Sunteți pe pagina 1din 345

Université Libre de Bruxelles Années académiques 2008-2050

Exercices et corrigés de CdI-1


Version β

Ivik Swan
Nicolas Richard
Laurent Claessens
Dernière modification : 22 novembre 2010
http://student.ulb.ac.be/~lclaesse/
2
Table des matières

Introduction 9

1 Rappels du secondaire 11
1.1 Binôme de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2 Les nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.1 Définitions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.2 Forme polaire ou trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . 13

2 Rappels 15
2.1 Séries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.1 Rappels et définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.2 Critères de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Critère de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Critère d’équivalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Critère du quotient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Critère de la racine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Critère d’Abel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.1.3 Série de puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 Continuité et dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.1 Rappels et outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3 Développements de Taylor et Maclaurin . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.1 Exemple : un calcul heuristique de limite . . . . . . . . . . . 22
2.4 Équations différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.4.1 Équations à variables séparées . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.4.2 Équations linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.5 Topologie en général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.6 Topologie dans Rn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.6.1 Ouverts et fermés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.6.2 Intérieur, adhérence et frontière . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.6.3 Bornés et compacts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.6.4 Connexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

3
4 TABLE DES MATIÈRES

2.7 Topologie des espaces métriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28


2.8 Uniforme continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.9 Maximisation sans contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.9.1 Fonctions à une seule variable . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.9.2 Fonctions à plusieurs variables . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.9.3 Quelque mots à propos de matrices . . . . . . . . . . . . . . 30
2.9.4 Les théorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.10 Limites à plusieurs variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.11 Différentiabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.11.1 Le pourquoi et le comment de la dérivée . . . . . . . . . . . 33
2.11.2 Dérivée partielle et directionnelles . . . . . . . . . . . . . . . 34
Quelque propriétés et notations . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.11.3 Différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.11.4 Gradient et recherche du plan tangent . . . . . . . . . . . . 37
2.11.5 Différentielle comme élément de l’espace dual . . . . . . . . 38
2.11.6 Prouver qu’un fonction n’est pas différentiable . . . . . . . . 39
Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Linéarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Cohérence des dérivées partielles et directionnelle . . . . . . 40
Un candidat dans la définition (marche toujours) . . . . . . 40
2.11.7 Calcul de différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.11.8 Notes idéologiques sur le concept de plan tangent . . . . . . 42
2.12 Jacobienne et calcul de différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.12.1 Rappels et définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.13 Intégrales multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2.13.1 Intégrale sur un rectangle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2.13.2 Intégrales sur d’autres domaines . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.13.3 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Coordonnées polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Coordonnées sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2.14 Théorème de la fonction implicite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.14.1 Mise en situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.14.2 Définitions et rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
2.14.3 Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.15 Formes différentielles et son intégrale sur un chemin . . . . . . . . . 52
2.15.1 Forme différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Une petite note pour titiller monsieur Jean Doyen . . . . . . 54
L’isomorphisme musical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
Formes différentielles exactes et fermées . . . . . . . . . . . . 55
2.15.2 Intégration d’une forme différentielle sur un chemin . . . . . 56
TABLE DES MATIÈRES 5

2.15.3 Interprétation physique : travail . . . . . . . . . . . . . . . . 58


2.16 Intégrale sur une variété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2.16.1 Mesure sur une carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Exemple : la mesure de la sphère . . . . . . . . . . . . . . . 60
2.16.2 Intégrale sur une carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.16.3 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.16.4 Orientation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2.16.5 Intégrale d’une fonction sur une variété . . . . . . . . . . . . 64
2.17 Variétés et extrema liés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.17.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.17.2 Définition et propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2.17.3 Espace tangent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2.17.4 Extrema liés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2.18 Intégrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
2.18.1 Chemins de classe C 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
2.18.2 Intégrer une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.18.3 Intégrer un champ de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
2.18.4 Intégrer une forme différentielle sur un chemin . . . . . . . . 70
2.18.5 Lien entre forme différentielle et champ vectoriel . . . . . . . 70
2.18.6 Intégrer un champs de vecteurs sur un bord en 2D . . . . . 71
2.18.7 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 2D . . . . . 71
2.18.8 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 3D . . . . . 72
2.18.9 Intégrer d’un champ de vecteurs sur un bord en 3D . . . . . 72
2.19 Intégrales de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.19.1 Intégrale d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.19.2 Intégrale d’un champ de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . 73
2.20 Divergence, Green, Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
2.20.1 Théorème de la divergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
2.20.2 Formule de Green . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.20.3 Formule de Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
Quelle est la bonne orientation ? . . . . . . . . . . . . . . . . 77
2.21 Un petit extra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
2.22 Preuves de certains résultats cités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.22.1 Preuve du critère d’équivalence . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.22.2 Preuve du critère du quotient . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
2.22.3 Preuve du critère de la racine . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

3 Exercices de CdI 81
3.1 Supremum, maximum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3.2 Suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
3.2.1 Suites définies par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
6 TABLE DES MATIÈRES

3.3 Calcul de limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87


3.3.1 Limites à deux variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.4 Limite et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.5 Dérivées partielles et différentiabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
3.6 Séries et séries de puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
3.7 Exercices de topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
3.7.1 Exercices ultra basiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
3.7.2 Exercices simplement basiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
3.8 Fonctions d’une variable réelle (suite) . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
3.9 Développements de Taylor et Maclaurin . . . . . . . . . . . . . . . 109
3.10 Optimisation sans contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
3.11 Équations différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
3.11.1 Équations différentielles du premier ordre . . . . . . . . . . . 112
3.11.2 Équations différentielles du second ordre . . . . . . . . . . . 114
3.11.3 Équations différentielles : modélisation . . . . . . . . . . . . 115
3.12 Intégrales multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
3.13 Théorème de la fonction implicite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
3.14 Variétés et extrema liés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
3.15 Intégrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
3.16 Intégrales de surface, Stokes et Green . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
3.17 Réserve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

4 Travaux personnels 129


4.1 Travail personnel 2008-2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

5 Correction des exercices de rappel 131


5.1 Nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
5.2 Mes dessins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
5.3 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
5.4 Intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

6 Exercices en vrac 143


6.1 Intégrales de surface, Stokes et Green . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.2 Continuité de fonctions réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
6.3 Intégrales, longueur de courbes, EDO’s linéaires . . . . . . . . . . . 148
6.4 Calcul de limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
6.5 Dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
6.6 Intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
TABLE DES MATIÈRES 7

7 Corrections en vrac 155


7.1 Quelque corrections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
7.2 Intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
7.2.1 Série A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
7.3 Équations différentielles du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . 164
7.3.1 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
7.4 Théorème de la fonction implicite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
7.4.1 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
7.5 Intégrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
7.5.1 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
7.6 Intégrales de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

8 Corrigés systématiques 183

A Appendice 339

Appendix 339
A FAQ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339

Bibliographie 341

Index 342
8 TABLE DES MATIÈRES
Introduction

Ces notes sont les vôtres !


Ces notes sont en grande partie rédigées par Yvik Swan ainsi que par Nicolas
Richard. Il y a encore certainement des erreurs, des fautes de frappe et des choses
pas claires. Je compte sur vous (oui : toi !) pour me signaler toute imperfection (y
compris d’orthographe).
Plus vous signalez de fautes, meilleure sera la qualité du texte, et plus les
étudiants de l’année prochaine vous seront reconnaissants.

Autres notes
Un certain nombre de pré requis qui auraient pu ou dû être vus en secondaire
sont disponibles ici 1 .
Si vous avez besoin d’exercices de drill sur les limites, dérivées et primitives, il
y en a quelque uns dans les exercices de mathématique générale 2 .
Le site http://cel.archives-ouvertes.fr/ offre de nombreux cours sur dif-
férents sujets de mathématique, physique et autres sciences. Un site à retenir ; vous
pourriez en avoir besoin dans les années à venir.

1. http ://student.ulb.ac.be/ lclaesse/physique-math.pdf, pour celles et ceux qui lisent une


version papier.
2. http://student.ulb.ac.be/~lclaesse/geog.pdf

9
10 TABLE DES MATIÈRES
Chapitre 1

Rappels du secondaire

1.1 Binôme de Newton


Proposition 1.
Pour tout x, y ∈ R et n ∈ N, nous avons
n
!
n
X n n−k k
(x + y) = x y (1.1)
k=0 k
où !
n n!
= (1.2)
k k!(n − k)!
sont les coefficients binomiaux.
La preuve qui suit provient de wikipédia.
Démonstration. La preuve se fait par récurrence. La vérification pour n = 0 et
n = 1 sont faciles. Supposons que la formule (1.1) soit vraie pour n, et prouvons
la pour n + 1. Nous avons
n
!
n+1
X n n−k k
(x + y) = (x + y) · x y
k=0 k
n
! n
!
X n n−k+1 k X n n−k k+1
= x y + x y (1.3)
k=0
k k=0
k
n
! !
n+1
X n n−k+1 k n−1
X n
=x + x y + xn−k y k+1 + y n+1.
k=1 k k=0 k
La seconde grande somme peut être transformée en posant i = k + 1 :
n−1
! n
!
X n n−k k+1 X n
x y = xn−(i−1) y i−1+1, (1.4)
k=0 k i=1 i − 1

11
12 CHAPITRE 1. RAPPELS DU SECONDAIRE

dans lequel nous pouvons immédiatement renommer i par k. En remplaçant dans


la dernière expression de (1.3), nous trouvons
n
" ! !#
n+1 n+1 n+1
X n n
(x + y) =x +y + + xn−k+1 y k . (1.5)
k=1 k k−1

La thèse découle maintenant de la formule


! ! !
n n n+1
+ = (1.6)
k k−1 k

qui est vraie parce que

n! n! n!(n − k + 1) + n!k n!(n + 1)


+ = = , (1.7)
k!(n − k)! (k − 1)(n − k + 1)! k!(n − k + 1)! k!(n − k + 1)!

par simple mise au même dénominateur.

1.2 Les nombres complexes


1.2.1 Définitions de base
Un nombre complexe s’écrit sous la forme z = a+bi, où a et b sont des nombres
réels appelés (et notés) respectivement partie réelle (a = ℜ(z)) et partie imaginaire
(b = ℑ(z)) de z. L’ensemble des nombres de cette forme s’appelle l’ensemble des
nombres complexes ; cet ensemble porte une structure de corps et est noté C. Le
nombre complexe i = 0 + 1i est un nombre imaginaire qui a la particularité que
i2 = −1.
Deux nombres complexes a + bi et c + di sont égaux si et seulement si a = c
et b = d, c’est-à-dire leurs parties réelles sont égales, et leurs parties imaginaires
sont égales.
Un nombre complexe étant représenté par deux nombres, on peut le représenter
dans un plan appelé « plan de Gauss ». La plupart des opérations sur les nombres
complexes ont leur interprétation géométrique dans ce plan.
Pour z = a + bi un nombre complexe, on note z̄ = a − bi le complexe conjugué
de z. Dans le plan de Gauss, il s’agit du symétrique de z par rapport à la droite
réelle (généralement dessinée horizontalement). √ √
On définit le module du complexe z par |z| = zz̄ = a2 + b2 . Dans le plan
de Gauss, il s’agit de la distance entre 0 et z.
Proposition 2.
Pour tout z = a + bi et z ′ nombres complexes, on a
1.2. LES NOMBRES COMPLEXES 13

a. zz̄ = a2 + b2 ;
b. z̄¯ = z ;
c. |z| = |z̄| ;
d. |zz ′ | = |z| |z ′ | ;
e. |z + z ′ | ≤ |z| + |z ′ |.

1.2.2 Forme polaire ou trigonométrique


Dans le plan de Gauss, le module d’un complexe z représente la distance entre
0 et z. On appelle argument de z (noté arg z) l’angle (déterminé à 2π près) entre
le demi-axe des réels positifs et la demi-droite qui part de 0 et passe par z. Le
module et l’argument d’un complexe permettent de déterminer univoquement ce
complexe puisqu’on a la formule

z = a + bi = |z| (cos(arg(z)) + i sin(arg(z)))

L’argument de z se détermine via les formules


a b
= cos(arg(z)) = sin(arg(z))
|z| |z|

ou encore par la formule


b
= tan(arg(z)) en vérifiant le quadrant.
a
La vérification du quadrant vient de ce que la tangente ne détermine l’angle qu’à
π près.
14 CHAPITRE 1. RAPPELS DU SECONDAIRE
Chapitre 2

Rappels

2.1 Séries
2.1.1 Rappels et définitions
La notion de série formalise le concept de somme infinie. L’absence de certaines
propriétés de ces objets (problèmes de commutativité et même d’associativité) in-
citent à la prudence et montrent à quel point une définition précise est importante.
P
Soit (ak )k≥k0 une suite réelle. La série de terme général (ak ), notée ∞i=k0 ai ,
est la suite (sn )n≥k0 dont les termes sont donnés par

k
X
def
sn = ai
i=k0

et sont appelés les sommes partielles de la série.


P
La série ∞i=k0 ai converge si la suite (sn ) converge vers un réel s. Sa limite est
appelée la somme de la série et on note

X n
X
ai = lim ai . (2.1)
n→∞
i=k0 i=k0

Si la série ne converge pas, elle diverge et peut alors avoir une limite infinie (unique-
ment si le terme général est réel, on note alors +∞ ou −∞ sa limite) ou pas de
P P∞
limite. La série ∞ i=k0 ai converge absolument si la série i=k0 |ai | converge.

Proposition 3.
Les principales propriétés de la somme définie par la limite (2.1) sont
a. Si une série converge absolument, alors elle converge (simplement).

15
16 CHAPITRE 2. RAPPELS

b. Si la série est à termes positifs –c’est-à-dire pour tout indice k, ak ∈ R et


ak ≥ 0– il n’y a aucune différence entre convergence absolue et convergence
simple.
c. Si une série converge, son terme général doit tendre vers 0.
d. Si la série converge alors la somme est associative
e. Si la série converge absolument, alors la somme est commutative.

Remarque 4.
Vue comme somme infinie, l’associativité et la commutativité dans une série sont
perdues. Néanmoins, il subsiste que
a. si la série converge, on peut regrouper ses termes sans modifier la convergence
ni la somme (associativité),
b. si la série converge absolument, on peut modifier l’ordre des termes sans
modifier la convergence ni la somme (commutativité).

Exemple 5. a. La série harmonique est



X 1
i=1 i

et diverge (possède une limite +∞).


b. La série géométrique de raison q ∈ C est

X
qi
i=0

et converge absolument si |q| < 1 et diverge si |q| ≥ 1. De plus, pour tout


naturel n,
Xn
1 − q n+1 X∞
1
qi = et qi = .
i=0 1−q i=0 1−q
La seconde égalité est vraie si et seulement si |q| < 1.
c. Pour α ∈ R, la série de Riemann (ou Dirichlet)

X 1
α
(2.2)
i=1 i

converge (absolument, puisque réelle et positive) si et seulement si α > 1, et


diverge sinon.
2.1. SÉRIES 17

2.1.2 Critères de convergence


Remarque 6.
Étant donné le terme général d’une série, il est souvent –dans les cas qui nous
intéressent– difficile de déterminer la somme de la série. L’exemple de la série
géométrique est particulier, puisqu’on connait une formule pour chaque somme
partielle, mais pour l’exemple des séries de Riemann il n’y a aucune formule simple
pour un α général. D’où l’intérêt d’avoir des critères de convergence ne nécessitant
aucune connaissance de l’éventuelle limite de la série.

Critère de comparaison
P P
Soient i ai et j bj deux séries à termes positifs vérifiant
0 ≤ ai ≤ bi
alors
P P
a. si i ai diverge, alors j bj diverge,
P P
b. si j bj converge, alors i ai converge (absolument).

Critère d’équivalence
P P
Soient i ai et j bj deux séries à termes positifs. Supposons l’existence de la
limite (éventuellement infinie) suivante
ai
lim = α ∈ R ou α = ∞.
i→∞ bi

Dans ce cas, nous avons


a. si α 6= 0 et α 6= ∞, alors
X X
ai converge ⇐⇒ bj converge,
i j
P P
b. si α = 0 et j bj converge, alors i ai converge (absolument),
P P
c. si α = +∞ et j bj diverge, alors i ai diverge.
Une preuve est donnée à la page 79.

Critère du quotient
P
Soit i ai une série. Supposons l’existence de la limite (éventuellement infinie)
suivante
ai+1
lim = L ∈ R ou L = ∞.
i→∞ ai

Alors
18 CHAPITRE 2. RAPPELS

a. si L < 1, la série converge absolument,


b. si L > 1, la série diverge,
c. si L = 1 le critère échoue : il existe des exemple de convergence et des
exemples de divergence.
Une preuve est donnée à la page 80.

Critère de la racine
P
Soit i ai une série, et considérons
q
lim sup i |ai | = L ∈ R ou L = ∞.
i→∞

Alors
a. si L < 1, la série converge absolument,
b. si L > 1, la série diverge,
c. si L = 1 le critère échoue.
Une preuve est donnée à la page 80.
Les critères de comparaison, d’équivalence, du quotient et de la racine sont des
critères de convergence absolue. Pour conclure à une convergence simple qui n’est
pas une convergence absolue, le critère d’Abel sera notre outil principal.

Critère d’Abel
Proposition 7 (Proposition 5, page 122).
P
Soit la série i ci zi avec
a. (ci ) est une suite réelle décroissante qui tend vers zéro,
b. (zi ) est une suite dans C dont la suite des sommes partielles est bornée dans
C, c’est à dire qu’il existe un M > 0 tel que pour tout n,
n
X
(2.3)

zi ≤ M.

i=1
P
Alors la série i ci zi est convergente.
Remarquons que ce critère ne donne pas de convergence absolue.
Exemple 8.
Le critère des séries alternées est un cas particulier de ce critère : si ci est une
suite décroissante à limite nulle, alors la série

X
(−1)i ci
i=0

converge simplement.
2.1. SÉRIES 19

2.1.3 Série de puissances


Une série de puissance est une série de la forme

X
ck (z − z0 )k (2.4)
k=0

où z0 ∈ C est fixé, (ck ) est une suite complexe fixée, et z est un paramètre complexe.
Nous disons que cette série est centrée en z0 .
Théorème 9.
Considérons la série de puissances donnée par le terme général ck (z −z0 )k . Si nous
posons
1 q
α= = lim sup k |ck | (2.5)
R
alors la série converge absolument si |z − z0 | < R et diverge si |z − z0 | > R.
De plus, ce rayon de convergence peut être calculé par la formule alternative
1

ck+1
α= = lim (2.6)
R k→∞ ck
lorsque ck est non nul à partir d’un certain k.
Le disque |z − z0 | ≤ R est le disque de convergence de la série (2.4). Notez
que ce théorème ne dit rien pour les points tels que |z − z0 | = R. Il faut traiter
ces points au cas par cas. Et le pire, c’est qu’une série donnée peut converger pour
certain des points sur le bord du disque, et diverger en d’autres. Il y a un dessin
à la figure 2.1.

b
z0

Figure 2.1 – À l’intérieur du disque de convergence, la convergence est absolue.


En dehors, la série diverge. Sur le cercle proprement dit, tout peut arriver.

Le disque de centre z0 et de rayon R est appelé disque de convergence. Pour un


complexe z sur le bord de ce disque, c’est-à-dire tel que |z − z0 | = R, le comporte-
ment peut-être très varié (convergence absolue, convergence simple ou divergence)
et n’est éventuellement pas le même sur tout le bord.
20 CHAPITRE 2. RAPPELS

L’étude de ce qu’il se passe sur le bord du disque de convergence commence


par y étudier la convergence absolue, c’est à dire étudier la série
X X
|ck (z − z0 )k | = |ck |Rk (2.7)
k k

parce que sur le bord, |z −z0 | = R. L’étude du terme général |ck |Rk a deux utilités :
P
a. Si la somme k |ck |Rk converge, alors la série converge uniformément sur le
bord,
b. si la suite |ck |Rk ne tend pas vers zéro, alors la série ne converge même pas
simplement sur le bord.

2.2 Continuité et dérivabilité


2.2.1 Rappels et outils
On considère dans la suite une fonction f : A → R, où a ∈ A ⊂ R ; cependant,
les notions de continuité et de dérivabilité se généralisent immédiatement au cas
de fonctions à valeurs vectorielles ; la notion de continuité se généralise au cas des
fonctions à plusieurs variables (la notion de dérivabilité est remplacée par celle de
différentiabilité dans ce cadre).
Définition 1.
La fonction f est continue en a si

lim f (x)
x→a

existe (et vaut alors f (a)).


Définition 2.
La fonction f est dérivable en a si a ∈ int A et si

f (x) − f (a)
lim
x→a
x6=a x−a

existe. On note alors cette quantité f ′ (a), c’est le nombre dérivé de f en a. La


fonction dérivée de f est

f ′ : A′ → R : a 7→ f ′ (a)

définie sur l’ensemble noté A′ des points a où f est dérivable.


2.3. DÉVELOPPEMENTS DE TAYLOR ET MACLAURIN 21

Définition 3.
Une fonction est continue (resp. dérivable) si elle est continue (resp. dérivable) en
tout point a ∈ A de son domaine.
Exemple 10.
Montrons que la fonction f : R → R : x 7→ x est continue et dérivable.
Continuité Soit a ∈ R, et montrons limx→a x = a. En effet, soit ǫ > 0, et
choisissons δ = ǫ. Si |x − a| < δ alors

|f (x) − f (a)| = |x − a| < δ = ǫ

ce qui prouve la continuité.


Dérivabilité Soit a ∈ R. Calculons la limite du quotient différentiel
x−a
lim = lim 1 = 1
x→a
x6=a x − a x→a
x6=a

ce qui prouve que f est dérivable et que sa dérivée vaut 1 en tout point a de
R.

2.3 Développements de Taylor et Maclaurin


Nous voulons formaliser l’idée d’une
 fonction
 qui tend vers zéro « plus vite »
qu’une autre. Nous disons que f ∈ o ϕ(x) si

f (x)
lim = 0. (2.8)
x→0 ϕ(x)

En particulier, nous disons que f ∈ o(x) lorsque limx→0 f (x)/x = 0.


La proposition suivante se trouve à la page 216.
Proposition 11.
Soient f : I ⊂ R → R et a ∈ Int(I). Soit un entier k ≥ 1. Si f est k fois dérivable
en a, alors il existe un et un seul polynôme P de degré ≤ k tel que
 
f (x) − P (x − a) ∈ o |x − a|k (2.9)

lorsque x → a, x 6= a. Ce polynôme est donné par


f ′′ (a) 2 f (k) (a) k
P (h) = f (a) + f ′ (a)h + h + ...+ h . (2.10)
2! k!
La proposition suivant, de la page 218, donne une intéressante façon de trouver
le reste d’un développement de Taylor.
22 CHAPITRE 2. RAPPELS

Proposition 12.
Soient I, un intervalle dans R et f : I → R une fonction de classe C k sur I telle
que f (k+1) existe sur I. Soient a ∈ Int (I) et x ∈ I. Alors il existe c strictement
compris entre x et a tel que

f (k+1) (c)
Rf,a,k (x) = (x − a)k+1 . (2.11)
(k + 1)!

2.3.1 Exemple : un calcul heuristique de limite


Au cours de la résolution de l’exercice 125f, nous devons calculer la limite
suivante :
e−2 cos(x)+2 sin(x)
lim √ . (2.12)
x→0 e2 cos(x)+2 − 1
La stratégie que nous allons suivre pour calculer cette limite est de développer
certaines parties de l’expression en série de Taylor, afin de simplifier l’expression.
La première chose à faire est de remplacer ey(x) par 1 + y(x) lorsque y(x) → 0. La
limite devient  
− 2 cos(x) + 3 sin(x)
lim q . (2.13)
x→0
−2 cos(x) + 2
Nous allons maintenant remplacer cos(x) par 1 au numérateur et par 1 − x2 /2
au dénominateur. Pourquoi ? Parce que le cosinus du dénominateur est dans une
racine, donc nous nous attendons à ce que le terme de degré deux du cosinus donne
un degré un en dehors de la racine, alors que du degré un est exactement ce que
nous avons au numérateur : le développement du sinus commence par x.
Nous calculons donc
sin(x) sin(x)
lim r  = lim = 1. (2.14)
x→0 x2
 x→0 x
−2 1 − 2 + 2

Tout ceci n’est évidement pas très rigoureux, mais en principe vous avez tous les
éléments en main pour justifier les étapes.

2.4 Équations différentielles


Le recueil d’exercice de deuxième année 1 contient beaucoup de choses intéres-
santes aussi.
1. http://student.ulb.ac.be/~lclaesse/CdI2.pdf
2.4. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES 23

2.4.1 Équations à variables séparées


Une équation à variables séparées est une équation de la forme
y ′ = u(t)f (y). (2.15)
Les deux résultats qui résolvent ce cas sont donnés aux pages 311 et 313 du cours
de première année.
Proposition 13.
Nous considérons l’équation (2.15) avec u(t) continue sur I et f continue sur J
avec f (η) 6= 0 pour tout η ∈ J. Soit U, une primitive de u sur I, et G, une
primitive de 1/f sur J.
Si y : Y ′ → J est une fonction sur un intervalle I ′ ⊂ I, alors y est solution de
l’équation (2.15) si et seulement si il existe C ∈ R tel que
 
G y(t) = U(t) + C. (2.16)
Cette proposition dit que
 toutes
 les solutions qui ne s’annulent jamais sur un
intervalle ont la forme G y(t) = U(t) + C et peuvent donc être trouvées en
calculant des primitives.
La formule (2.16) peut être obtenue de la façon heuristique suivante, en écrivant
y = dy/dt, et en passant le dt à droite. Nous trouvons successivement

y ′ = u(t)f (y)
dy = u(t)f (y)dt
dy
= u(t)dt
f (y) (2.17)
Z Z
dy
= u(t)dt
f (y)
G(y) = U(t) + C.
Proposition 14.
Soient u continue sur I et f continue sur J, et f (η) 6= 0 sur J. Soient t0 ∈ I et
y0 ∈ J. Alors il existe I ′ ⊂ I avec t0 ∈ I ′ et f ∈ C 1 (I ′ → J) tels que
a. y est solution de (2.15) sur I ′ et vérifie y(t0 ) = y0 ,
b. si z est une solution de (2.15) sur I ′′ ⊂ I ′ avec t0 ∈ I ′′ et z(t0 ) = y0 , alors
I ′′ ⊂ I ′ et z(t) = y(t) pour tout t ∈ I ′′ .

2.4.2 Équations linéaires


Une équation différentielle linéaire est une équation de la forme
y ′ + u(t)y = v(t). (2.18)
24 CHAPITRE 2. RAPPELS

La technique pour résoudre cette équation est de commencer par résoudre l’équa-
tion homogène associée. Si U(t) est une primitive de u(t), nous avons

yH (t) + u(t)yH (t) = 0

yH
= −u(t)
yH (2.19)
ln(yH ) = −U(t) + C
yH (t) = e−U (t)+C = Ke−U (t)

où K = eC .
Cela fournit la solution générale de l’équation homogène. Il existe un truc génial
qui permet d’en tirer la solution générale du système non homogène. Lorsque nous
avons trouvé yH (t) = Ke−U (t) , le symbole K désigne une constante. La méthode
de variation des constantes consiste à essayer la solution

y(t) = K(t)e−U (t) , (2.20)

c’est à dire à dire que la constante est en réalité une fonction. Afin de trouver quelle
fonction K(t) fait en sorte que l’essai (2.20) soit une solution, nous la remplaçons
dans l’équation de départ y ′ + uy = v. Maintenant,

y ′(t) = K ′ (t)e−U (t) − K(t)u(t)e−U (t) . (2.21)

En remettant dans l’équation,

y ′ + uy = K ′ e−U − Kue−U + uKe−U = K ′ e−U = v. (2.22)

Notez que les termes en K se sont miraculeusement simplifiés. Cela est directe-
ment dû au fait que e−U est solution de l’équation homogène. Nous restons avec
l’équation
v
K ′ = −U (2.23)
e
pour K(t). La solution générale du problème non homogène est donc finalement
donnée par  
y(t) = W (t) + C e−U (t) (2.24)

si W (t) est une primitive de v(t)eU (t) .


Tout ceci est un peu heuristique. La proposition suivante (page 308) dit dans
quels cas ça fonctionne.
Proposition 15.
Soient u et v continues sur I et U, une primitive de u sur I et W une primitive
2.5. TOPOLOGIE EN GÉNÉRAL 25

de ve−U sur I. Une fonction y : I → R est solution de y ′ + u(t)y = v(t) si et


seulement si il existe une constante C ∈ R telle que
 
y(t) = W (t) + C eU (t) (2.25)

pour tout t ∈ I.

Le corollaire de la page 310 lui règle son compte au problème de Cauchy. Si


t0 ∈ I et si y0 ∈ R, alors il existe une unique solution y sur I à l’équation linéaire
telle que y(t0 ) = y0 .

2.5 Topologie en général


Cette section sur la topologie en général peut être sautée dans un premier
temps. Celles et ceux qui ont dans l’idée de faire de la mathématique plus avancée
dans les années à venir devraient toutefois y jeter un œil.

Définition 16.
Soit E, un ensemble et T , une partie de l’ensemble de ses parties qui vérifie les
propriétés suivantes
a. les ensembles ∅ et E sont dans T ,
b. Si I est n’importe quel ensemble et si pour tout i ∈ I, nous avons un élément
Oi ∈ T , alors ∪i∈I Oi ∈ T ,
c. Si J est un ensemble fini et si pour tout j ∈ J, nous avons un élément
Oj ∈ T , alors ∩j∈J Oj ∈ T .
Les deux dernières propriétés s’énoncent en disant que toute réunions d’éléments
de T est un élément de T et que toute intersection finie d’éléments de T est un
élément de T .
Un tel choix T de sous-ensembles de E est une topologie sur E, et les éléments
de T sont appelés des ouverts. Nous disons que un sous ensemble A de E est
fermé si son complémentaire, Ac est ouvert.

Dès que nous avons une topologie, nous avons une notion de convergence de
suite : nous disons qu’une suite xn d’éléments de E converge vers l’élément x
de E si pour tout ouvert O contenant x, il existe un K tel que k > K implique
xk ∈ O. Cette définition est exactement celle donnée pour la convergence de suites
dans Rn , à part que nous avons remplacé le mot « boule » par « ouvert ».
Dans un espace topologique, nous avons une caractérisation très importante
des ouverts.
26 CHAPITRE 2. RAPPELS

Théorème 17.
Une partie A de E est ouverte si et seulement si pour tout x ∈ A, il existe un
ouvert autour de x contenu dans A.
Démonstration. Le sens direct est évident : A lui-même est un ouvert autour de
x ∈ A, qui est inclus à A.
Pour le sens inverse, pour chaque x ∈ A, nous considérons l’ensemble Ox ⊂ A,
un ouvert autour de x. Nous avons que
[
A= Ox . (2.26)
x∈A

En effet A ⊂ ∪x∈A Ox parce que tous les éléments de A sont dans un des Ox , par
construction. D’autre part, ∪x∈A Ox ⊂ A parce que chacun des Ox est compris
dans A.
L’union du membre de droite de (2.26) est une union d’ouverts et est donc un
ouvert. Cela prouve que A est un ouvert.

Une utilisation typique de ce théorème est faite à l’exercice 90.

2.6 Topologie dans Rn


Dans cette section, nous travaillons dans l’espace Rn pour un certain naturel
n. Nous y définissons la notion d’ouvert et de fermé, qui sont la base de la topolo-
gie générale. Notons que ces définitions n’ont de sens que relativement à l’espace
ambiant, aussi un ouvert de R ne sera en général pas un ouvert de R2 : d’une
part, il n’y a pas d’inclusion canonique de R dans R2 (les ouverts du second ne
sont même pas des sous-ensembles du premier) et, d’autre part, les définitions se
basent sur la notion de boule de Rn qui dépend évidemment de la valeur de n (une
boule dans R est un intervalle, dans R2 c’est un disque, etc.)

2.6.1 Ouverts et fermés


Définition 18.
La boule ouverte de centre x0 ∈ Rn et de rayon r ∈ R+ est définie par
B(x0 , r) = {x ∈ Rn | kx − x0 k < r}, (2.27)
tandis que la boule fermée de centre x0 et de rayon r est
B̄(x0 , r) = {x ∈ Rn | kx − x0 k ≤ r}; (2.28)
la différence est que l’inégalité dans la première est stricte.
2.6. TOPOLOGIE DANS RN 27

2.6.2 Intérieur, adhérence et frontière


Définition 19.
Soit A ⊂ Rn et x ∈ Rn . Le point x est intérieur à A si il existe une boule autour
de x complètement contenue dans A. L’ensemble des points intérieurs à A est noté
int A ou Å, de sorte qu’on a précisément
def
x ∈ int A ⇐⇒ ∃ǫ > 0 | B(x, ǫ) ⊂ A.

Définition 20.
Le point x est dans l’adhérence de A si toute boule autour de x intersecte A.
L’ensemble de ces points est noté adh A ou Ā, et on a donc de manière plus précise
def
x ∈ adh A ⇐⇒ ∀ǫ > 0, B(x, ǫ) ∩ A 6= ∅ (2.29)

Proposition 21.
Pour A ⊂ Rn , nous avons
int A ⊆ A ⊆ adh A
Définition 22.
La frontière ou le bord de A est défini par ∂A = adh A \ int A. L’ensemble A est
un ouvert si A = int A, et c’est un fermé si A = adh A.
On vérifiera que les notations et les dénominations sont cohérentes en prouvant
la proposition suivante.
Proposition 23.
Pour ǫ > 0,
a. l’adhérence de B(x, ǫ) est B̄(x, ǫ),
b. l’intérieur de B̄(x, ǫ) est B(x, ǫ),
c. la boule ouverte B(x, ǫ) est un ouvert,
d. la boule fermée B̄(x, ǫ) est un fermé.
Nous avons également les liens suivants entre intérieur, adhérence, ouvert, fermé
et passage au complémentaire (noté c ) :
Proposition 24.
Si A ⊂ Rn et Ac = Rn \ A, nous avons
a. (int A)c = adh(Ac ) et (adh A)c = int(Ac ),
b. A est ouvert si et seulement si Ac est fermé,
c. int A est le plus grand ouvert contenu dans A,
d. adh A est le plus petit fermé contenant A,
28 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.6.3 Bornés et compacts


Définition 25.
Un sous ensemble A ⊂ Rn est borné si il existe une boule de Rn contenant A.

Proposition 26.
Toute réunion finie d’ensembles bornés est un ensemble borné. Toute partie d’un
ensemble borné est un ensemble borné.

Définition 27.
La partie A ⊂ Rn est compacte si et seulement si, pour tout recouvrement de A
par des ouverts (c’est-à-dire une collection d’ouverts dont la réunion contient A)
on peut tirer un recouvrement fini.

Proposition 28.
Une partie de Rn est compacte si et seulement si elle est fermée et bornée.

2.6.4 Connexité
Définition 29.
Le sous ensemble A ⊂ Rn est connexe par arcs si pour tout x, y ∈ A, il existe
un chemin 2 contenu dans A les reliant, c’est-à-dire une application continue

γ : [0, 1] → Rn | γ(0) = x et γ(1) = y

avec γ(t) ∈ A pour tout t ∈ [0, 1].

2.7 Topologie des espaces métriques


Si E est un ensemble, une distance sur E est une application d : E × E → R
telle que pour tout x, y ∈ E,
a. d(x, y) ≥ 0
b. d(x, y) = 0 si et seulement si x = y,
c. d(x, y) = d(y, x)
d. d(x, y) ≤ d(x, z) + d(z, y).
La dernière condition est l’inégalité triangulaire. Le couple (E, d) d’un ensemble
et d’une métrique est un espace métrique.
2. Attention : ici quand on dit chemin, on demande que l’application soit continue. Dans de
nombreux cours de géométrie différentielle, on demande C ∞ . Il faut s’adapter au contexte.
2.8. UNIFORME CONTINUITÉ 29

Dès que l’ensemble E est muni d’une distance, nous définissons une topologie
en disant que les boules

B(x, r) = {y ∈ E | d(x, y) < r} (2.30)

sont ouvertes.

2.8 Uniforme continuité


Nous avons la proposition de la page 181.
Proposition 30.
Soit f : A ⊂ Rn → B ⊂ Rm une bijection continue. Si A est compact, alors
f −1 : B → A est continue.
La proposition suivante est la proposition 3, à la page 170.
Proposition 31.
Soient I un intervalle dans R et f : I → R une fonction continue strictement
monotone. Alors la fonction réciproque f −1 : f (I) → R est continue sur l’intervalle
f (I).

2.9 Maximisation sans contraintes


2.9.1 Fonctions à une seule variable
Définition 32.
Soit f : A ⊂ R → R et a ∈ A. Le point a est un maximum local de f si il existe
un voisinage U de a tel que f (a) ≥ f (x) pour tout x ∈ U ∩ A. Le point a est un
maximum global si f (a) ≥ g(x) pour tout x ∈ A.
La proposition basique à utiliser lors de la recherche d’extrema est la suivante :
Proposition 33.
Soit f : A ⊂ R → R et a ∈ Int(A). Supposons que f est dérivable en a. Si a est
un extremum local, alors f ′ (a) = 0.
La réciproque n’est pas vraie, comme le montre l’exemple de la fonction x 7→ x3
en x = 0 : sa dérivée est nulle et pourtant x = 0 n’est ni un maximum ni un
minimum local.
Cette proposition ne sert donc qu’à sélectionner des candidats extremum. Afin
de savoir si ces candidats sont des extrema, il y a la proposition suivante (propo-
sition 1, page 227).
30 CHAPITRE 2. RAPPELS

Proposition 34.
Soit f : I ⊂ R → R, une fonction de classe C k au voisinage d’un point a ∈ Int I.
Supposons que
f ′ (a) = f ′′ (a) = . . . = f (k−1) (a) = 0, (2.31)
et que
f (k) (a) 6= 0. (2.32)
Dans ce cas,
a. Si k est pair, alors a est un point d’extremum local de f , c’est un minimum
si f (k) (a) > 0, et un maximum si f (k) (a) < 0,
b. Si k est impair, alors a n’est pas un extremum local de f .
Note : jusqu’à présent nous n’avons rien dit des extrema globaux de f . Il n’y a
pas grand chose à en dire. Si un point d’extremum global est situé dans l’intérieur
du domaine de f , alors il sera extremum local (a fortiori). Ou alors, le maximum
global peut être sur le bord du domaine. C’est ce qui arrive à des fonctions stricte-
ment croissantes sur un domaine compact.
Une seule certitude : si une fonction est continue sur un compact, elle possède
une minimum et un maximum global.

2.9.2 Fonctions à plusieurs variables


2.9.3 Quelque mots à propos de matrices
Les notions qui suivent seront vues au cours de géométrie lorsqu’il sera temps.
Si g est une application bilinéaire sur R2 , nous disons qu’elle est
a. Définie positive si g(u, u) ≥ 0 pour tout u ∈ R2 et g(u, u) = 0 si et
seulement si u = 0.
b. semi-définie positive si g(u, u) ≥ 0 pour tout u ∈ R2 .
Une matrice M est définie positive si v t Mv > 0 pour tout v 6= 0, en particulier
si v est un vecteur propre de valeur propre λ (c’est à dire si Mv = λv), alors
λv t v > 0, et donc λ > 0. Donc M sera définie positive si toutes ses valeurs propres
sont positives.
Proposition 35.
Soit M, une matrice 2 × 2 symétrique 3 . Nous avons
a. det M > 0 et Tr(M) > 0 implique M définie positive,
b. det M > 0 et Tr(M) < 0 implique M définie négative,
3. la matrice d2 f (a) est toujours symétrique quand f est de classe C 2 .
2.9. MAXIMISATION SANS CONTRAINTES 31

c. det M < 0 implique ni semi définie positive, ni définie négative (et donc pas
un extrema dans le cas où M = d2 f (a) par le point b de la proposition 36),
d. det M = 0 implique M semi-définie positive ou semi-définie négative.

2.9.4 Les théorèmes


Un point a à l’intérieur du domaine d’une fonction f : A ⊂ Rn → R est une
point critique de f lorsque df (a) = 0. Ces points sont analogues aux points où
la dérivée d’une fonction sur R s’annule. Les points critiques de f sont dons les
candidats à être des points d’extremum.

Proposition 36.
Soit f : A ⊂ Rn → R une fonction de classe C 2 au voisinage de a ∈ Int(A).
a. Si a est un point critique de f , et si d2 f (a) est définie positive, alors a est
un minimum local strict de f ,
b. Si a est un minimum local, alors a est un point critique et d2 f (a) est semi-
définie positive.

La seconde partie de l’énoncé est tout à fait comparable au fait bien connu que,
pour une fonction f : R → R, si le point a est minimum local, alors f ′ (a) = 0 et
f ′′ (a) ≥ 0. Notez le fait que l’inégalité n’est pas stricte, ce qui correspond à d2 f (a)
semi-definie positive.
Pour rappel, dans le cas d’une fonction à deux variables, d2 f (a) est la matrice
(et donc l’application linéaire)
 
d2 f d2 f
(a) (a)
d2 f (a) =  dx2 2 dx dy . (2.33)
d f d2 f
dy dx
(a) dy 2 (a)

Dans le cas d’une fonction C2, cette matrice est symétrique.


La méthode pour chercher les extrema de f est donc de suivre le points suiv-
ants :
a. Trouver les candidats extrema en résolvant ∇f = (0, 0),
b. écrire d2 f (a) pour chacun des candidats
c. calculer les valeurs propres de d2 f (a), déterminer si la matrice est définie
positive ou négative,
d. conclure.
32 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.10 Limites à plusieurs variables


Prenons une fonction f : Rn → R. Nous disons que

lim f (x) = l ∈ R (2.34)


x→x0

lorsque ∀ǫ > 0, ∃δ tel que kx − x0 k ≤ δ implique |f (x) − l| ≤ ǫ.


Remarquez qu’ici, x ∈ Rn , et sachez distinguer k.k, la norme dans Rn de |.|
qui est la valeur absolue dans R. Une autre façon d’exprimer cette définition est
que l’ensemble des valeurs atteintes par f dans une boule de rayon δ autour de x0
n’est pas très loin de l. Nous définissons donc

Eδ = {f (x) | x ∈ B(x0 , δ)}. (2.35)

Notez que si f n’est pas définie en x0 , il n’y a pas de valeurs correspondantes au


centre de la boule dans Eδ . Ceci est évidement la situation générique lorsqu’il y a
une indétermination à lever dans le calcul de la limite. Nous avons alors que

lim f (x) = l (2.36)


x→x0

lorsque ∀ǫ > 0, ∃δ tel que

sup{|v − l| | v ∈ Eδ } ≤ ǫ. (2.37)

Une façon classique de montrer qu’une limite n’existe pas, est de prouver que, pour
tout δ, l’ensemble Eδ contient deux valeurs constantes. Si par exemple 0 ∈ Eδ et
1 ∈ Eδ pour tout δ, alors aucune valeur de l (même pas l = ±∞) ne peut satisfaire
à la condition (2.37) pour toute valeur de ǫ.
Nous laissons à la sagacité de l’étudiant le soin d’adapter tout ceci pour le cas
limx→x0 f (x) = ±∞.
La proposition suivante semble évidente, mais nous sera tellement utile qu’il
est préférable de l’expliciter :
Proposition 37.
Soit f : D → R une fonction dont le domaine s’écrit comme une réunion finie
k
[
D= Ai
i=1

où k est un entier. Soit a ∈ adh D tel que a ∈ adh Ai pour tout i ≤ k, et soit
b ∈ R. Alors, la limite
lim f (x)
x→a
2.11. DIFFÉRENTIABILITÉ 33

existe et vaut b si et seulement si chacune des limites

lim f (x)
x→a
x∈Ai

existe et vaut b.
Démonstration. On sait déjà que si la limite de f : D → R existe, alors toute
restriction à Ai admet la même limite. Il suffit donc de prouver la réciproque.
Par hypothèse, pour tout i = 1 . . . k, nous savons que

∀ǫ > 0 ∃δi > 0 | (x ∈ Ai ) et (kx − ak < δi ) ⇒ kf (x) − bk < ǫ

Si ǫ est fixé, posons δ = mini {δi }. Nous savons alors que


a. pour tout x ∈ D, il existe i tel que x ∈ Ai , et
b. si x vérifie kx − ak < δ, alors pour tout i, kx − ak < δi par définition de δ.
On en déduit que si x ∈ D et kx − ak < δ, alors il existe i tel que x ∈ Ai et
kx − ak < δi , ce qui implique |f (x) − b| < ǫ et prouve la continuité.

Exemple 38. a. Pour qu’une fonction f : R → R admette une limite en a ∈ R,


il faut et il suffit qu’elle y admette une limite à droite et une limite à gauche
qui soient égales.
b. Une suite (xk ) admet une limite si et seulement si les sous suites (x2k ) et
(x2k+1 ) convergent vers la même limite. Ceci n’est pas une application directe
de la proposition, mais la teneur est la même.

2.11 Différentiabilité
2.11.1 Le pourquoi et le comment de la dérivée
La notion de dérivée est associée à la recherche de la droite tangente à une
courbe. Reprenons rapidement le cheminement. La dérivée de f : R → R au point
a est un nombre f ′ (a), qui définit donc une application linéaire dont le coefficients
angulaire est f ′ (a), et que nous notons dfa :

dfa : R → R
(2.38)
u 7→ f ′ (a)u.

La droite donnée par l’équation

y(a + u) = f ′ (a)u (2.39)


34 CHAPITRE 2. RAPPELS

est parallèle à la tangente en a. Pour trouver la tangente, il suffit de la décaler de


 hauteur
la  qu’il faut. L’équation de la droite tangente au graphe de f au point
a, f (a) devient

y(x) = f (a) + f ′ (a)(x − a) = f (a) + dfa (x − a). (2.40)

Nous nous proposons de généraliser cette formule au cas de la recherche du plan


tangent à une surface.

2.11.2 Dérivée partielle et directionnelles


Soit une fonction f : A ⊂ Rn → Rm . Si n 6= 1, la notion de dérivée de la
fonction f n’a plus de sens puisqu’on ne peut plus parler de pente de la tan-
gente au graphe de f en un point. On introduit alors quelque notions qui feront,
en dimension quelconque, le même travail que la dérivée en dimension un : les
dérivées directionnelles et la différentielle. Nous allons voir qu’en dimension un, la
différentielle coïncide avec la dérivée.
Définition 39.
Soit un point a ∈ int A et un vecteur u ∈ Rn avec kuk = 1. La dérivée de f au
point a dans la direction u est donnée par la limite suivante, si elle existe

∂f f (a + tu) − f (a)
(a) = lim (2.41)
∂u t→0 t
Géométriquement, il s’agit du taux de variation instantané de f en a dans la
direction du vecteur u, c’est-à-dire de la pente de la tangente dans la direction du
vecteur u au graphe de f au point (a, f (a)).
Remarque 40.
On peut reformuler la définition en écrivant x = a + u, on obtient :

f (a + u) − f (a) − T (u)
lim = 0. (2.42)
u→0
u6=0
kuk

Remarque 41.
Pourquoi avons-nous posé la condition kuk = 1 ? Le but de la dérivée directionnelle
dans la direction u est de savoir à quelle vitesse la fonction monte lorsque l’on se
déplace en suivant la direction u. Cette information n’aura un caractère « objectif »
que si l’on avance à une vitesse donnée. En effet, si on se déplace deux fois plus
vite, la fonction montera deux fois plus vite. Par convention, nous demandons donc
d’avancer à vitesse 1.
2.11. DIFFÉRENTIABILITÉ 35

Cas particulier où n = 2 :

a = (a1 , a2 ), u = (u1 , u2 ) et

∂f f (a1 + tu1 , a2 + tu2 ) − f (a1 , a2 )


(a1 , a2 ) = lim
∂u t→0 t

Un cas particulier des dérivées directionnelles est la dérivée partielle. Si nous


considérons la base canonique ei de Rn , nous notons

∂f ∂f
= . (2.43)
∂xi ∂ei

Dans le cas d’une fonction à deux variables, nous avons donc les deux dérivées
partielles
∂f ∂f
(a) et (a) (2.44)
∂x ∂y
qui correspondent aux dérivées directionnelles dans les directions des axes. Ces
deux nombres représentent de combien la fonction f monte lorsqu’on part de a en
se déplaçant dans le sens des axes X et Y .

Quelque propriétés et notations


∂f ∂f
a. ∀α ∈ R, si v = α u, alors ∂v
(a) = α ∂u (a).
b. Si on prend u = ej le jème vecteur de la base canonique de Rn , alors

∂f ∂f
(a) = (a)
∂ej ∂xj

c’est-à-dire que la dérivée de f au point a dans la direction ej est la dérivée


partielle de f par rapport à sa jème variable.
c. Une fonction peut être dérivable dans certaines directions mais pas dans
d’autres (rappelez vous que si la limite à droite est différente de la limite à
gauche, la limite n’existe pas).
d. Même si une fonction est dérivable en un point dans toutes les directions, on
n’est pas sûr qu’elle soit continue en ce point. La dérivabilité directionnelle
n’est donc pas une notion suffisante pour assurer la continuité. C’est pourquoi
on introduit le concept de différentiabilité.
36 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.11.3 Différentielle
Définition 42.
Soit un point a ∈ int A. La fonction f est différentiable au point a si il existe
une application linéaire dfa : Rn → Rm telle que
f (x) − f (a) − dfa (x − a)
lim = 0. (2.45)
x→a kx − ak
Si f est différentiable en a, l’application dfa est appelée la différentielle de f en
a. Voyons comment cette application linéaire agit sur les vecteurs de Rn .
Le théorème suivant reprend pas principales propriétés d’une fonction différen-
tiable.
Théoreme 43.
Si f est différentiable en a ∈ Rn , alors
a. f est continue en a.
b. Toute les dérivées directionnelles ∂u f (a) existent et nous avons l’égalité

dfa : Rn → Rm
∂f X ∂f (2.46)
u 7→ dfa (u) = (a) = ui ,
∂u i ∂xi

si les ui sont les composantes de u dans la base canonique de Rn .


La différentielle de f en a envoie donc un vecteur u sur la dérivée direction-
nelle de f au point a dans la direction u.
c. L’application dfa est une application linéaire.
Le point c est évidement contenu dans la définition de la différentielle, mais
c’est bien de la remettre en toute lettre. En regard avec la formule (2.46), elle dit
que ∂u f (a) est linéaire par rapport à u.

Cas particuliers
n = 1 : f : R → R est dérivable en a si et seulement si f est différentiable en a et

dfa : R → R : x 7→ dfa (x) = f ′ (a) . x

n = 2 : f est différentiable en a = (a1 , a2 ) si et seulement si

f (a1 + v1 , a2 + v2 ) − f (a1 , a2 ) − [ ∂f
∂x
(a) v1 + ∂f
∂y
(a) v2 ]
lim q =0
(v1 ,v2 )→(0,0) v12 + v22
2.11. DIFFÉRENTIABILITÉ 37

Parmi les vecteurs u ∈ Rn , un vecteur d’origine (a, f (a)) se distingue des


autres : le vecteur gradient de f en a donnant la direction de plus grande pente
de f en a.

Définition 44.
La courbe de niveau de f associée à a est donnée par
Sa = f −1 (f (a)) = {(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn : f (x1 , . . . , xn ) = f (a)}
Nous avons maintenant en main les concepts utiles pour trouver l’équation du
plan tangent à une surface.

2.11.4 Gradient et recherche du plan tangent


De la même manière que la tangente à une courbe était la droite de coefficient
angulaire donné par la dérivée, maintenant, le plan tangent à une surface est le
plan dont les vecteurs directeurs sont les dérivées partielles :
La généralisation de l’équation (2.40) est
X ∂f
Ta (x) = f (a) + (a)(x − a)i (2.47)
i ∂xi
Nous introduisons aussi souvent l’opérateur différentiel abstrait nabla, noté ∇
et qui est donné par le vecteur
!
∂ ∂
∇= ,..., . (2.48)
∂x1 ∂xn
Les égalités suivantes sont juste des notations, sommes toutes logiques, liées à ∇ :
!
∂f ∂f
∇f = ,..., , (2.49)
∂x1 ∂xn
et !
∂f ∂f ∂f
∇f (a) = (a), (a), . . . , (a) . (2.50)
∂x1 ∂x2 ∂xn
Ce dernier est un élément de Rn : chaque entrée est un nombre réel.
Définition 45.
Le vecteur gradient de f au point a est le vecteur donné par la formule (2.50).
La notation ∇ permet d’écrire la différentielle sous forme un peu plus compacte.
En effet, la formule (2.46) peut être notée
dfa (u) = h∇f (a), ui. (2.51)
38 CHAPITRE 2. RAPPELS

En utilisant ce produit scalaire, l’équation (2.47) peut se récrire


X ∂f
Ta (x) = f (a) + (a)(x − a)i = f (a) + h∇f (a), x − ai. (2.52)
i ∂xi

Affin d’éviter les confusions, il est parfois souhaitable de bien mettre les par-
enthèses et noter (∇f )(a) au lieu de ∇f (a).
Proposition 46.
∇f (a) ⊥ Sa

X ∂f
z = f (a) + (a)(x − a)i . (2.53)
i ∂f

Cas particulier où n = 2 :
Le plan Ta avec a = (a1 , a2 ) a pour équation dans R3 :
∂f ∂f
z = f (a1 , a2 ) + (a1 , a2 ) (x − a1 ) + (a1 , a2 ) (y − a2 ). (2.54)
∂x ∂y

2.11.5 Différentielle comme élément de l’espace dual


Si nous considérons la base canonique {ei }i=1,...,n de Rn . À partir d’elle, nous
considérons la base duale. En termes pratiques, nous définissons dxi comme la
forme sur Rn qui à un vecteur u fait correspondre sa composante i :
 
u1
 . 
 ..  = u .
i
dxi   (2.55)
un

En termes savants, dxi est le dual de ei . Si tu ne l’as pas encore compris, Jean
Doyen va te le faire comprendre !
Maintenant, dans la formule (2.46), nous pouvons remplacer ui par dxi (u), et
écrire
X ∂f X ∂f
dfa (u) = (a)ui = (a)dxi (u). (2.56)
i ∂xi i ∂xi

Ce qui arrive tout à droite est explicitement vu comme une forme sur R, dont
les composantes dans la base duale sont les dérivées partielles de f au point a,
agissant sur u. En faisant un pas en arrière, nous omettons le u, et nous écrivons
n
X ∂f
dfa = (a)dxi (2.57)
i=1 ∂xi
2.11. DIFFÉRENTIABILITÉ 39

Cette notation dxi pour la forme duale de ei est en réalité parfaitement logique
parce que dxi est la différentielle de la projection
xi : Rn → R
(2.58)
(x1 , . . . , xn ) 7→ xi .
Je te laisse un peu méditer sur cette différentielle de la projection. L’important est
que tu aies compris cela d’ici la fin de ta deuxième année.

2.11.6 Prouver qu’un fonction n’est pas différentiable


Chacun des point du théorème 43 est en soi un critère pour montrer qu’une
fonction n’est pas différentiable en un point.

Continuité
Le premier critère à vérifier est donc la continuité. Si une fonction n’est pas
continue en un point, alors elle n’y sera pas différentiable. Pour rappel, la continuité
en a se teste en vérifiant si limx→a f (x) = f (a).

Linéarité
Un second test est la linéarité de la dérivée directionnelle par rapport à la
direction : l’application u 7→ ∂f
∂u
(a) doit être linéaire, sinon dfa n’existe pas.
Exemple 47.
Examinons la fonction
f : R2 → R

xy 2

x2 +y 4
si (x, y) 6= (0, 0) (2.59)
(x, y) 7→
0 sinon.

Prenons u = (u1, u2 ) et calculons la dérivée de f dans la direction de u au


point (0, 0) :
∂f f (tu1 , tu2 ) − f (0, 0)
(0, 0) = lim
∂u t→0 t !
1 tu1 t2 u2
= lim
t→0 t t2 u21 + t4 u42
u1 u22
!
(2.60)
= lim
t→0 u2 1 + t u2
2 4
 2
 u2 si u1 6= 0
= u1
0 si u1 = 0.
40 CHAPITRE 2. RAPPELS

Cette application n’est pas linéaire par rapport à u. En effet, notons


A : Rn → R
∂f (2.61)
u 7→ (0, 0),
∂u
et vérifions que pour tout u et v dans Rn et λ ∈ R, nous ayons A(λu) = λA(u) et
A(u + v) = A(u) + A(v). Le premier fonctionne parce que
λ2 u22 u2
A(λu) = A(λu1 , λu2) = = λ 2 = λA(u). (2.62)
λu1 u1
Mais nous avons par exemple
  16
A (0, 1) + (2, 3) = A(2, 4) = = 8, (2.63)
2
tandis que
9
A(0, 1) + A(2, 3) = 0 +
6= 8. (2.64)
2
La fonction f n’est donc pas différentiable en (0, 0), parce que la candidate dif-
∂f
férentielle, df(0,0) (u) = ∂u (0, 0), n’est même pas linéaire.
Nous verrons, dans l’exercice 56, une autre manière de traiter cette fonction.

Cohérence des dérivées partielles et directionnelle


Dans la pratique, nous pouvons calculer ∂u f (a) pour une direction u générale,
et puis en déduire ∂x f et ∂y f comme cas particuliers en posant u = (1, 0) et
u = (0, 1). Une chose incroyable, mais pourtant possible est qu’il peut arriver que
∂f X ∂f
(a) 6= (a)ui. (2.65)
∂u i ∂xi

Ceci se produit lorsque f n’est pas différentiable en a. En voici un exemple.

Un candidat dans la définition (marche toujours)


Lorsqu’une fonction est donné, un candidat différentielle au point (a1 , a2 ) est
souvent assez simple à trouver en un point :
∂f ∂f
T (u1 , u2 ) = (a1 , a2 )u1 + (a1 , a2 )u2 . (2.66)
∂x ∂y
L’application T est la candidate différentielle en ce sens que si la différentielle
existe, alors elle est égale à T . Ensuite, il faut vérifier si
 
f (x, y) − f (a1 , a2 ) − T (x, y) − (a1 , a2 )
lim =0 (2.67)
(x,y)→(a1 ,a2 ) k(x, y) − (a1 , a2 )k
2.11. DIFFÉRENTIABILITÉ 41

ou non. Si oui, alors la différentielle existe et df(a,b) (u) = T (u), sinon 4 , la différen-
tielle n’existe pas.
Attention : dans la ZAP, les dérivées partielles ∂x f et ∂y f ne peuvent en général
pas être calculées en utilisant les règles de calcul (c’est bien pour ça que la ZAP
est une zone à problèmes). Il faut d’office utiliser la définition

∂f f (a1 + t, a2 ) − f (a1 , a2 )
(a1 , a2 ) = lim , (2.68)
∂x t→0 t
et la définition correspondante pour ∂y f .

Conclusion
Soient f : A ⊂ Rn → Rm , et a ∈ int A. Si f est différentiable en a,
∂fi
(dfa (ej ))i = d(fi )a (ej ) = (a) = [Jac(f )|a ]ij
∂xj
et la matrice de l’application linéaire dfa est la matrice jacobienne m × n de f en
a notée Jac(f )|a .

2.11.7 Calcul de différentielles


Remarque 48.
En pratique, ayant une formule pour la fonction f , on dérive –grâce aux règles
usuelles de dérivation– par rapport à la variable xi en considérant que les autres
(xj avec j 6= i) sont des constantes.
Exemple 49.
Pour f (x, y) = xy + x2 , les dérivées partielles s’écrivent
∂f ∂f
= y + 2x et =x
∂x ∂y
Des règles de calcul sont d’application. En particulier, quand ces opérations
existent, les sommes, différences, produits, quotients et compositions d’applications
différentiables sont différentiables.
Toute application linéaire est différentiable, et sa différentielle en tout point est
égale à l’application elle-même. En particulier, les projections canoniques, c’est-à-
dire les applications du type (x, y, z) 7→ y, sont linéaires donc différentiables.
Exemple 50.
Les cas suivants sont faciles :
4. y compris si la limite (2.67) n’existe même pas.
42 CHAPITRE 2. RAPPELS

a. En combinant les projections canoniques avec les règles de calculs, on ob-


tient que toute fonction polynômiale à n variables est différentiable comme
application de Rn dans R.
def
P (x)
b. Toute fonction rationnelle, du type f (x) = Q(x) où P et Q sont des polynômes,
est différentiable en tout point a tel que Q(a) 6= 0.
c. Pour une fonction d’une variable f : D ⊂ R → R, le caractère différentiable
et le caractère dérivable coïncident. De plus, on a

dfa (u) = f ′ (a)u.

2.11.8 Notes idéologiques sur le concept de plan tangent


La page 94 du syllabus dit des choses très intéressantes que tu n’auras sans
doute pas comprises . . . et que tu ne comprendra sans doute pas complètement
avant d’avoir un vrai cours de géométrie différentielle. Notons G, le graphe d’une
fonction f , c’est à dire

G = {(x, y, z) ∈ R3 | z = f (x, y)}. (2.69)


 
Première affirmation : si γ : R → G est une courbe telle que γ(0) = a, f (a) , alors
 
γ ′ (0) ∈ Rn est dans le plan tangent à G au point a, f (a) .
Plus fort : tous les éléments du plan tangent sont de cette forme.
Le plan tangent à G en un point x ∈ G est donc constitué des vecteurs vitesse
de tous les chemins qui passent par x.
Prenons maintenant S, une courbe de niveau de G, c’est à dire

S = {(x, y) ∈ R2 | f (x, y) = C}. (2.70)

Si nous prenons un chemin dans G qui est, de plus, contraint à S, c’est à dire tel
que γ(t) ∈ S, alors γ ′ (0) sera tangent à G (ça, on le savait déjà), mais en plus,
γ ′ (0) sera tangent à S, ce qui est logique.
La morale est que si vous prenez un chemin qui se ballade dans n’importe quoi,
alors la dérivée du chemin sera un vecteur tangent à ce n’importe quoi.
En outre, si γ(t) ∈ S et γ(0) = a, alors

h∇f (a), γ ′(0)i = 0, (2.71)

c’est à dire que le vecteur tangent à la courbe de niveau est perpendiculaire au


gradient. Cela est intuitivement logique parce que la tangente à la courbe de niveau
correspond à la direction de moins grande pente.
2.12. JACOBIENNE ET CALCUL DE DIFFÉRENTIELLES 43

2.12 Jacobienne et calcul de différentielles


2.12.1 Rappels et définitions
Dans cette section nous considérons des fonctions f : D → Rm où D ⊂ Rn , et
un point a ∈ int D où f est différentiable.
Remarque 51.
La définition de continuité (resp. différentiabilité) pour une fonction à valeurs
vectorielles est celle introduite précédemment, et on remarque que pour avoir la
continuité (resp. différentiabilité) de f en un point, il faut et il suffit de chacune des
composantes de f = (f1 , . . . , fm ), vues séparément comme fonctions à n variables
et à valeurs réelles, soit continue (resp. différentiable) en ce point.
Définition 4.
La jacobienne de f en a est la matrice
 ∂f1 ∂f1 
∂x1
(a) . . . ∂xn
(a)

(Jac f )a  .. .. 
 . .  
∂fm ∂fm
∂x1
(a) . . . ∂xn (a)

composée de l’ensemble des dérivées partielles de f .


Si m = 1, cette matrice ne contient qu’une ligne ; c’est donc un vecteur appelé
le gradient de f en a et noté ∇f (a).
Remarque 52. a. Si la fonction est supposée différentiable, calculer la jacobi-
enne revient à connaître la différentielle. En effet, par linéarité de la différen-
tielle et par définition des dérivées partielles, nous avons
 ∂f1 ∂f1  
∂x1
(a) . . . ∂xn
(a) u1

dfa (u) =  .. ..   . 
 . 
 . .   . 
∂fm ∂fm
∂x1
(a) . . . ∂xn (a) un

où u = (u1 , . . . , un ) et où le membre de droite est un produit matriciel


b. Remarquons que la jacobienne peut exister en un point donné sans que la
fonction soit différentiable en ce point !
Proposition 53 (Règles de calculs).
Soient f et g des fonctions différentiables en g(a) et a respectivement, alors la
composée f ◦ g est différentiable en a et

d(f ◦ g)a = dfg(a) ◦ dga


44 CHAPITRE 2. RAPPELS

et de plus les jacobiennes correspondantes vérifient

Jac(f ◦ g)a = Jac fg(a) Jac ga

où le membre de droite est le produit (non-commutatif !) des deux matrices.


Corollaire 54 (Chain rule).
Si f : Rp → R et g : R → Rp , alors
p
X ∂f
(f ◦ g)′(t) = (g(t))gi′ (t).
i=1 ∂xi

Remarque 55. a. Si p = 1, on retrouve la règle usuelle de dérivation de fonc-


tions composées.
b. Si g est à plusieurs variables, cette règle permet de déterminer les dérivées
partielles de f ◦ g, puisqu’une dérivée partielle peut être vue comme dérivée
usuelle par rapport à une seule variable (voir remarque page 41).
c. Si f est à valeurs vectorielles, cette formule permet de retrouver la jacobienne
de f ◦ g puisqu’il suffit de traiter chaque composante de f séparément.

