salvia rose crevette
blu notte bleu glacier
verde sottobosco brun caviar
bianco panna
espg. verde dragon
verde limon
rojo fuego
bianco nieve

Comme ces synthemes-la fonctionnent en tant que noms et surtout


qu'adjectif s, nous choisirons une structure profonde ou il y ait un doter-
minant. Nous proposons deux modalit^s d'interpretation du syntheme:
1'une qui parte d'une relative suivie d'une autre relative, 1'autre — a
partir d'une comparaison. C'est la complexito meme du syntheme qui
nous a suggoro deux modalitos de structure des Constituante :

4.1. it. U colore ehe il sole ha il colore ehe U colore e giallo


D 1 A N 1 A Pos A Adj A rel 1 A D 2 A N 2 A V 1 A D 3 A N 3 A rel 2 A D 4 A N 4 A V 2 A A
1 2 7 8 9 10 11 12 13 14 15

42
Emilio Lorenzo, El espanol de hoy, lengua en ebullition, Madrid, 1966, 29 — 30 et 135.
43
Noire langue, Paris, 1955, 154.
44
F. Ciobanu et F. Hasan, Compunerea, p. 171 et suiv. II n'en est pas moins vrai que
nous avons trouvd, chez E. Oproiu (Un idol) : un ro?u cardinal 'un rouge cardinal'.
150 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

giallo colorc
colore
Pour les arbres ä plusieurs relatives les regies de transformation s'appli-
quent ä commencer par la derniere, situoe an dernier niveau de l'arbre.
N4 sera omis otant donne^ son identito reiorentielle avec N 3 :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
T!(rel)=> 1 2 3 4 5 6 789 1 01 1 0 0 1 4 1 5
it. il colore ehe il sole ha il colore ehe e giallo
Nous appliquons la transformation attributivale a la derniere rela-
tive :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 14 15
Ta(attrib) => 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 0 0 0 1 5
it. il colore ehe il sole ha il colore giallo
Le Symbole Pos doclenche la transformation Sum pro habeo qui exige
la permutation des Constituante Na et IsT3 (7 et 10) :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 15
T3(sum pro
habeo) => 1 2 0 4 5 9 10 15 8 sum 6 7
it; U oolore ehe il colore giallo e del sole
SYNTHEMES-ADJECTIFS 151

Une regle morphophonemique indique l'ecriture du constituant 6


(il) comme del. L'identito reforentielle de N2 et N3 permet remission de ce
dernier:
1 2 4 5 9 10 15 8 sum 6 7
T 4 (rel)=> 1 2 4 5 0 0 1 5 8 sum 6 7
it. H colore ehe giallo e del sole
On applique ensuite la transformation attributive qui suppose remis-
sion du Symbole rel et de la copule :
1 2 4 5 15 8 sum 6 7
T5(attrib) = > 1 2 4 0 15 067
it. U colore giallo del sole
L'adjectivation se produit (ä suffixe 0) par suppression du consti-
tuant 6 (del) :
1 2 4 15 6 7
T 6 (adj) => 1 2 015 0 7
it. il colore giallo sole
Par une regie morphophonemique on indiquera 1'orthographe avec
trait d'union :
it. il colore giallo-sole
Cette regie ne s'applique pas aux synthemes francais et espagnols.
Par rapport ä un groupe syntaxique libre comme il giallo sole 'le soleil
jaune (le jaune soleil)' dont le centre du syntagme possede le trait
semantique (— Abstrait), ce syntheme-ci (comme tous les autres apparte-
nant a cette classe) possodera le trait (+ Abstrait) a la suite d'un trans-
fert motaphorique.

4.2. Une structure moins complexe, convertie par application d'un


nombre reduit de regies de transformation est:
it. il colore ehe il colore e giallo come il sole e giallo
D 1 "N 1 Adj A rel A D 2 A N 2 A V 1 A A 1 A Comp 4 5 A D 3 A N 3 A V 2 A A 2
A

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

44
Par Comp nous avons symbolisd la conj'onction de la comparaison r66crite; ici come.
II s'agit, en fait, toujours d'une coordination, done P (domind par la relative) -»Pj A Comp A P 2 .
152 STRUCTURE PBOFONDE ET TRANSFORMATIONS

Voici l'arbre de cette structure:

il ehe U colore e giallo come il sole e giallo colore


II est possible d'omettre dans P2, coordonnoe avec P1? le groupe verbal
(GPrM2) identique avec celui de Ρχ (GProdj):
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
T^omis) = > 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 0 1 1 00
it. il colore ehe il colore e giallo come il sole
Par adjectivation, le Symbole comp peut etre omis (entrainant la chute
de l'actualisateur D3). De fait il est remplaco par le trait d'union :
1 2 3 4 5 6 789 10 11
T 2 (adj)=> 1 2 3 4 5 6 7 8 0 0 1 1
it. il colore ehe il colore e giallo — sole
Par omission du constituant 6, puisque N2 = ITj (transformation rela-
tive) et par transformation attributive on obtient la structure de surface :
1 2 3 4 5 6 7 8 11
T3(rel) = > 1 2 3 4 0 0 7 8 11
it. il colore ehe e giallo-sole
1 2 3 4 7 8 11
T4(attrib) => 1 2 0 0 0 8 11
it. il colore giallo-sole

5.0. Les synthdmes-verbes

Cette fois encore nous n'allons analyser que les classes productives de
l'aspect contemporain des langues romanes otudi^es.
SYNTHEMES-VERBES 153

5.1. Adv A V. (Chap. Ill, § 7.3). Ces synthemes verbaux re^crivent


le Symbole Adv:
Adv -> roum. bine, ran
it. ben(e), mal(e)
fr. bien, mal
espg. bien, mal
En voici quelques exemples :
roum. (a) binevoi
it. maledire
fr. malmener
espg. malquerer
La structure de Constituante d'un tel syntheme sera :
fr. X mene mal Y
Par X nous avons symboliso le groupe nominal sujet et par Υ le
groupe nominal objet :
X A Vb A V A Adv A Y
1 2 3 4 5
L'arbre sera :

GAdv
Adv
I
Ύ mal
La verbalisation se produit par permutation du constituant 4 :
1 2 3 4 5
Tj(Vb) = > 1 0 4 3 5
fr. X mal mene ΐ
Par un regie morphophonomique (valable pour les synthemes de ce
type des quatre langues romanes en discussion) on indiquera la contrac-
tion des Constituante 4 et 3 :
fr. X malmene Υ
Au chapitre procodent nous faisions remarquer le regres de ces for-
mations en francais contemporain. Elles sont un peu plus nombreuses en
154 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

roumain, en Italien et en espagnol. Leur frequence est tres e"leve*e (sur


un corpus de 553 synthemes il y en a 12 de ce type, ce qui repre"sente
2,17 % 46 ); noanmoins, ce proceMe* de composition n'est plus productif.

