Sunteți pe pagina 1din 34

I Le concept de ="{;{

il i1 t ,il
,r: lit.l , j1 I,.:
ili
1" ,,'
, J ;:1 iÈ
,:; lllril ! r:i
jlt{ti iil:
ijI, !
'J*i :l
Ë
t ,"; ,,.r ill:- f
r' j ,i i :
t
Lês stades du déweloppement du concept
Lémergence du soi
La confirmation du soi
lexpênsron dLr soi
La réorsanisation.lu soi
!a maturâtion du soi
La pern'aôence du sor
Les moyens par lesquels se déweloppe le
Le juged'enr réfléchi : uô miroir de

Lâ conrparalson socrâle: les autres comme

La multidimensionnalité
La résistance êu changement

!autoréalisation des p.ophéties


Les de'r\ r\,pes d'duro'éar,sJ,'o des

Dês âttêntes réâlistês


Unê perceprion réaliste de soi-méme
Un environnement social walorisant
Lâ volonté de chânger et le développement
des habiletes nécessaires âu chângement

PoLrrquoi (lser de stratégies dans nos


relations interpersonnelles ?
Comment user de stratéçries 7

Lês strâtégies et l'honnêteté

\-
tHÀPlTnt 2. te c0llceû de s0i, clé t lâ connunicali0n 31
k
,1
rô,\oue noui farson' ÈLar de' carrcreri Liqu" qui nou' repri'enr'nr le i.'
aa i-" oue roncep de soi Qu'nd nou< ;'"luonl ha'une
-i*". "."' ,.,i.,i0*..
' "
nou' . r,bri'son' not-e e'rine de soi' l e 'on"pr de
l. ""..,'".
Ï .,' * que rous po*ëdon' de pluç iond:mental lar etem'
"-U,St...".
.1". tr *,nr.' à unepersonned.'eddcrirc r quelqu un
qu'll' ne connart
l*. a. f,i* a*.1"".r lonction de 'e' ProPre' intercr' etc l esrime dc
lo;. le b-.in lundarenral cLudie au chrpir re l. iou' un rôlc
rrè' importart
Àvant poursuivre la
l"n' l'ét"bh'.-.nt d" ,elations interpersonnelles de

Lcm.e de ce chapitre, faites l'exercice qui sun. Celuici


vous permettra de
que vous
mieu:r vous connaitre et de prendre conscience de l'évaluation
faites de votre ProPrc Personne

RÉil.EXro r- illrl Jili I I

Oui êtes-vûus?
Réî|échisser quelques rnstarls avant de répondre à cette questlon Comment vous
que femme? d après
déiinissez vous? er tant qu'éludiant? en lant qu homme oLr
votre âge? votre grcupe d'appartenance? vos act v tés?

1. Dressez une liste arssi exhaustve que posslb e des attributs auxquels vous vous
identifiez :
. votre apparence et votre condltion physique;
. votre caractère: Vaine en la sagese de uhà qni ne se
. vos qualltés et vos défauts: p.ts I ui- tttêm e.
c onnaît
. v0s capacités lntellect!elles; Ii n€
. vos convictionsl
. lotre compo ement soc al;
. vos senliments o! émotions
Z Cho sissez les l0 caractér stiques qui vous dépergnent e mleux
3, Câsser ces caractérslques par ordre d imporlance, sachant qLre le nrmér0 I
représente l'é éflent le plLrs imparlênt.
4. Femez les yeux, pù s chelchez à obten r une imalje (ls votre personne qui ifclre
lous es éléments d€ votle liste.
5. Donnez ensu te une valeur se sihiait enlte 1 et 10 à chacure des caractérist qres
de votre lste La vaieùr I siqn lie ure évaluatr0n très négative et a !a eur l0 ccr
rÊspond à une évâ uatlor très posltive Coflime le rnontrÊ l échel e c dessous
vous pouvez évidemmeft chois I des valeLrrs e trc ces lleux extrôrnes Ies chiflres
chorsis doivent reprèsenter v0tle âpprÉcrâtion personn€lle des caraciérisllq{res de
votre I ste s ne doivent pas rcf ater 'opLnron rie vus irrnis de 'roÎe farnille 0u de
qu cofque rnals voÙe propre éva ual olr

123 456t8910
i:!At ÀTl0N ÉvAtuArlcI
lrÉaAT !E FOSII',È

6. t'n ilrll r oru,.1 ss rLl v,r:1'rrs itLrÉ trrùi ir rLjl iriir ILrLlrs a .i|trrr"" tlcs t;:tao ConreF de soi Er:sruli,'rlrri!e eilstr
rillrs d:rs
i1r !li Luis rl{r,JcLrr 'r. vrrlrs rLtlrirlrtx r'rrsrùrl \ri i .i lirr't c l0 el ltll riLrs
trr.rptons tL rfù li!,.0r,rI r'lr-a
r rnrir \trtrtl o 1..-nriir{l
.:r.r let0tr sa ,tppra0hr'ra ic llJ,!ils a!,rlL ill
'.
I rri,i' ll)lrs llllis lir vtis rrrr l]
i,"r sl { Lrirr iiï. ré!J:r:!0 S,r{rtr! Lr\'i]iL,rllrrl sc irl)irrrrL. ra h lUll raal!rrre tslimê de soi 0p niùd ûrrs.i t t r. r.
r.rit l,s. ' r1Èr('ilL.s rirrû0srrl t !d i-
rirra vr)!s !. iri L:i-ir Ltr ilf; i;rl]rJl Ir rrtai lnrs t vc
l'l 32 PABIIE I' ne0ardiinld euls
i

Le Èsncept rle soi et l'estime


Le concept de soi esr l'ensemble des pcrceptions reiativement stables qu'une
personnc a d'elle-même. Lcxer€ice précÉdenr vous a peur-êrre laissé sur votre
faim. En effet, l0 câractéristiqùes ne suflisenr pas pour decrire une personne!
Supposcz que vous vous trouviez devant un miroir, et que ce miroir rcflète
non sculement votre apparence physique, mais aussi tous les aurres aspects
de vorre personne vos étars d'âme, vos qualités, vos préfércnces et aver-
-
sions, vos vrleurs, voûe rôlc social, erc. Limage que vous pourriez alors con-
rempler serair bien plus complète1 Ce serair le reflet de votre concept de soi,
Les éléments du concepc de soi n'ont pas tous la même imponance. Il se
pcut, par exemple, que l'élémenr fondamental du concept dc soi, pour une
petsonne, soir son rôle social. Tandis quc pour rrne aurre il csr possible que
ce soit son aspect physiquc, sir sânté, scs imis, ses txlents ou ses iptirudes.
Dc plus, puisque les élémenrs du concepc de soi représcntcnr des perc€p-
tions subiecrivcs, il esr possible de les évaluer. Lestime de soi rcprésente I'ap-
préciarion personnelle concernant lcs caraoérisriques du concept de soi. Par
exernple, unc personne peur se qualifier de c.rlmc et estimer que certe carec-
rérisrique esr négative, alors que, pour une iutrc personnc, lc fâit d'être
crlmc peur reprcscnrer unc (ir.lcrc,i,riquc posirive.
qu';l cn soit, comne nous Iavons
'!êvu au chapitrc 1,le doeloppe-
Quoi
menr de I'idenrité constirre Lrn besoin fondrmcnol de I'êrre humain.
Ltldification du concepr dc soi, concomiranre du développemonr de I'esrime
dc soi, cst au ceur du développemenr personn€I. Nous verrons que la com-
n$ication jouc un rôle fond.rmental dans ce proccssus.

...t.)'i:

fidéc de qui I on cst n'esr pls innde. l.es Lccherchcs dJrnonrrcnt qu'ellc s':rc,
qrricrr tout au long de la vic. Cctte évolLuion s'cffecme à travcrs deux proccs-
sus inrerdépendanrs. D'unc p.rrt. gr.icc à l'évolLrrion de scs caprcirés
irrr<llccrucllt,..rtïc.ri'* rr s,,:i.rl.'. rrne prronn( c!' pros(ssn(m<nr crpâ-
ble d'rvo; unc eonscience d elle-mêrne comm( personlre clistincte des
rurres. D rLrtrc prn, à rrarers son histoirc relarionrrclle, la personne apprcnd
qucls sonr les llements qui lù cxracrdriscrr à p.rrriL dcs indiccs foumis par
so,r crrroungc. lln d.rurres nrots, deux sources d'illormrrion sc chevauchcnt
pour dÉvcloppcr le conccpt clc soi : h conscicncc qrre I on :r de norre rxis-
rtncc cliffércnci.lc, cr les nrùsslscs qlrc rrous crvoiL. rotre cntour:rge sur h
nrurc clc notrt itrc. h s.({ion " Lcs nrolens p,rL lesqLreh s. tliveloppc lc
conccpr dt <'i ' 1p,r!:c Js) u.rircf.t Je linrport,rncr de h cournrunirruion
rlrrns lc tl.rrrk,ppcnrenr Llu i,,n..f( (lL n,i. \L,is .,up.r.ti\.,nr. (\:rnritro,r\ l.s
sr,rties drr ,tértLrppcnrtnt .lu rone.pt Jc
",i.

À 1i n,ir. Junc fùchùr.h. lo,)si.Llr{ir),lc. l-Écùver (l')(rr)) l!.onnrir si\


.trp.s qui .orrerl,(,nJc,,t th.reunt ) un rnon,or J.lci.il.lrIr' l.,rolurion clc
h p.r.(p.i,,n q', 1,n incli. i.lu ., J. lui-n,inrt. C.s ('r.r|cs \)n i{,nri3 (lrns
lc r.,bl.,ru l.l.
t cllAPlïnE 2. connunicaliûll 33
I t0 concell ds s0i,clé de la

,l :. I 'or orr're-:e L
I ëmc'gr1'. Tableau 2.1
j Lérneir, 'l' Les stadês de développement du concept de
pr,iod..o.p'i'..n,'. l" ra'' rr't er l;ç de d'ur' rr" C' q:i
soi selon UEcuyer (1990)
(nr c
à"mine d.r,nt cett. p"' ode. c e\t rJ Jr'' rn( rron Progresrtc
(i
ceoui fair p-'.iede.oi rrcequre't.rt,ricrr Foi
vou\ rver
;i{ii' . j.$
deir ob*rw d.' erfar ' Je 'epr ou hui' moit.ùr' votr' re' 'er-
0à2âns
nel i uncmrnr ,ronne de l.ur lJ'.:nrr on pour un de Ieur' p'cd' u-r
2à5âns
de leurs mains ou une aurre
paûie de leu cotps, comme s'il iagis-
5a 10 âns
sait d objcrs inconn s apparrcnant à quclqu'un d'aune Pro-
La réorqanrsaliof du soi 10 à 20 ans
gresivcmenç un enlant prend conscience que . cene main cst la
!i..r",', qr".ce Pied esr le sien,, ctc Cc sont les premières
70 à 60 ans
û0.ns et
manilcsrarions rlu concept de soi chcz I'enfant Au début du
)i. p us

orocessLrs dc développemcnt d'une personne, lc concept de soi esr


p,e*1,. *Ll,'.i'.me" r ..'Po."l
Ar.".r.,le..rr. p.rioJ< J. norr< rr. prrLi, ulicrcrnrnt
scnsibles aux bientàits qLre nous procurcnt les conracts physiques avcc les
rP
fs6un,,.,.l,,i pr( 'n n, \o n d. nou' l- 'omnuni.llion pr.nd rlor .ur
ror, h ro'nc J: l-ngrg< rron rerb.'l r.l, '1 i'r, '1 .il" i,,,r + ,n, ,l( nor-,
que la communicarion entre le parent et l'enfanr se fait dans lcs dcux sens.
Par le langage non vcLbal, l'eufant fajr connahre scs besoins. en particulier
ses beso physiologiques ct de sécurité (chapitre 1). De mêmc, à travers les
conrrcts physiclues dont ilest I'objcr, la manièrc dont il est pris, carexé, il
reçoit déjà une ioule de mesrges suL Irti-mêmc. Ces mcssages I'inrirrmcnt
in. rr sa valeur, puisqu il esr .assez importanr aux yeux de ses percnts pour que
ces clcrnicrs prennent soin cte lui'. C cst tàLt pLobrblcmcnt à cc srade quc sc
situc lc début du développemenr d€ l'.stin. dc soi.
I ;r m,rnière dont lc conccpr de soi se développe aLL débLu de la vie explique
quc ccnaincs crracteristiqucs du concepr de soi pcuvenr ltre fàn difficilcs à
tirmuler. Ilcxiste possiblemenr unc f,rcctrc clc nous mômcs, indépendanrc
tle lusage des mots, qui pLend nansance dans les sensarions corporellcs
rsscnries en b.rs âge. lin d xLurcs termcs, il y ùura toLrjouLs unc pan inintelli
gible de nous'nrimcs, unc part dirobcc qui nc porLri ûrr dlcri!e p3r des

Ce strde se sirue enrre f ige de deux rns ct


L2lint tprau uck b,:oin
1âge dc cinq ans. Lcs vcrb;rlharions dc 1'cnf:rnt pcrrnenent dc confimcr quc
I conccpr dc soi csr bel et bien priscn! à prrrir dc dcux rns. Cctre péLiodc Jàùamenuld'ê* prn au:trieux ct
tl'êne considétl ponr æ qu'ilest [...]
,d .st caricrerisic ptrr .Les tcnlxrives dÈ I cnfn.r dc .onflLner l'rurhcnricit[ des .Ce qu'l/ ut,:igntfe: /e: sctttiuutr:,
imagts <1u'il r tl.:jà clc lrri-mlnc. Il urilisc bcrucoup lcs pLonoms poscsil!
lt snntians et lcur *pntian, nitne
(,J'ai achcté unc nouvcll.' mri*,n. ,) ; il csr capalrlc ile Lcconn.ritre cerrrjnes
dt,:lc mmt'sat. Lt: seu:,ttiotx
.:rprcitis p!rsonncllcs ("lc s.ris cornptcr jurlLr'i 10. "l ltt il
h
'. iéfirc ,i son
cntotrrrst poùr s. rlérlnir (. lc l.ris clu j.rLctiurge commc rron pèrc.,'). De
itttcntt: lu bi,bttet rh rotÈl)tttt,lùt
,ll. ùLthlei, tan:tiantr L;n.t,rtt ltt
li phrs, ) cir igt l cnlinr dccorr. rc i lrisrunc. .i.s dcLrr s.r.s I il t* .1onc c.rp.r Sai. EIL: lotntrrr. vrLlt-ri1. l,
bl( d .rioùrùr c. nou\.1 Jlem.nr ir toncq'r J. r,i t" ]t uis un grLçon. " ou
",n ptittr t ;tnni, tri:tallinr, n lt' r-
,l( "
\Lri. un. È11.. ) ;.:ittiit 1, i ,tutt'; lruy,lt,tnl'lir
(lrr(..rrrpc L..ou\ c rour.
i . " ttirtlt,r rL:t;t utt,n "
l.r f,iri,xl. Ll, l.:colr \|,, \l ,
, . : ,i. ., | ., l.:,,r . \ .. rr..r
h.:,tLL!rL. LL,, ,rrrlrtu ,irlrr.r rrin,ul,rlr ll.,ppre:rLl i ct)n,,.,irrc !lù norlrr.ru\
.tmi . rir l(,ùrr,r,\ .rnLLLr.r. .lr,,,,,,'.11.. 1,,.1r.s, rti rtLrLtllstslrs, irc.
(ltrrt,.,rier.rdc n,,Lr.ll!\ (:pI,1.n!r. r! ir iori5irr. ii.lrrr'.,rshn,irL e,,n
t. r.t(.1..,i l).s i,l.rgo,r,u.rll* st prrisiltrr i lrri, irrr.rss i.suis.lr
i,rLc,.urioûs ,ri ce :t: ;tirs, .n rc :ts pr rrrrsturs rl.rns
'.s
!)r r., (1 r.'ir iijs.
',rure\
I :.(t,,i\i,i{,n lr ,)ir\ i,np,),,.,,,,.. .r LIr,r.l.. $r 1.,..rp.,.ir.1 (le li,,l.,nr (lc
rr 34 PAnTIE l. Reqads inléirurj

préciser ses goûts et ses inrérêrs. À paftir d€ ses acrivirés physiques ou sco-
laires, il apprend ce qu'il aime et ce quil n'aime pas. De plus, ses inreractions
1ui procurcnt dcs rétroacdons sur ce qu'il est capable de faire, sur ce qui lui
cause des difïlculrés, sur ce quil n'a pas le droit de faire, erc. Toure cene va-
riété de représentations enrichit et organise d'autant plus la conception qua
I'enfant de lui-même.

L"1 réorgânie,:iion du soi Lâ période de I'adolescence esr carac-


rérisée prr la réorganisation du soi. Au moins trois événemen$ imporrants
marquent ce passage. Sur le plan cognitif, les pensées ne ponent plus seule-
ment sur ie concret, mais intègrent le monde des hyporhèses et des possibi-
lités. Sur lc pian corporel, l'adolescent doit faire une . mise à jour" de l'image
qu'il se l'air de son corps. fadolcscenr se préoccupe davanrage de son allure
générale. Ii se questionne égalemcnt sur la normalité de sa croissancc. EnÂn,
le dcrnier changement porte sur I'imponance de plus en plus grande
.rccordéc aux relations avec les pairs. Ladolescent veur se démarquer de plus
en plus du milieu social conventionnel que représerre la famille. À ce srade,
l'adolescent veut devenir différenr, c'esr-à-dne devenir lui-même. Pour y
arriver, il s'identiliera momenranémenr à ses àmis. C'est ce qui amène I'ado,
lescent à faire partie d'un groupe, à adoprer un style cle vêtemenrs et de lan-
gage conparable à celui de ses pairs. Cette idenrificadon permet le passage
entre le starut d'enfant (dépendant de ses parenit er celui d'adulte auto-
nome (Erikson, 1972). fadolescenr apprend alors à mieux sc connaître, à
choisir progrcssivcment ses propres laçors de faire, ses propres goûrs et ses
propres valeurs. La fin de I'adolescenc€ favorise ia disranciarion d'avec le
groupe d apparttnance er 1'ëmergence d'un concept de soi plus personnalisé,
ce qui ridera l'aclolesccnt à évoluer au fil des choix qLr'impliquc l'âge:dulte.