Définition 5.
Soit f : Rn → R une fonction différentiable en un point a. Le plan tangent au
graphe de f en (a, f (a)) est l’ensemble des points

Ta f = {(x, z) ∈ Rn × R | z = f (a) + dfa (x − a)}


= {(x, z) ∈ Rn × R | z = f (a) + h∇f (a), x − ai}

2.13 Intégrales multiples


Il est expliqué dans le cours théorique comment on définit le nombre
Z
f (2.72)
E

lorsque E ⊂ Rn et f : Rn → R. Nous allons maintenant montrer comment calculer


des intégrales en pratique.

2.13.1 Intégrale sur un rectangle


Nous voudrions intégrer la fonction f (x, y) − 4 + x2 + y 2 sur le rectangle de la
figure 2.2. L’ensemble sur lequel nous intégrons est donné par le produit cartésien
2.13. INTÉGRALES MULTIPLES 45

1 2

Figure 2.2 – Intégration sur un rectangle.

d’intervalles E = [0, 1]×[0, 2]. Le théorème de Fubuni montre que nous pouvons
intégrer séparément sur l’intervalle horizontal et vertical :
Z Z Z !
2 2
f= (4 − x − y )dy dx. (2.73)
E=[0,1]×[0,2] [0,1] [0,2]

Ces intégrales sont maintenant des intégrales usuelles qui s’effectuent en calculant
des primitives.

2.13.2 Intégrales sur d’autres domaines


Nous voulons maintenant intégrer la fonction f (x, y) = x2 + y 2 sur le triangle
de la figure 2.3. La méthode de Fubini ne fonctionne plus parce que le domaine

1 2

Figure 2.3 – Intégration sur un triangle.

n’est pas un rectangle. Nous allons donc utiliser l’astuce décrite à la page 462.
Considérons le domaine

E = {(x, y) ∈ R2 | a < x < b et α(x) < y < β(x)} (2.74)

représenté sur la figure 2.4. Nous considérons la fonction


46 CHAPITRE 2. RAPPELS

β(x)
3

1
α(x)

1 2 3

Figure 2.4 – Intégrer sur des domaines plus complexes.



f (x, y) si (x, y) ∈ E
f˜(x, y) = (2.75)
0 sinon.

Ensuite intégrons f˜ sur un rectangle qui englobe la surface à intégrer à l’aide de


Fubini. Étant donné que f˜ = f sur la surface et que f˜ est nulle en dehors, nous
avons !
Z Z Z Z b Z β(x)
f= f˜ = f˜ = f (x, y)dy dx. (2.76)
E E rectangle a α(x)

Dans le cas de l’intégrale de f (x, y) = x2 + y 2 sur le triangle de la figure 2.3,


nous avons Z Z 2 Z y 
(x2 + y 2 )dxdy = (x2 + y 2)dx dy. (2.77)
triangle 0 0

2.13.3 Changement de variables


Le domaine E = {(x, y) ∈ R2 | x2 +y 2 < 1} s’écrit plus facilement E = {(r, θ) |
r < 1} en coordonnées polaires. Le passage aux coordonnées polaire permet de
transformer une intégration sur un domaine rond à une intégration sur le domaine
rectangulaire ]0, 2π[ × ]0, 1[. La question est évidement de savoir si nous pouvons
écrire Z Z Z 2π 1
f= f (r cos θ, r sin θ)drdθ. (2.78)
E 0 0

Hélas, non ; la vie n’est pas aussi simple. Le théorème est celui de la page 480.

Théorème 56.
Soit g : A → B un difféomorphisme. Soient F ⊂ B un ensemble mesurable et borné
et f : F → R une fonction bornée et intégrable. Supposons que g −1(F ) soit borné
2.13. INTÉGRALES MULTIPLES 47

et que Jg soit borné sur g −1(F ). Alors


Z Z
f (x)dy =   |Jg(x)|dx (2.79)
F g −1 (F )f g(x)

Pour rappel, Jg est le déterminant de la matrice jacobienne (aucun lien de


parenté) donnée par !
∂x g1 ∂y g1
Jg = det . (2.80)
∂x g2 ∂t g2
Un difféomorphisme est une application g : A → B telle que g et g −1 : B → A
soient de classe C 1 .

Coordonnées polaires
Les coordonnées polaires sont données par le difféomorphisme

g : ]0, ∞[ × ]0, 2π[ → R2 \ D


  (2.81)
(r, θ) 7→ r cos(θ), r sin(θ)

où D est la demi droite y = 0, x ≥ 0. Le fait que les coordonnées polaires ne soient


pas un difféomorphisme sur tout R2 n’est pas un problème pour l’intégration parce
que le manque de difféomorphisme est de mesure nulle dans R2 . Le jacobien est
donné par
! !
∂ x ∂θ x cos(θ) −r sin(θ)
Jg = det r = det = r. (2.82)
∂r y ∂θ y sin(θ) r cos(θ)

En guise d’exemple, montrons comment intégrer la fonction f (x, y) = 1 − x2 − y 2
sur le domaine délimité par la droite y = x et le cercle x2 + y 2 = y, représenté sur
la figure 2.5. Le passage en polaire transforme les équations du bord du domaine
en
cos(θ) = sin(θ)
(2.83)
r 2 = r sin(θ).
L’angle θ parcours donc ]0, π/4[, et le rayon, pour chacun de ces√ θ parcours
]0, sin(θ)[. La fonction à intégrer se note maintenant f (r, θ) = 1 − r 2 . Donc
l’intégrale à calculer est
!
Z π/4 Z sin(θ) √
1 − r 2 r rd . (2.84)
0 0

Remarquez la présence d’un r supplémentaire pour le jacobien.


48 CHAPITRE 2. RAPPELS

Figure 2.5 – Passage en polaire pour intégrer sur un morceau de cercle.

Coordonnées sphériques
Les coordonnées sphériques sont données par


 x = r cos θ sin ϕ r ∈ ]0, ∞[
y = r sin θ sin ϕ avec θ ∈ ]0, 2π[ (2.85)


z = r cos ϕ φ ∈ ]0, π[.

Le jacobien associé est Jg(r, θ, ϕ) = −r 2 sin ϕ. Rappelons que ce qui rentre dans
l’intégrale est la valeur absolue du jacobien.
Si nous voulons calculer le volume de la sphère de rayon R, nous écrivons donc
4
Z R Z 2π Z π
dr dθ r 2 sin(φ)dφ = 4πR = πR3 . (2.86)
0 0 0 3
Ici, la valeur absolue n’est pas importante parce que lorsque φ ∈ ]0, π, [, le sinus
de φ est positif.
Des petits malins pourraient remarquer que le changement de variable (2.85)
est encore une paramétrisation de R3 si on intervertit le domaine des angles :

θ: 0 → π
(2.87)
φ : 0 → 2π,

alors nous paramétrons encore parfaitement bien la sphère, mais hélas


Z R Z π Z 2π
dr dθ r 2 sin(φ)dφ = 0. (2.88)
0 0 0

Pourquoi ces « nouvelles » coordonnées sphériques sont-elles mauvaises ? Il y a que


quand l’angle φ parcours ]0, 2π[, son sinus n’est plus toujours positif, donc la valeur
absolue du jacobien n’est plus r 2 sin(φ), mais r 2 sin(φ) pour les φ entre 0 et π, puis
2.14. THÉORÈME DE LA FONCTION IMPLICITE 49

−r 2 sin(φ) pour φ entre π et 2π. Donc l’intégrale (2.88) n’est pas correcte. Il faut
la remplacer par

4
Z R Z π Z π Z R Z π Z 2π
dr dθ r 2 sin(φ)dφ − dr dθ r 2 sin(φ)dφ = πR3 (2.89)
0 0 0 0 0 π 3

2.14 Théorème de la fonction implicite


2.14.1 Mise en situation
Dans un certain nombre de situation, il n’est pas possible de trouver des solu-
tions explicites aux équations qui apparaissent. Néanmoins, l’existence « théorique »
d’une telle solution est déjà suffisante pour certaines situations, et c’est l’objet du
théorème de la fonction implicite.
Prenons par exemple la fonction sur R2 donnée par

F (x, y) = x2 + y 2 − 1. (2.90)

Nous pouvons bien entendu regarder l’ensemble des points donnés par F (x, y) = 0.
C’est le cercle dessiné à la figure 2.6. Nous ne pouvons pas donner le cercle sous la

b
P

Q b

P′

Figure 2.6 – Un cercle pour montrer l’intérêt de la fonction implicite.

forme y = y(x) à cause du ± qui arrive quand on prend la racine carrée. Mais si on
se donne le point P , nous pouvons dire que autour de P , le cercle est la fonction

y(x) = 1 − x2 . (2.91)

Tandis que autour du point P ′ , le cercle est la fonction



y(x) = − 1 − x2 . (2.92)
50 CHAPITRE 2. RAPPELS

Autour de ces deux point, donc, le cercle est donné par une fonction. Il n’est par
contre pas possible de donner le cercle autour du point Q sous la forme d’une
fonction.
Ce que nous voulons faire, en général, est de voir si l’ensemble des points tels
que
F (x1 , . . . , xn , y) = 0 (2.93)
peut être donné par une fonction y = y(x1 , . . . , xn ). En d’autre termes, est-ce qu’il
existe une fonction y(x1 , . . . , xn ) telle que
 
F x1 , . . . , xn , y(x1, . . . , xn ) = 0. (2.94)

2.14.2 Définitions et rappels


Soit
F : D ⊂ (Rn × Rm ) → Rm : (x, y) 7→ F (x, y) = (F1 (x, y), . . . , Fm (x, y))
avec x = (x1 , . . . , xn ) et y = (y1 , . . . , ym ).
Pour (x, y) ∈ int D, la matrice
 ∂F1 
∂y1
(x, y) . . . ∂F1
∂ym
(x, y)
 .. .. .. 

 . . . 

∂Fm
∂y1
(x, y) . . . ∂Fm
∂ym
(x, y)
est la matrice jacobienne de F par rapport à y (au point (x, y) ; son déterminant
est appelé le jacobien de F par rapport à y et se note ∂(F 1 ,...,Fm )
∂(y1 ,...,ym )
(x, y).
Théorème 57.
Soit (x̄, ȳ) tel que F (x̄, ȳ) = 0 et ∂(F 1 ,...,Fm )
∂(y1 ,...,ym )
(x̄, ȳ) 6= 0. Alors il existe un voisinage U
de x dans R , un voisinage V de y dans Rm et une unique application ϕ : U → V
n

tels que
a. ϕ(x̄) = ȳ ;
b. F (x, ϕ(x)) = 0 pour tout x ∈ U.
Le théorème de la fonction implicite a pour objet de donner l’existence de la
fonction ϕ. Maintenant nous pouvons dire beaucoup de choses sur les dérivées de
ϕ en considérant la fonction
 
x 7→ F x, ϕ(x) . (2.95)
Par définition de ϕ, cette fonction est toujours nulle. En particulier, nous pouvons
dériver l’équation  
F x, ϕ(x) = 0, (2.96)
et nous trouvons plein de choses.
2.14. THÉORÈME DE LA FONCTION IMPLICITE 51

2.14.3 Exemple
Prenons par exemple la fonction
 
F (x, y), z = zez − x − y, (2.97)

et demandons nous ce que nous pouvons dire sur la fonction z(x, y) telle que
 
F x, y, z(x, y) = 0, (2.98)

c’est à dire telle que


z(x, y)ez(x,y) − x − y = 0. (2.99)

pour tout x et y ∈ R. Nous pouvons facilement trouver z(0, 0) parce que

z(0, 0)ez(0,0) = 0, (2.100)

donc z(0, 0) = 0.
Nous pouvons dire des choses sur les dérivées de z(x, y). Voyons par exemple
(∂x z)(x, y). Pour trouver cette dérivée, nous dérivons la relation (2.99) par rapport
à x. Ce que nous trouvons est

(∂x z)ez + zez (∂x z) − 1 = 0. (2.101)

Cette équation peut être résolue par rapport à ∂x z :

∂z 1
(x, y) = z . (2.102)
∂x e (1 + z)

Remarquez que cette équation ne donne pas tout à fait la dérivée de z en fonction
de x et y, parce que z apparaît dans l’expression, alors que z est justement la
fonction inconnue. En général, c’est la vie, nous ne pouvons pas faire mieux.
Dans certains cas, on peut aller plus loin. Par exemple, nous pouvons calculer
cette dérivée au point (x, y) = (0, 0) parce que z(0, 0) est connu :

∂z
(0, 0) = 1. (2.103)
∂x

Cela est pratique pour calculer, par exemple, le développement en Taylor de z


autour de (0, 0).
52 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.15 Formes différentielles et son intégrale sur


un chemin
2.15.1 Forme différentielle
La formule d’intégration d’un champ de vecteur,
Z Z
G= hG(γ(t)), γ ′ (t)idt, (2.104)
γ [a,b]

contient quelque chose d’intéressant : la combinaison hG(γ(t)), γ ′ (t)i. Cette com-


binaison sert à transformer le vecteur tangent γ ′ (t) en un nombre en utilisant le
produit scalaire avec le vecteur G(γ(t)).
Si G est un champ de vecteur sur Rn , et si x ∈ Rn , nous pouvons considérer,
de façon un peu plus abstraite, l’application

G♭x : Rn → R
(2.105)
v 7→ hG(x), vi.

Cela permet de compactifier la notation et écrire


Z Z  
G= G♭γ(t) γ ′ (t) dt. (2.106)
γ [a,b]

Nous nous proposons maintenant d’étudier plus en détail ce qu’est l’objet G♭ .


La règle (2.105) dit que pour chaque x, l’application G♭x est une forme sur Rn ,
c’est à dire une application linéaire de Rn vers R. Nous écrivons que
 ∗
G♭x ∈ Rn . (2.107)

Nous connaissons la base duale de (Rn )∗ , ce sont les formes e∗i définies par
e∗i (ej ) = δij . Dans le cadre du cours d’analyse, nous allons noter ces formes 5
par dxi :
e∗1 = dx1 : v 7→ v1
.. (2.109)
.
e∗n = dxn : v 7→ vn

5. Parce que ce sont les différentielles des fonctions (projections)

xi : Rn → R (2.108)
x 7→ xi
2.15. FORMES DIFFÉRENTIELLES ET SON INTÉGRALE SUR UN CHEMIN53

Étant donné que ces dxi forment une base de l’espace vectoriel (Rn )∗ , toute appli-
cation linéaire L : Rn → R s’écrit
Lv = a1 v1 + . . . + an vn
(2.110)
= a1 dx1 (v) + . . . + an dxn (v).
Plus abstraitement, nous notons
L = a1 dx1 + . . . + an dxn
n
X (2.111)
= ai dxi .
i=1

L’application L est une combinaison linéaire des dxi au sens de l’espace vectoriel
(Rn )∗ .
L’objet G♭ est la donnée, en chaque point de D, d’une telle forme sur Rn . Nous
donnons alors la définition suivante.
Définition 58.
Soit D, un domaine dans Rn . Une 1-forme différentielle ω sur D est une
application
ω : D → (Rn )∗
(2.112)
x 7→ ωx .

Étant donné que {dxi } est une base de (Rn )∗ , pour chaque x ∈ D, il existe des
uniques réels ai (x) tels que
ωx = a1 (x)dx1 + . . . + an (x)dxn . (2.113)
Nous disons qu’une 1-forme différentielle est continue si les fonctions ai sont
continues. La forme sera C k quand les ai seront C k .
Remarque 59.
L’ensemble des 1-formes différentielles forment un espace vectoriel avec les défini-
tions
(λω)x (v) = λωx (v)
(2.114)
(ω + µ)x (v) = ωx (v) + µx (v).
Lorsque une 1-forme différentielle s’écrit toujours sous la forme
X
ω= ai dxi (2.115)
i

pour certaines fonctions ai . Évidemment, ces fonctions ai peuvent être trouvées en


appliquant ω aux éléments de la base canonique de Rn :
aj (x) = ωx (ej ) (2.116)
54 CHAPITRE 2. RAPPELS
P P
parce que ωx (ej ) = i ai (x)dxi (ei ) = i ai (x)δij = aj (x).
Nous pouvons ainsi déterminer le développement de G♭ dans la base des dxi en
faisant le calcul
G♭x (ei ) = hG(x), ei i = Gi (x), (2.117)
donc les composantes de G♭ dans la base dxi sont exactement les composantes de
G dans la base ei :
G♭x = G1 (x)dx1 + . . . + Gn (x)dxn . (2.118)

Une petite note pour titiller monsieur Jean Doyen


Pensons pendant quelque minutes aux fonctions de R dans R. Monsieur Jean
Doyen dit toujours que quand le sage demande la fonction f , le simple dit « f (x) ».
Or f (x) n’est pas une fonction ; c’est f , la fonction. Avec un tout petit peu de
mauvaise foi, nous pouvons prétendre que x désigne la fonction identité qui à
chaque x fait correspondre x lui-même. Il est d’ailleurs un peu normal de désigner
comme ça cette fonction. Dans ce cas, f (x) désigne la fonction composée de la
fonction f avec la fonction x, et tout le monde est content.
Avouons que cela est un petit peu de mauvaise foi 6 . Vraiment ?
La fonction x est une fonction de R vers R. Sa différentielle en un point est donc
une application de R vers R. Devinez ce qu’elle vaut ? Ben oui : la différentielle de
la fonction x est vraiment le dx qu’on écrit tout le temps, la forme différentielle,
la base de l’espace dual !

L’isomorphisme musical
Nous savons qu’un champ de vecteur G produit la forme différentielle G♭ . La
construction inverse existe également. Si ω est une 1-forme différentielle, nous
pouvons définir le champ de vecteur ω ♯ par la formule (implicite)

ωx (v) = hω ♯(x), vi (2.119)

pour tout v ∈ Rn . Par définition, (ω ♯ )♭ = ω.


Exercice 1Prouver que, en composantes,
 
ω ♯ (x) = a1 (x), . . . , an (x) , (2.120)

et vérifier que si G est un champ de vecteurs, alors (G♭ )♯ = G.

6. J’offre un pot à qui ose écrire que f (x) est bien la fonction composée de f avec x sur sa
feuille d’examen du cours d’algèbre linéaire.
2.15. FORMES DIFFÉRENTIELLES ET SON INTÉGRALE SUR UN CHEMIN55

Formes différentielles exactes et fermées


Considérons une fonction différentiable f : D → R. Pour chaque x ∈ D, nous
avons l’application différentielle
df (x) : Rn → R
n
X ∂f (2.121)
v 7→ (x)vi ,
i=1 ∂xi

c’est à dire que df est une 1-forme différentielle dont les composantes sont
∂f ∂f
df (x) = (x)dx1 + . . . + (x)dxn . (2.122)
∂x1 ∂xn
Il est naturel de se demander si toutes les formes différentielles sont des dif-
férentielles de fonctions. Une réponse complète est délicate à établir, mais a d’in-
nombrables conséquences en physique, notamment en ce qui concerne l’existence
d’un potentiel vecteur pour le champ magnétique dans les équations de Maxwell.
Définition 60.
Deux classes importantes de formes différentielles sont à mettre en évidence
a. Une forme différentielle ω sur un ouvert D ⊂ Rn est exacte si il existe une
fonction différentiable f : D → R telle que
ωx = df (x) (2.123)
pour tout x ∈ D.
b. Une 1-forme de classe C 1 sur l’ouvert D est fermée si pour tout i, j =
1, . . . n, nous avons
∂ai ∂aj
= . (2.124)
∂xj ∂xi
Proposition 61.
Si ω est une 1-forme exacte de classe C 1 , alors ω est fermée.
Démonstration. Le fait que ω soit exacte implique l’existence d’une fonction f
telle que ω = df , c’est à dire
X X ∂f
ωx = ai (x)dxi = (x)dxi , (2.125)
i i ∂xi
∂f
c’est à dire que ai (x) = ∂x i
(x). L’hypothèse que ω est C 1 implique que f est C 2 ,
et donc que nous pouvons inverser l’ordre de dérivation pour les dérivées secondes
∂ij2 f = ∂ji
2
f . Nous pouvons donc faire le calcul suivant :
∂ai ∂ ∂f ∂ ∂f ∂aj
= = = , (2.126)
∂xj ∂xj ∂xi ∂xi ∂xj ∂xi
56 CHAPITRE 2. RAPPELS

ce qu’il fallait démontrer.

Ceci est assez pour les formes différentielles pour cette année.

2.15.2 Intégration d’une forme différentielle sur un chemin


Les formes intégrales que nous avons déjà vues sont celles de fonctions et de
champs de vecteur sur des chemins. Si γ : [a, b] → Rn est le chemin, les formules
sont Z Z  
f= f γ(t) kγ ′ (t)kdt
γ [a,b]
Z Z   (2.127)
G= hG γ(t) , γ ′ (t)idt.
γ [a,b]

Dans les deux cas, le principe est que nous disposons de quelque chose (la fonction
f ou le vecteur G), et du vecteur tangent γ ′ (t), et nous essayons d’en tirer un
nombre que nous intégrons. Lorsque nous avons une 1-forme, la façon de l’utiliser
pour produire un nombre avec le vecteur tangent est évidement d’appliquer la
1-forme au vecteur tangent. La définition suivante est donc naturelle.
Définition 62.
Soit γ : [a, b] → Rn , un chemin de classe C 1 tel que son image est contenue dans le
domaine D. Si ω es une 1-forme différentielle sur D, nous définissons l’intégrale
de ω le long de γ le nombre
Z Z b  
ω= ωγ(t) γ ′ (t) dt
γ a
Z b      (2.128)
= a1 γ(t) γ1′ (t) + . . . + an γ(t) γn′ (t) dt.
a

Cette définition est une bonne définition parce que si on change la paramétri-
sation du chemin, on ne change pas la valeur de l’intégrale, c’est la proposition
suivante.
Proposition 63.
Si γ et β sont des chemins équivalents, alors
Z Z
ω= ω, (2.129)
γ β

c’est à dire que l’intégrale est invariante sous les reparamétrisation du chemin.
Démonstration. Deux chemins sont équivalents quand il existe un difféomorphisme
C 1 h : [a, b] → [c, d] tel que γ(t) = (β ◦ h)(t). En remplaçant γ par (β ◦ h) dans la
2.15. FORMES DIFFÉRENTIELLES ET SON INTÉGRALE SUR UN CHEMIN57
R
définition de γ ω, nous trouvons
Z b   Z b  

ωγ(t) γ (t) dt = ω(β◦h)(t) (β ◦ h)′ (t) dt. (2.130)
a a
R
Un changement de variable u = h(t) transforme cette dernière intégrale en β ω,
ce qui prouve la proposition.

Remarque 64.
Si γ est une somme de chemins, γ = γ (1) + . . . + γ (n) , où chacun des γ (i) est un
chemin, alors
Z n Z
X
ω= ω (2.131)
γ i=1 γi

parce que ω est linéaire.


Remarque 65.
Si −γ est le chemin
−γ : [a, b] → Rn
  (2.132)
t 7→ γ b − (t − a) ,
alors Z Z
ω=− ω, (2.133)
−γ γ

c’est à dire que si l’on parcours le chemin en sens inverse, alors on change le signe
de l’intégrale.

L’intégrale d’une forme différentielle sur un chemin est compatible avec l’in-
tégrale déjà connue d’un champ de vecteur sur le chemin parce que si G est un
champ de vecteurs, Z Z
G♭ = G. (2.134)
γ γ

En effet,
Z Z b
= G♭γ(t) (γ ′ (t))
γG♭ a
Z b h i 
= G1 (γ(t))dx1 + . . . Gn (γ(t))dxn γ1′ (t), . . . , γn′ (t)
Z
a
b
(2.135)

= hG(γ(t)), γ (t)i
Za
= G.
γ
58 CHAPITRE 2. RAPPELS

Proposition 66.
Soit
R
ω = df , une 1-forme exacte et continue sur le domaine D. Alors la valeur de
γ df ne dépend que des valeurs de f aux extrémités de γ.

Démonstration. Nous avons


Z Z Z b X ∂f  
ω= df = n γ(t) γi′ (t)dt
γ γ a i=1 ∂xi
b d  (2.136)
Z 
= (f ◦ γ)(t) dt
adt
= (f ◦ γ)(b) − (f ◦ γ(a)).

2.15.3 Interprétation physique : travail


Définition 67.
Une force F : D ⊂ Rn → Rn est conservative si elle dérive d’un potentiel, c’est
à dire si il existe une fonction V ∈ C 1 (D, R) telle que
F (x) = (∇V )(x). (2.137)
Étant donné que F est un champ de vecteurs, nous avons une forme différen-
tielle associée F ♭ ,
Fx♭ : x 7→ hF (x), vi. (2.138)
Lemme 68.
Le champ F est conservatif si et seulement si la 1-forme différentielle F ♭ est exacte.
Démonstration. Supposons que la force F soit conservative, c’est à dire qu’il existe
une fonction V telle que F = ∇V . Dans ce cas, il est facile de prouver que F ♭ est
exacte et est donnée par Fx♭ = dV (x). En effet,

Fx♭ (v) = hF (x), vi


= F1 (x)v1 + . . . + Fn (x)vn
∂V ∂V (2.139)
= (x)v1 + . . . (x)vn
∂x1 ∂xn
= dV (x)v.

Pour le sens inverse, supposons que F ♭ soit exacte. Dans ce cas, nous avons une
fonction V telle que F ♭ = dV . Il est facile de prouver qu’alors, F = ∇V .
En résumé, nous avons deux façons équivalentes d’exprimer que la force F
dérive du potentiel V : soit nous disons F = ∇V , soit nous disons F ♭ = dV .
2.16. INTÉGRALE SUR UNE VARIÉTÉ 59

Proposition 69.
Si F est une force conservative, alors le travail de F lors d’un déplacement ne
dépend pas du chemin suivit.
Démonstration. Le travail d’une force le long d’un chemin n’est autre que l’inté-
grale de la force le long du chemin, et le calcul est facile :
Z Z    
Wγ (F ) = F = dV = V γ(b) − V γ(a) . (2.140)
γ γ

Donc si β est un autre chemin tel que β(a) = γ(a) et β(b) = γ(b), nous avons
Wβ (F ) = Wγ (F ).

2.16 Intégrale sur une variété


2.16.1 Mesure sur une carte
Nous considérons dans cette section uniquement des variétés M de dimension
2 dans R3 . Une particularité de R3 (par rapport aux autres Rn ) est qu’il existe le
produit vectoriel.
Si v, w ∈ R3 , alors le vecteur v × w est une vecteur normal au plan décrit par
v et w qui jouit de l’importante propriété suivante :

aire du parallélogramme = kv × wk. (2.141)

L’aire du parallélogramme construit sur v et w est donnée par la norme du produit


vectoriel. Afin de donner une mesure infinitésimale en un point p ∈ M, nous
voudrions prendre deux vecteurs tangents à M en p, et puis considérer la norme
de leur produit vectoriel. Cette idée se heurte à la question du choix des vecteurs
tangents à considérer.
Dans R2 , le choix est évident : nous choisissons ex et ey , et nous avons kex ×
ey k = 1. L’idée est donc de choisir une carte F : W → F (w) autour du point
p = F (w), et de choisir les vecteurs tangents qui correspondent à ex et ey via la
carte, c’est à dire les vecteurs

∂F ∂F
(w), et (w). (2.142)
∂x ∂y

L’élément infinitésimal de surface sur M au point p = F (w) est alors défini


par
∂F ∂F
dσF = k (w) × (w)kdw, (2.143)
∂x ∂y
60 CHAPITRE 2. RAPPELS

et si la partie A ⊂ M est entièrement contenue dans F (W ), nous définissons la


mesure de A par
Z Z
∂F ∂F
µ2 (A) = dσF = k (w) × (w)kdw. (2.144)
F (A)
−1 F (A) ∂x
−1 ∂y
Remarque 70.
Afin que cette définition ait un sens, nous devons prouver qu’elle ne dépend pas du
choix de la carte F . En effet, les vecteurs ∂x F et ∂y F dépendent de la carte F , donc
leur produit vectoriel (et sa norme) dépendent également de la carte F choisie. Il
faudrait donc un petit miracle pour que le nombre µ2 (A) donné par (2.144) soit
indépendant du choix de F . Nous allons bientôt voir comme cas particulier du
théorème 73 que c’est en fait le cas. C’est à dire que si F et F̃ sont deux cartes
qui contiennent A, alors
Z Z
dσF = dσF̃ . (2.145)
F −1 (A) F̃ −1 (A)

Exemple : la mesure de la sphère


Nous nous proposons maintenant de calculer la surface de la sphère S 2 =
x + y 2 + z 2 = R2 . L’application F : B((0, 0), R) → R3 donnée par
2
 
x
F (x, y) = √ (2.146)
 
y 
R2 − x2 − y 2
est une carte pour une demi sphère. Ses dérivées partielles sont
   
1 0
∂F 
0
 ∂F 
1

= , = . (2.147)
∂x 
−√ x  ∂y 
−√ y 
R2 −x2 −y 2 R2 −x2 −y 2

Le produit vectoriel de ces deux vecteurs tangents donne


∂F ∂F x y
(x, y) × (x, y) = e1 + e2 + e3 (2.148)
∂x ∂y α α
√ 2
où α = R − x2 − y 2 . En calculant la norme, nous trouvons
s
∂F ∂F R2
k (x, y) × (x, y)k = , (2.149)
∂x ∂y R2 − x2 − y 2
et en passant aux coordonnées polaires, nous écrivons l’intégrale (2.144) sous la
forme
s
Z Z 2π Z R R2
k∂x F × ∂y F k = dθ r 2 2 2
dr = 2πR2 , (2.150)
B 0 0 R −x −y
qui est bien la mesure de la demi sphère.
2.16. INTÉGRALE SUR UNE VARIÉTÉ 61

2.16.2 Intégrale sur une carte


Nous pouvons maintenant définir l’intégrale d’une fonction sur une carte de la
variété M.
Définition 71.
Soit F : W ⊂ R2 → R3 , une carte pour une variété M. Soit A, une partie de
F (W ) telle que A = F (B) où B ⊂ W est mesurable. Soit encore f : A → R, une
fonction continue. L’intégrale de f sur A est le nombre
Z Z Z
∂F ∂F
f= f dσF = (f ◦ F )(w)k (w) × (w)kdw (2.151)
A A F −1 (A) ∂x ∂y

Remarque 72.
L’intégrale (2.151) n’est pas toujours bien définie. Étant donné que F est C 1 et
que f est continue, l’intégrante est continue. L’intégrale sera donc bien définie par
exemple lorsque B est borné et si la fermeture Ā est un compact contenu dans
F (w).
Le théorème suivant montre que le travail que nous avons fait jusqu’à présent
ne dépend en fait pas du choix de carte F effectué.
Théorème 73.
Soient F : W → F (w) et F̃ : W̃ → F̃ (W̃ ), deux cartes de la variété M. Soit une
partie A ⊂ F (W ) ∩ F̃ (W̃ ) telle que A = F (B) avec B ⊂ W mesurable. Alors
A = F̃ (B̃) avec B̃ ⊂ W̃ mesurable.
R R
Si f est une fonction continue, et si A f dσF existe, alors A f dσF̃ existe et
Z Z
f dσF = f dσF̃ . (2.152)
A A

2.16.3 Exemples
Intégrons la fonction f (x, y, z) sur le carré K = ]0, 1[ × ]0, 2[ × {1}. La première
carte que nous pouvons utiliser est

F : ]0, 1[ × ]0, 2[ → K
(2.153)
(x, y) 7→ (x, y, 1).

Nous trouvons aisément les vecteurs tangents qui forment l’élément de surface :
   
1 0
∂F ∂F
= 0 , = 1 , (2.154)
   
∂x ∂y
0 0
62 CHAPITRE 2. RAPPELS

donc dσF = 1 · dxdy, et


Z Z
f dσF = f (x, y, 1) · 1 · dxdy. (2.155)
K ]0,1[×]0,2[

Nous pouvons également utiliser la carte


1
F̃ : ]0, [ × ]0, 6[ → K
2 (2.156)

(x̃, ỹ) 7→ (2x̃, , 1).
3
Les vecteurs tangents sont maintenant
   
2 0
∂ F̃ ∂ F̃
= 0 , = 1/3 , (2.157)
   
∂ x̃ ∂ ỹ
0 0

de telle façon à ce que dσF̃ = k 23 e3 k = 32 . Cette fois, l’intégrale de f sur K s’écrit


ỹ  2
Z Z 
f dσF̃ = f 2x̃, , 1 · · dx̃sỹ. (2.158)
K ]0, 12 [×]0,6[ 3 3
Conformément au théorème 73, cette dernière intégrale est égale à l’intégrale
(2.155) parce qu’il s’agit juste d’un changement de variable.

2.16.4 Orientation
Soient F : W → F (w) et F̃ : W̃ → F̃ (W̃ ), deux cartes de la variété M. Nous
pouvons considérer la fonction h = F̃ −1 ◦ F , définie uniquement sur l’intersection
des cartes :    
h : F −1 F (W ) ∩ F̃ (W̃ ) → F̃ −1 F (W ) ∩ F̃ (W̃ ) . (2.159)
Nous disons que F et F̃ ont même orientation si

Jh (w) > 0 (2.160)


 
pour tout w ∈ F −1 F (W ) ∩ F̃ (W̃ ) .
Considérons les deux carte suivantes pour le même carré :
F : ]0, 1[ × ]0, 1[ → R3
(2.161)
(x, y) 7→ (x, y, 0)
et
1 1
F̃ : ]0, [ × ]0, [ → R3
2 3 (2.162)
(x, y) 7→ (2x, 3y, 0)
2.16. INTÉGRALE SUR UNE VARIÉTÉ 63
 
Ici, h(x, y) = x2 , y3 et nous avons Jh = 61 > 0. Ces deux cartes ont même orienta-
tion. Notez que
∂F ∂F
× = e3 , (2.163)
∂x ∂y
tandis que
∂ F̃ ∂ F̃
× = 6e3 . (2.164)
∂x ∂y
Les vecteurs normaux à la paramétrisation pointent dans le même sens.
Si par contre nous prenons la paramétrisation

G : ]0, 1[ × ]0, 1, [ → R2
(2.165)
(x, y) 7→ (x, (1 − y), 0),
nous avons
∂G ∂G
× = −e3 , (2.166)
∂x ∂y
et si g = G−1 ◦ F , alors Jg = −1.
L’orientation d’une carte montre donc si le vecteur normal à la surface pointe
d’un côté ou de l’autre de la surface.
Définition 74.
Une variété M est orientable si il existe un atlas de M tel que deux cartes quel-
conques ont toujours même orientation. Une variété est orientée lorsque qu’un
tel choix d’atlas est fait.
Proposition 75.
Soit M, une variété orientable et un atlas orienté {Fi : Wi → R3 }. Alors le vecteur
unitaire
∂F
∂x
(x, y) × ∂F
∂y
(x, y)
(2.167)
k ∂x (x, y) × ∂y (x, y)k
∂F ∂F

ne dépend pas du choix de F parmi les Fi .


Démonstration. Considérons deux cartes F1 et F2 , ainsi que l’application h =
F2−1 ◦ F1 . Écrivons le vecteur ∂x F1 × ∂y F1 en utilisant F1 = F2 ◦ h. D’abord, par
la règle de dérivation de fonctions composées,
∂(F2 ◦ h) ∂F2 ∂h1 ∂F2 ∂h2
= + . (2.168)
∂x ∂x ∂x ∂y ∂x
∂(F2 ◦h)
Après avoir fait le même calcul pour ∂y
, nous pouvons écrire

∂x (F2 ◦ h) × ∂y (F2 ◦ h) = (∂x h1 ∂x F2 + ∂x h2 ∂y F2 ) × (∂y h1 ∂x F2 + ∂y h2 ∂y F2 ). (2.169)


64 CHAPITRE 2. RAPPELS

Dans cette expression, les facteurs ∂i hj sont des nombres, donc ils se factorisent
dans les produits vectoriels. En tenant compte du fait que ∂x F2 × ∂x F2 = 0 et
∂y F2 × ∂y F2 = 0, ainsi que de l’antisymétrie du produit vectoriel, l’expression se
réduit à !
∂F2 ∂F2
× (∂x h1 ∂y h2 − ∂x h2 ∂y h2 ). (2.170)
∂x ∂y
Par conséquent,
!
∂F1 ∂F1 ∂(F2 ◦ h) ∂(F2 ◦ h) ∂F2 ∂F2
× = × = × det Jh . (2.171)
∂x ∂y ∂x ∂y ∂x ∂y

Donc, tant que Jh est positif, les vecteurs unitaires correspondants au membre de
gauche et de droite sont égaux.

Corollaire 76.
Si nous avons choisit un atlas orienté pour la variété M, nous avons une fonction
continue G : M → R3 telle que kG(p)k = 1 pour tout p ∈ M. Cette fonction est
donnée par
∂F
∂x
(x, y) × ∂F
∂y
(x, y)
G(F (x, y)) = ∂F (2.172)
k ∂x (x, y) × ∂F
∂y
(x, y)k
sur l’image de la carte F .

Démonstration. La fonction G est construite indépendamment sur chaque carte


F (W ) en utilisant la formule (2.172). Cette fonction est une fonction bien définie
sur tout M parce que nous venons de démontrer que sur F1 (W1 ) ∩ F2 (W2 ), les
fonctions construites à partir de F1 et à partir de F2 sont égales.

Il est possible que prouver, bien que cela soit plus compliqué, que la réciproque
est également vraie.

Proposition 77.
Une variété M de dimension 2 dans R3 est orientable si et seulement si il existe
une fonction continue G : M → R3 telle que pour tout p ∈ M, le vecteur G(p) soit
de norme 1 et normal à M au point p.

2.16.5 Intégrale d’une fonction sur une variété


Nous supposons à présent que M est une variété compacte de dimension 2 dans
R . La compacité fait que M possède un atlas contenant un nombre fini de cartes
3

Fi : Wi → Fi (Wi ).
2.17. VARIÉTÉS ET EXTREMA LIÉS 65

Si A ⊂ M est tel que pour chaque i, A ∩ Fi (Wi ) = Fi (Vi ) pour une ensemble
Vi mesurable dans R2 , alors nous considérons

A1 = A ∩ F1 (W2 ) = F1 (V1 ). (2.173)

Ensuite, nous construisons A2 en considérant FA (W2 ) et en lui retranchant A1 :


 
A2 = A ∩ F2 (W2 ) ∩ F1 (V1 ). (2.174)

En continuant de la sorte, nous construisons la décomposition

A = A1 ∪ . . . ∪ Ap (2.175)

de A en ouverts disjoints, chacun de ouverts Ap étant compris dans une carte.


Il est possible de prouver que dans ce cas, la définition suivante a un sens et
ne dépend pas du choix de l’atlas effectué.
Définition 78.
Si f : A → R est une fonction continue, alors l’intégrale est le nombre
Z p Z
X
f= f dσFi . (2.176)
A i=1 Ai

2.17 Variétés et extrema liés


2.17.1 Introduction
Soit f : S 2 → R une fonction définie sur la sphère usuelle S 2 ⊂ R3 . Une
question naturelle est d’estimer la régularité de f ; est-elle continue, dérivable,
différentiable ? Il n’existe pas de dérivée directionnelle étant donné que le quotient
différentiel
f (x + ǫu1 , y + ǫu2 ) − f (x, y)
ǫ
n’a pas de sens pour un point (x + ǫu1 , y + ǫu2 ) qui n’est pas –sauf valeurs
particulières– dans la surface. Pour la même raison il n’est pas possible de parler de
différentiabilité de cette manière. Comment faire, sans devoir étendre le domaine
de définition de f à un voisinage de la sphère ? Une solution possible est de parler
de la notion de variété.
Une variété est un objet qui ressemble, vu de près, à Rm pour un certain m.
En d’autres termes, on imagine une variété comme un recollement de morceaux de
Rm vivant dans un espace plus grand Rn . Ces morceaux sont appelés des ouverts
de carte, et l’application qui exprime la ressemblance à Rm est l’application de
carte.
66 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.17.2 Définition et propriétés


Définition 79.
6 M ⊂ Rn , 1 ≤ m < n et k ≥ 1. M est une variété de classe C k de
Soit ∅ =
dimension m si pour tout a ∈ M, il existe un voisinage ouvert U de a dans Rn ,
et un ouvert V de Rm tel que U ∩ M soit le graphe d’une fonction f : V ⊂
Rm → Rn−m de classe C 1 , c’est-à-dire qu’il existe un réagencement des coordon-
nées (xi1 , . . . , xim , xim+1 , . . . , xin ) avec
  






xim+1 = f1 (xi1 , . . . , xim ) 


M∩U = (x1 , . . . , xn ) ∈ Rn | (xi1 , . . . , xim ) ∈ V .. .
  . = .. 
  
in = fn−m (xi1 , . . . , xim )
  x 

où V est un voisinage ouvert de (ai1 , . . . , aim ) ∈ Rm .


Le cours regorge de théorèmes qui proposent des conditions équivalentes à la
définition d’une variété. Celle que nous allons le plus utiliser est la suivante, de la
page 268.
Proposition 80.
Soit M ⊂ Rn et 1 ≤ m ≤ n − 1. L’ensemble M est une variété si et seulement si
∀a ∈ M, il existe un voisinage ouvert U de a dans Rn et une application F : W ⊂
Rm → Rn où W est un ouvert tels que
a. F est un homéomorphisme de W vers M ∩ U,
b. F ∈ C 1 (W, Rn ),
c. Le rang de dF (w) ∈ L(Rm , Rn ) est de rang maximum (c’est à dire m) en
tout point w ∈ W .
Pour rappel, si T : Rm → Rn est une application linéaire, son rang est la
dimension de son image. On peut prouver que si A est la matrice d’une application
linéaire, alors le rang de cette application linéaire est égal à la taille de la plus
grande matrice carré de déterminant non nul contenue dans A.
La condition de rang maximum sert à éviter le genre de cas de la figure 2.7
qui représente l’image de l’ouvert ]−1, 1[ par l’application F (t) = (t2 , t3 ). La
différentielle a pour matrice

dF (t) = (2t, 3t2 ). (2.177)

Le rang maximum est 1, mais en t = 0, la matrice vaut (0, 0) et son rang est zéro.
Pour toute autre valeur de t, c’est bon.
Une autre caractérisation des variétés est donnée par la proposition suivante
(proposition 3, page 274).
2.17. VARIÉTÉS ET EXTREMA LIÉS 67

Figure 2.7 – Quelque chose qui n’est pas de rang maximum et qui n’est pas une
variété.

Proposition 81.
Soit M ∈ Rn et 1 ≤ m ≤ n − 1. L’ensemble M est une variété si et seulement
si ∀a ∈ M, il existe un voisinage ouvert U de a dans Rn tel et une application
G ∈ C 1 (U, Rn−m ) tel que
a. le rang de dG(a) ∈ L(Rn , Rn−m ) soit maximum (c’est à dire n − m) en tout
a ∈ M,
b. M ∩ U = {x ∈ U | G(x) = 0}.

2.17.3 Espace tangent


Soit M, une variété dans Rn , et considérons un chemin γ : I → Rn tel que
γ(t) ∈ M pour tout t ∈ I et tel que γ(0) = a et que γ est dérivable en 0. La
tangente au chemin γ au point a ∈ M est la droite

s 7→ a + sγ ′ (0). (2.178)

L’espace tangent de M au point a est l’ensemble décrit par toutes les tangentes
en a pour tous les chemins γ possibles.
Proposition 82.
Une variété de dimension m dans Rn a un espace tangent de dimension m en
chacun de ses points.

2.17.4 Extrema liés


Soit f , une fonction sur Rn , et M ⊂ Rn une variété de dimension m. Nous
voulons savoir quelle sont les plus grandes et plus petites valeurs atteintes par f
sur M.
Pour ce faire, nous avons un théorème qui permet de trouver des extrema
locaux de f sur la variété. Pour rappel, a ∈ M est une extrema local de f
relativement à l’ensemble M si il existe une boule B(a, ǫ) telle que f (a) ≤ f (x)
pour tout x ∈ B(a, ǫ) ∩ M.
68 CHAPITRE 2. RAPPELS

Théorème 83.
Soit A ⊂ Rn et
a. une fonction (celle à minimiser) f ∈ C 1 (A, R),
b. des fonctions (les contraintes) G1 , . . . , Gk ∈ C 1 (A, R),
c. M = {x ∈ A | Gi (x) = 0 ∀i},
d. un extrema local a ∈ M de f relativement à M.
Supposons que les gradients ∇G1 (a), . . . ,∇Gk (a) soient linéairement indépen-
dants.
Alors a = (x1 , . . . , xn ) est dans les solutions de ∇L = 0 où
k
X
L(x1 , . . . , xn , λ1 , . . . , λk ) = f (x1 , . . . , xn ) + λi Gi (x1 , . . . , xn ) (2.179)
i=1

La fonction L est le lagrangien du problème.


En pratique, les candidats extrema locaux sont tous les points où les gradients
ne sont pas linéairement indépendants, plus tous les points donnés par l’équation
∇L = 0. Parmi ces candidats, il faut trouver lesquels sont maxima ou minima,
locaux ou globaux.
L’existence d’extrema locaux se prouve généralement en invoquant de la com-
pacité, et en invoquant le lemme suivant qui permet de réduire le problème à un
compact.
Lemme 84.
Soit S, un ensemble dans Rn et C, un ouvert de Rn . Si a ∈ Int S est un minimum
local relatif à S ∩ C, alors il est un minimum local par rapport à S.
Démonstration. Nous avons que ∀x ∈ B(a, ǫ1 ) ∩ S ∩ C, f (x) ≥ f (x). Mais étant
donné que C est ouvert, et que a ∈ C, il existe un ǫ2 tel que B(a, ǫ2 ) ⊂ C. En
prenant ǫ = min{ǫ1 , ǫ2 }, nous trouvons que f (x) ≥ f (a) pour tout x ∈ B(a, ǫ) ∩
(S ∩ C) = B(a, ǫ) ∩ S.

2.18 Intégrales curvilignes


2.18.1 Chemins de classe C 1
Soit p, q ∈ Rn . Un chemin C 1 par morceaux joignant p à q est une application
continue
γ : [a, b] → Rn γ(a) = p, γ(b) = q (2.180)
pour laquelle il existe une subdivision a = t0 < t1 < . . . < tr−1 < tr = b telle que :
2.18. INTÉGRALES CURVILIGNES 69

a. la restriction de γ sur chaque ouvert ]ti , ti+1 [ est de classe C 1 ;


b. pour tout 0 ≤ i ≤ r, γ ′ possède une limite à gauche (sauf pour i = 0) et une
limite à droite (sauf pour i = r) en ti .
Le chemin γ est (globalement) de classe C 1 si la subdivision peut être choisie
de « longueur » r = 1.
Remarque 85.
Si a et b sont des points de Rn , on peut créer le chemin particulier

γ : [0, 1] → Rn : t 7→ (1 − t)a + tb

qui relie ces points par un segment de droite.

2.18.2 Intégrer une fonction


Soit f : D ⊂ Rn → R une fonction continue, et γ : [a, b] → D un chemin C 1 .
On définit l’intégrale de f sur γ par
Z Z Z b
f ds = f= f (γ(t)) kγ ′ (t)k dt.
γ γ a

Remarque 86.
Cette définition ne dépend pas de la paramétrisation choisie, ni du sens du chemin
(échange entre point de départ et point d’arrivée).
La formule qui donne la longueur d’un chemin est évidement l’intégrale de la
fonction 1 sur le chemin, c’est à dire
Z b
L= kγ ′ (t)kdt. (2.181)
a

Si on veut savoir la longueur d’une courbe donnée sous la forme d’une fonction
y = y(x), un chemin qui trace la courbe est évidement donné par

γ(t) = (t, y(t)), (2.182)

et le vecteur tangent au chemin est γ ′ (t) = (1, y ′(t)). Donc


q
kγ ′ (t)k = 1 + y ′(t)2 , (2.183)

et Z b q
L= 1 + y ′ (t)2 . (2.184)
a
70 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.18.3 Intégrer un champ de vecteurs


Un champ de vecteur est une application G : Rn → Rn . On définit l’intégrale
de G sur un chemin γ : [a, b] → Rn par
Z Z b
def
G= hG(γ(t)), γ ′ (t)i dt.
γ a

Remarque 87.
Cette définition ne dépend pas de la paramétrisation choisie, mais le signe change
selon le sens du chemin.

2.18.4 Intégrer une forme différentielle sur un chemin


Une forme différentielle sur Rn est une application

ω : Rn → (Rn )∗
(2.185)
x 7→ ωx

qui à chaque point x de Rn associe une forme linéaire ωx : Rn → R.


On sait que {dxi }1≤i≤n est une base de (Rn )∗ , donc toute forme différentielle
s’écrit n X
ωx = ai (x)dxi
i=0

où a1 , . . . , an sont les composantes de ω dans la base usuelle, et sont des fonctions


à valeurs réelles. Pour un vecteur v = (v1 , . . . , vn ) on a donc par définition de dxi
n
X
ωx v = ai (x)vi .
i=0

L’intégrale d’une forme différentielle sur un chemin est définie par


Z Z b
ω= ωγ(t) γ ′ (t)dt
γ a

Remarque 88.
Cette définition ne dépend pas de la paramétrisation choisie, mais le signe change
selon le sens du chemin.

2.18.5 Lien entre forme différentielle et champ vectoriel


Si G est un champ de vecteurs, on peut définir la forme différentielle
h i
ω G : Rn → (Rn )∗ : x 7→ ωxG : Rn → R : v 7→ ωxG v = hG(x), vi
2.18. INTÉGRALES CURVILIGNES 71
P
et réciproquement, si ωx = i ai (x)dxi est une forme différentielle on définit le
champ de vecteurs
Gω (x) = (a1 (x), . . . , an (x)).
Avec ces définitions, pour un chemin γ donné on a
Z Z
G
ω = Gω
γ γ

2.18.6 Intégrer un champs de vecteurs sur un bord en 2D


Si D ⊂ R2 est tel que ∂D est une variété de dimension 1 et tel que D accepte
un champ de vecteur normal extérieur unitaire ν. Si nous voulons définir
Z
G, (2.186)
∂D

le mieux est de prendre une paramétrisation γ : [0, 1] → R2 et de calculer


Z 1 γ̇(t)
hGγ(t) , idt. (2.187)
0 kγ̇(t)k

Hélas, cette définition ne fonctionne pas parce que son signe dépend du sens de la
paramétrisation γ. Si la paramétrisation tourne dans l’autre sens, il y a un signe
de différence.
Nous allons définir Z Z 1
G= hGγ(t) , T (t)idt (2.188)
∂D 0

où T (t) = γ̇(t)/kγ̇(t)k et où γ est choisit de telle façon à ce que la rotation d’angle


π
2
amène ν sur T . Cela fixe le choix de sens.
Ce choix de sens aura des répercussions dans l’application de la formule de
Green et du théorème de Stokes.

2.18.7 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 2D


Nous n’allons pas chercher très loin :
Z Z
ω= ω♯, (2.189)
∂D ∂D

c’est à dire que l’intégrale de la forme différentielle est celle du champ de vecteur
associé. Le membre de droite est définit par (2.188), avec le choix d’orientation qui
va avec.
72 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.18.8 Intégrer une forme différentielle sur un bord en 3D


Nous allons maintenant intégrer une forme différentielle sur certains chemins
fermés dans R3 . Soit F (D) ⊂ R3 , une variété de dimension 2 dans R3 où F : D ⊂
R2 → R3 est la carte. Nous supposons que D vérifie les hypothèses de la formule
de Green. Alors nous définissons
Z Z
ω= F ∗ω (2.190)
F (∂D) ∂D

 
où F ∗ ω est la forme différentielle définie sur ∂D par (F ∗ ω)(v) = ω dF (v) .
Cette définition est très abstraite, mais nous n’allons, en pratique, jamais l’u-
tiliser, grâce au théorème de Stokes.

2.18.9 Intégrer d’un champ de vecteurs sur un bord en 3D


Encore une fois, nous n’allons pas chercher bien loin :
Z Z
= G♭ (2.191)
F (∂D)G F (∂D)

où G♭ est la forme différentielle associée au champ de vecteur. Le membre de droite


est définit par l’équation (2.190).

2.19 Intégrales de surface


2.19.1 Intégrale d’une fonction
Soit M une variété de dimension n dans Rm . Soit F : W ⊂ Rn → M une
paramétrisation d’un ouvert relatif de M.
Si f est une fonction définie sur un sous-ensemble A ⊂ F (W ) tel que F −1 (A)
est mesurable, l’intégrale de f sur A est définie par
Z Z q
f= f (F (w)) det(t JF (w)JF (w))dw
A F −1 (A)

où l’intégrale est l’intégration usuelle (de Lebesgue) sur F −1 (A) ⊂ Rn . On écrit


R
parfois cette intégrale F −1 (A) f (F (w))dσ où
q
dσ = det(t JF (w)JF (w))dw

est l’élément infinitésimal de volume de la variété.


2.19. INTÉGRALES DE SURFACE 73

Si m = 3 et n = 2, l’élément infinitésimal de volume vaut



∂F ∂F
dσ =

∧ dw
∂w1 ∂w2

où ∧ représente le produit vectoriel dans R3 , et (w1 , w2 ) sont les coordonnées sur


W ⊂ R2 . Dans la suite, nous ne regarderons plus que ce cas.

2.19.2 Intégrale d’un champ de vecteurs


Dans l’intégration curviligne, on a noté que si l’intégrale d’une fonction ne
dépendait pas de l’orientation du chemin, l’intégrale d’un champ de vecteurs ou
d’une forme différentielle en dépendait. Ce problème d’orientation apparait égale-
ment dans l’intégration sur des surfaces de l’espace.
Une orientation sur une surface S ⊂ R3 est le choix d’un champ de vecteurs
continu ν : S → R3 dont la norme en tout point de S vaut 1. On remarque
qu’ayant fait un tel choix d’orientation ν(x) en un point x, le seul autre choix
possible en x est −ν(x). Si S est le bord d’un ouvert D ⊂ R3 , l’orientation induite
par D sur S est, si elle existe, l’orientation qui pointe hors de D en tout point de
S. Plus précisément, il faut que pour tout x ∈ D il existe ǫ > 0 vérifiant, pour tout
0 < t < ǫ, la relation tν(x) ∈
/ D. Dans ce cas, le champ de vecteurs ν est appelé le
vecteur normal unitaire extérieur à D et il est forcément unique.
Soit G un champ de vecteurs défini sur une surface orientée par un champ ν.
L’intégrale de G sur S, aussi appelée le flux de G à travers S, est
ZZ ZZ
def
G · dS = hG, νi dσ. (2.192)
S S

Si on suppose que la surface est paramétrisée par une application

F : W ⊂ R2 → R3 : (u, v) 7→ (F1 (u, v), F2(u, v), F3 (u, v))

alors un vecteur unitaire ν peut s’écrire sous la forme


∂F ∂F

ν = ∂F
∂u ∂v
∂F
∂u ∧ ∂v

et grâce à cette paramétrisation l’intégrale (2.192) devient


ZZ ZZ * +
∂F ∂F
G · dS = G(F (u, v)), ∧ dudv.
S W ∂u ∂v
où on utilise l’expression de dσ obtenue précédemment dans le cas qui nous in-
téresse (surface dans l’espace).
74 CHAPITRE 2. RAPPELS

2.20 Divergence, Green, Stokes


Le théorème de Stokes (et ses dérivés) peut se voir comme une généralisation
du théorème fondamental du calcul différentiel et intégral qui stipule
Z b
f ′ (x)dx = f (b) − f (a)
a

c’est-à-dire qui relie l’intégrale de f ′ sur I = [a, b] aux valeurs de f sur le bord
∂I = {a, b}. Le signe − qui apparait vient de l’orientation ; celle-ci requiert de la
prudence dans l’utilisation des théorèmes.
Voici, pour votre culture générale, un énoncé général :
Théorème 89.
Si M est une variété orientable de dimension n avec un bord noté ∂M, alors pour
toute forme différentielle ω de degré n − 1 on a
Z Z
dω = ω.
M ∂M

où dω désigne la différentielle extérieure de ω.


nous allons maintenant voir quelque cas particuliers.

2.20.1 Théorème de la divergence


Si nous considérons une surface dans Rn et un champ de vecteurs, il est bon de
se demander quelle « quantité de vecteurs » traverse la surface. Soit D, un ouvert
borné de Rn telle que ∂D soit une variété de dimension n − 1, et G, un champ de
vecteurs défini sur D̄. Afin de compter combien de G traverse ∂D, il faudra faire
en sorte de ne considérer que la composante de G normale à ∂D : pas question
d’intégrer par exemple la norme de G sur ∂D.
Comme nous le savons, la composante du vecteur v dans la direction w est
le produit scalaire v · 1w où 1w est le vecteur de norme 1 dans la direction w.
Nous allons donc introduire le concept de vecteur normal extérieur. Soit x ∈ ∂D
et ν ∈ Rn , nous disons que ν est un vecteur normal extérieur de ∂D si
a. hν, vi = 0 pour tout vecteur tangent v à ∂D au point x. Pour rappel, ∂D
étant une variété de dimension n − 1, il y a n − 1 tels vecteurs v linéairement
indépendants.
b. Il existe un δ > 0 tel que ∀t ∈ ]0, δ[, nous avons c + tν ∈
/ D̄ et x − tν ∈ D.
Nous pouvons maintenant définir le concept de flux. Soit D ⊂ Rn tel que ∂D
soit une variété de dimension n − 1 qui admette un vecteur normal extérieur ν(x)
2.20. DIVERGENCE, GREEN, STOKES 75

en chaque point. Soit aussi G : D̄ → Rn , un champ de vecteur de classe C 1 . Le


flux de G au travers de ∂D est le nombre
Z
hG(x), ν(x)idσ(x). (2.193)
∂D

Cette intégrale est en général très compliquée à calculer parce qu’il faut trouver
le champ de vecteur normal, puis une paramétrisation de la surface ∂D et ensuite
appliquer la méthode décrite au point 2.19.1.
Heureusement, il y a un théorème qui nous permet de calculer plus facilement :
sans devoir trouver de vecteurs normaux.
Il n’est pas plus contraignant d’énoncer ce théorème dans le cadre d’une hy-
persurface de Rn , ce que nous faisons donc :
Théorème 90 (Formule de la divergence).
Soit D un ouvert borné de Rn dont le bord est « assez régulier par morceaux »,
c’est-à-dire :
∂D = A1 ∪ . . . Ap ∪ N (2.194)

a. A1 , . . . , Ap , N sont deux à deux disjoints,
b. pour tout i ≤ p, Ai est un ouvert relatif d’une certaine variété Mi de dimen-
sion (n − 1)
c. Āi ⊂ Mi
d. N est un compact contenu dans une réunion finie de variétés de dimensions
(n − 2).
Supposons également qu’en chaque point de A1 ∪. . .∪Ap il existe un vecteur normal
extérieur ν.
Si G est un champ de vecteurs de classe C 1 sur D̄ alors
Z p Z
X
∇·G = hG, νi . (2.195)
D i=1 Ai

L’intégrale du membre de gauche est l’intégrale sur un ouvert d’une simple fonction.

2.20.2 Formule de Green


La formule de Green est un cas particulier du théorème de la divergence dans
le cas n = 2, légèrement reformulé :
Théorème 91.
Soit D ⊂ R2 ouvert borné tel que son bord est est la réunion finie d’un certain
76 CHAPITRE 2. RAPPELS

nombre de chemins de classe C 1 de Jordan réguliers. Supposons qu’en chaque point


de son bord, D possède un vecteur normal unitaire extérieur ν. Soient P et Q deux
fonctions réelles de classe C 1 sur D̄. Alors
ZZ I
(∂x Q − ∂y P )dx dy = P dx + Qdy
D ∂D

γ̇
où chaque chemin γ formant le bord de D est orienté de sorte que T ν = kγ̇k
où T
représente la rotation d’angle + π2 .

Pour rappel, une chemin γ : [, 1] → Rn est régulier si il est C 1 et si γ(t) 6= 0


pour tout r. Le chemin est de Jordan si γ(1) = γ(0) et si γ : [a, b[→ Rn est
injective.

2.20.3 Formule de Stokes


La formule de Stokes est la version classique, qui permet d’exprimer la circu-
lation d’un champ de vecteur le long d’une courbe de R3 comme le flux de son
rotationnel à travers n’importe quel surface dont le bord est la courbe. La version
présentée ici suppose que la surface peut se paramétriser en un seul morceau :

Théorème 92.
Soit F : W ⊂ R2 → R3 une paramétrisation (carte) d’une surface dans R3 ,
supposée de classe C 2 . Soit D un ouvert de R2 vérifiant les hypothèses de la formule
de Green, et tel que D̄ ⊂ W . Soit G un champ de vecteurs de classe C 1 défini sur
F (D̄), et soit N le champ normal unitaire donné par la paramétrisation
∂F ∂F

N = ∂F
∂u ∂v
∂F
(2.196)
∂u ∧

∂v

alors ZZ Z
hrot G, Ni dσF = G
F (D) F (∂D)

où les chemins formant le bord ∂D sont orientés comme dans le théorème de Green.

Notons, juste pour avoir une bonne nouvelle de temps en temps, que

∂F ∂F
dσF = (2.197)

× dudv,
∂u ∂v

mais cette norme apparaît exactement au dénominateur de N. Il ne faut donc pas


la calculer parce qu’elle se simplifie.
2.21. UN PETIT EXTRA 77

Sous forme un peu plus physicienne 7 , la formule (2.196) s’écrit


Z Z
h∇ × G, N(x)i dσF (x) = hG, T i ds (2.198)
F (D) F (γ)

où T est le vecteur unitaire tangent à F (γ).

Quelle est la bonne orientation ?


Le signe du vecteur normal N dépend du choix de l’ordre des coordonnées dans
la carte. Supposons que je veuille paramétrer la surface x2 + y 2 = 1, z = 1. Nous
prenons naturellement comme carte le cercle C de rayon 1 dans R2 et la carte
 
r cos θ
F (r, θ) =  r sin θ  . (2.199)
 

Mais nous aurions aussi pu mettre les coordonnées r et θ dans l’autre ordre :
 
r cos θ
F̃ (θ, r) =  r sin θ  . (2.200)
 

Les vecteurs normaux ne sont pas les même : la carte F donnera ∂r F × ∂θ F , tandis
que l’autre donnera ∂θ F̃ × ∂r F̃ . Le signe change !
Il faut savoir laquelle choisir. Le cercle C ⊂ R2 a une orientation donnée par
le théorème de Green. Nous choisissons l’ordre des coordonnées pour que 1θ et 1r
soient dans la même orientation que les vecteurs ν et T tels que donnés par le
théorème de Green, et tels que dessinés sur la figure 2.8.
Plus généralement, nous choisissons l’ordre des coordonnées u et v pour que
la base (1u , 1v ) ait la même orientation que (ν, T ) où T a le sens convenu dans le
théorème de Green.

2.21 Un petit extra


Soit f une fonction de R dans R. Supposons que
a. f (1) = 1,
b. f (x + y) = f (x) + f (y) pour tout réels x et y.

7. et surtout plus explicite.


78 CHAPITRE 2. RAPPELS

1r

ν

Figure 2.8 – L’orientation sur le cercle. Si nous les prenons dans l’ordre, les
vecteurs (1r , 1θ ) ont la même orientation que celle donnée par les vecteurs (ν, T )
donnés par la convention de Green.

Nous pouvons montrer 8 que la seule fonction continue qui possède ces propriétés
est la fonction identité f (x) = x pour tout x ∈ R.
De la même manière, il est aisé de voir que les seules applications linéaires de
R dans R sont de la forme
f (x) = Ax (2.201)
pour une constante réelle A. Une question naturelle qu’on peut alors se poser est
la suivante :
Est-il possible de définir une fonction non continue ayant les propriétés
a et b ?
En fait, il est possible de démontrer que si E est un espace vectoriel de dimension
finie, alors toute application linéaire f : E → F (où F est un espace vectoriel) sera
continue. Ceci ne reste plus vrai si l’espace vectoriel E est de dimension infinie.
Donc une manière de trouver une réponse positive à la question posée plus haut,
serait de voir R comme espace vectoriel de dimension infinie. Après un peu de
réflexion, la réponse est venue à nous (merci à Nicolas et à Samuel).
Si nous admettons l’axiome du choix, alors nous pouvons appliquer le théorème
de Zorn et nous savons que tout espace vectoriel admet une base. En particulier,
l’ensemble des réels vu comme espace vectoriel sur Q admet une base, i.e. ∃(ei )i∈I
des éléments de R tels que tout réel s’écrit comme combinaison linéaire à coeffi-

8. et toi, tu le peux ?
2.22. PREUVES DE CERTAINS RÉSULTATS CITÉS 79

cients rationnels de ces ei , i.e.


X
∀r ∈ R, ∃(λi )i∈I des éléments de Q tels que r = λi ei . (2.202)
i∈I

Utilisons cette base pour définir une fonction h de la manière suivante.


∀i ∈ I, on définit h(ei ) = αi (2.203)
où les αi doivent être bien choisis dans R. Pour satisfaire la propriété a, choisissons
sans perte de généralité e1 = 1 et h(e1 ) = 1. Ajoutons à cette propriété la linéarité
en imposant que X X
h( λi ei ) = λi αi . (2.204)
Les équations (1) et (2) nous permettent de voir que, moyennant le choix des αi ,
la fonction h est bien définie sur R et linéaire. Il est clair que si nous prenons par
exemple
αi = ei ∀i ∈ I
nous obtenons que la fonction h est en fait la fonction identité sur R. Par contre,
si nous définissons la fonction h comme satisfaisant la propriété (2) et si nous
choisissons les αi dans (1) de la manière suivante
h(e1 ) = e2
h(e2 ) = e1 (2.205)
h(ei ) = ei ∀i ∈ I \ {1, 2}
alors la fonction ainsi obtenue est linéaire et bien définie mais n’est plus l’iden-
tité. Donc nous avons trouvé une application linéaire de R dans R qui n’est pas
continue.
Exercice 2Trouver d’autres exemples d’applications linéaires non continues (pas
nécessairement des transformations de R).