5.2. Pre*pAV. Nous considorons comme synthemes les formations qui


possedent ces Constituante et dans lesquels la proposition apparait comme
segment indopendant dans la structure profonde:
roum. (a) intrejese
it. oltrepassare
fr. contredire
espg. contraponer
La structure du syntheme italien, par exemple, sera :
it. X passa oltre Ύ
Les symboles X et Υ ont la meme valeur que ci-dessus. (X = Gi^
sujet, Υ = GN2 objet). Υ peut etre roocrit tant par un nominal posseMant
les traits somantiques (— Amme"), (— Abstrait), (+ Objet): egli passa
oltre il ponte 'il passe au-del du pont' que par un nominal qui possede
les traits semantiques (— Amme"), (.+ Abstrait), (— Objet): egli passa
oltre il mio desiderio 41 outrepasse mon dosir'.
Les constituants de la structure profonde sont:
X A Vb A V A Prep A Y
1 2 3 4 5
L'arbre de la structure ci-dessus peut etre reprosente" ainsi:

passa
La transformation par laquelle on aboutit au syntheme est une per-
mutation des constituants 3 et 4 (deOlenchoe par le symbole Vb recent
comme 0 dans la structure de surface). Le symbole Prop, domino par le
46
L. Sciascia, A ciascuno.
SYNTHfcMES- VERSES 155

groupe nominal (G¥2) sera ainsi domine directement par le groupe


verbal :
1 2 3 4 5
1 0 4 3
it. X oltre passa Ύ
Une regie morphophon^mique indiquera la contraction des Consti-
tuante 4 et 3 :
it. X oltrepassa Ύ
Les synthemes de la classe precodente (§ 5.1) exigent, eux aussi,
une permutation des Constituante dans la structure profonde seulement,
le terme permuto — l'adverbe du paragraphe procodent — doming di-
rectement par le groupe prodicatif le sera maintenant travers le noeud
GV (il descend done dans 1'arbre).
5.3. V A N. (Chap. Ill, § 7.6). Au chapitre precedent nous faisions
valoir la similitude qui existe entre ces symboles et les locutions verbales
proprement dites ; ils s'en distinguent pourtant, par cela d'abord que le
syntheme ne recoit que des determinations globales. La structure profonde
d'une formation du type :
roum. a avea loc
it. far finta
fr. avoir lieu
espg. tener lugar
est, par exemple : roum. X are D loc Ύ.
X est roocrit comme un groupe nominal sujet (domino par le symbole
P), cependant que Υ est reocrit obligatoirement comme un adverbe ou
groupe adverbial possodant le trait semantique (+ Temps) :

1 2 3 4 5 6
L'arbre de la structure est :

GAdv

are
156 STRUCTURE PKOFONDE ET TRANSFORMATIONS

La verbalisation se produit par omission du Symbole D (>0) qui


permet la juxtaposition des Constituante 3 et 5 :
1 2 3 4 5 6
T^Vb)^ 1 0 3 0 5 6
roum. X are loc Ύ
II est clair que les transformations qui convertissent une structure
profonde en un syntheme-verbe sont beaucoup moins nombreuses que
celles convertissant une structure profonde en synthemes-noms ou en
synthemes-ad jectif s.

6.0. Cet examen des regies de transformation qui font aboutir une
structure profonde aux synthemes des classes productives des langues
romanes fait apparaitre que:

6.1. Les synthemes romans ne possedent pas (a quelques exceptions


pres, voir § 2.15 descente-dames, 2.1.6 prevention-incendie, 2.6.1 sou-
coupe-volante, 2.6.2 luogotenente, 2.7 fer a repasser) de suffixe de nominali-
sation (la nominalisation possede done un suffixe z4ro).

6.2. Dans la structure profonde de la plupart des synthemes-noms et


adjectifs apparait une relative; il y a ogalement des cas ou la relative est
dominoe par le Symbole Pos qui doclenche obligatoirement la transfor-
mation sum pro habeo avant la transformation relative et attributive.

6.3. Les synthemes-verbes n'exigent, gonoralement, qu'une seule trans-


formation : la permutation des termes de la structure profonde.

6.4. L'ordre et le type des transformations sont les memes pour des
synthemes appartenant aux memes classes, dans toutes les langues roma-
nes en discussion. Une seule exception : les synthemes de la classe dis-
rate" e au § 2.6 qui se divisent en deux groupes : ceux qui exigent une
regle de nominalisation avec le suffixe -ante et une regle de permutation
(fr. soucoupe volante) et ceux qui exigent une regle de nominalisation avec
le suffixe -ente et deux regies de permutation (it. luogotenente et espg.
lugarteniente).

6.5. Les symboles employes pour les synthemes qui appartiennent a


la meme classe sont les memes, quelle que soit la langue romane, a cette
seule exception de Flex et flex pour le roumain qu'exigent certaines mar-
SYNTHEMES-VERBE'S 157

ques flexionnelles de la categorie du nom. Le symbole PartPros n'existe


pas en roumain.

6.6. Dans la plupart des cas les synthemes se distinguent des groupes
syntaxiques libres ayant les memes Constituante et par des traits semanti-
ques; cela est du au transfert metaphorique qu'implique la combinaison
des semes de deux monemes independants au debut (Chap. II, § 6.5.2);
il ne s'agit d'ailleurs pas d'une identite rof&rentielle, car: it. il giallo
sole et it. il giallo-sole dosignent des roalit^s differentes.

6.7. Dans les langues romanes actuelles ce sont les memes classes de
synthemes qui sont productives. C'est ce qui ressort d'une analyse sta-
tistique sommaire dont nous allons reprendre les rosultats par la suite.