. ".-... . , i . - .. ):
La maturation du soi se déroute durant roure
la période de 1'âge adultc (enrre 20 er 60 ans). Imaginez-vous dans la situa-
tion dc decider d unc carLière, de choisir un conjoinr et de planificr Ia nais-
sance de vorre enl'rnr. Quelles qucstions allez-vous vous poser ?
Qu'xllez-
vous rcnrctrre cn quesrion ? Commenr rllez-vous vous percevoir drns ces
nouveâux rôl.s sociarx? Cerre périodc de l'âge .rdulte engcndre inormémenr
cle strcs. Même si ces évdnemcnrs stressants sont souvcnt choisis par I'indi-
vidu, ils peuvenr rnener à de séLieuses remises en qucstion, obligeant h per
sonne à se reposer Lr question dc son iclenriré. M.rrilge. divorce, crrrièLc,
enlants, rvcnmres, maladic. décès ct LLn itre cher, nouvelles v.rleurs. sonr
rumnr d Jv!ncmen* qui vicnncnr forgrr le conccpt de soi de l nrdividu.

La pé,iode de ltr pcL,rlJnc,rcc clù soi (60 ans


!r plus) csr.r[cri,isJc p,rr unt reclJÊnirion iûrpoLt.rnrc tlu concrpt tlc soi.
Crrre rcl rrcnrr.,rion. .ursi protirnilc !uc rcllc ck l .rilolcsecncc, sc LlivisL cl
Licur ph.rscs. Àu roùb d. 1.r prc,;riirc phrsc. I.s p.rsr,r,rc\ Ll.,r' 1., s,ri\ttn-
rrinc ren,crrcIr in qursri,)n !r qui .1'.tir irrporr.rrrr pouL clles Jrns 1r p.rs<1:
.llcs n,rn.nr .rloN l .rr..nr s',r ce qui .\r prln,oiclirl .ru rcg.rrl Jc Itur nou,
rclic situ.Lrion. I .LLr i!l(,rrifti .r lr(r esrimt dc :oi p.'!r.,,' ar. fL]lluli.r p.Ù
l. \r.Lrur .li rùrL.riri ,)u .rlui Lli i)!,sofnù igi.. CtrLr pcr,iotlt cle .l:.Lrrrouerrrs
rsr sLri,ic d unc rh.*c Jc LLicup.t.rtion et rlc rjoLg.rnsarion, .LLr toLrrs clc
l,rqucllc lr tonttpt ,lc *i rt rts bilisc : l.s nouv.ll.s !il.u,s r.quis.r : rri-
.",,.i,,,.1.,.
t ll A P lT n t 2, trcûntell de t0i.tl6 de la c0mmlnicition 35

F'ltA0frE 2.2
lui
Stimulatour où détractcur?
t,imaoe que noLsavorsde loLs mè1lesesl
e^rè1ene1l çLbler Live I le esl pre"oue
les aJIIe" Vors pouvel lenLer de vors
totaia'reit te tru r oe aoa inte'ècl:or s dver
nsi ole de ce u de !oire
irire une idee o,' oouetoppetelt de vot'e corcepr de r0l, d
estime de sol en faisant l'exercice suivant
'1.
Seu oL avec Jr oarerêl e èppe e1 vous Lqe oersonre qr e voJs (olnalssel ou
oue vous dve/ confle. cetle
pe sof'lê dorl avo I ele L1 slimulal€ul, c'est d d:re
le
;u elle doir dvo r conI oLe a re_ausser vore esl me de vous rèmP là Louc sen'ir
bi- jccepre, ron'peterl. r't' e, aoolàft aoprecle Fldine)

'ce Celte personne n'a pas besoin d'avoir ioùé un rô e de prem er p an dans volre
vie. pour autant que ce rôle ail é1é déTerminant dans un sens positll Url membre
in, de votre farû le avec equel vous avez
passé lne grande pânie de votre vie peLt
de êlTe un stimulaieur, mais un patfait éÏangerque vous avezclolsé dans la rue avec
lus quivous avez eu une conv€rsation amicale peut 'être également
2. Happelez-vous ensuite une personne qui a été Lrn délracleur, c esl_à_d re
ie, que -
ty qu'un quia contrib!é d unelaçon ou d uneautre à abaisser l'esllmeqLevous avez

de vous.même. C0mme dans ecas d'un stimulat€ul,les messages envoyés par un


lo-
délracteur ne sont pas ioujouls lnteniionnels. Telle pelsonne quioublievotre nom
apÈs que vous lui avez été présenté, ou un amj qoi bâille orsqLre vous lui J
'ce erp iqrez Lrn problème mportant, peut contribrer à diminLer Iesllme que vous
vous poltez.
3. [,4ajntenant que lous avez réfléchi aL tait que ]es autres peuvenl coftllbuel à
façonnervolre concepl de soi, Iappelez voùs une occasion oii vous avez été voLls
le
mêmeun stifirulaleur Necherchez pas Lnexernple oùvotrs avez fa t prelve d ama
billté, mais pensÊz plutôt à une occasion où vous avez vraiment valol sé une per-
sonne, montré de l'arnour pour elle, oilvous aveT fa I sertrl à quelqLl un qu iléiart
rrnporlant.
4, Finalement, rappe ez vous une circonslance où vous êvez é1é uf détracteLll ùl'avel_
!oLs la poL' Jbdir\er'eclt_e 0" so: o ul e !r'e 0e \ofl dt il F/l0
_
l
v d rrerr
conscient de I elTet qLe volre comtortement allait prodrire?
Vo1rc réponse pourra t rnonlrer que certains événements qLle voLls penslez être
des stimulâtions ont, au contraire, été desdélractions Vous ôrrez pu, par exemple,
bagùer amicalement avec qLeq!!n qui vols est chet pLris voùs êire lendu
ii- cornpte que vos remarques ava enl été perÇLlês comme des {TitrqLles

0râce à cet exerclce, vousdevriez être dava têge en tnesute de concevo rcom
ment es lens qui!0us entorlent façonnenl votre cofcept de soi

, tit/.:._,:i :f ;l a .)::.-1. i
-t. r_::_;t : . . _t. r!
oi. '1
L. conccpr de soi sr dé,.eloppe dc clcur lrrni.rcs pr inciprlcs : p.rr lc juge'
Incnr Litlichi er p.rL l,r comp.rrrison s,cirlc. Crs deru proccssLrs r.rvorisenr 1c
dlrtlopptrnent dc lim.rgc qLrù noLts nous tiiv,n; clc noLrs-mcmcs lls sorrt
jg,rltmo,t qr.rntlcnrerr rcstuu.rbles cl. r,otLc :rtinre Llt rri
L).: l9l -1,

lc ps\'.hologu. Clt.rrlcs Cootcv sc stn.,ir Jt ii ujr.rphore Ju nrinrir pour Ju0emenr rélléchi Pfr.0s!a o:r 1r'i,!i ù
LiJtirir lt proctssus riu 7 ry<e piû tlflitli : ch:rcrù Ji'nr,< notrs rliv.lopP. en r.0cri!t de so d Lie pers0di,q lrldqrû r
clt.r un concepr de vri it uut.siirrc PctsonnelLc qui corrcsl.ondcnt tr l.r raf dre ionr r.lr: peiso ùe s. rnril pe:.ue

licon clont nous er)r()ns qut lcs rLLrrcs nous p.Ltoir.nt. .\trtL,:urcnr cliL,
36 FAnïlE 1. Reqards inlérhus

CHÊZ IOI I]II JOLJR- T! FÀI5 LINE 5LJ ù1419 /O L4 qu'4PRE5,rL- PAcoN- TU lROL]VE5 <4 NORMÂL q!'UNÊL
COLERE EI LE5 PARENÎ5 REPL]. TENÎ çA 4 TOIT LÉ 1VIONOE P4]RE D'INCOHÉRENT5 PIJIg5E A]N5I
dJENI PAR IJNE CORRECT]ON ÀVE' oÉVÀLoRIsER LE RôLE oI.]E _
14 € NACE5, Er CAÉTERA...
llr A5 rEN! /vEc 6E4uco!P
,Ë coN9crENcE ?

I
\
I

nous avons rendancc à nous senrir moins sûn de norre v,leur. de I'amour
qûe l'on nous porte er dc Dos apritudcs si nous csrimoft que les rurres nous
cnvoienr des signaux négitif!. Nous aurons,.ru conrraire, une rncilleurc
opinion de nous-rnèrncs drns la mesure oir nous pcnsons quc les autres nous
cnvoicnr des signàux posirifs. Ainsi, voire concept de soi, tcl que vous I avez
décir sur la lisre du début clLL chapitrc, esr le résulrar dcs mesages négrrifs er
posniË peLçus rour au long de rotrc vic.
Ln cffcr, lcs nouveru nés viennent ru monde s.rns aucune notion dc leur
ideniiré; ils apprenncnr à sc conrrirre prr la façon dont les aurrcs les trai
tcnt. Conme nous l'avons constaré dans l.r description du stade de l'émer-
gence du soi, I'cnlanr.rpprend ci'rbord ru moyen dc scs scnsrrions. Les
rne$eg.s nor verbiux émis par les paLents sonr captés par ce dcrnier l.e temps
't,,, l(, r,r(",,,n.,,., r , r.p"n lr. . ..,,1.p.1. tinir p.,, ,^,,n.ri,1u,., ' ;-
ponancc qrrc l'enfant Lcvêt i leurs y.ùx. La f.rçon donr les parents cn pLen-
ncnt soin cst égaLtncnt rrùs révél.rtricc: lc crjolent-ils effccmeuscmcnt ou
bien le considèr.nr-ils .chose, qu'il f;rur chrngca nourrir er
hvcr? Lc ron de leur voix cxprime-r,il de I anoù, er de h joic ou, l, con,
tLairc. de h conrrrriété cr dt h colèn:?
Sclon Pon,clc.ru er Mrtcuit (1989), l. jeune enfanr répond non
sculerrcnr.rur mcs.rgcs.lc scs percnrs, nrris 'ouril cl,tLche.rctivcmcnt
à in-
ducnccr I'inrerrcrnD. D.rns le mê,ne scns. lc modèle dc
.IlooicL
et de scs col-
lxborrieurs (1986, cl.rns t.rporre cr coll., t992) .ù,.rncc quc la nrèrc cr lc
roL,.risson sonr tous clenr.rttentifs.rur signrux eDvoyis p.rr laur.c, et que
ccux-ci sonr rctils J.rns lc processus d échrogc. 5i ccrrc ilrericrion csr positivc
pour I'cnlinr, c'*r i clirc quc cclLri ci r!ursir i ,toir l',rttcnrion dc s.r nrère au
nroûenr où il .Dvoie ur sign.rl, il \.nriru qu il cst cfficrci cr qu il cxcrcc un
.onnôle sur sori environncnrcrrr. Scl,,n Brrzelron (t97i). lts rioonscs obte-
nu. prr l!rri,,r redird,r h plus ou n,oins gnncic sensibilitc.lci p.utnrs aLrx
b.\oins dr ci .knrid ll dr r.s.,r.tù. 1., (luilir.ld.s i,r.,.,!'ioùs ;ntlu.ncc lc
Jii elopprnrtrrr.rliicrilrlr I inl.Lnr dlnrniù,c !lcr!nr)i,r.ùrrù.
Lorrqurcclui ti ,rpprcnrl :r p.rLliL et i t,rn,preuJrt le rns.,ge icfb.rl, tes
.rr$.*.c\ !ttr l ,i(oir !onrribu.,,r:r (i.r,.loppo rn cortpr.le li rin.i quc
i),,..rifk Di,!,r,,rll, ll.:r qrroriJirnrrn,unr .,\:,illi r,., tt),,. (t( n,.\-
ll; *,,,r J$ri,,.\. ( r, L :i,,. r.nr ',dr
L,i rt.,1jù,!hri{,f\. t,n\oi.i
'Jl:.j(lui ',)ui
.irr1,11,., .'..,rIt.,
. l! $ .\L,,,.tLr1.l . lc r .,i,,r.. ., (lriilir ! .,nd. l:ll. ru t;is: .. C .s( i)io,
.r,rrJrtrl. J. to',., .r\!. roi. .
l) .rurrcs mrss.rqrs sonr Llcs rori LlrrrlqLr., c:,emples.
ilcr.rerl,,n,. I n
, lir ru p.ur .:r.ri|r.r ,itn l.;iir,ti !.i.n:., , QurJ,-.( q,ri (.rù;\r?",
- (luri inli,,r in,f,\\i1)l!l . . L, .\- rroi r.,rLt,ri lf : Lu Ir'lnr,rrsl

\-_
I cII APIIRt 2 . Lr crnæpl de roi. cld d0 h c0mnunir ion 37
t
I QrJ Egr-cE qlE Iu16rt I]JAURALENT PII VENlR TlE OI.
ea:, va I L À. 14 I é u EL/ 70. côH -
I ,.rÉ Nous êRovo^ls E, ror
E' ouE Nous sAVOtis auE
) îu .ÈEP5O^|NA
/l1tûRralf,
'ERASUt/|rous avoNs
MON
CIDE D'..PPELE R .ê7,8 AVE
: 'ONNÉR

I
i
) :

Dcs Iv.rluations comme celles-ci sont " lc rniroio i trrven lcqucl nous
rpprcnons i nous conrritre. Comme lcs enf:rns son! dc,i atres confixnts qui
nirnc pas <1.rurLcs moycrrs à lcLrr disposition pour se juger, ils acccptcnr sans
dircuter les lvaluations riégarives ou posirivcs des aduhcs qui les cntourcnt.
lls nrtérioriscnt ces ivrlurtions comme fr;sant p.riric d c!'x'mèmes.
t.cs princip.s continucnr i prlvaloir plus txl chns la vic, panicu
'ntmes provicnnent
1ièrement lorsque les mcs.rgcs dc cc que lcs psychologues appel-
rli- lcm nc p*nrne dltcrnirarte, c csr'à'dlrc ure pcrsonre donr I'opinion
compre vr.rimcnr bc.rucoup pou. nous. Un rrgrrd sur vos stimul.rtcnrs orr
dérncterrrs (voir I'enc.rtlré 2.2, à 1.r prge 35) vous monrcra que les avilua-
tions venrnt dc persorncs dérermin.rnrcs pcLLrent avoiL dcs cffes pn:longés.
irr- Un,rncicn profcsscur, Lrn.rmi ou un par.nt pculcnr rous l,rûser unc em
prcrnr, .rrr I irrr.rg, q,,( rou. !n,,' li,((. d. rou. rni,-,.
Je rc:rti: pa: ce qnelt 1enr lrn.
JL nc i^ pat ct .tut t,ou! ?e"!ù qt!
NoLr avons vu jusqu ici Ia f.rçon dont lcs nres.rges rlc autres fiçonnent je lillt iit î qae j, patse qtk
notre conccpt de soi. Lc sccond moven p.rr lequel sc diveloppcnt lc concepr rca: ptnsL: que je :uit.
rlc soi et l csrinre dc soi cst  tonptuison sotitle. A.,,on tlllib.rg û Ihrr l.ûLl)ling

iD, Examinons deux types de con,p,rrrisons. l.c proritr nous f:rit ivrlucr
:d' notrc supériorité ou rotre infériorité par rapporr .lrr
rurLcs. Sonmcs-nous
:lc t,.îux ou hitls? Inc.imons-nous lc succès ou Ilchec? Sorunres-nous intclli,
gulrs ou lcnrs? Iàui dJpend dc l,r sourcc clc comprr,rison. ll sc pcut quc
Iue
,rous noui scnrions mc(liocres, moins doues ou moins setluis.rnts, cn com-
p.rrrnon tls pe60nncs que nous choisis.ons commr nrodùlcs. I,eucitrc
n rvonrnous prs h bc.rLrLi des sr.rr d Hollyrood, l intelligenc. tl tiinsrein,
ou h.ich.$..1'un n,illionnrirc. Iit rprès? Si nous consiJJLors lcs choscs
rioiitmrnt. ccl.r nc ri<rriiie nulltn,cnr que ,ù,Lr! Dc v.,lons ricn. !l,rlhcu
LcLrscmcnr, bien clts p.nonn* iin,poscnt Jrs norm.\ rlc rJlir.Dcc (lui nc
:1.
!)nr lris i 1!ur t)oltcù el cn soLrllicrrL cn conscl<lrrincc.
Unc.rurn. nr.ruiirr J Lrtili.rr 1.r eornp.rrrisor oti.rlc .o,riisre i lnolr \i noùs
lc,
{,,lne. s('ribhbles oLr \i noLrs dillircnr'. L:n . rrl.rur qLri , irrrlrorc i
",rlrn.* Ij,,.,.^r;:, r if
lr Li.rnsc tl.rriilrrt. ùi,\ (l'1i \ ir J.i,,\ nrilidL ,)11 .r,r. .,.,i\ i(e c\r !,,nsnlirj! Pe6onno elenrinatrls
',,,
, otrIrc ir .rnrrr. . r r ier,lr.r pr, rb ,l'len,tnr :r rtnir lr ,.i !,i. , ,i!rrn, i,r.Lll rln(
i.i r rL r f,itrir ù
, !.Lr.t r: lLr !
lonrpôr ron ro(inlc i,
l.,.il(.fiû. ,.r,rl)1.,1)l! ,1uc.l.L. ,t,Lijr.nr. l)( ,rin,r. 1,,,.:(lolù!.or qui .e Ê ::ji, ". ii rrL ,i,r) r
!r .n ,:rirù.
(iLLrsrknrnr,L,r \on ri,ro,,rrt,n
'crLtllr. s ll sr o,r,,tuJ rl.tlrrlrr. IiL..rrrr prtLrrc
,1. frijuq.' rr.,q,1rit..li.rs lIonr.'tiI.rlir.r. rLÛ,r ror l.rir Jc
'c c"n'i,i.iL,r
, dnrnr( {lilli1r. Dr. !oi,i , \r1u. .\usi i*-il l.,eilt ,1. Lcto'r,r.rirLr qur 1.' <,z,zp,r Croùpesderclémce ri ,. . ,\ , rj
/à , y';Z,." .,\.. lù.tu.l' nou. i,.rL,lr.,ns ,1.' ronp.ir.ri',rrs jou.f , r(;1.
'itr l. nr 'rr, i',,irfrL ,\l
i,,iir(,,r.,nr ,.,irs lidirlù.iLior Jr rorrr p,oprc ,,,.,qe.
1'l

3A PARIIt l. Rsgards intérieurs

ti\tcÀ0nE 2.3

I]N STTMUI-{TEUR INÉPUISABLE


l.'aurre joff,
je me trouvxis à New York avec nnrn âmr Comment r:n seul homme peut-il sauver N€w Yo.k ?