2.22 Preuves de certains résultats cités


2.22.1 Preuve du critère d’équivalence
Prouvons le critère d’équivalence mentionné à la page 17. La preuve est tirée
de celle donnée dans [1].
a. Le fait que la suite an /bn converge vers α signifie que tant sa limite supérieure
que sa limite inférieure convergent vers α. En particulier la suite abnn est bornée
vers le haut et vers le bas. À partir d’un certain rang N, il existe M tel que
an
<M (2.206)
bn
80 CHAPITRE 2. RAPPELS

et il existe m tel que


an
> m. (2.207)
bn
Nous avons donc an < Mbn et an > mbn . La série de (an ) converge donc si
et seulement si la série de (bn ) converge.
b. Si α = 0, cela signifie que pour tout ǫ, il existe un rang tel que abnn < ǫ, et
donc tel que an < ǫbk . La suite de (ai ) converge donc dès que la suite de (bi )
converge.
c. Pour tout M, il existe un rang dans la suite à partir duquel on a abii > M,
et donc ak > Mbk . Si la série de (bk ) diverge, la série de (ak ) doit également
diverger.

2.22.2 Preuve du critère du quotient


Cette preuve est tirée de [2].

a. Soit b tel que L < b < 1. À partir d’un certain rang K, on a ai+1 < b. En

ai
particulier,
|aK+1 | < b|aK |, (2.208)
et pour aK+2 nous avons

|aK+2| < b|aK+1 | < b2 |aK |. (2.209)

Au final,
|aK+n | < bn |aK |. (2.210)
P
Étant donné que la série n≥K bn converge (parce que b < 1), la queue de
P
suite i≥K ai converge, et par conséquent la suite au complet converge.
b. Si L > 1, on a
|aK | < |aK+1| < |aK+2| < . . . (2.211)
Il est donc impossible que la suite (ai ) converge vers zéro. La série ne peut
donc pas converger.
c. Par exemple la suite harmonique an = n1 vérifie L = 1, mais la série ne
converge pas. Par contre, la suite an = n12 vérifie aussi le critère avec L = 1
P
tandis que la série n n12 converge.

2.22.3 Preuve du critère de la racine


La preuve est tirée de [1].
2.22. PREUVES DE CERTAINS RÉSULTATS CITÉS 81

a. Si L < 1, il existe un r ∈ ]0, 1[ tel que |an |1/n < r pour les grands n. Dans
P
ce cas, |an | < r n , et la série converge absolument parce que la série n r n
converge du fait que r < 1.
b. Si L > 1, il existe un r > 1 tel que |an |1/n > r > 1. Cela fait que |an |
prend des valeurs plus grandes que n pour une infinité de termes. Le terme
général an ne peut donc pas être une suite convergente. Par conséquent la
suite diverge au sens où elle ne converge pas.
82 CHAPITRE 2. RAPPELS
Chapitre 3

Exercices de CdI

3.1 Supremum, maximum


Exercice 3
Déterminez, s’ils existent, les supremum, infimum, maximum et minimum dans
R des sous ensembles de R ci-dessous.

a. ]10, 36] i. {sin( 100


πk
) | k ∈ Z}
b. [10, 36[ j. {sin( πk
3
) | k ∈ Z}
c. ]5, +∞[ k. {x2 | x ∈] − 1, 21 [}
d. ]8, 9[ l. Im([x → ex ]) := {ex | x ∈ R}
e. { 12 , −2 , 3 , −4 , 5 , ...} m. Im(ex cos(x)) := {ex cos(x) | x ∈
3 4 5 6
R}
f. { 12 , 31 , 14 , 51 , 61 , ...}
n. Im(ϕ(x)) := {ϕ(x) | x ∈ [−1, 1]}
g. { k1 | k ∈ N0 }
o. Im(|ϕ(x)|) := {|ϕ(x)| | x ∈
| k ∈ N0 }
k
h. { (−1)
k+1
k
[−1, 1]}

où ( √
1 − x2 x ≤ 0
ϕ=
x−2 x>0
Correction à la page 183.
Exercice 4
Reprenez les exercices g, h et k, et justifiez soigneusement vos réponses.
Correction à la page 183.
Exercice 5
Soient A et B des sous-ensembles bornées de R
a. Prouver que si A ⊂ B alors sup(A) ≤ sup(B). Que peut on dire pour inf ?

83
84 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

b. Est il vrai que si A ⊂ B et A 6= B alors sup(A) < sup(B) ?


c. Établir des relations liant sup(A) et sup(B) à sup(A ∪ B) d’une part, et à
sup(A ∩ B) d’autre part (si A ∩ B 6= ∅).
Correction à la page 184.
Exercice 6 Si A + B = {a + b | a ∈ A, b ∈ B}, prouver que

sup(A + B) = sup(A) + sup(B). (3.1)

Correction à la page 185.


Exercice 7
Soient deux fonctions bornées f et g de E vers R.

f, g : E → R

Prouvez que

sup{f (x) + g(x) | x ∈ E} ≤ sup{f (x) | x ∈ E} + sup{g(x) | x ∈ E}

Montrer par un exemple que l’égalité n’a pas toujours lieu.


Correction à la page 185.
Exercice 8
Soit E un sous-ensemble de R. Prouver que si

x = lim xk

où xk ∈ E pour tout k, et si x ∈ Maj(E) avec 1

Maj(E) = {y | y ≥ e, ∀e ∈ E}, (3.2)

alors x = sup(E).
Correction à la page 186.

3.2 Suites
Exercice 9
Donner quand c’est possible un exemple de suite
a. convergente
b. périodique (non constante)
c. ayant une limite infinie
1. Vous reconaitrez l’ensemble des majorants de E.
3.2. SUITES 85

d. n’ayant pas de limite


e. à valeurs entières convergeant vers π
f. croissante et bornée
g. bornée mais non convergente
h. bornée, monotone décroissante
i. bornée, monotone croissante mais non convergente
j. croissante et n’ayant pas de limite
k. décroissante divergente ayant une sous-suite convergente
Correction à la page 186.
Exercice 10
Démontrez que les suites suivantes sont convergentes :
a. k 7→ 1
k
b. (1, 12 , −1 , 1 , −1 , 1 , . . .)
3 4 5 6
k
c. xk = (i)k
d. xk = k12
e. k 7→ k+3 1

Correction à la page 187.


Exercice 11
Une suite réelle {an } satisfait la propriété ∀N, ∃n1 , n2 > N tel que |an1 | < 5
et |an2 | > 5. Construire une suite convergente et une suite divergente ayant cette
propriété.
Correction à la page 187.
Exercice 12
On considère deux suites croissantes, {xn } et {yn }. Démontrez ou infirmez à
l’aide d’un contre-exemple,
a. la suite {xn + yn } est croissante.
b. la suite {xn .yn } est croissante.
Correction à la page 187.
Exercice 13
Soient xk et yk deux suites tendant vers +∞ et zk une suite tendant vers un
réel a strictement positif (a > 0). Démontrez que :
a. lim(xk + yk ) = +∞
b. lim(xk yk ) = +∞
c. lim(xk + zk ) = +∞
d. lim(xk zk ) = +∞
86 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

e. lim(−xk ) = −∞
Correction à la page 187.
Exercice 14
Soit xk une suite bornée et yk une suite tendant vers +∞. Démontrez que la
suite [k → xykk ] tend vers 0.
Correction à la page 188.
Exercice 15
Les suites suivantes convergent elles et si oui vers quel nombre ? Démontrez
soigneusement toutes vos affirmations.
k+(−1)k
a. xk = k+2
k
cos(kπ) d. k−(−1)k
1
+ k1 +1 e. xk = ik
b. k 7→ k3
5
+2
k3 f. k 7→ k 2 + 2
k 3 +k+1
c. k 7→ 5k 3 +2
g. xk = x2k−1 + 1, x1 = 1

Correction à la page 188.


Exercice 16
Vrai ou faux (démontrez ou donnez un contre exemple) :
a. Si un est telle que u2n → 0 et u2n+1 → 0, alors un → 0.
b. Si un est telle que u2n → 0 et u3n → 0 et u4n → 0, et . . ., alors un → 0.
c. ∃ une suite qui prend une infinité de fois les valeurs 1,2.
d. ∃ une suite qui prend une infinité de fois les valeurs 1,2,3.
e. ∃ une suite qui prend une infinité de fois toutes les valeurs entières.
f. Toute suite périodique et convergente est constante.
g. Si kxk k → kxk, alors xk → x.
h. Toute suite monotone qui a une sous-suite bornée converge.
i. Il existe une suite telle que limn→∞ un = ∞ mais qui n’est jamais monotone.
Correction à la page 189.
Exercice 17
Prenons deux suites {an } et {bn } qui tendent toutes les deux vers l’infini (resp.
0). On dira que la suite {an } converge plus vite (resp. plus lentement) que la suite
an an
{bn } si lim = ∞, aussi vite si lim existe et est finie, et plus lentement
n→∞ bn n→∞ bn
an
(resp. plus vite) si lim = 0.
n→∞ bn

a. Montrer qu’il existe deux suites qui tendent vers ∞ (ou 0) mais qui n’ont
pas la même vitesse d’approche.
3.2. SUITES 87

b. Montrer que pour toute suite qui tend vers ∞ (ou 0), il existe une suite qui
tend vers ∞ (ou 0) plus vite.
c. Donner une suite non exponentielle qui tend vers l’infini plus vite que la suite
xk = ek .
Correction à la page 190.
Exercice 18
Construire une suite {xn } telle que pour tout a ∈ R, il existe une sous suite
{xnk } qui converge vers a.
Correction à la page 191.
Exercice 19
Soient (an ) une suite convergente dans R et σ : N → N une fonction injective.
Posons bn = aσ(n) . Prouvez que (bn ) converge et que lim bn = lim an .
Correction à la page 191.
Exercice 20
Déterminez le supremum (sauf pour l’exercice g), l’infimum (sauf pour l’exercice
g), la limite, les limites supérieure et inférieure (s’ils existent) de chacune des suites
ci-dessous.
a. ( 12 , −2 , 3 , −4 , 5 , . . .)
3 4 5 6
b. (0, 1, 2, 1, 2, 3, 1, 2, 3, 4, 1, 2, 3, 4, 5, . . .)
(−1)k
c. 1 + k
ik
d. k
e. cos( π4 + k π2 )
f. (1 + 25
k2
)
sin(k)
g. k
h. 15
⌊ 7+k ⌋k 2 + (1 − ⌊ 7+k
15
⌋) k1
où ⌊r⌋ désigne le plus grand entier inférieur à r. Ainsi ⌊2, 5⌋ = 2 et ⌊−2, 5⌋ = -3.
Correction à la page 192.
Exercice 21
Reprenez les réponses a, b, c, e et g de l’exercice précédent et justifiez les
soigneusement.
Correction à la page 193.
Exercice 22
Soient xk et yk deux suites bornées de nombres réels.
a. Prouvez que lim sup(xk + yk ) ≤ lim sup(xk ) + lim sup(yk ).
b. Donnez un exemple dans lequel l’inégalité précédente est stricte.
c. Prouvez que si l’une des deux suite est convergente, il y a égalité.
88 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

d. Donnez un exemple pour lequel lim sup(xk yk ) > lim sup(xk ) lim sup(yk ).
e. Trouvez une condition suffisante pour que

lim sup(xk yk ) ≤ lim sup(xk ) lim sup(yk ). (3.3)

f. Donnez un exemple où cette dernière inégalité est stricte.


g. Prouvez que si
xk , yk ≥ 0 ∀k,
alors dès que l’une des deux suites converge, on a l’égalité.
Correction à la page 193.
Exercice 23
On considère la suite de nombres réels k 7→ xk = (1 + k1 )k
a. Montrez que cette suite est convergente (pour ce faire prouvez qu’elle est
monotone croissante et bornée).
def
b. Prouvez que sa limite e = lim xk est supérieure à 2 et inférieure à 3.
c. Déterminez
(a) lim(1 + k1 )k+1
k
(b) lim(1 + k1 ) 2
(c) lim(1 + 2k
1 k
)
(d) lim(1 − k )
1 k

en termes de e.
Correction à la page 195.

3.2.1 Suites définies par récurrence


Exercice 24
Soient a et b deux nombres réels fixés. Définissons la suite (xn ) comme suit :
x1 = a, x2 = b et, pour n > 2, xn est la moyenne des deux termes précédents,
c’est-à-dire, xn = 12 (xn−2 + xn−1 ).
a. Faites un dessin (Aide : supposez a < b et pensez aux points milieux).
b. Prouvez (par induction) que
1
 n−1
xn+1 − xn = − (b − a)
2
c. Montrez que " n  k−1 #
X 1
xn+1 − x1 = − (b − a)
k=1
2
3.3. CALCUL DE LIMITES 89

(a+2b)
d. Prouvez que xn → 3
.
Correction à la page 197.
Exercice 25
Démontrez que la suite définie par la récurrence suivante est convergente et
calculez sa limite
1
xk = , x1 = 1. (3.4)
1 + xk−1
Pour ce faire,
a. Trouvez un candidat limite en passant à la limite dans la relation de récur-
rence,
b. déterminez quels termes de la suite sont plus grands ou plus petit que le
candidat,
c. montrez que la suite des termes plus grands et la suite des termes plus petits
convergent toutes deux vers la même limite,
d. déduisez en que le candidat trouvé en a est bien la limite des xk .
Correction à la page 199.

3.3 Calcul de limites


Exercice 26
Déterminez si les limites suivantes existent et dans l’affirmative calculez les en
utilisant, s’il y a lieu, la règle de l’Hospital ou la règle de l’étau.

a. limx→+∞ x+1
x2 +2
f. limx→0 ( sin(x)
1
− x1 )
b. limx→+∞ sin(x) g. limx→+∞ cos(2πx)
x

c. sin(x)
limx→0 x h. limx→+∞ sin(x)+2
x
+ ln(x) cos(x)
i. limx→+∞ ln(x)(sin(x)+2)
n
d. limx→+∞ xex x
1
e. limx→+∞ (1 + xa )x j. limx→+∞ x x

(Sont présentés ici différents types de problèmes auxquels on peut être confronté
lors du calcul de limites de fonctions. Cet exercice est un exercice de drill : n’essayez
pas de justifier à fond chaque étape du calcul.)
Correction à la page 200.
Exercice 27
Déterminez si les limites suivantes existent et dans l’affirmative calculez les.
a. limx→0 x sin( x1 )
b. limx→0 sin(sin(x))
x
90 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI
1
c. limx→+∞ (ln(x)) 1−ln(x)
Correction à la page 204.
Exercice 28
Calculez les limites suivantes :
a. limx→+∞ ln(x)
xa
a
b. limx→+∞ ln(x)
xb
c. limx→+∞ ax
1
d. limx→+∞ a x
où a et b sont des réels positifs. (Le but de ces exercices est, aussi, d’acquérir un
peu de culture. On y compare la croissance du logarithme et des polynômes)
Correction à la page 204.
Exercice 29
Déterminez, pour chacune des suites suivantes, si elle converge et dans l’affir-
mative calculez sa limite.
a. k 7→ cos(2πk)
b. k 7→ cos( π3 k)
1
c. k 7→ k(a k − 1)
où a est une réel.
Correction à la page 206.
Exercice 30
Déterminez si la limite de chacune des suites suivantes existe et dans l’affirma-
tive calculez la.
a. limk→+∞( ak+1
k
)k
b. limk→+∞ sin( πkk)+1 + ln(k) cos( π5 k)
5
ln(k)(sin( π3 k)+1)
c. limk→+∞ k

d. limk→+∞ k(1 + 3k
3k
)
1 3k

où a est un réel.
Correction à la page 206.

3.3.1 Limites à deux variables


Exercice 31
Déterminez si les limites suivantes existent et dans l’affirmative calculez les.
3.3. CALCUL DE LIMITES 91

x2 y sin(3x3 +x2 +y 2 −2y+1)


a. lim(x,y)→(0,0) x4 +y 6 +1 e. lim(x,y)→(0,1) x2 +y 2 −2y+1
xy 5
b. lim(x,y)→(0,0) x6 +y 6 f. lim(x,y)→(0,0) x−y
ln(x2 +y 2 +1)
2 3
c. lim(x,y)→(0,0) x√
−xy+3y
g. lim(x,y)→(1,1) x−y
2 2 x +y ln(x2 +y 2 −1)
ln(3x4 +x2 +y 2 ) xy 2
d. lim(x,y)→(0,0) x2 +y 2
h. lim(x,y)→(0,0) x2 +y 4

Correction à la page 207.


Exercice 32
Démontrer que les limites suivantes n’existent pas :
x2 y
a. lim(x,y)→(0,0) x3 +y 3
b. lim(x,y)→(1,1) tan(π( xy
2
))
c. lim(x,y)→(1,0) 1
2x+y 2 −2
 
d. lim(x,y)→(1,0) cos 1
|x−1|y
Correction à la page 212.
Exercice 33
Calculer les limites suivantes si elles existent (un changement de variables peut
vous simplifier la vie) :
sin((x−1)4 +(x−1)2 +y 2 −6y+9)
a. lim(x,y)→(1,3) (x−1)2 +(y−3)2
(x−y)(x+y)
b. lim(x,y)→(1,1) x3 +x2 y−y 2 x+y 3 +2
x2 +y 2
c. lim(x,y)→(0,0) 2x2 +y 2 +x3
h i
π 2x2 +2y 2
d. lim(x,y)→(0,0) tan 2 x2 +y 2 +x3
Correction à la page 213.
Exercice 34
Supposons que ai (i = 1, 2, 3, 4) sont des fonctions C ∞ de R2 dans R. Pour
les fonctions suivantes, représentez dans le plan leur domaine de définition(s) et
écrivez les limites qu’il faudra étudier pour déterminer leur continuité sur R2 :

a. c.
 
a
1 si x > 0 a si x = y
f (x, y) = (3.5) f (x, y) =
1
(3.7)
a2 si x ≤ 0 a2 sinon
b.
 d.
a
1 si x > 0 et y > 0 
f (x, y) = a
1 si x > ey
a
2 sinon f (x, y) = (3.8)
(3.6)
a
2 sinon
92 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

e. f.

a1

 si x > 0 et y > 0

si x ≥ 0, y ≤ 0

a
2 
f (x, y) = si xy > 0
a1


 a3 si x < 0 et y < 0 
f (x, y) = si xy < 0 (3.10)


 a2

a4 sinon 

(3.9)

a3 sinon

3.4 Limite et continuité


Exercice 35
Donner quand c’est possible un exemple de fonction
a. continue sur [0, 1]
b. continue sur ]0, 1[ et non continue sur [0, 1]
c. continue sur [0, 1] telle que f |]0,1] = 1
x
d. continue nulle part sur [0, 1]
Correction à la page 214.
Exercice 36
Donner une définition précise et illustrer par un exemple.
a. f n’est pas continue en a.
b. g est un prolongement continu de f .
c. limx→a f (x) n’existe pas.
Correction à la page 214.
Exercice 37
A partir de la définition, prouver la continuité des fonctions suivantes :

cos x, sin x, ex , ln x

Indice : utiliser : 1 − nx ≤ (1 − x)n ≤ 1 − 1+(n−1)x


nx
si 0 < x < 1.
Correction à la page 214.
Exercice 38
Déterminez l’ensemble des points où les fonctions suivantes sont continues et
celui où elles sont dérivables. Prouvez soigneusement vos résultats.
a. x → x
b. x → |x|
(
1
si x 6= 0
c. x → x
0 sinon
3.4. LIMITE ET CONTINUITÉ 93

d. x → x2
Correction à la page 215.
Exercice 39
Quelque questions sur les polynômes.
a. Prouver que les seules fonctions polynomiales (à coefficients réels) p[x] telles
que, pour tout x > 0, p[x]/x2 ∈ [2, 3] sont de la forme p[x] = Ax2 pour A
une constante réelle.
b. Donner un exemple de fonction continue f : [0, ∞) → R qui n’est pas un
polynôme mais telle que, ∀x > 0,

f (x)
2≤ ≤ 3.
x2

Correction à la page 216.


Exercice 40
Soit f une fonction continue de R dans R. Supposons que (i) f (1) = 1 et que
(ii) f (x + y) = f (x) + f (y) pour tout x et y réel.
a. Prouver que f (x) = x pour tout rationnel x > 0.
b. Prouver que f (0) = 0 et que f (−x) = −f (x) pour tout x dans R.
c. Prouver que f (x) = x pour tout x réel.
Correction à la page 217.
Exercice 41
Étudiez la continuité, la dérivabilité et la continuité de la dérivée de chacune
des fonctions suivantes :
(
0 si x 6= 0
a. x 7→
1 sinon
(
sin( x1 ) si x 6= 0
b. x 7→
0 sinon
(
x sin( x1 ) si x 6= 0
c. x 7→
0 sinon
(
x2 sin( x1 ) si x 6= 0
d. x 7→
0 sinon
Le but de cet exercice est aussi d’exhiber des exemples illustrant les différents
types de comportements possibles, relativement à la continuité et la dérivabilité,
d’une fonction en un point.
Une autre propriété du graphe de la fonction x 7→ sin( x1 ) est donnée dans ici,
et il y a même un dessin :-)
94 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 217.


Exercice 42
Étudiez la continuité, la dérivabilité et la continuité de la dérivée de chacune
des fonctions suivantes :
( 2x+a
1 si x 6= 0
a. x 7→ 1+e x
0 sinon
(
sin(x)
si x 6= 0
b. x 7→ x
1 sinon
( −1
ex si x > 0
c. x 7→
0 sinon
(
( sin(2x) )x+1 si x 6= 0
d. [− 12 , 21 ] →R:x→ x
1 sinon
où a et b sont des réels.
Correction à la page 219.
Exercice 43
Prouver que la fonction f : R → R

sinh(x)
f (x) = (3.11)
x
est de classe C ∞ .
Correction à la page 221.
Exercice 44
Montrez que la fonction

f: R → R

1 si x ∈ Q (3.12)
x 7→ f (x) =
6 Q
0 si x =

est discontinue sur R et que la fonction f : Q → R, x 7→ 1 est continue sur Q.


Correction à la page 222.
Exercice 45
Définissons f : [0, 1] → [0, 1] comme suit. Si x est irrationnel, alors f (x) = 0. Si
x 6= 0 est rationnel, posons x = m n
avec pgcd(m, n) = 1, et f (x) = n1 . Finalement,
f (0) = 0.
Prouvez que f est continue en tout irrationnel et en 0, et discontinue en tout
rationnel non nul.
Correction à la page 222.
Exercice 46
3.4. LIMITE ET CONTINUITÉ 95

Donnez un exemple d’une fonction f : R → R partout discontinue et d’une


fonction non constante et partout continue g : R → R telles que g ◦ f est partout
continue (Aide : considérez g(x) = |x|).
Correction à la page 223.
Exercice 47
Considérons la fonction

f: R→R

x si x est rationnel (3.13)
x 7→ f (x) =
0 si x est irrationnel

Vérifiez que f est continue en 0 mais n’est ni dérivable à gauche ni dérivable à


droite en 0.
Correction à la page 223.
Exercice 48
Étudier la continuité des fonctions suivantes :

xy si x > 0
a. f (x, y) =
x 2 2
y si x ≤ 0

⌊xy⌋ si x > 0 et y > 0
b. f (x, y) =
xy sinon

ex−y2 si x = y
c. f (x, y) = 
e sinon

1 si x > ey
d. f (x, y) =
1 − (x + y) sinon



 xy si x > 0, y > 0

(x − 1)

si x ≥ 0, y ≤ 0
e. f (x, y) =




x(y − 1) si x < 0, y < 0


(x − 1)(y − 1) sinon
Exercice 49
Prouver que les fonction sinus et cosinus sont continues et dérivables.
Correction à la page 223.
Exercice 50
Prouver que la fonction x 7→ ex est continue.
Correction à la page 225.
96 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

3.5 Dérivées partielles et différentiabilité


Exercice 51
Dessiner les courbes de niveaux des fonctions suivantes. Représenter ensuite
leur graphe dans l’espace. Donner l’équation du plan tangent en l’origine.

a. f (x, y) = x2 + y 2 .

b. f (x, y) = 1 − x2 − y 2 .
c. f (x, y) = (x2 + y 2)2 − 8xy.
Les courbes de niveau de l’exercice c sont les ovales de Cassini ; en particulier, la
courbe de niveau 0 est la lemniscate de Bernouilli.
Correction à la page 226.
Exercice 52
Déterminez l’ensemble des points où les fonctions sont continues et celui où
elles sont différentiables.
( x−y
a. (x, y) 7→ 3x2 + x3 y + x ln(x2 +y 2 +1)
si (x, y) 6= (0, 0)
d. (x, y) 7→
( 0 sinon
e si xy 6= 0 (
b. (x, y) 7→ x + ay si x > 0
ex+y sinon e. (x, y) 7→
x sinon
( (
xy 5
x
si y 6= 0 si x 6= y
c. (x, y) 7→ y f. (x, y) 7→ x6 +y 6
0 sinon 0 sinon

Correction à la page 228.


Exercice 53
Supposons que a1 , a2 , a3 et a4 soient des fonctions C ∞ de R2 dans R. Pour
les fonctions suivantes, représentez dans le plan leur domaine de définition(s) et
écrivez les limites qu’il faudra étudier pour déterminer leur continuité sur R2 :

a. c.
 
a
1 si x > 0 a si x = y
f (x, y) = (3.14) f (x, y) =
1
(3.16)
a2 si x ≤ 0 a2 sinon

b.
d.

a
1 si x > 0 et y > 0 
f (x, y) = a
1 si x > ey
a
2 sinon f (x, y) = (3.17)
(3.15)
a
2 sinon
3.5. DÉRIVÉES PARTIELLES ET DIFFÉRENTIABILITÉ 97

e. f.

a1

 si x > 0, y > 0

si x ≥ 0, y ≤ 0

a
2 
f (x, y) = si xy > 0
a1


 a3 si x < 0, y < 0 
f (x, y) = si xy < 0 (3.19)


 a2

a4 sinon 

(3.18)

a3 sinon

Note : ici et dans ces exercices, lorsque nous écrivons « a1 », nous sous-entendons
bien entendu « a1 (x, y) ». Le but de cet exercice est de permettre aux étudiants
de cerner rapidement quelles sont les zones à problèmes.
Correction à la page 234.
Exercice 54
Étudier la continuité et la différentiabilité des fonctions suivantes :

a. d.

xy si x > 0
f (x, y) =

1 si x > ey
x2 y 2 si x ≤ 0 f (x, y) =
(3.20) 1 − (x + y) sinon

b. (3.23)

sin(xy) si x > 0, y > 0 e.
f (x, y) =
xy sinon

(3.21) 

 xy si x > 0, y > 0

c. (x − 1)y

si x ≥ 0, y ≤ 0

ex−y2 f (x, y) =
si x = y 
 x(y − 1) si x < 0, y < 0
f (x, y) = 


e sinon 
(x − 1)(y − 1) sinon
(3.22) (3.24)

Correction à la page 234.


Exercice 55
La figure 3.1 représente le domaine d’une fonction f : R2 → R, et sur chacune
des parties, elle est définie différemment.
Donnez l’expression de cette fonction sous la forme

. . .

 si ...

si ...

. . .
f (x, y) = (3.25)
. . . si ...





. . . si ...
Ensuite, étudier la continuité et la différentiabilité de cette fonction sur R2 .
98 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

xy x−y

x2 y x+y

Figure 3.1 – La fonction de l’exercice 55.

Correction à la page 238.


Exercice 56
Prouvez que toutes les dérivées directionnelles en (0, 0) de la fonction suivante
existent mais que cette même fonction n’est pas différentiable en (0, 0) car elle
n’est pas continue en (0, 0).

xy 2

x2 +y 4
si (x, y) 6= (0, 0)
(x, y) 7→  (3.26)
0 sinon
Correction à la page 241.
Exercice 57
Prouvez que la fonction suivante f est continue en (0, 0), que toutes les dérivées
directionnelles en (0, 0) de cette fonction existent mais qu’elle n’est pas différen-
tiable en (0, 0) car l’application qui envoie un vecteur u sur la dérivée de la fonction
f dans la direction u en (0, 0) n’est pas linéaire.
(
x xy > 0
f : (x, y) →
y xy ≤ 0
Correction à la page 242.
Exercice 58
Prouvez que la fonction suivante f est continue en (0, 0), que toutes les dérivées
directionnelles en (0, 0) de cette fonction existent, que l’application qui envoie un
vecteur u sur la dérivée de la fonction f dans la direction u en (0, 0) est linéaire
mais que cette même fonction n’est pas différentiable en (0, 0).
 √
 x2 y x2 +y2
(x, y) → x4 +y 2
si (x, y) 6= (0, 0)
 0 sinon
3.5. DÉRIVÉES PARTIELLES ET DIFFÉRENTIABILITÉ 99

x2 y
(aide : pour vérifier que f est continue en (0, 0) prouvez que x4 +y 2
est borné ; pour
x2 y
prouver que est borné considérez les courbes de niveaux de f )
x4 +y 2
Correction à la page 242.
Exercice 59
Calculez les dérivées partielles premières par rapport à la première variable et
à la seconde variable des fonctions suivantes

a. (u, v) 7→ u3 + 12u2 v − 5v 3 d. (r, θ) 7→ r θ


b. (u, v) 7→ f (u2 ) ln(v) e. (x, y) 7→ (x + 3)ex
c. (x, y) 7→ tg(x + y 2 ) f. (u, v) 7→ ln(f (uv))

où f est une fonction de classe C 1 de R dans R.


Correction à la page 242.
Exercice 60
Soient
f : R+0 × R0 → R
+

x (3.27)
(x, y) 7→ ex/y ln( )
y
et
π
g : ]0, ∞[×]0, [ → R2
2 (3.28)
(r, θ) 7→ (r cos(θ), r sin(θ)).

a. Calculez df (1, 1) et dg( 2, π4 )

b. Calculez f˜ = f ◦ g
def


c. Calculez df˜( 2, π4 ) à partir de df et dg.
Correction à la page 243.
Exercice 61
Calculez les différentielles en (0, 0) des fonctions suivantes :

 sin(π(15x3 + x2 + (y − 2)2 ))
 quand le dénominateur est non nul
a. f1 (x, y) = π(x2 + (y − 2)2 )


1 ailleurs
b. f2 (x, y) = (x + 1)x+y
c. g1 : R2 −→ R2 : (u, v) −→ (ln(sin2 (u) + 1), uv)
d. g2 : R2 −→ R3 : (u, v) −→ (ln(tan2 (u) + 1), uv − π, cos(cos(uv)))
e. h = f1 ◦ g1
100 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 245.


Exercice 62
Donner les équations des plans tangents en (0, 0) aux graphes des fonctions
f1 , f2 et h de l’exercice 61.
Correction à la page 246.
Exercice 63
Soit f une fonction C 1 de R2 vers R. Donnez une expression des dérivées
partielles de la fonction g, définie ci-dessous, en fonction des dérivées partielles de
la fonction f .
g : R2 → R : (u, v) → f (uev , v(1 + u2 ))
Correction à la page 246.
Exercice 64
Soit f une fonction C 1 de R vers R. Donnez une expression de la fonction
suivante en fonction de la dérivée de f .

(x, y) → y(∂x g)(x, y) + x(∂y g)(x, y)

si
g : R2 → R : (x, y) → f (x2 − y 2)
Correction à la page 246.
Exercice 65
Soient f : R2 → R une fonction de classe C 2 et soit g : R → R une autre
fonction de classe C 2 . On définit la fonction h : R → R par la formule suivante
def
h(t) = f (t, g(t2 ))

Calculez la dérivée première et la dérivée seconde de la fonction h en fonction des


dérivées partielles de la fonction f et des dérivées de la fonction g.
Correction à la page 246.
Exercice 66
Soit f une fonction C 1 de R2 vers R et g une fonction de classe C 1 de R dans R.
Donnez une expression des dérivées partielles de la fonction h, définie ci-dessous,
en fonction des dérivées partielles de la fonction f et des dérivées de la fonction g.

h : R2 → R : (u, v) → f (g(uev ), g(v)(1 + u2 ))g(u+v)

Correction à la page 246.


Exercice 67
Soient f : R → R, g : R2 → R , h : R3 → R2 = (h1 , h2 ). Calculer les
gradients (ou matrices Jacobiennes) des fonctions suivantes en termes des dérivées
(partielles) de f, g, h.
3.5. DÉRIVÉES PARTIELLES ET DIFFÉRENTIABILITÉ 101

a. w1 (x, y) = g(x + y, 1 − f (xy )).


b. w2 (t) = f (g(1 + t, 1 − tt )).
c. w3 (x, y) = h(g(x, y), f (x + ln(xy)), y).
d. w4 (x, y, z) = (h1 (x, y, z), h2 (x, y, z), f (x + y + z)).
Correction à la page 246.
Exercice 68
Soit
f : R2 → R : (x, y) → 4x2 + y 2
a. Calculez les dérivées partielles ( ∂x

f )(a, b) et ( ∂y

f )(a, b) de la fonction f par
rapport à sa première et par rapport à sa seconde variable au point (a, b)
Donnez en une interprétation géométrique
b. Calculez l’équation du plan tangent au graphe de f au point (a, b, f (a, b)).
c. Calculez la différentielle (df )(a, b) de f au point (a, b). Quel lien y a-t-il entre
ce plan tangent et le graphe de df (a, b) ?

d. Calculez la dérivée directionnelle de f au point (1, 2) dans la direction ( 21 , 2
3
).
e. Calculez le gradient ∇f de f au point (a, b). Donnez en une interprétation
géométrique.
f. Dessinez quelques ensembles de niveau de la fonction f . Calculez ∇f (1, 1)
et écrire l’équation de la tangente à la courbe

{(x, y) | 4x2 + y 2 = 5}

au point (1, 1).


Correction à la page 246.
Exercice 69
Considérons la fonction :

 tan(π(15x5 + x2 + (y − 2)2 ))
 quand le dénominateur est non nul
f (x, y) = π(x2 + (y − 2)2 )


1 ailleurs

a. Cette fonction est-elle différentiable en (0, 0) ? Si oui, calculez ∇f (0, 0) et


df(0,0) (2, 3).
b. Écrivez l’équation du plan tangent au graphe de f en (0, 0, f (0, 0)).
c. Soit g : R2 −→ R2 : (u, v) −→ (ln(sin2 (u)), uv − π). Calculez g( π2 , 2). Cal-
culez d(f ◦ g)( π2 ,2) à partir de df et dg.
d. Étudiez la continuité et la différentiabilité de f .
102 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 247.


Exercice 70
Soit F : R2 → R2 , (x, t) 7→ F (x, t) une fonction de classe C 2 . On dit que F
satisfait l’équation des cordes vibrantes (ou équation des ondes), si
∂2F 2
2∂ F
=c (3.29)
∂t2 ∂x2
où c représente la vitesse de propagation de l’onde.
a. Prouvez que si f et g sont deux solutions de l’équation et a et b deux réels
alors af + bg est encore une solution de l’équation. (l’ensemble des solutions
de l’équation est un sous vectoriel du vectoriel des fonctions C 2 de R2 vers
R)
b. Vérifiez que si φ et ψ sont deux fonctions de classe C 2 de R dans R alors

F : R2 → R : (x, t) → φ(x + ct) + ψ(x − ct)

est une solution de l’équation.


c. Soit le changement de variable
(
ξ = x + ct
η = x − ct

Écrivez l’équation dans ces nouvelles variables et prouvez que les solutions
exhibées au point précédent sont les seules possibles.
d. Si vous êtes étudiant en physique, vous devriez être capable d’expliquer
pourquoi le paramètre c de l’équation d’onde est la vitesse de l’onde. Si vous
êtes étudiant en mathématique, cela ne vous dispense moralement pas de
vous poser la question. Remarquez l’analogie entre l’équation d’onde (3.29)
et l’équation
2ψ(x̄, t) = 0 (3.30)
2
où 2 = c12 ∂t

2 − ∆. Cette dernière équation est l’équation (10.1.5) de la page

101 du cours d’électromagnétisme de deuxième année :


http://homepages.ulb.ac.be/~cschomb/CEDtout.pdf.
Correction à la page 247.
Exercice 71
Soit f : R2 → R : (x, y) → f (x, y) une fonction de classe C 2 . On définit le
Laplacien de f par la formule suivante :

def ∂2 ∂2
∆f = f + f
∂x2 ∂y 2
3.6. SÉRIES ET SÉRIES DE PUISSANCES 103

def
a. Calculez le Laplacien en coordonnées polaires, c’est-à-dire, posant f˜(r, θ) =
f (r cos(θ), r sin(θ)) prouvez que :

∂2 ˜ 1 ∂ ˜ 1 ∂2 ˜
(∆f )(r cos(θ), r sin(θ)) = ( f )(r, θ) + ( f )(r, θ) + ( f )(r, θ)
∂r 2 r ∂r r 2 ∂θ2

b. Vérifiez que la fonction suivante F : (x, y) → ln( x2 + y 2 ) est une solution
de l’équation aux dérivée partielles ∆f = 0
Correction à la page 248.

3.6 Séries et séries de puissances


Exercice 72
Donner quand c’est possible un exemple de série ne contenant pas une infinité
de termes nuls (sinon c’est facile)
a. absolument convergente,
b. dont la somme vaut deux,
c. de somme infinie mais dont le terme principal tend vers 0,
d. divergente (et pas de somme infinie),
e. qui converge simplement mais pas absolument,
f. convergente mais dont le terme principal ne tend pas vers 0.
Correction à la page 248.
Exercice 73 ∞ X
Supposer que an est une série convergente à termes positifs. Montrer qu’il
n=1

X
existe une série ãn telle que
n=1


ãn X
ãn > 0, lim = 0, et ãn < ∞. (3.31)
n→∞ a
n n=1

(Dans l’ensemble des séries convergentes à termes positifs, il n’y a pas de plus lent)
Correction à la page 249.
Exercice 74
Montrez que la série convergente
1 1 1 1 1 1
− + − + − +··· (3.32)
2 2 3 3 4 4
104 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

admet un réarrangement divergent


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
− + + − + + + + − +···
2 2 3 4 3 5 6 7 8 4
Correction à la page 249.
Exercice 75
Soient an une série convergente dans R et σ : N → N une fonction injective.
P

Posons bn = aσ(n) . bn converge telle toujours dans R ? Si non, quand a-t-on cette
P

convergence ?
Correction à la page 250.
Exercice 76
Déterminez si les séries ci-dessous sont absolument convergentes, convergentes
ou divergentes.
P∞ P∞
a. 1
k=1 3k f. k=1 k 3 e−3k
P∞ P∞ (−1)k ln(k)
b. 1
k=2 (ln(k))k g. k=1 k
P∞ (−1)k
h.
P∞
c. k!
k=1 k k k=1 ka
P∞ P∞ cos(k)+i sin(k)
d. 1
k=1 k(k+1) i. k=1 k2
P∞ P∞ cos( kπ )+i sin( kπ )
e. 1
k=1 k 2 −cos(k) j. k=1
2
ka
2

où a est un nombre réel.


Correction à la page 250.
Exercice 77
Déterminez et représentez dans le plan de Gauss le domaine de convergence
des séries suivantes :
P∞ P∞
a. k=1 z
k
e. k=1 (k + 1)a (z − 5 + i)k
P∞ (z+1)k
b. k=1 P∞ √
(−1)k+1 k+3(z+1−i)k
k
P∞ k!(z+i)k f. k=1 (k+2)2
c. k=1 kk
P∞ z k P∞ (−z+2)k
d. k=1 k! g. k=1 2k+ln(k)

Correction à la page 252.

3.7 Exercices de topologie


Si An est une suite d’ensemble, le symbole

\
An (3.33)
n=1
3.7. EXERCICES DE TOPOLOGIE 105

désigne l’ensemble des éléments qui sont dans An pour tout n ∈ N. Remarquez que
l’infini n’est pas un élément de N ! L’intersection se fait donc de n = 1 à l’infini ;
l’infini non compris.
Prenons comme exemple le cas du point f de l’exercice 79. Étant donné que
An = ]− n1 , n1 [, on pourrait croire que A∞ = ]0, 0[ = ∅, et que par conséquent,
l’intersection ∩∞ n=1 est vide.

3.7.1 Exercices ultra basiques


Exercice 78
Donner si possible un exemple d’espace
a. Ouvert dans R2 .
b. Fermé dans R3 .
c. Fermé et ouvert.
d. Compact ne contenant que 8 points.
e. Fermé non borné.
f. Fermé, ouvert et borné.
Correction à la page 257.
Exercice 79
Déterminez l’intérieur, l’adhérence et la frontière des sous-ensembles de R suiv-
ants (Précisez si l’ensemble est ouvert, fermé, borné, compact).
√ √
a. ] − 3, 3[∪[10, 11]
b. [2, 3[\{e}
c. Z
d. Q
e. { 1i | i ∈ Z0 }
f. ∩∞ 1 1
n=1 ] − n , n [

Correction à la page 258.


Exercice 80
Soit (E, ||.||) un espace vectoriel normé, et xn une suite convergente dans E
S
dont x est la limite. Montrer que {xn } {x} est compact.
Correction à la page 259.
Exercice 81
Considérons intervalles
−3n + 2 2n2 − n
 
An = , .
n n2
106 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI
S T
Que pouvez vous dire de ∞ n=1 An ? Et de

n=1 An ?
Correction à la page 259.
Exercice 82
Démontrez les lois de de Morgan : si An ⊂ Ω ∀n, alors
!c !c
[ \ \ [
An = Acn , An = Acn
n n n n

où Ac est le complémentaire de A dans Ω.


Correction à la page 260.
Exercice 83
Représentez dans le plan les sous-ensembles de R2 suivants et déterminez leur
intérieur, leur adhérence et leur frontière (précisez si l’ensemble est ouvert, fermé,
borné, compact ou 2 connexe par arcs).
a. {(x, y) | 3x + 4y = 2}
b. {(x, y) | 1 − xy > 0}
c. {(x, y) | |x| = 1, |y| =
6 1}
d. {(x, y) | (x − 3)2 + (y + 2)2 ≤ 4}
e. {(x, y) | x2 − 2x + y 2 + 4y − 5 ≤ 0}
f. {(x, y) | x2 + y 2 ≤ 3 et − 1 ≤ y < 1}
g. {(cos(t), sin(t)) | t ∈ R}
h. {(v cos(u), v sin(u)) | u ∈ R et v ∈] − 2, 1]}
i. {(x0 , y0 )(1 − t) + t(x1 , y1 ) | t ∈ [0, 1]}
j. {(t, kt ) | t ∈ [0, 1] et k ∈ N0 }
k. {(t, kt ) | t ∈]0, 1] et k ∈ N0 }
S
l. 1
n≥1 { n } × [0, 1]
Correction à la page 260.
Exercice 84
Représentez vous dans l’espace les sous-ensembles de R3 suivants et déterminez
leur intérieur, leur adhérence et leur frontière (précisez si l’ensemble est ouvert,
fermé, borné, compact).
a. {(x, y, z) | (x − 3)2 + (y)2 + z 2 ≤ 9}
b. {(x, y, z) | x2 + y 2 ≤ 7}
c. {(x, y, z) | x2 ≤ 3}
d. {(x, y, z) | x < y}
2. ce « ou » n’est évidement pas exclusif.
3.7. EXERCICES DE TOPOLOGIE 107

e. {(cos(t), sin(t), t) | t ∈ R}
Correction à la page 262.
Exercice 85
Justifiez soigneusement l’exercice b de l’exercice 79.
Correction à la page 262.
Exercice 86
Justifier soigneusement l’exercice c de l’exercice 84.
Correction à la page 263.
Exercice 87
Prouver que R0 n’est pas un sous-espace connexe de R.
Correction à la page 264.

3.7.2 Exercices simplement basiques


Les exercices qui suivent ne seront en principe pas vus aux séances (faute
de temps, plus que faute d’envie), mais ils sont certainement très intéressants à
regarder pour celles et ceux qui désirent en savoir un peu plus sur la topologie.
Exercice 88
Deux métriques à peine bizarres. . .
a. Pour tout ensemble non vide X (par exemple l’ensemble des habitants de
Mars, l’ensemble des étoiles fixes dans la voie lactée, ou l’ensemble des
bouteilles de bière à Bruxelles) nous définissons la « métrique discrète » par
(
0 si x = y,
d(x, y) :=
1 si x 6= y.

Expliquer pourquoi le nom est approprié. Montrer qu’il s’agit bien d’une
métrique. Décrire Br (x) pour tout r > 0 et pour tout x ∈ X.
b. Dans X = R2 nous regardons la « métrique bureaucratique » (ou la « métrique
SNCF ») définie par
(
|x − y| si x, y sont linéairement dépendants,
d(x, y) :=
|x| + |y| si x, y sont linéairement indépendants.

Expliquer pourquoi le nom est approprié. Montrer qu’il s’agit bien d’une
métrique.
Correction à la page 264.
Exercice 89
Soit (X, d) un espace métrique. Prouver l’inégalité quadrilatère

|d(a, b) − d(u, v)| ≤ d(a, u) + d(b, v) (3.34)


108 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

pour tout a, b, u, v ∈ X.
Correction à la page 264.
Exercice 90
Montrer que pour tout x ∈ Rn et tout r > 0 la boule
n o
B(x, r) := y ∈ Rn | |x − y| < r

est ouverte.
Correction à la page 264.
Exercice 91
Soit f : (X, dX ) → (Y, dY ) et g : (Y, dY ) → (Z, dZ ) des applications continues
entre espaces métriques. Montrer que la composition g ◦ f : (X, dX ) → (Z, dZ ) est
continue.
Correction à la page 265.
Exercice 92
Soit f : E → R, une fonction continue sur l’espace métrique E.
a. Montrer que l’ensemble des x tels que f (x) = 0 est fermé.
b. Montrer que l’ensemble des points fixes 3 de f est fermé.
Correction à la page 265.
Exercice 93
Soit E, un espace métrique et A ⊂ E. La distance entre A et x ∈ E est définie
par
d(A, x) = inf d(a, x). (3.35)
a∈A

Prouver que la x 7→ d(A, x) définit une fonction continue (pourquoi est-ce que
cette fonction est bien définie ?).
Correction à la page 265.
Exercice 94
Soient (X, dX ), (Y, dY ) deux espaces métriques. Une application f : X → Y est
Lipschitzienne s’il existe une constante L ≥ 0 telle que
 
dY f (x), f (x′ ) ≤ L dX (x, x′ ) (3.36)

pour tout x, x′ ∈ X. Dans ce cas, on dit que f est L-Lipschitzienne.


a. Montrer qu’une application Lipschitzienne est continue.
b. Montrer qu’une application f : R → R, x 7→ ax+b est Lipschitzienne. Quelle
est la plus petite constante L qui convienne ?
c. Montrer que les fonctions z 7→ |z|, z 7→ z, z 7→ Re z et z 7→ Im z sont
Lipschitziennes. Quelle sont les plus petites constantes L qui conviennent ?
3. C’est à dire les points x tels que f (x) = x.
3.8. FONCTIONS D’UNE VARIABLE RÉELLE (SUITE) 109

d. Montrer que la fonction d(A, · ) : X → R de l’exercice 93 est Lipschitzienne.


Correction à la page 265.
Exercice 95
Nous considérons l’ensemble R̄ = R ∪ {∞}. Un sous ensemble de R̄ qui ne
contient pas ∞ est dit ouvert si et seulement si il est ouvert pour R, et un sous
ensemble contenant ∞ sera ouvert si son complémentaire est compact dans R.
a. Prouver que ces ouverts définissent bien une topologie sur R̄.
b. Prouver que R̄ est un espace compact.
Rendez vous compte que R est non compact, mais qu’on l’a rendu compact en
ajoutant un point en plus. L’espace topologique ainsi défini est le compactifié
d’Alexandroff de l’ensemble des réels R.
Correction à la page 266.
Exercice 96
Montrer que l’ensemble { n1 | n ∈ N} n’est ni ouvert ni fermé.
Correction à la page 266.

3.8 Fonctions d’une variable réelle (suite)


Exercice 97
Déterminer l’image des fonctions suivantes et prouvez soigneusement vos réponses.
a. f : R → R : x → sin(x)
b. f : [0, 3] → R : x → xex
c. f :]π, +∞[→ R : y → y sin(y)
Correction à la page 266.
Exercice 98
Prouvez que si f :]a, b[→ R est une fonction dérivable sur ]a, b[ et que f ′ :
]a, b[→ R : x → f ′ (x) est bornée sur ]a, b[ alors f est uniformément continue sur
]a, b[.
Qu’est-ce qu’il se passe si nous considérons l’intervalle ]a, ∞[ au lieu de ]a, b[ ?
Correction à la page 266.
Exercice 99
Prouvez que si une fonction f définie sur sous-ensemble de R est uniformé-
ment continue sur I1 et sur I2 , deux intervalles qui se chevauchent alors elle est
uniformément continue sur I1 ∪ I2 .
Correction à la page 267.
Exercice 100
Cet exercice sera utile dans la suite.
110 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

a. Soient a, b ∈ R, a < b et f : [a, b[→ R une fonction continue. Prouver que f


est uniformément continue sur [a, b[ si et seulement si f peut être prolongée
par continuité au point b.
b. Montrer que la fonction f (x) = x1 n’est pas uniformément continue sur ]0, ∞[
mais qu’elle l’est sur [a, ∞[ pour tout a > 0.
(Aide : pour ⇒, prouver que si (bn ) ⊂ [a, b[ et lim bn = b alors la limite lim f (bn )
existe dans R.)
Correction à la page 267.
Exercice 101
Déterminer si les fonctions suivantes sont uniformément continues

a. [0, b] → R : x 7→ x2 h. [0, 2] → R : x 7→ x
b. ]0, b[→ R : x 7→ x2 √
i. [1, +∞[→ R : x 7→ x
c. ]0, 1] → R : x 7→ x sin( x1 ) √
j. [0, +∞[→ R : x 7→ x
d. [0, +∞[→ R : x 7→ x 2
k. ]0, 1[→ R : x 7→ xx
e. [a, 1] → R : x 7→ sin( x1 )
f. ]0, 1] → R : x 7→ sin( x1 ) l. ]0, 1] → R : x 7→ ln(x)
g. [0, ∞[→ R : x 7→ sin(x2 ) m. [1, ∞[→ R : x 7→ ln(x)

où b ∈ R+ et où a ∈]0, 1[.
Correction à la page 267.
Exercice 102
Soit P une fonction polynomiale de degré n de R dans R. Supposons que P ait
exactement n zéros distincts.
a. Démontrez que la fonction dérivée P ′ possède exactement n−1 zéros distincts
si n ≥ 1.
b. Quel est le nombre de zéros distincts de P (k) , où k ∈ N ?
c. Prouver que P est uniformément continue si et seulement si deg(P ) ≤ 1.
Correction à la page 269.
Exercice 103
Soit f une fonction continue de [−1, 1] dans R, dérivable sur ] − 1, 1[ et telle
que f (−1) = f (1) = 0. En utilisant la fonction auxiliaire g(x) = eλx f (x) montrez
que pour tout λ ∈ R, il existe a ∈] − 1, 1[ tel que f ′ (a) + λf (a) = 0.
Correction à la page 269.
Exercice 104
Soit f une fonction inversible définie sur un sous-ensemble connexe par arc I
de R à valeurs dans R. Démontrez que si f est continue sa réciproque l’est aussi.
Indication : commencer par prouver que f est monotone croissante ou décrois-
sante.
3.9. DÉVELOPPEMENTS DE TAYLOR ET MACLAURIN 111

Correction à la page 269.


Exercice 105
Montrez que dans le théorème précédent l’hypothèse de connexité de l’ensemble
I est capitale. Trouvez une fonction f définie sur un ensemble non connexe par arc
dont la réciproque existe mais n’est pas continue.
Correction à la page 270.
Exercice 106
Soit f une fonction définie sur tout R qui satisfait les trois propriétés suivantes :
a. f est dérivable et f ′ = f
b. f (0) = 1
c. f (x + y) = f (x)f (y) ∀x, y ∈ R
Démontrez que Im(f ) = R+
0.
Correction à la page 270.
Exercice 107
Montrer que toute fonction Lipschitzienne sur R est uniformément continue.
La réciproque est-elle vraie ?

3.9 Développements de Taylor et Maclaurin


Exercice 108
Afin de se familiariser avec la notion de fonction de type o(xn ).
a. Donner un exemple de fonction satisfaisant :
(a) f (x) ∈ o(|x3 |),
(b) f (x) ∈ o(|x − 1|),
(c) f (x) ∈ o(sin x).
b. Vrai ou faux ? (Justifier ou donner un contre-exemple) :
(a) Si f (x) ∈ o(x) alors xf (x) ∈ o(x2 ).
f (x)
(b) Si f (x) ∈ o(x) alors x
∈ o(x).
(c) Si f (x) ∈ o(x3 ) alors f (x) ∈ o(x2 ), f (x) ∈ o(x), et f (x) ∈ o(1).
Correction à la page 270.
Exercice 109
Soit f (x) = ex .
a. Déterminez les développements de Taylor d’ordre 1 et 2 de la fonction f
autour de 0.
b. Esquissez le graphe de f et de ces deux développements de Taylor.
c. Calculez e0,1 avec une erreur inférieure à 0, 001
112 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 271.


Exercice 110
En utilisant un développement de Taylor de la fonction [x → ln(x)] autour de
1
a. Calculez ln(1, 2) avec une erreur inférieure à 0, 0001.
b. Estimez l’erreur commise dans le calcul de ln(1, 2) si on remplace ln(x) par
son développement de Taylor d’ordre 384 autour de 1.
Correction à la page 272.
Exercice 111
Donnez le développement de Taylor d’un polynôme autour de a ∈ R à l’ordre
k.
Exercice 112
D’autres exercices pour comprendre les fonctions du type o.
 
a. Prouver que si f ∈ o(xk ), alors f ◦ ϕ ∈ o ϕ(x)k lorsque limx→0 ϕ(x) = 0.
b. Si f ∈ o(xk ), montrer que f (x)n ∈ o(xkn ).
c. Montrer que f ∈ o(xn ) et si g ∈ o(xk ), alors f ◦ g ∈ o(xkn ).
Correction à la page 273.
Exercice 113
Déterminez les séries de Mc Laurin (séries de Taylor autour de 0) des fonctions
suivantes

a. x 7→ sin(x) d. x 7→ ln(1 + x)

b. y 7→ cos(y) e. t 7→ 1 + t
c. t 7→ et f. y 7→ 1
1+y

Correction à la page 273.


Exercice 114
Déterminez les développements de Mc Laurin jusqu’à l’ordre 3 des fonctions
suivantes (utilisez les résultats de l’exercice 113).
y 2 +y
a. t 7→ 3t4 + t3 + t2 + t d. y 7→ cos(y)
b. x →7 cos(x)−1
x q
cos(2x)
c. x 7→ sin(x)+1 e. x 7→ cos(2x)

Correction à la page 273.


Exercice 115
Déterminez les développements de Taylor jusqu’à l’ordre 2 des fonctions suiv-
antes.
3.10. OPTIMISATION SANS CONTRAINTES 113

a. (x, y) 7→ (1 + x + y)2 autour de (0, 0)


b. (x, y) 7→ (1 + x + y)2 autour de (−1, 0)
c. (u, v) 7→ (u + v)eu autour de (0, 1)
d. (u, v) 7→ cos(uv) autour de (0, 0)
e. (u, v) 7→ sin(vu2 )v 3 autour de (0, 0)
Exercice 116
Supposons que f ∈ o(t23 ) et g(t) ∈ o(t3 ). Montrer que
f (x)
a. x5
∈ o(x18 ) e. f (g(t)) ∈ o(t69 )
b. x g(x) ∈ o(x6 )
3
f. o(t9 ) ⊂ o(t5 )
c. f (t)g(t) ∈ o(t26 ) g. (u + v)f (u) ∈ o(k(u, v)k24)
d. f (t2 ) ∈ o(t46 ) h. f (uv) ∈ o(k(u, v)k46)

Correction à la page 274.


Exercice 117
Calculer
sin(x) − sin(y)
lim (3.37)
(x,y)→(t,t) x−y
pour chaque t ∈ R. Peut-on prolonger f par continuité sur la droite x = y ?
Conseil : utiliser la formule des accroissements finis pour la différence sin(x) −
sin(y).
Correction à la page 275.

3.10 Optimisation sans contraintes


Exercice 118
Déterminez les extrema locaux et globaux des fonctions suivantes

a. R → R : x 7→ ex cos(x) f. [−3, 3] → R : t 7→ t3 − 3t + 2
b. R+
0 → R : x 7→
ln(x)
x
g. [−2, 5[→ R : y 7→ 3x5 − 10x3 −
c. R → R : t 7→ sin (t) 3 45x + 7
d. R → R : t 7→ (1 − cos(t))2 h. R → R : x 7→ |x+1|
(2+2x+x2 )

e. ] − 3, 3[→ R : t 7→ t3 − 3t + 2 i. R → R : x 7→
3
x2

Correction à la page 275.


Exercice 119
Soit f : [a, b] → R. Démontrez que si f ′ (b) > 0 alors b est un maximum local
de la fonction f .
114 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 276.


Exercice 120
Déterminez les extrema locaux et globaux des fonctions suivantes
a. R2 → R : (x, y) 7→ x3 − y 3 + 3x2 + 3y 2 − 9x
b. R2 → R : (x, y) 7→ x3 + y 3 + 3xy + 43
c. {(x, y) ∈ R2 | x > 0, y > 0, x + y < 1} 7→ R : (x, y) 7→ x3 − 3y 2 + x − 2y − 1
d. {(x, y) ∈ R2 | x ≥ 0, y ≥ 0, x + y ≤ 1} 7→ R : (x, y) 7→ x3 − 3y 2 + x − 2y − 1
Correction à la page 276.
Exercice 121
Soit {(xi , yi ) ∈ R2 | 1 ≤ i ≤ n} un ensemble fini de points de R2 .
a. Déterminez la droite D pour laquelle la somme des carrés des distances
entre les points et leurs projection parallèlement à l’axe y sur la droite D est
minimale.
b. Appliquez le point un aux données suivantes (x1 , y1 ) = (1, 21 ), (x2 , y2) =
(3, 1), (x2 , y2 ) = (5, 2).
Correction à la page 278.
Exercice 122
Calculez le volume de la plus spacieuse boîte de forme parallélépipède rectangle
dont trois côtés sont sur les axes, dont un coin est l’origine du système d’axes
orthonormés 0xyz et dont le coin opposé (x, y, z) est dans le morceau de plan
y
{(x, y, z) ∈ (R+ 3 x z
0 ) | 2 + 3 + 4 = 1}.
Correction à la page 279.
Exercice 123
Déterminer les extrema (locaux et globaux) et points de selle éventuels de la
fonction
f (x, y) = (x − 1)y(y − x) (3.38)
dans le domaine fermé D ⊂ R2 limité par les droites y = x, y = 0 et x = 1.
Correction à la page 279.

3.11 Équations différentielles


3.11.1 Équations différentielles du premier ordre
Exercice 124
Pour quelles valeurs des constantes a et b la fonction t 7→ t4 e2t est-elle une
solution de l’équation différentielle

y ′′ + 2ay ′ + by = 12t2 e2t


3.11. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES 115

Correction à la page 280.


Exercice 125
Déterminez l’ensemble des fonctions qui satisfont les équations différentielles
suivantes.

a. y ′ = (t3 + t)e−y d. y ′ = y 2
1
b. y ′ = 1 + y 2 e. y ′ = y 3
cos(t)
c. y ′ = 1+ey
f. yy ′ + (1 + y 2 ) sin(t) = 0

Correction à la page 280.


Exercice 126
Trouvez la ou les solutions maximales des problèmes de Cauchy suivants, à
chaque fois décrivez la famille de fonctions et les intervalles de R sur lesquels elles
sont définies (en général une fonction et un intervalle par problème de Cauchy).
Démontrez soigneusement vos résultats.

a. y′ = (t3 + t)e−y , y(1) = 1 f. y ′ = y 2, y(1) = 0


b. y′ = 1 + y 2, y(0) = 0 1
g. y ′ = y 3 , y(0) = −1
c. y′ = 1 + y 2, y(0) = 1 1

d. y′ = cos(t) , y( π2 ) = 3 h. y ′ = y 3 , y(0) = 0
1+ey
e. y′ = y 2, y(1) = 2 i. yy ′ +(1+y 2 ) sin(t) = 0, y(0) = 1

Correction à la page 283.


Exercice 127
Résolvez les problèmes de Cauchy suivants
1
a. y ′ − 2ty = t y(1) = e− 2
b. y ′ + y tan(t) = sin(2t) y(0) = 6
c. y + y cot(x) = 5e
′ cos(x)
y( π2 ) = −4
d. y ′ + y cos(t) = 0 y(0) = 10
e. x3 y ′ + (2 − 3x2 )y = x3
f. y ′ − 2y cot(2x) = 1 − 2x cot(2x) − 2 csc(2x)
Correction à la page 285.
Exercice 128
Soit p(t) le nombre d’individus d’une population à l’instant t. Un modèle de
population classique et très simple est celui régi par p′ = Kp où K ∈ R est le taux
de croissance de la population (taux de natalité moins le taux de mortalité). La
résolution de cette équation différentielle montre que la croissance de la popula-
tion est exponentielle, ce qui est généralement satisfaisant tant qu’il n’y a pas de
116 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

problèmes de surpopulation (territoire et ressource illimités). Pour tenir compte


de tels problèmes, on suppose plutôt que p est régie par l’équation différentielle
p′ = Kp(M − p) où M ∈ R+ 0 est le seuil de surpopulation.
a. Sachant que p(0) = p0 déterminez p(t).
b. Déterminez le comportement de p(t) lorsque t tend vers +∞.
c. Dessiner le champ de pentes correspondant à cette équation et en déduire
l’allure des solutions sans utiliser la résolution de l’équation différentielle.
Remarquez que p = M est une solution stable, alors que p = 0 est instable.

3.11.2 Équations différentielles du second ordre


Exercice 129
Trouvez toutes les solutions des équations différentielles suivantes et des prob-
lèmes de Cauchy lorsqu’ils sont spécifiés.

a. y ′′ − 2y ′ = 0 d. y ′′ − 4y ′ + 4y = 0
y(0) = 0, y ′(0) = 1 e. y ′′ + y = 0
b. 3y ′′ + 4y ′ + y = 0 y(3) = 0, y ′(3) = 1
c. y ′′ − 6y ′ + 9y = 0 f. y ′′ − 2y ′ + 3y = 0
y(1) = 0, y ′(1) = 1 g. y 4/ − 2y ′′′ − 3y ′′ + 8y ′ − 4y = 0

Correction à la page 287.


Exercice 130
Trouvez toutes les solutions des équations différentielles suivantes et des prob-
lèmes de Cauchy lorsqu’ils sont spécifiés. (Pour chacun des membres de droite des
équations suivantes il existe un sous-espace de fonctions de dimension finie stable
par dérivation.)

a. y ′′ − 2y ′ = et sin(t) d. y ′′ − 2y ′ + 3y = t3 + sin(t)
y(0) = 0, y ′(0) = 1 e. y ′′ − 4y ′ + 4y = t3 e2t + te2t
b. y ′′ + y = −2 sin(t) + 4t cos(t) y(0) = 0, y ′(0) = 1
c. y ′′ − y = et + 2 f. y ′′′ − y ′′ − 4y ′ + 4y = 2t2 − 4t − 1 +
y(3) = 0, y ′(3) = 1 2t2 e2t + 5te2t + e2t

Correction à la page 289.


Exercice 131
Trouvez toutes les solutions des équations différentielles suivantes et des prob-
lèmes de Cauchy lorsqu’ils sont spécifiés. (A l’inverse de l’exercice précédent, ici,
les membres de droite des équations ne sont pas inclus dans des sous-espaces de
fonctions de dimension finie stables par dérivation.)
3.11. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES 117
( 3x
y ′′ − 6y ′ + 9y = ex2 c. y ′′ + y = csc(t)
a.
y(0) = 0, y ′(0) = 1 (
y ′′′ + y = ex/2
b. y ′′ − y = e−t sin(e−t ) + cos(e−t ) d.
y(2) = 0, y ′(2) = 4, y ′′(2) = 8

Correction à la page 291.


Exercice 132
La solution générale d’une équation différentielle du second ordre est typique-
ment une famille à deux paramètres de fonctions. Le problème de « Cauchy »
consiste à chercher dans cette famille une fonction dont la valeurs en un point et
la valeur de la dérivée en ce même point sont spécifiées. Le problème des « valeur
aux limites » consiste à chercher dans cette même famille une fonction dont les
valeurs en deux points distincts sont spécifiées. Étudiez l’existence et l’unicité des
solutions de ce problème dans le cadre des équations différentielles linéaires à coef-
ficients constants. En particulier donnez un exemple de tel problème qui ne possède
pas de solutions.