7.1. La frequence des synthemes varie suivant le registre stylistique.


Dans un texte ä caractere artistique, par exemple, tel le livre de Geta
Brätescu De la Venecia la Venecia (souvenirs de voyage et impressions
artistiques), la proportion des adjectifs composes de deux adjectifs est
tres olevee — 22 synthemes, c'est-a-dire 61,11% du total des synthemes
enregistr&s (nous n'avons relevo que les synthemes des classes productives
discutoee dans ce chapitre).
Dans les ouvrages d'histoire de l'art, comme celui de V. Drägu{.,
Vechi monumente hunedorene, la frequence des noms constitute de N A N
est de 14,63%, celle des adjectifs constitues de A A A — 8,39%. Dans
les textes littoraires47, ce sont les eynthemes-noms constitute de N A N
qui se situent en tete, par ordre de frequence : 23,35%, suivis des synthe-
mes constitues de N A Prep A N : 11,98% et de N A A (ou ) : 10,55%.
A noter que dans ces ouvrages nous avons relevo les synthemes de toutes
les classes (productives ou pas) et c'est pourquoi le pourcentage est
relativement bas — les adverbes et les conjunctions y otant tres frequents.

7.2. L'italien48, comme toutes les langues etudioes d'ailleurs, accuse


des pourcentages importants pour des categories qui ont cesso d'etre pro-
ductives telles : adverbes, conjonctions, pronoms. Malgro cela, dans les
textes littoraires 10,02% des synthemes appartiennent au type N A N et
8,14% au type A A N (N A A). Dans les revues (Noi Donne — 1968),
par contre, 48% des synthemes sont constitute de N A N , 21,72% de
V A N et 19,08% de N A Prep A iT.

47
E. Oproiu, Un idol, et M. H. Simionescu, Ingeniosul.
48
L. Sciascia, // consiglio, I. Calvino, La giornata.
158 STRUCTURE PROFONDE ET TRANSFORMATIONS

7.3. Ces memes constatations s'appliquent au francais et ä l'espagnol


oü nous avons relevo — dans le registre littoraire une frequence de 27,83%
des synthemes N A N en francais et respectivement 18,31% en espagnol,
par rapport a une frequence de 49,82% dans la revue 49 en frangais et
respectivement 48,84% en espagnol.

7.4. La sommaire analyse statistique entreprise a fait ressortir, d'une


part, la vitalite" du precede, d'autre part, la grande frequence des termes
de cette classe dans l'aspect contemporain des langues romanes.

49
Revues cities, Jours de France et Carta de Venezuela.
CONCLUSIONS

1.0. Nous avons fait reposer notre 6tude sur un corpus de mots corn-
pesos appartenant l'aspect contemporain du roumain, de l'italien, du
frangais et de l'espagnol; sans protendre a e"puiser toutes les possibility's,
ce corpus n'en comprend pas moins les formations les plus froquentes
dans le discours.

2.1. Une comparaison otablie entre les mots composes et les mots
simples d'une part, entre les mots composes et les groupes syntaxiques
libres d'autre part, a relevo quelques traits spocifiques permettant d'isoler
les synthemes (les composed). Les ayant isolos, nous avons proce"d6
leur dofinition procisant que:

2.2. Les synthemes (le concept, comme le mot le d^signant, appar-


tiennent Martinet) sont des complexes oonstitue"s de monemes conjoints
(fonctionnant indopendamment aussi dans une langue donn^e) dont le
comportement syntaxique est celui de tout autre moneme unique et qui
entretient avec le reste de 1'έηοηοέ les memes rapports que les monemes
simples.

3.1. Nous avons appliquo au corpus constitue* les mothodes de la


grammaire transformationnelle du type exposo dans le travail mentionne*
de N. Chomsky, Aspects of the Theory of Syntax (1965, Cambridge,
Massachusetts).

3.2. Nous avons t die" d'adapter la mothode transformationnelle —


que les ouvrages classiques appliquent avant tout a la syntaxe d'une
langue donnoe — aux particularity de la formation des mots (respecti-
vement de la composition) dans les quatre langues romanes en question.
Nous avons e"te" tout naturellement amends distinguer entre la structure
de surface et la structure profonde de ces langues et, pour ce faire, nous
avons organise* notre otude en deux temps.
160 CONCLUSIONS

3.2.1. Nous avons consider^ d'abord les Constituante des synthemes


romans, c'est-a-dire leur structure de surface, et la maniere dont ils
fonctionnent dans chaque langue.

3.2.2. Nous avons expose ensuite des solutions de generation des


synthemes qui constituent les series ouvertes des langues romanes
contemporaines.

4.0. L'analyse statistique a confirmo le fait que dans les quatre lan-
gues romanes les types de synthemes productifs sont aujourd'hui les
memes. La comparaison des combinaisons qui donnent naissance aux
synthemes a fait ressortir, eile aussi, l'unito a l'interieur du domaine
neolatin. Au niveau des symboles ainsi qu'au niveau des regies de re^cri-
ture et des regies de generation proprement dite le roumain, 1'italien, le
francais et l'espagnol prosentent une situation parfaitement unitaire.
Les differences relev^es sont cantonnoes d'abord ä l'interieur des classes
de synthemes gonoroes a d'autres epoques historiques, qui ont cesse
d'etre productives, et dans le domaine des regies morphophonemiques,
specifiques de chaque langue.

5.0. Le corpus constituo — dans lequel nous avons fait entrer des
series entieres de synthemes recemment apparus — a mis en valeur la
vitality grandissante du precede de la composition romane a 1'encontre
de certaines opinions, plus anciennes (Chap. I), selon lesquelles les langues
neolatines se refuseraient ä ce procode de formation de mots. Les conclu-
sions plus rocentes de Florica Dimitrescu1 ainsi que celles antorieures
de Halina Mirska 2 s'en trouvent confirmees. Au bout d'une etude concer-
nant exclusivement le roumain, le premier auteur exprimait la conviction
que dans son aspect contemporain la composition l'emporte de loin sur
les precedes derivationnels traditionnels.
Pour notre part, nous pensons que le precede de la composition se
range parmi les plus importants en ce qui concerne la formation d'unites
lexico-grammaticales nouvelles, ce qui justifie amplement 1'interet que
nous avons mis ä etudier ces unites.