Henri. lln sorrenr <t'un ta,ri. Hcnri dit.ru chauliètLr: Ce riest pas faffaire d'rn seul homne. Je pense que
r Merci porrr la course. Vous vous êtes vraiment bien
-j'ai éclairéla journée du chauffeur de taxi. Imagine
débrouillé dans la circulation. qu'il fasse une vingtrine de courses aujourd'hui. Il ra
se montrer aimable avec les vingt personnes qu'ilva
t.e charrllèur de tLxi parut d àbord srtfris, puis .éPli'
transporter parce qu'on s'est montré aimable avec
Iui. Ces personnes à leur tour vont se mont.er
Vous allez bien, vous? aimables avec lerrrs employés, leur personnel' les
-
Mais oui! suis sérieux : j'aclrnire vraiment h rnême avec leur famille. Cene bonne
-f,rçon dont vousievous cn sortez. penonn<.. Ce n est pa" si
'ulonré va toucher mille
bon I dit le chauffeuç puis il s'en alla.
- ^h
Qu est-ce que tout cela veut dirc? demanrlaiie.
-
J'esrie de rmcnet un peu cl'arnour dars No York,
répondit-il. Je sLris perenaclé que c'est la seule chose
qui puisse saurer la ville. Ârt Brchrvald

Nors devons ustr dc prudence dans nos comparaisons sociales, car la pcr
,.prun ,tue o'r''."n..1-'p<n"r ,'oL .vmPa,o . P(Lr
èrLe husse. Lc chxpirr.3 rnitc de la pcrccption intcrperonnelle. ll fàut
-
grL,lcr cn mcmoirc que I'imagc présenrJc par les inclividus nc Leflitc pas rou
ioun lcs sentiments réels de ces dernien. Plusicurs étudianrs décoLrvrent,
drns lcs cours de communicetion interpcrsonnellc, que d autrcs penonnes
souflrent d'insicurité lorsqu'cllcs sc comparcnr :rvcc lcun pans.
Après cc l,r.l suLvol .lu développemcnr cLLr conccpr dc soi, retenons qu'il
. r, po'. I'l J. J-' l.pp.r 'rr'. d. J. "r'mim " t';r. rclrrrn' 'u"
.rLrrres ct rux ivénements maL.p,rnts dc notre vic. Nous dars Lr sec-
'etors,
lion mivrnrc, que le conccpt de oi cst ég.rlemcnt influcncé paL lc cortexre
cuIurel drns lcqucl on évolue. Er rcnant comptc dc I'inrp.rcr dc tous ces fac-
Lcù,r\- .\rcrncs, vôu\ pouriez rlors penser : . Cc livre est cn rrrin dc mc dire
quc cc n cst prs r1e n.r !àurc si j'.ri totrjoun été rimidc .t si jc m.urquc de
conli,rncc cn noi. I\risqLre j .ri dcvcloppé Lrne imrge de moi qui est lc risul-
r.rr.le h tiçon.lonr Ics rùtrcs m'onr rr.rirc, je nc Pcur nr'empcchcr d dtrc Icl

MAI5
c E5T Mol
LE PLU5
INTELLI6E

t'1,*
C l1 A P lT R É2. L0 tonceptde $Di,clé de la c0mmunicati0n
,t

oue je )ui\. Bien qu i 'oit exacr que \ous \ovez en grrnoe Parrie le produit
,'- croire que
'ondJmne vou ètes d vous en Lcnir :
""'*.-l-"*."",.
--,";-,". u* tle ' pos'rble de modit'r de prrri*de'oique
"..1, -'er'rr'
ll,, i'".1.. i"sl,i+,;.,nres. ll faur roureloi' pou'oir di'tinguer le',ho'c'
o* "ou-' iroU\o"..t-gerde celles q:r'ont immudble( {\eliSmrr' llos)
i. tone,'"u. a.' irmbs e'r immuabl.. le' pen ee' n"g'ri'<' peurent it e
-oainà... t-..
p-.t','".' <crion' suggèrenr de' moyen' , p'.nd'e pour mo
difi€r le concePt de soi lorsque celui-ci est insatisfaisant.

I c,c0flË 2.4

ljn rion dutotll dans la teige


'lout a commencé de façon tragiqLle par un Ircid fiTatin de tévr eI Je suivâls l'aulobus de

Milford Corners comme je leTa$ais plesque ious es malins de neige pour me rendre à
i'école fautobus louna soudainemenl et sarêta devant i'hôte, ce q! navalt pas i
lhabitude defâire;j'étaisennuyé de Tal€cette hahe imprévue. Un gam n sonltd€ l'au_
tobus, T[ qùeques pês en titubâni puis alla s'effondrer sur u0 bsnc de neige dansle
tournanl Le chauTfeul de autobus et moimême le reioignirent au même moment Le
visage de l'enTant, anguleux ei creusé, étalt aussipâle qùe la neige.
( l€st mort r. murmlra le chau{Jeut
Je ne compis pâs sur !e morllent Je ielâi un coLrp dcei rapide sur les visages
(Un médecln I Vile I Je vais
effrayés des enlants qui nous regardaient depuis Iautobus.
té éphoiel de hôtel I I'
.Pas a pe ne, je vous dis q! mort.t Le chauffeur regârda e colps nerte {ll n a
i est
même pas Llll qu'il se sentait mê1.', mur.nura{ il.
(ll m a irsle lapé sur l éparie et a dii
très calmemenl 'Je m'excuse beaucoup, mais je dois descefde è I hôiel " C'est tout
Polr et s excLrsanl à la lo s.,
À'éco e, es bftrits et les nres du matin s estompèrent au 1!r et à mesure que la
Jrouvel e se répând t dans es couloirs. Je dépassai un petit grorpe de fi les
(Oul
éta t ce? Oui est mort ef vefant à
écoe?,,entendislequelqu'undemanderdans

(0n fe connaîl fas sor nom, garçon de [,4 ford Corners t fL]t la réponse La
c est !r
même arnb:]nce réqnall dans la sa le des professeurs el dafs e bLireau du directeur
(J'almeraisberquevousaliierpréverirlesparcnts t,metlrtledrr€cteLrL( hnbntpas
e té éphone et, de torte laçor, il est préférab e qtre qle qu un de É00 e s y lende en
personne Je m',0cclpe fle vos classes.t
(PourquDi fo ?r, dernafdaije (Ne sera t ce pas pr-Âférab e qre vous y.r llez vous-
rrême?,
(Je e 0onfarssa s pas ce !ltrqon, rép iqua le d recteur dirn lof e0al, et
.nporl" p'I .p J0 i( pro ro.
qu'i prélérait
élanl le !rofesseLrr
'
ieille el Ie iftrd en bils de h va lée
Je rne rend s dafs a iusqLr'à la
r'.;ivif rirs fvnns, tout Ër lensart à {re uarcorr Cliff Èvans J Élris rrll
ii'Dlcsseur Ira ire et rrL-' n'irv;ril !.s llt lÈ!x rn(Îs ln thux rr's I le irl
r.:l'll,rnjr rLr frr 1lE a L.sse J. ! ttaritrrr!
rd lc .prarr r .li ly iyr'la t trLrl
{

.1. ro ii!.r s rlr.rls t r iiLrrnr L re iùr il iirts '


ii rlr,r',Lltj {,r s ire i ù r irr r r1ê:t prcl-'ir lil rl:t l1trÈL su iLr,l f a,xJ\ll
rfl .1r fuil.lle rr r! !n t r i,p ri, rnrcft l/l.lrlJl"e l,rnrs \rr, i1i9e il!.,r
rsirrrt!.: I rerlrr\ùùtart: , LfÊ nDUs ill.millsr T llt ,rfili lr)r.dÊ '
Son r{inrirùr' riri!r:' lri,rl,r,rr.s rlt ft,o rlNN crr \irt LltilLr 5_ (lLrr ù
i'I
dJ
41 PARTIt I' Regards inléri![ri
.t'

[,4adame E\,€ns por]ssa une cassero e à l'affière de la cuisrnièe et commença à


enlever son tableL (Une minute, inteûompit son mai, jaibesoin de déjeuner avânt de
panir en ville. ll n'a rien qùe nous puissions Jaire de toute laçon mainlenant. Si Clitf
f'avait pas é1é sifermé, ll nous aurait dit qu'll ne se senta t pas bien.D
Après les couls, je m'assis dans le bureau etietaiun regard vide sur les pêpiers étalés
devanl rnes yeux. Je deva s clole le dossier st écrirc lâ rubrrque nécrologique pour les
€gistr€s de l'école Les pages pratiquement blanches se moquaient de mon entrepise.
CliffÊvans navailjamais été officiellement adopié pêrsonbeau pèÉet avaitcinq demi,
frères et demi-sceurs. Ces mâigrcs inJormêtions et la lisle des (DD qL'il avait obtenus
étaient tout ce que les dossiers avaientà olfrir.
Cliif Evans avaitlranch silencieusernent es poftes de i'&ole chaque rnatin et les avait
1Énchies de Ia même façon i'après m di, c'était tout. llnavaitjamaisIait pâdie d un club.
ll n a!€it jariôrs joué dans une é!uipe ll n'avait jariais ten! de rôles. Aussiloin queje me
souvienne, il n avait jamais manifesté ùne seue de ces éacttons bruvanies et heueuses
êuxquelles on peuts'attend€d un gaeOn de son âge. ll n'avait jamais éié quelqu un.
Comment la vie d un garçon peut-ele se résumerà rien? Les dossielsscoaires me le
montraient. Les annolations des pmfesseurs de première etde deuxième année disaient:
(enfant timide et doux' 0L (timide mais de bonne volonlér Lannotation du prolesseur
de ltosième année avait oLvert le feu lln professeur avait écatt d une maln assurée :
(Cliff ne veLt pas parler Ne coopère pas. Lent à létude.) Les aut@s annotat ons étaient
ensu te du rnême genre : ( Triste; peu évei lé, 0l peu élevé.' Elles étaient cependant
justes. Le quotrent inlellecluel du ga4on élail, ef neuvième année, de 83. Son quotient
en troisième ênnée âvaii é1é de 106 et n'érait jamais descerdLi au dessous de 100 avant
la septième année N,4ême s' ls sont limides, les enïants Jacites oflrent de la résislance.
lllaut du temps pour les détruire.
Je nedirigea brusquementvers la machine à écrire et rédgealun rapportenflammé
enlaisantressortrceque'éducationavartapporiéàCiffÊvans.Jenjetaiunexernplalre
srr le bureâu du directe!t et un autre dans le dosster triste et écorné. Je Trappaiviolem,
me t la mach ne à écrire, fermâi le classelr, pùis claquai furieusement la pofte, ma s ne
m'en senlis pas soulagé pour autant. Un jeune garÇon conttnuait à me suiv€, un petit
garçonêuvsage anguleux el pâle,â! corpsrna gredansdesleâns usés, auxgrandsyeox
quiavaienl €gardé et cherché pendant ofgtemps. ef quisétaienl ensuilevo lés
Je pouvais imaginer cofiben de fois on iavait cho sien dem er dans es jeux, con
b en de conversations d enfanis, fitLrmLtrées à vo x basse, l'avalent o(cit], cornbten de
fois
on ne avait pas iflerloqé. Je pouva s entendre, et même votr les visages quirépétaient
inlassabiement:(TLt 'es
en dr toLtt. Clfl EvaIs.,
lJnenfârtestunêtrequrcrût (jlilflescrovait,sênsa!cundoute Sordê n, touldevint
dairpoùr'n0i:l0rsqueClrffEvanss'étêtaperçrqu'l n'yavairpusd'issûepoûlui, lavait
rlisparu dafs !0 bânc de ne qe et Jef érait a lé. Le méde0h pouvair âv0 r d agnostiqLé
(lrl arrêtcard aquer cofilne raison dr décès, cela ne me fera t pas cha qerdidée.
Nous f avons pas pu trouverdix É èvÊs de lécole qLiaient sLffjsamnrent bief co nLl
Clill pour êller à ses fu[éra I es en taft q! arn s. Ce f!rent rles repÉseftants des élèves
et ùn r0rn té des pel tes c âsses qri se rendirent en qroLrpe à l'éql se. aflichant !n ai d-"
cÎco stôfce J'!sssta iu se^/rie irvec eLu, uI po i]s érorrre sLrr ma pll iriite,Inâ s armé
ilirfe larile rerûlû rn
,la ir'ir lirirals lLrll r i fl [!i] )s, |rrr !rus (t|a a rcsr L.(on qle iitra s prrse ce laLtr.

Jir r{nlrijr{rrÉ r,s î!,Jrils [rt:rù!s.i] jJs Lrips riiaés jrr ûx raqc, en(]lrt rl.its Jt
l û,nle itlinr(tei rier Hirfil|is, rl snrs lû È riiû|{,r, I !e itrLrt rlul ll) rc i,ts\e ricn ! llrtrr
rl)urvDus iralic nr 100,.rJ;snLtLLLtla|lll]vrjrtslre\,tslrtrlla|ùR!ri(lssâLai||eirrrJi
: r tr,. rt .lir vris i.iire l{rLs .s 1ftirts !!\s bles irt 3r$rUer .ne l]nÎi] ir 0.r,lrir :i, stL alc irt
ii | .u sroinire, !ril t irln Ll'ùrtr\j vcLrs ne po{r ra lr irs sc sarjlrr LUlr fc ltr I en Llu tOL I)
l; p|r!ir{ rlir l(rrrirs, ùrs iLrLrl,irls, rfars la 0 rrart lu irrfls, il.} rér ss

Jean Mizer
CHAFIIRt 2. Le ronc0pl do s0i. cl6 de h t0mnunication 41

êà I a culturê et le- conc,ept d-e--sl)i


le contexre ocialdrn' lecuel nous gund *
:de
ie m;lie,r cuh'r.l r e't a drre dan< le developpcmenr du concept dc 'oi
lliff .'-'. i",. '" ',;t.;lnp*'rnr
""
i. otuo,,, a.' ., ,,.e' oc. identales 'onr lonemenr ird;ridurli't" rlorc
rés plLr' rradir'onnelles dont le' culrure' a irrique' vrlo-
1es "'. ai",'*.tttt.*'
,* pt"' g',"a..'rs'i'n<' de la 5i nouç demandon'a de<
ise.
,'t,"*
',rrrreri"ainr, 'olle'rÛrre
:, a.' C"ndlens, à des Australiens ou à des Européens de s'idenri'
ml-
i-. it a."r*r", p'"U"Uement tout d'abord leurs norn et prénom, puis leur
nus
,dresse, leur ville, et enfin leur pavs. Les Asiatiques' pour
leur pan, com-
par Leur pays, pour terminer par lcur nom (Servaes' t989)'
vait menceront d abord
ub. si nous demandons à ûn Indien de iidenrificr, il mentionnera d'abord la caste
: rpprrr:ent Pui' le n'l dc son \ ill.rge cr <n4rnon nom
l,rquetle il
Cg<..**,i"n... *n, pa' dc 'imple..urro'ire..ulrrr.ll-' : ellet relle
tenr des fàçons toralement différentes de se percevoir Dans les culturcs col-
rle lecrives, l'individu rient son idenrné de l'rppartenance à un groupe' de sone
nrre I inrerJipendan.eerrre le' ncmbre'd. i.t'oriire er'.''ou
nt: -grouPe" cn
euT
beaucoup pls forrc. I e' tntimenr. de ficne et de ',l.ur penonnclle 'e-or.
ie: non seulemenc façonnés par lcs rctes de I'individu, mais par le comporrc'
enl
ment des autres mcmbres de la communauté. Ce lien aux autres explique
ant
l'effacement personnel que nous observons d:rns la tradition miatique et qui
ent
conrraste violemmcnt avcc la rnise en valeur individuelle qui crracrér;se les
anl
ce
culmres occidentrles (Gu<lykunst et Ting-Toomey, 1988) Le lableru 2.2
tlonne un ,rperçu dcs différences enrrc les cultnres individualistes et les cul'

IE Les differences cuhurelles peuvent en Pârtie exPliquer l'aisance ou I'anxiéré
que ressenrent les gens dans les siruations dc communication. Dans les so-
ne ciétés à carrcrère collectii on redoute drvrntrge la communication Par
rtit exemple,lcs Chnrois, lcs Coréens et lesJ.rponais, lorsqu'iis doivent s'exprimer
ouverremenr, affichent un dcgré d anxiéré significirivement Plus élevé que lcs
membres de culrurcs individurlistes (Klopf, l9B4). Cctte crainte de la commu'
nication nc signifie toruelois prs que cenaines culrures souffrent d'Lrn " Pro-
lrls
blème" de timirliré. Ces sociirés veloLisent la rctenue. En Occiclcnt, on serl
)Ï ller de monrrr de I',rssurrnce cn public nais, dlrns une grande prrrie de
l Asie. on *: *:nrirr honrorx d un tcl sentiment.
rnl
ait

lableau 2.2
n!
findividu .u sêin des c!iltures individualistes et collectivÊs

{
., !,j, t,rrLn| rl

''r,iirr:i,\ rir:li , ri ri

rl

,trj, ,r ilr rrr:t ! ,.'1 ,r'r,r. ,


42 PAFïlt 1. Rsgârds intérieurs

;l

'I
,t

La différence entre l'individucl cr lc collecrifse manifeste également dans


les interacrions quoridiennes. Stella Ting-Tooney (1988), chcrchcurc cn
communication, a élaboLé une rhéorie exptiqùanr les différences culturelles
par npport à des normcs importrnres, notamment ia f'ranchise. Selon elle,
dans les cultures occidentaies individualisres fortemcnr axées sùr le je', ta
"
manière francLe est une valeùr ippréciée, tandis que d.rns les sociérés collec-
rivcs, où l'on cherche avanr rour à ét:rblir des liens entre soi ct le groLrpe, les
approches dérournées qui favoLiscnt l hanronie sonr privilégiécs. .Je dois
être moi-mêmc., pourait ôtre le mor d'ordre de I'Occidenral. Mais celui de
I'Asi.rtiqLre scrair plurôr : .Si je te blesse, je me blese ausi., 11 apparaîr claia
à p:rrtir cle ccs exemplcs, que la cornrnunication enrre dcux personnes de cul-
tures diflérentes peur êrLe source dc rnalenrenclus. Par excnple, un Asiirique
pourrait se sentlr gêné par une approche trop d;rccrc, alors qu'un Occ;dcntal
pourrait, qLrant à lLri, sc sentir liusrr! cte ne pas obrcnir I opinion personnclle
de son inrcrlocureur. Ccs dillérences sont préscnrcs dans d'.rutrcs culnLLcs.
Atr$i csr il iùportrnt, âv.rnt de poner un jugenenr sLr l aurre, de conn.rîrre
le contcxre culturel dans Jequel ccne personne;r gLandi.

j ,r i.