3.11.3 Équations différentielles : modélisation


Exercice 133
Lorsqu’on étire un ressort, la force de rappel est proportionnelle à l’allongement
du ressort. Nous allons décrire le mouvement d’une masse m fixée à l’extrémité
d’un ressort qu’on étire d’une longueur y0 et qu’on lâche. On suppose qu’il n’y a
aucun effet d’amortissement. On rappelle que l’on a le théorème fondamental de
la dynamique F = mγ, liant l’accélération γ et la somme des forces F appliquées
à la masse m.
a. Les forces en présence sont : le poids (mg) et la force de rappel du ressort
−ky. On suppose que la position de l’extrémité du ressort est y relativement
à la position d’équilibre du ressort avec la masse en son extrémité. Établir
que l’on a l’équation différentielle my ′′ = −ky, et la résoudre pour obtenir
la position y(t) de la masse à l’instant t. Quel type de mouvement obtient
on ?
b. On suppose maintenant que la masse est plongée dans un liquide (amor-
tisseur) et que la force de friction est proportionnelle à la vitesse et vaut
−cy ′ . Écrire l’équation régissant le mouvement de la masse, puis résoudre en
distinguant 3 cas suivant la valeur de c2 − 4km. Quel type de mouvement
obtient on dans chacun des cas ?
Exercice 134
Régulateur de Foucault.
Un point P de masse m est accroché à un fil sans masse enroulé autour d’un
cylindre homogène de rayon R, de masse M et d’axe horizontal fixe. La chute du
118 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

point P entraîne la rotation du cylindre. Ce cylindre, muni d’ailettes est soumis à


la résistance de l’air que l’on représentera par un couple de frottement −f θ′ , où
ω = θ′ représente la vitesse de rotation du cylindre. Le système étant abandonné
sans vitesse initiale, on veut déterminer la fonction ω. On note z la longueur
parcourue par le point P .
La mise en équation fait apparaître les relations suivantes :
a. - en appliquant le théorème du moment cinétique

Jθ′′ = −f θ′ + RT,

où J = MR2 /2 est le moment d’inertie du cylindre et T est une force.


b. - en appliquant le principe fondamental de la dynamique pour le point P

mz ′′ = mg − T

a. Quelle est la longueur ∆z parcourue par M lorsque le cylindre tourne d’un


angle ∆θ ? En déduire une relation entre z ′′ et θ′′ .
b. Trouver une équation différentielle vérifiée par ω.
c. Résoudre cette équation. Que peut-on conclure pour le mouvement de la
poulie lorsque t devient grand ?
Exercice 135
On cherche à modéliser l’évolution dans le temps de la quantité d’une sub-
stance (par exemple la pénicilline) contenue dans le sang lors d’une injection en
continu. La substance est injectée à raison de I grammes par minute. Par ailleurs
la substance est éliminée du sang à une vitesse proportionnelle à la quantité de
substance présente au temps t.
a. Justifier que la quantité de substance y présente dans le sang au temps t
satisfait l’équation différentielle

y ′ = −ky + I,

pour une certaine constante k > 0.


b. Chercher une expression de y en fonction de t, sachant qu’au temps t = 0
(début de l’injection), on a y = 0. Calculer la limite de y quand t tend vers
l’infini. Interprétation.
Exercice 136
L’équation différentielle mÿ = mg − k ẏ décrit la chute d’un corps soumit à la
gravitation si la friction est proportionnelle à la vitesse.
a. Calculer la solution avec y(0) = 0, ẏ(0) = 0.
3.12. INTÉGRALES MULTIPLES 119

b. Calculer la « vitesse finale » v∞ = lim ẏ(t).


t→∞
Exercice 137
Calculer un système fondamental réel pour
a. y (4) − y = 0
b. y (4) + 4y ′′ + 4y = 0
c. y (4) − 2y (3) + 5y ′′ = 0
Exercice 138
Déterminer une solution particulière de l’équation y ′′ + y = q pour
a. q = x3
b. q = sinh x
c. q = 1/ sin x
Exercice 139
Regardons l’ensemble des solutions de l’équation différentielle P (D)y = 0. Mon-
trer que cette équation différentielle est asymptotiquement stable, c’est à dire
que pour toute solution y, on a limt→∞ y(t) = 0 si et seulement si pour toute racine
z du polynôme caractéristique on a Re z < 0.

3.12 Intégrales multiples


Exercice 140
Intégrez les fonctions suivantes sur les domaines spécifiés
a. 4 − x2 − y 2 sur {(x, y) ∈ R2 | 0 < x < 1, 0 < y < 2}
b. x2 + y 2 sur {(x, y) ∈ R2 | 0 < x < y < 2}
c. ex+y sur {(x, y) ∈ R2 | 1 < sup{|x|, |y|} < 2}
d. xyz sur {(x, y, z) ∈ R3 | 0 < x, 0 < y, 0 < z, x + y + z < 1}

e. 1 − x2 − y 2 sur la région du plan délimitée par les courbes y = x et x2 +y 2 =
y.
Correction à la page 295.
Exercice 141
Intégrez les fonctions suivantes sur les domaines spécifiés. Un changement de
variables peut grandement vous simplifier la vie.
a. y − x {(x, y) ∈ R2 | −3 < y − x < 1, 1 < y + x < 5}
2 +y 2 )
b. ea(x {(x, y) ∈ R2 | x2 + y 2 < R2 }
c. z 2 {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 + z 2 < 1}

d. x2 + y 2 + z 2 {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 + z 2 < 1}
120 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

e. z {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 < z 2 , 0 < z < 1}


où a est un réel et R un réel positif.
Correction à la page 296.
Calculer le volume ou la surface d’un domaine revient à intégrer la fonction
constante 1 sur le domaine. Si nous effectuons un changement de variables, le
jacobien intervient toutefois.
Exercice 142
Calculez l’aire de la région du plan délimitée par les droites θ = 0, θ = π4 et
l’arc de circonférence ρ = cos θ intercepté par ces deux droites.
Correction à la page 297.
Exercice 143
Calculez l’aire délimitée par la courbe ρ2 = a2 cos 2θ.
Correction à la page 298.
Exercice 144
Calculez les volumes des domaines suivants
a. Ellipsoïde. {(x, y, z) ∈ R3 | x2
a2
+ y2
b2
+ z2
c2
< 1}
b. Tranche d’ellipsoïde. {(x, y, z) ∈ R3 | x2
4
+ y2
9
+ z2
4
< 1, 0 < z < 1}
c. Intersection de deux cylindres. {(x, y, z) ∈ R3 | x + y 2 < 1, y 2 + z 2 < 1} 2

Correction à la page 298.


Exercice 145
Calculez le volume du solide limité par z 2 = x2 + y 2 ; x2 + y 2 = 2x et z = 0.
Correction à la page 299.
Exercice 146
Calculez le volume commun à la sphère x2 +y 2+z 2 = 4 et au cylindre x2 +y 2 = 1.
Correction à la page 299.
Exercice 147
Calculez le volume délimité par les paraboloïdes z = x2 +y 2 et z = 12 (x2 +y 2 )+2.
Correction à la page 300.
Exercice 148
Calculez les intégrales suivantes. Représenter le domaine et effectuer un change-
ment de variable peut être utile.
a. √
Z 1 Z 1−x2 √
2 2
( e x +y dy)dx (3.39)
0 0

b. Z Z
4 2 5
( √ yex dx)dy (3.40)
0 y
3.13. THÉORÈME DE LA FONCTION IMPLICITE 121

Correction à la page 300.


Exercice 149
2
La fonction x 7→ e−x ne possède pas de primitives parmi les fonctions élémen-
taires et pourtant on peut évaluer
Z +∞ Z +R
−x2 2
e dx := lim e−x dx (3.41)
−∞ R→+∞ −R

de la façon suivante :
Z Z !
+R +R
2 −x2 −y 2
l = lim ( e dx)( e dy)
R→+∞ −R −R
ZZ 
= lim e−(x
2 +y 2 )
dxdy (3.42)
R→+∞ K
ZZ 
2 +y 2 )
= lim e−(x dxdy
R→+∞ CR

où K est le carré de demi côté R centré à l’origine et de côtés parallèles aux axes
et CR est le cercle de rayon R centré à l’origine.
a. Calculer la dernière intégrale et déduisez en la valeur de l.
b. Justifier les étapes du calcul.
Correction à la page 301.
Exercice 150
Soit f : [a, b] ⊂ R → R une fonction continue et positive. Calculer le volume
de la région limitée par la surface de révolution obtenue par rotation de la courbe
{(x, y, z) ∈ R3 | y = f (x), z = 0} autour de l’axe Ox et par les plans {(x, y, z) |
x = a} et {(x, y, z) | x = b}.
Correction à la page 301.
Exercice 151
Intégrer la fonction (x, y, z) 7→ x + y sur le domaine délimité par les surfaces
suivantes {(x, y, z) | y = 1 − x2 }, {(x, y, z) | z = 0}, {(x, y, z) | z = 2} et
{(x, y, z) | y = 1 − x}.
Correction à la page 301.
Exercice 152
Intégrer les fonctions 1 et (x, y, z) → y 2 sur le domaine délimité par les surfaces
4
suivantes {(x, y, z) | x2 − y4 + z 2 = 1}, {(x, y, z) | y = 0} et {(x, y, z) | y = 2}.
Correction à la page 302.

3.13 Théorème de la fonction implicite


Exercice 153
Soit F : R2 × R+
0 → R : (x, y, z) 7→ z + ln(z) − xy
122 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

a. Prouver qu’il existe une fonction Z(x, y) dans un voisinage de (1, 1) telle que
F (x, y, Z(x, y)) = 0. Prouver l’unicité de Z(x, y).
b. Calculer (∂x Z)(x, y), (∂y Z)(x, y) et (∂xy
2
Z)(x, y) en fonction de x, y, Z(x, y).
Correction à la page 302.
Exercice 154
Calculer Y ′ où Y : D ⊂ R → R est définie implicitement dans un voisinage de
1 par l’équation y x = xy .
Correction à la page 304.
Exercice 155
Écrire le développement de Taylor d’ordre 2 en (0, 0) de la fonction Z : D ⊂
R → R définie implicitement par l’équation zez = x + y. Prouver l’unicité de Z.
2

Correction à la page 304.


Exercice 156
Soit F : R3 → R2 : (x, y, z) → (x2 + y 2 + z 2 − 1, x2 + y 2 − x)
a. Prouver qu’il existe 4 fonctions ϕ = x → (Y (x), Z(x)) définie dans un voisi-
nage de 34 telles que F (x, Y (x), Z(x)) = 0.
b. Calculer Y ′ (x), Z ′ (x) et Y ′′ (x).
Correction à la page 305.
Exercice 157
Calculez
y(x)
lim
x→0 cos(x) − 1

où y est la fonction définie implicitement au voisinage de 0 par la relation eyx −1 =


x2 + y.
Correction à la page 305.
Exercice 158
Écrire l’équation de la droite tangent à la courbe

y 2 + sin(xy) − 1 = 0

au point (0, 1). Donner les coordonnées d’un point où la tangente à cette courbe
est horizontale.
Correction à la page 306.
Exercice 159
Quelles sont les équations des plans tangents à la surface

4x2 + 16y 2 + 8z 2 = 1,

parallèles au plan x − 2y + 2z + 7 = 0 ?
Correction à la page 307.
3.14. VARIÉTÉS ET EXTREMA LIÉS 123

Exercice 160
Soit la fonction

F : R3 → R2 : (x, y, z) 7→ (x + y + z, x2 + y 2 + z 2 − 1). (3.43)

On définit M ⊂ R3 comme l’ensemble

M = {(x, y, z) ∈ R3 tels que F (x, y, z) = (0, 0)}. (3.44)

a. Montrer que M est compact. Montrer que M est une variété C 1 dans R3 .
Quelle est sa dimension ?
b. Prouver qu’il existe des fonctions φ : R → R2 : y 7→ (X(y), Z(y)) définies
dans un voisinage V de y = 0 telles que F (X(y), y, Z(y)) = (0, 0) ∀y ∈ V .
c. Donner une approximation des fonctions y → X(y) autour de y = 0 par un
polynôme du premier degré en une indéterminée.
Correction à la page 308.
Exercice 161
Soit Φ : R × R2 → R2 : (t, v) → Φ(t, v) =: ϕt (v) une famille à un paramètre
de difféomorphismes de R2 (ϕt : R2 → R2 : v → ϕt (v) est un difféomorphisme de
R2 pour t ∈ R).
a. Montrer que si ϕ0 possède un point fixe v0 et que le spectre de (dϕ0 )(v0 ) ne
contient pas 1 (le réel 1 n’est pas une valeur propre de l’opérateur (dϕ0 )(v0 )
de R2 ) alors il existe ε > 0 tel que pour t ∈] − ε, ε[ le difféomorphisme ϕt
possède aussi un point fixe.
b. Montrer en exhibant un exemple que l’hypothèse sur le spectre de (dϕ0 )(v0 )
est essentielle.
Correction à la page 309.

3.14 Variétés et extrema liés


Exercice 162
Les ensembles suivants sont ils des variétés ? Si oui déterminer leur dimension
et leur espace tangent (en un point arbitraire)
a. {(x, y) ∈ R2 | x2 + y 2 = 1}
b. {(x, y) ∈ R2 | x2 − y 2 < 1}
c. {(x, y) ∈ R2 | x2 − y 2 ≤ 1}
d. {(x, y) ∈ R2 | |x| + |y| = 1}
e. {(x, y) ∈ R2 | x2 + y 2 < 1}
124 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

f. {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 = 1}
g. {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 = z 2 }
h. {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 + z 2 = 1}
i. {(x, y, z) ∈ R3 | ((x − 1)2 + y 2 )((x + 1)2 + y 2 ) = z}
j. {(x, y) ∈ R2 | ((x − 1)2 + y 2)((x + 1)2 + y 2) = 1}
Correction à la page 309.
Exercice 163
Trouver les extrema de f : R3 → R : (x, y, z) 7→ x2 y relativement à la sphère
{(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 + z 2 = 1}.
Correction à la page 313.
Exercice 164
Trouver les extrema de la fonction f : R3 → R : (x, y, z) 7→ xy 2 z 3 relativement
à la portion de plan S := {(x, y, z) ∈ R3 | x + y + z = 12, x, y, z > 0}.
Aide : reconsidérer le même problème relativement à sa fermeture

S := {(x, y, z) ∈ R3 | x + y + z = 12, x, y, z ≥ 0},

qui est compacte mais plus une variété, pour prouver que le point que vous obtenez
par la méthode de Lagrange est bien un maximum.
Correction à la page 314.
Exercice 165
Trouver les extrema de la fonction d : R6 → R : (v, v ′) 7→ kv − v ′ k2 , c’est à dire

(x, y, z, x′ , y ′, z ′ ) 7→ (x − x′ )2 + (y − y ′ )2 + (z − z ′ )2 (3.45)

relativement au plan S := {(x, y, z, x′ , y ′, z ′ ) ∈ R6 | x = y = z, x′ = 1, y ′ = 0}.


Aide : reconsidérer le même problème relativement à l’ensemble S ∩ C où

C := {(x, y, z, x′ , y ′, z ′ ) ∈ R6 | (x − x′ )2 + (y − y ′)2 + (z − z ′ )2 < 10} (3.46)

qui est borné et à sa fermeture S ∩ C qui est compact mais n’est plus une variété,
pour prouver que le point que vous obtenez par la méthode de Lagrange est bien
un minimum.
Correction à la page 314.
Exercice 166
Trouver les extrema de la fonction
f : R3 → R
(3.47)
(x, y, z) 7→ x2 + y 2 + z 2

relativement à la surface S := {z 2 = x2 + y 2 + xy + x + y + z + 1}.


Correction à la page 315.
3.15. INTÉGRALES CURVILIGNES 125

3.15 Intégrales curvilignes


Exercice 167
Calculez la longueur des arcs de courbe suivants :
a. y = ln(1 − x2 ) pour 0 ≤ x ≤ 1
2
b. y = x3/2 pour 0 ≤ x ≤ 5
c. y = 1 − ln(cos x) pour 0 ≤ x ≤ π
4

Correction à la page 315.


Exercice 168
R
Calculez γ xdy +ydx où γ est l’arc de cubique déterminé par y = x3 +x2 +x+1
avec 0 ≤ x ≤ 1.
Correction à la page 316.
Exercice 169
R
Calculez γ 2xydx + x2 dy le long des différents chemins suivants joignant l’o-
rigine (0, 0) au point a = (2, 1)
a. la droite y = x
2
x2
b. la parabole y = 4

c. la parabole y = x2
2

d. la ligne brisée Oba où b = (0, 1)


Donnez une interprétation de ces résultats. Pour ce faire, sachez qu’en physique,
il y a un adage qui dit que le travail d’une force conservative ne dépend pas du
chemin suivit. En mathématique, il y a un théorème qui dit la même chose. Citer
ce théorème et prouver que la forme ω = 2xydx + x2 dy vérifie les hypothèses de
ce théorème.
Correction à la page 316.
Exercice 170
R
Calculez γ ydx + xdy + z 2 dz où γ est une hélice de pas 1 tracée sur le cylindre
x2 + y 2 = 1.
Correction à la page 318.
Exercice 171
Calculer les intégrales suivantes
R
a. γ 1ds où γ est l’arc de cycloïde donné par

γ(t) = (a (t − sin(t)), a (1 − cos(t))) 0 ≤ t ≤ 2π.


R 2 2 2
b. γ 1ds où γ est l’astroïde d’équation x 3 + y 3 = a 3 et où a est un réel positif.
126 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

c. Z
(x + y)ds (3.48)
γ

où γ est le contour du triangle ABO de sommets

A = (1, 0) B = (0, 1) O = (0, 0).

Correction à la page ??.


Exercice 172
Calculer les intégrales suivantes :
a. Z
y 2 dx + x2 dy (3.49)
γ

où γ est le cercle de rayon 1 centré en l’origine et parcouru dans le sens


horlogique.
b. Z
G (3.50)
γ

où G est le champs de vecteurs qui vaut (y 2, x2 ) en (x, y) et où γ est le cercle


de rayon 1 centré en l’origine et parcouru dans le sens trigonométrique.
c. Z
(y − z)dx + (z − y)dy + (x − y)dz (3.51)
γ

où γ est l’arc d’hélice

{(a cos(t), a sin(t), bt) | 0 ≤ t ≤ 2π}

et où a et b sont des réels positifs.


d. Z
(y + z)dx + (z + x)dy + (x + y)dz (3.52)
γ

où γ est le cercle à l’intersection de la sphère unité de R3 et du plan d’équa-


tion x +√ y + z√ = 0, parcouru dans le sens indiqué par le vecteur (1, 1, −2) au
point ( 22 , − 22 , 0).
Correction à la page 318.

3.16 Intégrales de surface, Stokes et Green


Exercice 173
Quelque calculs d’aires.
3.16. INTÉGRALES DE SURFACE, STOKES ET GREEN 127

a. Calculez la surface de la sphère de rayon R centrée à l’origine (0, 0, 0).


RR
b. Calculez S∩C 1dσ où S est la sphère de rayon R centrée à l’origine (0, 0, 0)
et C le cylindre circulaire de diamètre ((0, 0, 0), (R, 0, 0)) parallèle à 0z.
RR √
c. Calculez S x2 + y 2dσ où S est la surface latérale du cône S := {(x, y, z) |
x2 + y 2 − z 2 = 0, 0 < z < b} et où b est un réel positif.
d. Calculez l’aire de la calotte sphérique découpée par le cône z 2 = x2 + y 2 dans
la sphère unité.
e. Calculez l’aire de la portion de surface cylindrique x2 + y 2 = 1 limitée par
l’hélice de pas un, la droite x = 0, y = 1 et la surface z = 0.
Correction à la page 319.
Exercice 174
Calculer les flux des champs de vecteurs suivants à travers les surfaces suiv-
antes :
a. G = (x2 , y 2, z 2 ) où S est la surface extérieure du cube 0 ≤ x, y, z ≤ a.
b. G = (x + y, y + z, z + x) où S est la surface totale du cylindre x2 + y 2 = 1
limité par les plans z = 0 et z = 1.
c. G = (y 2, x2 , z 2 ) où S est la surface du paraboloïde x2 + y 2 = z limité par le
plan z = 1. Indice : la réponse n’est pas 2π/3.
Correction à la page 322.
Exercice 175
Soit D ⊂ R3 un ouvert borné dont le bord ∂D est une variété de dimension
deux. Soit ν un champ de vecteurs unitaire normal à ∂D en tout points. Soit
G : ∂D → R3 un champ de vecteurs constant et soit c : ∂D → R la fonction
définie sur ∂D qui associe à v le cosinus de l’angle entre G(v) et ν(v). Calculez
R
∂D c(v)dσ.
Correction à la page 323.
Exercice 176
Calculer le flux du champ de vecteurs G(x, y, z) = (y, x , yz) à travers le cornet
de glace limité par l’ellipsoïde

x2 y 2 z 2
+ + =1 (3.53)
16 9 16
lorsque y ≥ 0 et par le cône d’équation x2 + z 2 = (y + 4)2 lorsque y < 0. Faire un
dessin peut vous aider.
Correction à la page 323.
Exercice 177
Calculer.
128 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI
H
a. γ2(x2 +y 2 )dx+(x+y)2 dy où γ est le périmètre du triangle dont les sommets
sont les points a = (1, 1), b = (2, 2) et c = (1, 2).
H
b. γ xy 2 dx − x2 ydy où γ est la circonférence x2 + y 2 = R2 .
H
c. γ dx + xdy où γ est le cycle formé par y = x2 et y 2 = x.
d. l’aire de l’ellipse x = a cos θ, y = b sin θ.
H
e. γ−x2 ydx + xy 2 dy où γ est le cercle de rayon 1 centré en l’origine (0, 0) et
parcouru dans le sens horlogique.
Correction à la page 324.
Exercice 178
Calculer.
H
a. γy 2 dx + z 2 dy + x2 dz où γ est le périmètre du triangle de sommets (1, 0, 0),
(0, 1, 0), (0, 0, 1),
H
b. γy 2 dx + x2 dy + z 2 dz où γ est la circonférence x2 + y 2 = 1, z = 0. On prendra
comme surfaces successivement le disque dans le plan z = 0 et la sphère
unité,
c. la circulation du champ de vecteurs G(−x3 , y 3 , 2x + z 2 ) le long du cercle
(
z=0
x + y2 = 1
2

directement et ensuite par la formule de Stokes.


d. I
(y + z)dx + (z + x)dy + (x + y)dz
γ

où γ est le cercle γ := {(x, y, z) ∈ R3 | x2 + y 2 + z 2 = 1, x + y + z = 0}


parcouru dans le sens indiqué par le vecteur (1, 1, −2) au point ( √12 , √12 , 0),
e. I
ydx + zdy + xdz (3.54)
γ

où γ est l’intersection de x2 + y 2 + z 2 = a2 et y = 0.
Correction à la page 326.
Exercice 179
2 2
Soit γ la courbe d’équations x2 + y2 + z 2 = 1, x2 + y 2 = y, z ≥ 0 où γ est
parcourue dans le sens indiqué par le vecteur (1, 0, 0) au point (0, 0, 1). Calculez
Z
y 3dx + (xy + 3xy 2 )dy + z 4 dz
γ

a. directement
3.17. RÉSERVE 129

b. en appliquant la formule de Stokes


Correction à la page ??.
Exercice 180
Même question pour
Z
2zdx + xdy + ydz
γ

où γ est la courbe d’équations x2 + y 2 = z, z = y et est parcourue dans le sens


indiqué par le vecteur (1, 0, 0) au point (0, 0, 0).
Correction à la page ??.
Exercice 181
Considérons sur R3 le volume V : R3 × R3 × R3 → R
1 X
V (u, v, w) = ǫ(σ)uσ(1) vσ(1) wσ(1)
3! σ∈S3

où ǫ(σ) est la signature de la permutation σ. Soient R > 0 et 0 < a < R. Soit


( 3
)
X
Ma = (x1 , x2 , x3 ) ∈ R | 3
x2i 2
= R et x3 > −a
i=1

a. Démontrez que Ma est une variété dans R3 .


b. Démontrez que, si l’on définit pour deux vecteurs tangents à Ma au point
x ∈ Ma :
ωx (A, B) = V (x, A, B) ∀A, B ∈ Tx (Ma )
on a que ω est une 2-forme différentielle sur Ma .
R
c. Calculer Ma ω.
R
d. Que vaut lima→R Ma ω?
e. Retrouvez ce résultat par le théorème de Stokes.
Correction à la page ??.

3.17 Réserve
Exercice 182
<+Exoreserve0003+>
Correction à la page 329.
Exercice 183
<+Exoreserve0004+>
130 CHAPITRE 3. EXERCICES DE CDI

Correction à la page 329.


Exercice 184
<+Exoreserve0005+>
Correction à la page 329.
Exercice 185
<+Exoreserve0006+>
Correction à la page 329.
Exercice 186
<+Exoreserve0007+>
Correction à la page 329.
Exercice 187
<+Exoreserve0008+>
Correction à la page 329.
Exercice 188
<+Exoreserve0009+>
Correction à la page 329.
Exercice 189
<+Exoreserve0010+>
Correction à la page 329.

Bonnes vacances !
Chapitre 4

Travaux personnels

4.1 Travail personnel 2008-2009


Exercice 190
Un ensemble Ω ⊂ Rn est dit étoilé par rapport à x0 ∈ Ω si pour tout y ∈ Ω,
le segment
def
[x0 , y] = {(1 − t)x0 + ty| t ∈ [0, 1]}
est inclus à Ω. Un ensemble Ω étoilé par rapport à un de ses points est dit étoilé.
a. Soit f : A ⊂ R → R une fonction dérivable sur l’ensemble connexe A. Mon-
trer que si f ′ (a) = 0 pour tout a ∈ A, alors f est constante sur A.
b. Soit f : Ω ⊂ Rn → R où Ω est étoilé. Montrer que si f ∈ C 1 (Ω, R) est telle
que dfa = 0 pour tout a ∈ Ω, alors f est constante.
Correction à la page 329.
Exercice 191
Soit T : A ⊂ Rn → A une application. Supposons qu’il existe un entier p > 1
def
tel que T p = |T ◦ T ◦{z. . . ◦ T} soit une application contractante.
p fois

a. Si A est fermé, prouver à l’aide du théorème de Banach que T possède un


unique point fixe.
b. Montrer qu’il existe un ensemble A ⊂ R2 et une application T : A → A qui
n’est pas une contraction, mais telle que T 2 est une contraction.
Correction à la page 330.
Exercice 192
Considérons un tore T dans R3 , c’est-à-dire la surface de révolution engendrée
par la rotation d’un cercle de rayon r autour d’un axe coplanaire et disjoint de ce
cercle, à distance R du centre du cercle.

131
132 CHAPITRE 4. TRAVAUX PERSONNELS

Figure 4.1 – Les cercles du tore, figure de wikipedia.

a. Donner une paramétrisation du tore en fonction de deux angles ϕ et θ bien


choisis (la figure 4.1 devrait vous aider).
b. Donner une carte autour d’un point (x0 , y0 , z0 ) sur le tore et vérifier les
conditions de la définition de variété sous forme paramétrique.
c. Écrire l’équation du plan tangent au tore au point (x0 , y0, z0 ).
d. Calculer le volume intérieur au tore.
Correction à la page 331.
Chapitre 5

Correction des exercices de rappel

5.1 Nombres complexes

no 1 no 2 no 3
√ √
a 4 + 5i a 4(cos√+i sin)( 5π
6
) a ±( 22 + 22 i)
1 2iπ
b 11i b −1+i 3
4
= 2e 3 b 3(cos +i sin)( π6 + 2kπ
6
)
c 31
21
− 207
i c π
√ (cos +i sin)( 6−3π
) c π 2kπ
(cos +i sin)( 6 + 6 )
d −1 + 7i d 2(cos +i sin)( 4 ) d 2(cos +i sin)(− π6 + 2kπ 6
)
e 58 e 4(cos +i sin)( π6 ) e 2kπ
(cos +i sin)( 3 )
f 23
30
− 2
15
i f 16
g 12+5i
13
g √
8i
2iπ
h 5−7i
74√
h −1− 3i
2
=e 3
i 6+2 7i
64
i √
1
8
j 1 j 2(cos +i sin)( −π
4
)
k 1 − 12i
Exercice 4
(a) Montrer que si (x + iy) est une racine carrée de (a + ib) où x, y, a, b ∈ R,
alors x et y sont solutions des équations
x2 − y 2 = a
2xy = b

Pour le voir il suffit d’écrire (x + iy)2 = a + ib et d’égaliser partie réelle à partie


réelle, partie
√ imaginaire à partie imaginaire.
(b) ±( 22 (3 + i))

133
134 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL

no 5 no
a 1±i
2√
f
b 3i± 23
4
g
c 2i
1−i
,−2 1+i
1−i
h π
−2 + 21/5 (cos +i sin)( 15 + 2kπ
5
)
d i
q √
e ±q1 + 2(cos +i sin)( π4 ) ,

± 2 − 1(cos +i sin)( −π
4
)

Exercice 6. Par application de la formule donnant z n , exprimez cos 2x,


cos 3x et cos 4x en fonction de puissances de cos x.

Poser z = cos x + i sin x. On sait alors que

z n = (cos x + i sin x)n = cos nx + i sin nx.


| {z }

Il faut donc développer ∗ par la formule du binôme et égaler les deux membres.
Par exemple :

z 2 = (cos x + i sin x)2 = cos2 x − sin2 x + 2i cos x sin x


=⇒ cos2 x − sin2 x = cos 2x
=⇒ cos 2x = 2 cos2 x − 1

On trouvera alors :
cos 3x = 4 cos3 x − −3 cos x
cos 4x = 8 cos4 x − 8 cos2 x + 1
Exercice 7 √
a = 2, b = − 42 .

5.2 Mes dessins


Ici je met des dessins à moi.
Les exponentielles sont à la figure 5.1, tandis que les logarithmes sont à la
figure 5.2
À la figure 5.3 se trouvent mes fonctions hyperboliques
Le graphe de sin(x)/x est sur la figure 5.4
Le graphe de cos(x)/x est à la figure 5.5.
D’autres valeurs absolues à la figure 5.6
Ici finissent les dessins à moi.
5.3. DÉRIVATION 135

5.3 Dérivation
Les dérivations peuvent être effectuées sur votre ordinateur à l’aide du logiciel
libre wxmaxima. Pour l’installer sous Ubuntu, le paquet « wxmaxima » est tout
cuit.

5.4 Intégration
Petite note stratégique pour l’intégration par partie. Une partie de l’art est de
choisir correctement que u et quel dv on prend. Il y a une petite règle qui permet
de choisir assez souvent : l’ordre de priorité du choix pour u est
1. ln x
2. xn
3. ekx ,
c’est à dire que si il y a un logarithme, il faut le choisir comme u ; si il n’y a pas
de logarithme, mais une puissance de x, alors il faut choisir la puissance de x ; et
si il n’y a ni logarithme ni puissance, alors on choisit l’exponentielle si il y en a.
Un exemple d’intégrale pas simple
Dans la méthode de l’intégration de fraction rationnelles, l’apothéose est de
devoir intégrer Z
dt
Ks = . (5.1)
(1 + t2 )s
Afin de prouver la formule de récurrence, nous commençons par écrire le numéra-
teur sous la forme (1 + t2 − t2 )dt :

t2
Z Z
1
Ks = − . (5.2)
(1 + t2 )s−1 (1 + t2 )s

Le premier terme vaut Ks−1 , tandis que nous intégrons le second par partie en
posant
t
u=t dv =
(1 + t2 )s
(5.3)
1 1
du = dt v = · .
2(s − 1) (1 + t2 )s−1
Nous tombons sur
Z !
t 1 dt
Ks = Ks−1 − 2 s−1
− (5.4)
2(1 − s)(1 + t ) 2(1 − s) (1 + t)s−1

Le dernier terme donne encore un multiple de Ks−1 .


136 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL

no 11 no 12
x3 sin3 (x2 +1) 2
1 3
+ 3x + ln(x) 1 6
10 3
(2 + t)3/2
x3 2 3/2 2
2 3
2 (t + 6) 11 3
(1 + ex )3/2
5
3 3 x5 + 2x + 3x3
3 sin(4 + y 3 ) 12 1
9
(1 + e3x )3
4x7/2 √
4 7
4 ln |x + 2| 13 2 ln|2 + x| 
y5 −3
5 5
+ 2y − y 3 5 − ln | cos x| 14 − 21 ln 1 − ln(x)2
x2 3 5/2
6 2
+ x3 − 4x5 6 −1
14
ln |2 − 7x2 | 15 ln |x + sin x|
3x2 −6x)4 sin2 x
7 24
7 ln |1 + ln x| 16 √ 2
1
8 − sin(x) 17 2e x + 32 x3/2
1
9 16
ln |b + 4x4 |

no 13 no 14 no 17
52x √
1 2 ln 5
1 − 31 arctan √x−1
3
1 2 sin x
esin 2t 1 x−√5
2 2
2 √
2 5
ln | x+ 5
| 2 tan(x) − x
√ 2 sin( 3x )
x 1 x
3 2e 3 5
ln | x−5 | 3 3(cos( 3x
2
)−sin( 3x
))
2 2
1
4 etan y 4 2
arctan x2 4 1
π
sin(πx)
e4x −e−4x 1
5 4
− 2x 5 6
ln | −1+3x
1+3x
|
6 4
√ arctan 5x+3 √
26 26
4 −2+x
7 13
ln | 3+5x
|

no 15 no 16
 
1 x−1 x4 x3 x
1 3
arcsin 3
1 − 4 arctan x − 12
+ 4
− 41 arctan x
x4 ln |x| x4
2 arccosh(x +q1) 2 4
− 16
ex
and 2arcsinh( x2 ) 3 1+x
 
y
4 7−1/2 arcsinh −4+7x

47
4 − 14 (−1 + 2y ) cos 2y +
2
2
1 3x
4 √
arccosh(2x

+ 3)√
5 27
e (2 − 6x + 9x2 )
2 −2+x ln
√| −2+x+ x| cos2 x
5 2−x 
6 2
− 81 cos 4x
√ 
6 −2 3 arcsin −2−3x √
19 
7 1
4
(x2 − 2 cos x − 2x sin x)

7 √6 arcsinh −4+7x
7

45
8 Pas exprimable comme fonction élémentaire
9 −x cos x + sin x
10 (x − 1)ex
11 2x cos x + (x2 − 2) sin x
5.4. INTÉGRATION 137

no 18
1 x−1
1 12
(4x3 + 6 arctan x + 3 ln( x+1 )
2 x 2
+ √3 arctan( √3 ) + 3 ln(x − 1) − 3 ln(1 + x + x2 ) + 34 ln(x3 − 1)
4 1+2x 1

3 − √13 arctan( 1+2x


√ ) + ln(x) − 1 ln(1 + x + x2 )
2
1
√ 3 √ √
1+ √2x+x2
4 √ (−2 arctan(1 − 2x) + 2 arctan(1 + 2x) + ln( )
4 2 −1+ 2x−x2
1 2
5 −3√arctan x +x 2 ln(11 + x ) 2
2
6 − x − 2 arctan( √2 ) + 2 ln(2 + x )
7 √ arctan( −2+3x
1 √ ) − 61 ln(3 − 4x + 3x2 )
3 5 5
2
8 −2x + x2 + 4 ln(3 + 2x)
1
9 2
ln x − 12 ln(2 + x)
10 A voir...
3
11 √ arctan(2x) + 41 ln(1 + 4x2 )
2
12 2 2 arctan( −4+x√ ) + 1 ln(18 − 8x + x2 )
1
√ √ 2 2
1
√ √
13 − 22 (11 + 3 11) ln(3 + 11 + x) + − 22 (11 − 3 11) ln(−3 + 11 − x)
14 √9 arctan( −1+5x
√ 1
) − 10 ln(3 − 2x + 5x2 )
5 14 14
x2
15 2
+ arctan x − 21 ln(1 + x2 )
16 4x − 152
arctan( x2 )
17 A voir...
18 − ln x + 3 ln(−1 + 3x) − ln(1 + 3x)
19 ln(−1 + x) + 3 ln(x) − 2 ln(2 + x)
20 A voir...
1
√ √ √
−1+√ 2x−x2
21 √ (−2 arctan(1 − 2x) + 2 arctan(1 + 2x) + ln( )
4 2 1+ 2x+x2

no 18 mal classés
1 − cos2 x − 101
cos(5x)
x 1
2 2
− 4 sin(2x)
3 arctan(ln(x))
1
4 2
ln[ −1+ln
1+ln x
x
]
5 x
138 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL

no 19
1
1 −x + tan(3x)
3
2 ln(cos x) + 21 sec2 (x)
3 A voir...
4 1
ab
arctan( b tan
a
y
)
x
5 5
+ 15 ln(3 cos x − sin x) + 13 ln(sin x)
4
(a−b) tan( x )
6 − √−a22 +b2 arctanh( √−a2 +b22)
7 A voir...
8 ln(−7 + cos(2x))
tan[x]
9 2
10 x − 31 tan( 3x
2
)
3 sin(x) 1
11 4
+ 12 sin(3x)
1
12 2440
[1225 sin x + 245 sin 3x + 49 sin 5x + 5 sin 7x]
1
13 192
[−60 + 60x − sin(6 − 6x) − 9 sin(4 − 4x) + 45 sin(2 − 2x)]
1
14 384
[24x − 3 sin(4x) − 3 sin(8x) + sin(12x)]
15 √ 1
−b2 +ac
arctan[ √b+c tan x
−b2 +ac
] + discussion
16 5cosec ( 5 ) − 4 cosec ( 5 ) + 5 ln(sin x5 )
2 x 5 4 x
1
17 35
[6 + cos(2x)] sec2 (x) tan5 (x)
18 A voir...
19 25[cos(x) + 31 cos(3x) − ln(cos( x2 )) + ln(sin( x2 ))]
20 − ln[cos( x2 )] + ln[cos( x2 ) + sin( x2 )]
21 − ln[cos( x2 )] + 21 ln[sin( x2 )] − 41 sec2 ( x2 )]
22 − 32 arctan[3cotg( x2 )]
x 8
23 5
− 15 arctanh[ 13 tan( x2 )]
24 − arctan[cos(x)]
25 (2 + sec2 [ x3 ]) tan( x3 )

no 20

1 2 arctan(

x)
z+1
2 ln √
3 √ z−11 √
3 2
ln(−3 + x)√
+ 2
ln(1 + x)
1 1+x−2
4 2
ln √1+x+2
5 −3 ln(−1 + x1/3 ) +qln x
2
√ q √
6 3
3 + 2x − 32 53 arctanh[ 35 3 + 2x]
La suite viendra.
5.4. INTÉGRATION 139

7 7

6 6

5 5

4 4

3 3

2 2

1 1

−3 −2 −1 1 2 −2 −1 1 2 3
x
(a) La fonction x 7→ e (b) La fonction x 7→ e −x

−3 −2 −1 1 2 −2 −1 1 2 3
−1 −1
−2 −2
−3 −3
−4 −4
−5 −5
−6 −6
−7 −7

(c) La fonction x 7→ −ex (d) La fonction x 7→ −e−x

7
5
6
4
5
3
4
2
3
1
2

1 −3 −2 −1 1 2
−1

−1 1 2 3 4 −2
(x−2)
(e) La fonction x 7→ e (f) La fonction x 7→ ex − 2

Figure 5.1 – Des exponentielles


140 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
−1

−2

−3
(a) La fonction x 7→ ln x

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

−1

(b) La fonction x 7→ log10 x

1 2
−1
(c) La fonction x 7→ ln (1/x)

Figure 5.2 – Des logarithmes. Aucune des deux ne monte très vite, et plus la base
augmente, moins ça monte vite.
5.4. INTÉGRATION 141

1
6

5 −2 −1 1 2
−1
4
−2
3
−3
2
−4
1
−5

−2 −1 1 2 −6
(a) La fonction x 7→ cosh x (b) La fonction x 7→ sinh x

Figure 5.3 – Des graphiques de fonctions hyperboliques

−15 −10 −5 5 10

sin(x)
Figure 5.4 – La fonction x 7→ x
142 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL

−15 −10 −5 5 10
−1

−2

−3

−4

−5
cos(x)
Figure 5.5 – La fonction x 7→ x
5.4. INTÉGRATION 143

5
x 7→ |x|
4

3 x 7→ |x| − 1

2 x 7→ |(x − 2)|

−1

Figure 5.6 – La fonction valeur absolue et quelque autres.


144 CHAPITRE 5. CORRECTION DES EXERCICES DE RAPPEL
Chapitre 6

Exercices en vrac

6.1 Intégrales de surface, Stokes et Green


Exercice 6

(a) La suite [k → k1 ] est convergente.

Nous allons montrer que cette suite converge vers 0. Il faut donc prouver la chose
suivante :
∀ǫ > 0 ∃Kε ∈ N tq ∀k ≥ Kε , |xk − x| < ε (6.1)
Remarque : On pourrait également montrer que cette suite est de Cauchy pour
prouver qu’elle est convergente sans devoir déterminer sa limite.

Pour prouver que (6.1) s’applique bien à la suite des 1


k
il nous faut montrer que

1
∀ǫ > 0 ∃Kε ∈ N tq ∀k ≥ Kε , <ε (6.2)
k
Ceci est une conséquence immédiate de l’exercice précédent. On peut également le
montrer de la manière suivante : à ǫ positif donné, si nous arrivons à déterminer
l’indice Kε de (6.2) tel que ∀k ≥ Kε , k1 < ε, il est clair que la suite satisfait à la
définition. Or, k1 < ε ↔ 1ε < k. Donc si nous prenons Kε := plafond( 1ε ) + 1, on a
bien que ∀k ≥ Kε , k1 < ε, ce qui est ce qu’il fallait démontrer.

(b) La suite (1, 21 , − 13 , 41 , − 15 , . . .) est convergente.

On remarque que cette suite tend vers zéro. (Il suffit de voir que le numérateur
est borné et que le dénominateur tend vers l’infini). Si on l’écrit sous la forme

145
146 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

standard, on obtient :
(−1)k
x1 = 1, xk = ∀k ≥ 2
k
Donc, ce que nous voulons voir est que xk −→k→∞ 0, i.e. :

(−1)k
∀ǫ > 0 ∃Kε ∈ N tq ∀k ≥ Kε , | |<ε (6.3)
k

Étant donné que |(−1)k | = 1 ∀k, il est clair que l’équation (6.3) est la même que
l’équation (6.2), et donc que l’on peut affirmer que pour tout ǫ > 0, il suffit de
prendre K ≥ 1ǫ et la condition est satisfaite.
Exercice 7

Ici il est demandé de prouver de nouvelles règles de calcul en repartant de la


définition de la convergence vers l’infini :

xk −→ ∞ si ∀M > 0 ∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM , xk ≥ M (6.4)

(a) lim(xk + yk ) = +∞.

On veut voir la chose suivante :

∀M > 0 ∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM , xk + yk ≥ M (6.5)

Soit M > 0. Comme xk et yk convergent à l’infini, on sait que


(
x
∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM
x
, xk ≥ M2
y
∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM
y
, yk ≥ M2 ,
y
et donc il suffit de prendre KM = max(KM
x
, KM ) dans (6.5) pour s’assurer que la
définition est satisfaite.

(b) lim(xk yk ) = +∞.

On veut voir la chose suivante :

∀M > 0 ∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM , xk yk ≥ M (6.6)

Soit M > 0. Comme xk et yk convergent à l’infini, on sait que


( √
∃KM x
∈ N tq ∀k ≥ KM x
, xk ≥ √ M
∃KM y
∈ N tq ∀k ≥ KM y
, yk ≥ M ,
6.1. INTÉGRALES DE SURFACE, STOKES ET GREEN 147

y
et donc il suffit de prendre KM = max(KM
x
, KM ) dans (6.6) pour s’assurer que la
définition est satisfaite.

(d) Soit zk une suite tendant vers un réel a strictement positif. Prouvez
que lim(xk zk ) = +∞.

Le but de l’exercice est toujours le même, c’est à dire de prouver que


∀M > 0 ∃KM ∈ N tq ∀k ≥ KM , xk zk ≥ M (6.7)
Soit M > 0. On sait que :
(
x
∀M̃ > 0 ∃KM̃ ∈ N tq ∀k ≥ KM̃x
, xk ≥ M̃
(6.8)
∀ǫ > 0 ∃Kε ∈ N tq ∀k ≥ Kε , |zk − a| < ǫ,
z z

Prenons un ǫ tel que a − ǫ > 0. Par la deuxième partie de (6.8) on voit qu’il existe
un indice Kεz tel que ∀k ≥ Kεz , zk > a − ǫ > 0.
Prenons un M̃ tel que M = M̃(a − ǫ). Par la première partie de (6.8) on voit qu’il
existe un indice KM̃x
tel que ∀k ≥ KM̃
x
, xk ≥ M̃ .
et donc il suffit de prendre KM = max(KM̃ x
, Kεz ) dans (6.7) pour avoir que

∀k ≥ KM , xk zk ≥ M̃ (a − ǫ) = M.
Exercice 8

Une suite xk est bornée si ∃N > 0 tel que ∀k, |xk | < N.
On veut voir que xykk −→ 0, i.e.
xk
∀ǫ > 0 ∃Kǫ ∈ N tq ∀k ≥ Kǫ , | |<ǫ (6.9)
yk
Soit ǫ > 0. Comme la suite xk est bornée, on a que | xykk | < |yNk | ∀k. On utilise
maintenant le fait que yk −→ ∞. Prenons M = Nǫ . On peut écrire que ∃KM tel
que ∀k ≥ KM , yk ≥ M = Nǫ , et donc si dans (6.9) on prend Kǫ = KM on a :
xk N N
∀k ≥ Kε , | |< < = ǫ.
yk |yk | N/ǫ
Exercice 9

Pour cet exercice, on peut utiliser les règles de calcul. Il faut faire attention que
ces règles ne s’appliquent que si toutes les limites existent !

(a) xk = k+2
k
cos(kπ)
148 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

On voit que cette suite va dans deux directions différentes, +1 et −1 à cause du fac-
teur cos(kπ) = (−1)k . Elle ne converge donc pas. Pour le prouver, on peut prendre
deux suites partielles de la suite xk qui convergent vers des limites différentes.
Choisissons (
yk = x2k = (2k)+2 2k
(−1)2k
(2k+1)+2
zk = x2k+1 = 2k+1 (−1)2k+1
Comme xk = k+1 k
= 1 + k1 et que k1 → 0, nous pouvons appliquer les règles de
calcul et en déduire que xk → 1. On fait la même chose pour yk .
k 3 +k+1
(c) xk = 5k 3 +2

Nous avons que

k 3 1 + k1 + k13 1 + k1 + k13
∀k, xk = ( 3 ) =
k 5 + k23 5 + k23

Comme
1 1 1
∀k ≥ 1 ≤ ≤
k3 k2 k
et comme 1
k
→ 0, nous pouvons appliquer la règle de l’étau pour voir que

1 1
3
→ 0 et 2 → 0.
k k
En appliquant les règles de calcul à la suite xk transformée, on voit donc que
xk → 51 .

k+(−1)k
(d) xk = k−(−1)k

On peut le voir par exemple par la règle de l’étau :

k−1 k + (−1)k k+1


∀k ≥ 0, ≤ ≤ .
k+1 k − (−1)k k−1

Or, comme les deux suites qui bornent la suite xk convergent toutes les deux vers
1, il est clair que xk converge aussi vers 1.

(d) xk = x2k−1 + 1, x1 = 1

Suite définie par récurrence. Ses premiers éléments sont

1, 2, 5, 26, 677, . . .
6.2. CONTINUITÉ DE FONCTIONS RÉELLES 149

Toute limite admissible réelle finie l de cette suite doit satisfaire à

l = l2 + 1

ce qui implique qu’elle ne peut avoir de limite réelle finie. En regardant ses premiers
éléments, on remarque immédiatement qu’elle semble converger à l’infini. Nous
allons le prouver en utilisant la définition.
Soit M > 0. On a que
xk ≥ k ∀k.
En effet (par récurrence sur k) : il est clair que x1 ≥ 1. Supposons que xk ≥ k.
Ceci implique t-il que xk+1 ≥ k + 1 ? Par définition des xk , xk+1 = x2k + 1. Par
l’hypothèse de récurrence, on a donc xk+1 ≥ (k)2 + 1 ≥ k + 1 ce qui prouve le
résultat. Comme la suite yk = k converge à l’infini, il en est de même pour la suite
xk .

6.2 Continuité de fonctions réelles

Travaux Personnels
BAC2 en sciences mathématiques et physiques

Exercice
 1. Calculer
n les limites suivantes
2
a) lim 1 +
¯ n→∞ n−4
√
1 n

b) lim 1 +
n→∞ n
 
α x
c) lim 1 +
x→∞ x
log (1 + αx)
d) lim
x→0 x
a0 + a1 x + · · · + an xn
e) lim où aj , bj ∈ C et n, m ≥ 0
x→∞ b0 + b1 x + · · · + bm xm

1 − cos x
f) lim
x→0 x
Exercice 2. Prouver que
1
lim x x = lim+ xx = 1
a) x→∞
x→0
ln x
x
b) lim =0 càd ex croit plus vite que xln x
x→∞ ex
150 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

Exercice 3. Prouver que

cosh 2x = cosh2 x + sinh2 x, sinh 2x = 2 sinh x cosh x

Exercice 4. Prouver que


nz sin(n + 1)z/2
a) 1 + cos z + cos 2z + · · · + cos nz = cos ·
2 sin z/2
nz sin(n + 1)z/2
b) 1 + sin z + sin 2z + · · · + sin nz = sin ·
2 sin z/2
n
X 1−e i(n+1)z
ei(n+1)z/2
− e−i(n+1)z/2
Aide : eikz = = einz/2
·
k=0 1 − eiz eiz/2 − e−iz/2

6.3 Intégrales, longueur de courbes, EDO’s linéaires


Exercice 2. Soient n, m ∈ N ∪ {0}. Calculer
Z 1 Z 1
n m
x (1 − x) dx et (1 + x)n (1 − x)m dx
0 −1
R
Solution : Posons In,m := 01 xn (1 − x)m dx. Intégration par partie donne la
formule récursive
m
In,m = In+1,m−1 .
n+1
Avec In+m,0 = 1
n+m+1
nous obtenons

n! m!
In,m =
(n + m + 1)!

La substitution x := 2t − 1 fournit
Z 1 Z 1
n m n+m+1
(1 + x) (1 − x) dx = 2 tn (1 − t)m dt = 2n+m+1 · In,m .
−1 0

Exercice 3. Soient a, b > 0. Calculer


Z π/2 dϕ
2
0 a2 sin ϕ + b2 cos2 ϕ
Solution :
Z π/2 1/ cos2 ϕ Z ∞
dt π
= 2 2 2
dϕ = 2 2 2
=
0 a tan ϕ + b 0 a t +b 2ab

Exercice 4. Calculer la longueur de l’arc de la parabole y = x2 , x ∈ [0, b].


6.3. INTÉGRALES, LONGUEUR DE COURBES, EDO’S LINÉAIRES 151

Solution :
Z b √ b√ 1  √ 
s = 1 + 4x2 dx = 1 + 4b2 + ln 2b + 1 + 4b2
0 2 4
Exercice 5. La parabole de Neil ν est la courbe définie par ν(t) = (t2 , t3 ),
pour t ∈ R.
a) Esquisser la parabole de Neil.
b) Quelle est la signification du paramètre t ?
Solution : t = tan α
c) Calculer la longueur de l’arc {ν(t) | t ∈ [0, τ ]}.
Solution :
!
Z τ √ 8

9
3/2
s = 4t2 + 9t4 dτ = 1 + τ2 −1
0 27 4

Exercice 6. La hélice γ de pas 2πh est la courbe dans R3 définie par

γ(t) = (r cos t, r sin t, ht) .

a) Esquisser la hélice.
b) Expliquer le mot “pas”.
c) Calculer la longueur de l’arc sur la hélice si on fait un tour.
R √ √
Solution : 02π r 2 + h2 dt = 2π r 2 + h2

Exercice 7. Calculer un système fondamental réel pour


a) y (4) − y = 0,
b) y (4) + 4y ′′ + 4y = 0,
c) y (4) − 2y (3) + 5y ′′ = 0.

Solution :
a) ex , e−x , cos x, sin x
√ √ √ √
b) cos 2x, x cos 2x, sin 2x, x sin 2x
c) 1, x, ex cos 2x, ex sin 2x

Exercice 8. Déterminer une solution particulière de l’équation y ′′ + y = q pour


a) q = x3 ,
152 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

b) q = sinh x,
c) q = 1/ sin x.

Solution :
a) x3 − 6x
b) 1
2
sinh x
c) sin x · ln | sin x| − x cos x

Exercice 9. L’équation différentielle mÿ = mg − k ẏ décrit la chute d’un corps


soumit à la gravitation si la friction est proportionnelle à la vitesse (“un homme
tombant de l’avion”).
Calculer la solution avec y(0) = 0, ẏ(0) = 0. Calculer la “vitesse finale” v∞ =
lim ẏ(t).
t→∞

Solution :
L’équation homogène ÿ + k/m · y = 0 possède les solutions c1 + c2 e−k/m · t , où
c1 , c2 ∈ R.
L’équation inhomogène ÿ + k/m · y = g possède comme solution particulière
une fonction lineaire, càd yp = (mg/k)t). En tenant compte des conditions initiales
nous obtenons  
mg m −k/m · t
y(t) = t − (1 − e ) .
k k
En particulier, v∞ = mg/k.

Exercice 10. Regardons l’ensemble des solutions de l’équation différentielle


P (D)y = 0.
Montrer l’équivalence entre les propositions suivantes :
a. Pour toute solution y on a lim y(t) = 0
t→∞

b. Pour toute racine z du polynôme caractéristique on a Re z < 0.


Dans ce cas, l’équation différentielle est appelé asymptotiquement stable.

Solution : On a lim y(t) = 0 pour toute solution y ssi c’est vrai pour tout élé-
t→∞
ment d’un système fondamental. On a lim tk eλt = 0 ssi Re λ < 0, d’où l’affirmation
t→∞
suit.
6.4. CALCUL DE LIMITES 153

6.4 Calcul de limites


Exercice 11. Déterminez si les limites suivantes existent et dans l’affirmative
calculez les en utilisant, s’il y a lieu, la règle de l’Hospital ou la règle de l’étau.
a. limx→+∞ x+1
x2 +2

b. limx→+∞ sin(x)
x
sin(x)
c. limx→0 x
n
d. limx→+∞ xex
e. limx→+∞ (1 + xa )x
f. limx→0 ( sin(x)
1
− x1 )
g. limx→+∞ cos(2πx)
h. limx→+∞ 1
sin(x)+2
(x) + ln(x) cos(x)
ln(x)(sin(x)+2)
i. limx→+∞ x
1
j. limx→+∞ x x
Exercice 12. Déterminez si les limites suivantes existent et dans l’affirmative
calculez-les.
a. limx→0 x sin( x1 )
b. limx→0 sin(sin(x))
x
1
c. limx→+∞ (ln(x)) 1−ln(x)
Exercice 13. Calculez les limites suivantes :
ln(x)
a. limx→+∞ xa
a
b. limx→+∞ ln(x)
xb
c. limx→+∞ ax
1
d. limx→+∞ a x
où a et b sont des réels positifs.
Exercice 14. Déterminez, pour chacune des suites suivantes, si elle converge
et dans l’affirmative calculez sa limite.
a. k → cos(2πk)
b. k → cos( π3 k)
1
c. k → k(a k − 1)
où a est une réel.

Exercice 15. Calculez les limites suivantes si elles existent.


154 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

a. limx→+∞ cos x

b. limx→±∞ 2x4 + 3 − x2
Exercice 16. Déterminez si la limite de chacune des suites suivantes existe et
dans l’affirmative calculez la.
a. limk→+∞( ak+1
k
)k
b. limk→+∞ sin( π1k)+1 (k) + ln(k) cos( π5 k)
6
ln(k)(sin( π3 k)+1)
c. limk→+∞ k

d. 3k
limk→+∞ k(1 + 3k 1 3k
)
où a est un réel.

6.5 Dérivabilité
Exercice 17. Déterminez l’ensemble des points où les fonctions suivantes sont
continues et celui où elles sont dérivables. Prouvez soigneusement vos résultats.
a. x → x]
b. x → |x|
(
1
si x 6= 0
c. x → x
0 sinon
d. x → x2
Exercice 18. Étudiez la dérivabilité et la continuité de la dérivée de chacune
des fonctions suivantes :
(
0 si x 6= 0
a. x →
1 sinon
(
sin( x1 ) si x 6= 0
b. x →
0 sinon
(
x sin( x1 ) si x 6= 0
c. x →
0 sinon
(
x2 sin( x1 ) si x 6= 0
d. x →
0 sinon
Le but de cet exercice est aussi d’exhiber des exemples illustrant les différents
types de comportements possibles, relativement à la continuité et la dérivabilité,
d’une fonction en un point.
Exercice 19. Étudiez la dérivabilité et la continuité de la dérivée de chacune
des fonctions suivantes :
6.5. DÉRIVABILITÉ 155
( 2x+a
1 si x 6= 0
a. x → 1+e x
0 sinon
(
sin(x)
si x 6= 0
b. x → x
1 sinon
( −1
ex si x > 0
c. x →
0 sinon
(
( sin(2x) )x+1 si x 6= 0
d. [− 21 , 21 ] →R:x→ x
1 sinon
où a et b sont des réels.
Exercice 20. Considérons la fonction
(
x si x est rationnel
f : R → R : x 7→ f (x) =
0 si x est irrationnel

Vérifiez que f est continue en 0 mais n’est ni dérivable à gauche ni dérivable à


droite en 0.
Exercice 21.
a. Soit (X, d) un espace métrique et f : (X, d) → R une application continue.
Montrer que l’ensemble
{x | f (x) = 0}
est fermé.
b. Soit f : R → R une application continue. Montrer que l’ensemble

{x ∈ R | f (x) = x}

des points fixes de f est fermé.


Exercice 22. Soit A un sous ensemble de l’espace métrique (X, d). Montrer
que la fonction
distA : X → R, x 7→ inf d(a, x)
a∈A
est continue.
Exercice 23. Soient (X, dX ), (Y, dY ) deux espaces métriques. Une application
f : X → Y est Lipschitzienne s’il existe une constante L ≥ 0 telle que
 
dY f (x), f (x′ ) ≤ L dX (x, x′ ) pour tout x, x′ ∈ X.

Dans ce cas, on dit que f est L-Lipschitzienne.


a. Montrer qu’une application Lipschitzienne est continue.
b. Montrer qu’une application f : R → R, x 7→ ax+b est Lipschitzienne. Quelle
est la plus petite constante L qui convienne ?
156 CHAPITRE 6. EXERCICES EN VRAC

c. Montrer que les fonctions z 7→ |z|, z 7→ z, z 7→ Re z et z 7→ Im z de C


dans R sont Lipschitziennes. Quelle sont les plus petites constantes L qui
conviennent ?
d. Montrer que la fonction distA : X → R de l’Exercice 13 est Lipschitzienne.

6.6 Intégration
Exercice 24. Soient n, m ∈ N ∪ {0}. Calculer
Z 1 Z 1
xn (1 − x)m dx et (1 + x)n (1 − x)m dx
0 −1

Exercice 25. Soient a, b > 0. Calculer


Z π/2 dϕ
2
0 a2 sin ϕ + b2 cos2 ϕ

Exercice 26. Calculer la longueur de l’arc de la parabole y = x2 , x ∈ [0, b].


Exercice 27. La parabole de Neil ν est la courbe définie par ν(t) = (t2 , t3 ), t ∈
R.
a. Esquisser la parabole de Neil.
b. Quelle est la signification du paramètre t ?
c. Calculer la longueur de l’arc {ν(t) | t ∈ [0, τ ]}.
Exercice 28. Une hélice γ de pas 2πh est une courbe dans R3 définie par

γ(t) = (r cos t, r sin t, ht) .

a. Esquisser γ et expliquer le mot “pas”.


b. Calculer la longueur de l’arc sur la hélice si on fait un tour.
Exercice 29. Calculez la longueur des arcs de courbe suivants :
a. y = ln(1 − x2 ) 0≤x≤ 1
2
b. y = x3/2 0≤x≤5
c. y = 1 − ln(cos x) 0≤x≤ π
4
d. l’arc de cubique déterminé par y = x3 + x + x + 1 avec 0 ≤ x ≤ 1. 2
Chapitre 7

Corrections en vrac

7.1 Quelque corrections


31.
a. df(1,1) et dg(√2, π )
4

∂f 1 x x 1 x
(x, y) = ln( )e y + e y
∂x y y x
∂f
(1, 1) = e
∂x
∂f x x x x
(x, y) = − 2 ln( )e y − xe y
∂y y y
∂f
(1, 1) = e
∂x
Par les règles de calcul, f est différentiable en (1, 1). la différentielle df(1,1)
est donc représentée dans les bases canoniques de R2 et R par la matrice
jacobienne (ici gradient) :

df(1,1) = (e − e)

∂g1 ∂g1
(r, θ) = cos(θ) (r, θ) = −r sin(θ)
∂r ∂θ
∂g1 √ π √
2 ∂g1 √ π
( 2, ) = 2
( 2, ) = −1
∂r 4 ∂θ 4
∂g2 ∂g2
(r, θ) = sin(θ) (r, θ) = r cos(θ)
∂r ∂θ
∂g2 √ π √
2 ∂g2 √ π
( 2, ) = − 2
( 2, ) = 1
∂r 4 ∂θ 4
157
158 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

La fonction g est également différentiable en ( 2, π4 ) et sa matrice Jacobienne
est : √ !
2
−1
dg(√2, π ) = √22
4
2
1

b. f˜ = ecos(θ) ln(cos(θ)).

c. On voit d’abord que g( 2, π4 ) = (1, 1). Donc

df˜(√2, π ) = dfg(√2, π ) ◦ dg(√2, π )


4 4 4
= df(1,1) ◦ dg(√2, π )
4

et la matrice jacobienne de la différentielle de la composée est donc :


√ !
2
−1
df˜(√2, π ) = (e − e) √2
2
= (0 − 2e)
4
2
1

32.
∂g ∂f ∂f
a. = ev (⋆, ⋆) + 2uv (⋆, ⋆)
∂u ∂x ∂y
∂g ∂f ∂f
b. = uev (⋆, ⋆) + (1 + u2 ) (⋆, ⋆)
∂v ∂x ∂y
v 2
où (⋆, ⋆) = (ue , v(1 + u )).

33.

Soit g : R2 → R : (x, y) → f (x2 − y 2 ). Dérivées partielles de :

(x, y) → y(∂x g)(x, y) + x(∂y g)(x, y)?

Nommons cette fonction h.


a. ∂x g(x, y) = 2xf ′ (x2 − y 2)
b. ∂y g(x, y) = −2yf ′ (x2 − y 2 )
et donc h(x, y) = 0 ∀(x, y) ∈ R2 .

34.

h(t) = f (t, g(t2 )).


7.1. QUELQUE CORRECTIONS 159

∂f ∂f
a. h′ (t) = (⋆, ⋆) + (⋆, ⋆)2tg ′(t2 )
∂x ∂y
∂2f ′ 2 ∂ f
2
2 ′ 2 2∂ f
2
h′′ (t) = (⋆, ⋆) + 4tg (t ) (⋆, ⋆) + 4t (g (t )) (⋆, ⋆)
b. ∂x2 ∂y∂x ∂y 2
∂f
+[2g ′(t2 ) + 4t2 g ′′ (t2 )] (⋆, ⋆)
∂y
où (⋆, ⋆) = (t, g(t2 )).

35.
h : R2 → R : (u, v) → f (g(uev ), g(v)(1 + u2 ))g(u+v)
Comme toujours il vaut mieux faire ce genre d’exercices prudemment. Renommons
donc les diverses composantes de cette fonction.

Soit l(u, v) = f (g(uev ), g(v)(1 + u2 )). On a alors :


∂l ∂f ∂f
a. (u, v) = (⋆, ⋆)g ′(uev )ev + (⋆, ⋆)g(v)2u
∂u ∂x ∂y
∂l ∂f ∂f
b. (u, v) = (⋆, ⋆)g ′(uev )uev + (⋆, ⋆)g ′(v)(1 + u2 )
∂v ∂x ∂y
où (⋆, ⋆) = (g(uev ), g(v)(1 + u2 )).