1
Tendances, 592: ( . . . ) «(il) commence ä se faire sentir le passage d'un type structural
traditionnel (dorivatif) ä un type structural nouoeau ou prodomine la composition et {'utilisation
des prafixoides, procedo considere ä juste raison comme une Variante de la composition propre-
ment dite ».
2
«Unele probleme ale compunerii cuvintelor in limba romänä », in SMFC, \ (1959),
145-149.
BIBLIOGRAPHIE

I — Abreviations bibliographiques

AG/ = Archivio Gloltologico Ilaliano


ASfjS = Archiv für das Studium der neueren Sprachen
FM — Le J'ran ais moderne
LN = Lingua nostra
LR = Limba romänä
NRFH = Nueva revista de füologla hispanica
PLG = Probleme de lingvisticä generalä
RRL — Revue roumaine de linguistique
RLiR = Revue de linguistique romane
SCL = Studii fi cercetäri linguistice
SMFC = Studii fi materiale priviloare la formarea cuvintelor in limba romänä
TCLC = Travauxdu Cercle Linguistique de Copenhague
VR = Vox Romanica
ZRPh = Zeilschrift für romanische Philologie

II — Dietionnaires i'onsultis

1958 Dic(ionarul limbii romane moderne (Bucuresti)


Aquistapacc, Jean-Noel
1966 Dictionnaire de la politique (Paris, Seghers)
Corominas, Joao
1967 Breve diccionario etimologico de la lengua castellana (Madrid, Credos)
Dauzat, Albert — Dubois, Jean — Henri Mitlurand
1964 Xouveau diclionnaire elyrnologique (Paris, Larousse)
1961 Dictionnaire orthographique (Paris, Garnier)
Filipovici, Nicolae — Raul Serrano Perez
1964 Dicfionar spaniol-roman (Bucuresti, Ed. Stiin^ificä)
1965 Petit Larousse (Paris, Larousse)
Vaccaro, Gennaro
1968 Dizionario delle parole nuovissime e difficili (Roma, Libris Alfabclo)
Zingarelli, Nicola
1964 Vocabolario delle lingua italiana (Bologna, Zanichelli)

11- . 55
162 BIBLIOGRAPHIE

III — (Euvres literal re 9 et collections de revues dont nous avons exlrait


les composes de notre corpus

Aymo, Marcel
1952 La Ute des autres (Paris, Bernard Grasset)
Brätescu, Geta
1970 De la Venefia la Venefia (Bucuresti, Ed. Meridiane)
Buzzati, Dino
1965 Un amore (Milano, Mondadori)
Calvino, Italo
1963 La giornata d'uno scrutatore (Milano, Einaudi)
Camus, Albert
1957 L'Etranger (Paris, Gallimard)
1971 Carlo de Venezuela 250-270
Daninos, Pierre
1954 Les camels du major Thompson (Paris, Hachette)
Dragut, Vasile
1968 Vechi monumente hunedorene (Bucuresti, Ed. Meridiane)
Duras, Marguerite
1958 Moderate cantabile (Paris, Union Generale d'Edilions)
Ferrez, Antonio
1965 Los vencidos (Paris, Editions de la Librairie du Globe)
Gallego, Morel A.
1970 En torno a Garcilaso y olros ensayos (Madrid, Guadarrama)
Garcia Hortelano, Juan
1967 Nuevas amislades (Barcelona, Seix Barral)
1968 Noi Donne 30-40
Oproiu, Ecaterina
1970 Un idol pentru fiecare (Bucuresti, Ed. Meridiane)
Popescu, Petru
1971 Om in somn (Bucuresti, Ed. Albatros)
1969 Romania literara
Sciafcia, Leonardo
1963 II consiglio d'Egitlo (Milano, Einaudi)
Sciascia, Leonardo
1966 A ciascuno il suo (Milano, Einaudi)
1969 Sclnteia
Simionescu, Mircea Iloria
1970 Ingeniosul bine lemperat, 11. Bibliografia generalä (Bucuresti: Ed. Eminescu)
1963 Unilä, Aout-D6cenibre
INDEX DES AUTEURS

AGARD, Frederick B. 51 DITTRICH, O. 14, 23


ALINEI, Mario 51 DOKULIL, MiloS 25
ALONSO, Amado 37 DUBOIS, Jean 31, 33, 34, 41, 75, 90, 121
AMBROSO, Serena 120 DUBSKY, Joseph 19, 26
ASAN (HASAN), Firn^a 16, 24, 32, 41,
42, 43, 44, 55, 57, 59, 64, 77, 96, 97,
FISCHER, I. 16
104, 112, 141, 149
FOCHI, FRANCO 19, 78
FODOR, J. A. 51
BADER, Francoise 14, 15 FREI, Henri 27, 30
BALLY, Charles 19, 24, 26
BENVENISTE, Emile 31
GAMILLSCHEG, E. 13
BLOGH, Bernard 25 GARDE, Paul 50
BLOOMFIELD, Leonard 29 GIURESCU, Anca 17, 42, 61, 140
BLÜMEL, L. A. 69 GODEL, Robert 29, 43
BOURCIEZ, Edouard 19
GOGA, Ecaterina 42
BÜHLER, J. 39 GOLOPENTIA-ERETESCU, Sanda 56, 57,
120
GRANVILLE HATCHER, Anne 62, 124,
CANTINEAU, Jean 27
125
CÄRSTEA, Mihaela 42
GRIEVE-SCHUMACHER, Madeleine 35,
CHOMSKY, Noam 36, 56, 120, 159
124
CIOBANU, Fulvia, 16, 24, 32, 41, 42, 43,
GRUNIG, Blanche 44
44, 55, 57, 59, 64, 77, 96, 97, 104, 112,
GUILBERT, Louis 33, 62
141, 149
GUIRAUD, Pierre 93
COSERIU, Eugenio 70
CO STABILE, Norma 120
CRESSOT, Marcel 62 HALL, Jr. R. A. 30, 70
HARRIS, Zellig 30
HEINIMANN, S. 69
DAMOURETTE, J. et A. P1CHON 62 HIORTH, Finngeir 29
DARMESTETER, Arsene 14, 21, 22, 23, HJELMSLEV, Louis 30
26, 32, 33, 62, 69, 71 HOCKETT, Ch. S. 30
DAUZAT, Albert 22, 31, 38, 60 HOLLYMAN, K. J. 33
DE BUSTO TOVAR, Eugenio 34 HRISTEA, Theodor 41
DENSUSIANU, Ovid 19
DIEZ, Friedrich 69
DIMITRESCU, Florica 33, 34, 59, 60, 143, ILIESCU, Maria 62
160 IONESCU, Liliana 52
164 INDEX (DES AUTEURS

IORDAN, lorgu 15, 19, 34, 41, 102, 109 OSTHOFF, Hermann von 19, 69
JORDAN, L, G. DUHÄNEANU 108
IVANE SCU, G. 13
FIEL, J. 20
PRATI, Angelico 69
JUNKER, Albert 33