I'jour ùricu\ s.,isir cc !11cl' l. .on.rpr rlù $i. il .sr inrpjrrr;ltli rc pcrrchcr
su queltlLres unls (i( \Ls .r.r.rerisriqLrcs.

Le conccpr ile soi et I trrimr Jt .oi lnr personn.ts. L! pltrs r,,,1\. nr, ils ne
rcpovnt p:rs s,rr dcs tiirs obscn,rblcr mris soL do juscùcnrs. Jcs ii.,lu,rrions
Jcs p.rorrn- ir Iig.rnl clcllc*n,in.s. Bien tlrs pcrs,nncs sc ju:jcnr bcru
cHÀPI1nE 2. Ls c0ncept de s!i, clÉ 0la Nonm[licatiorr 43

.ouD plui sévè.emenr que ne lc iu\Ii{ie


h rialiti. Ccnainer souriennenr qu clles
Lbmour que lbn se porte, Sire, n'est
." sonr ni 'ed,risrnres ni compêrentLs. cn dËpit d.' amrmat;ons sin.èrc' de pat npéchéa tii jàne q eælu;
leur cnourage faisant état du contraire. D'autres personnes onr, par contre, de e négliget
une imrge J elles-mèmes
dirai'onnablemcnr positi'e Tcllt per<onne 'c con' Shrlespete
sidèrc comme ure conreuse de blagues géniale aloÉ que tou( le mond( rutour
d'elle adu mal à supporter son esprit soi-dhant humoristiquc
Il semble quà partir du moment oir nous nous forgeons une image de soi
-' positivc ou non - nous cherchons à nous entourer de gcns qui con
firmcronr c€rre im.rge Selon de rctcentcs études (Bower, I992r Swinn er
coll., 1992), des collégiens ct des couples marits qui jouissent d'une bonne
estime de soi recherchent des partcnaircs qui savent les apprécier, alors que
ceux qui s€ mésestiment sont portés à interagir avec des gens qui les déva-
lorisent. Ccae tendancc à rechercher dcs gens qui confirment notre image
de soi se nomme l'autovérification. Elle laisse entendre que nous semblons
moins préoccupés pa-r le besoin d'apprendre la.vérité' à notre sujet quc par
le désir de renforcer un conccpt de soi qui nous est f:milier.
Les évaluadons déformées du concepr de soi persisrent pour plusieurs
raisons. Les effers dcs informations périmées, comme des ichecs antérieurs à
t'école ou dans les relations sociales, peuvent se faire sentir bien longtcmps
après qu'ils se soicnt produirs. De même, des sLrccès anrérieurs peuvenr nous
incirer ) .rnoc,per de' .uc( è. furun. Po,,rta',r, nou' nc ,onrme\ jâmâis rou' i
lâit lcs mêmes, car norre €nvironnemenr social cst en consrant chrngemcnt.
Une rétroacrion marquante pcut égalcmcnr conrribuer à créer une imrge
de soi me;lleure ou pire quc ne le justilicnt lcs faits. Des parents trop cri'
tiques sont l:r cause la plus fréquente d rrne im:rge négarive que les enfanrs
ont d'cux-mêmcs. Aussi, les rcmarqrres désobligernrcs d amis, dc profcseurs
m:rl,rdroits ou d'cmployeurs rrop exigeins p€ùvenl âvoir des effets pro'
longés. Prr ailleurs, le moi surévalua d'un enfant peut rcposer sur les éloges
txagére's dcs parcnrs.
faccent mis sur la perfection, phénomène coLrrrnt dans notrc sociÉtd, est
unc troisième caùsc à I'origine d'un conccpr dc soi pcu rJ.rliste. Dès I'instanr
oir lous commençons ! comprencLLc lc l.rngage, nous somnres confronrés à
des rnodèlcs qui symbolisenr la pcrticrion. La publiciré, entrc;rurrcs, sous-
cntend quc pour êrrc aim; cr adrniri. il nc faur pas rvoir dc déllurs.
ùIalhcurcuscmcnr, bicn des prrenrs perpéruenr ce mythe. IIs fonnulcnt plus
ou moins tlirccrcrncnr lc mcssrse suivanr : Une pcrsonnc bien adaptée cr
"
qui r drr succès n:r p:rs dc difàurr. .{insi, les cnfanrs rpprcnnent quc pour
"
se faire rcceptcr, il fiut néccssairemenr prat,ldrc ".rvoir rour cc qu il tiur
rvoir', miDle s'ils srv(nr ràn bicn qur ce n cst p.rs Ic c.rs. II n'v a ricn <tc
mruv.tis cn soi ir riser h pert'ccrion cu nnt qn icltr.il. ivllis nous devols
siftlcr .q rirc qn.rrL.un itt hrrrn.rin nc l .rccilt Jr vrrr vn.rnr.
Lcs attentes dc la sociit! erpliqucnr .rusi qrre l.s s.us oùr rrop souven(
ttnJ.rrrtc i se rrl.rscsrinrtr. I.,r sociire perlecrionnisrc.i l.tlrrtllc nous :rpprr,
rùnons. cùLidb(mcnr. rieon,pcnse lcs pr*orrn.s qLri mi,) n,i\cnr linrfor
r.tn!( (1. l.',,. p,,)p.$ r,rlrnr.. N,'LA qurliti"'r, c$ po$orro tlr . nrxle.rcs .

.r .l .ur.r.rl)ics,. 1)rr eonrr(. noLl trrirons ,.rrr rlui rcconn.ri"selr liur.


roree. cn lcs qu:rlilirnr rlc " r.rnr.rrl', orr rl ripisr* .. lr.onli,rrLl:rnr .rcr
lrs l,errl,,es qLri rc rl,'rilienr cLe t.rlrnrs qrLcl)es l,,nr p.rs (l.rn, ltr f.lrliL(i.
C.r LL:.,gc rrous eonrluir. IdLrr ii rr,,jorirc Ll.nrr( norrs. :, p,rlld ,xrrcir. n,rn r
tLr rrrx Jii.rurs. rrllrt rn rnininris.rnr I imporr,rn,:..1c rros L.rlrrrrs.
I'tl
ll PAnllE 1. Rsgdrdi iolûiour3

i À l" lo"gu", n"""." u.nons à croire en la prédominance de nos défauts.


:
Lcs remarques peu flatreuses qu€ nous nous adr€ssons pass€nr pour de Iâ
I modestie et deviennen. parri€ intégrante de norr€ concept dc soi, tandis que
nos poin6 forts et nos ralenrs, qui ne sont jamais mentionnés, rombent peir
à peu dans I'oubli. Ce qui nous conduit à nous considérer pires que nous ne
le sommes en réalité.
Une manière d'évirer de tomber dans le piège de I'autocritique, c'est de
reconnaître ses forces. Lcxcrcice qui suit vous donne I'occasion de le fairc.

tNlrAtiti 2.5

Roconnaissoz vos lorcog !


Cel exercice pelt se faire seul ou en grcupe. Si vors le faites seul, vous poLrvez en
consrgner par écril les résuhats. Si vors le fartes à plusieurs, asseyez'vous de
manière à ce qLre toùl le rnonde puisse se voir
'1. Chacun doil lroover trois éléments posilifs à propos de lui-même Ces torces ne
constituent pas récessarement de gÉnds exploits A! conlraire, il est tout à lait
concevabl€ que vous vous giorifriez de peliies choses qui vous laissent un€
impression de sâtisfaction ou de fierlé Par exemple, vous pourrier mentionner
avoir rernis un lravarl scolaire avanl la dale limite; avoir parlé franchement à un
amialorc que v0us craignier sa désappr0batiûn;avoir préparé un succulentgâteau
au chocolal;avoir c0nduit votre c0locatai€ à destûral of avec volre voituae même
s ce n élail pas voùe clrernin
2. Sivous êtes à court d'€xemples. demandea vous:
a| (Ouels sonl les domôines dans lesqueh j'ai progressé cetle année? Dans quel
domaire s!is-le p us habrle ou meil eur fue je fe l'étais auparavant?
h)(Pourqroiai-le tant valeur aux y€ux de certarns de mes amis 0u
d-"
'
dece ains
membres de ma famille? Ou'est ce qu'ih apprécienl en moi?
'
3. À la lin de l exerc ce, poser vous les (luest ons suivantes :

al (Cearna.t lparudiffcilsdidenlfiermesforces?"
b) (AuÉ t-il éte olus facile de d.esser la I sle de m()s déiauts? Le câs échéant,
( [sl-ce pârce qre ie sùs vrarme0l urle personne llr able ou ' parce que
Iar
lhabitu(le rle mettr€ mes la bless0s 0n evderce et d'illnorer nres pol]ls forts?'
Pcrrsez à I ûrpa0t qLre ia répél tion {l L[] tel exerci0e aura t sur v0lre c0fcept de
soi, et de[]â0dez-vous s' I re sera t pas p us sa!e e trouver ul éq!ilitjre dnns
l'é!1hratinn È vns rrnl.n\ et vns fâihln\ces

Conrmc noLrs Lrrons vLr. lc concept rlc soi est Icns.rnblc rlcs pcrccptioDs
<1uc nous rvons dc nous-nrùmcs. Cc tcrme compoLte plusicurs dirlensions,
qui s inrbrklucnt les unts.rur.rurrcs porrL rbrucr Lrn tour. Trois diurcnsn,ns
pLinciprlts coutpo'ott Ic torrtpr tle oi.
le :oi pototuel rcpr.\rnr,: I.r p.,\(,rl,r. qu( li,n crcit itrc J.rns rlcs
,t)nrcnrs (l ir)rn,\f..(i(,n. ll .oLrrprcrJ l,lusieurs L:)enrcnrs: h pcrcqrrior JL
norL..r1,prr.n,re. l.r e"n.eirnee tlc norrt irtlligerrc...l. no' rpriru.1r.. J. r,"
Jit.,urs. Cù n)i ..r " prni J.rns 1.r N$Lc où ro's $mnrù f(Lr fo.rj\ ) l.
rcvtrlcr complitL nrenr i Ll lrr res. l',rr crcrrplc. nLrLrs pour ons ,rr oir qrrclLlucs
rtîiccnccs i ririlcr ccrt,rines perccpri<,ns lr norr( ,rfp,rrrn.( (, l! mr rrcu1!
tt.ru. ), Jt norLr irrrcll;grn(c (,i( n! \uis prs:rù!si intellieortt qLrr jc rourlr.ris
Soi pe.sonn.l Potso.,tr
l irrr. .). Llc nos oblecrili (. lliDponrnr p,rrr nni. c csr Jc tlevenir richt. ") cr
iiùo dà.s dlis rûI.rts dîtrr$!d.n
Je rro\ nrorn.unn)s (., l( ,rc prioc,:up. J,n',rnrJlrc .le rx,i quc tlcs :rLrrrcs. ").

\
r{ t H A P lT IE2 . le cûncettdp sr;,dd d0la c0mmûDicali0n 45

{
i Le rrt t/l// rtPk\enre li Per-
erre idcr-
I .onne que notr voudrion"
norre
lemenr. Certrin5 elcmcnrs 'lr 5 iEUtEI.IENT
."; c" ncidc"t J\tr notre soi
ideâl
-E kL tEllrA1 m55
pasonn"l ll 'e Peut ,P:r e*'mPl'' B!i\ OIEJEN A. i R
due nous n'yons 5rti\r.rrt! du 8Lnr.
a
,irmi, que non rcmmes Àhis, dans
,l'aut.es d.mai'.s' notre soi idéal
peLrr:tre dil'fcr.nr de cc qu< nous

L.e soi e*lrieur


est unc image
publnlLrc : c e"r.n quelquc soLt. lr
laçon donr nous nous Pr((cn(ons
rux rutres. Dans la PluPan dcs cas,
lc soiextéieu que nous vouLons créer
esr une image socielcment aPProu
v:e: étudiant rnodèle, conjoint alËc-
meux, tLavailleur conscicncieux, ami
loyal, ctc
En général, les indiv us qLri ont
ùne estime de soi élevée Présenteor
un soi pcrsonnel, un soi idéal ct un
soi cxrdrieur qui sont comprtibles,
c'esr-à-dire quc les irois dimcnsions
component des points joncrion. 1'rr cxcnPle, la personnc qu ils préscn-
clc J
trnr (!oi e)trérieur) n'csr pas fond:rmcnralcment diflèrenrc de la personne , ...r., J. /
qr'ils sont Ldcllrment (soi pcrmnncl). De même, h pe*onne qu'ils souhai- 'l
tcnt devenir Goi érl) a plusieurc poinrs communs rvec ce qtiils sont ct ce !. k4. ec({
'r'it4 I

" Qu; i'tcs-t'ott:, uon? tletttutla /,t


Pour êrLc srin. lc conetpr de soi dcvrxit itrc flcxible. \'Ilis nous ,Lvons tcn- thenille. Cc ntttrtit pas n tllbut
ihncc à noLrs cr.rniponnr. au concepr de $i qui nous err frnilicr, môme si la bien otcotuttgant pott unL
r'alitd nous incliquc qu'i1 cst dép.rxi. Lr sccriur sur h subjcctiviti du con- t oituc t't1 t i o jL t1/;ct t ;l,a rl it n uc r

ccpr dc soi rt sLrr l.r penisnncc des ivrlLntions <lltànées a erposl quelclucs ne cruiw ht\itatior : "Jt t'e,:ai:
ru;sons pour lcsqucllcs noLLs conservc,ns lcs imrg.s cluc norrs avons.lc nour ùop rien. ntxicux ./c s,tit qt/i j'lt/tit
î- ...,ot',)ût^'.,og i!il -). - c r.r' ' ,.1 ',- r .. ,', r'r'1, qua;tl n,.1c tî la'r:c rc tt'trirt,
'. r' ,]it i .tLi' l,;1, Lth:jit ltlbi
' , 1.' r,r 'ur..(J ."r . \i rrpeLr I

ir Lcr iser un u si n t: t,îa ra ry hox : lLp r i s tt


Il tst conprihensiblc <1Lrc nous noûs montrions disposés 7/ t t t t t

toucrpt clc vri qui nous irt'ir .Iup.rtrvrnr trvor.rblc I'.rr erenplt, cttt.Li,rs
rrhlilts p!otc$ion,ltls souticnncni .ucLLglJmcnr ilu ils ,Lgrportcnt .ncotr t(\vn a:r, i.ll
l,iaLrcoup i ltur cquipc .,lo* qu ils nr ont plLr dLr rorrt ru sommcr cl. lcur rl
. !( L!, /
li,;rc Si .r, rrt liir plu' rppil iuLrrrnr.rntqurrhliLis.il'onrrlorsli,,..rs
.ti rhrn,rrr nn .rrr ihur i,,,1r., r.ror Jc lcLrr co,r.rpr Ltc loi. cc qui, pou, iur. rL. J,r,L-' ,lv'.nt t,n
r.tr.r'.nr. ur. p.r1r 'itjnitic.rLLrr. Il. l.r ni,n. 1.Lron. un ctrLil.rrr qLLi rtn r>, c! {,. Ltr , 1r,'.,';+ .)
\ls..rir biri, i.i nrr.' pr.:e.ilo,ts. Lr,ris qui rirnt di lbir rrn jcirtc. prur Jil:
ticllrnenr .nh,.rrL. qLrc l,r ,,,rrn,,t . l)o,r iruJirnr ' nr i.rltpliqut pIrs i lLrl. Soiidéal Pi,r.fri'i ' ,,s lf . ' i

(l',,id,,!nr.nr, l.r ,(r(ilr.!:L!.,..,orh.r',r un,: prrirprior (l!jp.rss(i (1. \.1 soiexrcieur Ilrittr
p.r.,,,,nc pr rsi:ir .:g.,1,:rro L 1r,,11Lrrl.r r,rn.llrim.rilcc.Lpi!rt.1\or.,trlr.lrr
I rnci.nnc. |.rr,irnrplr. rLr. inrli.rrLr q,r r,,ut lt ntnrlr ,,r pnsLlrre .rLrlrit Cûûservatis c c00nitit Tr 1lriL. !,i rr
ùi i 'trr ,iLrrr1r,Lr,rltrr.]l3fi
,rher rLr
L;r.rliliii LL. L,ille,.r.rrlLra. r(1,Jrn' u,, r\.r.ic. l.rir cn cl,,st. qu.lle .e L,ou' r'nl Jrt 'r rr,.,,l)r lLr r., irrrrùl
r.,i'.,,,(linriL... tt nrin,. .l.r e . LlurnLl on lui cl ,, rltn.LnJi lr r.riln,
46 PAnTlt 1. RegNrds inlôrieur!

