Sunteți pe pagina 1din 5

Troubles psychiques post traumatiques et troubles liés au stress

Pr Hakima Souki
I/ Introduction:
Les troubles psychiques post traumatiques surviennent suite à un événement marquant vécu de façon très
singulière.
Les catastrophes naturelles, les accidents ainsi que les guerres constituent des événements majeurs qui
augmentent l’incidence de ces troubles, cependant des événements de moindre intensité (accidents domestiques,
de la voie publique ou encore une maladie, une intervention chirurgicale, une agression ...) Peuvent être aussi
déterminant car l’impact de cet événement sur l’individu dépend plus de la manière dont il est vécu et du sens
que le sujet lui donne que de sa nature et de sa gravité.

II/ Données épidémiologiques :


Ces données sont très variables en fonction du contexte, de l’événement, du vécu .Les catastrophes qu’elles
soient naturelles, sociales, de guerres ou accidentelles vont en fonction de leur étendue augmenter l’incidence
des troubles psychiques post traumatique.

Des études épidémiologiques réalisées chez des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en
situations de confits armés et des réfugiés à la frontière thaïlando-cambodgienne, en Algérie, en Ethiopie, à
Gaza et en Ouganda indiquent que 15 à 53 % de ces personnes souffrent de TSPT .
Ces catastrophes, par leur gravité et leur étendue, laissent entrevoir un nombre très élevé de survivants
traumatisés, non chiffré avec exactitude, ce a quoi une étude épidémiologique nationale en cours devrait
répondre bientôt.
En général, les données internationales considèrent que1/4 à 1/3 des victimes développent un ESPT en situation
de guerre(selon Foy )
Alors que le viol occasionnerait de 31 à 57 % de cas de troubles de stress post traumatiques chez les victimes

III/ Définitions des concepts :


• EVENEMENT : du Latin « Evenire » qui signifie Arriver ; l’événement se définit comme « ce qui se
produit, arrive ou apparaît; fait, circonstance…il peut être de nature .heureux, malheureux, banal,
exceptionnel, espéré, inattendu… »

• EVENEMENT TRAUMATIQUE ou TRAUMATISANT ou EVENEMENT MAJEUR: Se définit


comme « un évènement hors du commun, dépassant le domaine des expériences habituelles, vécu
avec terreur et qui prend le sens d’une rencontre manquée avec la mort » (Pr Lebigot)

• REACTION DE STRESS : « Réaction biologique, physiologique et psychologique quasi-réflexe qu’a


un sujet face à une situation menaçante, agressante, le mettant en état de se défendre [.. ] secondaire à
une décharge d’adrénaline; à l’origine de l’accélération cardiaque, de la tension musculaire et
psychique, de la fuite de la masse sanguine de la périphérie vers les organes nobles[.] La réaction de
stress est utile; elle met le sujet en état d’alerte lorsqu’il est en face d’un danger et ce grâce à l’instinct
de conservation ou de survie.
Le « Stress » ou réaction de stress est différent des facteurs ou causes du stress, surmenage, anxiété et de
l’angoisse. La réaction de stress lorsqu’elle se répète ou dure dans le temps peut être accompagnée de
symptômes psychiques, neurovégétatifs et moteurs gênants tel que sursauts, sentiment de détresse, les
vertiges, nausées, tremblements, maladresse, automatisme des gestes. Ainsi le stress peut s’avérer
adapté ou dépassé mais dans tous les cas de figure cette réaction, tributaire de la décharge d’adrénaline
1
connait une résolution spontanée au bout de quelques heures, sans laisser de séquelles et que connait
tout un chacun face un danger.

• Traumatisme psychique =Trauma= Psycho trauma ou Etat de stress post


traumatique (pour les anglo-saxons)
« Terme utilisé en psychopathologie pour designer un phénomène d’effraction et d’envahissement de l’appareil
psychique par un afflux d’excitations violentes et agressante…son origine se trouve dans la pathologie
chirurgicale et plus précisément dans la traumatologique, par extrapolation, il est utilisé en psychopathologie.
Ce phénomène qui envahie le psychisme, déborde sa capacité de défense et bouleverse son mode de
fonctionnement » . --
*Caractéristiques du trauma ou du stress post traumatique est la rencontre avec le réel de la mort de soi, de
l’alter ego ou face à la mort horrible d’autrui, de façon brutal provoquant un sentiment d’effroi, cette agression
majeure de l’appareil psychique va s’exprimer après une phase de latence (période silencieuse ,sans
symptomes) plus ou moins longue par des symptômes pathognomoniques regroupes dans le syndrome de
reviviscence, des cauchemars traumatiques et des flashback (reviviscence diurne de l’évènement traumatique
comme au premier jour).

Evènement traumatique= Evènement majeur

-Réaction de stress -Psycho trauma= ESPT

Effraction

Phase de latence

Stress adapté Stress inadapté Reviviscences

Disparition si PEC

Agitation Sidération comportements automatiques

Résolution avec ou sans symptômes / Persistance de quelques symptômes

IV/ Etude clinique


Le diagnostic différentiel entre la réaction de stress qui concerne toute personne assistant à un évènement
majeur et qui lui permet de se mettre a l’abri , pour peu qu’elle soit consciente et le psycho trauma ou ESPT
qui représente une effraction de l’appareil psychique aux conséquences tres significatives

Diagnostic positive de l’état de stress post traumatique= trouble stress post traumatique (TSPT) se fait selon
le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM5)

Le diagnostic de TSPT n’est retenu que si les critères exigés dans les différentes catégories sont retrouvés
comme suit :

A. Exposition à la mort effective ou à une menace de mort, à une blessure grave ou à des violences sexuelles

2
B. Présence d’un (ou de plusieurs) des symptomes envahissants suivants associés à un ou plusieurs évènements
traumatiques et ayant débuté apres la survenue du ou des évènements traumatiques en cause :1- Souvenirs
répétitifs, 2- Rêves répétitifs ;3- Réactions dissociatives ,4- Sentiment intense ou prolongé de détresse
psychique 5- Réactions physiologiques marquées.