KATZ, Jerrold J. 51 REGULA, Moritz, JERNEJ, J. 104, 105


KOOIJ, J. G. 39 REINHEIMER-RlPEANU, Sanda 42
KREUTZER, KÄTHE 68, 69, 70 ROHLFS, Gerhard 19, 62, 68
ROHRER, Christian 18, 25, 31, 36, 37,
44, 54, 67, 85, 95, 117, 119, 123, 129,
LEES, RobertB. 56, 117, 118 142, 144, 148
LEROY, L. 41 ROSENBLAT, Angel 63, 70
LEWICKA, Haiina 22, 70, 71, 92 ROSETTI, Alexandru 31
LLOYD, Paul M. 16, 31, 69, 70 ROSSI, M. 50
LORENZO, Emilio 149 RUWET, Nicolas 56

MALKIEL, Yakow 26 SAPIR, Edward 29


MANECA, Constant 60
SAUVAGEOT, Aurelien 33
MANOLIU MANEA, Maria 15, 18, 27,
SECHEHAYE, Albert 24
42, 51, 102, 109, 120, 121, 126, 127
SPITZER, Leo 69
MARCHAND, Hans 26, 41
SUTEU, Flora 41
MARCUS, Solomon 52
MAROUZEAU, Jean 41, 70, 149
MARTINET, Andre 14, 30, 31, 33, 34, 37, TEKAVCIC, Pavao 16, 31
44, 46, 50, 55, 117 TESNIERE, L. 22
MARTINON, Ph. 62 TOGEBY, Knud 20, 29, 30, 31
MEILLET, Antoine 29 TOLLEMACHE, Federico S. J. 20, 21,
MENENDEZ PIDAL, Ramon 20 31, 33, 66, 69
MERLO, Clemente 69 TRAGER, G. 25
MEUNIER, Francis 19, 69 TUDORICÄ, Olga 42
MEYER-LÜBKE, Wilhelm 13, 19, 20, 69
MICLÄU, Paul 19
MIGLIORINI, Bruno 41, 69 VASILIU, Emanuel 51, 56, 57, 120
MIKUS, Francis 24 VINCENZ, Ileana 117
MIR SKA, Haiina 160 VlNÄTORU, Nicolae 51
MITTERAND, Henri 32 VLASÄK, VACLAV 52, 59
MOTSCH, \V. 117, 118
MULJAClC, ZARKO 51 WAGNER, Max Leopold, 19, 69

NYROP, Kr. 20 YNDURÄIN, Francisco 69


INDEX DES MOTS

ESPAGNOL cada cual 104 dondiego de dia 64


cada uno 104 dondiego de noche 64
abrelatas 22 cafetera-expros 123, 124 duermevela 47, 72
acupunctura 17 caftamiel 59
adonde 100 carialegre 83 encima 99
adondequiera 98 carirredondo 45 enfrente 99
aerofotografia 17 casamata 43, 50, 61 enhoramala 99
afilaläpices 14 casatienda 17, 60, 125 entrayudar 48
agridulce 22, 85 126, 127 entredos 79
aguafuerte 38, 64 caso-limite 61 entrepiernas 78
aguamanos 20, 38, 61, 63 ca vatier ra 17 entretanto 79
aguamiel 38 ciencia-ficcion 120 espantapäjaros 37, 68
aguanieve 38 cienmil 107 esposicion-homenaje 33
aguardiente 38 cientoenrama 77
aguasal 38, 59 cientopios 65 falsarregla 21
ALALC 17 cincomesino 84 fehaciente 84
altavoz 65, 67 claroscuro 22, 62 franco-galloromänica 37
ampclograffa 41 coche de linea 133
anoche 99 colombo-brasileno 40 gallocresla 45
asique 113 colombo-venezolanas 144 guardabarrera 140
aunque 113 concierto-homenaje 33 guarderia infantil 134
l äy de mil 116 contradecir 94
contraponer 94, 154 hierbabucna 66
barbipungenle 84 contraprueba 47 hierbamora 66
barbirrubio 83 corniabierto 83 hierbasanta 66
barco-escuela 33 correveräs 72 hispanoamericano 85
bar-taberna 120 cortabolsas 71 hispano-norteamericano 19
bienamado 87 cortal apices 42
bienandanle 87 cuatrimotor 84 largometraje 135
bienestar 75 cuentagotas 141 lavacaras 38
bienhablado 87 lavafrutas 38
bienmirado 87 debajo 110 lavamanos 38
bienquistar 94 dieciocho 108 lavaojos 38
diecinueve 108 lavaplatos 38
bienteveo 75
diecisdis 108 leche de pajaro 64
bianco nieve 149 diecisiete 108 lengua de! ciervo 63
blanco-rosadas 36, 144, 145 diente de leon 64 libro-homenaje 33
bogavante 72 diez y seis 108 limpiabotas 35
quque-escuela 33, 40 dondequiera 98 lobo de mär 64
166 INDEX DES MOTS

lugarteniente 67, 137, 156 pista de aterrizage 134 veintiuno 108


lima nueva 46 placetne 73 verde dragon 149
luz de parada 50, 51 politico-militar 37, 85 verde-limon 83, 149
pormenor 49, 79 verdemontafta 48
malandante 87 porque 114 verdinegro 85
tnalcomido 87 portalämpara 141 vosotros 102, 103
malcriado 87, 147 portaminas 85, 145
malmeter 94 porvenir 78
malquerer 94, 153 prima noche 66 FRANCAIS
mama-seoora 120, 121, 122 provenzal-gascon 37
maquina de coser 67, 139 psicoanälisis 41 abat-jour 20
margarita doble 44 affaire 78
matacabras 42 quebrantahuesos 40 aigre-doux 85
matagallegos 68 quehacer 77 allume-cigare 141
matapolvo 17, 68' quienesquiera 105 americo-sovidtiques 37
matasanos 140 quienquiera 105 anglo-arabe 85
media naranja 52 apres-demain 100
mddico-asistenciales 144 rabopelado 65 aprts-guerre 49
mediodia 21 rojo fuego 149 arc-bouter 92
mesa de operaciones 133 arc-en-ciel 17, 64
mialrnas 66 sacapuntos 49 arc-rampant 67
milhojas 49 sala de espera 21 atlantico-europoenne 19, 37
militar-fronterizo 37 saltaembanco 71 aubepine 20, 32
mil uno 107 salvaguardar 93 au-dela 79
tnondadientes 22 sanalotodo 73 au-devant 100
satisfacer 32 aussitot 98
navaja de afeitar 67 siempretieso 74 autoroute 17
no obstante 109 siempreviva 49, 74 avant-courreur 86
nosotros 102, 103 sobreabierto 89 avant-hier 100
sobrecama 20 avant-premiore 49
OEI 17 sobrefino 89 avoir bon dos 95
OPINES 41 sudafricano 83 avoir lieu 95, 155
onda nueva 134
otrora 98 taller-escuela 33, 40
lalvez 97 bas-bleu 64
pajaro del sol 46 tambidn 98 belgo-hollandais 37
päjaro inosca 46 teleguiar 17 Bernard-rhermite 42
palabrimujer 83 tener lugar 155 bien-aime 74
parabien 79 tintachina 47 bienfaisant 87
pardo negruzco 36 tocadiscos 141 bienheureux 74, 86
pasado manana 97 todopoderoso 88 bien-pensant 74
pasavolante 86 treinta y uno 108 bientot 98
perniquebrar 92 tresdoblar 94 bienvenu 87, 147
perro lobo 46, 59 turistico-hotelera 19 billebauder 93
pesabebis 42 blanc-bec 45
pian pian(o) 98 uva crespa 46 bleu glacier 149
piedra de afilar 67 bleu-rose 36
Pieles Rojas 45, 64 vehiculo estelar 134 bleu-violet 36
pinabete 48 veinte y dos 108 bloc-eau 61
pisapapeles 141 veintidos 107 blouson-noir 64
INDEX DES MOTS 167