Alors h(u, v) = l(u, v)g(u+v) = eg(u+v) ln(l(u,v)) qui est facile à dériver :
∂h g(u + v) ∂l
a. = [g ′ (u + v) ln(l(u, v)) + (u, v)]l(u, v)g(u+v)
∂u l(u, v) ∂u
∂h g(u + v) ∂l
b. = [g ′ (u + v) ln(l(u, v)) + (u, v)]l(u, v)g(u+v)
∂v l(u, v) ∂v
26.
a. (x, y) → 3x2 + x3 y + x.
Combinaison linéaire de fonctions continues et différentiables sur R2 (Ex-
ercice : prouver rigoureusement que les polynômes sont bien des fonctions
continues et différentiables sur R2 ).
(
e si xy 6= 0
b. x →
ex+y sinon
N.B. : Il est toujours utile de se représenter le domaine de chacune des
fonctions.
La première remarque est que cette fonction est clairement continue et dif-
férentiable en tout point hors de {xy = 0} (fonction constante). Sur {xy =
0} ?
160 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

(a) Continuité :
Prenons un point dans {xy = 0}, par exemple le point (a, 0) (Remarquez
que le cas (0, b) est réglé par symétrie). Pour voir si la fonction est
continue en ce point il faut voir si
lim f (x, y) = f (0, 0) = ea .
(x,y)→(0,0)

Si on prend deux manières différentes d’aller vers (a, 0) (y = 0 puis


x = a) on voit que si a 6= 1 la fonction ne peut pas être continue. Et
en (1, 0) ? Si on (x, y) → (1, 0) avec d’abord y = 0 puis y 6= 0 on aura
regardétoutes les manières de tendre vers (1, 0). Or dans les deux cas
les limites valent e = f (1, 0), ce qui prouve que la fonction est continue
en (1, 0) (et (0, 1) par symétrie).
(b) Différentiabilité :
Comme la fonction est discontinue en tout point (a, 0) et (0, b) avec
a 6= 1 et b 6= 1 elle est aussi non différentiable en chacun de ces points.
Il reste donc les points (1, 0) et (0, 1). Comme toujours, nous regardons
d’abord les dérivées directionnelles en (1, 0) :
∂f f (1 + tu1 , tu2 ) − e
(1, 0) = lim
∂u t→0 t
Il y a deux possibilités : u2 = 0 et donc u = (±1.0) ouu2 6= 0 (pourquoi
ne regarde-t-on que ces deux cas ?).
i. si u 6= (±1, 0).
∂f e−e
(1, 0) = lim = 0.
∂u t→0 t
ii. si u = (±1, 0), i.e. si u = (1, 0) = e1
∂f ∂f f (1 + t, 0) − e e1+t − e H
(1, 0) = (1, 0) = lim = lim = 0.
∂u ∂x t→0 t t→0 t
Conclusion :
Si f était différentiable en (1, 0), on aurait que sa différentielle prendrait la
forme suivante :
∂f
df(1,0) u = ∂x
+ ∂f
(1, 0)u1 ∂y
(1, 0)u2
= eu1 ∀u ∈ R2
Sa différentielle satisferait également à :
∂f
df(1,0) u = (1, 0) = 0 ∀u 6= (±1, 0) ∈ R2
∂u
Les deux propriétés étant contradictoires, la fonction f ne peut être différen-
tiable en (1, 0) (ni en (0, 1) par symétrie).
7.1. QUELQUE CORRECTIONS 161
( x
si y 6= 0
c. x → y
0 sinon
Continue et différentiable sur R − {y = 0}. Sur l’axe y = 0 elle n’est pas
continue.
(
x + ay si x > 0
d. x →
x sinon
Si a = 0 fonction continue et différentiable sur R2 . Si a 6= 0, fonction continue
et différentiable partout en dehors de l’axe x = 0. Sur cet axe, elle est
discontinue en tout point sauf en (0, 0) où elle est continue. Mais elle n’est
pas différentiable en (0, 0) car toutes ses dérivées directionnelles n’y sont pas
définies.
(
xy 5
si x 6= y
e. x → x6 +y6
0 sinon
Fonction continue et différentiable partout en dehors de la droite x = y. La
fonction est discontinue en chacun des points de cette droite.
30.
a. (u, v) → u3 + 12u2 v − 5v 3

∂f
(a) = 3u2 + 24uv
∂u
∂f
(b) = 12u2 − 15v 2
∂v
b. (u, v) → f (u2 ) ln(v)

∂f
(a) = 2uf ′(u2 ) ln(v)
∂u
∂f f (u2)
(b) =
∂v v
c. (x, y) → tan(x + y 2 )

∂f 1
(a) =
∂x cos (x + y 2 )
2

∂f 2y
(b) =
∂v cos (x + y 2 )
2

d. (r, θ) → r θ
∂f
(a) = θr θ−1
∂r
∂f
(b) = ln(r)r θ
∂θ
162 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

e. (x, y) → (x + 3)ex

∂f
(a) = ex (x + 4)
∂x

∂f
(b) =0
∂y

f. (u, v) → ln(f (uv))

∂f vf ′ (uv)
(a) =
∂u f (uv)

∂f uf ′ (uv)
(b) =
∂v f (uv)
7.2. INTÉGRATION 163

32.
∂g ∂f ∂f
a. = ev (⋆, ⋆) + 2uv (⋆, ⋆)
∂u ∂x ∂y
∂g ∂f ∂f
b. = uev (⋆, ⋆) + (1 + u2 ) (⋆, ⋆)
∂v ∂x ∂y
∂f ∂f ∂f ∂f
où (⋆, ⋆) = (uev , v(1 + u2 )) et (⋆, ⋆) = (uev , v(1 + u2 )).
∂x ∂x ∂y ∂y
34. h(t) = f (t, g(t2)).

∂f ∂f
a. h′ (t) = (⋆, ⋆) + (⋆, ⋆)2tg ′(t2 )
∂x ∂y
∂2f ′ 2 ∂ f
2
2 ′ 2 2∂ f
2
h′′ (t) = (⋆, ⋆) + 4tg (t ) (⋆, ⋆) + 4t (g (t )) (⋆, ⋆)
b. ∂x2 ∂y∂x ∂y 2
∂f
+[2g ′(t2 ) + 4t2 g ′′ (t2 )] (⋆, ⋆)
∂y
où (⋆, ⋆) = (t, g(t2 )).

7.2 Intégration
7.2.1 Série A
Exercice 11
R x3 +3x+1 x3
a. x
dx = 3
+ 3x + ln(x)
R 3
b. x2 dx = x3
R R
c. 3(x + 1) dx = 3x4 + 6x2 + 3dx = 35 x5 + 2x3 + 3x
2 2
R
d. (3x2 − 6x)3 (x − 1)dx = 1
12
(3x2 − 6x)4
Exercice 12
R
a. sin2 (x2 + 1) cos(x2 + 1)xdx = 61 sin(x2 + 1)3
R
b. tan(x)dx = − ln |cos(x)|
R √
c. √1 √ dx = 2 ln(2 +
(2+ x) x
x)
R
ln(x)
d. x(1−ln2 (x)
dx = 1
2
ln 1 − ln2 (x)
Travaux perso 2 —————
1. Soit deux réels x et y vérifiant 0 < x < y. On veut montrer que pour tout
naturel k ≥ 2, on a √ √

0 < k y − k x < k y − x.
La première inégalité vient de l’inégalité x < y élevée à la puissance k1 .
164 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

On peut ré-écrire la deuxième, sachant que x > 0, en divisant par k x pour
obtenir r r
y y x
k
− 1 − k − 1 < 0 avec > 1
x x y
def √ √
ce qui s’écrit encore f (t) < 0 en posant f (t) = k t − k t − 1 − 1. On peut alors
étudier la fonction f . Étant donné que f (1) = 0, il suffirait que f soit strictement
décroissante sur ]1; ∞[ pour qu’on ait l’inégalité voulue, à savoir f (t) < 0 dès que
t > 1.
Pour le montrer, on voit que
1  1−k 1−k

f ′ (t) = t k − (t − 1) k
k
d’où on tire les équivalences suivantes

f ′ (t) < 0 (7.1)


1−k 1−k
⇐⇒ t k < (t − 1) k (7.2)
⇐⇒ t1−k < (t − 1)1−k (7.3)
⇐⇒ t>t−1 (7.4)
⇐⇒ 0 > −1 (7.5)

où la dernière inégalité est manifestement vraie, ce qui prouve la première inégalité


et achève l’exercice.
2.

Exercice 1
a. Par exemple, B(x, r) avec x ∈ Rn et r > 0.
b. On utilise la densité de Q dans R pour voir que B(q, r) (q ∈ Qn et r > 0)
est également une base.
On observe ensuite que seuls les r « petits » sont utiles, donc on se restreint
aux boules de la forme B(q, 1/n) (q ∈ Qn et n ∈ N0 ). Cet ensemble de boules
Pourquoi ? est une base dénombrable de la topologie usuelle sur Rn .

Exercice 2 Principe. L’idée est de considérer une propriété topologique (invari-


ante par homéomorphisme) et de voir qu’elle est vérifiée par les ouverts de R2 mais
pas ceux du cône.
Lemme 7.2.1.
Si V est un voisinage de 0 sur le cône C, alors V \ {0} n’est pas connexe, donc
n’est pas connexe par arc.
7.2. INTÉGRATION 165
 
Démonstration. Le cône C est la réunion de C + = C ∩ R2 × R+
0 et C − =
 
C ∩ R2 × R− 0 car le seul point à cote nulle est la singularité 0. Dès lors, V s’écrit
comme l’union disjointe de V ∩ C + et V ∩ C − , qui sont non-vides. Donc V n’est
pas connexe.
On procède en deux étapes, en montrant d’abord qu’il existe des points en
« dessous » et au « dessus » de 0, puis en essyant de les relier. Comme V est un
voisinage de 0, il existe un ouvert U du cône centré en 0 inclu à V . Donc par
définition de la topologie induite, et puisque les boules forment une base de la
topologie de R3 , il existe une boule B centrée en 0 dont U est la trace sur C, telle
que 0 ∈ (B ∩ C) ⊂ V . On choisit p = (px , py , pz ) ∈ (B ∩ C), et en considérant
p′ = (px , py , −pz ) on a ainsi trouvé deux points qui vérifient pz > 0 et p′z < 0 (au
besoin, on les échange).
a. Supposons que V \ {0} soit connexe par arc. Donc il existe un chemin

γ : [0; 1] → V \ {0} : t 7→ (γx (t), γy (t), γz (t))

qui relie p à p′ et qui vérifie γz (0) = pz > 0 et γz (1) = −pz < 0. Or γz (t) est
une fonction continue (car γ est continu), donc par le théorème des valeurs
intermédiaires, il existe t̄ qui vérifie γz (t̄) = 0. Or le seul point de C dont la
cote (coordonnée en z) soit nulle est le sommet 0 qui n’est pas dans V \ {0},
d’où la contradiction.
remSoient deux espaces topologiques E et F , et f : E → F un homéomor-
phisme. Pour toute partie A de E, l’espace E \ A est homéomorphe au sous-espace
F \ f (A) via la restriction f|E\A .
Lemme 7.2.2.
Soient deux espaces topologiques E et F , et f : E → F un homéomorphisme. E
est connexe par arc si et seulement si F l’est.
Démonstration. On montre en réalité que l’image d’un connexe par arc par une
application continue est un connexe par arc, ce qui implique chaque sens de l’équiv-
alence de l’énoncé.
Soient p et q des points de F . Il existe un chemin reliant un antécédant de p
et un antécédant de q (dans E). L’image de ce chemin est un chemin reliant p et
q (dans F ) puisque composé d’applications continues.
Lemme 7.2.3.
Une sphère de Rn est connexe par arc si n > 1
Démonstration. On voit qu’un cercle est connexe par arc car on a une paramétri-
sation en sinus et cosinus. Pour une sphère S de centre a en dimension n > 2, on
166 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

se donne p et q sur S et on définit P le plan affin passant par a, p et q. Alors P ∩ S


est un cercle, donc on peut relier p à q par un chemin dans cette intersection.
Pour voir sur une formule que P ∩ S est un cercle, on peut écrire x − a =
λ(a − p) + µ(a − q) l’équation (en x) du plan P , et |x − a|2 = R2 l’équation (en x)
de la sphère. En injectant, on obtient une équation du second degré en λ, µ qui se
révèle être l’équation d’un cercle à une transformation affine près.

Lemme 7.2.4.
Un ouvert connexe par arc dans Rn (n ≥ 2) reste connexe par arc même si on lui
enlève un point.
Démonstration. En effet, soit U un tel ouvert connexe par arc, et p un point de
U. Soient x et y sur U \ {p}. Il existe un chemin γ de x à y. Si le chemin ne passe
pas par p, c’est gagné. Si il passe par p, on choisit une boule B fermée (de rayon
non-nul) centrée en p qui ne contient ni x ni y. On note

E = γ −1 (B) ⊂ [0; 1]

c’est un ensemble compact (fermé, par continuité de γ, et borné) dont on regarde


le maximum t̄ et le minimum t.
Il reste enfin à définir un chemin entre p et q par morceaux
a. Les points p et γ(t) sont reliés par γ,
b. Par connexité par arc, il existe un chemin sur la sphère qui relie γ(t) à γ(t̄),
c. et enfin γ(t̄) et q sont reliés via γ ;
ce qui achève la construction d’un chemin continu entre p et q.

Pour conclure l’exercice, par l’absurde, on prend un voisinage connexe et ouvert


V de 0 dans le cône, homéomorphe à un ouvert connexe U de R2 . Or V \ {0} n’est
pas connexe par arc, alors que l’ouvert dont on retire un point reste connexe par
arc. C’est impossible, donc l’homéomorphisme n’existe pas, et le cône n’est pas
une variété de dimension 2.

7.3 Équations différentielles du premier ordre


7.3.1 Exercices
Exercice 104. En remplaçant y dans l’équation par f (t) = t4 e2t , l’équation
devient, après simplifications
 
(b + 4 a + 4) t4 + (8 a + 16) t3 = 0
7.3. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU PREMIER ORDRE 167

qui doit être vraie pour toute valeur de t. Un polynôme est nul si et seulement
chacun des coefficients est nul, donc l’équation se ramène au système

b + 4a + 4 =0
8a + 16 =0

dont l’unique est solution est (a, b) = (−2, 4).

Exercice 105.
4 t2
a. y(t) = ln( t4 + 2
+ K)
b. y(t) = tan(t + K)
c. L’intégration directe donne la relation

y(t) + ey(t) = sin(t) + K (7.6)

et il faut encore justifier l’éventuelle existence et/ou unicité d’un tel y(t).
Pour ce faire, nous aurons besoin du lemme suivant.
Lemme 93.
La fonction f : R → R : z 7→ z + ez est une bijection.

Démonstration. La dérivée de f est strictement positive, donc f est stricte-


ment croissante, donc f est injective.
Par ailleurs, étant donné que

lim f (z) = −∞ et lim f (z) = +∞,


z→−∞ z→+∞

le théorème des valeurs intermédiaires (qui affirme que l’image d’une fonction
continue est un intervalle) dit que l’image de f contient n’importe quel inter-
valle arbitrairement grand, donc contient R entier. Ceci prouve la surjectivité
de f .

Ce lemme montre qu’il existe une (unique) fonction g : R → R qui est


réciproque de f . On en déduit, en récrivant l’équation (7.6) sous la forme

f (y(t)) = sin(t) + K

et en lui appliquant g, que y(t) = g(sin(t) + K) existe et est univoquement


définie.
168 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

d. L’équation y ′ = y 2 pourrait poser un problème pour trouver des solutions y


pour lesquelles il existe t tel que y(t) = 0, car on ne peut alors pas diviser
par y 2 .
On commence par remarquer que y(t) = 0 (fonction identiquement nulle) est
une solution de l’équation.
Si y ne s’annule pas sur un certain intervalle fixé, l’équation s’y écrit

y′
=1
y2

dont les solutions sont de la forme y(t) = t+K


−1
(où K est une constante). Une
telle solution ne peut pas tendre vers 0, dès lors une solution définie sur un
intervalle est soit identiquement nulle, soit ne s’annule pas du tout.
Si on ne s’intéresse qu’à des fonctions définies sur des intervalles, il n’y a
donc que ces solutions : soit y(t) = 0, soit y(t) est de la forme t+K
−1
pour une
certaine constante K.
La solution générale sur un domaine quelconque s’obtient en prenant l’union
sur des intervalles disjoints de solutions du type précédent.
1
e. L’équation y ′ = y 3 pose le même problème que l’équation précédente, mais
la solution est différente.
On remarque à nouveau que la fonction nulle est solution, et on s’intéresse
aux autres solutions.
Si y est une solution qui ne s’annule pas sur un certain intervalle fixé, elle
satisfait
y′
=1
y 1/3
2
et donc est de la forme y(t) = ±( 2x3
+ K) /3 . Une telle solution est définie
pour x ≥ 3K/2 et tend vers 0 lorsque x → 3K/2, et donc peut se recoller avec
une solution nulle « sur le bord gauche de l’intervalle » (sur le bord droit, la
solution tend vers ±∞).
La solution générale sur un intervalle est donc une solution de la forme

0 si x ≤ 3K/2
y(t) = 2/3
±( 2x
3
+ K) si x > 3K/2

pour un certaine constante K, ou alors y(t) est identiquement nulle.


f. L’équation est équivalente à

yy ′
= − sin(t)
y2 + 1
7.3. ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU PREMIER ORDRE 169

ce qu’on intègre pour obtenir

1
ln(y 2 + 1) = − cos(t) + K
2

c’est-à-dire y 2 = −1 + Ke−2 cos(t) pour une certaine constante (positive) K.


Selon la valeur de K, ces solutions sont définies ou non sur tout R :
(a) Si K > e2 , le membre de droite est strictement positif pour tout t et on
peut en prendre la racine (solution sur R)
(b) Si K < e2 , le membre de droite est négatif pour certaines valeurs de t
et on ne peut pas en prendre la racine.
(c) Si K = e2 , le choix d’une racine du membre de droite (positive ou
négative) donne une fonction qui n’est pas dérivable aux points où elle
est nulle (car la racine n’est pas dérivable en ces points). Par contre, si
on change de choix de signe pour la racine à chaque fois que le membre
de droite s’annule, la fonction obtenue est dérivable.
Ces trois cas seraient plus clairs sur une illustration.

Exercice 106. Il s’agit ici de reprendre les solutions générales de l’exercice ci-
dessus en sélectionnant la ou les solutions qui satisfont au problème de Cauchy.
Dans les cas agréables cela revient simplement à déterminer la constante. Dans les
autres cas, il faut vérifier l’existence et l’unicité de la solution.

Exercice 116. Dans chacun de ces exercices, il s’agit d’intégrer la fonction don-
née sur un domaine précisé.
a. Le domaine d’intégration est un rectangle, le choix des bornes est donc sim-
ple :
" #x=1
x3
Z 2 Z 1  Z 2
2 2
(4 − x − y )dx dy = 4x − − y 2x dy
0 0 0 3 x=0
Z 2
1
= 4 − − y 2dy
0 3
" #2
y3

1
= 4− y−
3 3 0
10
= 8−
3

b.
170 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

7.4 Théorème de la fonction implicite


7.4.1 Exercices
Exercice 129.
a. Une telle fonction Z doit vérifier F (1, 1, Z(1, 1)) = 0, donc en particulier, en
notant z0 = Z(1, 1), il faut z0 + ln(z0 ) = 1. Une solution évidente est z0 = 1.
Montrons que cette solution est unique : la fonction auxiliaire g : R+ 0 → R :
z 7→ z + ln(z) est strictement croissante (sa dérivée est strictement positive
sur son domaine) et en particulier injective. L’équation en z0 se réécrit sous
la forme g(z0 ) = 1, et l’injectivité nous assure l’unicité de la solution.
Au point (x0 , y0, z0 ) = (1, 1, 1) on peut appliquer le théorème de la fonction
implicite puisque ∂F∂z
(1, 1, 1) = 1 + 1 = 2 6= 0, et donc on a un voisinage U de
(1, 1) et une unique fonction Z : U → R satisfaisant à la condition énoncée.
b. Notons Z = Z(x, y) pour la simplicité. Pour tout (x, y) dans U, nous avons
donc Z + ln(Z) − xy = 0. En particulier on peut dériver cette identité par
rapport à x et à y, d’où

∂Z 1 ∂Z
+ −y = 0
∂x Z ∂x
∂Z 1 ∂Z
+ −x=0
∂y Z ∂y

pour tout (x, y) ∈ U, et on en tire (on note ∂x au lieu de ∂


∂x
)

y yZ x xZ
∂x Z = 1 = et ∂y Z = 1 =
1+ Z
1+Z 1+ Z
1+Z

On peut enfin dériver l’une ou l’autre de ces égalités pour obtenir les dérivées
secondes, en remplaçant ensuite les occurrences de ∂x Z et ∂y Z par leur ex-
pression ci-dessus, par exemple

2 (x∂x Z + Z)(1 + Z) − xZ∂x Z


∂xy Z=
(1 + Z)2
(xyZ + Z(1 + Z)2 )
=
(1 + Z)3

où ∂xy
2
désigne la dérivée partielle seconde par rapport à y puis par rapport
à x.
7.4. THÉORÈME DE LA FONCTION IMPLICITE 171

Exercice 130. Si x = 1, l’équation nous donne 1 = y, donc la fonction doit


vérifier Y (1) = 1. Montrons d’abord qu’une telle fonction existe : on considère
F : R+
0 → R0 : (x, y) 7→ x − y
+ y x

et on vérifie que ∂y F (1, 1) = −1 6= 0. Le théorème de la fonction implicite


s’applique, et fournit effectivement un voisinage U de 1 et une unique fonction
Y : U ⊂ R → R vérifiant Y (1) = 1 et vérifiant l’équation xY (x) − Y (x)x .
Pour calculer la dérivée, on peut ré-écrire l’équation (en notant Y = Y (x) pour
simplifier la notation) sous la forme
Y ln(x) = x ln(Y )
et en dérivant par rapport à x on obtient
1 Y′
Y ′ ln(x) + Y = ln(Y ) + x
x Y
d’où on tire en réarrangeant les termes
Y x ln(Y ) − Y ln(Y ) − Yx
Y ′ (x) = =
x Y ln(x) − x ln(x) − Yx

Exercice 131. L’équation implicite pour (x, y) = (0, 0) devient zez = 0 dont
l’unique solution est z = 0, donc une telle fonction Z doit vérifier Z(0, 0) = 0.
Pour vérifier l’existence et l’unicité de la fonction Z, on considère la fonction
F : R3 → R : (x, y, z) 7→ zez − x − y.
On calcule ∂z F (0, 0, 0) = 1 6= 0, de sorte que le théorème de la fonction implicite
s’applique et fournit une unique fonction Z telle que demandée.
Pour écrire le polynôme de Taylor il suffit de calculer les dérivées de Z, ce qu’on
fait en utilisant la relation ZeZ = x + y :
e−Z
∂x Z(1 + Z)eZ = 1 ⇒ ∂x Z =
1+Z
e−Z
∂y Z(1 + Z)eZ = 1 ⇒ ∂y Z =
1+Z
où on note comme toujours Z = Z(x, y) pour simplifier l’écriture. On calcule
également les dérivées secondes :
2 2 2 Z + 2 −2Z
∂xx Z = ∂yx Z = ∂yy Z =− e
(1 + Z)3
et donc le polynôme de Taylor à l’ordre 2 s’écrit
Z(x, y) = x + y − x2 − 2xy − y 2 + o(k(x, y)k2 )
172 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

Exercice 132. Pour x = 3/4, l’équation F ( 3/4, y, z) = 0 devient le système



9

16
+ y2 + z2 − 1 = 0
9 + y 2 − 43 = 0
16

qui a exactement les quatre solutions (y, z) = (± 43 , ± 12 ).
Le jacobien partiel de F par rapport à (y, z) est donné par

2y 2z
(*)

= −4yz
2y 0

et donc est non-nul en chacun des quatre points (± 43 , ± 12 ), ce qui permet d’ap-
pliquer le théorème de la fonction implicite. Ceci prouve l’existence des quatre
fonctions ϕ demandées, correspondant chacune à un des points ci-dessus.
Pour calculer les dérivées, on sait que ces fonctions vérifient

x2 + Y (x)2 + Z(x)2 = 1
x2 + Y (x)2 = x

pour tout x dans un voisinage de 3/4. En particulier on peut dériver ces deux
équations pour obtenir (on note Y = Y (x) et Z = Z(x) pour alléger la notation) :

2x + 2Y Y ′ + 2ZZ ′ = 0
2x + 2Y Y ′ = 1

d’où on tire 
Z ′ −1
= 2Z
Y ′ = 1−2x
2Y

où on remarque que la division par Y et par Z est bien définie si x est assez proche
de 3/4 puisque le jacobien partiel (*) est non nul.
Remarque 94.
La formule donnant la dérivée ne dépend pas explicitement du point autour duquel
on fait le calcul, mais dépend bien sûr encore de la valeur de Z en ce point.

Exercice 133. Étant donnée la relation, on vérifie que la fonction Y définie


implicitement par
eyx − 1 = x2 + y
doit satisfaire à Y (0) = 0. Une première tentative montre que la limite demandée
est donc du type indéterminé « 00 ». Afin d’appliquer la règle de L’hospital on veut
d’abord vérifier que la fonction Y est bien dérivable autour de 0.
7.4. THÉORÈME DE LA FONCTION IMPLICITE 173

Pour ce faire, on considère

F : R2 → R : (x, y) 7→ exy − 1 − x2 − y

et on a ∂y F (0, 0) = −1 6= 0, donc le théorème de la fonction implicite s’applique


et assure l’existence d’une fonction Y de classe C ∞ autour de 0 vérifiant

exY − 1 = x2 + Y

où on note Y = Y (x) pour alléger la notation. En particulier sa dérivée doit


satisfaire à l’équation
exY (Y + xY ′ ) = 2x + Y ′
et donc, pour x = 0 on obtient

Y (0) = Y ′ (0)

ce qui montre que la dérivée s’annule en 0.


La limite devient donc
Y (x) Y ′ (x)
lim = lim
x→0 cos(x) − 1 x→0 − sin(x)

et est à nouveau du type indéterminé « 00 ».


Dérivons à nouveau l’équation satisfaite par Y ′ pour obtenir

exY (Y + xY ′ )2 + exY (Y ′ + Y ′ + xY ′′ ) = 2 + Y ′′

ce qui, pour x = 0, donne

Y (0)2 + 2Y ′ (0) = 2 + Y ′′ (0)

et donc Y ′′ (0) = −2 puisque Y (0) = Y ′ (0) = 0.


La limite devient donc
Y (x) Y ′′ (x)
lim = lim =2
x→0 cos(x) − 1 x→0 − cos(x)

et la réponse attendue est donc 2.

Exercice 134. Au voisinage du point (0, 1) la courbe peut s’écrire sous la forme
y = Y (x) par application du théorème de la fonction implicite (le vérifier !). La
tangente à la courbe est alors donnée par l’équation

y − 1 = Y ′ (0)(x − 0)
174 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

ce qui implique de calculer Y ′ (0).


Par définition Y (x) vérifie Y (x)2 + sin(xY (x)) = 1 et donc sa dérivée vérifie

2Y (x)Y ′ (x) + cos(xY (x))(Y (x) + xY ′ (x)) = 0

et donc en x = 0, on obtient

2Y (0)Y ′ (0) + Y (0) = 0

ce qui donne Y ′ (0) = − 1/2 puisque sachant que Y (0) = 1.

Exercice 135. Nous savons que pour une surface donnée sous forme implicite
F (x, y, z) = k, le vecteur gradient ∇F en un point de la surface est normal à cette
surface.
Dans le cadre de cet exercice, on est donc ramené à chercher les points sur la
surface dont le gradient est un multiple de (1, −2, 2) (qui est le vecteur normal au
plan donné).
Le gradient au point (x, y, z) est donné par (8x, 32y, 16z), et on veut qu’il
existe λ 6= 0 tel que (8x, 32y, 16z) = (λ, −2λ, 2λ). Cette condition combinée à la
condition d’appartenance à la surface fournit une équation pour λ qu’il suffit de
résoudre.
La fin de l’exercice dépend de la manière de compléter l’énoncé, puisqu’il faut
expliciter l’équation des plans tangents.

Exercice 136.
a. Étant donné que M = F −1 (0, 0) et que {(0, 0)} est un ensemble fermé (ne
contient qu’un seul point !), on en déduit que M est l’image réciproque par
une fonction continue d’un fermé, donc M est un ensemble fermé (vérifier !).
Par ailleurs, M est complètement contenue dans la sphère de rayon 1, donc
est bornée. Ces deux propriétés fournissent la compacité.
L’ensemble M est donné sous forme implicite par l’annulation de deux fonc-
tions, dont les gradients sont (1, 1, 1) et (2x, 2y, 2z). Ces deux vecteurs linéaire-
ment dépendant si et seulement si x = y = z, ce qui n’est pas possible pour
un point de M. On en déduit que les gradients sont indépendants sur M, et
donc que M est une variété C 1 de dimension 3 − 2 = 1.
En fait, c’est l’intersection d’une sphère et d’un plan, c’est donc un cercle.
b. Pour y = 0, on observe qu’il faut que X(0) +√Z(0)√= 0 et X(0)2√+ Z(0) √
2
= 1.
On en déduit que (X(0), Z(0)) vaut soit 2 , − 2 ), soit (− 2 , 2 ). Pour
2 2 2 2

chacun de ces points le théorème de la fonction implicite√s’applique et fournit


donc deux √paires de fonctions (X1 , Z1 ) (avec X1 (0) = 22 ) et (X2 , Z2 ) (avec
X2 (0) = − 22 ).
7.5. INTÉGRALES CURVILIGNES 175

c. La meilleure approximation polynômiale de degré 1 est donnée par le polynôme


de Mc Laurin d’ordre 1, donc on calcule la dérivée première des fonctions X1
et X2 .
En dérivant les équations qui définissent X1 et Z1 (et X2 et Z2 également,
ce sont les mêmes !), on obtient les relations

X ′
+ 1 + Z1′ = 0
1
2X1 X ′ + 2y + 2Z1 Z ′ = 0
1 1

ce qui, pour y = 0, fournit X1′ (0) = Z1′ (0) = − 1/2. Et en mettant un indice 2
partout, on obtient la même chose X2′ (0) = Z2′ (0) = − 1/2.
Le polynôme de Mc Laurin pour X1 et X2 s’écrit donc

2 1
X1 (y) = − y + o(|y|)
2√ 2
2 1
X2 (y) = − − y + o(|y|)
2 2

Exercice 137.
a. Considérons l’application F : R × R2 → R2 : (t, v) 7→ v − ϕt (v). On sait
que F (0, v0 ) = 0 par définition de v0 . On sait également que pour t = 0, la
différentielle de l’application partielle R2 → R2 : v 7→ F (v) vaut Id −dϕ0 et
est donc inversible par hypothèse sur le spectre. On en déduit que le théorème
de la fonction implicite s’applique, et qu’il existe un voisinage ]−ǫ, ǫ[ de t = 0,
un voisinage U de v = v0 et une unique application

V : ]−ǫ, ǫ[ → U

telle que F (t, V (t)) = 0 pour tout t ∈ ]−ǫ, ǫ[. C’est-à-dire V (t) = ϕt (V (t))
pour t ∈ ]−ǫ, ǫ[, et donc V (t) est un point fixe de ϕt .
b. Les applications ϕt : (x, y) 7→ (x + t, y) n’ont pas de point fixe, sauf pour
t = 0. A titre d’information, on dit que c’est une action (la variable t « agit »
puisqu’elle translate vers la droite) libre (sans point fixe autre que t = 0) de
la droite R sur le plan R2 .

7.5 Intégrales curvilignes


7.5.1 Exercices
Exercice 144′
176 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

a. Une paramétrisation est donnée, il reste à intégrer


Z 2π
kγ ′ (t)k dt
0

où γ (t) = (a(1 − cos(t)), a sin(t)), c’est-à-dire


Z 2π q
a 2 − 2 cos(t)dt = 8a
0

où on a utilisé l’égalité trigonométrique


 
t
1 − cos(t) = 2 sin2 .
2
b. On sait qu’on peut paramétriser cet astroïde par
√
3x=√ 3
a cos(t)
√ √
 3 y = a sin(t)
3

ce qui donne le chemin


γ(t) = (a cos3 (t), a sin3 (t)) ⇒ γ ′ (t) = (−3a cos2 (t) sin(t), 3a sin2 (t) cos(t))
et l’intégrale devient, grace aux relations trigonométriques,
Z Z
2π q 3a 2π
3a sin2 (t) cos2 (t)dt =
|sin(2t)| dt
0 2 0
où il faut encore faire attention au signe. Par périodicité et par symétrie, on
se ramène à Z π
2
6a sin(2t)dt = 6a
0
c. Le chemin peut être paramétrisé de la manière suivante


 −1 ≤ t ≤ 0
(t + 1, 0)
γ(t) = (1 − t, t) 0 ≤ t ≤ 1



(0, 2 − t) 1 ≤ t ≤ 2
c’est un chemin C 1 par morceaux. On a
 
(1, 0)
 −1 < t < 0 1
 −1 < t < 0





γ (t) = (−1, 1) 0 < t < 1 et donc kγ (t)k =  2 0 < t < 1
 

(0, −1) 1 < t < 2 
1 1<t<2
et l’intégrale devient donc
Z 0 Z 1 √ Z 2 √
(t + 1)dt + 2dt + (2 − t)t. = 1 + 2
−1 0 1
7.5. INTÉGRALES CURVILIGNES 177

Exercice 143 = 145′ .


a. Il faut calculer v
1 u
4x2
Z u
2
t1 + dx
0 (1 − x2 )2
b. Calculer s
Z 5 9
1 + xdx
0 4
c. Calculer Z π Z π
4
q
2 4 1
1 + tan (x) dx = dx
0 0 cos(x)

Exercice 146′
a. On paramétrise ce cercle de la façon usuelle mais en prenant attention au
sens
γ(t) = (cos(−t), sin(−t)) = (cos(t), − sin(t)) t ∈ [0, 2π]
d’où on tire γ ′ (t) = (− sin(t), − cos(t)) et l’intégrale devient
Z 2π
(− sin3 (t) − cos3 (t))dt = 0.
0

L’intégrale est nulle parce que ces deux fonctions (sin3 et cos3 ) possèdent un
centre de symétrie, et qu’on les intègre sur une période complète.
b. Le chemin se paramétrise par
γ(t) = (cos(t), sin(t)) ⇒ γ ′ (t) = (− sin(t), cos(t))
et donc l’intégrale devient
Z 2π Z 2π  
hG(γ(t)), γ ′ (t)i dt = − sin3 (t) + cos3 (t) dt = 0
0 0

Cette intégrale est nulle pour les même raisons que ci-dessus.
c. La paramétrisation est donnée, et on a
γ ′ (t) = (−a sin(t), a cos(t), b)
donc l’intégrale devient
Z 2π    
a sin(t) − bt (−a sin(t)) + bt − a sin(t) a cos(t)
0
 (7.7)
+ ab(cos(t) − sin(t)) dt

et vaut −πa(a + 2b) après calculs.


178 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

d. Sur le chemin donné, l’intégrale vaut


Z Z
1
−xdx − ydy − zdz = − df
γ γ 2
où f (x, y, z) = x2 + y 2 + z 2 . Cette intégrale est donc nulle puisque le chemin
γ est fermé (c’est un cercle).
On peut même aller plus loin : sur la sphère f ≡ 1 donc df = 0.

Exercice 144 = 147′ . Ayant y = x3 + x2 + x + 1 on a dy = (3x2 + 2x + 1)dx


donc il faut calculer
Z 1
(x(3x2 + 2x + 1) + x3 + x2 + x + 1)dx
0

Exercice 145 = 148′ . Il faut calculer


a.
x2
Z 2
(x2 + )dx
0 2
b. Z 2 x3 x3
( + )dx
0 2 2
c. Z 1
(16y 4 + 4y 4)dy
0
d. La ligne brisée est un peu inutile...
Ces quatres résultats sont identiques, ce qui laisse penser qu’en réalité la 1-forme
ω = 2xydx + x2 dy est une forme exacte. En effet, on vérifie aisément que ω =
d(x2 y).

Exercice 146 = 149′ . On peut paramétriser l’hélice par les équations



x = cos(2πt)


y = sin(2πt) t ∈ [0; 1]



z=t
et l’intégrale devient
Z 1   1
−2π sin2 (2πt) + 2π cos2 (2πt) + t2 dt =
0 3
On pouvait aussi remarquer que
1
ydx + xdy + z 2 dz = df où f (x, y, z) = xy + z 3
3
et donc l’intégrale vaut bien f (1, 0, 1) − f (1, 0, 0) = 1/3.
7.6. INTÉGRALES DE SURFACE 179

7.6 Intégrales de surface


Exercice 147.
a. La sphère est paramétrisée en coordonnées sphériques (avec un rayon r con-
stant) par

x = r cos(u) sin(v)
 
 u ∈ [0; 2π[
y = r sin(u) sin(v) avec



v ∈ [0; π[
z = r cos(v)
c’est-à-dire la paramétrisation est
F : [0; 2π[ × [0; π[ → R3 : (u, v) 7→ (r cos(u) sin(v), r sin(u) sin(v), r cos(v))
et on calcule que l’élément de surface vaut

∂F ∂F
∧ dudv = r 2 sin(v)dudv


∂u ∂v
Dès lors, la surface de la sphère vaut
Z π Z 2π  π
2 2
r sin(v)dudv = 2r π − cos(v) = 4πr 2
0 0 0

b. En coordonnées cylindriques (ρ, θ, z), le cylindre plein de rayon r tel qu’il est
décrit a pour équation
ρ ≤ r cos(θ)
et la sphère s’écrit ρ2 + z 2 = r 2 . On peut donc paramétriser la surface de-
mandée via
F1 ≡ x = ρ cos θ
F2 ≡ y = ρ sin θ
q
F3 ≡ z = ± r 2 − ρ2
où le signe ± indique qu’il y a deux morceaux de surface.
On peut calculer le produit vectoriel

1x 1y 1z
∂F ∂F −ρ2 cos θ −ρ2 sin θ
−ρ sin θ ρ cos θ 0 = (± 2

∧ = 2
,± 2 2
, −ρ)
∂θ ∂ρ
cos θ −ρ
sin θ ± r2 −ρ2 r − ρ r − ρ

dont la norme donne l’élément de surface



dσ = √ 2 dρdθ
r − ρ2
180 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

ce qui permet de calculer l’intégrale sur l’un des morceaux :


Z π Z Z π  q r cos θ
2
r cos θ rρ 2
√ dρdθ = r − r 2 − ρ2 θ
− π2 0 r 2 − ρ2 − π2 0
Z π
2
=r (−r |sin θ| + r)
− π2

= dθ = πr 2 − 2r 2 = r 2 (π − 2)

c. Le morceau de cône se paramétrise en coordonnées cylindriques par

ρ = |z| 0<z<b

et puisque z > 0, on a z = ρ. On peut donc expliciter le changement de


coordonnées :

F1

 ≡ x = ρ cos θ
F2 ≡ y = ρ cos θ avec 0 < ρ < b



F3 ≡ ρ = ρ

l’élément de surface peut alors se calculer comme suit



1 1y 1z
∂F ∂F

x
∧ = cos θ sin θ 1 = (−ρ cos θ, −ρ sin θ, ρ),
∂ρ ∂θ
−ρ sin θ

ρ cos θ 0
√ √
donc dσ = |ρ| 2 = ρ 2, et l’intégrale devient
Z b Z 2π √ √
2 2 2π 3
ρ 2dθρ = b
0 0 3
d. La sphère se paramétrise en coordonnées sphériques par

x = cos u sin v
 
 u ∈ [0, 2π[
y = sin u sin v avec

 v ∈ [0, π[

z = cos v

dont l’élément de volume a déjà été calculé et vaut sin(v)duv..


L’équation du cône devient

cos2 v = sin2 v

c’est-à-dire sin v = |cos v| (car sin v ≥ 0), donc les choix possibles sont
π 3π
v= ou v=
4 4
7.6. INTÉGRALES DE SURFACE 181

Étant donné qu’on veut être dans le cône, il faut


   
π 3π
v ∈ 0, ∪ ,π
4 4
et donc l’intégrale devient
!
Z 2π Z π
4
Z π Z 2π √ √
sin(v)dv + 3π
sin(v)dv du = (2 − 2)du = 2π(2 − 2).
0 0 4
0

e. En coupant le cylindre le long de la droite



x =0
y = 1

on remarque que la surface limitée par l’hélice



x

 = sin t

y = cos t


z = 2πt

est un triangle dont la base est la circonférence du cylindre et la hauteur est


le pas de l’hélice, c’est-à-dire son aire vaut 12 (2π · 1) = π.

Exercice 150.
a. Si P (x, y) = 2(x2 +y 2 ) et Q(x, y) = (x+y)2 , l’intégrale demandée rentre dans
les conditions du théorème de Green, puisque le domaine est le périmètre γ
d’un triangle plein T , dont le bord admet clairement en chaque point un
vecteur normal extérieur. Dès lors
Z ZZ
2(x2 + y 2)dx + (x + y)2 dy = (2x − 2y)dxdy
γ T
Z 2Z y
= 2(x − y)dxdy
1 1
Z 2 y
2
= x − 2xy dy
1 1
Z 2 1
= (−y 2 − 1 + 2y)dy = −
1 3
b. Le théorème de Green s’applique, et il s’agit donc d’intégrer
ZZ
− 4xydxdy
S
182 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC

où S est le disque de rayon R. Par passage en coordonnées polaires, on trouve


Z Z  2π
41
2π R
3 2
− 4ρ sin θ cos θdρdθ = −R sin (θ) =0
0 0 2 0

ce qu’on aurait pu deviner en utilisant les symétries du problème.


c. D’après le théorème de Green, on a
Z Z Z √
1 y 1
dx + xdy = dxdy =
γ 0 y2 3
d. Tout le monde sait que l’ellipse E a pour aire πab. On peut aussi le calculer
en utilisant le théorème de Green :
ZZ Z
dxdy = (dx + xdy)
E γ

mais c’est plus compliqué.


e. Par le théorème de Green, cette intégrale vaut
ZZ Z Z
2 2
2π 1 π
− x +y =− ρ3 dρdθ = −
D 0 0 2
où D est le disque unité. Ne pas oublier le signe qui Rvient du fait que Rl’on
demande de tourner dans le sens horloger, alors que ∂D ω n’est égal à γ ω
que lorsque γ parcours ∂D dans le sens trigonométrique, c’est à dire dans
l’autre sens.

Exercice 151.
a. Si on applique le théorème de Stokes dans le plan z = 0, cela revient en fait
à appliquer le théorème de Green, en effet le rotationnel vaut (0, 0, 2x − 2y)
et le vecteur normal vaut (0, 0, 1). L’intégrale devient donc une intégrale sur
le disque D unité dans le plan z = 0
ZZ ZZ
rot G · dS = (2x − 2y)dxdy
D D

et elle vaut zéro par les symétries (ou par calcul).


Si on applique le théorème de Stokes à la demi sphère unité, on se rappelle
que le rotationnel vaut
rot G = (0, 0, 2x − 2y)
et que pour calculer le flux de rot G au travers de la demi sphère S, on peut
utiliser le théorème de la divergence. En effet, celui-ci établit que
ZZ ZZ ZZZ
rot G · dS + rot G · dS = div rot G
D S V
7.6. INTÉGRALES DE SURFACE 183

où V est la demi sphère unité pleine. Or div rot G = 0. On en déduit que


l’intégrale est nulle. D’après le calcul ci-dessous, nous avons donc
ZZ
rot · dS = 0 − 0 = 0.
S

b. Soit γ(t) = (cos(t), sin(t), 0). L’intégrale demandée est


Z 2π
(cos3 (t) sin(t) + sin3 (t) cos(t))dt = 0
0

ou, par la formule de stokes :


ZZ
h(0, 2, 0), (0, 0, 1)i dxdy = 0
D

où (0, 0, 1) représente le vecteur normal au disque unité D dans le plan z = 0.


c. Utilisons le théorème de Stokes. Le rotationnel de G = (y + z, z + x, x + y)
vaut rot G = (0, 0, 0). Voilà qui est réglé.
d. Le rotationnel de G = (y, z, x) vaut (−1, −1, −1). Le vecteur normal au
disque x2 + z 2 = a2 dans le plan y = 0 (ordre des paramètres : (x, z))vaut
(1, 0, 0) ∧ (0, 0, 1) = (0, −1, 0). On peut donc calculer l’intégrale de
ZZ
dxdy = πa2
D
RR
puisque D dxdy est l’aire du disque de rayon a. On en conclut que
Z
ydx + zdy + xdz = πa2
γ

où γ est le cercle donné, orienté par le vecteur (0, 0, 1) au point (1, 0, 0).
184 CHAPITRE 7. CORRECTIONS EN VRAC
Chapitre 8

Corrigés systématiques

Correction de l’exercice 3
Par convention, si le supremum n’existe pas, nous disons qu’il vaut l’infini. Cela
est logique pour la raison suivante : étant donné que toute partie majorée de R a
un supremum, le fait de ne pas en avoir signifie que la partie considérée n’est pas
majorée. Dans ce cas, il est logique de dire que son supremum est infini. (bien que
cela ne soit pas vrai au sens strict de la définition)

num sup inf max min


a 36 10 36 NAN
b 36 10 NAN 10
c ∞ 5 NAN NAN
d 9 8 NAN NAN
e 1 −1 NAN NAN
f 1/2 0 1/2 NAN
g 1 0 1 NAN
h 1 −1 NAN NAN
i 1 −1 1 −1
j sin π/3 sin 4π/3 sin π/3 sin 4π/3
k 1 0 NAN 0
l ∞ 0 NAN NAN
m ∞ −∞ NAN NAN
n 1 −2 1 NAN
o 2 0 NAN 0

Correction de l’exercice 4
Pour le g, la suite est décroissante, donc le maximum est atteint (et est le pre-
mier terme), et l’infimum sera la limite si elle existe. Cette limite sera le minimum
si elle est atteinte. Ici, la limite est zéro, et n’est évidement pas atteinte.

185
186 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Pour le h, la suite est alternée. Il faut donc bien se garder de prendre le plus
petit en norme comme étant le minimum. La limite des termes positifs est 1, et
celle des termes négatifs est −1. Ce sont les candidats supremum et infimum. Étant
donné que ces deux sous suites sont croissantes en norme, ils sont effectivement
supremum et infimum. Comme ils ne sont pas atteints, il n’y a pas de maximum,
ni de minimum. En effet, quand il y a un supremum, un maximum ne peut que lui
être égal.
La fonction présente dans l’exercice k est paire et toujours positive ou nulle.
Le minimum (et donc infimum) est donc zéro : il est atteint et aucune valeurs
négatives n’est atteinte. La fonction x 7→ x2 est une fonction croissante de |x|,
donc il faut chercher le supremum sur le point du domaine le plus éloigné de
zéro, c’est à dire les points arbitrairement proches de −1. Prouvons que 1 est le
supremum de l’ensemble considéré. En effet, pour √ tout ǫ, le nombre 1 + ǫ n’est pas
dans l’ensemble parce qu’il serait l’image de ± 1 + ǫ qui n’est pas dans ] − 1, 12 [.

Correction de l’exercice 5
a. Étant donné que A ⊂ B, nous avons que, si sB = sup(B), alors ∀x ∈ B,
x ≤ sB , et en particulier,
∀x ∈ A, x ≤ sB . (8.1)
Si maintenant, sA = sup(A) et sA > sB , alors il existe un ǫ > 0 tel que
sB = sA − ǫ, et donc ∃y ∈ A tel que y > sB , ce qui contredirait (8.1).
De la même manière, si A ⊂ B, alors inf(A) ≥ inf(B).
b. Non. Par exemple A = {2} et B = {1, 2}.
c. Nous avons
sup(A ∪ B) = max{sup(A), sup(B)}. (8.2)
En effet, appelons m ce maximum. Pour tout x ∈ A ∪ B, nous avons x ≤ m,
et d’autre part, si ǫ > 0, alors m − ǫ est soit plus petit que sA , soit plus
petit que sB (soit les deux). Si m < sA , alors il existe un x ∈ A ⊂ A ∪ B
tel que x > m − ǫ, et, de la la même manière, si m < sB , alors il existe un
x ∈ B ⊂ A ∪ B tel que x > m − ǫ.
Nous n’avons par contre pas de rapport direct entre sup(A), sup(B) et
sup(A ∩ B), comme le montre l’exemple A = {1, 5} et B = {1, 7}. Par
contre, nous avons que

sup(A ∩ B) ≤ min{sup(A), sup(B)}. (8.3)

En effet, en utilisant les résultats du point a, et en tenant compte du fait que


que A ∩ B ⊂ A, nous avons sup(A) ≥ sup(A ∩ B) et sup B ≥ sup(A ∩ B).
187

Correction de l’exercice 6
Une propriété fondamentale du supremum est la suivante : pour tout ǫ > 0,
∃a ∈ A | a ≥ sup(A) − ǫ/2
(8.4)
∃b ∈ B | b ≥ sup(B) − ǫ/2.

Pour tout ǫ, nous avons donc, pour a et b bien choisis dans A et B,

sup(A) + sup(B) − ǫ ≤ a + b ≤ sup(A + B). (8.5)

Par conséquent 1 , nous avons

sup(A) + sup(B) ≤ sup(A + B). (8.6)

Affin d’obtenir l’inégalité dans l’autre sens, regardons ce que l’on peut dire de
sup(A + B) − ǫ. Nous écrivons la propriété fondamentale du supremum :

∃x ∈ A + B | sup(A + B) − ǫ < x, (8.7)

en d’autres termes (puisque x ∈ A + B), il existe a ∈ A et b ∈ B tels que

sup(A + B) − ǫ ≤ a + b ≤ sup(A) + sup(B). (8.8)

La dernière équation est juste le fait que a ≤ sup(A) et b ≤ sup(B). Les inégalités
(8.8) étant vraies pour tout ǫ, nous avons

sup(A + B) ≤ sup(A) + sup(B). (8.9)

Ceci combiné à l’inégalité (8.6) donne l’égalité attendue.

Correction de l’exercice 7
Nous avons
sup{f (x) | x ∈ E} + sup{g(y) | y ∈ E}
= sup{f (x) + g(y) | (x, y) ∈ E × E}
≥ sup{f (x) + g(y) | (x, y) ∈ E × E, x = y}
= sup{f (x) + g(x) | x ∈ E}.
(8.10)
La première inégalité semble un peu mystérieuse. Elle n’est en réalité qu’une ap-
plication de l’exercice 6 avec
A = {f (x) | x ∈ E}
(8.11)
B = {g(y) | y ∈ E}.
1. Il est important que vous méditiez sur le fait que si x + ǫ ≥ y pour tout ǫ > 0, alors x ≥ y.
188 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Intuitivement, l’égalité n’aura lieu que quand f et g prennent leur supremum


au même point. Prenons par exemple E = [0, 1] et puis f (x) = x et g(x) = 1 − x.
Le supremum de f et g sont tout deux 1, tandis que le supremum de la somme est
la constante 1. Donc sup{f + g} = 1 tandis que sup{f } + sup{g} = 2.

Preuve alternative. . . due à un étudiant en séance d’exercices.


Prenons M = sup{f (x) | x ∈ E}. Par définition du supremum, M ≥ f (x) pour
tout x ∈ E. De la même manière, nous prenons M̃ = sup{g(y) | y ∈ E}. Pour
tout x ∈ E, nous avons
f (x) + g(x) ≤ M + M̃ , (8.12)
c’est à dire que M + M̃ est un majorant de l’ensemble {f (x) + g(x) | x ∈ E}.
Étant donné que le supremum est le minimum de l’ensemble des majorants, nous
en déduisons que
sup{f (x) + g(x) | x ∈ E} ≤ M + M̃. (8.13)

Correction de l’exercice 8
Il faut prouver que ∀ǫ > 0, ∃y ∈ E tel que y > x − ǫ. Étant donné que
x = lim xk , il existe un xk tel que |x − xk | < ǫ, mais vu que x ∈ M(E), nous avons
xk < x et donc x − xk < ǫ, ou encore : x − ǫ < xk .

Correction de l’exercice 9
a. xk = 1 pour tout k,
b. xk = (−1)k
c. xk = k,
d. xk = (−1)k ,
e. Impossible parce que pour ǫ = 0.01, il n’y a pas d’entiers n tels que |n−π| ≤ ǫ,
f. xk = 1 − k1 ,
g. xk = (−1)k ,
h. xk = k1 ,
i. impossible par le théorème de la page 43,
j. impossible, en effet, par le point précédent, il faudrait une suite non bornée.
Donc pour tout M, il existe un K tel que xK > M. Mais, étant donné que
la suite est croissante, pour tout k > K, xk ≥ xK > M. Cela prouve que la
suite a l’infini comme limite.
k. Impossible parce que décroissant et divergent implique non bornée. Donc
∀M < 0, il existe un K tel que k > K implique xk < M. Toute sous suite
« converge » donc également vers −∞.
189

Correction de l’exercice 10
a. La suite k 7→ k1 est monotone décroissante, bornée vers le bas par zéro, elle
est donc convergente. Il n’est pas compliqué de prouver qu’elle converge vers
zéro.
b. Le candidat limite est 0, et en effet,

(−1)k (−1)k 1
(8.14)


k
− 0 =
k
= → 0,
k

donc le critère de convergence s’applique.


c. Étant donné que |in | = 1 dans C, le raisonnement du point précédent s’ap-
plique.
d. 1
k2
est une sous suite de 1
k
qui converge,
e. k 7→ 1
k+3
est également une sous suite (décalée de 3).

Correction de l’exercice 11
Une suite convergente vers 5 est faisable. Par exemple

(−1)k
k→
7 5+ . (8.15)
k
Pour une suite divergente, simplement prendre 4, 6, 4, 6, . . .

Correction de l’exercice 12
a. vrai.
b. faux. Le secret pour construire un contre exemple est de faire intervenir
la suite −1/k qui est croissante tout en restant négative. Avec cela, nous
construisons les suites xk = − k1 et yk = x3 . Le produit vaut (xy)k = −x2 qui
est décroissante.

Correction de l’exercice 13
a.
b. Soit M > 1, et K, L tels que k > K et l > L impliquent xk > M et yk > M.
Dans ce cas, m > max{K, L} implique (xy)m > M 2 > M.
c. Soit M > 0, K tel que k > K implique xk > M +1 et L tel que l > L implique
|zl −a| < 21 . Alors m > max{K, L} implique (x+ z)k > M + 1 ± 12 > M + 21 >
M.
190 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

d. Soit M > 0 et K tel que k > K implique xk > Ma + 1, et zk > a − ǫ. Un tel


k peut être trouvé pour tout choix de ǫ. Nous choississons ǫ de telle manière
à ce que a − ǫ > 0, et nous minorons
 
M ǫM
xk zk > + 1 (a − ǫ) = M + a − − ǫ. (8.16)
a a
Si nous prenons ǫ assez petit pour que a − ǫM
a
− ǫ, nous trouvons xk zk > M.
e. Soit M < 0, il faut trouver un K tel que −xk < M dès que k > K. Évide-
ment, le K tel que xk > −M fonctionne.

Correction de l’exercice 14
Nous prouvons que |xk /yk | → 0. La suite xk étant bornée, nous pouvons dire
que
x M
k
<
yk
(8.17)
yk
où nous considérons (quitte à passer à une queue de suite) que yk est toujours
positif. Notez que le M est prit indépendant de k. À partir d’ici, l’exercice revient
à montrer que si xk → ∞, alors (1/xk ) → 0.

Correction de l’exercice 15
a. Nous savons que (k + 2)/k → 1. Prenons donc K tel que k > K implique
(k + 2)/k > 12 . D’autre part, cos(kπ) = (−1)k+1 , donc à tout moment de la
suite, il y a un élément plus petit que −1/2 et un autre plus grand que 1/2.
Il n’y a donc pas de convergence parce qu’une telle suite ne peut pas être de
Cauchy.
b. On utilise la proposition de la page 39 du cours qui dit que la limite d’un
quotient est le quotient des limites. Or, la suite k13 + k1 + 1 tend vers 1 et la
suite k53 + 2 tend vers 2. La suite proposée tend donc vers 1/2.
c. Le secret est de mettre en évidence le terme de plus haut degré, et de sim-
plifier :
k 3 (1 + k12 + k13 )
xk = , (8.18)
5 + k23
ensuite on se souvient que la limite du quotient est le quotient des limites
(quand elles existent, ce qui est le cas après simplification par k 3 ). Nous
obtenons donc convergence vers 1/5.
d. En mettant k en évidence et en simplifiant, nous tombons sur la suite
(−1)k
1+
xk = k
(−1)k
, (8.19)
1− k
191

où les limites du numérateur et du dénominateur existent indépendamment.


La limite est donc le quotient des limites, c’est à dire 1.
e. Cette suite est dans C. La sous suite i4k est constante (et vaut 1), tandis
que la sous suite i4k+1 est constante et vaut i. Cette suite n’est donc pas de
Cauchy.
f. Cette suite diverge (tend vers l’infini).
k
g. Nous avons x2 = 2, et ensuite xk > 2(2 ) . Cela se prouve par récurrence, en
k
effet si xk > 2(2 ) ,
 k)
2 k+1 )
xk+1 = x2k + 1 > 2(2 + 1 > 2(2 . (8.20)
k
Étant donné que la suite yk = 2(2 ) tend vers l’infini, la suite des xk (qui est
toujours plus grande) tend également vers l’infini.

Résolution alternative
Considérons la suite xk+1 = x2k + 1. Si cette suite a une limite x, alors la suite
x 7→ x2k a pour limite limite x2 . Pour chaque k, nous avons xk+1 − x2k = 1,
de sorte que la suite k 7→ xk+1 − x2k est constante et a 1 pour limite. Mais la
différence de deux suites convergentes a pour limite la différence des limites,
de telle sorte qu’en passant à la limite, la suite x 7→ xk+1 − x2k a pour limite
x − x2 .
En d’autres termes, si nous supposons que xk → x, alors nous passons à la
limite dans la relation de récurrence

xk+1 = x2k + 1, (8.21)

et nous trouvons l’équation


x = x2 + 1 (8.22)
que doit satisfaire le candidat limite x. Mais il est vite vu que cette équation
n’a pas de solution réelle. La suite des xk ne peut donc pas converger.
Nous referons abondamment usage de cette technique pour résoudre l’exer-
cice 25.

Correction de l’exercice 16
a. Tout nombre entier peut être écrit sous la forme 2n ou 2n + 1. Soit ǫ > 0, et
K tel que k > K implique que x2k et x2k+1 soient plus petit que ǫ. Dans ce
cas, à partir de 2K, la suite des xk est plus petite que ǫ.
b. Si pi est la suite des nombres premiers, alors une suite qui a les propriétés
imposées peut très bien avoir xpi = 1.
192 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. Oui : la suite 1, 2, 1, 2, 1, 2, . . .
d. idem.
e. La suite −1, 0, 1, −2, −1, 0, 1, 2, −3, −2, −1, 0, 1, 2, 3, . . . qui consiste à énumérer
de −n à n puis de −(n + 1) à n + 1 et ainsi de suite.
f. Soient a > b, deux valeurs atteintes une infinité de fois par la suite. Soit
r ∈ R, et prouvons que la suite ne peut pas converger vers r. Disons que
r 6= a, dans ce cas, si |r − a| = σ, pour tout K > 0, il existe un k > K tel
que xk = a et donc tel que |xk − r| ≤ ǫ pour ǫ = σ/2 par exemple. Même
raisonnement si r 6= b.
Donc une suite périodique qui converge ne peut pas prendre deux valeurs
distinctes (ici : a et b). Nous en déduisons qu’elle doit être constante.
g. faux, comme le montre le contre-exemple de la suite constante xk = −1.
Nous avons kxk k → |1| et pourtant xk ne converge pas vers 1.
h. La sous suite bornée est monotone et bornée, donc elle converge. Soit a sa
limite. Supposons pour fixer les idées que la suite est monotone croissante.
La suite xk ne peut pas prendre de valeurs plus grande que a. En effet si
elle prend la valeur a + δ, elle ne peut plus, ensuite, prendre de valeurs
intermédiaires entre a et a + δ parce qu’elle est monotone croissante. Par
conséquent, il n’est pas possible d’avoir une sous suite convergente parce que
cette dernière devrait avoir des termes tels que |a − xk | < δ/2.
La suite elle-même est donc bornée par a et converge donc.
i. Pour trouver un exemple, il suffit de trouver une suite qui fait deux pas en
avant et un pas en arrière. Par exemple un = n + (−1)n . Nous avons

−1 si n est pair
un+1 − un = (8.23)
3 si n est impair,

donc cette suite n’est jamais monotone.

Correction de l’exercice 17
a. xn = n et yn = n2 , et les inverses pour des suites qui tendent vers zéro.
b. Si xn → ∞, la suite x2n tend plus vite.
c. La suite xn = n! va plus vite que l’exponentielle. En effet, ek n’est rien
d’autre que e · e · . . . · e. Comparez

e·e·e· ... ·e (8.24)

avec
1 · 2 · 3 · . . . · 10. (8.25)
193

Étant donné que e < 3, nous avons

ek e2
 k−2
e
< · → 0. (8.26)
k! 2 3

Correction de l’exercice 18
Étant donné qu’il n’y a qu’une quantité dénombrable de rationnels, une simple
adaptation de la question e de l’exercice 16 donne une suite qui contient une infinité
de fois chaque rationnel. Toute suite de rationnels est une sous suite de cette suite,
et en particulier si r est un réel quelconque, une suite de rationnels qui converge
vers r est une sous suite de la suite considérée.

Résolution alternative
En réalité, toute suite qui énumère tous les rationnels convient. Il ne faut pas
spécialement que tous les rationnels arrivent chacun une infinité de fois. En effet,
soit r ∈ R, et B = B(r, ǫ), une boule de rayon ǫ autour de r. Si xk est une suite qui
énumère tous les rationnels, pour tout N, il existe une infinité de xn ∈ B (b > N),
parce que cette boule contient une infinité de rationnels, qui ne peuvent donc pas
être tous énumérés avant le Nième élément de la suite xk .

Correction de l’exercice 19
La première chose à remarquer est que la suite xn = σ(n) tend vers l’infini.
Maintenant, si nous désignons par a la limite de la suite (an ), et si nous prenons
ǫ > 0, nous avons un N tel que n > N implique |an − a| ≤ ǫ. Prenons K tel que
k > K implique σ(k) > N. Dans ce cas, |bk − a| = |aσ(k) − a| ≤ ǫ, ce qui prouve
que (bn ) converge vers la même limite que (an ).

Résolution alternative
Remarque 95.
Pour résoudre cet exercice, il faut bien comprendre la définition de la limite : celle-
ci dit qu’à ǫ fixé, il n’y a qu’un nombre fini de termes de la suite qui sont « ǫ-loin »
de la limite. Toute la question de l’exercice est de savoir combien de ces termes
« problématiques » on met dans bn . L’injectivité de σ assure que chaque terme
« problématique » ne peut apparaître qu’une fois au maximum, et donc qu’ils sont
en nombre fini.
def
Notons a la limite de la suite (an ), et montrons que (bn = aσ(n) ) converge vers
a. Par définition de la convergence de (an ), on sait que

∀ǫ > 0 ∃K ′ | (k ′ ≥ K ′ ⇒ |ak′ − a| < ǫ)


194 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Pour ǫ > 0 fixé, notons

E = {i | σ(i) < K ′ } et K = 1 + max E

qui existe bel et bien, car l’ensemble E est fini d’après l’injectivité de σ. Si k ≥ K,
alors k 6∈ E et donc σ(k) ≥ K ′ et


|bk − a| = aσ(k) − a < ǫ

ce qui prouve la convergence de (bk ) vers a.

Correction de l’exercice 20
Pour les questions où la suite est définie en termes de k, nous supposons qu’elle
commencent à k = 1 (et non k = 0).
a. Cette suite contient une sous suite qui tend vers 1 et une qui tend vers −1.
Tous les termes sont, par ailleurs, plus petit que 1 en norme.

sup = 1, inf = −1, lim sup = 1, lim inf = −1, lim = NAN (8.27)

b. Étant donné que le nombre 1 est présent dans toutes les queues de suites (et
que c’est le plus petit), nous avons que la limite inférieure est 1.

sup = NAN, inf = 0, lim sup = NAN, lim inf = 1, lim = NAN
(8.28)
c. Cette suite oscille autour de 1, avec des sauts de plus en plus petits. Le plus
grand terme de la suite est celui avec k = 2, le plus petit est avec k = 1.
1
sup = 1 + , inf = 0, lim sup = 1, lim inf = 1, lim = 1 (8.29)
2

d. Étant donné que nous n’avons pas considéré de relations d’ordre sur C, les
concepts d’infimum, supremum et de limites supérieures et inférieures n’ont
pas de sens. Le concept de limite, lui, par contre a encore un sens. Comme
la norme de ik est constamment 1, la limite est zéro.

sup = NAN, inf = NAN, lim sup = NAN, lim inf = NAN, lim = 0
(8.30)
e. Cette suite n’est rien d’autre qu’une alternance de cos(π/4) et − cos(π/4).
π π π π
sup = cos , inf = − cos , lim sup = cos , lim inf = − cos , lim = NAN
4 4 4 4
(8.31)
195

f. Cette suite étant strictement décroissante, il n’y a pas de limite supérieure


et nous avons

sup = 1 + 25, inf = 1, lim sup = NAN, lim inf = 1, lim = 1 (8.32)

g. Pour calculer la limite supérieure, remarquons que nous avons toujours


1
0 < sup{xk | k ≥ l} ≤ . (8.33)
l
Pour cette raison, la limite supérieure est nulle. La limite inférieure est égale-
ment nulle, pour la même raison. Une autre manière de le voir est de voir
que
sin(k) 1
(8.34)

< ,
k k
et que donc la limite de la suite est zéro. Par la proposition de la page 44 du
cours (point (ii)), la limite est, dans ce cas, égale à la limite supérieure et à
la limite inférieure.
h. Il faut remarquer qu’à partir de k = 9, la valeur de ⌊ 7+k
15
⌋ est nulle. Pour les
grands k, la suite n’est donc rien d’autre que k 7→ 1/k qui tend vers zéro.
Cela donne que zéro est la limite inférieure, supérieure et la limite tout court.
L’infimum de la suite est donc zéro et le supremum est atteint en k = 8 et
vaut 64. Ce terme est le dernier pour lequel la valeur entière vaut 1.