,a taaa?l ?"-1121<ECtaa,a'!ti
ÂUJCr<t l-r.
it
"yï9;
LzLa,GtÊii?a,
)E9U I ) ttaF.tv
JtfÀ9FN(rÀR
D'I]ER

,i

ellc a cxpliqué que lorsqu'ellc Jr.rit plus jcune, clle avait les dcnrs fortement
de travers, ce qLri I'avait obligéc à portcr des broches pentlant plusieurs i a

annics. Pendanr rout ce tcmps, ses amis l'avaient si souvent taquinée qu'ellc
n'arrit jrmais pu oublier "sa bouche cn métal", comme clle disan. Même si :
elle ne port:rit plus son apparcil depuis dijà <teux rns, cette érudirnte disait
qu'clle sc scnta;r encore afficL,se er rcpousait les complimcnts, alléguant
qucllc saveit très bicn commcnr elle étair cn réalité.
Il scmble donc que nous ayons tend:ncc à rechcrcher la confirmation dc .lls
nos hyporhèses plutôt qtià nous confLontcr:' dcs inform.rrions qui del
viendr.rient les infirmer. Dcs rccherches cn psychologie sociale ponanr sur l.r Ber
dissonance cognitive démontrent quc, placés dcvàDt dcs fails qui viennent
contrcdnc une i,llc, nous avons rendancc à recherchcr des " excuses ' pour
expliqucr cctrc conrradicrion. Plurôr que de réviser nos idécs rcçrres, nous
adoptons certc atrimde pour Jvirer d'rdnrettre que nous faisons dcs erreurs
L
k sccrion de cc chapirc poLtinr sur l'ruroré,lisadon des prophéries (page 48)
txpliqLrc commenr nos proprcs comportcrnents et,rrtitudcs p'cuvcnr pcr'
prrn r .rr'.
"n..pr
J*oi. minrc v.elur.i.rt.nont.
Dcs eremplcs scmblables ir cclLLi de lirudimt. qui se trouvair l.ricie non-
rreDr quc Dous pouvons rcfLrscr une vic plus heurcnsc cn s':tccrochrnt à un,:
im.rgc dc soi deprssic. Pourrluoi offrons-nous unc rcllc résistancc.rLr chrngc-
ment ? I'robablcmcnr parce quc nous nc rxLlons p.n p;rscr p:rr l'nrllucrrblc
phrsc de désorient:rrion qLri sc préserrrc,rL: cours dc toure r,:misc en qucs-

L !.,'1r r r'
Lr n.rrrrrc LIu c"uccpt.le ri crrrrinc Llrs eonscquenccs sur 1.r communic.r-
rnr inruq,.'rlrrrtlle. I r liçou clont noLr nous p.r<\on\ r ù,r in,prcr Jircet
\trr rror r! .onpt), r.,)r.nr \ is i1 i. d.s .r,r,ù.. I cs rt,rer ior' rles .rutrcs .uuort
:tI,,,, ,r)ûr un inrt'.,.r \ur h,,,.,,,ii,e Jonr rrorL\ r0u\ tùr.ù()ns. ur ri,,si tle
,ui'r. l). flus. l.\,imr (lc li,rtc,rrnt rr,,r rtlrrors inrrrp,r-
'oi Lorrililorrrre
*rrn.ll... 1.. r.rble.rrr .1. i pri..lr. l- pLrn. ip.rl.s .litli:rn.ô qr; !.,r.,.ri, i\.trt
l.s p.ronnrs .l rnr ur( h.rL,r. rs(inr( Jù 'oi cr .rll$ .,\.,nr un( r.ribl! c\riùrc
.lr
",i.
L.f' rliliir.n..: nor.iLs d.ulr lc r.Ll,lc,tu I I tvitenr tour lrur .inr L,nque
rrot prerons cons.icnee clur les pcruncs qui nt i:rinrorr p:rr s,,nr pon.ics
. .r..r-,1 .. l.'.,'. ,. rr, l. .'irrr.rr .'.r r".r pl r ..\ r, rr

--
I

cllAPlTnÊ 2. ts concc do lDi,clÉ dt li connuricali0n 47

Tablêâu 2.3 I
Lâs différences Éntre les personnes qui ont une hâutê Êstlme dê soi et celles
qui ont uno faible estime de soi
1
t
.1

:.o lsn&nce à Penser du bien des aut€s; onl lendance à désapprouver lesauÙes:

;'3?ttêndent à âÏs acc€ptées pêr les autresl s'atlendent à etre rej€tées pfi l€s aulresl

:. âElu$t lâLlr pop€ €ndem€nt plus favorablement que les personnes évaluenl leur rendement noins lavorablement que les peGonnes qui
qui ont uns ,aible estime de soi : ont une hâute eslime de soi; 1

; foncdonnent bien l06qu 0n les observs; ne craignent


pas la réaclion lonclionnsnl rna| lotlqu on les observe; rcdoulent d es éaclions néqa.
rives de la pandesaur€sl

. mvaillentplus lod pour des gens qui exigenl un rendementélevéi lravaillent fo( pour des gens peri exgeanls el moins crliques:

. dr rendancs à se sentir à laise avec des gens quêlles considèrent se senre mena(ees pàr de\ gens qu eles consrderFnl superieuls
supérieo.s d unecenaine laçon;
. sont capables de se défendre conÙe l€s commentaies négêlifs des élr0uvenr ds la difficullé à sB délendr€ contre les commeftôires

ell€
esi
Source ada édeDonÉ HAMACHEK|I9SZI tncoùûe$ \!i\h the SetlT! dd ion]NewYo .Noh.BiiehadôfdWmLn,I98?.p 3s
san

sonnes s'imaginent que les aurres les jugent touiours de façon négative et
rde ou réelles, comme une aurre preuv€
elles prennent ces critiques, imaginaires
qui de leurs lacunes. Pour cmprunter lcs termes bicn connus du psychiatre Eric
.la Berne (1975), elles adoprent une aaiLude qui pouLrair se résumer ainsi : .Je
ne suis pas O.K.; vous ttcs O.K. Parfois, ceae faible esdme de soi se mani-
'
feste sous la forme d'une hosdlité ouverte à l'égard des autres, puisque l:r
personne en arrive à croire que la seule façon de bien paraître cst d'abaisscr

Lr figure 2.1 montrc la relation qrri exisre cntre le conccpt de soi ct la


48) communicarion. EIle illuste comment lc conccpt de soi influence à la fois
notre manière de communiquer ct la façon dont ccne communication pcut

colltcgrDt st)l DOI{GIPrmgl


8c'
ble
7 /
'Ëp,es'r+r'
1 1
PTICEPIIOfl PBCIFI0t{
DCsÉvÛE E{rs r amlItE{t otsÉrÛlsars c0tlllFoffluÉfr

I I
nÊ?orsEs ,r, 8É?0flset
OESÂUINES DES AUTSTS

Figure 2.1
Lc concept de soi ct la communication : on processus cyclique
48 ?Â8Tlt I . nigarû intdisuÊ

à son tour influer sur le concept de soi. Supposons, comme daru Ia figure 2. I , qr11
ont :
quelqu'un se senre " mal à I'aise devant les personnes qui représentent u& 20V
certaine autorité,. Cette image proviendrait sans doute de réûoactioq
reçues dans le passé de la part de personnes imporrant€s à ses yeux. Certc bhuê
attitudc rerdu€ influencere non seul€menr les comportements de ceitc per. l,.s n
sonnc, mais aussi la réâ€tion er l€ comportement des âurret à son égard. L été P
plus souvent, Ies réactions dcs autres risquent de renforcer encore davantagc rirés
un concept d€ soi initialemcnt peu rcluisant. De plus, cette expériencc
rouche la perception des événements à venir et entretient les crainres d'êrrc
nal à I'aise devanr des personnes qui représenrent une aurorité. Cer exemplc à cct
illustre bien le processus cyclique du concept de soi. Celui ci est à la foh mo. é
Pas
delé par les personncs qui ont eu de I'importance dans le passé et par ccllcs
qui réagissenr aux comportcmcnts actuels. Ce proccssts influence égalcmenr i Lc
L mani:re d'anriciper l rvenir er ;lluçrr< fon b;en cc qu on appclle l auroria. .
Ii'rrion des prophiric". l'effe
élève
!:1,- toréâlis.it:rn ..i,Ji :;i.:l:lhÈ(iê.3 :
lautoftalisation des propllriar est un phénomènc courant qui iexpliquc I lh or
dsémcnr : iorsque les ârrentes d'ùre personne vis-à-vis d'un événement sonr i srimt
élevées, les chances dc voir I'issuc prévuc se produire augmenrenr d'autant. .'
Ce phénomène sr:rvienr sorrvcnr, si bicn que nous oublions de I'identifirr ptis.
. omm. r.l. lenscz prr .rcmplc :r cd r"in(s rrurrio
. vous croyiez que votre nervosité :rllait compronrenre une cnrrevue d'em- Pir a

ploi er c e,r cc qui iest rccllc,nenr produ,r r répor


. vous prévoyiez vous amuscr (ou vous cnnuyer) à rlne soirée et vos prévi.
sioûs sc sont ivérées jLrsres;
iorell
. un professeur ou un panon vous a expliqrré un noùveau trnvail en vour profc
prévenanr que vous ne le rÉussiriez probablemcnr pâs la première fois, er
vous I'avez effectivcment raté I
. un ruri vous parlair d'Lrn prcfescuL quc vous ,rlliez avoir dals un cours,
iv'lnll
vous disrnr qrrc vorrs n.rllicz sûrcnrcnt pas I'rimel Lr préd;ction était
Pour
iustc: vous navcz pas rimt vooe prolcsscur.
D.rns chequc cas, il y rvrn de foncs ch,rnces que I'évinement se produise
C
parc€ qud vos irrcnrcs onr influcncé votrc rrrrimde. Vous rvez. hconscicm-
menr, f.rir ce qrr'il tàlhit pour reponclre à r'os attcntes. Vorre prophéric s'cst
placr
réalislc er â.onribu! cn remur :r conl'irmer le bien-fondi de ces.rnentes.

II
trisrc deur rypcs rl .rurôki.rlistrril)n dcs prophéricr : cclle qrre nors nous
imposons ct celle qui nous <sr inrposJc. Cclle q imposors sc
pLoduir lomque nos prcprcs aacntcs intlLrcrcent noLre comportcmcnr. D:us
1., p.rriqrr J,,n rf,,, . n.,r .rrrr1,l.. un. lu.onn( f,,,, \ fr'prr(r f<I-
rholognlu.Dr<nr:, io,r.. n,irrrs on ruins i:rtn qrii I , ir,rirr: Ierplic.rrn:n
de s.r ptLtàrn,ro,:e irhrbitLrr'llr ser.r s.rrl Jourc rlr,rs son.rnirrtle. I)c l.r
,,rlnr( liùn. (cl,rl q',i rr rern,Lrrr dr.rrr LLn lkliroi( .r rvl,r unc .LrLiruJc
.1, ...'irrr.,,,rl'lr. r 1'r"l'..bl.,rr,rrr "'.r Ji-,"r'' .r ri'.. 1'.r. rrrni,rr.rri,rt
.Lrtril'u.rN< i urr nr.ur.;ur.lt prrp.rr.tiou. nr.ris bicn une sinr,rrl,n J:rutori.rli-
s.rrion Jes pnphLlrier.
Auloroalisalion d6s prophélios |,,11clo,r 0L Li 're,'n.l r"pe Ll ,uio,c.rli'.,rioù.lrt pn,phities csL.(lui q'ri ûous.st
rr,rnr dî',v1i .! r,, r,fLl ',\x: n,,,\ irnposé p.rr unr.rrrrIt pcrd'rr(. Il ., t)oLrr !on\iqurn.c que lcs .rrrcnres.i L,ne
nrsn,ol,Dle ic )c lrodutre qu ]û. ù,ù .,"rr( pu\(,no( Jer ienncnr lcs nr;rrrs. Lrren4rlt tl.rssirlu. i irc JoDnJ pxr
lloscntlr,rletl.rcobtrr(1')6li) (l.rn\lcli\ri l't'!!t,!liùt,i /ttùL l.cs ehrLchcuL,'
CIAPlTRE 2. Lsconcetldesoi clé de la r()mml]nicali0n 49

onr fair savoir à des enseignants qLte


l0 pour Gnt des cnirnr\ 'le leur .cole J*
..",'i* -"',.'.", '" potenricl inh.r
L

bituel de développcment intcllectuel.


Lcs noms de ces enfents avaienr, en fait,
.Le .:ri pr;'.r prrtLr d une lisc tie numiros
I rnë. ru hrçrd. FlLrLt mor. plus r,:rd r
1
un rest dc Q i., c.s enfinrs ordinaires ont
l
,i obtenu dcs résultars ncnement suPérieurs
rplc à ccur des aurrcs cnfants qui n'avaient
plrs é!é signalés ) l'alrcntion des profes-
:lles
I.es profcsseurs se sonr vu inposer dcs
raentes par Lcs chercheurs de l'étude à
I'cffet qu'ils sc trouv.rient dcvant des
alèves pârricùLièremenL pcrfàrmants lls
onr donc agi en loncrion dc ces ancntcs.
lls ont probablenent été plus arrcnrifs ct
stimulants à f igard des enfants "doués,
er ccux-ci ont, cn consdqucncc, mieux ap-
ifier pLis. l,es proleseurs onr ainsi confirmé
les arrenres imposécs par les chercheurs
Par ailleurs, lcs professeLrrs onr ;mposé dcs artenres .rux élèves. CeLx-ci ont
répondu à ces itlenlcs en performant conrme les pLofesseurs iy rnendaient
'évi' ALrrrement dit, lcs enfitrts r'éussissaicnr mieux. non Prr.e qu'ils éraicnr Plus
intclligcnts que lcurs coogcDères, mlis P.rrce qriils rvaicnt appris que lcurs
profescur crovaicnt qu ils I'ireienr.
Ainsi, lorsqL! un prolisscur communique à un enfint le n*srge : 'Jc
pense qLre tu cs brilhnt. ',, I'cntinr acccpte cene évalLurtion, rlodific son com'
portcmenr er, Jventucllement, modific son conccpt de soicn consjquencc.
NlalhcuLcusencnt, nous pouvons s,PPoscr quc le nêmc principc cst vLri
pour lcs llcvcs iL qui le pLolisseur envoic le mcss.rg. : .Je Pense qûc (ù n'cs
vraimenr prs irtelligcnt.
'
C! genre d'autori:rlisrrion dcs prophlrics rpp.rLri! drns Drinies sirLrrrions
cn rlehon de l lcole. En médecilr, lcs P:irictlts qui utilisenr s.rns le savoir dcs
pl;cebos p.rr cxemplc. clcs injcctions d'cau stérilc ou dcs piLLrlcs sLrcrics
-
II

p\) -

.h
5{) PARTIE l. negards int6 eun

sans valeùr curative répondenr parlois aussi bien à un traitement que les
-
patients qui onr reçu le véritable médicament. Ces patients ont la certitude
qu'ils ont pris un médicamenl qui les aidera à se senrir m;eux et c€tt€ con-
viction apporte effectivement une amélioration de leur état. En psycho-
thérapie, Rosenthal et Jacobson (1968) font état de plusieurs éutles à 1'eflet
que des patients <1ui croienr pouvoir retirer cenains bienlaits d'un traitement
les rerirenr effecrivement, peu importe le uaitement qu'ils rcçoivent.
l)u.ordalnation der propherie' c.. un. 'orc. in'portrnrr en .ommun:. r'
tion int€rpersonnelle, mais nous aurions tort de croire qu'elle explique
l'ensemble des comportemenrs- Il existe certaincment de nombreuses situa-
,ion. où lJr' nr( J un dënoucmcnr n. feru pr' 'u.venir pour aurrnt ce
dernicr. Penser qu'une pcrsonne réLrssira une entrevue d'emploi, alors que de
route évidence elle n a pâs les qualités requises, c'est toralcment irréaliste I ll
se trouvera roujours des pcrsonnes que nous n'âimerons Pas et.les situations
que nous ne trouverons pas agréables, cr ce, peu imporre l'attitude que nous
adopterons. Relier l'autoréalisation des prophéties au "pouvon de la pensée
positive" n'esr jamais qu'une grosière simplification. Nous l'avons vu' I'au-
toré.rlisation des prophéties n'est pas mâgique; elle prend sa source drns les
attitudes et les componements des individus
Il est important de reconnaître I'inllucnce considérable que peur avoir
I'mtoréalisation des prophéties sur le cours de nos vies Nous sommes en
grande p:nie cc que nots croyons être. Dltns ce scns, lcs personnes qui nous
entoureni et nous-mêmes inlluerçons constamment nos concepts de soi ct

Une question primordiale demeure : comment modifier les éllments d'un


concept de soi qui ne nous sarisfint pas ? Il n'existc vraisemblabtemcnt pas
de recette niraclc pour racindre le soi ideal. Toutefois, les quatLc sùgges'
tions qui suivent vous permcnront probablemcnr de vous rapprochcr un peu
plus dcs objecrifs que vous voLrs ircs fixés.

Il est important cic pLtrdre consciencc tlu une partie dc norrc insatislacrion
pcul.enir du tiir que rrous .rttendons trop cle rrous-mêmcs Si nous rvons
conimc rxigencc dc tour rlussir pr*àircmcnt. nous rllons auiev:rnt de
cléccprions cerraines. PeLsonnc n'cst crp.rblc de se scntir comPlètcmenr
dttcndu ct mritrc.lc scs cup.rcirés diDs toutcs les convcrs.ttiotts, cte poser
rouj,rrs Jcs qLrcstions pertiocntes et tlc s.rroir se monrrer consr.tûrrntnt urile
lorxluc lcs rurrrs onr J.s prcblùmcs.
Il cst tcnr.rnt tltrigcr tlrr.rntri:e dc rci n,inre qLr.rnct t,rut lc mrn.lc
,ntouL scnrblc L.u..ir mirur que soi. ll riurrlor pr-ndLc conscicnc. que l,r
plLrs grrnLlc p,rrric Lli ce qui prsst pour irr Jirn. .lc h conil,tncc J* run*
n !sL p,tlois qu ùn( tic.r(I.' poiu lchc, tler Jorrr* bicr Iumrin'.
\ltn,c Llrus lrs c.is oir lts.utrrs 'ent'lent inJuL'ir.rbl. mcrrt Plui.onlPa-
t(1r(s qùr ûoos le sonrme., il csr pr.riLrblc t1c l()us iLrq$ en toncrion clc
notre rtjvcloppcmtrr pcrsi,rn.l. et,,on.n corpir.ri\on dù.ot)PoItenr.nt
.. ....r '. l'lur", I', .. .ri .r\ .,. 'll rr
Jorrs p,rs t',r* lis r.rlrnrs ri un.ip.rt. il lrur rlicLrx prcn.lLt tonstiencc qu.:

i
, CliAPlInE 2. Lec0[æ dr !0i.clÉ ds la c0mmunicali0n 5t
,t
I
i
plus qualifie<' plu<
nous.ommcç probrblcmcnr
tude rrq€' qu ruPrrrvJnt Nous Pouvons ';rc' lcgi-
timemenr dc l.r.at:.fa.tion
de c<rIC P<rceP,,on
*olutive dc nous-mêmcs'
cfïcr

Une Ferc êP ti,li-l j :.,jlj:l


de soi-itrèrîl:
ique Une per.(pt'ùn eûon(e dc 'oi pcut irrc L .rurc
JLrne fiiblc cst,me dc 'oi Certrines rm.rg*
irrérlistes viennent parfbis d'unc rrop grande s!-
vériré cnv€rs nous-mimcs En montrant à vos
ii! Il oroches h lirrc quc vou: .lez;rablic i l .ridq Jc
iencadri 2. r. prge Jr. il tou'.er:r po*iblL Jc
voir si vous vous Étes ou non sous-csrimé. Pour
irméliorec il cst d'abord important de rccon-
nairre ses points forts pour parrir d unc imrgc
de soi qui corresponclc à la réaliti. Entreprcn-
dre réguliùremcnt unc réflexion cornparable ir
l'cxercice de l'cncadri 2.5, pagc 44, est un
cxcellenr moyen dc mettrc vos poinrs forts cn

iet
l.Jn ' :

Une f.riblc esrimc de soi pcur pLovcnir dc


riùô,crioDs Jévalorisrntes. Vous vous rrouvcz
pcur-êrre drns un milicù oir vous rcccvez un nombrc cxccssifde mcssages
nigarifs, pour la plupurr non méritds, er oir lcs mcssrgës s!imulanrs sont pcu
nombrcux. Sivous rpparrcnez: ccrte cité€ioric. il est inportant de replaccr
drns leur contcrte les iv.rlurrions pcr' .édisri"\ que vous recevcz des person-
ncs dc cc milicu cr dc rcchcrcher cnnitc l ridc <lc penonncs plus compré'
hcnsivcs qLLi sauront rcconn:rirrc vos trlcnrs rLrssi bicn que vos limites.
tlitude dc l',urrorérlisrrion des propheries r dirnontré cl.rircrnenr quc le fait
dc icnrourcr rlc pcrsonrrcs qui onr des racntcs posirn'rs cDver soi r lc plus
$Lrvcrr un imprcr djrùrninmt sur I ic quc lbn sc ùn dc soimème.