bonheur du jour 63 coupe-papier 38, 39, 141, hache-legumi's 42


bonhomme 50 142 haut-bois 65
bouleverser 93 coupe-päte 39 haut-de-chausses 68
bouton-pression 35 coupe-racines 38, 39 haut-de-forme 68
bracelet-montre 61 coupe-tete 38, 39 haut-le-corps 65
brassard rouge 134, 135 couverture laine 124 heroi'co-galantes 144
brun caviar 149 croquembouche 71 homme-grenouille 59
cuboler 93 hourballe 93
cafd-concerl 61 hurtepiller 93
dame-d'onze-heures 68 hydra vion 17
cafe-filtre 59 d6crochez-moi-ca 73
cas de conscience 133 delai-conge 43 Industrie cle (clef) 33
ceci 103 dent-de-loup 50 Industrie pilote 33
cela 103 descente-dames 130, 131,
celle-ci 103 132, 156 jaune-orange 36
celle-lä 103 deux cent vingt 107 je-ne-sais-quoi 49, 76
celui-ci 103 donner lieu 95
celui-lä 103 lance-engins 145
cessez-le-feu 68 en-avant 78 lance-flammes 22
chaise-longue 46 entre-deux 79 lequel 103
champlever 92 entre-temps 99 laquelle 103
chantepleure 47 entrevoir 48 ligne de maquillage 134
chauffe-plats 141 envers 110 long-courrier 83
chef-d'oeuvre 13, 17 est-allemand 83 longtemps 97
chez-soi 79 EUROTEL 18 lorsque 113
chien-loup 35
chou-fleur 13, 40, 60 faire k· malin 95 machine ä laver 67
chou-navet 60 fausse porte 44, 46 inalappris 87
chou-rave 60 femoro-cutane 37 malendurant 87
claquemurer 92 fer ä rcpasser 139, 140, 156 malfaire 94
dasse-pilote 33 ferme-pilote 33 malgrd 109
coffre-fort 43, 46 fetiille-morte 83 malmener 94, 153
commercialo-inilitaire 19, fillc-merc 119 maltraiter 94
37, 85 fils de roi 24 mange-tout 73, 86
compte-gouttes 14 fixe-camora 49 marchepied 71
contredire 154 formule-choc 148 m'as-tu-vu 76
contre-poison 47 frappe-dcvant 72 metaphysique 17
COPAR 17, 41 monte-plats 42
coq-ä-1'äne 42, 63 garde-chasse 140 mot c!6 (clef) 33, 40
cordon-bleu 45, 51, 52 garde-magasin 142
corne-muse 35 garde-malade 140 negro-juddo-saxonne 85
coup de tolephone 133 garde-manger 97 ne-m'oubliez-pas 75
coupe-choux 38 gorge-de-pigeon 83 nceud-papillon 129, 130,
coupe-cigares 39 grand-chose 42, 45 nouvellc vague 135
coupe-circuit 38, 39 gras-fondu 22
coupe-file 38, 39 gratte-ciel 42 oeil-de-boeuf 38, 39
coupe-gorge 38 gratte-papier 68 ceil-de-chat 38, 39
coupe-jarret 38, 39 grille-pain 141 oeil-de-perdrix 38, 39
coupe-legumes 39 gris-rose 36 oeil-de-pie 38, 39
coupe-ongles 39 gris-vert 36 oeil-de-serpent 38
168 INDEX DES MOTS

oiseau-mouche 61 quelqu'une 104, 105 trotte-menu 86


on-dit 77 quoique 112 tue-mouches 68
operation-choc 148
orientalo-fragonarde 37,144 region pilote 33 untel 142
oriflamme 32 rendez-vous 73
oripeau 32 riz-pain-sel 60 va-et-vient 72
outrepasser 94 robe-manteau 35 ventrebleu 116
robe-miracle 119 vert gazon 149
parc-autos 123, 124 rose crevette 149 vert-noir 36
pardessus 78 rouge-gorge 15, 21, 23 vert-pomme 48
parfois 99 rouge pivoine 149 vingt-deux 107
peintre-decorateur 119 virevoler 93
sang-mSle 65 vol-au-vent 71
petit houx 21
sans-culotte 78
petits-pains 49
sans-dents 78 wagon-lit 46
phrase c\6 (clef) 40
sans-facon 78 wagon-bar 46
pied-fort 66
sans-gSne 78
pied-noir 66
sans-le-sou 78
pied-plat 66 ITALIEN
sans-souci 89
pince-sans-rire 72
senateur-maire 119
pis-aller 75 accattabrighe 68
SIMGA 17
plafond 23 acquedotto 20
soucoupe volante 137, 138,
plan-concave 83 agrodolce 22
156
plus-que-parfait 74 ahime 116
sous-cutane 88
pluvio-orageuse 37 aldilä 79
sous-oquipe 88
poisson-volant 67 allorquando 112
sovieto-cubain 40
pomme d'amour 21 almeno 110
pomme de terre 23, 37, 64 tape-a-rceil 85 alta moda 135, 136
pont-l'ivdque 60 teiibrites 18 altoparlante 74
pore-epic 35 tolecabine 41 anno-chiave 33
port-amarre 85 telephone 41 attaccabottoni 38
portefeuille 20 television 18 attaccabriche 38, 68
position cle (clef) 33 tele-a-queue 64 attaccalite 38
pourquoi 114 tdte-a-tete 64 attaccamani 38
pourtant 113 tetebleu 116 attaccapanni 38
premier-plan 66 tcte-de-negre 83
presse-a grumes 141 timbe-poste 14, 125 baco da seta 64
provention-incendie 132, tire-bouchon 22 bagnomaria 21
156 touche-a-tout 73 barba di capra 64
Probleme c!6 (clef) 33 tournebouler 92 barcamenare 45, 92
programme-radio 125, 126, tournevirer 22, 93 bellavedova 65
127 toutefois 112 benaugurato 87
puisquc 113 tout-puissant 88 benavveduto 87
trente-et-quarante 77 benessere 75
quant-a-moi 75 trois-deux 77 benestante 87
quant-a-soi 75 trois-mäts 49, 65 benestare 75
quelque 88 trois mille 107 beninteso 98
quelquefois 97 trois-points 84 benparlante 74
quelques-uns 105 trompe-l'o3il 68 benvolere 94
quelqu'un 104, 105 trop-plein 74 biancolatte 83
1N1DEX DES MOTS 169