Correction de l’exercice 21
Il faut toujours justifier soigneusement. Cet exercice n’est donc pas à propre-
ment parler un exercice. Si vous avez quelque chose à faire ici, c’est que vous avez
mal fait quelque chose plus haut . . . pas bien :p

Correction de l’exercice 22
a. Formellement, une suite (xk )k∈N est une fonction f : N → R : k 7→ xk , et le
résultat de l’exercice 7 s’applique. On en déduit que pour tout indice j, nous
avons

sup{xk + yk | k ≥ j} ≤ sup{xk | k ≥ j} + sup{yk | k ≥ j}.

Ici, pour chaque j, nous avons pris Ej = {k | k ≥ j} en guise de E de


l’exercice 7. Il suffit maintenant de passer à la limite (j → ∞) pour obtenir
le résultat.
b. Prendre xk = (−1)k et yk = −xk . L’inégalité devient 0 < 2.
196 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. Si l’une des suites, disons xk , converge, alors


lim sup(xk ) = lim(xk ) = − lim(−xk ) = − lim sup(−xk )
et on en déduit que
lim sup(yk ) = lim sup(yk + xk + (−xk ))
≤ lim sup(yk + xk ) + lim sup(−xk )
= lim sup(yk + xk ) − lim sup(xk )
ce qui fournit l’inégalité inverse de celle obtenue au premier point, d’où l’é-
galité.
d. Prendre xk = (−1, 0, −1, 0, . . .) et yk = xk . L’inégalité devient 1 > 0.
e. Ce qui a fait fonctionner l’exemple du point précédent, c’est qu’un produit de
nombre négatifs a donné un nombre positif, ce qui a permit, dans le produit,
de passer au-dessus de zéro, tandis que dans chacune des suite séparément,
la limite supérieure était zéro. Ce stratagème ne fonctionne pas sans nombres
négatifs.
Nous allons voir que la condition xk , yk répond à la question posée. Soit l ∈ N
fixé. Pour tout k ≥ l, nous savons
0 ≤ xk ≤ sup{xi | i ≥ l} et 0 ≤ yk ≤ sup{yi | i ≥ l}
et on en déduit
0 ≤ xk yk ≤ sup{xi | i ≥ l} sup{yi | i ≥ l}
et donc
sup{xk yk | k ≥ l} ≤ sup{xi | i ≥ l} sup{yi | i ≥ l}
d’où le résultat attendu en prenant la limite pour l → +∞.
f. Prendre xk = (1, 0, 1, 0, . . .) et yk = (0, 1, 0, 1, 0, . . .), c’est-à-dire la même
suite décalée d’un indice pour que le produit soit la suite nulle. L’inégalité
devient 0 < 1.
g. Supposons que l’une des suites converge, par exemple (xk ) → r. Discutons
deux cas : si r 6= 0, on a
1 1
lim sup(xk ) = lim(xk ) = 1 = (8.35)
lim( xk ) lim sup( x1k )
et on en déduit
lim sup(yk ) = lim sup(yk · xk /xk ))
 
1
≤ lim sup(yk xk ) lim sup
xk (8.36)
lim sup(yk xk )
=
lim sup(xk )
197

ce qui fournit l’inégalité inverse de (3.3), d’où l’égalité. Lorsque r = 0, l’iné-


galité déjà obtenue est en fait

lim sup(xk yk ) ≤ 0 (8.37)

mais d’après la condition sur xk et yk , on sait aussi que

0 ≤ lim sup(xk yk ) (8.38)

et on en déduit l’égalité.

Correction de l’exercice 23  k
Nous considérons la suite xk = 1 + k1
a. Montrons que (xk ) est croissante. Pour cela, utilisons la formule du binôme
de Newton :
 k k
!  i
1 X k (1−i) 1
1+ = 1
k i=0 i k
k
X k · (k − 1) · . . . · 2 · 1 1
=
i=0 i! · (k − i) · (k − i − 1) · . . . · 2 · 1 k
i

k
X k · (k − 1) · . . . · (k − i + 1) 1
=
i=0 i! ki
k
X 1 k k−1 k−2 k − (i − 1)
= · · · · ... ·
i=0 i! k k k k
k      
X 1 1 2 i−1
= ·1· 1− · 1− · ... · 1 −
i=0 i! k k k

Affin de soulager la notation, écrivons


     
1 1 2 i−1
Ak (i) = ·1· 1− · 1− · ... · 1 − , (8.39)
i! k k k
P
de telle manière à ce que xk = ki=0 Ak (i). Manifestement, tant que i <
k + 1 (ce qui est toujours le cas dans les sommes considérées), Ak (i) ≥ 0 et
Ak+1 (i) − Ak (i) ≥ 0 pour tout k et tout i. Donc
k
X
xk+1 − xk = (Ak+1 (i) − Ak (i)) + Ak+1 (k) ≥ 0. (8.40)
i=0

Cela prouve que la suite est croissante.


198 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Par ailleurs, on observe que la suite est majorée par 3 : on peut majorer les
facteurs du type 1 − · k
par 1, et on en déduit que
k k
X 1 X 1
xk ≤ =
i=0 i! i=0 1 · 2 · 3 · . . . · i
k
X 1
≤ (8.41)
i=0 1 · 2
| · 2 ·{z. . . · 2}
i − 1 fois
k
X 1
=1+ <1+2=3
i=1 2i−1
où on utilise le fait que les sommes partielles de la série géométrique de raison
1
2
sont plus petites que la somme de cette série, c’est-à-dire 2.
b. Le premier point prouve déjà que la limite, notée e est inférieure à 3. De
plus, la suite étant croissante on a forcément
e ≥ x1 = 2
ce qui est le résultat annoncé.
√ √
c. Dans l’ordre : e, e, e, 1/e.
 k+1    k
(a) Nous pouvons écrire 1 + k1 = 1 + k1 · 1 + k1 , et puis utiliser
le produit de deux suites convergentes.
√ √
(b) Il faut utiliser le fait que si xk est convergente, lim xk = lim xk . Nous
allons prouver cela « à la main » mais√sachez que c’est une conséquence
de la continuité de la fonction t 7→ t. Si la suite (xk ) converge vers
r 6= 0, alors nous pouvons faire la manipulation suivante en supposant
que k est assez grand pour que |xk − r| ≤ ǫ :
( x − √r)(√x + √r)

√ √ k k
| xk − r| =

√ √

xk + r

x −r
k

= √ √
xk + r
(8.42)
|xk − r|
≤ √
r
ǫ
≤√
r
√ √ √
où nous avons tenu compte du fait que xk + r ≥ r. Pour tout
ǫ > 0, il existe un K tel que k > K √ implique les inégalités (8.42). Si ǫ′
est donné, il suffit de prendre ǫ < rǫ′ pour obtenir
√ √
| xk − r| ≤ ǫ′ . (8.43)
199

(c) Si nous comparons les suites


 k  k
1 1
xk = 1 + et yk = 1 + , (8.44)
k 2k
 2k √
nous voyons que x2k = 1 + 2k 1
, et donc yk = x2k . Or, il est évident
que la limite de la suite (x2k ) est la même que la limite de la suite (xk ).
(d) Il faut essayer de transformer 1 − 1
k
en 1 + k1 . Pour cela, on voit que
 k !k !−k
1 k−1 k
yk = 1 − = = . (8.45)
k k k−1

Étant donné que k > k − 1, nous exprimons k


k−1
sous la forme 1 + x, et
nous trouvons
 −k  −k+1  −1
1 1 1
yk = 1 + = 1+ 1+ → 1/e (8.46)
k−1 k−1 k−1
par la règle du produit de deux suites convergentes, et le fait que
lim(1/xk ) = 1/ lim(xk ).

Correction de l’exercice 24 Dessin, un jour


a. peut-être. . .
b. Nous avons
xn − xn+1 1
xn+2 − xn = − xn+1 = − (xn+1 − xn ). (8.47)
2 2
c. Nous avons

xn+1 − x1 = xn+1 − xn + xn − xn−1 + xn−1 − . . . + x3 − x2 + x2 − x1 (8.48)

que l’on regroupe deux à deux pour obtenir le résultat.


d. Si nous posons q = −1/2, nous avons, en utilisant le résultat précédent, que
n−1
!
X
k
xn+1 = q (b − a) + a (8.49)
k=0
P n−1 k P
où nous avons utilisé le fait que nk=1 q k−1 = k=0 q . Maintenant, il faut
savoir prendre la limite, c’est à dire sommer cette série géométrique. Cela se
fait en lisant wikipedia : la somme d’une série géométrique de raison q est
1/(1 − q). De là, la conclusion vient aisément.
200 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Correction alternative Toujours pa


a. dessin :-(
b. Nous voulons montrer pour tout n ≥ 1 la proposition
 n−1
1
P (n) ≡ xn+1 − xn = − (b − a).
2
La proposition P (1) est vraie, on trouve b − a = b − a. Supposons P (i) vraie
pour i ≥ 1 fixé. Nous avons alors successivement
1
xi+2 − xi+1 = (xi + xi+1 ) − xi+1
2
1
= − (xi+1 − xi )
2
1 i−1
 
1
=− − (b − a) car P (i + 1) est supposée vraie
2 2
1 i
 
= − (b − a)
2
ce qui est exactement la relation P (i+1). Par le principe de récurrence, P (n)
est vraie pour tout naturel n ≥ 1, ce qu’on voulait démontrer.
c. On veut une égalité sur xn+1 − x1 , cest-à-dire la différence entre deux termes
éloignés dans la suite. L’astuce usuelle dans ce cas est de faire apparaître les
différences des termes successifs :
xn+1 − x1 = xn+1 + (−xn + xn ) + (−xn−1 + xn−1 ) + . . .
+ (−x3 + x3 ) + (−x2 + x2 ) − x1
= (xn+1 − xn ) + (xn − xn−1 ) + (xn−1 + . . .
− x3 ) + (x3 − x2 ) + (x2 − x1 )
n
X
= (xi+1 − xi )
i=1
n
" i−1 #
X 1
= − (b − a)
i=1 2
n
" i−1 #
X 1
= − (b − a)
i=1 2
ce qui prouve l’égalité souhaitée.
d. On se rappelle de la formule de la série géométrique
i
X 1 − q i+1
qk =
k=0 1−q
201

ce qui, appliquée au cas qui nous intéresse, donne (avec q = −1/2)

n
" i−1 #
X 1
xn+1 = x1 + − (b − a) (regardez bien les indices !)
i=1 2
1 − (− 21 )n
= x1 + (b − a)
1 − (− 12 )
1 − (− 21 )n
= x1 + 3 (b − a)
2

et, étant donné que < 1, en passant à la limite on a
1
− 2

1 n
lim (− ) =0
n→∞ 2
ce qui montre que
1−0 2 2 1
lim (xn+1 ) = x1 + 3 (b − a) = a + (b − a) = b + a
n→∞
2
3 3 3

qui est le résultat attendu.

Correction de l’exercice 25
On obtient des candidats limite en appliquant les règles de calculs sur la relation
de récurrence xk (1 + xk−1 ) = 1. En effet, en supposant que la suite (xk ) converge
vers un réel x, alors ce réel doit satisfaire x(1 + x) = 1 puisque les suites k 7→ xk et
k 7→ xk−1 convergent toutes les deux vers x. Ceci donne les deux candidats limite
solutions de cette équation :
√ √
−1 − 5 −1 + 5
x− = et x+ = . (8.50)
2 2
Par récurrence, on prouve aisément (le faire !) que tous les termes de la suite sont
strictement positifs. Cela exclu la possibilité x− qui est strictement négatif 2 . Nous
savons donc que si la limite de la suite existe, alors cette limite est x+ .
Vérifions d’abord si la suite ne serait pas bornée vers le haut ou vers le bas par
x+ . Supposons que xk < x+ . Note que au moins x1 satisfait cette condition, donc
nous ne travaillons pas dans le vide. Nous avons alors 1 + xk ≥ 1 + x+ , et donc
1 1
xk+1 = ≤ . (8.51)
1 + xk 1 + x+
2. Une suite de réels strictement positifs peut avoir une limite nulle, mais pas strictement
négative. . . méditez là dessus.
202 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Mais x+ est justement solution de l’équation 1/(1 + x) = x, donc 1/(1 + x+ ) = x+


et nous avons
xk+1 ≤ x+ (8.52)
dès que xk ≥ x+ . Inversement, nous trouvons que

xk+1 ≥ x+ (8.53)

dès que xk ≥ x+ . Donc la suite oscille en réalité autour de x+ . Les termes impairs
seront tous plus petits que x+ et les termes pairs seront tous plus grand que x+ .
Les suites (x2k ) et (x2k+1 ) sont donc à regarder séparément. Calculons pour voir
si ces suites sont croissantes ou décroissantes :
1 xk + 1
xk+2 = 1 = , (8.54)
1+ 1+xk
xk + 2

et donc
x2k + xk − 1
xk+2 − xk = − . (8.55)
xk + 2
Le dénominateur est toujours positif, tandis que le signe du numérateur dépend
de xk , et la valeur de changement de signe n’est autre que x+ . Pas mal hein !
Nous avons que
xk > x+ ⇒ xk+2 < xk
(8.56)
xk < x+ ⇒ xk+2 > xk
Donc la suite des (x2k ) est plus grande que x+ et décroissante, tandis que la suite
des x2k+1 est plus petite que x+ et décroissante. Or nous savons qu’une suite bornée
et monotone est convergente. Donc les deux suites sont convergentes.
D’après l’équation (8.54), nous avons xk+2 (xk + 2) = xk + 1, et donc la seule
limite possible vérifie x(x + 2) = x + 1, dont la seule solution acceptable est, encore
une fois, x+ .
Nous sommes maintenant dans le cas d’une suite xk donc les deux sous suites
x2k et x2k+1 sont convergentes et convergent vers la même limite, c’est à dire le
cas de la question a de l’exercice 16 : la suite des xk converge vers x+ .

Correction de l’exercice 26
Nous allons faire un usage intensif (et sans justifications trop poussées) des
choses dites autour de la règle de l’Hospital, aux pages 189, 190 et 191 du cours.
a. Nous commençons par mettre en évidence le plus haut degré de x au numéra-
teur et au dénominateur :
 
1
x+1 x 1+ x 1+ 1
=   =  x 
. (8.57)
x2 + 2 x2 1 + 2
x 1 + x22
x2
203

Fixons ǫ > 0, et considérons X1 tel que x > X1 implique



1 +x1 < 1 + ǫ. Nous
pouvons aussi choisir X2 tel que x > X2 implique x 1 + x22 . En prenant le
maximum de X1 et X2 , nous trouvons
1
1+ 1+ǫ
 x 
< . (8.58)
x 1 + x22 M

En prenant M arbitrairement grand, nous pouvons rendre cette fraction


arbitrairement petite. La limite cherchée est donc zéro.

Résolution alternative
En utilisant la règle de l’Hospital, nous trouvons tout de suite
x+1 1
lim
2
= lim = 0. (8.59)
x→∞ x + 2 x→∞ 2x

b. Le candidat limite n’est pas compliqué à deviner : c’est zéro parce que sin(x)
reste borné tandis que le x au dénominateur vient l’écraser. Nous avons très
vite une majoration
sin(x) 1
(8.60)

< → 0.
x x
La limite est donc zéro. Notez que la règle de l’Hospital n’est pas valable
parce que limx→∞ sin(x) n’existe pas.
c. Ici par contre, la règle de l’Hospital fonctionne parce que limx→0 sin(x) existe,
et vaut zéro. Nous avons donc
sin(x) cos(x)
lim = lim = 1. (8.61)
x→0 x x→0 1
d. Si n est un entier positif, nous trouvons
xn nxn−1 n!
lim = lim = . . . = lim x = 0, (8.62)
x→∞ ex x→∞ ex x→∞ e
en appliquant n fois la règle de l’Hospital. Dans le cas où n est un entier
négatif, nous tombons sur un cas 0 · 0 = 0.
e. Le changement de variable u = x/a donne
 x  au  u a
a 1 1
1+ = 1+ = 1+ . (8.63)
x u u
 t
En utilisant le fait que limt→∞ 1 + 1t = e (voir la remarque à la page 141),
nous trouvons alors  
a x
lim 1 + = ea . (8.64)
x→∞ x
204 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

f. En mettant au même dénominateur, nous trouvons un cas 0


0
qui peut se
traiter en utilisant deux fois la règle de l’Hospital :
! !
1 1 x − sin(x)
lim − = lim
x→∞ sin(x) x x→0 x sin(x)
1 − cos(x)
= lim
x→0 x cos(x) + sin(x)
(8.65)
sin(x)
= lim
x→0 −x sin(x) + cos(x) + cos(x)

0
= = 0.
2
g. La limite n’existe pas parce que ∀X > 0, ∃x0 , x1 > X tels que cos(2πx0 ) = 1
et cos(2πx1 ) = 0.
h. Nous savons que sin(x) + 2 ∈ [1, 3], donc
x x x
+ ln(x) cos(x) > + ln(x) cos(x) > − ln(x), (8.66)
sin(x) + 2 3 3

qui est un cas ∞ − ∞. Étudions la fonction


x
f (x) = − ln(x). (8.67)
3
La dérivée de f vaut f ′ (x) = 31 − x1 > 41 . La fonction f (x) majore donc une
droite de coefficient angulaire 14 et tend donc vers l’infini.
i. Nous majorons d’abord | sin(x) + 2| par 3, et puis nous appliquons la règle
de l’Hospital :
 
ln(x) sin(x) + 2
ln(x) 1/x
lim < lim 3 = lim = 0. (8.68)
x→∞ x
x→∞ x x→∞ 1

j. Pour ce dernier, nous utilisons le passage par y = eln(y) :


1/x ) 1
x1/x = eln(x = e x ln(x) . (8.69)

Mais nous savons déjà que limx→∞ x1 ln(x) = 0, donc la limite cherchée est
e0 = 1.

Résolution alternative
a.
205

sin(x)
b. lim
x→∞ x
Par la règle de l’étau : −1
x
≤ sin(x)
x
≤ x1 . Comme x1 tend vers 0 quand x tend
sin(x)
vers ∞, on a que limx→∞ x = 0
sin(x)
c. lim
x→0 x
Un cas 00 . On peut donc appliquer la règle de l’Hospital :

sin(x) H cos(x)
lim = lim = cos(0) = 1
x→0 x x→0 1
où dans la dernière limite on utilise le fait que la fonction cos(x) est continue
en 0.
xn
d. lim x
x→∞ e
Un cas ∞ ∞
. On peut donc appliquer la règle de l’Hospital :

xn H nxn−1
lim = lim
x→∞ ex x→∞ ex
n(n − 1)xn−2
=H lim
x→∞ ex (8.70)
=H . . .
n!
=H lim x = 0
x→∞ e

où dans la dernière limite on utilise le fait que la fonction ex → ∞ quand


x → ∞, et n! reste borné.
a
e. lim (1 + )x
x→∞ x a
Ici, on transforme : (1 + xa )x = ex ln(1+ x ) . Comme l’exponentielle est con-
tinue, on peut passer à la limite dans l’exponentielle, et l’exercice devient de
calculer :
a ln(1 + xa )
lim x ln(1 + ) = lim 1
x→∞ x x→∞
x

qui est un cas 00 . On a donc, par l’Hospital :

ln(1 + xa ) 1/(1 + xa ) −a
x2 1
lim 1 =H lim −1 = a lim = a
x→∞ x→∞ x→∞ (1 + a )
x x2 x

Cet argument est valable quel que soit a, et le résultat final est donc
a x
lim (1 + ) = ea
x→∞ x
206 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

f.
g. lim cos(2πx)
x→∞
On voit que cette fonction ne peut converger en l’infini. Pour le prouver,
on peut par exemple prendre deux manières différentes d’aller vers l’infini
qui donneront deux limites différentes de la fonction. Si on prend xk = k,
et yk = 2k+1
2
, les deux suites tendent vers l’infini, mais lim cos(2πxk ) = 1
k→∞
alors que lim cos(2πyk ) = −1, ce qui prouve que la fonction ne converge pas
k→∞
quand x tend vers l’infini.
h.
ln(x)(sin(x) + 2)
i. x→∞
lim
x
Par la règle de l’étau :

ln(x) ln(x)(sin(x) + 2) ln(x)


≤ ≤3 ∀x
x x x
ln(x) H 1/x
et, x→∞
lim = x→∞
lim = 0.
x 1

Correction de l’exercice 27
a. Nous avons
1
− |x| ≤ x sin( ) ≤ |x|, (8.71)
x
et donc limx→0 x sin( x1 ) = 0 par la règle de l’étau.
sin(sin(x))
b. lim = 1 par l’Hospital.
x→0 x
c. Nous avons  
ln ln(x)
1 1/(1−ln(x)) )
ln(x) 1−ln(x) = eln(ln(x) =e 1−ln(x) . (8.72)
Par la règle de l’Hospital, nous trouvons que
 
ln ln(x) 1
lim = − lim = 0. (8.73)
x→∞ 1 − ln(x) x→∞ ln(x)

Nous avons donc


ln(ln(x))
lim e 1−ln(x) = e0 = 1. (8.74)
x→∞

Correction de l’exercice 28
207

ln(x)
a. lim
x→+∞ xa
Si a > 0 alors, par l’Hospital, nous trouvons limx→∞ ax1a , dont la limite est
nulle. Si a ≤ 0, elle vaut tout aussi clairement l’infini.
ln(x)a
b. lim
x→+∞ xb
Dans le cas où a ou b est nul, le résultat ne fait aucun doute. Si a et b n’ont
pas le même signe, le numérateur et le dénominateur vont dans le même sens,
et il n’y a aucun problèmes non plus. Il ne reste donc qu’à étudier le cas où a
et b sont strictement positifs (le cas négatif se traite en passant à l’inverse).
Pour tout x nous avons alors les inégalités

ln(x)⌊a⌋ ln(x)a ln(x)⌈a⌉


≤ ≤ . (8.75)
xb xb xb
où ⌊a⌋ représente le plafond du réel a, et ⌈a⌉, son plancher. On calcule la
limite du terme le plus à gauche en appliquant ⌊a⌋ fois la règle de l’Hospital.
Ce qu’il faut calculer devient :

a(a − 1)(a − 2) . . . (a − (⌊a⌋ − 1)) ln(x)a−⌊a⌋


lim .
x→+∞ b⌊a⌋ xb
On peut maintenant utiliser l’étau, en sachant que pour x suffisamment grand

ln(x)a ln(x)
0≤ b

x xb
et nous avons vu à l’exercice précédent que cette dernière tend vers 0. Le
terme le plus à droite de (8.75) se traite de la même façon, et sa limite est
également nulle. La règle de l’étau conclu que

ln(x)a
lim =0 (8.76)
x→+∞ xb
lorsque a et b sont des réels strictement positifs.
c. lim ax
x→+∞
Il y a trois cas possibles (on suppose a positif). Quels autres cas y aurait-il
eu si on avait admis a négatif ?
ln(ǫ)
(a) a < 1. Nous avons xx < ǫ dès que x > loga (ǫ) = ln(a) . La dernière
expression est plus grande que zéro dès que ǫ < 1 et a < 1.
(b) a = 1. lim ax = 1
x→+∞
Trivial
208 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

(c) a > 1. La dérivée de x 7→ ax est ax ln(a). Étant donné que a > 1, nous
avons ln(a) > 0 et ax > 1 (dès que x est assez grand). La dérivée de
ax majore donc ln(a), et il existe une constante c telle que la fonction
x 7→ ax + c soit plus grande que x → ln(a)x. Donc limx→∞ ax = ∞
lorsque a > 1.

Résolution alternative
Pour le cas a > 1. Par l’étau : ax = (1 + b)x ≥ 1 + nx pour x ≥ n.

Correction de l’exercice 29
a. La suite k 7→ cos(2kπ) n’est en réalité autre que la suite constante xk = 1.
Elle converge donc vers 1.
b. Parmi les sous-suites de la suite k 7→ cos( π3 π), se trouvent les sous suites
constantes xk = cos( π3 + 2kπ) et yk = cos( 4π
3
+ 2kπ) < 0. La suite ne peut
donc pas converger.
c. Nous étudions la limite de la fonction
 
f (x) = x a1/x − 1 (8.77)

lorsque x → ∞. Nous tombons sur une indétermination ∞ × 0 qui se lève en


utilisant la règle de l’Hospital. Attention : la règle de l’Hospital ne peut pas
être utilisée telle quelle : il faut utiliser f g = f /(1/g) affin de retrouver un
cas de type 00 . Le calcul est donc le suivant :


1/x
 (a1/x − 1)
lim x a − 1 = x→∞
lim
x→∞ 1/x
−a1/x ln(a)
x2
= lim
x→∞ −1/x2
(8.78)

lim a1/x ln(a)


= x→∞
= ln(a).

Correction de l’exercice 30
 k
a. limk→∞ ak+1 k
. Cette limite se calcule en essayant de se ramener à la limite
qui définit l’exponentielle. Pour ce faire, nous calculons
!k !k
ak + 1  1/a 
lim = lim a 1+ = e1/a lim ak . (8.79)
k→∞ k k→∞ k k→∞
209

Si |a| < 1, alors ak → 0 et la limite est zéro. Si a < −1, l’alternance de signe
empêche de trouver une limite. Dans ce cas, nous ne pouvons que déterminer
une limite supérieure et une limite inférieure. Si a > 1, nous avons ak → ∞
et donc la limite recherchée est l’infini.
Ici nous avons implicitement utilisé les résultats de l’exercice 13.
b. limk→+∞ sin( πkk)+1 + ln(k) cos( π5 k). Étant donné que sin(πk/5) n’est jamais
5
égal à −1, le premier terme est toujours bien défini, et toujours positif. En
réalité, ce premier terme est même toujours plus grand que k2 . Le limite

que
nous cherchons est donc plus grande que celle de 2 + ln(k) cos 5 . Cette
k πk

dernière limite vaut l’infini par la règle de l’étau :


!
k k kπ k
− ln(k) ≤ + ln(k) cos ≤ + ln(k). (8.80)
2 2 5 2

L’expression la plus à droite tend clairement vers l’infini, tandis que celle la
plus à gauche tend également vers l’infini en vertu du travail fait en dessous
de l’équation (8.67) dans la correction de la question h l’exercice 26.
 
ln(k) sin( π3 k)+1
c. limk→+∞ k
. Si nous majorons la quantité sin(x) + 1 par 2, et
nous trouvons
ln(k) (sin(kπ/3) + 1) 2 ln(k)
lim ≤ lim = 0. (8.81)
k→∞ k k→∞ k
√  3k
d. limk→+∞ 3k
k(1 + 3k
) .
1 3k
D’abord, la suite 1 + est une sous suite de
1
3k
 l √ q√
3 k
1 + 1l qui converge vers e. Ensuite, nous avons 3k k = k, dont la
limite est 1 en vertu de la troisième suite particulière de la page 47 du cours.
Au final, la limite est e.

Correction de l’exercice 31
x2 y
a. lim
(x,y)→(0,0) x4 + y 6 + 1
Cette fonction est le quotient de deux polynômes. Le polynôme au dénomi-
nateur est non nul en (0, 0), donc la fonction est continue en (0, 0), et

lim f (x, y) = f (0, 0) = 0. (8.82)


(x,y)→(0,0)

Nous avons utilisé le fait qu’une fonction est continue en un point si et


seulement si elle vaut sa limite en ce point.
210 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

xy 5
b. lim
(x,y)→(0,0) x6 + y 6
On « sent » qu’on n’aura pas convergence (comparer les degrés du numéra-
teur et du dénominateur). Prenons deux manières de tendre vers (0, 0) qui
donneront deux limites pour f différentes. Ceci suffira pour prouver que la
fonction n’admet pas de limite en (0, 0).

xy 5 t6
x=y=t lim = lim = 12
(x,y)→(0,0) x6 + y 6 t→0 2t6
xy 5 0
x = 0, y → 0 lim 6 6
= lim 6 = 0
(x,y)→(0,0) x + y y→0 y

Résolution alternative
Une autre façon de trouver ce résultat consiste à passer en coordonnées
polaires, fixer un angle θ et regarder que vaut la limite en tendant vers zéro
lorsque r → 0. Ceci revient à faire converger le long de la droite d’angle θ.
En posant x = r cos θ et y = r sin θ, nous trouvons aisément que
xy 5 cos(θ) sin5 (θ)
lim = . (8.83)
r→0 x6 + y 6 cos6 (θ) + sin6 (θ)
Pour θ = 0, nous trouvons que cela vaut zéro, tandis que pour θ = π/4, cela
vaut 12 .
x2 − xy + y 3
c. lim √ 2
(x,y)→(0,0) x + y2
On va appliquer la règle de l’étau trois fois, aux trois fonctions :
x2 |xy| |y 3|
√ , √ , √
x2 + y 2 x2 + y 2 x2 + y 2

x2 x2 + y 2 √ 2
√ ≤ √ = x + y 2 −→(x,y)→(0,0) 0
x2 + y 2 √x 2 + y2

|xy| |y| x2 + y 2
√ 2 ≤ √ 2 = |y| −→(x,y)→(0,0) 0
x + y2 x + y2
|y|3 |y|(x2 + y 2 ) √
√ 2 2
≤ √ 2 2
= |y| x2 + y 2 −→(x,y)→(0,0) 0
x +y x +y
x2 − xy + y 3
ce qui prouve que lim √ 2 =0
(x,y)→(0,0) x + y2
Résolution alternative
Considérons une boule de rayon ǫ autour de (0, 0). Tout point à l’intérieur
de cette boule est de la forme (r cos θ, r sin θ) avec r ∈ [0, ǫ] et θ ∈ [0, 2π].
211

Sur un tel point, la fonction vaut



− r 2 cos θ sin θ + 3r 3 sin3 θ
r 2 cos2 θ
= r cos2 θ − cos θ sin θ + 3r sin3 θ


r

≤ 5r ≤ 5ǫ.
(8.84)
La fonction est donc bornée par 5ǫ dans la boule de rayon ǫ, et converge donc
vers zéro.
ln(3x4 + x2 + y 2 )
d. lim
(x,y)→(0,0) x2 + y 2
Passons en coordonnées polaires en posant x = r cos θ et y = r sin θ. Nous
avons  
ln 3r 4 cos4 θ + r 2
f (x, y) = , (8.85)
r2
mais 3r 4 cos4 θ + r 2 ≤ 3r 4 + r 2 ≤ 4r 2 dès que r est assez petit. Par ailleurs,
si a, b < 1 et que a > b, alors ln(b) < −| ln(a)|. Dans notre cas, en utilisant
(8.85), nous trouvons que

| ln(4r 2 )|
f (r, θ) < − . (8.86)
r2
ln(4r 2 )
Or, nous savons que limr→0 r2
= −∞. La limite recherchée est donc −∞.
sin (3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1)
e. lim
(x,y)→(0,1) x2 + y 2 − 2y + 1
Celui-ci est un exercice avec plein d’astuces. D’abord, on se débarrasse du
sinus en faisant apparaître une limite de la forme sin(u)/u. Pour cela, nous
multiplions et divisons par 3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1 :

sin(3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1) 3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1
f (x, y) = · . (8.87)
3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1 x2 + y 2 − 2y + 1
Maintenant, si les deux facteurs ont une limite, alors la limite du produit
sera le produit des limites. Nous allons donc vérifier et calculer séparément
les deux. Le premier est de la forme sin(u)/u avec u → 0, dont la limite
existe et vaut 1. Ici, nous utilisons un « changement de variable », justifié
par la proposition 3 de la page 60 du cours.
Le deuxième facteur est un peu plus simple, vu qu’il s’agit une expression
algébrique. Nous commençons par, assez naturellement, la couper en deux :

3x3 + x2 + y 2 − 2y + 1 3x3 x2 + y 2 − 2y + 1
= + , (8.88)
x2 + y 2 − 2y + 1 x2 + y 2 − 2y + 1 x2 + y 2 − 2y + 1
212 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

dont le second terme vaut 1. Affin de traiter le premier terme, nous mettons
3x devant la fraction, de telle manière à garder le même degré en x au
numérateur et au dénominateur. Remarquons aussi que y 2 − 2t + 1 = (y − 1)2
est toujours positif :


3x3


x2

x2 + (y − 1)2

2 = 3|x| ≤ 3|x| 2 = 3|x|.
x + y 2 − 2y + 1 x2 + (y − 1)2 x + (y − 1)2
(8.89)
Nous avons pu ajouter (y−1)2 au numérateur parce qu’il est toujours négatif.
La dernière expression tend vers zéro lorsque (x, y) → (0, 1).
En remettant tous les bouts ensemble, ce que nous avons prouvé, c’est que
les limites suivantes sont valides :
3x3
 
sin(u)
f (x, y) = · +1 , (8.90)
u }
| {z x2 + (y − 1)2
| {z }
→1 →0

et donc lim(x,y)→(0,1) f (x, y) = 1.


x−y
f. lim
(x,y)→(0,0) ln(x2 + y 2 + 1)
Nous allons appliquer la méthode décrite dans la section 2.10. L’ensemble des
valeurs que f atteint dans une boule de rayon δ autour de (0, 0) se calcule en
utilisant les coordonnées polaires. En effet, tout point de cette boule s’écrit
sous la forme (x, y) = (r cos θ, r sin θ) pour r ∈ [0, δ] et θ ∈ [0, 2π]. Nous
avons donc
n r(cos θ − sin θ) o
Eδ = r∈]0,δ] . (8.91)
ln(r 2 + 1) θ∈[0,2π]

Remarquez que nous avons volontairement écrit r ∈]0, δ] en excluant le 0 de


l’intervalle. De toutes façons, f n’existe pas en (0, 0). Notons tout de suite
que pour tout δ, la valeur 0 est dans Eδ , en prenant sin θ = cos θ.
Voyons ce que nous pouvons trouver d’autre dans cet ensemble. Il est assez
naturel, pour des questions de facilité, d’essayer avec sin θ = 0 et cos θ = 1.
Pour tout δ, l’ensemble Eδ contient tout les nombres
r
2
(8.92)
ln(r + 1)
avec r ∈]0, δ]. Il n’est pas très difficile, en utilisant la règle de l’Hopital de
voir que
r
lim 2
= ∞. (8.93)
r→0 ln(r + 1)

L’ensemble Eδ contient donc des valeurs arbitrairement élevées en même


temps que 0. Il ne peut donc pas y avoir convergence.
213

Résolution alternative
x
Bien que −→x→0+ 1, on va voir que la limite n’existe pas ici. Prenons
ln(x)
deux manières de tendre vers (0, 0) qui donneront deux limites pour f dif-
férentes. Ceci suffira pour prouver que la fonction n’admet pas de limite en
(0, 0).

x−y y
x = 0, y → 0+ lim = − lim+
(x,y)→(0,0) ln(x2 + y 2 + 1) y→0 ln(1 + y 2 )
1 + y2
=H − lim = −∞
2y
x−y x
x → 0+ , y = 0 lim = lim+
(x,y)→(0,0) ln(x2 + y 2 + 1) x→0 ln(1 + x2 )
1 + x2
=H lim = +∞
2x

x−y
g. lim
(x,y)→(1,1) ln(x2
+ y 2 − 1)
Passer en coordonnées polaires demande de poser x = 1 = r cos θ et y =
1+r sin θ. Nous trouvons donc l’expression suivante pour f (r, θ) (où le centre
des coordonnées polaires est (1, 1), et non (0, 0)) :

r(cos θ − sin θ)
 . (8.94)
ln r 2 + 2r(cos θ + sin θ) + 1

Avec θ = π/4, nous trouvons que cela vaut toujours 0, ce qui prouve que dans
tout voisinage de (1, 1), la fonction f (x, y) prend la valeur zéro. En prenant
cos θ = 1 et sin θ = 0, nous trouvons par contre
r r
f (r) = = , (8.95)
ln(r 2 + 2r + 1) 2 ln(r + 1)

donc la limite pour r → 0 vaut 1. Cela prouve que, en choisissant un voisinage


de (1, 1) assez petit, la fonction f prend des valeurs arbitrairement proches
de 1. Cela rend impossible la condition (2.37) pour quelque l que ce soit.

Résolution alternative
Prenons deux manières de tendre vers (1, 1) qui donneront deux limites pour
f différentes. Ceci suffira pour prouver que la fonction n’admet pas de limite
en (1, 1).
214 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

x−y 1−y
x = 1, y → 1 lim = lim
(x,y)→(1,1) ln(x2 + y 2 − 1) y→1 ln(y 2 )
−1
=H lim = 12
−2y/y 2
x−y x
x → 1, y = 1 lim = lim
(x,y)→(1,1) ln(x2 + y 2 − 1) x→1 ln(x2 )
1
=H lim = − 21
−2x/x2

xy 2
h. lim
(x,y)→(0,0) x2 + y 4
Prenons deux manières de tendre vers (0, 0) qui donneront deux limites pour
f différentes. Ceci suffira pour prouver que la fonction n’admet pas de limite
en (0, 0).

xy 2 y4
x = y2 lim = lim = 12
(x,y)→(0,0) x2 + y 4 y→0 2y 4
xy 2 0
x = 0, y → 0 lim 2 4
= lim 4 = 0
(x,y)→(0,0) x + y y→0 y

Correction de l’exercice 32
a. Nous avons f (0, y) = 0, tandis que f (x, x) = 1/2, donc il n’y a pas conver-
gence.
b. La tangente de π/2 n’est pas définie, mais on sait que la limite à gauche vaut
+∞, tandis que la limite à droite vaut −∞. Nous allons jouer là-dessus pour
prouver que la limite proposée n’existe pas. Ce qu’il faut faire, c’est trouver
deux chemins γi : [0, 1] → R2 tels que γ1 (1) = γ2 (t) = (1, 1), mais tels que
limt→1 (f ◦ γ1 )(t) 6= limt→1 (f ◦ γ2 )(t).
Les chemins
γ1 (t) = (1, t)
(8.96)
γ2 (t) = (1, 2 − t)
font l’affaire. Toute la subtilité était de mettre y → 1 avec dans un cas y > 1
et dans l’autre cas, t < 1.
c. Ici encore, on peut trouver un chemin qui fait tendre vers +∞ et un autre
qui fait tendre vers −∞. Cela est d’ailleurs souvent le cas lorsqu’on est en
présence d’un cas 1/0 : on peut souvent trouver un chemin qui fait 1/ + 0 et
un chemin qui fait 1/ − 0.
215

Ici, nous prenons γ1 (t) = (t, 0), donc


  1
f γ1 (t) = → −∞, (8.97)
2t − 2
tandis qu’avec γ2 (t) = (2 − t, 0), nous trouvons
1
(f ◦ γ2 )(t) = → ∞. (8.98)
2(2 − t) − 2

d. Cette fois, le x ne peut rien pour faire basculer le signe du dénominateur.


Nous prenons donc un chemin où y → 0 par les négatifs, et un chemin avec
y → 0 par les positifs, par exemple γ1 (t) = (t, 1 − t) et γ2 (t) = (t, −1 + t).

Correction de l’exercice 33
a. Le changement de variable est assez visible : u = x − 1 et v = y − 3. Dans
les nouvelles variable, la limite à trouver est

− sin(u4 + u2 + v 2 )
lim . (8.99)
(u,v)→(0,0) u2 + v 2
Cet exercice est maintenant similaire à l’exercice 31e. Affin de faire apparaître
sin(x)/x, nous multiplions et divisons l’expression par u4 + u2 + v 2 , et nous
arrivons sur
u4 + u2 + v 2 u4 u2 + v 2
lim = lim + lim . (8.100)
(u,v)→(0,0) u2 + v 2 u2 + v 2 | u{z 2 + v2
}
=1

La première limite se calcule comme d’habitude, par passage aux coordonnées


polaires, et elle vaut 0. Au final, nous nous retrouvons avec 1 · (1 + 0) = 1.
b. Ici, le dénominateur vaut 4 en (x, y) = (1, 1), donc la fonction est continue
dans un voisinage de ce point. Pas de problèmes, la limite est zéro.
c. Un passage en polaire et une simplification par r 2 amène l’expression
1
. (8.101)
cos2 (θ) + 1 + r cos3 (θ)

Remarquons que quelle que soit la valeur de r, avec θ = π/2, nous trouvons
que cela vaut 1, tandis qu’avec θ = 0, cette expression est plus petite que
1/2. Donc, dans n’importe quelle boule centrée en (0, 0), la fonction prend
au moins une fois la valeur 1 et une fois une valeur plus petite que 1/2. Cela
prouve que la limite n’existe pas.
216 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

d. Regardons ce qu’il se passe dans la tangente. En passant aux coordonnées


polaires, nous trouvons que

2(x2 + y 2 ) 2
lim 2 2 3
= lim = 2. (8.102)
(x,y)→(0,0) x + y + x r→0 1 + r cos3 (θ)

Étant donné que celle limite existe (et vaut 2), la limite demandée vaut
tan(π) = 0.

Correction de l’exercice 35
a. La fonction constante f (x) = 0
b. La fonction 
1 si x = 0 ou si x = 1
f (x) = (8.103)
0 sinon.
c. Impossible : quelle que soit la valeur réelle mise en zéro, il y aura toujours
un point où f (x) sera plus grande que cette valeur dans tout voisinage de
x = 0.
d. La fonction 
1 si x ∈ Q
f (x) =  (8.104)
/ Q.
0 si x ∈
Celle-là, c’est un classique, ne l’oubliez pas !

Correction de l’exercice 36
Pour les définitions précises, voir cours. Voici des exemples.
a. N’importe quelle fonction qui fait un saut en la valeur a, ou qui y tend vers
l’infini. Par exemple f (x) = x−a
1
.
2
b. La fonction f (x) = xx−1−1
n’existe pas en x = 1. La fonction g(x) = x + 1,
toutefois, est égale à f partout et est continue en x = 1.
c. La fonction (8.104) fait évidement l’affaire. Moins tordu, on peut prendre
n’importe quelle fonction non continue en a.

Correction de l’exercice 37
La marge est trop étroite Pas de corrections pour cet exercice. Ça fait appel à des séries et tout ça . . .
pour répondre à ces ques-
tions, mais c’est une chose Au delà de l’exercice de calcul qu’il représente, cet énoncé donne l’occasion
à creuser.
de réfléchir au sens de la vie de ce qu’on fait quand on démontre quelque chose.
Le point crucial de cet exercice est « à partir des définitions ». Mais quelle est la
définition de cos(x) ? Quelle est la définition de « un angle de x radians » ? Quelle
217

est la définition de la longueur d’un arc de courbe ou de l’aire d’une surface définie
par une telle courbe ?

Correction de l’exercice 38
a. La fonction R → R : x 7→ x est partout dérivable et partout continue. Cela
a été démontré à titre d’exemple dans la partie rappels.
b. La fonction x 7→ |x| est continue sur R et dérivable sur R \{0}. Commençons
par montrer la non-dérivabilité en 0.
Analysons la limite suivante
|x| x
lim = lim = lim 1 = 1
|x| − |0| x→0 x x→0 x x→0
x>0 x>0 x>0
lim =
x→0 x−0 |x| −x
lim = lim = lim −1 = −1
x→0 x x→0 x x→0
x<0 x<0 x<0

On observe que deux restrictions de cette limite fournissent deux valeurs


différentes, ce qui montre que la limite n’existe pas ; la fonction n’est donc
pas dérivable en 0.
Montrons la continuité en 0, c’est-à-dire

lim |x| = |0| = 0


x→0

ce qui, par définition, équivaut à

∀ǫ > 0, ∃δ > 0 : ∀x ∈ R |x − 0| < δ ⇒ ||x| − |0|| = |x| < ǫ


def
qui est vérifiée pour δ = ǫ.
Reste à voir la dérivabilité en x = a 6= 0. Pour fixer les idées, prenons a < 0
et choisissons une boule B autour de a, complètement contenue dans R−
(c’est possible car a < 0). La notion de limite étant locale, nous avons :
|x| − |a| −x − (−a)
lim = x→a
lim = −1
x→a x−a x∈B x−a

où on a utilisé le fait que a, x ∈ R− pour avoir |x| = −x et |a| = −a. Dès


lors la dérivée en a < 0 existe et vaut −1 ; un argument similaire montre que
la dérivée en a > 0 existe et vaut 1.
c. Voyons que la fonction, notons-la f , n’est pas continue (donc pas dérivable)
en 0. En effet, la limite
1
lim f (x) = lim = +∞
x→0 x→0 x
x>0 x>0
218 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

n’est pas égale à f (0) = 0.


Il n’est pas nécessaire de tester la dérivabilité en zéro : si elle n’est pas
continue, elle n’est pas dérivable. Pour les curieux, calcul suivant prouve
néanmoins directement que la fonction n’est pas dérivable en zéro :
f (ǫ) − f (0) ǫ sin( 1ǫ ) − 0 1
lim = lim = lim sin( ), (8.105)
ǫ→0 ǫ ǫ→0 ǫ ǫ→0 ǫ
qui n’est pas définie.
Par contre, f est dérivable en tout point a ∈ R \ {0}, car dans une boule
assez petite autour de a, f (x) = x1 est dérivable. Or la dérivabilité est une
notion locale, donc f est dérivable en a 6= 0, et donc également continue.
d. Montrons que x 7→ x2 est dérivable sur R2 . En effet si a ∈ R, alors
x2 − a2
lim lim (x + a) = 2a
= x→a
x→a
x6=a x−a x6=a

donc la dérivée existe en tout point a ∈ R et vaut 2a.


Remarquons que cela colle avec la formule usuelle :

(x2 ) = 2x

Correction de l’exercice 39
a. Notons
p(x) = a0 + a1 x + a2 x2 + a3 x3 + . . . + an xn
avec an 6= 0, de sorte que (en appliquant les règles de calculs)

p(x) ±∞ si a0 ou a1 est non-nul
lim =
x→0
x>0
x2 a2 si a0 = a1 = 0

Dans le premier cas, le signe ± dépend des signes de a0 et a1 . De la même


manière (en mettant le terme de plus haut degré en évidence pour pouvoir
calculer la limite)


 si n > 2 et an > 0
+∞
p(x)
lim = −∞ si n > 2 et an < 0
x→+∞ x2 
x>0 
a2 si n = 2

Ceci montre que la fonction p(x) ÷ x prendra des valeurs arbitrairement


grande (en valeur absolue) en s’approchant de 0 et de +∞, sauf si a0 = a1 = 0
et n = 2, c’est-à-dire si p(x) = a2 x2 .
219

b. Par exemple x2 sin(x)+5


2
.

Correction de l’exercice 40
p
a. Si q
est un quotient d’entiers strictement positifs, alors

p p p
qf ( ) = f ( ) + . . . + f ( )
q q q
| {z }
qf ois
p p
= f( + . . . + )
q q
| {z }
qf ois
p
= f (q ) = f (p) = f (1| + .{z
. . + 1})
q
p fois

= f (1) + . . . + f (1) = p f (1) = p


| {z }
p fois

donc f ( pq ) = pq .
b. On trouve f (0) = f (0+0) = f (0)+f (0) = 2f (0) donc f (0) = 0. Par ailleurs,
pour x ∈ R, on a

0 = f (0) = f (x + (−x)) = f (x) + f (−x).

c. On a montré que si r < 0 est un rationnel, alors −r > 0 donc f (−r) =


−r d’après le premier point, or f (r) = −f (−r) d’après le point précédent,
donc f (r) = r. Par ailleurs, si x est un réel quelconque, il existe une suite
(r1 , r2 , . . .) de rationnels qui tend vers x. Dès lors
 
x = lim ri = lim f (ri ) = f lim ri = f (x),
i→+∞ i→+∞ i→+∞

parce que la continuité de f permet d’inverser la limite et f . Ceci prouve le


résultat demandé.

Correction de l’exercice 41
Dans ces exercices, les fonctions données sont dérivables et à dérivée continue
sur R0 car pour a ∈ R0 , il existe toujours une boule autour de a dans laquelle la
fonction est composée de fonctions dérivables (sin, x1 , . . .). L’intérêt de l’exercice
est donc d’établir (ou réfuter) la continuité et la dérivabilité en 0.
220 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

a. Notons f cette fonction. f n’est pas continue en 0 car

lim f (x) = lim 0 = 0 6= f (0)


x→0 x→0
x6=0 x6=0

En particulier f n’est pas dérivable en 0 (et donc la continuité de sa dérivée


n’a pas de sens en 0).
b. Dans ce cas-ci, la limite « restreinte »
 
1
lim f (x) = lim sin
x→0
x6=0
x→0
x6=0
x

n’existe pas puisque, par exemple, pour la suite de terme général


1
xk = π
2
+ 2kπ

on a bien limk→∞ xk = 0 mais

lim f (xk ) = 1 6= f (0)


k→∞

puisque pour tout k ∈ N, f (xk ) = 1. Donc la fonction n’est pas continue.


c. Montrons que la fonction, notée f , est continue en 0. Pour tout x réel, nous
avons  
1
0 ≤ |f (x)| = |x| sin
≤ |x|
x
ce qui montre que limx→0 f (x) = 0 par la règle de l’étau.
Par ailleurs, f n’est pas dérivable en 0 car la limite
 
f (x) − f (0) 1
lim = lim sin
x→0
x6=0
x−0 x→0
x6=0
x

n’existe pas, comme on l’a vu précédemment.


d. Montrons que cette fonction, notée f , est dérivable en 0 (ce qui prouvera
qu’elle y est continue). Calculons
 
f (x) 1
lim = lim x sin =0
x→0 x x→0 x
x6=0 x6=0

où la dernière égalité a été montrée à l’exercice précédent. Nous avons donc


f ′ (0) = 0.
221

Par ailleurs, en utilisant les règles de calcul usuelles sur les dérivées, nous
obtenons pour x 6= 0
   
′ 1 1 1
f (x) = sin − cos
x x x
qui est une fonction ne possédant pas de limite en 0 puisque, par exemple,
si xk est tel que
1 π
= + 2kπ
xk 4
alors la suite (xk )k∈N tend vers 0, mais f ′ (xk ) tend vers +∞ lorsque k → +∞.
La dérivée n’est donc pas continue en zéro.

Correction de l’exercice 42
Comme pour l’exercice précédent, toutes ces fonctions sont clairement contin-
ues, dérivables et à dérivée continue sur R0 (attention cependant à la dernière
fonction !). La question intéressante est donc de savoir ce qu’il se passe en 0.
a. Notons f cette fonction. On observe que
2x + a
lim 1 =0
x→0 1 + ex
x>0
lim f (x) = 2x + a
x→0
lim 1 =a
x→0 1 + ex
x<0

en utilisant les règles de calculs. La différence entre les deux résultats provient
du fait que limx→0 e1/x vaut soit ∞ soit 0 suivant que x → 0 en venant par
les positifs ou par les négatifs. Donc f est continue en 0 si et seulement si le
paramètre a = 0.
Regardons la dérivabilité de f en 0 lorsque a = 0. On obtient :
2
lim 1 =0
f (x) x→0 1 + ex
x>0
lim = 2
x→0 x
lim 1 =2
x→0 1 + ex
x<0

et donc la fonction n’est pas dérivable en 0.


b. Notons f cette fonction. On sait déjà que
sin x
lim f (x) = lim = 1 = f (0)
x→0 x→0 x
x6=0 x6=0

ce qui prouve que f est continue en 0.


222 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

En fait f est dérivable en 0 puisque, en utilisant deux fois la règle de l’Hopital,


f (ǫ) − f (0) sin(ǫ) − ǫ
lim = lim
ǫ→0 ǫ ǫ→0 ǫ2
cos(ǫ) − 1
= lim
ǫ→0 ǫ (8.106)
− sin(ǫ)
= lim
ǫ→0 1
= 0,

c’est-à-dire f ′ (0) = 0.
Par ailleurs si x 6= 0, les formules usuelles de dérivation donnent
x cos(x) − sin(x)
f ′ (x) =
x2
et la continuité de la dérivée revient alors à étudier la continuité de

 x cos(x)−sin(x) si x 6= 0
f ′ (x) = x2
0 si x = 0

via les méthodes usuelles. Calculons donc grâce à l’Hospital :

x cos(x) − sin(x) cos(x) − x sin(x) − cos(x) − sin(x)


lim 2
= lim = lim =0
x→0
x6=0
x x→0
x6=0
2x x→0
x6=0
2

ce qui prouve que f ′ est bien continue en 0.


En fait, la fonction sin(x)
x
est même infiniment dérivable en 0, et analytique.
c. Notons f cette fonction. Montrons que f est dérivable en 0. En effet, en
appliquant encore la règle de l’Hospital (notez l’astuce de calcul pour éviter
de tourner en rond) :
−1 1
e x
x 1
f (x) lim = lim 1 = lim 1 =0
lim =
x→0
x>0
x x→0
x>0 e x x→0
x>0 ex
x→0 x
x6=0 lim 0 = 0
x→0
x<0

ce qui prouve bien la dérivabilité en 0.


Par ailleurs, on trouve évidemment avec les règles de calculs :

1 −1


x2
ex si x > 0
f (x) =
0 si x ≤ 0
223

et, toujours grâce à l’Hospital (avec la même astuce de calcul), on voit que
cette fonction est également continue en 0.
En fait, cette fonction est indéfiniment dérivable, et toutes ses dérivées en 0
sont nulles malgré que la fonction elle-même soit non-nulle pour x > 0 ; en
d’autres termes c’est une fonction qui est très plate autour de 0, mais pas
constante.
d. Au lieu de calculer lim f (x), nous calculons lim eln f (x) (qui est égal, bien
entendu) :
!(x+1) !
sin(2x) sin(2x)
lim = lim exp (x + 1) ln
x→0
x6=0
x x→0
x6=0
x
!
sin(2x)
= exp lim (x + 1) ln
x→0
x6=0
x
 
= exp 1 · ln(2) = 2

où on a utilisé la continuité des fonctions exp et ln , les règles de calculs 3 et


la règle de l’Hospital. Comme 2 6= f (0) = 1, la fonction n’est pas continue
en 0.

Correction de l’exercice 43
Le seul problème se trouve éventuellement en x = 0. En utilisant la règle de
l’Hospital, nous voyons très vite que f y est continue. En ce qui concerne f ′ , nous
avons
x cosh(x) − sinh(x)
f ′ (x) = . (8.107)
x2
Encore une fois, la règle de l’Hospital nous dit que cette fonction est continue en
x = 0.
Pour passer aux dérivées d’ordre supérieur, nous remarquons qu’elles peuvent
toujours s’écrire sous la forme

P (x) sinh(x) + Q(x) cosh(x)


f (n) (x) = . (8.108)
xn+1
Cela se voit par récurrence en utilisant la règle de Leibnitz pour la dérivation de
produits. La limite de (8.108) lorsque x → 0 se calcule en faisant n + 1 fois la règle
de l’Hospital. À ce moment, le dénominateur est devenu 1 et le numérateur est
toujours une combinaison de polynômes, de sinus et cosinus hyperboliques.
sin(2x)
3. Es-tu capable de justifier le fait que limx→0 x = 2?
224 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Correction de l’exercice 44
Pour un même réel a, on peut trouver une suite (qi )i∈N de rationnels et une
suite (ri )i∈N d’irrationnels qui tendent toutes deux vers a. Mais alors f (qi ) = 1 et
f (ri ) = 0 pour tout i. Donc f (qi ) → 1 et f (ri ) → 0, ce qui montre que la limite

lim f (x)
x→a

n’existe pas.
Par contre, restreinte à Q comme proposé, la fonction devient constante... il
devient alors clair que, pour tout a ∈ Q,

∀ǫ, ∃δ : ∀x ∈ Q : |x − a| < δ ⇒ |f (x) − f (a)| < ǫ

puisque |f (x) − f (a)| = 0 (donc la condition est satisfaite pour n’importe quel δ).

Correction de l’exercice 45
Remarquons d’abord que si x est irrationnel ou nul, et que (qi ) est une suite
def
de rationnels qui tend vers x, alors fi = f (qi ) tend vers 0.
En effet, par l’absurde, supposons qu’il existe N ∈ N0 et une sous-suite (fik )
telle que pour tout k, fik > N1 . Mais alors N!qik est toujours un entier (car le
dénominateur de qik est inférieur à N, donc divise N!) et

1
lim N!qik = N!x ⇒ x = lim N!qik
k→∞ N! k→∞
ce qui montre que x est rationnel, car une suite d’entiers convergente est toujours
constante à partir d’un certain rang (et possède une limite entière). Ceci est une
contradiction avec « x irrationnel ». Par ailleurs, si x = 0, alors qik = 0 à partir
d’un certain k, mais alors fik = f (qik ) = 0 est une contradiction avec fik > N1 .
D’où la thèse.
Il est maintenant clair que si a est irrationnel ou nul, la limite

lim f (x) = 0
x→a
x∈Q
lim f (x) =
x→a lim f (x) = x→a
lim 0 = 0
R
x→a
x∈ \Q R
x∈ \Q

est nulle, donc f est continue en a. Par ailleurs, si a est rationnel

lim f (x) n’existe pas car lim f (x) = 0 6= f (a)


R
x→a x→a
x∈ \Q

donc f n’est pas continue en a.


225

Correction de l’exercice 46
Posons g(x) = |x| et 
−1 si x ∈ Q
f (x) = 
1 sinon.
alors g(f (x)) = 1 pour tout x, donc g ◦ f est continue.

Correction de l’exercice 47
On a clairement pour tout x ∈ R,

0 ≤ |f (x)| ≤ |x|

or le membre de droite tend vers 0 quand x → 0, donc la règle de l’étau s’applique


et limx→0 f (x) = 0 = f (0).
Par contre
f (x)
lim =1
x→0 x
x<0
f (x) x∈Q
lim = f (x)
x→0 x
x6=0 lim =0
x→0 x
R
x<0
x∈ \Q

ce qui montre que la limite à gauche n’existe pas. Idem pour la limite à droite.

Correction de l’exercice 49
a. Il suffit de prouver que ces fonctions sont continues en 0.
en effet : Supposons qu’on ait que limx→0 sin x = 0, limx→0 cos x = 1. Regar-
dons la limite en a réel quelconque

lim sin x = lim[sin(a + t)] = sin a lim[cos t] + cos a lim[sin t] = sin a


x→a t→0 t→0 t→0

en utilisant les formules d’addition des arcs. Le même raisonnement s’ap-


plique à cos x.
b. lim sin t = 0 ?
t→0
Affirmation | sin x| ≤ |x|, ∀x ∈ R.
en effet Si |x| ≥ 1, c’est évident.
Pour les réels |x| ≤ 1, considérons juste les valeurs de x positives (c’est
suffisant), et regardons ce que ça donne dans le cercle trigonométrique.
L’inégalité suivante est claire sur la figure 8.1 :

Aire triangle OAP ≤ Aire portion de disque OAP


226 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

sin(x) P

O cos(x) A

Figure 8.1 – Dessin qui permet de calculer quelque limites.

Or, l’aire du triangle OAP est en fait 21 base×hauteur = 12 ∗ 1 ∗ sin x. Et celle


de la portion de disque OAP est en fait 12 r 2 θ = 21 ∗ 1 ∗ x. Ceci implique
immédiatement que
1 1
sin x ≤ x
2 2
ce qui nous donne le résultat.
c. lim cos t = 1 ?
t→0

On sait que 1 ≥ cos2 x = 1 − sin2 x ≥ 1 − x2 par le point (ii). Donc,



1 − x2 ≤ cos x ≤ 1

ce qui par la règle de l’étau nous donne le résultat.


d. Les fonctions cos et sin sont dérivables partout.

Note : Il aurait été beaucoup plus efficace de prouver directement qu’elles


sont dérivables et d’en déduire qu’elles sont continues.
Regardons en a ∈ R :

" #
cos x − cos a −2 sin( x+a
2
) sin( x−a
2
) sin( x−a )
lim = lim = − sin a lim x−a2
x→a x−a x→a x−a x→a
2

" #
sin x − sin a 2 cos( x+a
2
) sin( x−a
2
) sin( x−a )
lim = lim = cos a lim x−a2
x→a x−a x→a x−a x→a
2
227

Ceci nous montre que, à condition que nous arrivions à prouver que limt→0 sin t
t
=
1, nous aurons montré que
(cos(x))′ |x=a = − sin(a),
(sin(x))′ |x=a = cos(a),
ce qui prouve que cos et sin sont dérivables en tout point, et même qu’elles
sont dérivables une infinité de fois et que chacune de ces dérivées est elle-
même continue.
Il reste donc à prouver que limt→0 sint t = 1. Prenons une fois de plus x > 0. Si
nous reprenons le graphe de la figure 8.1, nous pouvons écrire les inégalités

Aire ∆OAP ≤ Aire portion de disque OAP ≤ Aire ∆OAT


Sachant que la longueur du segment AT est en fait égale à la tangente de
l’angle qui le sous-tend, nous avons donc les inégalités :
1
2
sin x ≤ 21 x ≤ 12 tan x

x 1
⇒1< <
sin x cos x
sin x
⇒1> > cos x
x
et cette dernière égalité permet d’utiliser l’étau et d’obtenir notre résultat.

Correction de l’exercice 50
a. Il suffit de prouver qu’elle est continue en 0.
b. Affirmation ∀x ∈ [0, 1], ∀n,
nx
1 − nx ≤ (1 − x)n ≤ 1 −
1 + (n − 1)x

en effet :
(a) 1 − nx ≤ (1 − x)n , ∀x ∈ [0, 1], ∀n, par induction directe sur n.
(b) (1 − x)n ≤ 1 − 1+(n−1)x
nx
, ∀x ∈ [0, 1], ∀n.
Réécrivons la autrement :
1−x
(1 − x)n ≤ 1+(n−1)x
⇐⇒
(1 + (n − 1)x)(1 − x)n ≤ 1 − x
Et, à nouveau par induction directe sur n.
228 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. lim ex = 1?
x→0
Nous allons nous restreindre, sans perte de généralité (pourquoi ?), à regarder
les x ∈ [0, 1]. Il suffit pour cela de montrer que limx→0 e−x = 1 (pourquoi ?).
Nous savons que, par définition,
x n
e−x = lim (1 − ) .
n→∞ n
En utilisant l’affirmation au point (ii), ∀n, ∀x ∈ [0, 1]
x x
1 − x ≤ (1 − )n ≤ 1 − .
n 1 + (1 − n1 )x

et donc en passant à la limite,


x
1 − x ≤ e−x ≤ 1 −
1+x
ce qui par la règle de l’étau, suffit à prouver le résultat.
d. ex est dérivable une infinité de fois et chacune de ses dérivées est continue et
égale à ex .
Ceci se prouve facilement en utilisant les mêmes inégalités qu’au point précé-
dent.

Correction de l’exercice 51

a. f (x) = x2 + y 2 . Les courbes de niveau f (x) = C sont des cercles (sauf
f (x) = 0 qui se réduit à un point). Les sections horizontales étant des cercles,
et le rayon de ces cercles augmentant linéairement, le graphe est une cône.
Nous pouvons nous en convaincre en vérifiant par exemple que la droite
t 7→ (t, 0, t) est bien entièrement contenue dans z = f (x, y).
Affin de déterminer la différentielle, nous calculons les dérivées partielles
∂f 1 x
= (x2 + y 2)−1/2 · 2x = √ 2 , (8.109)
∂x 2 x + y2
et
∂f y
=√ 2 . (8.110)
∂y x + y2
Pour le plan tangent, nous essayons d’utiliser la formule (2.53) ou bien (2.54).
Pour cela, nous devons trouver les dérivées partielles en zéro.
En vertu de la remarque 96 ci après, il ne suffit pas de calculer les limites
de 8.109 et de 8.110 pour trouver la différentielle de f en (0, 0). Il n’est par
229

contre pas très compliqué de remarquer que les dérivées partielles n’existent
pas en (0, 0), par exemple parce que
f (t, 0) − f (0, 0)
lim (8.111)
t→0 t
n’existe pas pour cause de limite différente pour t > 0 et t < 0. Il n’y a donc
pas de plan tangent. Ceci est conforme à l’intuition : il n’y a pas de plan
tangent à un cône en son sommet.
Nous pouvons faire une petite vérification √ du fait que le graphe est bien un
cône : la droite reliant (0, 0, 0) à (x, y, x2 + y 2) est entièrement contenue
dans le graphe de f . En effet si nous posons
q
γ(t) = (tx, ty, t x2 + y 2), (8.112)
 
pour tout t, nous avons γz (t) = f γx (t)2 + γy (t)2 .
Remarque 96.
Il est vite vu que la formule (8.109) n’a pas de limite pour (x, y) → (0, 0). Ceci
ne prouve pas que la différentielle de f n’existe pas en (0, 0). L’existence de la
différentielle implique la continuité de la fonction, et non de la différentielle
elle-même. En effet, une différentielle peut exister en un point sans qu’elle soit
la limite de la différentielle aux autres points. Nous avons vu par exemple,
dans l’exercice 41d, un exemple de fonction dérivable 4 en 0, mais dont la
dérivée n’est pas continue en zéro.

b. f (x, y) = 1 − x2 − y 2. Les courbes de niveau f (x, y) = C n’existent que
pour C ≤ 1, et ce sont des cercles

x2 + y 2 = 1 − C. (8.113)

Cette fois, le graphe est une coupole ce sphère. Nous allons en effet vérifier
que l’arc de cercle centré en (0, 0, 0) joignant se sommet (0, 0, 1) à (1, 0, 0)
dans le plan y = 0 est entièrement contenu dans le graphe de f . La symétrie
de f sous les rotations dans le plan x − y fait le reste. L’arc de cercle en
question est le chemin
 q 
γ(t) = 1 − t, 0, 1 − (1 − t)2 . (8.114)

Chaque point de ce chemin vérifie bien la relation


 
f γx (t), γy (t) = γz (t). (8.115)

4. Pour rappel, en dimension un, la dérivée est exactement la notion de différentielle.


230 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Le plan tangent à la coupole de sphère en (0, 0, 1) est évidement horizontal.