IC'

rt

N,)us Jiron' n)n!ùr (t,,r nors r,rrrlons ch.rrrsL. ,u.iis nous r. prrnons pr\
ls,uorrrs pour te tiirr. tlurntl nou.lon, la motrs Jr ch.rnger er quc
1,,rs. ,,ou',1.r.n,,n'.rl,rr. r*porr..rL,le: Je norl ins.r
,r,,Lrs ne lcs.rrplo,on

Ii,Lrtrli,is. r.s.rcr r'.*t p.rs roLrj,,urs sutllr.rrr. Il t.trr.rF'i.x.on,r.tir. Ls


no'rn.. rr l* pLcnLl,c. l'ouL ..,\,'ini \(,ù. 1,' c.rp.rLirer de
cl.,rnqrr, llrir.: l trtrenc,,l{iJ\rlu(/ l(s Je i, p.rrr p.r ,rlr lenc.rhet.l.6 rlc
1.: p.,gc5Jerrorezsi .,,r.,ir'.r1.'rnerrrsrrc.'rrrp,rsplLu,,rilr'.lcnc..risprs
.,',xnrenr ' l r r.r\ r.h.'.,nr. .r Ir. o!, (tr nroJili(, .$ .rk:nrLnrs .\r J .rtprcn-
dlr ) I, l;i,,
52 PARTIE I. Begards intôieur5

lliltlllllilllll rNrrr ;ilirl,lil ?. rj

Réévaluoz los (Je ne peux pas.,


1. Pensez aux personnes avec lesquelesvols avel des difficultés à comnuniquer Ce
peLri être des membres de votre iami le, des am s, des confrères ou bren des per
sonnes étGngères.
2. Choisissez un partenaire el, à tou de rô e, pendant environ cinq m nuies dressez I
lê istede ceque vous estimez être incapable de farre en commençant chacufe d€
par: (Je ne peux pas 4
vos phGses I..l' En voici qLelques exernples
. (Je ne peux pas êtrc rnoimême avec cenaines personnes dont j'armerars pour .ï
tant laire a conna ssance dêns des soirées D .1

. (Je ne pelx pas dite à rnon amie comb en elle m'est chère. o

. (Je ne peux pas rne déclder à demander !ne alrqrnentation de salalre è mon ..
patron, a ors que je pense bien lô rnériter t
. (Je fe peur pas poser de queslrons en classe ,
3, Notez les émotons qlev0!s ressentez lorsque vous iaites ces réflex o'ls:p tlÉ poLr I
vo!s-rnême, regrets. inq! éludes, frùst€tion, etc., etTaites en partà votre partenaire ..:

4, Fépétez ma ntenant tout haul chaqre phrase que lous venez d'exprimel fitais au
lieu de dire ( Je ne peux pas'. dites ( Je f e verx pas.' Après chaque afflrmal on,
fa tes pad de vos pensées à votre partefaire sur ce que vous venez de dire.
5. Prls. décidez laquele des derx fomules {(Je ne peux pas.' oL nJe ne veux pas })
esl la p us âppropriée pour chôque aff rmation avant d'expl qrer !0trc choix à
votre partenaire.
6, Y a t il des exeûrp es d autoréalisation des prophéttes sur votre tste '.- des cas
0ù votre oho x, selon leqlel vous ne (poLrvez pas, faire une chose donnée, est la
seu e raison quivous empèche d accomplrrquelqùe chose?
À la lumière rle cet exeroice, I devra t vous âppâraître c a r€mont que nous
cûnservons souvenl ur concept de soi peu réa iste La plupart d! temps, en disant
qle fcls (fe poLvons pasr être a personne que nors souha terio|s étre, iL
s'avère q!e nllLrs rie v0ulons tout sifirplenerlt pas laire ce !ui s mpose

Voici nois sLrggcstions poLrL développer les habiletés nécessaiLes au chan-


gement. Lr première suegcsrnn est de vous informer. Par exeD4rle, à prrtir
dc livLcs connc cclui ci ou .ruprès .1e personnes compérentes, ou bicn à par-
rir cl auncs sourccs.
Unc cleLrxième mirhode consisre i observer des modèles, des personnes
qui mrirriscnr bien lc.oDrporremcnr que vous voulcz nulificr Regrrclez ce
qLre fonr ct ce qLLe disenr Ics pcrsonnes que vous rclmiLez, nou p.rs cirns le
bLrr dc lcs imitr, nais dans celLri d'rdapreL leur comporremcnr i votre sryle
ptrconnel. tiel.r vous.rirlerr i nloditler vorre coDctpt Jc y,i.
Lx dlérâpie dtr rô1. dérerminé (Kelh,, t955) prJscnrc lu rroisiùnlc suggcs-
riiu. (itrrc mJrhxle, suilgiLie p,rL l]ois!c,r cr llr.LùJr\ (197.)), colsisrr d ,rh,rd
:r im:rginer lcs conrpo, trnrcnrs, lts perrs.rcs ir lcs .rrrimcles Ll ulr prrsonnc quc
nous vorrLiorr irLr. Puis. il iru:ir tlc jou.r le La,l.,tc.!ir! l,e,n)ùni p.,rdirnr
Lrne p.lri,rLr.li tnrlx .l,,nnie. P.r crcnrplc, pcnLl.u,t dcur sem,rines. urc per,
tnn. qLri n,.rrqur.1. corril,r'r.i dr rili p.ur io"ù lc rulcLlLrnc pcrrrunc ttcLer
ùiiic ct.onll.Lrrrr. Silifi i* Lirhrchrs, c.rrr nrirhoclr.rrLLi l.r pirs.nùc:r .hrnrirr
scs p.rccprn)ns Jc Ni. l)c plus, ùh pro\orluc dcs rilt.rior\ rlitlcrcurts.l.rns
l ortoungc d,: la penonnc. Souvcnr. rn enrour'.rgc l cncour.rgc i conrinucr:
I-,r rl,ir.rpii du rôle rl.rr.,mina co,rôponLi i I iildc Llc prtntirc Jcs Lisqut:.
I'rrrrou.lcrrnrpli cl unr p.,r,Dn. iiDrnl., qùi prLl( irès p.u. (lù'L! pcrsdnnc
CHA P lI R E 2 . tec0nceptd! soi, cld ds h t0mmunicâlion 53

(n clâ*e Une
oouflJir. un IoJr. prendrc c ':que de donner 'on oPinion
irrcrior posiri'e de.,ur.s eru,li:nr. encourugcra '.arinemen( cc're Per'onne
) orenJrc dc nou'c,u l. ri,que d rnterrenrr.erbrlcmenr. llu' crcor,.le'
,ËJ,'ionr de' JJrres r .on igard I a:deronr : moJifier progre+rvemenr l rdee
quelle.e l,lt d rlle-mime. Le our rec\erth; drn ; pri,e de :'quc'.'t de
iefàire le .en l. !;.:eu\ de I rurore;lisrrion dcs prophêri*

La ;'t 3 )dr I t :t tion clt.l 5'j {

les ,; tretéQle,s a'ci{lpté{3ii ,.li];'ls


.les L:aj n.tiot:lintl'-rrl.;:l i:,i ',:*,:: r tii-e i v

NorLs àvons vu comment la communication façonne la pcrccption que nous


avons de nounmêmes. Nous renvcretôDs mainrenanr les rôles pour examiner
Ir, conln;te stutégill e dans lcs relations, c'csr-à'dire les stratégies qu'uti
l lnenr les sens pour agir sur la perception des autres. Drns les pages qui sui-
qut bon nombr. de. mesrg* qr(
J
pour but véritable de produire dcs impressions sLLr les autres à notre sulet.
Le sociologue Erving Golïmm (1971) emploie le terne fqnle pou.r décric
I
cetre identiré socialemert approuvée. Il a forgé I'exprexion taua;I defaçade
i pour décrire les comporremena vcrbau et non verbaux qui:rssurent la conser-
: vation de notre soi extérieur. Goffman conpare I'individu à un dramaturge
doublé dirn acteur : l'un crée des rôles qu il veur crédlbles (la partie . arrière'
de la personnalité), cr l'aurre les interprète (l:r panie .avanr" de la personna-
liré). Selon lui, nous rnaintenons notre façade en présenranr Ia parrie.avant,
en présence de gens que nous voulons impLcsshnner. En revanche, 1e corn'
portement adopté par la partie.arrière, de la pcrsonnrlité peut êtrc rrès dif
térenr lorsque seuls. Pour apprécier la différence entre les
comporremenrs publics er privés, pensons à lâ manière donr nous nous com-
portons parfois devanr le miron de la salle de brins lorsque la pone est femde.
Si nous s.wions qùe l'on nous voit, aurions nous les mômcs componemenrs?
ll serrir simplixe de dire quc la conduite stratégique drns les reirtions ne
vise qLr') pLoduire unc seule scène. Au cours d'LLrc même journée, la phrptn
Llcs gens jouent plusieurs rôlcs ;celui d. firl,diant Lcspecmeux,.lu copain
:ir bl:rgueuL, du voisin atfrble, dr l'employd servi:rble, erc. Nous jouons mêmr
plLLsieurs rôlcs avcc 1;r mème personnc. Arr lil des.rns, un.rdolcsccnt joue
lrrb ..r.ll.n <rrr ,.'rr.irt r. pcr.',,'r ,s..d.n....i1r(,.,.ro.r..\<c.( p.rer)r..
Dans un tel conrtxre, il asir cornû,e Lrn rdulte rtsponsat'le (.'lu peux nc
conller rr voinuc s:lrls:rucunc cr.rirrtel,) et, dans tel.rurLe. comme un enlinr
le JanrLuri (,,Je n rrrive prs à rroLrver mes chrusscacs l'ù. ll cn v.r dc nrêmc d.rns
le lc.nl.:ri"r...r ro..rtrr'r. ;\.,r.,i ..^, ..1 ,, r.intnrc,n.1r
r'oncrion ilu conterte : l rmi, I rmùrt. Iassocié, I rduhÈ qui rcprinrllnde, l en
f.rnr cpri s e.-ctLse, ctc.
rl

RÉIIIX Cunduil€ stalÛqiqûe Sli,nlrrl t rr ': ,i ii, 1l

Vos nombreùx rôles rû.mrnciorr{liis r rr: lr,ltrLrr:!r .jiDr


! Lsii Il,ipi:iirù 1'r. riLr r\ rrir,l lirir Lrr rlrL,,/,r,j rrJ,cl ),r llllti Lt:r Lùrrl0. q! r rl rJ rlf's Lllr Lr rrrir !
irirLir
,i. ,i,rL r Li, r,r,l,ri i,rL,i.ii ,riiiL ii, I rr hr i I rr' ,'r r r r/ tl.r, r./ .j facade rr{d rDr r c ri r: (j,,s rr , r n i;.i
rî't r:r'J r,rtr(it ri-r injr r-.r1.I rtLrlir Flirrl] ,;Lr rt:rf!r:(ri
t,.i .,'i'j,rr,I, , ir frr.xlèri.rr.riJr".,,rrr,rrIr,LrL :,r(rt)'.(',lriiirrrrr). Travail d€ trçàde Ci r0r,1. rùfr ,ri! ri'
I Lr ||lrtrr , a llti t I fn:it a! ûiC rdi lLrlr ., i, r ,1! ù i JrJ rn,rr r tr rr
^riri
s4 PARTIE 1 ' Remrds intérirùrs

Il est étonnant de constater I'importance de la srratégie dans le choix de


nos comportemenrs. Cerrains comporremenrs qui sernblent à peine délibérés
sont de véritables petites perlormances publiques. Par exemple, au cours
d une expérience, les sujets à qui l'on laisan manger un sandwich sursaturé
de scl ne faisaient une grimace exprimant lcur dégoût quen préscnce d'une
autre personne; lorsqu'elles étaient seules, elles ne fâisaienr ?ucune mimique
exprinanr le dégoùr (Brighrman, 1975). Selon les résultaa de Chovit
(1991), les communicateurs ne monùenr uu vjsage expressif (souri re ou air
sympathique) que dans les échanges lace à face, oùr leur interlocureur peut
observer leur expression. Àu téléphone et dans d'aurres conrextcs oir leurs
réàctions ne peuvenr êrre vues, ils ne lont pas les mémes mimiqres. Il semble
que 1a pluparr de nos comporremens soient desrinés à cnvoyer des mc$âses
nur JJ.,c\ ou. éurrcm( nr rJ r. a produrre dr. impre" ion,.
La conduite stratégique dans 1es relations comporte unc large part d'in
conscient. Les sujets évoqués au p.rmgraphe précédent ne se sonr pas con-
sciemmenr dir : On me regaLde manger ce sandwich salé, alors je vais fa;re
"
ta grimace.", ou encore : je discute lace à lace, je vais me rnonirer
"Comme
sympathique., De telles décisions, souvent spontanées, échappent à norre

est cxagéré de dire que tous les comporremcnrs visent à produire une
11
imprcssion. Les jeones cnfants ne sont pas, de toure évidencc, des communi,
câreurs straiégiques. Un babé rit sponraDdmenr lorsqa'il esr heureux et
pleure lorsqu'il est tLnre ou inconforrablc, peu imporre l'i'np.ession qù'il
clonne aux aurres. En ranr qu'rdultes, il nous arrive aussi d'agir spontan{
mcnt. Toutelois, nous surveillons inconsciemment Ies réacrions des atLtres er
nous usons de stratégies, surtour lorsque te soi exrérieur esr menacé prr des
personnes dérerminanrcs (Leary cr Kowalski, 1990).
Selon Snyder (1987), ccrraines personncs sont berucoup plus sensiblcs à
IeuLs comporrements strllrégiques que d'.rurres. I'lus doùées pour l'auro-
observation, ces personnes oni la capaciré.1'anâlysrr leur propre comporte-
mcnt et les réactions des aurres, puis d'ad:rpter leur communication afin de
produire l'impresion rccherchée. En revanche, les gens moins orientés vers la
srrirégie exprimcnr cc qu'i1s pensent er ce qu ils ressenrenr sans porrer beru,
coup d ancnrion à l'impression qu'ils donnenr. PouL ivaluer votrc position
sur ]'échelle d'auro'obseLvarion, faircs I'ex€rcice dc l'encadLé 2.8.
Quel csr lc résultat idérl ? l.es gens doués pour l'aLrto-obscrration sont
gÉniralemenr clc bons conJdicns, cap.rblcs de prodùr 1';mprcxion voulue,
de sc monrrer intéressés s ils iennuienr ou âimables alors qu ils ne ressenrcnt
p.rs de symp.rthie. Les ecns doués porL l ,ruto,obsen.rtion sont ) l'rÀe drns
Ies sinLations socirles ct mertcnr rcuvcnr lrs rutres à I'rise. Ils ont une grande
li.iliré i prtndre h mesrrre des gcns, dc sonc qLr'ils adrprent ricilcnrcnr leur
conponcnrtnr rr'in d obrcnir h rirction rechrLthec clt 1.r p.rn dcs.rurrcs.
(irs e,,,rc'lris,iqL'cs. quo(Lirll.s puisscnt ine rrrllrs. comPÔncnr lnrssi clis
inco|\ri,irnis. Llu tiir dc liur nft,r ir|.rlitn;ui, lts pcnonnrs clou.,d pour
L, ,...\.,i",,-,'(.,,.. i,..t,,,. .r. ,1.i.. nr.r,
c.u cllcs se t{cnchint p.rr rn ljcn,tnr Jr ir sirLr,rrn,,r poLrr un sLrir rc lt Ll.lroLrle-
Lno,t. L.ui (rle,ù (lt rorn(dirn *r qù on i( \ii' jrûr.Lis .. qu cll$ ,.ss.r
t,t' 'rl
Ul t.rit. con,mc cllrs chrrrgrr
\ i.rim(,r r lL,i enr Jc Élo. r1l* onr prr liris
'.
.llL",ni',i$.1(.,liJt ,,, r.. '., ,.,i.r.1. ....r'..r'
", .-u
Lcr pc*onncs qui obtiinncnr un r.i'ulr,rr prLr jloc rur I ichellr Jc l ,rrrro,
,,bstrr'.rtion sonr,rs:cz tlitlircnrrs des plornts Llc lrurrt groLrpc. Ù1r. orr
urc itlic plus simplc er plus pricise tle qui tllrs sonr rr ili qui elles rtulcnr
CllAPlTBE 2. te con[sll t s0i. cld ds la con nuniDi li0n 55

fu,',,*-r-
Uro échelle d'auto-observalioll
ai!uADltË 2.t

les énoncés suivants décrivent divelses réêct ons personnelles. Comme ils sont 1o!s
presque
djfférefts, lisez'les êttentivemenl avant de Épofdre. Si l'énoncé est vrai 0u
(V). Dans lecascontrairc, encerclel la etÙenFo.
loujours vrai, encerce? la ettle
l. J'ai de la d fficulté à lmiter le compode.nenl des autres VF
2. Je suppose que je fals bonne ligure poLrr lfipressionner
divertir les
oLr gens V F