bianco panna 149 compleanno 20 giallo-sole 149, 150, 151,


blu notte 149 controstomaco 99 152, 157
boccadilupo 21, 35 cornomozzo 83 girasole 22
boccascena 14 cosicchd 113 giustacore 20
bocchiduro 83 cosidetto 87 guardaboschi 17, 140
borgomastro 20 cosmonauta 17 guardacoste 85, 145, 146
brigliadoro 14 cuoriforme 83 guardavalle 68
brillante-satirico 144 guardavivande 42
bucaneve 68 dabbene 90 guerra-lampo 33
burocratico-perbenista 37, daffare 78
144 dar prova 96 imbiancare 16
buttafuori 72 davvero 99 imbianchire 16
dente di cane 64 infatti 113
caffe-lampo 33 diciannove 107 insino 110
camicia da notte 133, 134 diciasette 107 italo-francese 19, 37, 40
cantalluscio 71 dieci milioni 105
capobandito 43 discoteca 17 lavaceci 42
capobianco 66 dopoch£ 113 libri-transistor 119
capochino 66 dopodomani 100 lotta di classe 133
capocollo 43, 61 dopopranzo 47 lunghesso 110
capocuoco 17 lungofiume 78
capogabbiere 61 essendoche 112 lungomare 78
capoguardia 49 luogotenente 67, 137, 138,
capomedico 60 facicoro 70 139. 156
caporosso 66 far cilecca 96
capotecnico 50 far finta 44, 46, 95, 155 mact-hina da cut-ire 67,
capotorto 66 fasservizi 42 139
capoturno 61 feld-mareseiallo 20 madonna 21
capoverde 46, 64 FIAT 41 maclreselva 45
capovolto 83 ficosccco 21 malaccolto 87, 147, 148
capripede 83 film-doeumento 119, 121, nialcreato 87
caravan-serraglio 20 122 maldicente 87
cartavetrata 43 finora 100 maledire 93, 153
caschimpetto 71 fiore del latte 63 malfidato 87
caso-limite 33 folclore 20 malgrado 109
cassapanca 48 fondovalle 47, 59, 125 malmenare 93
catena di montaggio 134 fonografo 41 malvolentieri 98
centimano 84 fuorchd 110, 113 mammamia 65
chiaroscuro 62 fuori classe 46, 78, 143 marciapiede 20
chiomazzurro 45 fuori misura 99 matrimonio-lampo 33
cinecittä 41 fuori nioda 143 mazzapicchiar 48
cinema 41 fuori serie 46, 78, 143 messinscena 51
cinematograio 41 fuoruscito 88 tnezzalana 38
ciofe 112 mezzaluna 17, 38, 67
cittä-giardino 40 gattamorta 52, 65 mezza macchia 21, 38
cnmeccho 100 gesummio 116 mezzanotte 38
comico-poliziesca 19, 37, giacche 113 mezzatela 38
85 giallo brillante 36 mezzatinta 38
comico-sentimentale 144 giallo-castagno 36 mietere successo 96
170 IN1DEX DES MOTS

millepiedi 65 pos.zione-limite 33 stile sport 123


monsignore 20 poslo-chiave 33 sturalavandini 141
primo-ministro 66
neanche 113 procedura-Iampo 33 tagliaborse 140
nemmeno 112 punto-chiave 33 tagliacarte 141
nettadenti 20, 40 punto-limite 33 taglialegna 49
nientedimeno 98 purosangue 83 taluno 104
nientemeno 98 telecomandato 41
noialtri 102 qualche 88 telegiornale sport 44
nome-chiave 33 qualchessia 105 telefonata-lampo 33
nondimeno 112 qualcosa 104 telefono 17
nonnulla 75 qualora 112 terramare 61
nonostante 109 qualsifossc 105 terremoto 20
nonpertanto 112 qualsisia 105 tremacuore 142, 143
nontiscordardimfe 75 qualsivoglia 105 trequarti 49
nord-americano 83 quartiere-giardino 40 tresette 77
nottempo 97 quartultimo 89 trifase 84
nullaosta 77 questione-chiave 33 trinciapaglia 141
nullatenente 76 tummistufi 76
radiodiffusione 41 tuttavia 97, 112
oggigiorno 98 reggicalze 141
oggimai 98 rompitutto 73
umiderboso 85
ogliaputrida 20 rosmarino 21
ognisanti 21 rosso lacca 149
ognora 97 ventitre 107
ognuno 104 ventunmila 107
salamoia 21
ohim£ 116 verdcazzurro 22, 36
saliscendi 22, 47, 72
oltremare 99 salsapariglia 20 verde-chiaro 85
oltrepassare 94, 154, 155 saltabeccare 93 verdemare 4.8
oltreumano 89 sarto-divo 119 verde salvia 149
oppure 113 scendiletto 51 verde sottobosco 149
orpello 21 viaggio-lampo 33
sempreverde 74, 86
ossia 114 semprevivo 49, 74 viali-giardino 40, 59, 119
ottarda 14, 20 viandante 67
sennit 113
vogavanti 22
sennonche 113
voialtri 102
passavogare 93 senzatetto 49
perbacco 116 settecento 77
perbene 90 sfondastomaco 85, 86
percho 114 soddisfare 32 LATIN
percio 100, 113, 114 soprametterc 94
perfino 100 sottesso 110 agricola 14
permale 78 sottostante 88 *alb-ispina 20, 32
persino 100 sovresso 110 aurea pellis 21
pescecane 59 spazzacamino 20 avis tarda 14, 20
pezzo grosso 134 spazzalappeli 141
plan piano 98 stambecco 20 imberbis 15
piazzaforte 46, 64 stanotte 97
pigliamosche 37 stato d'animo 133 manceps 13
pomodoro 17 stile autunno 123, 124 manumittere 92
INDEX ÖES MOTS 171