C.Evitement persistant des stimuli associés à un ou plusieurs évènements traumatiques, débutant après la
survenue du ou des évènements traumatiques

D. Altérations négatives des cognitions et de l’humeur associées à un ou plusieurs évènements traumatiques,


débutant ou s’aggravant après la survenue du ou des évènements traumatiques

E. Altérations marquées de l’éveil et de la réactivité associées à un ou plusieurs évènements traumatiques,


débutant ou s’aggravant après la survenue du ou des évènements traumatiques

F. La perturbation (symptômes des critères B, C, D, E) dure plus d’un mois

G. La perturbation entraine une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement


social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

H. La perturbation n’est pas imputable aux effets physiologiques d’une substance (p.ex. médicament, alcool) ou
à une autre affection médicale.

Rmq : Il est conseillé de spécifier le type d’état de stress post traumatique (ESPT) : avec symptômes
dissociatifs, a expression retardée…ainsi que la forme clinique qui ne remplie pas le critère temps : Le Trouble
stress aigu : Son diagnostic répond aux mêmes critères que ceux de l’état de stress post traumatique ; a
l’exception du critère C concernant la notion de temps ; pour le troubles stress aigu, la perturbation (des
symptômes du critère B) débute juste après l’exposition au traumatisme et dure au minimum 03 jours et au
maximum 01mois.
Ainsi les critères pathognomoniques de ce diagnostic se retrouvent dans l’apparition d’un syndrome de
répétition, occasionnant un changement marqué suite à un évènement traumatique.

Les autres troubles rattachés aux stress et au trauma= ESPT :

-Le burn out : Etat de stress dépasse, répété, observé, essentiellement chez les intervenants mais
également chez toute personne soumise à de forte charge émotionnelle et des pressions psychologiques
induisant un épuisement psychique.
- Le traumatisme vicariant : S’exprime de la même manière que les autres ESPT, sa particularité réside
dans son apparition chez des intervenants au prés des victimes d’événements majeurs

V/ Prise en charge du TSPT

a-Les différents temps de l’intervention :


La phase de l’Immédiat : de 0-24/ 48 heures après la survenue de l’évènement traumatique ; essentiellement
consacrée aux premier secours et a la réassurance afin de gérer la réaction de stress, c’est aussi la phase du
« defusing » où nous récoltons toutes les données nécessaires pour la gestion de la crise.

La phase du Post immédiat : entre les 48heures et les 08 jours qui suivent l’évènement, le travail est centré sur
le dépistage des éventuels ESPT et l’instauration d’un débriefing psychologique qui permet déjà de limiter
l’installation du trauma.

3
La phase du Différé : Au delà des 08 jours, la période ou le traitement spécifique doit impérativement être
instaure pour les victimes deTSPT.

b-Attitude à adopter face à un usager potentiellement traumatise :


-L’intervenant en situation de catastrophe se doit d’être visible, prévisible et disponible
-Son comportement se base sur la réassurance, l’empathie qui vont permettre au sujet de reprendre ses esprits,
de se défaire des symptômes de la réaction de stress, de se sentir en sécurité. Des gestes très simples peuvent
contribuer à ce travail primordial.

-Par ailleurs, l’intervenant se doit d’être présent, a l’écoute mais ne doit en aucun cas chercher à faire parler le
sujet de son vécu, ceci se ferra dans le post immédiat et de préférence dans le cadre d’un débriefing
psychologique.
-Il est formellement déconseille de rendre la prescription médicamenteuse systématique, surtout dans la phase
immédiate, un comportement humain, compatissant et empathique suffit largement le plus souvent. Il facilitera
le travail des spécialistes, évitera la dramatisation ou au contraire la banalisation, la désignation de bouc
émissaire..

c-La prise en charge spécifique :


-Tout praticien doit savoir ou orienter un patient susceptible de présenter un ESPT, càd vers un spécialiste de la
prise en charge du trouble.
-Cette prise en charge ne laisse que très peu de place au traitement médicamenteux car il ne peut ici avoir qu’un
rôle symptomatique.
-Le traitement curatif ne peut se trouver que dans une psychothérapie spécifique ; telle que la thérapie
analytique, mais surtout systémique et cognitivo-comportementaliste à laquelle nous intégrons des techniques
d’abréaction qui vont permettre de débloquer l’émotion figée suite au choc traumatique et de libérer le sujet de
son effroi ; a titre d’exemple nous utilisons le débriefing psychologique( technique qui repasse en revue les
faits, les pensées, les émotions et les réactions, juste avant et apes l’évènement mais surtout pendant ce qui
permet de relire de façon plus juste et de rectifier les données par rapport au vecu), EMDR(la thérapie par la
Désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), l’hypnose. Ceci permettra l’abord d’un travail
sur la reprise du contrôle sur soi , sa vie , le retour à nouveau parmi les vivants, la projection dans le futur, après
avoir réglé les questions de reconnaissance , de réparation et de justice.

VI/ Conclusion :
Les troubles liés au stress mais surtout ceux liés au traumatisme psychique peuvent bouleverser une vie en
faisant vivre l’enfer au sujet et répandre leurs conséquences sur l’entourage, voir le transmettre aux générations
suivantes. Ce constat nous amène à considérer ESPT comme un trouble profond nécessitant une mobilisation et
une sensibilisation de tous les praticiens car ce désordre qui fait suite à un évènement traumatique peut toucher
tout un chacun.

4
5