J. ferais probablement uf bon


Je acteut V F

4, Aux yeux des autres, ie peux paraître épr0lver des émotions


éalité.
plus forles que celles que je ressens en V F

t Dans !n groupe, je su s rarement le centre de 'atlention. V F

6. Jaq ç .0,venl oir'eremmer_, Ê1 lorLl on de ld s l


'd
ron oJ
de mon interlocutell V F

7. Je ne peux défendre des dées auxquel es je ne cro s pês. V F

8. Pour favoriser l'harmonie el être apprécié, i ai tendance à être


ce que es qens attendent de moi V F

9. Je pe i( rrorpe, les gers er le"r el"lt .vn!dll'iû r"


môme Jils rne dépla sent. V F
10. Je ne sr s pas touiours la persûnne que le pala s êlle. V f
FÉSULTATS : Si vors avez rép0ndu *faux' aux quesr ons l, 5 et 7, complel Ln
point par qu€stion. Comptez un point pour toutes es aulres questions auxqlelles
vousâvez répondu (vrai). Failes le total SlvousêtesbonlLrgedevoùsmêmeetavez
obtefu ùf résu tat de7 ou plus, vous ôtes vrâlsemblâb ementdoué poul l'alto obser
vation, mars s voLs âvez obtenu 3 ou moins, vo!s l êt€s peu

Sôurce l'àd0 r re llaik SNYL]tfl11983), " Ilrc Llary N,hs.' 1lr !: I Mûtù1,, Ptrthalalty lalay. ras
p 34 l€pnrdud !n a 1ûriseel

l!rc. l..eur.épeiroire de comporrencnrs cst pLobrblement moins v;ste, de


sonc qu'elles agissent souvtnt dc manière plus ou moins surbleblc. qucllcs
que soierr les circônsmnces. Âinsi, il ,:st f.rcilc dc srvoir ce qLL elles penscnt,
c.rr. dms lerr c.rs, les.rpprrenccs ne iromprnt pas. Bicn que ce r:r,rnqLre dc
v,uplessc punsc nuirc à cerrrines de leuLs inremcrions socieles, on peut
comprcr nlr ces pcrsonnes parce qu ellcs sonr fLrnches.
,{insi, I idÉrl nc consiste pas I se simcr i l'unt oLr I'rurrc des exrrÉrnirJs cle
l'échelle. Drns cerr.rincs sinlrrions, il csr avantrg.ur clc iob,.rvcL cI
il'rdrprcr son comporrem.nt xu\ circonsnnccs rloLs que. d,rns d',rLrres. il
est prifir.rble dc ri,reir cn sc I'rs.rnr sculrmcnt sLrr nous mimcs. Connc il
isr incli(lur x,, chrpirrc I, pos.1.1rr unc nridti .lc conrpoLtcnrinrs .st unc
'\ .,., 'i",..1. l.'., 'n| .." r' 'r rrrr'i r',

l',,LLqLLoi rorrs Jornons nous h princ tl iullLrtnrtL lopinior.tcs rutLrs?


\oLr' proicrons p.r llir rrnc ;n,,Lgr pour se conlolrner i des normes socirlcs.
Drns lcrrtince nous .rpp,e,rons : itrt polis, mimt qLrncl
ûrLro,r ,\v.. l.s rnnics. nou" .lcrcns .1.i.l,,ppo dts m.rnicrcs qui convicn
11.nr i diltr rrn..s
56 PÀRTlt !. nslard! inlidour3

cenme sporrif, etc. Les jeunes enfants qui n'ont pas appris les règles de la
politesse gênent souvenr leurs parenrs en se comportant de façon répréhensi-
ble (" Maman, pourquoi cet homme est-il si gros?D; mais, à l'âge scolaire,
des comportements qui aurricnr pu être excusables, ct même mignons, de-
viennrnt c:rrcrncnr inrdmissibles.
Les règles de la société dictent notre comportement dâns de nomb.eux
contextes. Il sereit impossibl€ de $rder un emploi, par exemple, sans répon-
dre à certaines atrentes- Les représentants commerciaux doivent traiter les
clients avcc courtoisie. Les employés doivenr témoigner d'un rcspect certain
envers lcur patron. Certains rypes de vêremenrs sont déplacés en milieu de
È
travail. 1
Même quand les rôlcs sociaux n'imposent pas le comport€ment appro- {
prié, nous usons pxrfois de strarégies pour une aurr€ raison, à savoir l'at-
teinte de buts personnelr. Prr exempli, pour conre\rcr une.ôDrr.rvenr ion cn
4
cour, nous apportons un soin méticuleux i 1':rpparcnce dans I'espoir d'attirer,
sous les dehors du ciroyen responsable, Ia sympaihie du itrg€. Nous sommes
l
affables avec nos voisins pour qu'ils consentenr à cmpêcher leur chien de
venir sur notre pelouse, etc.
Parfois, la conduire strarégique vise des buts telationnels donr il a dti
qucstion au chapirre I : l'affection, le respecr, lc contrôle, etc. Par exemple,
:
pour paraitre symparhique à une personne donr nous faisons la connais-
sanc€, nous nous mont.erons souvent plus chaleureux er plus enthousiasres
que d'ordinaire. Dans une soirée, une jcune lcmme peur sourire au bcl
inconnu pour lui faire savoir qu'elle aimerair fairc plus .rmplc connaissance.
Dans de telles situarions, il s'agir moins de aomper les autres quc de . nous
monrrer sous notre meilleur jour'.

Commenr forme-t-on notre soi exrérieuri Trois dimcosions de ln communi-


c:rtio11, soir la nranière, I'appnrence et lc contextc, peuvent y contribrrer
(Van<ter Zanden, le84).
On entend par manière lcs paroles et les gcstes du commu-
nicatcur. [.es mldecins, p:rr exemple, lbnt appcl i plusicuLs typcs ile
maniircs lorequ'ils fànt tles exlurens. Ccrt.rins sont chaleurcux er loquaces,
d'autres sc montrcnr plus disrrrnts et impersonnels. Lc! prrolcs du comm ni-
cateur détcrnrinerrr cn grandc parric l.r malliùrc. Un mJdecin qui sc solvicnt
des pessc-remps clc'scs clients sc dém.rqrrc nctremcnt ele cclui qui s'en ticnr
ùrr qucsrions clirritlrrcs. Celui qui erpl\Lre un icic mëdic,il produir unc
imprc*ior dillircntc Jc ,:clur qur n< r,ïilc r i.n .r,r p,rrierrr.
Àu discL,uts j,rjorrrc le c<'mp,,Lremcnr non veLbal, qui iouc un iDrpor-
'lllc
t.rnt chns l.s impressiiDs. Le nrc.rlccin qui ,rceLrcillc lc p.rricnt .rrcc Lrn sourirc
,rnric.rl er unt poignir Jc m,rin rlonrrt ulc irnpression bicn Jitlirtnrc rlc
tclui quise conrcnrc J un br.fsielt.le rire. 1., ,r.,,,iirc \ i,ic igtrLin(nr
.hns d,unL.s c,,nrcrts pnrlcsiouncls cr pen,nnrls fk'ii$!',,s. ,(i)ù!,,-
r.,nr'..'nrrr.' i..u\ .', rli,r\..r.. . (( J' .n1,.^.;,'n. r(a(. \.ri.r'. (n
.ons.:(tu(,,.ù. Niv,,rnii'(5 (t,r)Jirn'lrrr('rr l.r trçon .h,nr hs.rrllrs n,,u\
p.rçoi\(,rt. Âu\ el,,Uiurs i (( 6. noo\ iruJi.rîns plus .rrr.rrtirtnrrrrr l.r littn
.l',..l,'l'..,"1...r,,.\'frj\r',,i
li,rpprrrnec. c,:sr-h-lit les .rrtril'urs pcnrrrnrls. r.r l.r
Jcuriùnrc dimcn.i,,n dc h .on(lLr;r. s', (iliquc. t llc 5.rr tr ;is :, .ricr trû(
in,.rgc pl,r'csionnrllc. li.rr ercnrpl., l. s.r,.,u du n)(il..in er l rrnirirLn:e tlLr
CHA P ll R E 2 . t0cûnrepldesoi ds de la ronnrriralrrn 57

Ji)ringuenr I individu Un complet r.r.lle ur m+ure ou J- ', r. m.rr'


"ôli.ier
io"' toi"* p-d,r:ro"r unc rmore.ron dirfercnt< d"n' l. mond. J- "rr. irc .
HorsdrL.onnrredctr"ri Ih,bill,mcnt n cn c\r Pr\ mo,r\ rn Donanr.
Nous choisissons dcs vêtemens qui parlent de nous'mêmes. Certains veulent
\
pararne " l; mode cr d r.l{,\ pru\ ( h\.ia'rec ( (,.inr ih-brllcnr Jc m.rnnre â
.outie"e, le.r *ru"lrre. d,utres l.r , a.h. nr. Ourre l hrbrlle,nent. J r.
"urre. -pe,
de lùp,nce re-plrt*nr urre fon.rion impon,rnr. dan. h .ondu re *rr,, uiquL
Jcs rehrion.. ir *+ou. bronzé ou blim. I Qr.l ..r ' orr. .rl le d, , "itlurc'

Le c.r)irr)!ie Le conrexre, h troisième dnnension clu soi exré.ieur,


Jésigne les objets donr nous nous entolLrons pour influencer la perceprion
rl
oue le' e. orr J. nots. trr . "cnrpl.. Jan. L 'oLrcri o.c,d. u,,le co,),. m.
À.,i".. t" -".'. pLc- prepond run'. d.'n lrnlg.. r.l,
erpliqrre I'ourcuoi .rIr de;,,r' nnro cnr Jc. .ui,Li<. qJi "nr b.-r. "'rp
plr.. eorrr<u.c' o bc',ro'tp pl.r' prr:. rnrr. .1rr..c J" . il onr
!*n,n Une
voiture ,porr dë'.rpor,ble orr urr lurrru.r b.'lrnc.rnporrce .r. '.rr p-.
seulement à allcr d'un cndroit à un aurrc. Elle en dit long au srrjet dc son
propriétaire. Le contexre physique que nous choisissons ct h nan;ère clonr
nous l'rménageons contribuent également à h formarion de l'imagc. Quelles
r€n,res avez-vous choisies pour pelndrc I'endron où vous habitcz? Quels sonr
les objers qui le décorenr? Quei scnrc de,rusique éco,rtez-vorN?

L;s .: :
À priori, nous pouvons avoir l'impression que condune srrarésiqùe des
1.r
relations n'cst qLiune cxpression savante guidée prr un désir de nrnipLLl:r
tion ou par Ia làusscté. Si norre soi personnel corlcspondait vérnablemcnt iL
Lr p.r."Ic q,r. ,o,,. pôLn,ô,,, L,ôi,r.,.. 'ô.r Li,mpu,..
ment qui le contredir est malhonnête.
L,r conduite str:rtJgiqrre des rel.rtions pcut et'1ècrivcnent itre nalhonnète
dans certaincs sirLrarions. Une personne qui sc monrre plus rflccrueuse
qu'elle ne l'cst vnimcut dans ie but d'obtenir des frvcurs seruellcs adoprc, dc
tourc éviclcncc, Lrne anitrLcle imrnonle cr rrompcusc. Tour cornme les c.rndi-
d.rts àun poste qui rrcntcnr ru rLjet dc leuL rlossier scohire ct lcs vcndcurs
qui p.étendcni sr dévouer à lcur clientùle rlors qriils chcr.hcnr seul.mlrr i
s'cnrichir. Mais I'individu qui usc dc srLrrigic d.lrs ses rcl,rLions n cst prs
nécexairenrenr mcntcur. En fiir, il rsr p
riqLrcrù.Ir inrpossible d itnigiD.r
commcnt nous pourrions cornmun(ucr erricrcenrnt s:rns pLcntlLe dc tlici-
sions quâDr i I irùigc q,rc norrs voulons présc,rrer drns unc sirûtrrion ou drDs
une rLttrc. Il scr.rit riJictrle Je nous compolreL.rvcc dcs Jo.rnqcrs comrne
nots le tiisons rvcc dcs proches, cr personnc ne $nger.rir ) prlscntr l,l
mime inlrg. à ur !ntiDr dr deur rns qu'i un rclulri.
\ous possÉdons arus un rJpcrroir. d inrrgcs - ûn( Lroupc.lc person
ntges-.ttirLcLrnLronconrn,uni..rreurcistenP.,rri.s,,\o;, .hoisi, lùr(,1.
(lûilon!irnr l.,rri.u\:, Itr \inr.Lrn)D. (lhoisi, l. ùrl.. iqurr,, r\,
t).,s (I]i)n
li,ci1! Ln ' oiri qùùllL,.s .\rù,fles
'\ '' .;.. r'r. ..1. 1,,, ,t,,.,,.. r.. ..r. l. .r'1.,.,.
.t. ., , i .. r. ,,j ,(l , ,1
,rrrttc prole.sr plLrrôr rnev ) prrlre p.rricnct.
' \1,.,,u5 (1 L',r. n)irJ..,,,u. rtr:conLLcz q t[lLinr rtri |,u\ tL.ti, i,r),,,:!i.
nro,t r roLrs iror.cr Lrirrr
9uc I.rLrirrrr( csr:jei1,roqur. l) Lrnr |rrr, \,,ù\
LoLts srurez,,blisi (Lc p.rscr lisoriil rlr 1,,
lrilri.,r\.. lr pironne qri
!ot'i .t.!o,r\rrqnc, m.,is \,)us.\J Ju m.1 i ,iJnr.r i I ,,ce.,'i,,|.
5A PARIIE 1' Regards inlérieus

. r\u rravril,voL,s devez.omposcr.rv€c ùn ctieni qùerelteL,r Sllon vous.


personne n a Ic rlroit dc vous rrairer.rirsi.
. Un rmi ou un mcmbre de votre tLmittc voLrs Llcsse cn ùis:rnt une blague
sur_vorr€ apparence. vous nc savcz pas si vous d*cz relcv", rr ren1ar;ue
ou fèindre l'indifférence.
Dans ces siruarions, er dans dc nombreuses rurrcs qui se produisent rous
les jours, noN avons lc choix de nos riacrions. ce serxir ;intpliÂcr o"r..
mcsure quc de diLe, pour chrquc circonr:rnce. qu'Lrnc scule voied',rcrior est
honnête ct quc tourcs les ru.rcs sonr fausses cr mnlhonnôres. La conr]uite
stratégiquc des Lcl:rtions, au conrraire, c'csi choisir ia prrtic de soi quc nous
voulons dlvoiler. Par exemple, une pcronnc qui ,r.e n.","il".",n_
pirence peur choisir cie nrontrer son côra ""s.is""
p.rrieni, plurôr qtre son côté
<
perfcctionnkte,. De façon simil.rire, nous avons te cho;x, au trav:ril. d,roir
"
avec hostiliré ou non dans des situarions dalicares.,t"cc lcs,:t.angers, i'e,
amis er la t'àmille, nous pouvons choisir de révéter o,, nos ,cnùm",,rs.
I"e vixge que nous montrons aux aurrcs consritue cenes"onune décision impor,
tance, mais quel que soit le cas, nous présenrons roûjotrr une parri; de
nous mênles. Commc nous ie verons au chapitre 8. touvenure rotalc est
,.,rcr(n, .o,,l,J,,rLlc d,ni l,, rtl,on, i,, .,pd.un.cJI< .

Uoe quostion d'inaqe


1. Faites !ne I ste des drfférents rôles qre vcus tentez de m0ntrer à l.école â!x rltf-
lÊ e r. -.fb e opvot,"trl,te.dro(r'n,,,o.\e,,,,Jr.
2. Parnrces rôles, lesqLels sont honnôtes et l€s(lLels sont lrornpeurs?
3. Parmi les imê!es trompeuses qle vous voLle/ projeter, certaifes sort.eles justi-
Tiées? ouelles cûnséquemes la lGnch se peut elle avoir da|s cejlaines s tuali;ns?
4. D'après vos réponses, définissez un ensernble de crrtères quidistirouenl la con,
duite stratégique des relations moraies de celle des re at ons qui ne e sont pas

I
: l,:i ;_.'',:jrl::: )'-': ..1 :, ,^,tiri; ,le r.Ji . l,r comparaison sociate csr lc proccssus par IeqLLel oous
Irconccpr de.oi..r .,.,.n" -Lrl<dep,r.cprro-,,,.t,ri\{ nous courparons aux individus de notrc enrouragc en
,rùn'.,Jtlesq,,, l.' inJrwdrr..'rrrrirnnc-r ru.:icr d,.ru- rentanr de dérerminer si nô,,s sonnùes nrftrieurs ou
nr;rnt,. Il .omm.r.r r Jc'.topp,- pLu.,p-:, tJ,,d-
"
..rrr.. :r,Lolrr, . r.,\.r,,\{,d(.:t(mers.
supjricurs, cr si nous soinmcs sembtebles ou d;ffèr.rrs.
c(d,,,oi.rj
conllrmrr;on du,oi. l.rpansion du,oi.'., riorgùi,rrion r-r rrrllLir-j '1'-.,:| .. I ,r.,rrr, e:ri r._, r.r,rl].,,p,
du soi, h matur:uion du soi ct l:r pernrancnce du soi.
t.r culruk iûtluercc er.rndcnrcnt h n.rrurt de nonc con-
' | :, 1i ]:,1,. ,t.i .^ conc itrr .,.. .1, ..- ccpt dc *,i, rinsi que ies c.incr{rÀrnprcs quc noLrs x,ulons
t.').,:tJtal:,t-i ,l a
posséd.r. A'nsi, drns Ics cultures indiridualistes, on
. Lr conccpr de soi csr fiçonna prr lcs nesrges rarbrur dcD:rnde rùx p.60nnes tl'êtrc iudépcnd.rnres. ct dc s'oc
er.non vcrbaur qui provirnncnr dc pcrsonnes dérer_ cupcr d'eltes,mémcs cr dc lcuL tàmiltc irnmtdiate. Drns
lcs culturcs collcctives, les nrd;v;dLrs so,rt dav.nr:rge cncou-
. l.e jryemcnt réfléchi csr lc processus par icquet ]es ngés à m.rlre dc côré lcuL propLe pcrsonnc au protit dr
lnessxgcs émis à rorrc sujd sonr iDragrés colnme fai_ bicn comnun. On y vJorise I:r coopérarion et 1a dtpcn-
sanr parrie de norre conccpt de soi.
d:rncc au groLrpe d'rppanen:rncc.