omnipotens 15 cadä-functie 122 fluierä-n bisericä 71


calcä-n strächini 71 franco-american 40
satisfare 32 cal-de-apä 49 fumul-pämintului 21
signifer 14 calul-dracului 63 functional-scenic 143
spina alba 32 caz-limitä 34 furgäsi 93
ceea ce 104
ROUMAIX cel-de-sus 77 german-maghiar 85
cel ce 104 german-occidental 19
acasä 16 celor ce 104 gurä-cascä 17, 19
activitate-popindäu 129 cheie de contact 133 gurä-spartä 65
ainte-apuca 57 ciine-lup 59
aiul-sarpelui 63 cindva 96 haida-de 116
alba$tri-lnstelati 36 cinesi 57 hei-rup 116
alb-gälbui 85 cineva$i 57 hodoronc-tronc 116
ale-frumoasc 77 clarobscur 62
alergäri-bärbati 132 coadä-rosie 21
iarbä-albä 66
äl-mai-räu 77 coada-soricelului 40
iarbä-albasträ 66
altädatä 97 coate-goale 49
iarbä-crea^ä 66
altceva 104 coborire-femc'i 131
iarba cucului 46
altcineva 104 contabil-jef 59
iarba-fiarelor 46
altfei 97 convorbire-fulger 33
iarbä-griulet 59
altundeva 98 cuminte 89
iarbä-mare 45, 64, 66
artist-cetacean 53 cumsecade 88
ieri-noaptc 98
asadar 99
asa-numit 87 dccit 99, 110
astä-searä 97 demult 99 imblinzi 16
atitudini-soc 60 deoparte 99 impietri 16
auriu-verzuie 144 devale 99 incit 113
autoamägirc 19 dinspre 110 incolo 99
autobiografie 18 dinsul 57 indatä 16
autodidact 18 dis-de-diminea^ä 97 Insprc 110
autolinistire 19 domnia-la 103 interviu-fulger 33
autoincintarc 19 domnia-sa 103 interviu-tnaraton 60
autostrada 17 douä sute 107 intocinai 16
avea loc (a) 95, 155, 156 douä mii 107 intrebare-chcie 33
dulce-acri$or 22 intrt'ti'-se 94, 154
dulce-amar 22 intrevedere-fulger 33
balneolog 41 intruclt 113
dupä-masä 49, 78
batä-1-cTucea 73
du-te-vino 73 fntr-una 100
binecrescut 87
binecunoscut 87, 147 üducativ-$tiinlific 85, 143
binecuvinta 93 electrocauter 41 laba-ursiilui 45
binecuvintare 75 electrocute 17 lavoar-funcfie 122
bineinteles 98 lingc-blide 14, 22
elemente-functii 122
binevenit 87 literaturä-dociimeiit 60, 119
binevoi 93, 153 iät-frumos 21 lung-metraj 50
bloc-turn 59, 61 fiindcä 112
bot-gros 17, 43, 48 firidä-functie 122 inai-mult-ca-perfect 74
buhai-de-baltä 64 floarea-soarelui 14, 17, 35, matnü-inare 46
buton-funct-ie 122 37, 49 mär-gutui 59
172 DCS MOTS

märla-sa 65 prun-zarzär 59 sud-dunärean 83


märia-ta 65 punct de fierbere 139 sus-amintit 74
masinä de cusut 134 pursinge 83
masinä de scris 134 tace-face 47, 72
masinä sport 123 taie-ciinilor-frunzä 68
masinä-unealtä 61 radiojurnal 125, 127, 128,
tehnico-material(ä) 19, 37
mätasea broastei 63 129 tehnico-stüntifice 37
mester-grindä 47 räspuns-cheie 33
teleast 41
rea-vointä 50
termocentralä 17
nicicind 98 redactor-$ef 61 tirüe-brlu 19, 68
nicidecum 98 reglzor-star 119
tiris-gräpis 98
niciuna 104 replicä-cheie 33 totuna 98
niciunul 104 reusita-excep^ie 60 trei-fra^i 65
niscaiva 57 ROMARTA 17, 41 trei-frati-päta^i 66
numaideclt 98 romäno-poloneze 37 trcizeci 107
nu-mä-uita 43, 75 rosu cardinal 149 trifoi-alb 38
rosu crud 149 trifoi-amar 38
ochiul-boului 20 roz-gälbui 36 trifoi-de-baltä 38
om-sarpe 119 trifoi-de-lac 38
oriunde 96 säriturä-femei 132 trifoi-mäcri? 38
ORL 17 scurtcircuit 45 Irifoi-raare 38
scurt-metraj 43, 48, 65, trifoi-märunt 38
päducel negru 46 135 triplu-salt 66
papä-lapte 20, 68, 140 sertare-functü 122
patruzeci-de-sfinti 77 singe-de-ncuä-fra^i 68 ucigä-1-toaca 73
P.G.R. 41 situatie-cheie 33, 40 unsprezece-metri 49
pesemne 99 situatie-limitä 34 U.T.C. 17
pestrit-tntunecatä 36 soare-apune 38
piafä comunä 134 vasäzicä 112
soare-räsare 38
pieptalbi 45 soare-scapätä 38 verde-deschis 149
PLAFAR 17 soare-sec 38 verde-gälbui 144
pliscul-cocorului 63 societate de consum 133 verde-lnchis 149
verde jad 48
poale-n-brtu 52, 64 sor-cu-frate 64
vino-ncoace 72
pozitie-cheie 33, 40 sovieto-daneze 37 vinturä-lume 22
preamäri 93 sparge-ghea^ä 141 volt-amper 60
preaplin 74 sparge-va l 141
prim-ministru 66 subcutanat 89 zgirie-brtnzä 49, 140
program-radio 129 sub-dezvoltat 89 zgirie-nori 49