Nous nous attendons donc à trouver que la différentielle de f en (0, 0) est
nulle. Simple calcul :

∂f 1 −2x
(x, y) = √ , (8.116)
∂x 2 1 − x2 − y 2
et
∂f 1 −2y
(x, y) = √ . (8.117)
∂y 2 1 − x2 − y 2
Évaluées en (0, 0), ce deux dérivées partielles sont nulles. Donc si la différen-
tielle existe en (0, 0), elle sera nulle (voir l’expression (2.46)). Affin de voir
qu’elle existe, il faut juste montrer que df(0,0) (x, y) = 0 fonctionne dans la
définition 42.
c. f (x, y) = (x2 + y 2 )2 − 8xy. La courbe de niveau zéro, en coordonnées polaire
est donnée par q
r = 2 sin(2θ). (8.118)
Les dérivées partielles sont données par

∂f
(x, y) = 4(x2 + y 2)x − 8y
∂x
(8.119)
∂f
(x, y) = 4(x2 + y 2)y − 8x
∂y

Correction de l’exercice 52
a. C’est une fonction polynomiale à deux variables, elle est différentiable (et
donc continue) en tout point de R2 par les règles de calcul. Vous devriez
essayer de prouver rigoureusement que tout polynôme est différentiable.
b. Sur l’ouvert des points (a, b) vérifiant ab 6= 0, la fonction est constante, donc
différentiable et continue.
Il faut maintenant vérifier la continuité et la différentiabilité en les points
(a, b) vérifiant ab = 0, c’est-à-dire que a ou b est nul. Traitons le cas a = 0
(le cas b = 0 étant identique par symétrie).
Si a = 0 et b 6= 1, alors

f (a, b) = f (0, b) = eb et lim f (x, y) = e


(x,y)→(0,b)
y=b

or f (a, b) 6= e donc la fonction n’est pas continue.


231

Si a = 0 et b = 1, la fonction est continue. En effet, nous avons l’inégalité



|ex+y − e|
≤ ex+y − e

0 ≤ |f (x, y) − e| =
0

et le membre de droite tend vers 0 quand (x, y) → (0, 1) par continuité de


ex+y . Dès lors f (x, y) tend vers e = f (0, 1) par l’étau.
En ce qui concerne la différentiabilité, il suffit de voir ce qui se passe en (0, 1)
et on voit qu’elle n’est pas différentiable en calculant les dérivées direction-
nelles.
c. Autour de tout point (a, b) avec b 6= 0, on peut choisir une boule sur laquelle la
fonction est le quotient de deux fonctions différentiables dont le dénominateur
ne s’annule pas, donc est différentiable.
Pour les points du type (a, 0), la fonction n’est pas continue car la limite
restreinte
a+y
lim
y→0 y
x=a+y

n’existe pas si a 6= 0, et vaut 1 6= 0 = f (a, 0) si a = 0.


d. Sur R2 \ {(0, 0)}, la fonction est quotient de fonctions différentiables dont le
dénominateur ne s’annule pas, donc est différentiable.
Pour voir que la fonction n’est pas continue en (0, 0), nous calculons grâce à
la règle de l’Hospital :

x x2 + 1
lim = lim = −∞ =
6 0
x→0 ln(x2 + 1) x→0 2x
y=0 y=0
x<0 x<0

ce qui prouve que la limite


x−y
lim
(x,y)→(0,0) ln(x2 + y 2 + 1)
ne vaut pas 0.
e. Clairement si le paramètre a est nul, la fonction (notons-la f ) est différen-
tiable (donc continue) partout. Supposons donc a 6= 0 dans la suite.
Par ailleurs, si on considère le point (b, c) avec b > 0, il existe une boule
autour de (b, c) sur laquelle la fonction s’écrit f (x, y) = x + ay, et donc est
différentiable.
De la même manière autour de (b, c) avec b < 0, il y a une petite boule sur
laquelle la fonction s’écrit f (x, y) = x, et donc est différentiable.
232 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Considérons un point de la forme (0, c). Alors nous avons


lim x=0
(x,y)→(0,c)
x≤0
lim f (x, y)
(x,y)→(0,c) lim x + ay = ac
(x,y)→(0,c)
x>0

donc la limite du membre de gauche existe si et seulement si ac = 0, c’est-à-


dire si et seulement si c = 0.
Reste à étudier la différentiabilité en (0, 0). Voyons la dérivée directionnelle
suivante :
∂f f (0 + h, 0 + h) − f (0, 0)
(0, 0) = lim
∂(1, 1) h→0
h6=0
h
f (h, h) h + ah
lim = lim =1+a (8.120)
h→0
h>0
h h→0
h>0
h
=
f (h, h) h
lim = lim = 1
h→0
h<0
h h→0 h
h<0

Cette dérivée directionnelle n’existe pas, donc la fonction n’est pas différen-
tiable en (0, 0).
f. Notons f cette fonction. En les points (a, b) avec a 6= b, la fonction est le
quotient de fonctions différentiables (dont le dénominateur ne s’annule pas)
donc est différentiable.
Regardons la continuité en un point de la forme (a, a). Pour s’approcher de
(a, a) sans croiser la droite x = y, on choisit de s’approcher via la perpen-
diculaire x + y = 2a, et on calcule

(2a − y)y 5 1
2
si a 6= 0
lim f (x, y) = lim =
y→a
x=2a−y
y→a (2a − y)6 + y 6 − 1
2
si a = 0
y6=a

qui dans aucun cas n’est égale à f (a, a) = 0, donc la fonction n’est continue
en aucun de ces points.

Résolution alternative
a. Cette fonction est différentiable et continue partout. En effet, la candidate
différentielle est donnée par la formule
∂f ∂f
dfa (u) = (a)ux + (a)uy , (8.121)
∂x ∂y
que l’on peut calculer et injecter dans la définition (2.45), affin de vérifier si
ça fonctionne.
233

b. Nous testons la continuité en étudiant les limites. Lorsque xy 6= 0, alors


cette condition est également satisfaite dans un voisinage de (x, y). Dans
toute cette partie, la fonction est donc continue et différentiable (parce que
constante). Nous étudions donc la continuité sur l’axe Y , c’est à dire
lim f (x, y). (8.122)
(x,y)→(0,a)

Le long du chemin γ1 (t) = (0, (1 − t)a), la fonction vaut eta , et donc la limite
est ea . Le long du chemin γ2 (t) = (1 − t, a), la fonction est constante et vaut
e. La limite ne peut donc exister que si e = ea , c’est à dire a = 1.
Première conclusion : sur les axes, la fonction est au mieux continue en (0, 1)
et 5 (1, 0). Il n’est pas très compliqué de voir que, en fait, f est continue en
ces points.
Pour la différentiabilité, elle est assurée dans la zone xy 6= 0. Sur les axes,
elle ne peut avoir lieu que en (1, 0) ou (0, 1) parce qu’ailleurs, elle n’est pas
continue. Cherchons la différentielle de f en (1, 0) en partant de sa dérivée
directionnelle.
∂f f (1 + tu1 , tu2) − e
(1, 0) = lim . (8.123)
∂u t→0 t
La valeur de f (1 + tu1 , tu2 ) dépend de si u2 est nul ou non. Ce que nous
trouvons (il faut utiliser la règle de l’Hopital une fois) est

∂f 0 si u2 = 0
(0, 1) = (8.124)
∂u  e(u1 + u2 ) si u2 6= 0.
En posant u = (1, 0) et puis u = (0, 1), nous en déduisons en particulier les
dérivées partielles
∂f
(1, 0) = 0
∂x
(8.125)
∂f
(1, 0) = e.
∂y
Par conséquent, si df(1,0) existe, nous avons
df(1,0) = edx1
(8.126)
df(1,0) (u) = eu1 .
Par ailleurs, la formule (8.124) nous donne directement une autre expression
pour la différentielle, si elle existe :

∂f 0 si u2 = 0
dfa (u) = (0, 1) = (8.127)
∂u  e(u1 + u2) si u2 6= 0.
5. Parce qu’il est évident que tout ce que nous faisons sur l’axe Y est valable sur l’axe X.
234 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Si les expressions (8.126) et (8.127) coïncident, nous ne pouvons rien dire.


Mais si elles ne sont pas les mêmes, alors nous pouvons conclure que la
différentielle de f en (0, 1) n’existe pas.
Mais ces deux expressions ne sont manifestement pas égales sur u = (a, 0)
quand a 6= 0 : la première vaut ea, tandis que la seconde vaut 0.
c. La fonction est évidement continue et différentiable lorsque y 6= 0. La ques-
tion est de savoir ce qu’il se passe sur les axes. L’exercice b était du même
genre, mais ce qui sauvait deux points sur les axes, c’était le fait que la
fonction était égale sur ces points à ce qu’elle vaut en dehors des axes.
Nous étudions donc ce qu’il se passe sur l’axe y = 0. La limite
lim f (x, y) (8.128)
(x,y)→(a,0)

n’existe pas quand a 6= 0. En effet, si on s’approche de (a, 0) en suivant un


chemin horizontal, on trouve zéro, tandis qu’en suivant un chemin vertical,
on trouve l’infini. De plus, même en (0, 0), la limite n’existe pas, comme en
témoignent les chemins γ1 (t) = (t, t) et γ2 (t) = (2t, t).
Cette fonction n’étant continue nulle part sur l’axe y = 0, il ne sert à rien de
tester sa différentiabilité.
d.
e. Nous supposons, bien entendu que a 6= 0, sinon c’est de la triche. Sur les
points x 6= 0, c’est continu et différentiable. Vérifions ce qu’il se passe en
(0, y0). Voyons avec un chemin qui vient de la gauche, et un qui vient de la
droite (les deux limites suivantes sont prises avec t > 0) :
 
lim f − t, y0 = 0, (8.129)
t→0

mais  
lim f t, y0 = ay0 (8.130)
t→0
Donc la fonction peut être continue en y0 = 0, mais nulle part ailleurs. Il
n’est pas très compliqué de vérifier que, effectivement, f est continue au point
(0, 0). Nous ne devons donc étudier la différentiabilité qu’en (0, 0).
∂f
Si la différentielle de f en (0, 0) existait, alors ∂u (0, 0) existerait aussi. Cal-
culons cette dérivée directionnelle par sa définition :
∂f f (tu1 , tu2 )
(0, 0) = lim . (8.131)
∂u t→0 t
Si u1 6= 0, prendre la limite avec t > 0 donne u1 + au2 , tandis que la limite
avec t < 0 est égale à u1 . Par conséquent, la limite (8.131) n’existe pas, et la
fonction n’est pas différentiable en (0, 0).
235

f.

Résolution alternative
a. (x, y) → 3x2 + x3 y + x.
Combinaison linéaire de fonctions continues et différentiables sur R2 (Ex-
ercice : prouver rigoureusement que les polynômes sont bien des fonctions
continues et différentiables sur R2 ).
(
e si xy 6= 0
b. x →
ex+y sinon
N.B. : Il est toujours utile de se représenter le domaine de chacune des
fonctions.
La première remarque est que cette fonction est clairement continue et dif-
férentiable en tout point hors de {xy = 0} (fonction constante). Sur {xy =
0} ?
(a) Continuité :
Prenons un point dans {xy = 0}, par exemple le point (a, 0) (Remarquez
que le cas (0, b) est réglé par symétrie). Pour voir si la fonction est
continue en ce point il faut voir si

lim f (x, y) = f (0, 0) = ea .


(x,y)→(0,0)

Si on prend deux manières différentes d’aller vers (a, 0) (y = 0 puis


x = a) on voit que si a 6= 1 la fonction ne peut pas être continue. Et
en (1, 0) ? Si on (x, y) → (1, 0) avec d’abord y = 0 puis y 6= 0 on aura
regardétoutes les manières de tendre vers (1, 0). Or dans les deux cas
les limites valent e = f (1, 0), ce qui prouve que la fonction est continue
en (1, 0) (et (0, 1) par symétrie).
(b) Différentiabilité :
Comme la fonction est discontinue en tout point de la forme (a, 0) avec
a 6= 1 et (0, b) avec b 6= 1 elle est aussi non différentiable en chacun de
ces points. Il reste donc les points (1, 0) et (0, 1). Comme toujours, nous
regardons d’abord les dérivées directionnelles en (1, 0) :
∂f f (1 + tu1 , tu2 ) − e
(1, 0) = lim
∂u t→0 t
Il y a deux possibilités : u2 = 0 et donc u = (±1.0) ouu2 6= 0 (pourquoi
ne regarde-t-on que ces deux cas ?).
i. si u 6= (±1, 0).
∂f e−e
(1, 0) = lim = 0.
∂u t→0 t
236 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

ii. si u = (±1, 0), i.e. si u = (1, 0) = e1


∂f ∂f f (1 + t, 0) − e e1+t − e H
(1, 0) = (1, 0) = lim = lim = 0.
∂u ∂x t→0 t t→0 t
Conclusion :
Si f était différentiable en (1, 0), on aurait que sa différentielle prendrait la
forme suivante :
∂f
df(1,0) u = ∂x
+ ∂f
(1, 0)u1∂y
(1, 0)u2
= eu1 ∀u ∈ R2

Sa différentielle satisferait également à :

∂f
df(1,0) u = (1, 0) = 0 ∀u 6= (±1, 0) ∈ R2
∂u
Les deux propriétés étant contradictoires, la fonction f ne peut être différen-
tiable en (1, 0) (ni en (0, 1) par symétrie).
( x
si y 6= 0
c. x → y
0 sinon
Continue et différentiable sur R − {y = 0}. Sur l’axe y = 0 elle n’est pas
continue.
(
x + ay si x > 0
d. x →
x sinon
Si a = 0 fonction continue et différentiable sur R2 . Si a 6= 0, fonction continue
et différentiable partout en dehors de l’axe x = 0. Sur cet axe, elle est
discontinue en tout point sauf en (0, 0) où elle est continue. Mais elle n’est
pas différentiable en (0, 0) car toutes ses dérivées directionnelles n’y sont pas
définies.
(
xy 5
si x 6= y
e. x → x6 +y 6
0 sinon
Fonction continue et différentiable partout en dehors de la droite x = y. La
fonction est discontinue en chacun des points de cette droite.

Correction de l’exercice 53
Il suffit de dessiner les « zones à problèmes », qui sont les frontières entre les
zones (c’est-à-dire les points qui ne sont pas dans l’intérieur d’une des zones). Cela
est dessiné à la figure 8.2.

Correction de l’exercice 54
237

(a) Premier (b) Deuxième (c) Troisième

(d) Quatrième (e) Cinquième (f) Siwième

Figure 8.2 – Les zones à problèmes pour l’exercice 53.

a. La fonction est différentiable et continue en tout point hors de la droite x = 0


car tant xy que x2 y 2 sont des fonctions polynomiales. Sur la droite x = 0 la
fonction est continue partout mais n’est différentiable qu’en (0, 0).
Étudions plus précisément la continuité  en (0, a), et pour cela regardons ce
qu’il se passe dans la boule B (0, a), r . D’une part, si x > 0, alors

|xy| < |x| · |a + r| < r|a + r| → 0 (8.132)


quand r → 0. Et d’autre part, si x < 0, alors
|x2 y 2 | < |x2 | · |a + r|2 < r 2 |a + r|2 → 0. (8.133)
La fonction est donc continue en (0, a). Faut voir maintenant si elle y est
différentiable. Affin de tester la différentiabilité en (0, a), nous calculons
∂x f (0, a) :
∂f f (t, a) − f (0, a)
(0, a) = lim . (8.134)
∂x t→0 t
Si t > 0, alors cette limite vaut limt→0 tat = a. Si par contre t < 0, alors la
2 2
limite vaut limt→0 t ta = 0. La dérivée partielle n’existe donc que si a = 0.
Donc f n’est différentiable en aucun point de la forme (0, a) avec a 6= 0.
238 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Il est assez facile de calculer que

∂f ∂f
(0, 0) = (0, 0) = 0, (8.135)
∂x ∂y

donc le candidat différentielle en (0, 0) est T(0,0) (u) = 0. Voyons si cette forme
linéaire satisfait la définition :
f (x, y) − f (0, 0) − T(0,0) (x − 0) f (x, y)
lim = lim √ 2 . (8.136)
(x,y)→(0,0) k(x, y)k (x,y)→(0,0) x + y2

Nous étudions cette limite en coordonnées polaires. À gauche, f (r, θ) =


r 4 cos2 (θ) sin2 (θ), et à droite, f (r, θ) = r 2 cos(θ) sin(θ). Dans les deux cas,
limr→0 f (r, θ)/r = 0.
La fonction f est donc différentiable en (0, 0), et sa différentielle est l’appli-
cation linéaire identiquement nulle.
b. La fonction de cet exercice est représentée sur la figure 8.3.

xy sin(xy)

xy xy

Figure 8.3 – La fonction de l’exercice 54b. En rouge, les zones où la fonction n’est
pas trivialement différentiable.

Sur les axes, la fonction est nulle, mais sin(0) = 0, donc c’est une fonc-
tion continue partout. Calculons les dérivées partielles en (a, 0). La dérivée
partielle par rapport à x ne pose pas de problèmes et vaut 0 :

∂f
(a, 0) = 0. (8.137)
∂x
Celle par rapport à y demande de traiter les cas t < 0 et t > 0 séparément :

sin(ta) sin(ta)
∂f f (a, t) limt→0 t
= a limt→0 ta
= a si t > 0
(a, 0) = lim =
∂y t→0 t lim
t→0
ta
t
=a si t < 0.
(8.138)
239

Donc la candidate différentielle en (a, 0) est


T (u1 , u2) = au2 , (8.139)
ou encore T = ady.
 Il faut maintenant vérifier dans la définition. D’abord,
T (x, y) − (a, 0) = T (x − a, y) = ay, et f (a, 0) = 0 donc nous vérifions si la
limite suivante est zéro ou non :
f (x, y) − ay
lim q . (8.140)
(x,y)→(a,0) (x − a)2 + y 2
Il faut calculer différemment suivant que y > 0 ou y < 0.
Si y > 0, alors nous utilisons le fait que
!
sin(ay)
sin(xy) − ay = ay −1 (8.141)
ay
La limite (8.140) devient donc
!
ay sin(xy)
lim q −1 . (8.142)
(x − a)2 + y 2 ay

En utilisant les coordonnées polaires autour de (a, 0), nous voyons que
ay a
q = sin(θ). (8.143)
(x − a)2 + y 2 2

Pour calculer ce qui se trouve dans la parenthèse de (8.142), nous faisons


sin(xy) x sin(xy) x
= → . (8.144)
ay axy a
En recollant les bouts,
 
ay sin(xy)
lim q −1 . (8.145)
(x − a)2 + y 2 ay
| {z }
| {z } x
→a
= a2 sin(θ)

Le tout tend donc vers zéro. Ceci conclu le calcul de (8.140) lorsque y > 0.
Faisons maintenant le calcul de (8.140) pour t < 0. En utilisant les coordon-
nées polaires x = a + r cos(θ) et y = r sin(θ), nous trouvons
xy − ay r 2 cos(θ) sin(θ)
lim q = lim = 0. (8.146)
(x,y)→(0,0) (x − a)2 + y 2 r→0 r

Donc la fonction considérée est différentiable en (a, 0).


C’est un bon exercice d’écrire la différentielle, et de refaire tous les calculs
sur le point (0, a).
240 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. En un point (a, b) avec a 6= b, la fonction est constante donc différentiable et


continue.
En un point de type (a, a), on a :
lim f (x, y) = e
(x,y)→(a,a)
x6=y
lim f (x, y) = 2
(x,y)→(a,a) lim f (x, y) = ea−a
(x,y)→(a,a)
x=y

Donc la fonction f est continue en (a, a) si et seulement si a = a2 + 1, c’est


à dire jamais.
d. La « zone à problèmes » est formée de points du type (eb , b). En dehors, la
fonction est différentiable.
Le calcul de limite montre que la fonction est continue en (eb , b) si et seule-
ment si eb + b = 0 ; cette équation possède une unique solution, notons-la b0 .
Clairement b0 < 0.
Pour vérifier la différentiabilité en (eb0 , b0 ), calculons
∂f f (eb0 + h, b0 ) − f (eb0 , b0 )
(eb0 , b0 ) = lim
∂(1, 0) h→0
h6=0
h
1−1
lim =0 (8.147)
h→0
h>0
h
= 1 − (eb0 + h + b0 ) − 1
lim = −1
h→0
h<0
h

où on a bien sûr utilisé le fait que eb0 + b0 = 0. Étant donné que cette limite,
qui donne la dérivée partielle, n’existe pas la fonction n’est pas différentiable.
e. La « zone à problèmes » est formée par la réunion des deux axes. Considérons
le point (a, b) sur les axes.
Point de vue continuité : si b = 0, alors la fonction est continue pour a > 0,
non-continue si a < 0. Lorsque a = 0, la fonction est continue si b = 1,
non-continue sinon.
Elle n’est nulle part différentiable sur les axes.

Correction de l’exercice 55
L’expression de f est ici



 xy si x < 0 et y > 0

si x ≥ 0 et y ≥ 0

x − y
f (x, y) =




x2 y si x > 0 et y < 0


x+y sinon.
241

On note que les deux axes forment une zone à problèmes. La zone hors des axes
est un ouvert sur lequel f est différentiable car composée de polynômes. Analysons
chacun des points de la forme (a, b) dans la zone à problèmes (c’est-à-dire si ab = 0).

Si a = 0 et b > 0 Un tel point (0, b) est sur l’axe verticale, dans la moitié
supérieure. Pour calculer la limite de f en ce point, on peut restreindre notre étude
au demi-plan ouvert y > 0, ce qui revient à comparer la limite
lim f (x, y) = lim x − y = 0 − b = −b
(x,y)→(0,b) (x,y)→(0,b)
y>0 y>0
x≥0 x≥0

avec la limite
lim f (x, y) = lim xy = 0b = 0
(x,y)→(0,b) (x,y)→(0,b)
y>0 y>0
x<0 x<0
qui sont différentes puisque b est supposé non-nul.
Conclusion : f n’est pas continue en un point du type (0, b) avec b > 0.

Si a = 0 et b < 0 Un tel point (0, b) est sur l’axe verticale, dans la moitié
inférieure. Pour calculer la limite de f en ce point, on peut restreindre notre étude
au demi-plan ouvert y < 0, ce qui revient à comparer la limite
lim f (x, y) = lim x2 y = 02 b = 0
(x,y)→(0,b) (x,y)→(0,b)
y<0 y<0
x≥0 x≥0

avec la limite
lim f (x, y) = lim x+y = 0+b=b
(x,y)→(0,b) (x,y)→(0,b)
y<0 y<0
x<0 x<0
qui sont différentes puisque b est supposé non-nul.
Conclusion : f n’est pas continue en un point du type (0, b) avec b < 0.

Si a > 0 et b = 0 Un tel point (a, 0) est sur l’axe horizontal, dans la moitié
droite. Pour calculer la limite de f en ce point, on peut restreindre notre étude au
demi-plan ouvert x > 0, ce qui revient à comparer la limite
lim f (x, y) = lim x−y =a−0 =a
(x,y)→(a,0) (x,y)→(a,0)
x>0 x>0
y≥0 y≥0

avec la limite
lim f (x, y) = lim x2 y = a2 0 = 0
(x,y)→(a,0) (x,y)→(a,0)
x>0 x>0
y<0 y<0
242 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

qui sont différentes puisque a est supposé non-nul.


Conclusion : f n’est pas continue en un point du type (a, 0) avec a > 0.

Si a < 0 et b = 0 Un tel point (a, 0) est sur l’axe horizontal, dans la moitié
gauche. Pour calculer la limite de f en ce point, on peut restreindre notre étude
au demi-plan ouvert x < 0, ce qui revient à comparer la limite

lim f (x, y) = lim xy = a0 = 0


(x,y)→(a,0) (x,y)→(a,0)
x<0 x<0
y>0 y>0

avec la limite
lim f (x, y) = lim x+y =a+0 =a
(x,y)→(a,0) (x,y)→(a,0)
x<0 x<0
y≤0 y≤0

qui sont différentes puisque a est supposé non-nul.


Conclusion : f n’est pas continue en un point du type (a, 0) avec a < 0.

Si a = 0 et b = 0 Le cas du point (0, 0) est particulier, puisque il est adhérent


aux quatre composantes du domaine où la fonction est définie différemment. Pour
étudier la continuité, il faut donc étudier quatre limites. Ces limites ont déjà été
étudiées ci-dessus et valent toutes 0, ce qui prouve la continuité de f en (0, 0).
En ce qui concerne la différentiabilité, on sait qu’il est nécessaire que toutes les
dérivées directionnelles existent. Calculons la dérivée dans la direction (0, 1) (au
point (0, 0)) :

f ((0, 0) + t(0, 1)) − f (0, 0) f (0, t)


lim = lim = ...
t→0
t6=0
t t→0
t6=0
t

qu’on sépare en deux cas, car f (0, t) possède une formule différente si t < 0 ou si
t≥0:
f (0, t) 0+t
lim = lim =1
f (0, t) t→0
t<0
t t→0
t<0
t
lim = f (0, t) 0−t
t→0
t6=0
t lim = lim = −1
t→0
t≥0
t t→0
t≥0
t

ce qui prouve que la limite n’existe pas, donc que la dérivée directionnelle n’existe
pas, et finalement que la fonction n’est pas différentiable.
Conclusion : La fonction donnée est continue hors des axes et au point (0, 0),
mais discontinue partout ailleurs sur les axes. Elle est différentiable hors des axes,
mais ne l’est pas sur les axes.
243

Correction de l’exercice 56
Pour prouver que cette fonction n’est pas continue en (0, 0), il suffit de prouver
que sa limite n’est pas égale à sa valeur . . . ou tout simplement que la limite n’existe
pas, c’est bon aussi. Si je passe en polaire,

r cos(θ) sin(θ)2
f (r, θ) = . (8.148)
cos(θ)2 + r 2 sin(θ)4

Si nous prenons la limite r → 0 avec θ constant, cette limite vaut zéro. Mais nous
pouvons également prendre une limite sur un chemin plus subtil . . . un chemin
  en
polaire. Prenons n’importe que r(t) → 0, et choisissons θ(t) tel que cos θ(t) =
r(t). Étant
 donné que r(t) < 1, un tel θ existe toujours. Une conséquence est que
sin θ(t) → 1. Nous avons (nous ne recopions pas toujours toutes les dépendances
en t) :
   2
  r(t) cos θ(t) sin θ(t)
lim f r(t), θ(t) = lim  2  4
t→0 t→0
cos θ(t) + r(t)2 sin θ(t)
cos(θ)2 sin(θ)2
= lim
t→0 cos(θ)2 + cos(θ)2 sin(θ)4 (8.149)
sin(θ)2
= lim
t→0 1 + sin(θ)4
1
= .
2

Donc, la limite en (0, 0) de f n’existe pas, ce qui entraîne que la fonction n’est pas
continue et qu’elle n’est donc pas différentiable.
Une autre façon, plus simple si on y pense, de déduire la non continuité de
f en (0, 0) est de regarder la limite le long du chemin γ(t) = (t2 , t). Pourquoi ce
chemin ? Parce que le dénominateur est égal à x2 + y 4 . En utilisant ce chemin,
nous avons alors les même degrés dans les deux termes du dénominateur. Nous
calculons
t2 · t2 1
lim(f ◦ γ)(t) = lim 4 4
= . (8.150)
t→0 t→0 t + t 2

Ce résultat avait déjà été déduit dans l’exemple 47 du rappel théorique.

Résolution alternative
Soit (u, v) un vecteur fixé. Calculons la dérivées directionnelles de la fonction,
244 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

au point (0, 0), dans cette direction :


∂f f (tu, tv) − f (0, 0)
(0, 0) = lim
∂(u, v) t→0
t6=0
t
tut2 v 2
= lim
t→0 t(t2 u2 + t4 v 4 )
t6=0

uv 2
= lim
t→0 u2 + t2 v 4
t6=0

 uv2 = v2
si u 6= 0
u2 u
=
0 sinon

donc, quel que soit le vecteur (u, v), la dérivée directionnelle existe. Mais la fonction
n’est pas continue car :
y 2y 2 1 1
lim f (x, y) = lim = lim =
(x,y)→(0,0) (x,y)→(0,0) y 4 + y 4 (x,y)→(0,0) 2 2
x=y 2 x=y 2 x=y 2
y6=0 x6=0 x6=0

et 1
2
6= f (0, 0) = 0.

Correction de l’exercice 57
La continuité en (0, 0) est évidente parce que f (r, θ) est majorée par r dans la
boule B(0, r). Calculons la dérivée directionnelle de f dans la direction u au point
(0, 0). Ce que nous trouvons est

∂f f (tu1 , tu2 ) u1 si u1 u2 > 0
(0, 0) = lim = (8.151)
∂u t→0 t u 2 si u1 u2 ≤ 0.

Voyons si cette application est linéaire par rapport à u (une application définie
par morceau, c’est toujours un peu mal parti pour être linéaire). Affin d’aléger la
notation, nous notons A cette application.
Nous avons  
A (1, 2) + (−3, 4) = A(−2, 6) = 6, (8.152)
tandis que
A(1, 2) + A(−3, 4) = 5 6= 6. (8.153)
L’application A n’est donc pas linéaire, ce qui fait que f n’est pas différentiable
en (0, 0).

Correction de l’exercice 58

Correction de l’exercice 59
245

a. (u, v) 7→ u3 + 12u2 v − 5v 3 .
∂f
= 3u2 + 24uv
∂u (8.154)
∂f
= 12u2 − 15v 2
∂v
b. (u, v) 7→ f (u2 ) ln(v).
∂f
= 2uf ′(u2 ) ln(v)
∂u (8.155)
∂f f (u2 )
=
∂v v
c. (x, y) 7→ tan(x + y 2 ).
∂f 1
=
∂x cos (x + y 2)
2
(8.156)
∂f 2y
=
∂v cos (x + y 2)
2

d. (r, θ) 7→ r θ
∂f
= θr θ−1
∂r (8.157)
∂f
= ln(r)r θ
∂θ
e. (x, y) 7→ (x + 3)ex
∂f
= ex (x + 4)
∂x
(8.158)
∂f
=0
∂y
f. (u, v) 7→ ln(f (uv)).
∂f vf ′ (uv)
=
∂u f (uv)
(8.159)
∂f uf ′ (uv)
=
∂v f (uv)

Correction de l’exercice 60
La différentielle df(1,1) existe parce que dans un voisinage de ce point, la fonction
est parfaitement C ∞ . Pour la calculer, nous calculons les dérivées partielles. D’une
part
" #
∂f 1 x 1 1
(1, 1) = ex/y ln( ) + ex/y = e ln(1) + e = e. (8.160)
∂x y y x/y y (1,1)
246 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

De la même manière,
∂f
(1, 1) = −e, (8.161)
∂y
ce qui nous donne
df(1,1) = e(dx − dy), (8.162)
c’est à dire
df(1,1) (u) = e(u1 − u2 ). (8.163)
Juste pour le plaisir, nous allons calculer les dérivées partielles de g en utilisant la
définition, mais vous devriez remarquer qu’il est tout à fait suffisant d’appliquer
les règles de calcul composante par composantes, sans vous laisser effrayer par le
fait que les variables s’appellent r et θ au lieu des habituelles x et y.

∂g g(r + t, θ) − g(r, θ)
(r, θ) = lim
∂r t→0
 t   
(r + t) cos(θ), (r + t) sin(θ) − r cos(θ), r sin(θ)
= lim
t→0
  t (8.164)
t cos(θ), 0
= lim
t→0
 t 
= cos(θ), sin(θ) .

En utilisant la même technique, ou les règles usuelles de calcul,

∂g  
= − r sin(θ), r cos(θ) . (8.165)
∂θ
Magie ! Remarque que si tu fais le produit scalaire entre ∂θ g et g(r, θ), tu obtiens
zéro. En effet, g est la fonction qui transforme des coordonnées polaires en cartési-
ennes. Mais un déplacement infinitésimal de θ (c’est à dire ∂θ g) correspond à un
vecteur tangent au cercle de rayon r. Cette tangente est perpendiculaire au rayon.
Nous avons donc, au point demandé :
!
∂g √ π 1 1
( 2, ) = √ , √ ,
∂r 4 2 2 (8.166)
∂g √ π
( 2, ) = (−1, 1).
∂θ 4
En remplaçant g(r, θ) par sa valeur dans f , nous trouvons
!
1
f˜(r, θ) = e
1/ tan(θ)
ln . (8.167)
tan(θ)
247

Remarquons que cette fonction ne dépend que de l’angle. Affin de calculer main-
tenant la différentielle de la composée, analysons la formule donnée dans le cours :
 
d(f ◦ g)(a) = df g(a) ◦ dg(a). (8.168)

En notant cela avec nos notations plus habituelles,


 
d(f ◦ g)a (u) = dfg(a) dga (u) . (8.169)

Dans notre cas, nous avons que g( 2, π4 ) = (1, 1), c’est à dire précisément le point
où nous avons déjà calculé la différentielle de f . Cool, nous n’avons pas perdu notre
temps. Écrite dans le langage des formes, les équations (8.166) signifient ceci :
√ ! !
1/ 2
√ dr + −1
dg(√2, π ) = dθ. (8.170)
4 1/ 2 1

En déballant un peu tout,


√ ! !!
1/√2 −1
d(f ◦ g)(√2, π ) (ur , uθ ) = dfg(√2, π ) ur + uθ
4 4 1/ 2 1
ur !

2
− uθ
= (edx − edy) ur

2
+ uθ (8.171)
! !
ur ur
= e √ − uθ − e √ + uθ
2 2
= −2euθ .

Correction de l’exercice 61
a. Le dénominateur ne s’annule qu’au point (0, 2). Étudions ce qu’il se passe
ailleurs. Les dérivées partielles par rapport à x et y ne sont pas compliquées
à calculer (quoiqu’un peu long) :

∂f1
(0, 0) = 0, (8.172)
∂x
et
∂f1
(0, 0) = −1, (8.173)
∂y
donc si la différentielle existe (et elle existe),

df1 (0,0) = −dy. (8.174)


248 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

b. f2 (x, y) = (x + 1)x+y . Nous avons


 
∂f2 x+y
(x, y) = (x + 1)x+y + ln(x + 1) ,
∂x x+1
(8.175)
∂f2
(x, y) = (x + 1)x+1 ln(x + 1),
∂y
donc
df2 (0,0) = 0. (8.176)

Correction de l’exercice 62

Correction de l’exercice 63

Correction de l’exercice 64

Correction de l’exercice 65

Correction de l’exercice 66

Correction de l’exercice 67

Correction de l’exercice 68
Les dérivées partielles sont

(∂x f )(a, b) = 8a, et (∂y f )(a, b) = 2b. (8.177)

Nous voyons tout de suite que la fonction monte donc plus vite en suivant la
direction x (coefficient 8) qu’en
 suivantla direction y (coefficient 2).
Le plan tangent à f en a, b, f (a, b) est donné par

∂f   ∂f  
T(a,b) (x, y) = f (a, b) + (a, b) · (x, y) − (a, b) + (a, b) · (x, y) − (a, b)
∂x x ∂y y

= 4a2 + b2 + 8a(x − a) + 2b(y − b)


= 8ax + 2by − 4a2 − b2 .
(8.178)
Petite vérification : T(a,b) (a, b) = f (a, b).
La différentielle df(a,b) existe parce que f est polynomiale. En utilisant les
dérivées partielles,
df(a,b) (u1 , u2 ) = 8au1 + 2bu2 . (8.179)
En termes de matrices, !
8a
df(a,b) = . (8.180)
2b
249

La différentielle est l’application linéaire dont la matrice est formée des « coeffi-
cients angulaires » du plan tangent. √
On demande de calculer ∂f ∂u
(a, b) avec u = ( 1
,
2 2
3
) et (a, b) = (1, 2). Étant donné
que f est différentiable, nous avons

∂f ∂f ∂f
(a, b) = df(a,b) (u) = (a, b)u1 + (a, b)u2
∂u ∂x ∂y
= 8au1 + 2bu2 (8.181)

= 4 + 2 3.

Le gradient est encore une variation sur le même thème :


   
∂f ∂f
∇f (a, b) = ∂x
(a, b) ∂y
(a, b) = 8a 2b , (8.182)

c’est le vecteur qu’il faut suivre en partant de (a, b) pour voir la fonction f monter
le plus vite possible. Nous avons, juste en remplaçant, que

∇f (1, 1) = (8, 2). (8.183)

Affin de comprendre le lien entre la tangente à une courbe de niveau et le plan


tangent, il faut lire la page 94 du cours, ou alors les notes idéologiques de la sous
section 2.11.8.
Le vecteur tangent à la courbe de niveau 4x2 +y 2 = 5 en (1, 1) est un vecteur qui
est perpendiculaire à ∇f (1, 1) = (8, 2). Le vecteur 1, −4 par exemple fait l’affaire.
Nous cherchons donc la droite qui passe par (1, 1) et dont le vecteur directeur est
(1, −4). L’équation de cette droite est

y = −4x + 5. (8.184)

Correction de l’exercice 69

Correction de l’exercice 70
Le fait que l’ensemble des solutions soit un espace vectoriel découle de la linéar-
ité de l’opération de dérivation.
Calculons maintenant les dérivées par rapport à x et à t F (x, t) = φ(x + ct) +
ψ(x − ct). Cela est un exercice de dérivation partielle usuelle :

∂F
(x, t) = φ′ (x + ct) + ψ(x − ct),
∂x (8.185)
∂2F
2
(x, t) = φ′′ (x + ct) + ψ ′′ (x − ct).
∂x
250 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

De la même manière, mais en tenant compte du signe et du coefficient c, nous


trouvons
∂F
(x, t) = cφ′ (x + ct) − cψ(x − ct),
∂t (8.186)
∂2F 2 ′′ 2 ′′
(x, t) = c φ (x + ct) + c ψ (x − ct).
∂t2
En comparant, nous trouvons directement que ∂t2 F = c2 ∂x2 F .
Posons 1 1 
G(ξ, η) = F (ξ + η), (ξ − η) , (8.187)
2 2c
 
tandis que, pour simplifier la notation, nous notons A = 1
2
(ξ 1
+ η), 2c (ξ − η) .
Toujours exercice de dérivation partielle :
∂G ∂F 1 ∂F 1
(ξ, η) = (A) · + (A) · , (8.188)
∂ξ ∂x 2 ∂t 2c
et puis
∂2G 1 ∂2F 1 ∂2F
(ξ, η) = (A) − (A). (8.189)
∂η∂ξ 4 ∂x2 4c2 ∂t2
L’équation d’onde est donc en fait exactement
∂2G
= 0. (8.190)
∂η∂ξ
En particulier, ∂ξ G est une constante par rapport à η, nous écrivons donc
∂G
= a(ξ). (8.191)
∂ξ

Étant donné que G est C 2 , nous savons que a est C 1 ; par conséquent, cette fonction
admet une primitive C 2 que nous notons φ. L’équation d’onde dans les nouvelles
variables (8.190) a pour solution

G(ξ, η) = φ(ξ) + C (8.192)

où C est une constante par rapport à ξ, c’est à dire que C peut dépendre de η. Au
final,
G(ξ, η) = φ(ξ) + ψ(η), (8.193)
ce qu’il fallait démontrer.

Correction de l’exercice 71

Correction de l’exercice 72
251

a. La série ∞
X 1
2
i=1 n

converge absolument.
b. On connaît la somme de la série géométrique de raison q, on en déduit que

X 1 1
i
= 1 =2
i=0 2 1− 2

comme demandé.
c. La série harmonique

X 1
i=0 i

est l’exemple standard de cette situation.


d. Un exemple simple est

X
(−1)i
i=0

dont la suite des sommes partielles est (1, 0, 1, 0, 1, . . .).


e. La série harmonique alternée

X 1
(−1)i
i=0 i

est un bel exemple.


f. Ceci est impossible : si la suite des sommes partielles converge, elle doit être
de Cauchy, et en particulier la différence entre deux de ses termes successifs,
c’est-à-dire le terme général, doit pouvoir être rendue aussi petite que voulu
(voir la proposition 3c).

Correction de l’exercice 73
La suite ãn = an /n fait l’affaire.

Correction de l’exercice 74
Si hk désigne le kième terme de la série harmonique, la somme proposée n’est
P
autre que k (hk − hk ). Nous pouvons le réarranger en espaçant les −hk de telle
manière à laisser la série monter de 1 entre deux arrivée d’un terme négatif. Plus
précisément,

h1 , . . . , hS1 , −h1 , hS1 +1 , . . . , hS2 , −h2 , hS2 +1 , . . . , hS3 , . . . (8.194)


252 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

où les indices Sk sont définis de telle façon à ce que


Sk+1
X
( hi ) − hk > 1. (8.195)
i=Sk

De cette façon, la série des sommes partielles de (8.194) est divergente.

Correction de l’exercice 75
k
Prenons k (−1)
P
k
. Cette somme converge (critère des séries alternées). Consid-
P (−1)σ(k)
érons maintenant l’application injective σ(k) = 2k. La série k σ(k)
, par contre,
diverge (le montrer !).

Correction de l’exercice 76
P
a. k (1/3 ). C’est une série de puissances avec q = 1/3. Étant donné que
k

|q| < 1, nous avons convergence absolue.


P
b. k (1/ ln(k) ). Cette somme est toute désignée pour faire fonctionner le
k

critère de la racine. Nous avons


s
1 1
k
k
= , (8.196)
ln(k) ln(k)

et bien entendu, la limite supérieure de cette suite est zéro. Donc, conver-
gence.

Résolution alternative
Nous pouvons aussi dire que
1 1
k
< , (8.197)
ln(k) ln(3)k

et maintenant nous pouvons comparer avec une série de puissance de raison


1/ ln(3).
Remarquez que la majoration 1/ ln(k)k < 1/ ln(2)k n’est pas suffisante parce
que ln(2) < 1. En effet, le logarithme est croissant, et ln(e) = 1, alors que
e > 2 en vertu de l’exercice 23b.
P
c. k (k!/k ). Une fois n’est pas coutume, nous avons une suite qui croît plus
k

vite que la factorielle. Appliquons le critère du quotient :


!k
ak+1 (k+)! k k (k + 1)k k kk k
= = = = . (8.198)
ak (k + 1)k+1 k! (k + 1)k+1 (k + 1)k k+1
253

Le truc est maintenant de voir que cette suite n’est pas loin d’être la suite
qui définit le nombre e, pour rappel
 k
1
1+ → e. (8.199)
k
Nous avons
!k !−k  !k −1
k k+1 k+1
= =  → 1/e < 1. (8.200)
k+1 k k

Donc la série converge absolument.


P
d. k (1/k(k + 1)). Chaque terme de cette série est plus petit que k12 . Or la série
des 1/k 2 converge, donc le critère de comparaison donne la convergence.
P
e. k (1/(k 2 − cos(k))). D’abord, remarquons que tous les termes de cette série
sont positif. Ensuite, Nous avons
1 1 1
< 2 < . (8.201)
|k 2 − cos(k)| |k − 1| (k − 1)2
La dernière inégalité est due au fait que k 2 − 1 = (k + 1)(k − 1).
P
f. k (k 3 e−3k ). Nous faisons le quotient :
!3
(k + 1)4 e−3(k+1) −3 k + 1
= e → e−3 < 1, (8.202)
k 3 e−3k k
donc la série converge.
P  
g. k (−1)k ln(k) /k. C’est une série alternée construite sur une série dont le
terme général tend vers zéro. Il y a donc convergence. Il faut voir maintenant
si la convergence est absolue ou non. Cela est vite réglé par comparaison :

X ln(k) X 1
> , (8.203)
k=1 k k k

qui diverge. Il y a donc convergence simple mais pas absolue.


P  
h. k (−1)k /k a . Lorsque a < 0, la série diverge. Cela ne veut pas dire, cepen-
dant, qu’elle tend vers ±∞. Lorsque a > 0, il y a convergence simple par
le critère des séries alternées. Il faut encore étudier dans quel cas il y a
convergence absolue. Pour ce faire, nous regardons la série non alternée

X 1
a
, (8.204)
k=1 k

qui converge si et seulement si a > 1. En résumé, nous avons


254 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

(a) Diverge si a < 0,


(b) Converge simplement mais pas absolument si 0 ≤ a ≤ 1,
(c) converge absolument quand a > 1.
P
i. k (cos(k)+i sin(k))/k 2 . La norme du numérateur vaut tout le temps 1, donc
la série converge absolument, et donc simplement.
j. La série converge absolument quand a > 1. Si a ≤ 0, alors la série diverge
parce que le terme général ne tend pas vers zéro. Lorsque 0 < a ≤ 1, il
n’y a pas de convergence absolue parce que nous tombons sur la série de
Riemann (2.2). Par contre, le critère d’Abel assure la convergence simple sur
cet intervalle. En résumé :
(a) si a ≤ 0, alors la série diverge,
(b) si 0 < a ≤ 1, il y a convergence simple,
(c) si a > 1, alors il y a convergence absolue.

Correction de l’exercice 77
a. La série ∞
X
zk
k=0
est une série de puissance de coefficients ck = 1 et de centre z0 = 0. Pour
trouver le rayon de convergence, nous utilisons la formule (2.5)
q √
k
lim sup k |ck | = lim sup 1 = 1.
Le rayon de convergence est donc donné par R = 1/1 = 1.
Si z vérifie |z| = 1, alors z k = 1 et

lim z k 6= 0
k→∞

ce qui prouve que la série ne converge pas sur le bord du disque de conver-
gence.
Remarquons que cette série est en réalité la série géométrique de raison z,
dont on connaît la somme explicitement (voir les exemples de la page 16)
b. La série
X∞
(z + 1)k
k=1 k
est une série de puissance de coefficients ck = k1 et centrée en z0 = −1. Nous
calculons s
1 1
α = lim sup k = lim sup √ k
= 1, (8.205)
k k
255

donc le rayon de convergence est R = 1/α = 1. Le théorème 9 dit tout ce


qu’on veut savoir dans tout le plan complexe 6 , sauf sur le cercle de rayon 1
centré en −1.
Étudions la convergence absolue sur le bord du disque, c’est à dire pour les
points z tels que |z + 1| = 1. Le terme général de la série devient

|z + 1|k 1
= , (8.206)
k k
qui n’est autre que le terme général de la série harmonique. Donc la série
des modules (qui donne la convergence absolue) est la série harmonique. On
en déduit que la série ne converge pas absolument sur le bord du disque de
convergence.
Pour appliquer Abel, toujours pour z tel que |z + 1| = 1, majorons les
sommes partielles suivantes

Xn Xn
k k
(z + 1) =
−1 + (z + 1)

k=1 k=0

1 − (z + 1)n+1
−1 +

=
1 − (z + 1)

1 − (z + 1)n+1

≤ 1+
−z

1 + (z + 1)n+1
≤1+
|z|
1 + |(z + 1)|n+1
=1+
|z|
2
=1+
|z|

ce qui fournit une majoration (indépendante de n) pour tout z vérifiant z 6= 0


et |z + 1| = 1. On peut alors appliquer le critère de Abel, puisque la suite k1
est clairement décroissante et tend vers 0.
Le point z = 0 reste à analyser. Si on récrit la série de l’énoncé avec cette
valeur de z, on retrouve la série harmonique (qui est divergente).
Conclusion : Si |z + 1| > 1 ou si z = 0, la série diverge ; si |z + 1| = 1
et z 6= 0, la série converge simplement ; si |z + 1| < 1, la série converge
absolument (et simplement).
6. N’hésitez pas à faire un petit dessin de la solution, affin de vous assurer que vous voyez
bien qui sont z, z0 , R et le disque de convergence.
256 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. La série

X k!(z + i)k
(8.207)
k=1 kk
est une série de puissances de coefficients ck = kk!k et de centre z0 = −i. La
formule s
k k!
α = lim sup (8.208)
kk
ne nous ragoûte pas trop. Nous utilisons donc plutôt la formule alternative
(2.6) :
(k + 1)! k k kk 1 1
lim k+1 = lim k = lim  k = (8.209)
k→∞ (k + 1) k! k→∞ (k + 1) k→∞
1+ 1 e
k

qui montre que le rayon de convergence est R = e.


Pour z tel que |z + 1| = e, on observe que le module du terme général est
donné par
k!ek
ak = k (8.210)
k
P
Nous voulons donc vérifier si la série k kk!k ek converge. Pour ce faire, nous
calculons
ak+1 (k + 1)ek k kk
= = e . (8.211)
ak (k + 1)k+1 (k + 1)k
 k
La suite k/(k + 1) tend vers 1, donc la suite des ak+1 /ak tend vers 1. Nous
 k
pouvons cependant dire plus. En vertu de l’exercice 23a, la suite xk = k+1 k
qui définit e est monotone croissante, donc la suite (8.211) est une suite
monotone décroissante qui tend vers 1. Chacun de ses termes est donc plus
grand que 1.
Le fait que ce rapport soit plus grand que 1 montre que ak+1 ≥ ak , c’est-à-
dire que la suite ak est croissante. En particulier, le terme général de la série
(8.207) ne peut pas tendre vers 0 sur le bord du disque de convergence.
Notez que nous avons bien prouvé que la série ne converge pas sur le bord,
et non seulement qu’elle ne converge pas absolument.
d. La série

X zk
k=0
k!
est de la forme ci-dessus, avec ck = 1/k! et z0 = 0. Calculons la limite
ck+1 k! 1
lim = lim = lim =0
k→∞ ck k→∞ (k + 1)! k→∞ k + 1
257

qui montre que la série possède un rayon de convergence infini, c’est-à-dire


qu’elle converge absolument quel que soit z ∈ C.
e. La série dépendant des paramètres a ∈ R et z ∈ C

X
(k + 1)a (z − 5 + i)k
k=1

est une série de puissance (en z) de coefficients ck = (k + 1)a et centrée en


z0 = 5 − i. Le calcul de la limite
(k + 2)a a
lim a = 1 = 1
k→∞ (k + 1)

montre que le rayon de convergence vaut R = 1, indépendamment de a.


Si |z − 5 + i| = 1, alors la série des modules, qui permet d’établir la conver-
gence absolue, devient

X
(k + 1)a
k=1
P
et est manifestement équivalente à la série de Riemann ∞ k=1 k . La série de
a

l’énoncé est donc absolument convergente si et seulement si a < −1.


Par ailleurs, le module du terme général étant (k + 1)a (toujours pour z sur
le bord du disque), il tend vers 0 si et seulement si a < 0. On en déduit que
la série diverge dès que a ≥ 0.
Pour −1 ≤ a < 0, le « critère de Riemann » a échoué, et nous savons qu’elle
ne converge pas absolument. Nous essayons donc d’utiliser le critère d’Abel
pour savoir si la série convergerait simplement. Étant donnée la condition
sur a, le facteur (k + 1)a forme une suite décroissant vers 0. On peut donc
essayer de majorer les sommes partielles suivante :
n
X 1 − (z − 5 + i)n+1
− 5 + i)k

(z = −1 +

k=1
1 − (z − 5 + i)

1 − (z − 5 + i)n+1

≤ 1+
1 − (z − 5 + i)

1 + (z − 5 + i)n+1

≤1+
|1 − (z − 5 + i)|
2
=1+
|1 − (z − 5 + i)|
ce qui est valable dès que 1 − (z − 5 + i) 6= 0. On en déduit que la série
converge simplement sur le disque |z − 5 + i| = 1 dès que −1 ≤ a < 0 et
z 6= 6 − i.
258 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Si z = 6 − i, la série initiale devient la série



X
(k + 1)a
k=1

et elle ne converge que si a < −1 (qui est un cas déjà étudié) et diverge
sinon.
Conclusion : Indépendamment de a, le rayon de convergence vaut 1, et la
série converge absolument si |z − 5 + i| < 1 ; diverge si |z − 5 + i| > 1. En
ce qui concerne les points z vérifiant |z − 5 + i| = 1, la série y converge
absolument si et seulement si a < −1 ; converge simplement si a < 0 et
z 6= 6 − i ; diverge si a ≥ 0 ou si (0 > a ≥ −1 et z = 6 − i).
f. Pour le rayon de convergence, nous calculons la limite

(−1)k+2 k + 4
!2 s
(k + 2)2 k+2 k+4
α = lim
2
· √
= lim =1
k→∞ (k + 3) (−1) k+1 k+3 k→∞ k+3 k+3
(8.212)
Le rayon de convergence est donc 1 sans discussions.
Sur le bord, |z + 1 − i| = 1, la convergence absolue est étudiée par la série

X k+1
2
, (8.213)
k (k + 2)
P
qui se compare à la série k−3/2 , qui converge. Il y a donc convergence absolue
sur le bord du disque de convergence.
g. Ce qui est tout à fait boulversifiant dans la série

X (−z + 2)k
,
k=1
2k + ln(k)

c’est le signe devant le z. Qu’à cela ne tienne, nous faisons simplement la


manipulation suivante pour mettre ce signe en évidence :
 k
(−z + 2)k = − (z − 2) = (−1)k (z − 2). (8.214)

(−1)k
Nous sommes donc avec une série de puissances de coefficients ck = 2k+ln(k)
,
et centrée en z0 = 2. Le calcul de la limite

ck+1 2k + ln(k)
lim = lim =1
k→∞ ck k→∞ 2(k + 1) + ln(k + 1)

montre que le rayon de convergence est R = 1.


259

Pour un point z vérifiant |z − 2| = 1, la série des modules (permettant d’-


analyser la convergence absolue) devient

X 1
k=1
2k + ln(k)

qui est équivalente à la série harmonique, et donc diverge. Il n’y a donc pas
convergence absolue sur le bord du disque. Rien n’est perdu cependant, il
est toujours possible que nous ayons une convergence simple.
Pour analyser la convergence simple, toujours sur le bord du disque, utilisons
le critère d’Abel : la suite 2k+ln(k)
1
est clairement décroissante et tend vers 0.
On écrit :
Xn n
X
+ 2)k = −1 + (−z + 2)k

(−z

k=1 k=0
n
X
k
≤ 1 + (−z + 2)

k=1
|1 − (−z + 2)n+1 | (8.215)
=1+
| − 1 + z − 2|
1 + |z − 2|n+1
≤1+
|z − 1|
1
=1+ .
|z − 1|
Cela nous fournit une borne pour les sommes partielles, tant que z 6= 1. Nous
avons donc prouvé la convergence (non absolue) sur le disque de convergence
moins le point z = 1. Ce dernier point reste à étudier.
Pour analyser le point z = 1, reprenons l’énoncé initial : on retrouve la série

X 1
k=1 2k + ln(k)

qui est équivalente à la série harmonique et donc diverge.


Conclusion : La série converge absolument si z vérifie |−z + 2| < 1 ; converge
simplement si |−z + 2| = 1 et z 6= 1 ; diverge si |−z + 2| > 1 ou si z = 1.

Correction de l’exercice 78
a. Une boule ouverte {(x, y) ∈ R2 | x2 + y 2 < 1}
b. Un cercle {(cos(t), sin(t), 1) | t ∈ R}
260 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

c. Pour un exemple non trivial, il faut être dans un espace topologique non
connexe. Par exemple dans l’hyperboloïde à deux nappes d’équation x2 +y 2 =
z 2 − 1 vu comme espace topologique, la nappe z > 0 est ouverte et fermée.
L’hyperboloïde lui-même est également un ouvert fermé de lui-même (c’est
vrai pour n’importe quel espace topologique).
Plus généralement, dans un espace topologique non connexe, les composantes
connexes sont ouvertes et fermées.
d. Dans Rn , n’importe quel ensemble de 8 points est compact (fermé et borné).
Nous pouvons aussi montrer que n’importe quel espace topologique qui pos-
sède un nombre fini de points est compact.
En effet, soit l’ensemble A = {a1 , . . . an }, et prenons un recouvrement de
cet ensemble par des ouverts Oα . Comme c’est un recouvrement, nous avons
A ⊆ ∪α Oα . Soit α1 tel que a1 ∈ Oα1 (ceci existe parce que a1 est dans un
des Oα ). Plus généralement, nous prenons i tel que ai soit dans Oαi pour
i = 1, . . . n.
Maintenant, A ⊆ ∪ni=1 Oαi , ce qui fait que nos Oαi forment un sous recouvre-
ment fini de A.
e. Une hélice {(cos(t), sin(t), t) | t ∈ R} dans R3 . Une simple droite dans R2
est bon aussi.
f. Pour obtenir un exemple non trivial (pas ∅ dans un espace métrique, ni
un espace topologique métrique borné vu comme sous-espace de lui-même),
il faut se placer dans un espace non connexe. Par exemple dans l’espace
topologique formé de l’une union disjointe de deux sphères S 2 ⊔ S 2 , chaque
sphère est ouverte, fermée et bornée.

Correction de l’exercice 79
Quelque remarques. N’oubliez pas que l’adhérence d’un ensemble non vide n’est
jamais vide : l’ensemble lui-même est toujours dans son adhérence.
a.
b.
c. L’ensemble Z n’a pas d’intérieur. En effet, prenons n ∈ Z et considérons
la boule B(n, e). Cette boule contient évidement des éléments qui ne sont
pas dans Z. Nous avons donc prouvé qu’aucune boule centrée en n n’est
entièrement comprise dans Z. Cela prouve que Z n’as pas d’intérieur.
L’adhérence de Z est réduite à Z lui-même parce que si x ∈/ Z, il existe un r
tel que B(x, r) ∩ Z = ∅, ce qui prouve que x n’est pas adhérent à Z.
d. L’ensemble Q n’as pas d’intérieur pour la même raison que Z : il existe un
élément hors de Q aussi proche que l’on veut de tout rationnel. L’adhérence
261

de Q, par contre est tout R. En effet, si x ∈ R et si r > 0, la boule B(x, r)


intersecte toujours Q.
e.
f. Notez que

\ 1 1
]− , [ = {0}. (8.216)
n=1 n n

Les réponses complètes sont dans le tableau suivant. Parmi les propriétés d’être
ouvert, fermé, borné, compact ou connexe par arcs (c.p.a), les ensembles cités
jouissent des propriétés mentionnées mais pas des autres.

Ex. √ Intérieur
√ √ Adhérence
√ √Frontière
√ Propriétés
(a) ] − 3, 3[ ∪ ]10, 11[ [− 3, 3] ∪ [10, 11] {− 3, 3, 10, 11} borné
(b) ]2; 3[ \ {e} [2; 3] {2, e, 3} borné
(c) ∅ Z Z fermé
(d) R R ∅ ouvert, fermé, c.p.a
(e) ∅ { /i | i ∈ Z0 } ∪ {0}
1 { /i | i ∈ Z0 } ∪ {0}
1

fermé, borné,
(f) ∅ {0} {0}
compact, c.p.a

Correction de l’exercice 80
Prenons un recouvrement par des ouverts. Parmi tous les ouverts, il y en a
au moins un qui contient x, disons A1 . Cet ouvert contient une boule de rayon r.
Prenons maintenant K ∈ N tel que n > K implique |xn −x| ≤ r. Tous les éléments
de la suite à partir de K (y compris la limite) sont donc contenus dans A1 .
Il ne reste plus que K éléments à mettre dans un nombre finis d’ouverts. Ça
c’est facile : on prend un ouvert par point.
Si cet exercice t’a plu, alors l’exercice 95 va surement te donner tout plein de
plaisir.

Correction de l’exercice 81
On observe que  
2 1
An = − 3 + , 2 −
n n
où −3 + n2 est une suite décroissante, et 2 − n1 est croissante. On a donc une suite
d’intervalles emboîtés
A1 ⊂ A2 ⊂ A3 . . .
donc la réunion vaut ] − 3, 2[ et l’intersection vaut A1 = [−1, 1]. On remarque que
chaque An est fermé, mais la réunion est ouverte.
262 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Correction de l’exercice 82
Montrons la première relation : soit x ∈ Ω. Alors nous avons les équivalences
suivantes :
!c !
[ [
x∈ An ⇐⇒ ¬ x ∈ An ⇐⇒ ¬ (∃n | x ∈ An )
n n
\
⇐⇒ ∀n, ¬(x ∈ An ) ⇐⇒ ∀n, x ∈ (An )c ⇐⇒ x ∈ (An )c
n

où ¬ désigne la négation logique (et n est élément de N).


La deuxième relation se traite de façon similaire. On peut également la déduire
de la première relation de la manière suivante : pour montrer que (∩n An )c =
∪n (An c ), il suffit de poser Bn = Acn , de prendre le complémentaire dans les deux
membres et d’utiliser le fait que (X c )c = X pour se ramener à la première relation.

Correction de l’exercice 83
Quelque notes
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
i.
j. Le point (0, 0) est dans l’ensemble, et donc dans l’adhérence. L’adhérence
peut donc être notée indifféremment E ∪ [0, 1] × {0} ou E ∪ ]0, 1] × {0}.
k. Dans ce cas ci, par contre, le point (0, 0) n’est pas dans l’ensemble, donc
l’adhérence doit être écrite E ∪ [0, 1] × {0}.
l.
Parmi les propriétés d’être ouvert, fermé, borné, compact ou connexe par arcs
(c.p.a), les ensembles cités (toujours noté E) jouissent des propriétés mentionnées
mais pas des autres.
Ex. Intérieur Adhérence Frontière Propriétés
a ∅ E E fermé, c.p.a
b E {1 − xy ≥ 0} {1 − xy = 0} ouvert, c.p.a
c ∅ {|x| = 1} {|x| = 1} Néant
d {(x−3)2 +(y+2)2 <4} E {(x−3)2 +(y+2)2 =4} fermé, borné, compact, c.p.a
e {(x−1)2 +(y+2)2 <10} E {(x−1)2 +(y+2)2 =10} fermé, borné, compact, c.p.a
f {x2 + y 2 < 3 et |y| < 1} {x + y ≤ 3 et |y| ≤ 1}
2 2
{x2 +y 2 ≤3 et |y|=1} borné, c.p.a
∪{x2 + y 2 = 3 et |y| ≥ 1}
g ∅ 2 2
E = {x + y = 1} E fermé, borné, compact, c.p.a
h E = {x + y 2 < 4}
2
{x2 + y 2 ≥ 4} {x + y 2 = 4}
2
ouvert, borné, c.p.a
i ∅ E E fermé, borné, compact, c.p.a
C’est le segment joignant
(x0 , y0 ) à (x1 , y1 )
j ∅ E ∪ [0, 1] × {0} E ∪ ]0, 1] × {0} borné, c.p.a
k ∅ E ∪ [0, 1] × {0} E ∪ [0, 1] × {0} borné
l ∅ E ∪ {0} × [0, 1] E ∪ {0} × [0, 1] borné

263
264 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Pour l’ensemble e, remarquez que x2 −2x+y 2 +yy −5 = (x−1)2 +(y +2)2 −10 ;
c’est le coup classique de reformer les carrés.
Parmi les propriétés d’être ouvert, fermé, borné ou compact, les ensembles
considérés jouissent des propriétés citées et pas des autres.
a. Fermé (droite).
b. Fermé (hyperbole).
c. Aucune propriété (union disjointe de deux demi-droites et de deux segments
ouverts).
d. Fermé, borné, compact (disque).
e. Idem.
f. Borné (morceau de disque)
g. Fermé, borné, compact (cercle).
h. Ouvert, borné (disque ouvert de rayon 2).
i. Fermé, borné, compact (segment de droite ou point).
j. Borné (bouquet infini de segments)
k. Idem (idem sans le point 0).
l. Borné (union disjointe d’une infinité de segments).

Correction de l’exercice 84
Même esprit que l’exercice précédent.
a. Fermé, borné, compact (sphère).
b. Fermé (cylindre plein).
c. Fermé (pavé infini).
d. Ouvert (demi espace).
e. Fermé (hélice).