!:
t
Ë
l'l
tllAPITIt 2 ' Le conrepl de s0i, clé ds a commulliraliûn 59
l

Ca(è.a.' l: ji-'- tr - -6 )i i-,:; en r::i i]cn :,! .ci : ,i ar:iir,,;:è


i :l b r" u jiio'r:cliclr r.- ::,:r.'i . :1i rrr.:r: 9...i
i".""..p, a. oi et .ubiecdf. . r'r-d;re îu e
.
,qs5 pe...p,ion'
l
p.r.onnel.et e'r rr'Jimen.ronnJ .orn l,a conduite stratégique dans 1cs relarions représente

-.; aa,"d.. *; Penonnel. a Peôonne au( la capacné d'influenccr la perception que les person-
i,. '", ^o-.",. a rn,ro'pc.rron d'rnsoi idial l' nes ont de nous-mêmes. Le soi extérleur constituc la
qL( nou' vouJrion èrrc:crdun'oi errérieur' façade quc nous prtsentons aur gens et le travail de
ne,,onne
quc nou' pr-.nron .n publi.. 1.. façade représente les cflorts fournis par la pcrsonne
i.,,-:.a;,. t' p.' o.n.
pour présenrer une bonne inage de soi. Nous uti-
concepr de soi résiste au changement. l\vous f,vons ten-
lisons cles conduites stLarégiqucs à c:ruse de nos dif-
dance à vouloir confirmer ct conserver notre image de
noùenêmcs à rr:rvers nos interactions avec les attrcs llrents rôles sociaux et pour ancinclre des buts per-
qrrniq.r un , onc.ot dc oi . rir doir . r', fl<".ule
. Trois dimcnsions font partic des conduites stra-
Lè c-. tdgiques :
Le concepr de soi affcctc la communication et csr luj
1) la manière, c'escà-dirt lcs gesres et les paroles quc
nêrnc rlfecta pâr l'inrerâction .rvec lcs runes. Il y a nous urilisons lorsquc nous nous préscntons à qucl-
âùtoréâlisâtion des prophéties lorsque nos arrentcs ou
les attentes d'une personne poLu un ccrrâin événcment 2) l'apparence représente dcs arrributs pcrsonnels r par
en inl'luencenr le dénouement. exemplc, la manière de nous véttr
Mor, - :r i ,, :. .r :.-r r: : r :,r,
, 3) le context€ disigne lcs objets qui nous enloùrenr cr
Il *t pu.. blc d. rn^di'.r un con.cpr dc 'o' r, 't'' qui ont une influcncc uL h perccprion quont les aurrcs
làisanr. Il csr nécessaire cepend.rnt d'avoir des attentes
réalistes qLr:rnr à l.r poxibilité des changements et de . l- l..c"n donr .,ou rr.n-. ,lr.onduite..rr; ,g:orra
commenccr cene dcmrrche par une évaluation réaliste peut être malhonnite, m:ris ellc nc I'est pas nécessaire-
de sr personne. ll faut évidemmenr rvoir la volonté de .nL,'r. c\r mPo,r,nr.l
changer, connaitre les moyens pour y arrivcL cr feiLe I'ap- complrcnt, de possédcr un vrsrc Lépertoirc cle com-
plication des moyens pour pawcniL aux objecri voLrlus.

Béférences bibliograpiiques et filmographiques


. GOLDIIABIR, Dr!.(1933J. Pùtlblqi, .l!! lû.to/'tt ttlt, . IVI[J()IIILLI, A]er (l'll(,). rl;,/.,/tr. P.'rir. PUn l:3 p
I rvrl, Ètrkl.s Viv.ùncs, 56.1 p. (Coll.ù'(,n,, (lu. sri\-jr ?,)
Un livrc dc réti,cnce suL le clJvrloppcnent de )r pcsonnc I1s$it dlùr pc(n lirr quiibo..lc (ù l hi\(orqu..le Iituclc
s.rvirt indispensrble pour qui ;inr{ressc ru dèvel.ppcnrlnr dr concrpr dc ri I es inri,nn.tnnù r' ! .rcccssibles ct bier
du contcpt Jt soi. Lruteur cn discuic i, .hrgtrr trrn.he
d igc. ROSIINIl-1.\L, Robtrt, tr leon,LL l.\(IOBSON (1971).

. l't!,Ltt, t i l,i.lt,'Iù\n\ii. Crsr.rmrn.


LLCL-YF-R, Rdri (lr7s). Ir anLS,r dr ra,, Ir.rLis, PUIj, {ir lnrt prrsûtt une lirrlc Lle rcnsticnLûrors rr La trton dont
.11I p
1l'sychologic d:ujrrrtl lrni) o r lfuo,iJisr{ior d$ p(1,hiri*.i.r* l.r rrilitursocirl, i<iu-
U. ù\.ellerr ltr1. tou, tonnriir. trLtcs lcs iicctrer thlo ..ui,Dncl. ticntilitlur. midic.rl er... tl.us l.r rir dt tts
la jours.
r i!trrs dr 1.1.,.n n i\r.ljtr rtluconeq,lr.oit.rntJnt,ï.1
.,nr!:L;r.rin d,roil)i.()is !r. du.ô !u,ol'.1r. Où \ rtun,'. I i .ùLr tùitù. t'ilù,LStever Spirlbcrg (l'rst,).
.1. tl,.r r \u r!.'b.rr,lu Lrn prri ,i11.,g..1u *n{ Jr. L.r.t.
i iu.lr.l. r.rr orion
'rL' li,rnt Jr .i.rLlllc.,ri,,r'. 'iirl..,l.rf'
1.i.. ( rli( r\\'iriùf;r 1;,)Ldbdi-) Ùr ,lu-r ..rtkÛn.li.-
:i-.. (i. ù,.i,,\1..1,\fl,,,.rtion *.Li,rL,4rptrr,nt
,rrù:r.r rrrtll,r,rnr |ù !,ii,)i,. i.r i!,i' l,D!f!'..1
.t..1 L,prl ri,Lr. J.1.r 1.:,r n. ',,r i,t.,r; t).,rlr
( I 1,,.r ). rtL, , i r1if,,:. \|,r'' .1,,. Lt,.,!1 1n,n,. .i..1, r.'\
/,Jj.ror'!i.r,. IlL,,(il$. \1.,,J,:.,. -lss 1,.
(i, i\r.rL.in.(ir. ti(,:i..iùi,li.:r.\a. .,i!r!,! f.,lLi. 1.. .l rr. .hrn'.LL'. ,, r ,.jiii,,,.. \l,.Lt, r\l.r it.i,.r \\.1,l.
:
).T,i,,.irLii ,ri( ..r r.L.'.1[ rl.:,,,r,. i.,],f.:i.rir.i .\.. (. !
.l.L'i'
'.lir LrLr ror" t* ir",'n..lc fo!- iirt, i Jr.,, i,.i. (il! ir,)LL, i. ! LL.ll. i!I .i,r \Ll,., Li.ir.rll.: l.rrro. '
l.i .ru*i. l.rLLrrLt,.r..ntr rrr it,,rr. ., r'l:i.i J.' ,r'lr,
,...,1.t i.,, :,,nri,r;,,r,LLrL:L1,r.,,if..L, r,,1i,.,)'. :r.r)r'( 1.

.rfr.:r l()irj( !r. (ir l rf,ii,:.,, ,l. "i,i.!in,..i. ' i,.


50 PABTIt 1. negards intûiours

TIUESTIt)NS A CHt)IX MUTTIPI-E b) est aflecté par nos comporremenrs de €ommuni-

l. Selon LÉcuyer (1990), les énoncés suivxnts carac' c) est façonné prr les personnes significarives de
térisenr la période de l'émergence dLr soi à I'exception notre enfance.
d'un seul. Lequel? d) Tottes ces réponses sont vraies.

a) Lenfant découvre gradLrellement son corps. 6. Le processus de sc juger soi-même en .enaût compte
b) Le langage non verbal joue un rôle prépondérant de la fiçon donr les autres nous perçoivcnt esr appelé :
duranr ceae période. a) soi errérieur;
c) Lcs scnsations contribuenr à la form.rtion du con- b) soi penonnel;
c) jùsemenr réfléchi i
d) fenlanr s'affirme en disant .non' lrès soùvcnr d) compuaison soclale.
dLrrant ceae période.
7. La parde h plus lmportante du conccpt de soi est :
2. Lequel des exemples suivants n'est prs unc auroLé:rli
sarion dcs prophétics ?
a) le rôle social;
b) le soi éai;
r
a) Un enl.rnr <ho-c " u 1 F\rm, ,pr. ,\o,r. n,.n- c) variable selon lcs indiv LLs;
du son professeur diLc à sa mère qu il nc réussirrit
d) I'apparence.

b) Une émdianre, qui jcst plainte de sa peur de par- 8. Une personne détcrminanre pcut êrr€ le mieux défi-
l.r er publrc. perd 'on rour r ..qc o ,'cnr. rion nie de la manière suivante :

orale er ne veur pas y rctoLrrner. a) rn adLrltc très puissantr


c) Un mari acccptc à conrrccttur ir proposrtion de b) une pcrsonne qui a afficré notre concepr de soi;
s:r femme d'rller )
Gaspé pouL lcs vacrnccs. Les c) .,n( p, r u,,,,. qrri rors rppurr< Ju ..rr.en.
vrcances sont pourries. d) Toutcs ces réponses sonl botrnes.
d) 'lous ccs excmples peuvenr ilh*trcL Iautoré.rlisr-
o. 1.. g.'. qrr o, r .rrr, '-ible c ,im. ,lc 'ui :
tion des prophéries.
a) ianendent à ce que les autrcs lcs acceptenl
3. Tour qui est énoncé ci'dessous lu sujer du concepr
ce
b) foncrionnent bien ioLsqu'on les obscnc;
de soi ex vrai, r I'exccption tt une Llponse. l.rqucllc ?
. t rLrrrill. nr plr^ J'orrr .lr. pcrror n<. c) rB(.,,,1(..
a) Il cx objcctif. d) Àucune de ces réponscs.
b) il résisre .ru ch:rngement.
.) .l ,. r'l 3,..nJ< p.,,,... li.,."l,rr'.1. ro ilr,-.. 10. Lorsque vous tcntcz dc modilicr rorLe coucept de soi.
rl ,'r Cc
'rpollr r.tpp.l, ro,... .1,'i n,r.
'"','
d) Il peur érte
'roditié.
'i. Sclon I exercicc qLre voLrs avcz ririt drns lc cl,rpirrc. lcs a) .woir dcs attcnres térlistes r

stimul.rrcurs et les clétr.rctcLus solt : b) i.rrtcndr. à dcs chaneemenis f.tpidcs;


a) des gcns ou des mots qui intlueuccnt le conopr c) .noir la c,rpaciti dc cbrnger
dù soi de ut.Luièrc positive ou nlgatirer d) ,rvoiL h rolonté .lc chrnger.
b) des frçons dc prédire si .lcs enlints rcut clcrcnir I l. i.cs conduitr srriréSi.lL,cs sonr I
hons orr nr.rrrv.ris: r) ,,,, -'.1,,L1..'.. -'p". '-' rr lr'. p^rr.
c) dcr eriqLrcn.s plLrs oLr noins inttrrionnrlles 1;cLmcr- l)u.nccr h pcrtptior quc lcs ,rLrtrrs ont.lr nonsr
r.urr rlc nr.rsclucL uos ,'iLir.rbl,s c,,nccptions Llt
",i: l' .r:r. rr.l r o ti" rr 'ii' , ,'
J, l,. .r.rr.. r' .' ., i.l r' flLrcr*r notrc pcr ccp rio,, ,1$ .ù,rr.r:
',
5. l.,jonc.l,r ,1. n,i... '."1.,i
a) iutluenrt 1.r plup.rrt Jc ,u. .,,:,,po,rinrrrrs ,ie cll un rnscublc dc con,p(,Ir.,nef,' ,nuit)iil.,'(L',\ (,
con,n,Lrnii.rri,n: rr,lhon,.i, s.
CllAPITnt 2 ' te tûnæplde soi,tlé de la t0mmliicatioll 61

ffi 6. Comment l'autoréalisâtion dcs proPhédes foncdoDne-


t-elle? Illustrez votre réponse à L'aidc d'un excmple

t. \ qLel mom(nr .e d.l.loPPemLnt du.on((DL de 'oi


irnr"rce-t ll? A quel momcnt ccsc't'il? 7. À quoi une penonne quj désne motlilier son concepr
de soi peur-elle s'attendre? Foûrnissez quatre moyens
.2. Quc,l, ' 'ource' d inlluence pratenr, ' o;n' le
onr l.'
: prendr. pour mod'fier le con.cpt d. 'oi
dë!€lopP<nknr du concePt de \oi?
8. Quel est le rôle tle la façade dans les conduires stra-
,. Dù n./ u1 nemple dc.onp"ralon oriJe en pre
régiques
ci,an' L' d.u 1p^ oc, omprrri on' po*ibl' '' ?
'o.iJet
soi est nulddimensionnel QLre sign;' 9. Dans quels contexres utilise-t on des conduircs stra-
4. Le concept de
tégiques?
fie ccne .rffirmation?
10. le. pcr o1n.. qu, u'ili'enr dc'
'onJuitct t'at.1gi'
5. Quel type d'influencc h culture a'r-elle mr le con- Donnez dcs
ques sonccllcs lorcérncnt m.rlhonnètcs?
cept de soi? À P tir des deux classifications des cul
uies, donn,:z un exempLe de cette intluencc.

'"'lntégntior
f-lcrwllÉ n 'A PP t IC AÏ It) N ]
5. Comnenr lcs pcrsonnes rlétermin:rntes sonr-clles en
qLLelque sorte rcsponsablcs de ce quc vous êtes ru
Nous vons proposons dc fàiLe h rédacrion de vorre jour<1',hui?
biogtrphic, comtne le leLrir un écrivrin. Vo,r conr
6. P.rr qLLoi lc déveLoppcment de votrc st,i pcrsonnel.
mencez prr vo$. .aissancc er volrs rcrminez votrc rédac'
..1..i J.,orrc .o uc-l er ."1 ri J- rore oi . 'roirtr
rior p:r.. qrr, ,o,n'nr 4,,.'c,':Le'oJ'
onr ;ls iré influencés? Sonçils trùs .lifférenrs ics uns
pcrnem.a Don sculencnt cle faire rcssorrn les <liiierents
rspects dLr concpt <1c soi, mais de flire le point sLu ce que
vous ètes ,rujouLtl hui ct h m.rniiLc dont voLN 1'arcs 7. r\u cours .te votrc vi.r, rvcz-vous chingé dc PerceP
.levenù. Voici quclqucs qtestions pouvanr inspircr l.r .ror d" , r., .,;rlr: Dr.r. qr.l . .ir. "r'rrrr- i
rédrction de votrc biogrrpliie înrsi quc la réllexion au Comrncnt ccl.r s'escil pft uiti Certrincs Pcrsonncs
sujetdr I.r nrnirc cLe rotre conccpt de soi. .",,'u., (llL :id. .'.l'.,.'g r. .r. p....pL'uli
s. Qr,illlrrr.r,.rorr J, .,'r . ..'r' .;,r d. ."i '' u rr p.'-
Lru r,( ', ' r, , u1,. ru.r< . lr.. i .nrr. vi r.rîr ellt h pLLrs impomntc? Vorrc rpp:rrclce? Vorre
llmili,rlc? i otre vie .rrec vos rmisi votrc vic scol.riLe?
personnrlnJ ? Vos peLfbm.rnccs,rc:rdcnnlucs ? VotLc
2. Quclles sonr lcs ptrsolnes dicrmin:Lnt.'s d.rns rotLe cogigùn.nr ruprùs dc vos rrnlis? Vorrc cngrgenldrr
r ic? ihns une ric rnouLcusc?
3. À qurl nonrent ,rv.z.rms obtnu les pLen,iùrts
rli,rrrrrrrs sLrr roLrs nrinre, librucht.le *rrre con- 9. \i* qurliiicriu-nLr',le ptr"'nni :rr.llgicltrr Lt.rnr
Los rrl.LLi,,rsl lin quoi cth ùir'il .tc rrn m.illiuL
.rpt (1. !)i? t)i (toi ics intimr,rri,,ns onL-llc' pu ','1r5
eonrrruric,rrcuL i

'i. (l,trllf\ t).AofD.' o,,r ,rr.1 Ji' :rin,rrl.rtru,. .lrrr: lc I0. \ il .,uiou,rlIui .i.'.spt.r'.1. r0nc too.rpr ric
.r-,
',rurs Je r,,rrc Jir. [,pportnL
7 I .11Lrtllts o,rL eri Js s,,i qui rou: enJrrr irs.rrisli,,n: {luri. rrrl'en'
r,'nrprrr r,'u' pn,r.lrr porLr li. nritliilcr
mTSilrpT-1-TTftr-ETTsl
Remplisscz ce réseau clc concepts à I'aide de la banque de concepts suivante.

i --- ll-
,."n
érc ùe en
É. -lla,ar
hr,",.
I-

flÈùratlPlÉcpàr
YIV I
VV
-;---
V V
qdoFs
"n

I I

Y
emerqer re dLi s0

--T-
++
I
préiède dâns un d oil

I I
:
-t
pr.t ô.r,0r.od
V VY
collectf
de tvDe
-
individû61
i +{i *'ï:îlii"
â,îemes.éa,sres
+

---t'-
V V
strateg ques

v
prophétes

--T-
' resis€nce au chanqemenl
I