Correction de l’exercice 85
Soit A = [2, 3[ \ {e} et vérifions que int A = ]2, 3[ \ {e} :
a. Vérifions d’abord que 2 n’est pas un point intérieur à A. En effet, si on
considère la boule B(2, ǫ) autour de 2, le point 2 − ǫ/2 est bien dans cette
boule mais 2 − ǫ/2 < 2 (car ǫ > 0), donc 2 − ǫ/2 ∈/ A.
b. De plus, ]2, 3[ \ {e} est la réunion des ouverts ]2, e[ et ]e, 3[, c’est donc un
ouvert, qui est contenu dans A.
On en déduit que ]2, 3[ \ {e} est le plus grand ouvert contenu dans A, c’est
donc bien l’intérieur de A.
Similairement, pour l’adhérence, on veut montrer que adh A = [2, 3] :
265

a. Notons d’abord que pour n assez grand, les quantités e + 1/n et 3 − 1/n sont
dans A. Les suites correspondantes, xn = e + 1/n et yn = 3 − 1/n, tendent vers
e et 3 respectivement. On en déduit que e et 3 doivent être dans l’adhérence
de A.
b. D’autre part, l’ensemble [2, 3] étant fermé, c’est forcément le plus petit fermé
contenant A.
Le fait que A n’est pas ouvert ni fermé résulte des définitions car A n’est ni
égal à son adhérence, ni égal à son intérieur. Le fait que A n’est pas connexe par
arcs peut se justifier comme suit : A est inclus dans la réunion ]−∞, e[ ∪ ]e, +∞[.
Ces deux ouverts ]−∞, e[ et ]e, +∞[ sont disjoints, et aucun d’eux ne contient
entièrement A. Donc A n’est pas connexe, et en particulier n’est pas connexe par
arcs.
Correction de l’exercice 86
Soit E = {(x, y, z) | x2 ≤ 3}. Prouvons que E est fermé, car si (pk ) est une
suite de points (pk = (xk , yk , zk )) de E (c’est à dire (xk )2 ≤ 3) convergente dans
R3 vers une limite p = (x, y, z), alors en particulier la suite xk tend vers x. Comme
(xk )2 ≤ 3, on peut passer à la limite dans l’inégalité et donc x2 ≤ 3, ce qui prouve
que p = (x, y, z) est dans E, et donc adh E ⊂ E. Comme par ailleurs E ⊂ adh E,
on a bien l’égalité.
Remarque 97.
De manière plus générale, si f : Rn → Rm est continue, et si F ⊂ Rm est un fermé
de Rm , alors l’ensemble
f −1 (F ) = {p ∈ Rn | f (p) ∈ F }
def

est un ensemble fermé dans Rn . Par ailleurs, si on suppose F ouvert au lieu de


fermé, alors f −1 (F ) est ouvert.
Dans ce cas ci, f : R3 → R : (x, y, z) 7→ x2 est continue, et F = [3, +∞[ est
fermé. L’ensemble E est bien l’ensemble des points p ∈ R3 tels que f (p) ∈ F .
Prouvons que int E = {(x, y, z) | x2 < 3}. Tout d’abord, par la remarque ci-
dessus, on observe que {(x, y, z) | x2 < 3} est ouvert (image réciproque de l’ouvert
]3, +∞]) et donc est inclus dans l’intérieur de E. Par ailleurs, les points (x, y, z)
vérifiant x2 = 3 ne sont pas dans l’intérieur : si B((3, y, z), ǫ) désigne la boule de
centre (3, y, z) et de rayon ǫ, le point (3 + ǫ/2, y, z) appartient à cette boule mais
n’est pas dans E ; donc aucune boule centrée en (3, y, z) ne peut être contenue
entièrement dans E. Ce qui prouve le résultat.
Prouvons que E est connexe par arcs. Si (x, y, z) et (a, b, c) sont des points de
E, alors le chemin
γ : [0, 1] → R3 : t 7→ t(x, y, z) + (1 − t)(a, b, c)
266 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

est continu (il paramétrise le segment de droite joignant (a, b, c) à (x, y, z)). La
condition pour être dans E s’écrit |x| ≤ 3 et |a| ≤ 3. Par l’inégalité triangulaire,
on sait que
√ √ √
|tx + (1 − t)a| ≤ |t| |x| + |1 − t| |a| ≤ t 3 + (1 − t) 3 = 3

où on a utilisé le fait que t ≥ 0 et 1 − t ≥ 0 (car t ∈ [0, 1]). Ceci prouve que


γ(t) ∈ E pour tout t ∈ [0, 1], et on a donc bien un chemin continu reliant (x, y, z)
et (a, b, c) contenu dans E.

Correction de l’exercice 87
L’ensemble R0 n’est pas un sous-espace connexe de R parce que R0 = R−
0 ∪ R0
+

est la réunion de deux ouverts non vides.

Correction de l’exercice 88
a. La topologie associée est la topologie discrète (les singletons sont ouverts,
car une boule ouverte de rayon 1 (ou 21 ) ne contient qu’un seul point.
b. C’est la distance usuelle si x et y sont sur une même droite (même ligne de
chemin de fer), mais dans les autres cas il faut repasser par le centre.

Correction de l’exercice 89
Pour tous a, b, u, v on a, par l’inégalité triangulaire

d(a, b) ≤ d(a, u) + d(u, v) + d(v, b) et d(u, v) ≤ d(u, a) + d(a, b) + d(b, v)

d’où on tire

d(a, b) − d(u, v) ≤ d(a, u) + d(v, b) et d(u, v) − d(a, b) ≤ d(u, a) + d(b, v)

ce qui montre l’inégalité annoncée.

Correction de l’exercice 90
Affin de prouver que la boule est ouverte, nous allons utiliser le théorème 17 :
nous prenons un point p ∈ B(x, r), et nous allons montrer qu’il existe une boule
autour de p qui est contenue dans B(x, r).
 Étant donné que p ∈ B(x, r), nous avons d(p, x) < r. Prouvons que la boule
B p, r − d(p, x) est contenue dans B(x, r). Pour cela, nous prenons p′ ∈ B p, r −

d(p, x) , et nous essayons de prouver que p′ ∈ B(x, r). En effet, en utilisant l’iné-
galité triangulaire,

d(x, p′ ) ≤ d(x, p) + d(p, p′ ) ≤ d(x, p) + r − d(p, x) = r. (8.217)


267

Correction de l’exercice 91
Soit ǫ > 0, on sait qu’il existe η tel que
d(f (x), f (y)) < η ⇒ d(g(f (x)), g(f (y))) < ǫ
par la continuité de g en f (x). Or on sait qu’il existe δ tel que d(f (x), f (y)) < η
est vrai dès que d(x, y) < δ par continuité de f en x. Donc si d(x, y) < δ, on a
bien d(g(f (x)), g(f (y))) < ǫ.

Correction de l’exercice 92
a. Il suffit de regarder le complémentaire, c’est-à-dire l’ensemble S des x véri-
fiant f (x) 6= 0. Vérifions que pour tout x ∈ S, on peut placer une boule
ouverte centrée en x complètement incluse à S. Soit ǫ = |f (x)|. Alors il ex-
iste δ > 0 tel que si d(x, y) < δ, on a d(f (x), f (y)) = |f (x) − f (y)| < ǫ. La
boule ouverte {y ∈ X| d(x, y) < δ est alors une boule incluse dans S : l’image
d’un point y ne peut pas être nulle, sinon l’inégalité |f (x) − f (y)| = ǫ < ǫ
n’est pas satisfaite.
b. On utilise le premier point sur la fonction g définie par g(x) = f (x) − x.

Correction de l’exercice 93
D’abord, on voit que cette fonction est bien définie, puisque la distance est
toujours minorée par 0 donc l’infimum existe toujours.
Pour la continuité, prenons x ∈ X et ǫ > 0. On veut trouver δ > 0 tel que


d(x, y) < δ ⇒ inf d(a, x) − inf d(a, y)
a∈A <ǫ
a∈A

Pour tout a ∈ A, on a successivement


 
d(x, a) ≤ d(a, y) + d(x, y) ⇒ inf d(x, a) ≤ inf d(a, y) + d(x, y)
a∈A a∈A
⇒ inf d(x, a) ≤ inf d(a, y) + d(x, y)
a∈A a∈A
⇒ inf d(x, a) − inf d(a, y) ≤ d(x, y)
a∈A a∈A

et de même en échangeant les rôles de x et y, ce qui conduit à


inf d(y, a) − inf d(a, x) ≤ d(x, y)
a∈A a∈A

donc on en déduit la majoration




inf d(y, a) − inf d(a, x)
a∈A ≤ d(x, y) (8.218)
a∈A

dès lors le choix δ = ǫ conduit à l’inégalité désirée.

Correction de l’exercice 94
268 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

a. Soit ǫ > 0, on choisit δ = Lǫ , on a ce qu’il faut.


b. On note que |ax + b − (ay + b)| = |a| |x − y|. La plus petite constante est
donc L = |a|.
c. (a) On note que ||z| − |z ′ || ≤ |z − z ′ | donc L = 1 convient. Ce choix est
minimal (prendre z = 2 et z ′ = 1).

(b) On note que z̄ − z¯′ =
¯ ′
z − z = |z − z ′ | donc L = 1 convient et est

minimal.
(c) On note que |ℜz − ℜz ′ | = |ℜ(z − z ′ )| ≤ |z − z ′ |. Dès lors L = 1 convient
et est minimal (prendre z = 2 et z ′ = 1).
(d) Idem (prendre z = 2i et z ′ = i).
(e) Cela découle directement de l’inégalité (8.218) utilisée pour montrer la
continuité.

Correction de l’exercice 95

Correction de l’exercice 96
L’ensemble proposé n’est évidement pas ouvert, parce que le point 1 ne satisfait
pas au théorème 17.
Pour qu’il soit fermé, il faudrait que le complémentaire soit ouvert. Hélas, le
complémentaire n’est pas ouvert parce que 0 (qui n’est pas dans l’ensemble) ne
satisfait pas au théorème : dans tout ouvert autour de 0, il y a des points de la
forme 1/n.

Correction de l’exercice 97
a. [−1, 1],
b. L’image est [0, 3e3 ] par ce que la fonction est strictement croissante (vérifier
la dérivée).
c. L’image est R parce que si M ∈ R, il existe x0 > M tel que sin(y0 ) =
1, et pour ce y0 , nous avons f (y0 ) = y0 > M, donc f prend des valeurs
arbitrairement élevées. De la même façon, en prenant y0 tel que sin(y0 ) = −1,
nous trouvons que f prend des valeurs arbitrairement basses. La continuité
et le théorème des valeurs intermédiaires font le reste.

Correction de l’exercice 98
Le théorème des accroissements finis nous dit qu’entre x et y, il existe un c tel
que
f (x) − f (y) = f ′ (c)(x − y) < M(x − y) (8.219)
si M est une majoration de f ′ sur ]a, b[.
269

Si maintenant on me donne un ǫ, il me suffit de prendre δ < ǫ


M
, et j’ai
|f (x) − f (y)| < ǫ (8.220)
pour tout x et y tels que |x − y| < δ.

Correction de l’exercice 99
Soit ǫ > 0. Il faut trouver un δ tel que |f (x) − f (y)| < ǫ dès que x, y ∈ I1 ∪ I2
et |x − y| < δ. Nous savons qu’il existe un tel δ1 pour I1 et un δ2 pour I2 .
Dans ce genre d’exercice, il est d’usage de choisi δ = min{δ1 , δ2 }, affin que
δ fonctionne à la fois pour I1 et pour I2 . Cependant, cela n’est pas suffisant ici
parce que nous n’avons aucune garantie sur ce qu’il se passerait sir x ∈ I1 \ I2 et
y ∈ I2 \ I2 (c’est à dire si aucun des deux n’est dans l’intersection de I1 et I2 ).
La solution, pour empêcher cette situation est de prendre, en plus, δ plus petit
que la moitié 7 de la taille de l’intersection entre I1 et I2 . De cette manière, deux
éléments x et y tels que |x − y| ≤ δ sont automatiquement tous les deux dans I1
ou tous les deux dans I2 .

Correction de l’exercice 100


a. Si la fonction f peut être prolongée par continuité sur [a, b, ], alors la nouvelle
fonction est une fonction continue sur un compact, et est donc uniformément
continue. La fonction f est alors la restriction à [a, b[ d’une fonction unifor-
mément continue, ce qui fait que f est elle-même uniformément continue.
<++>

Correction de l’exercice 101


a. La fonction est continue sur un compact, donc uniformément continue.
b. Cette fonction est une restriction d’une fonction uniformément continue.
c. Nous considérons la fonction
f : ]0, 1] → R
1 (8.221)
x 7→ x sin( ).
x
Étant donné que limx→0 f (x) = 0 (le prouver), la fonction
g : [0, 1] → R

f (x) si x 6= 0 (8.222)
x 7→
0 si x = 0
7. En réalité, prendre exactement la taille de l’intersection est ne pose problème qu’au cas où
les deux intervalles sont ouverts et que un point est à l’infimum de l’intersection et l’autre au
supremum.
270 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

est continue sur [0, 1] et y est donc uniformément continue. Maintenant, la


fonction f est la restriction de g au domaine ]0, 1], et y est donc uniformément
continue.
d. Cette fonction n’est pas uniformément continue. En effet, fixons nous un ǫ,
et montrons que pour tout δ, il existe un choix de x et y dans [0, ∞[ tels que
|x − y| ≤ δ et |x2 − y 2 | ≥ ǫ. Affin de simplifier la notation, au lieu de prendre
x et y, nous prenons x et x + δ : ce sont typiquement deux points situés à
une distance inférieure ou égale à δ l’un de l’autre.
Nous avons que |x2 −(x+δ)2 | = |δ 2 +2xδ|, qui peut être rendu arbitrairement
grand (tant que δ est fixé) lorsque x est grand.
Notez que cet argument ne tient pas si on se limite à regarder la fonction x2
sur un domaine borné.
e. Vue sur l’intervalle [a, 1], la fonction x 7→ sin( x1 ) est continue sur un compact,
et donc uniformément continue.o
f. Pour tout δ > 0, il existe un choix de x et y avec |x − y| ≤ δ, mais avec
1
x
= π2 + 2kπ et y1 = 3π 2
+ 2k ′ π. Pour un tel choix, nous avons

1 1
sin( ) − sin( )

= 2, (8.223)
x y
donc nous n’avons pas uniforme convergence.
g. Cette fonction n’est pas uniformément continue parce que si ǫ est donné, nous
allons montrer qu’aucun choix de δ ne convient. Il suffit en effet de prendre
x assez grand pour que |x2 − (x + δ)2 | > 2π, et alors, dans la boule B(x, δ),
il y a un endroit où la fonction sin(x2 ) prend la valeur 1 et un endroit où elle
prend la valeur −1.
h. La fonction est continue sur un compact.

i. Nous savons que la dérivée de x est bornée sur [1, ∞[, donc la fonction y
est uniformément continue en vertu de l’exercice 98.

j. La fonction x étant uniformément continue sur [0, 2] et sur [1, ∞[, elle est
uniformément continue sur [0, ∞[ par le principe des intervalles chevauchant,
exercice 99.
x
k. En utilisant l’astuce (habituelle) xx = eln(x ) = ex ln(x) , nous pouvons montrer
que
lim+ xx = 1. (8.224)
x→0
Nous pouvons donc prolonger par continuité la fonction xx sur l’intervalle
compact [0, 1] en disant qu’elle vaut 1 en x = 0. Cette prolongation est
uniformément continue, et donc la fonction de départ est uniformément con-
tinue.
271

l. Étant donné que limx→0 ln(x) = −∞, pour tout δ, il existe x et y tels que
|x − y| < δ et avec | ln(x) − ln(y)| > 1.
m. Cette fonction est uniformément continue parce que sa dérivée est bornée.

Correction de l’exercice 102


Par le théorème de Rolle, il y a un zéro de la dérivée entre deux zéros de la
fonction. Comme la fonction possède n zéros, la dérivée en possède au moins n−1.
Nous savons par ailleurs que la dérivée est un polynôme de degré n − 1 et possède
donc au plus n − 1 zéros. La combinaison des deux donne la conclusion.
Par récurrence, la dérivée kième a n − k zéros distincts.
Si P est de degré 0 ou 1, alors elle est uniformément continue parce que linéaire
(ou affine). Si le degré est plus grand ou égal à 2, il faut encore montrer que le
polynôme n’est pas uniformément continue.
Il y a au plus n + (n − 1) + . . . + 1 point distincts où P ou une de ses dérivées
s’annule. Au delà de ces points, P et ses dérivées ne changent plus de signe, et
sont donc toutes positives ou toutes négatives. En particulier, P ′ est une fonction
qui tend soit vers l’infini soit vers moins l’infini (c’est ici que nous utilisons le fait
que le degré est plus grand ou égal à 2). Soit x dans cette zone, et notons m, le
minimum de P ′ sur B(x, δ), alors

|P (x) − P (x + δ)| > mδ, (8.225)

et il suffit de prendre x assez grand pour que m > ǫ/δ pour contredire l’uniforme
continuité.

Correction de l’exercice 103


Nous cherchons deux points x1 et x2 tels que

f (x2 ) − f (x1 )
= −λf (a). (8.226)
x2 − x1

Étant donné que g(−1) = g(1) = 0, le théorème des accroissements finis dit qu’il
y a un point a dans ]−1, 1[ tel que g ′(a) = 0. Mais

g ′ (x) = λeλx f (x) + eλx f ′ (x), (8.227)

donc la condition g ′(a) = 0 dit que f ′ (a) = −λf (a).

Correction de l’exercice 104


Prouvons que f est nécessairement monotone, c’est à dire que f (y) − f (x) a
un signe constant tant que y > x. L’application (x, y) 7→ f (y) − f (x) est une
application continue de I × I vers R qui ne passe par zéro que lorsque x = y
272 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

(parce que f est inversible), donc elle ne peut pas changer de signe dans la partie
y > x.
Maintenant, la proposition 31 prouve l’exercice.

Correction de l’exercice 105


La fonction 
x si x < 1
f (x) = (8.228)
3 − x si 1 < x ≤ 2

Elle vérifie f −1 (1) = 2, mais limy→1− f −1 (y) = 1, ce qui prouve que f −1 n’est pas
continue.

Correction de l’exercice 106


D’abord, remarquons que f ′ (0) = 1, donc f ′ > 0 sur un voisinage de 0. Donc,
si ǫ est dans ce voisinage, f (ǫ) > 1. Disons f (ǫ) = 1 + δ. En utilisant la propriété
d’additivité, nous avons

f (ǫ + ǫ) = f (ǫ)2 = (1 + δ)2 > 1, (8.229)

et plus généralement,
f (nǫ) = (1 + δ)n . (8.230)
Évidement, (1+δ)n tend vers l’infini lorsque n tend vers l’infini. Nous en déduisons
que [1, ∞[⊂ Im(f ).
Reste à voir que les valeurs entre 0 et 1 sont dans l’image et que les valeurs
négatives n’y sont pas. Affin de voir que les valeurs entre 1 et 0 sont dans l’image
de f , nous prenons le même argument que précédemment, mais en utilisant le fait
que f (−ǫ) = 1 − δ et que (1 − δ)n → 0 lorsque n → ∞.
Montrons que f (x) ≤ 0 n’est pas possible. Bien entendu, f (x) = 0 n’est pas
possible parce que nous aurions, pour tout y l’identité f (x + y) = f (x)f (y) = 0,
et donc f = 0.
Si f (x0 ) < 0, alors il existe x1 > x tel que f (x1 ) = 0 (parce que nous avons
déjà montré que f (nǫ) → ∞ quand n → ∞). Prenons

x1 = inf{x > x0 | f (x) = 0}. (8.231)

Étant donné que f est continue sur [x0 , x1 ], il existe c ∈ ]x0 , x1 [ tel que f ′ (c) > 0.
Mais, par définition de x1 , nous avons f (c) < 0, cela contredit la propriété f ′ = f .

Correction de l’exercice 108


a. Pour la première vague, nous avons
x4
(a) f (x) = x4 fait l’affaire parce que x3
→0
273
 
(b) Sous-entendu, nous demandons une fonction dans o |x−1| pour x → 1.
La fonction f (x) = (x − 1)2 fonctionne.
(c) La fonction f (x) = x sin(x).
b. Pour la deuxième vague,
(a) Nous avons
xf (x) f (x)
lim 2
= lim = 0, (8.232)
x→0 x x→0 x

donc VRAI.
(b) Nous avons limx→0 f (x)/x2 6= 0, mais x2 ∈ o(x), donc FAUX.
(c) En utilisant l’hypothèse limx→0 f (x)/x3 , nous trouvons

f (x) f (x)
lim = lim x =0
x→0 x2 x→0 x
f (x) f (x)
lim = lim x2 3 = 0 (8.233)
x→0 x x→0 x
f (x) f (x)
lim = lim x3 3 = 0.
x→0 1 x→0 x

Correction de l’exercice 109


Nous devons écrire
f ′′ (x)
P (x − a) = f (a) + f ′ (a)(x − a) + (x − a)2 (8.234)
2!

avec a = 0 et f (x) = ex . Étant donné que les dérivées de tout ordre de l’exponen-
tielle sont ex , nous avons toujours f (k) (0) = 1, et donc

x2
P (x) = 1 + x + . (8.235)
2
Les graphes sont sur la figure 8.4.
Afin d’évaluer l’erreur commise entre e0,1 et P (0, 1), nous calculons le reste
donné par la proposition 12. Il existe un c entre 0 et 0, 1 tel que

ec
R2 (x) = · 0, 001, (8.236)
3
où c est entre 0 et 0, 1. La valeur de ec est bornée par e < 3, et donc

R2 (0, 1) < 0, 001, (8.237)


274 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

−2 −1 1 2
−1

Figure 8.4 – En bleu : la fonction x 7→ ex , en vert son développement d’ordre 1


et en rouge celui d’ordre 2.

et l’estimation
0,1 x2 0, 01
e =1+x+ = 1 + 0, 1 + = 1, 105 (8.238)
2 2
est acceptable. En effet, la valeur « exacte » est 1, 10517.
Correction de l’exercice 110
Le développement du logarithme autour de 1 est donné par
(x − 1)2 (x − 1)3
P (x − 1) = x − 1 − + , (8.239)
2! 3!
et est supposé approximer la fonction ln(x) autour de x = 1. En posant x = 1
dans (8.239), nous trouvons 0, ce qui est la valeur exacte du logarithme en x = 1.
Notons toutefois qu’en remplaçant avec x = 0, nous trouvons un nombre qui est,
en norme, borné par e, ce qui est une nettement plus mauvaise approximation de
ln(0) = −∞.
L’erreur commise en remplaçant ln(x) par le développement à l’ordre 384 est
donné par
ln(384) (c) 384! 1
R384 (1, 2) = · (0, 2)385 = 384 · (0, 2)385 (8.240)
(385)! c 385!
275

pour un certain c ∈ ]1, 1.2[. Cette valeur est majorée par

(0, 2)385
. (8.241)
385

Correction de l’exercice 112


a.
b. Cela est juste un calcul :
!n
f (x)n f (x)
lim kn = lim = 0. (8.242)
x→0 x x→0 xk

c. Nous avons    
f g(x) g(x)n f g(x)
lim = lim kn . (8.243)
x→0 xkn x→0 x g(x)n
 
Le premier point montre que limx→0 f g(x) /g(x)n = 0, et le second point
montre que g(x)n ∈ o(xkn ), donc la limite (8.243) est nulle.

Correction de l’exercice 113


a.
b.
c.
d.
√ x2 x3
e. 1+t = 1+ x
2
− 8
+ 16
+ o(x3 )

Correction de l’exercice 114


Ici, le point crucial qui joue est l’unicité du polynôme dont il est question dans
la proposition 11. Nous utiliserons aussi toutes les propriétés de combinaisons des
o.
a. Le principe d’unicité dit qu’il existe un seul polynôme P (t) d’ordre 3 tel que

3t4 + t3 + t2 + t = P (t) + o(t3 ), (8.244)

mais 3t4 ∈ o(t3 ), donc en fait le polynôme P (t) = t3 + t2 + t = vérifie la


condition (8.244). C’est donc lui, le développement de Taylor d’ordre 3 de
3t4 + t3 + t2 + t.
276 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

b. Nous reprenons le développement de cos(x) − 1 de l’exercice 113. Nous avons

x2 x4
cos(x) − 1 = − + + o(x4 ), (8.245)
2 4!
donc
cos(x) − 1 x3 x3 o(x4 )
=− + + (8.246)
x 2 4! x
Étant donné que o(x4 )/x = o(x3 ), nous avons que

cos(x) − 1 x3 x3
=− + + o(x3 ). (8.247)
x 2 4!
Par unicité,
x3 x3
+ − (8.248)
2 4!
est le développement de Taylor de la fonction proposée.
c.
d.
e. Étant donné les solutions de l’exercice 114, nous savons que
r s
   2x4 
1 + cos(x) − 1 = 1 + − 2x2 + + o(x4 )
3 (8.249)
2 3
A A A
=1+ − + + o(A3 ),
2 8 16
4
si nous appelons A la quantité −2x2 + 2x3 +o(x4 ). Nous ne cherchons que l’or-
dre 3, donc nous voulons débusquer tous les termes en o(x3 ), et les rassembler
sous le seul symbole « +o(x3 ) ».
En réalité, A = −2x2 + o(x3 ), donc A2 ∈ o(x3 ), et o(A3 ) ∈ o(x3 ), il ne reste
que r  
1 + cos(x) − 1 = 1 − x2 + o(x3 ). (8.250)
Note : si nous avions cherché les termes jusqu’à l’ordre 4, alors il aurait fallu
par exemple garder le terme en x4 dans A2 , et au final,
r   x4 2
1 + cos(x) − 1 = 1 − x − + o(x4 ). (8.251)
4

Correction de l’exercice 116


a.
277

b. Considérons la fonction (continue) F donnée par



 f (t) si t 6= 0
tk
F (t) =  (8.252)
0 si t = 0.

La fonction que nous étudions est (F ◦ ϕ)(x). Étant donné la continuité de


F , nous avons
 
lim (F ◦ ϕ)(x) = F lim ϕ(x) = F (0) = 0. (8.253)
x→0 x→0

Correction de l’exercice 117


Nous nous mettons dans une boule B centrée en (t, t) de rayon suffisamment
petit pour que tous les x et y soient dans la même période de la fonction sinus.
Pour chaque (x, y), il existe un ξ ∈ [x, y] tel que
sin(x) − sin(y) = cos(ξ)(x − y). (8.254)
Nous pouvons donc considérer une fonction ξ définie sur B telle que sin(x) −
sin(y) = cos ξ(x, y) (x − y). Certes, il existe plusieurs telles fonctions (en parti-
culier n’importe quelle valeur convient en ξ(t, t)), mais nous en considérons une.
Nous avons donc
sin(x) − sin(y)  
= cos ξ(x, y) . (8.255)
x−y
Étant donné que ξ(x, y) ∈ [x, y] lorsque x 6= y, nous avons la limite
lim ξ(x, y) = t. (8.256)
(x,y)→(t,t)
 
En effet, soit ǫ < 0 et δ tel que pour tout (x, y) ∈ B (t, t), δ , nous ayons |x−y| < ǫ.
Nous avons alors
(8.257)

ξ(x, y) − x < |y − x| < ǫ.
Notez que nous avons établi une limite pour ξ en ayant aucune idée de sa conti-
nuité ! Finalement nous avons
   
lim f (x, y) = lim cos ξ(x, y) = cos lim ξ(x, y) = cos(t).
(x,y)→(t,t) (x,y)→(t,t) (x,y)→(t,t)
(8.258)
La fonction
sin(x) − sin(y)
f (x, y) = (8.259)
x−y
peut donc être continument prolongée par cos(x) sur la ligne x = y.

Correction de l’exercice 118


278 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

a. La fonction ex cos(x) n’a pas d’extrema globaux, mais la dérivée


 
f ′ (x) = ex cos(x) − sin(x) (8.260)

s’annule en ai = π4 + 2kπ et bi = 5π 4
+ 2kπ. Étant donné que f ′′ (x) =
−2ex sin(x), les premiers points ai sont des maxima locaux, et les points bi
sont des minima locaux.
1−ln(x)
b. La dérivée de f est f ′ (x) = x2
et s’annule en x = e, qui et un point de
maximum global.
c.
d.
e. La dérivée de f s’annule en t = ±1, où la dérivée seconde vaut respectivement
6 et −6, ce qui fait que 1 est minimum local, et −1 est maximum local. Ils
ne sont cependant pas extrema globaux.
f. Idem que le point précédent, mais −3 est minimum global et 3 est maximum
global.
g.
h. Le dénominateur ne s’annule jamais, donc c’est une fonction qui s’étudie de
façon usuelle pour x > 1 et pour x < −1 séparément (à cause de la valeur
absolue). Il faut cependant étudier le point x = −1 de façon séparée, parce
que la fonction n’y est pas dérivable.
Nous avons f (−1) = 0, alors que la fonction est toujours strictement positive
ailleurs. Nous concluons que x = −1 est minimum global.

Correction de l’exercice 119


La définition de la dérivée sur le bord du domaine de définition (voir page 74)
est
f (b − ǫ) − f (b)
f ′ (b) = lim . (8.261)
ǫ→0
ǫ>0
ǫ

L’hypothèse dit que ce nombre est strictement positif, donc ∃ǫ0 tel que ǫ < ǫ0
implique
f (b − ǫ) − f (b)
> 0, (8.262)
ǫ
et donc f (b − ǫ) − f (b) > 0, ce qui fait que f est un maximum.

Correction de l’exercice 120


279

a. Notons tout de suite qu’il n’y a pas d’extrema globaux, par exemple parce
que limx→±∞ (x, 0) = ±∞. La différentielle de f est donnée par
df (x, y) = (3x2 + 6x − 9, −3y 2 + 6y), (8.263)
qui s’annule en (−3, 0), (−3, 2), (1, 0), (1, 2). Ce sont donc ces seuls points qui
sont susceptibles d’être des extrema locaux. La matrice des dérivées secondes
est !
2 6x + 6 0
d f (x, y) = . (8.264)
0 −6y + 6
Les valeurs propres sont données par l’équation

  6x + 6 − λ 0
det d2 f (x, y) − λ1 = (8.265)

,
0 −6y + 6 − λ
dont les solutions sont λ1 (x, y) = 6x + 6 et λ2 (x, y) = −6y + 6.
Il suffit maintenant de calculer λ1 et λ2 pour les différents points critiques.
Nous avons
(
λ1 (−3, 0) = −12 (8.266a)
λ2 (−3, 0) = 6, (8.266b)
(
λ1 (−3, 2) = −12 (8.267a)
λ2 (−3, 2) = −6, (8.267b)
(
λ1 (1, 0) = 12 (8.268a)
λ2 (1, 0) = 6, (8.268b)
(
λ1 (1, 2) = 12 (8.269a)
λ2 (1, 2) = −6, (8.269b)
Le point (1, 0) est donc minimum local parce que d2 f y est définie positive,
et le point (−3, 2) est maximum local parce que d2 f y est définie négative.
b. La différentielle est
df = (3x2 + 3y; 3y 2 + 3x), (8.270)
donc les points critiques sont donnés par le système
(
x2 + y = 0 (8.271a)
y 2 + x = 0, (8.271b)
dont les solutions réelles sont (0, 0) et (−1, −1). La matrice des dérivées
secondes est donnée par
!
2 6x 3
d f (x, y) = , (8.272)
3 6y
280 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

dont nous devons chercher les valeurs propres. L’équation det(A − λ1) = 0
est
(6x − λ)(6y − λ) − 9 = 0, (8.273)
et les solutions sont
q
λ± (x, y) = 3(x + y) ± 3 y 2 − 2xy + y 2 + 1. (8.274)

Étant donné que λ± (0, 0) = ±3, ce point n’est ni un maximum ni un min-


imum local. L’autre point critique est par contre un maximum local strict
parce que λ+ (−1, −1) = −3 et λ− (−1, −1) = −9, ce qui fait que d2 f (−1, −1)
est définie négative.
c. La différentielle vaut
df = (3x2 + 1, −6y − 2), (8.275)
qui ne s’annule jamais. Il n’y a donc aucun extrema local. Notons aussi que
pour tout (x, y) ∈ R2 , nous avons, pour tout ǫ > 0
f (x + ǫ, y) > f (x, y)
(8.276)
f (x − ǫ, y) < f (x, y),
le domaine étant ouvert, il n’y a donc pas d’extrema global.
d. Cette fois, le domaine est compact, et il existe certainement un maximum et
un minimum global, qu’il faut aller chercher sur les bords.

Correction de l’exercice 121


Une droite verticale n’est solution que si tous les points donnés sont alignés
verticalement. Nous cherchons donc une droite oblique sous la forme y = ax + b,
où a et b sont les paramètres inconnus que nous voulons optimiser.
Le point (xi , yi ) se projette verticalement sur la droite sur le point (xi , axi + b),
et la distance est donc yi − axi − b. La fonction à minimiser est donc
X
f (a, b) = (yi − axi − b)2 . (8.277)
i

Les différentielles sont


X
∂a f (a, b) = 2 (yi − axi − b)(−xi )
i
X (8.278)
∂b f (a, b) = 2 (yi − axi − b)(−1)
i

Les points critiques sont donnés par la solution du système d’équation


 X 2 X X

 ( xi )a + ( xi )b = yixi (8.279a)

i i i
X X
(

 xi )a + nb = yi . (8.279b)
i i
281

Correction de l’exercice 122


La fonction à minimiser est V (x, y, z) = xyz, qui se réduit à un problème à
deux variables en utilisant la contrainte,

4
V (x, y) = 4xy − 2x2 y − xy 2 , (8.280)
3
qui est une fonction usuelle de R2 vers R à maximiser. Les équations pour les
points critiques sont
4
∂x V = 4y − 4xy − y 2 = 0
3 (8.281)
2 8
∂y V = 4x − 2x − xy = 0.
3
Évidement, nous refusons toute solution avec x ou y nuls, donc nous pouvons
simplifier la première par y et la seconde par x, ce qui donne le système

2


 2 − 2x − y = 0 (8.282a)
3
 4
 2 − x − y = 0.

(8.282b)
3

La solution est ( 32 , 1). Étant donné que nous regardons V sur un compact, et que
le maximum n’est certainement pas sur un des bords (V s’y annule), le maximum
global (qui existe par compacité) doit être à l’intérieur, et donc sur un maximum
local. Il ne peut donc être que ( 22 , 1).
Nous pouvons le vérifier directement :
!
2 −4y 4 − 4x − 38 y
d V (x, y) = (8.283)
4 − 4x − 83 y − 83 x,

donc !
23 −1 −1/9
d V ( , 1) = 4 , (8.284)
3 −1/9 −2/3
et ses valeurs propres sont √
−15 ± 13
λ± = , (8.285)
18
qui sont, effectivement, toutes deux négatives, ce qui prouve un maximum global.

Correction de l’exercice 123


D’abord, remarquer que f ≡ 0 sur le bord du domaine. La fonction est égale-
ment toujours positive à l’intérieur du domaine. Nous avons donc minimum global
282 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

sur les bords, et nous ne recherchons que des minima locaux à l’intérieur. Les
équations pour les points critiques sont
(
∂x f (x, y) = y(y − 2x + 1) = 0 (8.286a)
∂y f (x, y) = (x − 1)(2y − x) = 0, (8.286b)
dont les solutions sont les points (0, 0), ( 23 , 31 ), (1, 0), (1, 1). Parmi eux, seul ( 23 , 13 )
n’est pas sur le bord, donc c’est lui le maximum local.
Correction de l’exercice 124
En calculant les dérivées successives de la solution imposée, nous trouvons
y(t) = t4 e2t
y ′(t) = (2t4 + 4t3 )e2t (8.287)
y ′′(t) = (4t4 + 16t3 + 12t2 )e2t .
En injectant le tout dans l’équation, nous trouvons l’équation
(4 + 4a + b)t4 + (16 + 8a)t3 = 0. (8.288)
Cette équation doit être vraie pour tout t, donc nous en déduisons a = −2 et
b = 4.
Correction de l’exercice 125
a. Nous manipulons un tout petit peu l’équation en utilisant y ′ = dy/dt :
ey y ′ = (t3 + t)
(8.289)
ey dy = (t3 + t)dt,
t4 2
que nous intégrons des deux côtés pour trouver ey = 4
+ t2 + C. De là, nous
déduisons la solution générale :
!
t4 t2
y(t) = ln + +C . (8.290)
4 2
b. y ′ = 1 + y 2. Nous avons u(t) = 1 et f (y) = 1 + y 2 qui ne s’annule jamais,
donc I = J = R. Petit calcul :
Z
dy
G(y) = = arctan(y). (8.291)
1 + y2
 
La solution est donc implicitement donnée par arctan y(t) = t + C, et donc
explicitement par
y(t) = tan(t + C). (8.292)
Notons
 que, dans ce cas ci, nous sommes parvenu à isoler y(t) dans l’équation
G y(t) = U(t) + C. Cela n’est pas toujours possible, comme nous le verrons
dans d’autres exercices.
283

c. Nous avons u(t) = cos(t) et f (y) = 1+e 1


y , et donc U(t) = sin(t) et G(t) =

y + e . La solution se présente sous forme implicite


y

y + ey = sin(t) + C. (8.293)
Il n’est pas possible de résoudre cette équation pour isoler y, donc nous
devons nous contenter de cette forme. Toutefois, nous pouvons nous deman-
der sur quel domaine cette formule définit correctement la fonction y(t). Il
faudrait trouver les domaines I et J telles que la fonction z 7→ z + ez soit
bijective entre I et J.
Démontrons que la fonction f : z → z + ez est bijective sur R. D’abord, elle
est sur surjective parce que limz→±∞ f (z) = ±∞. Ensuite, elle est injective
parce que sa dérivée est toujours strictement positive. Si nous notons g son
inverse, alors  
y(t) = g sin(t) + C (8.294)
est la solution.
d. y ′ = y 2. Nous avons u(t) = 1, donc I = R et f (y) = y 2, donc deux possibilités
de domaines connexes où f ne s’annule pas : J1 = R− 0 et J2 = R0 . Nous
+

trouvons immédiatement que


1
G(y) = − U(t) = t, (8.295)
y
donc
−1
y(t) = (8.296)
t+C
sont les solutions qui ne s’annulent pas.
Dès que y(t0 ) 6= 0, nous avons y(t) = −1/(t + C) sur un voisinage de t0 .
Cependant, cette fonction ne s’annule jamais. Donc une fonction qui ne s’an-
nule pas en un point ne s’annule jamais. La seule solution qui s’annule en un
point est la solution identiquement nulle y(t) = 0 pour tout t.
La solution (8.296) est valable sur les intervalles I1 = ]−∞, −C[ et I2 =
]−C, ∞, [. Une constante différente peut être choisie sur ces deux domaines,
vu que nous n’avons de toutes façon pas la continuité en t = −C.
La solution générale consiste à découper R en une suite d’intervalles Ik et
de poser 
 − 1
 t+Ck

y(t) = ou bien (8.297)



0
sur l’intervalle Ik . La seule contrainte sur le choix du découpage et des con-
stantes Ck est que −Ck ∈ / Ik . Il y a donc énormément de solutions, si on
n’impose pas d’être continue sur un intervalle maximum.
284 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

e. y ′ = y 1/3 . Nous avons y ′/y 1/3 = 1, et donc, si y(t0 ) 6= 0, alors sur un voisinage
de t0 , la solution est donnée par 32 y 2/3 = t + C,
 3/2
2t
y(t) = +C . (8.298)
3
L’étude du domaine de cette solution est intéressante. Ce domaine est a priori
l’intervalle A = ]− 3C
2
, ∞[. Pourquoi ne pas mettre le point −3C/2 dans le
domaine ? Parce que y = 0 en ce point, et nous avons dès le départ écarté
les solutions avec y = 0.
Cependant, même si y ′ n’est pas définit en −3C/2, il n’en reste pas moins
que nous pouvons raccorder y(t) avec la solution y(t) ≡ 0 en ce point :

0 si t ≤ −3C/2
y(t) =  3/2 (8.299)
 2t
3
+C si t > −3C/2.

Cela est une solution continue de l’équation différentielle donnée, dont la


dérivée n’existe pas en un seul point.
f. Nous remettons l’équation sous la forme

1 + y2
y′ = − sin(t). (8.300)
y
2
Nous avons f (y) = − 1+yy
qui ne s’annule pas, mais qui n’est pas continue
en y = 0. Donc une fonction y : R → R+ 0 ou y : R → R0 est solution de

l’équation proposée si et seulement si


1
ln(y 2 + 1) = cos(t) + C, (8.301)
2
c’est à dire q
y(t) = ± Ke2 cos(t) − 1. (8.302)
Cela fait une double infinité de solutions : pour chaque K ∈ R et pour chaque
choix de ±, nous avons une solution.
Ici encore, le domaine vaut le coup d’œil. Notons tout de suite que lorsque
K < 0, le domaine est vide. L’expression e2 cos(t) varie entre e−2 et e2 , donc
(a) Si K < e−2 , alors le domaine est vide.
(b) Si K > e2 , alors le domaine est tout R.
(c) Si K ∈ ]e−2 , e2 [, alors la solution n’existe pas pour tous les t, et le
domaine est une suite d’intervalles.
285

(d) Si k = e2 , alors y(t0 ) = 0 lorsque cos(t0 ) = −1, mais la solution con-


tinue à exister après t0 , parce que l’expression sous la racine redevient
strictement positive. Cependant, la dérivée de la fonction
q
y(t) = Ke2 cos(t) − 1 (8.303)

en le point t0 n’existe pas : elle vaut −1 à gauche et 1 à droite (voir


le calcul de la sous-section 2.3.1). Il y a cependant moyen d’écrire une
solution dont la dérivée existe en faisant
√
 Ke2 cos(t) − 1 si t ≤ t0
y(t) =  √ 2 cos(t) (8.304)
− Ke − 1 si t > t0 .

C’est à dire, en combinant plusieurs choix de signes ± à différents points


de l’intervalle.

Correction de l’exercice 126


a. Nous avons vu dans l’exercice 125a que si il existe une solution, elle doit
s’écrire sous la forme !
t4 t2
y(t) = ln + +C (8.305)
4 2
où le domaine est déterminé par la valeur de la constante par l’inégalité
t4 t2
+ + C > 0. (8.306)
4 2
Nous demandons y(1) = 1, c’est à dire
 
1 1
y(1) = ln + + C = 1, (8.307)
4 2
ce qui permet de fixer la constante C = e − 43 .
b. Nous avons déjà trouvé que y(t) = tan(t + C). La condition de Cauchy dit
que y(0) = tan(C) = 0, donc C ∈ {0, π}. Il y a donc les deux solutions
y1 (t) = tan(t)
(8.308)
y2 (t) = tan(t + π).

c. La même avec y(0) = 1. La condition 1 = tan(C) demande C ∈ { π4 , 5π


4
}, et
donne deux solutions
π
y1 (t) = tan(t + )
4
5π (8.309)
y2 (t) = tan(t + ),
4
286 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

dont les domaines de définitions respectifs sont


π π
I1′ = ]−π − ,π − [
4 4
5π 5π (8.310)
I2′ = ]−π − ,π − [.
4 4
Une bonne question à se poser est de comprendre pourquoi cela ne viole pas
le théorème d’unicité de la solution.
d. Nous savons déjà que la solution est donnée par la formule implicite

y + ey = sin(t) + C. (8.311)

La condition de Cauchy se traduit en 3 + e3 = sin( π2 ) + C, ce qui donne


C = 2 + e3 . La fonction z 7→ z + ez étant bijective sur tout R, cette formule
définit bien y(t) pour tout t.
e. Nous avons deux solutions mutuellement exclusives : y(t) = −1/(t + C) et
y ≡ 0. La condition de Cauchy y(1) = 2 demande d’utiliser la première. Le
calcul détermine que C = −3/2.
Cette solution n’existe pas en t = 23 . Donc on peut mettre n’importe quelle
solution sur ]−∞, − 23 [, et puis la solution y(t) = t−
−1
3 sur ] 2 , ∞[.
3
2

f. Seule la solution identiquement nulle satisfait à la condition.


g. La condition de Cauchy amène la condition y(0) = C 3/2 = 1, donc C = 1.
La solution continue maximale est donc

0 si x ≤ 3
2
y(t) =  3/2 (8.312)
 2x
3
+1 si x > 3
2

h. La solution y ≡ 0 fait l’affaire, mais il y en a une autre : celle avec C = 0


qui est  3/2
 2x si x > 0
y(t) =  3 (8.313)
0 si x ≤ 0.
La seconde ligne de la définition est importante parce qu’on donne une con-
dition de Cauchy en t = 0, donc nous voulons des solutions qui soient au
moins dérivables en zéro, sinon le problème n’a pas de sens. Le fait que la
fonction y ainsi définie soit continue est évident. Il faut vérifier qu’elle est
aussi dérivable en t = 0. Pour cela, il suffit de voir que
y(0) − y(x)
lim+ = 0, (8.314)
x→0 x
ce qui n’est pas très compliqué.
287

i. En√vertu de la solution (8.302) déjà trouvée , nous devons résoudre l’équation


± Ke2 − 1 = 1 par rapport à K, donc nous devons faire le choix du signe
positif et prendre K = 2e−2 , qui est plus petit que e2 , mais plus grand que
e−2 , donc la solution existe, mais n’est pas partout définie.

Correction de l’exercice 127


a. y ′ − 2ty = t est une équation linéaire non homogène, donc nous résolvons
d’abord l’équation homogène yH ′
= 2tyH , qui amène

ln(yH ) = t2 + C, (8.315)

c’est à dire
2
yH (t) = Cet . (8.316)
La méthode de variation des constantes nous dit de chercher la solution du
2
système non homogène sous la forme y(t) = C(t)et . En remplaçant dans
2
l’équation, nous trouvons C ′ (t) = te−t , c’est à dire
1 2
C(t) = − e−t + K, (8.317)
2
et donc
1 2 2 1 2
y(t) = (− e−t + K)et = − + Ket . (8.318)
2 2
Le problème de Cauchy dit de résoudre
1
y(1) = − + Ke = e−1/2 , (8.319)
2
donc de prendre K = e−3/2 + 1
2e
.
b. Nous commençons par résoudre l’équation homogène yH

+ yH tan(t) = 0.
Cela donne !
1
ln(yH ) = − ln + C. (8.320)
cos(t)
Ici, nous effectuons un changement de nom pour la constante : C → ln(C), et
nous utilisons la formule de somme des logarithmes. Nous obtenons ln(yH ) =
ln(C cos(y)), et donc
yH (t) = C cos(t) (8.321)
comme solution générale de l’équation homogène. En ce qui concerne la so-
lution de l’équation non homogène, nous posons

y(t) = K(t) cos(t)


(8.322)
y ′(t) = K ′ cos(t) − K sin(t),
288 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

que nous remettons dans l’équation de départ :


K cos(t) sin(t)
K ′ cos(t) − K sin(t) + = sin(2t). (8.323)
cos(t)
Les deux termes en K non dérivé se simplifient et il reste
sin(2t)
K ′ (t) = (8.324)
cos(t)
qui s’intègre très facilement une fois que l’on a pensé à utiliser la formule
sin(2t) = 2 sin(t) cos(t) :
K(t) = −2 cos(t) + C, (8.325)
et la solution du problème non homogène est
 
y(t) = K(t) cos(t) = C − 2 cos(t) cos(t). (8.326)

La résolution du problème de Cauchy est y(0) = −2 + C = 6, donc C = 8.


c. y ′ +ycotg(x) = 5ecos(x) . L’équation homogène associée est yH

+yH cotg(x) = 0,
dont la solution est donnée par
 
ln(yH ) = − ln C sin(x) , (8.327)
et donc par
C
yH (t) = (8.328)
sin(t)
où nous avons renommé C → C −1 . La méthode de variations des constantes
demande de substituer ceci dans l’équation :
K(t)
y(t) =
sin(t)
(8.329)
K′ cos(t)
y ′(t) = −K 2 .
sin(t) sin (t)
Nous trouvons
K′ cos(t) K
−K 2 + cotg(t) = 5ecos(t) (8.330)
sin(t) sin (t) sin(t)
| {z }
=0

où, comme toujours, les termes en K se simplifient, et il reste K ′ (t) =


5 sin(t)ecos(t) , d’où K(t) se trouve. La solution finale est alors
−5ecos(t)+C
y(t) = . (8.331)
sin(t)
289

La condition de Cauchy demande y( π2 ) = −5+C


1
= −4, et donc C = −1. La
solution est donc
−5ecos(t) − 1
y(t) = . (8.332)
sin(t)
d.
e. x3 y ′ + (2 − 3x2 )y = x3 . Nous allons commencer par diviser l’équation par
x3 . Nous devrons discuter à la fin ce qu’il se passe en x = 0. L’équation
homogène est yH ′
/yH = (3x2 − 2)/x3 , et la solution est
2
yH (t) = Kx3 e−x . (8.333)

Nous appliquons la méthode de variation des constantes, et nous mettons


2
y(x) = K(x)x3 e1/x
2 2 (8.334)
y ′(x) = K ′ x3 e1/x + K(3x2 − 2)e1/x
dans l’équation de départ. Après simplification nous trouvons
2
K ′ (x) = x−3 e−1/x
1 2 (8.335)
K(x) = e−1/x + C
2
La solution à l’équation non homogène est donc
x3 3
y(x) = + x3 e1/x . (8.336)
2
Cette solution n’est pas définie en x = 0, et, pire, limx→0 y(x) 6= 0. Donc
la seule solution possible qui passe par x = 0 est la solution identiquement
nulle.
f. L’équation homogène est yH

/yH = 2cotg(2x), dont la solution est

yH (x) = K sin(2x). (8.337)

Correction de l’exercice 129


a. Le polynôme caractéristique est x2 −2x = 0, donc x = 0 et x = 2. La solution
générale est donc
y(t) = A + Be2t . (8.338)
Les dérivées se calculent aisément :
y ′ (t) = 2Be2t
(8.339)
y ′′ (t) = 4Be2t .
290 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Les données de Cauchy demandent de résoudre le système


(
y(0) = A + B = 0 (8.340a)
y ′ (0) = 2B = 1, (8.340b)

donc A = − 21 et B = 21 .
b. Polynôme caractéristique : 3x2 + 4x + 1 = 0, solutions : x = − 31 et x = −1,
donc l’équation différentielle est résolue par

y(t) = Ae−x/3 + Be−x . (8.341)

c. Cette fois, le polynôme caractéristique a une racine double x = 3. Le système


fondamental de solutions est alors donné par

y1 (t) = e−3t
(8.342)
y2 (t) = te−3t ,

par la proposition 2 de la page 331. La donnée de Cauchy est résolue avec

y(t) = Ay1 (t) + By2 (t) (8.343)


e3 3
et A = 6
et B = − e6 .
d. Le polynôme caractéristique est x2 − 4x + 4 = 0, qui accepte une racine
double en x = 2, donc la solution générale de l’équation est

y(t) = Ae2t + Bte2t . (8.344)

e. Le polynôme caractéristique est x2 + x = 0, et ses solutions sont x = 0 et


x = −1. La solution générale est donc

y(t) = A + Be−t . (8.345)

La donnée de Cauchy se résous par le système


(
y(3) = A + Be−3 = 0 (8.346a)
y ′(3) = −Be−3 = 1, (8.346b)

qui a pour solution A = 1 et B = −e3 .


f. Le polynôme caractéristique est donné par x2 − 2x + 3 = 0, dont les deux
solutions complexes conjuguées sont

x1 = 1 + 2i
√ (8.347)
x2 = 1 − 2i.
291

Un ensemble fondamental de solutions complexes est donné par



y1 (t) = e(1+ 2i)t
√ (8.348)
y2 (t) = e(1− 2i)t

Les combinaisons linéaires 12 (y1 + y2 ) et 2i1 (y1 − y2 ) donnent les solutions


réelles : √ √
y(t) = Aet cos( 2t) + Bet sin( t). (8.349)
 
En effet, e(a+bi)t = eat eit = eat cos(bt) + i sin(bt) .
g. Le polynôme caractéristique se factorise en
(x − 2)(x − 1)2 (x + 2), (8.350)
donc la solution générale est
y(t) = Ae2t + Be−t + Cte−t + De−2t . (8.351)

Correction de l’exercice 130


a. y ′′ − 2y ′ = et sin(t). Un système fondamental pour l’équation homogène est
donné par (
y1 = 1
(8.352)
y2 = e2t .
Étant donné que le second membre contient et , il est naturel de mettre et
dans un essai de solution particulière. Ensuite, la présence de sin(t) nous
incite à mettre A cos(t) + B sin(t). Donc nous essayons
 
yP (t) = et A cos(t) + B sin(t) . (8.353)
Un petit calcul de dérivation avec cette fonction montre que
yP′′ − 2yP′ − et sin(t)
 
= et sin(t)(−2B − 2(A − B) − 1) + cos(t)(2A − 2(B + A)) ,
(8.354)
que nous devons égaler à zéro pour trouver A et B. Le système à résoudre
est (
−2B − 2(A − B) − 1 = 0
(8.355)
2A − 2(B + A) = 0,
et la solution est A = − 12 , B = 0. Nous avons donc pour solution particulière
1
yP (t) = − et sin(t). (8.356)
2
292 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

b. y ′′ + y = −2 sin(t) + 4t cos(t). L’équation caractéristique est x2 + 1 = 0, et


donc x = ±i. Un système fondamental de solutions réelles est donné par
(
y1 = cos(t)
(8.357)
y2 = sin(t).

Nous notons P l’opérateur f 7→ P (x) défini par

P (f )(x) = f ′′ (x) + f (x) + 2 sin(x) − 4x cos(x). (8.358)

La fonction yP (x) est solution particulière de l’équation si P (yP ) = 0. Le


second membre contenant du sinus et du cosinus, nous allons essayer une
solution qui sera une combinaison de sinus et cosinus. Au niveau des coeffi-
cients, nous allons mettre des polynômes. Nous essayons

yP (x) = (ax3 + bx2 + cx + d) cos(x) + (a′ x3 + b′ x2 + c′ x + d) sin(x). (8.359)

Les termes d et d′ correspondent à cos(x) et sin(x), qui sont solutions de


l’homogène. Ils ne vont donc pas contribuer à obtenir le second membre ;
nous pouvons donc directement les oublier et essayer

yP (x) = (ax3 + bx2 + cx) cos(x) + (a′ x3 + b′ x2 + c′ x) sin(x). (8.360)

Le calcul montre que


   
P yP (x) = − 6ax2 + (6a′ − 4b)x − 2c + 2b′ + 2 sin(x)
  (8.361)
+ 6a′ x2 + (4b′ + 6a − 4)x + 2c′ + 2b cos(x).

Afin que cela soit zéro, il faut a = a′ = 0, b = 0, b′ = 1, c′ = 0 et b′ = 1. Une


solution particulière de l’équation non homogène est donc donnée par

yP (x) = 2x cos(x) + x2 sin(x). (8.362)

c. y ′′ − y = et + 2. Un système fondamental pour l’homogène est


(
y1 = ex
(8.363)
y2 = e−x .

Étant donné que ex est déjà une solution de l’homogène, nous ne mettons
pas ex dans un essai de solution particulière, mais nous essayons plutôt axex ,
donc nous essayons
yP (x) = axex − 2. (8.364)
293

Le −2 est là pour obtenir le 2 du membre de droite. En remettant dans


l’équation, nous trouvons (2a − 1)ex , qui s’annule pour a = 1/2, donc
x x
yP (x) = e − 2, (8.365)
2
et la solution générale de l’équation recherchée est
x
y(x) = Aex + Bex + ex − 2. (8.366)
2
En ce qui concerne le problème de Cauchy, nous devons calculer la dérivée :
3 1
y ′ (3) = −Be−3 + Ae3 + e3 + e3 , (8.367)
2 2
et nous voyons que les conditions imposent
e−3 (7e3 − 6) e6 + 2e3
A=− , B= . (8.368)
4 4
d. y ′′ − 2y ′ + 3y = t3 + sin(x). Un système fondamental de solutions réelles est
( √
y1 (x) = ex cos(√ 2x)
(8.369)
y2 (x) = ex sin( 2x)

Nous allons chercher une solution particulière en deux parties. Une pour
obtenir x3 et une pour obtenir sin(x). Afin d’obtenir x3 , nous essayons un
polynôme :
yP 1 = ax3 + bx2 + cx + d
yP′ 1 = 3ax2 + 2bx + c (8.370)
′′
yP 1 = 6ax + 2b
Afin que yP′′ 1 − 2yP′ 1 + 3yP 1 = x3 , nous devons choisir
1 2 2 8
a= , b= , c= , d=− . (8.371)
3 3 9 27
Nous cherchons le second morceau de telle façon à ce que yP′′ 2 −2yP′ 2 +3yP 2 =
sin(x). Pour cela, nous regardons yP 2(x) = A cos(x) + B sin(x) et il est vite
vu que A = B = 14 . La solution particulière ainsi construite est

x3 2x2 2x 8 1 1
yP (x) = + + − + cos(x) + sin(x). (8.372)
3 3 9 27 4 4

Correction de l’exercice 131


294 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

3x
a. y ′′ − 6y ′ + 9y = ex2 . Le polynôme caractéristique de l’homogène a une racine
double x = 3, donc un système fondamental est donné par

y1 (x) = e3x
(8.373)
y2 (x) = xe3x .

Le Wronskien est
!
e3x x xe3x
W = det = e6x , (8.374)
3e3x e3x + 3xe3x

et les deux autres qu’il faut calculer sont


!
0 xe3x e6x
W1 = det e3x = − ,
x2
e3x (1 + 3x) x
! (8.375)
e 3x
0 e6x
W2 = det e3x = 2.
3e3x x2 x

En utilisant la méthode usuelle, nous trouvons

W1 1
c′1 = =−
W x (8.376)
W2 1
c′2 = = 2,
W x

ce qui donne c1 (x) = − ln(x) et c2 (x) = −1/x. Une solution particulière est
donc donnée par
yP (x) = − ln(x)e3x − e3x . (8.377)

Notons que le deuxième morceau est même une solution de l’équation ho-
mogène, nous pouvons donc l’oublier dans la solution particulière. En fin de
compte, la solution générale est

y(x) = Ae3x + Bxe3x − ln(x)e3x . (8.378)

Il n’y a pas de solutions au problème de Cauchy parce que y(0) n’est pas
définie. Remarquez que le v(x) est e3x /x2 , donc 0 est en dehors du domaine
de continuité de v(x), et donc les théorèmes ne s’appliquent pas. Il n’est donc
pas choquant qu’il n’y ait pas de solutions.
b. y ′′ − t = e−t sin(e−t ) + cos(e−t ). L’équation homogène a pour système fonda-
295

mental y1 (x) = ex et y2 (x) = e−x . Les déterminants à calculer sont


!
ex e−x
W = det x = −1 − 1 = −2,
e −e−x
!
0 e−x
W1 = det −x = −e−2x sin(e−x ) + e−x cos(e−x ),
e sin(e ) + cos(e ) −e−x
−x −x
!
ex 0
W2 = det x −x = sin(e−x ) + ex cos(e−x ).
e e sin(e ) + cos(e−x )
−x

(8.379)
De là, nous déduisons

e−2x  
c′1= sin(e−x ) + ex cos(e−x )
2 (8.380)
1 

c2 = − sin(e−x ) + ex cos(e−x ) .
2
La seconde s’intègre assez facilement et donne c2 (x) = ex cos(e−x )/2, tandis
que pour trouver c1 , il faut changer de variable et poser u = e−x pour trouver
1Z   1Z  ′ 1
c1 = − u sin(u) + cos(u) = − u sin(u) = − e−x sin(e−x ).
2 2 2
(8.381)
c. y ′′ + y = 1/ sin(x). Le polynôme caractéristique admet les deux solutions
complexes ±i, et donc nous avons le système fondamental réel

y1 = cos(x)
(8.382)
y2 = sin(x).

Les calculs sont assez simples :


!
cos(x) sin(x)
W = det =1
− sin(x) cos(x)
!
0 sin(x)
W1 = det 1
cos(x)
= −1 (8.383)
sin(x)
!
cos(x) 0
W2 = det 1 = tan(x).
− sin(x) sin(x)

Après une séance d’intégration, nous trouvons la solution de l’équation dif-


férentielle sous la forme
 
y(x) = −x cos(x) + ln sin(x) sin(x) + A cos(x) + B sin(x). (8.384)
296 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

d. y ′′′ + y = ex/2 . Le polynôme caractéristique admet deux solutions complexes


conjuguées : √
1 ± 2i
x= , (8.385)
2
en plus de la solution réelle x = −1. Un système fondamental de solutions
réelle est donné par
y1 = e−x
y2 = ex/2 cos(ωx) (8.386)
x/2
y2 = e sin(ωx)

où nous avons posé ω = 3/2. Le Wronskien est

W =
−x
e
h√ ex/2 cos(ωx) i h√ ex/2 sin(ωx)
i
− 21 3ex/2 sin(ωx) − ex/2 cos(ωx) − 12 3ex/2 sin(ωx) + ex/2 cos(ωx)
−x
−e
h√ i h√ i
− 21 3ex/2 sin(ωx) + ex/2 cos(ωx) − 12 3ex/2 sin(ωx) − ex/2 cos(ωx)
−x
e

= 3ω.
(8.387)
Les autres calculs ne sont pas plus faciles et donnent

W1 = ωe3x/2
1 √ 
W2 = − 3 sin(ωx) + 3 cos(ωx) (8.388)
2
1 √ 
W3 = − 3 sin(ωx) + 3 cos(ωx) .
2
Nous trouvons ensuite facilement que
2
c1 (x) = e3x/2 . (8.389)
9
Nous trouvons aussi

3 sin(ωx) + 3 cos(ωx)
c′2 (x) = − √
3 3

3 sin(ωx) − 3 cos(ωx)
c′3 (x) = − √
3 3 (8.390)
1  √ 
c2 (x) = − √ 2 sin(ωx) − 2 3 cos(ωx)
3 3
1  √ 
c3 (x) = − √ 2 3 sin(ωx) + 2 cos(ωx) .
3 3
297

Correction de l’exercice 140


a. Comme expliqué dans les rappels (page 44), nous utilisons Fubini :
Z Z 2 Z 1
f (x, y) = (4 − x2 − y 2 ) dxdy
[0,2]×[0,1] 0 0
" #1
x3
Z 2
= 4x − − y 2 x dy
0 3 0 (8.391)
Z 2 
1
= 4 − − y 2 dy
0 3
14
= .
3
b. Cet exercice a été fait à la page 45. L’intégrale à calculer est
Z Z 
2 y
2 2 16
(x + y )dx dy = . (8.392)
0 0 3
c. Un dessin du domaine d’intégration est donné à la figure 8.5. Une stratégie
consiste à intégrer la fonction sur tout le grand carré, et ensuite soustraire
l’intégrale sur le petit. Pour cela, nous utilisons la sous additivité de l’inté-
grale mentionnée au point 3 de la page 436 du cours. L’intégrale sur le grand

−2 −1 1 2
−1

−2

Figure 8.5 – Un domaine d’intégration.

carré vaut
Z 2 Z 2  Z 2
x+y
e dx dy = ey [ex ]2−2 dy = (e2 − e−2 )2 , (8.393)
−2 −2 −2

tandis que l’intégrale sur le petit carré central vaut


Z 1 Z 1   2  2
ex ey dx dy = [ex ]1−1 = e − e−1 . (8.394)
−1 −1
298 CHAPITRE 8. CORRIGÉS SYSTÉMATIQUES

Au final, Z
f = (e2 − e−2 )2 − (e − e−1 )2 . (8.395)
E

d. Nous commençons par intégrer verticalement. Le domaine va de z = 0 à


z = 1. Pour chacun de ces z, la variable y peut varier de 0 à 1 − z, et pour
chacun de ces (z, y) fixés, la variable x peut varier de 0 à 1 − z − y, donc
l’intégrale à calculer est
Z 1 Z 1−z Z 1−z−y 
I= dz dy dx (xyz)
0 0 0
" #1−z−y
x2
Z 1 Z 1−z
= dz yz
0 0 2 0
Z Z
1 1 1−z
= dz yz(z 2 + 2yz − 2z + y 2 − 2y + 1)dy
2 0
Z
0
Z 1−z (8.396)
1 1
= dz [y(z 3 − 2z 2 + z) + y 2 (2z 2 − 2z) + y 3 z]dy
2 0 0
 
Z
1 1 4 1 2 1
= z(1 − z) + + dz
2 0 2 3 4
Z
17 1
= z(1 − z)4 dz.
24 0
Cette dernière intégrale s’effectue en changeant de variable en posant u =
1 − z. Nous tombons 8 sur
Z
17 1 1
I= (u4 − u5 )du = . (8.397)
24 0 720
e. Cet exercice est fait comme exemple à la page 47, l’intégrale à calculer est
donnée à l’équation (2.84). Le résultat est

3π − 5 2
I= . (8.398)
36

Correction de l’exercice 141


a. Nous utilisons le changement de variable
(
x = (u + v)/2
(8.399)
y = (u − v)/2

8. Je crois qu’il y a une faute de coefficient dans le calcul (8.396) ; en tout cas la réponse
1/720 est correcte, parce que c’est ce que dit maxima.
integrate( integrate(integrate(x*y*z,x,0,1-z-y),y,0,1-z) ,z,0,1 ).
299

dont le jacobien est donné par


!
1/2 1/2 1
=− . (8.400)
1/2 −1/2 2
Nous devons donc calculer
Z Z Z
1
f (x, y) = (y − x) = −v · . (8.401)
E E g −1 (E) 2
Ne pas oublier que le jacobien doit être pris en valeur absolue. Le domaine
d’intégration est donné par −1 < v < 3 et 1 < u < 5. Donc l’intégrale à
calculer est Z 3 Z 5
v
I=− dv du = −8. (8.402)
−1 1 2
b. En passant aux coordonnées polaires, nous devons simplement calculer l’in-
tégrale
" 2 #R
ear
Z Z
2π R
aR π aR2
dθ e · r dr = 2π = (e − 1). (8.403)
0 0 2a 0
a

c. Nous passons en coordonnées cylindriques, dans lesquelles le domaine d’in-


tégration s’écrit r 2 + z 2 < 1, donc nous devons calculer

Z 2π Z 1 Z 1−r 2 4π
dθ dr √ z 2 r dr = . (8.404)
0 0 − 1−r 2 15
Il est également possible de faire cet exercice en coordonnées sphériques.

d. La fonction f (x, y, z) = x2 + y 2 + z 2 et le domaine x2 + y 2 + z 2 < 1 se
prêtent parfaitement bien aux coordonnées sphériques. Il faut donc intégrer
Z 2π Z π Z 1
I= dθ dϕ r · r 2 sin ϕ dr = π. (8.405)